Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 06:32
Vendredi 17 JUILLET 2015, éléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 6,19-23.

Mes frères, je parle comme les hommes à cause de la faiblesse de votre chair. Comme donc vous avez fait servir vos membres à l'impureté et à l'injustice, commettant l'iniquité, faites-les maintenant servir à la justice pour votre sanctification.
Car, lorsque vous étiez les esclaves du péché, vous étiez libres à l'égard de la justice.
Quel fruit aviez-vous alors des choses dont vous rougissez aujourd'hui ? Car la fin de ces choses, c'est la mort.
Mais maintenant, affranchis du péché et devenus les esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté, et pour fin la vie éternelle.
Car le salaire du péché, c'est la mort ; mais le don de Dieu c'est la vie éternelle en Jésus-Christ Notre-Seigneur.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 7,15-21.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : gardez-vous des faux prophètes qui viennent à vous sous des vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs.
C'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez : cueille-t-on du raisin sur les épines, ou des figues sur les ronces ?
Ainsi tout arbre bon porte de bons fruits, et tout arbre mauvais porte de mauvais fruits.
Un arbre bon ne peut porter de mauvais fruits, ni un arbre mauvais porter de bons fruits.
Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits, on le coupe et on le jette au feu.
Donc, c'est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.
Ce n'est pas celui qui m'aura dit : " Seigneur, Seigneur ! " qui entrera dans le royaume des cieux, mais celui qui aura fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.

Vendredi 17 JUILLET 2015, éléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

Par la Bse Teresa de Calcutta

(1910-1997), fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité . No Greater Love (trad. Il n'y a pas de plus grand amour, Lattès 1997, p.55) 
 

« Chaque arbre se reconnaît à son fruit »

 

S'il y a une chose qui nous assurera toujours le Ciel, c'est bien les actes de charité et de générosité dont nous aurons rempli nos existences.

Saurons-nous jamais quel bien peut apporter un simple sourire ?

Nous proclamons combien Dieu accueille, comprend, pardonne. Mais en sommes-nous la preuve vivante ?

Voit-on en nous cet accueil, cette compréhension et ce pardon, vivants ?

Soyons sincères dans nos relations les uns avec les autres ; ayons le courage de nous accepter les uns les autres comme nous sommes.

Ne soyons pas étonnés ou soucieux de nos échecs ni de ceux des autres ; voyons plutôt le bien qui est en chacun de nous ; trouvons-le, car chacun de nous a été créé à l'image de Dieu. 

N'oublions pas que nous ne sommes pas encore des saints, mais que nous nous efforçons de le devenir.

Soyons donc extrêmement patients quant à nos fautes et à nos chutes.

Ne te sers de ta langue que pour le bien des autres, « car ce que dit la bouche c'est ce qui déborde du cœur ».

Il nous faut avoir quelque chose dans le cœur avant de pouvoir donner ; ceux dont la mission est de donner doivent d'abord grandir dans la connaissance de Dieu.

 

 

Il n'y a que 2 choix possibles en ce monde 

 
 

En ce monde, l'homme doit résoudre ce dilemne : être avec le Christ ou contre Lui.


Et tout un chacun doit se décider à cet égard, qu'il le veuille ou non.


Il doit être soit un ami soit un opposant au Christ.


Il n'y a pas de 3ème choix.


Saint Justin Popovic

 

Par St Hippolyte de Rome

(?-v. 235), prêtre et martyr . La Tradition apostolique, 41 (trad. SC11, p.129s) 

 

« Restez éveillés et priez en tout temps »

 

            Prie avant que ton corps ne repose au lit.

Et puis vers le milieu de la nuit, lève-toi, lave-toi les mains avec de l'eau et prie.

Si ta femme est présente, priez tous les deux ensemble.

Si cependant elle n'est pas encore croyante, retire-toi dans une autre chambre pour prier, puis retourne dans ton lit.

Ne sois pas paresseux pour la prière.

Il faut prier à cette heure car les anciens de qui nous tenons cette tradition nous ont appris qu'à cette heure toute la création se repose un moment pour louer le Seigneur.

Les étoiles, les arbres et les eaux s'arrêtent un instant, et toute la troupe des anges qui le sert loue Dieu à cette heure avec les âmes des justes. C'est pourquoi les croyants doivent s'empresser de prier à cette heure-là. 


            Rendant également témoignage de cela, le Seigneur dit :

-« Voici qu'un cri se fit entendre au milieu de la nuit ; on disait : 'Voici l'époux qui vient, levez-vous pour aller à sa rencontre' » (Mt 25,6).

Et il continue en disant :

« C'est pourquoi, veillez, car vous ne savez pas à quelle heure il vient » (25,13).

Au chant du coq le matin, quand tu te lèves, prie aussi.

 

Vendredi 17 JUILLET 2015, éléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

Vrai cep

Évangile selon saint Jean 15. 1-8

«Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. »

Ficher métier : viticulteur
« Moi, je suis la vigne, et mon Père est le vigneron. »
« Moi je suis la vigne », nous dit le Seigneur et filant la métaphore voici qu’il nous invite à réviser nos connaissances sur ce bel arbre fruitier qu’est la vigne.
On appelle viticulteur celui qui cultive de la vigne et récolte le raisin, au rythme des saisons. Son travail de taille est important car il conditionne la qualité de la récolte des raisins. Il supervise et participe aux vendanges. Une fois le raisin récolté, il faut le vendre et l’acheminer vers une cave coopérative, un vigneron ou un négociant.
C’est cette image qu’utilise Saint Jean ici. Jésus est la vigne et son père le vigneron, ou plus exactement il est à la fois le viticulteur et le vigneron : celui qui entretien la vigne et celui qui en transforme le fruit. Il arrache les anciennes vignes, replante de nouvelles, taille, traite, coupe les sarments qui ne portent pas de fruit.

J’aime me dire que le viticulteur travaille essentiellement à l’extérieur. C’est pour moi une invitation à sortir de mon petit confort, à aller aux périphéries. Son travail est physique et s’adapte aux cycles de la vigne et aux saisons. Invitation à m’ouvrir au Seigneur sans tout maîtriser et entendre ses appels. Au-delà de ses connaissances en agronomie, le bon viticulteur doit aussi posséder une bonne connaissance du terrain. Il lui faut être patient et capable de gérer les coups durs et le stress liés aux conditions climatiques.
Le Père est le viticulteur et le vigneron : c’est lui qui transforme la vigne en vin. Celui qui demeure en lui et qui écoute sa Parole portera beaucoup de fruit et sera pour lui un disciple.
N’attendez pas la fin de l’été pour laisser le Père faire son œuvre en vous !

(Source: Signe dans la Bible)

Vendredi 17 JUILLET 2015, éléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

SAINT ALEXIS, qui êtes-vous ?


Confesseur, pèlerin et mendiant 
(† 404)


        Saint Alexis fut un rare modèle de mépris du monde. Fils unique d'un des plus illustres sénateurs de Rome nommé Euphémien, il reçut une éducation brillante et soignée.

        L'exemple de ses parents apprit au jeune Alexis que le meilleur usage des richesses consistait à les partager avec les pauvres.

Cédant aux désirs de sa famille, le jeune Alexis dut choisir une épouse.

Mais le jour même de ses noces, se sentant pénétré du désir d'être uniquement à Dieu et de l'aimer sans partage, il résolut de s'enfuir secrètement, s'embarqua sur un vaisseau qui se dirigeait vers Laodicée, et gagna la ville d'Edesse.

        Là, distribuant aux indigents tout ce qui lui restait d'argent, il se mit à mendier son pain.

Il passait la plus grande partie de son temps à prier sous le portail du sanctuaire de Notre-Dame d'Edesse, devant une image de la Vierge.

Après dix-sept années passées dans l'abjection et l'oubli le plus total, il plut à Marie de glorifier son serviteur par un éclatant miracle.

Un jour, comme le trésorier de l'église passait sous le porche, l'image de Notre-Dame s'illumina d'une clarté soudaine.

Frappé de ce merveilleux spectacle, le trésorier se prosterna devant la Madone.

La Très Sainte Vierge lui montra Alexis et lui dit : « Allez préparer à ce pauvre un logement convenable.

Je ne puis souffrir qu'un de mes serviteurs aussi dévoué soit délaissé de la sorte. »

        La nouvelle de cette révélation se répandit aussitôt dans la ville.

L'humilité du Saint s'alarma devant les témoignages de vénération dont il était devenu subitement l'objet.

Il quitta donc la ville d'Edesse pour se rendre à Tarse, mais une tempête poussa l'embarcation sur les rivages d'Italie.

L'Esprit-Saint lui inspira l'idée de retourner à Rome, sa ville natale, et de mendier une petite place dans la maison paternelle.

À la requête de l'humble pèlerin, le sénateur Euphémien consentit à le laisser habiter sous l'escalier d'entrée de son palais, lui demandant, en reconnaissance de ce bienfait, de prier pour le retour de son fils disparu.

        Saint Alexis vécut inconnu, pauvre et méprisé, à l'endroit même où il avait été entouré de tant d'estime et d'honneurs.

Tous les jours, il voyait couler les larmes du vieux patricien, il entendait les soupirs d'une mère inconsolable et entrevoyait cette noble fiancée dont la beauté s'était empreinte d'une indicible tristesse.

Malgré ce déchirant spectacle, saint Alexis eut le courage surhumain de garder son secret et de renouveler perpétuellement son sacrifice à Dieu.

        Ce Saint, plus qu'admirable, demeura dix-sept nouvelles années dans le plus complet oubli, vivant caché sous les marches de cet escalier que tous gravissaient pour entrer dans une maison qui était la sienne, en sorte qu'il semblait foulé aux pieds de tous.

Avec une humilité consommée, il subit sans jamais se plaindre, les odieux procédés et les persécutions des valets qui l'avaient servi autrefois avec tant de respect et d'égards.

Saint Alexis passa donc trente-quatre ans dans une âpre et héroïque lutte contre lui-même.

Ce temps écoulé, Dieu ordonna à son serviteur d'écrire son nom et de rédiger l'histoire de sa vie.

Alexis comprit qu'il allait mourir bientôt, et obéit promptement.

        Le dimanche suivant, au moment où le pape Innocent Ier célébrait la messe dans la basilique St-Pierre de Rome, en présence de l'empereur Honorius, tout le peuple entendit une voix mystérieuse qui partait du sanctuaire :

-« Cherchez l'homme de Dieu, dit la voix, il priera pour Rome, et le Seigneur lui sera propice.

Du reste, il doit mourir vendredi prochain. »

        Durant cinq jours, tous les habitants de la ville s'épuisèrent en vaines recherches.

Le vendredi suivant, dans la même basilique, la même voix se fit entendre de nouveau au peuple assemblé :

-« Le Saint est dans la maison du sénateur Euphémien. »

On y courut, et on trouva le pauvre pèlerin, qui venait de mourir.

Quand le Pape eut fait donner lecture du parchemin que le mort tenait en sa main, ce ne fut de toutes parts, dans Rome, qu'un cri d'admiration.

Innocent Ier ordonna d'exposer le corps de saint Alexis à la basilique St-Pierre, pendant sept jours.

Ses funérailles eurent lieu au milieu d'un immense concours de peuple.



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

 
Vendredi 17 JUILLET 2015, éléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

UNE PRIERE POUR COMMENCER LA JOURNEE

Seigneur, donnez-moi d'accueillir paisiblement tout ce que cette journée va m'apporter. 

Apprenez-moi à m'abandonner pleinement à votre volonté. 

Seigneur, à tout moment et en tout, instruisez-moi et soutenez-moi. 

Faites-moi connaître votre volonté, pour moi et pour ceux qui m'entourent.

Quelles que soient les nouvelles au cours de cette journée, donnez-moi de les recevoir dans la paix et avec une ferme conviction que votre sainte volonté se manifeste en toute chose. 

Seigneur, grand, miséricordieux, dans toutes mes actions et paroles, guidez mes pensées et mes sentiments, en toutes circonstances imprévues, ne me permettez pas d'oublier que tout vient de vous.

Seigneur, apprenez-moi à être juste vis-à-vis de mon prochain, sans attrister ni troubler personne.

Accordez-moi de supporter la fatigue de toute cette journée et tout événement qui adviendrait en son cours.

Conduisez ma volonté, apprenez-moi à prier et à aimer tous mes frères sincèrement.

 

 

(Cette prière fut récitée par les moines de l'ermitage d'Optino, le haut lieu du renouveau spirituel orthodoxe dans la Russie du XIXe siècle. Des écrivains célèbres tels que Gogol, Tolstoï, Soloviev et Dostoïevski se rendirent à Optino.)

 

 

 

Comment un  Chrétien est évalué

 
 

La mer met le bon capitaine à l'épreuve.
L'athlète se dévoile dans le stade.
Le général est évalué sur le champs de bataille.
Et le Chrétien se mesure à sa résistance aux tentations.


Ancien Amphilokios Makris

 

 

Ô Trinité Une

Ô dominateur tout puissant,

Ô Trinité Une

Père, Fils, Saint Esprit qui êtes en toutes choses,

qui étiez éternellement avant toutes choses,

qui serez quand toutes choses ne seront plus,

je remets mon âme entre vos mains afin que Vous en soyez le gardien, 

nuit et jour, à toute heure, à tout instant.

Ô Dieu fort,

ô Dieu béni dans tous les siècles, Dieu de toute créature, Trinité Sainte,

soyez toujours mon refuge.

Vendredi 17 JUILLET 2015, éléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 12,1-8.

En ce temps-là, un jour de sabbat, Jésus vint à passer à travers les champs de blé ; ses disciples eurent faim et ils se mirent à arracher des épis et à les manger.
Voyant cela, les pharisiens lui dirent : « Voilà que tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire le jour du sabbat ! »
Mais il leur dit : « N’avez-vous pas lu ce que fit David, quand il eut faim, lui et ceux qui l’accompagnaient ?
Il entra dans la maison de Dieu, et ils mangèrent les pains de l’offrande ; or, ni lui ni les autres n’avaient le droit d’en manger, mais seulement les prêtres.
Ou bien encore, n’avez-vous pas lu dans la Loi que le jour du sabbat, les prêtres, dans le Temple, manquent au repos du sabbat sans commettre de faute ?
Or, je vous le dis : il y a ici plus grand que le Temple.
Si vous aviez compris ce que signifie : Je veux la miséricorde, non le sacrifice,
vous n’auriez pas condamné ceux qui n’ont pas commis de faute. En effet, le Fils de l’homme est maître du sabbat. »

Vendredi 17 JUILLET 2015, éléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

Par St Augustin

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
Sermon 155, 6 


 

La nouvelle Loi est « écrite non sur des tables de pierre, mais sur les cœurs » ( 2 Co 3,3)

 

      Considérez, mes frères, le grand mystère de l'harmonie et de la différence des deux Lois et des deux peuples.

Le peuple ancien célébrait la Pâque non dans la pleine lumière, mais dans l'ombre de ce qui devait venir (Col 2,17), et cinquante jours après la célébration de la Pâque..., Dieu lui a donné la Loi écrite de sa main sur le mont Sinaï...

Dieu est descendu sur le mont Sinaï au milieu du feu, frappant d'épouvante le peuple qui se tenait au loin et il a écrit la Loi, de son doigt, sur la pierre et non dans le cœur (Ex 31,18).

Au contraire, lorsque l'Esprit Saint est descendu sur la terre, les disciples étaient tous ensemble en un même lieu, et au lieu de les effrayer du haut de la montagne, il est entré dans la maison où ils étaient réunis (Ac 2,1s).

Il se fit bien du haut du ciel un bruit pareil à celui d'un vent violent qui s'approche, mais ce bruit n'a effrayé personne. 


      Vous avez entendu le bruit, voyez aussi le feu ; car, sur la montagne, on distinguait aussi ces deux phénomènes : le bruit et le feu.

Sur le mont Sinaï, le feu était environné de fumée ; ici, au contraire, il est d'une clarté brillante :

« Ils virent apparaître, dit l'Écriture, comme un sorte de feu qui se partageait en langues ».

Était-ce un feu qui provoquait la peur ?

Pas du tout : « Ces langues se posèrent sur chacun d'eux »... Écoutez cette langue qui parle, et comprenez que c'est l'Esprit qui écrit, non sur la pierre, mais dans le cœur.

Ainsi donc « la Loi de l'Esprit de vie », écrite dans le cœur et non sur la pierre, cette Loi de l'Esprit de vie qui est en Jésus Christ en qui la Pâque a été célébrée en toute vérité (1Co 5,7), « vous a délivrés de la Loi du péché et de la mort » (Rm 8,2).   

 

LA JOIE DE DIEU

Mais au-delà et au-dessus de la douleur et de la joie de l’être aimé, il y a cette joie infiniment pure, cette joie qui est le sommet du don, qui est la joie d’aimer, la joie de donner, qui est la joie de Dieu.

La joie de Dieu, ce n’est pas la joie de tout posséder, mais c’est la joie de ne rien posséder, c’est la joie d’une évacuation infinie, éternelle, c’est la joie d’une charité qui ne veut rien pour soi, c’est la joie du don, et cette joie du don est compatible avec la compassion.

On ne conçoit pas que Dieu nous aime, qu’il veuille le bonheur, qu’il veuille la joie de l’homme et qu’il ne soit pas crucifié par la peine de l’homme .


Maurice Zundel 
Inédit, publié dans le bulletin de l’Association des amis de M. Zundel  Présence de Maurice Zundel.

 

Vendredi 17 JUILLET 2015, éléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

Partager cet article

Repost0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille

Recherche

Articles Récents

Liens