Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 10:17
Avant notre naissance, personne ne nous a demandé si nous voulions naître dans telle ou telle nation, de tels ou tels parents, dans l'une ou l'autre atmosphère spirituelle. Nous ne méritons ni blâme ni louange pour tout cela. Mais croyez-moi, cela dépend de nous, si nous vivons et agissons en hommes justes ou mauvais. Dès lors, soyons bons en tous temps et en tous lieux. Patriarche Pavle de Serbie

Avant notre naissance, personne ne nous a demandé si nous voulions naître dans telle ou telle nation, de tels ou tels parents, dans l'une ou l'autre atmosphère spirituelle. Nous ne méritons ni blâme ni louange pour tout cela. Mais croyez-moi, cela dépend de nous, si nous vivons et agissons en hommes justes ou mauvais. Dès lors, soyons bons en tous temps et en tous lieux. Patriarche Pavle de Serbie

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 4,1-6.

Mes frères, je vous prie instamment, moi qui suis prisonnier dans le Seigneur, d'avoir une conduite digne de la vocation à laquelle vous avez été appelés,
en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant mutuellement avec charité,
vous efforçant de conserver l'unité de l'esprit par le lien de la paix.
Il n'y a qu'un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés par votre vocation à une même espérance.
Il n'y a qu'un Seigneur, une foi, un baptême,
un Dieu, Père de tous, qui est au-dessus de tous, qui agit par tous, qui est en tous.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 22,34-46.

En ce temps-là, des Pharisiens vinrent à Jésus.
Et l'un d'eux, docteur de la loi, lui demanda pour l'embarrasser :
" Maître, quel est le plus grand commandement de la Loi ? "
Il lui dit : " Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit.
C'est là le plus grand et le premier commandement.
Un second lui est égal : Tu aimeras ton proche comme toi-même.
En ces deux commandements tient toute la Loi, et les Prophètes. "
Les Pharisiens étant rassemblés, Jésus leur fit cette question :
" Que pensez-vous du Christ ? De qui est-il fils ? " Ils lui disent : " De David. —
Comment donc, leur dit-il, David inspiré par l'Esprit l'appelle-t-il Seigneur, quand il dit :
Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que j'aie mis tes ennemis sous tes pieds ?
Si donc David l'appelle Seigneur, comment est-il son fils ? "
Et nul ne pouvait lui répondre mot, et, depuis ce jour, personne n'osa plus l'interroger.

Les mers s'assèchent, les montagnes s'effondrent, mais la gloire du Christ demeure éternellement. Saint Gabriel (Urgebadze)

Les mers s'assèchent, les montagnes s'effondrent, mais la gloire du Christ demeure éternellement. Saint Gabriel (Urgebadze)

Par Saint Clément d'Alexandrie

(150-v. 215), théologien 
Homélie « Quel riche peut être sauvé ? » (trad. coll. Icthus, vol. 6, p. 42 rev.) 


 

Les deux commandements

 

      Lorsqu'on a demandé au Maître quel était le plus grand des commandements, il a répondu :

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ta force. Il n'est pas de plus grand commandement ».

Je le crois, puisqu'il concerne l'être essentiel et premier, Dieu notre Père, par qui tout a été fait, tout demeure, et à qui reviendront tous ceux qui seront sauvés.

C'est lui qui nous a aimés le premier, qui nous a fait naître ; il serait sacrilège de penser qu'il existe un être plus ancien et plus sage.

Notre reconnaissance est infime comparée à ses immenses bienfaits, mais nous ne pouvons lui en offrir d'autre témoignage, lui qui est parfait et qui n'a besoin de rien.

Aimons notre Père de toute notre force et de toute notre ferveur et nous acquerrons l'immortalité.

Plus on aime Dieu, plus notre nature se mêle et se confond avec la sienne. 


      Le deuxième commandement, dit Jésus, ne le cède en rien au premier :

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même ».

Lorsque le docteur de la Loi demande à Jésus :

« Et qui est mon prochain ? » (Lc 10,29), celui-ci ne lui répond pas par la définition juive du prochain - le parent, le concitoyen, le prosélyte, l'homme qui vit sous la même loi ; mais il raconte l'histoire d'un voyageur qui descendait de Jérusalem à Jéricho.

Blessé par des larrons, cet homme a été soigné par un Samaritain, qui « s'est montré son prochain » (v. 36). 


      Et qui est davantage mon prochain que le Sauveur ?

Qui nous a pris davantage en pitié lorsque les puissances des ténèbres nous avaient abandonnés et blessés de coups ?

Seul Jésus a su guérir nos plaies et extirper les maux enracinés en nos cœurs.

C'est pourquoi nous devons l'aimer autant que Dieu.

Et aimer le Christ Jésus c'est accomplir sa volonté et garder ses commandements.

 

LA DIMENSION SOCIALE DE L’ÉGLISE

Les commandements –

« Toi aussi fais de même », dit le Christ (Bon Samaritain). Il n’y a pas de bien ou de « bonnes œuvres » en soi, qui serviraient à justifier le chrétien devant Dieu et devant la Société : cela découle de la volonté divine et de la personne du Christ qui dit : « les pauvres vous en aurez toujours, mais Moi vous ne m’aurez pas toujours » (Mat. 26, 11). L’action sociale n’est pas une fin en soi : son but est de manifester la miséricorde divine et de faire connaître aux hommes la bonté de leur Seigneur et Roi. L’amour des pauvres, des isolés, des malades, des personnes âgées n’est autre chez les chrétiens que l’amour du Christ lui-même pour ces personnes : « tout ce que vous avez fait au plus petit d’entre vous, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mat. 25, 31-46). Le Christ est le centre de toute action caritative et Il est également Celui qui accueille cette action, qui la bénit et qui lui donne le sceau divin de sa propre personne. L’action « charitable » manifeste dans le monde les signes du Royaume.

Traditionnelle

La charité active a caractérisé l’Église depuis l’origine : tous les grands saints que nous montrent les icônes ou les peintures murales de nos églises ont été des personnes immensément charitables. Pendant des siècles, l’enseignement des enfants et des adultes, le soin des malades et des sans abri, ont été assumés par la communauté ecclésiale. Saint Basile de Césarée, saint Jean Chrysostome ont continuellement prêché par l’exemple. Les Constitutions apostoliques prescrivent aux diacres de s’enquérir chaque jour des besoins qui peuvent être connus sur le territoire du diocèse. Saint Germain de Paris, comme d’autres, consacrait une bonne partie de son temps et des ressources de son diocèse à assumer les prisonniers, obtenant souvent qu’ils soient libérés afin d’en prendre personnellement la charge.

La dictature bolchévique

Pendant cette période, l’Église ne pouvait pas accomplir sa mission sociale. Sa liberté était réduite à la liberté « cultuelle », sans parler des pays comme la Russie où elle était purement et simplement hors-la-loi. Dans la plupart des pays de l’Est, il était interdit aux prêtres de se rendre dans les hôpitaux auprès des malades ou d’organiser des institutions caritatives. Cette interdiction constituait une subtile forme de persécution puisqu’elle tendait à disqualifier l’institution ecclésiale. Du reste, l’idéologie issue des Lumières occidentales prétendait qu’il n’est pas besoin de Dieu, de religion ou de foi pour faire le bien. Cette idée est fausse puisque Dieu est la source de tout bien, de tout ce qui est bon, beau et généreux, quoiqu’Il rende l’être humain responsable de sa mise en œuvre à partir de l’inspiration qu’Il lui en donne. L’action caritative et sociale est une synergie divino humaine.

Le renouveau

Depuis la fin du système stalinien l’Église retrouve cette possibilité et développe l’action caritative suivant le commandement du Christ. Dans l’Église roumaine, les évêques des divers diocèses ont organisé des foyers de jeunes, des dispensaires, des boulangeries pour les nécessiteux, la présence dans les hôpitaux, la formation des jeunes à l’action sociale dans les séminaires et les facultés de théologie. Le Saint-Synode a développé un important budget pour mettre en œuvre ces actions. En Europe occidentale, l’Église coopère généralement avec les institutions civiles qui font un si bon travail d’inspiration finalement évangélique.

La dimension caritative de la communauté chrétienne, bien qu’elle soit simplement la manifestation de l’amour du prochain, n’est pas encore assez développée dans les diocèses et dans les paroisses. Mais ceux-ci mettent de plus en plus en œuvre des associations caritatives afin de stimuler et de soutenir l’application de ce commandement. Les jeunes de nos paroisses, notamment, sont sensibles au fait que la foi chrétienne soit mise en application concrète, et ils sont généralement prêts à y participer.

(Source "Sagesse Orthodoxe")

Jésus, Unique Pasteur, Vous seul êtes le Vrai Berger : Envoyez Votre Esprit aux personnes sur lesquelles Vous avez  imposé les mains afin qu’elles puissent guider Votre Eglise sur Vos pas vers la maison du Père. Vous seul connaissez Vos brebis : Façonnez à Votre image ceux que Vous avez choisis pour mener Votre peuple. Comblez leur cœur de Votre amour obéissant afin qu’à leur tour, ils servent Votre troupeau toute leur vie et ne se servent de lui à des fins personnelles! Vous, qui donnez Votre vie à Vos brebis : Que les dirigeants de tous les pays ne mettent pas avant  leurs intérêts personnels mais le bien commun du pays ! Qu’ils sachent servir la communauté humaine ! Qu’ils évitent toutes guerres entre les peuples ! Vous qui venez chercher les brebis perdus Que les paroissiens essaient de s’écouter les uns les autres ! Qu’ils s’approchent des frères et sœurs s'éloignant de la communauté pour mille raisons différentes ! Qu'ils ne transforment pas leur paroisse en un ghetto ! Vous  qui soignez les brebis blessées Que la vie des quartiers soit vraiment fraternelle ! Que chacun et chacune ait un regard attentif sur son voisin ! Vous qui continuez à appeler les brebis au service de l’amour … Brûlez le cœur des jeunes avec du feu de l’amour divin, donnez leur du courage pour qu’ils puissent répondre par un don total : et se consacrent au service de Votre Eglise ! Dieu Père miséricordieux, recevez toutes nos demandes en ce jour pour les  vocations.  Que nous écoutions la voix du Bon Berger pour aller vers les prairies verdoyantes au bord des ruisseaux limpides !  Par Votre Fils, Jésus Christ, notre Seigneur qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit  pour les siècles des siècles. Amîn

Jésus, Unique Pasteur, Vous seul êtes le Vrai Berger : Envoyez Votre Esprit aux personnes sur lesquelles Vous avez imposé les mains afin qu’elles puissent guider Votre Eglise sur Vos pas vers la maison du Père. Vous seul connaissez Vos brebis : Façonnez à Votre image ceux que Vous avez choisis pour mener Votre peuple. Comblez leur cœur de Votre amour obéissant afin qu’à leur tour, ils servent Votre troupeau toute leur vie et ne se servent de lui à des fins personnelles! Vous, qui donnez Votre vie à Vos brebis : Que les dirigeants de tous les pays ne mettent pas avant leurs intérêts personnels mais le bien commun du pays ! Qu’ils sachent servir la communauté humaine ! Qu’ils évitent toutes guerres entre les peuples ! Vous qui venez chercher les brebis perdus Que les paroissiens essaient de s’écouter les uns les autres ! Qu’ils s’approchent des frères et sœurs s'éloignant de la communauté pour mille raisons différentes ! Qu'ils ne transforment pas leur paroisse en un ghetto ! Vous qui soignez les brebis blessées Que la vie des quartiers soit vraiment fraternelle ! Que chacun et chacune ait un regard attentif sur son voisin ! Vous qui continuez à appeler les brebis au service de l’amour … Brûlez le cœur des jeunes avec du feu de l’amour divin, donnez leur du courage pour qu’ils puissent répondre par un don total : et se consacrent au service de Votre Eglise ! Dieu Père miséricordieux, recevez toutes nos demandes en ce jour pour les vocations. Que nous écoutions la voix du Bon Berger pour aller vers les prairies verdoyantes au bord des ruisseaux limpides ! Par Votre Fils, Jésus Christ, notre Seigneur qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles des siècles. Amîn

Saint Silouane l'Athonite, qui êtes-vous ?
Moine du Mont Athos 
(1866-1938)

 

Syméon Ivanovitch Antonov était un robuste charpentier d'un village de Russie centrale. D'une vigueur peu commune, il était affligé d'un caractère violent et querelleur. À 26 ans, tout change. Le paysan rustique et sensuel entend la voix de la Mère de Dieu qui l'appelle à revenir à lui-même. Il se met en route pour l'Athos.

Celui qui est devenu frère Silouane connaît tout d'abord une grande joie : celle de qui a trouvé sa place sur terre. Mais cette euphorie des premiers jours ne dure pas. Silouane va connaître, au monastère, des tentations alternées d'orgueil et de désespoir : désespoir de constater que l'orgueil lui colle à la peau et qu'il ne peut s'en défaire. L'épreuve est si longue et si dure qu'il en arrive à se croire condamné, damné même. C'est alors que le Christ lui apparaît et lui dit : « Tiens ton âme en enfer et ne désespère pas. »

Silouane a compris que si bas qu'il puisse descendre, Jésus est là. Il vivra désormais dans la douceur et la prière continuelle, priant pour le monde entier et semant la paix autour de lui, jusqu'à sa mort.

Silouane a été canonisé par le patriarche de Constantinople (Église orthodoxe) le 26 novembre 1987.

« Où es-Tu, ô ma lumière ? 
Je Te cherche avec des larmes. Tu as eu pitié de moi et Tu m'as montré ton visage. 
Maintenant mon âme a soif de Toi, mon Dieu ! 
Comme un enfant qui a perdu sa maman, 
elle pleure vers Toi jour et nuit et ne trouve pas la paix. »

(Saint Silouane - Écrits spirituels)

Le don des larmes[1]

 Starets Silouane écrit :

Je suis abominable, le Seigneur le sait ; mais j'aime humilier mon âme et aimer mon prochain, même quand il m'a offensé. Je supplie continuellement le Seigneur de me donner l'amour des ennemis. Par la miséricorde de Dieu, j'ai saisi ce qu'est l'amour de Dieu et l'amour du prochain. Jour et nuit, je demande au Seigneur cet amour ; le Seigneur me donne des larmes et je pleure pour le monde entier. Mais si je juge quelqu'un ou le regarde de travers, les larmes tarissent et mon âme tombe dans l'abattement ; et, de nouveau, je commence à demander pardon au Seigneur, et le Seigneur miséricordieux me pardonne à moi, pécheur.

 

Bienheureuse l'âme qui aime son frère, car notre frère est notre propre vie[2].

 Starets Silouane écrit :

Bienheureuse l'âme qui aime son frère : elle sent en elle la présence de l'Esprit du Seigneur ; Il lui donne paix et joie, et elle pleure pour le monde entier.

 

Mon âme s'est souvenue de l'amour du Seigneur, et mon cœur s'est réchauffé. Mon âme s'est abandonnée à une profonde lamentation, car j'ai offensé le Seigneur, mon Créateur bien-aimé. Mais Il ne s'est pas souvenu de mes péchés ; alors mon âme s'est abandonnée à une lamentation encore plus profonde pour que le Seigneur ait pitié de chaque âme et la prenne dans son Royaume céleste.

 


[1] Archimandrite Sophrony, Starets Silouane, moine du mont Athos, Vie - Doctrine - Ecrits - Edition Présence, Belley, 1982, p. 332-333.

[2] Archimandrite Sophrony, Starets Silouane, moine du mont Athos, Vie - Doctrine - Ecrits - Edition Présence, Belley, 1982, p. 339.

Source : http://www.mariedenazareth.com/

Donne la paix à notre terre Ô Mère de miséricorde, nous confions à ton cœur et à ton amour le peuple entier et l'Église de cette terre. Garde-nous de toute injustice, de toute division, de toute violence et de toute guerre. Garde-nous de la tentation et de l'esclavage du péché et du mal. Sois avec nous !  Aide-nous à vaincre le doute par la foi, l'égoïsme par le service, l'orgueil par la mansuétude, la haine par l'amour. Aide-nous à vivre l'Évangile et la folie de la Croix afin de pouvoir ressusciter avec ton Fils à la vraie vie, avec le Père, dans l'unité de l'Esprit Saint.  Ô Mère du Christ, sois notre réconfort et donne force à tous ceux qui souffrent : aux pauvres, à ceux qui sont seuls, aux malades, aux non-aimés, aux abandonnés.  Donne la paix à notre terre divisée; et à tous, la lumière de l'espérance.

Donne la paix à notre terre Ô Mère de miséricorde, nous confions à ton cœur et à ton amour le peuple entier et l'Église de cette terre. Garde-nous de toute injustice, de toute division, de toute violence et de toute guerre. Garde-nous de la tentation et de l'esclavage du péché et du mal. Sois avec nous ! Aide-nous à vaincre le doute par la foi, l'égoïsme par le service, l'orgueil par la mansuétude, la haine par l'amour. Aide-nous à vivre l'Évangile et la folie de la Croix afin de pouvoir ressusciter avec ton Fils à la vraie vie, avec le Père, dans l'unité de l'Esprit Saint. Ô Mère du Christ, sois notre réconfort et donne force à tous ceux qui souffrent : aux pauvres, à ceux qui sont seuls, aux malades, aux non-aimés, aux abandonnés. Donne la paix à notre terre divisée; et à tous, la lumière de l'espérance.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,7-9.

En ce temps-là, Hérode, qui était au pouvoir en Galilée, entendit parler de tout ce qui se passait et il ne savait que penser. En effet, certains disaient que Jean le Baptiste était ressuscité d’entre les morts.
D’autres disaient : « C’est le prophète Élie qui est apparu. » D’autres encore : « C’est un prophète d’autrefois qui est ressuscité. »
Quant à Hérode, il disait : « Jean, je l’ai fait décapiter. Mais qui est cet homme dont j’entends dire de telles choses ? » Et il cherchait à le voir.

Vierge Marie,  notre Dame de la Pentecôte,  Toi, la Fille de notre Père du Ciel,  Toi, la Mère du Fils Unique,  Toi, l' Epouse du Saint-Esprit,  nous nous tournons en toute confiance vers Toi,  car nous savons que, depuis les débuts de l' Eglise et  jusqu' à ce jour, Tu es là, au milieu des disciples de Jésus,  afin qu' ils s' ouvrent pleinement à l' Esprit de sainteté pour être  consacrés témoins du Christ et de Son Evangile.  O Marie,  notre Dame de la Pentecôte,  implore pour nous tous les Dons et les Fruits de l' Esprit  afin que jaillissent de nos coeurs et de nos vie,  "l' Amour, la Joie, la Paix, la Patience, la Bonté, la Bienveillance,  la Foi, la Douceur et la maîtrise de nous-mêmes" (Galates 5, 22).  Toi, la Vierge du Cénacle,  apprends-nous à centrer toute notre existence sur le Christ,  Chemin, Vérité et Vie :  que rien n' arrache de notre coeur cette certitude que la Grâce de Dieu,  chaque fois qu' elle rencontre des hommes de bonne volonté, peut  "renouveler la face de la terre" (Psaume 104, 30).    Toi, la "Virgo orans", la Vierge priante,  accorde à l' Eglise de ce temps d' être "moins "essoufflée" par les activités et  davantage consacrée à la prière" (Pape Benoit XVI. Homélie du 31 mai 2009).  O Marie,  notre Dame de la Pentecôte,  Mère de l' Eglise,  prie pour nous et prie avec nous :  garde-nous dans la Joie de la Foi  au Dieu Vivant et Vrai,  Lui,  le Père,  le Fils et  le Saint-Esprit.  Amen.    ( Abbé Jean-Bernard Hayet,  curé de la paroisse saint Joseph des Falaises-Bidart.  Pentecôte 2011.)

Vierge Marie, notre Dame de la Pentecôte, Toi, la Fille de notre Père du Ciel, Toi, la Mère du Fils Unique, Toi, l' Epouse du Saint-Esprit, nous nous tournons en toute confiance vers Toi, car nous savons que, depuis les débuts de l' Eglise et jusqu' à ce jour, Tu es là, au milieu des disciples de Jésus, afin qu' ils s' ouvrent pleinement à l' Esprit de sainteté pour être consacrés témoins du Christ et de Son Evangile. O Marie, notre Dame de la Pentecôte, implore pour nous tous les Dons et les Fruits de l' Esprit afin que jaillissent de nos coeurs et de nos vie, "l' Amour, la Joie, la Paix, la Patience, la Bonté, la Bienveillance, la Foi, la Douceur et la maîtrise de nous-mêmes" (Galates 5, 22). Toi, la Vierge du Cénacle, apprends-nous à centrer toute notre existence sur le Christ, Chemin, Vérité et Vie : que rien n' arrache de notre coeur cette certitude que la Grâce de Dieu, chaque fois qu' elle rencontre des hommes de bonne volonté, peut "renouveler la face de la terre" (Psaume 104, 30). Toi, la "Virgo orans", la Vierge priante, accorde à l' Eglise de ce temps d' être "moins "essoufflée" par les activités et davantage consacrée à la prière" (Pape Benoit XVI. Homélie du 31 mai 2009). O Marie, notre Dame de la Pentecôte, Mère de l' Eglise, prie pour nous et prie avec nous : garde-nous dans la Joie de la Foi au Dieu Vivant et Vrai, Lui, le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Amen. ( Abbé Jean-Bernard Hayet, curé de la paroisse saint Joseph des Falaises-Bidart. Pentecôte 2011.)

Par Saint Irénée de Lyon

(v. 130-v. 208), évêque, théologien et martyr 
Contre les Hérésies, livre IV, 20, 5 ; SC 100 (trad. SC p. 639s) 


 

Hérode cherchait à voir Jésus

 

      Les prophètes annonçaient d'avance que Dieu serait vu des hommes, conformément à ce que dit aussi le Seigneur : « Bienheureux les cœurs purs, parce qu'ils verront Dieu » (Mt 5,8).

Certes, selon sa grandeur et sa gloire inexprimable,

« nul ne verra Dieu et vivra » (Ex 33,20),

car le Père est insaisissable.

Mais selon son amour, sa bonté envers les hommes et sa toute puissance, il va jusqu'à accorder à ceux qui l'aiment le privilège de voir Dieu — ce que, précisément, prophétisaient les prophètes — car « ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu » (Lc 18,27). 


      Par lui-même, en effet, l'homme ne pourra jamais voir Dieu ; mais Dieu, s'il le veut, sera vu des hommes, de ceux qu'il veut, quand il veut et comme il veut.

Car Dieu peut tout : vu autrefois par l'entremise de l'Esprit selon le mode prophétique, puis vu par l'entremise du Fils selon l'adoption, il sera vu encore dans le Royaume des cieux selon la paternité, l'Esprit préparant d'avance l'homme pour le Fils de Dieu, le Fils le conduisant au Père, et le Père lui donnant l'incorruptibilité et la vie éternelle, qui résultent de la vue de Dieu pour ceux qui le voient.

Car, de même que ceux qui voient la lumière sont dans la lumière et participent à sa splendeur, de même ceux qui voient Dieu sont en Dieu et participent à sa splendeur.

Or, vivifiante est la splendeur de Dieu.

Ils auront donc part à la vie, ceux qui voient Dieu.

 

Jeudi 24 SEPTEMBRE 2015. Eléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille Spiritualité Chrétienne Tradition Syriaque

Recherche

Liens