Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 07:30
« Si tu dis qu'il n'y a pas de persécution ouverte, je te réponds qu'il y a une persécution cachée.   L'inquisition (des hérétiques) persécute ta foi ?   Confesse donc notre Seigneur sans que l'inquisition t'en empêche, car la persécution des rois n'est pas aussi mauvaise que celle des inquisiteurs ; les durs ongles de fer ne sont pas terribles comme les hérésies, ni l'arrachement de la peau comme la chicane, ni la décapitation comme les doutes d'esprit.(St Ephrem)

« Si tu dis qu'il n'y a pas de persécution ouverte, je te réponds qu'il y a une persécution cachée. L'inquisition (des hérétiques) persécute ta foi ? Confesse donc notre Seigneur sans que l'inquisition t'en empêche, car la persécution des rois n'est pas aussi mauvaise que celle des inquisiteurs ; les durs ongles de fer ne sont pas terribles comme les hérésies, ni l'arrachement de la peau comme la chicane, ni la décapitation comme les doutes d'esprit.(St Ephrem)

Livre de l'Apocalypse 1,1-5.

En ces jours-là, Dieu a découvert ce qui devait arriver bientôt, et l'a fait connaître par l'envoi de son ange à son serviteur Jean,
qui a attesté la parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ en tout ce qu'il a vu.
Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de cette prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites, car le temps est proche !
Jean aux sept Eglises qui sont en Asie : grâce et paix vous soient données de la part de Celui qui est, qui était et qui vient, et de la part des sept esprits qui sont devant son trône, et de la part de Jésus-Christ ;
c'est le Témoin fidèle, le Premier-né d'entre les morts et le Prince des rois de la terre.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 18,1-10.

En ce temps-là, les disciples s'approchèrent de Jésus, et lui dirent : Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux ?
Alors ayant fait venir un enfant, il le plaça au milieu d'eux
et dit : Je vous le dis, en vérité, si vous ne changez et ne devenez comme les enfants, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux.
Celui donc qui se fera humble comme ce petit enfant est le plus grand dans le royaume des cieux.
Et celui qui reçoit en mon nom un enfant comme celui-ci, c'est moi qu'il reçoit.
Mais celui qui scandalisera un de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu'on lui suspende une meule à âne autour du cou et qu'on le précipite au fond de la mer.
Malheur au monde à cause des scandales ! C'est une nécessité qu'il arrive des scandales ; mais malheur à l'homme par qui le scandale arrive !
Si ta main ou ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le et jette-le loin de toi : il vaut mieux pour toi entrer dans la vie manchot ou boiteux, que d'être jeté, ayant deux mains ou deux pieds, dans le feu éternel.
Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; il vaut mieux pour toi entrer borgne dans la vie, que d'être jeté, ayant deux yeux, dans la géhenne du feu.
Prenez garde de mépriser aucun de ces petits, car je vous dis que leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est dans les cieux.

La haine te persécute ? Montre de la charité. L'envie te persécute ? Montre de la douceur. La concupiscence te persécute ? Sois parfaitement chaste. Et de même, si l'injustice te persécute, montre de la justice. Et si l'argent te persécute, confesse notre Seigneur, le Seigneur de tous.   Tous ces persécuteurs-là persécutaient les confesseurs en temps de paix, et c'est parce qu'ils se distinguèrent grâce à ces persécuteurs cachés qu'ils furent couronnés ouvertement par les persécuteurs. Exerce-toi contre ceux qui ne se voient pas, afin que tu puisses résister à ceux qui se voient.   Si les persécuteurs qui sont en toi ont le dessus, comment penses-tu vaincre ceux du dehors ? » (St Ephrem dans le Codex Barberinus XIV , paroles de saint Ephrem à propos de la fin du monde, et la plénitude de l'Univers, et de la Tribulation de l'Organisation des Nations).

La haine te persécute ? Montre de la charité. L'envie te persécute ? Montre de la douceur. La concupiscence te persécute ? Sois parfaitement chaste. Et de même, si l'injustice te persécute, montre de la justice. Et si l'argent te persécute, confesse notre Seigneur, le Seigneur de tous. Tous ces persécuteurs-là persécutaient les confesseurs en temps de paix, et c'est parce qu'ils se distinguèrent grâce à ces persécuteurs cachés qu'ils furent couronnés ouvertement par les persécuteurs. Exerce-toi contre ceux qui ne se voient pas, afin que tu puisses résister à ceux qui se voient. Si les persécuteurs qui sont en toi ont le dessus, comment penses-tu vaincre ceux du dehors ? » (St Ephrem dans le Codex Barberinus XIV , paroles de saint Ephrem à propos de la fin du monde, et la plénitude de l'Univers, et de la Tribulation de l'Organisation des Nations).

Lu dans L'Imitation de Jésus Christ,

traité spirituel de la Tradition Occidentale (Thomas Akempis) du 15e siècle 
Livre II, ch. 2 et 3 (trad. cf bréviaire 3e mar. Avent) 


 

« Celui qui se fera humble comme ce petit enfant est le plus grand dans le royaume des cieux. »

 

Quand un homme reconnaît humblement ses défauts, il apaise facilement les autres et gagne facilement ceux qui sont en colère contre lui. 
Dieu protège et délivre l'homme humble ; il l'aime et le console ; il se penche vers lui.

À celui qui est humble il accorde sa grâce en abondance ; après son abaissement il l'élève à la gloire. 
À celui qui est humble il dévoile ses secrets, il l'attire et l'invite doucement à lui. 
Les affronts ne troublent pas la paix de l'homme humble, parce qu'il s'appuie sur Dieu et non pas sur le monde... 

Commence par te garder toi-même en paix, et alors tu pourras la donner aux autres. 
Un homme pacifique est plus utile qu'un homme instruit. 
Un homme passionné change le bien en mal et croit facilement le mal. 
Un homme bon et pacifique change tout en bien. 
Celui qui est vraiment en paix ne soupçonne personne. 
Mais celui qui est mécontent et troublé se laisse agiter par mille soupçons ; il ne se sent jamais tranquille et ne laisse pas non plus les autres en repos.

Il dit souvent ce qu'il ne devrait pas dire et néglige ce qu'il a à faire. 
Il est attentif aux devoirs des autres et manque à ses propres obligations. 
Commence donc par être zélé pour toi-même et alors tu auras le droit d'étendre ton zèle jusqu'à ton prochain.

 

Par la permission du Dieu Saint, qu’il [l'Antéchrist] recevra le pouvoir de tromper le monde, parce que l'impiété aura rempli la terre, et partout toutes sortes d'horreurs seront commises.»    « Une âme courageuse sera nécessaire, pour être en mesure de se préserver au milieu de ces tentations, car si un homme s’avère être un peu négligent, il sera facilement exposé aux agressions et sera capturé par les signes de la bête mal et de la ruse. » (St Ephrem dans le Codex Barberinus XIV , paroles de saint Ephrem à propos de la fin du monde, et la plénitude de l'Univers, et de la Tribulation de l'Organisation des Nations).

Par la permission du Dieu Saint, qu’il [l'Antéchrist] recevra le pouvoir de tromper le monde, parce que l'impiété aura rempli la terre, et partout toutes sortes d'horreurs seront commises.» « Une âme courageuse sera nécessaire, pour être en mesure de se préserver au milieu de ces tentations, car si un homme s’avère être un peu négligent, il sera facilement exposé aux agressions et sera capturé par les signes de la bête mal et de la ruse. » (St Ephrem dans le Codex Barberinus XIV , paroles de saint Ephrem à propos de la fin du monde, et la plénitude de l'Univers, et de la Tribulation de l'Organisation des Nations).

SAINT MICHEL ARCHANGE
et tous les saints Anges

 

 



Avec saint Michel, l'Église, en ce jour, honore tous les bons Anges, dont il a été le chef et le modèle au jour de la révolte de Lucifer et des mauvais anges. D'après nos Saints Livres, ils sont divisés en neuf Choeurs et en trois Hiérarchies: Les Anges, les Archanges et les Vertus; les Puissances, les Principautés et les Dominations; enfin, plus haut encore, les Trônes, les Chérubins et les Séraphins. Leur occupation est de contempler Dieu, de L'aimer, de Le louer et d'exécuter Ses Volontés pour la conduite de l'univers et pour le salut des hommes. Aussi les voyons-nous chargés de différentes missions sur la terre, auprès des personnes, des familles, des paroisses, des diocèses, des royaumes, de l'Église entière.

Ceux dont l'Écriture fait une mention particulière sont, outre saint Michel, l'archange Gabriel, à qui semble avoir été confié le soin de tout ce qui regarde le mystère de l'Incarnation, et l'Archange Raphaël, qui conduisit et ramena si merveilleusement le jeune Tobie. – Saint Michel a été fait non seulement Prince des anges, mais aussi Prince des âmes qui doivent remplir les places demeurées vides par la chute des démons. Son nom marque sa fidélité, car il signifie: Qui est semblable à Dieu!

Les Saints lui attribuent la plupart des apparitions mentionnées dans l'Ancien Testament. C'est lui, disent-ils, qui retint la main d'Abraham prêt à immoler son fils Isaac; c'est lui qui apparut à Josué et le rendit maître de Jéricho par la chute de ses tours et de ses murailles; c'est lui qui dirigea l'arche de Noé par-dessus les eaux du déluge; c'est lui qui lutta contre Jacob et le bénit; c'est lui qui donna la loi à Moïse sur la montagne du Sinaï; qui rendit David victorieux de Goliath et le préserva de la persécution de Saül, etc. Il a été le protecteur de la Synagogue; il est le protecteur de l'Église.

L'Histoire nous rapporte tant de merveilles de cet Ange sublime, qu'on ne peut douter qu'il ne soit, dans les desseins de Dieu, l'un des principaux instruments de Sa puissance et de Sa bonté. L'assistance que la France a souvent reçue de lui le fait regarder comme le protecteur spécial de ce royaume.

 


Prière à Saint Michel Archange

Saint Michel Archange, défendez-nous dans les combats
Soyez notre protecteur contre la méchanceté et les embûches du démon.
Que Dieu lui commande, nous L'en supplions,
et Vous, Prince de la milice céleste, par le pouvoir qui vous a été confié,
précipitez au fond des enfers Satan et les autres esprits mauvais
qui parcourent le monde pour la perte des âmes. Amen.

 


Prière rédigée par le pape Léon XIII,Pape de Rome le 13 octobre 1884.



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

 

 

Saint Michel Archange

 
Voir aussi l'acathiste à Saint Michel: 
 
Михаил Архангел
 
Dès l’origine du monde, depuis l’Ancienne Alliance jusques aux temps qui sont nôtres, le saint Archange Michel est intervenu dans l’histoire des hommes. Investi de la puissance de l’Éternel et sous Sa gouverne, il a toujours terrassé les forces du Malin qui voulaient détruire les fidèles. Dieu l’envoie régulièrement à la rescousse des hommes dans l’Histoire de notre salut, mais nous pouvons, aux temps de la détresse, lorsque nous sommes découragés et sans forces, faire appel à lui en lui adressant une fervente prière.
Son nom signifie en hébreu « Qui est comme Dieu ? ». Et lorsque nous serons par son intercession puissante délivrés de notre épreuve, nous comprendrons qu’il est aussi en vérité le bien nommé… Et nous remercierons le Seigneur de nous avoir donné un protecteur aussi efficace.
 
Le Saint Archange Michel 
dans l’histoire du salut des hommes
 
Grand Archistratège des célestes milices* Nous te supplions indignes que nous sommes* De nous protéger par tes prières* Et de nous garder à l’ombre des ailes de ta gloire immatérielle* Nous qui t’implorons instamment à genoux* O Prince des puissances d’en Haut* Délivre-nous de tout danger.
(Tropaire de l’Archange Saint Michel, Ton 4)
 
En langue hébraïque, Michel [Micaël] est une interrogation qui signifie «Qui est comme Dieu?». Depuis l’origine du monde jusques au temps qui est nôtre, devant les innombrables miracles accomplis par le saint Archange du Seigneur, cette interrogation est en vérité une réponse. Elle clame à tous ceux qui sont gratifiés de ces miracles que le mérite en revient indubitablement à Dieu par l’intermédiaire de Son messager incorporel. 
L’Archange est le prototype parfait de la Sainteté. Dans l’histoire de notre salut, Dieu se manifesta d’abord aux êtres humains par Ses puissances incorporelles, puis par les hommes et les femmes qui s’étaient tellement immergés en Son Amour que l’on ne pouvait que rapporter à Lui toutes leurs actions. 
Depuis toujours, Dieu écoute, entend, comprend, guérit, réconforte, apaise, encourage. Il le fit d’abord avec Ses anges puis par les saints, eux qui voulurent dans la chair et par Sa grâce retrouver Son image et Sa ressemblance. Les anges et les saints accomplissent donc l’œuvre de miséricorde et de salut de Dieu. C’est là, certes, grande merveille, mais la sainteté des incorporels ou celle des hommes, aussi extraordinaires soient-elle, ne sont qu’un pâle reflet de la gloire et de la puissance divines. C’est ce qu’enseignent clairement la parfaite obéissance des saints anges et l’insigne l’humilité des hommes et femmes sanctifiés dans l’Église.
L’Archange saint Michel apparaît dès le premier livre de la Bible à notre Père Abraham et à Agar, sa servante devenue son épouse (Genèse 12). Il est porteur de grand espoir et d’une immense bénédiction avec l’annonce la naissance d’Ismaël. Il est ensuite mandé par Dieu vers Lot pour le prévenir de la destruction de Sodome et l’arracher à l’embrasement qui allait la détruire (Genèse 19). Il intervient pour arrêter le bras de notre père dans la foi Abraham qui allait sacrifier Isaac (Genèse 22). Il sauve Jacob de la mort certaine (Genèse 27, 41). Il aide le peuple hébreu à sortir de l’esclavage d’Egypte et le guide vers la Terre Promise par la nuée le jour et la lueur la nuit (Exode 13, 21). Il se tient devant Balaam, un glaive à la main pour l’empêcher de maudire Israël. Il apparaît à Josué à Jéricho où il se révèle comme chef de l’Armée du Seigneur (Josué 5, 13) Il envoie Gédéon délivrer Israël (Juges 6, 11). Il est le soldat de Dieu obéissant à la perfection, que Dieu arrête lorsqu’Il voit le repentir du saint prophète David et qu’Il épargne pour cela la destruction à Jérusalem (1 Chroniques 21). Il se montre maintes fois au saint prophète Elie dans les Chroniques des Rois. Il est son soutien manifeste et parfait. Il combat les Assyriens et les défait ( 2 Rois 19, 35). Il se tient auprès d’Ananias, d’Azarias et de Misaël qu’un jugement inique a jetés dans la fournaise de Babylone parce qu’ils ne voulaient pas se souiller en adorant une statue faite de main d’homme. Il est auprès de ces trois enfants qui n’ont pas renié le Dieu vivant d’Israël au profit d’une ignoble parodie humaine de sainteté. Il loue le Seigneur avec eux. ( Daniel 3, 92). Il vient dans la fosse où avait été précipité le saint Prophète Daniel, fermer la gueule des lions ( idem 6, 23) Il sauve les saints apôtres, de leurs geôles (Actes 5, 19), va vers Philippe afin qu’il s’approche du chariot de l’Eunuque de la Reine d’Ethiopie et pour le conduire au baptême. (Actes 8, 26). Il guide Corneille le Centenier en marche vers la Lumière, vers l’apôtre Pierre qui l’illuminera par le baptême. Il est auprès de l’apôtre Paul dans sa mission, de saint Jean l’Évangéliste lors de la rédaction de l’Apocalypse. Selon ce livre de Révélation, il doit livrer le dernier combat des forces du Bien contre les puissances du Malin ( Apocalypse 12.7 et sq.). Et c’est lui qui, lors du Jugement Dernier, évaluera nos actes, c’est dire son importance dans l’histoire du salut des hommes.
Depuis les origines de l’Eglise, l’intercession du saint Archange Michel, comme celle des autres anges a été considérée comme une aide spirituelle puissante et efficace dans les temps d’épreuves et de désarroi. La puissance de l’intercession des anges était telle que le Malin induisit en erreur des fidèles et les mena à l’idolâtrie. Ces égarés se séparèrent de l’Église et se perdirent. Ils constituèrent la secte des « angéliques » qui offraient aux anges le culte dû au seul Dieu dans la Trinité. Pour éviter que l’enseignement de la sainte Église soit mêlée à l’erreur, le trente-cinquième canon du Concile de Laodicée ( IVème siècle) a même établi quelle devait être la place des puissances célestes dans la vénération des fidèles. Saint Nicodème l’Aghiorite dans son commentaire de ce canon précise que ce canon n’a pas voulu interdire que les fidèles demandent l’intercession des saints anges, mais les garder de tomber, comme les « angéliques », dans la ctismatolatrie, c’est-à-dire la vénération des êtres créés. (cf Saint Nicodème l’Aghiorite in THE RUDDER(PEDALION), The 60 Canons, p. 567, The Orthodox Christian Educational Society, Chicago, USA, 1957)
A toutes les époques de l’histoire chrétienne, l’Archange Michel a été présent et son secours a remis sur la voie du Dieu Trine ceux qui chancelaient. Lors de ses célébrations la Liturgie orthodoxe répète même les paroles adressées par Saint Michel aux anges qui n’avaient point failli lors du combat contre les anges déchus. « Soyons attentifs ! Tenons-nous droits ! Tenons-nous avec crainte ! ». Et l’Église chante l’hymne des anges au Seigneur qui répondait à l’injonction de l’Archistratège : « Saint, Saint, Saint, Le Seigneur Dieu Sabbaoth. Le ciel et la terre sont emplis de Ta gloire ! »
A Colosses en Phrygie, l’apôtre Jean, prêchant l’Evangile avec Philippe avait prophétisé la venue de l’Archistratège Michel à Chérétopa. Une source jaillit à l’endroit indiqué par le Théologien bien-aimé du Christ. Elle avait de très grands pouvoirs de guérison. Une église fut érigée au dessus de cette source où vécut plus tard un homme originaire de Hiérapolis nommé Archippe qui devint par ascèse et prière et pure grâce de Dieu un grand thaumaturge. L’ennemi du genre humain suscita la fureur et l’hostilité des païens des alentours qui tentèrent à plusieurs reprises d’arrêter le flot de miracles qui coulaient avec la source sur les misères des êtres humains. Par la violence, la ruse et la méchanceté, ils ne réussirent pas à accomplir leur forfait. Ils échouèrent en effet malgré leur tentative de noyer les fidèles dans l’église en détournant le cours de deux rivières qui coulaient plus haut, en captant leurs eaux par un barrage qu’ils rompirent soudain. Le saint Archange apparut alors à Archippe qui priait et debout devant les eaux furieuses et menaçantes, il heurta le sol de son bâton quand elles l’atteignirent. Le roc céda, laissant s’engouffrer les eaux et les déviant de leur course mortelle pour l’église et ses fidèles. Les flots y sont encore à ce jour absorbés par la pierre, comme dans un creuset ou entonnoir. C’est le sens du toponyme « Chonais » ou « Chonè », par lequel on nomma ce lieu de la manifestation de la puissance et de la miséricorde divines par l’intervention miraculeuse de Son saint Archange Michel. Cet événement est solennellement fêté le 6 Septembre dans l’Eglise Orthodoxe et une icône représente le saint Archange arrêtant les flots de son bâton, Saint Archippe se tient debout dans une attitude de prière, les mains levés vers le Ciel d’où l’Archistratège est venu manifester la puissance et la protection de Dieu.
Autrefois, l’occident chrétien célébrait aussi avec grandes cérémonies la fête de saint Michel. En ces temps anciens, les certitudes de la foi n’étaient pas remises en cause et le secours céleste était le recours dans les périodes d’infortunes et de revers. On y enseignait ainsi que les anges intercèdent pour nous et c’était une pratique pieuse répandue que de les invoquer. L’Écriture qui est pour notre foi le fondement et le garant du sérieux et de la légitimité de notre pratique religieuse était invoqué pour légitimer cette intercession des incorporels : « Jacob pria celui avec lequel il avait lutté pendant la nuit de lui donner sa bénédiction. Étant au lit de la mort, il demanda la même grâce pour Ephraïm et Manassès ses petits fils à l’ange qui l’avait conduit et protégé. Si les anges nous donnent leur bénédiction et nous accordent des secours encore plus importants, pouvons-nous douter qu’ils n’adressent à dieu des supplications en notre faveur ? » (cf VIES DES SAINTSD’alban Butler et de Godescard, 29 septembre, Saint Michel, LILLE 1856) Ainsi, saint Michel était particulièrement vénéré au Moyen Age. En témoigne très éloquemment les lois ecclésiastiques publiées en 1014 par Ethelred, Roi d’Angleterre : « Que tout chrétien, qui a l’âge prescrit, jeûne trois jours au pain et à l’eau, ne mangeant que des racines crues avant la fête de saint Michel, et que tout homme aille à confesse et à l’église nu-pieds…Que chaque prêtre aille trois jours nu-pieds en procession avec son peuple ; que chacun prépare ce qu’il lui faudrait de vivres pour trois jours, observant toutefois qu’il n’y ait rien de gras, et que le tout soit distribué aux pauvres. Que tout serviteur soit dispensé de travail pendant ces trois jours, pour mieux célébrer la fête, ou qu’il ne fasse que ce qui est nécessaire pour son usage. Ces trois jours sont le lundi le mardi et le mercredi de la fête de saint Michel. » En occident, l’Archistratège était invoqué pour la « bonne mort ». Une prière du missel de Troyes en Champagne s’adressait ainsi à lui :
 
 Mychiel, prince très glorieux
qui es prévos lassus es cielx
là te donna Dieu tel poissance
quar Il te donna la balance
pour trestoutes âmes peser
[…]
Pourtant te pry, benois archanges
Qui es digne de grans loanges,
Que tu me vueilles resgarder
En mon corps et m’âme garder,
[…]
Encor te vueil je deprier
Et de bon cuer toy supplier
Que quant nos âmes s’en iront
Et du corps se départiront,
que tu les veuilles recevoir 
affin qu’elles puissent avoir
Ioye sanz fin et sanz partie,
Et avoir pardurable vie,
Laquelle nous veuille ordonner
Et noz lieux nous veuille ordonner
Ihésus li Filz de Dieu le Père,
Emprès Sa glorieuse Mère.  
 
(c'est-à-dire: « Michel, prince très glorieux/ Qui est prévôt en haut des cieux/Là Dieu te donna grande puissance/ Car Il te donna la balance/Pour peser toutes les âmes/[…]/ Pourtant je te prie Archange béni/ Qui est digne de grande louange/ De vouloir bien me considérer/ Et garder mon corps et mon âme/[…]/Je veux encore te prier avec insistance/ Et de bon cœur te supplier/ Que lorsque nos âmes s’en iront/ Et du corps se sépareront/ Que tu veilles les recevoir/ Afin qu’elles puissent avoir/ Joie sans fin et sans partage/ Et avoir vie éternelle/ Laquelle nous veuille accorder/ Et nos places nous veuille préparer/ Jésus le Fils de dieu de Père/ Auprès de Sa glorieuse Mère. »)
 
Saint patron de nombreuses professions, il était fêté avec les autres puissances célestes le vingt-neuvième jour de septembre.
 
Mais l’Archange agit encore dans le monde actuel… En Grèce, à Mandamadou, dans un monastère où tous les moines avaient été tués par des pirates sarrasins, il fut demandé à un survivant, par l’Archange apparu auprès des saints martyrs, l’exécution d’une icône à sa ressemblance. Le moine protesta qu’il ne savait pas dessiner et qu’il n’avait rien pour ce faire et saint Michel lui enjoignit de faire une icône avec la terre et le sang des martyrs. Le moine survivant s’exécuta. Ceci advint entre le dixième et le onzième siècle… depuis ce jour, l’icône accomplit pour tous les blessés de la vie d’innombrables miracles. Rien n’est impossible à Dieu et à Sa miséricorde manifestée à temps et à contre temps par intervention du saint Archistratège. Des livres recensent régulièrement ses interventions miraculeuses.
 
L’Archistratège du Seigneur est toujours là, vigilante sentinelle à la lisière de notre inquiétude. C’est nous qui sommes souvent absents de la Maison de Dieu et de ce qui est Sa fondation, à savoir la foi fervente, celle qui déplace les montagnes. Retrouvons la voie simple de ces petits enfants que bénissait le Seigneur, nous reprendrons alors le chemin sur lequel saint Michel apparut à nos pères les Patriarches de bienheureuse mémoire et à nos frères et sœurs en Christ les saints et les saintes. Faisons l’Office de cet acathiste au saint Archange Michel avec « crainte, foi et amour de Dieu »(Paroles prononcées lors de la Divine Liturgie de Saint Jean Chrysostome, pour inviter les fidèles à communier), retournant dans l’éternel présent du Royaume ( Note de bas de page : L’acathiste est un office qui peut être célébré sans prêtre. C’est l’office de prédilection des pieux laïcs dans l’Eglise russe et dans l’Eglise grecque ( où les laïcs chantent aussi le service de la paraclèse). Il se lit debout. Un lecteur psalmodie les différents ikoi et kondakia. Ceux qui assistent à cet office, peuvent rejoindre la prière en répétant une fois l’Alléluia et la dernière salutation du kondakion. Lorsque l’office est célébré avec un prêtre, le chœur chante souvent les salutations et l’Alléluia)
Demandons-lui son intercession bénie pour que, sur la Terre des Vivants, nous soyons déjà cheminant vers la Jérusalem Céleste et vers la Présence ineffable.
 
(Source: Claude Lopez-Ginisty)
 
 
+++
 
 
PRIERE AUX SAINTS ARCHANGES:
Glorieux saint Michel, prince de la milice céleste,
protecteur de l'Eglise universelle,
défendez-nous contre tous nos ennemis visibles et invisibles,
et ne permettez pas que nous tombions jamais
sous leur cruelle tyrannie.
Saint Gabriel,
vous qui êtes appelé à juste titre la force de Dieu,
puisque vous avez été choisi pour annoncer à Marie le Mystère
où le Tout-Puissant a déployé la force de son bras, f
aites-nous connaître les trésors renfermés
dans la personne du Fils de Dieu,
et soyez notre protecteur auprès de son auguste Mère.
Saint Raphaël,
guide charitable des voyageurs,
vous qui par la vertu divine,
opérez des guérisons miraculeuses,
daignez nous guider dans le pèlerinage de cette vie,
et guérir les maladies de nos âmes et celles de nos corps.

Amen.

 
« Une âme courageuse sera nécessaire, pour être en mesure de se préserver au milieu de ces tentations, car si un homme s’avère être un peu négligent, il sera facilement exposé aux agressions et sera capturé par les signes de la bête mal et de la ruse. »   « Combien de choses folles seront observés chez les jeunes, un grand nombre de crimes parmi les prélats, combien de mensonges parmi les prêtres, combien parmi les diacres parjures !    Il y aura de mauvaises actions entre les ministres, des adultères chez les personnes âgées, de la débauche dans la jeunesse, chez les femmes matures aux faux visages, et chez les vierges de traces dangereuses !  (St Ephrem dans le Codex Barberinus XIV , paroles de saint Ephrem à propos de la fin du monde, et la plénitude de l'Univers, et de la Tribulation de l'Organisation des Nations).

« Une âme courageuse sera nécessaire, pour être en mesure de se préserver au milieu de ces tentations, car si un homme s’avère être un peu négligent, il sera facilement exposé aux agressions et sera capturé par les signes de la bête mal et de la ruse. » « Combien de choses folles seront observés chez les jeunes, un grand nombre de crimes parmi les prélats, combien de mensonges parmi les prêtres, combien parmi les diacres parjures ! Il y aura de mauvaises actions entre les ministres, des adultères chez les personnes âgées, de la débauche dans la jeunesse, chez les femmes matures aux faux visages, et chez les vierges de traces dangereuses ! (St Ephrem dans le Codex Barberinus XIV , paroles de saint Ephrem à propos de la fin du monde, et la plénitude de l'Univers, et de la Tribulation de l'Organisation des Nations).

Cessons de répéter, à tort et à

travers, que nous ne pouvons

rien changer.

Cette attitude autant négative que fallacieuse est profondément ancrée dans les esprits depuis plusieurs longues décennies.

Lorsqu'un quidam nous explique que le monde va mal et qu'il y a beaucoup trop d'injustices, nous avons tendance à dire « je ne peux rien y changer ».

En fait, nous croyons, avec déraison, que pour changer le monde nous devrions obtenir un crédit financier pour pouvoir être en mesure de faire ce que nous pensons être juste.

Or, ceci est faux d'un point de vue historique. Dans les siècles passés, les saints étaient pauvres, sans ressources matérielles.

Cependant, ils possédaient deux richesses : celle de la foi en Dieu et celle du cœur. Prenons l'exemple le plus édifiant qu'il soit, celui de Notre Seigneur Jésus-Christ, Messie rédempteur du monde, qui a prédiqué pendant trois années pour sauver les hommes des griffes du péché.

Si nous voulons vraiment changer le monde, imitons simplement les saints.

Pour cela, nous devons apprendre à redevenir un enfant, car, ce monde incite à nous transformer en brute par la diffusion constante d'idées vicieuses et malsaines afin de nous persuader que le monde est fondamentalement mauvais.

C'est en diffusant la peur dans les esprits que Satan nous maintient dans ses immondes griffes aiguisées.

Voici les principaux stratagèmes du mal pour emprisonner les âmes. Les médias font croire que l'homme moderne peut être libéré de toutes contraintes, qu'il peut obtenir immédiatement ce qu'il souhaite en travaillant le moins possible et qu'il doit se détacher des valeurs vertueuses parce que celles-ci seraient réservées à quelques misérables et faibles individus.

D'un point de vue logique, cette conception du monde n'est absolument pas pertinente, voici pourquoi.

Un individu qui veut tout et tout de suite se retourne forcément contre son semblable afin d'obtenir, avant lui et à son détriment, ce qu'il désire.

Cela entraîne un effroyable esprit de compétition. Lorsque cette valeur est poussée à son paroxysme, elle entraîne irrémédiablement le chaos par effet domino.

Comme la plupart des hommes de notre époque sont perdus dans toutes sortes de pensées fallacieuses et matérialistes, ceux-ci utilisent de préférence la force physique pour vaincre l'adversité au lieu d'employer l'intelligence vertueuse découlant du Saint-Esprit, autrement appelée « Force » spirituelle.

Ainsi, le mal est parvenu à corrompre le sens des mots en leur donnant une tournure perverse. Dans notre exemple, la Force s'est transformée en brutalité sous la plume des philosophes lucifériens du XVIIIe siècle.

Autre illustration, un « préservatif » est, à la base, un moyen d'éviter de chuter dans le mal.

De nos jours, le préservatif a pris une tournure perverse en se transformant en un simple moyen de « contraception ».

Autrement dit, les mots ont perdu leur sens premier, noble et raffiné, pour acquérir une orientation caricaturale, forcément matérialiste et outrancière.

Le combat qui assure la victoire sur le mal ne peut être que spirituel : la guerre entraîne l'élimination physique d'individus mais laisse en l'état la connaissance que ces mêmes bougres avaient du monde.

Ainsi, malgré l'anéantissement matériel de la civilisation, les générations futures restent prisonnières de ces concepts fallacieux si elles ne parviennent pas à purifier et à anoblir leur conception du monde.

Pour acquérir les âmes à la cause du Christ, nous devons les christianiser de nouveau : il n'y a là aucun autre moyen.

Ainsi, afin d'être en mesure de changer le monde, nous ne devons pas viser de grands buts inaccessibles mais nous devons, au contraire, agir selon nos maigres capacités.

C'est par notre humilité et notre obéissance aux commandements divins que nous pourrons changer la mentalité des personnes de notre entourage.

Dès lors, c'est par l'imitation de ces nobles comportements que la vertu se propagera, lentement, mais sûrement. Malgré les épreuves, nous devons rester stables dans cette attitude sereine, comme ancrés dans le roc, afin de ne pas être mortellement atteints par celles-ci.

Pour bien comprendre ce principe élémentaire, je vous invite à découvrir l'exemple de saint Anselme, saint Paul et saint Pacôme à travers les écrits, tirés du quinzième "entretien spirituel" de l'ouvrage éponyme, du vénérable saint François de Sales.

« Ce que, pour vous mieux faire entendre, il faut que je vous dise ce que j’en ai trouvé ces jours passés dans la Vie du grand saint Anselme, où il est dit que durant tout le temps qu’il fut Prieur et Abbé de son Monastère, il fut extrêmement aimé d’un chacun, parce qu’il était fort complaisant, se laissant plier à la volonté de tous, non seulement des Religieux, mais même des étrangers. Si on lui venait dire :

-Mon Père, votre Révérence devrait prendre un peu de bouillon chaud, il vous ferait grand bien à l’estomac ; tout soudain il le prenait : Je le veux bien, mon fils, disait-il. Après, un autre venait qui lui disait :

Ô mon Père, cela vous fera mal, vous ne le devriez pas prendre ; et tout soudain il le quittait.

Ainsi il se soumettait, en tout ce qui n’était point manifestement contre la volonté de Dieu, à celle de ses Frères, lesquels bien souvent sans doute suivaient leurs inclinations naturelles ou habituelles, mais encore plus particulièrement les séculiers qui le faisaient aussi tourner à toutes mains, selon leurs volontés.

Or, cette grande souplesse et condescendance du Saint n’était pas approuvée de tous, bien qu’il fût fort aimé de tous ; si que, un jour, il y eut de ses Frères qui lui voulurent remontrer que cela n’était pas bien selon leur jugement.

Étant venus à lui, ils commencèrent à dire :

Vraiment, mon Père, vous êtes honoré et aimé d’un chacun de nous autres qui sommes sous votre charge ; mais il faut que vous nous permettiez de vous dire, comme étant ceux qui vous aiment plus particulièrement que les autres, qu’il nous semble que vous êtes trop facile, condescendant et souple à la volonté de tout le monde.

Il semble que vous devriez être plus généreux, faisant plier ceux qui vous sont sujets sous votre volonté, et non pas ainsi que vous faites, vous soumettant à tous. — Ô mes enfants, dit le grand saint Anselme, vous ne savez peut-être pas à quelle intention je le fais.

Sachez, mes Frères, que me ressouvenant que Notre- Seigneur a commandé que nous ne fissions à notre prochain que ce que nous voudrions qui nous fût fait, m’en ressouvenant, dis-je, je ne puis faire autrement ; car je voudrais que Dieu fît ma volonté, et partant, je fais volontiers celle de mes Frères et de mes prochains, afin qu’il lui plaise à ce bon Dieu de faire quelquefois la mienne. 

De plus, j’ai une autre considération, qui est que, après ce qui est de sa volonté signifiée, je ne puis connaître la volonté de Dieu, je veux dire la volonté du bon plaisir, que par la voix de mon prochain car Dieu ne me parle point, moins m’envoie-t-il des Anges pour me déclarer ce que c’est que son bon plaisir.

Les pierres, ni les animaux, ni les arbres, ni les plantes ne parlent point ; il n’y a que l’homme donc qui me puisse manifester la volonté de mon Dieu, et partant je m’attache à cela tant que je puis.

Dieu me recommande la charité envers le prochain ; c’est une grande charité de se conserver en l’union les uns avec les autres, et je ne trouve point de meilleur moyen que d’être fort doux et condescendant.

La douce et humble condescendance doit toujours surnager en toutes nos actions. Mais la principale considération est de croire que Dieu me manifeste ses volontés par celles de mes Frères, et partant j’obéis à Dieu toutes les fois que je leur condescends en quelque chose.

Outre cela, Notre-Seigneur n’a-t-il pas dit que si nous ne sommes faits comme un petit enfant, que nous n’entrerons point au Royaume des cieux ?

Ne vous étonnez donc point si je suis souple et facile à condescendre comme un enfant, puisque, en cela, je ne fais que ce qui m’a été ordonné par mon Sauveur. II n’y a pas grand intérêt que je m’aille coucher ou que je demeure levé, que je prenne un bouillon ou que je le laisse, que j’aille là ou que je demeure ici ; mais il y aurait bien de l’imperfection de ne pas me soumettre en cela.

Voyez-vous, mes chères Sœurs, le grand saint Anselme se soumet en tout ce qui n’est point contre les Commandements de Dieu et de la sainte Égliseou contre ses Règles, car l’obéissance marche toujours devant.

Je ne pense pas, non, que si on eût voulu lui faire faire quelque chose contre cela, qu’il l’eût fait ; oh ! Nullement, mais après cela, sa règle générale était la condescendance en tout et à tous.

Le glorieux saint Paul, après avoir dit que rien ne le séparera de la charité de Dieu, ni la mort, ni la vie, non pas même les Anges, ni tout l’enfer s’il se bandait contre lui n’en aurait pas le pouvoir :

-Je ne sache point de plus grande finesse, dit-il, que de me rendre tout à tous, rire avec les riants, pleurer avec ceux qui pleurent, boire avec ceux qui boivent, enfin me rendre un avec un chacun.

Ce que je dis qu’il faut pleurer avec ceux qui pleurent, ne se doit pas entendre avec ceux qui pleurent de tendreté sur eux-mêmes, car il ne le faut pas ; non plus qu’il ne se faudrait pas enivrer avec ceux qui le font, car si bien je dois boire quand quelqu’un me témoigne de le désirer bien fort, regardant la volonté de Dieu eu cela, je ne dois pourtant pas excéder les termes de la modestie et sobriété. — Mais, me direz-vous, dois-je penser que Dieu ait inspiré cet homme de me présenter à boire ? — Non pas, mais oui bien de condescendre à sa volonté en buvant : la volonté de Dieu est que je boive, encore que ce ne fût pas sa volonté que l’on m’ait présenté à boire.

Saint Pacôme, faisant un jour des nattes, il y eut un enfant (car il recevait en ce temps- là des enfants pour les élever en la Religion), ce pauvre petit donc, regardant comme faisait le Saint, lui dit :

-Ô mon Père, vous ne faites pas bien ; ce n’est pas ainsi qu’il faut faire.

Le grand Saint, quoi qu’il fît bien ces nattes, se leva néanmoins tout promptement, et s’en alla asseoir proche de l’enfant, lequel lui montra comme il entendait qu’il fallait faire.

Il y eut quelques- uns des Religieux qui lui dirent ; Mon Père, vous faites deux maux en condescendant à la volonté de cet enfant, car vous l’exposez au danger d’avoir de la vanité, et vous gâtez votre natte, car elle était mieux ainsi que vous faisiez. — À quoi le bienheureux Père répondit : 

-Ô mes Frères, si Dieu permet que l’enfant ait de la vanité, peut-être qu’en récompense il me donnera de l’humilité ; et quand il m’en aura donné, j’en pourrai par après donner à cet enfant. Il n’y a pas grand danger de passer ainsi ou ainsi les joncs pour faire des nattes, mais il y aurait un grand danger si nous n’avions pas à cœur cette parole tant célèbre de Notre-Seigneur  :

-Si vous n’êtes faits comme un petit enfant en simplicité, humilité et souplesse, vous n’aurez point de part au Royaume de mon Père. — Oh ! Que c’est un grand bien d’être ainsi pliables et faciles à être tournés à toute main ! Non seulement les Saints nous ont enseigné cette pratique de la soumission de notre volonté, mais aussi Notre-Seigneur même, tant par exemples que par paroles. 

Le conseil de l’abnégation de soi-même, qu’est-ce autre chose sinon renoncer en toute occasion à sa propre volonté, à son jugement particulier, pour suivre la volonté de Dieu, et se soumettre à tous et en toutes choses, excepté toujours ce en quoi l’on offenserait Dieu en le faisant ?  »

 

(Source: St Michel Archange)

Au milieu de tout cela, il y aura des guerres avec les Perses, et nous verrons les luttes avec diverses nations menaçantes et " les royaumes s’élèveront contre les royaumes» (Matthieu 24:7).   Lorsque l'empire romain commencera à être consommé par l'épée, la venue du Malin sera à portée de main.    Il sera nécessaire que le monde arrive à son échéance à la fin de l'empire romain.    En ces jours, deux frères seront à la tête de l'empire romain qui gouverneront avec un esprit; mais parce que l'un aura surpassé l'autre, il y aura un schisme entre eux.    Et l'adversaire sera délié et attisera la haine entre les empires perse et romain.    En ces jours, nombreux seront ceux qui se lèveront contre Rome; le peuple juif sera son adversaire.    Il y aura un frémissement dans les nations touchées par le mal des pestes, ses famines et des tremblements de terre en divers lieux.    Toutes les nations deviendront captives ; il y aura des guerres et des bruits de guerres.    Du lever au coucher du soleil l'épée en dévorera beaucoup.  (St Ephrem dans le Codex Barberinus XIV , paroles de saint Ephrem à propos de la fin du monde, et la plénitude de l'Univers, et de la Tribulation de l'Organisation des Nations).

Au milieu de tout cela, il y aura des guerres avec les Perses, et nous verrons les luttes avec diverses nations menaçantes et " les royaumes s’élèveront contre les royaumes» (Matthieu 24:7). Lorsque l'empire romain commencera à être consommé par l'épée, la venue du Malin sera à portée de main. Il sera nécessaire que le monde arrive à son échéance à la fin de l'empire romain. En ces jours, deux frères seront à la tête de l'empire romain qui gouverneront avec un esprit; mais parce que l'un aura surpassé l'autre, il y aura un schisme entre eux. Et l'adversaire sera délié et attisera la haine entre les empires perse et romain. En ces jours, nombreux seront ceux qui se lèveront contre Rome; le peuple juif sera son adversaire. Il y aura un frémissement dans les nations touchées par le mal des pestes, ses famines et des tremblements de terre en divers lieux. Toutes les nations deviendront captives ; il y aura des guerres et des bruits de guerres. Du lever au coucher du soleil l'épée en dévorera beaucoup. (St Ephrem dans le Codex Barberinus XIV , paroles de saint Ephrem à propos de la fin du monde, et la plénitude de l'Univers, et de la Tribulation de l'Organisation des Nations).

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 1,47-51.

Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare à son sujet : « Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. »
Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. »
Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! »
Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. »
Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. »

Les temps seront si dangereux que dans la crainte et le tremblement, ils ne se permettront pas de penser à de meilleures choses, car beaucoup seront les oppresseurs et les désolateurs des régions qui sont à venir. »     « Chaque fois donc, que la terre est agitée par les nations, les gens vont se cacher de la guerre dans les montagnes, les rochers, les grottes, les cavernes de la terre, et dans les tombes et les monuments commémoratifs de la mort, et là, ils dépérissent progressivement par la peur, ils retiennent leur souffle, car il n'y a pas de place pour tous dans la fuite, mais il y aura concession et une pression intolérable.    Et ceux qui sont dans l'est fuiront à l'ouest, et d'ailleurs, ceux qui sont dans l'ouest fuiront à l'est, et ils n'y aura plus un endroit sûr nulle part, parce que le monde sera submergé par des nations sans valeur, dont l'aspect semblera être celui des animaux sauvages de plus que celui des hommes.    Parce que ces nations tellement horribles, profanes et souillés, ne ménageront pas la vie, et détruiront la vie par la mort, et ils consommeront les morts, ils mangeront la chair morte, ils boiront le sang des bêtes, ils pollueront le monde, contamineront toutes choses, et celui qui est seul capable de leur résister ne sera pas là.    Dans ces jours, les gens ne doivent pas être enterrés, ni chrétien, ni hérétique, ni Juif, ni païen, en raison de la peur et de l'effroi, il n'y a personne pour les enterrer ; parce que tous les gens d’alors les fuient et les ignorent. »     (St Ephrem dans le Codex Barberinus XIV , paroles de saint Ephrem à propos de la fin du monde, et la plénitude de l'Univers, et de la Tribulation de l'Organisation des Nations).

Les temps seront si dangereux que dans la crainte et le tremblement, ils ne se permettront pas de penser à de meilleures choses, car beaucoup seront les oppresseurs et les désolateurs des régions qui sont à venir. » « Chaque fois donc, que la terre est agitée par les nations, les gens vont se cacher de la guerre dans les montagnes, les rochers, les grottes, les cavernes de la terre, et dans les tombes et les monuments commémoratifs de la mort, et là, ils dépérissent progressivement par la peur, ils retiennent leur souffle, car il n'y a pas de place pour tous dans la fuite, mais il y aura concession et une pression intolérable. Et ceux qui sont dans l'est fuiront à l'ouest, et d'ailleurs, ceux qui sont dans l'ouest fuiront à l'est, et ils n'y aura plus un endroit sûr nulle part, parce que le monde sera submergé par des nations sans valeur, dont l'aspect semblera être celui des animaux sauvages de plus que celui des hommes. Parce que ces nations tellement horribles, profanes et souillés, ne ménageront pas la vie, et détruiront la vie par la mort, et ils consommeront les morts, ils mangeront la chair morte, ils boiront le sang des bêtes, ils pollueront le monde, contamineront toutes choses, et celui qui est seul capable de leur résister ne sera pas là. Dans ces jours, les gens ne doivent pas être enterrés, ni chrétien, ni hérétique, ni Juif, ni païen, en raison de la peur et de l'effroi, il n'y a personne pour les enterrer ; parce que tous les gens d’alors les fuient et les ignorent. » (St Ephrem dans le Codex Barberinus XIV , paroles de saint Ephrem à propos de la fin du monde, et la plénitude de l'Univers, et de la Tribulation de l'Organisation des Nations).

Par Saint Basile

(v. 330-379), moine et évêque de Césarée en Cappadoce, docteur de l'Église 
Traité du Saint Esprit, ch 16 (trad. SC 17, pp. 177s rev) 


 

La sainteté des anges

 

« Les cieux ont été affermis par la parole du Seigneur, et toute leur armée par le souffle de sa bouche   » (Ps 32,6)...

Comment ne pas penser à la Trinité : le Seigneur qui ordonne, la Parole qui crée, le Souffle qui affermit ?

Que veut dire « affermir », sinon parfaire en sainteté, ce mot désignant sûrement le fait d'être solidement fixé dans le bien ?

Mais sans l'Esprit Saint, pas de sainteté, car les puissances des cieux ne sont pas saintes par leur propre nature, autrement elles ne diffèreraient pas de l'Esprit Saint ; elles tiennent de l'Esprit la mesure de leur sainteté chacune à son rang... 


La substance des anges est peut-être un souffle aérien ou un feu immatériel. Un psaume dit :

« Tu prends les vents pour messagers, pour serviteurs un feu de flamme » (Ps 103,4).

C'est pourquoi, ils peuvent être dans un lieu et ensuite devenir visibles sous un aspect corporel à ceux qui en sont dignes. Mais la sainteté...leur est communiquée par l'Esprit.

Et les anges se maintiennent dans leur dignité en persévérant dans le bien, en gardant leur choix ; ils choisissent de ne jamais s'écarter du vrai bien... 


Comment les anges diraient-ils :

-« Gloire à Dieu au plus haut des cieux » (Lc 2,14) sinon par l'Esprit ?

En effet, « personne ne peut dire : ' Jésus est le Seigneur, ' sinon dans l'Esprit Saint, et personne, s'il parle dans l'Esprit de Dieu, ne dit : ' Maudit soit Jésus ' » (1Co 12,3).

Voilà ce qu'auront dit précisément les esprits mauvais, adversaires de Dieu...dans leur libre-arbitre...

Toutes les puissances invisibles (Col 1,16), pourraient-elles mener une vie bienheureuse si elles ne voyaient pas sans cesse la face du Père qui est dans les cieux ? (Mt 18,10)

Or, cette vision-là, on ne peut pas l'avoir sans l'Esprit... Les séraphins diraient-ils :

« Saint, Saint, Saint » (Is 6,3) si l'Esprit ne leur avait pas appris cette louange ?

Si tous ses anges et toutes ses puissances célestes louent Dieu (Ps 148,2), si des milliers de milliers d'anges et d'innombrables myriades de ministres se tiennent près de lui, c'est dans la force de l'Esprit Saint qui régit toute cette harmonie céleste et indicible dans le service de Dieu et dans l'accord mutuel.

 

« Laissez-moi vous apprendre, mes amis, sous quelle forme doit venir sur la terre le serpent sans vergogne, depuis que le Rédempteur, qui voulait sauver l'humanité tout entière, est né d'une Vierge et sous forme humaine a écrasé l'ennemi avec le saint pouvoir de sa divinité.   Cet ennemi d’alors, ayant appris que le Seigneur descendra à nouveau du ciel dans la gloire de sa divinité, s'avisa ainsi de se permettre d'assumer la forme de sa venue et de lui ravir tous les hommes.   En vérité, son instrument doit naître d'une femme souillée.   Dans sa forme à Lui il viendra tout souillé, comme un voleur rusé, pour séduire tous les êtres.   Humble et doux, détestant le discours de l'injuste, renversant toutes les idoles, il honorera la piété, sera bon et aimant avec les pauvres, extrêmement beau.   Il sera bien disposé en tout, agréable à tous.   Pour tout concilier, il complotera avec ruse, bientôt il sera peut être aimé par les peuples ; il n’acceptera pas les cadeaux, il ne parlera pas sous la colère, il ne se montrera pas maussade, mais jamais gai.   Et dans tous ses projets bien planifiés, il trompera le monde tant qu'il durera.   Car, lorsque les nombreux peuples et les nations verront ses grandes vertus, ses actes justes et ses pouvoirs, tous du même avis diront avec une grande joie qu’on doit le couronner, se disant les uns aux autres, il n’y a sûrement jamais eu un tel homme si bon et si juste.   Pour l'impudique, il saisira l'autorité et enverra ses démons dans toutes les extrémités de la terre pour annoncer à tous qu’un grand roi est apparu dans la gloire ; il vient et le voici…   Les peuples seront rassemblés, et ils viendront et croiront qu'ils peuvent voir Dieu, et la foule des peuples s'attachera à lui, et elle niera son propre Dieu.   Ils inviteront leurs camarades à l'éloge du fils de perdition, et l’un sur l'autre, ils tomberont avec leurs épées que d'autres détruiront ... regarderont ces miracles et l'exercice de ces prodiges.     Le Trompeur ne dira pas la vérité dans la manifestation de ces choses, et comme un tyran faisant disparaître les montagnes, il simulera à tort et pour de faux tandis que la multitude se tiendra devant lui, et que de nombreuses nations et de nombreux peuples l'applaudiront pour ses illusions ...   Encore une fois ce même Dragon tendra ses mains et rassemblera les foules de reptiles et d'oiseaux ; et même s’il semblera se déplacer sur la surface de l'abîme, se traînant sur le sol sec, il marchera sur celui-ci.    Mais il simulera ces choses ...   Les éclairs seront ses ministres et ils signifieront son avènement ; les démons constitueront ses forces, et les princes des démons seront ses disciples ; aux terres lointaines, il enverra ses bandes de chefs, qui offriront la vertu et la guérison ...   Un grand conflit, Frères, sévira en ces temps parmi tous les hommes, mais surtout parmi les fidèles, quand il y aura des signes et des prodiges donnés par le Dragon en grande abondance, quand il se sera manifesté de nouveau comme Dieu, quand des fantasmes effrayants voleront dans les airs, et qu’il montrera tous ses démons sous la forme d'anges qui volent dans la terreur devant le tyran, là il criera haut et fort, en changeant lui-même ses formes il provoquera une crainte infinie dans chaque hommes ... »   « Mais lorsque l'heure de l'abomination et de la désolation commencera à approcher, après s’être fait loi, il prendra l'empire, et, comme il est dit dans le Psaume :   « Ils ont été faits pour l'entreprise, pour les fils de Loth, le Moabites et les Ammanites doivent le prendre d'abord comme leur roi.    Par conséquent, quand il recevra le royaume, il ordonnera de reconstruire le temple de Dieu pour lui-même, qui est à Jérusalem; et, après être rentré dans celui-ci, il s’y assoira comme Dieu et pour qu'il soit adoré par tous les pays, car il est charnel et sale et mélangé avec l'esprit et la chair sans valeur.    Alors comme dit avec éloquence Daniel le prophète: « Et il ne connaîtra pas Dieu comme leurs pères, et il ne connaîtra pas les désirs des femmes.  Parce que le serpent très méchant dirige chaque culte pour lui-même. »    Parce qu'il aura mit en avant un édit pour que les gens ne puissent plus être circoncis selon le rite de l'ancienne loi.    Alors les Juifs le féliciteront, car il leur donnera de nouveau la pratique de la première alliance ; alors tous les gens de partout dans le monde viendront à lui à la ville de Jérusalem, et la ville sainte sera foulée par leurs pieds et par les nations pendant quarante-deux mois, tout comme le saint apôtre dit dans l'Apocalypse, qui deviennent trois ans et demi, 1260 jours. »      « Pendant trois ans et demi, le ciel suspendra sa rosée; car il n'y aura plus de pluie sur la terre, et les nuages cesseront de passer à travers l'air, et les étoiles sont vues avec difficulté dans le ciel en raison de la sécheresse excessive, c’est ce qui se passera dans le temps du dragon féroce.    Parce que tous les grands fleuves et les puissantes fontaines qui débordent d’eux-mêmes seront secs, et les torrents assècheront leurs cours d'eau en raison de l'âge intolérable, et il y aura une grande tribulation, telle qu’elle n’a jamais été, et il y aura une famine et une soif insupportable. »    « Alors que le ciel n'aura plus de pluie, la terre ne portera plus de fruit, les ressources seront épuisées, les rivières s'assècheront, les herbes ne pousseront plus, les arbres se faneront par les racines et n’auront plus de fruits, les poissons de la mer et les monstres des profondeurs mourront, et une puanteur fétide sera émise dans un hurlement plaintif.   Les hommes tomberont et périront de terreur.   En ensuite, dans l’effroi, toutes les formes de vie gémiront de la même façon, lorsqu’ils verront la détresse impitoyable de la nuit à laquelle s’ajoutera celle de la journée et qu’ils constateront que nulle part ils ne trouvent de nourriture. »     « Et les enfants périront dans le sein de leurs mères, et les femmes sur les genoux de leurs maris, de ne pas avoir des vivres à manger.    Parce qu'il y aura en ces jours-là le manque de pain et d'eau, et personne ne sera en mesure d'acheter du grain de la récolte d'automne ou de vendre, à moins qu'il ait le signe du serpent sur le front ou sur la main.    Puis l'or, l'argent ; les vêtements précieux et les pierres précieuses se trouveront dans les rues, et même plusieurs types de perles le long des voies de circulation et dans les rues des villes, mais il n'y aura plus personne pour tendre la main et les prendre ou les désirer, ils considéreront toutes ces choses comme bonnes à rien en raison de l'extrême manque de pain et de la famine, parce que la terre ne seront pas protégée par les pluies du ciel, et il n'y aura ni rosée ni l'humidité dans l'air et sur la terre. »   « Dieu verra la race humaine en danger et ballottée par le souffle du dragon horrible »   « Mais avant que ces choses soient, le Seigneur enverra la compassion d’Elias et d’Enoch, ils pourront consoler la race des hommes, et ouvertement annoncer à tous la connaissance de Dieu, et à ceux qui ne croient pas, où qui n’obéissent que par fausse peur, en criant et en disant : « Un séducteur, ô hommes, c’est ce qu’il est ; que personne ne croie en lui. " »   « Ils annonceront la seconde venue du Christ, et accuseront l'ennemi.    Et quand ces justes apparaitront, ils confondront en effet le serpent antagoniste avec son habileté et ils rappelleront les témoins fidèles de Dieu, afin de les libérer de sa séduction ... »     « Mais peu seront ceux qui obéiront et qui croiront en la parole de ces deux prophètes.   Plusieurs saints seront ensuite révélés, dès qu'ils entendront la venue de l'homme de la corruption, ils fuiront rapidement dans les déserts.   Ils se cacheront dans les déserts, les montagnes et les grottes par peur de ses mensonges.   Ils parsèmeront la terre et s’enduiront la tête de cendre, et dans une grande pauvreté ils pleureront jour et nuit avec une grande humilité.    Et à eux, il sera accordé la sainteté de Dieu : et la grâce les conduira vers les endroits désignés. »   « Soutenus par le salut du Seigneur, et tout en errant dans les Etats de désertion, ils mangeront les herbes. »   « Mais tous ceux qui habiteront à l'est de la terre ne pourront plus voler vers l'ouest, à cause de leur grande crainte, et ceux qui habiteront encore sous le soleil couchant au moment de son soulèvement voleront en tremblant ...    A la toute fin, des éclairs du ciel viendront de Dieu, notre Roi et Epoux immortel, depuis les nuages dans sa gloire inimaginable. »   « (…) A l'heure où le monde ne le sait pas, et le jour que l'ennemi du fils de la perdition ne connait pas, viendra le signe du Fils de l'homme, et avant la venue du Seigneur doit apparaître avec une grande puissance et une grande majesté, le signe du bois de salut (croix) passant devant lui.   Toutes les puissances des cieux avec tout le chœur des saints, ceux qui portent le signe de la sainte croix sur leurs épaules, précédés par la trompette angélique, eux qui sont sains déclareront : « Lève-toi, toi qui dors, attends, tu vas rencontrer le Christ, parce que l’heure du jugement a sonné ! »   Ensuite, le Christ viendra et l'ennemi sera jeté dans la confusion, et le Seigneur le détruira par le souffle de sa bouche.    Et il doit être lié et plongé dans l'abîme du feu éternel vivant avec son père Satan; et toutes les personnes qui ont fait sa volonté, périront avec lui pour toujours; mais les justes posséderont la vie éternelle avec le Seigneur toujours et à jamais. »    « Et avec toute la puissance des cieux et tout le cœur des saints, voici que sa gloire sera accomplie par les anges et les archanges, ils exhaleront toutes les flammes, et une rivière de feu, avec un fracas épouvantable ...   Comment pourrons-nous alors le supporter, mes frères bien-aimés, quand nous verrons la rivière de feu sortir avec fureur comme un bouillonnant océan sauvage, et les collines et les vallées se consumer, emportant tout le monde et toutes les œuvres qui y sont ?   Puis, bien-aimés, les rivières seront véritablement en feu, les vagues disparaîtront, la mer se tarira, l’air sera agité, les étoiles tomberont du ciel, et c’est sûrement vrai, le soleil ne disparaîtra pas, la lune passera, et les cieux se dérouleront comme un parchemin ... "       Sources :   «Prophecy: A History of the Future » Robert A. Nelson, Internet Edition, 2000   « Apostasy and Antichrist »  Jordanville, 1978   "Antéchrist" par l'archiprêtre Boris Molchanoff dans la vie orthodoxe, Vol. 30, n ° 3 et 4 OSB « Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium », Dom Edmund Beck OCB, 1955, 1979   “L’univers culturel des chrétiens d’orient”, René R. Khawam, Cerf, 1987   “The luminous eye: the spiritual world vision of Saint Ephrem”, Sebastian P. Brock,  Cistercian Publications, 1985    “Hymns on paradise: St. Ephrem the Syrian”, St Vladimir's Seminary Press, traduction Sebastian Brock, Crestwood, 1990 (Dans le Codex Barberinus XIV , paroles de saint Ephrem à propos de la fin du monde, et la plénitude de l'Univers, et de la Tribulation de l'Organisation des Nations)

« Laissez-moi vous apprendre, mes amis, sous quelle forme doit venir sur la terre le serpent sans vergogne, depuis que le Rédempteur, qui voulait sauver l'humanité tout entière, est né d'une Vierge et sous forme humaine a écrasé l'ennemi avec le saint pouvoir de sa divinité. Cet ennemi d’alors, ayant appris que le Seigneur descendra à nouveau du ciel dans la gloire de sa divinité, s'avisa ainsi de se permettre d'assumer la forme de sa venue et de lui ravir tous les hommes. En vérité, son instrument doit naître d'une femme souillée. Dans sa forme à Lui il viendra tout souillé, comme un voleur rusé, pour séduire tous les êtres. Humble et doux, détestant le discours de l'injuste, renversant toutes les idoles, il honorera la piété, sera bon et aimant avec les pauvres, extrêmement beau. Il sera bien disposé en tout, agréable à tous. Pour tout concilier, il complotera avec ruse, bientôt il sera peut être aimé par les peuples ; il n’acceptera pas les cadeaux, il ne parlera pas sous la colère, il ne se montrera pas maussade, mais jamais gai. Et dans tous ses projets bien planifiés, il trompera le monde tant qu'il durera. Car, lorsque les nombreux peuples et les nations verront ses grandes vertus, ses actes justes et ses pouvoirs, tous du même avis diront avec une grande joie qu’on doit le couronner, se disant les uns aux autres, il n’y a sûrement jamais eu un tel homme si bon et si juste. Pour l'impudique, il saisira l'autorité et enverra ses démons dans toutes les extrémités de la terre pour annoncer à tous qu’un grand roi est apparu dans la gloire ; il vient et le voici… Les peuples seront rassemblés, et ils viendront et croiront qu'ils peuvent voir Dieu, et la foule des peuples s'attachera à lui, et elle niera son propre Dieu. Ils inviteront leurs camarades à l'éloge du fils de perdition, et l’un sur l'autre, ils tomberont avec leurs épées que d'autres détruiront ... regarderont ces miracles et l'exercice de ces prodiges. Le Trompeur ne dira pas la vérité dans la manifestation de ces choses, et comme un tyran faisant disparaître les montagnes, il simulera à tort et pour de faux tandis que la multitude se tiendra devant lui, et que de nombreuses nations et de nombreux peuples l'applaudiront pour ses illusions ... Encore une fois ce même Dragon tendra ses mains et rassemblera les foules de reptiles et d'oiseaux ; et même s’il semblera se déplacer sur la surface de l'abîme, se traînant sur le sol sec, il marchera sur celui-ci. Mais il simulera ces choses ... Les éclairs seront ses ministres et ils signifieront son avènement ; les démons constitueront ses forces, et les princes des démons seront ses disciples ; aux terres lointaines, il enverra ses bandes de chefs, qui offriront la vertu et la guérison ... Un grand conflit, Frères, sévira en ces temps parmi tous les hommes, mais surtout parmi les fidèles, quand il y aura des signes et des prodiges donnés par le Dragon en grande abondance, quand il se sera manifesté de nouveau comme Dieu, quand des fantasmes effrayants voleront dans les airs, et qu’il montrera tous ses démons sous la forme d'anges qui volent dans la terreur devant le tyran, là il criera haut et fort, en changeant lui-même ses formes il provoquera une crainte infinie dans chaque hommes ... » « Mais lorsque l'heure de l'abomination et de la désolation commencera à approcher, après s’être fait loi, il prendra l'empire, et, comme il est dit dans le Psaume : « Ils ont été faits pour l'entreprise, pour les fils de Loth, le Moabites et les Ammanites doivent le prendre d'abord comme leur roi. Par conséquent, quand il recevra le royaume, il ordonnera de reconstruire le temple de Dieu pour lui-même, qui est à Jérusalem; et, après être rentré dans celui-ci, il s’y assoira comme Dieu et pour qu'il soit adoré par tous les pays, car il est charnel et sale et mélangé avec l'esprit et la chair sans valeur. Alors comme dit avec éloquence Daniel le prophète: « Et il ne connaîtra pas Dieu comme leurs pères, et il ne connaîtra pas les désirs des femmes. Parce que le serpent très méchant dirige chaque culte pour lui-même. » Parce qu'il aura mit en avant un édit pour que les gens ne puissent plus être circoncis selon le rite de l'ancienne loi. Alors les Juifs le féliciteront, car il leur donnera de nouveau la pratique de la première alliance ; alors tous les gens de partout dans le monde viendront à lui à la ville de Jérusalem, et la ville sainte sera foulée par leurs pieds et par les nations pendant quarante-deux mois, tout comme le saint apôtre dit dans l'Apocalypse, qui deviennent trois ans et demi, 1260 jours. » « Pendant trois ans et demi, le ciel suspendra sa rosée; car il n'y aura plus de pluie sur la terre, et les nuages cesseront de passer à travers l'air, et les étoiles sont vues avec difficulté dans le ciel en raison de la sécheresse excessive, c’est ce qui se passera dans le temps du dragon féroce. Parce que tous les grands fleuves et les puissantes fontaines qui débordent d’eux-mêmes seront secs, et les torrents assècheront leurs cours d'eau en raison de l'âge intolérable, et il y aura une grande tribulation, telle qu’elle n’a jamais été, et il y aura une famine et une soif insupportable. » « Alors que le ciel n'aura plus de pluie, la terre ne portera plus de fruit, les ressources seront épuisées, les rivières s'assècheront, les herbes ne pousseront plus, les arbres se faneront par les racines et n’auront plus de fruits, les poissons de la mer et les monstres des profondeurs mourront, et une puanteur fétide sera émise dans un hurlement plaintif. Les hommes tomberont et périront de terreur. En ensuite, dans l’effroi, toutes les formes de vie gémiront de la même façon, lorsqu’ils verront la détresse impitoyable de la nuit à laquelle s’ajoutera celle de la journée et qu’ils constateront que nulle part ils ne trouvent de nourriture. » « Et les enfants périront dans le sein de leurs mères, et les femmes sur les genoux de leurs maris, de ne pas avoir des vivres à manger. Parce qu'il y aura en ces jours-là le manque de pain et d'eau, et personne ne sera en mesure d'acheter du grain de la récolte d'automne ou de vendre, à moins qu'il ait le signe du serpent sur le front ou sur la main. Puis l'or, l'argent ; les vêtements précieux et les pierres précieuses se trouveront dans les rues, et même plusieurs types de perles le long des voies de circulation et dans les rues des villes, mais il n'y aura plus personne pour tendre la main et les prendre ou les désirer, ils considéreront toutes ces choses comme bonnes à rien en raison de l'extrême manque de pain et de la famine, parce que la terre ne seront pas protégée par les pluies du ciel, et il n'y aura ni rosée ni l'humidité dans l'air et sur la terre. » « Dieu verra la race humaine en danger et ballottée par le souffle du dragon horrible » « Mais avant que ces choses soient, le Seigneur enverra la compassion d’Elias et d’Enoch, ils pourront consoler la race des hommes, et ouvertement annoncer à tous la connaissance de Dieu, et à ceux qui ne croient pas, où qui n’obéissent que par fausse peur, en criant et en disant : « Un séducteur, ô hommes, c’est ce qu’il est ; que personne ne croie en lui. " » « Ils annonceront la seconde venue du Christ, et accuseront l'ennemi. Et quand ces justes apparaitront, ils confondront en effet le serpent antagoniste avec son habileté et ils rappelleront les témoins fidèles de Dieu, afin de les libérer de sa séduction ... » « Mais peu seront ceux qui obéiront et qui croiront en la parole de ces deux prophètes. Plusieurs saints seront ensuite révélés, dès qu'ils entendront la venue de l'homme de la corruption, ils fuiront rapidement dans les déserts. Ils se cacheront dans les déserts, les montagnes et les grottes par peur de ses mensonges. Ils parsèmeront la terre et s’enduiront la tête de cendre, et dans une grande pauvreté ils pleureront jour et nuit avec une grande humilité. Et à eux, il sera accordé la sainteté de Dieu : et la grâce les conduira vers les endroits désignés. » « Soutenus par le salut du Seigneur, et tout en errant dans les Etats de désertion, ils mangeront les herbes. » « Mais tous ceux qui habiteront à l'est de la terre ne pourront plus voler vers l'ouest, à cause de leur grande crainte, et ceux qui habiteront encore sous le soleil couchant au moment de son soulèvement voleront en tremblant ... A la toute fin, des éclairs du ciel viendront de Dieu, notre Roi et Epoux immortel, depuis les nuages dans sa gloire inimaginable. » « (…) A l'heure où le monde ne le sait pas, et le jour que l'ennemi du fils de la perdition ne connait pas, viendra le signe du Fils de l'homme, et avant la venue du Seigneur doit apparaître avec une grande puissance et une grande majesté, le signe du bois de salut (croix) passant devant lui. Toutes les puissances des cieux avec tout le chœur des saints, ceux qui portent le signe de la sainte croix sur leurs épaules, précédés par la trompette angélique, eux qui sont sains déclareront : « Lève-toi, toi qui dors, attends, tu vas rencontrer le Christ, parce que l’heure du jugement a sonné ! » Ensuite, le Christ viendra et l'ennemi sera jeté dans la confusion, et le Seigneur le détruira par le souffle de sa bouche. Et il doit être lié et plongé dans l'abîme du feu éternel vivant avec son père Satan; et toutes les personnes qui ont fait sa volonté, périront avec lui pour toujours; mais les justes posséderont la vie éternelle avec le Seigneur toujours et à jamais. » « Et avec toute la puissance des cieux et tout le cœur des saints, voici que sa gloire sera accomplie par les anges et les archanges, ils exhaleront toutes les flammes, et une rivière de feu, avec un fracas épouvantable ... Comment pourrons-nous alors le supporter, mes frères bien-aimés, quand nous verrons la rivière de feu sortir avec fureur comme un bouillonnant océan sauvage, et les collines et les vallées se consumer, emportant tout le monde et toutes les œuvres qui y sont ? Puis, bien-aimés, les rivières seront véritablement en feu, les vagues disparaîtront, la mer se tarira, l’air sera agité, les étoiles tomberont du ciel, et c’est sûrement vrai, le soleil ne disparaîtra pas, la lune passera, et les cieux se dérouleront comme un parchemin ... " Sources : «Prophecy: A History of the Future » Robert A. Nelson, Internet Edition, 2000 « Apostasy and Antichrist » Jordanville, 1978 "Antéchrist" par l'archiprêtre Boris Molchanoff dans la vie orthodoxe, Vol. 30, n ° 3 et 4 OSB « Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium », Dom Edmund Beck OCB, 1955, 1979 “L’univers culturel des chrétiens d’orient”, René R. Khawam, Cerf, 1987 “The luminous eye: the spiritual world vision of Saint Ephrem”, Sebastian P. Brock, Cistercian Publications, 1985 “Hymns on paradise: St. Ephrem the Syrian”, St Vladimir's Seminary Press, traduction Sebastian Brock, Crestwood, 1990 (Dans le Codex Barberinus XIV , paroles de saint Ephrem à propos de la fin du monde, et la plénitude de l'Univers, et de la Tribulation de l'Organisation des Nations)

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille Tradition Syriaque Spiritualité Chrétienne

Recherche

Liens