Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2015 4 29 /10 /octobre /2015 08:08
Comment adopter une sexualité responsable et partagée dans l'harmonie du couple ?

Comment adopter une sexualité responsable et partagée dans l'harmonie du couple ?

Source: ALETEIA du 29:X.15/Camille TRONC

 

Depuis les années 70 et l’apparition de la pilule, les méthodes de contraception artificielle se sont multipliées : pilule, contraceptif, implant, diaphragme, stérilet…

Face à cette abondance de procédés contraceptifs, les jeunes générations ont perdu le sens de leur sexualité, en même temps que le contact profond avec leur corps.

Car ces méthodes artificielles ne sont pas innocentes : dérèglement des hormones, trouble des cycles de la femme, perte de repères quant au sens de la sexualité… les critiques sont nombreuses.

Les scandales successifs sur les pilules Diane 35 et Jasmine ont cependant diminué l’enthousiasme qui jusque-là ne faiblissait pas sur la contraception artificielle, et permis à d’autres voix de s’élever dans le débat public. Catholiques, féministes traditionnelles et écologistes ont tour à tour pris la parole pour dénoncer le caractère désincarné que les méthodes de contraception artificielle donnaient à la sexualité.

Lors des débats sur le mariage homosexuel, le mouvement féministe des Antigone notamment a permis aux méthodes naturelles d’acquérir un regain de visibilité.

Les méthodes naturelles tendent à respecter à la fois les désirs du couple et le besoin du corps de la femme et de l’homme. Elles ne peuvent cependant s’envisager que dans un couple stable et engagé ensemble, loin du mode de sexualité consumériste auquel on assiste de plus en plus.

Il existe cinq principales méthodes développées au siècle dernier, dont chacun se fera son opinion propre.

1930 : la méthode Ogino s’appuie sur les cycles naturels du corps de la femme. Elle a pour avantage de permettre à celle-ci de retrouver un contact profond avec elle-même, ses besoins et sa nature. Cependant, cette méthode a été peu à peu abandonnée pour son caractère trop aléatoire. En effet, les cycles varient d’une femme à l’autre et d’une période de sa vie à une autre. Les détracteurs de cette méthodes ont nommés « bébés Ogino » les enfants nés de couples qui pratiquaient cette méthode, pour décrier son inefficacité.

1950 : la méthode des températures suit les changements de température du corps de la femme qui accompagnent son ovulation. La femme doit prendre sa température chaque matin. Après trois jours de température haute, le couple est certain d’être infertile. Cette méthode est jugée fiable, mais très contraignante pour la femme qui doit surveiller son corps en permanence.

1970 : la méthode Billings impose l’observation quotidienne des changements du col de l’utérus de la femme et ses écoulements de perte blanche. Comme la méthode des températures, la méthode Billings est reconnue comme fiable par l’OMS, mais jugée souvent trop contraignante pour les couples.

1980 : la MAMA (alias « méthode de l’allaitement naturel ») s’appuie sur le fait que l’allaitement naturel bloque l’ovulation. Cette méthode est efficace et naturelle pour une femme en période d’allaitement, mais ne concerne donc pas la majorité des femmes qui ne sont pas en période post-maternité.

1990 : les appareils de lecture de fertilité et les tests d’ovulationsont des méthodes fiables pour connaître les périodes d’infertilité d’un couple. On leur reproche cependant de se rapprocher de plus en plus des méthodes de contraceptions artificielles. De plus, ces appareils ont un coût trop élevé pour être accessibles les couples modestes.

Le principe de la contraception naturelle est louable. Il a pour vertu d’associer l’homme et la femme du couple à la prévention de l’enfantement, sans laisser à un seul la charge de la contraception, préservatif pour l’homme, pilule ou autre moyen pour la femme.

Deux reproches majeurs sont faits aux méthodes de contraception naturelle. D’une part, elles sont trop exigeantes pour un couple lambda et requièrent une vigilance constante quant à notre corps difficilement compatible avec un emploi-du-temps moderne.

D’autre part, la question du principe même de la contraception est posée. Les détracteurs de ces méthodes accusent d’hypocrisie ceux qui la pratiquent pour des raisons religieuses. La position de l’Église est de ne pas recourir du tout à la contraception. Un couple qui la pratiquerait en surveillant les pertes blanches de la femme ou en utilisant un préservatif serait alors dans les deux cas considéré dans l’erreur.

© Éditions Saint-Paul
© Éditions Saint-Paul

Pour aller plus loin : Ils ont osé les méthodes naturelles ! Une écologie de la sexualité pour un amour durable de Céline et Gaëtan Marion, éditions Saint Paul, 2015, 17 euros.

COUPLE Le point sur les méthodes naturelles de contraception

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille CATECHISME et CATECHESE Défense de la Vie DIALOGUE INTERRELIGIEUX

Recherche

Liens