Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 06:54
Nous prions avec des mots, jusqu'à ce que les mots s'épuisent, et que nous restions en état d'émerveillement. (Saint Isaac le Syrien)

Nous prions avec des mots, jusqu'à ce que les mots s'épuisent, et que nous restions en état d'émerveillement. (Saint Isaac le Syrien)

Condoléances de l'Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone aux Autorités Russes:

 

Frères et sœurs. Aloho m'barekh

A la veille des célébrations par l'Occident Chrétien de la Fête de Tout les Saints, et le lendemain, avec son Eglise-mère, tandis que notre Métropolie célébrait la Fête de Saint Gregorios de Parumala, nous apprenions cette tragédie que fut le crash d'un avion Russe au-dessus du Sinaï.

 

Lors de la Messe d'hier et, ensuite, de la commémoraison des fidèles défunts (Selon la coutume locale), nous n'avons pas manqué de prier pour le repos de l'âme de chacune des victimes de ce terrible évènement ainsi que pour le soutien de ceux qu'ils laissent dans la peine: leurs familiers et leurs amis.

 

Je demande à nos prêtres et nos fidèles des paroisses de notre notre Métropolie en  France et en Afrique d'être solidaires dans la peine et la charité chrétienne en  priant pour les victimes, leurs familiers et leurs amis.

 

Ils n'oublieront pas d'invoquer les secours divins sur le Peuple Russe qui, courageusement, intervient en Syrie afin de concourir à la Paix en protégeant les minorités Chrétiennes ou non des exactions des forces obscurantistes et fanatiques du moment.

 

Au nom de notre petite Eglise Orthodoxe Orientale, je présente aux Autorités religieuses et civiles et, à travers eux, à tous les croyants Russes,  mes sincères condoléances et l'assurance de nos prières et de notre amour fraternel en Christ.

 

Que la Mère de Miséricorde, Saint Gregorios et les Saints Anges viennent au-devant de nos chers frères défunts et les conduisent à la Lumière qui n'a pas de déclin !

 

Votre respectueusement et fraternellement dévoué.

 

+ Mor Philipose-Mariam, métropolite.

 

 

Père, regarde avec amour ton enfant qui est entré aujourd’hui dans ta vie.  Nous lui avons fermé les yeux  pour que les nôtres s'ouvrent  sur sa naissance en Jésus.  Il n'est pas disparu, il apparaît dans ton mystère. Il n’est pas parti, il est arrivé. Il n’est pas enlevé, il est accueilli dans tes bras. Il ne s’est pas éteint, il est allumé au feu de ton Esprit.  Nous célébrons nos partages,  tout ce qu'il reste de toi en lui.  Ta miséricorde le prolonge et nous survit.  Son prénom de baptême  brûlé au cierge pascal  résonne au milieu de nous,  musique de ta présence,  un appel à ne pas oublier le grain de blé qui germe.  Un parfum d’encens monte en offrande.  Le corps aspergé d’eau qui donne la vie  nous rappelle la résurrection de ton Christ  qui se lève victorieux sur nos cimetières.   Jacques Gauthier  - See more at: http://www.jacquesgauthier.com/blog/entry/priere-d-adieu-pour-un-defunt.html#sthash.7yWYwJHV.dpuf

Père, regarde avec amour ton enfant qui est entré aujourd’hui dans ta vie. Nous lui avons fermé les yeux pour que les nôtres s'ouvrent sur sa naissance en Jésus. Il n'est pas disparu, il apparaît dans ton mystère. Il n’est pas parti, il est arrivé. Il n’est pas enlevé, il est accueilli dans tes bras. Il ne s’est pas éteint, il est allumé au feu de ton Esprit. Nous célébrons nos partages, tout ce qu'il reste de toi en lui. Ta miséricorde le prolonge et nous survit. Son prénom de baptême brûlé au cierge pascal résonne au milieu de nous, musique de ta présence, un appel à ne pas oublier le grain de blé qui germe. Un parfum d’encens monte en offrande. Le corps aspergé d’eau qui donne la vie nous rappelle la résurrection de ton Christ qui se lève victorieux sur nos cimetières. Jacques Gauthier - See more at: http://www.jacquesgauthier.com/blog/entry/priere-d-adieu-pour-un-defunt.html#sthash.7yWYwJHV.dpuf

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 3,17-21.4,1-3.

Frères, soyez mes imitateurs, et observez ceux qui se conduisent d'après l'exemple que vous avez en nous.
Car il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix du Christ : je vous en ai souvent parlé, et j'en parle maintenant encore avec larmes.
Leur fin, c'est la perdition, eux qui font leur dieu de leur ventre, et mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, n'ayant de goût que pour les choses de la terre.
Pour nous, notre cité est dans les cieux, d'où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ,
qui transformera notre corps si misérable, en le rendant semblable à son corps glorieux, par sa vertu puissante qui lui assujettit toutes choses.
C'est pourquoi, mes chers et bien-aimés frères, ma joie et ma couronne, tenez ainsi ferme dans le Seigneur, mes bien-aimés.
J'exhorte Evodie et j'invite Syntychè à être en bonne intelligence dans le Seigneur.
Et toi aussi, mon fidèle compagnon, je te prie de leur venir en aide, elles qui ont combattu pour l'Evangile avec moi, avec Clément, et mes autres collaborateurs dont les noms sont dans le livre de vie.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 9,18-26.

En ce temps-là, tandis que Jésus parlait aux foules, un chef s'approcha et, prosterné devant lui, il disait : "Ma fille est morte à l'instant, mais viens lui imposer la main, et elle vivra."
Jésus se leva et le suivit ainsi que ses disciples.
Et voilà qu'une femme, affligée d'une perte de sang depuis douze ans, s'approcha par derrière et toucha la houppe de son vêtement.
Car elle se disait en elle-même : " Si seulement je touche son vêtement, je serai guérie. "
Jésus se retourna, la vit et dit : " Ayez confiance, ma fille, votre foi vous a guérie. " Et la femme fut guérie à l'heure même.
Arrivé à la maison du chef, Jésus vit les joueurs de flûte et une foule qui faisait grand bruit, et il leur dit :
" Retirez-vous : car la jeune fille n'est pas morte, mais elle dort ; " et ils se moquaient de lui.
Lorsqu'on eut fait sortir la foule, il entra, prit la main de la jeune fille, et elle se leva.
Et le bruit s'en répandit dans tout ce pays.

Mardi 3 NOVEMBRE 2015. Eléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

Par Saint Hilaire

(v. 315-367),

évêque de Poitiers et docteur de l'Église 
Commentaire de l'évangile de Matthieu, 9, 5-8 (trad. cf SC 254, p 209s) 


 

« La jeune fille n'est pas morte, elle dort »

 

Ce chef [de synagogue] peut être compris comme représentant la Loi de Moïse qui, priant à l'intention de la foule qu'elle avait nourrie pour le Christ en prêchant l'attente de sa venue, demande au Seigneur de rendre la vie à une morte...

Le Seigneur lui a promis son aide et pour la lui assurer, l'a suivi. 

Mais d'abord, la foule des païens pécheurs est sauvée avec les apôtres.

Le don de la vie revenait en premier lieu à l'élection prédestinée par la Loi, mais au préalable, dans l'image de la femme, le salut est rendu aux publicains et aux pécheurs.

Voilà pourquoi cette femme a confiance qu'en venant sur le passage du Seigneur, elle sera guérie de son flux de sang par le contact du vêtement du Seigneur...

Elle a hâte dans sa foi de toucher la frange du vêtement, c'est-à-dire d'atteindre en compagnie des apôtres le don de l'Esprit Saint qui sort du corps du Christ à la manière d'une frange. En peu de temps elle est guérie.

Ainsi, la santé destinée à l'une est rendue aussi à une autre, dont le Seigneur a loué la foi et la persévérance, parce que ce qui était préparé pour Israël a été accueilli par les peuples des nations..

. La puissance guérissante du Seigneur, contenue dans son corps, gagnait jusqu'aux franges de ses vêtements.

En effet, Dieu n'était pas divisible ni saisissable pour être enfermé dans un corps ; il divise lui-même ses dons dans l'Esprit, mais n'est pas divisé dans ses dons.

Sa puissance est atteinte par la foi partout, parce qu'elle est partout et n'est absente nulle part. Le corps qu'il a pris n'a pas enfermé sa puissance, mais sa puissance a pris la fragilité d'un corps pour le racheter.

Et cette puissance est si illimitée et si généreuse que l'oeuvre du salut des hommes était présente jusque dans les franges du vêtement du Christ. 

Le Seigneur entre ensuite dans la maison du chef, autrement dit dans la synagogue..., et beaucoup se moquent de lui.

En effet ils n'ont pas cru en Dieu dans un homme ; ils ont ri d'entendre prêcher la résurrection d'entre les morts.

Prenant la main de la jeune fille, le Seigneur a ramené à la vie celle dont la mort n'était auprès de lui qu'un sommeil.




 

Mardi 3 NOVEMBRE 2015. Eléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

Ce ne sont pas des juridictions mais

des baptistères, dont nous

avons besoin!

Je reproduis ici le "Coup de gueule (Oh combien compréhensible !) d'un Chrétien Orthodoxe Belge.Pourquoi ? Parce que son propos me paraît juste...

(Je vais être sec et ça me fera encore des "amis" :-)

L'Europe crève de l'absence de Dieu.

Les hiérarques se battent pour un "pré carré" de petits clubs ethniques, où les Occidentaux

sont vaguement tolérés quand ils ne sont pas tout simplement et ouvertement utilisés comme

"idiots utiles" (dixit hier un fervent ami de très longue durée dans l'Église et toujours considéré

comme "converti" par les ignares ethniques).

Le prétexte oecuménique pour ne pas évangéliser

est une preuve du manque d'amour envers son prochain - quand on aime son prochain comme 

Dieu nous y invite, on doit vouloir qu'il soit sauvé. Ou alors, c'est qu'on ne croit pas en Dieu!

C'est honteux.

Tout ça doit suffir.

On n'a pas besoin de cathédrales pleines de dorures.

Ce sont des baptistères dont nous avons besoin. Avec des prêtres et des diacres pour les faire

fonctionner à plein régime. Rien qu'en Belgique, il y a onze million de personnes qui ne

connaissent pas Dieu.

Plus de soixante millions en France. Etc.

Aucun chômage possible.

Si vous aimez le Christ, ne soutenez pas les querelles de chapelles ni les prélats dont c'est le

seul centre d'intérêt.

Nous aurons TOUS à rendre compte à Dieu de ce dont nous n'aurons pas

fait de la grâce qu'Il nous donne pour annoncer l'Évangile autour de nous.

Pas des ratages dans

la préparation des souvlakis ou de la paschka.


 

Batistère de Kelibia, aussi appelé baptistère du prêtre Felix de Demna. Une croix Chi-Ro au centre. 2ème moitié du 6ème siècle, Tunisie, Musée National Bardo.
 

SAINT HUBERT, qui êtes-vous ?

 
Évêque de Tongres-Maastricht-Liège 
(657-727)

        Saint Hubert était un prince de la lignée de Clovis, roi de France. Il avait douze ans quand, au milieu d'une chasse, il vit un ours furieux se jeter sur son père et l'étreindre de ses griffes redoutables. À ce spectacle, il poussa un cri vers le Ciel : « Mon Dieu, faites que je sauve mon père ! » Aussitôt, se jetant sur l'animal féroce, il lui donne le coup de la mort. C'est là, sans doute, le premier titre de saint Hubert à sa réputation de patron des chasseurs.

        Plus tard, Hubert chassait, un vendredi saint, dans la forêt des Ardennes, ce qui était une chose peu convenable pour un chrétien. Soudain, un beau cerf, qu'il poursuit avec ardeur, s'arrête et lui fait face. Entre les cornes de l'animal brille une Croix éclatante, et une voix prononce ces paroles : « Hubert ! Hubert ! Si tu ne te convertis pas et ne mènes pas une vie sainte, tu descendras bientôt en enfer. - Seigneur, s'écrie le jeune prince, que voulez-vous que je fasse ? - Va vers l'évêque Lambert, il t'instruira. » Bientôt Hubert renonce à tous ses droits sur la couronne d'Aquitaine, se revêt d'un costume de pèlerin et s'achemine vers Rome. Comme il arrivait au tombeau des saints Apôtres, le Pape Sergius, dans une vision, apprenait le meurtre de l'évêque Lambert, victime de son zèle pour la défense de la sainteté conjugale, et il recevait l'ordre d'envoyer à sa place le pèlerin qui arrivait en ce moment, pour prier à la basilique de Saint-Pierre. Le Pontife trouva en effet l'humble pèlerin, lui fit connaître les ordres du Ciel, et Hubert, malgré sa frayeur et ses larmes, dut se soumettre à la volonté de Dieu.

 

"Par la puissance de Celui qui apparut 
à tes yeux entre les ramures d'un cerf 
à la chasse tu fus pris, saint Hubert, 
dans les filets célestes de la piété ; 
comme évêque, après saint Lambert,
tu as illuminé le plat pays et les hautes forêts. 
Gloire à Celui qui a fait de toi,
non seulement le modèle des chasseurs,
mais un bon pasteur aimé de son troupeau"

        De retour en sa patrie, il fonda l'évêché de Liège, où il fit briller toutes les vertus des Apôtres. Sa douce et persuasive éloquence captivait les foules ; il parlait quelquefois pendant trois heures consécutives, sans qu'on se lassât de l'entendre.

À la puissance de la parole il joignait celle des miracles. À sa prière, les démons abandonnaient le corps des possédés, les flammes de l'incendie s'éteignaient, la sécheresse désastreuse cessait tout à coup pour céder la place à une pluie féconde : « Le Dieu d'Élie est le nôtre, disait-il, implorons-le dans la prière et le jeûne ; la miséricorde fera le reste. »

        Une voix céleste lui dit un jour : « Hubert, dans un mois tes liens seront brisés. »Il se prépara pieusement à la mort, et, après avoir chanté le Credo et entonné le Pater, il rendit son âme à Dieu.

        On l'invoque spécialement contre la rage et contre la peur.

 

O toi dont la prière était comme respiration* Ornement essentiel de l’église de Liège* Grandeur incommensurable de modestie* Qui t’ignoras pour ne connaître que le Christ* Héraut de l’humilité et de la ferveur* O saint Hubert notre protecteur dans le Ciel* Intercède pour nous auprès du Christ Vainqueur* Pour qu’Il nous enseigne comme Il le fit pour toi* Le caractère vain des passions de la terre* Ainsi qu’Il te fit voir Sa Croix vivifiante* Alors que tu te livrais à ta passion vaine* Qu’Il nous montre la vanités de nos passions* Et nous conduise comme Il le fit pour toi* Sur le chemin de la foi inébranlable.
Qu’Il nous dirige par ta sainte intercession* Afin que nous parvenions un jour au Royaume* Où le Père et le Fils et le Très Saint Esprit* Règnent à jamais et dans les siècles des siècles. Amen !

Mardi 3 NOVEMBRE 2015. Eléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:
MARIE PROPTOTYPE DE CEUX QUI SONT SAUVES EN CHRIST
 
Dans l'Église orthodoxe la Vierge Marie est l'image de ceux qui sont sauvés. Si Jésus-Christ est le Sauveur, Elle est, par excellence, l'image de ceux qui sont sauvés. Elle est, dans tous les aspects de sa vie, non pas la grande exception, mais plutôt le grand exemple. Depuis sa conception jusques à sa Dormition, elle révèle à quel point tous les gens doivent être (quand ils sont véritablement sanctifiés par l'Esprit Saint) serviteurs de Dieu et imitateurs du Christ.
 
Dans la fête de l'Entrée de la Mère de Dieu au Temple, nous voyons comment la mère du Christ est constamment chantée dans des hymnes comme le "temple vivant de la sainte gloire du Christ notre Dieu." Elle est saluée comme "l'arche vivante qui contient le Verbe qui ne peut être contenu". Elle est glorifiée comme "le temple qui va contenir Dieu", consacrée par l'Esprit pour être la "demeure du Tout Puissant". "Elle entre dans le Saint des Saints pour devenir elle-même le "Saint des Saints animés", celui en qui le Christ est formé, faisant ainsi d'elle, et de tous ceux qui font un avec elle dans la foi, la "demeure du ciel."
 
Nous sommes tous faits pour être des temples vivants de Dieu. Nous sommes tous créés pour être des demeures de Sa gloire. Nous sommes tous façonnés à Son image et à Sa ressemblance pour être demeures de Sa présence.
 
Le premier martyr chrétien, le protodiacre Etienne dont la mémoire est célébrée le troisième jour après la Nativité, a été mis à mort pour proclamer cette merveille quand il a témoigné que "le Très Haut n'habite pas dans des maisons faites de mains d'hommes." Pour cela, comme Jésus lui-même, il a été accusé d'avoir planifié la destruction du temple terrestre à Jérusalem (Actes 7:48; 6:14 ).
 
L'apôtre Paul proclame cette même doctrine, clairement et sans équivoque quand il écrit aux Corinthiens et à nous-mêmes que "nous sommes ouvriers avec Dieu, vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu" (I Cor. 3:9).
 
Ce même enseignement se trouve dans l'Epitre de l'apôtre aux Ephésiens, comme confirmation des paroles de Jésus dans l'Evangile enregistrées par saint Jean, selon lesquelles "si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole et mon Père l'aimera, et nous viendrons à lui et ferons notre demeure en lui "(Jn 13:23).
 
Jésus-Christ, le Fils, le Verbe et l'Image de Dieu, est physiquement et spirituellement formé dans le corps de la Vierge Marie, afin qu'Il puisse être formé en nous aussi (cf. Gal. 4:19). Tel est le sens de la Nativité, qui est le sens de la vie elle-même: le Christ en nous et nous en Christ, Dieu avec nous et nous avec Dieu. L'Esprit dans nos cœurs, afin que l'Esprit puisse s'écouler hors de nous, et sanctifier le monde autour de nous. Il ne s'agit pas de simple symbolisme, de langage exalté de la Liturgie et des Écritures. C'est quelque chose de très sérieux!

(Père Thomas Hopko)

 
Source: Version française Claude Lopez-Ginisty http://orthodoxologie.blogspot.fr
 
Mardi 3 NOVEMBRE 2015. Eléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

History of The Syriac Music Church

(Source: Drs Gewargis Acis )

Music of the Syriac Orthodox Church is enriched and has a sterling history running from the beginning of our times derived from the ancient Sumerian and Acadian musical period.

Excavations proved that music in Mesopotamia began with the Sumerians in 4500 BC and that there were schools of music in that area since that time. Music used in many fields of life especially in the religious ceremonies where it played an imported role.

The Acadian octave (from one note to its equivalent in a higher register) was divided into 24-quartertones. Every eight keys formed a scale. These scales did not get over the entire octave; while they were built on the first four tones only (tetra chord). These tetra chords were combined thereafter with each other until they made up to 3000 different complete scales. A lot of them did not give musical satisfaction and were reduced to almost 200. Today about 10 are in use.

The early Christians sang different type of songs and especially from the Psaltery. It was decided in the early Church to pray and sing in Aramaic the "international" language at that time. Already though, with the establishing of Church, the Acadian seven-tones´ scale was used, the tones which came to Palestine probably with the returning Jews who were liberated by Cyrus about 539 BC. These scales have been used in Jerusalem from 444 BC.

After the destruction of Jerusalem in 70 AC, the early believers moved to Antioch together with Peter the founder of Christian church of Antioch. At that time Antioch was an important bridge between east and west and the point of meeting for other cultures. After the entry of Christianity into the Middle East in the second-third Century, the Christian mass service in Antioch standardized by using the Acadian main tones but in a particular order.

Scales from Acadia took form of eight different tones, a new one for each Sunday, beginning from the Church Consecration’s Sunday (first Sunday in November). These eight scales became the basis of the oriental music which is used until today in all the Middle East, Iran, Greece, Turkey and North Africa.

Bar Dayson (154 – 222 AC) composed 150 hymns. His hymns were so popular that they were sung generations after him. He fell into conflict with the Syrian Orthodox Church management. St. Ephraim (303-373 AC) was the successor of Bar Dayson in introducing new form of music into Church and to eliminate Bar Dayson’s teachings. He wrote nearly thirty thousand hymns and established the women choir.

St. Ignatios I Nurono "the Illuminator" (68-107 AC) founded the two alternating choirs. The holy Chamoun Ibn Sabaghin from Babel entered thereafter this form to the Eastern Church in 341. He called choirs for "Chorous". St. Ephram was followed by many famous church leaders like Rabula (360-435 AC), Shamoun Quqoyo (485-536 AC) and others. St. Jacob d’Orhoy (of Edessa) (+708) gathered all kinds of musical forms in the Syriac Orthodox Church and released them the current musical structure form .

All these hymns are protected today in the Beth Gazo (The Treasury of Chants) which contains up to 2500 different compositions, out of which about 700 or so survive. In the 1992 the Syriac Musician Nuri Iskandar released a notated Beth Gazo.

 
Photo de Drs Gewargis Acis.
 
Mardi 3 NOVEMBRE 2015. Eléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 14,15-24.

En entendant parler Jésus, un des convives lui dit : « Heureux celui qui participera au repas dans le royaume de Dieu ! »
Jésus lui dit : « Un homme donnait un grand dîner, et il avait invité beaucoup de monde.
À l’heure du dîner, il envoya son serviteur dire aux invités : “Venez, tout est prêt.”
Mais ils se mirent tous, unanimement, à s’excuser. Le premier lui dit : “J’ai acheté un champ, et je suis obligé d’aller le voir ; je t’en prie, excuse-moi.”
Un autre dit : “J’ai acheté cinq paires de bœufs, et je pars les essayer ; je t’en prie, excuse-moi.”
Un troisième dit : “Je viens de me marier, et c’est pourquoi je ne peux pas venir.”
De retour, le serviteur rapporta ces paroles à son maître. Alors, pris de colère, le maître de maison dit à son serviteur : “Dépêche-toi d’aller sur les places et dans les rues de la ville ; les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux, amène-les ici.”
Le serviteur revint lui dire : “Maître, ce que tu as ordonné est exécuté, et il reste encore de la place.”
Le maître dit alors au serviteur : “Va sur les routes et dans les sentiers, et fais entrer les gens de force, afin que ma maison soit remplie.
Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon dîner.” »

Mardi 3 NOVEMBRE 2015. Eléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

Extrait da Divine Liturgie de Saint Basile (4e siècle) .

Chers amis. A lire ce texte, vous qui en êtes familiers, vous retrouverez sans peine les racines Syriaques (De notre Liturgie d'Antioche-Jérusalem / St Jacques) de cette Prière Eucharistique de St Basile.
(Prière eucharistique, 1ère partie (trad. coll. Icthus, vol. 9, p. 72) 
 

« Va sur les routes et dans les sentiers...pour faire entrer les gens, afin que ma maison soit remplie »

 

Saint, Saint, Saint es-tu vraiment, Seigneur notre Dieu, il n'est pas de limite à la grandeur de ta sainteté :

tu as disposé avec droiture et justice toutes choses.

Tu as façonné l'homme avec le limon de la terre, tu l'as honoré de l'image même de Dieu, tu l'as placé dans un Paradis de délices en lui promettant, s'il observait les commandements, l'immortalité et la jouissance des biens éternels.

Mais il a transgressé ton commandement, Dieu véritable, et, séduit par la ruse du serpent, victime de son propre péché, il s'est soumis à la mort.

Par ton juste jugement, il fut chassé du Paradis dans notre monde, renvoyé à la terre d'où il avait été tiré. 


Mais tu disposais pour eux, dans ton Christ, le salut par la nouvelle naissance, car tu n'as pas rejeté pour toujours la créature que tu avais créée dans ta bonté ; tu as veillé sur elle de multiples façons dans la grandeur de ta miséricorde.

Tu as envoyé des prophètes, tu as fait des miracles par les saints qui, dans chaque génération, te furent agréables ; tu as donné la Loi pour nous secourir ; tu as établi les anges pour nous garder. 


Et quand vint la plénitude des temps, tu nous a parlé dans ton Fils unique, par qui tu as créé l'univers ; il est le rayonnement de ta gloire et l'image de ta nature ; il porte tout par sa puissante parole ; il n'a pas gardé jalousement son égalité avec Dieu, mais Dieu de toute éternité, il a paru sur la terre, il a vécu avec les hommes, a pris chair de la Vierge Marie, accepté la condition d'esclave, assumé notre corps de misère, pour nous rendre conformes à son corps de gloire (He 1,2-3 ;Ph 2,6-7 ;3,21). 


Comme par l'homme le péché était entré dans le monde, et par le péché la mort, il a plu à ton Fils unique, lui qui était éternellement dans ton sein, ô Père, mais est né d'une femme, de condamner le péché dans sa chair, afin que ceux qui mouraient en Adam, aient la vie dans le Christ (Rm 5,12 ;8,3).

En habitant dans ce monde, il nous a donné des préceptes de salut, nous a détournés de l'erreur des idoles, amenés à te connaître, toi, Dieu véritable. Par là il nous a conquis pour lui comme un peuple choisi, un sacerdoce royal, une nation sainte (1P 2,9).

Mardi 3 NOVEMBRE 2015. Eléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille Tradition Syriaque Spiritualité Chrétienne Pères de l'Eglise orthodoxie-orientale

Recherche

Articles Récents

Liens