Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 09:04
God is Trinity, Father, Son and Holy Spirit. This means that God is love. When we use the verb "I love", it immediately poses the question, "Who do you love?" If the other person does not exist then love cannot exist. The Metropolitan of Ochrid, Nikolai observes: "For someone to conceive of God without the Son, is the same as conceiving of Him, without love. Since all love demands its object. When someone says, "I love" on our part, the question "who do you love?" follows automatically. Who then, would God the Father have loved in eternity, before the creation of the world, if He did not have the Son as an object of His love? It would mean that He did not know how to love, nor was Love in His essence, before He created the world as an object of His love. This would then mean that God acquired something with His act of creation that He did not have before, and thus, He changed. However, this is neither logical, nor does it have any significance. At the same time, it conflicts with Holy Scripture, in which heaven bore witness that in God there is no change nor 'shadow of turning.' "Metropolitan Hierotheos, Entering the Orthodox Church, Page 58) / Dieu est Trinité, Père, Fils et Saint Esprit. Cela signifie que Dieu est amour. Lorsque nous disons "j'aime", aussitôt surgit la question "qui donc est-ce que vous aimez?" Si l'autre personne n'existe pas, alors l'amour ne saurait exister. Le métropolite d'Ochrid, saint Nicolas, fait remarquer : "Quelqu'un concevrait-il Dieu sans le Fils, cela reviendrait au même que de Le concevoir sans amour. Car tout amour nécessite son objet. Lorsque quelqu'un nous dit "je l'aime", de notre part, automatiquement suit la question "qui aimez vous?" Qui donc Dieu le Père aurait aimé de toute éternité, avant qu'Il n'aie créé l'univers, si il n'avait pas le Fils comme objet de Son amour? Cela signifierait qu'Il ne savait pas ce qu'est l'amour, ni n'était Amour en Son essence, avant qu'Il ne crée l'univers comme objet de Son amour. Cela signifierait alors que Dieu a acquis quelque chose par le biais de Son acte de création qu'Il n'aurait pas eu avant, et dès lors, Il aurait changé. Cependant, ceci n'est pas logique, ça ne veut rien dire. Et en même temps, cela entre en conflit avec la Sainte Écriture, dans laquelle le Ciel rend témoignage qu'en Dieu, il n'y a ni changement "ni ombre de mouvement" (Métropolite Hierotheos (Vlachos) de Nafpaktos, "Entering the Orthodox Church", Page 58 )

God is Trinity, Father, Son and Holy Spirit. This means that God is love. When we use the verb "I love", it immediately poses the question, "Who do you love?" If the other person does not exist then love cannot exist. The Metropolitan of Ochrid, Nikolai observes: "For someone to conceive of God without the Son, is the same as conceiving of Him, without love. Since all love demands its object. When someone says, "I love" on our part, the question "who do you love?" follows automatically. Who then, would God the Father have loved in eternity, before the creation of the world, if He did not have the Son as an object of His love? It would mean that He did not know how to love, nor was Love in His essence, before He created the world as an object of His love. This would then mean that God acquired something with His act of creation that He did not have before, and thus, He changed. However, this is neither logical, nor does it have any significance. At the same time, it conflicts with Holy Scripture, in which heaven bore witness that in God there is no change nor 'shadow of turning.' "Metropolitan Hierotheos, Entering the Orthodox Church, Page 58) / Dieu est Trinité, Père, Fils et Saint Esprit. Cela signifie que Dieu est amour. Lorsque nous disons "j'aime", aussitôt surgit la question "qui donc est-ce que vous aimez?" Si l'autre personne n'existe pas, alors l'amour ne saurait exister. Le métropolite d'Ochrid, saint Nicolas, fait remarquer : "Quelqu'un concevrait-il Dieu sans le Fils, cela reviendrait au même que de Le concevoir sans amour. Car tout amour nécessite son objet. Lorsque quelqu'un nous dit "je l'aime", de notre part, automatiquement suit la question "qui aimez vous?" Qui donc Dieu le Père aurait aimé de toute éternité, avant qu'Il n'aie créé l'univers, si il n'avait pas le Fils comme objet de Son amour? Cela signifierait qu'Il ne savait pas ce qu'est l'amour, ni n'était Amour en Son essence, avant qu'Il ne crée l'univers comme objet de Son amour. Cela signifierait alors que Dieu a acquis quelque chose par le biais de Son acte de création qu'Il n'aurait pas eu avant, et dès lors, Il aurait changé. Cependant, ceci n'est pas logique, ça ne veut rien dire. Et en même temps, cela entre en conflit avec la Sainte Écriture, dans laquelle le Ciel rend témoignage qu'en Dieu, il n'y a ni changement "ni ombre de mouvement" (Métropolite Hierotheos (Vlachos) de Nafpaktos, "Entering the Orthodox Church", Page 58 )

Première lettre de saint Pierre Apôtre 5,1-4.10-11.

Mes bien-aimés, j'exhorte les anciens qui sont parmi vous, moi ancien comme eux, témoin de la Passion du Christ et qui aurai part à la gloire qui doit être manifestée :
paissez le troupeau de Dieu qui vous est confié, veillant sur lui, non par contrainte, mais de bon gré ; non dans un intérêt sordide, mais par dévouement ;
non en dominateurs des Églises, mais en devenant les modèles du troupeau.
Et quand le Prince des pasteurs paraîtra, vous recevrez la couronne de gloire, qui ne se flétrit jamais.
Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés à sa gloire éternelle dans le Christ, après quelques souffrances, achèvera lui-même son œuvre, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables.
A lui soient la gloire et la puissance aux siècles des siècles ! Amen !


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 16,13-19.

En ce temps-là, Jésus vint aux environs de Césarée de Philippe, et il interrogeait ses disciples disant : "Quel est celui que les hommes disent être le Fils de l'homme ?"
Ils dirent : " Les uns Jean le Baptiste, d'autres Élie, d'autres Jérémie ou l'un des prophètes. "
Il leur dit : " Et vous, qui dites-vous que je suis ? "
Simon Pierre, prenant la parole, dit : " Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant. "
Jésus lui répondit : " Tu es heureux, Simon Bar-Jona, car ce n'est pas la chair et le sang qui te l'ont révélé, mais mon Père qui est dans les cieux.
Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle.
Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux : tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. "

“Someone thought that the Elder had treated him unjustly. He did not want to accept his explanations for anything. So he went to the Elder, full of anger, and showered him with a storm of accusations and curses. As he peeled an apple, the Elder listened to him silently till the end. As soon as the angry one finished cursing, the Elder offered him a piece, telling him, ‘Would you like, my child, a little apple?’  “A second shower of cursing: ‘Not from you, hypocrite!’  “The person got up abruptly to leave. Then the Elder stopped him and told him: ‘I will only tell you one word. Life has many changes. If you ever end up in need and think that I might be able to help you, don’t hesitate to knock on my door, fearing that I will remember these things you told me today. I have already forgotten them. Go with God’s blessing, my child!’  “Sure enough, a few years later, the person knocked on the Elder’s door—a plain shipwreck of life. Not only was he then aided and supported, but, crushed and humble, he also became a frequent visitor of the Elder’s confessional.”  (The power of humility and forgiveness, from the Life of the Greek Elder, Fr. Epiphanios Theodoropolos)

“Someone thought that the Elder had treated him unjustly. He did not want to accept his explanations for anything. So he went to the Elder, full of anger, and showered him with a storm of accusations and curses. As he peeled an apple, the Elder listened to him silently till the end. As soon as the angry one finished cursing, the Elder offered him a piece, telling him, ‘Would you like, my child, a little apple?’ “A second shower of cursing: ‘Not from you, hypocrite!’ “The person got up abruptly to leave. Then the Elder stopped him and told him: ‘I will only tell you one word. Life has many changes. If you ever end up in need and think that I might be able to help you, don’t hesitate to knock on my door, fearing that I will remember these things you told me today. I have already forgotten them. Go with God’s blessing, my child!’ “Sure enough, a few years later, the person knocked on the Elder’s door—a plain shipwreck of life. Not only was he then aided and supported, but, crushed and humble, he also became a frequent visitor of the Elder’s confessional.” (The power of humility and forgiveness, from the Life of the Greek Elder, Fr. Epiphanios Theodoropolos)

Par Saint Augustin 

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
Les Discours sur les psaumes, Ps 58, 1,7 ; CCL 39, 733-734 (trad. cf Delhougne, Les Pères commentent, p.106) 


 

« Ce sont les malades qui ont besoin de médecin »

 

Il y a des hommes forts...qui mettent leur confiance dans leur propre justice. 

Ils prétendent, en effet, être justes par eux-mêmes, et se considérant comme des gens bien portants, ils ont refusé le remède et ont mis à mort le médecin lui-même. 

Aussi bien, ce ne sont pas ces hommes forts que le Seigneur est venu appeler, mais les faibles... 

Ah, vous les forts qui n'avez pas besoin de médecin ! Votre force ne vient pas de la santé mais de la folie... 

Le Maître de l'humilité, qui a partagé notre faiblesse et nous a rendus participants de sa divinité, est descendu du ciel pour nous montrer le chemin et être lui-même notre chemin. 

Surtout il a bien voulu nous laisser l'exemple de son humilité...afin de nous apprendre à confesser nos péchés, à devenir humbles pour devenir forts et à faire nôtre cette parole de l'apôtre Paul : 

« Lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort » 

(2Co 12,10)... 

Quant à ceux qui se sont flattés d'être forts, qui ont, en d'autres termes, prétendu être justes par leur propre vertu, ils ont « buté contre la pierre d'achoppement » 

(Rm 9,32)... 

Ce sont ces hommes forts qui se sont jetés sur le Christ en se vantant de leur justice... 

Ils s'étaient mis au-dessus de la foule des faibles qui accouraient vers le médecin. Pourquoi ? 

Simplement parce qu'ils se croyaient forts... 

Ils ont tué le médecin de tous les hommes. 

Mais lui, dans sa mort, a préparé pour tous les malades un remède avec son sang.

+++

UNE PRIERE A MARIE POUR LA FRANCE:

« O Mère céleste, Notre-Dame, vous qui avez donné à cette nation tant de gages insignes de votre prédilection, implorez pour elle votre divin Fils, ramenez-la au berceau spirituel de son antique grandeur, aidez-la à recouvrer, sous la lumineuse et douce étoile de la foi et de la vie chrétienne, sa félicité passée, à s'abreuver aux sources où elle puisait jadis cette vigueur surnaturelle, faute de laquelle les plus généreux efforts demeurent fatalement stériles, ou tout au moins bien peu féconds ; aidez-la aussi, unie à tous les gens de bien des autres peuples, à s'établir ici-bas dans la justice et dans la paix, en sorte que, de l'harmonie entre la patrie de la terre et la patrie du ciel, naisse la véritable prospérité des individus et de la société tout entière.

Mère du bon conseil, venez au secours des esprits en désarroi devant la gravité des problèmes qui se posent, des volontés déconcertées dans leur impuissance devant la grandeur des périls qui menacent.

Miroir de justice, regardez le monde où des frères, trop souvent oublieux des grands principes et des intérêts communs qui devraient les unir, s'attachent jusqu'à l'intransigeance aux opinions secondaires qui les divisent, regardez les pauvres déshérités de la vie dont les légitimes désirs s'exaspèrent au feu de l'envie et qui parfois poursuivent des revendications justes, mais par des voies que la justice réprouve, ramenez-les dans l'ordre et le calme, dans cette « tranquillitas ordinis » qui, seule, est la vraie paix !

Regina pacis ! Oh ! oui ! En ces jours où l'horizon est tout chargé de nuages qui assombrissent les cœurs les plus trempés et les plus confiants, soyez vraiment, au milieu de ce peuple qui est vôtre, la Reine de la paix ; écrasez de votre pied virginal le démon de la haine et de la discorde ; faites comprendre au monde, où tant d'âmes droites s'évertuent à édifier le temple de la paix, le secret qui, seul, assurera le succès de leurs efforts : établir au centre le trône royal de votre divin Fils et rendre hommage à sa loi sainte, en laquelle la justice et l'amour s'unissent en un chaste baiser, justicia et pax osculatae sunt (Ps 84)

Et que, par vous, la France, fidèle à sa vocation, soutenue dans son action par la puissance de la prière, par la concorde dans la charité, par une ferme et indéfectible vigilance, exalte dans le monde le triomphe et le Règne du Christ, prince de la paix, Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Amen. »

Cardinal Pacelli (futur Pie XII, Pape de Rome), Cardinal légat en France, prière conclusive du discours sur la vocation de la France, 13 juillet 1937.
(In R.P. Gabriel-Marie Jacquier (1906-1942), "L'ordre social chrétien par le règne social de Marie", Le règne social de Marie, Paris, 1939.)

Cardinal Pacelli,Pie XII,prière,discours,vocation,France,1937,Marie,Notre-Dame,Regina pacis,Reine de la paix,Mère du bon conseil,Miroir de justice

Statue de Marie en façade de l'Université de Bonn, Allemagne 

 

La France Syro-Orthodoxe Francophone fait aujourd'hui mémoire de:

Saint HONORATabbé de Lérins, évêque d'Arles (350-429)

 FERRÉOL, évêque de Grenoble, martyr († 670)

JACQUES, évêque de Tarentaise († 429)

FURSY, abbé, fondateur de Lagny († 648)

LIBÉRATE, vierge à Pavie († Ve s.)

 

(La Messe de 10h30 sera célébrée pour le Roi Martyr, sa Famille et notre France au Monastère Syriaque ce dimanche 17 Janvier
Nous enchaînerons ensuite les 18-19-20 janvier 2016 par le 
Jeûne des "Rogations de Ninive".)

ATTENTION:

 

Les 18-19-20 janvier 2016

Jeûne des "Rogations de Ninive"
(En référence au Livre de Jonas dans l’ancien testament)


Le jeûne de la Baouta, abstinence jusqu'à midi et jeûne pendant ces 3 jours, a lieu 3 semaines avant le premier jour du Grand Carême, et ce pendant 3 jours (lundi, mardi et mercredi).

Les trois jours de jeûne des "rogations"(1) de Ninive :

C'est une fête religieuse pour toutes les Eglises de Tradition Syriaque ("Syriaques Orientales"(Assyrienne et Chaldéenne) et "Syriaques Occidentales" (Syriaque Orthodoxe et Malankare)  qui commémore la prédication de Jonas, épargnant la ville de la colère divine par son appel à la repentance.

Ces trois jours de jeûne et de pénitence rappellent donc la conversion des ninivites, et représentent aujourd’hui la conversion du monde et notre propre conversion.
(1) Du latin latin rogatio : «action de demander», «supplication», «prière».

 
Vendredi 15 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 
 

+++

 

Dear friends. Aloho M'Barek.

May this new year be for you and your friends bathed in the light of Christ our Redeemer, "Rising Sun who comes to visit us!"

Remember, in your prayers, our Christian brothers around the world suffer all sorts of indignities and vigorously testify of Christ and the Gospel of Love, Truth, Justice and Peace, sometimes up the supreme witness of Martyr ...

May they teach us by their heroic fidelity!

Again: Happy and Holy Year to you and all those you love: Peace, health, strength and serenity!

May the Mother of Mercy, Saint Abraham Koorilose Bava and St. Gregorios of Parumala accompanies you during this new year of their intercessions!

You are in our prayers, thank you to remember us in your own. Aloho m'barekh (God bless you)!

Your fraternally devoted and faithful in the Lord.

+ Mor Philipose -Mariam, Metropolitan

 

A WORD OF ST John Chrysostom FOR THE NEW YEAR:


"The year will be happy for you, not when you drink to be drunk on the first day, but when and the first and each of the other days you will do what is in accordance with God.
The day may be good or bad, not its essence because one day is not differentiated in any way another day, but because of our diligence or laziness.
If you have worked well when the day is good, but if you have sinned the day is bad and painful.
If you're going to think that way and have yourself so as to perform the prayers and works of charity, then the whole year will be happy for you;
if you start to neglect virtue for yourself and wait for your spiritual happiness in the early months of the day of days, so you will not have anything good. "

 

Chers amis. Aloho m'barekh.
Que cette année nouvelle soit pour vous et vos amis toute baignée de la lumière du Christ notre Rédempteur, "Soleil levant qui vient nous visiter" !

N'oubliez pas, dans vos prières, nos frères Chrétiens qui, partout dans le monde subissent toutes sortes d'affronts et témoignent vigoureusement  du Christ et de l'Evangile d'Amour, de Vérité, de Justice et de Paix, parfois jusqu'au témoignage suprême du Martyr...
Puissent-ils nous enseigner par leur fidélité héroïque !


Encore une fois : Bonne et Sainte année à vous et à tous ceux que vous aimez :
Paix, santé, force et sérénité !

« Que le Seigneur vous bénisse et vous garde! 

Que le Seigneur fasse briller sur vous son visage, et qu’il vous fasse grâce! 

Que le Seigneur tourne vers vous son visage, et qu’il vous apporte la paix! »

(Nb VI, 24-26)
« Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint Esprit soient avec vous tous. Amen. »
(2 Co XIII, 13)

Que la Mère de Miséricorde, Saint Abraham Koorilose Bava et Saint Gregorios de Parumala vous accompagne tout au cours de cette nouvelle année de leurs intercessions !

 

 Puisse la sérénité tout au long de cette année 2016, régner dans votre cœur ! Heureux ceux qui laissent la lumière du Christ les éclairer pour faire des choix ou pour prendre les décisions dans leurs vies et agir en conséquence...


Vous êtes dans nos prières, merci de ne pas nous oublier dans les vôtres.
Aloho m’barekh (Dieu vous bénisse) !


Votre fraternellement et fidèlement dévoué en Notre-Seigneur.


+Mor Philipose-Mariam, métropolite

 

UN MOT DE SAINT JEAN CHRYSOSTOME POUR LE NOUVEL AN :

« L'année sera heureuse pour toi non pas quand tu boiras jusqu'à en être ivre le premier jour, mais lorsque et le premier et chacun des autres jours tu vas faire ce qui est conforme à Dieu. 


La journée peut-être bonne ou mauvaise non pas par son essence car un jour ne se différencie en rien d'un autre jour, mais du fait de notre assiduité ou de la paresse. 


Si tu as œuvré le bien, alors la journée sera bonne, en revanche si tu as péché la journée sera mauvaise et pénible. 


Si tu vas raisonner de cette façon et disposer de toi-même de façon à effectuer les prières et les œuvres de charité, alors toute l'année sera heureuse pour toi; 
si tu commences à négliger la vertu par toi-même et attendre ton bonheur spirituel dès le début des mois et du compte des jours, alors tu n'auras rien de bon.»

 

+++

 

Merault de Bizy,nom,Jésus,Christ,Seigneur,saint Bernard,saint Augustin

 

+++

 

Dear friends. Aloho M'Barek.

May this new year be for you and your friends bathed in the light of Christ our Redeemer, "Rising Sun who comes to visit us!"

Remember, in your prayers, our Christian brothers around the world suffer all sorts of indignities and vigorously testify of Christ and the Gospel of Love, Truth, Justice and Peace, sometimes up the supreme witness of Martyr ...

May they teach us by their heroic fidelity!

Again: Happy and Holy Year to you and all those you love: Peace, health, strength and serenity!

May the Mother of Mercy, Saint Abraham Koorilose Bava and St. Gregorios of Parumala accompanies you during this new year of their intercessions!

You are in our prayers, thank you to remember us in your own. Aloho m'barekh (God bless you)!

Your fraternally devoted and faithful in the Lord.

+ Mor Philipose -Mariam, Metropolitan

 

A WORD OF ST John Chrysostom FOR THE NEW YEAR:


"The year will be happy for you, not when you drink to be drunk on the first day, but when and the first and each of the other days you will do what is in accordance with God.
The day may be good or bad, not its essence because one day is not differentiated in any way another day, but because of our diligence or laziness.
If you have worked well when the day is good, but if you have sinned the day is bad and painful.
If you're going to think that way and have yourself so as to perform the prayers and works of charity, then the whole year will be happy for you;
if you start to neglect virtue for yourself and wait for your spiritual happiness in the early months of the day of days, so you will not have anything good. "

 

Chers amis. Aloho m'barekh.
Que cette année nouvelle soit pour vous et vos amis toute baignée de la lumière du Christ notre Rédempteur, "Soleil levant qui vient nous visiter" !

N'oubliez pas, dans vos prières, nos frères Chrétiens qui, partout dans le monde subissent toutes sortes d'affronts et témoignent vigoureusement  du Christ et de l'Evangile d'Amour, de Vérité, de Justice et de Paix, parfois jusqu'au témoignage suprême du Martyr...
Puissent-ils nous enseigner par leur fidélité héroïque !


Encore une fois : Bonne et Sainte année à vous et à tous ceux que vous aimez :
Paix, santé, force et sérénité !

« Que le Seigneur vous bénisse et vous garde! 

Que le Seigneur fasse briller sur vous son visage, et qu’il vous fasse grâce! 

Que le Seigneur tourne vers vous son visage, et qu’il vous apporte la paix! »

(Nb VI, 24-26)
« Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint Esprit soient avec vous tous. Amen. »
(2 Co XIII, 13)

Que la Mère de Miséricorde, Saint Abraham Koorilose Bava et Saint Gregorios de Parumala vous accompagne tout au cours de cette nouvelle année de leurs intercessions !

 

 Puisse la sérénité tout au long de cette année 2016, régner dans votre cœur ! Heureux ceux qui laissent la lumière du Christ les éclairer pour faire des choix ou pour prendre les décisions dans leurs vies et agir en conséquence...


Vous êtes dans nos prières, merci de ne pas nous oublier dans les vôtres.
Aloho m’barekh (Dieu vous bénisse) !


Votre fraternellement et fidèlement dévoué en Notre-Seigneur.


+Mor Philipose-Mariam, métropolite

 

UN MOT DE SAINT JEAN CHRYSOSTOME POUR LE NOUVEL AN :

« L'année sera heureuse pour toi non pas quand tu boiras jusqu'à en être ivre le premier jour, mais lorsque et le premier et chacun des autres jours tu vas faire ce qui est conforme à Dieu. 


La journée peut-être bonne ou mauvaise non pas par son essence car un jour ne se différencie en rien d'un autre jour, mais du fait de notre assiduité ou de la paresse. 


Si tu as œuvré le bien, alors la journée sera bonne, en revanche si tu as péché la journée sera mauvaise et pénible. 


Si tu vas raisonner de cette façon et disposer de toi-même de façon à effectuer les prières et les œuvres de charité, alors toute l'année sera heureuse pour toi; 
si tu commences à négliger la vertu par toi-même et attendre ton bonheur spirituel dès le début des mois et du compte des jours, alors tu n'auras rien de bon.»

 

+++

Après avoir fêté la Nativité et l'Adoration des Mages qui étaient la manifestation de Dieu dans le petit enfant de la crèche, voici que nous célébrons en ce jour de la Théophanie une autre Epiphanie :

*la manifestation qui inaugure la Vie publique de Jésus, sa vie de grand missionnaire envoyé par le Père.

Il s’agit de son Baptême. Une question se pose chaque fois que nous entendons cet Evangile : pourquoi Jésus a-t-il voulu recevoir le Baptême de pénitence donné par Jean-Baptiste ?

-Ce n’est pas pour Lui, c’est pour nous.

Ce n’est pas pour Lui : certes, il est là dans la foule, attendant d’être plongé à son tour dans les eaux du Jourdain, en apparences, rien ne le distingue et pourtant il n’est pas un homme comme les autres, car il porte au fond de lui-même un secret, un très grand mystère... et c’est la voix de Dieu le Père qui lève le voile sur ce mystère lorsque depuis le ciel qui s’est déchiré au-dessus de Jésus, il déclare très solennellement  « Tu es mon Fils, aujourd’hui je t’ai engendré »  "Tu es mon Fils Bien-aimé, en Toi j’ai mis tout mon amour ».

La voilà mise en lumière dès le commencement de sa vie publique, la véritable personnalité, absolument unique de Jésus :

*Il est le Fils Bien-aimé du Père, à la fois Dieu et Homme parfaitement Dieu et parfaitement homme.

Lui, qui de toute éternité est la parfaite Image du Père, qui lui est égal en toutes choses, il a voulu prendre dans le sein de la Vierge Marie une nature en tout semblable à la nôtre, sauf le péché.

Etant sans péché, d’une sainteté totale, Jésus n’a pas besoin de recevoir le Baptême de Jean qui est un rite symbolique, réservé aux pécheurs qui veulent se convertir après avoir reconnu et avoué leurs fautes.

S’il tient à accomplir cette démarche exceptionnelle dans un grand acte d’humilité, un grand abaissement, ce n’est donc pas pour Lui, c’est pour nous.

Lui qui est descendu du ciel pour être notre Rédempteur et Sauveur, il veut se rendre solidaire des pauvres pécheurs que nous sommes, il veut prendre sur Lui tous les péchés de tous les hommes, signifiant ainsi que Dieu se fait présent à l’intérieur de nos misères et que là où abonde le péché, surabonde son amour miséricordieux.

On peut dire qu’en plongeant son corps très saint dans les eaux du Jourdain, Jésus nous y plongeait tous avec Lui et y noyait déjà tous les péchés du monde.

Ce qu’il importe aussi de bien comprendre, frères et sœurs, c’est que pour Jésus, le fait d’entrer dans l’eau du Jourdain signifie qu’il a conscience de s’engager sur une voie qui le conduira jusqu’en sacrifice suprême, ce sacrifice de la Croix, grâce auquel il pourra donner la mesure la plus extrême de son amour et procurer ainsi à tous les hommes, pardon et purification.

N’oublions pas que pour désigner ce sacrifice rédempteur, Jésus lui-même s’est servi de l’image du Baptême : « Je dois recevoir un Baptême et comme j’ai hâte qu’il soit consommé ».

Quel mystère, frères et sœurs !

Jésus, sur la Croix a reçu un Baptême de Sang, et c’est dans ce sang que l’humanité toute a été baptisée d’un Baptême collectif d’une efficacité infinie. Baptême que chaque être humain dans le temps de son existence n’a plus qu’à accepter volontairement dans un acte personnel d’union au Christ.

C’est incorporation au Christ, c’est le sacrement de Baptême donné par l’Eglise qui l’a réalisée pour chacun et chacune d’entre nous.

Voilà pourquoi il fut un évènement décisif sont on ne soulignera jamais assez l’importance.

C’est à ce moment-là en effet, que nous sommes « nés de Dieu », devenus des fils et filles de Dieu appelés à être d’autres christ, des copies vivantes de Jésus !

N’est-ce pas merveilleux, frères et sœurs ? Mais avons-nous bien mesuré tout ce que cela implique ?

Nous savons que depuis sa Résurrection et son retour au ciel au jour de son Ascension, Jésus ne vit plus ici-bas dans son Corps historique (ce corps physique semblable au nôtre qui a été le sien durant 33 ans) mais qu’il continue cependant à vivre sur terre à travers les membres de son Corps mystique, c’est-à-dire à travers les baptisés.

C’est donc à travers nos vies qu’il désire continuer tous ses mystères, propager son message de salut et transfuser son amour.

C’est à travers nos décisions qu’il veut agir concrètement dans le monde. C’est grâce à nos paroles et à notre témoignage qu’il veut conduire les hommes à la Lumière de la Foi, c’est avec nos cœurs remplis de son amour qu’il veut aimer nos frères les plus proches comme les plus lointains.

Autrement dit : le baptisé, c’est quelqu’un qui prête son humanité à Dieu pour qu’il en dispose à son gré en faveur de la mission, pour l’extension de son règne.

Le baptisé, le chrétien c’est quelqu’un qui joue le rôle de Jésus, qui le joue vraiment se comportant entres choses comme Jésus se comporterait s’il était à sa place.

Frères et sœurs, si nous avons bien compris cela, nous n’avons pas de droit de vivre dans la médiocrité, dans cette tiédeur qui caractérise aujourd’hui tant et tant de baptisés.

Nous savons que le Seigneur juge avec une particulière sévérité cet état de paresse spirituelle :

« Je connais ta conduite, déclare-t-il, à celui qui est tiède, tu n’es ni froid ni chaud, que n’es-tu l’un ou l’autre ? Ainsi puisque te voilà tiède, ni chaud, ni froid, je vais te vomir de ma bouche... » (Apoc. 3)

"Je pense que tout Chrétien Orthodoxe doit être missionnaire.

Nous avons tous des familles, mais tous nos proches ne sont pas croyants.

Qui va faire découvrir le Christ aux gens qui nous entourent, au travail et à l'école?

Qui sera un témoin vivant parmi eux? (Père Stanislav )

Alors, si cela s’avère nécessaire, ressaisissons-nous, ravivons notre ferveur de manière à pouvoir répondre pleinement à notre vocation baptismale qui est une vocation à la sainteté, à l’image de Marie, la Toute-Sainte.

Une dernière remarque pour conclure.

Chacun devient ce pour quoi il vit ou ce qu’il recherche.

  • Qui recherche les choses vaines deviendra superficiel et inconsistant.
  • Qui recherche le péché, deviendra pécheur.
  • Mais qui recherche Dieu et une communion intime avec Lui sera Divinisé puisque ce que le Christ-Tête de l'Eglise est par nature, nous le devenons par la grâce !

« Quelle puissance le nom de Jésus-Christ donne

à nos prières ! elles cessent alors visiblement de ramper sur la terre, elles s'élèvent vers le ciel comme un encens d'agréable odeur. O nom de Jésus-Christ ! nom auguste, au-dessus de tout nom : Nomen quod est super omne nomen. Nom consolant, puisqu'il nous rappelle la miséricorde de Jésus-Christ pour l'homme ; nom qui nous rend par la prière tout puissants auprès de Dieu : car la parole de Jésus-Christ y est formelle ; c'est la parole du Dieu de vérité, il a daigné la confirmer par serment : en vérité, en vérité, je vous le dis, tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom, vous sera accordé. On voit que rien n'est excepté, mais seulement dans l'ordre du salut ; car, dit saint Augustin, au nom d'un Dieu qui est venu pour nous sauver, peut-on demander comme des biens ce qui serait étranger ou quelquefois contraire à notre salut ?

On sent bien que, pour obtenir ces heureux effets du nom de Jésus-Christ, il doit être prononcé avec foi et dans de saintes dispositions ; la parole de l’Écriture y est formelle : tous ceux qui diront, Seigneur, Seigneur, c'est-à-dire, qui ne le diront que des lèvres, n'entreront point dans le royaume des cieux. Ce nom a été sur les lèvres de l'aveugle de Jéricho. Jésus, fils de David, s'écriait-il, ayez pitié de moi. En vain on lui imposa le silence ; sa foi le fit triompher de ces obstacles, et lui obtint un miracle. Combien de fois de nom de salut et de bénédiction est-il répété par nous chaque jour dans ces litanies si connues, composées en l'honneur de Jésus-Christ. On ne voit point que ce nom, quoique tout-puissant, nous guérisse d'aucune de nos passions. Croyons avec l’Écriture que nul ne peut dire Seigneur Jésus que par un mouvement de l'Esprit Saint. Alors ce nom sera prononcé avec intelligence, avec amour ; alors il excitera dans nos cœurs cet heureux tressaillement qu'éprouvait saint Bernard (*). Nous ne le prononcerons point, selon la pensée de saint Augustin, sans goûter les consolations de l'espérance, et le tentateur effrayé s'éloignera de nous. »

(*) : cf. la méditation proposée hier.

Athanase René Merault de Bizyin "Instructions pour les fêtes de l'année", Tome premier (Sur le saint nom de Jésus), Librairie catholique de Perisse Frères, Lyon - Paris, 1841.

Merault de Bizy,nom,Jésus,Christ,Seigneur,saint Bernard,saint Augustin

 

Quelqu'un estimait que l'Ancien l'avait injustement traité. Il ne voulu pas accepter ses explications ou quoi que ce soit. Alors il partit en colère voir l'Ancien, et le couvrit d'un flot d'accusations et d'imprécations. Pendant ce temps, l'Ancien pelait une pomme, l'écoutant silencieusement, jusqu'au bout. Lorsque le colérique eu achevé sa tirade, l'Ancien lui offrit un morceau de pomme, lui disait "Mon enfant, voudriez-vous un peu de pomme?"  L'autre hurla "Rien de vous, hypocrite!"  La personne se leva brusquement et parti. Alors l'Ancien l'arrêta et lui dit : "Je ne te dirai que ce bref mot. La vie comporte beaucoup de changements. Si un jour tu te retrouvais dans le besoin et pensait que je pourrais t'aider, n'hésite pas à frapper à ma porte, n'aie pas peur que je me souvienne de ces choses que tu m'as dite aujourd'hui. Je les ai déjà toutes oubliées. Va avec la bénédiction de Dieu, mon enfant!"  Comme prévisible, quelques années plus tard, cette même personne frappa à la porte de l'Ancien - elle était devenue une véritable épave de la vie. Non seulement il fut aidé et soutenu, mais écrasé et humble, il devint aussi un habitué de la confession chez l'Ancien.(La puissance de l'humilité et du pardon vainc tout (geron Ephiphanios Theodoropolos))

Quelqu'un estimait que l'Ancien l'avait injustement traité. Il ne voulu pas accepter ses explications ou quoi que ce soit. Alors il partit en colère voir l'Ancien, et le couvrit d'un flot d'accusations et d'imprécations. Pendant ce temps, l'Ancien pelait une pomme, l'écoutant silencieusement, jusqu'au bout. Lorsque le colérique eu achevé sa tirade, l'Ancien lui offrit un morceau de pomme, lui disait "Mon enfant, voudriez-vous un peu de pomme?" L'autre hurla "Rien de vous, hypocrite!" La personne se leva brusquement et parti. Alors l'Ancien l'arrêta et lui dit : "Je ne te dirai que ce bref mot. La vie comporte beaucoup de changements. Si un jour tu te retrouvais dans le besoin et pensait que je pourrais t'aider, n'hésite pas à frapper à ma porte, n'aie pas peur que je me souvienne de ces choses que tu m'as dite aujourd'hui. Je les ai déjà toutes oubliées. Va avec la bénédiction de Dieu, mon enfant!" Comme prévisible, quelques années plus tard, cette même personne frappa à la porte de l'Ancien - elle était devenue une véritable épave de la vie. Non seulement il fut aidé et soutenu, mais écrasé et humble, il devint aussi un habitué de la confession chez l'Ancien.(La puissance de l'humilité et du pardon vainc tout (geron Ephiphanios Theodoropolos))

L'Apôtre Pierre et la conscience Orthodoxe
par l'archevêque Stylianos d'Australie
 
Pierre tiré des eaux
évangéliaire de Saint-Bertin
Flandres, anno 1200
"Éloignes-Toi de moi,
car je suis un homme pécheur, O Seigneur"
(Luc 5,8)

Lorsque nous parlons de l'Apôtre Pierre, nous vient en général à l'esprit l'Apôtre bouillant et dynamique, qui se tenait au milieu des Douze comme "le principal Apôtre."Car nous nous souvenons que bien souvent, nous le voyons dans les textes sacrés comme étant le chef de diverses activités, agissant aussi au nom du restant des Apôtres, et cependant, sans jamais se séparer du restant d'entre eux.

Par exemple, le Christ demande "Au dire des gens, qui est le Fils de l'Homme?", Pierre se hâte de faire, de la part de tous, cette bienheureuse confession : "Tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant."Pour cette raison, il n'était que naturel qu'il reçoive après cela, à nouveau au nom de ses condisciples Apôtres, la béatitude du Christ, qui fut adressée aux croyants de tous les temps : "Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais Mon Père qui est dans les Cieux"(Mat. 16,17).

Les disciples voient Judas arriver avec la bande de soldats, pour arrêter Jésus, et à nouveau c'est Pierre qui réagit, tirant son épée du fourreau et tranchant l'oreille droite de Malchus, qui était le serviteur du grand prêtre (cfr Jean 18,10).

Une telle spontanéité, un tel dynamisme de la part de Pierre explique pourquoi le Christ parlera à cet Apôtre soit pour lui demander "M'aimes-tu?"et pour projeter cet exemple caractéristique de faiblesse humaine, ou même pour amèrement le houspiller, comme dans le cas où Il fut obligé de l'appeler "satan"(cfr Mat. 16,23).

Nous devrions admettre que, soit qu'il aie peur un temps durant et renie le Christ dans le jardin du grand prêtre, ou soit qu'il s'en repente peu après et "sortit et pleura amèrement"(Mt 26,75), le brave Pierre nous donne l'image la plus vivante qui soit, celle d'un homme qui ne sait pas faire les choses à moitié ou simuler. C'est un homme de chair et de sang, mais aussi plein de feu et d'enthousiasme. C'est pour cette raison qu'il repose à chaque minute ses faiblesses humaines et son caractère contradictoire, de même que toute la puissance et beauté de sa vérité.

On pourrait s'attendre à ce qu'un tel type d'homme devienne l'image à suivre pour les Chrétiens de l'Orient, et cependant, ce ne fut pas le cas. Certes, dans le culte liturgique officiel de notre Église et dans notre théologie, nous n'avons pas commis la moindre injustice contre l'Apôtre Pierre. Étant toujours pleinement conscients qu'il est le frère de notre André, le premier appelé et saint patron de Constantinople, nous accordons une place spéciale aux Épîtres Catholiques de saint Pierre en leur donnant la place de Lecture principale aux Vêpres festives lors de la fête patronale de l'Apôtre André.

Cependant, plus largement dans la conscience du peuple Orthodoxe, assurément qu'il a été fait injustice envers l'Apôtre Pierre. Il suffit de considérer que vous trouverez difficilement où que ce soit dans le monde quelqu'église dédiée au chef des Apôtres. Et même dans le cas où nous aurions une église dédiée à la mémoire de Pierre et Paul, nos fidèles l'appellent "église de saint Paul."

L'explication de cette "injustice"n'est pas difficile à comprendre. Depuis le moment où l'Occident a voulu projeter l'Apôtre Pierre en avant, au point d'en exagérer son rôle et en faire le "prince des Apôtres"et le regarder lui – et non pas sa bienheureuse confession – comme le fondement de toute l'Église, cela l'a rendu étranger pour l'Orient. Et quand par la suite, le pape de Rome tenta d'affirmer la primauté papale et l'infaillibilité sur base de la supposition que Pierre aurait aussi eu ces privilèges, et qu'il les aurait transférés exclusivement à l'évêque de Rome, il ne fut que naturel que ce qui était un processus d'éloignement se développe en une intense antipathie, qui, fatalement, allait se refléter sur la personne sacrée de l'Apôtre Pierre, quand bien même ce dernier n'était bien sûr responsable en rien de l'affabulation de Rome.

Précisément pour cette raison, il est temps que nous lisions à nouveau avec soin tout ce qui concerne l'Apôtre Pierre dans le Nouveau Testament, afin que nous soyons à même de revivre l'authentique Apôtre de la Foi, de la prière, de l'action et de la repentance.

Parmi les nombreux passages qui décrivent des aspects caractéristiques de la vie de saint Pierre, le plus émouvant n'est ni sa confession à Césarée de Philippe, que nous avons déjà mentionnée, ni l'épisode de ses amères larmes après sa trahison passagère dans le jardin du grand prêtre. Car tant la confession que la repentance se trouvaient dans la logique immédiate des choses pour tous les Apôtres qui vivaient le mystère de la présence directe du Dieu-Homme. Ce qui se trouvait au-delà de cette "logique des choses", ce qui constitue peut-être l'élément biographique le plus émouvant de saint Pierre, c'est le fait qu'à un certain moment, il ressentit sa propre indignité au point de s'humilier. Et il ne fut pas du tout honteux de déclarer ceci devant le Christ, posant dès lors à jamais un point de repère décisif pour l'humilité. C'était lorsqu'il vit le Maître accomplir des miracles allant même au delà de l'illogique, en remplissant les filets avec des poissons là où précisément peu auparavant il n'y avait aucun poisson. Et ce n'était pourtant pas la première fois qu'il avait vu Jésus accomplir des miracles et faire du bien pour les gens : faisant marcher un paralytique, rendant la vue aux aveugles, ramenant un mort à la vie.

Certes, à la vue de ces grands miracles inédits, saint Pierre se tenait dans la crainte et l'émerveillement, ce que faisaient d'ailleurs aussi les autres disciples, cependant, il n'y a nulle mention de contrition ou de conscience de son état pécheur. Comment expliquerions-nous ce paradoxe? La seule explication que l'on pourrait donner, c'est que ces gens qui souffraient profondément de douleur et de maladie se voyaient accorder un bienfait. Ils avaient sûrement été purifiés, et en quelque sorte étaient devenus dignes de cette miséricorde divine. Mais dans le cas de la nuit passée pour rien en mer, sans pèche fructueuse, il n'y avait aucune raison particulière pour que le Christ sente de la sympathie envers saint Pierre et les autres disciples qui étaient avec lui. Il y avait bien d'autre gens qui avaient travaillé des heures durant en ce même endroit, sans rien y avoir prit! Est-ce que le Christ avait fait le moindre miracle pour eux? Alors pourquoi aurait-Il dû montrer une sympathie particulière envers Pierre? Il semble que tous ces "pourquois"avaient provoqué une révolte silencieuse dans sa conscience, et comme il ne pouvait trouver ni réponse ni excuse, il sentit un besoin encore plus grand de confesser son état pécheur envers le Dieu Omniscient : "éloignes-Toi de moi, O Seigneur, car je suis un homme pécheur."

Qui d'autre parmi les Douze Apôtres a jamais osé faire une telle confession? Qui d'autre a jamais fait une telle comparaison? Qui d'autre se considéra comme moindre que les autres, et indigne même d'une telle "heureuse"prise de poisson?

Ceci signifie que le "chef"des Apôtres était en même temps le plus humble et le plus contrit de tous les autres Disciples du Christ. Qu'est-ce que quelqu'un du genre de Pierre pourrait avoir en commun avec celui que l'Occident inventa avec cet imaginaire "prince des Apôtres?"

Le voilà, alors, ce véritable Pierre, cette personne de contrition et d'humilité, celui qui à la fin sacrifiera vraiment sa vie pour le Christ, exactement comme il Le lui avait promis, le voilà
 celui qui mérite d'être à nouveau considéré comme le "chef"de tous les Apôtres pour tous ses dons. Et nous devrions l'aimer précisément comme il nous a enseigné à le faire dans sesÉpîtres Catholiques, à savoir l'aimer ardemment (1 Pierre 1,22).

Paru dans "Voice of Orthodoxy", v. 11(11), Novembre 1990, publication officielle de l'archidiocèse grec-orthodoxe d'Australie.

 
+ Stylianos
 
*-*-*-*-*

Voir aussi cette autre belle méditation de mgr Stylianos :
"La famille: une perspective Chrétienne Orthodoxe"
http://stmaterne.blogspot.com/2007/01/la-famille-une-perspective-chrtienne.html

A lire aussi :

Riche étude fort précise et documentée, sur base de la patristique :
"L'Apôtre Pierre a-t'il été le premier pape de Rome?"

"L'Apôtre Pierre et l'évêque de Rome", un texte du père Nicolas Afanassieff

http://www.orthodoxie.com/2006/06/laptre_pierre_e.html


 
Saint Pierre, surmonté de 3 médaillons - 1 jeune saint non-identifié (Jean?), le Christ, la Vierge Marie. Icône à l'encaustique, écrite à Constantinople fin du 6ème ou début du 7ème siècle. Conservée au monastère Sainte-Catherine au Mont-Sinaï
 
*-*-*-*-*-*-*-*-*
Le Missel gallican de Stowe, aussi dit "Missel Celtique", comporte une prière spécifique pour saint Pierre, ainsi que cette autre prière de collecte utilisable ce jour.
Une traduction en néerlandais de ce Missel est reprise dans l'excellent "Keltisch gebendenboek", publié par le monastère de la Mère de Dieu à Pervijze, près de Diksmuide (patriarcat de Moscou)

Extrait de la LITURGIE selon le MISSEL de LORRHA-STOWE

COLLECTE D'INTRODUCTION
Pendant la prière on baisse la tête. La collecte du jour ou du propre est ici utilisée à la place de la prière suivante qui est dite seulement aux fêtes du Christ et de Pierre.

Prêtre: Dieu, Toi qui as remis les clefs du Royaume céleste à Ton apôtre béni Pierre; qui lui as accordé le pouvoir de lier ou de délier les âmes; qui l’as établi comme grand-prêtre; reçois aussi bien nos prières de pénitence que de demande. Nous Te supplions de nous accorder Ton aide, afin que nous soyons délivrés des liens de nos péchés, par Jésus-Christ, notre Seigneur, Qui règne avec Toi et avec le Saint-Esprit, Dieu, dans les siècles des siècles.
Peuple: Amen.


Le Missel gallican de Stowe, aussi dit "Missel Celtique", comporte une prière spécifique pour saint Pierre, ainsi que cette autre prière de collecte utilisable ce jour. Il est particulièrement remarquable que cette Liturgie Orthodoxe aie comme préface spéciale ouvrant l'ensemble une prière qui soit particulière pour saint Pierre.

Une traduction en néerlandais de ce Missel est reprise dans "Keltisch gebendenboek", publié par le monastère de la Mère de Dieu à Pervijze, près de Diksmuide (patriarcat de Moscou). C'est tout à leur honneur que d'avoir donné large place à nos racines spirituelles particulières, gallicanes, dans leurs publications.
missel celtique en neerlandais, publication du monastere de Pervijze, patriarcat de Moscoumissel celtique en neerlandais, publication du monastere de Pervijze, patriarcat de MoscouExtrait de la LITURGIE selon le MISSEL de LORRHA-STOWE

COLLECTE D'INTRODUCTION
Pendant la prière on baisse la tête. La collecte du jour ou du propre est ici utilisée à la place de la prière suivante qui est dite seulement aux fêtes du Christ et de Pierre.

Prêtre: Dieu, Toi qui as remis les clefs du Royaume céleste à Ton apôtre béni Pierre; qui lui as accordé le pouvoir de lier ou de délier les âmes; qui l’as établi comme grand-prêtre; reçois aussi bien nos prières de pénitence que de demande. Nous Te supplions de nous accorder Ton aide, afin que nous soyons délivrés des liens de nos péchés, par Jésus-Christ, notre Seigneur, Qui règne avec Toi et avec le Saint-Esprit, Dieu, dans les siècles des siècles.
Peuple: Amen.

PRÉFACE POUR LES APÔTRES ET TOUS LES SAINTS
Il est digne et juste, légitime et glorieux pour nous, Seigneur Dieu tout-puissant, de Te rendre grâces tous les jours de notre vie, mais en ce jour d’amour et d’abondance, il est nécessaire de Te rendre grâces à Toi et à l’Esprit-Saint, au cours de la célébration de la fête de -N- apôtre (ou saint). Accorde-nous donc, Dieu tout-puissant: foi, espérance et amour, une fin de vie catholique et la plénitude de la paix, par l’exemple et la mémoire de notre saint -N- en l’honneur duquel l’offrande est apportée aujourd’hui. Puisse t’elle nous apporter le Salut, par Jésus-Christ, notre Seigneur, pour qui tous les Anges, Archanges, prophètes et apôtres, martyrs et confesseurs, vierges et tous les saints, d’un hymne éternel et d’un chant de louange infatigable, ensemble avec les 4 Vivants et les 24 Anciens chantent ensemble en disant: [..]

 
L'appel de Pierre et André
 

Saint Honorat de Lerins, qui êtes-vous ?

 

Il appartenait à l'aristocratie gallo-romaine. Il éprouva très tôt une attirance pour la vie monastique, ce qui entraîna l'hostilité de sa famille, en particulier de son père. D'après saint Hilaire d'Arles, ce dernier chercha donc par tous les moyens à le détourner du baptême et tenta de le distraire par toutes sortes de divertissements. Mais ce fut en vain : Honorat, qui n’avait que douze ans, patienta jusqu'à l'adolescence et entama alors un catéchuménat qui dura trois années. Son frère aîné, Venantius, se convertit à son tour et tous deux se mirent à pratiquer l'ascèse dans leur patrie. Ils cherchaient en tous points à mettre en pratique les préceptes de l'Evangile. Et ils y réussirent si bien que leur renommée se répandit et déborda la ville et la contrée, au point que, effrayés par leur propre gloire, ils décidèrent de fuir en vendant tous leurs biens afin d'en distribuer aux pauvres les bénéfices.

image014

Les deux frères, escortés par leur ami Caprais, quittèrent leur patrie pour échapper à cette renommée encombrante. Ils s'embarquèrent à Marseille pour rejoindre la Grèce ou Venantius mourut. Honorat, malade, revint en Occident afin de poursuivre son ascèse sous des cieux plus cléments.

Honorat et Caprais demeurèrent à Fréjus, où Honorat devint à nouveau si célèbre que les foules accouraient de loin pour entendre sa parole. Mais cette célébrité lui devint pesante et même intolérable.

C'est à la grotte du Cap-Roux, qu'avec Caprais, il tenta de mettre en pratique les enseignements des Pères du désert. Honorat descendait parfois de la montagne pour exercer son apostolat auprès des pêcheurs du petit port d’Agay. Mais bientôt la grotte reçut la visite des quémandeurs. Il fallut donc partir à nouveau.

Honorat demanda à un pêcheur d’Agay de les conduire sur l’île de Lérins, île petite, inhabitable, sans eau, remplie de serpents.

La légende raconte que, lorsque Honorat y posa le pied, celle-ci trembla. Les serpents grouillaient partout. Honorat étendit les mains et invoqua le Christ. Aussitôt tous les serpents expirèrent en dégageant une odeur pestilentielle. Honorat se remit alors à prier. Le vent se leva et un raz de marée balaya l’île. Honorat et Caprais s’étaient réfugiés en haut d’un palmier. Quand la mer se retira, l’île était purifiée.

Honorat et Caprais bâtirent deux abris sommaires et ils reprirent leur vie érémitique. Mais, comme il fallait s’y attendre, leur installation à Lérins provoqua un grand mouvement de curiosité sur tout le littoral. Et au grand désappointement des deux solitaires, se produisit le contraire de ce qu’ils avaient espéré : de plus en plus nombreuse la foule réapparut devant leur ermitage.

Certains, parmi cette foule, touchés par l’exemple des deux moines, se construisaient un abri sur le rocher, quémandant chaque jour un conseil pour se livrer à leur tour aux mortifications corporelles et à la purification de l’esprit. Peu à peu se constitua sur l’île, ce type intermédiaire entre l’érémitisme et le monastère organisé : la laure, où chacun vivait seul dans son abri pour se retrouver le dimanche à la célébration de la synaxe eucharistique.

L’évêque Léonce de Fréjus avait ordonné prêtre Honorat qui s’en était défendu en vain. Après avoir longuement prié, Honorat demanda conseil à l’évêque Léonce, et il se décida, à l’heure même où saint Jean Cassien songeait à fonder à Marseille le grand monastère de Saint-Victor, à faire à son tour acte solennel de cénobitisme en groupant autour d’une règle monastique commune inspirée des Pères, les hommes épris de Dieu et prêts à tout quitter pour son seul amour.

Honorat était appelé maître et père par les frères qui lui devaient obéissance. Cependant, il dirigeait son monastère avec une autorité bienveillante. Pour changer ce qui avait besoin d’être corrigé, le plus souvent il changeait sa façon même de corriger, si bien qu’il suscitait autant d’amour que de crainte. Les frères l’aimaient tant qu’ils essayaient de ne point commettre de fautes. Et la crainte qu’il provoquait faisait naître l’amour de la discipline.

L’élection d’Honorat à l’évêché métropolitain d’Arles eut lieu par surprise à son insu. Ce ne fut qu’après de longs mois de tractations et de supplications qu’il accepta ce siège épiscopal dont il ne voulait pas. Il renonça à finir sa vie dans la paix de son île, car il s’aperçut que la volonté de Dieu était de le voir rétablir la concorde et l’amour fraternel en Arles.

A la demande du clergé, il désigna son successeur : le futur saint Hilaire. Le 6 janvier 430, bien que malade, il voulut prêcher dans sa cathédrale. A son retour, il dut s’aliter.

image015

Honorat reposait maintenant, calme et détendu. Il se laissa envahir par une sorte de sommeil. Croyant qu’il allait mourir, ses amis le secouèrent. Il ouvrit un œil et leur dit malicieusement : «Je m’étonne que, me voyant si bas et sachant combien j’ai été longtemps privé de sommeil, vous ne puissiez seulement me laisser dormir !», puis il se tut et entra dans le sommeil de la mort. Cette mort, très douce, sans combat, fut accompagnée de phénomènes étranges. A l’instant même où son esprit quittait son corps, au milieu de la nuit, de nombreux Arlésiens réveillés furent frappés par la vision du saint que recevait une cohorte céleste. Tous se levèrent puis coururent jusqu’à l’évêché. «On aurait dit, nota saint Hilaire d’Arles, son premier biographe, que tout le monde avait été réveillé par un avertissement des anges».

 

 

Lectionnaire du sanctoral pour St Honorat:

Ro 8/28-30

28 Par ailleurs, nous savons que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont élus selon le dessein qu'il s'est proposé.

29 Ceux qu'il a distingués d'avance, il les a prédestinés à être conformes à l'image de son Fils, qui devient de la sorte le premier-né d'une foule de frères.

30 Ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés; ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

 

Lc 12/4-8

4 Mais à vous, mes amis, je dis ceci : Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et après cela, ne peuvent rien faire de plus.

5 Je vais vous montrer qui vous avez à craindre : craignez Celui qui, après avoir ôté la vie, a le pouvoir de jeter en enfer; oui, vous dis-je, celui-là, craignez-le.

6 Ne vend-on pas cinq passereaux pour deux sous? Cependant pas un d'eux ne passe inaperçu de Dieu.

7 Même vos cheveux sont tous comptés. Ne craignez point : vous valez mieux qu'une volée de passereaux.

8 « Je vous le dis, quiconque se sera déclaré pour moi devant les hommes, le Fils de l'Homme à son tour se déclarera pour lui devant les anges de Dieu;

MARCEL 16 JANVIER

Saint Marcel est un pape de Rome mort en 310.



 

D’origine romaine Marcel fut choisi  pape en 308, après le martyre du pape Marcellin par le clergé de la ville de Rome.

 

L’Eglise sortait de la persécution de Dioclétien et la question du pardon des apostats se posait avec insistance.

 

Contrairement au pape Marcel, certains chrétiens refusaient leur réintégration dans la communauté.  

 

C’est sans doute ces divisions qui incitèrent l’empereur Maxence à condamner Marcel, non pas à la mort mais à devenir esclave dans les écuries impériales !

 

Il en mourut d’épuisement et il est ainsi le dernier pape à avoir été martyrisé par le paganisme antique.

 

 

Marcel avait aussi reçu d’une certaine dame Priscilla, un vaste terrain sur la via Salaria, il le fit creuser en catacombes comme cimetière chrétien. 

 

On y trouve des fresques dont celle des mages. 

 

C’est dans cette catacombe qu’il fut enterré.



 BONNE FETE AUX "MARCEL" ET "MARCELLE"


Demain nous fêterons sainte Roseline

Samedi 16 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 
1. REDÉCOUVRONS NOTRE PASSÉ
 1660 

Les apparitions de saint Joseph à Cotignac

Le 7 juin 1660, le jour même où Louis XIV accueille l’Infante d’Espagne pour leur prochain mariage à Saint Jean de Luz, un homme d’imposante stature apparaît au Bessillon et vient au secours du berger Gaspard Ricard assoiffé, en lui désignant un lourd rocher : « Je suis Joseph, enlève-le et tu boiras ».

Sur le Mont Bessillon, le 7 juin 1660, un jeune berger Gaspard Ricard faisait paître ses moutons par une intense chaleur. Épuisé de soif il s’allongea sur le sol brûlant et voici qu’un homme d’imposante stature se tint soudain là près de lui et lui indiqua un rocher en lui disant : « Je suis Joseph, enlève-le et tu boiras ».

La pierre était lourde. Plus tard, huit hommes pourront à peine la soulever. Gaspard crut à une plaisanterie, mais le ‘vénérable vieillard’ comme disent les récits de l’époque, réitéra son ordre. Gaspard obéit, déplaça sans peine le rocher et découvrit une eau fraîche qui commençait à ruisseler. Il but avec avidité, mais quand il se releva, il était seul...

Lire la suite du récit

EN VRAC...POUR VOTRE REFLEXION...

 

 

===

 

===

El-Assad est-il innocent du gazage de Ghuta ?

L’Organisation pour l’Interdiction des Armes chimiques met en doute la version selon laquelle l’armée syrienne aurait réalisé un « massacre chimique » dans la banlieue de Damas.

Le 21 août 2013, une attaque au gaz de grande envergure était perpétrée dans la banlieue de Damas. Les images très violentes des victimes (494 selon la Syrie, 1429 selon les Etats-Unis) avaient fait le tour du monde, et la communauté internationale se fiant à l’expertise d’Observateurs de l’ONU avait désigné le président syrien Bachar Al-Assad comme responsable des faits. Or, l’utilisation d’armes chimiques était une « ligne rouge » définie par Barack Obama : un an plus tôt, il avait affirmé que si l’armée syrienne faisait usage de ces armes, les Etats-Unis réagiraient militairement.

Tout accusait Bachar

Des observateurs était arrivé à Damas trois jours avant l’attaque, avec l’accord du gouvernement de Bachar Al-Assad. Ils se trouvaient au plus à 12km des trois lieux d’attaques reportés. Ils ont pu se rendre immédiatement sur place, grâce à l’accord des groupes rebelles qui contrôlaient la zone attaquée. Et leur rapport est accablant. Il souligne que les types de projectiles et le genre d’armes employés correspondent à l’arsenal de l’Armée arabe syrienne. Par ailleurs, la direction à partir desquels les roquettes ont été tirées suggère qu’une unité d’élite syrienne est à l’origine de l’attaque. Comme les armes chimiques ne sont pas confiées aux unités de base, c’est tout à fait cohérent avec le scénario qui se dessine : le massacre chimique indiscriminé, organisé par le gouvernement de Bachar Al Assad, contre une zone détenue par des factions rebelles.

Au bord de l’intervention militaire

A la suite de cet évènement médiatisé, l’administration Obama a affirmé qu’elle allait organiser des frappes sur la Syrie. Elle a été soutenue par le président français, François Hollande. Cette intervention n’a finalement pas eu lieu, en raison du soutien de la Russie à son allié Assad. Poutine a proposé une solution diplomatique qui a finalement été accepté par toutes les parties : la destruction, sous contrôle international des armes chimiques syrienne. L’Organisation pour l’Interdiction des Armes chimiques (Organization for the Prohibition of Chemical Weapons, OPWC) a été chargée d’assurer ce contrôle. Elle a obtenu pour son action le prix Nobel 2013.

L’ombre d’un doute

Or, un rapport de cette organisation, cité par l’agence Fides, vient mettre en doute la culpabilité de l’armée syrienne ! Les traces de gaz sarin, relevées par les observateurs de l’ONU, ne seraient pas compatibles avec les armes que possédait l’armée syrienne au moment des faits qui lui sont reprochés. Les conclusions de ce rapport rejoignent celle du MIT (Massachusetts Institute of Technology). En janvier 2014, les experts de cet institut avaient démenti le fait que l’attaque à l’arme chimique de Ghuta ait pu être perpétrée par l’armée syrienne.

Une série d’indices troublants

Ces conclusions scientifiques confortent les doutes qu’exprimaient, au sujet de l’origine de cette attaque, tous les syriens chrétiens qu’Aleteia a pu contacter. Sur un plan stratégique, Bachar n’avait pas intérêt à « franchir la ligne rouge » définie par les Américains. Surtout pas durant l’été 2013, date à laquelle son armée est en train de prendre l’ascendant sur ses adversaires (la situation s’est ensuite dégradée avec l’avènement de l’Etat islamique).

Qui a perpétré le massacre ?

De toute évidence, l’armée de Bachar a déjà pris le risque de dommage collatéraux parmi la population qu’elle est supposée défendre. Manquant de munitions spécialisées et d’images satellite jusqu’au début de l’année 2015, elle a été réduite à utiliser des barils d’essences remplies de clous et largués d’hélicoptères. Elle est soupçonnée d’avoir utilisé des armes chimiques à d’autres moments, avec des résultats moins catastrophiques qu’à Ghuta. A Deir ez-Zor, par exemple : ce bastion loyaliste en plein territoire de l’Etat islamique aurait été défendu par l’utilisation de gaz de chlore. Elle n’est donc pas exempte de tout crime, mais on voit mal son intérêt à perpétrer un massacre aux conséquences diplomatiques catastrophiques dans la banlieue de Damas, en 2013. Pour les opposants à Bachar, qui étaient alors en mauvaise posture, l’avantage est évident…

Éléments à charge

Or, outre le mobile, les opposants avaient l’arme du crime. Kadhafi al-Qahsi, cousin du défunt Col. Kadhafi, a révélé auprès du site d’information russe Russian RT que des armes chimiques, utilisées en Syrie, avaient été prises en Lybie et avait transitées par la Turquie. Il ajoutait « et les pays occidentaux le savent bien » (voir Iran Daily). De fait, il est établi que des gaz de combats ont été utilisés par des opposants à Bachar Al Assad, et notamment par l’Etat islamique.

Pas d’intervention, mais beaucoup de confusion

Si des opposants à Bachar ont bien été assez cyniques pour massacrer des civils afin de rétablir leur situation militaire compromise, leur calcul s’est révélé faux. Les Etats-Unis ont finalement renoncé à l’intervention, devant la détermination russe à ne pas lâcher son allié syrien. L’émergence, six mois après, de l’Etat islamique a changé la donne. Mais cette affaire doit nous avertir de la perversité des fauteurs de guerre, qui fonctionnent selon la logique des terroristes : ils frappent pour susciter une réaction disproportionnée, espérant créer une spirale de violences.(Source ALETEIA. S d'Orient)

 

===

Tatiana est Russe.

Elle est blanche, avec des cheveux blonds.

Elle est chrétienne.

Tatiana n’est pas une terroriste.

Tatiana n’est pas musulmane.

Elle ne prône pas la charia à chaque coin de rue.

Elle est doctorante en économie à l’université de Perpignan, après l’obtention d’un master.

Pour Hollande, Valls,

Cazeneuve, elle constitue donc une menace pour la sécurité de l’état Français.

Les « spadassins » du Ministre de l’Intérieur l’ont donc arrêté, comme une vulgaire terroriste, dans le cadre de l’état d’urgence.

Celle qui aurait pu inspirer la célèbre chanson de Gilbert Bécaud « Elle était mon guide, Nathalie » dort désormais en centre de rétention, après une arrestation digne du KGB, le 12 janvier 2015.

Il est vrai aussi qu’elle est russe et que, depuis quelques temps, la haine de Hollande, Valls, R2 – D2 Cazeneuve envers Vladimir Poutine n’a plus de limite.(Source: Francis Gruzelle sur Facebook)

 

 

===

EN FRANCE, LA "CULTURE DE MORT" POURSUIT SON CHEMIN...

Echographie LyonLE "PARCOURS I.V.G" REMBOURSE A 100/100 !

 

L’intégralité des actes autour de l’avortement (consultations, analyses, échographies…) sera remboursée à 100% à partir du 1er avril 2016, a annoncé vendredi la ministre de la Santé [« santé »? Sans rire ?] Marisol Touraine, au Planning familial de Paris. L’acte lui-même était déjà pris en charge à 100% depuis 2013. 

La modernisation de la loi sur l’avortement comprend aussi plusieurs mesures destinées à favoriser l’accès à l’Interruption de la Vie de l’enfant en Gestation. « Ces mesures seront mises en oeuvre avant l’été », a-t-elle précisé, ainsi en est-il de la suppression du délai de réflexion d’une semaine et du renforcement de l’offre de proximité. Les sages-femmes et les centres de santé des « IVG instrumentales » (sic) pourront également réaliser des IVG médicamenteuses, a-t-elle précisé…

Renforcement de l’offre de proximité pour l’avortement alors que dans le même temps les maternités de proximité ferment les unes après les autres… La France est en voie de devenir un vaste mouroir!

La ministre avait lancé un programme pour inciter les mères à avorter il y a un an. Tout est donc en état de marche pour que le suicide collectif des Français, déjà bien engagé, se poursuive.

Chaque Agence régionale de santé (ARS) devra formaliser un programme régional pour améliorer l’accès à l’IVG. Les outils d’information ont également été renforcés. Lancé le 28 septembre, le numéro national d’information (), anonyme, gratuit et accessible 6 jours sur 7, a ainsi reçu plus de 2.000 appels par mois. (Source: europe1.fr)

S’ils pouvaient lire les enfants condamnés par Marie-Sol Touraine apprécieraient l’appellation mensongère: « Agence régionale de santé »….

Madame le ministre a toutes les raisons d’être satisfaite, selon ses dires, la campagne de propagande -qu’elle nomme pudiquement « campagne d’information-, « IVG, mon corps, mon choix, mon droit », a remporter un franc succès: Le nombre de visites sur le site gouvernemental en faveur de avortement  a doublé pendant la campagne, entre 160.000 et 180.000 par mois, se rengorge-t-elle.  

De plus un système de référencement payant a été mis en place et les mots-clés améliorés, a indiqué la ministre, afin que le site gouvernemental arrive en tête des réponses lors d’une recherche d’information sur l’IVG, avant que soient affichés les sites des organisations anti-IVG, très actives sur les réseaux sociaux. (Source: europe1.fr)

Le service de l’Assistance publique qui recevait jadis les enfants abandonnés, n’aura donc plus aucune raison d’être, puisque ceux-ci sont tués dans l’œuf au frais du contribuable et désormais incités à être tués. Mais François Hollande avec sa complice Marie-Sol Touraine peuvent encore mieux faire avant 2017, ils peuvent encore donner une prime à l’avortement. Gageons que le projet est à l’étude. Marion au secours!


(Source:M.P.I)

 

===

Appel  à porter la kippa pour ne pas cèder à la terreur...

Un homme, professeur dans une école juive de Marseille, portant la kippa, a été, dans la rue, victime d’une tentative d’assassinat à la machette ; parce que juif, et au nom du Djihad ou de Daesh.

Certains juifs, par prudence et  par souci des vies menacées, incitent les juifs à renoncer, pour un certain temps, au port public de la kippa. D’autres, juifs ou non, pensent que ce serait là céder à  la terreur, se soumettre aux terroristes.
Je souhaite que les juifs qui portent d’habitude la kippa continuent à la porter. Mais il ne suffit pas de les laisser seuls dans cette résistance. Je ne suis pas juif, je suis chrétien, et je suis prêt à porter la kippa, solidairement avec les juifs qui, en la portant, risquent l’agression ou la mort. Mais ce geste d’un homme seul ne serait pas reçu comme un signe, un témoignage : cet homme serait, aux yeux de chacun, un juif parmi d’autres ; un homme libre, fidèle, courageux.
Est-il possible que, sans tarder, beaucoup de Français, juifs et non juifs, croyants et incroyants, portent, visiblement, la kippa ? Est-il possible qu’ils prennent, en toute conscience, ce risque, accomplissent cet acte pacifique de résistance ? Chaque vendredi, jour du Shabbat, par exemple.
Il ne s’agirait pas de se solidariser avec une famille religieuse, ni même de rappeler ainsi qu’une  racine spirituelle, celle d’Abraham, est commune aux juifs, aux chrétiens, aux musulmans ; cependant, il serait fort, il serait juste, que les croyants de ces trois religions, c’est-à-dire sans omettre l’islam, soient unis par cette manifestation, ce combat.
Notre cause commune n’est même pas seulement la défense des droits du citoyen, et des valeurs de la République ; dont la liberté, qui nous est chère, essentielle.
Il s’agit de l’homme, de l’humanité. Il s’agit de mon prochain : qui le frappe, me frappe. Il s’agit de moi-même. Si nous acceptons de nous soumettre aujourd’hui, à quoi accepterons-nous de nous soumettre demain ? À quel signe de nous-mêmes  sommes-nous prêts à renoncer ? Nous devons, sans défaillance, refuser ce nouveau nazisme.
Lanza del Vasto citait comme un des premiers actes de non-violence, en Europe, la décision que le roi du Danemark avait prise, et qu’il avait annoncée, de porter l’étoile jaune, et de la faire porter à ses proches, si les nazis l’imposaient aux juifs.

Claude-Henri Rocquet,
le 13 janvier 2016 (Source: ALETEIA)

 

===

Neymar Vincha Jesus-censure

 

La FIFA, la plus haute institution du football mondial, a censuré les images montrant l’inscription « 100% Jésus » sur le bandeau de la star brésilienne Neymar, dans la vidéo du gala Ballon d’Or diffusée le 11 Janvier à Zurich ( Suisse).

Pour présenter Neymar, l’un des finalistes pour le Ballon d’Or qui finalement a été accordé à l’Argentin Lionel Messi (le cinquième de sa carrière), la FIFA a publié un extrait de la vidéo du match du FC Barcelone / Juventus en finale de la Ligue des Champions qui se jouait à Berlin le 6 juin. Dans la vidéo (à partir de la 35’’) on peut voir Neymar porter un bandeau blanc dont les mots «100% Jésus » ont été censurés par la FIFA.

Ainsi, la FIFA rejoint la vague laïciste qui vise à effacer toute trace du christianisme. Cette censure a suscité plusieurs protestations ainsi qu’une pétition demandant des excuses officielles de la FIFA.

La FIFA prétend qu’elle a fait modifier les images et effacer le texte du bandeau « par respect ». Respect de qui, de quoi ? Certainement pas de la vérité, ni des convictions du joueur de foot. 

Rappelons que le joueur est un chrétien pratiquant, comme beaucoup de ses compatriotes brésiliens.


(Source:M.P.I)

===

Vendredi 15 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

L’Indonésie endeuillée par son premier attentat terroriste depuis six ans

L’attentat en Indonésie vient rappeler le caractère international du djihadisme, et la menace bien réelle qui pèse sur des pays qui pensaient avoir endigué le fléau.

Ce jeudi 14 janvier, au moins sept personnes, dont cinq assaillants, ont été tuées dans des attaques qui ont semé le chaos à Jakarta (Indonésie), jeudi 14 janvier. On dénombre plus d’une vingtaine de blessés. La BBC fait état de 14 terroristes, dont trois aurait été interpellés. Au moins deux kamikazes se sont fait exploser à proximité des bureaux de l’ONU. Un Starbucks café a aussi été pris pour cible : le mode de procédé rappelle celui des attentats du 13 novembre à Paris. Et de même que pour les attentats parisiens, ceux-ci ont été revendiqués par l’État islamique. Les autorités indonésiennes avaient déjà fait état de menaces pesant sur la capitale du pays, et avaient déjoué une tentative d’attentat précédente durant le Nouvel An.

« Une tradition de tolérance menacée »

Le père jésuite Franz Magnis-Suseno, professeur de philosophie à l’Université de Jakarta, s’inquiète du devenir de la tradition de cohabitation pacifique des religions. « Cette attaque doit réveiller les Indonésiens et les musulmans du monde entier », estime-t-il auprès de l’Aide à l’Église en détresse (Aiuto alla Chiesa che Soffre). L’Indonésie, qui est le pays musulman le plus peuplé, jouit d’une relative bonne réputation en terme de tolérance religieuse.

Des groupes extrémistes se greffent sur l’État islamique

Pourtant, avant ces attentats, une série d’actions violentes contre les minorités religieuses dans la province d’Aceh, rappelaient l’influence des extrémistes sur le pays.  Des groupes « d’autodéfense » comme le Front des défenseurs de l’islam (FPI) ont commis des attaques impunies contre des églises et des mosquées chiites. Le père Magnis-Suseno s’inquiète de l’influence de l’Arabie saoudite et du Yémen, qui financent et distribuent de la littérature islamique. La société Indonésienne serait-elle menacée par une radicalisation de son islam ? Le père répond que tout dépend de la politique et de l’économie de son pays : « Si le gouvernement parvient à proposer un meilleur avenir et à mettre fin à la corruption, les jeunes indonésiens ne chercheront plus des alternatives comme l’État islamique ».(Source ; ALETEIA) / S DORIENT)

 

Vendredi 15 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

===

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 2,13-17.

En ce temps-là, Jésus sortit de nouveau le long de la mer ; toute la foule venait à lui, et il les enseignait.
En passant, il aperçut Lévi, fils d’Alphée, assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit.
Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi, beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples, car ils étaient nombreux à le suivre.
Les scribes du groupe des pharisiens, voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains, disaient à ses disciples : « Comment ! Il mange avec les publicains et les pécheurs ! »
Jésus, qui avait entendu, leur déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »

===
NOS PELERINAGES:
Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)
+++

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

 

+++

 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

+++

Pèlerinage à Lourdes :

*Normandie et Région Parisienne : départ le Vendredi 29 à 7 h du Monastère, coucher à Jauldes

 

*Charente : Départ le Samedi 3 à 7h

 

*Dimanche 31 Janvier, journée à LOURDES.

 

*Lundi 1er Février, pour les Normands et Parisiens, retour enNormandie.Pour ceux qui rejoignent la Charente, matinée à Lourdes, visite à Ferrières, couché à JAULDES

 

*Mardi 2 Février, Purification de la Très Sainte Vierge.10h30, Messe à JAULDES ou au Monastère pour les Normands et Parisiens. Bénédiction des Cierges de la Chandeleur.. Le 2 au soir, retour des Parisiens sur Paris.

 

*Le 3 Février, retour des « Charentais » sur Le Monastère puis Paris dans l’Après-midi .  

 

(Offrandes libres)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

+++
 

Toute offrande fait  l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

+++

  

Note: 

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 +++

 PROGRAMME DE CES PROCHAINES SEMAINES AUMONASTÈRE SYRIAQUE DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE, MÈRE DE MISÉRICORDE:

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

 

 

*Mardi 2 Février:

10h30, Messe au Monastère. Bénédiction des Cierges de la Chandeleur.

* Tuesday, February 2:
10:30 Mass at the Monastery. Candles Blessing of Candlemas.

 

 *Mercredi 3 Février:

 Messe et Bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorges)

* Wednesday, February 3:
  Mass and Blessing of St. Blaise candles (Against Gorge diseases)

 

*Dimanche 7 Février, Pèlerinage mensuel à N-D de

 

Miséricorde

 Messe à 10h30, distribution des cierges de la Chandeleur et de St Blaise (Imposition de ces derniers à 15h ).Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

* Sunday, February 7, monthly Pilgrimage to Our Lady of Mercy
  Mass at 10:30, distributing candles of Candlemas and St. Blaise (Imposition of these to 15h) .Repas fraternal and loyal reception from 13:30 to 17:30.

 

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

Pour

PARIS ET  SA REGION :

(Messes épisodiques.

RAMASSAGE DES FIDELES

pour le Weekend de Pèlerinage en Normandie à N-D de Miséricorde 

tous les samedis précédent le 1er dimanche du mois à 15h,

Place du Chatelet

Par Saint Augustin

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
Les Discours sur les psaumes, Ps 58, 1,7 ; CCL 39, 733-734 (trad. cf Delhougne, Les Pères commentent, p.106) 


 

« Ce sont les malades qui ont besoin de médecin »

 

Il y a des hommes forts...qui mettent leur confiance dans leur propre justice.

Ils prétendent, en effet, être justes par eux-mêmes, et se considérant comme des gens bien portants, ils ont refusé le remède et ont mis à mort le médecin lui-même.

Aussi bien, ce ne sont pas ces hommes forts que le Seigneur est venu appeler, mais les faibles... 

Ah, vous les forts qui n'avez pas besoin de médecin ! Votre force ne vient pas de la santé mais de la folie...

Le Maître de l'humilité, qui a partagé notre faiblesse et nous a rendus participants de sa divinité, est descendu du ciel pour nous montrer le chemin et être lui-même notre chemin.

Surtout il a bien voulu nous laisser l'exemple de son humilité...afin de nous apprendre à confesser nos péchés, à devenir humbles pour devenir forts et à faire nôtre cette parole de l'apôtre Paul :

« Lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort »

(2Co 12,10)... 

Quant à ceux qui se sont flattés d'être forts, qui ont, en d'autres termes, prétendu être justes par leur propre vertu, ils ont « buté contre la pierre d'achoppement »

(Rm 9,32)...

Ce sont ces hommes forts qui se sont jetés sur le Christ en se vantant de leur justice...

Ils s'étaient mis au-dessus de la foule des faibles qui accouraient vers le médecin. Pourquoi ?

Simplement parce qu'ils se croyaient forts...

Ils ont tué le médecin de tous les hommes.

Mais lui, dans sa mort, a préparé pour tous les malades un remède avec son sang.

 

 

Samedi 16 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Partager cet article

Repost 0

Recherche

Liens