Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 17:41
The chairman of the Russian Orthodox Church Commission for Family, Protection of Motherhood and Childhood – told one of the leading Russian television stations the new moral teachings of western churches place these liberal denominations beyond the pale of Christianity.  "We separated ourselves from them as from the plague, as it's contagious,” he said. “The Russian Orthodox Church cannot support with its authority something that is just an iniquity from the Biblical point of view.”  “These are not Christian communities anymore. ......... Its future is simple and clear – the 'fire of Gehenna' – this is just what the Holy Scripture says,” Fr. Smirnov said.  By rejecting the Christian faith's immemorial teaching on sexual morality, “the former Christian peoples are preparing themselves for the solemn reception of the Anti-Christ."  Accordingly the Russian Orthodox Church has ceased and contact with the Presbyterian Church of Scotland. The Russian Church has already told the Church of England that it's on its own from now on.  Patriarch Kirill, Primate, of the Russian Orthodox Church, warned against the extraordinary rise in many western countries of the homosexual movement. Kirill said that the trend of legalising “gay marriage” is “a very dangerous sign of the apocalypse.” It “means people are choosing a path of self-destruction,” he said. (Fr. Michael Wood, ROCOR-WR)      /      Le président de la Commission pour la famille, la protection de la maternité et de l'enfance, dans l'Église Orthodoxe de Russie - a expliqué à une des principales chaînes de télévision russes que les nouveaux enseignements moraux des églises occidentales repoussaient ces confessions progressistes au delà des frontières du Christianisme.  "Nous nous sommes séparés d'eux comme fuyant la peste, car c'est contagieux," dit-il. "L'Église Orthodoxe Russe ne saurait soutenir de son autorité quelque chose qui n'est qu'une iniquité, d'un point de vue biblique."  "Ce ne sont plus des communautés chrétiennes.. Leur avenir est simple et clair - le feu de la Géhenne - c'est exactement ce qu'en dit la Sainte Écriture", déclare le p. Smirnov.  En rejetant l'enseignement immémorial de la foi chrétienne sur la morale sexuelle, "ces peuples anciennement chrétiens se préparent pour la réception solenelle de l'AntéChrist."  Dès lors, l'Église Orthodoxe de Russie a compu tout contact avec l'église presbytérienne d'Écosse. L'Église de Russie avait déjà annoncé à l'église d'Angleterre qu'elle serait dorénavant infréquentable.  Le patriarche Kyril, primat de l'Église Orthodoxe de Russie, a mis en garde contre la terrible montée du mouvement homosexuel dans nombre de pays occidentaux. Kyrill dit que la tendance à légaliser le "mariage homo" est "un signe très dangereux de l'apocalypse." Il "signifie que les gens ont choisi le chemin de l'auto-destruction", ajoute-t'il.

The chairman of the Russian Orthodox Church Commission for Family, Protection of Motherhood and Childhood – told one of the leading Russian television stations the new moral teachings of western churches place these liberal denominations beyond the pale of Christianity. "We separated ourselves from them as from the plague, as it's contagious,” he said. “The Russian Orthodox Church cannot support with its authority something that is just an iniquity from the Biblical point of view.” “These are not Christian communities anymore. ......... Its future is simple and clear – the 'fire of Gehenna' – this is just what the Holy Scripture says,” Fr. Smirnov said. By rejecting the Christian faith's immemorial teaching on sexual morality, “the former Christian peoples are preparing themselves for the solemn reception of the Anti-Christ." Accordingly the Russian Orthodox Church has ceased and contact with the Presbyterian Church of Scotland. The Russian Church has already told the Church of England that it's on its own from now on. Patriarch Kirill, Primate, of the Russian Orthodox Church, warned against the extraordinary rise in many western countries of the homosexual movement. Kirill said that the trend of legalising “gay marriage” is “a very dangerous sign of the apocalypse.” It “means people are choosing a path of self-destruction,” he said. (Fr. Michael Wood, ROCOR-WR) / Le président de la Commission pour la famille, la protection de la maternité et de l'enfance, dans l'Église Orthodoxe de Russie - a expliqué à une des principales chaînes de télévision russes que les nouveaux enseignements moraux des églises occidentales repoussaient ces confessions progressistes au delà des frontières du Christianisme. "Nous nous sommes séparés d'eux comme fuyant la peste, car c'est contagieux," dit-il. "L'Église Orthodoxe Russe ne saurait soutenir de son autorité quelque chose qui n'est qu'une iniquité, d'un point de vue biblique." "Ce ne sont plus des communautés chrétiennes.. Leur avenir est simple et clair - le feu de la Géhenne - c'est exactement ce qu'en dit la Sainte Écriture", déclare le p. Smirnov. En rejetant l'enseignement immémorial de la foi chrétienne sur la morale sexuelle, "ces peuples anciennement chrétiens se préparent pour la réception solenelle de l'AntéChrist." Dès lors, l'Église Orthodoxe de Russie a compu tout contact avec l'église presbytérienne d'Écosse. L'Église de Russie avait déjà annoncé à l'église d'Angleterre qu'elle serait dorénavant infréquentable. Le patriarche Kyril, primat de l'Église Orthodoxe de Russie, a mis en garde contre la terrible montée du mouvement homosexuel dans nombre de pays occidentaux. Kyrill dit que la tendance à légaliser le "mariage homo" est "un signe très dangereux de l'apocalypse." Il "signifie que les gens ont choisi le chemin de l'auto-destruction", ajoute-t'il.

Samedi 23 JANVIER / Lectionnaire pour Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Malankare Orthodoxe)

Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur

 

 

En France Syro-Orthodoxe, nous faisons mémoire de Saints:

TIMOTHÉE, disciple de saint Paul, martyr († 97)

BABYLAS, évêque d'Antioche, martyr († 250)

CAIDOC, moine, disciple de saint Colomban

BERTRAN, abbé de Saint-Quentin († VIIe s.)

 

Saint Qurbana

o    Actes des Apôtres 17: 16 à 34 :

  • 16 Pendant que Paul les attendait à Athènes, il avait l’esprit exaspéré en observant la ville livrée aux idoles.
  • 17 Il discutait donc à la synagogue avec les Juifs et ceux qui adorent Dieu, ainsi qu’avec ceux qu’il rencontrait chaque jour sur l’Agora.
  • 18 Il y avait même des philosophes épicuriens et stoïciens qui venaient s’entretenir avec lui. Certains disaient : « Que peut-il bien vouloir dire, ce radoteur ? » Et d’autres : « On dirait un prêcheur de divinités étrangères. » Ils disaient cela parce que Paul se faisait le messager de « Jésus » et de « Résurrection ».
  • 19 Ils vinrent le prendre pour le conduire à l’Aréopage. Ils lui disaient : « Pouvons-nous savoir quel est cet enseignement nouveau que tu proposes ?
  • 20 Tu nous rebats les oreilles de choses étranges. Nous voulons donc savoir ce que cela signifie. »
  • 21 Tous les Athéniens, en effet, ainsi que les étrangers de passage, ne consacraient leur temps à rien d’autre que dire ou écouter la dernière nouveauté.
  • 22 Alors Paul, debout au milieu de l’Aréopage, fit ce discours : « Athéniens, je peux observer que vous êtes, en toutes choses, des hommes particulièrement religieux.
  • 23 En effet, en me promenant et en observant vos monuments sacrés, j’ai même trouvé un autel avec cette inscription : “Au dieu inconnu.” Or, ce que vous vénérez sans le connaître, voilà ce que, moi, je viens vous annoncer.
  • 24 Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qu’il contient, lui qui est Seigneur du ciel et de la terre, n’habite pas des sanctuaires faits de main d’homme ;
  • 25 il n’est pas non plus servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, le souffle et tout le nécessaire.
  • 26 À partir d’un seul homme, il a fait tous les peuples pour qu’ils habitent sur toute la surface de la terre, fixant les moments de leur histoire et les limites de leur habitat ;
  • 27 Dieu les a faits pour qu’ils le cherchent et, si possible, l’atteignent et le trouvent, lui qui, en fait, n’est pas loin de chacun de nous.
  • 28 Car c’est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être. Ainsi l’ont également dit certains de vos poètes : Nous sommes de sa descendance.
  • 29 Si donc nous sommes de la descendance de Dieu, nous ne devons pas penser que la divinité est pareille à une statue d’or, d’argent ou de pierre sculptée par l’art et l’imagination de l’homme.
  • 30 Et voici que Dieu, sans tenir compte des temps où les hommes l’ont ignoré, leur enjoint maintenant de se convertir, tous et partout.
  • 31 En effet, il a fixé le jour où il va juger la terre avec justice, par un homme qu’il a établi pour cela, quand il l’a accrédité auprès de tous en le ressuscitant d’entre les morts. »
  • 32 Quand ils entendirent parler de résurrection des morts, les uns se moquaient, et les autres déclarèrent : « Là-dessus nous t’écouterons une autre fois. »
  • 33 C’est ainsi que Paul, se retirant du milieu d’eux, s’en alla.
  • 34 Cependant quelques hommes s’attachèrent à lui et devinrent croyants. Parmi eux, il y avait Denys, membre de l’Aréopage, et une femme nommée Damaris, ainsi que d’autres avec eux.

o     

o    1ère épître de St Paul Apôtre aux Corinthiens   3: 16 :

o    16 Ne savez-vous pas que vous êtes un sanctuaire de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?

o    4: 5 :

o    05 Ainsi, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il rendra manifestes les intentions des cœurs. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu.

o     

o    Evangile de Notre-Seigneur J-C selon Saint-Jean 3:1-12 :

  • 01 Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème ; c’était un notable parmi les Juifs.
  • 02 Il vint trouver Jésus pendant la nuit. Il lui dit : « Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. »
  • 03 Jésus lui répondit : « Amen, amen, je te le dis : à moins de naître d’en haut, on ne peut voir le royaume de Dieu. »
  • 04 Nicodème lui répliqua : « Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? »
  • 05 Jésus répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu.
  • 06 Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit.
  • 07 Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut.
  • 08 Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »
  • 09 Nicodème reprit : « Comment cela peut-il se faire ? »
  • 10 Jésus lui répondit : « Tu es un maître qui enseigne Israël et tu ne connais pas ces choses-là ?
  • 11 Amen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage.
  • 12 Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ?

o     

                                                                                           

 

Dans La Didachè (entre 60-120), catéchèse judéo-chretienne 
Paragraphes 10 et 16 

 

« Veillez car vous ne connaissez pas le jour »

 

 

Une fois rassasiés de l'Eucharistie, remerciez ainsi :

Nous te rendons grâces, ô Père Saint, pour ton saint nom que tu as fait habiter en nos cœurs, et pour la connaissance, la foi, l'immortalité que tu nous as révélées par Jésus, ton serviteur. Gloire à toi dans les siècles. Amen ! ...

Avant tout, nous te rendons grâces, parce que tu es tout-puissant: Gloire à toi dans les siècles. Amen !

Souviens-toi de ton Église, Seigneur, pour la délivrer de tout mal et la parfaire dans ton amour.

Rassemble des quatre vents cette Église sanctifiée, dans ton Royaume que tu lui as préparé.

Car à toi sont puissance et gloire dans les siècles. Amen ! Que la grâce vienne et que ce monde passe. Amen !

Si quelqu'un est saint, qu'il s'approche ; s'il ne l'est pas, qu'il fasse pénitence. Marana tha ! Amen... 

Oui, veillez sur votre vie ; ne laissez pas s'éteindre vos lampes ni sur vos reins se dénouer vos ceintures. Soyez prêts.

Car vous ignorez l'heure où notre Seigneur viendra.

Assemblez-vous fréquemment pour chercher ensemble ce qui convient à vos âmes.

Car tout le temps de votre foi ne vous servira de rien, si, au dernier moment, vous n'êtes devenus parfaits.. 

 

+++

"Quand on voit les gens s'approcher de la Sainte Communion sans aucune préparation digne de ce Mystère divin et redoutable pour la simple raison que

"tout le monde fait comme ça !",

on ne peut que se rappeler les paroles de Jean-Baptiste qui disait aux gens venant se faire baptiser par lui sans aucun "vrai" changement dans leur vie

-"Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir?

Produisez donc du fruit digne de la repentance"

(Mt 3, 7-8).
Puisse le Seigneur éclairer nos cœurs enténébrés par les désirs du corps et la lâcheté de l'âme pour que nous produisions les fruits dignes de notre Nom chrétien et que nous retrouvions le vrai chemin de la vie éternelle. Amen

(Dayroyo Jouhanon, prêtre de l'Eglise Patriarcale à Paris)

+++

Par Saint Grégoire le Grand

(v. 540-590-604), pape et docteur de l'Église 
Homélies sur l'Évangile, n°19 (trad. Le Barroux) 


 

Les ouvriers de la vigne du Seigneur

 

Le Royaume des cieux est comparé à un père de famille qui embauche des ouvriers pour cultiver sa vigne.

Or qui peut être plus justement comparé à ce père de famille que notre Créateur, qui gouverne ceux qu'il a créés, et exerce en ce monde le droit de propriété sur ses élus comme un maître sur les serviteurs qu'il a chez lui ?

Il possède une vigne, l'Église universelle, qui a poussé, pour ainsi dire, autant de sarments qu'elle a produit de saints, depuis Abel le juste jusqu'au dernier élu qui naîtra à la fin du monde. 

Ce Père de famille embauche des ouvriers pour cultiver sa vigne, dès le point du jour, à la troisième heure, à la sixième, à la neuvième et à la onzième heure, puisqu'il n'a pas cessé, du commencement du monde jusqu'à la fin, de réunir des prédicateurs pour instruire la foule des fidèles.

Le point du jour, pour le monde, c'était d'Adam à Noé ; la troisième heure, de Noé à Abraham ; la sixième, d'Abraham à Moïse ; la neuvième, de Moïse jusqu'à la venue du Seigneur ; et la onzième heure, de la venue du Seigneur jusqu'à la fin du monde.

Les saints apôtres ont été envoyés pour prêcher en cette dernière heure, et bien que tard venus, ils ont reçu un plein salaire. 

Le Seigneur ne cesse donc en aucun temps d'envoyer des ouvriers pour cultiver sa vigne, c'est-à-dire pour enseigner son peuple.

Car tandis qu'il faisait fructifier les bonnes mœurs de son peuple par les patriarches, puis par les docteurs de la Loi et les prophètes, enfin par les apôtres, il travaillait, en quelque sorte, à cultiver sa vigne par l'entremise de ses ouvriers.

Tous ceux qui, à une foi droite, ont joint les bonnes œuvres ont été les ouvriers de cette vigne.

+++

Vierge Marie, Mère du Christ-Prêtre,

Samedi 23 JANVIER / Lectionnaire pour Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Malankare Orthodoxe)
Mère des prêtres du monde entier,
vous aimez tout particulièrement les prêtres,
parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils Unique.

 

Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre
et du Ciel, modèle de l'Eglise en son achèvement,vous intercédez et agissez pour l'extantion du Royaume .
Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !
« Priez le Père des Cieux
pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson ».

Priez pour que nous ayons toujours des prêtres
qui nous donnent les Sacrements,
nous expliquent l’Evangile du Christ,
et nous enseignent à devenir
de vrais enfants de Dieu !

"Ils n'ont plus de vin", disiez-vous à votre divin fils avec confiance, voyant l'embaras du maître des noces de Cana et hâtant le ministère publique du Christ.

Ô Vierge Marie, Mère de Miséricorde,demandez encore à Dieu 
les prêtres dont nous avons tant besoin;
et puisque votre intercession  maternelle est si puissante ,
obtenez-nous, ô Mère,
des prêtres qui soient des saints !

AMÎN !

 

 

St. Macarius was once asked by a pilgrim how to find salvation in the world. He told the man to go to the cemetery and insult the dead people who were buried there. This he did and returned to the saint. The saint then told him to return to the cemetery and sing the praises of those who were buried there. This he did and returned. The saint then asked the pilgrim: “What did the dead people do when you insulted them?” “Why, nothing, of course, Holy Father,” the man replied. St. Macarius continued, “What did the dead people do when you praised them?” “Why, nothing, of course, Holy Father,” he replied again. “Go and do the same, and you will be saved. Be dead both to the praises and curses of men and you will obtain salvation.”  Macaire(St Macaire)     /     Un jour un pèlerin demanda à saint Macaire comment trouver le Salut tout en étant dans le monde. Il dit à l'homme d'aller au cimetière, et d'insulter les morts qui s'y trouvaient enterrés. Il le fit, et revint auprès du saint. Alors le saint lui dit de retourner au cimetière, et de chanter cette fois les louanges de ceux qui y étaient enterrés. Il le fit et revint. Le saint demanda alors au pèlerin : "Qu'ont fait les morts lorsque vous les avez insultés?" "Comment ça? Mais ils n'ont rien fait, bien entendu," répondit l'homme. Saint Macaire continua : Et qu'ont fait les morts lorsque vous les avez loués? "Comment ça? Mais ils n'ont rien fait, bien entendu," répondit à nouveau l'homme. "Va, et agis de la même, et tu seras sauvé. Sois mort à la fois au louanges et aux malédictions des hommes, et tu parviendras au Salut." (St Macaire)

St. Macarius was once asked by a pilgrim how to find salvation in the world. He told the man to go to the cemetery and insult the dead people who were buried there. This he did and returned to the saint. The saint then told him to return to the cemetery and sing the praises of those who were buried there. This he did and returned. The saint then asked the pilgrim: “What did the dead people do when you insulted them?” “Why, nothing, of course, Holy Father,” the man replied. St. Macarius continued, “What did the dead people do when you praised them?” “Why, nothing, of course, Holy Father,” he replied again. “Go and do the same, and you will be saved. Be dead both to the praises and curses of men and you will obtain salvation.” Macaire(St Macaire) / Un jour un pèlerin demanda à saint Macaire comment trouver le Salut tout en étant dans le monde. Il dit à l'homme d'aller au cimetière, et d'insulter les morts qui s'y trouvaient enterrés. Il le fit, et revint auprès du saint. Alors le saint lui dit de retourner au cimetière, et de chanter cette fois les louanges de ceux qui y étaient enterrés. Il le fit et revint. Le saint demanda alors au pèlerin : "Qu'ont fait les morts lorsque vous les avez insultés?" "Comment ça? Mais ils n'ont rien fait, bien entendu," répondit l'homme. Saint Macaire continua : Et qu'ont fait les morts lorsque vous les avez loués? "Comment ça? Mais ils n'ont rien fait, bien entendu," répondit à nouveau l'homme. "Va, et agis de la même, et tu seras sauvé. Sois mort à la fois au louanges et aux malédictions des hommes, et tu parviendras au Salut." (St Macaire)

LA SEMAINE DE L’UNITÉ DES CHRÉTIENS

 

 Un des aspects importants de ce qu’on appelle l’« œcuménisme », c’est-à-dire la rencontre, la connaissance mutuelle et le dialogue des divers chrétiens, est précisément la louange, la gratitude, la « reconnaissance ».

Rendre grâces pour autrui

Nous remercions Dieu parce que cette connaissance réciproque des chrétiens, et le fait que nous ayons appris, grâce au Mouvement œcuménique, à nous apprécier, à nous respecter et, éventuellement, à apprendre les uns des autres, ont porté des fruits considérables. C’est l’œuvre du Seigneur autant que celle des hommes les mieux intentionnés. Nous apprenons également à rendre grâces à Dieu pour tout ce qui advient de sage, de bon, d’intelligent dans les communautés chrétiennes, quelles qu’elles soient.

Œcuménisme du témoignage

Cela ne veut pas dire que nous relativisions les sujets qui, objectivement, sont débattus entre nous : aujourd’hui, nous faisons mémoire de saint Marc métropolite d’Éphèse, qui, seul contre un grand nombre, comme l’« étranger » de l’évangile aujourd’hui, disait : « Il n’est pas permis de faire des accommodements en matière de Foi ». Les chrétiens orthodoxes témoignent d’un œcuménisme, non de compromis ou de compromission, mais de témoignage. Le troisième motif d’action de grâces auquel nous pouvons penser est précisément que nous soyons, nous les Orthodoxes, dans la position de témoigner de la Tradition des Apôtres et des Pères, de donner l’exemple de l’expérience des Pères ascétiques et, particulièrement, d’apporter une contribution importante : le témoignage liturgique.

Situation conciliaire

Au 20ème siècle, les Orthodoxes, projetés hors des limites historiques de leurs pays d’origine, ont reçu du Seigneur la mission, pensons-nous, de mettre à la disposition de tous les chrétiens le trésor inaltéré de la Tradition. Il s’est créé, par l’action du saint Esprit, une situation conciliaire entre les chrétiens : les Orthodoxes doivent être les premiers à l’animer. Nous qui sommes souvent, dans les pays où nous vivons, comme l’« étranger », comme le dixième des chrétiens, des chrétiens pas comme les autres, nous rendons grâces, pour les autres – « tous purifiés » par le Nom de Jésus -, que le Seigneur veut renouveler par la « reconnaissance » de la vraie foi.

L’unité de Foi

Nous rendons grâces également pour nous-mêmes, à qui le même Seigneur veut donner l’humilité d’un témoignage authentique, crédible et convainquant. Mais, certes, Il nous donne une responsabilité : il nous est demandé du courage, souvent, pour refuser certains compromis ; et il nous est surtout demandé beaucoup d’amour pour dire avec douceur la vérité à nos amis chrétiens, notre prochain de bonne foi. Que soit béni le Seigneur qui appelle tous les chrétiens à être unis dans la même foi, dans la même fidélité à la Tradition, dans la même « reconnaissance » du Seigneur Jésus ! (Source: Sagesse Orthodoxe)

 

"Entretiens sur Dieu le Père"

(par le Cl Charles Journet) 
"Quand c'est le monde entier qui saigne, quand la tempête se met à balayer les peuples comme les feuilles à l'automne, quand la violence souille la terre, les mers et les airs, quand le rire sinistre et froid de la haine triomphe dans la nuit, toutes les prières par lesquelles on demandait quelque chose pour soi, pour sa famille ou par sa patrie paraissent soudain se faire trop étroites, elles emprisonnent l'âme, elles deviennent presque impossibles à répéter, elles ne semblent ni assez étendues, ni assez profondes, ni assez éternelles :

et le coeur du chrétien, avec un incoercible instinct, se tourne vers ces paroles bénies que les disciples ont entendues prononcer par le Sauveur il y a deux mille ans.../...jusqu'aux suprêmes sources de l'Amour et d'embrasser en elles tous les besoins de la terre.

Notre Père qui êtes aux cieux !"

Aux éditions Parole et Silence.

 

il faut bien comprendre que, selon saint Ephrem le Syrien (306-373), "L'Église n'est pas l'assemblée des saints dans le sens de « parfaits » qui s’arrogeraient un droit, voir un devoir de « faire la leçon aux autres, elle est cette masse de pécheurs qui se repentent, qui bien que pécheurs, se sont tournés vers Dieu et restent orientés vers Lui. " En tant que peuple centré sur Dieu, nous sommes des pécheurs engagés à vivre comme étant la présence du Christ dans le monde, et notre sainteté ne saurait être séparée de la sainteté de Dieu à l'œuvre en ce monde.  Notre péché est une maladie pénétrante ou un échec à atteindre le but d'être vraiment humain.  Nous sommes appelés à accomplir notre divine destinée et fonction, étant comme l'image créée de Dieu.  Notre péché, donc, n'implique pas simplement la culpabilité de violer les Commandements de Dieu, mais doit être source de l'impulsion pour devenir quelque chose d'autre que ce que nous sommes dans notre état de déchéance.  Parce que chacun d'entre nous a une expérience qui est unique, vaincre nos habitudes coupables personnelles exige toute notre attention et correction.  Le but suprême de ce processus salutaire, c'est de parvenir à la déification, qui est simplement de refléter l'apparence divine.  En devenant semblable au Christ dans notre comportement et dans notre pensée, nous coopérons avec Dieu dans ce processus de guérison et sommes rendus à la ressemblance de Dieu.  C'est de ce point de vue que nous reconnaissons notre vocation, c'est d'être le Christ au milieu de ce monde déchu. Car ce monde, tout autant que nous, est appelé à participer au processus de déification, et nous autres, comme nous dit saint Seraphim de Sarov, nous pouvons en amener des milliers autour de nous à être sauvés, en acquérant la paix intérieure.  Comme nous acquérons un cœur humble et contrit, nous révélons le Christ au monde et aidons à la transformation de tout le Cosmos en l'image et la ressemblance de notre Dieu  Créateur.

il faut bien comprendre que, selon saint Ephrem le Syrien (306-373), "L'Église n'est pas l'assemblée des saints dans le sens de « parfaits » qui s’arrogeraient un droit, voir un devoir de « faire la leçon aux autres, elle est cette masse de pécheurs qui se repentent, qui bien que pécheurs, se sont tournés vers Dieu et restent orientés vers Lui. " En tant que peuple centré sur Dieu, nous sommes des pécheurs engagés à vivre comme étant la présence du Christ dans le monde, et notre sainteté ne saurait être séparée de la sainteté de Dieu à l'œuvre en ce monde. Notre péché est une maladie pénétrante ou un échec à atteindre le but d'être vraiment humain. Nous sommes appelés à accomplir notre divine destinée et fonction, étant comme l'image créée de Dieu. Notre péché, donc, n'implique pas simplement la culpabilité de violer les Commandements de Dieu, mais doit être source de l'impulsion pour devenir quelque chose d'autre que ce que nous sommes dans notre état de déchéance. Parce que chacun d'entre nous a une expérience qui est unique, vaincre nos habitudes coupables personnelles exige toute notre attention et correction. Le but suprême de ce processus salutaire, c'est de parvenir à la déification, qui est simplement de refléter l'apparence divine. En devenant semblable au Christ dans notre comportement et dans notre pensée, nous coopérons avec Dieu dans ce processus de guérison et sommes rendus à la ressemblance de Dieu. C'est de ce point de vue que nous reconnaissons notre vocation, c'est d'être le Christ au milieu de ce monde déchu. Car ce monde, tout autant que nous, est appelé à participer au processus de déification, et nous autres, comme nous dit saint Seraphim de Sarov, nous pouvons en amener des milliers autour de nous à être sauvés, en acquérant la paix intérieure. Comme nous acquérons un cœur humble et contrit, nous révélons le Christ au monde et aidons à la transformation de tout le Cosmos en l'image et la ressemblance de notre Dieu Créateur.

(suite et fin de la méditation proposée vendredi 22 janvier)

« Non seulement l'intelligence vraie et complète de la Messe devrait conduire naturellement tout fidèle, - et à plus forte raison tout prêtre, - à s'offrir à Dieu en immolation, chaque fois qu'il lui est donné d'assister au divin sacrifice ou de le célébrer ; l'intelligence vraie et complète de la sainte communion devrait pousser également chaque fidèle, - et à plus forte raison chaque prêtre, - à une offrande analogue chaque fois qu'il a le bonheur de recevoir Jésus-Hostie.
Il y a en effet deux aspects de la sainte communion, également essentiels, également dogmatiques, et qui méritent au même titre de commander la piété chrétienne - : la communion, incorporation à la vie de Notre-Seigneur, - la communion, incorporation à sa mort.
[...]
N'oubliez pas, disait saint Paul aux Corinthiens, qu'à chaque communion, vous « annoncez la mort du Seigneur » (I Cor. XI). Vous devez donc, telle est sa pensée, vous unir à son immolation, communier à sa mort. Et l'Imitation ne parle pas autrement : « Comme je me suis offert volontairement à Dieu mon Père pour vos péchés, les mains étendues et le corps sur la croix, en sorte qu'il n'est rien demeuré en moi qui n'ait été offert dans ce sacrifice de votre réconciliation avec Dieu,vous devez de même vous offrir volontairement à moi tous les jours à la messe en oblation pure et sainte de vous-même... aussi intimement que vous pouvez le faire. » (L. IV, ch. VIII).
[...]
Communier veut dire cela : devenir un avec l'hostie - donc s'offrir spirituellement avec elle - donc « offrir sa chair à crucifier avec ses vices et ses convoitises » (Gal. V, 24), et livrer sa vie, ses travaux, ses souffrances, ses prières, à Notre-Seigneur pour lui demander de les pénétrer de son esprit d'hostie.
[...]
« Vouloir retirer les fruits du sacrifice dans la communion sans nous sacrifier, vouloir nous diviniser par l'hostie sans nous immoler avec elle, c'est aspirer à vivre en parasites de l'autel, chercher le salut en dehors de la croix (1). » La communion bien comprise n'est pas seulement divinisante, elle doit être immolante, et elle ne sera l'une que si elle est l'autre. La communion bien comprise ne consiste pas seulement en un trésor que l'on reçoit ; elle doit être un trésor que l'on donne ; elle ne comprend pas seulement la réception d'une hostie, mais la donation d'une hostie. On ne reçoit dignement la Victime de l'autel qu'à la condition de s'offrir soi-même en victime sur l'autel en esprit d'adoration et d'expiation (2). »

1. P. J. Grimal : Le sacerdoce et le sacrifice de Jésus-Christ, p. 329 (Beauchesne, 1911). - 2. « Cette double fonction des fidèles, à la Messe, qui les constitue des offrants et des offerts est si réelle, que la liturgie du sacrifice est inintelligible sans cela et nous apparaît presque comme un non-sens. » Dom Vandeur, O.S.B., La Sainte Messe : Notes sur la liturgie, 6e éd., Gabalda, 1914, p. 135.

Raoul Plus s.j. (1882-1958), L'idée réparatrice (Livre II ch. 3), Gabriel Beauchesne, Paris, 1919.

 

SAINT TIMOTHÉE, QUI ÊTES-VOUS ?
Évêque et Martyr
(† 97)
22_-_anastasij_tymotej_thumb

 

 


Saint Timothée était né en Lycaonie, dans la ville de Lystres, qui fut évangélisée par saint Paul.

 

Le passage du grand Apôtre fut la cause de la conversion de Timothée et de sa famille.

Plus tard, quand Paul revint à Lystres, il remarqua Timothée et résolut de se l'associer dans l'apostolat, malgré sa jeunesse.

L'admirable jeune homme sacrifia avec joie toutes les espérances terrestres et consentit à quitter sa famille pour se donner entièrement à Dieu et supporter toutes les fatigues et toutes les persécutions de la vie apostolique.

Dès lors on peut voir Timothée partout à côté de saint Paul, et à la confiance de l'un répond le dévouement de l'autre. 

Après la mort de saint Paul, Timothée, qui avait été préposé par son maître à l'Église d'Éphèse, eut la consolation d'y vivre en l'amitié et la présence du disciple bien-aimé de Jésus, l'Apôtre saint Jean.

Un jour que les Éphésiens célébraient par des orgies une des fêtes de leur déesse Diane, le saint évêque d'Éphèse, indigné, se jette au milieu de ce peuple insensé, lui représente la folie de sa conduite et l'invite à se convertir au christianisme; mais il est entouré par des furieux, accablé de coups de pierres et de massues et laissé pour mort.

Ses disciples le relèvent et le transportent dans le voisinage, où il expire bientôt dans leurs bras et rejoint dans la gloire son maître saint Paul. 

L'Église honore en lui l'un des plus célèbres et des plus saints disciples des Apôtres.



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

Nous vous proposons de renouer avec une vieille et louable coutume française:

La "Neuvaine préparatoire à la Purification de la Sainte Vierge" 

(Fête de La Chandeleur le 02 Février).

Le 24 janvier, commence la neuvaine préparatoire à la Purification de notre Sainte Mère et encore davantage à la nôtre car nous en avons bien besoin.

 

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,

Dieu unique et vrai.

 

Pater:

Aboun d’bashmayo (Notre Père).   

   Qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnez-nous aujourdhui notre pain quotidien (substantiel), pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Car à vous appartiennent le règne, la puissance et la gloire, dans les siècles des siècles. Amîn.

   Nethqadash shmokh, titheh malkouthokh, nehwe sebyonokh, aïkano d-bashmayo

of bar'o. Hablan

laĥmo d-sounqonan yawmono. Washbouqlan ĥawbaïn waĥtohaïn, aïkano dof ĥnan shbaqan lĥayobaïn. Ou-lo ta'lan l-nesyouno, elo fasolan

men bisho, metoul dilokhi malkoutho

Ou-ĥaïlo ou-teshbouĥto l'olam 'olmin. Amin.

 

Ave:

Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus le fruit de vos entrailles est béni.

    Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amîn.

    Shlom lekh bthoulto Mariam, malyath tayboutho, Moran 'amekh mbarakhto

at bneshé, wambarakhou firo dab-karsekh,

Moran Yeshu'.

    O Qadishto Mariam, Yoldath Aloho,

saloï ĥlofayn ĥatoyé, hosho wabsho'ath mawtan. Amin.

 

Gloria:

V.      Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit .

    R.  Et que sa miséricorde et sa grâce abondent en nous, pauvres et pécheurs, dans ce deux siècle et jusqu’aux siècles des siècles. Amîn.

 

Recueillons- nous à l’aide du texte ci-dessous:

Paraissez, ô Très Sainte Vierge ! Paraissez, ô Divin Jésus ! et fléchissez par votre exemple nos cœurs indomptables. Qui peut être exempt d’obéir, puisqu’un Dieu Lui-même se soumet dans son Humanité ? Quel prétexte pourrons-nous trouver pour nous dispenser de La Loi, après que la Sainte Vierge elle-même se purifie, et ne se croit point affranchie par sa pureté angélique du joug d’une loi servile, de laquelle elle est formellement exceptée ?

Votre âme, ô Marie sera percée d’un glaive. Ce qu’on lui prédit lui fait tout craindre, ce qu’on exécute lui fait tout sentir. Voyez cependant sa tranquillité par le miracle de son silence, et elle nous apprend par cet exemple les deux actes de résignation par lesquels nous devons nous immoler à Dieu : nous préparer de loin à tout ce qu’Il veut ; nous soumettre humblement à tout ce qu’Il fait.

Si nous nous abandonnons entièrement à La Sainte Volonté de Dieu, nous y trouverons la paix de nos âmes. Nous ressemblerons au bon Siméon. La vie n’aura rien qui nous attache, et la mort, tout odieuse qu’elle est, n’aura rien qui nous épouvante : nous attendrons humblement et tranquillement, l’ordre de la Providence éternelle pour décider de notre départ. Et quand nous aurons accompli ce que Dieu veut que nous fassions sur la terre, nous serons prêts à dire, à l’imitation du saint vieillard : Seigneur, laissez maintenant mourir votre serviteur en paix. (+Jacques Bénigne Bossuet , évêque de Meaux)

Ô Dieu Saint.

    ô Dieu Saint et Fort; ô Dieu Saint et Immortel, crucifié † (en se signant) pour nous, Ethraham elaïn. (Ayez pitié de nous !)

    Ô Dieu Saint.

    ô Dieu Saint et Fort; ô Dieu Saint et Immortel, crucifié † (en se signant) pour nous, Ethraham elaïn. (Ayez pitié de nous !)

 

    Ô Dieu Saint.

   ô Dieu Saint et Fort; ô Dieu Saint et Immortel, crucifié † (en se signant) pour nous, Ethraham elaïn. (Ayez pitié de nous !)

 

Ô Divine Volonté, nous vous en supplions que toutes les puissances célestes se réunissent pour contrecarrer les puissances de l'enfer qui oeuvrent en ce monde!

 

Tounons-nous vers Marie, Mère de Miséricorde:

Le Mystère qui était caché depuis les générations vous a été révélé, O fontaine de chasteté*, quand l’Archange Gabriel est venu vous saluer+, disant : « Salut, pleine de grâce=, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes. (Luc I : 28.)

Refrain :        Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !

     Salut, ô terre jamais ensemencée. Salut, ô buisson qui s’est enflammé sans se consumer.* Salut, ô profondeur qu’il est difficile de percevoir par la vue. + Salut, ô pont qui conduit jusqu’au ciel = Toi qui es l’échelle qui élève dans les hauteurs, que vit Jacob, le père des tribus.

Refrain :        Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !

     Salut, ô toi qui as aboli la malédiction des temps anciens*. Salut, ô vase dans lequel la manne divine a été préservée. + Salut, ô toi qui as relevé Adam de sa chute et qui l’a fait retrouver son ancien état.= Le Seigneur est avec toi.

Refrain :        Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !

     Les fidèles chanteront l’hymne suivant :

     Ô fierté des fidèles+, offrez pour nous vos demandes à l’Unique Qui est issu de Vous *afin qu’Il nous prenne en pitié.

     Les fidèles chanteront l’hymne suivant :

     Ô Christ, notre Seigneur et Créateur+, ayez pitié de nous par l’intercession de Votre Mère.* Délivrez nous des tromperies du démon et délivrez nous de ses puissances.

     Nous sommes Vos serviteurs et nous nous en remettons à Vous+, espérant Vos miséricordes*, nous n’avons pas d’autre Rédempteur que Vous.

     Pardonnez nous ainsi qu’à nos défunts*, accordez nous plein pardon.

     Tous ensemble : Kourie eleïson. Kourie eleïson. Kourie eleïson.

Souvenez-vous,
ô Très Miséricordieuse Vierge Marie,
que nous n'avons jamais entendu dire
qu’aucun de ceux
qui ont eu recours à votre protection,
imploré votre assistance,
réclamé votre secours,
ait été abandonné.

Animé d’une pareille confiance, 
ô Vierge des vierges, ô ma Mère,
je cours vers vous, je viens vers vous, et,
gémissant sous le poids de mes péchés,
je me tiens devant vous.

Mère du Verbe incarné,
ne méprisez pas mes prières,
mais écoutez-les avec bienveillance
et daignez les exaucer.

Amîn

                                                                (Prière de St Bernard de Clairvaux.)

"Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création.  Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé" (Mc 16,15-16).  Dès lors, il est clair que le Sacrement du Baptême que le Christ a institué en accomplissant et transformant le Baptême de Jean le Baptiste, est le commencement de notre reconnexion avec notre Créateur, Qui est le maître et accomplisseur de notre Salut.  Pour comprendre la profonde signification de ce Salut, nous devons examiner avec soin les détails des récits évangéliques rapportant le Baptême du Seigneur dans le Jourdain. ( Archiprêtre George Dion Dragas, Phd, DD, DTh) Rendons-grâce d’avoir été mis à part dans le Christ pour appartenir à la grande famille Chrétienne et être appelé à cette exaltante vocation d’être « Sel de la terre et lumière du monde » Mais il faut bien comprendre que, selon saint Ephrem le Syrien (306-373), "L'Église n'est pas l'assemblée des saints dans le sens de « parfaits » qui s’arrogeraient un droit, voir un devoir de « faire la leçon aux autres, elle est cette masse de pécheurs qui se repentent, qui bien que pécheurs, se sont tournés vers Dieu et restent orientés vers Lui. " En tant que peuple centré sur Dieu, nous sommes des pécheurs engagés à vivre comme étant la présence du Christ dans le monde, et notre sainteté ne saurait être séparée de la sainteté de Dieu à l'œuvre en ce monde.  Notre péché est une maladie pénétrante ou un échec à atteindre le but d'être vraiment humain.  Nous sommes appelés à accomplir notre divine destinée et fonction, étant comme l'image créée de Dieu.  Notre péché, donc, n'implique pas simplement la culpabilité de violer les Commandements de Dieu, mais doit être source de l'impulsion pour devenir quelque chose d'autre que ce que nous sommes dans notre état de déchéance.  Parce que chacun d'entre nous a une expérience qui est unique, vaincre nos habitudes coupables personnelles exige toute notre attention et correction.  Le but suprême de ce processus salutaire, c'est de parvenir à la déification, qui est simplement de refléter l'apparence divine.  En devenant semblable au Christ dans notre comportement et dans notre pensée, nous coopérons avec Dieu dans ce processus de guérison et sommes rendus à la ressemblance de Dieu.  C'est de ce point de vue que nous reconnaissons notre vocation, c'est d'être le Christ au milieu de ce monde déchu. Car ce monde, tout autant que nous, est appelé à participer au processus de déification, et nous autres, comme nous dit saint Seraphim de Sarov, nous pouvons en amener des milliers autour de nous à être sauvés, en acquérant la paix intérieure.  Comme nous acquérons un cœur humble et contrit, nous révélons le Christ au monde et aidons à la transformation de tout le Cosmos en l'image et la ressemblance de notre Dieu  Créateur.

"Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé" (Mc 16,15-16). Dès lors, il est clair que le Sacrement du Baptême que le Christ a institué en accomplissant et transformant le Baptême de Jean le Baptiste, est le commencement de notre reconnexion avec notre Créateur, Qui est le maître et accomplisseur de notre Salut. Pour comprendre la profonde signification de ce Salut, nous devons examiner avec soin les détails des récits évangéliques rapportant le Baptême du Seigneur dans le Jourdain. ( Archiprêtre George Dion Dragas, Phd, DD, DTh) Rendons-grâce d’avoir été mis à part dans le Christ pour appartenir à la grande famille Chrétienne et être appelé à cette exaltante vocation d’être « Sel de la terre et lumière du monde » Mais il faut bien comprendre que, selon saint Ephrem le Syrien (306-373), "L'Église n'est pas l'assemblée des saints dans le sens de « parfaits » qui s’arrogeraient un droit, voir un devoir de « faire la leçon aux autres, elle est cette masse de pécheurs qui se repentent, qui bien que pécheurs, se sont tournés vers Dieu et restent orientés vers Lui. " En tant que peuple centré sur Dieu, nous sommes des pécheurs engagés à vivre comme étant la présence du Christ dans le monde, et notre sainteté ne saurait être séparée de la sainteté de Dieu à l'œuvre en ce monde. Notre péché est une maladie pénétrante ou un échec à atteindre le but d'être vraiment humain. Nous sommes appelés à accomplir notre divine destinée et fonction, étant comme l'image créée de Dieu. Notre péché, donc, n'implique pas simplement la culpabilité de violer les Commandements de Dieu, mais doit être source de l'impulsion pour devenir quelque chose d'autre que ce que nous sommes dans notre état de déchéance. Parce que chacun d'entre nous a une expérience qui est unique, vaincre nos habitudes coupables personnelles exige toute notre attention et correction. Le but suprême de ce processus salutaire, c'est de parvenir à la déification, qui est simplement de refléter l'apparence divine. En devenant semblable au Christ dans notre comportement et dans notre pensée, nous coopérons avec Dieu dans ce processus de guérison et sommes rendus à la ressemblance de Dieu. C'est de ce point de vue que nous reconnaissons notre vocation, c'est d'être le Christ au milieu de ce monde déchu. Car ce monde, tout autant que nous, est appelé à participer au processus de déification, et nous autres, comme nous dit saint Seraphim de Sarov, nous pouvons en amener des milliers autour de nous à être sauvés, en acquérant la paix intérieure. Comme nous acquérons un cœur humble et contrit, nous révélons le Christ au monde et aidons à la transformation de tout le Cosmos en l'image et la ressemblance de notre Dieu Créateur.

NOS PELERINAGES:
Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)
+++

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

 

+++

 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

+++

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pèlerinage à Lourdes :

 

 

Les Chrétiens Syro-Orthodoxes Francophones 

de Saint Thomas (Mar Thoma) 

dont St Gregorios de Parumala est patron du "Relais Paroissial" de Lourdes et sa région  

 

organisent un pèlerinage privé à

 

NOTRE-DAME DE LOURDES

 

*Du Vendredi 29 Janvier (Pour les Normands et Parisiens) au 2 Février 

*Du Samedi 30 Janvier au 2 Février (Pour les Charentais,Girondins, Limousins,etc...).

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

OUR LADY OF LOURDES


* From Friday, January 29 (For the Normans and Parisians) to February 2
* From Saturday, January 30 to February 2 (For Charentais, Girondins, Limousin, etc ...).
(Registration closed January 25)

 

*Normandie et Région Parisienne : départ le Vendredi 29 Janvier à 7 h du Monastère, coucher à Jauldes

* Normandy and the Paris region: starting Friday, January 29 at 7 in the Monastery, set at Jauldes

 

*Charente : Départ le Samedi 30 à 7h

* Charente: Depart on Saturday 30 at 7 am

 

*Dimanche 31 Janvier, journée à LOURDES.

* Sunday, January 31, LOURDES day.

 

*Lundi 1er Février, pour les Normands et Parisiens, retour en Normandie.

* Monday, February 1st, to the Normans and Parisians, back in Normandy.

Pour ceux qui rejoignent la Charente, matinée à Lourdes, visite à Ferrières, couché à JAULDES

For those who join the Charente morning in Lourdes, visit Ferrières, lying JAULDES

 

*Mardi 2 Février, Purification de la Très Sainte Vierge:

 

-10h30, Messe à JAULDES en Charente ou au Monastère pour les Normands et Parisiens (Le 2 au soir, retour des Parisiens sur Paris.) 

Bénédiction des Cierges de la Chandeleur... 

* Tuesday, February 2, Purification of the Blessed Virgin:
-10h30, Mass JAULDES Monastery in Charente or for the Normans and Parisians (The 2 evening, back in Paris for Parisians.)
Blessing of Candles Candlemas ...

 

  

 

(Offrandes libres pour la participation aux frais de transport et la location des locaux)

 

Inscriptions:

 

(Free offerings for participation in transportation costs and for rental of premises)

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

Vous pouvez librement nous envoyer vos intentions de prières que nous confierons à l'intercession de Notre-Dame, de Sainte Bernadette et de Saint Gregorios lorsque nous irons, avec son Icône (Offerte par l'O.C.P), prier à la grotte de Massabielle où Marie apparut à Bernadette pour lui donner un message de conversion.

You can freely send us your prayer intentions that we entrust to the intercession of Our Lady, St. Bernadette and St. Gregorios when we go, with its icon (Offered by the OCP), to pray at the Grotto of Massabielle where Mary appeared to Bernadette to give him a message of conversion.

+++
 

Toute offrande fait  l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

+++

  

Note: 

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 +++

 PROGRAMME DE CES PROCHAINES SEMAINES AU MONASTÈRE SYRIAQUE DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE, MÈRE DE MISÉRICORDE:

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

 

 

*Mardi 2 Février:

10h30, Messe au Monastère. Bénédiction des Cierges de la Chandeleur.

* Tuesday, February 2:
10:30 Mass at the Monastery. Candles Blessing of Candlemas.

 

 *Mercredi 3 Février:

 Messe et Bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorges)

* Wednesday, February 3:
  Mass and Blessing of St. Blaise candles (Against Gorge diseases)

 

*Dimanche 7 Février, Pèlerinage mensuel à N-D de

 

Miséricorde

 Messe à 10h30, distribution des cierges de la Chandeleur et de St Blaise (Imposition de ces derniers à 15h ).Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

* Sunday, February 7, monthly Pilgrimage to Our Lady of Mercy
  Mass at 10:30, distributing candles of Candlemas and St. Blaise (Imposition of these to 15h) .Repas fraternal and loyal reception from 13:30 to 17:30.

 

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

Pour

PARIS ET  SA REGION :

(Messes épisodiques.

RAMASSAGE DES FIDELES

pour le Weekend de Pèlerinage en Normandie à N-D de Miséricorde 

tous les samedis précédent le 1er dimanche du mois à 15h,

Place du Chatelet

Qadish qadish qadish, Moryo ĥaylthono. Haw damlén shmayo, war'o mén shoubĥéh. Ousha'no bamrawmé. Brikh détho wothé, bashméh d-Moryo Aloho. Teshbouĥto b-rawmé.   /   Saint, Saint, Saint, le Seigneur Fort. Le ciel et la terre sont remplis de sa gloire. Hosanna au plus haut des cieux! Béni soit celui qui vient et qui viendra au nom du Seigneur. Hosanna au plus haut des cieux. (Sanctus de notre Messe Syro-Orthodoxe)    /    Oraison introduisant les Paroles Consécratoires dans notre Liturgie Syro-Orthodoxe: Vous êtes vraiment Saint, Roi des siècles et donateur de toute sainteté ; Saint aussi Votre Fils Unique, Notre-Seigneur Jésus–Christ ; Saint enfin Votre Esprit Saint, qui scrute toutes choses jusqu’à Vos plus intimes pensées, Ô Dieu. Vous avez créé l’homme, créature à laquelle vous concédâtes le paradis. Lorsqu’il transgressa votre commandement, Vous ne l’avez pas laissé errer mais l’avez instruit par les Prophètes. Enfin, vous avez envoyé au monde Votre Fils Unique pour renouveler Votre image qui avait été corrompue. Il s’est alors incarné par l’opération du Saint-Esprit et de Marie, la Vierge Pure.

Qadish qadish qadish, Moryo ĥaylthono. Haw damlén shmayo, war'o mén shoubĥéh. Ousha'no bamrawmé. Brikh détho wothé, bashméh d-Moryo Aloho. Teshbouĥto b-rawmé. / Saint, Saint, Saint, le Seigneur Fort. Le ciel et la terre sont remplis de sa gloire. Hosanna au plus haut des cieux! Béni soit celui qui vient et qui viendra au nom du Seigneur. Hosanna au plus haut des cieux. (Sanctus de notre Messe Syro-Orthodoxe) / Oraison introduisant les Paroles Consécratoires dans notre Liturgie Syro-Orthodoxe: Vous êtes vraiment Saint, Roi des siècles et donateur de toute sainteté ; Saint aussi Votre Fils Unique, Notre-Seigneur Jésus–Christ ; Saint enfin Votre Esprit Saint, qui scrute toutes choses jusqu’à Vos plus intimes pensées, Ô Dieu. Vous avez créé l’homme, créature à laquelle vous concédâtes le paradis. Lorsqu’il transgressa votre commandement, Vous ne l’avez pas laissé errer mais l’avez instruit par les Prophètes. Enfin, vous avez envoyé au monde Votre Fils Unique pour renouveler Votre image qui avait été corrompue. Il s’est alors incarné par l’opération du Saint-Esprit et de Marie, la Vierge Pure.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille Tradition Syriaque orthodoxie-orientale orthodoxie oecuménisme Spiritualité Chrétienne

Recherche

Liens