Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 23:17
'The glory of this Child was, that a virgin should bring Him forth into the world, and the glory of the Virgin Mother was, that she should have for a Son, a Man who was at the same time God.' (St Augustine)

'The glory of this Child was, that a virgin should bring Him forth into the world, and the glory of the Virgin Mother was, that she should have for a Son, a Man who was at the same time God.' (St Augustine)

Première lettre de saint Jean 5,4-10.

Mes bien-aimés, quiconque est né de Dieu, vainc le monde ; et la victoire qui a vaincu le monde, c'est notre foi. 
Qui est celui qui est vainqueur du monde, sinon celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? 
C'est ce même Jésus-Christ qui est venu par l'eau et par le sang, non avec l'eau seulement, mais avec l'eau et avec le sang. Et c'est l'Esprit qui rend témoignage, parce que l'Esprit est la vérité. 
Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel : le Père, le Verbe et l'Esprit ; et ces trois sont un.
Et il y en a trois qui rendent témoignage sur la terre : l'Esprit, l'eau et le sang ; et ces trois sont d'accord. 
Si nous recevons le témoignage des hommes, le témoignage de Dieu est plus grand ; et c'est bien là le témoignage de Dieu, qui a rendu témoignage à son Fils. 
Celui qui croit au Fils de Dieu a ce témoignage de Dieu en lui-même ; celui qui ne croit pas Dieu, le fait menteur, puisqu'il n'a pas cru au témoignage que Dieu a rendu à son Fils.
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 20,19-31.

En ce temps-là, le soir de ce même jour, le premier de la semaine, les portes de la maison, où se trouvaient les disciples, étant fermées par crainte des Juifs, Jésus vint et se tint au milieu d'eux disant : "La Paix soit avec vous !" 
Ayant ainsi parlé, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. 
Il leur dit une seconde fois : "Paix avec vous !" Comme mon Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie." 
Après ces paroles, il souffla sur eux et leur dit : "Recevez l'Esprit-Saint." 
"Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus." 
Mais Thomas, l'un des douze, celui qu'on appelle Didyme, n'était pas avec eux lorsque Jésus vint. 
Les autres disciples lui dirent donc : "Nous avons vu le Seigneur." Mais il leur dit : "Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt à la place des clous et ma main dans son côté, je ne croirai point." 
Huit jours après, les disciples étant encore dans le même lieu, et Thomas avec eux, Jésus vint, les portes étant fermées, et se tenant au milieu d'eux, il leur dit : "Paix avec vous !" 
Puis il dit à Thomas : "Mets ici ton doigt, et regarde mes mains ; approche aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; et ne sois plus incrédule, mais croyant." 
Thomas lui répondit : "Mon Seigneur, et mon Dieu !" 
Jésus lui dit : "Parce que tu m'as vu, Thomas, tu as cru. Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru." 
Jésus a fait encore en présence de ses disciples beaucoup d'autres miracles qui ne sont pas écrits dans ce livre. 
Mais ceux-ci ont été écrits, afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie en son nom.
 




Par St Cyrille d'Alexandrie

(380-444), évêque et docteur de l'Église 
Commentaire sur l'évangile de Jean, 12, 22; PG 74, 729-736 (trad. Delhougne, Les Pères commentent)
 

 

« Heureux ceux qui croient sans avoir vu »

 

Cette parole du Seigneur est pleinement conforme à la miséricorde de Dieu, et elle peut nous être d'un grand profit.

Car ici encore il s'est soucié grandement de nos âmes, parce qu'il est bon, parce qu'il

« veut que tous les hommes soient sauvés et qu'ils parviennent à connaître la vérité »

(1Tm 2,4). 

Mais cela peut nous surprendre. Car il devait supporter patiemment Thomas, ainsi que les autres disciples qui le prenaient pour un esprit et un fantôme.

Il devait encore, pour convaincre le monde entier, montrer les marques des clous et la blessure de son côté.

Enfin, de manière surprenante et sans y être contraint par le besoin, il devait prendre de la nourriture, afin de ne laisser aucun motif de doute à ceux qui avaient besoin de ces signes... 

Celui qui n'a pas vu, mais qui accueille et tient pour vrai ce qu'on lui enseigne, honore d'une foi remarquable ce que son maître lui a dit.

Par conséquent, on appelle bienheureux tous ceux qui ont cru grâce à la parole des apôtres, eux qui ont été « témoins oculaires » des grandes actions du Christ

« et serviteurs de la Parole »,

comme le dit saint Luc

(Lc 1,2).

Car il est nécessaire de les écouter, si nous sommes saisis d'un amour passionné pour la vie éternelle, et si nous attachons du prix à trouver dans le ciel notre demeure.

===

(St. Gregorios of Pampady. Painting by Boris Sathyavan (Indonesia). Idea by Fr. Dr. K. M. George./ St. Gregorios de Pampady. Peinture par Boris Sathyavan (Indonésie). Idée du Père Dr. K. M. George. )

New_PageMaker_7.0_Publication[1].pmd

« Pourquoi dans la tentation es-tu triste, ô mon âme, et pourquoi me troubles-tu ? (1)

Examinons devant Dieu s'il y a raison de perdre la paix dans ces circonstances. Serait-ce que nous croirions que la tentation en elle-même est un péché ?

Mais Jésus-Christ, mais tous les saints ont été tentés ; mais aucune pensée mauvaise, aucune imagination, même la plus hideuse, n'est en soi un péché ; toutes ces pensées et imaginations sont sans cesse sous le regard de Dieu, qui voit tout, et elles ne souillent en rien sa pureté infinie.

Serait-ce que nous craindrions d'avoir consenti à la tentation ?

Mais quand même nous y aurions consenti, il ne faudrait pas nous en troubler, [car] même après ses chutes il faut garder la paix, et que la perdre serait une faute ajoutée à une autre faute.

Puis, si la tentation nous a déplu, molestés, contristés ; si elle nous a inspiré de l'horreur, si nous ne l'avons subie que malgré nous et contre notre volonté, nous avons eu en cela même la preuve que nous n'avons pas consenti. On ne pèche que par la volonté ; ce qui est contre la volonté ne peut être imputable.


Serait-ce que nous craindrions de consentir plus tard ?

Mais pourquoi perdre la confiance en Dieu et ne pas espérer qu'il nous soutiendra, si nous le prions bien, si nous nous défions de nous-mêmes, si nous évitons les occasions et ne présumons pas de nos propres forces ?


Serait-ce enfin que cette vie de combats et de luttes nous ennuie ? Mais

nous pouvons amoindrir ces combats et ces luttes en méprisant le tentateur jusqu'à ne pas daigner penser à lui pour lui répondre, jusqu'à lui tourner le dos au lieu de nous battre avec lui, [...] laissons le démon aboyer au dehors sans en tenir aucun compte, et continuons en paix ce que nous avons à faire.

Nous pouvons diminuer nos tentations en n'y réfléchissant pas, quand elles sont passées, pour voir si nous y avons consenti, parce qu'y réfléchir, ce serait un moyen de les faire revivre ; nous ne devons nous les rappeler qu'en gros, pour réveiller en nous la vigilance, l'esprit de prière, et nous abîmer devant Dieu, d'une part dans le sentiment de notre misère, comme sainte Thérèse, qui disait :

« O Dieu ! que je ne vaux rien !

Voilà bien ce que mon mauvais fonds peut produire, voilà bien de l'herbe de mon jardin »

; d'autre part, dans l'admiration et l'amour de la bonté divine :

« O Dieu ! que vous êtes bon d'abaisser votre amour jusqu'à moi ! »


Est-ce ainsi que nous nous conduisons dans les tentations ? »

1. Ps XLI 6, 12.

Abbé André-Jean-Marie Hamon (1795-1874), curé de Saint Sulpice, Méditations à l'usage du clergé et des fidèles pour tous les jours de l'année (Tome II, Jeudi de Quasimodo, Premier Point), Paris, Victor Lecoffre, 1886.

Abbé Hamon,tentation,trouble,péché,pensée,imagination,volonté,consentement,combat,tentateur,prière,paix intérieure

 

 

 

L'AUTORITE DE L'AMOUR

(Par St Grégoire le Grand)

L’enseignement des hommes arrogants a ceci de caractéristique, qu’ils ne savent pas présenter avec humilité, ce qu’ils enseignent, et qu’ils sont incapables de transmettre de façon véridique les vérités, qu’ils possèdent. Ils montrent par leurs paroles, lorsqu’ils enseignent, qu’ils se considèrent comme installés sur un sommet, qu’ils regardent leurs auditeurs comme situés très en dessous d’eux. S’ils daignent leur adresser la parole, ce n’est pas pour les aider, mais seulement pour les dominer.

C’est donc à juste titre que le Seigneur leur dit, par la bouche du prophète :Vous les gouverniez avec violence et dureté. En effet, ils gouvernent avec violence et dureté, ceux qui s’empressent non pas de redresser leurs inférieurs par de paisibles raisonnements, mais de les courber en les dominant avec âpreté.

Au contraire, le véritable enseignement fuit d’autant plus vivement ce vice de l’orgueil, même en pensée, qu’il attaque plus ardemment par les flèches de ses paroles celui qui est en personne le maître de l’orgueil. Il veille à ne pas mettre en valeur par ses manières hautaines celui qu’il combat avec de saintes paroles dans le coeur de ses auditeurs. Il s’efforce de recommander par ses paroles et de manifester par sa vie l’humilité qui est la maîtresse et la mère de toutes les vertus, afin de l’inculquer aux disciples de la vérité par la conduite plus encore que par la parole.

C’est pourquoi Paul a dit aux Thessaloniciens, comme s’il oubliait la grandeur de sa propre fonction d’Apôtre : Nous nous sommes faits tout petits au milieu de vous. L’Apôtre Pierre disait d’abord : Vous devez toujours être prêts à vous expliquer devant tous ceux qui vous demandent de rendre compte de l’espérance qui est en vous. Et il ajoutait, pour montrer la manière dont on doit enseigner, tout en faisant connaître la doctrine : Mais faites-le avec douceur et respect, en gardant une conscience droite.

Lorsque saint Paul dit à son disciple Timothée : Voilà ce que tu dois prescrire et enseigner avec autorité, il ne lui recommande pas une domination tyrannique, mais cette autorité qui vient de la façon de vivre. En effet, on enseigne avec autorité ce que l’on pratique avant de le professer. Car on manque de confiance pour enseigner, lorsque la mauvaise conscience fait obstacle à la parole. Aussi est-il écrit, au sujet du Seigneur : Il parlait comme un homme qui a autorité, et non pas comme les scribes et les pharisiens. Car il fut le seul, d’une façon unique et primordiale, à parler en vertu d’une parfaite autorité, parce qu’il n’a jamais commis aucun mal par faiblesse. La puissance de sa divinité lui permettait de nous servir ainsi par l’innocence de son humanité.

Sources : Morales sur Job 23, 23-24, trad. de la liturgie des Heures.

 

===

 

===

 

 
Combien de fois j'ai cherché la "Méthode" pour prier...
 
Je déteste vous l'avouer, mais je l'ai fait souvent.
"Dis-moi simplement les étapes pour que je puisse les suivre et parvenir à connaître Dieu,"
ai-je demandé à plusieurs reprises. Mais, après un certain temps de nos efforts insensés nous apprenons combien cette notion est naïve. Pourtant je cherche encore la "Méthode".
Et vous?
 
 
 
La citation qui suit du staretz Paisios me frappe comme une vérité importante...
 
Un après-midi, j'ai eu l'occasion de m'entretenir en privé avec un vénérable moine dans la bibliothèque de la maison d'hôtes du monastère.
À un moment donné, je lui ai dit:
" Staretz, je voudrais que tu m'apprennes à prier."
Avec un regard surpris dans ses yeux, il répéta mes paroles:
 
-"Tu veux que je t'apprenne à prier?"
 
«Oui, staretz, que dois-je faire pour prier? Que dois-je dire? Comment dois-je m'asseoir?
"Etant influencé par l'hindouisme, je pensais qu'il devait y avoir une méthode ou une technique particulière, tout comme il y en avait une la méditation j'avais pratiquée.
Il a compris combien je savais peu de choses, mais il ne le montra pas. "C'est vraiment très simple, et tu dois approcher la prière avec simplicité.
 
Il suffit de t'asseoir calmement dans un coin et de parler au Christ comme s'il était en face de toi et à ton écoute.
Et Il est en face de toi et à ton écoute.
Parle-Lui simplement comme à l'un de tes amis. "
 
Le lendemain, je marchais deux heures et demie pour aller voir Père Paisios et lui dire ce qui s'était passé.
Il dit en souriant: 
"Assieds-toi, et je vais t'apporter un pistolet.
Il entra dans sa cellule et me rapporta un chapelet de prière à trente-trois noeuds, représentant les années de la vie terrestre du Christ, et une croix.
 
"Tu sais quoi?" Dit-il en riant.
"Ceci tire des balles spirituelles.
Chaque fois que tu dis la prière:
"Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de moi pécheur", c'est comme tirer sur le diable, donc il ne viendra pas près de toi.
 
Prends-le, afin de l'avoir pour te défendre.
 
(Version française Claude Lopez-Ginisty  d'après  Dionysios Farasiotis
The Gurus, the Young Man, and Elder Païsios
St Herman of Alaska Brotherhood
Platina.California.USA

 

 
Combien de fois j'ai cherché la "Méthode" pour prier... Je déteste vous l'avouer, mais je l'ai fait souvent. "Dis-moi simplement les étapes pour que je puisse les suivre et parvenir à connaître Dieu," ai-je demandé à plusieurs reprises. Mais, après un certain temps de nos efforts insensés nous apprenons combien cette notion est naïve. Pourtant je cherche encore la "Méthode". Et vous?
 
La citation qui suit du staretz Paisios me frappe comme une vérité importante...
 
Un après-midi, j'ai eu l'occasion de m'entretenir en privé avec un vénérable moine dans la bibliothèque de la maison d'hôtes du monastère. À un moment donné, je lui ai dit: " Staretz, je voudrais que tu m'apprennes à prier." Avec un regard surpris dans ses yeux, il répéta mes paroles: "Tu veux que je t'apprenne à prier?"
 
«Oui, staretz, que dois-je faire pour prier? Que dois-je dire? Comment dois-je m'asseoir? "Etant influencé par l'hindouisme, je pensais qu'il devait y avoir une méthode ou une technique particulière, tout comme il y en avait une la méditation j'avais pratiquée. Il a compris combien je savais peu de choses, mais il ne le montra pas. "C'est vraiment très simple, et tu dois approcher la prière avec simplicité. Il suffit de t'asseoir calmement dans un coin et de parler au Christ comme s'il était en face de toi et à ton écoute. Et Il est en face de toi et à ton écoute. Parle-Lui simplement comme à l'un de tes amis. "
 
Le lendemain, je marchais deux heures et demie pour aller voir Père Paisios et lui dire ce qui s'était passé. Il dit en souriant: "Assieds-toi, et je vais t'apporter un pistolet. Il entra dans sa cellule et me rapporta un chapelet de prière à trente-trois noeuds, représentant les années de la vie terrestre du Christ, et une croix. "Tu sais quoi?" Dit-il en riant. "Ceci tire des balles spirituelles. Chaque fois que tu dis la prière: "Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de moi pécheur", c'est comme tirer sur le diable, donc il ne viendra pas près de toi. Prends-le, afin de l'avoir pour te défendre.
 
Version française Claude Lopez-Ginisty  d'après  Dionysios Farasiotis
The Gurus, the Young Man, and Elder Païsios
St Herman of Alaska Brotherhood
Platina
California
USA
 
 
Combien de fois j'ai cherché la "Méthode" pour prier... Je déteste vous l'avouer, mais je l'ai fait souvent. "Dis-moi simplement les étapes pour que je puisse les suivre et parvenir à connaître Dieu," ai-je demandé à plusieurs reprises. Mais, après un certain temps de nos efforts insensés nous apprenons combien cette notion est naïve. Pourtant je cherche encore la "Méthode". Et vous?
 
La citation qui suit du staretz Paisios me frappe comme une vérité importante...
 
Un après-midi, j'ai eu l'occasion de m'entretenir en privé avec un vénérable moine dans la bibliothèque de la maison d'hôtes du monastère. À un moment donné, je lui ai dit: " Staretz, je voudrais que tu m'apprennes à prier." Avec un regard surpris dans ses yeux, il répéta mes paroles: "Tu veux que je t'apprenne à prier?"
 
«Oui, staretz, que dois-je faire pour prier? Que dois-je dire? Comment dois-je m'asseoir? "Etant influencé par l'hindouisme, je pensais qu'il devait y avoir une méthode ou une technique particulière, tout comme il y en avait une la méditation j'avais pratiquée. Il a compris combien je savais peu de choses, mais il ne le montra pas. "C'est vraiment très simple, et tu dois approcher la prière avec simplicité. Il suffit de t'asseoir calmement dans un coin et de parler au Christ comme s'il était en face de toi et à ton écoute. Et Il est en face de toi et à ton écoute. Parle-Lui simplement comme à l'un de tes amis. "
 
Le lendemain, je marchais deux heures et demie pour aller voir Père Paisios et lui dire ce qui s'était passé. Il dit en souriant: "Assieds-toi, et je vais t'apporter un pistolet. Il entra dans sa cellule et me rapporta un chapelet de prière à trente-trois noeuds, représentant les années de la vie terrestre du Christ, et une croix. "Tu sais quoi?" Dit-il en riant. "Ceci tire des balles spirituelles. Chaque fois que tu dis la prière: "Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de moi pécheur", c'est comme tirer sur le diable, donc il ne viendra pas près de toi. Prends-le, afin de l'avoir pour te défendre.
 
Version française Claude Lopez-Ginisty  d'après  Dionysios Farasiotis
The Gurus, the Young Man, and Elder Païsios
St Herman of Alaska Brotherhood
Platina
California
USA
 
'Let us stand fast in what is right, and prepare our souls for trial. Let us wait upon God's strengthening aid and say to him: "O Lord, you have been our refuge in all generations."' (St. Boniface)

'Let us stand fast in what is right, and prepare our souls for trial. Let us wait upon God's strengthening aid and say to him: "O Lord, you have been our refuge in all generations."' (St. Boniface)

St. Gregorios of Pampady

image

*Birth Of Thirumeni

Family Of Thirumeni:

Pampady is a beautiful village in the Kottayam district of Kerala, India. Majority of the people there belonged to Orthodox Syrian Christian Denomination. “Karinganamattom” Family is one such old time, famous Orthodox Syrian Christian Family, a branch of which is the “Moolakara” Family into which Our Thirumeni was born.

image

Parents of Thirumeni:
“Avira”, Thirumeni’s paternal grandfather had two sons – Kuruvilla and Chacko. Chacko married Ilachi from the Velukottu family from Veloor. They had four sons and six daughters. Thirumeni was the fifth child among the nine of them. He was born on 1060 Meenam, 24th according to the Malayalam System or on April 5th, 1885 (Sunday) according to the English Calendar.

Thirumeni’s baptismal name is “Kuriakose”. Though our Thirumeni’s parents were not very rich, it never hindered their prayerful life. Thirumeni’s father used to teach the young Kuriakose prayers by making him sit on the father’s lap. Thirumeni’s mother taught him Psalms from his childhood days. All these instilled Thirumeni to lead a prayerful life from the very young days.

image

House Of Thirumeni:

Thirumeni’s father Chacko, built a house in the “Pezhamattathu Plot”. This was at the place called “Patham Mile” (10th Mile), North Of K. K. Road (Kottayam – Kumily Road) around 20 km away from Kottayam town. This house was later donated to the Church to built a “Kurishum Thotty” (Cross) by the family members after the Heavenly Abode of Thirumeni. Now a big cross in the name of Pampady Thirumeni stands in the place where initially the house of Thirumeni was situated.

111

Consecrated as the Metropolitan on 16 February, 1929

Ordination as the Metropolitan:

Due to the insistence of Vattasseril Thirumeni and Mathews Mar Ivanios of Kottayam diocese, Ramban was ordained as the Metropolitan on 16th February, 1929 by the Late Moran Mar Baselious Geevarghese 11 Catholicose. This was the next day after which Baselious Thirumeni took over as the Catholicose. Hence Pampady Thirumeni is the first Metropolitan, H.H Catholicose consecrated. He was also presented the name ” Kuriakose Mar Gregorios”.

Relation Between Pampady Thirumeni and Bava Thirumeni ( Moran Mar Baselious Geevarghese 11 Catholicose):

Pampady Thirumeni had a very close relation with Bava Thirumeni. Pampady Thirumeni always used to carry a hand kerchief and a key set. He made it a point to hand over the hand kerchief to someone present there before visiting Bava Thirumeni as a token of respect. There should not be anything hidden before him. He never used to visit Bava Thirumeni showing his bare head. Bava Thirumeni also had a great affection towards Pampady Thirumeni. Even in his last days, inspite of failing memory, he used to enquire about Pampady Thirumeni.

Relation to Parumala Thirumeni

image

As the Metropolitan of Kottayam, he lead the diocese beautifully for about 36 years. Whatever be the problem in the diocese, he tackled everything smoothly by the grace of the Holy Spirit. He presided over the functions of Parumala Seminary also for an year during this time. His devotion for Parumala Thirumeni was tremendous. After the ordination, Pampady Thirumeni was presented the Holy Sceptre (Amsha Vadi) of Parumala Thirumeni. This Amsha Vadi was given to Thirumeni by the Holy Grace to perform everything well. Every year Pampady Thirumeni made it a point to visit the Kabar of Parumala Thirumeni and fast for a day in prayer.

image

As a Church Leader

Pampady Thirumeni was the trustee of the Catholicate Endowment (Catholica Nidhi) which was started in 1934. Thus he was able to guide the Malankara Orthodox Syrian Church in all matters. His devotees in Kottayam built the Karapuzha Mar Gregorios Chapel. Just like Pampady Dayara, Thirumeni used to look after this chapel also. In memory of Thirumeni, Pampady Mar Gregorios Memorial High School was built in 1929 by Thirumeni’s paternal uncle, Pampady Karinganamattathil Kochukora.

Thirumeni used to get up early in the morning at four. In addition to the five Lents that the church has specified, Thirumeni used to take fasting prayers and Lents to end the fight between the two factions.

image

Thirumeni’s Stand During Church Fights:

Even during the time of Church fights, Thirumeni had no anger or dispute towards any body. He visited Mar Athanasios Thirumeni at Thrikunathu Seminary when he was not well. Similarly he visited the diseased Michael Mar Dionysius at the Manarcad Church.

During this time, there came a Court Order that he was not supposed to enter the Pampady Valiyapally, which was his own church (idavaka pally). The order was brought to Thirumeni for his signature. Thirumeni enquired as to what it was and was told the matter. He immediately signed it and gave it. His eyes became red. He said “even the dogs can enter to the Church premises and bats can move freely along the church lofts, but me….”.

After that it was required that Thirumeni had to go to the Court to record his words. Two to three days before the case, Thirumeni used to go to the Pazhaya seminary. Advocates used to come and teach Thirumeni what to tell in the court. But Thirumeni always used to pray that he should never be led into the Court. He had full assurance in the Lord God and was not worried about the material things around. One day, Thirumeni had to reach the premises of the Court to give verdict. But the case was postponed to a further date and later it was cancelled. Thus Thirumeni never had to enter the Court.

image

Thirumeni as a Guardian for the Poor:

There were many incidents which brought forth the caring nature of Thirumeni. One such incident is mentioned here. There was a beggar in Pampady named Murikayan Mathai from ‘Thiruvithamkore’. Thirumeni felt a great concern for this person. He came to know that the beggar was lying in a state of severe disease due to old age in a shed at 11th Mile, beside K K Road. Thirumeni instructed a near by person to take care of the beggar. The next day, Thirumeni visited him and anointed him (“Rogikalude Thaliabhishekom”). Very soon the beggar died and Thirumeni arranged for his funeral in the Pampady Valiya Pally cemetery itself.

Thirumeni used to help many high school and college students, without any one coming to know of it! One day a college student near Thiruvalla wrote a letter to Thirumeni, requesting for money to be given as the college fees. Thirumeni replied telling that he would do so. He remembered this the day before the last day of the payment and send the money through a person to the student. These incidents goes on and on. Anyone who came to know Thirumeni would tell about these qualities in Him.

image

Thirumeni, please pray for us….

222

Thirumeni’s Beloved Servant – ‘Pottan’

Only very few know who and what Thomas the deaf and dumb, but remarkably loyal servant of Rambachan was or his daily chores in the service of his beloved master.

Thomas came on Mithunam 18, 1090, as Rambachan’s cook. He belonged to the Ooppootil family of Veloor Karickamattom. His father was a regular help for the late Palampadom Vakil. Thomas has spoken at length, of course, in sign language to P.C Yohannan Ramban. ‘Pottan’ as Thomas was called by some, was very intelligent and had a grasp of most things happening around him. He would take his part whenever he could contribute meaningfully. The way he pictured in sign language personages like Mahatma Gandhi, the Viceroy, Patriarch Bava, Wattacheril Thirumeni, Kurichi Valiya Bava Thirumeni and Julius Metropolitan has been quite memorable.

He seemed to pose as though the whole of Pothenpuram was his own. Every tall coconut palm you see on the hill slopes was indeed planted by him, watered by him from the pond of Charothuparambil and Kizhakkemuri. Because they were fruits of his labour he would not part with any of the produce that Pothenpuram yielded. He would express himself without any reserve to anyone. In fact people around had some respect for his temper. He wouldn’t even spare Pampady Thirumeni!

image
Thirumeni’s devoted “Pottan”

image
Thirumeni and his devoted “Pottan”

In early days when there used to be a number of inhabitants in the Dayara ‘Pottan’ would look after all their needs without demur. He was good to all of them. Semmassans or others. He was blessed with a healthy body, clean habits and regular prayer vigil. He would take his bath every evening at the neighbouring Kizhakkemuriyil family pond. Reaching the ‘Kurisinthotti’ on the western side, on his way back, he would make a special noise. After serving food for every inmate e would go to the church nadakasala and remain on his knees in prayer at least for an hour. He wouldn’t like to be disturbed at that time. The callus on his knees looked like that on a camel.

Not many could claim a life more open and simple. Dayara members used to get many helpings of dishes from ‘Pottan’ just by flattering him as a very intelligent man. Those who visited the Dayara would often give him his share after giving ‘Kaimuthu’ to Thirumeni. ‘Pottan’ used to keep it all in a chest safely in the attic. He had a sister whom he used to visit once in a while. Dayara members would take away the money from the chest, out of good humour, just to tease him. He would smell out if any one touched his chest. There could be a lot of noise, then, for a day or two till Thirumeni intervened.

‘Pottan’ was keen on keeping the courtyard clean. He wouldn’t allow a blade of grass to grow there. Thirumeni who appreciated it, would reward him with ‘thorth’ and ‘mundu’. Even thought every one had a soft corner for Pottan, one who really cared for him was Puthettu Kaduppil P M Philipose Achen. Pottan would not grudge going to some houses he was close to, like Thrikkothu Manalel and Madathil Asan’s, to fetch provisions for Dayara use.

image
Grave Stone of ‘Pottan’ beside the Dayara Chapel (right side of Thirumeni’s Kabar)

How heart broken he was when Pampady Thirumeni passed away! He was inconsolable. He wanted to be buried alongside Thriumeni, he would try to tell others this. He wouldn’t miss any mass of fail to partake of Holy Qurbana whenever it was offered. Thirumeni was equally fond of him. “You should look after him when I am dead. I wish he passed away before I did. He would inherit heaven, no doubt.” Thirumeni said to Yohannan Achen. And Achen considered it a blessing that he could follow Thirumeni’s instruction to the full extent. Thirumeni also wished that Pottan should be cremated near Thirumeni where he would be able hear Thirumeni if Thirumeni calls him.

Pottan died on July 28, 1971. As he wished he was buried on the Dayara courtyard, where his grave stone is visible from Thirumeni’s Kabar. The innocent occupant of the tomb right of Pampady Thirumeni’s on the dayara courtyard will certainly gain eternal rest.

image
Grave Stone of Pottan 
image
Daniel Mar Pilaxinos Metropolitan presenting ‘Pottan’ with a gift

Padinjarekara Mathai

A man called Padinjarekara Mathai also served the Dayara for odd jobs. He joined duty on April 13, 1916. His main duty at the beginning was collecting ‘pidiyari’ and other offertories sent by his friends and well wishers of the Dayara. Big hands of banana, other fruits, special dishes, sweet meats, whatever the neighbouring house holds used for themselves, a portion of it would be first sent to Thirumeni. There was no shortage of any sort for any of these things. They were all given away to guests and visitors to the Dayara as well as to the servants.

333

 
 

Established the Mar Kuriakose Dayara near Pampady in 1914

Pothenpuram Hill

Pothenpuram is a beautiful hill which interlocks the places Pampady and Meenadom. Pampady lies in the Eastern region of the hill and the rest is Meenadom. It was told that a deep hum was heard if someone stamps the Hill, and hence the origin of the name “Pothenpuram”. It is also believed that the name originated because there were many Bisons during that time and hence the name “Pothenpuram”. (A literal translation may well be ‘Bison – Back’). Pigs, porcupines and bisons used to roam freely along this tract. Mar Kuriakose Dayara and the Church is situated on the raised plateau, amidst this hill.

image
Pampady Dayara, amidst Pothenpuram Hill

Placed centrally between Meenadom and Pampady, it invites co-operative effort from both Meenadom and Pampady region for its all round development. The mile long hill is skirted by fertile paddy fields yielding a rich harvest of ‘mundakan’ and ‘viruppu’ varieties of paddy. Till well into the 20th century human inhabitation was limited to the fringes of these paddy fields, it is said. The land was ideal for coconut and areca nut farms. Treated and processed areca nut found ready market in bordering Tamil Nadu areas. Traders from Tamil Nadu used to come and stay in Pothenpuram to deal in ‘Korappakku’ giving the name ‘adakkakalom’ to one of the plain stretches on the hill.

The Pothenpuram Hill was initially in the hands of an ancient aristocratic Nair family (Karthavu Family), who resided at a place called Kothala in Pampady. Later this family grew financially weak and hence the various regions of the Hill was sold to different people. Thus the place where the Dayara lies came in the hands of Madathil Aashan, the revered teacher of Pampady Thirumeni.

image
Madathil Aashan

Reason for the establishment of Dayara:

In the mean time, Pampady Church was closed due to the fight between the two factions. This disturbed Ramban’s prayerful and pious life. It came to the extent that Ramban had to move away from the Church. It was indeed painful for Ramban to leave behind Pampady Church where he was staying the past ten years and which was his home church.

One day, on the way to the Pallithazham school, Madathil Aashan visited Ramban. Seeing the grief-stricken face of Ramban, Aashan understood the situation. Ramban explained about the fight and the result of the same in a sorrowful tone. Aashan comforted the Ramban by suggesting that the Ramban make an ashram and a Church and to move over there. Ramban wanted to know how it could be done, as there was no money. Aashan assured that he would give the land and that the rest would all take place without any worry. Ramban conceded to his beloved master’s advice. Ramban invited Cheriya Madathil Velyachan (Valiya Yacob Kathanar) also to see the place. Hence along with the Achan and Aashan, Ramban went and saw Pothenpuram. They liked it immensely and the registration took place on 15 Chingam, 1087.

Construction of the Well:

The construction of a well was started on 8th Idavom, 1089. Ramban used to come from Pampady to inspect the work. On 25th of that month, Ramban built a tent. On 31st, water was seen in the well. On 1st Midhunam, Ramban started staying in the tent there. After the construction of the well was over, Ramban thought about constructing the Dayara. But due to lack of money, it did not proceed. Instead Ramban decided to rent a house. But due to unavailability of a suitable house, even that idea was abandoned. Slowly Ramban, with the help of a few others started collecting money for the construction of Dayara from the people of Meenadom and Pampady.

Construction of the Church:

Ramban decided to build a temporary church there at the earliest. Thus the church was built at the place of the current ‘Nadakashala’ of the Church. Ramban celebrated the Holy Mass for the first time here on 15th Makaram, 1090 along with the celebration of Mother Mary’s Festival of Seeds (vithu vila perunnal). Many people attended this function. Karinganamattathil Chacko used to stay with Ramban during this time, as a token of his love and respect for the Ramban.

image
Church at Pampady Dayara

Ramban: A Guardian for all

Ramban soon became a guardian for those in and around the place. He used to take Syriac classes for the children and devoted his time in prayers. Everyday devotees used to bring fruits and other crops to the Dayara. All these were given away to those who came to visit Ramban. Ramban made it a point to show hospitality to who ever came to visit him and gave them food till their stomachs were full!! The same was the case with social service and alms giving.

image
Ramban: Kuriakose Mar Gregorios

Thabore Dayara:

Soon after the church construction was over, on 13th Medom 1090, Vattasseril Mar Dionysius Thirumeni visited the Dayara. He liked the place very much and stayed there for three days and later proceeded to the Pazhaya Seminary. He christened the Dayara as “Thabore Dayara”.

Ramban: A strict teacher

Ramban was a very strict teacher. He used to beat even the best students if they showed lack in studies or indiscipline. Afterwards Ramban used to feel sad about the incident. He used to apply oil and hot water bags to the hurt areas. He also used to buy eatables and present to his disciples later.

Church Re-Construction:

The stone laying function of today’s Dayara Church took place on 28th May, 1920. This was conducted by Yuyakim Mar Ivanios Metropolitan of Kandanad diocese. When the central pillar of the church was constructed, many witnessed a shining star in the sky. This took place in the after noon. The Church was consecrated on 20th January, 1923 by Geevarghese Mar Dionysius Thirumeni and Vakathanathu Mar Pilaksinos Thirumeni.

Words of Vattasseril Thirumeni after seeing the Thabore Hill:

image
Vattasseril Thirumeni who termed Pampady Dayara as “Thabore Dayara”

image
image
image

Poem on Thabore by Mahakavi Puthenkavu Mathen Tharakan
image
image
image
image
image
image
image
image
image

Extracted from the biography of Thirumeni, “Thaborile Thapasavaryan” by K. V Mammen

444

 
 

Made Ramban by Kadavil Paulose Mar Athanasios on 29 July, 1906

Ramban in Pampady Church

After being ordained as the Ramban on 9th July, 1906 by the Catholicose H.G. Poulose Mar Ivanios, Ramban stayed at the Pampady Church. It was during this time that the Pampady Church was rebuilt and the second floor was built to the ‘Nadakashala’. The beautiful paintings now seen in the ‘Madbaha’ of the Church were also drawn during this time. Ramban used to announce in the Church about the planned work and the devotees used to gather together to do these work, which got over very quickly due to the united effort. Ramban was very particular that all the workers should be fed well.

The people used to present Ramban with many eatables and harvests when they visited him. And all these were given away to the devotees who used to come to see Ramban. It should be noted that the more he gave, the more he used to get back. Ramban’s first teacher, Madathil Aashan still continued teaching in the Pallivathulkal school, adjacent to the church. It was Ramban’s another main hobby to present the students there with eatables. Thus Ramban was loved by one and all.

image
Pampady Church

Ramban in Parumala Seminary

At this time, as per the instruction of Ramban’s Malpan H G Vattasseril Thirumeni, Ramban shifted to the Parumala seminary. There he served as the assistant of Kallasheril Punnose Ramban. The stay at Parumala Seminary, where Parumala Thirumeni’s body was laid to rest was indeed a spiritual renovation for the Ramban. His desire to follow the sanctified foot steps of Parumala Thirumeni raised the Ramban to great heights. He was also appointed to teach Syriac to the church scholars at Parumala Seminary. Vattasseril Thirumeni used to make Ramban write replies for his letters from foreign lands like ‘Sheema’. Ramban’s Syriac letters were very beautiful and hence his hand writing very impressive. One day, His Grace Abdulla Patriarch, who was staying at the seminary asked Ramban to celebrate the Holy Qurbana. Though initially Ramban was a bit hesitant to Celebrate the Holy Mass in Syriac in front of the Patriarch, it finally resulted in everyone praising Ramban.

image
Pampady Thirumeni as a Ramban

Disciples Of Ramban

During his stay in Parumala Seminary, Ramban got two disciples: Vattamala Abraham Deacon and Mannukaduppil Kuriakose Deacon.

Ramban with the First Catholicose:

When the First Catholicose, H.G Murimattathu Poulose Mar Ivanios was not well and was resting at Parumala Seminary, Ramban used to look after him with due care and love. The Catholicose used to term Ramban lovingly as “My Ramban” (“Ente Rambachan”). The Bava Thirumeni used to love Ramban so much. Bava played a major role in forcing the Ramban to become the Catholicose, when Vakathanam Kaaruchira Pilaksinos Metropolitan disagreed to continue as the Catholicose.

image
Second Catholicose (Vakathanam Bava / Vailcattu Bava)

55

 

Deaconship on 5 February, 1899

Sub-Deaconship on 5 Feb, 1899 (Age of 14)
Thirumeni was made the Sub-Deacon and given title of the “Korooyo” (sub-deacon) at the Pamapady Church on 5 Feb, 1899 at the age of fourteen by Poulose Mar Athanasios, who was in charge of the Kottayam diocese. Along with Thirumeni at that time itself, Rev Father O.C. Kuriakose of Kandathil and Alexanthrayose Kor Episcope of Kadavumbhagam was given the Sub -deaconship. Later he was elevated to the order of ‘SHAMSHONO’ (Full-Deacon)

image
Pampady Thirumeni as a Deacon

Life as a Deacon:

Immediately after he was made the Deacon, Thirumeni proceeded to the Old Seminary for his theological studies. The main Malpan (Teacher) at that time was Vattasheril Geevarghese Malpan. Scaria Malpan of Ilavanamannil, Alexanthrayose Malpan of Mattaykal and P. P Joseph Kathanar (Fr Joseph) of Chakkarakadavil were the other main teachers of Thirumeni. Every Monday morning Thirumeni would walk to Kottayam along with other Pastoral students and would return back on Friday. It was routine for Thirumeni to invite his friends home on Fridays. He enjoyed treating them with tasty food. This hospitality of Thirumeni is well known far and wide and continued till his last days. Slowly the young Deacon became well versed in Syriac Language, Biblical Knowledge and mastered theological treaties and sacraments. He was a very good student who always respected his teachers and other scholars. His simple life style, discipline, humility and hard work made him a favourite among his teachers.

image
Vattasseril Geevarghese Mar Dionysius (Main teacher of Pamapady Thirumeni)

The First Miracle:

The young deacon used to stay in Pampady when the seminary closed for vacation. He usually stayed in the Church and always took care to follow the Church Rituals. He used to regularly pray and fast. One year the villagers faced severe famine. All ponds and rivers dried up. All ran here and there in search of water. All crops were destroyed. During this time, on a Sunday after the Holy Mass, the young deacon declared that everyone should pray intensely for three days. Many of the devotees fasted and prayed for rain. But, some unbelievers took this as an opportunity to mock the young deacon. On the third day of the prayer, while congee (kanji / rice porridge) was being served to the poor people on the Northern side of the Church at the Chethimattom Field, the sky darkened and heavy down pour started!!! People had to move to the nearby homes to have their food. The deluge was so heavy that the vessels, like the ‘Chempu’ (cauldron), in which the congee was made had to be tied to the nearby coconut trees so that they were not swept away in the torrent.

image
Intense prayer of Thirumeni brought forth Heavy Rain

Stay in Parumala Church:

The young deacon stayed in Parumala seminary as per the instructions of his Holy Malpan, Vattasseril Geevarghese Mar Dionysius. He used to accompany the Malpan to various places. Some time after which Thirumeni got the deaconship, his father Chacko passed away. His father used to constantly worry about the young deacon due to lack of money. Thirumeni himself has told in many occasions that it was very difficult for him to buy even a pair of dress to be used in the Holy Mass. Thirumeni made it a routine to give clothes to the poor on the day of his father’s demise every year (29th of ‘Kanni Masam’).

image
Parumala Seminary

Ordination as Priest and Ramban:

Vattasseril Malpan was impressed by the young deacon’s prayerful and disciplined life. He felt that the young deacon was apt to be ordained as the ‘Metropolitan’. But before that he needed to be ordained as the ‘Ramban’. Thus on 8th July, 1906 the young deacon was ordained as the Kassisso (Full-Priest) by H.G Murimattathu Poulose Mar Ivanios (the first Catholicose of Malankara). The next day the Catholicose ordained him as the Ramban. Thus Pampady Thirumeni was consecrated as the ‘Ramban’ (Rabban in Syriac) on 9th July, 1906 by the Catholicose H.G.Poulose Mar Ivanios at the Pampady Church. The next day ‘Ramban’ solemnised his first Holy Mass.

image
H.G Murimattathu Poulose Mar Ivanios 
(The first Catholicose of Malankara, who ordained Pampady Thirumeni as ‘Kassisso’ and ‘Ramban’)

66

Studies Of Thirumeni

Education:

As per the usual custom that prevailed during those times, it was at the age of 5 (1890) that Thirumeni first started his official education. There was at that time, a small school at Karakuzha on the side of K K Road. Later this was moved near to the small church at Pampady. Hence from then on it came to be known as “Pallivathulkal School” (School near the Church Gate). At that time, a very famous teacher (“Aashan”) by the name of “Madathil Raman Pilla Aashan” was teaching there. There were two classes in this school with around 100 students. Class 1 was under “Kushumbil Krishna Pillai” from “Erivaloor”. Class 2 was under Madathil Aashan. But, Madathil Aashan made it a point to look after the well being of all these 100 students of both these classes.

image
Pallivathulkal School

All that was taught in this school was the basic arithmetic and to read and write. Those who wanted to go for higher studies had to go to Kottayam, which was not possible at that time due to lack of conveyance. If a person studies for 4-5 years under Madathil Aashan, he would be proficient in all the required knowledge. Our Thirumeni was a very good student who had a craving for knowledge. He keenly listened to all that was taught in the class. Since he was an obedient and a quite child, he was liked by all.

Madathil Aashan was well versed in Tamil. Thus most of his students also learned the same. Among them was our Thirumeni. This is the reason why Thirumeni maintained a good collection of Tamil books later.

image
Madathil Aashan

Character Of Thirumeni:

1890 was a time when caste system was at its peak. Many Nair students also studied with Thirumeni. They never used to go out for lunch as they were not supposed to touch or interact with the lower caste people. Thirumeni used to take Coconut and Molasses (“Sharkara & Thenga”) for these students from home, so that they needn’t stay hungry. Thus from the younger days Thirumeni had the habit of feeding all those who were hungry. This continued even when he grew up. Thirumeni was known for his hospitality far and wide. Never a person who came to see Thirumeni, returned empty handed!!

Prayerful Influence Of Grandma:

During the times when he studied under Madathil Aashan, Thirumeni stayed in the “Moolakara Family” with his Paternal Grandma “Unnichi” at his home in “Pezhamatathu”. His Grandma was a devoted servant of God who followed the prayers and lent religiously. She made it a point to tell Thirumeni devotional stories of Mother Mary and Parables of Jesus Christ. Thirumeni used to listen to all of them intensely. This created in Thirumeni a love for the prayerful life.

Thirumeni and the Church:

From the very young days, Thirumeni loved taking part in the Qurbana. He used to stand right in front of the church to have a full view of the Mass and even jostled his way up. He longed to serve on the ‘madhbaha’ and take part in the Holy Mass. The parish priests at that time: Rev Father Parapurathu, Rev Father Kochukulathil and Rev Father Aykarapadavil, helped Thirumeni fulfil his wish. He was so devoted in his duties that the achens decided to ordain him as a Priest. Many church fathers, including Kadavil Mar Athanasius Thirumeni told this news to Pampady Thirumeni’s father Chacko. But owing to financial difficulties at home, Chacko did not approve of the idea in the beginning. This denial of the offer led to several mishaps at their home, including Kuriakose nearly incapacitating his right hand in a crusher when he was feeding sugar cane into it. Thirumeni’s right hand had a slight handicap which led him to be a Left Hander. This made Chacko realize that God’s will was the supreme and it was not right to go against the Lord God’s decision. Realising his mistake, Chacko sent word of his willingness to have his son ordained.

image
Kadavil Poulose Mar Athanasius Thirumeni

 
 

About Thirumeni

Pampady_Thirumeni1

  • Birth Of Thirumeni on April 5, 1885
  • Studies Of Thirumeni
  • Deaconship on 5 February, 1899
  • Priesthood on 28 July, 1906
  • Made Ramban by Kadavil Paulose Mar Athanasios on 29 July, 1906
  • Established the Mar Kuriakose Dayara near Pampady in 1914
  • Thirumeni’s Beloved Servant – ‘Pottan’
  • Consecrated as the Metropolitan on 16 February, 1929
  • Titled ‘Kuriakose Mar Gregorios’ on 16 February, 1929
  • Thirumeni, as the Devoted Servant Of Church
  • Heavenly Abode on April 5, 1965
  • Prayerful Homage to Thirumeni

MIRACLES

Even the dog listens to Thirumeni

A Miracle: A stray dog used to come regularly to visit Thirumeni. Thirumeni used to feed the dog from the window by sharing his meal. In addition to that Thirumeni also used to give the dog milk and biscuits. If the dog finds that Thirumeni is not in the dayara she would go away without…

Susy Mathew Writes (Saved from Death)

Then my third child Dr. Subash was only three. We were planning to leave for Paravoor. But Subash developed a little fever and cough. Soon he fell badly ill. He started wheezing and ran high temperature. Specialists like Dr. Poduval and Dr. Amburan were attending on him. Injection and other treatment for three days proved…

P.C. Kurian Writes (Polio Cured)

My second daughter Raymol was extremely smart in studies and in conversation. Once my uncle said, “I wonder whether her smartness would attract some evil eye!” At the age of five she was struck by polio. We took her to many doctors, all experts. No good. It was then that Thirumeni visited Madras to go…

Witness of a Brother and Sister

While P.C. Kurien Padinarekara, advocate in Madras testifies to the healing his daughter Raymole experienced owing to Thirumeni’s intercession, his sister Susy has an equally stirring experience of his son Dr. Subash who was healed of long standing ailment because of Thirumeni’s prayer.

Food is Obtained Miraculously at the Dayara

It was another lean spell at the Pampady Dayara. Even the borrowed money had run out. Thirumeni would give away liberally whatever was left without a thought for the morrow. It was November 8th, 1956. People seeking help started trickling in. And Thirumeni instructed his people not to disappoint anyone whatever the demand. There was…

Financial Problem Solved for the School Teacher

P.C.Yohannan Ramban was one among the social activist who was saddened by the devastating effects of AIDS disease, a curse in the modern era and one of the result of an iniquitous life style. He was thinking about ways to look after the non-infected children of AIDS parents, when he was shocked seeing the way…

Mental Ailment Cured

Another young man named Prappuzha Abraham from the same locality was so deranged mentally that he used to sneak out from home for long spells, till somebody brought him back. After trying different treatments his parents brought him to Pampady Dayara where Thirumeni had him stay for a month to go back home hale and…

Evil Spirit Removed

For long, a house of a widow in Areeparampu Nedumangad belonging to Vadakkanmannoor pally had been the scene of poltergeist activity, her son 11 year old Mathew showing symptoms of being possessed by an evil spirit. The boy was subjected to many courses of treatment including, sad to say, black magic. Finally they brought the…

Cured Abdominal Disease

One of the daughters of K.M Varghese, Kochuvayalil, Pampady was married to Thazhathukizhakkethil family in Pallom. She had very severe pain the stomach for long. Many expert doctors failed either to diagnose her ailment or administer her medicines. When her people informed Thirumeni, he gave a cup of black coffee and told her: “God will…

'Knowledge of what is good for him has been given to every-one by God; but self-indulgence leads to negligence, and negligence to forgetfulness.' (St. Mark the Ascetic)

'Knowledge of what is good for him has been given to every-one by God; but self-indulgence leads to negligence, and negligence to forgetfulness.' (St. Mark the Ascetic)

En vrac...Pour votre réflexion personnelle...

 

===

 

Chers amis. Aloho, m'barekh.

LE MAROC PREVIENT L'EUROPE QU'UNE ATTAQUE CHIMIQUE PAR DAECH SERAIT IMMINENTE.

Ne cédons-pas à la peur ni à la panique.

Vivons comme d'ordinaire.

Réfugions-nous seulement dans la prière confiante et appuyons-nous sur le Christ notre Rocher.

 

Métropolite Mor Philipose-Mariam.

 

===

DES CHRETIENS ENDORMIS ?

Aleteia : Vous reprochez aux chrétiens leur « indifférence tranquille ». Préféreriez-vous les voir défendre agressivement leur foi ?

Jean Duchesne : Je les mets en garde contre la tentation d’une indifférence tranquille. On ne peut pas nier qu’il y a en ce moment un vrai anticléricalisme en France. Ce phénomène n’est pas nouveau mais l’on en prend de plus en plus conscience et il fait toujours mal. Ces attaques anticléricales ont deux sources : d’abord les insuffisances et le péché dans l’Eglise. Comment peut-il y avoir du péché dans l’Église ? Parce que la fréquentation de Dieu est une chose dangereuse. Cette fréquentation ne va pas sans risque car l’on est toujours tenté de s’approprier ce qu’on a compris de Dieu. Il y a ensuite le refus du surnaturel divin et de toute transcendance. L’idée – erronée – est que l’homme n’est libre que s’il prend son propre destin en main, là où le christianisme nous apprend que tout ce que l’homme a, il le reçoit de Dieu. C’est un don.

La défense agressive de la foi est une erreur dans la mesure où elle n’est pas écoute de Dieu mais écoute de soi, et des blessures que l’on peut ressentir. Il ne s’agit donc pas d’être agressif mais d’être net. Les chrétiens doivent arriver à concilier deux choses qui sont justement difficiles à tenir ensemble : l’amour de la vérité et la charité.

En quoi « les anticléricaux ont-ils pu tirer leurs idées des Évangiles » ?

C’est une démonstration. L’anticléricalisme, qui a pour moteur et pour but l’athéisme, n’existe qu’en terre chrétienne, parce qu’il y a là, et là seul, un Dieu créateur distinct du monde auquel il donne son autonomie. D’autre part, comme dans la Bible et les Évangiles, ce Dieu créateur n’est pas seulement soupçonné, il s’est révélé. Il y a donc quelqu’un qui est entré dans l’Histoire et à qui l’on peut dire non. Dans les autres civilisations, il y a des intuitions de transcendance, mais comme elles ne s’identifient pas il n’y a rien que l’on puisse directement nier ou refuser. Dans le christianisme, au contraire, on peut refuser Dieu.

Vous écrivez que « la place du marxisme a été prise par l’islam ». À vos yeux, l’islam est-elle la grande menace du XXIe siècle ?

Elle l’est déjà comme idéologie contraire. Le sécularisme, c’est-à-dire l’idée que la religion est condamnée par la progression de l’Histoire humaine, est battue en brèche par la religiosité qu’elle réveille et attise d’autant plus qu’elle tendait à l’ignorer.

Prenons l’exemple de la façon dont les puissances occidentales, déjà en voie de sécularisation, ont réorganisé le Moyen-Orient après la Première Guerre mondiale sans tenir compte des religions. L’équilibre précaire des religions y a été sacrifié au profit d’un modèle d’État-nation plaqué sur l’ensemble, alors que les nations n’y existaient pas. C’est un bon exemple du genre de ravages que causent l’idée que le monde peut évoluer vers des sociétés sans Dieu.

Il faut prendre l’islam comme religion au sérieux, car par ses origines elle a beaucoup en commun avec le judaïsme et le christianisme. Mais il y a une différence énorme puisqu’au lieu d’un Dieu qui se donne, comme dans le christianisme, cette révélation est celle d’une puissance indiscutable. La transcendance de Dieu est alors celle d’une autorité qui écrase l’homme et l’oblige à se soumettre, signification du mot « islam » et non pas à se donner à Dieu et à son prochain.

SOURCE:

Propos recueillis pour ALETEIA par Camille Tronc

 

Retrouvez la seconde partie de cet entretien dès demain sur Aleteia 

 

===

 

 

====

 

Bethléem:

La police palestinienne arrête l’archevêque de l’Eglise orthodoxe.

 

 

Les Chrétiens menacent de quitter

 

les territoires palestiniens


 

 

Grave incident à Bethléem, la police palestinienne a arrêté samedi le chef spirituel de l’Eglise orthodoxe syrienne dans les territoires palestiniens et en Jordanie, selon des sources de sécurité palestiniennes.

Des Chrétiens de l’Eglise orthodoxe syrienne ont déclaré à l’agence Ma’an qu’ils avaient  vu la police palestinienne obstruant un défilé célébrant la visite de l’archevêque Sewerios Malki Murad à Bethléem sur la route principale de l’église de la Nativité, avant de l’emmener en garde à vue.

L’archevêque Murad revenait d’une fête du patrimoine syrien au sud de Bethléem. Le porte-parole de la police palestinienne, Luay Irzeikat, a déclaré que l’archevêque syrien a été arrêté sur des accusations civiles présumées sans donner plus de détails.

L’un des dirigeants de l’Eglise orthodoxe, Ketlo, a indiqué que les adeptes de l’Église orthodoxe syrienne ont lancé un appel au président palestinien Mahmoud Abbas afin de libérer Murad.

« Les adeptes de l’Eglise orthodoxe syrienne ont menacé de quitter la Palestine et de chercher refuge dans un autre pays si l’archevêque Murad n’est pas libéré« , a déclaré Ketlo.

L’emprisonnement d’un chef spirituel comme l’archevêque Murad laisse les chrétiens syriens sans protection, a ajouté l’appel des fidèles.

La communauté Chrétienne orthodoxe est réduite à d’environ 5.000 chrétiens syriens qui résident dans les territoire palestiniens.

Ils sont les descendants des familles parlant araméen qui ont fui les massacres ottomans dans le sud-est en Turquie au cours des années 1910.

A Bethléem, en Judée Samarie occupée par les arabes, les orthodoxes syrien sont une partie importante de la vie sociale. Mais l’oppression islamiste du Hamas et des groupuscules terroriste font fuir les Chrétiens orthodoxes des territoires sous contrôle palestiniens.

SOURCE: Mme Sandra Wildenstein dans Europe Israël News

 

===

 

===

 

Une région fortement endettée, des associations arrosées, des marchés publics suspects... voici quelques unes des découvertes fâcheuses réalisées par le cabinet Ernst and Young, en analysant les comptes de la région Ile-de-France à la demande de sa nouvelle présidente, Valérie Pecresse. 

Quand un cabinet d’audit de réputation mondiale comme Ernst & Young parle de “dégradation financière significative”, c’est effectivement qu’il y a un problème... En cinq ans, sous la présidence du socialiste Jean-Paul Huchon, la dette de la région Ile-de-France a ainsi augmenté de... 53 % ! Dans le même temps, loin de chercher à faire des économies pour faire face à l'augmentation de sa dette, la région a continué à embaucher des fonctionnaires : + 16 % en 5 ans, soit un coût pour les finances de la région de près de 60 millions d’euros.

Les subventions aux associations ont augmenté de 2010 à 2015

L’audit d’Ernst & Young révèle que la maladie des subventions aux associations a explosé. le nombre des assocations soutenues par la région, et les montants versés, a augmenté de 2010 à 2015. Loin de faire des économies alors que les recettes fiscales étaient en chute libre, l'exécutif régional dirigé par Jean-Paul Huchon a distribué 50 millions d’euros supplémentaires à des associations pendant cette période. Problème supplémentaire : l’audit révèle que dans 71,4 % des dossiers analysés, “la région ne semble pas être en mesure de pouvoir vérifier la régularité de l'emploi de la subvention au regard d'un bilan qualitatif et quantitatif de l'action” (sic).

Ile-de-France : marchés publics suspects

Si l’on ajoute des marchés publics truffés d’irrégularités, le rapport dit notamment que “certaines des situations permettent de s'interroger quant au respect du principe d'égalité et de traitement des candidats,  on comprend la colère de Valérie Pécresse, qui découvre toute une série de bombes à retardement coincées sous les manettes de la première région de France...

source

 

===

 

===

 

À Montpellier, des refuges urbains pour les sans-abris

À Montpellier, des refuges urbains pour les sans-abris

Pour permettre aux gens de la rue de reprendre pied, deux amis ont inventé le « cocoon » : un petit bungalow climatisé, posé sur le trottoir, capable d'accueillir en urgence et de manière provisoire des personnes en situation de détresse.

 

 

Imaginez une sorte de kiosque dans lequel il n'y aurait ni journaux ni magazines, mais une chambre permettant d'accueillir une personne, avec éventuellement son animal de compagnie, pour qu'elle passe la nuit en toute sécurité. Même s'il n'est pas encore en service, ce refuge existe à Montpellier, dans l'Hérault, à l'état de prototype et porte un nom : le cocoon. « Il s'agit d'offrir un cocon pour des personnes qui vivent dans la rue et se retrouvent bien souvent dans une grande vulnérabilité », explique Jérôme Boudet, l'un de ses concepteurs. « Ce refuge n'est bien entendu que provisoire mais, situé en plein centre-ville et facilement déplaçable, il peut permettre de répondre à des situations d'urgence et aider les sans-abris à se poser afin de reprendre pied. »

Chaque cocoon dispose d’un lit, d’une table, de rangements,d’un point d’eau et d’un espace permettant d’accueillir un animal. La personne abritée, choisie pour « sa capacité à retrouver un logement », devient une cocoonée en signant une charte de bonne conduite. Elle pourra alors avoir un chez-soi, une intimité, sans règles communes, et dormir tranquillement, sans se préoccuper des aléas climatiques. Chaque unité individuelle, d'une taille de 3 mètres sur 2,40, est chauffée, climatisée, insonorisée et même dotée d'un système anti-sismique ! Parfaitement sécurisée, elle permettra à celui ou celle qui l'habite d'y laisser ses affaires, le temps nécessaire pour accomplir son parcours d'insertion, avec le soutien d'un travailleur social.

« Cet hébergement provisoire est une étape de responsabilisation entre la rue et le logement car il permet à la personne d’exister, d’être visible, mais dans la dignité, sans être exposée, ni avoir besoin de se cacher », affirme Jérôme Boudet. Cet ancien banquier-assureur, plus habitué au monde de la finance et de la rentabilité qu'à celui de l'errance et de la solidarité, se veut très pragmatique. « Lutter contre l'exclusion et la misère, c'est d'abord faire preuve d'imagination. Beaucoup de choses peuvent être faites, à condition de ne pas s'enfermer dans des schémas pré-établis et de ne pas se décourager devant l'ampleur de la tâche. Commençons par agir localement en inventant des solutions locales. »

Fort de cette conviction et doté d'un solide esprit d'entreprise,Jérôme Boudet est donc le co-inventeur, avec l'un de ses amis, Alain Paugam, professeur d'université, de ce que pourrait appeler le cocooning solidaire. Pour inviter des étudiants bénévoles à accompagner des sans-abris et à faire un bout de chemin avec eux, ils ont créé l'association Un toit pour toi. En effet, l'autre spécificité de cette opération est de construire, autour de chaque cocooné, une communauté d’aidants, les « cocooners », des bénévoles en charge d’accompagner humainement et administrativement les personnes dans leur démarche de réinsertion. Ces cocooners ne se substituent pas aux travailleurs sociaux, mais s’inscrivent en complément de leur intervention, accompagnant dans la durée, pour concrétiser les pistes de réinsertion proposées. Bien souvent, en effet, les personnes n’ont pas les moyens, la force, ou encore les connaissances pour ne serait-ce qu’exercer leurs droits. Près d’un tiers des bénéficiaires potentiels du RMI ne le demandent pas. Il en va de même pour la CMU, la Couverture médicale universelle.

Dans l'espoir que leur initiative réponde à de réels besoins, les deux quadragénaires ont aussi fondé une entreprise du secteur de l'économie sociale et solidaire, Cosh France, qui pourra accompagner le développement de leur activité. Selon l'Insee, il y aurait en France près de 150.000 sans-abri... Pour l'instant, les deux amis ne s'appuient que sur du financement privé ou collaboratif. Selon les options intégrées, un cocoon coûtera entre 20.000 et 30.000 euros pour sa fabrication, auquel il faudra ajouter 1000 à 2000 euros par an d'entretien. Plusieurs entreprises ont déjà manifesté leur intérêt, dans le cadre de leur responsabilité sociale, sachant que les cocoons pourront aussi servir de support publicitaire.

Malgré une communication réduite à une simple page Facebook, le projet a déjà séduit les travailleurs sociaux et plusieurs communes de la région. Une période de test devrait avoir lieu dans les semaines qui viennent. Seul problème : les deux compères ne trouvent aucune compagnie d'assurance ni aucune mutuelle qui accepte d'assurer l'entreprise. Unique en son genre, ce projet novateur n'entre dans aucune case pré-établie. Incroyable, mais vrai. Comme quoi, pour venir en aide aux plus pauvres, l'imagination ne suffit pas. Il faut aussi un peu de bon sens.

 

SOURCE: LA VIE:  Pour en savoir plus

Cocoon, « Un toit pour toi », 80 chemin des Aires. 34820 Assas. Tél : 06 09 68 95 02. Mail : cocoon-project@sfr.fr /

 

===

Catholicoi Karekin II and Aram I to Visit NKR

(Source: http://armenianweekly.com/2016/04/06/catholicoi-to-visit-nkr/)

ANTELIAS, Lebanon (A.W.)—Catholicos of All Armenians Karekin II and Catholicos of the Great House of Cilicia Aram I will visit the Nagorno-Karabagh Republic (NKR/Artsakh) in the coming days. The announcement was made in a short press statement published by the official website of the Catholicosate of the Holy See of Cilicia.

Catholicoi Aram I and Karekin II in Armenia

The Catholicoi will visit the NKR to “give their support to the Armenian Armed Forces and to the people of Artsakh.”

Catholicos Aram I expressed his solidarity with the people of Karabagh during a phone conversation with President Bako Sahakyan on April 6, reported the Catholicosate’s website. According to the report, the Catholicos extended his solidarity to Karabagh, its army, people, and the government. He also said it was the duty of all Armenians to ensure the strengthening of the republic and the protection of its independence.

 

His Holiness also held a separate phone conversation with Armenian President Serge Sarkisian on April 4, during which he highlighted the importance of national unity and solidarity with the people of Karabagh.

 

===

Révélations sur l’Assassinat des 4 Religieuses de Mère Thérésa au Yémen:


Les terroristes de Daesh se sont acharnés sur les petites sœurs de Mère Teresa. 


Des extrémistes ont tué quatre Missionnaires de la Charité au Yémen : « Ils les ont ligotées, ils ont tiré sur elles et ont fracassé leurs têtes au sol », comme nous l’explique la prieure de la petite communauté, qui a échappé au massacre.

Les quatre religieuses ont été martyrisées dans la maison de retraite de la ville d’Aden, de la même manière que d’autres membres du personnel.


VRAIMENT HONTEUX.. quand je pense que l'Arabie pré-islamique était multiculturelle, paisible, où l'Hospitalité et le Code de la Chevalerie prônait chez ses tribus citadines comme bédouines...

La faute au Rockefeller de l'époque, la riche veuve Khadijah qui maria le jeune Mohamed, mais lui allait se cacher dans une taverne...et là, l'amour version islamique vu le jour.. dans les ténèbres d'une taverne.

(Source: Michel B. Habib sur Facebook)

 

===

 

http://www.citoyens-et-francais.fr/

 

Depuis la signature de l’accord UE-Turquie sur le renvoi de migrants vers la Turquie, les tensions sont exacerbées dans les camps de migrants en Grèce.

La première opération, très médiatisée, des premiers renvois concernant 202 migrants acheminés des îles grecques de Lesbos et Chios vers le port turc de Dikili s’est déroulée lundi 4 avril, pile à la date fixée dès le 18 mars par la chancelière Angela Merkel, inspiratrice et artisane de l’accord.

Depuis, de très nombreux migrants ont demandé l’asile en Grèce, ce qui devrait suspendre pour un temps les renvois. La multiplication des demandes d’asile par les migrants exposés aux renvois en Turquie devrait entraîner une « pause » dans ces renvois, a fait savoir mercredi 6 avril le ministre aux affaires européennes grec, Nikos Xydakis. Il a estimé ce délai à « au moins quinze jours, le temps de traiter le premier paquet de demandes d’asile » que la Grèce s’est engagée à examiner au cas par cas, quoique en procédure accélérée, avant de renvoyer en Turquie les candidats déboutés.

Le Monde

 

===

EVOLUTION, CREATIONISME ?...

Le biologiste et mathématicien Martin Nowak est un fervent catholique. Pour ce professeur de l’Université de Harvard, ce n’est pas un souci d’être comme lui un spécialiste de la théorie de l’évolution et de croire à un Dieu Créateur comme le raconte le site de nos confrères du magazine Pro.

« Dieu est toujours présent », explique le biologiste et mathématicien autrichien, quand on lui demande où se trouve Dieu. « Il est cette existence intérieure en tout et plus intérieur à moi que moi-même. Dieu ne s’est pas contenté de tout créer une seule pour de bon au début. Il est nécessaire à chaque instant pour que la vie puisse tenir ».

Le magazine Zeit Wissen a ainsi interviewé le savant sur son rapport de croyant avec la biologie évolutionniste et comment il arrivait à concilier les deux. Les journalistes ne semblaient pouvoir masquer leur surprise de voir un tel scientifique conjuguer aussi facilement la foi du catholique et la rationalité du chercheur. L’idée d’une création et la théorie de l’évolution ne sont en rien en contradiction selon Nowak. L’évolution est une théorie qui décrit comment la vie se déploie. Elle n’exclut pas Dieu : « L’évolution décrit l’apparition et le développement de la vie sur cette planète et très probablement telle qu’elle advient partout dans l’univers. Mais sans Dieu il n’y aurait pas d’univers pensable, pas de biologie et donc pas d’évolution. Le hasard n’a pas pris la place de Dieu. C’est Dieu qui fait en sorte de donner une existence à ce que nous percevons comme de l’ordre du hasard et ce que nous sentons doté d’un but précis ».

Nowak montre ainsi que la théorie de l’évolution est une preuve de l’immense créativité dont la vie est dotée. « La vie sur terre est devenue de plus en plus complexe. Il y a trois milliards d’années, la terre était pleine de bactéries et elle aurait très bien pu le rester indéfiniment ». Il semble qu’on ne perçoive pas avec quelle probabilité l’évolution aurait très bien pu aller dans une toute autre direction. L’homme et même la plupart des animaux magnifiques et si variés sont un véritable miracle de la nature.

« L’existence de Dieu ne se laisse pas prouver de manière scientifique »

La foi joue également un rôle dans la connaissance en tant que telle. Il y a par exemple ce qu’on appelle des axiomes qu’on ne peut pas véritablement prouver. Il faut les croire pour travailler avec. C’est une foi presque plus forte que celle d’un homme religieux. Un homme religieux peut toujours se dire qu’il verra Jésus Christ un jour ou l’autre. Alors qu’un scientifique ne saura jamais si ces axiomes sont justes.

Le fait que de nombreux scientifiques considèrent la foi comme irrationnelle et non compatible avec la science provient selon Nowak du fait que la science en tant que telle ne permet pas d’accéder à Dieu. Dieu n’est pas un être qui se trouve à proprement parler dans l’univers comme n’importe quel être lambda. Mais si la science ne permet pas d’accéder à Dieu, cela ne signifie pas que Dieu n’existe pas. Cela peut vouloir dire surtout que la connaissance de la science moderne qui repose sur un parti pris matérialiste est limitée. « En conclure l’inexistence de Dieu, cela n’a rien de scientifique. Cela reste une sorte de religion. Une religion de l’athéisme. »

 

Après ses études de biochimie, Nowak est sorti en 1989 diplômé de l’Université de Vienne en mathématique et a été habilité quatre ans plus tard à faire des recherches. Depuis 2003, il enseigne à la très renommé Université d’Harvard aux États-Unis.(Source: ALETEIA)

 

===

 

Les futures générations de retraités pourraient perdre jusqu’à 18% de pension sur leurs retraites complémentaires. Explications.  

 

Les prochaines générations ont de quoi s’inquiéter. A en croire des simulations réalisées par le Conseil d’orientation des retraites (COR), dont Le Figaro a eu connaissance, les mesures de l’accord signé en octobre 2015 sur les retraites complémentaires risquent de léser fortement les futurs retraités.

"Des simulations inédites du Conseil d'orientation des retraites (…) précisent qu'un cadre né en 1959, voulant partir à la retraite dès qu'il a cotisé suffisamment longtemps au régime de base, perdra ainsi environ 14,5 % de sa pension complémentaire", rapporte le quotidien. Une perte qui sera encore plus importante pour un cadre né en 1990, avec une chute de 17% de sa pension, et 18% pour la même génération non cadre.

L’accord a pour objectif d’augmenter les rentrées d’argent des caisses des régimes complémentaires Agirc (cadres) et Arrco, en incitant notamment les salariés à travailler plus longtemps. "La mesure de l'accord la plus douloureuse à court terme consiste en une décote de 10% de la pension, durant trois ans, pour les salariés et cadres qui veulent continuer à partir selon les conditions du régime de retraite de base", note également Le Figaro.

source

 

===

POUR AVOIR FÊTE DE BONNES FÊTES DE PÂQUES A UN CHRETIEN, UN MUSULMAN PAKISTANAIS EST ASSASSINE !Asad_Shah

Asad_Shah

Cette triste histoire se passe à Glasgow, grande ville écossaise où la communauté pakistanaise musulmane est importante.

Asad Shah, pakistanais et musulman, 40 ans, y tient une épicerie. Il appartient à la minorité ahmadie, qui est considéré être une secte hérétique et déviante par rapport à l’islam. Au Pakistan, les ahmadis sont régulièrement persécutés par les musulmans pur jus. Quelques jours avant Pâques il a posté sur sa page Facebook, le 24 mars 2016, un message adressé à ses clients : « Bon Vendredi [Saint] et joyeuses Pâques, spécialement à mon pays chrétien bien-aimé. »

Ce message a signé son arrêt de mort. Quelques heures après l’avoir écrit, il a été poignardé, en sortant de son magasin, par Tanveer Ahmed, un musulman de 32 ans, qui vivait en Angleterre, à Bradford, dans le Yorshire. A plusieurs centaines de kilomètres de là. Asad Shah est mort à l’hôpital où il avait été transporté. Pour la police écossaise chargée de l’enquête cet assassinat a bien été motivé par des motifs religieux. Et elle ose le dire haut et fort. Sans peur de choquer le « religieusement correct » qui tyrannise le monde et les esprits.

Et certains nous disent que le Coran est « un livre de paix » !

 

SOURCE:M-P-I, par Mme Francesca de Villasmundo

 

===

 

Voile, burkini, dîners et transports où hommes et femmes sont séparés : les manifestations ostentatoires de l’islam se multiplient dans l’espace public. Les politiques et la société doivent prendre position, estime la journaliste Eloïse Lenesley qui évoque « l’islamisation de l’Europe ».

Dans quel labyrinthe idéologique s’égare ce travestissement du réel, qui nie depuis des années la banalisation des vêtements islamiques, des discours anti-France, des départs pour le djihad, des zones de non-droit, qui nous a anesthésiés avec des fables de «loups solitaires», de «déséquilibrés» alors que des cellules terroristes très organisées se développaient dans les banlieues «populaires» ? La réponse se résume peut-être à quelques chiffres.

L’économie musulmane, en plein essor, draine 1,8 milliard de consommateurs. Ils seront 2,4 milliards en 2030, à raison d’une démographie se situant entre 2,5 et 3% par an.
Le marché du halal représente entre 5,5 et 7 milliards d’euros en France (premier consommateur d’Europe, avec une progression de 17% dans les grandes surfaces), 700 milliards de dollars dans le monde (2000 milliards de dollars en 2025) ; le marché de la mode musulmane devrait, lui, atteindre 500 milliards de dollars d’ici à 2019.

L’Europe devra-t-elle sacrifier ses valeurs, sa culture sur l’autel des intérêts pécuniaires et géopolitiques ?
Accepter l’émergence de lieux de culte financés par des Saoudiens comme à Nice, malgré l’opposition du maire Christian Estrosi ?
Tolérer la ségrégation sexuelle, les corps dissimulés comme une maladie honteuse, l’annexion de quartiers entiers par les fondamentalistes ? A-t-elle déjà renoncé ?

[...]source

Le Figaro

 

===

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)

'If you keep in mind these things and if you should guard them to the end, you will be blessed. For the chorus of martyrs will receive you. Wearing crowns in the kingdom of heaven, you will enjoy the eternal blessings.  (St. Theodore the Studite)

====

 

Invitation (s) :

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

Au Monastère Syriaque de

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en

semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine

tous les 22 et 29 du mois)

 

 

 

*Dimanche 1er MAI:

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde et aux Saints du Kerala. 

10h30, Messe suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

PRIERES A SAINT JOSEPH ARTISAN POUR LA SECURITE DU TRAVAIL.

PRIERES A SAINTE JEANNE D'ARC POUR LE SALUT DE LA FRANCE

* Sunday, MAY 1:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

PRAYERS TO SAINT JOSEPH ARTISAN FOR WORK SAFETY.
PRAYERS TO SAINT JOAN OF ARC FOR THE SALVATION OF FRANCE

 

 

RETRAITE-PELERINAGE DE GUERISON INTERIEURE 

DU 1er au 5 MAI 

You have heaven adorned, earth beautified, the sea populated with its own creatures, the air filled with birds which scour it in every direction. Studious listener, think of all these creations which God has drawn out of nothing;..recognize everywhere the wisdom of God; never cease to wonder, and, through every creature, to glorify the Creator. (St. Basil the Great )

Avec programme de Pèlerinage à 

*N-D de Pontmain et le Mont St Michel (Le 2)

*A N-D de Chartres , Aux Eglises  Ste Madeleine et N-D de Verneuil Sur Avre e (Le 3) 

*Parents Martin et Ste Thérèse à Alençon (Le 4)

 

RETIREMENT-PILGRIMAGE INNER HEALING
THE 1st to May 5th
With Pilgrimage program
* N-D Pontmain and Mont St Michel (The 2)
* N-D Chartres and St. Madeleine and Our-Lady of Verneuil Sur Avre (3rd)
* Parents Martin and St. Thérèse in Alençon (4th)

 

*Jeudi de l'Ascension, 5 MAI:

 Pèlerinage des Rogations et de l'Ascension à N-D de Miséricorde

10h30, Messe suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

 

Pèlerinages 2016 (N-D de Miséricorde, Lisieux-Dozulé, Argenteuil, Rome...)

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

 

===

 

 

Pèlerinage à ROME

Marché de Trajan

*Du Dimanche 31 Juillet au lundi 8 , Pèlerinage des Chrétiens Syro-Orthodoxes de Saint Thomas à Rome

Sanctuaires visités:

*Nevers (Ste Bernadette) et Ars (Le Saint Curé)

*San Damiano et Montichiari

*Rome dans tous ses états

*Notre-Dame de la Salette

 

 

Offrande estimée pour participation aux frais:

1000 euros.

SOYEZ NOMBREUX,

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT !

(Inscriptions closes le dimanche 5 Juin)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

There is a higher level of thanksgiving: to give thanks over little. If we give thanks over a few things, God will make us rulers over many things. Perhaps, among the advantages of thanks giving are the continuity of the blessings and its increase, as one of the Fathers said, “Not a gift without increase, except that without thanksgiving”. (H.H Pope Shenouda )

There is a higher level of thanksgiving: to give thanks over little. If we give thanks over a few things, God will make us rulers over many things. Perhaps, among the advantages of thanks giving are the continuity of the blessings and its increase, as one of the Fathers said, “Not a gift without increase, except that without thanksgiving”. (H.H Pope Shenouda )

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 3,31-36.

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « Celui qui vient d’en haut est au-dessus de tous. Celui qui est de la terre est terrestre, et il parle de façon terrestre. Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous, 
il témoigne de ce qu’il a vu et entendu, et personne ne reçoit son témoignage. 
Mais celui qui reçoit son témoignage certifie par là que Dieu est vrai. 
En effet, celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, car Dieu lui donne l’Esprit sans mesure. 
Le Père aime le Fils et il a tout remis dans sa main. 
Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui refuse de croire le Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. »
 




Par Aphraate

(?-v. 345), moine et évêque près de Mossoul 
Les Exposés, n° 6 (trad. SC 349, p. 394 rev.) 

 

« Dieu lui donne l'Esprit sans compter »

 

Si à partir d'un feu tu allumes d'autres feux en une multitude d'endroits, le premier n'en est pas amoindri...

Ainsi en est-il pour Dieu et son Messie ; ils sont un, tout en demeurant dans la multitude des hommes.

Le soleil non plus n'est en rien amoindri parce que sa puissance se répand sur la terre.

Et combien plus grande est la force de Dieu puisque c'est par la force de Dieu que subsiste le soleil...

Cela pesait à Moïse de conduire seul le camp d'Israël.

Le Seigneur lui a dit :

« Voici que je vais prendre de l'Esprit qui est sur toi pour le donner à soixante-dix hommes parmi les anciens d'Israël »

(Nb 11,17).

Quand il a pris de l'esprit de Moïse et que les soixante-dix hommes en ont été remplis, est-ce que Moïse a été en rien amoindri ?

Est-ce que l'on s'apercevait qu'il avait moins d'esprit ?

Le bienheureux apôtre Paul dit aussi : Dieu a partagé de l'Esprit du Christ-Messie et l'a envoyé dans les prophètes [du Nouveau Testament] (1Co 12,11.28).

Mais le Messie n'a été en rien lésé, car son Père lui a donné l'Esprit sans mesure. 

C'est en ce sens...que le Christ-Messie habite dans les hommes croyants.

Et il n'est en rien lésé s'il est partagé à la multitude, car c'est l'Esprit du Christ qu'ont reçu les prophètes, chacun d'eux autant qu'il pouvait en porter.

Et encore aujourd'hui, c'est ce même Esprit du Messie qui est versé sur toute chair pour que prophétisent fils et filles, vieillards et jeunes gens, serviteurs et servantes (Jl 3,1 ;Ac 2,17).

Le Messie est en nous, et le Messie est au ciel à la droite de son Père.

Il n'a pas reçu l'Esprit avec mesure, mais son Père l'a aimé et a tout livré entre ses mains, lui donnant pouvoir sur tout son trésor...

Notre Seigneur dit encore :

« Tout m'a été confié par mon Père » (Mt 11,27)...

L'apôtre Paul dit enfin :

« Tout sera soumis au Christ, sauf son Père qui lui a tout soumis.

Quand tout lui aura été soumis, alors il se soumettra lui aussi à Dieu son Père qui lui a tout soumis, et Dieu sera tout en tous » (1Co 15,27-28).

 

"...the more resolutely, the more constantly, your heart is turned towards God and His saints the more it will be enlightened, purified, and vivified." St. John of Kronstadt. ----------------------------------------------- "The Holy Spirit will come upon you, and the power of the Highest will overshadow you; therefore, also, that Holy One who is to be born will be called the Son of God." Luke 1:35

"...the more resolutely, the more constantly, your heart is turned towards God and His saints the more it will be enlightened, purified, and vivified." St. John of Kronstadt. ----------------------------------------------- "The Holy Spirit will come upon you, and the power of the Highest will overshadow you; therefore, also, that Holy One who is to be born will be called the Son of God." Luke 1:35

Partager cet article

Repost 0

Recherche

Liens