Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 10:16
Be Always Vigilant When the eyes of the ox are covered he turns the mill, but if they are not covered he does not turn it. Even so does the devil. If he succeeds in covering a man's eyes he weakens him and leads him to commit all kinds of sin, but if a man's eyes are full of light it is easy for him to flee from the devil. (from the wisdom of the Desert Fathers)

Be Always Vigilant When the eyes of the ox are covered he turns the mill, but if they are not covered he does not turn it. Even so does the devil. If he succeeds in covering a man's eyes he weakens him and leads him to commit all kinds of sin, but if a man's eyes are full of light it is easy for him to flee from the devil. (from the wisdom of the Desert Fathers)

Livre de l'Ecclésiastique 31,8-11.

Heureux l'homme qui sera trouvé sans tache ; qui n'a pas couru après l'or, ni espéré dans l'argent et les trésors ! 
Qui est-il, pour que nous le proclamions heureux ? Car il a fait une chose merveilleuse parmi son peuple. 
Quel est celui qui a été éprouvé à ce sujet et trouvé sans reproche ? Que cette épreuve lui soit un sujet de gloire ! Qui a pu violer la loi et ne l'a pas violée, faire le mal et ne l'a pas fait ? 
Sa fortune sera affermie, et l'assemblée publiera ses bienfaits. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,35-40.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Ayez les reins ceints et vos lampes allumées ! 
Et vous, soyez semblables à des hommes qui attendent leur maître à son retour des noces, afin que, lorsqu'il arrivera et frappera, ils lui ouvrent aussitôt. 
Heureux ces serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera veillant ! Je vous le dis en vérité, il se ceindra, les fera mettre à table et passera pour les servir. 
Et si c'est à la deuxième ou à la troisième veille qu'il arrive et les trouve ainsi, heureux sont-ils !
Sachez-le bien, si le maître de maison savait à quelle heure le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer sa maison. 
Vous aussi, tenez-vous prêts, car c'est à l'heure que vous ne pensez pas que le Fils de l'homme viendra. " 
 




Par Jean Tauler

(v. 1300-1361), dominicain  
Sermon 77, pour la fête d’un Confesseur (trad. Cerf 1991, p. 626) 

 

« Veillez, car c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra »

 

Ces mots signifient :

vous devez être éveillés et vigilants, car vous ne savez pas le temps où le Seigneur viendra des noces…

Car, dès qu'un sentiment d'orgueil, de complaisance en soi-même ou de volonté propre entre en l'homme, aussitôt l'Ennemi est là et lui coupe la bourse précieuse de toutes ses bonnes œuvres. Mes enfants !

Combien en verrez-vous de ces gens qui auront fait de grandes œuvres…et auront ainsi acquis grand renom…, mais la présomption les aura dépouillés de tout…

On les rangera après les autres hommes, pauvres, simples, que personne n'apprécie en raison de leur extérieur et de leurs œuvres.

Parce qu'ils s'abaissent avec humilité, ces derniers seront placés au-dessus des autres…

Veillez donc avec une âme vigilante et, de vos yeux ouverts, vous verrez la vérité pure… 

« Que vos reins soient ceints d'une tenue de service et vos lampes allumées. »

Il y a ici trois points à noter.

Premièrement :

*les reins doivent être ceints comme quelqu'un qu'on attache solidement avec une corde pour pouvoir le conduire contre sa volonté, ou encore comme un cheval bridé…; ces reins sont les plaisirs des sens qu'on doit lier et refréner…

Deuxièmement :

*vous devez porter dans vos mains des lampes allumées, c'est-à-dire des œuvres d'amour.

Vos mains ne doivent jamais cesser de faire l'œuvre de la charité vraie et brûlante …

Troisièmement :

*vous devez attendre le Seigneur quand il reviendra des noces... :

« Le Seigneur les établira sur tous ses biens ; il se ceindra et les servira. »

Ces noces, d'où le Seigneur vient, ont lieu au plus intime de l'âme, dans son fond, là où se trouve la noble image.

Quel contact intime l'âme a avec Dieu dans ce fond et Dieu avec elle, et quelle œuvre merveilleuse Dieu fait là !

Quelle jouissance et quelle joie il y trouve !

Cela dépasse tout sentiment et toute intelligence, et pourtant l'homme n'en sait rien et n'en éprouve rien.

===

Lorsque l'on recouvre les yeux du boeuf, il fait tourner le moulin, mais s'ils ne sont pas cachés, il ne le fera pas.

Il en est de même avec le démon.

S'il parvient à recouvrir les yeux de l'homme, il l'affaiblit et l'amène à commettre toutes sortes de péchés, mais si les yeux de l'homme sont remplis de lumière, il lui est facile de fuir loin du démon.

(Sagesse des Pères du Désert)

===

Dukhrono (Memorial) of L.L. Kuriakose Mor Gregorios (Pampady Thirumeni)

Pray to God for us and with us, Thirumeni! May your memory be eternal.

Dukhrono (Mémoire) de l.l. kuriakose mor gregorios (pampady thirumeni)

Prier Dieu pour nous et avec nous, thirumeni ! 


 

Quand devons-nous prier ?

« Avant et après les repas.

Ça a été la pratique de tous les temps.

Lorsque tu auras été rassasié, est-il dit au Deutéronome, remercie ton Seigneur Dieu (1).

Dans l’Évangile, les cinq pains avec lesquels Notre-Seigneur va nourrir la multitude qui l'a suivi au désert, il les bénit, avant de les multiplier (2).

Au livre des Actes, nous voyons saint Paul, pendant un voyage qu'il fait par mer, bénir le repas des hommes de l'équipage, en présence de tous les passagers (3).

Une des plus belles pages de Tertullien est celle précisément où il dépeint les agapes telles qu'elles se pratiquaient encore parmi les chrétiens :

-On n'y souffre ni bassesse ni immodestie, on ne se met à table qu'après avoir fait la prière, on converse en sachant bien que Dieu écoute, on mange modérément comme devant prier pendant la nuit qui va suivre.

La prière termine le repas. Après qu'il est achevé, on chante un hymne au Seigneur.

Pour tout dire en un mot, lorsqu'on sort, c'est plutôt d'une école de vertu que d'un festin (4).

Heureux temps, où les mœurs avaient cette retenue !

Le nôtre s'en est affranchi !

Sans faire aucune autre considération que celle que comporte le sujet :

si on excepte nos Communautés religieuses, et quelques rares familles, restées fidèles aux saintes traditions du passé, qui donc prie avant et après les repas ?

Qui donc, même parmi les moins accessibles au respect humain, fait le signe de croix ?

Je veux bien qu'il n'y ait pas d'obligation ; mais jusqu'à quand nous bornerons-nous à n'accomplir que les choses strictement obligatoires ?

La reconnaissance ne devrait-elle pas ici suppléer au précepte ?

Qui nous la donne, cette nourriture ?

Qui met à nos pieds, pour parler le langage du divin psalmiste, les brebis, les bœufs, les bêtes des champs, les oiseaux du ciel, et les poissons de la mer ?

Que n'ajoutons-nous avec lui, car ce serait l'action de grâces :

Ô Seigneur, notre Dieu, que votre nom est donc admirable par toute la terre ! (5) »

1. Deuter. VI. - 2. Joann. VI. - 3. Act. XXVII. - 4. Cité d'après L. de Grenade. - 5. "Domine, Dominus noster, quam admirabile nomen tuum in universa terra !Psal. VIII, 8 sq.)

(Abbé PlatCinquante-deux prônes sur la Prière (La Prière en général, vingt-troisième prône), Paris, P. Lethielleux, 1896.)

'One who is repentant cannot be haughty, just as one who sins deliberately cannot be humble-minded.' (St. Mark the Ascetic)

'One who is repentant cannot be haughty, just as one who sins deliberately cannot be humble-minded.' (St. Mark the Ascetic)

LE SACREMENT DE L’HUILE SAINTE ET DE LA GUÉRISON

Situation –

Pendant les divers carêmes de l’Église, mais également toute l’année, on célèbre régulièrement le sacrement des saintes Huiles, appelé encore sacrement de l’Onction, qui est en fait le sacrement ou mystère de la guérison et de la santé accordées par Dieu à son peuple souffrant. L’huile est par excellence le signe de la miséricorde : en grec, on joue sur les mots « elaion » – l’huile – et « eleos » – la miséricorde. La divine compassion et la miséricorde manifestent la présence de Dieu dans l’humanité et dans son peuple. Le Seigneur Lui-même soigne et guérit (Ps. 40, 4 ; Is. 53, 4 ; Matt. 4, 24 ; 12, 15 ; 19, 2 ; Mc 6, 5 ; Lc 9, 16, etc.). Les nombreux cas de guérison indiquent dans le Christ le Médecin (Matt. 84, 24 ; 8, 6 ; 8, 14 ; 9, 2 ; 9,20 ; 9,32 ; 12, 10 ; 12, 22-23 ; 17, 14-18)

La communauté

L’Église peut être comparée à un vaste hôpital préparé pour les malades de l’âme et du corps. Le service de l’Onction permet d’interpréter le péché comme pathologie (Ps 100, 17 ; Jn 11, 4 ; Sir. 37, 33). Il est accompli pour la guérison de l’âme et du corps et pour la rémission des péchés. C’est pourquoi il a sa place, comme le sacrement de la confession ou sacrement de l’absolution, dans la semaine ou le temps qui prépare à Pâques et à la communion pascale. La communauté n’est pas seulement bénéficiaire de l’onction ; elle en est l’agent actif par sa prière, par la compassion qui se manifeste en elle pour les souffrants, par sa foi dans la parole de Dieu, par le repentir (Ps. 34, 13). En son sein, par le ministère des prêtres (Jac. 5, 14) héritiers des apôtres (Mc 6, 13 ; Lc 9, 1 ; Act. 5, 15 ; 19, 12 ; 28, 9 ; Héb. 11, 34), les malades trouvent le soulagement de leurs peines et la santé.

Le sacrement

Il se définit d’abord comme consécration de l’huile par un collège de sept prêtres, ou au moins deux, qui invoquent l’Esprit saint sur l’huile « pour qu’elle serve de remède à ceux qui en seront oints, et qu’elle les délivre de toute souffrance, de toute souillure de la chair et de l’esprit, et de tout mal » (prière de consécration de l’huile). « Les apôtres, écrit saint Marc, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades et les guérissaient » (6, 13). Bien entendu, c’est le Christ, présent dans l’Église par la grâce de son Esprit très saint et très bon, qui soigne et qui guérit. Tous les sacrements supposent la présence invisible du Christ pontife et auteur véritable de tous les actes de son Église ou Corps.

Préparation

La préparation au sacrement, pour les prêtres qui l’officient, comme pour les fidèles qui le célèbrent avec leurs prêtres et qui en sont les premiers bénéficiaires, consiste dans le jeûne, dans la lecture de la Parole et dans la confession des péchés. En effet, la maladie est contre nature, comme l’est la mort ; et le repentir est la seule lutte efficace contre le péché, donc contre la mort et la souffrance. Pour la  conscience biblique, il y a un lien entre la faute morale, l’erreur, le manquement, et la maladie.

Maladie et péché

Ce lien fait apparaître quelquefois la maladie comme sanction d’une faute (Dt 28, 35 ; 2 Sa 24, 15 ; Jn 9, 1s).Toutefois, l’enseignement divin tel qu’il est exprimé dans le saint Évangile, suggère plutôt un lien de conséquence qu’une relation de culpabilité. À ce sujet l’évangile de l’Aveugle-né (Jn 9, 1) est le meilleur exemple. Dans l’évangile du réveil de Lazare (Jn 11) également, il se trouve une définition de la maladie en fonction de la glorification de Dieu. Le Seigneur se glorifie, ou est glorifié dans la maladie de son serviteur, soit par la puissance miraculeuse qu’Il développe, soit par la foi et la justice qui rayonnent du croyant.

La gloire de Dieu

Cela ne justifie pas bien sûr la souffrance, qui est, comme la mort, une réalité odieuse ; cela signifie que la maladie et la souffrance, comme la mort elle-même, sont devenues le lieu de la manifestation de l’amour et de la compassion divine. Dieu est ainsi « glorifié » parce qu’Il se fait connaître et est connu comme amour véritable, comme bonté indicible et comme justice miséricordieuse. C’est la raison pour laquelle, Dieu a voulu tout spécialement assumer la souffrance et la mort : Il s’est révélé en elles. C’est sur la Croix que l’amour de Dieu a resplendi et que Dieu a été glorifié en plénitude.(Source : "SAGESSE ORTHODOXE")

'Let us enter into our cell, and sitting there, remember our sins, and the Lord will come and help us in everything.' (St. Poemen)

'Let us enter into our cell, and sitting there, remember our sins, and the Lord will come and help us in everything.' (St. Poemen)

Icon of the Mother of God of Kasperov


Commemorated on April 5

The Kasperov Icon of the Most Holy Theotokos. Tradition says that this holy icon had been brought to Cherson from Transylvania by a Serb at the end of the sixteenth century. Passing down from parent and child, the icon had come to a certain Mrs. Kasperova of Cherson in 1809.

One night in February of 1840 she was praying, seeking consolation in her many sorrows. Looking at the icon of the Virgin, she noticed that the features of the icon, darkened by age, had suddenly become bright. Soon the icon was glorified by many miracles, and people regarded it as wonder-working.

During the Crimean War (1853-1856), the icon was carried in procession through the city of Odessa, which was besieged by enemy forces. On Great and Holy Friday, the city was spared. Since that time, an Akathist has been served before the icon in the Dormition Cathedral of Odessa every Friday.

The icon is painted with oils on a canvas mounted on wood. The Mother of God holds Her Son on her left arm. The Child is holding a scroll. St John the Baptist (Janurary 7) is depicted on one border of the icon, and St Tatiana (January 12) on the other. These were probably the patron saints of the original owners of the icon.

The icon is painted with oils on a canvas mounted on wood. The Mother of God holds Her Son on her left arm. The Child is holding a scroll. St John the Baptist (January 7) is depicted on one border of the icon, and St Tatiana (January 12) on the other. These were probably the patron saints of the original owners of the icon.

 

===

 

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

===

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
DEUIL
aux "Artisans de Paix":
Chers associés et amis des Artisans de Paix,
 
Les Artisans de Paix sont en deuil.
Le père François Marty SJ a rendu l’âme le jeudi de Pâques, le 31 mars 2016, à l’âge de 90 ans.
Il fut, est et sera un fidèle compagnon du Mouvement Artisans de Paix, depuis sa naissance.
 
Il intervint dans les premières conférences de notre Association,
notamment dans les années 1997-2002 où fut posé le paradigme des Artisans de Paix,
avec la pierre angulaire de notre pensée.
 
Il intervint jusqu’en 2009. En 2010, les déplacements lui étaient devenus difficiles.
Il continua de porter notre Mouvement dans sa prière et je suis persuadée qu’il continue de le porter aujourd’hui,
dans la Lumière qu’il a très certainement rejointe, étant données la droiture et la bonté de sa vie.
 
Il nous laisse une œuvre philosophique et spirituelle considérable, notamment ses deux thèses de philosophie,
l’une sur “Les sens spirituels chez saint Thomas d’Aquin”, l’autre sur “La naissance de la métaphysique chez Kant”.
L’évolution de sa pensée marque le tournant de Vatican II qu’il a contribué à intégrer dans la vie de l’Eglise.
 
A noter aussi sa traduction de ‘'l’Opus postumum” de Kant,
ainsi que son ouvrage sur “Sentir et gouter – Les sens dans les Exercices spirituels de Saint Ignace”
qui montre qu’il fut, est et sera un authentique Compagnon de Jésus donnant sa vie pour une transfiguration de l’univers.
 
Ses obsèques auront lieu demain à 10 h, à l’Eglise Saint Ignace, 35 rue de Sèvres, 75006 Paris (métro Sèvres-Babylone).
Soyons nombreux à y représenter Artisans de Paix et portons-le tous dans notre prière.
Il nous porte dans sa louange éternelle.
 
Paula Kasparian
Présidente d’Artisans de Paix
 

Petite biographie et bibliographie de François Marty SJ:

Licencié en théologie, docteur en philosophie (Université grégorienne, Rome), docteur d'état ès-Lettres (Sorbonne, 1975) — Professeur de philosophie au Centre Sèvres de Paris (1974-1996), professeur invité à l'Institut catholique de Paris (1975-2000) — Directeur de la revue Archives de Philosophie(1991-2000) — Auteur de La perfection de l'homme chez saint Thomas d'Aquin (Analecta Gregoriana, 1962); La naissance de la métaphysique chez Kant(Beauchesne, 1980); La bénédiction de Babel. Vérité et communication(Cerf, 1990); L'homme habitant du monde. À l'horizon de la pensée critique de Kant(Champion, 2004); Sentir et goûter. Les sens dans lesExercices spirituels de saint Ignace de Loyola(Cerf, 2005) — Éditeur scientifique de Emmanuel Kant, Opus postumum, Passage des principes métaphysiques de la science de la nature à la physique (Presses universitaires de France, 1986); Kant über Religion(avec F. Ricken; Kohlhammer, 1992) — Traducteur (en collaboration) de Kant,Œuvres,  éd. F. Alquié, t. I-III (Pléiade, 1980-1986).

Sur son œuvre “Sentir et gouter”:

« Sentir et goûter », le titre de ce travail, vient tout droit des Exercices de saint Ignace. Très précisément d'annotations aux Exercices, rédigées en vue d'aider celui qui les « donne ». Si ces Exercices sont un chemin fait à deux – celui qui donne les exercices et celui qui les fait –, on ne pourra que noter la discrétion que se doit d'observer celui qui les donne. Son rôle : fournir une base solide au retraitant pour que celui-ci fasse son propre itinéraire, ses propres découvertes, expérimente le « sentir » et le « goûter » dont il est question. En un mot, trouve les voies de l'intériorité. Car « ce n'est pas d'en savoir beaucoup qui rassasie et satisfait l'âme mais de sentir et de goûter les choses intérieurement ». C'est dans ces termes que se formule toute la recherche du retraitant qui, ultimement, tend à l'écoute du Maître intérieur. C'est bien le cœur des Exercices qu'annonce Ignace quand il parle de « sentir et goûter ». C'est toute la richesse, la complexité et le caractère si personnel des Exercices que François Marty nous invite à explorer. « Quand il s'agit de sentir et goûter, nul ne peut le faire à ma place, c'est à chacun de prendre en charge cette expérience. Ainsi en va-t-il du chemin spirituel, car il n'y a pas de modèle standard pour l'écoute du Maître intérieur ». Non seulement François Marty propose une lecture originale des Exercices, de leur structure et de leur contenu, mais il le fait en gardant présents à l'esprit les problèmes les plus concrets de notre temps, ceux liés à la science, au développement, à la préservation de la création. Bref, tout ce qui touche l'homme, sa vie et son avenir. Philosophe, en constant dialogue avec la théologie, François Marty fait ici une proposition de premier plan pour penser l'expérience spirituelle.

 

 
'Hating the world, do not return to the works of the world. Having been loosed from the bonds of physical attachments, do not be bound again to the affections of the flesh. Having denied all pleasures and perishable things of the present life, do not depart from your struggle with obedience through negligence and become the sport of demons.' (St. Theodore the Studite)

'Hating the world, do not return to the works of the world. Having been loosed from the bonds of physical attachments, do not be bound again to the affections of the flesh. Having denied all pleasures and perishable things of the present life, do not depart from your struggle with obedience through negligence and become the sport of demons.' (St. Theodore the Studite)

COMPLEXITÉ DE LA PURETÉ

La question de la pureté est une problématique complexe dans le récit biblique. Sans une compréhension précise et une approche systématique dans le cadre de la Loi (c’est-à-dire de la Torah de Moïse donnée par Dieu au Sinaï), on ne peut pas comprendre ce que fait et dit Jésus à ce propos. Le même problème se pose également en ce qui concerne le Shabbat, le divorce, les serments et toutes les problématiques halakhiques (légales).

Le piège de la langue

Le premier piège réside dans la langue. Le français véhicule l’idée d’une opposition entre ce qui est pur et impur, et on a vite fait de faire l’amalgame avec une opposition entre le souillé et le non souillé, le propre et le sale, l’hygiénique et le non hygiénique. Or ce sont avant tout des catégories liées au rite et à l’aptitude ou pas à accomplir un rite, des catégories comme la lumière et les ténèbres, la vie et la mort…. Le français pour pur traduit l’hébreu « tahor », transparent, et l’impur traduit « tamé », l’opaque. Toute traduction est par définition une perte, une imprécision. Il sera plus juste de considérer la pureté comme une ouverture/fermeture au divin, sans aucune dimension morale systématique. En effet la question est véritablement de savoir ce qui laisse passer l’élan vital ou ce qui le bloque.

La pureté dans l’AT

On peut systématiser quatre grands axes de pureté. Le premier axe est rituel. Une personne se retrouve impure dans des situations très classiques de la vie courante, et qui ne sont jamais liées à des fautes personnelles. Les exemples les plus connus seront les menstruations féminines ou la nécessaire manipulation des corps des défunts. Une femme est impure (ou provisoirement inapte) du point de vue rituel, mais elle n’est pas du tout fautive sur un plan quelconque. Son corps fonctionne de la façon dont Dieu a voulu qu’il fonctionne. De même, le nécessaire respect des morts, et du corps, implique que l’on manipule la dépouille de celui ou celle que Dieu rappelle à Lui. Ceci est parfaitement normal. L’inverse serait choquant. Et pourtant, on ne peut manipuler un cadavre et rester pur du point de vue rituel. C’est l’axe de pureté qu’il faut le plus distancier de la morale, car beaucoup de situations de la vie courante rendent « impur ».

Le second axe est moral, et concerne des crimes très graves : inceste, idolâtrie, meurtre. Cette « impureté » est très différente de la première. Elle se contracte par un acte très grave et toujours volontaire et il est très dur de redevenir « pur ». Elle n’est absolument pas contagieuse alors que la première est hautement contagieuse (on y tombe très involontairement et on en sort facilement grâce à un ensemble de dispositions prévues par la Loi telles que les ablutions.)

> lire la suite : Complexité de la pureté

Source : Laurent Kloeble et Mireille Cohen, sur http://codj-fr.blogspot.fr/

'If you pray truly, you will receive assurances of many things, and angels will come to you as they came to Daniel, and will enlighten you with understanding of causes, the wherefore of all things.' (St. Nilus of Sinai)

'If you pray truly, you will receive assurances of many things, and angels will come to you as they came to Daniel, and will enlighten you with understanding of causes, the wherefore of all things.' (St. Nilus of Sinai)

En vrac...Eléments pour votre réflexion

 

personnelle...

 

 

===

 

Un retraité romain a aidé à sauver des centaines de migrants en Méditerranée après avoir reçu un appel par téléphone satellitaire d’un bateau en détresse dans le canal de Sicile, a rapporté ce jeudi un journal italien.

(…) Croyant qu’il s’agissait de harcèlement, et après avoir raccroché plusieurs fois, le retraité s’est finalement décidé à appeler la police. Mais, quand les deux policiers sont arrivés et qu’un nouvel appel est arrivé, ils ont compris qu’il s’agissait d’un SOS. (…)

L’homme qui appelait d’un téléphone satellitaire avait composé des numéros au hasard avec le préfixe de Rome, jusqu’à ce que quelqu’un finalement réponde. Les gardes-côtes italiens ont annoncé mardi avoir sauvé plus de 1500 migrants, lors de onze opérations différentes dans le canal de Sicile, en l’espace de quelques jours, alors que les départs en provenance de Libye s’intensifient.

Source

 

===

Pic - http://www.catholicate.net/

Pic – http://www.catholicate.net/

IMG-20160402-WA0001

Pic- MYCM FB Group

Pic- MYCM FB Group

Pic- MYCM FB Group

Pic- MYCM FB Group

OCP News Service- 4/4/16

Also Read
Indian Orthodox Church Sents Letter to Pope, Major Archbishop, & Roman Catholic Prelates:
http://theorthodoxchurch.info/blog/news/?p=1372

Kerala-India: As per the MCYM (Malankara Catholic Youth Movement) Fb group, twenty-five families from Indian Orthodox Malankara Church (Catholicate of the East), Syriac Orthodox Church in India (Patriarchate of Antioch & All East) the Independent Thozhiyoor Church (former Oriental Orthodox Church) ‘reunited’ with the Malankara Catholic Rite in India (One of the Eastern Catholic Rites under the Roman Pope which split from the Indian Orthodox Malankara  Church in  the 1930’s under Archbishop Ivanios). The so-called ‘reunion’ event took place on 26th March 2016, St. George Malankara Catholic Church in Kunnamkulam area (Kerala). The event was presided by Most. Rev Abraham Mar Yulios (Malankara Catholic Bishop of Movathupuzha).

The news is a shocker to the two ancient Orthodox Churches in India who are still in administrative schism.

The concept of ‘Uniatism or Eastern Catholicism’ is rejected by Eastern and Oriental Orthodox Churches. It is a false way of union between Orthodox Churches and the Roman Catholic Church.

After the Second Vatican Council, the Roman Catholic Church recognized that the unity with the Orthodox world should come through dialogue and not through conversion of people, communities from Orthodox to the Eastern Catholicism. This was clearly stated in the recent joint declaration between Patriarch Kirill of Moscow and Pope Francis of in Cuba.

The Joint declaration says that “It is today clear that the past method of ‘Uniatism,’ understood as the union of one community to the other, separating it from its Church, is not the way to re-establish unity.” But equally important to the Vatican and to Greek Catholics is the acknowledgement by the patriarch of the right of these churches “to exist and to undertake all that is necessary to meet the spiritual needs of their faithful.” (www.ncronline.org).

Hence, the so-called ‘reunion’ of 25, Indian Orthodox and Syriac Orthodox families to theMalankara Catholic Uniate Rite is a total breach of the existing practice in the Roman Catholic church and a disrespect to the ecumenical relations between Vatican and the Oriental Orthodox world.

If anyone wants to join the Roman Catholic Church, he or she is free to do the same, but using Uniatism as a tool to absorb Orthodox faithful to Roman Catholicism is an absolute violation of the existing understanding and practises.

Apart from these of incidents, the Malankara Catholic Rite continue to provoke the Indian Orthodox Church in many ways. Their Primate Major Archbishop Baselios Cleemis claims himself the Catholicos, Malankara Metropolitan & successor to the Throne of St. Thomas, a title which is exclusive to the Primate of the Indian Orthodox Malankara Church.

Reunion through Uniatism (Sheep stealing) and ecumenism cannot go hand in hand. Apart from the Catholic annual Roman Catholic-Oriental Orthodox ecumenical consolations, the Roman church organize separate dialogues with Indian and Syriac Orthodox Churches in India. The same Roman church uses UNIATES /Eastern Catholicism as a tool to steal Orthodox faithful in India. The Syriac and Indian Orthodox Churches should move out of the ecumenical dialogue with the Roman Catholic Church and should give prime importance in resolving all existing issues between them.

Ecumenism is good and Christian unity is very important, but it should be practised with mutual respect and considering all existing agreements.

 

Source:
OCP news Service

Réaction du Métropolite de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone:

Dear friends. Aholo M'Barek
Alas, it is always the same: to caricature the unity of the Church of Christ expressed through sometimes different traditions to express the Orthodox Faith and distribute the Sacramental Grace by ill-concealed desire to absorbtion ! ... We pray that be exceeded such attitudes inherited from the vagaries of history!
The unit is too often confused with unanimity of Christian Witness.
The unanimity of Christian Witness can not come out strengthened by such disrespectful attitudes and so contradicts the resolutions taken by the authorities of the various hierarchies.
Su
ch double standards, such duplicity in the acts reveals perhaps some secret intentions and, in any case, show the work that remains to do ... Pray Christ Head of the Church for Catholic unity by orthodoxy of the Faith and in the orthodoxy of the faith professed and Sacramental Rites. Remain faithful to the faith of the three great Saints Ecumenical Councils which are the expression of the authentic Apostolic Faith along with the basic foundation for all ecumenical dialogue.
That is my opinion as Metropolitan of the Church Syro-Orthodox Francophone. What I say, I am in the greatest respect for each other. But for all of us, let us remember the injunction of the Lord: "Let your yes be yes, your no, no."
Your respectfully and fraternally devoted in our Lord.
+ Mor Philipose-Mariam 

Chers amis. Aholo m'barekh

Hélas, c'est toujours la même chose: caricaturer l'unité de l'Eglise du Christ s'exprimant à travers des coutumes parfois différentes pour exprimer l'Orthodoxie de la Foi et distribuer la Grâce Sacramentelle par une volonté mal dissimulée d'absorbtion!...Prions pour que soient dépassées de telles attitudes héritées des aléas de l'histoire ! 
L'unité est trop souvent confondue avec l'unanimité du Témoignage Chrétien .
L'unanimité du Témoignage Chrétien ne peut pas sortir confortée par de telles attitudes tellement irrespectueuses et en contradiction avec les résolutions prises par les Autorités des diverses hiérarchies.
Un tel double langage, une telle duplicité dans les actes dévoile peut-être certaines intentions secrètes et, en tout cas, montrent le chemin qui reste à faire ...Prions le Christ Tête de l'Eglise pour l'unité Catholique par l'Orthodoxie de la Foi et dans l'Orthodoxie de la Foi professée et des Rites Sacramentel. Restons fidèle à la Foi des trois grands Saints Conciles oecuméniques qui sont l'expression de l'authentique Foi Apostolique en même temps que le socle de base pour tout dialogue oecuménique.
Telle est mon opinion en tant que Métropolite de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone. Ce que j'en dis, je le fais dans le plus grand respect des uns et des autres. Mais pour chacun d'entre nous, n'oublions pas l'injonction du Seigneur: "Que votre oui soit oui, que votre non soit non".
Votre respectueusement et fraternellement dévoué en Notre-Seigneur.
+Mor Philipose-Mariam

 

 

===

 

===

 

Al-Qaryatayn, ville chrétienne, n’est plus sous l’emprise de l’Etat Islamique !

 

 

 

 

ville-chretienne

 

 

Samedi, les forces syriennes, appuyées par les forces russes, ont lancé l’assaut pour reprendre la ville d’Al-Qaryatayn. Cette ville, chrétienne, avait été prise par l’Etat Islamique en août 2015. Un monastère vieux de 1500 ans avaient été détruits par les djihadistes avec un bulldozer. Le prêtre jésuite qui avait organisé sa rénovation avait été capturé et assassiné. Des centaines d’hommes avaient été enlevés.

La ville est désormais sécurisée. Les unités de déminage sont en train de désamorcer les mines et autres pièges explosifs mis en place par l’EI.

L’un des derniers fiefs de l’Etat Islamique dans le centre du pays, Al-Qaryatayn est une ville stratégique. Elle est située à 85 kms d’Homs et à 120 kms de Palmyre. La prise d’Al-Qaryatayn permet de sécuriser la cité antique de Palmyre et d’empêcher le retour des djihadistes.

« Il ne restera à l’EI dans la province de Homs que le fief de Sokhné, à 70 kms au nord-est de Palmyre. », affirme Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme.

Plusieurs raids ont été lancés contre des sièges d’Al-Nosra. D’après l’OSDH, « Abou Firas Al-Souri, son fils et au moins 20 djihadistes d’Al-Nosra, de Jound Al-Aqsa ainsi que des djihadistes ouzbeks, ont été tués dans des frappes sur des positions de la province d’Idleb. »

M.C.

 

SOURCE:Info Chrétienne (https://www.infochretienne.com/al-qaryatayn-ville-chretienne-nest-plus-lemprise-de-letat-islamique/)

Desecration of fifth century monastery targeted by ISIS is revealed after Syrian troops make further ground on the terror group by recapturing another town from retreating jihadis 

  • Syrian troops have seized the town of al-Qaryatain, one of the last Islamic State strongholds in central Syria
  • ISIS destroyed the town's ancient monastery and abducted and terrorised dozens of its Christian residents 
  • Terror group destroyed St. Elian monastery and church in August 2015 using explosives and bulldozers
  • Al-Qaryatain was once a symbol of coexistence between Christians and Muslims and was a pilgrimage site



Syrian troops have seized the town of al-Qaryatain, one of the last Islamic State strongholds in central Syria, but they were too late to stop the militants from destroying its ancient monastery and Christian church.

ISIS levelled the fifth-century St. Elian monastery and church in August 2015 using explosives and bulldozers, as they have done with shrines and other religious buildings elsewhere.

Al-Qaryatain, whose name means 'the two villages' in Arabic, was once a symbol of coexistence between Christians and Muslims and was a cherished pilgrimage site.

Yesterday, escorted by the Syrian government, journalists were allowed to venture only about three kilometers inside Qaryatain, located 125 kilometers (75 miles) northeast of Damascus, because army experts are still clearing explosives and mines left by the group. 

ISIS destoryed the fifth-century St. Elian monastery and church to the ground in August 2015 using explosives and bulldozers, as they have done with shrines and other religious buildings elsewhere (Pictured: A burnt out church at the monastery)

ISIS destoryed the fifth-century St. Elian monastery and church to the ground in August 2015 using explosives and bulldozers, as they have done with shrines and other religious buildings elsewhere (Pictured: A burnt out church at the monastery)

 

A burnt and destroyed altar in a church at the monastery of Syriac Catholic Saint Elian, who lived in the fifth century AD, in the town of al-Qaryatain, one of the last Islamic State strongholds in central Syria

A burnt and destroyed altar in a church at the monastery of Syriac Catholic Saint Elian, who lived in the fifth century AD, in the town of al-Qaryatain, one of the last Islamic State strongholds in central Syria

Al-Qaryatain, which means 'the two villages' in Arabic, was once a symbol of coexistence between Christians and Muslims

Al-Qaryatain, which means 'the two villages' in Arabic, was once a symbol of coexistence between Christians and Muslims

Black smoke billowed from the western side of town where skirmishes continued. Near the central square, some residential and government buildings were completely destroyed, their top floors flattened. Others had gaping holes where they had taken direct artillery hits or were pock-marked by gunfire. Electricity poles and cables were broken and shredded; a snapped tree hung to one side. 

 

Qaryatain lies midway between Palmyra and the capital, Damascus, and was once home to a sizeable Christian population. Before IS took it over last August, it had a mixed population of around 40,000 Sunni Muslims and Christians, as well as thousands of internally displaced people who had fled from the nearby city of Homs.



Read more: http://www.dailymail.co.uk/news/article-3523777/Desecration-fifth-century-monastery-targeted-ISIS-revealed.html#ixzz44xAJfzZL 
Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook

===

 

===

 

Prison souterraine, charnier et trafic sexuel : les stigmates de la guerre menée par Daech

 

 

 

 

theatre-palmyre-djihadiste

Etat Islamique, ISIS, Daech, cette organisation mène un combat impitoyable. Quand les forces en présence regagnent du terrain, les découvertes sont souvent macabres.

En Syrie, à Palmyre, un charnier a été découvert par une coalition internationale conduite par Washington : 42 cadavres, 24 civils dont 3 enfants et 18 militaires. D’après l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme, il s’agirait des dépouilles des officiers et des membres de leurs familles exécutés par Daech lors de son entrée dans la ville en mai 2015. D’autres charniers sont recherchés. Un drone a filmé la cité antique classée au patrimoine mondial de l’Unesco, libérée le 27 mars par l’armée de Bachar el-Assad soutenue par la Russie. 20% de la ville aurait été détruite.

 

 

En Irak, la province d’Al-Anbar est toujours contrôlée par Daech. Mais lors d’une bataille pour la reprise d’une localité, les forces irakiennes ont libéré 1500 prisonniers de l’organisation islamiste. Cette prison souterraineenfermait principalement des civils.

« Au cours de leur avancée pour libérer et nettoyer la localité de Hit de l’organisation [djihadiste], les forces de sécurité ont découvert une grande prison. », raconte le colonel Fadhel al-Nimrawi.

Au Liban, pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés syriens, la police locale a démantelé un réseau de trafic sexuel. Les Forces de sécurité intérieure précisent avoir « secouru 75 femmes, la plupart des Syriennes qui ont été soumises à des coups, à de la torture psychologique et physique, qui ont été forcées à se livrer à des actes sexuels et ont vu des images indécentes d’elles prises et distribuées. »

M.C.

SOURCE:Info Chrétienne https://www.infochretienne.com/prison-souterraine-charnier-et-trafic-sexuel-les-stigmates-de-la-guerre-menee-par-daech/

===

Le Kenya rend hommage à un enseignant musulman tué par les djihadistes pour avoir protégé des chrétiens

Kenya_flag

Les islamistes voulaient séparer les chrétiens des musulmans, afin de tuer les chrétiens.

 “Soit vous nous tuez tous ensemble, soit vous nous laissez partir tous ensemble”, avait déclaré Salah Farah.

Les djihadistes d’al-Shebab ont fini par laisser les passagers poursuivre leur voyage après avoir tout de même tué deux des passagers et blessé six autres, dont Salah Farah qui a succombé à ses blessures. Cet enseignant musulman a laissé derrière lui quatre enfants et une épouse enceinte.

Lors d’une cérémonie nationale au Parlement, le chef de l’Etat kenyan a rendu hommage à Salah Farah à titre posthume “en reconnaissance de son remarquable acte de bravoure”. “Il est mort en défendant des personnes qu’il ne connaissait pas, mais parce qu’il croyait à leur droit à la liberté de culte et savait que chaque vie est sacrée”, a déclaré le président kenyan.


(Source: MPI)

 

===

Le métropolite de Gori et Ateni André clarifie la position de l’Église orthodoxe de Géorgie à l’égard du Concile panorthodoxe

 

 

 

 

La position de l’Église orthodoxe de Géorgie à l’égard du futur Concile panorthodoxe et particulièrement du projet de texte concernant « les relations avec l’ensemble du monde chrétien » ont fait l’objet d’informations contradictoires, qui ont été publiées ici et .

Le métropolite de Gori et d’Ateni André a clarifié, dans une lettre datée du 27 mars 2016 et publiée le 1er avril sur le site grec Amen.gr, la position de l’Église orthodoxe de Géorgie, et ce à la suite d’un article du grand protopresbytre Georges Tsetsis (Patriarcat œcuménique) publié par le même site :

« Le 3 mars 2016, l’agence d’information grecque « AMEN.gr » a publié un article du grand protopresbytre Georges Tsetsis sous le titre « Un fait ou une provocation – la décision de l’Église de Géorgie ». Puisque je suis l’un des représentants géorgiens « pointilleux » [à la Synaxe des Primats 21-28.1.2016, ndt], je me considère obligé de procéder aux commentaires ci-dessous.

Pour commencer, je souhaite mentionner que la Représentation de l’Église de Géorgie s’est rendue à toutes les réunions préconciliaires et y a pris part dans un esprit de fraternité, d’unité et de coopération avec toutes les Églises-sœurs, dans un esprit de soutien au Patriarcat œcuménique, qui a travaillé plus que tous et a porté la charge principale de l’œuvre de préparation du Saint et Grand Concile. Passons maintenant à l’article. Dès le début, le père Georges déclare que les représentants géorgiens « les ont harcelé » à la Vème Consultation préconciliaire afin d’obtenir l’inclusion dans le texte « Relations de l’Église orthodoxe avec l’ensemble du monde chrétien » d’un nombre non négligeable de nos positions. Pour donner une image plus claire, il convient d’abord de décrire le climat dans lequel se sont déroulés les travaux de la Commission spéciale inter-orthodoxe, qui a été convoquée en 2014 sur la décision des Primats orthodoxes. Le rédacteur de l’article en question se réfère précisément à cette question, lorsqu’il dit : « Il est vrai que le comportement opiniâtre et pointilleux des frères géorgiens lors des Conférences et des Commissions inter-orthodoxes exaspère et crée des impasses ».

1. C’est un fait connu qu’il a été donné mandat à la commission en question de revoir les textes de 1982 et 1986 et de les soumettre à la Vème réunion préconciliaire pour validation. Concrètement, il s’agissait de la révision des textes : « L’Église orthodoxe et le Mouvement œcuménique », « Les relations de l’Église orthodoxe envers l’ensemble du monde chrétien » et « La contribution de l’Église orthodoxe à la réalisation de la paix, de la justice, de la liberté, de la fraternité et de l’amour entre les peuples et à la suppression des discriminations raciales et autres» et de l’étude si nécessaire des textes : « Le problème du calendrier commun », « Les empêchements au mariage » et « L’importance du jeûne et son observation aujourd’hui ». Malgré la clarté du mandat, S.E. le Président, lors des réunions de la Commission spéciale à Chambésy, sur le motif que les textes sous révision avaient été adoptés par des organismes supérieurs à la Commission (c’est-à-dire par des Réunions panorthodoxes pré-concilaires ayant siégé au cours de différentes années) n’a pas permis aux Représentants des Églises de procéder à « des changements essentiels », chose avec laquelle nous ne pouvions être d’accord, car la Commission spéciale disposait de cette compétence. L’attitude susmentionnée du Président, à l’égard de tous les textes, n’a pas changé, malgré les réactions fortes des Représentants des différentes Églises. Toutefois, cette interdiction, pour des raisons inconnues, n’était pas valable pour les changements que le Président lui-même a proposés ou sur lesquels il était d’accord. C’est ainsi que furent fusionnés deux textes, que les paragraphes concernant l’évaluation des dialogues menés avec les différentes confessions ont été enlevés, et d’autres points importants encore ont été modifiés. Par conséquent, il ne restait rien d’autre à faire pour notre représentation, si ce n’était d’attendre la Vème Réunion préconciliaire, afin d’obtenir les changements que nous sollicitions. La seule exception était constituée par les textes : « La question du calendrier commun » et « Les empêchements au mariage », au sujet desquels la majorité absolue des Églises a déclaré sa position négative. Quant à l’Église de Géorgie, elle a refusé de les signer. Il nous a été répondu à cela par la Présidence que, puisque ces textes avaient déjà été entérinés par la IIIème Réunion préconciliaire en 1982, ils seraient renvoyés directement au Grand Concile sous leur forme initiale. L’Église de Géorgie était catégoriquement en désaccord avec cela et, par des lettres officielles, a demandé au Patriarcat œcuménique ou bien que ces deux sujets soient supprimés de la liste des thèmes du Saint et Grand Concile, ou bien qu’ils soient discutés davantage. Nous avons ainsi obtenu qu’à la Synaxe des Primats de 2016, le texte « Question du calendrier commun » soit supprimé de la liste des thèmes, tandis que le texte « Empêchements au mariage » serait soumis à une révision. En ce qui concerne ce dernier sujet, certaines autres Églises-sœurs avaient une position semblable à la nôtre.

2. Après la fin des travaux de la Commission spéciale inter-orthodoxe, l’Église de Géorgie, après avoir été informée par ses représentants des résultats de ladite Commission, a envoyé, de la part du Catholicos-Patriarche de Géorgie, une lettre à Sa Toute-Sainteté le Patriarche œcuménique, dans laquelle, entre autres, ont été exprimées les réflexions et observations ci-dessous sur les textes renvoyés à la Vème Réunion pré-concilaire pour y être revus et validés :
a) « Les textes préparés pour le Saint et Grand Concile doivent souligner clairement et incontestablement que l’Église orthodoxe est la seule Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique, dans laquelle existent la succession apostolique, le véritable Baptême, la Divine Eucharistie et les autres Mystères de la Foi chrétienne ».
b) « Qu’il soit déclaré de la façon la plus nette que, selon sa nature ontologique, il est impossible que l’unité de l’Église soit rompue. Pour cette raison, l’Église orthodoxe mène toujours un dialogue avec les différentes Confessions, dans le but de leur retour au sein de l’Église ».
c) Le texte « Relations de l’Église orthodoxe envers l’ensemble du monde chrétien », doit comporter l’évaluation des dialogues bilatéraux menés jusqu’à aujourd’hui avec les différentes Confessions chrétiennes, car c’est précisément à la compétence du Grand et Saint Concile qu’appartient la détermination de la stratégie de leur continuation ».
d) « Nous considérons inacceptable la soumission au Grand Concile, sous leur forme actuelle, des textes « Le problème du calendrier commun » et « les empêchements au mariage », car ceux-ci viennent en opposition à la Tradition canonique de l’Église orthodoxe ».
Il était également dit dans la Lettre que les textes qui ont déjà passé tous les stades de la préparation, doivent être publiés, afin de donner suffisamment de temps au plérôme de l’Église pour les étudier et exprimer son point de vue.

3. C’est en ayant de telles directives et dans une disposition constructive pour les travaux, que nous, représentants de l’Église de Géorgie, sommes allés à la Vème Réunion préconciliaire. Cependant, des surprises nous y ont attendu. Lorsque les travaux ont commencé, S.E. le Président a déclaré que, à son avis, la Réunion ne disposait pas de la compétence pour introduire des modifications dans les textes des Réunion préconciliaires de 1982 et de 1986, mais seulement pour apporter des modifications aux modifications (sic) que nous avions nous-mêmes apportées dans le cadre de la Commission spéciale inter-orthodoxe !

Lorsque nous en sommes arrivés à étudier le texte « Relations de l’Église orthodoxe avec l’ensemble du monde chrétien », il a été enlevé aux représentants des très saintes Églises d’Antioche et de Géorgie le droit qui leur était assuré par le Règlement d’exprimer leurs vues, au motif que nous n’avions pas soumis de propositions écrites au sujet des changements souhaités aux textes. La participation paritaire des représentants des Églises d’Antioche et de Géorgie aux travaux des réunions a été mise aux voix de l’assemblée plénière de la Conférence. Nous nous sommes sentis très froissés. Finalement, ce droit nous a été « donné », mais nous ne pûmes toutefois l’exercer pour la révision du texte entier. Si notre position est appelée « comportement opiniâtre et pointilleux », comment appeler alors l’action du Président de la Commission spéciale qui, pendant sept heures ( !), s’est efforcé de « convaincre » les représentants des Églises au sujet d’un seul paragraphe afin qu’ils l’adoptent tel que celui-ci le voulait.

4. En vue de la session prévue de la Commission inter-orthodoxe pour la rédaction du règlement des travaux du Concile (Athènes, 15-19 décembre 2015), le chef du Département des Relations extérieurs de l’Église de Géorgie, le métropolite Gérasime, décrivant les événements affligeants qui se sont produits lors de la Vème Conférence préconciliaire, a écrit au Patriarcat œcuménique : « Malgré cela, les représentants de notre Église, mus par un esprit de coopération, ont signé la plupart des documents. Toutefois, l’Église de Géorgie n’a pas encore pris de décision conciliaire sur les textes figurant à l’ordre du jour du Saint et Grand Concile, car nous attendons qu’ils prennent leur forme finale. Peut-être, les autres Églises se trouvent dans la même situation. Pour cette raison, le Règlement du fonctionnement et de conduite des travaux du Saint et Grand Concile doit absolument prévoir la possibilité d’examen et de ratification des textes paragraphe par paragraphe.

Le métropolite, exprimant la position de notre Église au sujet du caractère obligatoire des décisions du futur Concile a souligné dans sa lettre encore une fois la nécessité de la publication des documents adoptés et a dit en outre que : « Pour le caractère obligatoire de leurs décisions, il était nécessaire, même pour les Conciles Œcuméniques, d’être en accord complet avec l’enseignement des saints Pères et d’être reçus par le Plérôme de l’Église ».

5. À la fin de son article, le père Georges Tsetsis déclare que l’Église de Géorgie « est captive des cercles fondamentalistes » et appelle les Églises qui « exercent quelque influence sur l’espace de l’Europe orientale (et que suivaient à la trace les frères géorgiens pendant toute la durée de la préparation du Grand Concile) » de l’influencer afin qu’elle change sa position.

Il est naturel qu’un prêtre d’âge avancé, qui a consacré la majeure partie de sa vie à la préparation du Saint et Grand Concile et aux dialogues, se sente importuné. De même que d’autres qui ont y ont excessivement travaillé. Pour cette raison, nous nous efforcerons de faire face aux accusations avec patience et les faire contrer par des faits.

En tout premier lieu, disons que nos critères sont théologiques. Nous ne trouvons pas « sous la captivité des cercles fondamentalistes », pas plus que certaines Églises n’exercent d’influences sur la nôtre. Aussi, c’est pour des raisons dogmatiques que notre Patriarche n’a pas signé le texte sur « Le Mystère du mariage et ses empêchements ». Comme on le sait le texte n’a pas non plus été signé par la représentation d’Antioche. Il convient de mentionner ici que le texte sur l’ « Empêchement au mariage » (tout commecelui sur la « Question du calendrier commun ») a été rejeté par le Saint-Synode de l’Église de Géorgie le 8 octobre 1998 déjà. Lors de la Synaxe des Primats à Genève (21-28 janvier 2016), nous avons signé le texte « La mission de l’Église orthodoxe dans le monde contemporain», rejeté par nous lors de la Vème Conférence préconciliaire, pour la seule raison que les remarques dogmatiques que nous avions proposées avaient été prises en considération (la même chose a été faite par l’Église de Russie, qui avait ses propres propositions). Lors de la dernière Assemblée des évêques de l’Église de Géorgie, pendant laquelle ont été discutés les textes de l’ordre du jour du Saint et Grand Concile, le texte « Relations de l’Eglise orthodoxe envers l’ensemble du monde chrétien » a été l’objet d’une critique sévère unanime. Rappelons que lors de la dernière rencontre à Chambésy, le patriarche de Géorgie a dit très clairement dans son discours que « les décisions que nous avons prises aujourd’hui ici seront soumises au jugement de l’Assemblée de notre hiérarchie ».

Non seulement l’Église de Géorgie, mais celles aussi de Russie, de Chypre et de Grèce, comme on le sait, après la dernière Synaxe des Primats, on mis en discussion et pour évaluation les textes proposés pour le Grand Concile.

6. Nous avons publié la décision de notre Saint-Synode en géorgien et sa diffusion plus large n’est pas de notre responsabilité.

7. Le père Georges exprime son fort désagrément au sujet de la prise de décisions sur le principe de l’unanimité. Or, ce principe est en vigueur depuis des décennies au stade préparatoire du Grand Concile, et les Primats, par leur décision de 2014, l’ont étendu au Concile lui-même. Leur décision est-elle mise en question ?

8. L’adhésion de l’Église de Géorgie au COE, auquel participaient alors toutes les Églises orthodoxes, constituait à cette époque quasiment la seule opportunité pour l’Église, qui se trouvait derrière le rideau de fer, de communiquer avec les Églises orthodoxes-sœurs et le monde extérieur. C’est un fait que le présent patriarche Élie II, a été élu en 1979, pour cinq ans, président du COE. Comme on le sait, cet organisme a huit Présidents, tandis que le rôle décisif dans sa direction et ses orientations est joué par le Secrétaire Général.

Pour ce qui concerne la sortie de l’Église de Géorgie du COE, dans le même passage de la lettre du patriarche Élie II, auquel se réfère le père Georges, la raison dogmatique ressort clairement: « Étant donné que souvent les intérêts des Orthodoxes ne sont pas pris en compte, et puisque dernièrement il a été observé une tendance à attribuer à cela une sorte de caractère ecclésiologique, l’Église orthodoxe de Géorgie a considéré opportun de quitter le COE ».

9. Dans ce monde, les problèmes ne manqueront pas pour l’Église du Christ. Aujourd’hui également, il y a des Églises-sœurs qui vivent dans un environnement hostile. Par la Grâce de Dieu, cependant, dans l’histoire de la Géorgie actuelle, il n’y a pas de siège autour de la Maison Patriarcale par des dissidents armés [contrairement à ce qui est affirmé dans la lettre du protopresbytre Georges, ndt]. Une telle information ne peut être qualifiée autrement que comme fallacieuse. Ce n’est pas le cas, car le Catholicos Patriarche Élie II dispose de l’amour et d’une considération illimitée et générale.

10. Pour ce qui concerne l’aide humanitaire qu’a reçue la Géorgie au moyen du COE, nous sommes particulièrement reconnaissants à Sa Toute-Sainteté le Patriarche Bartholomée personnellement, qui se distingue par sa sagesse et sa charité, et à tous ceux des hommes qui ont assisté le peuple géorgien en ces années très difficiles. Ce rappel du soutien accordé est cependant déplacé et nous demandons à notre tour : depuis quand y aurait-il lieu de sacrifier les principes moraux à l’aide matérielle ?

11. On peut être attristé par le fait que le respectable protopresbytre parle du danger de « torpillage » du Concile par l’Église de Géorgie, et ne mentionne pas le fait que, précisément pour ne pas empêcher le Concile, l’Église [de Géorgie], dans une initiative de bonne volonté, a déclaré lors de la dernière Synaxe à Genève, qu’elle accepte le retrait de l’agenda du Grand Concile du sujet, d’importance majeure pour nous, des Diptyques, et le report des discussions à leur sujet dans un temps ultérieur au Concile, ce pour quoi elle a reçu des critiques.

12. Il est temps, dit le père Georges, que cesse le refrain selon lequel l’Église de Géorgie serait la seule qui défend vigoureusement la Foi orthodoxe. S’il existe réellement un tel refrain, nous serons les premiers à demander qu’il cesse.
* * *
Au moment où ces lignes sont écrites, l’Église de Géorgie se prépare pour la Crète, afin de prendre part au Saint et Grand Concile, et il est absolument normal qu’un examen en profondeur des textes ait lieu, que les remarques justifiées des théologiens orthodoxes et du troupeau ami de Dieu soient prises en considération. C’est la raison pour laquelle nous avons demandé la publication, en temps opportun, des textes, ainsi que la participation au Saint et Grand Concile de clercs, moines et théologiens orthodoxes avec droit à la parole.

Nous croyons fermement que toutes les imperfections existantes seront corrigées. Mus par l’Esprit Saint, les participants au Saint et Grand Concile, exprimant la voix unanime de tous les membres de l’Église catholique, confesseront encore une fois à haute voix les vérités éternelles, auxquelles l’Église est fidèle depuis le jour de sa fondation. Amen. Le métropolite de Gori et d’Ateni André »

Source

===

 

===

 

 

ARMENIE:

Prayer Service for the Homeland Defense and Homeland Soldiers

 

 

 

Service de prière pour la défense de la sécurité intérieure

 

et de la sécurité intérieure des soldats

===

 

SOURCE La menace terroriste favorise-t-elle le repli sur soi et les amalgames ? Nacira Guénif-Souilamas, fille d’immigrés algériens, sociologue et anthropologue, professeur à l’université Paris-8 et vice-présidente de l’Institut des cultures d’islam répondait au lecteurs du Monde.

Le Monde : Dans notre appel à témoignages sur la façon dont l’on résiste à la peur, nous avons reçu beaucoup de messages faisant état d’un regard qui a changé, dans le métro notamment, au moment de croiser une femme voilée ou des personnes d’origine maghrébine. Peut-on échapper à ce type de ressenti ?

Oui, il est important d’apprendre à résister, c’est même l’un des enjeux majeurs de la capacité à ne pas céder à tous les dommages collatéraux engendrés par les attentats. Autrement dit : développer le sentiment d’aversion est l’un des objectifs de ce type d’actes, qui n’a pas simplement vocation à produire des victimes, mais aussi à détruire les liens sociaux et à polluer les relations les plus ordinaires. [...]

La rédaction du Monde a rajouté « seuls » dans le titre…

Bob : Pourquoi nécessairement utiliser ce type de vocabulaire [repli sur soi et amalgames, ndlr] pour qualifier un comportement de peur des gens ? La menace a un visage qui est celui de populations « arabes ». Pourquoi vouloir nier cette réalité ? Détourner les yeux ne résout pas le problème, mais empêche bien au contraire d’en comprendre les causes et d’en trouver des solutions. [...]

Ju : Dire « pas d’amalgame » n’a pas de sens. Ces attentats ont à voir avec un certain islam qui prend le pas sur les autres partout dans le monde. Faire l’autruche ne sert à rien, et empire le mal. Pourquoi nier le réel et le fait que la société se radicalise, et que la radicalisation est d’abord chez les musulmans ? [...]

Lohengrin : Existe-t-il vraiment des lieux où le « vivre ensemble » n’est pas juste un fantasme inatteignable ? En Afrique du Sud, la fin de l’apartheid ne signifie pas la fin de la séparation de fait. [...]

Lohengrin : N’est-ce pas un brin orienté d’intituler le débat d’emblée « résister à la tentation du repli sur soi » ? Le Japon et la Corée du Sud, qui pratiquent « l’entre soi », sont-elles des sociétés en échec alors que nous serions un exemple de réussite (et de vertu) ? [...]

Le Monde

 

===

 

===

 

Mauvais temps pour le sultan Erdoğan

Les accusations contre le président Erdoğan s'accumulent. Alors que la Russie et les États-Unis livrent indirectement des armes au PKK, la Turquie est accusée d'avoir commandité les attentats de Paris et de Bruxelles ; une accusation étayée par les propres déclarations d'Erdoğan et par un témoignage accablant du roi Abdallah de Jordanie. En outre, Washington vient d'ouvrir une enquête sur un gigantesque détournement de fond au profit de l'AKP. 

En une semaine les affaires du président Erdogan se sont considérablement assombries. 

En premier lieu, le soupçon plane sur sa responsabilité dans les attentats de Paris et de Bruxelles. 

Dans le premier cas, la Turquie aurait tenté d'exercer un chantage sur le président Hollande à propos de son engagement non-tenu de l'aider à « régler » la « question kurde ». 

On se souvient qu'au début 2011, les ministres des Affaires étrangères français et turc, Alain Juppé et Ahmed Davutoğlu, avaient signé un Traité secret fixant les conditions des guerres à livrer contre la Libye et contre la Syrie.
Or, l'une des clauses de ce traité prévoyait le soutien de la France à un règlement de la « question kurde » qui ne porte pas atteinte à « l'intégrité territoriale de la Turquie ». En d'autres termes, il s'agissait de créer un nouvel État, à cheval sur l'Irak et la Syrie, pour pouvoir y expulser les Kurdes turcs.
Ce projet de nettoyage ethnique, qui correspond à un vieux plan des stratèges israéliens, fut avalisé par le département US de la Défense et publié par Robin Wright dans le 
New York Times, en septembre 2013. 

Arrivé au pouvoir, le président Hollande s'était engagé à l'honorer. Pour cela, il avait officiellement reçu Erdoğan à l'Élysée, le 31 octobre 2014, où il lui avait secrètement fait rencontrer Salih Muslim, le co-président du YPG, auquel on promit qu'il deviendrait président du nouvel État.

Cependant, après la victoire kurde de Kobané, Hollande se mit au goût du jour et changea son fusil d'épaule. Il reçut officiellement à l'Élysée l'autre co-président du YPG, Asya Abdullah, fidèle —elle— à Ocälan. Ne sachant plus très bien ce qu'il voulait faire avec les Kurdes, Hollande décida de prendre prétexte de la crise des réfugiés pour financer plus largement la guerre en Syrie.

En définitive, lorsque la Russie débuta sa campagne de bombardements, le mirage israélo-franco-turc d'un pseudo-Kurdistan s'envola définitivement. Pour se faire excuser, Hollande proposa de financer plus largement la guerre en faisant verser 3 milliards d'euros annuels à la Turquie par l'Union européenne, sous prétexte d'aide aux réfugiés.
Exaspéré Erdoğan aurait alors commandité les attentats du 13 novembre 2015 à Paris. 


En second lieu, de nombreux États européens ont exprimé leur irritation face à la politique imposée par la France à l'Union vis-à-vis de la Syrie. L'un des plus virulents détracteurs aurait été la Belgique qui, pour manifester sa mauvaise humeur, a accordé l'asile politique à des leaders du PKK. Le projet d'un pseudo-Kurdistan semblait à nouveau réalisable lorsque la Russie annonça le retrait de ses bombardiers, mais la France ne parvint pas à convaincre l'Union de le soutenir. Lors d'un discours télévisé, Erdoğan menaça alors la Belgique de faire exploser des bombes sur son sol, puis il commandita les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles. 

La thèse de la responsabilité turque est accréditée par le témoignage du roi Abdallah de Jordanie, le 11 janvier dernier devant des membres du Congrès US. Selon les minutes de la rencontre, qui viennent opportunément de fuiter, le roi a assuré qu'Erdoğan était en train de déplacer des combattants en Europe pour y apporter le jihad. 

Et comme un malheur ne vient jamais seul, l'implacable procureur de Manhattan vient de faire arrêter l'homme d'affaire irano-azéro-turc que la Justice turque avait accusé d'avoir détourné 2,8 milliards de dollars en Iran pour financer l'AKP.

 

 

Source

===

 

===

 

 

 

 

Rome et Mgr Fellay, Supérieur Général de la FSSPX, continuent de préparer les esprits à un accord entre les deux parties.

En effet, le pape François et Mgr Fellay se sont rencontrés à Rome le 1er avril 2016.

 

Le site DICI, organe de presse de la FSSPX, a donné une version « minimaliste » de l’événement :

« Le pape François avait souhaité une rencontre privée et informelle, sans le caractère officiel d’une audience. Elle a duré 40 minutes, et s’est déroulée dans un climat cordial. A l’issue de l’entretien, il a été décidé que les échanges en cours se poursuivraient. Il n’a pas été directement question du statut canonique de la Fraternité, le pape François et Mgr Fellay considérant qu’il faut poursuivre ces échanges sans précipitation.

Le lendemain matin, samedi 2 avril, Mgr Fellay a rencontré Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la commission pontificale Ecclesia Dei, dans le cadre des relations habituelles de la Fraternité avec cette commission depuis les discussions doctrinales de 2009-2011 et les visites de plusieurs prélats en 2015-2016″.

Le quotidien Il Foglio donne une version légèrement différente en disant que la rencontre a été « positive » et « qu’entre François et Fellay le courant est passé. Il a été question d’un pas supplémentaire vers la reconnaissance canonique de la Fraternité de la part du Saint Siège sous la forme d’une prélature élaborée sur mesure sur le modèle de celle de l’Opus Dei avec une plus grande marge d’autonomie et pas seulement sur le plan de l’organisation« .

...


(Source: M-P-I)

===

 

===

 

Dans l'émission «L'Esprit de l'escalier», Alain Finkielkraut revient sur les attentats belges et ce qu'ils signifient pour une Europe dont le «serment» était, rappelle-t-il, «plus jamais de guerres entre les nations du Vieux continent»: «La promesse a été tenue mais pourtant la paix est en train de nous échapper».
«Si je ne cède pas au découragement, poursuit-il, c’est qu’il y a des musulmans critiques, des femmes qui ne se résignent pas à l’enfermement communautaire, ce sont ces gens-là qu’il faut soutenir sans faille».

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

Au Monastère Syriaque de

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en

semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine

tous les 22 et 29 du mois)

 

*Dimanche 1er MAI:

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde et aux Saints du Kerala. 

10h30, Messe suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

PRIERES A SAINT JOSEPH ARTISAN POUR LA SECURITE DU TRAVAIL.

PRIERES A SAINTE JEANNE D'ARC POUR LE SALUT DE LA FRANCE

* Sunday, MAY 1:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

PRAYERS TO SAINT JOSEPH ARTISAN FOR WORK SAFETY.
PRAYERS TO SAINT JOAN OF ARC FOR THE SALVATION OF FRANCE

 

 

Pèlerinages 2016 (N-D de Miséricorde, Lisieux-Dozulé, Argenteuil, Rome...)

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

 

===

 

 

Pèlerinage à ROME

Marché de Trajan

*Du Dimanche 31 Juillet au lundi 8 , Pèlerinage des Chrétiens Syro-Orthodoxes de Saint Thomas à Rome

Sanctuaires visités:

*Nevers (Ste Bernadette) et Ars (Le Saint Curé)

*San Damiano et Montichiari

*Rome dans tous ses états

*Notre-Dame de la Salette

 

 

Offrande estimée pour participation aux frais:

1000 euros.

SOYEZ NOMBREUX,

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT !

(Inscriptions closes le dimanche 5 Juin)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 

 

 
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

Pour

PARIS ET  SA REGION :

(Messes épisodiques.

RAMASSAGE DES FIDELES

pour le Weekend de Pèlerinage en Normandie à N-D de Miséricorde 

tous les samedis précédent le 1er dimanche du mois à 15h,

Place du Chatelet

You have heaven adorned, earth beautified, the sea populated with its own creatures, the air filled with birds which scour it in every direction. Studious listener, think of all these creations which God has drawn out of nothing;..recognize everywhere the wisdom of God; never cease to wonder, and, through every creature, to glorify the Creator. (St. Basil the Great )

You have heaven adorned, earth beautified, the sea populated with its own creatures, the air filled with birds which scour it in every direction. Studious listener, think of all these creations which God has drawn out of nothing;..recognize everywhere the wisdom of God; never cease to wonder, and, through every creature, to glorify the Creator. (St. Basil the Great )

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 3,7b-15.

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « Il vous faut naître d’en haut.
Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. » 
Nicodème reprit : « Comment cela peut-il se faire ? » 
Jésus lui répondit : « Tu es un maître qui enseigne Israël et tu ne connais pas ces choses-là ? 
Amen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage. 
Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ? 
Car nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme. 
De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, 
afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. »
 




Par St Hilaire

(v. 315-367), évêque de Poitiers et docteur de l'Église 
La Trinité, 12, 55s ; PL 10, 472 (trad. DDB 1981, vol.3, p. 152 rev.) 

« Tu ne sais pas d'où il vient ni où il va »

 

Dieu tout-puissant, selon l'apôtre Paul ton Esprit Saint « scrute et connaît les profondeurs de ton être » (1Co 2,10-11), et il intercède pour moi, te parle à ma place par des

« gémissements inexprimables » (Rm 8,26)...

Rien en dehors de toi ne scrute ton mystère ; rien qui soit étranger à toi n'est assez puissant pour mesurer la profondeur de ta majesté infinie.

Tout ce qui pénètre en toi est de toi ; rien de ce qui est extérieur à toi n'a le pouvoir de te sonder.. 

Je crois fermement que ton Esprit Saint vient de toi par ton Fils unique ; même si je ne comprends pas ce mystère, j'en garde la conviction profonde.

Car dans les réalités spirituelles qui sont ton domaine, mon esprit est borné, comme l'assure ton Fils unique :

« Ne t'étonne pas si je t'ai dit :

Il vous faut naître d'en haut.

Car l'Esprit Saint souffle où il veut ; tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d'où il vient, ni où il va.

Ainsi en est-il de quiconque est né de l'eau et de l'Esprit ». 

Je crois à ma nouvelle naissance sans la comprendre, et je tiens bon dans la foi ce qui m'échappe.

Je sais que j'ai le pouvoir de renaître, mais je ne sais pas comment cela s'accomplit.

L'Esprit n'est limité par rien ; il parle quand il veut, il dit ce qu'il veut et où il veut.

La raison de son départ et de sa venue me reste inconnue, mais j'ai la conviction profonde de sa présence.

===

 

 

Quelqu'un serait-il dans le ravissement comme jadis saint Paul ?

Si il apprenait qu'un infirme a besoin d'un peu de soupe

qu'il pourrait lui donner,

j'estime qu'il ferait bien mieux de renoncer, par charité,

à son ravissement et de servir l'indigent avec plus d'amour

(Maître Eckhart)

 
Does anyone would be in rapture as formerly St. Paul? If he learned that a cripple needs a little soup he could give her, I think it would do much better to give, charity, to her delight and serve the needy with more love (Eckhart)

Does anyone would be in rapture as formerly St. Paul? If he learned that a cripple needs a little soup he could give her, I think it would do much better to give, charity, to her delight and serve the needy with more love (Eckhart)

Partager cet article

Repost 0

Recherche

Liens