Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 09:25
May God grant you the spirit of repentance. Mourn your faults, so that your hearts will never désèchent. (Archimandrite Sophrony)

May God grant you the spirit of repentance. Mourn your faults, so that your hearts will never désèchent. (Archimandrite Sophrony)

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 4,1-8.

Mon bien-aimé : je t'adjure devant Dieu et le Christ Jésus, qui doit juger les vivants et les morts, par son avènement et son royaume : 
prêche la parole, insiste à temps et à contretemps, reprends, censure, exhorte, avec une entière patience et souci d'instruction. 
Car un temps viendra où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine, mais au gré de leurs désirs se donneront une foule de maîtres, l'oreille leur démangeant, 
et ils détourneront l'oreille de la vérité pour se tourner vers les fables. 
Pour toi, sois sobre en toutes choses, endure la souffrance, fais œuvre de prédicateur de l'Evangile, remplis pleinement ton ministère. 
Quant à moi, je suis déjà offert en sacrifice, et le moment de mon départ approche. 
J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi : 
désormais m'est réservée la couronne de la justice, que m'accordera en ce jour-là le Seigneur, le juste Juge, et non seulement à moi, mais à tous ceux qui auront chéri son apparition. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,13-19.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Vous êtes le sel de la terre. Si le sel s'affadit, avec quoi lui rendra-t-on sa saveur ? Il n'est plus bon qu'à être jeté dehors et foulé aux pieds par les hommes. 
Vous êtes la lumière du monde : une ville située au sommet d'une montagne ne peut être cachée. 
Et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. 
Qu'ainsi votre lumière brille devant les hommes, afin que, voyant vos bonnes œuvres, ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. 
Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes ; je ne suis pas venu abolir, mais parfaire. 
Car, je vous le dis en vérité, jusqu'à ce que passent le ciel et la terre, un seul iota ou un seul trait de la Loi ne passera, que tout ne soit accompli. 
Celui donc qui aura violé un de ces moindres commandements et appris aux hommes à faire de même sera tenu pour le moindre dans le royaume des cieux ; mais celui qui les aura pratiqués et enseignés sera tenu pour grand dans le royaume des cieux. 
 



Par Ste Thérèse de l'Enfant Jésus

(1873-1897), Moniale carmélite, docteur de l'Église Romaine-catholique dans "Manuscrit autobiographique" C, 12 r°-v° 
 

 

Le commandement nouveau

 

 

« Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime. »

En méditant ces paroles de Jésus, j'ai compris combien mon amour pour mes sœurs était imparfait, j'ai vu que je ne les aimais pas comme le bon Dieu les aime.

Ah! je comprends maintenant que la charité parfaite consiste à supporter les défauts des autres, à ne point s'étonner de leurs faiblesses, à s'édifier des plus petits actes de vertus qu'on leur voit pratiquer, mais surtout j'ai compris que la charité ne doit point rester enfermée dans le fond du cœur :

« Personne, a dit Jésus, n'allume un flambeau pour le mettre sous le boisseau, mais on le met sur le chandelier, afin qu'il éclaire tous ceux qui sont dans la maison » (Mt 5,15).

Il me semble que ce flambeau représente la charité qui doit éclairer, réjouir, non seulement ceux qui me sont les plus chers, mais « tous ceux qui sont dans la maison », sans excepter personne. 

Lorsque le Seigneur a ordonné à son peuple d'aimer son prochain comme soi-même (cf Lv 19,18), il n'était pas encore venu sur la terre ; aussi sachant bien à quel degré l'on aime sa propre personne, il ne pouvait demander à ses créatures un amour plus grand pour le prochain.

Mais lorsque Jésus fit à ses apôtres « un commandement nouveau », son commandement à lui, ce n'est plus d'aimer le prochain comme soi-même qu'il parle mais de l'aimer comme lui, Jésus, l'a aimé, comme il l'aimera jusqu'à la consommation des siècles. 

Ah! Seigneur, je sais que vous ne commandez rien d'impossible, vous connaissez mieux que moi ma faiblesse, mon imperfection, vous savez bien que jamais je ne pourrais aimer mes sœurs comme vous les aimez, si vous-même, ô mon Jésus, ne les aimiez encore en moi.

C'est parce que vous vouliez m'accorder cette grâce que vous avez fait « un commandement nouveau ».

Oh! que je l'aime puisqu'il me donne l'assurance que votre volonté est d'aimer en moi tous ceux que vous me commandez d'aimer! Oui je le sens, lorsque je suis charitable, c'est Jésus seul qui agit en moi. 
 

 

« Remettons-nous, les yeux fermés, entre les mains de la Sainte Vierge

pour qu'elle prenne souci de nous et nous offre à Dieu. Sommes-nous dans la joie et les douceurs spirituelles, fermons les yeux, feignons en notre conduite de l'ignorer ; sommes-nous dans la tristesse et le délaissement, fermons-les encore et sachons nous abandonner.

Ne nous demandons pas si l'on nous apprécie, cela ne regarde pas l'âme aux yeux lucidement fermés ; n'ayons point de jugement sur la perfection ou l'imperfection de nos frères : c'est chose encore que nous ferons mieux de laisser à Marie. - O mes chers Frères, celui qui s'abandonne de la sorte, je puis vous assurer que la sainte Vierge ne tarde pas à le prendre dans ses bras, à l'élever vers le Père.

Tout l'art de passer de ce monde à Dieu, c'est de savoir fermer les yeux et remettre sa conduite à Marie. »

Un Chartreux (Dom Jean-Baptiste Porion, 1897-1987), Amour et Silence, Seuil, Paris, 1951.

Vierge_a_l_Enfant-6aa.jpg

 

Puisse Dieu vous accorder l'esprit de repentance. Pleurez vos fautes, afin que vos coeurs ne se désèchent jamais.
(Archimandrite Sophrony)


 

 

See original image

 

 

Au calendrier Malankare Orthodoxe:

"Jeûne des Apôtres" (Préparant les Fêtes de St Pierre et Paul (29 Juin) et des Saints Apôtres (30 Juin)

 

 

 June 18 th. Day 3 of the Apostolic Lent.

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES AÎNES LES SAINTS:

 

 

SAINT ÉPHREM
Diacre, confesseur  et Docteur de l'Église
(
† 373)

Saint_Ephrem_1b.jpg

        Ce grand Docteur qui illustra l'Église de Syrie, naquit à Nisibe, en Mésopotamie, vers l'an 306. Éphrem fut consacré à Dieu dès son enfance. Quoique pauvre et vivant uniquement des produits de la terre, sa famille possédait l'insigne privilège de compter plusieurs martyrs dans ses rangs.

         Bien qu'encore jeune, Éphrem alla trouver saint Jacques de Nisibe qui l'éleva comme un fils. Prévenu des lumières de l'Esprit-Saint, il s'ensevelit dans la solitude vers sa dix-huitième année, et établit sa demeure dans une grotte au pied d'un rocher. 

         Ce précoce anachorète passait ses jours et ses nuits à méditer les Saintes Écritures tout en se livrant aux plus rudes exercices de la pénitence. Il couchait sur la dure et passait des journées entières sans manger. En guise de travail, il tissait des voiles de navire au profit des pauvres. Porté à la colère, par tempérament, il dompta si bien les penchants viciés de sa nature, qu'on le surnomma : la douceur de Dieu.

         Ordonné diacre par l'évêque de Nisibe, saint Éphrem fut chargé d'annoncer la parole de Dieu. Prédicateur inspiré, il parlait avec une éloquence qui subjuguait ses auditeurs. Ses discours portaient la lumière et la conviction dans les âmes des fidèles qui accouraient l'entendre prêcher.

 

         La pensée à laquelle saint Éphrem revient sans cesse dans ses exhortations comme dans ses conversations et ses prières publiques, est celle du jugement dernier. Dans l'une de ses prédications, il engagea un dialogue avec son auditoire sur le grand Jour du Jugement. Il en fit une représentation si terrifiante par l'inquiétude des demandes et l'effrayante précision des réponses, que cette harangue est demeurée célèbre dans toute la chrétienté d'Orient.

         Apôtre de la pénitence, saint Éphrem en représentait lui-même un parfait modèle pour tous. Par son exemple et ses paroles, il convertit un grand nombre d'idolâtres et d'hérétiques. Il combattit victorieusement ces derniers par des écrits d'une science magistrale. 

         Obligé de quitter la ville de Nisibe tombée aux mains des Perses, le saint diacre se retira à Édesse où il passa les dix dernières années de sa vie. Il résolut de s'adonner plus que jamais à la prière.

         Comme son détachement du monde le portait vers la solitude, il ne voulut quitter sa retraite que pour prêcher la parole de Dieu et exercer la charité envers les pauvres et les malades. Il rédigea de volumineux commentaires sur l'Écriture Sainte, des homélies, des instructions pour les monastères, des hymnes et des poèmes. Ces nombreuses compositions dans lesquelles il chante les mystères de la religion, les gloires du Christ et de sa Sainte Mère qu'il affectionnait particulièrement, lui ont mérité le surnom de : harpe du Saint-Esprit.

         Arrivé dans une extrême vieillesse, il interrompit ses travaux pour visiter saint Basile, archevêque de Césarée. Le grand évêque conçut une profonde vénération pour saint Éphrem et voulut l'ordonner prêtre ; mais le saint diacre avait le sacerdoce en une si haute estime, qu'il ne voulut jamais consentir à être revêtu de cette dignité suréminente.

         De retour à Édesse, saint Ephrem s'enferma dans une cellule afin de se préparer au passage du temps à l'éternité. Sur ces entrefaites, la famine et la peste éclatèrent dans la ville. Aussitôt, l'homme de Dieu accourut pour combattre le double fléau. Il secourait nuit et jour les pauvres pestiférés et leur administrait les sacrements. La peste fut finalement vaincue après trois mois d'héroïques efforts.

         En retournant dans sa cellule, saint Éphrem y emportait le germe d'une maladie mortelle. La fièvre l'accula bientôt à l'agonie et à une mort imminente. Toute la ville d'Édesse accourut pour saluer une dernière fois cet inestimable bienfaiteur de leurs âmes. Rendu au terme de son pèlerinage terrestre, saint Éphrem s'endormit du sommeil des bienheureux, le 18 juin 373.

         Interprète des Livres Saints, théologien, orateur et poète sacré, saint Éphrem est assurément le plus illustre écrivain de tout l'Orient chrétien. 



Tiré de l'Abbé Pradier, édition 1889, p. 310-312

 

+++

Saint Léonce est un martyr du IVème s.

Martyr Leontius, and with him Martyrs Hypatius and Theodoulos, at  Tripoli  in  Syria  (73)

 



Léonce était un soldat romain en garnison à Tripoli du Liban.

Accusé de prosélytisme il fut condamné et martyrisé avec quelques compagnons, dans d’horribles tortures.

Son culte devint rapide en Syrie.   
Ne pas confondre avec saint Léonce, évêque de Fréjus, honoré le 16 novembre, ni avec sainte Léonce martyre en Afrique, au Vème s. et  honorée le 6 décembre.
 

An honoured Roman commander in Tripoli of Phoenicia, he was described as being 'of great physical stature, powerful, strong and bold in battle'. When it was learned that he was a Christian and had given grain to the poor from the imperial storehouse, the governor Hadrian, a great persecutor of Christians, sent Hypatius, a military commander, and Theodoulus, a soldier, along with some others to arrest him.

 

 On the way Hypatius fell gravely ill with a fever, and the company had to delay its mission. One night an angel of the Lord appeared to Hypatius and said, 'If you desire to be healed, you and your soldiers must cry to heaven three times: "O God of Leontius, help me!"'. Hypatius told his comrades of his vision, and when they all cried out as instructed Hypatius was instantly healed.

 

 Hypatius and Theodoulos then went on ahead of the other soldiers and found Leontius. Leontius received them hospitably and offered them refreshment. As they rested in his house, he proclaimed his faith in Christ and their hearts began to burn within them. While Leontius was still speaking, a bright cloud descended upon the two soldiers and shed dew on them while Leontius said 'In the name of the All-holy Trinity: Father, Son and Holy Spirit.' Thus were they baptized by the Holy Spirit Himself.

 

  When the cruel Hadrian discovered this, he had the two soldiers beaten fiercely, then beheaded; he then subjected Leontius to the cruellest tortures, under which he finally died, unwavering in his faith. This was during the reign of Vespasian.

 
===
 
 

Saints Marc et Marcellien 
Martyrs 
(† v. 304)

Marc et Marcellien étaient frères et issus d'une des premières familles de Rome. Ils furent convertis à la foi dès leur jeunesse. Arrêtés sous l'empereur Dioclétien, on les jeta dans une prison ; après quelques interrogatoires qui démontrèrent leur fermeté dans la foi, Chromace, préfet de la ville, les condamna à avoir la tête tranchée, après un délai de trente jours.

Les deux frères furent alors transportés dans la maison de Nicostrate, greffier du préfet et leur gardien. Tranquillin, leur père, Marcie, leur mère, leurs femmes et leurs jeunes enfants vinrent tour à tour se jeter à leurs pieds, les arroser de larmes, et leur adresser les paroles les plus capables de toucher leur cœur. Les généreux martyrs, attendris par ce spectacle si touchant, commençaient à joindre leurs larmes à celles de leurs parents, de leurs femmes et de leurs enfants, et il y avait à craindre que l'amour ne fît faillir ceux que les supplices avaient trouvés invincibles.

Saint Sébastien, capitaine de la première compagnie des gardes de l'empereur, toujours vigilant à soutenir le courage des martyrs, ne craignit pas de s'exposer lui-même à la mort en rappelant aux deux frères les saints enseignements de la foi, les espérances immortelles de l'autre vie, les châtiments des apostats. Ses paroles ranimèrent la générosité des deux martyrs ; elles opérèrent même un changement dans le cœur de tous ceux qui étaient présents. Sébastien ayant rendu à Zoé, femme du greffier Nicostrate, l'usage de la parole, qu'elle avait perdu depuis six ans, ce changement devint une complète conversion. Zoé, Nicostrate, Tranquillin, Marcie, les épouses et les enfants des deux martyrs, bientôt le préfet Chromace lui-même, reçurent le saint baptême et versèrent leur sang pour la foi.

Quant à Marc et Marcellien, ils comparurent devant un nouveau juge, qui, après avoir employé inutilement toutes les flatteries et toutes les menaces pour les ébranler, les fit clouer à un poteau, où ils demeurèrent vingt-quatre heures, louant et bénissant Dieu. Après un jour et une nuit, encore pleins de vie et témoignant toujours la même joie et le même courage, ils furent percés à coups de lance.



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

 

 

BONNE FETE AUX EPHREM , AUX LEONCE, AUX MARC ET MARCELLIEN !

 

 

 

O Marie,

Mère de mon Dieu,

vous êtes la Reine du ciel et de la terre,

l'espérance des affligés.

Vous êtes entourée d'une auréole

plus radieuse que le soleil ;

vous êtes couronnée

de plus d'honneur que les chérubins,

de plus de sainteté que les séraphins ;

vous êtes plus élevée que toutes les créatures célestes.

Vous avez été l'unique espérance de nos pères,

la joie des prophètes,

la consolation des apôtres,

la gloire des martyrs,

l'honneur de tous les saints.

 

O Vierge,

qui apportez aux hommes

la lumière et la consolation !

O la plus accomplie,

la plus sainte des créatures !

A qui pourrai-je vous comparer ?

Vous êtes cet encensoir d'or

d'où s'exhalaient des parfums si doux.

Vous êtes la lampe

qui nuit et jour éclairait le sanctuaire ;

vous êtes l'urne

qui renfermait la manne du ciel,

la table sur laquelle était écrite la loi de Dieu.

Vous êtes l'arche de la sainte alliance ;

vous êtes le buisson ardent

qui brûlait sans se consumer.

Vous êtes la tige de Jessé

qui porte la plus belle de toutes les fleurs,

et cette fleur, c'est votre Fils !

Ce fils est à la fois Dieu et homme,

et vous êtes sa Mère !

 

C'est par vous,

ô Vierge Mère,

c'est par vous

que nous avons été réconciliés avec notre Dieu.

Vous êtes l'avocate des pécheurs

et l'espoir des âmes découragées ;

vous êtes le port assuré contre le naufrage ;

vous êtes la consolation du monde,

l'asile des orphelins,

la rançon des captifs,

le soulagement des malades,

le baume des infirmes,

le salut de tous.

En vous le solitaire trouve son repos,

et l'homme du monde son appui.

Nous venons donc,

ô sainte Mère de Dieu !

nous réfugier sous vos ailes protectrices.

Couvrez-nous de votre miséricorde ;

ayez pitié de nous.

Oui, les yeux baignés de larmes,

nous vous supplions d'obtenir,

par votre intercession bénie,

que votre divin Fils,

notre clément Sauveur,

ne nous rejette point à cause de nos péchés,

et ne nous condamne point comme des arbres stériles.

Amen.

 

 

 

O Good Mother of All-good God: look upon the prayer of thine

unworthy servant with Thy merciful eye and grant me the

contrition, quietness of thoughts, constancy of mind, chaste

reason, sobriety of soul, humble thinking, radiance of spririt,

prudent disposition, and spiritual peace that the Lord granted

His disciples.

( St. Ephraim the Syrian )

 

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

SAINT ISAAC LE SYRIEN

dit sur la prière que nous devrions :


• Priez avec attention - pour que nous puissions avoir une véritable rencontre avec Dieu
• Priez avec humilité - parce que ce genre de prière va directement à l'oreille de Dieu
• Priez avec componction et larmes - de joie et d’action de grâce, mais aussi avec un vrai repentir et un cœur pur.
• Priez avec patience et ardeur - «se renier soi-même » c’est avoir le courage de persévérer dans la prière.
• Priez du fond du cœur - même si nous prions en utilisant « les mots d'un autre », ceux-ci doivent être prononcés comme s’ils étaient les nôtres. Saint Isaac dit que c’est particulièrement vrai des Psaumes.
• Priez avec foi et une confiance absolue en Dieu - car il connait notre vie.

 

 

1. REDÉCOUVRONS NOTRE PASSÉ
 708 

Le Mont-Saint-Michel, signe de Dieu pour les hommes

Le Mont-Saint-Michel, signe de Dieu pour les hommes, fait retentir depuis 1300 ans la question que pose le nom même de Michel : « Qui est comme Dieu » ? Personne, bien-sûr. Pourtant, par notre baptême nous sommes configurés au Christ. Qui est comme Dieu ? Chaque baptisé qui prend au sérieux son baptême doit aspirer à le devenir. C'est ce que nous rappelle cette pyramide improbable, fruit de la création et du travail (de la foi) des bâtisseurs. 

Depuis des temps immémoriaux trois rochers émergent de cette échancrure située à la frontière de la Normandie et de la Bretagne. Le mont Tombe, le rocher de Tombelaine et le mont Dol. Trois pyramides, pas très hautes, mais totalement incongrues dans ce paysage plat où la mer, répondant à l'appel de la lune, vient deux fois par jour recouvrir les immensités sableuses et plates de la grande baie.

Cela pourrait être triste, et parfois c'est le cas, mais le plus souvent c'est surprenant de vie et de couleurs pastel. Le spectacle est permanent. La beauté à couper le souffle. La nature nous aide à comprendre intuitivement la puissance et la grandeur du créateur.

Mais Dieu ne s'est pas contenté de créer le ciel, la mer et la terre. Il a voulu y introduire la Vie. La vie sous toutes ses formes : minérale, aquatique, végétale, animale. Et, au cœur de cette création, il nous forma Homme et Femme à son image : libres et dotés d'intelligence. Et pour que l'humanité se souvienne de lui, il privilégia quelques lieux où l'on pourrait le reconnaître, le retrouver. Le Mont-Saint-Michel et sa baie sont un de ces espaces où Dieu donne rendez-vous à l'homme.

Pour réaliser cela il fallut le rêve d'un évêque : Aubert, d'Avranches (né en 660, mort vers 725). Saint homme qu'un archange vint déranger trois fois dans son sommeil en 708 pour lui intimer l'ordre de construire une maison de Dieu sur le mont Tombe. C’est Michel, prince de la milice céleste, premier des anges, qui s'est chargé de ce travail.

« Qui est comme Dieu ? » Cette traduction de l'hébreu Mi-Ka-El, hante depuis près de mille trois cents ans le rocher où s'est édifié l'un des sites les plus extraordinaires qu'on puisse voir en Europe [...]

Lire la suite du récit

 

33 intercessions à prier avec un chapelet orthodoxe

 
 
Hormis les nombreuses prières que les gens lisent dans leurs livres de prières à un temps donné, notre Eglise nous donne aussi la bénédiction d'utiliser d'autres prières qui pourraient être répétées sans cesse. Ces prières nous aident à rassembler nos pensées, et à empêcher nos esprits de vagabonder.
 
 
 
Tout d'abord, rassemblez et effacez toutes les pensées dans votre esprit, puis, prenez un nœud de votre chapelet dans votre main gauche, le tenant légèrement entre le pouce et l'index. Ensuite, faites un signe de Croix avec votre main droite et commencez tranquillement votre prière, en comptant chaque invocation avec un noeud.
 
 
 
En plus de la règle de prière qui vous a été attribuée [par votre Père spirituel], vous pouvez également ajouter ce qui suit lors de l'utilisation du chapelet:
 
 
 
 
1) Ô Seigneur, souviens-toi de la paix du monde!
 
 
 
2) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de notre Église et de notre Orthodoxie.
 
 
 
3) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de notre évêque et de son clergé.
 
 
 
4) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de tous les membres du clergé et des laïcs orthodoxes de tous les pays.
 
 
 
5) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de notre père spirituel et de sa communauté.
 
 
 
6) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de notre pays et de nos forces armées.
 
 
 
7) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié des autorités civiles.
 
 
 
8) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de ceux qui nous haïssent, de ceux qui nous aiment, et de ceux qui prient pour nous.
 
 
 
9) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de nos parents, de nos parrains et de ceux qui nous enseignent.
 
 
 
10) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de nos frères et de nos parents selon la chair et selon l'Esprit.
 
 
 
11) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié des personnes âgées et des moines.
 
 
 
12) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié des nourrissons, de ceux qui sont sans  défense, et qui sont faibles.
 
 
 
13) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de la jeunesse des écoles.
 
 
 
14) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié des adolescents et de notre jeunesse.
 
 
 
15) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié des toxicomanes, des alcooliques et des fumeurs.
 
 
 
16) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié des mariages des familles orthodoxes.
 
 
 
17) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de nos sœurs qui sont enceintes.
 
 
 
18) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié des veuves et des orphelins.
 
 
 
19) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de nos frères et sœurs qui sont séparés par la guerre et qui sont tentés.
 
 
 
20) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de la faiblesse de l'âme et du corps.
 
 
 
21) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de ceux qui font des œuvres de miséricorde et qui travaillent dans les saints monastères et les paroisses.
 
 
 
22) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié des pieux pèlerins des monastères et des églises.
 
 
 
23) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de ceux qui voyagent sur la mer, sur la terre ou dans les airs, et de ceux qui sont emprisonnés et désespérés.
 
 
 
24) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié des pauvres et de nos frères qui sont affligés.
 
 
 
25) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de nos juges et de nos représentants élus.
 
 
 
26) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de ceux qui sont dans l'erreur et qui blasphèment notre Orthodoxie.
 
 
 
27) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de nous et accorde-nous des saisons clémentes.
 
 
 
28) Ô Seigneur Jésus-Christ, garde-nous de la maladie, de la colère, et du danger, et éclaire nos médecins et nos infirmières.
 
 
 
29) Ô Seigneur Jésus-Christ, garde-nous de la pauvreté, du danger et du malheur.
 
 
 
30) Ô Seigneur Jésus-Christ, garde-nous de la chaleur, du feu, et du tremblement de terre.
 
 
 
31) Ô Seigneur Jésus-Christ, garde-nous des inondations, de la noyade, et du gel.
 
 
 
32) Ô Seigneur Jésus-Christ, accorde le repos aussi aux âmes de nos pères, de nos mères, de nos frères, de nos parents, de nos grands-mères et de nos grands-pères.
 
 
 
33) Ô Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de moi, pécheur!
 
 
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

PARUTION (S):

 

 

===

taybeh

Falk van Gaver est journaliste, essayiste et écrivain. Kassam Maaddi est journaliste en Palestine.

Cet ouvrage se présente comme une succession de chroniques, à la façon d’un journal tenu durant douze mois. Taybeh est le dernier village entièrement chrétien de Cisjordanie et de toute la Terre sainte. Ses 1.300 âmes y vivent au rythme des saisons et des liturgies, sous la protection de saint Georges et de Notre-Dame d’Ephraïm. L’ancien nom de Taybeh est Ephraïm, village biblique qui fut le dernier refuge du Christ avant de monter à Jérusalem pour l’ultime Pâque.

Le journaliste Kassam Maaddi est un jeune catholique de Taybeh. Il a accueilli le journaliste Falk van Gaver pendant deux ans dans ce village d’Arabes chrétiens entourés par la société musulmane et l’occupation israélienne. Les deux hommes co-signent ce récit du quotidien de ce village, décrivent ses racines, son histoire, ses traditions, ses légendes, son mode de vie, ses trois églises, sa bière (!), ses oliviers, son Code d’honneur et ses espoirs.

Taybeh, dernier village chrétien de Palestine, Falk van Gaver et Kassam Maaddi, éditions du Rocher, 189 pages, 17,90 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur


(Source:MPI)

 

===

See original image

EN VRAC...ELEMENTS EPARS POUR VOTRE

 

REFLEXION PERSONNELLE ET...ALIMENTER

 

VOTRE PRIERE...

 

 

 

 

 

===

TRISOMIE 21 :

LA LETTRE D’UNE MAMAN À SON MÉDECIN QUI LUI SUGGÉRAIT D’AVORTER

 

« Au lieu de nous apporter votre soutien et vos encouragements, vous nous avez suggéré d’avorter »

Courtney Baker et son mari, déjà parents de deux « grandes » filles de 14 et 11 ans, apprennent au cours de cette troisième grossesse que leur petite fille est atteinte du syndrome de Down (ou Trisomie 21). 15 mois plus tard, Courtney écrit une lettre ouverte sur Facebook qui fait le tour de la toile, adressée à celui qui lui a suggéré d’avorter à plusieurs reprises : son médecin.

1649640« Bien sûr qu’il est difficile d’apprendre que son enfant est trisomique, et que c’est une réelle épreuve, mais Emersyn a non seulement ajouté à notre qualité de vie, mais elle nous a donné un but et une joie qui sont impossibles à exprimer. Elle nous a donné les plus grands sourires, les rires les plus forts et les baisers les plus doux que nous ayons jamais connus. Elle nous a ouvert les yeux sur la vraie beauté et sur l’amour pur. »

Courtney n’est pas en colère, elle est triste. Triste d’avoir été confrontée à ce jugement de la part d’un médecin, triste de tous ces avortement massifs lorsque les dépistages montrent des bébés atteints de trisomie 21. Triste qu’on lui parle de « qualité de vie », lorsque l’on parle de son bébé, d’une vie toute entière.

« Cher Docteur, je suis venue vous voir pendant la période la plus douloureuse de mon existence et j’avais désespérément besoin de vous. Mais plutôt que de m’encourager et de me soutenir, vous m’avez suggéré d’interrompre ma grossesse. Je vous ai dit son prénom et vous m’avez demandé si nous comprenions bien à quel point nous aurions une qualité de vie médiocre avec une enfant atteinte du syndrome de Down. Le moment le plus difficile de ma vie est alors devenu presque insupportable, parce que vous ne m’aviez pas dit la vérité: ma fille était parfaite. »

« Je suis triste que les petits battements de cœur que vous entendez tous les jours ne vous remplissent pas d’émerveillement. Emmy nous donne une raison de vivre et un bonheur impossible à exprimer.De plus jolis rires et des baisers plus doux que tout ce que nous avions pu connaître. »

« Je suis triste que vous ayez pu dire qu’un enfant atteint de trisomie 21 puisse réduire la qualité de vie de ses parents. Et je suis triste à l’idée que vous puissiez encore le dire aujourd’hui à une autre mère. Mais je suis surtout navrée que vous n’ayez jamais eu le privilège de rencontrer ma fille, Emersyn ».

Dans sa lettre, elle parle également à toutes les mamans dont le bébé est trisomique, mais aussi à celles qui l’apprendront. Elle a souhaité les réconforter, expliquant qu’il est tout à fait normal de pleurer, de souffrir et d’être blessée. Mais finalement, au moment où vous l’avez dans les bras, tout change et tout devient plus lumineux. Mission accomplie pour cette maman ! Car, en l’espace de quelques heures, cette lettre ouverte a fait un véritable buzz et de nombreux journaux et chaînes de télévision ont repris cette belle histoire. Pour elle, la venue au monde de sa fille a changé le monde. « Et ce n’est que le commencement », dit-elle.

11049103_10207857784703959_2485041449289756326_n


Vous avez aimé cet article ? Venez en discuter avec nous sur le forum, nous n'attendons que vous !

(Source: )http://www.mamanvogue.fr/trisomie-21-la-lettre-dune-maman-a-son-medecin-qui-lui-suggerait-davorter/
Accéder au forum 

 

===

 

===

Après les attentats d’Orlando et de Magnanville, Frédéric Saint-Clair, mathématicien et économiste de formation, s’interroge sur la pertinence des réactions occidentales face à l’islamisme.

Les scènes tragiques envahissent à nouveau les écrans. L’histoire se répète, et l’Occident n’en tire aucune leçon. A la question: Comment mieux nous défendre?, le pouvoir politique additionne les réponses mais peine à convaincre. Orlando et Magnanville viennent de tracer des contours neufs à l’édifice djihadiste international ; et deux individus, sans qualification ou talent particuliers, ont été suffisants pour prendre de court à la fois les populations, les services de sécurité intérieure et la classe politique. L’islamisme semble jouer avec les politiques de défense occidentales comme un marionnettiste avec son pantin. [...]

Si l’Occident désire se défendre et préserver encore quelques années la part de civilisation qui lui reste, il va donc falloir remiser les fleurs et les crayons fleurs que l’on dépose immanquablement en abondance sur tous les cm² de trottoir disponible à chaque tuerie, comme celle du Bataclan.

 

On pourrait même ajouter les pin’s, type LGBT/USA, qui ne manqueront pas de voir le jour suite à la tuerie d’Orlando.[...]

Prendre en compte qu’une guerre psychologique suppose une communication offensive et maîtrisée, c’est à dire purgée de toute forme de «bons sentiments». Pourquoi? Machiavel répond, au chapitre XV de son ouvrage célèbre, Le Prince: «un homme qui veut en tous les domaines faire profession de bonté, il faut qu’il s’écroule au milieu de gens qui ne sont pas bons». 

C’est bien ce qui arrive à nos élites, tout d’abord politiques, qui, dans leur effondrement, entraînent avec elles le pays dont elles ont la charge, et puis civiles, par la multiplication des commentaires moralisateurs et compassionnels. 

Ces élites s’écroulent face à des profils psychologiques qui résistent à tous les artifices coercitifs dont la France, fermement attachée à son statut de patrie des droits de l’homme, est aujourd’hui abondamment dotée.

L’heure est grave, et il y a un choix à faire, mais il n’est pas certain, tant la tentation de continuer de nous apitoyer sur tout et n’importe quoi est grande, que nous soyons capables de faire ce choix, et surtout de l’assumer.

Le Figaro

 

===

 

===

Jamais responsables. Jamais complices. Tous des saints. Tous contre l’Etat islamique. Tous innocents. Ils sont sympas les imams salafistes… Ils mettent à disposition des fidèles des plaquettes pour se déresponsabiliser, au cas où. Le meurtre du couple de policiers, dont le mari était commandant de police aux Mureaux, n’est évidemment que le résultat croisé et fortuit d’un « loup solitaire » et du « commerce libre et légal de couteaux ».

Couteau + loup solitaire = attentat. Voilà l’équation dans les mosquées. Equation sans inconnue, c’est-à-dire sans l’islam. Mot presque toujours absent de ces fausses équations pour vrais bien-pensants.

Je ne sais si Larossi Abballa, ce terroriste formé au djihad en Afghanistan et au Pakistan, objet d’une fiche S et lâche assassin d’un couple en charge de la sécurité du pays dans lequel il vivait, a pu fréquenter la mosquée salafiste des Mureaux.

Mais je sais que la mosquée des Mureaux, que j’ai visitée pour les besoins de mon livre La France Djihadiste, peut d’ores et déjà être considérée comme soulagée : il n’y a pas de prosélytisme barbare. Les plaquettes – qu’aucun fidèle salafiste ne lit – le proclament.

Enfin… C’est ce que racontent justement ces tracts édités en Arabie Saoudite (connue par son immense liberté religieuse) et traduits en français. À la mosquée des Mureaux, perquisitionnée au début de l’état d’urgence, les responsables ne récitent même plus de discours. Lorsque je me suis enquis du départ d’un certain nombre de jeunes de cette cité des Yvelines, département connu pour sa radicalisation extrême,on m’a remis un document intitulé Position de la Salafiya face aux actes criminels perpétrés à Paris.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/condamnations-attentats-distribuees-mosquee-mureaux-sont-redigees-en-arabie-saoudite-alexandre-mendel-2735537.html#6OfzvvKbqB8zRvvc.99

Atlantico

 

===

 

See original image

INVITATION (S):

 

 

===

La Nuit aux Invalides : 23 juin 2016 – 20h30

 

Placée sous le haut patronage de Sa Béatitude Ignace Joseph III Younan, patriarche pour les syriaques catholiques et de Monsieur Jean d’Ormesson, de l’Académie française, le spectacle de la Nuit des Invalides du 23 juin sera pour les chrétiens d’Orient. Organisée par SOS Chrétiens d’Orient et l’Aide à l’Eglise en Détresse, les bénéfices permettront de reconstruire une école à Bagdad pour 700 élèves.

Pour s’inscrire : https://lanuitauxinvalidespourlleschretiensdorient.placeminute.com/spectacle_grand_format/la_nuit_aux_invalides_pour_les_chretiens_d_orient,1,14843.html

 

Cette soirée est parrainée par :

Général Emmanuel Beth (2s), ancien ambassadeur de France,
Général Bruno Dary (2s), ancien gouverneur militaire de Paris,
Monsieur Philippe de Villiers, ancien ministre, écrivain,
Madame Rachida Dati, député européen, maire du 7e arrondissement de Paris,
Monsieur Michael Lonsdale, comédien, écrivain.

 

« Chers amis français,
vos frères syriaques catholiques d’Irak souhaitent éduquer leurs enfants dans la foi chrétienne!
Avec la grande soirée de La Nuit aux Invalides, le 23 Juin, vous aidez les chrétiens d’Orient à reconstruire une école dans laquelle des enfants grandiront dignement et librement. Votre mobilisation nous touche.
Merci pour votre générosité, merci à l’Aide à l’Eglise en Détresse et à SOS Chrétiens d’Orient.»

Sa Béatitude Ignace Joseph III Younan, patriarche pour les syriaques catholiques

 

De nombreux auteurs viendront dédicacer leurs ouvrages :

  • Jean-Christophe Buisson
  • Charles Beigbeder
  • Bruno de Cessole
  • Laurent Dandrieu
  • Isabelle Dillmann
  • Nathalie Duplan et Valérie Raulin
  • Marc Fromager
  • Véronique Lévy
  • Michael Lonsdale
  • Jean-Christian Petitfils
  • Frédéric Pichon
  • Jean Sévillia
  • Jacques Trémolet de Villers
  • Philippe de Villiers
  • Jean-Frédéric Poisson
  • Jean-Paul Tillement
  • Frédéric Pons

Nous vous attendons très nombreux !

Du 3 au 5 Juin

Jean Claude et Geneviève ANTAKLI

sont au salon du livre à Nice, pour présenter

et dédicacer leurs derniers livres (Syriapocalypse)

et (Syrie, une guerre sans nom!)

au stand de la librairie du quartier latin.

Vous êtes les bienvenus.

Afficher l'image d'origine

De: Véronique Teyssandier <teyssandier@hotmail.com>

 
L’Association Parler en paix, lauréate 2016 du trophée du vivre-ensemble, vous invite à venir fêter la fin de l’année 
le dimanche 26 juin de 13h à 17h
à la Maison de l’Europe et de l’Orient (3 Passage Hennel, 75012 Paris). 
 
La fête est ouverte à tous. 
Cette association, qui existe depuis 12 ans, propose à ses adhérents l’apprentissage conjoint de l’arabe et de l’hébreu ainsi que des activités culturelles autour des cultures juive et arabe. 
 
Si vous êtes curieux, si vous avez le goût des autres, venez les rencontrer pour manger un morceau, écouter de la poésie, vous laisser bercer par le son des langues. 
Ils vous attendent pour vous faire connaître leur association et festoyer en paix !  www.parlerenpaix.org
 

13H-14h : déjeuner participatif (chacun apporte une spécialité, un plat ou une boisson)

14h-15h : interventions des élèves 

15h-16h : lectures

16h-16h30 : chants de matrouz par simon elbaz

« Le Matrouz - en arabe, ce qui est brodé - est de tradition orale. Renouant instinctivement avec ce patrimoine culturel judéo-arabe rattaché au creuset hébraïque, musulman et chrétien de l'Andalousie pluriculturelle, Simon Elbaz s'est inspiré, dans un premier temps, de cet art basé principalement sur l'alternance de deux langues, l'arabe et l'hébreu. 
Il aurait pu garder et regarder cet héritage comme un objet de nostalgie ; il a préféré s'en emparer pour le renouveler, en associant le sacré et le profane et en s’appuyant sur un autre procédé de composition fondé sur l’entrecroisement :
- de langues : l’hébreu et l’arabe notamment, avec le français, le latin, le judéo-espagnol… 
- de musiques : maghrébo-andalouse, judéo-espagnole, orientale, médiévale… 
- de différents modes d’expression : la musique, le chant, le conte et le théâtre qui, pour la première fois, « entre en scène » dans le répertoire Matrouz. »

Après avoir chanté, Simon Elbaz sera disponible dans l’espace librairie pour dédicacer son coffret. 

 

 

See original image

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

Au Monastère Syriaque de

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en

semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine

tous les :

*22 et

*29 du mois)

 

 

 

 

 

*Dimanche 3 Juillet:

 

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde

'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Mère de Miséricorde, priez pour nous, secourez-nous!

et aux Saints du Kerala.

 

 

St Abraham Koorilose Bava,priez pour nous!

10h30, Messe suivie  du repas fraternel,

possibilité de recontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

St Gregorios de Parumala, priez pour nous !

 

Ramassage des fidèles sur

 

*Paris: le Samedi 2 Juillet  à 15 h 

 

au lieu de R.D.V habituel.

 

  

* Sunday, June 5:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

 

 

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

===

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

See original image

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6,24-34.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent. 
C’est pourquoi je vous dis : Ne vous souciez pas, pour votre vie, de ce que vous mangerez, ni, pour votre corps, de quoi vous le vêtirez. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ? 
Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils n’amassent pas dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Vous-mêmes, ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? 
Qui d’entre vous, en se faisant du souci, peut ajouter une coudée à la longueur de sa vie ? 
Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas. 
Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’entre eux. 
Si Dieu donne un tel vêtement à l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ? 
Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : “Qu’allons-nous manger ?” ou bien : “Qu’allons-nous boire ?” ou encore : “Avec quoi nous habiller ?” 
Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin. 
Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. 
Ne vous faites pas de souci pour demain : demain aura souci de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. »
 



Par St Vincent de Paul

(1581-1660), prêtre français, fondateur de communautés religieuses Romaines-catholiques
Entretien du 21/02/1659 (Seuil 1960, p. 547) 

 

Chercher d'abord le règne de Dieu

 

 

      « Cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes les choses dont vous avez besoin vous seront données par-dessus »...

Il est donc dit que l'on cherche le royaume de Dieu.

« Que l'on cherche », ce n'est qu'un mot, mais il me semble qu'il dit bien des choses.

Il veut dire... de travailler incessamment pour le royaume de Dieu, et non pas demeurer en un état lâche et arrêté, de faire attention à son intérieur pour le bien régler, mais non à l'extérieur pour s'y amuser...

Cherchez Dieu en vous, car saint Augustin avoue que, pendant qu'il l'a cherché hors de lui, il ne l'a pas trouvé.

Cherchez-le en votre âme, comme en sa demeure agréable ; c'est le fond où ses serviteurs qui tâchent de mettre toutes les vertus en pratique les établissent.

Il faut la vie intérieure, il faut tendre là ; si on y manque, on manque à tout...

Cherchons à nous rendre intérieurs...

Cherchons la gloire de Dieu, cherchons le règne de Jésus Christ... 

      « Mais, [vous me direz], il y a tant de choses à faire, tant d'offices à la maison, tant d'emplois à la ville, aux champs ; travail partout ; faut-il donc laisser tout là pour ne penser qu'à Dieu ? »

Non, mais il faut sanctifier ces occupations en y cherchant Dieu, et les faire pour l'y trouver plutôt que pour les voir faites. Notre Seigneur veut que devant tout nous cherchions sa gloire, son royaume, sa justice, et, pour cela, que nous fassions notre capital de la vie intérieure, de la foi, de la confiance, de l'amour, des exercices de religion..., des travaux et des peines, en la vue de Dieu, notre souverain Seigneur...

Si une fois nous sommes ainsi établis en la recherche de la gloire de Dieu, nous sommes assurés que le reste suivra.

 

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)

Par SAINT AUGUSTIN:

- De même que les grains d'abord isolés, puis moulus et enfin réunis en une seule masse par l'humectation, deviennent un seul pain, ainsi le corps du Christ devient-il un par l'union de la charité.

 

Lectionnaire pour le

Cinquième dimanche après la Pentecôte

(Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Malankare Orthodoxe)

 

Saint Qurbana :

 

o    Actes 9:10-18 :

  • 10 Or, il y avait à Damas un disciple nommé Ananie. Dans une vision, le Seigneur lui dit : « Ananie ! » Il répondit : « Me voici, Seigneur. »
  • 11 Le Seigneur reprit : « Lève-toi, va dans la rue appelée rue Droite, chez Jude : tu demanderas un homme de Tarse nommé Saul. Il est en prière,
  • 12 et il a eu cette vision : un homme, du nom d’Ananie, entrait et lui imposait les mains pour lui rendre la vue. »
  • 13 Ananie répondit : « Seigneur, j’ai beaucoup entendu parler de cet homme, et de tout le mal qu’il a fait subir à tes fidèles à Jérusalem.
  • 14 Il est ici, après avoir reçu de la part des grands prêtres le pouvoir d’enchaîner tous ceux qui invoquent ton nom. »
  • 15 Mais le Seigneur lui dit : « Va ! car cet homme est l’instrument que j’ai choisi pour faire parvenir mon nom auprès des nations, des rois et des fils d’Israël.
  • 16 Et moi, je lui montrerai tout ce qu’il lui faudra souffrir pour mon nom. »
  • 17 Ananie partit donc et entra dans la maison. Il imposa les mains à Saul, en disant : « Saul, mon frère, celui qui m’a envoyé, c’est le Seigneur, c’est Jésus qui t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais. Ainsi, tu vas retrouver la vue, et tu seras rempli d’Esprit Saint. »
  • 18 Aussitôt tombèrent de ses yeux comme des écailles, et il retrouva la vue. Il se leva, puis il fut baptisé.

 

o    II Corinthiens 5: 14-20 :

  • 14 En effet, l’amour du Christ nous saisit quand nous pensons qu’un seul est mort pour tous, et qu’ainsi tous ont passé par la mort.
  • 15 Car le Christ est mort pour tous, afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux.
  • 16 Désormais nous ne regardons plus personne d’une manière simplement humaine : si nous avons connu le Christ de cette manière, maintenant nous ne le connaissons plus ainsi.
  • 17 Si donc quelqu’un est dans le Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s’en est allé, un monde nouveau est déjà né.
  • 18 Tout cela vient de Dieu : il nous a réconciliés avec lui par le Christ, et il nous a donné le ministère de la réconciliation.
  • 19 Car c’est bien Dieu qui, dans le Christ, réconciliait le monde avec lui : il n’a pas tenu compte des fautes, et il a déposé en nous la parole de la réconciliation.
  • 20 Nous sommes donc les ambassadeurs du Christ, et par nous c’est Dieu lui-même qui lance un appel : nous le demandons au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu.
  •  

o     

o    Saint-Luc 9 :10-17 :

  • 10 Quand les Apôtres revinrent, ils racontèrent à Jésus tout ce qu’ils avaient fait. Alors Jésus, les prenant avec lui, partit à l’écart, vers une ville appelée Bethsaïde.
  • 11 Les foules s’en aperçurent et le suivirent. Il leur fit bon accueil ; il leur parlait du règne de Dieu et guérissait ceux qui en avaient besoin.
  • 12 Le jour commençait à baisser. Alors les Douze s’approchèrent de lui et lui dirent : « Renvoie cette foule : qu’ils aillent dans les villages et les campagnes des environs afin d’y loger et de trouver des vivres ; ici nous sommes dans un endroit désert. »
  • 13 Mais il leur dit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ils répondirent : « Nous n’avons pas plus de cinq pains et deux poissons. À moins peut-être d’aller nous-mêmes acheter de la nourriture pour tout ce peuple. »
  • 14 Il y avait environ cinq mille hommes. Jésus dit à ses disciples : « Faites-les asseoir par groupes de cinquante environ. »
  • 15 Ils exécutèrent cette demande et firent asseoir tout le monde.
  • 16 Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction sur eux, les rompit et les donna à ses disciples pour qu’ils les distribuent à la foule.
  • 17 Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés ; puis on ramassa les morceaux qui leur restaient : cela faisait douze paniers.

o     

 

'How I wept when I heard those hymns and chants, thrilled by the sweet sound of thy Church. The music sounded in my ears, and thy truth then spoke to my heart; religion burned in me, my tears flowed, and yet I was glad in them.' (St Augustine)

'How I wept when I heard those hymns and chants, thrilled by the sweet sound of thy Church. The music sounded in my ears, and thy truth then spoke to my heart; religion burned in me, my tears flowed, and yet I was glad in them.' (St Augustine)

Partager cet article

Repost 0

Recherche

Liens