Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 05:05

St. Cyprian of Carthage wrote: "Those not in the Church of Christ cannot rightly be called 'Christian.' Nor can you have God as Father if you do not have the Church as Mother. Therefore, without the Church there is no salvation." Fr. Georges Florovsky considered this to be a kind of tautology expressing the fact that salvation can only be found within the Church of Christ.

(Fr. John)

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 5,15-21.

 

Mes Frères, prenez-bien garde à la manière dont vous vous conduisez : que ce ne soit pas en insensés, 
mais comme des hommes sages, rachetez le temps, car les jours sont mauvais. 
C'est pourquoi ne soyez pas inconsidérés, mais comprenez bien quelle est la volonté du Seigneur. 
Ne vous enivrez pas de vin, c'est la source de la débauche, mais remplissez-vous de l'Esprit-Saint. 
Entretenez-vous les uns les autres de psaumes, d'hymnes et de cantiques spirituels, chantant et psalmodiant du fond du cœur en l'honneur du Seigneur. 
Rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ. 
Soyez soumis les uns aux autres dans le crainte du Christ. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 4,46-53.

En ce temps-là, il y avait un officier royal dont le fils était malade à Capharnaüm. 
Ayant appris que Jésus arrivait de Judée en Galilée, il alla vers lui, et le pria de descendre, pour guérir son fils qui était à la mort. 
Jésus lui dit : "Si vous ne voyez des signes et des prodiges, vous ne croyez point." 
L'officier du roi lui dit : "Seigneur, venez avant que mon enfant ne meure" 
"Va, lui répondit Jésus, ton enfant est plein de vie." Cet homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et partit. 
Comme il s'en retournait, ses serviteurs vinrent à sa rencontre, et lui apprirent que son enfant vivait. 
Il leur demanda à quelle heure il s'était trouvé mieux, et ils lui dirent : "Hier, à la septième heure, la fièvre l'a quitté." 
Le père reconnut que c'était l'heure à laquelle Jésus lui avait dit : "Ton fils est plein de vie", et il crut, lui et toute sa maison. 
 




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Saint Grégoire de Narek

(v. 944-v. 1010), moine et poète arménien 
Le Livre de prières, 12,1 (trad. SC 78, p.102 rev.) 

 

« Vous ne pourrez donc croire à moins d'avoir vu des signes et des prodiges ? »

 

 

« Celui qui invoquera le Nom du Seigneur, 
celui-là sera sauvé »

(Jl 3,5 ; Rm 10,13). 
Quant à moi non seulement je l'invoque 
mais avant tout je crois à sa grandeur. 

Ce n'est pas pour ses présents 
que je persévère dans mes supplications, 
mais parce qu'il est la Vie véritable 
et qu'en lui je respire ; 
sans lui il n'y a ni mouvement ni progrès. 

Ce n'est pas tant par les liens de l'espérance 
que par les liens de l'amour que je suis attiré. 
Ce n'est pas des dons, 
mais du Donateur dont j'ai toujours la nostalgie. 
Ce n'est pas à la gloire que j'aspire, 
mais c'est le Seigneur glorifié que je veux embrasser. 
Ce n'est pas la soif de la vie qui toujours je me consume, 
mais le souvenir de celui qui donne la vie. 

Ce n'est pas après le désir du bonheur que je soupire, 
que du plus profond de mon cœur j'éclate en sanglots, 
mais c'est par désir de celui qui le prépare. 
Ce n'est pas le repos que je cherche, 
mais c'est le visage de celui qui apaisera mon cœur suppliant. 
Ce n'est pas pour le festin nuptial que je languis, 
mais c'est du désir de l'Époux. 

Dans l'attente certaine de sa puissance 
malgré le fardeau de mes péchés, 
je crois avec une espérance inébranlable 
et en me confiant dans la main du Tout Puissant, 
que non seulement j'obtiendrai le pardon 
mais que je le verrai lui en personne, 
grâce à sa miséricorde et à sa pitié 
et, bien que je mérite parfaitement d'être proscrit, 
que j'hériterai du ciel. 

If pride turned some of the angels into demons, then humility can doubtless make angels out of demons. So take heart, all you sinners.

« Les saints voient l'enfer » disait le starets Silouane,

« mais il n'a sur eux aucune emprise »

L'archimandrite Sophrony résume la doctrine de  Starets Silouane (†1938) :

 

L'orgueil est le principe du péché ; tous les aspects que peut revêtir le mal sont réunis en lui :

-         présomption, vaine gloire, désir de puissance,

-         froideur, cruauté, indifférence aux souffrances d'autrui.

-         Tendance de l'intellect à la rêverie, suractivité de l'imagination,

-         Expression démoniaque des yeux, et de toute l'apparence ;

-         Angoisse, désespoir, haine ;

-         Envie, complexe d'infériorité,

-         Pour plusieurs ce peut être accès de concupiscence charnelle ;

-         Lancinante inquiétude intérieure,

-         Indocilité,

-         Crainte de la mort ou, au contraire, désir de mettre fin à ses jours et,

-         Et finalement, ce qui n'est pas rare, démence complète.

Tels sont les signes distinctifs de la spiritualité démoniaque.

 

 

Quand un homme se laisse « séduire » par l'Ennemi et se met à le suivre, sans comprendre ce qu'est l'Ennemi, il ne connaît pas l'âpreté de la lutte directe contre lui ; il souffre néanmoins parce que l'Ennemi l'entraîne hors de la lumière de la vraie vie, dans les ténèbres dans lesquelles il demeure lui-même. Ces souffrances portent l'empreinte d'un véritable aveuglement spirituel.

Dans certains cas, l'Ennemi lui apporte une délectation trouble en créant chez lui l'orgueilleuse conscience d'une illusoire grandeur.

Dans d'autres cas, il provoque une douleur aiguë dans l'âme et la dresse contre Dieu ; l'âme ne comprend pas la véritable cause de ses maux, et c'est alors avec haine qu'elle se tourne contre Dieu.

Et l'âme se débat longtemps, en général, sans trouver l'issue qui la mènerait à Dieu.

 

 

Mais une âme pieuse qui a connu l'amour de Dieu souffre, dans la lutte directe contre l'Ennemi, de l'immense pouvoir maléfique que le diable dirige contre elle.

L'homme voit clairement que cette puissance peut terrasser tout son être.

Et Dieu apparaît à l'homme dans une grande lumière aussitôt que le terme de l'épreuve est atteint. C'est Dieu qui fixe la durée et l'intensité de cette épreuve ; pour certains, elle dure quelques minutes ; pour d'autres, une heure ou plus ; un ascète y restera pendant trois jours.

« Les saints voient l'enfer » disait le starets Silouane, « mais il n'a sur eux aucune emprise ». « Tiens ton esprit en enfer et ne désespère pas ».

En dehors de cette expérience de descente en enfer, il est impossible de connaître véritablement ce qu'est l'amour du Christ, son Golgotha et sa Résurrection.

 

Dans un tel combat spirituel, le secours de la Mère de Dieu est précieux. Elle nous conduit à la seule et véritable ressemblance à Dieu, la ressemblance à Dieu tel qu'il s'est manifesté sur terre par l'acte de l'Incarnation.


Extraits de : Archimandrite Sophrony, Starets Silouane, moine du mont Athos,

Vie - Doctrine - Ecrits - Edition Présence, Belley, 1982, p. 197-198. 206

Source : http://www.mariedenazareth.com/

HORS DE L'EGLISE POINT DE SALUT ?

 

Saint Cyprien de Carthage a écrit:

"Ceux qui ne sont pas dans l'Église du Christ ne sauraient être qualifiés réellement de 'Chrétiens.'

De même que vous ne sauriez avoir Dieu pour Père si vous n'avez l'Église pour Mère. Dès lors, sans l'Église, il n'y a pas de Salut."

Le Père Georges Florovsky considérait ceci comme une tautologie exprimant le fait que le Salut ne pouvait se trouver qu'au sein de l'Église du Christ.
(P. John)


 

 

 

See original image

 

 

Du côté de nos frères aînés, les Saints:

 

 

 Sainte Enimie.

Elle était fille du Roi Clotaire II et soeur de Dagobert, vierge et abbesse en Gévaudan, illustre sainte de la maison de France

(VIIème siècle).

Tropaire

Fille du roi Clothaire II, tu as choisi*
De ne te préoccuper que du seul Roi des Cieux.*
Tu prias le Christ pour qu'Il te donne la lèpre,*
Et ainsi tu pus échapper à l'hyménée.*
Saint Enimie, toi qui fus proche du Seigneur,*
Prie-Le afin qu'Il ait de nous grande mercy!
+

L'éclatante beauté de la jeune princesse mérovingienne suscite bien des convoitises parmi les nobles du royaume. Elle, s'évertue à soigner les pauvres, les boiteux, les lépreux. Arrivée à l'âge de trouver un époux, son père lui impose plusieurs prétendants, que celle-ci refuse. La vertueuse princesse se dit mariée à Dieu et au Christ. Son père prépare cependant ses épousailles, alors implore-t-elle le Seigneur de lui venir en aide afin de conserver sa pureté. Dieu l'exauce, et lui inflige la lèpre, terrible maladie qui défigure la princesse. Durant des années, nul médecin ne parvient à la guérir. La jeune princesse implore à nouveau l'aide de Dieu. Un ange messager apparaît et lui dit : « Rends-toi avec ton escorte dans la lointaine province du Gévaudan, dans un lieu appelé Burlatis. Les bergers te guideront vers une source dont l'eau guérira les plaies de ton corps ». La princesse et son escorte se mettent en route.
Arrivé en Gévaudan, le cortège ne parvient pas à trouver Burlatis, et en demandant le chemin d'une source pouvant guérir, une femme lui indique une source. Cependant l'ange apparaît à nouveau lui indiquant que la source dans laquelle elle se baigne n'est pas celle recherchée. Elle se trouvait alors à Bagnols-les-Bains où « Dieu fait là de puissantes choses, pour ceux qui viennent chercher la santé ».
Le cortège se dirige, lui, vers le Tarn et trouve enfin la source de Burlatis. Énimie baigne son corps meurtri dans l'eau froide et bleue de Burle, implore le Seigneur, et guérit par miracle.
Le cortège décide donc d'entamer le chemin du retour, mais la maladie réapparaît à peine arrivés sur le causse qui domine Burlatis. Elle retourne alors à la source où le miracle de la guérison se reproduit, mais elle ne peut à nouveau atteindre le causse. Ce n’est qu’après un troisième bain qu'elle comprend son destin : rester à jamais dans cette région !
Elle décide donc de s'installer, aménageant une grotte qu'elle vient de découvrir, renvoyant ainsi son cortège pour ne garder que sa filleule. Sa cour, elle, s'installera visiblement dans des hameaux du bord du Tarn.
De sa grotte elle aurait exaucé bien des miracles, mais l'histoire la plus importante reste sa lutte contre le Drac (sorte de diable en pays d'Oc).
Elle est nommée abbesse par Saint Hilaire évêque de Mende et fonde un couvent mixte au village. Sainte Énimie et Saint Hilaire ont combattu le Drac, incarnation du diable. Le chaos du Pas de Soucy est le reflet de cette lutte. Énimie passe la fin de sa vie retirée dans une grotte (aujourd’hui l’Ermitage).


Après sa mort vers 628, son frère Dagobert, devenu roi, agrandit la basilique Saint-Denis, et part à la recherche de reliques de Saints. Arrivé sur les bords du Tarn pour venir sur le tombeau de sa sœur, il demande aux moniales où celui-ci se trouve. Elles se refusent à lui indiquer, ne voulant perdre leur Dame. Dagobert découvre finalement le tombeau mais hésite entre les deux cercueils. En effet, afin de se protéger, Énimie n'avait fait marquer aucun nom sur le sien, et celui d'Énimie sur celui de sa filleule. Ce sont les reliques de la filleule qui reposent auprès des rois de France en la basilique de Saint-Denis.


Cette histoire se serait perdue avec la disparition des moniales, et ce n'est que plus tard lorsque les moines noirs, qui avaient installé leur monastère dans ce bourg, eurent un message divin leur indiquant la supercherie de la princesse.
Les reliques de la princesse sont conservées à l’Ermitage jusqu’en 1970, date à laquelle elles furent volées.
Un pèlerinage a lieu chaque année à l’Ermitage, pour célébrer la patronne du village (premier dimanche d’octobre).

 

 

 

 

SAINT PLACIDE 
(518-542)
et SES COMPAGNONS
Martyrs
(† 542)

Saint_Placide_1b.jpg

        Saint Placide appartenait par sa naissance à une des plus anciennes et des plus célèbres familles de Rome. Il fut confié, âgé de sept ans, à saint Benoît, pour être élevé à Subiaco, sous sa conduite. On le voit dès lors pratiquer rigoureusement les exercices de la vie monastique. L'obéissance l'ayant envoyé un jour chercher de l'eau dans le lac voisin, il tombe et est entraîné par les flots. Benoît, du fond de son monastère, a la connaissance miraculeuse de ce malheur ; il appelle son disciple Maur : « Courez vite, mon frère, lui dit-il, l'enfant est tombé à l'eau. » Maur s'élance, muni de la bénédiction de l'abbé, marche sur les eaux, saisit par les cheveux l'enfant, qui surnage encore, et le ramène sur le bord.

        Depuis ce temps, Placide fit des progrès plus grands encore, au point que saint Benoît lui-même en était dans l'admiration. Le saint abbé envoya plus tard son bien-aimé disciple en Sicile pour y établir un monastère. Son austérité y devint de plus en plus étonnante et allait beaucoup au-delà des prescriptions de la règle ; il ne buvait jamais que de l'eau, faisant carême en tout temps et souvent ne mangeant que trois fois la semaine et du pain seulement. Pour vêtement il portait un cilice ; son siège était son unique lit de repos ; son silence n'était interrompu que par les saintes exigences de la charité. Par sa vertu d'humilité, il attirait à lui tous les cœurs.

        Ses innombrables miracles le rendirent presque l'égal de saint Benoît : un jour, en particulier, il guérit par sa bénédiction tous les malades de son île réunis près de lui. 
        Placide et ses religieux furent faits prisonniers, dans leur couvent, par des pirates cruels qui les maltraitèrent affreusement. Le saint animait ses compagnons à la persévérance. Le tyran, outré de dépit à la vue de l'inébranlable constance des martyrs, les fit, à différentes reprises, fustiger très cruellement ; mais Notre-Seigneur vint fermer et guérir leurs plaies. Placide exhortait le tyran et ses bourreaux à se convertir au christianisme ; c'est alors qu'on lui brisa les lèvres et les mâchoires à coups de pierres et qu'on lui coupa la langue jusqu'à la racine. Mais le martyr parla aussi bien qu'auparavant. Le bourreau, n'étant nullement touché du prodige, inventa un nouveau supplice ; il fit coucher le saint moine à terre et lui laissa toute une nuit sur les jambes des ancres de navire avec d'énormes pierres. Tous ses efforts vinrent échouer devant cet invincible défenseur de la foi. Placide et ses compagnons eurent enfin la tête tranchée.



©Evangelizo.org

The Holy Martyr Charitina

Having been orphaned in infancy, Charitina was adopted by an eminent Christian man named Claudius, who raised her as his own daughter. Charitina was meek, humble, obedient and quiet. She studied the Law of God day and night, and vowed to live her life in chastity, as a true bride of Christ. Since Charitina also brought others to the Christian Faith, Dometius, Emperor Diocletian's eparch, heard of her, sent soldiers to take her from her foster father, and brought her to trial. The judge questioned her: ``Is it true, young maiden, that you are a Christian, and that you deceive others, leading them to this profane Faith?'' Charitina courageously replied: ``It is true that I am a Christian, but it is a lie that I deceive others; rather, I lead those in error to the true path, by leading them to my Christ.'' The evil judge condemned her. Her hair was shorn and hot coals were poured onto her head. Even so, she was saved by the power of God. They threw her into the sea, but God delivered her again. They tied her to a wheel and began to turn it, but an angel of God stopped the wheel, and Charitina remained unharmed. Then the depraved judge sent some dissolute young men to defile her. Fearing this dishonor, St. Charitina prayed to God to receive her soul before those degenerates could defile her virginal body. While she knelt, praying to God, her soul departed from her and was translated to the Immortal Kingdom of Christ.

Prologue from Ochrid

Holy Martyr Charitina of Amissos (304)

† Holy Hierarchs of Moscow

 

Sainte Fleur

Moniale du Quercy (+1347)

FLEUR 5 OCTOBRE

Née en 1300 à Maurs, Flora était la fille d’un seigneur auvergnat, très jeune elle devint religieuse à l’hospice de Beaulieu en Quercy, hospice fondé par les chevaliers hospitaliers de Jérusalem et qui recevait les pèlerins malades.

Elle fut à la fois une religieuse dévouée dans son travail et une grande mystique.

Elle est la patronne de «  toutes celles qui ont une fleur comme nom et qui, comme sainte Fleur, doivent répandre le parfum de leur vertu » d’Amaryllis à Violette en passant par Bergamote, Lis, Pâquerette et Vanille...

 

 

 

 Une Prière Mariale de Saint Éphrem le Syrien de Nisibe 

Afficher l'image d'origine

« Très Sainte Dame, Mère de Dieu »

« Très Sainte Dame, Mère de Dieu, seule très pure d'âme et de corps, seule au-delà de toute pureté, de toute chasteté, de toute virginité; seule demeure de toute la grâce de l'Esprit-Saint; par là surpassant incomparablement même les puissances spirituelles, en pureté, en sainteté d'âme et de corps, jetez les yeux sur moi, coupable, impur, souillé dans mon âme et dans mon corps des tares de ma vie passionnée et voluptueuse; purifiez mon esprit de ses passions ; sanctifiez, redressez mes pensées errantes et aveugles ; réglez et dirigez mes sens ; délivrez-moi de la détestable et infâme tyrannie des inclinations et passions impures ; abolissez en moi l'empire du péché, donnez la sagesse et le discernement à mon esprit enténébré, misérable, pour la correction de mes fautes et de mes chutes, afin que, délivré des ténèbres du péché, je sois trouvé digne de Vous glorifier, de Vous chanter librement, seule vraie Mère de la Vraie lumière, le Christ notre Dieu; car Seul avec Lui et par Lui, Vous êtes bénie et glorifiée par toute créature invisible et visible, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen. »


Saint Éphrem le Syrien (306-373)

 

 

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 
basil

St. Baselios Yeldho (Kothamangalam Bava)

St Baselios Yeldho was born in a village called kooded (now known as Karakosh) near Mosul in Iraq where Marth Smooni and her 7 children suffered martyrdom. At a very young age he joined the Mar Bahanan Monastery and become a monk. In 1678 he was consecrated Maphriyana by the Patriarch of Antioch Moran Mar Ignatius Abdul Masiha I. In 1685 at the age of 92, the holy father started the difficult mission to India at the request of Mar Thoma II of Malankara who informed the Patriarchate about the unpleasant situation of the Church here.

The saintly Maphriyana was accompanied by Mar Ivanios Hidayathulla, his brother and two monks but only three of them is believed to have reached Malankara. As the saint reached the church premises, the church bells began to toll. People living in the neighbourhood rushed to the church to find out what the commotion was about. And that was on ‘Kanni 11th’ in the Malayalam calendar (end of September), AD 1685. The Saint entered the church and sat on the steps of the ‘Madbaha’. There was a young deacon who was fluent in Syriac. When he realized that a Episcopa had stayed behind at Kozhipally, he and some members of the congregation set out for the place. They took a kerchief from the Saint for identification. When the Episcopa saw the approaching crowd he was afraid. He thought that they had killed Bava and were now about to get at him. He therefore refused to come down from the tree. The deacon however offered him the sign of peace and spoke Syriac. He then came down from the tree and went with the people to the church.

On Kanni 13, the church used to celebrate its foundation day. On the 12th evening the Vicar sought the Saint’s permission to hoist the flag. The Saint replied that the festival of the Holy Cross should be celebrated on the 14th and not on the 13th. When it was explained to the Saint that what they were celebrating was not the festival of the Holy Cross but the anniversary of the founding of the parish, the Saint permitted them to go ahead but reminded them about the importance of the festival of the Holy Cross.

On the next day, on the feast of the Holy Cross, (‘Kanni 14’ as per the Malayalam calendar), Episcopa Mar Ivanios Hidayathulla was consecrated as Metropolitan after the Qurbana by the saintly Mar Baselios Yeldho Bava. (Mar Ivanios, who was consecrated by Mar Yeldho, carried on apostolic work for eight years. He passed away in 1693 and was buried at the Mar Thoman Church, Mulanthuruthy). Because of the tedious journey and the old age, Bava was totally exhausted by then. Three days after he became seriously ill. On Kanni 17th, he received the last sacraments of anointment with oil and extreme unction. All the while he was lying inside the church. Two days after (on Kanni 19, which is September 29) in the afternoon, the saintly father left his mortal self for his heavenly home at the age of 92. That was a Saturday. As he was sinking, the congregation assembled inside the church and were offering prayers. The Saint told them that he was about to die and when his spirit leaves his body, there would be a sign on the Cross situated on the western side of the Church. And the huge granite Cross miraculously lit up at the time of the Saint’s demise. The Holy Father’s mortal remains was entombed on the next day (Kanni 20) in the western side of the Madbaha of the church. The two weeks of sojourn of the Maphriyana at Kothamangalam electrified the Marthoma Christians all over Malankara and the mission undertaken by the saint was fulfilled to a large extent by his faithful associate, Metropolitan Mar Ivanios Hidayathulla.

In 1947 Mar Baselios Yeldho of blessed memory was declared a saint by the then Catholicos of the church, His Holiness Baselius Geevarghese II.

St. Baselios Yeldho (Kothamangalam Bava)

basil

St Baselios Yeldho was born in a village called kooded (now known as Karakosh) near Mosul in Iraq where Marth Smooni and her 7 children suffered martyrdom. At a very young age he joined the Mar Bahanan Monastery and become a monk. In 1678 he was consecrated Maphriyana by the Patriarch of Antioch Moran Mar Ignatius Abdul Masiha I. In 1685 at the age of 92, the holy father started the difficult mission to India at the request of Mar Thoma II of Malankara who informed the Patriarchate about the unpleasant situation of the Church here.

The saintly Maphriyana was accompanied by Mar Ivanios Hidayathulla, his brother and two monks but only three of them is believed to have reached Malankara. As the saint reached the church premises, the church bells began to toll. People living in the neighbourhood rushed to the church to find out what the commotion was about. And that was on ‘Kanni 11th’ in the Malayalam calendar (end of September), AD 1685. The Saint entered the church and sat on the steps of the ‘Madbaha’. There was a young deacon who was fluent in Syriac. When he realized that a Episcopa had stayed behind at Kozhipally, he and some members of the congregation set out for the place. They took a kerchief from the Saint for identification. When the Episcopa saw the approaching crowd he was afraid. He thought that they had killed Bava and were now about to get at him. He therefore refused to come down from the tree. The deacon however offered him the sign of peace and spoke Syriac. He then came down from the tree and went with the people to the church.

On Kanni 13, the church used to celebrate its foundation day. On the 12th evening the Vicar sought the Saint’s permission to hoist the flag. The Saint replied that the festival of the Holy Cross should be celebrated on the 14th and not on the 13th. When it was explained to the Saint that what they were celebrating was not the festival of the Holy Cross but the anniversary of the founding of the parish, the Saint permitted them to go ahead but reminded them about the importance of the festival of the Holy Cross.

On the next day, on the feast of the Holy Cross, (‘Kanni 14’ as per the Malayalam calendar), Episcopa Mar Ivanios Hidayathulla was consecrated as Metropolitan after the Qurbana by the saintly Mar Baselios Yeldho Bava. (Mar Ivanios, who was consecrated by Mar Yeldho, carried on apostolic work for eight years. He passed away in 1693 and was buried at the Mar Thoman Church, Mulanthuruthy). Because of the tedious journey and the old age, Bava was totally exhausted by then. Three days after he became seriously ill. On Kanni 17th, he received the last sacraments of anointment with oil and extreme unction. All the while he was lying inside the church. Two days after (on Kanni 19, which is September 29) in the afternoon, the saintly father left his mortal self for his heavenly home at the age of 92. That was a Saturday. As he was sinking, the congregation assembled inside the church and were offering prayers. The Saint told them that he was about to die and when his spirit leaves his body, there would be a sign on the Cross situated on the western side of the Church. And the huge granite Cross miraculously lit up at the time of the Saint’s demise. The Holy Father’s mortal remains was entombed on the next day (Kanni 20) in the western side of the Madbaha of the church. The two weeks of sojourn of the Maphriyana at Kothamangalam electrified the Marthoma Christians all over Malankara and the mission undertaken by the saint was fulfilled to a large extent by his faithful associate, Metropolitan Mar Ivanios Hidayathulla.

In 1947 Mar Baselios Yeldho of blessed memory was declared a saint by the then Catholicos of the church, His Holiness Baselius Geevarghese II.

 

 

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

 

5 octobre 2016

Le premier ministre Milorad Dodik prend la parole à un meeting pré-victoire à Banja Luka, capitale de facto de la Republika Srpska

 La Républika Srpska – l’état serbe autonome enchâssé dans la Bosnie-Herzégovine – a tenu hier un référendum qui change la donne. Ce référendum portait théoriquement sur la reconnaissance d’un jour férié : le Jour de l’Indépendance. Il a été publiquement approuvé et soutenu par le Premier ministre de la Republika Srpska, Milorad Dodik.

Dans la soirée d’hier [25 septembre, NdT], les derniers bulletins ont été dépouillés et le résultat a été publié : 99,8% des votants se sont prononcés pour la reconnaissance d’un Jour de l’Indépendance.

 15. Vote Serbie.jpg

 Mais les uns et les autres, des deux côtés, sont d’accord pour reconnaître qu’il s’agissait d’un galop d’essai pour un autre référendum, qui porterait, celui-là, sur une réelle déclaration d’indépendance, c’est-à-dire une volonté de séparation d’avec la Bosnie-Herzégovine et la possibilité d’une réunion avec la République de Serbie et sa capitale, Belgrade. Cette aspiration a le soutien la Russie.

Ce qui veut dire qu’un référendum portant sur la question d’une véritable indépendance pourrait bien se tenir à n’importe quel moment entre aujourd’hui et l’année 2018, qui a déjà été publiquement évoquée. En fait, la date précise dépendra de la rapidité avec laquelle l’OTAN poussera le fragile état multi-ethnique et multi-confessionnel vers une intégration à l’Alliance et exigera de lui des réformes constitutionnelles grosses d’orages.

Le référendum d’hier était une réplique aux avertissements officiels – et même aux menaces de violences – de l’OTAN, interdisant la tenue d’un référendum dans la capitale sous domination bosniaque de la Bosnie-Herzégovine, Sarajevo.

Ces menaces n’ont pas laissé indifférent le gouvernement, siégeant à Belgrade, de la République de Serbie, état indépendant reconnu par l’ONU, à l’est de la Republika Srpska et de la Bosnie-Herzégovine.

La République de Serbie (à ne pas confondre avec la Republika Srpska) ne fait partie ni de l’Union Européenne ni de l’OTAN. La Bosnie-Herzégovine, qui comprend la Republika Srpska, ne fait pas non plus partie de l’OTAN, mais l’équipe au pouvoir à Sarajevo a multiplié ces dernières années les démarches pour y être admise.

16. Carte Balkans2010.png

 

 Au départ, le Premier ministre serbe Aleksandar Vučić, respectant les normes diplomatiques de non-intervention dans les affaires intérieures d’autres états, avait exprimé une position neutre vis-à-vis du référendum bosniaque.

Mais, suite aux menaces de violence contre la population ethnico-religieusement différente de la Republika Srpska, le ministre des Affaires étrangères, Ivica Dačić, après un échange de vues avec le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov, a été forcé de se prononcer plus clairement, en déclarant que les forces de sécurité serbes ne resteraient pas les bras croisés, si un référendum, dans la Republika Srpska voisine, était en butte à des violences de la part des forces de Sarajevo.

On n’avait pas entendu des discours de ce genre au niveau officiel depuis la guerre « civile » de Yougoslavie, qui a fait rage de 1991 à 2001. Les intellectuels occidentaux qui se sont exprimés sur le sujet – y compris Noam Chomsky – ont démontré que le démantèlement de la Yougoslavie avait résulté d’un projet dirigé par les États-Unis et l’Allemagne, l’Albanie et la Croatie étant les premiers bénéficiaires ex-yougoslaves de l’entreprise.

Il y a peu de chances pour que les USA et la Russie trouvent un terrain d’entente sur ce problème, vu son parallélisme avec d’autres guerres où s’affrontent actuellement les deux puissances. Le désir des Russes de construire un gazoduc à travers les Balkans et la volonté de l’OTAN de s’y opposer augmentent considérablement les chances d’un nouveau conflit dans les Balkans.

 

Ce qui a déclenché le mouvement du référendum.

Depuis 2013, l’OTAN a organisé plusieurs rencontres au sommet avec l’équipe au pouvoir à Sarajevo, en vue d’accélérer l’entrée de la Bosnie-Herzégovine dans l’Alliance.

Ces tractations ont été synchronisées, en 2014, avec un mouvement de revendications sociales  portant apparemment sur les droits du travail et les problèmes de chômage à Tuzla, l’ancienne capitale industrielle de la Bosnie, que l’auteur de ces lignes et notre collègue russe Andrew Korybko ont signalé à l’époque comme un stratagème de l’UE et de l’OTAN [ébauche de révolution colorée en somme, NdT]. 

Leur conviction s’était fondée alors sur le fait que les manifestants réclamaient des changements de la Constitution qui auraient court-circuité son état actuel, lequel reconnaît à la Republika Srpska un important degré d’autonomie. Cet état présent de la Constitution accorde à la Republika Srpska le droit d’entretenir une force de sécurité ethnique dotée d’une autonomie équivalente à la force de sécurité ethnique bosniaque, à la frontière séparant les deux états associés.

La frontière entre la Republika Srpska et la République de Serbie est plutôt poreuse, avec un contrôle des frontières qui ressemble beaucoup plus à un péage qu’à une frontière nationale entre deux états distincts.

Là-dessus,vient se greffer un mouvement social bosniaque, vendu au public occidental comme une initiative syndicale laïque de centre-gauche, qui est en réalité un mouvement salafiste djihadiste lié à Al Qaïda, utilisant les procédés d’agitation des Frères Musulmans, dont le but est de consolider le contrôle de Sarajevo sur la Republika Srpska actuellement autonome, en conformité avec les intentions publiquement affichées de l’UE et de l’OTAN de réformer la Constitution.

Dans un document intitulé « Réformer les institutions de la Défense de Bosnie-Herzégovine » publié par le journal officiel de l’OTAN, NATO Review, James R. Locher III et Michael Donley analysent les progrès accomplis par la Bosnie-Herzégovine dans le domaine de la réforme de son armée.

Ils écrivent :

La Bosnie-Herzégovine a réussi à satisfaire presque toutes les attentes de l’OTAN. Succédant à une intense période de recherche de consensus (consensus building) et de négociations entre mai et septembre 2003, la Commission de Réforme de la Défense est arrivée à un accord unanime qui a fait l’objet d’un rapport de 293 pages, fixant la voie à suivre. Ce rapport comportait le brouillon des changements à apporter aux constitutions des deux entités, trois lois de niveau-entité et deux lois de niveau-état, ainsi que deux propositions de lois comprenant une loi sur la défense au niveau de l’état.

L’OTAN a planté profondément ses crocs dans la Bosnie (aussi appelée Bosnie-Herzégovine dans cet article) et elle n’est pas du tout disposée à lâcher prise. Les réformes sur la sécurité impliquent la centralisation du commandement et l’élimination de toutes les forces de sécurité autonomes de la Republika Srpska, qui sont déjà en sous-effectifs, du fait de la signature forcée d’accords léonins.

Une autre preuve que la situation, dans la région, est instable, c’est que la principale menace envers les forces de sécurité serbes est constituée par l’armée bosniaque elle-même.

En février dernier, la Fédération de Russie a annoncé qu’elle allait entraîner les forces de sécurité de la Republika Srpska, dans le cadre d’un projet d’entraînement commun.

L’OTAN et les Monarchies du Golfe ont, de leur côté, préparé leurs propres forces paramilitaires en parallèle avec l’armée officielle. Ces forces font, pour l’essentiel, partie des brigades d’ISIS et d’Al-Nosra, mais les centres de recrutement et d’entraînement sont en Bosnie.

 (...)

Mais les liens historiques entre les musulmans de Bosnie et la Turquie existent encore. Les médias occidentaux qui ont rendu compte des manifestations de Tuzla se sont bien gardés de jamais faire allusion au fait que les groupes organisateurs étaient soutenus par l’Arabie Saoudite et la Turquie. Pourtant, l’essentiel du travail d’organisation  a été fait par le plus grand parti « islamiste modéré » de  Bosnie, leSDA (Parti d’Action Démocratique).

Financé significativement par les monarchies du Golfe et par le Parti populaire européen de Jean-Claude Juncker (dont il fait partie), le SDA, est un parti conservateur de droite (Chari’a) pro-Union Européenne et islamiste, qui est aussi le parti politique le plus important de Bosnie.

 

17.  Local SDA candidates.jpg

Candidats du SDA

En ce sens, ce croisement de mouvements pro-OTAN, pro-UE et islamistes se faisant passer pour des progressistes de centre gauche, répète à l’identique la stratégie politico-médiatique utilisée en Libye avec le CNT ou Conseil national de transition, et en Syrie avec le CNS ou Conseil national syrien et l’ASL ou Armée syrienne libre.

 (...)

Toutes ces circonstances rassemblées font de la consultation d’hier un « référendum-test » sur l’indépendance de la Republika Srpska.

 

Contexte

La structure actuelle de la Bosnie-Herzégovine résulte de deux déterminants historiques : la structure d’origine de la République socialiste fédérale de Yougoslavie et les accords de Dayton. Les accords de Dayton ont été négociés et signés en 1995, lors de la guerre civile (sic) de Yougoslavie, quatre ans avant le bombardement de la Serbie en général et de Belgrade en particulier, par l’aviation de l’OTAN. Les institutions et les réalités politiques créées par les accords de Dayton sont, pour l’essentiel, le point de convergence de la dispute.

La République actuelle de Bosnie-Herségovine est composée de la Republika Srpska d’une part, et de la Fédération de Bosnie et d'Herzégovine d’autre part, celle-ci ayant été auparavant nommée Fédération bosniaco-croate, parce qu’elle était elle-même composée de deux groupes religieux distincts.

Comme l’auteur de ces lignes l’a écrit dans le passéla période qui s’annonce et la crise qu’elle amène vont offrir à la Republika Srpska l’occasion rêvée de s’unir à la Serbie.

La Serbie est dans la position délicate de pouvoir soit récupérer la Republika Srpska et le Kosovo, tout en conservant des régions comme la Voïvodine, soit d’éclater davantage, en prenant part à un véritable conflit entre des pouvoir locaux aspirant au transfert et des états régionaux hostiles.

Un des rédacteurs de Fort-Russ et directeur de projets spéciaux du Centre d’Études Syncrétiques, Jafe Arnold, a écrit une étude fouillée et prémonitoire sur le sujetpour Global Independent Analytics, au début de cette année. Il y disait notamment :

Au cours des derniers mois, on a constaté un accroissement des tensions entre les deux entités politiques formant la Bosnie-Herzégovine - la Fédération de Bosnie-Herzégovine et la Republika Srpska - au point que la bouilloire sur le feu qu’est l’arrangement géopolitique de cet espace de l’ex-Yougoslavie a failli déborder.

Tandis que les événements continuaient leur escalade et que l’axe OTAN/islamistes apparaissait au grand jour, la situation, dans les pays de l’ex-Yougoslavie est devenue plus instable qu’elle ne l’a jamais été depuis 2001.

 (...)

________________

Lire aussi : « Syrie, le laboratoire d’une guerre de quatrième génération ? » - Le Grand Soir, 27 décembre 2012.

 

Source : http://www.fort-russ.com/2016/09/new-balkans-conflict-ser...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades.

5 octobre 2016

Décidée après la visite du chef du gouvernement de Tripoli à Paris, la réunion, dont le but était de «faire progresser l'unité» de la Libye, a échoué. Aucun représentant libyen n'avait été invité et les pays en présence n'ont pas les mêmes intérêts.

La réunion avait été décidée le 27 septembre dernier lors de la visite officielle du Premier ministre du Gouvernement d'union nationale (GNA), dit gouvernement de Tripoli par opposition à son rival, le gouvernement dit de Tobrouk, lequel tient militairement l'Est du pays et ses champs pétrolifères. Autour de la table, se sont penchés sur le cas libyen, entre autres, le Qatar, les Emirats arabes unis, l'Egypte, les Etats-Unis ou encore le Royaume Uni et l'Italie, l'ancienne puissance coloniale en Libye.

A l'initiative de la rencontre, Jean-Marc Ayrault s'était fixé pour but «que toutes les forces libyennes soient unies pour développer la Libye». «Nous avons besoin d'une Libye stable [...] la Libye est un terrain de passage pour des dizaines de milliers de migrants», avait ainsi martelé le chef de la diplomatie du pays qui est intervenu militairement en 2011 pour renverser le «régime» de Mouammar Kadhafi, plutôt stable, en l'occurrence, et qui contenait alors les flux migratoires africains en direction de l'Europe. 

Aussi, la réunion décidée quelques jours plus tôt seulement, a bien eu lieu – assez discrètement – dans l'après-midi de ce lundi 3 septembre, mais n'a abouti à aucun résultat concret, en raison de plusieurs manquements.

Première option malheureuse de la diplomatie française : aucun représentant libyen n'a été invité, que ce soit le général Khalifa Haftar, à la tête du gouvernement de Tobrouk, ou du gouvernement de Tripoli, dont le Premier ministre était en visite officielle en Algérie pendant ce temps-là.

Deuxième faux pas : la Ligue arabe, interlocuteur presque incontournable dans la région n'a pas non plus été invitée. La faute à un calendrier rapide, s'est justifié le Quai d'Orsay.

Exercice de réalisme politique pour la France

Acteur principal des bombardements occidentaux en 2011 avec le Royaume Uni, la France tente de garder l'initiative sur le dossier libyen. Seulement voilà, alors que Paris a tout misé sur le gouvernement de Tripoli, la situation sur le terrain oblige à reconnaître le gouvernement de Tobrouk comme interlocuteur dans la recherche d'une solution politique au chaos libyen. Le gouvernement d'union national de Tripoli ne parvient en effet toujours pas à exercer son autorité sur l'ensemble du territoire et son rival, basé à Tobrouk, gagne en légitimité diplomatique.

Aussi, alors que François Hollande renouvelait sa «confiance» au Premier ministre du gouvernement de Tripoli, créé en 2015 sous l'égide des Nations unies, Jean-Marc Ayrault appelait de son côté à un compromis entre les deux gouvernements «parallèles» et rivaux libyens, évoquant la «menace terroriste et la prolifération des trafics», se disant prêt à travailler avec les puissances régionales telles que l'Egypte.

Seulement voilà, l'Egypte est l'un des fondateurs de la Ligue arabe qui n'a pas été invitée et elle ne cache pas sa préférence pour le gouvernement de Tobrouk et le général Khalifa Haftar, appelant par ailleurs à la levée de l'embargo sur les armes à destination de la Libye.

Intérêts divergents de Rome et Paris

Et, parmi l'assemblage hétéroclite des pays conviés à cette réunion, l'Italie, dont la position géopolitique a été considérablement affaiblie par l'intervention militaire de la France et du Royaume Uni en 2011. L'ancienne puissance tutélaire a conservé des intérêts en Libye, notamment dans l'industrie du pétrole, et voit d'un mauvais œil la progression militaire du gouvernement de Tobrouk.

En septembre dernier, les forces militaires du général Khalifa Haftar se sont ainsi emparé de deux terminaux pétroliers dans l'Est de la Libye.

Et, échaudés par la fuite d'un email d'Hillary Clinton indiquant que la «France détruisait l'Italie» en Libye, les dirigeants italiens se font méfiants quant à l'agenda que souhaite imposer Paris.

Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne mais aussi ex-ministre des affaires étrangères italienne n'a pas manqué de fustiger la France, regrettant l'absence du gouvernement d'union nationale dans la discussion.

SOURCE

5 octobre 2016

L'ambassade russe à Damas a été pilonnée par les militants du Front al-Nosra, a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères.

«Le 3 octobre, la mission diplomatique russe à Damas a été attaquée au mortier. Un des projectiles a explosé sur le territoire de l'ambassade près d’un complexe résidentiel. Heureusement, personne n'a été blessé». «La mission diplomatique a subi des dommages.

Deux autres mines ont explosé près de l'ambassade. Selon les informations disponibles, les tirs ont été portés depuis une banlieue de Jobaria contrôlée par les organisations terroristes Front Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra) et par Faylaq al-Rahman», a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères.

 Le ministère russe des Affaires étrangères a fermement condamné ce crime. « Nous considérons le pilonnage de l'ambassade russe à Damas comme la conséquence des actions de ceux qui, comme les Etats-Unis et certains de leurs alliés, provoquent la poursuite du conflit sanglant en Syrie en jouant avec différents extrémistes », indique le ministère.

 Le ministère russe des Affaires étrangères a en outre souligné la nécessité de répondre aux provocations des criminels par des mesures antiterroristes coordonnées de la part de la communauté internationale.

La Russie entreprendra notamment toutes les mesures nécessaires afin d'éliminer la menace terroriste et de restaurer la paix et la sécurité sur la terre syrienne, a conclu le ministère.


En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201610041028037186-russie-syrie-damas/

 
 

Partager cet article

Rappel à Dieu ce 22 septembre 2016 à 15 h 25 du Père Gabriele AMORTH,

"Grand Exorciste" de Rome

Gabriele Amorth Mort exorciste Rome démons monde moderne
 
Le père Gabriele Amorth, sans doute l’exorciste le plus connu au monde, est mort le vendredi 16 septembre à Rome à l’âge de 91 ans. Il laisse une œuvre considérable vouée notamment à la dénonciation du refus si répandu de croire au démon et à la mise en garde contre les risques des modes du monde moderne : yoga, Harry Potter, fascination à l’égard des religions orientales. Il a également dénoncé des tendances non moins actuelles au spiritisme, à l’occultisme et à l’invocation du démon. Non sans mettre en lumière ce qu’il a lui-même constaté : Satan est à l’œuvre dans le monde moderne et spécialement dans les domaines de la politique et de la culture.
 
Né en 1925, ordonnée en 1954, c’est avec une expérience du sacerdoce déjà importante que le P. Amorth a reçu en 1986 l’office d’exorciste dans le diocèse de Rome sous la tutelle du P. Candido Amantini, à qui il allait succéder quelques années plus tard comme exorciste en chef de la ville éternelle. C’est à lui qu’on doit également la fondation de l’Association internationale des exorcistes, qu’il a présidée jusqu’en 2000. Au cours de ses trente années d’office, le P. Gabriele Amorth a pratiqué des dizaines de milliers d’exorcismes.
 

Gabriele Amorth, l’exorciste qui mettait en garde contre le pouvoir du démon sur la culture contemporaine

 
Il a beaucoup commenté les réalités contemporaines. En 2006, Le P. Amorth a fait part de sa certitude que les hauts responsables du parti nazi étaient des satanistes actifs – ce que la recherche actuelle confirme. Pour lui, aussi bien Adolf Hitler que Joseph Staline était des possédés. Il était également convaincu que la tentative d’assassinat sur Jean-Paul II en 1981 était le résultat d’influences démoniaques.
 
Mais si le démon est à l’œuvre dans les sphères du pouvoir, il l’est aussi dans le monde du quotidien, et plus que jamais à la portée de tous. « On a perdu la foi, et la superstition, la magie, le satanisme ou les planches ouija ont pris sa place, ouvrant toutes les portes à la présence des démons », assurait le P. Amorth lors d’un entretien en 2006. En 2015, il dénonçait clairement l’Etat islamique comme « Satan » : « Le mal se déguise de diverses façons : politique, religieuse, culturelle, et elle a une source d’inspiration : les démons. En tant que chrétien, je combats la Bête de manière spirituelle. »
 
Il n’hésitait pas à dire que la sécularisation, la laïcisation, la décadence de la morale en Occident sont des signes des fins des temps : « Sans le Seigneur, on abuse aussi du progrès. Nous voyons cela dans des lois qui vont totalement contre la nature, telles le divorce, l’avortement, le “mariage gay”… nous avons oublié Dieu ! »
 

L’exorciste en chef de Rome est mort, son œuvre est son testament

 
Car le P. Amorth n’hésitait pas à attaquer frontalement des tendances modernes que même les catholiques combattent avec une intensité variable. Dans un entretien avec LifeSiteNews, il déclarait en 2015 : « Le divorce a été un désastre, l’avortement a été un désastre. Tous les ans, 50 millions d’enfants sont assassinés par l’avortement. Et l’euthanasie, et la famille brisée, la cohabitation… tout cela c’est de la destruction ! Le Seigneur nous a donné le sexe en vue d’une fin et Il a aussi déclaré : “Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni.” L’amusement sexuel est une chose ; l’amour en est une autre. Aujourd’hui on parle beaucoup d’amour, mais en vérité il n’y en a pas ! »
 

Les démons du monde moderne ? L’avortement et la destruction de la famille

 
La culture moderne, avertissait le P. Amorth, est envahie d’influences spiritualistes et éventuellement démoniaques : il n’hésitait pas à dénoncer la série des Harry Potter parce que la romancière J.K. Rowling y opère une fausse distinction entre la magie noire et la magie blanche. « Elle n’existe pas car la magie est toujours une manière de se tourner vers le diable. En lisant Harry Potter, le jeune enfant sera attiré par la magie et à partir de là la distance est courte jusqu’au satanisme et au diable », disait-il. Peu de clercs, peu de catholiques osent s’en prendre ainsi à la série à succès qui, dit-on, « fait lire les enfants ». On la recommande dans des écoles catholiques « convenables ». DénoncerHarry Potter vous attire toujours une volée de bois vert. Mais le P. Amorth parlait d’expérience.
 
C’était aussi un homme de grande espérance. Aux chrétiens découragés par les défis apparemment insurmontables qu’oppose la société occidentale moderne à la foi catholique, il répétait : « Le mal existe, mais il a peur du Seigneur. » Il rappelait également aussi souvent qu’il le pouvait que les solutions sont simples : « La foi et la prière, ainsi que la réception régulière des sacrements, sont le meilleur antidote aux influences démoniaques. »
 

Anne Dolhein

Source: http://reinformation.tv/

Holy Qurobo at the Conclusion of the Holy Synod

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on OCTOBER 4, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

Syriac Orthodox Patriarchate – October 2016

His Holiness Patriarch Mor Ignatius Aphrem II celebrated the Holy Qurobo at the conclusion of the Holy Synod, in Atchaneh, Bikfaya – Lebanon.

His Holiness was assisted by their Eminences: Mor Dionysius Issa Gurbuz, Patriarchal Vicari n Switzerland and Austria, Mor Clemis Daniel Kourieh, Metropolitan of Beirut, Mor Yacoub Eduardo, Patriarchal Vicar in Central America and Mor George Kourieh, Dean of Mor Aphrem Theological Seminary in Maarat Saydnaya, in the presence of other Archbishops who participated in the Holy Synod.

In his sermon, His Holiness conveyed to the faithful the important pastoral decisions taken at the Holy Synod and prayed for the Church asking the Lord to bless the clergy and faithful in their ministry.

Source:

 

4 octobre 2016
"La Déclaration des droits sexuels" de la Fédération Internationale du Planning Familial: une abomination!

La mission de l'IPPF, International Planned Parenthood Federation (Le Planning Familial mondial) est de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des femmes et des hommes en agissant pour la santé et les droits sexuels au niveau politique et sur le terrain auprès des populations.

Il s’agit de donner aux personnes, notamment démunies et vulnérables, la possibilité et les moyens de faire des choix libres et éclairés quant à leur vie sexuelle, affective et reproductive et d’avoir accès à des services adaptés et de qualité. 

Le pouvoir de consultation et d'interférence dans les réglementations et lois gouvernementales de l’IPPF est considérable puisque cet organisme mondial développe des partenariats avec des organisations gouvernementales et non gouvernementales, des agences de l’ONU et des parlementaires et veille à ce que ses objectifs et priorités soient pris en compte dans les débats internationaux.

Je rappelle ici, avant d'aller plus loin, les récents scandales dans lesquels le Planning Familial américain a été reconnu et impliqué, soit la revente d'organes de fœtus avortéshttp://conscience-du-peuple.blogspot.com/2016/03/le-national-health-service-nhs.html

Il semble que le trafic humain, tel que défini par "La Déclaration des droits sexuels" de l'IPPF, ne sera plus illégal ou criminalisé si un enfant "consent" à s'unir à toute personne et ce, peu importe son âge et son orientation sexuelle (pédophile, transgenre...). L'obstruction des parents ne pourra plus faire obstacle à cette union puisque l'enfant aura la "capacité évolutive" de prendre seul ses décisions concernant sa vie. Les parents ne pourront pas non plus s'objecter à l'avortement ou à la prise de moyens contraceptifs puisque ce sera un droit sans restriction ni discrimination afin de respecter la "capacité évolutive de l'enfant"!

Voici la "Déclaration des droits sexuels":

https://www.planning-familial.org/sites/internet/files/declaration-droits-sexuels-ippf.pdf

(page 15) Crime du trafic de l’être humain : il s’agit de l’acquisition d’individu(s) par des moyens illégaux tels que la force, la fraude ou la tromperie, ce dans le but de les exploiter.

(page 15) Capacité évolutive : terme se référant spécifiquement à la capacité de l’enfant à pouvoir prendre seul des décisions concernant sa vie. Il s’agit également du concept selon lequel la capacité de l’enfant à prendre des décisions évolue lors de son passage de la petite enfance à l’enfance, et de l’enfance à l’adolescence.

(page 10) Toute personne a le droit d’accéder à la santé reproductive et à d’autres technologies médicales, ou de les refuser, ce sans discrimination. Toute restriction à ce droit étant fondée sur l’âge ne doit pas transgresser les principes de non discrimination et de capacité évolutive de l’enfant. 

Écoutez cette dame, Marion Sigaut, écrivaine et conférencière, qui fait une présentation détaillée et documentée de cette véritable abomination:

 

http://www.informations-en-direct-france.com/2016/10/la-declaration-des-droits-sexuels-par-l-onu-ou-la-legalisation-de-se-marier-et-d-avoir-des-relations-sexuelles-avec-des-enfants.html

OCP Icon of St. Gregorious of Parumala Venerated in Cameroon

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on OCTOBER 4, 2016

in FEATURED NEWSNEWSOCP SOCIETY NEWS

14469616_10210890670445677_6404632289739027586_n

collage

OCP News Service- 10/4/16

Cameron: Icon of St. Gregorious of Parumala of (Orthodoxy Cognate PAGE- Pan-Orthodox Christian Society) was venerated in Cameroon by  several Oriental Orthodox Christian faithful. The veneration was presided by Metropolitan Mor Mariam Philipose who is the Primate of the Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone Church (a small Oriental Orthodox Church based in Paris- France).

The veneration ceremony was held during the Apostolic Visit of Metropolitan Mor Mariam Philipose in the first week of .October 2016. Cameron Mission of the Church is vibrant and growing in numbers.

OCP Delegation Meets Metropolitan- Primate Mor Mariam Philipose of Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone Church:

Earlier, the Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone Church community in France venerated the Icon in the month of October 2015.

OCP Icon of St. Gregorious of Parumala Venerated in France:

The OCP Icon of St. Gregorious of Parumala (the first canonised Indian Saint) is a symbol of Pan-Orthodox Christian Unity. The icon was written by Eastern Byzantine Orthodox monks and the original is preserved at the OCP Chancellors residence in Chicago.

Source:
OCP News Service

His Holiness Abune Mathias I,

Sixth Patriarch and Catholicos of Ethiopia,

Archbishop of Axum and Ichege of the See of

Saint Taklehaimanot, will be offering a

fraternal visit to the Malankara

Orthodox Syrian Church during the

second week of November 2016.

 

His Holiness will be the chief guest of the Bicentennial Memorial of Sabha Jyothis Pulikkottil Joseph Mar Dionysius I, which will be held at Kunnamkulam, Kerala on 20th November, 2016.

The Malankara Orthodox Syrian Church, and the Ethiopian Orthodox Church belong to the family of Oriental Orthodox Churches which enjoy full communion with each other. His Holiness Patriarch Mathias and His Holiness Catholicos Paulose II, have strived to strengthen the relationship between the two sister Churches, as well as the greater Oriental Orthodox Church.

In March 2013, His Holiness Moran Mar Baselios Marthoma Paulose II, Catholicos of the East participated in the Enthronement of His Holiness Patriarch Abune Mathias I at the Holy Trinity Cathedral in Addis Ababa.

The last time a ruling Patriarch of the Ethiopian Church offered a fraternal visit to the Malankara Church was in December 2008 by the then Ethiopian Patriarch, His Holiness Abune Paulos of Blessed Memory.

Sa sainteté abune Mathias Ier, sixième patriarche et catholicos de l'Éthiopie et archevêque d'aksoum  offre une visite fraternelle à l'église malankare orthodoxe au cours de la deuxième semaine du mois de novembre 2016.

Sa sainteté sera l'invité d'honneur lors du mémorial du bicentenaire de sabha jyothis pulikkottil Joseph Mar Denys, qui se tiendra au kerala kunnamkulam, le 20 novembre, 2016.

L'Église Malankare orthodoxe, et de l'église orthodoxe éthiopienne appartiennent à la famille des églises orientales orthodoxes qui jouissent de la pleine communion les unes avec les autres.
 
Sa sainteté le patriarche Mathias et sa sainteté le catholicos paulose II, ont œuvré pour renforcer la relation entre les deux  églises-soeurs, l'Eglise Ethiopienne est la plus grande Eglise orthodoxe orientale.

En Mars 2013, sa sainteté Moran Mar Baselios Marthoma Paulose II, catholicos de L'Orient ont participé à l'intronisation de sa sainteté le patriarche abune Mathias 1er à la cathédrale de la Sainte Trinité à Addis-Abeba.

.
5 octobre 2016
 
 

« Tu aides les mécréants », une voix anonyme menaçait hier soir Nadia Remadna, présidente de la Brigade des Mères, menace sur ses enfants aussi « On sait où tes gosses vont à l’école » ou plus grave cette menace de viol à peine voilée « Ta fille est très belle » avant de terminer par un étrange « On va t’envoyer des vraies mères musulmanes », cette dernière menace a été exécutée ce matin.

En partant pour son travail, Nadia a été prise à partie en bas de chez elle par un groupe de femmes voilées brandissant des pancartes « On veut de mosquée pas des écoles », elles répondaient au message de Nadia au 20h de TF1 qui elle disait « On veut plus d’écoles pas des mosquées ». 

Nadia Remadna n’est pas en sécurité parce qu’elle dénonce l’islamisme. Où sont les belles voix toujours si promptes à dénoncer l’islamophobie quand une Française de confession musulmane se voit menacer avec sa famille par des salafistes ?
Où sont les islamo-gauchistes toujours prêts à défendre la Musulmane voilée quand celles qui ne le sont pas subissent des pressions pour adopter les rites de l’islam radical.

Aujourd’hui Nadia Remadna défend la République et la laïcité au péril de sa vie et contre une partie de la gauche, abandonnée par une municipalité démissionnaire, et des politiques incapables d’assurer notre sécurité.

Sevran est une ville tombée entre les mains des islamistes, Sevran est devenu un Khalifa à 40 minutes de Paris.
Partout l’islam radical s’est substitué à la République dans cette ville, je le redis, et je pèse mes mots : la ville de Sevran est un territoire annexé par l’islamisme, un territoire où des Français qui choisissent de ne pas se soumettre à ces nouveaux maîtres se mettent gravement en péril.

Ahmed Meguini

Source : laicart.org

4 octobre 2016

Un TGV près de l'usine d'Alstom à Belfort (Reuters)

"Mardi, nous sauverons le site d'Alstom à Belfort", a assuré dimanche sur RTL le Premier ministre Manuel Valls, promettant "un certain nombre de pistes concrètes" pour maintenir l'activité ferroviaire du site et "surtout, d'engager l'avenir de cette grande entreprise dans la durée".

(...)

En coulisse, l'État fait pression sur la SNCF pour qu'elle accélère ses commandes de six TGV pour la ligne Paris-Turin-Milan. Ce contrat assurerait quelques mois de travail aux ateliers de Belfort. Mais il représente une dépense de 200 millions d'euros pour la compagnie, qui espère faire baisser les prix de 10%. La prise en charge du surcoût serait encore en négociation entre l'État, Alstom et la SNCF.

L'entreprise publique dirigée par Guillaume Pepy sera aussi mise à contribution via le projet TGV du futur. Elle doit concevoir en partenariat avec Alstom la cinquième génération de trains à grande vitesse avant la fin 2017.

 

50 milliards d'euros de dette

L'État peut enfin lancer des commandes de trains d'équilibre du territoire plus connus sous le nom d'Intercités placés sous sa houlette. L'exécutif observe aussi de près le déroulement de l'appel d'offres portant sur les rames de RER nouvelle génération pour la SNCF Île-de-France.

Lire aussi : Comment l'Etat peut agir pour sauver Alstom

"Le gouvernement va encore refiler la patate chaude à la compagnie, déjà saturée de matériel. Il va exiger qu'elle plombe ses comptes sans avoir d'autre choix que de céder. Usagers et contribuables seront pénalisés", tonne Gilles Savary, député PS de Gironde.

Avec une dette abyssale de près de 50 milliards d'euros, la SNCF ne peut jouer les saint-bernards.D'autant que, mi-septembre, le gouvernement s'est prononcé contre la reprise de la dette de la SNCF Réseau pour ne pas dégrader le budget de l'État. Une bonne partie de l'endettement est liée à la construction des nouvelles lignes à grande vitesse vers Bordeaux, Montpellier…

Jeudi, la commission des finances du Sénat a préconisé de geler ces projets pour privilégier la rénovation du réseau, devenu vétuste. La Cour des comptes a déjà sonné l'alarme. Et l'accident de Brétigny (Essonne) en juillet 2012 a révélé les risques pour la sécurité des voyageurs.

SOURCE

‘WITH LOVE FOR TRUTH’ On Patriarch-Catholicos Ilia II and the visit of Pope Francis to Georgia

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on OCTOBER 5, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

pravoslavie.ru – 5/10/16

From Sept. 30 to Oct. 2 Pope Francis visited the ancient Orthodox nation of Georgia, celebrating Mass in a Tbilisi stadium on Saturday, Oct. 1 for the capital’s small Catholic population.

Hierarchs of the Georgian Orthodox Church were noticeably absent.

As it should be.

The media is variously reporting the absence of any official Georgian Orthodox delegation as a “shun,” a “snub,” and that the Pope was met “with disregard.” That such headlines are false and inflammatory is obvious in that the pope visited the nation by the invitation of the president and His Holiness Patriarch-Catholicos Ilia II himself, who greeted him at the airport and met with him in an official capacity.

Moreover, the pope was welcomed to the Svetitskhoveli Cathedral in Mtskheta where he exchanged speeches with His Holiness in the presence of a number of hierarchs, clergy, monastics, and faithful.

What we see is that, in fact, the pope was met with the same respect given to any visiting dignitary. The pope himself, upon his departure, expressed his gratitude at being so warmly received. But His Holiness Ilia II also respectfully maintained his own integrity and that of the Orthodox faith and Church, given to us by Christ through His Apostles.

At Saturday’s Mass, Pope Francis declared: ““We should work together. We should respect each other and pray together. This is ecumenism.”

It is precisely this ecumenism that the Georgian Orthodox Church understands, and rightfully rejects, not out of any hatred or chauvinism, but the righteous desire to preserve intact the deposit of faith entrusted to the hierarchs and all the faithful.

The Church and its faithful are guided by the dictum “lex orandi, lex credendi”—the rule of prayer is the rule of faith—that is, the Church believes what it prays, and prays what it believes, and therefore, unity of faith is an obvious and necessary presupposition for unity in prayer.

The absence of unity of faith between the Orthodox Church and the Catholic confession is obvious, and so should be the absence of unity in prayer. Mutual respect is not enough to bind us together in Christ, for respect that disregards truth is no respect at all, and it certainly is not love.

In his Oct. 1 speech at Svetitskhoveli Cathedral, the pope invoked the holy Apostle Paul, saying, “Those baptized in Christ, as Saint Paul teaches, have been clothed in Christ. Thus… we are called to be ‘one in Christ Jesus’ and to avoid putting first disharmony and divisions between the baptized, because what unites us is much more than what divides us.”

In the eyes of the media, the Georgian Orthodox Church’s seeming rejection of the ideal of unity and harmony is a “shun” and a “snub,” but what Pope Francis failed to mention, and which, naturally, the secular media fails to understand, but which those of an Orthodox consciousness can never forget, is that St. Paul spoke not merely of unity in baptism, but rather of One Lord, one faith, one baptism, which bind us together in one body, and one Spirit (Ephesians 4:4, 5). Baptisms not of one faith are indeed not one baptism. Baptism is unto union with the Body of Christ, and therefore, naturally, cannot happen outside of that Body of Christ.

In a statement on the Georgian Patriarchate’s website, the Church reminded the faithful that: “As long as there are dogmatic differences between our churches, Orthodox believers will not participate in their prayers,” which is entirely in keeping with the God-breathed universal canonical Tradition of the Church.

Canon 10 of the Holy Apostles reads: “If one who is not in communion prays together, even at home, let him be excommunicated,” and Canon 45: “A Bishop, or a Presbyter, or a Deacon that only prays together with heretics, should be excommunicated; if he has permitted them to perform anything as Clergymen, let him be defrocked.” Thus, we can see that His Holiness preserved his own good standing in the Church and the resilient witness of the Orthodox faith. Many later canons confirm and expound upon the norms laid down here.

For his part, the Catholic pontiff overlooked the vital dogmatic differences, insisting at his Tbilisi Papal Mass that Catholics ought never to proselytize the Orthodox, which would be “a grave sin against ecumenism,” in light of his belief that Orthodox and Catholics are brothers and sisters in the faith.

For the Orthodox, it would be precisely the notion that we must never seek to bring Catholics into the saving enclosure of the Orthodox Church that would be a sin, and a grave one at that, wholly lacking in love.

The Pope was met with respect and dignity, but not as a right-believing bishop of the true Church. He was neither invited to homilize during any Orthodox divine service, nor to bless the Orthodox faithful, nor was he seated upon any episcopal throne, nor was the liturgical Kiss of Peace exchanged—actions which would only wound the Orthodox conscience of the faithful, causing confusion and anger.

As a wise and discerning shepherd, Patriarch-Catholicos Ilia II maintained a balance between respect for his guest and respect for his own flock and Church, and his own ordination, with all its ensuing responsibilities, setting an example for Orthodox-Catholic interactions, and giving voice to the Orthodox truth in his ownspeech at Svetitskhoveli Cathedral:

“True faith, humbleness and our traditions—these are the ancient treasures that we preserve and will continue to do so in future. We greet you again and confess that our unity is in the true faithOnly true faithand love will open the path towards our communion.”

 

4 octobre 2016

(Les clichés suivants sont ceux de la visite du "Relais paroissial" Marie Rose Mystique de Mimboman Village (Yaoundé))

 

 

See original image

Programme des prochaines semaines au Monastère

 

Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de

 

Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

 

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

 

Au Monastère Syriaque de

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

 

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

 

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois

 

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

======

RETRAITE-PELERINAGE DE LIBERATION ET DE GUERISON INTERIEURE DES FESTIVITE DE ST GROGORIOS ET DE LA "TOUSSAINT"

See original image

 

Du 1er  au 6 dimanche Novembre

au Monastère Syriaque:

  

 Sanctuaires visités:

*Mardi 1er Novembre, Messe du jour au Sanctuaire N-D de Miséricorde, après-midi au Sanctuaire de Notre-Dame de Montligeon

*Mercredi 2 Novembre:Solennité de Saint Grégorios de Parumala au Monastère Syriaque

*Jeudi 3 NovembrePèlerinage à Notre-Dame de Pontmain et au Mont Saint Michel 

*Vendredi 4 Novembre, Messe au Monastère Syriaque  , vénération des reliques de la Ste Croix, cette journée au Monastère Syriaque est réservée aux confessions, prières de délivrances, prières de guérison intérieureselon la Tradition de l'Eglise.

*Samedi 5 Novembre,Messe au Monastère Syriaque,cette journée mariale est réservée aux confessions.L'après-midi, visite de Verneuil Sur Avre.

*Dimanche 6 Novembre: Pèlerinage à N-D de Miséricorde avec ce mois-ci une mémoire solennelle de Saint Gregorios. Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternel et du programme habituel.

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

_____________________

 

*Dimanche 6 Novembre au Monastère Syriaque:

  

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde

 

 'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Mère de Miséricorde, priez pour nous, secourez-nous!

 

et aux Saints du Kerala

 See original image

St Abraham Koorilose Bava, priez pour nous !

 

See original image

St Grégorios de Parumala, priez pour nous !


 

10h30, Messe , repas fraternel,possibilité de rencontrer un prêtre 

(Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

Ramassage des fidèles sur

 

*Paris: le Samedi 5 Novembre à 15 h 

 

au lieu de R.D.V habituel.

 

  

* Sunday, November 6:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


See original image 

 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

 

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.41.20.16.86).

 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Convocations :

Dimanche 6 Novembre :

« Réunion de travail » et

Assemblée Générale Extraordinaire

de l’Association de la Métropolie (Archidiocèse) de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thomas.

 

Chers amis.

Initialement, le 1er dimanche d’Octobre, dès mon retour du Cameroun devait réunir les bureaux (Conseils d’Administration) des deux associations cultuelle (De la Métropolie) et caritative pour, autour du repas fraternel partagé après la Ste Messe, une « Réunion de Travail » afin de collecter toutes les informations que Père Isaac et moi-même rapportions de cette visite pastorale et en tirer les conséquences.

Malheureusement, il semble que les convocations à la CARITAS ESOF n’aient pas été envoyées.

Trop peu des membres des Conseils d’Administrations étaient présents.

Face à un tel désengagement, je renonçais à faire quelque rapport que ce soit, attendant des jours meilleurs.

Veuillez noter que nous aurons une « réunion de travail », autour du repas fraternel, comme de coutume, le dimanche 6 Novembre 2016 pour chacune des deux Associations.

Pour l’Association de la Métropolie (Archidiocèse) de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma, elle sera doublée d’une Assemblée Générale Extraordinaire dont l’unique objet sera d’entériner un Legs fait à l’Archidiocèse.

Je compte sur vous !

Ces réunions prépareront également la bonne réception d’un bon ami , frère évêque et métropolite de l’Eglise-mère qui nous fait l’honneur de visiter notre Eglise locale Syro-Orthodoxe en fin Novembre début Décembre.

Dans l’amour du Christ Notre-Seigneur, votre fidèlement et respectueusement. Aloho m’barekh (Dieu vous bénisse) !

+Mor Philipose-Mariam , Chandai ce 3.X.16

 

P.S : Si vous étiez dans l’impossibilité de vous rendre à cette réunion, veuillez envoyer votre procuration au Monastère. Merci.

 

Ecologie chrétienne

Michel Maxime Egger qui anime à Béthanie un cycle d’enseignement sur l’écologie spirituelle écrit dans la revue Christus :

 « Créée ex nihilo (2 M 7, 28), elle (la création)  est par nature soumise à la loi du temps et menacée sans cesse d’un retour au néant d’où elle a été tirée. Elle ne peut échapper à cette finitude et accéder à la gloire promise qu’en étant unie et ramenée à cet au-delà d’elle-même qui est son origine? Dieu. Pour cela, elle a besoin de l’être humain; en attendant, elle gémit dans les douleurs de l’enfantement » [1]

Le christianisme ne s’oppose pas à l’écologie bien au contraire. Et si l’on en doutait les initiatives du Patriarche orthodoxe Bartholomée en faveur de la sauvegarde de la Création et celles récentes du Pape François avec son importante encyclique sur l’écologie prouveraient le contraire.

Je voudrais ici vous donner des pistes de réflexion à approfondir grâce aux liens vers  des sites, des pages ou des émissions que j’ai trouvés pour vous.

Il faut d’abord lire l’article fondamental « Bible et écologie – Protection de l’environnement et responsabilité chrétienne » de Frédéric Baudin sur le site de la Revue réformée. http://tinyurl.com/ecologie1 J’y ai appris incidemment qu’en hébreu, les verbes « cultiver » (avad) et « garder » (shamar) ont aussi une connotation religieuse: on garde les commandements de Dieu, et le verbe cultiver – travailler – peut avoir le sens de « rendre un culte », « servir Dieu ».

A compléter avec cet article cet article du Dr Patrick Theillierhttp://tinyurl.com/ecologie3 et celui des moniales de Solan http://tinyurl.com/ecologie2

La relation des chrétiens avec le préservation de la nature est analysée dans un très bon dossier de la Croix « Les chrétiens et l’écologie » http://tinyurl.com/ecologie4

Vous vous sentez prêts maintenant à  lire les 186 pages de l’encyclique  Laudato Si’ ? Lisez quand même d’abord l’article de Dominique Greiner dans le magasine La Croix qui vous donne plusieurs clés pour la comprendre.  http://tinyurl.com/ecologie5

L’encyclique est téléchargeable en ligne bien sûr http://tinyurl.com/ecologie6 mais pour quelques euros vous la lirez certainement plus confortablement  dans sa version papier.

Pour suivre l’actualité chrétienne de l’écologie il faut s’abonner et consulter en priorité le blog Eglises & écologies (E&E) un espace éditorial qui tente de suivre l'actualité des Eglises chrétiennes en lien avec les thématiques de l'écologie.http://tinyurl.com/ecologie8

Sur le site « Arbres et plantes de la Bible » en plus de nous offrir des informations sur ces végétaux les congrégations des frères et sœurs des campagnes publient des brèves d’actualité écologique chrétienne. http://tinyurl.com/ecologie15

De son côté le site « CHRÉTIENS UNIS POUR LA TERRE » est incontournable pour connaître les initiatives catholiques en matière d’écologie http://tinyurl.com/ecologie9

Pour ne pas sombrer dans une écologie chrétienne béate lisez aussi les articles que des chrétiens vivants de la vie du Christ et par là-même indignés publient sur ce site un peu décalé http://tinyurl.com/ecologie10

Si vous êtes plutôt « auditif » alors écoutez ces émissions sur le sujet :

Les chrétiens et l’écologie sur RCF http://tinyurl.com/ecologie11a ouhttp://tinyurl.com/ecologie11b mais pas seulement des chrétiens mais tous les citoyens de la terre ayant la conscience d’être partie prenante de la création comme le bouddhiste Trinh Xuan Thuan 

http://tinyurl.com/ecologie12 ou http://tinyurl.com/ecologie12a et aussi Jean-Marie-Pelt https://www.franceinter.fr/personnes/jean-marie-pelt ( et écouter l'AUDIO1 & AUDIOet Pierre Rabhi https://www.franceinter.fr/personnes/pierre-rabhi​ ( et écouter l'AUDIO )

Soyez-en convaincus l’urgence écologique est avant tout spirituelle, porté par la gratitude et la reconnaissance car la nature est un don du Créateur. http://tinyurl.com/ecologie16

Et dans la création nous pouvons contempler Dieu http://nq.st/creation​

[1] « Le respect de la Création », Christus n° 234 hors-série, mai 2012, p. 112.

Source: Le Blog de Seraphim

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 11,1-4.

Il arriva que Jésus, en un certain lieu, était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean le Baptiste, lui aussi, l’a appris à ses disciples. »
Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne.
Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour.
Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes, nous pardonnons aussi à tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous laisse pas entrer en tentation.»
 





Par Saint Augustin

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
Sermon 80 

 

« Apprends-nous à prier »

 

 

Croyez-vous, frères, que Dieu ignore ce qui vous est nécessaire ? Celui qui connaît notre détresse connaît d'avance aussi nos désirs. C'est pourquoi, quand il enseignait le Notre Père, le Seigneur recommandait à ses disciples d'être sobres de paroles : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l'ayez demandé » (Mt 6,7-8). Si notre Père sait ce qui nous est nécessaire, pourquoi le lui dire, même en peu de mots ? ... Si tu le sais, Seigneur, est-il même nécessaire de te prier ? 

Or celui qui nous dit ici : « Ne multipliez pas vos paroles dans vos prières » nous déclare ailleurs : « Demandez et vous recevrez », et pour qu'on ne croie pas que c'est dit en passant, il ajoute : « Cherchez et vous trouverez », et pour qu'on ne pense pas que c'est une simple manière de parler, voyez par où il termine : « Frappez, et on vous ouvrira » (Mt 7,7). Il veut donc que pour recevoir tu commences par demander, que pour trouver tu te mettes à chercher, que pour entrer enfin tu ne cesses de frapper... Pourquoi demander ? Pourquoi chercher ? Pourquoi frapper ? Pourquoi nous fatiguer à prier, à chercher, à frapper comme pour instruire celui qui sait tout déjà ? Et même nous lisons dans un autre endroit : « Il faut prier sans cesse, sans se lasser » (Lc 18,1)... Eh bien, pour éclaircir ce mystère, demande, cherche et frappe ! S'il couvre de voiles ce mystère, c'est qu'il veut t'exciter à chercher et trouver toi-même l'explication. Tous, nous devons nous encourager à prier.

 

 

“If the Holy Spirit is peace of soul, as He is said to be, and as He is in reality, and if anger is disturbance of heart, as it actually is and as it is said to be, then nothing so prevents His presence in us as anger.”

(St. John Climacus, Ladder of Divine Ascent)

 

 

The purpose of the Church is not only to obtain for people the forgiveness of sins but also their sanctification and enlightenment. Therefore, baptism is called Holy Light. Afterwards the presence of invisible light of divine grace begins in man. This light must be nurtured by faith and good works, through much prayer in the Christian life...The Transfiguration shows that the light gained through prayer and good deeds is sharing God himself, not just His gifts, but the very presence of his loving, sanctifying, illuminating and deifying Person. It is the Tabor Light or uncreated light of God's grace."

(Patriarch Daniel, 21st Century Romanian Primate)

"Pour les personnes, le but de l'église n'est pas seulement d'obtenir le pardon des péchés mais aussi leurssanctification et l'illumination.

Par conséquent, le baptême est appelée Sainte Lumière.

A partir de là commence la présence de la lumière invisible de la grâce divine  chez l'homme. Cette lumière doit être nourrie par la foi et les bonnes œuvres, au travers de beaucoup de prière dans la vie chrétienne... la transfiguration montre que la lumière a gagné par la prière et les bonnes actions, c'est le partage de Dieu lui-même, et pas seulement celui de ses présents, mais la présence même de son amour , la sanctification, qui illumine et en déifiant personne. C'est la lumière du tabor, la lumière de la grâce de Dieu."
(Patriarche Daniel, 21 st century primate roumain) 

 

Partager cet article

Repost 0

Recherche

Articles Récents

Liens