Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 20:51

.ΜΡ.ΘΥ__Παναγιa:

"O Holy Church,Praise the Son who by His fast taught her children to fight Satan.The gluttony which killed our father Adam.Through that great– transgression. Of the Lord's commandment. Has now been expelled…Barekmor"

Chers amis. Aloho m'barekh ( Dieu vous bénisse )

Alors que nos frères et soeurs de rite latin entrent aujourd'hui en Carême par l'émouvante cérémonie des cendres , nous continuons l'entraînement du Grand Carême.

Nous célébrerions dimanche dernier le 1er dimanche du Grand Carême et, lundi, l'Office de Réconciliation (Tellement significatif ) qui en marquait l'entrée.

Ce soir à Jauldes, je réunirai,après leur travail (À 18h 30 ) , les fidèles qui voudront manifester leur solidarité fraternelle avec les Chrétiens d'autres confessions qui entrent en Carême.

N'oublions-pas qu'en ce mois de Mars l'Occident Chrétien prie particulièrement St Joseph, modèle des âmes contemplatives.

Ce sera aussi pour nous ce soir de nous confier à son intercession et le moyen de me manifester notre proximité avec tous ces Chrétiens avec lesquels, dans l'unanimité du Témoignage et la richesse des Traditions diverses nous ne formons qu'une seule et grande famille :l'Église du Christ.

Ces fidèles réunis ce soir autour de moi manifesteront leur proximité priante et filiale alors que je m'apprête demain à accomplir une visite des fidèles du Limousin en allant à Paris où j'assumerai vendredi et samedi une "permanence pastorale" avant de faire (samedi après midi ) le ramassage des fidèles de Paris et sa région pour le Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde et aux Sts du Kerala au Monastère.

Merci Seigneur pour l'amour qui unit ensemble clergé et fidèles en une seule et sainte famille !

Abouna Isaac a déjà commencé une "permanence pastorale " à Caen au bénéfice des fidèles de notre "relais paroissial St Michel ".

Aujourd'hui mercredi, Cécile Lepla assure le Catéchisme au Monastère.

Je vous laisse ici cette belle méditation de Saint Sévère d'Antioche, défenseur de la Foi orthodoxe, qu'elle soit en ce Saint Temps une lumière sur vos pas pour mieux vivre l'Evangile de Vérité, d'Amour, de Justice et de Paix !

Votre fidèlement dévoué en Notre Seigneur. Aloho m'barekh !

+ Mor Philipose , Jauldes ce 1.III.17 
--------------------------------------------

L’image contient peut-être : 1 personne

Meditation by Mor Severus for Luke 4: 1-13

Fasting does not bring tablets of stone, but brings us to the love of Christ Himself, God, the Legislature and the King, Who fasted this fast for us.
When was the healing doctor in need of medication?

The drugs do not really benefit the patients. How can the One Who never knew sin be laid among patients?

for our sake and for the sake of our salvation He was glorified, and fasted for us, and not for necessity. The Apostle Paul testifies about this and says, " For you know the generous act of our Lord Jesus Christ, that though he was rich, yet for your sakes he became poor, so that by his poverty you might become rich"

(2 Corinthians 8: 9).
God is not in need of anything. And by His grace to us, He became poor for us while He is the Rich One...
The Incarnate God did not fast for necessity, but He fasted to teach us. When He was hungry, it was truly His will, for He is Who drives the laws of nature.
Similarly, when He came to bind the strong through the greatness of His divine power and take his weapons, "But when one stronger than he attacks him and overpowers him, he takes away his armor in which he trusted and divides his plunder" (Luke 11:22), this was indeed for us, we who were under the control of Satan. Christ took the trial Himself and repelled the enemy’s attacks, replying in a modest and human manner to his cunning words.

And through that, He gave us the teachings that we should follow during the battles, and gave us exercises that make us transcend towards perfection, as well as break the enemy's strength.

The Apostle Paul says: “Because he himself was tested by what he suffered, he is able to help those who are being tested.”

(Hebrews 2:18)

By drawing to us the manner we should face our trials, Our Lord Jesus Christ gives us a powerful support that is enough to repel the tempter.

Christ’s experience was not then because of weakness.

How could this trial be from weakness if it gave support for those being tested?

 

(From Cathedral Homily 105 of Mor Severus about Great Lent)

 

____________________________

 

L’image contient peut-être : 1 personne

Méditation par Mor Severus

pour Luc 4: 1-13


Le jeûne n'apporte pas de tablettes de pierre, mais nous amène à l'amour du Christ Lui-même, Dieu, le Législature et le Roi qui assuma ce jeûne pour nous.
Quand donc le médecin soignant a-t-il besoin de médicaments? Les médicaments ne profiteraient pas vraiment aux patients.

Comment celui qui n'a jamais connu le péché peut-il être compté parmi les malades?


Pour notre bien et pour notre salut, il a été glorifié, et a jeûné.

/Il a jeûné/ pour nous et non pour ses besoins. L'Apôtre Paul en témoigne et dit:

«  Vous connaissez en effet le don généreux de notre Seigneur Jésus Christ : lui qui est riche, il s’est fait pauvre à cause de vous, pour que vous deveniez riches par sa pauvreté. »
(2 Corinthiens 8: 9).


Dieu n'a besoin de rien. Et par sa grâce pour nous, il devint pauvre pour nous alors qu'il est le riche ...


Le Dieu Incarné ne jeûna pas par nécessité, mais pour nous enseigner.

Quand Il eut faim, c'était vraiment Sa volonté, car Il est Celui Qui dirige les lois de la nature.


De même, quand il vint lier les forts par la grandeur de sa puissance divine et prendre ses armes, (Ainsi qu'il est écrit:)

"  Mais si un plus fort survient et triomphe de lui, il lui enlève son armement auquel il se fiait, et il distribue tout ce dont il l’a dépouillé. "

(Luc 11:22), c'était bien pour nous qui étions sous le contrôle de Satan! 

Le Christ a assumé Lui-même la sentence et repoussé les attaques de l'ennemi, en répondant avec modestie et d'humaine manière à ses paroles astucieuses.


C'est grâce à cela, qu'Il nous a donné les enseignements que nous devrions suivre lorsque nous livrons batailles, et nous nous donne les exercices qui nous conduisent vers la perfection et nous permettent de briser la force de l'ennemi.


L'Apôtre Paul dit:

 "Et parce qu’il a souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion, il est capable de porter secours à ceux qui subissent une épreuve. "
(Hébreux 2:18)


En nous attirant dans la manière dont nous devrions faire face à nos épreuves, Notre Seigneur Jésus-Christ nous donne un puissant soutien qui suffit à repousser le tentateur.

La faiblesse n'induisait pas l'expérience assumée par le Christ .

Comment ce procès pourrait être dû à la faiblesse s'il soutient ceux mis qui sont testés?
 

(De la Cathédrale Homélie 105 de Mor Severus au sujet du Grand Carême)

/Traduction par votre serviteur/

L’image contient peut-être : texte

This Wednesday March 1st

is the '1st Wednesday of the Great Lent' (sawme rabo/valiya nombu) according to the liturgical calendar of the Malankara Syrian Orthodox Church.

In the Gospel of St. Matthew our Lord chastises those who fast to keep up appearances in public & glorify themselves in society.

Instead, Christ tells us

"That thou appear not unto men to fast, but unto thy Father which is in secret: and thy Father, which seeth in secret, shall reward thee openly."

Religious fasting is a duty required of the disciples of Christ.

Our fast should be between us and the heavenly father, not for public display.

Our righteousness in secret will be rewarded publicly in the eyes of others by God's grace.

Hymn from the Eniyono of Tuesday Saphro (morning prayer): Syriac- Lekh Netkashaf

"O Holy Church,Praise the Son who by His fast taught her children to fight Satan.The gluttony which killed our father Adam.Through that great– transgression. Of the Lord's commandment. Has now been expelled…Barekmor"

The Holy Bible readings for this day are:

Evening:
St. Matthew 6: 19-24
St. Luke 16: 14-18

Morning:
Genesis 1: 14-18
Isaiah 13: 6-13
St. James 2 : 1 - 13
Romans 2:7-24
St. Matthew 6: 25-34

Tone of the day for hymns: 5

________________

L’image contient peut-être : 2 personnes

«O Sainte Église, Louez le Fils qui, par son jeûne, a enseigné à ses enfants à combattre Satan.

La gourmandise qui tua notre père Adam par la grande transgression du commandement du Seigneur est maintenant  expulsée ... Barekmor"

  Méfions-nous du « c'est comme ça »  
Alors que nos frères et soeurs de rite latin entrent aujourd'hui en Carême par l'émouvante cérémonie des cendres , nous continuons l'entraînement du Grand Carême, il nous faut demander une grâce au Seigneur,tout de suite et avec FORCE !  Il nous faut demander la grâce du VÉRITABLE désir d’arriver à Pâques avec un cœur prêt à recevoir la grâce de la Résurrection.

Que notre fidélité personnelle fasse honneur à

 

ceux de nos frères et soeurs qui, de par le monde,

 

subissent le 

 

Martyr pour le Christ Chemin, Vérité et Vie.

 
En effet, l'un des dangers de la vie spirituelle est de croire que rien ne peut vraiment changer, que tout reste pareil quoi qu'il arrive : c’est « comme ça » et finalement tout va bien « comme ça » ! Et c'est « comme ça » qu'on s'installe doucement, voire confortablement, dans une vie chrétienne médiocre...

  Faisons grandir notre amitié avec le Seigneur  
Soyons en sûrs, Le Carême est un nouveau commencement, un chemin qui conduit à une destination sûre : la Pâques de la Résurrection, la victoire du Christ sur la mort. Cette période liturgique nous adresse à tous et chacun un appel pressant à la conversion :

En effet,le chrétien est appelé à revenir à Dieu « de tout son cœur » (Jl 2,12) pour ne pas se contenter d’une vie médiocre, mais grandir dans l’amitié avec son Seigneur. 

"C'est maintenant le temps favorable, c'est maintenant

 

le temps du salut"!

 

Changeons nos coeurs, convertissons-nous ,soyons les

 

témoins de la Bonne Nouvelle du Salut, prions pour notre

 

Patrie, pour la Paix, pour l'unité du monde par et dans la

 

Grâce du Saint Esprit que nous a acquis à si haut prix le

 

Christ Prince de la Paix, le "Divin Roi d'Amour". . 

L’image contient peut-être : 2 personnes, texte

 

  Aujourd'hui, je fais un pas                                                          

Alors que nos frères de rite occidental recevront aujourd'hui les cendres, je réunirai,après leur travail (Ce soir à Jauldes à 18h 30 ) , les fidèles qui voudront manifester leur solidarité fraternelle avec les Chrétiens d'autres confessions qui entrent en Carême.

Avec nos frères et soeurs de Rite latin, demandons au Seigneur la grâce de nous engager chacun un peu plus profondément encore dans ce temps d’heureuse contrition avec détermination, en nommant un effort particulier (bienveillance, fidélité à la prière, la patience…)
Et je 
crois avec force que le Seigneur va m’aider tout au long de ce Carême à préparer mon cœur, par la fidélité à cet effort, à recevoir la grâce de sa joie pascale !

 

Seigneur et maître de ma vie,

ne m'abandonnez pas à l'esprit d'oisiveté, d'abattement, de domination et de vaines paroles.
 

(grande prostration)
Mais accordez-moi l'esprit d'intégrité, d'humilité, de patience et d'amour, à moi Votre serviteur.

 

(grande prostration)
Oui, Seigneur Roi, donnez-moi de voir mes fautes et de ne pas juger mon frère, car Vous êtes béni dans les siècles des siècles. Amîn.

(grande prostration)

Ô Dieu, purifiez-moi , pêcheur.
(12 fois, 
avec petites Inclinations)
puis , une nouvelle fois, la prière toute entière :

Seigneur et maître de ma vie, ne m'abandonnez pas à l'esprit d'oisiveté, d'abattement, de domination et de vaines paroles.
Mais accordez-moi l'esprit d'intégrité, d'humilité, de patience et d'amour, à moi Votre serviteur.

Oui, Seigneur Roi, donnez-moi de voir mes fautes et de ne pas juger mon frère, car Vous êtes béni dans les siècles des siècles. Amîn.


(grande métanie à la fin)

(Prière de Saint Ephrem pour le Carême)

 

Aucun texte alternatif disponible.

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Aucun texte alternatif disponible.

Livre de Joël 2,12-19.

Voici ce que dit le Seigneur : Revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, dans les larmes et dans des gémissements.
Déchirez vos cœurs, et non vos vêtements, et revenez à Yahweh, votre Dieu ; car il est miséricordieux et compatissant, lent à la colère et riche en bonté, et il s'afflige du mal qu'il envoie. 
Qui sait s'il ne reviendra pas et ne se repentira pas, et s'il ne laissera pas après lui une bénédiction, l'offrande et la libation pour Yahweh, notre Dieu ? 
Sonnez de la trompette en Sion, publiez un jeûne, convoquez une assemblée. 
Assemblez le peuple, publiez une sainte réunion, rassemblez les vieillards, réunissez les enfants et les nourrissons à la mamelle. Que le nouvel époux quitte sa chambre, et l'épouse son pavillon. 
Qu'entre le portique et l'autel, les prêtres, ministres de Yahweh, pleurent, et qu'ils disent : " Yahweh, épargnez votre peuple, et ne livrez pas votre héritage à l'opprobre, pour être l'objet des moqueries des nations. Pourquoi dirait-on parmi les peuples : où est leur Dieu ? " 
Yahweh a été ému de jalousie pour son pays, et il a eu pitié de son peuple. 
Yahweh a répondu et dit à son peuple : Voici que je vais vous envoyer le blé, le vin nouveau et l'huile, et vous en serez rassasiés et je ne ferai plus de vous un sujet d'opprobre parmi les nations. 

 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6,16-21.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Quand vous jeûnez, ne prenez pas un air triste comme les hypocrites, qui s'exténuent le visage afin que les hommes s'aperçoivent qu'ils jeûnent. En vérité je vous le dis, ils ont reçu leur récompense.
Pour toi, quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, 
afin qu'il ne paraisse pas aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est présent dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. 
Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où les voleurs percent les murs et dérobent. 
Mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où ni la teigne ni les vers ne consument, et où les voleurs ne percent pas les murs ni ne dérobent. 
Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. 

 

Aucun texte alternatif disponible.



Saint Maxime de Turin

(?-v. 420), évêque 
Sermon 28, PL 57, 587s = CC Sermon 35, p.136s (trad. Les Pères dans la foi, Migne 1996, p. 92s) 

 

Quarante jours qui nous conduisent vers le baptême dans la mort et la résurrection du Christ

 

« Au moment favorable, je t'ai exaucé ; au jour du salut je t'ai secouru » (Is 49,8).

L'apôtre Paul continue la citation par ces mots :

« Le voici maintenant le moment, le voici maintenant le jour du salut » (2Co 6,2).

A mon tour je vous prends à témoin, voici venus les jours de la rédemption, voici venu en quelque sorte le moment de la cure spirituelle ; nous pouvons soigner toutes les souillures de nos vices, toutes les blessures de nos péchés, si nous prions constamment le médecin de nos âmes, si... nous ne négligeons aucune de ses prescriptions... 

Le médecin est notre Seigneur Jésus, qui a dit :

« C'est moi qui fais mourir, c'est moi qui fais vivre »

(Dt 32,39).

Le Seigneur fait d'abord mourir, puis redonne la vie. Par le baptême, il détruit en nous adultères, homicides, crimes et vols ; puis il nous fait revivre, en hommes nouveaux dans l'immortalité éternelle.

Nous mourons à nos péchés, évidemment par le baptême, nous reprenons vie dans l'Esprit de vie...

Livrons-nous à notre médecin avec patience pour recouvrer la santé.

Tout ce qu'il aura décelé en nous d'indigne, de souillé par le péché, de rongé par les ulcères, il le taillera, le coupera, le retirera pour ne laisser subsister en nous, une fois éliminées toutes les blessures du démon, que ce qui appartient à Dieu. 

Voici la première de ses prescriptions :

consacrer quarante jours au jeûne, à la prière, aux veilles.

Le jeûne guérit la mollesse, la prière nourrit l'âme religieuse, les veilles repoussent les pièges du diable.

Après ce temps consacré à toutes ces observances, l'âme, purifiée et éprouvée par tant de pratiques, parvient au baptême.

Elle reprend des forces en se plongeant dans les eaux de l'Esprit : tout ce qui avait été brûlé par les flammes des maladies renaît de la rosée de la grâce du ciel...

Par une nouvelle naissance, nous renaîtrons autre. 

_______________

Aucun texte alternatif disponible.

« « Qu'importe à l'homme de gagner l'univers, s'il vient à perdre son âme ? » (1)

S'il perd son âme, qu'aura-t-il en échange ?... L’Évangile nous montre quelle sécurité offrent les trésors de la terre : « Ne thésaurisez pas en ce monde, disait Notre-Seigneur à ses disciples, car ici-bas la rouille et les vers détruisent les trésors, et les voleurs fouillent le sol qui le recèle et les dérobent. » (2) Et dussions-nous les conserver toujours, ces trésors de la terre, dans quelle mesure satisferaient-ils les aspirations de notre âme, faite pour les délices toutes spirituelles de Dieu Lui-même ?

Laissons-nous pénétrer de cet enseignement divin et donnons tout notre cœur à Celui qui est le seul trésor de notre éternité : « Car là où est votre trésor, là est aussi votre cœur. » (3) La vie s'en va très vite, la mort approche chaque jour ; l’Église veut que nous y pensions sans cesse, envoyant devant nous au ciel, tous nos désirs. Ne soyons pas comme ces mondains si terrestres qu'ils voudraient s'éterniser ici-bas, ne concevant et, en conséquence, ne convoitant que les jouissances animales : « Ils sont comparables à des animaux sans raison et leur sont devenus semblables. » (4)

C'est là le sort de l'homme charnel qui ne comprend pas l'esprit de Dieu ; mais notre vocation toute spirituelle nous crée le devoir quotidien de réagir contre ces tendances dégradantes, et l'austérité plus grande du temps du Carême doit accroître notre énergie dans cette lutte à soutenir contre la nature et l'enfer : « Faites, Seigneur, que dans nos combats contre la malice infernale, nous soyons munis des secours de la mortification. » (5) Nous Vous le demandons par le tout-puissant Vainqueur que Vous avez envoyé du ciel pour opérer notre délivrance : « Le Seigneur m'a envoyé du ciel un libérateur, qui a confondu mes oppresseurs. » (6)

Ô Vierge, qui êtes une armée rangée en bataille contre les esprits de l'abîme, faites-nous triompher dans les combats de l'amour ! »


1. Matth. XVI, 26. - 2. Matth. VI, 19. - 3. Matth. VI, 21. - 4. Ps. XLVIII, 13. - 5. Oraison après les Cendres. - 6. Graduel.

Méditations cartusiennes pour tous les jours de l'année par un Chartreux, Tome premier (Mercredi des Cendres, Second Point), Imprimerie de Parkminster, Partridge Green, Sussex, 1920.

L’image contient peut-être : 1 personne

Premier Jour

Prions, afin que pendant ce mois il ne se commette pas de péché grave (Qui coupe la relation avec Dieu, Source et Finalité de nos vies) dans notre famille

Saint Joseph est le protecteur des enfants

Les enfants lui rappellent Jésus dans son jeune âge, alors qu’il lui était permis de le caresser, de le soigner, de se dévouer pour lui avec plus de sollicitude.
Enfants, si vous voulez rester innocents, aimez à travailler, à prier, à vous récréer sous le regard paternel de S. Joseph.
Représentez-vous ce bon vieillard se penchant vers vous, écartant le démon, attendant vos demandes, et allant lui-même les présenter à Jésus, qui ne refuse rien à son Père de la terre… Chaque année, au mois de mars, on voit des conversions, on a à signaler des faveurs particulières obtenues par S. Joseph.

(RESOLUTION: Je mettrai aujourd’hui par écrit les grâces que je veux obtenir par l’intercession de S. Joseph ; je les lui rappellerai tous les jours, et je m’imposerai quelques petites pratiques de piété en son honneur.)
____________________________
 
Deuxième Jour

Prions, afin que nous ne nous laissions pas aller, aujourd’hui, à des moments de mauvaise humeur.

Saint Joseph était affectueux pour tous

Comme on devait s’aimer dans cette petite maison de Nazareth où l'Amour de Charité unissait les coeurs pour le salut du monde !
Mon Dieu, le ravissant tableau qui se présente à mon regard :
*Marie cherchant tout ce qui peut plaire à Jésus ;
*Jésus devinant tout ce qui peut contenter Marie ;
*Joseph contemplant l'oeuvre du salut commençant sous ses yeux et faisant tout ce qu’il peut, pour que tout concourt à sa réalisation !
Ô délicieux intérieur, qu’il nous serait si facile de renouveler au milieu de nous !
Que faisons-nous de notre faculté d’aimer, si nous ne l’employons pas à rendre heureux ceux qui nous entourent en favorisant leur union à Dieu et, de ce fait, leur épanouissement personnel?

Comme vous, aujourd’hui, S. Joseph, je ferai tout ce que je pourrai, afin que personne ne souffre de rien.

 

Aucun texte alternatif disponible.

Poème:

En ce carême
Je voudrais entrer chez Toi,
Avec en bouche un « je t’aime »
À chanter sous tous les toits ;

Je voudrais t’offrir ma gerbe
De fleurs épanouies de foi,
Jeûner de tout sauf ton Verbe
Qui me comble à chaque fois.

En ce jour du Mardi gras
Je tomberai sous ta Grâce,
Délaisserai l’apparat
Pour suivre déjà ta Trace…

Jusqu’à ce profond désert
Qui, du mal, me purifie,
Où mon ombre au front couvert
À ton Éclat se confie.

Et durant quarante jours
Je te tiendrai compagnie ;
J’aurai pour pain ton Amour,
Pour bain, ta Source infinie.

Avec toi je ferai face
Aux tentations du Malin ;
Je verrai ta Sainte Face
Briser son attrait vilain.

En cette entrée en carême
Je voudrais franchir le seuil
Et me placer sous le thème
Du pardon et de l’accueil.

Je voudrais réduire en Cendres
Ma haine et ma vanité,
Grimper et ne plus descendre,
Au mont de la sainteté.

Je voudrais prendre ta Voie,
Déchargé et démuni,
Faire du jeûne une Joie
Qui allège et rajeunit.

Dans le désert du carême
De rigueur je me repais
Pour recevoir un baptême
De fraîcheur, de dons, de paix.

En cette entrée en carême
J’entre dans ton Sacré-Cœur
Pour m’embaumer de son Chrême
Et fleurir d’un nouveau cœur.

Durant cette traversée
Je connaîtrai ta Saison ;
Par ta manne déversée
J’engloutirai l’horizon.

Sous ton insondable tente
Je vivrai ta Vérité ;
J’entendrai ta voix qui chante
L’hymne de la charité.

Je goûterai l’espérance,
J’absorberai tes vertus ;
Déjà pendant que j’y pense
Tous mes soucis se sont tus !

À ma sortie du carême
J’entrerai dans ta Cité,
Rassasié de ton « Je t’aime »
Et le corps ressuscité.

 

_____________

Nul n'est vraiment riche, sinon celui qui porte toujours le Christ et Sa grâce en son coeur.
(St Jean de Cronstadt, Ma vie en Christ )

 

There is no one richer than the man who always bears Christ and His grace in his heart.
St John of Kronstadt, My Life in Christ

 

SAINT(S) DU JOUR:

1er Mars:

Saint Aubin

Évêque d'Angers

(469-549)

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Aubin, évêque d'Angers"

 

La  vie admirable et pleine de faits merveilleux de ce saint évêque  d'Angers a été écrite par saint Fortunat sur des témoignages  contemporains de la plus haute valeur. Son récit est corroboré par celui  de saint Grégoire de Tours et offre par conséquent les garanties de  l'authenticité la plus exacte.

 

Albinus  - dont nous avons fait Aubin - naquit près d'Hennebont, à Languidic,  sur les bords du Blavet. Son père, d'une noblesse incontestée, était  peut-être le fameux chef des Armoricains, nommé aussi Albinus, assez  puissant pour s'opposer aux desseins d'Aetius. L'enfant fut, dès ses  premières années, animé d'une foi vive et pratique, dont les fruits ne  tardèrent pas à éclore.

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Aubin, évêque d'Angers"

 

Tout  jeune homme, il renonça vaillamment aux avantages de la noblesse et de  la fortune, il brisa même avec l'affection maternelle et vint s'enfermer  dans un monastère dont le nom, défiguré sans doute par une erreur de  copiste, doit très probablement être reconnu comme celui du monastère de  Nantilly, près de Saumur.

Saint  Benoît venait de naître. La règle suivie à Nantilly fut la sienne plus  tard. Au temps où le jeune Aubin s'y présenta, c'était celle de saint  Augustin, presque la seule adoptée en Occident. Les religieux qui la  professaient portaient le titre de chanoines réguliers ; mais ils  étaient astreints à une stricte pauvreté, à une austère pénitence. A  Nantilly, toutes les vertus étaient en grand honneur.

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Aubin, évêque d'Angers"

 

Aubin,  dès le premier moment, se signala entre tous par sa ferveur, en  particulier par l'humilité sous laquelle il cachait soigneusement sa  naissance. Aussi, également aimé et estimé, il fut, en 504, à l'âge de  trente-cinq ans, élu à la charge d'abbé. Il s'en acquitta pour le plus  grand bien de ses frères, qui, sous son gouvernement tendre et ferme,  marchaient joyeusement vers la sainteté.

 

Il  y avait vingt-cinq ans qu'il dirigeait Nantilly, lorsque l'évêque  d'Angers, Adolphe, vint à mourir ; les électeurs furent unanimes pour  lui donner Aubin comme successeur. Ce ne fut pas sans peine néanmoins qu'ils lui arrachèrent son consentement. Il ne céda que devant leurs  instances et sur l'avis des évêques de la contrée, qui depuis longtemps  appréciaient la distinction de ses talents et la hauteur de ses vertus.  Saint Mélairce, évêque de Rennes, en particulier, fut ravi de ce choix ;  uni depuis longtemps au nouveau prélat par une étroite amitié, ce fut  lui sans doute qui le consacra. Cette année-là même (529), en effet, on  le voit à Angers en compagnie de trois autres saints évêques : saint  Laud de Coutances, saint Victorius du Mans, saint Mars de Nantes.

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Aubin, évêque d'Angers"

 

Dès  lors Aubin, se modelant sur le divin Pasteur, Jésus-Christ, se livra  tout entier au soin de son troupeau. Sa charité se portait surtout sur  les pauvres et les malades ; il s'abaissait pour eux aux soins les plus  humiliants. Mais une autre classe de misérables excita aussi sa  paternelle compassion : à cette époque, à la suite de l'invasion des  barbares, beaucoup de chrétiens étaient tombés dans l'esclavage. Le bon  évêque ne pourrait les voir sans larmes ; il consacra, à en racheter le  plus grand nombre possible, toutes les ressources que lui fournirent les  biens de son église, sa propre fortune, les aumônes qu'il sollicitait.  Il fut ainsi le digne prédécesseur des Jean de Matha, des Pierre  Nolasque, des Vincent de Paul.

 

Cette tendre charité, Dieu montrait par des miracles continuels combien elle était agréable à son cœur. Il semble, à lire la Vie d'Aubin, que le saint évêque les obtint particulièrement pour les aveugles! Mais il  guérit aussi nombre d'autres malades, des paralytiques, des possédés ;  il ressuscita même un mort, le jeune Alexandre, pour le rendre à ses  parents désolés.

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Aubin, évêque d'Angers"

 

Pourtant  la bonté de saint Aubin s'alliait très bien à une fermeté apostolique,  qui ne reculait, quand le devoir était en jeu, devant aucune puissance  humaine. Dans ces cas même, parfois, il recourait au don des miracles,  que Dieu lui avait si libéralement accordé.

Dans  le bourg de Douille vivait une jeune fille, nommée Ëtheria, dont la  beauté avait séduit le roi Childebert ; il ordonna de la saisir et de la  lui amener. Aubin fut averti de cette violence infâme et aussitôt  accourut au secours de sa brebis. Il pénétra sous un déguisement dans la  ville où les satellites du roi s'étaient emparés de la malheureuse  enfant. En vain elle se débattait, implorant secours. En apercevant  l'évêque, que son œil reconnut en son vêtement d'emprunt, elle fait  effort, s'échappe avec un cri des mains de la soldatesque et vient  tomber en larmes aux pieds du saint. Un tel secours n'était pas pour  intimider ces barbares ; l'un d'eux s'avance insolemment et veut  arracher la jeune fille à son protecteur. Mais Aubin, indigné, le  traitant comme, au rite du baptême, le démon qu'on chasse du néophyte,  lui souffle à la face. L'homme recule comme frappé de la foudre et roule  mort sur le sol. Ses compagnons, épouvantés, prirent la fuite et  vinrent raconter au roi le terrible miracle. Childebert n'osa pas  poursuivre son entreprise malhonnête ; mais, en digne barbare, il exigea  une rançon. L'évêque, généreux, voulut encore la payer, trop heureux de  sauver ainsi la vertu d'une vierge.

A  cette époque grossière, elle n'était guère respectée. Les violents fils  de Clovis, incapables de maîtriser leurs passions, autorisaient par  leur exemple les vices de leurs courtisans et de leurs guerriers. Le  concubinage, les mariages incestueux étaient la plaie gangreneuse de  cette société ; et trop souvent des évêques mêmes, se sentant  impuissants à la guérir, n'osaient pas employer les remèdes énergiques.  Saint Aubin ne fut pas de leur nombre. Avec le zèle de saint  Jean-Baptiste, à toute occasion, malgré les colères, les haines, les  attentats mêmes contre sa vie, il revendiqua hautement les droits de la  pureté et châtia les coupables.

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Aubin, évêque d'Angers"

 

Ainsi  agit-il contre un des principaux seigneurs de Neustrie, qui, habitant  en Anjou, y donnait le scandale d'une de ces unions criminelles. L'ayant  vainement exhorté, averti plusieurs fois, il prononça enfin sur lui la  sentence d'excommunication.

Ce fut un frémissement dans la France entière, et il se trouva des évêques pour taxer cette juste sévérité d'excessive rigueur.

 

Peut-être,  pour venger sa cause, ou plutôt celle de Dieu, Aubin provoqua-t-il le  troisième concile d'Orléans, en 538, qui fut présidé par l'archevêque de  Lyon. Il y prononça du moins un discours également éloquent et  énergique contre le désordre qui allumait son zèle. Et les Pères du  concile ne purent que l'applaudir et voter un canon où était fait droit  aux justes réclamations du Saint. Mais ils n'allèrent pas plus loin et,  contents d'avoir donné raison en principe à leur collègue, ils  l'engagèrent à user de modération et, en signe d'absolution, d'envoyer,  comme ils allaient le faire eux-mêmes, au coupable qu'il avait  excommunié, des eulogies, sorte de pains bénits à l'offertoire de la  messe et distribués en signe d'amitié et de communion. Aubin refusa  d'abord ; il céda enfin à leurs injonctions expresses. « Mais, ajouta-t-il, je  suis contraint par votre ordre de bénir et d'envoyer cette eulogie ;  vous refusez de défendre la cause de Dieu : il est assez puissant pour  la venger lui-même. » Dieu la vengea en effet ; avant même de recevoir les eulogies, le coupable fut frappé par la mort.

 

Douloureusement  atteint par le blâme de ses collègues, Aubin voulut savoir s'il avait  outrepassé les droits de la douceur. Il se rendit, en compagnie de saint  Lubin, auprès de saint Césaire d'Arles, pour le consulter à ce sujet.  Saint Césaire, en effet, jouissait alors dans toute la France de la plus  haute réputation de talent et de sainteté. Il n'est pas douteux, quand  on sait quelle conduite il a tenu lui-même dans des circonstances  pareilles, qu'il n'ait pleinement approuvé l'évêque d'Angers.

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Aubin, évêque d'Angers"

 

Saint  Aubin allait atteindre sa quatre-vingtième année, lorsqu'un nouveau  concile fut convoqué à Orléans. Mais l'âge et les infirmités  l'empêchèrent d'y assister. II ne tarda pas, en effet, à expirer :  c'était le 1er mars 549, ou, selon d'autres, 550.

A  son tombeau se multiplièrent les miracles. Non moins grand thaumaturge  que de son vivant, saint Aubin a laissé parmi son peuple un souvenir  toujours entouré de reconnaissance et de vénération.

____________________________________________________________________

Saint Jean Cassien

choisi par Dieu pour apporter l'éclairage du monachisme oriental à l'Occident

L’image contient peut-être : 1 personne

 

Cassien, passé de terre en le céleste chœur, 
comme une cassolette embaume, pour sa gloire. 
Une fois valant quatre, nous faisons mémoire 
le vingt-neuf février de ce moine au grand cœur. 
Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Tropaire, t. 8

En toi, vénérable Père, la divine Image se reflète exactement: * afin de lui ressembler, tu as pris ta croix et tu as suivi le Christ; * et par ta vie tu nous apprends à mépriser la chair, qui passe et disparaît, * pour s'occuper plutôt de l'âme qui vit jusqu'en la mort et par-delà; * c'est ainsi que ton esprit se réjouit, * bienheureux Cassien, avec les Anges dans le ciel.

Cathisme, t. 4

Devenu moine, tu t'es consacré au Seigneur * et dans la splendeur de tes vertus * comme un soleil tu brillas, * illuminant d'inépuisable façon, * sous l'éclairage de tes divins enseignements, * les cœurs de tous ceux qui te vénèrent, Cassien; * sans cesse intercède auprès du Christ pour les fidèles qui t'acclament avec ferveur.

Kondakion, t. 2

Désireux des biens suprêmes, Père saint, * tu t'es uni aux êtres d'en-haut; * par la divine élévation de tes vertus, * tu as fait de ton âme un char de feu; * Cassien, toi qui sur terre as vécu comme un Ange, * tu fus agréable au Créateur de l'univers.

 

L’image contient peut-être : nuit, ciel et plein air

 

VIE DE ST JEAN CASSIEN:

 

Notre Père Jean Cassien, destiné par Dieu à apporter à l’Occident les lumières du monachisme oriental, naquit par un heureux effet de la Providence, aux confins des deux mondes, en Scythie Mineure, dans la région des bouches du Danube (l’actuelle Dobroudja, en Roumanie), vers 365. Issu d’une famille distinguée, il suivit avec succès le cours des études classiques ; mais, comme il était altéré d’une soif ardente pour la perfection, il renonça encore jeune aux attraits trompeurs de la vie mondaine pour se rendre en Terre Sainte, en compagnie de son ami Germain, son « frère, non par la naissance, mais en esprit », et ils devinrent moines dans un monastère de Bethléem . Après avoir été initiés aux rudiments de la vie cénobitique et s’être informés sur le mode de vie des moines de Palestine, de Mésopotamie et de Cappadoce, ressentant en eux-mêmes le désir d’une plus grande perfection, ils résolurent de partir pour les déserts d’Égypte, auprès des anachorètes, dont ils avaient entendu vanter les exploits par saint Pinuphe [27 nov.], qui s’était réfugié dans leur monastère pour fuir la bonne renommée. Leur supérieur leur accorda avec quelques réticences sa bénédiction, en leur faisant promettre de revenir promptement. Après avoir admiré l’ordre et le mode de vie des communautés cénobitiques du Delta du Nil, Jean et Germain s’enfoncèrent dans le désert. Partout où ils passaient, ils recherchaient avec avidité les saints solitaires, afin de vénérer en eux la splendeur de la grâce et la variété de ses fruits, et pour les interroger longuement sur la science de l’âme .
Réalisant que pour assimiler leur céleste enseignement, il leur faudrait passer un long temps à partager la vie de ces serviteurs de Dieu et embarrassés par leur promesse, les deux voyageurs soumirent leur problème à l’abbé Joseph qui, au terme d’une nuit de veille, leur assura qu’il leur serait plus avantageux de rester en Égypte, sans se soucier d’un engagement absolu pris avec témérité. Rassurés par l’Ancien, ils restèrent donc sept années en Égypte, poursuivant avec zèle leur enquête spirituelle. De lieu en lieu, ils parvinrent jusqu’au fameux désert de Scété, fondé par saint Macaire, « le désert glorieux, digne d’être célébré entre tous » , où luttait dans l’ascèse un grand nombre de moines, parmi lesquels s’illustraient en particulier les saints Abbas Moïse, Sérapion, Théonas, Isaac et le prêtre Paphnuce. Ce dernier les édifia grandement quand il leur dit qu’il ne suffit pas au moine de renoncer corporellement au monde en se dépouillant de ses biens pour s’adonner au soin de son âme dans l’ascèse et le silence, mais qu’il faut accomplir aussi le « second renoncement », qui consiste à se dépouiller de ses habitudes d’autrefois et de ses passions, par une lutte longue et patiente, pleine d’embûches, qui conduit à la pureté du cœur. Tel est le but du moine : s’entretenir sans cesse avec Dieu par la prière continuelle que l’intelligence, non dispersée dans les soucis du monde, élève avec tranquillité et paix dans le sanctuaire purifié du cœur. Et la fin de son œuvre, c’est la vie éternelle, l’union avec Dieu, dont on peut déjà, ici-bas, acquérir les arrhes par la sainte charité. En effet, parvenu au terme du « second renoncement », et l’âme toute tendue vers le seul désirable, le moine doit encore accomplir le « troisième renoncement », qui renferme toute perfection et consiste à bannir tout souvenir de ce monde pour se laisser emporter par Dieu vers les demeures éternelles, dans un sentiment de joie ineffable et un flot de lumière divine .
« Alors, l’amour parfait de Dieu passant en notre cœur par la vertu de la prière pure, sans forme ni parole, Dieu sera tout notre amour et tout notre désir, toute notre recherche et l’âme de tous nos efforts, toute notre pensée, notre vie, notre discours et notre respiration même. L’unité qui existe du Père avec le Fils et du Fils avec le Père s’écoulera dans l’intime de notre âme, et de même que Dieu nous aime d’une charité vraie et pure, et qui ne meurt point, nous Lui serons unis par l’indissoluble lien d’une charité sans défaillance… Ce sera, autant qu’il est possible sur la terre, l’accomplissement de la parole de l’Apôtre : Dieu, tout en tous, et devenus pleinement fils par une communication si parfaite du Père, nous pourrons dire, à l’imitation de Celui qui est Fils et héritier par nature : Tout ce qu’a le Père est à moi (Jn 16, 15). Tel est le terme de toute perfection : que l’âme soit à ce point délestée des pesanteurs charnelles, qu’elle monte chaque jour vers les sublimités des réalités spirituelles, jusqu’à ce que toute sa vie, tout le mouvement du cœur deviennent une prière unique et ininterrompue… Cette prière ne s’occupe à la considération d’aucune image, davantage, elle ne s’exprime point par la parole ni avec des mots ; mais elle jaillit dans un élan tout de feu, un ineffable transport du cœur, une joie impétueuse de l’esprit. Ravie hors des sens et de tout le visible, c’est alors par des gémissements inénarrables et des soupirs que l’âme s’épanche vers Dieu » .
Ainsi instruits des cimes de la vie monastique et contemplant leur vivante réalisation chez ces illustres anachorètes, les deux amis s’adonnèrent avec une grande rigueur à la vie contemplative pendant ces années passées à Scété. Dans le silence de sa cellule, saint Cassien put éprouver lui-même l’âpre combat de l’âme éprise de Dieu contre les pensées passionnées et contre les démons jaloux, en particulier contre la tentation de l’acédie (« ennui ») qui tourmente les ermites en vue de leur faire quitter leur retraite. De cette expérience personnelle et de l’enseignement du grand Évagre , qu’il rencontra à Nitrie, il tira une fine doctrine du combat spirituel et des huit passions fondamentales : la gourmandise, la fornication, l’avarice, la colère, la tristesse, l’acédie, la vaine gloire et l’orgueil .
Sept années ayant passé, Jean et Germain regagnèrent Bethléem, où ils obtinrent de leur supérieur la permission de vivre désormais définitivement dans le désert, et ils retournèrent avec empressement en Égypte. Mais ils ne purent y retrouver la quiétude nécessaire à la contemplation, car l’ardeur véhémente de l’archevêque d’Alexandrie, Théophile, contre les moines taxés d’origénisme, avait partout semé le trouble et l’effroi, si bien qu’un groupe de trois cents moines finit par s’enfuir de Nitrie. Jean et Germain suivirent une cinquantaine d’entre eux qui avaient décidé de chercher refuge à Constantinople, à l’ombre du grand saint Jean Chrysostome (vers 401). Dès qu’il les vit, discernant d’un regard infaillible la qualité de leurs âmes, le saint archevêque réussit à convaincre Germain de recevoir de ses mains la prêtrise et Cassien le diaconat. Conquis par l’éclat de la sainteté de Chrysostome et par sa sublime éloquence, Cassien se plaça avec une tendre ferveur sous sa direction spirituelle, acceptant de sacrifier la quiétude du désert pour tirer profit de la présence d’un tel maître. Mais peu de temps après, saint Jean Chrysostome, victime de la vindicte de Théophile , ayant été envoyé en exil, Cassien et Germain furent envoyés en mission à Rome, en compagnie de l’évêque Pallade , par le clergé et le peuple, pour transmettre au pape Innocent Ier une lettre d’appel en faveur du saint archevêque injustement déposé (405).
Au cours de son séjour d’une dizaine d’années à Rome, saint Cassien se lia d’une étroite et durable amitié avec l’archidiacre et futur pape Léon [18 févr.] qui, par la suite, confiant en ses connaissances théologiques lui demanda de rédiger un exposé du dogme de l’Incarnation contre Nestorius . Ayant été élevé au sacerdoce, il se rendit à Marseille, en Gaule, où il fonda pour les hommes le monastère de Saint-Victor, sur le tombeau d’un martyr du IIIe siècle, et pour les vierges celui du Saint-Sauveur (415). En ascète éprouvé et en père plein de discernement pastoral, il adopta pour les moines qui s’y empressaient l’authentique tradition qu’il avait reçue des Pères d’Orient, en tenant compte des conditions de vie propres à la Gaule, du climat et du caractère de ses habitants. Puis, à la requête de saint Castor, évêque d’Apt, il rédigea ses Institutions Cénobitiques pour les monastères que celui-ci avait fondés en Provence . Il y décrit le mode de vie des moines d’Égypte, en modérant ce qu’il y avait de trop rigoureux pour les moines gaulois à l’aide des institutions en vigueur en Palestine, en Cappadoce et en Mésopotamie. Car, écrit-il : « Si l’on pratique ce qui est raisonnablement possible, l’observance est également parfaite, même avec des moyens inégaux ». Il décrit ensuite les remèdes aux huit passions fondamentales, qui conduisent l’âme à la perfection de la vertu. Par la suite, il compléta cet enseignement spirituel par ses Conférences, dans lesquelles il expose, à l’intention des ermites qui vivaient à Lérins et sur les îles d’Hyères, les étapes supérieures du combat pour la pureté du cœur et la contemplation, en prêtant son enseignement aux grands anachorètes qu’il avait rencontrés en Égypte. Saint Cassien donna ainsi au monachisme gaulois naissant son armature doctrinale, en l’abreuvant aux sources vivifiantes des Pères du Désert .

L’image contient peut-être : 1 personne
En disciple fidèle des grands docteurs cappadociens et de saint Jean Chrysostome, saint Jean Cassien s’éleva alors contre la séparation excessive que saint Augustin avait établie entre la nature humaine et la grâce, en vue de lutter contre l’hérésie pélagienne. En effet, bien que tout don excellent et toute grâce viennent Dieu, le Père des Lumières (Jc 1, 17), la liberté humaine, créée à l’image de la liberté absolue de Dieu et renouvelée par le saint baptême, est appelée à répondre et à collaborer (synergie) avec la grâce divine pour produire en l’âme les fruits salutaires des saintes vertus, à tel point qu’on peut dire avec saint Jean Chrysostome que : « L’œuvre de Dieu est de donner la grâce, celle de l’homme de présenter la foi » . Les partisans extrémistes de saint Augustin réagirent violemment contre cette doctrine des moines provençaux — qui n’était que l’expression de l’enseignement traditionnel des Pères grecs — et accusèrent saint Cassien de la prétendue hérésie « semi-pélagienne » . Ennemi du bruit et de la dispute, le saint ascète, « ayant appris, dans l’intimité de la contemplation divine, le secret d’une paix constante et douce, et d’une sérénité tranquille », se tint en silence, sans chercher à se justifier. Il remit en paix son âme à Dieu, vers 435. Considéré comme un saint par ses contemporains, il est vénéré depuis par tous les moines d’Occident comme leur Père et l’un de leurs plus grands docteurs. Ses précieuses reliques sont gardées jusqu’à nos jours à l’abbaye Saint-Victor de Marseille.

(Le Synaxaire, vie des Saints de l'Eglise Orthodoxe par le hiéromoine Macaire de Simonos Pétra)

 

Saint John Cassian

Aucun texte alternatif disponible.

the Roman was born around 360, probably in Lesser Scythia (in Dacia Pontica).

His pious Christian parents gave him an excellent classical education, and also instructed him in the Holy Scriptures and in the spiritual life.

St John entered a monastery in the diocese of Tomis, where his friend and relative St Germanus labored as an ascetic. In 380, desiring to venerate the Holy Places, St John went to Jerusalem with his sister and his friend St Germanus. The two monks stayed at a Bethlehem monastery, not far from where the Savior was born.

After five years at the monastery, Sts John and Germanus traveled through the Thebaid and the desert monasteries of Sketis for seven years, drawing upon the spiritual experience of countless ascetics. The Egyptian monks taught them many useful things about spiritual struggles, prayer, and humility. Like honeybees they journeyed from place to place, gathering the sweet nectar of spiritual wisdom. The notes St John made formed the basis of his book called CONFERENCES WITH THE FATHERS in twenty-four chapters.

Returning to Bethlehem for a brief time, the spiritual brothers lived for three years in complete solitude. Then they went back to Egypt and lived there until 399. Because of the disturbances caused by Archbishop Theophilus of Alexandria to the monasteries along the Nile, they decided to go to Constantinople, after hearing of the virtue and holiness of St John Chrysostom. The great hierarch ordained St John Cassian as a deacon and accepted him as a disciple. John and Germanus remained with St John Chrysostom for five years, learning many profitable things from him.

When Chrysostom was exiled from Constantinople in 404, Sts John Cassian and Germanus went to Rome to plead his case before Innocent I. Cassian was ordained to the holy priesthood in Rome, or perhaps later in Gaul. After Chrysostom’s death in 407, St John Cassian went to Massilia [Marseilles] in Gaul (now France). There he established two cenobitic monasteries in 415, one for men and another for women, based on the model of Eastern monasticism.

At the request of Bishop Castor of Aptia Julia (in southern Gaul), Cassian wrote THE INSTITUTES OF CENOBITIC LIFE (De Institutis Coenobiorum) in twelve books, describing the life of the Palestinian and Egyptian monks. Written between 417-419, the volume included four books describing the clothing of the monks of Palestine and Egypt, their schedule of prayer and services, and how new monks were received into the monasteries.The last eight books were devoted to the eight deadly sins and how to overcome them. Through his writings, St John Cassian provided Christians of the West with examples of cenobitic monasteries, and acquainted them with the asceticism of the Orthodox East.

Cassian speaks as a spiritual guide about the purpose of life, about attaining discernment, about renunciation of the world, about the passions of the flesh and spirit, about the hardships faced by the righteous, and about prayer.

St John Cassian also wrote CONFERENCES WITH THE FATHERS (Collationes Patrum) in twenty-four books in the form of conversations about the perfection of love, about purity, about God’s help, about understanding Scripture, about the gifts of God, about friendship, about the use of language, about the four levels of monasticism, about the solitary life and cenobitic life, about repentance, about fasting, about nightly meditations, and about spiritual mortification. This last has the explanatory title “I do what I do not want to do.”

Books 1-10 of the CONFERENCES describe St John’s conversations with the Fathers of Sketis between 393-399. Books 11-17 relate conversations with the Fathers of Panephysis, and the last seven books are devoted to conversations with monks from the region of Diolkos.

In 431 St John Cassian wrote his final work, ON THE INCARNATION OF THE LORD, AGAINST NESTORIUS (De Incarnationem Domini Contra Nestorium). In seven books he opposed the heresy, citing many Eastern and Western teachers to support his arguments.

In his works, St John Cassian was grounded in the spiritual experience of the ascetics, and criticized the abstract reasoning of St Augustine (June 15). St John said that “grace is defended less adequately by pompous words and loquacious contention, dialectic syllogisms and the eloquence of Cicero (i.e. Augustine), than by the example of the Egyptian ascetics.” In the words of St John of the Ladder (March 30), “great Cassian reasons loftily and excellently.” His writings are also praised in the Rule of St Benedict.

St John Cassian lived in the West for many years, but his spiritual homeland was the Orthodox East. He fell asleep in the Lord in the year 435. His holy relics rest in an underground chapel in the Monastery of St Victor in Marseilles. His head and right hand are in the main church.

Reference: O.C.A.

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes debout et barbe

 
Jeudi 2 mars 2017

Prions pour les ados !
Mor Philipose-Mariam,

Suzanne m'a écrit pour me proposer de prier pour les ados, c'est effectivement un sujet de prière très important ! Je suis l'heureux papa de quatre enfants, dont deux ados, un garçon et une fille. C'est une période de la vie très spéciale où s'assemblent les fondations de l'adulte en devenir.

Être adolescent en 2017 est un sacré défi, pour les ados et pour leurs parents. YouTube, Snapchat, Instagram, Facebook, Twitter, ... ont remplacé la télé, qui était finalement bien plus facile à contrôler ! Ils se retrouvent confrontés à toutes sortes de rencontres, d'images, d'informations, d'échanges. Ils ont besoin d'un réel accompagnement pour comprendre, interpréter et choisir ce qu'ils voient et ce qu'ils lisent. 

Quatre grands défis attendent nos ados : le défi social, le défi moral, le défi spirituel et le défi scolaire. 

Prions pour que les ados expérimentent la valeur des vraies relations, d'abord dans la famille, puis au sein de leur groupe d'amis. Prions pour que Dieu accorde aux ados qui souffrent de solitude ou qui ne vivent que des relations numériques la joie de vraies relations !

Prions pour que les ados se construisent avec des repères moraux sur la famille, le couple, la sexualité et l'amitié. Prions pour les ados accros à la pornographie ou entrainés dans des expériences sexuelles, ils ont vraiment besoin du secours de Dieu. 

Prions pour que les ados grandissent dans une foi personnelle en Jésus et qu'ils y demeurent. Prions pour les ados qui ne connaissent pas Dieu, afin qu'ils puissent entendre parler de Jésus.

Prions pour que les ados s'épanouissent dans leur scolarité, se réjouissent d'apprendre et apprécient la valeur travail. Prions pour les ados en difficulté scolaire en raison de profils atypiques, de besoins spécifiques ou du rejet de leurs camarades afin qu'ils reçoivent l'aide dont ils ont besoin. 

Envoyé avec amour, 

Guillaume

PS : Pour partager sur Facebook l'image ci-dessous, il suffit de cliquer dessus. 

 

Dans une seule fusion d’amour 

Icon:

La Vierge Marie m’a fait comprendre ce que, jusqu’ici, je n’avais pas compris en profondeur. C’est que, pendant la Passion, le saint Esprit s’est comme incarné en Marie.

Par Lui, le Père et Marie se rejoignaient intimement et ne faisaient qu’un. La Passion de Jésus était aussi la Passion du Père, la Passion du Père était vécue dans Marie. 

Le Père lui a emprunté, pour ainsi dire, son cœur humain pour souffrir en elle, avec elle, par elle, la Passion de leur Fils, de leur enfant, dans une seule fusion d’amour.

Découvrir plus sur mariedenazareth.com :
Marie et Gethsemani (le mont des Oliviers)  

Rolande Lefebvre, Mystique française

Dans 365 méditations sur la Vierge Marie, Presses de la renaissance, 12 janvier

-------------------------------

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ,à l'intérieur et à l'exterieur de notre Tradition Syro- Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

 

Par Origène

(v. 185-253), prêtre et théologien 
Homélies sur le Lévitique, n°7 ; PG 12, 476s (trad. Bible chrétienne, I) 

 

« Beaucoup viendront de l'Orient et de l'Occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du Royaume des cieux »

 

« Je ne boirai plus du fruit de la vigne, dit le Christ, jusqu'au jour où je le boirai avec vous, nouveau, dans le Royaume de mon Père » (Mt 26,29).

Si quelqu'un de vous écoute avec des oreilles purifiées, il peut entrevoir le mystère ineffable... :

le Sauveur attend, pour boire du vin avec nous ; il nous attend pour se réjouir. Jusqu'où attendra-t-il ?

Jusqu'à ce qu'il ait consommé son œuvre, jusqu'à ce que nous soyons tous soumis au Christ, et le Christ à son Père (1Co 15,28).

Puisque tous, nous sommes membres de son Corps, on peut dire qu'en quelque manière il n'est pas soumis, tant que nous ne sommes pas soumis d'une soumission parfaite, tant que moi, dernier des pécheurs, je ne suis pas soumis.

Mais quand il aura consommé son œuvre et amené toute créature à son achèvement parfait, alors on pourra dire qu' « il est soumis » en ceux qu'il soumet à son Père, ceux en qui il a consommé l'œuvre que son Père lui avait confiée, pour que Dieu soit tout en toutes choses (1Co 15,28)... 

Et les saints aussi, qui nous ont précédés, nous attendent, lents et paresseux que nous sommes ; leur joie n'est pas parfaite, aussi longtemps qu'il y a lieu de pleurer nos péchés.

L'apôtre m'en est témoin, qui dit :

-« Dieu a voulu qu'ils n'arrivent pas à l'achèvement sans nous » (Hé 11,40). Vois donc : Abraham attend ! Isaac, Jacob et tous les prophètes nous attendent, pour posséder avec nous la béatitude parfaite...

Si tu es saint, tu auras la joie en sortant de cette vie, mais cette joie ne sera pleine que quand il ne manquera plus aucun membre du Corps que nous devons former tous ensemble. Toi aussi, tu attendras les autres, comme tu es attendu.

Or, si toi, qui n'es qu'un membre, tu ne peux pas avoir la joie parfaite quand un autre membre est absent, combien plus notre Seigneur et Sauveur, qui est à la fois l'auteur et la tête du Corps entier ? ...

Alors nous serons parvenus à cette maturité dont l'apôtre Paul dit :

« Je vis, mais ce n'est plus moi, c'est le Christ qui vit en moi » (Ga 2,20).

Alors notre grand prêtre boira le vin nouveau dans le ciel nouveau, sur la terre nouvelle, dans l'homme nouveau, avec les hommes nouveaux, avec ceux qui chantent le cantique nouveau.

L’image contient peut-être : 2 personnes

L'AMOUR DE CHARITE

 

Mère de Dieu et Christ Sauveur

Saint Silouane l'Athonite : De l'Amour


 

Sur l’Amour de Dieu

Crainte et tremblement saisissent mon âme quand je désire écrire sur l’amour de Dieu. Mon âme est pauvre et sans force pour décrire l’amour du Seigneur. L’âme est dans la crainte, mais, en même temps, elle aspire à écrire au moins quelques mots sur l’amour du Christ. Les écrire est écrasant pour mon esprit, mais l’amour m’y contraint.

Quand la grâce est en nous, notre esprit s’enflamme et s’élance vers le Seigneur jour et nuit, car la grâce unit l’âme à Dieu dans l’amour ; elle l’aime et ne veut pas s’arracher à lui, car elle n’arrive pas à se rassasier de la douceur du Saint-Esprit. Et il n’y a pas de fin à l’amour de Dieu.

Je connais un homme que le Seigneur a visité de sa grâce. Si le Seigneur lui avait demandé : « Veux-tu que je te donne une grâce plus abondante encore ? », à cause de la faiblesse de sa chair il lui aurait répondu : « Tu vois, Seigneur, que si tu me donnes davantage, j’en mourrai. » Car l’homme est limité et ne peut supporter la plénitude de la grâce.

Amour et Larmes

Seigneur miséricordieux, que ton amour pour moi, pécheur, est grand ! Tu m’as donné de te connaître ; tu m’as donné de goûter ta grâce. « Goûtez et voyez comme le Seigneur est bon » (Ps 33,9). Tu m’as donné de goûter ta bonté et ta miséricorde, et insatiablement, jour et nuit, mon âme est attirée vers toi. L’âme ne peut oublier son Créateur, car l’Esprit divin lui donne les forces d’aimer celui qu’elle aime ; elle ne peut s’en rassasier, mais désire sans trêve son Père céleste.

Bienheureuse l’âme qui aime l’humilité et les larmes, et qui hait les pensées mauvaises.

Bienheureuse l’âme qui aime son frère, car notre frère est notre propre vie.

Bienheureuse l’âme qui aime son frère : elle sent en elle la présence de l’Esprit du Seigneur ; il lui donne paix et joie, et elle pleure pour le monde entier.

Mon âme s’est souvenue de l’amour du Seigneur, et mon cœur s’est réchauffé. Mon âme s’est abandonnée à une profonde lamentation, car j’ai tant offensé le Seigneur, mon Créateur bien-aimé. Mais il ne s’est point souvenu de mes péchés ; alors mon âme s’est abandonnée à une lamentation encore plus profonde pour que le Seigneur ait pitié de chaque âme et la prenne dans son Royaume céleste.

Et mon âme pleure pour le monde entier. Je ne puis me taire sur le peuple que j’aime jusqu’aux larmes. Je ne puis garder le silence, car mon âme souffre continuellement pour le peuple de Dieu, et, avec des larmes, je prie pour lui. Je ne puis, frères, ne pas vous proclamer la miséricorde de Dieu et les ruses de l’Ennemi.

L’Amour du Prochain

Si l’on pense du bien de son frère et que le Seigneur l’aime, et particulièrement si tu penses que le Saint-Esprit vit dans son âme, tu es proche de l’amour de Dieu. La grâce vient de tout ce qui est bon. Mais elle vient surtout de l’amour pour nos frères.

Mon âme souffre et je verse des flots de larmes : j’ai compassion des hommes qui ne connaissent pas la douceur de l’humble attendrissement du cœur. Mon âme a un grand désir : que la miséricorde du. Seigneur soit avec tous les hommes, afin que le monde entier, tous les hommes sachent avec quelle tendresse le Seigneur nous aime, comme ses enfants très chers.

Quarante ans se sont écoulés depuis que la grâce du Saint-Esprit m’a appris à aimer les hommes et toute la création ; elle m’a aussi dévoilé les ruses de l’Ennemi qui, par tromperie, accomplit son mal dans le monde.

L’Amour est hors du Temps

L’amour n’est pas soumis au temps, il garde toujours sa force. Certains hommes pensent que le Seigneur a souffert par amour pour les hommes, mais comme ils ne trouvent pas cet amour dans leur âme, il leur semble que cela a eu lieu dans un lointain passé. Mais quand l’âme connaît l’amour divin par le Saint-Esprit, elle ressent clairement que le Seigneur est un Père pour nous, qu’il est notre parent le plus proche et le plus intime.

Amour et Joie

Il n’y a pas de félicité plus grande que d’aimer Dieu de toute son intelligence, de tout son cœur et de toute son âme, ainsi que l’a commandé le Seigneur, et son prochain comme soi-même. Lorsque cet amour remplit l’âme, tout la réjouit ; mais quand il se perd, l’homme ne trouve pas de repos, il se trouble et accuse les autres de l’avoir offensé. Il ne comprend pas que c’est lui le coupable : il a perdu l’amour de Dieu, il a jugé ou haï son frère. La grâce vient de l’amour pour notre frère, et c’est par l’amour pour notre frère qu’on la garde. Mais si nous n’aimons pas notre frère, la grâce divine ne viendra pas dans notre âme.

Les Degrés de l’Amour de Dieu

Je voudrais dire quelques mots, pour autant que la grâce divine me le permette, sur les degrés de l’amour divin. Lorsque l’homme craint d’offenser Dieu par quelque péché, c’est le premier degré d’amour. Celui dont l’esprit n’est pas troublé par les pensées, se trouve au second degré d’amour, plus élevé que le premier. Au troisième degré, plus élevé encore, l’homme perçoit nettement la grâce dans son âme. Enfin, lorsqu’un homme porte la grâce du Saint-Esprit aussi bien dans son corps que dans son âme, c’est l’amour parfait. Le corps de celui qui garde cette grâce deviendra une relique ; c’est le cas des saints martyrs, des prophètes, des saints ascètes et d’autres grands saints.

Celui qui demeure à ce degré n’est plus séduit par l’amour d’une jeune fille qui, d’ordinaire, ravit tout le monde, car la douceur de l’amour divin fait oublier à l’âme tout ce qui est terrestre. La grâce du Saint-Esprit porte l’âme à aimer le Seigneur totalement, et, dans cette plénitude de l’amour pour le Seigneur, l’âme est détachée du monde, bien qu’elle vive encore sur terre.

Nous sommes fiers de notre intelligence, et c’est pourquoi nous ne pouvons pas demeurer dans cette grâce. Elle s’éloigne de l’âme, et alors l’âme a soif d’elle, et avec des larmes elle la cherche à nouveau. Elle pleure et se lamente, et elle crie vers le Seigneur : « Dieu miséricordieux, tu vois la tristesse de mon âme et comme je languis après toi. »

Il n’y a pas sur terre d’homme aussi doux et plein d’amour que notre Seigneur Jésus Christ. En lui est notre joie et notre allégresse. Aimons-le, il nous introduira dans son Royaume et nous verrons sa gloire.

Celui qui craint le péché aime Dieu ; celui qui éprouve un sentiment d’humble attendrissement, aime davantage ; celui qui a dans l’âme lumière et joie, aime plus encore ; mais celui qui porte la grâce dans le corps et dans l’âme a atteint l’amour parfait. Telle est la grâce que le Saint-Esprit donnait aux martyrs, et elle les aidait à supporter toutes les souffrances.

Donner aux Pauvres

Un jour de Pâques, après les vêpres célébrées dans la grande église de l’Intercession de la Sainte Vierge, je revenais chez moi au moulin. Sur le chemin se tenait un ouvrier. Lorsque je m’approchai de lui, il me pria de lui donner un œuf. Je n’en avais pas, mais retournai au monastère ; je pris deux œufs chez mon père spirituel, et en donnai un à l’ouvrier. Il me dit : » Nous sommes deux. » Je lui donnai aussi l’autre, et quand je m’éloignai de lui, je me mis à pleurer par compassion pour tous ceux qui sont pauvres, et j’eus pitié du monde entier et de toute créature.

Une autre fois, à Pâques également, j’allais de la porte principale du monastère aux bâtiments de la Transfiguration et je vois venir à ma rencontre, en courant, un petit garçon d’environ quatre ans, au visage joyeux – la grâce divine égaye les enfants. J’avais un œuf et le lui donnai. Cela lui fit plaisir, et il courut vers son père pour lui montrer son cadeau. Et pour cette bagatelle, je reçus de Dieu une immense joie. Je fus saisi d’amour pour chaque créature de Dieu, et l’Esprit divin se fit entendre dans mon âme. Revenu chez moi, je priai longuement avec des larmes, par compassion pour le monde entier.

L’Amour de la Création

Il faut avoir un cœur compatissant et aimer non seulement les hommes, mais encore respecter toute créature, tout ce qui a été créé par Dieu. Sur l’arbre, tu as vu une feuille verte, et, sans nécessité, tu l’as arrachée. Certes, ce n’est pas un péché. mais tout de même mon cœur s’attriste. Le cœur qui aime a compassion pour toute créature. Mais l’homme, quelle créature sublime ! Si tu vois qu’il s’est égaré et qu’il se perd, prie pour lui et pleure, si tu le peux ; mais si tu ne le peux pas, alors soupire au moins pour lui devant Dieu. Le Seigneur aime l’âme qui agit ainsi, car elle devient semblable à lui.

L’Amour des Ennemis

À moins de prier pour les ennemis, l’âme ne peut pas avoir de paix. L’âme à laquelle la grâce de Dieu a enseigné à prier, aime avec compassion toute créature, et tout particulièrement l’homme. Sur la Croix, le Seigneur a souffert pour les hommes, et son âme a été dans l’agonie pour chacun de nous.

Le Seigneur m’a appris l’amour des ennemis. Privés de la grâce divine, nous ne pouvons pas aimer les ennemis, mais l’Esprit Saint apprend à aimer ; et alors on aura de la compassion même pour les démons, car ils se sont détachés du bien, ils ont perdu l’humilité et l’amour de Dieu.

Je vous en supplie, faites un essai. Si quelqu’un vous offense, ou vous méprise, ou vous arrache ce qui vous appartient, ou persécute l’Église, priez le Seigneur en disant : » Seigneur, nous sommes tous tes créatures ; aie pitié de tes serviteurs et tourne-les vers le repentir. » Alors, tu porteras perceptiblement la grâce dans ton âme. Au commencement, force ton cœur à aimer tes ennemis ; le Seigneur, voyant ta bonne intention, t’aidera en tout, et l’expérience elle-même t’instruira. Mais celui qui pense du mal de ses ennemis, l’amour de Dieu n’est pas en lui, et il n’a pas connu Dieu.

Quand tu prieras pour tes ennemis, la paix viendra sur toi ; et lorsque tu aimeras tes ennemis, sache qu’une grande grâce divine vit en toi ; je ne dis pas qu’elle soit déjà parfaite, mais elle est suffisante pour le salut. Si, par contre, tu injuries tes ennemis, c’est le signe qu’un esprit mauvais vit en toi et qu’il introduit dans ton cœur de mauvaises pensées ; car, comme l’a dit le Seigneur, c’est du cœur que jaillissent les bonnes ou les mauvaises pensées.

L’Amour de Mère de Dieu

Voici ce que pense mon âme : si moi, qui aime si peu mon Dieu, j’ai une si forte nostalgie du Seigneur, quelle devait être l’affliction de la Mère de Dieu lorsqu’elle resta sur la terre après l’Ascension du Seigneur. Elle ne nous a pas confié par écrit l’affliction de son âme, et ce que nous savons de sa vie terrestre n’est que peu de chose ; mais il faut admettre que nous ne pouvons saisir la plénitude de son amour pour son Fils et son Dieu.

Le cœur de la Mère de Dieu, toutes ses pensées et toute son âme étaient occupés du Seigneur ; mais il lui fut donné quelque chose d’autre encore : elle aimait les hommes et priait ardemment pour eux, pour les nouveaux chrétiens, demandant que le Seigneur les fortifie ; elle priait pour le monde entier afin que tous les hommes soient sauvés. Cette prière était sa joie et sa consolation sur la terre.

Nous ne comprenons pas dans sa plénitude l’amour de la Mère de Dieu, mais nous savons que –

Plus grand est l’amour, 
plus grandes sont les souffrances de l’âme ;
Plus complet est l’amour, 
plus complète est la connaissance ; 
Plus brûlant est l’amour, 
plus ardente est la prière ; 
Plus parfait est l’amour, 
plus sainte est la vie.

Aucun de nous ne parvient à la plénitude de l’amour de la Mère de Dieu, et nous avons besoin du repentir d’Adam. Mais nous saisissons en partie cet amour, comme il nous est révélé dans l’Église par le Saint-Esprit.

Le Saint-Esprit et l’Amour

Le Seigneur nous a donné, à nous pécheurs, le Saint-Esprit, sans nous demander aucun paiement ; mais à chacun de nous, comme à l’apôtre Pierre, il dit : « M’aimes-tu ? » (cf. Jn 21,15-17). Ainsi le Seigneur n’attend de nous que l’amour, et il se réjouit lorsque nous venons à lui. Voici la miséricorde du Seigneur pour l’homme : dès que l’homme cesse de pécher et qu’il s’humilie devant Dieu, le Seigneur lui pardonne tout et lui donne la grâce du Saint-Esprit et la force de vaincre le péché.

Le Seigneur a donné l’Esprit Saint sur la terre, et c’est par l’Esprit Saint que l’Eglise a été affermie. Le Saint-Esprit ne nous a pas seulement dévoilé ce qui est sur terre, mais aussi ce qui est au Ciel. Par le Saint-Esprit nous avons connu l’amour du Seigneur. L’amour du Seigneur est ardent. Les saints apôtres étaient remplis d’amour, ils ont parcouru le monde entier et leur esprit n’avait de cesse que tous les hommes connaissent le Seigneur. Les prophètes, ces hommes aimés de Dieu, furent inspirés par le Saint-Esprit, et c’est pourquoi leur parole était puissante et agréable, car toute âme désire entendre la parole du Seigneur.

Ô ! miracle. Même moi qui suis un si grand pécheur, le Seigneur ne m’a pas méprisé, mais il m’a donné de le connaître par le Saint Esprit.

Donne-moi, Seigneur, un esprit humble pour que je te rende toujours grâce d’avoir envoyé sur la terre le Saint-Esprit. Et je me souviens de lui. Il m’aide lui-même à me souvenir constamment de lui.

Ô Esprit Saint ! Ô Grand Roi ! Que te donnerai-je en retour, moi qui ne suis que terre et péché ? Tu m’as révélé un mystère insondable ; tu m’as donné de connaître le Seigneur, mon Créateur ; tu m’as fait connaître de quel immense amour il nous aime.

D’une manière insaisissable, le Saint-Esprit donne la connaissance à l’âme. Dans le Saint-Esprit l’âme trouve le repos. Le Saint-Esprit réjouit l’âme et la remplit d’allégresse sur terre. Quelle joie et quelle allégresse y aura-t-il donc au Ciel ? Par le Saint-Esprit, nous avons appris à connaître l’amour de Dieu, mais là-haut il sera parfait. Ô ! quel homme faible je suis ! J’ai seulement connu l’amour de Dieu dans sa perfection, mais je n’arrive pas à l’acquérir. Chaque jour mon âme pleure, et je pense sans cesse : « Je n’ai pas encore obtenu ce que recherche mon âme. »

Extrait du livre de l’archimandrite Sophrony,
Starets Silouane, Moine du Mont Athos 1866-1938
Éditions Présence, 1973. pp. 328-350, passim

L’image contient peut-être : 7 personnes

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

Afficher l'image d'origine

L’image contient peut-être : 2 personnes

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 

VINCENT LAMBERT, PRIVE DE TRAITEMENT MEDICAL  DEPUIS TRENTE ET UN JOURS S'ACCROCHE...

AIDONS-LE AVANT Qu'IL NE SOIT TROP TARD!

Vincent Lambert a été au cœur d’une affaire judiciaire passionnée en 2010, liée au débat sur l’euthanasie en France. Plongé dans le coma, à la suite d’un accident de la route, il a été la victime totémique d’une tentative de banalisation de l’euthanasie. En avril 2013, l’équipe médicale, après avoir consulté sa femme, mais sans l’avis de ses parents, frères et sœurs, décidait de le laisser mourir de soif et de faim.

Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne, constatant l’absence de consultation de la famille, avait pu annuler la décision. Mais, en septembre 2013, le CHU obtenait un nouvel arrêt des soins. L’équipe médicale, la femme de Vincent Lambert, son neveu et six de ses huit frères et sœurs souhaitaient l’arrêt des soins contre l’avis des parents de Vincent et de deux de ses frères et sœurs.

La Cour européenne des droits de l’homme approuvait, bien entendu, la cessation des soins, comme étant « conforme » à l’article 2 de la convention européenne des droits de l’homme…

Le 9 octobre 2015, la justice administrative rejetait finalement la demande d’arrêt des traitements, estimant que seul son médecin traitant pouvait prendre cette décision.

Aujourd’hui, malgré 31 jours sans alimentation en avril et mai 2013, Vincent Lambert est toujours en vie, il s’accroche. Malgré le manque de soin prolongé, Vincent Lambert a tout de même trouvé la force de tenter quatre fois de parler à ses parents, et encore une fois devant deux aide-soignantes, qui en ont été impressionnées. Il est peut-être temps d’aider ce garçon qui veut manifestement vivre.

Vincent Lambert ne reçoit, malheureusement, toujours pas la rééducation à l’alimentation par la bouche dont il a besoin, ni les soins de kinésithérapie ou la mise au fauteuil. Vincent est toujours prisonnier de sa chambre et de son lit, alors qu’il pourrait parfaitement en sortir pour être transféré vers un établissement spécialisé.

1700 patients sont dans la situation de Vincent Lambert en ce moment en France. Il est un espoir pour eux.

Source : http://www.jesoutiensvincent.com/

L’image contient peut-être : une personne ou plus et intérieur

LE COIN DU CATECHISME ET DE LA TRANSMISSION FAMILIALE:

__________

LE CARÊME DES ENFANTS:

Théobule

"Le Carême, c’est se faire plus proche de Dieu, apprendre à aimer un peu plus. Cela commence par la prière.

Pour nous aider, Jésus nous donne quelques conseils."


(Frère Benoît  , des Père Dominicains)

--------------------

Aucun texte alternatif disponible.

Jésus enseignait ses disciples :
« Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.
Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta chambre, ferme la porte et prie ton Père qui est présent dans le secret.
Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’en parlant beaucoup, ils se feront mieux écouter et ils seront exaucés.
Ne les imitez donc pas car votre Père sait bien ce qu’il vous faut avant que vous le lui demandiez. »


(Évangile selon saint Matthieu, chapitre 6, versets 5 à 8 )
_________

L’image contient peut-être : une personne ou plus

LA PRIÈRE DU CŒUR,PEUT-ON LA DIRE EN COMMUNAUTE ?
 
 

PEUT-ON DIRE LA PRIÈRE DU CŒUR EN GROUPE ?

Monastère MaldonePrière solitaire –

La prière du Nom, prière de Jésus, prière du Cœur, suivant les diverses dénominations, est celle des ermites.

Quelquefois ceux-ci disent cette prière sur le chapelet avec leur disciple.

Pendant que l’un dit à haute voix la Prière, l’autre est prosterné, ou assis, ou agenouillé, dans une intériorisation maximale de la prière.

Ensuite, on alterne, celui qui la disait à haute voix devient silencieux et l’autre prend le relais, le temps d’un chapelet, par exemple.

C’est une prière liée au retrait, au silence, à la solitude volontaire – une prière non liturgique.

Prière communautaire

À partir de l’expérience de la Prière dite dans l’ermitage par l’Ancien et ses disciples, a pu se développer celle qui consiste à dire le chapelet en un groupe plus important.

L’exemple le plus connu est celui du monastère Saint-Jean-le-Précurseur en Angleterre :

-le chapelet, dit avec un nombre important de personnes, devient un office communautaire qui remplace bien souvent les offices liturgiques, en tout cas pendant la semaine.

Cette méthode a l’avantage que l’on se passe de livres et de partitions, et qu’on apprend à se rendre mutuellement le service de dire à haute voix les invocations :

-celui qui en est chargé les prononce, non pour lui-même, mais pour les frères. Dans le cas d’une récitation communautaire de la prière du Nom, la formule est rigoureusement « Seigneur Jésus Christ Fils de Dieu aie pitié de nous » et non « de moi, pécheur ».

Formes de la prière

Il faut savoir que, dans le contexte communautaire comme dans la solitude, la formule du Nom de Jésus a donné naissance à d’autres formes de la prière répétitive, celle qu’on adresse à la Mère de Dieu (« très sainte Mère de Dieu, sauve nous – ou sauve-moi, pécheur ! ») et à un saint (« saint Père et Pontife Nicolas, prie Dieu pour nous – ou pour moi pécheur !»).

Elle a donné naissance également au chapelet d’intercession, où l’on prie pour les vivants et les défunts – « Seigneur Jésus Christ notre Dieu (notez la formule différente), aie pitié de tes serviteurs Untel et Untel… ! » ou « très sainte Mère de Dieu, sauve tes serviteurs… »).

Discernement

Dans ces diverses situations, le discernement est important. Plusieurs conditions sont importantes afin de ne pas perdre un temps précieux, de s’égarer ou de tomber dans l’illusion.

Premièrement, il est indispensable d’être membre de l’Église.

En effet, c’est en celle-ci que nous est transmise toute la grâce  du saint Esprit, ainsi que l’expérience vivante des saints Pères.

La prière, même solitaire, même érémitique, est la prière de l’Église. Cela veut dire que l’on confesse ce que l’Église confesse :

-c’est pourquoi le Symbole de foi traditionnel est généralement dit avant de commencer le chapelet.

Ensuite, il est indispensable de se confesser régulièrement afin de révéler et de reconnaître ce qui advient dans le cadre de la prière – pensées, sentiments, etc.

Pour cela, on a vraiment besoin d’un père plus expérimenté avec lequel on a une relation d’obéissance spirituelle.

Ses conseils, ses avertissements, son expérience, sa connaissance de la tradition des saints Pères, sont infiniment utiles.

En paroisse

L’expérience paroissiale de la prière du chapelet existe.

Cela correspond à un véritable office hérité généralement du monastère cité plus haut.

Il peut avoir lieu à la suite d’un office comme celui de vêpres.

On peut le trouver également dans telle ou telle famille de paroissiens, par exemple pendant le grand Carême.

Mais, en tout cas, il ne remplacera pas les offices classiques et il supposera toujours la bénédiction du prêtre responsable et la présence d’une personne expérimentée.

Celle-ci peut intervenir si l’on se trompe dans les mots, si l’on adopte un ton sentimental, dès qu’une déformation affecte la transmission authentique de l’expérience.

(Source: Sagesse Orthodoxe)

Ne les oublions pas ! Continuons de prier inlassablement pour leur libération...

Dimanche 28 Février 2016, lectionnaire pour le Quatrième dimanche du Grand Carême (De la femme cananéenne), accordé au Calendrier liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare

Où nous trouver ?

 

Paroisse NORD-OUEST et Nord-Est

(N-D de Miséricorde):
 

NORMANDIE :

  

CHANDAI (61):

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

DSC01238

(Fresque de la Mère de Dieu entourée des Apôtres, mur Est  du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01245-copie-2

(Fresque des Sts Pères Interieur droit du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01246-copie-1

(Fresque des Sts Pères Interieur gauche du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

 

Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

 

 

NANTES:

*Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

 

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces/St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
LE BOURG
16560 JAULDES.

Tel:05.45.37.35.13
* Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Très Sainte Trinité

Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN
*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530
 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 * Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

LOURDES:

*"Relais paroissial St Gregorios de Parumala"

 * Messse  le 5ème dimanche du mois ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

20 Rte de Pau

 

 

 

CAMEROUN:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDE,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain: 

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout, mariage et intérieur

PROGRAMME LITURGIQUE (Prévisionnel )DE MARS :

PIEUX CARÊME À VOUS ! HEUREUSE MONTÉE VERS PÂQUES !

#PARIS: "Permanence pastorale et réception des fidèles Vendredi 3 et Samedi 4 suivie d'un RAMASSAGE DES FIDÈLES de Paris et sa région pour le WE au Monastère le samedi 4 à 15h au point de rendez-nous habituel .

#NORMANDIE:

-CAEN: Une permanence pastorale sera assurée par le Père Isaac du 28 février au soir au 2 Mars au matin (prenez Rdv avec lui ).

-LISIEUX (Coquainvillier) , le 3 Mars *

-AU MONASTÈRE DE CHANDAI :
DIMANCHE 5 PÈLERINAGE à N-D de MISÉRICORDE * .

#NANTES :Jeudi 9, Messe à 18h (Réception des fidèles de 9h à 17h )

#ANGOULÊME (JAULDES ):
Dimanches 12 et 26 * EN AVRIL, en raison de la Retraite de SEMAINE SAINTE, le 2 *

#PÉRIGUEUX (LA CHAPELLE FAUCHER ) :
Samedi 25 *. . .

#ALSACE -LYONNAIS : Visite pastorale (prenez Rdv ) entre le 19 et le 22 , Messe dominicale. 
Dimanche le 19 à Belfort*, réception des fidèles.

#PARAY LE MONIAL - ALLIER/CHAROLAIS: Visite pastorale ( prenez Rdv ) entre le 22 et le 24

 

 

*MESSES À 10H 30
-----------------------------------------------------
Nota bene :

Les "permanences pastorales" sont prévues pour vous assurer la proximité des sacrements
(Messess, Confessions, Onction des malades ), catéchisme, entretiens et accompagnements spirituels , prières de délivrance ( voir d'exorcismes ) ou de guérison intérieure . 
(RÉCEPTION SUR RDV) en fonction de la région où vous vivez .

Note:
L'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise
Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité
des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien
et la paix du monde.
¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil
des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles ,
nous n'exigeons aucun fixe.
Les offrandes sont libres et non
obligatoires.
Toute offrande fait cependant l'objet d'une
déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre
revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.17.51.25.73).

 

Adresse du Monastère métropolitain ci-dessous :

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Aucun texte alternatif disponible.

 

L’image contient peut-être : 1 personne, intérieur

 

This Thursday March 2nd is the '1st Thursday of the Great Lent'

according to the liturgical calendar of the Malankara Syrian Orthodox Church.

The Gospel of St. Matthew chapter 7 contains many important direct instructions from our Lord to His disciples.

The first is 'judge not, lest ye be judged' We are told to not hasten into judgment of others, but rather examine our own follies which may be as great as a beam in the eye. Secondly, Christ explains that "For every one that asketh receiveth; & he that seeketh findeth; & to him that knocketh it shall be opened.

" Prayer is the only way of receiving God's abundant grace.

Let us utilize this blessed fasting season to pray unceasingly to the Lord asking that His will be done in our lives, seeking His mercy at the hour of judgment & knocking on the door of repentance.

Finally Christ says, "Therefore all things whatsoever ye would that men should do to you, do ye even so to them: for this is the law and the prophets."

The 'Golden Rule' given to us by our Saviour fulfills the law given to Moses, & should therefore be the basis of our behaviour as a Christian.

The Holy Bible readings for this day are:

Evening:
St. Matthew 7: 1-12

Morning:
Exodus 22:5-6
I Kings 18: 16 -24
II Kings 17: 7 - 23
Isaiah 36: 1-7, 37: 1-7
St. James 2: 14 - 26
Romans 2: 28 - 3: 8
St. Matthew 7: 13-27

Tone of the day: 1 

 

 

St. Veronica / St. Veronika:

  Elle nous dérange, cette Croix...  
Jésus disait à ses disciples : « Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup […]. Celui qui veut marcher à ma suite, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix chaque jour, et qu'il me suive. » (Lc 9, 22-23)
Cette présence de la Croix dans nos vies est pour nous quelque chose de très mystérieux et souvent douloureux. Pourtant, Dieu lui a laissé une large place dans le plan de la Rédemption, dans le salut de chacune de nos vies.
En effet, il a permis que chacune de nos souffrances, vécue à sa suite - et même davantage, EN LUI - soit porteuse de grâces pour nous, pour ceux que nous aimons, pour le monde entier.

Par et dans la Grâce du Saint Esprit que nous a acquis à si haut prix le Christ Prince de la Paix, le "Divin Roi d'Amour", nous trouvons la force de porter nos croix, comme membres de Son "Corps Mystique" à la suite du Christ Tête de ce Corps. .. Sans la lumière et la force de l'Esprit Saint, laissés a nos seules forces humaine, l'épreuve de "nos croix" serait absurde..., insupportable ...  

  Mais elle peut devenir source de grâces !  
Mais à une condition ! Que notre cœur, bien qu’endolori ou même déchiré, soit encore ouvert à l’AmourCe ne sont pas les coups sur Jésus qui ont sauvé le monde, ce sont l’Amour du Père et de Ses frères humains pour la rédemption desquels Son Père l'envoya et et l'obéissance, et la confiance, du "Nouvel Adam"  qui, au milieu de ces coups, jaillissaient de son cœur humain !Sa Mère, la "Nouvelle Eve" Lui étant toute unie "Un seul cour une seule âme avec Lui", tendue vers la réalisation des desseins du Père, notre guérison, notre rédemption...

« Je vis, mais ce n'est plus moi,c'est le Christ qui vit en moi » (Ga 2,20).

Demandons le zèle apostolique:

"Si tu es saint, tu auras la joie en sortant de cette vie, mais cette joie ne sera pleine que quand il ne manquera plus aucun membre du Corps que nous devons former tous ensemble. Toi aussi, tu attendras les autres, comme tu es attendu."(Origène)

  Aujourd'hui, je fais un pas...                                                             

Par un acte de foi et d’amour, je remets à l'Amour Provident du Seigneur Dieu une souffrance particulière qui m'habite en étant sûr que par cet acte je travail "main dans la main" avec le Christ qui s'est fait mon Frère pour le salut du monde, que  de cet acte peuvent jaillir des  grâces de salut, de délivrance et de guérison pour moi ou ceux que j’aime.

L’image contient peut-être : 3 personnes

Aucun texte alternatif disponible.

Partager cet article

Repost 0

Recherche

Liens