Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 20:55

Nouveau dimanche

L’image contient peut-être : 3 personnes

(Dimanche après Pâques - Dimanche de la Jeunesse)

 

This Sunday April 23rd is New Sunday (had b-shabo hadto/puthu njyaar) according to the Liturgical Calendar of the Syrian Malankara Orthodox Church.

On this day, all the catechumens who were learning about the faith and traditions of the Church during the Bright Week (S'habtho d'Hevorae) would receive their first true Holy Communion.

 

The Gospel of St. John recalls Christ's revelation to His Apostles following His Resurrection.

Today the Church commemorates the proclamation of faith by St. Thomas "My Lord & my God" John 20:28.

The Holy Bible readings from the Church Lectionary:

Evening:
St. John 20:19-31

Morning:
St. John 4:31-38

Before Holy Qurbono:
Genesis 41:41-46
1 Kings 18:36-40
Isaiah 40:9-15

Holy Qurbono:
I Peter 2:18-25
Romans 6:12-23
St. John 20:19-31

For sermons/commentaries based on the Gospel: https://goo.gl/HSFvfG

Tone of the Day: 1 (5 for alternate days of the week)

L’image contient peut-être : 1 personne

 Saint Qurbana

 

o 1ère de St Pierre 2 19-25 :

* 19 En effet, c’est une grâce de supporter, par motif de conscience devant Dieu, des peines que l’on souffre injustement.

* 20 En effet, si vous supportez des coups pour avoir commis une faute, quel honneur en attendre ? Mais si vous supportez la souffrance pour avoir fait le bien, c’est une grâce aux yeux de Dieu.

* 21 C’est bien à cela que vous avez été appelés, car C’est pour vous que le Christ, lui aussi, a souffert ; il vous a laissé un modèle afin que vous suiviez ses traces.

* 22 Lui n’a pas commis de péché ; dans sa bouche, on n’a pas trouvé de mensonge.

* 23 Insulté, il ne rendait pas l’insulte, dans la souffrance, il ne menaçait pas, mais il s’abandonnait à Celui qui juge avec justice.

* 24 Lui-même a porté nos péchés, dans son corps, sur le bois, afin que, morts à nos péchés, nous vivions pour la justice. Par ses blessures, nous sommes guéris.

* 25 Car vous étiez errants comme des brebis ; mais à présent vous êtes retournés vers votre berger, le gardien de vos âmes.

o

o 2ème à Timothée 2 1 à 13 :

* 01 Toi donc, mon enfant, trouve ta force dans la grâce qui est en Jésus Christ.

* 02 Ce que tu m’as entendu dire en présence de nombreux témoins, confie-le à des hommes dignes de foi qui seront capables de l’enseigner aux autres, à leur tour.

* 03 Prends ta part de souffrance comme un bon soldat du Christ Jésus.

* 04 Celui qui est dans l’armée ne s’embarrasse pas des affaires de la vie ordinaire, il cherche à satisfaire celui qui l’a enrôlé.

* 05 De même, dans une compétition sportive, on ne reçoit la couronne de laurier que si l’on a observé les règles de la compétition.

* 06 Le cultivateur qui se donne de la peine doit être le premier à recevoir une part de la récolte.

* 07 Réfléchis à ce que je dis, car le Seigneur te donnera de tout comprendre.

* 08 Souviens-toi de Jésus Christ, ressuscité d’entre les morts, le descendant de David : voilà mon évangile.

* 09 C’est pour lui que j’endure la souffrance, jusqu’à être enchaîné comme un malfaiteur. Mais on n’enchaîne pas la parole de Dieu !

* 10 C’est pourquoi je supporte tout pour ceux que Dieu a choisis, afin qu’ils obtiennent, eux aussi, le salut qui est dans le Christ Jésus, avec la gloire éternelle.

* 11 Voici une parole digne de foi : Si nous sommes morts avec lui, avec lui nous vivrons.

* 12 Si nous supportons l’épreuve, avec lui nous régnerons. Si nous le rejetons, lui aussi nous rejettera.

* 13 Si nous manquons de foi, lui reste fidèle à sa parole, car il ne peut se rejeter lui-même.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et mariage

o Saint Jean 20 19-31 :

* 19 Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »

* 20 Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.

* 21 Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »

* 22 Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.

* 23 À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

* 24 Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu.

* 25 Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »

* 26 Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »

* 27 Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »

* 28 Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

* 29 Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

* 30 Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre.

* 31 Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.

L’image contient peut-être : 1 personne, debout

Par Thomas de Villeneuve

(v. 1487-1555), ermite de Saint Augustin, puis évêque, Saint canonisé de l'Eglise Romaine-catholique. 
Sermon pour le dimanche in Albis (in Homiliarius Breviarii Romani, Card. Vivès, p. 901-902 ; trad. Orval rev.) 

 

« Mon Seigneur et mon Dieu ! »

 

« Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, dit Thomas, si je ne mets pas mon doigt à la place des clous et ma main dans son côté, je ne croirai pas. »

Endurcissement étonnant chez ce disciple :

-le témoignage de tant de frères et la vue même de leur joie ne suffisent pas à lui donner la foi.

Et voilà que pour prendre soin de celle-ci le Seigneur apparaît. Le bon Pasteur ne supporte pas la perte de sa brebis (Mt 18,12), lui qui avait dit à son Père :

-« Ceux que tu m'as donnés, je n'en ai laissé se perdre aucun » (Jn 17,12).

Que les pasteurs apprennent donc quelle sollicitude ils doivent manifester à l'égard de leurs brebis, puisque le Seigneur est apparu pour une seule.

Toute sollicitude et tout labeur sont peu de chose en comparaison de l'importance d'une seule âme... 

« Avance ici ton doigt et vois mes mains, mets la main dans mon côté, et ne sois pas incrédule mais croyant. »

Heureuse main qui a scruté les secrets du cœur du Christ ! Quelles richesses n'y a-t-elle pas trouvées ?

C'est en reposant sur ce cœur que Jean y avait puisé les mystères du ciel (Jn 13,25) ; en le scrutant, Thomas y découvre de grands trésors : admirable école qui forme de tels disciples !

Grâce à elle, le premier a exprimé sur la divinité des merveilles plus hautes que les astres lorsqu'il dit :

« Au commencement était le Verbe et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu » (Jn 1,1), et l'autre, touché par la lumière de la Vérité, a poussé ce cri sublime :

-« Mon Seigneur et mon Dieu ! »

 

LE DIMANCHE DE THOMAS : JEAN 20, 19-31.

Le huitième jour –

Aujourd’hui, dimanche dans l’octave de la Résurrection, se clôt la Semaine radieuse, ou Semaine des lumières, ou encore Semaine illuminée. Nous avons célébré Pâques tous les jours, en suivant l’ordre des huit tons liturgiques. Cette semaine était comme un seul et unique jour en huit flambeaux : le jour de Pâques est le jour Un et ce jour est le jour Huit – le dimanche est ainsi à la fois le premier et le huitième jour, le principe et la fin, l’alpha et l’oméga. Le huitième jour désigne le Dernier jour : de nouveau, comme le dit le Symbole de la foi, avec gloire, le Christ vient, juger les vivants et les morts. Il arrive et se tient parmi les apôtres remplis d’allégresse et les bénit : Paix à vous !

Vision eschatologique

Ainsi en sera-t-il au Jour ultime : le Fils de l’Homme se tiendra au milieu des hommes, Il les bénira et leur donnera sa paix pleine de gloire. Mais il y en aura pour ne pas croire quoique cette présence soit évidente : l’amour, la paix, la miséricorde seront évidentes. Le visage du Fils de l’Homme resplendira comme le soleil – amour tendre pour qui le reconnaîtra, amour insupportable pour les incroyants.

Le patron des incroyants

Thomas est le patron, le père, le protecteur et l’apôtre de ceux qui ne croient pas. L’incroyance, ou l’incrédulité, n’est pas toujours un péché, quand elle n’est pas le refus orgueilleux de s’incliner. Elle peut être vertu, honnête incroyance qui ne veut pas qu’on la paye de mots, doute légitime qui demande des garanties avant de s’engager sur une voie aussi périlleuse et risquée que celle de la foi. Ne parlons pas de ceux qui s’opposent, les ennemis acharnés de Dieu et de la foi. L’athéisme n’est pas toujours agressif et déicide. Thomas est l’apôtre de ceux qui ne demandent qu’à croire mais qui veulent des preuves : des athées de bonne foi, si l’on peut dire. Nous qui nous disons croyants, nous aurions quelquefois à nous montrer dignes de certains athées, esprits exigeant la vérité, la rigueur et l’intégrité. Croire en Dieu, ce n’est pas croire au Père Noël, tout de même ! Le doute de Thomas met en question le témoignage des myrophores et des apôtres, le témoignage apostolique, la Tradition.

Ne pas avoir peur des questions

Nous devons, comme Jésus, nous prêter à l’enquête et aux questions de ceux qui ne croient pas encore, ces sceptiques honnêtes, ces agnostiques au cœur pur, ces athées nos frères. N’ayons pas peur des questions inconfortables et des sujets qui gênent. Affrontons courageusement leurs investigations. Comme Thomas, ils veulent scruter le mystère du Ressuscité, ils avancent un doigt « fureteur », dit le kondakion, pour vérifier que le Christ présent, maintenant et au dernier Jour, est bien vrai, que c’est bien lui, qu’il n’y a pas supercherie. Tout le monde n’a pas la grâce de croire les apôtres et les saints sur parole : heureux celui dont c’est le cas !, dit Jésus.

L’émerveillement

Thomas est celui dont le nom signifie l’admiration et l’émerveillement. Quelle est sa joie quand il dit : « mon Seigneur et mon Dieu ! » Sa joyeuse stupéfaction est le bonheur promis aux incroyants – comme un don que le saint Esprit garde en réserve pour leur joie, en ce monde ou dans le monde qui vient, quand le Christ venu à nouveau, et avec gloire, se laissera palper par eux…

(Radio Notre-Dame, Lumière de l’Orthodoxie, dimanche 23 avril)

(Source:"Sagesse Orthodoxe")

L’image contient peut-être : 1 personne, barbe

 Il est grand temps de sortir !  


« Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. » 

(Mc16, 15)


Déjà une semaine que le Seigneur a triomphé de la mort ! Cela nous a laissé le temps de nous remettre de toutes ces émotions, d’atterrir un peu et de prendre conscience que vraiment le Christ a sauvé le monde.

Vous étiez dans nos prières tous ces derniers jours, Jeudi Saint lors de l'Institution du Sacerdoce et de l'Eucharistie, Vendredi Saint Samedi et le Dimanche de Pâque lors des Offices Liturgiques Syriaques . 
Nous avons eu une belle Retraite de Semaine Sainte que j'ai prêché pour un bon groupe de personnes qui, cette année, étaient bien fervents.

L'ambiance y était vraiment pieuse et fraternelle.  Merci Seigneur !

Mais maintenant il est temps de vivre concrètement de la Résurrection :

*Evangélisons, portons la bonne nouvelle, collaborons à renouveler la face de la terre, le monde nous attend !

L’image contient peut-être : 2 personnes

 Comme les apôtres, soyons déterminés 
Dans l’Évangile dont je citais ici le passage en exergue de cette méditation, le Christ nous confie cette mission d’apostolat, il s’étonne que nous ne soyons pas encore partis, il nous reproche notre manque de foi et la dureté de notre cœur.

Si nous voulons vraiment prendre notre mission baptismale au sérieux, nous devons contempler et suivre l’exemple des apôtres et rendre grâce pour leur détermination, c'est  par elle et celle de leurs successeurs (Nos Evêques) que nous avons reçu nous-même le Christ.

  AUJOURD'HUI je fais un pas                                                          

Dans mon foyer, dans la rue, à la fac ou au bureau, il y a tant de lieux, tant de causes, tant de situations, tant de personnes pour qui je peux servir à ma mesure. AUJOUD'HUI, je discerne dans ma vie les lieux où j’ai la plus grande marge de manœuvre pour amener le monde vers les réalités de l’Évangile.

 

 


L'orgueil, c'est ce qui nous fait oublier nos péchés. Alors que nous en souvenir, cela nous mène à l'humilité.
Saint Jean Climaque

L’image contient peut-être : 1 personne

St Georges, intercède pour notre France en ce jour des élections présidentielles !

Aujourd'hui, 22 Avril, journée de prières pour la libération de nos deux archevêques (Syriaque orthodoxe d'Antioche et Grec Orthodoxe Melkite ).
Notre Eglise locale et missionnaire Syro-Orthodoxe Francophone ,en France, en Afrique et en ses missions, se joint aux prières qui, partout dans l'univers chrétien, s'élèveront aujourd'hui vers le Dieu de Miséricorde.
Ne les oubliez pas dans vos prières. MERCI.
A 10h 30 la Quadisha Qurbana (Ste Messe ) sera célébrée aujourd'hui à
*Monastère Syriaque N-D de Miséricorde (Chandai, Normandie ) et
*Chapelle Orthodoxe Notre Dame de la Très Sainte Trinité (La Chapelle Faucher, Dordogne )
et demain 23 à Jauldes (Charente )
En union de prières, votre fidèlement dévoué en Notre Seigneur. Aloho m'barekh !
+Métropolite Mor Philipose, Jauldes ce 22.IV.17
L’image contient peut-être : 1 personne
-------------------------------------------
Today, April 22, day of prayers for the liberation of our two archbishops (Orthodox Syriac of Antioch and Greek Orthodox Melkite).
Our local and missionary, Syrian Orthodox Francophone Church, in France and in Africa, and its missions, joins in the prayers which, throughout the Christian universe, will rise today towards the God of Mercy.
Do not forget them in your prayers. THANK YOU.
At 10.30am the Quadisha Qurbana (Holy Mass) will be celebrated today at
* Syriac N-D Monastery of Mercy (Chandai, Normandy) and
* Orthodox Chapel Our Lady of the Most Holy Trinity (La Chapelle Faucher, Dordogne)
And tomorrow 23 in Jauldes (Charente)
In union of prayers, your faithfully devoted in Our Lord. Aloho m'barekh!
+ Metropolitan Mor Philipose, Jauldes ce 22.IV.17
L’image contient peut-être : 3 personnes, intérieur
----------------------------------------------
Hoje, 22 de abril, dia de oração pela libertação de nossos dois arcebispos (Siríaca Ortodoxa de Antioquia e Grego Ortodoxo de Antioquia Melquita).
A nossa Igreja local e siro-ortodoxo missionária Francophone, França, África e suas missões, junta-se as orações de todo o mundo cristão, vai subir hoje ao Deus da Misericórdia.
Não se esqueça-los em suas orações. OBRIGADO.
Às 10h 30 Quadisha Qurbana (Santa Missa) será comemorado hoje
* Mercê Siríaco N-D (Chandai, Normandia) e
* Capela ortodoxo de Nossa Senhora da Santíssima Trindade (La Chapelle Faucher Dordogne)
e amanhã, às 23 Jauldes (Charente)
Em união de orações, dedicado fielmente em Nosso Senhor. Aloho m'barekh!
+ Metropolitan Mor Philipose Mariam
 

L’image contient peut-être : 2 personnes, barbe

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

Afficher l'image d'origine

L’image contient peut-être : 2 personnes

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

Image of the Saviour Not Made by Hand: a traditional Orthodox iconography in the interpretation of Simon Ushakov (1658).:

Chers amis. Aloho m'barekh.

Il y a deux ans déjà, je publiais sur Facebook ces images, vous remarquerez la "Théotokos"(Mère de Dieu le Verbe incarné ) Patronne principale de notre France ,

Aucun texte alternatif disponible.

Saint Georges fêté ce jour (Tellement invoqué par les Églises Orthodoxes )

Aucun texte alternatif disponible.

et Saint Grégoire de Jérusalem qui,envoyé au Kerala par le Patriarche d'Antioche, rendait à l'Église des Indes (Chrétiens de Saint Thomas ) l'Apostolicité (Succession Apostolique ) alors que cette Eglise vivait une solution de continuité suite aux agissements délétères des colonialistes occidentaux.

L’image contient peut-être : 1 personne

Tout un message pour les fils et filles de notre Église Locale et missionnaire, fruit de l'élan missionnaire de l'Église des Indes (MISC et ensuite Malankare ).. . , tout un message pour vous inviter, fils et filles à prier pour notre Patrie terrestre alors que nous élisons un nouveau Président de la République de cette France dont le Christ restera, quoique l'on fasse le seul Roi. . .

Puissent la Toute Pure Mère de Dieu et nos frères aînés les Saints intercèder pour que l'Esprit Saint nous illumine et nous fortifie pour que, dans notre Patrie, la Civilisation de l'Amour l'emporte sur le règne de la terreur !

Votre fidèlement en Notre Seigneur.Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse)!

+Mor Philipose-Mariam, Jauldes ce 23. IV. 17

PS:

Je vous donne rendez-vous à tous le DIMANCHE 7 Mai, pour le PÈLERINAGE du "Mois de Marie" à N-D de MISÉRICORDE et aux Sts du Kérala.

Vous vous souvenez aussi que du 7 au 15 Mai, nous organisons un Pèlerinage Marial du "Mois de Marie".

Les Sanctuaires visités sont les suivants:
-N-D de Miséricorde,Notre-Dame de L'Epine , N-D de Houppach (Masevaux) et St Ubald (Thann/St Ubald est invoqué contre toutes influences malfaisantes), Mont St Odile, Notre-Dame de Neubois,
Notre-Dame de Thierenbach ("Route des vins"), Le 11, N-D d'Autun, - Le 12, N-D d'Espis, N-D de Toutes-Grâces et St Ubald (Vénération de la relique de St Ubald est invoqué contre toutes influences malfaisantes)

Clôture des inscriptions le 29 Avril/ Offrande estimée 300 euros.(Que personne ne se prive de cette démarche de Foi pour une raison matérielle. Que tous ceux qui le peuvent aident leurs frères et soeurs plus pauvres à effectuer ce pèlerinage.Merci)
_____________________________

"Confie-toi au médecin et il opérera les yeux de ton âme et de ton cœur. 
Qui est ce médecin ?
C'est Dieu, qui guérit et vivifie par son Verbe et sa Sagesse."
(St Théophile D'Antioche)
_____________________________

L’image contient peut-être : 1 personne
==================================================
Dear friends. Aloho m'barekh.

Two years ago, I published on Facebook these images, you will notice the "Theotokos" (Mother of God the incarnate Word) Patron saint of our France,

Aucun texte alternatif disponible.

Saint Georges celebrated today (So Invoked by the Orthodox Churches)

L’image contient peut-être : 1 personne

and Saint Gregory Of Jerusalem who, sent to Kerala by the Patriarch of Antioch, returned to the Church of the Indies (Christians of St. Thomas) the Apostolicity (Apostolic Succession) when this Church lived a solution of continuity following the deleterious actions of Western colonialists .

Aucun texte alternatif disponible.

A message for the sons and daughters of our local and missionary Church, the fruit of the missionary impulse of the Church of India (MISC and then Malankare). , A message to invite you, sons and daughters to pray for our earthly country while we elect a new President of the Republic of that France whose Christ will remain, even though we make the only King. . .

May the Pure Mother of God and our elder brothers the Saints intercede so that the Holy Spirit illuminates and strengthens us so that in our Homeland the Civilization of Love prevails over the reign of terror!

Your faithfulness in Our Lord.Aloho m'barekh (God bless you)!

+ Mor Philipose-Mariam, Jauldes ce 23. IV. 17

PS:

I give you an appointment to all SUNDAY May 7, for the PILGRIMAGE of the "Month of Mary" to N-D of MERCURE and to the Sts of Kerala.

You also remember that from 7 to 15 May, we organize a Marial Pilgrimage of the "Month of Mary".

The Sanctuaries visited are the following:
N-D of Mercy, Our Lady of L'Epine, ND of Houppach (Masevaux) and St Ubald (Thann / St Ubald is invoked against all evil influences), Mount St Odile, Our Lady of Neubois,
Our Lady of Thierenbach ("Route of the wines"), the 11, ND of Autun, - the 12, ND of Espis, ND of All-Graces and St Ubald (Veneration of the relic of St Ubald is invoked against all Mischievous influences)

Closing of the inscriptions on April 29 / Offering estimated at 300 euros (That no one deprives themselves of this approach of Faith for a material reason, that all those who can help their poorer brothers and sisters to make this pilgrimage.
_____________________________

"Trust the doctor and he will work the eyes of your soul and your heart.
Who is this doctor?
It is God who heals and vivifies through his Word and his Wisdom. "
(St Theophilus of Antioch)
_____________________________

Note:
A local church founded on the missionary impulse of the Church
Syrian Orthodox of the Indies (Malankare), our Church
Syro-Orthodox- Francophone is an Orthodox Church-
East.
The Syriac Monastery is a Prayer Center for Unity
Of the Apostolic Churches, the unanimity of the Christian Testimony
And the peace of the world.
¤ Pastoral permanence in various regions of France for: Spiritual accompaniments, Sacraments, Sacramentals (Blessings, Prayers of deliverance or exorcism, prayers of healing) ...
For the pastoral services rendered to the Monastery as reception
Of the faithful for short stays or spiritual retreats,
We do not require any fixed.
The offerings are free and not
Compulsory.
However, every offering is subject to
Deducted from your taxable income at 66% of your
returned). Write all C B to the order "Metropolis E S O F"
For the Syrian Orthodox Francophone Chaplaincy of Africans living in France, contact the Heads: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan and Sister Marie-Andre M'Bezele, Moniale (06.17.51.25.73).
------------------------------------------------

CONFIRMING INTENT

PRAYER AT THE MONASTERY IS

SIMPLE...

The Monk does not break the deep solidarity that must unite the brothers

Human beings ... They conform to the sentiments of Christ Head of the Church, the

"The firstborn of a multitude of brothers" and His love for all men ...

Through monastic prayers, the whole Church prays and intercedes for

Humanity.

Do you know ? Each of you, in the secret of his existence, participates in this

Immense current of underground prayer that irrigates the world ...

If you wish, you can entrust us with a

By sending it to the address

next:
Syriac Monastery of the Bse Virgin Mary, Mother of Mercy,
Brévilly
61300 CHANDAI.
Tel: 02.33.24.79.58
Or: 06.48.89.94.89 (By sms leaving your details)
=============================================

 

Queridos amigos. m'barekh Aloho.

Há dois anos já, publiquei no Facebook estas imagens, você vai notar as "Theotokos" (Mãe de Deus, o Verbo encarnado)

Afficher l'image d'origine

Padroeira principal do nosso França,

Aucun texte alternatif disponible.

Saint Georges comemorado hoje (Então invocado pelas igrejas ortodoxas) e Gregory de Jerusalém, enviou a Kerala pelo Patriarca de Antioquia, foi para a Índia Church Leste (Saint Thomas cristãos) apostolicidade (Sucessão Apostólica), enquanto a Igreja viveu uma solução de continuidade após as ações deletérias dos colonialistas ocidentais .

Alguma mensagem para o filho e filhas de nosso local e Missionária da Igreja, fruto do impulso missionário da Igreja da Índia (MISC e depois Malankara) ... Enquanto uma mensagem solicitando que você, filho e filhas para orar por nossa pátria terrena como nós eleger um novo Presidente da República da França que Cristo permanecerá, tudo o que é feito o único Rei. . .

Que a Mãe Puríssima de Deus e os nossos irmãos mais velhos os santos intercedem para o Espírito Santo ilumina e nos fortalece para que em nosso país, a civilização do amor prevalece sobre o reinado de terror!

Seu fielmente Nosso Seigneur.Aloho m'barekh (Deus te abençoe)!

+ Mor Philipose Mariam, este Jauldes 23. IV. 17

PS:

Dou-lhe uma nomeação em todo o domingo, 7 de maio de para a peregrinação do "Mês de Maria" MISERICÓRDIA N-D e Santos Kerala.

Também lembre-se que de 7 a 15 de maio, estamos organizando uma peregrinação mariana do "Mês de Maria".

Santuários visitados são:
-N-D Piedade, Nossa Senhora da coluna vertebral, N-D Houppach (Masevaux) e St ubald (Thann / St ubald é invocado contra todas as más influências), Mount St Odile Nossa Senhora de Neubois,
Nossa Senhora de Thierenbach ( "Rota dos Vinhos"), 11, ND Autun - 12, Espis ND, ND Todas as Graças e São ubald (Veneração da relíquia de São ubald é invocado contra todos más influências)

Prazo de inscrição 29 de abril / Oferta estimado de 300 euros. (Que ninguém perde esta abordagem fé por uma razão material. Todos aqueles que podem ajudar seus irmãos e irmãs mais pobres para fazer este pèlerinage.Merci)
_____________________________

"Confie o médico e ele vai operar os olhos de sua alma e seu coração.
Quem é esse médico?
É Deus que cura e dá vida através da Sua Palavra e Sua Sabedoria ".
(St Teófilo De Antioquia)
_____________________________

Nota:
Igreja local fundada pelo impulso missionário da Igreja
Sirian Ortodoxa da Índia (Malankara), nossa Igreja
Syrian Orthodoxe- Francophone é um Orthodoxe- Igreja
Médio.
O Mosteiro siríaco é um Centro de oração pela unidade
Igrejas Apostólicas, unanimidade de Christian Witness
e da paz mundial.
¤ Permanência pastoral em vários região da França para: Acompanhamentos espirituais, sacramentos Sacramental (bênçãos, orações de libertação ou exorcismo, orações de cura) ...
Para o serviço pastoral ao Mosteiro de casa
fiel para estadias curtas ou retiros espirituais,
que não requerem qualquer fixo.
As ofertas são livres e não
necessário.
Qualquer oferta está sujeita, no entanto, um
dedução de sua renda tributável à alíquota de 66 ° / ° do seu
renda). Denominar todas C B na seguinte ordem "S S M E Metropolis"
Para os sírio-ortodoxos Capelania francófonos africanos que vivem na França, entre em contato com as cabeças: Mor Philipose Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan e irmã Marie-Andre M'Bezele, Monk (06.17.51.25.73).
------------------------------------------------

REFER DE INTENÇÕES

MOSTEIRO na oração é

SIMPLES ...

O monge não quebrar a profunda solidariedade que deve unir-los irmãos

os seres humanos ... Estas medidas devem respeitar os sentimentos de Cristo Cabeça da Igreja, o

"Primogênito de muitos irmãos" e seu amor por todos os homens ...

Através das orações monásticas é toda a Igreja que reza e intercede por

humanidade.

Você sabia? Cada um de vocês, no segredo da sua existência, está a participar neste

grande oração subterrânea corrente que irriga o mundo ...

Se desejar, você pode confiar a um

da oração da intenção, enviando-o para o endereço seguinte:


Siríaco Mosteiro da Santíssima Virgem Maria, Mãe de Misericórdia,
Brévilly
61300 Chandai.
Tel: 02.33.24.79.58
ou: 06.48.89.94.89 (sms Ao deixar seus detalhes de contato)

Aucun texte alternatif disponible.

Descendre dans le secret de Dieu...

Blessed Virgin Mary:

(Homélie du père André Scrima, 3 février 1974)

 

Mes chers frères,

Le Seigneur nous ouvre aujourd’hui, avec sa parole divine – pour qui s’apprête à le suivre en cet itinéraire pascal – la voie toujours oubliée du secret, du Dieu secret et de l’homme secret. C’est comme une fulguration devant nos yeux, lorsque le Seigneur nous parle en cette péricope des trois actions – l’aumône, le jeûne et la prière – par lesquelles nous entrons en relation avec l’homme. L’aumône : nous nous assumons nous-mêmes ; le jeûne : dans notre totalité d’être, corps et âme ; et enfin, ainsi présents à nous-mêmes et à notre être, nous nous tournons vers Dieu et nous nous présentons à Lui dans la prière. Qu’on change de nom, qu’on change de forme, qu’on en oublie jusqu’au sens, ces trois actions nous sont données en même temps que notre vie, elles ne pourront pas disparaître. Où que l’homme prolonge son aventure, son oubli même de Dieu, d’une façon ou d’une autre, ces trois dimensions seront présentes.

Et le Seigneur les juge, en ce moment même. Il les juge du plus profond, du plus haut, si l’on veut, de sa parole, de sa lumière, et en les jugeant, Il les sauve et nous avec. Il nous fait soudainement comprendre que tout ce que nous faisons, dans ce domaine-là, n’a de valeur, n’a de prix, que si cela est, d’une façon ou d’une autre, plus profond que nous-mêmes, et plus mystérieux que nous-mêmes, que si ce genre d’action nous échappe et retourne dans cette chambre mystérieuse de notre vie, de notre personne, où se tient le secret de tout ce qui se passe.

Qu’est-ce que signifie ce secret ? Bien sûr, on ne dit pas le secret du roi : si on le disait ce ne serait plus un secret. Mais un secret peut être reçu, peut être appris, peut être suggéré. Le Seigneur Lui-même, aujourd’hui, nous l’ouvre, et il s’agit pour nous d’y entrer. Pour y retrouver quoi ? Pour retrouver notre propre vérité, notre quête. Nous pouvons parcourir le monde, frapper à toutes les portes, rencontrer beaucoup de gens, leur parler, attendre quelque chose d’eux, leur apprendre quelque chose éventuellement, et puis, quand nous arrivons dans cet endroit secret, voilà quelqu’un qui s’y tient, et Il a un visage familier. Il est notre frère aîné, Il est celui dont notre visage doit refléter secrètement la lumière.

Être dans ce secret veut donc dire au moins pressentir, que notre vie a une autre dimension, et ne se limite pas seulement à ce qui se voit. Tout ce qui est visible n’est que signe, n’est qu’appel, dès maintenant – non pas seulement pour l’autre vie, au-delà de celle-ci – mais pour une autre vie à l’intérieur de celle-ci. Non pas seulement pour l’homme transfiguré dans l’au-delà, dans la lumière de Dieu, mais pour nous-mêmes, pauvres et misérables que nous sommes, tels que nous sommes, déjà secrètement élevés en gloire ici-bas.

Où cela, comment cela ? Dans ce secret, dans cette chambre secrète. Pourquoi ? Comment y entrer ? Il me semble que le Seigneur le suggère très bien. Si nous faisons – sous n’importe quelle forme – ces trois actions : l’aumône qui nous met dans une relation de sacrifice envers l’homme, le jeûne qui nous met dans une relation de sacrifice envers nous-mêmes, et enfin, la prière qui nous élève, nous fait monter vers Dieu, si nous accomplissons ces trois actions secrètement – c’est-à-dire non seulement au-delà du regard sensible, physique des autres, mais à l’insu de nous-mêmes : " Que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite " (la droite, c’est l’instrument de l’action, la gauche celle qui indique le lieu du cœur) – qu’il y ait donc en nous, plus profondément que nos actions, bonnes ou mauvaises, plus profondément que notre présence visible aux autres et à nous-mêmes, dans l’aumône et le jeûne, qu’il y ait donc en nous, une autre qualité d’être, de présence, qui, par-delà tout ce que nous faisons, soit là, se tienne là dans la chambre secrète, qui ignore, en quelque sorte, ce qui se passe avec nous à l’extérieur, comme les eaux profondes de l’océan ignorent, à partir d’un certain nombre de mètres, les tempêtes qui secouent la surface plus haut.

Être dans le secret c’est avoir quelque part, en nous-mêmes, ce lieu ouvert de confiance dans le Seigneur, où nous pouvons toujours trouver, non seulement un refuge contre les tempêtes extérieures – cela va de soi – mais où nous pouvons toujours, éblouis, Le trouver qui regarde dans le secret, qui regarde dans l’invisible. Exercer notre présence à ne pas dépendre uniquement de ce qui est visible. Nous recevons tous notre être de deux façons : par ce que les autres nous font sentir de nous-mêmes, projettent sur nous, parleur regard, leurs actions, leur relation avec nous ; c’est cet être-là qui nous retient le plus, qui nous tient captifs, et qu’il faut dépasser pour nous trouver dans un autre endroit, où nous recevons un autre être celui qui vit, qui croît, qui grandit en nous, parce que cette vie est faite du regard de Dieu qui voit dans l’invisible, dans ce que nous-mêmes ne voyons pas. Et dans la mesure où nous pressentons que nous sommes pris dans l’invisible de Dieu, et que notre vie commence non pas de l’extérieur vers l’intérieur, mais de l’intérieur vers l’extérieur, dans cette mesure-là, " en vérité Je vous le dis, comme dit le Seigneur, Dieu, le Père, qui voit dans le secret, vous le rendra ".

On comprend alors pourquoi c’est uniquement au terme de cette descente dans le secret de Dieu que peut jaillir la prière suprême, la prière la plus universelle, la prière qui n’appartient pas à moi seul, que je ne peux jamais dire pour moi seul, comme individu séparé, qui recevrait son être seulement de sa relation matérielle avec les autres. C’est uniquement au terme de cette descente dans le secret que peut jaillir le " Notre Père ", le nom le plus universel de Dieu, qui ne s’adresse pas uniquement à moi, ou à mes frères dans la foi, ou à ceux de ma génération ou de la génération précédente, mais qui est le signe même de la présence éternelle, de la présence miséricordieuse à tous et partout de Dieu. C’est dans la mesure où nous descendons dans ce petit endroit invisible du cœur, où se tient le secret de Dieu, que nous serons présents à tous les endroits où Lui-même alors se tient dans sa miséricorde ; et Il nous veut aussi ouverts que Lui, dans cette vaste œuvre qui sort précisément, non pas de notre volonté, mais on peut dire de notre secret, de notre ignorance toute remplie de sa connaissance et de sa volonté. Amen.

(Source: Contacts, Vol. 55, No 203, 2003.

http://www.pagesorthodoxes.net)

Urgence élections,

 Prière pour la France:

MAESTRO DE CESI CRISTO CON SU MADRE 1308:

Je vous propose la prière suivante pour notre Pays:


Seigneur Jésus, Ô Christ notre Dieu, Vous qui êtes venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Vous qui êtes monté librement sur la Croix pour tous les humains;
Vous qui, dans Votre amour ineffable et Vôtre indicible compassion, veillez au bien et au libre salut de chacun;
Vous qui êtes invisiblement présent dans ce monde qui Vous appartient et dans notre pays par le Corps de Votre sainte Eglise, acceptez les prières de supplication et de louange que nous Vous adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée.


Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Votre Mère toute pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine "Egale-aux-apôtres" dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Votre ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France :

Eclairez, inspirez, convertissez et sauvez notre patrie la France, ceux qui la gouvernent ainsi que chacun des membres de son peuple.


A nous qui Vous supplions dans la vraie Foi, accordez la grâce du non-jugement, la conscience libre, la force du saint Esprit pour témoigner de Votre vérité dans la paix qui vient de Vous.


Accordez-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Votre pardon.


Donnez-nous de Vous glorifier et de Vous célébrer pour la bienveillance que Vous manifestez à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple.


Inspirez-nous de Vous célébrer en premier lieu pour la révélation que Vous avez donnée de Vous-même à nos Pères par la prédications de ces aînés dans la Foi qui sont venu d'Orient pour ensemencer notre terre de l'Evangile de vérité, d'amour et de paix et à ceux qui, en conséquence peuvent en ces jours, sur cette même terre bénie de France, vous confesser avec Votre Père coéternel et Votre très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amîn!

_______________

 

Saint Michael and the Dragon in an initial Q by an Unkown master German, Würzburg, about 1240-50:

Urgence élections :

 Prière pour la France à saint Michel

 

Saint Michel, grand Prince de la milice céleste, établi par la Providence divine le protecteur spécial de la France, souvenez-vous que vous l’avez faite grande entre toutes les nations, que vous l’avez établie sentinelle de la foi et soldat de Dieu dans le monde. Glorieux Archange, vous que nos rois ont autrefois proclamé patron de la France, protégez-nous contre tous nos ennemis ; nous vous conjurons de nous placer tous sous votre impénétrable protection. Protégez toujours l’Eglise et la France ! Obtenez-lui un prompt et sincère retour à l’antique foi, source de sa force et de sa grandeur. Éclairez les incrédules, rassurez les timides, fortifiez les faibles, encouragez les bons, secourez-nous tous et rendez-nous meilleurs et plus chrétiens. Amîn.

En-tête

------------------------------------------------

The Most Holy Ever Virgin Mary:

L’image contient peut-être : 1 personne

Quelle est la signification des apparitions mariales? 

L’image contient peut-être : 1 personne

Dans son livre « Multiplication des apparitions de la Vierge aujourd’hui » (Rialp, 1991), Monseigneur René Laurentin s’interroge : « La Vierge a une mission de Mère à l’égard de notre monde. Cette mission est appelée à s’intensifier dans les derniers temps, disait Grignion de Montfort. La multiplication de ces apparitions ne répond-elle pas à une urgence : sinon la fin du monde, du moins un grave tournant, au seuil du troisième millénaire ? ».

L’auteur dit avoir effectué personnellement plusieurs enquêtes pour expliquer précisément leur multiplication. « Quelques invitations aidant, je fis des sondages en divers lieux d’apparition en vue de dénoncer cette prolifération, mais les résultats en furent positifs beaucoup plus souvent que je n’aurais pensé !

Les apparitions qui continuaient en Argentine (San Nicolas), Mexique, Rwanda (Kibého), Syrie (Damas), Italie (Schio), Corée (Naju) etc., ne présentaient pas un caractère pathologique. Elles produisaient de bons fruits. Si mon enquête manifestait des apparitions illusoires ou des déviations, la plupart ne méritaient pas les poubelles où on rejette trop facilement les apparitions, à partir du moindre défaut ».

Découvrir plus sur mariedenazareth.com :
Plus d’un millier d’apparitions  

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ,à l'intérieur et à l'exterieur de notre Tradition Syro- Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

 

Aucun texte alternatif disponible.

23 avril:

Saint Georges

Aucun texte alternatif disponible.
Tribun militaire, martyr 
(† v. 303)


"POUR LA FRANCE, DIEU NOUS GARDE !"
(Cérémonial des couleurs.)
SAINT GEORGES PRIE DIEU POUR LA FRANCE !

Georges naquit à Lydda (aujourd’hui Lod en Israël), en Cappadoce de mère chrétienne ; son éducation fut toute chrétienne. Jeune encore, il est réputé avoir combattu le paganisme et brisé des idoles dans les temples païens. C'est probablement cela qui donna naissance à la légende tardive transmise par Jacques de Voragine du combat contre le dragon.

Georges suivit la carrière des armes comme son père, et devint tribun militaire dans la garde impériale. Dioclétien ayant rallumé la persécution contre les chrétiens, tous ses sujets furent instamment invités à offrir des sacrifices aux dieux de l'empire. Cet ordre fut tout spécialement appliqué aux militaires : ce geste marquerait leur fidélité aux ordres impériaux.

Georges refusa. Sa noble audace lui mérita le reproche d'ingratitude et des menaces de mort. La légende raconte que Georges profita de ses derniers jours de liberté pour distribuer ses biens aux pauvres et affranchir ses esclaves. Ainsi préparé aux combats du Christ, le tribun aborde l'empereur lui-même et plaide devant lui la cause des chrétiens. 

- « Jeune homme, lui répond Dioclétien, songe à ton avenir ! »
- « Je suis chrétien, dit Georges, je n'ambitionne ni ne regrette rien dans ce monde ; rien ne saurait ébranler ma foi. » Il est alors battu de verges, puis il subit l'affreux supplice de la roue, après lequel un ange descend du Ciel pour guérir ses blessures. 

Quelques jours après, le martyr reparaît plein de vie en présence de l'empereur, qui le croyait mort ; il lui reproche de nouveau sa cruauté et l'engage à reconnaître le vrai Dieu. Trois jours il est abandonné sur un lit de chaux vive ; on lui met ensuite des chaussures de fer rougies au feu, on lui fait avaler un poison très violent. 

Georges, par la grâce de Dieu, subit toutes ces épreuves sans n’en ressentir aucun mal ; plusieurs païens même se convertissent à la vue de tant de merveilles. Reconduit de nouveau dans sa prison, l'athlète invincible de la foi vit en songe Jésus-Christ descendre vers lui :
- « Georges, lui dit-il en lui présentant une couronne de pierres précieuses, voilà la récompense que je te réserve au Ciel ; ne crains rien, je combattrai avec toi demain, et tu remporteras sur le démon une victoire définitive. » 

Le jour suivant, Dioclétien tâcha d'ébranler le martyr par des flatteries : « Conduisez-moi devant vos dieux » dit Georges. On l'y conduit, croyant qu'il va enfin sacrifier. Parvenu devant la statue d'Apollon, il fait le signe de la Croix et dit : « Veux-tu que je te fasse des sacrifices comme à Dieu ? » La voix du démon répond : « Je ne suis pas Dieu ; il n'y a de Dieu que celui que tu prêches. » Et en même temps la statue tombe en poussière. Le peuple s'enfuit épouvanté, et l'empereur vaincu, humilié et furieux, fait trancher la tête au martyr.


Saint Georges est le saint patron des Cavaliers (arme blindée - cavalerie) et le saint protecteur des Scouts.

La Géorgie en porte le nom (donné par les croisés français pour la ferveur qui entoure ce saint dans ce pays et la légendaire vaillance des géorgiens dans leurs combats contre les empires musulmans) et en fait son Saint patron.

Il figure sur les armoiries du drapeau russe et Saint Alexandre Nevski demande sa prière d'intercession contre les envahisseur suédois et teutonique.

"Bienheureux George victorieux au combat,ayant pour te protéger la cuirasse de la foi le bouclier de la grâce et la lance de la croix.

Flétrissant la vanité des idoles leurs funestes égarement aux impies tu déclara "Mon Roi c'est le Christ et j'appartiens à son armée,ni les roues ni les fauves ni le feu ni le glaive n'auront le pouvoir de me séparer de l'amour du Christ Notre Dieu" "

L’image contient peut-être : 1 personne  



(Source partielle: Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950 (« Rév. x gpm »).

 

Today April 23rd it's the commemoration of the dhukrono of

St. George the Martyr

(+303)

"Mor Gewargis Sahdo"

 according to the Liturgical Calendar of the Syrian Malankara Orthodox Church. His feast is celebrated with great reverence by the faithful worldwide.

Wishing everyone a blessed Feast of St. George the Martyr (Mor Gewargis Sahdo) especially to all with the name or baptized with the name George (including Geevarghese, Gewargis, Varghese, Varkey etc)! Oh Mor Gewargis Sahdo, plead for us at God's throne of grace amen!

Biography: George (Gurgis/Jurjis) was born in Cappadocia, East Asia Minor in c. A. D. 283. His parents were of royal origin as described
by Meta Frastres (Moothedan, 2001). His Father is thought to be anarmy chief of Emperor Diocletian. George was also a high-rankingmilitary officer in the army of Diocletian.There are several legendary and historical descriptionsabout St. George and it is difficult to distinguish between the two. However, most of the books refer to an incident which is describedhere.

One day George was riding a horse in the province of Lybiain North Africa. He came upon a city named Sylene. Near the citywas a marsh, in which lived a dragon. The people had attempted to kill it but were poisoned by the creature’s fetid breath. To placatethe dragon, they offered it two sheep a day, but when they began to exhaust their supply of sheep, they were forced to substitute ahuman each day instead, casting lot to choose the victim. At the time of George’s arrival, the lot had just fallen to the King’s daughter Andromeda (Sophia?). No one volunteered to takeher place, so she was dressed in bridal finery and sent to meet thedragon. Riding upon this scene on a (green) horse George attackedthe dragon and speared it with his lance. He then fastened the
princess’s girdle around its neck, and the girl led the dragon intothe city. The people were frightened and started to run away, but 
George told them not to be afraid – that if they would believe in Jesus Christ and be baptized, he would slay the dragon.The King and the people agreed. George killed the dragon, and it was carriedaway on four ox carts (White, 1991). George accepted no reward 
for his service, but he asked the King to build churches, honourPriests, and to be compassionate towards the poor.

George was martyred duing the persecution of Diocletian at Nicomedia in the beginning of the 4th century.The persecution lasted for about seven years. During that period about seventy 
Kings were associated with Diocletian and historians mention different Kings in their account of the persecution.The persecution 
was as a result of George’s refusal to worship Appalon and Hoclis,the pagan Gods.George performed several miracles. Diocletian’s wife Alexandria and his daughter Valeria believed in Jesus Christ. This resulted in the beheading of Alexandria on April 8 at Diospolis in Palestine (now, Lod, Israel). St. George was beheaded at the sameplace on 23 April (Britannica, 2001; Encarta, 2001).The writings of two Syrian churches, which date back to A.D.494, suggest that George was martyred at Lydha (now, Lod, Israel).There were churches in the name of St. George during the time of Constantine, the Great, at Nicomedia, Ludia, and Thessalonica.

-Biography Courtesy of "Martyrs, Saints, and Prelates of the Syriac Orthodox Church"

Tone for feast of a Saint: 8

L’image contient peut-être : texte

En cette fête de St Georges, bonne fête à tous les scouts !

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Prière du père Jacques Sevin :

Seigneur Jésus, de qui descend toute noblesse et toute chevalerie,
apprenez-nous à servir noblement. 
Que notre fait ne soit point parade ni littérature, 
mais loyal ministère et sacrifice coûteux.

Tenez nos âmes hautes, tout près de Vous,
dans le dédain des marchandages, des calculs et des dévouements à bon marché. 
Car nous voulons gagner notre paradis non pas en commerçants,
mais à la pointe de notre épée, laquelle se termine en croix, et ce n'est pas pour rien.

Nous avons fait de beaux rêves pour Votre amour
dans l'obscurité des journées banales, préparez-nous aux grandes choses par le fidélité aux petites
et enseignez-nous que la plus fière épopée est de conquérir notre âme et de devenir des saints.

Nous n'avons pas visé moins haut, Seigneur, et nous sommes bien ambitieux,
mais heureusement nous sommes faibles
et cette grâce, nous l'espérons de Votre miséricorde,
nous conservera humbles.

Demandez-nous beaucoup, et aidez-nous ô Vous donner davantage. 
Et puisque nous sommes livrés à Vous [au jour de notre adoubement],
ne Vous gênez pas pour nous prendre au mot et pour nous sacrifier : 
Nous Vous le demandons malgré le tremblement de notre chair,
car nous voulons n'avoir qu'une crainte, celle de ne pas Vous aimer assez.

Et quand, au soir de notre dernière bataille,
Votre voix de Chef sonnera le ralliement de Vos chevaliers,
faites, Seigneur, c'est notre suprême prière, faites que notre mort serve à quelque chose,
et accordez-nous la grâce de mourir debout. 
Ainsi soit-il.

 

Aucun texte alternatif disponible.

L’image contient peut-être : 1 personne, barbe et texte

L’ICÔNE :

UN ART SACRÉ

POUR NOTRE TEMPS

par père Michel Quenot

Peintre de talent et athée convaincu avant de découvrir au hasard du chemin le Christ, l’immigré russe en France Léonide Ouspensky († 1987) a voué sa vie à une redécouverte de l’icône. Il disait avec raison que si l’Église indivise du premier millénaire s’est battue pour l’icône, le temps est venu où l’icône se bat pour l’Église. C’est assez dire la place de l’icône dans la catéchèse mais encore faut-il la connaître suffisamment et éviter l’écueil fréquent aujourd’hui de la réduire à une simple image religieuse, ce qu’elle n’est pas.

Jusqu’au VIIème et dernier concile œcuménique de Nicée II, en 787, puis jusqu’à la victoire définitive de ses défenseurs en 843 – victoire qualifiée de « triomphe de l’Orthodoxie », c’est-à-dire de « la foi et de la louange justes » – l’icône a donné lieu à un affrontement violent au sein de l’Église indivise. Conscients de l’enjeu primordial, puisqu’il s’agit d’un élément essentiel de la foi chrétienne, des moines et des fidèles de tout rang ont payé de leur sang le témoignage pour les saintes images.

L’engouement actuel pour l’icône ne témoigne pas seulement d’une soif de sens, car ses structures et ses symboles sont souvent détournés à des fins étrangères par la publicité et l’art moderne. Certains voient en elle une image exotique qu’ils apprécient pour ses formes inhabituelles et son audace chromatique. Cette image insolite questionne, fascine, dérange, se fait parfois insistante au point de se graver dans l’esprit et le cœur. À peine découverte, elle risque d’être galvaudée. À côté des icônes fortes – véritable théologie par les formes et les couleurs – combien d’images usurpent le terme d’icône, images décadentes, hélas encore trop fréquentes dans les églises des pays de tradition orthodoxe qui se relèvent avec courage d’un asservissement dévastateur.

Mais qu’est-ce l’icône et pourquoi lui accorder une telle importance ? L’Ancien Testament est traversé par le désir de connaître le Nom de Dieu et de contempler sa Face (Ex 3, 13 et 18). En même temps, Dieu interdit les images sculptées (Ex 20, 4 ; Dt 4, 16) et ordonne aux Israélites en marche vers la Terre promise de détruire les images peintes et les statues de métal fondu des peuples dont ils reprennent le territoire (Nb 33, 52). La raison donnée à Moïse : « Ma Face, on ne peut la voir » (Ex 33, 23) s’explique par le fait que Dieu ne s’est pas encore incarné. Dans ces conditions, toute forme d’image et de représentation gravée ou sculptée conduit à l’idole avec pour corollaire un culte idolâtre, infidélité suprême envers celui qui s’est choisi un peuple parmi les nations de la terre.

Gardienne de l’icône jusqu’à ce jour, depuis l’évolution différentiée de la chrétienté d’Occident suite à l’éloignement progressif marqué par le schisme de 1054, l’Église orthodoxe rythme son année liturgique, qui commence le 1er septembre, par douze grandes fêtes dont la première est la Nativité de la Vierge Marie (8 septembre) et la seconde sa Présentation au Temple (21 novembre). Cette insistance marque l’importance de cette femme « plus vénérable que les Chérubins et incomparablement plus glorieuse que les Séraphins » – selon l’expression de la liturgie byzantine –, futur Temple vivant, par qui le Verbe va s’incarner. L’Annonciation (25 mars) prend une dimension cosmique, puisque l’Éternel entre dans le temps, l’Infini dans le fini. Sans semence humaine, la Vierge Marie conçoit par l’Esprit Saint la Deuxième Personne de la Sainte-Trinité. Nouveau buisson ardent et nouvelle Ève, elle est le lieu de la nouvelle Alliance par qui Dieu assume notre humanité.

Par sa Nativité, le Christ renverse le mur de séparation et réduit à néant le culte des idoles. Face visible du Dieu invisible – son image (eikon en grec) – il devient circonscrible par son insertion dans l’espace et le temps. Puisqu’il s’est ainsi manifesté, il peut être représenté. Mais pas n’importe comment ! L’histoire de la chrétienté est en effet jalonnée de tentations qui ont conduit certains à nier la divinité du Christ ou au contraire sa pleine humanité. Or, selon un adage patristique, « ce qui n’est pas assumé ne saurait être sauvé ». L’annonce au monde du Christ « vrai Dieu et vrai homme » implique de le représenter dans sa divino–humanité.

Cette exigence fait de l’iconographe un être à part qui doit être pleinement inséré dans le terreau de l’Église. On sait qu’Alexandre le Grand, l’empereur Auguste et bien d’autres, interdisaient la reproduction de leur effigie par une personne non agréée. Comment dès lors ne pas faire preuve de retenue dans la reproduction des traits du Fils de Dieu ? Bien plus, l’icône est le fruit d’une élaboration séculaire dont le contenu et la structure ne sauraient être laissés au libre arbitre de chacun. Image liturgique de l’Église orthodoxe et de l’Église indivise bien au-delà des limites temporelles de la séparation, elle est l’image verbale de textes liturgiques dont l’iconographe doit s’imprégner et vivre pour devenir un véhicule docile à l’Esprit. Qu’on le veuille ou non, l’ignorance de ces conditions conduit à peindre des icônes plus ou moins étrangères à l’enseignement de l’Église, et au lieu de guider, elles créent la confusion, égarent et frappent souvent par leur rigidité et leur froideur. Tracer les traits du Très-Haut est un ministère que l’on ne saurait s’arroger à la légère car il met en contact avec le feu divin, feu de l’amour, qui, comme le fleuve de feu dans l’icône du Jugement dernier, réchauffe le cœur des amis de Dieu mais brûle ceux qui s’en approchent sans revêtir une robe blanche.

Si l’Incarnation justifie l’icône du Christ, qui rappelle à son tour que « Dieu s’est fait homme afin que l’homme devienne Dieu », selon l’expression des Pères, l’icône du Christ postule aussi celle des hommes et des femmes divinisés. Le jour de sa Transfiguration sur le Mont Thabor, l’« Ami des hommes » – terme fréquent dans les prières de l’Église orthodoxe – se révèle dans sa vraie nature divino-humaine. Jusqu’à ce jour, les apôtres Pierre, Jacques et Jean l’ont regardé avec leur yeux de chair, de sorte que cette lumière intense et subite les jette à la renverse comme le montre l’icône de la fête. À l’encontre de l’icône de la Pentecôte où les apôtres figurent avec un nimbe, car ils ont reçu l’Esprit qui les sanctifie, les apôtres témoins de la Transfiguration n’ont pas encore reçu l’Esprit et ne supportent pas la lumière incandescente de la divinité. Cela explique leur agitation et l’absence de nimbe. Les présenter avec un nimbe témoigne d’une méconnaissance profonde de ce symbolisme puissant.

Dans l’approche du mystère du salut, les mots manquent souvent pour formuler et préciser. La raison raisonnante est crucifiée face au mystère. Quand le langage achoppe, les images prennent le relais des mots à travers le symbole qui relie le monde visible à l’invisible. Pour la Nativité du Christ, par exemple, se limiter à l’événement historique conduit à faire figurer un bébé dans une crèche avec tout le contexte émotionnel des « nativités » à l’italienne. L’horizon reste limité à l’humain et cet enfant ne diffère en rien des autres. L’icône, en revanche, ne colle pas à l’histoire. Elle s’en abstrait pour mieux l’assumer ensuite. L’icône de la Nativité évacue tout élément décoratif et émotionnel pour se concentrer sur l’événement de portée cosmique. En écho aux premiers versets de l’Évangile selon saint Jean, l’Enfant gît dans une cavité obscure, symbole des ténèbres où jaillit la Lumière du monde. Autre particularité, l’Enfant emmailloté de bandelettes comme Lazare au tombeau ne repose pas dans une crèche mais sur une sorte d’autel-tombeau, préfiguration du sacrifice à venir, car il est l’Agneau de Dieu, pain du ciel qui donnera sa chair pour la vie du monde. La présence des anges, ces lumières secondes, miroirs du Trois-fois-Saint, est justifiée par la divinité du Nouveau-né d’avant les siècles, celui qui dit : « Avant qu’Abraham fût, Je Suis » (Jn 8, 58). Étendue sur une couche de pourpre, couleur autrefois impériale et symbolisant sa dignité de Mère de Dieu, la Vierge Marie porte une étoile sur la partie frontale du voile (le Maphorion) couvrant toujours sa tête et sur chaque épaule, rappel de sa virginité avant, pendant et après sa maternité. Comme chacun de nous, Joseph se cabre face au mystère de cette nativité virginale et sa mise à l’écart relève d’une pédagogie remarquable visant à souligner qu’il n’est pas le géniteur de l’Enfant. Créations récentes dans le monde latin, les icônes dites de la Sainte Famille font le jeu de l’humanisme en accordant un semblant de paternité à Joseph. Cet exemple devrait suffire à mettre en garde contre toute tentative d’innovation en méconnaissance de la Tradition.

Pâque hivernale, la Nativité du Christ offre un parallèle avec l’icône de la Descente aux enfers – Anastasis en grec qui signifie relèvement –, image pascale de l’Église orthodoxe. Par sa mort sur la Croix d’où il embrasse l’humanité entière, le Nouvel Adam s’abaisse plus qu’aucun homme car ce sont nos souffrances qu’il porte. Il descend chercher le premier Adam dans ce lieu de ténèbres qu’est l’enfer, lieu de séparation dont il brise les portes d’airain et remplit de la lumière de sa divinité. L’icône le montre jaillissant tel l’éclair, et saisissant Adam et Ève par la main. À travers eux, c’est chaque homme qui est potentiellement relevé, à condition de saisir cette main tendue. Par sa mort sur la Croix, il a vaincu la mort et le signe de la croix est ainsi devenu un signe de victoire sur les ténèbres, sur la séparation et la mort. Nouvel Arbre de vie, la Croix est désormais l’Axe du monde et l’Échelle du Paradis.

Dans notre civilisation post-chrétienne, les chrétiens font les frais d’un emballage parfois désuet. Combien de rejets sont motivés par une vision caricaturale de la foi chrétienne véhiculée par des images et des chants anémiques, pour ne pas dire plus ? Combien se disent athées sans savoir qu’ils récusent un faux dieu confondu avec le vrai Dieu manifesté en Christ dont ils ignorent tout et n’ont surtout aucune expérience de rencontre personnelle ? Comme la musique, l’image sacrée doit retrouver un statut ontologique, toucher les profondeurs de l’être et véhiculer une présence.

L’image est incontournable dans la vie spirituelle. Refuser l’icône – image ontologique par excellence – puisque le fruit d’une vigoureuse Tradition séculaire ancrée dans la liturgie, conduit à se créer ses propres images avec toutes les dérives inévitables d’une imagination laissée à elle-même. Le terme « icônes modernes » est un abus de langage, car image liturgique, cela impliquerait que l’on change la liturgie, expression de la foi.

Dans une vision chrétienne, l’image par excellence est l’icône du Christ. Son nimbe cruciforme porte l’inscription Ο ών – “ Je suis Celui qui suis ”. Les autres icônes lui sont en quelque sorte ordonnées, puisque ses amis participent à ses énergies et le revêtent, accomplissement de l’injonction paulinienne : « vous avez revêtu le Christ » (Gal 3, 27). L’homme créé « à l’image de Dieu » est en effet à l’image de la Face visible du Dieu invisible, avec pour vocation d’accéder « à sa ressemblance ». La similitude des visages observés dans les icônes en découle.

L’icône est l’épiphanie des visages car celui qui entre pleinement dans la Lumière devient lumière – c’est le sens du nimbe doré – et « tout œil ». Quand les communistes russes et les musulmans fanatiques ont saccagé dans leur sphère d’influence les fresques et les icônes des églises et monastères, ils se sont acharnés sur les yeux, ces regards insoutenables posés sur eux, court-circuitant ainsi la présence des personnes qui invitent à la communion. Image matricielle, l’icône relie en effet à des personnes et fait entrer dans le monde à venir déjà mystériquement manifesté par ces visages aux grands yeux ouverts. Intemporelle, elle réalise l’alchimie d’extraire à la fois du temps et d’y insérer.

Rien dans l’icône authentique ne relève du hasard. Elle ignore le naturalisme, évacue le décoratif qui distrait de l’essentiel et rejette l’émotionnel qui traduit les passions. Chaque trait véhicule une énergie et il importe pour cela que l’iconographe se laisse traverser par l’Esprit Saint. Les cheveux, la barbe chez les hommes, les mains appelées « petit visage » et les pieds, les vêtements, les bâtiments etc., tout est porteur de sens et obéit à des formes précises. La chair transfigurée perd son opacité. Si l’on est déboussolé à la vue d’oreilles aux contours étranges, ce retournement vers l’intérieur indique que ces êtres de lumière ne sont plus à l’écoute du brouhaha de ce monde mais attentifs aux voix intérieures. Les bouches aux lèvres fines dépourvues de toute trace de sensualité symbolisent la maîtrise des passions : la chute se fait par l’oralité, c’est-à-dire par l’avidité qui fait préférer la créature au Créateur, de sorte que la restauration en Christ se fait dans un cheminement inverse par une réorientation du désir. Les traits du visage et les corps émaciés rappellent que tout cheminement chrétien s’accompagne du repentir et de l’ascèse, car mort-résurrection forment un couple inséparable.

Le chant pascal : « le Christ est ressuscité des morts, par sa mort il a vaincu la mort » imprègne l’icône. Déjà présent dans les visages transfigurés, le Royaume à venir pointe vers le retour du Roi de gloire. C’est assez dire la tension eschatologique provoquée par l’icône qui accompagne dans l’aujourd’hui en donnant un avant-goût d’éternité. Sa perspective inversée qui consiste à projeter la scène vers celui qui la contemple au lieu de développer un point de fuite se perdant à l’horizon engage au dialogue et à la communion. Elle répond à l’esprit des Béatitudes qui inverse les valeurs de ce monde, car le leitmotiv du Royaume à venir n’est pas : bienheureux les riches, les violents et les hédonistes, mais bienheureux les pauvres en esprit, les doux et les cœurs purs.

L’usage des matériaux mériterait une étude à part. Tant la nature malmenée que l’environnement menacé traduisent une crise que le développement d’un monde virtuel aux dépens de la réalité ne fait qu’exacerber. La crise est avant tout de nature spirituelle. Or l’icône clame la beauté de la création et les vieilles icônes témoignent de l’usage de matériaux nobles : bois de tilleul en Russie, pigments naturels pour les couleurs, pierres précieuses concassées et broyées, feuille d’or pour les nimbes et souvent le fond de l’icône. À moins de contraintes économiques particulières, comment justifier une planche en aggloméré qui signalise la même distance au bois que la pierre au béton, matière fragmentée et bâtarde ? L’usage de la couleur acrylique est également sans commune mesure avec des pigments qui véhiculent une énergie que la matière de synthèse n’a pas, sans parler de la beauté. À travers les matériaux de l’icône, c’est toute la matière du monde créé qui est promue à la transfiguration. L’arbre qui fournit la planche de l’icône où s’inscrit le visage du Christ, de sa Mère et des saints rassemble en lui la forêt entière. S’il en est ainsi, on regarde les arbres avec d’autres yeux et il devient possible de faire eucharistie, c’est-à-dire d’offrir en retour à Dieu sa création.

Dans un monde où les dieux païens et l’énergie démoniaque envahissent la place, l’icône se révèle comme un antidote aux images de mort. Elle donne l’occasion de se laver les yeux. « La lampe du corps, c’est l’œil. Si donc ton œil est sain, ton corps tout entier sera lumineux. Mais si ton œil est malade, ton corps tout entier

sera ténébreux. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, quelles ténèbres ! » (Mt 6, 22-23). Occasion de mettre de l’ordre dans nos images et d’être plus vigilants face à celles qui nous assaillent ! Sans une rigueur à ce niveau, nous devenons facilement le jouet des passions qui se développent à partir des images et en créent de nouvelles.

Si la tradition biblique place la genèse de l’histoire humaine dans un face à Face avec Dieu, l’achèvement des temps sera marqué, selon le livre de l’Apocalypse, par une lutte pour imposer l’image de la Bête (Ap 13, 13-17) – c’est-à-dire l’imagerie maléfique de la Grande Prostituée (Ap 17, 1ss), qui sera finalement vaincue. Alors le Christ se manifestera aux hommes : Face visible du Dieu invisible déjà contemplée dans l’icône.

La découverte ou redécouverte de l’icône implique enfin sa vénération. Ce n’est pas la planche de bois qui est vénérée mais celui qui par amour pour les hommes a accepté de devenir matière et de prendre visage humain. L’inscription Ο ών dans le nimbe du Christ invite à l’invocation du Nom qui est au-dessus de tout nom car « quiconque invoquera le Nom du Seigneur sera sauvé », dit l’apôtre Pierre (Ac 2, 21). Et celui qui se donne à voir dans l’icône est le même qui se donne à manduquer dans l’eucharistie.

À la suite du Logos (Λογος) – Parole incarnée qu’est le Christ –, les saints sont devenus parole. Voilà pourquoi leur image verbale qu’est l’icône les rend si proches de nous. À travers leur vénération, ils entrent dans notre vie et deviennent des amis fidèles qui nous soutiennent et nous guident dans notre marche à la suite de l’Ami des hommes.

Puisque l’icône actualise « l’aujourd’hui » des textes liturgiques et rend présent l’histoire du salut, elle constitue le creuset par excellence d’une catéchèse et d’une nouvelle évangélisation. À condition cependant de ne pas brûler les étapes et de prendre le temps d’en assimiler la nature et à travers son ancrage dans la Tradition.

Dans un monde privé de repères, l’icône est une balise qui laisse entrevoir une autre réalité, la Réalité. Il faut faire silence en son cœur pour écouter son message et amorcer un dialogue de vérité. Son contact nous vivifie et nous aide à voir dans l’autre le tout Autre.

Article publié dans la revue 
Catéchèse, No 167, 2002.

___________________________________________

L’ICÔNE ET LE COSMOS

par père Michel Quenot


La contemplation d’un ciel étoilé émerveille et questionne. Quelle place accorder à l’homme dans l’univers ? Poussière humaine mêlée aux poussières d’étoiles ? Et la planète terre ? L’équivalent d’une balle de tennis par rapport aux grappes de galaxies et aux espaces encore inconnus !

Les découvertes récentes mettent en évidence le « phénomène humain » dans un cosmos dont les limites ne cessent de reculer. Vides et froids, les espaces sidéraux paraissent hostiles à l’homme en quelque sorte égaré sur la seule planète offrant – à notre connaissance – les conditions de sa survie. Mais la terre qui le porte et le nourrit subit de plein fouet les conséquences de ses désirs insatiables, attitude prédatrice mettant en péril l’équilibre planétaire et la survie de l’écosystème.

La relation de l’homme au cosmos dépend à la fois de l’image qu’il s’en fait et de l’image qu’il se fait de lui-même. Qui est-il ? Où va-t-il ? Quel sens donner à la vie et au monde matériel ambiant ? La réponse à ces questions cruciales engage l’homme : corps, âme, esprit. Si la science livre un premier éclairage, elle s’arrête aux frontières de l’invisible, de l’intemporel et de l’éternel.

Face au mystère, la Révélation offre des clefs de lecture en perspective inversée. « Vrai Dieu et vrai homme », le Christ Jésus s’est incarné sur terre où il est mort et ressuscité. En sa Personne, l’humanité est entrée par son Ascension au sein de la Sainte Trinité, et, selon sa promesse, son retour glorieux marquera l’aube d’une Terre nouvelle. Créateur et Maître du cosmos, il a réunifié en lui le ciel et la terre, le visible et l’invisible, l’humain et le divin.

Image de Dieu le Père invisible, le Christ cosmique est l’accomplissement de tout homme créé à son image. Image du Royaume, l’icône authentique reflète la création transfigurée et donne une vision chrétienne du cosmos empreint du souffle de l’Esprit. « Nous voyons, à présent, dans un miroir, en énigme, dit saint Paul, mais viendra le temps où nous verrons face à Face » (1 Co 13, 12).

Ayant trouvé un jour refuge dans une grotte, lors d’une tempête de sable en plein désert, je vis cheminer dans ma direction un ermite dont j’ignorais la présence. Rencontre inoubliable ! Au terme d’un long échange, il s’éloigna en faisant de grands signes d’adieu. Avant de disparaître derrière un amoncellement de sable, il agita une dernière fois les bras sur le fond du ciel opaque comme un jour de brouillard épais. Malgré la visibilité réduite, j’eus l’impression d’un regard pénétrant, d’un dernier face à face lumineux qui me remplit de joie. Souvenir intense que le temps écoulé n’a pas gommé ! Comment ne pas songer au récit du prophète Élie pour qui Dieu n’était ni dans le vent, ni dans le tremblement de terre, ni dans le feu mais dans la brise (1 R 19, 11-12). Ce jour là, il me semble bien qu’il était dans la tempête de sable !

Modeste contribution dans le débat sur l’état de la terre et sur la crise de l’environnement avec son lot de problèmes écologiques, ce travail dégage par touches successives, à partir d’un indispensable état des lieux, l’apport d’une théologie de l’icône qui inclut les divers aspects de la vie. Au désenchantement de l’homme, taraudé par sa propre corruptibilité et par celle du monde ambiant en décomposition, l’icône annonce l’émergence d’un homme renouvelé, d’un Ciel nouveau et d’une Terre nouvelle.

Introduction du livre de Michel Quenot, 
L'icône et le cosmos - 
Un autre regard sur la création

Éditions Saint-Augustin, 2004.

___________________________________________________________

 

DU DIEU-HOMME À L'HOMME-DIEU

par père Michel Quenot


Le changement marque notre époque dominée par les technologies de l’information et de la communication qui abolissent l’espace et le temps. Cette suppression pose la question de l’Infini et de l’Intemporel, de la présence au cœur de l’absence et du vide.

Dans un autre registre, l’horloge du temps rythme le monde. Si le temps semble parfois suspendu, l’attente ou la souffrance font désirer son accélération, puis les bons moments de la vie nourrissent le désir de le freiner. Souvent sans se l’avouer, l’homme a soif d’éternité, taraudé qu’il est par le désir d’une vie au-delà des contingences d’un corps voué à la déchéance physique et à la mort. De nombreux mythes suggèrent la vie après la vie. Dans l’Antiquité, plusieurs traditions considèrent les poètes comme des immortels. Mais cette sortie du temps prend une dimension particulière chez les chrétiens qui vénèrent des hommes de lumière, vrais immortels, parce que témoins d’une réalité au-delà de la perception sensible.

Un seul est saint ! Or ces éternels vivants participent à la sainteté du Très-Haut. Comment ? C’est le sujet de cet essai qui entraîne sur des terres à l’abandon de nos jours, par ignorance de leur beauté étouffée et sacrifiée à des intérêts immédiats, mais en raison aussi de malentendus et de confusions sur la vraie destinée de l’homme. Ceux que l’on désigne du nom de « saints » n’ont rien à voir avec ces êtres falots et charnels trop souvent suggérés par une imagerie idolâtre qui égare, imagerie ancrée dans le monde des passions étranger au Royaume ainsi dénaturé.

Si les saints ne sont pas à la mode, la sainteté l’est moins encore. En parler peut paraître à priori d’un autre âge, mais le sujet s’avère d’une brûlante actualité à une époque privée de repères et condamnée à l’absurdité du sens de la vie. Loin de relever de l’accessoire, la sainteté concerne chaque personne au plus haut degré. Gorgée de sens, elle pointe vers ce qu’il y a de plus précieux en l’homme, ce qui l’élève et en fait un être à part au cœur de la création. Comme l’écrit saint Paul dans sa lettre aux Corinthiens, les saints sont des êtres qui portent un trésor dans des vases d’argile (2 Co 4, 6-7), car leur force vient d’ailleurs.

Mais qui sont ces luminaires ? Comment se sentir concerné, dans un monde post-chrétien, par des hommes et des femmes - vestiges d’un passé révolu - ayant vécu à des siècles de distance dans un milieu et des conditions si diverses ? Transcendant l’espace et le temps, ces phares sont pourtant nos contemporains les plus proches. Ils nous précèdent à la fois dans le passé et dans le futur qu’est le monde à venir, immergés qu’ils sont dans l’aujourd’hui de Dieu, participant pleinement à la quotidienneté du monde qu’ils soutiennent comme autant de piliers.

Parmi cette nuée de visages lumineux, connus et inconnus, nous avons fait un choix nécessairement arbitraire. Après la Mère de Dieu, bénie entre toutes les femmes et qui les représente merveilleusement, nous avons retenu des saints de l’Église indivise du premier millénaire et deux saints russes assez connus pour être proposés aux autres traditions chrétiennes.

Intermédiaires entre le ciel et la terre, le monde angélique joue un rôle important dans la sauvegarde du cosmos et de nos vies. Qui sont ces Incorporels incandescents, pur reflet de la sainteté de Dieu ? Nous prendrons pour exemples les archanges Michel et Gabriel, connus pour leurs interventions capitales dans l’histoire humaine.

Entrer dans la dynamique de la sainteté et découvrir des géants spirituels, c’est communier à leur pensée et à leur amour en acte du Trois-fois-Saint qui glorifie ceux qui le glorifie (1 S 2, 30). Épiphanie (manifestation) des visages, l’icône convie à la rencontre dans le face-à-face. C’est là que se tisse un lien profond, organique et personnel avec les saints qui deviennent des amis proches. Dans un monde impersonnel et froid, ces visages de lumière clament en effet la primauté de la personne, rappel vivant que Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne dieu.

Introduction au livre de Michel Quenot, 
Du Dieu-Homme à l'Homme-Dieu : 
L'image de la sainteté et 
la sainteté des images,
 Cerf, 2004.

______________________________________________

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air et texte

L’ICÔNE COPTE:

PROCHAIN STAGE AU MONASTERE du 9 au 17 JUILLET 2017

Stage d’Iconographie Copte du 4 au 12 JUILLET 2015: IL RESTE DE LA PLACE, IL N'EST PAS TROP TARD POUR VOUS INSCRIRE !...

UN ART SACRÉ

POUR NOTRE TEMPS

 

Stage d’Iconographie Copte du 9 au 17 JUILLET 2017:

 

IL RESTE DE LA PLACE, IL N'EST PAS TROP TARD POUR VOUS INSCRIRE !...

 

"L‘Incarnation de la Lumière"

1459883 592234677515191 662124102 n

 

L’Icône Egyptienne : Ses racines pharaoniques, son histoire, son renouveau, son contenu théologique, ses techniques, son sens symbolique et spirituel.

 

Soyez nombreux à vous inscrire à ce stage lors duquel vous partagerez des moments exceptionnels avec
 Armia Naguib MATTA WASSEF, Chef Atelier au Patriarcat Copte-Orthodoxe et disciple d’Isaac FANOUS, sous la Supervision du Pr Ashraf SADEK, Professeur d’Egyptologie et Directeur du « Monde Copte ».

cene fanous

 

Frais d’inscription  200 Euros
(Hébergement: Offrandes libres)

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde, Brévilly.
61300 CHANDAI . Tel :02.33.24.79.58
Courriels : asstradsyrfr@laposte.net

__________________

 

Pentecostes.jpg

INSCRIVEZ-VOUS !

 

BULLETIN D’INSCRIPTION:

 

Nom:………………………………

 

Prénom:…………………………………………………

 

Adresse:………………………………………………………………

 

…………………………………………………………………………………

 

………………………………………………………………………Tel:…

 

………………………………Courriels:………………………………

 

…………

 

L‘Incarnation de la Lumière

 

Stage d’Iconographie Copte Orthodoxe du 9 au 17 JUILLET 2017

Qui sera donné au Monastère Syriaque N-D de Miséricorde.Brévilly.61300 CHANDAI.

 

Règlement:  200 euros (50 euros d’arrhes à l’inscription). 

Veuillez libeller vos chèques à l’ordre du „Monde Copte“ 

(Hébergement: Offrandes libres)

 

Si vous désirez une chambre seule, veuillez le préciser à l’inscription. Merci.

L’image contient peut-être : intérieur

Why some Muslim Syrian refugees are converting to Christianity

 

Abu Radwan enters a church on the outskirts of Beirut with his wife and two kids. His wife removes the black headscarf covering her hair. It was here, a year and a half ago, that they converted to Christianity.

“Of course it was a difficult decision,” Abu Radwan says. “I was born into a Muslim family.”

The family is from the city of Homs in Syria. They sought refuge in Lebanon at the beginning of the war. Then two years ago, Abu Radwan says Jesus appeared to him in a dream.

“I started going to the church,” he says. “I believed that Jesus was coming to help us, to save us.”

Seven months later, he decided to become a Christian.

“We accepted him as a member of the church and baptized him, together with his wife and children," says Bishop George Saliba. “And we take care of him.”

Saliba says he has baptized around 100 Muslim Syrian refugees since the start of the war in Syria in 2011.

“Because [of] the constitution of Lebanon, they have the right to change their religion [here],” Saliba says. “But in Syria, Iraq, Egypt, it is impossible.”

It’s illegal, or at least dangerous, for Muslims to convert in those Muslim-majority countries.

It’s hard to know how many Syrian refugees have converted to Christianity in Lebanon in the past few years, because Bishop Saliba isn’t the only one doing conversions here.

At another church in Beirut, Syrian refugees gather in a circle around a pastor. They read Bible passages while sitting on plastic chairs under bright fluorescent lights. Some of the women still wear hijabs as they discuss the text.

“The Lord said go and teach them. I’m leading them in the Bible,” the pastor says. “I’m teaching them Christian doctrines.”

The pastor doesn’t want to be identified, and the church asked us not to mention its name. They fear reprisal from radical Islamist groups like ISIS.

Related: How an Iraqi Christian teenager survived two years in the heart of the ISIS 'caliphate'

The pastor says his church doesn’t push anyone to convert or offer anything in exchange for becoming Christian, though, like many churches, they do provide food and assistance to those in need.

The pastor won’t say how many refugees his evangelical church has converted, but he says there are dozens of Bible study groups for refugees in Lebanon.

“The ones that accept the Lord, we put them in groups,” he says. “We teach them about the Bible and the Lord so they will grow in faith.”

But others raise questions about that faith. Even some Christian leaders and other Syrian Christian refugees say they think the converts are just looking for assistance and help to immigrate to Western countries. Bishop Saliba denies this and insists that he questions potential converts to ensure their faith is genuine.

“When I see a person wishes to be Christian, I don’t stop him,” he says, “but we try to test him.”

Abu Radwan, the convert, says he does get assistance from the church — about $200 a month. And he believes that being Christian will help his family get resettled in a Western country. 

“Of course it will be easier,” he tells me.

Related: Americans in Lebanon say they're on a mission from God to teach Syrian refugee kids

The United Nations does resettlement based on vulnerability criteria — essentially, how much an individual or family is at risk. In the past, the US has used the same criteria. It hasn’t given preference to Christians, though President Donald Trump has said it’s a priority for his administration. Few Western countries do put Christians at the head of the line, though some have church sponsorship programs for refugees.

In 2016 nearly all the Syrian refugees accepted by the US were Muslim; fewer than 1 percent were Christian. (Around 10 percent of the Syrian population is Christian.) Yet, many refugees like Abu Radwan believe that being Christian will give them a leg up.

“I want to get out of Lebanon,” he says. “I want to emigrate. I’ve tried all ways.”

In the meantime, the conversion has put Abu Radwan and his family at greater risk here in Lebanon.

He pulls up his shirt to reveal a bandage on his torso. Last week, he says, he was stabbed on the street.

“I was coming from church,” he says.

Abu Radwan says the attackers were Syrians from his tribe; they don’t accept his conversion. It’s why his wife still wears a hijab outside of church. It has also made going home to Syria almost impossible. His tribe, he says, has issued an order to kill him. But he doesn’t regret his conversion. 

“I was relieved when I was baptized,” he says. “If I die, now, here in front of the church, I will die in peace.”

(Source: https://www.pri.org/ )

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et texte

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, lunettes_soleil et intérieur

Comme vous le voyez, Son Éminence Mor Melethius rentre chez lui de sa visite pastorale au Koweït.

Vos prières l'ont accompagné. Merci.

Comme vous le voyez, la douceur de son sourire est toujours sur son visage, puisse t-elle de nouveau venir bientôt illuminer et réconforter notre Église Locale et missionnaire!

________________

Como você vê, Sua Eminência Mor Melethius vai para casa de sua visita pastoral a Kuwait.

Suas orações têm acompanhado isso. Obrigado.

Como você vê, a doçura do seu sorriso ainda no rosto, ela pode novamente vir em breve iluminar e alegrar nossa igreja local e missionário!

____________________

As you can see, His Eminence Mor Melethius returns home from his pastoral visit to Kuwait.

Your prayers have accompanied him. Thank you.

As you can see, the sweetness of her smile is still on her face, can she soon come to illuminate and comfort our local Church and missionary!

_________________________________________________________

 

L’image contient peut-être : 6 personnes

Où nous trouver ?

Paroisse NORD-OUEST et Nord-Est

(N-D de Miséricorde):
 

NORMANDIE :

  CHANDAI (61):

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

DSC01238

(Fresque de la Mère de Dieu entourée des Apôtres, mur Est  du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01245-copie-2

(Fresque des Sts Pères Interieur droit du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01246-copie-1

(Fresque des Sts Pères Interieur gauche du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

 

Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

 

NANTES:

*Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

 

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces/St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
LE BOURG
16560 JAULDES.

Tel:05.45.37.35.13
* Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Très Sainte Trinité

Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN
*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530
 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 * Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

LOURDES:

*"Relais paroissial St Gregorios de Parumala"

 * Messse  le 5ème dimanche du mois ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

20 Rte de Pau

 

 

CAMEROUN:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDE,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain: 

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

----------------------------------------------

Aucun texte alternatif disponible.

"Christ est Ressuscité, en vérité, Il est vraiment Ressuscité" Alléluia, Alléluia !

Rejetons les œuvres de ténèbres et vivons dans l'amour de Dieu, Source de notre vie et l'amour du prochain...

PROGRAMME LITURGIQUE

 

(mis à jour ) pour Avril :

 

 

HEUREUSE FÊTES DE PÂQUES !

_________

 

-PARIS: 

Prochaine permanence pastorale du Vendredi 5 Mai de 15h à 20h au Samedi 6 Mai de 8h à 12h.

 

Le Samedi 6 MAI

RAMASSAGE DES FIDÈLES de Paris et sa région pour le WE du Pèlerinage du Mois de Marie à Notre-Dame de Miséricorde, en Normandie, au Monastère  à 15h au point de rendez-nous habituel .

 

________________

NORMANDIE:

-CAEN: Une permanence pastorale sera assurée par le Père Isaac du 29 Avril au soir au 1 Mai au matin (prenez Rdv avec lui 07 87 11 06 03 par sms).

-LISIEUX (Coquainvillier) , le 22 Avril (En raison de la Semaine Sainte) *

-AU MONASTÈRE DE CHANDAI :
DIMANCHE 7 Mai, PÈLERINAGE du "Mois de Marie" à N-D de MISÉRICORDE et aux Sts du Kérala.* .

 

___________________________________________

Du 7 au 15 Mai, Pèlerinage Marial du "Mois de Marie".

Sanctuaires visités:

-N-D de Miséricorde,Notre-Dame de L'Epine , N-D de Houppach (Masevaux) et St Ubald (Thann/St Ubald est invoqué contre toutes influences malfaisantes), Mont St Odile, Notre-Dame de Neubois,

Notre-Dame de Thierenbach ("Route des vins"), Le 11, N-D d'Autun, - Le 12, N-D d'Espis, N-D de Toutes-Grâces et St Ubald (Vénération de la relique de St Ubald est invoqué contre toutes influences malfaisantes) 

 

Clôture des inscriptions le 23 Avril/ Offrande estimée 300 euros.

_____________________________

 

"Confie-toi au médecin et il opérera les yeux de ton âme et de ton cœur. 

Qui est ce médecin ?

C'est Dieu, qui guérit et vivifie par son Verbe et sa Sagesse."

(St Théophile D'Antioche)

_____________________________

 

 

NANTES :Jeudi 18 MAI, Messe à 18h (Réception des fidèles de 9h à 17h )

ANGOULÊME (JAULDES ):
Dimanches 23 Avril  *

#PÉRIGUEUX (LA CHAPELLE FAUCHER ) :
Samedi 22  *. . .

ALSACE, SUISSE,LYONNAIS, SUD-EST :Visite pastorale (prenez Rdv ) entre le 25 (28 Messe à Belfort) et le 30, Messe dominicale à Lyon*.


 

#PARAY LE MONIAL - ALLIER/CHAROLAIS: Visite pastorale ( prenez Rdv ) entre le 1er Mai et le 3

 

 

*MESSES À 10H 30
-----------------------------------------------------
Nota bene :

Les "permanences pastorales" sont prévues pour vous assurer la proximité des sacrements
(Messes, Confessions, Onction des malades ), catéchisme, entretiens et accompagnements spirituels , prières de délivrance ( voir d'exorcismes ) ou de guérison intérieure . 
(RÉCEPTION SUR RDV) en fonction de la région où vous vivez

______________________________________________

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

Cliquez sur ce lien:

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ...

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l'un ou l'autre Monastère d'une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

_____________________________________________________

Aucun texte alternatif disponible.

______________________________________________

NOS PELERINAGES :

+++

Pèlerinage Marial du "Mois de Marie".

 

Du 7 au 15 Mai. 

 

En chemin avec Notre-Dame et St Ubald, des

 

Sanctuaires d'Alsace au Sud-Ouest.

 

Programme et inscription, cliquez ci dessous:

 

MAI, PÈLERINAGE MARIAL DU "MOIS DE MARIE" DE L'ALSACE AU SUD-OUEST. / DU 7 AU 15 MAI / INSCRIVEZ-VOUS VITE !

 

Basilique Notre-Dame de l'Epine.JPG

 

+++

 

PELERINAGE DU CENTENAIRE A FATIMA

 

Du 7 au 16 Octobre 2017

 

Programme et inscription, cliquez ci dessous:

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Pèlerinage Syriaque des "Chrétiens Francophones de St

Thomas" à FATIMA

 

+++

_________________________________

L’image contient peut-être : 3 personnes

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

(SS Ignatius Aprem II)

Note:

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise

Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise

Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-

Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité
des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien
et la paix du monde.
¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil
des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles ,
nous n'exigeons aucun fixe.
Les offrandes sont libres et non
obligatoires.
Toute offrande fait cependant l'objet d'une
déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre
revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.17.51.25.73).

Icon of The Last Supper. Jesus and St. John.:

CONFIER DES INTENTIONS DE

 

PRIÈRE AU MONASTÈRE , C'EST

 

SIMPLE...

 

Le Moine ne rompe pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux les frères

 

humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ Tête de l'Eglise, le

 

"premier né d'une multitude de frères" et  à Son amour pour tous les hommes…

 

A  travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et intercède pour

 

l’humanité.

 

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence, participe à cet

 

immense courant de prière souterraine qui irrigue le monde…

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une

 

intention de prière en l'envoyant à l'adresse

 

suivante:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Liens