Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 07:37

L’image contient peut-être : 1 personne

Chers amis. Aloho m'barekh. 


J'ai été appelé pour un ministère pastoral en urgence sur Caen aujourd'hui et pars dans un instant. Que les fidèles de la région de Caen et Lisieux qui voudraient une visite en cette période des prières des "rogations" veuillent bien se signaler sur mon portable. 
N'oubliez pas la prière quotidienne pour la France en ces veilles d'élections. 


J'écoutais hier soir le débat télévisé entre Mme Le Pen et Mr Macron. Il manquait de profondeur. Je dois vous dire que j'ai trouvé affligeant le niveau du débat et, de part et d'autre, un manque considérable de respect de soi, de respect de l'autre et, surtout,de respect de nos concitoyens épuisés par les errances d'une République "à bout de souffle (Pour autant qu'elle n'en ait jamais eu un). L'attitude de chacun des deux candidats m'a paru indigne, trop emprunte de haine et de colère, d'ironie partisane de part et d'autre. Je suis, une fois de plus, une fois de trop, déçu... Pauvre France, pauvres Français qui devront, une fois de plus choisir - Mais cette fois ci en une situation dramatique- d'accorder leurs suffrages à celle ou celui des deux candidats dont ils constateront, au vu de leur programme, qu'il s'éloigne le moins des consignes "non négociables" qui sont inscrites dans la Loi Naturelle et de la Morale Évangélique.

A moins que, persuadés "Qu'à la France il faut un Roi" (Un homme qui soit au dessus des Partis, incarne le pays, soit un père pour toutes les classes et ne travaille effectivement que pour le bien commun des filles et des fils de notre la Famille Nationale...), ils glissent un bulletin Blanc avec cette inscription révolutionnaire:"A la France, il faut un Roi".

Pourtant,un tel vote, pour satisfaisant qu'il soit en conscience, ne comptera pas...Que faire ?

Pourtant la Doctrine Évangélique et l'orthodoxie de la Foi nous enseignent que, dimanche soir, nous aurons l'Autorité que nous méritons et devrons la respecter comme telle.

D'avance donc nous rendons-grâce pour cette Croix que, de toute façon, il nous faudra porter ensemble en ne nous laissant pas diviser, en nous unissant dans la prière et le jeûne pour que l'Esprit de Lumière et de Force nous illumine et fortifie.

"En Haut les cœurs" ! Comme je vous le disais il y a quelques semaines: Quoique fassent les hommes, le Christ est et demeurera notre Roi, Sa Sainte Mère notre Reine !

En ce centenaire des apparition de la "Mère de Dieu" aux Portugal, nous nous retrouverons dimanche aux pieds de la Mère de Miséricorde autour de son Sanctuaire Normand pour confier notre Pays et la Paix du Monde à notre "Maman du Ciel" et au meilleur des Pères.Après la Messe de 10h30, nous ferons une Procession avec l'Icône de Marie "Porte du Ciel" à la Croix Glorieuse (Où sera le reposoir en l'honneur de N-D de Fatima). Ensuite, pendant le repas, vous vous en souvenez, ce sera l'AGE des deux Associations: Diocésaine et Caritative.

A Vendredi à Paris pour quelques uns, à dimanche pour tous !

Bonne journée à vous. Votre fidèlement et fraternellement dévoué en Notre Seigneur. Union de prières. Aloho m'barekh ( Dieu vous bénisse ) !

+ Mor Philipose, métropolite. Brévilly ce 4.V.17

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

PARIS :Prochaine permanence pastorale du Vendredi 5 Mai de 15h à 20h, visites aux fidèles le Samedi 6 Mai de 8h à 12h.
30 Rue Lhomond
75005 Paris

Inscriptions au :06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Le Samedi 6 MAI, RAMASSAGE DES FIDÈLES de Paris et sa région pour le WE du 7 MAI (Pèlerinage du Mois de Marie à Notre-Dame de Miséricorde*) en Normandie, au Monastère à 15h au point de rendez-nous habituel .

Inscriptions au :06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

A Vendredi à Paris pour quelques uns, à dimanche pour tous !

En ce centenaire des apparition de la "Mère de Dieu" aux Portugal, nous nous retrouverons dimanche aux pieds de la Mère de Miséricorde autour de son Sanctuaire Normand pour confier notre Pays et la Paix du Monde à notre "Maman du Ciel" et au meilleur des Pères.Après la Messe de 10h30, nous ferons une Procession avec l'Icône de Marie "Porte du Ciel" à la Croix Glorieuse (Où sera le reposoir en l'honneur de N-D de Fatima). Ensuite, pendant le repas, vous vous en souvenez, ce sera l'AGE des deux Associations: Diocésaine et Caritative.
-----------------------------------------------------
PARIS: permanência pastoral seguida de sexta-feira 5 de maio das 15h às 20h, visita a 6ª fiel Sábado, Maio 08:00-12:00.
30 Rue Lhomond
75005 Paris

Registro em: 06.48.89.94.89 (sms Ao deixar seus detalhes de contato)

No sábado, 6 de maio de pegar os fiéis de Paris e sua região para o fim de semana de 7 de Maio (mês de Maria Peregrinação a Nossa Senhora da Misericórdia *) na Normandia, o Mosteiro às 15h nos aguardam ponto habitual.

Registro em: 06.48.89.94.89 (sms Ao deixar seus detalhes de contato)

A sexta-feira em Paris para alguns, a domingo a todos!

Neste centenário da aparição da "Mãe de Deus" em Portugal, que se reunirá domingo nos pés da Mãe da Misericórdia em torno de seu Norman Santuário de confiar o nosso País e Paz Mundial para o nosso "Mãe Celestial" ea melhor Pères.Après da missa das 10:30 teremos uma procissão com o Ícone de Maria "Porta do Céu" em Cruz Gloriosa (Onde está o altar em honra de nossa Senhora de Fátima). Em seguida, durante a refeição, você se lembra, ela será a AGE de duas associações: Diocesano e Caridade.
__________________________________________
PARIS: Pastoral permanence of Friday 5 May from 3 pm to 8 pm, visits to the faithful on Saturday 6 May from 8 am to 12 am.
30 Rue Lhomond
75005 Paris

Registration on: 06.48.89.94.89 (By sms leaving your contact information)

On Saturday the 6th of MAY, COLLECTION OF THE FIDELLES of Paris and its region for the WE of 7 MAY (Pilgrimage of the Month of Mary to Our Lady of Mercy *) in Normandy, at the Monastery at 3 pm at the usual rendez-vous point.

Registration on: 06.48.89.94.89 (By sms leaving your contact information)

A Friday in Paris for some, to Sunday for all!

In this centenary of the appearance of the "Mother of God" in Portugal, we will meet again on Sunday at the feet of the Mother of Mercy around her Norman Sanctuary to entrust our Country and the Peace of the World to our "Mother of Heaven" Of the Fathers. After the Mass of 10:30, we will make a Procession with the Icon of Mary "Gate of Heaven" at the Glorious Cross (where will be the rest in honor of ND of Fatima). Then, during the meal, you will remember, it will be the AGE of the two Associations: Diocesan and Caritative.

L’image contient peut-être : 1 personne, intérieur

 

Première lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 5,3-10.

Mon bien-aimé, honorez les veuves, les vraies veuves. 
Que si une veuve a des enfants ou des petits-enfants, qu'ils apprennent d'abord à agir avec piété envers leur propre famille et à payer de retour leurs parents, car cela est agréable à Dieu. 
Celle qui est réellement une veuve et une isolée a mis son espoir en Dieu, et elle persévère nuit et jour dans les supplications et les prières. 
Celle qui vit dans les plaisirs, bien que vivante, est morte.
Donne-leur aussi ces avis, afin qu'elles soient sans reproche. 
Que si quelqu'un n'a pas soin des siens, surtout de ceux de sa famille, il a renié la foi et il est pire qu'un incroyant. 
Une veuve, pour être inscrite sur le rôle, doit être âgée de soixante ans au moins, avoir  été mariée une seule fois, 
être réputée pour ses bonnes œuvres, comme ayant élevé des enfants, exercé l'hospitalité, lavé les pieds des saints, assisté les malheureux, pratiqué toute bonne œuvre. 



 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 7,11-16.

En ce temps-là, Jésus se rendait à une ville, appelée Naïm ; et ses disciples faisaient route avec lui, ainsi qu'une foule nombreuse. 
Comme il approchait de la porte de la ville, voilà qu'on emportait un mort, fils unique de sa mère, laquelle était veuve, et une foule considérable de gens de la ville étaient avec elle.
Le Seigneur l'ayant vue, fut touché de compassion pour elle, et il lui dit : " Ne pleurez pas. " 
Et s'approchant, il toucha le cercueil, et les porteurs s'arrêtèrent ; et il dit : " Jeune homme, je te le dis, lève-toi ! " 
Et le mort se dressa sur son séant et se mit à parler ; et il le rendit à sa mère. 
Tous furent saisis de crainte, et ils glorifiaient Dieu en disant : " Un grand prophète s'est levé parmi nous, " et : " Dieu a visité son peuple. " 

 




Saint Fulgence de Ruspe

(467-532), évêque en Afrique du Nord de l'Eglise Indivise (Catholique unie par l'Orthodoxie de la Foi et la Grâce Sacramentelle) 
Le Pardon des péchés ; CCL 91A, 693 (trad. bréviaire 33e lun rev.) 

 

« Je te l'ordonne, lève-toi »

 

« En un instant, en un clin d'œil, quand retentira le signal au dernier jour, car il retentira, les morts ressusciteront, impérissables ; et nous, nous serons transformés. »

En disant « nous », saint Paul parle de ceux qui recevront le don de la transformation future, c'est-à-dire de ses compagnons dans la communion de l'Église et dans une vie droite.

Il suggère la nature de cette transformation quand il continue : « Il faut que ce qui est périssable en nous devienne impérissable ; il faut que ce qui est mortel revête l'immortalité » (1Co 15,52-53).

Pour recevoir alors cette transformation en juste récompense, il faut qu'elle soit précédée maintenant par la transformation qui vient de l'abondance de la grâce. 

Dans la vie présente, c'est donc la grâce qui agit, afin que la justification, par laquelle nous ressuscitons spirituellement, commence cette transformation ; et ensuite, à la résurrection du corps qui achève la transformation des hommes justifiés, la glorification demeurera parfaite.

La grâce de la justification d'abord, et ensuite celle de la glorification les transforme de telle sorte que la glorification demeure en eux immuable et éternelle. 

En effet, ils sont transformés ici-bas par cette première résurrection, celle qui les éclaire pour qu'ils se convertissent. Par elle, ils passent de la mort à la vie, du péché à la justice, de l'incroyance à la foi, d'une conduite mauvaise à une vie sainte.

C'est pourquoi la seconde mort est sans pouvoir sur eux. L'Apocalypse dit à leur sujet :

« Heureux ceux qui ont part à la première résurrection : la seconde mort est sans pouvoir sur eux » (20,6).

Aussi chacun doit se hâter de participer à la première résurrection, s'il ne veut pas être condamné au châtiment de la seconde mort.

Ceux qui, transformés en cette vie par leur respect pour Dieu, passent d'une vie mauvaise à une vie bonne, passent de la mort à la vie ; et ensuite, leur vie de misère sera transformée en vie de gloire.

Sainte Monique qui êtes-vous? : Prière à Ste Monique
 
 

Sainte Monique qui êtes-vous?
Mère de Saint Augustin 
(332-388
)

À l'heure où sont trop oubliés les devoirs de la jeune fille, de l'épouse et de la mère chrétiennes, il est utile de rappeler les vertus de cette admirable femme. Ce que nous en savons nous vient de la meilleure des sources, son fils Augustin.

Monique naquit à Tagaste, en Afrique, l'an 332.

Grâce aux soins de parents chrétiens, elle eut une enfance pure et pieuse, sous la surveillance sévère d'une vieille et dévouée servante.

Encore toute petite, elle aimait aller à l'église pour y prier, elle cherchait la solitude et le recueillement; parfois elle se levait même la nuit et récitait des prières.

Son cœur s'ouvrait à l'amour des pauvres et des malades, elle les visitait, les soignait et leur portait les restes de la table de famille ; elle lavait les pieds aux pauvres et aux voyageurs.

Toute sa personne reflétait la modestie, la douceur et la paix.

A toutes ces grâces et à toutes ces vertus, on aurait pu prévoir que Dieu la réservait à de grandes choses.

Dieu, qui a ses vues mystérieuses, permit cependant qu'elle fût donnée en mariage, à l'âge de vingt-deux ans, à un jeune homme de noble famille, mais païen, violent, brutal et libertin, presque deux fois plus âgé qu'elle, et dont elle eut beaucoup à souffrir, ainsi que de sa belle-mère.

Dans cette situation difficile, Monique fut un modèle de patience et de douceur ; sans se plaindre jamais, elle versait en secret les larmes amères où se trempait sa vertu.

C'est par ces beaux exemples qu'elle conquit le cœur de Patrice, son époux, et lui obtint une mort chrétienne, c'est ainsi qu'elle mérita aussi de devenir la mère du grand saint Augustin.

Monique, restée veuve, prit un nouvel essor vers Dieu.

Vingt ans elle pria sur les débordements d'Augustin, sans perdre courage et espoir. Un évêque d'Afrique, témoin de sa douleur, lui avait dit :

" Courage, il est impossible que le fils de tant de larmes périsse ! "

Dieu, en effet, la récompensa même au-delà de ses désirs, en faisant d'Augustin, par un miracle de grâce, l'une des plus grandes lumières de l'Église et l'un de ses plus grands Saints.

Monique, après avoir suivi Augustin en Italie, tomba malade à Ostie, au moment de s'embarquer pour l'Afrique, et mourut à l'âge de cinquante-six ans.

Augustin pleura longtemps cette mère de son corps et de son âme.

Le corps de sainte Monique a été transporté à Rome dans l'église de Saint-Augustin, en 1430.

Cette femme illustre a été choisie comme patronne des mères chrétiennes.

Prière à Sainte Monique

Voici une Prière à Sainte Monique (332-388), Mère de Saint-Augustin d'Hippone qu'elle enfanta sur la terre et pour le ciel, pour la Conversion d’un fils. Pour toutes les mères qui prient pour que leurs enfants connaissent le vrai bonheur en Dieu.


Prière à Sainte Monique : 

« Ô mère, illustre entre toutes les mères, la chrétienté honore en vous l'un des types les plus parfaits de l'humanité régénérée par le Christ. Avant l'Évangile, durant ces longs siècles où la femme fut tenue dans l'abaissement, la maternité ne put avoir qu'une action timide et le plus souvent vulgaire sur l'homme ; son rôle se borna pour l'ordinaire aux soins physiques ; et si le nom de quelques mères a triomphé de l'oubli, c'est uniquement parce qu'elles avaient su préparer leurs fils pour la gloire passagère de ce monde. On n'en rencontre pas dans l'antiquité profane qui se soient donné la tâche de les enfanter au bien, de s'attacher à leurs pas pour les soutenir dans la lutte contre l'erreur et les passions, pour les relever dans leurs chutes ; on n'en trouve pas qui se soient vouées à la prière et aux larmes continuelles pour obtenir leur retour à la vérité et à la vertu. » 

« Le christianisme seul a révélé à la mère et sa mission et sa puissance. Quel oubli de vous-même, Ô Sainte Monique, dans cette poursuite incessante du salut d'un fils ! Après Dieu, c'est pour lui que vous vivez ; et vivre de cette manière pour votre fils, n'est-ce pas vivre encore pour Dieu qui daigne s'aider de vous pour le sauver ? Que vous importent la gloire et les succès d'Augustin dans le monde, lorsque vous songez aux périls éternels qu'il encourt, lorsque vous tremblez de le voir éternellement séparé de Dieu et de vous ? » 

« Alors il n'est pas de sacrifice, il n'est pas de dévouement dont votre cœur de mère ne soit capable envers cette rigoureuse justice dont votre générosité n'entend pas frustrer les droits. Durant de longs jours, durant de longues nuits, vous attendez avec patience les moments du Seigneur; votre Prière redouble d'ardeur ; et espérant contre toute espérance, vous arrivez à ressentir, au fond de votre cœur, l'humble et solide confiance que le fils de tant de larmes ne périra pas. C'est alors que le Seigneur, « touché de compassion » pour vous, comme il le fut pour la mère éplorée de Naïm, fait entendre Sa Voix à laquelle rien ne résiste. « Jeune homme, s'écrie-t-il, je te le dis, lève-toi » ; et il rend plein de vie à sa mère celui dont elle pleurait le trépas, mais dont elle n'avait pas voulu se séparer. » 

« Mais quelle récompense pour votre cœur maternel, Ô Sainte Monique ! Le Seigneur ne s'est pas contenté de vous rendre Augustin plein de vie ; du fond des abîmes de l'erreur et des passions, voici qu'Il l'élève sans intermédiaire jusqu'au bien le plus parfait. Vos instances demandaient qu'il fût chrétien catholique, qu'il rompît enfin des liens humiliants et funestes ; et voici que d'un seul bond, la Grâce l'a porté jusque dans la région sereine des conseils évangéliques. Votre tâche est plus que remplie, heureuse Mère! Montez au Ciel : c'est de là qu'en attendant l'éternelle réunion, vous contemplerez désormais la Sainteté et les œuvres de ce fils dont le salut est votre ouvrage, et dont la gloire si éclatante et si pure entoure dès ici-bas votre nom d'une douce et touchante auréole. » 

« Du sein de la félicité que vous goûtez avec ce fils qui vous doit la vie du temps et celle de l'éternité, jetez un regard, Ô Sainte Monique, sur tant de mères chrétiennes qui accomplissent en ce moment sur la terre la dure et noble mission que vous avez remplie vous-même. Leurs fils aussi sont morts de la mort du péché, et elles voudraient, à force d'amour, leur rendre la seule vie véritable. » 

« Après la Mère de Miséricorde, c'est à vous qu'elles s'adressent, Ô Sainte Monique, à vous dont les Prières et les larmes furent si puissantes et si fécondes. Prenez en main leur cause ; votre cœur si tendre et si dévoué ne peut manquer de compatir à des angoisses dont il éprouva si longtemps lui-même toute la rigueur. » 

« Daignez joindre votre intercession à leurs vœux ; adoptez ces nouveaux fils qu'elles vous présentent, et elles seront rassurées. Soutenez leur courage, apprenez-leur à espérer, fortifiez-les dans les sacrifices au prix desquels Dieu a mis le retour de ces âmes si chères. Elles comprendront alors que la conversion d'une âme est un miracle d'un ordre plus élevé que la résurrection d'un mort ; elles sentiront que la Divine Justice, pour relâcher Ses droits, exige une compensation, et que cette compensation, c'est à elles de la fournir. Leur cœur se dépouillera de l'égoïsme secret qui se mêle si souvent dans les sentiments en apparence les plus purs. Qu'elles se demandent à elles-mêmes si elles se réjouiraient comme vous, Ô Sainte Monique, en voyant leur fils revenu au bien leur échapper pour se donner au Seigneur. S'il en est ainsi, qu'elles soient sans crainte ; elles sont puissantes sur le Cœur de Dieu ; tôt ou tard, la Grâce tant désirée descendra du Ciel sur le prodigue, et il revient à Dieu et à sa mère. » 

« Amen. » 


« Sainte Monique, Dieu de miséricorde, réconfort de ceux qui sont dans la douleur, les larmes que Sainte Monique vous offrit pour convertir son fils Saint Augustin à la foi du Christ. Par leurs prières, merci de nous aider à nous détourner de nos péchés et à trouver votre tendre pardon. Amen. » 

« Ô Dieu, qui avez eu pitié des larmes de Sainte Monique et qui avez accordé à ses ardentes prières non seulement la conversion de son fils, mais son éclatante Sainteté, faites que nous Vous implorions pour nos enfants avec tant de Foi et d'humilité que nous obtenions comme elle leur salut et notre propre sanctification. Nous Vous en prions par notre Seigneur Jésus-Christ. » 

Sainte Monique, modèle des femmes chrétiennes, Priez pour nous ! 

Sainte Monique, qui, par vos prières et vos larmes, avez obtenu la conversion de votre fils, Priez pour nous ! 

Sainte Monique, Priez pour nous et pour nos enfants !

Sainte Monique qui êtes-vous? : Prière à Ste Monique

Tropaire Ton 4 
Dans Votre miséricorde Seigneur* 
Vous avez reçu les larmes de sainte Monique* 
Lorsqu'elle priait pour son fils* 
Par l'intercession de cette mère et de son fils* 
Donnez-nous la grâce de pleurer pour nos péchés* 
Et d'obtenir Votre pardon !

Vie de Sainte Monique, mère de saint Augustin D'après Victor Bérard "Les Saints de l'Algérie " à Valence 1857
Monique fut la mère de Saint Augustin à double titre, puisqu’elle l’enfanta sur la terre et pour le ciel. Sainte Monique- naquit en 332, d’une famille où régnaient la piété et la crainte de Dieu. Lorsqu’elle fut en âge d’être mariée ses parents lui firent épouser Patrice, bourgeois de Tagaste, homme d’honneur, mais païen de religion. Elle eut toujours pour lui une soumission parfaite et travaillait de toutes ses forces à le gagner à Jésus-Christ. Le principal moyen qu’elle employait pour le retirer de ses vices était une conduite irréprochable, qu’elle soutenait constamment. Elle supportait ses infidélités avec patience, sans jamais les lui reprocher avec amertume, espérant toujours que Dieu aurait pitié de lui. En général, Patrice était d’un excellent caractère, mais en même temps, il était violent et emporté. Lorsque Monique le voyait en colère, elle observait de ne le contredire, ni par ses actions, ni par ses discours. La fougue étant passée, elle lui parlait avec douceur. Quand des femmes maltraitées par des maris violents ou débauchés venaient lui faire part de leurs peines, elle avait coutume de leur répondre : « Vous ne devez vous en prendre qu’à vous-mêmes et à vos propres paroles. » 
Son mari embrassa le christianisme un an avant de mourir (371). Il renonça à ses débauches et passa le reste de sa vie dans la pratique de la vertu. Elle gagna aussi sa belle-mère à Jésus-Christ, après l’avoir fait revenir des préventions qu’elle avait conçues contre elle. Elle mettait au nombre de ses principaux devoirs le soin de soulager les pauvres ; elle assistait tous les jours à la Divine Liturgie ; elle allait à l’église le matin et le soir, afin de se trouver à la prière publique et d’entendre la Parole de Dieu. Mais son exactitude à remplir les devoirs de la religion était réglée sur les vrais principes; elle ne l’empêchait point de veiller au soin de sa maison, et surtout à l’éducation de ses enfants. La Sainte avait deux fils, Augustin et Navigius, et une fille dont on ignore le nom. 
Après la mort de son époux, elle passa son veuvage dans la chasteté et l’exercice des œuvres de miséricorde. 
Elle ne cessait de répandre d’abondantes larmes dans ses prières à Dieu pour son fils, qui avait été séduit par la secte des Manichéens. Elle le suivit pourtant à Milan, où elle l’exhortait souvent à fréquenter saint Ambroise, qui en était évêque. Cédant à ses désirs, il reconnut la vérité de la foi catholique par suite des discours publics et des entretiens particuliers de ce saint docteur, et reçut le baptême de ses mains (387). 
Elle, lui ménagea alors un bon parti, dans l’espérance que le mariage le fixerait et le préserverait du malheur de la rechute. Mais Augustin lui apprit qu’il était résolu de vivre le reste de ses jours dans la continence. Elle le suivit dans une maison de campagne où il alla passer les vacances avec quelques-uns de ses amis. Elle eut part aux entretiens les plus relevés qu’ils eurent ensemble, et y montra un jugement et une pénétration extraordinaires. Saint Augustin nous a conservé plusieurs de ses réflexions, qui décèlent beaucoup d’esprit et de piété. 
Peu après, la mère et le fils, revenant en Afrique, s’arrêtèrent au port d’Ostie, Monique fut prise de la fièvre. Un jour qu’elle perdit connaissance, elle revint à elle en disant : « Où étais-je ?... » Et regardant ceux qui l’entouraient, elle ajouta : « Vous enterrerez ici votre mère. Je vous demande seulement de vous souvenir de moi à l’autel du Seigneur. » 
Cette sainte femme rendit son âme à Dieu en 387, à la cinquante-sixième année de son âge, après neuf jours de maladie, et fut inhumée dans l’église d’Ostie. Plus tard, sous le pontificat de Martin V, ses restes furent transportés à Rome et placés avec honneur dans l’église qui porte le nom de Saint Augustin. 
Au Livre V de ses Confessions, chapitre 12, Saint Augustin, parlant de la mort de sa mère, s’exprime ainsi : 
« Nous ne pensâmes pas qu’il fût convenable de célébrer ses funérailles par des plaintes, des pleurs et des gémissements, parce que ce n’était point dans la peine qu’elle mourait, et qu’elle ne mourait pas non plus tout entière. C’était en conséquence de sa vie innocente et de sa foi sincère que nous avions raisonnablement cette pensée. Ensuite, j’étais ramené insensiblement à ma première douleur au sujet de cette servante du Seigneur ; je me rappelais sa dévotion envers Dieu, envers nous sa piété, sa tendresse, ses bons avis, dont je me trouvais tout à coup privé; et ce fut pour moi un amer plaisir de pleurer sur elle et pour elle. Si quelqu’un venait à trouver blâmable que, durant quelques instants, j’eusse pleuré ma mère..., ma mère que j’avais vue morte devant mes yeux !… elle qui pendant tant d’années, m’avait tant pleuré pour que je fusse vivant devant les siens !... qu’il ne se rie pas de moi ; mais que plutôt, s’il a quelque charité, il pleure aussi pour mes péchés devant Toi, Seigneur, Qui es le Père de tous les frères de Ton Christ Jésus! » 

(Tout cet article publié par Claude Lopez-Ginisty)

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Urgence élections,

 Prière pour la France:

MAESTRO DE CESI CRISTO CON SU MADRE 1308:

Je vous propose la prière suivante pour notre Pays:


Seigneur Jésus, Ô Christ notre Dieu, Vous qui êtes venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Vous qui êtes monté librement sur la Croix pour tous les humains;
Vous qui, dans Votre amour ineffable et Vôtre indicible compassion, veillez au bien et au libre salut de chacun;
Vous qui êtes invisiblement présent dans ce monde qui Vous appartient et dans notre pays par le Corps de Votre sainte Eglise, acceptez les prières de supplication et de louange que nous Vous adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée.


Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Votre Mère toute pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine "Egale-aux-apôtres" dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Votre ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France :

Eclairez, inspirez, convertissez et sauvez notre patrie la France, ceux qui la gouvernent ainsi que chacun des membres de son peuple.


A nous qui Vous supplions dans la vraie Foi, accordez la grâce du non-jugement, la conscience libre, la force du saint Esprit pour témoigner de Votre vérité dans la paix qui vient de Vous.


Accordez-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Votre pardon.


Donnez-nous de Vous glorifier et de Vous célébrer pour la bienveillance que Vous manifestez à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple.


Inspirez-nous de Vous célébrer en premier lieu pour la révélation que Vous avez donnée de Vous-même à nos Pères par la prédications de ces aînés dans la Foi qui sont venu d'Orient pour ensemencer notre terre de l'Evangile de vérité, d'amour et de paix et à ceux qui, en conséquence peuvent en ces jours, sur cette même terre bénie de France, vous confesser avec Votre Père coéternel et Votre très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amîn!

_______________

 

Saint Michael and the Dragon in an initial Q by an Unkown master German, Würzburg, about 1240-50:

Urgence élections :

 Prière pour la France à saint Michel

 

Saint Michel, grand Prince de la milice céleste, établi par la Providence divine le protecteur spécial de la France, souvenez-vous que vous l’avez faite grande entre toutes les nations, que vous l’avez établie sentinelle de la foi et soldat de Dieu dans le monde. Glorieux Archange, vous que nos rois ont autrefois proclamé patron de la France, protégez-nous contre tous nos ennemis ; nous vous conjurons de nous placer tous sous votre impénétrable protection. Protégez toujours l’Eglise et la France ! Obtenez-lui un prompt et sincère retour à l’antique foi, source de sa force et de sa grandeur. Éclairez les incrédules, rassurez les timides, fortifiez les faibles, encouragez les bons, secourez-nous tous et rendez-nous meilleurs et plus chrétiens. Amîn.

En-tête

------------------------------------------------

Mor Philipose-Mariam, 

Aujourd’hui, jeudi 4 mai, nous prions pour la préservation de la Création. L’écologie et ses enjeux pour le climat, la nature, la biodiversité doit être au coeur de nos préoccupations parce que cette création, cette terre, nous nourrit et elle permet la vie sur terre.
 
Bien souvent nous interprétons le fait de « dominer la terre et tout ce qu’elle contient » comme une permission de l’exploiter. Or, pour notre propre vie, pour tous les hommes qui vivent sur cette terre, Dieu nous demande d’en prendre soin et de la cultiver, littéralement de la garder, de la préserver, de la protéger…
 
"L'Éternel Dieu prit donc l'homme et le plaça dans le jardin d'Éden, pour le cultiver et pour le garder. Et l'Éternel Dieu commanda à l'homme, en disant : Tu peux manger librement de tout arbre du jardin… " (Genèse 2:15-16)
 
Nous connaissons la suite avec la désobéissance et les conséquences d’avoir mangé le fruit défendu. Nous pouvons voir aujourd’hui les conséquences de l’orgueil et de la cupidité de l’homme sur la nature qu’il exploite avec outrance en la détruisant, sur la perte de biodiversité (espèces disparues ou en voie de disparition), sur l’homme qui ne peut plus se nourrir avec la terre dont il est pourtant issu. (Genèse 2:7)
 
Aujourd’hui comme hier, "la création attend avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu." et "nous savons que, jusqu'à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l'enfantement." (Romains 8:19-22).

Louons donc Dieu pour "l'espérance que la Création [elle] aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu." et prions pour sa préservation.
 
Prions pour les associations ou organisation, chrétiennes ou non chrétiennes, qui agissent pour la préservation de la nature et sa biodiversité, qui développent une agriculture plus respectueuse de la création (agroécologie), qui interviennent pour faire cesser l’exploitation outrancière des réserves fossiles de la planète
 
Prions pour les dérèglements climatiques que la Terre subit et ses conséquences sur l’homme et la nature.
 
Prions pour que l’homme cesse de « détruire » la planète mais qu’il en prenne soin au bénéfice de tous les hommes et femmes vivant sur terre.
 
Prions pour que cette terre nourricière retrouve sa fertilité et puisse nourrir toute l’humanité.
 
Prions afin que chacun, nous soyons sensibles aux problèmes écologiques, en faisant notre part ; et que nous puissions être ces filles, fils de Dieu dont la Création attend la révélation.

Nathanaël Bechdolff
Les Jardins de Chanabier

L’image contient peut-être : 1 personne, chapeau Appel du Seigneur à participer

à la Messe dominicale

« Ainsi, quand vous avez passé toute une semaine à vos travaux, à vos affaires, à vos délassements aussi… Il vous demande de donner au moins une demi-heure à l’accomplissement de son précepte. Est-ce beaucoup exiger ?

« Allez donc à sa Maison à Lui. Il vous y attend jour et nuit ; et chaque dimanche ou jour de fête, réservez-Lui cette demi-heure en assistant au mystère d’Amour et de Miséricorde qu’on appelle la Messe.

« Là, parlez-Lui de tout : de votre famille, de vos enfants, de vos affaires, de vos désirs… Exposez-Lui vos difficultés et vos souffrances… Si vous saviez comme Il vous écoutera et avec quel amour !…

« Vous Me direz peut-être : Je ne sais pas assister à la messe ! Il y a si longtemps que je n’ai pas foulé le seuil d’une église ! » Ne vous effrayez pas… Venez et passez seulement cette demi-heure à mes Pieds. Laissez votre conscience vous dire ce que vous devez faire, sans fermer l’oreille à sa voix. Ouvrez votre âme… alors ma Grâce parlera… Elle vous montrera peu à peu comment vous devez agir en chaque circonstance de votre vie, vous comporter avec votre famille ou dans vos affaires… Comment vous devez élever vos enfants, aimer vos inférieurs, respecter vos supérieurs… Elle vous demandera peut-être d’abandonner cette entreprise, de rompre cette amitié mauvaise, de vous éloigner énergiquement de cette réunion dangereuse… Elle vous dira que vous haïssez telle personne sans raison, et que de telle autre que vous fréquentez et aimez, vous devez au contraire fuir les conseils et vous séparer…

« Essayez seulement et, peu à peu, s’étendra la chaîne de mes grâces. Car il en est du bien comme du mal, il suffit de commencer. Les anneaux de la chaîne s’appellent les uns les autres. Si, aujourd’hui, vous écoutez ma Grâce et si vous la laissez agir en vous, demain vous l’entendrez mieux, plus tard mieux encore et ainsi, de jour en jour, la lumière viendra, la paix grandira et votre bonheur sera éternel !

(Jésus à Josefa le 19 juin 1923)

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

 

Aucun texte alternatif disponible.

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

Quadisha Qurbana

(Offrande de la Ste Messe)

Le saviez vous ,que la sainte Messe est le renouvellement à l’autel du Sacrifice du Calvaire offert pour nous par Notre-Seigneur Jésus-Christ lui-même ? .

C’est un trésor infini qui peut répandre d’infinis bienfaits et des grâces incommensurables à ceux qui y prennent part.
Mais quels bienfaits et quelles grâces ?

A cette question, le Padre Pio a répondu :

« On ne peut tous les énumérer, vous les verrez au paradis. En assistant à la sainte messe, renouvelez votre foi et méditez sur la Victime qui s’immola pour vous à la divine justice… »

L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan et intérieur
En vérité, la participation à la Sainte Messe peut apporter tant de bienfaits qu’il est impossible de tous les citer :
• grâces spirituelles, biens de l’âme, repentir de nos péchés, triomphe des tentations qui nous viennent, soit du dehors, soit du dedans de la part de notre chair rebelle.
• grâces nécessaires pour avancer dans les voies de Dieu, obtenir de saintes inspirations pour secouer notre tiédeur et nous porter à agir avec plus de ferveur, avec une volonté plus prompte, une intention plus droite et plus pure.
• biens temporels, autant qu’ils peuvent concourir à notre salut: la santé, l’abondance, la paix, avec l’exclusion de tous les maux qui s’opposent au bien de notre âme tels que la guerre, la faim, les persécutions, les procès, les inimitiés, les calomnies, les injures.
Ne craignons pas de demander de grandes choses à Dieu. Car le Sauveur miséricordieux est notre intercesseur. Il prend en main notre cause, intercède pour nous, et se fait notre puissant avocat.
Comment prendre part à distance à la Sainte Messe et bénéficier de ses bienfaits dans votre vie ?

ΜΡ.ΘΥ__Παναγία η Δεξια:

Je crois en l'Église Une... (A.S. Khomiakov 11/12)

 
X - Salut

La sainte Église, en confessant qu'elle attend la Résurrection des morts et le Jugement Dernier de toute l'humanité, reconnaît que l'achèvement de tous ses membres s'accomplira avec son propre achèvement, et que la vie à venir n'appartient pas seulement à l'esprit, mais au corps spirituel; car Dieu seul est Esprit parfaitement incorporel. C'est pourquoi elle rejette l'orgueil de ceux qui prêchent la doctrine de l'incorporéité outre-tombe et, par suite, méprisent ce corps dans lequel le Christ est ressuscité. Ce corps-là ne sera pas un corps de chair, mais il sera à la ressemblance de la corporéité des Anges, le Christ Lui-Même ayant dit que nous serons semblables aux Anges.

Au Jugement Dernier, notre justification dans le Christ se manifestera dans sa plénitude; non seulement notre sanctification, mais aussi notre justification; car nul n'a été sanctifié et n'est sanctifié pleinement, mais il lui faut encore la justification. Tout bien est opéré en nous par le Christ, que ce soit dans la foi, dans l'espérance ou dans l'amour; nous ne faisons que nous soumettre à Son oeuvre; mais nul ne se soumet pleinement. C'est pourquoi il faut encore la justification par les souffrances et par le sang du Christ. Qui donc peut encore parler du mérite de ses propres oeuvres ou d'un trésor de mérites et de prières? Ceux-là seuls qui vivent encore sous la loi de l'esclavage. Tout bien est opéré en nous par le Christ, mais nous, jamais nous ne nous soumettons pleinement, aucun d'entre nous, pas même les saints, comme le disait le Sauveur Lui-Même. Tout est l'oeuvre de la grâce, et la grâce est donnée gratuitement, et elle est donnée à tous afin que nul ne puisse murmurer; cependant non pas également à tous, non pas selon la prédestination, mais selon la prescience, comme le dit l'Apôtre. Et un moindre talent est donné à celui chez qui le Seigneur prévoyait la négligence, afin que le rejet d'un plus grand don ne contribuât pas à une plus grande condamnation. Et ce n'est pas nous qui faisons fructifier les talents reçus : ils sont confiés aux échangeurs, afin que, même là, il n'y ait pas de mérite de notre part, mais seulement la non-résistance à la Grâce qui fait fructifier. Ainsi disparaît la distinction entre grâce "suffisante" et grâce "efficace". Tout est oeuvre de la Grâce. Si vous vous soumettez à elle, le Seigneur S'accomplit en vous et vous accomplit; mais ne vous enorgueillissez pas de votre soumission, car votre soumission elle-même vient de la Grâce. Jamais nous ne nous soumettons pleinement; c'est pourquoi, en plus de la sanctification, nous demandons aussi la justification.

Tout est consommé dans la consommation du Jugement général, et l'Esprit de Dieu, c'est-à-dire l'Esprit de Foi, d'Espérance et d'Amour, Se révélera dans toute Sa plénitude, et tous les dons atteindront leur pleine perfection; mais, au-dessus de tous, il y aura l'Amour. Toutefois il ne faut pas penser que la foi et l'espérance, ces dons de Dieu, périront (car ils sont inséparables de l'amour), mais seul l'amour va conserver son nom, tandis que la foi, ayant atteint sa perfection, sera désormais une pleine connaissance intérieure; et l'espérance sera joie, car nous savons, même ici-bas, que plus elle est forte, plus elle est joyeuse.

"L'Église est Une"
par Alexei Stepanovich Khomiakov (1804-1860)

(Source: St Materne)

Holy Family:

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

Afficher l'image d'origine

L’image contient peut-être : 2 personnes

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

Image of the Saviour Not Made by Hand: a traditional Orthodox iconography in the interpretation of Simon Ushakov (1658).:

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout

His Grace Geevarghese Mar Yulios celebrated 104th Memorial Feast of L.L. H. H. Moran Mar Baselios Paulose I, first Catholicos of the East at Parumala Seminary with holy liturgy in presence of H. G. Zachariah Mar Theophilos, Metropolitan of Malabar Diocese.

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout et intérieur

Sacra Famiglia (St. Soltivskaya):

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6,44-51.

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. 
Il est écrit dans les prophètes : ‘Ils seront tous instruits par Dieu lui-même.’ Quiconque a entendu le Père et reçu son enseignement vient à moi. 
Certes, personne n’a jamais vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu : celui-là seul a vu le Père. 
Amen, amen, je vous le dis : il a la vie éternelle, celui qui croit. 
Moi, je suis le pain de la vie. 
Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts ; 
mais le pain qui descend du ciel est tel que celui qui en mange ne mourra pas. 
Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. » 

 



Par Saint Jean Chrysostome

(v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église 
Homélies sur la 1ère lettre aux Corinthiens, n° 24 

 

« Le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie »

 

« Nous ne sommes tous ensemble qu'un seul pain, un seul Corps » (1Co 10,17). Qu'est-ce que le pain que nous mangeons ? Le Corps du Christ. Que deviennent les communiants ? Le Corps du Christ, non une multitude, mais un Corps unique. De même que le pain, composé de tant de grains de blé, n'est qu'un pain unique où les grains disparaissent, de même que les grains y subsistent mais qu'il est impossible d'y voir ce qui les distingue dans la masse si bien unie, ainsi nous tous, ensemble et avec le Christ, nous ne faisons qu'un tout. En effet, ce n'est pas d'un corps que se nourrit tel membre et tel autre d'un autre corps ; c'est le même Corps qui les nourrit tous. C'est pourquoi l'apôtre Paul a ajouté : « Nous participons à un même pain ». 

Eh bien maintenant, si nous participons tous au même pain, si tous nous devenons ce même Christ, pourquoi ne montrons-nous pas la même charité ? ... C'est ce que l'on voyait du temps de nos pères : « Toute la multitude de ceux qui croyaient n'avait qu'un cœur et qu'une âme » (Ac 4,32). Il n'en est pas de même à présent ; c'est tout le contraire. Et pourtant, homme, c'est le Christ qui est venu te chercher, toi qui étais si loin de lui, pour s'unir à toi. Et toi, tu ne veux pas t'unir à ton frère ? 

En effet, il n'a pas seulement donné son corps ; mais comme la première chair, tirée de la terre, était morte par le péché, il y a introduit, pour ainsi dire, un autre ferment, sa chair à lui, de même nature que la nôtre mais exempte de tout péché, pleine de vie. Le Seigneur nous l'a partagée à tous afin que, nourris de cette chair nouvelle, tous en communion les uns avec les autres, nous puissions entrer dans la vie immortelle.

 

L’image contient peut-être : 1 personne

 

"Give us this day our daily bread." These words may be taken spiritually or literally, because, in the divine plan, both readings are helpful for salvation. The bread of life is Christ; now this is not everyone's bread, but it is ours...we call it 'our bread' because Christ is the bread of those who partake of His body. And we ask that this bread be given us daily, lest we, who live in Christ and receive the Eucharist every day as the food of salvation, be separated from His body by some grave sin that keeps us from communion and so deprives us of our heavenly bread. 

(St Cyprian of Carthage. The Lord's Prayer )

Aucun texte alternatif disponible.

John 6:35-39 (Gospel)

35 And Jesus said to them, “I am the bread of life. He who comes to Me shall never hunger, and he who believes in Me shall never thirst.
36 But I said to you that you have seen Me and yet do not believe.
37 All that the Father gives Me will come to Me, and the one who comes to Me I will by no means cast out.
38 For I have come down from heaven, not to do My own will, but the will of Him who sent Me.
39 This is the will of the Father who sent Me, that of all He has given Me I should lose nothing, but should raise it up at the last day.

L’image contient peut-être : une personne ou plus

L’image contient peut-être : 3 personnes

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

(SS Ignatius Aprem II)

Note:

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise

Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise

Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-

Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité
des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien
et la paix du monde.
¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil
des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles ,
nous n'exigeons aucun fixe.
Les offrandes sont libres et non
obligatoires.
Toute offrande fait cependant l'objet d'une
déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre
revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.17.51.25.73).

Icon of The Last Supper. Jesus and St. John.:

CONFIER DES INTENTIONS DE

 

PRIÈRE AU MONASTÈRE , C'EST

 

SIMPLE...

 

Le Moine ne rompe pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux les frères

 

humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ Tête de l'Eglise, le

 

"premier né d'une multitude de frères" et  à Son amour pour tous les hommes…

 

A  travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et intercède pour

 

l’humanité.

 

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence, participe à cet

 

immense courant de prière souterraine qui irrigue le monde…

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une

 

intention de prière en l'envoyant à l'adresse

 

suivante:

 

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Tradition Syriaque Famille orthodoxie-orientale Société

Recherche

Liens