Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 09:12
L’image contient peut-être : 2 personnes
Today: Golden Friday('Rubto D'Dab'ho) (Friday after Pentecost),

Commemoration of the falling asleep of St. Ephrem the Syrian (Mor Aphrem Suryoyo) according to the Liturgical Calendar of the Malankara Syrian Orthodox Church.

(The Church however celebrates his dukhrono on the first Saturday of the Great Lent every year.)

 

This Friday commemorates the first of the miracles by the Holy Apostles following the descent of the Holy Spirit.
 
Evening:
St. Matthew 19:23-30
Morning:
St. Matthew 9:36-10:15
Before Holy Qurbana:
Genesis 12:1-9 Jeremiah 16:16-21 1Kings 8:1-6 Daniel 1:1-9 Isaiah 43:1-14
Holy Qurbana:
Acts 3:1-10 I
Corinthians 12:28-13:10
St. Luke 22:24-30
-+-

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Marie Refuge des pêcheurs"

PROCHAIN STAGE AU MONASTERE: 

 

Stage d’Iconographie Copte du lundi 21 AOÛT au 28 AOÛT  2017

1459883 592234677515191 662124102 n

 

IL RESTE DE LA PLACE, IL N'EST PAS TROP TARD POUR VOUS INSCRIRE !...

 

"L‘Incarnation de la Lumière"

Image associée

POUR VOUS INSCRIRE,C'EST ICI:

STAGE D'ICONOGRAPHIE : L’ICÔNE COPTE, PROCHAIN STAGE AU MONASTÈRE DU 21 AOÛT AU 28 AOÛT 2017

Vendredi d’or

(vendredi après la Pentecôte)

 

Saint Qurbana :

 

    • Actes 3: 1 – 20 :
  • 01 Pierre et Jean montaient au Temple pour la prière de l’après-midi, à la neuvième heure.
  • 02 On y amenait alors un homme, infirme de naissance, que l’on installait chaque jour à la porte du Temple, appelée la « Belle-Porte », pour qu’il demande l’aumône à ceux qui entraient.
  • 03 Voyant Pierre et Jean qui allaient entrer dans le Temple, il leur demanda l’aumône.
  • 04 Alors Pierre, ainsi que Jean, fixa les yeux sur lui, et il dit : « Regarde-nous ! »
  • 05 L’homme les observait, s’attendant à recevoir quelque chose de leur part.
  • 06 Pierre déclara : « De l’argent et de l’or, je n’en ai pas ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ le Nazaréen, lève-toi et marche. »
  • 07 Alors, le prenant par la main droite, il le releva et, à l’instant même, ses pieds et ses chevilles s’affermirent.
  • 08 D’un bond, il fut debout et il marchait. Entrant avec eux dans le Temple, il marchait, bondissait, et louait Dieu.
  • 09 Et tout le peuple le vit marcher et louer Dieu.
  • 10 On le reconnaissait : c’est bien lui qui était assis à la « Belle-Porte » du Temple pour demander l’aumône. Et les gens étaient frappés de stupeur et désorientés devant ce qui lui était arrivé.
  • 11 L’homme ne lâchait plus Pierre et Jean. Tout le peuple accourut vers eux au Portique dit de Salomon. Les gens étaient stupéfaits.
  • 12 Voyant cela, Pierre interpella le peuple : « Hommes d’Israël, pourquoi vous étonner ? Pourquoi fixer les yeux sur nous, comme si c’était en vertu de notre puissance personnelle ou de notre piété que nous lui avons donné de marcher ?
  • 13 Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus, alors que vous, vous l’aviez livré, vous l’aviez renié en présence de Pilate qui était décidé à le relâcher.
  • 14 Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu’on vous accorde la grâce d’un meurtrier.
  • 15 Vous avez tué le Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d’entre les morts, nous en sommes témoins.
  • 16 Tout repose sur la foi dans le nom de Jésus Christ : c’est ce nom lui-même qui vient d’affermir cet homme que vous regardez et connaissez ; oui, la foi qui vient par Jésus l’a rétabli dans son intégrité physique, en votre présence à tous.
  • 17 D’ailleurs, frères, je sais bien que vous avez agi dans l’ignorance, vous et vos chefs.
  • 18 Mais Dieu a ainsi accompli ce qu’il avait d’avance annoncé par la bouche de tous les prophètes : que le Christ, son Messie, souffrirait.
  • 19 Convertissez-vous donc et tournez-vous vers Dieu pour que vos péchés soient effacés.
  • 20 Ainsi viendront les temps de la fraîcheur de la part du Seigneur, et il enverra le Christ Jésus qui vous est destiné.

 

 

    • I Corinthiens 12: 28 :
    • 28 Parmi ceux que Dieu a placés ainsi dans l’Église, il y a premièrement des apôtres, deuxièmement des prophètes, troisièmement ceux qui ont charge d’enseigner ; ensuite, il y a les miracles, puis les dons de guérison, d’assistance, de gouvernement, le don de parler diverses langues mystérieuses.
    • 13: 10 :
    • 10 Quand viendra l’achèvement, ce qui est partiel sera dépassé.

 

    • Saint Matthieu 19: 23 – 30 :
  • 23 Et Jésus dit à ses disciples : « Amen, je vous le dis : un riche entrera difficilement dans le royaume des Cieux.
  • 24 Je vous le répète : il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume des Cieux. »
  • 25 Entendant ces paroles, les disciples furent profondément déconcertés, et ils disaient : « Qui donc peut être sauvé ? »
  • 26 Jésus posa sur eux son regard et dit : « Pour les hommes, c’est impossible, mais pour Dieu tout est possible. »
  • 27 Alors Pierre prit la parole et dit à Jésus : « Voici que nous avons tout quitté pour te suivre : quelle sera donc notre part ? »
  • 28 Jésus leur déclara : « Amen, je vous le dis : lors du renouvellement du monde, lorsque le Fils de l’homme siégera sur son trône de gloire, vous qui m’avez suivi, vous siégerez vous aussi sur douze trônes pour juger les douze tribus d’Israël.
  • 29 Et celui qui aura quitté, à cause de mon nom, des maisons, des frères, des sœurs, un père, une mère, des enfants, ou une terre, recevra le centuple, et il aura en héritage la vie éternelle.
  • 30 Beaucoup de premiers seront derniers, beaucoup de derniers seront premiers.

 

 

 

Ce que demande de nous la conduite de l'Esprit de Dieu

Aucun texte alternatif disponible.

« Il faut : 1° l'attention pour entendre sa voix ; 2° la générosité pour lui obéir.

- L'attention pour entendre sa voix nous est enseignée par ces mots de l'Imitation : Heureux les yeux de l'âme, qui, fermés aux choses du dehors, sont attentifs aux choses du dedans. Heureuses les oreilles qui, au lieu d'écouter le bruit extérieur, écoutent la vérité qui les enseigne à l'intérieur (1). C'est-à-dire qu'il faut retirer son âme de la dissipation, de la légèreté, du tumulte des créatures et des pensées inutiles, des passions qui agitent et des imaginations qui égarent ; il faut veiller sur soi, pour ne point troubler l'opération de Dieu dans l'âme, ne la point empêcher, ne la point interrompre, ne la point affaiblir ; mais le laisser opérer sans obstacle comme il l'entend, et tout faire, lire, parler, travailler en grande paix intérieure, de concert avec lui. L'Esprit-Saint n'agit point dans le trouble (2) ; car pourquoi parlerait-il à qui n'écoute pas ? Pour parler à l'âme, l'Esprit de Dieu veut la trouver calme, recueillie, attentive à écouter dans le silence intérieur de toutes ses puissances, prosternées en quelque sorte devant lui comme Marie, sœur de Lazare, aux pieds de Jésus, pour recevoir avec un religieux respect toutes ses bonnes inspirations, et lui dire comme Samuel : Parlez, Seigneur, votre serviteur vous écoute (3), ou comme David : J'écouterai ce que dira au-dedans de moi le Seigneur mon Dieu (4).

- 2° A l'attention il faut joindre la générosité. L'Esprit-Saint laisse à leur faiblesse les âmes lâches et pusillanimes, qui, tendres sur elles-mêmes jusqu'à ne pas vouloir sacrifier une volonté, résistent à ses inspirations. Que servirait sa direction à qui ne veut pas la suivre ? Il lui faut des âmes fortes et généreuses, qui sans hésitation obéissent à sa voix, quoi qu'il en coûte ; des âmes qui, comme ces bons serviteurs et ces servantes dont parle David, ont continuellement les yeux attachés sur les mains de leur maître pour courir au moindre signe, ou comme ces animaux mystérieux d'Ezéchiel, qui vont partout où l'Esprit de Dieu les appelle (5) ; et, quand il en trouve de la sorte, oh ! que de progrès rapides il leur fait faire dans les routes de la perfection !

- Où sont en nous et ce recueillement et cette générosité ? »

1. III Imit., I, 1. - 2. III Reg., XIX, 11. - 3. I Reg., III, 9. - 4. Ps. LXXXIV, 9. - 5. Ezech., I, 12.

Abbé André-Jean-Marie Hamon (1795-1874)

L’image contient peut-être : nuage, ciel, plein air et nature

 

Livre de Joël 2,23-24.26-27.

Le Seigneur Dieu parla en ces termes : Soyez dans l'allégresse, enfants de Sion, et réjouissez-vous dans le Seigneur, votre Dieu. Car il vous donnera la pluie en son temps, il vous enverra la pluie de la première et de l'arrière saison, comme autrefois.
Vos aires se rempliront de froment, et les cuves regorgeront de vin nouveau et d'huile. 
Vous mangerez abondamment et vous serez rassasiés, et vous louerez le nom du Seigneur, votre Dieu, qui a fait pour vous des merveilles ; et mon peuple ne sera plus jamais confus. 
Et vous saurez que je suis au milieu d'Israël ! Moi, je suis le Seigneur, votre Dieu, et il n'y en a point d'autre, et mon peuple ne sera plus jamais confus ! 

 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 5,17-26.

En ce temps-là, voici ce qui arriva, un jour où Jésus enseignait. Il y avait dans l'assistance des pharisiens et des docteurs de la loi, venus de tous les bourgs de Galilée, de la Judée et de Jérusalem. Et la puissance du Seigneur lui faisait faire des guérisons. 
Et voilà que des gens, portant sur un lit un homme qui était paralysé, cherchaient à le faire entrer et à le mettre devant lui. 
Et ne trouvant pas moyen de le faire entrer à cause de la foule, ils montèrent sur la terrasse et, à travers les tuiles, le descendirent avec la couchette, au milieu devant Jésus. 
Voyant leur foi, il dit : " Homme, tes péchés te sont remis. " 
Les scribes et les Pharisiens se mirent à penser, disant : " Qui est celui-ci qui profère des blasphèmes ? Qui peut remettre les péchés, sinon Dieu seul ? " 
Jésus, connaissant leurs pensées, prit la parole et leur dit : " Quelles pensées avez-vous en vous-mêmes ? 
Lequel est le plus facile, de dire : " Tes péchés te sont remis, " ou de dire : " Lève-toi et marche " ? 
Pour que vous sachiez que le Fils de l'homme a pouvoir sur terre de remettre les péchés (s'adressant alors au paralysé) : Je te le dis, lève-toi, prends ta couchette et va dans ta maison. " 
A l'instant, il se leva devant eux, prit le lit sur lequel il était couché, et s'en retourna dans sa maison en glorifiant Dieu.
Et tous furent pris de stupeur et ils glorifiaient Dieu, et ils furent remplis de crainte, disant : " Nous avons vu aujourd'hui des choses merveilleuses. " 

 





Par Saint Pierre Chrysologue

(v. 406-450), évêque de Ravenne, docteur de l'Église 
Sermon 50 ; PL 52, 339 (trad. Matthieu commenté, DDB 1985, p.72) 

 

« Pourquoi tenir ces raisonnements ? »

 

A la faveur de la foi d'autrui, l'âme du paralytique allait être guérie avant son corps.

« Voyant la foi de ces gens », dit l’Évangile.

Remarquez ici, frères, que Dieu ne se soucie pas de ce que veulent les hommes déraisonnables, qu'il ne s'attend pas à trouver de la foi chez les ignorants, chez les mal portants.

Par contre, il ne refuse pas de venir au secours de la foi d'autrui. Cette foi est un cadeau de la grâce et elle s'accorde avec la volonté de Dieu.

Dans sa divine bonté, ce médecin qu'est le Christ essaie d'attirer au salut malgré eux ceux qu'atteignent les maladies de l'âme, ceux que le poids de leurs péchés et de leurs fautes accable jusqu'au délire.

Mais eux ne veulent pas se laisser faire. 

Ô mes frères, si nous voulions, si nous voulions tous voir jusqu'en son fond la paralysie de notre âme !

Nous remarquerions que, privée de ses forces, elle gît sur un lit de péchés.

L'action du Christ en nous serait source de lumière. Nous comprendrions qu'il regarde chaque jour notre manque de foi si nuisible, qu'il nous entraîne vers les remèdes salutaires et presse vivement nos volontés rebelles.

« Mon enfant, dit-il, tes péchés te sont remis. »

SAINT(S) DU JOUR:

Saint Éphrem le Syrien


Diacre et Docteur de l'Église 
(
 373)

 

Ephrem le Syrien, né au IVe siècle, fut le grand poète de la langue syriaque. Il est né de parents chrétiens, d’après ce qui ressort de ses propres écrits, à Nisibe, dans la Haute-Mésopotamie. Cette ville était un avant-poste de l’empire romain oriental et elle remplissait toutes les conditions pour être le point de rencontre entre l’Orient et l’Occident.

 

Après la chute de Nisibe, en 363, la population chrétienne de la ville fut évacuée et Éphrem finit par arriver à Édesse, qui se trouve à quelque cent cinquante kilomètres plus à l’Ouest, au sud-est de la Turquie, aujourd’hui Urfa.

 

Éphrem est l’héritier de l’interprétation biblique du judaïsme. Sur ce point S. Brock écrit :

 

« Et ceci peut être considéré sous deux angles. D’abord en ce qu’il a hérité, comme tout chrétien, de la Bible juive, devenue l’Ancien Testament des chrétiens. Ses œuvres montrent une familiarité intime avec la Bible, particulièrement ses hymnes, qui sont truffées de subtiles allusions littéraires ; il s’attendait, bien sûr, à ce qu’elles soient comprises de ses auditeurs et de ses lecteurs. Et puis, et ceci est encore plus significatif, Éphrem est aussi l’héritier de nombreuses traditions juives étrangères à la Bible, qu’on peut trouver dans la littérature post-biblique de Targum et des Midrash ».

 

Éphrem passa ses dernières dix années à Édesse. Il est mort le 9 juin 373. 

 

 

 

Pour un approfondissement, lire la catéchèse du pape de Romme SS Benoît XVI :
>>> Saint Éphrem le Syrien
[AllemandAnglaisCroateEspagnolFrançaisItalienPortugais]
 

-+-

SAINT PRIME et SAINT FÉLICIEN


Frères, Martyrs
( 286)

Saint Prime et saint Félicien, appelés, déjà vieux, du paganisme à la foi, se montrèrent dignes de cette grâce par une vie toute de zèle et de charité. Ils furent de ces chrétiens intrépides qui encourageaient les martyrs devant les tribunaux et dans les supplices, nourrissaient les pauvres, faisaient du bien à tous. Après les avoir longtemps préservés dans leurs saintes audaces, le Seigneur ne voulut pas les priver davantage de la gloire du martyre, objet de leurs aspirations. Sous l'empereur Dioclétien, la persécution devint plus générale et le paganisme fit un dernier effort pour étouffer la religion du Christ dans le sang et le carnage. 

Il y avait trente ans que Prime et Félicien bravaient la cruauté des tyrans, quand les prêtres des idoles déclarèrent que leurs dieux irrités ne voulaient plus rendre d'oracles jusqu'à ce que les deux chrétiens Prime et Félicien eussent sacrifié, ou bien eussent reçu le châtiment qu'ils méritaient. Ils sont aussitôt arrêtés, chargés de fers et amenés devant l'empereur. 

Prime avait quatre-vingt-dix ans ; il répondit aux menaces du tyran, en lui déclarant qu'il n'y avait pas d'autre Dieu que le Dieu des chrétiens, ni d'autre religion que la leur, et que par conséquent ils étaient prêts à subir la mort plutôt que de trahir leur foi. On les frappa d'abord avec des fouets ; puis bientôt on déchira leur corps par lambeaux avec des tenailles. Les affreuses plaies furent guéries miraculeusement par Jésus-Christ. Quelques jours après, nouvelles tortures et nouveau triomphe ; on fit pleuvoir sur leur chair une grêle de coups de fouets armés de plomb ; pendant ce supplice, ils chantaient les louanges du Seigneur. 

Félicien, âgé lui-même de quatre-vingts ans, sut, comme son frère, résister à toutes les tentations et prêcha la foi et le salut à son cruel persécuteur; mais il fut cloué par les mains et les pieds à un poteau, où on le laissa trois jours entiers sans nourriture ; au bout de ces trois jours, rafraîchi et nourri par les Anges, il parut aussi sain que s'il n'avait pas souffert. 

Quant à Prime, on chercha à lui faire croire que son frère avait enfin sacrifié aux idoles : mais il se moqua du juge menteur et lui dit que Félicien était, en prison, heureux comme en Paradis. Cette réponse lui valut des coups de bâtons et le supplice des torches ardentes : " Grâces soient à Vous, ô Jésus-Christ, puisque, dans mes tourments, je ne ressens aucune douleur. " Livrés ensuite aux lions et aux ours, les deux frères les virent venir se coucher à leurs pieds. Enfin le tyran leur fit trancher la tête, le 9 juin de l'an 286.

PRIME SAINT SAINT Félicien
irmãos Mártires
(† 286)

Saint-Prime e São Félicien, conhecido já antiga fé pagã, provou-se dignos dessa graça em uma vida de zelo e de caridade. Eram esses cristãos intrépidos que incentivou os mártires nos tribunais e nas torturas, alimentando os pobres, fazendo o bem a todos. Depois de ter longa preservada em sua santa ousadia, o Senhor não privaria o mais a glória do martírio, o objeto de suas aspirações. Sob a perseguição imperador Diocleciano tornou-se mais geral e paganismo fez um último esforço para sufocar a religião de Cristo no sangue e carnificina.

Havia trinta anos eo primeiro-Félicien enfrentaram a crueldade dos tiranos, quando os sacerdotes idólatras declararam que seus deuses não queria fazer oráculos irritados até que ambos os cristãos e primeiro-Felicien tinha sacrificado, ou tinham recebido o castigo que mereciam. Eles foram imediatamente presos, acorrentados e levado perante o imperador.

Primeiro tinha noventa anos; ele respondeu às ameaças do tirano, declarando que não havia nenhum outro Deus além do Deus cristão nem a religião que não o seu, e, portanto, eles estavam dispostos a sofrer a morte ao invés de trair a sua fé. Ele primeiro feriu com chicotes; logo em seguida, que rasgou seus corpos em pedaços com um alicate. As feridas terríveis foram milagrosamente curado por Jesus Cristo. Alguns dias mais tarde, novas torturas e novo triunfo; choveu em sua carne uma saraivada de chumbo armados com chicotes cursos; Durante esta provação, eles cantaram os louvores do Senhor.

Felicien, que era oitenta anos, sabia, como seu irmão, resistir a todas as tentações e pregou fé e salvação para seu perseguidor cruel; mas foi pregado pelas mãos e pés para um jogo, onde o deixaram três dias sem comida; depois de três dias, descansado e alimentado pelos anjos, ele apareceu tão saudável como se não tivesse sofrido.

Quanto Primeiro, tentamos fazê-lo acreditar que seu irmão tinha finalmente sacrificadas aos ídolos, mas zombou o mentiroso juiz e disse que Felicien estava na prisão, feliz como no paraíso. Esta resposta lhe rendeu os paus e a punição de tochas acesas "Graças a ti, ó Cristo, porque no meu tormento, eu não sinto nenhuma dor" Entregue em seguida, leões e ursos, dois irmãos viu-os vir a mentir a seus pés. Finalmente o tirano fez decapitado em 9 de junho no ano 286.

SAINT PRIME and SAINT FÉLICIEN
Brothers, Martyrs
(† 286)

Saint Prime and Saint Felicien, called, already old, from paganism to faith, proved themselves worthy of this grace by a life of zeal and charity. They were of those intrepid Christians who encouraged martyrs before the courts and in punishment, nourished the poor, and did good to all. After long preserving them in their holy audacities, the Lord would not deprive them more of the glory of martyrdom, the object of their aspirations. Under the emperor Diocletian, persecution became more general, and paganism made a last effort to stifle the religion of Christ in blood and carnage.

It was thirty years since Prime and Felicien braved the cruelty of the tyrants when the priests of the idols declared that their angry gods would no longer render oracles until the two Christians, Prime and Felicien, had either sacrificed or received The punishment they deserved. They were immediately arrested, loaded with irons, and brought before the Emperor.

Prime was ninety years old; He replied to the threats of the tyrant by declaring that there was no other God but the God of the Christians, or any religion other than their own, and that consequently they were ready to suffer death rather than To betray their faith. They were first struck with whips; And soon their ragged body was torn with pincers. The terrible wounds were miraculously healed by Jesus Christ. A few days later, new tortures and new triumph; They showered on their flesh a hail of lashes armed with lead; During this torment they sang the praises of the Lord.

Felicien, himself eighty years old, knew, like his brother, to resist all temptations, and preached faith and salvation to his cruel persecutor; But he was nailed by his hands and feet to a post, where he was left for three whole days without food; At the end of these three days, refreshed and nourished by the angels, he appeared as healthy as if he had not suffered.

As for Prime, they tried to make him believe that his brother had at last sacrificed to idols; but he laughed at the false judge and told him that Felicien was in prison as happy as in Paradise. This answer earned him blows and the torment of burning torches: "Thanks be to Thee, O Jesus Christ, since in my torments I feel no pain." Then delivered to the lions and bears, the two brothers Saw them come and lie down at their feet. At last the tyrant had their heads cut off, on the 9th of June, in the year 286.

Saint Colomba d'Irlande,

L’image contient peut-être : 1 personne

fondateur du monastère d'Iona

Illustre fils de l’Irlande et moine d’Ecosse* O notre père saint Colomba d’Iona* Tu fus sur cette terre un pèlerin de Dieu* Sur les racines du monachisme oriental* Tu fis pousser le surgeon de la celtitude* Et tu montras par ton existence exemplaire* Les plus hautes vertus que la grâce confère*

Toi qui vécus dans le monde d’éternité* Intercède pour nous tous dans le temps présent* Et que ta prière comme l’eau du... rocher* Perce la pierre de notre cœur endurci* Afin qu’y pénètre la prière incessante* Et qu’un jour nous soyons rendus dignes de parvenir* Au Royaume de la Très Sainte Trinité* Où retentit à jamais le Chœur des élus* Du Père et de Son Fils et du Très Saint Esprit* Maintenant et toujours et aux siècles des siècles* Amen 
(Extraits de l'Acathiste à Saint Colomba)

BIOGRAPHIE:

« La Colombe » missionnaire de l’Eglise

Fêté chaque année le 9 juin, Saint Colomba est, à côté des Saints Patrick et Brigitte, l’un des saints les plus aimés et vénérés de l’Irlande. Grâce à son activité, déployée surtout en Ecosse, Colomba est aujourd’hui considéré comme l’apôtre des pictes. La tradition nous dit qu’il avait fait beaucoup de miracles, ayant le don de prophétie et une grande puissance contre les démons.
La brève biographie (Vita Columbae), écrite une centaine d’années après sa mort par Adamnan d’Ione, nous offre des informations sur la vie de Saint Colomba ; également, l’ouvrage de Bède le Vénérable, intitulé Historia Ecclesia gentis Anglorum. Colomba est né en 521, le 7 décembre, mémoire de Saint Ambroise, à Gartan, un village du comté de Donegal en Irlande. Le père de Colomba, Fedlimid, descendait de la famille royale des O’Neil, tandis que sa mère était l’héritière d’un roi de Leinster.
Au baptême, le saint reçut le nom de Colomba qui signifie colombe. Dès son enfance il passa sa vie dans l’Eglise et plus tard il traversa toute l’Irlande comme un « troubadour» du Christ, ce qui lui valut le surnom de Columcille, Columcellus ou Colme, c’est-à-dire « colombe » de l’Eglise.
Issu d’une famille de bonnes origines, Colomba fut confié à un prêtre nommé Cruitnecan, qui, en plus d’une éducation remarquable, lui inculqua l’amour du Christ pour son Eglise. Ainsi le jeune Colomba entra-t-il au monastère de Moville, dont le starets était l’évêque Finian. Il y fut ordonné diacre, et après quelques années de séjour, partit pour Leinster, voulant parfaire ses études auprès du barde Gemman. Celui-ci lui enseigna les secrets de la chanson irlandaise, Colomba devenant à son tour un barde célèbre en Irlande.
Ensuite, Colomba quitta Leinster pour se rendre au Monastère Clonard, où il fut ordonné prêtre, puis il décida d’aller au monastère Mobhi de Glasnevin, où il prêta serment. Mais, par l’œuvre divine, Colomba n’y resta pas longtemps. Brûlant d’amour pour la vie monastique, il fit construire plusieurs églises et monastères, surtout dans son pays d’origine, Donegal, mais aussi dans les autres régions de l’Irlande. Parmi les monastères importants, il faut citer celui de Derry, mais le plus important fut celui de Durrow construit en 555. Tous ces monastères fonctionnaient selon des règles que Saint Colomba avait établies lui-même, où l’on ne mettait pas trop l’accent sur l’effort personnel, mais sur l’obéissance envers l’abbé et le père spirituel.

L’activité missionnaire en Ecosse

Au bout de quinze ans, après avoir assis les bases de la vie monastique en Irlande, non sans peine, Colomba fut envoyé par Dieu prêcher dans d’autres contrées. En 563, accompagné par douze amis, il prit la direction des côtes ouest de l’Ecosse, s’installant sur une petite île appelée Iona, située à la frontière entre Dalriada et le Royaume des Pictes. Ceux-ci étaient des païens, et Colomba essaya dès le début d’obtenir l’accord de leur roi pour pouvoir prêcher auprès d’eux. A Iona Colomba fit ériger un monastère où il institua la même règle que dans les autres monastères. Conformément à cette règle, on insistait beaucoup sur une meilleure gestion du temps, le jour étant divisé en trois parties: l’une allouée à la prière et les autres à la lecture et au travail. (Vlad Benea, Vieţile sfinţilor ortodocşi din Apus. Sfinţii Insulelor britanice, Cluj‑Napoca, 2006, p. 137).

Les miracles de Saint Colomba

La tradition cite beaucoup de récits portant sur les miracles et les merveilleuses guérisons accomplis par Colomba, qui paraît-il possédait aussi le don de prophétie. Ainsi, il dévoilait aux gens les péchés qu’ils avaient commis, connaissait les événements passés, ou annonçait des événements futurs. Colomba avait aussi reçu une grande puissance sur les démons. La tradition relate de nombreux miracles opérés par lui. Pour n’en citer qu’un seul : lorsqu’il habitait en Ecosse, des paysans vinrent chez lui, en amenant un enfant pour le faire baptiser. Ne trouvant pas d’eau tout près, Colomba se mit à genoux et pria longtemps. Puis, il bénit un rocher, un torrent d’eau en jaillit, tel celui que Dieu fit jaillir à la prière de Moïse au milieu du désert. Avec l’eau sortie du rocher Colomba baptisa l’enfant, et fit sur lui une prophétie, qui se réalisa quelques années plus tard.
Il s’intéressait beaucoup aux Irlandais qui vivaient en Ecosse, mais en même temps il portait de l’intérêt à ses monastères d’Irlande, car les moines qui y vivaient étaient ses fils spirituels. Il priait sans cesse pour eux et il leur envoyait souvent, par ses disciples, des lettres pour les rassurer et conseiller. Il visita même quelques fois son pays natal, car il aimait sa patrie et son peuple. D’un tempérament vif et ferme, il avait toutefois une âme très sensible.
Le monastère d’Iona devint le centre de l’activité missionnaire parmi les pictes, mais aussi pour les Anglais du nord du pays. Les liens étroits qui existaient entre Colomba et la famille royale des Dal Riad, lui ont facilité énormément la mission parmi les nobles pictes. Bien sûr, à cause de sa mission Colomba avait aussi beaucoup d’ennemis, parmi lesquels les druides, mais, de même que Saint Patrick, il les vainquit par la grâce de Dieu.
Un jour, Colomba célébra la Divine Liturgie aux côtés de ceux qui allaient devenir plus tard les saints Comgall, Kenneth, Brendan et Cormac. A la fin de la Liturgie, Brendan avoua à tous avoir vu une flamme au-dessus de la tête de Colomba, se dressant ensuite doucement vers le ciel. Bien des fois, une lumière surnaturelle l’entourait pendant la prière, d’après le témoignage de son entourage.

La merveilleuse découverte de la mort et la vénération de saint Colomba

Tout comme dans le cas d’autres personnes, Dieu a dévoilé à saint Colomba le jour de sa mort. Une semaine avant avant celle-ci, son visage se remplit de lumière alors qu’il célébrait la divine Liturgie. Après l’office, il confia à ses moines qu’un ange était venu lui annoncer que Dieu leur demandait un trésor très cher pour Lui. Ceux-ci ne comprirent qu’une semaine plus tard, qu’il s’agissait de l’âme même de Colomba. Le samedi suivant, accompagné par l’un de ses moines, il alla bénir le monastère, et après les Vêpres, il leur donna ses derniers conseils. La tradition nous relate que le jour même de sa mort il copia des textes de la Sainte Ecriture. C’était une occupation qui lui était très chère, et qui était utile en même temps pour son époque, bien antérieure à la découverte de l’imprimerie. Des enluminures de Colomba seraient conservées jusqu’à présent sur quelques exemplaires du Psautier (Art. Heiliger Kolumba, dans l’ouvrage de Joachim Schäfer, Das Őkumenische Heiligenlexikon, dans l’édition online http://www.heiligenlexikon.de/Biogra…/Patrick_von_Irland.htm, page consultée le 13 mars 2012).
Conformément à la même tradition, Colomba mourrut dans l’église, la nuit de samedi à dimanche, avant de célébrer la divine Liturgie. C’était en 597, la nuit du 9 juin, jour annuel de sa fête depuis lors. Ses reliques restèrent à Iona, accomplissant de nombreux miracles, jusqu’en 849 ; elles furent ensuite déplacées à Dunkeld, à cause des attaques des Vikings. Au Moyen-Age Colomba fut vénéré dans toute l’Europe. En Irlande et en d’autres lieux il est encore fêté aujourd’hui avec beaucoup de dévotion. Il est parfois représenté vêtu comme un moine bénédictin, bien qu’il n’ait jamais fait partie de cet ordre. Colomba est à présent le patron des poètes irlandais, mais aussi le protecteur de ceux qui sont menacés par le feu. Dans le Massachussetts, un monastère orthodoxe est dédié à Saint Colomba, placé sous la jurisdiction canonique de Monseigneur Nicolas, Archevêque de l’Archevêché Orthodoxe Roumain d’Amérique et du Canada.

L’image contient peut-être : ciel, plante, plein air et nature

P. Alexandru Nan
(Traduit en français par Maria Coresciuc)

 

BIOGRAFIA:
missionária "The Dove" da Igreja
Comemorado anualmente em 09 de junho de Saint Colomba, ao lado de Patrick e Brigitte Santos, um dos santos mais amados e reverenciados da Irlanda. Através da sua actividade, implementado principalmente na Escócia, Colomba é agora considerado como o apóstolo dos pictos. A tradição diz-nos que ele tinha feito muitos milagres, tendo o dom da profecia e um grande poder contra os demônios.
A breve biografia (Vita Columbae), escrito há cem anos após sua morte por Adamnan Ione, oferece informações sobre a vida de São Columba; Além disso, o trabalho de Bede le venerável, intitulado Historia Ecclesia Gentis Anglorum. Colomba nasceu em 521, 07 de dezembro, memória Santo Ambrósio, Gartan, uma vila no condado de Donegal, na Irlanda. Pai Columba, Fedlimid, descendente da família real de O'Neil, enquanto sua mãe era a herdeira de um rei de Leinster.
No batismo, o santo recebeu o nome de Colomba que significa pomba. Desde a sua infância ele passou sua vida na igreja e depois cruzou toda a Irlanda como um "trovador" de Cristo, que lhe rendeu o apelido Columcille, Columcellus ou Colme, isto é "pomba "da Igreja.
Vindo de uma família de boas origens, Colomba foi confiada a um sacerdote chamado Cruitnecan, que, além de uma educação excelente, incutiu nele o amor de Cristo pela sua Igreja. Assim, o jovem Colomba ele entrou no mosteiro de Moville, cujo mais velho estava Finian bishop. Foi ordenado diácono, e depois de alguns anos de vida, foi para Leinster, querendo completar seus estudos com o bardo Gemman. Isso lhe ensinou os segredos da música irlandesa, Colomba por sua vez, tornando-se um bardo famoso na Irlanda.
Então Colomba deixou Leinster para chegar ao Clonard Mosteiro, onde foi ordenado sacerdote, e então ele decidiu ir ao mosteiro Glasnevin Mobhi, onde ele fez o juramento. Mas, para o trabalho de Deus, Colomba não permanecer lá por muito tempo. Ardente de amor para a vida monástica, ele construiu várias igrejas e mosteiros, especialmente em seu país de origem, Donegal, mas também em outras partes da Irlanda. mosteiros importantes, devemos mencionar que de Derry, mas o mais importante foi a de Durrow construído em 555. Todos estes mosteiros estavam operando sob regras que St. Columba tinha se estabelecido, onde nós não colocar muito o ênfase no esforço pessoal, mas em obediência ao abade e pai espiritual.
A actividade missionária na Escócia
Depois de quinze anos após as bases da vida monástica na Irlanda, não sem dificuldade, Colomba foi enviado por Deus para pregar em outros países. Em 563, acompanhado por doze amigos, ele assumiu o comando da costa oeste da Escócia, fixando-se em uma pequena ilha chamada Iona, na fronteira entre o Reino da Dalriada e pictos. Eles eram pagãos, e Colomba tentou desde o início para obter o acordo do seu rei, a fim de pregar para eles. No Iona Colomba erguido um mosteiro onde ele instituiu a mesma regra como em outros mosteiros. De acordo com esta regra, eles insistiram em uma melhor gestão do tempo, o dia é dividido em três partes: um destinado à oração e outra leitura e trabalho. (Vlad Benea, Vieţile sfinţilor ortodocşi din Apus. Sfintii Insulelor britanice, Cluj-Napoca, 2006, p. 137).
Milagres de São Columba
A tradição cita muitas histórias sobre milagres e curas maravilhosas feitas por Colomba, que parece ele também tinha o dom da profecia. Assim, ele revelou ao povo dos pecados que eles cometeram, sabia que os eventos passados ​​ou anunciar eventos futuros. Colomba também tinha recebido um grande poder sobre os demônios. A tradição narra muitos milagres através dele. Para citar apenas um: quando ele viveu na Escócia, os camponeses voltaram para casa, trazendo uma criança para ser batizado. Não encontrando água nas proximidades, Colomba se ajoelhou e orou longa. E abençoou uma rocha, uma torrente de água jorra, como o que Deus trouxe a oração de Moisés no deserto. Com água da rocha Colomba batizou o filho, e deu-lhe uma profecia que se tornou realidade alguns anos mais tarde.
Ele estava muito interessado em irlandês que vivia na Escócia, mas, ao mesmo tempo, houve um interesse em mosteiros irlandeses como os monges que vivem lá estavam seu filho espiritual. Ele orou constantemente por eles e mandou-os, muitas vezes, por seus discípulos, cartas de garantia e conselhos. Ele mesmo visitei algumas vezes a sua terra natal porque ele amava seu país e seu povo. Com um temperamento rápido e firme, no entanto, era uma alma muito sensível.
O mosteiro de Iona tornou-se o centro da atividade missionária entre os pictos, mas também para o norte Inglês. As relações estreitas entre Colomba e da família real

http://www.apostolia.eu/…/lapotre-des-pictes--saint-colomba…

 

Par amour pour Marie refuge des pécheurs 

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Marie Refuge des pêcheurs"

Eve Lavallière (1866- 1929) fut d’abord une comédienne française à succès. 

L'enfance d'Eve a été tragique. Son père, ouvrier, joueur, buveur et coureur, abat son   épouse à coups de revolver sous ses yeux, réfugiée sur un balcon et qui échappe à   grand peine au massacre, tandis que son malheureux père se suicide. Mais tout cela c'est du passé. Elle dira elle-même :"Je ne sais plus ce que c'est que d'avoir froid",  tant le luxe où elle vit est raffiné.

Un jour, elle entend prêcher un curé de campagne. Elle est en vacances dans un château qu'elle a loué. La grande comédienne se moque du prêtre… Et huit jours après, la voilà comme terrassée par Jésus-Christ. Elle a trouvé le Christ. Elle lui parle comme une pauvre pécheresse parlerait à l'homme qui va la sortir de sa misère.

Après sa conversion, elle passe dix-sept mois à Lourdes, preuve de son amour pour l'Immaculée qui est le refuge des pécheurs.

Elle, bien portante, tombera malade : il faudra un jour lui coudre la paupière de l'oeil gauche à vif sans l'endormir... "J'ai soif d'arriver là-haut, de voir Jésus", dit-elle.

Elle meurt le 10 juillet 1929, fidèle à ce Christ découvert douze ans plus tôt.

Découvrir plus sur mariedenazareth.com :
Marie, une relation unique pour chacun  

Recueil Marial N° 12, 1980

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

Ô Dieu bon, donne-moi ta grâce.

Ô Dieu bon, donne-moi ta grâce.
Que le Père, qui dans l'éternité hors du temps
t'a engendré dans son sein,
renouvelle en moi les formes de ton image.
Je t'ai abandonné. 
Ne m'abandonne pas. 
Je suis sorti de toi. 
Sors à ma recherche.
Conduis-moi dans ton pâturage,
compte-moi avec les brebis de ton troupeau élu.
Avec elles, nourris-moi
de l'herbe verte de tes mystères divins
dont le coeur pur est la demeure,
coeur qui porte en lui la splendeur de tes révélations
la consolation et la douceur de ceux
qui se sont donnés de la peine pour toi
dans les tourments et les outrages.

 

 

(Saint Isaac le Syrien
"Discours ascétiques" Oeuvres spirituelles DDB)

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Marie Refuge des pêcheurs"

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Tradition Syriaque Famille orthodoxie-orientale Vie des Saints Spiritualité Chrétienne

Recherche

Liens