Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 16:32

Sommaire:

-Rendez-Vous Liturgiques au Monastère et en dehors

-Lectionnaire du 29 Septembre (Saint Michel)

-29 Septembre Saint Michel (Historique)

-L’ÉGLISE, ÉCOLE DE PRIÈRE

-Notre Père suivie de la prière pour les vocations et d'une audio "Pray The Lord"

-Prières aux neuf chœurs des Anges.

-« ART SACRÉ » ?

-EN SYRIE, JESUS SE REVELE A DES MUSULMANS...ILS SE CONVERTISSENT

-« Revenons vers la joie de l’eucharistie ! », le Cl R Sarah invite chacun et chacune  retrouver au  plus vite le Chemin de l'Eglise.

-NE VOILE PAS TA FACE , NOUS AFFIRME L'ECRITURE SAINTE...

-QU’EST-CE QUE MÉDITER ?

-UN  PRÊTRE MARTYR DE LA CHARITE

-LE CHRISTIANISME ET L'ANIMAL...

-PRIERES A ST MICHEL

-En Irak, des villages chrétiens pris pour cibles.

-La Prière d'exorcisme de Saint Basile le Grand

-Fête des Saints Michel, Gabrie et Raphaël le 29 Septembre...Des Saints Anges Gardiens le 2 Octobre, appelons-les à notre secours.

-Unplanned, un film dont on ne peut sortir que bouleversé

-Lectionnaire du 3eme Dimanche après la Fête de la Sainte Croix

-Annonce d'intérêt général.

 

Nos prochains Rendez-Vous Liturgiques au

 

Monastère et en dehors:

 

 

INSCRIPTIONS AU CATÉCHISMES

 

DU 6 SEPTEMBRE AU 4

 

OCTOBRE 

 

 
 
 
¤Dimanche 4 Octobre ,
Pèlerinage mensuel à Notre-Dame de Miséricorde
et aux Saints du Kerala.

 

Programme habituel*

Permanence pastorale en région Parisienne:

Après avoir été plusieurs fois reculée, la Permanence pastorale mensuelle à PARIS  en raison d'une indisponibilité des locaux des Pères qui nous hébergent jusqu'à la mi-septembre, nous apprenons qu'ils suspendent l'accueil pendant un an suite au Covid 19 et pour effectuer des travaux. MERCI POUR VOTRE COMPRÉHENSION. NOUS DEVONS NOUS REORGANISER ET, PLUS QUE JAMAIS, RECHERCHONS UN LOCAL STABLE (Au loyer modéré).

En attendant, le Monastère n'est pas si loin!...

https://img.over-blog-kiwi.com/1/49/89/80/20191012/ob_2edb42_genevieve-ste.jpg#width=238&height=300

¤ANGOULÊME (Jauldes):

- Messe  les  11 et 25 Octobre 

 

 

¤LA CHAPELLE FAUCHER (Périgueux):

- Messe le 24 Octobre *

¤LOURDES (65):

-Pour toutes nécessités dans la Région Midi-Pyrénées, s'inscrire au 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées) Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

https://img.over-blog-kiwi.com/1/49/89/80/20191129/ob_24091a_44045983-10209809158904059-61217510016.jpg#width=620&height=800

 

*Programme habituel et disponibilité d'un ou de plusieurs prêtres  pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

LECTURES DE LA QUADISHA QURBANA (STE MESSE) DU 29 SEPTEMBRE POUR LA SAINT MICHEL ARCHANGE :

LECTURES:

« Des millions d’êtres le servaient » (Dn 7, 9-10.13-14)

Le Lecteur : Lecture du livre du prophète Daniel, barekhmor / Les fidèles: Gloire au Dieu du Prophète et que Sa Miséricorde soit sur nous !

   La nuit, au cours d’une vision, moi, Daniel, je regardais :
des trônes furent disposés,
et un Vieillard prit place ;
son habit était blanc comme la neige,
et les cheveux de sa tête, comme de la laine immaculée ;
son trône était fait de flammes de feu,
avec des roues de feu ardent.


    Un fleuve de feu coulait, qui jaillissait devant lui.
Des milliers de milliers le servaient,
des myriades de myriades se tenaient devant lui.
Le tribunal prit place et l’on ouvrit des livres.

    Je regardais, au cours des visions de la nuit,
et je voyais venir, avec les nuées du ciel,
comme un Fils d’homme ;
il parvint jusqu’au Vieillard,
et on le fit avancer devant lui.
    Et il lui fut donné
domination, gloire et royauté ;
tous les peuples, toutes les nations et les gens de toutes langues
le servirent.
Sa domination est une domination éternelle,
qui ne passera pas,
et sa royauté,
une royauté qui ne sera pas détruite.

     Le Lecteur: Barekhmor. Les Fidèles: Nous rendons grâces à Dieu.

« Michel, avec ses anges, dut combattre le Dragon » (Ap 12, 7-12a)

Le Lecteur : Lecture de l'Apocalypse de saint Jean, barekhmor / Les fidèles: Gloire au Dieu de l'Apôtre et que Sa Miséricorde soit sur nous !

Il y eut un combat dans le ciel :
Michel, avec ses anges, dut combattre le Dragon.
Le Dragon, lui aussi, combattait avec ses anges,
    mais il ne fut pas le plus fort ;
pour eux désormais, nulle place dans le ciel.
    Oui, il fut rejeté, le grand Dragon,
le Serpent des origines,
celui qu’on nomme Diable et Satan,
le séducteur du monde entier.
Il fut jeté sur la terre,
et ses anges furent jetés avec lui.
    Alors j’entendis dans le ciel une voix forte,
qui proclamait :
« Maintenant voici le salut,
la puissance et le règne de notre Dieu,
voici le pouvoir de son Christ !
Car il est rejeté, l’accusateur de nos frères,
lui qui les accusait, jour et nuit,
    devant notre Dieu.
    Eux-mêmes l’ont vaincu par le sang de l’Agneau,
par la parole dont ils furent les témoins ;
détachés de leur propre vie,
ils sont allés jusqu’à mourir.
    Cieux, soyez donc dans la joie,
et vous qui avez aux cieux votre demeure ! »

 Le Lecteur: Barekhmor. Les Fidèles: Nous rendons grâces à Dieu.

  Alléluia. Alléluia. 
Tous les anges du Seigneur, bénissez le Seigneur :
à lui, haute gloire, louange éternelle !

Alléluia. (Dn 3, 58)

ÉVANGILE

« Vous verrez les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme » (Jn 1, 47-51)

 

Le Célébrant ( A l'intérieur du dialogue habituel) : Le Saint Évangile de  Notre Seigneur  Jésus Christ , selon saint Jean

En ce temps-là,
    lorsque Jésus vit Nathanaël venir à lui,
il déclara à son sujet :
« Voici vraiment un Israélite :
il n’y a pas de ruse en lui. »
    Nathanaël lui demande :
« D’où me connais-tu ? »
Jésus lui répond :
« Avant que Philippe t’appelle,
quand tu étais sous le figuier,
je t’ai vu. »
    Nathanaël lui dit :
« Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu !
C’est toi le roi d’Israël ! »
    Jésus reprend :
« Je te dis que je t’ai vu sous le figuier,
et c’est pour cela que tu crois !
Tu verras des choses plus grandes encore. »
    Et il ajoute :
« Amen, amen, je vous le dis :
vous verrez le ciel ouvert,
et les anges de Dieu monter et descendre
au-dessus du Fils de l’homme. »

     Les Fidèles: Faisons mémoire des Prophète et des  Apôtres qui proclamèrent....

 

29 Septembre :

 

Saint Archange Michel *

Date traditionnelle en Occident.
A l'origine anniversaire de la dédicace de la basilique dédiée à St Michel sur la via Salaria au Vème siècle et détruite lors des guerres gothiques au VIème siècle.

Dès l’origine du monde, depuis l’Ancienne Alliance jusques aux temps qui sont nôtres, le saint Archange Michel est intervenu dans l’histoire des hommes. Investi de la puissance de l’Éternel et sous Sa gouverne, il a toujours terrassé les forces du Malin qui voulaient détruire les fidèles. Dieu l’envoie régulièrement à la rescousse des hommes dans l’Histoire de notre salut, mais nous pouvons, aux temps de la détresse, lorsque nous sommes découragés et sans forces, faire appel à lui en lui adressant une fervente prière.
Son nom signifie en hébreu « Qui est comme Dieu ? ». Et lorsque nous serons par son intercession puissante délivrés de notre épreuve, nous comprendrons qu’il est aussi en vérité le bien nommé… Et nous remercierons le Seigneur de nous avoir donné un protecteur aussi efficace.

Le Saint Archange Michel 


dans l’histoire du salut des hommes

En langue hébraïque, Michel [Micaël] est une interrogation qui signifie «Qui est comme Dieu?». Depuis l’origine du monde jusques au temps qui est nôtre, devant les innombrables miracles accomplis par le saint Archange du Seigneur, cette interrogation est en vérité une réponse. Elle clame à tous ceux qui sont gratifiés de ces miracles que le mérite en revient indubitablement à Dieu par l’intermédiaire de Son messager incorporel. 
L’Archange est le prototype parfait de la Sainteté. Dans l’histoire de notre salut, Dieu se manifesta d’abord aux êtres humains par Ses puissances incorporelles, puis par les hommes et les femmes qui s’étaient tellement immergés en Son Amour que l’on ne pouvait que rapporter à Lui toutes leurs actions. 
Depuis toujours, Dieu écoute, entend, comprend, guérit, réconforte, apaise, encourage. Il le fit d’abord avec Ses anges puis par les saints, eux qui voulurent dans la chair et par Sa grâce retrouver Son image et Sa ressemblance. Les anges et les saints accomplissent donc l’œuvre de miséricorde et de salut de Dieu. C’est là, certes, grande merveille, mais la sainteté des incorporels ou celle des hommes, aussi extraordinaires soient-elle, ne sont qu’un pâle reflet de la gloire et de la puissance divines. C’est ce qu’enseignent clairement la parfaite obéissance des saints anges et l’insigne l’humilité des hommes et femmes sanctifiés dans l’Église.
L’Archange saint Michel apparaît dès le premier livre de la Bible à notre Père Abraham et à Agar, sa servante devenue son épouse (Genèse 12). Il est porteur de grand espoir et d’une immense bénédiction avec l’annonce la naissance d’Ismaël. Il est ensuite mandé par Dieu vers Lot pour le prévenir de la destruction de Sodome et l’arracher à l’embrasement qui allait la détruire (Genèse 19). Il intervient pour arrêter le bras de notre père dans la foi Abraham qui allait sacrifier Isaac (Genèse 22). Il sauve Jacob de la mort certaine (Genèse 27, 41). Il aide le peuple hébreu à sortir de l’esclavage d’Egypte et le guide vers la Terre Promise par la nuée le jour et la lueur la nuit (Exode 13, 21). Il se tient devant Balaam, un glaive à la main pour l’empêcher de maudire Israël. Il apparaît à Josué à Jéricho où il se révèle comme chef de l’Armée du Seigneur (Josué 5, 13) Il envoie Gédéon délivrer Israël (Juges 6, 11). Il est le soldat de Dieu obéissant à la perfection, que Dieu arrête lorsqu’Il voit le repentir du saint prophète David et qu’Il épargne pour cela la destruction à Jérusalem (1 Chroniques 21). Il se montre maintes fois au saint prophète Elie dans les Chroniques des Rois. Il est son soutien manifeste et parfait. Il combat les Assyriens et les défait ( 2 Rois 19, 35). Il se tient auprès d’Ananias, d’Azarias et de Misaël qu’un jugement inique a jetés dans la fournaise de Babylone parce qu’ils ne voulaient pas se souiller en adorant une statue faite de main d’homme. Il est auprès de ces trois enfants qui n’ont pas renié le Dieu vivant d’Israël au profit d’une ignoble parodie humaine de sainteté. Il loue le Seigneur avec eux. ( Daniel 3, 92). Il vient dans la fosse où avait été précipité le saint Prophète Daniel, fermer la gueule des lions ( idem 6, 23) Il sauve les saints apôtres, de leurs geôles (Actes 5, 19), va vers Philippe afin qu’il s’approche du chariot de l’Eunuque de la Reine d’Ethiopie et pour le conduire au baptême. (Actes 8, 26). Il guide Corneille le Centenier en marche vers la Lumière, vers l’apôtre Pierre qui l’illuminera par le baptême. Il est auprès de l’apôtre Paul dans sa mission, de saint Jean l’Évangéliste lors de la rédaction de l’Apocalypse. Selon ce livre de Révélation, il doit livrer le dernier combat des forces du Bien contre les puissances du Malin ( Apocalypse 12.7 et sq.). Et c’est lui qui, lors du Jugement Dernier, évaluera nos actes, c’est dire son importance dans l’histoire du salut des hommes.
Depuis les origines de l’Eglise, l’intercession du saint Archange Michel, comme celle des autres anges a été considérée comme une aide spirituelle puissante et efficace dans les temps d’épreuves et de désarroi. La puissance de l’intercession des anges était telle que le Malin induisit en erreur des fidèles et les mena à l’idolâtrie. Ces égarés se séparèrent de l’Église et se perdirent. Ils constituèrent la secte des « angéliques » qui offraient aux anges le culte dû au seul Dieu dans la Trinité. Pour éviter que l’enseignement de la sainte Église soit mêlée à l’erreur, le trente-cinquième canon du Concile de Laodicée ( IVème siècle) a même établi quelle devait être la place des puissances célestes dans la vénération des fidèles. Saint Nicodème l’Aghiorite dans son commentaire de ce canon précise que ce canon n’a pas voulu interdire que les fidèles demandent l’intercession des saints anges, mais les garder de tomber, comme les « angéliques », dans la ctismatolatrie, c’est-à-dire la vénération des êtres créés. (cf Saint Nicodème l’Aghiorite in THE RUDDER (PEDALION), The 60 Canons, p. 567, The Orthodox Christian Educational Society, Chicago, USA, 1957)
A toutes les époques de l’histoire chrétienne, l’Archange Michel a été présent et son secours a remis sur la voie du Dieu Trine ceux qui chancelaient. Lors de ses célébrations la Liturgie orthodoxe répète même les paroles adressées par Saint Michel aux anges qui n’avaient point failli lors du combat contre les anges déchus. « Soyons attentifs ! Tenons-nous droits ! Tenons-nous avec crainte ! ». Et l’Église chante l’hymne des anges au Seigneur qui répondait à l’injonction de l’Archistratège : « Saint, Saint, Saint, Le Seigneur Dieu Sabbaoth. Le ciel et la terre sont emplis de Ta gloire ! »
A Colosses en Phrygie, l’apôtre Jean, prêchant l’Evangile avec Philippe avait prophétisé la venue de l’Archistratège Michel à Chérétopa. Une source jaillit à l’endroit indiqué par le Théologien bien-aimé du Christ. Elle avait de très grands pouvoirs de guérison. Une église fut érigée au dessus de cette source où vécut plus tard un homme originaire de Hiérapolis nommé Archippe qui devint par ascèse et prière et pure grâce de Dieu un grand thaumaturge. L’ennemi du genre humain suscita la fureur et l’hostilité des païens des alentours qui tentèrent à plusieurs reprises d’arrêter le flot de miracles qui coulaient avec la source sur les misères des êtres humains. Par la violence, la ruse et la méchanceté, ils ne réussirent pas à accomplir leur forfait. Ils échouèrent en effet malgré leur tentative de noyer les fidèles dans l’église en détournant le cours de deux rivières qui coulaient plus haut, en captant leurs eaux par un barrage qu’ils rompirent soudain. Le saint Archange apparut alors à Archippe qui priait et debout devant les eaux furieuses et menaçantes, il heurta le sol de son bâton quand elles l’atteignirent. Le roc céda, laissant s’engouffrer les eaux et les déviant de leur course mortelle pour l’église et ses fidèles. Les flots y sont encore à ce jour absorbés par la pierre, comme dans un creuset ou entonnoir. C’est le sens du toponyme « Chonais » ou « Chonè », par lequel on nomma ce lieu de la manifestation de la puissance et de la miséricorde divines par l’intervention miraculeuse de Son saint Archange Michel. Cet événement est solennellement fêté le 6 Septembre dans l’Eglise Orthodoxe et une icône représente le saint Archange arrêtant les flots de son bâton, Saint Archippe se tient debout dans une attitude de prière, les mains levés vers le Ciel d’où l’Archistratège est venu manifester la puissance et la protection de Dieu.
Autrefois, l’occident chrétien célébrait aussi avec grandes cérémonies la fête de saint Michel. En ces temps anciens, les certitudes de la foi n’étaient pas remises en cause et le secours céleste était le recours dans les périodes d’infortunes et de revers. On y enseignait ainsi que les anges intercèdent pour nous et c’était une pratique pieuse répandue que de les invoquer. L’Écriture qui est pour notre foi le fondement et le garant du sérieux et de la légitimité de notre pratique religieuse était invoqué pour légitimer cette intercession des incorporels : « Jacob pria celui avec lequel il avait lutté pendant la nuit de lui donner sa bénédiction. Étant au lit de la mort, il demanda la même grâce pour Ephraïm et Manassès ses petits fils à l’ange qui l’avait conduit et protégé. Si les anges nous donnent leur bénédiction et nous accordent des secours encore plus importants, pouvons-nous douter qu’ils n’adressent à dieu des supplications en notre faveur ? » (cf VIES DES SAINTS D’alban Butler et de Godescard, 29 septembre, Saint Michel, LILLE 1856) Ainsi, saint Michel était particulièrement vénéré au Moyen Age. En témoigne très éloquemment les lois ecclésiastiques publiées en 1014 par Ethelred, Roi d’Angleterre : « Que tout chrétien, qui a l’âge prescrit, jeûne trois jours au pain et à l’eau, ne mangeant que des racines crues avant la fête de saint Michel, et que tout homme aille à confesse et à l’église nu-pieds…Que chaque prêtre aille trois jours nu-pieds en procession avec son peuple ; que chacun prépare ce qu’il lui faudrait de vivres pour trois jours, observant toutefois qu’il n’y ait rien de gras, et que le tout soit distribué aux pauvres. Que tout serviteur soit dispensé de travail pendant ces trois jours, pour mieux célébrer la fête, ou qu’il ne fasse que ce qui est nécessaire pour son usage. Ces trois jours sont le lundi le mardi et le mercredi de la fête de saint Michel. » En occident, l’Archistratège était invoqué pour la « bonne mort ». Une prière du missel de Troyes en Champagne s’adressait ainsi à lui :

Mychiel, prince très glorieux
qui es prévos lassus es cielx
là te donna Dieu tel poissance
quar Il te donna la balance
pour trestoutes âmes peser
[…]
Pourtant te pry, benois archanges
Qui es digne de grans loanges,
Que tu me vueilles resgarder
En mon corps et m’âme garder,
[…]
Encor te vueil je deprier
Et de bon cuer toy supplier
Que quant nos âmes s’en iront
Et du corps se départiront,
que tu les veuilles recevoir 
affin qu’elles puissent avoir
Ioye sanz fin et sanz partie,
Et avoir pardurable vie,
Laquelle nous veuille ordonner
Et noz lieux nous veuille ordonner
Ihésus li Filz de Dieu le Père,
Emprès Sa glorieuse Mère.

(c'est-à-dire: « Michel, prince très glorieux/ Qui est prévôt en haut des cieux/Là Dieu te donna grande puissance/ Car Il te donna la balance/Pour peser toutes les âmes/[…]/ Pourtant je te prie Archange béni/ Qui est digne de grande louange/ De vouloir bien me considérer/ Et garder mon corps et mon âme/[…]/Je veux encore te prier avec insistance/ Et de bon cœur te supplier/ Que lorsque nos âmes s’en iront/ Et du corps se sépareront/ Que tu veilles les recevoir/ Afin qu’elles puissent avoir/ Joie sans fin et sans partage/ Et avoir vie éternelle/ Laquelle nous veuille accorder/ Et nos places nous veuille préparer/ Jésus le Fils de dieu de Père/ Auprès de Sa glorieuse Mère. »)

Saint patron de nombreuses professions, il était fêté avec les autres puissances célestes le vingt-neuvième jour de septembre.

Mais l’Archange agit encore dans le monde actuel… En Grèce, à Mandamadou, dans un monastère où tous les moines avaient été tués par des pirates sarrasins, il fut demandé à un survivant, par l’Archange apparu auprès des saints martyrs, l’exécution d’une icône à sa ressemblance. Le moine protesta qu’il ne savait pas dessiner et qu’il n’avait rien pour ce faire et saint Michel lui enjoignit de faire une icône avec la terre et le sang des martyrs. Le moine survivant s’exécuta. Ceci advint entre le dixième et le onzième siècle… depuis ce jour, l’icône accomplit pour tous les blessés de la vie d’innombrables miracles. Rien n’est impossible à Dieu et à Sa miséricorde manifestée à temps et à contre temps par intervention du saint Archistratège. Des livres recensent régulièrement ses interventions miraculeuses.

L’Archistratège du Seigneur est toujours là, vigilante sentinelle à la lisière de notre inquiétude. C’est nous qui sommes souvent absents de la Maison de Dieu et de ce qui est Sa fondation, à savoir la foi fervente, celle qui déplace les montagnes. Retrouvons la voie simple de ces petits enfants que bénissait le Seigneur, nous reprendrons alors le chemin sur lequel saint Michel apparut à nos pères les Patriarches de bienheureuse mémoire et à nos frères et sœurs en Christ les saints et les saintes. Faisons l’Office de cet acathiste au saint Archange Michel avec « crainte, foi et amour de Dieu »(Paroles prononcées lors de la Divine Liturgie de Saint Jean Chrysostome, pour inviter les fidèles à communier), retournant dans l’éternel présent du Royaume ( Note de bas de page : L’acathiste est un office qui peut être célébré sans prêtre. C’est l’office de prédilection des pieux laïcs dans l’Eglise russe et dans l’Eglise grecque ( où les laïcs chantent aussi le service de la paraclèse). Il se lit debout. Un lecteur psalmodie les différents ikoi et kondakia. Ceux qui assistent à cet office, peuvent rejoindre la prière en répétant une fois l’Alléluia et la dernière salutation du kondakion. Lorsque l’office est célébré avec un prêtre, le chœur chante souvent les salutations et l’Alléluia)
Demandons-lui son intercession bénie pour que, sur la Terre des Vivants, nous soyons déjà cheminant vers la Jérusalem Céleste et vers la Présence ineffable.

Claude Lopez-Ginisty
http://orthodoxologie.blogspot.fr/…/saint-michel-archange.h…
Tropaire ton 4

Grand Chef des milices célestes* Nous te supplions, indignes que nous sommes* De nous protéger par tes prières* Et de nous garder à l’ombre des ailes de ton immatérielle gloire* Nous qui, à genoux instamment t'implorons : * Délivre-nous des dangers, ô Prince des Puissances d'En-Haut.

L’ÉGLISE, ÉCOLE DE PRIÈRE

Le Christ, Maître de la prière –

L’Église en général est l’école par excellence de la prière. Le Christ, le Fils unique et Verbe de Dieu, quand Il était visiblement présent parmi ses disciples, leur apprenait à prier. Il les enseignait d’abord par l’exemple, comme le montrent de nombreux passages du saint Évangile (Matt 14, 19 ; 15, 36 ; 26, 42 et 44 ; Marc 7, 33 ; 14, 34-39 ; Luc 9, 16 ; Jean 11, 22 et 41-42 ; 17, 1-26). Le Seigneur Jésus était un ascète et un maître de la prière. Tout particulièrement, à ses disciples qui le lui demandaient, Il apprit à prier le Père céleste (Matt 6, 9-13) et plus d’une fois on l’entend enseigner la prière (Matt 6, 5-15 ; 7, 7-11 ; 18, 19-20 ; Luc 11, 1-13 ; 18, 1-8, etc.). Les saints apôtres ont continué cette école de prière instituée par leur Maître et Seigneur. Ainsi, c’est dans l’Église, en tant qu’héritière de la tradition biblique et apostolique, que l’être humain retrouve, grâce au Verbe incarné, ce qu’il connaissait au Paradis : la grâce de s’adresser librement à son Créateur.

La famille, école de prière

Les diverses formes de communauté qui articulent le mystère de l’Église constituent autant de petites ou grandes écoles de prière. La famille chrétienne, comme la famille juive dont elle procède, est le lieu premier où la personne humaine apprend à s’adresser à Dieu. Les parents et les parrains, les évêques, les prêtres et les diacres, lorsqu’ils rendent visitent au foyer des baptisés, donnent l’exemple de la prière, y invitent et, éventuellement, donnent un enseignement pratique : comment disposer un petit autel domestique ; quelles icônes y placer à côté du saint Évangile et de la Croix ; comment offrir la lumière et l’encens ; comment prier pour les vivants, les malades, les défunts et le monde entier. Les parents eux-mêmes sont à considérer comme des pédagogues de la prière auprès de leurs enfants, en leur donnant l’exemple et en leur montrant comment s’adresser à Dieu. Dans L’Église au foyer, le prêtre Gleb Kaleda montre très bien cela.

L’école paroissiale

La paroisse, réunion des foyers, des petites fraternités et des personnes vivant seules, est le milieu où la tradition de la prière se répand. On y apprend comment participer aux offices, comment suivre le gestuel, quelles offrandes apporter au Seigneur, quelles prières fixes les saints Pères nous ont léguées : tout cela, avec la base solide des psaumes, se trouve dans les livres de prière que la paroisse met à la disposition des fidèles. Le prêtre, le diacre, les parrains et les fidèles plus expérimentés jouent un rôle important dans la transmission du patrimoine de prière. Bien entendu, c’est l’Esprit saint lui-même qui nous apprend à prier, de sorte que les prières fixes de la tradition apostolique et patristique deviennent nos prières. L’essentiel de la méthode de cette école de la prière qu’est la paroisse, comme la famille elle-même, réside dans l’appropriation de l’expérience des saints. De façon plus particulière, dans plusieurs paroisses, on se réunit pour apprendre à prononcer la prière du Nom de Jésus.

L’oraison monastique

La troisième forme de communauté est le monastère. Celui-ci est spécifiquement organisé comme une école de prière. Tout le programme de la communauté monastique est conçu depuis l’origine pour, non seulement favoriser la prière par la tranquillité, mais encore pour donner à la personne accès à l’expérience de prière qui procède des Apôtres et des Pères, suivant l’enseignement du Sauveur. Cet accès se trouve principalement dans l’obéissance. En effet, on entre dans l’expérience de la prière du Messie en renonçant à soi, à son individualité, à ses fantaisies et à l’amour égoïste de soi-même. La force du milieu monastique consiste dans le fait d’initier à la prière par l’ascèse, c’est-à-dire par l’exercice continuel à faire la volonté du Père. La lecture continuelle de la parole de Dieu rend cet apprentissage facile et gratifiant.

L’initiation par les sacrements

Et ceci est en fait la méthode même de l’Église. Dès le pré baptême, le catéchumène fait acte de renonciation à Satan et de jonction au Christ, ce qui est le fondement premier de la prière. Ensuite, il proclame la foi de l’Église, ce qui est encore la base de la prière ; ensuite il est immergé dans la vie du Christ Sauveur, Celui par excellence qui prie le Père ; puis, il est oint de la grâce du saint Esprit, c’est-à-dire du charisme même de la supplication et de la louange. Enfin, il est admis à participer avec le peuple de Dieu à la prière suprême : l’oblation eucharistique, prière pour le monde et pour tous les hommes. Tous les sacrements, toutes les formes liturgiques sont des initiations à la prière. On peut dire, sans se tromper, qu’une des raisons de devenir chrétien et de participer à la vie de l’Église, c’est d’apprendre méthodiquement à prier et d’en recevoir le charisme par le saint Esprit. En effet, si l’Église est l’École par excellence de la prière, c’est parce que le saint Esprit y fait habiter la plénitude de ses dons, et parce que le Christ, l’Orant par excellence, y est invisiblement présent par la grâce de ce même Esprit.

Source: "Sagesse Orthodoxe"
Notre Père

 

« Tout Vous confirme, ô Père céleste.
Il n'est point une heure qui ne soit votre preuve, il n'est point une heure, si sombre qu'elle soit, où Vous ne soyez présent, il n'est point une épreuve qui ne soit une preuve de Vous.
Que je meure de soif dans ce désert, et je dirai encore que ce jour est béni — car je Vous ai vu présent dans votre justice comme je Vous ai vu présent dans votre miséricorde, et je n'ai pas préoccupation des apparences, qui sont la soif et la faim et la fatigue, mais de Vous, qui êtes la réalité.
O mon Dieu, aidez-moi à marcher sur la route où Vous-même m'avez engagé, vous souvenant de la Parole de votre Fils qui a dit : « Ce n'est pas vous qui M'avez choisi, mais c est Moi qui vous ai choisi. » »
(Ernest Psichari (1883-1914), Le voyage du Centurion (Première Partie, chap.V), Louis Conard, Paris, 1916)
----------------------
Nosso pai
“Tudo te confirma, ó Pai celestial.
Não existe uma hora que não seja a tua prova, não existe uma hora, por mais escuro que seja, quando tu não estás presente, não existe um julgamento que não seja uma prova de ti.
Que eu morra de sede neste deserto, e direi novamente que este dia é abençoado - pois eu te vi presente em sua justiça como eu te vi presente em sua misericórdia, e não estou preocupado com as aparências, que são sede e fome e cansaço, mas de Você, que é a realidade.
Ajuda-me, ó meu Deus, a percorrer o caminho por onde me levaste, lembrando-me da Palavra do teu Filho que disse: «Não foste tu que me escolheste, mas sou eu. quem escolheu você. ""
(Ernest Psichari (1883-1914), Le voyage du Centurion (Primeira Parte, cap. V), Louis Conard, Paris, 1916)
----------------------
Our father
“Everything confirms You, O heavenly Father.
There is not an hour which is not your proof, there is not an hour, however dark it may be, when You are not present, there is not a trial which is not a proof of You.
May I die of thirst in this desert, and I will say again that this day is blessed - for I have seen You present in your righteousness as I have seen You present in your mercy, and I am not preoccupied with appearances, which are thirst and hunger and fatigue, but from You, who are reality.
O my God, help me to walk on the road where You yourself have taken me, remembering the Word of your Son who said: "It is not you who have chosen Me, but it is Me. who chose you. ""
(Ernest Psichari (1883-1914), Le voyage du Centurion (First Part, chap.V), Louis Conard, Paris, 1916)
----------------------
Nuestro Padre
“Todo te confirma, oh Padre celestial.
No hay una hora que no sea tu prueba, no hay una hora, por muy oscura que sea, cuando no estás presente, no hay una prueba que no sea una prueba de Ti.
Que muera de sed en este desierto, y volveré a decir que este día es bendito, porque te he visto presente en tu justicia como te he visto presente en tu misericordia, y no estoy preocupado por las apariencias, que son sed, hambre y cansancio, sino de Ti, que eres realidad.
Oh Dios mío, ayúdame a caminar por el camino adonde Tú mismo me has llevado, recordando la Palabra de tu Hijo que dijo: "No eres tú quien me ha elegido, sino soy Yo. quien te eligió. ""
(Ernest Psichari (1883-1914), Le voyage du Centurion (Primera parte, capítulo V), Louis Conard, París, 1916)
----------------------

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

 

 

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

Prière aux Neuf Chœurs des Anges

Esprits bienheureux de la cour céleste, défenseurs invincibles des intérêts de Dieu, amis tendres et charitables des pauvres mortels, daignez nous prendre sous votre protection spéciale, et recevoir avec bonté la résolution que nous formons de vous aimer et de vous honorer, tous les jours de notre vie.

Nous nous réjouissons de vous voir si purs, si sublimes, et si élevés en gloire, et remercions le Seigneur mille fois pour les grâces incomparables dont il vous a comblés ; nous implorons votre puissant secours pour l'avancement du Règne de l'adorable Jésus sur tous les fidèles, sur tous les membres de l'Eglise et particulièrement sur nos Patriarches, Catholicos qui en sont les chefs visibles, sur nos Métropolites , les évêques , les pasteurs et sur tout le clergé ; afin que tous les peuples faisant profession d'une même foi orthodoxe s'épanouissent dans la sécurité que procure l'unanimité catholique , et, menant une vie conforme à la sainteté de ses maximes, le nom de Dieu soit sanctifié, son règne nous arrive, et sa volonté se fasse sur la terre comme au ciel.

Oui, que ce soit Dieu qui règne désormais dans nos cœurs, qu'il en soit le maître absolu ; que l'empire du péché et du démon soit détruit ; que l'Evangile soit annoncé à toutes les nations, qu'il soit reçu par toute la terre, que le St nom de Jésus y soit honoré et glorifié, que tous les esprits y louent le Seigneur, l'y adorent, l'y aiment et soient dans une parfaite soumission à ses divines volontés.

Venez donc, Anges, Archanges, accourez à l'établissement des intérêts de Dieu dans les Royaumes et provinces, dans les villes et campagnes ; venez au secours des pauvres mortels, qui sont tous l'héritage de Jésus Christ, et sont créés, comme vous, pour aimer Dieu et le posséder éternellement avec vous dans le ciel.

Principautés sacrées, gouvernez les cœurs, soyez-en les maîtres, pour les assujettir à l'empire de Jésus, et y faire régner son Saint amour.

Admirables Puissance, confondez les démons, et ruinez les desseins de l'Enfer qui s'y oppose. 
Vertus célestes, faites marcher les âmes dans les solides voies du divin amour.

Glorieuses Dominations, découvrez à cet effet aux hommes la volonté de Dieu sur eux. 
Aimables Trônes, établissez dans le plus intime de leur cœur la paix que Jésus Christ nous a laissé.

Chérubins, princes de la science du ciel, communiquez-en les belles lumières aux mortels.

Et vous Séraphins, princes du Pur amour, faites que les hommes ne soient embrasés que de ses ardeurs , afin que Dieu seul soit la fin de toutes nos actions, le souverain et le maître absolu de tout ce que nous sommes.

Amin.
--------------------------

Oração aos coros dos nove anjos

Espíritos Abençoados da corte celestial, defensores invencíveis de Deus, concurso e amigos de caridade dos pobres mortais, se dignou a nos levar sob sua proteção especial, e receber gentilmente a resolução que estamos a amá-lo e honrá-lo todos os dias da nossa vida.

Alegramo-nos por vê-lo tão puro, tão sublime e tão rico em glória, e agradecer ao Senhor mil vezes pelas graças incomparáveis ​​com as quais Ele te preencheu; imploramos a sua poderosa ajuda para o avanço do Reino do adorável Jesus em todos os fiéis, todos os membros da Igreja e especialmente os nossos Patriarcas, Catholicos que são os cabeças visíveis, nossos metropolitas, bispos, pastores e todo o clero; para que todas as pessoas que professam a mesma fé ortodoxa florescer na segurança proporcionada pela Católica, por unanimidade, e levando uma vida consistente com a santidade de suas máximas, o nome de Deus seja santificado, seu reino é que nós e sua vontade está na terra como no céu.

Sim, seja Deus quem reina daqui em diante em nossos corações, que seja o mestre absoluto dele; que o império do pecado e do diabo seja destruído; que o Evangelho seja pregado a todas as nações, que é recebido por toda a terra, que o nome de Jesus St será honrado e glorificado, que todas as mentes estão louvando ao Senhor culto lá, há ame e esteja em perfeita submissão às suas vontades divinas.

Venham Anjos, Arcanjos, irem ao estabelecimento dos interesses de Deus nos reinos e províncias, nas cidades e no campo; Venha em socorro dos pobres mortais, que são toda a herança de Jesus Cristo, e são criados, como você, para amar a Deus e para possuí-lo eternamente com você no céu.

Principados sagrados, governam corações, são mestres deles, para subjugá-los ao império de Jesus, e fazer com que Seu santo amor reine ali.

Poder Admirável, confunde os demônios e arruína os desígnios do Inferno que se opõem a ele.
Virtudes celestes, fazem as almas andar nos caminhos sólidos do amor divino.

Dominações Gloriosas, descubra com este propósito aos homens a vontade de Deus sobre eles.
Tronos Auspiciosos, estabelecem no mais íntimo de seus corações a paz que Jesus Cristo nos deixou.

Querubins, príncipes da ciência do céu, comunicam as belas luzes aos mortais.

E você Seraphim, Princes do amor puro, feito que os homens são fervorosos como o seu entusiasmo, que só Deus é o fim de todas as nossas ações, o mestre soberano e absoluto de tudo o que somos.

Amin.

---------------------------------

Prayer to the Nine Angels Choirs

Blessed spirits of the heavenly court, invincible defenders of the interests of God, tender and charitable friends of the poor mortals, deign to take us under your special protection, and receive with kindness the resolution that we form to love and honor you, every day of our life.

We rejoice to see you so pure, so sublime, and so high in glory, and thank the Lord a thousand times for the incomparable graces with which He has filled you; we implore your powerful help for the advancement of the Reign of the adorable Jesus on all the faithful, on all the members of the Church and especially on our Patriarchs, Catholicos who are the visible leaders, on our Metropolitans, the bishops, pastors and all the clergy; so that all peoples making profession of the same orthodox faith flourish in the security provided by Catholic unanimity, and, leading a life in conformity with the sanctity of its maxims, the name of God be sanctified, his reign comes to us and his will is on earth as it is in heaven.

Yes, let it be God who reigns henceforth in our hearts, let him be the absolute master of it; that the empire of sin and the devil be destroyed; Let the gospel be preached to all nations, let it be received by all the earth, let the holy name of Jesus be honored and glorified, let all the spirits praise the Lord, adore Him, have him there. love and be in perfect submission to his divine wills.

Come, Angels, Archangels, go to the establishment of the interests of God in the kingdoms and provinces, in the cities and the countryside; come to the aid of the poor mortals, who are all the inheritance of Jesus Christ, and are created, like you, to love God and to possess him eternally with you in heaven.

Sacred Principalities, govern hearts, be masters of them, to subjugate them to the empire of Jesus, and to make His holy love reign there.

Admirable Power, confound the demons, and ruin the designs of Hell who opposes it.
Celestial virtues, make souls walk in the solid paths of divine love.

Glorious Dominations, discover for this purpose to men the will of God on them.
Auspicious Thrones, establish in the most intimate of their hearts the peace that Jesus Christ has left us.

Cherubim, princes of the science of heaven, communicate the beautiful lights to mortals.

And you, seraphim, princes of pure love, make men to be inflamed only with his ardor, so that God alone may be the end of all our actions, the sovereign and the absolute master of all that we are.

Amin.

-------------------------------

صلاة تسعة الملائكة جوقة

الأرواح المباركة المحكمة السماوية، دعاة لا يقهر الله، والعطاء وأصدقاء الخيرية من البشر الفقراء، وتفضل أن تأخذنا تحت الحماية الخاصة بك، والحصول على التفضل القرار الذي نحن على حبك وتكريم لك كل أيام حياتنا.

نحن نبتهج لرؤيتك نقية ، سامية جدا ، وعالية جدا في المجد ، وشكر الرب ألف مرة على النعم التي لا تضاهى التي ملأك بها ؛ نحن نتوسل المساعدات قوية الخاص للنهوض مملكة يسوع رائعتين على جميع المؤمنين، وجميع أعضاء الكنيسة وخصوصا لدينا البطاركة، الكاثوليكوس من هم رؤساء مرئية، المطارنة لدينا، الأساقفة، الرعاة وجميع رجال الدين ؛ حتى يتسنى لجميع الناس يعتنقون العقيدة الأرثوذكسية نفس تزدهر في الأمن الذي توفره الكاثوليكية بالإجماع، ويعيشون حياة تتفق مع قدسية ثوابت له، باسم الله يكون مقدس، مملكته تأتي نحن وإرادته على الأرض كما هي في السماء.

نعم ، فليكن الله الذي يحكم من الآن فصاعداً في قلوبنا ، فليكن السيد المطلق لها ؛ أن يتم تدمير إمبراطورية الخطيئة والشيطان. أن بشر الانجيل لجميع الدول، وتلقيه من قبل كل الأرض، وهذا وسيتم تكريم اسم يسوع القديس وتعالى، أن جميع العقول مشيدا عبادة الرب هناك، هناك الحب ويكون في تقديم مثالي لإرادته الإلهية.

تعال ، الملائكة ، رؤساء الملائكة ، انتقل إلى إنشاء مصالح الله في الممالك والمحافظات ، في المدن والريف. تعالوا لمساعدة الفقراء المساكين ، الذين هم جميع الميراث ليسوع المسيح ، وخلقوا ، مثلك ، أن يحبوا الله وأن يمتلكوه أبديًا معك في السماء.

الرؤى المقدسة ، يحكم القلوب ، يكون سادة منهم ، لإخضاعهم لإمبراطورية يسوع ، ولجعل حبه المقدس يحكم هناك.

قوة رائعة ، تربك الشياطين ، وتدمر تصميمات الجحيم الذي يعارضها.
الفضائل السماوية ، وجعل النفوس يسير في مسارات صلبة من الحب الإلهي.

الهيمنة المجيدة ، اكتشاف لهذا الغرض للرجل إرادة الله عليهم.
العرش الميمون ، إقامة في أكثر القلوب حميمية السلام الذي تركه لنا يسوع المسيح.

الشاروبيم ، أمراء علم الجنة ، ينقلون الأضواء الجميلة إلى البشر.

وجعلناكم سيرافيم، أمراء الحب النقي، أن الرجال هم طيد كما حماسه، أن الله وحده هو نهاية كل أفعالنا، سيد سيادي والمطلق من كل ما نحن عليه.

أمين.

 

« ART SACRÉ » ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout art est sacré –

Sacré, ce qui est mis à part et consacré à une fin exclusive. Tout art procède de choix dans le domaine de l’espace et du temps. Tout art constitue, d’une certaine façon, un « temple », étymologiquement une sélection et une découpe spatio temporelles. En ce sens, comme nous le rappelait constamment le professeur Maxime Kovalevsky de bienheureuse mémoire, tout art est sacré. Il consacre des formes, des lignes, des couleurs, des sons, des successions de sons et de gestes, par exemple dans la danse. Des éléments offerts par le Créateur dans la Création sont sélectionnés par l’artiste et stylisés, consacrés ainsi en vue d’exprimer une expérience ou de la communiquer.

Rendre à Dieu ce qui vient de lui

Surtout, la consécration artistique fait voir ce qui est à regarder et entendre ce qui est à écouter. Cette mise en lumière par l’artiste du réel créé désigne, révèle la fonction sacerdotale qui a été conférée par le Créateur à l’homme premier au Paradis. L’artiste a une activité sacerdotale : il consacre, il offre à Dieu ce qui vient de lui pour ceux qui sont à lui.  Ainsi, l’expression art sacré est un pléonasme. De plus, elle suppose un art supposé profane, un non art artistique, considéré avec condescendance.

Théologie de la culture

Le Verbe s’est fait chair, qu’est-ce à dire ? Les catégories de sacré et de profane sont archaïques. Elles appartiennent à un monde antérieur à l’Incarnation et à la Descente de l’Esprit. Elles caractérisent l’état déchu, quand Adam, s’étant exclu du Paradis, se connaissait en dehors de la présence divine. Profane, ce qui est extérieur au temple, équivalent à la catégorie de monde. Par son omniprésence dans le monde, par sa transfiguration et déification de la chair et du corps, le Verbe nous révèle une théologie de la culture qui restaure l’ensemble de la Création dans son statut originel et anticipe sa transfiguration et son salut à venir.

La consécration des créatures

Les sacrements ou mystères accomplis par le Corps du Dieu Homme ou Église attestent et manifestent la sacralité de la Création tout entière : épiphanie de l’Esprit en l’eau purifiée et consacrée dans le Jourdain par l’immersion en elle du Créateur ; épiphanie du Verbe dans la lumière et dans la terre par sa Résurrection ; et dans l’air où souffle le grand Souffle du Père – la vision chrétienne de la Création, des créatures, et du monde lui-même, la belle harmonie cosmique que connaissent les païens, dépasse le registre où un sacré et profane s’opposeraient. Les sacrements fournissent en ce sens le type de la création artistique. Ils assument une réalité qui appartient au monde déchu pour le sauver en le consacrant et en le transfigurant.

La Création comme Art

La théologie de l’omniprésence du Créature dans la Création et dans ses créatures par ses énergies divines et incréées fonde une théologie de la culture. Il est des paysages d’une beauté saisissante et qui sont en eux-mêmes la manifestation d’un art suprême : la Création suscitée de rien par le Créateur et artistiquement ordonnancée par lui rend humble le plus audacieux des artistes de ce monde. Quelle icône, sincèrement, rejoint la beauté divino humaine du Fils incarné ? Quelle danse, quelle mélodie, quel son indéfiniment travaillé – sincèrement – sont-ils dignes de l’atelier de leur Maître ?

La beauté du monde révèle que le péché n’a pas gagné en lui. Même extérieure au Paradis, la Création ne voit jamais abolie en elle l’image et la forme premières que lui donna et que, finalement, entretient son Artiste et Artisan suprême. L’acathiste d’action de grâce que chante l’Église dit très bien cela. Le Créateur, non seulement maintient sa création dans l’existence, à cause des justes et des saints, mais encore, soutenant continuellement la beauté créée, Il promeut encore de nouvelles formes. Il œuvre sans cesse : nous sommes invités, notamment les artistes, à œuvrer avec lui.

Art liturgique, art non liturgique

En réalité, comme le rappelait notre maître Maxime Kovalevsky, l’antinomie n’est pas celle, périmée, du sacré et du profane, qui appartient à l’histoire des religions. L’antinomie actuelle, fruit de l’Incarnation, de la Résurrection, de l’Ascension du Verbe, et de la Pentecôte de l’Esprit, est celle de l’art liturgique et de l’art non liturgique. Tout art étant sacré, l’art liturgique a une finalité particulière : exprimer la révélation divine et la vocation de l’homme. Conçu dans ce but, l’art liturgique, art de la communauté sacerdotale du peuple de Dieu, répond à certains principes, à certains modes de stylisation des formes. L’art non liturgique montre la beauté et la profondeur du réel tel qu’il est ; l’art liturgique indique la transfiguration anticipée du monde qui vient

Voir et entendre

L’art liturgique a ses exemples dans la composition de l’Arche de l’Alliance et dans celle du Temple de Jérusalem. Issue de l’Incarnation, l’icône, qui reçoit de la terre ses couleurs, est langage du futur. L’architecture d’une église annonce les voies du Salut universel. Le chant psaltique ou responsorial, la structure même des offices, répondent à une méthode qui permet l’écoute et l’assimilation de la Parole, et la vision iconologique de cette même Parole. L’art liturgique se distingue de l’art non liturgique parce que sa spécificité est de donner à entendre et à voir le Seigneur de gloire. Honnêtement, toutefois, l’art non liturgique accomplit souvent, à sa façon, la même vocation… Ces deux arts sont antinomiques : ils ne s’opposent pas ; ils affirment simultanément deux registres de l’expression divine et humaine.

Tirer les conséquences de la Résurrection

Dans le domaine de la culture comme dans d’autres, le message prophétique de l’Évangile n’a pas encore porté tous ses fruits. Les conséquences de l’Incarnation, de la Résurrection, de l’Exaltation du Verbe et de la Descente de l’Esprit en la plénitude de ses dons, sont loin d’avoir été toutes exploitées. Le message du Verbe, loin de disqualifier le monde et ses œuvres, les appelle au Salut. L’Esprit du Père manifeste sa présence par tout ce qu’Il inspire aux chercheurs, aux hommes de science, aux artistes et aux inventeurs. En suscitant ainsi la découverte de ce qui est – ce que font à la fois les scientifiques et les artistes : inventer, c’est découvrir – Il conduit tout au Verbe, Plénitude de la vie humaine et cosmique.

La mission des disciples

Ceux qui mettent déjà leur foi dans le Père, le Fils et le saint Esprit, sont dans le monde, non par accident, mais parce qu’ils y sont envoyés par le Seigneur, si l’on relit bien le saint Évangile selon l’apôtre Jean. Et leur mission est, non de disqualifier le monde, mais de valoriser, de soutenir et d’attester toute œuvre de bien, de vrai et de beau. Cette mission triomphe de toutes les inspirations malignes qui visent à pervertir le projet divin.

Source:"Sagesse Orthodoxe"

EN SYRIE, JESUS SE REVELE

A DES

MUSULMANS...ILS SE

 

CONVERTISSENT

« Il y a deux nouvelles communautés chrétiennes, faites d’ancien musulmans qui se sont tournés vers Dieu quand tout cela est arrivé. Et Jésus est venu à eux en rêves. J’avais entendu parler de telles choses, mais maintenant je l’ai vu. »

Dave Eubank, fondateur du groupe Free Burma Rangers, vient de rentrer de Syrie. Interviewé par CBN News au sujet de la Syrie, il dévoile le « gros désordre » qui y règne. Mais il témoigne aussi du fait que « Dieu n’abandonne pas les gens » et raconte que des musulmans ont rencontré Jésus dans leurs rêves et forment désormais deux nouvelles communautés syriennes.

« L’État Islamique a été repoussé et vaincu sur le plan du territoire, mais il survit toujours ça et là. Mais quand l’armée turque et les proxies, l’armée syrienne libre ont envahi le nord-est de la Syrie en octobre et novembre 2019, alors l’État Islamique est revenu. Alors, quand vous êtes au nord-est de la Syrie, là où les Américains travaillent avec les Kurdes contre l’État Islamique, quand vous êtes là, parce que les Américains ont rompu leur promesse aux Kurdes, et ont autorisé les Turques à revenir. Vous avez les forces turques qui mènent des attaquent aériennes, vous avez les proxies qui attaquent les populations, et les Russes et les Syriens arrivent, ils étaient déjà de l’autre côté de la Syrie, mais ils ont traversé l’Euphrate et sont arrivés là, au nord-est de la Syrie. C’est un gros désordre ! Plus de 200 000 nouveaux réfugiés et la plupart des chrétiens se sont enfuis. »

Une commission d’enquête de l’ONU vient de rendre son rapport sur la Syrie. Elle affirme que « les acteurs armés continuent de soumettre les civils à des abus horribles et de plus en plus ciblés ». Le rapport « documente les violations et les abus continus par presque tous les acteurs du conflit contrôlant le territoire syrien » et fait état d’assassinats, de violence sexuelle et sexiste contre les femmes et les filles, de pillage, d’appropriation de propriétés privées, « avec des nuances sectaires ». Les experts déplore la « souffrance civile » comme étant une « caractéristique constante et personnelle de cette crise ».

Mais dans ce chaos, Dave Eubank l’affirme, « Dieu n’abandonne pas les gens ».

« Mais la bonne nouvelle au milieu de tout ce désordre est que Dieu n’abandonne pas les gens. Il donne toujours une seconde chance. […] L’Église continue de grandir. Il y a deux nouvelles communautés chrétiennes, faites d’ancien musulmans qui se sont tournés vers Dieu quand tout cela est arrivé. Et Jésus est venu à eux en rêves. J’avais entendu parler de telles choses, mais maintenant je l’ai vu. Il y a deux nouvelles communautés chrétiennes à Kobané. Il y a une nouvelle communauté faite de musulmans qui avaient fui l’invasion turque de l’année dernière. »

Dave EUbank et son équipe aide également la population locale à rebâtir l’église de Raqqa, qui était la capitale de l’État Islamique.

M.C.

 

Source:  Info Chrétienne 

Fraternité Chrétienne

« Revenons vers la joie de

l’eucharistie ! »,

le Cardinal Robert Sarah invite

chacun et chacune à retrouver

au  plus

vite le

Chemin de l'Eglise.

Dans une lettre envoyée aux présidents des conférences épiscopales intitulée « Revenons vers la joie de l’eucharistie ! », le Cardinal Robert Sarah souligne la nécessité et l’urgence de « revenir à la normalité de la vie chrétienne ».

Le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, a partagé son empressement à voir les chrétiens à nouveau célébrer l’eucharistie ensemble dans une lettre intitulée « Revenons vers la joie de l’eucharistie ! ».

Datée du 15 août et adressée aux présidents des conférences épiscopales le 12 septembre, la lettre du cardinal a été approuvée par le pape François le 3 septembre dernier.

L’eucharistie, connue aussi sous le nom de « communion », renvoie à cette dimension fondamentale de la vie communautaire entre les chrétiens et à cette relation de proximité avec Dieu.

Dans un contexte où les mesures sanitaires amènent à devoir privilégier les messes et cultes virtuels aux rassemblements en église, le cardinal rappelle qu’ « aucune transmission n’équivaut à une participation personnelle ou ne peut la remplacer » et que « la maison du Seigneur suppose la présence de la famille des enfants de Dieu. »

 

Sans pour autant ignorer les risques de la propagation de la Covid-19, le Cardinal Robert Sarah précise qu’un retour aux rassemblements ne sera possible qu’ « une fois que les mesures concrètement réalisables ont été identifiées et adoptées pour minimiser la propagation du virus ».

C.P

Crédits photo : PIGAMA / Shutterstock.com

© Info Chrétienne

NE VOILE PAS TA FACE , NOUS
 
AFFIRME L'ECRITURE SAINTE...
Ne voile pas ta face

Dans la Vulgate il y a près de 740 fois le mot « facies » (la face), et plus de 100 fois le mot « vultus » (le visage). Ces mots traduisent généralement le mot hébreu panim / paneh.

C’est qu’en hébreu (et en grec – prosopon- et en latin, qui traduisent vraiment l’hébreu) le mot face, visage, désigne la personne.

On ne dit pas que tel roi fuit devant son ennemi, mais qu’il fuit de devant la face de son ennemi.

On ne dit que tel personnage est en présence de tel autre, mais qu’il est devant sa face. Etc.

Quand on prie (particulièrement les psaumes) ce n’est pas en présence de Dieu, mais devant la face de Dieu.

Le mot face, visage, désigne la personne. Il n’y a pas de personne sans visage, et le visage est l’expression de la personne.

C’est au point qu’un dérivé direct de panim / paneh est penimah, qui veut dire vers l’intérieur, et tout simplement intérieur, dedans.

Le visage est le reflet de l’intérieur de l’homme, de son âme.

Si l’on efface son visage, on supprime sa face (ef-facer), on efface son âme, on détruit sa présence. Et l’on ne voit plus qu’une armée de zombies masqués, de plus en plus inquiétants.

Dieu cherche le visage de l’homme, et l’homme cherche le visage de Dieu. Pour en arriver dans l’éternité à la vision « face à face ».

C’est presque un résumé de toute la sainte Ecriture. Dieu veut voir notre face pour que notre face puisse voir la face de Dieu.

Et c’est pourquoi c’est (presque ?) un blasphème que des hiérarques de l’Eglise du Christ osent se montrer en ornements sacerdotaux en effaçant leur visage, sous prétexte d’une « crise sanitaire » qui il y a quelques mois faisait dire aux spécialistes et donc aux politiques qu’il ne fallait pas porter de masque, surtout dehors…

__________________________________

QU’EST-CE QUE MÉDITER ?

 

L’état naturel –

La méditation, sous une forme ou sous une autre, est une activité typique de l’être humain. Elle n’est attribuée ni aux anges ni à d’autres créatures. Elle est liée à la position centrale qu’occupe l’homme au milieu du Paradis, et au milieu de la Création. Méditer, c’est se placer au milieu, au centre, dans la voie du milieu, ou dans un point précis de l’espace et du temps, ou de soi. Une comparaison qui peut faire sourire est celle des ruminants ! Celui qui médite rumine et, au sens négatif, il ressasse, par exemple le mal qu’on lui a fait ou celui qu’il pourrait infliger à autrui (cf. Ps. 35, 5 ; Is 32, 6 ; Jér. 36, 3) : on parle bien de méfait avec préméditation !

La culture biblique

La civilisation biblique est à la base celle d’une méditation continuelle de la parole de Dieu. Les psaumes délivrent régulièrement cet enseignement (Ps. 76, 7 ; 118,23 ; 118, 27 ; 118, 148 ; etc.). Méditer la parole de Dieu ou ce qu’on va lui répondre est l’activité d’une conscience profonde qui repasse continuellement à l’intérieur d’elle-même ce qu’elle a entendu et ce qu’elle voudrait dire. Les paroles finalement prononcées jaillissent du cœur (Mat 12, 34). Le chant liturgique procède ainsi de la méditation de la parole de Dieu, sous forme de louange ou sous forme de supplication. Le lieu de la méditation est ce point de la conscience, en amont de la conscience réflexive, ce « milieu » qui mérite le nom de cœur : c’est de ce centre, en effet, que procèdent, non seulement les paroles articulées, mais les pensées construites, les projets, et finalement les actes.

La sagesse

Les sages de notre tradition biblique écoutent la parole de Dieu, ils la « mastiquent » en quelque sorte, ils la mémorisent, ils l’assimilent, ils la « digèrent », pour ainsi dire, la métabolisent, et la restituent pour l’édification des hommes. Le bel exemple de la méditation biblique est donné par la Mère de Dieu. Il est dit qu’elle méditait dans son cœur tout ce qu’elle entendait dire de son Fils et son Seigneur (Luc 2, 19 et 51). Le sage réfléchit au sens que peut bien avoir une parole ou un évènement ; il « pense », c’est-à-dire qu’il pèse le poids des mots et des actes. Il ne comprend pas tout, mais il laisse, à l’intérieur de son propre cœur, la Parole lui parler. Il la laisse reposer, ou se reposer en lui, comme au septième Jour. La méditation est ainsi différente d’un raisonnement humain. Elle consiste à laisser l’écho, la vibration, les énergies, les implications, les significations innombrables de la parole de Dieu résonner dans le cœur conscient et l’irradier. L’homme et la femme bibliques tous les jours lisent ou écoutent la Parole et la laissent se semer en eux, les cultiver. La méditation cultive !

La méditation hésychaste

Le prolongement de cette expérience est la méditation du Nom divin. Celui-ci est comme la synthèse de toute l’Écriture. Le Nom résume toute parole prononcée par le Verbe depuis le principe de l’être créé. Bien plus, qu’il se nomme ou qu’il soit nommé, il atteste la présence du Vivant. Nommer, c’est ici reconnaître l’existence de Quelqu’un. Pour cette raison, la méditation est personnelle. Une personne – c’est-à-dire une identité en communion avec d’autres identités du même type – s’adresse à une personne. Elle ne s’adresse pas à un étranger, à un absent, à une personne extérieure ; elle ne cultive pas le vide. Non : la méditation prononce à la fois le nom de celui qui est en face de nous, le Seigneur au beau visage, la Personne en-deçà de l’être (« Je suis ! Je suis ! Je suis ! », Ex. 3), et celui qui, à l’intérieur du méditant, Est. Celui ou celle qui médite ressemble à une mère qui parle à l’enfant qu’elle porte dans ses entrailles. La méditation est habitée. Elle est le repos du Verbe dans le cœur de l’homme par le saint Esprit.

Le Verbe est créateur

Les fruits de la méditation procèdent de la Personne divine dont on invoque le Nom dans son for intérieur. Le Seigneur Jésus, Dieu-Sauve, Jésus Adonaï, Verbe créateur avec le Père et l’Esprit, dans son repos à l’intérieur du cœur qui l’invoque, qui le berce, qui le réchauffe, qui s’en imprègne, n’est pas inerte ! Son non agir est le rayonnement de son être. Il manifeste son activité créatrice par l’irradiation de ses énergies divines – la grâce divine et incréée – qui transfigurent l’homme de l’intérieur par l’amour. Celui et celle qui méditent le Nom de Jésus entretiennent sa présence en eux-mêmes et, par eux, dans le monde. Le Seigneur s’est retiré dans leur cœur et, depuis ce centre, Il aime le monde.

Le salut du monde

D’une certaine façon, il n’y a rien de plus utile au monde que de méditer le Nom du Seigneur Jésus, de cultiver sa présence aimante, sa « parousie », en nous comme dans un temple, centre du monde. Saint Séraphim et bien d’autres saints firent cette expérience ; et, quand ils émergeaient de la méditation du Nom divin, ils étaient pour leur entourage lumière, paix et consolation. Jésus en son Nom agit ainsi, non seulement de l’intérieur de l’homme, mais également par tout ce que la personne humaine va manifester de divino humain au dehors et autour d’elle. Qui médite collabore avec le Sauveur au salut du monde, parce qu’il se fait le trône du Roi, comme l’écrit saint Macaire le Grand (Homélie I).

 

UN  PRÊTRE MARTYR DE LA

CHARITE

Le prêtre de la paroisse de San Rocco est décédé mardi 15 septembre, aux alentours de 7 heures du matin.

Don Roberto Malgesini, 51 ans, était le prêtre de la paroisse San Rocco, en Italie, depuis 12 ans. Il consacrait son temps aux marginaux. Parmi eux un sans-abri d’origine tunisienne. Ce dernier l’aurait tué en le poignardant à plusieurs reprises mardi aux alentours de 7 heures du matin, avant de se rendre une heure plus tard à la gendarmerie.

 

L’homme l’aurait frappé à plusieurs reprises. C’est un coup porté au cou qui aurait été fatal selon le début de l’enquête.

On l’appelait « le prêtre des derniers » car il passait son temps à aider les migrants et les marginaux. La communauté s’est précipitée à l’église à l’annonce de sa mort.

« Quand nous avions besoin d’aide, c’est lui vers qui nous nous tournions. »

Gabriel Nastase témoigne du rôle qu’a joué Roberto Malgesini dans sa vie.

« Pour moi, il était comme un père, quand je suis arrivé de Roumanie, seul, sans domicile ni travail, il a été le premier à m’aider. Ensuite j’ai trouvé un travail mais je suis toujours resté en contact avec lui, si j’avais besoin de médicaments, pour être accompagné pour une visite, je l’ai appelé. Il ne méritait pas de mourir comme ça, j’espère qu’il y a justice. »

Le diocèse de Côme rend hommage à un « prêtre qui a toujours été proche des personnes en difficulté » et qui n’a « jamais manqué de soutenir ceux qu’il a rencontrés sur son chemin, constamment et sans repos, au service de toute forme de fragilité humaine ».

L’évêque de Côme, Mgr Oscar Cantoni, ajoute :

« Don Roberto a exercé son ministère dans une dimension véritablement pastorale, il s’est donné à tout le monde parce que, me répétait-il souvent, ‘les pauvres sont la vraie chair du Christ’. Son service s’adressait aux individus afin de pouvoir éprouver la tendresse de Dieu qui se porte sur les personnes dans le besoin. »

M.C.

Source:Info Chrétienne 

 

LE CHRISTIANISME ET
 
L'ANIMAL...
Le christianisme et l’animal

À l’occasion de la Journée de prière pour la sauvegarde de la Création, instituée en 1989 par le patriarche œcuménique Dimitrios, ce 1er septembre, également le premier jour de l’année ecclésiale, nous vous proposons un entretien avec Christophe Levalois, rédacteur en chef d’Orthodoxie.com, qui vient de publier aux éditions Le Courrier du livre un essai intitulé Le loup et son mystère. Histoire d’une fascination (198 pages, 18 euros). Dans celui-ci, il explore les relations entre les êtres humains et cet animal de la préhistoire à nos jours. L’influence du christianisme est l’une des questions évoquées dans l’ouvrage, elle sera abordée lors de cet entretien et plus généralement la place de l’animal au sein du christianisme.

Illustration ci-dessus : enluminures de la Bible de Souvigny (XIIe s., source : Wikipédia).

Le loup, ancêtre du chien, fut le premier animal à être domestiqué

Orthodoxie.com : Le loup, comme vous le montrez dans votre livre, a une très grande importance dans de nombreuses traditions. À quand cela remonte-t-il ?

Christophe Levalois : À la préhistoire, il y a au moins plusieurs dizaines de milliers d’années. On a retrouvé des restes d’un loup domestiqué, c’est-à-dire d’un chien, vieux de 33 000 ans dans les grottes de Goyet en Belgique. C’est le plus ancien connu. On sait aujourd’hui que tous les chiens descendent du loup et que cet animal fut le premier à être domestiqué, très longtemps avant tous les autres. Cette question passionnante occupe toute une partie de mon livre. Bien des choses se sont nouées en cette période. C’est l’époque de l’art pariétal qui représente bien plus des animaux que des êtres humains lesquels étaient alors complètement immergés dans le milieu naturel.

Orthodoxie.com : Quelle fut l’évolution de cette relation au cours de l’histoire ?

Christophe Levalois : Elle fut longue et complexe. Tout dépend des types de sociétés. Les chasseurs-cueilleurs, nomades ou semi-nomades, eurent cet animal en très haute estime. Il est une figure positive dans de nombreuses traditions, notamment en Europe, en Asie, en Amérique du Nord ou encore en Afrique du Nord. Par contre, pour les sédentaires le loup est devenu plus que le concurrent, l’adversaire et même l’ennemi. Dans la Grèce classique, à l’époque de Platon et d’Aristote, différente en cela de la Grèce d’Homère, il est considéré comme la figure de l’ennemi de la cité et de son ordre politique, à l’inverse du chien. Cette représentation s’est installée durablement, notamment en Europe. Ce n’est qu’au XIXe siècle que l’on commence à observer un changement qui s’amplifie nettement au XXe siècle. Aujourd’hui, la question de la condition animale et celle de notre relation avec les animaux font partie des sujets sensibles et débattus avec des conséquences législatives et politiques.  

La diabolisation du loup est plus liée à l’évolution de la société qu’au christianisme

Orthodoxie.com : On accuse souvent le christianisme d’avoir diabolisé le loup. Dans votre livre, vous nuancez beaucoup cette affirmation.

Christophe Levalois : Oui, parce que l’hostilité à l’égard du loup est antérieure au christianisme et la diabolisation du loup est bien postérieure à la christianisation de l’Europe. En effet, si dans un nombre important de traditions le loup a une bonne image, on observe aussi que celle-ci évolue avec le temps notamment dans certaines sociétés. C’est le cas dans la Grèce antique, à l’époque classique il devient une image de l’ennemi de la cité, de celui qui ne respecte pas l’ordre de la cité en train de s’édifier. Dans l’Ancien Testament, il est aussi un animal menaçant. Le Christ reprend cette image biblique, assez typique d’un milieu pastoral finalement, en disant : « Je vous envoie comme des brebis au milieu des loups » (Matthieu 10, 16). Le christianisme hérite à la fois de la tradition hébraïque et de la tradition gréco-latine. Dans les deux, le loup est déjà un animal représentant un principe en dehors de la société que l’on souhaite construire, voire opposé et dangereux pour celle-ci. La diabolisation proprement dite de l’animal est plus récente, elle date de la fin du Moyen-Âge. Elle est le résultat de toute une évolution de la société qui a aussi entraîné, les deux phénomènes sont liés, la vague des grands, et nombreux, procès en sorcellerie. Aussi, ce n’est pas tant le christianisme qui a diabolisé le loup, même s’il y a participé, et que bien sûr des chrétiens y ont contribué activement, que la société occidentale à un moment de son histoire pour des raisons qui concernent sa propre évolution sociale et politique. D’ailleurs, l’extermination du loup en France et dans d’autres pays, au XIXe et au début du XXe siècle, a lieu dans une société en partie déchristianisée et pour des motifs qui ne sont pas religieux. Pareillement, le retour du loup que l’on observe dans de nombreuses contrées, ne se fait pas en raison de motivations religieuses, mais suite à l’évolution de la société, de sa relation avec la nature et les animaux ainsi que d’un recul des terres mises en culture qui laisse plus de place à l’animal sauvage. Les prémices de ce mouvement se situent au XIXe siècle. Il ne cesse de s’amplifier depuis.

Le christianisme n’est pas responsable de la crise écologique

Orthodoxie.com : Quelle est la place de l’animal dans le christianisme ? On entend souvent dire que le christianisme est responsable de la situation de domination prédatrice et sans partage de l’homme sur la nature et les animaux ainsi que leur dévalorisation.

Christophe Levalois : L’animal est présent quasiment dès le commencement dans la Genèse, plus précisément dès le cinquième jour pour les créatures aquatiques et les oiseaux, et le sixième jour pour les bêtes terrestres, dont la création, selon la Bible et c’est à noter, a lieu le même jour que l’homme. Les animaux sont donc des éléments constitutifs de notre monde, créés par la Parole divine, puisqu’ils sont expressément nommés lors de la Création. L’être humain est dans la Bible l’achèvement des six premiers jours de la Création et son couronnement. Il reçoit la lourde responsabilité d’être le gardien, le « jardinier » en quelque sorte (Genèse 2, 15) du Paradis, non son propriétaire, et de faire fructifier ce qu’il a reçu. Le passage souvent incriminé est Genèse 1, 28 dans lequel Dieu dit à l’être humain de dominer la terre et de soumettre les animaux. Pris au sens littéral, ce passage légitime et justifie une domination de l’être humain qui a pu conduire à bien des excès et à la crise écologique que l’on connaît. C’est toute la question de l’interprétation des textes qui est posée là, mais aussi celle de leur utilisation à des fins partisanes afin d’accroître un pouvoir qui n’est que terrestre et matériel, un détournement finalement.

En mars 1967, un article célèbre d’un historien américain, Lynn T. White, intitulé « Les racines historiques de notre crise écologique » (Science, vol. 155, no 3767), plaide la responsabilité du christianisme dans cette crise. Une thématique reprise par d’autres depuis. Le christianisme est notamment accusé d’anthropocentrisme, c’est-à-dire de mettre l’homme au centre de la Création, ce qui aurait dévalorisé le reste de la Création et ouvert la voie à une utilisation prédatrice de celle-ci. Cette position a été réfutée par différents auteurs dont Jean-Claude Larchet dans son ouvrage Les fondements spirituels de la crise écologique (Syrtes, 2018). En effet, la responsabilité de l’être humain doit s’exercer « à l’image et selon la ressemblance » de son Créateur, ce qui n’est pas rien ! Selon cette perspective, dont témoignent de très nombreux textes, la Création est infiniment respectable et même plus encore vénérable. Elle est essentielle pour la réalisation de l’accomplissement spirituel voulu par le Créateur. Jean-Claude Larchet emploie à ce propos l’expression « d’usage spirituel de la Création ». Le récit de la Genèse est à prendre dans un sens spirituel et non pas littéral. C’est ainsi qu’elle était comprise par les Pères de l’Église et durant des siècles. Ainsi, le pouvoir sur les animaux renvoie aux « animaux intérieurs », à savoir les pensées, passions, mouvements de l’âme, ils sont évoqués entre autres par Origène, Basile le Grand et Ambroise de Milan. Cela a souvent conduit à considérer les animaux comme des symboles, des signes de tel ou tel aspect de la Création et de la signification spirituelle attenante. Les associations sont nombreuses. Ainsi le Christ est entre autres l’agneau, le lion ou encore le phénix. Trois des quatre Évangélistes sont représentés par des animaux : Marc par le lion, Luc par le taureau, Jean par l’aigle. Parmi les ouvrages qui abordent cette question, je signale juste celui de saint Nicolas Vélimirovitch (de Jitcha et d’Ochrid), Les symboles et les signes, datant de 1932 et dont la traduction française a été publiée en 2010 par les éditions L’Âge d’Homme. En un mot, les réalités visibles sont les symboles et les signes des réalités invisibles. Saint Nicolas Vélimirovitch explique ainsi la différence entre les deux termes : « Le symbole est permanent, le signe éphémère ». Le visible conduit à l’invisible, c’est ainsi que les choses sont comprises. Par contre, on peut observer, me semble-t-il, qu’avec l’évolution qui a amené une accentuation de l’anthropomorphisme, en d’autres termes à tout ramener à l’homme et à ses réalités propres, les symboles, dont les significations, je le répète, sont d’ordre spirituel, sont devenus des allégories ou des images de comportements ou de caractères psychologiques, comme dans les Fables de La Fontaine. L’être humain s’est peu à peu enfermé sur lui-même, voyant tout selon sa mesure et son regard. Mais nous sommes là, avec La Fontaine, au XVIIe siècle, à l’époque de l’essor du rationalisme.

L’avènement du christianisme a entraîné la fin des sacrifices religieux d’animaux en Europe

Un autre argument de taille, qui pourtant n’est jamais avancé, et qui va contre les thèses qui avancent la responsabilité du christianisme dans la crise écologique actuelle, est que la domestication et l’aménagement de la nature par l’être humain, avec leurs conséquences sur la faune et la flore, ont débuté des milliers d’années avant l’émergence de la tradition biblique et du christianisme, au néolithique. Dans le même ordre d’idées, on peut remarquer que des modifications environnementales considérables causées par l’homme se sont déroulées bien avant l’avènement du christianisme, comme la déforestation autour de la Méditerranée au Ier millénaire avant J.-C., ou encore l’extinction du lion en Europe dans l’Antiquité. Les êtres humains n’ont pas eu besoin de la Bible et du christianisme pour cela ! C’est pourquoi les responsabilités doivent pour moi être cherchées dans l’évolution de la société, hier comme aujourd’hui. Au passage, je fais aussi observer qu’à la différence d’autres traditions religieuses, le christianisme ne pratique pas le sacrifice animal. Le sacrifice ultime du Christ sur la Croix a aussi entraîné la fin des sacrifices d’animaux.

Orthodoxie.com : Vous avez dit que l’être humain est le couronnement de la Création. Il a donc une place centrale.

C’est incontestable. Mais il s’agit plus en fait d’un théocentrisme que d’un anthropocentrisme, lequel a dominé bien plus tard, depuis les Temps modernes pour être plus précis. La perspective biblique est l’image et la ressemblance (Genèse 1, 26) de la source divine à l’origine de tout. C’est cette perspective, ce théocentrisme, qui légitime la place centrale de l’être humain avec la responsabilité devant le Créateur qui l’accompagne. Le Créateur s’adresse, dans l’Ancien Testament comme dans le Nouveau Testament, plus particulièrement à l’être humain, mais c’est un être qui fait pleinement partie de l’ensemble de la Création, qui en est solidaire. Ce qui lui est proposé n’est en rien un repli sur lui-même ! Bien au contraire, il est appelé à effectuer un chemin de transformation intérieure et ainsi à s’ouvrir à d’autres dimensions, à d’autres perceptions et à toutes les facettes de la Création qu’il rencontre. D’autre part, pour les sociétés anciennes comme dans le christianisme, la nature est signe du monde spirituel, ou multitude de signes si l’on veut. Ne serait-ce que pour cela, son importance est capitale. En outre, l’être humain est aussi consubstantiel au reste de la Création, on peut aussi parler de parenté, il est créé avec de la « poussière prise du sol » (Genèse 2, 7) avec en plus, ce qui est différent du reste de la Création, le souffle divin. Il est donc intimement lié à l’ensemble de la Création. Il y a même interaction. L’exil du Paradis d’Adam et Ève affecte la Création (Genèse 3, 17). À l’inverse de ce processus d’éloignement, les vies de saints témoignent que le rapprochement de la source divine se traduit entre autres par un rapprochement, une grande sollicitude et même une familiarité au quotidien avec les animaux sauvages. Un signe pour tous ! 

« Le christianisme et l’animal », entretien avec Christophe Levalois

Icône ci-contre : saint Mamas (ou Mammas, Mammès)(source).

« Le cœur qui a appris à aimer compatit à toute créature, même à une petite feuille »

Cependant, pour revenir sur la relation avec les animaux, on observe, au sein du christianisme, tout comme dans la tradition biblique, une diversité par-delà l’unité entre des auteurs, sans doute liée à la sensibilité propre à chacun et à ce qu’il leur a paru important de transmettre à un moment donné. Certains accentuent cette domination, qui est d’abord une responsabilité, de l’homme sur l’animal en créant une sorte de fossé entre l’être humain et le reste de la Création, c’est le cas de saint Augustin (De la grandeur de l’âme, chapitres 26 à 29). Dans cette optique, il est considéré que l’animal n’a qu’une âme sensitive alors que l’être humain a en plus une partie supérieure, le noûs en grec, traduit par esprit, intellect ou raison. Mais l’évêque d’Hippone rappelle aussi dans son Discours sur le psaume 35 (36) ce passage : « Seigneur, tu sauves hommes et bêtes » (35, 6). Trois siècles avant, Irénée de Lyon s’appuyant sur des textes bibliques et la transmission apostolique assure que les animaux seront aussi présents dans le Paradis à venir (Contre les hérésies, V, 33, 3-4). En effet, dans la Bible et dans toute la tradition chrétienne, on trouve des écrits et des personnages qui magnifient, souvent poétiquement, l’œuvre entière de la Création, que l’on songe au psaume 103 (104) ou à Isaïe (11, 6 et 65, 25) qui nous offre notamment comme image du Paradis retrouvé, le Royaume à venir : « Le loup habitera avec l’agneau ». Nombreuses sont les vies de saints et de saintes qui montrent une grande intimité avec des animaux et préfigurent sous cet aspect le Royaume à venir. Dans son beau livre intitulé Les animaux dans la spiritualité orthodoxe (Syrtes, 2018), Jean-Claude Larchet donne de nombreux exemples de ces relations de grande proximité et de grande affection réciproque de saints avec des animaux accompagnés de textes dans lesquels ceux-ci affirment notamment prier non seulement pour tous les êtres humains, mais également pour la totalité de la Création dont les animaux. Saint Silouane l’Athonite, dans la première moitié du XXe siècle, précise que cette relation s’étend également à la flore : « Le cœur qui a appris à aimer compatit à toute créature, même à une petite feuille » (dans l’ouvrage de l’archimandrite Sophrony, Saint Silouane, Cerf, 2016). D’autres établissent jusqu’à une fraternité entre l’homme et l’animal, la plus célèbre illustration, catholique cette fois-ci, est François d’Assise, aussi bien avec son Cantique des créatures qu’avec son exhortation à son « frère loup » (Fioretti, chapitre 21). En 2015, le pape François reprend cette idée de fraternité dans son encyclique Loué sois-tu (« Laudato si « ) (deuxième chapitre, « Une communion universelle »).

Aussi, on peut dire que sur l’ensemble de cette question la réponse se doit d’apporter des nuances, en grand nombre ! En effet, la sensibilité écologique est aussi présente tant dans la tradition biblique que chrétienne, comme en-dehors du christianisme d’ailleurs, à des degrés différents selon les textes et les auteurs il est vrai. De même que cette sensibilité, qui existe depuis toujours, est devenue plus forte à l’époque contemporaine, elle l’est aussi chez les chrétiens, dont les orthodoxes, et est devenue, aussi chez eux, plus consciente, plus forte, plus partagée. Certains chrétiens figurent même parmi les précurseurs des mouvements écologistes actuels, je pense aux protestants Jacques Ellul et Denis de Rougemont, une génération plus tard aux catholiques Jean et Hélène Bastaire. On trouve aussi chez l’orthodoxe Nicolas Berdiaev, dans un texte de 1923 intitulé « Salut et création. Deux compréhensions du christianisme » (traduction française parue dans Pour un christianisme de création et de liberté, Cerf, 2009), cette affirmation remarquable et sans équivoque, après avoir abordé l’amour pour le prochain : « L’amour pour les animaux et les plantes, pour un brin d’herbe, pour les pierres, pour les fleuves et les mers, pour les champs et les montagnes, fait partie de la voie de mon salut. Ainsi suis-je sauvé ; ainsi le monde entier est sauvé ; ainsi l’éclairement est-il atteint. La morte indifférence à l’égard de l’homme et de la nature, à l’égard du vivant, au nom de la voie du salut personnel, est une manifestation répugnante de l’égoïsme religieux, un dessèchement de la nature humaine ».

Orthodoxie.com : Qu’en est-il de l’écologie au sein du christianisme orthodoxe aujourd’hui ?

Bien que toujours présente comme nous l’avons vu, la conscience écologique s’est développée ces dernières décennies, une évolution étudiée par l’historien Éric Baratay. À une époque où les considérations écologiques n’avaient pas la même vogue qu’aujourd’hui, cette conscience s’exprime souvent dans l’œuvre d’Olivier Clément ; en 1983, le regretté patriarche d’Antioche Ignace IV (Hazim) écrit trois textes regroupés sous le titre « Sauver la création » (publiés par Desclée de Brouwer en 1989). Plus récemment, parmi les auteurs qui ont abordé plus particulièrement cette problématique, nous pouvons citer, dans l’espace francophone, Michel Maxime Egger, le P. Philippe Dautais, le P. Alexandre Siniakov et Jean-Claude Larchet déjà mentionné, ces deux derniers ayant la particularité d’aborder de manière plus approfondie la question de la relation avec les animaux.

« Les racines de la crise écologique sont spirituelles et morales »

Du côté des Églises, la prise de conscience s’affirme aussi alors que les mouvements écologistes commencent tout juste à se faire connaître et obtiennent des résultats politiques encore très modestes. Ainsi, en 1989, le patriarche œcuménique Dimitrios institue une journée de prière pour la sauvegarde de la Création, le 1er septembre. Cette décision venait à la suite de trois conférences internationales sur l’environnement suscitées par le Patriarcat œcuménique qui se sont tenues de 1987 à 1989. En 2015, le pape François a pris une initiative similaire pour l’Église catholique. Le successeur du patriarche Dimitrios, le patriarche Bartholomée engage, dès 1991, une série d’actions, notamment des colloques internationaux comme les symposiums « Religion, Science Environnement », sur les questions écologiques et leur urgence. Cette importante activité au fil des années lui a valu, à partir de 1996, le surnom de « patriarche vert ». Dans les années 2000, l’agroécologiste Pierre Rabhi, qui a conseillé le monastère orthodoxe de Solan, situé dans le Gard, qui pratique l’agriculture biologique à partir des années 1990, est invité en Roumanie à l’invitation de l’actuel patriarche Daniel, alors métropolite de Moldavie et de Bucovine, pour apporter une expertise pour un projet, initié en 2006, d’agriculture biologique de terres de la métropole. En 2009, le Patriarcat de Roumanie publie la version roumaine, avec une préface du patriarche Daniel, d’un ouvrage de Pierre Rabhi, Manifeste pour une nouvelle relation de l’homme et de la terre. De son côté, l’Église orthodoxe russe a consacré un chapitre de ses Fondements de la doctrine sociale, dont l’ensemble a été finalisé et approuvé par son Saint-Synode en 2000, à l’Église et aux problèmes écologiques en soulignant d’emblée la gravité de ceux-ci. Le 4 février 2013, le conseil des évêques de l’Église orthodoxe russe publie un texte sur les questions environnementales dans lequel le clergé et les laïcs sont invités à participer à des actions environnementales. Le 26 juin 2016, l’encyclique du grand concile orthodoxe réuni en Crète assure que « les racines de la crise écologique sont spirituelles et morales » et exhorte à « changer radicalement de mentalité ».

Orthodoxie.com : Et plus précisément pour la place des animaux ?

Les animaux sont englobés dans l’ensemble des questions environnementales. Ils sont évoqués au passage, ils ne sont pas oubliés, mais il n’y a guère de développement. C’est vrai pour les orthodoxes et pour l’ensemble des chrétiens. Si l’on considère le Grand euchologe et Arkhiératikon (Diaconie apostolique, 1992), recueil d’offices religieux pour toutes les occasions, on trouve davantage de prières de bénédiction pour des objets ou des constructions que pour des animaux ! De plus, les seuls animaux évoqués le sont collectivement et ce sont seulement les animaux de rente, d’élevage : troupeau, rucher, essaim d’abeilles, élevage de vers à soie, étang et vivier. Bien sûr, il reste toujours la possibilité d’utiliser les prières adaptables à différentes circonstances et objets. Il faut y voir le reflet des préoccupations des sociétés où ces prières ont été composées. Une évolution est toujours possible, de nouvelles prières et de nouveaux offices peuvent être écrits. Par contre, nous l’avons vu, les animaux ont une place notable dans les hagiographies, les vies de saints, depuis le premier millénaire.

La réflexion sur l’animal et sa place restent marginales, alors que la question de la condition animale ne cesse de prendre de l’ampleur dans la société. Toutefois, pour ce qui est de l’orthodoxie, outre l’ouvrage de Jean-Claude Larchet et celui du P. Alexandre Siniakov déjà indiqués, on peut noter le colloque œcuménique qui s’est tenu à Paris à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge le 21 mars 2009 sur le thème « Les animaux dans l’économie du salut ». Les actes ont été publiés dans le no231 (juillet-septembre 2010) de la revue orthodoxe Contacts.

 

« Il y a dans la tradition chrétienne largement de quoi répondre aux attentes et aux espoirs de nos contemporains »

Orthodoxie.com : Comment voyez-vous l’évolution de cette question ?

Je pense que la réflexion sur celui qui est « le plus autrui des autrui », selon l’heureuse expression de Claude Lévi-Strauss en 1962, à savoir l’animal, tout comme notre relation avec celui-ci, va prendre plus de place dans le christianisme. Tout simplement, parce que c’est une forte demande actuelle et le rôle des chrétiens, comme à toutes les époques, est aussi de répondre aux préoccupations, qui sont également les leurs, et aux évolutions d’un temps. Pour cela, il faut ne pas hésiter à aborder des questions précises et à y répondre clairement, par exemple concernant la chasse en tant que loisir, l’élevage industriel, la vivisection, l’abandon et la maltraitance d’animaux.

Le christianisme a toujours privilégié, dès les premiers temps, la question de la dignité de chaque être humain et de sa destinée spirituelle, ce qui a toujours été une question cruciale et urgente dans l’histoire et au premier chef pour chacun d’entre nous. Elle l’est toujours aujourd’hui, comme hier, et le sera demain. Mais à notre époque d’autres impératifs sont aussi apparus avec force et une large majorité de la population y est très sensible, c’est le cas de la condition des animaux et de la façon dont nous les percevons et nous les traitons. Il y a dans la tradition chrétienne largement de quoi répondre aux attentes et aux espoirs de nos contemporains, sur ce sujet comme pour d’autres. À nous de savoir y puiser, d’en montrer les richesses et d’en assurer la fécondité. 

Propos recueillis par P. Jivko Panev

PRIERES A ST MICHEL

 

LES PRIÈRES SUIVANTES PEUVENT ÊTRE UTILISÉES ENTRE LE 1er ET LE 29 SEPTEMBRE POUR INVOQUER L'ARCHANGE MICHEL :

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des Anges,
daignez envoyer le Saint Archange Michel pour me secourir et me défendre dans le cours de cette vie et pour m’assister à ma dernière heure!
Amîn.

* * * * * * * * *

Puissante et Miséricordieuse Mère, Ô Toute Pure et  immaculée Vierge-Marie, Reine du ciel et de la terre, nous vous en supplions très humblement:
intercédez en notre faveur :
demandez à Saint Michel et à ses saintes légions
de nous assister et de nous soutenir dans les combats de cette vie!
Qu’ils viennent fortifier nos cœurs et nos corps dans la lutte
pour écarter et pour vaincre tous les obstacles
au règne de votre Fils notre Saint Rédempteur,
dans nos âmes et dans la société tout entière!
Amîn.

* * * * * * * * *

Saint Michel Archange,
défendez-nous dans le combat ;
soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon.
Que Dieu exerce sur lui son empire,
nous vous en supplions !
Et vous, Prince de la milice céleste,
repoussez en enfer, par la force divine,
Satan et les autres esprit mauvais
qui rodent de par le monde en vue de perdre les âmes.
Amîn.

 * * * * * * * * *

Saint Michel, protecteur de la France (Les non Français peuvent mettre sous la protection de l'Archange leurs familles Nationales), intercédez pour elle!

En 1912 (le 19 mai pour être précis), année du cinquième centenaire de la naissance de Sainte Jeanne d’Arc, tous les évêques de France s’unirent pour consacrer la France à Saint Michel.

 Nous pouvons avec grand profit reprendre le texte de cette prière centenaire que nous redisons, chaque année, au Monastère Syriaque N-D de Miséricorde, lors du Grand Pèlerinage du 29 Septembre (Et dimanche le plus proche) à St Michel: 

Seigneur, daignez Vous souvenir que dans les circonstances douloureuses de notre histoire, Vous avez fait de l’Archange Saint Michel l’instrument de Votre Miséricorde à notre égard.
Nous ne saurions l’oublier, alors que notre pays traverse des moments particulièrement difficiles. C’est pourquoi nous Vous supplions de conserver à notre patrie, la France, la protection dont Vous l’avez jadis entourée par le ministère de cet Archange vainqueur.

Et vous, ô Saint Michel, Prince des Milices célestes, venez vers nous!
Tournez-vous vers nous, nous nous en supplions!

Vous êtes l’Ange gardien de l’Eglise et de la France ; c’est vous qui avez inspiré et soutenu Sainte Jeanne d’Arc dans sa mission libératrice. Venez encore à notre secours : sauvez-nous!
Nous mettons nos personnes, nos familles, nos paroisses, la France entière, sous votre spéciale protection.
Nous en avons la ferme espérance : vous ne laisserez pas périr le peuple qui vous a été confié et qui en tant d’endroits, vous honore depuis des siècles, comme au Mont-Saint-Michel.
Que Dieu suscite parmi nous des saints!
Par eux, ô Archange Saint Michel, faites triompher l’Eglise dans la lutte qu’elle soutient contre l’enfer déchaîné et, par la force du Saint Esprit, établissez le Règne du Christ sur nos cœurs, sur nos familles, sur l’Eglise et sur la France, afin que la Paix du Ciel y demeure à jamais. 

Amîn!

En Irak, des villages chrétiens pris

pour cibles.

Les villages de Chalik, Bersiveh et Sharanish seraient parmi les plus touchés.

Dans le Kurdistan irakien le long de la frontière avec la Turquie, des villages chrétiens sont le théâtre de violents conflits. Selon Asia News, les frappes aériennes d’Ankara cibleraient les membres du Parti des travailleurs kurdes. Depuis le début de l’année, ce serait au moins 25 villages chrétiens qui auraient été vidés de leur population.

Samir Youssef, pasteur du diocèse d’Amadiya, raconte :

« Depuis des mois, ils ont bombardé nos montagnes pour tuer des membres du PKK ou attaquer les Kurdes, qu’ils portent des armes, de la nourriture ou autre chose. »

Il ajoute que plusieurs « villages chrétiens » ont été « bombardés avec plus d’intensité » et que « des nouvelles de familles fuient leurs maisons pour échapper à ces attaques ».

Le curé d’Enishke déplore quant à lui une intensification de la violence :

« Le mois dernier, ils ont tué beaucoup de gens, simplement parce qu’ils étaient proches de zones contrôlées. Dans certains cas, les attentats à la bombe ont également frappé les maisons de la population civile. »

 

Une source a rapporté à Asia News que les bombardements sont toujours suivis d’incendies qui détruisent les maisons et les cultures.

M.C.

 

Source: Info Chrétienne 

La Prière de St Basile le Grand :

« Dieu Tout-Puissant, faites que cet exorcisme accompli en Votre Saint Nom puisse frapper de terreur ce prince du mal » : 



Prions le Seigneur :

 Dieu suprême, Seigneur des seigneurs, Organisateur des flamboyantes Armées, Créateur des immatérielles Puissances, Artisan de tout ce qui est au ciel et sur la terre, Vous que nul homme n’a vu et ne peut voir, devant qui toute créature est saisie de crainte et de tremblement, Vous qui avez terrassé le chef de Vos armées jadis révolté contre Vous et ayant mis fin à son service par sa désobéissance, puis qui avez livré aux abîmes de ténèbres les anges révoltés avec lui et devenus démons, faites que cet exorcisme accompli en Votre Saint Nom puisse frapper de terreur ce prince du mal et toutes ses phalanges déchues avec lui de la Lumière céleste. Mettez-le en fuite et ordonnez-lui, ainsi qu’à ses démons, de se retirer tout à fait, en sorte qu’il ne puisse plus nuire à l’image marquée de Votre sceau, mais que les confirmés reçoivent fortement le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions et sur toute puissance ennemie. Car tout ce qui respire chante, magnifie et glorifie dans la crainte Votre Nom Très-Saint, Père , Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen. 

 

 

Exorcisme : 
Je t’exorcise  toi, le pire des blasphémateurs, le chef de la révolte et l’artisan de tout mal. 
Je t’exorcise  toi qui fus rejeté de la Lumière d’en haut, et plongé pour ton orgueil dans les ténèbres de l’abîme. 
Je t’exorcise  ainsi que toute puissance déchue qui a suivi ton parti. 
Je t’exorcise  esprit impur, au Nom du Dieu des Armées, Adonaï, Elohim, Dieu Tout-Puissant, et de toute l’Armée des Anges de Dieu : sors et retire-toi de ce serviteur (cette servante) de Dieu, (Prénom……….). 
Je t’exorcise  par le Dieu qui a créé l’univers par son Verbe, Notre Seigneur Jésus Christ, son Fils Unique, ineffablement engendré par lui sans passion avant les siècles, auteur de toute la création visible et invisible ; par Celui qui a formé l'homme à Sa propre image, qui l’a guidé tout d’abord par la loi de nature et mis sous la protection des Anges, qui a fait sombrer les pécheurs sous un déluge d’eau en ouvrant les célestes réservoirs, qui a fait périr les géants sacrilèges, renversé la tour des profanateurs et réduit en cendres les villes de Sodome et Gomorrhe par le feu et le soufre, témoin l’incessante fumée qui s’en dégage ; par Celui qui, sous le bâton de Moïse, ouvrit la mer, engloutit sous ses eaux les combattants de l’impiété, Pharaon le tyran et l’armée des ennemis de Dieu, tandis que le peuple traversait à pied sec ; Lui qui, en ces derniers temps, a daigné s’incarner de la Vierge, conservant intacts les scellés de Sa virginité, afin de laver dans les eaux du Baptême l’antique souillure contractée par notre transgression. 
Je t’exorcise  par Celui qui fut baptisé dans le Jourdain et qui, par l’eau, nous a donné, selon la Grâce, le signe de l’incorruptibilité, tandis que les Anges et toutes les Puissances du ciel furent stupéfiés de Le voir s’abaisser, Lui, le Dieu incarné, alors que le Père sans commencement révélait l’éternelle génération du Fils et que la descente du Saint-Esprit attestait l’unité de la Trinité. 
Je t’exorcise  par Celui qui a repris le vent et calmé la tempête, qui a chassé des multitudes de démons et, avec de la boue, a rendu la vue aux aveugles de naissance ; qui a renouvelé l’antique forme du genre humain et permis aux muets de parler ; qui guérit les plaies des lépreux et ressuscita les morts du tombeau ; Lui qui, jusqu’à la mort, s’entretint avec les hommes, et qui, par sa Résurrection, dépouilla l’enfer, arrachant l’humanité tout entière à la corruption de la mort. 
Je t’exorcise  par le Dieu Tout-Puissant qui répandit Son souffle sur les hommes par la voix des prophètes, et s’associa les Apôtres pour répandre la foi dans le monde entier. 
Tremble , fuis, va-t’en, retire-toi, démon impur et maudit, démon des enfers et des profondeurs, trompeur et difforme, toi qui te montres par insolence et te dissimules par hypocrisie, où que tu te trouves et te caches, que tu sois Beelzéboul en personne ou quelque esprit faisant des signes, que tu prennes la forme d’un monstre ou l’apparence d’animaux, que tu te manifestes comme vapeur ou fumée, en mâle ou en femelle, comme serpent ou comme oiseau, parlant dans l’obscurité ou encore sourd et muet, suscitant l’épouvante par tes incursions ou par des convulsions, en tramant des complots ou dans la pesanteur du sommeil, dans la faiblesse ou dans la maladie, par des éclats de rire ou des larmes de plaisir ; en démon libertin, malodorant, voluptueux, concupiscent, en ami de la drogue et de l’impureté, de la magie et de l’occultisme, en celui qui hante les maisons avec effronterie ou en celui qui attise les querelles et fomente les troubles, qui change avec la lune et tourne avec le temps, qui paraît à midi ou à minuit, dans la nuit, ou en plein jour, survenant de toi-même ou envoyé par quelqu’un, surgissant à l’improviste : sur mer, sur un fleuve, sur terre, dans un puits, un précipice, une fosse, un étang, un marécage, une forêt, un lieu retiré ou impur, un bois, une chênaie, un arbre, un oiseau, un éclair, un établissement de bains, une fontaine, un monument païen, là où nous savons ou nous l’ignorons, à notre su ou à notre insu, ou encore d’un lieu inattendu : va-t’en ! Honte à toi en présence de l’image créée et façonnée par la main de Dieu. Crains la ressemblance du Dieu incarné et cesse de te cacher dans son serviteur (sa servante) (Prénom……….). Ce qui t’attend, c'est une verge de fer, la fournaise ardente, l’exil au plus profond de l’enfer, les grincements de dents pour ta désobéissance. 
Tremble, tais-toi et va-t’en  ! Ne reviens pas, te cachant sous quelque autre malfaisance d’esprits impurs, mais prends la fuite vers un pays désert et desséché, vers une terre inculte et inhabitée que Dieu seul garde et où Il enchaîne tous ceux qui complotent et œuvrent contre Son image. C'est Lui qui te chasse au loin et te précipite dans les ténèbres de l’enfer, toi, le diable tentateur et auteur de tous les maux. Parce qu’elle est grande la crainte qu’inspire notre Dieu, aussi grande que la gloire du Père , du Fils et du Saint-Esprit. Amen. 



Prions le Seigneur : Dieu du ciel, Dieu de lumière, Dieu des Anges soumis à Votre pouvoir, Dieu des Archanges qui servent votre Majesté, Dieu des glorieuses Dominations, Dieu des Saints, Père de Notre Seigneur Jésus Christ, Vous qui avez délivré les âmes liées à la mort, qui, par votre Fils Unique, avez illuminé les hommes plongés dans les ténèbres, qui avez mis fin à nos douleurs et dissipé toute peine en éloignant de nous toutes les attaques de l’ennemi ; et Vous, Fils et Verbe de Dieu, qui, par Votre mort, nous avez rendu immortels, et, par Votre gloire, nous avez glorifiés, qui, par votre Résurrection, nous avez permis de passer des hommes vers Dieu ; Vous qui, par votre Croix, avez porté les chaînes de nos péchés et avez assumé notre misère et l’avez guérie ; Seigneur, Vous qui nous avez frayé un chemin vers le Ciel, changeant en immortalité notre condition mortelle, exaucez-moi qui, avec amour et tremblement, fais appel à Vous, dont la crainte fait fondre les montagnes de la terre avec le firmament, dont la puissance effraie les muets éléments pour qu’ils gardent leurs limites, grâce auquel le feu du châtiment ne dépassera pas les bornes que Vous lui avez fixées, mais attendra strictement Votre décision ; par qui toute la création connaît les douleurs de l’enfantement et pousse d’ineffables gémissements, ayant reçu l’ordre de demeurer jusqu’au temps fixé. Vous qui avez tenu à l’écart toute puissance adverse, et avez soumis les armées de l’ennemi, terrassé le diable, foulé au pied le serpent et fait périr le dragon ; Vous avez illuminé et rendu fortes les nations qui Vous ont reconnu comme Dieu, Seigneur, grâce auquel la vie a été manifestée, l’espérance fondée, la foi établie, l’Évangile annoncé, et par qui l'homme a été reformé de la terre par la foi en Vous : qui est comme Vous, Dieu Tout-Puissant ? 
C'est pourquoi nous Vous prions, Dieu de nos pères et Seigneur de Miséricorde, Être suprême qui précédez tous les temps : accueillez celui qui est venu vers Vous en votre Saint Nom, en celui de votre Fils Bien-Aimé, Jésus Christ, et en celui de votre Saint et Vivifiant Esprit. Éloignez de son âme toute faiblesse, tout manque de foi, tout esprit impur, convulsif, esprit infernal, sentant le feu, malodorant, obscène, ami de l’or et de l’argent, coléreux, lascif, tout esprit malsain, ténébreux, difforme ou impudique. Oui, Seigneur, éloignez de Votre serviteur (servante) (Prénom……….) toute influence du diable, qu’elle vienne de la magie, de la drogue, de l’idolâtrie, de la voyance par les astres, de l’observation des oiseaux, de la nécromancie, de l’impureté, de la pornographie, de l’avarice, de l’ivresse, de la débauche, de la fornication, de l’obscénité, de l’impudeur, de la colère, de la zizanie, de la déstabilisation ou de toute méchante insinuation. Oui, Seigneur notre Dieu, insufflez-lui votre Esprit de paix, afin que gardé(e) par lui, il (elle) produise les fruits de la foi, de la vertu, de la sagesse, de la pureté, de la tempérance, de l’amour, de la bonté, de l’espérance, de la douceur, de la longanimité, de la patience, de la chasteté et de la compréhension. Car ce serviteur (cette servante) est Vôtre, il (elle) croit en la consubstantielle Trinité ; les Anges et les Archanges en sont témoins, ainsi que toute l’armée des cieux. 
Avec lui (elle), gardez aussi nos cœurs, Seigneur, car Vous en avez le pouvoir. Nous vous rendons gloire, Père , Fils et Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen. 


Saint Basile le Grand (329-379)

Fête des Saints Archanges Michel, Gabriel et Raphaël ..le 29 Septembre, des Saints anges le 2 Octobre  

 

archangelsol

Appelons-les à notre secours. Ils  agissent  pour le bien de l'homme…

"Lorsque Jésus voit Nathanaël venir à lui, il déclare : « Voici un véritable fils d’Israël, un homme qui ne sait pas mentir. »

 
Nathanaël lui demande : « Comment me connais- tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe te parle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. » Aujourd’hui nous fêtons les anges qui nous aident dans notre marche vers Dieu, dans le combat pour la vie, la lumière, l’amour.

ange échelle004

« Dieu a donné ordre à ses anges, non pas de te retirer de tes chemins, mais de t’y garder soigneusement, et de te conduire dans les chemins de Dieu par ceux qu’ils suivent eux-mêmes.
Comment cela, me diras-tu ? Les anges, bien sûr, agissent en toute pureté et par seule charité ; mais toi, du moins, contraint et averti par la nécessité de ta condition, descends, condescends à ton prochain en faisant preuve de miséricorde envers lui ; puis, toujours à l’imitation des anges, élève ton désir et, de toute l’ardeur de ton cœur, efforce-toi de monter jusqu’à la vérité éternelle, » dit Saint Bernard.

 

Nous nous plaignons souvent de n’avoir pas la force de faire face dans le combat de notre vie spirituelle et nous oublions que nous ne sommes pas seuls, que les Anges et les Saints, sont des alliés très efficaces.

ange échelle004

Nous pouvons les appeler à notre secours. Ils sont des guerriers puissants qui agissent à notre demande. Ils respectent profondément la liberté dans laquelle nous sommes crées. Si nous préférons demeurer seuls, ils ne nous boudent pas, mais ils nous laissent combattre seuls.

 

Cependant, ils nous protègent invisiblement d’une manière très surprenante, nous le verrons au ciel. Jésus évoque les cieux ouverts, faisant référence à l’échelle de Jacob où les anges montent et descendent, il annonce l’union de la nature humaine à la nature divine. Il affirme qu’il est en personne le nouveau Sinaï et le nouveau temple.

 

L’appellation « Fils de l’homme »

dit son humanité.

angeconsolateurea

 

« Nathanaël dit à Jésus : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! » Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. » Nathanaël reprit : "Rabbi, tu es le fils de Dieu, tu es le roi d’Israël."

 
Nathanaël reconnaît en Jésus le messie roi, et Jésus accepte cet acte de foi. Nathanaël a reçu un signe personnel, il va devenir témoin de grands signes publics, depuis le vin de Cana jusqu’à la croix et la résurrection. Le figuier, dans l’Évangile, évoque la Parole de Dieu, le Sinaï touche la terre et atteint le ciel par les flammes, Moïse et Aaron montent et descendent avec les paroles de Dieu.

ange échelle004

Nous voulons demeurer dans la Parole vivante avec Jésus. Nous sommes le théâtre des bons et des mauvais esprits et nous voulons discerner les pensées de notre cœur. Une parole désagréable peut faire mal, un geste non contrôlé peut provoquer de la violence, cela nous ne le voulons pas car notre cœur est le réceptacle d’un grand combat : Paroles, gestes, attitudes sont à soumettre à la lumière de Dieu pour que l’œuvre d’Amour se réalise en nous.

 

Il nous faut demeurer dans le Christ, dans sa chair Jésus a tué la haine. Plus nous sommes petits, plus les anges, nos « protecteurs » du ciel sont efficaces.

ange_gardien_enfant_1-203x300

 

« Et Jésus ajoute :

« Amen, amen, je vous le dis : vous verrez les cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et descendent au-dessus du Fils de l’homme. »

« Les anges montent pour eux, ils descendent pour nous, ou plutôt ils descendent avec nous.

 

Ces bienheureux esprits montent par la contemplation de Dieu, et ils descendent pour avoir soin de nous et pour nous garder dans tous nos chemins (Ps 90,11)Ils montent vers Dieu pour jouir de sa présence ; ils descendent vers nous pour obéir à ses ordres, car il leur a commandé de prendre soin de nous.

ange échelle004

Toutefois, en descendant vers nous, ils ne sont pas privés de la gloire qui les rend heureux,ils voient toujours le visage du Père… » dit Saint Bernard.

 

Pour que Marie soit libre dans son consentement à l’Annonciation, Dieu envoie l’Archange Gabriel.

marieanociation

 

Les anges nous sont ainsi donnés pour nous aider dans notre cheminement, pour nous consolider. Jésus dira à propos des tout-petits : « Leurs anges voient sans cesse la face de Dieu. » Les anges et les archanges, comme tous les saints sont des aides puissantes qui nous sont données pour ce grand combat dans lequel nous sommes !

 

C’est le combat de Jésus,

de Marie, de l’Église,

le combat de l’humanité.

 

Le menteur peut se servir de nous, à notre insu, pour faire son œuvre de destruction et de division, mais même si un frère était son « support » nous ne devons jamais le combattre avec les armes du menteur car il est sauvé dans le Sang du Christ. Raphaël, le guérisseur de Tobit se met en route, accompagnant son fils le jeune Tobie.

Au retour, il guérit de sa cécité le vieux Tobit. Nous avons tous besoin d’être guéris.

ange échelle004

Les saints et les anges nous assurent

une protection invincible.

Unplanned, un film dont on ne peut sortir que bouleversé

L’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, a vu en avant-première « Unplanned », ce film basé sur l’histoire vraie d’Abby Johnson, une jeune directrice de l’équivalent américain du Planning Familial, devenue militante « pro-life » après avoir assisté à un avortement. Il livre ici son avis, en tant que prêtre mais aussi en tant que médecin.

J’ai pu visionner le film Unplanned. C’est un film dont on ne peut sortir que bouleversé. Il est tiré d’une histoire vraie qui correspond à de nombreuses situations que j’ai déjà pu rencontrer jadis comme médecin puis comme prêtre. Il me semble traiter avec délicatesse la question de l’avortement. Il décrit comment une femme en voulant aider sincèrement d’autres femmes confrontées à cette épreuve, a peu à peu éteint sa conscience pour se mettre au service d’une cause qu’elle croyait juste.

 

La rencontre avec des personnes en souffrance, un peu perdues, nous fait entrer directement en empathie avec elles. La réalité de l’acte posé, parce qu’il concerne un être invisible à nos yeux, apparaît de prime abord moins évidente. Cependant, la prise de conscience de ce qu’est vraiment l’avortement déclenche un véritable changement du regard, une conversion du cœur et quelquefois aussi une forte culpabilité qu’il faut savoir accompagner avec douceur.

Ce film courageux a le mérite de traiter un sujet aujourd’hui tabou et de le faire à partir d’un fait réel. Il reflète ce que vivent bien d’autres femmes qui n’ont parfois pas la chance d’être accompagnées par un homme aimant et responsable comme celle dont il est question dans le film. Il faut dire un grand merci au producteur, au réalisateur et au distributeur de ce film qui devra être accompagné lors de sa diffusion d’un débat avec des professionnels et des personnes concernées, en particulier des femmes qui ont été confrontés à cette souffrance d’avoir à prendre une décision douloureuse ou qui ont souffert du syndrome post avortement dont on parle trop peu et qui est pourtant fréquent.

Afin de ne pas susciter de polémique autour de ce sujet délicat, Saje Distribution a choisi de ne pas projeter ce film dans les salles de cinéma. Elle encourage des projections privées, en ligne, disponibles dès le 1er octobre sur sa plateforme. Le film est déconseillé aux moins de 16 ans, « à moins d’être accompagné par un adulte ».

3eme Dimanche après la Fête de la Sainte Croix

  • Soirée
    • Saint Mathieu 18: 23-35
  • Matin
    • Saint-Luc16: 1-13
  • Avant de Saint Qurbana
    • Genèse 42: 18 - 35
    • Proverbes 1: 2 à 9
    • Isaïe 4 8: 12 à 16
  • Saint Qurbana
    • Actes 7:02- 5
  • 02 Étienne dit alors : « Frères et pères, écoutez ! Le Dieu de gloire est apparu à notre père Abraham, quand il était en Mésopotamie avant de venir habiter Harrane,
  • 03 et il lui a dit : Sors de ton pays et de ta parenté, et va dans le pays que je te montrerai.
  • 04 Alors, étant sorti du pays des Chaldéens, il vint habiter Harrane ; après la mort de son père, Dieu le fit émigrer de là-bas vers le pays où vous-mêmes habitez maintenant.
  • 05 Et là, il ne lui donna rien en héritage, pas même de quoi poser le pied. Mais il promit de lui donner ce pays en possession ainsi qu’à sa descendance après lui, alors qu’il n’avait pas encore d’enfant.

 

    • Romains 8: 1 à 11
  • 01 Ainsi, pour ceux qui sont dans le Christ Jésus, il n’y a plus de condamnation.
  • 02 Car la loi de l’Esprit qui donne la vie dans le Christ Jésus t’a libéré de la loi du péché et de la mort.
  • 03 En effet, quand Dieu a envoyé son propre Fils dans une condition charnelle semblable à celle des pécheurs pour vaincre le péché, il a fait ce que la loi de Moïse ne pouvait pas faire à cause de la faiblesse humaine : il a condamné le péché dans l’homme charnel.
  • 04 Il voulait ainsi que l’exigence de la Loi s’accomplisse en nous, dont la conduite n’est pas selon la chair mais selon l’Esprit.
  • 05 En effet, ceux qui se conforment à la chair tendent vers ce qui est charnel ; ceux qui se conforment à l’Esprit tendent vers ce qui est spirituel ;
  • 06 et la chair tend vers la mort, mais l’Esprit tend vers la vie et la paix.
  • 07 Car la tendance de la chair est ennemie de Dieu, elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, elle n’en est même pas capable.
  • 08 Ceux qui sont sous l’emprise de la chair ne peuvent pas plaire à Dieu.
  • 09 Or, vous, vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair, mais sous celle de l’Esprit, puisque l’Esprit de Dieu habite en vous. Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas.
  • 10 Mais si le Christ est en vous, le corps, il est vrai, reste marqué par la mort à cause du péché, mais l’Esprit vous fait vivre, puisque vous êtes devenus des justes.
  • 11 Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus, le Christ, d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.

 

    • St. Marc 2: 23 – 28
  • 23 Un jour de sabbat, Jésus marchait à travers les champs de blé ; et ses disciples, chemin faisant, se mirent à arracher des épis.
  • 24 Les pharisiens lui disaient : « Regarde ce qu’ils font le jour du sabbat ! Cela n’est pas permis. »
  • 25 Et Jésus leur dit : « N’avez-vous jamais lu ce que fit David, lorsqu’il fut dans le besoin et qu’il eut faim, lui-même et ceux qui l’accompagnaient ?
  • 26 Au temps du grand prêtre Abiatar, il entra dans la maison de Dieu et mangea les pains de l’offrande que nul n’a le droit de manger, sinon les prêtres, et il en donna aussi à ceux qui l’accompagnaient. »
  • 27 Il leur disait encore : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat.
  • 28 Voilà pourquoi le Fils de l’homme est maître, même du sabbat. »

 

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

Afficher l'image d'origine

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

Image of the Saviour Not Made by Hand: a traditional Orthodox iconography in the interpretation of Simon Ushakov (1658).:

Marchons Enfants ! :

Appel à mobilisation

le samedi 10 octobre

 
 

Le 26 août dernier, au cours d’une conférence de presse, les associations de Marchons enfants ! annonçaient une mobilisation contre le projet de loi bioéthique.

Avec Marchons enfants !, Alliance VITA appelle à manifester son opposition à ce projet de loi, le 10 octobre prochain dans toute la France, par attachement aux droits des plus fragiles.

Pour connaître les lieux de mobilisation : rendez-vous sur www.Marchonsenfants.org.

 
 

Où nous trouver ?

Grande Paroisse NORD-OUEST et NORD-EST (Paroisse Cathédrale N-D de Miséricorde):

 NORMANDIE :

CHANDAI (61) et CHAISE-DIEU DU THEIL (27):

 * Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

Messe journalières en semaine à 10h30 (Teléphoner en cas d'absence)

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Maison Ste Barbe 
(Siège de l'Ass Caritative CARITAS E S O F)

15 Rue des 3 Communes
27580 CHAISE-DIEU DU THEIL

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

PARIS ET REGION PARISIENNE:

* Relais Paroissial Sainte Geneviève Mar Thoma

Permanence pastorale tous les Vendredis et Samedi précédents les 1ers Dimanches de chaque mois.(Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

ALSACE-LORRAINE (Grand Est):

* Relais Paroissial Sainte Sainte Clotilde Permanence pastorale épisodique à organiser  sur asstradsyrfr@laposte.net ou  par SMS au 06 48 89 94 89 ,Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . Sainte 

Grande Paroisse "NOUVELLE AQUITAINE" , OCCITANIE

(N-D de la Très Sainte Trinité) : 

NANTES:

 *"relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

NOUS RECHERCHONS UN LOCAL SUR NANTES POUR DONNER AUX FIDÈLES AU MOINS UN DIMANCHE PAR MOIS LA SAINTE MESSE AINSI QU'UN MEILLEUR SERVICE PASTORAL

 

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces et St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
66,Place Schoeneck, LE BOURG
16560 JAULDES. 

Tel: 05.45.37.35.13
Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

LOURDES:

*Relais paroissial St Gregorios de Parumala

 Messes épisodiques ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

Rte de Pau

 

-+-

AFRIQUE ET AMÉRIQUE LATINE :

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDÉ,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé,  Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain. De même pour les Paroisses du Brésil et d'Amérique Latine: 

 Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

++++++++++++++++++++++++++

Ou trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

 

_____________________________________________________

 

 

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

   

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

 

 

"The future is in peace, there is no future without peace"

 

"O futuro está em paz, não há futuro sem paz"  

 

(SS Ignatius Aprem II)

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Note:
Eglise Métropolitaine fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare) pour l'Europe et ses missions, notre Eglise Syro-Orthodoxe de Mar Thoma, située en francophonie et ses missions d'Afrique, du Brésil, du Pakistan et en Amérique latine* est une Eglise Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles, nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non obligatoires.Toute offrande fait cependant l'objet d'une déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre revenu). 
Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l’Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Métropolite et Sœur Marie-André M'Bezele, moniale (06.17.51.25.73).

-------------------------------------------------------------

Nota:
A Igreja Metropolitana fundada graças ao ímpeto missionário da Igreja Ortodoxa Síria das Índias (Malankare) para a Europa e suas missões, nossa Igreja Siro-Ortodoxa de Mar Thoma, localizada em Francofonia e suas missões da África, Brasil, do Paquistão e da América Latina * é uma Igreja Ortodoxa Oriental.

O mosteiro siríaco é um centro de oração pela unidade das igrejas apostólicas, a unanimidade do testemunho cristão e a paz do mundo.

¤ Pastoral em várias regiões da França para: acompanhamento espiritual, sacramentos, sacramentais (bênçãos, orações de libertação ou exorcismo, orações para cura) ...

Para os serviços pastorais prestados ao mosteiro como a recepção dos fiéis para estadias curtas ou retiros espirituais, não exigimos nenhum pagamento fixo.

As ofertas são gratuitas e não são obrigatórias, no entanto, qualquer oferta é deduzida da sua renda tributável em 66% da sua renda.
Rotule todos os C B com a seguinte ordem "Metropolitan E S O F"

Para a capelania francófona siro-ortodoxa de africanos que vivem na França, entre em contato com os chefes: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan e irmã Marie-André M'Bezele, freira (06.17.51.25.73).

-----------------------------------------------------------------

Note:
Metropolitan Church founded thanks to the missionary impetus of the Syrian Orthodox Church of the Indies (Malankare) for Europe and its missions, our Syro-Orthodox Church of Mar Thoma, located in Francophonie and its missions from Africa, Brazil, of Pakistan and Latin America * is an Eastern Orthodox Church.

The Syriac Monastery is a Prayer Center for the unity of the Apostolic Churches, the unanimity of the Christian Testimony and the peace of the world.

¤ Pastoral office in various regions of France for: spiritual accompaniment, sacraments, sacramentals (Blessings, Prayers of deliverance or exorcism, prayers for healing) ...

For the pastoral services rendered to the monastery as the reception of the faithful for short stays or spiritual retreats, we do not require any fixed.

Offerings are free and not obligatory. However, any offer is deducted from your taxable income at 66% of your income.
Label all C B with the following order "Metropolitan E S O F"

For the Francophone Syro-Orthodox Chaplaincy of Africans living in France, contact the Heads: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan and Sister Marie-André M'Bezele, nun (06.17.51.25.73).

----------------------------------------------------------------

Nota:
La Iglesia Metropolitana, fundada gracias al ímpetu misionero de la Iglesia Ortodoxa Siria de las Indias (Malankare) para Europa y sus misiones, nuestra Iglesia Siro-Ortodoxa de Mar Thoma, ubicada en la Francofonía y sus misiones desde África, Brasil, de Pakistán y América Latina * es una iglesia ortodoxa oriental.

El monasterio siríaco es un centro de oración por la unidad de las iglesias apostólicas, la unanimidad del testimonio cristiano y la paz del mundo.

¤ Presencia pastoral en varias regiones de Francia para: acompañamiento espiritual, sacramentos, sacramentales (bendiciones, oraciones de liberación o exorcismo, oraciones para sanar) ...

Para los servicios pastorales prestados al monasterio como la recepción de los fieles para estancias cortas o retiros espirituales, no requerimos ninguna reparación.

Las ofertas son gratuitas y no obligatorias, sin embargo, cualquier oferta se deduce de su ingreso imponible al 66% de su ingreso.
Etiquete todos los C B con el siguiente orden "Metropolitan E S O F"

Para la Capellanía franco-ortodoxa francófona de africanos que viven en Francia, comuníquese con los Jefes: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitana y la Hermana Marie-André M'Bezele, monja (06.17.51.25.73).

* Pour aller plus loin, cliquez ci-dessous:

L'Église Syrienne Orthodoxe de Mar Thomas en France, au ...

 

 

 

CONFIER DES INTENTIONS DE PRIÈRE AU

 

MONASTÈRE, C'EST SIMPLE...

Le Moine ne rompt pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux

les frères humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ

Tête de l'Eglise, le "premier né d'une multitude de frères" et à Son

amour pour tous les hommes…

 

A travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et

intercède pour l’humanité.

 

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence,

participe à cet immense courant de prière souterraine qui irrigue le

monde…

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une intention de

prière en l'envoyant à l'adresse suivante:

 

 

Monastère Syro-Orthodoxe de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly, 4

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

 

 

 

Partager cet article

Repost0