Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 08:07
LA FRUSTRATION FAIT-ELLE GRANDIR ?

Elle engendre des passions morbides : le ressentiment, la colère, la jalousie, la violence. Elle cherche des formes de compensation, inspirées par l’amour de soi, dans l’alimentation, la sexualité, ou la domination, par exemple. Une plante privée du sol qui lui convient, de l’ensoleillement naturel ou de la quantité d’eau dont elle a besoin, s’étiole. L’être humain privé de la satisfaction de ses besoins élémentaires ou imaginaires, devient amer. Il ne grandit pas. Il se racornit. Un bon nombre des souffrances a là son origine. En profondeur, l’homme privé de satisfaire son désir d’infini, et, très précisément, de Dieu, se lamente à la porte du Paradis, comme le fit Adam. L’image divine aspire naturellement à la ressemblance : l’échec de ce projet produit le manque le plus pénible à l’être humain, qu’il en soit ou non conscient. L’enfer est le lieu mystique de la plus grande frustration – un feu et une soif inextinguibles… et la haine de l’amour.

On peut tenter un changement d’attitude (« conversion »), en renonçant, si possible à l’impasse de la révolte… « Pour nous, c’est justice ! », dit le Larron au Golgotha. Tentons de bénir ceux qui jouissent de ce qui nous est refusé ; de remercier Dieu d’avoir exaucé les autres. Apprenons à dire Oui, à rendre grâce, à chercher quel est pour nous, dans la situation de frustration, le message divin. Frustré de liberté, un prisonnier rendait grâce à Dieu pour ceux qui voyaient le soleil. La gestion de la frustration et du manque est l’œuvre de l’esprit de l’homme, de sa conscience, de sa liberté et de sa volonté. Dire Oui à la situation qui nous révoltait ouvre un espace. « C’est au travers de la frustration et de l’attente que naît un Objet extérieur d’où vient la gratification. Sans cette gratification et cette attente, il n’y a pas de limite entre le Moi et le non-Moi » (S. Freud). Dans la frustration acceptée activement par un Oui, non plus subie avec colère, mais choisie, apparaît l’Esprit, le Consolateur, le Sujet source de grâce et de gratification.

L’ascète « choisit perpétuellement l’essentiel », et il se trouve une « joie dans le dépouillement » (M. Béjart). Mais, renoncer librement à un bien par amour pour quelqu’un – pour le Christ, pour le prochain – nous frustrer librement d’un plaisir, du confort ou même de la vie, par amour, nous ouvre à la Vie éternelle, enseigne le Seigneur. L’ascèse des disciples de Jésus est principalement le renoncement à sa propre volonté, à l’amour de soi, et le dépouillement des désirs et de leur objet. Le renonçant devient sans besoin, comme Dieu, et rien ne peut le frustrer – sauf la soif insatiable que tous soient sauvés – ou encore l’aspiration à aimer plus qu’il n’a pu, ou su, aimer jusqu’alors. Grande douleur que seul l’Esprit peut combler, « Lui qui remplit tout »

(Source : « Sagesse Orthodoxe »)

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 08:06
 Il marchait avec eux [Édith Stein]

Par Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942), carmélite, martyre.Pour le 6 janvier 1941 (trad. Source cachée, Cerf 1999, p. 279)

« Il marchait avec eux »


Le même Sauveur, que la Parole de l'Écriture nous met sous les yeux dans son humanité en nous le montrant sur tous les chemins qu'il a parcourus sur la terre, habite parmi nous caché sous l'apparence du pain eucharistique, il vient à nous tous les jours comme Pain de Vie.

Dans ces deux aspects, il se fait proche de nous et sous ces deux aspects il désire que nous le cherchions et que nous le trouvions.

L'un appelle l'autre.

Lorsque nous voyons avec les yeux de la foi le Sauveur devant nous, comme l’Écriture nous le dépeint, alors grandit notre désir de l'accueillir en nous dans le Pain de Vie.

Le pain eucharistique à son tour avive notre désir de faire toujours plus profondément connaissance avec le Seigneur à partir de la Parole de l'Écriture, et donne des forces à notre esprit pour une meilleure compréhension.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Spiritualité Chrétienne
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 08:04
Il est ressuscité et il vous précède en Galilée (Saint Grégoire le Grand)

Par Saint Grégoire le Grand (v. 540-604), pape de rome et docteur de l'Église .Homélies sur les évangiles, 21, 5-6; PL 76, 1172 (trad. Véricel, Les Pères commentent, p. 341)

« Allez dire à ses disciples : ' Il est ressuscité et il vous précède en Galilée ; c'est là que vous le verrez' » (Mt 28,7)


C'est volontairement qu'il est dit :

-« Il vous précède en Galilée : là vous le verrez, comme il vous l'a dit. »

Galilée veut dire « fin de la captivité ».

Le Rédempteur, lui, était déjà passé de la passion à la résurrection, de la mort à la vie, du châtiment à la gloire, de la corruption à l'incorruptibilité.

Mais si les disciples, après la résurrection, le voient d'abord en Galilée, c'est que, plus tard, nous ne contemplerons, dans la joie, la gloire de sa résurrection que si nous quittons nos vices pour les sommets de la vertu.

Il y a un déplacement à faire : si la nouvelle est connue au sépulcre, c'est ailleurs que le Christ se montre...


Il y avait deux vies ; nous en connaissions une, mais pas l'autre.

Il y avait une vie mortelle et une immortelle, une corruptible et l'autre incorruptible, une de mort et l'autre de résurrection.

Alors vint le Médiateur entre Dieu et les hommes, l'homme Jésus Christ (1Tm 2,5), qui se chargea de la première vie et nous révéla l'autre, qui perdit l'une en mourant et nous révéla l'autre en ressuscitant.

S'il nous avait promis, à nous qui connaissions la vie mortelle, une résurrection de la chair sans nous en donner une preuve palpable, qui aurait pu ajouter foi en ses promesses ?

Qui sont « Les femmes Myrrhophores »

Myrrhophore (grec : Μυροφόροι ; latin : Myrophorae; slavon d'Église : Жены́-мѷроно́сицы ; roumain : Mironosiţe) sont, dans les Églises d'Orient – Églises orthodoxes et Églises catholiques de rite byzantin –, les personnes mentionnées dans le Nouveau Testament qui participèrent à l'ensevelissement de Jésus et qui découvrirent le sépulcre vide après sa Résurrection.

Ce terme renvoie usuellement aux Saintes Femmes porteuses de myrrhe qui, se rendant au petit matin à la tombe de Jésus, trouvèrent celle-ci vide.

Dans le christianisme occidental, on parle généralement des « femmes au tombeau » ou des Trois Marie.

(Matth., 27:55-61 ; Matth., 28:1-10 ; Marc, 15:40-16:11 ; Luc, 23:50-24:10 ; Jean, 19:38-20:18).

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Pères de l'Eglise
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 09:23
Avril Mai 2015.  Programme Général des R.D.V Liturgiques de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone:

AVRIL :

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30)

*12 Avril, Dimanche après Pâque. En Occident, dit : « De la Miséricorde ».

 

*NANTES (44) :

-Jeudi 9 Avril, de 9h à 12h/ de 14h à 17h, permanence pastorale. Messe à 18h

Groupe de prière St Charbel, (Mme Maria-Annick Chamberlain), 46 Rue de la Fauvette. 44 NANTES.

 

*YVETOT(76) :

-Samedi 18 Avril. Messe à 10h30 Oratoire  Mar Denys  .S/C : Sous-Diacre Andres FRANCOIS (0613105663).

 

*JAULDES(16) :

-Dimanches 12 et 26 Avril, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

LOURDES (65) :

-Dimanche 19 Avril, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

*LA CHAPELLE FAUCHER(24) :

-Samedi 25 Avril

, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30

+++

 

MAI :

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30)

 

*Dimanche 3 Mai, Pèlerinage à N-D de Miséricorde. Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

*Jeudi 14 Mai, Ascension de Notre-Seigneur, Prière des Rogations, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

*NANTES (44) :

-Jeudi 7 Mai, de 9h à 12h/ de 14h à 17h, permanence pastorale. Messe à 18h

Groupe de prière St Charbel, (Mme Maria-Annick Chamberlain), 46 Rue de la Fauvette. 44 NANTES.

 

*YVETOT(76) :

-Samedi 30 Mai. Messe à 10h30 Oratoire  Mar Denys .S/C : Sous-Diacre Andres FRANCOIS ( 0613105663).

 

*JAULDES(16) :

-Dimanches 10 et, à la Pentecôte le 24 Mai, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30..

 

LOURDES (65) :

-Pas de Messe en Mai en raison de Baptêmes au Monastère.

 

*LA CHAPELLE FAUCHER(24) :

-Samedi 23 Mai, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

.

 

Attention : Pas de Messe à Nantes le jeudi 4 Juin

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
6 avril 2015 1 06 /04 /avril /2015 09:12
Lundi 6 Avril Avril 2015 (SEMAINE APRES PÂQUE.)  Lundi de Pâque. Hevorae lundi   Lectures bibliques pour la Liturgie et éléments de méditation :

Soirée

o Saint-Luc 24, 13-35 :

  • 13 Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem,
  • 14 et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.
  • 15 Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.
  • 16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
  • 17 Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
  • 18 L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »
  • 19 Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple :
  • 20 comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.
  • 21 Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
  • 22 À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau,
  • 23 elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant.
  • 24 Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
  • 25 Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit !
  • 26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »
  • 27 Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
  • 28 Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.
  • 29 Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
  • 30 Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.
  • 31 Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.
  • 32 Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »
  • 33 À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent :
  • 34 « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »
  • 35 À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

o

Matin

o Saint Matthieu 28: 11-20 :

  • 11 Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.
  • 12 Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme
  • 13 en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.”
  • 14 Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. »
  • 15 Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.
  • 16 Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
  • 17 Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
  • 18 Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
  • 19 Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,
  • 20 apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

o

Avant de Saint Qurbana

o Genèse 41: 41-46 :

  • 41 Pharaon dit à Joseph : « Vois ! Je t’établis sur tout le pays d’Égypte. »
  • 42 Il ôta l’anneau de son doigt et le passa au doigt de Joseph ; il le revêtit d’habits de lin fin et lui mit autour du cou le collier d’or.
  • 43 Il le fit monter sur son deuxième char et on criait devant lui : « À genoux ! » Et ainsi il l’établit sur tout le pays d’Égypte.
  • 44 Pharaon dit encore à Joseph : « Je suis Pharaon. Mais sans ta permission, personne ne lèvera le petit doigt dans tout le pays d’Égypte. »
  • 45 Pharaon appela Joseph Safnath-Panéah et lui donna pour femme Asnath, fille de Poti-Phéra, prêtre de One. Alors Joseph partit inspecter le pays d’Égypte.
  • 46 Joseph avait trente ans quand il se tint en présence de Pharaon, le roi d’Égypte. Il prit congé de lui et parcourut tout le pays d’Égypte.

o

o Jérémie 1: 4-12 :

  • 04 Soyez donc sur vos gardes : ne devenez pas, vous aussi, pareils aux étrangers ; ne vous laissez pas envahir par la crainte envers ces dieux,
  • 05 lorsque vous verrez la foule se prosterner devant et derrière eux. Dites-vous plutôt en pensée : « C’est devant toi, ô Maître, qu’il faut se prosterner. »
  • 06 Car mon ange est avec vous, lui qui demandera compte de vos âmes.
  • 07 La langue de ces dieux est poncée par un artisan, elle est recouverte d’or et d’argent, mais ils ne sont que mensonge, ils ne peuvent parler.
  • 08 Comme pour une jeune fille qui aime à se parer, ces gens prennent de l’or
  • 09 dont ils fabriquent des couronnes pour les têtes de leurs dieux. Il arrive même parfois que les prêtres dérobent à leurs dieux de l’or et de l’argent pour leurs propres dépenses,
  • 10 et qu’ils en donnent aussi aux prostituées sacrées. Ces dieux d’argent, d’or et de bois, on les pare de vêtements comme des hommes,
  • 11 eux qui ne peuvent se défendre ni de la rouille, ni des mites. Ils sont revêtus d’un habit de pourpre,
  • 12 mais on leur essuie le visage, à cause de la poussière du temple qui s’accumule sur eux.

o

o Isaïe 40: 9-15 :

  • 09 Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu ! »
  • 10 Voici le Seigneur Dieu ! Il vient avec puissance ; son bras lui soumet tout. Voici le fruit de son travail avec lui, et devant lui, son ouvrage.
  • 11 Comme un berger, il fait paître son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, il mène les brebis qui allaitent.
  • 12 Qui a jaugé les eaux des mers dans le creux de sa main, et, de ses doigts, mesuré les cieux, évalué en boisseaux la poussière de la terre, pesé les montagnes au crochet et les collines sur la balance ?
  • 13 Qui mesuré l’esprit du Seigneur ? Qui l’a conseillé pour l’instruire ?
  • 14 De qui a-t-il pris conseil pour discerner, pour apprendre les chemins du jugement, pour acquérir le savoir et s’instruire des voies de l’intelligence ?
  • 15 Voici les nations : elles sont pour lui comme une goutte au bord d’un seau, un grain de sable sur le plateau de la balance ! Voici les îles, comme une poussière qu’il soulève !

o

· Saint Qurbana

o I Pierre 5: 1 à 8 :

  • 01 Quant aux anciens en fonction parmi vous, je les exhorte, moi qui suis ancien comme eux et témoin des souffrances du Christ, communiant à la gloire qui va se révéler :
  • 02 soyez les pasteurs du troupeau de Dieu qui se trouve chez vous ; veillez sur lui, non par contrainte mais de plein gré, selon Dieu ; non par cupidité mais par dévouement ;
  • 03 non pas en commandant en maîtres à ceux qui vous sont confiés, mais en devenant les modèles du troupeau.
  • 04 Et, quand se manifestera le Chef des pasteurs, vous recevrez la couronne de gloire qui ne se flétrit pas.
  • 05 De même, vous les jeunes gens, soyez soumis aux anciens. Et vous tous, les uns envers les autres, prenez l’humilité comme tenue de service. En effet, Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce.
  • 06 Abaissez-vous donc sous la main puissante de Dieu, pour qu’il vous élève en temps voulu.
  • 07 Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, puisqu’il prend soin de vous.
  • 08 Soyez sobres, veillez : votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer.

o

o Romains 6 12-23 :

  • 12 Il ne faut pas que le péché règne dans votre corps mortel et vous fasse obéir à ses désirs.
  • 13 Ne présentez pas au péché les membres de votre corps comme des armes au service de l’injustice ; au contraire, présentez-vous à Dieu comme des vivants revenus d’entre les morts, présentez à Dieu vos membres comme des armes au service de la justice.
  • 14 Car le péché n’aura plus de pouvoir sur vous : en effet, vous n’êtes plus sujets de la Loi, vous êtes sujets de la grâce de Dieu.
  • 15 Alors ? Puisque nous ne sommes pas soumis à la Loi mais à la grâce, allons-nous commettre le péché ? Pas du tout.
  • 16 Ne le savez-vous pas ? Celui à qui vous vous présentez comme esclaves pour lui obéir, c’est de celui-là, à qui vous obéissez, que vous êtes esclaves : soit du péché, qui mène à la mort, soit de l’obéissance à Dieu, qui mène à la justice.
  • 17 Mais rendons grâce à Dieu : vous qui étiez esclaves du péché, vous avez maintenant obéi de tout votre cœur au modèle présenté par l’enseignement qui vous a été transmis.
  • 18 Libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.
  • 19 J’emploie un langage humain, adapté à votre faiblesse. Vous aviez mis les membres de votre corps au service de l’impureté et du désordre, ce qui mène au désordre ; de la même manière, mettez-les à présent au service de la justice, ce qui mène à la sainteté.
  • 20 Quand vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres par rapport aux exigences de la justice.
  • 21 Qu’avez-vous récolté alors, à commettre des actes dont vous avez honte maintenant ? En effet, ces actes-là aboutissent à la mort.
  • 22 Mais maintenant que vous avez été libérés du péché et que vous êtes devenus les esclaves de Dieu, vous récoltez ce qui mène à la sainteté, et cela aboutit à la vie éternelle.
  • 23 Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur.

o

o St. Jean 2 18-25 :

  • 18 Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? »
  • 19 Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. »
  • 20 Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! »
  • 21 Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.
  • 22 Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.
  • 23 Pendant qu’il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en son nom, à la vue des signes qu’il accomplissait.
  • 24 Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous
  • 25 et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme.
Lundi 6 Avril Avril 2015 (SEMAINE APRES PÂQUE.)  Lundi de Pâque. Hevorae lundi   Lectures bibliques pour la Liturgie et éléments de méditation :

Qui sont « Les femmes Myrrhophores »

Myrrhophore (grec : Μυροφόροι ; latin : Myrophorae; slavon d'Église : Жены́-мѷроно́сицы ; roumain : Mironosiţe) sont, dans les Églises d'Orient – Églises orthodoxes et Églises catholiques de rite byzantin –, les personnes mentionnées dans le Nouveau Testament qui participèrent à l'ensevelissement de Jésus et qui découvrirent le sépulcre vide après sa Résurrection.

Ce terme renvoie usuellement aux Saintes Femmes porteuses de myrrhe qui, se rendant au petit matin à la tombe de Jésus, trouvèrent celle-ci vide.

Dans le christianisme occidental, on parle généralement des « femmes au tombeau » ou des Trois Marie.

(Matth., 27:55-61 ; Matth., 28:1-10 ; Marc, 15:40-16:11 ; Luc, 23:50-24:10 ; Jean, 19:38-20:18).

===

Par Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942), carmélite, martyre.Pour le 6 janvier 1941 (trad. Source cachée, Cerf 1999, p. 279)

« Il marchait avec eux »


Le même Sauveur, que la Parole de l'Écriture nous met sous les yeux dans son humanité en nous le montrant sur tous les chemins qu'il a parcourus sur la terre, habite parmi nous caché sous l'apparence du pain eucharistique, il vient à nous tous les jours comme Pain de Vie.

Dans ces deux aspects, il se fait proche de nous et sous ces deux aspects il désire que nous le cherchions et que nous le trouvions.

L'un appelle l'autre.

Lorsque nous voyons avec les yeux de la foi le Sauveur devant nous, comme l’Écriture nous le dépeint, alors grandit notre désir de l'accueillir en nous dans le Pain de Vie.

Le pain eucharistique à son tour avive notre désir de faire toujours plus profondément connaissance avec le Seigneur à partir de la Parole de l'Écriture, et donne des forces à notre esprit pour une meilleure compréhension.

Lundi 6 Avril Avril 2015 (SEMAINE APRES PÂQUE.)  Lundi de Pâque. Hevorae lundi   Lectures bibliques pour la Liturgie et éléments de méditation :

Par Saint Grégoire le Grand (v. 540-604), pape de rome et docteur de l'Église .Homélies sur les évangiles, 21, 5-6; PL 76, 1172 (trad. Véricel, Les Pères commentent, p. 341)

« Allez dire à ses disciples : ' Il est ressuscité et il vous précède en Galilée ; c'est là que vous le verrez' » (Mt 28,7)


C'est volontairement qu'il est dit :

-« Il vous précède en Galilée : là vous le verrez, comme il vous l'a dit. »

Galilée veut dire « fin de la captivité ».

Le Rédempteur, lui, était déjà passé de la passion à la résurrection, de la mort à la vie, du châtiment à la gloire, de la corruption à l'incorruptibilité.

Mais si les disciples, après la résurrection, le voient d'abord en Galilée, c'est que, plus tard, nous ne contemplerons, dans la joie, la gloire de sa résurrection que si nous quittons nos vices pour les sommets de la vertu.

Il y a un déplacement à faire : si la nouvelle est connue au sépulcre, c'est ailleurs que le Christ se montre...


Il y avait deux vies ; nous en connaissions une, mais pas l'autre.

Il y avait une vie mortelle et une immortelle, une corruptible et l'autre incorruptible, une de mort et l'autre de résurrection.

Alors vint le Médiateur entre Dieu et les hommes, l'homme Jésus Christ (1Tm 2,5), qui se chargea de la première vie et nous révéla l'autre, qui perdit l'une en mourant et nous révéla l'autre en ressuscitant.

S'il nous avait promis, à nous qui connaissions la vie mortelle, une résurrection de la chair sans nous en donner une preuve palpable, qui aurait pu ajouter foi en ses promesses ?

Lundi 6 Avril Avril 2015 (SEMAINE APRES PÂQUE.)  Lundi de Pâque. Hevorae lundi   Lectures bibliques pour la Liturgie et éléments de méditation :

LA FRUSTRATION FAIT-ELLE GRANDIR ?

Elle engendre des passions morbides : le ressentiment, la colère, la jalousie, la violence. Elle cherche des formes de compensation, inspirées par l’amour de soi, dans l’alimentation, la sexualité, ou la domination, par exemple. Une plante privée du sol qui lui convient, de l’ensoleillement naturel ou de la quantité d’eau dont elle a besoin, s’étiole. L’être humain privé de la satisfaction de ses besoins élémentaires ou imaginaires, devient amer. Il ne grandit pas. Il se racornit. Un bon nombre des souffrances a là son origine. En profondeur, l’homme privé de satisfaire son désir d’infini, et, très précisément, de Dieu, se lamente à la porte du Paradis, comme le fit Adam. L’image divine aspire naturellement à la ressemblance : l’échec de ce projet produit le manque le plus pénible à l’être humain, qu’il en soit ou non conscient. L’enfer est le lieu mystique de la plus grande frustration – un feu et une soif inextinguibles… et la haine de l’amour.

On peut tenter un changement d’attitude (« conversion »), en renonçant, si possible à l’impasse de la révolte… « Pour nous, c’est justice ! », dit le Larron au Golgotha. Tentons de bénir ceux qui jouissent de ce qui nous est refusé ; de remercier Dieu d’avoir exaucé les autres. Apprenons à dire Oui, à rendre grâce, à chercher quel est pour nous, dans la situation de frustration, le message divin. Frustré de liberté, un prisonnier rendait grâce à Dieu pour ceux qui voyaient le soleil. La gestion de la frustration et du manque est l’œuvre de l’esprit de l’homme, de sa conscience, de sa liberté et de sa volonté. Dire Oui à la situation qui nous révoltait ouvre un espace. « C’est au travers de la frustration et de l’attente que naît un Objet extérieur d’où vient la gratification. Sans cette gratification et cette attente, il n’y a pas de limite entre le Moi et le non-Moi » (S. Freud). Dans la frustration acceptée activement par un Oui, non plus subie avec colère, mais choisie, apparaît l’Esprit, le Consolateur, le Sujet source de grâce et de gratification.

L’ascète « choisit perpétuellement l’essentiel », et il se trouve une « joie dans le dépouillement » (M. Béjart). Mais, renoncer librement à un bien par amour pour quelqu’un – pour le Christ, pour le prochain – nous frustrer librement d’un plaisir, du confort ou même de la vie, par amour, nous ouvre à la Vie éternelle, enseigne le Seigneur. L’ascèse des disciples de Jésus est principalement le renoncement à sa propre volonté, à l’amour de soi, et le dépouillement des désirs et de leur objet. Le renonçant devient sans besoin, comme Dieu, et rien ne peut le frustrer – sauf la soif insatiable que tous soient sauvés – ou encore l’aspiration à aimer plus qu’il n’a pu, ou su, aimer jusqu’alors. Grande douleur que seul l’Esprit peut combler, « Lui qui remplit tout »

(Source : « Sagesse Orthodoxe »)

Lundi 6 Avril Avril 2015 (SEMAINE APRES PÂQUE.)  Lundi de Pâque. Hevorae lundi   Lectures bibliques pour la Liturgie et éléments de méditation :
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 18:16
Selon Saint Vincent Ferrier, dans la Foi, LA VIERGE ETAIT SÛRE DE LA Résurrection de son Divin Fils :

La Vierge était absolument certaine de la résurrection de son Fils puisqu’il l’avait si ouvertement prédite ; mais elle en ignorait l’heure qui, en effet, ne se trouve nulle part déterminée (…). Cependant, au psaume 56, David, parlant en la personne du Père à son Fils, dit : "Eveille-toi, ma gloire, éveille-toi ma harpe et ma cithare." Et le Fils répondit : "Je m’éveillerai à l’aurore…".

Quand la Vierge Marie sut l’heure de la résurrection(…), elle voulut s’assurer si d’autres Prophètes n’avaient pas mentionné l’heure de la résurrection et elle trouva au chapitre six d’Osée ce texte : "Après deux jours il nous rendra la vie, le troisième jour il nous relèvera et nous vivrons en sa présence (…)."

La Vierge se leva et dit : "Ces témoins de l’heure où mon Fils doit ressusciter me suffisent…" (…). Et, aussitôt, le Christ lui envoya l’ange Gabriel disant : "Toi qui as annoncé à ma Mère l’incarnation du Verbe, annonce-lui sa résurrection." Aussitôt l’Ange vola vers la Vierge et lui dit : "Reine du ciel, réjouis-toi, car celui que tu as mérité de porter dans ton sein est ressuscité comme il l’a dit." Et le Christ salua sa Mère en disant : "La paix soit avec toi…".

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 18:13
Voici le jour que le Seigneur a fait (Saint Maxime de Turin)

Par Saint Maxime de Turin (?-v. 420),

évêque . Sermon 36 ; PL 57, 605 (trad. coll. Icthus t. 10, p. 262)

« Voici le jour que le Seigneur a fait » (Ps 117,24)


Laissons éclater notre joie, mes frères, aujourd'hui comme hier.

Si les ombres de la nuit ont interrompu nos réjouissances, le jour saint n'est pas achevé :

-la clarté que répand la joie du Seigneur est éternelle. Le Christ nous illuminait hier ; aujourd'hui encore resplendit sa lumière.

« Jésus Christ est le même hier et aujourd'hui » dit le bienheureux apôtre Paul (He 13,8).

Oui, pour nous le Christ s'est fait le jour. Pour nous, il est né aujourd'hui, comme l'annonce Dieu son Père par la voix de David :

-« Tu es mon fils ; aujourd'hui je t'ai engendré » (Ps 2,7).

Qu'est-ce à dire ?

Qu'il n'a pas engendré son fils un jour, mais qu'il l'a engendré jour et lumière lui-même.


Oui, le Christ est notre aujourd'hui : splendeur vivante et sans déclin, il ne cesse d'embraser le monde qu'il porte (He 1,3) et ce flamboiement éternel semble n'être qu'un jour.

« Mille ans sont à tes yeux comme un seul jour » s'écrie le prophète (Ps 89,4).

Oui, le Christ est ce jour unique, parce que unique est l'éternité de Dieu.

Il est notre aujourd'hui : le passé, enfui, ne lui échappe pas ; l'avenir, inconnu, n'a pas de secrets pour lui. Lumière souveraine, il étreint tout, il connaît tout, à tous les temps il est présent et il les possède tous.

Devant lui, le passé ne peut pas s'effondrer, ni l'avenir se dérober.

Cet aujourd'hui n'est pas le temps où selon la chair il est né de la Vierge Marie, ni celui où selon la divinité, il sort de la bouche de Dieu son Père, mais le temps où il est ressuscité d'entre les morts :

-« Il a ressuscité Jésus, dit l'apôtre Paul ; ainsi est-il écrit au psaume deuxième : ' Tu es mon fils ; aujourd'hui je t'ai engendré ' » (Ac 13,33).


Vraiment, il est notre aujourd'hui, quand, jailli de la nuit épaisse des enfers, il embrase les hommes.

Vraiment, il est notre jour, celui que les noirs complots de ses ennemis n'ont pas pu obscurcir.

Nul jour mieux que ce jour n'a su accueillir la lumière : à tous les morts, il a rendu et le jour et la vie.

La vieillesse avait étendu les hommes dans la mort ; il les a relevés dans la vigueur de son aujourd'hui.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Pères de l'Eglise
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 07:27
Christ est Ressuscité, Alléluia !  Heureuses et Saintes Fêtes de Pâques, chers amis ! Aloho m’barekh, que le Seigneur vous bénisse !

Christ est Ressuscité, Alléluia ! Heureuses et Saintes Fêtes de Pâques, chers amis ! Aloho m’barekh, que le Seigneur vous bénisse !

  • Quadisha Qurbana (Ste Messe) :
    • Actes 2: 22 -36 :

22 Hommes d’Israël, écoutez les paroles que voici. Il s’agit de Jésus le Nazaréen, homme que Dieu a accrédité auprès de vous en accomplissant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes.

23 Cet homme, livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu, vous l’avez supprimé en le clouant sur le bois par la main des impies.

24 Mais Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir.

25 En effet, c’est de lui que parle David dans le psaume : Je voyais le Seigneur devant moi sans relâche : il est à ma droite, je suis inébranlable.

26 C’est pourquoi mon cœur est en fête, et ma langue exulte de joie ; ma chair elle-même reposera dans l’espérance :

27 tu ne peux m’abandonner au séjour des morts ni laisser ton fidèle voir la corruption.

28 Tu m’as appris des chemins de vie, tu me rempliras d’allégresse par ta présence.

29 Frères, il est permis de vous dire avec assurance, au sujet du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a été enseveli, et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous.

30 Comme il était prophète, il savait que Dieu lui avait juré de faire asseoir sur son trône un homme issu de lui.

31 Il a vu d’avance la résurrection du Christ, dont il a parlé ainsi : Il n’a pas été abandonné à la mort, et sa chair n’a pas vu la corruption.

32 Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.

33 Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez.

34 David, en effet, n’est pas monté au ciel, bien qu’il dise lui-même : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : “Siège à ma droite,

35 jusqu’à ce que j’aie placé tes ennemis comme un escabeau sous tes pieds.”

36 Que toute la maison d’Israël le sache donc avec certitude : Dieu l’a fait Seigneur et Christ, ce Jésus que vous aviez crucifié. »

  • I Corinthiens 15: 1 – 19 :

01 Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile, vous l’avez reçu ; c’est en lui que vous tenez bon,

02 c’est par lui que vous serez sauvés si vous le gardez tel que je vous l’ai annoncé ; autrement, c’est pour rien que vous êtes devenus croyants.

03 Avant tout, je vous ai transmis ceci, que j’ai moi-même reçu : le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures,

04 et il fut mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures,

05 il est apparu à Pierre, puis aux Douze ;

06 ensuite il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois – la plupart sont encore vivants, et quelques-uns sont endormis dans la mort –,

07 ensuite il est apparu à Jacques, puis à tous les Apôtres.

08 Et en tout dernier lieu, il est même apparu à l’avorton que je suis.

09 Car moi, je suis le plus petit des Apôtres, je ne suis pas digne d’être appelé Apôtre, puisque j’ai persécuté l’Église de Dieu.

10 Mais ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et sa grâce, venant en moi, n’a pas été stérile. Je me suis donné de la peine plus que tous les autres ; à vrai dire, ce n’est pas moi, c’est la grâce de Dieu avec moi.

11 Bref, qu’il s’agisse de moi ou des autres, voilà ce que nous proclamons, voilà ce que vous croyez.

12 Nous proclamons que le Christ est ressuscité d’entre les morts ; alors, comment certains d’entre vous peuvent-ils affirmer qu’il n’y a pas de résurrection des morts ?

13 S’il n’y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n’est pas ressuscité.

14 Et si le Christ n’est pas ressuscité, notre proclamation est sans contenu, votre foi aussi est sans contenu ;

15 et nous faisons figure de faux témoins de Dieu, pour avoir affirmé, en témoignant au sujet de Dieu, qu’il a ressuscité le Christ, alors qu’il ne l’a pas ressuscité si vraiment les morts ne ressuscitent pas.

16 Car si les morts ne ressuscitent pas, le Christ non plus n’est pas ressuscité.

17 Et si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi est sans valeur, vous êtes encore sous l’emprise de vos péchés ;

18 et donc, ceux qui se sont endormis dans le Christ sont perdus.

19 Si nous avons mis notre espoir dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes.

  • Saint Matthieu 28: 1-20 :

01 Après le sabbat, à l’heure où commençait à poindre le premier jour de la semaine, Marie Madeleine et l’autre Marie vinrent pour regarder le sépulcre.

02 Et voilà qu’il y eut un grand tremblement de terre ; l’ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus.

03 Il avait l’aspect de l’éclair, et son vêtement était blanc comme neige.

04 Les gardes, dans la crainte qu’ils éprouvèrent, se mirent à trembler et devinrent comme morts.

05 L’ange prit la parole et dit aux femmes : « Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié.

06 Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où il reposait.

07 Puis, vite, allez dire à ses disciples : “Il est ressuscité d’entre les morts, et voici qu’il vous précède en Galilée ; là, vous le verrez.” Voilà ce que j’avais à vous dire. »

08 Vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.

09 Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui.

10 Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

11 Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.

12 Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme

13 en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.”

14 Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. »

15 Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.

16 Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.

17 Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.

18 Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.

19 Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,

20 apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

===

Par Saint Maxime de Turin (?-v. 420),

évêque . Sermon 36 ; PL 57, 605 (trad. coll. Icthus t. 10, p. 262)

« Voici le jour que le Seigneur a fait » (Ps 117,24)


Laissons éclater notre joie, mes frères, aujourd'hui comme hier. Si les ombres de la nuit ont interrompu nos réjouissances, le jour saint n'est pas achevé : la clarté que répand la joie du Seigneur est éternelle. Le Christ nous illuminait hier ; aujourd'hui encore resplendit sa lumière. « Jésus Christ est le même hier et aujourd'hui » dit le bienheureux apôtre Paul (He 13,8). Oui, pour nous le Christ s'est fait le jour. Pour nous, il est né aujourd'hui, comme l'annonce Dieu son Père par la voix de David : « Tu es mon fils ; aujourd'hui je t'ai engendré » (Ps 2,7). Qu'est-ce à dire ? Qu'il n'a pas engendré son fils un jour, mais qu'il l'a engendré jour et lumière lui-même.


Oui, le Christ est notre aujourd'hui : splendeur vivante et sans déclin, il ne cesse d'embraser le monde qu'il porte (He 1,3) et ce flamboiement éternel semble n'être qu'un jour. « Mille ans sont à tes yeux comme un seul jour » s'écrie le prophète (Ps 89,4).

Oui, le Christ est ce jour unique, parce que unique est l'éternité de Dieu.

Il est notre aujourd'hui : le passé, enfui, ne lui échappe pas ; l'avenir, inconnu, n'a pas de secrets pour lui. Lumière souveraine, il étreint tout, il connaît tout, à tous les temps il est présent et il les possède tous.

Devant lui, le passé ne peut pas s'effondrer, ni l'avenir se dérober.

Cet aujourd'hui n'est pas le temps où selon la chair il est né de la Vierge Marie, ni celui où selon la divinité, il sort de la bouche de Dieu son Père, mais le temps où il est ressuscité d'entre les morts :

-« Il a ressuscité Jésus, dit l'apôtre Paul ; ainsi est-il écrit au psaume deuxième : ' Tu es mon fils ; aujourd'hui je t'ai engendré ' » (Ac 13,33).


Vraiment, il est notre aujourd'hui, quand, jailli de la nuit épaisse des enfers, il embrase les hommes.

Vraiment, il est notre jour, celui que les noirs complots de ses ennemis n'ont pas pu obscurcir.

Nul jour mieux que ce jour n'a su accueillir la lumière : à tous les morts, il a rendu et le jour et la vie.

La vieillesse avait étendu les hommes dans la mort ; il les a relevés dans la vigueur de son aujourd'hui.

+++

Selon Saint Vincent Ferrier, dans la Foi, LA VIERGE ETAIT SÛRE DE LA Résurrection de son Divin Fils :

La Vierge était absolument certaine de la résurrection de son Fils puisqu’il l’avait si ouvertement prédite ; mais elle en ignorait l’heure qui, en effet, ne se trouve nulle part déterminée (…). Cependant, au psaume 56, David, parlant en la personne du Père à son Fils, dit : "Eveille-toi, ma gloire, éveille-toi ma harpe et ma cithare." Et le Fils répondit : "Je m’éveillerai à l’aurore…".

Quand la Vierge Marie sut l’heure de la résurrection(…), elle voulut s’assurer si d’autres Prophètes n’avaient pas mentionné l’heure de la résurrection et elle trouva au chapitre six d’Osée ce texte : "Après deux jours il nous rendra la vie, le troisième jour il nous relèvera et nous vivrons en sa présence (…)."

La Vierge se leva et dit : "Ces témoins de l’heure où mon Fils doit ressusciter me suffisent…" (…). Et, aussitôt, le Christ lui envoya l’ange Gabriel disant : "Toi qui as annoncé à ma Mère l’incarnation du Verbe, annonce-lui sa résurrection." Aussitôt l’Ange vola vers la Vierge et lui dit : "Reine du ciel, réjouis-toi, car celui que tu as mérité de porter dans ton sein est ressuscité comme il l’a dit." Et le Christ salua sa Mère en disant : "La paix soit avec toi…".

+++

• La joie de l’Évangile •

La parole de Dieu

Pierre partit avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau.
Ils couraient tous les deux ensemble,
mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre
et arriva le premier au tombeau.

Évangile selon saint Jean, chapitre 20, versets 2 et 4

La méditation

Fermez les yeux et écoutez. La ville de Jérusalem encore endormie. Deux hommes courent à perdre haleine. Bruit de leurs sandales sur les pavés des ruelles. Dans leur tête résonnent les paroles de Marie-Madeleine : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau et nous ne savons pas où on l’a mis. » Ces deux hommes courent comme des fous, le plus jeune ne prenant pas la peine d’attendre le plus ancien même si, une fois arrivé au tombeau, il n’ose pas entrer le premier.
Ce matin-là, leur cœur à tous deux aurait pu exploser. Pas seulement en raison de leur course effrénée, mais en raison de ce sentiment indescriptible, de cette joie indicible, sans mots possibles : alors c’était peut-être bien vrai ce que Jésus n’avait cessé d’annoncer, qu’il ressusciterait au troisième jour. Alors l’horreur de la crucifixion n’était peut-être qu’un cauchemar qui avait, un moment, eu raison de leurs rêves les plus fous.
Dans leur cœur, c’est quelque chose comme la joie de la fiancée à qui on apprend que son fiancé est de retour de la guerre, sain et sauf, mais qui n’ose encore y croire aussi longtemps qu’elle ne se sera pas jetée dans ses bras. C’est la joie de parents à qui on apprend que l’enfant qu’ils croyaient condamné par la maladie, enseveli sous les décombres d’un bombardement à Gaza ou ailleurs, est sauvé, mais qui n’osent encore y croire tant qu’ils ne l’auront pas couvert de baisers et vu sourire. C’est cette joie-là, la joie des deux disciples et de Marie-Madeleine en ce matin de Pâques. C’est cette joie-là, la joie de l’Évangile, pas moins folle, pas moins vraie, pas moins incarnée. C’est cette joie-là, la joie de Pâques aujourd’hui : « Le Christ est ressuscité& nbsp;! »
Arrivés au tombeau, il n’y a rien à voir si ce n’est ce troublant sentiment de paix. Nulle trace de violence ou de désordre. Seulement la douceur du réveil de Celui qui s’est levé d’entre les morts. Quelque chose comme cette douceur si particulière de la chambre d’un enfant, au matin, tout étonné d’ouvrir des yeux encore ensommeillés sous le regard plein d’amour de sa mère. Les deux disciples n’ont rien appris de nouveau au bout de leur course folle. Ils sont comme nous finalement, ils n’ont aucune preuve, mais ils savent.
Passés ces premiers instants, leur vie n’en sera pas immédiatement changée, et Pierre retournera pêcher sur le lac de Galilée. Il faudra d’autres rencontres avec le Ressuscité pour que sa vie, définitivement, bascule. Nous aussi, il nous faudra aller de Pâques en Pâques, de passage en passage, pour que notre vie bascule. Mais aujourd’hui, vivons la joie de cet instant. Bonne fête de Pâques, le Christ est vraiment ressuscité !

Pour aller plus loin avec la Parole

« Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : “On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé.” Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, pos&eac ute;s à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts. »

Évangile selon saint Jean, chapitre 20, versets 1 à 9

Source : « Carême dans la Ville »

Dimanche 5 Avril 2015  Dimanche de Pâques. Résurrection de Notre-Seigneur.  Kyomtho (Pâques) à Koodosh Edtho
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 06:57
« Nous voyons le christianisme comme une religion de tolérance et d'amour », déclare pour sa part un musulman converti.

« Nous voyons le christianisme comme une religion de tolérance et d'amour », déclare pour sa part un musulman converti.

Même s'ils portent des noms musulmans comme Mohammed ou Ali, ces Marocains sont chrétiens et continuent à assister à la messe, en dépit de la colère des islamistes et des soupçons de la police. Selon Abd-al-Halim, le coordinateur de l'Église anglicane marocaine, « un millier d'entre nous appartiennent à une cinquantaine d'Églises indépendantes dans les grandes villes du Royaume ». Médecin âgé de 57 ans, il s'est converti au christianisme il y a 16 ans, alors qu'il vivait à l'étranger.

Pratiquer en cachette

« Nous avons pu observer nos pratiques religieuses en cachette, confie-t-il. Cependant, pour des raisons de sécurité, nous sommes obligés de fonctionner comme une organisation secrète. Quand une église individuelle devient trop importante (plus de 20 membres), elle doit être scindée en deux entités pour ne pas éveiller les soupçons. » Lorsque Abd-al-Halim est rentré au pays voici sept ans, il a été surpris par l'augmentation des conversions. « Dans les années 70, déclare-t-il, il y avait 400 membres. Il y a quatre ans, il y en avait 700. Maintenant on en compte a plus d'un millier. »

Convertis via la télévision et Internet

La plupart de ces convertis appartiennent à la classe moyenne, travaillent dans le secteur privé ou sont ingénieurs. Cependant, on trouve également des artistes, des femmes au foyer, des étudiants et de jeunes chômeurs. Le christianisme s'est répandu au Maroc au cours du troisième siècle avant l'avènement de l'islam au VIIe siècle, devenu la religion d’État. L’Église protestante a pour sa part commencé à s'implanter au début des années 90, quand les missionnaires étrangers sont arrivés au Maroc. Aujourd'hui, on recense sept églises libres à Marrakech, six à Casablanca, cinq à Rabat et une à Laâyoune, la plus grande ville du Sahara occidental.
Un homme de 30 ans nommé Joseph explique que « la télévision et Internet sont deux moyens très efficaces pour le prosélytisme. Un soldat s'est converti au christianisme dans mon église grâce à la chaîne Al-Hayat ». Un homme d'affaires, devenu chrétien il y a 19 ans avec sa famille, ajoute : « Beaucoup d'entre nous considèrent l'islam comme une religion restrictive et non une véritable doctrine. D'autre part, nous voyons le christianisme comme une religion de tolérance et d'amour ». Il ajoute que 60% d'entre eux embrassent le christianisme à la suite de contacts personnels, 30% via la télévision et Internet et environ 10% par des missionnaires. Les trois chaînes chrétiennes de télévision qui retransmettent au Maroc, dans le dialecte local, de la musique religieuse et des sermons sont Al-Hayat, Al-Mu’jizah et Sat 7.

De nombreuses convocations au poste

Afin d'éviter d'attirer l'attention et des réactions hostiles, les réunions religieuses se tiennent dans des appartements ou maisons dans les quartiers de la classe moyenne. « Nous devons faire preuve de discrétion parce que la plupart des gens ne peuvent pas admettre la possibilité que nous soyons arabes et non-musulmans, explique Abd-al-Halim. Le danger le plus important pour nous est l'ignorance. » De même, ils sont menacés par l'article 220 du Code pénal marocain, qui prescrit une peine de six mois à trois ans de prison pour « quiconque utilise des moyens incitant à ébranler la foi d'un musulman ou le convertir à une autre
religion ». Joseph souligne qu'il a déjà été convoqué au poste de police des douzaines de fois. En dépit de cela, il reconnaît que le Royaume « est le plus libéral de tous les pays arabes ». Et il ajoute :
« Je crois que le roi désire vraiment la démocratie ».

Pour sa part, Radwan Bin Shakrun, président du Conseil des théologiens à Casablanca, a exprimé son extrême opposition à ces nouveaux chrétiens et expliqué que « l’apostasie est le plus grave des péchés qui peuvent être commis par un musulman ». Quant aux islamistes, ils considèrent cela comme totalement inacceptable. Hussein Daoudi, député du Parti islamiste de la justice et du développement (PJD), a déclaré : « Nos partisans n'acceptent pas la possibilité de se convertir et y sont opposés ». Il l'a cependant en partie autorisée : « Tant que cela reste sur le plan personnel, alors il n'y a aucun problème. Les problèmes surviennent lorsque s'ajoute le prosélytisme, ou quand les enfants ou les enseignants viennent à l'école en portant des croix. Il est clair que cela ne peut pas être toléré ».

De Tony Assaf dans "ALETEIA" adapté par Élisabeth de Lavigne

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans DIALOGUE INTERRELIGIEUX
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 16:55
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne

Recherche

Liens