Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2019 5 24 /05 /mai /2019 12:54

Les questions canoniques résultant de l’état des choses

 

créées en Europe occidentale depuis la guerre

 

Conférence, donnée lors d’une retraite de la Confrérie Saint-Photius, autour de 1932, et publiée dans le n°192 de la revue « Présence orthodoxe » republié dans l'édition de Forgeville n°5.

 

Je me permets de faire un petit avant-propos à nos discussions pratiques : tout homme pieux commence chaque travail par la prière, car il est habitué à tout faire avec l’aide de Dieu, et il ne croit plus dans ses propres forces. Et un orthodoxe, un homme qui glorifie Dieu en vérité, ne pense jamais, même sur les questions les plus passagères sans, avant tout, élever son esprit vers les principes premiers, les dogmes, qui construisent toujours sur le seul fondement : le Christ, la vérité. Avant de parler de questions purement pratiques, élevons nos esprits vers ces principes.

La croyance fondamentale dans la vie de l’Église est que, constituée d’hommes, dans les conditions limitées par l’espace, le temps, L’Église peut se manifester dans sa plénitude de grâce et de vérité, dans la vie divine du Saint-Esprit.

Le thème que nous nous proposons de discuter est bien limité dans le temps, l’espace et les hommes. Mais nous nous proposons surtout de voir la question canonique qui en résulte, l’organisation de l’Église. Elle n’est plus limitée, ayant à sa tête Dieu-homme, existant pour un but absolu : la divinisation du monde. Elle vit essentiellement de la lumière non créée, de la Sainte Trinité vivifiée par le Saint-Esprit.

Autrement dit, nous posons la question : comment une chose absolue, sans limites existe (quel paradoxe : l’absolu peut être, mais il n’est pas) et pourtant existe ou doit exister dans des conditions limitées par le temps, l’espace et les hommes, en particulier après la guerre, en Europe occidentale.

 

Il y a trois dogmes, trois mystères principaux sur les rapports entre l’absolu et les choses limitées :

Dieu sans limites a créé le monde limité

Dieu sans limites S’est uni au monde limité, pour que

Le monde limité s’unisse à la Divinité sans limites.

 

Ce sont trois absurdités logiques, trois bases essentielles de la vie et de l’existence de ce qui existe et vit et, outre ces trois absurdités, il n’y a rien. Tout existe par ces trois absurdités logiques, par ces trois mystères principaux d’existence. L’Église les confesse, sa vérité dogmatique les incarne en évidence dans la vie, dans la vérité canonique.

 

Le monde existe par le premier mystère, le fondement de l’Église est le deuxième mystère, l’Église vit par le troisième mystère. Saint Grégoire le Théologien, ayant vu cette loi fondamentale d’existence, a proclamé le premier, s’est dirigé vers le deuxième et s’est arrêté sur le troisième.

Confesser ces trois mystères est la vérité dogmatique.

Vivre personnellement cette loi est la vérité ascétique.

Organiser la vie, la société par cette loi est la vérité canonique.

 

La question canonique est la question sociale basée sur les trois lois fondamentales de l’existence. Les sociologues recherchent des formules parfaites et parfois absolues pour la vie sociale. L’Église leur répond que les choses limitées resteront limitées, car c’est la volonté divine. Mais je vais donner plus que vous n’attendez : l’absolu dans des conditions limitées.

 

Premier mystère. Dieu Se limite sans S’être limité par le temps : les 7 jours de la création.

Deuxième mystère. Dieu Se limite dans l’espace, devient un petit enfant, entre dans le tombeau.

Troisième mystère. Dieu Se partage sans être partagé, et devient la propriété des hommes par L’Église. Il Se partage entre les 120, le jour de la Pentecôte. Il Se partage dans l’eucharistie, Il Se partage entre les Églises tout en restant en plénitude.

 

En se rappelant ces mystères dans l’Église, tous ces bienfaits divins, revenons à nos questions pratiques, mais en les étudiant sur un fondement, sur la vérité, du point de vue du temps, de l’espace et des hommes.

 

Le temps

Ce que nous sommes aujourd’hui, en Europe occidentale, dans la province française, nous, les représentants des différents peuples orthodoxes d’Orient, pourrait être tout à fait invraisemblable pour n’importe qui avant la guerre. Nous pouvons poser la question sur le plan théorique et sur le plan pratique.

La diaspora des peuples orthodoxes, des Russes, des Grecs, des Géorgiens, est une des choses caractéristiques de notre temps et, pour l’Église, une des choses les plus nouvelles et inattendues.

Les canons de l’Église ne prévoient pas l’organisation de la diaspora. Dieu nous a dispersés. Qu’attend-Il de nous ? Comment devons-nous Le servir dans ces nouvelles conditions ? Pourquoi nous jette-t-Il dans tous les coins du monde, comme si nous étions l’ancien Israël de l’époque de la naissance de l’Église ? La réponse est claire ; elle se répète à chaque instant de l’histoire des peuples après une guerre. Oui, vous êtes le nouvel Israël de l’époque de la renaissance de l’Orthodoxie en Occident.

Les peuples bien-aimés de cette œuvre, et en particulier la France depuis mille ans sous le joug de l’erreur, vous devez les libérer par la vérité. Il n’y a pas beaucoup parmi vous qui prêtez l’oreille pour écouter la parole de Dieu. Mais ceux qui vivent par l’Esprit-Saint prévoient notre grande mission.

La Dame de La Salette disait à cent ou deux cents petits français : « les vrais fils de grâce, viendront de loin habiter ici ». Et le saint Séraphin séraphique de Sarov prophétise : « Cent ans après ma mort, si les orthodoxes suivent la volonté de Dieu, ils renouvelleront la vérité en Occident et l’Église aura un concile œcuménique ». Il est mort en 1833, et 100 ans, c’est aujourd’hui. Dieu a préparé les conditions pour la mission pour laquelle nous réunissons ce concile : accomplir cette prophétie.

Du point de vue canonique, l’organisation de l’Église orthodoxe en Europe occidentale doit, avant tout, se soumettre à l’histoire de la restauration de l’Orthodoxie en Occident. Si les orthodoxes comprennent cette mission, ils vivront et auront la plénitude de la grâce. S’ils refusent d’obéir à la volonté divine et s’occupent des choses ethniques, politiques et autres, l’Église orthodoxe sera détruite en Occident et la foi diminuera parmi nous.

L’espérance de notre Confrérie nous a déjà bien montré que, lorsque nous travaillons pour la restauration de l’Orthodoxie en Occident, en particulier en France, et tâchons d’organiser l’action selon ce but, nous avons l’abondance de la grâce et, dans notre faiblesse, Dieu nous donne des forces spirituelles sans limites. Si nous lâchons notre tâche, nous perdrons la bénédiction de Dieu et nous sentirons faibles, sans être fatigués, inutiles pour Dieu, pour l’Église et pour le monde.

 

L’espace

L’Europe occidentale et en particulier la France est un territoire canonique où, pendant mille ans a fleuri l’Orthodoxie pure, la sainteté de l’Église, la plénitude de la grâce. Après mille ans, elle est tombée dans l’erreur. Ce n’est qu’en se rattachant à la sainteté de cette terre spirituelle que nous vivrons la plénitude de la grâce. Combien avons-nous vu d’expériences admirables dans le travail de notre confrérie.

 

Les hommes

L’Orthodoxie actuelle en Occident est composée de différentes émigrations des pays orthodoxes, par exemple les Russes, et des mouvements vers l’Orthodoxie parmi les autres confessions qui demandent à être réunis à l’Église.

Comment ce peuple orthodoxe, sur le territoire d’Europe occidentale, doit-il organiser la vie de l’Église pour qu’elle soit agréable à Dieu Père, Fils et Saint-Esprit ?

La réponse est nette : chaque peuple orthodoxe d’un lieu doit avoir un premier évêque parmi d’autres pour former des conciles et beaucoup pour diriger l’Église en communion, pour servir et organiser l’Église du lieu, le Père, le Fils et le Saint-Esprit. C’est l’enseignement des Apôtres. Hélas, un grand mal et entré dans l’Église : l’erreur ethnophylétiste qui déchire l’unité de l’Église et affaiblit la plénitude de l’Orthodoxie. Il y a 60 ans, le concile de 1872 l’a condamnée, mais nous voyons que, malgré cette condamnation, cette erreur continue à se développer.

On peut comparer la situation actuelle avec celle qui a suivi le premier concile de Nicée : nous multiplions les évêques sur le même territoire, dans la même ville, (...) perdant l’unité intime avec la grâce de l’Esprit (voir Jn, XX).

Tout cela a pour conséquence de diminuer l’unité de l’Église par des dissensions à caractère national, politique et autres, d’affaiblir le sentiment de l’unité de l’Église et surtout de violer un des principes fondamentaux de l’Église : le principe territorial. Selon ce principe, sur un territoire peut exister une seule Église, un seul évêque, évêque du lieu.

Je ne veux pas m’arrêter pour le moment sur les détails pratiques qui s’éclairciront dans nos discussions communes, mais voir les trois bases essentielles sur lesquelles doit être posée la question canonique en Europe occidentale après la guerre. Ce sont :

la mission ou restauration de l’Orthodoxie parmi les peuples du lieu.

le culte des saints et des traditions du lieu, de l’époque, quand l’Occident était une branche de l’Église orthodoxe, dont l’organisation était basée, non sur les principes ethniques, politiques et passagers, mais sur le principe unique de l’Église locale. Autrement dit, on doit surmonter les séparations nationales et politiques.

Les camarades de l’université d’Athènes de Basile le Grand lui disaient : voilà un prétentieux qui veut restaurer l’Orthodoxie en Orient. Le (…)[1] est un critique, il n’a rien à faire de nous et nous savons bien que nos évêques sont incapables d’aller contre les circonstances. Que pouvons-nous faire, nous, trois ou quatre jeunes gens. Et Basile répondit : « vous, et la Trinité ».

 

 


[1] Texte manquant. S’agit-il du pape de Rome ? NDLR.

SOURCE:  http://www.eugraph-kovalevsky.fr

Partager cet article

Repost0
21 mai 2019 2 21 /05 /mai /2019 15:19

Le combat pacifique pour la culture de la vie contre la culture de mort qui se répand sous diverses formes, imaginée dans les "laboratoires de l'enfer", fut depuis toujours l'un de nos combats prioritaires.
L'Eglise Syro-Orthodoxe francophone est au côté de tous les défenseurs de la Vie que ce soit en France ou dans ses missions d'Afrique, du Brésil et du Pakistan.
Pour Vincent et le respect de la dignité de la vie des personnes handicapées, nous sommes ce soir (20 Mai 2019) devant le "Ministère de la Santé" avant de nous diriger vers l'Elysée.


---------------------
A luta pacífica pela cultura da vida contra a cultura da morte, que se espalha de várias formas, imaginada nos "laboratórios do inferno", sempre foi uma das nossas lutas prioritárias.
A Igreja francófona siro-ortodoxa está ao lado de todos os defensores da vida que está na França ou em suas missões da África, Brasil e Paquistão.
Para Vincent e respeito pela dignidade da vida das pessoas com deficiência, estamos hoje à noite (20 de maio de 2019) antes do "Ministério da Saúde" antes de ir para o Elysee.

--------------------
The peaceful struggle for the culture of life against the culture of death that is spreading in various forms, imagined in the "laboratories of hell", has always been one of our priority struggles.
The Syro-Orthodox French-speaking Church is at the side of all the defenders of the Life that it is in France or in its missions of Africa, Brazil and Pakistan.
For Vincent and respect for the dignity of life of people with disabilities, we are tonight (20 May 2019) before the "Ministry of Health" before heading to the Elysee.

 

 

 

"Vincent Lambert n'est pas en fin de vie" pour le Dr Brun, médecin-chef à Montpellier

Vincent Brun est médecin-chef de la clinique Fontfroide, à Montpellier. L'établissement dispose d'une unité de 12 places pour des patients en état végétatif chronique, la situation dans laquelle est plongée Vincent Lambert suite à un accident de la route, en 2008.

Le docteur Brun a signé lundi 20 mai, avec un collectif de médecins spécialisés dans le handicap, une tribune parue dans le journal "Le Monde" estimant que l'arrêt des soins prodigués à Vincent Lambert n’est pas justifié.

Que vous inspire le dernier rebondissement de "l'affaire" Vincent Lambert, la reprise des soins, la nuit dernière, à la demande de la cour d'appel de Paris ?

Je ne me prononcerai pas car je ne connais rien aux problèmes purement juridiques. Sur le plan humain, tout ça est navrant. On est dans cette situation parce que la loi n'est pas adaptée. Je ne sais pas comment les juristes vont s'en tirer, mais c'est à eux de prendre une décision.

 

En l'occurrence, c'est la loi Leonetti, sur la fin de vie, qui doit faire référence ?

Vincent Lambert n'est pas en fin de vie. Il est dans une situation qui relève du handicap lourd. Mais telle que la loi est rédigée, elle peut s'appliquer à des situations qui ne relèvent pas de la fin de vie.

Quand on n'est pas dans une situation de fin de vie, ce n'est pas aux médecins de se prononcer. Je n'ai jamais entendu un médecin dire qu'une personne "mériterait" de vivre et une autre non, en fonction de son handicap. Le débat est philosophique, sociétal, éthique, religieux, mais pas médical.

Pourquoi Vincent Lambert est-il dans une unité de soins palliatifs ?

Le CHU de Reims présente son unité comme relevant des soins palliatifs et de la prise en charge des personnes cérébro-lésées. Mais la description de l'unité correspond à une activité de soins palliatifs. C'est très différent : on ne s'improvise pas médecins de soins palliatifs, pas plus que médecin de rééducation. Les deux prises en charge sont très différentes.

Un patient cérébro-lésé doit avoir des soins de kinésithérapie, d'ergothérapie, de réeducation, d'orthophonie, éventuellement une prise en charge psychologique... On reçoit des demandes de prise en charge très régulièrement, sans pouvoir les satisfaire. 

Je rappelle que la durée de vie dans un service de soins palliatifs est de 15 jours, Vincent Lambert y est depuis sept ans. Peut-être que ça vaut le coup de tenter de le mettre dans un service adapté à sa situation. Certains de mes patients, à certains moments, sont capables de donner leur accord ou pas à des soins, des toilettes... Quand on s'occupe d'eux, on est en situation d'abus de pouvoir, et on essaie, chaque fois, de recueillir leur consentement.

Avez-vous déjà été saisie d'une demande d'arrêt des soins pour les patients en état végétatif hospitalisés dans votre établissement ?

En dix ans, jamais. Le docteur Chevallier, responsable de l'unité, a posé la question à tous nos patients. Aucun n'a dit "J'arrête".

C'est très rare, si j'en crois mes collègues. Moi, à titre personnel, je ne suis pas opposé à l'euthanasie, mais elle est interdite en France. Interrompre les soins prodigués à Vincent Lambert, c'est ouvrir la porte à des abus pour toutes les situations difficiles. On est déjà dans des situations délicates, dans un dialogue constant avec les familles, les personnes de confiance, qui changent, avec des avis différents sur la limitation des soins par exemple. Certains sont favorables à faire le maximum pour leur proche qui souffre d'une pneumopathie ou d'un cancer du poumon, d'autres non. On discute, on s'adapte en permanence.

"La dignité, elle est où ?"

Est-ce que la situation de Vincent Lambert peut-être comparée à celle des patients accueillis à la clinique Fontfroide ?

Oui. Avec Vincent Lambert, on n'est pas dans une problématique de droit à mourir dans la dignité. On discute de sa vie, pas de sa mort. Alors, elle est où, la dignité ? Quand on donne la mort à quelqu'un, il faut le dire. Pour moi, c'est de l'euthanasie. Ce qu'on a fait subir à Vincent Lambert, l'interruption des soins, je ne le ferai pas à mon chien.

C'est une affaire très complexe...

Oui, et elle est très difficile à appréhender de l'extérieur, parce que la majorité des personnes ne savent pas ce qu'est un état végétatif chronique. Qu'est-ce qu'on sait de la vie de ces personnes ? On est parfois surpris. 40 % des personnes dites en état végétatif ne le sont pas, l'état de conscience n'est peut-être pas observable. Ils sont peut-être moins "légumes" qu'on ne le dit. Ce terme de végétatif est abominable...

Dans l'histoire de Vincent Lambert, le conflit familial, dans lequel le médecin n'a pas à arbitrer, complique un peu plus la situation. Et les politiques s'en mêlent...

Interrompre les soins de Vincent Lambert, c'est ouvrir la porte à toutes les dérives. 

 

Source: https://www.midilibre.fr/

 

On a gagné. Merci à tous. Merci Seigneur !
On a GAGNÉ !!!!!!

Vincent vivra, c'est la décision de la cour d'appel de Paris qui vient de tomber* alors que nous sommes là, parmi nos frères et soeurs, à prier et attendre près de l'Elysée, au pied de la croix du Christ réactualisée dans le calvaire de Vincent et de sa famille !

"La France doit respecter la décision du comité des droits des personnes handicapées de l'ONU ! L'alimentation et l'hydratation de Vincent vont être rétablies sans délai ! C'est une immense VICTOIRE" (Maître Jean Paillot, avocat des parents de #VincentLambert)

Mais attention,restons vigilants ! Nous avons remporté une bataille, nous n'avons pas gagné la guerre aussi bien dans ce cas emblématique que dans la défense de la Vie et de la dignité des personnes fragiles et handicapées !

Pour Vincent, rendez-vous dans six mois. . .
Restons mobilisés par la prière et l'action pacifique pour que la Lumière l'emporte sur les ténèbres ! La culture de Vie sur la "culture de mort" !

En marchant ce soir, je pensais à ces enfants que l'on élimine dans le sein de leur mère dès qu'on croit déceler une anomalie (Mais qu'est-ce que la normalité ?...), à ces personnes handicapées que nous accueillons, sans soutien, comme familiers du Monastère ...

France, "J'ai mis devant toi deux chemins. L'un conduit à la Vie,l'autre à la mort. Choisis la Vie "!...

*La cour d'appel de Paris ordonne la reprise de l'alimentation et de l'hydratation de Vincent Lambert car, reconnaissant de ce fait l'injonction du Comité de l'ONU sur les personnes handicapées comme ayant une valeur juridique contraignante .
-----------------------
Nós vencemos. Obrigado a todos. Obrigado senhor!
Nós ganhou !!!!!!

Vincent vai viver, é a decisão do Tribunal de Recurso de Paris, que caiu * enquanto estamos lá entre os nossos irmãos e irmãs, a rezar e esperar perto do Palácio do Eliseu, ao pé da cruz de Cristo atualizado no calvário de Vincent e sua família!

"A França deve respeitar a decisão do Comité dos Direitos da Pessoas com Deficiência da! Comida e hidratação Vincent ONU será restaurada sem demora! Esta é uma grande vitória" (Maître Jean Paillot, parentes de advogado #VincentLambert)

Mas tenha cuidado, fique alerta! Nós vencemos uma batalha, não ganhamos a guerra também neste caso emblemático como na defesa da vida e da dignidade das pessoas frágeis e deficientes!

Para Vincent, vá em seis meses. . .
Permaneçamos mobilizados pela oração e pela ação pacífica para que a Luz prevaleça sobre as trevas! A cultura da vida na "cultura da morte"!

Andando esta noite, pensei nessas crianças que são eliminadas no ventre de suas mães assim que pensam que detectam uma anomalia (Mas o que é normalidade?), Para aquelas pessoas com deficiência que Congratulamo-nos com, sem apoio, como familiarizado com o Mosteiro ...

França, "Eu coloco diante de vocês dois caminhos, um leva à vida, o outro à morte, escolhe a vida"! ...

* O Tribunal de Recurso de Paris ordena a restauração da dieta e hidratação de Vincent Lambert porque, assim, reconhecendo a liminar do Comitê da ONU sobre Pessoas com Deficiência como tendo valor legal vinculativo.
----------------------------
We won. Thank you all. Thank you Lord !
We won !!!!!!

Vincent will live, it is the decision of the Court of Appeal of Paris which has just fallen * while we are there, among our brothers and sisters, to pray and wait near the Elysee, at the foot of the cross of Christ updated in the calvary of Vincent and his family!

"France must respect the decision of the UN Committee on the Rights of Persons with Disabilities! Vincent's food and hydration will be restored without delay! It is a huge VICTORY" (Jean Paillot, lawyer of the parents of #VincentLambert)

But be careful, stay alert! We won a battle, we did not win the war as well in this emblematic case as in the defense of the Life and the dignity of the fragile and handicapped persons!

For Vincent, go in six months. . .
Let us remain mobilized by prayer and peaceful action so that the Light will prevail over the darkness! The culture of life on the "culture of death"!

Walking tonight, I thought of these children who are eliminated in their mothers' womb as soon as they think they detect an anomaly (But what is normalcy?), To those disabled people that we welcome, without support, as familiar with the Monastery ...

France, "I put before you two paths, one leads to life, the other to death, choose life"! ...

* The Paris Court of Appeal orders the restoration of Vincent Lambert's diet and hydration because, thereby, recognizing the injunction of the UN Committee on Persons with Disabilities as having binding legal value.

 

 

On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !
On a gagné, Vincent Lambert vivra !

Affaire Vincent Lambert : le Vatican réclame «des solutions efficaces pour protéger sa vie»

Source: Le Parisien

L’état végétatif de Vincent Lambert* « ne compromet absolument pas la dignité des personnes se trouvant dans cette condition, ni leurs droits fondamentaux à la vie et aux soins », selon le Vatican.

 
 
 

Le Vatican a réclamé mardi « des solutions efficaces pour protéger la vie » de Vincent Lambert, le quadragénaire français, en état végétatif depuis dix ans, pour lequel l’alimentation et l’hydratation ont repris mardi après avoir été interrompues la veille.

« Nous souhaitons donc que des solutions efficaces puissent être trouvées le plus rapidement possible pour protéger la vie de M. Lambert », indique un communiqué du Vatican signé par le cardinal Kevin Farrell, chef du dicastère (ministère, NDLR) pour les laïcs, la famille et la vie et Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie pontificale pour la vie.

 

Le Vatican a également dénoncé « la grave violation de la dignité de la personne que comporte l’interruption de l’alimentation et de l’hydratation ».

« L’état végétatif » dans lequel se trouve Vincent Lambert « représente certes un état pathologique pénible mais qui ne compromet absolument pas la dignité des personnes se trouvant dans cette condition, ni leurs droits fondamentaux à la vie et aux soins », ajoute le Vatican.

L’avis du pape

Le pape François avait appelé à protéger la vie « du début à la fin naturelle » lundi sur Twitter. Un tweet ensuite repris par son porte-parole, qui avait lancé un appel à la prière pour Vincent Lambert.

 

« Prions pour ceux qui vivent dans un état de grave handicap. Protégeons toujours la vie, don de Dieu, du début à la fin naturelle. Ne cédons pas à la culture du déchet », avait défendu le pape.

LIRE AUSSI >Vidéo polémique de Vincent Lambert : « Elle témoigne surtout d’une souffrance de la mère »
 

Les traitements maintenant en vie Vincent Lambert, ont repris mardi, conformément à une décision surprise de la cour d’appel de Paris, annoncée lundi soir et représentant le énième coup de théâtre dans une douloureuse affaire qui a connu de multiples rebondissements judiciaires depuis 2013 et illustre le débat en France sur la fin de vie.

 

*Note de Mor Philipose:

La notion d'état végétatif invoquée ici pour le cas de Vincent LAMBERT me parait inapproprié. En effet, Monsieur Vincent LAMBERT comprend ce qui se dit autour de lui, est capable de manger un peu de compote, de déglutir, lorsque ses proches lui parlent, il suit la conversation, etc... Il est uniquement handicapé et, pour l'instant, "en grande dépendance"...

Reprise des soins pour Vincent Lambert : réactions chez les politiques

 

 
SOURCE  "VALEURS ACTUELLES" Article de Madame  
Auteur
/ Mardi 21 mai 2019 à 15:56

La Cour d'appel de Paris a ordonné lundi soir la reprise des traitements pour Vincent Lambert, quelques heures après que le CHU où il était hospitalisé a entamé la procédure de fin de vie. De Didier Guillaume, le ministre de l'Agriculture, à Philippe de Villiers, les réactions de politiques sur la toile ont été nombreuses.

Lundi soir, la Cour d’appel de Paris a finalement relancé l’alimentation et l’hydratation de Vincent Lambert, ce tétraplégique en « état de conscience minimal » dont le corps médical, avec certains membres de sa famille, avaient entamé l’arrêt des soins. Une décision de justice qui n’a pas manqué de faire réagir la classe politique.

L’ancien ministre, aujourd’hui écrivain, Philippe de Villiers, voit la reprise des soins comme une « magnifique victoire ». Il qualifiait encore hier la décision des médecins comme une euthanasie voire une mise à mort. Aujourd’hui, il se rend compte qu’il y a bien un « sursaut de civilisation dans un milieu politique presque entièrement gagné à la barbarie ».

SUR LE MÊME SUJET
 

Quant à Stéphane Ravier, président du groupe RN au conseil municipal de Marseille, il a déclaré ce mardi sur le plateau de franceinfo que Vincent Lambert n’était pas en fin de vie mais seulement « handicapé lourd ». Il ne mérite pas d’être « assassiné ». Stéphane Ravier est heureux « pour lui et ses parents ».

« On ne parle pas de je ne sais quel procès ou je ne sais quel match de football, ça m’a profondément choqué ». Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, s’est offusqué, ce matin au micro de franceinfo, après la réaction des avocats des parents de Vincent Lambert, opposés à l’arrêt des soins, qui ont « dansé et sauté au plafond » hier soir, allant jusqu’à qualifier leur victoire judiciaire de « remontada », expression généralement utilisée en milieu sportif. Didier Guillaume est personnellement pour l’arrêt des soins de Vincent Lambert : « Aujourd’hui, la dignité c’est de permettre de mourir dans la dignité justement. » Il qualifie la loi Léonetti de « faillite ».

Le président du parti chrétien-démocrate, Jean-Frédéric Poisson, s’était élevé hier contre l’arrêt des soins et s’interrogeait sur le niveau de « barbarie d’une civilisation incapable de protéger les plus vulnérables » dans une tribune pour Valeurs actuelles. Aujourd’hui, il a déclaré sur Twitter que « cette décision [de reprendre les soins] est juste » mais il reste « vigilant » puisque « ce n’est que provisoire ».

L’auteur de la loi sur la fin de vie et maire d’Antibes, Jean Léonetti, appelle aujourd’hui à la mesure. « Nous devons apprendre de Vincent Lambert à ‘penser la mort’, écrire nos directives anticipées et désigner une personne de confiance pour éviter que de pareilles situations ne se reproduisent » a-t-il déclaré dans un communiqué.

Encore hier, la classe politique était divisée au sujet de Vincent Lambert. Emmanuel Macron a refusé de s’en mêler assurant qu’il ne lui « appartient pas de suspendre une décision qui relève de l’appréciation de ses médecins et qui est en conformité avec nos lois ». Marion Maréchal, directrice de l’Issep, a déclaré à Valeurs actuelles : « Ce n’est pas à nous de décider qui est digne de vivre ou de mourir, mais c’est à nous, en revanche, de prendre soin des plus faibles et dépendants d’entre nous. » Quant à la tête de liste LR François-Xavier Bellamy, il s’est alarmé au micro de Radio Notre-Dame de la mort programmée de Vincent Lambert, qu’il voyait comme « le sort de toutes les personnes handicapées, vieillissantes et dépendantes ». Bellamy s’est même attaqué à ceux qui veulent promouvoir l’euthanasie par le biais du cas Lambert : « Je trouve écœurant, scandaleux, vraiment scandaleux, qu’autour de cette situation infiniment éprouvante, nous voyions arriver tous ceux qui tentent de propager leur idéologie mortifère. » Marine Le Pen s’est interrogée sur la capacité de la loi Léonetti à imposer l’euthanasie d’une personne : « C’est une décision de justice qui condamne à la mort. »

Ce mardi, les parents de Vincent Lambert ont pu vérifier que les soins avaient repris. Ils ont demandé de le transférer dans une unité spécialisée « où il sera pris en charge de manière bienveillante par des spécialistes et non plus par ce CHU qui n’a fait de lui qu’un mort en sursis », a déclaré l’un des avocats des parents de Vincent Lambert, Me Jérôme Triomphe.  

Le neurologue Xavier Ducrocq rétablit la vérité médicale sur le cas Vincent Lambert

Chef du service de neurologie du CHR de Metz-Thionville, le professeur Xavier Ducrocq rétablit la vérité médicale sur le cas Vincent Lambert : l'homme, dont on a voulu commencer l'euthanasie  lundi matin, heureusement interrompu hier soir par la décision de la Cours d'Appel de Paris , n'est pas en fin de vie ou en situation d'obstination déraisonnable. “Arrêter ses traitements”, c'est simplement le laisser mourir de faim.

 

Source: Valeurs Actuelles.

Vincent Lambert va mourir. Ainsi en ont décidé ses médecins - pour la quatrième fois en six ans, au CHU de Reims - et la « justice des hommes » rendue par le Conseil d’État, non contredits par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Ce sera la semaine du 20 mai 2019. Au mépris des mesures provisoires de suspension de cette décision demandée par le Comité international des droits des personnes handicapées (CIDPH) de l’Onu, la seule instance spécialisée dans le domaine du handicap.

Que lit-on et qu’entend-on à son sujet ? Citons quelques médias : « Vincent Lambert, symbole du débat sur la fin de vie », en « situation d’obstination déraisonnable », « arrêt des traitements », « en état végétatif irréversible » et même, de la bouche de la ministre des Solidarités et de la Santé : « Vincent Lambert n’est pas en situation de handicap » , expression reprise par le Dr Leonetti, auteur de la loi qui porte son nom. Vérités ? Non ! Pour nous qui avons pu approcher Vincent Lambert, mensonges.

SUR LE MÊME SUJET
 

Mais qui est Vincent Lambert ? Pourquoi nous annonce-t-on la date de sa mort, sinon parce qu’elle est programmée ? Ce que de rares pays voisins appellent « euthanasie » ?

Qui peut croire à une fin de vie qui s’éternise depuis six ans ?

Vincent Lambert n’est pas un « symbole » , mais une personne. Marié, père d’un enfant, sévèrement handicapé depuis un accident de voiture, en 2008. Il est lourdement paralysé et surtout en état de conscience altérée - c’est-à-dire que nous sommes incapables de préciser son niveau de conscience, parce qu’aucun code de communication fiable ne le permet. Pourtant, Vincent Lambert respire seul, il a des cycles de veille et de sommeil, tourne la tête, vocalise parfois, agite la jambe gauche. Il réagit à la présence de ses proches. Il est même capable de déglutir un peu de nourriture. En 2013, Vincent a résisté à trente et un jours de privation de toute nourriture, avec une hydratation minimale. Si bien que pour recommencer, dans quelques jours, on assortira cette privation d’alimentation d’une sédation profonde, jusqu’à ce que mort s’ensuive. Au nom de la loi !

SUR LE MÊME SUJET
 

Vincent Lambert n’est pas « en fin de vie » - qui peut croire à une fin de vie qui s’éternise depuis six ans ? -, il n’est pas atteint d’une maladie incurable. Sa nutrition, artificielle, certes, mais simple, réalisée à domicile pour certains de ses 1 700 « compagnons d’infortune » (expression de sa maman, Viviane Lambert), ne pose aucun problème.

Faire mourir Vincent Lambert, c’est enterrer Hippocrate : « Je ne remettrai à personne une drogue mortelle si on me la demande, ni ne prendrai l’initiative d’une telle suggestion. »

Arrêter ses traitements ? Ceux qui lui sont dus depuis la circulaire ministérielle du 3 mai 2002 - unité spécialisée, kinésithérapie, ergothérapie, orthophonie, stimulations sensorielles, mise au fauteuil, sorties en famille… -, c’est depuis six ans qu’ils sont arrêtés. Et en plus, Vincent est enfermé à clé dans sa chambre, ses visites restreintes, ses sorties interdites. Ses parents, depuis six ans, doivent déposer leur carte d’identité pour être autorisés à entrer dans sa chambre. Y a-t-il là autre chose que de la maltraitance sur personne vulnérable ? Le CIDPH ne s’y est pas trompé.

Le déshonneur d’une médecine qui ne supporte pas ses échecs et ses limites

Les derniers experts ont affirmé que Vincent Lambert n’est pas en situation d’obstination déraisonnable. Mais les médias ont unanimement titré que ces mêmes experts confirmaient un état végétatif irréversible. Or, ironie de l’actualité, le lendemain de la décision du Conseil d’État, on apprenait qu’une femme saoudienne avait recouvré une conscience après vingt-sept ans en état végétatif. Son premier cri n’a pas été de demander la mort, mais d’appeler son fils par son prénom ! D’un autre côté, une cinquantaine de spécialistes des personnes en état de conscience altérée faisaient savoir au tribunal administratif de Châlons-en-Champagne que les conditions d’une évaluation correcte de l’état de Vincent Lambert n’étaient pas réunies. En vain ! Enfin, Vincent Lambert, infirmier censé ne pas ignorer la loi datant de 2005, n’a jamais rédigé de directives anticipées. Il n’a pas voulu faire connaître sa volonté de façon certaine. Que d’incertitudes pour décider, blouses blanches et robes noires réunies, d’une mort certaine. Pourquoi tant d’acharnement à maintenir son incarcération et à refuser son transfert ?

C’est donc parce que handicapé, et uniquement parce que handicapé, que Vincent Lambert va mourir. Oui, Madame la ministre. Oui, Monsieur Leonetti. Cessons d’accuser la division de cette famille, qui, d’unie qu’elle était, depuis cinq ans, autour de son Vincent, s’est déchirée, en avril 2013, en découvrant la sordide décision médicale pour laquelle elle n’avait pas été consultée. « De la suppression de l’horrible à celle de l’indésirable, il n’y a qu’un pas. » (Jean Rostand) Voulons-nous franchir ce pas ? Faire mourir Vincent Lambert, c’est enterrer Hippocrate : « Je ne remettrai à personne une drogue mortelle si on me la demande, ni ne prendrai l’initiative d’une telle suggestion. » C’est le déshonneur d’une médecine qui ne supporte pas ses échecs et ses limites. C’est confier aux soins palliatifs une nouvelle mission, contraire à leurs principes fondateurs. C’est la démission, la régression d’une société qui ne sait plus, ne veut plus protéger les plus faibles d’entre les siens.

 

Les évêques prient pour la vie : 3 questions à Mgr Rougé

Source: Famille Chrétienne

Quelle sera la tonalité de la prochaine veillée pour la vie à Saint-Sulpice ?

La proximité de la révision de la loi de bioéthique ainsi que des attaques récurrentes autour de l’euthanasiesoulignent l’urgence de prier et d’agir pour la vie. Cela dit, nous voulons d’abord et avant tout, dans la lumière pascale, rendre grâce pour la vie que Dieu nous donne. La supplication et les justes combats sont toujours intérieurs à l’action de grâce fondatrice.

Comment l’Église peut-elle être audible par l’opinion publique ?

Parmi les témoignages qui retentiront à Saint-Sulpice, il y aura celui d’un militaire français, très gravement blessé en opération et qui a retrouvé, par un cheminement spirituel, le goût de vivre. Nous ne serons non pas à rebours mais au cœur de l’Histoire, tant nos contemporains sont à juste titre sensibles aux sacrifices si nombreux de militaires en mission.

▶︎ À LIRE AUSSI. Manifeste pour la vie 2018 : de l’ombre à la lumière

Le fait que les évêques d’Île-de-France se réunissent chaque année pour prier pour la vie est-il la preuve tangible d’un changement de mentalité dans le catholicisme français et l’épiscopat ?

S’il y a changement, il est ancien puisque c’est la onzième veillée de ce genre. Les évêques d’Île-de-France ont souhaité donner, il y a onze ans, un signal fort de leur engagement spirituel. Sans doute faut-il distinguer le combat politique et militant, qui est de la responsabilité des laïcs, et la charge de l’enseignement fondamental et de la prière, qui constitue le registre propre des évêques et des prêtres. Comme évêques, prêtres, diacres, fidèles, nous sommes tous au service de Celui qui est venu donner « la vie en abondance » (J 10, 10).

Ce qui est décisif aujourd’hui, c’est que l’Évangile soit annoncé avec force et audace, que la vision de l’homme qui se dégage de l’Évangile soit mise en lumière et honorée avec courage, et que cette vision entraîne des actes concrets auprès des plus pauvres.

Samuel Pruvot

 

   

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

 

 

"The future is in peace, there is no future without peace"

 

"O futuro está em paz, não há futuro sem paz"  

 

(SS Ignatius Aprem II)

 

Note:

 

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles, nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non obligatoires.Toute offrande fait cependant l'objet d'une déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre revenu). 
Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, moniale ( 06.17.51.25.73).

-------------------------------------------------------------

Nota:

Igreja local fundada pelo impulso missionário da Igreja Síria Ortodoxa da Índia (Malankara), nossa Igreja siro-Orthodoxe- Francophone é uma igreja ortodoxa-Leste.

O Mosteiro siríaco é um Centro de oração para a unidade das Igrejas Apostólicas, unanimidade de Christian Witness ea paz mundial.

¤ Permanência pastoral em vários região da França para: Acompanhamentos espirituais, sacramentos Sacramental (bênçãos, orações de libertação ou exorcismo, orações de cura) ...

Para o serviço pastoral para o Mosteiro como a casa dos fiéis para estadias curtas ou retiros espirituais, não requer qualquer fixo.

As ofertas são livres e não obligatoires.Toute oferecendo ainda sido deduzido do seu rendimento tributável à alíquota de 66 ° / ° de sua renda).
Denominar todas C B na seguinte ordem "S S M E Metropolis"

Para os sírio-ortodoxos Capelania francófonos africanos que vivem na França, entre em contato com as cabeças: Mor Philipose Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan e irmã Marie-Andre M'Bezele, freira (06.17.51.25.73).

-----------------------------------------------------------------

Note:

A local church founded on the missionary impulse of the Syrian Orthodox Church of India (Malankare), our Syro-Orthodox-Francophone Church is an Eastern Orthodox Church.

The Syriac Monastery is a Center of Prayer for the unity of the Apostolic Churches, the unanimity of the Christian Testimony and the peace of the world.

¤ Pastoral permanence in various regions of France for: Spiritual accompaniments, Sacraments, Sacramentals (Blessings, Prayers of deliverance or exorcism, prayers of healing) ...

For the pastoral services rendered to the Monastery as the reception of the faithful for short stays or spiritual retreats, we do not require any fixed.

The offerings are free and not obligatory. However, any taxable income is deducted from your taxable income of 66% of your income.
Write all C B 

CONFIER DES INTENTIONS DE PRIÈRE AU MONASTÈRE , C'EST SIMPLE...

Le Moine ne rompe pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux les frères humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ Tête de l'Eglise, le "premier né d'une multitude de frères" et à Son amour pour tous les hommes…

A travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et intercède pour l’humanité.

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence, participe à cet immense courant de prière souterraine qui irrigue le monde…

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une intention de prière en l'envoyant à l'adresse suivante:

--------------------

DÃO AS INTENÇÕES DE ORAÇÃO mosteiro é
SIMPLES ...

O monge não quebrar a profunda solidariedade que deve unir-los irmãos humanos ... Eles devem respeitar os sentimentos de Cristo Cabeça da Igreja, o "primogênito entre muitos irmãos" e seu amor por todos os homens ...

Através das orações monásticas é toda a Igreja que reza e intercede pela humanidade.

Você sabia? Cada um de vocês, no segredo da sua existência, participa nesta oração subterrâneo imenso poder que irriga o mundo ...

Se desejar, você pode confiar uma intenção de oração, enviando-o para o seguinte endereço:

---------------------

GIVING INTENTIONS OF PRAYER TO THE MONASTERY IS
SIMPLE...

The Monk does not break the deep solidarity that must unite the brothers

Human beings ... They conform to the sentiments of Christ Head of the Church, the

"The firstborn of a multitude of brothers" and His love for all men ...

Through monastic prayers, the whole Church prays and intercedes for

humanity.

Do you know ? Each of you, in the secret of his existence, participates in this

Immense current of underground prayer that irrigates the world ...

If you wish, you can entrust us with an intention of prayer by sending it to the following address:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

Partager cet article

Repost0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Défense de la Vie
20 mai 2019 1 20 /05 /mai /2019 14:12

Vincent Lambert : Mgr Rougé en appelle aux plus hauts responsables de l’État

SOURCE: "HOSANNA" ARTICLE | 18/05/2019 | Par Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre

 

TRIBUNE – Depuis l’annonce de l’arrêt programmé de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert, une grande émotion traverse les cœurs sans pour autant parvenir à éveiller les plus hauts responsables et l’opinion publique la plus large aux enjeux éthiques, aux enjeux de société de cette grave décision.

Comme l’a magnifiquement écrit le Père Bruno Saintôt, jésuite, responsable du département d’éthique biomédicale du Centre Sèvres, réputé pour le sérieux et l’équilibre de ses prises de position, « certains pensent qu’il y a des cas où l’humain s’est absenté de la vie. Il y aurait ainsi, pour eux et dans certains cas, ‘la vie sans l’humain’, une ‘vie purement biologique’, une ‘vie purement végétative’. Je ne partage pas du tout ce point de vue. L’humanité ne s’absente jamais de l’être humain que nous devons soigner mais c’est à nous de l’honorer par l’attention, le respect, le soin adapté ». Le Père Saintôt ajoute : « ‘Monsieur Vincent Lambert’ n’est pas en fin de vie, ne semble pas souffrir, n’exprime pas de refus permanent de soin et n’a pas exprimé clairement sa volonté : au nom de quel principe faudrait-il arrêter ce traitement particulier qu’est l’alimentation et l’hydratation artificielles, ce traitement particulier qui apparaît à beaucoup comme un soin de base dû à tout être humain ? »

► À LIRE AUSSI : Vincent Lambert : le Défenseur des droits refuse de trancher

Mgr Eric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims où Vincent Lambert est hospitalisé, a de son côté écrit avec force et délicatesse : « Les spécialistes semblaient s’accorder sur le fait que M. Vincent Lambert, si dépendant soit-il depuis son accident, n’est pas en fin de vie.  Tout en saluant l’engagement des équipes du CHU de Reims, on peut s’étonner que M. Lambert n’ait pas été transféré dans une unité spécialisée dans l’accompagnement des patients en état végétatif ou pauci-relationnel ». Et le président élu de la Conférence des évêques de France d’ajouter : « C’est l’honneur d’une société humaine que de ne pas laisser un de ses membres mourir de faim ou de soif et même de tout faire pour maintenir jusqu’au bout la prise en charge adaptée. Se permettre d’y renoncer parce qu’une telle prise en charge a un coût et parce qu’on jugerait inutile de laisser vivre la personne humaine concernée serait ruiner l’effort de notre civilisation. La grandeur de l’humanité consiste à considérer comme inaliénable et inviolable la dignité de ses membres, surtout des plus fragiles ».

Nous ne pouvons pas nous résoudre aux conséquences d’une décision qui porte si gravement atteinte à la dignité d’un homme mais aussi à la dignité de toutes les personnes cérébro-lésées, à la dignité plus largement encore de toute notre société. Ce serait accepter ce que le Pape François appelle la « culture du déchet », la réduction de la personne fragile à une réalité négligeable dont on peut se débarrasser sans le moindre scrupule. Ce serait renoncer à l’humanisme européen pourtant au cœur du débat électoral en cours : quel est le message de l’Europe si ce n’est le respect inconditionnel de la dignité de toute personne humaine, fondement véritable de la paix ? Que les plus hauts responsables de notre pays se laissent interpeller par le mystère de la vie ! Leur honneur – et le nôtre – est de la respecter, de la servir, surtout quand elle est fragile et blessée.

Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre

« PRENDRE SOIN DU PLUS CABOSSÉ, L’ENTOURER, L’AIMER, LE SOIGNER, L’HYDRATER, L’ALIMENTER. EST-CE SI COMPLIQUÉ ? »

Source: http://www.genethique.org

Alors que le Docteur Sanchez vient d’annoncer par email aux parents de Vincent Lambert qu’il arrêtait l’alimentation et l’hydratation de leur fils et mettait en place la sédation, Marie-Axelle Clermont, maman de 4 enfants dont Gaspard, atteint de la maladie génétique neuro-dégénérative de Sandhoff, qui est décédé le 1er février 2017, réagit à l’annonce du début de la sédation de Vincent Lambert.

 

Prendre soin du plus cabossé, l’entourer, l’aimer, le soigner, l’hydrater, l’alimenter. Est-ce si compliqué ? Ce matin, je me suis dit que quelque chose allait se passer pour arrêter le bras du médecin. Ce qui arrive est juste atroce et je ne peux que me lever pour le dénoncer.

 

Vincent Lambert n’est pas sous respirateur artificiel, il n’est pas sous assistance cardiaque, son électroencéphalogramme n’est pas plat. Autour de moi, les gens ne comprennent pas ce qu’il se passe. En même temps, ils semblent comme anesthésiés parce que c’est tellement choquant et violent. La brutalité de l’actualité est telle qu’on est comme sidérés, incapables de réagir. Du coup, c’est au-delà de nos forces. Pourtant, il faudrait crier !

 

Si les médecins mettent en place une sédation, c’est bien parce qu’ils savent qu’il est vivant, qu’il ressent les choses, qu’il a des émotions et qu’il faut annihiler tout sursaut de vie. Gaspard à la fin de sa vie, était dans le même état que Vincent Lambert. Il nous transmettait ses émotions en fronçant les sourcils, il mimait encore la succion pour nous dire qu’il avait faim. Si un médecin m’avait dit qu’il voulait arrêter les traitements, j’aurais cogné. Pas forcément physiquement, mais j’aurais cogné à toutes les portes, à tous les cœurs, chercher à secouer les mentalités, bousculer les personnes, j’aurais remué ciel et terre pour qu’on le laisse en paix.

 

Il me semble qu’on atteint un point de non-retour. Comment un médecin peut seul déterminer de mettre fin à l’alimentation et l’hydratation d’une personne ?

 

C’est une guerre étrange : on parle de Vincent Lambert mais sans lui. Il est vrai qu’il ne peut pas parler mais comment justifier cet effacement ?

 

Aujourd’hui, on parle de l’apothéose du bio, d’un retour à la nature, pourtant, dès qu’on touche à la personne humaine, c’est le contraire qui se passe. On se permet d’intervenir sur sa vie, de le bourrer de sédatifs, on ne cherche pas d’autre solution. J’ai l’impression qu’au mieux, on démissionne face au handicap.

 

Oui, ce qui est en train de se passer me terrifie. Est-il devenu normal de mettre fin à la vie de patients lourdement handicapés au seul motif qu’ils le sont ? Ce qui est en train de se passer est inhumain.

 

Pour aller plus loin :

La maman de Gaspard, se demande : Que se passera-t-il quand l’état de santé de Gaspard dépassera celui de Vincent Lambert ?

Pour que Gaspard n’oublie pas qu’il est digne jusqu’au bout

[Vidéo] Vincent Lambert : un point sur l' "affaire"

 

Pour contacter: Conseil national de l'Ordre des médecins
 

4, rue Léon Jost

 

75855 PARIS Cedex 17
 

Tél. : 01 53 89 32 00
 

Fax. : 01 53 89 32 01
 

E-mail : conseil-national@cn.medecin.fr

On se sert de la belle notion de dignité pour donner la mort. Mgr Aupetit

VINCENT LAMBERT ENTRE LA VIE ET LA MORT

Source: http://www.genethique.org

« Le coup de force continue, il est encore temps d'arrêter cette folie » ont réagi Me Jean Paillot et Me Jérôme Triomphe, les avocats des parents de Vincent Lambert. Ceux-ci ont appris par mail que la décision du Dr Sanchez de mettre fin à la vie de leur fils allait être exécutée ce matin même. « C'est une honte, un scandale absolu, ils n'ont même pas pu embrasser leur fils ».

 

Pourtant vendredi dernier, le Comité international des droits des personnes handicapées (CIDPH) a redemandé à la France de « prendre les mesures nécessaires pour veiller à ce que l'alimentation et l'hydratation entérales » de Vincent Lambert « ne soient pas suspendues pendant le traitement de son dossier par le Comité », tandis que le Défenseur des droits s’est finalement déclaré incompétent pour se prononcer dans cette affaire.

 

Pas moins de 250 personnes se sont rassemblées dimanche après-midi devant le CHU de Reims pour soutenir les parents de Vincent Lambert qui ont demandé que leur fils handicapé soit transféré dans un établissement spécialisé. « On est parti trois jours, on est revenu, il pleurait quand il nous a reconnus. C'est horrible, j'ai toutes ces vidéos, je les montrerai un jour » a expliqué Mme Lambert, épleurée. « On va détruire tous les handicapés ? Ce n’est pas possible. Il y en a 1 700 comme lui, ses compagnons d'infortune qui sont là, avec lui » a-t-elle lancé.

 

Parmi les nombreuses réactions, le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Mgr Eric de Moulins-Beaufort, a appelé vendredi à prier pour que la société française « ne s'engage pas sur la voie de l'euthanasie ». Il a rappelé que Vincent Lambert « si dépendant soit-il (...) n'est pas en fin de vie », invitant à « attendre la réponse sur le fond » du CIDPH de l'ONU. « La mise à mort de Vincent Lambert par insuffisance rénale provoquée a commencé » a constaté Jean-Marie Le Méné, le président de la Fondation Jérôme Lejeune, avant d'ajouter, « pourquoi le transfert de VL vers une unité spécialisée n’a pas été obtenue ? La réponse hantera longtemps les complices de ce crime. Il y a des paroles mais aussi des silences qui tuent ». François-Xavier Bellamy, tête de liste LR aux élections européennes, a souligné que « derrière Vincent Lambert, c'est la question de notre rapport à l'extrême dépendance qui se joue ». « Si nous entrons dans cette voie dangereuse qui consiste à dire qu'une vie dépendante, une vie fragile, une vie malade, ne mérite pas d'être vécue, alors nous allons construire un monde inhumain et c'est un enjeu majeur des années à venir » a-t-il alerté.

 

Aujourd’hui, Me Paillot a précisé avoir saisi le Conseil d'Etat, la Cour européenne des droits de l'homme et « être sur le point de saisir la cour d'appel de Paris » en vue de contraindre la France à appliquer les « mesures conservatoires » du CIDPH de l’ONU. Il envisage également de saisir le tribunal correctionnel de Reims, afin d’obtenir la radiation du Dr Sanchez. En effet, le dernier rapport d'experts mandatés par la justice rendu fin 2018 mentionnait que la condition médicale de Vincent Lambert « n'appelle aucune mesure d'urgence » et qu’« il existe en France des structures pouvant l'accueillir jusqu'à sa disparition si le maintien au CHU de Reims s'avérait impossible pour des raisons autres que relevant de la simple technique médicale ».

 

 

Sources: 

AFP (18/05/19, 19/05/19, 20/05/19) ; Fondation Jérôme Lejeune, Jean-Marie Le Méné (20/05/19) - Scandaleuse mise à mort de Vincent Lambert

 

Pour contacter: Conseil national de l'Ordre des médecins
 

4, rue Léon Jost

 

75855 PARIS Cedex 17
 

Tél. : 01 53 89 32 00
 

Fax. : 01 53 89 32 01
 

E-mail : conseil-national@cn.medecin.fr

 

Euthanazie :

 

« La voie est ouverte pour le meurtre de nous tous, quand nous devenons vieux et infirmes et donc improductifs »

Document : le sermon de l’évêque et cardinal de Münster, Clemens August comte von Galen, le dimanche 3 août 1941 dans l’église de St Lambert, à Münster, dans lequel il s’élève contre l’euthanasie que les nazis veulent mettre en place pour les improductifs :

« Si on l’admet, une fois, que les hommes ont le droit de tuer leurs prochains « improductifs » – quoique cela soit actuellement appliqué seulement à des patients pauvres et sans défenses, atteints de maladies – alors la voie est ouverte au meurtre de tous les hommes et femmes improductifs: le malade incurable, les handicapés qui ne peuvent pas travailler, les invalides de l’industrie et de la guerre. La voie est ouverte, en effet, pour le meurtre de nous tous, quand nous devenons vieux et infirmes et donc improductifs. Alors on aura besoin seulement qu’un ordre secret soit donné pour que le procédé, qui a été expérimenté et éprouvé avec les malades mentaux, soit étendu à d’autres personnes « improductives », qu’il soit également appliqué à ceux qui souffrent de tuberculose incurable, qui sont âgés et infirmes, aux personnes handicapées de l’industrie, aux soldats souffrant de graves blessures de guerre ! »

 * * *

A mon regret je dois vous informer que pendant la semaine passée la Gestapo a continué sa campagne d’annihilation contre les ordres catholiques. Mercredi 30 juillet, ils ont occupé le centre administratif de la province des soeurs de Notre-Dame à Mühlhausen dans le district de Kempen, qui a autrefois appartenu au diocèse de Münster, et ils ont déclaré que le couvent devait être dissous. La plupart des soeurs, dont beaucoup viennent de notre diocèse, ont été expulsées et elles ont reçu l’ordre de quitter le district le même jour. Jeudi, selon des sources fiables, le monastère des frères missionnaires de Hiltrup à Hamm a été également occupé et confisqué par le Gestapo et les religieux ont été expulsés. Déjà le 13 juillet, à propos de l’expulsion des Jésuites et des soeurs missionnaires de Sainte Claire de Münster, j’ai publiquement déclaré dans cette même église: Aucun des occupants de ces couvents n’est accusé de quelqu’offense ou de crime, aucun n’a été amené devant un tribunal, aucun n’a été reconnu coupable. J’entends que des rumeurs sont maintenant répandues dans Münster qu’ après tout, ces religieux, en particulier les Jésuites, ont été accusés, ou même convaincus d’actes criminelles, et même de trahison. Je déclare ceci :

Ce sont de basses calomnies de citoyens allemands, nos frères et nos soeurs, que nous ne tolérerons pas. J’ai déjà déposé une plainte pénale auprès du procureur en chef contre un individu qui est allé si loin qu’il a fait de telles allégations devant des témoins. J’exprime l’espoir que l’homme sera amené rapidement à rendre compte et que nos Tribunaux auront toujours le courage de punir les calomniateurs qui cherchent à détruire l’honneur de citoyens allemands innocents dont la propriété a été déjà enlevée. J’invite tous mes auditeurs, oui, tous mes respectables concitoyens, qui à l’avenir entendront des accusations faites contre les religieux expulsé de Münster de donner le nom et l’adresse de la personne portant ces accusations et de tous les témoins. J’espère qu’il y a toujours des hommes à Münster qui ont le courage de faire leur devoir en demandant la mise en examen judiciaire contre de telles accusations qui empoisonnent la communauté nationale, en s’engageant par leur personne, leur nom et au besoin leur témoignage. Je leur demande, si de telles accusations contre les religieux sont faites en leur présence, de les rapporter immédiatement à leur curé ou au Vicaire général et de les faire enregistrer. Je demande pour l’honneur de nos ordres religieux, pour l’honneur de notre église catholique et également pour l’honneur de nos compatriotes allemands et de notre ville de Münster de rapporter de tels cas au service de poursuite de l’État de sorte que les faits puissent être établis par un tribunal et les calomnies contre nos religieux punies.

(Après la lecture de l’Evangile pour le 9ème dimanche après la Pentecôte : « et quand il fut proche (de Jérusalem) , à la vue de la ville, il pleura sur elle… », Luc 19,41- 47):

Mes chers diocésains! C’est un événement profondément émouvant que nous lisons dans l’évangile d’aujourd’hui. Jésus pleure! Le fils de Dieu pleure! Un homme qui pleure souffre d’une peine – une peine du corps ou du coeur. Jésus n’a pas souffert dans son corps, mais il a pleuré. Combien grande a été la douleur de son âme, la souffrance du cœur du plus courageux des hommes pour qu’il pleure! Pourquoi a-t-il pleuré? Il a pleuré sur Jérusalem, sur la ville sainte de Dieu qui lui était si chère, la capitale de son Peuple. Il a pleuré sur ses habitants, ses concitoyens, parce qu’ils ont refusé de reconnaître la seule chose qui pourrait éviter le jugement qu’il connaissait par son omniscience et qui était déterminé à l’avance par le divin juge: « Si en ce jour tu avais reconnu, … le message de paix ! » Pourquoi les habitants de Jérusalem ne le reconnaissent-ils pas? Peu de temps avant, Jésus l’avait apostrophée : « O Jérusalem, Jérusalem… combien de fois, combien de fois j’ai voulu rassembler tes enfants à la manière dont une poule rassemble sa couvée sous ses ailes, et tu n’as pas voulu! » (Luc 13.34).

Tu n’as pas voulu ! Moi, ton roi, ton Dieu, je le voulais ! Mais tu n’as pas voulu ! Combien elle est en sécurité, comme elle est protégée la couvée des poussins sous l’aile de la poule: elle la réchauffe, elle la nourrit, elle la défend. De la même manière j’ai désiré vous protéger, pour vous garder, pour vous défendre contre tout mal. Je le voulais , mais vous ne le vouliez pas ! C’est pourquoi Jésus pleure; c’est pourquoi cet homme fort pleure; c’est pourquoi Dieu pleure… Sur la folie, l’injustice, le crime de ceux qui ne veulent pas… Et sur le mal auquel cela donne lieu – que son omniscience voit venir, que sa justice doit imposer – si l’homme pose son refus contre les ordres de Dieu, en opposition aux remontrances de la conscience, et à toutes les invitations affectueuses de l’ami divin, le meilleur des pères:

 » Si tu avais donc reconnu , encore aujourd’hui, en ce jour ce qui sert à la paix ! Mais tu n’as pas voulu ! » C’est quelque chose de terrible, quelque chose d’incroyablement faux et fatal, quand l’homme met sa volonté en opposition à la volonté de Dieu. Je voulais ! Mais tu n’as pas voulu ! C’est pourquoi Jésus pleure sur Jérusalem.

Chrétiens chèrement aimés! La lettre pastorale commune des évêques allemands, qui a été lue dans toutes les églises catholiques en Allemagne le 26 juin 1941, dit entre autres :  » Il est vrai que, dans l’éthique catholique, il y ait certains commandements positifs qui n’obligent plus si leur observance provoquait des difficultés excessivement grandes ; mais il y a également des engagements sacrés dont en conscience personne ne peut nous libérer, que nous devons accomplir même s’il nous en coûte notre vie. Jamais, en aucune circonstance, un homme ne peut , sauf en cas de guerre ou de légitime défense, mettre à mort une personne innocente. »

J’ai eu l’occasion, le 6 juillet, d’ajouter les commentaires suivants à ce passage de la lettre pastorale commune: « Depuis quelques mois nous entendons des rapports selon lesquels des personnes internées dans des établissements pour le soin des maladies mentales, qui ont été malades pendant une longue période et semblent peut-être incurables, ont été de force enlevées de ces établissements sur des ordres de Berlin. Régulièrement, les parents reçoivent, peu après un avis selon lequel le patient est mort, que son corps a été incinéré et qu’ils peuvent recevoir ses cendres.

Il y a un soupçon général, confinant à la certitude, selon lequel ces nombreux décès inattendus de malades mentaux ne se produisent pas naturellement, mais sont intentionnellement provoqués, en accord avec la doctrine selon laquelle il est légitime de détruire une soi-disant  » vie sans valeur » – en d’autres termes de tuer des hommes et des femmes innocents, si on pense que leurs vies sont sans valeur future au peuple et à l’état. Une doctrine terrible qui cherche à justifier le meurtre des personnes innocentes, qui légitimise le massacre violent des personnes handicapées qui ne sont plus capables de travailler, des estropiés, des incurables des personnes âgées et des infirmes! »

Comme j’en ai été bien informé, dans les hôpitaux et les hospices de la province de Westphalie sont préparés des listes de pensionnaires qui sont classés en tant que « membres improductifs de la communauté nationale » et doivent être enlevé de ces établissements et être ensuite tués rapidement. La première partie des patients est partie de l’hôpital de malades mentaux de Marienthal, près de Münster, au cours de cette semaine. Des hommes et des femmes allemands!

L’article 211 du code pénal allemand est toujours en vigueur, et dit en ces termes:   « Qui intentionnellement tue un homme, en ayant l’intention de donner la mort, sera puni de mort pour meurtre ».

Il n’y a aucun doute : afin de protéger ceux qui tuent intentionnellement ces pauvres hommes et femmes, membres de nos familles, de cette punition établie par la loi, les patients qui ont été choisis pour le massacre sont déplacés de leur environnement vers quelque endroit éloigné. Quelque maladie ou autre est alors donnée comme cause de la mort. Puisque le corps est immédiatement incinéré, les parents et la police criminelle ne peuvent pas établir si le patient en fait avait été malade ou ce qu’était réellement la cause de la mort. J’ai été assuré, cependant, qu’au ministère de l’intérieur et au Service de l’officier médical en chef du Reich, le Dr Conti, qu’aucun secret n’est fait du fait qu’en effet un grand nombre de personnes mentalement malades en Allemagne ont été déjà tuées intentionnellement et que ceci continuera.

L’article 139 du code pénal prévoit que « quiconque a la connaissance d’une intention de commettre un crime contre la vie de toute personne… et n’informe pas les autorités ou la personne dont la vie est menacée, en temps voulu… commet une faute punissable « .

Quand j’ai eu connaissance de l’intention d’enlever des patients de Marienthal, j’ai déposé le 28 juillet une plainte chez le procureur de Münster, au tribunal du Land à Münster, et à Monsieur le président de la Police par lettre recommandée ayant la teneur suivante :

« Selon l’information que j’ai reçue il est projeté au cours de cette semaine (la date a été mentionnée comme étant celle du 31 juillet) de déplacer un grand nombre de patients internés de l’hôpital provincial de Marienthal, classés comme ‘membres improductifs de la communauté nationale ‘, à l’hôpital psychiatrique d’Eichberg, où ils doivent être intentionnellement tué comme on croit généralement que cela s’est produit dans le cas de patients enlevés d’autres établissements.

Puisqu’une telle action est non seulement contraire à la loi morale divine et naturelle mais est qualifiée à l’article 211 du code pénal allemand comme meurtre et entraîne la peine de mort, je rapporte par la présente ce fait en accord avec mon obligation de l’article 139 du code pénal et demande que des mesures soient immédiatement être prises pour protéger les patients concernés par des démarches contre les autorités projetant leur déplacement et leur meurtre, et que je puisse être informé de la mesure prise « .

D’information au sujet de ma démarche, aucune ne m’est venue en retour que ce soit du procureur ou de la police. J’avais déjà écrit le 26 juillet aux autorités de la Province de Westphalie qui sont responsables du fonctionnement de l’hôpital psychiatrique et des patients confiés à eux pour veiller sur eux et pour les soigner, protestant dans les termes les plus forts. Cela n’a eu aucun effet. Le premier transport des victimes innocentes sous sentence de mort a quitté Marienthal. Et de l’hôpital de Warstein, ce sont, comme je l’ai entendu, 800 patients qui ont été déjà enlevés.

Nous devons nous attendre, donc, à ce que les pauvres patients sans défense soient, tôt ou tard, tué. Pourquoi? Non pas parce qu’ils ont commis quelque offense que ce soit justifiant leur mort; non pas parce que, par exemple, ils ont attaqué une infirmière ou un préposé à leur surveillance, qui seraient autorisés pour cause de légitime défense à répondre avec violence à la violence. En ce cas l’utilisation de la violence menant à la mort est permise et peut être invoquée, comme dans le cas où l’on tue un ennemi armé. Non : ces malheureux patients doivent mourir, non pas pour quelque raison semblable mais parce que par le jugement d’un certain organisme officiel, sur la décision d’un certain comité, ils sont devenus « indignes de vivre, » parce qu’ils sont classés en tant que « membres improductifs de la communauté nationale ». Le jugement est qu’ils ne peuvent plus produire aucun bien : Ils sont comme une vielle machine qui ne fonctionne plus, comme un vieux cheval qui est devenu boiteux de manière incurable, comme une vache qui ne donne plus de lait. Qu’arrive-t-il à une vielle machine ? Elle est mise à la ferraille. Qu’arrive à un cheval boiteux, à une vache improductive?

Non ! Je ne pousserai pas la comparaison jusqu’au bout – si affreuse est sa convenance et son pouvoir d’illumination.

Mais nous ne sommes pas concernés ici par de vielles machines, nous n’avons pas affaire à des chevaux et à des vaches, dont l’unique fonction est de servir l’humanité, de produire des biens pour l’humanité. Elles peuvent être détruites, ils peuvent être abattus quand ils ne remplissent plus cette fonction. Non: ici il s’agit d’hommes et des femmes, nos prochains, nos frères et soeurs! De pauvres êtres humains, des êtres humains malades. Ils sont improductifs, si vous voulez… Mais cela signifie-t-il qu’ils ont perdu le droit de vivre? As-tu, ai-je le droit de vivre seulement aussi longtemps que nous sommes productifs, aussi longtemps que nous sommes reconnus par d’autres comme productifs?

Si l’on pose et met en pratique le principe selon lequel les hommes sont autorisés à tuer leur prochain improductif, alors malheur à nous tous, car nous deviendrons vieux et séniles ! S’il est légitime de tuer les membres improductifs de la communauté, alors malheur aux invalides qui ont sacrifié et perdu dans le processus de production leur santé ou leurs membres !

Si l’on peut se débarrasser des hommes et des femmes improductifs par des moyens violents, alors malheur à nos courageux soldats qui reviennent au pays gravement atteints par des blessures de guerre, estropiés et invalides !

Si on l’admet, une fois, que les hommes ont le droit de tuer leurs prochains « improductifs » – quoique cela soit actuellement appliqué seulement à des patients pauvres et sans défenses, atteints de maladies – alors la voie est ouverte au meurtre de tous les hommes et femmes improductifs: le malade incurable, les handicapés qui ne peuvent pas travailler, les invalides de l’industrie et de la guerre. La voie est ouverte, en effet, pour le meurtre de nous tous, quand nous devenons vieux et infirmes et donc improductifs. Alors on aura besoin seulement qu’un ordre secret soit donné pour que le procédé, qui a été expérimenté et éprouvé avec les malades mentaux, soit étendu à d’autres personnes « improductives », qu’il soit également appliqué à ceux qui souffrent de tuberculose incurable, qui sont âgés et infirmes, aux personnes handicapées de l’industrie, aux soldats souffrant de graves blessures de guerre !

Alors aucun homme ne sera en sûreté : n’importe quelle commission pourra le mettre sur la liste des personnes « improductives », qui dans leur jugement sont devenues « indignes de vivre ». Et il n’y aura aucune police pour le protéger lui, aucun tribunal pour venger son meurtre et pour amener ses meurtriers à la justice. Qui pourra alors avoir une quelconque confiance dans un médecin? Il pourrait signaler un patient comme improductif et pourraient être alors données des instructions pour le tuer!

On ne peut s’imaginer, la dépravation morale, la méfiance universelle qui s’étendra au coeur même de la famille, si cette doctrine terrible est tolérée, admise et mise en pratique. Malheur aux hommes, malheur au peuple allemand quand le saint commandement de Dieu : « Tu ne tueras pas ! « , que le seigneur a donné au Sinaï dans le tonnerre et les éclairs, que Dieu notre créateur a écrit dans la conscience de l’homme au commencement, si ce commandement n’est pas simplement violé mais sa violation est tolérée et exercée impunément !

Je vous donnerai un exemple de ce qui se produit. Un des patients de Marienthal était un homme de 55 ans, un fermier d’une paroisse de campagne dans la région de Münster – je pourrais vous donner son nom – . Il a souffert pendant quelques années de perturbation mentale et a été donc admis à l’hôpital de Marienthal. Il n’était pas mentalement malade dans le plein sens du terme: il pouvait recevoir des visites et était toujours heureux, quand sa parenté venait le voir. Il y a seulement une quinzaine, lui rendirent visite son épouse et un de ses fils, un soldat qui se trouvait stationné au front et avait un congé à la maison. Le fils est très attaché à son père malade, aussi la séparation fut difficile… Qui sait si le soldat reviendra, s’il reverra son père, car il peut tomber au combat pour son pays.

Le fils, le soldat, ne reverra sans doute sûrement pas son père sur la terre car il a été depuis mis sur la liste des « improductifs ».

Un parent, qui a voulu rendre visite au père cette semaine à Marienthal, s’en est retourné avec l’information que le patient avait été transféré ailleurs sur les instructions du Conseil des ministres pour la défense nationale. Aucune information ne pourrait être fournie sur le lieu où il avait été envoyé, mais les parents seraient mis au courant d’ici quelques jours. Quelle sera cette information? La même que dans d’autres cas semblables? Que l’homme est mort, que son corps a été incinéré, que les cendres seront remises contre paiement d’honoraires? Car le soldat, risquant sa vie au champ d’honneur pour ses compatriotes, ne reverra pas son père sur terre, parce que des compatriotes à la maison l’ont tué. Les faits que j’ai énoncés sont bien établis. Je puis donner les noms du patient, de son épouse et de son fils le soldat, et de l’endroit où ils vivent.  » Tu ne tueras pas ! » Dieu a écrit ce commandement dans la conscience de l’homme longtemps avant que n’importe quel code pénal ait établi de pénalité pour le meurtre, longtemps avant qu’il n’y ait n’importe quel procureur ou n’importe quelle cour pour instruire et punir un meurtre. Caïn, qui a tué son frère Abel, était un meurtrier longtemps avant qu’il n’y ait eu d’États ou de tribunaux. Et il avouait sa faute, pressé par sa conscience qui l’accusait :  » Mon méfait est trop grand pour que je puisse trouver le pardon … le premier venu qui me trouvera me tuera » (Genèse 4.13-14).  »

 » Tu ne tueras pas ! » Ce commandement de Dieu, qui seul a le pouvoir de décider de la vie ou de la mort, a été écrit dans le coeur des hommes au commencement, longtemps avant que Dieu ait donné aux enfants de l’Israël sur la montagne du Sinaï sa loi fondamentale dans ces phrases lapidaires inscrites sur la pierre, qui sont écrites pour nous dans l’Écriture Sainte et que comme enfants nous avons apprises par coeur au catéchisme.

 » Je suis le Seigneur ton Dieu !  » Ainsi commence cette loi immuable.  » Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi !  » Dieu – le seul Dieu, transcendant, tout-puissant, omniscient, infiniment saint et juste, notre créateur et juge à venir – nous a donné ces commandements. En raison de son amour pour nous il a écrit ces commandements dans notre coeur et les a proclamés. Car ils correspondent au besoin de notre nature créée par le Dieu; ce sont les normes indispensables de tout vie raisonnable, pieuse, salutaire et sainte individuelle et communautaire.

Avec ces commandements, Dieu notre père, veut nous rassembler, nous ses enfants, comme la poule rassemble ses poussins. Si nous suivons ces commandements, ces invitations, cet appel de Dieu, nous serons gardés et protégés et préservés du mal, défendus contre la mort et la destruction menaçantes comme les poussins sous les ailes de la poule.

« O Jérusalem, Jérusalem… combien de fois, combien de foi j’ai voulu rassembler tes enfants à la manière dont une poule rassemble sa couvée sous ses ailes, et tu n’as pas voulu! » Est-ce que cela va de nouveau arriver à notre pays, à l’Allemagne, à notre province de Westphalie, à notre ville de Münster? Qu’en est-il de l’obéissance aux commandements divins, en Allemagne, ici chez nous ?

Le huitième commandement: « Tu ne donneras pas de faux témoignage, tu ne mentiras pas !  »

Combien de fois il est violé sans scrupule et publiquement!

Le septième commandement:  » Tu ne voleras pas ! »

La propriété de qui est-elle encore sûre après l’expropriation arbitraire et sans égards de celle de nos frères et de sœurs qui font partie d’ordres religieux catholiques ? La propriété de qui est-elle protégée si cette propriété saisie illégalement n’est pas restituée ?

Le sixième commandement: « Tu ne commettras pas d’adultère. »

Pensez aux instructions et aux assurances de rapports sexuels libres et de maternité sans mariage, dans la lettre ouverte notoire de Rudolf Hess, qui a disparu depuis. Cette lettre a été éditée dans tous les journaux. Et combien de conduites dévergondées et déshonorantes de cette sorte avons-nous lu et observé… Nous en avons constaté l’existence dans notre ville de Münster! A quel manque de pudeur dans l’habillement nos jeunes ont-t-il été forcés de s’accoutumer. C’est la préparation pour le futur adultère! La modestie, le rempart de la chasteté, est sur le point d’être détruit.

Et maintenant le cinquième commandement:  » Tu ne tueras pas ! », est mis de côté et est violé sous les yeux des autorités dont la fonction devrait être de protéger la règle de la loi et la vie humaine, quand les hommes prévoient de tuer des innocents intentionnellement, simplement parce qu’ils sont « improductifs », parce qu’ils ne peuvent plus produire aucune marchandise.

Et qu’en est-il aussi de l’observance du quatrième commandement, qui nous enjoint d’honorer nos parents et ceux qui ont autorité sur nous et de leur obéir? Le statut de l’autorité des parents est déjà bien ébranlé et est de plus en plus mis à mal par tous les engagements imposés aux enfants contre la volonté de leurs parents. Qui donc peut croire que le respect sincère et l’obéissance consciencieuse aux autorités de l’État peut être maintenu quand les hommes continuent à violer les commandements de l’autorité suprême, les commandements de Dieu, quand ils combattent même et cherchent à rejeter la foi au seul véritable Dieu transcendant, Seigneur de ciel et de terre?

L’observance des trois premiers commandements a en réalité pendant de nombreuses années été en grande partie suspendue dans la vie publique en Allemagne et à Münster. Par combien de personnes le dimanche et les jours de fêtes sont-ils profanés et soustraits au service de Dieu! Combien le nom de Dieu est profané, déshonoré et blasphémé!

Et le premier commandement:  » Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi !  » Au lieu du seul et véritable Dieu éternel, les hommes installent leurs propres idoles qu’ils servent et adorent: la nature, ou l’état, ou le peuple, ou la race. Et combien sont ceux dont le Dieu, selon le mot de Paul, « est leur ventre » (Philippiens 3.19) – leur propre bien-être – auquel ils sacrifient tout, leur honneur même et leur conscience – les plaisirs des sens, la convoitise de l’argent, la convoitise de la puissance! Ensuite on veut aussi essayer de s’arroger à soi-même les attributs divins, pour se faire des seigneurs au-dessus de la vie et de la mort de leurs prochains. Quand Jésus est venu près à Jérusalem et vit la ville il pleura sur elle disant : « Ah! si en ce jour tu avais compris, toi aussi, le message de paix! Mais non, il est demeuré caché à tes yeux. Oui, des jours viendront sur toi, où tes ennemis t’environneront de retranchements, t’investiront, te presseront de toute part. Ils t’écraseront sur le sol, toi et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as pas reconnu le temps où tu fus visitée! »

Regardant avec ses yeux de chair, Jésus a vu seulement les murs et les tours de la ville de Jérusalem, mais l’omniscience divine a vu plus profondément et connaît ce qui se passe dans le ville et ce qu’il en est de ses habitants : « O Jérusalem, Jérusalem… combien de fois, combien de foi j’ai voulu rassembler tes enfants à la manière dont une poule rassemble sa couvée sous ses ailes, et tu n’as pas voulu! » C’est la grande douleur qui oppresse le coeur de Jésus, qui fait monter des larmes à ses yeux. J’ai voulu ton bien mais tu ne veux pas !

Jésus a vu combien coupable, terrible, criminel, désastreux est ce refus. Ce petit homme, cette créature frêle, oppose sa volonté créée à la volonté de Dieu! Jérusalem et ses habitants, son Peuple choisi et favorisé oppose sa volonté à celle de Dieu ! De manière folle et criminelle, ils défient la volonté de Dieu! C’est pourquoi Jésus pleure sur le péché horrible et la punition inévitable. On ne se moque pas de Dieu!

Chrétiens de Münster! Est-ce que le fils de Dieu dans son omniscience, en ce jour, a vu seulement Jérusalem et ses habitants? A-t-il pleuré seulement sur Jérusalem? Est-ce que le peuple d’Israël est le seul peuple que Dieu a entouré, qu’il a protégé avec le soin d’un père et l’amour d’une mère, qu’il a aimé ? Est-ce le seul peuple qui ne voulait pas? Le seul qui a abandonné la vérité de Dieu, qui a rejeté la loi de Dieu et ainsi s’est condamné à la ruine? Jésus, Dieu omniscient, a-t-il également vu en ce jour notre peuple allemand, notre pays de Westphalie, notre région de Münster, la Rhénanie inférieure? A-t-il également pleuré sur nous? Pleuré sur Münster ? Pendant mille ans, il a instruit, il nous a instruit nous et nos ancêtres dans sa vérité, il nous a guidés par sa loi, nourris, nous, de sa grâce, rassemblés comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes. Le fils omniscient de Dieu a-t-il vu en ce jour, qu’en notre temps, il doit également prononcer ce jugement sur nous: « Tu n’as pas voulu ! Voici que votre maison va vous être laissée ! » Comme ce serait terrible !

Chers fidèles du Christ ! J’espère qu’il est toujours temps… Mais alors il est grand temps ! Reconnaissons encore aujourd’hui ce temps qui nous apporte la paix, qui seul peut nous sauver du tribunal de Dieu : Acceptons sans retour en arrière et sans réserve, nous, la vérité évidente de Dieu et reconnaissons-le par notre vie. Faisons des commandements divins une ligne directrice de notre vie et prenons au sérieux l’expression : plutôt la mort que le péché !

Dans la prière et le pénitence sincère prions pour que la rémission et la pitié de Dieu puissent descendre sur nous, sur notre ville, notre pays et notre chère peuple allemand. Mais avec ceux qui continuent à provoquer le jugement de Dieu, qui blasphèment notre foi, qui dédaignent les commandements de Dieu, qui font cause commune avec ceux qui aliènent nos jeunes au christianisme, qui volent et bannissent nos religieux, qui provoquent la mort d’hommes et de femmes innocents, nos frères et sœurs, avec tous ceux-là nous éviterons n’importe quel rapport confidentiel, nous nous maintiendrons, nous et nos familles hors de portée de leur influence, de peur que nous soyons infectés de leurs manières athées de penser et d’agir, de peur que nous devenions des complices de leurs fautes et soyons ainsi exposé au jugement que le Dieu juste doit rendre et infliger à tous ceux qui, comme la ville ingrate de Jérusalem, ne veulent pas ce que Dieu veut. O Dieu fais nous reconnaître à tous aujourd’hui avant qu’il soit trop tard ce qui nous apporte la paix ! O très sacré coeur de Jésus, affligé de larmes à cause de l’aveuglement et des iniquités des hommes, aide-nous par ta grâce que nous aspirions toujours à ce qui te plaît et renoncions à ce qui te déplaît, pour que nous demeurions dans ton amour et que nous trouvions la paix de nos âmes ! Amen.

Pour aller plus loin : Un évêque contre le nazisme, aux mots d’une puissante actualité(recension)

 

Affaire Lambert : “Il est certain que le gouvernement français sera condamné”

 
SOURCE: Par 
Auteur

/ Lundi 20 mai 2019 à 14:31

 

Docteur en droit et directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), Grégor Puppinck explique que le gouvernement français et le docteur Sanchez ont décidé de faire mourir Vincent Lambert en violation du droit international. 

 

Alors que le Dr Sanchez a commencé la sédation profonde de Vincent Lambert ce lundi matin, ses parents ont déposé en même temps un ultime recours devant la CEDH. Pourquoi ?
Parce que le Dr Sanchez et le gouvernement français s’acharnent à vouloir faire mourir Vincent Lambert en violation du droit international. À deux reprises, le Comité des droits des personnes handicapées des Nations Unies a demandé à la France, au titre de « mesures provisoires ou conservatoires », de maintenir l’alimentation et l’hydratation de M. Vincent Lambert, au moins pendant la durée de l’examen de son dossier par ce Comité. Mais le gouvernement français « s’assied » honteusement sur le droit international, comme si la mort de ce pauvre homme était pour lui une affaire d’Etat.

Il faut bien comprendre que c’est en violation du droit international, avec la complicité de l’Etat, que le Dr Sanchez a décidé de provoquer la mort de M. Vincent Lambert.

SUR LE MÊME SUJET
 

Jusqu’à présent, les parents n’ont rien obtenu des juridictions françaises. Le Tribunal administratif s’est aligné sur la position du gouvernement, tandis que le juge judiciaire et le défenseur des droits se sont déclarés « incompétents ».  C’est pourquoi, ils saisissent une nouvelle fois la CEDH pour qu’elle ordonne à la France de respecter ces mesures provisoires.

Selon vous, la France a-t-elle l’obligation de respecter les mesures provisoires ?
Oui, bien sûr. Tous les juristes sérieux s’accordent là-dessus. La France a librement ratifié la Convention des droits des personnes handicapées de l’ONU et son « protocole facultatif ». Celui-ci a chargé le Comité des droits des personnes handicapées de veiller au respect de la Convention par les Etats, et lui a donné le pouvoir de recevoir des « plaintes individuelles » -comme celle introduite par les parents Lambert-, et de demander le respect de mesures provisoires ou conservatoires qui s’imposent. Le gouvernement est donc tenu de respecter la parole de la France ; c’est le principe fondamental du droit international, suivant l’adage « Pacta sunt servanda » qui commande que tout traité en vigueur soit exécuté de bonne foi.

SUR LE MÊME SUJET
 

Le gouvernement actuel prétend que le respect de ces « mesures provisoires » ne serait pas obligatoire. Mais cela est faux. Pour preuve, lorsqu’un pays viole de telles mesures provisoires, il est systématiquement condamné par les instances internationales. Cela s’est produit au Comité des droits de l’homme des Nations unies, au Comité international contre la torture, à la Cour européenne des droits de l’homme, ou encore à la Cour internationale de Justice. Cela est donc parfaitement établi, et le gouvernement français le sait. M. Toubon, le « Défenseur des droits » chargé de faire appliquer en France la Convention sur les droits des personnes handicapées, a eu l’honnêteté de déclarer que « les mesures provisoires demandées par les comités des Nations Unies doivent être respectées par l’État, au risque d’entraver l’exercice effectif du droit de plainte prévu par le Protocole facultatif ».

Que se passera-il si la France ne respecte pas les mesures provisoires et que M. Vincent Lambert en meurt ?
Certes, l’ONU ne peut pas envoyer des « casques bleus » au CHU de Reims. Mais la France est tenue par sa parole. Il est donc certain que si M. Vincent Lambert meurt, la France sera condamnée par l’ONU. Cette condamnation ouvrira droit à réparation pour les parents de Vincent Lambert. Ils pourront se retourner en justice contre le gouvernement, le CHU mais aussi contre le Dr Sanchez, car la demande du Comité lui a été notifiée personnellement.

SUR LE MÊME SUJET
 

Mais il sera trop tard  pour Vincent Lambert; et entre temps, le gouvernement aura changé.

Nous voyons bien que pour le gouvernement, la mort de Vincent Lambert est une exigence politique. Et que la politique prime le respect de la justice. Le but politique est d’utiliser la mort de Vincent Lambert pour « faire passer » la légalisation de l’euthanasie. Il faut que Vincent Lambert agonise devant les caméras pour justifier l’euthanasie active des personnes handicapées.

Mais à ce jour Vincent Lambert n’est pas mort, la sédation peut encore être arrêtée sans dommage pendant les 2 à 3 prochains jours.

Que pourrait dire la Cour européenne des droits de l’homme ?
En droit, je suis convaincu qu’elle devrait donner raison aux parents Lambert, et demander au gouvernement de respecter les « mesures provisoires » demandées par l’ONU. La Cour européenne ne peut pas tolérer que le gouvernement français bafoue ainsi ostensiblement, et fragilise, le système de protection internationale des droits de l’homme. 

La Cour ne peut pas donner raison au gouvernement français et déclarer les « mesures provisoires » non obligatoires, non seulement parce que ce serait faux juridiquement, mais aussi parce que la Cour ruinerait alors l’autorité de ses propres mesures provisoires. Il est donc impossible que la CEDH déclare non obligatoire le respect les mesures provisoires. La Cour européenne a donc tout intérêt à donner raison aux parents Lambert et à venir à la rescousse du Comité des droits des personnes handicapées des Nations-Unies.

Mais cette affaire est politique, et même idéologique, bien plus que juridique. Il faut espérer que la Cour européenne aura le courage de juger en droit sur le fond, et qu’elle ne bottera pas en touche. Son honneur est en jeu.

En pratique, comment la nouvelle requête va-t-elle être traitée à la CEDH ?
La Cour va certainement se prononcer dans les 48 heures. La décision sera prise soit par une chambre, c’est-à-dire par sept juges, soit par un juge seul. Nous ne le saurons pas. À la différence des jugements de la Cour, les décisions sur les mesures provisoires sont anonymes, seul apparaît le nom du greffier. Le nom des juges, et en particulier du rapporteur (celui qui s’est occupé de l’affaire), n’est jamais mentionné à la CEDH.

Mais c’est un usage fréquent au sein de la Cour européenne que de confier ce type de requête au juge national, c’est-à-dire au juge siégeant au titre du pays poursuivi, car c’est lui qui connaît le mieux le droit national. C’est problématique, pour des raisons évidentes, surtout lorsque ce juge est proche du gouvernement (voire du Président), ce qui est souvent le cas car les juges internationaux sont désignés sur recommandation de leurs gouvernements respectifs. Ils ont donc une dimension politique, qu’ils conservent plus ou moins par la suite.

C’est d’ailleurs pour offrir une garantie supplémentaire de neutralité et d’indépendance que les Comités des Nations Unies, à l’inverse de la CEDH, interdisent au juge national de statuer dans une affaire visant son pays d’origine. Il serait bon que la Cour européenne fasse de même.

Qui est le juge français qui pourrait trancher ?
Le juge siégeant au titre de la République est André Potocki, ancien Conseiller à la Cour de cassation. Il s’est déjà prononcé en faveur de la mort de M. Vincent Lambert en 2015. Il est étonnant que les français ne le connaissent pas, car il a un pouvoir considérable sur nos lois. Aux Etats-Unis, les juges de la Cour suprême, certes moins nombreux, sont très connus ; et personne ne fait semblant de croire en leur neutralité politique.

Cela dit, il n’est pas certain que le juge français statue à nouveau, car la CEDH interdit généralement aux Etats qu’un même juge puisse se prononcer deux fois sur une même affaire. Je ne vois pas pourquoi elle ne s’imposerait pas à elle-même cette règle en l’espèce.

Quoi qu’il en soit, l’affaire est simple, et la politique ne devrait pas interférer : il s’agit seulement de faire respecter le droit international, et non pas de prendre position sur  l’euthanasie de Vincent Lambert. Il faut espérer que la CEDH ne fasse pas moins bien que le Comité des droits des personnes handicapées, et qu’elle fasse passer la justice avant la politique.

 

 

Partager cet article

Repost0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Défense de la Vie
19 mai 2019 7 19 /05 /mai /2019 08:39

Troisième dimanche après le Nouveau Dimanche, quatrième après Pâques.

 

Saint Qurbana :

    • 1ère de St Jean 5: 13 – 21 :
  • 13 Je vous ai écrit cela pour que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui mettez votre foi dans le nom du Fils de Dieu.
  • 14 Voici l’assurance que nous avons auprès de Dieu : si nous faisons une demande selon sa volonté, il nous écoute.
  • 15 Et puisque nous savons qu’il nous écoute en toutes nos demandes, nous savons aussi que nous obtenons ce que nous lui avons demandé.
  • 16 Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui n’entraîne pas la mort, il demandera, et Dieu lui donnera la vie, – cela vaut pour ceux dont le péché n’entraîne pas la mort. Il y a un péché qui entraîne la mort, ce n’est pas pour celui-là que je dis de prier.
  • 17 Toute conduite injuste est péché, mais tout péché n’entraîne pas la mort.
  • 18 Nous le savons : ceux qui sont nés de Dieu ne commettent pas de péché ; le Fils engendré par Dieu les protège et le Mauvais ne peut pas les atteindre.
  • 19 Nous savons que nous sommes de Dieu, alors que le monde entier est au pouvoir du Mauvais.
  • 20 Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu nous donner l’intelligence pour que nous connaissions Celui qui est vrai ; et nous sommes en Celui qui est vrai, en son Fils Jésus Christ. C’est lui qui est le Dieu vrai, et la vie éternelle.
  • 21 Petits enfants, gardez-vous des idoles.
    •  
    • Hébreux 11: 3-6 :
  • 03 Grâce à la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par une parole de Dieu, et donc ce qui est visible n’a pas son origine dans ce qui apparaît au regard.
  • 04 Grâce à la foi, Abel offrit à Dieu un sacrifice plus grand que celui de Caïn ; à cause de sa foi, il fut déclaré juste : Dieu lui-même rendait témoignage à son offrande ; à cause de sa foi, bien qu’il soit mort, il parle encore.
  • 05 Grâce à la foi, Hénok fut retiré de ce monde, et il ne connut pas la mort ; personne ne le retrouva parce que Dieu l’avait retiré ; avant cet événement, il avait été agréable à Dieu, l’Écriture en témoigne.
  • 06 Or, sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu ; car, pour s’avancer vers lui, il faut croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent.
    •  
    • St Luc 24: 13 à 35 :
  • 13 Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem,
  • 14 et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.
  • 15 Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.
  • 16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
  • 17 Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
  • 18 L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »
  • 19 Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple :
  • 20 comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.
  • 21 Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
  • 22 À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau,
  • 23 elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant.
  • 24 Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
  • 25 Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit !
  • 26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »
  • 27 Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
  • 28 Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.
  • 29 Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
  • 30 Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.
  • 31 Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.
  • 32 Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »
  • 33 À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent :
  • 34 « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »
  • 35 À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.
  •  

 

 

(Le Patriarche Copte Orthodoxe distinguant Armia)

 

 

 

"L‘Incarnation de la Lumière"

 

(Détail des fresques du plafond de l'Eglise du Monastère Syriaque réalisées par Armia)

À partir du 22 Juin au Monastère,un stage

 

d’iconographie avec Armia Elkatcha au

 

Monastère.

(Participation, logement et repas compris 250 euros, des facilités de paiement peuvent être consenties.)

(Détail des fresques du plafond de l'Eglise Cathédrale Copte-Orthodoxe du Caire  réalisées par Armia)

 

Si vous êtes intéressés , inscrivez-

vous vite  !

 

IL RESTE DE LA PLACE, IL N'EST PAS TROP TARD POUR VOUS INSCRIRE !...

 

Par ailleurs, une exposition d'icônes est prévue et le chantier des fresques à l'église du Monastère sera visible, si bien que vous pourrez voir à l'oeuvre le Chef d'atelier du Patriarcat d'Alexandrie et son assistant.

 

 

 

Souvenirs photographiques de la Messe du Vendredi 17, Messe de l'aumônerie Syro-Orthodoxe des Africains vivant en région de Chartres.
Souvenirs photographiques de la Messe du Vendredi 17, Messe de l'aumônerie Syro-Orthodoxe des Africains vivant en région de Chartres.
Souvenirs photographiques de la Messe du Vendredi 17, Messe de l'aumônerie Syro-Orthodoxe des Africains vivant en région de Chartres.
Souvenirs photographiques de la Messe du Vendredi 17, Messe de l'aumônerie Syro-Orthodoxe des Africains vivant en région de Chartres.
Souvenirs photographiques de la Messe du Vendredi 17, Messe de l'aumônerie Syro-Orthodoxe des Africains vivant en région de Chartres.
Souvenirs photographiques de la Messe du Vendredi 17, Messe de l'aumônerie Syro-Orthodoxe des Africains vivant en région de Chartres.
Souvenirs photographiques de la Messe du Vendredi 17, Messe de l'aumônerie Syro-Orthodoxe des Africains vivant en région de Chartres.
Souvenirs photographiques de la Messe du Vendredi 17, Messe de l'aumônerie Syro-Orthodoxe des Africains vivant en région de Chartres.

Souvenirs photographiques de la Messe du Vendredi 17, Messe de l'aumônerie Syro-Orthodoxe des Africains vivant en région de Chartres.

 

LA RÉSURRECTION : UNE DOCTRINE ?

Le fait

La résurrection du Christ, Fils de Dieu et Fils de l’Homme et Roi d’Israël, est un évènement qui structure l’Histoire universelle : en entrant volontairement dans la mort par amour pour autrui, le Christ a ouvert la voie à la grande liberté. Plus rien dans le monde n’est comme auparavant. L’Église affirme des faits, des actes divins : l’Incarnation, la Résurrection, l’Exaltation du Fils à la Droite paternelle, la Descente glorieuse de l’Esprit. Une nuée de témoins, à commencer par les femmes myrrophores, Marie-Madeleine, la Mère de Dieu, ainsi que les Apôtres, les pèlerins d’Emmaüs, atteste l’entrée corporelle du Dieu fait Homme dans la Vie, après avoir terrassé la mort. L’Église peut se définir comme la communauté qui affirme : « le Christ est vraiment ressuscité ! »

La doctrine

Elle se déduit du fait. Elle développe toutes les conséquences de la Résurrection pour l’homme et pour la création tout entière. Pour l’Église et pour la société civile, pour la culture, celles-ci sont incalculables. La Résurrection est principalement la manifestation de l’amour de Dieu pour son peuple et pour l’humanité entière, ainsi que pour toutes les créatures. L’existence humaine se voit libérée de la peur de la mort, de toutes les formes que prend l’angoisse de mort. Le Christ étant ressuscité, et le pouvoir de la mort étant aboli, les baptisés participent à un mode de vie nouveau, par la grâce du saint baptême, en premier lieu, par l’eucharistie et par l’ensemble des sacrements qui, tous, sont porteurs de la puissance de la Résurrection.

La peur de la mort

Les chrétiens, dès les premiers temps de l’Église, et surtout après la descente du saint Esprit, à la Pentecôte, se caractérisent par le fait qu’ils n’ont pas peur de la mort. Les martyrs de tous les temps attestent cette liberté charismatique. Ils sont les témoins de la Résurrection. Ils affrontent les pouvoirs de ce monde – qui, de tous temps, utilisent tous cette peur pour dominer et asservir les peuples – sans redouter ce qu’ils peuvent avoir à supporter de leur part – la torture et l’exécution.

L’amour pour les ennemis

La victoire sur la peur de la mort se manifeste surtout par le triomphe de l’amour de Dieu dans la communauté des baptisés et dans le monde ; tout particulièrement, la capacité d’aimer ses ennemis – ceux qui les haïssent et veulent leur souffrance et leur mort – montrent que la mort a perdu son pouvoir. À la tyrannie de la mort sur les consciences – et même sur les créatures non douées de raison – succède le Royaume de Dieu où ne s’exerce aucun pouvoir puisque le nerf de toute domination a été extirpé. La mission des chrétiens est de montrer par leur exemple encore plus que par leurs paroles la vérité de la Résurrection.

Source: "Sagesse Orthodoxe"

Deux hommes s’éloignent de Jérusalem. Ils sont venus pour la Pâques et la Pâque est finie.

Ils s’entretiennent de leurs espoirs évanouis : ils ont cru en Jésus et voici que Jésus est mort sur la croix... ils cheminent tristement vers le village d’Emmaüs. Un homme les rejoint. Il ralentit sa marche pour voyager de compagnie avec eux : cela se faisait beaucoup en ce temps-là.

Ils s’étonnent :

- Tu es bien le seul étranger venu à Jérusalem qui ignore les choses qui y sont arrivées ces jours-ci !

Le voyageur paraît en effet ne rien savoir. Il souhaite d’être éclairé. Alors les hommes d’Emmaüs lui racontent l’arrestation de Jésus, son procès, sa mort sur la croix. Ils tentent de lui faire comprendre la profondeur de leur déception. Ils avaient tant espéré que ce Jésus délivrerait Israël !

Les disciples d'Emmaüs

Ils font aussi allusion à ce que l’on raconte : on aurait trouvé vide le tombeau de Jésus. Selon certains il serait ressuscité. Comment y croire ? Personne ne l’a revu vivant.

Le voyageur, si attentif jusque-là, si amical, se rembrunit. Il lance aux pèlerins d’Emmaüs :

- Cœurs sans intelligence !

Il leur reproche d’avoir oublié ce qu’avaient annoncé les prophètes :

- Ne comprenez-vous pas qu’il fallait que le Christ endure ces souffrances pour entre dans sa gloire ?

Impressionnés, ils l’écoutent. On continue ainsi jusqu’à l’étape du soir. A l’auberge, les pèlerins invitent à souper ce voyageur qui parle si bien. « Or, pendant qu’il était à table avec eux, raconte Jean, il prit le pain, prononça une bénédiction, puis le rompit et le leur donna. Alors, leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent. »

Ils sont sur le point de se jeter aux pieds de Jésus lorsqu’ils se retrouvent seuls : « Mais lui devint invisible à leurs yeux. »

Aussitôt, les pèlerins rebroussent chemin, courent à Jérusalem, retrouvent les fidèles de Jésus qu’ils connaissent, leur racontent dans tous ses détails la fantastique aventure qu’ils viennent de vivre.

C’est grâce à la relation que l’apôtre Jean en a laissée que nous la connaissons.

Source : Alain Decaux raconte Jésus aux enfants.

Les disciples d'Emmaüs

L’image de Dieu, le Fils de Dieu,

est au fond de l’âme comme une source d’eau vive.

 

Quand on y jette de la terre, c’est-à-dire des désirs terrestres, elle est obstruée et recouverte au point qu’on n’en connait ni n’en aperçoit plus rien.

 

Pourtant, en elle-même elle reste vive ; dès qu’on enlève la terre qu’on a jetée dessus, elle réapparaît et on la boit.

(Origène – in genesium S XIII, Cité par Maître Eckhart dans le sermon de l’homme noble)

The image of God, the Son of God,

is at the bottom of the soul as a source of living water.

When one throws earth at it, that is to say earthly desires, it is obstructed and covered to the point where one neither knows nor perceives anything of it.

Yet in herself she remains alive; as soon as we remove the earth we throw on it, it reappears and we drink it.

(Origen - in genesium S XIII, quoted by Master Eckhart in the sermon of the noble man)

A imagem de Deus, o Filho de Deus

está no fundo da alma como fonte de água viva.

Quando alguém lança terra nela, isto é, desejos terrestres, ela é obstruída e coberta até o ponto em que ninguém sabe nem percebe nada dela.

No entanto, ela mesma permanece viva; assim que removemos a terra, ela reaparece e a bebemos.

(Orígenes - no genesium S XIII, citado pelo Mestre Eckhart no sermão do homem nobre)

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

« LE CINÉMA »

Le cinéma ! Dans notre civilisation de l’audiovisuel, il semble jouer de plus en plus le rôle de « tête chercheuse », lui que l’on peut définir comme un art total, qui est aussi un art pour tous. Art par conséquent de la technique la plus poussée, capable de susciter une sorte de communion affective, chaude, en deçà ou au-delà du langage : le cinéma, quand il culmine à une authentique créativité (donc communautaire, donc d’une certaine manière nuptiale), apparaît bien comme la liturgie d’une culture ouverte, planétaire, nullement uniformisante. Car chaque nation, chaque culture locale et sa mémoire propre peuvent s’y exprimer tout en s’universalisant, tout en devenant directement sensibles aux entrailles et parfois aux cœurs de dizaines de milliers de spectateurs partout dans le monde, comme ce fut le cas pour les films historiques de Kurosawa ou celui de Tarkovsky sur Roublev.

C’est pour cela que nous pouvons parler ici en même temps de cinéma et de christianisme. Parce que la vie de l’homme, c’est d’abord, c’est essentiellement la vision de Dieu ; parce que le christianisme, c’est avant tout la religion « des visages » ; parce que le cinéma, dont le développement à coïncidé avec celui de l’abstraction picturale, nous rend pour sa part, dans une sorte d’éveil élémentaire, le choc des êtres et des choses ; avant tout, des visages ; surtout la face humaine, le gros plan comme langage muet, regard, silence, appel.

Nuances pourtant, nuances ! Et de taille !

Dans la lumière du Christ en effet, nous voyons véritablement la lumière. Rappelons-nous l’épisode de l’aveugle dans Marc 8, 22-26 : « Au début, il voit les hommes comme des arbres qui marchent ; après l’intervention de Jésus, il fut guéri et vit tout distinctement. »

« Nous avons vu la vraie Lumière, nous avons reçu l’Esprit céleste », chantons-nous dans la Divine Liturgie : « Vivre évangéliquement, cela veut dire en Vérité, ainsi que l’écrit le Père Justin Popovitch, rayonner la lumière du Verbe de Dieu, la divine lumière incréée, se transformer en lumière, devenir lumière, parce que vie et lumière sont consubstancielles (Jean 1,4) en Dieu, dans le Dieu-Homme, et donc pour tous les vrais chrétiens. Et en cela rien d’imaginaire : l’éclat de la lumière pleine de grâce est présent dans les icônes de nos saints comme nimbe lumineux. » (Père Justin Popovitch, l’Homme et le Dieu-Homme, Ed. l’Age d’Homme, Lausanne 1988 P83).

Alors que le cinéma, lui, est un art de l’imaginaire, un art onirique qui très souvent dé-réalise. Il remplace la réalité « rugueuse à étreindre » et la vision qui veut la longue et patiente ascèse, par une irréalité où l’on peut tout voir sans rien vivre : il ouvre nos appétits d’être, sans savoir, sans bien savoir quoi, à l’instar de notre société dont il reflète et intensifie les tendances telle une immense nostalgie qui n’est autre que ce mélange d’une infinie tristesse du vide. Et l’on est en droit de se poser cette question : clé de voûte de la société du spectacle, qu’est-ce, en fin de compte, que le cinéma : un appel « de profundis » ou le négatif de Dieu ?

Le moment serait donc mal venu pour nous, chrétiens, de renoncer en pareille circonstance au spirituel, surtout quand il s’agit d’apporter à l’homme d’aujourd’hui la certitude de sa transcendance et les forces intérieures indispensables à la maîtrise de l’art, de la science, de la matière et de la machine.

Or dans ce temps liturgique du Pentecostaire, traversé par l’éclat de Pâques et confirmé par la certitude de la Pentecôte, ne pouvons-nous pas, comme chrétiens, entrevoir la possibilité d’un art cinématographique qui tente non pas de dé-réaliser les êtres et les choses, mais de les sur-réaliser en liant la création d’images au développement d’une imagination créatrice, d’un sens poétique juste ?

Dans notre monde de post-chrétienté, les artistes se sentent assez libres du christianisme pour l’utiliser comme un merveilleux réservoir d’images. Images assurées du succès, d’abord parce qu’il y a encore des chrétiens ; ensuite parce qu’elles subsistent dans notre mémoire collective ; enfin parce qu’elles répondent à la soif obscure qui s’exprime dans la grande « nostalgie » cinématographique.

Si nous lisons attentivement le passage de Luc sur les pèlerins d’Emmaüs, (Luc 24, 13-36), dans la perspective du cinéma il nous dit : si la figure et la destinée de Jésus n’ont cessé de hanter le cinéma, alors ne craignons pas d’aller jusqu’au bout de la liberté qui butte sur l’ultime esclavage, celui de la mort.

« Alors, écrit Luc, leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent ; mais il disparut de devant eux. » Pour ma part, j’explique cela par le fait que la seule vraie transgression, la seule qui vaille la peine d’être vécue, c’est la résurrection, quand on ne voit plus ce Christ que l’on a vu, ainsi que l’expérimentèrent les pèlerins d’Emmaüs.

Andreï Tarkovsky disait que la création doit être « une épiphanie », que le film peut constituer « pour l’auteur et le spectateur un acte spirituel purificateur ».

Puisse-t-il être aussi, aujourd’hui plus que jamais, une beauté de transfiguration, passée par le défiguration de la Croix ; en un mot : une beauté de mort et de résurrection.

 

+Stephanos, métropolite de Tallinn et de toute l’Estonie

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIA

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

  

 

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les

 

"islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or

 

terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their

 

release ...

 

Não nos esqueçamos dos bispos, sacerdotes e fiéis cristãos

"Islamistas" ou terroristas de todos os tipos! Ore incansavelmente pelo

Senhor os apóia. Ore pela sua libertação ...

 

 

  

TOUTE VIE HUMAINE EST UN

MARTYR (TÉMOIGNAGE)

La vie de l'homme est un martyre. Depuis l'instant où nous avons chuté loin de la véritable joie, nous récoltons les fruits de la désobéissance : "Il produira pour toi épines et chardons" (Gen. 3,18 ) - la "terre" de notre coeur aussi. Comment reconnaîtrions-nous que nous sommes des exilés, si ce n'est pas les afflictions et les tourments?


Il n'y a personne qui n'aie pas quelque chose qui l'afflige. Les pieux Chrétiens sont affligés eux aussi, mais au plus profond de leur âme, ils ont aussi l'espoir qu'un jour les nombreuses afflictions se traduiront par un repos bienheureux pour eux. Sans afflictions et sans souffrances, que personne ne s'attende à se reposer dans la vie au-delà de la tombe. Cette vie est pour ceux qui ont lutté et ont été lourdement chargés par le poids de cette vie présente.

Bien sûr, les saints avaient beaucoup de grâce et de force spirituelle, et ils se réjouissaient de la souffrance. Mais nous, et moi d'abord, nous souffrons et parfois notre patience s'effondre. Gloire à Dieu, qui nous éclaire afin de nous repentir et de nous corriger! "l’esprit est ardent, mais la chair est faible (Mt. 26,41 ).
Staretz Ephraim d'Arizona



 



"Man’s life is a martyrdom. Ever since we fell from true happiness we gather the fruit of disobedience: “Thorns and thistles will the earth bring forth to you” (Gen. 3:18 ) –the earth of the heart will, too. How will we know that we are exiles, if not through afflictions and torments?

There is no person who does not have something that afflicts him. Pious Christians are afflicted, too, but in the depths of their souls they also have the hope that one day the many afflictions will result in blessed repose for them. Without afflictions and sufferings let no one expect repose in the life beyond the grave. That life is for those who have labored and were heavy-laden by the weight of this present life.

Of course, the saints had much grace and spiritual strength, and they rejoiced in suffering. But we, and I first of all, suffer and sometimes our patience breaks. But glory be to God, Who enlightens us to repent and correct ourselves. “The spirit indeed is willing, but the flesh is weak.” (Mt. 26:41 )."
Elder Ephraim of Arizona
Spiritual Fragrance Publishing

HUMILITÉ ET COLÈRE

 

Ainsi, 
c'est ce que je voudrais vous dire 
à vous et à tous: 
 
ne cherchez jamais 
à vous corriger les uns les autres 
avec colère, 
mais seulement 
avec humilité 
et un amour sincère, 
parce que l'on ne chasse pas une tentation
 par une autre tentation. 
 
 Quand vous voyez la colère venir,
 oubliez la correction pour le moment.
 
 Une fois que vous voyez 
que la colère est passée,
 que la paix est venue,
 et que vos pouvoirs de discernement
 fonctionnent correctement, 
alors vous pouvez parler avec profit.
 

Staretz Joseph l'hésychaste

 

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
 

  

Où nous trouver ? 

 

Grande Paroisse NORD-OUEST et NORD-EST (Paroisse Cathédrale N-D de Miséricorde):

 

NORMANDIE :

CHANDAI (61) et CHAISE-DIEU DU THEIL (27):

 

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Maison Ste Barbe 
(Siège de l'Ass Caritative CARITAS E S O F)

15 Rue des 3 Communes
27580 CHAISE-DIEU DU THEIL

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

-+-

Grande Paroisse "NOUVELLE AQUITAINE" , OCCITANIE (N-D de la Très Sainte Trinité) :

 

NANTES:

 *Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces et St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
66,Place Schoeneck, LE BOURG
16560 JAULDES. 

Tel: 05.45.37.35.13
Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front


ERMITAGE ST COLOMBAN*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

LOURDES:

*Relais paroissial St Gregorios de Parumala

 Messes épisodiques ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

Rte de Pau

 

-+-

CAMEROUN, PAKISTAN ET BRÉSIL:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDÉ,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain. De même pour les Paroisses du Brésil et du Pakistan: 

 Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

_____________________________________________________________________

VOUS N'AVEZ PAS PENSE  A VOTRE

EFFORT DE CARÊME ?

POUR AIDER LA MISSION EN

FRANCE ET AILLEURS, C'EST

SIMPLE...

Il faut impérativement:

*PENSER A VOUS ACQUITTER DU "DENIER DU CULTE",

*CONFIER AU MONASTÈRE LA CÉLÉBRATION DE

VOS MESSES POUR LES VIVANTS ET LES DÉFUNTS DE

VOS FAMILLES,...

Tout don est déductible de votre revenu imposable

à raison de 66 °/° de son montant.(Libellez vos Chèques Bancaires

  l'ordre de : Métropolie E S O F)

MERCI,

SANS VOTRE AIDE LA MÉTROPOLIE (L'Archidiocèse de l'Eglise

Syro-Orthodoxe  Francophone Mar Thoma ) NE POURRA PAS SURVIVRE. 

Adresse: 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

_____________________________________________________

 

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

 

 

 

 

 

 

 

 

DU DIMANCHE 19 AU MERCREDI 22 MAI(Inclusivement)Retraite de délivrance et de guérisonau Monastère.

Pour vous inscrire:

06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)ou Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

 

*Mercredi 22 MAI: