Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 20:23

Afficher l'image d'origine

Neuvaine à saint Martin

Du 3 au 11 novembre

 

Les Eglises d'Orient l'appellent aussi "saint Martin le Miséricordieux". Il est né en Hongrie en 316, sur les frontières de l'empire romain où son père était en garnison. A 15 ans, il est soldat car la loi romaine obligeait les fils de soldats à s'enrôler dans l'armée. Il est muté en Gaule et c'est là, qu'à Amiens, il rencontre le pauvre grelottant à qui il donne son manteau et dont il apprend durant la nuit que c'est le Christ qui lui a fait cette demande. Il hésitait à devenir chrétien, il s'y décide enfin. Il quitte l'armée pour rejoindre Saint Hilaire à Poitiers. Avec lui, il fonde le premier monastère des Gaules, à Ligugé, en Poitou. C'est là qu'il sera enlevé par les habitants de Tours qui en font leur évêque. Mais l'ancien soldat devenu chrétien ne s'enfermera pas dans sa cité. Il évangélisera parcourant les campagnes jusqu'à sa mort, à Candes, sur les bords de Loire, disant: « Seigneur, s'il le faut, garde-moi en vie, car je ne refuse pas le labeur ». Il meurt en 397.

Afficher l'image d'origine ​​​​​​​

 

Prières quotidiennes

 

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, Dieu unique et vrai. Amîn.

Je crois en Dieu

 

Prière à l’Esprit Saint

 

Esprit de Sagesse, de Lumière et de Force, Esprit d'Amour, Esprit Saint, mets au cœur de tous les croyants de ce monde l'amour fraternel qui leur permettra de se rencontrer dans un esprit d'échange et de partage au-delà de leurs différences. Que chacun apprenne à découvrir les richesses de l'autre. Esprit Saint, apprends-nous à nous écouter mutuellement avec patience et humilité, pour que chacune de nos rencontres devienne un carrefour où chacun reçoit autant qu'il donne, même si nous venons de chemins très différents. Esprit Saint, donne-nous la force de la foi et rassemble-nous dans une volonté commune. « La bonne nouvelle est annoncée aux pauvres ». Apprends-nous la joie de la foi, de l'espérance, de l'amour qui transforme le monde et libère tout être de ses péchés, de ses misères spirituelles ou matérielles. Esprit Saint, fais de chaque baptisé un rayon de ta lumière, pour que le monde puisse découvrir ta présence et ton amour. Le monde entier est mon village, l'univers est ma paroisse: pousse chacun vers le grand large, vers la civilisation de l'amour où ce qui nous rassemble, nous libérera de ce qui nous divise. Amen.

 

martinus

Prière à saint Martin de Tours

 

Bienheureux Martin, nous venons à toi. Soldat de Dieu, Apôtre du Christ, Témoin de son Evangile et Pasteur de son Eglise, nous te prions. Tu étais présent à Dieu dans le grand silence des nuits solitaires, donne-nous de lui rester fidèles dans la foi et la prière. Catéchumène, tu donnas au mendiant la moitié de ton manteau, aide-nous à partager avec nos frères. A travers champs et bois, tu as défié le démon et détruit ses idoles, prends-nous en ta garde et protège-nous du mal. Au soir de ta vie, tu n’as pas refusé le poids des jours et des travaux, fais que nous soyons dociles à la volonté du Père. Au ciel de gloire, tu jouis de ton repos dans la maison de Dieu, mets en nos cœurs le désir de te rejoindre et de connaître près de toi la joie de l’éternité bienheureuse. (Cardinal Jean Honoré, archevêque émérite de Tours)

 

Notre Père, 10 Je vous salue Marie, Gloire au Père

 

013_001

Premier jour

Saint Martin, chrétien dès le plus jeune âge

 

En 316, en Hongrie, quand Martin naît, c’est l’époque du développement de la chrétienté et l’enfant a été vraisemblablement en contact avec des chrétiens. Son père dont la famille est originaire de Pavie (en Italie du nord), était tribun militaire de l’empire romain. C’est à dire un officier supérieur chargé de l’administration de l’armée, et ce n’est probablement pas un hasard si le nom de Martin signifie « voué à Mars», Mars étant le dieu de la guerre à Rome. Vers l’âge de 10 ans, l’enfant veut se convertir au christianisme et il se sent attiré par le service du Christ.

En tant que fils de magistrat militaire, Martin suit son père au gré des affectations de garnison ; il est pour ainsi dire héréditairement lié à la carrière de son père, voué au culte impérial. Ce père est irrité de voir son fils tourné vers une foi nouvelle : alors que l'âge légal de l’enrôlement est de 17 ans, il force son fils de 15 ans à entrer dans l’armée. Il est probable que Martin ne s’est laissé convaincre que pour ne pas nuire à la position sociale de ses parents tant sa vocation chrétienne est puissante.

Il n’en reste pas moins vrai que ce n’est pas en simple soldat que Martin entre dans l’armée romaine mais en tant que fils de vétéran. Il a le grade de circitor avec une double solde. Son rôle est celui de mener la ronde de nuit et d’inspecter les postes de garde et la surveillance de nuit de la garnison. Il possède alors un esclave, mais selon ses hagiographes, il le traite comme son propre frère.

Saint Martin, dès votre plus jeune âge, vous avez été appelé par le Christ. Le Saint Esprit vous a guidé pendant votre adolescence dans le cadre de l’armée. Faites que, diligents et attentifs à suivre toutes les inspirations du Saint-Esprit, nous progressions sans cesse dans cette foi qui fait les saints. Saint Martin, puissions-nous conserver toujours intact ce trésor qui nous a été légué par votre ministère. Obtenez-nous de suivre votre exemple. Protégez-nous afin que soutenus par votre protection nous avancions d'un pas ferme et rapide dans la voie des commandements du Seigneur. Amîn.

Prières quotidiennes

 

ST-MARTIN-2010-Copie

 

Deuxième jour

Saint Martin, le « Miséricordieux »

 

Affecté en Gaule, un soir de l’hiver 338 à Amiens, il partage son manteau avec un déshérité transi de froid, car il n’a déjà plus de solde après avoir généreusement distribué son argent. Il tranche son manteau ou tout du moins la doublure de sa pelisse et la nuit suivante le Christ lui apparaît en songe vêtu de ce même pan de manteau. Il a alors 18 ans. Le reste de son manteau, appelé « cape » sera placé plus tard, à la vénération des fidèles, dans une pièce dont le nom est à l'origine du mot : chapelle.

La cape de saint Martin de Tours, qui fut envoyée comme relique à la Chapelle palatine d'Aix-la-Chapellle pour Charlemagne, est elle-même à l'origine du mot « chapelle », c'est-à-dire l'endroit où l'on gardait la « c(h)ape » du saint qui était emportée lors des batailles et portée en bannière. Elle est aussi à l'origine du mot « Capet », nom de la dynastie des Rois de France : Francs Capétiens. Ainsi, du royaume d'Austrasie jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, saint Martin reste le symbole de l'unité franque.

Saint Martin, même avant la grâce du baptême, vous avez eu le bonheur de vêtir Jésus-Christ dans la personne du pauvre en lui partageant votre manteau, demandez et obtenez pour nous cet esprit de charité, signe distinctif des élus. Faites que nous comprenions et aimions le mystère de la pauvreté. Détachez nos esprits et nos cœurs des biens de la terre, afin que, découvrant des yeux de la foi un Dieu caché sous les haillons de la misère, la pensée de soulager Jésus dans la personne de ses pauvres, rende nos aumônes plus abondantes et plus méritoires. Amen.

Prières quotidiennes

 

Afficher l'image d'origine

 

Troisième jour

Saint Martin, soldat chrétien courageux

 

C’est le temps où les grandes invasions germaniques se préparent. Les Barbares sont aux portes de l’empire ; depuis longtemps déjà les milices auxiliaires des légions sont composées de mercenaires d’origine germanique. En mars 354, Martin participe à la campagne sur le Rhin contre les Alamans en Rhénanie. Ses convictions religieuses lui interdisent de verser le sang et il refuse de se battre. Pour prouver qu’il n’est pas un lâche et qu’il croit à la Providence et à la protection divine, il propose de servir de bouclier humain. Il est enchaîné et exposé à l’ennemi mais, pour une raison inexpliquée, les Barbares demandent la paix. Martin sert encore deux années dans l'armée. Puis il se fait baptiser à Pâques toujours en garnison à Amiens. Cette époque est un temps de transition, la fin d’un règne et le début d’un autre règne où tous, même les soldats, sont pénétrés par les idées nouvelles.

Saint Martin, pour suivre le Christ, vous avez refusé de verser le sang, bien que ce soit votre fonction de soldat. Obtenez-nous, avec un complet détachement des choses du monde, cette merveilleuse confiance dans le secours d'en haut. Qu'à votre exemple, armés de la Croix, nous devenions redoutables aux ennemis de notre salut, ne rougissant jamais de nos croyances, toujours prêts à proclamer notre foi autant par nos actes que par nos paroles. Vous n’avez pas craint d'affronter, seul et sans armes, d'innombrables ennemis, faites-nous chercher avant tout le divin Jésus et que ni la prospérité, ni l'adversité, ni la vie, ni la mort, ni aucune puissance ne puisse nous séparer de son amour. Amîn.

Prières quotidiennes

 

St Martin -009

 

Quatrième jour

Saint Martin, assoiffé de Dieu

 

En 356, ayant pu quitter l’armée il se rend à Poitiers pour rejoindre Hilaire, évêque de la ville depuis 350. Hilaire a le même âge que Martin et appartient comme lui à l’aristocratie, mais il a embrassé la foi chrétienne tardivement, et est moins tourné vers la mortification et plus intellectuel. Son statut d’ancien homme de guerre empêche Martin de devenir prêtre : aussi refuse-t-il la fonction de diacre que lui propose l’évêque. Il devient donc simplement exorciste. Au cours du même voyage, il rencontra le Diable.

Saint Martin, deux ans après votre baptême, vous avez pu répondre entièrement à l’appel du Christ et venir auprès d’Hilaire pour gagner la connaissance exacte de la religion et de ses devoirs. Communiquez à nos âmes cette soif ardente de la vérité et ce besoin de vie intime avec Dieu. Faites qu'au milieu des tracas de la vie nous sachions trouver Dieu à l'heure de la prière et que notre ferveur rachète les faiblesses de notre nature déchue, afin que commence dès ici bas cette bienheureuse union que nous espérons mériter par votre entremise pour l'éternité. Amîn.

Prières quotidiennes

 

saint-martin-de-tours-13

 

Cinquième jour

Saint Martin, évangélisateur de feu

 

Dans la région des Alpes, il fut un jour attaqué par des brigands. L'un des voleurs lui demanda s'il avait peur. Martin lui répondit qu'il n'avait jamais eu autant de courage et qu'il plaignait les brigands. Il se mit à leur expliquer l'évangile. Les voleurs le délivrèrent et l'un d'eux demanda à Martin de prier pour lui. La Chrétienté est alors déchirée par des courants de pensée qui se combattent violemment et physiquement. Les ariens sont les disciples d’un prêtre, Arius qui nie que le Christ soit Dieu, fils de Dieu au contraire des "trinitaires" (Défenseurs de la doctrine sur la Trinité) de l'Eglise Catholique unie dans l'Orthodoxie de la Très Sainte Foi. A cette époque les ariens sont très influents auprès du pouvoir politique.

Alors que Hilaire, un trinitaire, victime de ses ennemis politiques et religieux tombe en disgrâce et est exilé, Martin est averti « en songe » qu’il doit rejoindre ses parents en Ilyrie afin de les convertir. Il réussit à convertir sa mère mais son père reste étranger à sa foi. En Illyrie (Albanie) c’est la foi arienne qui est la foi dominante et Martin qui est un fervent représentant de la foi trinitaire doit sans doute avoir de violentes disputes avec les ariens car il est publiquement fouetté puis expulsé. Il s’enfuit et se réfugie à Milan, mais là aussi les ariens dominent et Martin est à nouveau chassé. Il se retire en compagnie d'un prêtre dans l'île déserte de Gallinara non loin du port d'Albenga et se nourrit de racines et d’herbes sauvages. Martin s’empoisonne avec de l’hellébore et il s’en faut de peu qu’il ne meure.

Saint Martin vous avez combattu avec courage l’hérésie arienne sans concession, ce qui vous a valu des persécutions.

Vous avez essayé de convertir vos parents, mais pour votre père ce fut l’échec.

Aidez-nous à obtenir votre zèle, votre force pour que sous votre conduite, nous ressentions nous aussi un vif désir de la perfection.

Donnez-nous de copier entièrement comme vous le divin Modèle, afin qu'animés de son esprit, vivant de sa vie, nous arrivions au bonheur que Dieu promet à qui sera conforme à l'image de son divin Fils. Amîn.

Prières quotidiennes

 

icon_martin2

 

Sixième jour

Saint Martin, évêque malgré lui

 

En 360, avec les canons du concile de Nicée, les "trinitaires" regagnent définitivement leur influence politique et Hilaire retrouve son évêché. Martin en est informé et revient lui-même à Poitiers. Alors âgé de 44 ans, il s’installe sur un domaine gallo-romain qu'Hilaire lui indique près de Poitiers. Martin y crée un petit ermitage, à 8 km de la ville : l'abbaye de Ligugé où il est rejoint par des disciples. Il crée ici la première communauté de moines en Gaule. Ce premier monastère est le lieu de l’activité d’évangélisation de saint Martin pendant dix ans. Il accomplit ses premiers miracles et se fait ainsi reconnaître par le petit peuple comme un saint homme.

En 371, à Tours, l'évêque en place Lidoire vient de mourir ; les habitants veulent choisir Martin mais celui-ci s’est choisi une autre voie et n’aspire pas à l'épiscopat. Les habitants l’enlèvent donc et le proclament évêque le 4 juillet 371, sans son consentement. Martin se soumet en pensant qu’il s’agit là sans aucun doute de la volonté de Dieu. Les autres évêques ne l’aiment guère car il a un aspect pitoyable dû aux mortifications et aux privations excessives qu’il s’inflige, il porte des vêtements rustiques et grossiers. Mais Martin, même s’il est évêque, ne modifie en rien son train de vie.

Saint Martin, modèle d'humilité, de patience, de douceur et de mortification, vos vertus forçaient l'admiration et aucune tribulation ne put jamais vous émouvoir. Imprimez profondément dans nos âmes cette conviction, que les peines de cette vie ne sont rien en comparaison du poids éternel de gloire qui en sera la récompense. Faites-nous voir toujours la main miséricordieuse du Maître dans les épreuves qu'il nous envoie, afin que comme lui, portant courageusement nos croix, nous arrivions dans son royaume par ce chemin de la contradiction et de la souffrance, qui est la voie la plus sûre de la gloire et du bonheur éternels. Amîn.

Prières quotidiennes

 

St Martin -007

 

Septième jour

Saint Martin, premier missionnaire de notre pays

 

Il crée un nouvel ermitage à 3 km au nord-est des murs de la ville : c’est l’origine de Marmoutier qui avait pour règle la pauvreté, la mortification et la prière. Les moines devaient se vêtir d’étoffes grossières sur le modèle de saint Jean Baptiste qui était habillé de poil de chameau. Ils copiaient des manuscrits, pêchaient dans la Loire. Leur vie était très proche de ce que l’on peut lire dans les Evangiles sur la vie des premiers apôtres. Ils s’abritaient dans des grottes, habitations troglodytes dans les coteaux de la Loire. Le monastère est construit en bois. Martin vit dans une cabane de bois dans laquelle il repousse les « apparitions diaboliques et converse avec les anges et les saints ». C’est une vie faite d’un courage viril et militaire que Martin impose à sa communauté.

Tout ce monde voyage à travers les campagnes à pied, à dos d’âne et par la Loire. Car Martin est toujours escorté de ses moines et disciples, sans doute en grande partie pour des raisons de sécurité car il ne manque pas de voyager très loin de Tours. Ailleurs l’autorité de l’évêque est limitée à l’enceinte de la cité, avec Martin elle sort des murs et pénètre profondément à l’intérieur des terres. Martin semble avoir largement sillonné le territoire de la Gaule ; là où il n’a pas pu aller, il a envoyé ses moines.

A cette époque les campagnes sont païennes. il les parcourt donc faisant détruire temples et idoles. Il fait par exemple abattre un pin sacré. Il prêche avec efficacité les paysans, forçant le respect par l’exemple et le refus de la violence. Il prêche par la parole et par sa force, il sait parler aux petits et il utilise à merveille la psychologie par sa connaissance des réalités quotidiennes et l'utilisation de paraboles simples que le petit peuple comprend, tel que le Christ le faisait : ainsi il dit d’une brebis tondue « qu’elle accomplit le précepte de l’évangile basé sur le partage ». Il remplace les sanctuaires païens par des églises et des ermitages et comprenant fort bien l’homme de la campagne et ses besoins, il se donne les moyens de le convertir alors que la foi chrétienne est encore essentiellement urbaine. Marmoutier sert de centre de formation pour l’évangélisation et la colonisation spirituelle des campagnes. C’est pour l’essentiel la première base de propagation du Christianisme en Gaule.

Saint Martin, plein de zèle pour le salut des âmes, malgré votre dignité épiscopale dont vous avez admirablement rempli les charges, vous avez parcouru les campagnes pour prêcher Jésus-Christ, détruisant les temples des idoles et leur culte. Vous n’avez pas craint d'exposer votre vie pour convertir les infidèles, n'oubliez pas que nous sommes les fils de ceux que vous évangélisiez avec tant d'amour; continuez et perfectionnez du haut du ciel l'œuvre commencée sur celle terre. Préservez de toute erreur un troupeau qui vous est cher et gardez pure et intacte la foi que vous avez prêchée à nos aïeux. Amîn.

Prières quotidiennes

 

St Martin -008

 

Huitième jour

Saint Martin, humble serviteur

 

Marmoutier comptait 80 frères vivant en communauté, issus pour la plupart de l'aristocratie ce qui permettait à Martin de jouir d’une grande influence et de se faire recevoir par les empereurs eux-mêmes. Il existe désormais une complicité entre les empereurs et les évêques, entre le pouvoir de la nouvelle foi et le pouvoir politique. Mais cela n'empêche pas Martin, à la table de l'empereur, de servir en premier le prêtre qui l'accompagne et d'expliquer que le sacerdoce est plus éminent que la pourpre impériale. Un jour, voyant des oiseaux pêcheurs se disputer des poissons, il explique à ses disciples que les démons se disputent de la même manière les âmes des chrétiens. Et les oiseaux prirent ainsi le nom de l'évêque ; ce sont les martins-pêcheurs.

Saint Martin, votre apostolat a été signalé par des miracles sans nombre. Vous avez rendu la santé aux malades, guéri les infirmes, chassé les démons. Vous avez ressuscité trois morts. Vous conversiez familièrement avec Dieu et avec sa sainte Mère. Maintenant que vous êtes près d'eux, votre puissance ne saurait être amoindrie. Utilisez-la en notre faveur ; il y a encore parmi nous tant de malades et de morts spirituels ! Obtenez la guérison des uns, la résurrection des autres, pour tous, la persévérance dans l'étude et l'imitation de vos vertus, afin qu'un jour nous soyons aussi associés à votre récompense. Amîn.

Prières quotidiennes

 

St Martin -012

Neuvième jour

Saint Martin, fidèle jusqu’à la mort

 

Au soir de sa vie, sa présence est requise pour réconcilier des clercs à Candes sur Loire, à l'ouest de Tours. L'urgence de l'unité de l'Eglise fait que malgré sa vieillesse, il décide de s'y rendre. Son intervention est couronnée de succès, mais le lendemain, épuisé par cette vie de soldat du Christ, Martin meurt à Candes, à la fin de l’automne, le 8 novembre 397 sur un lit de cendre comme mouraient les saints hommes. Disputé entre Poitevins et Tourangeaux, son corps est subtilisé par ces derniers et rapidement reconduit par le fleuve jusqu'à Tours où il est enterré le 11 novembre. Une légende veut que les fleurs se soient mises à éclore en plein novembre, au passage de son corps sur la Loire entre Candes et Tours. Ce phénomène étonnant donnera naissance à l’expression « été de la Saint Martin ». Son successeur est Brice, un de ses disciples.

Saint Martin, malgré votre épuisement, vous avez continué le travail par dévouement à votre troupeau. Vous étiez, comme le Christ un bon pasteur, car vous aimiez vos brebis plus que votre propre vie. Obtenez-nous cet esprit de dévouement, de service. A cette heure de notre mort, amenez près de nous la très Ste Vierge Marie et nos saints anges, pour écarter les esprits de ténèbres et faites que, munis des sacrements de l'Eglise, nous passions de cette vallée de larmes dans la terre des vivants, pour y chanter éternellement avec vous les miséricordes du Seigneur. Amîn.

Prières quotidiennes

 

st_mar10

Prière à saint Martin

 

Saint Martin, priez pour moi ; Je me recommande bien à vous, grand saint de la France, moi si pauvre et si mauvais ; je me mets sous votre protection...

Plus on est misérable, plus on a besoin d’un puissant protecteur.

Je m’adresse à vous, qui êtes si puissant au ciel.

Ne me repoussez pas, exaucez-moi, soutenez-moi dans cette vie et à l’heure de la mort, afin que je sois fidèle aux grâces que le Bon Dieu me donne, et que je console son Cœur autant que possible, en Lui, par Lui, et pour Lui.

Amen. 

(Bienheureux Charles de Foucauld)

 

 

St Martin -015

 

Litanies de l'Eglise d'Occident à saint Martin de Tours

Afficher l'image d'origine

 

Seigneur, ayez pitié de nous

Jésus-Christ, ayez pitié de nous

Seigneur, ayez pitié de nous

Jésus-Christ, écoutez-nous

Jésus-Christ, exaucez-nous

Dieu le Père, des cieux où vous êtes assis, ayez pitié de nous

Dieu le Fils, Rédempteur du monde, ayez pitié de nous

Dieu le Saint-Esprit, ayez pitié de nous

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous

 

Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous.

Saint Martin, généreux soldat de Jésus-Christ, priez pour nous.

Saint Martin, parfait modèle des guerriers, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez su mépriser les biens et les plaisirs du monde, priez pour nous.

Saint Martin qui n’étant encore que catéchumène, vous êtes dépouillé d’une partie de vos vêtements, pour en couvrir un pauvre, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez été un modèle de sobriété et d’abstinence, priez pour nous.

Saint Martin, qui ne parliez que de Jésus-Christ, priez pour nous.

Saint Martin, ange de paix, priez pour nous.

Saint Martin, homme d’oraison, priez pour nous.

Saint Martin, qui étiez si ami de la pauvreté, priez pour nous.

Saint Martin, qui étiez le consolateur des affligés, priez pour nous.

Saint Martin, qui étiez le défenseur des opprimés, priez pour nous.

Saint Martin, homme vraiment apostolique, priez pour nous.

Saint Martin, qui supportiez les injures avec tant de patience, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez été embrasé du feu de la charité, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez opéré tant de merveilles, priez pour nous.

Saint Martin, qui, sur la terre, avez conversé avec les anges, priez pour nous.

Saint Martin, Gloire du sacerdoce, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez si bien prêché par votre exemple l’humilité et la douceur, priez pour nous.

Saint Martin, joie et bonheur de l’Eglise, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez été tout à la fois évêque et solitaire, priez pour nous.

Saint Martin, pasteur de la province de Tours, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez été l’apôtre des Gaules comme saint Paul le fut des Gentils, priez pour nous.

Saint Martin, qui, en célébrant les Saints Mystères, avez été environné d’une lumière miraculeuse, priez pour nous.

Saint Martin, qui portiez partout la bonne odeur de Jésus-Christ, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez ressuscité des morts, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez renversé tant d’idoles, priez pour nous.

Saint Martin, qui étiez la terreur des démons, priez pour nous.

Saint Martin, défenseur de la foi catholique, priez pour nous.

Saint Martin, confesseur du dogme de la Très Sainte Trinité, priez pour nous.

Saint Martin, qui meniez ici-bas une vie angélique, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez protégé la ville de Tours contre la fureur de ses ennemis, priez pour nous.

Saint Martin, qui avait le don de prophétie, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez si glorieusement continué les travaux de saint Gatien, priez pour nous.

Saint Martin, homme puissant en œuvres et en paroles, priez pour nous.

Saint Martin, dont le nom et la sainteté sont connus de toute la terre, priez pour nous.

Saint Martin, qui ne vous êtes jamais refusé au travail, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez montré jusqu’à la mort une entière soumission à la sainte Volonté de Dieu, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez fait à Dieu le généreux sacrifice de votre vie, priez pour nous.

Saint Martin, en qui l’ennemi du salut ne trouva rien qui lui appartint, priez pour nous.

Saint Martin, qui avez été reçu dans le sein d’Abraham, priez pour nous.

Saint Martin, dont le tombeau a été illustré par tant de miracles, priez pour nous.

Saint Martin, dont le sépulcre est glorieux, priez pour nous.

Saint Martin, dont la vie et la mort sont admirables, priez pour nous.

Saint Martin, dont les funérailles furent un véritable triomphe, priez pour nous.

Saint Martin, qui régnez maintenant avec Notre-Seigneur Jésus-Christ, priez pour nous.

Saint Martin, qui êtes la joie de l’Eglise de Jésus-Christ, priez pour nous.

Saint Martin qui, du haut du ciel, vous intéressez particulièrement à votre troupeau, priez pour nous.

 

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous Seigneur

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous Seigneur

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous

 

Saint Martin, priez pour nous,

afin que nous soyons rendus dignes des promesses de Jésus-Christ.

 

Prions

 

Seigneur, vous voyez que nous ne pouvons rien par nos propres forces, faites, dans Votre Miséricorde, que l'intercession de saint Martin, notre évêque, nous protège contre toutes les adversités. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.

 

 

St_Martin_of_Tours1

Repost 0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Spiritualité Chrétienne oecuménisme Vie des Saints Famille culture Prières Chrétiennes
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 04:13

Fête du 1er novembre,

La Fête de Tous les Saints (Toussaint).

Afficher l'image d'origine

" Toi seul es saint " car c'est en Lui que se trouve réalisée la plénitude de la sanctification de l'homme par Lui, avec Lui et en Lui, toute Gloire de Dieu.

Le Christ en effet est la source de toute sainteté .

La multitude des baptisés de toutes races, de toutes langues, de toutes nations, qui sont fils adoptifs par la grâce divine et participant de la vie trinitaire, cette multitude est anonyme aux yeux des hommes ; Dieu seul la connaît lui qui les a appelés.

Elle déborde les calendriers de toutes nos Eglises.

Dès le IVème siècle, l'Eglise syrienne consacrait un jour à fêter tous les martyrs dont le nombre était devenu si grand qu'il rendait impossible toute commémoration individuelle.

Trois siècles plus tard, dans son effort pour christianiser les traditions païennes, à Rome, le pape Boniface IV transformait un temple romain dédié à tous les dieux, le Panthéon, en une église consacrée à tous les saints.

C'est de là que se répandit cette coutume dans tout l' Occident Chrétien quoique chaque Eglise locale les fêtait à des dates différentes, jusqu'en 835, où elle fut fixée au 1er novembre.

Dans les Eglises Orientales, c'est le dimanche après la Pentecôte que, en toute logique, après avoir célébré l'action de l'Esprit Sanctificateur, est consacré à la fête de tous les saints.

Afficher l'image d'origine

LA TOUSSAINT EN OCCIDENT:

LToussaint est une   célébrée le 1er novembre, au cours de laquelle l'Église  romaine honore tous les saints, connus et inconnus1. La Toussaint précède d'un jour la Commémoration des fidèles défunts, dont la solennité a été officiellement fixée au 2 novembre, deux siècles après la création de la Toussaint.

 

Cette fête a longtemps eu lieu après les fêtes de Pâques ou suite à la Pentecôte. Au ve siècle, elle est célébrée en Syrie le vendredi de Pâques1. A Rome, au ve siècle également, une fête en l'honneur des saints et martyrs était déjà célébrée le dimanche après la Pentecôte1.

Après la transformation du Panthéon de Rome en sanctuaire chrétien, le pape Boniface IV le consacra, le 13 mai 610, sous le nom de l'église Sainte-Marie-et-des-martyrs. Boniface IV voulait ainsi faire mémoire de tous les martyrs chrétiens dont les corps étaient honorés dans ce sanctuaire. La fête de la Toussaint fut alors fêtée le 13 mai, date anniversaire de la dédicacede cette église consacrée aux martyrs1 2.

C'est peut-être à partir du viiie siècle qu'elle est fêtée le 1er novembre, lorsque le pape Grégoire III dédicace, en l'honneur de tous les saints, une chapelle de la basilique Saint- Pierre de Rome1.

Vers 830, le pape Grégoire IV ordonne que cette fête soit célébrée dans le monde entier1. Pour certains, c'est à l'occasion de cette décision, prise en 835, que la fête de la Toussaint est fixée au 1er novembre2.

Sur le conseil de Grégoire IV, l'empereur Louis le Pieux institua la fête de tous les saints sur tout le territoire de l'empire carolingien[réf. nécessaire].

Cette fête se fonde sur des textes bibliques comme, entre autres, l'Apocalypse de saint Jean (Apoc., 7,2-14), la première lettre de saint Jean (ch.3) et l'évangile selon saint Matthieu (ch 5, 1-12).

 Elle est dédiée à Tous les Saints. «Cette célébration groupe non seulement tous les saints canonisés, c’est-à-dire ceux dont l’Église assure, en engageant son autorité, qu’ils sont dans la Gloire de Dieu, mais aussi tous ceux qui, en fait et les plus nombreux, sont dans la béa titude divine» (Dom Robert Le Gall)2. Il s'agit donc de toutes les personnes, canonisées ou non, qui ont été sanctifiées par l'exercice de la charité, l'accueil de la miséricorde et le don de la grâce divine3. Cette fête rappelle donc à tous les fidèles, la vocation universelle à la sainteté4.

Elle ne doit pas être confondue avec la Commémoration des fidèles défunts, fêtée le lendemain. Cette dernière est un héritage des lectures monastiques du « rouleau des défunts » : la mention des frères d'une abbaye, ou d'un ordre religieux, au jour anniversaire de leur décès. Elle a été inaugurée par Odilon, abbé de Cluny au XIe siècle.

(Nous autres, membre de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone et héritiers de la Tradition Malankare Orthodoxe, célébrons ce 2 Novembre St Gregorios (Mor Gregorios de Parumala). Nous avons coutume cependant, dès après la Messe du 1er de célébrer un Petit Office Syriaque pour les défunts et, le 2, d'aller en Procession au pied d'un Croix Glorieuse pour y faire Commémoraison de tous les fidèles défunts et y célébrer cet Office)

Un cimetière à la Toussaint en Pologne

Cependant, du fait qu'en France, le 1er novembre, jour de la Toussaint, est un jour férié, l'usage est établi de commémorer les morts ce jour au lieu du 2 novembre, comme le témoigne la tradition multi-séculaire de chandelles et bougies allumées dans les cimetières et, depuis le xixe siècle et le fleurissement, avec des chrysanthèmes, des tombes à la Toussaint (évènement particulièrement bien représenté dans le tableau "La Toussaint" du peintre Émile Friant) ; ces deux gestes symbolisant la vie heureuse après la mort.

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Toussaint      

 

 

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean Ap 7, 2-4.9-14

Moi, Jean, j’ai vu un ange qui montait du côté où le soleil se lève, avec le sceau qui imprime la marque du Dieu vivant ; d’une voix forte, il cria aux quatre anges qui avaient reçu le pouvoir de faire du mal à la terre et à la mer :« Ne faites pas de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, avant que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. »

Et j’entendis le nombre de ceux qui étaient marqués du sceau : ils étaient cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus des fils d’Israël.

Après cela, j’ai vu : et voici une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches, avec des palmes à la main. Et ils s’écriaient d’une voix forte : « Le salut appartient à notre Dieu qui siège sur le Trône et à l’Agneau ! »

Tous les anges se tenaient debout autour du Trône, autour des Anciens et des quatre Vivants ; se jetant devant le Trône, face contre terre, ils se prosternèrent devant Dieu. Et ils disaient : « Amen ! Louange, gloire, sagesse et action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu, pour les siècles des siècles ! Amen ! »

L’un des Anciens prit alors la parole et me dit : « Ces gens vêtus de robes blanches, qui sont-ils, et d’où viennent-ils ? »

Je lui répondis : « Mon seigneur, toi, tu le sais. »

Il me dit : « Ceux-là viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs robes, ils les ont blanchies par le sang de l’Agneau.

 

lecture de la première lettre de saint Jean Jn 3, 1-3

Bien-aimés, voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas : c’est qu’il n’a pas connu Dieu. Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est. Et quiconque met en lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur.

Alléluia.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Mt 5, 1-12a


 Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux.En ce temps-là, voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait :

Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.

Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage.

Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.

Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.

Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.

Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.

Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux.

Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.

Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! »

Priére à tous les saints de Saint Augustin

 
Reine de tous les saints, glorieux Apôtres et Évangélistes, Martyrs invincibles, généreux Confesseurs, savants Docteurs, illustres Anachorètes, dévoués Moines et Prêtres, Vierges pures et pieuses femmes, je me réjouis de la gloire ineffable à laquelle vous êtes élevés dans le Royaume de Jésus-Christ, notre divin Maître. 
 
 
Je bénis le Très-Haut des dons et des faveurs extraordinaires dont il vous a comblés et du rang sublime où il vous élève. O amis de Dieu ! 
 
O vous qui buvez à longs traits au torrent des délices éternelles, et qui habitez cette patrie immortelle, cette heureuse cité, où abondent les solides richesses ! Puissants Protecteurs, abaissez vos regards sur nous qui combattons, qui gémissons encore dans l'exil, et obtenez-nous la force et les secours que sollicite notre faiblesse pour atteindre vos vertus, perpétuer vos triomphes et partager vos couronnes. 
 
O Vous tous, bienheureux habitants du ciel, saints amis de Dieu qui avez traversé la mer orageuse de cette vie périssable, et qui avez mérité d'entrer dans le port tranquille de la paix souveraine et de l'éternel repos ! 
 
O saintes âmes du paradis, vous qui, maintenant à l'abri des écueils et des tempêtes, jouissez d'un bonheur qui ne doit pas finir, je vous en conjure, au nom de la charité qui remplit votre coeur, au nom de Celui qui vous a choisis et qui vous a faits tels que vous êtes, écoutez ma prière. 
 
Prenez part à nos travaux et à nos combats, vous qui portez sur vos vos fronts vainqueurs une couronne incorruptible de gloire ; ayez pitié de nos innombrables misères, vous qui êtes à jamais délivrés de ce triste exil ; souvenez-vous de nos tentations, vous qui êtes affermis dans la justice ; intéressez-vous à notre salut, vous qui n'avez plus rien à redouter pour le vôtre ; tranquillement assis sur la montagne de Sion, n'oubliez pas ceux qui gisent encore couchés dans la vallée des larmes. 
 
Puissante armée des saints, troupe bienheureuse des apôtres et évangélistes, des martyrs, des confesseurs, des docteurs, des anachorètes et des moines, des prêtres, des saintes femmes et des vierges pures, priez sans cesse pour nous misérables pécheurs. Tendez-nous une main secourable, détournez de nos têtes coupables la justice irritée de Dieu ; faites entrer par vos prières notre frêle navire dans le port de la bienheureuse éternité.
 
Saint Augustin
Dimanche 1er NOVEMBRE 2015. "Toussaint". Eléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

LA FÊTE PAÏENNE D’HALLOWEEN :

UNE ANTI-FÊTE DE TOUS LES SAINTS

La fête d’Halloween, si tant est qu’on puisse la qualifier de fête, vient du paganisme celtique (surtout d’Irlande et d’Ecosse). Elle était une fête de la fin des récoltes et de l’entrée dans l’hiver,  ce qui est courant dans le paganisme antique, mais aussi une fête des morts, sous la forme de « revenants1 » et, par assimilation, une fête des mauvais esprits et des personnages mythologiques, tels que les fées. Il y avait à cette occasion des feux de joie et il est possible qu’il y ait eu aussi des sacrifices humains. Elle durait 4 jours, mais le plus important était le 1er jour : or celui-ci coïncidera, à partir du 8ème s. apr. J-C,  avec les vigiles de la Toussaint2, c’est-à-dire le 31 octobre au soir. D’où son nom de Halloween, « veille de tous les Saints ».

Puis cette fête sera implantée en Amérique, surtout à partir du 19ème s., avec l’arrivée massive aux Etats-Unis d’immigrés irlandais. Et depuis une vingtaine d’années on essaye de l’implanter en France, pour des raisons essentiellement commerciales. Mais on peut penser que l’activité des esprits sous-Ciel et la déchristianisation de notre pays n’y sont pas étrangers.

Que faut-il en penser sur le fond ? Basons-nous sur la parole du Seigneur : on juge l’arbre à ses fruits. D’abord, il faut rappeler que le paganisme, qui est vu souvent à notre époque sous un angle culturel, sympathique, était une horreur spirituelle et morale : il consistait à adorer des idoles, qui étaient des démons, comme l’enseigne le Christ Lui-même (Il qualifie « Beelzeboul », l’antique divinité phénicienne, de « prince des démons », c’est-à-dire de Satan, en Mt 12/24), à accomplir des sacrifices sanglants (à l’origine humains, puis animaux) et à pratiquer la magie et la sorcellerie. On ne se rend plus compte à notre époque de quel abîme le Christ nous a tiré, en nous délivrant de l’emprise des démons, qui était redoutable.

Dans les manifestations d’Halloween, on se déguise en tout ce qui peut rappeler la mort, la laideur et  la peur : en squelettes, en personnages horribles qui font peur, en sorciers ou sorcières… Mais la mort est une horreur, qui n’a pas été voulue par Dieu. La laideur et la peur viennent exclusivement du monde enfèrique, car Dieu est beau : Il est la « Beauté suprême »  et tout ce qu’Il a créé est beau ; et Il est celui qui rassure toujours et met en confiance3. La peur est l’arme des démons, car elle permet d’avoir de l’emprise sur les êtres, tandis que Dieu libère toujours. Ceux qui se déguisent en personnages horribles et ridicules oublient que les démons s’efforcent de défigurer l’Homme, parce qu’il est l’image de Dieu et qu’ils en sont jaloux. Quant à la sorcellerie, elle est une abomination : elle a toujours pour but d’obliger quelqu’un à faire ce qu’il ne veut pas ou de l’empêcher de faire ce qu’il veut ; elle asservit les êtres, les emprisonne, les mutile et peut même les détruire. Il n’y a pas de bonne magie : toute magie vient d’en bas.

Et tout cela se passe dans l’obscurité, avec de la fumée, des toiles d’araignée et des araignées…Mais qui aimerait vivre dans l’obscurité, au milieu des araignées ? Aucun être humain normal ne peut réellement prendre plaisir à ces choses-là, à la laideur, à la peur, à la méchanceté. C’est un leurre de croire que cela puisse être agréable. Si ceux qui le disent se trouvaient réellement dans les situations qu’ils simulent, ils « pleureraient et grinceraient des dents », comme le dit l’Ecriture. L’Enfer ne peut pas être agréable : il est le contraire du Royaume de Dieu, le contraire du « Jardin des délices ».

Il faut refuser cela, dénoncer cette imposture et cette stupidité. Il y a un saint qui nous a montré l’exemple, c’est  St Jean de San Francisco et Shanghaï. Il a lutté fortement contre cette pseudo-tradition dans le milieu américano-russe de San Francisco. La veille du 1er novembre 1964, constatant qu’il n’y avait personne aux vigiles du jour où l’on devait canoniser St Jean de Cronstadt (cause pour laquelle il s’était battu), il fit irruption dans une maison où il y avait un grand bal « costumé » pour la fête d’Halloween et fit le tour de la salle en regardant bien les gens, sans dire un mot. Tous étaient pétrifiés, et ils eurent honte.

Cette pseudo-fête est exactement le contraire de celle de la Toussaint, associée à celle des défunts. A la Toussaint, nous fêtons les hommes qui, par leur martyre ou leur ascèse, sont parvenus au but de la vie, à savoir devenir ressemblants à Dieu, ceux qui sont « devenus des dieux par la grâce »5, c’est-à-dire qui sont déifiés. Et le jour des Défunts, nous prions pour que nos défunts achèvent dans leur chemin céleste ce qu’ils ont commencé dans leur chemin terrestre, à savoir « parvenir à la gloire du Royaume céleste »6. Tandis que les tenants d’Halloween, eux, sont centrés sur la mort et le royaume des morts, en oubliant que le Christ est ressuscité et qu’Il a vaincu la mort. Nous fêtons ceux qui jouissent de la béatitude et de la vie éternelle, eux se satisfont que leurs ancêtres soient couchés dans la mort, en compagnie des démons. Ce sont deux chemins antagonistes.

Lorsqu’on aborde ce sujet éminemment spirituel dans notre société, on n’a droit en général qu’à des haussements d’épaule ou des ricanements, surtout chez les jeunes. Mais il peut être utile de rappeler certains évènement dramatiques, qui sont instructifs et peuvent amener à réfléchir. Il y a eu, le 30 octobre 2015, un incendie terrible dans un dancing de Bucarest, où 27 jeunes ont péri brûlés vifs. Eh bien, ces jeunes fêtaient Halloween dans une soirée de « Hard-Rock ». On ne peut pas se déguiser impunément en diables ou en sorcières sans qu’il y ait des conséquences : ils ont fait l’expérience de ce que signifiait vivre en compagnie des démons, c’est-à-dire de l’Enfer7. L’ignorance de la réalité et de la puissance du monde invisible peut être tragique.

Si vous voyez des enfants sonner à votre porte, déguisés en squelettes, en sorciers ou en diables, pour vous réclamer des bonbons, ayez l’audace de dire : je n’aime pas la mort, je préfère la vie. Christ est ressuscité !

Père Noël TANAZACQ

 

(1) Les « revenants » sont des âmes de défunts qui, ne parvenant pas à s’élever vers le trône de Dieu, ne trouvent pas le repos. Etant errantes, elles peuvent se manifester dans les lieux où elles ont vécu sur terre. Les fantômes [du grec phantasma : illusion, apparence] en sont la manifestation la plus connue : il s’agit d’âmes de défunts qui se manifestent avec la forme de leurs corps, parce que l’âme garde la mémoire du corps et que, comme le dit St Jean Damascène, elle a l’aptitude à reconnaître les atomes de son corps dans l’univers.

 (2) La Toussaint doit son origine à la dédicace de l’ancien temple païen du Panthéon, à Rome, en église de Ste Marie et de tous les martyrs, en 609, par le pape  Boniface IV, qui y fit transférer un grand nombre de reliques de martyrs provenant des Catacombes. La date était probablement le 13 mai, qui correspond à celle d’une fête de la Toussaint en Syrie à la même époque. L’anniversaire de cette dédicace deviendra notre fête de la Toussaint. Mais en Angleterre, puis en Gaule la fête sera translatée au 1er novembre  à la fin du 8èmes. et elle  ne deviendra universelle pour l’Occident que sous Louis le Pieux (+ 840). La mémoire universelle des défunts ne sera instituée par St Odilon de Cluny qu’en 998, mais sera expressément  placée le lendemain de la Toussaint, car tous les défunts sont des saints à venir.

Il n’existe rien d’équivalent dans les rites orientaux, car la Toussaint fêtée le 1er dimanche après Pentecôte passe quasiment inaperçue et il y a tellement de jours dans l’année  où l’on prie pour les défunts  qu’aucun ne prédomine  sur les autres.(cf. notre note sur la Toussaint [1er nov.] et la commémoration  de tous les défunts[2 nov.])

(3) Lorsque le Christ vient au-devant de Ses disciples la nuit, en marchant sur les eaux déchaînées de la mer de Galilée, et qu’ils croient voir un fantôme, ce qui les effraye, Il leur dit immédiatement : «Rassurez-vous, c’est Moi, n’ayez pas peur » (Mt14/27). Dieu ne fait jamais peur. Ce qui fait peur ne vient pas de Dieu.

(4) Il ne s’agissait pas de la Toussaint, qui est à cette date-là une fête occidentale inconnue de l’Orthodoxie, mais le Saint Synode de l’Eglise Russe Hors Frontières avait décidé que la canonisation de St Jean de Cronstadt se ferait le 1er novembre. 11 jours plus tard, en la fête de St Martin, St Jean de San Francisco sacrera le P. Eugraph Kovalevsky (1905-1970) sous le nom de Jean de Saint-Denis, qui sera ainsi  le 1er à recevoir le patronage de St Jean de Cronstadt.

(5) Epiclèse de la liturgie de la Pentecôte du rite des Gaules restauré.

(6) Litanie des défunts du rite byzantin.

(7) Il en fut de même à Paris en novembre 2015 lors d’un attentat islamiste : lorsque le groupe américain  de Hard- Rock « Eagles of Death Metal» (les aigles de la mort) entonna une de ses chansons favorites « Kiss of the Devil » (Baiser du Diable), les terroristes islamistes commencèrent la fusillade. Lorsqu’on appelle le Diable, il accourt ! Bilan : 90 morts.(Source :"Sagesse Orthodoxe)

MORT,PASSAGE,PARADIS, ENFER...
"Répondons-nous à Son amour par l'amour ou par la haine ?
 
Telle est la question cruciale. Et cette différence dépend entièrement de nous, de notre liberté, du choix que nous faisons librement au plus profond de nous-même.
 
Cette liberté parfaite n'est pas influencée par des conditions extérieures ou des facteurs internes de notre nature matérielle et psychologique, parce qu'elle n'est pas un acte extérieur mais une attitude du for intérieur, jaillie du fond de notre cœur et déterminée non par nos péchés mais par notre réaction face à nos péchés, comme le montre clairement le passage du publicain et du pharisien et celui des deux larrons crucifiés avec le Christ.
 
Cette liberté, ce choix, cette disposition intérieure envers notre Créateur constitue le cœur de notre personnalité éternelle, le plus profond de nous-mêmes, ce qui nous fait être ce que nous sommes ; c'est là notre visage éternel -clair ou sombre, aimant ou haïssant.
 
Non, mes frères, malheureusement pour nous, le paradis ou l'enfer ne dépendent pas de Dieu. S'ils dépendaient de Dieu, nous n'aurions rien à craindre. Nous n'avons rien à craindre de l'Amour.
 
Notre salut ne dépend pas de Dieu, il dépend exclusivement de nous -et telle est la tragédie.
 
Dieu nous veut à Son image, éternellement libres. Il nous respecte absolument dans Son amour. Sans respect, on ne peut parler d'amour.
 
Nous sommes hommes parce que nous sommes libres ; sans liberté, nous serions des animaux intelligents, pas des hommes. Dieu ne nous retirera jamais ce don de liberté qui nous fait ce que nous sommes, ce qui veut dire que nous resterons toujours ce que nous choisissons être, amis ou ennemis de Dieu.
 
A ce niveau profond de notre être, il n'existe pas de changement. Dans cette vie-ci, il peut y avoir des modifications plus ou moins profondes clans notre façon de vivre, notre caractère, nos croyances, mais tous ces changements ne sont que l'expression dans le temps de notre moi éternel le plus profond, qui est éternel dans toute la portée du terme.
 
C'est pourquoi le paradis et l'enfer aussi sont éternels. Ce que nous sommes vraiment ne change pas. Nos traits passagers et l'histoire de notre vie dépendent de plusieurs facteurs superficiels qui s'évanouissent avec la mort, mais notre vraie personnalité n'est pas superficielle et ne dépend pas de ce qui change et de ce qui s'évanouit. Il s'agit de notre être véritable, qui demeure avec nous dans le sommeil du tombeau et qui sera notre vrai visage à la résurrection. Il est éternel."
 

extrait de le Fleuve de Feu d'Alexandre Kalomiros 

 

LA MORT, DURE ET INJUSTE ÉPREUVE ? (COURRIER. Source "Sagesse Orthodoxe")

LA MORT, DURE ET INJUSTE ÉPREUVE ? (COURRIER)

 

Christ Brebis perdue« […] votre message me touche beaucoup. Voici un peu plus d’un mois que N. est entrée dans son repos. Bientôt nous en célèbrerons le 40ème jour. Si je pense à moi-même, je souffre terriblement de la séparation, sauf si je lui parle, en lui demandant pardon de ne pas l’avoir suffisamment aimée. Si je pense à elle, j’espère qu’elle est heureuse en Dieu: quand j’aurai la certitude de la béatitude que nous lui souhaitons tous, j’éprouverai certainement une grande paix et le Seigneur me donnera la grâce de me réjouir pour elle.

Ne dites pas, mon A., ne dites pas que cette épreuve qui m’est donnée soit injuste. Le Seigneur n’est que justice, quoique ses jugements soient insondables. Ne l’accusons pas, car Il est Lui-même entré dans la mort, et ne s’est pas contenté de nous voir souffrir de loin; Il a voulu gagner notre confiance en éprouvant ce que nous éprouvons. Du reste, cette épreuve ne saurait être injuste que si elle était infligée à un innocent. Mais, le Seigneur me montre mes péchés innombrables et constants et me conduit plus au repentir qu’à la révolte. J’essaye d’apprendre du Bon Larron cette belle parole: ‘Pour nous – pour moi – c’est justice!’ À la rigueur, ce serait injuste pour N. qui est une personne si bonne, si aimable et si dévouée à l’Église du Christ. Mais, même dans son cas, nous osons croire que le Seigneur, après le 40ème jour, l’acceptera au rang de ses amis. Pour les justes, la mort n’est pas une punition injuste; elle est l’entrée dans une plus grande familiarité avec Dieu.

Votre douceur et votre compassion me touchent d’autant plus que je sais un peu, parce que vous me l’avez souvent confié, combien vous avez souffert et souffrez encore du départ de votre papa. Dans ce cas encore, ce qui a pu vous paraître tellement injuste doit se dévoiler comme une convocation divine et donc comme un grand bien.Nous prions seulement le Seigneur de laver tous les péchés de nos défunts, afin que rien ne les sépare encore de lui et ne les empêche de jouir indéfiniment et infiniment de l’amour inexprimable qu’Il nous a montré par sa Pâque. ‘Demandons encore au Christ notre Roi et notre Dieu de leur accorder la miséricorde divine, le pardon de leurs fautes et le Royaume des cieux!’, dit la prière de l’Église.

En somme, à la place de la douleur d’être frustrés de ceux que nous aimons, vient le bonheur qu’ils soient heureux. Au lieu d’accuser Dieu, nous acceptons de voir nos propres péchés, et cela nous rend humbles et capables de glorifier la volonté si incompréhensible du Seigneur.

Merci encore pour votre amour et pour votre prière […] » (Source: "Sagesse Orthodoxe"

ACCEPTER LA MORT D’UN AMI…/ EST-IL CHRÉTIENNEMENT LÉGITIME DE COMMUNIQUER AVEC NOS DÉFUNTS ?

ACCEPTER LA MORT D’UN AMI…

(…)C’est une douleur terrible d’être séparé, même provisoirement – puisque nous avons tous rendez-vous dans le monde qui vient, mais cela paraît loin – des êtres que nous aimons et qui nous aiment. Nous sommes inconsolables, parce qu’il n’y a pas de consolation humaine à la mort. Aucun raisonnement n’y fait; la douleur est là; nous avons mal comme à l’endroit d’un membre arraché et qui nous fait souffrir quoiqu’il ne soit plus là. Le temps n’y fait rien non plus: quelque fois au contraire, la douleur et la souffrance s’amplifient dans la durée. Sans nous mettre indiscrètement à votre place, nous pouvons partager fraternellement une expérience parce que nous sommes des êtres humains, et, en l’occurrence, des chrétiens, et des Orthodoxes. Nous savons que le Christ par sa résurrection a vaincu le pouvoir de la mort, et nous voulons dans le concret goûter les conséquences de cet évènement. Un de nos amis, dans une circonstance analogue, a trouvé un soulagement…

 

Il a demandé pardon à Dieu du manque de confiance en lui et même de la révolte contre lui. Le fait de renoncer à ces passions et d’en recevoir du Seigneur lui-même le pardon miraculeux, l’a déjà soulagé et a, pour ainsi dire, ouvert une porte à la consolation divine – c’est-à-dire la grâce du saint Esprit, appelé justement le Consolateur. Cette consolation ne minimise en rien la souffrance; mais c’est comme un baume, une douceur, une sorte de lumière, un calme et une acceptation libre de la volonté incompréhensible de Dieu.

 

Il s’est engagé dans une prière très régulière, en suivant les offices de l’Église orthodoxe, soit à la maison, chez lui, soit à l’église sous la présidence de son prêtre et en présence de la communauté des frères. La consolation est venue également, pas immédiatement, mais dans la continuité de cette prière et de ces offices, parce que notre ami a été libéré de l’isolement qui l’emprisonnait dans la souffrance. Il a connu la grâce de la compassion à son propre égard et, simultanément, sa foi a été fortifiée: il a pu croire que le chemin fait par la personne endormie était un chemin béni. Il a reçu de Dieu la grâce de faire un projet pour la défunte servante de Dieu.

 

Ce qui l’a beaucoup aidé encore, c’est le conseil suivant: essaye de faire ce que cette personne qui repose en paix te dirait de faire; essaye de vivre selon le meilleur de cette personne et de faire sa volonté, chaque fois que c’est possible, de façon à expérimenter l’union avec elle. Si nous faisons ce qui est agréable à nos défunts, à condition bien sûr que cela soit cohérent avec l’Évangile, nous demeurons unis à eux, même jusque dans l’éternité. L’important, c’est de construire l’éternité avec nos défunts en apprenant, dès maintenant, à vivre avec eux. En effet, ils ne sont pas anéantis! Le Christ nous a appris qu’ils « reposent », et nous pouvons les sentir tout proches de nous, comme si nous veillions leur repos, comme une maman qui reste éveillée près de son enfant qui dort… Dans certains cas, nous pouvons les prendre comme intercesseurs devant Dieu.

 

Essayons de parler des défunts, non au passé, mais au présent, surtout quand nous parlons d’eux à Dieu. Nous pouvons ainsi avoir une prière de bénédiction: « Gloire à toi, pour ton serviteur (ou ta servante) N…, Seigneur Jésus, gloire à toi! »; « gloire à toi pour la bonté de ton serviteur ! Gloire à toi pour l’amour qu’il m’a montré! Gloire à toi qui veut le sauver et le glorifier au Dernier Jour, Seigneur Jésus, gloire à toi! »

 

La conséquence de cette attitude est que nous apprenons de Dieu à nous réjouir pour son serviteur endormi, et nous oublions notre peine, en pensant combien le Seigneur l’aime, combien Il voit tout ce qu’il a fait de bon dans sa vie, combien Il veut le sauver. Notre joie pour autrui devient plus grande que notre peine pour nous-mêmes. Dans le cas où la personne serait décédée dans de très mauvaises conditions – portant par exemple un gros fardeau non pardonné – notre inquiétude pour son salut deviendra prioritaire et nous n’aurons plus le temps de penser à nous-mêmes. Nous dirons continuellement à Dieu:

-« Seigneur Jésus Christ notre Dieu, pardonne à ton serviteur N… tous ses péchés, accueille-le dans ton Paradis et sauve-le au Dernier Jour! »

 

.​(Source: "Sagesse Orthodoxe")

 

 

ACCEPTER LA MORT D’UN AMI…/ EST-IL CHRÉTIENNEMENT LÉGITIME DE COMMUNIQUER AVEC NOS DÉFUNTS ?

EST-IL CHRETIENNEMENT LEGITIME DE COMMUNIQUER AVEC NOS DEFUNTS ?

 

« … Est-il vraiment possible que notre monde et l'autre monde communiquent ? Nous est-il possible d'avoir une relation et une communion réelle avec nos enfants, avec notre mari ou notre femme, qui non seulement sont morts, mais dont les chairs sont décomposées ? Cette communion existe, mes bien-aimés ! …

… Lorsque nous dirigeons notre pensée, nos prières, vers l'autre vie, les morts nous entendent, car la terre et le ciel forment une seule Eglise, un seul troupeau, une même famille.

Tout comme un enfant fait retentir ses cris dans une maison, et que ceux-ci parviennent jusqu'aux personnes présentes, en quelqu'endroit qu'elles se trouvent, de même dans notre famille, dans l'Eglise, ce que nous disons sur terre est perçu par ceux qui sont au ciel...

… Nous formons un seul Corps avec les morts. Nous sommes une seule Eglise avec le ciel.

Si l'un de nous sur terre éprouve le besoin de parler à une autre personne, de s'occuper de son prochain, comprenez-vous combien plus les morts ont-ils besoinn que nous communiquions avec eux ?

Ils nous supplient continuellement de penser à eux. Nos morts vivent, ils abaissent leur regard vers nous pour voir si nous les commémorons. Par conséquent, envoyons nos prières vers eux.

Faisons dire pour eux quarante Liturgies. Pour eux, célébrons des offices de commémoration. Faisons l'aumône en leur nom. Tous ces actes les aident réellement, et constituent notre propre communion avec l'autre monde, avec les anges et les saints. « Les anges ne sont-ils pas tous des esprits chargés d'un ministère, envoyés au service de ceux qui doivent recevoir l'héritage du salut ? » (Hébreux 1,14)

Quand nous faisons mémoire des défunts, ils se réjouissent, ils espèrent, ils progressent sans interruption vers le Second Avènement. Ceux d'entre eux qui ne s'opposent pas à Dieu, qui ne le rejettent pas, s'approchent de plus en plus de Lui et, dans leur joie, ils nous envoient sans cesse des messages pour que nous continuions à les commémorer.

Si vous saviez quelle reconnaissance est la leur et comment ils nous l'expriment ! …

… Les défunts regardent vers nous pour voir si nous nous souvenons d'eux dans nos prières. Ils ont besoin de nous, car ils sont désormais sans corps. Lorsqu'ils revêtiront de nouveau leur corps, ils pourront adresser eux-mêmes à Dieu des prières instantes...

… Quand nous communiquons avec le ciel par ce moyen, nous voyons s'accomplir devant nous des miracles, des guérisons, des visions, des apparitions de saints descendus vers nous. Tous les saints nous aident, tous les saints se penchent sur nous, tous les saints s'unissent à nos désirs !

Et les morts – comme nous disons, nous, mais qui sont en réalité vivants – se réjouissent en voyant quelle communion est la nôtre avec l'autre vie...

… Un jour, tandis qu'il lisait de nombreux noms, un moine-prêtre s'est posé les questions suivantes : '' Est-ce que ceux dont nous faisons mémoire sont sauvés ? Est-ce qu'ils sentent quelque chose ? Est-ce que le ciel comprend que, maintenant, je prie pour ceux qui ont quitté cette terre ? Est-ce que les morts sont aidés par mes prières ? ''

Fatigué comme il l'était, il s'est accoudé à sa stalle. Il a fermé les yeux et, entre sommeil et veille, mais dans un état de vigilance spirituelle assortie du labeur de la chair, il a élevé le regard de son cœur vers les cieux, et que voit-il ?

La multitide des esprits des défunts ! Et avec eux les saints et les anges ! Devant le trône du Christ, se tenait la Très-Sainte Mère de Dieu revêtue d'une parure resplendissante. Son visage était lumière. Elle regardait le Christ et Lui montrait les esprits défunts en disant : '' Mon Fils et mon Dieu, j'intercède personnellement pour chacun d'eux. Accueille les voix de Ta sainte Eglise.

'' Alors le moine entendit tous les morts chanter : '' Réjouis-toi, Vierge pleine de grâce, le Seigneur est avec toi ; tu es bénie entre toutes les femmes, et béni est le Fruit de ton sein, car tu as enfanté le Sauveur de nos âmes. '' Non seulement tu as mis au monde notre Sauveur – le Christ – mais tu intercèdes jour et nuit pour nous ! Leurs voix devenaient '' comme la voix des grandes eaux '' (Apocalypse 1,15 ; 14,2).

Leurs voix étaient portés par les ailes des anges et se dispersaient partout dans le ciel et sur toute la terre. Au lieu de tambours et d'instruments, les anges frappaient leurs ailes et reprenaient : '' Car tu as enfanté le Sauveur de nos âmes '' !.. . »

Archimandrite Aimilianos * Catéchèses et discours * Le culte divin, attente et vision de Dieu * La communion des deux mondes * Editions Ormylia * 2004

ACCEPTER LA MORT D’UN AMI…/ EST-IL CHRÉTIENNEMENT LÉGITIME DE COMMUNIQUER AVEC NOS DÉFUNTS ?

descente enfers

 

Dans le Christ ressuscité, il n’y a pas de séparation entre les morts et les vivants ; comme le dit le Père Macaire Gloukharev : " Nous sommes tous vivants en lui, et il n’y a pas de mort. "

ware.jpg

Dans son article " De la mort et de la résurrection ", Mgr Kallistos Ware aborde le refus de certains groupes chrétiens de prier pour les défunts.

 

Il affirme dans cet article que le fondement de la prière pour les défunts est l’amour :

 La base, c’est notre solidarité dans l’amour mutuel. Nous prions pour les morts parce que nous les aimons.

L’archevêque anglican William Temple appelle de telles prières " le ministère de l’amour "  ; et il affirme dans des mots que tout chrétien orthodoxe serait heureux de faire siens :

-" Nous ne prions pas pour eux parce que Dieu les négligera si nous ne le faisons pas.

 

Nous prions pour eux parce que nous savons qu’il les aime et en prend soin, et nous demandons le privilège d’unir notre amour pour eux à celui de Dieu. "

 

Et comme le dit Pusey : 

-" Le refus de prier pour les morts est une pensée si froide, si contraire à l’amour, que pour cette seule raison, elle doit être fausse."

 

À partir de là, aucune autre explication ou justification de la prière pour les défunts n’est nécessaire ou même possible.

Une telle prière est simplement l’expression spontanée de notre amour les uns pour les autres.

 

Ici, sur terre, nous prions pour les autres ; pourquoi ne pas continuer à prier pour eux après leur mort ? Ont-ils cessé d’exister, au point que nous devrions cesser d’intercéder pour eux ?

 

Vivants ou morts, nous sommes tous membres de la même famille ; ainsi, vivants ou morts, nous intercédons les uns pour les autres.

 

Dans le Christ ressuscité, il n’y a pas de séparation entre les morts et les vivants ; comme le dit le Père Macaire Gloukharev :

-" Nous sommes tous vivants en lui, et il n’y a pas de mort. "

La mort physique ne peut défaire les liens de l’amour et de la prière mutuels qui nous unissent tous dans un seul et même Corps. […]

Quand nous prions pour les défunts, il nous suffit de savoir que leur amour de Dieu continue de grandir et qu’ils ont ainsi besoin de notre soutien.

Laissons le reste à Dieu."    

INTERCESSION DES SAINTS:

Les saints, nous le savons, intercèdent pour nous, avec  Marie en tête la Mère du Verbe de Dieu fait chair, « Nouvel Adam », « Premier né d’une multitude de frères ».

De même nous sommes invités à intercéder pour nos frères, vivants et morts.

Fort bien, mais à condition de nous souvenir qu'il n'y a qu'un intercesseur, puisqu'il n'y a qu'un médiateur : le Christ (Hébreux 7,25 ; 1 Timothée 2,5)

Pas d’intercession hors ou à côté de celle du Christ!

Méditons maintenant, s'il vous plaît, cette parole de Jésus  notre Seigneur:

«26 Ce jour-là, vous demanderez en mon nom ; or, je ne vous dis pas que moi, je prierai le Père pour vous,27 car le Père lui-même vous aime, parce que vous m’avez aimé et vous avez cru que c’est de Dieu que je suis sorti.» (Jean 16,26-27). 

Que signifie alors « prier pour », «intercéder» ?

Cela signifie que nous faisons nôtre d'une part le besoin de nos frères, d'autre part l'amour de Dieu pour eux.

Intercéder dans le Christ prend alors toute sa valeur. Nous prenons conscience que nous sommes un dans le Christ. Membres du Corps Mystique du Christ, nous cheminons encore sur la route de l'Eglise et nous regardons constamment vers son Chef, le Christ Tête qui nous envoie l'Esprit Sanctificateur.

Par là nous entrons dans la communion des saints et la rendons effective pour nous. Frères et sœurs des Saints, de ceux qui ont été mis à part dans le Christ, nous regardons vers ces frères aînés qui , s'étant laissés modelé par l'Esprit Saint sont retournés au Père par le Christ "Porte des brebis".

Il y a bien sûr ceux qui sont canonisés, dont l'Eglise nous assure qu'ils sont auprès du Père dans la Lumière du Christ Sauveur, mais il y a tous ceux qui, sans l'être, ont réussi leur vie à travers chutes et relèvement et dans l'humilité ont accédé à la vocation de tout homme: s'unir à Dieu dans le temps et l'éternité.

C'est eux que nous célébrons à la "Toussaint".

Et puisque comme, "pèlerins d'éternité", nous sommes encore empêtrés dans "la chair et le sang", nous demandons aide et intercession à ces frères et sœurs aînés qui désormais  près de Dieu, portent dans l'amour fraternel les besoins de leurs petits frères et sœurs encore pèlerins sur terre devant le « Trône » du Dieu tout aimant...  

 

 

Le Seigneur Jésus est glorifié dans ses saints et saintes.

Saints et saintes de tous les temps

Il est le Premier-né d’entre les morts, entraînant à sa suite une foule innombrable de témoins de l’Évangile. On fait mémoire d’eux le 1er novembre, fête de Tous les saints, immense réseau de foi, « foule de toutes nations, tribus, peuples et langues » (Apocalypse 7, 9).

Il y a d’abord ceux et celles qui sont béatifiés et canonisés officiellement par l’Église. Il y a aussi les autres qui ne sont pas élevés sur les autels. Ces saints et saintes anonymes, membres du Corps du Christ, sont des phares dans notre nuit. Ils ne brillent pas comme des stars, mais éclairent humblement de la lumière même du Christ.

Toussaint

Les saints et saintes anonymes

Les saints et saintes connus de Dieu seul ne sont d’aucun calendrier. Ils appartiennent au réel quotidien; on les retrouve souvent dans nos propres familles : ces ancêtres qui nous ont précédés dans le Royaume; ces pères et mères de famille qui, en se donnant à leurs enfants jour et nuit, ont bâti l’Église; ces jeunes de nos villes qui n’ont souvent que leurs blessures pour y faire jaillir l’eau vive de l’Esprit. Ce sont aussi ces prêtres, religieux et religieuses, laïcs et missionnaires, qui ont enfanté les autres à la foi au Christ ressuscité. Le souvenir de leur témoignage nous inspire la route à prendre pour arriver à bon port.

Cette liste de saints et saintes anonymes de tous les temps, jeunes et vieux, blessés et aimés, faibles et vulnérables, est dressée au carrefour des chemins du monde. Ce sont des icônes du Royaume qui nous révèlent la beauté du Dieu fait homme. Ils sont les plus heureux des hommes et des femmes, parce qu’ils ont su accorder librement leurs corps à la danse de l’Évangile et à la musique des Béatitudes, jouissant ainsi de la félicité éternelle que donne la vision de Dieu.

Les saints et saintes ordinaires

L’Église a choisi le texte des béatitudes pour l’évangile de la Toussaint afin de nous montrer que cette sainteté est accessible à chaque personne. C’est d’abord un portrait de lui-même que Jésus dresse : heureux les pauvres en esprit, les affligés, les doux, les cœurs purs, les miséricordieux, les artisans de paix, ceux qui ont faim et soif de justice, car le royaume de Dieu est à eux (Cf. Matthieu 5, 1-12).

Ce ne sont pas nos œuvres que Dieu désire, mais l’amour qui fait les œuvres. La vie ordinaire et les réalités conjugales et familiales (conjoint, enfant, sexualité, métier, maison, quartier, école, repas, loisir, etc.) deviennent alors le lieu de la sainteté, c’est-à-dire le lieu de l’accueil et de l’amour. Depuis l’incarnation du Christ, il ne peut pas y avoir d’opposition entre amour de Dieu et amour du prochain, spiritualité et sexualité, prière et travail, sainteté et vie ordinaire. « Tout est grâce », disait Thérèse de Lisieux, qui passe son ciel à faire du bien sur la terre. Ses parents, Louis et Zélie Martin, ont d’ailleurs été canonisés en couple à Rome le 18 octobre 2015 par le pape François.

La sainteté n’est pas réservée aux papes, évêques, prêtres, religieux et religieuses. Elle ne se limite pas à un état de vie particulier et ne porte pas toujours des habits à la mode. Elle déborde des cloîtres et des églises. Nous la retrouvons assise dans nos maisons. Elle prend spécialement sa joie chez les exclus de la société, les blessés de la vie, les petits de vertus, les souffrants de partout. La sainteté est essentiellement une expérience de la miséricorde. Qui pense la posséder l’échappe. On ne peut la saisir qu’avec des mains vides. La sainteté est comme l'amour du Père, elle s’accueille, tout simplement, avec un cœur d’enfant.

Jacques Gauthier

« Bien-aimés, voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes » (1 Jean 3, 1).

Des extraits de ce texte sont parus dans Prions en Église Canada, 1er novembre 2015, p. 35-36.
Pour aller plus loin : Tous appelés à la sainteté (Parole et Silence) ; Les maîtres spirituels chrétiens (Novalis).

Extrait de : http://www.jacquesgauthier.com/blog/entry/saints-et-saintes-de-tous-les-temps.html

Dimanche 1er NOVEMBRE 2015. "Toussaint". Eléments pour méditer, réfléchir, prier et mieux agir:

 

 

RETRAITE-PELERINAGE DE LIBERATION ET DE GUERISON INTERIEURE DES FESTIVITES DE ST GROGORIOS ET DE LA "TOUSSAINT"

 Du 1er  au 6 dimanche Novembre

au Monastère Syriaque:

See original image

 

 Sanctuaires visités:

*Mardi 1er Novembre, Messe du jour au Sanctuaire N-D de Miséricorde, après-midi au Sanctuaire de Notre-Dame de Montligeon

*Mercredi 2 Novembre: Solennité de Saint Grégorios de Parumala au Monastère Syriaque

*Jeudi 3 NovembrePèlerinage à Notre-Dame de Pontmain et au Mont Saint Michel 

*Vendredi 4 Novembre, Messe au Monastère Syriaque, vénération des reliques de la Ste Croix, cette journée au Monastère Syriaque est réservée aux confessions, prières de délivrances, prières de guérison intérieure selon la Tradition de l'Eglise.

*Samedi 5 Novembre, Messe au Monastère Syriaque, cette journée mariale est réservée aux confessions. L’après-midi, visite de Verneuil Sur Avre.

*Dimanche 6 Novembre: Pèlerinage à N-D de Miséricorde avec ce mois-ci une mémoire solennelle de Saint Gregorios. Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternel et du programme habituel.

 

INSCRIVEZ-VOUS !

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

 

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.41.20.16.86).

 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Ô Christ, lumière véritable illuminant et sanctifiant tout homme venant en ce monde, que brille sur nous la lumière de Ta face,
pour qu’en elle nous voyions la lumière inaccessible ;
et dirige nos pas vers l’accomplissement de Tes préceptes,
par l’intercession de Ta Mère très pure et de tous les saints. Amen.

Que retentissent nos accents de victoire en ton honneur, invincible Reine,
toi qui nous sauves des périls du combat, Mère de Dieu, Vierge souveraine.

Vers toi montent nos louanges,
nos chants d’action de grâce.

De ton bras puissant dresse autour de nous le plus solide des remparts,
sauve-nous de tout danger,
hâte-toi de secourir les fidèles qui te chantent :
Réjouis-toi, Épouse inépousée !

Repost 0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Spiritualité Chrétienne Famille
30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 07:10
Samedi 29 et Dimanche 30 OCTOBRE 2016 , LECTIONNAIRE DU 7 ème et dernier DIMANCHE APRÈS LA FÊTE DE LA SAINTE CROIX / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR...

Livre de l'Ecclésiastique 24,9-12.

Dès le commencement et avant tous les siècles il m'a créée, et je ne cesserai pas d'être jusqu'à l'éternité.
J'ai exercé le ministère devant lui dans le saint tabernacle, et ainsi j'ai eu une demeure fixe en Sion. 
De même, il m'a fait reposer dans la cité bien-aimée, et dans Jérusalem est le siège de mon empire. 
J'ai poussé mes racines dans le peuple glorifié, dans la portion du Seigneur, dans son héritage. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 11,27-28.

En ce temps-là, tandis que Jésus parlait à la foule, une femme élevant la voix du milieu de la foule, lui dit : Heureux le sein qui vous a porté, et les mamelles que vous avez sucées ! 
Mais il lui dit : " Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent ! " 

 

 

Par Diadoque de Photicé

(v. 400-?), évêque 
Sur la perfection spirituelle, 12-15 (trad. Brésard, 2000 ans C, p. 240) 

 

« Donner à Dieu la première place »

 

Celui qui se chérit lui-même ne peut pas aimer Dieu ; mais celui qui ne se chérit pas lui-même à cause des richesses supérieures de la charité divine, celui-là aime Dieu.

C'est pourquoi un tel homme ne cherche jamais sa propre gloire, mais celle de Dieu ; car celui qui se chérit lui-même cherche sa propre gloire.

Celui qui chérit Dieu aime la gloire de son créateur.

C'est, en effet, le propre d'une âme intérieure et amie de Dieu de chercher constamment la gloire de Dieu dans tous les commandements qu'elle accomplit, et de jouir de son propre abaissement.

Car à Dieu convient la gloire du fait de sa grandeur, à l'homme l'abaissement ; par ce moyen, il devient le familier de Dieu.

Si nous agissons ainsi, nous réjouissant de la gloire du Seigneur, à l'exemple de saint Jean Baptiste, nous commencerons à dire sans fin :

« Il faut qu'il croisse et que je diminue »

(Jn 3,30). 

Je connais quelqu'un qui aime tellement Dieu, bien qu'il gémisse de ne pas l'aimer comme il voudrait, que son âme brûle sans cesse du désir de voir Dieu glorifié en lui, et de se voir lui-même comme s'il n'était pas.

Cet homme-là ne sait pas ce qu'il est, même lorsqu'on fait son éloge, en paroles ; car dans son grand désir d'abaissement il ne pense pas à sa propre dignité.

Il s'acquitte du service divin comme il convient aux prêtres, mais dans son extrême disposition d'amour pour Dieu il dérobe le souvenir de sa propre dignité dans l'abîme de sa charité pour son Dieu, enfouissant dans d'humbles pensées la gloire qu'il en retirerait.

En tout temps, à ses propres yeux, il ne parait ainsi qu'un serviteur inutile ; son désir d'abaissement l'exclut en quelque sorte de sa propre dignité.

Voilà ce que nous devons faire, nous aussi, de façon à fuir tout honneur, toute gloire, en raison de la richesse débordante de l'amour de Celui qui nous a tant aimés.

« Lorsque quelqu'un s'approche du Seigneur, il faut d'abord qu'il se fasse violence pour accomplir le bien, même si son coeur ne le veut pas, attendant toujours sa miséricorde avec une foi inébranlable ; qu'il se fasse violence pour aimer sans avoir d'amour, qu'il se fasse violence pour être doux sans avoir de douceur, qu'il se fasse violence pour être compatissant et avoir un coeur miséricordieux, qu'il se fasse violence pour supporter le mépris, pour rester patient quand il est méprisé, pour ne pas s'indigner quand il est tenu pour rien ou déshonoré, selon cette parole : « Ne vous faites pas justice à vous-mêmes, bien-aimés » (Rm 12, 19). Qu'il se fasse violence pour prier sans avoir la prière spirituelle. Quand Dieu verra comment il lutte et se fait violence, alors que son cœur ne le veut pas, il lui donnera la vraie prière spirituelle, il lui donnera la vraie charité, la vraie douceur, des entrailles de compassion, la vraie bonté, en un mot il le remplira des dons du Saint-Esprit. »

St Macaire le Grand (ou d’Égypte, † 391), Homélies spirituelles, 19,3 (SO 40, p. 224-225), cité in"L'expérience de Dieu dans la vie de prière" du Père Matta El-Maskîne (245), Spiritualité Orientale n° 71, Abbaye de Bellefontaine, 1997.

homme_ciel_soleil_1a.jpg

 

C'est une chose difficile à dire que vous croyez au Seigneur et qu'en même temps, vous menez une vie facile ici bas.
(saint Païssios l'Athonite)

SAINTS DU JOUR:

29 Octobre:

Saint Narcisse

Un  évêque de Jérusalem rappelé à Dieu en 212

NARCISSE 29 OCTOBRE

L’on connaît peu de choses de ce Narcisse, il était originaire de Palestine, fit des études il devint évêque de Jérusalem et mourut plus que centenaire.

 

Mais il reste quelque chose de lui dans notre calendrier, car il joua un grand rôle au concile de Césarée en 195, il fit décider que la fête chrétienne de Pâques serait toujours célébrée le dimanche suivant le 14 du mois de nisan et non le jour même du 14, qui est le jour de la pâque juive et tombe donc n’importe quel jour de la semaine.

C'est le concile de Nicée en 325 qui rendit universelle cette décision.

 

 

 

30 Octobre:

 

Sainte Hélène-Elisabeth d'Anjou, Reine de Serbie

Sainte Hélène appartenait à l'illustre famille française des Anjou, et grandit parmi les paisibles populations du Val de Loire. Elle devint l'épouse du roi de Serbie Ouroch ler (1243-1276), afin d'affermir l'alliance de celui-ci avec son parent le roi de Sicile Charles ler d'Anjou. Elle eut pour fils deux Saints: les rois Dragoutine (Théoctiste dans la vie monastique) et Miloutine; et se montra elle-même d'une sagesse et d'une piété exemplaires comme reine de Serbie.

Intelligente et clairvoyante, à la fois pleine de bon sens et d'énergie, sévère en paroles mais douce de coeur, la reine Hélène se consacra tout entière aux oeuvres de piété après la mort de son époux Ouroch, qui avait embrassé la vie monastique sous le nom de Syméon avant de mourir. Elle recueillit et protégea les orphelins, fit édifier églises et monastères, s'efforça de faire régner l'amour et la concorde entre ses fils, se consacra à la défense et à l'instruction de son peuple. Vivant elle-même dans une rude abstinence, elle ne négligeait pas les affamés, et, hormis la prière, son premier souci était de leur venir en aide.

A un âge avancé, sentant l'approche de la mort, elle revêtit l'habit monastique sous le nom d'Elisabeth, et s'endormit quelque temps après dans son palais, en faisant cette recommandation à son fils Saint Dragoutine: «N'oublie jamais que notre vaine existence ici-bas n'est pas la vie, mais la mort implacable. Car tu es aujourd'hui ici et demain on ne sait où, aujourd'hui monarque et demain sujet, aujourd'hui opulent et demain misérable, aujourd'hui parmi les juges, demain parmi les condamnés».

Trois ans après son trépas, sa sainte dépouille fut trouvée parfaitement conservée. L'invention de ses Reliques eut lieu après une apparition miraculeuse de la reine à l'Evêque Paul de Ras, qui les déposa dans l'église du Monastère de Gradts où elles sont toujours vénérées. 
(Extrait de ''Le Synaxaire, vie des Saints de l'Eglise orthodoxe par le hiéromoine Macaire de Simonos Pétra)
Sœur Yéléna Roche, d'origine serbe, a réuni une intéressante documentation sur Hélène d'Anjou et voici quelques éléments du dossier qu'elle a constitué.

http://lionel.le.tallec.free.fr/2/…/Enigme14/HeleneAnjou.htm

 

 

 

 

 

 1008 

Notre Dame du Saint-Cordon, plus de 1000 ans de grâces

Depuis plus de 1000 ans, Notre-Dame du Saint-Cordon est vénérée à Valenciennes (Hauts-de-France) comme protectrice de la ville qu’elle a sauvée à plusieurs reprises de terribles épidémies. 

Le temps des épreuves. En l'an 1008, une terrible peste vient éprouver Valenciennes (département du Nord). La ville perd en quelques jours 7 000 à 8 000 de ses habitants. Aucune famille n’est épargnée. L'effroi se répand dans la cité. Nuit et jour, la chapelle de Neufbourg que Charlemagne venu à Valenciennes avait dédiée à Marie ainsi que d’autres églises se remplissent de priants. Ils supplient la mère de Dieu de se souvenir que la miséricorde est le plus beau fleuron de sa couronne.

L’ermite Bertholin. Un peu à l’extérieur, au sud de la ville, vit un saint ermite à qui la tradition donne le nom de Bertholin. Il habite une pauvre cabane bâtie près d’une fontaine qui a depuis pris le nom de Notre-Dame de Fontenelle. Cet ermite voue sa vie à la méditation et passe de longues heures au pied de la statue de Marie, pour laquelle il a une dévotion toute filiale. Sa sainteté attire souvent à lui de nombreux visiteurs venus de la ville.

Devant les malheurs des Valenciennois, il redouble de prières, ouvrant plus grand encore son cœur à la Vierge Marie. Celle-ci lui apparaît alors et lui dit : « Va trouver mon peuple de Valenciennes. La nuit qui précédera la fête de ma nativité, mon peuple saura que ses vœux seront exaucés. Que les habitants se rendent alors sur les murailles de la ville, là ils y verront des merveilles. »

Nous sommes le dernier jour du mois d’août de l’an 1008. Le saint ermite s’adresse alors au comte Herman, Haute Autorité de la cité, et lui fait part de la promesse de Marie. Quand les habitants apprennent cette nouvelle, ils prient plus encore. [...]

Lire la suite du récit

(Source:"Une Minute avec Marie)

L'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone continue de prier pour le succès de la visite apostolique de Sa Sainteté le Patriarche d'Antioche et de Tout l'Orient au Brésil. A l'évidence, le"Père des Pères" vers lequel toutes les communautés de Tradition Syriaque de par le monde devraient regarder et recevoir les leçons pour vérifier leur "syrianité" respire le bonheur de visiter cette Eglise missionnaire du Brésil et l'amour du Père pour tous ses fils et filles. Prions pour l'unanimité du Témoignage Apostolique, particulièrement en ce qui concerne notre famille Syro-Orthodoxe !

 

Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 1,12-20.

Frères, nous rendons grâce à Dieu le Père, lui qui nous a rendus capables de partager l'héritage des saints dans la lumière, 
en nous délivrant de la puissance des ténèbres, pour nous transporter dans le royaume de son Fils bien-aimé, 
par le sang duquel nous avons la rédemption, la rémission des péchés. 
Il est l'image du Dieu invisible, né avant toute créature ; 
car c'est en lui que toutes choses ont été créées, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre, les choses visibles et les choses invisibles, Trônes, Dominations, Principautés, Puissances ; tout a été créé par lui et pour lui. 
Il est, lui, avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. 
Il est la tête du corps de l'Eglise, lui qui est le principe, le premier-né d'entre les morts, afin qu'en toutes choses, il tienne, lui, la première place. 
Car Dieu a voulu que toute la plénitude habitât en lui ; 
et il a voulu réconcilier par lui toutes choses avec lui-même, celles qui sont sur la terre, et celles qui sont dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 18,33-37.

En ce temps-là, Pilate dit à Jésus : " Tu es le roi des Juifs ? " 
Jésus répondit : "Dis-tu cela de toi-même, ou d'autres te l'ont-ils dit de moi ?" 
Pilate répondit : "Est-ce que je suis Juif ? Ta nation et les chefs des prêtres t'ont livré à moi : qu'as-tu fait ?" 
Jésus répondit : "Mon royaume n'est pas de ce monde ; si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour que je ne fusse pas livré aux Juifs, mais maintenant mon royaume n'est point d'ici-bas." 
Pilate lui dit : "Tu es donc roi ?" Jésus répondit : "Tu le dis, je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité : quiconque est de la vérité écoute ma voix." 
 




Par Saint Jean Chrysostome

(v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église 
Homélie sur la croix et le larron, 1, 3-4 ; PG 49, 403 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 462) 

 

« Une inscription était placée au-dessus de sa tête : ' Celui-ci est le roi ' »

 

« Seigneur, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne ». Le larron n'a pas osé faire cette prière avant d'avoir déposé par son aveu le fardeau de ses péchés.

Tu vois, chrétien, quelle est la puissance de la confession. Il a avoué ses péchés et le paradis s'est ouvert ; il a avoué ses péchés et il a eu assez d'assurance pour demander le Royaume après ses brigandages... 

Tu veux connaître le Royaume ?

Que vois-tu donc ici qui y ressemble ? Tu as sous les yeux les clous et une croix, mais cette croix même, disait Jésus, est bien le signe du Royaume.

Et moi, en le voyant sur la croix, je le proclame roi. Ne revient-il pas à un roi de mourir pour ses sujets ?

Lui-même l'a dit : « Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis » (Jn 10,11).

C'est également vrai pour un bon roi ; lui aussi donne sa vie pour ses sujets. Je le proclamerai donc roi à cause du don qu'il a fait de sa vie : « Seigneur, souviens-toi de moi quand tu seras dans ton Royaume. » 

Comprends-tu maintenant comment la croix est le signe du Royaume ? Voici encore une autre preuve.

Le Christ n'a pas laissé sa croix sur la terre, mais il l'a soulevée et emportée avec lui dans le ciel.

Nous le savons parce qu'il l'aura près de lui quand il reviendra dans la gloire. Pour t'apprendre combien cette croix est digne de vénération, il a fait d'elle un titre de gloire...

Lorsque le Fils de l'homme viendra, « le soleil s'obscurcira et la lune perdra son éclat ».

Il régnera alors une clarté si vive que même les astres les plus brillants seront éclipsés.

« Les étoiles tomberont du ciel. Alors paraîtra dans le ciel le signe du Fils de l'homme » (Mt 24,29s).

Tu vois quelle est la puissance du signe de la croix ? ...

Quand un roi entre dans une ville, les soldats prennent les étendards, les hissent sur leurs épaules et marchent devant lui pour annoncer son arrivée.

C'est ainsi que des légions d'anges et d'archanges précéderont le Christ, lorsqu'il descendra du ciel.

Ils porteront sur leurs épaules ce signe annonciateur de la venue de notre roi. 

ORGANISER DES VEILLEES DE PRIERES ?

 

Notre proposition

 

En juin 2013, le prêtre d'une paroisse orthodoxe de Belgique accordait une interview à la revue « La famille orthodoxe », la publication orthodoxe la plus connue et lue en Roumanie, dans laquelle il évoquait la vie de la paroisse qu'il a fondée. Parmi les œuvres qui amènent le don du Saint Esprit dans la paroisse, il mentionnait aussi « la veillée de la prière », une chaîne de prière de toute la nuit qu'il a proposée à ses fils spirituels pour les aider dans leurs efforts de s'approcher du Christ et les uns des autres. Ce type de prière a suscité l'intérêt de plusieurs personnes qui ont lu l'article et ont écrit ou appelé à la rédaction de la revue, dans le souci d'avoir des détails et si possible d'y participer aussi. Quelques mois après, il a été demandé au père de donner une deuxième interview, dédiée entièrement à la « veillée de la prière ». À nouveau, l'article a suscité beaucoup d'intérêt dans le monde orthodoxe, ainsi que des échos positifs. C'est ce qui a donné naissance à ce site, qui a été créé à la suite des nombreux appels téléphoniques, courriels et lettres parvenus du monde entier, pour organiser et promouvoir une veillée de prière continue. Il semblerait que de nombreux chrétiens souhaitent changer quelque chose et sont las de toutes les lamentations,  analyses politiques et autres querelles stériles sur le présent et l'avenir de nos pays, ou encore sur le monde dans lequel nous vivons. 

Ces personnes sont conscientes  que si nous ne faisons pas quelque chose de concret sur le plan spirituel et que si nous attendons par ailleurs des solutions politiques et sociales à nos problèmes spirituels, nous sommes dans l’erreur. Ces personnes sont conscientes également qu’une action au plan spirituel doit aussi se situer au niveau de l’Église en tant que Corps du Christ, au niveau communautaire, et non plus seulement au niveau individuel, où nous savons que beaucoup déjà sont engagés dans ce combat spirituel. 

Cette initiative de prière a déjà commencé à porter ses fruits dans de nombreux endroits en Roumanie et à l'étranger, avec la bénédiction de nos pères spirituels et de plusieurs évêques. Les « veilleuses » qui se sont allumées jusqu'à présent ont déjà fait rayonner la bonne nouvelle de cette œuvre même dans les coins le plus éloignés du monde. 

Cela ne va pas sans difficultés, bien entendu. Des problèmes d'organisation et de compréhension ont bien prouvé qu’il peut y avoir  divers obstacles et d’autres tentations. Dans ce contexte, parce qu'il s’agit des chrétiens  dispersés dans le monde entier et qu’il s’avère difficile de communiquer par d'autres moyens, nous avons pensé que ce serait très utile de créer une plateforme en ligne fournissant  les informations nécessaires pour organiser une veillée de prière. Il ne nous a pas fallu longtemps pour voir l’évidente importance de faire connaître cette œuvre bénie à tous ceux qui le souhaitent, pour le salut de nos âmes, de nos familles et des sociétés dans lesquelles nous vivons.  Nous avons donc conçu  ce site pour fournir  non seulement les informations nécessaires de nature pratique, mais aussi un appel à l'unité et à la prière commune,  afin que nous puissions survivre dans le contexte de plus en plus inhumain du monde dans lequel nous vivons. 

Voici donc notre message, nous qui avons déjà gouté les fruits de ce travail. Nous devons serrer les rangs, nous unir, nous mettre en relation pour réaliser quelque chose ensemble. 

Nous ignorons  quelles répercussions  aura la veillée de  prière proposée ici, mais nous pensons que nous vivons à une époque où nous sommes appelés à fournir plus d’efforts : plus de lutte spirituelle, plus de sacrifice, plus d'unité dans le Christ. 

Comme toujours, l'Église, le Corps du Christ est le lieu où l'homme peut réellement accomplir sa vie, où l'on peut guérir de toute maladie de l'esprit. Mais aujourd'hui, plus que dans le passé, l'Église est restée le seul facteur qui peut rétablir l’équilibre de la société lorsque l'État ou d'autres institutions sont incapables de  protéger les hommes, la famille,  la santé, l'éducation, l’avenir des enfants et la société dans son ensemble. Au contraire, nous constatons aujourd'hui que les  branches législatives et exécutives de l'État et la plupart des médias et de « l'intelligentsia » attaquant  plus ouvertement l’Église du Christ, ce qui n’est pas sans rappeler les années de la grande persécution contre le christianisme au pays de l'Est aux temps soviétiques. 

Nous pensons qu'il est temps de comprendre que nous - évêques, prêtres et laïcs - que toi et MOI, nous sommes l’Église et que nous ne devons pas attendre des autres les solutions à nos problèmes. De plus, il faut comprendre qu'il est de notre devoir en tant que chrétiens d’être « la lumière du monde »(cf. Matthieu 5,14) pour offrir à notre prochain une échappatoire à l’obscurité de ce monde. 

Quelles perspectives avons-nous? 

Tout d'abord, nous ne connaissons pas la providence divine, mais il est clair que nous ne pouvons pas nous attendre à  « des temps meilleurs» au sens millénariste. Père Sophrony Sakharov disait que, d’un point de vue social, les chrétiens doivent se sentir comme des orphelins spirituels, car ils n’appartiennent pas à cette société. « Nous n’avons pas ici-bas de cité permanente, mais nous cherchons celle qui est à venir » (Hébreux 13, 14). D'autre part, nous pensons qu'il est important de lutter principalement avec des armes spirituelles pour gagner du temps historiquement, socialement et politiquement afin de travailler pour notre salut à nous et à celui de nos descendants. 

Ce travail de prière continue a été inspiré par les martyrs des prisons communistes en Roumanie. Peu avant le déclenchement de la terrible expérience de "rééducation" dans la prison de Piteşti, ce sont les prisonniers qui ont essayé pour la première fois de vivre le commandement évangélique de prière continuelle  sous cette forme : ils ont organisé une «chaîne» de prière, qui passait de l’un à l’autre. Une fois allumée, cette « veilleuse » ne s’était jamais éteinte jusqu’au début de la phase violente de la rééducation. Ensuite, cette œuvre de prière s’est propagée à d’autres prisons communistes. Le fait que beaucoup de ceux qui ont participé à ces chaînes de prière continuelle ont été jugés dignes de recevoir la couronne du martyre et sont devenus des témoins du Christ prouve que ce n’est pas « la chair et le sang » (Jean 16,17) qui leur ont fait découvrir cela, mais bien Dieu Lui-même qui les a guidés dans cet effort de prière continue, pour les préparer à faire face au défi qui se trouvait devant eux. Sans vouloir paraître apocalyptiques, l’observation de ce qui se passe autour de nous en matière de politiques et  d’idéologies ayant cours à l'échelle mondiale, nous fait croire que de nouveaux temps de persécution des chrétiens sont proches, ainsi que de terribles épreuves pour les personnes qui veulent vivre une vie normale. En outre, ces temps ont déjà été préfigurés par les grands pères spirituels contemporains. 

Que proposons-nous exactement ? 

Premièrement, partant de l'idée que notre seule voie est le Christ et que  notre seul  recours est la prière, nous pensons qu’il faudra organiser plusieurs « chaînes » de prière et allumer de nombreuses « veilleuses » dans tout le monde orthodoxe, autour de nos prêtres et pères spirituels.  Sur ce site, vous trouverez toutes les informations sur la façon d'organiser une veillée de prière,  comment y participer et comment nous joindre. Les «veilleuses» vont ainsi s’allumer dans de nombreux lieux différents  pour "briller" devant Dieu. Lorsque l’on aura besoin de plus de prière, de prière très intense (par exemple, en cas de  graves troubles sociaux, ou parce qu’un homme important de l'Église a besoin de notre prière, ou encore à l’occasion de l’élection d’un nouvel évêque), nous mobiliserons tout le monde et nous communiquerons avec tous les coordinateurs locaux, en transmettant une demande de jeûne et d’intensification de la prière. Dans ces moments, toutes les veillées locales s’uniront vers un seul but, dans un seul esprit, comme une seule armée de Christ pour demander à Dieu ce qui est profitable à Son peuple. Plus notre engagement dans la prière est fort, concentré en une seule pensée et demande devant Dieu, plus nous serons forts contre les ténèbres et fortifiés en Christ ! Il est important de transmettre cette initiative et de la faire connaître à nos amis, dans l’espoir que de telles chaînes de prières continues pendant les veillées nocturnes se constituent dans l’ensemble du monde orthodoxe. De bouche à oreille, de cœur à cœur, nous avons l’espoir que la prière va soutenir le monde et l’éclairer comme les cierges de la nuit de Pâques. 

Le travail, l’argent, le temps et beaucoup d’autres éléments peuvent nous être confisqués par les dirigeants de ce monde, mais la possibilité de prier ensemble et de renforcer notre relation avec Dieu, ne peut pas nous être enlevée, malgré les efforts du Prince de ce monde. Les confesseurs des prisons communistes sont sortis victorieux et nous l’ont abondamment prouvé. 

Christ est parmi nous! 

(Source:

http://www.candelar.ro/fr/

 )

 

Par Philoxène de Mabboug

(?-v. 523), évêque en Syrie 
Homélie 4, 79-80 (trad. SC 44, p. 97 rev. ; cf Delhougne, p. 456) 

 

Zachée découvre le seul bien véritable

 

Notre Seigneur a appelé Zachée du sycomore sur lequel il était monté, et aussitôt Zachée s'est empressé de descendre et l'a reçu dans sa maison.

C'était parce que, avant même d'être appelé, il espérait le voir et devenir son disciple.

C'est une chose admirable qu'il ait cru en lui sans que Notre Seigneur lui ait parlé et sans l'avoir vu avec les yeux du corps, mais simplement sur la parole des autres.

La foi qui était en lui avait été gardée dans sa vie et sa santé naturelles.

Et cette foi a été manifestée quand il a cru en Notre Seigneur au moment même où il a appris son arrivée.

La simplicité de sa foi est apparue lorsqu'il a promis de donner la moitié de ses biens aux pauvres et de rendre au quadruple ce qu'il avait pris d'une manière malhonnête. 

En effet, si l'esprit de Zachée n'avait pas été rempli à ce moment-là de la simplicité qui convient à la foi, il n'aurait pas fait cette promesse à Jésus et il n'aurait pas dépensé et distribué en peu de temps ce qu'il avait amassé pendant tant d'années de travail.

La simplicité a répandu de tous côtés ce que la ruse avait amassé, la pureté de l'âme a dispersé ce que la tromperie avait acquis et la foi a renoncé à ce que l'injustice avait obtenu et possédé et elle a proclamé que cela ne lui appartenait pas. 

Car Dieu est le seul bien de la foi, et elle refuse de posséder d'autres biens avec lui.

Tous les biens sont de peu d'importance pour elle, en dehors de ce seul bien durable qui est Dieu.

Nous avons reçu en nous la foi pour trouver Dieu et ne posséder que lui, et pour voir que tout ce qui est en dehors de lui ne sert à rien.

___

Comme un voilier

Comme un voilier….

 

Je suis debout au bord de la plage. 

Un voilier passe dans la brise du matin et part vers l'océan. 

Il est la beauté, il est la vie. 

Je le regarde jusqu'à ce qu'il disparaisse à l'horizon.

Quelqu'un à mon côté dit : 

"Il est parti !" 

Parti ? Vers où ? 

Parti de mon regard, c'est tout...

Son mât est toujours aussi haut, 

sa coque a toujours la force de porter sa charge humaine. 

Sa disparition totale de ma vue est en moi, 

pas en lui.

Et juste au moment où quelqu'un près de moi dit : "Il est parti !", 

il en est d'autres qui, le voyant poindre à l'horizon et venir vers eux, 

s'exclament avec joie : 

"Le voilà !"...

C'est cela la mort.

 

(William Blake, lu dans "Monastère Ste Odile")

 

_______

 

 

Ayant fait l'expérience de toutes les difficultés de la vie terrestre, la Mère de Dieu voit toute larme, entend toute plainte et toute supplication qui lui est adressée..
(Saint Jean Maximovitch)

 

 

RETRAITE-PELERINAGE DE LIBERATION ET DE GUERISON INTERIEURE DES FESTIVITES DE ST GROGORIOS ET DE LA "TOUSSAINT"

 

 Du 1er  au 6 dimanche Novembre

au Monastère Syriaque:

See original image

 

 Sanctuaires visités:

*Mardi 1er Novembre, Messe du jour au Sanctuaire N-D de Miséricorde, après-midi au Sanctuaire de Notre-Dame de Montligeon

*Mercredi 2 Novembre: Solennité de Saint Grégorios de Parumala au Monastère Syriaque

*Jeudi 3 NovembrePèlerinage à Notre-Dame de Pontmain et au Mont Saint Michel 

*Vendredi 4 Novembre, Messe au Monastère Syriaque, vénération des reliques de la Ste Croix, cette journée au Monastère Syriaque est réservée aux confessions, prières de délivrances, prières de guérison intérieure selon la Tradition de l'Eglise.

*Samedi 5 Novembre, Messe au Monastère Syriaque, cette journée mariale est réservée aux confessions. L’après-midi, visite de Verneuil Sur Avre.

*Dimanche 6 Novembre: Pèlerinage à N-D de Miséricorde avec ce mois-ci une mémoire solennelle de Saint Gregorios. Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternel et du programme habituel.

 

INSCRIVEZ-VOUS !

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)


Adresse courriels: asstradsyrfr@
laposte.net

'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

 

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.41.20.16.86).

 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Convocations :  Dimanche 6 Novembre :  « Réunion de travail » et  Assemblée Générale Extraordinaire  de l’Association de la Métropolie (Archidiocèse)

Rappel pour

Convocations :

Dimanche 6 Novembre :

« Réunion de travail » et

Assemblée Générale Extraordinaire

de l’Association de la Métropolie (Archidiocèse) de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thomas.

 

Chers amis.

Initialement, le 1er dimanche d’Octobre, dès mon retour du Cameroun devait réunir les bureaux (Conseils d’Administration)des deux associations cultuelle (De la Métropolie) et caritative pour, autour du repas fraternel partagé après la Ste Messe, une « Réunion de Travail » afin de collecter toutes les informations que Père Isaac et moi-même rapportions de cette visite pastorale et en tirer les conséquences.

Malheureusement, il semble que les convocations à la CARITAS ESOF n’aient pas été envoyées.

Trop peu des membres des Conseils d’Administrations étaient présents.

Face à un tel désengagement, je renonçais à faire quelque rapport que ce soit, attendant des jours meilleurs.

Veuillez noter que nous aurons une « réunion de travail », autour du repas fraternel, comme de coutume, le dimanche 6 Novembre 2016 pour chacune des deux Associations.

Pour l’Association de la Métropolie (Archidiocèse) de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma, elle sera doublée d’une Assemblée Générale Extraordinaire dont l’unique objet sera d’entériner un Legs fait à l’Archidiocèse.

Je compte sur vous !

Ces réunions prépareront également la bonne réception d’un bon ami , frère évêque et métropolite de l’Eglise-mère qui nous fait l’honneur de visiter notre Eglise locale Syro-Orthodoxe en fin Novembre début Décembre.

Dans l’amour du Christ Notre-Seigneur, votre fidèlement et respectueusement. Aloho m’barekh (Dieu vous bénisse) !

+Mor Philipose-Mariam , Chandai ce 3.X.16

 

P.S : Si vous étiez dans l’impossibilité de vous rendre à cette réunion, veuillez envoyer votre procuration au Monastère sur le modèle ci-dessous. Merci.

 

 

 

Je soussigné, Mr (Mme, Melle, Père,Sœur, Frère):......Demeurant à (Adresse):.......étant dans l'impossibilité de me rendre à l'AGE de l'association cultuelle de la Métropolie (Archidiocèse) de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma ce prochain 6 Novembre 2016 donne procuration à l'un ou l'autre des membres présents pour me représenter lors du vote ayant pour but:

1) L'acceptation ou le refus du Legs que le Métropolite Mor Philipose-Mariam fait de biens personnels à ladite Association de la Métropolie ainsi qu'il fut décidé  et exprimé de longue date lors de nombreuses Réunions par le Métropolite mais jusqu'alors retardé par des lenteurs internes à notre Conseil d'Administration et à l'Etude Notariale,

2)La désignation du (ou des) membre(s) du bureau (Conseil d'Administration/ Président laïc ou (et) Trésorier) qui représenteront ladite Association devant le Notaire.

 

Je donne pouvoir à l'un ou l'autre des membres présents pour voter en mon nom:

 

1) L'acceptation ou

le refus du Legs (Rayer la mention inutile)

 

2)La désignation du représentant de l'association cultuelle de la Métropolie (Archidiocèse) de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma devant le Notaire:

Président laïc ou (et) Trésorier ( rayer la mention inutile).

 

Fait à ...(Lieux), ce.....(Date) pour faire valoir ce que de droit.

 

Signature:

 

 

(Veuillez joindre une copie de votre carte d'identité ou de votre passeport.  et envoyer au plus tôt votre procuration à l'adresse suivante:

 

Mme la Présidente de la Métropolie de l'ESOF

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

Merci)

 

7eme Dimanche après la Fête de la Sainte Croix

  • Soirée :
    • Saint-Luc12: 13-21
  • Matin :
    • Saint Luc 12: 48 -59
  • Avant le Saint Qurbana :
    • Exode 12: 43 à 51
    • Job 23: 1-7
    • Isaïe 52: 1-15
  • Saint Qurbana :

 

  • I Pierre 2: 15 à 17
  • 15 Car la volonté de Dieu, c’est qu’en faisant le bien, vous fermiez la bouche aux insensés qui parlent sans savoir.
  • 16 Soyez des hommes libres, sans toutefois utiliser la liberté pour voiler votre méchanceté : mais soyez plutôt les esclaves de Dieu.
  • 17 Honorez tout le monde, aimez la communauté des frères, craignez Dieu, honorez l’empereur.

 

  • 1ère aux Corinthiens 6: 9 - 11
  • 09 Ne savez-vous pas que ceux qui commettent l’injustice ne recevront pas le royaume de Dieu en héritage ? Ne vous y trompez pas : ni les débauchés, les idolâtres, les adultères, ni les dépravés et les sodomites,
  • 10 ni les voleurs et les profiteurs, ni les ivrognes, les diffamateurs et les escrocs, aucun de ceux-là ne recevra le royaume de Dieu en héritage.
  • 11 Voilà ce qu’étaient certains d’entre vous. Mais vous avez été lavés, vous avez été sanctifiés, vous êtes devenus des justes, au nom du Seigneur Jésus Christ et par l’Esprit de notre Dieu.

 

 

  • Saint Matthieu 5: 21 - 26
  • 21 « Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement.
  • 22 Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu.
  • 23 Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
  • 24 laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.
  • 25 Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.
  • 26 Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Tradition Syriaque Famille orthodoxie-orientale Vie des Saints Spiritualité Chrétienne
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 07:14

A certain brother, seeing his [St. Seraphim of Sarov] ascetic life, asked him for his own edification: “Why don’t we, Father, lead a strict life as the ancient ascetics did?”

“Because,” replied the saint, “we have no determination to do so. If we had the determination, we should live as those Fathers did who, in olden times, shone with labours and piety; because God gives His grace and help to the faithful and to those who seek the Lord with all their heart now just as He did before. For according to the word of God, Jesus Christ the same yesterday, and today, and for ever (Heb. 13:8).

(St. Seraphim of Sarov: A Spiritual Biography by Archimandrite Lazarus Moore pg. 427)

 

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 4,7-13.

Mes frères : A chacun de nous, la grâce a été donnée selon qu'il a plu au Christ de la lui dispenser. 
C'est pourquoi il est dit : " Il est monté dans les hauteurs, il a emmené des captifs, et il a fait des largesses aux hommes. " 
Or que signifie : " Il est monté, " sinon qu'il était descendu d'abord dans les régions inférieures de la terre ?
Celui qui est descendu est celui-là même qui est monté au-dessus de tous les cieux, afin de tout remplir. 
C'est lui aussi qui a fait les uns apôtres, d'autres prophètes, d'autres évangélistes, d'autres pasteurs et docteurs, 
en vue du perfectionnement des saints, pour l'œuvre du ministère, pour l'édification du corps du Christ, 
jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite du Christ, 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 15,17-25.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres. 
Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï le premier. 
Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui lui appartiendrait en propre. Mais parce que vous n'êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela, le monde vous hait. 
Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite ; le serviteur n'est pas plus grand que le maître. S'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront, vous aussi ; s'ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. 
Mais ils vous feront toutes ces choses à cause de mon nom, parce qu'ils ne connaissent pas celui qui m'a envoyé. 
Si je n'étais pas venu, et que je ne leur eusse point parlé, ils seraient sans péché ; mais maintenant leur péché est sans excuse. 
Celui qui me hait, hait aussi mon Père. 
Si je n'avais pas fait au milieu d'eux des œuvres que nul autre n'a faites, ils seraient sans péché ; mais maintenant ils ont vu, et ils me haïssent moi et mon Père. 
Mais cela est arrivé afin que s'accomplît la parole qui est écrite dans leur Loi : ils m'ont haï sans sujet. 
 


Par St Polycarpe

(69-155), évêque et martyr 
Lettre aux Philippiens, SC 10, p. 215-217, 221. 

 

« Si l'on m'a persécuté, on vous persécutera aussi »

 

Demeurons sans cesse, mes frères, solidement attachés à notre espérance et au gage de notre justice, le Christ Jésus...

Soyons les imitateurs de sa patience, et si nous souffrons pour son nom, rendons-lui gloire.

C'est ce modèle qu'il nous a présenté en lui-même, et c'est cela que nous avons cru. 

Je vous exhorte tous à obéir à la parole de justice, et à persévérer dans la patience que vous avez vue de vos yeux, non seulement dans les bienheureux Ignace, Zosime et Rufus, mais aussi en d'autres qui étaient de chez vous, et en Paul lui-même et les autres apôtres ; persuadés que tous ceux-là n'ont pas couru en vain, mais bien dans la foi et la justice, et qu'ils sont dans le lieu qui leur était dû près du Seigneur avec qui ils ont souffert. Ils n'ont pas aimé « le siècle présent » (2Tm 4,10), mais bien le Christ qui est mort pour nous, et que Dieu a ressuscité pour nous... 

Que Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, et lui-même, le grand-prêtre éternel, le Fils de Dieu, Jésus Christ, vous fassent grandir dans la foi et la vérité, en toute douceur et sans colère, en patience et longanimité, endurance et chasteté ; qu'il vous donne part à l'héritage de ses saints, et à nous-mêmes avec vous, et à tous ceux qui sont sous le ciel, qui croient en notre Seigneur Jésus Christ et en son Père qui l'a ressuscité d'entre les morts. Priez pour tous les saints. Priez aussi pour les rois et les autorités, priez pour ceux qui vous persécutent et vous haïssent, et pour les ennemis de la croix ; ainsi le fruit que vous portez sera visible à tous, et vous serez parfaits en lui. 

« Si tu sais prendre sur toi la douleur d'autrui,

le Seigneur prendra sur Lui la tienne et la fera Sienne, c'est-à-dire ouvrière de salut.
Si tu sais prendre sur toi la douleur d'autrui, le Seigneur prendra sur Lui cette douleur, en toi, et la fera Sienne c'est-à-dire ouvrière de salut. Il la prendra avec d'autant plus d'élan qu'Il la trouve déjà comme déracinée et transplantée en ton cœur.
Et comme Il l'y trouve purifiée de tout égoïsme, transfigurée par la pitié, sanctifiée par l'amour chrétien, la consolation sera plus forte en autrui, la bénédiction plus vivante en toi, la joie de demain plus grande en tous deux. »

Prince V Ghika (1873-1954)


 

SAINTS DU JOURS:

SAINT SIMON et SAINT JUDE
Apôtres 
(Ier siècle)

        Ces deux Apôtres ont leur fête le même jour parce qu'ils ont travaillé ensemble à la conversion des Gentils. - Saint Simon, qui était originaire de Cana, où Jésus changea l'eau en vin, reçut le surnom de Cananéen, pour le distinguer de Simon-Pierre, chef des Apôtres. Saint Jude était frère de saint Jacques le Mineur et de saint Siméon, évêque de Jérusalem, et comme eux cousin du Sauveur. Avant son élévation au ministère évangélique, il était agriculteur.

        Saint Simon prêcha d'abord en Égypte, en Mauritanie, en Libye ; saint Jude, après avoir prêché en Afrique avec beaucoup de succès, revint en Orient et annonça l'Évangile dans la Judée, la Samarie, la Syrie et la Mésopotamie. Simon et Jude se rejoignirent en Perse, et là ils combattirent et moururent ensemble. 

        Les choses extraordinaires que Dieu opéra par leurs mains les firent traiter avec respect par le roi de ce pays, qui leur laissa la liberté de prêcher leur doctrine si sainte et si nouvelle. Un fait vint ajouter à leur prestige : deux tigres, échappés de leur cage, étaient la terreur du pays. Au nom de Jésus-Christ, les Apôtres commandèrent à ces bêtes féroces de les suivre, et ils les emmenèrent dans leur maison. Le roi, toute sa cour et plus de soixante mille Perses se firent chrétiens. Des églises s'élevèrent sur les ruines des temples des idoles ; le triomphe du Christ était complet.

        Mais l'ennemi des âmes déchaîna toute sa fureur pour arrêter les progrès de l'Évangile. Simon et Jude étant allés annoncer Jésus-Christ en d'autres villes, les païens voulurent les contraindre à sacrifier au soleil, qu'ils adoraient comme un dieu : 
"Mon frère, dit alors Jude à Simon, je vois le Seigneur qui nous appelle. 
- Et moi, reprit Simon, j'ai vu aussi Jésus-Christ entouré de ses Anges, et un des Anges m'a dit : « Je vous ferai sortir du temple et je ferai crouler sur eux tout l'édifice. 
- Qu'il n'en soit pas ainsi ! ai-je répondu, peut-être quelques-uns se convertiront-ils ! »

        Et voici qu'en ce moment un Ange leur dit à tous les deux : « Que choisissez-vous, ou la mort pour vous, ou l'extermination de ce peuple impie ?  
- Miséricorde pour ce peuple ! crièrent les deux Apôtres. Que le martyre soit notre partage ! »

        Cependant les prêtres des dieux les exhortaient à sacrifier : « Le soleil, dit Simon, n'est que le serviteur de Dieu ; ce sont les démons qui résident en vos idoles ; je leur ordonne de sortir. »Et les démons, sous une forme horrible, sortirent des statues brisées. Alors le peuple se jeta sur les deux Apôtres et les massacra, pendant qu'ils bénissaient Dieu et priaient pour leurs bourreaux.

Sts Simon,Jude,apôtres



 

Sts Anastasie et Cyrille 
Martyrs
(IIIe s.)

 

        Anastasie, durant la persécution de Valérien, sous le préfet Probus, fut chargée de chaînes, souffletée, tourmentée par le feu et les verges ; et, comme elle demeurait ferme dans la foi du Christ, elle eut les seins coupés, les ongles arrachés, les dents cassées, les mains et les pieds coupés ; enfin elle fut décapitée et s'en alla vers son époux, parée de ses supplices comme d'autant d'ornements ; Cyrille, qui sur sa demande lui avait donné de l'eau, reçut le martyre pour récompense.

 

Saints Vincent, Sabine et Christète
Martyrs
 († v. 305)

Dacien, ce cruel exécuteur de la rage des empereurs Dioclétien et Maximien, étant venu en Espagne, plutôt pour persécuter les Chrétiens que pour en gouverner les provinces, fit arrêter Vincent qu'on lui dénonça comme un des plus zélés défenseurs du culte de Jésus-Christ.

Pour tâcher de corrompre sa foi, il lui démontra que c'était une folie de s'exposer à perdre la vie à la fleur de son âge par de cruels supplices, pour défendre l'honneur d'un homme que l'on avait crucifié, et qu'il ferait beaucoup mieux d'obéir aux ordres des empereurs qui commandaient de sacrifier aux divinités païennes. Puis, voyant que le saint martyr, bien loin de se rendre à ses désirs, confessait généreusement la divinité de Jésus-Christ, et déclamait contre Jupiter, se moquant de cette idole incestueuse et adultère, il commanda qu'on le menât devant la statue de l'idole, et que s'il ne lui offrait de l'encens, il fût à l'heure même torturé, déchiré, rompu de coups, et enfin mis à mort par le dernier supplice.

Les bourreaux se saisirent aussitôt de lui et l'entraînèrent au lieu désigné par le président; mais, par un grand miracle, ayant mis le pied sur une pierre dure, Vincent y imprima son vestige, de même que si c'eût été de la cire molle; les bourreaux en furent tellement touchés, que, pour avoir le temps de se faire instruire des mystères de la foi chrétienne, ils retournèrent à Dacien; et feignant que Vincent demandait trois jours pour délibérer, ils obtinrent de lui ce sursis.

Pendant ce temps, ils l'amenèrent chez eux : Sabine et Christète, sœurs de notre invincible martyr, vinrent le voir; et, se jetant à ses pieds, elles le prièrent et le conjurèrent en pleurant, de prendre la fuite avec elles pour leur servir de père et de mère et être leur soutien dans la rigueur de cette persécution. Vincent eut bien de la peine à le faire ; mais, enfin, considérant la jeunesse de ces vierges, et s'imaginant qu'elles pourraient succomber à la cruauté des supplices si elles n'étaient soutenues par ses exhortations et par son exemple, il usa de la liberté que lui donnèrent ceux qui le retenaient, et se retira avec ses sœurs à Avila. Le président en fut bientôt averti, et il envoya en même temps des cavaliers pour les suivre. Ils les atteignirent en cette ville ; et, comme ils avaient ordre de les tourmenter et de les faire mourir, ils exercèrent contre ces innocentes victimes toutes les cruautés dont l'impiété est capable. Enfin, après avoir disloqué tous leurs membres sur le chevalet et leur avoir déchiré le corps à coups de fouet, ils leur mirent la tête sur des pierres et la leur écrasèrent avec des cailloux et des leviers.

Leurs dépouilles sacrées demeurèrent ensuite exposées à la voirie pour être dévorées par les animaux; mais, ô conduite admirable de la divine Providence ! un serpent d'une grosseur prodigieuse, qui causait de grands maux dans le pays, sortit des rochers voisins de la ville pour les garder. Un Juif s'étant donc approché pour les insulter, il fut saisi par ce monstre et n'échappa à sa cruauté que par la promesse qu'il fit de se convertir au Christ et de donner honorable sépulture aux saints martyrs, et de faire bâtir une église en leur honneur. Il accomplit depuis lors ce qu'il avait promis.

On trouve l'office de saint Vincent et de ses sœurs dans les anciens bréviaires et missels mozarabes.



Source principale : jubilatedeo.centerblog.net/ (« Rév. x gpm »).  

Saints Martyrs, son épouse Néonille, et leurs enfants :

Sarbèle, Photas, Théodule, Hiérax, Nitas, Bélée et Eunice.

Térence et Néonile, avec leurs sept enfants, 
ont préféré mourir sous le glaive, en famille. 
Le vingt-huitième jour, deux époux triomphants 
conduisent vers le Maître leurs fils et leur fille.

Tropaire, ton 4

Tes Martyrs, Seigneur, pour le combat qu’ils ont mené * ont reçu de toi, notre Dieu, la couronne d’immortalité; * animés de ta force, ils ont terrassé les tyrans * et réduit à l’impuissance l’audace des démons; * par leurs prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

Exapostilaire, t. 2

Avec Térence ont resplendi comme l'éclair * la sainte Néonille, , Sarbèle et Nitas, * Photas, Théodule, Eunice, Bélée et Hiérax; * pour le Christ ils ont combattu vaillamment * et se sont empressés d'abattre les tyrans, * ces illustres Martyrs victorieux * que nous tous, les fidèles, nous vénérons, * célébrant comme une fête leur brillant souvenir.

Cette sainte famille vivait dans la piété et l’amour mutuel, à une époque et dans un lieu qui ne nous sont pas connus. Livrés au tribunal du gouverneur païen, ils confessèrent tous, d’une seule voix, le Christ vrai Dieu et se moquèrent des idoles. On les soumit immédiatement à la torture, en versant du vinaigre et du sel sur leurs plaies pour les rendre plus douloureuses. Mais les saints martyrs endurèrent les tourments sans broncher, s’encourageant mutuellement par leur silence à persévérer jusqu’à la fin. À plusieurs reprises, un ange envoyé par Dieu les guérit miraculeusement et les protégea contre les fauves. En voyant qu’ils résistaient à tous les tourments, les païens leur tranchèrent finalement la tête, leur offrant ainsi la couronne de la victoire.

(Synaxaire * Vie des Saints de l'Eglise Orthodoxe * Hiéromoine Macaire de Simonos Pétra)

 

 

Saints Martyrs ANGELIS, MANUEI, GEORGES et NICOLAS de Crète

Saints Angelis, son frère Manuel et leurs cousins Georges et Nicolas vécurent en Crète au début du siècle dernier. Comme l'île était encore occupée par les Turcs, les quatre jeunes paysans étaient, comme beaucoup de leurs concitoyens, Chrétiens en secret. Ils portaient officiellement des noms turcs et se conformaient apparemment aux usages de l'Islam, mais en secret ils restaient fidèles à toutes les Traditions de la Sainte Eglise Orthodoxe. Pendant la guerre d'Indépendance, qui dura de 1821 à 1824, ils prirent vaillamment part au combat et ne craignirent plus alors de manifester leur foi. Mais, les Turcs ayant fait appel à l'aide des troupes égyptiennes, l'île fut reprise par les infidèles et les partisans pourchassés. Comme les receveurs des impôts passaient peu après dans les villages pour collecter les tributs imposés aux Chrétiens, les quatre jeunes gens se présentèrent d'eux-même pour payer leur dû, alors que tous les croyaient musulmans. Ils confessèrent qu'ils étaient Chrétiens depuis leur jeunesse et qu'ils n'attendaient que le moment de s'unir au Christ dans la mort. Ils furent décapités, en ayant tous les quatre jusqu'à leur dernier soupir le: «Seigneur, aie pitié», aux lèvres. Leurs Saintes Reliques abandonnées pendant trois jours à la risée publique dégagèrent une forte lumière. Elles furent receuillies par de pieux Chrétiens et accomplissent depuis de nombreux miracles.

 

 

L’Église orthodoxe russe et le Patriarcat d’Antioche n’ont pas de nouvelles informations sur le sort des deux métropolites syriens kidnappés en 2013

L’Église orthodoxe russe et le Patriarcat d’Antioche n’ont pas de nouvelles informations sur le sort des deux métropolites syriens kidnappés en 2013

 

L’Église orthodoxe russe et le Patriarcat d’Antioche ne disposent pas de témoignages fiables concernant le sort des deux métropolites syriens kidnappés en 2013. C’est ce qu’a déclaré ce mercredi à l’Agence russe RIA Novosti l’archiprêtre Nicolas Balachov, vice-président du Département des affaires ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou. Des informations contradictoires ont circulé les années passées en ce qui concerne leur sort, notamment sur leur possible exécution. Une moniale catholique-romaine du monastère Saint-Jacques (Syrie), Agnès Mariam El Salib, a déclaré mercredi lors de la conférence de presse à l’Agence RIA Novosti que les métropolites enlevés, selon de nouveaux témoignages, seraient vivants et captifs des terroristes à Raqqa. Commentant ces nouvelles données, l’archiprêtre Nicolas Balachov a déclaré que « durant les trois dernières années, des déclarations ont plus d’une fois été faites selon lesquelles les métropolites ne seraient plus vivants. Mais jusqu’à présent aucune de ces informations n’a reçu de confirmation fiable ». Selon l’archiprêtre, on continue dans l’Église orthodoxe russe « à prier ardemment afin que le métropolite orthodoxe de la ville très éprouvée d’Alep, Mgr Paul Yazigi. revienne vivant auprès de son troupeau et aussi pour que commence enfin une paix durable ». « Nous prions aussi pour le métropolite syro-jacobite Youhanna Ibrahim. Mais l’Église orthodoxe russe ne dispose actuellement d’aucun témoignage fiable sur leur sort. Le représentant du patriarche d’Antioche auprès du patriarche de Moscou, le métropolite Niphone, a confirmé que l’Église d’Antioche n’a pas non plus d’informations sur le sort des deux métropolites. Malheureusement, jusqu’à maintenant, les diplomates et les militaires russes n’ont pas réussi à connaître quelque chose de nouveau à leur sujet », a ajouté le père Nicolas. En même temps, l’archiprêtre a fait remarquer que « le fait que les ravisseurs des deux métropolites syriens, pour autant que nous le sachions, n’aient formulé aucune exigence durant tout ce temps ne fait qu’exacerber notre profonde inquiétude pour la vie de nos frères».

Source

 

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIA

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 
 Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

28 octobre 312 :

L'empereur romain Constantin, qui a placé la croix du Christ sur les boucliers de ses soldats, bat son rival Maxence sur le pont de Milvius, à 3km de Rome. 


Au IVe siècle, Constantin, fils du gouverneur des Gaules et de sainte Hélène, se montre favorable aux chrétiens. A la mort de son père, en 306, ses soldats le proclament empereur à la place de l'empereur en titre Maxence, impie et cruel. Constantin franchit les Alpes, s'approche de Rome pour combattre les forces considérables de Maxence. Un jour*, il aperçoit dans le ciel une croix lumineuse avec cette inscription : « In hoc signo vinces » (par ce signe tu vaincras).

La nuit suivante, le Christ apparaît et lui ordonne de se servir du signe céleste dans les combats. Constantin fait reproduire la croix sur son étendard et livre bataille à l'ennemi. Vaincu au pont de Milvius, Maxence se noie dans le Tibre.

Pour la première fois dans l'histoire un étendard, porte le signe du Christ. Cette enseigne se compose d'une croix surmontée d'une couronne au milieu de laquelle les lettres Khi et Ro entrelacées représentent le monogramme du Christ.

(*) La tradition bourguignonne place l'apparition de la Croix dans la région de Paray-le-Monial (cf. le musée du Hiéron à Paray-le-Monial), d'autres disent que ce fut lorsqu'il traversait les Alpes.

PRESENCE PERMANENTE DE MARIE DANS L'HISTOIRE DE L'EGLISE

Afficher l'image d'origine

Saint Irénée (2° siècle) explique la présence permanente de Marie dans le salut.

 

Le mystère du Verbe incarné dépasse le moment historique, et il le remplit de sa présence qui sauve tous les temps. Non seulement parce qu'il est Dieu, mais parce que c'est le Dieu incarné. Mais sa chair est reçue de Marie.

 

Marie, de son sein virginal, a engendré le Christ, la Tête du corps, à un moment spécial de l'histoire, et dans le Christ, elle a régénéré pour Dieu tous les membres de l'humanité:

« D'autres encore ont dit : "Il est homme, et pourtant qui le connaîtra ?" (Cf. Jr 17,9) et encore : "J'allai vers la prophétesse et elle mit au monde un fils ; son nom est : Conseiller merveilleux, Dieu fort" (Is 8,3 ; 9,6), et ils ont prêché l'Emmanuel né de la Vierge (Cf. Is 7,14) : par là ils faisaient connaître l'union du Verbe de Dieu avec l'ouvrage par lui modelé, à savoir que le Verbe se ferait chair, et le Fils de Dieu, Fils de l'homme ; que lui, le Pur, ouvrirait d'une manière pure le sein pur qui régénère les hommes en Dieu et qu'il a lui-même fait pur ; que, s'étant fait cela même que nous sommes, il n'en serait pas moins le "Dieu fort" (Is 9,6), celui qui possède une connaissance inexprimable (Is 53,11) »[1]

 

La présence de Marie donc, la Vierge-mère, présence certes indirecte et instrumentale, s'étend autant que s'étend le Mystère du Verbe son Fils. Marie est une immanence dans le mystère qui sauve: et son sein maternel reste la source permanente de la régénération des hommes en Dieu.

 

[1] Saint Irénée, Contres les hérésies IV 33, 11, Sources chrétiennes 100, par A.ROUSSEAU, Cerf, Paris, 1965

Source : http://www.mariedenazareth.com/

L’abbatiale Saint-Austremoine d’Issoire

Nos églises paraissent souvent bien austères. Elles ont perdu les couleurs qui les rendaient si belles et leur donnaient tant de vie. Il existe toutefois encore certaines églises qui ont conservé ou retrouvé leurs couleurs d’origine. C’est le cas de Saint-Austremoine à Issoire dans le Puy de Dôme.

L’abbatiale Saint-Austremoine d’Issoire

L’abbatiale Saint-Austremoine d’Issoire

L’abbatiale Saint-Austremoine d’Issoire : un peu d’histoire

L’église Saint-Austremoine est une ancienne abbatiale bénédictine construite durant le premier tiers du XIIe siècle.

Elle est dédiée à Austremoine de Clermont ou Stremonius, premier évêque de Clermont-Ferrand et évangélisateur de l’Auvergne à la fin du IIIe siècle.

L’abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire

L’abbatiale Saint-Austremoine d’Issoire

Témoin de son importance historique, elle fait partie de la première liste de monuments historiques français, la liste des monuments historiques de 1840, qui comptait 1 034 monuments.

Les restaurations du XIXe siècle ont rendu à l’église sa polychromie intérieure (entre 1857 et 1859).

Saint-Austremoine d’Issoire : la polychromie de l’église

L’intérieur surprend par sa polychromie du XIIIe siècle, restituée par les travaux de restauration effectués entre 1857 et 1860, par le peintre Anatole Dauvergne (1812-1870). Ces peintures, aux couleurs vives à dominante rouge-brun, sont d’esprit roman.

L’abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire - Intérieur

L’abbatiale Saint-Austremoine d’Issoire – Intérieur

Elles ont été réalisées selon la technique de la fresque (a fresco), assez rare en France où la technique a secco était la plus courante, ce qui pourrait suggérer des « origines méridionales, voire italiennes des exécutants de ce décor ».

L’abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire - Intérieur

L’abbatiale Saint-Austremoine d’Issoire – Intérieur

Le chœur est entouré de huit colonnes couronnées de chapiteaux historiés supportant des arcs surhaussés surmontés d’une deuxième série de baies. Le chapiteau le plus connu est celui de la dernière Cène reconnaissable à la nappe qui entoure la corbeille du chapiteau.

L’abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire - Intérieur

L’abbatiale Saint-Austremoine d’Issoire – Intérieur

L’abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire - Intérieur

L’abbatiale Saint-Austremoine d’Issoire – Intérieur

L’abbatiale Saint-Austremoine d'Issoire - Intérieur

L’abbatiale Saint-Austremoine d’Issoire – Intérieur

Pour en savoir plus

28 octobre 2016

Afficher l'image d'origine

Cette pratique, qui serait justifiée par une fatwa, constitue un véritable "business" pour l'Etat islamiste :

"Ce trafic très lucratif a commencé trois mois après la prise de contrôle de Mossoul et s’est accentué après la reprise par les troupes irakiennes et syriennes des champs pétroliers dont Daech tirait plus de 50% de ses revenus», précise un cadre du Ministère du pétrole. A ce jour, après avoir perdu près de 80% des territoires qu’il avait conquis, Daech ne possède plus en Irak que le champ pétrolier de Najma, situé au sud de Mossoul, dont la production n’excède pas 2000 barils par jour.

L’exhumation par les forces irakiennes de fosses communes, dans lesquelles s’entassaient des corps sans cœur, rein, poumons ou encore rotules, a poussé les autorités irakiennes à tirer la sonnette d’alarme.
En février 2015, l’ambassadeur d’Irak auprès de l’ONU, Mohammed al Hakim, accusait Daech de se livrer à du trafic d’organes sur les corps de combattants tués et d’avoir exécuté une douzaine de médecins à Mossoul ayant refusé de participer à ces prélèvements illégaux. 
«Nous avons des corps. Venez et examinez-les. Il est clair qu’il manque certaines parties», assurait le diplomate, qui, alors, enjoignait le Conseil de sécurité à ouvrir une enquête (...)

Depuis, victimes et profits se sont multipliés sans qu’il soit possible de donner des chiffres précis. Les témoignages recueillis en Irak accréditent la thèse d’un trafic de masse orchestré par des terroristes islamistes en lien avec des réseaux mafieux."

Ce même phénomène de trafics d'organes en lien avec le milieu mafieux avait été observé au Kosovo après l'accession au pouvoir de l'ex-chef de la milice UCK, le musulman Hashim Thaçi. Certains journalistes ont même pointé du doigt le silence de Bernard Kouchner :

"De nombreux indices impliquent des anciens chefs de l'UCK, aujourd'hui au pouvoir, dans le trafic d'organes dont ont été victimes des prisonniers de l'Armée de libération du Kosovo (UCK). Des « exécutants » repentis ont avoué qu'en 1999 ils ont kidnappé des Serbes pour le compte de l'UCK. Transportés ensuite en Albanie, notamment dans une maison peinte en jaune, les captifs étaient tués d'une balle dans la tête. On leur prélevait les reins et d'autres organes qui étaient expédiés par avion dans d'autres pays (...)

Pierre Péan revient sur cet épisode dans son livre Kosovo une guerre « juste » pour un Etat mafieux. Il écrit : «  Budimir Nicic, patron du Media Center, se souviendra toute sa vie de son face à face avec Bernard Kouchner », le 2 mars 2010 alors qu'il questionnait Kouchner pour Voice of America (...) En revoyant cette vidéo, Budimir Nicic lui dit se sentir «  blessé et insulté  » par la réaction de Bernard Kouchner :

« Il fait semblant d'entendre parler de la “Maison jaune” pour la première fois. [...] J'avais mené une enquête auprès des familles de disparus et quelques-unes avaient mentionné Bernard Kouchner, en tant que patron de la Minule, comme l'un des responsables de leurs souffrances, aux côtés de la KFOR et des États-Unis (...) Naim Miftari, ancien cadre de l'UCK, qui témoigne désormais à visage découvert dans plusieurs procès ultrasensibles, va plus loin que Budimir : “En 1999, aucun crime ne pouvait être commis au Kosovo sans que Kouchner en soit informé

(...)

source

27 octobre 2016

 La France compte entre 5 et 8,8 millions de pauvres selon la définition adoptée. Entre 2004 et 2014, le nombre de personnes concernées a augmenté d’un million au seuil à 50 % du revenu médian comme au seuil de 60 %, principalement sous l’effet de la progression du chômage.


La France compte 5 millions de pauvres au seuil à 50 % du revenu médian [1] et 8,8 millions à celui de 60 %, selon les données 2014 de l’Insee (dernière année disponible). Dans le premier cas, le taux de pauvreté est de 8,1 %, dans le second de 14,1 %. Quelque soit le seuil retenu, le taux de pauvreté s’élève de 1,2 point. Au cours des dix dernières années (2004-2014), le nombre de pauvres a augmenté [2] de 950 000 au seuil à 50 % et de 1,2 million au seuil à 60 %.

La pauvreté a fortement progressé à partir de 2008, avec l’accentuation des difficultés économiques liées à la crise financière. Entre 2008 et 2012, le nombre de pauvres, au seuil à 50 % comme à 60 %, a augmenté de 800 000. 

 

 Un million de travailleurs vivent avec à peine plus de 800 euros par mois notamment du fait du temps partiel contraint.


Les travailleurs dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté
Un million de personnes exercent un emploi mais disposent, après avoir comptabilisé les prestations sociales (primes pour l’emploi, allocations logement, etc.) ou intégré les revenus de leurs conjoints, d’un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté, fixé à la moitié du revenu médian [1].
On en compte 1,9 million au seuil de 60 %. Au total, si l’on totalise l’ensemble des personnes qui vivent dans un ménage pauvre (dont le chef de famille dispose d’un emploi), conjoints et enfants compris, entre 2 et 3,9 millions de personnes sont concernées.

Même en utilisant la définition la plus restrictive, un million de personnes vivent avec un peu plus de 800 euros par mois pour un adulte seul [2], alors que ces personnes ou leurs parents exercent un emploi.

 

source

CATASTROPHE :

323 MORTS !


Quand l'Etat a la volonté politique, il trouve rapidement des solutions, et il ne s'agit pas de faire des distinctions entre deux catégories de personnes en détresse !
http://www.lefigaro.fr/…/01016-20161027ARTFIG00200-en-2016-…
https://present.fr/2016/10/27/323-morts-dans-la-rue/

27 octobre 2016

Plus de 80 organisations humanitaires ont signé une pétition réclamant d'exclure la Russie du Conseil des droits de l'homme de l'ONU pour ses actes en Syrie. Le diplomate britannique Peter Ford estime qu'il s'agit d'un acte orchestré de «propagande».

Peter Ford (P. F.) : Il est vraiment dommage que les ONG – dont certaines sont des organisations respectables et bien intentionnées – se soient permis de devenir des pions dans cette guerre de propagande. On dirait que leur initiative a été orchestrée.

Elle survient à un moment où le cessez-le-feu qui a duré trois jours a été interrompu uniquement à cause de violations venues d’Alep-Est, du côté des rebelles. L’appel aurait été plus convaincant, si [ces ONG] avaient affiché plus d’intérêt pour les souffrances des gens à Alep-Ouest […] Les doubles-standards sont ici frappants.

Et cela arrive au moment, où à Mossoul [en Irak], les Occidentaux et leur alliés sont engagés dans une opération très similaire à ce qui se produit à Alep. Et à cet égard, les porte-paroles occidentaux se bornent à dire qu'ils considèrent que les souffrances civiles sont une composante inévitable de leur opération. Mais quand on parle d’Alep, la Russie et le gouvernement syrien sont l'objet de vives critiques.

 "C’est un autre exemple de doubles standards"

RT :Est-il possible que la Russie soit poussée hors du Conseil des droits de l’homme ?

P. F. : Je pense que c’est très peu probable. Si le Conseil des droits de l’homme compte des pays comme l’Arabie saoudite, la Chine et l’Egypte, la Russie n’a pas grand-chose à craindre.

RT : Cela pourrait-il être une tentative d’empêcher la Russie d'utiliser son droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU ?

P. F. : Je pense que c’est plutôt le fait du hasard que le vote intervienne au moment où cette question de représentation au Conseil des droits de l’homme est soulevée, mais cela ressemble en partie à une campagne orchestrée.

RT : L’Arabie saoudite siège au Conseil des droits de l’homme de l'ONU - en dépit des violations des droits de l'homme et des frappes aériennes meurtrières contre des civils au Yémen. Pourquoi ces groupes, ces ONG, ne demandent-ils pas son retrait ?

P. F. : C’est un autre exemple de doubles standards. J’ai évoqué le cas de Mossoul et des doubles-standards. Quand il y a un ou deux mois, une agence de l'organisation des Nations unies a écrit un rapport critiquant les opérations saoudiennes au Yémen, ce rapport a été interdit par le secrétaire général qui a reconnu l’avoir fait afin de ne pas être privé des donations saoudiennes.

 

source

Prière Syriaque en forme de croix tirée d'un rite de bénédiction de la maison (Estrangelo)

28 octobre 2016

Colombe Brossel, adjointe à la maire de Paris en charge de la sécurité, a confirmé ce jeudi soir que des migrants ayant quitté la « Jungle » de Calais s’étaient installés dans des campements parisiens. Ils seraient « 1.500 à 2.000″ dans cette situation.

« Il y a toujours eu des mouvements de porosité entre Calais et les campements parisiens« , a-t-elle ajouté, appelant l’État à « mettre à l’abri » les migrants installés à Stalingrad, sur le Quai de Jemmapes et sur l’Avenue de Flandre, dans le nord de la capitale.


Les associations qui viennent en aide aux migrants installés à Paris ont vu depuis plusieurs jours leur nombre croître. Anticipant le démantèlement de la « Jungle » de Calais certains ont décidé de rejoindre Paris, avant de retenter un passage vers l’Angleterre.

Un camp se vide, l’autre grossit. Alors que le démantèlement de la Jungle de Calais s’achève, certains migrants ont décidé de ne pas rejoindre les centres d’accueil et d’orientation, mis en place partout en France pour loger les migrants.

Craignant de se voir renvoyer en Grèce ou en Italie, les premiers pays par lesquels beaucoup de migrants arrivent en Europe, une partie d’entre eux ont préféré rejoindre Paris. Une solution de repli, en attendant que la situation retombe à Calais pour pouvoir retenter un passage en Angleterre. Ils ont atterri dans les campements situés dans les 18e et 19e arrondissements de la capitale.

« Les camps de Paris, avenue de Flandres, Jaurès et Stalingrad ont implosé, explique à BFMTV Héloïse Mary, membre du bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants. Il y a au moins un tiers de personnes en plus. On est passés de 2.000 personnes à 3.000 personnes en plus, en deux jours, avec la fermeture de Calais ».

(…) BFM TV

27 octobre 2016

Leur autorisation dans les bâtiments publics, préconisée par le rapporteur public, ne fait pas l’unanimité.

La prochaine séance du Conseil d’État consacrée aux crèches de Noël promet d’être intense. C’est le 3 novembre que la plus haute juridiction administrative doit autoriser ou non la présence de crèches dans les édifices publics.

Or, cette question ultrasensible, mêlant laïcité et identité, divise. Faute de vote possible lors d’un premier examen, le délibéré a été reporté de quinze jours.

«Une première depuis 1945!», s’exclame-t-on dans les couloirs du Palais- Royal où l’on évoque un «profond malaise».
Le 21 octobre, les 17 sages qui siègent depuis 9 heures à l’assemblée du contentieux – la formation la plus solennelle de la juridiction – se quittent à 19 heures sur un constat de division peu commun.

Le vice-président du Conseil d’État, Jean-Marc Sauvé, doit partir en déplacement à l’étranger. Impossible de prolonger la séance. Décision, exceptionnelle, est donc prise de reporter le vote. Sur le fond, la fracture est évidente.

(…) Le Figaro

28 octobre 2016

Les Yézidis, communauté persécutée © Simon MALFATTO, Sabrina BLANCHARD AFPDeux femmes yézidies d'Irak rescapées du groupe Etat islamique (EI) ont reçu jeudi le prix Sakharov "pour la liberté de l'esprit" décerné par le Parlement européen, qui a salué leur "courage" et leur "dignité".

Nadia Murad et Lamia Haji Bachar sont devenues des figures de la défense de la communauté yézidie, minorité kurdophone persécutée par les jihadistes, après avoir vécu un cauchemar comme de nombreuses jeunes filles enlevées et forcées à l'esclavage sexuel par l'EI. (...)

Nadia Murad, 23 ans, nommée mi-septembre ambassadrice de l'ONU pour la dignité des victimes du trafic d'êtres humains, milite justement pour que les persécutions commises en 2014 contre les Yézidis soient considérées comme un génocide.

"Le monde libre condamne l'inhumanité criminelle du groupe EI et honore ses victimes", a réagi la jeune femme dans un communiqué. "Cette récompense est un message puissant (...) à notre peuple et aux plus de 6.700 femmes, filles et enfants devenus des victimes de l'esclavage et du trafic d'êtres humains de l'EI, disant que le génocide ne se répétera pas".

- "Au nom des victimes yézidies" -

Lamia Haji Bachar, 18 ans seulement, s'est dite "très heureuse de ce prix parce que je l'ai remporté au nom des victimes yézidies", dans un message en kurde adressé à l'organisation humanitaire Air Bridge Iraq, qui s'occupe d'elle depuis son arrivée en Allemagne cette année, et qui a traduit son message.

Selon des experts de l'ONU, environ 3.200 Yézidis sont actuellement entre les mains de l'EI, la majorité en Syrie.

Le prix Sakharov "doit aussi servir à mettre un coup de projecteur sur la situation des minorités religieuses dans la région", a jugé le chef de file des eurodéputés socialistes, Gianni Pittella, dont le groupe avait proposé le nom des deux jeunes femmes, conjointement avec le groupe des libéraux. (...)

 

27/10/2016 17:38:39 -  Strasbourg (AFP) -  © 2016 AFP
SOURCE

28 octobre 2016

Alice Assaf a raconté que son fils a été tué « car il s’appelait George » et a refusé de s’identifier par un nom musulman.

Mme Assaf affirme que Daech a massacré des chrétiens en Syrie, en pétrissant des enfants à mort dans des machines à pain et en « cuisant des hommes dans des fours ».

Elle a raconté que le groupe terroriste a ciblé sa ville de résidence en Syrie il y a environ deux ans déchaînant un horrible règne de terreur alors qu’ils s’emparaient des habitants des banlieues, assassinant des adultes et des enfants. […]

Mme Assaf a raconté que durant le massacre elle et son fils ont cherché refuge dans la maison d’un voisin musulman, qui les a trahis.

« Plus tard, nous avons entendu que les militants (de Daesh) ont attrapé six hommes forts travaillant à la boulangerie et les ont brûlés dans le four », a-t-elle dit.

« Après ça, ils ont capturé environ 250 enfants et les ont pétris comme de la pâte dans la machine à pétrir »

Elle a également raconté que lorsque les troupes ont tenté d’intervenir, des enfants de moins de quatre ans ont été jetés depuis des balcons dans une tentative pour faire reculer les soldats. […]

Daily Mail (Traduction FDS)

 

 

RETRAITE-PELERINAGE DE LIBERATION ET DE GUERISON INTERIEURE DES FESTIVITES DE ST GROGORIOS ET DE LA "TOUSSAINT"

 Du 1er  au 6 dimanche Novembre

au Monastère Syriaque:

See original image

 

 Sanctuaires visités:

*Mardi 1er Novembre, Messe du jour au Sanctuaire N-D de Miséricorde, après-midi au Sanctuaire de Notre-Dame de Montligeon

*Mercredi 2 Novembre: Solennité de Saint Grégorios de Parumala au Monastère Syriaque

*Jeudi 3 NovembrePèlerinage à Notre-Dame de Pontmain et au Mont Saint Michel 

*Vendredi 4 Novembre, Messe au Monastère Syriaque, vénération des reliques de la Ste Croix, cette journée au Monastère Syriaque est réservée aux confessions, prières de délivrances, prières de guérison intérieure selon la Tradition de l'Eglise.

*Samedi 5 Novembre, Messe au Monastère Syriaque, cette journée mariale est réservée aux confessions. L’après-midi, visite de Verneuil Sur Avre.

*Dimanche 6 Novembre: Pèlerinage à N-D de Miséricorde avec ce mois-ci une mémoire solennelle de Saint Gregorios. Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternel et du programme habituel.

 

INSCRIVEZ-VOUS !

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

 

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.41.20.16.86).

 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Ô Christ, lumière véritable illuminant et sanctifiant tout homme venant en ce monde, que brille sur nous la lumière de Ta face,
pour qu’en elle nous voyions la lumière inaccessible ;
et dirige nos pas vers l’accomplissement de Tes préceptes,
par l’intercession de Ta Mère très pure et de tous les saints. Amen.

Que retentissent nos accents de victoire en ton honneur, invincible Reine,
toi qui nous sauves des périls du combat, Mère de Dieu, Vierge souveraine.

Vers toi montent nos louanges,
nos chants d’action de grâce.

De ton bras puissant dresse autour de nous le plus solide des remparts,
sauve-nous de tout danger,
hâte-toi de secourir les fidèles qui te chantent :
Réjouis-toi, Épouse inépousée !

Repost 0
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 08:50

The grace of charity is greater than the grace of resurrecting from the dead…No one is saved if he does not help others to be saved also.

(Saint John Chrysostom)

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 3,17-21.4,1-3.

Frères, soyez mes imitateurs, et observez ceux qui se conduisent d'après l'exemple que vous avez en nous. 
Car il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix du Christ : je vous en ai souvent parlé, et j'en parle maintenant encore avec larmes. 
Leur fin, c'est la perdition, eux qui font leur dieu de leur ventre, et mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, n'ayant de goût que pour les choses de la terre. 
Pour nous, notre cité est dans les cieux, d'où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, 
qui transformera notre corps si misérable, en le rendant semblable à son corps glorieux, par sa vertu puissante qui lui assujettit toutes choses. 
C'est pourquoi, mes chers et bien-aimés frères, ma joie et ma couronne, tenez ainsi ferme dans le Seigneur, mes bien-aimés. 
J'exhorte Evodie et j'invite Syntychè à être en bonne intelligence dans le Seigneur. 
Et toi aussi, mon fidèle compagnon, je te prie de leur venir en aide, elles qui ont combattu pour l'Evangile avec moi, avec Clément, et mes autres collaborateurs dont les noms sont dans le livre de vie. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 9,18-26.

En ce temps-là, tandis que Jésus parlait aux foules, un chef s'approcha et, prosterné devant lui, il disait :  "Ma fille est morte à l'instant, mais viens lui imposer la main, et elle vivra." 
Jésus se leva et le suivit ainsi que ses disciples. 
Et voilà qu'une femme, affligée d'une perte de sang depuis douze ans, s'approcha par derrière et toucha la houppe de son vêtement. 
Car elle se disait en elle-même : " Si seulement je touche son vêtement, je serai guérie. " 
Jésus se retourna, la vit et dit : " Ayez confiance, ma fille, votre foi vous a guérie. " Et la femme fut guérie à l'heure même. 
Arrivé à la maison du chef, Jésus vit les joueurs de flûte et une foule qui faisait grand bruit, et il leur dit : 
" Retirez-vous : car la jeune fille n'est pas morte, mais elle dort ; " et ils se moquaient de lui. 
Lorsqu'on eut fait sortir la foule, il entra, prit la main de la jeune fille, et elle se leva. 
Et le bruit s'en répandit dans tout ce pays. 
 




Par Saint Romanos le Mélode

(?-v. 560), compositeur d'hymnes 
Hymne 23, Sur l'hémorroïsse (trad. SC 114, p. 87 rev.) 

 

« Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée »

 

Comme la femme souffrant d'hémorragie je me prosterne devant vous, Seigneur, pour que vous me délivriez de la souffrance et que vous m'accordiez le pardon de mes fautes, afin qu'avec componction de cœur je vous crie : « Sauveur, sauvez-moi ». 

Elle allait à vous en se cachant, Sauveur, car elle vous prenait pour un simple humain, mais sa guérison lui a enseigné que vous étiez Dieu et homme tout ensemble. En secret elle a touché votre frange, craignant dans son âme, se disant : " Comment me ferai-je voir de Celui qui observe tout, moi qui porte la honte de mes fautes ?

Si le Tout-Pur voit le flux de sang, il s'écartera de moi comme impure, et ce sera pour moi plus terrible que ma plaie, s'il se détourne de moi malgré mon cri :

Sauveur, sauve-moi." 
"En me voyant, tout le monde me bouscule :

'Où vas-tu ?

Prends conscience de ta honte, femme, sache qui tu es, et de qui tu voudrais t'approcher maintenant ! Toi, l'impure, approcher le Tout-Pur !

Va-t'en te purifier, et quand tu auras essuyé la tâche que tu portes, alors tu iras vers lui en criant : Sauveur, sauve-moi.'

Vous cherchez à me causer plus de peine que mon propre mal ?

Je sais que lui il est pur, et c'est bien pour cela que j'irai à lui, pour être délivrée de l'opprobre et de l'infamie.

Ne m'empêchez donc pas de crier : Sauveur, sauve-moi. La source épanche ses flots pour tous : de quel droit la bouchez-vous ? Vous êtes témoins de ses guérisons.

Tous les jours il nous encourage en disant :

'Venez à moi, vous que les maux accablent ; moi, je pourrai vous soulager' (Mt 11,28).

Il aime faire le don de la santé à tous. Et vous, pourquoi me rudoyez-vous en m'empêchant de lui crier : Sauveur, sauve-moi ?" 
Celui qui sait toutes choses se retourne et dit à ses disciples : "Qui vient de toucher ma frange ?"

(Mc 5,30)

Pourquoi me dis-tu, Pierre, qu'une grande foule me presse ?

Ils ne touchent pas ma Divinité, mais cette femme, en touchant mon vêtement visible, a saisi ma nature divine, et elle a acquis la santé en me criant : Seigneur, sauve-moi.

"Prends courage à présent, femme. Sois donc désormais en bonne santé.

Ceci n'est pas l'ouvrage de ma main, mais l'œuvre de ta foi. Car beaucoup ont touché ma frange, mais sans obtenir la force, parce qu'ils n'apportaient pas de foi.

Toi, tu m'as touché avec beaucoup de foi, tu as reçu la santé, c'est pourquoi je t'ai amenée maintenant devant tous, pour que tu dises : Sauveur, sauve-moi."

TOUTES CHOSES CONCOURENT AU BIEN DE CELUI QUI AIME DIEU

« Si l'homme juste, résistant à la convoitise, tombe quelquefois dans le mal, du moins il a cet avantage qu'il ne s'y plaît pas ; au contraire il déplore sa servitude, il soupire ardemment après cette bienheureuse liberté du ciel. Il dit avec l'apôtre saint Paul : Misérable homme que je suis, qui me délivrera de ce corps de mort (Rom., VI, 24) ? S'il tombe, il se relève aussitôt ; s'il a quelques péchés, il a aussi la charité qui les couvre ; La charité, dit l'apôtre saint Pierre, couvre la multitude des péchés(I Petr., IV, 8).

Bien plus, ce grand Dieu tout-puissant fait éclater (1) la lumière même du sein des plus épaisses ténèbres ; il fait servir à la justice le péché même. Admirable économie de la grâce ! oui, les péchés mêmes, je l'oserai dire, dans lesquels la fragilité humaine fait tomber le juste, si d'un côté ils diminuent la justice, ils l'augmentent et l'accroissent de l'autre. Et comment cela ? C'est qu'ils enflamment les saints désirs de l'homme fidèle ; c'est qu'en lui faisant connaître sa servitude, ils font qu'il désire bien plus ardemment les bienheureux embrassements de son Dieu, dans lesquels il trouvera la vraie liberté ; c'est qu'ils lui font confesser sa propre faiblesse et le besoin qu'il a de la grâce, dans un état d'un profond anéantissement. Et d'autant que le plus juste c'est le plus humble, le péché même, en quelque sorte, accroît la justice, parce qu'il nous fonde de plus en plus dans l'humilité.

Vivons ainsi, fidèles, vivons ainsi ; faisons que notre faiblesse augmente l'honneur de notre victoire, par la grâce de Notre-Seigneur Jésus-Christ. Aimons cette justice divine qui fait que le péché même nous tourne à bien ; quand nous voyons croître nos iniquités, songeons à nous enrichir par les bonnes œuvres, afin de réparer notre perte (1). Le fidèle qui vit de la sorte, expiant ses péchés par les aumônes, se purifiant toute sa vie par la pénitence, par le sacrifice d'un cœur contrit, par les œuvres de miséricorde, il ne détruit pas seulement le règne du péché, [...] il détruit entièrement le péché, parce que, dit saint Augustin, comme notre vie n'est pas sans péché, aussi les remèdes pour les purger ne nous manquent pas. (Ad Hilar., ep. CLVII, C. 1, t. II). »

Variantes : 1. Sait tirer.- 2. Plus nous devons songer à en obtenir le pardon par les bonnes œuvres.

Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704)

SAINTS DU JOUR:

 

SAINT FRUMENCE
Évêque 
(IVe siècle)

        Saint Frumence était encore enfant, lorsque le philosophe romain Mérope, son oncle, l'emmena, lui et son frère Édèse, dans un voyage qu'il fit en Éthiopie. Son voyage achevé, il s'embarqua pour revenir dans sa patrie. Le navire qui le portait avec ses neveux s'arrêta dans un certain port pour y faire les provisions nécessaires à l'équipage. Les barbares du pays pillèrent le navire, et passèrent au fil de l'épée tous ceux qui le montaient. 

          Frumence était alors assis sur le rivage, sous un arbre, avec son frère, et préparait sa leçon. Les barbares eurent pitié de leur innocence, de leur candeur et de leur beauté et les conduisirent à leur roi. Le prince éthiopien s'intéressa à leur sort et prit un soin particulier de leur éducation ; il fit Édèse son échanson, et Frumence son trésorier et son secrétaire d'État. Étant près de mourir, il leur donna la liberté ; mais la reine les pria de rester et de continuer à l'aider de leurs conseils jusqu'à ce que l'héritier du trône fût en âge de régner. 

         Frumence profita de son autorité pour disposer ce peuple à recevoir la connaissance de l'Évangile, et fit bâtir une église pour les réunions des nouveaux chrétiens. Quand le prince eut atteint sa majorité, Frumence résigna entre ses mains l'administration du royaume et demanda la permission de retourner dans sa patrie.

         Arrivé à Alexandrie, il alla trouver saint Athanase, lui raconta son histoire, lui parla de la chrétienté naissante de l'Éthiopie, des bonnes dispositions de ses habitants, et le supplia d'envoyer un évêque et des prêtres pour travailler à la conversion du peuple entier. Athanase, plein de joie et d'admiration, lui dit : « Qui mieux que vous peut accomplir cette œuvre ? » Il l'éleva promptement au sacerdoce et à l'épiscopat et l'envoya prêcher l'Évangile. 

          L'évêque fut accueilli avec bonté par le prince, qui se convertit et aida lui-même à éclairer la nation entière. Frumence fit bâtir de nombreuses églises. Ses miracles ne contribuèrent pas peu au succès de sa mission. Il eut à souffrir des menées des hérétiques ariens, qui cherchèrent à nuire à son apostolat ; mais il demeura toujours invincible champion de la foi de Nicée et eut l'honneur d'être appelé par le grand Athanase : Père du salut. Le saint évêque continua d'édifier l'Église d'Éthiopie par ses discours, ses vertus et ses miracles, jusqu'à sa mort, à l'âge d'environ cent ans.



©Evangelizo.org

 

 

Saint Élesbaan 
Roi d'Ethiopie
(† 523)

        Après avoir vaincu les ennemis du Christ, Élesbaan envoya sa couronne royale à Jérusalem, au temps de l'empereur Justin ; puis, après avoir mené la vie monastique, selon le vœu qu'il en avait fait, il s'en alla vers le Seigneur.



Martyrologe occidental

 

St. Procla, wife of Pontius Pilate (1st c.)

Commemorated on October 27

When Pilate was about to judge Christ, Procla attempted to dissuade him, saying "Have nothing to do with that just man, for I have suffered many things this day in a dream because of him." Pilate ignored her warning. (See Matthew 27). St Procla reposed in peace.

St. Procla, épouse de Ponce Pilate (1 er c. )
Quand Pilate était sur le point de juger le Christ, Procla a tenta de l'en dissuader, en disant " N'ont rien à voir avec cet homme juste, car j'ai subi beaucoup de choses ce jour dans un rêve à cause de lui." pilate ignora son avertissement.
(voir St Matthieu 27). 

La femme de Pilate apparaît donc dans l’Evangile de Matthieu ( XXVII , 19 ). L'auteur y signale que, lorsque Pilate demanda aux Juifs de choisir entre Jésus et Barrabas, l’homme qu’ils voulaient sauver, la femme de Pilate prit la défense de Jésus auprès de son époux. Elle lui fit dire : « Qu’il n’y ait rien entre toi et ce juste ; car aujourd’hui j’ai beaucoup souffert en songe à cause de lui. »

Elle serait d'origine gauloise. Cette origine de Claudia Procula expliquerait son retour sur le territoire gaulois. La venue de Claudia Procula sur le sol gaulois est au centre de nombreuses traditions, notamment très ancrées dans le massif du Pilat, qui tirerait son patronyme de la venue de Ponce Pilate et de son épouse en ses envirrons immédiats ! Les lettres attribuées à Claudia, quant à elles, ne parlent pas d'une venue en Gaule, mais bien d'un retour...

Un apocryphe compile une série de lettres censées avoir été écrites par Procla à destination d'une amie nommée Fulvia Hersila. 
Il est ardu de dater cet apocryphe. Une version en fut publiée en 1886 dans "La Semaine Religieuse de Carcassonne", laquelle présente le texte comme une lettre ayant "été trouvée parmi d’anciens manuscrits, et conservée avec soin comme ayant été écrite de la main même de la femme de Pilate ". Un autre ensemble, similaire si ce n’est qu’il comporte quelques variantes, est composé de trois parchemins qui auraient été, de leur coté, traduits à partir d’un manuscrit latin découvert dans un monastère à Bruges, puis tranféré aux Archives du Vatican. Après sa découverte, plusieurs versions en ont circulé. Madame de Maintenon (1635-1719 ) en possédait une, qu’elle lisait chaque Vendredi Saint. Dans plusieurs communautés monastiques d’Europe, la lecture de l’ensemble se faisait lors de chaque Jeudi Saint.

Cette origine gauloise de Claudia Procula expliquerait son retour sur le territoire gaulois. La venue de Claudia Procula sur le sol gaulois est au centre de nombreuses traditions, notamment très ancrées dans le massif du Pilat, qui tirerait son patronyme de la venue de Ponce Pilate et de son épouse en ses envirrons immédiats ! Les lettres attribuées à Claudia, quant à elles, ne parlent pas d'une venue en Gaule, mais bien d'un retour...
(D'après Christian Doumergue)

(http://www.christiandoumergue.com/ClaudiaProcula.pdf)

 

 

Marie défait les nœuds…

Il s'agit d'une vérité spirituelle comprise par un père de l'Eglise primitive, disciple de Polycarpe, disciple de l'évangéliste saint Jean : le grand saint Irénée.

 

Marie défait les noeuds, Marie "cause du salut"

Marie, en accueillant le Salut, est définie "cause de salut" pour ceux à qui Ève avait causé la mort. Marie sait défaire les nœuds de la désobéissance et de la mort.

« Car, de même qu’Ève, ayant pour époux Adam, et cependant encore vierge – car ils étaient nus tous les deux dans le paradis et n’en avaient point honte (Gn 2,25), parce que, créés peu auparavant, ils n’avaient pas de notion de la procréation : il leur fallait d’abord grandir, et seulement ensuite se multiplier (Gn 1,28) – de même donc qu’Ève, en désobéissant, devint cause de mort pour elle-même et pour tout le genre humain, de même Marie, ayant pour époux celui qui lui avait été destiné par avance, et cependant Vierge, devint, en obéissant, cause de salut (cf. He 5,9) pour elle-même et pour tout le genre humain.

C’est pour cette raison que la Loi donne à celle qui est fiancée à un homme, bien qu’elle soit encore vierge, le nom d’épouse de celui qui l’a prise pour fiancée (Dt 22,23-24), signifiant de la sorte le retournement qui s’opère de Marie à Ève.

Car ce qui a été lié ne peut être délié que si l’on refait en sens inverse les boucles du nœud. »

Saint Irénée, Contres les hérésies, III,22,4

 

En mettant en évidence l'impact social et les effets universels de l'adhésion de la Vierge au projet salvateur de Dieu, cette typologie "Eve-Marie" contribue au développement du culte d'invocation.

 

Ce grand texte de saint Irénée s'explique

- dans sa théologie de l'histoire...

- dans la façon dont Marie est nécessaire et décisive dans le projet salvateur de Dieu...

 

(Source : http://www.mariedenazareth.com/)

 

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

 

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIA

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 
 Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

Pour la deuxième année consécutive, de jeunes entrepreneurs constituent une équipe de

coureurs pour les chrétiens d’Orient

au semi-marathon de Paris qui se tiendra le 5 mars 2017.

Les inscriptions sont ouvertes. Mobiliser des chefs d’entreprises à courir au semi-marathon de Paris pour venir en aide aux populations chrétiennes victimes de persécutions au Liban, enIrak ou en Syrie, c’est l’objectif des associations l’Aide à l’Eglise en Détresse, SOS Chrétiens d’Orient et l’Ordre de Malte France.

A lire aussi : SOS Chrétiens d'Orient a mobilisé du monde au semi-marathon de Paris

Le but ? Alerter l’opinion sur la condition des chrétiens au Proche et Moyen-Orient, mais aussi lever des fonds pour financer plusieurs projets sur le terrain au profit d’associations défendant cette cause.

1300 coureurs et 600 supporters en 2016

En 2016, l’opération à l’initiative de SOS Chrétiens d’Orient a permis de collecter 150.000 euros et de réunir 1300 coureurs et 600 supporters portant la voix de ces populations persécutées pour leur religion. Suite à ce succès, elle est renouvelée le 5 mars 2017 avec trois associations réunies pour la même cause. Les inscriptions pour retirer son dossard se clôturent le 15 novembre.

Il est possible de faire un don aux trois associations sur le site www.semiparischdo.com 

27 octobre 2016

Simplifier plus pour économiser plus

Ce dernier vient de présenter 50 nouvelles mesures, destinées à « amplifier, accélérer et aller plus loin » dans cette démarche. Parmi elles, un accès facilité des entreprises innovantes aux aides, la dématérialisation des contrats d'apprentissage ou encore la généralisation du bulletin de paie électronique.

Jean-Vincent Placé en a profité pour présenter dans la foulée une étude menée par le cabinet Ernst & Young, selon laquelle, à terme, le choc de simplification génèrerait environ 5 milliards d'euros d'économies par an.

5 milliards ? Comme l’explique un article des Echos, pour arriver à ce chiffre, le cabinet de conseil a passé au peigne fin les quinze mesures les plus significatives parmi les 262 dédiées aux entreprises et en vigueur en juillet 2016.

Ainsi la simplification des démarches liées à la création d'entreprise, notamment via la suppression de l'obligation de dépôt des actes de création des sociétés commerciales auprès des services fiscaux, permettrait un gain d’1 million d'euros.

La mise en place de la Déclaration sociale nominative (DSN), qui remplacera à partir de janvier 2017 la majorité des déclarations sociales pour les entreprises, permettrait à elle seule d’économiser, selon EY, 3, 7 milliards d'économies par an.

Le temps, c'est de l'argent

D’après le gouvernement, la simplification est censée faciliter la vie quotidienne des entreprises et des particuliers, bâtir une relation de confiance entre l’administration et ses usagers, et favoriser un gain collectif de temps et d’argent.

Un Français sur quatre juge complexe sa relation avec l’administration.

Selon le classement Global Competitiveness Report (2014-2015) du Forum économique mondial, la France occupe le 121e rang mondial sur 144 en termes de fardeau administratif. Les trois derniers classements plaçaient la France respectivement aux 130e (2013-2014), 126e (2012-2013) et 116e rangs (2011-2012). Au niveau national, il a été estimé qu'une réduction des charges administratives à hauteur de 25 % pourrait engendrer des économies de l'ordre de 15 milliards d'euros pour les entreprises.

La simplification est également un enjeu européen : selon les estimations de la Commission européenne,une réduction de 25 % des charges administratives pesant sur les entreprises permettrait une augmentation du PIB européen de 0,8 % à court terme et de 1,4 % à plus long terme.

source

27 octobre 2016

La reine du Danemark a exhorté les musulmans arrivant en Europe à adopter les valeurs occidentales, dans une intervention inhabituelle dans le débat sur l’immigration.

La reine Margrethe II a déclaré que les demandeurs d’asile ne s’intégraient pas immédiatement dans la société, et a appelé les communautés musulmanes à faire davantage pour aider les nouveaux arrivants à comprendre la société danoise.

La reine, qui est l’un des monarques européens les plus respectés, a déclaré que les politiciens devaient « taper du poing sur la table » et strictement respecter les principes de la démocratie et de l’égalité des sexes du pays, dans un appel sans précédent.

Le Danemark a accueilli dans un peu moins de 15.000 demandeurs d’asile au cours des neuf derniers mois, selon les statistiques du gouvernement, et a réintroduit des contrôles aux frontières pour endiguer le flux de réfugiés se dirigeant au nord, vers la Suède.

L’arrivée de réfugiés majoritairement musulmans a suscité un débat houleux sur l’immigration dans le pays, qui a vu plus tôt cette année l’adoption d’une nouvelle loi permettant aux autorités de saisir les actifs des migrants, pour payer pour lueur logement et leurs avantages.

Certains politiciens de droite ont lié les demandeurs d’asile à la menace croissante de l’Etat islamique. Le vice-président du Parti populaire danois (anti-immigration), Søren Espersen, a lancé un appel pour interdire l’entrée de migrants musulmans au Danemark durant 6 ans.

Et maintenant, la reine du pays nordique est intervenu dans le débat national en demandant ouvertement aux migrants musulmans de s’intégrer à la société libre, tolérante du pays.

Elle a déclaré : « Il n’y a pas une loi de la nature qui fait que l’on devienne Danois quand on vit au Danemark. Ça n’arrive pas automatiquement. »

« Nous avons pensé que ça marcherait tout seul. Que si vous marchiez dans les rues de Copenhague, que vous buviez de l’eau publique, et preniez le bus municipal, vous deviendrez bientôt un Danois.

C’était évident pour nous, et donc nous avons pensé que ça devait être évident pour ceux qui s’installent ici. Mais ça n’a pas été le cas.  »

Dans un livre, rédigé avec le journaliste danois Thomas Larsen, la reine Margrethe a déclaré que les migrants arrivant du sud-est asiatique avaient « prospéré », mais ceux qui viennent du Moyen-Orient « ont eu du mal à trouver leur rythme au Danemark ».</