Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 09:45


Par St Isaac le Syrien (7ème siècle), moine près de Mossoul . Discours, 1ère série, n°5 (trad. Touraille, DDB 1981, p. 87 rev.) 

DSC01246

« Dites-vous : ‘ Nous sommes des serviteurs quelconques ’ »


      Les yeux du Seigneur regardent les humbles, pour qu'ils se réjouissent.

Mais la face du Seigneur se détourne des orgueilleux, pour les humilier. L'humble reçoit toujours de Dieu la compassion…

Fais-toi petit en tout devant tous les hommes, et tu seras élevé plus haut que les princes de ce monde.

Devance tous les êtres, embrasse-les, abaisse-toi devant eux, et tu seras honoré plus que ceux qui offrent de l'or.

Descends plus bas que toi-même, et tu verras la gloire de Dieu en toi. Car là où germe l'humilité, là se répand la gloire de Dieu…

Si tu as l'humilité dans ton cœur, Dieu t'y révélera sa gloire… 


      N'aime pas l'honneur, et tu ne seras pas déshonoré. L'honneur fuit devant celui qui court après lui.

Mais l'honneur poursuit celui qui le fuit, et il proclame à tous les hommes son humilité.

Si tu te méprises toi-même, afin de ne pas être honoré, c'est Dieu qui te manifestera.

Si tu te blâmes toi-même par amour de la vérité, Dieu permettra que tu sois loué devant toutes ses créatures.

Elles ouvriront devant toi la porte de la gloire de ton Créateur, et elles te loueront.

Car tu es en vérité à son image et à sa ressemblance (Gn 1,26).

 

=====

 


Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 08:48

10392377 10153163619639848 3217920621629903271 n


Neuf mois, c’est le temps d’une gestation. Il faut au moins cela pour permettre à la France, confrontée à de sérieuses difficultés sur le plan éthique, social, économique ou politique, pour inverser la courbe : celle du chômage et de l’inflation, mais aussi celle des cœurs, en grand besoin de conversion. C’est l’avis d’un groupe de laïcs (Catholiques-romains) d’horizons divers (salariés, chefs d’entreprise, mères au foyer, étudiants, enseignants…), qui lancent une grande neuvaine pour la France  http://www.laneuvaine.fr, à partir du 15 novembre prochain.

 

Nous approuvons et nous unirons personnellement à cette neuvaine pour notre pays.

Croyant nous aussi à la force d'une prière qui ne manquera pas de faire "appel d'air" et de susciter l'éffusion de ces innombrables grâces du Saint Esprit que le Seigneur voudrait répandre pourvu que nous les lui demandions, nous demandons à tous nos fils et filles de la Métropolie (Archidiocèse) de notre Eglise Syro-Orthodoxe en France de s'unir à cette belle initiative de frères et soeurs Catholiques-romains.
 

Le logo de Marie, Mère et Reine

Faites le compte : cette prière de neuf mois  prendra fin le 15 août, jour de la fête de Notre Dame de l’Assomption, patronne principale de la fille ainée de l’Eglise et sa Reine, comme le montre le joli logo de la neuvaine, qui la représente avec une couronne. Logo qui dit aussi, alors qu’on s’achemine vers Noël, que Marie est - d’abord - Mère de Dieu et Mère de l’Eglise, comme le rappelle si souvent le Pape François. Pour les organisateurs, elle a « fait preuve de nombreuses fois de sollicitude pour la France » ; comme en 1947, où celle-ci était « en grand danger » et où elle l’a sauvée par la prière des petits enfants de l’Ile Bouchard (cf. site du sanctuaire).
 

Chaque jour, le chapelet et la prière de la neuvaine

Lucides mais plein d’espérance, ces laïcs, qui croient en la force de la prière, proposent à tous les catholiques de France de mettre les bouchées doubles, en neuf clefs : *chapelet chaque jour,

*suivi de la prière de la neuvaine,

*jeûne et méditation  chaque premier vendredi pendant neuf mois…(Pour nous fils et filles de la Tradition Syriaque, rien ne change sur ce point puisque nous jeûnons tous les mercredis et vendredis. Il suffira d'ajouter à notre pratique habituelle celle d'une méditation)


A ceux qu’un tel programme pourrait effrayer ou aux ouvriers de la deuxième ou de la troisième heure, ils assurent qu’ « un oubli, une prise en cours, une pratique allégée ne sont pas graves » (clef n° 9). 


Ah oui : Diffuser la neuvaine et la faire connaître en fait aussi partie,  comme « Honorer la Sainte Vierge en affichant le logo de la neuvaine sur vos réseaux sociaux » et « Imprimer et diffuser dans votre paroisse les  méditations hebdomadaires » (clef n° 7 et 8).
 

Parrainée par le Cardinal Barbarin

L’initiative a reçu le soutien du Cardinal Barbarin, qui la parraine, et celui de nombreux prêtres et évêques (cf. Liberté politique), qui publieront chaque semaine et à tour de rôle des méditations. Elle est portée par un site : www.laneuvaine.fr, une page Facebook (France La Neuvaine) et un compte twitter (@laneuvaine), déjà actifs. Petit clin d’œil du Ciel ? A quelques jours de son lancement, Marthe Robin, qui, entre autre, avait donné  ses yeux pour la France,  vient d’être déclarée vénérable.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 12:00

 

Par le Bx Guerric d'Igny (v. 1080-1157), abbé cistercien . 1er Sermon pour l’Avent, 2-3 ; SC 166 (trad. SC p. 95 rev.) 
icone copte de Marie

« Tenez-vous prêts »


« Je déborde d’espérance en ta parole » (Ps 118,81 Vulg).

Espérant en Dieu et même débordant d’espérance, j’ajouterai espoir à espoir, même si l’épreuve s’ajoute à l’épreuve, le délai au délai. Car je suis certain « qu’il apparaîtra à la fin et ne nous trompera pas ».

C’est pourquoi, « même s’il se fait attendre, je l’attendrai car il viendra sans aucun doute et ne tardera pas » (Ha 2,3 Vulg) au-delà du temps déterminé et favorable. 

Quel est ce temps favorable ?

-Celui où sera complet le nombre de nos frères (Ap 6,11), où sera achevé le délai de miséricorde accordé pour le repentir.

Écoute Isaïe expliquer pourquoi le Seigneur remet le jugement :

-« Si le Seigneur attend, c’est pour vous faire miséricorde, car en vous épargnant il sera glorifié.

Le Seigneur est un Dieu de justice ; bienheureux tous ceux qui l’attendent » (30,18).

Vois donc, si tu es sage, comment employer la trêve due à ce délai :

-si tu es pécheur, elle t’est donnée pour faire pénitence et non pour vivre dans la négligence ; si tu es saint, c’est pour avancer en sainteté et non pour défaillir dans la foi.

Car « si le mauvais serviteur se dit en son cœur : mon maître tarde à venir, et qu’il se met alors à frapper les autres serviteurs, à manger et à boire en compagnie des ivrognes, son maître viendra au jour qu’il n’attend pas et qu’il ignore ; il se séparera de lui et le mettra parmi les infidèles ». 

Oui, attendre vraiment le Seigneur, c’est garder notre foi en lui et, même si nous sommes privés de la consolation de sa présence, ne pas suivre le séducteur, mais demeurer suspendu à son retour.

C’est bien ce que dit encore le Seigneur par le prophète : « Mon peuple sera suspendu à mon retour » (Os 11,7 Vulg).

« Suspendu », expression belle et exacte, qui signifie qu’étant comme entre ciel et terre, on ne peut pas encore atteindre les biens célestes, sans pour autant vouloir toucher les choses de la terre. 

 

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 11:57

 

                 TU ES NÉ POUR LE BONHEUR…             

TABLE DES MATIÈRES

première partie

LA  STRUCTURE   DE   LA  NATURE HUMAINE

Chapitre I. — L'expérience totale de l'hu­main    9

Chapitre II. — Aimer, connaître, sentir              25

 

deuxième partie

DÉRÈGLEMENTS CATASTROPHIQUES DE LA NATURE HUMAINE

Chapitre I. — Règne de la Chair ........       43

Chapitre II. — Règne de la Raison ......      61

 

troisieme partie

RELATIVITÉ ET COMPENSATION DE NOS ÉTATS D'AME

Chapitre I. — La relativité intérieure ....             81

Chapitre II. — La loi des compensations….       93

 

quatrième partie CONDITIONS DU BONHEUR HUMAIN

Chapitre I. — L'instinct d'agression et l'ins­tinct d'amour   115

Chapitre II. — Les Béatitudes ..........                                 131

 

PREMIÈRE PARTIE

LA STRUCTURE DE LA NATURE HUMAINE

CHAPITRE I

L'EXPÉRIENCE TOTALE DE L'HUMAIN       (Première partie)

 

Des amis m'ont gentiment conseillé de ne pas écrire ce livre... Le bonheur ? Un livre, à moins d'exalter les plaies de ce temps, est con­damné d'avance... Enfin, si vous vous entêtez à écrire, m'ont-ils dit, ne riez pas des idées qui ont cours ni des goûts morbides de cette basse époque, vous seriez accusé de mettre des bâtons dans les roues du char de l'histoire... Allez ! Faites comme tout le monde, mettez-vous au garde-à-vous devant les idoles du moment qui répandent à profusion le mal de vivre et sur­tout, n'ayez pas l'insolence de rappeler les véri­tés éternelles, vous effaroucheriez les pauvres têtes pleines de mensonges qui prospèrent, à souhait, en ce moment...

 

Vous verrez, cher lecteur, j'ai suivi fidèlement ces conseils...

Et j'ai encore jeté une bouteille à la mer. La voici...

 

Mines soucieuses, propos pessimistes, amer­tume et inquiétude sur les visages, voilà ce que l'on rencontre à l'époque où nous vivons. La jeunesse même est écœurée, désaxée, désemparée. Ne voit-on partout les « houligans », les « teddy boys », les « blousons noirs » se déchaîner et se lancer dans l'agression, le vol, l'assassinat ?

 

Pourquoi la joie de vivre a-t-elle abandonné la terre ? Pourquoi le bonheur s'est-il fait si rare dans ce monde du xx siècle ?

 

Mais en quoi consiste le bonheur ? Expri­merait-il une intime harmonie ? Et la détresse, la perte de cette harmonie ?

 

Comment se manifeste cette musique intérieure qui épanouit l'âme, et dont l'exécutant est invisible ? Cette musique que l'homme recherche toujours et partout... Quand et com­ment peut-il l'entendre ? On ne peut répondre à ces questions et savoir de quoi dépend le bonheur de l'homme, sans savoir d'abord ce qu'est l'homme.

Les systèmes philosophiques, éthiques et poli­tiques qui règnent sur le monde contemporain reposent sur l'homme. Or, ils ne savent plus, ou ne veulent plus savoir, ce qu'est l'homme ou même simplement s'il est. L'idée, que l'on se fait de l'homme et de son destin, décide de son bonheur ou de son malheur. L'idée fausse pro­voque des catastrophes. C'est ainsi que l'huma­nité traverse aujourd'hui une crise d'une am­pleur universelle. D'où vient cette crise ?

 

Depuis la Renaissance un élan toujours plus éperdu porta l'homme à vouloir dominer le monde et à s'approprier ses richesses. Il triomphe de nos jours : l'emprise de l'homme sur la nature est plus forte que jamais. Mais au moment même où il acquiert cette puissance, il en est écrasé. Les monstres d'acier le broient, — en temps de guerre et de paix ! Il obéit sans sourciller à une mécanisation démentielle qui le vide de lui-même en lui imposant son « train d'enfer » : vie fébrile, haletante et bruyante où il ne peut plus entendre la moindre musique inté­rieure !... Et l'esclavage industriel qui augmente de jour en jour ! Et ce ciel de plomb qui étouffe les citadins en les aplatissant contre terre, en les faisant vivre de plus en plus à ras du sol ! Et ils vivent, ces malheureux peuples, comme sous la menace d'un danger imminent... et ils sentent bien que la menace ne vient pas seulement de cette bombe atomique qui peut leur tomber, d'un moment à l'autre, sur la tête... il y a aussi la pol­lution de l'air, de l'eau, du pain et du vin... Et la dégradation des sols, le déboisement ? Et le can­cer des radiations ? Et les vieilles nations écrasées au cœur de l'Europe ! Et les peuples déplacés pour être fourrés dans les usi­nes ; ces foules déracinées, à peine nourries, à peine vêtues, dormant sur le sol, travaillant dans un vertige de fatigue et de terreur, mourant d'hé­bétude et d'épuisement ! Et la prostitution du haut en bas de la société ! Et la traite des fem­mes, et ce monde des bistrots et des taudis ! Et les formidables montagnes de cadavres dont le sang fume devant le temple de la déesse Vitesse !

 

Pourquoi toutes ces calamités ?

Pourquoi la moitié de l'univers est-elle dans les fers tandis que l'autre moitié les attend dans l'hébétude ?

Pourquoi cette expérience la plus décevante et la plus tragique de l'histoire de l'humanité ?

Il doit y avoir, sans doute, en cette civilisation, une erreur sur l'homme et ses valeurs réelles.

 

                                                         ***

 

Il faut se demander si les doctrines actuelles et les manières de vivre qu'elles proposent sont valables. Mais réviser les valeurs actuelles sans aspirer à l'évidence n'est rien. Tâchons d'y parvenir en laissant de côté tous les systèmes. Saisissons directement l'expérience vécue de l'homme dans sa forme la plus concrète. Faisons de simples constatations à la portée de cha­cun.

 

 

I. — L'homme n'est pas son avoir. Il peut s'attacher à lui, par exemple à la maison qu'il habite. Mais sa maison peut disparaître et il garde l'identité de son moi. Il pourrait dire un jour tristement : je n'ai plus cette maison... Là, personne ne peut me contredire... mais attendez !

 

II. — L'homme n'est pas son corps : il change ; et il garde l'identité de son moi. Son corps s'avilit, se détériore. Il peut même être amputé, disparaître en partie. Et il pourra dire un jour : j'ai perdu mon bras droit, mais c'est encore et toujours le même moi !

 

D'ailleurs, comment pourrais-je me confondre avec mon corps ! Il me résiste de tant de ma­nières... Je peux beaucoup, bien sûr, sur mes bras et mes jambes, mais je ne peux rien sur mon cœur et mon ventre : comment se pren­nent-ils, pendant que je pense, j'agis ou je dors, à maintenir la vie de mon corps ? Je n'en sais rien, ma volonté n'y peut rien... Mon corps m'est donc extérieur ; certes, beaucoup moins que la maison où j'habite mais il fait encore partie du monde, il n'est pas moi !

 

III. — L'homme n'est pas ses sensations et ses sentiments : ils changent continuellement et il garde l'identité de son moi. Il constatera le chan­gement en disant : j'ai été amoureux, je ne le suis plus. Ces sentiments, ces sensations m'en­vahissent, me pénètrent et s'en vont... C'est encore un monde extérieur à moi, ce n'est pas moi !... Et mes pensées ? Ne défilent-elles pas sans cesse ? Et n'ai-je pas l'impression d'une résistance en voulant les comprendre, les assimi­ler, ou en cherchant un souvenir ou un mot ? Je me saisis comme distinct de la pensée dans l'ac­tion même où je saisis ma pensée. Par consé­quent les pensées les plus intimes me donnent donc encore l'impression de constituer un monde extérieur à moi-même...

 

Cette impression d'extériorité va donc en s'ac­centuant de mes pensées à mes sentiments, de mes sentiments à mon corps et de mon corps à ma maison, à ce que j'appelle uniquement le monde extérieur.

 

Il y a donc en moi, jusqu'au plus intime de mon moi, des mondes avec lesquels je dois comp­ter, des mondes qui m'assaillent et que je dois dompter. Tout cela est donc mon avoir ; le MONDE, mon CORPS et mon AME, c'est mon avoir... je peux les perdre... je peux perdre aussi mon âme — ou la gagner...

 

IV. — Mais alors, que suis-je ? Qui est-ce « MOI » ? N'est-il pas une illusion ? Et s'il ne l'est pas, quelle est cette réalité, la plus intime de toutes ? Ce témoin permanent, immobile et actif à la fois, que je ne peux saisir que dans ses acti­vités ? Quelle est cette réalité hors du temps par rapport à laquelle j'ai l'impression de l'écoule­ment du temps, cette réalité qui me fait dire : j'ai eu cinq ans, j'ai eu quinze ans, j'ai eu trente ans ? Toujours le même « je » qui assiste au changement !

Eh oui, toutes les résistances que je trouve en moi-même, dans mon corps et dans le monde, impliquent l'existence d'une réalité qui engendre en agissant ces résistances. Nier cette réalité qui est la source de nos états où nous nous sentons actifs, c'est en fait, accepter l'inexistence de l'Homme.

 

                                                              ***

Voici donc quatre modes du réel : matière, vie, âme, esprit (Ce quaternaire n'exclut pas le dualisme classique, corps et âme ; le corps étant fait d'une matière organisée par la vie et l'âme étant informée par une zone périphé­rique que dirige et contrôle un centre actif. En ce cha­pitre, je distingue sans séparer et sans renier la profonde unité de l'ensemble humain, corps et âme ; aussi loin que possible de la séparation cartésienne entre l'âme et le corps !) ou, si l'on veut : minéral, végé­tal, animal, humain. Il n'y aurait pas d'ailleurs deux fois quatre mots s'il n'y avait pas quatre modes du réel : la langue est souvent plus sage que les plus sages qui la parlent...

 

Les philosophes modernes me font béer d'ad­miration lorsqu'ils confondent la vie avec la ma­tière, l'âme avec la vie, et l'esprit avec l'âme ! La réalité est ce qu'elle est : quadruple dans ses manifestations qui ne s'engendrent pas les unes les autres, mais s'englobent les unes dans les autres jusqu'à l'homme qui les contient toutes les quatre.

 

Mais encore quel est ce dernier mode du réel, l'esprit ? Il ne peut se confondre avec les autres : il n'est ni sens, ni sentiment, ni raison, ni une quelconque réalité du monde ; mode d'être qui dépasse toute catégorie logique, qui n'est pas irrationnel, qui est sur rationnel ! Il habite une lumière aveuglante qui n'est que nuit pour la raison. (C'est pourquoi le rationalisme ne peut que le renier.)

 

Mais dans cette nuit apparente toute lumière prend naissance. Ce quelque chose qui résiste à la raison humaine, c'est cela seul qui est vraiment humain !

 

Je vois que je vais parler un langage incompréhensible : qu'est-elle, pour les hommes actuels, une réalité qu'on ne voit pas, qu'on ne touche pas ? Dans ce siècle qui parle toujours de révolutions, il est grandement ridicule de parler d'une révolution qui consisterait à faire attention à soi, au vrai Soi !

 

Pauvres mots qui essaient d'exprimer l'inex­primable ! Pauvres paroles tremblantes en face de l'indicible « toi » ! En face du seul fait essen­tiellement humain ! C'est cela, toi, cher lecteur, ce foyer qui éclaire mais ne s'éclaire pas lui-même... Eh oui ! Tu vois les choses que ta lumière éclaire mais tu ne vois pas la lumière !

 

Or, voilà : c'est bien cette « fine pointe de l'âme », expression de Saint Jean de la Croix, que l'on attaque, c'est ce qu'il y a d'humain en l'homme que l'on ruine depuis trois siècles ! (Opération préparée de longue date. L'Ennemi de l'homme a réussi enfin à détruire l'image de Dieu dans l'homme ! Il est possible d'annihiler le moi humain. Un technicien marxiste peut le refouler et ramener l'homme à son psychisme passif : aux sinistres procès soviétiques, la volonté est supprimée : il n'en reste qu'une bête tra­quée. Mais il y a eu encore des révoltés ; alors les marxistes ont trouvé mieux : ils sont en train de fabri­quer une nouvelle race d'humains en Sibérie où il existe des centres d'élevage d'enfants robots nés par insémina­tion artificielle et que l'on rend totalement passifs. Le beau travail commencé en Occident est fignolé en Orient...)

 

 

A SUIVRE

 

[Extrait de : TU ES NÉ POUR LE BONHEUR   Œuvre de Paul Scortesco  (1960)]

 

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 11:52

 

Par Isaac de l'Étoile (?-v. 1171), moine cistercien  Sermon 31 : PL 194,1792, SC 207 (trad. SC p. 203 rev. ; cf Orval) 
11.Crucifixion.Grecque

Pardonner sept fois par jour


      « Portez les fardeaux les uns des autres ; ainsi vous accomplirez la loi du Christ » ; « Supportez-vous les uns les autres avec amour » (Ga 6,2; Ep 4,2) :

c'est bien la Loi même du Christ.

Lorsqu'en mon frère je perçois quelque chose d'incorrigible par suite de difficultés ou d'infirmités physiques ou morales, pourquoi ne pas le supporter avec patience, pourquoi ne pas l'en consoler de tout cœur, selon la parole de l'Écriture :

-« Leurs enfants seront portés sur les bras et consolés sur les genoux » ? (Is 66,12)

Serait-ce qu'il me manque cette charité qui supporte tout, qui est patiente pour soutenir, indulgente pour aimer ? (cf 1Co 13,7)

En tout cas telle est la loi du Christ :

dans sa Passion, il a vraiment « pris sur lui nos souffrances », et dans sa miséricorde « s'est chargé de nos douleurs » (Is 53,4), aimant ceux qu'il portait, portant ceux qu'il aimait. 


     Celui qui, au contraire, se montre agressif envers son frère en difficulté, celui qui tend un piège à sa faiblesse, quelle qu'elle soit, se soumet de toute évidence à la loi du diable et l'accomplit.

Soyons donc compatissants les uns pour les autres et pleins d'amour fraternel ; supportons les faiblesses et chassons les vices...

Et vraiment, tout genre de vie qui permet de s'adonner plus sincèrement à l'amour de Dieu et, pour lui, à l'amour du prochain — que ce soit dans la vie religieuse ou la vie laïque — est agréable à Dieu.

______________________________

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 18:31

Par Saint Bernard (1091-1153), abbé cistercien et docteur de l'Église . Sermon 5 pour la Dédicace (trad. Orval) 

Fête de la dédicace d'une église, fête du peuple de Dieu

md-protection-p

Aujourd'hui,mes frères, nous célébrons une grande fête ; c'est la fête de la maison du Seigneur, du temple de Dieu, de la cité du Roi éternel, de l’Épouse du Christ. 
Demandons-nous maintenant ce que peut bien être la maison de Dieu, son temple, sa cité, son Épouse.

Je ne peux le dire qu'avec crainte et respect : c'est nous. Oui, c'est nous qui sommes tout cela, mais dans le cœur de Dieu. Nous le sommes par sa grâce et non par nos mérites.

L'humble aveu de nos peines provoque sa compassion. Cet aveu dispose Dieu à subvenir lui-même à notre faim comme un père de famille, et à nous faire trouver auprès de lui du pain en abondance.

Nous sommes donc bien sa maison où ne manque jamais la nourriture de vie. 

« Soyez saints, est-il dit, parce que moi, votre Seigneur, je suis saint » (Lv 11,44).

Et l'apôtre Paul nous dit :

« Ne savez-vous pas que vos corps sont le temple du Saint Esprit et que l'Esprit Saint a chez vous sa demeure ? »

Mais la sainteté elle-même peut-elle suffire ?

Au témoignage de l'apôtre, la paix est nécessaire, elle aussi :

-« Recherchez, dit-il, la paix avec tout le monde et aussi la sainteté, sans laquelle nul ne verra Dieu » (Hé 12,14).

C'est cette paix qui nous fait habiter ensemble, unis comme des frères, c'est elle qui construit pour notre Roi une cité toute nouvelle appelée Jérusalem, ce qui veut dire : vision de paix. 

Enfin, c'est Dieu lui-même qui nous dit :

-« Je t'ai épousée dans la foi, je t'ai épousée dans le jugement et la justice » (la sienne, non la nôtre), « je t'ai épousée dans la tendresse et la miséricorde » (Os 2,22.21).

Ne s'est-il pas comporté en époux ? Ne vous a-t-il pas aimés comme un époux , avec la jalousie d'un époux ?

Alors comment pourriez-vous ne pas vous considérer comme l'épouse ?

Ainsi, mes frères, puisque nous avons la preuve que nous sommes la maison du Père de famille à cause de l'abondance de nos vivres, le temple de Dieu à cause de notre sanctification, la cité de grand Roi à cause de notre communion de vie, l'épouse de l’Époux immortel à cause de l'amour, il me semble que je peux l'affirmer sans crainte :

cette fête est bien notre fête.

12516 4618788564501 6809956918472229828 n
Par Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église .Sermon Morin n°3, 4 ; PLS 2, 664 (trad. Solesmes, Lectionnaire, t. 3, p. 916 rev.) 

« Le Temple dont il parlait, c’était son corps »

Salomon, parce qu'il était prophète, a fait un temple de pierre et de bois…pour le Dieu vivant qui a fait le ciel et la terre, et dont la demeure est aux cieux…

Pourquoi Dieu a-t-il demandé qu'un temple soit bâti ? Était-il privé de demeure ?

Écoutez le discours d'Étienne, au moment de sa Passion : « Salomon, dit-il, lui construisit une maison, mais le Très-Haut n'habite pas les temples faits de main d'homme » (Ac 7,48).

Pourquoi dès lors a-t-il bâti ou fait bâtir un temple ?

Pour préfigurer le corps du Christ.

Le premier temple n'était qu'une ombre (Col 2,17) : quand la lumière vient, l'ombre s'enfuit.

Cherches-tu maintenant le temple construit par Salomon ?

C'est une ruine que tu trouves. Pourquoi ce temple n'est-il que ruine ? Parce que la réalité qu'il annonçait s'est accomplie.

Le vrai temple, le corps du Seigneur, est tombé aussi, mais il s'est relevé, et si bien relevé qu'il ne pourra jamais plus tomber… 

 

Et nos corps à nous ?

Ils sont membres du Christ.

Écoutez saint Paul :

« Ne savez-vous pas que vos corps sont les membres du Christ ? » (1Co 6,15)

Lorsqu'il dit : « Vos corps sont les membres du Christ », qu'est-ce à dire, sinon que nos corps, joints à notre tête qui est le Christ (Col 1,18), font ensemble un temple unique, le temple de Dieu ?

Avec le corps du Christ, nos corps sont ce temple…

Laissez-vous construire dans l'unité, pour ne pas tomber en ruine en restant séparés.


Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 17:46

Prière de Saint Clément de Rome pour la paix

stclement5

Nous t’en prions, ô Tout-Puissant,
sois notre secours et notre défenseur.
Sauve les opprimés,
prends en pitié les petits,
relève ceux qui sont tombés,
montre-toi à ceux qui sont dans le besoin,
guéris les malades,
ramène ceux qui de ton peuple se sont égarés,
donne la nourriture à ceux qui ont faim,
la liberté à nos prisonniers ;
redresse les faibles,
console les pusillanimes ;
et que tous les peuples reconnaissent
que seul tu es Dieu,
que Jésus-Christ est ton enfant,
que nous sommes ton peuple et les brebis de ton bercail.
Donne la concorde et la paix,
à nous et à tous les habitants de la terre,
comme tu l’as accordée à nos pères,
qui te priaient dans la foi et dans la vérité,
soumis à ta toute-puissance et à ta sainteté.

Aux princes et à nos chefs, sur la terre,
c’est toi, Maître souverain,
qui leur as donné pouvoir et royauté, par ta puissance merveilleuse et ineffable,
afin que, reconnaissant la gloire et l’honneur
que tu leur as départis,
nous leur demeurions soumis,
pour ne pas contredire ta volonté.
Accorde-leur, Seigneur,
la santé, la paix, la concorde, la stabilité,
pour qu’ils exercent sans erreur
la souveraineté que tu leur as octroyée.
Oui, c’est toi, Maître céleste et Roi des âges,
qui dispenses aux fils des hommes
gloire, honneur et puissance
sur les choses de la terre ;
dirige, Seigneur, leur conseil, suivant ce qui est bien,
suivant ce qui est agréable à tes yeux,
en sorte qu’ils exercent avec piété,
dans la paix et la mansuétude,
le pouvoir que tu leur as donné,
et reçoivent tes faveurs.
Seul, tu as la puissance de réaliser ces choses
et d’en procurer de plus grandes encore.
Nous te rendons grâces par le grand prêtre
et le protecteur de nos âmes, Jésus-Christ.
Par Lui te soient rendues gloire et magnificence
et maintenant
et de génération en génération
et dans les siècles des siècles !


Amen.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 06:27

10637946 10203990689343435 385621268 n

NOVEMBRE, DECEMBRE 2014.

 Programme prévisionnel et Général des R.D.V Liturgiques de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone

 

 

 

NOVEMBRE :

*CHANDAI BREVILLY(61) :

marie peuple

-SAMEDI 1er Novembre: en Occident « Toussaint »,Messe à 10h30 suivie d'une Procession à la Croix et de prières pour les défunts.

 

-Dimanche 2 Novembre Pèlerinage à N-D de Miséricorde et St Grégorios de Parumala Messe à 10h30 suivie d'une Procession à la Croix et de prières pour les défunts. Réception des fidèles jusqu’à 17h30 ...Prêtres desservants :Le Primat Mor Severius, Mor Philipose-Mariam, Père Isaac, Père Albert-Marie et Père Lazard-Marie

Gregorios Photo retouchée

Les 1er, 2 et 3 Novembres, Retraite de Guérison et de Libération.« Jesus 1er né d'une multitude, Divin médecin de l'homme en marche ».

-Tous les Dimanches, le 22 et le 29 de chaque mois, Messe à 10h30, réception des fidèles jusqu’à 17h30 ...Prêtre desservant, Père Isaac, Père Albert-Marie, Père Lazarus-Mariam et, le 1er dimanche du mois:Mor Philipose-Mariam

*YVETOT(76) :

-Samedi 15 Novembre Messe à 10h30 au Relais Paroissial et Groupe de Prière (En formation) Saint Geervarghese Mar Denys Vattasseril .S/C : Sous-Diacre Andres FRANCOIS ( 0613105663).Prêtre desservant : Père Isaac

*JAULDES(16) :

-Dimanche 9 Novembre, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30..

-Dimanche 23 Novembre. Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30...Mor Philipose-Mariam.

-Samedi 22 Novembre, Vigile du Dimanche, Messe à 17h, réception des fidèles de 13h30 à 16h30.Mor Philipose

*LOURDES (65) :

-Dimanche 16 Novembre. Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30...Mor Philipose.

*LA CHAPELLE FAUCHER(24) :

-Samedi 22 Novembre. Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30...Mor Philipose-Mariam.

DECEMBRE :

*CHANDAI BREVILLY(61) :

-SAMEDI 6 Décembre St Nicolas,Messe à 10h30

mariec3a9crasesatantete

-Dimanche 7 Décembre Pèlerinage à N-D de Miséricorde .Messe à 10h30 Réception des fidèles jusqu’à 17h30 ...Prêtres desservants :Mor Philipose-Mariam, Père Isaac, Père Albert-Marie et Père Lazard-Marie

Les 6, 7 et 8 Décembre, Retraite de Guérison et de Libération.« Avec la Toute Pure pour que Jésus vive en nous... ».

-Tous les Dimanches, le 22 et le 29 de chaque mois, Messe à 10h30, réception des fidèles jusqu’à 17h30 ...Prêtres desservants, Père Isaac, Père Albert-Marie, Père Lazarus-Mariam et, le 1er dimanche du mois:Mor Philipose-Mariam

2173241535 1[1]

-Mercredi 24 Décembre

NOËL AU MONASTERE, POURQUOI PAS ?

*Repas du réveillon à 18h

*21h 30 Veillée de Noël

*23h30, bénédiction du feu nouveau, Crèche vivante si suffisamment d’enfants et MESSE DE MINUIT. 

2173197839 1[1]

+++

Jeudi 25 Décembre, Fête de la Nativité de Notre-Seigneur.

*10h30 Messe suivie d’un repas fraternel.

Prêtres desservants, Père Isaac, Père Albert-Marie, Père Lazarus-Mariam et Mor Philipose-Mariam

Nativity Icon2[1]-copie-1

Vendredi 26 Décembre, Fête des félicitations à la Sainte Vierge.

*10h30 Messe suivie d’un repas fraternel.

Prêtres desservants, Père Isaac, Père Albert-Marie, Père Lazarus-Mariam et Mor Philipose-Mariam

Du 27 Décembre au 2 Janvier. Pèlerinage à ALTENBERGEN (Reims, Altenbergen [Marché de Noël d'Erfurth], Cologne, etc...)

*YVETOT(76) :

-Samedi 13 Décembre Messe à 10h30 au Relais Paroissial et Groupe de Prière (En formation) Saint Geervarghese Mar Denys Vattasseril .S/C : Sous-Diacre Andres FRANCOIS ( 0613105663).Prêtre desservant : Père Isaac

*JAULDES(16) :

-Dimanche 14 Décembre, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30..

-Dimanche 28 Décembre, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30 Père Isaac

*LOURDES (65) :

-Exceptionnellement, pas de Messe ce Dimanche 21 Décembre en raison du stage d’Iconographie au Monastère.

*LA CHAPELLE FAUCHER(24) :

 

-Samedi 27 Décembre, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30 Père Isaac

Le Verbe de Dieu qui est éternel, invisible, incompréhensible, incorporel, principe né du principe, lumière née de la lumière, source de la vie et de l'immortalité, empreinte exacte du premier modèle, marque ineffaçable, ressemblance identique du Père, intention et pensée de celui-ci, progresse vers son image. Il prend chair pour sauver la chair, il s'unit à une âme raisonnable pour sauver mon âme ; il veut purifier le semblable par le semblable et il devient totalement homme, sauf en ce qui concerne le péché.

 

Il est conçu par la Vierge, préalablement purifiée par le Saint-Esprit dans son âme et dans sa chair, car, s'il fallait honorer la génération, il fallait honorer davantage la virginité. Il se présente comme Dieu incarné, formant un seul être de deux principes opposés, la chair et l'esprit. L'esprit donnait la divinité, la chair était divinisée.

 

Lui qui enrichit les autres s'appauvrit, car il adopte la pauvreté de ma chair pour que moi je m'enrichisse de sa divinité. Lui qui est plénitude s'anéantit, il se dépouille de sa propre gloire pour un peu de temps, afin que moi, je participe à sa plénitude.

 

Quel trésor de bonté ! Quel grand mystère en ma faveur ! J'ai reçu l'image, et je ne l'ai pas gardée. Le Verbe a participé à ma chair afin de sauver l'image et de rendre la chair immortelle ! Il s'unit à nous par une deuxième union, beaucoup plus étonnante que la première.

 

Il fallait que l'homme soit sanctifié par un Dieu devenu homme ; après avoir terrassé notre tyran, il nous délivrerait et nous ramènerait vers lui, par la médiation du Fils, pour l'honneur du Père. C'est ainsi que le Fils se montre obéissant en toutes choses envers lui pour accomplir son plan de salut.

 

Ce bon Pasteur est venu rechercher la brebis égarée, en donnant sa vie pour ses brebis, sur les montagnes et les collines où tu offrais des sacrifices. il a retrouvé celle qui était égarée, il l'a chargée sur ces épaules qui ont porté aussi le bois de la croix et, après l'avoir saisie, il l'a ramenée à la vie d'en haut.

 

Cette lumière éclatante du Verbe est précédée par la lampe qui brûle et qui éclaire ; la parole, par la voix qui crie dans le désert ; l'Epoux, par l'ami de l'Epoux, celui qui prépare pour le Seigneur un peuple choisi en le purifiant dans l'eau en vue de l'Esprit.

 

Il nous a fallu un Dieu qui s'incarne et qui meure pour que nous vivions. Nous sommes morts avec lui pour être purifiés ; morts avec lui, nous sommes ressuscités avec lui ; ressuscités avec lui, avec lui nous sommes glorifiés.

 

 

Homélie pour la Pâque (Hom. 45), 9.22.26.28)

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 06:05


Par Origène (v. 185-253), prêtre et théologien .Homélies sur le livre des Nombres, n°1 ; SC 29 (trad. SC p. 89s) 

« L'homme vivra de la Parole qui sort de la bouche de Dieu » (Mt 4,4 ; Dt 8,3)

712 1


Il est écrit au sujet de la manne que, si on la ramassait dans les conditions prescrites par Dieu, elle était nourrissante ; mais si on voulait la ramasser contrairement à la manière fixée par Dieu, elle ne servait plus à entretenir la vie.

Le Verbe de Dieu, sa parole est notre manne, et la parole de Dieu, venant à nous, apporte aux uns le salut et aux autres le châtiment.

Voilà pourquoi, me semble-t-il, le Seigneur et Sauveur, qui est « la parole vivante de Dieu » (1P 1,23), a déclaré :

-« Je suis venu dans ce monde pour un jugement, afin que ceux qui ne voient pas voient et que ceux qui voient deviennent aveugles » (Jn 9,39).

Combien aurait-il mieux valu pour certains ne pas du tout entendre la parole de Dieu, plutôt que l'entendre avec de mauvaises dispositions ou avec hypocrisie ! 

Le véritable mieux, le meilleur dans la droiture et la perfection, c'est que l'auditeur de la parole de Dieu l'écoute d'un cœur bon et simple, droit et bien préparé, pour qu'elle fructifie et qu'elle croisse comme en un bon terrain.

Ce que je dis là est autant pour ma conversion personnelle que pour celle de mes auditeurs, car je suis moi aussi un de ceux qui écoutent la parole de Dieu.

 

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 05:59

PRIERES POUR LES PRÊTRES:

Avant de prier pour nos Pasteurs afin qu'ils soient saints et réunissent dans la Grâce du Saint Esprit le Peuple de Dieu disloqué par les pêchés des hommes, commençons par dire pour nous-même cette prière d'abandon à la Volonté Divine:

Mon bien-aimé Rédempteur, voici mon cœur, 

biblemain.jpg

 

je te le donne tout entier ; il n'est plus à moi, il est à toi.

 

En entrant dans le monde, tu as offert au Père Éternel, offert et donné toute ta volonté, comme tu nous l'apprends par la bouche de David : « Il est écrit de moi dans le rouleau du livre de la Loi, que je ferai ta volonté.

 

C'est ce que j'ai toujours voulu, ô mon Dieu » (Ps 39,8-9).

 

De même, mon bien-aimé Sauveur, je t'offre aujourd'hui toute ma volonté. Autrefois elle t'a été rebelle, c'est par elle que je t'offensais. Maintenant je regrette de tout mon cœur l'usage que j'en ai fait, toutes les fautes qui m'ont misérablement privé de ton amitié.

 

Je m'en repends profondément, et cette volonté je te la consacre sans réserve.

(Saint Alphonse-Marie de Liguori (1696-1787), évêque et docteur de l'Église
6e Discours pour la neuvaine de Noël (trad. Éds Saint-Paul 1993, p. 94 rev.)

 

 

 

Prières pour les prêtres

 

PRIÈRE À NOTRE DAME DU SACERDOCE

Vierge Marie, Mère du Christ prêtre, Mère des prêtres du monde entier, vous aimez tout particulièrement les prêtres, parce qu'ils sont les images vivantes de votre Fils unique. Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre, et vous l'aidez encore dans le ciel. Nous vous en supplions, priez pour les prêtres! Priez le Père des cieux pour qu'il envoie des ouvriers à sa moisson. Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les sacrements, nous expliquent l'Evangile du Christ et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu. Vierge Marie, demandez vous même à Dieu le Père, les prêtres dont nous avons tant besoin et puisque votre cœur a tout pouvoir sur Lui, obtenez nous, Ô Marie des prêtres qui soient des saints. Amen

 

PRIÈRE POUR LES PRÊTRES (de Marthe Robin)

 

Prenez vos prêtres, ô mon Dieu, pleinement, entièrement, pour accomplir, pour aider à accomplir tout ce que vous voulez d'eux. Conduisez-les en tout et pour tout. O mon Dieu, soyez leur force. O mon Dieu, que toutes leurs actions, les plus importantes, les plus minimes, leur viennent de vous, dépendent de vous et s'adressent à vous. Qu'elles soient toutes pour vous, ô mon Dieu, pour vous glorifier, pour vous aimer et vous faire aimer. Mon Dieu, incendiez nos cœurs, incendiez-nous de votre amour : remplissez-nous de votre lumière, de votre joie divine. O Père, répandez sur le monde et sur les âmes votre suprême miséricorde, votre divin pardon. Mon Dieu, donnez votre Amour à la France et au monde, rétablissez l'ordre et la paix sur la terre. Faites l'unité des peuples, faites l'unité des esprits, ô mon Dieu, faites l'unité des cœurs en vous.

 

PRIÈRE POUR LES PRÊTRES DE BENOIT XVI

 

Seigneur Jésus, présent au Très Saint Sacrement, tu as voulu rester présent parmi nous au moyen de tes Prêtres, fais que leurs paroles ne soient que les tiennes, que leurs gestes soient les tiens, que leur vie soit un reflet fidèle de la tienne.

Qu'ils soient les hommes qui parlent à Dieu des hommes et parlent aux hommes de Dieu. Qu'ils ne soient pas craintifs dans le service, en servant l'Église comme Elle veut être servie.

Qu'ils soient des hommes, des témoins de l'éternel dans notre temps, en marchant par les sentiers de l'histoire du même pas que toi et en faisant le bien à tous.

Qu'ils soient fidèles à leurs engagements, jaloux de leur vocation et de leur donation, de clairs miroirs de leur identité propre et qu'ils vivent dans la joie du don reçu.

Je te le demande par Sainte Marie ta Mère : Elle a été présente dans ta vie et sera toujours présente dans la vie de tes prêtres. Amen

 

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article

Recherche

Liens