Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 19:45

SAINT THEUDERE ET SAINT CHEF en DAUPHINE 

Nous allons parler de saint Theudère le Bienheureux né à Arcisse  aux alentours de l’an de grâce 500, que l’Eglise fête le 29 octobre.

« Saint-Chef Vue Generale » par Groumfy69 — Travail personnel. Sous licence Public domain via Wikimedia Commons St Chef Abbatiale Clocher CC BY-SA 3.0 GO69 — Travail personnel Saint chef en Dauphiné, Isère, 38890, France - Google maps

Theudère semble être la déformation de Théodore et cela indique  qu’il appartenait à une « gens » chrétienne.  Riche fils de famille, il a grandi sur les terres de la villa Acissia (qui a donné le nom au village actuel, Arcisse, 38890, Isère) qu’il quitta dans sa vingtième année, animé par sa vocation de servir Dieu, après avoir distribué sa fortune aux pauvres.  Saint Césaire d’Arles le fit diacre et l’envoya parfaire ses dons à Lérins.

Vers la trentaine,  Theudère revint à Acissia mettre à la disposition de la population locale ses formidables talents spirituels.  Son activité créatrice sera intense. Guidé par une voix céleste, c’est dans le cadre sauvage et hostile du Val Rupian, à une demi -heure de marche du domicile familial qu’il a crée un monastère dédié à la Mère de Dieu. De même,  à Vasselin (38890, Isère, France), à 1.9 km de notre ciergerie, Saint Theudère fonda un autre monastère sous le vocable de Saint Eusèbe.

Il ne reste malheureusement rien du monastère si ce n’est une fontaine miraculeuse, déplacée de dix mètres lors de la reconstruction de son église dans le deuxième moitié du 19ème siècle. On raconte en effet que lors de l’édification de l’église de Vasselin, un glissement de terrain menaçant le chantier,  Saint Theudère  se mit en prière et la coulée de terre épargna le lieu. A la place jaillit une source dont l’eau guérissait les maladies oculaires. Les pèlerins en route vers Compostelle faisaient un détour pour s’y laver les yeux.  De nombreux autres édifices religieux doivent leur existence à l’activité du saint.

Saint Theudère finit ses jours à Vienne, appelé par son évêque Philippe à en être le « reclus ».  Une tradition pieuse voulait en effet que la ville entretienne une personne d’une piété reconnue en échange de la consolation des âmes et de ses prières pour le salut des habitants de la cité. A sa mort, en octobre 575, en dépit de son vœu de reposer au Val Rupian  au sein du monastère, les viennois tentèrent de garder sa sainte dépouille. Mais le saint ne se laissa pas faire. Alors qu’on s’apprêtait à soulever son cercueil, celui-ci devint si lourd qu’on ne put le  déplacer. A la troisième tentative, l’évêque qui présidait aux funérailles, annonça que saint Theudère serait inhumé chez lui selon sa volonté. Le poids du cercueil se fit alors de plume et la procession se mit en route. Elle atteignit son but en  trois jours  pendant lesquels les miracles se multiplièrent. Deux d’entre eux nous touchent plus particulièrement car ils ont trait au vin et aux cierges,  nos deux produits phares

Les moniales de Vienne avaient fourni aux participants du cortège des outres de vin afin qu’ils puissent se désaltérer pendant la journée. Le soir venu, après une journée de marche, ces outres étaient vides. Le lendemain matin on les retrouva pleines à la grande joie des moines du Val Rupian arrivés au campement pour accompagner leur père fondateur vers sa dernière demeure.  Mais la cérémonie ne put commencer qu’à la nuit tombante et le nombre de cierges était nettement insuffisant. Là encore, la volonté divine se manifesta et la cire se multiplia si bien entre les mains de ceux qui distribuaient  les bougies que l’on put en allumer en quantité et achever la cérémonie  comme en plein jour….

 

Du premier monastère qu’a fondé Saint Theudère ne demeure aujourd’hui qu’un village, Saint Chef en Dauphiné(38990, Isère, France) et l’abbatiale connue mondialement pour les trois ensembles de fresques romanes du XIIème siècle qui la décorent. 

St Chef Abbatiale Chapelle des Anges Voûte - CC BY-SA 3.0 GO69 — Travail personnel Mur sud : les 12 prophètes autour du roi David et les 12 apôtres autour de Saint Pierre Anges du champs Sud de la Chapelle des Anges

Le Village doit surement son nom aux reliques vénérées à l’abbaye. Rappelons que « chef » désigne la  tête. Outre le chef de Saint Theudère, on devait y conserver celui de Saint Thibaud, évêque de Vienne (952-1000) ancien élève des moines  et celui de Saint Léger, lui aussi évêque de Vienne et comme le précédent à l’origine de la reconstruction de l’abbaye complètement ravagée par des incursions barbares de la fin du IXème siècle.  Ces trois reliques ont disparu. Lors de travaux en 1840-1850, l’architecte a dégagé derrière la première chapelle nord les restes d’une autre chapelle avec un autel sur lequel reposaient « trois têtes bien conservées et garnies intérieurement de coton ». Il a emmuré ces têtes dans le mur et aurait laissé des indications sur la cachette à ses héritiers que ceux-ci n’ont pas révélées. A l’heure actuelle, on peut y vénérer des reliques de Saint Clément, martyr du 1er siècle et  apportées à l’abbaye qu’en 1715.

Quant à l’abbatiale, elle est un magnifique lieu de visite qui mérite le détour. En attendant de le faire, nous ne pouvons que vous recommander de visiter le site complet  de Mme S. Charlet qui lui est consacré.

 


Liens :

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 08:58

Une curieuse amulette sur papyrus

vieille de plus de 1 500 ans parle de

l’Eucharistie

Ce papyrus, d’origine égyptienne et écrit en grec, fait référence à

la Dernière Cène de Jésus et à la manne du ciel.

 

C'est lors d'une conférence consacrée à sa collection de papyrus le 4 septembre

dernier que la bibliothèque de l'université de Manchester a vendu la mèche :

l’historienne Roberta Mazza a découvert un document du VIe siècle, écrit en grec,

le plus ancien exemple d'utilisation de la liturgie eucharistique comme charme protecteur,

et qui constitue un témoignage des pratiques des premiers chrétiens. Roberta Mazza,

chercheuse à l’Institut de Recherche John Rylands, se trouvait dans la bibliothèque du

même nom, qui serait la plus grande du Royaume-Uni et abriterait un fragment de

l'évangile de Jean, l’original le plus ancien du Nouveau Testament. Elle était en train

d’analyser et de classer quelques-uns des milliers de fragments de documents

historiques inédits conservés dans les dépôts de la bibliothèque, quand elle a repéré ce papyrus.

Une protection contre le malheur
Daté d'environ 300 ans après la conversion au christianisme de l'empereur romain

Constantin, le premier mot que l’historienne  réussit à traduire soulignait déjà son

essence chrétienne : manne, le pain biblique que Dieu fit pleuvoir du ciel sur le peuple

d’Israël lors de son exode. Selon ses explications, le reste du texte est un mélange de

passages de l’Ancien et du Nouveau Testament, une sorte de protection, semble-t-il,

contre le malheur. Cela montre,  affirme l'historienne,  comment les premiers chrétiens

adoptèrent la tradition  païenne - d’abord égyptienne puis gréco-romaine ensuite -  de

porter des prières aux dieux au sein d'une amulette, celle-ci étant perçue comme une

sorte de charme, un objet porte-bonheur protégeant celui qui la porte contre les dangers.

Pour élaborer ces objets et les porter dans des médaillons autour du cou ou les garder

à la maison, les premiers chrétiens auraient remplacé les prières polythéistes par des

citations bibliques, ce qui indiquerait une relation très étroite avec la Bible. "Aujourd’hui,

nous pensons la Bible comme cette œuvre fixe où chaque mot est à sa place dans un

endroit précis, explique Roberta Mazza. Un tel document indique que la connaissance

de la Bible a été transmise beaucoup plus par oral à travers des passages choisis, par

la liturgie, les prières et amulettes, que par un livre complet.


Ecrit sur un reçu fiscal  
L’historienne précise que l’analyse spectrale du document révèle qu’il s’agit en fait

de papier recyclé, et qu’au dos, apparaissent, atténuées quasiment effacées, les

lettres d’un reçu pour le paiement de taxes sur les céréales, reçu certifié par le collecteur

de la ville égyptienne de Tertembuthis (l’actuelle el-Ashmunein). Le fabricant de l’amulette

aurait probablement coupé un morceau du reçu, écrit au dos le texte religieux et plié le

papyrus afin de le porter à l’intérieur d’un médaillon ou d’un pendentif. C’est pourquoi le

reçu fiscal à l’extérieur aurait été endommagé et a disparu. Bien que la pièce n'offre pas

beaucoup d'informations sur son propriétaire, Roberta Mazza pense qu’il s’agit d’un

habitant  du village voisin de Hermopolis. Le fabricant de l’amulette connaissait, c’est

clair, la Bible, mais a commis beaucoup d’erreurs : certains mots sont mal orthographiés,

d’autres dans le désordre. Ce qui donne à penser qu’il a été écrit de mémoire au lieu

d’être copié. Selon le Dr Mazza,on peut dire qu’il s’agit là d’un exemple incroyablement

rare de christianisme et de Bible compréhensible par des gens ordinaires – et non

seulement réservé aux prêtres et à l’élite. D’où la conclusion que la connaissance et

l’utilisation de la Bible dans l’Egypte du VIe siècle était plus répandue qu’on ne le pensait.


Il semblerait que ce document ait atterri à la Bibliothèque anglaise vers 1901, mais nul ne

connaissait jusque-là son importance. Le texte de l’amulette est une combinaison

originale de passages bibliques, notamment un psaume, et de la description par Matthieu

de la Dernière Cène.

Voici le texte intégral du papyrus :  

"Craignez vous tous celui qui règnera sur la terre. Nations et peuples,
sachez que Christ est notre Dieu. Car il parla et ils commencèrent à être,
il commanda et ils furent créés ; il mit chaque chose sous nos pieds et nous
délivra de la volonté de nos ennemis. Notre Dieu prépara une table dans le désert
sacré et donna la manne à manger pour une nouvelle alliance : le corps immortel du
Seigneur  et le sang que le Christ versa pour nous en rémission de nos péchés."


Article initialement publié par Vida Nueva 
Traduit de l’espagnol par Elisabeth de Lavigne

  

sources: VIDA NUEVA
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 16:47

Méditons cette homélie de Saint Bernard … en cette Fête de Notre Dame Des Douleurs ce 15 septembre 

10ème Station


Le martyre de la Vierge nous est connu tant par la prophétie de Siméon que par le récit même de la Passion du Seigneur. De l’enfant Jésus, ce vieillard disait : Il sera un signe de division ; et toi, disait-il à Marie, une épée transpercera ton âme.

 

épé10

Oui, Mère bénie, un glaive a transpercé ton âme : il n’aurait pu, sans transpercer celle-ci, pénétrer dans la chair du Fils. C’est vrai : ce Jésus qui est le tien — qui est à tous, certes, mais à toi tout particulièrement — , après avoir remis son esprit, ne fut pas atteint dans son âme par la lance meurtrière sans épargner un mort, auquel elle ne pouvait pourtant plus faire de mal, elle lui ouvrit le côté ;mais c’est ton âme qu’elle transperça.

 

La sienne assurément n’était plus là mais la tienne ne pouvait s’enfuir. Ton âme, c’est la force de douleur qui l’a transpercée, aussi pouvons-nous très justement te proclamer plus que martyre, puisque ta souffrance de compassion aura certainement dépassé la souffrance qu’on peut ressentir physiquement. 

épé10

N’a-t-elle pas été plus qu’une épée pour toi, n’a-t-elle pas percé ton âme et atteint jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, cette parole : Femme, voilà ton fils ? Ô quel échange ! Jean t’est donné en lieu et place de Jésus, le serviteur à la place du Seigneur, le disciple au lieu du Maître, le fils de Zébédée à la place du Fils de Dieu, un simple homme au lieu du vrai Dieu. 

Comment l’écoute de cette parole ne transpercerait-elle pas ton âme pleine d’affection, quand le seul souvenir de cette parole brise déjà nos cœurs, qui sont pourtant de roc et de fer ?

 

Ne vous étonnez pas, frères, qu’on puisse dire de Marie qu’elle a été martyre dans son âme. S’en étonnerait celui qui aurait oublié comment Paul mentionne, parmi les fautes les plus graves des païens, le fait qu’ils ont été sans affection . Un tel péché était bien loin du cœur de Marie ; qu’il le soit aussi de ses modestes serviteurs.

 

 Mais on dira peut-être : ne savait-elle pas d’avance qu’il devait mourir ? — Sans nul doute. N’espérait-elle pas qu’il ressusciterait aussitôt ? — Oui, assurément. Et malgré cela elle souffrit de le voir crucifié ? — Oui, et violemment. Qui donc es-tu, frère, et d’où vient ta sagesse, pour que tu puisses t’étonner davantage de la compassion de Marie que de la passion du fils de Marie ?

 

fleurrosebukiet-róż

Lui a pu mourir dans son corps, et elle, n’aurait-elle pas pu mourir avec lui dans son cœur ? Voilà (dans la passion du Christ) ce qu’a accompli une charité telle que personne n’en a éprouvé de plus grande ; et voici(dans la compassion de Marie) ce qu’a accompli une charité qui, après celle de Jésus, n’a pas son pareil.

N-Des douleurs

 

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 16:54

2017480813 1[1]

 

LE COIN DES ANGLOPHONES:

La Méditation du Rd Père Lazarus-Mariam:

Dear Fathers ,Brothers and Sisters ,
 
On this beautiful feast of the "Finding of the Holy Cross I would like to offer you a few reflections on what it means for us to find the Holy
Cross in the monastic life that we have been called to.
 
In the monastery our study of theology is not contained in books alone .It is a practical day by day living out of the Gospel and teachings of the Fathers .The person who lives the theology in this way is the true theologian !For all the study , meditations , and words we speak the spiritual life remains to be lived !
 
God has called us to the desert of the monastery .We could attend the services , do the work that we are asked to do , spend the times alone in the cell. And good as all that is it would not be to the live the monastic vocation in its fullness .In the prayer of the heart we open our hearts to Christ the true and living God to come and live in our hearts .We are then to seek union with that prayer and offering of Christ to the Father .
 
An old monastic speaks "The world may revolve many times , but the Cross remains the same ."
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
When we open the Office books each morning and evening we see next to the first page of prayers a picture of the Icon of the Crucifixion .It is as if God is constantly trying to remind us of the journey we are to make .
 
Jesus spoke "When I am lifted up from the earth I will draw all men to myself ." The Holy Cross calls us to the deepest search for unity .
Firstly we seek unity with the Bishop remembering where the Bishop is there the Church is present .And then we seek the unity of the
monastery with our Brother and Sister monastics .
 
The prayer of Christ before his death must be fulfilled in us that we may be "one ." If we can not love each other how can we truly love the God that we can not see ? But in truth this good God and friend of man is in each of us . Another monastic saying said :
 
                                        "In the teacher and the disciple who is the greatest ?
                                         For both have the presence of God in them ."
 
A house divided will fall .And not only that it will provide a bad witness to those who visit it .Jesus once fell under the weight of His Holy Cross and was helped to carry it .Our brother and sister monastics are given to us and us to them to support them in their journey and to aid them to answer their vocation in its fullness .
 
All a Father can ask of his son and we of each other is that we do the will of God whatever it is and whatever the cost .
 
The Holy Cross brings together all the nations of the earth and so calls us to seek the unity of the church .This must be a special concern of ours .We think especially of our Roman Catholic Brothers and Sisters in the great church of the West . For the church in its fullness breaths with two lungs ,those of both East and West .In these days where in some places there is a shortage of Vocations we should be pastoraly open to these brothers and sisters who come seeking help at the monastery.
 
The Holy Cross is the truth of our salvation .This search for unity should not be misunderstood .The Orthodox Churches can only teach that which was taught always and everywhere from the beginning .We can add nothing to this and take nothing from it . Our full unity in word and sacrament can only be with those who  except these teachings .To the people from the reformed churches that come to us we must meet in a respectful but firm way ,never compromising this truth and inviting them to embrace the fullness of Gods teachings in the Holy Catholic and Apostolic Church .
 
At the foot of the Holy Cross stood silently the Theotoks the Mother of God .We are to fulfill or vocation to stay and watch with Christ in prayer , in unity with His sacrifice for the salvation of the world . The ones who offer and sing the praises and sacrifices to God must themselves become the sacrifice and offering upon the altar of God ,And so we are called to enter in to the conversion of our lives .
 
When we first come to the monastery we come from a world that has become very selfish and self centred . A world that tells us to have what we want , andwhen we want it . A world that in all its rush has forgotten to "Be still and know that I am God ."
 
Through the years the work of God in us is to fee us from this attachment to the world and its desires for self gratification .This process is the emptying of self, and freeing us from the past events and memories so that we turn round from facing  self to face the living God . What is hidden will be revealed in the light of God .
 
For some this is the most painful lesson of all the lessons we are given .We begin to see ourselves as God truly sees us .It is if we stand literally naked before God .This can go on for perhaps days , months and years . The love of God is the fire of the desert that consumes everything .
 
One day we will come to understand how great the love of God is for us that he calls us down this difficult path . The hours when we face such great testing are the gift of God to us .For they free the soul from its attachment to the world and increase its capacity to live the Divine Life .If we persevere through the days , months and years we will one day come to know the very truth of these words ;
 
                                                            " Desiring nothing of this world . Fearing nothing of this world .
                                                             It seemed to me as if I were standing on the summit of all things."
 
The Theotokos stood silently at the foot of the Holy Cross .The Monastery in a noisy world should be house of peace , silence , and recollection .Some times monasteries can be houses of gossip and speculation !We have to learn to respect the silence of the journey of our brother and sisters in the monastery . Discussions about their spiritual journey , life of prayer , and future should take place between them and the Bishop and Spiritual Father . If we do not hold either of these positions and responsibilities of service then we should not enter in to such discussions .For often we are discussing the movement of a soul, and so it is for those who have full knowledge of the facts to enter in to this dialogue with the monastic . The rest of us are to pray for our brothers and sisters and support them .But then we are to concentrate on making our own journey .
 
If we are to keep watch with Christ and achieve union with His prayer and offering we are called to constant Vigilance .The Fathers spoke of our death to the world as overcoming the passions and told us when these passions stop in us the world is dead in us ,The young monastics that sometimes come to enter a monastery are in such are hurry .They want everything yesterday and to achieve this most difficult of tasks , a life time work , in a day !
 
The problem for us is God is not in such a hurry ! Our twenty four hours is Gods eternity that he has to complete His plan in and for us .Early on in our monastic life it is easy to become discouraged .We can feel we are making either slow or no progress .One day a Novice went to one of the Desert Fathers and said he was leaving .When he was asked "Why ?" ,The Novice replied "It as  if I walk , I fall , I get up , walk , and fall again , and get up again ."The Desert Father replied ,"This is the vocation of the monk .You should stay !"
 
This struggle we speak of is to enter in to the struggle of humanity . But not to make this journey is not to enter in to life for ourselves and other people . For all our efforts  ,prayers and actions can become a source of light and goodness to others .
 
On this feast of the "Finding of the Holy Cross ." it would be impossible to answer every spiritual question or provide a total programme for our monastic life in a single sermon , but today we are once again being invited by God to not only find the Holy Cross in our lives but to enter in to the very mystery of the Cross in our lives and so enter in to the mystery of God and His life in us .
 
I would like to encourage you in these words " No single act of love for God will ever be lost . No painful endurance will ever be forgotten . "
 
And I would like to leave you with the words of our own dear Father Saint Isaac the Syrian to reflect upon ;
 
"Some one said of the Saints that while alive they were dead ;for though living in the flesh ,they did not live for the flesh .See of which of the passions you are alive .Then you will know how far to the world you are alive, and how far you are dead to the world. ."
 
                                                                                                                                                                        Father Lazarus-Mariam
0393 croix[1]
 
 

     

 
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 16:23

persian-cross-400

FÊTE de la CROIX GLORIEUSE (14 septembre)

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 2,5-11. 

Mes frères, partagez les sentiments du Christ Jésus ; 
bien qu'il fût dans la condition de Dieu, il n'a pas retenu avidement son égalité avec Dieu ; 
mais il s'est anéanti lui-même, en prenant la condition d'esclave, en se rendant semblable aux hommes, et reconnu pour homme par tout ce qui a paru de lui ; 
il s'est abaissé lui-même, se faisant obéissant jusqu'à la mort, et à la mort de la croix. 
C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, 
afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et dans les enfers, 
et que toute langue confesse, à la gloire de Dieu le Père, que Jésus-Christ est Seigneur. 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 12,31-36. 

En ce temps-là, Jésus dit à la foule des Juifs : "C'est maintenant le jugement de ce monde, c'est maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors. 
Et moi, quand j'aurai été élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi." 
Ce qu'il disait, c'était pour marquer de quelle mort il devait mourir. 
La foule lui répondit : "Nous avons appris par la Loi que le Christ demeure éternellement : comment donc dites-vous : il faut que le Fils de l'homme soit élevé ? Qui est le Fils de l'homme ?" 
Jésus leur dit : "La lumière n'est plus que pour un temps au milieu de vous. Marchez, pendant que vous avez la lumière, de peur que les ténèbres ne vous surprennent : celui qui marche dans les ténèbres ne sait où il va. 
Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière." Jésus dit ces choses, puis s'en allant, il se déroba à leurs yeux. 

11.Crucifixion.Grecque

Par Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église .
Homélie sur « Père, si c'est possible » (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 72) 

« Dieu a tant aimé le monde »

C'est la croix qui a réconcilié les hommes avec Dieu, qui a fait de la terre un ciel, qui a réuni les hommes aux anges. Elle a renversé la citadelle de la mort, détruit la puissance du démon, délivré la terre de l'erreur, posé les fondements de l’Église. La croix, c'est la volonté au Père, la gloire du Fils, la jubilation de l'Esprit Saint. 

La croix est plus éclatante que le soleil, plus brillante que ses rayons, car, lorsque le soleil s'obscurcit, c'est alors que la croix scintille (Mt 27,45) ; le soleil s'obscurcit non en ce sens qu'il disparaît, mais qu'il est vaincu par la splendeur de la croix. La croix a déchiré l'acte de notre condamnation (Col 2,14), elle a brisé les chaînes de la mort. La croix est la manifestation de l'amour de Dieu : « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que tout homme qui croit en lui ne périsse pas ». 

La croix a ouvert le paradis, elle y a introduit le malfaiteur (Lc 23,43) et elle a ramené au Royaume des cieux le genre humain voué à la mort.

10637946 10203990689343435 385621268 n

 "L’essentiel nous est confié "


jesuscalvaire

 

Si l’essentiel est vraiment là où Jésus meurt : en Croix... suis- je prêt à vivre cet essentiel, à témoigner de cet essentiel : donner ma vie, m’en dessaisir pour les autres. Car l’essentiel, nous sommes tous d’accord : c’est de vivre…

 

Et l’essentiel de la vie:

c’est aimer, être aimé.

croix1087897

 

Mais vivre jusqu’à ce point… aimer jusqu’à cet extrême, et puis être aimé de cette façon…Jésus en croix nous dit d’abord ce que n’est pas l’essentiel, il nous montre où il n’est pas :

 
L’essentiel n’est pas de réussir, de s’épanouir, de faire carrière (professionnellement, religieusement), Jésus meurt abandonné, condamné, humilié.

 
L’essentiel n’est pas dans l’argent ni dans cette apparence qu’il nous permet d’acheter: Jésus meurt nu, dépouillé, dévêtu de toute apparence, homme ordinaire, en tout semblable aux hommes et reconnu comme un homme :

 

 

Le Nazaréen ! Ecce Homo.

chrétiens-irak-persécution-mpi

steface2

L’essentiel n’est pas dans le manger, ni dans le boire.

J’ai soif, dit le supplicié (Jn 19,28).


Frères et Soeurs, qui va nous dire l’essentiel ?

Jésus et tout pauvre qui lui ressemble.

esprit malin pied de la croix

Et puis, qui va nous donner accès à cet essentiel de la Croix ?

Voyant sa mère et près d’elle, le disciple qu’il aimait :

Jésus dit à sa mère: « Femme, voici ton fils » .

Il dit ensuite au disciple: « Voici ta mère ». (Jn 19,26-27)
Et à partir de cette heure-Ià, le disciple l’ accueillit dans son intimité…

 

La Femme bénie entre toutes les femmes, c’est Elle qui va nous donner le fruit de l’arbre :c’est Elle, Marie, et c’est l’Église : où l’essentiel nous est donné, la vie éternelle… l’eau et le sang, la Parole et les sacrements.

christ-croix-lourdes

[…] L’essentiel, ce Je t’aime de Jésus, ce Je t’aime de la part de Dieu, jaillit de son Coeur, éternellement dit, jamais repris, offert à tous, cet essentiel, frères et soeurs, nous est livré dans un geste, dans un Souffle. Inclinant la tête, Jésus remit l’Esprit.

 

La croix vivante, la croix glorieuse du Fils bien-aimé nous fait signe et nous attire, comme pour un baiser :

Croix des Chrétiens de St Thomas

Venez, approchez: vous êtes des dieux,

des fils du Très Hau(Ps 81,6 )
Venez: ceci est mon corps pour vous (Lc 22,19)
Venez mes bien-aimés : ceci est mon sang (Mt 26,28).

golgotha

 
L’essentiel nous est confié : aimez-vous comme je vous ai aimés.

Vous êtes mes amis. […] Notre joie, c’est d’être là : témoins que quelque chose se passe : on dirait sur la croix un mariage.

Frère Christophe, extraits de l’homélie pour le 14 septembre 1990
++++++++++++
Ami des hommes, nous nous prosternons devant l'arbre de Votre Ste Croix 
sur lui Vous fûtes cloué, Vous la Vie de tous les êtres ;
au bon Larron qui dans la foi se tourna vers Vous,
Sauveur, Vous avez ouvert le Paradis;
et il obtint l'éternelle béatitude en Vous criant: 
Souviens-toi de moi, Seigneur ;
tout comme lui, reçois-nous qui  crions vers Vous en disant:
nous avons tous péché,
ne nous méprisez- pas, dans Votre immense compassion.
croix.jpg

Dès que fut planté l'arbre de Votre Croix, 
ô Christ, Vous ébranlâtes les assises de la mort; 
car Celui qu'il avait englouti avidement
l'Enfer l'a rejeté dans l'épouvante.
Dieu saint, Vous nous avez montré le salut 
et nous Vous rendons gloire :
Fils de Dieu, ayez pitié de nous !
++++++++++++

Par Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942), carmélite, martyre, co-patronne de l'Europe .
Poésie « Signum Crucis », 16/11/1937 (trad. Malgré la nuit, Ad Solem 2002, p. 65) 

« Pour que, par lui, le monde soit sauvé »


…Devenu homme par amour des hommes, 

Il fit don de la plénitude de sa vie humaine 

aux âmes qu’Il s’est choisies. 

Lui qui a formé chaque cœur humain 

veut un jour manifester 

le sens secret de l’être de chacun 

par un nom nouveau que seul comprend celui qui le reçoit (Ap 2,17). 

Il s’est uni chacun des élus 

d’une manière mystérieuse et unique. 

Puisant de la plénitude de sa vie humaine, 

Il nous fit don 

de la croix. 


Qu’est-ce que la croix ? 

Le signe du plus grand opprobre. 

Celui qui entre en contact avec elle 

est rejeté d’entre les hommes. 

Ceux qui un jour L’ont acclamé 

se détournent de Lui avec effroi et ne Le connaissent plus. 

Il est livré sans défense à ses ennemis. 

Sur terre il ne lui reste rien d’autre 

que les souffrances, les tourments et la mort. 


Qu’est-ce que la croix ? 

Le signe qui indique le ciel. 

Bien au-dessus de la poussière et des brumes d’ici-bas 

elle se dresse haut, jusqu’en la pure lumière. 

Abandonne donc ce que les hommes peuvent prendre, 

ouvre les mains, serre-toi contre la croix : 

elle te porte alors 

jusqu’en la lumière éternelle. 


Lève les yeux vers la croix : 

elle étend ses poutres 

à la manière d’un homme qui ouvre les bras 

pour accueillir le monde entier. 

Venez tous, vous qui peinez sous le poids du fardeau (Mt 11,28) 

et vous aussi qui n’avez qu’un cri, sur la croix avec Lui. 

Elle est l’image du Dieu qui, crucifié, devint livide. 

Elle s’élève de la terre jusqu’au ciel, 

comme Celui qui est monté au ciel 

et voudrait nous y emporter tous ensemble avec Lui. 


Enlace seulement la croix, et tu le possèdes, Lui, 

le Chemin, la Vérité, la Vie (Jn 14,6). 

Si tu portes ta croix, c’est elle qui te portera, 

elle te sera béatitude.

2017480813 1[1]

 

LE COIN DES ANGLOPHONES:

La Méditation du Rd Père Lazarus-Mariam:

Dear Fathers ,Brothers and Sisters ,
 
On this beautiful feast of the "Finding of the Holy Cross I would like to offer you a few reflections on what it means for us to find the Holy
Cross in the monastic life that we have been called to.
 
In the monastery our study of theology is not contained in books alone .It is a practical day by day living out of the Gospel and teachings of the Fathers .The person who lives the theology in this way is the true theologian !For all the study , meditations , and words we speak the spiritual life remains to be lived !
 
God has called us to the desert of the monastery .We could attend the services , do the work that we are asked to do , spend the times alone in the cell. And good as all that is it would not be to the live the monastic vocation in its fullness .In the prayer of the heart we open our hearts to Christ the true and living God to come and live in our hearts .We are then to seek union with that prayer and offering of Christ to the Father .
 
An old monastic speaks "The world may revolve many times , but the Cross remains the same ."
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
When we open the Office books each morning and evening we see next to the first page of prayers a picture of the Icon of the Crucifixion .It is as if God is constantly trying to remind us of the journey we are to make .
 
Jesus spoke "When I am lifted up from the earth I will draw all men to myself ." The Holy Cross calls us to the deepest search for unity .
Firstly we seek unity with the Bishop remembering where the Bishop is there the Church is present .And then we seek the unity of the
monastery with our Brother and Sister monastics .
 
The prayer of Christ before his death must be fulfilled in us that we may be "one ." If we can not love each other how can we truly love the God that we can not see ? But in truth this good God and friend of man is in each of us . Another monastic saying said :
 
                                        "In the teacher and the disciple who is the greatest ?
                                         For both have the presence of God in them ."
 
A house divided will fall .And not only that it will provide a bad witness to those who visit it .Jesus once fell under the weight of His Holy Cross and was helped to carry it .Our brother and sister monastics are given to us and us to them to support them in their journey and to aid them to answer their vocation in its fullness .
 
All a Father can ask of his son and we of each other is that we do the will of God whatever it is and whatever the cost .
 
The Holy Cross brings together all the nations of the earth and so calls us to seek the unity of the church .This must be a special concern of ours .We think especially of our Roman Catholic Brothers and Sisters in the great church of the West . For the church in its fullness breaths with two lungs ,those of both East and West .In these days where in some places there is a shortage of Vocations we should be pastoraly open to these brothers and sisters who come seeking help at the monastery.
 
The Holy Cross is the truth of our salvation .This search for unity should not be misunderstood .The Orthodox Churches can only teach that which was taught always and everywhere from the beginning .We can add nothing to this and take nothing from it . Our full unity in word and sacrament can only be with those who  except these teachings .To the people from the reformed churches that come to us we must meet in a respectful but firm way ,never compromising this truth and inviting them to embrace the fullness of Gods teachings in the Holy Catholic and Apostolic Church .
 
At the foot of the Holy Cross stood silently the Theotoks the Mother of God .We are to fulfill or vocation to stay and watch with Christ in prayer , in unity with His sacrifice for the salvation of the world . The ones who offer and sing the praises and sacrifices to God must themselves become the sacrifice and offering upon the altar of God ,And so we are called to enter in to the conversion of our lives .
 
When we first come to the monastery we come from a world that has become very selfish and self centred . A world that tells us to have what we want , andwhen we want it . A world that in all its rush has forgotten to "Be still and know that I am God ."
 
Through the years the work of God in us is to fee us from this attachment to the world and its desires for self gratification .This process is the emptying of self, and freeing us from the past events and memories so that we turn round from facing  self to face the living God . What is hidden will be revealed in the light of God .
 
For some this is the most painful lesson of all the lessons we are given .We begin to see ourselves as God truly sees us .It is if we stand literally naked before God .This can go on for perhaps days , months and years . The love of God is the fire of the desert that consumes everything .
 
One day we will come to understand how great the love of God is for us that he calls us down this difficult path . The hours when we face such great testing are the gift of God to us .For they free the soul from its attachment to the world and increase its capacity to live the Divine Life .If we persevere through the days , months and years we will one day come to know the very truth of these words ;
 
                                                            " Desiring nothing of this world . Fearing nothing of this world .
                                                             It seemed to me as if I were standing on the summit of all things."
 
The Theotokos stood silently at the foot of the Holy Cross .The Monastery in a noisy world should be house of peace , silence , and recollection .Some times monasteries can be houses of gossip and speculation !We have to learn to respect the silence of the journey of our brother and sisters in the monastery . Discussions about their spiritual journey , life of prayer , and future should take place between them and the Bishop and Spiritual Father . If we do not hold either of these positions and responsibilities of service then we should not enter in to such discussions .For often we are discussing the movement of a soul, and so it is for those who have full knowledge of the facts to enter in to this dialogue with the monastic . The rest of us are to pray for our brothers and sisters and support them .But then we are to concentrate on making our own journey .
 
If we are to keep watch with Christ and achieve union with His prayer and offering we are called to constant Vigilance .The Fathers spoke of our death to the world as overcoming the passions and told us when these passions stop in us the world is dead in us ,The young monastics that sometimes come to enter a monastery are in such are hurry .They want everything yesterday and to achieve this most difficult of tasks , a life time work , in a day !
 
The problem for us is God is not in such a hurry ! Our twenty four hours is Gods eternity that he has to complete His plan in and for us .Early on in our monastic life it is easy to become discouraged .We can feel we are making either slow or no progress .One day a Novice went to one of the Desert Fathers and said he was leaving .When he was asked "Why ?" ,The Novice replied "It as  if I walk , I fall , I get up , walk , and fall again , and get up again ."The Desert Father replied ,"This is the vocation of the monk .You should stay !"
 
This struggle we speak of is to enter in to the struggle of humanity . But not to make this journey is not to enter in to life for ourselves and other people . For all our efforts  ,prayers and actions can become a source of light and goodness to others .
 
On this feast of the "Finding of the Holy Cross ." it would be impossible to answer every spiritual question or provide a total programme for our monastic life in a single sermon , but today we are once again being invited by God to not only find the Holy Cross in our lives but to enter in to the very mystery of the Cross in our lives and so enter in to the mystery of God and His life in us .
 
I would like to encourage you in these words " No single act of love for God will ever be lost . No painful endurance will ever be forgotten . "
 
And I would like to leave you with the words of our own dear Father Saint Isaac the Syrian to reflect upon ;
 
"Some one said of the Saints that while alive they were dead ;for though living in the flesh ,they did not live for the flesh .See of which of the passions you are alive .Then you will know how far to the world you are alive, and how far you are dead to the world. ."
 
                                                                                                                                                                        Father Lazarus-Mariam
0393 croix[1]
 
 

     

 
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 08:26

 

«Les signataires de l’Appel de Paris* se sont retrouvés en ce moment particulier de l’histoire de l’humanité où le monde assiste à une flambée inégalée d’extrémisme et de violence au Moyen-Orient instrumentalisant l’islam comme étendard.

Des barbares sont en train de perpétrer les pires crimes contre l’humanité et menacent actuellement les populations mais aussi la stabilité et la paix entre  les peuples de toute la région.

Les signataires dénoncent sans ambiguïté les actes terroristes qui constituent des crimes contre l’humanité et déclarent solennellement que ces groupes, leurs soutiens et leurs recrues ne peuvent se prévaloir de l’islam. Ces agissements d’un autre âge, tout comme les appels inconsidérés au djihad et les campagnes d’endoctrinement des jeunes ne sont fidèles ni aux enseignements ni aux valeurs de l’islam.

Les signataires prennent à témoin la communauté musulmane pour demander à tous les responsables politiques de redoubler de vigilance face aux menées subversives qui ciblent les jeunes musulmans d’Europe, particulièrement les plus fragiles d’entre eux.

chrétiens-irak-persécution-mpi

Les signataires tiennent à réaffirmer leur soutien aux frères chrétiens d’Orient, pour la plupart arabes, ainsi que pour toutes les autres minorités de la région, qui sont victimes actuellement d’une grave campagne destructrice menée par ces groupes terroristes menaçant leur existence même.

Ils affirment sans ambiguïté le droit inaliénable de leurs frères chrétiens d’Orient, une des plus anciennes composantes de cette région, à rester et à vivre sur leur terre dans la dignité et la sécurité et pratiquer leur foi en toute liberté, comme cela a toujours été. Cette Terre Sainte, berceau de civilisation, où les trois religions monothéistes ont coexisté depuis des siècles. Il y va de l’avenir de la région.

Comment imaginer un Moyen-Orient amputé d’une partie de son identité qui a contribué à son épanouissement civilisationnel ? C’est pourquoi les signataires appellent à la prise de conscience du drame vécu actuellement par les chrétiens en Orient.»

*Cet appel a été signé par Dalil Boubakeur qui a prévu de le lire mardi matin à la Grande mosquée de Paris dont il est le recteur, Patrick Karam, président de la coordination « Chrétiens d’Orient en danger », Abderrahmane Dahmane, président du Conseil des démocrates musulmans de France, Anouar Kbibech, président du Rassemblement des musulmans de France (RMF) représentant une partie des mosquées marocaines, Ahmet Ogras, président de la Coordination des musulmans turcs de France (CCMTF), etc.

625b798e

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 14:29

10637946 10203990689343435 385621268 n

Cher amis . Aloho mbarekh.

 

C'est avec le coeur serré que je vous annonce le décès de Son Eminence Joseph Mar Koorilose qui , hier 5dimanche 7 Décembre), après avoir offert la Sainte Messe dut être hospitalisé pour ne pas nous revenir et rendre à Dieu son âme.

Comme vous le savez, avant notre intégration à l'Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne ( Juridiction fondée par l'Eglise Orthodoxe Malankar pour l'Europe et ses missions), notre chrétienté Syro-Orthodoxe Francophone avait pour "Juridical Advisor" ,Métropolite majeur, le "Valiya Metropolitan" de la MISC: Son Éminence Joseph Mar Koorilose.

 

C'est donc un ainé et un ami qui nous quitte pour nous précéder vers "la Maison du Père".

Visitant souvent notre chrétienté, nous avons partagé d'innombrables et intenses moments de Service du Seigneur et de Ses frères alors que notre Monastère et notre Eglise locale, issus de la Tradition Occidentale, s'enracinaient dans la primitive et toujours vivifiante Tradition Syriaque-Orthodoxe telle que véhiculée par les Chrétientés des Indes dîtes "de Saint Thomas".

10527866_331792653662161_1683617729187287898_n.jpg

 

C'est lui qui, pendant huit ans parraina en quelque sorte notre jeune chrétienté Syriaque. 

C'est lui qui répandit avec nous, en occident, la dévotion à Saint Abraham Koorllose BAVA pour le plus grand bonheur de nos fidèles. 

essanjoor

 

De nombreux fidèles l'ont connu, apprécié, estimé...

 

 

L'annonce du décès de Son Eminence m'a surpris cruellement. 

 

Je regrettais de n'avoir pas pu aller à son Jubilée en Décembre dernier et espérais pouvoir  recevoir  Son Eminence avant la fin de l'année pour le célébrer en France avec nos fidèles et manifester l'unanimité des Chrétientés Syriaques.

 

Hélas, il n'en sera pas ainsi ! Le Seigneur a voulu rappeler son fidèle serviteur... 

 

 

 

Désormais, espérons-nous, il intercédera pour nous aux côtés de la Très Sainte Vierge , de Saint Abraham Koorilose BAVA et de Saint Grégorios de Parumala.

10425163_579040048884876_5933613493565530294_n.jpg

 

Je vous exhorte donc à prier pour le repos de l'âme de celui qui fut un vrai serviteur du Christ.

1546079_579041405551407_8296053702602850130_n.jpg

 

 

J'ordonne à chacun de nos prêtres, en France et au Cameroun, d'offrir chaque jour des prières spéciales pour son Eminence Joseph Mar Koorilose et pour l'avenir de l'Eglise Syrienne du Malabar (MISC).

Ces prières seront offertes du 9.IX.2014 au 6. X 2014, jour où je célébrerai, en présence des  fidèles qui l'ont connu, une Sainte Messe.

 En dehors des prières que vous élèverez personnellement, des Offices qu’offrirons nos moines et nos prêtres tant en France qu'au Cameroun dans chacun de nos monastères et chacune de nos paroisses , je vous invite de participer à la Célébration Solennelle que je présiderai le Samedi 4 Octobre en notre Monastère Syriaque de N-D de Miséricorde à 10h30.

12516_4618788564501_6809956918472229828_n.jpg

 

Un proche du défunt Thirumeni  (Métropolite) nous demande de beaucoup prier pour l'Eglise Syrienne du Malabar particulièrement éprouvée par cette disparition.

 

Je sais que tous ceux qui ont connu, apprécié et estimé Son Éminence nous seront unis dans la prière. Je sais que je peux compter sur la prière de tous et chacun.

 

Votre fidèlement en Notre-Seigneur.

 

+Mor Philipose-Mariam, métropolite pour la France et l'Afrique

source vivifiante

PS:

Vous pourrez suivre la cérémonie des funérailles demain 9 . IX.2014 à 10h (Heure indienne) en allant ici:

www.thrissurlive.in

10626554_578263782296758_3267859845899524440_n.jpg

 

10668531_683893538360181_289334924_n.jpg

 

10695229_10204118133169451_104934719_n.jpg

 

10682094_10204118140529635_1285005968_n.jpg

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 17:46

La plus ancienne prière adressée à Marie

C'est sur un papyrus égyptien du 3è siècle que l'on a retrouvé la plus ancienne prière

à Marie, le "Sub tuum praesidium".

Sub-tuum.jpg

 

 

 

Commençons ce mois de septembre « avec Marie » : la plus ancienne prière adressée directement à la Vierge Marie, Sub tuum praesidium, a été retrouvée près d’Alexandrie sur un papyrus égyptien, copte, qui selon de nombreux spécialistes remonterait au 3e siècle après Jésus-Christ. Cette prière précède de plusieurs siècles l’Ave Maria dans la pratique des chrétiens.

La prière, écrite en grec, est une demande d’intercession, un appel pressant à la Vierge Marie, venant d’une première communauté chrétienne dans un moment de grand danger : « Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu. Ne repousse pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers, délivre-nous, Vierge glorieuse et bénie ».

Ainsi, si les catholiques invoquent Marie et lui demandent d’intercéder auprès de Dieu, de les protéger et de les libérer des dangers, ils font ce qu’ont toujours fait les chrétiens depuis les origines jusqu’à nos jours. Les catholiques rendent un culte à Marie en essayant d’imiter ses vertus. Ce culte est fondé sur la sainteté singulière et unique de Marie, que l’ange a saluée, l’appelant « Pleine de grâce ».  Et l’histoire nous apporte de nombreuses confirmations de cette sainteté de la Vierge Marie. 

Si vous visitez les catacombes de Priscille à Rome, les catacombes où se réunissaient les premiers chrétiens, vous y découvrirez une représentation datant du IIIe siècle, où l’on voit très distinctement la figure d’un évêque qui, dans l'acte d'imposer le voile sacré à une vierge chrétienne, désigne comme modèle Marie, représentée avec l’Enfant Jésus dans ses bras. 
Ainsi, les premiers chrétiens étaient convaincus que la Vierge Marie était un exemple à imiter, en particulier par ceux et celles qui choisissaient la virginité consacrée, comme style de vie au service de Dieu. L’histoire confirme que les catholiques, en vénérant Marie et en cherchant à l’imiter, n’inventent rien, mais continuent de faire ce que les chrétiens ont toujours fait. 

Texte grec  original :

Ὑπὸ τὴν σὴν εὐσπλαγχνίαν,
 καταφεύγομενΘεοτόκε.
Τὰς ἡμῶν ἱκεσίας,
μὴ παρίδῃς ἐν περιστάσει,
ἀλλ᾽ ἐκ κινδύνων λύτρωσαι ἡμᾶς,
μόνη Ἁγνήμόνη εὐλογημένη.

Version romaine 
Sub tuum praesidium confugimus, 
 Sancta Dei Genetrix. 
Nostras deprecationes

ne despicias in necessitatibus, 
sed a periculis cunctis libera nos semper, 
Virgo gloriosa et benedicta 


Version ambrosienne (la plus proche du texte original)
Sub tuam misericordiam confugimus 
Dei Genitrix 
(ut) nostram deprecationem 
ne inducas in tentationem sed

de periculo libera nos 
sola casta et benedicta 


(Ecoutez ICI l’étude musicale de l’antienne grégorienne du célèbre Maestro Giovanni Vianini, chanteur, organiste et directeur de la Schola Gregoriana mediolanensis, Basilica di San Marco, Milan N.d.R.)

source: Il Timone 

marie_peuple.jpg

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
6 septembre 2014 6 06 /09 /septembre /2014 13:37

 

10637946 10203990689343435 385621268 n

Il s'agit du premier monastère orthodoxe en Thuringe: Saint-Gabriel de Leinatal, Altenbergen.

Le Monastère a été consacré par l'Esprit Saint à travers les mains du primat de l'Église Syriaque-Orthodoxe Antiochienne, Mor Severius Moïse, et le métropolite de France et d'Afrique, Mor Philipose-Mariam

C´était donc dimanche dernier , en la Fête de Mor Gabriel, la Consécration 
*du Monastère Primatial Mor Gabriel, mais aussi, 
*du nouveau Sanctuaire Marial érigé dans le Thuringen grâce à l´aide de l´Eglise Catholique Romaine de Pologne qui, par l´Archevêque métropolite de Poznan, nous offrit une magnifique Icône de N-D de Czestochowa.

Le même Archevêque écrivit une belle lettre lue lors de la Cérémonie et envoya le Prieur des Pères Paulins qui ont la garde du Sanctuaire de Jasna Gora. 

com140831a100.JPG

Nous étions entouré encore au niveau œcuménique par :

1. Depuis la Suisse:

Le Rdme P Martin Werlen, ancien abbé du monastère catholique de Maria Einsiedeln 
 

2. Depuis la Pologne:

Le RP Marek , prieur du monastère de Jasna Gora des Pères Paulins,lesquels sont gardiens et responsables du Sanctuaire de N-D de Czestochowa 


*Le professeur Michael et M. Sebastian Bednarowicz,

*des représentants du mouvement missionnaire mondial des jeunes de Poznan 

com140831a87.JPG

 
4. Les représentants des communautés protestantes:

*Frère Lukas et frère Alfred du monastère de Gethsémani dans Riechenberg près de Goslar; 

 *Frère Michael et Frère Pierre de Imshausen et d'autres pasteurs de diverses paroisses.

com140831a196

5. Les représentants politiques suivants étaient présents: 


1. M. Jürgen Reinholz, ministre de l'Agriculture, des Forêts, de l'Environnement et de la Conservation de l'État libre de Thuringe 


2. Mme Katrin Göring-Eckardt, le chef du groupe parlementaire Bündnis 90 / Die Grünen 


3. M. Werner Pidde, membre du Parlement et président du groupe parlementaire du SPD au Landtag de Thuringe 


4. Mme Petra Hess, commissaire pour les étrangers de l'État libre de Thuringe 


5. M. Uwe Oswald, maire de Leinatal avec Mme Heidrun Stotzer, le maire du district de Altenbergen, et d'autres maires d'arrondissement de Leinatal 

 
6. Mme Gabriele Reichstein, le conseiller affecté de la ville de Gotha, en tant que représentant pour le maire Knut Kreuch

De la Bundeswehr M. Ingo Korzetz participé, le lieutenant-colonel et commandant de la Aufklärungsbatallion 13 et des représentants de la police locale et les pompiers.

D' autres organisations et associations étaient représentées. 

La liturgie solennelle a été encadrée par l'ensemble de cuivres de Ohrdruf, sous la direction de M. Preußler.

Après la Liturgie de la Consécration, des colombes ont été libérées comme un signe de la volonté de paix dans un monde déchiré. 

 Par la suite, un gâteau a été coupé en l'honneur de la consécration du monastère, et en ce jour historique ou tous les invités ont été remplis de  bénédictione et de joie. 

com140831a27.JPG

 

Ce furent d´intenses moments de prière, retentis, dès lundi matin, par la presse, la radio et la télévision.


Tout au cours de cette journée mémorables de prières intenses, e
n matinée avec la Consécration et l´après-midi avec le St Quarbana (La Ste Messe),

com140831a53.JPG

Liens:

Sermon  
d'autres nouvelles: mdr.de
ClipMDR THÜRINGEN JOURNAL 
        AbspielenMDR Radio

 

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 14:40

Prière : les dix conseils de Saint Augustin


« Fais ce que tu peux, demande ce que tu ne peux pas, et Dieu t’aidera afin q

ue tu puisses le faire… » Découvrez le décalogue de Saint Augustin.

 

1. « Adresse-toi plutôt à ton Seigneur lui-même, frappe à la porte de cette demeure où il repose avec sa famille, prie, supplie, insiste. Bien différent de cet ami dont il est question dans la parabole,  il se lèvera et te donnera, car il est tout disposé à donner. Tu frappes sans avoir encore obtenu ? Frappe encore, car il veut te donner. Et s’il diffère de te donner ce que tu veux, c’est pour enflammer tes désirs, et pour t’empêcher d’apprécier moins ce que tu aurais obtenu plus tôt ».  (Sermon 105).  

2. «  Oui, Jésus est mieux disposé à nous donner que nous à recevoir ; plus disposé à faire miséricorde que nous ne le sommes à sortir de la misère ». (Sermon 105).    

3. « La prière qui s’élève dans sa pureté d’un cœur fidèle est comme l’encens qui monte des saints autels. Rien n’est devant Dieu plus agréable que cette odeur : qu’elle soit l’odeur de tous les fidèles.». (Commentaire sur le psaume 140).  

4. « La foi est la source de la prière, et si la foi manque, il n’y a plus de prière. Prions donc pour que notre foi ne vienne pas à faiblir. La foi produit la prière, et la prière à son tour obtient l'affermissement de la foi ». (Catena Aurea).    

5. « Si nos prières sont parfois non exaucées, c’est que nous demandons aut mali, aut male, aut mala : aut Mali, en étant mauvais, et pas assez préparés pour demander ;  aut male, nous demandons mal, d’une mauvaise manière, avec peu de foi ou sans persévérance, ou avec peu d’humilité ; aut mala, nous demandons des choses mauvaises, ou qui, pour une raison ou une autre, ne nous conviendront pas ». (La Cité de Dieu, 20, 22).    

6. « Il peut paraître étonnant que celui qui nous exhorte à prier… soit celui-là même qui sait ce qui nous est nécessaire avant que nous le lui demandions. Alors, pourquoi Dieu fait-il cela ? Nous pourrions nous en inquiéter, si nous ne comprenions pas que le Seigneur notre Dieu n’attend certes pas que nous lui apprenions ce que nous voulons, qu’il ne peut ignorer. Mais il veut que notre désir s'excite par la prière, afin que nous soyons capables d'accueillir ce qu'il s'apprête à nous donner. Car ce que Dieu nous réserve est très grand, tandis que nous sommes petits et de pauvre capacité pour le recevoir. Voilà pourquoi il nous a été dit : Dilatez-vous ». (Lettre 130, à Proba).
 
7. Toujours maintenir vivant ce désir continuel de Dieu. Mais les soins et les affaires d’ici-bas  attiédissent notre désir, c’est pourquoi  à certaines heures et à certains temps fixés, nous prions aussi Dieu avec des paroles;  par ces paroles, nous nous avertissons nous-mêmes  de reprendre nos élans, et nous empêchons que notre esprit soit attiédi et se refroidisse  complètement; il s’éteindrait même totalement, faute d’être ranimé fréquemment. (Lettre 130 à  Proba).    

8. « Que Dieu nous garde de la prière bavarde, mais la prière doit être continue, si la ferveur persévère. Parler beaucoup, c’est traiter dans sa prière d’une chose nécessaire en paroles superflues: mais prier beaucoup, c’est insister auprès de celui que nous prions, par un long et pieux désir du cœur. La plupart du temps, on traite mieux celui que nous prions par les gémissements que par les discours, plus par les larmes que par le langage. » (Lettre 121 à Proba).  

9. « Fais ce que tu peux, demande ce que tu ne peux pas, et Dieu t’aidera afin que tu puisses le faire ». (Sermon 43, sur la nature et la grâce).    

10. « Si tu parcours toutes les prières de l’Écriture,  tu ne trouveras rien, je crois, qui ne soit contenu dans cette prière du Seigneur et n’y trouve sa conclusion (Notre Père) ». (Lettre 130 à  Proba).  

Article initialement publié par Oleada Joven  
Traduit de l’espagnol par Elisabeth de Lavigne

+++++++++++++++++++++++++++++++++

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article

Recherche

Liens