Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 18:58

Sainte Thècle protomartyre est dîte "égale aux apôtres" . Elle fut disciple de St Paul Apôtre et est fêtée le 24 Septembre

10704152 1480800108871154 1193019570776045142 n

Sainte Thècle était originaire de la ville d'Iconium (Asie Mineure). Elle était la fille de Théoclie, riche païenne. A 18 ans, elle était fiancée à un jeune homme nommé Thamyris, qui l'aimait d'un amour ardent. A cet époque, descendant d'Antioche, saint Paul fut accueilli à Iconium chez Onésiphore, voisin de Thècle, et y enseignait nuit et jour la parole de Dieu.

saintethecle.jpg

Il disait à tous ceux qui l'écoutaient avec grande joie : "Heureux ceux dont le coeur est pur, parce qu'ils verront Dieu. Heureux ceux qui gardent la chasteté de leur chair, parce qu'ils seront le temple de Dieu. Heureux ceux qui ont renoncé à ce monde, car ils seront agréables à Dieu. Heureux ceux qui craignent les paroles de Dieu, parce qu'ils seront consolés. Heureux ceux qui embrassent la sagesse de Jésus-Christ, parce qu'ils seront appelés les fils du Très-Haut. Heureux ceux qui ont gardé le baptême, car ils trouveront le repos auprès du Père et du Fils. Heureux ceux qui ont compris la science de Jésus-Christ, parce qu'ils seront dans la lumière. Heureux ceux qui ont rejeté l'extérieur du monde par amour de Dieu, car ils jugeront les anges et seront glorifiés à la droite du Père. Heureux les corps des vierges, parce que la parole du Père sera pour eux oeuvre de salut au Jour de son Fils, et ils goûteront le repos dans l'éternité de l'éternité"

Au comble de la joie et fascinée par ces paroles célestes, Thècle fut amenée à la foi en écoutant Paul cachée derrière une fenêtre qu'elle ne quitta pas pendant trois jours. Or Théoclie et Thamyris étaient perplexes en voyant Thècle oublier ce qui est terrestre pour s'attacher aux paroles de cet étranger qui enseignait à se détourner du mariage. Toute la ville était également en émoi, c'est pourquoi on se saisit de Paul et on l'amena devant le gouverneur. Celui-ci ordonna de l'enchaîner et de le mettre en prison. Après avoir donné ses bracelets au gardien, Thècle vint de nuit retrouver Paul dans sa prison, afin d'apprendre les grandeurs de Dieu, assise à ses pieds et baisant ses chaînes. Thècle fut découverte ainsi auprès de Paul, on les fit comparaître tous deux devant le gouverneur. Comme elle ne répondait pas aux questions du gouverneur, sa mère elle-même s'écria : "Brûle cette ennemie du mariage au milieu de l'amphithéâtre, afin que toutes les femmes instruites par cet exemple soient épouvantées !"

Фекла первомученица

1er supplice :

Le gouverneur, contre son gré et sous la pression de la foule, fit flageller Paul, le chassa hors de la ville, et condamna Thècle à être brûlée vive. Alors qu'on l'emmenait nue au lieu du supplice et que les jeunes gens et jeunes filles rassemblaient les bois pour le bûcher, Thècle vit le Seigneur sous les traits de Paul, qui l'emplit d'une force divine en la regardant. S'armant du signe de la Croix, elle monta sur le bûcher. Mais, bien que la flamme brillât haute, le feu ne la toucha pas et, ému par son amour, Dieu envoya une forte pluie qui éteignit le feu et inonda l'amphithéâtre.
Conduite par Dieu, Thècle retrouve Paul, qui se cachait dans un tombeau à proximité de la ville avec Onésiphore et les siens. Ils partirent ensemble pour Antioche. A peine étaient-ils entrés dans la ville qu'un notable nommé Alexandre, frappé par la beauté de Thècle s'éprit furieusement de la jeune fille et se précipita pour l'étreindre en pleine place publique. Elle se défendit, déchira sa clamyde, arracha la couronne de sa tête et le rendit ridicule.

Sainte Thècle

2ème supplice :

Pour se venger, celui-ci la livra au gouverneur qui la condamna aux bêtes. On l'attacha à une lionne farouche, mais celle-ci lécha les pieds de Thècle, comme pour rendre hommage à sa virginité. Le lendemain, on lacha contre elle de nombreuses bêtes fauves, mais elles ne purent la toucher, car la jeune fille était protégée par une lionne. Voyant une grande fosse pleine d'eau, préparée pour un nouveau supplice, Thècle s'écria : "C'est maintenant le moment de recevoir le bain de la régénération !" Elle s'y jeta en disant : "Au Nom de Jésus-Christ, je me baptise à mon dernier jour". Toute la foule sursauta d'émotion, pensant que les phoques allaient dévorer tant de beauté.

220px-Tarragona_Cathedral_01.jpg

Reliques-de-Sainte-Thecle-a-Tarragone--transferees-de-S.jpg

Reliques de Sainte-Thècle à Tarragone

(Espagne)

Au moment où elle plongeait dans l'eau, la flamme d'un éclair frappa les bêtes qui surnagèrent mortes, et un nuage de feu voila la nudité de l'épouse du Christ. On la livra alors à d'autre bêtes plus redoutables, mais les femmes de la ville, scandalisées par l'injustice de la condamnation de leur congénère, poussèrent de grands cris et les unes jetèrent des aromates, d'autres du nard, d'autres de la casse, d'autres de l'amone, en sorte que le théâtre fut rempli de parfums et les animaux, comme accablés de sommeil, ne touchèrent même pas la sainte. On attacha ensuite Thècle entre les pattes de deux taureaux, auxquels on appliqua des fers brûlants afin de les rendre furieux. Ils bondirent, mais la flamme, s'étendant en cercle, brûla les cordes et laissa la sainte comme si elle n'avait pas été liée. Constatant leur échec pour anéantir la servante de Dieu, le gouverneur et Alexandre lui rendirent la liberté.

220px-Mar_Takla_monastery_01.jpg

Après s'être reposée quelques jours chez Triphaine, une riche femme de la ville qui l'avait prise comme fille adoptive dès le début de ses tribulations, Thècle, n'aspirant qu'à retrouver Paul, partit pour Myre. De là, elle retourna avec lui à Iconium pour y proclamer les merveilles de Dieu. Elle y trouva Thamyris mort et sa mère obstinée à rester sourde au message du salut. C'est pourquoi elle partit pour Séleucie, où elle demeura près de soixante-douze ans, à pratiquer l'ascèse dans une grotte située aux environs de la ville, dans la montagne de Calamon. Elle endura de violents combats contre les démons et se fit connaître de tous par les nombreux miracles qu'elle accomplissait. Jaloux de ses succès, les médecins païens de la ville envoyèrent des jeunes gens débauchés pour la perdre. Mais, par la providence de Dieu, elle entra vivante dans le rocher et s'enfonça sous la terre. (On raconte qu'elle serait allée à Rome pour retrouver Paul ; mais qu'elle l'aurait trouvé mort. Elle serait restée là quelques temps, et se serait endormie d'un beau sommeil. Elle serait ensevelie à deux ou trois stades environ du tombeau de son maître).

(Réf. de ce texte : "LE SYNAXAIRE Vie des Saints de l'Église Orthodoxe")
Image illustrative de l'article Thècle d'Iconium

En Occident, Sainte Thècle est avec la Vierge Marie et sainte Agnès, l'une des trois saintes qui apparaissent chaque soir pendant des mois à saint Martin, Apôtre des Gaules, dans son ermitage tourangeau.

Une légende raconte que Thècle aurait traversé les mers pour fuir les persécutions.

Arrivée en Gaule, elle aurait franchi les Cévennes pour s'installer dans ces montagnes.

Elle serait morte à Saint-Bonnet-de-Chirac, en Gévaudan et enterrée près de la fontaine qui porte son nom.

P1090417-150x150.jpg

Cette légende expliquerait pourquoi Thècle d'Iconium est si présente dans les vénérations du sud du Massif Central.

P1120181-300x225.jpg

On retrouve en effet sa présence en Lozère (crypte Sainte-Thècle à Mende, fontaine à Saint-Bonnet-de-Chirac, patronne de Rocles  (cf. histoire de Rocles)., ...) et en Auvergne (elle est vénérée à Chamalières où ses reliques furent conduites au VIIe siècle).

 

Sainte-Thecle-d-Iconium.jpg

Sainte Thècle d'Iconium

(Konya, Turquie)

Ier siècle

 

 


Prière à Sainte-Thècle, vierge et martyre


Dieu Tout-puissant, donne-nous la force dans l'adversité que Tu as

accordée à Sainte-Thècle, afin que nous puissions être des témoins au

milieu d'un monde incroyant et éloigné de Toi. Par Jésus-Christ, Ton Fils,

notre Seigneur. Amen.


Prière traduite de l’espagnol.


Reliques-de-Sainte-Thecle-a-Tarragone--transferees-de-S.jpgReliques de Sainte-Thècle à Tarragone

(Espagne)




Prière à Sainte-Thècle


Ô Dieu, qui as libéré Sainte-Thècle, vierge et martyre, de trois cruels

tourments : le bûcher, les lions et les serpents, je Te demande que, dans

Ta Bonté, Tu daignes me libérer du péché et m'accorder la Grâce de jouir

avec Toi des biens Célestes. Amen. Sainte-Thècle, prie pour nous.

 



Prière traduite du portugais.


Maronite-image-of-Saint-Thecla.jpgImage maronite de Sainte-Thècle

 



Litanies de Sainte-Thècle


Seigneur, ayez pitié de nous.

Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous.

Christ, écoutez-nous.

Christ, exaucez-nous.

Père Céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

Sainte-Marie, priez pour nous.

Sainte Mère de Dieu, priez pour nous.

Sainte-Thècle, priez pour nous.

Sainte-Thècle, qui êtes restée pure au milieu des païens, priez pour nous.

Sainte-Thècle, convertie par le Saint Apôtre Paul et qui êtes devenue sa

première disciple, priez pour nous.

Sainte-Thècle, ardente élève de la Parole de Dieu, priez pour nous.

Sainte-Thècle, fidèle servante du Saint Apôtre Paul, priez pour nous

Sainte-Thècle, qui l’avez nourri en prison, priez pour nous.

Sainte-Thècle, qui avez quitté, par amour pour le Christ, votre fiancé

terrestre, priez pour nous.

Sainte-Thècle, dont la mère païenne vous a en vain, et de façons multiples,

forcée d'abandonner le Christ, priez pour nous.

Sainte-Thècle, dont les parents vous ont battue à cause de votre

attachement à la Foi Chrétienne, priez pour nous.

Sainte-Thècle, dont le fiancé vous a dénoncé auprès de l'empereur à

cause de votre Foi, priez pour nous.

Sainte-Thècle, qui avez été condamnée à brûler sur le bûcher, priez pour

nous.

Sainte-Thècle qui, par le Signe de la Croix, avez provoqué une pluie pour éteindre le feu, priez pour nous.

Sainte-Thècle, qui avez été jetée en pâture aux animaux sauvages dans la

fosse aux lions, priez pour nous.

Sainte-Thècle qui, par la Force de Dieu, avez été préservée de toute les

tortures, priez pour nous.

Sainte-Thècle, première martyre parmi les femmes, priez pour nous.

Sainte-Thècle, qui avez converti la pieuse Tryphéna et toute sa

maisonnée, priez pour nous.

Sainte-Thècle, qui avez servi Dieu jusqu'à un âge très avancé, priez pour

nous.

Sainte-Thècle, qui avez été visitée par votre Époux Jésus-Christ pendant

votre prière, priez pour nous.

Sainte-Thècle qui avez, par votre parole et votre exemple, gagné de

nombreuses âmes pour le Christ, priez pour nous.

Sainte-Thècle qui, dans toutes les tribulations, êtes pour nous un refuge

sûr, priez pour nous.

Sainte-Thècle, qui êtes les mère des veuves, des orphelins et des

pécheurs repentis, priez pour nous.

Sainte-Thècle, qui intercédez pour nous au Trône de Dieu, priez pour

nous.

Sainte-Thècle, acclamée par les patriarches, priez pour nous.

Sainte-Thècle, dont la tombe est visitée par d'innombrables et pieux

pèlerins, priez pour nous.

Sainte-Thècle, qui obtenez pour tous ceux qui vous invoquent consolation

et protection, priez pour nous.

Sainte-Thècle, miroir et modèle des vierges, priez pour nous.

Sainte-Thècle, Servante du Père Éternel, priez pour nous.

Sainte-Thècle, délice de Dieu le Fils, votre Époux choisi, priez pour nous.

Sainte-Thècle, temple magnifique de l'Esprit Saint, priez pour nous.

Sainte-Thècle, priez pour nous.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous,

Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous,

Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous,

Seigneur.


V. Priez pour nous, Sainte vierge et Martyre Thècle,

R. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses de notre Seigneur

Jésus-Christ.


Prions :

Ô Dieu, qui avez tiré de l'obscurité du paganisme la Sainte vierge et

Martyre Thècle, et qui l'avez choisie comme épouse pour Votre Fils et l'avez revêtue de Grâces particulières pour la consolation de Vos fidèles,

veuillez nous accorder, par ses mérites et son intercession, d'être

illuminés et réconfortés par sa grâce, de parvenir à la vraie conversion de

notre vie et de partager, avec elle, Votre Béatitude au Ciel. Par Jésus le

Christ, notre Seigneur, qui vit et règne avec Vous, dans l'Unité du Saint-

Esprit, pour les siècles et les siècles. Amen.

 



"Le préfet fit donc approcher Thécla, et lui dit : « Qui es-tu ? et qu'y a-

t-il en toi, pour qu'aucune des bêtes sauvages ne t'ait touchée ? » Thécla

répondit : « Je suis la servante du Dieu vivant. Il n'y a en moi autre chose

que la foi au Fils de Dieu, le Seigneur Jésus-Christ, en qui le Père a mis

toutes Ses complaisances. C'est par Lui que j'ai été préservée des bêtes ;

car Lui seul est la voie du salut éternel, et le fondement de nos

espérances à l'immortelle vie ; dans la tempête, Il est le port ; dans la

tribulation, le repos ; l'espérance et le refuge dans le désespoir ; en un

mot, celui qui ne croit point en Lui ne vivra pas ; il demeurera dans la mort

durant des siècles sans fin. »"


Source : "LES MARTYRS, Recueil de pièces authentiques sur les martyrs

depuis les origines du Christianisme jusqu'au XXème siècle" (Appendice

(1). Pièces interpolées et rédactions postérieures, "Les Actes de

SainteThècle. A. Iconium, vers l'an 47" et " Le Martyre de Sainte Thècle,

vierge"), traduites et publiées par le R. P. Dom H. Leclercq, Moine

bénédictin de Saint-Michel de Farnborough, Tome I, "Les Temps

Néroniens et le deuxième siècle", précédé d'une introduction, quatrième

édition, Imprimi potest. Fr. Ferdinandus Cabrol, Prior Sancti Michaelis

Farnborough. Die 4 Maii 1903. Imprimatur. Turonibus, die 18 Octobris

1920. P. Bataille, vic. gén. ANIMULAE NECTAREAE EORGINAE

FRANCISCAE STUART.



"Les cris des femmes ayant cessé et les bêtes féroces ne faisant aucun

mal à la vierge, Tryphène, tout émue d’un pareil miracle, ramena Thècle en

sa maison. Le soir étant venu, Tryphène allait se livrer au sommeil, quand

Falconilla lui apparut et s’adressa à sa mère en ses termes :

« Renonce à ce deuil profond auquel tu te livres à cause de moi, ne verse

pas des larmes inutiles et ne déchire pas ton âme en t’abandonnant ainsi à l

a douleur ; c’est à quoi je t’exhorte, ma mère. Ton affliction ne me

soulagera en rien et elle te fera périr. Mais prie pour que Thècle habite

avec toi ; elle te tiendra lieu de fille à ma place, et elle invoquera Dieu

pour que je puisse obtenir sa miséricorde et échapper au séjour des

hommes injustes. »

Falconilla, ayant ainsi parlé, parut s’envoler ; aussitôt Tryphène sortit de

son lit, pleine de joie et versant des larmes en même temps (selon qu’elle pensait à la fille qu’elle avait perdue ou à ce qui lui avait été révélé au

sujet de Thècle ; elle appela la vierge, qui couchait dans la même chambre

qu’elle et elle lui dit :

« Ma fille, chère enfant que Dieu m’a donnée, c’est le Seigneur qui t’a

conduite ici pour te jeter dans mes bras, afin que tu me consoles de tous

mes malheurs et que tu réconcilies avec Jésus-Christ l’âme de ma fille

Falconilla ; ce qui lui aura manqué sous le rapport de la foi, tu y

suppléeras par ton intercession ; va et prie le roi Jésus-Christ d’accorder

à ma fille, par faveur pour toi, le repos et la vie éternelle. C’est ce

qu’atteste Falconilla elle-même qui m’a apparu cette nuit. »"


Source : "Les Actes de Saint-Paul et de Sainte-Thècle d'Iconium" (IIème

siècle) : "Récit apocryphe de l'influence de Paul sur une jeune vierge

nommée Thècle et la vie romancée de celle-ci."


"The Acts of Paul and Thecla", New Testament Apocrypha, 160-190


 

 


Oración a Santa Tecla


Dios Todopoderoso, concédenos la fortaleza en la adversidad que le concediste a Santa Tecla, para que podamos ser testigos en medio de un mundo descreído y alejado de Ti. Por Jesucristo, Tu Hijo, nuestro Señor. Amén.


 

Oração a Santa Tecla


Ó Deus, que livrastes Santa Tecla, virgem e mártir, de três tormentos cruéis: a fogueira, os leões e as serpentes, nós vos pedimos que, em vossa bondade, vos digneis libertar-me do pecado e conceder-me a graça de gozar convosco dos bens celestiais. Amém. Santa Tecla, rogai por nós.

 

 


Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 09:47

Les chrétiens israéliens peuvent obtenir la mention d’« Araméens » sur leurs papiers 

Les chrétiens israéliens peuvent obtenir la mention d'« Araméens » sur leurs papiers

Le ministre de l'intérieur israélien, Guideon Saar, a annoncé l'ajout d'une nouvelle catégorie sur les cartes d'identité de certains chrétiens d'Israël, inclus jusqu'à présent dans la population arabe du pays. À partir de maintenant, ces derniers pourront faire inscrire sur leur carte d'identité qu'ils sont des 'chrétiens araméens', a annoncé mardi 16 septembre le ministre dans une lettre adressée au directeur général de l'office du recensement et de l'émigration, Amnon Ben Ami. Celui-ci a expliqué dans une circulaire que cette ethnie existait, possédant une tradition historique, une religion, une culture et une langue commune, et qu'il fallait donc les distinguer, d'après le site Juifs.org.

Le président de l'association araméenne chrétienne, Shadi Halul, officier de réserve dans l'armée israélienne, a estimé qu'il s'agissait d'une « démarche historique qui favoriserait certainement les bonnes relations entre Juifs et Chrétiens en Israël ».

Ce point de vue n'est pas partagé par l'ensemble des chrétiens. Le Patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal, insiste régulièrement de son côté sur l'importance de respecter leur « identité à la fois arabe et chrétienne ».

Environ 130 000 chrétiens vivent en Israël.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 09:44

A Mardin, les réfugiés chrétiens veulent retourner en Syrie | La-Croix.com

Ces femmes, chrétiennes syriaques, réfugiées en Turquie, sur la terre de leurs ancêtres, espèrent pourtant repartir en Syrie, leur pays (Mélinée LE PRIOL).

Après avoir compté tous les noms du registre sur lequel il est penché, le P. Gabriel Akyüz lève les yeux. Sa tête est surmontée d'une calotte noire. Au sein de l'Église assyrienne d'Orient, ce prêtre appartient à la branche des syriaques orthodoxes. Défronçant les sourcils, il souffle enfin : « 103 ! » C'est le nombre de Syriens qu'accueille, en ce mois d'été, la paroisse des Quarante Martyrs de Mardin, à moins de cinquante kilomètres de la frontière syrienne. Cent trois, soit une part infime des deux millions de déplacés qui ont gagné la Turquie ces trois dernières années, pour fuir les combats qui ravagent la Syrie depuis le printemps 2011.

La nuit estivale n'en finit pas de tomber sur l'élégante église syriaque aux pierres jaunes. Nichée au fond d'une vaste cour, elle se fait presque oublier tant les alentours sont animés. Une quarantaine de réfugiés achèvent leur repas, offert par la paroisse. Dans quelques heures, chacun retrouvera la famille chrétienne qui l'accueille. En attendant, pas question de se séparer. D'un improbable terrain de volley s'échappent des cris d'enfants. Adossés à des murets, les hommes fument par petits groupes, les femmes discutent autour d'une fontaine asséchée. Elles n'ont qu'un mot à la bouche : Syrie.

Mardin, splendide cité mésopotamienne et lieu d'exil

Ces réfugiés viennent pour la plupart de la ville de Hassaké, à une petite centaine de kilomètres de là. Mardin, splendide cité mésopotamienne bâtie à flanc de colline et qui devrait bientôt entrer au patrimoine mondial de l'Unesco, n'est pas une destination d'exil parmi d'autres. « Mon père venait d'ici, explique simplement Marcelle Azar, 46 ans, un peu à l'étroit dans son tee-shirt rose. Mes grands-parents avaient survécu aux massacres, mais ils ont quand même décidé de fuir la région en 1932, direction la Syrie. Mon père avait 6 ans. »

Ces « massacres » furent ceux commis par le régime turc, pendant la Première Guerre mondiale, contre toutes les minorités chrétiennes de l'Empire ottoman. C'est de Mardin qu'est originaire Mgr Ignace Maloyan, évêque arménien tué en 1915 et béatifié en 2001 par Jean-Paul II. Mais outre les Arméniens, de nombreux syriaques orthodoxes furent massacrés ou déportés entre 1914 et 1920. Aujourd'hui, les familles réunies autour de la fontaine sont leurs descendants.

Tur Abdin, berceau historique des syriaques

Cette région du nord de la Mésopotamie est actuellement peuplée majoritairement par des Kurdes. Elle a toujours abrité des chrétiens, et en particulier des syriaques : elle constitue même leur berceau historique. Son nom, Tur Abdin, signifie littéralement « la Montagne des serviteurs de Dieu ».

Au centre de l'arc de cercle qui entoure la fontaine, une quinquagénaire en impose. Appartenant à l'élite culturelle en Syrie, comme la plupart des réfugiés qui l'accompagnent, Rowida Kawriah parle d'une voix calme. Son fils Jack traduit l'arabe mélodieux de sa mère en un anglais plutôt fluide. « L'histoire se répète, affirme cette brune aux traits tirés. Il y a cent ans, mes grands-parents étaient chassés d'ici par l'armée turque, qui ne voulait plus de chrétiens dans le pays. Les soldats entraient dans les maisons pour couper les têtes et enlever les plus jolies filles… »

Bien qu'associée à ces souvenirs terrifiants, la région de Mardin n'a jamais cessé d'habiter la mémoire des grands-parents de Rowida. Les lieux revêtaient, dans leurs récits d'exilés, les contours d'un paradis perdu. En 2009, flanquée de son mari et de son fils, elle passe pour la première fois la frontière et découvre, émue, l'ancienne maison familiale, aujourd'hui habitée par des Turcs. « Je voyais enfin ces murs dont ma grand-mère m'avait tant parlé ! Je ne pouvais pas deviner qu'on reviendrait ici, pour fuir la guerre dans notre nouveau pays. »

Le monastère de Deyrulzafaran

Marcelle Azar aussi, est consciente de l'amère ironie de la situation. « Mes grands-parents ont toujours voulu revenir à Mardin, confie-t-elle. Mais ils sont morts sans avoir pu y remettre les pieds. Nous, maintenant, on y est, mais on ne peut pas rester là. » Car pour Marcelle, la Turquie n'est pas un pays d'avenir, pas même une terre d'asile. « Ici, on est en enfer », lâche-t-elle sans nuance, avant d'ajouter qu'« en tant que chrétien, on ne peut pas vivre en Turquie ».

Le constat semble dur, quand on sait ce que vivent, au même moment, les chrétiens des pays voisins. Mais Marcelle insiste. « Il y a trop de divisions ici entre les chrétiens et les musulmans. Le président Erdogan promet des choses, mais il ne fait rien pour nous. » De son côté, Rowida renchérit : « En tant que chrétienne, je suis contente d'être née en Syrie plutôt qu'en Turquie. »

À six kilomètres, un majestueux monastère défie l'aridité du paysage. Avec ses pierres dorées au soleil, ses clochers transperçant l'azur du ciel et son vaste cloître parsemé de plantes fuchsia, Deyrulzafaran n'a rien de « l'enfer » turc évoqué par Marcelle.

Les chrétiens sont très minoritaires en Turquie

L'évêque syriaque qui y vit, Mgr Saliba Özmen, sourit légèrement, la tête et les oreilles recouvertes d'une calotte noire ornée de motifs blancs. « Des réfugiés syriens, nous en avons logé pendant un an et demi au monastère. Ils étaient une cinquantaine. » Et même si ces familles vivent aujourd'hui à Mardin, l'évêque n'a pas oublié ses nouveaux voisins venus de Syrie. Il va régulièrement à l'église de la vieille ville de Mardin pour leur rendre visite.

On sent pourtant comme un regret dans sa voix : cette poignée de réfugiés a encore du mal à se mêler à la communauté syriaque. « Même si nous partageons la même foi, les différences culturelles posent problème, déplore Mgr Saliba Özmen. Avoir la même religion, cela aide à rapprocher les gens, mais cela ne suffit pas toujours. »Énigmatique, l'évêque change de sujet.

En vacances au monastère de Deyrulzafaran, Abdul Massih Saadi n'est pas surpris d'apprendre qu'à Mardin, les syriaques de Turquie et de Syrie se heurtent à leurs différences. La quarantaine déjà grisonnante, il enseigne l'araméen dans une université du Texas : « En Turquie, les chrétiens représentent à peine 1 % de la population, alors qu'ils étaient 10 % en Syrie en 2011. Les syriaques de Mardin sont tellement minoritaires qu'ils ont appris à être prudents, discrets, à toujours faire des compromis avec les musulmans. Bref, à survivre. C'est un choc pour les familles réfugiées ici. »

Retourner en Syrie à tout prix

Car quand elles étaient en Syrie, elles éprouvaient moins de difficultés à vivre leur foi. C'est ce que confirment les femmes assises autour de la fontaine vide des Quarante Martyrs. « Chez nous, on pouvait enseigner ou travailler dans la fonction publique, se souvient Rowida Kawriah. Alors qu'ici, en Turquie, un chrétien n'en a pas le droit. » Son fils Jack, ingénieur informatique hautement qualifié, n'a pas trouvé d'emploi correspondant à ses compétences, depuis son arrivée à Mardin, il y a bientôt deux ans.

Peu importe que leurs racines soient ici. Cent ans après leur départ pour la Syrie, ces familles n'attendent qu'une chose : repasser la frontière dans l'autre sens. « Après la guerre, quoiqu'il arrive, on retournera en Syrie, assure Marcelle Azar avec aplomb. C'est notre pays. Et s'il est détruit, tant pis, on le reconstruira. »

-------------------------------------------------------------------------------

REPÈRES

Le Tur Abdin, foyer des syriaques orthodoxes

Les syriaques orthodoxes appartiennent à l'Église assyrienne d'Orient, tout comme les chaldéens, les syriaques catholiques et les assyriens protestants. Ils sont environ 3 000 dans la région du Tur Abdin.

La présence des chrétiens dans cette région est très ancienne. Leur exil a commencé en 1895 et s'est amplifié lors de la Première Guerre mondiale. Près de 500 000 syriaques auraient perdu la vie lors  des massacres perpétrés en même temps que le génocide des Arméniens.

Chrétiens orthodoxes, ils dépendent du Patriarche d'Antioche, dont la résidence est à Damas, en Syrie. Depuis le début des combats en 2011, certains ont demandé que le siège soit transféré à Mardin.

Dans leur liturgie, les syriaques utilisent une langue dérivée de l'araméen, parlée du temps du Christ.

CÉCILE JANICOT et MÉLINÉE LE PRIOL (à Tur Abdin, en Turquie)  
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 07:47
Chers associés et amis des "Artisans de Paix",
Le mois de septembre est un mois marial dans les traditions chrétiennes.
  
 
Un artisan de paix nous envoie ce message de Lourdes:
"Au cours de ce pèlerinage éclair, j'ai pensé aux Artisans de Paix.
Ce n'est pas sans raison que Marie a été appelée la Nouvelle Eve.
Car elle préfigure l'Humanité Nouvelle qui rassemblera tous les peuples enfin réconciliés".
  
Que ceux pour qui cela fait sens, ne manquent pas de prier Marie qui intercède pour la paix.
 
Pendant que les Chrétiens priaient Marie, les Musulmans de France nous ont envoyé à tous, un signe fort de cette paix cherchée.
 
 
Le lendemain de la fête de la Nativité de Marie, mardi 9 septembre, Chrétie
 
ns et Musulmans se sont rassemblés à la Grande Mosquée de Paris, pour dire leur solidarité envers les Chrétiens d’Orient. En ces temps où les Chrétiens d’Irak font face à des persécutions, ils ont vigoureusement lancé leur message de fraternité.
Sous le nom de « L'Appel de Paris », leur déclaration solennelle signe le début d’un long travail commun pour promouvoir la paix.
 
Lundi 15 septembre, enfin, toutes les instances musulmanes de France ont signé un appel condamnant fermement, publiquement et unanimement, les exactions commises par l’organisation « Daesh », connue sous l’appellation « Etat Islamique » (EIL), à l’encontre des civils en Irak et en Syrie parmi les chrétiens, les Yézidis, les kurdes, les turcomans, les musulmans chiites ou sunnites, les humanitaires, les journalistes et les reporters.
 
Pendant ce temps, nos amis juifs s'apprêtent à fêter le Nouvel An selon leur calendrier...
 
Mercredi 24 septembre au soir, commenceront les fêtes de Rosh Ha-Shana : le Nouvel An juif.
Elles dureront les 25 et 26 septembre et se prolongeront par les fêtes de Tishri 5775.
Remarquons que les fêtes du Nouvel An juif sont chaque année immédiatement suivies par celles du Grand Pardon...
Le 28 septembre sera jour de jeûne dans la tradition juive, pour préparer les esprits au grand jour de Yom Kippour, le Shabbat des Shabbats,
Vendredi 3 octobre, commenceront les offices de Kippour. Le samedi 4 octobre sera le Grand Jour de Yom Kippour, le Grand Pardon.
Enfin les fêtes de Soukkhot (fête des tentes) qui célèbrent l'hospitalité entre les peuples de la terre commenceront le soir du 9 octobre
et finiront par la célébration de Sim'hat Torah le 17 octobre. Elles sont le fruit du Grand Pardon et l'annonce de la réconciliation messianique entre les peuples de la terre.
 
CHANA TOVA 5775 à nos amis juifs! Shalom, Paix, Salam à tous !
 
Que cette rentrée pour tous et cette nouvelle année selon le calendrier hébraïque soit fructueuse pour les Artisans de Paix du monde entier.
Hommes et femmes de diverses traditions, artisans de paix, nous conjuguerons nos forces pour nous tourner chacun à sa manière
vers l'Eternel qui nous rend contemporains les uns des autres, frères en humanité, ouverts à la paix.
Bonne rentrée et bonne année à tous.
 
Paula Kasparian,
Présidente des Artisans de Paix
Ostrobramska.jpg
Appel des musulmans de France
Nous, responsables musulmans de France, signataires du présent appel :
Nous condamnons fermement les exactions commises par l’organisation « Daesh »,
connue sous l’appellation « Etat Islamique » (EIL), à l’encontre des civils en Irak et en 
Syrie parmi les chrétiens, les Yézidis, les kurdes, les turcomans, les musulmans chiites ou 
sunnites, les humanitaires, les journalistes et les reporters.
Nous considérons que cette organisation, en dépit de son appellation usurpée, n’a rien 
ni d’Etat ni d’islamique. Ses actions criminelles et barbares, dont les décapitations
macabres des deux journalistes américains James Foley et Steven Sotloff et de 
l’humanitaire britannique David Haines, d’une cruauté et d’une violence insoutenables,
sont en totale contradiction avec les principes élémentaires de la religion musulmane.
Nous saluons la réaction spontanée, responsable et unanime des musulmans de France 
et de leurs imams qui ont condamné fermement les actes abjects du groupe terroriste 
«Daesh ».
Nous saluons la position des autorités Chrétiennes, qui tout en condamnant les 
exactions perpétrées contre les chrétiens d’Irak et de Syrie, refusent toute 
instrumentalisation de cette tragédie et soulignent que les musulmans sont également 
victimes de cette organisation terroriste.
Nous appelons tous les citoyens épris de paix et de justice quelle que soit leur religion 
ou leur conviction à afficher, aujourd’hui plus que jamais, leur unité face au terrorisme 
et à la barbarie et à œuvrer sans relâche pour que le dialogue et la solidarité entre eux 
puissent faire barrage aux adeptes de la prétendue « guerre des civilisations ».
Nous réitérons notre appel aux jeunes musulmans de France qui seraient tentés d’aller 
combattre aux côtés de ces terroristes, de prendre conscience de l'ampleur de la 
gravité des crimes dont ils pourraient se rendre complices, ainsi que de la lourde 
responsabilité, devant Dieu et devant l'Humanité, d’une telle complicité.
Face à l’ampleur des crimes commis par « Daesh » et l’importance des moyens matériels 
dont elle dispose, nous appelons la communauté internationale à diligenter une 
enquête afin que soient déterminés les responsabilités des soutiens de cette 
organisation terroriste ainsi que l’origine de ses moyens.
Nous demandons aux musulmans de France d’apporter leur aide aux exilés, notamment 
à ceux présents en France, d’élever des prières, tous les vendredis, pour le repos des 
âmes de toutes les victimes et implorer le Très Miséricordieux afin qu’Il accorde Son 
Aide et Son Soutien à ceux qui souffrent des actes de cette organisation terroriste. 
Appel des musulmans de France
Nous, responsables musulmans de France, signataires du présent appel :
Nous condamnons fermement les exactions commises par l’organisation « Daesh »,
connue sous l’appellation « Etat Islamique » (EIL), à l’encontre des civils en Irak et en 
Syrie parmi les chrétiens, les Yézidis, les kurdes, les turcomans, les musulmans chiites ou 
sunnites, les humanitaires, les journalistes et les reporters.
Nous considérons que cette organisation, en dépit de son appellation usurpée, n’a rien 
ni d’Etat ni d’islamique. Ses actions criminelles et barbares, dont les décapitations
macabres des deux journalistes américains James Foley et Steven Sotloff et de 
l’humanitaire britannique David Haines, d’une cruauté et d’une violence insoutenables,
sont en totale contradiction avec les principes élémentaires de la religion musulmane.
Nous saluons la réaction spontanée, responsable et unanime des musulmans de France 
et de leurs imams qui ont condamné fermement les actes abjects du groupe terroriste 
«Daesh ».
Signataires par ordre alphabétique des institutions:
- Comité de Coordination des Musulmans Turcs de France – (CCMTF)
Représenté par Monsieur Ahmet OGRAS, Président.
- Fédération Française des Associations Islamiques d’Afrique, des Comores et des Antilles-
(FFAIACA)
Représentée par Monsieur Cheikh Moussa TOURE, Président.
- Fédération Nationale de la Grande Mosquée de Paris- (FNGMP)
Représentée par Monsieur le Recteur Dalil BOUBAKEUR, Président.
- Foi et Pratique
Représentée par Monsieur Hamadi HAMMAMI.
- Grande Mosquée d’Evry- Courcouronnes
Représentée par Monsieur le Recteur Khalil MERROUN
- Grande Mosquée de LYON
Représentée par Monsieur le Recteur Kamel KABTANE
- Grande Mosquée de Saint- Denis de l’île de la Réunion
Représentée par Monsieur Aslam TIMOL
- Rassemblement des Musulmans de France (RMF)
Représentée par Monsieur Anouar KBIBECH, Président.
- Union des Mosquées de France (UMF)
Représentée par Monsieur Mohammed MOUSSAOUI, Président.
- Union des Organisations Islamiques de France
Représentée par Monsieur Amar LASFAR, Président.
Paris, le 15 septembre 2014
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 07:36

N-D de La Salette

La Salette, sur les pas de Maximin et

Mélanie

Ce 19 septembre marque le 168° anniversaire de l'apparition de Notre Dame à deux

petits bergers des Alpes. Le bel album réalisé par les Sœurs de Notre-Dame de

la Salette est une invitation au pèlerinage.

PHILIPPE OSWALD (177) dans "ALETIA"

 

 

Quelque peu éclipsée par les apparitions de Lourdes survenues douze ans plus tard, l’unique apparition de Notre Dame à Mélanie et Maximin, à La Salette, le 19 septembre 1846, présente de nombreuses analogies avec celles dont devait bénéficier Bernadette Soubirous en 1858 : le cadre austère de la haute montagne, la personnalité des voyants, de jeunes enfants, des paysans parmi les plus pauvres - leurs familles côtoient la misère-,  les circonstances tout à fait inattendues de leur rencontre avec « la belle Dame » qui leur parle avec douceur, ne dédaignant pas les mots de leur patois, le douloureux et pressant message qu’elle leur délivre à l’intention de l’humanité pécheresse : confiance, prière, pénitence. Autant d’éléments que l’on retrouvera soixante-dix ans plus tard dans les apparitions de Fatima (1917). Ajoutons l’insistance avec laquelle la Vierge de la Salette mentionne le respect du repos dominical pour honorer le jour du Seigneur – comme y exhorte aussi, non loin de là, le curé d’Ars, à la même époque : un demi-siècle après la Révolution, la France en portait encore les stigmates. Inutile de souligner la nouvelle actualité de ce message dans la France du XXIe siècle qui  voudrait sacrifier le dimanche aux mirages de la déesse économie.

Mais si Lourdes ou Fatima ont une renommée et un rayonnement national et international nettement supérieurs à ceux de La Salette,  le cadre du sanctuaire alpin, à 1800 mètres d’altitude, est incomparable. C’est le premier mérite de ce petit album, presqu’un format « de poche », de nous le faire goûter avec des photos admirables, prises en toutes saisons, choisies dans le riche patrimoine historique de la basilique de Notre-Dame de La Salette. L’autre mérite est d’ajouter à la séduction des yeux la nourriture spirituelle, en délivrant en peu de mots l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur la merveilleuse histoire de Maximin et Mélanie,  ainsi que sur le message que la Mère de Dieu les charge de transmettre « à tout mon peuple ». Un beau petit livre avec lequel parents et grands-parents captiveront jusqu’aux jeunes enfants.

Viens voir là ! Message de Notre Dame lors de son apparition à La Salette, récit et photographies par Sœur Sophie Richer, préface de Mgr Guy de Kérimel, évêque de Grenoble-Vienne, éditions Osmose, 15€
http://www.osmose-boutique.com/boutique/viens-voir-la/

N-Des douleurs

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 19:45

SAINT THEUDERE ET SAINT CHEF en DAUPHINE 

Nous allons parler de saint Theudère le Bienheureux né à Arcisse  aux alentours de l’an de grâce 500, que l’Eglise fête le 29 octobre.

« Saint-Chef Vue Generale » par Groumfy69 — Travail personnel. Sous licence Public domain via Wikimedia Commons St Chef Abbatiale Clocher CC BY-SA 3.0 GO69 — Travail personnel Saint chef en Dauphiné, Isère, 38890, France - Google maps

Theudère semble être la déformation de Théodore et cela indique  qu’il appartenait à une « gens » chrétienne.  Riche fils de famille, il a grandi sur les terres de la villa Acissia (qui a donné le nom au village actuel, Arcisse, 38890, Isère) qu’il quitta dans sa vingtième année, animé par sa vocation de servir Dieu, après avoir distribué sa fortune aux pauvres.  Saint Césaire d’Arles le fit diacre et l’envoya parfaire ses dons à Lérins.

Vers la trentaine,  Theudère revint à Acissia mettre à la disposition de la population locale ses formidables talents spirituels.  Son activité créatrice sera intense. Guidé par une voix céleste, c’est dans le cadre sauvage et hostile du Val Rupian, à une demi -heure de marche du domicile familial qu’il a crée un monastère dédié à la Mère de Dieu. De même,  à Vasselin (38890, Isère, France), à 1.9 km de notre ciergerie, Saint Theudère fonda un autre monastère sous le vocable de Saint Eusèbe.

Il ne reste malheureusement rien du monastère si ce n’est une fontaine miraculeuse, déplacée de dix mètres lors de la reconstruction de son église dans le deuxième moitié du 19ème siècle. On raconte en effet que lors de l’édification de l’église de Vasselin, un glissement de terrain menaçant le chantier,  Saint Theudère  se mit en prière et la coulée de terre épargna le lieu. A la place jaillit une source dont l’eau guérissait les maladies oculaires. Les pèlerins en route vers Compostelle faisaient un détour pour s’y laver les yeux.  De nombreux autres édifices religieux doivent leur existence à l’activité du saint.

Saint Theudère finit ses jours à Vienne, appelé par son évêque Philippe à en être le « reclus ».  Une tradition pieuse voulait en effet que la ville entretienne une personne d’une piété reconnue en échange de la consolation des âmes et de ses prières pour le salut des habitants de la cité. A sa mort, en octobre 575, en dépit de son vœu de reposer au Val Rupian  au sein du monastère, les viennois tentèrent de garder sa sainte dépouille. Mais le saint ne se laissa pas faire. Alors qu’on s’apprêtait à soulever son cercueil, celui-ci devint si lourd qu’on ne put le  déplacer. A la troisième tentative, l’évêque qui présidait aux funérailles, annonça que saint Theudère serait inhumé chez lui selon sa volonté. Le poids du cercueil se fit alors de plume et la procession se mit en route. Elle atteignit son but en  trois jours  pendant lesquels les miracles se multiplièrent. Deux d’entre eux nous touchent plus particulièrement car ils ont trait au vin et aux cierges,  nos deux produits phares

Les moniales de Vienne avaient fourni aux participants du cortège des outres de vin afin qu’ils puissent se désaltérer pendant la journée. Le soir venu, après une journée de marche, ces outres étaient vides. Le lendemain matin on les retrouva pleines à la grande joie des moines du Val Rupian arrivés au campement pour accompagner leur père fondateur vers sa dernière demeure.  Mais la cérémonie ne put commencer qu’à la nuit tombante et le nombre de cierges était nettement insuffisant. Là encore, la volonté divine se manifesta et la cire se multiplia si bien entre les mains de ceux qui distribuaient  les bougies que l’on put en allumer en quantité et achever la cérémonie  comme en plein jour….

 

Du premier monastère qu’a fondé Saint Theudère ne demeure aujourd’hui qu’un village, Saint Chef en Dauphiné(38990, Isère, France) et l’abbatiale connue mondialement pour les trois ensembles de fresques romanes du XIIème siècle qui la décorent. 

St Chef Abbatiale Chapelle des Anges Voûte - CC BY-SA 3.0 GO69 — Travail personnel Mur sud : les 12 prophètes autour du roi David et les 12 apôtres autour de Saint Pierre Anges du champs Sud de la Chapelle des Anges

Le Village doit surement son nom aux reliques vénérées à l’abbaye. Rappelons que « chef » désigne la  tête. Outre le chef de Saint Theudère, on devait y conserver celui de Saint Thibaud, évêque de Vienne (952-1000) ancien élève des moines  et celui de Saint Léger, lui aussi évêque de Vienne et comme le précédent à l’origine de la reconstruction de l’abbaye complètement ravagée par des incursions barbares de la fin du IXème siècle.  Ces trois reliques ont disparu. Lors de travaux en 1840-1850, l’architecte a dégagé derrière la première chapelle nord les restes d’une autre chapelle avec un autel sur lequel reposaient « trois têtes bien conservées et garnies intérieurement de coton ». Il a emmuré ces têtes dans le mur et aurait laissé des indications sur la cachette à ses héritiers que ceux-ci n’ont pas révélées. A l’heure actuelle, on peut y vénérer des reliques de Saint Clément, martyr du 1er siècle et  apportées à l’abbaye qu’en 1715.

Quant à l’abbatiale, elle est un magnifique lieu de visite qui mérite le détour. En attendant de le faire, nous ne pouvons que vous recommander de visiter le site complet  de Mme S. Charlet qui lui est consacré.

 


Liens :

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 08:58

Une curieuse amulette sur papyrus

vieille de plus de 1 500 ans parle de

l’Eucharistie

Ce papyrus, d’origine égyptienne et écrit en grec, fait référence à

la Dernière Cène de Jésus et à la manne du ciel.

 

C'est lors d'une conférence consacrée à sa collection de papyrus le 4 septembre

dernier que la bibliothèque de l'université de Manchester a vendu la mèche :

l’historienne Roberta Mazza a découvert un document du VIe siècle, écrit en grec,

le plus ancien exemple d'utilisation de la liturgie eucharistique comme charme protecteur,

et qui constitue un témoignage des pratiques des premiers chrétiens. Roberta Mazza,

chercheuse à l’Institut de Recherche John Rylands, se trouvait dans la bibliothèque du

même nom, qui serait la plus grande du Royaume-Uni et abriterait un fragment de

l'évangile de Jean, l’original le plus ancien du Nouveau Testament. Elle était en train

d’analyser et de classer quelques-uns des milliers de fragments de documents

historiques inédits conservés dans les dépôts de la bibliothèque, quand elle a repéré ce papyrus.

Une protection contre le malheur
Daté d'environ 300 ans après la conversion au christianisme de l'empereur romain

Constantin, le premier mot que l’historienne  réussit à traduire soulignait déjà son

essence chrétienne : manne, le pain biblique que Dieu fit pleuvoir du ciel sur le peuple

d’Israël lors de son exode. Selon ses explications, le reste du texte est un mélange de

passages de l’Ancien et du Nouveau Testament, une sorte de protection, semble-t-il,

contre le malheur. Cela montre,  affirme l'historienne,  comment les premiers chrétiens

adoptèrent la tradition  païenne - d’abord égyptienne puis gréco-romaine ensuite -  de

porter des prières aux dieux au sein d'une amulette, celle-ci étant perçue comme une

sorte de charme, un objet porte-bonheur protégeant celui qui la porte contre les dangers.

Pour élaborer ces objets et les porter dans des médaillons autour du cou ou les garder

à la maison, les premiers chrétiens auraient remplacé les prières polythéistes par des

citations bibliques, ce qui indiquerait une relation très étroite avec la Bible. "Aujourd’hui,

nous pensons la Bible comme cette œuvre fixe où chaque mot est à sa place dans un

endroit précis, explique Roberta Mazza. Un tel document indique que la connaissance

de la Bible a été transmise beaucoup plus par oral à travers des passages choisis, par

la liturgie, les prières et amulettes, que par un livre complet.


Ecrit sur un reçu fiscal  
L’historienne précise que l’analyse spectrale du document révèle qu’il s’agit en fait

de papier recyclé, et qu’au dos, apparaissent, atténuées quasiment effacées, les

lettres d’un reçu pour le paiement de taxes sur les céréales, reçu certifié par le collecteur

de la ville égyptienne de Tertembuthis (l’actuelle el-Ashmunein). Le fabricant de l’amulette

aurait probablement coupé un morceau du reçu, écrit au dos le texte religieux et plié le

papyrus afin de le porter à l’intérieur d’un médaillon ou d’un pendentif. C’est pourquoi le

reçu fiscal à l’extérieur aurait été endommagé et a disparu. Bien que la pièce n'offre pas

beaucoup d'informations sur son propriétaire, Roberta Mazza pense qu’il s’agit d’un

habitant  du village voisin de Hermopolis. Le fabricant de l’amulette connaissait, c’est

clair, la Bible, mais a commis beaucoup d’erreurs : certains mots sont mal orthographiés,

d’autres dans le désordre. Ce qui donne à penser qu’il a été écrit de mémoire au lieu

d’être copié. Selon le Dr Mazza,on peut dire qu’il s’agit là d’un exemple incroyablement

rare de christianisme et de Bible compréhensible par des gens ordinaires – et non

seulement réservé aux prêtres et à l’élite. D’où la conclusion que la connaissance et

l’utilisation de la Bible dans l’Egypte du VIe siècle était plus répandue qu’on ne le pensait.


Il semblerait que ce document ait atterri à la Bibliothèque anglaise vers 1901, mais nul ne

connaissait jusque-là son importance. Le texte de l’amulette est une combinaison

originale de passages bibliques, notamment un psaume, et de la description par Matthieu

de la Dernière Cène.

Voici le texte intégral du papyrus :  

"Craignez vous tous celui qui règnera sur la terre. Nations et peuples,
sachez que Christ est notre Dieu. Car il parla et ils commencèrent à être,
il commanda et ils furent créés ; il mit chaque chose sous nos pieds et nous
délivra de la volonté de nos ennemis. Notre Dieu prépara une table dans le désert
sacré et donna la manne à manger pour une nouvelle alliance : le corps immortel du
Seigneur  et le sang que le Christ versa pour nous en rémission de nos péchés."


Article initialement publié par Vida Nueva 
Traduit de l’espagnol par Elisabeth de Lavigne

  

sources: VIDA NUEVA
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 16:47

Méditons cette homélie de Saint Bernard … en cette Fête de Notre Dame Des Douleurs ce 15 septembre 

10ème Station


Le martyre de la Vierge nous est connu tant par la prophétie de Siméon que par le récit même de la Passion du Seigneur. De l’enfant Jésus, ce vieillard disait : Il sera un signe de division ; et toi, disait-il à Marie, une épée transpercera ton âme.

 

épé10

Oui, Mère bénie, un glaive a transpercé ton âme : il n’aurait pu, sans transpercer celle-ci, pénétrer dans la chair du Fils. C’est vrai : ce Jésus qui est le tien — qui est à tous, certes, mais à toi tout particulièrement — , après avoir remis son esprit, ne fut pas atteint dans son âme par la lance meurtrière sans épargner un mort, auquel elle ne pouvait pourtant plus faire de mal, elle lui ouvrit le côté ;mais c’est ton âme qu’elle transperça.

 

La sienne assurément n’était plus là mais la tienne ne pouvait s’enfuir. Ton âme, c’est la force de douleur qui l’a transpercée, aussi pouvons-nous très justement te proclamer plus que martyre, puisque ta souffrance de compassion aura certainement dépassé la souffrance qu’on peut ressentir physiquement. 

épé10

N’a-t-elle pas été plus qu’une épée pour toi, n’a-t-elle pas percé ton âme et atteint jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, cette parole : Femme, voilà ton fils ? Ô quel échange ! Jean t’est donné en lieu et place de Jésus, le serviteur à la place du Seigneur, le disciple au lieu du Maître, le fils de Zébédée à la place du Fils de Dieu, un simple homme au lieu du vrai Dieu. 

Comment l’écoute de cette parole ne transpercerait-elle pas ton âme pleine d’affection, quand le seul souvenir de cette parole brise déjà nos cœurs, qui sont pourtant de roc et de fer ?

 

Ne vous étonnez pas, frères, qu’on puisse dire de Marie qu’elle a été martyre dans son âme. S’en étonnerait celui qui aurait oublié comment Paul mentionne, parmi les fautes les plus graves des païens, le fait qu’ils ont été sans affection . Un tel péché était bien loin du cœur de Marie ; qu’il le soit aussi de ses modestes serviteurs.

 

 Mais on dira peut-être : ne savait-elle pas d’avance qu’il devait mourir ? — Sans nul doute. N’espérait-elle pas qu’il ressusciterait aussitôt ? — Oui, assurément. Et malgré cela elle souffrit de le voir crucifié ? — Oui, et violemment. Qui donc es-tu, frère, et d’où vient ta sagesse, pour que tu puisses t’étonner davantage de la compassion de Marie que de la passion du fils de Marie ?

 

fleurrosebukiet-róż

Lui a pu mourir dans son corps, et elle, n’aurait-elle pas pu mourir avec lui dans son cœur ? Voilà (dans la passion du Christ) ce qu’a accompli une charité telle que personne n’en a éprouvé de plus grande ; et voici(dans la compassion de Marie) ce qu’a accompli une charité qui, après celle de Jésus, n’a pas son pareil.

N-Des douleurs

 

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 16:54

2017480813 1[1]

 

LE COIN DES ANGLOPHONES:

La Méditation du Rd Père Lazarus-Mariam:

Dear Fathers ,Brothers and Sisters ,
 
On this beautiful feast of the "Finding of the Holy Cross I would like to offer you a few reflections on what it means for us to find the Holy
Cross in the monastic life that we have been called to.
 
In the monastery our study of theology is not contained in books alone .It is a practical day by day living out of the Gospel and teachings of the Fathers .The person who lives the theology in this way is the true theologian !For all the study , meditations , and words we speak the spiritual life remains to be lived !
 
God has called us to the desert of the monastery .We could attend the services , do the work that we are asked to do , spend the times alone in the cell. And good as all that is it would not be to the live the monastic vocation in its fullness .In the prayer of the heart we open our hearts to Christ the true and living God to come and live in our hearts .We are then to seek union with that prayer and offering of Christ to the Father .
 
An old monastic speaks "The world may revolve many times , but the Cross remains the same ."
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
When we open the Office books each morning and evening we see next to the first page of prayers a picture of the Icon of the Crucifixion .It is as if God is constantly trying to remind us of the journey we are to make .
 
Jesus spoke "When I am lifted up from the earth I will draw all men to myself ." The Holy Cross calls us to the deepest search for unity .
Firstly we seek unity with the Bishop remembering where the Bishop is there the Church is present .And then we seek the unity of the
monastery with our Brother and Sister monastics .
 
The prayer of Christ before his death must be fulfilled in us that we may be "one ." If we can not love each other how can we truly love the God that we can not see ? But in truth this good God and friend of man is in each of us . Another monastic saying said :
 
                                        "In the teacher and the disciple who is the greatest ?
                                         For both have the presence of God in them ."
 
A house divided will fall .And not only that it will provide a bad witness to those who visit it .Jesus once fell under the weight of His Holy Cross and was helped to carry it .Our brother and sister monastics are given to us and us to them to support them in their journey and to aid them to answer their vocation in its fullness .
 
All a Father can ask of his son and we of each other is that we do the will of God whatever it is and whatever the cost .
 
The Holy Cross brings together all the nations of the earth and so calls us to seek the unity of the church .This must be a special concern of ours .We think especially of our Roman Catholic Brothers and Sisters in the great church of the West . For the church in its fullness breaths with two lungs ,those of both East and West .In these days where in some places there is a shortage of Vocations we should be pastoraly open to these brothers and sisters who come seeking help at the monastery.
 
The Holy Cross is the truth of our salvation .This search for unity should not be misunderstood .The Orthodox Churches can only teach that which was taught always and everywhere from the beginning .We can add nothing to this and take nothing from it . Our full unity in word and sacrament can only be with those who  except these teachings .To the people from the reformed churches that come to us we must meet in a respectful but firm way ,never compromising this truth and inviting them to embrace the fullness of Gods teachings in the Holy Catholic and Apostolic Church .
 
At the foot of the Holy Cross stood silently the Theotoks the Mother of God .We are to fulfill or vocation to stay and watch with Christ in prayer , in unity with His sacrifice for the salvation of the world . The ones who offer and sing the praises and sacrifices to God must themselves become the sacrifice and offering upon the altar of God ,And so we are called to enter in to the conversion of our lives .
 
When we first come to the monastery we come from a world that has become very selfish and self centred . A world that tells us to have what we want , andwhen we want it . A world that in all its rush has forgotten to "Be still and know that I am God ."
 
Through the years the work of God in us is to fee us from this attachment to the world and its desires for self gratification .This process is the emptying of self, and freeing us from the past events and memories so that we turn round from facing  self to face the living God . What is hidden will be revealed in the light of God .
 
For some this is the most painful lesson of all the lessons we are given .We begin to see ourselves as God truly sees us .It is if we stand literally naked before God .This can go on for perhaps days , months and years . The love of God is the fire of the desert that consumes everything .
 
One day we will come to understand how great the love of God is for us that he calls us down this difficult path . The hours when we face such great testing are the gift of God to us .For they free the soul from its attachment to the world and increase its capacity to live the Divine Life .If we persevere through the days , months and years we will one day come to know the very truth of these words ;
 
                                                            " Desiring nothing of this world . Fearing nothing of this world .
                                                             It seemed to me as if I were standing on the summit of all things."
 
The Theotokos stood silently at the foot of the Holy Cross .The Monastery in a noisy world should be house of peace , silence , and recollection .Some times monasteries can be houses of gossip and speculation !We have to learn to respect the silence of the journey of our brother and sisters in the monastery . Discussions about their spiritual journey , life of prayer , and future should take place between them and the Bishop and Spiritual Father . If we do not hold either of these positions and responsibilities of service then we should not enter in to such discussions .For often we are discussing the movement of a soul, and so it is for those who have full knowledge of the facts to enter in to this dialogue with the monastic . The rest of us are to pray for our brothers and sisters and support them .But then we are to concentrate on making our own journey .
 
If we are to keep watch with Christ and achieve union with His prayer and offering we are called to constant Vigilance .The Fathers spoke of our death to the world as overcoming the passions and told us when these passions stop in us the world is dead in us ,The young monastics that sometimes come to enter a monastery are in such are hurry .They want everything yesterday and to achieve this most difficult of tasks , a life time work , in a day !
 
The problem for us is God is not in such a hurry ! Our twenty four hours is Gods eternity that he has to complete His plan in and for us .Early on in our monastic life it is easy to become discouraged .We can feel we are making either slow or no progress .One day a Novice went to one of the Desert Fathers and said he was leaving .When he was asked "Why ?" ,The Novice replied "It as  if I walk , I fall , I get up , walk , and fall again , and get up again ."The Desert Father replied ,"This is the vocation of the monk .You should stay !"
 
This struggle we speak of is to enter in to the struggle of humanity . But not to make this journey is not to enter in to life for ourselves and other people . For all our efforts  ,prayers and actions can become a source of light and goodness to others .
 
On this feast of the "Finding of the Holy Cross ." it would be impossible to answer every spiritual question or provide a total programme for our monastic life in a single sermon , but today we are once again being invited by God to not only find the Holy Cross in our lives but to enter in to the very mystery of the Cross in our lives and so enter in to the mystery of God and His life in us .
 
I would like to encourage you in these words " No single act of love for God will ever be lost . No painful endurance will ever be forgotten . "
 
And I would like to leave you with the words of our own dear Father Saint Isaac the Syrian to reflect upon ;
 
"Some one said of the Saints that while alive they were dead ;for though living in the flesh ,they did not live for the flesh .See of which of the passions you are alive .Then you will know how far to the world you are alive, and how far you are dead to the world. ."
 
                                                                                                                                                                        Father Lazarus-Mariam
0393 croix[1]
 
 

     

 
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 16:23

persian-cross-400

FÊTE de la CROIX GLORIEUSE (14 septembre)

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 2,5-11. 

Mes frères, partagez les sentiments du Christ Jésus ; 
bien qu'il fût dans la condition de Dieu, il n'a pas retenu avidement son égalité avec Dieu ; 
mais il s'est anéanti lui-même, en prenant la condition d'esclave, en se rendant semblable aux hommes, et reconnu pour homme par tout ce qui a paru de lui ; 
il s'est abaissé lui-même, se faisant obéissant jusqu'à la mort, et à la mort de la croix. 
C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, 
afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et dans les enfers, 
et que toute langue confesse, à la gloire de Dieu le Père, que Jésus-Christ est Seigneur. 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 12,31-36. 

En ce temps-là, Jésus dit à la foule des Juifs : "C'est maintenant le jugement de ce monde, c'est maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors. 
Et moi, quand j'aurai été élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi." 
Ce qu'il disait, c'était pour marquer de quelle mort il devait mourir. 
La foule lui répondit : "Nous avons appris par la Loi que le Christ demeure éternellement : comment donc dites-vous : il faut que le Fils de l'homme soit élevé ? Qui est le Fils de l'homme ?" 
Jésus leur dit : "La lumière n'est plus que pour un temps au milieu de vous. Marchez, pendant que vous avez la lumière, de peur que les ténèbres ne vous surprennent : celui qui marche dans les ténèbres ne sait où il va. 
Pendant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, afin que vous soyez des enfants de lumière." Jésus dit ces choses, puis s'en allant, il se déroba à leurs yeux. 

11.Crucifixion.Grecque

Par Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église .
Homélie sur « Père, si c'est possible » (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 72) 

« Dieu a tant aimé le monde »

C'est la croix qui a réconcilié les hommes avec Dieu, qui a fait de la terre un ciel, qui a réuni les hommes aux anges. Elle a renversé la citadelle de la mort, détruit la puissance du démon, délivré la terre de l'erreur, posé les fondements de l’Église. La croix, c'est la volonté au Père, la gloire du Fils, la jubilation de l'Esprit Saint. 

La croix est plus éclatante que le soleil, plus brillante que ses rayons, car, lorsque le soleil s'obscurcit, c'est alors que la croix scintille (Mt 27,45) ; le soleil s'obscurcit non en ce sens qu'il disparaît, mais qu'il est vaincu par la splendeur de la croix. La croix a déchiré l'acte de notre condamnation (Col 2,14), elle a brisé les chaînes de la mort. La croix est la manifestation de l'amour de Dieu : « Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que tout homme qui croit en lui ne périsse pas ». 

La croix a ouvert le paradis, elle y a introduit le malfaiteur (Lc 23,43) et elle a ramené au Royaume des cieux le genre humain voué à la mort.

10637946 10203990689343435 385621268 n

 "L’essentiel nous est confié "


jesuscalvaire

 

Si l’essentiel est vraiment là où Jésus meurt : en Croix... suis- je prêt à vivre cet essentiel, à témoigner de cet essentiel : donner ma vie, m’en dessaisir pour les autres. Car l’essentiel, nous sommes tous d’accord : c’est de vivre…

 

Et l’essentiel de la vie:

c’est aimer, être aimé.

croix1087897

 

Mais vivre jusqu’à ce point… aimer jusqu’à cet extrême, et puis être aimé de cette façon…Jésus en croix nous dit d’abord ce que n’est pas l’essentiel, il nous montre où il n’est pas :

 
L’essentiel n’est pas de réussir, de s’épanouir, de faire carrière (professionnellement, religieusement), Jésus meurt abandonné, condamné, humilié.

 
L’essentiel n’est pas dans l’argent ni dans cette apparence qu’il nous permet d’acheter: Jésus meurt nu, dépouillé, dévêtu de toute apparence, homme ordinaire, en tout semblable aux hommes et reconnu comme un homme :

 

 

Le Nazaréen ! Ecce Homo.

chrétiens-irak-persécution-mpi

steface2

L’essentiel n’est pas dans le manger, ni dans le boire.

J’ai soif, dit le supplicié (Jn 19,28).


Frères et Soeurs, qui va nous dire l’essentiel ?

Jésus et tout pauvre qui lui ressemble.

esprit malin pied de la croix

Et puis, qui va nous donner accès à cet essentiel de la Croix ?

Voyant sa mère et près d’elle, le disciple qu’il aimait :

Jésus dit à sa mère: « Femme, voici ton fils » .

Il dit ensuite au disciple: « Voici ta mère ». (Jn 19,26-27)
Et à partir de cette heure-Ià, le disciple l’ accueillit dans son intimité…

 

La Femme bénie entre toutes les femmes, c’est Elle qui va nous donner le fruit de l’arbre :c’est Elle, Marie, et c’est l’Église : où l’essentiel nous est donné, la vie éternelle… l’eau et le sang, la Parole et les sacrements.

christ-croix-lourdes

[…] L’essentiel, ce Je t’aime de Jésus, ce Je t’aime de la part de Dieu, jaillit de son Coeur, éternellement dit, jamais repris, offert à tous, cet essentiel, frères et soeurs, nous est livré dans un geste, dans un Souffle. Inclinant la tête, Jésus remit l’Esprit.

 

La croix vivante, la croix glorieuse du Fils bien-aimé nous fait signe et nous attire, comme pour un baiser :

Croix des Chrétiens de St Thomas

Venez, approchez: vous êtes des dieux,

des fils du Très Hau(Ps 81,6 )
Venez: ceci est mon corps pour vous (Lc 22,19)
Venez mes bien-aimés : ceci est mon sang (Mt 26,28).

golgotha

 
L’essentiel nous est confié : aimez-vous comme je vous ai aimés.

Vous êtes mes amis. […] Notre joie, c’est d’être là : témoins que quelque chose se passe : on dirait sur la croix un mariage.

Frère Christophe, extraits de l’homélie pour le 14 septembre 1990
++++++++++++
Ami des hommes, nous nous prosternons devant l'arbre de Votre Ste Croix 
sur lui Vous fûtes cloué, Vous la Vie de tous les êtres ;
au bon Larron qui dans la foi se tourna vers Vous,
Sauveur, Vous avez ouvert le Paradis;
et il obtint l'éternelle béatitude en Vous criant: 
Souviens-toi de moi, Seigneur ;
tout comme lui, reçois-nous qui  crions vers Vous en disant:
nous avons tous péché,
ne nous méprisez- pas, dans Votre immense compassion.
croix.jpg

Dès que fut planté l'arbre de Votre Croix, 
ô Christ, Vous ébranlâtes les assises de la mort; 
car Celui qu'il avait englouti avidement
l'Enfer l'a rejeté dans l'épouvante.
Dieu saint, Vous nous avez montré le salut 
et nous Vous rendons gloire :
Fils de Dieu, ayez pitié de nous !
++++++++++++

Par Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942), carmélite, martyre, co-patronne de l'Europe .
Poésie « Signum Crucis », 16/11/1937 (trad. Malgré la nuit, Ad Solem 2002, p. 65) 

« Pour que, par lui, le monde soit sauvé »


…Devenu homme par amour des hommes, 

Il fit don de la plénitude de sa vie humaine 

aux âmes qu’Il s’est choisies. 

Lui qui a formé chaque cœur humain 

veut un jour manifester 

le sens secret de l’être de chacun 

par un nom nouveau que seul comprend celui qui le reçoit (Ap 2,17). 

Il s’est uni chacun des élus 

d’une manière mystérieuse et unique. 

Puisant de la plénitude de sa vie humaine, 

Il nous fit don 

de la croix. 


Qu’est-ce que la croix ? 

Le signe du plus grand opprobre. 

Celui qui entre en contact avec elle 

est rejeté d’entre les hommes. 

Ceux qui un jour L’ont acclamé 

se détournent de Lui avec effroi et ne Le connaissent plus. 

Il est livré sans défense à ses ennemis. 

Sur terre il ne lui reste rien d’autre 

que les souffrances, les tourments et la mort. 


Qu’est-ce que la croix ? 

Le signe qui indique le ciel. 

Bien au-dessus de la poussière et des brumes d’ici-bas 

elle se dresse haut, jusqu’en la pure lumière. 

Abandonne donc ce que les hommes peuvent prendre, 

ouvre les mains, serre-toi contre la croix : 

elle te porte alors 

jusqu’en la lumière éternelle. 


Lève les yeux vers la croix : 

elle étend ses poutres 

à la manière d’un homme qui ouvre les bras 

pour accueillir le monde entier. 

Venez tous, vous qui peinez sous le poids du fardeau (Mt 11,28) 

et vous aussi qui n’avez qu’un cri, sur la croix avec Lui. 

Elle est l’image du Dieu qui, crucifié, devint livide. 

Elle s’élève de la terre jusqu’au ciel, 

comme Celui qui est monté au ciel 

et voudrait nous y emporter tous ensemble avec Lui. 


Enlace seulement la croix, et tu le possèdes, Lui, 

le Chemin, la Vérité, la Vie (Jn 14,6). 

Si tu portes ta croix, c’est elle qui te portera, 

elle te sera béatitude.

2017480813 1[1]

 

LE COIN DES ANGLOPHONES:

La Méditation du Rd Père Lazarus-Mariam:

Dear Fathers ,Brothers and Sisters ,
 
On this beautiful feast of the "Finding of the Holy Cross I would like to offer you a few reflections on what it means for us to find the Holy
Cross in the monastic life that we have been called to.
 
In the monastery our study of theology is not contained in books alone .It is a practical day by day living out of the Gospel and teachings of the Fathers .The person who lives the theology in this way is the true theologian !For all the study , meditations , and words we speak the spiritual life remains to be lived !
 
God has called us to the desert of the monastery .We could attend the services , do the work that we are asked to do , spend the times alone in the cell. And good as all that is it would not be to the live the monastic vocation in its fullness .In the prayer of the heart we open our hearts to Christ the true and living God to come and live in our hearts .We are then to seek union with that prayer and offering of Christ to the Father .
 
An old monastic speaks "The world may revolve many times , but the Cross remains the same ."
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
When we open the Office books each morning and evening we see next to the first page of prayers a picture of the Icon of the Crucifixion .It is as if God is constantly trying to remind us of the journey we are to make .
 
Jesus spoke "When I am lifted up from the earth I will draw all men to myself ." The Holy Cross calls us to the deepest search for unity .
Firstly we seek unity with the Bishop remembering where the Bishop is there the Church is present .And then we seek the unity of the
monastery with our Brother and Sister monastics .
 
The prayer of Christ before his death must be fulfilled in us that we may be "one ." If we can not love each other how can we truly love the God that we can not see ? But in truth this good God and friend of man is in each of us . Another monastic saying said :
 
                                        "In the teacher and the disciple who is the greatest ?
                                         For both have the presence of God in them ."
 
A house divided will fall .And not only that it will provide a bad witness to those who visit it .Jesus once fell under the weight of His Holy Cross and was helped to carry it .Our brother and sister monastics are given to us and us to them to support them in their journey and to aid them to answer their vocation in its fullness .
 
All a Father can ask of his son and we of each other is that we do the will of God whatever it is and whatever the cost .
 
The Holy Cross brings together all the nations of the earth and so calls us to seek the unity of the church .This must be a special concern of ours .We think especially of our Roman Catholic Brothers and Sisters in the great church of the West . For the church in its fullness breaths with two lungs ,those of both East and West .In these days where in some places there is a shortage of Vocations we should be pastoraly open to these brothers and sisters who come seeking help at the monastery.
 
The Holy Cross is the truth of our salvation .This search for unity should not be misunderstood .The Orthodox Churches can only teach that which was taught always and everywhere from the beginning .We can add nothing to this and take nothing from it . Our full unity in word and sacrament can only be with those who  except these teachings .To the people from the reformed churches that come to us we must meet in a respectful but firm way ,never compromising this truth and inviting them to embrace the fullness of Gods teachings in the Holy Catholic and Apostolic Church .
 
At the foot of the Holy Cross stood silently the Theotoks the Mother of God .We are to fulfill or vocation to stay and watch with Christ in prayer , in unity with His sacrifice for the salvation of the world . The ones who offer and sing the praises and sacrifices to God must themselves become the sacrifice and offering upon the altar of God ,And so we are called to enter in to the conversion of our lives .
 
When we first come to the monastery we come from a world that has become very selfish and self centred . A world that tells us to have what we want , andwhen we want it . A world that in all its rush has forgotten to "Be still and know that I am God ."
 
Through the years the work of God in us is to fee us from this attachment to the world and its desires for self gratification .This process is the emptying of self, and freeing us from the past events and memories so that we turn round from facing  self to face the living God . What is hidden will be revealed in the light of God .
 
For some this is the most painful lesson of all the lessons we are given .We begin to see ourselves as God truly sees us .It is if we stand literally naked before God .This can go on for perhaps days , months and years . The love of God is the fire of the desert that consumes everything .
 
One day we will come to understand how great the love of God is for us that he calls us down this difficult path . The hours when we face such great testing are the gift of God to us .For they free the soul from its attachment to the world and increase its capacity to live the Divine Life .If we persevere through the days , months and years we will one day come to know the very truth of these words ;
 
                                                            " Desiring nothing of this world . Fearing nothing of this world .
                                                             It seemed to me as if I were standing on the summit of all things."
 
The Theotokos stood silently at the foot of the Holy Cross .The Monastery in a noisy world should be house of peace , silence , and recollection .Some times monasteries can be houses of gossip and speculation !We have to learn to respect the silence of the journey of our brother and sisters in the monastery . Discussions about their spiritual journey , life of prayer , and future should take place between them and the Bishop and Spiritual Father . If we do not hold either of these positions and responsibilities of service then we should not enter in to such discussions .For often we are discussing the movement of a soul, and so it is for those who have full knowledge of the facts to enter in to this dialogue with the monastic . The rest of us are to pray for our brothers and sisters and support them .But then we are to concentrate on making our own journey .
 
If we are to keep watch with Christ and achieve union with His prayer and offering we are called to constant Vigilance .The Fathers spoke of our death to the world as overcoming the passions and told us when these passions stop in us the world is dead in us ,The young monastics that sometimes come to enter a monastery are in such are hurry .They want everything yesterday and to achieve this most difficult of tasks , a life time work , in a day !
 
The problem for us is God is not in such a hurry ! Our twenty four hours is Gods eternity that he has to complete His plan in and for us .Early on in our monastic life it is easy to become discouraged .We can feel we are making either slow or no progress .One day a Novice went to one of the Desert Fathers and said he was leaving .When he was asked "Why ?" ,The Novice replied "It as  if I walk , I fall , I get up , walk , and fall again , and get up again ."The Desert Father replied ,"This is the vocation of the monk .You should stay !"
 
This struggle we speak of is to enter in to the struggle of humanity . But not to make this journey is not to enter in to life for ourselves and other people . For all our efforts  ,prayers and actions can become a source of light and goodness to others .
 
On this feast of the "Finding of the Holy Cross ." it would be impossible to answer every spiritual question or provide a total programme for our monastic life in a single sermon , but today we are once again being invited by God to not only find the Holy Cross in our lives but to enter in to the very mystery of the Cross in our lives and so enter in to the mystery of God and His life in us .
 
I would like to encourage you in these words " No single act of love for God will ever be lost . No painful endurance will ever be forgotten . "
 
And I would like to leave you with the words of our own dear Father Saint Isaac the Syrian to reflect upon ;
 
"Some one said of the Saints that while alive they were dead ;for though living in the flesh ,they did not live for the flesh .See of which of the passions you are alive .Then you will know how far to the world you are alive, and how far you are dead to the world. ."
 
                                                                                                                                                                        Father Lazarus-Mariam
0393 croix[1]
 
 

     

 
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne
commenter cet article

Recherche

Liens