Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 05:38

The bread that you keep belongs to the hungry.

The coat that you retain in your coffers

belongs to the naked

(St. Basil, IVth century)

pauvre_prochain.gif

 

Le pain que tu gardes appartient à celui qui a faim.

Le manteau que tu conserves dans tes coffres

appartient à celui qui est nu

 

 

(Saint Basile, IVième siècle)

 

 

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 9,6-10.

Mes frères, celui qui sème peu, moissonera peu ; et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment. 
Que chacun donne, comme il l'a résolu en son cœur, non avec regret ni par contrainte ; car " Dieu aime celui qui donne avec joie. " 
Il est puissant pour vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, ayant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, il vous en reste encore abondamment pour toute espèce de bonnes œuvres, 
selon qu'il est écrit : " Avec largesse, il a donné aux pauvres ; sa justice subsiste à jamais. " 
Celui qui fournit la semence au semeur et du pain pour sa nourriture, vous fournira la semence à vous aussi, et la multipliera, et il fera croître les fruits de votre justice ; 
 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 12,24-26.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de froment tombé en terre ne meurt pas, il demeure seul ; 
Mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie, la perdra ; et celui qui hait sa vie en ce monde, la conservera pour la vie éternelle. 
Si quelqu'un veut être mon serviteur, qu'il me suive, et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, mon Père l'honorera. 
 


Par Saint Maxime de Turin

(?-v. 420), évêque 
Sermon 40 (trad. coll. Pères dans la foi, Migne 1996, p. 178 rev.) 

 

Comme un grain jeté en terre

 

De prime abord, un grain de moutarde a l'air petit, commun et méprisable ; il n'a pas de goût, n'exhale pas de senteur, ne laisse pas présumer de douceur.

Mais quand il a été broyé, il répand son odeur, il montre sa vigueur, il a un goût de flamme et il brûle d'une telle ardeur que l'on s'étonne de trouver un si grand feu lové en un si petit grain.

De même, la foi chrétienne semble à première vue petite, commune et faible ; elle ne montre pas sa puissance, elle ne fait pas étalage de son influence.

Mais quand elle a été broyée par différentes épreuves, elle montre sa vigueur, fait éclater son énergie, exhale la flamme de sa foi dans le Seigneur. 

Le feu divin la fait vibrer d'une telle ardeur que, tout en brûlant elle-même, elle réchauffe ceux qui la partagent, comme l'ont dit Cléophas et son compagnon dans le saint Évangile, tandis que le Seigneur s'entretenait avec eux après sa Passion :

« Notre cœur n'était-il pas tout brûlant au-dedans de nous, quand il nous parlait en chemin, quand il nous expliquait les Écritures ? »

(Lc 24,32).

« Savoir s'oublier promptement et de bonne grâce pour s'occuper d'autrui.

Tel homme viendra s'adresser à nous pour nous confier une peine imaginaire quand nous succombons sous l'épreuve la plus réelle ; tel autre nous arrive avec sa voix de stentor et son gros rire d'athlète, justement quand nos nerfs sont exaspérés, et tout le reste de notre être, comme les feuilles du mimosa, dans un spasme de sensibilité douloureuse ; ou bien il vient verser le débordement de sa joie dans notre cœur noyé dans la tristesse, et son entrain est un reproche et comme une menace dans notre malheur.

Voici que nous sommes enveloppés dans une affaire d'une haute responsabilité, tourmentés de quelque embarras pécuniaire, ou obsédés par un pressentiment sinistre ; ce sera justement le moment qu'on choisira pour nous inviter à nous jeter dans quelque petit embarras ridicule, ou pour faire appel à nos sympathies en faveur de quelque petit grief imperceptible ou de quelque rêve de souffrance.

Ce sont là de bons matériaux pour notre sanctification ; mais ils sont difficiles à mettre en œuvre ; c'est un travail ingrat comme celui de remettre de vieilles briques en état pour servir dans un bâtiment neuf.


Voilà des difficultés ; mais le ciel est au bout, et il faut marcher...

Les difficultés ne feront que nous faire trouver plus sûrement notre objet, qui sera à lui-même sa grande et ample récompense, en nous amenant une sanctification plus élevée, plus complète, plus facile et plus prompte que tout autre. »

R.P. Frédéric-William Faber (1814-1863), Conférences spirituelles (Tous les hommes ont une vocation spéciale), Paris, Bray et Retaux, 1872 (Sixième édition).

 

Attachez-vous aux exemples des saints, car ceux qui s'y attachent le deviendront eux aussi.
(saint Clément de Rome)

Chers amis.

Veuillez excuser mon absence imprévue d'hier pour vous livrer cette quasiment quotidienne source d'information, de formation, de méditation, de prières que constitue cette "Lettre de nouvelles" pour "POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET  AGIR MIEUX..."

C'est dû à un problème avec l'un des ordinateurs du Monastère. 

Nous nous retrouvons aujourd'hui.

Bonne et sainte journée à vous sous le regard du Seigneur et la protection de la Mère de Miséricorde.

Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) !

+Mor Philipose-Mariam

Dear friends.

Please excuse my unexpected absence yesterday to deliver this almost daily source of information, training, meditation, prayer is that this "news letter" for "FOR MEDITATION, REFLECT, PRAY ACTING ON WHAT WE BETTER ..."

This is due to a problem with one of the computers of the Monastery.

We find ourselves today.

Good and holy day to you in the sight of the Lord and the protection of the Mother of Mercy.

Aloho m'barekh (God bless you)!

+ Mor Philipose Mariam

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES LES SAINTS...

 

1er Août,

début du carême de la Dormition (Du 1er au 14).

Avant la glorieuse fête de la Dormition de la toujours Vierge Marie, l'Église a institué une courte période de jeûne de deux semaines pour nous y préparer.*

Aujourd'hui, en notre Métropolie Syro-Orthodoxe Francophone, les Saints célébrés localement sont :

 

Saint LAURENT, archidiacre martyr à Rome  († 258)

 

Mémoire des saints :

DINAULT et ARNOULT, martyrs à Beauvais,(† 295)

RUSTICULE, abbesse en Arles († 632)

 

 

Aloho m'barekh

Je demande à tous nos fidèles et amis de bien vouloir, de la Transfiguration de Notre-Seigneur (6 Aout) à la Dormition-Assomption de Notre-Dame (15 Août), dire la prière suivante pour leurs prêtres, tous les prêtres; pour les vocations en notre métropolie, les vocations de par le monde...Merci.

Avec l'assurance de mon fidèle dévouement.

 

+Mor Philipose-Mariam, métropolite.

 

PRIERE POUR NOS PRÊTRES:

 

Seigneur Jésus, avec tous les saints prêtres qui nous ont montré le chemin du ciel et qui sont aujourd'hui dans Votre gloire, nous Vous confions : tous les prêtres que nous connaissons, ceux que nous avons rencontrés, ceux qui nous ont aidés, ceux que Vous nous donnez aujourd’hui comme témoins de la Paternité de Votre Père céleste.

Vous avez appelé chacun de ces baptisés par son nom pour que vivant de votre Bon Saint et vivifiant Esprit, ils se sanctifient avec l'ensemble du Peuple de Dieu.

Parmi ces baptisés, Vous avez appelé chacun d'eux par un amour de prédilection afin qu''en Vous,Unique, Souverain et Eternel Prêtre, ils soient "sanctifificateurs" ...

Pour chacun d'eux, pour le don de leurs vies , nous Vous louons et nous Vous supplions : gardez-les (Et nous avec eux) dans la fidélité à Votre nom ; Vous qui les aavez consacrés pour qu’en Votre nom, ils soient nos pasteurs, donnez leur force, confiance et joie pour accomplir leur mission.

Que  la Quadisha Qurbana (L'Offrande par Vous, avec Vous et en Vous de Votre Sacrifice non sanglant), que l'Euchraristie qu’ils célèbrent les nourrisse et leur donne le courage de s’offrir avec Vous pour les brebis que nous sommes ; qu’ils soient entièrement immergés en Vous, ô Christ miséricordieux afin d'être toujours plus les témoins de Votre pardon afin d'étendre avec nous Votre règne d'Amour, de Vérité, de Justice et de Paix.

Qu'en Vous , Ô Christ Prêtre, ils soient de vrais adorateurs du Père afin de  nous enseigner le véritable chemin de la sainteté.

Ô Père Céleste, avec eux, avec nos prêtres, nous nous offrons au Christ "Porte des brebis" pour l'édification et l'unanimité de l’Église tendue vers Vous: 

-Qu’elle soit missionnaire dans le souffle de Votre Esprit!

Aprenez-nous  à aimer ces prêtres que Vous nous donnez, à les respecter et à les recevoir vraiment comme un don de Votre main, pour qu’avec eux nous accomplissions davantage Votre œuvre pour le salut de tous. 

Seigneur, donnez-nous des prêtres, Seigneur, donnez-nous de nombreux prêtres, Seigneur, donnez-nous de nombreux et saints prêtres !

Amîn.

P.S:

Vous pouvez poursuivre la prière pour les vocations et la sainteté du clergé par cette "Neuvaine pour la paix "demandée  par les évêques Romains-catholiques de la Région de Bretagne et que nous vous livrons ici quelque peu modifiée :

 

Neuvaine de prière pour la paix
« Jésus est notre paix »

See original image

Du samedi 6 août au lundi 15 août 2016,
solennité de l’Assomption de la Vierge Marie

Seigneur Jésus, Vous êtes notre paix, et Vous voulez la paix pour tous.

Nous Vous implorons : mettez la paix dans nos cœurs.
Nous Vous en supplions : convertissez le cœur de ceux qui sont tentés par la violence.
Nous Vous le demandons : faites de nous tous des artisans de paix, partout où nous vivons.

Nous nous souvenons de la parole de la Vierge Marie dans le petit village de Pontmain* :« Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon fils se laisse toucher. »

En écoutant sainte Marie, Mère de Dieu le Verbe Incarné,la
Reine de la paix et Mère de Miséricorde,
nous Vous prions pour que Vous donniez au monde le bien si précieux de la paix.

Merci Seigneur d’écouter notre prière qui monte vers Vous dans l' espérance.
Nous avons confiance en Vous, unique Sauveur du monde.

On peut ensuite prier le Notre Père et une dizaine de chapelet, en terminant par : « Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles, Amen. »

 

Diocèse de Laval. Apparition le 17 janvier 1871.

See original image

 

 

 

 

 

SAINT LAURENT
Diacre et Martyr 
(† en 258)

Holy Martyrs Archdeacon Laurence, Pope Sixtus, and others with them (258)

Nous Vous Prions, Seigneur, d’éteindre en nous l’ardeur de nos vices, Vous qui avez donné au bienheureux Laurent La Force de surmonter les flammes de ses tourments.

 

        Saint Laurent fut l'un des plus illustres martyrs de l'Église. Ses vertus, son mérite, lui gagnèrent l'affection du Pape Sixte II, qui le choisit comme son premier diacre. 


        L'an 258, le Pape fut arrêté et condamné à mort. Comme on le conduisait au supplice, Laurent, son diacre, le suivait en pleurant : « Où allez-vous, mon père, disait-il, sans votre fils ? Où allez-vous, saint Pontife, sans votre diacre ? Jamais vous n'offriez le sacrifice sans que je vous servisse à l'autel. En quoi ai-je eu le malheur de vous déplaire ? » Le saint Pape, ému, lui dit : « Je ne vous abandonne point, mon fils ; une épreuve plus pénible et une victoire plus glorieuse vous sont réservées ; vous me suivrez dans trois jours. » Puis il lui ordonna de distribuer aux pauvres tous les trésors de l'Église, pour les soustraire aux persécuteurs: mission que Laurent accomplit avec joie. 


        Le préfet de Rome, à cette nouvelle, fit venir Laurent et lui demanda où étaient tous les trésors dont il avait la garde, car l'empereur en avait besoin pour l'entretien de ses troupes : « J'avoue, lui répondit le diacre, que notre Église est riche et que l'empereur n'a point de trésors aussi précieux qu'elle ; je vous en ferai voir une bonne partie, donnez-moi seulement un peu de temps pour tout disposer. » Le préfet accorda trois jours de délai. 

Saint_Laurent_4b.jpg
        Pendant ce temps, Laurent parcourut toute la ville pour chercher les pauvres nourris aux dépens de l'Église ; le troisième jour, il les réunit et les montra au préfet, en lui disant : « Voilà les trésors que je vous ai promis. J'y ajoute les perles et les pierres précieuses, ces vierges et ces veuves consacrées à Dieu ; l'Église n'a point d'autres richesses. - Comment oses-tu me jouer, malheureux ? dit le préfet ; est-ce ainsi que tu outrages en moi le pouvoir impérial ? » Puis il le fit déchirer à coups de fouets. 

LAURENT 10 AOUT


        Laurent, après ce supplice, fut conduit en prison, où il guérit un aveugle et convertit l'officier de ses gardes, nommé Hippolyte. Rappelé au tribunal, il fut étendu sur un chevalet et torturé cruellement ; c'est alors qu'un soldat de la garde, nommé Romain, vit un Ange essuyer le sang et la sueur du martyr : « Vos tourments, dit Laurent au juge, sont pour moi une source de délices. » Laurent fut ensuite rôti à petit feu sur un gril de fer, et quand il eut un côté tout brûlé : « Je suis assez rôti de ce côté, dit-il au juge en souriant ; faites-moi rôtir de l'autre. » Bientôt, les yeux au Ciel, il rendit l'âme.


Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

This Saint, who was born in Spain, was the Archdeacon of the Church of Rome, caring for the sacred vessels of the Church and distributing money to the needy. About the year 257, a harsh persecution was raised up against the Christians by Valerian.

 

Pope Sixtus, who was from Athens, was commanded to worship the idols, and refused; before his martyrdom by beheading,

 he committed to Laurence all the sacred vessels of the Church.

 

When Laurence was arrested and brought before the Prefect, he was questioned concerning the treasures of the Church; he asked for three days' time to prepare them. He then proceeded to gather all the poor and needy, and presented them to the Prefect and said, "Behold the treasures of the Church.

 

The Prefect became enraged at this and gave command that Laurence be racked, then scourged with scorpions (a whip furnished with sharp iron points — compare II Chron. 10:11), then stretched out on a red-hot iron grill. But the courageous athlete of Christ endured without groaning. After he had been burned on one side, he said, "My body is done on one side;

 turn me over on the other.

 

" And when this had taken place, the Martyr said to the tyrants, "My flesh is now well done, you may taste of it." And when he had said this, and had prayed for his slayers in imitation of Christ, he gave up his spirit on August 10, 258."

 

(Great Horologion). His icon shows him stretched on the grill.

 

 

En cette célébration des Saints martyrs :

Laurent l'archidiacre, Sixte pape de Rome et Hippolyte

Je célèbre Laurent qui gagna ses lauriers 
pour le Christ sur la braise en guise de grillade. 
De la gloire voulant devenir l'héritier, 
par le glaive saint Xyste a fini sur le stade. 
Hippolyte, je vois qu'on l'attache au coursier: 
c'est par antonymie qu'il souffre sa passion! 
Le dix Août les bourreaux devenus cuisiniers 
au gril ont cuit Laurent comme on fait d'un poisson.

 

Par leurs saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Tropaire de saint Laurent, ton 4

Allumé par l'Esprit divin,
comme braise tu consumas les ronces de l'erreur,
archidiacre du Christ, victorieux martyr Laurent.
Et comme encens de spirituelle suavité,
tu brûlas pour Celui Qui t'a glorifié,
atteignant par le feu ton ultime perfection.
De tout dommage garde les fidèles vénérant ton souvenir

Tropaire, t. 4

Tes Martyrs, Seigneur, pour le combat qu'ils ont mené * ont reçu de Toi, notre Dieu, la couronne d'immortalité; * animés de Ta force, ils ont terrassé les tyrans * et réduit à l'impuissance l'audace des démons; * par leurs prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

Kondakion, t. 2 
Ton cœur au feu divin se consumant, * tu as réduit en cendres le brasier des passions, * soutien des Athlètes victorieux, * Laurent, saint martyr porteur-de-Dieu; * au combat tu t'écrias, plein de foi: * Nul ne pourra me séparer de l'amour du Seigneur.

Ikos 
Cet astre non errant qui a brillé sur le monde, * le victorieux athlète Laurent, * le serviteur des ineffables mystères sacrés, * venez, fidèles, en nos cantiques chantons-le, * afin que nous soyons délivrés * par ses prières de nos sombres péchés * et que, la conscience purifiée, * nous voyions le Christ qui l'a grandement glorifié * alors que, plein de force, il combattait et disait: * Nul ne pourra me séparer de l'amour du Seigneur.

Exapostilaire (t. 2)

Illustre et grand Martyr qui partages l'exultation * des Puissances célestes et du chœur des Martyrs * près du trône de l'éblouissante Trinité, * entouré des splendeurs de l'au-delà, * demande la lumière et la paix * pour les fidèles qui célèbrent ton lumineux souvenir * et, rayonnants, te glorifient, saint archidiacre Laurent.
(http://calendrier.egliseorthodoxe.com/s…/stsaout/aout10.html)

 

"You must also learn that no matter where you work, especially if it’s in the Church, there will always be many disappointments and disenchantments, because people are people everywhere, with each one’s “plusses” and “minuses.” You need to learn to be condescending to people’s infirmities, and to always remember that God’s Providence teaches a lesson in spiritual life in every situation. So we learn from the moment we become aware of ourselves to the moment of our death."

(Fr. John Krestiankin+, 21st Century Russian staretz) [Trials; Peace]

 

 

 

C'est la Sainte Vierge qui m'a dit de vous envoyer chercher…

See original image

Pendant la guerre de 14-18, le père Lalande est mobilisé comme caporal-infirmier dans un hôpital, à Ivry (France).

Un soir, un garçon vient le demander à l'hôpital :

"Que veux-tu ?" - "Je viens chercher le Père de la part de mon père qui se meurt."

Stupéfait, le Père Lalande se décide à partir puisqu'une âme le demande. Chemin faisant, il essaie d'entrer en conversation avec le garçon qui répond invariablement :

"Oh ! vous savez, les curés, moi !"…

On arrive. Le Père pénètre dans un taudis où un vieillard agonise ; il le confesse  et l'extrémise.

Puis il pose cette question : "Comment saviez-vous que j'étais à l'hôpital?"

- "Je ne le savais pas, répond le vieillard.

C'est la Sainte Vierge qui m'est apparue et qui m'a dit de vous envoyer chercher...

Je suis un enfant trouvé dans les rues de Constantinople.

J'ai fait ma première communion chez des religieux qui m'avaient recueilli.

Durant la retraite, le prédicateur nous fit promettre de réciter tous les jours un "Je vous salue, Marie", quoi qu'il arrive. J

'ai fait de tout, vol, viol, assassinat.

Mais je n'ai jamais omis mon "Je vous salue" quotidien.

L’autre nuit, j'ai vu la Vierge qui m'a dit :

« Tu vas mourir; fais appeler le Père qui est à l'hôpital pour te confesser ».

 

 

P. Lalande Revue du Rosaire - août 1973

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

* Virgin Mary's Fast / Saumo d Yildath Aloho

This is one of the traditional fasts observed in all the Eastern Churches. A feast in commemoration of the Mother of God was celebrated in the East as early as fourth century. Later this was identified as the migration of the blessed Virgin and it came to be called the feast of Sunoyo (Migration) of the Mother of God. This fast starts for those who practice the origins of this Lent on the first August, fot the rest it starts from the Tenth of August and ends with the Sunoyo feast on the fifteenth day. This is the time for the faithful to prepare themselves for their death because the death of the Mother of God is a desirable and exemplary death for all.(Source: Fadi Syriany )

Mor (St)Gabriel, priez pour nous !

Mor Gabriel Pray for us !

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES LES SAINTS...

 

1er Août,

début du carême de la Dormition (Du 1er au 14).

Avant la glorieuse fête de la Dormition de la toujours Vierge Marie, l'Église a institué une courte période de jeûne de deux semaines pour nous y préparer.

 

 

Aloho m'barekh

Je demande à tous nos fidèles et amis de bien vouloir, de la Transfiguration de Notre-Seigneur (6 Aout) à la Dormition-Assomption de Notre-Dame (15 Août), dire la prière suivante pour leurs prêtres, tous les prêtres; pour les vocations en notre métropolie, les vocations de par le monde...Merci.

Avec l'assurance de mon fidèle dévouement.

 

+Mor Philipose-Mariam, métropolite.

 

PRIERE POUR NOS PRÊTRES:

 

Seigneur Jésus, avec tous les saints prêtres qui nous ont montré le chemin du ciel et qui sont aujourd'hui dans Votre gloire, nous Vous confions : tous les prêtres que nous connaissons, ceux que nous avons rencontrés, ceux qui nous ont aidés, ceux que Vous nous donnez aujourd’hui comme témoins de la Paternité de Votre Père céleste.

Vous avez appelé chacun de ces baptisés par son nom pour que vivant de votre Bon Saint et vivifiant Esprit, ils se sanctifient avec l'ensemble du Peuple de Dieu.

Parmi ces baptisés, Vous avez appelé chacun d'eux par un amour de prédilection afin qu''en Vous,Unique, Souverain et Eternel Prêtre, ils soient "sanctifificateurs" ...

Pour chacun d'eux, pour le don de leurs vies , nous Vous louons et nous Vous supplions : gardez-les (Et nous avec eux) dans la fidélité à Votre nom ; Vous qui les aavez consacrés pour qu’en Votre nom, ils soient nos pasteurs, donnez leur force, confiance et joie pour accomplir leur mission.

Que  la Quadisha Qurbana (L'Offrande par Vous, avec Vous et en Vous de Votre Sacrifice non sanglant), que l'Euchraristie qu’ils célèbrent les nourrisse et leur donne le courage de s’offrir avec Vous pour les brebis que nous sommes ; qu’ils soient entièrement immergés en Vous, ô Christ miséricordieux afin d'être toujours plus les témoins de Votre pardon afin d'étendre avec nous Votre règne d'Amour, de Vérité, de Justice et de Paix.

Qu'en Vous , Ô Christ Prêtre, ils soient de vrais adorateurs du Père afin de  nous enseigner le véritable chemin de la sainteté.

Ô Père Céleste, avec eux, avec nos prêtres, nous nous offrons au Christ "Porte des brebis" pour l'édification et l'unanimité de l’Église tendue vers Vous: 

-Qu’elle soit missionnaire dans le souffle de Votre Esprit!

Aprenez-nous  à aimer ces prêtres que Vous nous donnez, à les respecter et à les recevoir vraiment comme un don de Votre main, pour qu’avec eux nous accomplissions davantage Votre œuvre pour le salut de tous. 

Seigneur, donnez-nous des prêtres, Seigneur, donnez-nous de nombreux prêtres, Seigneur, donnez-nous de nombreux et saints prêtres !

Amîn.

P.S:

Vous pouvez poursuivre la prière pour les vocations et la sainteté du clergé par cette "Neuvaine pour la paix "demandée  par les évêques Romains-catholiques de la Région de Bretagne et que nous vous livrons ici quelque peu modifiée :

 

Neuvaine de prière pour la paix
« Jésus est notre paix »

See original image

Du samedi 6 août au lundi 15 août 2016,
solennité de l’Assomption de la Vierge Marie

Seigneur Jésus, Vous êtes notre paix, et Vous voulez la paix pour tous.

Nous Vous implorons : mettez la paix dans nos cœurs.
Nous Vous en supplions : convertissez le cœur de ceux qui sont tentés par la violence.
Nous Vous le demandons : faites de nous tous des artisans de paix, partout où nous vivons.

Nous nous souvenons de la parole de la Vierge Marie dans le petit village de Pontmain* :« Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon fils se laisse toucher. »

En écoutant sainte Marie, Mère de Dieu le Verbe Incarné,la
Reine de la paix et Mère de Miséricorde,
nous Vous prions pour que Vous donniez au monde le bien si précieux de la paix.

Merci Seigneur d’écouter notre prière qui monte vers Vous dans l' espérance.
Nous avons confiance en Vous, unique Sauveur du monde.

On peut ensuite prier le Notre Père et une dizaine de chapelet, en terminant par : « Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles, Amen. »

 

Diocèse de Laval. Apparition le 17 janvier 1871.

See original image

CATECHESE:

 

L'IMPURETE, QU'EST-CE QUE C'EST ?...

UN PECHE ?...

Le péché d’impureté est un crime contre une autre personne, mais c’est aussi un crime contre soi-même, contre sa propre personne.

Dans la passion sexuelle en effet, le sujet de la passion se traite lui-même et traite l’autre comme un instrument de plaisir, se réduit et le réduit à une chose, ignore délibérément et méprise sa propre dimension spirituelle et celle de l’autre, et pèche par là en même temps contre Dieu à l’image dont il est porteur ainsi que son prochain.

La passion sexuelle se trouve donc directement liée à l’orgueil, à l’égoïsme, et au manque d’amour envers Dieu, le prochain et soi-même. 

La charité envers le prochain doit être au Nom de Dieu et par Dieu, et non pour soi-même et par soi-même. La charité sans Dieu est une charité égoïste.

C’est par la prière seulement que la charité n’est pas égoïste mais selon Dieu.

Il faut éviter l’égoïsme, le contentement de soi.

Il faut faire pénitence de ne pas suffisamment aimer les gens et de ne pas être assez sensible aux malheurs des autres.

Si la prière est en nous, elle rend impossible tout péché sexuel. Inversement, le péché sexuel rend impossible la prière.

La vie n’a pas de sens, est absurde, n’est rien du tout, en dehors de Dieu.

Mais en Dieu, tout en elle trouve son sens.

Aussi aurons-nous à rendre compte devant Dieu des plus petits détails de notre existence, de la moindre de nos attitudes, de chacun de nos actes.

Il faut donc veiller à chaque instant et en toute chose à vivre en Dieu.

La justification des commandements divins est vitale, non pas théorique.

Il ne faut donc pas leur chercher de justification théorique. Si l’on nous dit que quelque chose est un poison, nous n’y touchons pas ; nous ne cherchons pas à en faire personnellement l’analyse chimique avant de déterminer notre attitude à son égard.

Il ne faut rien faire sans Dieu.

On ne peut rien faire sans Dieu.

Il faut demander la bénédiction de Dieu avant de faire tout ce que l’on fait, et après l’avoir fait, il faut remercier Dieu ou Lui demander pardon, selon que l’on a bien fait ou mal fait.

 

Source: Texteparoles du Starets choisies et arrangées par thèmes, extraites de l’ouvrage « LE STARETS SERGE » de Jean-Claude Larchet, Collection Épiphanie, Les Éditions du Cerf, Paris 2004. &  Icônes: œuvres du moine Grégoire Krug extraites de l’ouvrage “L’iconographie de l’église des Trois Saints Hiérarques”, Patriarcat de Moscou, Diocèse de Chersonèse, Paroisse des Trois Saints Hiérarques, 5 Rue Pétel, Paris 2001.

 

Les élites françaises et leur incapacité à se remettre en cause portent une écrasante responsabilité dans la cataclysmique perte française d’influence depuis dix ans.

 

Notre dramatique perte d’influence

La perte d’influence de la France s’accélère dangereusement depuis une dizaine d’années. Comme toujours lorsqu’il s’agit d’influence, la mesure exacte du phénomène est difficile, parce que ses effets se font sentir à long terme. Des évolutions qui paraissent marginales aujourd’hui se révéleront désastreuses demain.

Plusieurs exemples permettent toutefois de deviner l’ampleur des dégâts.

 

Notre perte d’influence en Europe

S’il fallait démontrer que la France perd de l’influence en Europe, il suffirait d’écouter les propos du président Jean-Claude Juncker, imposé en son temps à la France, rappelons-le, par l’Allemagne. Même Juncker s’effraie de la cruelle absence française sur la scène européenne :

« J’aime trop la France pour ne pas voir ses faiblesses, mais elle serait bien placée pour ramener l’Europe à l’essentiel. En revigorant la dimension de solidarité et en développant un discours sur la nécessité de l’assainissement des finances publiques, sans perdre de vue le triangle vertueux : assainissement budgétaire, réformes structurelles et investissements », explique-t-il au Monde.

« Je souhaiterais que, sur l’Europe, il y ait une plus large entente entre les principales forces politiques de l’Hexagone. La France, qui aime à se diviser sur tout, devrait éviter de le faire sur l’Europe », poursuit-il. « Elle a un discours à porter, un message à livrer, une certaine idée de l’Europe à défendre. Si un message cohérent venait d’elle, cela aurait un effet important face au discours britannique ».

On rappellera ici, en complément de ce « message » transparent envoyé par Juncker, quelques éléments concrets sur notre perte d’influence dans l’Union. De l’aveu même de 101 fonctionnaires français travaillant à Bruxelles, le poids de la France en Europe est majoritairement considéré comme moyen ou faible. 80 % d’entre eux utilisent l’anglais comme première langue de travail.

Encore n’évoquai-je pas ici l’éviction progressive des Français dans les cabinets des commissaires européens, signal funeste d’une prise en main de l’appareil bruxellois par les Britanniques et les Allemands à notre détriment.

 

Notre perte d’influence au Proche-Orient

Je rappelle régulièrement l’absence totale de la France sur la question turque. Nous y reviendrons, car elle illustre l’incapacité des élites françaises à modifier leur cadre de compréhension du monde. Pendant qu’Erdogan s’affirme comme une puissance régionale majeure, la France se consacre aux chantiers qu’elle a connus lorsque ses élites se formaient à l’université.

C’est le cas sur le conflit palestinien, qui n’intéresse plus personne, et où Jean-Marc Ayrault fait la démonstration des difficultés françaises à peser. Pendant ce temps, le gouvernement français s’épuise dans une relative de subordination à l’Arabie saoudite et au Qatar, dont les résultats sont décevants et les coûts politico-religieux élevés.

 

Notre perte d’influence en Afrique

Mais le plus dramatique se déroule en Afrique. La diplomatie de la canonnière que nous y menons encore ne pourra pas éternellement cacher la montée en puissance de la Chine comme puissance rivale. La Chine développe une véritable stratégie de développement en Afrique qui éloigne progressivement les pays africains de l’influence française.

Lire la suite de l’article sur eric-verhaeghe.fr

L’impossible révolte du peuple d’occident.

La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader. Un système d’esclavage où, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude.

Aldous HUXLEY dans : Le meilleur des mondes

 

 

source: http://finalscape.com/?p=7274

Pauvreté, chômage et parfois famine: le Brésil accueille les JO lors d'une période difficile. Cependant cela n'empêche pas les organisateurs d'incinérer des tonnes de produits frais achetés pour les sportifs… Ainsi, pour combattre ce gaspillage et nourrir les pauvres, les ONG locales ont ouvert un restaurant pas comme les autres.

Un restaurant pour les gens à faible revenus a ouvert ses portes à Rio de Janeiro, la capitale des JO-2016. D'après le site brésilien UOL, le fonctionnement du restaurant, qui offre des plats gratuits aux plus démunis, est assuré grâce aux organisations caritatives et aux excédents de nourriture achetée pour les participants aux compétitions sportives.

 

L'idée d'utiliser des "produits olympiques" pour nourrir les pauvres est venue aux initiateurs de ce projet après qu'ils ont découvert qu'une partie considérable de produits achetés pour le village olympique était détruite. Et ce non pas parce que les produits sont de mauvaise qualité, mais parce que les chefs olympiques n'ont pas besoin de tant de repas.

"Nous avons fait de notre mieux afin de faire en sorte que les fournisseurs livrent les excédents à notre restaurant. J'étais perplexe quand j'ai découvert que sur 120 camions de repas, 20 revenaient et leur contenu était incinéré", évoque l'un des initiateurs du projet David Hertz.

 

Quelque 45 chefs du monde entier ont été invités à cuisiner dans le restaurant. Chaque jour, l'établissement accueillera 108 personnes. Cependant, seulement les Brésiliens ayant le statut de personnes à faible revenus auront la possibilité de manger gratuitement dans l'établissement. 

Il convient de noter que les JO de Rio se tiennent dans un contexte de grave crise économique. Pendant que les invités des JO assistent aux compétitions, les résidents locaux peinent à trouver un emploi.

En juillet, les policiers brésiliens sont sortis dans les rues pour manifester contre les retards de paiements. Les représentants des forces de l'ordre ont accusé le gouvernement brésilien d'être trop concentré sur les JO et d'avoir complètement oublié son peuple.

SOURCE

«Ce que j’avais construit pendant des années, ils l’ont détruit en dix minutes au nom des JO»

Environ 2600 familles ont été expulsées de leur logement à Rio. Des journalistes brésiliens leur donnent la parole et dénoncent le manque de transparence de la municipalité

Depuis vendredi, les festivités battent leur plein à Rio et les quelque 500 000 touristes attendus pour les Jeux olympiques affluent.

Pour accueillir une telle foule, la ville a fait peau neuve et créé des stades, mais aussi des trams, des métros et une multitude d’infrastructures. Résultat: environ 2600 familles ont été déplacées, expose Courrier International. L’agence brésilienne d’investigation Agência Pùblica publie les témoignages de 100 d’entre elles sur laplateforme «100 histoires. 100 déménagements. 100 maisons détruites par les Jeux olympiques 2016». Selon ce collectif de journalistes, «il n’y a pas de documents officiels sur les expulsions de familles et les destructions massives. Nous avons décidé de les lister.»

Une «violence psychologique et physique»

Malgré un design gai et coloré, la page internet dénonce une réalité autrement plus sombre. De clic en clic, l’internaute accède aux interviews des habitants. «Ils m’ont dit qu’ils allaient lancer la police à notre recherche, qu’ils allaient démolir la maison avec nous dedans», rapporte Eunice dos Santos, un ancien résident de l’Estrada da Boiùna. Originaire du même quartier, Maria da Silva raconte que sa fille a été traumatisée par la destruction subite de sa maison. «Elle a maintenant besoin de traitements psychiatriques», déplore-t-elle.

Tout ce que j’avais construit pendant des années, ils l’ont détruit en 10 minutes à cause des Jeux olympiques

Chaque témoignage est accompagné d’une carte indiquant le quartier d’origine de la personne, l’endroit où elle a été déplacée et l’éventuelle compensation reçue. Si la majorité des familles ont été relogées, environ 500 personnes sont toujours sans logement.

Enardo Dos Santos n’a jamais reçu de compensation pour la destruction de la maison dans laquelle il vivait depuis plus de 30 ans.

Ednardo Dos Santos, Carioca de 55 ans, a été expulsé de la maison dans laquelle il vivait depuis plus de 30 ans. «Ils l’ont écrasée comme si c’était un bout de papier, en laissant les affaires à l’intérieur. Tout ce que j’avais construit pendant des années, ils l’ont détruit en 10 minutes, tout ça à cause des Jeux olympiques.»

La «stratégie de désinformation» de la mairie

Depuis des mois, les reporters brésiliens contactent les familles, retracent leurs histoires et enquêtent sur les procédures de la municipalité de Rio. «Le manque d’information sur les expulsions est une constante», au point que certaines familles apprennent «par des rumeurs sur Internet qu’il va y avoir des démolitions», raconte José Pereira Filho, Brésilien de 52 ans à qui la mairie avait promis un terrain pour continuer à travailler. «Je les ai crus et j’ai été oublié».

A lire aussi: Avant les Jeux de Rio, l’ordre policier règne

D’après les communiqués officiels, seul le quartier de Vila Autódromo a été détruit pour l’aménagement des JO. Les autres destructions seraient dues à des glissements de terrains ou à des inondations. Mais ce n’est pas ce que racontent les habitants de la ville: les militaires ont annoncé aux Cariocas de la plupart des quartiers qu’ils avaient besoin de place pour de nouvelles infrastructures. «Ils m’ont dit qu’ils voulaient construire des parkings pour les JO», rapporte Marco Amtônio, un habitant de Metrô qui a été délogé. Pour les journalistes, la municipalité a adopté une «stratégie de désinformation».

Des menaces constantes

Dans les quartiers construits pour reloger les familles, de nombreux militaires font la ronde. «L’endroit est bien, mais nous sommes trop contrôlés», explique Antonio Jose Zacarias Da Silva, habitant de Jacarepagua. «Il n’y a pas beaucoup de liberté, les enfants ne peuvent pas sortir après 22h.»

Bien que certains déplacés se disent satisfaits de leur nouveau logement, la tension est palpable. «Beaucoup d’habitants ont peur de parler, ou ne veulent pas apparaître sur des photos ou vidéos. Soit parce qu’elles ont été menacées, soit parce qu’elles ont peur de l’être», explique Agência Pública.

Déjà en juin 2015, une vidéo montrant la police agressant les habitants du quartier de Vila Autódromo pendant une démolition circulait sur les réseaux sociaux. Cette scène se déroulait précisément là où se tient aujourd’hui le Parc olympique, le stade le plus fréquenté des JO.

(Source: Le Temps)

ISIS

destroys ancient Assyrian sites in Hasakah

When ISIS captured Tal Ajaja, one of Syria’s most important Assyrian-era sites, they discovered previously unknown millennia-old statues and cuneiform tablets, and then they destroyed them.

The terrorist group, which has ravaged archeological sites under its control in Syria and Iraq, was chased from Tal Ajaja in northeastern Hasakah province in February by Kurdish fighters.

But the destruction IS wrought there over two years remains.

Perched on a large hill around 50 kilometres (30 miles) from the Iraqi border, the site is now a vision of desolation, riven with long tunnels.

Fragments of broken artifacts are strewn throughout and large holes dug by looters pockmark the ground.

The Assyrian empire, with its capital in Nineveh in modern-day Iraq, flourished in the first millennium BC.

It produced celebrated artifacts, particularly bas-reliefs often depicting scenes of war.

“Tal Ajaja, or ancient Shadikanni, was one of the main cities of Assyria,” said Cheikhmous Ali of the Association for the Protection of Syrian Archeology.

Most of the known treasures of Tal Ajaja, discovered in the 19th century, had long been removed and placed in museums in Syria or abroad.

But the militants, as well as local looters, dug up artifacts that archeologists had not yet uncovered, destroying or trafficking priceless pieces.

“They found items that were still buried, statues, columns. We’ve lost many things,” lamented Maamoun Abdulkarim, head of Syria’s antiquities department.

“More than 40 percent of Tal Ajaja was destroyed or ravaged by IS,” added Khaled Ahmo, director of the antiquities department in Hasakah.

“The tunnels that were dug destroyed invaluable archeological strata” that would have revealed the economic, social and political history of the era, he told AFP.

In IS’s extreme interpretation of Islam, statues, idols and shrines amount to recognising objects of worship other than God and must be destroyed.

But the group is also believed to have benefited from the trafficking of antiquities seized from sites under its control.

In 2014, photos emerged of sledgehammer-wielding militants destroying Assyrian statues from Tal Ajaja dating back to 2,000-1,000 BC.

“These barbarians have burnt pages of Mesopotamia’s history,” said Abdulkarim.

“In two or three months, they wiped out what would have required 50 years of archeological excavations,” he added.

In 2014, the antiquities department on its website published a series of photos of items from Tal Ajaja that had been destroyed, including cuneiform tablets and bas-relief depictions of the lamassu – the famous winged Assyrian deity.

The lamassu is a creature from Mesopotamian mythology, often depicted with a human head, the body of a lion or bull, and the wings of an eagle.

Though traditionally considered protectors and placed outside temples to guard them, the lamassu of Tal Ajaja were unable to escape IS’s ravages.

“IS turned the hilltop into a military zone,” said local resident Khaled, who spoke on condition a pseudonym be used because he still fears IS might return.

“No one was allowed to enter the site without authorisation,” he added.

“Hordes of armed men came in, along with traffickers of archeological objects,” added another resident, Abu Ibrahim.

Tal Ajaja was also known by the name Tal Araban in the Islamic era. But “even the upper strata dating back to that era were razed,” said Ahmo.

Abdulkarim said numerous artifacts from the site were smuggled to neighbouring Turkey and on to Europe, adding that he had alerted Interpol in a bid to retrieve some of the items.

Since its rise in 2014, IS has ravaged numerous archaeological sites in Iraq, including the ancient Assyrian city of Nimrud, provoking outrage.

The UN cultural organisation has described the militants’ actions as “cultural cleansing”.

In Syria, more than 900 monuments and archeological sites have been affected, damaged or destroyed by clashes since the conflict began in March 2011, according to the Association for the Protection of Syrian Archeology.

Among the worst incidents was the destruction by IS of temples in the famed ancient city of Palmyra, which provoked international outrage.

Between 2014 and 2015, Syria’s antiquities department moved some 300,000 objects and thousands of manuscripts from across Syria into storage in Damascus.

But Abdulkarim has watched in horror as sites are laid waste by war and looters.

“Our heritage is hemorrhaging.”

Source: Gulf News.

 

Un article glissé en douce dans le projet de loi Sapin 2 doit permettre à l’État de céder au plus vite le domaine de Grignon, dans les Yvelines. Une manœuvre qui pourrait faire le bonheur de l’émir du Qatar, Tamim al-Thani, déjà propriétaire du PSG.

 

On y élève des vaches et des brebis. Pas des chevaux. Qu’importe : pour se débarrasser du domaine de Grignon, dans les Yvelines, le gouvernement a sorti son arme secrète, le « cavalier » législatif. Autrement dit, un amendement qui n’a rien à voir avec la loi présentée devant les parlementaires mais que l’exécutif tente de faire voter en catimini, par pur opportunisme politique.

[...]

L’idée ? Permettre à ses deux institutions [AgroParisTech et l’INRA], qui occupent aujourd’hui le domaine de Grignon et qui veulent déménager, d’encaisser illico le produit de la vente. Le hic, c’est qu’on ne parle pas ici d’un champ de patates ou d’un bout de forêt dans lesquels quelques chercheurs se baladent éprouvettes en main. Avec son château du XVIIe siècle de style Louis XIII inscrit à l’inventaire des monuments historiques, sa riche bibliothèque, son musée du Vivant, son exceptionnel arboretum (200 espèces différentes), ses jardins et ses prairies, ce site de 291 hectares est l’un des joyaux du patrimoine culturel et scientifique français.

[...]

JPEG - 53.4 ko
Le 3 février 2010, le président Sarkozy décore Tamim al-Thani

 

À Grignon, depuis des mois, le nom d’un potentiel acquéreur est sur toutes les lèvres : l’émir du Qatar. Tamim al-Thani, 36 ans, s’est rendu sur place à plusieurs reprises. Le propriétaire du PSG a même envisagé d’y installer le futur centre d’entraînement du club. À grand frais : l’enveloppe totale du chantier, dévoilée par Le Parisien, s’élève à 300 millions d’euros ! Devant la bronca locale, appuyée par une pétition de 26 000 signatures, la direction du PSG a annoncé mi-juillet qu’elle préférait se rabattre sur un site voisin, à Poissy. Mais la piste qatarie continue d’alimenter les conversations à Grignon, où il se dit que Tamim am-Thani pourrait transformer le domaine – estimé au bas mot à 35 millions d’euros – en résidence de luxe pour les joueurs, ou pour ses hôtes de marque.

Lire l’article complet sur marianne.net

Des jihadistes recevaient leurs indemnités chômage pendant qu’ils étaient en train de commettre leurs attentats, voilà ce que viennent de découvrir les autorités belges, reprises par le Wall Street Journal.

Certains d’entre eux sont impliqués dans les attentats de Paris et de Bruxelles, et recevaient leurs allocations en Belgique.

Des enquêteurs financiers belges qui faisaient des recherches pour découvrir les modes de financement des terroristes ont fait une découverte qui dérange : certains des jihadistes recevaient de l’argent encore très peu de temps avant de commettre leurs attentats.

Au moins cinq des « soldats » de l’Etat islamique responsables des attentats de Paris et de Bruxelles ont en partie financé leurs attentats avec les généreuses sommes qu’ils recevaient du généreux système socialiste qui attire tant de migrants. Au total, ils ont reçu plus de 50 000 €.

Salah Abdeslam recevait des indemnités chômage trois semaines avant l’attentat du 13 novembre du Bataclan, représentant un total de 19 000 €. A l’époque, il était directeur et co-propriétaire d’un bar, ce qui veut dire qu’il n’aurait pas dû recevoir ces indemnités.

De nombreux musulmans de la cellule dormante de Verviers (la police a découvert des explosifs, des armes et des uniformes de la police après une attaque) qui a été neutralisée le mois dernier étaient dans ce cas.

« Nous avons identifié que le système d’aide sociale est vulnérable aux abus, et les terroristes l’utilisent pour se financer, » a déclaré Tom Keatinge, directeur du centre d’étude de la criminalité financière à l’Institut royal de la Sécurité de Londres.

Philippe de Koster, directeur de la cellule de renseignements financiers belge, a déclaré que les fonctionnaires ont besoin d’une meilleure coordination afin d’éviter que des indemnités soient versées à des « personnes suspectées de financer des activités terroristes. »

Mais cela implique un changement de législation, et il n’est pas certains que les autorités aient le courage de le faire.

Mr. de Koster dont l’agence enquête sur les aspects financiers des attentats de Paris et de Bruxelles a déclaré qu’il n’est évidemment pas possible de dire si l’argent du chômage a directement servi à financer les opérations terroristes puisque l’argent par définition est fongible, mais il est certain que « les aides sociales leur ont apporté le mode de vie et le soutien nécessaire à leurs activités terroristes. »

Dans certains cas, précise de Koster, les jihadistes ont transféré de l’argent vers des cartes de crédit prépayées qui ont servi dans les attentats, sans donner plus de détail du fait que l’enquête est toujours en cours.

La tâche des enquêteurs est rendue difficile du fait que les sommes sont faibles. Les spécialistes sécuritaires estiment que l’attentat du Bataclan a coûté moins de 30 000 €, et moins de 3 000 € pour les attaques de Bruxelles. L’immigrant tunisien qui a commis l’attentat de Nice, en France, a payé 1 600 € pour louer le camion qui a servi à tuer 84 personnes, avait déclaré le procureur.

Les enquêteurs ont détecté que des prêts étudiants, des escroqueries à l’assurance et des vols font partie des sources de financement du terrorisme européen.

Un document de l’Etat islamique de 2015 est même intitulé « Comment survivre en Europe : guide du Mujahid. » Dans un chapitre intitulé « idée pour de l’argent facile, » le manuel suggère « si vous pouvez obtenir des aides du gouvernement, faites-le. »

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

En Belgique, quinze musulmans qui sont partis combattre en Syrie ont reçu leurs indemnités chômage à leur retour. Cinq dont la présence en Syrie a été démontrée ont été rayés des listes, mais aucune base juridique n’autorise à couper les virements des autres.

Depuis les attentats de mars en Belgique, les autorités font des vérifications plus fréquentes, et ont constaté que 14 terroristes qui séjournent en prison recevaient toujours leurs allocations chômage.

Fred Cauderlier, porte-parole du Premier ministre belge, a déclaré que la loi a changé après les attentats de Paris, et interdit de verser toute pension à des djihadistes emprisonnés.

Lorsque Khalid el-Bakraoui est sorti de prison, il a reçu des allocations de réinsertion, ce qui lui a permis de vivre jusqu’à ce qu’il se fasse exploser dans le métro de Bruxelles à la station Maelbeek en mars.

Bakraoui touchait l’argent du chômage depuis début 2014, après avoir été plusieurs fois emprisonné pour vol. Au total, il a reçu environ 25 000 € du chômage et des aides sociales.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Source: Wall Street Journal

Attends-moi

 

 

 

Attends-moi

Si tu m'attends, je reviendrai,
Mais attends-moi très fort.
Attends, quand la pluie jaune
Apporte la tristesse,
Attends quand la neige tournoie,
Attends quand triomphe l'été
Attends quand le passé s'oublie
Et qu'on n' attend plus les autres.
Attends quand des pays lointains
Il ne viendra plus de courrier,
Attends, lorsque seront lassés
Ceux qui avec toi attendaient.

Si tu m'attends, je reviendrai.
Ne leur pardonne pas, à ceux
Qui vont trouver les mots pour dire
Qu'est venu le temps de l'oubli.

Et s'ils croient, mon fils et ma mère,
S'ils croient, que je ne suis plus,
Si les amis las de m'attendre
Viennent s'asseoir auprès du feu,
Et s'ils portent un toast funèbre
A la mémoire de mon âme...
Attends. Attends et avec eux
refuse de lever ton verre.

Si tu m'attends, je reviendrai
En dépit de toutes les morts.
Et qui ne m'a pas attendu
Peut bien dire : "C'est de la veine".
Ceux qui ne m'ont pas attendu
D'où le comprendraient-ils, comment
En plein milieu du feu,
Ton attente
M'a sauvé.
Comment j'ai survécu, seuls toi et moi
Nous le saurons,
C'est bien simple, tu auras su m'attendre, comme personne.

 

Жди меня и я вернусь,
Только очень жди,

Жди, когда наводят грусть
Желтые дожди. 
Жди, когда снега метут,
Жди, когда жара, 
Жди, когда других не ждут,
Позабыв вчера.
Жди, когда из дальних мест
Писем не придет,
Жди, когда уж надоест
Всем, кто вместе ждет.

 

Жди меня, и я вернусь,
Не жалей добра
Всем, кто знает наизусть,
Что забыть пора. 
Пусть поверят сын и мать
В то, что нет меня,
Пусть друзья устанут ждать,
Сядут у огня,
Выпьют горькое вино
На помин души...
Жди. И с ними заодно
Выпить не спеши.

Жди меня и я вернусь,
Всем смертям назло.

Кто не ждал меня, тот пусть
Скажет: - Повезло! 
Не понять, не ждавшим им,
Как среди огня
Ожиданием своим
Тыd спасла меня.
Как я выжил, будем знать
Только мы с тобой, -
Просто ты умела ждать

Как никто другой

CONSTANTIN SIMONOV (1915-1979)

 Plus sur C Simonov 1
 
Plus sur C Simonov 2

Chaque personne qui prie pour ses amis et ses proches sait combien la prière est puissante.

Chacun sait que parfois on peut sentir la prière des autres sur soi. Vous vous souvenez sans doute de ce célèbre poème de guerres, mis en musique et intitulé « Attends-moi » [poème de Constantin Simonov]. Dans ce poème, un homme parti à la guerre dit : « Par ton attente, tu m’as sauvé. » En fait, ce n’était pas simplement une attente, c’était une prière, même inconsciente, pour un homme qui combattait pour la patrie. Beaucoup de personnes, incapables de prier, s’élevaient vers Dieu par le cœur et le Seigneur les exauçait.

Voilà pourquoi, chaque jour, lorsque nous sommes devant Dieu, il nous faut prier pour que sa volonté soit faite, puis prier pour les autres, prier sans nous lasser, sans nous arrêter, sans paresser, car il n’y a pas de plus grand amour que celui qui passe par la prière. C’est par la prière que l’Église tient, s’appuyant sur la foi et la charité des êtres. Si nous prions les uns pour les autres, nous sommes étroitement liés, frères et sœurs entre nous, car ce n’est pas nos infirmités humaines, mais la puissance de Dieu qui est à l’œuvre.

Si vous constatez que vous n’êtes pas capables d’aider une personne par l’action ou la parole, d’éloigner son malheur, de la guérir, souvenez-vous toujours que nous avons le Seigneur ainsi que le ferme et fort appui de la prière. Mettez cela en pratique, vérifiez-le, priez avec ardeur et force pour ceux qui vous sont chers ; vous verrez que votre prière, si faible soit-elle, est efficace, car la puissance de Dieu se manifeste en elle.

Par la prière, nous comprendrons que c’est de notre faute si le Seigneur nous semble lointain. Si nous l’invoquons, en priant pour nos proches, il sera toujours avec nous, nous le sentirons toujours. Le Christ a dit lui-même : « Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux » (Mt 18, 20) et « Ce que vous demanderez au Père en mon nom vous sera accordé » (Jn 14, 13). Prions, priez tous pour vos amis, vos proches, et vous connaîtrez l’amour de Dieu. Amen.

Extrait du livre d’Alexandre Men,
Le Christianisme ne fait que commencer,
Cerf/Le sel de la terre, 1996. pp. 142-145

 

Une autre traduction de ce célèbre poême

 
(Source: Blog de Seraphim)

Tribune de François Galichet (professeur émérite à l’Université de Strasbourg) dans laquelle il préconise des « gestes de bonne volonté réciproque » avec les « communautés musulmanes ».

Abderrahim Hafidi et Tahar Ben Jelloun, dans leurs contributions au Monde, invitent les musulmans français à des gestes symboliques forts, qui marqueraient leur volonté de paix et d’adhésion aux valeurs républicaines [pas de prières de rue, renoncement au voile, formation des imams en France et pas de financement étranger des mosquées] . [...]

En contrepartie de ces trois gestes forts publiquement annoncés, le gouvernement français pourrait de son côté prendre trois mesures, ayant elles aussi une dimension symbolique mais aussi un impact réel sur l’intégration des populations concernées.

En premier lieu, l’instauration du récépissé pour les contrôles policiers. Cette mesure a été récemment écartée sous prétexte qu’elle stigmatiserait les agents des forces de l’ordre. On ne voit pas pourquoi. [...]

En second lieu le CV anonyme pourrait être rendu obligatoire. On en parle depuis longtemps. Ne serait-ce pas enfin le moment de le mettre en œuvre ? [...]

Enfin, l’État pourrait généraliser dans les cantines un menu végétarien alternatif au menu avec viande. L’intérêt serait double : d’une part permettre aux croyants de trouver une nourriture qui ne choque pas leur foi, et d’autre part proposer une alimentation plus écologique et diététique.[...]

Ces mesures pourraient renverser le climat actuel de crainte et créer une confiance mutuelle, condition incontournable de la paix civile.

Le Monde

Ce dimanche 7 août 2016 plusieurs centaines d’Allemands se sont mis en route en direction de la Russie en voiture, en moto, en suivant l’exemple des motards russes qui avaient fait le voyage en direction de Berlin en mai dernier pour sauver la paix en Europe et l’amitié entre la Russie, l’Allemagne et l’Europe. L’événement, qui est important en formant un pont entre l’Europe et la Russie, n’est, bien sûr, pas du tout relayé par les média officiels. L’OTAN, l’ONU, regardent d’un très mauvais œil cette résistance issue du peuple allemand !

Friedensfahrt. A 5 heures, dimanche 7 août, des voyageurs pour la paix ont déjà entamé leur voyage en direction de Moscou. Plusieurs centaines de patriotes allemands vont traverser la Pologne, les pays baltes pour rejoindre Saint-Petersbourg et Moscou. Le voyage jusqu’à Moscou doit durer du 7 août au 21 août. De nombreux drapeaux russes et allemands vont être agités sur le parcours. Selon les organisateurs de cette marche pour la paix « Friedensfahrt » Willy Wimmer, ancien secrétaire d’Etat du ministère de la Défense de Berlin, ancien vice-président de l’OSCE, soutien des patriotes allemands (AfD, les manifestations du lundi, Pegida) et aujourd’hui activiste pour la paix et l’amitié entre la Russie et l’Allemagne, doit tenir un discours à 15 heures devant la porte de Brandenbourg à la place du 18 Mars.

Route pour la paix relayée. Comme les médias officiels refusent de parler de l’événement les médias encore alternatifs (on peut encore constater le poids de la Lügenpresse) vont relayer l’événement dans le monde en direct sur, par exemple le site druschba.

Je considère cette route pour la paix en direction de Moscou et entre Moscou et Berlin comme une idée merveilleuse ! Cette route pour la paix est justement maintenant importante à une époque où la situation politique est si difficile ! Une action est nécessaire ! Je souhaite voir cette route pour la paix réunir les peuples de telle sorte que les peuples puissent vivre en harmonie et dans la paix ensemble !, a déclaré Willy Wimmer.

L’objectif est d’inciter les peuples européens à se joindre à ce mouvement pour la paix en Europe avec la Russie en allant contre la volonté de l’OTAN, de l’ONU et de l’élite actuelle en Europe de mener une guerre contre la Russie !

Les patriotes français sont invités à se joindre à ce mouvement ou a faire la même route de la paix en direction de Moscou en passant par les pays européens pour s’associer à un grand mouvement de paix faisant un pont entre le bout de l’Europe avec la Russie qui est notre ami et notre allié. Il ne faut pas oublier que dès l’attentat du 14 juillet à Nice le président russe a envoyé une vidéo à François Hollande pour lui tendre la main pour construire un pont entre la France et la Russie. Comme Hollande ne réagit pas c’est la société civile qui doit prendre l’initiative puisque nos élites sont corrompus et aux ordres de Washington !

Olivier Renault

source: http://novorossia.today/berlin-procession-pour-la-paix-en-route-vers-la-russie/

 

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
AUX MARTYRS IGNORES
 
Les 18-19 juillet, dans la nuit :
220 morts civils dans un bombadement effectué pat l'aviation française
selon le gouvernement de Damas.
 
Pour eux pas de fleurs, pas de prières, pas de bougies ?
Même pas une pensée ? Silence des médias !
 
 

CATECHESE SPIRITUELLE:

L'ABSURDITE DE LA SOUFFRANCE

 

souffrance_homme.jpg


Pourquoi est-ce que l'homme souffre sur terre ?

Pourquoi est-ce qu'il endure des peines et subit des maux ?

 

Nous souffrons parce que nous n'avons pas d'humilité.

Dans une âme humble vit le Saint Esprit, et il lui donne la liberté, la paix, l'amour et le bonheur.

Nous souffrons parce que nous n'aimons pas notre frère.

 

Le Seigneur dit :

« Aimez-vous les uns les autres, et vous serez mes disciples» Jn 13,35).

Quand nous aimons notre frère, l'amour de Dieu vient à nous.

 

L'amour de Dieu est d'une grande douceur ; c'est un don du Saint Esprit, et on ne le connaît en plénitude que par le Saint Esprit.

 

Mais il existe un amour modéré, celui que l'homme obtient quand il s'efforce d'accomplir les commandements du Christ et craint d'offenser Dieu ; et cela aussi est bien.

 

Il faut chaque jour s'efforcer au bien et, de toutes ses forces, apprendre l'humilité du Christ.

 

Saint Siiouane (1866-1938)

NOUVELLE(S) PARUTION(S):

 

La vie de notre Seigneur Jésus-Christ,

par Marina Paliaki, collection « Apprendre par l’icône »,

éditions Apostolia, Paris, 2016,

26 pages illustrées.
http://orthodoxie.com/recension-marina-paliaki-la-vie-de-notre-seigneur-jesus-christ/

 

 

« Sur les monts du Caucase, Dialogue de deux solitaires sur la prière de Jésus » 

 Hiéromoine Hilarion (Domratchev) 

25,00€ TTC

Description
On sait peu de choses de la vie du moine mégaloschème Hilarion [Domratchev] : il naquit vers 1845 dans la région de Viatka, fut enseignant après avoir terminé quatre classes de séminaire ; il partit pour l’Athos où il vécut plus de vingt ans au monastère russe Saint-Pantéléimon. Dans les années 1880, il s’en fut au Caucase, où on le rattacha au monastère Saint-Simon-le-Cananéen du Nouvel Athos.
Dans ce livre, il narre sa rencontre avec un ermite du Caucase, qui lui enseigna la Prière de Jésus.

L’ouvrage est un classique de la littérature orthodoxe, qui suscita de nombreuses vocations.
» Ce livre, écrit avec l’aide de Dieu, n’a qu’un but : expliquer aussi complètement que possible en quoi consiste la Prière de Jésus, elle qui, suivant l’enseignement unanime des saints Pères, est la racine et le fondement en même temps que le sommet et la perfection de la vie spirituelle. Toute l’insistance de nos paroles ne vise qu’à cela. Nous mettons toujours cette Prière au-dessus de toutes les autres vertus, dont aucune ne l’égale lorsque la Prière atteint les degrés les plus élevés. »
Cet ouvrage dresse le portrait d’une nature exubérante, de moines retirés du monde par amour de la solitude en Dieu.

couverture def

_____________________________

« Voilà un livre comme il s’en présente tous les dix ou vingt ans, un essai dont on ne sort pas indemne ! » écrivait il y a quelques jours dans nos colonnes Philippe Oswald. À l’occasion de la parution deDélivrés, méditations sur la liberté chrétienne (Éditions du Cerf), nous avons souhaité aller plus loin avec l’abbé Guillaume de Tanoüarn.

Aleteia : Vous écrivez qu’ « il faut absolument faire cesser le bal de la liberté avec la mort », qu’entendez-vous par là ?
Guillaume de Tanoüarn : La liberté ou la mort, c’était une des devises des révolutionnaires français. Je ne veux pas relever seulement le caractère grotesque de ce dilemme, qui effectivement a fait des morts, aussi longtemps que les hommes, insatisfaits, avaient l’impression que la liberté n’était pas venue pour eux. Ce que j’essaie de montrer, plus profondément, c’est qu’au fond la liberté s’est toujours présentée comme un idéal transcendant l’humanité ordinaire, non pas comme quelque chose de facile à atteindre. Cette mystique de la liberté est un rêve qui s’est transformée en cauchemar. Il ne faut pas y renoncer pour autant, mais simplement reconnaître qu’en dehors d’un secours divin, extérieur à l’individu, elle n’existe pas réellement. Elle est une chimère dont la fascination est mortelle. Il n’y a de liberté véritable que si nous sommes délivrés du mal et de la mort.

Vous écartez d’un revers de main l’acceptation des limites imposées à l’homme que propose le stoïcisme. Ce dernier est-il irrémédiablement étranger à la perspective chrétienne ?
La morale stoïcienne, telle qu’elle nous parvient dans le Manuel d’Épictète est effectivement très proche de la morale chrétienne sur le fond. Mais comme le dit Pascal, ce qui manque aux stoïciens, c’est l’humilité. Les chrétiens stoïciens, furent souvent, comme le moine breton Pélage, et comme les pélagiens, de ceux qui affirmaient que l’homme n’a pas besoin de la grâce et du secours de Dieu pour être parfait. L’éloge du suicide, que l’on trouve chez Sénèque, qui est mis en pratique, est la conséquence de cet orgueil. Un Platon, dans le Phédon, s’oppose au suicide en expliquant que notre vie appartient aux dieux. Dans le stoïcisme, la personne a une telle autonomie qu’elle s’appartient absolument à elle-même.

Si je vous semble rejeter le stoïcisme d’un revers de main, ce n’est pas parce qu’il serait « étranger » à la perspective chrétienne, mais parce que son idéal d’autarcie et d’autosuffisance a été profondément mis en cause par 2000 ans de civilisation chrétienne. Contrairement au stoïque qui n’espère rien, le chrétien sait qu’il n’est pas fait pour ce monde.

Finalement, l’obsession de la liberté n’est-elle pas un mal moderne ? Quasi-absent de la pensée médiévale par exemple ? N’est-elle pas, géographiquement, l’interrogation nombriliste des peuples qui ont tout ?
La liberté n’est pas seulement un mal moderne, elle est, à travers le salut promis, à travers la délivrance entrevue dans le Christ, une obsession d’origine chrétienne et aujourd’hui une de ces vertus chrétiennes devenues folles dont parle Chesterton. Dans la pensée médiévale, la liberté est fondamentale et elle est assumée à travers une théorie du libre arbitre ou du libre choix, que l’on trouve très clairement chez saint Thomas d’Aquin. Mais vous avez raison, la pensée médiévale n’a jamais osé envisager la liberté comme un absolu. Il faut attendre Descartes et la modernité chrétienne pour envisager la volonté humaine comme quelque chose d’infini. La pensée médiévale envisage, elle, toujours, la liberté avec la nature, finalisée par elle. Depuis Pic de la Mirandole, la liberté est sans nature, absolue, infinie, la liberté humaine prenant conscience qu’elle est capable de rivaliser avec la liberté divine et de changer l’ordre du monde. Voyez le « mariage homosexuel » par exemple. En même temps cette liberté absolue, qui flirte avec la mort dans la mesure où elle se revendique comme absolue, ne correspond pas seulement à « l’interrogation nombriliste des peuples qui ont tout ». Nombriliste, oui, narcissique, manifestant la puissance du tout à l’égo, cette liberté vide et infinie est ce qui reste de la foi chrétienne quand la foi et son espérance de salut ont disparu. Elle est la grande illusion de l’homme athée, postchrétien, celui qui croit être tout.

Propos recueillis par Thomas Renaud dans ALETEIA

Délivrés de Guillaume de Tanoüarn © Éditions du Cerf

Délivrés, méditation sur la liberté chrétienne, de Guillaume de Tanoüarn. Éditions du Cerf, 288 pages, 22 euros.

TOUS, NOUS SOMMES "THEOPHILES",

AIMES DE DIEU...

Ce petit texte d’Origène fait l’éloge de saint Luc.

Le Père Alexandrin s’appuie sur le sens étymologique du nom Théophile - ami de Dieu -, pour nous faire prendre conscience que tous, à l’instar du correspondant de Luc, nous sommes des amis de Dieu et par conséquent les destinataires de son évangile.

Saint Luc écrivant
© BnF. MS éthiopien d’Abbadie 82, fol. 35v.

’ai décidé, moi aussi, après m’être informé soigneusement de tout, depuis les origines. Luc insiste et répète que ce qu’il va écrire, il ne le tient pas des on-dit, mais qu’il s’est personnellement informé depuis les origines.

Aussi, à juste titre, l’apôtre Paul fait son éloge en ces termes : 

Luc, dont la louange en ce qui concerne l’évangile est répandue dans toutes les Églises 

(2 Co 8, 18).

On ne le dit d’aucun autre, mais on le rapporte au sujet de Luc.

J’ai décidé, moi aussi, après m’être informé soigneusement de tout, depuis les origines, d’en écrire pour toi l’exposé suivi, excellent Théophile. On pourrait penser que c’est pour un personnage nommé Théophile qu’il a écrit l’évangile.

Vous tous qui écoutez mon discours, si vous êtes des hommes vraiment aimés de Dieu, vous aussi, vous êtes également des « théophiles » et c’est pour vous que l’évangile est écrit.

Si quelqu’un est « théophile », lui aussi est à la fois très bon et très fort, comme l’exprime de la manière plus nette le mot grec κράτιστος (kratistos).

Aucun théophile n’est faible et, de même qu’il est écrit du peuple d’Israël, à sa sortie d’Égypte, qu’il n’y eut pas dans ses tribus d’homme faible, de même oserai-je dire : tout homme qui est théophile est fort ; il tient sa force et sa vigueur de Dieu et de sa Parole, il peut ainsi connaître la vérité des paroles qui l’ont instruit, comprenant la parole de l’Évangile dans le Christ à qui appartiennent la gloire et la puissance dans les siècles des siècles. Amen.

(Source :

OrigèneHomélie sur saint Luc, SC 87, Cerf, Paris 1962, p. 109.)

 

See original image

Programme des prochaines semaines au Monastère

 

Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de

 

Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

 

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

 

Au Monastère Syriaque de

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

 

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois)

 

See original image

 

WEEKEND DE L'ASSOMPTION:

 

*Dimanche 14 à Jauldes (Charente). 

 

-10h30, Messe du jour et prières mariales de vigile

 

 

de la "Dormition Assomption" de la Très Sainte

 

 

Vierge Marie)

 

(Après la Messe, possibilité de rejoindre avec le Monastère en  Normandie avec le prêtre desservant pour le Pèlerinage de l'Assomption à N-D de Miséricorde. VEUILLEZ VOUS INSCRIRE !Retour le 16 Août dans l'après-midi)

 

 

Ramassage des fidèles de Région Parisienne le Samedi

 

13 Août à 15 heure au lieu habituel pour le WEEKEND DE

 

L'ASSOMPTION. 

 

*Dimanche 14 au Monastère Syriaque (Normandie).

 

-10h30, Messe du jour et programme habituel...

 

 

 See original image

*Lundi 15 AOUT au Monastère

 

 Pèlerinage de l' Assomption (Dormition de la Très Ste

 

Vierge Marie)

 

10h30, Messe suivie de la PROCESSION MARIALE et des

 

prières au monument du "SAYFO" et des autres reposoirs.

 

Repas fraternel,

 

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

 See original image

*Dimanche 28 AOUT,

 

 Pèlerinage de Préparation à la Rentrée scolaire

 

-9h Baptêmes d’Axel et Cyprien

 

 

-10h30, Messe suivie des prières et bénédictions des

 

enfants, écolier, étudiants, parents et. Repas fraternel,

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

 

*Dimanche 4 Septembre:

 

 

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde

 

 'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Mère de Miséricorde, priez pour nous, secourez-nous!

 

et aux Saints du Kerala

 See original image

St Abraham Koorilose Bava, priez pour nous !

 

See original image

St Grégorios de Parumala, priez pour nous !


 

10h30, Messe de Rentrée Scolaire et des Catéchismes BENEDICTION DES ENFANTS et du repas fraternel,

possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

 

Ramassage des fidèles sur

 

*Paris: le Samedi 3 Septembre à 15 h 

 

au lieu de R.D.V habituel.

 

  

* Sunday, September 4:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

 

 See original image

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

 

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois

 

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


See original image 

 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

L’origine de la maladie mentale, comme de toute maladie, est spirituelle.

La norme pour l’esprit, sa normalité, c’est de vivre en union avec Dieu.

Il faut tâcher d’être toujours avec Dieu, et tout faire avec sanctification et reconnaissance.  

Les maladies mentales sont à base d’orgueil.

Le fondement de la maladie mentale, c’est de se prendre pour le centre.

Tout malade mental fait de lui-même un centre.

Cela ne veut pas dire qu’il soit responsable de sa maladie : l’orgueil, comme les autres passions, a, chez l’individu, des origines multiples :

la volonté personnelle, mais aussi l’hérédité, le milieu familial, la société, les relations et l’histoire de la personne qu’il affecte.

Beaucoup de "malades mentaux" s’intéressent à la religion, se préoccupent des questions mystiques, car ils sont perdus et cherchent quelque chose à quoi se rattacher.

Toute solution leur étant refusée en ce monde, toute issue leur étant fermée ici-bas, ils cherchent une vie dans l’autre monde.

Tout père spirituel doit être en même temps un psychiatre.

Toute maladie mentale a pour fondements des problèmes spirituels.

La spiritualité couvre tout, englobe tout.

Une action spirituelle peut donc guérir.

Un psychiatre qui n’est pas un homme spirituel peut calmer le malade, permettre sa réinsertion dans l’existence, favoriser ses relations avec autrui.

Mais au fond il le laisse vide, sans rien, il ne lui dit pas comment trouver un sens à son existence, ce que fait au contraire le père spirituel.

Contrairement à ce que prétend Freud, ce n’est pas la sexualité qui est à la base des maladies mentales, mais l’orgueil.

 

(Source: Texte et paroles du Starets choisies et arrangées par thèmes, extraites de l’ouvrage

« LE STARETS SERGE » de Jean-Claude Larchet,

Collection Épiphanie, Les Éditions du Cerf, Paris 2004. &  Icônes: œuvres du moine Grégoire Krug extraites de l’ouvrage “L’iconographie de l’église des Trois Saints Hiérarques”,

Patriarcat de Moscou, Diocèse de Chersonèse, Paroisse des Trois Saints Hiérarques, 5 Rue Pétel, Paris 2001.)

Commentaires de l'Ecriture par Saint Théophane le reclus.
 

1 Corinthiens 10:12-22;. Matthieu 16:20-24

Lorsque les saints apôtres confessèrent que le Sauveur était le Fils de Dieu, Il a dit, je dois souffrir… et être mis à mort.

L'œuvre avait mûri; Il ne restait plus qu'à la compléter par la mort sur la Croix La même chose se produit dans le courant du progrès moral d'un chrétien.

Alors qu'il est aux prises avec ses passions, l'ennemi espère toujours en quelque sorte le tenter, mais quand les passions se sont arrêtées et que l'ennemi n'a plus assez de puissance pour les réveiller, il présente des tentations extérieures, toutes sortes de fausses accusations, d'ailleurs, les plus sensibles.

Il essaie de planter de la pensée:

"Alors, pourquoi as-tu œuvré et lutté? Rien de bon n'en sortira pour toi."

Mais quand l'ennemi se prépare donc à une guerre de l'extérieur, le Seigneur envoie l'esprit de patience à son combattant, préparant ainsi une volonté vivante dans son cœur pour toutes sortes de souffrances et d'hostilité avant que l'ennemi ne puisse réussir à semer le trouble.

Comme le Seigneur le dit à propos de Lui-même, je dois souffrir, les lutteurs spirituels se sentent également une sorte de soif d'épreuves et quand la souffrance et l'hostilité viennent, ils les accueillent avec joie, et les boivent comme un homme assoiffé boit une eau rafraîchissante.

(Version française Claude Lopez-Ginisty d'après St Theophan the Recluse Thoughts
for each Day of the Year St Herman of Alaska, Platina, CA USA 2010) 

Repost 0
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 07:28

Draw nigh to the righteous, and through them you will draw nigh to God. Communicate with those who possess humility, and you will learn morals from them. A man who follows one who loves God becomes rich in the mysteries of God; but he who follows an unrighteous and proud man gets far away from God, and will be hated by his friends.

 

(St. Isaac the Syrian, Sermon 57,8)

Livre d'Ézéchiel 33,7.10-12.

Et toi, fils de l'homme, je t'ai établi comme sentinelle pour la maison d'Israël : quand tu entendras de ma bouche une parole, tu les avertiras de ma part. 
Et toi, fils de l'homme, dis à la maison d'Israël : Voici que vous parlez en ces termes "Nos transgressions et nos péchés sont sur nous, et c'est à cause d'eux que nous dépérissons ; comment pourrions-nous vivre ?" 
Dis-leur : je suis vivant ! -oracle du Seigneur Dieu : je ne prends point plaisir à la mort du méchant, mais à ce que le méchant se détourne de sa voie et qu'il vive. Revenez, revenez de vos mauvaises voies ! Et pourquoi mourriez-vous, maison d'Israël ? 

Et toi, fils de l'homme, dis aux enfants de ton peuple : la justice du juste ne le sauvera point au jour de sa transgression ; et le méchant ne tombera point pour sa méchanceté le jour où il se détournera de sa méchanceté, de même que le juste ne pourra pas vivre par sa justice le jour où il péchera. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 9,35-38.10,1.

En ce temps là, Jésus parcourait toutes les villes et les bourgades, enseignant dans les synagogues et prêchant l'Evangile du Royaume, et guérissant toute maladies et toute infirmités. 
Et, en voyant cette multitude d'hommes, il fut ému de compassion pour eux, parce qu'ils étaient harassés et abattus, comme des brebis qui n'ont pas de pasteur. 
Alors il dit à ses disciples : " La moisson est grande, mais les ouvriers sont en petit nombre. 
Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson. " 
Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna pouvoir sur les esprits impurs, afin de les chasser et de guérir toute maladie et toute infirmité. 
 

 


Par John Henry Newman

(1801-1890), Cardinal, théologien de l'Eglise Romaine Catholique., fondateur de l'Oratoire en Angleterre . Déclaré Bienheureux par l'Eglise Romaine.
Sermon « Invisible Presence of Christ », Sermons on Subjects of the Day, n°21 

 

« Voyant les foules, il eut pitié d'elles, parce qu'elles étaient fatiguées et abattues comme des brebis sans berger »

 

Regardez autour de vous, mes frères... :

pourquoi y a-t-il tant de changements et de luttes, tant de partis et de sectes, tant de credo ?

Parce que les hommes sont insatisfaits et inquiets.

Et pourquoi inquiets, chacun avec son psaume, sa doctrine, sa langue, sa révélation, son interprétation ?

Ils sont inquiets parce qu'ils n'ont pas trouvé...; tout cela ne les a pas encore amenés à la présence du Christ qui est

« la plénitude de la joie et le bonheur éternel »

(Ps 15,11). 

S'ils avaient été nourris du pain de la vie (Jn 6,35) et goûté au rayon de miel, leurs yeux seraient devenus clairs, comme ceux de Jonathan (1Sm 14,27) et ils auraient reconnu le Sauveur des hommes.

Mais n'ayant pas saisi ces choses invisibles, ils doivent encore chercher, et ils sont à la merci des rumeurs au loin... 

Spectacle attristant :

le peuple du Christ erre sur les collines

« comme des brebis sans berger ».

Au lieu de le chercher dans les lieux qu'il a toujours fréquentés et dans la demeure qu'il a établie, ils s'affairent en des projets humains, suivent des guides étrangers et se laissent captiver par des opinions nouvelles, deviennent le jouet du hasard ou de l'humeur du moment et la victime de leur volonté propre.

Ils sont pleins d'anxiété, de perplexité, de jalousie et d'alarme, « ballottés et emportés par tout vent de la doctrine, par la ruse des hommes et de leur astuce à se fourvoyer dans l'erreur » (

Ep 4,14).

Tout cela parce qu'ils ne cherchent pas le « Corps unique, l'Esprit unique, l'unique espérance de leur appel, l'unique Seigneur, la foi unique, le baptême unique, le Dieu unique et Père de tous » (Ep 4,5-6) pour y « trouver le repos de leurs âmes » (Mt 11,29).

 

Afficher l'image d'origine

 

Voici plusieurs textes sur la Miséricorde 

« Qu’est-ce qu’un cœur miséricordieux ? »,

« C'est la Miséricorde que je désire » 

Par  Saint Isaac le Syrien (vers 630-700), Moine puis Evêque de Ninive né dans la région du Qatar et mort au Monastère de Rabban Shabour au nord du Kurdistan.
 


« Qu’est-ce qu’un cœur miséricordieux ? » selon Saint Isaac le Syrien :

« La « Miséricorde », c’est une flamme qui embrase le cœur pour toute la création, pour les hommes, pour les oiseaux, pour les animaux, pour les démons, et pour tout être créé. Quand l’homme miséricordieux se souvient d’eux, et quand il les voit, ses yeux répandent des larmes, à cause de l’abondante et intense miséricorde qui étreint son cœur. À cause de sa grande compassion, son cœur devient humble et il ne peut plus supporter d’entendre ou de voir un tort, ou la plus petite offense, faits à une créature. C’est pourquoi il offre continuellement des prières accompagnées de larmes pour les animaux sans raison, pour les ennemis de la vérité et pour ceux qui lui ont fait du tort, pour qu’ils soient protégés et qu’il leur soit fait miséricorde ; il prie de même pour les reptiles, à cause du la grande miséricorde qui remplit son cœur au-delà de toute mesure, à la ressemblance de Dieu. » 

Saint Isaac le Syrien (vers 630-700) - Discours Ascétiques N°81


« C'est la Miséricorde que je désire » de Saint Isaac le Syrien :

« Si tu possèdes davantage que ce dont tu as besoin chaque jour, donne-Ie aux pauvres, puis viens avec une confiance filiale offrir tes prières. C'est-à-dire, parle avec Dieu comme un fils avec son père. Rien ne peut autant rapprocher notre cœur de Dieu que la Miséricorde. Quand tu donnes, fais-le avec générosité, le visage joyeux, et donne plus qu'il ne t'est demandé. Ne fais pas de distinction entre le riche et le pauvre, et ne cherche pas à savoir qui est digne et qui ne l'est pas ; mais que tous les hommes soient également bons à tes yeux. Tu pourras ainsi attirer même les indignes vers le bien, car l'âme est vite attirée à la crainte de Dieu par les bienfaits accordés au corps. Le Seigneur mangeait à la table des publicains et des prostituées, il n'écartait pas les indignes, afin d'attirer par là tous les hommes vers la crainte de Dieu et de leur donner, par les choses du corps, de s'approcher des choses spirituelles. C'est pourquoi tiens pour égaux tous les hommes lorsqu'il s'agit de leur faire du bien ou de les honorer, fussent-ils juifs, incroyants ou criminels, surtout parce que chacun est ton frère et possède la même nature que toi. Que la miséricorde surpasse toujours tout en toi. Un cœur dur et peu miséricordieux ne sera jamais pur. Voici, mon fils, un commandement que je te donne : que la Miséricorde l’emporte toujours dans ta balance, jusqu’au moment où tu sentiras en toi la Miséricorde que Dieu éprouve envers le monde. Quand l’homme reconnaît-il que son cœur a atteint la pureté ? Lorsqu’il considère tous les hommes comme bons sans qu’aucun lui apparaisse impur et souillé. Alors en vérité il est pur de cœur (Mt 5, 8). Qu’est-ce que cette pureté ? En peu de mots, c’est la Miséricorde du cœur à l’égard de l’univers entier. » 

 

 


Saint Isaac le Syrien (vers 630-700) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le sommet du mystère : être mort à ce monde, mais vivant à Dieu.
(saint Théodore Studite)

 

« Le don surnaturel qu'avait reçu M. Vianney de voir à distance ou de lire dans les cœurs valut à certaines personnes de courtes hontes.
C'est ainsi qu'en distribuant la communion pendant sa messe, il passa par deux fois une dame pieusement agenouillée à la sainte table. Voyant le serviteur de Dieu revenir une troisième fois près d'elle :
« Mon Père, dit-elle toute rougissante, vous ne m'avez pas donné la communion.
— Non, mon enfant, répondit le saint penché au-dessus d'elle ; vous avez pris quelque chose ce matin. »
Elle se souvint qu'en effet, elle avait, à son lever, mangé par inadvertance un peu de pain. (1)
*
*       *
A la même place, quelque chose d'assez peu différent arriva à une demoiselle Étiennette Poignard, qui habitait le gracieux pays de Blacé, au delà de Villefranche-sur-Saône. Un beau matin de 1845, de très bonne heure, de joyeuses compagnes vinrent frapper à ses volets clos. « Allons, criaient-elles, en route, les pèlerins d'Ars, en route ! ». Etiennette ne se fit pas prier. En hâte, elle se leva et sauta dans la voiture où on l'attendait.
La jeune fille était sincèrement pieuse ; elle communiait souvent et bénéficiait même des directions de M. Vianney. L'idée de revoir ce bon Père la transportant d'allégresse, elle ne fit que chanter elle-même, babiller et rire tout le temps du voyage. On pénétra dans Ars un peu avant sept heures, précisément pendant que la cloche annonçait la messe de M. le Curé.
Etiennette tenta de se recueillir, y parvint à grand'peine et, le moment venu de la communion, elle alla, seule de ses compagnes, s'agenouiller à la sainte table.
Le célébrant, arrivé à sa jeune pénitente, commença la formule rituelle : Corpus Domini nostri...mais il ne l'acheva pas ; il demeurait là, immobile, tenant l'hostie entre ses doigts. Mlle Poignard levant les yeux, aperçut un visage sévère.
Interdite, elle se mit à réciter mentalement les actes de foi, d'espérance et de charité par lesquels elle avait coutume de clore chaque matin sa prière... Alors seulement, le saint Curé la communia.
Etiennette se retira ; mais une angoisse subsistait en elle. Avait-elle donc péché assez gravement pendant ce voyage ? Elle voulut en avoir le cœur net. Vers midi, elle joua si bien des coudes qu'elle eut la chance de se trouver, entre l'église et la cure, sur le passage de M. Vianney. Celui-ci savait à qui il avait affaire et que la leçon serait féconde.
« Quand on n'a pas fait sa prière du matin, lui dit-il discrètement et avec bonté, quand on a été dissipée tout le long de la route, on n'est pas trop disposée à faire la sainte communion. »
Etiennette Poignard comprit et ne recommença plus. (2) »

1. Rapporté par M. André Thèbre, lors du Procès apostolique inchoatif (folio 1118).
2. Les détails de ce récit proviennent de Mlle Maria Brizard, domiciliée à Ars et amie intime de Mlle Poignard (Documents Ball, N° 18).

Chanoine Francis TrochuLes Intuitions du Curé d'Ars, Première Série (Troisième Partie, Ch. XX : En distribuant la communion), Librairie Catholique Emmanuel Vitte, Lyon - Paris, 1931.

Saint_Cure-d-Ars_4a.jpg

Statue par Emilien Cabuchet (1819-1902), Sanctuaire d'Ars


Notre point de départ est toujours le mauvais.

Au lieu de commencer par nous-mêmes, nous

voulons toujours changer les autres en

premier, et terminer par nous-mêmes.

Si tout le monde commençait par lui-même,

alors il règnerait une grande paix partout!
(staretz Thadée de Vitovnitsa)

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES LES SAINTS...

 

1er Août,

début du carême de la Dormition (Du 1er au 14).

Avant la glorieuse fête de la Dormition de la toujours Vierge Marie, l'Église a institué une courte période de jeûne de deux semaines pour nous y préparer.

 

 

Aloho m'barekh

Je demande à tous nos fidèles et amis de bien vouloir, de la Transfiguration de Notre-Seigneur (6 Aout) à la Dormition-Assomption de Notre-Dame (15 Août), dire la prière suivante pour leurs prêtres, tous les prêtres; pour les vocations en notre métropolie, les vocations de par le monde...Merci.

Avec l'assurance de mon fidèle dévouement.

 

+Mor Philipose-Mariam, métropolite.

 

PRIERE POUR NOS PRÊTRES:

 

Seigneur Jésus, avec tous les saints prêtres qui nous ont montré le chemin du ciel et qui sont aujourd'hui dans Votre gloire, nous Vous confions : tous les prêtres que nous connaissons, ceux que nous avons rencontrés, ceux qui nous ont aidés, ceux que Vous nous donnez aujourd’hui comme témoins de la Paternité de Votre Père céleste.

Vous avez appelé chacun de ces baptisés par son nom pour que vivant de votre Bon Saint et vivifiant Esprit, ils se sanctifient avec l'ensemble du Peuple de Dieu.

Parmi ces baptisés, Vous avez appelé chacun d'eux par un amour de prédilection afin qu''en Vous,Unique, Souverain et Eternel Prêtre, ils soient "sanctifificateurs" ...

Pour chacun d'eux, pour le don de leurs vies , nous Vous louons et nous Vous supplions : gardez-les (Et nous avec eux) dans la fidélité à Votre nom ; Vous qui les aavez consacrés pour qu’en Votre nom, ils soient nos pasteurs, donnez leur force, confiance et joie pour accomplir leur mission.

Que  la Quadisha Qurbana (L'Offrande par Vous, avec Vous et en Vous de Votre Sacrifice non sanglant), que l'Euchraristie qu’ils célèbrent les nourrisse et leur donne le courage de s’offrir avec Vous pour les brebis que nous sommes ; qu’ils soient entièrement immergés en Vous, ô Christ miséricordieux afin d'être toujours plus les témoins de Votre pardon afin d'étendre avec nous Votre règne d'Amour, de Vérité, de Justice et de Paix.

Qu'en Vous , Ô Christ Prêtre, ils soient de vrais adorateurs du Père afin de  nous enseigner le véritable chemin de la sainteté.

Ô Père Céleste, avec eux, avec nos prêtres, nous nous offrons au Christ "Porte des brebis" pour l'édification et l'unanimité de l’Église tendue vers Vous: 

-Qu’elle soit missionnaire dans le souffle de Votre Esprit!

Aprenez-nous  à aimer ces prêtres que Vous nous donnez, à les respecter et à les recevoir vraiment comme un don de Votre main, pour qu’avec eux nous accomplissions davantage Votre œuvre pour le salut de tous. 

Seigneur, donnez-nous des prêtres, Seigneur, donnez-nous de nombreux prêtres, Seigneur, donnez-nous de nombreux et saints prêtres !

Amîn.

P.S:

Vous pouvez poursuivre la prière pour les vocations et la sainteté du clergé par cette "Neuvaine pour la paix "demandée  par les évêques Romains-catholiques de la Région de Bretagne et que nous vous livrons ici quelque peu modifiée :

 

Neuvaine de prière pour la paix
« Jésus est notre paix »

See original image

Du samedi 6 août au lundi 15 août 2016,
solennité de l’Assomption de la Vierge Marie

Seigneur Jésus, Vous êtes notre paix, et Vous voulez la paix pour tous.

Nous Vous implorons : mettez la paix dans nos cœurs.
Nous Vous en supplions : convertissez le cœur de ceux qui sont tentés par la violence.
Nous Vous le demandons : faites de nous tous des artisans de paix, partout où nous vivons.

Nous nous souvenons de la parole de la Vierge Marie dans le petit village de Pontmain* : « Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon fils se laisse toucher. »

En écoutant sainte Marie, Mère de Dieu le Verbe Incarné,la
Reine de la paix et Mère de Miséricorde,
nous Vous prions pour que Vous donniez au monde le bien si précieux de la paix.

Merci Seigneur d’écouter notre prière qui monte vers Vous dans l' espérance.
Nous avons confiance en Vous, unique Sauveur du monde.

On peut ensuite prier le Notre Père et une dizaine de chapelet, en terminant par : « Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles, Amen. »

 

* Diocèse de Laval. Apparition le 17 janvier 1871.

See original image

 

 

... the Good Lord glorified the name of the Blessed Stylianos,

who had dedicated his life to the glory of God. But it was not only the miraculous cures of children which glorified the name of humble Stylianos. The saint acquired the reputation of wonder-worker because he made childless couples child-bearing through his prayers. Many sterile women bore children through his intercessions. Through his blessing, many faithful Christians who had been childless, bore healthy children

 

St Myron the Wonderworker, Bishop of Crete (350)

St Myron was a widowed farmer who, though poor, shared the produce of his farm freely with the needy. Once he found some thieves stealing his grain. Without saying who he was, he helped the thieves fill their sacks and make their escape. His virtue became known, and he was ordained to the priesthood, then consecrated bishop. In his own lifetime he was known as a great wonderworker. He reposed in peace

St Gregory of Sinai (Mt Athos) (1346)

August 8

One of the great ascetics, hesychasts and spiritual leaders of the Church, he did much to restore the knowledge and practice of Orthodox hesychasm. He became a monk at Mt Sinai. He travelled to Mt Athos to learn more of Orthodox spiritual prayer and contemplation, but found that these were almost lost even on the Holy Mountain.

 

The only true, holy hesychast he found there was St Maximos of Kapsokalyvia (Maximos the hut-burner, January 13). Maximos lived a life of reclusion in crude shelters; from time to time he would burn his hut and move to a new one,

 so as not to become attached even to that poor earthly dwelling.

 

For this, he was scorned as a madman by the other monks. St Gregory upbraided the monks and told them that Maximos was the only true hesychast among them, thus beginning a reform of spiritual life on the Holy Mountain. He spent time teaching mental prayer in all the monasteries of Mt Athosthen travelled around Macedonia, establishing new monasteries.

 

Some of his writings on prayer and asceticism can be found in the Philokalia. He reposed in peace in 1346.

 

St Emilian the Confessor, bishop of Cyzicus (820)

Emilian was one of the bishops summoned by the Patriarch Nikephoros to defend the veneration of the holy icons against the Emperor Leo the Armenian. For this reason he was sent into exile around 815, and after many sufferings for his faithful confession, reposed in exile in 820.

 

Pour une France vivant sous le manteau de la Vierge Marie
Vierge Marie, Notre-Dame de France,
Accueillez nos cœurs d’enfants
Confiants en votre bienveillance.
Guidez-les vers Jésus notre Sauveur,
Pour recevoir de son Cœur
Les grâces de sa divine miséricorde.

Nous vous présentons notre pays
Ses souffrances, ses troubles, ses conflits
Mais aussi ses ressources et ses aspirations.
Recevez-les, purifiez-les,
Présentez-les à votre Fils,
Afin qu’Il intercède en notre faveur,
Qu’Il oriente nos actions vers le Bien
Et nous guide dans la Vérité.

Nous vous consacrons la France
Dans la fidélité à l’Espérance
Et la force de l’Esprit Saint
Reçues à notre baptême.
Amen

 

 

 

 

 

Voudriez-vous m’enseigner vous-même comment il faut prier ? 

 

Le 13 janvier 1864, le vénérable père Louis Cestac (fondateur de la Congrégation des « Servantes de Marie », décédé en 1868), fut frappé d’une vision lui montrant des démons causant des ravages inexprimables sur la terre. En même temps, il eut une vision de la Vierge Marie qui lui dit qu’en effet les démons étaient déchaînés dans le monde, et que l’heure était venue de la prier comme Reine des Anges, et de lui demander d’envoyer les légions saintes pour terrasser les puissances de l’enfer. 

«  Ma Mère, dit le prêtre, vous qui êtes si bonne, ne pourriez-vous pas les envoyer sans qu’on vous le demande ?

- Non, répondit la Très Sainte Vierge, la prière est une condition posée par Dieu même pour l’obtention des grâces. 

– Eh bien ma Mère, reprit le prêtre, voudriez-vous m’enseigner vous-même comment il faut prier ? 

– Et il reçut de la Très Sainte Vierge Marie la prière : Auguste Reine » 

« Auguste Reine des Cieux, 

Souveraine Maîtresse des Anges, Vous qui, dès le commencement, avez reçu de Dieu le pouvoir et la mission d'écraser la tête de Satan, nous Vous le demandons humblement : envoyez vos légions célestes pour que, sous vos ordres et par votre puissance, elles poursuivent les démons, les combattent partout, répriment leur audace et les refoulent dans l'abîme. 

“Qui est comme Dieu ?”

O bonne et tendre Mère, Vous serez toujours notre amour et notre espérance !

O "divine" Mère, envoyez les Saints Anges pour me défendre
et repousser loin de moi le cruel ennemi ! 

Saints Anges et Archanges, défendez-nous, gardez-nous ! »


Nous qui depuis plus de trente ans nous livrons au difficile ministère de l'exorcisme en notre Monastère Syriaque -D de Miséricorde, nous pouvons témoigner de l'intérêt de cette belle prière dans le "Combat spirituel".

 

La prière de protection : Auguste Reine des cieux.

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

"Second heaven, in whose womb the Lord of Heaven dwelt,
and shone forth from her to expel darkness from the land.
Blessed of women, by whom the curse of the land was eradicated,
and the sentence henceforth has come to an end.
Second Eve who generated life among mortals...
It is easier to depict the sun with its light and heat, than to tell the story of Mary in its splendour"
(St Jacob of Serug)


 

 

See original image

 

 

Aujourd'hui 6 Août, la Solennité de la Transfiguration l'emporte sur le Sanctoral.

 

1er Août,

début du carême de la Dormition (Du 1er au 14).

Avant la glorieuse fête de la Dormition de la toujours Vierge Marie, l'Église a institué une courte période de jeûne de deux semaines pour nous y préparer.

(Interruption du jeûne ce 6 Août en la Solennité de la Transfiguration de Notre-Seigneur)

 

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
AUX MARTYRS IGNORES
 
Les 18-19 juillet, dans la nuit :
220 morts civils dans un bombadement effectué pat l'aviation française
selon le gouvernement de Damas.
 
Pour eux pas de fleurs, pas de prières, pas de bougies ?
Même pas une pensée ? Silence des médias !
 

Le nombre de nuitées des touristes étrangers en France a baissé en moyenne de 10% au cours des six premiers mois de 2016 à cause des craintes suscitées par les attentats, selon le secrétaire d'Etat chargé de la promotion du tourisme, Matthias Fekl.

«La clientèle à fort pouvoir d'achat des Etats-Unis, d'Asie ou du Golfe a fortement réagi aux attentats et les hôtels haut de gamme souffrent davantage que les autres», souligne le secrétaire d'Etat dans une interview au Journal du Dimanche.

Pour le mois de juillet, la France enregistre une diminution de près de 10% des nuitées par rapport à la même période l'année dernière. 

«La France doit rester la première destination mondiale avec une offre variée, à la fois haut de gamme et populaire, culturelle, gastronomique, sportive», estime Matthias Fekl.

Le ministre affirme aussi que, en 2015, malgré les attentats, la France avait battu un record de fréquentation avec 85 millions de voyageurs. «Soyons fier de notre art de vivre», conclut le ministre.

Ce dernier a aussi rappelé avoir annoncé le 18 juillet à Nice, quatre jours après l'attentat qui a fait 85 morts sur la Promenade des Anglais, différentes mesures (dont le report des remboursements de prêts et l'étalement des échéances sociales et fiscales) pour soutenir l'activité touristique dans le sud-est de la France, industrie qui assure dans cette région quelques 75 000 emplois.

SOURCE

His Holiness Aram I Designates August the Month of St Mary

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on AUGUST 8, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com

https://s-media-cache-ak0.pinimg.com

Catholicosate of Cilicia of the Armenian Orthodox Church – August 2016

The Feast of the Assumption of St Mary has a special place in the mind and witness of the church and in the life of Armenians. She is always present and is a source of inspiration for spiritual life and renewal for the people. Armenians have consecrated churches in her name, built shrines and organized pilgrimages in her honour.

His Holiness Aram I has dedicated the month of August to the Saint and invites the faithful to come to Saint Mary’s Monastery on pilgrimage, perform acts of mercy and pray to St Mary to intercede on their behalf.

In order to guide the spiritual journey of the faithful, the church offers the following acts of piety during the month at St Mary’s Monastery in Bikfaya:

  1. Holy Liturgy every Friday during August 5, 12, 19 and 26, at 7:30 pm
  2. Daily Bible studies during the week preceding the Feast of Assumption of St Mary.
  3. On the eve of the Feast of Assumption on Saturday 13th August in the evening, the Holy Liturgy followed by offerings and the blessing of the grapes.
  4. During the month, the gates of the Monastery will remain open from 8:00 o’clock in the morning to 8:00 o’clock in the evening for the faithful to come and offer their prayers at St Mary’s Chapel.

The Catholicos encourages everyone to join this spiritual journey by taking part in the different pious acts.

Source:

Terrorisme Islamique

et "Combat Spirituel"

Un point de vue, celui d'Aleteia...

Du sombre pro

Sur le front du terrorisme, « l’année à venir va être épouvantable (pour la France) avant les élections présidentielles », a estimé le juge Marc Trévidic dans une interview donnée à la chaîne de télévision belge RTBF (4 août) : « La tentation pour l’organisation terroriste État islamique va être très grande de s’en prendre au pays. (…) Mon espérance à moyen terme, c’est l’essoufflement suite au degré d’horreur. Mais cela peut durer dix ans. Ce n’est pas exclu. »

Adel Kermiche : un cas exemplaire

Neuf jours après l’attaque de Saint-Étienne-du-Rouvray, l’ancien juge anti-terroriste (il est devenu premier vice-président du tribunal de grande instance de Lille en septembre dernier) a notamment évoqué l’un des tueurs, Adel Kermiche : « J’avais face à moi quelqu’un qui voulait à tout prix partir faire le djihad au sein de l’État Islamique. Il avait dans ses yeux la petite lueur qui fait qu’on détecte qu’il ne reviendra pas en arrière. C’est très difficile à apprécier. C’est très subjectif parce qu’en face de vous, vous avez l’impression d’avoir un mur. Et là, il y avait ce mur-là ».

« En France, la loi est claire, explique RTBF : après dix ans un juge d’instruction spécialisé doit changer de poste. Frustré, déçu, Trévidic quitte l’antiterrorisme. Adel Kermiche, l’un des tueurs de Saint-Étienne-du-Rouvray, est ensuite placé sous surveillance électronique malgré l’avis défavorable du parquet. »

Dans cet entretien, « Marc Trévidic n’accable pas son confrère, relèveBFMTV, mais estime qu’il faut des années d’expérience pour distinguer les prévenus dissimulant leurs intentions des autres. Le magistrat est d’ailleurs inquiet lorsqu’il pense à quelques individus qui avaient défilé dans son bureau à l’époque : “Il y en a cinq ou six qui m’ont fait froid dans le dos. Je ne sais pas quand ils sortiront, j’espère qu’ils ne sont pas déjà sortis.” »

Dans Causeur, Jean de Maillard, magistrat, essayiste, explique « comment Adel Kermiche est passé entre les mailles du système » au terme d’une procédure inintelligible pour « quiconque ne baigne pas quotidiennement dans l’univers clos de la justice pénale ». Qui plus est, cette  procédure fut entachée d’anomalies dans l’affaire Kermiche. Mais le nœud du problème, conclut le magistrat, c’est que « toute notre justice pénale est fondée sur une, et une seule, aspiration : la “réinsertion” des délinquants, dont le corollaire est la croyance dans l’incapacité – réelle ou supposée, ce n’est pas ici le propos – de la prison d’assurer cette tâche. (…). Cette conviction est telle qu’aucun débat, ni aucun audit ne viennent jamais la troubler car ils apparaissent aussi inutiles qu’inconvenants. Aucun échec n’est jamais étudié – ils sont pourtant autrement plus nombreux que les réussites – aucune leçon n’est jamais tirée de l’improductivité massive de la politique pénale de “réinsertion” à la française. »

L’ultime message du père Hamel : « Va-t-en Satan ! »

Les dernières paroles du père Jacques Hamel, avant d’être égorgé devant l’autel de l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray, ont été révélées lors de ses obsèques, mardi 2 août, à la cathédrale de Rouen, par son évêque, Mgr Dominique Lebrun : « Le mal est un mystère. Il atteint des sommets d’horreur qui nous font sortir de l’humain. N’est-ce pas ce que tu as voulu dire, Jacques, par tes derniers mots ? Tombé à terre, à la suite de premiers coups de couteau, tu essaies de repousser ton assaillant avec tes pieds, et tu dis : “Va-t-en, Satan !” Tu répètes : “Va-t-en, Satan !” ». Pour l’archevêque de Rouen, qui s’exprimait devant environ 1 700 personnes massées dans la cathédrale, Jacques Hamel exprimait alors sa « foi en l’homme créé bon, que le diable agrippe ».

Le pape François, les musulmans, et la « violence terroriste »

À peine les JMJ terminées dans un climat de profonde et joyeuse unité, une interview du pape François dans l’avion qui le ramenait de Cracovie à Rome, a provoqué un tollé. À la question du journaliste Antoine-Marie Izoard, de l’agence I.Media, qui s’étonnait : « Pourquoi ne nommez-vous jamais l’islam lorsque vous parlez de la violence terroriste ? », le souverain pontife aurait répondu : « Si je parle de violence islamique, je dois parler de violence catholique. Non, les musulmans ne sont pas tous violents, les catholiques ne sont pas tous violents. C’est comme dans la macédoine, il y a de tout… Il y a des violents de cette religion… Une chose est vraie: je crois qu’il y a presque toujours dans toutes les religions un petit groupe de fondamentalistes. Nous en avons. (…) Oui, nous pouvons dire que le soi-disant ISIS est un État islamique qui se présente comme violent. (…) Mais on ne peut pas dire, ce n’est pas vrai et ce n’est pas juste, que l’islam soit terroriste » rapporte Le Figaro .

Sur Aleteia, le père Christian Venard, estomaqué comme beaucoup d’autres par la réponse du pape, s’est souvenu des accusations portées contre le pape Pie XII pour son silence pendant la guerre face à la barbarie nazie : « Comme Pie XII s’est retrouvé confronté au totalitarisme nazi, François l’est au totalitarisme islamiste. Comme Pie XII a réalisé que ses condamnations de l’idéologie nazie entraînaient sur le terrain encore plus de persécutions et de drames pour les catholiques ou les Juifs, François sait – à l’aune des violentes réactions qui ont suivi le fameux discours de Ratisbonne de son prédécesseur Benoît XVI – que ses paroles peuvent avoir des conséquences dramatiques dans un certain nombre d’endroits du globe où l’idéologie islamiste est conquérante. Comme Pie XII, le pape François, prend le risque personnel d’être incompris – y compris par les siens – voire même de paraître un jour devant le tribunal humain de l’histoire comme un pape “collaborateur”. »

Mgr Sako : « Je comprends les paroles du pape »

« Je comprends les paroles du Pape sur la violence et l’islam » dit en effet Mgr Louis Sako, patriarche de l’Église chaldéenne, à Famille Chrétienne : « Le Pape ne veut surtout pas entrer dans une logique de réciprocité, c’est-à-dire de vengeance. (…) En Irak, nous avons beaucoup souffert de l’idéologie terroriste qui se déplace désormais aussi en Europe ou en Amérique. (…) Ici, les gens qui ont beaucoup souffert ne comprennent pas les propos du pape. Mais n’est-il pas normal de ne pas comprendre ? Ils ont été chassés, kidnappés, assassinés. Nous avons au moins cinq prêtres et un évêque qui ont été tués par les terroristes. La vie des chrétiens est menacée. Cependant, on ne peut pas pousser les gens à la vengeance. Ce n’est pas la mission de notre Église que de diviser. Au contraire, nous devons chercher à mobiliser contre la violence, changer les mentalités et parvenir à la paix. La violence que nous subissons ne doit pas entraîner notre violence. Aujourd’hui, il y a un risque réel. C’est très fragile et il faut être très prudent ».

Une traduction trompeuse

Si la réponse du pape François a enflammé les esprits, en France particulièrement, c’est surtout à cause d’une erreur de traduction, explique Jean-Marie Salamito, professeur d’histoire du christianisme à la Sorbonne : « Quand le pape François dit : “Se parlo di violenza islamica…”, la presse française s’imagine pouvoir traduire aussitôt : “Si je parle de violence islamique…” Cela fait penser inévitablement à “violence islamiste”, et cela produit un effet désastreux. D’où les polémiques qui, en ce moment même, vont bon train.

« Or, pour être tout simplement rigoureux, il faut absolument traduire de cette façon, la seule correcte : “Si je parle de violence musulmane…” En effet, les Italiens, pour désigner les musulmans, disent spontanément “gli islamici” et non “i musulmani”. Et les francophones, à condition qu’ils sachent un peu d’italien, ne traduiront évidemment pas “gli islamici” par “les islamiques”, encore moins par “les islamistes”. Bien plus, le contexte montre que, dans les propos de François, “violenza islamica” signifie “violence commise par des musulmans”. Le pape ne compare pas deux religions considérées dans leurs idées respectives, mais des faits concrets du quotidien, des actes individuels. Il invite les catholiques, non à une réflexion sur une “essence” de l’islam et sur une “essence” du catholicisme, mais tout simplement à un examen de conscience personnel, à une réflexion sur la tentation de violence qui guette chaque être humain, quelles que soient ses convictions religieuses. Il ne fait pas de l’histoire des religions, ni de l’anthropologie des religions, ni de la théologie des religions. Enfin, il ne renvoie absolument pas “dos à dos” la religion musulmane et la religion catholique ! Il invite à réfléchir sur des actes concrets, sur des enjeux éthiques et spirituels, non sur des généralités de sciences des religions. Le pape est un berger, pas un théoricien. Un guide spirituel, pas un professeur. »

En somme, cette polémique s’inscrit dans le combat spirituel auquel nous confronte le terrorisme islamique.

Le pape critique une nouvelle fois la théorie du genre

Les reproches adressés au pape de donner dans le « politiquement correct » tombent à propos de la « théorie du genre ». Le Monde (3 août) a en effet relevé que lors d’une rencontre avec des évêques de Pologne le 27 juillet, à Cracovie, le pape François a déploré qu’ « on apprenne à l’école à des enfants – à des enfants ! – que tout le monde peut choisir son sexe ». « Le pape estime que “nous vivons dans un moment de destruction de l’homme en tant qu’image de Dieu”. Il critique des ouvrages fournis par des “personnes et des institutions qui donnent de l’argent (…)”. Selon lui,ces ouvrages sont à l’origine d’une “colonisation idéologique” soutenue par des “pays très influents”. (…) “C’est terrible”, s’inquiète-t-il. »

« Le pape François a même convoqué son prédécesseur Benoît XVI pour justifier ses propos, souligne Ouest-France : « Il (Benoît XVI) me disait : “Votre Sainteté, c’est l’époque du péché contre Dieu le créateur. Il est intelligent. Dieu a créé l’homme et la femme. Dieu a créé le monde ainsi et nous faisons le contraire” ».

« L’an dernier, lors de l’audience générale sur la place Saint-Pierre et devant quelque 30 000 fidèles venus du monde entier, le pape avait assuré que “la prétendue théorie du genre” semblait être “l’expression d’une frustration et d’une résignation qui vise à effacer la différence sexuelle car on ne parvient plus à l’assumer” ».

Encore un épisode, et non des moindres, du combat spirituel qui se mène plus que jamais sur tous les fronts.

(Source : ALETEIA)

Iraq’s Remaining Christians Promise to Stay and Rebuild

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on AUGUST 8, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

By Hannah Tooley – AINA- 8/8/16

Christians still in Iraq are pledging to stay in the country and help rebuild it after Islamic State (IS) is defeated.

They have spoken out two years after thousands of believers were forced to flee their homes in the Nineveh plains by IS.

A new report found most of those who were remaining in the country were pledging to stay.

Church leaders in Iraq and Syria as well as Open Doors, Middle East Concern, Served and the University of East London collaborated to create the new report, ‘Hope for the Middle East.’

It aimed to investigate the contributions that Christians have made to the region and looked at healthcare, business, culture and welfare across the centuries.

Zoe Smith from Open Doors, told Premier these people want to stay in their homes and cannot be forgotten.

She said: “One of the thing the report actually emphasises is the strong history of the church in the region in building up society.

“They’re really recognised for reconciliation, they’ve been referred to as the glue that holds society together in the Middle East.

“We’ve been telling the persecution side for a long time, but we’ve not been telling so loudly the story of those who have chosen to stay.

“We’re really hoping that we will draw attention to this group of people, to the churches who are desperate to help reconcile their societies, to help rebuild.”

Open Doors spoke to one Iraqi Christian who said: “I want my fellow Iraqis to know that we are not guests in Iraq. Our ancestors built this country. Treat me as a sister, not as a guest.”

At present the Church plays a key role in society, supporting displaced people, providing shelter, food and trauma care.

A church leader said: “Christians are helping Muslims, Yazidis, Sabeans… everyone. We’re not just for us, but we’re for the broken, the weak. We give our hand and listen to the other.”

The charity asked Iraqi Christians in Syria and Iraq what they wanted; answers included equality, dignity, and responsibility.

Zoe Smith told Premier her prayer for the region: “That they would see the church as part of the solution, and not as an awkward problems on the side lands.

“And that the church would be able to capture people’s imagination, and that it will make a real difference to our brothers and sisters on the ground who will see that they’re getting visits from people who say ‘how can we stand alongside you and help you achieve what you want for your country?’ ”

The report will be launched in parliament in October, it will include recommendations for how the UK government can speak and act on behalf of the church in the Middle East.

© 2016 Assyrian International News Agency.

Source:

Mar Yulios: Observe Soonoyo fast by meditating and honouring the ‘Holy Theotokos’

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on AUGUST 7, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

Catholicate News – Indian Orthodox Malankara Church – August 2016

AHMEDABAD: Orthodox Diocese of Ahmedabad Metropolitan HG Pulikottil Dr Geevarghese Mar Yulios has called upon the faithful to invoke Soonoyo fast with all seriousness.

In an elaborative message to the faithful of the Diocese, the Metropolitan says that by partaking in the Feast of Dormition of Holy Theotokos, ‘we learn with her blessings to calm the storms of death that may devastate our soul.’

Sharing his thoughts on the auspicious occasion on ‘Btsulto Mariam – Virgin Mary’, he says the feast has got significant and mystic reflections. Stating that each year, month of August invokes us the Dormition Feast of Virgin Mary, Mother of God, with fasting and special prayers.

His Grace explains that Mary has been given many attributes, but, poetically none of them complete the portrait of such a holy figure! But with a more wider theological perspective, the attribute ‘Theotokos’ draws a near perfect sketch of Virgin Mary; the Holy Triune God being the only perfect.
The canonical-liturgical year calendar proscribes a 14-day fast from August 1 with celebration of the feast on August 15.

Pointing out that the 15 day fasting is duly observed among all Oriental group of Orthodox Churches and few other sister churches, the feast has obtained a significant and mystic reflections with the Dormition (or falling asleep) or departure of the Theotokos being a broader concept of study in
Mariology.

Fasting before this important feast on August 15 helps the individual to revalidate his or her devotion and loyalty towards the Lord, His Grace points out.

Reminding the faithful who are burdened and fail to quench divine possessions, Mar Yulios calls upon to pause and observe the fast, by meditating and honouring the ‘Holy Theotokos’. This will enable our lives to get prepared with a repenting heart, which according to the psalmist is the apt sacrifice in God’s sight.

“In this swing of materialism, when we pause to observe the fast, by meditating and honoring the ‘Holy Theotokos’, our lives get prepared with a repenting heart, which according to the psalmist is the apt sacrifice in God’s sight.”

Mar Yulios points that the falling asleep of Theotokos is a mystical episode. “The Dormition reflects that the Mother of life cannot taste death! The one who was chosen to yield the ‘Life Giver’ to this world stays calm at her final hour!

His Grace further mentions that the life of St Mary from childhood till falling asleep or Dormition sets a divine paradigm for contemplation. His message also quotes from St Ephraim the Syrian and Pope Saint Pius X to illustrate the Virgin Most Powerful ‘who with virginal foot did crush the head of the serpent’.

Finally by taking the Feast of Dormition of Holy Theotokos, “we can learn with her blessings to calm the storms of death that may devastate our soul. Death may not be the one referring to return to the soil but also the moment which kills the drive within to do God’s wishes.”

Metropolitan Mar Yulios mentions that the role of Holy Theotokos in bringing forth the salvation is knowledgeably made aware to us through the divine studies and writings of the holy Church Fathers or teachers. The Old and New Testament makes various metaphoric mention of Mary namely like the burning bush, fleece of wool and as the thicket bringing Her into the light.

Mar Yulios calls upon all and enjoins with God to observe the fast and feast of Dormition of Holy Theotokos with due preparations and faith. “Pray for us and for the betterment of the church and remembering all in our humble prayers. May the prayers and blessings of the Holy Theotokos be a strong refuge for all,” His Grace concludes.

Source:

IRAK: 52 Adolescents brûlés vifs par Daech.

52 adolescents brûlés vifs par Daech en Irak

Quatre autres ont été fusillés sur la place centrale de la ville de Hawija.

Un nouveau massacre a été perpétré par les djihadistes sur le sol irakien. La ville de Hawija, dans le nord du pays, a été samedi le théâtre d'un crime macabre, annonce aujourd'hui la chaîne Al Arabia. Selon le média, les combattants de Daech ont assassiné avec une grande cruauté plus de cinquante jeunes Irakiens.

Les djihadistes ont brûlé vif 52 jeunes hommes, les accusant d'avoir incité leurs familles à fuir la ville contrôlée par Daech. Quatre autres Irakiens ont été fusillés sur la place centrale de Hawija.

 

Daech s'est emparé en 2014 de larges pans du territoire irakien mais a depuis perdu du terrain au profit des forces gouvernementales, soutenues par les frappes de la coalition internationale.

 

Les combattants kurdes, les forces fédérales et des tribus locales encerclent depuis des mois la ville de Hawija, située à un peu plus de 100 km de Mossoul, devenue la capitale de facto de Daech en Irak.

Selon certaines estimations, 100.000 habitants vivraient sous la férule de l'organisation ultra-radicale dans la région de Hawija.

(ource: Sputnik)

Urgent ! L'ouest de la ville d'Alep est encerclée et soumise à un blocus.

 
 
 
Alep - 7 Août 2016 - L’armée syrienne avait, la semaine de
 
rnière, gagné une bataille en libérant le quartier de Bani Zeid qui surplombe la ville et d’où les rebelles-terroristes lançaient leurs mortiers et fusées sur les quartiers civils d’Alep depuis 4 ans. Et on nous promettait la libération prochaine des autres quartiers d’Alep occupés par les rebelles.
 
Hélas, les combats qui faisaient rage depuis 3 jours autour de la seule route qui relie Alep au reste du monde dans la région de Ramoussé (la plus proche banlieue d’Alep) ont permis aux terroristes de l'occuper ; en conséquence, cette voie est désormais coupée.
 
Percée fin 2013, ce passage est notre cordon ombilical ; Elle relie Alep à Homs (via Khanasser) et au reste du pays et du monde. Par elle, passe tout le ravitaillement de produits et d’aliments d’Alep. C’est elle qu’empruntaient les Alepins pour quitter ou revenir en ville.
 
Depuis Jeudi soir, le ravitaillement d’Alep est arrêté. La pénurie s’est installée. Il n’y a plusd’essence, de fioul, de produits frais (fruits, légumes et viandes) le pain est devenu rare. Et les Alepins sont très inquiets pour leur avenir immédiat.
 
Est-ce que les gouvernements occidentaux vont protester, s’indigner, menacer, présenter une résolution au conseil de sécurité pour demander la levée du blocus d’Alep (Ouest) qui compte 1.500.000 habitants comme ils l’avaient fait il y a 10 jours quand l’armée syrienne encerclait Alep-Est prétextant la survie des 250.000 habitants de cette région ?
 
Où sont maintenant les protestations de nos amis qui, tombant dans le piège du politiquement correct, demandaient, il y a 10 jours, la levée de l’encerclement des rebelles pour des raisons humanitaire ?
 
Déjà, l’eau et l’électricité étaient coupées depuis longtemps. L’électricité, on l’achetait desgénérateurs privés et l’eau, on la puisait des centaines de puits forés dans les 2 dernièresannées. Ce qui est grave, c’est que les générateurs privés et les pompes des puits d’eau ont besoin de fioul, et s’il n’y a plus de fioul, il n’y a plus d’eau. Avec 40 degré à l’ombre, c’est du plaisir…
 
Un million cinq cent Mille personnes sans eau, je me demande s’il faut le qualifier de crime de guerre ou de crime contre l’humanité !!!
 
Nabil Antaki(Source "Le Veilleur de Ninive")

Holy Qurobo on the Occasion of the Transfiguration

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on AUGUST 7, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

Syriac Orthodox Patriarchate – August 2016

His Holiness Patriarch Mor Ignatius Aphrem II celebrated the Holy Qurobo on the occasion of the Transfiguration and the Feast of Mor Gabriel at Mor Aphrem Church in Mor Aphrem Monastery in Maarat Saydnaya.

His Grace Mor George Kourieh, Dean of Mor Aphrem Theological Seminary, assisted His Holiness in the Holy Qurobo.

In his sermon, His Holiness spoke about the Lord Jesus revealing His divine identity to His disciples. He also reminded the faithful that the Lord asked His disciples Peter, Jacob and John to conceal His divine identity until His resurrection.

On the occasion of the Feast of Mor Gabriel, His Holiness also mentioned important points from this saint’s life, especially in relation to his role as the abbot of the famous Mor Gabriel Monastery in Turabdin.

Source:

WHY ONE JAMAICAN BECAME AN ORTHODOX CHRISTIAN

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on AUGUST 7, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

Journey to Orthodoxy – August 2016 

“Not all men are alike…I am not like all men…”

The blessing of the Lord!

My name is Marlon Marlondo Myers. I was born in August 1977, the second child and only son of my parents Raphael and Audrey Myers, and beloved brother to three sisters, Sherna (the eldest), Anna-Kim, and Kathy-Ann.

My long journey to the Mother Church has began. However, as I think back over on how I got to this point, I become filled with deep emotion. For by the grace of God, I, a sinner, a stray sheep, have found the lovely bosom of the Orthodox Church – the One, Holy Catholic, and Apostolic Church. Therefore, it is my conviction that my humble retrospection should in no wise come to naught to those who are outside of the original Church founded by Jesus Christ.

I am a Jamaican and a Probation Aftercare Officer by profession. My father is a Bishop and Pastor within the Protestant denomination, namely the Church of God of Prophecy, Roadside (Ewarton, St. Catherine), and my mother is a very devout Minister of same. Consequently, I was brought up in an unusually religious atmosphere.

My parents hoped that I would one day become a Pastor, and perhaps be my father’s successor at the local church I attended from childhood. But although I was actively involved in ministry, I had no interest or certainly no desire to become a pastor. My dad is certainly worth emulating, for he is a wise, humble, and a very good example to follow in one’s strides to pastoral care. However, outside of that, I was very displeased with the example being set by other ministers and pastors at that time, as they were much too superficial and did not impress me as being Christian at all. As for personal ministry, I tailored my skills into mentoring and counselling instead. I also continued growing in my professional career as I love helping people; seeing a life changed in a positive way is my greatest reward.

After a period of sincere prayer, fasting and meditation, I decided to dedicate myself totally to the One Who called me. Yeah! My mother had always said, that while I was still in her womb, she promised the Lord that if she was granted a son, she would give him back to God, like little Samuel. No wonder I have always had such a strong desire for the things of God; connecting with Him was an overwhelming passion and burning desire. There’re countless stories and glorious experiences that I could share about my own personal walk with the Triune God, and learning more about Him has birthed in me a continuous desire to want more of Him; I so yearned for a deeper connection with Him. However, nothing seemed more satisfying than wanting to know Him, for I seemed so far away from Him, no matter how close I thought I was to him.

I entered the Jamaica Theological Seminary with deep conviction and fervent faith, and I was guided by the Seminary’s motto:

“That I may know Him, that I may make Him known”.

My tenure at the Seminary further ignited in me the commitment to devote myself totally to God and I began having thoughts of becoming a priest. But, how could I, for that would mean turning my eyes to Roman Catholicism. Hmmm…

My research on Church History made me realize that what we are being exposed to here in the Western Hemisphere was a mere fraction of what the truth of Church History and the One True Church really is. Further studies revealed that the ministry of the Protestant Church lacked Apostolic Succession and was therefore null and void, and that the Roman Catholic Church (who broke away from the One True Church) had fallen into a drunken and corruptible state.

In order to resolve the problems I had about the Roman doctrine, I began studying the writings of the Church Fathers. My conclusion from all these studies was that the Roman Catholic Church, too, had gone astray as had the Protestant.

In April of 2014, while watching an old YouTube video featuring the Papal Inauguration of Pope Francis, I saw a distinct figure of a person identified as the Ecumenical Patriarch of Constantinople. The seemingly old and wise bearded man got my attention, and I was curious to know more about him and the Church he represented. This, for the first time, led me to read extensively into Eastern Orthodox theology. I began watching YouTube videos about the Ancient Church that exposed me to its form of worship through the Divine Liturgy. I can recall watching a video of the Divine Liturgy of the Russian Orthodox Church, and oh I cried so much, praying “Lord have mercy on me a sinner.” From then on, I was determined to become an Orthodox Christian.Up until this time, I had no contact with Orthodox Christians or with any Orthodox Church. However, thanks be to God, He led me by His Holy Spirit to the primitive, conservative, and most pure and virgin faith of Christianity. For I discovered that in the Orthodox Church, Christianity with all its richness and essence was to be found. In the bosom of the Orthodox Church, my despaired soul found a resting place, a heavenly harbor. With great joy and hope, I decided to become an Orthodox Christian about a year ago.

 

At first, I hesitated to make a hasty decision for fear of disgracing myself by a change of church. But gradually I became convinced of the validity of Orthodoxy. By the Grace of God, I was convinced that I must serve Him through the priesthood of the Orthodox Church. And so, I began following the way of the Cross, willing to sacrifice anything.

Through the kindness of His Eminence Metropolitan Archbishop Athenagoras of Mexico (Archbishop of Mexico, Central America, Colombia, Venezuela, and the islands of the Caribbean), and also through the coaching of the Very Rev. Christopher Grist (a Protopresbyter of the Greek Orthodox Archdiocese of Mexico – Ecumenical Patriarchate of Constantinople), where he currently serves as Archepiscopal Vicar of Jamaica, I will someday become a priest in reality. With their help, I am now being given the opportunity to study Orthodox theology at the St. Gregory Nazianzen Orthodox Institute in preparation for the priesthood. My desire is to bring Orthodoxy to Jamaica and serve as a priest missionary after my ordination into the Orthodox Church.

The journey has just begun. Yesterday I was called “Marlon” but today I am called “Moses” after my Patron Saint Moses the Black/Ethiopian. I’m no Saint. I’m a sinner. My Christian walk over the years was never perfect and I’m not ashamed for saying that. In fact, looking back and seeing where I’m coming from humbles me. For I know deep down the best is yet to come. In short, I have found what I was looking for. Yeah! And I’m honouring my mother’s promise to God. I’m feeling at home, where I belong.

Please join us in praying for the Orthodox mission in Jamaica!

 Moses Myers

Journey To Orthodoxy

Source:

Le journal The Australian accuse l’Agence mondiale antidopage d’avoir monté l’affaire de dopage contre la Russie

L’Agence mondiale antidopage (AMA) se retrouve au centre d’un scandale après les révélations du journal The Australian quant aux projets de l’AMA de suspendre toute l’équipe russe pour les Jeux olympiques de Rio.

Le journal The Australian a accusé l’AMA d’amplifier le scandale de dopage contre la Russie. Des journalistes de ce média ont reçu des informations d’un responsable de l’industrie du sport, dont le nom et la position n’ont pas été divulgués, qui aurait été témoin de la préparation de la décision de l’AMA concernant la délégation olympique russe.

The Australian affirme que la commission de l’AMA aurait appuyé ses décisions sur des informations «détruites, dissimulées ou altérées» concernant environ 170 athlètes russes. Il s’est avéré, un peu plus tard, que ces sportifs avaient été divisés en quatre catégories quant au sérieux des résultats de leurs tests de dopage, l’une d’entre elles étant «pas sérieux du tout».

«Il nous a été demandé de rendre un verdict sur des compétiteurs russes en nous basant sur le rapport McLaren mais sans avoir aucun détail pour comprendre l’importance qu’ils [les athlètes] soient nommés. Désormais, ils nous disent qu’il y a quatre catégories différentes. Pourquoi cela n’a-t-il pas été dit dès le départ ? C’est un vrai gâchis», confie le responsable anonyme au journal australien.

 

 

Ainsi, plusieurs athlètes russes accusés par l’AMA de dopage ne se seraient en réalité pas dopés.

Selon The Australian, l’AMA préparait son rapport en espérant que le Comité international olympique (CIO) étudie ce document et suspende toute l’équipe russe des Jeux olympiques de Rio. Cela ne s’étant pas passé, l’AMA a été «prise au dépourvu, n’ayant pas assez de détails pour justifier ses accusations contre les athlètes».

Le journal révèle aussi que le CIO «manque de confiance» en l’AMA : c’est ce que le vice-président du CIO et président du Comité olympique australien John Coates ont écrit à la ministre de la Santé, Sussan Ley.

Le 18 juillet, l’AMA avait présenté les résultats de son enquête sur les accusations d’un système de dopage étatique et de falsification des tests anti-dopage lors des Jeux olympiques (JO) de Sotchi en 2014. En se basant sur ce rapport, l’AMA a demandé la suspension de toute la délégation olympique russe pour les Jeux de Rio. Mais le CIO ne l’a pas suivie, laissant les fédérations internationales des sports inscrits au programme des Jeux de Rio décider au cas par cas de la participation des sportifs russes.

source: https://francais.rt.com/international/24735-lama-aurait-monte-laffaire-dopage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
Cette décision ignoble n'a d'autre justificatif qu'un aspect purement politique...de bas étage ! Elle entre dans la continuité de cette chasse aux sorcières...Russes des Jeux Olympiques ou malgré la malhonnêteté qui transparait de cet acharnement, 271 athlètes russes participent à cet évènement majeur.
Espérons que les athlètes de tous les pays participants se lèvent comme un seul Homme pour exiger la levée de ces "sanctions" dirigées vers un état qui n'a commis qu'une faute : celle de dire non à l'Empire US.
----------------------------

Les sportifs russes privés des Jeux paralympiques de Rio

Le président du Comité international paralympique (CIP) Philip Craven a déclaré aujourd'hui que les sportifs russes seront exclus des Jeux paralympiques de Rio.
"Nous avons mis assez de temps à étudier le rapport de (Richard, ndlr) Maclaren, nous avons entendu la partie russe, mais elle n'a pas réussi à prouver sa justesse.
Nous suspendons la participation du Comité paralympique russe, et ainsi nous privons l'équipe russe de Jeux paralympiques", a déclaré M. Craven au cours d’une conférence de presse.
Il a également annoncé que le Comité international paralympique (CIP) envisageait de vérifier une fois de plus tous les tests des sportifs russes depuis les JO 2014 à Sotchi.
Le CIP a annoncé que le Comité paralympique russe avait 21 jours pour faire appel, si la demande est satisfaite, tout redeviendra comme avant, sinon, les sportifs paralympiques seront exclus.
"C'est une décision sans précédent. Je ne comprends pas sur quoi elle est basée. Apparemment, c'est une seule personne qui l'a prise. Il y a un grand nombre de personnes handicapées qui souffrent de cette décision. Nous allons pleinement soutenir le Comité paralympique russe qui doit s'adresser au Tribunal," — a déclaré le ministre russe du Sport Vitali Mutko.

Source : http://fr.sputniknews.com

L'État islamique menace d'intensifier ses attaques en France et vise pour la 1ère fois Marseille

TERRORISME - Le groupe extrémiste Etat islamique a menacé d'intensifier ses attaques contre la France dans une vidéo postée sur des réseaux sociaux mercredi soir et où apparaissent deux jihadistes francophones.

Ces derniers félicitent l'auteur de la tuerie de Nice qui a fait 84 morts le soir du 14 juillet, et procèdent à la décapitation de deux hommes qu'ils accusent d'avoir "espionné" l'EI, un "message" pour la France, selon cette vidéo que mentionne également SITE, le centre américain de surveillance des sites jihadistes.


La vidéo aurait été "produite" par Daech dans la province irakienne de Ninive (nord) où l'EI contrôle des territoires, selon SITE. Comme le note sur Twitter Romain Caillet, spécialiste des questions islamistes, plusieurs villes françaises sont directement citées dans la liste des cibles, dont Marseille pour la 1ère fois.


L'EI avait revendiqué samedi l'attaque de Nice en affirmant qu'elle venait "en réponse aux appels du groupe à prendre pour cible les pays faisant partie de la coalition" antijihadiste en Irak et en Syrie. La France fait partie de cette coalition menée par les Etats-Unis qui bombarde des positions du groupe ultraradical.

Des experts estiment que l'EI ne semble pas avoir organisé directement les récentes attaques en France ou en Allemagne mais pourrait avoir inspiré ses auteurs et chercher à renforcer son image de terreur en les revendiquant.

(Source: http://www.huffingtonpost.fr/)

L'agriculture bio produit autant et rapporte plus aux agriculteurs

 

Une étude à long terme menée par l'Institut de recherche suisse de l'agriculture biologique (FiBL) au Kenya a clairement montré que nonseulement l'agriculture biologique produit des récoltes comparables mais qu'elle génère également des revenus supérieurs pour les agriculteurs par rapport aux méthodes traditionnelles.

 

Initiée en 2007, cette étude est menée depuis 10 ans à Thika et Chuka avec la collaboration de partenaires locaux. Elle contredit le mythe selon lequel l'agriculture biologique requiert plus d'espace pour produire des récoltes similaires. Avec des coûts d'intrants plus faibles pour l'agriculture biologique et des prix plus élevés sur les marchés, les revenus des agriculteurs biologiques commencent à être plus élevés au bout de cinq ans pour atteindre un bénéfice supérieur de 63 % la sixième année.

Un autre facteur important déterminé par l'étude est la meilleure fertilité des sols en agriculture biologique. En outre, l'absence d'intrants chimiques dans les systèmes d'agriculture biologique, et par conséquent de résidus chimiques nocifs, a des effets bénéfiques sur les écosystèmes ainsi que sur la santé des personnes.

Des études parallèles menées en Inde sur la production de coton et en Bolivie sur la production de café ont montré des résultats positifs semblables pour l'approche biologique. Le projet à long terme Farming Systems Comparison in the Tropics (SysCom - Comparaison des systèmes agricoles sous les tropiques) vise à apporter des preuves scientifiques sur les avantages et inconvénients des systèmes agricoles biologiques par rapport aux systèmes traditionnels. L'objectif consiste à soutenir l'élaboration de politiques et de stratégies qui favorisent l'adoption de pratiques d'exploitation durables des sols aux niveaux local, régional et international.

L'étude montre clairement que l'approche biologique est une stratégie viable sous les tropiques, la transmission des connaissances et la formation en agriculture biologique représentant des défis cruciaux. La transmission des connaissances a été l'un des principaux efforts de la Fondation Biovision pour soutenir les petits exploitants en Afrique de l'Est en vue d'accroître leurs moyens de subsistance. La Fondation Biovision soutient financièrement l'étude à long terme au Kenya, ainsi que la Direction du développement et de la coopération suisse, le Service liechtensteinois de développement et la chaîne de supermarchés suisse Coop.

Outre la recherche à long terme, qui se poursuivra au moins jusqu'en 2019, l'approche de recherche collaborative dans les exploitations est utilisée pour développer et promouvoir des pratiques agricoles adaptées aux conditions locales pour une agriculture durable. Avec la participation d'agriculteurs locaux et d'autres parties prenantes, différents essais sur le terrain sont réalisés pour tester et analyser diverses pratiques innovantes dans les exploitations et les stations de recherche.

 
 
Source: http://m.trends.levif.be/economie/entreprises/l-agriculture-bio-produit-autant-et-rapporte-plus-aux-agriculteurs/article-normal-518367.html

EN SYRIE...

UNE MESSE AU KRAK DES

CHEVALIERS ...

Messe au Krak des Chevaliers © Blandine Verrier

Les volontaires français et syriens de l’association SOS Chrétiens d’Orient ont eu une chance inouïe, celle d’assister à la messe dans la chapelle du Krak des Chevaliers, célèbre forteresse croisée exceptionnellement préservée en Syrie. En 1940 déjà, pendant le mandat français, une messe des rameaux avait été célébrée entre ces murs épais. C’est donc la deuxième fois seulement en 745 ans qu’une prière catholique s’élevait du mont syrien.

« C’est l’unité dans le temps qui se refait », réagit le père Augustin-Marie Aubry, prêtre de la fraternité Saint-Vincent-Ferrier et conseiller religieux de l’association française. L’unité dans le temps était particulièrement complète : sa fraternité célèbre en effet la messe selon le rite dominicain traditionnel, celui-là même qui était célébré par les latins en Orient au XIIIe siècle ! Les mots qui ont raisonné ce 31 juillet étaient donc les mêmes que sept siècles plus tôt. « Nous avons prié pour la paix, et pour les habitants de la région dans laquelle le Front al Nosra a commis de terribles exactions », poursuit le jeune religieux.

L’ordre des Hospitaliers tient le Krak pendant 129 ans

On devine les horreurs commises lorsque l’on traverse les villages alentours dévastés par d’âpres combats. Cette merveille architecturale avait été conquise par les djihadistes du groupe terroriste le 8 mars 2012, avec l’aide d’islamistes libanais venus en renfort. Il avait ensuite fallu deux ans et deux mois à l’armée syrienne pour récupérer la forteresse justement réputée pour être… imprenable !

Conçu à l’époque des croisades, le Krak était aux mains des Kurdes lorsque fut lancée la première croisade en 1099. Conquise puis abandonnée par Raymond de Saint-Gilles, elle fut finalement récupérée par le régent d’Antioche Tancrède, en 1115. Mais le coût de l’entretien d’une telle forteresse était si élevé que Raymond II la confia finalement à l’ordre des Hospitaliers. C’est à cette époque que l’on commence à l’appeler le « Krak des Chevaliers ».

Il faudra alors 129 ans pour que la forteresse retombe entre des mains ennemies : en 1271, le sultan des Mamelouks Baybars 1er se saisit du château qui ne sera jamais repris par les Francs.

La messe n’y sera donc plus jamais dite…

« Un rêve d’enfant » pour le père Aubry, mais pas seulement : « cette messe était un signe très fort pour le pays et même pour le monde puisque le combat est désormais commun ». Ce combat, c’est celui de la paix. Les volontaires répartis dans le pays pendant l’été s’étaient retrouvés quelques jours pour prier à cette intention, tous ensemble.

C’est donc après avoir entendu la messe dans la petite chapelle où saint Paul fut baptisé à Damas, puis dans le petit village martyr de Maaloula et dans bien d’autres lieux saints du pays meurtri que les volontaires ont lancé leur dernière prière ensemble, au sommet du château.

La force d’espérer encore la paix

« C’était un moment très émouvant », confie aussi le responsable de la mission Syrie de l’association, Alexandre Goodarzy. « Tous les volontaires étaient réunis autour de l’essentiel dans un lieu magnifique et chargé de nos histoires communes », insiste-t-il.

Parmi les volontaires, deux petites religieuses venues d’un village de la vallée chrétienne voisine. Sœur Lydia, visiblement très touchée, s’est saisie de l’occasion pour continuer à supplier le Ciel : « Il y a longtemps que je n’avais pas entendu cette messe ancienne, c’était très beau et elle nous a porté vers le Ciel. Elle nous a donné la force d’espérer encore la paix pour la Syrie et pour la France qui souffre énormément. Nos deux peuples étaient rassemblés pour que Dieu bénisse nos actions et nos intentions ».

Les quelque vingt volontaires présents sont finalement repartis dans leurs missions auprès d’enfants ou sur des chantiers de reconstruction, toujours plus déterminés à soulager les souffrances de leurs frères Syriens mais également heureux d’avoir pu confier à Dieu leur propre pays si cruellement attaqué il y a encore quelques jours.

(Source Aleteia)

Selon une enquête du « Wall Street journal », Salah Abdeslam, qui n’avait en théorie pas droit au chômage car il gérait un bar, avait reçu 19.000 euros d’aides sociales.

Les terroristes de Paris et Bruxelles ont-ils financé en partie leur attaque grâce à l’argent des aides sociales ? Selon des enquêteurs belges spécialistes des questions financières, au moins cinq auteurs présumés des attentats de Paris et de Bruxelles vivaient en tout cas en partie de diverses allocations, révèle jeudi le quotidien américain The Wall Street Journal (WSJ).

19.000 euros. Parmi eux, figure Salah Abdselam, le dernier auteur présumé toujours en vie des attentats du 13-Novembre. En théorie, il n’avait pas droit au chômage car il gérait un bar, mais dans les faits, l’État belge lui a versé presque 19.000 euros en deux ans jusqu’au mois d’octobre 2015, trois semaines avant les attaques qui ont frappé Paris et Saint-Denis.

Khalid E., qui a déclenché sa bombe dans le métro de Bruxelles, a touché pendant deux ans des allocations chômage. Les versements se sont arrêtés trois mois avant qu’il ne passe à l’acte.

Selon le président belge de la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), Philippe de Koster, il n’y a pas de preuve que cet argent a pu servir à financer directement les attentats. Indirectement, toutefois, il aurait pu assurer le train de vie des terroristes, explique-t-il dans les colonnes du quotidien américain. Selon le WSJ, réclamer des allocations sociales est d’ailleurs l’un des conseils donné par le groupe État islamique (EI) pour obtenir « de l’argent facile ».

Des contrôles renforcés. Vu des États-Unis, il faudrait réformer l’État providence. Mais côté belge, la priorité est d’abord donnée à une meilleure coordination entre les services de sécurité et les services sociaux. L’État belge affirme que depuis quelques mois les contrôles ont été renforcés. En France, en Belgique, aux Pays-Bas et au Danemark, plus d’une centaine d’individus ont ainsi été privés d’aides sociales après s’être rendus en Syrie.

Europe 1

 
 

Partager cet article

NOUVELLE PARUTION:

 

La vie de notre Seigneur Jésus-Christ,

par Marina Paliaki, collection « Apprendre par l’icône »,

éditions Apostolia, Paris, 2016,

26 pages illustrées.
http://orthodoxie.com/recension-marina-paliaki-la-vie-de-notre-seigneur-jesus-christ/

 

 

« Sur les monts du Caucase, Dialogue de deux solitaires sur la prière de Jésus » 

 Hiéromoine Hilarion (Domratchev) 

25,00€ TTC

Description
On sait peu de choses de la vie du moine mégaloschème Hilarion [Domratchev] : il naquit vers 1845 dans la région de Viatka, fut enseignant après avoir terminé quatre classes de séminaire ; il partit pour l’Athos où il vécut plus de vingt ans au monastère russe Saint-Pantéléimon. Dans les années 1880, il s’en fut au Caucase, où on le rattacha au monastère Saint-Simon-le-Cananéen du Nouvel Athos.
Dans ce livre, il narre sa rencontre avec un ermite du Caucase, qui lui enseigna la Prière de Jésus.

L’ouvrage est un classique de la littérature orthodoxe, qui suscita de nombreuses vocations.
» Ce livre, écrit avec l’aide de Dieu, n’a qu’un but : expliquer aussi complètement que possible en quoi consiste la Prière de Jésus, elle qui, suivant l’enseignement unanime des saints Pères, est la racine et le fondement en même temps que le sommet et la perfection de la vie spirituelle. Toute l’insistance de nos paroles ne vise qu’à cela. Nous mettons toujours cette Prière au-dessus de toutes les autres vertus, dont aucune ne l’égale lorsque la Prière atteint les degrés les plus élevés. »
Cet ouvrage dresse le portrait d’une nature exubérante, de moines retirés du monde par amour de la solitude en Dieu.

couverture def

 

 

See original image

Programme des prochaines semaines au Monastère

 

Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de

 

Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

 

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

 

Au Monastère Syriaque de

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

 

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois)

 

See original image

 

WEEKEND DE L'ASSOMPTION:

 

*Dimanche 14 à Jauldes (Charente)

 

 

-10h30, Messe du jour et prières mariales de vigile

 

 

de la "Dormition Assomption" de la Très Sainte

 

 

Vierge Marie)

 

 

 See original image

*Lundi 15 AOUT au Monastère

 

 Pèlerinage de l' Assomption (Dormition de la Très Ste

 

Vierge Marie)

 

10h30, Messe suivie de la PROCESSION MARIALE et des

 

prières au monument du "SAYFO" et des autres reposoirs.

 

Repas fraternel,

 

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

 See original image

*Dimanche 28 AOUT,

 

 Pèlerinage de Préparation à la Rentrée scolaire

 

-9h Baptêmes d’Axel et Cyprien

 

 

-10h30, Messe suivie des prières et bénédictions des

 

enfants, écolier, étudiants, parents et. Repas fraternel,

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

 

*Dimanche 4 Septembre:

 

 

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde

 

 'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Mère de Miséricorde, priez pour nous, secourez-nous!

 

et aux Saints du Kerala

 See original image

St Abraham Koorilose Bava, priez pour nous !

 

See original image

St Grégorios de Parumala, priez pour nous !


 

10h30, Messe de Rentrée Scolaire et des Catéchismes BENEDICTION DES ENFANTS et du repas fraternel,

possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

 

Ramassage des fidèles sur

 

*Paris: le Samedi 3 Septembre à 15 h 

 

au lieu de R.D.V habituel.

 

  

* Sunday, September 4:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

 

 See original image

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

 

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois

 

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


See original image 

 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 17,22-27.

Comme ils étaient réunis en Galilée, Jésus leur dit : « Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes ; 
ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera. » Et ils furent profondément attristés. 
Comme ils arrivaient à Capharnaüm, ceux qui perçoivent la redevance des deux drachmes pour le Temple vinrent trouver Pierre et lui dirent : « Votre maître paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas ? » 
Il répondit : « Oui. » Quand Pierre entra dans la maison, Jésus prit la parole le premier : « Simon, quel est ton avis ? Les rois de la terre, de qui perçoivent-ils les taxes ou l’impôt ? De leurs fils, ou des autres personnes ? » 
Pierre lui répondit : « Des autres. » Et Jésus reprit : « Donc, les fils sont libres. 
Mais, pour ne pas scandaliser les gens, va donc jusqu’à la mer, jette l’hameçon, et saisis le premier poisson qui mordra ; ouvre-lui la bouche, et tu y trouveras une pièce de quatre drachmes. Prends-la, tu la donneras pour moi et pour toi. » 
 




Par Saint Pacien de Barcelone

(?-v. 390), évêque 
Homélie sur le baptême, 7 (trad. bréviaire : 19e sam) 

 

Libérés par le Fils de l'homme qui se livre aux mains des hommes

 

 

      Tous les peuples ont été libérés des puissances qui les tenaient captifs par notre Seigneur Jésus Christ.

C'est lui, oui c'est lui qui nous a rachetés.

Comme dit l'apôtre Paul :

« Il nous a pardonné tous nos péchés, il a supprimé le billet attestant notre désobéissance, il l'a annulé en le clouant à la croix.

En se dépouillant lui-même, il a traîné les puissances du mal dans le cortège de son triomphe »

(Col 2,13-15).

Il a délivré les enchaînés et il a brisé nos liens, comme David l'avait dit :

-« Le Seigneur redresse les opprimés, le Seigneur délie les enchaînés, le Seigneur ouvre les yeux des aveugles ».

Et encore :

« Tu as brisé mes chaînes, je t'offrirai le sacrifice de louange » (Ps 145,7-8; 115,16-17). 

    Oui, nous sommes délivrés de nos chaînes, nous qui avons été rassemblés à l'appel du Seigneur par le sacrement du baptême...; nous avons été libérés par le sang du Christ et l'invocation de son nom...

Donc, mes bien-aimés, une fois pour toutes nous sommes lavés par l'eau du baptême, une fois pour toutes nous sommes libérés, une fois pour toutes nous sommes accueillis dans le Royaume immortel.

Une fois pour toutes, « heureux ceux dont les crimes sont pardonnés, dont les péchés sont couverts »

(Ps 31,1; Rm 4,7).

Maintenez avec courage ce que vous avez reçu, conservez-le pour votre bonheur, ne péchez plus.

Désormais, gardez-vous purs et irréprochables pour le jour du Seigneur.

Verbe égal au Très-Haut, notre unique espérance,
Jour éternel de la terre et des cieux;
De la paisible nuit nous rompons le silence,
Divin Sauveur, jette sur nous les yeux !

 

Répands sur nous le feu de ta grâce puissante,
Que tout l'enfer fuie au son de ta voix;
Dissipe le sommeil d'une âme languissante,
Qui la conduit à l'oubli de tes lois !

O Christ, sois favorable à ce peuple fidèle
Pour te bénir maintenant rassemblé.
Reçois les chants qu'il offre à ta gloire immortelle,
Et de tes dons qu'il retourne comblé !

(Cantique de Jean Racine* Musique de Gabriel Fauré * Ce cantique est en fait une paraphrase de lymne ''Consors paterni luminis'' datant du Moyen Âge. Attribuée à saint Ambroise, elle était chantée au début des Matines du mardi.

Voici le texte latin original:

Consors paterni luminis,
Lux ipse lucis et dies,
Noctem canendo rumpimus:
Assiste postulantibus.

Aufer tenebras mentium,
Fuga catervas dæmonum,
Expelle somnolentiam
Ne pigritantes obruat.

Sic, Christe, nobis omnibus
Indulgeas credentibus,
Ut prosit exorantibus
Quod præcinentes psallimus.

Sit, Christe, rex piissime,
Tibi Patrique gloria
Cum Spiritu Paraclito
In sempiterna sæcula.
Amen.


(https://www.youtube.com/watch…)

Repost 0
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 06:13

6 Août :

 

“We have also a more sure word of prophecy; whereunto ye do well that ye take heed, as unto a light that shineth in a dark place, until the day dawn, and the day star arise in your hearts:”

Fête de la Transfiguration / Koodaara Perunnal

(Accordé à notre Calendrier de l'Eglise Orthodoxe Malankare)

  • Soirée :
    • Saint Mathieu 16: 27-17: 13
  • Matin :
    • Saint-Marc 8: 38 - 9: 13
  • Avant Quadisha Qurbana :
    • Deutéronome16: 13-17
    • Psaume 24
    • Isaïe, 61: 1-3
  • Quadisha Qurbana :
    • 1ère de St Jean 2: 23 :
    • 23 quiconque refuse le Fils n’a pas non plus le Père ; celui qui reconnaît le Fils a aussi le Père.
    • 3: 1 :
    • 01 Voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas : c’est qu’il n’a pas connu Dieu.
    •  
    • St Paul aux Romains 11: 25-36 :
  • 25 Frères, pour vous éviter de vous fier à votre propre jugement, je ne veux pas vous laisser dans l’ignorance de ce mystère : l’endurcissement d’une partie d’Israël s’est produit pour laisser à l’ensemble des nations le temps d’entrer.
  • 26 C’est ainsi qu’Israël tout entier sera sauvé, comme dit l'Écriture : De Sion viendra le libérateur, il fera disparaître les impiétés du milieu de Jacob.
  • 27 Telle sera pour eux mon alliance lorsque j’enlèverai leurs péchés.
  • 28 Certes, par rapport à l’Évangile, ils sont des adversaires, et cela, à cause de vous ; mais par rapport au choix de Dieu, ils sont des bien-aimés, et cela, à cause de leurs pères.
  • 29 Les dons gratuits de Dieu et son appel sont sans repentance.
  • 30 Jadis, en effet, vous avez refusé de croire en Dieu, et maintenant, par suite de leur refus de croire, vous avez obtenu miséricorde ;
  • 31 de même, maintenant, ce sont eux qui ont refusé de croire, par suite de la miséricorde que vous avez obtenue, mais c’est pour qu’ils obtiennent miséricorde, eux aussi.
  • 32 Dieu, en effet, a enfermé tous les hommes dans le refus de croire pour faire à tous miséricorde.
  • 33 Quelle profondeur dans la richesse, la sagesse et la connaissance de Dieu ! Ses décisions sont insondables, ses chemins sont impénétrables !
  • 34 Qui a connu la pensée du Seigneur ? Qui a été son conseiller ?
  • 35 Qui lui a donné en premier et mériterait de recevoir en retour ?
  • 36 Car tout est de lui, et par lui, et pour lui. À lui la gloire pour l’éternité ! Amen.
    •  
    • Saint Luc 9:27-36 :
  • 27 Je vous le dis en vérité : parmi ceux qui sont ici présents, certains ne connaîtront pas la mort avant d’avoir vu le règne de Dieu. »
  • 28 Environ huit jours après avoir prononcé ces paroles, Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il gravit la montagne pour prier.
  • 29 Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante.
  • 30 Voici que deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Élie,
  • 31 apparus dans la gloire. Ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem.
  • 32 Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, restant éveillés, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés.
  • 33 Ces derniers s’éloignaient de lui, quand Pierre dit à Jésus : « Maître, il est bon que nous soyons ici ! Faisons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il ne savait pas ce qu’il disait.
  • 34 Pierre n’avait pas fini de parler, qu’une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu’ils y pénétrèrent.
  • 35 Et, de la nuée, une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi : écoutez-le ! »
  • 36 Et pendant que la voix se faisait entendre, il n’y avait plus que Jésus, seul. Les disciples gardèrent le silence et, en ces jours-là, ils ne rapportèrent à personne rien de ce qu’ils avaient vu.

 

 

Par Un auteur syriaque orthodoxe

 anonyme du 6ème siècle 
Homélie attribuée à tort à saint Ephrem (trad. Coune, in L'Année en fêtes, Migne 2000, p. 474) 


 

« Parmi ceux qui sont ici, certains ne connaîtront pas la mort avant d'avoir vu le règne de Dieu »

 

Notre Seigneur Jésus Christ a emmené Pierre, Jacques et Jean sur la montagne pour leur montrer la gloire de sa divinité et leur faire connaître qu'il était le Rédempteur d'Israël, comme il l'avait montré par les prophètes.

Il voulait prévenir aussi qu'ils ne soient pas scandalisés à la vue des souffrances librement consenties qu'il allait souffrir pour nous dans sa nature humaine.

Ils le connaissaient en effet comme homme, mais ils ignoraient qu'il soit Dieu ; ils le connaissaient comme fils de Marie, un homme séjournant avec eux dans le monde, mais sur la montagne il leur a fait connaître qu'il était le Fils de Dieu, et Dieu lui-même. 

Ils l'avaient vu manger et boire, travailler et se reposer, s'assoupir et dormir, subir l'effroi jusqu'aux gouttes de sueur, toutes choses qui ne semblaient guère en harmonie avec sa nature divine et paraissaient ne convenir qu'à son humanité.

Voilà pourquoi il les a emmenés sur la montagne, afin que le Père l'appelle son Fils et leur montre qu'il était vraiment son Fils et qu'il était Dieu.

Il les a emmenés sur la montagne et leur a montré son Règne avant de manifester ses souffrances, sa puissance avant sa mort, sa gloire avant les outrages et son honneur avant l'ignominie.

Ainsi, lorsqu'il serait pris et crucifié, ses apôtres sauraient qu'il ne l'avait pas été par faiblesse mais par consentement et de son plein gré, pour le salut du monde.

Hymne Occidentale des 1ères
Vêpres de la Transfiguration:
 
Quicúmque Christum quæritis,
Oculos in altum tóllite :
Illic licébit vísere
Signum perénnis glóriæ.

Illústre quiddam cérnimus,
Quod nésciat finem pati,
Sublíme, celsum, intérminum,
Antíquius cælo et chao.

Hic ille Rex est Géntium
Populíque Rex iudáici,
Promíssus Abrahæ patri
Eiúsque in ævum sémini.

Hunc, et prophétis téstibus
Iisdémque signatóribus,
Testátor et Pater iubet
Audíre nos et crédere.

Iesu, tibi sit glória,
Qui te revélas párvulis,
Cum Patre, et almo Spíritu,
In sempitérna sæcula.
Amen.
Vous tous qui cherchez le Christ,
portez en haut vos regards :
là, vous pourrez contempler
l’image de la gloire éternelle.

Nous voyons quelque chose de radieux,
qui ne saurait souffrir de fin,
sublime, incomparable, infini,
antérieur au ciel et au chaos.

C’est Lui, le Roi des Nations,
le Roi du peuple juif,
promis au père Abraham
et à sa postérité, pour toujours.

Les Prophètes l’ont annoncé
et en même temps dépeint,
son Père lui rend aussi témoignage,
et nous ordonne d’écouter et de croire.

O Jésus, à vous soit la gloire,
qui vous révélez aux petits,
avec le Père et l’Esprit vivifiant,
dans les siècles éternels.
Amen.

« Regardez ce Jésus brillant comme un soleil, c'est un rayon de la béatitude qui vous est promise, vous serez un jour rayonnant comme cela.

Ô jour ! ô bonheur éternel ! quand y serai-je ?...

Écoutez les Apôtres, comme ils se sentent épris d'un singulier contentement à la vue de ce spectacle ; ce sont les consolations et les secours que notre bon Jésus nous donne dès cette vie.

Voyez Moïse et Élie à ses côtés qui le contemplent. Tous deux avaient instamment demandé de voir Dieu, et cette grâce leur est accordée, pour vous faire espérer et attendre que rien ne vous sera refusé, de ce que vous demanderez raisonnablement pour votre bien spirituel et éternel.

Car, que vous refuserait celui qui se donne lui-même pour toujours, ou s'il vous refuse quelque chose, qu'avez-vous besoin de cette chose, ayant Dieu qui est tout.

Mais ! ô mon Dieu, je crains à cette parole que j'entends de votre bouche : Écoutez-le.

Car Il me semble que je n'écoute point ce Fils bien-aimé, et cependant il n'y a d'espérance d'être jamais bienheureux, qu'en l'écoutant et en lui obéissant...

Mon fils, la crainte est bonne, pourvu qu'elle soit efficace, et qu'elle te porte à faire ce que tu dois, de peur qu'en y manquant tu ne viennes à être exclus de ton espérance ; et même quoi que tu fasses, il est toujours bon de craindre que tu n'en fasses pas assez, afin que ton espérance soit bien réglée entre le désespoir et la présomption... »

Hayneuve s.j. (1588-1663), Méditations sur la Vie de N.-S. Jésus-Christ Tome V (Transfiguration de Notre-Seigneur, Deuxième point), Édition corrigée, rajeunie et disposée selon l'ordre du Bréviaire romain par M. l'Abbé J.-B. Lobry, Paris, Hippolyte Walzer, 1868. (1ère édition : 1645)

De même que le médicament le plus amer chasse ce qui est toxique,

ainsi donc la prière jointe au jeûne chasse les mauvaises pensées.

Just as the most bitter medicine drives out poisonous creatures so prayer joined to fasting drives evil thoughts away.

 

(Amma Syncletica, Apophtegmes des Pères du Désert)

 

 

See original image

 

 

Aujourd'hui 6 Août, la Solennité de la Transfiguration l'emporte sur le Sanctoral.

 

1er Août,

début du carême de la Dormition (Du 1er au 14).

Avant la glorieuse fête de la Dormition de la toujours Vierge Marie, l'Église a institué une courte période de jeûne de deux semaines pour nous y préparer.

(Interruption du jeûne ce 6 Août en la Solennité de la Transfiguration de Notre-Seigneur)

 

 

 

Par Saint Théophane le reclus.
Samedi 6 août :

Transfiguration du Seigneur

 

II Corinthiens 7:10-16; Marc 2:18-22

 

A la Transfiguration une voix du Ciel dit seulement écoutez-Le (Matthieu 17:5).

Pourquoi est-ce ainsi?

Parce que le fruit de l'obéissance leur était montré.

C'était comme si le Père céleste disait:

Voulez-vous atteindre ceci?

Ecoutez ce qu'Il va proposer et vous commander.

Si vous allez sur Son chemin, vous entrerez sans aucun doute dans le royaume de la lumière, qui vous saisira non pas de l'extérieur, mais qui viendra de l'intérieur, et vous maintiendra toujours dans un état dans lequel l'ensemble de vos os clamera:

-il est bon pour nous d'être ainsi. 


Vous serez comblés de la lumière de la joie, la lumière de la bonne volonté, la lumière de la connaissance; toutes les tribulations passeront, la dissonance des passions disparaîtra, le mensonge et l'illusion se disperseront.

Sur la terre, vous deviendrez célestes; parmi ceux qui sont nés de la terre, vous deviendrez nés de Dieu; du milieu de ceux qui périssent, vous deviendrez éternellement bénis.

Alors tout sera vôtre, parce que vous appartiendrez au Christ. Celui qui aime le Seigneur Christ, est aimé du Père céleste, et tous deux viennent à lui et font leur demeure en lui.

C'est la lumière de la Transfiguration!

(Version française Claude Lopez-Ginisty d'après St Theophan the Recluse Thoughts for each Day of the Year St Herman of Alaska, Platina, CA USA 2010)

Tropaire, t. 7

Ô Christ Dieu, Tu T'es transfiguré sur la montagne, Tu as montré à tes disciples ta Gloire autant qu'ils pouvaient la supporter. Que ta lumière éternelle resplendisse pour nous aussi, pécheurs, par les prières de ta Mère, Ô donateur de Lumière, Gloire à Toi !
Kondakion, t. 7

Sur la montagne tu t’es transfiguré * et tes Disciples * contemplèrent ta gloire, ô Christ notre Dieu, * pour autant qu’ils le pouvaient, * afin qu’en te voyant sur la croix * ils comprennent que ta Passion était voulue * et proclament à la face du monde * que tu es en vérité le reflet * de la splendeur et de la gloire du Père.

Ikos

Réveillez-vous de la torpeur dont vous êtes accablés, * ne restez pas toujours couchés sur le sol; * pensées qui inclinez mon âme vers le ba, * élevez-vous vers le sommet de la divine ascension: avec Pierre et les deux fils de Zébédée * empressonsnous de gravir le mont Thabor * de contempler nous aussi la gloire de notre Dieu et d’écouter la voix céleste qu’ils ont eux-mêmes entendue, * si bien quils proclamèrent à la face du monde * celui qui est en vérité le reflet de la splendeur de la gloire du Père.

Exapostilaire
Lumière immuable, ô Verbe, * Lumière du Père inengendré, * dans ta lumière en ce jour * nous avons vu au Thabor * la lumière du Père, * la lumière de l’Esprit * qui éclaire le monde entier.

Laudes, t. 4

Avant ta Passion et ta Croix, * Seigneur, prenant avec toi * ceux que tu choisis parmi tes saints Disciples, * tu gravis la montagne du Thabor, * pour que ta gloire leur apparût; * or, te voyant transfiguré et plus brillant que le soleil, * ils inclinèrent leur face vers le sol * et, stupéfaits de ta puissance, ils te déclaraient: * Tu es, ô Christ, la Clarté intemporelle, * tu es le reflet du Père, * bien que tu te sois mon¬ré librement * dans notre chair, sans subir de changement. (2 fois)

Toi qui précèdes les siècles en l'éternité * et te revêts du manteau de la lumière, * transfiguré en présence de tes Disciples, * plus que l'éclat du soleil * tu as brillé, ô Verbe de Dieu. * Près de toi se tenaient Moïse et Elie, * te révélant ainsi comme Seigneur des morts et des vivants * et glorifiant l'œuvre ineffable de ton salut, * ainsi que ton amour et la condescendance infinie * par laquelle tu sauvas le monde perdu à cause du péché.

Seigneur qui es né en t'incarnant de la virginale Nuée * et qui, transfiguré sur la montagne du Thabor, * fus entouré de lumineuse nuée, * en présence de tes Disciples la voix du Père * te proclama clairement son Fils bien-aimé partageant même trône et consubstantiel; * aussi, frappé d'effroi et sans savoir ce qu'il disait, * Pierre déclara: Qu'il est bon d'être ici, * Seigneur dont l'immense miséricorde nous comble de bienfaits.
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen

Le Christ prit à part avec lui * sur une haute montagne Pierre, Jacques et Jean * et fut transfiguré en leur présence. * Son visage brilla comme soleil * et ses vêtements furent blancs plus que neige; * alors apparurent Moïse et Elie * qui s'entretenaient avec lui; * puis la nuée lumineuse les recouvrit * et une voix se fit entendre dans la nue: * Celui-ci est mon Fils bien-aimé * en qui j'ai mis ma complaisance, écoutez-le.

(http://calendrier.egliseorthodoxe.com/s…/stsaout/aout06.html http://www.sagesse-orthodoxe.fr/…/648-Ordo-du-6-août-2016.p…)

Appearing clothed in Light on Mt Tabor, the Saviour fulfilled his promise to His disciples that "there are some standing here who shall not taste death, till they see the Son of man coming in His Kingdom" (Mt 16:28).

 

Christ's Transfiguration is the image of the future state of the righteous, of which He spoke when He said:

"Then shall the righteous shine forth as the sun" (Mt 13:43).

 

According to the Church's tradition, the Transfiguration occurred forty days before His Crucifixion;

 for this reason the Transfiguration is celebrated forty days before the Exaltation of the Cross.

"It is hard to justify God’s silence. Nevertheless, in this is the meaning of a Christian’s life. After all, God’s love is not blind, it is perfect, and that means that it can refuse a request that would not be beneficial to a person. Our faith should ceaselessly destroy our reason’s doubts with one argument: If God is silent, it means that He has a reason for it...This is a great honor—to hear God’s silence in your life and to answer it with thankfulness! "

(Roman Savchuk, 21st Century Orthodox Christian) [Faith; Prayer; Patience]

 

 

 

Aloho m'barekh

Je demande à tous nos fidèles et amis de bien vouloir, de la Transfiguration de Notre-Seigneur (6 Aout) à la Dormition-Assomption de Notre-Dame (15 Août), dire la prière suivante pour leurs prêtres, tous les prêtres; pour les vocations en notre métropolie, les vocations de par le monde...Merci.

Avec l'assurance de mon fidèle dévouement.

 

+Mor Philipose-Mariam, métropolite.

 

PRIERE POUR NOS PRÊTRES:

 

Seigneur Jésus, avec tous les saints prêtres qui nous ont montré le chemin du ciel et qui sont aujourd'hui dans Votre gloire, nous Vous confions : tous les prêtres que nous connaissons, ceux que nous avons rencontrés, ceux qui nous ont aidés, ceux que Vous nous donnez aujourd’hui comme témoins de la Paternité de Votre Père céleste.

Vous avez appelé chacun de ces baptisés par son nom pour que vivant de votre Bon Saint et vivifiant Esprit, ils se sanctifient avec l'ensemble du Peuple de Dieu.

Parmi ces baptisés, Vous avez appelé chacun d'eux par un amour de prédilection afin qu''en Vous,Unique, Souverain et Eternel Prêtre, ils soient "sanctifificateurs" ...

Pour chacun d'eux, pour le don de leurs vies , nous Vous louons et nous Vous supplions : gardez-les (Et nous avec eux) dans la fidélité à Votre nom ; Vous qui les aavez consacrés pour qu’en Votre nom, ils soient nos pasteurs, donnez leur force, confiance et joie pour accomplir leur mission.

Que  la Quadisha Qurbana (L'Offrande par Vous, avec Vous et en Vous de Votre Sacrifice non sanglant), que l'Euchraristie qu’ils célèbrent les nourrisse et leur donne le courage de s’offrir avec Vous pour les brebis que nous sommes ; qu’ils soient entièrement immergés en Vous, ô Christ miséricordieux afin d'être toujours plus les témoins de Votre pardon afin d'étendre avec nous Votre règne d'Amour, de Vérité, de Justice et de Paix.

Qu'en Vous , Ô Christ Prêtre, ils soient de vrais adorateurs du Père afin de  nous enseigner le véritable chemin de la sainteté.

Ô Père Céleste, avec eux, avec nos prêtres, nous nous offrons au Christ "Porte des brebis" pour l'édification et l'unanimité de l’Église tendue vers Vous: 

-Qu’elle soit missionnaire dans le souffle de Votre Esprit!

Aprenez-nous  à aimer ces prêtres que Vous nous donnez, à les respecter et à les recevoir vraiment comme un don de Votre main, pour qu’avec eux nous accomplissions davantage Votre œuvre pour le salut de tous. 

Seigneur, donnez-nous des prêtres, Seigneur, donnez-nous de nombreux prêtres, Seigneur, donnez-nous de nombreux et saints prêtres !

Amîn.

P.S:

Vous pouvez poursuivre la prière pour les vocations et la sainteté du clergé par cette "Neuvaine pour la paix "demandée  par les évêques Romains-catholiques de la Région de Bretagne:

 

Neuvaine de prière pour la paix
« Jésus est notre paix »

See original image

Du samedi 6 août au lundi 15 août 2016,
solennité de l’Assomption de la Vierge Marie

Seigneur Jésus, Tu es notre paix, et Tu veux la paix pour tous.

Nous T’implorons : mets la paix dans nos cœurs.
Nous Te supplions : convertis le cœur de ceux qui sont tentés par la violence.
Nous Te le demandons : fais de nous tous des artisans de paix, partout où nous vivons.

Nous nous souvenons de la parole de la Vierge Marie dans le petit village de Pontmain* : « Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon fils se laisse toucher. »

En écoutant sainte Marie, Mère de Dieu,
Reine de la paix et Mère de Miséricorde,
nous Te prions pour que Tu donnes au monde le bien si précieux de la paix.

Merci d’écouter notre prière qui monte vers Toi avec espérance.
Nous avons confiance en Toi, le Sauveur du monde.

On peut ensuite prier le Notre Père et une dizaine de chapelet, en terminant par : « Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles, Amen. »

 

* diocèse de Laval. Apparition le 17 janvier 1871.

See original image

 

 

Les chiens tout à coup s'arrêtèrent et se couchèrent sur la neige

See original image

 

Dans un camp de déportés en Ukraine, durant la seconde guerre mondiale, un matin vers 10 heures, 2.000 prisonniers occupent la grande place du camp de concentration, en carré sous la mitraillette. Le chef, Naplouef  fait amener au centre dix frêles religieuses en chemises, et pieds nus : "Citoyennes, signez le reniement de votre foi ou vous serez changées en blocs de glace dans vingt minutes. »

"Notre conscience ne nous le permet pas." - "Bien, dit Naplouef, nous avons tout le temps." Les Sœurs s'agenouillent sur la neige et récitent le Chapelet à haute voix. Une demi-heure passe, et les Sœurs prient toujours à genoux dans la neige.
Naplouef n'y tenant plus s'écrie : "Si dans cinq minutes, vous ne signez pas, nous lâchons les chiens sur vous". Les Sœurs, alors, d'une voix forte, entonnent le Credo. Naplouef fait lâcher les chiens en direction des Sœurs qui continuent à chanter.

Mais à deux mètres de distance, les chiens tout à coup s'arrêtent et se couchent sur la neige comme des moutons. Alors, une immense clameur s'élève des rangs des prisonniers, comme un puissant cri de délivrance : "Miracle ! Miracle ! Gloire aux Soeurs héroïques ! Honte à leurs bourreaux !"

 

 

Stella Maris, Fribourg, Suisse

 

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES AÎNES LES SAINTS...

 

1er Août,

début du carême de la Dormition (Du 1er au 14).

Avant la glorieuse fête de la Dormition de la toujours Vierge Marie, l'Église a institué une courte période de jeûne de deux semaines pour nous y préparer.

 

 

« Nous avons tous un besoin extrême des miséricordes du Seigneur, et pour cette vie et pour l'autre.

Afficher l'image d'origine

C'est sa providence miséricordieuse qui, par rapport aux élus, arrange les événements de telle façon qu'ils arrivent sûrement à leur fin dernière. C'est par une pure miséricorde que Dieu nous pardonne nos péchés, autant de fois que nous revenons à lui avec un humble repentir. C'est par une attention pleine de miséricorde, qu'il nous préserve d'une foule de tentations, où notre faiblesse succomberait. Toutes les grâces personnelles, connues ou inconnues, qu'il ne cesse de nous faire malgré nos infidélités, sont autant d'effets de sa miséricorde. C'est à elle que nous devons la grâce spéciale qui nous assure la persévérance et qui nous prépare à la sainte mort ; qui tranche le fil de nos jours au moment que nous sommes en bon état. Enfin, c'est elle qui couronne et récompense nos bonnes œuvres, et, si Dieu y est engagé par sa justice, ce n'est pas qu'il nous la doive, mais il se la doit à lui-même, en conséquence de ses promesses toutes gratuites. Hélas ! que sont nos bonnes œuvres en elles-mêmes ? Et quel jugement Dieu en porterait-il, s'il les examinait avec rigueur ? Malheur à la vie la plus louable, s'écriait saint Augustin, si vous la discutez, sans égard à votre miséricorde ! Cette miséricorde qui, selon l’Écriture, est au-dessus de toutes les œuvres de Dieu, nous accompagne donc depuis la naissance jusqu'au dernier soupir. [...]

Or, il est de la nature de la miséricorde d'être gratuite ; ce n'est point une dette, mais un bienfait pur ; et le bienfaiteur est en droit de l'attacher à telle condition qui lui plaît. Jésus-Christ nous déclare ici, et en quantité d'endroits de son Évangile, que Dieu fera miséricorde à ceux qui auront fait miséricorde au prochain, qui auront eu pour lui un cœur charitable et compatissant, qui l'auront assisté, au moins par leurs désirs et par leurs prières, dans ses nécessités corporelles et spirituelles : Heureux donc, par rapport à la vie éternelle, les hommes de miséricorde ! »

P. Jean-Nicolas Grou s.j. (1731-1803), L’École de Jésus-Christ, Tome premier (Treizième leçon), Société Saint-Augustin, Lille & Retaux-Bray, Paris, s.d. [1885] (Quatrième édition).

 

gainsborough-dupont-charity-relieving-distress_1a.jpg

 

Frères et sœurs. Aloho m’barekh

 

Hier, nous célébrions une des fêtes centrales du Calendrier Liturgiqie :LA TRANSFIGURATION

                                       

 

Cet épisode de la Transfiguration est l’un des plus beaux joyaux de la Révélation chrétienne.

 

C’est une scène d’une particulière densité et d’une grande richesse d’évocation.

Les trois Apôtres qui en furent les témoins privilégiés en ont gardé un souvenir impérissable.

 

Et comme nous comprenons bien leur émotion, puis leur enthousiasme, à la vue de ce Jésus qui dans l’existence quotidienne était si simple si familier, si semblable aux autres hommes et qui brusquement leur laisse entrevoir l’éblouissante splendeur de sa divinité.

 

Certes, auparavant, ils devinaient bien que leur Maître était plus qu’un homme. Pierre avait même fait au nom des Douze cette magnifique profession de Foi : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant… »

 

Mais de cette vérité, dans le cours de la vie ordinaire ils n’étaient que trop portés à l’oublier.

 

Or, maintenant qu’ils voient se révéler, dans un éclair de gloire, le Christ qui est « le Fils Bien-Aimé du Père », le Sauveur annoncé par les prophètes (représentés ici par Moïse et Elie) ils comprennent mieux le privilège inouï qui est le leur :

-de vivre avec Jésus et dans son amitié, de pouvoir à chaque instant rencontrer Son Regard, écouter Sa Parole, lui parler, lui demander lumière et réconfort.

 

Et dans la plénitude de joie qu’ils éprouvent, ils voudraient éterniser cette minute exceptionnelle :

-« Seigneur il fait si bon ici, restons-y ».

 

Rêve chimérique que Jésus va dissiper, car l’homme ici-bas ne doit pas vivre habituellement sur le Thabor et dans les ravissements de l’extase…

La plaine le réclame pour le combat et le travail.

 

Mais dorénavant toute leur existence (qui restera dans le détail des heures, monotone et pénible) apparaîtra merveilleusement transfigurée par cette minute de lumière inoubliable.

 

Chers frères et sœurs, nous qui n’avons pas eu comme les Apôtres la ferveur de voir le Christ Glorifié, nous avons cependant une lumière capable de transfigurer, toute notre vie :

-c’est la lumière intérieure, la lumière surnaturelle de la Foi…

 

Il est clair que si nous projetons sur notre vie un regard simplement humain, elle nous apparaît plutôt maussade, presque toujours en grisaille et même à certaines heures absurde et cruelle.

 

Nous sommes aux prises, en effet, avec tant et tant de difficultés. Trop souvent nous avons l’impression d’être emportés par la vague déferlante des évènements qui nous dépassent.

 

Notre travail quotidien peut nous paraître fastidieux et, à la longue, exaspérant.

 

 Et ceux qui nous entourent, y compris ceux que nous aimons peuvent alourdir encore notre épreuve.

Dieu lui-même peut nous sembler lointain, absent des prières par lesquelles nous cherchons à le rejoindre, étrangement neutre et indifférent au drame de notre existence.

 

Mais si nous projetons sur cette vie humaine les clartés de la Foi, alors tout est changé, tout peut se transfigurer, comme un paysage morose qui s’anime, se colore et se met à sourire à la lumière du soleil.

 

Car la Foi, voyez-vous, nous donne une autre vision du monde et de l’aventure humaine : elle nous permet de faire cette découverte enthousiasmante à savoir que Dieu, s’il reste invisible n’est pas lointain, mais tout proche, présent partout et surtout en nous-mêmes par le mystère de la Grâce sanctifiante, et qu’il nous enveloppe constamment de sa Tendresse.

 

Nous découvrons que Dieu, apparemment silencieux et détaché nous aime, chacune et chacun, d’un amour éperdu et s’occupe par sa Providence du détail de nos vies…

D’ailleurs n’avons-nous pas la preuve la plus convaincante de cette proximité du Seigneur et de son prodigieux amour dans le Mystère de l’Eucharistie.

 

Jésus réellement présent nuit et jour dans le Tabernacle de nos églises.

 

Jésus qui par la Communion Eucharistique dépose en nous le germe de notre future glorification, nous plonge davantage dans l’intimité divine et resserre nos liens d’amour avec tous nos frères.

 

Et dans cette lumière qui vient d’En-Haut nous découvrons également que nos démarches quotidiennes, si insignifiantes à première vue, que notre travail le plus banal, qu’en un mot tout ce qui occupe nos journées, tout cela peut être divinisé, tout cela peut avoir un retentissement éternel si toutefois, bien sûr, nous nous efforçons de la vivre en union avec le Christ, si toutefois nous nous efforçons de l’accomplir comme le Christ lui-même l’accomplirait s’il était à notre place.

 

Enfin grâce à cette lumière surnaturelle de la Foi nous découvrons que nos souffrances, qu’elles soient physiques, morales ou spirituelles, (ces souffrances qui nous révoltent aussi longtemps qu’elles nous semblent absurdes) que nos souffrances ont un sens :

-qu’elles peuvent devenir utilisables et porter beaucoup de fruits si nous savons les unir aux souffrances du Sauveur :

- Mystère de Compassion, de Co- rédemption dont la Vierge Marie est le plus bel exemple.

 

Malheureusement ces vérités si réconfortantes, nous les oublions trop facilement et cela parce que nous ne savons pas (ou ne cherchons) pas assez à nous élever jusqu’au niveau d’une foi vraiment divine.

 

Notre comportement, nos réactions ressemblent trop souvent au comportement et aux réactions de ceux qui ne partagent pas cette Foi.

 

Trop souvent c’est l’humain qui prédomine en nous.

 

Et il faut bien reconnaître que la démarche du croyant n’est pas facile, car les réalités invisibles ne sont ni tangibles, ni mesurables, elles n’atteignent pas nos sens.

Nous ne pouvons pas voir de nos yeux, ni toucher de nos mains le monde surnaturel dans lequel, pourtant, nous baignons.

 

Dieu, l’Ame, la Grâce, la Communion des Saints, le Ciel : ces réalités là, ni l’analyse chimique, ni le scanner, ni les explorations interplanétaires ne peuvent les atteindre…

 

Et il faut ajouter que les instants où Dieu par une lumière spéciale devient « sensible au cœur », ne sont jamais dans notre vie que des minutes brèves.

 

La joie « comblante » de la Transfiguration fut, pour les Apôtres, de courte durée.

 

Et s’imaginer que les Saints vivaient toujours en extase avec le ciel ouvert devant les yeux est une grosse erreur.

 

Pour les Saints, comme pour nous la vie terrestre a été une épreuve et un combat spirituel dans l’obscurité.

 

Il reste que pour nous, comme pour eux, la Foi doit être ce phare dans la nuit, ce rayon de lumière qui permet d’avancer sans s’égarer sur le chemin montant, étroit et escarpé, qui mène à Dieu.

 

Et puisque la Foi dépend de la Grâce et de notre bonne volonté, puisque la Grâce nous est toujours offerte, il dépend finalement de nous que notre Foi chrétienne devienne plus forte, plus surnaturelle, plus rayonnante.

 

Faisons donc cet effort et ne restons pas dans les ténèbres, alors que nous pouvons marcher sous le grand soleil de Dieu.

 

Et puisque nous connaissons bien notre faiblesse, redisons souvent cette profonde prière qui fut inspirée à un paysan du temps de Jésus :

-« Seigneur, je crois, mais venez en aide à mon incrédulité ».

 

Oui, Seigneur, c’est bien vrai, trop souvent nous sommes des croyants incroyants ou peu croyants…

 

Accordez-nous, par l’intercession de Marie Votre Très Sainte Mère qui est le Modèle incomparable de la Foi, de dépasser le stade d’une foi imparfaite, réveillez notre Foi, trop souvent somnolente pour que notre existence monotone et éprouvée soit toute entière illuminée par Votre Présence, par Votre Vie en nous, en attendant le jour éternel où nous Vous serons semblables parce que nous Vous verrons tel que Vous êtes , l’un de la Bienheureuse Trinité.

 

Amîn.

 

Les fêtes du mois d'août et le Triptyque

par S.B. Patriarche Daniel

L'importance des fêtes d'août

Le Triptyque

Triptyque de la Déisis - Icône de l'Atelier le Roseau ©

 


 

La fête de la Dormition de la Mère de Dieu est une des fêtes célébrées le dernier mois du cycle annuel liturgique de l'Église. Il y a aussi deux autres fêtes importantes: la Transfiguration du Seigneur, le 6 août, et la Décollation de saint Jean Baptiste, le 29 août. Ces trois fêtes d'août forment un triptyque, ce groupe de trois fêtes est spirituellement représentatif de la fin du monde, de la seconde venue de notre Seigneur Jésus-Christ (Parousie) et du Jugement Dernier. C'est pourquoi, la Mère de Dieu et saint Jean Baptiste sont dessinés dans l'icône du triptyque (ou icône de la Déisis)comme les médiateurs auprès du Christ, le Juge des vivants et des morts. 

Donc, pendant cette période du dernier mois de l'année de l'Église, après la fête de la Transfiguration du Seigneur nous avons la fête de la Dormition, afin de montrer que la Mère de Dieu qui a traversé la mort, n'est pas restée dans la tombe, puis qu'elle a été élevée au Ciel avec son corps, par son fils. Ceci représente le mouvement que le Chrétien accomplit dans l'Église, de la vie terrestre provisoire à la vie céleste éternelle. C'est pourquoi le Troparion de la Dormition de la Mère de Dieu dit : Vous êtes allée à la vie, vous qui êtes la Mère de la Vie. 

La Mère de la Vie qui par ses prières purifie notre âme de la mort, est vénérée durant l'année par neuf fêtes et particulièrement pendant ce jeûne qui lui est dédié, qui est aussi le mystère de la vie de l'Église. La Mère de Dieu est l'icône de l'Église qui prie, qui porte le Christ en elle et Le montre au monde nous aidant aussi à passer de cette vie terrestre à celle céleste. 
 

La signification de l'office de la paraclisis de la Mère de Dieu
Pendant cette période, l'Église a orné ses prières et les a multipliées en vu de la vénération particulière de la Mère de Dieu. La Mère de Dieu est vénérée tout l'année et à chaque office religieux et particulièrement pendant cette quinzaine. La paraclisis de la Mère de Dieu est lue à la fin des Vêpres pendant cette période, en plus des samedis et de la veille de la fête de la Dormition. 

Le mot paraclisis signifie réconforter, rendre fort, consoler, en particulier pour les malades, pour ceux en difficulté, en détresse, en danger ou démunis face aux menaces contre leur vie dans les adversités. 

La paraclisis renforce la foi et la prière, permet de surmonter les tentations, les maladies et les troubles, elle est une source de lumière, de paix et de joie dans l'âme. C'est pourquoi les gens ont l'habitude de faire l'expérience de la paraclisis comme source de joie pour l'âme. Cette paraclisis est lue toute l'année mais plus particulièrement pendant cette période du jeûne de la Dormition de la Mère de Dieu. 
 
Victorieuse Orante

Vierge et l'Enfant
Vierge et l'Enfant - Icône de Spiritualité Orthodoxe ©

La Mère de Dieu a été vénérée dès les premiers siècles du Christianisme, selon la prophétie qu'elle a faite quand elle a dit: "Toutes les nations me béniront", à savoir toutes les générations, "parce que le Tout Puissant et Saint m'a glorifiée." Donc, la vénération de la Mère de Dieu ne vient pas des gens, mais de Dieu qui l'a choisie pour l'Incarnation de Son Fils, le Sauveur du monde, Jésus-Christ, notre Seigneur. C'est pourquoi elle est appelée Pont qui unit la terre aux Cieux, le Temple qui a contenu, comme une coupe, l'illimité en elle, le Fils du Dieu Éternel. La Mère de Dieu est une icône de la vie de l'Église et elle est aussi appelée Victorieuse Orante dans toutes ses oeuvres. 

Quel est le sens de l'expression Victorieuse Orante ? Cela signifie que la Mère de Dieu prie et que sa prière n'est jamais refusée. 

D'où vient cette expression? Du premier signe de Jésus Christ, notre Sauveur, à savoir le signe à Cana en Galilée où Il a changé de l'eau en vin, à la demande de sa Mère. En tant que mère attentive et prudente elle a remarqué que le vin était fini et que cela aller provoquer un embarras pour la nouvelle famille et tous les organisateurs de la fête du mariage. Alors, elle a dit : «Ils n'ont pas de vin.» Le Sauveur a répondu : «Que me veux-tu, femme (Femme, qu'y a-t-il entre moi et toi )? » et Il explique:«Mon heure n'est pas encore venue », à savoir Son heure de faire des signes. La Mère de Dieu n'a plus parlé, mais a continué à prier silencieusement. Alors, le Fils n'a pas pu refuser la requête de Sa Mère et Il a fait le miracle. Ainsi, nous voyons que Jésus-Christ, notre Sauveur, ne peut pas refuser les prières de la Mère de Dieu. 

Elle connaît aussi les besoins de la famille ou du pauvre, les maladies et les souffrances du malade et elle est une mère protectrice pour les enfants et les jeunes, parce qu'elle a élevé Jésus-Christ, notre Sauveur, comme un enfant et ensuite comme un jeune homme. Elle est la protectrice des hommes et des femmes qui vivent dans la pureté dans des monastères, des familles, des parents, des pauvres, des veuves, des orphelins, c'est pourquoi elle est la Toujours Victorieuse Orante. 
 



(Source: site: http://www.spiritualite-orthodoxe.net)

La centralité de la Transfiguration dans la spiritualité orthodoxe

See original image

 


conférence prononcée par le Métropolite Stephanos de Tallinn

lors de la XXXIe Rencontre Internationale et interconfessionnelle des Religieuses et des Religieux à Neuendettelsau – Allemagne du Sud le 16 juillet 2006

 

Quel est le sens de la Transfiguration, l’une des douze grandes fêtes de l’année liturgique et quelles en sont les conséquences pour la vie du monde, c’est à cela que je vais m’efforcer de vous répondre tout en espérant par avance votre indulgence.

Mon propos en effet ne sera jamais qu’un pâle reflet de la profondeur qui se dégage de cet immense mystère. Bien plus, pour pouvoir s’approcher de la lumière de la Transfiguration, il faut d’abord prendre la résolution de gravir son propre Thabor qui est le lieu du cœur libéré de toutes ses passions. Si en effet c’est l’Esprit Saint qui nous transfigure, qui fait naître, grandir et vivre le Christ en nous, alors il faut lui faire de la place en nous purifiant de tout ce qui peut faire obstacle au rayonnement de l’Amour divin. Rappelons-nous de ce que disait déjà le moine Pacôme au 4e siècle : « Dans la pureté de son cœur, l’homme voit le Dieu invisible comme dans un miroir ». La transfiguration intérieure, soulignait le Patriarche Bartholomée tout récemment, « exige un changement radical ou, pour utiliser le vocabulaire théologique, la metanoïa …Nous ne pouvons pas être transformés, si nous n’avons pas d’abord été purifiés de tout ce qui s’oppose à la transfiguration, si nous n’avons pas compris ce qui défigure le cœur humain ». (1) Sinon à quoi bon raisonner sur la nature de la grâce, si l’on ne ressent pas en soi son action ?

Avant d’aller plus loin, commençons par voir ce qu’il en est du temps, du moment où se passe l’événement de la Transfiguration.

Saint Nicodème l’Hagiorite, tout comme Eusèbe de Césarée et bien d’autres dans l’Eglise, est convaincu que la Transfiguration eut lieu quarante jours avant la Passion, autrement dit au mois de février et non pas en août comme c’est le cas maintenant et il reprend vertement Meletios d’Athènes, qui prétend que la Transfiguration eut lieu le 6 août, par ces termes : « il aurait dû appuyer ces dires par quelque témoin et non pas avancer des paroles non contrôlées et non soutenues par des témoignages » et il s’étonne de voir comment « il est possible de croire de telles allégations, qui sont dépourvues de témoignages et de vraies certitudes » ! (2)

Alors, pourquoi le 6 août et non pas au mois de février ? Certainement pour des raisons de pédagogie. Au mois de février en effet, nous tombons en pleine période de Carême, ce qui risque à cause du jeûne propre à ce temps liturgique d’atténuer l’éclat festif de cette solennité, laquelle met en évidence la joie des chrétiens pour la gloire future dont ils seront un jour revêtus. La fête est donc déplacée en août et non pas de façon fortuite : du 6 août au 14 septembre, jour de l’invention de la Sainte Croix, il y a quarante jours, tout comme il y a quarante jours entre la Transfiguration et la Passion du Christ. Il y a donc bien un lien réel entre le Thabor et le Golgotha.

« Ce syndrome du Thabor-Golgotha, écrit Kallistos Ware, se retrouve dans les textes liturgiques du 6 août. Ainsi les deux premiers stichères des grandes vêpres, qui décrivent le moment de la Transfiguration, commencent d’une manière signifiante par ces mots : avant ta Crucifixion,ô Seigneur !…Dans le même esprit, aux matines, le premier stichère des laudes débute par ces mots : avant ta précieuse Croix et ta Passion… Le lien entre la Transfiguration et la Crucifixion est souligné de la même manière dans le kondakion de la fête : Tu t’es transfiguré sur la montagne, Christ notre Dieu, laissant tes disciples contempler ta gloire autant qu’ils le pouvaient, de sorte que, te voyant crucifié, ils puisssent comprendre que ta souffrance était volontaire… Il convient donc que les disciples du Christ, au moment de la Crucifixion, se souviennent de la théophanie du Thabor et qu’ils comprennent que le Golgotha est également une théophanie. La Transfiguration et la Passion doivent être comprises dans les termes l’une de l’autre, et également bien sûr, dans les termes de la Résurrection » (3).

Thabor-Golgotha : tout est susceptible d’être transfiguré mais cela n’est possible qu’a travers la Croix, par laquelle la joie est donnée dans le monde entier. Gloire et souffrance, autrement dit kénose et sacrifice de la Croix d’une part et grande joie de la Transfiguration et de la Résurrection d’autre part, vont donc de pair : dans notre vie comme dans celle du Christ lui-même, Thabor et Golgotha – ces deux collines - constituent bien un seul et même mystère. Pour nous chrétiens, la leçon est claire : nous sommes présents avec le Christ dans la gloire du sommet de la montagne, nous sommes aussi présents avec lui à Gethsémani et au Golgotha. Et c’est bien de cela qu’il s’agit : toute notre espérance découle de cette grande certitude, que la Transfiguration conduit à la Croix et la Croix mène à la Résurrection.

Quand nous lisons l’Evangile, nous voyons que de cet événement il se dégage trois moments pour notre édification spirituelle : d’abord la montée, c’est-à-dire l’ascèse, la purification du coeur , la lutte contre les passions ; ensuite le repos, la joie, la contemplation de la présence de Dieu, la communion à Dieu ; et enfin, la redescente dans la plaine, dans le quotidien, dans la banalité de l’instant. Cette succession constitue la trame de notre existence selon que notre vie dans l’Eglise suit ce rythme comme une sorte de respiration liturgique et plus particulièrement lorsque nous nous préparons à la Divine Eucharistie. La Transfiguration a, en ce sens, un caractère eschatologique ; elle est, selon les mots de saint Basile, l’inauguration de la glorieuse parousie, du second Avènement du Christ.

Venez, gravissons la montagne du Seigneur jusque dans la maison de notre Dieu et contemplons la gloire de la Transfiguration, gloire que tient du Père le Fils unique de Dieu ; à sa lumière prenons la lumière ; puis, élevés par l’Esprit, nous chanterons dans tous les siècles la consubstantielle Trinité ( doxastikon de la litie ). Ainsi, d’ « abord nous montons, nous escaladons, nous gravissons le chemin ardu pour arriver aux pieds du Seigneur. Puis nous communions dans la vision de Dieu, dans la certitude de sa présence dans nos cœurs. Enfin, nous redescendons au bas de la montagne, pour y retrouver nos frères et sœurs et le monde entier qui ignore Dieu. Notre monde, en proie aux forces sataniques, livré au péché et aux ténèbres. Tout est lié. Si vraiment nous parvenons à entrer dans la plénitude de la Transfiguration, ce n’est pas pour la garder jalousement pour nous, pour notre propre rassasiement, pour notre propre satisfaction ni notre propre béatitude. C’est pour nous remplir de Dieu, nous remplir tellement de sa présence, de sa grâce, de son Esprit, de cet Esprit qui nous brûle comme un feu car l’Esprit Saint est feu ;… le feu qui ne se consume pas ou plutôt qui consume seulement nos impuretés et qui illumine et qui console et qui réjouit et qui fortifie les cœurs … Pour être les témoins de la grâce de Dieu dans le monde » (4).

Reste le plus important à commenter : le thème de la lumière du Thabor. Qu’est-ce que cette lumière qui irradie du Christ sur la montagne et les apôtres ? C’est, répondent les Pères de l’Eglise, la manifestation de la gloire de Dieu. « La lumière inaccessible et sans déclin qui a brillé sur le mont Thabor…est l’énergie divine. Comme telle, elle est la lumière une de la Sainte Trinité », écrit le Père Sophrony, un grand spirituel du XXe siècle.

Mais encore ? En ce jour sur le Thabor, le Christ, lumière qui a précédé le soleil, révèle mystiquement l’image de la Trinité, chantons-nous au cours des vêpres de la fête. Tout en étant trinitaire, la gloire de la Transfiguration est de même plus spécifiquement christique. La lumière incréée qui rayonne du Seigneur Jésus le révèle comme « vrai Dieu de vrai Dieu…, consubstantiel au Père », selon la formule du Credo :Lumière immuable, ô Verbe, proclame l’exapostilaire de la fête, Lumière du Père inengendré, dans ta lumière en ce jour au Thabor nous avons vu la lumière du Père, la lumière de l’Esprit qui éclaire le monde et ailleurs, dans laudes, …la voix du Père clairement te proclama son Fils bien-aimé partageant même trône et consubstantiel…Ce qui fera dire à Saint Jean Damascène : « le Christ a été transfiguré non pas en assumant ce qu’il n’était pas, mais en manifestant à ses disciples ce qu’il était, ouvrant leurs yeux ». Et saint André de Crète d’ajouter : « A cet instant, le Christ n’est pas devenu plus radieux ou plus exalté. Loin de là : il est resté ce qu’il était avant ». Aussi, selon Paul Evdokimov, « le récit évangélique ne parle pas de la transfiguration du Seigneur, mais de celle des apôtres ». La Transfiguration au Thabor ne fut pas celle du Christ, disent les Pères de l’Eglise, mais celle des apôtres par l’Esprit Saint.

Avant d’aller plus loin dans notre propos, il convient de préciser « qu’il n’y a pas de juxtaposition de l’humain et du divin en Christ, mais il y a irradiation de la divinité dans l’humanité du Christ, et cette humanité du Christ, qui nous englobe tous, nous communions plus directement avec elle dans les sacrements, c’est-à-dire, précise Olivier Clément, essentiellement dans le baptême et l’eucharistie (5). C’est une humanité déifiée et donc déifiante, la déification ne signifiant pas une évacuation de l’humain qui serait remplacé par le divin, mais justement une transfiguration, un accomplissement, une plénitude du divin : l’humanité du Christ est pénétrée, transfigurée, par la gloire dont l’imprègne l’Esprit Saint ; c’est un sôma pneumatikon, un «corps spirituel comme dit Paul, c’est-à-dire un corps pénétré par l’Esprit, par la vie divine, par le feu divin ; non pas un corps dématérialisé mais au contraire un corps pleinement vivifié. De la même manière, par le mystère de l’Eglise, la chair de la terre, assimilée par l’Esprit au corps glorieux du Christ, devient – selon Grégoire Palamas – pour les chrétiens une source intarissable de sanctification ».

La Transfiguration n’a pas été un phénomène circonscrit dans le temps et l’espace. Le Christ n’a pas changé à ce moment-là : ce sont les apôtres qui ont reçu pour un moment la faculté de voir le Christ tel qu’il était dans sa réalité la plus profonde, afin qu’ils comprennent la signification véritable de la Croix, disent les textes liturgiques et le texte de l’Evangile : Jésus s’entretenait avec Moïse et Elie de sa Passion. La gloire vient par la Croix et la Croix sera alors l’engloutissement de la mort dans la lumière.

C’est donc parce que les Apôtres ont changé qu’ils ont pu voir le changement, la transfiguration dans la forme divine du Christ ; non pas son essence divine, qui est inatteignable et que par conséquent ils n’auraient pas pu supporter mais ses énergies - en quelque sorte les rayons du soleil - par lesquelles, dans son amour infini, il sort éternellement de lui-même pour se rendre connaissable et visible. Par la lumière de Dieu les apôtres se sont trouvés pénétrés, illuminés ; ils ont pu se voir, voir Dieu et resplendir à leur tour puisque Dieu, selon Grégoire Palamas, s’est rendu visible non seulement à leur intellect (nous ) mais aussi à leurs sens corporels qui ont été « changés par la puissance de l’Esprit divin ». Accessible aux sens et à l’intellect, la lumière divine « transcende en même temps toutes les dimensions de notre condition de créatures, nos sens et notre intellect … L’homme peut donc contempler, avec ses yeux de chair transformés, la lumière du Christ, comme les disciples ont pu, de leurs yeux transfigurés, contempler la gloire du Christ sur le Mont Thabor » (6). Tout comme les apôtres il nous est possible à nous aussi de voir Dieu avec les sens du corps, non pas les sens ordinaires mais, redisons-le à nouveau, changés par la puissance de l’Esprit divin. Changement contenu, toujours selon Grégoire Palamas, dans « l’assomption même de notre nature par l’union avec le Verbe de Dieu ». C’est dans la mesure où nous sommes en Christ que l’humanité du Christ pénétrée par la lumière de l’Esprit se communique à notre humanité.

Ainsi, pour Grégoire Palamas, la lumière divine est une donnée pour l’expérience mystique ; c’est le caractère visible de la Divinité, des énergies dans lesquelles Dieu se communique et se révèle à ceux qui ont purifié leurs cœurs.

Palamas en effet s’est trouvé face au problème suivant : comment l’homme peut connaître Dieu tout en reconnaissant en même temps que Dieu est par nature inconnaissable ? Pour en rendre raison, il explique que Dieu est tout entier essence et tout entier énergie, imparticipable dans son essence mais en même temps participable dans ses énergies. L’énergie divine c’est donc le mode existentiel de Dieu dans lequel celui-ci se manifeste et se communique. L’énergie divine, c’est Dieu en tant qu’il sort de lui-même.

Pour Olivier Clément, il y a ici antinomie (7): « Dieu tout entier se manifeste et Dieu tout entier ne se manifeste pas ; tout entier il est conçu et tout entier il est inconcevable pour l’intelligence ; tout entier il est participé et tout entier il est imparticipable. Il y a participation à la vie divine et en même temps il y a transcendance totale et inaccessible de Dieu. Voilà ce que va tenter de cerner cette distinction de la suressence inaccessible et des énergies participables. Ce n’est pas une séparation. Cela ne veut pas dire … qu’en Dieu il y a une frontière infranchissable : d’un côté l’essence, de l’autre les énergies. Cela désignerait plutôt deux modes d’existence de Dieu : d’une part, Dieu dans son altérité inobjectivable, dans la profondeur inaccessible de son existence personnelle, qui est amour inépuisable, unitrinité, et d’autre part Dieu dans le don total qu’il fait de lui-même, dans la toute présence qu’il nous donne. Cette distinction ne met pas en cause l’unité de Dieu…Il ne faut pas dire que tout cela – l’essence et les énergies – est une seule chose, mais que tout cela appartient à un seul Dieu vivant… »

« L’homme a été créé en vue de la déification. Mais l’homme en tant que créature possède aussi sa consistance propre, il n’est pas de nature divine. Pour décrire le mystère de cette union de la personne humaine avec son Créateur, Palamas a écarté l’idée d’une union selon l’essence (kat’ousian ) qui s’applique seulement aux personnes trinitaires entre elles, tout comme celle d’une union selon l’hypostase ou la personne ((kath’ypostasin ) qui ne s’applique qu’à l’union des natures divine et humaine dans la personne du Christ. Le seul mode d’union avec Dieu possible pour la nature humaine est celui qui s’exerce selon la grâce (kata harin ), c’est-à-dire selon l’énergie, cette énergie divine étant répandue à travers l’Eglise par l’Esprit Saint. On voit en quoi l’Esprit joue un rôle éminent dans cette doctrine inséparablement théologique et spirituelle… » C’est seulement ainsi que l’homme deviendra alors de plus en plus homme à mesure qu’il passera de l’ auto-nomie de la déchéance à la théo-nomie libératrice, restaurant la communion perdue avec Dieu (8).

« Celui qui participe à l’énergie divine…devient lui-même, en quelque sorte, lumière ; il est uni à la lumière et avec la lumière il voit en pleine conscience tout ce qui reste caché à ceux qui n’ont pas cette grâce ; il surpasse ainsi non seulement les sens corporels, mais aussi tout ce qui peut être connu ( par l’intelligence ) car les cœurs purs voient Dieu (…) qui, étant la lumière habite en eux et se révèle à ceux qui l’aiment, à ses bien-aimés » (9). L’union à Dieu, la vision lumineuse est pour l’homme à la fois pleinement objective, pleinement consciente, pleinement personnelle parce que tout être humain porte en lui l’image du Créateur, de sa participation libre à la vie divine. « L’homme, écrit Cyrille d’Alexandrie, reçut dès l’origine le contrôle de ses désirs et pouvait suivre librement les inclinations de son choix parce que la Déité, dont il est l’image, est libre ». Ainsi, cette union ne se résout jamais en une intégration de la personne humaine dans l’Infini divin ; elle est au contraire l’accomplissement de sa destinée libre et personnelle. De là également l’insistance des spirituels byzantins sur la nécessité d’une rencontre personnelle avec le Christ, lieu où, par excellence, ont convergé une fois pour toutes l’expérience de l’homme par Dieu et celle de Dieu par l’homme. « Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi » proclame saint Paul.

La théologie de la lumière est donc inhérente à la spiritualité orthodoxe : l’une est impossible sans l’autre. Derrière cette doctrine, on trouve l’idée fondamentale de l’homme fait à l’image et à la ressemblance de Dieu, la Sainte Trinité. Le thème constant de saint Jean l’Evangéliste est l’union personnelle et organique entre Dieu et l’homme ; pour Saint Paul, nous venons de le voir, la vie chrétienne est avant tout vie en Christ. Le mystère de la Rédemption signifie donc la récapitulation de notre nature par le Christ, Nouvel Adam et dans le Christ. Le mystère de la Pentecôte nous rappelle que l’œuvre de notre déification s’accomplit en nous par le Saint Esprit, Donateur de la grâce, celle-ci n’étant pas considérée par les Pères grecs comme un effet créé ; elle est l’énergie même de la Divinité se communiquant dans l’Esprit Saint. « Tu es devenue belle, mon âme, en t’approchant de ma lumière ; ton approche a attiré sur toi la participation de Ma beauté. S’étant approchée de la lumière, écrit Grégoire de Nysse, l’âme devient lumière ». La double économie du Verbe et du Paraclet a pour but l’union des êtres créés avec Dieu. Ici cependant, Créateur et créature ne fusionnent pas en un seul être ; dans la théologie mystique orthodoxe, l’homme ne perd jamais sa propre intégrité. Même déifié il reste distinct mais non séparé de Dieu : l’homme déifié ne perd pas son libre arbitre mais c’est tout aussi librement, par amour, qu’il se conforme à la volonté de Dieu. L’homme ne devient pas Dieu par nature, mais il est seulement créé dieu, un dieu par grâce. L’Eglise Orthodoxe écarte de cette façon toute forme de panthéisme.

Pour saint Syméon le Nouveau Théologien (10) l’expérience de la lumière, qui est la vie spirituelle consciente ( gnosis ), révèle la présence de la grâce acquise par la personne. « Nous ne parlons pas des choses que nous ignorons, dit-il, mais de ce qui nous est connu nous rendons témoignage. Car la lumière brille déjà dans les ténèbres, dans la nuit et dans le jour, dans nos cœurs et dans nos esprits. Elle nous illumine, cette lumière sans déclin, sans changement, inaltérable, jamais éclipsée ; elle parle, elle agit, elle vit et elle vivifie, elle transforme en lumière ceux qu’elle illumine. Dieu est lumière et ceux qu’il rend dignes de le voir le voient comme lumière ; ceux qui l’ont reçu, l’ont reçu comme lumière. Car la lumière de sa gloire précède sa Face et il est impossible qu’Il apparaisse autrement que dans la lumière. Ceux qui n’ont pas vu cette lumière n’ont pas vu Dieu car Dieu est lumière. Ceux qui n’ont pas reçu cette lumière n’ont pas encore reçu la grâce car en recevant la grâce, on reçoit la lumière divine et Dieu… »

La fête de la Transfiguration nous rappelle ainsi que le mystère de la déification de l’homme ne peut se réaliser qu’à travers l’illumination de tout l’être, par laquelle Dieu se révèle. Ce n’est pas un état passager qui ravit, qui arrache pour un moment l’être humain à son expérience habituelle. C’est une vie pleinement consciente dans la lumière divine, dans la communion incessante avec Dieu.

Dieu en s’incarnant n’a pas seulement sanctifié l’humanité mais aussi le monde entier. Et le monde est inexorablement lié à l’homme comme « le lieu de Dieu » où se découvre la gloire de la Trinité à la racine même des choses. Pour cette raison, la vocation de l’homme consiste, dans sa liberté personnelle, à transcender l’univers non pas pour l’abandonner mais pour le contenir, lui dire son sens, lui permettre de correspondre à sa secrète sacramentalité, le « cultiver », lui parfaire sa beauté, bref le transfigurer et non pas le défigurer. La Bible, ne l’oublions pas, présente le monde comme un matériau qui doit aider l’homme à prendre historiquement conscience de sa liberté offerte par Dieu. C’est dans le monde que l’homme exprime sa liberté et qu’il se présente comme une existence personnelle devant Dieu (11). La conséquence en est que l’homme ne peut faire transparaître Dieu en soi-même sans faire transparaître Dieu dans le monde ou sans se faire transparent comme image de Dieu dans le monde.

Ainsi l’homme représente pour l’univers l’espoir de recevoir la grâce et de s’unir à Dieu car il n ’y a pas de discontinuité entre la chair du monde et celle de l’homme, l’univers est englobé dans la nature humaine. C’est aussi le risque de la déchéance et de l’échec dès lors que, détourné de Dieu, l’homme ne verra des choses que l’apparence, « la figure qui passe » ( 1 Cor 7,31 ) et leur donnera en conséquence un « faux nom ». Tout ce qui se passe en l’homme a bien une signification universelle et s’imprime sur l’univers. La révélation biblique nous place devant un anthropocentrisme résolu, « non pas physique mais spirituel puisque le destin de la personne humaine détermine le destin du cosmos » (12). L’univers ne connaît pas l’homme, mais l’homme connaît l’univers. L’homme a besoin de l’univers, mais l’univers a surtout besoin de l’homme. Autrement dit : l’homme se présente comme l’axe spirituel de tout le créé, de tous ses plans, de tous ses modes parce qu’il est le résumé de l’univers ( microcosme ) et l’image de Dieu ( microtheos ) et parce qu’enfin Dieu s’est fait homme pour s’unir au cosmos tout entier.

Les textes patristiques soutiennent très fréquemment l’idée que l’homme est un être de raison (logikos ) à cause précisément de sa création à l’image même de Dieu. C’est ce qu’affirme entre autres avec netteté saint Athanase le Grand lorsqu’il traite de ce sujet. De même nous pouvons comprendre que l’homme est créateur car il est à l’image par excellence de son Créateur. Il est aussi souverain car le Christ, à l’image duquel il a été créé, est le Seigneur et le Roi qui domine l’univers. Il est libre, car il est à l’image de la liberté absolue. Il est enfin responsable pour toute la création comme il en est et la conscience et par-dessus tout le prêtre puisqu’il a pour modèle le Christ, Grand Prêtre. Mais il ne suffit pas de dire que l’homme est microcosme parce qu’il récapitule en lui tout l’univers. Sa vraie grandeur réside dans le fait qu’il est « appelé à être Dieu », à devenir « Eglise mystique » puisqu’il est la jointure entre le divin et le terrestre et que de lui diffuse la grâce sur toute la création (13). C’est dire que la situation du cosmos, sa transparence ou son opacité, sa libération en Dieu ou son asservissement à la corruption et à la mort dépendent de l’attitude fondamentale de l’homme, de sa transparence ou de son opacité à la lumière divine et à la présence du prochain. C’est la capacité de communion de l’homme qui conditionne l’état de l’univers. Du moins initialement et maintenant en Christ, dans son Eglise.

« La Transfiguration est quelque chose qui concerne la cosmologie, qui concerne notre sentiment même de l’être des choses. L’être des choses est potentiellement sacramentel. Il y a une potentialité sacramentelle dans la matière, qui s’exprime dans la Transfiguration : le monde a été créé pour être transfiguré. Cette transfiguration, c’est l’homme qui doit l’accomplir ; en Christ qui est l’homme parfait, elle est accomplie mais elle est secrète, elle est enfouie, cachée dans la détresse de l’histoire, et le monde reste figé dans son opacité, par le péché et le refus des hommes. C’est pourquoi la création tout entière gémit dans les douleurs de l’enfantement du nouveau ciel et de la nouvelle terre. Il s’agit de faire monter à la surface du monde l’incandescence secrète. L’image employée ici par saint Maxime le Confesseur est justement l’image du buisson ardent. Le monde en Christ est secrètement, liturgiquement, sacramentellement, buisson ardent, et il s’agit – c’est cela la sanctification – de faire transparaître, à travers les visages et les regards, cette incandescence secrète » (14).

La Transfiguration devient ai