Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 11:36
Lundi 25 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Livre des Actes des Apôtres 9,1-22.

En ces jours-là, Saul ne vivait encore que pour persécuter et massacrer les disciples du Seigneur. Il alla trouver le grand prêtre
et lui demanda des lettres pour Damas, à l'adresse des synagogues, afin que s'il trouvait des gens de la secte, hommes et femmes, il les amenât enchaînés à Jérusalem.
Or, comme il était en chemin, alors qu'il approchait de Damas, tout à coup une lumière venant du ciel resplendit autour de lui.
Il tomba à terre et entendit une voix qui lui disait : " Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? "
Il dit : " Qui êtes-vous, Seigneur ? " Et lui : " Je suis Jésus que tu persécutes.
Mais lève-toi et entre dans la ville, et on te dira ce que tu dois faire. "
Or les hommes qui faisaient route avec lui étaient demeurés saisis de stupeur, entendant bien la voix, mais ne voyant personne.
Saul se releva de terre et, bien que ses yeux fussent ouverts, il ne voyait rien. En le conduisant par la main, on le fit entrer à Damas.
Et il fut trois jours sans voir et sans prendre ni nourriture ni boisson.
Or il y avait à Damas un disciple nommé Ananie, et le Seigneur lui dit dans une vision : " Ananie ! " Il dit : " Me voici, Seigneur. "
Et le Seigneur lui dit : " Lève-toi, va dans la rue qu'on appelle la Droite, et cherche dans la maison de Judas un nommé Saul de Tarse. Car le voilà qui prie,
et il a vu dans une vision un homme nommé Ananie, qui entrait et lui imposait les mains afin qu'il recouvrât la vue. "
Ananie répondit : " Seigneur, j'ai appris de plusieurs sur cet homme combien de mal il a fait à vos saints dans Jérusalem.
Et il a ici, de la part des grands prêtres, plein pouvoir pour enchaîner tous ceux qui invoquent votre nom. "
Mais le Seigneur lui dit : " Va, car cet homme est un instrument que j'ai choisi pour porter mon nom devant les nations, les rois et les enfants d'Israël ;
je lui montrerai en effet tout ce qu'il doit souffrir pour mon nom. "
Ananie s'en alla, entra dans la maison, lui imposa les mains et dit : " Saul, mon frère, le Seigneur Jésus qui t'est apparu sur le chemin par lequel tu venais, m'a envoyé pour que tu recouvres la vue et que tu sois rempli de l'Esprit-Saint. "
Et aussitôt il lui tomba des yeux comme des écailles, et il recouvra la vue. Il se leva et fut baptisé ;
et après qu'il eut pris de la nourriture, il reprit force. Il passa quelques jours avec les disciples qui étaient à Damas ;
et aussitôt il prêchait dans les synagogues que Jésus est le Fils de Dieu.
Tous ceux qui l'entendaient étaient stupéfaits et disaient : " N'est-ce pas lui qui pourchassait à Jérusalem ceux qui invoquent ce nom, et n'est-il pas venu ici pour les conduire enchaînés aux grands prêtres ? "
Cependant Saul se fortifiait de plus en plus dans la foi et il confondait les Juifs qui habitaient à Damas, leur démontrant que Jésus était le Christ.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 19,27-29.

En ce temps-là, Pierre dit à Jésus : Voici que nous avons tout quitté pour vous suivre ; qu'avons-nous donc à attendre ?
Jésus leur dit : " Je vous le dis en vérité, lorsque, au renouvellement, le Fils de l'homme siégera sur son trône de gloire, vous qui m'avez suivi, vous siégerez vous aussi sur douze trônes, et vous jugerez les douze tribus d'Israël.
Et quiconque aura quitté maisons, ou frères, ou sœurs, ou père, ou mère, ou enfants, ou champs, à cause de mon nom, il recevra le centuple et aura la vie éternelle en possession. "

Lundi 25 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

 

Par Saint Jean Chrysostome

(v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église 
7e Homélie sur la conversion 

 

« A moi, autrefois blasphémateur et persécuteur, il m'a été fait miséricorde » (1Tm 1,13) :
la conversion de St Paul

 

      Il faut que nous gardions toujours à l'esprit combien tous les hommes sont entourés de tant de témoignages du même amour de Dieu.

Si sa justice avait précédé la pénitence, l'univers aurait été anéanti.

Si Dieu avait été prompt au châtiment, l’Église n'aurait pas connu l'apôtre Paul ; elle n'aurait pas reçu un tel homme dans son sein.

C'est la miséricorde de Dieu qui transforme le persécuteur en apôtre ; c'est elle qui change le loup en berger, et qui a fait d'un publicain un évangéliste

(Mt 9,9).

C'est la miséricorde de Dieu qui, touchée de notre sort, nous a tous transformés ; c'est elle qui nous convertit. 

      En voyant le goinfre d'hier se mettre aujourd'hui à jeûner, le blasphémateur de jadis parler de Dieu avec respect, l'ignoble d'autrefois n'ouvrir sa bouche que pour louer Dieu, on peut admirer cette miséricorde du Seigneur.

Oui, frères, si Dieu est bon envers tous les hommes, il l'est particulièrement envers les pécheurs.

      Voulez-vous même entendre quelque chose d'étrange du point de vue de nos habitudes, mais quelque chose de vrai du point de vue de la piété ?

Écoutez : tandis que Dieu se montre exigeant pour les justes, il n'a pour les pécheurs que clémence et douceur.

Quelle rigueur envers le juste !

Quelle indulgence envers le pécheur !

Telle est la nouveauté, le renversement, que nous offre la conduite de Dieu.

Et voici pourquoi : effrayer le pécheur, surtout le pécheur obstiné, ce serait le priver de toute confiance, le plonger dans le désespoir ; flatter le juste, ce serait émousser la vigueur de sa vertu, le faire se relâcher de son zèle.

Dieu est infiniment bon !

Sa crainte est la sauvegarde du juste, et sa clémence retourne le pécheur.

+++

 

« Pour une parfaite conversion, il faut
1° une confiance dans les miséricordes divines, qui, par l'assurance du pardon, soutienne le courage, anime à bien faire et dispose à aimer. Or, nulle part la miséricorde divine ne se montre mieux que dans le grand miracle de la conversion de saint Paul. Il y a là de quoi encourager quiconque serait tenté de s'attrister de ses misères et de se défier des divines miséricordes. Il faut
2° un parfait abandon de soi-même à la volonté de Dieu, qui laisse le gouvernement de tout son être au bon plaisir divin. Or, point de plus beau modèle de cet abandon que saint Paul, au jour de sa conversion : Seigneur, que voulez-vous que je fasse (1) ? dit ce grand apôtre. En ce seul mot est renfermée toute la vie parfaite ; n'avoir plus de désir que celui de plaire à Dieu, plus de volonté que la volonté divine : voilà le commencement, la suite et la consommation de la perfection. Il faut
3° un détachement complet de tout ce qui passe, pour n'estimer plus que les biens éternels et ce qui y conduit. Or c'est ce que nous enseigne encore la cécité dont saint Paul demeure atteint pendant trois jours. Il tient ses yeux fermés à toutes les choses de la terre ; les biens célestes sont tout pour lui. Il faut
4° une humble docilité à se laisser conduire. Quiconque se fie à moi se fie en un insensé, dit saint Bernard (2). Or, c'est ce que nous apprend le renvoi de saint Paul à Ananie.
5° Enfin, il faut un dévouement entier à la gloire de Dieu et au bien du prochain. Or, inutile de dire comment saint Paul a rempli cette condition. Mais nous, comment remplissons-nous les cinq conditions d'une parfaite conversion ? Examinons-nous et jugeons-nous sévèrement. »

1. Domine, quid me vis facere ? (Ac. IX, 6) - 2. Qui sibi confidit, stulto se discipulum subdit (S. Bern.,Ep. LXXXVII.)

Abbé André-Jean-Marie Hamon (1795-1874), curé de Saint Sulpice, Méditations à l'usage du clergé et des fidèles pour tous les jours de l'année (Tome I, 25 janvier, Second Point), Paris, Victor Lecoffre, 1886.

Saint_Paul_Ananias_1a.jpg

+++

 

Anges et Archanges, Principautés, / Vertus, Puissances,

Dominations, / Trônes et Chérubins aux yeux innombrables, / Séraphins aux six ailes, intercédez pour nous / afin que nous soyons délivrés de tout danger / et que nous échappions à la flamme sans fin.
Ô Vierge, tu es ma protection,

/ la défense du monde, son plus ferme rempart; / devant toi je me prosterne en criant: / Délivre-moi de toute peine et du feu éternel, / puisqu'en toi, ô Vierge, repose mon espoir.
 

Lundi 25 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

En Inde, les Chrétiens sont minoritaires, même si au Kérala, les Chrétiens Orthodoxes sont nombreux, répartis entre l'Eglise Malankare Orthodoxe (Syrienne Orthodoxe Malankare) l'Eglise Syriaque Orthodoxe (Dîte "Jacobite). Existent aussi l'Eglise Assyrienne et l'Eglise Catholique qui  ne représentent que 1, 7% de la population indienne, avec 20% dans l’Etat du Kerala ; 6% dans l’Etat de Tamil Nadu ; 8% dans l’Etat de Pondichery répartie elle-même entre Latins, Syro Malabar (Issus de l'Eglise Assyrienne), Syro-Catholiques (Issus de l'Eglise Malankare).

L’évangélisation de l’Inde remonte à saint Thomas, apôtre, dont la mémoire est célébrée au Mont saint Thomas (Tamil Nadu), avec Notre Dame de l'espérance.

Le premier sanctuaire marial de l’Inde, l’église Notre-Dame de Kuravilangad remonterait à l’an 335, puis celui d’Elangulam remontant à l’an 417… Les sanctuaires marials se sont ensuite multipliés.

Le premier congrès marial des Chrétiens catholiques s’est tenu en 1921 à Madras, la ville de la « Mère de Dieu ». Le second congrès s’est tenu en 1954 à Bombay.

L’Inde a été indépendante du Royaume-Uni le 15 août 1947. Cette date coïncide avec la fête de l’Assomption de Marie, et c’est ainsi que les Catholiques ont proclamé Marie « Notre Dame de l’Inde » en janvier 1950.

L’Indien aime les pèlerinages et les lieux de pèlerinages marials sont aussi fréquentés par les autres religions du pays.

+++

=========

Nous vous proposons de renouer avec une vieille et louable coutume française:

La "Neuvaine préparatoire à la Purification de la Sainte Vierge" 

(Fête de La Chandeleur le 02 Février).

 

  • Mae’lto/

    Entrance of our Lord into the Temple

  •  
    Commemoration of St.Simon And Hanna/

     

  • paulose--mar
    Memorial of Patrose Mar Osthathios Metropolitan/

    Carmel Dayara , Kandanad

Le 24 janvier, commence la neuvaine préparatoire à la Purification de notre Sainte Mère et encore davantage à la nôtre car nous en avons bien besoin.

 

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,

Dieu unique et vrai.

 

Pater:

Aboun d’bashmayo (Notre Père).   

   Qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnez-nous aujourdhui notre pain quotidien (substantiel), pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Car à vous appartiennent le règne, la puissance et la gloire, dans les siècles des siècles. Amîn.

   Nethqadash shmokh, titheh malkouthokh, nehwe sebyonokh, aïkano d-bashmayo

of bar'o. Hablan

laĥmo d-sounqonan yawmono. Washbouqlan ĥawbaïn waĥtohaïn, aïkano dof ĥnan shbaqan lĥayobaïn. Ou-lo ta'lan l-nesyouno,elo fasolan

men bisho, metoul dilokhi malkoutho

Ou-ĥaïlo ou-teshbouĥto l'olam 'olmin. Amin.

 

Ave:

Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus le fruit de vos entrailles est béni.

    Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amîn.

    Shlom lekh bthoulto Mariam, malyath tayboutho, Moran 'amekh mbarakhto

at bneshé, wambarakhou firo dab-karsekh,

Moran Yeshu'.

    O Qadishto Mariam, Yoldath Aloho,

saloï ĥlofayn ĥatoyé, hosho wabsho'ath mawtan. Amin.

 

Gloria:

V.      Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit .

    R.  Et que sa miséricorde et sa grâce abondent en nous, pauvres et pécheurs, dans ce deux siècle et jusqu’aux siècles des siècles. Amîn.

 

Recueillons- nous à l’aide du texte ci-dessous:

Paraissez, ô Très Sainte Vierge ! Paraissez, ô Divin Jésus ! et fléchissez par votre exemple nos cœurs indomptables. Qui peut être exempt d’obéir, puisqu’un Dieu Lui-même se soumet dans son Humanité ? Quel prétexte pourrons-nous trouver pour nous dispenser de La Loi, après que la Sainte Vierge elle-même se purifie, et ne se croit point affranchie par sa pureté angélique du joug d’une loi servile, de laquelle elle est formellement exceptée ?

Votre âme, ô Marie sera percée d’un glaive. Ce qu’on lui prédit lui fait tout craindre, ce qu’on exécute lui fait tout sentir. Voyez cependant sa tranquillité par le miracle de son silence, et elle nous apprend par cet exemple les deux actes de résignation par lesquels nous devons nous immoler à Dieu : nous préparer de loin à tout ce qu’Il veut ; nous soumettre humblement à tout ce qu’Il fait.

Si nous nous abandonnons entièrement à La Sainte Volonté de Dieu, nous y trouverons la paix de nos âmes. Nous ressemblerons au bon Siméon. La vie n’aura rien qui nous attache, et la mort, tout odieuse qu’elle est, n’aura rien qui nous épouvante : nous attendrons humblement et tranquillement, l’ordre de la Providence éternelle pour décider de notre départ. Et quand nous aurons accompli ce que Dieu veut que nous fassions sur la terre, nous serons prêts à dire, à l’imitation du saint vieillard : Seigneur, laissez maintenant mourir votre serviteur en paix. (+Jacques Bénigne Bossuet , évêque de Meaux)

Ô Dieu Saint.

    ô Dieu Saint et Fort; ô Dieu Saint et Immortel, crucifié † (en se signant) pour nous, Ethraham elaïn. (Ayez pitié de nous !)

    Ô Dieu Saint.

    ô Dieu Saint et Fort; ô Dieu Saint et Immortel, crucifié † (en se signant) pour nous, Ethraham elaïn. (Ayez pitié de nous !)

 

    Ô Dieu Saint.

   ô Dieu Saint et Fort; ô Dieu Saint et Immortel, crucifié † (en se signant) pour nous, Ethraham elaïn. (Ayez pitié de nous !)

 

Ô Divine Volonté, nous vous en supplions que toutes les puissances célestes se réunissent pour contrecarrer les puissances de l'enfer qui oeuvrent en ce monde!

 

Tounons-nous vers Marie, Mère de Miséricorde:

Le Mystère qui était caché depuis les générations vous a été révélé, O fontaine de chasteté*, quand l’Archange Gabriel est venu vous saluer+, disant : « Salut, pleine de grâce=, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes. (Luc I : 28.)

Refrain :        Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !

     Salut, ô terre jamais ensemencée. Salut, ô buisson qui s’est enflammé sans se consumer.* Salut, ô profondeur qu’il est difficile de percevoir par la vue. + Salut, ô pont qui conduit jusqu’au ciel = Toi qui es l’échelle qui élève dans les hauteurs, que vit Jacob, le père des tribus.

Refrain :        Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !

     Salut, ô toi qui as aboli la malédiction des temps anciens*. Salut, ô vase dans lequel la manne divine a été préservée. + Salut, ô toi qui as relevé Adam de sa chute et qui l’a fait retrouver son ancien état.= Le Seigneur est avec toi.

Refrain :        Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !

     Les fidèles chanteront l’hymne suivant :

     Ô fierté des fidèles+, offrez pour nous vos demandes à l’Unique Qui est issu de Vous *afin qu’Il nous prenne en pitié.

     Les fidèles chanteront l’hymne suivant :

     Ô Christ, notre Seigneur et Créateur+, ayez pitié de nous par l’intercession de Votre Mère.* Délivrez nous des tromperies du démon et délivrez nous de ses puissances.

     Nous sommes Vos serviteurs et nous nous en remettons à Vous+, espérant Vos miséricordes*, nous n’avons pas d’autre Rédempteur que Vous.

     Pardonnez nous ainsi qu’à nos défunts*, accordez nous plein pardon.

     Tous ensemble : Kourie eleïson. Kourie eleïson. Kourie eleïson.

Souvenez-vous,
ô Très Miséricordieuse Vierge Marie,
que nous n'avons jamais entendu dire
qu’aucun de ceux
qui ont eu recours à votre protection,
imploré votre assistance,
réclamé votre secours,
ait été abandonné.

Animé d’une pareille confiance, 
ô Vierge des vierges, ô ma Mère,
je cours vers vous, je viens vers vous, et,
gémissant sous le poids de mes péchés,
je me tiens devant vous.

Mère du Verbe incarné,
ne méprisez pas mes prières,
mais écoutez-les avec bienveillance
et daignez les exaucer.

Amîn

 

                                                                (Prière de St Bernard de Clairvaux.)

======

+++

 

Saint Timothée et saint Tite sont des disciples de saint Paul,morts au Ier s.

 
 
Timothée et Tite  sont connus par les lettres ou épîtres de Paul dont certaines portent leurs noms.


Ils lui sont très proches et Timothée partagea sa première captivité.

Timothée et Tite sont des chrétiens de culture grecque et leur conversion pose la questionundefinedfondamentale : faut il pour devenir chrétien suivre la Loi de Moïse et notamment faut il être circoncis ? 

Timothée qui est de mère juive et de père grec sera circoncis pour être mieux accepté; Tite  qui est de famille grecque ne le sera pas. Tous deux jouent un grand rôle dans l’évangélisation des villes grecques, c’est pourquoi la tradition en a fait des évêques, Timothée à Ephèse, Tite à Cnossos.

 

Le portrait de Paul provient de l’église haute d’Assise.

Et si vous voulez comprendre ce qu'on appelle la Conversion de Paul, et lire les images  voyez 

http://imagesbible.com/FICHES/F_NT_conversionPaul.htm

 

BONNE FETE AUX TIMOTHEE ET AUX TITE

Lundi 25 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

St Gregory the Theologian,Archbishop of Constantinople


(Commemorated on January 25th)
Saint Gregory the Theologian, Archbishop of Constantinople, a great Father and teacher of the Church, was born into a Christian family of eminent lineage in the year 329, at Arianzos (not far from the city of Cappadocian Nazianzos). His father, also named Gregory (January 1), was Bishop of Nazianzus. The son is the St Gregory Nazianzus encountered in Patristic theology. His pious mother, St Nonna (August 5), prayed to God for a son, vowing to dedicate him to the Lord. Her prayer was answered, and she named her child Gregory.
When the child learned to read, his mother presented him with the Holy Scripture. St Gregory received a complete and extensive education: after working at home with his uncle St Amphilochius (November 23), an experienced teacher of rhetoric, he then studied in the schools of Nazianzos, Caesarea in Cappadocia, and Alexandria. Then the saint decided to go to Athens to complete his education.
On the way from Alexandria to Greece, a terrible storm raged for many days. St Gregory, who was just a catechumen at that time, feared that he would perish in the sea before being cleansed in the waters of Baptism. St Gregory lay in the ship’s stern for twenty days, beseeching the merciful God for salvation. He vowed to dedicate himself to God, and was saved when he invoked the name of the Lord.
St Gregory spent six years in Athens studying rhetoric, poetry, geometry, and astronomy. His teachers were the renowned pagan rhetoricians Gymorias and Proeresias. St Basil, the future Archbishop of Caesarea (January 1) also studied in Athens with St Gregory. They were such close friends that they seemed to be one soul in two bodies. Julian, the future emperor (361-363) and apostate from the Christian Faith, was studying philosophy in Athens at the same time.
Upon completing his education, St Gregory remained for a certain while at Athens as a teacher of rhetoric. He was also familiar with pagan philosophy and literature.
In 358 St Gregory quietly left Athens and returned to his parents at Nazianzus. At thirty-three years of age, he received Baptism from his father, who had been appointed Bishop of Nazianzus. Against his will, St Gregory was ordained to the holy priesthood by his father. However, when the elder Gregory wished to make him a bishop, he fled to join his friend Basil in Pontus. St Basil had organized a monastery in Pontus and had written to Gregory inviting him to come.
St Gregory remained with St Basil for several years. When his brother St Caesarius (March 9) died, he returned home to help his father administer his diocese. The local church was also in turmoil because of the Arian heresy. St Gregory had the difficult task of reconciling the bishop with his flock, who condemned their pastor for signing an ambiguous interpretation of the dogmas of the faith.
St Gregory convinced his father of the pernicious nature of Arianism, and strengthened him in Orthodoxy. At this time, Bishop Anthimus, who pretended to be Orthodox but was really a heretic, became Metropolitan of Tyana. St Basil had been consecrated as the Archbishop of Caesarea, Cappadocia. Anthimus wished to separate from St Basil and to divide the province of Cappadocia.
St Basil the Great made St Gregory bishop of the city of Sasima, a small town between Caesarea and Tyana. However, St Gregory remained at Nazianzos in order to assist his dying father, and he guided the flock of this city for a while after the death of his father in 374.
Upon the death of Patriarch Valentus of Constantinople in the year 378, a council of bishops invited St Gregory to help the Church of Constantinople, which at this time was ravaged by heretics. Obtaining the consent of St Basil the Great, St Gregory came to Constantinople to combat heresy. In the year 379 he began to serve and preach in a small church called “Anastasis” (“Resurrection”). Like David fighting the Philistines with a sling, St Gregory battled against impossible odds to defeat false doctrine.
Heretics were in the majority in the capital, Arians, Macedonians, and Appolinarians. The more he preached, the more did the number of heretics decrease, and the number of the Orthodox increased. On the night of Pascha (April 21, 379) when St Gregory was baptizing catechumens, a mob of armed heretics burst into the church and cast stones at the Orthodox, killing one bishop and wounding St Gregory. But the fortitude and mildness of the saint were his armor, and his words converted many to the Orthodox Church.
St Gregory’s literary works (orations, letters, poems) show him as a worthy preacher of the truth of Christ. He had a literary gift, and the saint sought to offer his talent to God the Word: “I offer this gift to my God, I dedicate this gift to Him. Only this remains to me as my treasure. I gave up everything else at the command of the Spirit. I gave all that I had to obtain the pearl of great price. Only in words do I master it, as a servant of the Word. I would never intentionally wish to disdain this wealth. I esteem it, I set value by it, I am comforted by it more than others are comforted by all the treasures of the world. It is the companion of all my life, a good counselor and converser; a guide on the way to Heaven and a fervent co-ascetic.” In order to preach the Word of God properly, the saint carefully prepared and revised his works.
In five sermons, or “Theological Orations,” St Gregory first of all defines the characteristics of a theologian, and who may theologize. Only those who are experienced can properly reason about God, those who are successful at contemplation and, most importantly, who are pure in soul and body, and utterly selfless. To reason about God properly is possible only for one who enters into it with fervor and reverence.
Explaining that God has concealed His Essence from mankind, St Gregory demonstrates that it is impossible for those in the flesh to view mental objects without a mixture of the corporeal. Talking about God in a positive sense is possible only when we become free from the external impressions of things and from their effects, when our guide, the mind, does not adhere to impure transitory images. Answering the Eunomians, who would presume to grasp God’s Essence through logical speculation, the saint declared that man perceives God when the mind and reason become godlike and divine, i.e. when the image ascends to its Archetype. (Or. 28:17). Furthermore, the example of the Old Testament patriarchs and prophets and also the Apostles has demonstrated, that the Essence of God is incomprehensible for mortal man. St Gregory cited the futile sophistry of Eunomios: “God begat the Son either through His will, or contrary to will. If He begat contrary to will, then He underwent constraint. If by His will, then the Son is the Son of His intent.”
Confuting such reasoning, St Gregory points out the harm it does to man: “You yourself, who speak so thoughtlessly, were you begotten voluntarily or involuntarily by your father? If involuntarily, then your father was under the sway of some tyrant. Who? You can hardly say it was nature, for nature is tolerant of chastity. If it was voluntarily, then by a few syllables you deprive yourself of your father, for thus you are shown to be the son of Will, and not of your father” (Or. 29:6).
St Gregory then turns to Holy Scripture, with particular attention examining a place where it points out the Divine Nature of the Son of God. St Gregory’s interpretations of Holy Scripture are devoted to revealing that the divine power of the Savior was actualized even when He assumed an impaired human nature for the salvation of mankind.
The first of St Gregory’s Five Theological Orations is devoted to arguments against the Eunomians for their blasphemy of the Holy Spirit. Closely examining everything that is said in the Gospel about the Third Person of the Most Holy Trinity, the saint refutes the heresy of Eunomios, which rejected the divinity of the Holy Spirit. He comes to two fundamental conclusions. First, in reading Holy Scripture, it is necessary to reject blind literalism and to try and understand its spiritual sense. Second, in the Old Testament the Holy Spirit operated in a hidden way. “Now the Spirit Himself dwells among us and makes the manifestation of Himself more certain. It was not safe, as long as they did not acknowledge the divinity of the Father, to proclaim openly that of the Son; and as long as the divinity of the Son was not accepted, they could not, to express it somewhat boldly, impose on us the burden of the Holy Spirit” (Or. 31:26).
The divinity of the Holy Spirit is a sublime subject. “Look at these facts: Christ is born, the Holy Spirit is His Forerunner. Christ is baptized, the Spirit bears witness to this... Christ works miracles, the Spirit accompanies them. Christ ascends, the Spirit takes His place. What great things are there in the idea of God which are not in His power? What titles appertaining to God do not apply also to Him, except for Unbegotten and Begotten? I tremble when I think of such an abundance of titles, and how many Names they blaspheme, those who revolt against the Spirit!” (Or. 31:29).
The Orations of St Gregory are not limited only to this topic. He also wrote Panegyrics on Saints, Festal Orations, two invectives against Julian the Apostate, “two pillars, on which the impiety of Julian is indelibly written for posterity,” and various orations on other topics. In all, forty-five of St Gregory’s orations have been preserved.
The letters of the saint compare favorably with his best theological works. All of them are clear, yet concise. In his poems as in all things, St Gregory focused on Christ. “If the lengthy tracts of the heretics are new Psalters at variance with David, and the pretty verses they honor are like a third testament, then we also shall sing Psalms, and begin to write much and compose poetic meters,” said the saint. Of his poetic gift the saint wrote: “I am an organ of the Lord, and sweetly... do I glorify the King, all atremble before Him.”
The fame of the Orthodox preacher spread through East and West. But the saint lived in the capital as though he still lived in the wilderness: “his food was food of the wilderness; his clothing was whatever necessary. He made visitations without pretense, and though in proximity of the court, he sought nothing from the court.”
The saint received a shock when he was ill. One whom he considered as his friend, the philosopher Maximus, was consecrated at Constantinople in St Gregory’s place. Struck by the ingratitude of Maximus, the saint decided to resign the cathedra, but his faithful flock restrained him from it. The people threw the usurper out of the city. On November 24, 380 the holy emperor Theodosius arrived in the capital and, in enforcing his decree against the heretics, the main church was returned to the Orthodox, with St Gregory making a solemn entrance. An attempt on the life of St Gregory was planned, but instead the assassin appeared before the saint with tears of repentance.
At the Second Ecumenical Council in 381, St Gregory was chosen as Patriarch of Constantinople. After the death of Patriarch Meletius of Antioch, St Gregory presided at the Council. Hoping to reconcile the West with the East, he offered to recognize Paulinus as Patriarch of Antioch.
Those who had acted against St Gregory on behalf of Maximus, particularly Egyptian and Macedonian bishops, arrived late for the Council. They did not want to acknowledge the saint as Patriarch of Constantinople, since he was elected in their absence.
St Gregory decided to resign his office for the sake of peace in the Church: “Let me be as the Prophet Jonah! I was responsible for the storm, but I would sacrifice myself for the salvation of the ship. Seize me and throw me... I was not happy when I ascended the throne, and gladly would I descend it.”
After telling the emperor of his desire to quit the capital, St Gregory appeared again at the Council to deliver a farewell address (Or. 42) asking to be allowed to depart in peace.
Upon his return to his native region, St Gregory turned his attention to the incursion of Appolinarian heretics into the flock of Nazianzus, and he established the pious Eulalius there as bishop, while he himself withdrew into the solitude of Arianzos so dear to his heart. The saint, zealous for the truth of Christ continued to affirm Orthodoxy through his letters and poems, while remaining in the wilderness. He died on January 25, 389, and is honored with the title “Theologian,” also given to the holy Apostle and Evangelist John.
In his works St Gregory, like that other Theologian St John, directs everything toward the Pre-eternal Word. St John of Damascus (December 4), in the first part of his book AN EXACT EXPOSITION OF THE ORTHODOX FAITH, followed the lead of St Gregory the Theologian.
St Gregory was buried at Nazianzos. In the year 950, his holy relics were transferred to Constantinople into the church of the Holy Apostles. Later on, a portion of his relics was transferred to Rome.
In appearance, the saint was of medium height and somewhat pale. He had thick eyebrows, and a short beard. His contemporaries already called the archpastor a saint. The Orthodox Church, honors St Gregory as a second Theologian and insightful writer on the Holy Trinity.
“O glorious Father Gregory, Your knowledge has overcome the pride of false wisdom. The church is clothed with your teaching as a robe of righteousness. We your children celebrate your memory crying out: Rejoice, O father of unsurpassable wisdom!” [Kontakion].

Lundi 25 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Fils de la veuve de Naïm
Évangile selon saint Luc 7, 11-17
En la voyant, le Seigneur fut saisi de pitié pour elle, et dit : "ne pleure pas".
« J’allais sans regarder, ses yeux s’étaient éteints. Et avec eux, le monde : quel jour étions-nous donc, quelle heure de la journée ? Une nuit infinie s’ouvrait là devant moi. Je ne voyais personne, car lui ne voyait plus. J’étais morte avec lui, nul n’osait me parler La foule autour de moi m’entourait comme un mur, me soutenait à peine, me portait à moitié. La porte de la ville marquait l’ultime passage. Mon fils allait sortir, ne plus jamais entrer. Comment aurais-je la force de passer, tout à l’heure, la porte en l’autre sens ? Le bruit allait croissant, à mesure qu’approchait la terrible muraille, le cortège grossi par des passants curieux. Je voulais me terrer là, maintenant, mourir avec mon fils, m’emmurer avec lui. Me don ner tout entière, pour ranimer sa vie. 

Le silence un instant gagna tout alentour. Une voix : « ne pleure pas ». La première entendue depuis le drame cruel. Personne jusque là n’avait osé briser mon mutisme obstiné. On eut dit que la mort était si contagieuse que j’en portais partout le funeste présage. Jésus franchit d’un pas le fossé redoutable qui s’était imposé entre moi et le monde. Achevant d’embrasser ma terrible amertume il saisit la litière où gisait mon malheur. Je compris sur le champ qu’il était avec moi, qu’il entrait dans mon deuil et jusque dans la mort où reposait mon fils. Lui seul avait forcé le seuil infranchissable. J’ouvrais enfin les yeux, la nuit était passée. »(Source:Signe dans la Bible)

EN VRAC...ELEMENTS POUR VOTRE REFLEXION PERSONNELLE...

 

 

===

Bas les masques !

L’ancien président de la République dit sans doute ce qu’il a en réalité toujours pensé  in petto sur le mariage homosexuel dans son livre-programme La France pour la vie : après avoir écrit qu’il « regrette vivement de ne pas avoir tenu l’engagement de mettre en œuvre l’union civile pour les homosexuels », il ajoute en effet à propos de la loi Taubira : « À la réflexion, je crains que, compte tenu de l’état de tension et de division de la société française auquel a abouti la méthode de François Hollande, le remède soit pire que le mal. Je ne souhaite donc pas qu’on légifère à nouveau, parce que la priorité doit être de rassembler les Français. C’est un point sur lequel, je l’assume, j’ai évolué ».

Il est cependant permis d’avoir des doutes sur la réalité de cette « évolution ». La formule semble plutôt destinée à faire avaler la (grosse) pilule à ceux qui, chez les opposants au « mariage pour tous », croyaient (ou feignaient de croire) à la ferme opposition à la loi Taubira du président des Républicains et candidat potentiel à l’Élysée.

« Si ça vous fait plaisir, ça coûte pas très cher »

Chacun garde en mémoire l’épisode du 15 novembre 2014. Ce soir-là, Nicolas Sarkozy est l’invité du meeting de Sens commun, l’association de sympathisants de l’ex UMP au sein de la Manif pour tous. L’ancien chef de l’État, alors candidat à la présidence de l’UMP, plaide pour une « réécriture de fond en comble » de la loi Taubira. Tohu-bohu dans l’assistance : « Abrogation ! Abrogation ! », crie-t-on de la salle. Nicolas Sarkozy dissimule mal son irritation et finit par lâcher : « Si vous préférez qu’on dise qu’on doit abroger la loi Taubira pour en faire une autre… En français, ça veut dire la même chose, ça aboutit au même résultat. Mais enfin, si ça vous fait plaisir, franchement, ça coûte pas très cher ». Deux semaines après cette soirée mémorable, Nicolas Sarkozy était élu à la tête du parti renommé depuis Les Républicains.

Jeu de rôles

On peine à croire qu’une réponse d’une ambigüité si peu masquée qu’elle en paraît cynique, ait pu satisfaire beaucoup d’auditeurs. Aussi les dénonciations enflammées qui stigmatisent aujourd’hui le revirement du candidat officieux à l’élection présidentielle s’apparentent quelque peu à un jeu de rôles : « Nicolas Sarkozy a visiblement congédié ses convictions », déplore La Manif pour tous tandis que Sens commun juge « déplorable » ce « virage à 180 degrés ». Chez Les Républicains, c’est sans surprise Hervé Mariton qui se montre le plus sévère : « Quand on s’engage à faire quelque chose, il faut le tenir. Comment voulez-vous que les Français aient confiance en les hommes politiques qui disent une chose un jour et le contraire le lendemain ? Le tête à queue de Nicolas Sarkozy, ce parjure, je crois que c’est très mauvais », a déclaré sur I-Télé le député de la Drôme et candidat à la Primaire du centre et de la droite (Europe 1).

Dans les rangs du gouvernement, c’est de bonne guerre, on savoure la situation. « Je me réjouis » que l’ancien président des Républicains « ait évolué sur le mariage des personnes de même sexe et renonce à vouloir changer la loi et “démarier les mariés” », écrit dans un communiquéLaurence Rossignol, la secrétaire d’État à la Famille. « Cette évolution de société que la gauche a conduite dans un débat souvent tendu et excessif était déjà soutenue par la majorité des Français », ajoute la secrétaire d’État. « Que des responsables politiques, hier opposés, s’y rallient aujourd’hui, confirme que sur des sujets de société importants, nous pouvons avancer, convaincre et apaiser. »

Le faux argument du « démariage »

Mais l’affaire reste à suivre : la Manif pour tous annonce qu’elle a demandé un rendez-vous à Nicolas Sarkozy « pour comprendre ses motivations, lui rappeler la nécessité de revenir sur la loi Taubira, lui rappeler aussi – ce qu’il fait mine d’ignorer – que l’abrogation ne suppose aucunement de “démarier” et, enfin, lui exposer les solutions juridiques ».  (Dans son livre-programme, l’ancien président argue en effet qu’ « il ne saurait être question de démarier les mariés, ce serait injuste, cruel et en outre juridiquement impossible »). Sens commun, qui avait placé une trentaine de ses militants sur les listes LR aux régionales, prévient qu’il ne « soutiendra pas la candidature de ceux qui ne soutiennent pas leurs engagements jusqu’au bout ».

 

« On ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment », affirmait le cardinal de Retz. Et si le plus simple – et le plus novateur en politique ! – était de refuser d’y entrer ?(Source : ALETEIA)

 

===

BREAKING NEWS:

Another explosion in Wusta, Qamishli


3 Syriacs died: Bassam Yacoub, Fawzi Mushe Garo, Morris Khasho

quamishli , Une explosion dans le café le star café


Des informations préliminaires indiquent qu'un vélo a été piégée.


il y a des martyrs, et un certain nombre de blessés et des dégâts

matériels,

 

Nouvelle attaque contre le STAR CAFE un restaurant Assyrien de Kameshli en Syrie, 3 chrétiens Assyriens tuées et plus de 10 blessées !

L'attentat a eu lieu dans le quartier d'Al-Wusta, À 18h15, une bombe attachée à une moto a explosé près d'un café à Qamishli, ville composée à majorité d'Assyriens.

Selon les premières estimations, l'attentat a tué trois Assyriens (Bassam, Fawzi, Morris) et a fait 10 blessés, dont plusieurs sont dans un état grave.


https://www.facebook.com/Oromoye/videos/vb.372583259482394/968084359932278/?type=2&theater&notif_t=notify_me_page

 

===

 

Concélébration panorthodoxe (Famille des Eglises Orthodoxes Bysantino-Slaves) à Chambésy le dimanche 24 janvier 2016

 

La divine liturgie a été célébrée le 24 janvier 2016 par les primats des Églises orthodoxes locales en l’église Saint-Paul à Chambésy, près de Genève. La divine liturgie était présidée par le patriarche œcuménique Bartholomée, avec lequel concélébraient le patriarche d’Alexandrie Théodore, le patriarche de Jérusalem Théophile, le patriarche de Moscou Cyrille, le patriarche de Roumanie Daniel, le patriarche de Géorgie Élie, le patriarche de Serbie Irénée, le patriarche de Bulgarie Néophyte, l’archevêque de Chypre Chrysostome, l’archevêque d’Albanie Anastase, l’archevêque des Terres tchèques et de Slovaquie Rostislav et le métropolite d’Ilia Germain (représentant de l’Église orthodoxe de Grèce). Dans l’église ont prié les membres des délégations des Églises orthodoxes locales. Après la lecture de l’Évangile, le patriarche Bartholomée s’est adressé aux participants à l’office par une homélie. « C’est une joie particulière pour nous d’avoir la possibilité de sceller notre unité et notre amour mutuel par le Calice de vie commun, lorsque nous offrons le Sacrifice non sanglant du Corps et du Sang du Seigneur pour l’accomplissement des travaux comportant une grande responsabilité et très complexes de cette synaxe ainsi que pour l’accomplissement de notre ministère ecclésial dans son intégralité », a déclaré, entre autres, le primat de l’Église de Constantinople. Selon les paroles du patriarche Bartholomée, la synaxe des primats des très saintes Églises orthodoxes qui a lieu actuellement « en tant qu’un seul Corps constitue encore un témoignage de l’unité de l’Église orthodoxe et confirme les paroles de saint Paul, l’apôtre des païens, qui dit : « Il y a un seul corps et un seul Esprit… un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous » (Eph. 4,4-6). Les ecphonèses au cours de l’office ont été prononcées en grec, arabe et slavon d’église. Les chants de la liturgie ont été exécutés en grec et en français.

Source

Le Concile panorthodoxe aura lieu en Crète et non à Constantinople

Le Concile panorthodoxe aura lieu en Crète et non à Constantinople

 

C’est en Crète et non à Constantinople que se réunira, en juin 2016, le Saint et Grand Concile de l’Église orthodoxe, selon les informations de l’agence d’information grecques APE/MPE. La décision de réunir le Concile en Crète et non à Constantinople a été prise en raison « de circonstances objectives extraordinaires ». Il s’agit ici de la crise entre la Turquie et la Fédération de Russie qui empêche le patriarche de Moscou Cyrille et sa délégation de se rendre à Constantinople. C’est aussi la raison pour laquelle la présente réunion des primats des Églises orthodoxes se déroule à Genève et non au Phanar, comme cela avait été initialement prévu.

Source

Reportage: “Ouverture de la synaxe des Eglises orthodoxes”

Reportage: “Ouverture de la synaxe des Eglises orthodoxes”

 

SYNAXI5La chaîne de télévision KTO a diffusé un reportage, que l’on peut visionner ici, sur la synaxe des primats orthodoxes qui se tient actuellement à Genève-Chambésy. Carol Saba et le métropolite Jérémie de Suisse ont été  interrogés pour ce reportage.

Reportages photographiques du premier jour de la synaxe: Fanarion (dont photographie ci-dessus),Patriarcat de Moscou.

Autre vidéo: l’ouverture et le discours du patriarche Cyrille de Moscou sur la chaîne Youtube de l’Église orthodoxe russe.

===

Beaucoup de musulmans se convertissent d’une manière mystérieuse et étonnante, au cours d’un rêve ou d’une vision dans laquelle ils rencontrent Jésus. A la lecture du Coran ils se sentent parfois perdus et trouvent alors le salut dans la lecture du Nouveau Testament, en découvrant le véritable message de Jésus.

david-garrisonDavid Garrison a passé 2 ans et demi à interviewer plus de 1000 anciens musulmans convertis au christianisme. Pour lui « nous vivons le plus grand mouvement de conversion de musulmans à Jésus-Christ de toute l’Histoire. »

Malgré les persécutions grandissantes que subissent les chrétiens et les défis élevés auxquels les nouveaux convertis doivent faire face rien ne semble arrêter ce mouvement. Ces groupes de nouveaux convertis se retrouvent de manière secrète en petit nombre ce qui rend difficile l’analyse de combien ils pourraient être exactement. David Garrison estime qu’ils seraient entre 2 et 7 millions.

« Ce qui est extrêmement intéressant n’est pas seulement l’ampleur de ces mouvements… mais le nombre de tous les mouvements de conversion qu’il y a maintenant. Cela n’est pas limité à un endroit du monde mais nous les voyons de l’Afrique de l’Ouest à l’Indonésie et partout au milieu ! »

Cette vague de conversion ne s’explique pas d’abord par les violences terroristes causées par des extrémistes de l’Islam mais surtout par la plus grande disponibilité de la Bible et de programmes d’évangélisation sur les médias comme internet ou la radio. Partout dans le monde en se connectant à Internet on peut découvrir le message de l’Evangile et du salut qui est en Jésus-Christ.

 

Source : ChurchLeaders.com et ChristianToday

 

===

LES RACINES CHRETIENNES DE LA FRANCE:

Bernard Cazeneuve s’est livré à une opération de séduction à l’intention des catholiques en accordant le 20 janvier une interview exclusive à La Croix qui inaugurait sa nouvelle formule. Défendant l’état d’urgence, il a plaidé pour une laïcité apaisée face à ceux qui à gauche ou à droite, estiment qu’il faut la durcir pour répondre au terrorisme : « La laïcité n’a pas à se durcir, mais à s’affirmer, a-t-il déclaré. Tout est déjà dans la loi. Il faut l’appliquer, sereinement, sagement, sans chercher à la détourner contre une religion particulière. Vouloir lancer une déclaration de guerre aux religions serait une erreur funeste ».

« L’opium les plus toxique, c’est l’ignorance »

Le ministre de l’Intérieur s’est démarqué du laïcisme en définissant la laïcité comme ce qui « garantit la liberté de croire, ou de ne pas croire, et dès lors qu’on a fait le choix libre de sa religion, garantit aussi qu’on puisse la pratiquer librement ». Dans une pique aux adeptes de la doxa marxiste qui « ont longtemps estimé que la religion était l’opium du peuple », il rétorque que « l’opium le plus toxique est l’ignorance, y compris l’ignorance des religions, de leur histoire, de leurs croyances ». Il s’est même livré à une apologie de la vie spirituelle en déclarant : « Je vois mal, alors que je suis personnellement agnostique, comment un être humain peut avoir une vie riche et dense s’il ne s’ouvre pas, à un moment, à la réflexion spirituelle ».

« Incontestables au regard de son Histoire »

Enfin, Bernard Cazeneuve a évoqué comme une réalité historique indéniable les racines chrétiennes de notre pays : « Les racines chrétiennes de la France sont incontestables au regard de son histoire. Ce qui est contestable, c’est de vouloir en faire un motif d’exclusion de ceux qui ne sont pas chrétiens ou d’oublier la contribution qu’ils ont apportée eux aussi à l’Histoire de notre pays. »

Sans nier qu’une telle tentation existe ici ou là, on n’a pas le sentiment qu’elle ait particulièrement menacé ceux qui exercent le pouvoir en France – y compris via les médias –, non seulement depuis trois ans mais depuis des décennies. On avait même eu la nette impression avec l’actuel gouvernement qu’il s’agissait bel et bien d’éradiquer tout ce qui porte la trace du christianisme pour fonder une « nouvelle civilisation » comme l’avait déclaré Christiane Taubira en instaurant le « mariage pour tous ».

Retenons néanmoins avec Radio Vatican que le ministre de l’Intérieur s’efforce depuis quelque temps de nuancer la « vision idéologique » de la laïcité qui prévalait au sein de la majorité depuis le slogan « la démocratie plus forte que les religions » de la campagne présidentielle de François Hollande.

(Source: Aleteia)

 

===

Ne l'oublions-pas ! Prions pour sa libération et celle de son confrère Grec Orthodoxe !

===

Concélébration panorthodoxe à Chambésy le dimanche 24 janvier 2016

 

La divine liturgie a été célébrée le 24 janvier 2016 par les primats des Églises orthodoxes locales en l’église Saint-Paul à Chambésy, près de Genève. La divine liturgie était présidée par le patriarche œcuménique Bartholomée, avec lequel concélébraient le patriarche d’Alexandrie Théodore, le patriarche de Jérusalem Théophile, le patriarche de Moscou Cyrille, le patriarche de Roumanie Daniel, le patriarche de Géorgie Élie, le patriarche de Serbie Irénée, le patriarche de Bulgarie Néophyte, l’archevêque de Chypre Chrysostome, l’archevêque d’Albanie Anastase, l’archevêque des Terres tchèques et de Slovaquie Rostislav et le métropolite d’Ilia Germain (représentant de l’Église orthodoxe de Grèce). Dans l’église ont prié les membres des délégations des Églises orthodoxes locales. Après la lecture de l’Évangile, le patriarche Bartholomée s’est adressé aux participants à l’office par une homélie. « C’est une joie particulière pour nous d’avoir la possibilité de sceller notre unité et notre amour mutuel par le Calice de vie commun, lorsque nous offrons le Sacrifice non sanglant du Corps et du Sang du Seigneur pour l’accomplissement des travaux comportant une grande responsabilité et très complexes de cette synaxe ainsi que pour l’accomplissement de notre ministère ecclésial dans son intégralité », a déclaré, entre autres, le primat de l’Église de Constantinople. Selon les paroles du patriarche Bartholomée, la synaxe des primats des très saintes Églises orthodoxes qui a lieu actuellement « en tant qu’un seul Corps constitue encore un témoignage de l’unité de l’Église orthodoxe et confirme les paroles de saint Paul, l’apôtre des païens, qui dit : « Il y a un seul corps et un seul Esprit… un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous » (Eph. 4,4-6). Les ecphonèses au cours de l’office ont été prononcées en grec, arabe et slavon d’église. Les chants de la liturgie ont été exécutés en grec et en français.

Source

Print Friendly
 

LA SEMAINE DE L’UNITÉ DES CHRÉTIENS

 

 Un des aspects importants de ce qu’on appelle l’« œcuménisme », c’est-à-dire la rencontre, la connaissance mutuelle et le dialogue des divers chrétiens, est précisément la louange, la gratitude, la « reconnaissance ».

Rendre grâces pour autrui

Nous remercions Dieu parce que cette connaissance réciproque des chrétiens, et le fait que nous ayons appris, grâce au Mouvement œcuménique, à nous apprécier, à nous respecter et, éventuellement, à apprendre les uns des autres, ont porté des fruits considérables. C’est l’œuvre du Seigneur autant que celle des hommes les mieux intentionnés. Nous apprenons également à rendre grâces à Dieu pour tout ce qui advient de sage, de bon, d’intelligent dans les communautés chrétiennes, quelles qu’elles soient.

Œcuménisme du témoignage

Cela ne veut pas dire que nous relativisions les sujets qui, objectivement, sont débattus entre nous : aujourd’hui, nous faisons mémoire de saint Marc métropolite d’Éphèse, qui, seul contre un grand nombre, comme l’« étranger » de l’évangile aujourd’hui, disait : « Il n’est pas permis de faire des accommodements en matière de Foi ». Les chrétiens orthodoxes témoignent d’un œcuménisme, non de compromis ou de compromission, mais de témoignage. Le troisième motif d’action de grâces auquel nous pouvons penser est précisément que nous soyons, nous les Orthodoxes, dans la position de témoigner de la Tradition des Apôtres et des Pères, de donner l’exemple de l’expérience des Pères ascétiques et, particulièrement, d’apporter une contribution importante : le témoignage liturgique.

Situation conciliaire

Au 20ème siècle, les Orthodoxes, projetés hors des limites historiques de leurs pays d’origine, ont reçu du Seigneur la mission, pensons-nous, de mettre à la disposition de tous les chrétiens le trésor inaltéré de la Tradition. Il s’est créé, par l’action du saint Esprit, une situation conciliaire entre les chrétiens : les Orthodoxes doivent être les premiers à l’animer. Nous qui sommes souvent, dans les pays où nous vivons, comme l’« étranger », comme le dixième des chrétiens, des chrétiens pas comme les autres, nous rendons grâces, pour les autres – « tous purifiés » par le Nom de Jésus -, que le Seigneur veut renouveler par la « reconnaissance » de la vraie foi.

L’unité de Foi

Nous rendons grâces également pour nous-mêmes, à qui le même Seigneur veut donner l’humilité d’un témoignage authentique, crédible et convainquant. Mais, certes, Il nous donne une responsabilité : il nous est demandé du courage, souvent, pour refuser certains compromis ; et il nous est surtout demandé beaucoup d’amour pour dire avec douceur la vérité à nos amis chrétiens, notre prochain de bonne foi. Que soit béni le Seigneur qui appelle tous les chrétiens à être unis dans la même foi, dans la même fidélité à la Tradition, dans la même « reconnaissance » du Seigneur Jésus ! (Source: Sagesse Orthodoxe)

 

 

"Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création.  Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé" (Mc 16,15-16).  Dès lors, il est clair que le Sacrement du Baptême que le Christ a institué en accomplissant et transformant le Baptême de Jean le Baptiste, est le commencement de notre reconnexion avec notre Créateur, Qui est le maître et accomplisseur de notre Salut.  Pour comprendre la profonde signification de ce Salut, nous devons examiner avec soin les détails des récits évangéliques rapportant le Baptême du Seigneur dans le Jourdain. ( Archiprêtre George Dion Dragas, Phd, DD, DTh) Rendons-grâce d’avoir été mis à part dans le Christ pour appartenir à la grande famille Chrétienne et être appelé à cette exaltante vocation d’être « Sel de la terre et lumière du monde » Mais il faut bien comprendre que, selon saint Ephrem le Syrien (306-373), "L'Église n'est pas l'assemblée des saints dans le sens de « parfaits » qui s’arrogeraient un droit, voir un devoir de « faire la leçon aux autres, elle est cette masse de pécheurs qui se repentent, qui bien que pécheurs, se sont tournés vers Dieu et restent orientés vers Lui. " En tant que peuple centré sur Dieu, nous sommes des pécheurs engagés à vivre comme étant la présence du Christ dans le monde, et notre sainteté ne saurait être séparée de la sainteté de Dieu à l'œuvre en ce monde.  Notre péché est une maladie pénétrante ou un échec à atteindre le but d'être vraiment humain.  Nous sommes appelés à accomplir notre divine destinée et fonction, étant comme l'image créée de Dieu.  Notre péché, donc, n'implique pas simplement la culpabilité de violer les Commandements de Dieu, mais doit être source de l'impulsion pour devenir quelque chose d'autre que ce que nous sommes dans notre état de déchéance.  Parce que chacun d'entre nous a une expérience qui est unique, vaincre nos habitudes coupables personnelles exige toute notre attention et correction.  Le but suprême de ce processus salutaire, c'est de parvenir à la déification, qui est simplement de refléter l'apparence divine.  En devenant semblable au Christ dans notre comportement et dans notre pensée, nous coopérons avec Dieu dans ce processus de guérison et sommes rendus à la ressemblance de Dieu.  C'est de ce point de vue que nous reconnaissons notre vocation, c'est d'être le Christ au milieu de ce monde déchu. Car ce monde, tout autant que nous, est appelé à participer au processus de déification, et nous autres, comme nous dit saint Seraphim de Sarov, nous pouvons en amener des milliers autour de nous à être sauvés, en acquérant la paix intérieure.  Comme nous acquérons un cœur humble et contrit, nous révélons le Christ au monde et aidons à la transformation de tout le Cosmos en l'image et la ressemblance de notre Dieu  Créateur.

CONVERSION ET MISSION:

"Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé"

(Mc 16,15-16).

Dès lors, il est clair que le Sacrement du Baptême que le Christ a institué en accomplissant et transformant le Baptême de Jean le Baptiste, est le commencement de notre reconnexion avec notre Créateur, Qui est le maître et accomplisseur de notre Salut.

Pour comprendre la profonde signification de ce Salut, nous devons examiner avec soin les détails des récits évangéliques rapportant le Baptême du Seigneur dans le Jourdain. ( Archiprêtre George Dion Dragas, Phd, DD, DTh) Rendons-grâce d’avoir été mis à part dans le Christ pour appartenir à la grande famille Chrétienne et être appelé à cette exaltante vocation d’être « Sel de la terre et lumière du monde »

Mais il faut bien comprendre que, selon saint Ephrem le Syrien (306-373), "L'Église n'est pas l'assemblée des saints dans le sens de « parfaits » qui s’arrogeraient un droit, voir un devoir de « faire la leçon aux autres, elle est cette masse de pécheurs qui se repentent, qui bien que pécheurs, se sont tournés vers Dieu et restent orientés vers Lui.

" En tant que peuple centré sur Dieu, nous sommes des pécheurs engagés à vivre comme étant la présence du Christ dans le monde, et notre sainteté ne saurait être séparée de la sainteté de Dieu à l'œuvre en ce monde.

Notre péché est une maladie pénétrante ou un échec à atteindre le but d'être vraiment humain.

Nous sommes appelés à accomplir notre divine destinée et fonction, étant comme l'image créée de Dieu.

Notre péché, donc, n'implique pas simplement la culpabilité de violer les Commandements de Dieu, mais doit être source de l'impulsion pour devenir quelque chose d'autre que ce que nous sommes dans notre état de déchéance.

Parce que chacun d'entre nous a une expérience qui est unique, vaincre nos habitudes coupables personnelles exige toute notre attention et correction.

Le but suprême de ce processus salutaire, c'est de parvenir à la déification, qui est simplement de refléter l'apparence divine.

En devenant semblable au Christ dans notre comportement et dans notre pensée, nous coopérons avec Dieu dans ce processus de guérison et sommes rendus à la ressemblance de Dieu.

C'est de ce point de vue que nous reconnaissons notre vocation, c'est d'être le Christ au milieu de ce monde déchu.

Car ce monde, tout autant que nous, est appelé à participer au processus de déification, et nous autres, comme nous dit saint Seraphim de Sarov, nous pouvons en amener des milliers autour de nous à être sauvés, en acquérant la paix intérieure.

Comme nous acquérons un cœur humble et contrit, nous révélons le Christ au monde et aidons à la transformation de tout le Cosmos en l'image et la ressemblance de notre Dieu Créateur.

NOS PELERINAGES:
Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)
+++

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

 

+++

 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

+++

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pèlerinage à Lourdes :

 

 

Les Chrétiens Syro-Orthodoxes Francophones 

de Saint Thomas (Mar Thoma) 

dont St Gregorios de Parumala est patron du "Relais Paroissial" de Lourdes et sa région  

 

organisent un pèlerinage privé à

 

NOTRE-DAME DE LOURDES

 

*Du Vendredi 29 Janvier (Pour les Normands et Parisiens) au 2 Février 

*Du Samedi 30 Janvier au 2 Février (Pour les Charentais,Girondins, Limousins,etc...).

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

OUR LADY OF LOURDES


* From Friday, January 29 (For the Normans and Parisians) to February 2
* From Saturday, January 30 to February 2 (For Charentais, Girondins, Limousin, etc ...).
(Registration closed January 25)

 

*Normandie et Région Parisienne : départ le Vendredi 29 Janvier à 7 h du Monastère, coucher à Jauldes

* Normandy and the Paris region: starting Friday, January 29 at 7 in the Monastery, set at Jauldes

 

*Charente : Départ le Samedi 30 à 7h

* Charente: Depart on Saturday 30 at 7 am

 

*Dimanche 31 Janvier, journée à LOURDES.

* Sunday, January 31, LOURDES day.

 

*Lundi 1er Février, pour les Normands et Parisiens, retour en Normandie.

* Monday, February 1st, to the Normans and Parisians, back in Normandy.

Pour ceux qui rejoignent la Charente, matinée à Lourdes, visite à Ferrières, couché à JAULDES

For those who join the Charente morning in Lourdes, visit Ferrières, lying JAULDES

 

*Mardi 2 Février, Purification de la Très Sainte Vierge:

 

-10h30, Messe à JAULDES en Charente ou au Monastère pour les Normands et Parisiens (Le 2 au soir, retour des Parisiens sur Paris.) 

Bénédiction des Cierges de la Chandeleur... 

* Tuesday, February 2, Purification of the Blessed Virgin:
-10h30, Mass JAULDES Monastery in Charente or for the Normans and Parisians (The 2 evening, back in Paris for Parisians.)
Blessing of Candles Candlemas ...

 

  

 

(Offrandes libres pour la participation aux frais de transport et la location des locaux)

 

Inscriptions:

 

(Free offerings for participation in transportation costs and for rental of premises)

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

Vous pouvez librement nous envoyer vos intentions de prières que nous confierons à l'intercession de Notre-Dame, de Sainte Bernadette et de Saint Gregorios lorsque nous irons, avec son Icône (Offerte par l'O.C.P), prier à la grotte de Massabielle où Marie apparut à Bernadette pour lui donner un message de conversion.

You can freely send us your prayer intentions that we entrust to the intercession of Our Lady, St. Bernadette and St. Gregorios when we go, with its icon (Offered by the OCP), to pray at the Grotto of Massabielle where Mary appeared to Bernadette to give him a message of conversion.

+++
 

Toute offrande fait  l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

+++

  

Note: 

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 +++

 PROGRAMME DE CES PROCHAINES SEMAINES AU MONASTÈRE SYRIAQUE DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE, MÈRE DE MISÉRICORDE:

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

 

 

*Mardi 2 Février:

10h30, Messe au Monastère. Bénédiction des Cierges de la Chandeleur.

* Tuesday, February 2:
10:30 Mass at the Monastery. Candles Blessing of Candlemas.

 

 *Mercredi 3 Février:

 Messe et Bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorges)

* Wednesday, February 3:
  Mass and Blessing of St. Blaise candles (Against Gorge diseases)

 

*Dimanche 7 Février, Pèlerinage mensuel à N-D de

 

Miséricorde

 Messe à 10h30, distribution des cierges de la Chandeleur et de St Blaise (Imposition de ces derniers à 15h ).Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

* Sunday, February 7, monthly Pilgrimage to Our Lady of Mercy
  Mass at 10:30, distributing candles of Candlemas and St. Blaise (Imposition of these to 15h) .Repas fraternal and loyal reception from 13:30 to 17:30.

 

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

Pour

PARIS ET  SA REGION :

(Messes épisodiques.

RAMASSAGE DES FIDELES

pour le Weekend de Pèlerinage en Normandie à N-D de Miséricorde 

tous les samedis précédent le 1er dimanche du mois à 15h,

Place du Chatelet

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 16,15-18.

En ce temps-là, Jésus ressuscité se manifesta aux onze Apôtres et leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création.
Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné.
Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ;
ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »

CONVERSION:

« Seigneur, lui dit-il , que voulez-vous que je fasse ? Domine, quid me vis facere ? 

Je trouve dans ce peu de paroles un modèle parfait de conversion. Car c'est comme s'il eut dit : Mon cœur est prêt, Seigneur, mon cœur est prêt ; je suis disposé à accomplir sans trouble tout ce qu'il vous plaira de m'ordonner : parlez, que voulez-vous que je fasse ? Domine, quid me vis facere ? O paroles courtes, mais pleines de sens, mais efficaces, mais dignes d'être exaucées ! Qu'il se trouve peu de personnes dans cette disposition d'obéissance parfaite, qui aient tellement renoncé à leur propre volonté, que leur propre cœur même ne leur appartienne plus ; qui ne soient sans cesse appliqués qu'à étudier, non ce qui leur plaît, mais ce qui plaît au Seigneur, lui disant sans cesse : Que voulez-vous que je fasse ? Domine, quid me vis facere ? ou ces autres paroles de Samuel : Parlez, Seigneur, parce que votre serviteur écoute : Loquere, Domine, quia audit servus tuus !
Mais , hélas ! nous avons beaucoup plus d'imitateurs de cet aveugle dont il est parlé dans l'Évangile, à qui le Sauveur demanda ce qu'il voulait qu'il lui fît : Quid vis ut faciam tibi ? Quelle miséricorde, quelle bonté de votre part, ô mon Dieu ! Le maître a-t-il jamais cherché à faire la volonté de son serviteur ? Cet infortuné était vraiment aveugle, puisqu'il n'a pas fait attention à un pareil renversement, qu'il n'en a pas été saisi d'étonnement, et que, dans sa surprise, il ne s'est point écrié en tremblant : N'en usez pas ainsi envers moi, Seigneur ; mais dites-moi plutôt ce que vous voulez que je fasse ? Domine, quid me vis facere ? car il est dans l'ordre que ce soit moi qui cherche à connaître et à faire votre volonté, et non pas vous à connaître et à faire la mienne. Il n'est personne de vous, je crois, mes frères, qui ne sente que les choses eussent dû se passer ainsi. Cependant n'arrive-t-il pas, hélas ! tous les jours, que la pusillanimité et la perversité de plusieurs nous force d'en agir à leur égard comme le Sauveur envers l'aveugle, en leur demandant ce qu'ils veulent que nous leur fassions : Quid vis ut faciam tibi ? bien loin qu'à l'imitation de notre Apôtre ils nous disent : Que voulez-vous que je fasse ? Quid me vis facere ? Au lieu, comme ils y sont obligés, de n'être attentifs qu'à étudier la volonté de celui qui leur tient la place de Jésus-Christ, ils n'en font pas même de cas lorsqu'ils la connaissent. Leur obéissance n'est pas pleine, ils ne sont pas disposés à se soumettre à tout, ils ne se proposent pas d'imiter en tout Celui qui n'est pas venu ici-bas pour faire sa volonté mais celle de son Père. Ils discernent, ils jugent, ils choisissent dans les commandements qu'on leur fait ce à quoi il leur plaît d'obéir ; ils distinguent, dans les ordres de leurs Supérieurs, ce qui est de stricte obéissance d'avec ce qui ne l'est pas, de manière que leur Supérieur est souvent dans la nécessité de leur obéir.
Je conjure ceux qui se comportent ainsi d'ouvrir enfin les yeux. Qu'ils ne se flattent pas, parce qu'on les tolère, parce qu'on paraît condescendre à leur faiblesse ; qu'ils rougissent d'une conduite aussi déraisonnable, que l'on passerait tout au plus à des enfants ; de peur qu'on ne leur dise un jour : Qu'ai-je dû faire pour vous, que je n'aie pas fait ? et qu'abusant de la bonté et de la patience de leur Supérieur, ils ne mettent enfin le comble à leur réprobation. »

St Bernard, In Conversione S. PauliSermo 1. n.6, in "S. Bernard, Homélies pour tous les dimanches et les principales fêtes de l'année, extraites de ses œuvres, et traduites en français", Tome II Propre des Saints, Avignon, Seguin Aîné, 1830.

 
Lundi 25 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille Tradition Syriaque orthodoxie-orientale Spiritualité Chrétienne Société
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 17:41
The chairman of the Russian Orthodox Church Commission for Family, Protection of Motherhood and Childhood – told one of the leading Russian television stations the new moral teachings of western churches place these liberal denominations beyond the pale of Christianity.  "We separated ourselves from them as from the plague, as it's contagious,” he said. “The Russian Orthodox Church cannot support with its authority something that is just an iniquity from the Biblical point of view.”  “These are not Christian communities anymore. ......... Its future is simple and clear – the 'fire of Gehenna' – this is just what the Holy Scripture says,” Fr. Smirnov said.  By rejecting the Christian faith's immemorial teaching on sexual morality, “the former Christian peoples are preparing themselves for the solemn reception of the Anti-Christ."  Accordingly the Russian Orthodox Church has ceased and contact with the Presbyterian Church of Scotland. The Russian Church has already told the Church of England that it's on its own from now on.  Patriarch Kirill, Primate, of the Russian Orthodox Church, warned against the extraordinary rise in many western countries of the homosexual movement. Kirill said that the trend of legalising “gay marriage” is “a very dangerous sign of the apocalypse.” It “means people are choosing a path of self-destruction,” he said. (Fr. Michael Wood, ROCOR-WR)      /      Le président de la Commission pour la famille, la protection de la maternité et de l'enfance, dans l'Église Orthodoxe de Russie - a expliqué à une des principales chaînes de télévision russes que les nouveaux enseignements moraux des églises occidentales repoussaient ces confessions progressistes au delà des frontières du Christianisme.  "Nous nous sommes séparés d'eux comme fuyant la peste, car c'est contagieux," dit-il. "L'Église Orthodoxe Russe ne saurait soutenir de son autorité quelque chose qui n'est qu'une iniquité, d'un point de vue biblique."  "Ce ne sont plus des communautés chrétiennes.. Leur avenir est simple et clair - le feu de la Géhenne - c'est exactement ce qu'en dit la Sainte Écriture", déclare le p. Smirnov.  En rejetant l'enseignement immémorial de la foi chrétienne sur la morale sexuelle, "ces peuples anciennement chrétiens se préparent pour la réception solenelle de l'AntéChrist."  Dès lors, l'Église Orthodoxe de Russie a compu tout contact avec l'église presbytérienne d'Écosse. L'Église de Russie avait déjà annoncé à l'église d'Angleterre qu'elle serait dorénavant infréquentable.  Le patriarche Kyril, primat de l'Église Orthodoxe de Russie, a mis en garde contre la terrible montée du mouvement homosexuel dans nombre de pays occidentaux. Kyrill dit que la tendance à légaliser le "mariage homo" est "un signe très dangereux de l'apocalypse." Il "signifie que les gens ont choisi le chemin de l'auto-destruction", ajoute-t'il.

The chairman of the Russian Orthodox Church Commission for Family, Protection of Motherhood and Childhood – told one of the leading Russian television stations the new moral teachings of western churches place these liberal denominations beyond the pale of Christianity. "We separated ourselves from them as from the plague, as it's contagious,” he said. “The Russian Orthodox Church cannot support with its authority something that is just an iniquity from the Biblical point of view.” “These are not Christian communities anymore. ......... Its future is simple and clear – the 'fire of Gehenna' – this is just what the Holy Scripture says,” Fr. Smirnov said. By rejecting the Christian faith's immemorial teaching on sexual morality, “the former Christian peoples are preparing themselves for the solemn reception of the Anti-Christ." Accordingly the Russian Orthodox Church has ceased and contact with the Presbyterian Church of Scotland. The Russian Church has already told the Church of England that it's on its own from now on. Patriarch Kirill, Primate, of the Russian Orthodox Church, warned against the extraordinary rise in many western countries of the homosexual movement. Kirill said that the trend of legalising “gay marriage” is “a very dangerous sign of the apocalypse.” It “means people are choosing a path of self-destruction,” he said. (Fr. Michael Wood, ROCOR-WR) / Le président de la Commission pour la famille, la protection de la maternité et de l'enfance, dans l'Église Orthodoxe de Russie - a expliqué à une des principales chaînes de télévision russes que les nouveaux enseignements moraux des églises occidentales repoussaient ces confessions progressistes au delà des frontières du Christianisme. "Nous nous sommes séparés d'eux comme fuyant la peste, car c'est contagieux," dit-il. "L'Église Orthodoxe Russe ne saurait soutenir de son autorité quelque chose qui n'est qu'une iniquité, d'un point de vue biblique." "Ce ne sont plus des communautés chrétiennes.. Leur avenir est simple et clair - le feu de la Géhenne - c'est exactement ce qu'en dit la Sainte Écriture", déclare le p. Smirnov. En rejetant l'enseignement immémorial de la foi chrétienne sur la morale sexuelle, "ces peuples anciennement chrétiens se préparent pour la réception solenelle de l'AntéChrist." Dès lors, l'Église Orthodoxe de Russie a compu tout contact avec l'église presbytérienne d'Écosse. L'Église de Russie avait déjà annoncé à l'église d'Angleterre qu'elle serait dorénavant infréquentable. Le patriarche Kyril, primat de l'Église Orthodoxe de Russie, a mis en garde contre la terrible montée du mouvement homosexuel dans nombre de pays occidentaux. Kyrill dit que la tendance à légaliser le "mariage homo" est "un signe très dangereux de l'apocalypse." Il "signifie que les gens ont choisi le chemin de l'auto-destruction", ajoute-t'il.

Samedi 23 JANVIER / Lectionnaire pour Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Malankare Orthodoxe)

Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur

 

 

En France Syro-Orthodoxe, nous faisons mémoire de Saints:

TIMOTHÉE, disciple de saint Paul, martyr († 97)

BABYLAS, évêque d'Antioche, martyr († 250)

CAIDOC, moine, disciple de saint Colomban

BERTRAN, abbé de Saint-Quentin († VIIe s.)

 

Saint Qurbana

o    Actes des Apôtres 17: 16 à 34 :

  • 16 Pendant que Paul les attendait à Athènes, il avait l’esprit exaspéré en observant la ville livrée aux idoles.
  • 17 Il discutait donc à la synagogue avec les Juifs et ceux qui adorent Dieu, ainsi qu’avec ceux qu’il rencontrait chaque jour sur l’Agora.
  • 18 Il y avait même des philosophes épicuriens et stoïciens qui venaient s’entretenir avec lui. Certains disaient : « Que peut-il bien vouloir dire, ce radoteur ? » Et d’autres : « On dirait un prêcheur de divinités étrangères. » Ils disaient cela parce que Paul se faisait le messager de « Jésus » et de « Résurrection ».
  • 19 Ils vinrent le prendre pour le conduire à l’Aréopage. Ils lui disaient : « Pouvons-nous savoir quel est cet enseignement nouveau que tu proposes ?
  • 20 Tu nous rebats les oreilles de choses étranges. Nous voulons donc savoir ce que cela signifie. »
  • 21 Tous les Athéniens, en effet, ainsi que les étrangers de passage, ne consacraient leur temps à rien d’autre que dire ou écouter la dernière nouveauté.
  • 22 Alors Paul, debout au milieu de l’Aréopage, fit ce discours : « Athéniens, je peux observer que vous êtes, en toutes choses, des hommes particulièrement religieux.
  • 23 En effet, en me promenant et en observant vos monuments sacrés, j’ai même trouvé un autel avec cette inscription : “Au dieu inconnu.” Or, ce que vous vénérez sans le connaître, voilà ce que, moi, je viens vous annoncer.
  • 24 Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qu’il contient, lui qui est Seigneur du ciel et de la terre, n’habite pas des sanctuaires faits de main d’homme ;
  • 25 il n’est pas non plus servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, le souffle et tout le nécessaire.
  • 26 À partir d’un seul homme, il a fait tous les peuples pour qu’ils habitent sur toute la surface de la terre, fixant les moments de leur histoire et les limites de leur habitat ;
  • 27 Dieu les a faits pour qu’ils le cherchent et, si possible, l’atteignent et le trouvent, lui qui, en fait, n’est pas loin de chacun de nous.
  • 28 Car c’est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être. Ainsi l’ont également dit certains de vos poètes : Nous sommes de sa descendance.
  • 29 Si donc nous sommes de la descendance de Dieu, nous ne devons pas penser que la divinité est pareille à une statue d’or, d’argent ou de pierre sculptée par l’art et l’imagination de l’homme.
  • 30 Et voici que Dieu, sans tenir compte des temps où les hommes l’ont ignoré, leur enjoint maintenant de se convertir, tous et partout.
  • 31 En effet, il a fixé le jour où il va juger la terre avec justice, par un homme qu’il a établi pour cela, quand il l’a accrédité auprès de tous en le ressuscitant d’entre les morts. »
  • 32 Quand ils entendirent parler de résurrection des morts, les uns se moquaient, et les autres déclarèrent : « Là-dessus nous t’écouterons une autre fois. »
  • 33 C’est ainsi que Paul, se retirant du milieu d’eux, s’en alla.
  • 34 Cependant quelques hommes s’attachèrent à lui et devinrent croyants. Parmi eux, il y avait Denys, membre de l’Aréopage, et une femme nommée Damaris, ainsi que d’autres avec eux.

o     

o    1ère épître de St Paul Apôtre aux Corinthiens   3: 16 :

o    16 Ne savez-vous pas que vous êtes un sanctuaire de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?

o    4: 5 :

o    05 Ainsi, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il rendra manifestes les intentions des cœurs. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu.

o     

o    Evangile de Notre-Seigneur J-C selon Saint-Jean 3:1-12 :

  • 01 Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème ; c’était un notable parmi les Juifs.
  • 02 Il vint trouver Jésus pendant la nuit. Il lui dit : « Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. »
  • 03 Jésus lui répondit : « Amen, amen, je te le dis : à moins de naître d’en haut, on ne peut voir le royaume de Dieu. »
  • 04 Nicodème lui répliqua : « Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? »
  • 05 Jésus répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu.
  • 06 Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit.
  • 07 Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut.
  • 08 Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »
  • 09 Nicodème reprit : « Comment cela peut-il se faire ? »
  • 10 Jésus lui répondit : « Tu es un maître qui enseigne Israël et tu ne connais pas ces choses-là ?
  • 11 Amen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage.
  • 12 Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ?

o     

                                                                                           

 

Dans La Didachè (entre 60-120), catéchèse judéo-chretienne 
Paragraphes 10 et 16 

 

« Veillez car vous ne connaissez pas le jour »

 

 

Une fois rassasiés de l'Eucharistie, remerciez ainsi :

Nous te rendons grâces, ô Père Saint, pour ton saint nom que tu as fait habiter en nos cœurs, et pour la connaissance, la foi, l'immortalité que tu nous as révélées par Jésus, ton serviteur. Gloire à toi dans les siècles. Amen ! ...

Avant tout, nous te rendons grâces, parce que tu es tout-puissant: Gloire à toi dans les siècles. Amen !

Souviens-toi de ton Église, Seigneur, pour la délivrer de tout mal et la parfaire dans ton amour.

Rassemble des quatre vents cette Église sanctifiée, dans ton Royaume que tu lui as préparé.

Car à toi sont puissance et gloire dans les siècles. Amen ! Que la grâce vienne et que ce monde passe. Amen !

Si quelqu'un est saint, qu'il s'approche ; s'il ne l'est pas, qu'il fasse pénitence. Marana tha ! Amen... 

Oui, veillez sur votre vie ; ne laissez pas s'éteindre vos lampes ni sur vos reins se dénouer vos ceintures. Soyez prêts.

Car vous ignorez l'heure où notre Seigneur viendra.

Assemblez-vous fréquemment pour chercher ensemble ce qui convient à vos âmes.

Car tout le temps de votre foi ne vous servira de rien, si, au dernier moment, vous n'êtes devenus parfaits.. 

 

+++

"Quand on voit les gens s'approcher de la Sainte Communion sans aucune préparation digne de ce Mystère divin et redoutable pour la simple raison que

"tout le monde fait comme ça !",

on ne peut que se rappeler les paroles de Jean-Baptiste qui disait aux gens venant se faire baptiser par lui sans aucun "vrai" changement dans leur vie

-"Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir?

Produisez donc du fruit digne de la repentance"

(Mt 3, 7-8).
Puisse le Seigneur éclairer nos cœurs enténébrés par les désirs du corps et la lâcheté de l'âme pour que nous produisions les fruits dignes de notre Nom chrétien et que nous retrouvions le vrai chemin de la vie éternelle. Amen

(Dayroyo Jouhanon, prêtre de l'Eglise Patriarcale à Paris)

+++

Par Saint Grégoire le Grand

(v. 540-590-604), pape et docteur de l'Église 
Homélies sur l'Évangile, n°19 (trad. Le Barroux) 


 

Les ouvriers de la vigne du Seigneur

 

Le Royaume des cieux est comparé à un père de famille qui embauche des ouvriers pour cultiver sa vigne.

Or qui peut être plus justement comparé à ce père de famille que notre Créateur, qui gouverne ceux qu'il a créés, et exerce en ce monde le droit de propriété sur ses élus comme un maître sur les serviteurs qu'il a chez lui ?

Il possède une vigne, l'Église universelle, qui a poussé, pour ainsi dire, autant de sarments qu'elle a produit de saints, depuis Abel le juste jusqu'au dernier élu qui naîtra à la fin du monde. 

Ce Père de famille embauche des ouvriers pour cultiver sa vigne, dès le point du jour, à la troisième heure, à la sixième, à la neuvième et à la onzième heure, puisqu'il n'a pas cessé, du commencement du monde jusqu'à la fin, de réunir des prédicateurs pour instruire la foule des fidèles.

Le point du jour, pour le monde, c'était d'Adam à Noé ; la troisième heure, de Noé à Abraham ; la sixième, d'Abraham à Moïse ; la neuvième, de Moïse jusqu'à la venue du Seigneur ; et la onzième heure, de la venue du Seigneur jusqu'à la fin du monde.

Les saints apôtres ont été envoyés pour prêcher en cette dernière heure, et bien que tard venus, ils ont reçu un plein salaire. 

Le Seigneur ne cesse donc en aucun temps d'envoyer des ouvriers pour cultiver sa vigne, c'est-à-dire pour enseigner son peuple.

Car tandis qu'il faisait fructifier les bonnes mœurs de son peuple par les patriarches, puis par les docteurs de la Loi et les prophètes, enfin par les apôtres, il travaillait, en quelque sorte, à cultiver sa vigne par l'entremise de ses ouvriers.

Tous ceux qui, à une foi droite, ont joint les bonnes œuvres ont été les ouvriers de cette vigne.

+++

Vierge Marie, Mère du Christ-Prêtre,

Samedi 23 JANVIER / Lectionnaire pour Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Malankare Orthodoxe)
Mère des prêtres du monde entier,
vous aimez tout particulièrement les prêtres,
parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils Unique.

 

Vous avez aidé Jésus par toute votre vie terrestre
et du Ciel, modèle de l'Eglise en son achèvement,vous intercédez et agissez pour l'extantion du Royaume .
Nous vous en supplions, priez pour les prêtres !
« Priez le Père des Cieux
pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson ».

Priez pour que nous ayons toujours des prêtres
qui nous donnent les Sacrements,
nous expliquent l’Evangile du Christ,
et nous enseignent à devenir
de vrais enfants de Dieu !

"Ils n'ont plus de vin", disiez-vous à votre divin fils avec confiance, voyant l'embaras du maître des noces de Cana et hâtant le ministère publique du Christ.

Ô Vierge Marie, Mère de Miséricorde,demandez encore à Dieu 
les prêtres dont nous avons tant besoin;
et puisque votre intercession  maternelle est si puissante ,
obtenez-nous, ô Mère,
des prêtres qui soient des saints !

AMÎN !

 

 

St. Macarius was once asked by a pilgrim how to find salvation in the world. He told the man to go to the cemetery and insult the dead people who were buried there. This he did and returned to the saint. The saint then told him to return to the cemetery and sing the praises of those who were buried there. This he did and returned. The saint then asked the pilgrim: “What did the dead people do when you insulted them?” “Why, nothing, of course, Holy Father,” the man replied. St. Macarius continued, “What did the dead people do when you praised them?” “Why, nothing, of course, Holy Father,” he replied again. “Go and do the same, and you will be saved. Be dead both to the praises and curses of men and you will obtain salvation.”  Macaire(St Macaire)     /     Un jour un pèlerin demanda à saint Macaire comment trouver le Salut tout en étant dans le monde. Il dit à l'homme d'aller au cimetière, et d'insulter les morts qui s'y trouvaient enterrés. Il le fit, et revint auprès du saint. Alors le saint lui dit de retourner au cimetière, et de chanter cette fois les louanges de ceux qui y étaient enterrés. Il le fit et revint. Le saint demanda alors au pèlerin : "Qu'ont fait les morts lorsque vous les avez insultés?" "Comment ça? Mais ils n'ont rien fait, bien entendu," répondit l'homme. Saint Macaire continua : Et qu'ont fait les morts lorsque vous les avez loués? "Comment ça? Mais ils n'ont rien fait, bien entendu," répondit à nouveau l'homme. "Va, et agis de la même, et tu seras sauvé. Sois mort à la fois au louanges et aux malédictions des hommes, et tu parviendras au Salut." (St Macaire)

St. Macarius was once asked by a pilgrim how to find salvation in the world. He told the man to go to the cemetery and insult the dead people who were buried there. This he did and returned to the saint. The saint then told him to return to the cemetery and sing the praises of those who were buried there. This he did and returned. The saint then asked the pilgrim: “What did the dead people do when you insulted them?” “Why, nothing, of course, Holy Father,” the man replied. St. Macarius continued, “What did the dead people do when you praised them?” “Why, nothing, of course, Holy Father,” he replied again. “Go and do the same, and you will be saved. Be dead both to the praises and curses of men and you will obtain salvation.” Macaire(St Macaire) / Un jour un pèlerin demanda à saint Macaire comment trouver le Salut tout en étant dans le monde. Il dit à l'homme d'aller au cimetière, et d'insulter les morts qui s'y trouvaient enterrés. Il le fit, et revint auprès du saint. Alors le saint lui dit de retourner au cimetière, et de chanter cette fois les louanges de ceux qui y étaient enterrés. Il le fit et revint. Le saint demanda alors au pèlerin : "Qu'ont fait les morts lorsque vous les avez insultés?" "Comment ça? Mais ils n'ont rien fait, bien entendu," répondit l'homme. Saint Macaire continua : Et qu'ont fait les morts lorsque vous les avez loués? "Comment ça? Mais ils n'ont rien fait, bien entendu," répondit à nouveau l'homme. "Va, et agis de la même, et tu seras sauvé. Sois mort à la fois au louanges et aux malédictions des hommes, et tu parviendras au Salut." (St Macaire)

LA SEMAINE DE L’UNITÉ DES CHRÉTIENS

 

 Un des aspects importants de ce qu’on appelle l’« œcuménisme », c’est-à-dire la rencontre, la connaissance mutuelle et le dialogue des divers chrétiens, est précisément la louange, la gratitude, la « reconnaissance ».

Rendre grâces pour autrui

Nous remercions Dieu parce que cette connaissance réciproque des chrétiens, et le fait que nous ayons appris, grâce au Mouvement œcuménique, à nous apprécier, à nous respecter et, éventuellement, à apprendre les uns des autres, ont porté des fruits considérables. C’est l’œuvre du Seigneur autant que celle des hommes les mieux intentionnés. Nous apprenons également à rendre grâces à Dieu pour tout ce qui advient de sage, de bon, d’intelligent dans les communautés chrétiennes, quelles qu’elles soient.

Œcuménisme du témoignage

Cela ne veut pas dire que nous relativisions les sujets qui, objectivement, sont débattus entre nous : aujourd’hui, nous faisons mémoire de saint Marc métropolite d’Éphèse, qui, seul contre un grand nombre, comme l’« étranger » de l’évangile aujourd’hui, disait : « Il n’est pas permis de faire des accommodements en matière de Foi ». Les chrétiens orthodoxes témoignent d’un œcuménisme, non de compromis ou de compromission, mais de témoignage. Le troisième motif d’action de grâces auquel nous pouvons penser est précisément que nous soyons, nous les Orthodoxes, dans la position de témoigner de la Tradition des Apôtres et des Pères, de donner l’exemple de l’expérience des Pères ascétiques et, particulièrement, d’apporter une contribution importante : le témoignage liturgique.

Situation conciliaire

Au 20ème siècle, les Orthodoxes, projetés hors des limites historiques de leurs pays d’origine, ont reçu du Seigneur la mission, pensons-nous, de mettre à la disposition de tous les chrétiens le trésor inaltéré de la Tradition. Il s’est créé, par l’action du saint Esprit, une situation conciliaire entre les chrétiens : les Orthodoxes doivent être les premiers à l’animer. Nous qui sommes souvent, dans les pays où nous vivons, comme l’« étranger », comme le dixième des chrétiens, des chrétiens pas comme les autres, nous rendons grâces, pour les autres – « tous purifiés » par le Nom de Jésus -, que le Seigneur veut renouveler par la « reconnaissance » de la vraie foi.

L’unité de Foi

Nous rendons grâces également pour nous-mêmes, à qui le même Seigneur veut donner l’humilité d’un témoignage authentique, crédible et convainquant. Mais, certes, Il nous donne une responsabilité : il nous est demandé du courage, souvent, pour refuser certains compromis ; et il nous est surtout demandé beaucoup d’amour pour dire avec douceur la vérité à nos amis chrétiens, notre prochain de bonne foi. Que soit béni le Seigneur qui appelle tous les chrétiens à être unis dans la même foi, dans la même fidélité à la Tradition, dans la même « reconnaissance » du Seigneur Jésus ! (Source: Sagesse Orthodoxe)

 

"Entretiens sur Dieu le Père"

(par le Cl Charles Journet) 
"Quand c'est le monde entier qui saigne, quand la tempête se met à balayer les peuples comme les feuilles à l'automne, quand la violence souille la terre, les mers et les airs, quand le rire sinistre et froid de la haine triomphe dans la nuit, toutes les prières par lesquelles on demandait quelque chose pour soi, pour sa famille ou par sa patrie paraissent soudain se faire trop étroites, elles emprisonnent l'âme, elles deviennent presque impossibles à répéter, elles ne semblent ni assez étendues, ni assez profondes, ni assez éternelles :

et le coeur du chrétien, avec un incoercible instinct, se tourne vers ces paroles bénies que les disciples ont entendues prononcer par le Sauveur il y a deux mille ans.../...jusqu'aux suprêmes sources de l'Amour et d'embrasser en elles tous les besoins de la terre.

Notre Père qui êtes aux cieux !"

Aux éditions Parole et Silence.

 

il faut bien comprendre que, selon saint Ephrem le Syrien (306-373), "L'Église n'est pas l'assemblée des saints dans le sens de « parfaits » qui s’arrogeraient un droit, voir un devoir de « faire la leçon aux autres, elle est cette masse de pécheurs qui se repentent, qui bien que pécheurs, se sont tournés vers Dieu et restent orientés vers Lui. " En tant que peuple centré sur Dieu, nous sommes des pécheurs engagés à vivre comme étant la présence du Christ dans le monde, et notre sainteté ne saurait être séparée de la sainteté de Dieu à l'œuvre en ce monde.  Notre péché est une maladie pénétrante ou un échec à atteindre le but d'être vraiment humain.  Nous sommes appelés à accomplir notre divine destinée et fonction, étant comme l'image créée de Dieu.  Notre péché, donc, n'implique pas simplement la culpabilité de violer les Commandements de Dieu, mais doit être source de l'impulsion pour devenir quelque chose d'autre que ce que nous sommes dans notre état de déchéance.  Parce que chacun d'entre nous a une expérience qui est unique, vaincre nos habitudes coupables personnelles exige toute notre attention et correction.  Le but suprême de ce processus salutaire, c'est de parvenir à la déification, qui est simplement de refléter l'apparence divine.  En devenant semblable au Christ dans notre comportement et dans notre pensée, nous coopérons avec Dieu dans ce processus de guérison et sommes rendus à la ressemblance de Dieu.  C'est de ce point de vue que nous reconnaissons notre vocation, c'est d'être le Christ au milieu de ce monde déchu. Car ce monde, tout autant que nous, est appelé à participer au processus de déification, et nous autres, comme nous dit saint Seraphim de Sarov, nous pouvons en amener des milliers autour de nous à être sauvés, en acquérant la paix intérieure.  Comme nous acquérons un cœur humble et contrit, nous révélons le Christ au monde et aidons à la transformation de tout le Cosmos en l'image et la ressemblance de notre Dieu  Créateur.

il faut bien comprendre que, selon saint Ephrem le Syrien (306-373), "L'Église n'est pas l'assemblée des saints dans le sens de « parfaits » qui s’arrogeraient un droit, voir un devoir de « faire la leçon aux autres, elle est cette masse de pécheurs qui se repentent, qui bien que pécheurs, se sont tournés vers Dieu et restent orientés vers Lui. " En tant que peuple centré sur Dieu, nous sommes des pécheurs engagés à vivre comme étant la présence du Christ dans le monde, et notre sainteté ne saurait être séparée de la sainteté de Dieu à l'œuvre en ce monde. Notre péché est une maladie pénétrante ou un échec à atteindre le but d'être vraiment humain. Nous sommes appelés à accomplir notre divine destinée et fonction, étant comme l'image créée de Dieu. Notre péché, donc, n'implique pas simplement la culpabilité de violer les Commandements de Dieu, mais doit être source de l'impulsion pour devenir quelque chose d'autre que ce que nous sommes dans notre état de déchéance. Parce que chacun d'entre nous a une expérience qui est unique, vaincre nos habitudes coupables personnelles exige toute notre attention et correction. Le but suprême de ce processus salutaire, c'est de parvenir à la déification, qui est simplement de refléter l'apparence divine. En devenant semblable au Christ dans notre comportement et dans notre pensée, nous coopérons avec Dieu dans ce processus de guérison et sommes rendus à la ressemblance de Dieu. C'est de ce point de vue que nous reconnaissons notre vocation, c'est d'être le Christ au milieu de ce monde déchu. Car ce monde, tout autant que nous, est appelé à participer au processus de déification, et nous autres, comme nous dit saint Seraphim de Sarov, nous pouvons en amener des milliers autour de nous à être sauvés, en acquérant la paix intérieure. Comme nous acquérons un cœur humble et contrit, nous révélons le Christ au monde et aidons à la transformation de tout le Cosmos en l'image et la ressemblance de notre Dieu Créateur.

(suite et fin de la méditation proposée vendredi 22 janvier)

« Non seulement l'intelligence vraie et complète de la Messe devrait conduire naturellement tout fidèle, - et à plus forte raison tout prêtre, - à s'offrir à Dieu en immolation, chaque fois qu'il lui est donné d'assister au divin sacrifice ou de le célébrer ; l'intelligence vraie et complète de la sainte communion devrait pousser également chaque fidèle, - et à plus forte raison chaque prêtre, - à une offrande analogue chaque fois qu'il a le bonheur de recevoir Jésus-Hostie.
Il y a en effet deux aspects de la sainte communion, également essentiels, également dogmatiques, et qui méritent au même titre de commander la piété chrétienne - : la communion, incorporation à la vie de Notre-Seigneur, - la communion, incorporation à sa mort.
[...]
N'oubliez pas, disait saint Paul aux Corinthiens, qu'à chaque communion, vous « annoncez la mort du Seigneur » (I Cor. XI). Vous devez donc, telle est sa pensée, vous unir à son immolation, communier à sa mort. Et l'Imitation ne parle pas autrement : « Comme je me suis offert volontairement à Dieu mon Père pour vos péchés, les mains étendues et le corps sur la croix, en sorte qu'il n'est rien demeuré en moi qui n'ait été offert dans ce sacrifice de votre réconciliation avec Dieu,vous devez de même vous offrir volontairement à moi tous les jours à la messe en oblation pure et sainte de vous-même... aussi intimement que vous pouvez le faire. » (L. IV, ch. VIII).
[...]
Communier veut dire cela : devenir un avec l'hostie - donc s'offrir spirituellement avec elle - donc « offrir sa chair à crucifier avec ses vices et ses convoitises » (Gal. V, 24), et livrer sa vie, ses travaux, ses souffrances, ses prières, à Notre-Seigneur pour lui demander de les pénétrer de son esprit d'hostie.
[...]
« Vouloir retirer les fruits du sacrifice dans la communion sans nous sacrifier, vouloir nous diviniser par l'hostie sans nous immoler avec elle, c'est aspirer à vivre en parasites de l'autel, chercher le salut en dehors de la croix (1). » La communion bien comprise n'est pas seulement divinisante, elle doit être immolante, et elle ne sera l'une que si elle est l'autre. La communion bien comprise ne consiste pas seulement en un trésor que l'on reçoit ; elle doit être un trésor que l'on donne ; elle ne comprend pas seulement la réception d'une hostie, mais la donation d'une hostie. On ne reçoit dignement la Victime de l'autel qu'à la condition de s'offrir soi-même en victime sur l'autel en esprit d'adoration et d'expiation (2). »

1. P. J. Grimal : Le sacerdoce et le sacrifice de Jésus-Christ, p. 329 (Beauchesne, 1911). - 2. « Cette double fonction des fidèles, à la Messe, qui les constitue des offrants et des offerts est si réelle, que la liturgie du sacrifice est inintelligible sans cela et nous apparaît presque comme un non-sens. » Dom Vandeur, O.S.B., La Sainte Messe : Notes sur la liturgie, 6e éd., Gabalda, 1914, p. 135.

Raoul Plus s.j. (1882-1958), L'idée réparatrice (Livre II ch. 3), Gabriel Beauchesne, Paris, 1919.

 

SAINT TIMOTHÉE, QUI ÊTES-VOUS ?
Évêque et Martyr
(† 97)
22_-_anastasij_tymotej_thumb

 

 


Saint Timothée était né en Lycaonie, dans la ville de Lystres, qui fut évangélisée par saint Paul.

 

Le passage du grand Apôtre fut la cause de la conversion de Timothée et de sa famille.

Plus tard, quand Paul revint à Lystres, il remarqua Timothée et résolut de se l'associer dans l'apostolat, malgré sa jeunesse.

L'admirable jeune homme sacrifia avec joie toutes les espérances terrestres et consentit à quitter sa famille pour se donner entièrement à Dieu et supporter toutes les fatigues et toutes les persécutions de la vie apostolique.

Dès lors on peut voir Timothée partout à côté de saint Paul, et à la confiance de l'un répond le dévouement de l'autre. 

Après la mort de saint Paul, Timothée, qui avait été préposé par son maître à l'Église d'Éphèse, eut la consolation d'y vivre en l'amitié et la présence du disciple bien-aimé de Jésus, l'Apôtre saint Jean.

Un jour que les Éphésiens célébraient par des orgies une des fêtes de leur déesse Diane, le saint évêque d'Éphèse, indigné, se jette au milieu de ce peuple insensé, lui représente la folie de sa conduite et l'invite à se convertir au christianisme; mais il est entouré par des furieux, accablé de coups de pierres et de massues et laissé pour mort.

Ses disciples le relèvent et le transportent dans le voisinage, où il expire bientôt dans leurs bras et rejoint dans la gloire son maître saint Paul. 

L'Église honore en lui l'un des plus célèbres et des plus saints disciples des Apôtres.



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

Nous vous proposons de renouer avec une vieille et louable coutume française:

La "Neuvaine préparatoire à la Purification de la Sainte Vierge" 

(Fête de La Chandeleur le 02 Février).

Le 24 janvier, commence la neuvaine préparatoire à la Purification de notre Sainte Mère et encore davantage à la nôtre car nous en avons bien besoin.

 

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,

Dieu unique et vrai.

 

Pater:

Aboun d’bashmayo (Notre Père).   

   Qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnez-nous aujourdhui notre pain quotidien (substantiel), pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés, et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Car à vous appartiennent le règne, la puissance et la gloire, dans les siècles des siècles. Amîn.

   Nethqadash shmokh, titheh malkouthokh, nehwe sebyonokh, aïkano d-bashmayo

of bar'o. Hablan

laĥmo d-sounqonan yawmono. Washbouqlan ĥawbaïn waĥtohaïn, aïkano dof ĥnan shbaqan lĥayobaïn. Ou-lo ta'lan l-nesyouno, elo fasolan

men bisho, metoul dilokhi malkoutho

Ou-ĥaïlo ou-teshbouĥto l'olam 'olmin. Amin.

 

Ave:

Je vous salue Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus le fruit de vos entrailles est béni.

    Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amîn.

    Shlom lekh bthoulto Mariam, malyath tayboutho, Moran 'amekh mbarakhto

at bneshé, wambarakhou firo dab-karsekh,

Moran Yeshu'.

    O Qadishto Mariam, Yoldath Aloho,

saloï ĥlofayn ĥatoyé, hosho wabsho'ath mawtan. Amin.

 

Gloria:

V.      Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit .

    R.  Et que sa miséricorde et sa grâce abondent en nous, pauvres et pécheurs, dans ce deux siècle et jusqu’aux siècles des siècles. Amîn.

 

Recueillons- nous à l’aide du texte ci-dessous:

Paraissez, ô Très Sainte Vierge ! Paraissez, ô Divin Jésus ! et fléchissez par votre exemple nos cœurs indomptables. Qui peut être exempt d’obéir, puisqu’un Dieu Lui-même se soumet dans son Humanité ? Quel prétexte pourrons-nous trouver pour nous dispenser de La Loi, après que la Sainte Vierge elle-même se purifie, et ne se croit point affranchie par sa pureté angélique du joug d’une loi servile, de laquelle elle est formellement exceptée ?

Votre âme, ô Marie sera percée d’un glaive. Ce qu’on lui prédit lui fait tout craindre, ce qu’on exécute lui fait tout sentir. Voyez cependant sa tranquillité par le miracle de son silence, et elle nous apprend par cet exemple les deux actes de résignation par lesquels nous devons nous immoler à Dieu : nous préparer de loin à tout ce qu’Il veut ; nous soumettre humblement à tout ce qu’Il fait.

Si nous nous abandonnons entièrement à La Sainte Volonté de Dieu, nous y trouverons la paix de nos âmes. Nous ressemblerons au bon Siméon. La vie n’aura rien qui nous attache, et la mort, tout odieuse qu’elle est, n’aura rien qui nous épouvante : nous attendrons humblement et tranquillement, l’ordre de la Providence éternelle pour décider de notre départ. Et quand nous aurons accompli ce que Dieu veut que nous fassions sur la terre, nous serons prêts à dire, à l’imitation du saint vieillard : Seigneur, laissez maintenant mourir votre serviteur en paix. (+Jacques Bénigne Bossuet , évêque de Meaux)

Ô Dieu Saint.

    ô Dieu Saint et Fort; ô Dieu Saint et Immortel, crucifié † (en se signant) pour nous, Ethraham elaïn. (Ayez pitié de nous !)

    Ô Dieu Saint.

    ô Dieu Saint et Fort; ô Dieu Saint et Immortel, crucifié † (en se signant) pour nous, Ethraham elaïn. (Ayez pitié de nous !)

 

    Ô Dieu Saint.

   ô Dieu Saint et Fort; ô Dieu Saint et Immortel, crucifié † (en se signant) pour nous, Ethraham elaïn. (Ayez pitié de nous !)

 

Ô Divine Volonté, nous vous en supplions que toutes les puissances célestes se réunissent pour contrecarrer les puissances de l'enfer qui oeuvrent en ce monde!

 

Tounons-nous vers Marie, Mère de Miséricorde:

Le Mystère qui était caché depuis les générations vous a été révélé, O fontaine de chasteté*, quand l’Archange Gabriel est venu vous saluer+, disant : « Salut, pleine de grâce=, le Seigneur est avec vous, vous êtes bénie entre toutes les femmes. (Luc I : 28.)

Refrain :        Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !

     Salut, ô terre jamais ensemencée. Salut, ô buisson qui s’est enflammé sans se consumer.* Salut, ô profondeur qu’il est difficile de percevoir par la vue. + Salut, ô pont qui conduit jusqu’au ciel = Toi qui es l’échelle qui élève dans les hauteurs, que vit Jacob, le père des tribus.

Refrain :        Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !

     Salut, ô toi qui as aboli la malédiction des temps anciens*. Salut, ô vase dans lequel la manne divine a été préservée. + Salut, ô toi qui as relevé Adam de sa chute et qui l’a fait retrouver son ancien état.= Le Seigneur est avec toi.

Refrain :        Réjouis-Toi, Mère de Miséricorde, Alléluia, Alléluia, Alléluia !

     Les fidèles chanteront l’hymne suivant :

     Ô fierté des fidèles+, offrez pour nous vos demandes à l’Unique Qui est issu de Vous *afin qu’Il nous prenne en pitié.

     Les fidèles chanteront l’hymne suivant :

     Ô Christ, notre Seigneur et Créateur+, ayez pitié de nous par l’intercession de Votre Mère.* Délivrez nous des tromperies du démon et délivrez nous de ses puissances.

     Nous sommes Vos serviteurs et nous nous en remettons à Vous+, espérant Vos miséricordes*, nous n’avons pas d’autre Rédempteur que Vous.

     Pardonnez nous ainsi qu’à nos défunts*, accordez nous plein pardon.

     Tous ensemble : Kourie eleïson. Kourie eleïson. Kourie eleïson.

Souvenez-vous,
ô Très Miséricordieuse Vierge Marie,
que nous n'avons jamais entendu dire
qu’aucun de ceux
qui ont eu recours à votre protection,
imploré votre assistance,
réclamé votre secours,
ait été abandonné.

Animé d’une pareille confiance, 
ô Vierge des vierges, ô ma Mère,
je cours vers vous, je viens vers vous, et,
gémissant sous le poids de mes péchés,
je me tiens devant vous.

Mère du Verbe incarné,
ne méprisez pas mes prières,
mais écoutez-les avec bienveillance
et daignez les exaucer.

Amîn

                                                                (Prière de St Bernard de Clairvaux.)

"Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création.  Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé" (Mc 16,15-16).  Dès lors, il est clair que le Sacrement du Baptême que le Christ a institué en accomplissant et transformant le Baptême de Jean le Baptiste, est le commencement de notre reconnexion avec notre Créateur, Qui est le maître et accomplisseur de notre Salut.  Pour comprendre la profonde signification de ce Salut, nous devons examiner avec soin les détails des récits évangéliques rapportant le Baptême du Seigneur dans le Jourdain. ( Archiprêtre George Dion Dragas, Phd, DD, DTh) Rendons-grâce d’avoir été mis à part dans le Christ pour appartenir à la grande famille Chrétienne et être appelé à cette exaltante vocation d’être « Sel de la terre et lumière du monde » Mais il faut bien comprendre que, selon saint Ephrem le Syrien (306-373), "L'Église n'est pas l'assemblée des saints dans le sens de « parfaits » qui s’arrogeraient un droit, voir un devoir de « faire la leçon aux autres, elle est cette masse de pécheurs qui se repentent, qui bien que pécheurs, se sont tournés vers Dieu et restent orientés vers Lui. " En tant que peuple centré sur Dieu, nous sommes des pécheurs engagés à vivre comme étant la présence du Christ dans le monde, et notre sainteté ne saurait être séparée de la sainteté de Dieu à l'œuvre en ce monde.  Notre péché est une maladie pénétrante ou un échec à atteindre le but d'être vraiment humain.  Nous sommes appelés à accomplir notre divine destinée et fonction, étant comme l'image créée de Dieu.  Notre péché, donc, n'implique pas simplement la culpabilité de violer les Commandements de Dieu, mais doit être source de l'impulsion pour devenir quelque chose d'autre que ce que nous sommes dans notre état de déchéance.  Parce que chacun d'entre nous a une expérience qui est unique, vaincre nos habitudes coupables personnelles exige toute notre attention et correction.  Le but suprême de ce processus salutaire, c'est de parvenir à la déification, qui est simplement de refléter l'apparence divine.  En devenant semblable au Christ dans notre comportement et dans notre pensée, nous coopérons avec Dieu dans ce processus de guérison et sommes rendus à la ressemblance de Dieu.  C'est de ce point de vue que nous reconnaissons notre vocation, c'est d'être le Christ au milieu de ce monde déchu. Car ce monde, tout autant que nous, est appelé à participer au processus de déification, et nous autres, comme nous dit saint Seraphim de Sarov, nous pouvons en amener des milliers autour de nous à être sauvés, en acquérant la paix intérieure.  Comme nous acquérons un cœur humble et contrit, nous révélons le Christ au monde et aidons à la transformation de tout le Cosmos en l'image et la ressemblance de notre Dieu  Créateur.

"Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé" (Mc 16,15-16). Dès lors, il est clair que le Sacrement du Baptême que le Christ a institué en accomplissant et transformant le Baptême de Jean le Baptiste, est le commencement de notre reconnexion avec notre Créateur, Qui est le maître et accomplisseur de notre Salut. Pour comprendre la profonde signification de ce Salut, nous devons examiner avec soin les détails des récits évangéliques rapportant le Baptême du Seigneur dans le Jourdain. ( Archiprêtre George Dion Dragas, Phd, DD, DTh) Rendons-grâce d’avoir été mis à part dans le Christ pour appartenir à la grande famille Chrétienne et être appelé à cette exaltante vocation d’être « Sel de la terre et lumière du monde » Mais il faut bien comprendre que, selon saint Ephrem le Syrien (306-373), "L'Église n'est pas l'assemblée des saints dans le sens de « parfaits » qui s’arrogeraient un droit, voir un devoir de « faire la leçon aux autres, elle est cette masse de pécheurs qui se repentent, qui bien que pécheurs, se sont tournés vers Dieu et restent orientés vers Lui. " En tant que peuple centré sur Dieu, nous sommes des pécheurs engagés à vivre comme étant la présence du Christ dans le monde, et notre sainteté ne saurait être séparée de la sainteté de Dieu à l'œuvre en ce monde. Notre péché est une maladie pénétrante ou un échec à atteindre le but d'être vraiment humain. Nous sommes appelés à accomplir notre divine destinée et fonction, étant comme l'image créée de Dieu. Notre péché, donc, n'implique pas simplement la culpabilité de violer les Commandements de Dieu, mais doit être source de l'impulsion pour devenir quelque chose d'autre que ce que nous sommes dans notre état de déchéance. Parce que chacun d'entre nous a une expérience qui est unique, vaincre nos habitudes coupables personnelles exige toute notre attention et correction. Le but suprême de ce processus salutaire, c'est de parvenir à la déification, qui est simplement de refléter l'apparence divine. En devenant semblable au Christ dans notre comportement et dans notre pensée, nous coopérons avec Dieu dans ce processus de guérison et sommes rendus à la ressemblance de Dieu. C'est de ce point de vue que nous reconnaissons notre vocation, c'est d'être le Christ au milieu de ce monde déchu. Car ce monde, tout autant que nous, est appelé à participer au processus de déification, et nous autres, comme nous dit saint Seraphim de Sarov, nous pouvons en amener des milliers autour de nous à être sauvés, en acquérant la paix intérieure. Comme nous acquérons un cœur humble et contrit, nous révélons le Christ au monde et aidons à la transformation de tout le Cosmos en l'image et la ressemblance de notre Dieu Créateur.

NOS PELERINAGES:
Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)
+++

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

 

+++

 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

+++

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pèlerinage à Lourdes :

 

 

Les Chrétiens Syro-Orthodoxes Francophones 

de Saint Thomas (Mar Thoma) 

dont St Gregorios de Parumala est patron du "Relais Paroissial" de Lourdes et sa région  

 

organisent un pèlerinage privé à

 

NOTRE-DAME DE LOURDES

 

*Du Vendredi 29 Janvier (Pour les Normands et Parisiens) au 2 Février 

*Du Samedi 30 Janvier au 2 Février (Pour les Charentais,Girondins, Limousins,etc...).

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

OUR LADY OF LOURDES


* From Friday, January 29 (For the Normans and Parisians) to February 2
* From Saturday, January 30 to February 2 (For Charentais, Girondins, Limousin, etc ...).
(Registration closed January 25)

 

*Normandie et Région Parisienne : départ le Vendredi 29 Janvier à 7 h du Monastère, coucher à Jauldes

* Normandy and the Paris region: starting Friday, January 29 at 7 in the Monastery, set at Jauldes

 

*Charente : Départ le Samedi 30 à 7h

* Charente: Depart on Saturday 30 at 7 am

 

*Dimanche 31 Janvier, journée à LOURDES.

* Sunday, January 31, LOURDES day.

 

*Lundi 1er Février, pour les Normands et Parisiens, retour en Normandie.

* Monday, February 1st, to the Normans and Parisians, back in Normandy.

Pour ceux qui rejoignent la Charente, matinée à Lourdes, visite à Ferrières, couché à JAULDES

For those who join the Charente morning in Lourdes, visit Ferrières, lying JAULDES

 

*Mardi 2 Février, Purification de la Très Sainte Vierge:

 

-10h30, Messe à JAULDES en Charente ou au Monastère pour les Normands et Parisiens (Le 2 au soir, retour des Parisiens sur Paris.) 

Bénédiction des Cierges de la Chandeleur... 

* Tuesday, February 2, Purification of the Blessed Virgin:
-10h30, Mass JAULDES Monastery in Charente or for the Normans and Parisians (The 2 evening, back in Paris for Parisians.)
Blessing of Candles Candlemas ...

 

  

 

(Offrandes libres pour la participation aux frais de transport et la location des locaux)

 

Inscriptions:

 

(Free offerings for participation in transportation costs and for rental of premises)

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

Vous pouvez librement nous envoyer vos intentions de prières que nous confierons à l'intercession de Notre-Dame, de Sainte Bernadette et de Saint Gregorios lorsque nous irons, avec son Icône (Offerte par l'O.C.P), prier à la grotte de Massabielle où Marie apparut à Bernadette pour lui donner un message de conversion.

You can freely send us your prayer intentions that we entrust to the intercession of Our Lady, St. Bernadette and St. Gregorios when we go, with its icon (Offered by the OCP), to pray at the Grotto of Massabielle where Mary appeared to Bernadette to give him a message of conversion.

+++
 

Toute offrande fait  l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

+++

  

Note: 

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 +++

 PROGRAMME DE CES PROCHAINES SEMAINES AU MONASTÈRE SYRIAQUE DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE, MÈRE DE MISÉRICORDE:

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

 

 

*Mardi 2 Février:

10h30, Messe au Monastère. Bénédiction des Cierges de la Chandeleur.

* Tuesday, February 2:
10:30 Mass at the Monastery. Candles Blessing of Candlemas.

 

 *Mercredi 3 Février:

 Messe et Bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorges)

* Wednesday, February 3:
  Mass and Blessing of St. Blaise candles (Against Gorge diseases)

 

*Dimanche 7 Février, Pèlerinage mensuel à N-D de

 

Miséricorde

 Messe à 10h30, distribution des cierges de la Chandeleur et de St Blaise (Imposition de ces derniers à 15h ).Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

* Sunday, February 7, monthly Pilgrimage to Our Lady of Mercy
  Mass at 10:30, distributing candles of Candlemas and St. Blaise (Imposition of these to 15h) .Repas fraternal and loyal reception from 13:30 to 17:30.

 

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

Pour

PARIS ET  SA REGION :

(Messes épisodiques.

RAMASSAGE DES FIDELES

pour le Weekend de Pèlerinage en Normandie à N-D de Miséricorde 

tous les samedis précédent le 1er dimanche du mois à 15h,

Place du Chatelet

Qadish qadish qadish, Moryo ĥaylthono. Haw damlén shmayo, war'o mén shoubĥéh. Ousha'no bamrawmé. Brikh détho wothé, bashméh d-Moryo Aloho. Teshbouĥto b-rawmé.   /   Saint, Saint, Saint, le Seigneur Fort. Le ciel et la terre sont remplis de sa gloire. Hosanna au plus haut des cieux! Béni soit celui qui vient et qui viendra au nom du Seigneur. Hosanna au plus haut des cieux. (Sanctus de notre Messe Syro-Orthodoxe)    /    Oraison introduisant les Paroles Consécratoires dans notre Liturgie Syro-Orthodoxe: Vous êtes vraiment Saint, Roi des siècles et donateur de toute sainteté ; Saint aussi Votre Fils Unique, Notre-Seigneur Jésus–Christ ; Saint enfin Votre Esprit Saint, qui scrute toutes choses jusqu’à Vos plus intimes pensées, Ô Dieu. Vous avez créé l’homme, créature à laquelle vous concédâtes le paradis. Lorsqu’il transgressa votre commandement, Vous ne l’avez pas laissé errer mais l’avez instruit par les Prophètes. Enfin, vous avez envoyé au monde Votre Fils Unique pour renouveler Votre image qui avait été corrompue. Il s’est alors incarné par l’opération du Saint-Esprit et de Marie, la Vierge Pure.

Qadish qadish qadish, Moryo ĥaylthono. Haw damlén shmayo, war'o mén shoubĥéh. Ousha'no bamrawmé. Brikh détho wothé, bashméh d-Moryo Aloho. Teshbouĥto b-rawmé. / Saint, Saint, Saint, le Seigneur Fort. Le ciel et la terre sont remplis de sa gloire. Hosanna au plus haut des cieux! Béni soit celui qui vient et qui viendra au nom du Seigneur. Hosanna au plus haut des cieux. (Sanctus de notre Messe Syro-Orthodoxe) / Oraison introduisant les Paroles Consécratoires dans notre Liturgie Syro-Orthodoxe: Vous êtes vraiment Saint, Roi des siècles et donateur de toute sainteté ; Saint aussi Votre Fils Unique, Notre-Seigneur Jésus–Christ ; Saint enfin Votre Esprit Saint, qui scrute toutes choses jusqu’à Vos plus intimes pensées, Ô Dieu. Vous avez créé l’homme, créature à laquelle vous concédâtes le paradis. Lorsqu’il transgressa votre commandement, Vous ne l’avez pas laissé errer mais l’avez instruit par les Prophètes. Enfin, vous avez envoyé au monde Votre Fils Unique pour renouveler Votre image qui avait été corrompue. Il s’est alors incarné par l’opération du Saint-Esprit et de Marie, la Vierge Pure.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille Tradition Syriaque orthodoxie-orientale orthodoxie oecuménisme Spiritualité Chrétienne
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 20:26
Samedi 23 JANVIER / Lectionnaire pour Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Malankare Orthodoxe)

Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur

Saint Qurbana

o    Actes des Apôtres 17: 16 à 34 :

  • 16 Pendant que Paul les attendait à Athènes, il avait l’esprit exaspéré en observant la ville livrée aux idoles.
  • 17 Il discutait donc à la synagogue avec les Juifs et ceux qui adorent Dieu, ainsi qu’avec ceux qu’il rencontrait chaque jour sur l’Agora.
  • 18 Il y avait même des philosophes épicuriens et stoïciens qui venaient s’entretenir avec lui. Certains disaient : « Que peut-il bien vouloir dire, ce radoteur ? » Et d’autres : « On dirait un prêcheur de divinités étrangères. » Ils disaient cela parce que Paul se faisait le messager de « Jésus » et de « Résurrection ».
  • 19 Ils vinrent le prendre pour le conduire à l’Aréopage. Ils lui disaient : « Pouvons-nous savoir quel est cet enseignement nouveau que tu proposes ?
  • 20 Tu nous rebats les oreilles de choses étranges. Nous voulons donc savoir ce que cela signifie. »
  • 21 Tous les Athéniens, en effet, ainsi que les étrangers de passage, ne consacraient leur temps à rien d’autre que dire ou écouter la dernière nouveauté.
  • 22 Alors Paul, debout au milieu de l’Aréopage, fit ce discours : « Athéniens, je peux observer que vous êtes, en toutes choses, des hommes particulièrement religieux.
  • 23 En effet, en me promenant et en observant vos monuments sacrés, j’ai même trouvé un autel avec cette inscription : “Au dieu inconnu.” Or, ce que vous vénérez sans le connaître, voilà ce que, moi, je viens vous annoncer.
  • 24 Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qu’il contient, lui qui est Seigneur du ciel et de la terre, n’habite pas des sanctuaires faits de main d’homme ;
  • 25 il n’est pas non plus servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, le souffle et tout le nécessaire.
  • 26 À partir d’un seul homme, il a fait tous les peuples pour qu’ils habitent sur toute la surface de la terre, fixant les moments de leur histoire et les limites de leur habitat ;
  • 27 Dieu les a faits pour qu’ils le cherchent et, si possible, l’atteignent et le trouvent, lui qui, en fait, n’est pas loin de chacun de nous.
  • 28 Car c’est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être. Ainsi l’ont également dit certains de vos poètes : Nous sommes de sa descendance.
  • 29 Si donc nous sommes de la descendance de Dieu, nous ne devons pas penser que la divinité est pareille à une statue d’or, d’argent ou de pierre sculptée par l’art et l’imagination de l’homme.
  • 30 Et voici que Dieu, sans tenir compte des temps où les hommes l’ont ignoré, leur enjoint maintenant de se convertir, tous et partout.
  • 31 En effet, il a fixé le jour où il va juger la terre avec justice, par un homme qu’il a établi pour cela, quand il l’a accrédité auprès de tous en le ressuscitant d’entre les morts. »
  • 32 Quand ils entendirent parler de résurrection des morts, les uns se moquaient, et les autres déclarèrent : « Là-dessus nous t’écouterons une autre fois. »
  • 33 C’est ainsi que Paul, se retirant du milieu d’eux, s’en alla.
  • 34 Cependant quelques hommes s’attachèrent à lui et devinrent croyants. Parmi eux, il y avait Denys, membre de l’Aréopage, et une femme nommée Damaris, ainsi que d’autres avec eux.

o     

o    1ère épître de St Paul Apôtre aux Corinthiens   3: 16 :

o    16 Ne savez-vous pas que vous êtes un sanctuaire de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?

o    4: 5 :

o    05 Ainsi, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il rendra manifestes les intentions des cœurs. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu.

o     

o    Evangile de Notre-Seigneur J-C selon Saint-Jean 3:1-12 :

  • 01 Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème ; c’était un notable parmi les Juifs.
  • 02 Il vint trouver Jésus pendant la nuit. Il lui dit : « Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. »
  • 03 Jésus lui répondit : « Amen, amen, je te le dis : à moins de naître d’en haut, on ne peut voir le royaume de Dieu. »
  • 04 Nicodème lui répliqua : « Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? »
  • 05 Jésus répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu.
  • 06 Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit.
  • 07 Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut.
  • 08 Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »
  • 09 Nicodème reprit : « Comment cela peut-il se faire ? »
  • 10 Jésus lui répondit : « Tu es un maître qui enseigne Israël et tu ne connais pas ces choses-là ?
  • 11 Amen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage.
  • 12 Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ?

o     

                                                                                           

Samedi 23 JANVIER / Lectionnaire pour Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Malankare Orthodoxe)

Dans La Didachè (entre 60-120), catéchèse judéo-chretienne 
Paragraphes 10 et 16 

 

« Veillez car vous ne connaissez pas le jour »

 

 

Une fois rassasiés de l'Eucharistie, remerciez ainsi :

Nous te rendons grâces, ô Père Saint, pour ton saint nom que tu as fait habiter en nos cœurs, et pour la connaissance, la foi, l'immortalité que tu nous as révélées par Jésus, ton serviteur. Gloire à toi dans les siècles. Amen ! ...

Avant tout, nous te rendons grâces, parce que tu es tout-puissant: Gloire à toi dans les siècles. Amen !

Souviens-toi de ton Église, Seigneur, pour la délivrer de tout mal et la parfaire dans ton amour.

Rassemble des quatre vents cette Église sanctifiée, dans ton Royaume que tu lui as préparé.

Car à toi sont puissance et gloire dans les siècles. Amen ! Que la grâce vienne et que ce monde passe. Amen !

Si quelqu'un est saint, qu'il s'approche ; s'il ne l'est pas, qu'il fasse pénitence. Marana tha ! Amen... 

Oui, veillez sur votre vie ; ne laissez pas s'éteindre vos lampes ni sur vos reins se dénouer vos ceintures. Soyez prêts.

Car vous ignorez l'heure où notre Seigneur viendra.

Assemblez-vous fréquemment pour chercher ensemble ce qui convient à vos âmes.

Car tout le temps de votre foi ne vous servira de rien, si, au dernier moment, vous n'êtes devenus parfaits.. 

 

 

« Pour envahir le monde de son amour miséricordieux, Dieu attend des actes de confiance et d'humilité, d'une pureté telle que le moindre mouvement de retour sur soi apparaît comme un grain de sable qui enraie la machine. Quand Dieu trouve un homme comme Abraham qui lui fait confiance jusqu'à lui offrir ce qu'il a de plus cher, c'est-à-dire sa liberté, il comble tous ses désirs, mais il faut que cet homme n'exige aucune garantie.

« Quand la Sainte Vierge est apparue à Catherine Labouré elle lui a montré les grâces sortant de ses mains sous forme de rayons - mais aussi les grâces qu'on ne reçoit pas, celles que les hommes ne pensent pas à demander. Je conseille de demander « effrontément » les grâces que les autres ne pensent pas à demander, en insistant bien sur le fait que nous ne réclamons aucune garantie. » (1)

Le propre de la confiance est de vivre sans garantie, à tous les plans, en lâchant tout ce qui pourrait nous donner la moindre sécurité. C'est aussi le sens de la pauvreté, qui ouvre à la possession du Royaume des cieux. Dans l'évangile, tout se tient ; on ne peut pas prier le Père au nom de Jésus sans lui faire confiance, et pour faire confiance, il faut être pauvre et ne plus se regarder ; donc il faut devenir humble. Dès qu'un homme entre dans cette attitude de pauvreté absolue, il peut tout demander à Dieu, avec une audace sans limites. »

1. P. Molinié o.p., Le courage d'avoir peur, Cerf 1975, p. 222.

Jean Lafrance (1931-1991), La puissance de la prière (Troisième Partie, ch. I, 2), Abbaye Ste-Scholastique, Dourgne, 1978.

Abraham-priere_1a.jpg

Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
===
NOS PELERINAGES:
Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)
+++

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

 

+++

 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

+++

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pèlerinage à Lourdes :

 

 

Les Chrétiens Syro-Orthodoxes Francophones 

de Saint Thomas (Mar Thoma) 

dont St Gregorios de Parumala est patron du "Relais Paroissial" de Lourdes et sa région  

 

organisent un pèlerinage privé à

 

NOTRE-DAME DE LOURDES

 

*Du Vendredi 29 Janvier (Pour les Normands et Parisiens) au 2 Février 

*Du Samedi 30 Janvier au 2 Février (Pour les Charentais,Girondins, Limousins,etc...).

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

OUR LADY OF LOURDES


* From Friday, January 29 (For the Normans and Parisians) to February 2
* From Saturday, January 30 to February 2 (For Charentais, Girondins, Limousin, etc ...).
(Registration closed January 25)

 

*Normandie et Région Parisienne : départ le Vendredi 29 Janvier à 7 h du Monastère, coucher à Jauldes

* Normandy and the Paris region: starting Friday, January 29 at 7 in the Monastery, set at Jauldes

 

*Charente : Départ le Samedi 30 à 7h

* Charente: Depart on Saturday 30 at 7 am

 

*Dimanche 31 Janvier, journée à LOURDES.

* Sunday, January 31, LOURDES day.

 

*Lundi 1er Février, pour les Normands et Parisiens, retour en Normandie.

* Monday, February 1st, to the Normans and Parisians, back in Normandy.

Pour ceux qui rejoignent la Charente, matinée à Lourdes, visite à Ferrières, couché à JAULDES

For those who join the Charente morning in Lourdes, visit Ferrières, lying JAULDES

 

*Mardi 2 Février, Purification de la Très Sainte Vierge:

 

-10h30, Messe à JAULDES en Charente ou au Monastère pour les Normands et Parisiens (Le 2 au soir, retour des Parisiens sur Paris.) 

Bénédiction des Cierges de la Chandeleur... 

* Tuesday, February 2, Purification of the Blessed Virgin:
-10h30, Mass JAULDES Monastery in Charente or for the Normans and Parisians (The 2 evening, back in Paris for Parisians.)
Blessing of Candles Candlemas ...

 

  

 

(Offrandes libres pour la participation aux frais de transport et la location des locaux)

 

Inscriptions:

 

(Free offerings for participation in transportation costs and for rental of premises)

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

Vous pouvez librement nous envoyer vos intentions de prières que nous confierons à l'intercession de Notre-Dame, de Sainte Bernadette et de Saint Gregorios lorsque nous irons, avec son Icône (Offerte par l'O.C.P), prier à la grotte de Massabielle où Marie apparut à Bernadette pour lui donner un message de conversion.

You can freely send us your prayer intentions that we entrust to the intercession of Our Lady, St. Bernadette and St. Gregorios when we go, with its icon (Offered by the OCP), to pray at the Grotto of Massabielle where Mary appeared to Bernadette to give him a message of conversion.

+++
 

Toute offrande fait  l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

+++

  

Note: 

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 +++

 PROGRAMME DE CES PROCHAINES SEMAINES AUMONASTÈRE SYRIAQUE DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE, MÈRE DE MISÉRICORDE:

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

 

 

*Mardi 2 Février:

10h30, Messe au Monastère. Bénédiction des Cierges de la Chandeleur.

* Tuesday, February 2:
10:30 Mass at the Monastery. Candles Blessing of Candlemas.

 

 *Mercredi 3 Février:

 Messe et Bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorges)

* Wednesday, February 3:
  Mass and Blessing of St. Blaise candles (Against Gorge diseases)

 

*Dimanche 7 Février, Pèlerinage mensuel à N-D de

 

Miséricorde

 Messe à 10h30, distribution des cierges de la Chandeleur et de St Blaise (Imposition de ces derniers à 15h ).Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

* Sunday, February 7, monthly Pilgrimage to Our Lady of Mercy
  Mass at 10:30, distributing candles of Candlemas and St. Blaise (Imposition of these to 15h) .Repas fraternal and loyal reception from 13:30 to 17:30.

 

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

Pour

PARIS ET  SA REGION :

(Messes épisodiques.

RAMASSAGE DES FIDELES

pour le Weekend de Pèlerinage en Normandie à N-D de Miséricorde 

tous les samedis précédent le 1er dimanche du mois à 15h,

Place du Chatelet

Samedi 23 JANVIER / Lectionnaire pour Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Malankare Orthodoxe)
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Tradition Syriaque orthodoxie-orientale orthodoxie oecuménisme Spiritualité Chrétienne Famille
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 09:27
"To be sure, priests do hold a position of authority in the Church. But what kind of authority is it? What kind of headship? I really like the Roman Bishop’s official title: 'the servant of the servants of God.' Regardless of how it is realized in the life of any particular pontiff, the title itself is very much Christ-centric and conveys the correct idea: a priest or a bishop receives his authority from Christ, and it is His, Christ’s, authority, not the priest’s. So, in order to find out how a priest is to exercise his authority, we must look at how Christ exercised His authority and learn from His example...."(https://frsergei.wordpress.com/2015/07/05/study-notes-the-authority-of-priests/)   /   Assurément, les prêtres sont dans une position d'autorité dans l'Église. Mais de quelle sorte d'autorité s'agit-il? De quelle direction? J'aime beaucoup le tître officiel de l'évêque de Rome, "serviteur des serviteurs de Dieu." Sans se pencher sur la manière dont il est accompli dans la vie de ce hiérarque en particulier, le titre en lui-même est très Christocentrique, et il est porteur du principe correct : un prêtre ou un évêque reçoit son autorité du Christ, et c'est la Sienne d'autorité, celle du Christ, pas celle du prêtre. Dès lors, afin de comprendre comment un prêtre doit exercer cette autorité, nous devons regarder comment le Christ a exercé Son autorité et apprendre de Son exemple..." (Extrait d'une étude intéressante du prêtre Sergei Sveshnikov)

"To be sure, priests do hold a position of authority in the Church. But what kind of authority is it? What kind of headship? I really like the Roman Bishop’s official title: 'the servant of the servants of God.' Regardless of how it is realized in the life of any particular pontiff, the title itself is very much Christ-centric and conveys the correct idea: a priest or a bishop receives his authority from Christ, and it is His, Christ’s, authority, not the priest’s. So, in order to find out how a priest is to exercise his authority, we must look at how Christ exercised His authority and learn from His example...."(https://frsergei.wordpress.com/2015/07/05/study-notes-the-authority-of-priests/) / Assurément, les prêtres sont dans une position d'autorité dans l'Église. Mais de quelle sorte d'autorité s'agit-il? De quelle direction? J'aime beaucoup le tître officiel de l'évêque de Rome, "serviteur des serviteurs de Dieu." Sans se pencher sur la manière dont il est accompli dans la vie de ce hiérarque en particulier, le titre en lui-même est très Christocentrique, et il est porteur du principe correct : un prêtre ou un évêque reçoit son autorité du Christ, et c'est la Sienne d'autorité, celle du Christ, pas celle du prêtre. Dès lors, afin de comprendre comment un prêtre doit exercer cette autorité, nous devons regarder comment le Christ a exercé Son autorité et apprendre de Son exemple..." (Extrait d'une étude intéressante du prêtre Sergei Sveshnikov)

Livre de la Sagesse 3,1-8.

La vie des justes est dans la main de Dieu, il ne peut leur arriver aucun malheur.
Aux yeux des insensés, ils paraissent être morts, et leur sortie de ce monde semble un malheur,
et leur départ du milieu de nous un anéantissement ; mais ils sont dans la paix.
Alors même que, devant les hommes, ils ont subi des châtiments, leur espérance est pleine d'immortalité.
Après une légère peine, ils recevront une grande récompense ; car Dieu les a éprouvés, et les a trouvés dignes de lui.
Il les a essayés comme l'or dans la fournaise, et les a agréés comme un parfait holocauste.
Au temps de leur récompense, ils brilleront ; comme des étincelles, ils courront à travers le chaume.
Ils jugeront les nations et domineront sur les peuples, et le Seigneur régnera sur eux à jamais.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 21,9-19.

En ce temps-là Jésus dit à ses disciples : " Quand vous entendrez parler de guerres et de séditions, ne soyez pas effrayés, car il faut que cela arrive d'abord ; mais ce ne sera pas encore la fin."
Il leur dit alors : " On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume.
Il y aura de grands tremblements de terre et, par endroits, des pestes et des famines, et il y aura des choses effrayantes et de grands signes venant du ciel.
Mais, avant tout cela, on mettra la main sur vous, on vous poursuivra, on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous emmènera devant rois et gouverneurs, à cause de mon nom.
Cela aboutira pour vous au témoignage.
Prenez donc la résolution de ne pas vous exercer par avance à vous défendre,
car moi, je vous donnerai bouche et science, auxquelles tous vos adversaires ne pourront ni résister ni contredire.
Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, vos proches et vos amis, et ils en feront mettre à mort d'entre vous.
Vous serez en haine à tous à cause de mon nom.
Et pas un cheveu de votre tête ne périra.
C'est par votre constance que vous gagnerez vos âmes.

Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

De La Lettre à Diognète

(v. 200) § 11 (trad. cf SC 33 bis, p. 79) 


 

« Pour les envoyer prêcher »

 

Je ne dis rien d'étrange, je ne recherche pas le paradoxe, mais, docile à l'enseignement des apôtres, je veux à mon tour enseigner les nations.

Je veux transmettre exactement la tradition à ceux qui veulent, eux aussi, devenir les disciples de la Vérité.

Qui...ne s'empresserait pas d'apprendre pleinement tout ce que le Verbe de Dieu a clairement enseigné a ses disciples ?

Car en se manifestant, ce Verbe qui n'a pas été compris par ceux qui ne croyaient pas en lui, a manifesté la vérité à ses disciples ; s'exprimant ouvertement, il a tout dit à ses disciples.

Il les a reconnus comme ses fidèles, et ils ont reçu de lui la connaissance des mystères du Père. 

C'est pour cela que le Verbe a été envoyé dans le monde. Et pour qu'il soit manifesté au monde entier..., il a été proclamé par les apôtres pour que les nations croient en lui.

Lui qui était dès le commencement (1Jn 1,1), il s'est manifesté dans la nouveauté, et ses disciples ont reconnu en lui l'ancienneté. Il renaît toujours jeune dans le cœur des saints...

Par lui l'Église est comblée de richesses ; la grâce s'épanouit, se multiplie dans les saints ; elle confère l'intelligence de la foi, dévoile les mystères du Père ; elle donne à comprendre les temps...

Elle est offerte à ceux qui la recherchent en respectant les règles de la foi et en gardant fidèlement la tradition des Pères. 

Voici que la crainte de la Loi est chantée ; voici que la grâce des prophètes est reconnue, la foi des Évangiles affermie, la tradition des apôtres conservée ; la grâce de l'Église bondit d'allégresse.

Cette grâce, ne la contristez pas ; alors vous connaîtrez les secrets que le Verbe de Dieu révèle par qui il veut, quand il lui plaît.

Approchez-vous, écoutez, et vous saurez tout ce que Dieu confie à ceux qui l'aiment vraiment.

« Dans son Exposition de la Doctrine catholique, livre destiné aux Protestants, Bossuet explique la façon dont les fidèles assistent à la messe :

-« En présentant Jésus-Christ à Dieu, nous apprenons en même temps à nous offrir à la majesté divine, en Lui et par Lui, comme des "hosties vivantes" (italiques). »

Et saint Augustin :

« Dans l'offrande qu'elle fait au Seigneur, du corps et du sang de Jésus-Christ, l’Église s'offre et s'immole elle-même... Ne faire qu'un seul corps en Jésus-Christ, voilà le vrai sacrifice des chrétiens. (1) »


Hélas ! trop de fidèles se tiennent éloignés de cet idéal qui devrait être pourtant la règle.

La règle de chaque chrétien.

Combien plus la règle de chaque prêtre. « Quel beau spectacle présenterait l’Église, si tous les chrétiens » - et nous pouvons ajouter si tous les prêtres - « comprenaient ainsi cette loi de leur sacrifice ! Autour de Jésus apparaissant comme mort, tous les chrétiens spirituellement immolés, devraient former une hostie d'adoration réparatrice. Qu'il en soit ainsi de nous tous, ô mon Dieu, qu'il en soit ainsi. Donnez-nous d'être des hosties immolées avec Jésus-Christ. (2) »
[...]
Au dos d'une image qu'elle lui envoyait pour son sous-diaconat, la sœur de Mgr d'Hulst avait écrit : « Ne sois jamais prêtre sans être hostie. » - Belle devise pour nous tous. »

1. De civitate Dei, L. X, ch. VI. - 2. P. J. Grimal : Le sacerdoce et le sacrifice de Jésus-Christ, p. 277 (Beauchesne, 1911).

(méditation à suivre ce dimanche 24 janvier)

Raoul Plus s.j. (1882-1958), L'idée réparatrice (Livre II ch. 3), Gabriel Beauchesne, Paris, 1919.

Raoul Plus,messe,sacrifice,offrande,chrétiens,hostie,corps,sang,Jésus,Christ,réparation,immolation,prêtre

Theophany or Epiphany - Here are some thoughts by Fr. George Dragas.  "Theophany (or Epiphany) and Christmas. Theophany is one of the great Feasts of the Lord of the ecclesiastical year. It is also called Epiphany and the Day of Lights and is celebrated on the 6th of January. The names of this Feast indicate the understanding of the ancient Church concerning this Feast. This understanding is connected with the revelation of God, that is, the manifestation of the One God in Trinity through the Incarnation of the Son of God, our Lord Jesus Christ. Consequently, Theophany comprises the birth of Christ and the related events (e.g. the visitation of the Magi) and also the beginning of the public manifestation of the incarnate economy of the Son of God which is connected with the Baptism of Christ in the Jordan by John the Baptizer.  In the 4th century AD, Christmas was separated from Theophany and constituted a separate Feast, which was celebrated on the 25th of December. This separation had been adopted in the Western Church, which was at that time united with the Eastern Churches. Since then Theophany was specifically connected with the Baptism of Christ, i.e. with the commencement of the public ministry of Christ through which he became the Savior and Redeemer of the world. The question that arises here is why was Christ baptized? Why did this take place and what is its deeper meaning?" The Baptism of Christ and the Sacrament of Baptism  a) The Witness of John the Evangelist. In the Gospel of St. John we find the first hints regarding the relation between the Baptism of Christ and the Sacrament of Baptism. St. John the Forerunner speaks about the Baptism in water which he administered according to the divine calling and explains that the coming Christ would transform it into baptism in the Spirit so that through it human beings would enter into the kingdom of God: “John bore witness and said that he saw the Spirit descending like a Dove from heaven and resting upon Christ. He also said the he did not know him [i.e. Christ – until that point], but He who sent him to baptize had said that on whom he would see the Spirit descending and resting upon him, he would be the One who will baptize in the Holy Spirit. John also said that he saw this and bore witness to it, namely, that he is [the Christ] the Son of God” (1:32-34). Exactly the same was confirmed by the Lord himself when he said to Nicodemus: “Amen, amen I say to you, unless one is born of water and Spirit, one cannot enter the kingdom of God” (3:5). These words of the Lord constitute the institution of the holy sacrament of Baptism, through which human beings become Christians. The descent of the Holy Spirit, then, at the Baptism of Christ, revealed the sacrament of Christ which Christ instituted and operates through the Holy Spirit. It is the Baptism which the Lord delivered to his holy disciples as a basic element of their ministry in the world.  b) The Witness of the Evangelists Matthew and Mark. In the two synoptic Evangelists, Matthew and Mark, there is an explicit statement about the necessity of the sacrament of Baptism as a means of participation of human beings in the salvation which Christ offers. This appears in the command of the Risen Lord to his Disciples to preach the Gospel and baptize human beings throughout the world. In other words, he asked them to initiate human beings into their new and saving relation with the one God in Trinity which was definitively revealed at his Baptism in the Jordan by John the Baptizer in the name of the Father and the Son and the Holy Spirit. “Go, then, and make disciples of all nations, baptizing them in the name of the Father and the Son and the Holy Spirit, teaching them to observe all those things which I commanded to you” (28:18-20). Mark the Evangelist states the same in a briefer way. “Go to the whole world and preach the Gospel to the entire creation. Whoever believes you and is baptized will be saved” (16:15-16).  It is clear, then, that the sacrament of Baptism which Christ instituted by fulfilling and transforming the Baptism of John the Baptizer is the commencement of our reconnection with our creator, who is the leader and perfecter of our salvation. To understand the deeper meaning of this salvation we must pay attention to the details that the Gospel narratives supply concerning the Baptism of the Lord in the Jordan.  Fr. George Dragas /

Theophany or Epiphany - Here are some thoughts by Fr. George Dragas. "Theophany (or Epiphany) and Christmas. Theophany is one of the great Feasts of the Lord of the ecclesiastical year. It is also called Epiphany and the Day of Lights and is celebrated on the 6th of January. The names of this Feast indicate the understanding of the ancient Church concerning this Feast. This understanding is connected with the revelation of God, that is, the manifestation of the One God in Trinity through the Incarnation of the Son of God, our Lord Jesus Christ. Consequently, Theophany comprises the birth of Christ and the related events (e.g. the visitation of the Magi) and also the beginning of the public manifestation of the incarnate economy of the Son of God which is connected with the Baptism of Christ in the Jordan by John the Baptizer. In the 4th century AD, Christmas was separated from Theophany and constituted a separate Feast, which was celebrated on the 25th of December. This separation had been adopted in the Western Church, which was at that time united with the Eastern Churches. Since then Theophany was specifically connected with the Baptism of Christ, i.e. with the commencement of the public ministry of Christ through which he became the Savior and Redeemer of the world. The question that arises here is why was Christ baptized? Why did this take place and what is its deeper meaning?" The Baptism of Christ and the Sacrament of Baptism a) The Witness of John the Evangelist. In the Gospel of St. John we find the first hints regarding the relation between the Baptism of Christ and the Sacrament of Baptism. St. John the Forerunner speaks about the Baptism in water which he administered according to the divine calling and explains that the coming Christ would transform it into baptism in the Spirit so that through it human beings would enter into the kingdom of God: “John bore witness and said that he saw the Spirit descending like a Dove from heaven and resting upon Christ. He also said the he did not know him [i.e. Christ – until that point], but He who sent him to baptize had said that on whom he would see the Spirit descending and resting upon him, he would be the One who will baptize in the Holy Spirit. John also said that he saw this and bore witness to it, namely, that he is [the Christ] the Son of God” (1:32-34). Exactly the same was confirmed by the Lord himself when he said to Nicodemus: “Amen, amen I say to you, unless one is born of water and Spirit, one cannot enter the kingdom of God” (3:5). These words of the Lord constitute the institution of the holy sacrament of Baptism, through which human beings become Christians. The descent of the Holy Spirit, then, at the Baptism of Christ, revealed the sacrament of Christ which Christ instituted and operates through the Holy Spirit. It is the Baptism which the Lord delivered to his holy disciples as a basic element of their ministry in the world. b) The Witness of the Evangelists Matthew and Mark. In the two synoptic Evangelists, Matthew and Mark, there is an explicit statement about the necessity of the sacrament of Baptism as a means of participation of human beings in the salvation which Christ offers. This appears in the command of the Risen Lord to his Disciples to preach the Gospel and baptize human beings throughout the world. In other words, he asked them to initiate human beings into their new and saving relation with the one God in Trinity which was definitively revealed at his Baptism in the Jordan by John the Baptizer in the name of the Father and the Son and the Holy Spirit. “Go, then, and make disciples of all nations, baptizing them in the name of the Father and the Son and the Holy Spirit, teaching them to observe all those things which I commanded to you” (28:18-20). Mark the Evangelist states the same in a briefer way. “Go to the whole world and preach the Gospel to the entire creation. Whoever believes you and is baptized will be saved” (16:15-16). It is clear, then, that the sacrament of Baptism which Christ instituted by fulfilling and transforming the Baptism of John the Baptizer is the commencement of our reconnection with our creator, who is the leader and perfecter of our salvation. To understand the deeper meaning of this salvation we must pay attention to the details that the Gospel narratives supply concerning the Baptism of the Lord in the Jordan. Fr. George Dragas /

La Théophanie est une des grandes fêtes du Seigneur dans l'année ecclésiastique. On l'appelle aussi l'Épiphanie et le Jour des Lumières, et elle est célébrée le 6 janvier. Les noms de cette Fête dévoilent la compréhension qu'en avait l'antique Église. Cette compréhension est reliée à la révélation de Dieu, à savoir la manifestation du Dieu Un en la Trinité à travers l'Incarnation du Fils de Dieu, notre Seigneur Jésus-Christ. Dès lors, la Théophanie reprend la nativité du Christ et les événements qui y sont reliés (e.a. la visitation des Mages), et aussi le début de la manifestation publique du Fils de Dieu, cette économie de l'Incarnation qui est reliée au Baptême du Christ dans le Jourdain par Jean le Baptiste.  Au 4ème siècle, la fête de Noël fut séparée de la Théophanie et constitua une Fête disctincte, qui fut célébrée le 25 décembre. Cette distinction a été adoptée dans l'Église en Occident, qui à l'époque était une avec l'Église en Orient. Depuis lors, lors la Théophanie était spécifiquement reliée au Baptême du Christ, à savoir le commencement du ministère publique du Christ par lequel Il devint le Sauveur et le Rédempteur du monde. La question qui survient ici, c'est pourquoi donc le Christ fut baptisé? Pourquoi donc cela a-t'il eu lieu, et quelle en est la profonde signification?  Le Baptême du Christ et le Sacrement du Baptême  a) Le témoignage de Jean l'Évangéliste. Dans l'Évangile de saint Jean, nous trouvons les premiers éléments à propos de la relation entre le Baptême du Christ et le Sacrement de Baptême. Saint Jean le Précurseur parle d'un Baptême dans l'eau qu'il administrait selon un appel divin, et expliquait que le Christ qui allait venir le transformerait en Baptême dans l'Esprit, de sorte qu'à travers cela, les humains puissent entrer dans le Royaume de Dieu : "Et Jean rendit témoignage en disant: "J’ai vu l’Esprit descendre, tel une colombe venant du ciel, et demeurer sur Lui.  Et moi, je ne Le [c-à-d le Christ] connaissais pas, mais Celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, Celui-là m’avait dit: "Celui sur Qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est Lui qui baptise dans l’Esprit Saint."  Et moi, j’ai vu et je témoigne que Celui-ci est l’Élu de Dieu." (Jn 1,32-34). C'est exactement ce qui sera confirmé par le Seigneur Lui-même lorsqu'Il dira à Nicodème "En vérité, en vérité, Je te le dis, à moins de naître d’eau et d’Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu" (Jn 3,5). Ces paroles du Seigneur constituent l'institution du saint Sacrement du Baptême, par lequel les êtres humains deviennent Chrétiens. La descente du Saint Esprit au Baptême du Christ, révéla le sacrement du Christ, que le Christ institua, opérant à travers le Saint Esprit. C'est le Baptême que le Seigneur administra à Ses saints disciples comme un élément de base de leur ministère dans le monde.  b) Le témoignage des Évangélistes Mathieu et Marc. Dans ces 2 évangiles synoptiques, Mathieu et Marc, il y a une déclaration explicite sur la nécessité du Sacrement de Baptême comme moyen de participation des êtres humains au Salut que le Christ offre. On la trouve dans le commandement du Seigneur Ressuscité adressé à Ses disciples, les envoyant prêcher l'Évangile et baptiser le monde entier. En d'autres termes, Il leur demandait d'initier les êtres humains à une nouvelle et salvifique relation avec le Dieu Un en la Trinité, Qui fut définitivement révélé dans Son Baptême dans le Jourdain par Jean le Baptiste au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. "Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit" (Mt 28,18-20). Marc l'Évangeliste le dit d'une manière plus brève. "Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création.  Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé" (Mc 16,15-16).  Dès lors, il est clair que le Sacrement du Baptême que le Christ a institué en accomplissant et transformant le Baptême de Jean le Baptiste, est le commencement de notre reconnexion avec notre Créateur, Qui est le maître et accomplisseur de notre Salut. Pour comprendre la profonde signification de ce Salut, nous devons examiner avec soin les détails des récits évangéliques rapportant le Baptême du Seigneur dans le Jourdain.( Archiprêtre George Dion Dragas, Phd, DD, DTh)

La Théophanie est une des grandes fêtes du Seigneur dans l'année ecclésiastique. On l'appelle aussi l'Épiphanie et le Jour des Lumières, et elle est célébrée le 6 janvier. Les noms de cette Fête dévoilent la compréhension qu'en avait l'antique Église. Cette compréhension est reliée à la révélation de Dieu, à savoir la manifestation du Dieu Un en la Trinité à travers l'Incarnation du Fils de Dieu, notre Seigneur Jésus-Christ. Dès lors, la Théophanie reprend la nativité du Christ et les événements qui y sont reliés (e.a. la visitation des Mages), et aussi le début de la manifestation publique du Fils de Dieu, cette économie de l'Incarnation qui est reliée au Baptême du Christ dans le Jourdain par Jean le Baptiste. Au 4ème siècle, la fête de Noël fut séparée de la Théophanie et constitua une Fête disctincte, qui fut célébrée le 25 décembre. Cette distinction a été adoptée dans l'Église en Occident, qui à l'époque était une avec l'Église en Orient. Depuis lors, lors la Théophanie était spécifiquement reliée au Baptême du Christ, à savoir le commencement du ministère publique du Christ par lequel Il devint le Sauveur et le Rédempteur du monde. La question qui survient ici, c'est pourquoi donc le Christ fut baptisé? Pourquoi donc cela a-t'il eu lieu, et quelle en est la profonde signification? Le Baptême du Christ et le Sacrement du Baptême a) Le témoignage de Jean l'Évangéliste. Dans l'Évangile de saint Jean, nous trouvons les premiers éléments à propos de la relation entre le Baptême du Christ et le Sacrement de Baptême. Saint Jean le Précurseur parle d'un Baptême dans l'eau qu'il administrait selon un appel divin, et expliquait que le Christ qui allait venir le transformerait en Baptême dans l'Esprit, de sorte qu'à travers cela, les humains puissent entrer dans le Royaume de Dieu : "Et Jean rendit témoignage en disant: "J’ai vu l’Esprit descendre, tel une colombe venant du ciel, et demeurer sur Lui. Et moi, je ne Le [c-à-d le Christ] connaissais pas, mais Celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, Celui-là m’avait dit: "Celui sur Qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est Lui qui baptise dans l’Esprit Saint." Et moi, j’ai vu et je témoigne que Celui-ci est l’Élu de Dieu." (Jn 1,32-34). C'est exactement ce qui sera confirmé par le Seigneur Lui-même lorsqu'Il dira à Nicodème "En vérité, en vérité, Je te le dis, à moins de naître d’eau et d’Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu" (Jn 3,5). Ces paroles du Seigneur constituent l'institution du saint Sacrement du Baptême, par lequel les êtres humains deviennent Chrétiens. La descente du Saint Esprit au Baptême du Christ, révéla le sacrement du Christ, que le Christ institua, opérant à travers le Saint Esprit. C'est le Baptême que le Seigneur administra à Ses saints disciples comme un élément de base de leur ministère dans le monde. b) Le témoignage des Évangélistes Mathieu et Marc. Dans ces 2 évangiles synoptiques, Mathieu et Marc, il y a une déclaration explicite sur la nécessité du Sacrement de Baptême comme moyen de participation des êtres humains au Salut que le Christ offre. On la trouve dans le commandement du Seigneur Ressuscité adressé à Ses disciples, les envoyant prêcher l'Évangile et baptiser le monde entier. En d'autres termes, Il leur demandait d'initier les êtres humains à une nouvelle et salvifique relation avec le Dieu Un en la Trinité, Qui fut définitivement révélé dans Son Baptême dans le Jourdain par Jean le Baptiste au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. "Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit" (Mt 28,18-20). Marc l'Évangeliste le dit d'une manière plus brève. "Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé" (Mc 16,15-16). Dès lors, il est clair que le Sacrement du Baptême que le Christ a institué en accomplissant et transformant le Baptême de Jean le Baptiste, est le commencement de notre reconnexion avec notre Créateur, Qui est le maître et accomplisseur de notre Salut. Pour comprendre la profonde signification de ce Salut, nous devons examiner avec soin les détails des récits évangéliques rapportant le Baptême du Seigneur dans le Jourdain.( Archiprêtre George Dion Dragas, Phd, DD, DTh)

UN SANCTUAIRE MARIAL FRANCAIS: NOTRE-DAME DE CEIGNAC

"Par l'intercession de Marie, Seigneur, faites que je voie " !

Le sanctuaire Notre-Dame de Ceignac est à 12 km de Rodez (ville du centre de la France).

L’église possède, selon la tradition, entre autres reliques, des fragments du voile de Notre Dame.

Dès les premiers siècles de l'ère chrétienne, l'évêque saint Martial fit ériger en ce lieu un sanctuaire marial qui eut une grande renommée et attira de nombreux pèlerins.


Au XIIIe siècle on y installa une statue, taillée dans du bois de tilleul, qui représentait la sainte Vierge présentant son Fils.

De tous temps les Chrétiens vinrent y demander l'intercession de Marie.

Elle ne cessa jamais de leur prodiguer de nombreuses grâces.

Notamment lorsque la ville de Rodez souffrit d'une redoutable épidémie de peste.

Devant le nombre croissant des pèlerins, l’église, érigée en Basilique, ne cessa d'être agrandie entre le XIe et le XVIIe s.


La ferveur populaire s'adresse à la Sainte Vierge pour tous les maux et surtout les maladies des yeux. 

 

 

« La vue de vos faiblesses vous décourage trop.

Il faut avoir plus de confiance en la bonté de Dieu. Ce qu'il a fait pour votre salut est une marque qu'il vous aime, et ses miséricordes sont plus grandes sur vous que vous ne le concevez. Si vous aviez les yeux aussi ouverts à son amour et aux motifs qui vous devraient obliger de vous confier en lui, comme vous les avez ouverts à vos misères et à ces sujets qui vous abattent, vous seriez bientôt délivré de vos peines. Car, soit qu'elles naissent de votre propre infirmité ou de la multitude de vos péchés, tout cela ne vous paraîtrait rien auprès de l'étendue des biens qu'une foi vive et constante vous ferait trouver en Jésus-Christ.

Je vous conseille d'avoir souvent en vue sa miséricorde infinie, qui absorbe tout péché, comme une fournaise ardente consume en un moment un brin de paille, ou comme le vaste océan absorbe dans son sein un grain de sable qu'on y jette. La miséricorde de Dieu n'a point de bornes : elle est immense, et nos péchés devant elle ne sont rien qu'un atome. Sa grande gloire est d'engloutir les plus grands crimes. Plus elle en absorbe, plus elle paraît éclatante. De la multitude de nos péchés et de nos misères immenses il prend sujet de faire sa puissance et d'exalter la grandeur infinie de sa bonté. C'est là le grand fondement de la confiance chrétienne, dont vous devez vous servir souvent pour vous soutenir dans vos abattements, et pour vous fortifier contre vos craintes. »

M. Jean-Jacques Olier (1608-1657), Lettres spirituelles, extrait de la Lettre LVIII, in "Œuvres complètes" publiées par M. l'Abbé Migne, J.-P. Migne Éditeur, 1856.

beaches-sun-rays_1a.jpg

Nous sommes appelés par l'Église et le pays à courageusement nous lever et combattre contre tout ce qui est faux, malhonnête, non-chrétien ou inhumain. Dès lors, allons de l'avant, courageusement, avec la ferme intention de gagner. Archevêque Iakovos (soutenant Martin Luther King)

Nous sommes appelés par l'Église et le pays à courageusement nous lever et combattre contre tout ce qui est faux, malhonnête, non-chrétien ou inhumain. Dès lors, allons de l'avant, courageusement, avec la ferme intention de gagner. Archevêque Iakovos (soutenant Martin Luther King)

Rester serein au milieu des tempêtes

Un enseignement de Lanza del Vasto pour notre temps.

Fils spirituel de Gandhi mais profondément catholique, Lanza del Vasto est connu du grand public comme l’apôtre de la non-violence. Son enseignement spirituel demeure encore largement à découvrir. C’est ce que contribuent à faire les éditions Desclée de Brouwer en publiant simultanément deux titres majeurs : Commentaire de l’Évangile et Approches de la vie intérieure. Ce dernier ouvrage doit incontestablement figurer parmi les grands titres de la spiritualité catholique contemporaine. Fin connaisseur des blessures et faiblesses de l’homme de son temps, Lanza del Vasto va puiser au plus profond de la Tradition pour permettre à chacun de retrouver l’unité et la paix intérieure. Nous sommes bien loin des ouvrages éthérés, c’est à une conversion concrète, à des habitudes et dispositions quotidiennes que Lanza del Vasto nous invite.

Unité et simplicité

« Le motif dominant de cet enseignement, c’est l’unité de vie. » Le cadre est clairement fixé. Pourquoi donner tant d’importance à l’unité ? Parce que nos sociétés modernes sont celles de la dispersion, de la fragmentation, de la multiplication du superficiel … et donc de l’oubli de l’essentiel. Lanza del Vasto veut transformer l’homme inauthentique, celui qu’il nomme « le personnage » : « Ce qui anime et travaille le personnage et le fait gesticuler à travers le monde, c’est ce vide qui en bon latin s’appelle vanité (…) Et ce vide donne aussi une angoisse sourde. Le personnage, le pauvre ! au fond de lui-même, sait très bien qu’il n’est rien. C’est bien pourquoi il ne va jamais au fond de lui-même. Il s’en garde, et c’est une des grandes œuvres du personnage, et des personnages entre eux, que de se distraire ».

La distraction pascalienne … rien de nouveau sous le ciel ! Lanza del Vasto répète page après page que le secret du bonheur véritable est l’oubli de soi dans les bras de Dieu. La tranquille simplicité des enfants de Dieu. N’est-ce pas un message qui parle à tous, tiraillés que nous sommes par nos vaines ambitions, le stress qui nous écrase, l’urgence permanente que nous acceptons sans réelle résistance ?

Un maître pour des temps incertains

« Je vous le dis, celui qui sait faire cela en tout temps : garder envers et contre tous droiture et bienveillance, celui-là est un saint, un enfant pour l’éternité. » Cet idéal n’est pas atteignable en un jour ni même en cent, mais il faut se mettre en marche. Et pour cela savoir qui l’on sert, non plus de disperser mais concentrer toute notre vie vers l’Essentiel. « Il est écrit : “Tu ne serviras pas deux maîtres, on ne peut servir Dieu et Mammon”. Quand nous nous examinons vraiment, nous observons avec un certain trouble que ce ne sont pas deux maîtres que nous adorons et servons, mais que ce sont trois, quatre, cinq, six, sept choses, sept personnes, sept personnages. »

Un superbe chapitre des Approches de la vie intérieure est consacré à la hâte et Lanza del Vasto est très clair : « Méfiez-vous de la hâte, échappez-lui, combattez-là, car c’est un des grands destructeurs de la vie intérieure (…) Sachons que la hâte (…) est tout autant qu’un autre vice, une manière de gâter sa vie et de perdre son âme. De propos délibéré, ralentissons nos gestes et nos pas, le débit de nos paroles et le cours de nos pensées ». Le poète Claude-Henri Roquet a déclaré : « La rencontre de Lanza del Vasto est l’une des grâces majeures de ma vie ». Cette rencontre vous est désormais ouverte…(Source:ALETEIA /Thomas Renaud)

LA TUNIQUE DU CHRIST

L’histoire –Tunique_d_Argenteuil

La tunique du Christ est l’habit porté par Celui-ci durant les heures qui ont précédé sa mort. C’est le vêtement de l’institution de l’Eucharistie, de l’agonie à Gethsémani, de l’arrestation au jardin des Oliviers, de la comparution devant le Sanhédrin et devant Pilate, puis de la montée au Calvaire.

Quand les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses habits ; ils en firent quatre parts, une pour chaque soldat. Ils prirent également laTunique : c’était une tunique sans couture, tissée d’une seule pièce, de haut en bas. Alors ils se dirent entre eux : « ne la déchirons pas, désignons par le sort celui qui l’aura ». Ainsi s’accomplissait la parole de l’Écriture : ils se sont partagé mes vêtements ; ils ont tiré au sort ma tunique. C’est bien ce que firent les sodats (Saint-Jean, 19, 23-24)

Tissée de haut en bas, la tunique du Christ est dite « inconsutile », c’est-à-dire sans couture. Vêtement du chemin de croix de Jésus-Christ, la Tunique a recueilli le sang de ses blessures. Les premières communautés chrétiennes l’ont considérée comme une relique de très grande valeur, et l’ont conservée pendant plusieurs siècles en Orient.

A Argenteuil depuis plus de 1000 ans…

Au début du IXème siècle, la Tunique fut, selon la Tradition, offerte par Irène, impératrice de Constantinople, à l’empereur d’Occident, Charlemagne. Celui-ci confia la relique au monastère d’Argenteuil, dont sa fille Théodrate était prieure.

La sainte Tunique a traversé les siècles et les évènements de l’histoire de France sans jamais quitter Argenteuil. Elle a été vénérée avec constance, par les hommes d’Église, par les rois et par le peuple.

De nos jours

La Tunique est habituellement conservée roulée dans un reliquaire, dans la basilique Saint-Denys d’Argenteuil. Traditionnellement, elle n’est déployée et montrée que deux fois par siècle, au cours d’une ostension solennelle. Les deux dernières ostensions ont eu lieu en 1934 et en 1984.

L’ostension de 2016

Elle aura lieu du 25 mars au 10 avril dans la basilique d’Argenteuil, chaque jour, de 10.00 à 22.00. On peut s’y rendre en transports publics : train (solution à privilégier), ligne J, gare SNCF Argenteuil, 10mn de Paris Saint-Lazare ; voiture et car : A 15 / A 86, sortie Argenteuil-Centre.(Source: Sagesse Orthodoxe)

Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

EN VRAC...ELEMENTS POUR VOTRE REFLEXION PERSONNELLE...

 

 

Une prochaine loi « Fin de vie » en France

La commission mixte paritaire rassemblée le 19 janvier 2016 est parvenue à un consensus, et la loi sur la fin de vie est en passe d’être votée après trois ans de débats.

« On ne s’attendait pas à ce que cette commission arrive à un consensus », reconnaît une juriste de l’association Soulager mais pas tuer. Les sept sénateurs et sept députés de la commission mixte paritaire se sont entendus au forceps sur un texte commun, alors que le Sénat et l’Assemblée proposaient à l’origine deux textes très différents. La loi Fin de vie peut entrer dans la dernière ligne droite : le vote à l’Assemblée, le 25 janvier, puis au Sénat, le 17 février.

Risque d’une euthanasie masquée

L’association Soulager mais pas tuer rélève que le texte corrigé, bien qu’il aille moins loin en faveur de l’euthanasie que l’original, maintient la possibilité de donner la mort en cessant d’hydrater un malade. Le texte présenté par l’Assemblée faisait de l’hydratation artificielle un « traitement » susceptible d’être arrêté en cas « d’obstination déraisonnable ». Celui du Sénat qualifiait au contraire l’hydratation artificielle de « soin », pouvant être maintenu jusqu’au décès.

Le texte corrigé ce mardi 19 janvier 2016 confirme la version de l’Assemblée : l’hydratation et l’alimentation artificielle sont des traitements, et peuvent par conséquent être arrêtés. À condition que le cas du patient réponde aux critères de « l’obstination déraisonnable ». Malgré ce garde-fou, l’expérience belge est là pour nous avertir des dérives possibles vers le suicide assisté, à la faveur d’une lecture ambigüe de la loi (Aleteia). Le président de Soulager mais pas tuer, Tugdual Derville s’inquiète : « Cette nouvelle loi est donc plus qu’inutile : elle entraînera forcément des conflits d’interprétation et des contentieux qui ne sont pas propres à renforcer la confiance entre soignants et soignés ».

Agenda politique

Difficile de ne pas voir dans l’acharnement à parvenir à un texte commun, une volonté politique de faire aboutir cette loi « Fin de vie », qui correspond à la 21e proposition de campagne du candidat François Hollande.

Juste une étape

Si les opposants à l’euthanasie s’inquiètent des dérives possibles de la loi Fin de vie, ses partisans ne jubilent pas pour autant. Jean-Luc Romero, président de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), accuse les parlementaires de n’avoir abouti qu’à un « consensus mou », ne prévoyant pour seule issue que la déshydratation et la dénutrition. L’adoption de cette loi Fin de vie ne serait à ses yeux qu’une étape, qui ne ferait qu’augmenter sa résolution de combattre en faveur d’une loi « d’ultime liberté », pour reprendre les propos qu’il tient dans le blog de l’ADMD.

Une guerre de tranchée

Face au rêve prométhéen de cette « ultime liberté », les opposants continuent leur travail d’informations et de mobilisation. Il est fort probable que leur action ait déjà épargné à la France une loi plus dangereuse que celle qui va bientôt être soumise aux deux chambres.(Source: ALETEIA/S DORIENT)

 

 

===

Daesh Barbarians Destroy 1400-Year-Old Christian Monastery in Iraq

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on JANUARY 21, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

 

Photo before destruction

Photo before destruction http://static.panoramio.com/

News Paper Report from Gulf News

News Paper Report from Gulf News

21/1/16 – www.sputniknews.com

Christian site completely razed near Daesh-occupied Mosul in northern Iraq.

The historic St. Elijah monastery, situated on a hill near Mosul and dating from the 6th century, was razed by Daesh in late 2014, following the occupation of the area by the terrorist organization, Associated Pressreported on Wednesday.

“I can’t describe my sadness,” Father Paul Thabit Habib commented. “Our Christian history in Mosul is being barbarically leveled. We see it as an attempt to expel us from Iraq, eliminating and finishing our existence in this land.”

​Satellite images released by AP show that the ancient monastery has been completely demolished.

In Syria, militants from Daesh blew upthe Church of the Virgin Mary in northeast of the country on Easter Sunday 2015.

Daesh is notorious for destructive rampages against both Christian and Muslim holy sites, destroying churches and mosques across occupied areas, along with ancient and historically-significant heritage sites. Not evengraveyards have been safe from extermination. In February 2015, Daesh militants in the Syrian city of Tel Hermosa, in the Hasakah province, destroyed one of country’s oldest churches. In March 2015, Daesh terrorists destroyed a 15th century Catholic monastery in the Iraqi city of Mosul; earlier, extremists in Mosul burned a church constructed in the 3rd Century.
 
The UK-based charity Aid to the Church in Need issued a worrying report to the British House of Lords last fall, warning that Christianity in Iraq and Syria would be gravely threatened, if not entirely extinguished, by 2020, if Daesh is not stopped.

Source:

 

===

Si tu invoques le démon, il t’en fera payer le prix


Le "ouija" ou le "charlie-charlie" sont des jeux très dangereux, compris ?

Est-ce réel ? Les choses se passent-elles comme dans le film ?

Lors de l’émission « Fin de semana » sur la radio espagnole COPE, le prêtre José María Muñoz Urbano, exorciste officiel du diocèse de Cordoue (Espagne), a été interviewé.

Il a expliqué que l’exorcisme est toujours demandé, voire « de plus en plus ».

« La crise spirituelle que nous traversons en est la principale raison.

On parle de moins en moins de Dieu et de nos jours, le sujet du spiritisme est à portée de tous sur les réseaux sociaux. »

Le film Exorcisme au Vatican vient de sortir.

Il traite de comportements démoniaques et montre de supposées possessions ou « infestations ».

Les possessions ou infestations sont les conséquences de ce jeu dangereux avec le démon. 

Le prêtre explique qu’on peut facilement trouver sur Internet des informations sur les ouijas et les rituels sataniques.

« Un jeune peut avoir accès à toutes ces informations et jouer avec le démon. »

Pourtant, le sujet est extrêmement sérieux : le ouija peut être dangereux : 

« 70% des cas de possessions ou de personnes infectées par le démon que je rencontre sont dus à des jeux avec le ouija »,explique le prêtre qui ajoute que c’est très souvent la curiosité qui pousse à jouer :

« On veut essayer de parler avec un mort… On joue et ensuite des choses étranges surviennent dans la maison ou des personnes commencent soudainement à se sentir mal ou certaines choses ne fonctionnent plus ».

Le prêtre ajoute très sérieusement : 

« Quand on appelle le démon, il vient ensuite nous en faire payer le prix ». 

Il indique que le premier travail de l’exorciste est de « placer la personne dans la grâce de Dieu ».

« Cela n’a rien à voir avec la magie.

Pour que Dieu puisse guérir cette personne et expulser les démons, il faut qu’elle soit proche de Dieu. »

José María Muñoz Urbano explique que la mode du ouija ou de Charlie-Charlie et ces films font que beaucoup de personnes s’y intéressent par curiosité sans penser aux conséquences ultérieures.

Cependant, pour déterminer un cas de possession ou d’action démoniaque, il suggère trois critères : d’abord se tourner vers un prêtre de sa connaissance, consulter ensuite un psychologue et recourir à un exorciste en dernier ressort si l’homme d’Église ou l’homme de science n’ont rien détecté d’étrange.

« Certains voient des démons là où il n’y a que des problèmes humains », conclut l’exorciste officiel de Cordoue. Mais pas tous.(Source Aleteia)

 

===

January 18, 2016 6 Comments  Gatestone Institute

On Christmas Day in the West Bank, two Muslims were arrested forsetting a Christmas tree on fire in a Christian majority village near Jenin.  On the same day in Bethlehem, Muslim rioters greetedthe Latin Patriarch of Jerusalem with a hail of stones.  Authorities subsequently arrested 16 “Salafi radicals” who were planning to carry out terror attacks against tourists celebrating Christmas.

 

Brussels: “Refugees” torch public Christmas tree to cries of “Allahu Akbar.”

 

 

If this was Christmas in Bethlehem—Christ’s birthplace and scene of the Nativity—Christmas in other parts of the world experienced similar and worse abuse, including mass murder, at the hands of Muslims.

 

In the United States, a 46-year-old Christian mother of three was among the 14 people killed in the San Bernardino terrorist attack targeting a Christmas party.  Ironically, Bennetta Bet-Badal had fled Iran to the U.S. at age 18 to escape the persecution of Christians following the 1979 Islamic revolution.  Over the course of the next three decades, she graduated college with a degree in chemistry, married and raised three children.  But the Islamic jihad finally caught up with her.  She was attending a Christmas luncheon and bringing gifts to her co-workers when the Muslim terrorists burst in and massacred them.

Belgium was like Bethlehem: A video appeared showing a number of teenagers lighting a petrol bomb under a Christmas tree in Brussels. Seconds later an explosion can be heard, and the tree is quickly engulfed in flames. As they run away, the teens shout Islam’s war-cry, “Allahu Akbar.”  The original uploader, Mohamed Amine, has since taken down his Facebook page.

In Germany, four Eastern Orthodox Christians were accosted in the early morning hours after Christmas Day in Berlin by a man shouting, “I am a Muslim! What are you?”  The man and his friends then pounced on and violently beat the Christians.

The few anecdotes of Muslims terrorizing, beating, and even killing Christians on the occasion of Christmas in the West—where Muslims are minorities—were much amplified in Muslim majority nations.

Stifling Christmas

In Syria, the Islamic State “arrested, if not executed, some youth [five] in the city of Raqqa for befriending and greeting Christians on the occasion of Christmas.” ISIS reportedly told the five youth that “they are being detained after an investigation [including through their personal computers] found that they greeted the Christians and wished them a Happy New Year.” When one of the youth tried to exonerate himself, an ISIS member replied: “Shut up! You accompany the Christians—is that not so?” The five youth were then hauled to an unknown location.  No information has since surfaced concerning their fate.

Such antipathy for Christmas was not limited to ISIS.  The governments of three countries—Somalia, Tajikistan, and Brunei—formally banned Christmas (from celebrating its Gospel message to putting up trees, dressing like Santa Claus, and/or giving gifts).  Transgressors can face as much as five years in prison.  The Islamic clerics of Brunei summarized the general rationale: “Using religious symbols like crosses, lighting candles, putting up Christmas trees, singing religious songs, sending Christmas greetings … are against Islamic faith.”

In Bangladesh, churches skipped traditional Christmas midnight mass services due to the increasing number of threats against and attacks on Christian leaders. Although comprising less than one percent of the Muslim nation, in the weeks before Christmas, over three dozen church leaders received death threats and at least four narrowly escaped attempts on their lives.

Although not canceled, Christmas church services were tense and on high alert in the reportedly most “moderate” Muslim nation,Indonesia.  More than 150,000 security personnel and others were deployed to safeguard churches and other places around the country during Christmas and New Year’s Eve celebrations.  Days earlier, on December 20, police arrested six men who had bomb-making materials and jihadi literature.

On December 25 in Iran, a group of about 10 Christians celebrating Christmas in a house were verbally abused and arrested after plain-clothes government agents raided their private home service. Separately, on December 23, agents beat, handcuffed, and arrested another Christian man during a raid on his home.  His books, computer, mobile phone, and even decorated Christmas tree were seized.

Christmas Carnage

On December 24 in the Philippines, Muslim jihadis terrorized the Christian-majority nation after they seized and executed 10 Christians.   A military spokesman said the terrorist attack was intentionally launched on Christmas Eve “to make a statement.”

On December 25 in Nigeria, the Islamic group Boko Haramslaughtered 16 Christians, including children.  The jihadi group has been bombing churches and massacring Christians on Christmas Day for several years in a row.  One of the deadliest occurred in 2011, when the jihadis bombed a Catholic church during Christmas mass, killing 39 and wounding hundreds.

On Christmas Eve in the Democratic Republic of Congo, over 50 people of the Christian majority nation were massacred by the Ugandan-based group, ADF-Nalu, which “has acquired in recent years the characterization of a jihadist movement.”

On Christmas Eve in Iraq, the Islamic State bombed ten Christian homes and a convent in the Assyrian village of Tel Kepe. Several people were injured.  On December 30, IS bombed several Christian owned restaurants in Syria, leaving 16 people dead.

If Western leaders and media claim that ISIS has nothing to do with Islam, how does one explain away the fact that Muslim governmental officials—not “ISIS”—in nations as diverse Brunei, Somalia, and Tajikistan have openly and formally expressed their hostility for Christmas (and thus Christianity)?  How does one explain away the fact that Muslims—not “ISIS”—terrorized and slaughtered Christians on Christmas in nations as diverse as Bangladesh, Belgium, the Congo, Germany, Indonesia, Iran, Nigeria, Philippines, Syria, the West Bank, and even the United States?

 

===

 

 

Quelles ont été les actions de La Manif pour tous pour peser sur la dernière campagne électorale  ? (Source: "France Catholique")

Ludovine de La Rochère  : Avant de parler des régionales, je voudrais rappeler que LMPT vise deux objectifs  : d’une part, empêcher le saccage de la famille par la majorité au pouvoir  ; d’autre part, préparer la mise en œuvre d’une politique ambitieuse pour la famille et pour l’enfant. Au cœur de cette politique, il y a bien entendu le retour au mariage homme-femme et au respect de la filiation père-mère-enfant. Ce sont des enjeux d’humanité et de civilisation puisqu’il s’agit aussi bien de tenir compte du fait que l’humanité est homme et femme que de la nécessité de protéger le plus vulnérable, l’enfant, cette réalité et ce principe étant fondamentaux pour notre civilisation. C’est par la famille que se transmettent de génération en génération culture et valeurs. En bref, promouvoir la famille est essentiel pour l’avenir de la civilisation.

http://www.lamanifpourtous.fr/actio...

Les élections régionales s’inscrivaient dans le calendrier électoral qui emmène la France vers la présidentielle, les législatives et les sénatoriales (partielles), échéances qui pourraient constituer le moment d’obtenir une nouvelle politique pour la famille. Ces régionales étaient une étape avant des élections nationales. Telle est la première raison de l’intérêt accordé à cette échéance par La Manif pour tous, mouvement social incontournable dans la vie publique, voulant obtenir que les politiques se positionnent dans le sens de l’intérêt général.

La deuxième raison est le rôle puissant des régions. Elles ont des compétences très larges et le budget correspondant. Les régions peuvent promouvoir une culture individualiste et familiphobe ou au contraire une culture respectueuse de la famille, de l’intérêt supérieur de l’enfant. La plupart des régions financent, depuis des années, les actions LGBT, les gay-prides, des expositions pro-genre ou encore des campagnes de communication subversive, violant la conscience des enfants et la responsabilité éducative des parents. Cela doit cesser  !

J’ajoute que les décisions prises par les régions ont un impact concret sur la vie des familles, même si la famille, en tant que telle, ne fait pas partie des compétences régionales. La région intervient dans la gestion des lycées (subventions diverses, événements, transports, une partie du personnel, bâtiments…), la formation, l’emploi, l’apprentissage, la sécurité, etc.

La Manif pour tous est donc intervenue dans cette campagne pour y imposer l’enjeu de la famille. Et, alors que personne ne l’y attendait, cet enjeu a bien été présent et ce, aux deux tours.

Si cela s’explique par la mobilisation des militants de La Manif pour tous depuis trois ans, l’organisation de meetings dans presque toutes les capitales des nouvelles régions à l’occasion des régionales en a été le vecteur. Pour ces meetings — intitulés «   Questions pour un Président de région  » — nous avons invité tous les candidats têtes de liste régionale. Ces meetings ont été lancés à Bordeaux le 30  octobre et les derniers ont eu lieu à Paris et à Nantes le 28 novembre, soit une semaine avant le premier tour des régionales.

Le principe de ces meetings était simple  : une petite dizaine de questions — toujours les mêmes — ont été posées à chaque candidat par un journaliste politique. Ces questions concernaient leur conception de la politique et leur vision de la famille, leur projet pour la région et leurs propositions en lien avec la famille et, enfin, la question des subventions versées par la région.

Le public a systématiquement répondu présent à ces meetings qui ont fait salle comble  : les familles ont très bien compris qu’il s’agissait d’événements exceptionnels puisqu’elles avaient la possibilité d’entendre des candidats têtes de liste (et non l’un de leurs colistiers) de plusieurs partis politiques. En outre, pour élargir l’audience et donc l’impact de ces réunions, les vidéos intégrales de tous les meetings ont été mises à disposition sur le site officiel www.les-regionales.fr

Le refus de participer des candidats de gauche ne vous a-t-il pas cantonnés dans un rôle particulier, celui d’un espace où des candidats du Front national et des candidats de la droite classique se retrouvaient sur des sujets communs, et presque en accord…

Les candidats de gauche, en effet, ne se sont pas déplacés, tout comme Christian Estrosi (LR) et Marine Le Pen (FN), les deux seuls candidats des droites et du centre à n’être pas venus.

En ce qui concerne La Manif pour tous, au contraire de presque toutes les institutions, partis, intellectuels, etc., nous n’avons pas besoin de la caution de la gauche pour faire la preuve de notre large audience et de notre crédibilité. Je pense que c’était surtout regrettable pour les candidats de gauche et pour notre démocratie.

Les candidats de gauche ont, une fois de plus, «  oublié  » qu’une bonne partie de leur électorat est attaché à la famille et considère même que celle-ci ne peut être fondée que sur le couple homme-femme et la filiation père-mère-enfant. Je pense en particulier à l’électorat populaire et issu de l’immigration qui, jusqu’en 2012, votait systématiquement à gauche. Aujourd’hui, la gauche a perdu ce vote, précisément à cause de la loi Taubira, de l’idéologie du genre et de toutes les autres attaques contre la famille.

Plus généralement, les candidats de gauche ont «  oublié  » que les Français plébiscitent largement la famille, et encore davantage les jeunes.

Néanmoins, je sais que plusieurs candidats de gauche étaient tentés de venir, mais ils n’ont pas osé. La gauche qui gouverne actuellement est en effet très idéologue et intolérante  : elle ne supporte pas le dialogue avec ceux qui ne sont pas d’accord avec elle et qui, en outre, la renvoient à la réalité de notre humanité, réalité dont elle ne veut pas entendre parler. Dans ce contexte, ces candidats n’ont pas assumé de répondre aux «  Questions pour un président de région  », sauf deux d’entre eux — l’un PS, l’autre écologiste — qui l’ont fait par écrit. Les lignes commencent donc à bouger. Il faut être patient  !

à propos des positions exprimées par les uns et les autres – Debout la France, Front national, Les Républicains et quelques partis régionaux —, je ne dirai pas que les partis se sont retrouvés proches les uns des autres en termes de positions, tout simplement parce que c’est plutôt une question de personnes  : en effet, au sein de chaque parti, il y a des différences notables d’un candidat à un autre. Si vous prenez les propos de Dominique Reynié et de Laurent Wauquiez sur le mariage, ils sont littéralement opposés, ou encore ceux de Marion Maréchal Le Pen et de Wallerand de Saint-Just sur le planning familial, idem.

Avez-vous trouvé des interlocuteurs respectueux et crédibles sur ces questions qui touchent à la famille et à la vie  ?

Avant d’en venir aux candidats qui m’ont paru crédibles dans leurs positions et surtout leurs engagements, je voudrais faire part de ma joie d’avoir entendu – pour la première fois – des politiques de ce niveau (présidents de conseils régionaux, députés, anciens ministres…) s’exprimer longuement sur la famille. De fait, les médias ne les interrogent presque jamais sur ces questions et eux-mêmes n’en parlent pas volontiers. C’était nouveau et ô combien réjouissant… même si la marge de progrès est considérable  ! Au fond, obtenir une réflexion avancée et des positions affinées et assumées, ce sera la prochaine étape  ! Nous avons constaté, en effet, que la plupart n’étaient pas très à l’aise sur ce sujet  : les mots étaient parfois répétitifs, les analyses sommaires, etc. Certains candidats tournaient autour du pot  : ils n’arrivaient pas à être concrets dans leurs réponses. Il n’était pourtant pas difficile de l’être sur la question des subventions, par exemple, qui supposait aussi bien d’exposer des principes (le respect de l’intérêt général notamment) que des cas concrets (la LGBT, l’Institut Émilie du Châtelet qui assure la promotion de l’idéologie du genre, etc.). Je pense que les réponses floues étaient dues, selon les cas, au manque de réflexion ou à la peur de sortir du «  politiquement correct  ».

Nous avons observé aussi que bien peu savaient expliquer ce qu’est la politique. Pour tout vous avouer, j’avais souhaité commencer par cette question parce que je rencontre beaucoup d’hommes et de femmes politiques et j’ai constaté qu’ils ne sont pas toujours au clair avec la finalité de la politique. Il y a cependant eu quelques très belles réponses.

Quant aux candidats crédibles, il y en a eu heureusement plusieurs. Si l’on prend l’exemple de Laurent Wauquiez ou de Marion Maréchal-Le Pen, ils m’ont paru, tous les deux, crédibles parce qu’ils ont été engagés dans nos manifestations, parce qu’ils ont réitéré avec force leur souhait de revenir sur la loi Taubira en affirmant leur soutien au mariage homme-femme et à la famille fondée sur la filiation père-mère-enfant, et enfin parce qu’ils m’ont paru capables d’être des leaders et donc de mettre en œuvre ce qu’ils dé­fendent. Je sais bien que même lorsqu’ils se dé­clarent favorables à nos propositions, les politiques sont souvent considérés comme opportunistes. C’est possible mais, en tout cas, des propos ont été tenus. Ils engagent désormais ceux qui ont été élus présidents et conseillers.

Cependant, Valérie Pécresse, par exemple, à peine élue, n’a eu de cesse de minimiser le rôle de ses colistiers PCD et d’insister sur l’impossibilité, selon elle, d’abroger la loi Taubira…

De fait, Valérie Pécresse est ambiguë et contradictoire et ce, depuis longtemps. Dès le début de sa campagne pour la région Île-de-France, elle souhaitait intégrer des candidats «  LMPT-compatibles  » sur sa liste, malheureusement pas par conviction semble-t-il, mais parce qu’elle était convaincue que c’était stratégiquement nécessaire. C’est pourquoi elle a intégré aussi bien des candidats PCD que Sens commun et d’autres de la société civile identifiés comme «  LMPT-compatibles  », ou «  Family-friendly  » si vous préférez…

Je me réjouis qu’elle nous considère comme incontournables, c’est un début, mais on est très loin du compte évidemment  ! Comme beaucoup de politiques, elle est impressionnée par le lobby LGBT et ses amis journalistes. Elle n’assume donc pas ses choix, alors même qu’ils sont encore minimalistes. Elle se dit opposée à la PMA «  sans père  » et à la GPA, mais n’a pas le courage d’aller contre la loi Taubira. Notre mobilisation, précisément, doit faire sortir les politiques et plus généralement les leaders d’opinion de cette domination culturelle de la gauche libertariste. Les positions de Valérie Pécresse sont aberrantes à double-titre  : d’abord parce que la PMA et la GPA vont inéluctablement avec la loi Taubira, ensuite parce qu’on dirait qu’elle ne sait toujours pas ce que signifie le mot «  abrogation  »  !

Pouvez-vous nous en dire plus, justement, sur l’abrogation, et sur l’union civile que certains évoquent avec insistance  ?

Abroger une loi, c’est la supprimer, non pour le passé (l’abrogation n’est pas rétroactive), mais pour l’avenir. En France, des lois sont abrogées quotidiennement. Lorsque le Parlement vote de nouvelles normes de construction, il abroge la loi précédente. Pour autant, on ne modifie pas toutes les constructions précédant la nouvelle loi pour les mettre aux nouvelles normes  : celles-ci sont valables uniquement pour les constructions ultérieures. Ainsi, abroger la loi Taubira ne signifie aucunement «  démarier  » comme semble le croire Valérie Pécresse au micro de France Inter, soit par incompétence — ce que j’ai du mal à croire —, soit pour écarter le sujet sous un mauvais prétexte. Une telle affirmation est d’ailleurs grave puisqu’elle conforte cette idée fausse et rend donc plus difficile l’acceptation de cette abrogation par ceux qui hésitent.

Quant à l’union civile, que certains voient comme une alternative à la loi Taubira quand celle-ci sera abrogée (tôt ou tard  !), c’est un sujet complexe à double titre. D’abord parce que le terme est en réalité flou. Est-ce une institution (comme le mariage) ou un contrat (de droit privé donc)  ? Devant qui est-elle célébrée (tribunal, notaire ou maire  : ce n’est pas du tout la même chose)  ? Quels droits et devoirs ouvre-t-elle  ? etc.

D’autre part, selon la définition juridique qui serait celle de ladite union, le risque est que la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) considère qu’il y a discrimination et qu’elle n’oblige à la considérer comme l’équivalent du mariage, donc ouvrant droit à l’adoption et à la PMA «  sans père  ». Dans ce cas, ce serait un retour à la case départ  !

J’ajoute, enfin, que selon la définition donnée à cette union, on peut, ou non, retomber dans le piège de l’idéologie du genre. Il est donc déraisonnable de lancer le sujet n’importe comment  !

En tout cas, pour le moment, nous vivons «  sous le régime  » de la loi Taubira et ce n’est pas avant 2017 que la question de l’alternative se posera. C’est pourquoi La Manif pour tous met toute son énergie à dénoncer la loi Taubira et ses conséquences  : c’est incontournable pour revenir au mariage homme-femme, c’est-à-dire pour obtenir l’abrogation de la loi.

Quant à l’alternative envisageable le moment venu, c’est-à-dire quand l’abrogation de la loi Taubira deviendra possible, le collectif de juristes Famille et République, partenaire de La Manif pour tous, y travaille. De son côté, La Manif pour tous – au cours de ses deux dernières Conventions nationales - a défini les critères qui lui permettront de se positionner, le moment venu, par rapport aux alternatives proposées. Autrement dit, chaque chose en son temps  !

Quelle est votre réaction aux résultats du référendum en Slovénie qui a permis d’abroger la loi qui avait ouvert le mariage et l’adoption pour deux hommes ou deux femmes, loi qui avait été votée par les députés slovènes il y a 10 mois  ?

Je me réjouis de cette victoire, pour les enfants et les familles. J’ajoute qu’un pays qui prend des décisions aussi importantes en tenant compte de la réalité humaine se constitue des assises autrement plus solides et pérennes que des pays dont les décisions sont purement idéologues. Je me réjouis donc, plus largement, pour tout le peuple slovène  !

Ce qui est intéressant avec ce référendum, c’est que l’on constate à nouveau que lorsque le peuple est consulté, il répond la plupart du temps que le mariage concerne spécifiquement le couple homme-femme. Ainsi, aux États-Unis, lorsque des États ont organisé des référendums sur le mariage de deux hommes ou de deux femmes, le résultat a été défavorable à ce projet. Hélas  ! cela n’a pas empêché la Cour suprême d’imposer finalement le mariage gay. Dans bien des pays, dont la France, on a constaté à maintes reprises que les élus ne sont pas représentatifs du peuple sur ces sujets-là. De fait, quand La Manif pour tous a commencé à mobiliser en novembre 2012, nous avons très vite constaté qu’il fallait intégrer à nos slogans des appels à respecter la démocratie. La gauche, d’ailleurs, est connue pour être défavorable aux consultations de type référendum. Contrairement à ce qu’elle prétend, la gauche n’est pas démocrate  ! Il y a eu bien d’autres exemples, hélas  ! dans le processus de vote de la loi Taubira  : les consignes de vote données aux parlementaires socialistes, le scandaleux vote à main levée du Sénat, l’accélération du calendrier parlementaire par François Hollande quand il a vu que les sondages basculaient contre le projet de loi Taubira, mais aussi le traitement odieux des opposants au projet de loi par les forces de police…

Nos élus sont pétrifiés face au lobby LGBT, celui-ci maniant l’accusation d’homophobie dès que ses revendications rencontrent une résistance. à cela s’ajoutent bien sûr les délires égalitaristes et utopiques de certains politiques de gauche, Christiane Taubira, Najat Vallaud-Belkacem et Erwan Binet en tête.

Que pensez-vous de l’initiative de Sens commun, qui vise à obtenir des places sur des listes de droite pour une génération de militants proches de La Manif pour tous  ?

Sens commun me paraît être une excellente initiative, quoiqu’elle soit à l’évidence difficile à mener. Mon regret, à vrai dire, c’est qu’il n’y ait pas encore des «  Sens commun  » dans tous les partis politiques. Il y a eu une tentative de «  Front commun  » au sein du FN, mais elle a été refusée puisqu’il n’y a pas, officiellement, de courants au sein du FN. «  Debout les familles  », en revanche, vient d’être créé au sein du parti Debout la France.

Au-delà des partis, je milite tant que je peux pour que, dans toutes les composantes de la société, les défenseurs de la famille deviennent actifs. L’éducation, la formation, les universités et les grandes écoles, les médias, les syndicats… sont autant de lieux stratégiques dans lesquels il faut agir  !

Quelle est votre stratégie en prévision de la présidentielle  ? Et après  ?

En ce qui concerne l’élection présidentielle, nous préparons actuellement les actions pour l’étape préalable des primaires. L’enjeu est considérable. Organiser les bonnes actions et au bon moment, est crucial. Et bien sûr, la mobilisation sera essentielle vis-à-vis des politiques pour obtenir la prise en compte de ce que nous défendons, pour changer leurs réflexes «  politiquement corrects  ».

Au-delà de ces actions à visée politique, le combat est d’ordre culturel. Le mal-être français – et même occidental – est immense. Il est la conséquence d’une perte de repères, qu’ils soient historiques, anthropologiques ou spirituels. Il s’agit donc de faire bouger les mentalités de nos contemporains. Autant de raisons pour lesquelles La Manif pour tous a mis clairement le cap sur 2017 pour faire gagner la famille. Nous avons montré, depuis trois ans, que nous ne lâchons rien et que nous obtenons des victoires politiques  : reculs successifs sur la PMA «  sans père  » et sur la GPA, renoncement à la généralisation des ABCD de l’égalité, retrait du désastreux projet de loi «  Familles  » de Dominique Bertinotti, recul sur l’adoption pour les couples pacsés et concubins… Le lobby LGBT et ses alliés, en conséquence, ne cessent de chercher des alternatives à la voie législative, pour avancer sur ces sujets. Mais nous sommes plus que jamais déterminés à poursuivre nos actions pour gagner  !

La Manif pour tous a-t-elle une stratégie par rapport aux catholiques  ?

En ce qui concerne l’Église, je ne dirai pas que nous sommes dans une stratégie, mais plutôt dans un dialogue qui se fait de mille manières. Il nous est ainsi arrivé d’adresser un courrier d’informations – par exemple sur l’ABCD de l’égalité – à l’ensemble des évêques, des dirigeants d’établissements privés catholiques, de l’UNAPEL, des mouvements de jeunes… ce que nous avons fait aussi à l’attention de représentants d’autres religions et d’instances non confessionnelles. Nous avons pu, ensuite, échanger avec nombre de destinataires de cette note. Mais la France est un pays de tradition catholique — n’en déplaise à François Baroin — et ce dialogue se fait donc majoritairement avec le peuple catholique et ses clercs, prêtres et évêques. Cela est d’autant plus vrai que l’Église est la première institution du monde par l’expertise, l’expérience et le temps consacré à ces enjeux. Certes, tous les catholiques ne partagent pas notre combat, mais cela ne nous empêche pas d’aller de l’avant, avec les encouragements du Saint-Père, qui m’a reçue au printemps 2014. J’ajoute que, lors du Tour de France que j’ai fait au printemps 2015, au cours duquel je suis allée dans 25 villes en 5 semaines, j’ai été très souvent interrogée, à la fin de ces conférences, sur l’attitude de l’épiscopat. Ma réponse a toujours été la même  : d’abord, bien des évêques, dans leur diocèse, soutiennent explicitement le mariage homme-femme et la famille, même si leur communication n’est pas reprise et connue au niveau national. D’autre part, le rôle des évêques n’est pas le militantisme en tant que tel  : l’action militante est plutôt le rôle des laïcs, comme l’a fortement rappelé le pape Benoît XVI. Autrement dit, avant de voir «  la paille dans l’œil  » de certains de nos frères-évêques, regardons d’abord «  la poutre  » qui est dans le nôtre… Si chacun se lève pour assumer ses responsabilités, c’est déjà une grande et bonne nouvelle pour l’avenir  !

https://fr.calameo.com/read/0004356...

===

 

EGYPTE:

Mona Gaballah, une Copte Orthodoxe, a été élue pour représenter les districts d’Al-Jamaliah et Manshiyat Nasser,

elle affirme dans un entretien accordé à Al Monitor que son premier combat est de « lutter contre la corruption et décentralisation ». C’est la première fois depuis 1923 qu’une femme copte est élue au Parlement égyptien.

« L’Égypte a surmonté l’extrémisme »

Avec un total de 36 coptes représentés sur 596 membres du Parlement, les chrétiens qui représentent 10% de la population égyptienne sont présents dans le paysage politique. Mona Gaballah voit dans son élection hautement symbolique « Une preuve que l’Égypte a surmonté l’extrémisme. » La députée fait référence à la courte mais désastreuse expérience qu’on fait les égyptiens d’avoir un président issu des Frères musulmans au pouvoir. Mohammed Morsi, le champion de l’organisation islamiste a été élu pour succéder au président Moubarak le 30 juin 2012. Puis a été destitué à la suite d’un coup d’état qui a amené au pouvoir l’actuel président, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, le 3 juillet 2013. Ces turbulences politiques ont eu des conséquences terribles pour les Coptes. Ils ont vu se multiplier les discriminations, les attentats et les incendies d’églises. Une cinquantaine de lieux de culte ont été incendiés durant les mois qui ont suivi le coup d’État.

Les Coptes relèvent la tête

La reprise en main peu démocratique du pays a donc été saluée par les égyptiens chrétiens (Aleteia). Les activistes des frères musulmans, très présents après le coup d’état, ont été impitoyablement combattus par le gouvernement d’al-Sissi, qui craint pour sa propre stabilité. La situation des Coptes demeure périlleuse, ils sont toujours victimes d’enlèvements, de conversions forcés, par des groupes qui tiennent autant de l’islamisme que du brigandage. Mais ils sont défendus par le gouvernement qui voit en leur présence une démonstration de son caractère « laïque ». D’où la visite du président al-Sissi dans la cathédrale Saint-Marc du Caire pour souhaiter aux paroissiens un « Joyeux Noël », ajoutant que « personne ne pourra nous diviser ». Il a promis à cette occasion, que toutes les églises chrétiennes endommagées par des terroristes seraient réparées.

La première communauté d’Orient

Plusieurs médias égyptiens ont relayé l’appel de Tawadros II, le Patriarche de l’Église copte orthodoxe, qui rappelait que « les terroristes ne font pas de différences entre chrétiens et musulmans ». En tant que chef de la plus importante Eglise du Proche-Orient, en termes numériques, il affirmait avoir à cœur « la stabilité et la sécurité de toute l’Égypte ». Une stabilité qui passe pour le moment par la poigne du maréchal al-Sissi. Les Coptes sont considérés par les frères musulmans comme ses alliés indéfectibles, de même qu’ils étaient considérés comme les alliés de Moubarak par le passé. Tout nouveau changement de régime serait périlleux pour eux.

===

Turkish Jets Bomb Assyrian Villages in North Iraq


Assyrian International News Agency
To unsubscribe or set email news digest options, visit http://www.aina.org/mailinglist.html

Turkish Jets Bomb Assyrian Villages in North Iraq


2016-01-18 23:19 GMT

 

The Assyrian village of Upper Sharanish in North Iraq was bombed by Turkish jets on January 16, 2016.North Iraq (AINA) -- Turkish jets bombed the Assyrian village of Upper Sharanish in north Iraq on the 16th, under the pretext of targeting Kurdish PKK fighters who had entered the village. Nearly 25 Assyrian families fled the village in panic, heading for Zakho. The village of Lower Sharanish, which is completely Muslim, was not targeted.

Chaldean Patriarch Louis Sako condemned the bombing, calling it "unjust" and called on the Turkish government to "respect the lives and property of the population..."

In August of 2012 7 Assyrian villages were bombed by Turkish jets, including Upper Sharanish (AINA 2015-08-12) again under the pretext of targeting Kurdish PKK fighters.

 

===

LE VEILLEUR DE NINIVE:

Par la concorde et l'entente, le Liban retrouvera son rôle de modèle pour la région.

Posted: 21 Jan 2016 01:49 PM PST

 
Le 21 Janvier 2016 - Alors que la concorde au Liban a souvent été fonction des équilibres et de l'entente au niveau régional, voire international, nous nous risquons ici à exprimer l'espoir d'un renversement des flux d'influences.
 
L'entente entre MM. Geagea et Aoun qui a été annoncé il y a deux jours, donne le ton. Elle orientera nécessairement les pourparlers et le dialogue national en direction d'une pacification étendue aux rapports inter-libanais, sunnites-chiites.
 
Certes, le Liban est un pays difficile à gouverner et sa société demeure très complexe ; toutefois si dans ses moeurs politiques, ses dirigeants décident d'adopter des démarches pacifiques, courageuses et radicales comme celle-ci, l'espoir devient permis qu'un jour nous voyons l'intérêt de ce pays et de sa population placé, au moins à la périphérie des décisions politiques de ses gouvernements successifs.
 
Une pax libanaise à l'intérieur de ses frontières, entre les tendances  qui s'affrontent dans le reste de la région, serait de bon augure pour les pays voisins car le Liban tant rêvé, symbole, modèle et exemple de démocratie et de respect entre les confessions, pourraient alors présenter les germes d'une réalité concrète.
 
Comment Chiites et Sunnites pourraient-ils encore s'affronter en Syrie et en Irak alors qu'ils ont trouvé un terrain d'entente commun au Liban ? Comment juifs et palestiniens pourraient-ils encore se faire du mal, tandis qu'ailleurs ceux qui s'étaient proclamés ennemis se rapprochent autour d'une plateforme commune ? Le Liban, de retour dans ses Institutions, dont le fonctionnement démocratique est sûrement à améliorer, serait la preuve que l'entente entre les parties en conflit est réaliste et possible. 
 
Un pays pacifié, équilibré au niveau de ses rapports interconfessionnels, remettant ses Institutions en marche, a toutes les chances d'améliorer sa situation socio-économique ; Il laisse espérer une certaine prospérité pour un plus grand nombre et, espérons-le, un recul de la corruption avec moins de corrompus.
 
Durant les décennies précédentes, le Liban aura expérimenté bien des situations négatives : La guerre qui a mené à l'échec pour tous, la division qui a conduit à l'irrespect de tous, lacorruption qui entraîné la paralysie des Institutions, enfin une mer d'ordures qui a conduit à l'humiliation de tous les habitants.
 
L'avenir nous dira si le pays des Cèdres, expérimentera dans le futur une évolution positive. Les prémices de l'entente chrétienne à laquelle nous venons d'assister favorisera la victoire de tous ; l'union progressive entre les libanais forcera obligatoirement le respect du reste du monde ; un sens accrue du bien commun développé chez les dirigeants amènera inéluctablement une justice plus honnête et la prospérité pour un plus grand nombre ; une meilleure organisation de la vie publique et un environnement plus sain, redonnera immanquablement à plus de libanais la fierté de leurs cèdres et le goût de revivre dans le pays.
 
L'entente Geagea-Aoun, au cas où elle dissimulerait un accord privé entre les deux hommes, n'en reste pas moins une démarche positive et honorable ; elle ouvrirait la voie à une alternance de sensibilités et d'orientations politiques dans la Présidence du Liban et en conséquence à plus de tolérance. Que les autres candidats en lice, MM. Sleiman Frangié et Henri Hélou ne s'en outragent pas ; la dynamique engagée doit pouvoir les intégrer dans un projet large et ambitieux, car si le Liban est un petit pays, les libanais peuvent former un grand Coeur, à même de prévoir une place pour tous. Leur réputation d'hospitalité s'étend très loin au-delà des frontières. 
 
Cela ne suffit pourtant pas. Encore faut-il que les Présidentiables admettent qu'ils ne seront jamais seuls à "sauver" le Liban ; ils ont tous besoin du peuple; ce sont, en fait, les libanais unis les uns aux autres qui, tous ensemble, formerony les « Héros » du pays et mériteront un jour, peut-être le prix Nobel de la paix.
 
Le Veilleur de Ninive 

 

===

INVITATION(S):

 

 

 

INVITATION
Paris, Espace Bernanos, 3 février « L’UE et l’impasse grecque »

 
 

Madame, Monsieur,
Chers amis,

J’ai le plaisir de vous inviter à notre prochaine conférence à l’espace Bernanos qui aura pour thème : "L'Union européenne et l'impasse grecque"
 
L'Union européenne s'est construite sur des fondements idéologiques généreux, mais faisant fi de la situation réelle de chacune des nations la composant. Pourtant, de nombreux économistes avaient alerté les décideurs politiques sur le danger qu'il y avait à faire entrer dans l'Union monétaire des pays présentant des décalages considérables entre eux.
 

Comme l'a montré l'actualité de l'été 2015, le cas de la Grèce est particulièrement instructif. Ce petit pays semble désormais dans une impasse mortelle, malgré les accords conclus : soit il reste dans la zone euro, et ne peut tenir ses engagements ; soit il quitte la zone euro, mais risque un effondrement définitif. Nous avons ici un cas réel, illustrant le danger de l'application de principes idéologiques, gommant tout principe de réalité.

 

Pour saisir les enjeux de cette crise, et en tirer les enseignements, je recevrai Jacques Sapir le mercredi 3 février à l'Espace Bernanos.
 

Économiste réputé, spécialiste de la monnaie, Jacques Sapir conseille le gouvernement grec. Il bénéficie donc d'une expertise exceptionnelle sur la situation actuelle de ce pays, et sur le dilemme devant lequel il se trouve.

 

Très cordialement.


François Billot de Lochner
Président de la Fondation de Service politique

 
 
Pour en savoir plus :

Paris, 3 février, Espace Bernanos : Jacques Sapir - "L'Union européenne et l'impasse grecque"
Lieu : Espace Georges-Bernanos, Paris IXe

Date : 03/02/2016

Adresse :
3 rue du Havre
Paris IXe

Horaires : De 19:00 h à 21:00 h

Type d'entrée : Entrée libre

 

Quelles ont été les actions de La Manif pour tous pour peser sur la dernière campagne électorale  ?

Ludovine de La Rochère  : Avant de parler des régionales, je voudrais rappeler que LMPT vise deux objectifs  : d’une part, empêcher le saccage de la famille par la majorité au pouvoir  ; d’autre part, préparer la mise en œuvre d’une politique ambitieuse pour la famille et pour l’enfant. Au cœur de cette politique, il y a bien entendu le retour au mariage homme-femme et au respect de la filiation père-mère-enfant. Ce sont des enjeux d’humanité et de civilisation puisqu’il s’agit aussi bien de tenir compte du fait que l’humanité est homme et femme que de la nécessité de protéger le plus vulnérable, l’enfant, cette réalité et ce principe étant fondamentaux pour notre civilisation. C’est par la famille que se transmettent de génération en génération culture et valeurs. En bref, promouvoir la famille est essentiel pour l’avenir de la civilisation.

http://www.lamanifpourtous.fr/actio...

Les élections régionales s’inscrivaient dans le calendrier électoral qui emmène la France vers la présidentielle, les législatives et les sénatoriales (partielles), échéances qui pourraient constituer le moment d’obtenir une nouvelle politique pour la famille. Ces régionales étaient une étape avant des élections nationales. Telle est la première raison de l’intérêt accordé à cette échéance par La Manif pour tous, mouvement social incontournable dans la vie publique, voulant obtenir que les politiques se positionnent dans le sens de l’intérêt général.

La deuxième raison est le rôle puissant des régions. Elles ont des compétences très larges et le budget correspondant. Les régions peuvent promouvoir une culture individualiste et familiphobe ou au contraire une culture respectueuse de la famille, de l’intérêt supérieur de l’enfant. La plupart des régions financent, depuis des années, les actions LGBT, les gay-prides, des expositions pro-genre ou encore des campagnes de communication subversive, violant la conscience des enfants et la responsabilité éducative des parents. Cela doit cesser  !

J’ajoute que les décisions prises par les régions ont un impact concret sur la vie des familles, même si la famille, en tant que telle, ne fait pas partie des compétences régionales. La région intervient dans la gestion des lycées (subventions diverses, événements, transports, une partie du personnel, bâtiments…), la formation, l’emploi, l’apprentissage, la sécurité, etc.

La Manif pour tous est donc intervenue dans cette campagne pour y imposer l’enjeu de la famille. Et, alors que personne ne l’y attendait, cet enjeu a bien été présent et ce, aux deux tours.

Si cela s’explique par la mobilisation des militants de La Manif pour tous depuis trois ans, l’organisation de meetings dans presque toutes les capitales des nouvelles régions à l’occasion des régionales en a été le vecteur. Pour ces meetings — intitulés «   Questions pour un Président de région  » — nous avons invité tous les candidats têtes de liste régionale. Ces meetings ont été lancés à Bordeaux le 30  octobre et les derniers ont eu lieu à Paris et à Nantes le 28 novembre, soit une semaine avant le premier tour des régionales.

Le principe de ces meetings était simple  : une petite dizaine de questions — toujours les mêmes — ont été posées à chaque candidat par un journaliste politique. Ces questions concernaient leur conception de la politique et leur vision de la famille, leur projet pour la région et leurs propositions en lien avec la famille et, enfin, la question des subventions versées par la région.

Le public a systématiquement répondu présent à ces meetings qui ont fait salle comble  : les familles ont très bien compris qu’il s’agissait d’événements exceptionnels puisqu’elles avaient la possibilité d’entendre des candidats têtes de liste (et non l’un de leurs colistiers) de plusieurs partis politiques. En outre, pour élargir l’audience et donc l’impact de ces réunions, les vidéos intégrales de tous les meetings ont été mises à disposition sur le site officiel www.les-regionales.fr

Le refus de participer des candidats de gauche ne vous a-t-il pas cantonnés dans un rôle particulier, celui d’un espace où des candidats du Front national et des candidats de la droite classique se retrouvaient sur des sujets communs, et presque en accord…

Les candidats de gauche, en effet, ne se sont pas déplacés, tout comme Christian Estrosi (LR) et Marine Le Pen (FN), les deux seuls candidats des droites et du centre à n’être pas venus.

En ce qui concerne La Manif pour tous, au contraire de presque toutes les institutions, partis, intellectuels, etc., nous n’avons pas besoin de la caution de la gauche pour faire la preuve de notre large audience et de notre crédibilité. Je pense que c’était surtout regrettable pour les candidats de gauche et pour notre démocratie.

Les candidats de gauche ont, une fois de plus, «  oublié  » qu’une bonne partie de leur électorat est attaché à la famille et considère même que celle-ci ne peut être fondée que sur le couple homme-femme et la filiation père-mère-enfant. Je pense en particulier à l’électorat populaire et issu de l’immigration qui, jusqu’en 2012, votait systématiquement à gauche. Aujourd’hui, la gauche a perdu ce vote, précisément à cause de la loi Taubira, de l’idéologie du genre et de toutes les autres attaques contre la famille.

Plus généralement, les candidats de gauche ont «  oublié  » que les Français plébiscitent largement la famille, et encore davantage les jeunes.

Néanmoins, je sais que plusieurs candidats de gauche étaient tentés de venir, mais ils n’ont pas osé. La gauche qui gouverne actuellement est en effet très idéologue et intolérante  : elle ne supporte pas le dialogue avec ceux qui ne sont pas d’accord avec elle et qui, en outre, la renvoient à la réalité de notre humanité, réalité dont elle ne veut pas entendre parler. Dans ce contexte, ces candidats n’ont pas assumé de répondre aux «  Questions pour un président de région  », sauf deux d’entre eux — l’un PS, l’autre écologiste — qui l’ont fait par écrit. Les lignes commencent donc à bouger. Il faut être patient  !

à propos des positions exprimées par les uns et les autres – Debout la France, Front national, Les Républicains et quelques partis régionaux —, je ne dirai pas que les partis se sont retrouvés proches les uns des autres en termes de positions, tout simplement parce que c’est plutôt une question de personnes  : en effet, au sein de chaque parti, il y a des différences notables d’un candidat à un autre. Si vous prenez les propos de Dominique Reynié et de Laurent Wauquiez sur le mariage, ils sont littéralement opposés, ou encore ceux de Marion Maréchal Le Pen et de Wallerand de Saint-Just sur le planning familial, idem.

Avez-vous trouvé des interlocuteurs respectueux et crédibles sur ces questions qui touchent à la famille et à la vie  ?

Avant d’en venir aux candidats qui m’ont paru crédibles dans leurs positions et surtout leurs engagements, je voudrais faire part de ma joie d’avoir entendu – pour la première fois – des politiques de ce niveau (présidents de conseils régionaux, députés, anciens ministres…) s’exprimer longuement sur la famille. De fait, les médias ne les interrogent presque jamais sur ces questions et eux-mêmes n’en parlent pas volontiers. C’était nouveau et ô combien réjouissant… même si la marge de progrès est considérable  ! Au fond, obtenir une réflexion avancée et des positions affinées et assumées, ce sera la prochaine étape  ! Nous avons constaté, en effet, que la plupart n’étaient pas très à l’aise sur ce sujet  : les mots étaient parfois répétitifs, les analyses sommaires, etc. Certains candidats tournaient autour du pot  : ils n’arrivaient pas à être concrets dans leurs réponses. Il n’était pourtant pas difficile de l’être sur la question des subventions, par exemple, qui supposait aussi bien d’exposer des principes (le respect de l’intérêt général notamment) que des cas concrets (la LGBT, l’Institut Émilie du Châtelet qui assure la promotion de l’idéologie du genre, etc.). Je pense que les réponses floues étaient dues, selon les cas, au manque de réflexion ou à la peur de sortir du «  politiquement correct  ».

Nous avons observé aussi que bien peu savaient expliquer ce qu’est la politique. Pour tout vous avouer, j’avais souhaité commencer par cette question parce que je rencontre beaucoup d’hommes et de femmes politiques et j’ai constaté qu’ils ne sont pas toujours au clair avec la finalité de la politique. Il y a cependant eu quelques très belles réponses.

Quant aux candidats crédibles, il y en a eu heureusement plusieurs. Si l’on prend l’exemple de Laurent Wauquiez ou de Marion Maréchal-Le Pen, ils m’ont paru, tous les deux, crédibles parce qu’ils ont été engagés dans nos manifestations, parce qu’ils ont réitéré avec force leur souhait de revenir sur la loi Taubira en affirmant leur soutien au mariage homme-femme et à la famille fondée sur la filiation père-mère-enfant, et enfin parce qu’ils m’ont paru capables d’être des leaders et donc de mettre en œuvre ce qu’ils dé­fendent. Je sais bien que même lorsqu’ils se dé­clarent favorables à nos propositions, les politiques sont souvent considérés comme opportunistes. C’est possible mais, en tout cas, des propos ont été tenus. Ils engagent désormais ceux qui ont été élus présidents et conseillers.

Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
===
NOS PELERINAGES:
Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)
+++

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

 

+++

 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

+++

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pèlerinage à Lourdes :

 

 

Les Chrétiens Syro-Orthodoxes Francophones 

de Saint Thomas (Mar Thoma) 

dont St Gregorios de Parumala est patron du "Relais Paroissial" de Lourdes et sa région  

 

organisent un pèlerinage privé à

 

NOTRE-DAME DE LOURDES

 

*Du Vendredi 29 Janvier (Pour les Normands et Parisiens) au 2 Février 

*Du Samedi 30 Janvier au 2 Février (Pour les Charentais,Girondins, Limousins,etc...).

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

OUR LADY OF LOURDES


* From Friday, January 29 (For the Normans and Parisians) to February 2
* From Saturday, January 30 to February 2 (For Charentais, Girondins, Limousin, etc ...).
(Registration closed January 25)

 

*Normandie et Région Parisienne : départ le Vendredi 29 Janvier à 7 h du Monastère, coucher à Jauldes

* Normandy and the Paris region: starting Friday, January 29 at 7 in the Monastery, set at Jauldes

 

*Charente : Départ le Samedi 30 à 7h

* Charente: Depart on Saturday 30 at 7 am

 

*Dimanche 31 Janvier, journée à LOURDES.

* Sunday, January 31, LOURDES day.

 

*Lundi 1er Février, pour les Normands et Parisiens, retour en Normandie.

* Monday, February 1st, to the Normans and Parisians, back in Normandy.

Pour ceux qui rejoignent la Charente, matinée à Lourdes, visite à Ferrières, couché à JAULDES

For those who join the Charente morning in Lourdes, visit Ferrières, lying JAULDES

 

*Mardi 2 Février, Purification de la Très Sainte Vierge:

 

-10h30, Messe à JAULDES en Charente ou au Monastère pour les Normands et Parisiens (Le 2 au soir, retour des Parisiens sur Paris.) 

Bénédiction des Cierges de la Chandeleur... 

* Tuesday, February 2, Purification of the Blessed Virgin:
-10h30, Mass JAULDES Monastery in Charente or for the Normans and Parisians (The 2 evening, back in Paris for Parisians.)
Blessing of Candles Candlemas ...

 

  

 

(Offrandes libres pour la participation aux frais de transport et la location des locaux)

 

Inscriptions:

 

(Free offerings for participation in transportation costs and for rental of premises)

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

Vous pouvez librement nous envoyer vos intentions de prières que nous confierons à l'intercession de Notre-Dame, de Sainte Bernadette et de Saint Gregorios lorsque nous irons, avec son Icône (Offerte par l'O.C.P), prier à la grotte de Massabielle où Marie apparut à Bernadette pour lui donner un message de conversion.

You can freely send us your prayer intentions that we entrust to the intercession of Our Lady, St. Bernadette and St. Gregorios when we go, with its icon (Offered by the OCP), to pray at the Grotto of Massabielle where Mary appeared to Bernadette to give him a message of conversion.

+++
 

Toute offrande fait  l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

+++

  

Note: 

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 +++

 PROGRAMME DE CES PROCHAINES SEMAINES AUMONASTÈRE SYRIAQUE DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE, MÈRE DE MISÉRICORDE:

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

 

 

*Mardi 2 Février:

10h30, Messe au Monastère. Bénédiction des Cierges de la Chandeleur.

* Tuesday, February 2:
10:30 Mass at the Monastery. Candles Blessing of Candlemas.

 

 *Mercredi 3 Février:

 Messe et Bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorges)

* Wednesday, February 3:
  Mass and Blessing of St. Blaise candles (Against Gorge diseases)

 

*Dimanche 7 Février, Pèlerinage mensuel à N-D de

 

Miséricorde

 Messe à 10h30, distribution des cierges de la Chandeleur et de St Blaise (Imposition de ces derniers à 15h ).Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

* Sunday, February 7, monthly Pilgrimage to Our Lady of Mercy
  Mass at 10:30, distributing candles of Candlemas and St. Blaise (Imposition of these to 15h) .Repas fraternal and loyal reception from 13:30 to 17:30.

 

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

Pour

PARIS ET  SA REGION :

(Messes épisodiques.

RAMASSAGE DES FIDELES

pour le Weekend de Pèlerinage en Normandie à N-D de Miséricorde 

tous les samedis précédent le 1er dimanche du mois à 15h,

Place du Chatelet

Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 3,13-19.

En ce temps-là, Jésus gravit la montagne, et il appela ceux qu’il voulait. Ils vinrent auprès de lui,
et il en institua douze pour qu’ils soient avec lui et pour les envoyer proclamer la Bonne Nouvelle
avec le pouvoir d’expulser les démons.
Donc, il établit les Douze : Pierre – c’est le nom qu’il donna à Simon –,
Jacques, fils de Zébédée, et Jean, le frère de Jacques – il leur donna le nom de « Boanerguès », c’est-à-dire : « Fils du tonnerre » –,
André, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques, fils d’Alphée, Thaddée, Simon le Zélote,
et Judas Iscariote, celui-là même qui le livra.

Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Le Seigneur comme un voleur
Lettre aux Thessaloniciens 5,2-4
Mais vous, frères, comme vous n'êtes pas dans les ténèbres, ce jour ne vous surprendra pas comme un voleur.
Éveillé
Demeure éveillé, le jour du Seigneur viendra dans la nuit, par surprise, et ce jour surprendra ceux qui sont dans les ténèbres. Saisissant temps de Dieu où le jour vient la nuit, et ce jour forcément surprend les ténèbres. Cependant, il ne peut pas frapper; de stupeur celui qui vit dans la lumière. Vous n'êtes pas dans les ténèbres , ce jour ne vous surprendra pas comme un voleur. Le jour de Dieu ne peut pas étonner ni foudroyer celui qui attend et désire avec ardeur sa venue, celui qui est toujours prêt à la rencontre avec son Seigneur. La clarté du jour ne peut pas stupéfier la lumière, l’éclair est moins violent de jour que de nuit. Veillons pour être au cœur de la nuit comme des lampes signes qui indiquent et rassurent, qui jamais ne s’éteignent et font reculer les obscurités. 

Car Dieu ne nous a pas destinés à subir la colère, mais à entrer en possession du salut par notre Seigneur Jésus Christ, mort pour nous afin de nous faire vivre avec lui, que nous soyons en train de veiller ou de dormir. La catastrophe s’abattra sur ceux qui s’imaginent être dans la paix et la tranquillité, c’est à dire sur ceux qui ne portent pas l’inquiétude du Royaume à construire sans arrêt. Elle confondra ceux qui sont immobiles dans leur bonne conscience, dans leur routine, installés dans leur suffisance triomphante de petit monde. Elle sera une catastrophe seulement pour ceux qui jamais n’ont su faire en eux une place pour un autre. (Source: Signe dans la Bible)
Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Repost 0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 12:41
Dear friends. Aloho M'Barek Today, I step in the department "Saone et Loire" among the faithful. Thanks to them, I can access the Internet and send you these few meditation. I will do better when I have joined our Presbytery of Charente. The photos illustrating the "News Letter" are those of the computer of my hosts, they tell the readers ordination as young men of this family for our parish of Charente: Raphael and Valentin See you soon again more regularly. Thank you for your prayers. Your faithfully devoted in Our Lord. + Mor Philipose Mariam / Chers amis. Aloho m'barekh Aujourd'hui, je fais étape dans le département de "Saone et Loire" chez des fidèles. Grâce à eux, je peux accéder à Internet et vous envoyer ces quelques méditation. Je ferai mieux lorsque j'aurai rejoint notre Presbytère de Charente.  Les photos illustrant cette "Lettre de Nouvelles" sont celles de l'ordinateur de mes hôtes, elles relatent l'ordination comme Lecteurs de deux jeunes gens de cette famille pour notre paroisse de Charente: Raphaël et Valentin A très bientôt de nouveau plus régulièrement. Merci pour vos prières. Votre fidèlement dévoué en Notre-Seigneur. + Mor Philipose-Mariam

Dear friends. Aloho M'Barek Today, I step in the department "Saone et Loire" among the faithful. Thanks to them, I can access the Internet and send you these few meditation. I will do better when I have joined our Presbytery of Charente. The photos illustrating the "News Letter" are those of the computer of my hosts, they tell the readers ordination as young men of this family for our parish of Charente: Raphael and Valentin See you soon again more regularly. Thank you for your prayers. Your faithfully devoted in Our Lord. + Mor Philipose Mariam / Chers amis. Aloho m'barekh Aujourd'hui, je fais étape dans le département de "Saone et Loire" chez des fidèles. Grâce à eux, je peux accéder à Internet et vous envoyer ces quelques méditation. Je ferai mieux lorsque j'aurai rejoint notre Presbytère de Charente. Les photos illustrant cette "Lettre de Nouvelles" sont celles de l'ordinateur de mes hôtes, elles relatent l'ordination comme Lecteurs de deux jeunes gens de cette famille pour notre paroisse de Charente: Raphaël et Valentin A très bientôt de nouveau plus régulièrement. Merci pour vos prières. Votre fidèlement dévoué en Notre-Seigneur. + Mor Philipose-Mariam

Lettre aux Hébreux 11,33-39.

Frères, c'est grâce à leur foi que les saints ont conquis des royaumes, exercé la justice, obtenu l'accomplissement des promesses ; ils ont fermé la gueule des lions,
éteint la violence du feu, échappé au tranchant de l'épée, triomphé de la maladie, déployé leur vaillance à la guerre, mis en fuite des armées ennemies ;
par eux des femmes ont recouvré leurs morts ressuscités. Les uns ont péri dans les tortures, refusant la délivrance afin d'obtenir une meilleure résurrection ;
d'autres ont souffert les moqueries et les verges ; de plus, les chaînes et les cachots ;
ils ont été lapidés, sciés, éprouvés ; ils sont morts par le tranchant de l'épée ; ils ont erré çà et là, couverts de peaux de brebis et de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités,
- eux dont le monde n'était pas digne ; ils ont été errants dans les déserts et les montagnes, dans les cavernes et dans les antres de la terre.
Cependant eux tous que leur foi a rendus recommandables, n'ont pas obtenu l'objet de la promesse


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 6,17-23.

En ce temps-là, Jésus descendit de la montagne et s'arrêta sur un plateau. Un grand nombre de ses disciples étaient là, ainsi qu'une foule de gens de toute la Judée, de Jérusalem, et du littoral de Tyr et de Sidon,
qui étaient venus pour l'entendre et pour être guéris de leurs maladies ; et ceux qui étaient tourmentés par des esprits impurs étaient guéris.
Et toute la foule cherchait à le toucher, parce qu'une vertu sortait de lui et les guérissait tous.
Et lui, levant les yeux sur ses disciples, disait : " Heureux, vous qui êtes pauvres, car le royaume de Dieu est à vous !
Heureux, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés ! Heureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez !
Heureux serez-vous, lorsque les hommes vous haïront, lorsqu'ils vous excommunieront et insulteront, et proscriront votre nom comme mauvais à cause du Fils de l'homme.
Réjouissez-vous en ce jour-là et tressaillez de joie, car voici que votre récompense est grande dans le ciel : c'est ainsi en effet que leurs pères traitaient les prophètes.

Par Léon XIII

(1810-1878-1903), pape de Rome 
Encyclique Rerum novarum, 20
 


 

« Heureux, vous les pauvres »

 

Les défavorisés apprennent de l'Église que, selon le jugement de Dieu lui-même, la pauvreté n'est pas un opprobre et qu'il ne faut pas rougir de devoir gagner son pain par le travail.

C'est ce que Jésus Christ notre Seigneur a confirmé par son exemple, lui qui

« de riche qu'il était, s'est fait pauvre »

(2Co 8,9)

pour le salut des hommes ; qui, fils de Dieu et Dieu lui-même, a voulu passer aux yeux du monde pour le fils d'un ouvrier ; qui est allé jusqu'à passer une grande partie de sa vie à travailler pour gagner sa vie.

« N'est-il pas le charpentier, le fils de Marie ? »

(Mc 6,3) 

Quiconque tiendra sous son regard ce modèle divin comprendra facilement ce que nous allons dire : la vraie dignité de l'homme et son excellence résident dans ses mœurs, c'est-à-dire dans sa vertu ; la vertu est le patrimoine commun des mortels, à la portée de tous, des petits et des grands, des pauvres et des riches; seuls la vertu et les mérites, partout où on les rencontre, obtiendront la récompense de la béatitude éternelle.

Bien plus, c'est vers les classes infortunées que le cœur de Dieu semble s'incliner davantage.

Jésus Christ appelle les pauvres des bienheureux ; il invite avec amour tous ceux qui souffrent et qui pleurent à venir à lui, afin de les consoler

(Mt 11,28) ;

il embrasse avec une charité plus tendre les petits et les opprimés. 

Ces doctrines sont bien faites certainement pour humilier l'âme hautaine du riche et le rendre plus compatissant, pour relever le courage de ceux qui souffrent et leur inspirer de la confiance.

Elles pourraient diminuer cette distance que l'orgueil se plaît à maintenir ; on obtiendrait sans peine que des deux côtés on se donne la main et que les volontés s'unissent dans une même amitié. 

 

 

 

 

« Dieu est l'objet total de toutes nos louanges. Il faudra, autant que la pénombre de la foi le rend possible, le considérer lui-même et revenir inlassablement à ses perfections et à sa vie. L’Église, maternellement, nous suggère cette manière de faire en entrecoupant tous ses offices, toutes ses prières du « Gloire soit au Père et au Fils et au Saint-Esprit », ou d'autres formules équivalentes qui nous empêchent d'oublier la grande Gloire, celle de sa vie trinitaire, celle dont l'adoration sera l'occupation de notre éternité. Parmi les perfections divines, notre amour ne voudrait en oublier aucune, il s'arrêtera pourtant avec prédilection à la miséricorde, non tant parce qu'elle est la plus douce et la plus réconfortante pour des misérables ni parce que cette misère qui nous étreint, y trouve un sens magnifique, celui d'être le « trône de la miséricorde », mais bien plutôt parce que de toutes ses perfections, c'est celle dont le Seigneur se fait gloire le plus volontiers, celle en effet, où sa divinité qui n'a besoin de r

ien et donne tout gratuitement, s'exprime avec le plus d'éclat ; il est la Miséricorde. C'est devenu comme un nom pour lui, une expression de son Être. N'est-ce pas le propre de Dieu de savoir pardonner ? »

Joseph-Marie Perrin O.P. (1905-2002), Le Mystère de la Charité (Livre III, 3e Part., ch. VII), Desclée de Brouwer, 1960.Le Père Perrin fut l'un de mes professeurs à l'Abbaye lorsque j'était religieux en l'Eglise Romaine Catholique.

Fils_prodigue_Rembrandt_5.jpg

L'Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone fait mémoir des

Saint SÉBASTIEN, martyr à Rome († 288)

FABIEN, pape de Rome et martyr († 250)

NÉOPHYTE, martyr à Nicée († 305)

EUTHYME le Grand, abbé en Palestine (378-473)

MAUR, évêque de Césarée († 946)

 

Lectionnaire du Sanctoral pour St Sébastien:                                              

He 11/33-38

33 Grâce à leur foi ils ont conquis des royaumes, exercé la justice, ils ont vu se réaliser les promesses. Ils ont fermé la gueule des lions,

34 éteint la violence des flammes, ils ont échappé au tranchant du glaive, ils ont triomphé de la maladie, montré leur courage au combat, mis en déroute des armées étrangères.

35 Ils ont rendu vivants à leurs mères des enfants morts. Les uns ont été mis à la torture, refusant la délivrance dans l'espoir d'une plus glorieuse résurrection.

36 D'autres ont endure les moqueries et le fouet, les chaînes et la prison;

37 ils ont été lapidés, torturés, sciés, ils sont morts massacrés par l'épée. Ils ont erré de-ci de-là, couverts de peaux de brebis ou de chèvres, dénués de tout, persécutés, maltraités,

38 des hommes dont le monde n'était pas digne! Ils se sont réfugiés dans les solitudes des montagnes, dans les cavernes et les antres souterrains.

               

Lc 6/17-23                                               

17 Il descendit avec eux et fit halte sur un plateau. Là se trouvaient un grand nombre de ses disciples et une grande foule de gens de toute la Judée, de Jérusalem, du littoral de Tyr et de Sidon,

18 venus pour l'entendre et se faire guérir de leurs maladies. Ceux que tourmentaient des esprits impurs étaient aussi délivrés.

19 Tout le monde cherchait à le toucher, parce qu'une force émanait de lui, qui les guérissait tous.

20 Alors il leva les yeux sur ses disciples, et dit :

« Heureux vous qui êtes pauvres : le royaume de Dieu est à vous!

21 Heureux vous qui avez faim maintenant : vous serez rassasiés! Heureux vous qui pleurez maintenant : vous serez dans la joie!

22 Heureux serez-vous quand on vous haïra, quand on vous chassera, quand on vous outragera, quand on rejettera votre nom comme infâme à cause du Fils de l'Homme! 23 Réjouissez-vous en ce jour-là, et soyez dans l'allégresse : votre récompense sera grande dans le ciel; car c'est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes.

“We do not change the boundaries marked out by our Fathers. We keep the Tradition we have received. If we begin to lay down the Law of the Church even in the smallest things, the whole edifice will fall to the ground in no short time.” + St. John of Damascus

“We do not change the boundaries marked out by our Fathers. We keep the Tradition we have received. If we begin to lay down the Law of the Church even in the smallest things, the whole edifice will fall to the ground in no short time.” + St. John of Damascus

Le retour du Maître
Évangile selon saint Matthieu 24. 37-44
«Tenez-vous donc prêts, vous aussi !»
En éveil
Tenez-vous donc prêts. Vous ne savez pas quand le Fils de l’homme viendra… Il ne s’agit pas seulement d’attendre le retour du Christ, dans l’inconnu total, à la fin des temps. Il ne s’agit pas non plus d’être toujours prêt à la mort, qui frappe sournoisement, comme un voleur. Au contraire ! Il s’agit d’être toujours prêt à la vie vivante, car c’est elle seule qui peut nous surprendre, et Jésus insiste sur cet aspect de soudaineté imprévue. Reste en éveil, tu ne sais pas quand ton Seigneur vient. Ne dors pas, le maître est là. Le miracle de la rencontre peut avoir lieu, entre lui et toi, à la condition que tu sois en alerte. Ce n’est pas parce que tu es prêt, que Dieu vient, mais parce que Dieu vient, il te faut être prêt. 

L’avènement du règne du Christ est d’ab ord en toi, sois toujours disposé à le recueillir, dans la manifestation puissante et inopinée de sa vie. Ainsi tu ne seras pas désemparé quand l’événement arrivera : celui de l’avènement du Royaume pour toute la création. L’un est pris, l’autre laissé, ces paroles nous effraient autant pour nous-mêmes que pour les autres. Là encore, il ne s’agit pas d’un choix sélectif et arbitraire de Dieu, mais cela dépend plus simplement de la décision de chaque personne, pour accueillir ou non ce surcroît de vie quand il s’offre. Dieu veut l’homme entièrement libre de tout aussi de Dieu, dans la souveraineté de son libre arbitre et jusqu’au bout. Avons-nous des raisons de craindre ?(Source:Signe dans la Bible)
 
1955, un concours a été organisé pour le choix du drapeau de l’Union européenne.
L’œuvre choisie a été celle d’un artiste français, un certain Arsène Heitz : une couronne de 12 étoiles d’or sur fond bleu. Lorsqu’on découvrit que c’était un symbole de Notre Dame, il était trop tard.

Le drapeau laïque de l’Europe finit par être une référence claire au passage marial de l’Apocalypse : « Un grand signe apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles ». Les 12 étoiles représentent tout à la fois la couronne de Notre Dame, les 12 apôtres, les 12 tribus d’Israël et les 12 mois de l’année. Un puissant symbole judéo-chrétien, œuvre d’un Catholique français.

L’Europe laïque et agnostique s’est révélée incapable de contenir la progression du mal personnifié par l’État islamique. La tragédie de Paris est un signe que l’Europe chrétienne doit unir ses forces – la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie, comme elle l’a demandé elle-même en 1917 – pour éviter de tomber dans l’abîme. Nous gagnerons la guerre seulement avec le drapeau de Marie. Elle seule peut nous secourir.
The book of Psalms heals the old wounds of the soul and gives relief to recent ones. It cures the illnesses and preserves the health of the soul. Every Psalm brings peace, soothes the internal conflicts, calms the rough waves of evil thoughts, dissolves anger, corrects and moderates immorality St. Basil the Great

The book of Psalms heals the old wounds of the soul and gives relief to recent ones. It cures the illnesses and preserves the health of the soul. Every Psalm brings peace, soothes the internal conflicts, calms the rough waves of evil thoughts, dissolves anger, corrects and moderates immorality St. Basil the Great

St. Shemoun (Simeon) of Qartmin, Who are You ?


(Feast Day: January 19)

Mor Simeon was born in Qartmin. His father was a leader of the

village. When he was four years and seven months old he was healed

through the prayers of Mor Samuel. When he grew up as a young boy

his father took him to the saint and he was ordained a monk. 


The angel of the Lord appeared to him as his Abbot and showed him

the plan of the future monastery which was laid down on the

foundation of a pagan temple. 


During the departure of Mor Samuel (409), his teacher went to his

heavenly abode, he took over the administration of the monastery.

He was strong in battle with Satan. He was awake in his service. He

served more than his brother monks. God honored his by performing

miracles and wonders. The author of his story tells us the following: 

 


"After the death of the aged Mor Samuel, Mor Simeon did not sleep

on the earth. He rested on his knees. He loved night vigils and in

order to defeat sleep he hung himself upright by ropes. He would

then continue in his meditation giving glory and praise to his Lord.

Our Lord gave him power and strength and he performed many

wonders and miracles and paralytics were made whole. 

 

There were some wonders that happened in his day which are the

following:

In the year seven hundred and twenty three of the Greeks (AD 411/12) in which Rabbulla took his seat on the Episcopal throne of Edessa, he collected gold from the Edessenes, and came to the Blessed Mor Simeon and was blessed by him. But the saint would not take any of the gold. He said to him, "0 Father Bishop, it is enough for us that you have given yourself the trouble of coming to see our sinful person. May Christ not cheat you of the reward for your labor and may that which you have brought to be recorded in the Book of Life before God." 
He stayed with him for six months then he went back to Edessa. With the gold that he brought back with him he built the church of Mor Stephen the Martyr, which had formerly been a Jewish Synagogue. 
Now a feverish epidemic broke out amongst the inhabitants of the region surrounding the abbey. So fatal that they were 
unable to bury the victims of it. They putrefied for the lack of a grave digger. Great numbers of people got together and presented themselves to the saint. They petitioned him concerning the epidemic and compelled him to go with them. So he arose and took with him ten brethren: Cyrus, Abraham, John, Stephen, Maron, Abay, Zuto, Daniel, George, and Ammi. 
The brethren went around all the villages singing psalms and praises to God. The time that had passed since the plague began in the region was from 14 September until the 20th of October. Men of low and high station died, five thousand in number. 
A certain man stole a sum of money and hid it. When the morning dawned the rightful owners went to the thief but he maintained with many oaths that he had no knowledge of the matter. 
"Swear to us by the contest of Mor Simeon," they challenged him, "that you did not take that which was ours and go free." But hardly had he opened his mouth to swear the oath than his head was turned backwards in full sight of all. Immediately he returned the whole sum of money to its owners. Then his people took him to the holy Mor Simeon. All night the Blessed One stood and interceded for that man. When his prayer came to an end the head of the man returned to its natural position. Then Mor Simeon warned him, "Never commit such thefts again and do not swear oaths falsely, lest something worse than this should happen to you." The man stayed for a little while then went home. But afterwards he came back to the abbey and became a perfect monk and worker of miracles for men. 
One of the brothers went one day to the village in the vicinity of the monastery to the South on the business of the community and went in the house of the man to whom he was sent. This man had only one daughter who was a virgin as yet and was beautiful to behold, a girl of 15 years. Now the brother was 32 years old. 
The Christians whose house the monk went into had prepared a meal for him. He was unwilling to spend the night with them but they swore by the contest of Mor Simeon that he should stay. He, fearing the oath, went into the house. After the two had eaten, wine was brought to him and they drank and made merry. 
"Master," said the Christian to the monk, "Give us a sample of the spiritual chanting you do in the church." Emboldened with the wine, the brother burst into powerful sound. He had a fine voice for singing and a handsome figure. His face was attractive and his speech was sweet. 
Satan made the girl's heart yearn for the monk. She arose quickly, put on some beautiful clothes that she owned and came to sit with the monk. 
"Father," she said to him, "I want to be blessed by your prayers." Now the brother thought to himself, "She is doing this out of faith." 
After a while they all went to bed. The girl , once her parents were lying in a powerful slumber came and lay down beside the brother. 
"Get away from here" he ordered her, "before your parents discover us and bring shame on us."

"Don't be afraid" she said. "It is they who sent me to you." 
The brother said to her, "I have a master, Mor Simeon who has knowledge of secret things. If I should sin with you he would expel me from the monastery. As for you, your parents and family would kill you." The girl said to him, "You do as you will. If Mor Simeon expels you come and be my husband and I shall be your wife." 
Now that brother had with him a sack which he left outside the room where he was lying. "Go outside!" he told her. "Bring me the Gospel Book from the sack and swear to me you will reveal the secret to no one. Then I shall do as you will. " 
But as soon as the girl went out to fetch the Gospel he bolted the door between himself and her. 
The girl had a neighbor who yearned for even for one glimpse of her face but she never showed it to him. Now under the sway of her awakened desire she went the same night and spoiled her body in fornication with him. Then she came and called her parents saying, "Get up and see this monk who has spoiled me and taken my maidenhead. I give notice to warn you. Look he is in the inner room and I have bolted the door in his face so he cannot escape." 
They arose and all three took a lighted lamp but the monk was found radiant as an angel. Reverence for the dignity of 
his habit prevented them from rebuking him in anger. Instead they kept calm and said to him, "Stand up, monk, and take our daughter. Go wherever you will but let us never see your face again. Let the shame of your deed be sufficient punishment." 
There and then in the depths of the night the pair of them went out in tears being shed on both sides. Mor Simeon knew what had happened before they came to the monastery and went out the same night to meet them. He came upon 
them outside the gate of the abbey. The monk took hold of the hem of his garment. 
The saint wiped away that brother's tears and said to him, "Welcome to the victor who wrestled and won. Desire did not defeat him, that one who has beaten the bravest." 
But the brother wept and said, "Forgive me, Father, for I have been the cause of injury to the handmaiden of Christ." 
The girl then spoke to the saint, "I ask you servant of the Lord, do not destroy me, sinner that I am, that I should go to hell in my sins. Rather accept my repentance, and I shall confess my sins before your Lord." 
The saint put the girl in the brother's cell there she dwelt until the birth of her son. When she had given birth to the child, she took it to a village to be raised there. She provided as much as they required for his keep. 
All she ate in the days before she gave birth were soaked pulses compounded into loaves. After the birth she dug herself a cave in the ground and went in it, refusing all food except grass and wild herbs. The only face she would see was that of Mor Simeon. There was no door into the cave but there was a little window. At this window she would take her food and from time to time the Body and Blood of Christ. 
But it was God's will that the hidden treasure be revealed. This same girl, when she was in her parents house possessed a gorgeous cloth. Her mother would fondle this cloth and wept in sorrow for her daughter. So long did she weep that the light of her eyes was taken from her. The father became a cripple. So they asked that the young man who had deflowered the girl to take them to Mor Simeon that they might be healed.

Now this young man had certain enemies who went out after him. When the young man and the old couple had nearly reached the monastery they laid hold of the young man and killed him. News of the murder came to the monks in the monastery who went and fetched them, the blind old woman, the cripple, and the dead man. The monks supplicated Mor Simeon asking him to heal them and they asked permission to bury the dead man. 
Then it was revealed to the saint that the truth about the girl should come to light. He summoned her with the living Word of God to come out of the cave, and she emerged in public, clothed as a monk. The saint made a sign to her about healing her father and mother and she in her humility did not oppose the Word of her summons. Rather, she spoke as follows addressing her prayer to God: 
"Oh Lord, Good Physician, by the prayers and the contest of Mor Simeon may these people he healed." They were both healed. She prayed again and the dead man came to life. 
Once restored to the life, the man who was dead confessed his offence, saying, "These people who have been healed had a daughter, a virgin, whom I deflowered. Her parents put the blame on a certain monk who was sleeping in their house, although he had no part in the violation. I never saw the girl again." 
The saint then said to the young woman's parents, What is it that this man is saying? They relied, "As to his role in the affair we know nothing of it. But the case of our daughter was such and such. And they told the whole story of the brother. 
The Blessed One said to them, "This monk who healed you and raised up the dead man is your daughter." 
Now her parents knew by a mark which she had on he right side and by this mark they recognized her. 
Then that brother came and swore, "I have never seen your daughter's face since the night 1 lodged with you until now." 
Three days later the blessed girl died. For three days and nights they offered prayers for her. The people of her village heard and came to be present, about two thousand men and women. They begged the holy Mor Simeon for the body of the blessed woman. He gave them permission to take it in honor and with ceremony to their village. 
As the dead man who came back to life, he received instruction and became an excellent monk. 
St. Simeon of Qartmin accepted the invitation of his Lord on January 19, 433. His body was buried in Beth Qadishe (the tombs of saints).

SAINT SEBASTIEN, QUI ÊTES-VOUS ?

image021

Saint Sébastien naquit à Narbonne aux alentours de 260. Ses parents, un noble du pays et une dame de Milan, étaient des chrétiens fervents. Ils s'installèrent à Milan. Devenu adulte, Sébastien se rendit à Rome alors qu'éclatait la neuvième persécution envers les chrétiens. Il s'engagea dans l'armée afin d'être libre de ses mouvements et venir ainsi en aide aux chrétiens martyrisés. L'empereur Dioclétien le nomma capitaine de la garde prétorienne.

On attribue à Sébastien plusieurs guérisons miraculeuses. L'application de la croix sur les lèvres de Zoé, muette depuis six ans lui rendit la parole. Il guérit Chromace, préfet de Rome atteint de la goutte, et baptisa toute sa famille. Mille quatre cents soldats environ suivront cet exemple.

En 288 Dioclétien tenta de le persuader d'abjurer sa foi. Sébastien refusa. Dioclétien ordonna aux archers mauritaniens de le mettre à mort. Sébastien, lié à un arbre et atteint de plusieurs flèches, fut laissé pour mort. Irène, veuve du martyr Catulus, s'aperçut qu'il respirait au moment de l'enterrer. Certains pensèrent alors que les archers avaient volontairement épargné les zones vitales.

SEBASTIEN 20 JANVIER

Guéri, Sébastien retourna devant l'empereur pour lui reprocher son incroyance. Celui-ci le fit bastonner à mort, un 20 janvier, et ordonna que l'on jetât son corps dans les égouts afin que les chrétiens, disait-il, ne puissent le ressusciter. Une chrétienne, Lucine, à qui il apparut en songe, retrouva, sur ses indications, sa dépouille qui fut enterrée dans les catacombes, non loin du tombeau de saint Pierre. Une église sera construite à cet emplacement.

Saint Sébastien délivra Rome d’une épidémie de peste en 680 et fut dès lors invoqué contre ce fléau et il garda ce rôle protecteur durant Moyen-Age. En 825, sous le règne de Louis le Pieux, le pape Eugène II accorda à Hilduin le transfert de ses reliques dans l'abbaye royale de Saint-Médard, à Soissons. Saint Sébastien est également le patron des marchands de ferraille et des confréries qui veillaient les agonisants et portaient les morts en terre.

Selon la légende, Fabien, laïc romain, était à Rome et parmi les fidèles au moment de la mort du pape Antère pour élire son successeur (10 janvier 236). Quand une colombe vint se poser sur la tête de Fabien, l'assemblée hésitante s'écria : « Il est digne ! »

image022

 

 

Cette légende inaugure un pontificat de quatorze ans qui va laisser de profondes marques dans l'Eglise du IIIe siècle. La persécution de l'empereur Maximin Ier avait été assez courte et les querelles politiques entre ses éphémères successeurs éloignent pour un certain temps les menaces autour des chrétiens. Ce répit permet à Fabien de remettre en ordre l'Eglise romaine perturbée par de nombreuses années de conflits doctrinaux et par le schisme d'Hippolyte.

Profitant d'une période de paix, il révèle de grandes qualités d'organisateur et jette les bases administratives d'une Rome chrétienne. Il nomme sept diacres à la tête d'un district chacun dans la capitale. Il veille avec une acuité particulière au bon entretien des catacombes où il fait enterrer l'un de ses prédécesseurs, Pontien, et l'adversaire de celui-ci, Hippolyte. Il poursuit avec énergie les clercs coupables de diverses fautes, en particulier Privat, un évêque africain. Fabien envoie aussi sept évêques missionnaires en Gaules. La rédaction des actes des martyrs, entamée sous Antère, se poursuit sous son pontificat.

Il acquiert de fait un prestige qui déborde largement la ville de Rome. C'est vers lui que se tourne par exemple Origène, alors en conflit avecDémétrios, l'évêque d'Alexandrie pour se justifier.

A la fin de 249 le nouvel empereur Dèce déclenche une des plus violentes persécutions contre les chrétiens. Au début de l'année 250, le20 janvier, Fabien est torturé puis décapité. Il est inhumé dans la crypte des Papes de la catacombe de Saint-Calixte où son sarcophage est retrouvé en 1915.

 

BONNE FETE AUX SEBASTIEN, SEBASTIENNE, BASTIEN, BASTIENNE... en particulier à SEBASTIEN .


Demain nous fêterons sainte Agnès

LA SEMAINE DE L’UNITÉ DES CHRÉTIENS

 Un des aspects importants de ce qu’on appelle l’« œcuménisme », c’est-à-dire la rencontre, la connaissance mutuelle et le dialogue des divers chrétiens, est précisément la louange, la gratitude, la « reconnaissance ».

Rendre grâces pour autrui

Nous remercions Dieu parce que cette connaissance réciproque des chrétiens, et le fait que nous ayons appris, grâce au Mouvement œcuménique, à nous apprécier, à nous respecter et, éventuellement, à apprendre les uns des autres, ont porté des fruits considérables. C’est l’œuvre du Seigneur autant que celle des hommes les mieux intentionnés. Nous apprenons également à rendre grâces à Dieu pour tout ce qui advient de sage, de bon, d’intelligent dans les communautés chrétiennes, quelles qu’elles soient.

Œcuménisme du témoignage

Cela ne veut pas dire que nous relativisions les sujets qui, objectivement, sont débattus entre nous : aujourd’hui, nous faisons mémoire de saint Marc métropolite d’Éphèse, qui, seul contre un grand nombre, comme l’« étranger » de l’évangile aujourd’hui, disait : « Il n’est pas permis de faire des accommodements en matière de Foi ». Les chrétiens orthodoxes témoignent d’un œcuménisme, non de compromis ou de compromission, mais de témoignage. Le troisième motif d’action de grâces auquel nous pouvons penser est précisément que nous soyons, nous les Orthodoxes, dans la position de témoigner de la Tradition des Apôtres et des Pères, de donner l’exemple de l’expérience des Pères ascétiques et, particulièrement, d’apporter une contribution importante : le témoignage liturgique.

Situation conciliaire

Au 20ème siècle, les Orthodoxes, projetés hors des limites historiques de leurs pays d’origine, ont reçu du Seigneur la mission, pensons-nous, de mettre à la disposition de tous les chrétiens le trésor inaltéré de la Tradition. Il s’est créé, par l’action du saint Esprit, une situation conciliaire entre les chrétiens : les Orthodoxes doivent être les premiers à l’animer. Nous qui sommes souvent, dans les pays où nous vivons, comme l’« étranger », comme le dixième des chrétiens, des chrétiens pas comme les autres, nous rendons grâces, pour les autres – « tous purifiés » par le Nom de Jésus -, que le Seigneur veut renouveler par la « reconnaissance » de la vraie foi.

L’unité de Foi

Nous rendons grâces également pour nous-mêmes, à qui le même Seigneur veut donner l’humilité d’un témoignage authentique, crédible et convainquant. Mais, certes, Il nous donne une responsabilité : il nous est demandé du courage, souvent, pour refuser certains compromis ; et il nous est surtout demandé beaucoup d’amour pour dire avec douceur la vérité à nos amis chrétiens, notre prochain de bonne foi. Que soit béni le Seigneur qui appelle tous les chrétiens à être unis dans la même foi, dans la même fidélité à la Tradition, dans la même « reconnaissance » du Seigneur Jésus ! (Source: Sagesse Orthodoxe)

LE COIN DU CATECHISME ET...DE LA TRANSMISSION FAMILIALE:

 

 
 
Théobule
 
20/01/2016   
les enfants connectés à parole de Dieu
   
  Rejoindre Dieu sur la montagne - L'appel des 12 sur la montagne  
   
Faisons connaissance avec "les douze", ceux que Jésus a choisis sur la montagne pour l'accompagner et proclamer la Bonne Nouvelle à tous les peuples.
   
  Suivre Théobule  
   

Avec Théobule, venez découvrir :
Bonne nouvelle Bonne Nouvelle
"L'appel des douze apôtres sur la montagne"
les vidéos
     
A toi la parole À toi la Parole
"Ines et les 12 apôtres"
les vidéos
     
La question de Théobule La question de Théobule
"Qui sont les apôtres aujourd'hui ?"
les vidéos
     
Les jeux Les jeux
"Retrouve les noms des 12 apôtres et fais la liste les 8 erreurs entre 2 dessins"
Le puzzle et le coloriage de la semaine
les jeux
     
Vous aimez Théobule et souhaitez nous aider à faire vivre cette proposition gratuite. 
Vous pouvez faire un don au moyen du lien ci-dessous.
Théobule et toute l'équipe vous remercient !
Faire un don à Théobule
Chaque semaine, les enfants retrouvent Théobule pour une nouvelle balade instructive et ludique.


Disponible sur AppStore
Théobule   L'équipe de Théobule et les frères Dominicains de la province de France.


Théobule, Couvent des Dominicains, 7 avenue Salomon 59000 Lille
theobule@retraitedanslaville.org
"When you want to make a beginning of a good deed, first prepare for temptations, which will come to you, and don't doubt the truth [of that which you do for God.]"  (St. Isaac the Syrian) / "Lorsque vous voulez commencer une bonne action, commencez par vous préparer pour les tentations qui viendront à vous, et ne pas doutez pas de la vérité [de ce que vous faites pour Dieu.]" ( Saint Isaac le Syrien)

"When you want to make a beginning of a good deed, first prepare for temptations, which will come to you, and don't doubt the truth [of that which you do for God.]" (St. Isaac the Syrian) / "Lorsque vous voulez commencer une bonne action, commencez par vous préparer pour les tentations qui viendront à vous, et ne pas doutez pas de la vérité [de ce que vous faites pour Dieu.]" ( Saint Isaac le Syrien)

Saint Euthyme, qui êtes-vous?

Comme Saint Antoine, Père de Monachisme universel le fut pour pour l'Egypte, Saint  Euthyme fut, quelques années plus tard, le fondateur et le père du grand mouvement monastique qui allait remplir le désert de Palestine. Accordé par Dieu à ses parents, longtemps restés sans enfants, comme fruit de leurs prières, il naquit en 378 à Mélitène, en Petite-Arménie, en signe précurseur de la période de joie et de paix qui allait bientôt s'ouvrir pour l'Eglise, troublée depuis quarante ans par la persécution arienne1. Quand il perdit son père, à l'âge de trois ans, sa mère le confia à l'évêque Otréios qui, discernant la faveur de Dieu sur l'enfant, le baptisa et le consacra aussitôt Lecteur de son église. Elevé dans la maison épiscopale dans la vertu, la tempérance et l'application aux Saintes Ecritures, Euthyme apprit très tôt à accomplir l'Office Divin aux temps fixés avec crainte de Dieu et à prier d'un coeur non distrait. Il ne sortait guère que pour rendre visite aux moines des alentours et, à chaque carême, de la Théophanie à Pâques, il s'enfonçait dans le désert pour y vivre dans le silence et la solitude, à l'imitation des Sts Prophètes Elie  Jean-Baptiste . Brillant ainsi de telles vertus, il fut ordonné Prêtre dès l'âge de dix-neuf ans et nommé aussitôt supérieur de tous les monastères du diocèse. Il s'acquitta de cette charge pendant une dizaine d'années, puis voyant dans ces honneurs un obstacle à la vertu, il s'enfuit vers Jérusalem, avec le désir d'imiter la conduite de Notre Seigneur Jésus-Christ au désert, et s'établit un peu en dehors de la Laure de Pharan, fondée plus d'un siècle plus tôt par St Chariton (mémoire le 28 septembre), dans une cellule de solitaire où, libéré de tout autre souci que de plaire à Dieu par les prières et par les jeûnes, il s'occupait à tresser des cordes, afin de n'être à la charge de personne. Il se lia alors d'une si étroite amitié spirituelle avec son voisin Théoctiste (mémoire le 3 sept.) que l'un et l'autre avaient tout en commun, pensée et manière de vivre, comme s'ils n'étaient qu'une âme en deux corps. Euthyme l'emportait cependant par la douceur et l'humilité; c'est pourquoi Dieu lui accordait plus manifestement sa faveur et lui donnait l'initiative en toute chose.

Comme chaque année les deux ascètes allaient passer tout le Carême dans le grand désert de Koutila, vers la Mer Morte, ils furent un jour conduits par Dieu, jusqu'à une grotte admirable, située sur le flanc d'un précipice, qu'ils élurent aussitôt comme demeure et qu'ils transformèrent en église de Dieu par la vertu sanctifiante de leurs hymnes et de leurs prières. Après avoir passé quelque temps, inconnus de tous, en ne vivant que des herbes qui poussaient là, ils furent découverts par des bergers des environs. Dès lors les habitants du village le plus proche se firent un honneur de pourvoir à la subsistance de ces hommes de Dieu, et des moines de Pharan commencèrent à les visiter et à se joindre à eux en nombre croissant.
Comme Euthyme désirait rester libre de tout attachement, et le lieu étant trop exigu pour y mener la vie érémitique d'une laure, il fonda au pied de la falaise un cénobion dirigé par Théoctiste. Quant à lui, il demeurait en solitaire toute la semaine dans la grotte transformée en oratoire, et assurait la direction spirituelle et l'enseignement des frères, le samedi et le dimanche, quand tous se réunissaient pour la Vigile et la Divine Liturgie.

Le vénérable Euthyme progressait ainsi sans cesse dans la conversation intime avec Dieu, et il acquit en retour le pouvoir de faire des Miracles. Un jour de l'an 420, il guérit d'un signe de Croix le fils du chef d'une bande de Sarrasins, venu le trouver à la suite d'une vision. Les barbares, émerveillés à la vue du Miracle, se jetèrent alors à ses pieds en lui demandant de leur enseigner la Doctrine qui donne à l'homme la victoire sur la mort et de les illuminer par le Saint Baptême. Certains d'entre eux se joignirent aux disciples d'Euthyme, et leur chef, ayant reçu le nom de Pierre, se fit ardent missionnaire auprès des groupes nomades de Sarrasins essaimés en Palestine.

aaaCette guérison rendit le nom d'Euthyme célèbre dans tout le pays. Les malades accouraient de partout en foule, en troublant fort sa retraite, aussi décida-t-il de s'enfuir, malgré les instances de Théoctiste et des autres frères, vers le désert plus profond de Rouba, en compagnie du seul Domitien2originaire lui aussi de Mélitène. Il passa ainsi quelques années dans divers endroits où, ses miracles ayant attiré de nouveaux disciples, il fonda des monastères; puis il retourna finalement à proximité de Saint Théoctiste et s'installa avec Domitien dans une grotte située sur une petite colline, au milieu d'une vaste plaine désertique (le Sahel). Au bout de peu de temps, Pierre lui amena une foule de Sarrasins qui demandaient le Baptême. Ces loups du désert ayant été transformés en troupeau spirituel du Christ, ils ne voulurent plus quitter le Saint et installèrent leur campement permanent à proximité, campement qui devint par la suite un Evêché avec Pierre pour Pasteur. Euthyme continuait à envoyer à Théoctiste ceux qui voulaient vivre sous sa direction; jusqu'au moment où Dieu lui ordonna, dans une vision, de commencer à recevoir lui-même des disciples et de fonder une laure, organisée sur le modèle de Pharan. Les ermites y vivaient retirés toute la semaine, non plus dans des grottes mais dans des cellules construites par Pierre et les Sarrasins, et se réunissaient pour la Vigile dominicale autour de leur Prêtre et père spirituel dans l'église consacrée en 428 par l'Archevêque Saint Juvénal (mémoire le 2 juillet). Lorsque Saint Euthyme célébrait la Divine Liturgie un feu venu du ciel se déployait audessus de l'Autel et les recouvrait, lui et son Diacre Domitien, comme un voile. L'œil de l'intelligence illuminé par la Grâce, il pouvait distinguer clairement ceux qui s'approchaient dignement de la Sainte Communion et ceux qui, l'âme chargée de péchés, communiaient pour leur condamnation ; il discernait les secrets des cœurs et prophétisait l'avenir.

aaaMalgré la grande pauvreté de la Laure, le Saint se montrait hospitalier et généreux envers tous ceux qui venaient les visiter. Un jour, il fit, par sa prière, se remplir de pains le cellier vide, en quantité suffisante pour nourrir les quatre cents pèlerins venus d'Arménie rendre visite à leur compatriote, et pendant trois mois la réserve ne se désemplit pas. Aux nombreux Miracles que l'homme-de-Dieu accomplissait, il joignait toujours l'enseignement sur l'obéissance, sur la persévérance dans la condition où Dieu nous a placée et sur la pénitence; si bien que la Grâce qu'il déversait sur ses disciples et sur le peuple était toujours pour leur édification et leur progrès dans la vertu.

Saint Euthyrne était en tout un modèle parfait de conduite évangélique, et dans les temps troublés qui s'écoulèrent entre, le Concile d'Ephèse (431) et le Concile de Chalcédoine (451), il fut pour les fidèles un critère sûr de vérité et une colonne d'Orthodoxie. Il envoya des disciples à l'un et l'autre des Conciles, et ceux-ci y jouèrent un rôle notable. A l'issue du Concile de Chalcédoine, un imposteur, Théodose, réussit à s'emparer pendant vingt mois du trône de Jérusalem et à entraîner dans le parti monophysite une grande partie des moines de Palestine, pour qui la subtile terminologie théologique du Concile était peu compréhensible. Euthyme et ses disciples restèrent seuls à soutenir la Foi Orthodoxe, malgré toutes les menaces et les accusations de nestorianisme. Comme Saint Antoine, l'éclat de sa sainteté était la preuve de la vérité de sa doctrine; aussi, peu à peu, les moines les plus pieux se rangèrent-ils derrière lui. L'impératrice Eudocie
, veuve de Théodose II, établie en Palestine, s'était elle aussi laissée attirer par les monophysites; mais frappée par les malheurs advenus à sa famille lors de la prise de Rome, elle réalisa son égarement et, cherchant à rentrer dans la communion de l'Eglise, elle envoya des émissaires auprès de St Siméon le Stylite, près d'Antioche (voir le 1er sept.). Celui-ci l'exhorta à revenir en hâte à l'Orthodoxie et lui fit dire: «Pourquoi chercher au loin à puiser l'eau, alors que tu as près de toi la source. Tu as l'homme-de-Dieu Euthyme, suis ses enseignements et tu seras sauvée! » Elle se fit alors construire une tour près de la laure et y reçut les instructions d'Euthyme. comme si elles sortaient de la bouche même de Dieu. Elle prit ensuite fermement la défense de la Foi et couvrit la Palestine de généreuses donations: églises, monastères, hospices. Le vénérable ascète, chargé de jours mais animé de toute la ferveur que donne l'Esprit Saint, guidait vers le Royaume des Cieux quantité de disciples, parmi lesquels on compte les plus grandes figures monastiques de l'époque: St Sabas (5 déc.), St Cyriaque (29 sept.),St  Gérasime (4 mars), et nombre d'Evêques. A l'âge de 90 ans, il descendit visiter Théoctiste, juste à temps pour assister à ses derniers moments, célébrer ses funérailles et désigner un nouvel Higoumène.

Dieu lui accorda aussi de connaître à l'avance le jour de sa mort, mais il n'en dit rien jusqu'au jour où, selon sa coutume et malgré son grand âge, il devait partir passer le Carême au désert. Pendant la vigile de Saint Antoine, il réunit ses disciples et leur donna son ultime enseignement: «Gardez toujours, comme principe et comme fin de toute bonne activité, la charité sincère, qui est le lien de toute perfection. Toute vertu se fortifie par la charité et l'humilité, avec l'aide de l'expérience, du temps et de la grâce. Mais la charité l'emporte sur l'humilité, car c'est par charité que Le Verbe de Dieu s'est humilié en se faisant pareil à nous». Il leur recommanda aussi de rendre grâce à Dieu en tout temps, pour les avoir retirés de la confusion du monde et les avoir placés dans cette condition sainte, à l'imitation des Anges; puis il leur fit élire son successeur, leur annonça la mort prochaine de Domitien et la transformation de la laure en cénobion. Il leur indiqua l'endroit où devaient être construits l'église et les bâtiments, les exhorta à ne pas négliger l'hospitalité, à consoler et stimuler les frères éprouvés par les tentations et à accomplir avec dévotion tous les Services Divins. Après être demeuré trois jours seul dans le Sanctuaire, il s'endormit en paix, le 20 juin 473, le visage serein et tout blanc, plus angélique que terrestre; et il fut suivi quelques jours plus tard par Domitien, son fidèle disciple depuis 50 ans. Une foule immense de moines, de Clercs et de laïcs se rassembla pour les funérailles de ce Père du Désert. Un grand nombre de Miracles s'accomplit alors et continua longtemps de s'accomplir sur son tombeau, placé à remplacement de sa grotte. Toute l'Eglise commença aussitôt à vénérer Saint Euthyme comme un de ses Pères parmi les plus grands, car, ayant mené toute sa vie dans la solitude, il n'avait néanmoins jamais cessé d'être le soutien de la Foi, le missionnaire, le législateur de la vie communautaire et l'économe de la Grâce de Dieu.


1. Euthymia signifie: «bonne humeur», «confiance», «joie».
2. Distinct de Dométien, Evêque de Mélitène, commémoré le 10 janvier, il est ignoré des synaxaires byzantins, mais il était commémoré dans l'ancien calendrier de Jérusalem (Kanonarion), le 5 novembre.

Mercredi 20 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

LA CONVERSION : QU’EST-CE À DIRE ?

Les injonctionsMarie-Madeleine

Beaucoup d’injonctions sont adressées aux chrétiens. « Faites ceci ! », « faites cela », « ne faites pas cela », « convertissez-vous ! ». Bien sûr, ces commandements sont vénérables quand ils émanent de la bouche du Seigneur. Mais, quelquefois, ils nous mettent dans la perplexité ou le découragement. « Il n’y a qu’à », « tu devrais », « tu aurais dû », « il fallait »… Comment Dieu espère-t-il que nous accomplissions ces préceptes – souvent, de notre point de vue, impossible à réaliser, ou irréels, compte tenu de la vie que nous avons ?

Les pensées

Les Anciens – nous pouvons lire les Lettres de saint Antoine le Grand –, à la suite du Christ (Luc 2,35 ; 9, 47), nous enseignent en premier lieu à avoir conscience des pensées qui parcourent notre esprit et troublent notre cœur. Par « pensées », ils désignent, non des réflexions construites, mais, avant tout, ces suggestions, parfois minuscules qui, comme des flèches, nous atteignent, souvent à note insu, ou en nous prenant au dépourvu. Souvent, nous ne sommes pas bien conscients de ce mouvement continuel. Pour acquérir la conscience de celui-ci, il nous faut un point fixe : ce sera, par exemple, la lecture des psaumes ou de l’Évangile ou la prière du cœur sous une forme ou une autre. Pourquoi ? Pour deux raisons : la volonté de nous concentrer sur les mots de la lecture ou de la prière met en relief l’agitation des pensées ; le contenu de la lecture ou de la prière, se rapportant à la volonté de Dieu, nous permet de situer ou d’identifier ces pensées.

Le discernement

Les Anciens (saint Isaac le Syrien, par exemple) disent que les pensées de notre cœur viennent, soit de Dieu, soit du Diable, soit de nous-mêmes. On reconnaît les premières à leur cohérence avec la Parole, les deuxièmes à leur contradiction de la Parole, les troisièmes, au fait qu’elles sont récurrentes, quelquefois obsessionnelles : elles constituent une habitude, comme une deuxième nature. Le Christ parle des pensées qui viennent de notre cœur (Matt 15, 19). Ces dernières ne sont pas forcément mauvaises en elles-mêmes ; elles sont nuisibles parce qu’elles nous asservissent et conditionnent nos paroles et nos comportements. Souvent, d’un point de vue psychologique, elles révèlent les dispositions de notre inconscient : en advenant à la conscience, elles perdent de leur force.

La conversion

Elle consiste dans un « retournement », au sens propre. Une fois de plus : comment ? Assurons-nous de notre amour pour le Christ et de notre foi en lui : si nous les sentons trop faibles, demandons au Christ de les augmenter : « augmente en moi l’amour pour toi ! viens en aide à mon peu de foi ! » En effet, il n’y a pas d’intérêt à purifier notre esprit si ce n’est par amour pour Jésus Christ. Ensuite, trouvons en nous-même le courage de faire des choix : « non, telle pensée n’habitera pas ou plus en moi » – quand ce sont des pensées contraires à Dieu, des pensées dont nous ne voulons pas ou plus… Pour mettre ce choix à exécution, pratiquons la confession fréquente, avouons (« confessons », veut dire également « reconnaissons devant Dieu et devant témoin ») nos pensées – qu’elles soient perverses ou qu’elles soient apparemment innocentes. Si nous trouvons un père spirituel, disons-lui toutes nos pensées fréquentes ou occasionnelles : celles-ci perdront alors beaucoup de leur pouvoir, parce que nous les aurons distinguées de nous-mêmes ; elles ne vivent que de notre complicité.

Renouvellement

« Renouvelez les pensées de votre cœur », dit saint Paul (Rom 12, 2). Il s’agit de mettre d’autres pensées à la place de celles qui nous obsédaient. Saint Silouane dit : remplacer une habitude par une autre. Comment ? Le choix d’un cœur libre reste fondamental. Ensuite, chaque fois que nous verrons une mauvaise pensée sortir de notre cœur ou, de l’extérieur de celui-ci, venir du démon (qui est « Légion »), remplaçons-la par une pensée divine. Faisons cela de façon systématique. Par exemple, vient la pensée de juger (condamner, exécuter…) autrui : substituons-lui aussitôt une pensée de bénédiction – « gloire à toi pour ton serviteur Untel, Seigneur, gloire à toi ! » Selon certains Anciens (saint Jean Cassien), nous pouvons transformer toutes les pensées en prière et renouveler ainsi notre esprit par l’habitation divine : Dieu est amour ; une pensée d’amour au lieu d’une pensée de mépris ou de haine fait régner le Seigneur chez nous.

Le repentir

Tout ce qui a été dit précédemment est inutile si nous n’avons pas le repentir. Celui-ci ne s’identifie pas avec la conversion et ne traduit pas le terme évangélique de « métanoia ». Le repentir est essentiellement la haine du péché. Tant que nous n’aurons pas, avec larmes, dit, à nous-même et à Dieu, « comment ai-je pu avoir des pensées pareilles ? » – tant que nous n’aurons pas acquis l’horreur de ce qui nous sépare de Dieu, nos efforts resteront purement psychologiques, purement volontaristes, purement humains et, finalement, inutiles pour le Salut. Et nous travaillons au repentir essentiellement par la prière, car le repentir est, non un attribut de l’homme, mais une grâce divine, envoyée d’en haut par le Seigneur miséricordieux.(Source: Sagesse Orthodoxe)

EN VRAC...POUR VOTRE REFLEXION PERSONNELLE...

 

 

===

Isis razes to ground the oldest Christian monastery in Iraq, satellite images show

The monastery, believed to be 1,400 years old, predated Islam

The Isis jihadist group has completely destroyed a 1,400-year-old Christian monastery in Iraq, the oldest of its kind in the country.

Satellite images released on Wednesday by the Associated Press showed just a pile of rubble where St Elijah's Monastery used to stand on a hill above Mosul, Isis's stronghold in Iraq.

The monastery had survived as a place of Christian worship for almost one-and-a-half millenia, predating Islam itself, and had only suffered superficial damage throughout the country's most recent conflicts.

elijah-isis-sat.jpg
This combination of two satellite images provided by DigitalGlobe, taken on March 31, 2011, top, and Sept. 28, 2014, shows the site of the 1,400-year-old Christian monastery (DigitalGlobe via AP)

An historically significant site, the partially restored 27,000-square-foot stone building had 26 distinct rooms including a sanctuary and chapel. It still had niches where monks used to tuck candles, and the fourth century Greek "Chi-Rho" symbol, representing the name of Christ, was still visible carved into its right gatepost.

The site was recently used as a place of worship for US troops in Iraq, but fell into Isis hands in June 2014. This month, AP reported, satellite images commissioned from the firm DigitalGlobe confirmed what local antiquities experts have feared for some time.

elijah-isis-2.jpg
Aug. 21, 2009, photo released by the U.S. Army (AP)
elijah-isis.jpg
March 2005. U.S. service members during a sunrise Easter Mass at St. Elijah's Monastery (AP)
elijah-isis-interior.jpg
Nov 2008. US soldiers tour the monastery's interior (AP)

"Our Christian history in Mosul is being barbarically leveled," said Iraq-based Catholic priest Rev Paul Thabit Habib. "We see it as an attempt to expel us from Iraq, eliminating and finishing our existence in this land."

The demolition itself appears to have taken place at some point between August and September 2014, image analyst Stephen Wood told AP.

Images show the stone walls "have been literally pulverized", he said. "Bulldozers, heavy equipment, sledgehammers, possibly explosives turned those stone walls into this field of gray-white dust. They destroyed it completely."(Source: Independant)

 

===

A viewing service of the Late Lamented Mor Athanasius Aphrem Barsoum

was held at Mor Ephraim Church in Central Falls, Rhode Island. 


The service was presided over by His Eminence Mor Dionysius Jean Kawak, Patriarchal Assistant and Patriarchal Delegate in the Archdiocese of Eastern USA. 


Very Rev. Fr. Eduard Hanna gave a short obituary of the Thrice Blessed Archbishop. 


Rev. Fr. Alan Shaltan similarly gave a eulogy enumerating the important phases and events of the life of Archbishop Aphrem Barsoum. 


Very Rev. Raban Augin Al-Khoury read the letter of His Holiness Patriarch Mor Ignatius Aphrem II. 


The viewing included 3 services of the funeral. 
The clergy of the Archdiocese and other clergy attended the viewing. 


His Eminence Mor Dionysius also spoke about the Thrice Blessed Archbishop and his ministry in the Church. He also remembered his activities on the local, international and ecumenical levels. 


أقيم قسم من صلاة الجناز لمثلث الرحمة المطران مار أثناسيوس أفرام برصوم في كنيسة مار أفرام السرياني في سنترال فولس، بولاية رود آيلاند. 
ترأس الصلاة نيافة المطران مار ديونيسيوس جان قواق، المعاون البطريركي والمعتمد البطريركي في أبرشية شرقي الولايات المتخدة الأميركية. 
أبّن الخوري الفاضل إدوار حنا المثلثَ الرحمة ذاكراً أهمّ مراحل حياته. وكذلك ألقى الأب الفاضل ألن شلتان كلمة عدّد فيها مزايا الراحل الكريم وصفاته الحميدة التي ستخلّد ذكراه. ثمّ قرأ الأب الربان الفاضل أوكين الخوري نعمت الرقيم البطريركي الذي أرسله قداسة سيدنا البطريرك مار إغناطيوس أفرام الثاني. 
وتضمّنت الخدمة ثلاث صلوات وهي تهيئة لصلاة الدفن. 
وحضر أكليروس من الأبرشية والبلدان المجاورة. 
وفي الختام، تحّدث نيافة المطران مار ديونيسيوس جان قواق عن صفات الراحل ومزاياه وخصاله الحميدة ومناقبه الجميلة والحسنة إضافة إلى دوره وعمله على الصعيدين الروحي والإداري.

(Source: Patriarcal Church / His Holiness Patriarch Mor Ignatius Aphrem II on Facebook   )

===

L’IVG remboursée à 100%. Les frais liés à la maternité attendront !...

Le lieu choisi était symbolique : un centre du Planning familial à Paris. Ce vendredi 15 janvier, un an jour pour jour après l’annonce du Programme national d’action pour améliorer l’accès à l’IVG, Marysol Touraine en a dressé un premier bilan.

La ministre des Affaires sociales, de la santé et des droits des femmes a rappelé sa détermination « sans faille » dans le combat en faveur du « droit » à l’avortement avec notamment cette annonce phare : l’Interruption volontaire de grossesse (IVG), acte en lui-même déjà totalement remboursé depuis 2013, sera facilitée par la prise en charge intégrale des frais du « parcours IVG » à partir du 1er avril 2016. Consultations, examens, analyses, échographies pré et post-IVG, tout sera remboursé à 100%.

Toujours plus pour l’IVG

À cette occasion, la ministre a annoncé la prochaine mise en œuvre « avant l’été » de plusieurs mesures destinées à « faciliter » l’accès à l’IVG votées en décembre dans le cadre du projet de loi de modernisation du système de santé : notamment la suppression du délai de réflexion d’une semaine, le renforcement de l’offre de proximité, et la capacité donné aux sages-femmes d’effectuer des IVG médicamenteuses et aux centres de santé, des IVG instrumentales. En outre, « chaque Agence régionale de santé (ARS) devra formaliser un programme régional pour améliorer l’accès à l’IVG » (France Soir). Autrement dit, les ARS devront prévoir l’intégration d’IVG dans les contrats qui les lient aux établissements de santé (hôpitaux ou cliniques) en leur donnant des objectifs en nombre d’IVG à réaliser.

La loi Santé est actuellement en cours de contrôle par le Conseil constitutionnel. Mais la ministre de la Santé semble assurée du résultat de la saisine du Conseil constitutionnel sur la loi de modernisation du système de santé, qui concerne notamment la suppression du délai de réflexion de sept jours pour les femmes, s’étonne Gènéthique.

La maternité est discriminée

« Lors de sa visite, Marisol Touraine a martelé son ambition : “Faciliter pour toutes les femmes, sur tout le territoire, l’accès à la diversité des moyens d’IVG”, répétant le slogan de la campagne “IVG, mon corps, mon choix, mon droit”. À aucun moment, elle ne s’est alarmée du taux élevé d’avortements, en dépit d’une très large couverture contraceptive », constate