Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 20:37

L’image contient peut-être : intérieur

Today the spring exhales its fragrance of eclectic flowers * and the new creation exults with joy, * Today the Lord breaks the closed doors * and breaks the bolts of doubt by His presence * Thomas the Apostle, in a The act of faith confesses it. You are indeed my Lord and my God!

Aujourd'hui le printemps exhale son parfum de fleurs ecloses * et la création nouvelle exulte d'allégresse, *aujourd'hui le Seigneur enfonce les portes closes * et brise les verrous du doute par Sa présence;* Thomas l'Apôtre, dans un acte de foi le confesse *Tu es en vérité mon Seigneur et mon Dieu !

Hoje primavera adiante sua fragrância das flores em flor * e a nova criação exulta de alegria, o Senhor hoje * pias * portas fechadas e quebrar as travas da dúvida pela sua presença; * Thomas Apóstolo, em uma ato de fé confessar * Você é o meu Senhor e meu Deus!

 

Lundi, 1 mai 2017

This  May 1st Churches of the Syrian Orthodox Tradition commemorates two saints :

*St. John of Kfone

(Mor Yuhannon de-kfone).

Mor Yuhannon was a native of Athens, et disciple of "Mor Awgin". He evangelized Tur Abdin from late 4th century to early 5th century. He is believed to be buried in the village of kfone. There is a Church dedicated to his honour in the Syriac Aramean village of Mzizah (Dogancay, modern Turkey).

*St.Qawme

Mar Kauma stands as a luminous star in the heavenly abode of the saints and prophets.

His austere lifestyle and his coherence in faith for God earned him the title of "angel of the earth."

The word "Kauma" means "standing in an upright position". The saint was indeed meditating standing on a tree and his arms in a cross; Hence comes the name of 'Kauma'.

He spent forty-five years of his life in solitude, with little food to support his life.

----

L’image contient peut-être : plante et fleur

 

Mar Kauma se tient comme une étoile lumineuse, dans la demeure céleste des Saints et des Prophètes.

Son mode de vie austère et sa cohérence dans la foi pour Dieu lui ont mérité  le titre de «ange de la terre».

Le mot «Kauma» signifie «debout dans une position érigée». Le saint  méditait en effet debout sur un arbre et les bras en une croix; de là lui vient le nom de 'Kauma'.

Il passa quarante-cinq ans de sa vie dans la solitude, se suffisant de peu de nourriture pour soutenir sa vie.

----

Mar Kauma se destaca como uma estrela brilhante na morada celestial de santos e profetas.

Seu estilo de vida austero e coerência na fé para que Deus lhe rendeu o título de "Earth Angel".

A palavra "Kauma" significa "pé na posição vertical." O santo meditado efeito de pé sobre um veio e os braços em cruz; daí o seu nome 'Kauma.

Ele passou quarenta e cinco anos de sua vida na solidão, é suficiente para pouco alimento para sustentar a sua vida.

Aucun texte alternatif disponible.

"Strive to enter the shrine within you and you will see the shrine of heaven for the one is the same as the other and a single entrance permits you to see both. The ladder leading to that Kingdom is hidden within you, that is, within your soul: cleanse yourself from sin and there you will find the steps by which to ascend".

Saint Isaac the Syrian
(640-700)

---------------

Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 3,14-15.17.23-24.

Mes frères : ayez la charité, qui est le lien de la perfection. 
Et que la paix du Christ, à laquelle vous avez été appelés de manière à former un seul corps, règne dans vos cœurs ; soyez reconnaissants. 
En quoi que ce soit que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père. 
Quoi que vous fassiez, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur, et non pas pour des hommes, 
sachant que vous recevrez du Seigneur pour récompense l'héritage céleste. Servez le Seigneur Jésus-Christ. 

 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13,54-58.

En ce temps-là, étant venu dans son pays, Jésus les instruisait dans leurs synagogues, de sorte qu'ils étaient dans l'admiration et disaient : "D'où viennent à celui-ci cette sagesse et ces miracles ? 
N'est-ce pas le fils du charpentier ? Sa mère ne s'appelle-t-elle pas Marie, et ses frères Jacques, Joseph, Simon et Judas ? 
Et ses sœurs, ne sont-elles pas toutes chez nous ? D'où lui vient donc tout cela' ? " 
Et il était pour eux une pierre d'achoppement. Mais Jésus leur dit : " Un prophète n'est sans honneur que dans sa patrie et dans sa maison. " 
Et il ne fit pas là beaucoup de miracles à cause de leur incrédulité. 

 



Par Saint Hilaire

(v. 315-367), évêque de Poitiers et docteur de l'Église 
La Trinité, 12, 52-53 (trad. DDB 1981, p.150) 

 

« ' N'est-il pas le fils du charpentier ? '...
Il ne fit pas beaucoup de miracles en cet endroit,
à cause de leur manque de foi »

 

Aussi longtemps que je jouirai du souffle de vie que tu m'as accordé, Père saint, Dieu tout-puissant, je te proclamerai Dieu éternel, mais aussi Père éternel.

Jamais je ne m'établirai juge de ta toute-puissance et de tes mystères ; jamais je ne ferai passer ma connaissance limitée avant la notion vraie de ton infini ; jamais je n'affirmerai que tu as existé autrefois sans ta Sagesse, ta Puissance et ton Verbe, Dieu, l'Unique Engendré, mon Seigneur Jésus Christ.

Car même si le langage humain est faible et imparfait lorsqu'il parle de toi, il ne rétrécira pas mon esprit au point de réduire ma foi au silence, faute de mots capables d'exprimer le mystère de ton être...

Déjà dans les réalités de la nature, il y a bien des choses dont nous ne connaissons pas la cause, sans pourtant en ignorer les effets.

Et, lorsque de par notre nature, nous ne savons que dire de ces choses, notre foi se teinte d'adoration.

Si je contemple

*le mouvement des étoiles...,

*le flux et le reflux de la mer...,

*la puissance cachée dans la plus petite semence...,

mon ignorance m'aide à te contempler, car si je ne comprends pas cette nature qui est à mon service, je discerne ta bonté, du fait même qu'elle est là pour me servir.

Moi-même, je perçois que je ne me connais pas, mais je t'admire d'autant plus...

Tu m'as donné la raison et la vie et mes sens d'homme qui me causent tant de joies, mais je n'arrive pas à comprendre quel a été mon commencement d'homme. 

C'est donc en ne connaissant pas ce qui m'entoure, que je saisis ce que tu es ; et en percevant ce que tu es, je t'adore.

C'est pourquoi, lorsqu'il s'agit de tes mystères, ne pas les comprendre n'amoindrit pas ma foi en ta toute-puissance...

La naissance de ton Fils éternel dépasse la notion même d'éternité, elle est antérieure aux temps éternels.

Avant tout ce qui existe, il est le Fils sorti de toi, Dieu Père ; il est vrai Dieu...

Jamais tu n'as existé sans lui...

Tu es le Père éternel de ton Unique Engendré, avant les temps éternels.

 

Aucun texte alternatif disponible.

Chers amis. Voici nos prochains R.D.V :

 

-Aujourd'hui, Premier Mai, Messe à 10h30 au Monastère en l'honneur de "Saint Joseph Artisan" et de Mar Kauma à l'intercession desquels nous confierons les prochaines élections présidentielles et le soutien des classes sociales laborieuses, ouvrières et pauvres.

C'est, en Occident, l'entrée traditionnelle dans le "Mois de Marie" qui se situe ici au milieu du printemps alors qu'en Syrie (Par exemple), il est plutôt célébré en Février.

Ce mois de Marie coïncide, selon les régions, à la période où la nature se réveille du repos de l'hivers,où les arbres poussent de nouvelles feuilles et fleurissent...

   
PARIS :Prochaine permanence pastorale du Vendredi 5 Mai de 15h à 20h, visites aux fidèles le Samedi 6 Mai de 8h à 12h.
1 Rue Dolent (Métro Glacière)

Le Samedi 6 MAI
RAMASSAGE DES FIDÈLES de Paris et sa région pour le WE du 7 MAI (Pèlerinage du Mois de Marie à Notre-Dame de Miséricorde*) en Normandie, au Monastère à 15h au point de rendez-nous habituel .
---------------------------------
Du 7 au 15 Mai, Pèlerinage Marial du "Mois de Marie». D’Alsace en Charente avec St Ubald. (Invoqué contre toutes influences malfaisantes) 
------------------------------

Votre fidèlement en Notre-Seigneur.

Que ce « mois de Marie » soit pour chacun synonyme d’un renouveau dans l’Esprit Saint.Voici ce que l'évêque de Fréjus-Toulon disait de "La pudeur de Saint Joseph" au sactuaire de Cotignac en 2013:

"Notre monde est "voyeuriste".

Tout doit se montrer, et tout se dire en permanence.

Le succès des téléréalités, le règne de l’’extimité’, lorsqu’on affiche son intimité et ses états d’âme sur les réseaux sociaux…

Au contraire, Joseph nous offre le témoignage de la pudeur.

Une pudeur faite de silence, de réserve naturelle et de recueillement.

Joseph préserve l’intimité de son fils adoptif, Jésus.

Il respecte l’altérité de Marie son épouse, dans le mystère de sa conception virginale et de sa maternité divine.

Cette pudeur de Joseph n’est ni la honte qui exprime un dégoût de soi, ni la pudibonderie, ni la pruderie qui affecte une réserve hautaine.

La pudeur de Joseph est la garantie du mystère qui éclot en lui, le mystère de sa propre élection.

Elle est la mortification des sens, l’antidote de la vanité, la source de sa chasteté, le repli de sa prière.

Il y a quelque chose dans la Sainte Famille qui ne sera jamais pleinement connaissable et maîtrisable.

Une part de secret qui réclame un effacement, et dans lequel se nichent, et la liberté de Dieu qui appelle, et la liberté de la réponse :

-l’amen de Jésus et le fiat de Marie."

En ce mois de Mai consacré à Marie qui fut toute entière "écoute de la Parole" et "disponible à la Grâce du Saint Esprit", en ce mois de Mai lors duquel nous célébrerons l'Ascension de Notre-Seigneur, lors duquel nous nous préparerons à la Pentecôte, laissons le Christ, Divin Médecin, se pencher sur nos infirmités spirituelles et sur nos plaies pour nous guérir:

"Confie-toi au médecin et il opérera les yeux de ton âme et de ton cœur. 

Qui est ce médecin ?

C'est Dieu, qui guérit et vivifie par son Verbe et sa Sagesse."

(St Théophile D'Antioche)

Pour terminer, Seigneur Jésus, nous nous tournons vers Vous.

Ô Christ, notre Chef, Ô Christ notre Roi!

Par Votre résurrection glorieuse Vous êtes devenu notre espérance.

La mort, la violence et l’abandon n’ont pas eu le dernier mot.

Même si Vous restez invisible nous pouvons Vous accueillir, Ô Verbe, Parole du Père, par l'Ecriture et la Tradition Apostolique, nous pouvons Vous accueillir et , à l'exemple de Marie et de Joseph, vous rejoindre par la contemplation et dans notre prière. C'est en elle que nous trouvons la lumière et la force par l'Esprit vivificateur que Vous nous envoyez pour Vous  servir en chaque personne que nous rencontrons, en particulier en ceux qui souffrent.

À tous Vous promettez, Seigneur, la joie de Dieu pour toujours.

 

A bientôt, chers amis, aux pieds de Notre-Dame, dimanche prochain, en son Sanctuaire de Chandai.

Votre fidèlement dévoué.

 

Aloho m’barekh (Dieu vous bénisse) !


+Mor Philipose, métropolite

----------

L’image contient peut-être : 2 personnes

Queridos amigos. Aqui é o nosso próximo compromisso:

-Hoje, Dia de maio, a am Missa Mosteiro 10:30 em honra de "São José Operário" e Mar Kauma intercessão quem confiamos as próximas eleições presidenciais e apoio das classes trabalhadoras, trabalhadores e pobres.
É no Ocidente, a entrada tradicional no "Mês de Maria", que é aqui no meio da primavera, enquanto na Síria (por exemplo), é bastante comemorado em fevereiro.
Este mês de Mary coincide, por região, para o período em que a natureza acorda o resto do inverno, quando as árvores crescem folhas novas e flores ...

PARIS: permanência pastoral seguida de sexta-feira 5 de maio das 15h às 20h, visita a 6ª fiel Sábado, Maio das 8h às 12h.
1 Rue Dolent (refrigerador de metro)
No sabado, 6 de maio
PICK de fiéis de Paris e sua região para o fim de semana de 7 de Maio (mês de Maria Peregrinação a Nossa Senhora da Misericórdia *) na Normandia, o Mosteiro às 15h nos aguardam ponto habitual.
---------------------------------
De 7 a 15 de maio, Marian Peregrinação do "Mês de Maria". D'Alsace em Charente com St ubald. (Chamado contra todas as más influências)
------------------------------
Seu fielmente no Senhor.
Que este "mês de Maria" é sinônimo de cada um de uma renovação no Espírito Saint.Voici que Fréjus-Toulon Bishop disse de "A modéstia de São José" em sactuaire Cotignac em 2013:
"Nosso mundo é" voyeur".

Tudo tem que mostrar e dizer tudo permanentemente.

O sucesso dos reality shows, o reinado do 'extimacy' ao exibir sua privacidade e seus sentimentos em redes sociais ...

Em vez disso, Joseph nos oferece o testemunho de modéstia.

A modéstia feita de silêncio, reserva natural e meditação.

Joseph preserva a privacidade de seu filho adotivo, Jesus.

Ele respeita a alteridade de sua esposa Maria no mistério de sua concepção virginal e sua maternidade divina.

Esta modéstia de Joseph não é nem vergonha que expressa uma auto-aversão ou puritanismo nem pudor, que afeta uma reserva altiva.

A modéstia de Joseph é a garantia de mistério que floresce em ele, o mistério de sua própria eleição.

Ela é a mortificação dos sentidos, o antídoto para a vaidade, a fonte de sua castidade, o declínio de sua oração.

Há algo na Sagrada Família que nunca será totalmente cognoscível e controlável.

Parte do segredo que exige uma exclusão, em que se aninham, ea liberdade de Deus que chama ea liberdade da resposta:

-O Amen de Jesus e fiat de Maria. "

Neste mês de Maio dedicada a Maria era que toda a "ouvir a palavra" e "disponível para a Graça do Espírito Santo", no mês de Maio, durante o qual nós celebramos a Ascensão de Nosso Senhor, em que preparar para o Pentecostes, deixe Cristo, Divino Médico, olhar para as nossas enfermidades espirituais e nossas feridas para curar-nos:
"Confie o médico e ele vai operar os olhos de sua alma e seu coração.
Quem é esse médico?
É Deus que cura e dá vida através da Sua Palavra e Sua Sabedoria ".
(St Teófilo De Antioquia)
Finalmente, Senhor Jesus, nos voltamos para Você.
O Cristo nossa Cabeça, ó Cristo nosso Rei!
Por sua gloriosa ressurreição se tornou a nossa esperança.
Morte, violência e abandono não tiveram a última palavra.
Mesmo se você ficar invisível podemos acomodá-lo, O Verbo, a Palavra do Pai, através da Escritura e da Tradição apostólica, podemos acomodá-lo e, seguindo o exemplo de Maria e José, chega-se através da contemplação e na nossa oração. Nela encontramos a luz ea força do Espírito que dá vida que você envie-nos a servi-lo em cada pessoa que encontramos, especialmente aqueles que sofrem.
Para tudo o que prometo, Senhor, a alegria de Deus para sempre.

Em breve, queridos amigos, aos pés de Nossa Senhora, no domingo, no seu santuário Chandai.
Seu dedicado fielmente.

Aloho m'barekh (Deus te abençoe)!

+ Mor Philipose, Metropolitan

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

Prière pour demander l'humilité en toutes circonstances:

(Mgr Merry del Val)

V. O Jésus, doux et humble de cœur,
R. Rendez mon cœur semblable au vôtre.

De ma volonté propre, délivrez-moi, Seigneur
Du désir d’être estimé,
Du désir d’être affectionné,
Du désir d’être recherché,
Du désir d’être honoré,
Du désir d’être loué,
Du désir d’être préféré,
Du désir d’être consulté,
Du désir d’être approuvé,
Du désir d’être compris,
Du désir d’être visité,
De la crainte d’être humilié,
De la crainte d’être méprisé,
De la crainte d’être rebuté,
De la crainte d’être calomnié,
De la crainte d’être oublié,
De la crainte d’être raillé,
De la crainte d’être soupçonné,
De la crainte d’être injurié,
De la crainte d’être abandonné,
De la crainte d’être refusé,

Que d’autres soient plus aimés que moi, Accordez-moi, Seigneur, de le désirer
Que d’autres soient plus estimés que moi,
Que d’autres grandissent dans l’opinion et que je diminue,
Que d’autres soient loués et que je sois oublié,
Que d’autres soient employés et que je sois mis de côté,
Que d’autres soient préférés en tout,
Que d’autres soient plus saints que moi,
Pourvu que je le sois autant que je puis l’être,

D’être inconnu et pauvre, Seigneur, je veux me réjouir,
D’être dépourvu des perfections naturelles du corps et de l’esprit,
Qu’on ne pense pas à moi,
Qu’on m’occupe aux emplois les plus bas,
Qu’on ne daigne même pas se servir de moi,
Qu’on ne me demande jamais mon avis,
Qu’on me laisse à la dernière place,
Qu’on ne me fasse jamais de compliment,
Qu’on me blâme à temps et à contretemps,

V. Bienheureux ceux qui souffrent persécution pour la justice,
R. Car le Royaume des Cieux est à eux.

Prions
Mon Dieu, je ne suis que cendre et poussière.

Réprimez les mouvements d’orgueil qui s’élèvent dans mon âme. Apprenez-moi à me mépriser moi-même, vous qui résistez aux superbes et qui donnez votre grâce aux humbles.

Par Jésus, doux et humble de Cœur... Amîn.

L’image contient peut-être : une personne ou plus

In the Syriac Orthodox Church monks are men who dedicate their lives to prayer and live in communities of monasteries. They remain celibate as well as exercise a life of penance and obedience and self control.

___

Dans la Tradition  de l'Eglise Syriaque Orthodoxe  ,les moines sont des hommes qui  consacrent toute leur vie à la prière et vivent dans des communautés monastiques.

Ils restent célibataires et s'exercent à  la pénitence , à  l'obéissance et  au contrôle de soi.

___

Na tradição da Igreja Ortodoxa Síria, os monges são homens que dedicam suas vidas à oração e vivendo em comunidades monásticas.

Eles permanecem único e exercer ao arrependimento, obediência e auto-controle.

SAINT(S DU JOUR:

Lundi, 1 mai 2017

----------

St. John of Kfone

(Mor Yuhannon de-kfone).

Mor Yuhannon was a native of Athens, et disciple of "Mor Awgin". He evangelized Tur Abdin from late 4th century to early 5th century. He is believed to be buried in the village of kfone. There is a Church dedicated to his honour in the Syriac Aramean village of Mzizah (Dogancay, modern Turkey).

---

St.Qawme

Mar Kauma stands as a luminous star in the heavenly abode of the saints and prophets.

His austere lifestyle and his coherence in faith for God earned him the title of "angel of the earth."

The word "Kauma" means "standing in an upright position". The saint was indeed meditating standing on a tree and his arms in a cross; Hence comes the name of 'Kauma'.

He spent forty-five years of his life in solitude, with little food to support his life.

----

L’image contient peut-être : plante et fleur

Saint-Jean de Kfone

(Mor-Yuhannon de kfone).

Mor Yuhannon était originaire d'Athènes, et disciple de  Mor Awgin . Il évangélisa le Tur Abdin de la fin du 4ème siècle au début du 5ème siècle.

Il est soupçonné d'être enterré dans le village de kfone.

Il y a une église dédiée à son honneur dans le village  Syriaque Araméen de "Mzizah" (Dogancay, Turquie moderne).

-----

Mar Kauma se tient comme une étoile lumineuse, dans la demeure céleste des Saints et des Prophètes.

Son mode de vie austère et sa cohérence dans la foi pour Dieu lui ont mérité  le titre de «ange de la terre».

Le mot «Kauma» signifie «debout dans une position érigée». Le saint  méditait en effet debout sur un arbre et les bras en une croix; de là lui vient le nom de 'Kauma'.

Il passa quarante-cinq ans de sa vie dans la solitude, se suffisant de peu de nourriture pour soutenir sa vie.

----

St. John Kfone
(Mor-Yuhannon de kfone).
Mor Yuhannon foi de Atenas, e discípulo de Mor Awgin. Ele evangelizou a Tur Abdin no final do século 4º ao início

do século 5º.
Assumimos que está enterrado na aldeia de kfone.
Há uma igreja dedicada a sua honra na aldeia siríaco aramaico para "Mzizah" (Dogancay, Turquia moderna).

---

Mar Kauma

se destaca como uma estrela brilhante na morada celestial de santos e profetas.

Seu estilo de vida austero e coerência na fé para que Deus lhe rendeu o título de "Earth Angel".

A palavra "Kauma" significa "pé na posição vertical." O santo meditado efeito de pé sobre um veio e os braços em cruz; daí o seu nome 'Kauma.

Ele passou quarenta e cinco anos de sua vida na solidão, é suficiente para pouco alimento para sustentar a sua vida.

____________________________

 

SAINT JOSEPH, Artisan,

St_Joseph_artisan_6.jpg
Époux de la Très Sainte Vierge Marie


Saint Joseph descendait de la race royale de David. On croit généralement qu'en vue de la mission sublime que le Ciel lui destinait, il fut sanctifié avant sa naissance. Nul ne peut douter que Joseph ne fût préparé à son sublime ministère, quand la Providence, qui dirige tous les événements, unit son sort à celui de Marie. 

L'Évangile est très sobre de détails sur saint Joseph, et on y voit tout résumé en ces mots: "Il était juste." Mais que ces mots couvrent de merveilles, puisque les docteurs s'accordent à dire que saint Joseph tient le premier rang après Marie parmi tous les Saints!

Son père l'éleva, d'après la tradition, dans l'état modeste de charpentier; il pouvait avoir, selon de sérieux auteurs, une cinquantaine d'années, et il avait gardé une chasteté parfaite, lorsque la Volonté de Dieu lui confia la Très Sainte Vierge. Cette union, belle devant les anges, dit saint Jérôme, devait sauvegarder l'honneur de Marie devant les hommes. 

Dieu voulut que le mystère de l'Annonciation demeurât quelques temps caché à saint Joseph, afin de nous donner, dans le trouble qui plus tard s'empara de lui, lorsqu'il s'aperçut de la grossesse de Marie, une preuve de la virginité de la Mère et de la conception miraculeuse du Fils. L'avertissement d'un ange dissipa toutes ses craintes. 

Qui dira ce que Joseph, depuis lors, montra de respect, de vénération, de tendresse pour Celle qui bientôt allait donner au monde le Sauveur? Combien Joseph fut utile à Marie dans le voyage de Bethléem! Combien plus encore il Lui fut utile dans la fuite en Égypte! Joseph se montra pour la Mère de Dieu l'ami fidèle, le gardien vigilant, le protecteur dévoué. 

Imaginons-nous les progrès en vertu que dut faire saint Joseph, vivant dans la compagnie de Jésus et de Marie. Quel délicieux intérieur! Quelle sainte maison que cette modeste demeure! Que de mystères dans cette vie cachée où un Dieu travaille sous la direction d'un homme, où un homme se sanctifie sous l'influence d'un Dieu visible à ses yeux et devenu son Fils adoptif! Après la plus heureuse des vies, Joseph eut la plus heureuse des morts, car il rendit son dernier soupir entre les bras de Jésus et de Marie. 

Il est permis de croire, après saint François de Sales qui l'affirme, que saint Joseph est dès maintenant au Ciel en corps et en âme, avec Jésus et Marie. C'est à bon droit que saint Joseph porte le titre glorieux de Patron de l'Église universelle, et que son nom, dans la dévotion chrétienne, est devenu inséparable des noms de Jésus et de Marie. 

On l'invoque aussi comme Patron de la bonne mort.

(Source Evangelizo)

SAINT BRIEUC

évêque en Bretagne ( † 502)

L’image contient peut-être : 1 personne

D'origine irlandaise, Saint Brieuc fut converti par Saint Germain d'Auxerre, lors d'une de ses missions en Angleterre (cf. 31 juillet). Il suivit son père spirituel sur le continent et fut ordonné Prêtre ; puis il retourna dans son pays pour y convertir ses parents et y fonder un Monastère. Chassé par une invasion des Pictes et des Saxons, il passa en Bretagne Armorique avec une centaine de Chrétiens et, grâce au don d'un riche seigneur, il érigea un Monastère puis, un peu plus à l'est, une église sur l'emplacement de laquelle se constitua la ville qui porte actuellement son nom. Il mourut en paix vers 502.

Tropaire
Bâtisseur de l’Eglise, colonne de l’Orthodoxie, nous te magnifions, saint père Brieg, toi que l’Esprit-Saint vint couronner d’une flamme à l’instar des apôtres. Illuminateur du Penthièvre, des moines le modèle, des pasteurs l’ornement, tu fis germer la foi et la piété parmi les infidèles. Par tes prières, fais germer dans nos cœurs une foi sans crainte, une piété sans détours, un amour sans faille pour le salut de nos âmes.
http://orthodoxievco.net/ecrits/vies/synaxair/mai/brieuc.pdf*

_________________

 

SAINT SIGISMOND,

roi des Burgondes ( † 524)

Rien n’est plus admirable que ce choix de moyens dont se sert la Providence pour opérer la sanctification des élus. Nous l’allons voir dans la vie de Saint Sigismond.
Saint Sigismond était fils de Gondebaud, roi des burgondes qui était arien. Converti de l’arianisme à la foi orthodoxe grâce à l’influence de Saint Avit de Vienne ( Fêté le 5 Février), Saint Sigismond montra dès son élévation au trône de Bourgogne ( 516) un grand souci pour la vie de l’Eglise Orthodoxe.
Dès 513, le roi Gondebaud son père l’avait associé au trône et l’avait fait couronner à Genève. Il fut alors nommé Patrice de l’Empire dans les Gaules, dignité que conféraient aux princes burgondes les empereurs d’Orient dont ils se glorifiaient d’être les mandataires.
Il réunit des conciles contre les ariens et restaura le monastère de Saint Maurice d’Agaune. En fait, il y fonda véritablement l’abbaye actuelle qui n’était jusqu’alors ( 516) qu’un lieu où vivaient de saints ermites dans des cellules séparées.
En 517, il fit convoquer par son zèle le Concile d’Epaone présidé par Saint Avit. Il tenta de purger son royaume des poisons du vice et de l’hérésie.
Malgré sa piété, Saint Sigismond gardait néanmoins la grossièreté et l’impulsivité des mœurs barbares. Après le mort de sa première épouse, il s’était remarié. L’inimitié était grande entre son fils Sigeric et sa nouvelle épouse. Un jour de fête, le fils reprocha à sa marâtre de porter les vêtements de sa mère défunte. Celle-ci fut transportée de fureur et se mit à exciter Sigismond par des paroles insidieuses. Elle prétendit que Sigeric voulait tuer son père et s’emparer du royaume.
A cause de cette accusation calomnieuse de complot, le roi fit étrangler son fils en sa présence. Il tomba dans le piège de son épouse manœuvrée par le Malin. Mais à peine le crime fut-il commis, qu’il se précipita en pleurs sur le cadavre et alla se retirer à Agaune ( actuellement Monastère de Saint Maurice) pour tenter d’expier son péché par une sévère pénitence. La tradition rapporte qu’un vieillard lui dit alors: “C’est sur toi que tu dois pleurer maintenant, toi qui par suite d’un perfide conseil, es devenu un cruel parricide; celui que tu as fait périr innocent n’a pas besoin qu’on le pleure. “
Le roi passa de longs jours dans les larmes et les jeûnes pour implorer de Dieu son pardon. Il demanda au Seigneur que Celui-ci lui envoie son châtiment dans cette vie terrestre. C’est pendant ce séjour au monastère d’Agaune qu’il y fit instituer la Laus perennis, louange perpétuelle inspirée de la tradition des Acémètes de Saint Marcel de Constantinople. Profitant de l’affaiblissement du royaume burgonde, les princes francs du nord lui déclarèrent la guerre. Vaincu, le roi Sigismond s’enfuit et resta en un lieu alors appelé Verrosa ( actuel Verrosaz) où il vêcut en ermite dans une grotte.
Il s’était fait couper les cheveux et portait l’habit de moine. Quelques burgondes vinrent le trouver et lui conseillèrent de se retirer au monastère d’Agaune, mais c’était un piège par lequel on le livrait à ses ennemis. Il fut capturé alors qu’il cherchait à atteindre Saint-Maurice et il fut conduit en Gaule et jeté dans un puits près d’Orléans ( France), avec sa femme et ses enfants qui étaient déjà prisonniers de Clodomir, un de ses plus farouches ennemis ( 1er Mai 524).
Dieu, à la demande suppliante du saint, punit son crime par la révolte de ses sujets, mais il glorifia son repentir en illustrant son tombeau par des miracles et il reçut le titre de saint comme le saint roi et prophète David pénitent.
Le corps du saint séjourna trois ans dans ce puits. Souventes fois, on y vit une lampe miraculeusement allumée. Le peuple accourut à ce lieu pour vénérer le saint roi. On y bâtit peu à peu une chapelle, et des maisons s’élevèrent autour de ce sanctuaire, formant un village que l’on appela le Puits de Saint Sigismond ou simplement Saint Sigismond. Ce village existe encore dans l'Orléanais. Le puits du saint s'y trouve et l'on vient encore y puiser de l'eau pour la guérison du corps et de l'âme. Une relique du saint est aussi présente dans ce lieu, chose rare à notre époque...
Mais c’est à Saint Maurice en Valais que le saint devint célèbre. Son corps ayant été transféré à Agaune ( actuel Saint-Maurice en Valais), puis en partie à Prague ( son chef), il fut vénéré comme un martyr et des miracles nombreux s’accomplirent auprès de son tombeau. Saint Grégoire de Tours qui est mort en 595, donc 71 ans après Saint Sigismond, rapporte déjà dans son livre des martyrs et des confesseurs que les fidèles étaient guéris de la fièvre par l’intercession de Saint Sigismond. Il faut noter qu'en ces temps reculés, on appelait fièvres toutes sortes de maladies. Il guérissait également les hernies par son intercession.

Une antique prière éditée avec les œuvres de Saint Grégoire de Tours témoigne de la puissance de son intercession pour les pieux fidèles atteints de fièvres...

“ C’est par un pur don Seigneur,
qu’au nom de Ton élu Sigismond,
par la communion au corps et au sang
de Jésus-Christ Ton fils,
Tu chasseras de Ton serviteur N... que voici,
les frissons et l’ardeur des fièvres
et que Tu daigneras
lui rendre sa santé première.

Amen!”

Version Française C.L.-G. d'après d'anciennes vitae du saint.
Acathiste à notre père parmi les Saints, Sigismond roi de Burgondie 
http://acathistes-et-offices-orthodoxes.blogspot.fr/…/acath…

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

 

Aucun texte alternatif disponible.

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et intérieur

Messe à la Chapelle du Monastère Syriaque de Yaoundé (Cameroun)

« La Fête de Saint Joseph, de Joseph l'Ouvrier... La Fête de l'Artisan, du Père nourricier de Jésus, le Fils de l'Artisan, à qui, comme à Marie sa propre Mère, il était soumis.

St_Joseph_artisan_5ba.jpg

Après Jésus et Marie, il n'est pas de plus Saint que Joseph. Et ce Saint par excellence, c'est un ouvrier, un artisan, un peineur, qui travaille et gagne sa vie à la sueur de son front. Or à ce travail pénible, à ce labeur écrasant, le péché a condamné les hommes : personne, qui que ce soit, n'a reçu le privilège de se croiser les bras, ou de tourner les pouces. L'ordre fut formel : « C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras ton pain, jusqu'à ce que tu retournes à la terre, dont tu as été tiré : car tu es poussière et tu retourneras en poussière ». Le travail apparaît ici comme un châtiment. Hélas ! A certaines heures de l'existence, aujourd'hui peut-être, plus que jamais, ne le ressent-il pas ?

Mais n'oublions-nous pas trop, que ce même travail est une grâce singulière qui, en devenant notre pénitence, nous purifie, nous sanctifie et nous rapproche de ce Dieu qui nous y condamnait ?

Le travail nous ennoblit. Tout paresseux est un voleur, un parasite qui suce le sang d'autrui. Ce n'est plus qu'un figuier, celui qu'a maudit Jésus-Christ.

Au contraire, qui travaille en cherchant Dieu, c'est-à-dire qui peine au labeur quotidien, mais avec foi, simplicité, diligence, constance et bonne humeur, en esprit de pénitence et de componction, dans le désir de plaire à Dieu seul, en accomplissant son devoir d'état, expression parfaite de la volonté divine sur lui, celui-là est vraiment le disciple de Jésus, Fils de l'Artisan Joseph : il est à l'atelier où, dans l'obscurité de la plus humble des échoppes, ce dernier, sous le regard du Seigneur du ciel et de la terre, le Saint Ouvrier nous apprenait le secret du bonheur, comment on honore le Créateur en lui prêtant nos mains, comment on s'honore soi-même en gagnant sa vie et celle des autres à la sueur de son visage.

Chaque matin, en invoquant Saint Joseph Ouvrier, reprenons notre tâche, si dure soit-elle, manœuvrons l'instrument de travail que chacun possède : tous ont leur rabots divers, au foyer ou ailleurs ; la plume elle-même n'en est pas le moins lourd. Courage !... A l'atelier de Saint Joseph, nous avons, tous, à nous former... »

Dom Eugène Vandeur (1875-1967)

Urgence élections,

 Prière pour la France:

MAESTRO DE CESI CRISTO CON SU MADRE 1308:

Je vous propose la prière suivante pour notre Pays:


Seigneur Jésus, Ô Christ notre Dieu, Vous qui êtes venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Vous qui êtes monté librement sur la Croix pour tous les humains;
Vous qui, dans Votre amour ineffable et Vôtre indicible compassion, veillez au bien et au libre salut de chacun;
Vous qui êtes invisiblement présent dans ce monde qui Vous appartient et dans notre pays par le Corps de Votre sainte Eglise, acceptez les prières de supplication et de louange que nous Vous adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée.


Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Votre Mère toute pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine "Egale-aux-apôtres" dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Votre ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France :

Eclairez, inspirez, convertissez et sauvez notre patrie la France, ceux qui la gouvernent ainsi que chacun des membres de son peuple.


A nous qui Vous supplions dans la vraie Foi, accordez la grâce du non-jugement, la conscience libre, la force du saint Esprit pour témoigner de Votre vérité dans la paix qui vient de Vous.


Accordez-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Votre pardon.


Donnez-nous de Vous glorifier et de Vous célébrer pour la bienveillance que Vous manifestez à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple.


Inspirez-nous de Vous célébrer en premier lieu pour la révélation que Vous avez donnée de Vous-même à nos Pères par la prédications de ces aînés dans la Foi qui sont venu d'Orient pour ensemencer notre terre de l'Evangile de vérité, d'amour et de paix et à ceux qui, en conséquence peuvent en ces jours, sur cette même terre bénie de France, vous confesser avec Votre Père coéternel et Votre très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amîn!

_______________

 

Saint Michael and the Dragon in an initial Q by an Unkown master German, Würzburg, about 1240-50:

Urgence élections :

 Prière pour la France à saint Michel

 

Saint Michel, grand Prince de la milice céleste, établi par la Providence divine le protecteur spécial de la France, souvenez-vous que vous l’avez faite grande entre toutes les nations, que vous l’avez établie sentinelle de la foi et soldat de Dieu dans le monde. Glorieux Archange, vous que nos rois ont autrefois proclamé patron de la France, protégez-nous contre tous nos ennemis ; nous vous conjurons de nous placer tous sous votre impénétrable protection. Protégez toujours l’Eglise et la France ! Obtenez-lui un prompt et sincère retour à l’antique foi, source de sa force et de sa grandeur. Éclairez les incrédules, rassurez les timides, fortifiez les faibles, encouragez les bons, secourez-nous tous et rendez-nous meilleurs et plus chrétiens. Amîn.

En-tête

------------------------------------------------

Mor Philipose-Mariam, 

Aujourd'hui, lundi 1er mai, nous prions et jeûnons pour bénir les Juifs de France et d’Israël.

Lisons ces quelques versets pour introduire ce sujet de prière : 

"Mais si quelques-unes des branches ont été retranchées, et si toi, qui étais un olivier sauvage, tu as été enté à leur place, et rendu participant de la racine et de la graisse de l'olivier, 18ne te glorifie pas aux dépens de ces branches. Si tu te glorifies, sache que ce n'est pas toi qui portes la racine, mais que c'est la racine qui te porte. Tu diras donc: Les branches ont été retranchées, afin que moi je fusse enté. Cela est vrai; elles ont été retranchées pour cause d'incrédulité, et toi, tu subsistes par la foi. Ne t'abandonne pas à l'orgueil, mais crains; car si Dieu n'a pas épargné les branches naturelles, il ne t'épargnera pas non plus. Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu: sévérité envers ceux qui sont tombés, et bonté de Dieu envers toi, si tu demeures ferme dans cette bonté; autrement, tu seras aussi retranché. Eux de même, s'ils ne persistent pas dans l'incrédulité, ils seront entés; car Dieu est puissant pour les enter de nouveau. Si toi, tu as été coupé de l'olivier naturellement sauvage, et enté contrairement à ta nature sur l'olivier franc, à plus forte raison eux seront-ils entés selon leur nature sur leur propre olivier." (Rm 11:17-24)

L’héritage qui est commun aux juifs et aux chrétiens va bien au-delà de la Terre d’Israël, c’est également un héritage spirituel.

Saul de Tarse, érudit juif du premier siècle ayant trouvé en Jésus le Messie tant attendu d’Israël, compara les prémices de ce qui allait devenir la religion chrétienne, à des branches d’olivier sauvage greffées sur un olivier franc. (Rm 11:24).

Nous avons pris l’habitude de voir deux religions distinctes, le judaïsme et le christianisme, là où l’apôtre Paul voyait un seul arbre. Sur cet arbre, les branches greffées de l’olivier sauvage participent à la même sève et reposent sur les mêmes racines. Pour Paul cet héritage constitue un devoir d’amour particulier des chrétiens envers Israël ; « Ils sont aimés à cause de leurs ancêtres ». (Rm 11:28)

L’apôtre va jusqu’à exhorter les chrétiens à ne pas se vanter aux dépens d’Israël, mais à se rappeler que ce ne sont pas eux les chrétiens qui portent la racine, mais que c’est la racine Israël qui les porte ! (Rm 11:18)

Glorieux mystère liant pour toujours la destinée d’Israël et de l’Église.

Aujourd'hui nous prions et nous jeûnons pour bénir les fils d'Abraham, co-héritiers avec nous de la révélation et de l’élection.

SI vous souhaitez accompagner votre prière d'un geste, je vous encourage à partager cet article : "Juifs de France, d’Israël et d’ailleurs… Les chrétiens vous aiment !".

Que le Seigneur vous bénisse,

Guillaume Anjou
Fondateur et directeur d'Info Chrétienne et auteur de la newsletter quotidienne Un Jour Une Prière

L’image contient peut-être : texte

Ecrite par le Fr. Juan Escollar (v.1700), cette Hymne est chantée aux Vêpres des Fêtes de St Joseph, les 19 mars et 1er mai.
Te, Joseph, celebrent agmina caelitum,
te cuncti resonent Christiadum chori,
qui, clarus meritis, junctus es inclitae,
casto foedere Virgini.

Que les chœurs célestes célèbrent ta gloire, ô Joseph !
Que les chants de tous les Chrétiens fassent résonner tes louanges !
Glorieux déjà par tes mérites, tu es uni
par une chaste alliance à l’auguste Vierge.


Almo cum tumidam germine conjugem
admirans dubio tangeris anxius,
afflatu superi Flaminis, Angelus
conceptum puerum docet.

Lorsque, en proie au doute et à l’anxiété,
tu t’étonnes de l’état où se trouve ton épouse,
un Ange vient t’apprendre que l’enfant qu’elle a conçu,
l’a été par l’opération de l’Esprit-Saint.


Tu natum Dominum stringis, ad exteras
Aegypti profugum tu sequeris plagas;
amissum Solymis quaeris et invenis,
miscens gaudia fletibus.

Le Seigneur est né, tu le presses dans tes bras ;
tu fuis avec lui vers les plages lointaines d’Égypte ;
tu le cherches à Jérusalem où tu l’as perdu, et tu le retrouves :
ainsi tes joies sont mêlées de larmes.


Electos reliquos mors pia consecrati
palmamque emeritos gloria suscipit;
tu vivens, Superis par, frueris Deo,
mira sorte beatior.

D’autres sont glorifiés après une sainte mort,
ceux qui ont mérité là palme sont reçus au sein de la gloire ;
mais toi, par une admirable destinée, égal aux Saints, plus heureux même,
tu jouis dès cette vie de la présence de Dieu.


Nobis, summa Trias, parce precantibus;
da Joseph meritis sidera scandere,
ut tandem liceat nos tibi perpetim
gratum promere canticum.

Trinité souveraine, exaucez nos prières, donnez-nous le pardon ;
que les mérites de Joseph nous aident à monter dans les cieux,
pour qu’il nous soit enfin donné de chanter à jamais
le cantique de la reconnaissance et de la félicité.

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

DERNIERS JOURS POUR VOUS INSCRIRE au "Pèlerinage de Délivrance et de Guérison Intérieure"

L’image contient peut-être : 1 personne

qui, du 7 au 15 Mai, nous conduira de Notre-Dame de Miséricorde aux Sanctuaires Mariaux d'Alsace jusqu'en Charente où, après avoir vénéré ses reliques en son Sanctuaire de Thann (Alsace), nous terminerons notre périple par son Sanctuaire en Charente.

L’image contient peut-être : 1 personne
Voici un rappel des Sanctuaires qui seront visités :
-Dimanche 7 Mai: Notre-Dame de Miséricorde(Messe à 10h30),

L’image contient peut-être : montagne, ciel, plein air et nature
-Lundi 8:Notre-Dame de L’Épine , 
-Mardi 9: Notre-Dame de Houppach (Masevaux) et Saint Ubald (Thann/St Ubald est invoqué contre toutes influences malfaisantes).Messe à 17h à Houpach,

L’image contient peut-être : une personne ou plus
-Mercredi 10: Notre-Dame de Neubois (Messe à 10h) et Le Mont Sainte Odile("Route des vins"), 
-Jeudi 11: Notre-Dame de Thierenbach ("Route des vins"), 

L’image contient peut-être : ciel, plein air et nature
-Vendredi 12,en chemin, Sanctuaire du Saint Enfant Jésus (Diocèse d'Autun), 
- Le 13, Notre-Dame d'Espis (Moissac.Messe à 15h), 
-Le 14 Notre-Dame de Toutes-Grâces et St Ubald (Vénération de la relique de Saint Ubald est invoqué contre toutes influences malfaisantes/Fête Patronale de notre Paroisse des Charentes)
(Clôture des inscriptions le 5 Mai/ Offrande estimée 300 euros.(Que personne ne se prive de cette démarche de Foi pour une raison matérielle. Que tous ceux qui le peuvent aident leurs frères et soeurs plus pauvres à effectuer ce pèlerinage. Merci)

Aucun texte alternatif disponible.
---------------------------------------
Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,
Brévilly
61300 CHANDAI.
Tel: 02.33.24.79.58
ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)
courriel: asstradsyrfr@laposte.net

L’EXPÉRIENCE CORPORELLE DU CHRIST

Saint Thomas, suite… –

Le Christ bénit tous ceux qui, au cours des siècles et jusqu’à nos jours, le croient sur parole et croient sur parole ses apôtres et ses saints : « heureux ceux qui, sans voir, croient ! ». Il est dit que « la foi est une certitude de ce qu’on ne voit pas » (Hébreux 11, 1), et encore : « ce Jésus, vous l’aimez sans l’avoir vu » (1 Pierre, 1, 8). Toutefois, au cours des mêmes siècles et aujourd’hui encore, on peut dire : Heureux, ceux qui voient, qui entendent, qui touchent, qui goûtent, et qui croient ! Plusieurs paroles nous invitent à recevoir cette bénédiction-là. À la fin de la divine liturgie, nous chantons : « Nous avons vu la vraie lumière ! ». Le saint apôtre Paul atteste avoir vu le Seigneur (1 Corinthiens 9, 1). Le saint et premier martyr le diacre Étienne vit « le ciel ouvert et le Fils de l’homme » (Actes 7, 56). D’innombrables cas d’apparition du Christ depuis sa résurrection corporelle sont connus, non seulement pendant les quarante jours qui suivirent, mais également depuis son Ascension ou Exaltation.

L’expérience eucharistique

« Goûtez et voyez combien le Seigneur est bon ! », dit le prophète David dans le psaume que nous lisons pendant la communion (ps. 33, 9, repris dans la première épître de l’apôtre Pierre, 2, 3). Il est vrai que, souvent, « je mange et bois ma condamnation en ne discernant pas le corps et le sang de mon Christ et mon Dieu » (prière de saint Basile avant la communion) : malheureux ceux qui ne voient pas ou ne goûtent pas ! « … ô Verbe, donne-moi tes pieds pour que je les saisisse, pour que je les baise et que j’ose les baigner de mes larmes, à la place d’une myrrhe précieuse », nous enseigne à dire saint Siméon le Nouveau Théologien avant de communier ; et il ajoute : « je te rends grâces avec mon esprit et mon cœur, avec tous mes membres, avec mon âme et ma chair, je me prosterne devant toi… »

La communion au corps et au sang du Dieu Homme est par excellence l’expérience corporelle que nous pouvons faire de lui. Et, quand nos lèvres reçoivent la parcelle vivante de son corps ressuscité, nous disons, comme Thomas : « mon Seigneur et mon Dieu ! » Toute notre démarche eucharistique (jeûne, repentir, prière) tend à voir et à goûter le Seigneur fait chair. Le péché c’est de ne voir ni toucher…

Manger la Parole

Nous mangeons et buvons notre Dieu parce qu’Il s’est fait chair. La Parole, le Verbe, s’est fait corps et sang. Les Anciens le disent : la Parole se mange – « ouvre le bouche et mange !… Fils d’homme, mange le rouleau que voici !» (Ézéchiel 2, 8 et 3,1 ; cf. Isaïe 6, 7) ; « J’ai mis mes paroles dans ta bouche » (Isaïe 51, 16) ; « prends le livre et mange-le ! » (Apocalypse 10, 9). Apprendre par cœur, mémoriser la parole de Dieu, c’est manger et boire, s’alimenter corporellement. Le Christ le dit au désert : l’homme se nourrit non seulement de pain mais de toute parole sortie de la bouche du Seigneur. C’est pourquoi il est dit également que « l’homme vit de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Matthieu 4, 4). Parce que l’homme se nourrit de la Parole, ses pensées et ses actes se modifient : « une joie envahit les cœurs qui gardent le trésor. Une force les emplit pour accomplir les gestes de la vie », écrit Bernard Frinking (La parole est tout près de toi, Apprendre l’Évangile pour apprendre à vivre, Bayard Éditions/Centurion, Paris, 1996) qui cite le grand et saint Moïse : « La Parole est tout près de toi. Elle est sur ta bouche et dans ton cœur et dans tes mains, pour la faire » (Deutéronome 30, 14, 70). Et l’ordonnance liturgique est faite pour qu’on assimile la Parole.

La tendresse

Bien souvent, nous touchons du doigt le Christ ; bien souvent, nous le voyons. Nous échangeons le baiser pascal : n’est-ce pas la chair du Christ ressuscité que nous vénérons ainsi ? Dieu est tendresse, nous dit la Parole (Deutéronome 1, 31 ; Marc 1, 41 ; 9, 36). Tendresse veut dire toucher. Par le contact avec autrui, nous touchons le Christ incorporé. Dans la plaie des malades, dans l’agonie des mourants, dans la sépulture de ceux qui reposent, nous touchons la blessure du Christ, sa croix et son sépulcre. Nous le touchons ressuscité en ses membres, dans la tendresse pour les enfants, dans l’amour conjugal où c’est la chair du Christ que tu épouses, dans les amis et les frères que l’on serre sur son cœur. Ce que vous faites au plus petit, c’est à moi que vous le faites, dit Dieu. Et le Seigneur, s’Il se laisse toucher et palper comme Il le fit pour Thomas, est également Celui qui nous touche, qui tire les larmes de repentir et de joie de notre cœur – ce corps du corps, selon un Ancien.

Le témoignage

L’exemple des saints nous fait toucher du doigt l’amour du Christ pour les hommes. D’innombrables saints et saintes rendent palpable la vérité, et démontrent par l’expérience qu’ils nous fournissent « combien le Seigneur est bon et doux ». Toutes chrétientés confondues, les chrétiens sont un comme Dieu est un, quand ils aiment comme Il aime et quand ils rendent sensible et corporellement accessible la vie du Christ incorporé. Le Christ est présent dans les saints par le saint Esprit, comme Il est présent dans l’oblation eucharistique, parce que les saints font de toute leur vie une eucharistie quotidienne. Le propre de la vie biblique est précisément l’incorporation de la Parole : et ceci est devenu possible parce que cette Parole s’est faite chair et parce qu’elle est passée de l’enfer à la vie absolue. Nous n’avons rien de mieux à faire pour le bien du monde et de la société civile que de rendre palpable en notre propre chair la chair transfigurée de Jésus Christ.

Je crois en l'Église Une... (A.S. Khomiakov 8/12)

 
VII – Le Credo

La Sainte Église confesse sa Foi par toute sa vie; par sa doctrine, qui est inspirée par le Saint Esprit; par ses Sacrements dans lesquels le Saint Esprit oeuvre; et par ses rites, qu'Il dirige. Et le Symbole de Nicée-Constantinople est particulièrement appelé sa Confession de Foi.

Dans le Symbole de Nicée-Constantinople est comprise la confession de la doctrine de l'Église; mais afin qu'on puisse savoir que l'espérance de l'Église est inséparable de sa doctrine, il confesse en même temps son espérance; car il y est dit "j'attend" et non pas simplement "je crois en" la vie à venir.

Le Symbole de Nicée-Constantinople, la confession pleine et entière de l'Église, dont elle ne permet pas d'omettre quoi que ce soit ni ne permet d'y ajouter quoi que ce soit, est comme suit : "Je crois en un seul Dieu, le Père Tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre, et de tout ce qui est visible et invisible. Et en un seul Seigneur, Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, engendré par le Père avant tous les siècles, Lumière de Lumière, vrai Dieu de vrai Dieu, engendré, non créé, consubstantiel au Père, et par Qui tout a été fait. Qui pour nous, hommes, et pour notre Salut, est descendu des cieux, S'est incarné du Saint Esprit et de la Vierge Marie, et S'est fait homme. Qui a été crucifié pour nous sous Ponce Pilate, a souffert et a été enseveli, Qui est ressuscité le troisième jour selon les Ecritures. Qui est monté aux cieux et siège à la droite du Père. Qui revient en gloire juger les vivants et les morts, et dont le règne n'aura pas de fin. Et en l'Esprit Saint, Seigneur, Qui donne la vie, Qui procède du Père, Qui, avec le Père et le Fils, est adoré et glorifié, Qui a parlé par les prophètes. En l'Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique. Je confesse un seul Baptême pour la rémission des péchés. J'attends la résurrection des morts et la vie du siècle à venir. Amen."

Cette confession, tout comme toute la vie de l'Esprit, n'est compréhensible qu'à celui qui croit et qui est membre de l'Église. Elle contient en elle des mystères inaccessibles aux investigations de la raison et découverts seulement à Dieu même et à qui Dieu les découvre pour une connaissance non point extérieure et morte, mais vivante et intérieure. Elle contient en elle le mystère de l'Être divin, non seulement par rapport à Son action extérieure sur la Création, mais aussi par rapport à Son existence intérieure éternelle.
C'est pourquoi l'orgueil de la raison et de la domination illégale, qui s'est arrogé, en opposition à la décision de toute l'Église (exprimée au Concile d'Éphèse), le droit d'ajouter au Symbole de Nicée-Constantinople ses propres explications et un hypothèses humaines, cet orgueil est déjà en soi une infection contre la sainteté et l'inviolabilité de l'Église. Comme cet orgueil des Églises séparées, qui ont osé modifier le Symbole de toute l'Église sans l'accord de leurs frères, ne fut pas inspiré par l'Esprit d'amour et fut un crime contre Dieu et la sainte Église, de même leur sagesse aveugle, n'ayant pas compris les Mystères de Dieu, fut une altération de la foi. Car la foi ne se conserve pas là où l'amour s'est appauvri. C'est pourquoi l'addition des mots "filioque" ["et du Fils", en latin dans le texte; ndt] renferme une sorte de dogme imaginaire, ignoré de tous les écrivains agréables à Dieu, de tous les évêques ou successeurs des Apôtres aux premiers siècles de l'Église, un dogme que le Christ Sauveur n'a pas exprimé.
Comme le Christ l'a exprimé clairement, l'Église aussi n'a cessé de confesser et confesse clairement que le Saint-Esprit procède du Père car ce ne sont pas seulement les mystères extérieurs de Dieu, mais aussi les mystères intérieurs qui ont été révélés par le Christ et par l'Esprit de foi aux saints Apôtres et à la sainte Église. Lorsque Théodoret appela blasphémateurs tous ceux qui confessaient la procession du Saint-Esprit du Père et du Fils, l'Église, alors, qu'elle décelait ses multiples erreurs, approuva sur ce point son jugement par un silence éloquent (3).
L'Église ne nie pas que l'Esprit-Saint est envoyé non seulement par le Père, mais aussi par le Fils; l'Église ne nie pas que le Saint-Esprit Se communique à toute créature raisonnable non seulement à partir du Père, mais aussi par le Fils; mais l'Église rejette que l'Esprit-Saint tienne Son principe de procession au sein même de la divinité non du Père seul, mais encore du Fils. Celui qui a renié l'Esprit d'amour, qui s'est lui-même dépouillé des dons de la grâce, ne peut plus posséder la connaissance intérieure, c'est-à-dire la foi, mais il se limite à la connaissance extérieure : aussi ne peut-il plus connaître que l'extérieur, non les mystères intérieurs de Dieu. Les communautés chrétiennes qui se sont séparées de la sainte Église n'ont plus pu confesser (puisqu'elles ne pouvaient plus saisir par l'Esprit) la procession du Saint-Esprit au sein de la divinité à partir du Père seul; mais elles durent se contenter de confesser la mission extérieure de l'Esprit en toute créature, mission temporaire qui s'accomplit non seulement à partir du Père, mais aussi par le Fils. Elles ont gardé l'élément extérieur de la foi, mais ont perdu le sens intérieur et la grâce de Dieu non seulement dans leur confession de foi, et aussi dans leur vie même.

(3) Lorsque l'Église ne réfute pas un écrivain, son silence est très significatif. Mais lorsque l'Église ne rejette pas une accusation portée contre telle ou telle doctrine, son silence constitue une accusation formelle; car en ne rejetant pas cette accusation, elle la confirme de toute son autorité.

"L'Église est Une"
par Alexei Stepanovich Khomiakov (1804-1860)

(Source:St Materne)

Aucun texte alternatif disponible.

Madame Élisabeth, princesse et martyr

Le 10 mai, jour anniversaire de son exécution, plusieurs messes auront lieu en l’honneur d’Élisabeth de France, sœur de Louis XVI. La cause de béatification de ce personnage remarquable, mais peu connu, vient d’être relancée.

JPEG - 60.8 ko
Portrait de Madame Élisabeth, attribué à Louise Élisabeth Vigée Le Brun (1755-1842), visible au Petit Trianon (Versailles), dans le salon de Madame Élisabeth.
© Starus - Domaine Public

Sur son portrait peint par Élisabeth Vigée Le Brun, on reconnaît sans peine les traits des Bourbons. Élisabeth de France, dite Madame Élisabeth, dernière sœur de Louis XVI, naît à Versailles le 3 mai 1764 et grandit à la cour. Si elle est aujourd’hui l’objet d’une procédure en béatification, c’est, explique l’abbé Xavier Snoëk, curé de Ste-Élisabeth de Hongrie (3e) et postulateur de la cause, « qu’elle a très vite compris qu’elle ne se marierait pas et qu’elle n’était pas non plus appelée à la vie religieuse, et qu’elle a choisi, dès 1782, de se donner radicalement aux pauvres ». D’abord à la cour, discrètement, puis publiquement quand, après avoir reçu du roi le domaine de Montreuil, près de Versailles, elle y secourt pauvres et malades mettant en place un dispensaire informel. Une dévotion confirmée par Dominique Sabourdin Perrin, historienne : « Dévouée aux pauvres, elle le sera également à sa famille, quand, en 1792, elle est emprisonnée au Temple. Elle soigne, console et défend sa belle-sœur Marie-Antoinette, et ses nièces et neveux. Elle ira même jusqu’à prendre soin de Madame Tison, sa geôlière, qui l’avait pourtant dénoncée à plusieurs reprises. » Car Élisabeth de France a refusé de fuir afin de veiller sur sa famille. Elle sera guillotinée avec vingt-quatre autres prisonniers le 10 mai 1794, les soutenant de sa confiance en Dieu miséricordieux. « Elle n’a alors que 30 ans, mais une foi indéfectible en la vie éternelle, souligne l’abbé Xavier Snoëk. Elle s’inscrit parfaitement dans ces mouvements de spiritualité qui naissent en plein cœur de la Révolution. Elle-même a fondé, en 1790, une confrérie dédiée au Cœur immaculé de Marie, dont quelques-unes de ses dames de compagnie font partie. » C’est leurs témoignages écrits, transmis à travers les générations, qui serviront à appuyer sa cause, portée par l’archevêque de Paris, lieu de son exécution. Mais en quoi cette femme du XVIIIe siècle, issue de la famille royale, peut-elle être un exemple aujourd’hui ? « Madame Élisabeth a choisi d’assumer son célibat en le vivant comme un don de soi fait aux autres. Or ce qui guette parfois les célibataires non consacrés, c’est le repli sur soi. C’est en cela qu’elle est un beau modèle aujourd’hui. »

Priscilia de Selve

À venir

Plusieurs messes et une conférence sont organisées le 10 mai 2017, jour anniversaire de l’exécution d’Élisabeth de France. À Paris, une conférence animée par Dominique Sabourdin Perrin, historienne et docteur ès-lettres, aura lieu à Ste-Élisabeth de Hongrie (3e) à 19h, suivie d’une messe à 20h, célébrée par l’abbé Xavier Snoëk, postulateur de la cause. Une messe sera également célébrée à Versailles, en l’église St-Symphorien à 9h.

Source:Paris Notre-Dame

_______________________________

"La monarchie, en France, n’a jamais été régime de la nostalgie et les règnes ne se ressemblent pas, et heureusement ! Elle s’adapte et se renouvelle pour répondre aux besoins de son temps. (...) La royauté restaurée serait celle qui convient au XXIe siècle. Un nouveau régime à écrire mais fidèle à la tradition, ne serait-ce que sur le point fondamental de l’hérédité."

Prince Louis de Bourbon, avril 2017. Entretien à Vexilla Galliae

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes souriantes
J’aimeAfficher plus de réactions
Commenter

LE CARÊME DE L’ESPRIT

Deux carêmes –

Considérons que, de part et d’autre de Pâques sont deux quarantaines – deux cinquantaines même si on ajoute les jours de pré carême qui précèdent le Triode (le temps des Gésimes occidentales) et la dizaine qui suit l’Ascension. Ce sont deux versants de la Résurrection. Ou bien ce sont deux étapes tendant vers la glorieuse descente de l’Esprit, si l’on admet que celle-ci est le but suprême et l’enjeu de la Résurrection du Fils. Pentecôte voulant dire cinquantaine, on peut voir deux « pentecôtes », celle du Verbe et celle de l’Esprit.

Saint Jean Cassien

La 21ème conférence du grand saint orthodoxe du Sud de la France s’intitule « du repos de la Pentecôte ». Il y est fait mention du fait que, après la Résurrection du Messie, les pratiques ascétiques sont réduites. Il est vrai que, après le dimanche de Thomas, on ne renoue avec l’abstinence que progressivement, puisque l’on prend du poisson mercredi et vendredi, par exemple. On reste debout pour la prière, comme à Pâques : « nous ne courbons pas non plus les genoux pour la prière, en ces jours, parce que cette posture est un signe de pénitence » (21, 20), rapporte saint Cassien, qui cite Jésus (Matthieu 9, 15) : « les amis de l’époux peuvent-ils être dans le deuil, tant que l’époux est avec eux ? Mais  il viendra des jours où l’époux leur sera ôté, et alors ils jeûneront ». On ne parle pas de la confession des péchés, sauf faute grave, ni en général de repentir. Et l’on se salue constamment du « Christ est ressuscité ! » en échangeant le baiser pascal.

La vigilance

Saint Cassien recommande de rester sur ses gardes afin de ne pas retomber, sous prétexte de joie, dans ce qui nous asservissait avant d’entrer dans le Carême pascal. Bien souvent en effet, la Pâque étant passée, nous retournons à notre confort, à notre gourmandise, voire à notre gloutonnerie de naguère ! Que « les adoucissements consentis durant cette période profitent au bien du corps et de l’âme plutôt que de leur nuire », rapporte le Père de l’Église. Il s’agit « de ne point perdre, dans le repos et la sécurité de la Pentecôte » ce qui a été acquis « par le continuel labeur du carême ». Ainsi, gardons une certaine sobriété : « si les solennités qui viennent interrompre le cours ordinaire du temps ne changent rien à la continuité de notre abstinence, nous jouirons de fêtes spirituelles sans trêve, et, cessant de cette sorte toute œuvre servile, nous irons de nouvelle lune en nouvelle lune, et de sabbat en sabbat » (21, 23).

Deux périls

« Durant les quarante jours qui suivirent la Résurrection, le Seigneur mangeait avec ses disciples, et la joie de sa présence quotidienne ne leur permettait pas de jeûner » (21, 20). Le temps de Pentecôte est le carême de la joie parce qu’il est le carême de l’Esprit. Deux dangers menacent les chrétiens, dont celui que signale saint Cassien : régresser spirituellement au point où nous en étions avant le Carême de Pâques. Un autre péril est le fléchissement de la joie et de la ferveur ; l’affaiblissement de la soif de l’Esprit ! Nous pourrions oublier que la couronne de feu n’est pas encore descendue sur nous…

L’ascèse de la joie

Considérons l’ordre des offices liturgiques : nous voyons que le tropaire de la Résurrection est chanté constamment. L’ascèse de la joie consiste à maintenir comme une pression charismatique par la prière (« gloire à ta sainte résurrection, Seigneur, gloire à toi »), par le chant du tropaire, en nous saluant toujours par le « Christ est ressuscité », en continuant à nous pardonner mutuellement et « à dire frères même à ceux qui nous haïssent », à fleurir les tombes et les maisons, à tenir nos cierges allumés, à préparer des œufs de couleur jusqu’à l’Ascension, à cultiver un sourire intérieur et une dilatation de l’âme par la joie du Christ, et à féliciter sans cesse la Création ! Considérons comme un péché grave le relâchement de l’allégresse – le péché de tristesse ou de tiédeur… Prions ainsi les saints : « Réjouis-toi, Vierge Mère de Dieu, réjouis-toi ! » ; « réjouis-toi, saint Père et pontife Nicolas, réjouis-toi ! » ; « réjouissez-vous, tous les saints, réjouissez-vous ! » – car le Christ est ressuscité et Il est invisiblement présent au milieu de nous. La joie pascale introduit l’homme dans le mystère de l’Esprit.

(Source:"Sagesse Orthodoxe")

$20 Chotki - prayer rope 50 knots:

La prière est la clef des trésors du ciel

 

Le besoin de prier naît avec nous et toujours il demeure en nous comme un merveilleux soutien au milieu des tristesses de notre vie. Celui qui connaît Dieu avec sa puissance suprême et sa bonté infinie et qui comprend sa faiblesse et son néant, ne peut s'empêcher à certains moments, surtout quand il est brisé par la tristesse, meurtri par la douleur ou menacé par le danger, de pousser un cri d'appel à la Toute-Puissance qui, seule, peut le secourir, et ce cri, c'est la prière. Ce cri de l'âme est un aveu de notre faiblesse et en même temps c'est une marque de notre confiance en notre Père céleste. Ce qui a fait dire justement que la prière "est l'aveu d'une indigence qui espère. "

Et Dieu, a toujours voulu que nous recourrions à sa libéralité. Il veut ne rien nous refuser mais à la condition que nous lui de­mandions tout. "Demandez et vous recevrez." (jean XVI) Demander pour recevoir, voilà la loi et, parmi les commandements que Dieu nous a donnés, il n'y en a pas de plus précis.

Cette loi de la prière date de l'origine du monde. Ouvrons l'Ancien Testament et nous verrons que le Saint Esprit s'y atta­che d'une manière toute particulière à nous faire comprendre que la prière est notre lumière dans le doute, notre force dans la fai­blesse, notre consolation dans la peine, notre soutien dans le péril et les maux de la vie, l'unique moyen de rendre à Dieu la gloire, les hommages et les actions de grâces qui lui sont dues à cause de ses infinies perfections et des bienfaits sans nombre qu'il ne cesse de répandre sur nous.

Les Livres Saints sont remplis des supplications des patriar­ches et des prophètes ; et les prières ferventes d'Abraham, de Moïse, de David et de tant d'autres saints personnages de l'An­cienne Loi sont un témoignage de la grande et antique loi de la prière.

David comprenait si bien la nécessité de la prière qu'il priait en tout temps, tantôt pour appeler Dieu à son secours contre les pièges de ses ennemis, tantôt pour le remercier des grâces qu'il lui accordait ou pour bénir son saint nom : "0 mon âme, s'écrie-t-il à chaque instant, bénis le Seigneur. "

C'est la prière qui fut la force de Moïse, la ressource de sa foi, le secret de son courage, l'unique défense que ce grand législa­teur présentait humblement à Dieu pour fléchir sa colère et ob­tenir le pardon de son peuple.

C'est la prière qui sauva Ninive de la haine que Jonas lui avait annoncée ; c'est elle qui délivra Béthulie des soldats d'Holo-pherne, Jérusalem des menaces de Sennachérib ; c'est elle qui donnait à Josué ses victoires, à Gédéon son indomptable éner­gie, à David son audace contre ce géant philistin qui insultait le peuple de Dieu et que le jeune pâtre terrassa de sa fronde.

Pendant la captivité de Babylone, c'est elle qui sauva Daniel de la fureur des lions, qui préserva les trois jeunes hébreux dans la fournaise ardente, qui justifia Suzanne accusée de crimes par des juges prévaricateurs etc…, toutes ces choses ne s'accompli­rent que par le secours de la prière.

Si de l'Ancien Testament nous passons au Nouveau, nous y trouverons des témoignages, encore plus expressifs et plus frap­pants, de la nécessité de la prière.Cette nécessité, Jésus nous l'insinue presqu'à chaque page de l'Évangile. En parcourant les villes et les bourgades de la Judée, il ne se lasse pas de redire à ses nombreux disciples et aux foules nombreuses qui venaient l'entendre. "Il faut toujours prier. " " C'est moi qui vous le dis, demandez et vous recevrez. " (Luc XI) " Si vous demandez quelque faveur à mon Père en mon nom, vous serez exaucé. "

Qu'il est consolant pour nous d'apprendre, au sein de notre indigence et de notre néant, que nous n'avons qu'à nous adresser à Dieu pour obtenir tout ce que nous demanderons. Et ce qui doit être le comble de notre bonheur, c'est que Dieu s'engage à se rendre à tous nos désirs justes et raisonnables sans exception ; "Demandez-moi ce que vous voudrez et je vous le donnerai." (marc VI)

De nous-mêmes, nous ne sommes que poussière, faiblesse et néant ; cependant nous avons des ennemis nombreux et puis­sants qui ne travaillent qu'à nous perdre. Si nous sommes livrés à nous-mêmes nous serons infailliblement perdus, notre perte est assurée ; nous n'avons d'autres ressources que de nous attirer la protection du ciel et cette protection, nous ne pouvons l'obte­nir que par la prière. C'est ce que le Divin Maître s'est attaché à nous faire comprendre au jardin des oliviers quand il dit à ses Apôtres : " Veillez et priez, afin que vous ne succombiez pas à la tentation; "c'est-à-dire, vous êtes faibles et l'ennemi est fort ; la prière vous est nécessaire afin de ne pas tomber entre ses mains.

Jésus savait quelle tâche gigantesque serait celle des Apôtres et, après les avoir quittés pour monter au ciel, il ne sera plus là pour les soutenir. Aussi au soir du Jeudi Saint, après l'institu­tion de la Sainte Eucharistie, il leur dit le moyen infaillible qu'il allait leur laisser pour obtenir la grâce, l'arme toute puis-saute avec laquelle ils vaincraient leurs ennemis ; et ce moyen, cette arme, c'est la prière : " En vérité, je vous le dis, tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom, il vous le donnera. "

Et Jésus ne n'est pas contenté de prêcher par ses paroles la nécessité de la prière, il le fit encore par ses admirables exemples. En présence du tombeau de Lazare, avant d'opérer sa résur­rection, Jésus-Christ lève les yeux en haut et fait monter vers le ciel le précieux encens de sa prière qui est favorablement accueil­lie de la part de son Père. " (jean XI)

Souvent fuyant les bruits du monde, il allait demander un abri au désert et à la solitude et là, dans un divin ravissement, que lui procurait son zèle incommensurable pour le salut des âmes, il prolongeait sa prière, parfois même il passait sa nuit en prière.

Les Apôtres, ces hommes à la foi naissante, étaient dans l'ad­miration d'entendre Jésus leur parler si souvent de la prière et surtout de le voir prier avec une si religieuse assuidité.

Une vie passée tout entière dans la prière ne pouvait se ter­miner que par la prière. Aussi attaché à la croix, élevé entre le ciel et la terre, sur le point de rendre le dernier soupir, Jésus-Christ n'ouvre la bouche que pour prier. Il prie d'abord pour les bour­reaux qui l'ont maltraité ; il demande à son Père de leur pardon­ner, il cherche à les excuser : " Père, pardonnez leurs car ils ne savent ce qu’ils font." (Luc, xxIII) Et sa dernière parole est adressée à son Père ; entre ses mains il remet sa belle âme.

Les Apôtres comprirent les enseignements de leur Divin Maî­tre et, au soir de l'Ascension, nous les voyons réunis dans le Cénacle avec la Très Sainte Vierge Marie, s'adonnant avec calme à la prière. (Act. 1, IV)

Les Apôtres comprirent cet enseignement. Aussi n'y a-t-il rien qu'ils recommandent avec plus de sollicitude que la prière, ni sur quoi ils reviennent et insistent plus souvent : "Soyez prudents et persévérez dans la prière, dit saint Pierre. Et saint Paul de dire : " Priez sans relâche, rendez grâces à Dieu en tou­tes choses ; car telle est la volonté de Dieu en Jésus-Christ par rapport à vous tous. " (1 tim. v)

Ce n'est pas seulement par leurs discours que les Apôtres exhor­taient les fidèles à la prière, mais ils les entraînaient encore par leurs touchants exemples ; car ils partageaient leurs temps entre la prière et les saintes fonctions de leur ministère. Et pour pou­voir s'appliquer eux-mêmes entièrement à la prière et à la prédica­tion de l'Evangile, ils élurent sept diacres pour les charger du soin des aumônes.

Les Apôtres, disait saint François de Sales, joignaient tou­jours la prière à la prédication. "Et de fait, s'ils convertirent le monde, ce n'est pas par la force des armes, ni par la puissance,. de l'or, ni par le prestige du savoir et de l'éloquence, c'est par quelque chose de bien plus merveilleux que tout cela, c'est par la prière, la souffrance et la prédication de l'Evangile. "

A l'exemple de Jésus-Christ et des Apôtres, l'Église a toujours cherché à faire comprendre à ses enfants que la prière est la clef des trésors du ciel.

Elle prie pour l'enfant afin que Dieu l'appelle dans sa miséri­corde aux enseignements de la foi et ouvre devant ses pas la voie de la piété et, plein des suaves parfums des préceptes de la loi sainte, il fasse la joie de l'Eglise et croisse de jour en jour en grâces et en vertu.

Elle prie pour le malade afin de lui obtenir la santé du corps, si telle est la volonté de Dieu, ou de le préparer au grand voyage de l'éternité, si Dieu juge à propos de l'appeler à Lui.

Elle prie sur la tombe comme sur le berceau. Revêtue des or­nements de deuil, elle prononce d'une voix plaintive, autour du cercueil, ces douloureuses lamentations : "N'entrez pas, Seigneur, en jugement avec votre serviteur, car personne ne saurait être purifié sans que vous lui accordiez la rémission des péchés ; ne l'accablez pas de votre sentence redoutable, mais secourez-le par votre sainte grâce afin qu'il évite la rigueur de vos jugements.

Extrait de : La Prière - Olivier Elzéar Mathieu. Archevêque de Régina   (1925)

Taizé : Le Patriarche Bartholomée a rendu visite à la communauté

Mardi 25 avril, le Patriarche œcuménique Bartholomée, patriarche de Constantinople, s’est rendu à Taizé au terme de sa visite pastorale en Suisse à Chambésy, Fribourg et Genève. Il est arrivé à midi pour participer à la prière commune, au terme de laquelle il s’est adressé aux frères, aux nombreux évêques et prêtres orthodoxes venus pour l’occasion, aux responsables des Églises locales et aux jeunes présents à Taizé.

Cinq articles ont été publiés suite à cette journée historique :

Rosa Mystica : Musique sacrée de culte marial germanique.
Public
 · Organisé par La Maison Soufie

L’image contient peut-être : 1 personne

ROSA MYSTICA

Musique sacrée de culte marial dans l'Allemagne du XVIIe siècle
La Maison Soufie 
En partenariat avec L'Atelier du Sensible 

La musique allemande et autrichienne du XVIIe siècle, pleine de suaves harmonies, polyphonique, est un monde à part entière . La musique instrumentale de cette période, folle et rigoureuse, s'imprègne des traditions française et surtout italienne pour en faire un "style fantasque".
Dans la musique sacrée, catholiques et protestants, par delà leurs différences, utilisent la musique pour célébrer un Dieu de plus en plus humain et proche du croyant. Le culte de la Vierge Marie est aussi central dans les arts religieux de cette époque, aussi notre programme s'inspire d'un des noms de Marie, la rose mystique, la rose sans épine...

Chant: Aurélie Bouglé
Violon I: Sylvain Chen
Violon II: Alexis Chen
Alto: Kim Youn Young
Violoncelle: Victor Mériaux
Théorbe: Marie Breillat

Programme: 

Antienne

Heinrich Schmelzer (~1620-1680) : Lamento sopra la morte di Ferdinand III 

Sonate a 4, cordes et basse continue

Alberich Mazak (1609-1661) : Ave Maria

Chant, deux violons, basse continue

[Une pièce de théorbe (ou luth)seule]

Heinrich Schütz (1585- ~1660): Jesu nomen dulce SWV 308 in Kleine geistliche Konzerte

Chant et continuo 

Heinrich Schmelzer(~1620-1680), Sonata a 3, SPM 17

Antienne 2

Franz Tunder (1614-1667), Ach Herr lass deine lieben Engelein
Chant, consort et basse continue

Heinrich Ignaz Franz Biber (1644-1704), "Sonata X" Cruxifictus, Sonate del Rosario
Violon solo, continuo

Johann Christoph Bach (1642-1703) , Mein Freund ist mein (Ciaccona) in Hochzeitskantate Meine Freundin, du bist schön 

Image associée

Où nous trouver ?

Paroisse NORD-OUEST et Nord-Est

(N-D de Miséricorde):
 

NORMANDIE :

  CHANDAI (61):

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

DSC01238

(Fresque de la Mère de Dieu entourée des Apôtres, mur Est  du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01245-copie-2

(Fresque des Sts Pères Interieur droit du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01246-copie-1

(Fresque des Sts Pères Interieur gauche du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

 

Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

 

NANTES:

*Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

 

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces/St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
LE BOURG
16560 JAULDES.

Tel:05.45.37.35.13
* Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Très Sainte Trinité

Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN
*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530
 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 * Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

LOURDES:

*"Relais paroissial St Gregorios de Parumala"

 * Messse  le 5ème dimanche du mois ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

20 Rte de Pau

 

 

CAMEROUN:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDE,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain: 

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

----------------------------------------------

______________________________________________

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

Cliquez sur ce lien:

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ...

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l'un ou l'autre Monastère d'une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

_____________________________________________________

______________________________________________

NOS PELERINAGES :

+++

Pèlerinage Marial du "Mois de Marie".

 

Du 7 au 15 Mai. 

 

En chemin avec Notre-Dame et St Ubald, des

 

Sanctuaires d'Alsace au Sud-Ouest.

 

Programme et inscription, cliquez ci dessous:

 

MAI, PÈLERINAGE MARIAL DU "MOIS DE MARIE" DE L'ALSACE AU SUD-OUEST. / DU 7 AU 15 MAI / INSCRIVEZ-VOUS VITE !

 

Basilique Notre-Dame de l'Epine.JPG

 

+++

 

PELERINAGE DU CENTENAIRE A FATIMA

 

Du 7 au 16 Octobre 2017

 

Programme et inscription, cliquez ci dessous:

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Pèlerinage Syriaque des "Chrétiens Francophones de St

Thomas" à FATIMA

 

+++

_________________________________

PROCHAIN STAGE D'ICONOGRAPHIE AU MONASTERE SYRIAQUE: 

L’ICÔNE COPTE,

du 9 au 17 JUILLET 2017

1459883 592234677515191 662124102 n

Cliquer ci-dessous:

STAGE D'ICONOGRAPHIE : L’ICÔNE COPTE, PROCHAIN STAGE AU MONASTÈRE  DU 9 AU 17 JUILLET 2017

------------------------------------------------------------------------------

L’image contient peut-être : 3 personnes

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

(SS Ignatius Aprem II)

Note:

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise

Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise

Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-

Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité
des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien
et la paix du monde.
¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil
des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles ,
nous n'exigeons aucun fixe.
Les offrandes sont libres et non
obligatoires.
Toute offrande fait cependant l'objet d'une
déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre
revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.17.51.25.73).

Icon of The Last Supper. Jesus and St. John.:

CONFIER DES INTENTIONS DE

 

PRIÈRE AU MONASTÈRE , C'EST

 

SIMPLE...

 

Le Moine ne rompe pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux les frères

 

humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ Tête de l'Eglise, le

 

"premier né d'une multitude de frères" et  à Son amour pour tous les hommes…

 

A  travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et intercède pour

 

l’humanité.

 

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence, participe à cet

 

immense courant de prière souterraine qui irrigue le monde…

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une

 

intention de prière en l'envoyant à l'adresse

 

suivante:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Partager cet article

Repost0
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 06:09

L’image contient peut-être : 1 personne

This Sunday April 30th is the 2nd Sunday after Easter (had'bshabo trayono d'Qymtho) according to the Liturgical Calendar of the Malankara Syrian Orthodox Church.

In today's Gospel, Christ appears to His disciples for the third time following His resurrection.

The Holy Bible readings from the Church Lectionary

Résultat de recherche d'images pour "Icône Copte de la pèche miraculeuse à Tibériade"

Este domingo 30 de abril é o 2º domingo após a Páscoa (had'bshabo trayono d'Qymtho) de acordo com o Calendário Litúrgico da Igreja Ortodoxa Síria Malankara.
No Evangelho de hoje, Cristo aparece aos Seus discípulos pela terceira vez após Sua ressurreição.
As leituras da Bíblia Sagrada da Igreja Lectionary
:

Evening:
St. John 21:1-14

Morning:
St. John 21:15-25

Before Holy Qurbono:
Exodus 14:26-31
Joshua 6:9-16
Isaiah 63:8-14

Holy Qurbono:
Acts 13:26-39
Ephesians 6:10-24
St. John 21:1-14

Résultat de recherche d'images pour "Icône Copte de la pèche miraculeuse à Tibériade"

Tone of the Day: 2 (6 for alternate days of the week)

http://www.malankaraworld.com/Library/sermons/Sermon-of-the-week_1st-sunday-after-new-sunday.htm

L’image contient peut-être : une personne ou plus, ciel, fleur et plein air

Chers amis. Voici nos prochains R.D.V :

-Demain, Premier Mai, Messe à 10h30 au Monastère en l'honneur de "Saint Joseph Artisan" à l'intercession duquel nous confierons les prochaines élections présidentielles et le soutien des classes sociales laborieuses, ouvrières et pauvres.
PARIS :Prochaine permanence pastorale du Vendredi 5 Mai de 15h à 20h, visites aux fidèles le Samedi 6 Mai de 8h à 12h.
10 Rue Dolent (Métro Glacière)

Le Samedi 6 MAI
RAMASSAGE DES FIDÈLES de Paris et sa région pour le WE du 7 MAI (Pèlerinage du Mois de Marie à Notre-Dame de Miséricorde*) en Normandie, au Monastère à 15h au point de rendez-nous habituel .
---------------------------------
Du 7 au 15 Mai, Pèlerinage Marial du "Mois de Marie». D’Alsace en Charente avec St Ubald. (Invoqué contre toutes influences malfaisantes) 
------------------------------
Votre fidèlement en Notre-Seigneur.

Que ce « mois de Marie » soit pour chacun synonyme d’un renouveau dans l’Esprit Saint.

Aloho m’barekh (Dieu vous bénisse) !


+Mor Philipose, métropolite

_________

 

Queridos amigos. Aqui é o nosso próximo R.D.V:
Amanhã, Primeiro de Maio, a am Missa Mosteiro 10:30 em honra de "São José Operário" a cuja intercessão confiamos as próximas eleições presidenciais e apoio das classes trabalhadoras, trabalhadores e pobres.
PARIS: permanência pastoral seguida de sexta-feira 5 de maio das 15h às 20h, visita a 6ª fiel Sábado, Maio 08:00-12:00.
10 Rue Dolent (Metro refrigerador)
No sabado, 6 de maio
PICK de fiéis de Paris e sua região para o fim de semana de 7 de Maio (mês de Maria Peregrinação a Nossa Senhora da Misericórdia *) na Normandia, o Mosteiro às 15h nos aguardam ponto habitual.
---------------------------------
De 7 a 15 de maio, Marian Peregrinação do "Mês de Maria". D'Alsace em Charente com St ubald. (Chamado contra todas as más influências)
------------------------------
Seu fielmente no Senhor.
Que este "mês de Maria" é sinônimo para cada uma renovação no Espírito Santo.
Aloho m'barekh (Deus te abençoe)!

+ Mor Philipose, Metropolitan

Premier dimanche après le Nouveau Dimanche

Résultat de recherche d'images pour "Icône Copte de la pèche miraculeuse à Tibériade"

Saint Qurbana :

o Actes 13:26-39 :

* 26 Vous, frères, les fils de la lignée d’Abraham et ceux parmi vous qui craignent Dieu, c’est à nous que la parole du salut a été envoyée.

* 27 En effet, les habitants de Jérusalem et leurs chefs ont méconnu Jésus, ainsi que les paroles des prophètes qu’on lit chaque sabbat ; or, en le jugeant, ils les ont accomplies.

* 28 Sans avoir trouvé en lui aucun motif de condamnation à mort, ils ont demandé à Pilate qu’il soit supprimé.

* 29 Et, après avoir accompli tout ce qui était écrit de lui, ils l’ont descendu du bois de la croix et mis au tombeau.

* 30 Mais Dieu l’a ressuscité d’entre les morts.

* 31 Il est apparu pendant bien des jours à ceux qui étaient montés avec lui de Galilée à Jérusalem, et qui sont maintenant ses témoins devant le peuple.

* 32 Et nous, nous vous annonçons cette Bonne Nouvelle : la promesse faite à nos pères,

* 33 Dieu l’a pleinement accomplie pour nous, leurs enfants, en ressuscitant Jésus, comme il est écrit au psaume deux : Tu es mon fils ; moi, aujourd’hui, je t’ai engendré.

* 34 De fait, Dieu l’a ressuscité des morts sans plus de retour à la condition périssable, comme il l’avait déclaré en disant : Je vous donnerai les réalités saintes promises à David, celles qui sont dignes de foi.

* 35 C’est pourquoi celui-ci dit dans un autre psaume : Tu donneras à ton fidèle de ne pas voir la corruption.

* 36 En effet, David, après avoir, pour sa génération, servi le dessein de Dieu, s’endormit dans la mort, fut déposé auprès de ses pères et il a vu la corruption.

* 37 Mais celui que Dieu a ressuscité n’a pas vu la corruption.

* 38 Sachez-le donc, frères, grâce à Jésus, le pardon des péchés vous est annoncé ; alors que, par la loi de Moïse, vous ne pouvez pas être délivrés de vos péchés ni devenir justes,

* 39 par Jésus, tout homme qui croit devient juste.

o

o Ephésien 6: 10-20 :

* 10 Enfin, puisez votre énergie dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force.

* 11 Revêtez l’équipement de combat donné par Dieu, afin de pouvoir tenir contre les manœuvres du diable.

* 12 Car nous ne luttons pas contre des êtres de sang et de chair, mais contre les Dominateurs de ce monde de ténèbres, les Principautés, les Souverainetés, les esprits du mal qui sont dans les régions célestes.

* 13 Pour cela, prenez l’équipement de combat donné par Dieu ; ainsi, vous pourrez résister quand viendra le jour du malheur, et tout mettre en œuvre pour tenir bon.

* 14 Oui, tenez bon, ayant autour des reins le ceinturon de la vérité, portant la cuirasse de la justice,

* 15 les pieds chaussés de l’ardeur à annoncer l’Évangile de la paix,

* 16 et ne quittant jamais le bouclier de la foi, qui vous permettra d’éteindre toutes les flèches enflammées du Mauvais.

* 17 Prenez le casque du salut et le glaive de l’Esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu.

* 18 En toute circonstance, que l’Esprit vous donne de prier et de supplier : restez éveillés, soyez assidus à la supplication pour tous les fidèles.

* 19 Priez aussi pour moi : qu’une parole juste me soit donnée quand j’ouvre la bouche pour faire connaître avec assurance le mystère de l’Évangile

* 20 dont je suis l’ambassadeur, dans mes chaînes. Priez donc afin que je trouve dans l’Évangile pleine assurance pour parler comme je le dois.

o

o Saint-Jean 21: 1 – 14 :

* 01 Après cela, Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment.

* 02 Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre, avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), Nathanaël, de Cana de Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres de ses disciples.

* 03 Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous aussi, nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, cette nuit-là, ils ne prirent rien.

* 04 Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui.

* 05 Jésus leur dit : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ? » Ils lui répondirent : « Non. »

* 06 Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer, tellement il y avait de poissons.

* 07 Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau.

* 08 Les autres disciples arrivèrent en barque, traînant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres.

* 09 Une fois descendus à terre, ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain.

* 10 Jésus leur dit : « Apportez donc de ces poissons que vous venez de prendre. »

* 11 Simon-Pierre remonta et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré.

* 12 Jésus leur dit alors : « Venez manger. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur.

* 13 Jésus s’approche ; il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson.

* 14 C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples.

Résultat de recherche d'images pour "Icône Copte de la pèche miraculeuse à Tibériade"

Urgence élections,

 Prière pour la France:

MAESTRO DE CESI CRISTO CON SU MADRE 1308:

Je vous propose la prière suivante pour notre Pays:


Seigneur Jésus, Ô Christ notre Dieu, Vous qui êtes venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Vous qui êtes monté librement sur la Croix pour tous les humains;
Vous qui, dans Votre amour ineffable et Vôtre indicible compassion, veillez au bien et au libre salut de chacun;
Vous qui êtes invisiblement présent dans ce monde qui Vous appartient et dans notre pays par le Corps de Votre sainte Eglise, acceptez les prières de supplication et de louange que nous Vous adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée.


Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Votre Mère toute pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine "Egale-aux-apôtres" dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Votre ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France :

Eclairez, inspirez, convertissez et sauvez notre patrie la France, ceux qui la gouvernent ainsi que chacun des membres de son peuple.


A nous qui Vous supplions dans la vraie Foi, accordez la grâce du non-jugement, la conscience libre, la force du saint Esprit pour témoigner de Votre vérité dans la paix qui vient de Vous.


Accordez-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Votre pardon.


Donnez-nous de Vous glorifier et de Vous célébrer pour la bienveillance que Vous manifestez à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple.


Inspirez-nous de Vous célébrer en premier lieu pour la révélation que Vous avez donnée de Vous-même à nos Pères par la prédications de ces aînés dans la Foi qui sont venu d'Orient pour ensemencer notre terre de l'Evangile de vérité, d'amour et de paix et à ceux qui, en conséquence peuvent en ces jours, sur cette même terre bénie de France, vous confesser avec Votre Père coéternel et Votre très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amîn!

_______________

 

Saint Michael and the Dragon in an initial Q by an Unkown master German, Würzburg, about 1240-50:

Urgence élections :

 Prière pour la France à saint Michel

 

Saint Michel, grand Prince de la milice céleste, établi par la Providence divine le protecteur spécial de la France, souvenez-vous que vous l’avez faite grande entre toutes les nations, que vous l’avez établie sentinelle de la foi et soldat de Dieu dans le monde. Glorieux Archange, vous que nos rois ont autrefois proclamé patron de la France, protégez-nous contre tous nos ennemis ; nous vous conjurons de nous placer tous sous votre impénétrable protection. Protégez toujours l’Eglise et la France ! Obtenez-lui un prompt et sincère retour à l’antique foi, source de sa force et de sa grandeur. Éclairez les incrédules, rassurez les timides, fortifiez les faibles, encouragez les bons, secourez-nous tous et rendez-nous meilleurs et plus chrétiens. Amîn.

En-tête

------------------------------------------------

 Quand , dans le quotidien , la préoccupation excessive  des choses passagères nous aveugle 


Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » (Lc 24 31, 32)


Deux disciples marchaient en direction d'Emmaüs, sans espoir. Ils étaient abattus, ils paraissent noyés dans leur chagrin, absorbés par les soucis du moment présent. Le Christ s'approcha, les rejoignit pour faire route avec eux mais ils ne le reconnurent pas.

Au moment où leurs yeux s'ouvrent, le Christ disparaît.

Aujourd'hui le Christ apparaît de nouveau au disciple au Lac de Thibériade:

"Le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau...Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur."



 Prenons le temps de reconnaître le Christ 
Les deux disciples relisent alors l'événement qu'ils viennent de vivre et reconnaissent dans la joie comment Dieu s'est fait proche d'eux.


Nous aussi, nous avons souvent du mal à reconnaître comment Dieu agit dans nos vies. 

Prenons le temps de nous arrêter, de nous retourner, non pour vivre dans la nostalgie du passé mais pour rendre grâce de ce que Dieu a fait pour nous.

AUJOURD'HUI, je fais un pas                                                          

Je pense à un événement marquant que j'ai pu vivre ces dernières semaines ou ces derniers mois et sur lequel je suis peut-être vite passé. Je me le remémore, je reconnais comment Dieu m'a accompagné, et j'en rends grâce. Merci Seigneur Jésus, toi le Vivant, le Ressuscité, de m'avoir rejoint sur mon chemin de vie et d'avoir fait route avec moi !

 

Prions pour que nos dirigeants politiques aient de la sagesse dans leurs conversations et actions avec la Russie. Poutine est un acteur principal dans l’échiquier mondial. Tout n’est pas négatif. La Russie maintient un semblant d’ordre dans le Caucase, qui est en grande partie musulman. Ce pays protège aussi militairement l’Arménie, pays Chrétien entouré de pays musulmans, qui est en conflit avec l’Azerbaïdjan. La Russie a joué un rôle majeur dans la victoire contre les Nazis.

Prions pour le rôle critique des Etats-Unis d’Amérique. L’Europe en effet, ainsi que l’OTAN, sont des acteurs de second rôle, et le vide laissé par une Amérique en retrait durant l’ère Obama s’est fait cruellement sentir. Ce pays a joué également un rôle majeur dans la guerre contre l’Allemagne nazie.

Prions pour la situation en Ukraine, qui résulte en tant de haine : séparatistes contre nationalistes, frères contre frères. Seul Le Prince de la Paix, Jésus-Christ est capable de réconcilier ces nations Slaves. L’Ukraine est à la frontière de la Russie et de l’Europe. 

Il me semble utile de nous rappeler en ce jour notre attitude regardant la soumission aux autorités.

Romains 13:1-5 rappelle notre devoir envers les autorités :

“Que chacun se soumette aux autorités qui nous gouvernent, car toute autorité vient de Dieu, et celles qui existent ont été établies par Dieu. C'est pourquoi celui qui s'oppose à l'autorité résiste à l'ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes. En effet, on n’a pas à craindre les magistrats quand on fait le bien, mais quand on fait le mal. Veux-tu ne pas avoir à craindre l’autorité ? Fais le bien et tu auras son approbation, car le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, sois dans la crainte. En effet, ce n'est pas pour rien qu'il porte l'épée[a], puisqu'il est serviteur de Dieu pour manifester sa colère en punissant celui qui fait le mal. Il est donc nécessaire de se soumettre aux autorités, non seulement à cause de cette colère, mais encore par motif de conscience.”

X
Missionnaire en Russie et en Ukraine depuis 24 ans

En mai devenez Missionnaires de Marie ! 

Image associée

Le mois de mai 2017 qui va commencer, s’ouvre sur une actualité lourde de divisions sociales et politiques en bien des points du globe ; c’est aussi, ne l’oublions pas, le mois de Marie !

Dans cette perspective,  l’association Marie de Nazareth propose de faire de ce mois de mai le grand mois des Missionnaires de Marie !

La vocation et la mission d’Une Minute avec Marie sont l’évangélisation par Marie et avec Marie notre Mère universelle, afin de ramener à son Fils tous ses enfants dispersés.
Nous vous proposons donc de devenir, là où vous êtes, des missionnaires de Marie !

Pourquoi missionnaires de Marie ?

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, auteur du célèbre Traité de la vraie dévotion à Marie, a su répondre magistralement à la question ! 

L’œuvre de ce grand apôtre marial, publiée pour la première fois en 1843 mais écrite quelques 130 ans auparavant, a d’abord été oubliée et conservée dans l’anonymat parmi les archives des Missionnaires de Saint Laurent sur Sèvres, avant de réapparaître, au milieu du XXe siècle.

Marthe Robin, de Châteauneuf-de-Galaure en a eu connaissance dès 1928 par l’intermédiaire de son curé et les Foyers de Charité qu’elle a fondés avec le père Georges Finet sont devenus dès lors les grands dispensateurs de la théologie mariale selon Grignion de Montfort; quant au futur pape saint Jean Paul II il a découvert les écrits de Montfort au début de la deuxième guerre mondiale, alors qu’il était jeune ouvrier dans une carrière de pierre : leur lecture en a fait un apôtre inconditionnel de la Sainte Vierge à qui il a consacré sa vie, sa devise Totus tuus et le monde du troisième millénaire !

Parce que l’œuvre de saint Louis-Marie Grignion de Montfort est au fondement théologique de notre action, nous vous invitons durant ce mois de Marie à en relire avec UMM les passages essentiels, afin d’en faire les moteurs d’une action personnelle de véritables missionnaires de Marie ! 

_____________________________________

P.S. Les actions que vous propose Une Minute avec Marie pendant le mois de mai ont pour objet de « faire connaître et aimer Marie ». Utilisez-les sans modération !

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

 

Aucun texte alternatif disponible.

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

Résultat de recherche d'images pour "Icône Copte du Christ Bon Pasteur"

« Ô Seigneur, Vous êtes mon Pasteur, je ne manque de rien ; Vous me faites reposer dans de verts pâturages, Vous me conduisez près des eaux rafraîchissantes. Vous renouvelez mon âme et me dirigez dans des sentiers de justice. Même si je marche dans le ravin, par de sombres vallées, je ne craindrai aucun mal, parce que Vous êtes avec moi. Votre bâton et votre houlette, voilà ma consolation. Vous dressez devant moi une table, en dépit de mes adversaires. Vous oignez ma tête de parfum et ma coupe déborde. (cf. Ps. 22). Ô Seigneur, mon doux Pasteur, qu'auriez-Vous pu me donner que je n'ai reçu ? Vous avez voulu devenir Vous-même ma nourriture et mon breuvage. Et quel pâturage plus délicieux et plus salutaire, plus nourrissant et fortifiant, auriez-Vous jamais pu trouver que celui de votre Corps et de votre Sang ?
Ô très bon Seigneur Jésus-Christ, mon doux Pasteur, que Vous rendrai-je pour tout ce que j'ai reçu de Vous ? Que Vous donnerai-je pour le don que Vous m'avez fait de Vous-même ? Si je pouvais me donner à Vous mille fois, ce ne serait rien encore, puisque je suis néant par rapport à Vous. Vous, l'immensité même, avec eu un amour si grand et si gratuit pour moi, si chétif, si méchant et ingrat ! Je sais, ô Seigneur, que votre amour tend à l'immensité, à l'infini, puisque Vous êtes immense, infini. De grâce, ô Seigneur, dites-moi donc de quelle manière je puis Vous aimer.
Mon amour, ô Seigneur, n'est pas gratuit, il Vous est dû... Bien que je ne puisse Vous aimer autant que je le devrais, Vous agréez ce faible amour. Je pourrai Vous aimer davantage, lorsque Vous daignerez accroître ma vertu ; mais jamais je ne pourrai Vous donner autant que Vous méritez. Donnez-moi donc votre très ardent amour par lequel, avec votre grâce, je Vous aimerai, Vous plairai, Vous servirai, accomplirai vos préceptes et ne serai séparé de Vous ni dans le temps présent, ni pour l'éternité, Vous demeurant uni dans l'amour pendant les siècles éternels. » (Vén. R. Jourdain *).

(*) : Raymond Jourdain (9e s.), Chanoine Régulier de Saint Augustin, Prévôt de l’Église d'Uzès, puis Abbé de Celles au diocèse de Bourges, cité par St Jean Eudes dans Le Cœur admirable, fut connu sous le nom d'Idiot qu'il avait pris par humilité (cf. Contemplationes Idiotae).

Résultat de recherche d'images pour "Icône Copte du Christ Bon Pasteur"

P. Gabriel de Ste Marie-Madeleine O.C.D., Intimité Divine

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

Afficher l'image d'origine

L’image contient peut-être : 2 personnes

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

Image of the Saviour Not Made by Hand: a traditional Orthodox iconography in the interpretation of Simon Ushakov (1658).:

Je crois en l'Église Une... (A.S. Khomiakov 7/12)

 
VI - Confession, Prière et Oeuvres

Parce que l'Église est dirigée par l'Esprit Saint, Esprit de vie et de vérité, chacune de ses actions réunit tous les dons de l'Esprit : foi, espérance et amour. Car dans l'Écriture, il n'y a pas que la foi qui est manifestée, mais aussi l'espérance de l'Église et l'amour de Dieu; et dans les oeuvres agréables à Dieu ne se manifeste pas uniquement l'amour, mais aussi la foi et l'espérance et la grâce; et dans la Tradition vivante de l'Église qui attend de Dieu son couronnement et son achèvement en Christ, ce n'est pas seulement l'espérance qui est manifestée, mais aussi  la foi et l'amour. Les dons de l'Esprit Saint sont unis inséparablement en une unité sainte et vivante; mais de même que les oeuvres agréables à Dieu appartiennent plus particulièrement à l'amour [charité], et la prière agréable à Dieu appartient davantage à l'espérance, ainsi une confession [Credo] agréable à Dieu appartient plus particulièrement à la foi, et le Credo de l'Église est dès lors appelé à juste titre la Confession ou le Symbole de la Foi.

Dès lors, il doit être compris que Credos, prières et oeuvres ne sont rien en eux-mêmes, mais ne sont qu'une manifestation externe de l'esprit intérieur. C'est pourquoi encore celui qui plaît à Dieu, ce n'est ni celui qui prie, ni celui qui fait les oeuvres, ni celui qui confesse le Credo que confesse l'Église, mais bien celui qui agit, qui confesse, qui prie selon l'Esprit du Christ qui vit en lui. Les hommes n'ont pas tous la même foi, la même espérance ou la même charité; car l'homme peut aimer ce qui est de la chair, fixer son espérance dans le monde, et confesser sa croyance dans un mensonge; il peut aussi aimer et espérer et croire mais pas pleinement, seulement partiellement; et l'Église appelle foi sa foi, et espérance son espérance, et charité sa charité, car il les appelle ainsi, et elle ne discutera pas avec lui sur les mots; mais ce qu'elle-même appelle foi, espérance et charité, ce sont les dons du Saint Esprit, et elle sait qu'ils sont vrais et parfaits.

"L'Église est Une"
par Alexei Stepanovich Khomiakov (1804-1860)

(Source:St Materne)

Bon-Pasteur_5a.jpg

Ant. ad Introitum. Ps. 65, 1-2. Iubiláte Deo, omnis terra, allelúia : psalmum dícite nómini eius, allelúia : date glóriam laudi eius, allelúia, allelúia, allelúia. Poussez vers Dieu des cris de joie, ô terre entière, alléluia ; chantez un hymne à son nom, alléluia ; rendez glorieuse sa louange, alléluia, alléluia, alléluia. Ps. ibid., 3. Dícite Deo, quam terribília sunt ópera tua, Dómine ! in multitúdine virtútis tuæ mentiéntur tibi inimíci tui. Dites à Dieu, que vos œuvres sont terribles, Seigneur. A cause de la grandeur de votre puissance, vos ennemis vous adressent des hommages menteurs. V/. Glória Patri.

INSCRIVEZ-VOUS!...FAITES PASSER l'ANNONCE...

L’ICÔNE COPTE:

PROCHAIN STAGE AU MONASTERE 

du 9 au 17 JUILLET 2017

Stage d’Iconographie Copte du 4 au 12 JUILLET 2015: IL RESTE DE LA PLACE, IL N'EST PAS TROP TARD POUR VOUS INSCRIRE !...

 

UN ART SACRÉ

POUR NOTRE TEMPS

 

Stage d’Iconographie Copte du 9 au 17 JUILLET 2017:

 

IL RESTE DE LA PLACE, IL N'EST PAS TROP TARD POUR VOUS INSCRIRE !...

 

"L‘Incarnation de la Lumière"

1459883 592234677515191 662124102 n

 

L’Icône Egyptienne : Ses racines pharaoniques, son histoire, son renouveau, son contenu théologique, ses techniques, son sens symbolique et spirituel.

 

Soyez nombreux à vous inscrire à ce stage lors duquel vous partagerez des moments exceptionnels avec
 Armia Naguib MATTA WASSEF, Chef Atelier au Patriarcat Copte-Orthodoxe et disciple d’Isaac FANOUS, sous la Supervision du Pr Ashraf SADEK, Professeur d’Egyptologie et Directeur du « Monde Copte ».

cene fanous

 

Frais d’inscription  200 Euros
(Hébergement: Offrandes libres)

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde, Brévilly.
61300 CHANDAI . Tel :02.33.24.79.58
Courriels : asstradsyrfr@laposte.net

__________________

 

Pentecostes.jpg

INSCRIVEZ-VOUS !

 

BULLETIN D’INSCRIPTION:

 

Nom:………………………………

 

Prénom:…………………………………………………

 

Adresse:………………………………………………………………

 

…………………………………………………………………………………

 

………………………………………………………………………Tel:…

 

………………………………Courriels:………………………………

 

…………

 

L‘Incarnation de la Lumière

 

Stage d’Iconographie Copte Orthodoxe du 9 au 17 JUILLET 2017

Qui sera donné au Monastère Syriaque N-D de Miséricorde.Brévilly.61300 CHANDAI.

 

Règlement:  200 euros (50 euros d’arrhes à l’inscription). 

Veuillez libeller vos chèques à l’ordre du „Monde Copte“ 

(Hébergement: Offrandes libres)

 

Si vous désirez une chambre seule, veuillez le préciser à l’inscription. Merci.

Saint Philippe, et St Jacques (le Mineur), Apôtres

Saint Philippe, et St Jacques (le Mineur), Apôtres

Saint Philippe

 

St Philippe était de Bethsaïde, en Galilée, patrie de saint Pierre et de saint André.

Le Sauveur, dès les premiers jours de sa vie publique, le rencontra et lui dit : "Suis-Moi !" 

Après la Pentecôte (fête de la descente du Saint-Esprit sur les Apôtres, cinquante jours aprèsPâques), il alla prêcher dans les immenses contrées de l'Asie supérieure ; il évangélisa longtemps les Scythes, puis les Galates, les Phrygiens, et c'est dans la ville d'Hiérapolis, en Phrygie, qu'il confirma sa prédication par le témoignage de son sang

 

Un jour que le peuple offrait de l'encens à un gros serpent qu'il regardait comme une de ses divinités principales, Philippe, saisi de compassion, se jette à terre et supplie Dieu de délivrer ces malheureux de la tyrannie du serpent infernal. L'affreuse bête expire aussitôt. Le peuple se montrait disposé à accepter la doctrine d'un homme qui opérait de telles merveilles ; mais les magistrats et les pontifes s'emparèrent de l'Apôtre, le battirent de verges, le clouèrent à une croix et l'accablèrent de pierres. À sa mort, la terre trembla et plusieurs édifices s'écroulèrent.

 

Saint Philippe mourut dans un âge fort avancé puisque saint Polycarpe eut quelque temps le bonheur de converser avec lui.

 

Saint Jacques le Juste, appelé le Mineur pour le distinguer de Jacques le Majeur (frère de saint Jean), était né à Cana, en Galilée d'Alphée et de Marie, soeur, c'est-à-dire proche parente de la sainte Vierge. St jacques était de la tribu de Juda et "fère de Jésus", c'est-à-dire cousin de Notre-Seigneur selon la chair.

 

La tradition affirme qu'il ressemblait au Sauveur, et que les fidèles aimaient à regarder en lui une vivante image de leur Maître remonté dans le Ciel. Jacques eut un frère, Apôtre comme lui, nomméJude, et ses deux autres frères, Joseph et Siméon, furent disciples de Jésus. 

 

Après la Pentecôte, quand les Apôtres se partagèrent l'évangélisation du monde, Jacques se fixa à Jérusalem, pour la conversion spéciale des Juifs. Son autorité était très grande dans l'Église primitive, et, au concile de Jérusalem, c'est lui qui, le premier après saint Pierre, prit la parole.

 

"Se référant à Eusèbe, qui écrit que Pierre, Jacques le Majeur (frère de Jean) et Jean ne se réservèrent pas la direction de l'église locale de Jérusalem, mais choisirent Jacques le Juste (le frère du Seigneur) comme évêque (episcopos), le R.P. Daniélou dans son Histoire Ecclésiastique (II, 1, 4) suggère que Jacques le Juste ait été à la fois une sorte de président du collège local des presbytres et d'héritier des pouvoirs apostoliques (naturellement en ce qui concerne l'église locale de Jérusalem)." (4) 

 

Les conversions nombreuses et éclatantes opérées par son ministère lui suscitèrent des ennemis.

 

En 62, le grand prêtre Anne, fils de celui du pontificat duquel Jésus avait été crucifié, se crut assez fort pour briser la jeune Eglise. Il fit arrêter jacques, le déféra au Sanhédrin. Par Flavius Josèphe et le mémorialiste et historien chrétien Hégésippe, qui écrivait au milieu du IIe siècle, nous connaissons le détail du drame.

 

Les princes des Juifs le firent monter sur la terrasse du temple de Jérusalem et lui dirent : "Juste, nous avons confiance en toi ; parle et dis-nous la vérité sur Jésus !"

 

Le saint Apôtre s'écria : "Pourquoi m'interrogez-vous sur le Christ ? Il siège dans les Cieux à la droite de la Majesté divine, et un jour Il reviendra sur les nuées du Ciel." La foule approuvait ces paroles ; mais les chefs, jaloux, précipitèrent le vieillard du haut du haut du temple où le démon avait naguère tenté Jésus. Comme il n'était pas mort, on se mit à le lapider, puis en dépit de quelques protestations généreuses, un foulon l'acheva à grands coups de sa lourde masse. Exécution illégale, qui valut à Anne d'être déposé du souverain pontificat. (5)

 

Brisé dans sa chute, il mourut l'an 62 en priant pour ses bourreaux : "Seigneur, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font."

 

Nous avons de St Jacques le Mineur une Epître qui a le titre de Catholique ou Universelle, parce qu'elle ne fut point adressée à une Eglise particulière, mais à tout le corps des Juifs convertis qui étaient dispersés dans les différentes parties de l'univers.

 

PRATIQUE. Pardonnez à vos ennemis, priez pour vos persécuteurs.

  

 

Sources:

 

(1) Vie des Saints pour tous les jours de l'année avec une pratique de piété pour chaque jour et des instructions sur les fêtes mobiles, Alfred Mame et Fils éditeurs, Tours 1867, p. 121 ; (2); (3); (4) DANIEL-ROPS, Histoire de l'Eglise du Christ, tome II Les Apôtres et les Martyrs, Librairie Arthème Fayard, Paris 1965, p. 22 ; (5) DANIEL-ROPS, Histoire de l'Eglise du Christ, ibid., p. 46.

Les secours de Dieu sont acquis par ceux qui prient… 

L’image contient peut-être : texte     

Mais la mère est toujours en prières ; n'est-il pas juste que les enfants prient aussi avec elle ?

C'est du reste la doctrine de tous les saints Pères que notre salut se trouve dans la prière.

"L'homme, dit saint Alphonse de Liguori, est tout à fait in­capable d'obtenir son salut par lui-même, puisque Dieu a voulu que tout ce qu'il a et tout ce qu'il peut avoir lui vînt du seul secours de sa grâceMais ce secours, Dieu ne l'accorde, suivant sa Providence ordinaire, qu'à celui qui prie." Ces paroles du saint docteur résument l'enseignement commun des théologiens qui sont d'accord sur ce sujet avec les plus grands docteurs de l'Eglise.

" L'humidité est nécessaire aux plantes pour leur garder la fraîcheur et la vie, dit saint Jean Chrysostome ; la prière est encore plus indispensable à notre âme pour la maintenir dans la vie de la grâce et pour la sauver." "La prière, dit encore ce grand Saint, est à notre âme ce que le soleil est au monde : le soleil éclaire, réchauffe, réjouit, donne la vie ; de même la prière éclaire notre entendement, échauffe notre volonté, réjouit notre cœur et donne la vie à notre âme. " Otez le soleil au monde, ce ne sera plus que ténèbres, que glace, que tristesse, qu'ombre de mort ; mais que l'on nous ôte la prière, ce n'est plus qu'obscu­rité dans notre esprit, que glace, qu'amertume dans notre cœur, que crainte et menace de mort dans notre âme. Un chrétien sans la prière est comme un soldat sans armes ; il sera bientôt taillé en pièces par son ennemi ; c'est un aveugle sans guides, il ne sera pas longtemps sans tomber dans quelque précipice ; c'est un oiseau sans ailes, il demeurera toujours sur terre sans pouvoir s'élever vers le ciel.

Comme le corps ne peut se soutenir sans la nourriture, ainsi l'âme, dit saint Augustin ne peut conserver la vie sans la prière. " Et le même docteur affirme que " celui-là ne saura jamais bien vivre qui ne saura pas bien prier. "

La prière, dit encore saint Augustin, est la force de l'homme et la faiblesse de Dieu. Par elle, l'homme peut monter au ciel, s'ouvrir un chemin parmi les saints, fendre la foule des anges, forcer les gardes du plus grand des monarques, s'élever jusqu'à son trône, enlever la foudre de ses mains puissantes, la faire des­cendre des hauteurs de sa majesté et de sa gloire infinie jusqu'à nos misères et l'obliger à nous faire miséricorde. "

C'est la même pensée qu'exprimait Tertulien quand il dit : " La prière est une puissance qui commande à Dieu lui-même ; elle triomphe du Tout Puissant. "

Et le Christ, dit saint Nil, tressaille de joie quand on lui fait violence. "

Saint Thomas ne craint pas de dire que " celui-là est perdu qui ne prie pas. " Saint François d'Assise avait coutume de dire que " sans la prière on ne peut espérer rien de bon de la part d'une âme."

Ce que le soleil est à la nature pour la vivifier, ce que l'air est aux pommes, ce que les armes sont au soldat, le pain à la vie matérielle, l'eau au poisson, l'âme au corps, la prière l'est à l'âme. " La prière dit sainte Thérèse est la porte céleste par où passent les dons du Seigneur. "

Cela nous montre avec une consolante évidence que si chétif que soit l'homme ici-bas, il a cependant sous la main le moyen infaillible de s'élever au dessus de sa condition et d'opérer des merveilles puisqu'il peut s'approprier la force de Dieu par la prière.

C’est ce que nous prouve la conduite de toutes les âmes vrai­ment désireuses d'opérer leur salut et de gagner le ciel. Elles se sont toujours appliquées avec le plus grand soin à la prière dont elles se sont fait une arme puissante.

C'est ce que nous prouve surtout l'admirable conduite des saints, de ces héros du christianisme qui se sont élevés si haut sur les degrés de la perfection et ont fait l'admiration de leur siècle par leur dévouement au service de Dieu et par la grandeur de leurs vertus. C'est la puissance de la prière qui leur a permis de mener une vie admirable qui les a conduits pleins de gloire dans la cour céleste. Tous savaient que, pour sauver une âme, il faut combattre généreusement et vaincre ses ennemis ; car, selon la parole de saint Paul : " Personne n'est couronné s'il n'a com­battu vaillamment ! (II tim. 11) Et d'un autre côté, il nous est impossible de triompher d'ennemis puissants et nombreux sans le secours de Dieu. Or ce secours nous venant de la prière, il en résulte que la prière est indispensable et que sans elle il n'y a pas de salut." Dieu veut nous donner l'appui de ses grâces, dit saint Augustin, mais il ne le donne qu'à celui qui l'invoque.

Tous les saints ont compris que ce ne sont pas les efforts et les industries de l'homme qui convertissent, mais la grâce de Dieu, laquelle s'obtient surtout par la prière. Ils comprenaient que la prière est à celui qui veut glorifier Dieu par le salut des âmes, ce que les armes sont au soldat, et qu'on avance plus la conversion des pécheurs, la sanctification des justes, l'œuvre de la rédemp­tion, en s'adressant directement à Jésus-Christ qui seul a la clef des cœurs pour les ouvrir à la grâce, que par n'importe quel autre moyen. Aussi quelles longues heures n'ont pas consacrées à la prière ! Lorsqu'ils ne pouvaient pas converser à loisir avec Dieu pendant le jour, absorbés qu'ils étaient par les exigences d'un ministère ou d'un travail incessant, ils le faisaient pendant la nuit.

C'est même ce que prouve la conduite des hommes les plus indifférents, même de ceux qui se proclament impies. Que faut-il pour réveiller en eux l'instinct de la prière ? Que faut-il pour ramener sur les lèvres les accents, le langage de la prière ?Un simple accident, un malheur subit, la nouvelle d'un trépas imprévu, un grand danger, une catastrophe, quelque chose enfin qui les mette face à face avec la mort et qui les rappelle au sentiment de leur petitesse et de leur impuisance. Cela s'est vu en tout temps et cela s'est vu quelquefois au prix des plus étranges contradictions.

En 1795, Voleny, le trop fameux auteur des Ruiness'embar­quait au Havre pour New York. Le navire qui le portait fut as­sailli par une affreuse tempête, il faillit être englouti. L'impiété du prétendu philosophe se démentit en cette occasion, et lui qui n'avait pas rougi d'écrire deux ans auparavant que "la prière était une dépravation de la morale, lui, esprit fort, libre penseur, lui, athée, fut aperçu, pendant l'orage, blotti dans un coin du navire, tenant un chapelet à la main. Il avait aperçu un chapelet et il l'avait saisi, il en avait armé ses mains et son cœur, il priait." Et après que l'orage fut passé, comme quelques passagers lui témoignaient leur surprise: "Messieurs, dit-il, on est athée au coin de son feu ; on ne l'est plus quand la foudre gronde et entr'ouvre des abîmes.'’

Que d'aveux sont tombés des lèvres d'autres grands hommes, revenus de leurs égarements ! Que ceux qui ne veulent connaître les angoisses et les luttes qui ont précédé leur retour imitent ces chrétiens plus généreux et plus glorieux tout à la fois qui ont demandé dès leur jeunesse un appui à la prière contre leur infir­mité naturelle, pour n'être pas obligé de recourir plus tard à elle après de lamentables chutes. Le siècle dernier nous fournit de nombreux modèles de ces dignes fils de l'Eglise.

C'est O'Connel, qui, au milieu des travaux sans nombre de son apostolat politique, assistait chaque jour à la messe, communiait souvent la semaine et répétait le Souvenez-vous avec la ferveur d'un religieux.

C'est Ampère qu'on surprenait parfois, agenouillé dans un coin de l'église, récitant pieusement son chapelet.

C'est Récamier qui poussa bien plus loin cette tendre dévotion à la Sainte Vierge et déclarait lui-même multiplier chaque jour lesAve Maria dans ses courses, en voiture, dans sa chambre et par­tout.

C'est Drouot dont Lacordaire a pu dire : " La prière jail­lissait de son cœur avec une onction qui a été plus d'une fois remarquée. Un jeune artiste introduit furtivement dans sa chambre pour recueillir ses traits, vit l'illustre aveugle, qui se croyait seul avec Dieu, lever à plusieurs reprises ses mains vers le ciel dans un épanchement religieux, attesté sur sa noble figure par l'illumination d'une joie divine. "

C'est Ozanam qui s'écriait dans l'élan de sa foi : " O vous à qui la prière semble un hom­mage inutile, regardez et voyez tous ces peuples à genoux devant leur Dieu ; entendez ce concert immense, cette vaste harmonie qui monte vers le ciel. Au milieu du silence de la nature, l'intel­ligence de l'homme s'élève seule, mais elle s'élève vers le Tout Puissant. Ainsi l'homme, le roi de la création, en est en quelque sorte le pontife ; il la représente devant Dieu quand il prie. " La prière est donc le cri naturel de l'âme humaine.

Un fils se plaît dans la société de ses parents ; il aime à s'entre­tenir avec eux ; il leur témoigne toutes sortes de prévenances ; il ne s'épargne pas quand il peut leur rendre quelque service ; il les aide dans leurs travaux et les console dans leurs peines ; à aucun prix il ne voudrait les contrister, même par une légère offense. Si quelque faute lui échappe, il s'empresse d'en exprimer du regret et de solliciter un pardon.

Que cette conduite d'un fils envers son père soit donc la nôtre à l'égard de notre Père du ciel. Aimons à prier ; efforçons-nous de nous rendre agréables à Dieu par la pratique de toutes les ver­tus ; que la prière tienne une grande place dans notre vie. Elle établira un mystérieux commerce entre la créature et le Créateur, entre la faiblesse et la puissance, entre l'indigence et l'Auteur de tout bien.

La prière est une puissance dont nous pouvons disposer en toute circonstance ; elle est une arme qui assure la victoire dans l'épreuve de la tentation. La persévérance finale est accordée à la prière et les biens temporels eux-mêmes ne sont pas refusés, s'ils sont utiles pour le salut. Ne pas prier c'est donc méconnaî­tre un devoir et méconnaître ses plus graves intérêts.Combien de grâces perdues pour n'avoir pas été sollicitées ? Que de fautes commises parce qu'on omet de recourir à la prière !

On a dit que la prière était la respiration de l'âme ; nulle image ne saurait en donner une idée plus nette et plus fidèle.

Quand on respire, dans ce va-et-vient de la poitrine qui s'ouvre à l'air pur, tour à tour nous exhalons les gaz délétères et aspirons le gaz vivifiant dans lequel toute vie terrestre est plongée.

De même, par la prière, notre âme exhale ses misères ; cha­grins, besoins, péchés ; puis elle attire en elle la grâce qui la ranime ; la bénédiction qui la console, la miséricorde qui l'ab­sout.

Prions donc ; la prière est le point d'appui de l'impuissance et le secours de ceux qui manquent de tout secours humain ; elle est la flèche rapide et sure qui ouvre le cœur de Dieu et qui fait couler de cette source divine Fondée sanglante de la grâce.

Celui qui ne prie pas, manquant de cette fécondante rosée, se desséchera comme cette jeune tige que l'eau du ciel ne vient pas vivifier ; il ne portera ni rieurs ni fruits ; bien plus, celui qui ne prie pas est déjà mort devant Dieu.

La prière ouvrira le ciel sur notre vie ; elle épanchera la lumière qui éclairera nos pas ; l'aliment qui nourrira notre vertu, la céleste pluie qui fécondera nos travaux, l'huile sacrée qui adou­cira nos douleurs et fermera nos blessures.

Extrait de : La Prière - Olivier Elzéar Mathieu. Archevêque de Régina   (1925)

On Receiving Holy Communion Frequently

 

St. Nicodemus of the Holy Mountain 
We shall prove from scriptural and patristic witnesses that it is necessary for the faithful and Orthodox Christians to receive the Body and Blood of our Lord frequently throughout our lives, so long as there is no objection from our spiritual father, and that frequent Communion produces great benefits for the soul and body; while delaying this, on the contrary, produces many harmful and destructive results. 
The commentary on the eighth and ninth Apostolic Canons emphasizes: “The
commands of these canons are very strict and severe, for they excommunicate those who come to the Liturgy but do not remain until the end and take Communion. And other canons of the Councils command the same: namely, that it is wholly proper and appropriate to receive Communion.” 
When the Christian communes, what mind could understand the gifts and graces he enjoys after the Divine Communion? How can our feeble tongue express it?
Anyone who does not commune frequently is following the opposite way, for he is not sealed with the precious Blood of the Lord, as St. Gregory the Theologian states.
And so, my brethren, if we do as our Holy Fathers direct and receive frequently, we have not only the cooperation and help of divine grace during this temporal life, we also have the assistance of the angels of God and of Him who is the Lord of the angels.
This Blood of the Lord is salvation for our souls; with it the soul rejoices, with it, it is beautified, it is warmed; this Blood makes the mind shine more brightly than the light; it makes the soul more beautiful than gold. Those who partake of this Body stand with the angels and archangels and the powers above; with it they are adorned with royal robes and the weapons of the Spirit. Those who receive Communion receive the very King Himself.
Do you see what graces you receive if you commune frequently? Do you see how the mind becomes radiant, thoughts shine, and all the powers of the soul are purified with frequent Communion? If you love mortifying the fleshly passions, commune frequently and you will delight.
Without frequent Communion we will not be able to free ourselves from the passions nor raise ourselves to the heights of sobriety.
And if we do not partake frequently—if possible, even daily—of the precious Body and Blood of our Lord, then we will not be able to escape the devil.
Many invent all kinds of virtues and think that just by doing these without frequent Communion, they will be saved—which is utterly impossible, since they do not wish to obey God’s will and commune frequently and to follow the Church’s standard for every festal Liturgy.
To be loved by Christ through frequent Communion of the holy Body and Blood, makes it impossible (for us) not to love everyone.
How can you love other good things, O Christian, and not frequently receive Communion? Would you like to enjoy each day? Would you like to have Pascha and rejoice with ineffable joy at the end of life? Then run frequently to the Mystery and receive it with proper preparation, so that you may rejoice.
It is the will of God that all of us who are Christians should receive His Body and Blood frequently, so that by means of frequent Communion in this present life, we shall be safeguarded from the snares and schemes of the devil” and when our souls depart in the hour of death, they may fly like freed doves and without any hindrance from the aerial spirits.
O the grandeur of the glory those Christians receive from frequent Communion, both in the present life and in that to come!
If it is necessary to confess and do penance in order to receive forgiveness of sins, Holy Communion is just as necessary for the remission of sins; as with a festering wound: first one removes worms, then cuts away putrid tissue, and last of all, applies ointment that it may heal; if you do this, you are restored to your former condition. Thus if you sin: with confession you remove the worms, and with penance you cut away what is putrid, and follow this with Holy Communion which becomes the ointment, and you are healed. For if he is not given Holy Communion, the wretched sinner will return to his former state and, in the end, will become someone who is worse than before (Matthew 12:45). 
I am astonished and amazed how contemporary Christians can celebrate Sundays and other feasts of the year with true spiritual joy, and yet not partake frequently of the Holy Communion, which is the rationale and purpose of each of the feasts and festivals. It is most certain that those who do not commune frequently, fall short, alas, of all the celestial and divine good things; and beside this, they violate the commandments of the Lord and the authoritative decisions of the apostles and the Councils and of all the saints. They are under the penalty of excommunication according to the holy apostles and the Council of Antioch. Such people give aid and opportunity to the devil through avoiding Communion, casting themselves into various sins and many other temptations.
O my brethren, let us see just once with the soul’s noetic eyes of what heights and of what great, good things we fall short when we do not commune frequently; then indeed we will want to make ready all our faculties and commune in this manner, even daily. And if we have shown great negligence towards the Holy Communion until now, then let us from now on, I beg you with brotherly-love, let us awake from the deep sleep of indolence, and let us put forth eagerness and diligence. 

Source: http://myocn.net/st-nicodemus-holy-mountain-necessary-receive-holy-communion-frequently/

 

La vie du fondateur du christianisme

la_vie_du_fondateur_du_christianisme_jesus_christ_sermon_sur_la_montagne

Jésus-Christ n’est pas un personnage de récit mythique : sa réalité est historique et sa perfection authentique. L’abbé Broglié met en parallèle Notre Seigneur avec Zoroastre, Bouddha, Confucius et Mahomet afin de faire voler en éclat les préjugés absurdes qui jonchent notre époque. À ce titre, bien que datant de la fin du XIXe siècle, ses propos sont étonnamment contemporains !

« La vie du fondateur du christianisme » tiré de « Problèmes et conclusions de l’histoire des religions » de l’abbé de Broglié. Page 334 à 340.

« Le trait particulier de la vie de Jésus-Christ telle qu’elle est racontée dans l’Évangile, c’est l’union de la perfection de l’idéal avec la pleine réalité historique. En règle générale, chez tous les hommes, ces deux éléments sont séparés. L’imagination, la poésie, l’admiration idéalisent les êtres, mais en corrigeant leurs défauts réels et en leur ajoutant des vertus qu’ils n’ont pas possédées. Dès que l’on passe de la fiction à l’histoire, on retrouve les imperfections de la nature humaine. Nous pouvons appliquer cette règle à tous les personnages de l’histoire, sans crainte de la voir démentie. Mais puisqu’il s’agit du fondateur d’une religion, nous nous bornerons à l’appliquer aux quatre fondateurs de cultes dont nous avons étudié l’histoire : Zoroastre, Bouddha, Confucius et Mahomet.

Sur Zoroastre, comme nous l’avons montré, nous ne savons rien d’historique. II se perd entièrement dans la légende, il n’y a donc pas lieu d’en parler ; ses vertus et ses qualités ne nous apparaissant qu’au milieu des nuages de la mythologie : nous ne pouvons dire s’il a été tel que ses sectateurs l’ont décrit ; nous ne savons même pas s’il a existé.

Bouddha a certainement une réalité plus grande. Son époque est à peu près certaine, et sa personnalité, qui joue un si grand rôle dans son œuvre, nous est connue dans ses grands traits. Mais combien il y a loin de cette notion générale à cette connaissance détaillée de la vie d’un homme qui serait nécessaire pour prononcer sur sa perfection morale ! Les discours de Çakia-Mouni et les récits de sa vie n’ont qu’une authenticité très douteuse. Chose singulière même, si nous devions en croire les livres singhalais qui sont destinés à exalter les vertus du Bouddha, nous y trouverions quelquefois la marque de ses défauts. C’est ainsi qu’il est raconté que, lorsque Bouddha était dans un jardin, cinq cents moines vinrent le trouver conduits par ses deux principaux disciples, et qu’il se fit un tel bruit lorsqu’il s’agit de les faire asseoir et de poser à terre leurs pots à aumônes, que le maître cria à Ananda :

« Qui sont ces hommes qui font tant de bruit, comme des pêcheurs qui tireraient leurs filets ? »

Ananda l’ayant averti de l’arrivée des étrangers, il ajouta :

« Assemblez tout le couvent et dites aux moines qui se sont conduits comme des pêcheurs au filet de ne pas rester près du lieu où je me trouve. »

Les moines étrangers se retirèrent assez irrités, et il fallut l’intervention du grand dieu Brahma et de l’un des principaux disciples pour que Bouddha se décidât à les recevoir. Les commentateurs s’efforcèrent de donner des raisons de la conduite du Bouddha, mais il est difficile de ne pas y voir un acte d’impatience assez déplacé. En tous cas il a gravement scandalisé ses disciples les plus intimes : l’un d’eux, dit la tradition, songea à le quitter ; l’autre, pensant que Bouddha manquait à sa mission, se proposa de prendre sa place. Nous n’avons pas cité ce fait pour en tirer une conclusion directe contre la perfection morale du Bouddha, mais simplement pour montrer le travail d’idéalisation fait par ses disciples, car ce morceau est une sorte d’excuse ou d’explication d’une tradition relative à la conduite du maître. Quoi qu’il en soit, l’impossibilité de dégager le Bouddha réel du Bouddha dogmatique et légendaire est évidente et suffit pour que nous n’ayons aucun motif d’admettre en Çakia-Mouni l’absolue perfection réalisée et vivant sur la terre.

Nous ne la trouverons pas non plus en Confucius, dont la vie est beaucoup plus historique, grâce au caractère du peuple chinois. Cette vie n’a rien d’héroïque ; c’est celle d’un honnête homme et d’un sage, ayant une ambition politique, innocente sans doute, mais qui diminue la grandeur de son caractère. Confucius ne se montre pas supérieur à la moyenne des honnêtes gens de tous les pays.

Reste Mahomet, le dernier venu, dont la vie est absolument authentique surtout quand il s’agit des faits que mentionne le Koran. Mais, si nous trouvons ici la réalité historique, nous sommes certainement bien loin de l’idéal.

C’est donc une loi générale que sur la terre les hommes réels et vivants sont plus ou moins imparfaits et que l’idéal absolu, quand il existe dans une biographie, est le produit de l’imagination de la postérité. Si maintenant nous lisons l’Évangile, nous voyons une grande, unique et sublime exception à cette triste loi. Jésus-Christ nous apparaît comme l’absolue perfection sans aucune tache, et en même temps il vit sur cette terre, nous savons où il est né et où il est mort ; nous entendons la voix même des témoins oculaires de sa vie, de l’apôtre qui a reposé sur son sein. Que la vie de Jésus telle qu’elle est rapportée par l’Évangile soit une vie idéale et surhumaine, c’est ce qu’il est inutile de prouver. Cela est inutile à l’égard des âmes simples et de bonne foi, que la lecture de l’Évangile ravit d’admiration et fait entrer dans cette stupeur qui, au dire du texte sacré, saisissait ceux qui approchaient du divin Maître et écoutaient les paroles tombées de ses lèvres. Cela est également inutile à l’égard des contradicteurs qui, suivant l’exemple des pharisiens, trouveront toujours matière à critiquer dans la perfection même. Soit qu’on le contemple dans l’obscurité de sa vie de Nazareth, soit qu’on le voie parcourant les villages et les bourgades de la Judée toujours entouré par la foule et supportant sa grossièreté et son indiscrétion, soit qu’on écoute les entretiens si profonds et si touchants avec Nicodème ou avec la Samaritaine, soit qu’on entende tomber de sa bouche le sermon des béatitudes, partout c’est une simplicité jointe à une profondeur que rien n’égale. Ce n’est pas le sublime, c’est plus que le sublime ; on entre, en lisant l’Évangile, dans cette région de calme qui est au-dessus des nuées et des orages ; on est plongé dans la vérité parfaite, dans la paix sans nuages, dans la bonté sans limite. Quel trait de caractère que ce petit mot de l’Évangéliste : il ne fit point de miracles dans cette bourgade à cause de l’incrédulité des habitants ; cependant il y guérit quelques malades ! Quel trait encore que ces larmes de Jésus au moment où il allait ressusciter Lazare ! Quelle profondeur dans ses réponses telles que celle où il dit de rendre à César ce qui appartient à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu, confondant ses adversaires en même temps qu’il posait le principe des sociétés modernes ! Quelle connaissance du cœur humain, quelle prudence surnaturelle dans le jugement de la femme adultère ! Et dans sa passion, à quelle hauteur Jésus s’élève ! Avec quelle indifférence pour la vie il parle à Pilate de la puissance qui lui a été donnée sur le Fils de l’homme ! Comme il se tient à égale distance de la faiblesse qui se soumet au pouvoir et de l’esprit de révolte ! Quelle douceur envers les faibles, quelle énergie en parlant aux hypocrites et aux puissants de la terre ! On comprend cette parole attribuée à Napoléon Ier, qui ne serait pas moins vraie lors même qu’elle ne serait pas authentique :

« Je me connais en hommes ; Jésus-Christ n’est pas un homme. »

Le Christ de l’Évangile est donc l’idéal, la perfection vivante sur la terre. Maintenant, cet idéal est-il une invention ? Est-il le produit de l’action de l’imagination humaine sur une réalité inférieure et grossière ? S’est-il formé à la manière des autres biographies plus ou moins idéales, telles que celle du Bouddha, ou la légende moderne de Napoléon ? La simple lecture impartiale des Évangiles suffit pour répondre à cette question, indépendamment de toute étude critique. Les œuvres légendaires ont en effet leurs caractères propres qui se laissent aisément reconnaître. Or le Christ de l’Évangile est aussi clairement humain, vivant et réel, qu’il est évidemment parfait. Il n’est pas un instant où il ne touche le sol, où on ne le voie vivre au milieu d’hommes parfaitement réels et nullement idéalisés. Si le récit de la vie de Jésus-Christ était une création légendaire, il aurait fallu, pour donner à cette œuvre d’imagination, un caractère si grand de vraisemblance, une conformité si parfaite dans les détails avec les circonstances de temps et de lieu et les mœurs de l’époque, un art merveilleux, une habileté inimitable qu’il serait absurde d’attribuer aux auteurs des Évangiles.

L’accord des Évangiles est encore une preuve de la réalité de la figure idéale de Jésus-Christ. Quoi qu’on en dise, cette figure est unique et c’est le même Christ qui apparaît dans les quatre Évangiles. Si le Christ de saint Jean est plus profond, s’il manifeste plus complètement sa sagesse divine, il ne diffère cependant pas de celui des autres évangélistes. Ce sont des traits qui s’ajoutent à d’autres traits, mais sans détruire les premiers. Or, comment expliquer cette identité, si chacun des évangélistes n’a eu devant les yeux le même type réel et vivant, c’est-à-dire le Sauveur lui-même ? Écoutons sur ce point un appréciateur non suspect, l’auteur de l’Émile :

« Oui, si la vie et la mort de Socrate sont d’un sage, la vie et la mort de Jésus sont d’un dieu. Dirons-nous que l’histoire de l’Évangile est inventée à plaisir ? Mon ami, ce n’est pas ainsi qu’on invente, et les faits de Socrate, dont personne ne doute, sont moins attestés que ceux de Jésus-Christ. Au fond, c’est reculer la difficulté sans la détruire ; il serait plus inconcevable que quatre hommes d’accord aient fabriqué ce livre, qu’il ne l’est qu’un seul en ait fourni le sujet. Jamais des auteurs juifs n’eussent trouvé ni ce ton, ni cette morale, et l’Évangile a des caractères de vérité si grands, si frappant, si inimitable, que l’inventeur en serait plus étonnant que le héros (Rousseau. Émile. Livre IV). »

Nous trouvons donc dans l’Évangile cette union, vainement cherchée partout ailleurs, de l’idéal et du réel. Évidemment c’est une œuvre divine. Dieu seul est assez puissant pour créer une œuvre parfaite.

Mais nous pouvons tirer de cette union du réel et de l’idéal en la personne de Jésus-Christ une conclusion plus vaste et plus importante. N’est-ce pas l’union de l’idéal et du réel qui est l’objet de la recherche de toutes les religions ? N’est-ce pas l’absence de cette réalisation de l’idéal sur la terre qui produit ce vide de l’âme que les religions cherchent à combler ? Or l’histoire du christianisme nous présente, à une époque déterminée de l’histoire, pendant un intervalle de quelques années, l’idéal absolument parfait, vivant sur cette terre. N’est-ce pas la preuve que l’objet cherché par la religion est un objet réel ? N’est-ce pas le signe visible sur la terre de l’idéal éternel et vivant dans le ciel, c’est-à-dire du Dieu personnel ? N’est-ce pas cette perfection manifestée en chair qui sert de pont pour nous conduire à la croyance aux perfections invisibles, et n’est-ce pas aussi par l’amour du Christ que l’on arrive le plus facilement à l’amour de la perfection divine ? N’est-ce pas ce que saint Paul explique lorsqu’il nous dit que le Christ est la splendeur de la gloire de Dieu et la figure de sa substance ? Cette union de l’idéal et du réel, c’est le caractère propre de la Divinité, c’est le signe distinctif d’une religion monothéiste qui admet que la perfection existe en Dieu à l’état personnel. Jésus-Christ unissant dans sa nature visible ces deux éléments, qui semblent contradictoires, et qui le sont réellement dans l’ordre purement naturel, est donc non seulement un envoyé de Dieu, nais comme un signe et un sacrement qui contient et révèle la divinité tout entière et ses plus sublimes attributs. C’est un trait caractéristique et unique, propre au christianisme seul. Le christianisme est donc le seul point de contact de la perfection absolue avec la misère de l’homme, la seule vraie communication entre le ciel et la terre. »

(Source: Saint Michel Archange)

Image may contain: 1 person, beard
The visit to Egypt of Francis, the Pope of Rome, is important in several aspects as we are going through a turbulent and troubled period. Among these, it is that of the fraternal dialogue between two Apostolic Churches and, secondly, the inter-religious dialogue.
That is why we have prepared this visit, humbly, of our place, by prayer.
The Francophone Syro-Orthodox Church in France and its other missions unite in prayer to this visit of the Pope of Rome to the Pope of Alexandria of the Confession of St Mark, comfort for this wounded Church, this Church Martyrdom, honor of the Catholicity united in the Orthodoxy of the Faith and the Grace of the Holy Spirit.
We give thanks to God for the signing of this agreement, hoping that there will not remain a "dead letter" like the one previously signed between their Holiness Shenouda and Paul VI.
Our Syriac Monastery being a Prayer Center for unity
Of the Apostolic Churches, the unanimity of the Christian Testimony
And the peace of the world, we shall continue to bear in prayer the effect of this important agreement.
Your faithfully and fraternally devoted in Our Lord. Aloho m'barekh! (God bless you )!
+ Mor Philipose, metropolitan.Brévilly this 28.IV.17
---------------------------------------------------------------------
Image may contain: 1 person, sitting, living room and indoor
La visite en Egypte de François, le Pape de Rome, est importante en plusieurs aspects alors que nous traversons une période troublée et agitée. Parmi ces aspects ,il est celui du dialogue fraternel entre deux Eglises Apostoliques et, ensuite, le dialogue inter-religieux. 
C'est pourquoi nous avons préparé cette visite, humblement, de notre place, par la prière.
L'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone, en France, en Afrique et ses autres missions s'unit dans la prière à cette visite du Pape de Rome au Pape d'Alexandrie de la Confession de St Marc, réconfort pour cette Eglise meurtrie, cette Église Martyre, honneur de la Catholicité unie dans l'' Orthodoxie de la Foi et de la Grâce du Saint Esprit. 
Nous rendons grâces à Dieu pour la signature de cet accord, espérant qu'il ne restera pas "lettre morte" comme celui qui fut précédemment signé entre leurs Saintetés Shenouda et Paul VI.
Notre Monastère Syriaque étant un Centre de Prières pour l'unité
des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien
et la paix du monde, nous continuerons de porter dans la prière le retentissement dans les faits de cet accord important.
Votre fidèlement et fraternellement dévoué en Notre Seigneur. Aloho m'barekh ! (Dieu vous bénisse )!
+Mor Philipose,métropolite.Brévilly ce 28.IV.17
___________________________________________
Image may contain: 1 person, indoor
A visita ao Egito Francis, Papa de Roma, é importante em muitos aspectos como nós nos movemos através de um período conturbado e turbulento. Entre estes aspectos, é uma das diálogo fraterno entre duas Igrejas apostólicas e diálogo, em seguida, inter-religioso.
É por isso que nós preparamos esta visita, humildemente, o nosso lugar, através da oração.
A Igreja siro-ortodoxo Francophone, França, África e outras missões unidos em oração para a visita do Papa de Roma para o Papa de Alexandria da Confissão de consolo St. Mark Igreja para esta ferida, a Igreja honra do martírio da catolicidade unidas na ortodoxia da fé e da graça do Espírito Santo.
Damos graças a Deus pela assinatura deste acordo, esperando que ele não vai ficar "letra morta", como o que foi assinado anteriormente entre sua Santidade Shenouda e Paulo VI.
Nosso mosteiro siríaco é um Centro de oração pela unidade
Igrejas Apostólicas, unanimidade de Christian Witness
e a paz do mundo, vamos continuar a suportar as repercussões em oração nos fatos deste importante acordo.
Seu fiel e dedicado fraternalmente no Senhor. Aloho m'barekh! (Deus te abençoe)!
+ Mor Philipose, métropolite.Brévilly este 28.IV.17

 

Il y a matière à réflexion...

Icône de la descente aux enfers:

Résultat de recherche d'images pour "Taux de pression fiscale" Chaque année, le Forum économique mondial publie son rapport sur la compétitivité globale des différentes économies du monde. L’organisme examine aussi d’autres indicateurs comme le niveau de vie, le taux d’alphabétisation ou encore l’inflation dans chaque pays. Il rassemble ces données pour reproduire l’image la plus fidèle des économies concernées par l’étude.

Dans les indicateurs, qui peuvent peser sur la compétitivité d’un pays, il y a la fiscalité. On retrouve l’impôt sur les sociétés, les diverses cotisations sociales, les charges patronales, les impôts fonciers, la taxe sur le CA, et une multitude d’autres mesures selon les législations.

Le Forum économique mondial a ainsi pu déterminer une liste de 27 pays où la pression fiscale dépasse les 50%. La France figure parmi ces Etats, mais attendez vous cependant à quelques surprises !

Pays 
 
Taux de pression fiscale
 
Commentaires
 
Japon
 
51.3
 
5e pays d’Asie où le taux d’imposition est le plus élevé
 
Mexique
 
51.8
 
Le Mexique est un des nombreux pays latinos américains où le taux d’imposition dépasse les 50%. La taxe classique, la plus faible pour les sociétés est de 30%
 
Côte d’Ivoire
 
51.9
 
Un des 8 pays africains où les taxes sont les plus élevés. L’impôt sur les sociétés est de 25%, 30% s’il s’agit d’entreprises du secteur des télécommunications
 
L’Autriche
 
52
 
Un des 6 pays de l’UE qui dispose d’un système fiscal complexe. Les couples mariés sont lourdement imposés
 
Ukraine
 
52.9
 

 
Sri Lanka
 
55.6
 
L’impôt sur les sociétés est de 28%. Jusqu’à 40%, si l’entreprise exerce son activité dans les spiritueux ou le tabac
 
Belgique
 
57.8
 

 
Costa-Rica
 
58
 

 
Espagne
 
58.2
 
Les taux d’imposition sur les sociétés sont très élevés
 
Inde
 
61.7
 

 
Tunisie 
 
62.4
 

 
Bénin
 
63.3
 
L’impôt sur les sociétés est de 15.9%, mais pleins d’autres taxes viennent pénaliser la compétitivité de l’économie du pays
 
Gambie
 
63.3
 
Taxe sur les sociétés avoisinant les 40%
 
Tchad
 
63.5
 
Situation similaire à la Gambie
 
Chine 
 
64.6
 

 
Italie
 
65.4
 
Le pays qui taxe le plus en Europe avec la France
 
Venezuela
 
65.5
 
Maduro a instauré un régime de taxes très lourd. Il asfixie l’économie du pays déjà dépendante à 99% des ressources pétrolières
 
Nicaragua
 
65.8
 
Le FMI recommande depuis 2012 au pays de baisser son niveau de taxation. Sa compétitivité en souffre très nettement
 
France 
 
66.6
 
Notre pays, champion du monde de l’imposition en Europe, toutes catégories confondues
 
Guinée 
 
68.3
 

 
Brésil
 
69