Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 17:37
Vendredi 1er Mai 2015, Eléments pour la méditation :

Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 3,14-15.17.23-24.

Mes frères : ayez la charité, qui est le lien de la perfection.
Et que la paix du Christ, à laquelle vous avez été appelés de manière à former un seul corps, règne dans vos cœurs ; soyez reconnaissants.
En quoi que ce soit que vous fassiez, en parole ou en œuvre, faites tout au nom du Seigneur Jésus, en rendant par lui des actions de grâces à Dieu le Père.
Quoi que vous fassiez, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur, et non pas pour des hommes,
sachant que vous recevrez du Seigneur pour récompense l'héritage céleste. Servez le Seigneur Jésus-Christ.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13,54-58.

En ce temps-là, étant venu dans son pays, Jésus les instruisait dans leurs synagogues, de sorte qu'ils étaient dans l'admiration et disaient : "D'où viennent à celui-ci cette sagesse et ces miracles ?
N'est-ce pas le fils du charpentier ? Sa mère ne s'appelle-t-elle pas Marie, et ses frères Jacques, Joseph, Simon et Judas ?
Et ses sœurs, ne sont-elles pas toutes chez nous ? D'où lui vient donc tout cela' ? "
Et il était pour eux une pierre d'achoppement. Mais Jésus leur dit : " Un prophète n'est sans honneur que dans sa patrie et dans sa maison. "
Et il ne fit pas là beaucoup de miracles à cause de leur incrédulité.

Vendredi 1er Mai 2015, Eléments pour la méditation :

Prière à saint Joseph artisan composée et indulgenciée par Pie XII, Pape de Rome

(PIE XII (1876-1958), Pape de Rome instituait en 1955 pour l’Eglise Latine et celles qui lui sont canoniquement unies la fête de saint Joseph artisan, destinée à être célébrée le 1er mai de chaque année. Pour la sécurité de l’emploi dans nos familles et l’unanimité des cœurs tendus vers Dieu, nous nous unissons à nos frères et sœurs de l’Eglise d’Occident dans cette célébration)

« Notre méditation sur le parcours humain et spirituel de saint Joseph, nous invite à prendre la mesure de toute la richesse de sa vocation et du modèle qu’il demeure pour tous ceux et toutes celles qui ont voulu vouer leur existence au Christ, dans le sacerdoce comme dans la vie consacrée ou dans divers engagements du laïcat.

Joseph a en effet vécu dans le rayonnement du mystère de l’Incarnation. (…) Joseph nous livre le secret d’une humanité qui vit en présence du mystère, ouverte à lui à travers les détails les plus concrets de l’existence. Chez lui, il n’y a pas de séparation entre la foi et l’action.

Sa foi oriente ses actions de façon décisive. Paradoxalement, c’est en agissant, en prenant donc ses responsabilités, qu’il s’efface le mieux pour laisser à Dieu la liberté de réaliser son œuvre, sans y faire obstacle. Joseph est un « homme juste » (Mt 1, 19) parce que son existence est ajustée à la Parole de Dieu ».(Benoit XVI, Pape de Rome à Yaoundé)

PRIERE :

Ô glorieux Patriarche saint Joseph, humble et juste artisan de Nazareth, qui avez donné à tous les chrétiens, mais spécialement à nous, l’exemple d’une vie parfaite dans le travail constant et dans l’admirable union à Marie et à Jésus, assistez-nous dans notre tâche quotidienne, afin que, nous aussi, artisans catholiques, nous puissions trouver en elle le moyen efficace de glorifier le Seigneur, de nous sanctifier et d’être utiles à la société dans laquelle nous vivons, idéals suprêmes de toutes nos actions.

Obtenez-nous du Seigneur, ô notre très aimé protecteur, humilité et simplicité de cœur, goût du travail et bienveillance envers ceux qui sont nos compagnons de labeur, conformité aux divines volontés dans les peines inévitables de cette vie et joie dans leur support, conscience de notre mission sociale particulière, et sentiment de notre responsabilité, esprit de discipline et de prière, docilité et respect à l’égard de nos supérieurs, fraternité envers les égaux, charité et indulgence pour nos subordonnés.

Soyez avec nous dans nos moments de prospérité, quand tout nous invite à goûter honnêtement les fruits de nos fatigues ; mais soutenez-nous dans les heures de tristesse, alors que le ciel semble se fermer pour nous et que les instruments du travail eux-mêmes paraissent se rebeller dans nos mains.

Faites que, à votre exemple, nous tenions les yeux fixés sur notre Mère Marie, votre très douce épouse, qui, dans un coin de votre modeste atelier, filait silencieusement, laissant errer sur ses lèvres le plus gracieux sourire ; faites aussi que nous n’éloignions pas notre regard de Jésus, qui peinait à votre établi de menuisier, afin que nous puissions ainsi mener sur terre une vie pacifique et sainte, prélude de celle éternellement heureuse qui nous attend dans le ciel, durant les siècles des siècles.

Amîn.

(Documentation Catholique, 13 avril 1958.)

Vendredi 1er Mai 2015, Eléments pour la méditation :

NEUVAINE POUR LA FRANCE

Méditation du Père Brice de Malherbe

Posté le 30 avril 2015

Une prière qui nous engage

Lorsque le portail central de Notre-Dame de Paris est ouvert, l’œil est tout de suite attiré par la croix lumineuse que le Cardinal Lustiger a fait dresser au fond du chœur. Au pied de cette Croix une Pietà – Marie porte sur ses genoux son Fils Jésus, livré et mort pour nos péchés. De part et d’autres Louis XIII, offrant son sceptre et sa couronne à la Mère et au Fils, et Louis XIV, qui a fait réaliser la statue promise par son père dans le vœu de 1638, où celui-ci consacrait « à la grandeur de Dieu, par son Fils rabaissé jusqu’à nous, et à ce Fils par sa Mère élevée jusqu’à Lui (…), nostre personne, nostre Estat, nostre couronne et tous nos subjects ».

La Croix, « où nous révérons l’accomplissement des mystères de nostre Rédemption par la vie et la mort du Fils de Dieu en nostre chair », rappelle le texte du vœu. La Pietà, signe de l’amour donné jusqu’au bout par Jésus, le Fils de Dieu, pour le salut de tout homme ; signe de l’amour donné jusqu’au bout par lequel Marie, la Mère de Dieu, s’associe à l’offrande de son Fils. La confiance de Louis XIII était en la bonté de Dieu. L’offrande du Christ sur la Croix est la manifestation la plus poignante et la plus éclatante de cette bonté infinie de Dieu. C’est à elle aussi que nous nous confions, ainsi que notre pays, en demandant de recevoir du Cœur du Christ « les grâces de sa divine miséricorde ». Nous le faisons, comme jadis le roi de France, par les mains de Marie « médiatrice des bienfaits » de Dieu.

Notre prière se fait sans doute plus intense en ce mois de Mai. Une prière qui nous engage. De fait, de même que, lorsque nous demandons à Dieu Notre Père que sa volonté soit faite, cela nous engage en premier lieu à agir selon sa volonté, de même, en nous tournant avec confiance vers la « bienveillance » de la Vierge Marie, cela nous engage en premier lieu à être bienveillants. A vouloir le bien des autres. A être vigilants dans le bien. A nous orienter vers le Bien, disons-nous encore, en demandant que le Seigneur lui-même nous y oriente, car sans sa grâce nous ne pouvons rien faire. Mais une fois sa grâce demandée, il s’agit d’engager jusqu’au bout notre liberté par laquelle nous avons adressé notre prière à Notre-Dame de France.

En d’autres termes, nous qui sollicitons pour notre pays l’amour de Dieu et la bienveillance de la Vierge Marie, il nous faut nous engager toujours plus résolument dans le chemin de l’amour. Vers la fin de la guerre, en 1944, méditant sur le drame de l’humanisme athée, le Père de Lubac affirmait vigoureusement qu’il ne pouvait y avoir d’existence réelle du christianisme en dehors de la force de la charité. Celle-ci peut s’exercer de biens des manières et dans tous les domaines de notre vie, pas seulement « dans des actions d’éclat » nous avertit le Concile Vatican II « mais, et avant tout, dans le quotidien de la vie » (Gaudium et Spes, 38).

Un bon modèle pour cela est sans aucun doute Saint Joseph, que nous fêtons en ce 1er Mai comme travailleur. Saint Joseph, apparu dans notre pays, à Cotignac, non loin de la chapelle Notre-Dame de grâces, où Marie a été intensément priée pour la naissance du futur Louis XIV. Saint Joseph a qui nous pouvons demander de nous aider, chacun à notre mesure, à faire fructifier les ressources de notre pays avec cette force de la charité qui, seule, peut nous aider à tendre vers une fraternité universelle selon le cœur de Dieu.

Que le Seigneur continue à nous guérir de nos fautes et à répandre en nos cœurs son amour par l’Esprit-Saint qui nous a été donné. Qu’il fasse de nous, pour notre pays, des artisans de paix, les ouvriers d’une civilisation de l’amour. Amen. Alléluia.

Vendredi 1er Mai 2015, Eléments pour la méditation :

COMMENT DEVENIR ET POURQUOI RESTER CHRETIEN ORTHODOXE

Exposé donné lors d'un pèlerinage orthodoxe à Felixstowe en août 2001

INTRODUCTION

Nous entendons parfois des gens raconter comment ils en sont venus à rejoindre l'Eglise orthodoxe. Bien que chaque histoire soit intéressante, et parfois même extraordinaire, je pense que les histoires racontant comment des gens sont restés de fidèles chrétiens orthodoxes malgré les tentations seront de plus grande utilité. Comme il est écrit dans l’évangile: "C'est à votre constance que vous devrez votre salut" (Luc 21,19).

De plus, je n'ai pas intitulé cet entretien "Comment entrer dans l'Eglise orthodoxe"mais "Comment devenir et rester un chrétien orthodoxe." Car rejoindre l'Eglise orthodoxe ou devenir un membre de l'Eglise orthodoxe, cela concerne des changements externes, et ce n'est pas la même chose que "devenir un chrétien orthodoxe," qui concerne des changements intérieurs. Et rester un chrétien orthodoxe est encore plus important, c'est pourquoi j'ai consacré 3 fois plus de temps à cette partie-là qu'à comment devenir chrétien orthodoxe.

DEVENIR ORTHODOXE – CONVERSION ET INTÉGRATION

Définissons d'abord nos termes en parlant d'un nombre de mots qui sont utilisés dans ce contexte. Tout d'abord, il y a la phrase nulle "orthodoxe de naissance." Cela n'existe pas. Personne n'est "né orthodoxe", nous sommes tous nés païens. C'est pour cela que nous exorcisons d'abord puis baptisons. Plus acceptables sont les termes, "né dans une famille orthodoxe" et "orthodoxe depuis le berceau". Il est intéressant de noter que les gens qui utilisent avec condescendance des termes comme "orthodoxe de naissance" appellent les enfants des "convertis"… des "convertis".

Ensuite il y a le mot "converti." Lorsque des gens disent qu'ils sont convertis, je leur demande d'abord : "Convertis à quoi?" Au folklore grec? A l'alimentation russe? Au pharisaïsme? A la nostalgie d'un anglicanisme ou d'un catholicisme-romain démodés? A un passe-temps intellectuel de syncrétisme?

Il est vrai, en un sens, que nous sommes tous, toujours, des convertis, parce que nous avons tous à constamment nous convertir au Christ. C'est le sens du Psaume 51. Le roi-prophète David aussi fut un converti, un "né de nouveau", après son grand péché. Hélas, le mot "converti" n'est en général pas utilisé dans ce sens spirituel mais dans un sens séculier. J'espère que quand les gens s'appellent eux-mêmes "convertis", ils veulent dire qu'ils sont convertis au christianisme (qui est le mot correct pour orthodoxie). J'espère aussi que quand ils disent qu'ils sont "convertis", cela signifie qu'ils ont été très récemment reçus dans l'Eglise. Hélas, je dois admettre que ce n'est pas toujours le cas. Les années passant, j'ai rencontré des gens qui étaient entrés dans l'Eglise orthodoxe dix, vingt, trente ans auparavant voire plus, et qui étaient encore des "convertis" et même qui s'appelaient eux-mêmes "convertis". Et ceci même dans le cas de certains clercs, prématurément ordonnés.

Cela me dépasse, car cela signifie que même après des années comme membres "de nom" de l'Eglise orthodoxe, ils ne sont pas encore devenus chrétiens orthodoxes, ils n'ont pas encore intégré l'Eglise, ils n'ont pas encore grandit naturellement dans l'orthodoxie, et il ne mènent toujours pas un genre de vie orthodoxe, ils n'ont pas encore acquis cet instinct d'orthodoxie, qui signifie que l'orthodoxie est leur unique demeure spirituelle, qu'elle est leur os et leur sang, qu'ils respirent l'orthodoxie parce que leurs âmes sont orthodoxes. Ils souffrent de l'affliction spirituelle du "convertitisme". Ils sont restés néophytes. Ils n'ont accompli que ce que le diable voulait qu'ils accomplissent – être incomplets. C'est pourquoi les Russes, faisant un jeu de mot sur le mot russe "konvert", qui signifie une enveloppe, disent plutôt vrai en parlant de certains convertis : "le problème avec le 'konvert', c'est qu'il est soit souvent vide, ou souvent décollé."…

Il peut y avoir bien des raisons à cet état de convertitisme. Ce peuvent être des gens qui sont rentrés dans l'Eglise orthodoxe et n'ont pas trouvé de paroisse où aller, au moins avec des offices dans une langue qu'ils pourraient comprendre. Par exemple, j'ai rencontré des gens qui avaient été orthodoxes depuis quarante ans mais n'avaient jamais participé à une vigile pascale dans leur propre langue! J'ai rencontré des gens qui étaient orthodoxes depuis cinq ans et n'avaient jamais assisté à la moindre vigile pascale, parce que leur communauté orthodoxe locale n'a que dix liturgies par an et uniquement des samedis matin ! J'ai rencontré des gens qui étaient orthodoxes depuis soixante ans et n'avaient jamais été à des vêpres ou un office de vigile! En d'autres mots, de telles personnes n'ont jamais eu l'opportunité d'apprendre et de s'intégrer. Cependant, il y a malheureusement aussi d'autres raisons pour lesquelles des gens ne s'intègrent pas dans la vie de l'Eglise.

En principe, le clergé ne devrait recevoir quelqu'un au sein de l'Eglise orthodoxe que pour des raisons positives. Le fait est qu'il y a des gens qui souhaitent rejoindre l'Eglise orthodoxe pour des raisons négatives, par exemple par dégoût pour une Eglise ou un membre de son clergé. C'est de la psychologie, pas de la théologie, et en plus, pas très saine, ni très chrétienne, comme psychologie.

Je me souviens comment dans les années 1970, celui qui est à présent l'évêque Kallistos [Ware] me raconta comment un groupe de convertis lui avaient demandé d'écrire un livre dénonçant toutes les hérésies de l'anglicanisme. Les convertis en question, et ils étaient en effet convertis, étaient bien entendu tous des ex-anglicans! Ils n'avaient pas compris que leur motivation, à tous, provenait de leurs problèmes psychologiques personnels, de leur réaction, qu'ils étaient occupés à masquer derrière leur zèle passionné. C'est fort justement que l'évêque Kallistos refusa d'écrire quelque chose de négatif. En tout cas, aucun orthodoxe n'aurait acheté le bouquin, parce qu'il n'aurait pu être de quelqu'utilité que ce soit pour des néophytes ex-anglicans. Ce fut un livre en moins à réduire en pâte !

Habituellement, un prêtre sait découvrir si les motivations de ceux qui souhaitent rejoindre l'Eglise orthodoxe sont négatives rien qu'en attendant de voir si ces gens viennent aux offices religieux. Habituellement, ces gens super-zélés qui aiment lire à propos de la foi ou parler de la foi dans des forums ou ailleurs, sont ces mêmes personnes qui font de l'absentéisme à l'église. Leur zèle se passe tout dans la tête ou dans leurs émotions, pas dans leur cœur et âme, et dès lors pas dans leur vie et leur pratique.

Ensuite, il y a ceux qui ont été attirés à l'Eglise par une découverte durant un voyage. J'appelle ces gens des "orthodoxes de vacances." Leur attirance n'est souvent pas vers le Christ, mais vers une culture étrangère et exotique – et plus exotique c’est, mieux c'est ! Menant une vie très monotone, l'Eglise orthodoxe leur donne quelque chose pour rêver, habituellement leurs prochaines vacances en Crête ou quelque part du genre. A nouveau, un prêtre sait facilement découvrir si leur intérêt est sérieux en regardant s'ils viennent à l'église. En général, ils ne viennent pas, parce qu'ils ne sont pas en vacances! Hélas, certains d'entre eux ont été reçus dans l'Eglise par des prêtres manquant de discernement, dans leur lieu de villégiature, que ce soit en Roumanie, Russie, Grèce, Chypre, au Mont Athos ou ailleurs. Ne connaissant rien de la foi orthodoxe, ils se présentent sur le pas de votre porte et vous avez à leur expliquer que bien qu'ils soient membres de l'Eglise orthodoxe, ils ne sont en réalité pas encore devenus orthodoxes. Souvent, de toute manière, de telles personnes peuvent bien vous téléphoner, mais en général ne viendront jamais à un office à l'église, parce qu'ils auront cessé de pratiquer avant de s'être préparés à venir à l'église.

Ensuite il y a ces gens qui viennent avec leur propre agenda, souvent des "je-sait-tout", qui ont lu tous les livres existant sous le soleil, mais n'ont pas encore la moindre idée de la lettre A de l'ABC chrétien. Et ils arrivent avec leurs desiderata qu'ils souhaiteraient imposer! "Oui, je veux rejoindre l'Eglise orthodoxe, mais à condition qu'elle ait d'abord été 'réformée' et 'modernisée'!" - "Oui, c'est bon ainsi, mais je voudrais qu'on rajoute quelques hymnes occidentaux avant le Canon!", ou "Je ne rejoindrai l'Eglise orthodoxe que lorsqu'elle célébrera Pâques en même temps que ma tante Suzanne qui est protestante!", ou "Tout est parfait sauf que vous utilisez beaucoup trop de cierges. Retirez ces cierges et je rejoindrai l'Eglise orthodoxe." - "Je ne deviendrai orthodoxe que si vous avez une icône de S. François d'Assise!" - "Je ne rejoindrai l'Eglise orthodoxe qu'à condition que tout le monde y vote pour le parti politique XYZ et aille en vacances en Toscane!". Ce sont peut-être des exemples extrêmes, mais ce sont des exemples authentiques. Ce sont tous des exemples de manque d'humilité. Aucun prêtre ne devrait recevoir des gens pareils au sein de l'Eglise pour la simple raison qu'ils n'aiment pas et n'acceptent pas l'Eglise et son Maître le Christ. Il n'y a qu'un seul critère pour entrer dans l'Eglise orthodoxe, c'est parce que vous êtes convaincus que c'est pour votre salut personnel, pour votre survie spirituelle, parce que c'est la sainte volonté de Dieu pour vous, parce que vous savez que c'est votre demeure spirituelle, et que quelqu'en soit le prix, vous ne pourrez jamais être rien d'autre.

Récemment, un prêtre qui avait reçu des gens dans l'Eglise au cours des vingt dernières années me raconta que la liste de gens qu'il avait reçus et qui avaient fait défection était plus longue que celle de ceux qu'il avait reçus et qui avaient persévéré. Ce prêtre est relativement prudent quand il s'agit de recevoir les gens, mais je connais deux autres paroisses où la liste des défections est au moins vint fois plus longue que celle des persévérants. Dans les deux cas, je dois admettre que c'est la politique de la paroisse qui est à remettre en cause. Présentez-vous y et demandez, et vous serez automatiquement reçus dans l'Eglise endéans les deux semaines, sans la moindre instruction.

Mais pourquoi alors est-ce que des gens abandonnent la pratique de la foi à laquelle ils ont choisit d'appartenir de leur plein gré? Si nous examinons cette question, peut-être pourrons-nous apprendre quelques leçons qui sont utiles pour nous et qui pourrons nous aider à rester un fidèle orthodoxe.

Tout d'abord, nous devons nous examiner nous-mêmes. A quoi sommes-nous en fait attachés dans l'Eglise? Il y en a qui disent : "C'était si merveilleux à l'église aujourd'hui! Le chant était si beau, l'encens sentait si bon!" Des paroles pareilles me font penser qu'il est peu probable que cette personne revienne. De telles personnes semblent avoir un feu intérieur qui éclate dans un jaillissement d'enthousiasme et d'émotion. Mais comme tous les feux vifs, ils brûlent vite et ne laissent que des cendres froides. Cet attachement aux apparences et à l'exotisme est dangereux, parce que nous passons à côté de l'essentiel.

L'attachement aux apparences peut s'étendre aux vêtements, langues, nourriture et folklore étrangers. Je me souviens d'une paroisse russe en Belgique, on savait directement qui y étaient les convertis : les hommes portaient des barbes de paysans russes du XIXe siècle, et les femmes portaient des longues jupes sans élégance et semblaient porter une nappe de table sur la tête. Vous saviez qui étaient les Russes parce qu'ils étaient habillés normalement. Dans une paroisse grecque ici, il y avait deux prêtres, un Grec et un converti. Vous reconnaissiez directement qui était le converti parce qu'il portait d'énormes robes à large manches et un énorme chapeau-cheminée sur sa tête ; le Grec ne portait qu'une tunique. Dans une autre paroisse russe, les Russes parlaient toujours de chanter, de Noël et de Pâques, mais les "convertis" (et c'est bien ce qu'ils étaient) parlaient de "psalmodier" et "la Nativité" et "Pascha." Un vrai Russe, né en Union Soviétique, me raconta un peu cruellement pourquoi il aimait le converti de sa paroisse "parce qu'il me fait marrer avec tout son folklore." Le zèle non-éclairé est toujours ridicule.

Le zèle doit être canalisé afin d'atteindre quelque chose de positif. J'ai un ami Chypriote grec, né et élevé à Londres, qui me raconta que son plat préféré était le steak et la tourte aux rognons, et que c'était la première chose qu'il mangeait à Pâques lorsque le jeûne était finit. Je lui ai demandé s'il mangeait parfois dans un restaurant grec. Il répondit : "Oh non, ça c'est juste bon pour les Anglais." Il me raconta aussi comment à Londres, dans les mariages entre Chypriotes, les invités avaient l'habitude d'attacher des billets de banque aux vêtements du nouveau couple, une sorte de cadeau de mariage. Lorsque pour la première fois il vit un mariage à Chypre, alors qu'il avait 25 ans, les gens là-bas ne firent pas cela. Pourquoi? Parce qu'ils avaient cessé de le faire dans les années 1960, considérant cela comme une sorte de coutume paysanne primitive. En d'autres termes, ils avaient cessé de le faire après que la plupart de leurs compatriotes Chypriotes grecs avaient émigré à Londres, mais ceux à Londres avaient conservé la vieille coutume des années 1950. Et voilà que les convertis veulent imiter cette coutume morte !

A cet égard, j'ai rencontré récemment un autre "converti" qui venait de rentrer de vacances en Grèce, et en parlait avec beaucoup d'enthousiasme comme étant une "terre sainte" pleine de "saintes personnes," parce que "les orthodoxes sont saints". Hé bien, je ne peux que supposer qu'il a dû passer tout son séjour dans d'excellents monastères – en passant, tous les monastères ne sont pas excellents. Je recommanderais à de telles personnes d'aller visiter les prisons grecques. Elles sont pleines d'orthodoxes – des voleurs, des assassins, des violeurs, des proxénètes, des escrocs orthodoxes. Vous pouvez le dire, ils sont tous orthodoxes! Voyez-vous, la nature humaine est la même dans le monde entier.

Ce que je veux dire c'est que si nous nous attachons aux apparences, alors nous devrions d'abord nous demander à nous-mêmes : à quelles apparences sommes-nous donc attachés? Si nous ne faisons pas preuve de discernement, nous pourrons en effet avoir l'air fort bête. Toutes les apparences ne sont naturelles que si elles reflètent ce qui est en nous. Si le christianisme orthodoxe est en nous, alors nos apparences seront celles de tout chrétien orthodoxe. Nous gagnerions certainement à prendre l'habitude de visiter d'autres paroisses orthodoxes, des pays où il y a beaucoup d'églises orthodoxes, observant et analysant notre aspiration à l'authenticité. La pire des choses ce sont ces petites communautés de "convertis", refermées sur elles-mêmes, et qui ne voient jamais rien d'autre. Elles peuvent finir par avoir des pratiques qui n'existent nulle part ailleurs sur terre, et cependant penser être "plus orthodoxes" que qui que ce soit d'autre! A nouveau, l'humilité est la solution pour guérir cette maladie, et l'humilité commence avec le réalisme, pas avec la fantaisie. Aucune spiritualité n'a jamais été fondée sur de la fantaisie. Sans une sobre humilité, il y a toujours l'illusion, qui est suivie par le découragement et la dépression. C'est la loi spirituelle.

Voir la réalité d'églises orthodoxes est un excellent remède contre la maladie des fantaisies. Se rappeler que certaines Eglises orthodoxes sont des Eglises d'Etat, et que bien d'autres ont des mentalités d'Eglise d'Etat. Une expérience qui donne à réfléchir, c'est la rencontre avec un certain nombre de ces diacres, prêtres et évêques qui se vantent de combien "ils gagnent" comme salaire, qui sont "hors service" à partir de 17h et les lundis et jeudis, et qui ne peuvent dès lors pas y célébrer de funérailles, qui disent qu'être dans le clergé c'est un bien meilleur boulot que ce qu'ils auraient autrement dû faire parce qu'ils n'étaient pas trop brillants à l'école et que l'alternative c'était être larbin dans une usine. .. Mais c'est la réalité. Le contact avec cette réalité peut être de grand secours pour mettre un terme au zèle non-éclairé, aux ghettos de convertis, à tout ce que j'appelle "l'effet de serre". Cela ramène les gens les pieds sur terre, et cela leur rappelle que c'est là où il devrait se trouver, car notre religion est la religion de l'Incarnation. Ce que les autres pensent et font, ce ne sont pas nos affaires, notre tâche c'est le salut de notre propre âme.

A cet égard, une des principales raisons pour laquelle certains convertis ne cessent pas d'être des convertis et ne deviennent pas orthodoxes, c'est parce qu'ils n'ont pas de travail. Le besoin de gagner votre pain quotidien, d'être avec d'autres personnes, est un excellent moyen pour que les gens commencent à vivre leur foi (au lieu de juste y réfléchir). Ceci peut éviter ce qu'on appelle les tentations de la gauche et de la droite. Les tentations de gauche sont le laxisme, la faiblesse, le compromis, l'indifférence. Les tentations de droite sont : juger sévèrement les autres, le zèle méprisant du Pharisien, "le zèle non-éclairé." Ces tentations sont d'un danger équivalent et doivent être autant combattues les unes que les autres. Toutes amènent à un gaspillage d'une quantité énorme de temps et d'énergie dans des distractions telles que la discussion sur des problèmes sans intérêt genre l'œcuménisme, plutôt que de prier. Vivre dans la société est le moyen qui nous permet d'apprendre à nous connaître nous-mêmes, voir nos défauts et éviter de nous fourvoyer dans des problèmes théoriques.

Certains sont vraiment imbus d'eux-mêmes! Certains sont vraiment pleins de suffisance et se gonflent. D'abord – si vous le leur permettez – ils vont vous détailler l'histoire de leur vie, et ensuite ils vont vous raconter les derniers ragots à propos du prêtre X, de l'évêque Y, et ensuite de la juridiction Z. Et cela quand bien même ils ne connaîtraient pas l'ABC de la foi d'un enfant. Cependant, le fait est que le christianisme, et c'est ce dont nous parlons, ce n'est rien de tout cela. Si vous n'avez pas de contact avec la réalité, alors vous n'apprendrez jamais les choses réelles. La vie de l'Eglise n'a rien à voir avec toute cette absurdité. Il n'y a rien de plus ennuyeux que de discuter de la personnalité et des activités d'autrui, clergé ou laïc, sauf bien sûr du péché les concernant, car le péché est toujours ennuyeux, c'est toujours la même chose. Posez la question à quelqu'un qui écoute des confessions !

La vie d'Eglise, c'est : qui va faire le café? Qui va faire la vaisselle? Qui va s'occuper des fleurs? Qui va tondre la pelouse? Qui va préparer et cuire les prosphores? Qui va nettoyer les toilettes? Saint Nectaire accomplissait cette dernière tâche alors qu'il enseignait à Athènes, quand bien même il portait l'imposant titre de "métropolite de la Pentapole". Alors comment pourrions-nous nous en plaindre? Après tout, c'est une des premières tâches confiées aux novices dans les monastères !

Bien entendu, ce ne sont pas les principales tâches dans la vie de l'Eglise. Continuons :

La vie d'Eglise, c'est : Qui va apprendre à chanter? Qui va venir à tous les offices à l'église? Qui va respecter tous les jeûnes de l'Eglise? Qui va lire chaque jour ses prières matinales et vespérales? Qui va se préparer consciencieusement pour la confession et la communion? Qui va lire tous les jours les lectures prévues de l'évangile et de l'épître? Et en fait, si vous voulez la réalité brute, qui choquera certains "convertis": la vie d'Eglise c'est aussi: qui paiera les factures? Oui, la vie d'Eglise, cela concerne l'engagement, la chose qui manque le plus dans notre culture actuelle, tiédasse et médiocre. Etre un chrétien, et je vous le rappelle, c'est tout ce que le mot "orthodoxe" signifie, c'est très difficile. Depuis le Christ, personne n'a jamais dit autre chose. Sans un engagement ferme, nous ne resterons jamais orthodoxes. Etre chrétien, c'est aimer Dieu et aimer son prochain. Si nous ne sommes pas préparés ne fût-ce qu'à l'essayer et le mettre en pratique, alors ça n'ira jamais. Malheureusement, certains pensent qu'être un chrétien orthodoxe – je sais, c'est un raisonnement vide, un cercle vicieux – ça ne concerne pas l'amour de Dieu et de son prochain. Ils pensent qu'il s'agit de lire des bouquins, d'avoir des opinions, de condamner autrui, de manger de la nourriture étrange, d'être intolérant, ou de porter des vêtements bizarres. Notre Seigneur n'a jamais rien dit de tout cela. Il a dit : "Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres" (Jean 13,34). Le fait est que tous les chrétiens étaient autrefois chrétiens orthodoxes, mais la plupart n'ont pas compris et ont chuté.

Le christianisme orthodoxe, ce n'est pas être reçu dans l'Eglise orthodoxe et puis dire : "Ça y est, j'y suis arrivé." C'est entrer dans l'arène, c'est se trouver sur la croix. J'ai souvent entendu des anglicans dire: "Je sais que l'orthodoxie, c'est l'authentique, mais je n'y parviendrais jamais." Je suppose que cela a au moins le mérite de l'honnêteté. Je pense toujours à ces paroles de ce saint prêtre, Clément d'Alexandrie, au IIIe siècle: "Si l'homme n'est pas couronné par le martyre, veillez à ce qu'il ne soit pas loin de ceux qui le sont." La solution, c'est de lire l'évangile selon saint Jean, d'avoir une règle de prière quotidienne. "Le Royaume des cieux est pris par la force", dit l'évangile.

La nostalgie se définit par un attachement au passé. Ce n'est pas chrétien, quand bien même nous trouverions naturel et humain d'avoir de l'indulgence envers nous-mêmes de temps à autre. Le problème est que cela nous détourne de vivre dans la réalité du temps présent, ce que nous sommes supposés faire. Certains par exemple vous diront qu'ils ne peuvent pas rester orthodoxes parce que cela signifie qu'ils ne pourraient plus faire ce qu'ils avaient l'habitude de faire – aller au bistrot les samedis soirs, ne plus manger de viande les dimanches durant les jeûnes. D'autres vous diront qu'ils trouvent non-hygiénique le fait d'embrasser des icônes, des reliques, la main du prêtre (et même prendre la communion) – ils n'ont jamais eu l'habitude de le faire. On se demande pourquoi de telles personnes se sont donné la peine de venir ici !

Oui, je comprends les problèmes des mariages mixtes, les problèmes de régime alimentaire, le problème de rendre visite à des parents qui ne sont pas orthodoxes, le problème des calendriers. Alors, voici deux choses. La première, l'Eglise n'est pas un bâton qui est là pour nous décourager. Mais souvent, les gens se fabriquent leur propre bâton pour se battre eux-mêmes. Si nous rendons visite à un parent durant une période de jeûne et qu'il nous offre de la nourriture non-carémique, l'Eglise ne nous dit pas d'être des bigots auto-satisfaits et de refuser. Elle nous dit d'être humbles. Certains disent : "Je ne peux pas manger cela car je suis saint." Oh oui, nous avons tous entendu cela, sinon dans ces termes-là, au moins dans cet esprit. Si l'oncle Alfred de votre épouse est terriblement malade, cloué sur son lit d'hôpital et désespérément seul et que la seule solution pour lui rendre visite, c'est le dimanche matin, alors l'Eglise nous dit d'aller lui rendre visite. C'est mieux que de refuser d'emmener votre épouse parce que vous avez besoin de la voiture pour aller "à mon église" et puis avoir une querelle familiale. Le bon sens commun et le discernement dans nos choix sont essentiels.

En ce qui concerne les mariages mixtes, le discernement est vital. J'ai vu des "convertis" orthodoxes harceler et harceler leur conjoint pour devenir membre de l'Eglise orthodoxe. Le résultat est toujours négatif. D'un autre côté, j'ai vu des gens attendre patiemment, 10, 20 ou 30 ans durant, sans ne fût-ce que mentionner la possibilité d'entrer dans l'Eglise orthodoxe, et pour finir, l'autre conjoint demandait spontanément à y entrer. C'est l'exemple de patience chrétienne du conjoint qui avait converti.

Dans les petites paroisses anglaises de l'Eglise orthodoxe, certains des problèmes d'isolement rencontrés par beaucoup qui se joignent à l'Eglise orthodoxe ont été résolus, au moins en partie. Si vous allez dans ce que j'appelle des "paroisses d'Eglise d'Etat", vous ne trouverez pas souvent du café ou du thé après l'office, ou quelqu'un avec qui parler. Inversement, la plupart des paroisses anglaises ont une salle paroissiale. Là, après la liturgie ou un office de semaine, les orthodoxes isolés, de quelqu'origine que ce soit, peuvent se rencontrer. Une personne venue chez nous, provenant d'Europe orientale, voyant cela, dit : "Ici, c'est comme dans l'Eglise ancienne". Bien sûr, elle ne voulait pas dire que nous étions "saints" ou quelque chose du genre, mais elle voulait dire que dans notre communauté, nous étions proches, nous nous connaissions les uns les autres.

Et ceci ne veut en rien dire qu'ici c'est "mieux" qu'en Europe orientale; c'est simplement que nous avons à former une communauté, avec une salle paroissiale, avec café et thé, parce que sinon nous ne pouvons pas survivre en tant que petit groupe minoritaire confessant des valeurs spirituelles dans le grand désert spirituel de la Grande-Bretagne moderne [- ou quelqu'autre pays d'Occident; note du traducteur]. C'est notre survie, c'est notre famille et communauté de substitution dans la société actuelle, fragmentée, individualiste, consumériste et sans vie relationnelle. Ce n'est pas nécessaire dans certaines parties de l'Europe orientale, parce que tout le monde y est orthodoxe, donc la communauté orthodoxe est tout autour de vous. Mais ici ce n'est plus le cas.

A présent, j'aborderai un problème très particulier qui concerne spécialement l'Anglais contemporain, et en particulier, le caractère anglican. La culture protestante ambiante en Grande-Bretagne pour au moins les six dernières générations a rendu les gens très "coincés" et réservés, ce qui est en réalité une forme d'orgueil. Pour nombreux Anglais, il est très difficile d'aborder la confession, un important sacrement dans l'Eglise orthodoxe. C'est pourquoi dans des cultures protestantes un peu moins coincées, comme dans ces Etats-Unis imprégnés de culture de l'introspection, bien que les gens n'aillent pas se confesser, ils vont chez leur psychothérapeute. Là, ils peuvent tout dire, et puisqu'ils paient, ils peuvent s'y entendre dire qu'ils sont des gens bien comme il faut. La confession est différente de cela. C'est une question délicate, et je pense qu'il est bon de parler de vos réserves avec un prêtre en dehors de la confession avant même d'aller en confession. Apprenez d'abord à vous connaître mutuellement.

Voici un certain nombre de choses à comprendre: Premièrement, aucune confession n'est faite à un prêtre. C'est à Dieu, en présence d'un prêtre, qui est supposé essayer de donner quelques conseils judicieux. La plupart des prêtres n'auront aucune objection à ce que vous vous confessiez auprès d'un autre prêtre, hors de votre propre paroisse. Certains se réjouiront même que vous le fassiez ! Trouvez le bon confesseur, qui vous convienne. S'il vit fort loin, donnez-lui votre confession par téléphone, courrier électronique ou lettre. Il vous répondra et ensuite vous irez chercher l'absolution auprès de votre prêtre local qui est au courant de cet arrangement. C'est la solution utilisée par les épouses et enfants des prêtres. Elle pourrait l'être par vous.

Pour finir, comme je l'ai déjà dit, il n'y a rien de plus ennuyeux que le péché. Je suis toujours surpris lorsque des gens viennent en confession et s'attendent à ce que je me souvienne de leur dernière confession. J'oublie toujours les choses ennuyeuses. Un des meilleurs pères confesseurs que j'aie jamais rencontré était presque totalement sourd. Après avoir dit ma partie, dont il n'avait quasiment rien entendu, il me donnait quelques-uns des meilleurs conseils que j’aie jamais reçus.

Il est inévitable que vous ne vous entendrez pas toujours avec tout le monde dans votre paroisse. Ainsi en est-il de la nature humaine. Mais ce n'est pas une raison pour vous en aller, claquant la porte, et ne restant pas orthodoxe. Peut-être passez-vous trop de temps à l'église en dehors des offices? Oui, nous prenons une tasse de café ou de thé après l'office, mais vous n'êtes pas obligé de rester. Certains des meilleurs orthodoxes ne restent pas ! Peut-être vos relations sont-elles trop proches avec les autres paroissiens ? Est-ce que ces personnes-là ne sont pas dans la même situation ? Si vous n'avez pas de centres d'intérêt communs, autres qu'avoir une foi commune, pourquoi passer tant de temps avec eux ? Passer trop de temps avec des gens avec qui vous avez si peu en commun en termes de caractère et de goûts est une bonne recette pour les conflits. Après tout, vous n'êtes pas marié avec eux !

Et il en est de même concernant votre relation avec le prêtre. Vous pouvez avoir quelque chose en commun en matière de personnalité. Mais peut-être pas. Peut-être ne le trouverez vous "pas assez monastique" ou peut-être le trouverez-vous trop "libéral" [laxiste, moderniste, ndt], ou peut-être tout simplement profondément ennuyeux. Bon, d'accord, mais aller à l'église n'a rien à voir avec une étroite amitié avec le prêtre et acheter les mêmes céréales pour petit-déjeuner que lui. Franchement, si vous savez ce qu'il mange au petit-déjeuner, alors vous le connaissez un peu trop bien.

Un autre domaine de conflits dans la vie paroissiale ce sont les assemblées et conseils paroissiaux. Dans la plupart des paroisses orthodoxes, ils ont lieu une fois par an, après la liturgie dominicale, durant le Grand Carême. Et cependant, j'ai entendu de certains groupes de convertis qu'ils se réunissent sans cesse, une fois par mois voire plus, discutant toujours des mêmes vieux trucs. C'est quelque chose qui vient de l'anglicanisme, pas d'une pratique orthodoxe. Franchement, cette sorte de vie est "presqu'incestueuse", beaucoup trop de proximité pour être à l'aise. La discussion de détails pointilleux n'est pas seulement ennuyeuse, mais c'est aussi une perte de temps. Pire encore, certains s'y impliquent de manière passionnée et s'attachent aux détails. Je me souviendrai toujours d'une personne, professeur d'Université, dans une réunion paroissiale il y a quelque 25 ans d'ici, qui déclara que si on repeignait le plafond de l'église en bleu, il n'y remettrait plus jamais les pieds. En fait, il ne l'a pas fait. Il est mort peu après…

Que retiendrez-vous de cet exposé? J'espère les points suivants :

Nous rentrons dans l'Eglise et nous restons dans l'Eglise afin de sauver nos âmes, et rien d'autre. L'Eglise n'est pas un loisir, un jeu, un intérêt privé, un prétexte, ou même une communauté. C'est le salut de nos âmes. Nous y réussissons en étant d'abord nous-mêmes et ensuite en étant le meilleur de nous-mêmes. S'il y a quoique ce soit d'autre, tout cela est secondaire. Nous ne devons jamais perdre cela de vue. Si nous le faisons, alors nous nous trompons et nous sommes sur la voie pour quitter l'Eglise.

Afin de sauver nos âmes, nous devons d'abord nous connaître nous-mêmes, recherchant et découvrant nos propres fautes, péchés et défauts. Ensuite, nous devons les prendre à bras le corps et les combattre, mais progressivement et en douceur, et commencer à les dompter, et ne jamais laisser tomber ce combat. Nous saurons que nous ne sommes pas occupés à cela à chaque fois que nous commencerons à nous occuper des fautes des autres. Si notre fierté personnelle est blessée au cours de la vie ecclésiale, Dieu merci. C'est pour ça que nous y sommes, pour devenir humble.

http://orthodoxengland.org.uk/fbrorthoc.htm

Vendredi 1er Mai 2015, Eléments pour la méditation :

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,1-6.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Que votre cœur ne soit pas bouleversé : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi.
Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures ; sinon, vous aurais-je dit : “Je pars vous préparer une place” ?
Quand je serai parti vous préparer une place, je reviendrai et je vous emmènerai auprès de moi, afin que là où je suis, vous soyez, vous aussi.
Pour aller où je vais, vous savez le chemin. »
Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment pourrions-nous savoir le chemin ? »
Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.

Vendredi 1er Mai 2015, Eléments pour la méditation :

Par Saint Ambroise (v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église
Du bien de la mort, 12, 52-55; CSEL 32, 747-750 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 64)

« Le chemin, la vérité et la vie »


Avançons hardiment vers notre Rédempteur Jésus ; rejoignons hardiment l'assemblée des saints, le rassemblement des justes.

Car nous irons vers ceux qui sont nos frères, vers ceux qui nous ont instruits dans la foi...

Le Seigneur sera la lumière de tous, et cette « vraie lumière qui éclaire tout homme » (Jn 1,9) brillera pour tous.

Nous irons là où le Seigneur Jésus a préparé des demeures pour ses serviteurs, afin que là où il est, nous soyons nous aussi, car telle est sa volonté...

Et il nous dit ce qu'il veut :

« Je reviendrai et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis, vous soyez vous aussi » (Jn 14,2-3)...

Il a montré le lieu et le chemin quand il a dit :

« Où je vais, vous le savez, et vous savez le chemin ».

Le lieu, c'est chez le Père ; le chemin, c'est le Christ, comme il l'a dit lui-même :

-« Moi je suis le chemin, la vérité et la vie.

Nul ne vient au Père que par moi ».

Entrons dans ce chemin, attachons-nous à la vérité, suivons la vie.

Le chemin est ce qui conduit, la vérité est ce qui affermit, la vie est ce qui se donne de soi-même.

Et pour que nous comprenions bien ce qu'il veut, il ajoute plus loin :

« Père, ceux que tu m'as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, pour qu'ils contemplent ma gloire » (Jn 17,24).


Nous te suivons, Seigneur Jésus. Mais pour que nous te suivions, appelle-nous, parce que sans toi nul ne montera vers toi.

Car tu es le chemin, la vérité, la vie.

Tu es aussi notre secours, notre foi, notre récompense. Ceux qui sont à toi, accueille-les,-toi qui es le chemin ; fortifie-les, toi qui es la vérité ; vivifie-les, toi qui es la vie.


Vendredi 1er Mai 2015, Eléments pour la méditation :

NOUVELLES :

« LE VEILLEUR DE NINIVE »

Syrie, un décret présidentiel accorde des soins gratuits pour les proches des Syriens "tombés en martyrs".

Posted: 30 Apr 2015 09:07 AM PDT

Jeudi 31 avril 2015 - Le régime de Damas a décidé de fournir des soins médicaux gratuits aux proches des personnes qu'il considère "tombées en martyrs" en Syrie, pays ravagé par la guerre depuis plus de quatre ans, selon un décret présidentiel publié jeudi par l'agence Sana.

"Les parents, enfants, et époux des personnes tombées en martyrs, ou des personnes disparues lors d'opérations militaires menées par l'armée ou (tuées) par des groupes terroristes", bénéficieront de soins médicaux gratuits et de billets demi-tarif dans les transports, indique le décret promulgué par le président Bachar al-Assad. Profiteront également de cette faveur "toutes les personnes entièrement handicapées à cause des opérations militaires ou du fait de groupes terroristes, ainsi que leurs parents, leurs époux et leurs enfants".

Toutes les personnes tuées "en martyrs" ou blessés depuis le 15 mars 2011, début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad, sont concernées. Selon une source de sécurité à Damas, une personne est reconnue comme "martyr" par un décret presidential.

Source l'Orient-le-Jour du 31-Avril 2015.

Comment suite à une telle information, les régimes hostiles au Président Assad peuvent-ils se montrer si aveugles et sourds à un changement d'attitude et d'esprit du régime syrien....C'est bien qu'il y a des objectifs géopolitiques caches.

Vendredi 1er Mai 2015, Eléments pour la méditation :

Méditation du Père Lazarus-Mariam :

"MANS DESTINY- WHY THE PRAYER OF SILENCE IN SOLITUDE IS APPRECIATED BY MANY ."

Abandonment to love the only worthy response to these days of grace ,

When all can be offered ,

And all can be given ,

Then the journey home in faith begins.

To love and suffer in joy ,

To cling to God until the end ,

This is the measure of our love and faith ,

The man that stands firm to the end will be saved.

Faith grows in to all consuming love ,

Love changes the human heart of stone ,

It becomes like clay ,

That can be moulded and remoulded in to mans image and likeness.

Man is Fallen ,

But not doomed to die ,

His fall and suffering is dissolved within the wounds of Christ ,

Raised up again to live with God.

The soul is raised up above the earth ,

And finally comes to rest within the arms of love ,

Gazing in to "I am" s face ,

Christ promised we should see His glory .

We are made for the glory of God ,

To experience infinite peace , joy , and love ,

To gaze on love ,

For love to gaze back.

This is the destiny of man ,

To gaze on Gods face in light forever ,

To see and enjoy each other forever ,

It is not difficult to come to this place.

Just close your eyes ,

Sit quietly ,

Look to the heart by going within yourself ,

And God from within will rise up embracing your entire being in the

great silence of love that will never let you go.

Father Lazarus-Mariam

Vendredi 1er Mai 2015, Eléments pour la méditation :
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 08:43
Jeudi 30 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

Programme Général des R.D.V Liturgiques de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone:

MAI :

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30)

*1er Mai, 1àh 30, Messe à St Joseph Artisan.

*Dimanche 3 Mai, Pèlerinage à N-D de Miséricorde. Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

*Jeudi 14 Mai, Ascension de Notre-Seigneur, Prière des Rogations, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

*NANTES (44) :

-Jeudi 7 Mai, de 9h à 12h/ de 14h à 17h, permanence pastorale. Messe à 18h

Groupe de prière St Charbel, (Mme Maria-Annick Chamberlain), 46 Rue de la Fauvette. 44 NANTES.

*YVETOT(76) :

-Samedi 30 Mai. Messe à 10h30 Oratoire Saint Geervarghese Mar Denys Vattasseril .S/C : Sous-Diacre Andres FRANCOIS ( 0613105663).

*JAULDES(16) :

-Dimanches 10 et, à la Pentecôte le 24 Mai, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30..

LOURDES (65) :

-Pas de Messe en Mai en raison de Baptêmes au Monastère.

*LA CHAPELLE FAUCHER(24) :

-Samedi 23 Mai, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30

Jeudi 30 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 10,17-18.11,1-2.

Mes frères, que celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur.
Car ce n'est pas celui qui se recommande lui-même qui est un homme éprouvé ; c'est celui que le Seigneur recommande.
Oh ! si vous pouviez supporter de ma part un peu de folie ! Mais oui, vous me supportez.
J'ai conçu pour vous une jalousie de Dieu ; car je vous ai fiancés à un époux unique, pour vous présenter au Christ comme une vierge pure.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 25,1-13.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : Le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux.
Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq étaient sages.
Les folles, en prenant leurs lampes, n'avaient pas pris d'huile avec elles ;
mais les sages avaient pris de l'huile dans leurs vases avec leurs lampes.
Comme l'époux tardait, elles s'assoupirent toutes et s'endormirent.
Au milieu de la nuit, un cri se fit entendre : " Voici l'époux ! Allez à sa rencontre ! "
Alors toutes ces vierges se levèrent et préparèrent leurs lampes.
Et les folles dirent aux sages : " Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. "
Les sages répondirent : " De crainte qu'il n'y en ait pas assez pour nous et pour vous, allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. "
Mais, pendant qu'elles s'en allaient en acheter, l'époux arriva, et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui au festin des noces, et la porte fut fermée.
Plus tard, les autres vierges vinrent aussi, disant : " Seigneur, Seigneur, ouvrez-nous ! "
Mais il répondit : " En vérité, je vous le dis, je ne vous connais pas. "
Donc veillez, car vous ne savez ni le jour, ni l'heure.

Jeudi 30 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

Par Benoît XVI, pape de Rome 2005 à 2013 dans l’encyclique « Spe Salvi », § 26 (trad. © copyright Libreria Editrice Vaticana)

L'huile de la charité


Ce n'est pas la science qui rachète l'homme. L'homme est racheté par l'amour.

Cela vaut déjà dans le domaine purement humain. Lorsque quelqu'un, dans sa vie, fait l'expérience d'un grand amour, il s'agit d'un moment de « rédemption » qui donne un sens nouveau à sa vie.

Mais, très rapidement, il se rendra compte que cet amour qui lui a été donné ne résout pas, par lui seul, le problème de sa vie.

Il s'agit d'un amour qui demeure fragile ; il peut être détruit par la mort. L'être humain a besoin de l'amour inconditionnel.

Il a besoin de la certitude qui lui fait dire : « Ni la mort ni la vie, ni les esprits ni les puissances, ni le présent ni l'avenir, ni les astres, ni les cieux, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu qui est en Jésus Christ » (Rm 8,38-39).

Si cet amour absolu existe, avec une certitude absolue, alors – et seulement alors – l'homme est « racheté », quel que soit ce qui lui arrive dans un cas particulier.

C'est ce que l'on veut dire lorsque l'on dit :

-Jésus Christ nous a « rachetés ».

Par lui nous sommes devenus certains de Dieu — d'un Dieu qui ne constitue pas une lointaine « cause première » du monde — parce que son Fils unique s'est fait homme et de lui chacun peut dire :

-« Ma vie aujourd'hui dans la condition humaine, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m'a aimé et qui s'est livré pour moi » (Ga 2,20).

Jeudi 30 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 13,16-20.

Après avoir lavé les pieds de ses disciples, Jésus parla ainsi : « Amen, amen, je vous le dis : un serviteur n’est pas plus grand que son maître, ni un envoyé plus grand que celui qui l’envoie.
Sachant cela, heureux êtes-vous, si vous le faites.
Ce n’est pas de vous tous que je parle. Moi, je sais quels sont ceux que j’ai choisis, mais il faut que s’accomplisse l’Écriture : Celui qui mange le pain avec moi m’a frappé du talon.
Je vous dis ces choses dès maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez que moi, JE SUIS.
Amen, amen, je vous le dis : si quelqu’un reçoit celui que j’envoie, il me reçoit moi-même ; et celui qui me reçoit, reçoit Celui qui m’a envoyé. »

Quand le moineau construit son nid dans la forêt,
il n'occupe qu'une branche.

Quand le cerf étanche sa soif à la rivière,
il ne boit pas plus que son estomac ne peut contenir.
Nous accumulons les choses,

parce que nos cœurs sont vides.

(Anthony de Mello

Histoires d'humour et de sagesse)

Jeudi 30 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

Méditation du Père Lazarus-Mariam :

"THE WAY OF THE HEART-MEDITATION NO 2."

In the transforming furnace through the silence and the solitude ,

All the props that we used as distractions to avoid facing reality are gradually but finally removed ,

And we come to the realisation that the "I" we placed at the core of our self constructed worlds ,

This "I" is actually our nothingness before God.

The important person that we projected ourselves to be ,

This person is in truth a sinner ,

We realise and see ourselves naked before God ,week , sinful ,and broken.

And our anger and pride begins to surface in many different ways.

The temptation and deceit from the Devil and his forces to seek to explain this all away,

Place ourselves as the victim ,

The perfect person on the island ,

Surrounded by the imperfect world that treats us so badly; leading us to the final deception

that this silence and solitude is not necessary ,so we should leave.

Our task is to persevere humbly and simply in the solitude ,

Persevere until such visitors become tired of knocking on our cell door ,

Again this struggle is real and can come from our own inner resistance also ,

For so often we find it impossible to face the truth about ourselves ;

and yet Christ said "I came to call sinners."

So we return to the struggle to die to our false self , sins , habits ,and illusions.

This is beyond our strength alone another lesson we will have to learn ,

The lesson from all the Fathers and Mothers was as the same ,

The only way to face and overcome our false self was to surrender ourselves

unconditionally in to the hands of God.

Christ said "Without me you can do nothing ."

The scripture also tells us "I can do all things in Him who strengthen me."

Only in and through Christ can we survive and overcome this trial ;

When all within and around us will seek to push us out of the silence and solitude .

Abba Ellias tells the story of ,when the Demons wanted to push the old man out

of the temple ,

They told him "This place belongs to us alone."

After the old man realised no place belonged to the Demons and called out to God to

save Him ; Christ came and spoke to him,

Jeudi 30 Avril 2015, Eléments pour la méditation :
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 20:59
Être apôtre, comment, par quel moyen ? (Bx Charles de Foucauld) / Tout par Amour (St Augustin)

Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), au Sahara


« Pour la première fois, il les envoie »


Être apôtre, par quel moyen ?

Par ceux que Dieu met à sa disposition :

les prêtres ont leurs supérieurs qui leur disent ce qu'ils doivent faire.

Les laïcs doivent être apôtres envers tous ceux qu'ils peuvent atteindre :

leurs proches et leurs amis, mais non eux seuls ; la charité n'a rien d'étroit, elle embrasse tous ceux qu'embrasse le Cœur de Jésus.


Par quel moyen ?

Par les meilleurs, étant donnés ceux auxquels ils s'adressent : a

vec tous ceux avec qui ils sont en rapport, sans exception, par la bonté, la tendresse, l'affection fraternelle, l'exemple de la vertu, par l'humilité et la douceur toujours attrayantes et si chrétiennes.

Avec certains sans leur dire jamais un mot de Dieu ni de la religion, patientant comme Dieu patiente, étant bon comme Dieu est bon, étant un tendre frère et priant. Avec d'autres en parlant de Dieu dans la mesure qu'ils peuvent porter ; dès qu'ils en sont à la pensée de rechercher la vérité par l'étude de la religion, en les mettant en rapports avec un prêtre très bien choisi et capable de leur faire du bien.

Surtout voir en tout humain un frère.

Être apôtre, comment, par quel moyen ? (Bx Charles de Foucauld) / Tout par Amour (St Augustin)

"Si tu gardes le silence,
que ce soit par amour;

si tu élèves la voix,
élève-la par amour.


Si tu dois corriger, corrige par amour;
si tu t’abstiens, abstiens-toi par amour.


Que l’amour soit à la racine de tout
car de cette racine il ne peut s’élever qu’une tige
excellente."

(Saint Augustin)

Être apôtre, comment, par quel moyen ? (Bx Charles de Foucauld) / Tout par Amour (St Augustin)
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Spiritualité Chrétienne
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 20:52
« Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais et elles me suivent » (St Cyrille d'Alexandrie)

Par Saint Cyrille d'Alexandrie (380-444), évêque et docteur de l'Église .Commentaire sur l'évangile de Jean, 7, 10, 26 ; PG 74, 20 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 366 rev.)

« Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais et elles me suivent »


La marque distinctive des brebis du Christ, c'est leur aptitude à écouter, à obéir, tandis que les brebis étrangères se distinguent par leur indocilité.

Nous comprenons le verbe « écouter » au sens de consentir à ce qui a été dit.

Et ceux-là qui l'écoutent sont connus de Dieu, car « être connu » signifie être uni à lui.

Il n'y a personne qui soit entièrement ignoré de Dieu. Donc, lorsque le Christ dit :

« Je connais mes brebis », il veut dire :

« Je les accueillerai et je les unirai à moi d'une façon mystique et permanente ».

On peut dire qu'en se faisant homme, il s'est apparenté à tous les hommes en prenant leur nature :

nous sommes tous unis au Christ en raison de son incarnation.

Mais ceux qui ne gardent pas la ressemblance avec la sainteté du Christ lui sont devenus étrangers...


« Mes brebis me suivent », dit encore le Christ.

En effet, par la grâce divine les croyants suivent les pas du Christ.

Ils n'obéissent pas aux préceptes de l'ancienne Loi, qui était une préfiguration, mais, en suivant par la grâce les préceptes du Christ, ils s'élèveront jusqu'à sa hauteur, conformément à leur vocation d'enfants de Dieu.

Quand le Christ monte au ciel, ils le suivent jusque-là.

« Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais et elles me suivent » (St Cyrille d'Alexandrie)
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Pères de l'Eglise
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 07:49
Mercredi 29 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 2,8-10.3,10-12.

Mon bien-aimé : Rappelez-vous Jésus-Christ, ressuscité des morts, né de la race de David, selon mon Evangile,
pour lequel je souffre jusqu'à porter des chaînes comme un malfaiteur ; mais la parole de Dieu n'est point enchaînée.
C'est pourquoi je supporte tout à cause des élus, afin qu'eux aussi obtiennent le salut qui est dans le Christ Jésus, avec la gloire éternelle.
Toi, au contraire, tu m'as suivi dans l'enseignement, la conduite, les desseins, la foi, la longanimité, la charité, la constance,
les persécutions, les souffrances, telles qu'il m'en est arrivé à Antioche, à Iconium, à Lystres. Quelles persécutions j'ai endurées, et de toutes le Seigneur m'a sauvé.
Aussi bien, tous ceux qui veulent vivre avec piété dans le Christ Jésus auront à souffrir persécution.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 15,1-7.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : "Je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron.
Tout sarment qui, en moi, ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l'émonde, afin qu'il en porte davantage.
Déjà, vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée.
Demeurez en moi, et moi en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure uni à la vigne, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.
Je suis la vigne, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, porte beaucoup de fruits : car, séparés de moi, vous ne pouvez rien faire.
Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche ; puis on ramasse ces sarments, on les jette au feu et ils brûlent.
Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, vous demanderez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. "

Mercredi 29 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

Par Saint Cyrille d'Alexandrie (380-444), évêque et docteur de l'Église .Commentaire sur l'évangile de Jean, 7, 10, 26 ; PG 74, 20 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 366 rev.)

« Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais et elles me suivent »


La marque distinctive des brebis du Christ, c'est leur aptitude à écouter, à obéir, tandis que les brebis étrangères se distinguent par leur indocilité.

Nous comprenons le verbe « écouter » au sens de consentir à ce qui a été dit.

Et ceux-là qui l'écoutent sont connus de Dieu, car « être connu » signifie être uni à lui.

Il n'y a personne qui soit entièrement ignoré de Dieu. Donc, lorsque le Christ dit :

« Je connais mes brebis », il veut dire :

« Je les accueillerai et je les unirai à moi d'une façon mystique et permanente ».

On peut dire qu'en se faisant homme, il s'est apparenté à tous les hommes en prenant leur nature :

nous sommes tous unis au Christ en raison de son incarnation.

Mais ceux qui ne gardent pas la ressemblance avec la sainteté du Christ lui sont devenus étrangers...


« Mes brebis me suivent », dit encore le Christ.

En effet, par la grâce divine les croyants suivent les pas du Christ.

Ils n'obéissent pas aux préceptes de l'ancienne Loi, qui était une préfiguration, mais, en suivant par la grâce les préceptes du Christ, ils s'élèveront jusqu'à sa hauteur, conformément à leur vocation d'enfants de Dieu.

Quand le Christ monte au ciel, ils le suivent jusque-là.

Mercredi 29 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

Des extases de Saint Benoit

Si peu que l'âme ait entrevu la lumière incréée, tout ce qui est créé lui paraît infime ; parce que la clarté de la vision intérieure augmente la capacité de l'âme et la développe en Dieu au point de la rendre plus vaste que le monde.

L'âme du voyant s'élève au-dessus du soi : lors en effet qu'elle est ravie au-dessus d'elle même dans la lumière de Dieu, elle se dilate dans l'intime de son être ; et quand, dans son élévation, elle regarde au-dessous d'elle, elle saisit la petitesse de tout ce que, dans son abaissement, elle ne pouvait comprendre....

Quoi d'étonnant alors qu'il (Saint Benoît) ait vu le monde réuni sous ses yeux, lui qui dans l'illumination de son esprit se trouvait hors du monde ?

Que le monde ait été ramassé devant ses yeux, ce n'est pas à dire que le Ciel et la Terre se soient rétrécis, mais l'âme du voyant dilatée : ravie en Dieu elle pouvait avoir sans difficulté tout ce qui est au-dessous de Dieu.

Dans cette lumière qui resplendissait aux yeux de son corps, brillait une autre lumière spirituelle et intérieure, qui, en soulevant les facultés de son âme vers les régions supérieures, leur montrait combien sont petites les choses d'ici-bas.

"Dialogues de Saint Grégoire-Le-Grand"

Mercredi 29 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

Par Saint François Xavier (1506-1552), jésuite
Lettre du 05/11/1549, n°90, 34-36 (trad. Cerf 1996, p. 119)

« En dehors de moi, vous ne pouvez rien faire »


Que personne ne nourrisse l'illusion de penser qu'il se signalera dans de grandes choses, s'il ne se signale d'abord dans les choses humbles.

Croyez-moi, il y a bien des espèces de ferveurs, et, pour mieux dire, de tentations.

Certains, pour ne pas renoncer à leur volonté en exécutant ce que l'obéissance leur prescrit, désirent faire d'autres choses plus importantes, sans remarquer que si l'on manque de vertu pour les petites choses, on en aura encore moins pour les grandes.

En effet, quand ils se lancent dans des choses grandes et difficiles, avec peu d'abnégation et de force d'âme, ils en viennent à reconnaître leurs ferveurs pour des tentations, car ils se trouvent alors sans forces.




Je ne vous écris pas cela pour détourner vos cœurs des entreprises les plus ardues, où vous vous signalerez comme de grands serviteurs de Dieu et par où vous laisserez souvenir de vous à vos successeurs.

Je le dis seulement pour que, dans les petites choses, vous vous montriez grands, que vous progressiez beaucoup dans la connaissance des tentations et de votre valeur propre, et que vous mettiez toute votre force en Dieu.

Si vous persévérez dans cette voie, je ne doute pas que vous ne croissiez continuellement en humilité et vie intérieure, et que vous ne fassiez beaucoup de fruit dans les âmes, vivant dans la paix et la sécurité partout où vous vous trouverez.

Mercredi 29 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

CONSEILS DE ST AUGUSTIN:

"Si tu gardes le silence,
que ce soit par amour;

si tu élèves la voix,
élève-la par amour.


Si tu dois corriger, corrige par amour;
si tu t’abstiens, abstiens-toi par amour.


Que l’amour soit à la racine de tout
car de cette racine il ne peut s’élever qu’une tige
excellente."

(Saint Augustin)

Mercredi 29 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916), au Sahara


« Pour la première fois, il les envoie »


Être apôtre, par quel moyen ?

Par ceux que Dieu met à sa disposition :

les prêtres ont leurs supérieurs qui leur disent ce qu'ils doivent faire.

Les laïcs doivent être apôtres envers tous ceux qu'ils peuvent atteindre :

leurs proches et leurs amis, mais non eux seuls ; la charité n'a rien d'étroit, elle embrasse tous ceux qu'embrasse le Cœur de Jésus.


Par quel moyen ?

Par les meilleurs, étant donnés ceux auxquels ils s'adressent : a

vec tous ceux avec qui ils sont en rapport, sans exception, par la bonté, la tendresse, l'affection fraternelle, l'exemple de la vertu, par l'humilité et la douceur toujours attrayantes et si chrétiennes.

Avec certains sans leur dire jamais un mot de Dieu ni de la religion, patientant comme Dieu patiente, étant bon comme Dieu est bon, étant un tendre frère et priant. Avec d'autres en parlant de Dieu dans la mesure qu'ils peuvent porter ; dès qu'ils en sont à la pensée de rechercher la vérité par l'étude de la religion, en les mettant en rapports avec un prêtre très bien choisi et capable de leur faire du bien.

Surtout voir en tout humain un frère.

Mercredi 29 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 11,25-30.

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits.
Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.
Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler.
« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.
Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme.
Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

Mercredi 29 Avril 2015, Eléments pour la méditation :
Mercredi 29 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

Par Sainte Catherine de Sienne (1347-1380), tertiaire dominicaine, docteur de l'Église, copatronne de l'Europe
Les Dialogues 167 (trad. bréviaire)

« Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits »


Toi, éternelle Trinité, tu es comme un océan profond : plus j'y cherche et plus je te trouve ; plus je trouve et plus je te cherche.

Tu rassasies insatiablement notre âme car, dans ton abîme, tu rassasies l'âme de telle sorte qu'elle demeure indigente et affamée, parce qu'elle continue à souhaiter et à désirer te voir dans ta lumière (Ps 35,10), ô lumière, éternelle Trinité...


J'ai goûté et j'ai vu avec la lumière de mon intelligence et dans ta lumière, éternelle Trinité, à la fois l'immensité de ton abîme et la beauté de ta créature.

Alors, j'ai vu qu'en me revêtant de toi, je deviendrais ton image (Gn 1,27), parce que tu me donnes, Père éternel, quelque chose de ta puissance et de ta sagesse.

Cette sagesse est l'attribut de ton Fils unique. Quant au Saint Esprit, qui procède de toi, Père, et de ton Fils, il m'a donné la volonté qui me rend capable d'aimer.

Car toi, éternelle Trinité, tu es le Créateur, et moi la créature ; aussi ai-je connu, éclairée par toi, dans la nouvelle création que tu as faite de moi par le sang de ton Fils unique, que tu as été saisie d'amour pour la beauté de ta créature.



Mercredi 29 Avril 2015, Eléments pour la méditation :

Méditation du Père Lazarus-Mariam :

"HEART SPEEKS TO HEART."

The way of the heart that we are called to walk it to open ourselves to the transforming fire of Gods

all consuming love.

The desert path demands not just an exterior withdrawal from a past life ,

But a total withdrawal from focus on self.

It is allowing the shell that we place around ourselves ,

That places ourselves at the centre of our self constructed worlds ,

It is allowing this shell to be cracked open and having our own inner darkness exposed to us ,

To be transformed by the light of Christ that we may become whole in body , mind , and spirit.

For to be absorbed in to God we can walk no other path.

If we have the courage and perseverance to face this , and all the contradictory questions

that it will raise ,

Then the silence and solitude of the Monastery or Hermitage should become a furnace of transformation from focus

on "me" ,

So that we be transformed in to the image and likeness of God revealed in the silence of His Word.

This involves a decision that all the Fathers and Mothers of both East and West had to make ,

To either go in the direction of a world that drifted ever further away from God ,

Or literally swim for their lives in the opposite direction ,

In to the still point of it all.

In the world we often based our entire existence on many false compulsions ,

Illusions that that we told ourselves had to be fulfilled for our peace and happiness ,

But the truth is they led us to one thing only ;

"What I want , and when I want it ."

All this ultimately led to was an ever increasing focus on "I ",

A path that led to our own greed and anger ,

The Monk , and indeed the Christian , and whole Church is called not to passively except these attitudes and

patterns of behavior ,

But to turn totally and completely from such ways of behavior and living .

The way of transformation of Monasticism is to surrender and allow the old self to die ,

To face the compulsions and illusion head on ,

And be transformed in to a new being ,

Where God Alone becomes the source of our identity and being .

So you should understand the silence and solitude of any monastery ,or hermitage is a place

of great struggle ,

And the struggle should not be underestimated ,

But it is also a place of encounter ,

A place where we meet with and are transformed by the living God who becomes our new ,

and lasting self.

Silence and solitude is ultimately the holy ground and place of our true conversion ,

A place where we die to the world and self ,

And emerge as a new man or woman emptied of self ,

Now turned around to look in to the face of God ; and be used for His plans and purposes alone .

Father Lazarus-Mariam

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 07:32
« Le vrai berger donne sa vie pour ses brebis » (St Antoine de Padoue)

Saint Antoine de Padoue (v. 1195-1231), franciscain, docteur de l'Église Latine
Sermons pour le dimanche et les fêtes des saints (trad. Bayart, Eds. franciscaines 1944, p. 140)

« Le vrai berger donne sa vie pour ses brebis »


« Je suis le bon pasteur. »

Le Christ peut dire à bon droit : « Je suis. » Pour lui, rien n'est passé ni futur ; tout lui est présent.

C'est ce qu'il dit de lui-même dans l'Apocalypse :

« Je suis l'alpha et l'oméga, le principe et la fin ; celui qui est, qui était et qui viendra, le Tout-Puissant » (Ap 1,8).

Et dans l'Exode :

« Je suis celui qui est. Tu diras aux fils d'Israël : ' Celui qui est m'a envoyé vers vous ' » (Ex 3,14).


« Je suis le bon pasteur. »

Le mot « pasteur » vient du mot « paître ». Le Christ nous repaît de sa chair et de son sang, chaque jour, dans le sacrement de l'autel.

Jessé, le père de David, a dit à Samuel :

« Mon dernier fils est un enfant et il paît les brebis » (1S 16,11).

Notre David à nous, petit et humble, comme un bon pasteur, paît aussi ses brebis...


On lit aussi dans Isaïe :

« Comme un pasteur, il paîtra son troupeau ; dans ses bras il rassemblera les agneaux, il les portera dans son sein ; il portera lui-même les brebis mères (Is 40,11)...

Le bon berger, en effet, quand il mène son troupeau au pâturage, ou qu'il l'en ramène, rassemble les tout petits agneaux qui ne peuvent pas encore marcher ; il les prend en ses bras, les porte en son sein ; il porte aussi les mères, celles qui doivent mettre bas ou celles qui viennent d'être délivrées.

Ainsi fait Jésus Christ : chaque jour, il nous nourrit des enseignements de l'Évangile et des sacrements de l'Église.

Il nous rassemble dans ses bras, qu'il a étendus sur la croix « pour réunir en un seul corps les enfants de Dieu qui étaient dispersés » (Jn 11,52).

Il nous a recueillis dans le sein de sa miséricorde, comme une mère recueille son enfant.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Spiritualité Chrétienne
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 07:26
« Le Règne de Dieu est justice, paix et joie dans l'Esprit Saint »(St Césaire d'Arles)

Saint Césaire d'Arles (470-543), moine et évêque
Sermon 166 (trad. Riché, OC, p. 107 ; cf AELF)

« Le Règne de Dieu est justice, paix et joie dans l'Esprit Saint » (Rm 14,17)


Quelle est la vraie joie, frères, si ce n'est le Royaume des cieux ?

Et quel est le Royaume des cieux, si ce n'est le Christ notre Seigneur ?

Je sais que tous les hommes veulent avoir une vraie joie. Mais il s'abuse, celui qui veut être heureux des récoltes sans cultiver son champ ; il se trompe, celui qui veut récolter des fruits sans planter d'arbres.

On ne possède pas la vraie joie sans la justice et la paix.

A présent, en respectant la justice et en possédant la paix, nous peinons pendant un court délai comme penchés sur un bon travail.

Mais ensuite, nous nous réjouirons sans fin du fruit de ce travail.

Écoute l'apôtre Paul qui dit du Christ :

« Il est notre paix » (Ep 2,14).

Et le Seigneur, parlant à ses disciples, leur dit : « Je vous reverrai et votre cœur se réjouira, et votre joie, personne ne pourra vous la ravir ».

Qu'est-ce que cette joie que personne ne pourra vous ravir si ce n'est lui-même, votre Seigneur, que personne ne peut vous ravir ?

Examinez donc votre conscience, frères ; s'il y règne la justice, si vous voulez, désirez et souhaitez à tous la même chose qu'à vous-mêmes, si la paix est en vous, non seulement avec vos amis, mais également avec vos ennemis, sachez que le Royaume des cieux, c'est-à-dire le Christ Seigneur, demeure en vous.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Pères de l'Eglise
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 22:01
Ce "juste" musulman a fait le choix de mourir avec ses compagnons lâchement exécutés par l'Etat Islamique.Par ARTHUR HERLIN  pour ALETEIA

Ce "juste" musulman a fait le choix de mourir avec ses compagnons lâchement exécutés par l'Etat Islamique.Par ARTHUR HERLIN pour ALETEIA

La lumière se fait peu à peu sur le martyre des chrétiens éthiopiens, dont le meurtre a été diffusé dans l'une des dernières vidéos de propagande par ISIS. Dans un article paru sur le site de l'institut Pontifical des Missions Etrangères (PIME) MissionOnLine, Giorgio Bernardelli lève le voile sur une histoire pour le moins inattendue.Selon lui, parmi les 28 immigrés éthiopiens assassinés, en réalité, tous n'étaient pas chrétiens : l'un d'eux était musulman. Son nom : Jamaal Rahman. Et tout semble laisser croire qu'il ait de lui-même décidé de rester à leurs côtés. Un milicien Shabab, fondamentaliste islamique somalien, serait à l'origine de cette information.

Tué comme un chrétien

Selon le journal Somaliland, deux hypothèses permettent d'expliquer les raisons pour lesquelles un musulman a pu subir le même sort que des chrétiens. Selon la première hypothèse simple, Rahman Jamaal se serait converti au christianisme pendant le voyage. Mais une deuxième version, plus probable, suppose qu'il se serait porté volontaire, face aux djihadistes, pour subir le même traitement que ses compagnons. Peut-être a-t-il imaginé, espéré que la présence d'un musulman aux côtés du groupe changerait leur destinée. Il n'en a finalement rien été, les djihadistes n'ont fait aucune distinction et l'ont tué comme s'il s'agissait d'un chrétien. L'histoire et le choix de Jamal Rahman rappellent celui deMahmoud Al 'Asali, le professeur d'université musulman qui s'était opposé à la persécution des chrétiens dans la ville et qui avait connu le même sort.

Jamaal, le musulman qui a choisi de mourir aux côtés de ses amis chrétiens éthiopiens
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans DIALOGUE INTERRELIGIEUX
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 21:38
L'Église disséminée à travers le monde entier jusqu'aux extrémités de la terre (St Irénée)

Par Saint Irénée de Lyon (v. 130-v. 208), évêque, théologien et martyr
Contre les hérésies, I, 10,1-3 ; PG 7, 550-554 (trad. cf Orval et bréviaire)

L'Église disséminée à travers le monde entier jusqu'aux extrémités de la terre a reçu des apôtres et de leurs disciples la foi en un seul Dieu,

Père tout-puissant « qui a fait le ciel, la terre, les mers et tout ce qu'ils renferment » (Ex 20,11 ;Ac 4,24) ; en un seul Christ Jésus, le Fils de Dieu, qui s'est incarné pour notre salut ; et en l'Esprit Saint qui a annoncé par les prophètes les desseins de Dieu et la venue du bien-aimé Jésus Christ notre Seigneur, sa naissance de la Vierge, sa Passion, sa résurrection d'entre les morts, son ascension corporelle dans les cieux, ainsi que son avènement du haut des cieux dans la gloire du Père pour « rassembler et restaurer toute chose » (Ep 1,19) et ressusciter la chair du genre humain tout entier — afin que devant le Christ Jésus, notre Seigneur, notre Dieu, notre Sauveur et notre Roi, selon le bon plaisir du Père invisible, « tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers, que toute langue le reconnaisse » (Ph 2,10-11) et qu'il rende un juste jugement sur toutes les créatures...


Cette prédication que l'Église a reçue, cette foi, elle la garde avec soin comme si elle habitait une seule maison ; bien qu'elle soit disséminée dans le monde entier, elle croit tout cela partout d'une manière identique, comme n'ayant « qu'une seule âme et qu'un même cœur » (Ac 4,32) ; elle la prêche, l'enseigne et la transmet d'une voix unanime, comme si elle n'avait qu'une seule bouche.

Les langues que l'on parle dans le monde sont diverses, mais la force de la tradition est une et la même.

Les Églises établies en Germanie ne croient pas ou n'enseignent pas autrement, ni celles des Ibères ou des Celtes, ni celles de l'Orient, d'Égypte ou de Lybie, ni celles qui sont fondées au centre du monde [la Terre Sainte].

De même que le soleil, cette créature de Dieu, est dans le monde entier unique et le même, ainsi la prédication de la vérité brille partout et illumine tous les hommes qui veulent « parvenir à la connaissance de la vérité » (1Tm 2,4).

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Pères de l'Eglise
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 21:35
Saint Marc , qui êtes-vous ?

Saint Marc , qui êtes-vous ?
Évangéliste, évêque d’Alexandrie
Martyr († v. 75)

 

Marc était probablement de la race d'Aaron ; il était né en Galilée. Il semble avoir fait partie du groupe des soixante-douze disciples du Sauveur ; mais il nous apparaît surtout dans l'histoire comme le compagnon fidèle de l'apostolat de saint Pierre.

 

C'est sous l'inspiration du chef des Apôtres et à la demande des chrétiens de Rome qu'il écrivit l'Évangile qui porte son nom. Marc cependant ne suivit pas saint Pierre jusqu'à son glorieux martyre ; mais il reçut de lui la mission spéciale d'évangéliser Alexandrie, l'Égypte et d'autres provinces africaines.

 

Le disciple ne faillit pas à sa tâche et porta aussi loin qu'il put, dans ces contrées, le flambeau de l'Évangile. Alexandrie en particulier devint un foyer si lumineux, la perfection chrétienne y arriva à un si haut point, que cette Église, comme celle de Jérusalem, ne formait qu'un cœur et qu'une âme dans le service de Jésus-Christ. La rage du démon ne pouvait manquer d'éclater.

 

Les païens endurcis résolurent la mort du saint évangéliste et cherchèrent tous les moyens de s'emparer de lui. Marc, pour assurer l'affermissement de son œuvre, forma un clergé sûr et vraiment apostolique, puis échappa aux pièges de ses ennemis en allant porter ailleurs la Croix de Jésus-Christ. Quelques années plus tard, il eut la consolation de retrouver l'Église d'Alexandrie de plus en plus florissante.

 

La nouvelle extension que prit la foi par sa présence, les conversions nombreuses provoquées par ses miracles, renouvelèrent la rage des païens. Il fut saisi et traîné, une corde au cou, dans un lieu plein de rochers et de précipices. Après ce long et douloureux supplice, on le jeta en prison, où il fut consolé, la nuit suivante, par l'apparition d'un ange qui le fortifia pour le combat décisif, et par l'apparition du Sauveur lui-même.

 

Le lendemain matin, Marc fut donc tiré de prison ; on lui mit une seconde fois la corde au cou, on le renversa et on le traîna en poussant des hurlements furieux. La victime, pendant cette épreuve douloureuse, remerciait Dieu et implorait sa miséricorde. Enfin broyé par les rochers où se heurtaient ses membres sanglants, il expira en disant : « Seigneur, je remets mon âme entre vos mains. »

 



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Vie des Saints

Recherche

Liens