Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 08:44
« C’est le mois de Marie, c’est le mois le plus beau »  PRIÈRE À NOTRE-DAME DU TRAVAIL/PRIÈRE À NOTRE-DAME DU SACERDOCE / Au passage de l’Enfant et de sa Mère, les idoles furent renversées…/ SE PREPARER A LA PENTECOTE

« C’est le mois de Marie, c’est le mois le plus beau »

PRIÈRE À NOTRE-DAME DU TRAVAIL

Aide-nous à travailler chaque jour
dans le respect, la liberté et la justice,
rends-nous forts dans la douleur,
simples et purs dans nos joies,
fermes et clairs dans les décisions que nous devons prendre.

Remplis-nous de foi, d’espérance et de charité
pour nous sentir frères et soeurs de tous
pour fortifier les faibles, réconforter les fatigués
et partager nos satisfactions et nos aliments
avec ceux qui n’en n’ont pas ou qui se sentent seuls.

PRIÈRE À NOTRE-DAME DU SACERDOCE -

Vierge Marie,
Mère du Christ Prêtre,
Mère des Prêtres du monde entier,
Vous aimez tout particulièrement les prêtres,
parce qu’ils sont les images vivantes
de Votre fils unique.

Vous avez aidé Jésus par toute Votre vie terrestre,
et vous l’aidez encore dans le Ciel.
nous vous en supplions, priez pour les Prêtres,
Priez le père des Cieux
pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson.

Priez pour que nous ayons toujours des Prêtres,
qui nous donnes les sacrements,
nous expliquent l’Évangile du Christ,
Et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu.

Vierge Marie, demandez vous même à Dieu le Père,
Les Prêtres dont nous avons tant besoin,
Et puisque votre cœur à tout pouvoir sur lui,
Obtenez-nous, ô Marie,
Des prêtres qui soient des Saints.

Amen.

Au passage de l’Enfant et de sa Mère, les idoles furent renversées…

L'Église célèbre la fête de l’entrée du Christ en Egypte le 24ème jour du mois de Bashans (fin mai dans le calendrier catholique). La Sainte Famille se rendit dans le pays d'Égypte, Sainte Marie la Vierge mère portait le petit enfant Jésus dans ses bras, avec Joseph le charpentier à ses côtés(…). Elle l'avait fait dans le dessein d'échapper à Hérode, qui avait cherché à tuer l'enfant.

Cela a été demandé à Joseph par l'archange Gabriel dans un songe où il lui dit: Lève-toi, prends l'enfant et sa mère, fuis en Égypte, restes-y jusqu'à ce que je vous le dise, car Hérode va rechercher l'enfant, pour le faire mourir. Joseph se leva, prit l'enfant et sa mère de nuit, se rendit en Égypte et y resta jusqu'à la mort d'Hérode.

Les savants de l’Eglise et les historiens suggèrent que la Sainte Famille a passé environ quatre ans en Egypte. (…) En approchant des idoles en Egypte, les statues s’écroulèrent en la présence du Seigneur, et les démons s’échappèrent de l'endroit.

Pallade, évêque de Hélènopolis, ville de Bithynie (actuellement en Turquie), historien de l'Eglise du quatrième siècle, a écrit un compte-rendu de ces faits, ayant été témoin des idoles renversées, qui s'effondrèrent en présence du Christ.

SE PREPARER A LA PENTECOTE

(Suggestion)

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » enseigner la sagesse à ceux qui accompagnent le Peuple de Dieu sur les chemins de foi ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » ouvrir, illuminer et fortifier l’intelligence des responsables politiques des pays en quête de paix ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » conseiller ceux qui luttent contre la misère, l’injustice sociale ainsi que la peine de mort ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » faire disparaître cette culture de l’indifférence, installée au cœur de la communauté humaine, puisse Votre Esprit donner force à ceux qui prennent soin des petits, des malades et des pauvres ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » insuffler le désir de s’enraciner toujours plus dans l’Orthodoxie (Vérité, rectitude) de la Foi chez les fidèles du Christ pour restaurer et manifester, dans Votre Amour, son unité blessée par nos orgueils humains ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » éduquer dans la foi tous les fils et filles de l’Eglise ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » apprendre à chaque communauté paroissiale à vivre en confiance dans la bonté du Dieu qui est Amour et Vérité ! R/

Ô Saint-Esprit, notre voix appelle,
Vous seul montrez le chemin du bonheur.
Amour divin et Sagesse éternelle,
Vivez en nous et guidez notre cœur.
Ô Saint-Esprit, notre voix vous appelle,
Vous seul montrez le chemin du
bonheur.

Prière :

Seigneur Dieu, Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit vivifier ou ranimer notre foi en Votre Fils ressuscité, qu’Il nous ramène vers Vous, source de toute vérité maintenant et pour les siècles des siècles. Amîn.

Priez pour nous, Sainte Vierge Marie,
Obtenez-nous grâce auprès du Sauveur,
Pour écouter ses paroles de vie,
Et les garder au fond de notre cœur.
Priez pour nous, Sainte Vierge Marie.
Obtenez-nous grâce auprès du
Sauveur.

Roi céleste, Consolateur, Esprit de vérité, Vous qui êtes partout présent et qui remplissez tout, Trésor des biens et Donateur de vie, venez et demeurez en nous !

Purifiez-nous de toute souillure et sauvez nos âmes, Vous qui êtes bonté : Amîn

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
20 mai 2015 3 20 /05 /mai /2015 08:43
Nous avons trouvé le Messie (Basile de Séleucie)

Basile de Séleucie (?-v. 468), évêque
Sermon à la louange de saint André, 4 ; PG 28,1105 (trad. Orval rev.)

« Nous avons trouvé le Messie »


Prenant Pierre avec lui, André conduit au Seigneur son frère selon la nature et le sang pour qu'il devienne disciple comme lui ; c'est le premier exploit d'André.

Il fait croître le nombre des disciples ; il y introduit Pierre, en qui le Christ trouvera le chef de ses disciples. C'est si vrai que lorsque, plus tard, Pierre aura une conduite admirable, il la devra à ce qu'André avait semé

. La louange adressée à l'un rejaillit également sur l'autre, car les biens de l'un appartiennent à l'autre, et l'un se glorifie des mérites de l'autre.


Quelle joie Pierre a procurée à tous lorsqu'il a répondu tout de suite à la question du Seigneur, rompant le silence embarrassé des disciples ! ...

Pierre seul a prononcé ces paroles : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » (Mt 16,16).

Il parlait au nom de tous ; en une phrase, il proclamait le Sauveur et son dessein de salut.

Comme cette proclamation s'accorde bien avec celle d'André !

Les paroles qu'André avait dites à Pierre lorsqu'il l'avait conduit au Christ

–- « Nous avons trouvé le Messie » —

le Père céleste les confirme lorsqu'il les inspire lui-même à Pierre (Mt 16,17) :

« Tu es le Messie, le Christ, le fils du Dieu vivant. »

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Pères de l'Eglise
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 07:05
Mardi 19 Mai 2015 Eléments de méditation :

Aloho m'barekh

Depuis la France et le Cameroun, prêtres, moines et fidèles de "l'Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone" (fille de l'Eglise Malankare) accompagnent de leurs prières l'Eglise d'Antioche et de Tout l'Orient qui inhume l'un de ses martyrs, notre frère dans le Christ: Bassel Adnan .Nos Saints Martyrs sont la couronne de l'Eglise. Ils sont, aujourd'hui comme hier, "semence de chrétienté".

Dans le Christ mis en terre pendant trois jours et ressuscité, ils sont un gage de résurrection.

Avec Lui et en Lui, ils mettront à mort cette ignoble "culture de mort" qui, ici ou là, s'arroge le droit de vie ou de mort sur les êtres humains, soit au nom de Dieu (!), soit au nom de l'homme séparé de Dieu ...Nous prions nos Saints Martyrs Coptes, Syriaques, Assyriens, Arméniens et Grecs pour l'unanimité de l'Eglise du Christ dans le Témoignage Chrétien et le retour d'un Occident largement apostat au respect de la "Loi naturelle" et à l'amour du Dieu qui est "l'Ami des hommes".

From France and Cameroon, priests, monks and faithful of the "Church Syro-Orthodox-Francophone" (daughter of the Church Malankara) accompany their prayers the Church of Antioch and All the East interring the one of its martyrs, our brother in Christ: Bassel Adnan .Our Holy Martyrs are the crown of the Church. They are, today as yesterday, "Christianity seed."

In Christ planted for three days and risen, they are a pledge of resurrection.

With Him and in Him, they will put to death this ignoble "culture of death" which, here and there, claims the right of life and death in humans or in the name of God (!), or the name of man separated from God ... We ask our Holy Martyrs Copts, Syriacs, Assyrians, Armenians and Greeks unanimously of the Church of Christ in the Christian Witness and the return of a largely apostate West to respect the "natural law" and the love of God who is "the Friend of men."

In deep union of prayer, Our Lord in your respectfully.

+ Mor Philipose- Mariam

Mardi 19 Mai 2015 Eléments de méditation :

Première lettre de saint Pierre Apôtre 5,1-4.10-11.

Mes bien-aimés, j'exhorte les anciens qui sont parmi vous, moi ancien comme eux, témoin de la Passion du Christ et qui aurai part à la gloire qui doit être manifestée :
paissez le troupeau de Dieu qui vous est confié, veillant sur lui, non par contrainte, mais de bon gré ; non dans un intérêt sordide, mais par dévouement ;
non en dominateurs des Églises, mais en devenant les modèles du troupeau.
Et quand le Prince des pasteurs paraîtra, vous recevrez la couronne de gloire, qui ne se flétrit jamais.
Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés à sa gloire éternelle dans le Christ, après quelques souffrances, achèvera lui-même son œuvre, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables.
A lui soient la gloire et la puissance aux siècles des siècles ! Amen !


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 16,13-19.

En ce temps-là, Jésus vint aux environs de Césarée de Philippe, et il interrogeait ses disciples disant : "Quel est celui que les hommes disent être le Fils de l'homme ?"
Ils dirent : " Les uns Jean le Baptiste, d'autres Élie, d'autres Jérémie ou l'un des prophètes. "
Il leur dit : " Et vous, qui dites-vous que je suis ? "
Simon Pierre, prenant la parole, dit : " Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant. "
Jésus lui répondit : " Tu es heureux, Simon Bar-Jona, car ce n'est pas la chair et le sang qui te l'ont révélé, mais mon Père qui est dans les cieux.
Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle.
Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux : tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. "

Mardi 19 Mai 2015 Eléments de méditation :

Par Basile de Séleucie (?-v. 468), évêque
Sermon à la louange de saint André, 4 ; PG 28,1105 (trad. Orval rev.)

« Nous avons trouvé le Messie »


Prenant Pierre avec lui, André conduit au Seigneur son frère selon la nature et le sang pour qu'il devienne disciple comme lui ; c'est le premier exploit d'André.

Il fait croître le nombre des disciples ; il y introduit Pierre, en qui le Christ trouvera le chef de ses disciples. C'est si vrai que lorsque, plus tard, Pierre aura une conduite admirable, il la devra à ce qu'André avait semé

. La louange adressée à l'un rejaillit également sur l'autre, car les biens de l'un appartiennent à l'autre, et l'un se glorifie des mérites de l'autre.


Quelle joie Pierre a procurée à tous lorsqu'il a répondu tout de suite à la question du Seigneur, rompant le silence embarrassé des disciples ! ...

Pierre seul a prononcé ces paroles : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » (Mt 16,16).

Il parlait au nom de tous ; en une phrase, il proclamait le Sauveur et son dessein de salut.

Comme cette proclamation s'accorde bien avec celle d'André !

Les paroles qu'André avait dites à Pierre lorsqu'il l'avait conduit au Christ

–- « Nous avons trouvé le Messie » —

le Père céleste les confirme lorsqu'il les inspire lui-même à Pierre (Mt 16,17) :

« Tu es le Messie, le Christ, le fils du Dieu vivant. »

Mardi 19 Mai 2015 Eléments de méditation :

« C’est le mois de Marie, c’est le mois le plus beau »

PRIÈRE À NOTRE-DAME DU TRAVAIL

Aide-nous à travailler chaque jour
dans le respect, la liberté et la justice,
rends-nous forts dans la douleur,
simples et purs dans nos joies,
fermes et clairs dans les décisions que nous devons prendre.

Remplis-nous de foi, d’espérance et de charité
pour nous sentir frères et soeurs de tous
pour fortifier les faibles, réconforter les fatigués
et partager nos satisfactions et nos aliments
avec ceux qui n’en n’ont pas ou qui se sentent seuls.

PRIÈRE À NOTRE-DAME DU SACERDOCE -

Vierge Marie,
Mère du Christ Prêtre,
Mère des Prêtres du monde entier,
Vous aimez tout particulièrement les prêtres,
parce qu’ils sont les images vivantes
de Votre fils unique.

Vous avez aidé Jésus par toute Votre vie terrestre,
et vous l’aidez encore dans le Ciel.
nous vous en supplions, priez pour les Prêtres,
Priez le père des Cieux
pour qu’il envoie des ouvriers à sa moisson.

Priez pour que nous ayons toujours des Prêtres,
qui nous donnes les sacrements,
nous expliquent l’Évangile du Christ,
Et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu.

Vierge Marie, demandez vous même à Dieu le Père,
Les Prêtres dont nous avons tant besoin,
Et puisque votre cœur à tout pouvoir sur lui,
Obtenez-nous, ô Marie,
Des prêtres qui soient des Saints.

Amen.

Au passage de l’Enfant et de sa Mère, les idoles furent renversées…

L'Église célèbre la fête de l’entrée du Christ en Egypte le 24ème jour du mois de Bashans (fin mai dans le calendrier catholique). La Sainte Famille se rendit dans le pays d'Égypte, Sainte Marie la Vierge mère portait le petit enfant Jésus dans ses bras, avec Joseph le charpentier à ses côtés(…). Elle l'avait fait dans le dessein d'échapper à Hérode, qui avait cherché à tuer l'enfant.

Cela a été demandé à Joseph par l'archange Gabriel dans un songe où il lui dit: Lève-toi, prends l'enfant et sa mère, fuis en Égypte, restes-y jusqu'à ce que je vous le dise, car Hérode va rechercher l'enfant, pour le faire mourir. Joseph se leva, prit l'enfant et sa mère de nuit, se rendit en Égypte et y resta jusqu'à la mort d'Hérode.

Les savants de l’Eglise et les historiens suggèrent que la Sainte Famille a passé environ quatre ans en Egypte. (…) En approchant des idoles en Egypte, les statues s’écroulèrent en la présence du Seigneur, et les démons s’échappèrent de l'endroit.

Pallade, évêque de Hélènopolis, ville de Bithynie (actuellement en Turquie), historien de l'Eglise du quatrième siècle, a écrit un compte-rendu de ces faits, ayant été témoin des idoles renversées, qui s'effondrèrent en présence du Christ.

Mardi 19 Mai 2015 Eléments de méditation :

SE PREPARER A LA PENTECOTE

(Suggestion)

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » enseigner la sagesse à ceux qui accompagnent le Peuple de Dieu sur les chemins de foi ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » ouvrir, illuminer et fortifier l’intelligence des responsables politiques des pays en quête de paix ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » conseiller ceux qui luttent contre la misère, l’injustice sociale ainsi que la peine de mort ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » faire disparaître cette culture de l’indifférence, installée au cœur de la communauté humaine, puisse Votre Esprit donner force à ceux qui prennent soin des petits, des malades et des pauvres ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » insuffler le désir de s’enraciner toujours plus dans l’Orthodoxie (Vérité, rectitude) de la Foi chez les fidèles du Christ pour restaurer et manifester, dans Votre Amour, son unité blessée par nos orgueils humains ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » éduquer dans la foi tous les fils et filles de l’Eglise ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » apprendre à chaque communauté paroissiale à vivre en confiance dans la bonté du Dieu qui est Amour et Vérité ! R/

Ô Saint-Esprit, notre voix appelle,
Vous seul montrez le chemin du bonheur.
Amour divin et Sagesse éternelle,
Vivez en nous et guidez notre cœur.
Ô Saint-Esprit, notre voix vous appelle,
Vous seul montrez le chemin du
bonheur.

Prière :

Seigneur Dieu, Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit vivifier ou ranimer notre foi en Votre Fils ressuscité, qu’Il nous ramène vers Vous, source de toute vérité maintenant et pour les siècles des siècles. Amîn.

Priez pour nous, Sainte Vierge Marie,
Obtenez-nous grâce auprès du Sauveur,
Pour écouter ses paroles de vie,
Et les garder au fond de notre cœur.
Priez pour nous, Sainte Vierge Marie.
Obtenez-nous grâce auprès du
Sauveur.

Roi céleste, Consolateur, Esprit de vérité, Vous qui êtes partout présent et qui remplissez tout, Trésor des biens et Donateur de vie, venez et demeurez en nous !

Purifiez-nous de toute souillure et sauvez nos âmes, Vous qui êtes bonté : Amîn

Mardi 19 Mai 2015 Eléments de méditation :

UN MOINE…ALCOOLIQUE…

Il était une fois sur le mont Athos un moine qui vivait à Karyès.

Il buvait et s'enivrait tous les jours et était cause de scandale pour les pèlerins. Finalement, il mourut.

Cela soulagea les fidèles qui allèrent dire au staretz Païssios qu'ils étaient enchantés que cet énorme problème ait finalement été résolu.

Le Père Païssios leur répondit qu'il était au courant de la mort du moine, parce qu’il avoir vu un bataillon entier d'anges venus recueillir son âme.

Les pèlerins, surpris, protestèrent et se mirent à expliquer au staretz de qui exactement ils parlaient, pensant qu’il n'avait pas compris.

Le staretz Païssios leur expliqua :

-« Ce moine est né en Asie Mineure, peu de temps avant que les Turcs fassent la razzia de tous les garçons.

Pour éviter qu'ils le leur prennent, ses parents l'emmenaient avec eux à la moisson, et pour qu'il ne pleure pas, ils mettaient du raki dans son lait afin de le faire dormir.

Par conséquent, il a grandi alcoolique.

Plus tard, il trouva un staretz et lui expliqua comment il était devenu alcoolique.

Le staretz lui dit de faire des métanies [prosternations] et des prières tous les soirs et de prier la Toute Sainte de l'aider à réduire d'une unité les verres qu'il buvait.

Après une année, il réussit à force de la lutte et de pénitence à réduire les 20 verres qu'il buvait à seulement 19.

La lutte a continué au fil des ans et il est descendu 2 ou 3 verres, qui le rendaient encore ivre.

Le monde a vu pendant des années un moine alcoolique qui a scandalisé les pèlerins, mais Dieu a vu un combattant qui a mené une longue lutte afin de réduire sa passion. »

Sans savoir comment chacun essaie de faire ce qu'il veut faire, de quel droit de jugeons-nous son effort?

Source : http://orthodoxologie.blogspot.fr/

Mardi 19 Mai 2015 Eléments de méditation :

Sainte Pudentienne, qui êtes-vous ?

Vierge et martyre

(IIe siècle)

Un touchant souvenir du premier âge de l’Église Romaine se rattache à ce jour. Une vierge chrétienne, la noble Pudentienne, l’a illustré par sa mort.

Fille d’un riche Romain nommé Pudens, de la famille de ce premier Pudens que mentionne saint Paul dans la deuxième Épître à Timothée, elle eut le bonheur, ainsi que sa sœur Praxède, d’être initiée dès le berceau à la foi chrétienne, et toutes deux consacrèrent à Jésus-Christ leur virginité.

A la mort de leur père, les deux sœurs distribuèrent aux pauvres leur opulent héritage, et consacrèrent leur vie tout entière aux bonnes œuvres.

L’Église était à la veille de la persécution d’Antonin.

Pudentienne, à peine âgée de seize ans, mais déjà mûre pour le ciel, prit son vol vers l’Époux divin au fort de la tempête.

Sa sœur lui survécut assez longtemps; nous la retrouverons sur le Cycle de la sainte Église au 21 juillet.

La maison de Pudentienne, déjà consacrée, du temps de son aïeul, par le séjour de saint Pierre, fut mise par la vierge elle-même à la disposition du saint pape Pie Ier, et les divins Mystères y furent célébrés.

Depuis lors elle est regardée comme l’un des plus augustes sanctuaires de Rome.



( Dom Guéranger )

Mardi 19 Mai 2015 Eléments de méditation :

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 17,1-11a.

En ce temps-là, Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie.
Ainsi, comme tu lui as donné pouvoir sur tout être de chair, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés.
Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.
Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donnée à faire.
Et maintenant, glorifie-moi auprès de toi, Père, de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde existe.
J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé ta parole.
Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi,
car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données : ils les ont reçues, ils ont vraiment reconnu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé.
Moi, je prie pour eux ; ce n’est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m’as donnés, car ils sont à toi.
Tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ; et je suis glorifié en eux.
Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi.»

Mardi 19 Mai 2015 Eléments de méditation :

Par Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église . Sermons sur l'évangile de Jean, n°106

« Je t'ai glorifié sur la terre en accomplissant l'œuvre que tu m'avais confié »


« J'ai manifesté ton nom aux hommes. »

Ces paroles comprennent, dans la pensée du Sauveur, tous ceux qui devaient croire en lui comme membres de cette grande Église composée de toutes les nations et dont le psalmiste a dit :

« Je te rendrai grâces dans la grande assemblée » (Ps 21,26).

C'est vraiment alors cette glorification par laquelle le Fils rend gloire au Père en répandant la connaissance de son nom parmi les nations et aux innombrables générations humaines. Quand donc il dit :

« J'ai manifesté ton nom aux hommes que tu m'as donnés », cela se rapporte à ce qui précède :

« Je t'ai glorifié sur la terre... »


« J'ai manifesté ton nom aux hommes que tu m'as donnés » : non pas son nom de Dieu, mais celui de Père.

Ce nom-là ne pouvait pas être manifesté sans la manifestation du Fils.

En effet, il n'y a aucun peuple qui, même avant de croire en Jésus Christ, n'ait eu une certaine connaissance de Dieu comme étant le Dieu de toute la création.

Car la puissance du Dieu véritable est telle qu'il ne peut absolument pas être caché à une créature raisonnable qui veut faire usage de son esprit.

Sauf un petit nombre d'individus dont le caractère a vraiment atteint la dépravation, le genre humain tout entier reconnaît Dieu comme l'auteur de ce monde...

Mais le nom de Père de Jésus Christ, par lequel il enlève le péché du monde, n'était nullement connu, et c'est ce nom-là que le Seigneur manifeste à ceux que son Père lui a donnés.

Mardi 19 Mai 2015 Eléments de méditation :

Saint Dioscore (Egypte, vers 303 - fêtes 18 mai et 13 octobre)

Le Ménologe de Basile II comporte cette enluminure du martyre d'un Dioscore, avec Théodore de Perge, sa mère Philippa, et Socrates, et Dionysius. Comme cela précise "en Pamphylie", il s'agit donc d'un homonyme.


SAINT DIOSCORE, MARTYR (+ VERS 303)
1. Vie -. Dioclétien ouvrit la persécution en 303 en publiant un édit qui ordonnait la destruction des églises et des livres saints, privait les chrétiens de leurs charges, dignités et privilèges, et leur interdisait d'ester en justice. On présuma que les clercs exerçant la fonction de Lecteur cachaient des livres saints et ils furent immédiatement traqués par la police. C'est ainsi qu'à Cynopolis, en Egypte, on arrêta Dioscore, fils d'un Lecteur et qu'on supposait complice de son père. Nous ne connaissons rien de sa vie avant sa comparution devant le gouverneur de la province d'Alexandrie. Le procès-verbal de cette audience nous est parvenu sans avoir été trop malmené par les copistes et les traducteurs. A ce titre, et comme document est peu connu, nous en donnons une traduction intégrale.

« Dioscore, curiale du lieu qu'on appelle Cynopolis, ayant été amené, le président Culcien dit : « Pour quelle cause Dioscore est-il traduit en justice?" - Du greffe on dit « Dionecta, curateur de la cité de Cynopolis, l'a envoyé comme Chrétien qui refuse d'obéir à l'édit impérial. » - Culcien dit "Qu'on lise ce qui nous est rapporté". Du greffe on lit « A ta Puissance, Seigneur, Dionecta, curateur de la cité de Cynopolis, salut. Je traduis en jugement à ta Sincérité, Seigneur, Dioscore qui refuse d'obéir à l'édit de nos maîtres les empereurs, etc. "
Culcien dit : « Dioscore, j'ai appris que tu es très savant, immole et obéis aux ordres des empereurs. » Dioscore répondit : "Je n'immole ni ne suis des dieux de cette sorte, mais le seul Dieu, le mien, Jésus-Christ, vrai Dieu."
C. - A quel dieu immoles-tu ainsi?
D. - Au vrai Dieu, qui n'est pas vu par les hommes s'ils n'ont pas le coeur droit.
C. - Es-tu Lecteur?
D. - Non, je ne le suis pas, mais mon père était Lecteur.
C. - Si tu n'étais pas contumace, le curateur ne t'aurait assurément pas envoyé en jugement. Immole maintenant et obéis aux ordres de nos maîtres les Césars Augustes.
D. - Je n'immole pas à des dieux de cette espèce et je ne les suis pas. J'ai un Roi céleste qui appellera en jugement les vivants et les morts, qui règne sur le monde maintenant, et dans tous les siècles. En le croyant je n'aurai pas à rougir mais je resterai dans sa vérité pour l'éternité.
C. - Immole et épargne ton corps; j'ai déjà préparé des tourments très rigoureux pour toi et pour tous ceux qui résistent à ce culte.
D. -- Tes tourments sont petits, la Foi du Christ Jésus qui me soutient est grande. Toi tu as seulement le pouvoir de tuer mon corps, sur l'âme et l'esprit tu n'as aucun pouvoir.
C. - Immole maintenant et rougis.
D. - Si je rougissais dans ce monde, comment me justifierais-je devant mon Dieu Jésus-Christ, quand il viendra juger?
C. - Déchirez-le avec des ongles de fer.
D. -- Je ne sens pas ces tourments en attendant le banquet Céleste.
C. - Tu es fils de Lecteur, tu as donc appris cela de lui?
D. - Mon attention n'était pas là; mais quand moi aussi j'ai été appelé par le Christ, j'ai cru à sa venue; c'est pourquoi moi aussi je le glorifie dans sa gloire. »
Culcien ordonne de chauffer trois fers et de brûler son corps. Quand il eut été brûlé par deux fers, il n'avait rien senti; Culcien ordonne alors d'appliquer le troisième fer rouge, mais pendant qu'il le touchait, les bourreaux trouvèrent que son corps était comme mouillé par la rosée d'hiver.
Dioscore dit : "Penses-tu, président, que ton feu puisse me torturer? "
Culcien dit "Si donc tu es chrétien, je t'ordonne de parler de la doctrine des chrétiens.
D. - Ne te souvient-il pas des 3 saints enfants qui se livrèrent et auxquels le feu du roi Nabuchodonosor ne put nuire, car survint un vent rafraîchissant comme la rosée. Ton feu ne m'est pas pénible. Tu n'es pas préparé à comprendre cela. Tu penses que c'est nous qui parlons; ce n'est pas nous, mais le Saint-Esprit de Jésus lui-même, qui est très riche, nous inspire; ceux qui s'attachent à lui ne rougissent pas; même si tu me tuais, je serais récompensé par Celui-ci en Celui-là.
C. - Le Christ est-il dieu?
D. - C'est le Dieu des dieux.
C. - Est-ce le Dieu qui est né d'une femme?
D. - J'explique, comme la mort a régné sur nous par Eve, ainsi nous sommes tous vivifiés en Marie qui a engendré Jésus-Christ Notre-Seigneur..
C. - Paul était-il dieu?
D. - Non, mais il avait l'esprit de Dieu et une intelligence saine et raisonnable. Tu as remarqué dans les repas de ce monde combien sont doux les plats servis les derniers; ainsi parce que Paul a été apôtre choisi le dernier, il est plus suave que beaucoup.
C. - Immole maintenant.
D. - Je n'immole pas, si ce n'est au seul vrai Dieu; inébranlable, car je suis soutenu par la Foi, je vais vers celui à qui nulle chose ne peut résister et dont la puissance apparaît à tous.
C. - Si c'était un père qui priait son fils, depuis longtemps il lui aurait obéi. Ne sais-tu pas que c'est le président qui te le demande. Tu as le temps, maintenant rougis et immole.
D. - Je n'immole pas, car je sers le Dieu vivant. Quoique la gloire de ce monde soit surabondante, cependant elle ne peut me détourner du royaume des cieux; ni me déterminer à ce qui m'est proposé.
C. - As-tu ton père?
D. - Je ne l'ai pas, mais j'ai un Père, le vrai roi du Ciel.
C. - Tu es contumace et tu es venu à la place de ton père.
D. - Mon père fut Lecteur, moi je suis curiale et je suis venu ici de grand coeur afin que, même si j'ai péché un peu dans ma jeunesse, cela soit purifié dans le siècle à venir.
C. - Un curiale comparaît-il en jugement?
D. - Moi je le suis et j'ai comparu afin de me refaire dans le Seigneur Jésus-Christ et d'oublier ce monde.
Orias, aide de la garde, dit : « Seigneur président, celui-ci est prisonnier depuis beaucoup de temps et il a persuadé aux autres prisonniers de ne pas obéir aux rois. Maintenant que les tourments du jugement ne l'épargnent pas."
Dioscore dit : « Je rends grâce à mon Dieu Jésus-Christ qui me fortifie pour que j'achève ce combat; les tourments des peines sont petits, la récompense de Dieu est grande."
C. - Maintenant, réfléchis, Dioscore : si tu veux, je te donne deux jours pour changer.
D. - L'espérance en Dieu qui dirige ceux qui le veulent dans la vraie vie est plus forte qu'une telle persuasion.
C. - Épargne-toi et immole.
D. Je suis chrétien, je n'immole pas.
Julien, greffier, dit : "Si tu le tourmentais et que tu faisais souffrir chaque place de son corps par des tourments, alors il obéirait aux lois des rois. "
Culcien dit : « Suspendez-le et posez deux lampes brûlantes sur son corps. "
Et tandis que son corps était brûlé pendant une demi-heure, il ne répondait rien, mais ses yeux étaient levés vers le ciel et il voyait une vision et une force qui le réconfortait, et il criait vers Dieu disant « Ouvre les veux des bourreaux, Seigneur, afin qu'ils voient la lumière et n'errent plus."
Et quand les bourreaux eurent vu la lumière, ils enlevèrent leurs lampes; le feu ne put lui faire aucun mal.
Julien, aide du greffier, dit : "Tu vois comme il a persuadé les bourreaux. »
Les bourreaux dirent au président : "C'est que nous avons vu la lumière de Dieu vaincre la lumière de ce monde. »
Culcien dit à Dioscore : " Immole maintenant, épargne-toi et quitte ta folie."
D.- La sagesse de ce monde est folie pour Dieu, le Christ confond les sages de ce monde et fait siéger avec lui dans sa gloire éternelle ceux qui croient en lui.
C. - Puisque tu es fils de Lecteur, donne-nous tes livres, c'est parce que tu es contumace que tu as été envoyé ici.
D. - Si tu veux mes livres, ouvre mon coeur et tu les y trouveras.
C. - Arrachez-lui la barbe petit à petit.
D. - Je ne le sens pas, j'attends la joie éternelle et je désire vivement appeler les autres : venez à la même couronne.
C. - On m'a écrit de toi que tu es curiale et débiteur du fisc. Va dans ta maison et, si tu dois quelque chose, je m'en charge, je te donnerai un autre honneur.
D. - Tes paroles ne me permettent pas de m'écarter de ma résolution. Je crois en Dieu. Que me donnes-tu, puisque je ne dois rien du tout? Mais je suis venu ici par crainte de Dieu. Je sais que ma dette est d'offrir mon sang à mon Seigneur Jésus-Christ.
C. - Étendez-le, flagellez-le et dites-lui : C'est un déshonneur pour toi parce que tu es curiale.
D. - Le déshonneur de ce monde n'est pas un déshonneur. C'est un grand déshonneur de ne pas obéir aux préceptes de Dieu.
C. - Tu me forces à donner une sentence contre toi.
D. - Ne m'épargne pas, donne ta sentence jusqu'au bout.
Le président Culcien ordonne de le décapiter; et il fut décapité à Alexandrie, au mois de juin, le 15 des calendes de juillet (17 juin) ou le 15 des calendes de juin (18 mai).

Ces Actes contiennent un certain nombre de détails qui garantissent leur véracité. Les curiales jouissaient de certains privilèges et en particulier ne devaient pas subir certaines peines infamantes, ainsi que le fait remarquer Culcien; mais ils étaient responsables de la levée des impôts, ce qui leur coûtait fort cher et ils avaient presque toujours des dettes envers le fisc. La situation de curiale avait de tels inconvénients que, malgré les lois, ils cherchaient à sortir de cette condition, et Culcien en proposant "un autre honneur" à Dioscore lui offrait ce qui pouvait lui faire le plus de plaisir.
La rigueur du supplice n'a rien qui doive nous surprendre de la part des persécuteurs, surtout en Egypte. On est amené à penser que Dioscore, durant son supplice, était en extase et restait insensible aux brûlures dont tous les assistants pouvaient constater la réalité.

2. CULTE. Le culte de saint Dioscore est très ancien, mais aussi très obscur. On trouve mention d'un Dioscore à différentes dates. Dans l'Occident orthodoxe, les Latins l'ont gardé au 18 mai, date du martyre, tandis qu'en Orient, les Grecs l'ont déplacé au 13 octobre. La notice du martyrologe a été composée par Florus, sans doute avec un mauvais remaniement des Actes, car elle contient plusieurs erreurs. L'historien arabe Abû Sâlih, au 13ième siècle, signale en Egypte deux églises dédiées à saint Dioscore.
Nous ne connaissons la passion de saint Dioscore que par une traduction latine publiée pour la première fois par Dom Quentin (Anal. boll., t. 24, 1905, p. 321-342) d'après deux manuscrits du British Museum, l'un du 12ième siècle, l'autre du 13ième. Le premier, bien meilleur, est malheureusement en mauvais état, et on doit s'aider du second, maladroitement retouché, pour rétablir le texte. - Comm. martyr. hieron., p. 260. - Synaxaire de Constantinople, p. 136.
Il est aussi le saint patron des Cora, Corinne, Coralie et Coraline.


Ndt : Les Dioscures sont le nom donnés à Castor et Pollux dans la mythologie grecque. Les 2 nouveaux patrouilleurs de la Marine militaire belge, naviguant sous pavillon à la Croix de Saint-André, portent donc un nom qui fait référence aux Dioscures, dont Dioscoros et autres homonymes tenaient leur prénom à l'origine!

Publié par Jean-Michel dans « Saint Materne »

Mardi 19 Mai 2015 Eléments de méditation :
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 06:33
SE PREPARER A LA PENTECOTE  (Suggestion)

SE PREPARER A LA PENTECOTE

(Suggestion)

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » enseigner la sagesse à ceux qui accompagnent le Peuple de Dieu sur les chemins de foi ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » ouvrir, illuminer et fortifier l’intelligence des responsables politiques des pays en quête de paix ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » conseiller ceux qui luttent contre la misère, l’injustice sociale ainsi que la peine de mort ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » faire disparaître cette culture de l’indifférence, installée au cœur de la communauté humaine, puisse Votre Esprit donner force à ceux qui prennent soin des petits, des malades et des pauvres ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » insuffler le désir de s’enraciner toujours plus dans l’Orthodoxie (Vérité, rectitude) de la Foi chez les fidèles du Christ pour restaurer et manifester, dans Votre Amour, son unité blessée par nos orgueils humains ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » éduquer dans la foi tous les fils et filles de l’Eglise ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » apprendre à chaque communauté paroissiale à vivre en confiance dans la bonté du Dieu qui est Amour et Vérité ! R/

Ô Saint-Esprit, notre voix appelle,
Vous seul montrez le chemin du bonheur.
Amour divin et Sagesse éternelle,
Vivez en nous et guidez notre cœur.
Ô Saint-Esprit, notre voix vous appelle,
Vous seul montrez le chemin du
bonheur.

Prière :

Seigneur Dieu, Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit vivifier ou ranimer notre foi en Votre Fils ressuscité, qu’Il nous ramène vers Vous, source de toute vérité maintenant et pour les siècles des siècles. Amîn.

Priez pour nous, Sainte Vierge Marie,
Obtenez-nous grâce auprès du Sauveur,
Pour écouter ses paroles de vie,
Et les garder au fond de notre cœur.
Priez pour nous, Sainte Vierge Marie.
Obtenez-nous grâce auprès du
Sauveur.

Roi céleste, Consolateur, Esprit de vérité, Vous qui êtes partout présent et qui remplissez tout, Trésor des biens et Donateur de vie, venez et demeurez en nous !

Purifiez-nous de toute souillure et sauvez nos âmes, Vous qui êtes bonté : Amîn

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 06:29
Trouver en Christ la paix (Hymne liturgique Assyro-Chaldéen)

Liturgie Assyro-Chaldéenne
Hymne de l'office du deuxième jour du « Ba'oussa », de saint Ephrem (trad. Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens)

« Pour que vous trouviez en moi la paix »


Seigneur, ta miséricorde est éternelle.

Ô Christ, toi qui es toute miséricorde, donne-nous ta grâce ; étends ta main et viens en aide à tous ceux qui sont tentés, toi qui es bon.

Aie pitié de tous tes enfants et viens à leur secours ; donne-nous, Seigneur miséricordieux, de nous réfugier à l'ombre de ta protection et d'être délivrés du mal et des adeptes du Malin.


Ma vie s'est fripée comme une toile d'araignée.

Au temps de la détresse et du trouble, nous sommes devenus comme des réfugiés, et nos années ont flétri sous la misère et les malheurs.

Seigneur, toi qui as apaisé la mer d'un mot, apaise aussi dans ta miséricorde les troubles du monde, soutiens l'univers qui chancelle sous le poids de ses fautes.


Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit.

Seigneur, que ta main miséricordieuse repose sur les croyants et confirme ta promesse aux apôtres :

« Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde » (Mt 28,20).

Sois notre secours comme tu as été le leur et, par ta grâce, sauve-nous de tout mal ; donne-nous la sécurité et la paix, afin que nous te rendions grâces et adorions ton Saint Nom en tout temps.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Spiritualité Chrétienne
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 06:28
En dehors de moi, vous ne pouvez rien faire (St Silouane)

Par Saint Silouane (1866-1938.
Sophrony, Starets Silouane, p. 445

« En dehors de moi, vous ne pouvez rien faire »


Les apôtres virent le Seigneur dans sa gloire lorsqu'il fut transfiguré sur le Mont Thabor ; mais, plus tard, à l'heure de sa passion, avec crainte ils prirent la fuite. Telle est la fragilité de l'homme.

En vérité, nous sommes bien de cette terre ; même plus : de cette terre pécheresse.

C'est pourquoi le Seigneur a dit :

« Sans moi, vous ne pouvez rien faire. »

Et il en est ainsi.

Mais si la grâce vit en nous, alors nous sommes vraiment humbles et notre intelligence est plus vive ; nous sommes obéissants, doux, agréables à Dieu et aux hommes.

Si nous perdons la grâce, nous nous desséchons comme un sarment retranché de la vigne.

Si quelqu'un n'aime pas son frère pour lequel le Seigneur est mort au milieu de grandes souffrances, c'est qu'il s'est retranché de la Vigne.

Mais celui qui lutte avec le péché sera porté par le Seigneur, comme le cep porte le sarment.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Spiritualité Chrétienne
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 06:05
Syrie:Les funerailles du martyr chrétien Bassel Adnan. Des musulmans étaient présents en signe de leur réprobation...

Syrie:Les funerailles du martyr chrétien Bassel Adnan. Des musulmans étaient présents en signe de leur réprobation...

Aloho m'barekh

Depuis la France et le Cameroun, prêtres, moines et fidèles de "l'Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone" (fille de l'Eglise Malankare) accompagnent de leurs prières l'Eglise d'Antioche et de Tout l'Orient qui inhume l'un de ses martyrs, notre frère dans le Christ: Bassel Adnan .Nos Saints Martyrs sont la couronne de l'Eglise. Ils sont, aujourd'hui comme hier, "semence de chrétienté".

Dans le Christ mis en terre pendant trois jours et ressuscité, ils sont un gage de résurrection.

Avec Lui et en Lui, ils mettront à mort cette ignoble "culture de mort" qui, ici ou là, s'arroge le droit de vie ou de mort sur les êtres humains, soit au nom de Dieu (!), soit au nom de l'homme séparé de Dieu ...Nous prions nos Saints Martyrs Coptes, Syriaques, Assyriens, Arméniens et Grecs pour l'unanimité de l'Eglise du Christ dans le Témoignage Chrétien et le retour d'un Occident largement apostat au respect de la "Loi naturelle" et à l'amour du Dieu qui est "l'Ami des hommes".

From France and Cameroon, priests, monks and faithful of the "Church Syro-Orthodox-Francophone" (daughter of the Church Malankara) accompany their prayers the Church of Antioch and All the East interring the one of its martyrs, our brother in Christ: Bassel Adnan .Our Holy Martyrs are the crown of the Church. They are, today as yesterday, "Christianity seed."

In Christ planted for three days and risen, they are a pledge of resurrection.

With Him and in Him, they will put to death this ignoble "culture of death" which, here and there, claims the right of life and death in humans or in the name of God (!), or the name of man separated from God ... We ask our Holy Martyrs Copts, Syriacs, Assyrians, Armenians and Greeks unanimously of the Church of Christ in the Christian Witness and the return of a largely apostate West to respect the "natural law" and the love of God who is "the Friend of men." In deep union of prayer, Our Lord in your respectfully.

+ Mor Philipose- Mariam

Funerailles du martyr chrétien Bassel Adnan en  Syrie. Condoléances de l'Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone Mar Thomas.
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans DIALOGUE INTERRELIGIEUX
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 07:55
Lundi 18 Mai 2015 Eléments de méditation :

Livre de la Sagesse 5,1-5.

Les justes se tiendront en grande assurance en face de ceux qui les ont persécutés, et qui méprisaient leurs labeurs.
A cette vue, ils seront agités d'une horrible épouvante, ils seront dans la stupeur devant la révélation du salut.
Ils se diront, pleins de regret, et gémissant dans le serrement de leur cœur : " Voilà donc celui qui était autrefois l'objet de nos moqueries, et le but de nos outrages !
Insensés, nous regardions sa vie comme une folie et sa fin comme un opprobre.
Comment est-il compté parmi les enfants de Dieu, et sa part est-elle parmi les saints ?"


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 15,1-7.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : "Je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron.
Tout sarment qui, en moi, ne porte pas de fruit, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il l'émonde, afin qu'il en porte davantage.
Déjà, vous êtes purs, à cause de la parole que je vous ai annoncée.
Demeurez en moi, et moi en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure uni à la vigne, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi.
Je suis la vigne, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, porte beaucoup de fruits : car, séparés de moi, vous ne pouvez rien faire.
Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche ; puis on ramasse ces sarments, on les jette au feu et ils brûlent.
Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, vous demanderez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. "

Lundi 18 Mai 2015 Eléments de méditation :

Par Saint Silouane (1866-1938.
Sophrony, Starets Silouane, p. 445

« En dehors de moi, vous ne pouvez rien faire »


Les apôtres virent le Seigneur dans sa gloire lorsqu'il fut transfiguré sur le Mont Thabor ; mais, plus tard, à l'heure de sa passion, avec crainte ils prirent la fuite. Telle est la fragilité de l'homme.

En vérité, nous sommes bien de cette terre ; même plus : de cette terre pécheresse.

C'est pourquoi le Seigneur a dit :

« Sans moi, vous ne pouvez rien faire. »

Et il en est ainsi.

Mais si la grâce vit en nous, alors nous sommes vraiment humbles et notre intelligence est plus vive ; nous sommes obéissants, doux, agréables à Dieu et aux hommes.

Si nous perdons la grâce, nous nous desséchons comme un sarment retranché de la vigne.

Si quelqu'un n'aime pas son frère pour lequel le Seigneur est mort au milieu de grandes souffrances, c'est qu'il s'est retranché de la Vigne.

Mais celui qui lutte avec le péché sera porté par le Seigneur, comme le cep porte le sarment.

Lundi 18 Mai 2015 Eléments de méditation :

« C’est le mois de Marie, c’est le mois le plus beau »

PRIÈRE DE SAINT EPHREM

Remplis ma bouche, ô Marie, de la grâce de ta douceur.

Éclaire mon intelligence, toi qui as été comblée de la faveur de Dieu.

Alors ma langue et mes lèvres chanteront allègrement tes louanges et plus particulièrement la salutation angélique, annonciatrice du salut du monde, remède et protection de tous les hommes.

Daigne donc accepter que moi, ton petit serviteur, je te loue et te dise et redise doucement :

"Réjouis-toi, Marie, comblée de grâces."

Saint Ephrem (v.306-373)

Lundi 18 Mai 2015 Eléments de méditation :

SE PREPARER A LA PENTECOTE

(Suggestion)

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » enseigner la sagesse à ceux qui accompagnent le Peuple de Dieu sur les chemins de foi ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » ouvrir, illuminer et fortifier l’intelligence des responsables politiques des pays en quête de paix ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » conseiller ceux qui luttent contre la misère, l’injustice sociale ainsi que la peine de mort ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » faire disparaître cette culture de l’indifférence, installée au cœur de la communauté humaine, puisse Votre Esprit donner force à ceux qui prennent soin des petits, des malades et des pauvres ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » insuffler le désir de s’enraciner toujours plus dans l’Orthodoxie (Vérité, rectitude) de la Foi chez les fidèles du Christ pour restaurer et manifester, dans Votre Amour, son unité blessée par nos orgueils humains ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » éduquer dans la foi tous les fils et filles de l’Eglise ! R/

Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclairer tous,
Guidez nos pas et formez nos prières !
Nous ne pouvons faire aucun bien sans vous.
Ô Saint-Esprit ! Donnez-nous vos lumières,
Venez en nous pour nous éclai
rer tous.

- Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit, Seigneur, tel des « langues de feu » apprendre à chaque communauté paroissiale à vivre en confiance dans la bonté du Dieu qui est Amour et Vérité ! R/

Ô Saint-Esprit, notre voix appelle,
Vous seul montrez le chemin du bonheur.
Amour divin et Sagesse éternelle,
Vivez en nous et guidez notre cœur.
Ô Saint-Esprit, notre voix vous appelle,
Vous seul montrez le chemin du
bonheur.

Prière :

Seigneur Dieu, Puisse Votre Saint et vivifiant Esprit vivifier ou ranimer notre foi en Votre Fils ressuscité, qu’Il nous ramène vers Vous, source de toute vérité maintenant et pour les siècles des siècles. Amîn.

Priez pour nous, Sainte Vierge Marie,
Obtenez-nous grâce auprès du Sauveur,
Pour écouter ses paroles de vie,
Et les garder au fond de notre cœur.
Priez pour nous, Sainte Vierge Marie.
Obtenez-nous grâce auprès du
Sauveur.

Roi céleste, Consolateur, Esprit de vérité, Vous qui êtes partout présent et qui remplissez tout, Trésor des biens et Donateur de vie, venez et demeurez en nous !

Purifiez-nous de toute souillure et sauvez nos âmes, Vous qui êtes bonté : Amîn

Lundi 18 Mai 2015 Eléments de méditation :

Saint Venant, qui êtes-vous ?

Martyr

(IIIe siècle)

Saint Venant, jeune martyr de 15 ans, souffrit dans sa ville natale, sous l’empereur Dèce (249-251), des tortures d’une cruauté inouïe, à cause de la foi chrétienne.

Il les supporta avec une constance admirable.

Il fut flagellé, brûlé avec des torches ; on le suspendit, la tête en bas, au-dessus d’un feu fumant.

Les lions, auxquels on le livra, oublièrent leur férocité naturelle et se couchèrent, comme des agneaux, aux pieds du saint. Celui-ci, pendant ce temps, prêchait la foi au peuple.

De nombreux païens crurent au Christ.

Enfin, il fut décapité.

Le noble athlète du Christ
persiste à réprouver les idoles des Gentils,
et, blessé de l’amour de Dieu, ne compte
pour rien ce qui met sa vie en danger.

Étroitement lié, Venant est
précipité du haut d’une roche,
et, dans sa chute les épines déchirent son visage,
ses membres sont brisés par les pierres.

Tandis qu’ils traînent le Martyr,
les satellites souffrent de la soif ;
Venant, par le signe de la croix,
fait jaillir une fontaine du rocher.

O combattant très courageux,
qui procurâtes à vos perfides bourreaux
un breuvage sorti de la pierre,
versez sur nous la rosée de la grâce.

Gloire soit au Père, au Fils,
et à vous, Esprit-Saint :
accordez-nous, par les prières de Venant,
les joies de la béatitude suprême.
Amen.

Venant, de Camérino, avait quinze ans, lorsqu’il fut dénoncé comme chrétien à Antiochus alors gouverneur de la ville pour l’empereur Dèce. Il se présenta lui-même aux portes de la ville à ce magistrat, qui, après l’avoir tenté longuement par des promesses et des menaces, ordonna de le battre de verges et de le charger de chaînes. Un Ange délie miraculeusement ses liens ; il est alors brûlé avec des torches ardentes, puis suspendu, la tête en bas, au-dessus d’un feu allumé sous lui. Sa constance dans les tourments frappe d’admiration le greffier Anastase, et quand il le voit, une seconde fois délié par l’Ange, marcher, vêtu de blanc, au dessus de la fumée, il croit en Jésus-Christ, et se fait baptiser avec sa famille par le bienheureux Prêtre Porphyre, en compagnie duquel il remporte, peu de temps après, la palme du martyre.

Cinquième leçon. Ramené devant le gouverneur, et inutilement sollicité d’abandonner la foi du Christ, Venant est jeté en prison. Le gouverneur envoie un héraut, nommé Attale, qui vient dire à Venant que lui aussi a été chrétien, mais qu’il a renoncé à ce titre, parce qu’il a reconnu la vaine illusion d’une foi en raison de laquelle les Chrétiens se privent des biens présents, dans l’espérance chimérique de biens futurs. Le noble athlète du Christ, qui connaît les ruses de notre perfide ennemi, repousse loin de lui ce ministre du démon. On le ramène donc devant le gouverneur : on lui casse toutes les dents et on lui brise les mâchoires, et, ainsi mutilé on le jette sur un fumier Mais un Ange vient encore le délivrer. On le fait comparaître de nouveau devant le juge, et celui-ci, à la voix de Venant qui parlait toujours tombe de son siège en s’écriant : « Le Dieu de Venant est le vrai Dieu ; renversez les nôtres ».

Sixième leçon. A cette nouvelle, le gouverneur fit aussitôt exposer Venant aux lions ; mais contrairement à leur férocité habituelle, ces animaux se jetèrent à ses pieds. Pendant ce temps, le jeune homme enseignait au peuple la foi du Christ ; aussi fut-il éloigné et remis en prison. Le lendemain. Porphyre ayant raconté au gouverneur une vision qu’il avait eue pendant la nuit, et dans laquelle il avait vu Venant resplendissant de lumière baptiser le peuple, tandis qu’un brouillard épais couvrait le gouverneur, celui-ci, transporté de colère, donna l’ordre de lui trancher immédiatement la tête ; il commanda ensuite de traîner Venant jusqu’au soir par des lieux couverts d’épines et de chardons. On le laissa à demi-mort, mais dès le lendemain matin, il se présentait de nouveau devant le gouverneur, qui le fit aussitôt précipiter du haut d’un rocher. Arraché encore par miracle à cette mort, Venant fut traîné jusqu’à un mille de la ville par les plus rudes sentiers ; là les soldats ayant soif, Venant s’agenouilla sur une pierre qui se trouvait à proximité, dans une dépression du sol ; ayant tracé sur elle le signe de la croix, il en jaillit de l’eau. Il laissa sur cette pierre l’empreinte de ses genoux, ainsi qu’on peut le voir encore dans son église où elle est conservée. Touchés de ce miracle, plusieurs soldats crurent en Jésus-Christ. Le gouverneur leur fit trancher la tête ainsi qu’à Venant, sur les lieux mêmes. Aussitôt il y eut un orage et un tremblement de terre tels que le gouverneur prit la fuite ; mais il ne put se dérober à la justice divine, et il périt peu de jours après l’une mort très honteuse. Pendant ce temps, les Chrétiens ensevelirent à une place d’honneur le Martyr et ses compagnons, et leurs corps ont conservés jusqu’à ce jour, à Camérino, dans l’Église dédiée à Saint Venant.

Ce qu’en disait Dom Guéranger, dans « l’Année Liturgique »

Le martyr d’aujourd’hui nous reporte aux persécutions des empereurs romains. C’est en Italie, à Camerino, qu’il a rendu son témoignage ; et la dévotion que lui portent les peuples de cette contrée, soumise au sceptre temporel du Pontife romain, a obtenu que sa fête se célébrerait dans toute l’Église. Accueillons donc avec joie ce nouveau champion de notre Emmanuel, et félicitons-le d’avoir soutenu loyalement le combat, en ces jours du Temps pascal, tout retentissants de la victoire que la vie a remportée sur la mort.

Le récit que la Liturgie a consacré aux mérites de saint Venant étincelle de prodiges. Plus d’une fois la puissance de Dieu a semblé faire assaut avec la fureur des bourreaux, afin de glorifier leurs victimes. Ces moyens merveilleux servaient à la conquête des âmes, et souvent les témoins de ces miracles qui sembleraient superflus, s’écriaient tout à coup qu’eux aussi voulaient être chrétiens, et donnaient leurs noms à une religion aussi favorisée du ciel qu’illustrée par la patience surhumaine de ses martyrs.

Priez pour nous, jeune martyr, vous que les saints Anges aimaient, et qu’ils assistèrent dans le combat ! Comme vous, nous sommes les soldats du divin Ressuscité, et comme vous nous sommes appelés à rendre témoignage de sa divinité et de ses droits en présence du monde. Si le monde n’est pas toujours armé d’instruments de torture comme aux jours de vos luttes, il n’est pas moins redoutable par ses séductions. A nous aussi il voudrait ravir cette vie nouvelle que Jésus a communiquée à ses membres ; défendez-nous de ses atteintes, ô Martyr ! La divine chair de l’Agneau vous avait nourri dans les jours de la Pâque, et la force qui a paru en vous était toute à la gloire de ce céleste aliment. Nous nous sommes assis à la même table ; veillez sur tous les convives du festin pascal. Ainsi que vous, nous avons connu le Seigneur dans la fraction du pain [1] : obtenez-nous l’intelligence du divin mystère dont nous reçûmes les prémices en Bethléhem, et qui s’est développé sous nos yeux et en nous-mêmes par les mérites de la Passion et de la Résurrection de notre Emmanuel. D’autres merveilles nous attendent ; nous ne sortirons pas de la saison pascale sans avoir été initiés à la plénitude du don divin de l’Incarnation. Obtenez, ô saint Martyr, que nos cœurs soient ouverts de plus en plus, et qu’ils gardent fidèlement tous les trésors que les augustes mystères de l’Ascension et de la Pentecôte doivent encore verser en eux.

Lundi 18 Mai 2015 Eléments de méditation :

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 16,29-33.

En ce temps-là, les disciples de Jésus lui dirent : « Voici que tu parles ouvertement et non plus en images.
Maintenant nous savons que tu sais toutes choses, et tu n’as pas besoin qu’on t’interroge : voilà pourquoi nous croyons que tu es sorti de Dieu. »
Jésus leur répondit : « Maintenant vous croyez !
Voici que l’heure vient – déjà elle est venue – où vous serez dispersés chacun de son côté, et vous me laisserez seul ; mais je ne suis pas seul, puisque le Père est avec moi.
Je vous ai parlé ainsi, afin qu’en moi vous ayez la paix. Dans le monde, vous avez à souffrir, mais courage ! Moi, je suis vainqueur du monde. »

Lundi 18 Mai 2015 Eléments de méditation :

Liturgie Assyro-Chaldéenne
Hymne de l'office du deuxième jour du « Ba'oussa », de saint Ephrem (trad. Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens)

« Pour que vous trouviez en moi la paix »


Seigneur, ta miséricorde est éternelle.

Ô Christ, toi qui es toute miséricorde, donne-nous ta grâce ; étends ta main et viens en aide à tous ceux qui sont tentés, toi qui es bon.

Aie pitié de tous tes enfants et viens à leur secours ; donne-nous, Seigneur miséricordieux, de nous réfugier à l'ombre de ta protection et d'être délivrés du mal et des adeptes du Malin.


Ma vie s'est fripée comme une toile d'araignée.

Au temps de la détresse et du trouble, nous sommes devenus comme des réfugiés, et nos années ont flétri sous la misère et les malheurs.

Seigneur, toi qui as apaisé la mer d'un mot, apaise aussi dans ta miséricorde les troubles du monde, soutiens l'univers qui chancelle sous le poids de ses fautes.


Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit.

Seigneur, que ta main miséricordieuse repose sur les croyants et confirme ta promesse aux apôtres :

« Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde » (Mt 28,20).

Sois notre secours comme tu as été le leur et, par ta grâce, sauve-nous de tout mal ; donne-nous la sécurité et la paix, afin que nous te rendions grâces et adorions ton Saint Nom en tout temps.

Lundi 18 Mai 2015 Eléments de méditation :
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 07:53
S'offrir en vrai sacrifice à Dieu dans la force de l'Esprit (Saint Pierre Chrysologue)

Par Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), évêque de Ravenne, docteur de l'Église . Sermon 108 ; PL 52, 499 (trad. coll. Pères dans la foi, n° 46, p. 119)

Offrir un véritable sacrifice à Dieu avec la force de l'Esprit


« Je vous exhorte, mes frères, par la miséricorde de Dieu, à lui offrir votre personne et votre vie en sacrifice saint » (Rm 12,1).

Par cette demande, l'apôtre Paul élève tous les hommes à participer au sacerdoce.

L'homme ne cherche pas au dehors ce qu'il va offrir à Dieu mais apporte avec lui et en lui ce qu'il va sacrifier à Dieu pour son propre bienfait.

« Je vous exhorte par la miséricorde de Dieu. »

Frères, ce sacrifice est à l'image du Christ qui a immolé son corps ici-bas et offert sa vie pour la vie du monde.

En vérité il a fait de son corps un sacrifice vivant, lui qui vit encore après avoir été tué.

Dans ce si grand sacrifice, la mort est anéantie, elle est emportée par le sacrifice.

C'est pourquoi les martyrs naissent au moment de leur mort et commencent leur vie quand ils la finissent ; ils vivent quand ils sont tués et brillent au ciel quand on croyait sur terre qu'ils s'étaient éteints.


Le prophète a chanté :

« Tu n'as voulu ni sacrifice ni oblation mais tu m'as façonné un corps » (Ps 39,7).

Sois à la fois le sacrifice offert et celui qui l'offre à Dieu.

Ne perds pas ce que la puissance de Dieu t'a accordé. Revêts le manteau de la sainteté.

Prends la ceinture de chasteté.

Que le Christ soit le voile de ta tête ; la croix, la protection de ton front qui te donne la persévérance.

Conserve dans ton cœur le sacrement de l'Écriture divine.

Que ta prière brûle toujours comme un encens agréable à Dieu.

Prends « le glaive de l'Esprit » (Ep 6,17) ; que ton cœur soit l'autel où tu pourras, sans crainte, offrir toute ta personne et toute ta vie.


Offre ta foi pour punir l'incroyance ; offre ton jeûne pour mettre fin à la voracité ; offre ta chasteté pour que meure la sensualité ; sois fervent pour que cesse la malfaisance ; fais œuvre de miséricorde pour mettre fin à l'avarice ; et pour supprimer la sottise, offre ta sainteté.

Ainsi ta vie deviendra ton offrande si elle n'a pas été blessée par le péché.

Ton corps vit, oui, il vit, toutes les fois qu'en faisant mourir le mal en toi, tu offres à Dieu des vertus vivantes.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Pères de l'Eglise
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 07:52
« C’EST LE MOIS DE MARIE, C’EST LE MOIS LE PLUS BEAU »    PRIÈRE DE SAINT CYRILLE D’ALEXANDRIE  A MARIE

« C’EST LE MOIS DE MARIE, C’EST LE MOIS LE PLUS BEAU »

PRIÈRE DE SAINT CYRILLE D’ALEXANDRIE A MARIE

Nous te saluons, Marie, Mère de Dieu, trésor sacré de tout l’univers, astre sans déclin, couronne de la virginité, sceptre de la foi orthodoxe, temple indestructible, demeure de l’incommensurable, Mère et Vierge, à cause de qui est appelé béni, dans les saints Évangiles, celui qui vient au nom du Seigneur.

Nous te saluons, toi qui as contenu dans ton sein virginal celui que les cieux ne peuvent contenir.

Toi par qui la Trinité est glorifiée et adorée sur toute la terre, par qui le ciel exulte. »AMÎN.

[Saint Cyrille d’Alexandrie, au Concile d’Éphèse (431)]

Maintenant et à l’heure de notre mort

Sainte Marie, Mère de Dieu,
Prie pour nous tous, maintenant qu’ils sont morts
Les miens et ceux des autres,

Ceux qui furent aimés
Et ceux qu’on a tués

Ceux qui avaient du bien
Et ceux qui n’avaient rien

Ceux qui n’ont pas souffert
Et ceux qui ont crié

Ceux qui étaient trop jeunes
Et ceux qui étaient las

Ceux qui ont vécu droit
Et ceux qui ont fauté

Ceux qui laissent un nom
Et ceux que l’on oubliera

Ceux qui ont fait du bien
Ceux qui ont fait du tort

Ceux pour lesquels on prie
Et ceux que l’on oublie

Ceux que je peux nommer
Et ceux que tu connais

Vierge Marie, vois tes fils ;
A partir de cette heure-là
Qu’ils soient auprès de Dieu
Avec toi, Amîn.

A l’origine de Montréal, une mission mariale

Ville-Marie est aujourd’hui un arrondissement de la ville de Montréal, au Canada. Le nom ‘Ville-Marie’ provient de la notion de ville mariale. Les bâtisseurs de cette ville, venus de France au XVIIe siècle, se dévouèrent aux œuvres de charité, à commencer par des hôpitaux pour les indigènes, et vivaient une intense spiritualité mariale inspirée de l'Ecole française, c'est-à-dire une spiritualité de l'Incarnation, et de l'union à Jésus vivant en Marie.

En réalité, ces missionnaires fondent une nouvelle forme de mission en ce XVIIe siècle car ce sont des laïcs qui créent une mission mariale unique en son genre. Progressivement, ce sont 248 hommes, 45 femmes et enfants qui partent de France. Les voyageurs atteindront l’île de Montréal le 17 mai 1642, date officielle de la fondation de Ville-Marie. Ils viennent y vivre dans la prière et la charité.

Le Canada a aujourd’hui pour sanctuaire marial principal celui de Notre Dame du Cap, à Trois-Rivières au Québec, sanctuaire dédié au rosaire et visité par Jean-Paul II qui y confia le pays à Marie. Mais la ville de Montréal possède toujours plusieurs sanctuaires dédiés à la Vierge Marie et un important oratoire dédié à saint Joseph.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille

Recherche

Liens