Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 06:19
"God saves you from the blindness of sin and opens your eyes to the light." Amin! "Let him put in your hearts the same joy and take you as messengers of the Good News. "Amin! "Let it give you peace, it takes you in his benevolence, which you now united to the Church of heaven. "Amin /  « Que Dieu vous sauve de l'aveuglement du péché et qu'il ouvre vos yeux à la lumière.» Amîn !  « Qu'il mette en vos cœurs cette même joie et vous prenne comme messagers de la Bonne Nouvelle. » Amîn !  « Qu'il vous donne sa paix, qu'il vous tienne en sa bienveillance, qu'il vous unisse dès maintenant à l'Eglise du ciel. » Amîn

"God saves you from the blindness of sin and opens your eyes to the light." Amin! "Let him put in your hearts the same joy and take you as messengers of the Good News. "Amin! "Let it give you peace, it takes you in his benevolence, which you now united to the Church of heaven. "Amin / « Que Dieu vous sauve de l'aveuglement du péché et qu'il ouvre vos yeux à la lumière.» Amîn ! « Qu'il mette en vos cœurs cette même joie et vous prenne comme messagers de la Bonne Nouvelle. » Amîn ! « Qu'il vous donne sa paix, qu'il vous tienne en sa bienveillance, qu'il vous unisse dès maintenant à l'Eglise du ciel. » Amîn

Fête des Félicitations  de Sainte Marie, Mère de Dieu

(26 Décembre)

En France, mémoire des saints:

MARIN, martyr à Rome († 283)

ZOZIME, pape de Rome († 418)

ARCHELAÜS, évêque de Cascar en Mésopotamie († 278)

 

Saint Qurbana

o    Actes 7:30-43 :

  • 30 Quarante années s’écoulèrent ; un ange lui apparut au désert du mont Sinaï dans la flamme d’un buisson en feu.
  • 31 Ayant vu, Moïse s’étonna de la vision, et lorsqu’il s’approcha pour regarder, la voix du Seigneur se fit entendre :
  • 32 Je suis le Dieu de tes pères, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Moïse se mit à trembler, et il n’osait plus regarder.
  • 33 Le Seigneur lui dit : Retire les sandales de tes pieds, car le lieu où tu te tiens est une terre sainte.
  • 34 J’ai vu, oui, j’ai vu la misère de mon peuple qui est en Égypte ; j’ai entendu leurs gémissements et je suis descendu pour les délivrer. Et maintenant, va ! Je t’envoie en Égypte.
  • 35 Ce Moïse que l’on avait rejeté en disant : Qui t’a établi chef et juge ?, Dieu l’a envoyé comme chef et libérateur, avec l’aide de l’ange qui lui était apparu dans le buisson.
  • 36 C’est lui qui les a fait sortir en faisant des prodiges et des signes au pays d’Égypte, à la mer Rouge, et au désert pendant quarante ans.
  • 37 C’est ce Moïse qui a dit aux fils d’Israël : Dieu suscitera pour vous, du milieu de vos frères, un prophète comme moi.
  • 38 C’est lui qui était présent lors de l’assemblée au désert, avec l’ange qui lui parlait sur le mont Sinaï et avec nos pères : il reçut des paroles vivantes pour nous les donner,
  • 39 mais nos pères n’ont pas voulu lui obéir bien plus, ils le repoussèrent. De cœur ils retournaient en Égypte,
  • 40 quand ils dirent à Aaron : Fabrique-nous des dieux qui marcheront devant nous. Car ce Moïse qui nous a fait sortir du pays d’Égypte, nous ne savons pas ce qui lui est arrivé.
  • 41 Et en ces jours-là, ils fabriquèrent un veau et offrirent un sacrifice à cette idole : ils se réjouissaient de l’œuvre de leurs mains !
  • 42 Alors Dieu se détourna et les laissa rendre un culte à l’armée du ciel, comme il est écrit dans le livre des prophètes : Des victimes et des sacrifices, m’en avez-vous présentés pendant quarante ans au désert, maison d’Israël ?
  • 43 Mais vous avez porté la tente de Molok et l’étoile de votre dieu Réphane, ces images que vous avez fabriquées pour vous prosterner devant elles. Je vous déporterai au-delà de Babylone !

o     

o    Epître aux Romains 1:1-10 :

  • 01 PAUL, SERVITEUR du Christ Jésus, appelé à être Apôtre, mis à part pour l’Évangile de Dieu, à tous les bien-aimés de Dieu qui sont à Rome.
  • 02 Cet Évangile, que Dieu avait promis d’avance par ses prophètes dans les saintes Écritures,
  • 03 concerne son Fils qui, selon la chair, est né de la descendance de David
  • 04 et, selon l’Esprit de sainteté, a été établi dans sa puissance de Fils de Dieu par sa résurrection d’entre les morts, lui, Jésus Christ, notre Seigneur.
  • 05 Pour que son nom soit reconnu, nous avons reçu par lui grâce et mission d’Apôtre, afin d’amener à l’obéissance de la foi toutes les nations païennes,
  • 06 dont vous faites partie, vous aussi que Jésus Christ a appelés.
  • 07 À vous qui êtes appelés à être saints, la grâce et la paix de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ.
  • 08 Tout d’abord, je rends grâce à mon Dieu par Jésus Christ pour vous tous, puisque la nouvelle de votre foi se répand dans le monde entier.
  • 09 Car Dieu m’en est témoin, lui à qui je rends un culte spirituel en annonçant l’Évangile de son Fils : je fais sans cesse mémoire de vous,
  • 10 lorsqu’à tout moment, dans mes prières, je demande que, par la volonté de Dieu, l’occasion me soit bientôt donnée de venir enfin chez vous.

o     

o    Evangile selon Saint Luc 8:16-21 :

  • 16 Personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d’un vase ou ne la met sous le lit ; on la met sur le lampadaire pour que ceux qui entrent voient la lumière.
  • 17 Car rien n’est caché qui ne doive paraître au grand jour ; rien n’est secret qui ne doive être connu et venir au grand jour.
  • 18 Faites attention à la manière dont vous écoutez. Car à celui qui a, on donnera ; et à celui qui n’a pas, même ce qu’il croit avoir sera enlevé. »
  • 19 La mère et les frères de Jésus vinrent le trouver, mais ils ne pouvaient pas arriver jusqu’à lui à cause de la foule.
  • 20 On le lui fit savoir : « Ta mère et tes frères sont là dehors, qui veulent te voir. »
  • 21 Il leur répondit : « Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. »

o     

 

 

Dans les églises Syro-Orthodoxes (Utilisant le Rite Syro-Occidental . Liturgie de St Jacques)

Saint Ephrem le Syrien médite le Mystère de Noël...

La fête de Noël célèbre la venue du Fils de Dieu, le Seigneur, le Pasteur, le Verbe de Dieu, l'Agneau, le Sauveur, celui qui revêt de beauté toute chose.

Et, le lendemain, le 26 décembre est aussi une fête, appelée « Qulosoh d'Yoldat Aloho » ou « félicitations de la Mère de Dieu ». Cette fête correspond dans l'Eglise byzantine à la fête de la maternité divine de Marie célébrée le même jour.

Une hymne de saint Ephrem nous fait entrer dans la profondeur de ces deux fêtes :

 

Le Seigneur vint en elle pour se faire serviteur.

Le Verbe vint en elle

pour se taire dans son sein.

La foudre vint en elle

pour ne faire aucun bruit.

Le pasteur vint en elle

et voici l'Agneau né, qui pleure sans bruit.

Car le sein de Marie

a renversé les rôles:

Celui qui créa toutes choses

est entré en possession de celles-ci, mais pauvre.

Le Très-Haut vint en Elle (Marie),

mais il y entra humble.

La splendeur vint en elle,

mais revêtue de vêtements humbles.

Celui qui dispense toutes choses

connut la faim.

Celui qui étanche la soif de chacun

connut la soif.

Nu et dépouillé, il naquit d'elle,

lui qui revêt (de beauté) toutes choses."


Saint EphremHymne "De Nativitate" 11, 6-8,

« Que Dieu vous sauve de l'aveuglement du péché et qu'il ouvre vos yeux à la lumière.» Amîn ! 

« Qu'il mette en vos cœurs cette même joie et vous prenne comme messagers de la Bonne Nouvelle. » Amîn ! 

« Qu'il vous donne sa paix, qu'il vous tienne en sa bienveillance, qu'il vous unisse dès maintenant à l'Eglise du ciel. » Amîn 

 

« Que nous apporte la révélation chrétienne proclamée à Noël ? Nous ne retournons pas seulement en Dieu, nous ne revenons pas seulement à la source, nous ne sommes pas seulement sauvés de l'enfer et de la mort, nous recevons quelque chose de neuf. Qu'est-ce donc ? C'est l'homme qui devient Mère de Dieu, l'humanité qui porte Dieu dans ses entrailles, l'être humain appelé à donner la réplique à Dieu qui devient comme lui pour que l'homme devienne dieu. Voyez la nouveauté, contemplez cette miséricorde inimaginable ! Déjà le mystère était grand : l'Insaisissable, l'Indéfinissable. le Dépassant tout S'incarnant pour notre salut. L'avez-vous "pensé" ce mystère ? Eh bien, un autre mystère brille à travers et découle de celui-là : par cette Vierge Marie qui est nous, cette femme Marie qui est nous tous présents dans l'univers, nous sommes devenus "Mère de Dieu" par elle, en elle. Et par elle, à la fin des temps, auprès de Dieu seront l'homme et le monde déifiés. »  (Monseigneur Jean (Kovalevsky), évêque de l'Eglise orthodoxe en la nuit de Noël 1956)

« Que nous apporte la révélation chrétienne proclamée à Noël ? Nous ne retournons pas seulement en Dieu, nous ne revenons pas seulement à la source, nous ne sommes pas seulement sauvés de l'enfer et de la mort, nous recevons quelque chose de neuf. Qu'est-ce donc ? C'est l'homme qui devient Mère de Dieu, l'humanité qui porte Dieu dans ses entrailles, l'être humain appelé à donner la réplique à Dieu qui devient comme lui pour que l'homme devienne dieu. Voyez la nouveauté, contemplez cette miséricorde inimaginable ! Déjà le mystère était grand : l'Insaisissable, l'Indéfinissable. le Dépassant tout S'incarnant pour notre salut. L'avez-vous "pensé" ce mystère ? Eh bien, un autre mystère brille à travers et découle de celui-là : par cette Vierge Marie qui est nous, cette femme Marie qui est nous tous présents dans l'univers, nous sommes devenus "Mère de Dieu" par elle, en elle. Et par elle, à la fin des temps, auprès de Dieu seront l'homme et le monde déifiés. » (Monseigneur Jean (Kovalevsky), évêque de l'Eglise orthodoxe en la nuit de Noël 1956)

Par Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix

[Édith Stein] (1891-1942),

carmélite, victime du Nazisme et Martyre.
Méditation pour le 6 janvier 1941 (trad. Source cachée, Cerf 1999, p. 271) 

 

« Me voici, je viens pour faire ta volonté » (He 10,7)

 

Nous nous agenouillons une fois encore devant la crèche...

Tout près du Sauveur nouveau-né, nous voyons saint Étienne. Qu'est-ce qui a valu cette place d'honneur à celui qui le premier a rendu au Crucifié le témoignage du sang ?

Il a accompli dans son ardeur juvénile ce que le Seigneur a déclaré en entrant dans le monde :

« Tu m'as donné un corps.

Me voici, je viens pour faire ta volonté »

(He 10,5-7).

Il a pratiqué l'obéissance parfaite, qui plonge ses racines dans l'amour et s'extériorise dans l'amour.

Il a marché sur les traces du Seigneur en ce qui, selon la nature, est peut-être pour le cœur humain le plus difficile, qui semble même impossible : comme le Sauveur lui-même, il a accompli le commandement de l'amour des ennemis.

L'Enfant dans la crèche, qui est venu pour accomplir la volonté de son Père jusqu'à la mort sur la croix

(Ph 2,8),

voit en esprit devant lui tous ceux qui le suivront sur cette voie. Il aime ce jeune homme qu'il attendra un jour pour le placer le premier près du trône du Père, une palme à la main.

Sa petite main nous le désigne comme modèle, comme s'il nous disait :

« Voyez l'or que j'attends de vous. »

 

UNE PRIERE A LA CRÊCHE:

Par le Père Nicolas de Mac Carthy(1769-1833)

« O Sauveur adorable, qui êtes la bonté et l'humanité de Dieu incarnées et rendues visibles sous une forme mortelle : 

Benignitas et humanitas apparuit Salvatoris nostri Dei (1) !

Que tous les hommes viennent donc aujourd'hui se prosterner au pied de votre humble berceau ; que tous contemplent avec respect et attendrissement un mystère aussi touchant que profond et sublime. Que les grands et les superbes viennent abaisser leur orgueil devant la grandeur toute divine qui perce à travers tant d'humiliations. Que les savants et les prudents du siècle viennent abjurer leur vaine science, et qu'ils adorent la sage et admirable folie de l'enfance d'un Dieu. Que les cœurs affligés et les âmes pénitentes viennent, en mêlant leurs larmes aux vôtres, puiser de solides consolations dans vos douleurs. Enfin, que courant tous à Bethléem, sur les traces des heureux bergers qui les premiers vous rendirent leurs hommages, nous revenions comme eux pleins d'une sainte joie, pénétrés d'amour et de reconnaissance, et que nous consacrions désormais notre vie entière à vous glorifier et à vous servir, afin de pouvoir, après la mort, vous louer éternellement dans votre royaume.

Amen. »


(1) : Tite III, 4.

 

 

 

Par Andrea Bocelli – Adeste fideles (en français: «Accourez, fidèles…») est un cantique traditionnel en latin chanté lors des fêtes de Noël. Dans une adaptation française le titre est: Peuple fidèle. Adeste fideles est attribué à plusieurs auteurs, tels le roi Jean IV de Portugal, qui l’aurait composé vers 1640, ou le britannique John F. Wade (1711-1786) À une autre époque, l’hymne fut attribué au compositeur allemand Christoph Willibald Gluck (1714-1787), célèbre réformateur de l’opéra français et contemporain de Wade. Le chant parut notamment en 1782, dans un essai de Samuel Webbe I (1740-1816), compositeur catholique anglais, organiste de la chapelle de la Légation portugaise à Londres à partir de 1776./ Adeste Fideles Laeti triumphantes Venite, venite in Bethlehem Natum videte Regem angelorum Venite adoremus Dominum Cantet nunc io Chorus angelorum Cantet nunc aula caelestium Gloria, gloria In excelsis Deo Venite adoremus Dominum Ergo qui natus Die hodierna Jesu, tibi sit gloria Patris aeterni Verbum caro factus Venite adoremus Dominum

« Frères bien aimés, en cette nuit très sainte où le Verbe Eternel, le Fils du Père vient en notre chair pour illuminer les ténèbres de notre monde de la lumière de la Vérité et le réchauffer du feu de la Charité, l’Eglise invite tous ses enfants disséminés de par le monde à se réunir pour veiller, prier et accueillir la grâce du Christ Prince de la Paix.

« Frères bien aimés, en cette nuit très sainte où le Verbe Eternel, le Fils du Père vient en notre chair pour illuminer les ténèbres de notre monde de la lumière de la Vérité et le réchauffer du feu de la Charité, l’Eglise invite tous ses enfants disséminés de par le monde à se réunir pour veiller, prier et accueillir la grâce du Christ Prince de la Paix.

• Il vient demeurer chez nous •
 
« Grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu, quand nous visite l’Astre d’en haut,
pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort,
pour conduire nos pas au chemin de la paix. »
(Luc 1, 77-79)

Puer natus est nobis, et filius datus est nobis : cujus imperium super humerum ejus : et vocabitur nomen ejus magni consilii Angelus.

Un Enfant nous est né, un Fils nous est donné : la souveraineté est sur Son épaule. On l'appellera du nom d'Ange du Grand Conseil.



ndt : le Grand Conseil étant une expression de l'harmonie interne à la Sainte Trinité, "ange" signifiant "envoyé" ("machal")

  
 
+++
 
La Synaxe de la Mère de Dieu est probablement la plus
 
ancienne des fêtes mariales (Ve siècle) dans l’Eglise Byzantine.


Le petit enfant couché dans la crèche n'est pas en effet un simple homme appelé à recevoir par la suite la grâce divine en récompense de ses vertus, comme les Saints, ou comme les Prophètes, un élu de Dieu, ou encore un homme divinisé (théophore); mais Il est véritablement le Verbe, la seconde Personne de la Sainte Trinité, qui a pris sur Lui l'humanité pour la renouveler, pour la recréer et restaurer en Lui-même l'image de Dieu ternie et déformée par le péché.

Paradis spirituel du «Second Adam», Temple de la Divinité, Pont qui relie la terre au Ciel, Echelle par laquelle Dieu descend sur la terre et l'homme remonte au Ciel, la Mère de Dieu est devenue plus vénérable que les Chérubins, les Séraphins et toutes les Puissances célestes; en abritant le Christ son sein est apparu «plus vaste que le ciel», car il est désormais le Trône de Dieu.

Grâce à elle, l'homme est élevé plus haut que les Anges et la gloire de la Divinité resplendit dans son corps.

Cathisme II, t. 4 

Pourquoi, Marie, te frappe d'étonnement * ce qui se produit au fond de toi? * - C'est que, dit-elle, j'enfante dans le temps un Fils intemporel, * sans que la conception de l’enfant m’ait été enseignée. * Etant vierge, comment puis-je avoir un fils? * Qui vit jamais conception virginale? * Mais lorsque Dieu le veut ainsi, * l'ordre naturel est vaincu, c'est écrit. * Le Christ est né de la Vierge à Bethléem de Judée. 

Kondakion, t. 6 
Celui que le Père engendre avant l'aurore sans mère dans le ciel * sans père s'incarne de toi sur la terre en ce jour; * un astre en donne aux Mages la bonne nouvelle, * tandis que les Anges en compagnie des Bergers * chantent ton pur enfantement, * Vierge comblée de grâce par Dieu. 

Ikos 
La Vigne mystique ayant produit * sans labours le Raisin de la vie * comme sur des branches en ses bras * le portait, lui disant: * Tu es mon fruit, tu es ma vie, tu es mon Dieu, * par toi j'ai su que je demeure ce que j'étais; * voyant en effet que le sceau de ma virginité n'est pas brisé, * je proclame que tu es le Verbe immuable devenu chair. * Je n'ai pas connu les semailles et je sais que tu m'affranchis de la corruption, * car je suis pure après ta sortie de mon sein: * comme tu l'as trouvé, tu l'as laissé. * Aussi l'entière création * partage mon allégresse et me crie: * Réjouis-toi, ô Vierge comblée de grâce par Dieu.
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsdecembre/dec26.html

+++
DEUX MIRACLES DE SAINT SERAPHIM DE SAROV
 
100 years canonisation of St Seraphim of Sarov
Le manteau
 
Un jour, alors  que j'étais en visite au monastère de Sarov, ils m'ont donné le manteau du Père Séraphim, celui qu'il portait durant sa vie, pour me couvrir pendant la nuit. 
 
Toute la nuit je ne pus dormir, parce que j'entendais un chant céleste. Au matin, j'ai dit à un moine que je n'avais pas pu dormir et que j'avais entendu un chant céleste remarquable. 
 
Le moine m'a dit: "Peu importe à qui que nous le donnons, ce manteau provoque toujours ce même effet que vous avez connu. " 
 
"Bois de l'eau de ma source!" 
 
Au cours de l'année 1950, j'ai eu une grave maladie du foie. Une ou deux fois par année, j'ai eu des crises aiguës à cause de calculs. L'année 1953 a été la plus difficile: j'ai eu des attaques quotidiennes de douleur. Il me fut difficile de travailler 8 heures par jour dans un poste où j'avais beaucoup de responsabilités. 
 
Je ne pouvais même pas penser à une pension d'invalidité, parce que je devais m'occuper de ma mère malade, qui vivait dans la banlieue. Les fréquentes visites avec de lourdes valises que je lui rendais, ne faisaient qu'augmenter mes douleurs. 
 
Enfin, ce fut l'été, et le moment de prendre mes vacances tant attendues. Mais juste avant, j'ai eu un moment d'inquiétude, et dès le début une attaque a commencé, qui a duré 5 jours. Je me suis retrouvé sans aucune assistance médicale et sans analgésiques. Les pierres sont sorties, et une inflammation du foie a commencé. J'étais si faible, que je ne pouvais guère prendre soin de ma mère malade. 
 
Le soir, couché dans le lit, j'aimais à lire mon livre préféré, "La vie du Saint Père Séraphim de Sarov." Une fois, à la lecture d'une de ses nombreuses guérisons, je me suis adressé au saint dans mes pensées avec approximativement ces paroles: " Tu as guéri beaucoup de gens, pourquoi ne pas me guérir moi, car tu vois combien je souffre, mais je dois travailler pour les autres. " 
 
À ce moment-là, j'ai vu saint Séraphim debout à côté de moi, avec mon regard intérieur. Il a appuyé sa grande croix de cuivre contre mon foie malade, et j'ai entendu sa voix, en moi: "Maintenant, bois l'eau bénite de ma source, et ensuite tu seras complètement rétabli." 
 
J'avais l'habitude d'analyser mes expériences spirituelles, de manière à ne pas tomber dans la tentation, c'est pourquoi j'ai pensé que cela ne pouvait être que le produit de mon imagination, en raison de l'influence de ce que je venais de lire. Les derniers mots, "bois de l'eau de ma source» m'ont troublé plus que tout. D'où pourrais-je obtenir de l'eau, si j'étais à Moscou, et que je savais qu'il était interdit d'approcher de la source? 
 
Mais les paroles du staretz sont devenues réalité merveilleuse le jour suivant: j'ai reçu une bouteille d'eau bénite, apportée ce jour-là de Sarov. Les gens qui me l'ont donnée avaient obtenu cette eau complètement par hasard. " 
 
En un mot, j'ai vécu un miracle, j'ai bu l'eau et, depuis lors, je n'ai pas de douleurs et je ne cesse de remercier le cher staretz pour cette guérison miraculeuse.
 
Version française Claude Lopez-Ginisty d'après
100 years canonisation of St Seraphim of Sarov
 
Le manteau
 
Un jour, alors  que j'étais en visite au monastère de Sarov, ils m'ont donné le manteau du Père Séraphim, celui qu'il portait durant sa vie, pour me couvrir pendant la nuit. 
 
Toute la nuit je ne pus dormir, parce que j'entendais un chant céleste. Au matin, j'ai dit à un moine que je n'avais pas pu dormir et que j'avais entendu un chant céleste remarquable. 
 
Le moine m'a dit: "Peu importe à qui que nous le donnons, ce manteau provoque toujours ce même effet que vous avez connu. " 
 
"Bois de l'eau de ma source!" 
 
Au cours de l'année 1950, j'ai eu une grave maladie du foie. Une ou deux fois par année, j'ai eu des crises aiguës à cause de calculs. L'année 1953 a été la plus difficile: j'ai eu des attaques quotidiennes de douleur. Il me fut difficile de travailler 8 heures par jour dans un poste où j'avais beaucoup de responsabilités. 
 
Je ne pouvais même pas penser à une pension d'invalidité, parce que je devais m'occuper de ma mère malade, qui vivait dans la banlieue. Les fréquentes visites avec de lourdes valises que je lui rendais, ne faisaient qu'augmenter mes douleurs. 
 
Enfin, ce fut l'été, et le moment de prendre mes vacances tant attendues. Mais juste avant, j'ai eu un moment d'inquiétude, et dès le début une attaque a commencé, qui a duré 5 jours. Je me suis retrouvé sans aucune assistance médicale et sans analgésiques. Les pierres sont sorties, et une inflammation du foie a commencé. J'étais si faible, que je ne pouvais guère prendre soin de ma mère malade. 
 
Le soir, couché dans le lit, j'aimais à lire mon livre préféré, "La vie du Saint Père Séraphim de Sarov." Une fois, à la lecture d'une de ses nombreuses guérisons, je me suis adressé au saint dans mes pensées avec approximativement ces paroles: " Tu as guéri beaucoup de gens, pourquoi ne pas me guérir moi, car tu vois combien je souffre, mais je dois travailler pour les autres. " 
 
À ce moment-là, j'ai vu saint Séraphim debout à côté de moi, avec mon regard intérieur. Il a appuyé sa grande croix de cuivre contre mon foie malade, et j'ai entendu sa voix, en moi: "Maintenant, bois l'eau bénite de ma source, et ensuite tu seras complètement rétabli." 
 
J'avais l'habitude d'analyser mes expériences spirituelles, de manière à ne pas tomber dans la tentation, c'est pourquoi j'ai pensé que cela ne pouvait être que le produit de mon imagination, en raison de l'influence de ce que je venais de lire. Les derniers mots, "bois de l'eau de ma source» m'ont troublé plus que tout. D'où pourrais-je obtenir de l'eau, si j'étais à Moscou, et que je savais qu'il était interdit d'approcher de la source? 
 
Mais les paroles du staretz sont devenues réalité merveilleuse le jour suivant: j'ai reçu une bouteille d'eau bénite, apportée ce jour-là de Sarov. Les gens qui me l'ont donnée avaient obtenu cette eau complètement par hasard. " 
 
En un mot, j'ai vécu un miracle, j'ai bu l'eau et, depuis lors, je n'ai pas de douleurs et je ne cesse de remercier le cher staretz pour cette guérison miraculeuse.
 
Version française Claude Lopez-Ginisty d'après
Afin que par la grâce du Christ soit dissipées les ténèbres et que notre monde soit illuminé par la lumière de la Vérité et réchauffé du feu de la Charité, que cette créature du feu soit bénite : Au Nom du Père ♱  AMÎN ! Et du Fils ♱ AMÎN ! Et du Saint Esprit ♱ pour la vie éternelle. AMÎN !

Afin que par la grâce du Christ soit dissipées les ténèbres et que notre monde soit illuminé par la lumière de la Vérité et réchauffé du feu de la Charité, que cette créature du feu soit bénite : Au Nom du Père ♱ AMÎN ! Et du Fils ♱ AMÎN ! Et du Saint Esprit ♱ pour la vie éternelle. AMÎN !

JE CROIS EN L'EGLISE: UNE,SAINTE,

CATHOLIQUE ET APOSTOLIQUE...

(Par Saint Nectaire d'Egine)

 

1. DE L'ÉGLISE, UNE, SAINTE, CATHOLIQUE ET APOSTOLIQUE

D’après la pensée orthodoxe, l'Église a une double signification. L'une exprime son caractère dogmatique et religieux, autrement dit intérieur et spirituel ; l'autre, son caractère extérieur, selon le sens même du terme. D'après l'esprit et la confession orthodoxes, l'Église se définit comme une institution religieuse et comme une société religieuse.

La définition de l'Église comme institution religieuse peut être formulée ainsi : l'Église est une institution religieuse de la Nouvelle Alliance. Notre Sauveur Jésus Christ l'a fondée par l'économie de son Incarnation ; elle repose sur la foi en lui, sur la confession juste. Elle a été inaugurée le jour de la Pentecôte, lors de la descente de l'Esprit Saint sur les saints disciples et apôtres du Christ Sauveur. Il en a fait les instruments de la grâce divine afin de perpétuer l'œuvre rédemptrice du Sauveur. En cette institution a été déposée la totalité des vérités révélées ; en elle agit la grâce divine, par les Mystères ; en elle renaissent par la foi en Christ Sauveur, ceux qui y viennent ; en elle est conservée la doctrine apostolique et la tradition tant écrite qu'orale.

La définition de l'Église comme société religieuse est la suivante : l'Église est une société de personnes unies dans l'unité de l'Esprit et dans le lien de la paix (voir Ép 4,3)

Son œuvre apostolique peut être formulée ainsi : l'Église est l'instrument de la grâce divine qui réalise la communion de Dieu et des hommes par la foi dans le Sauveur Jésus Christ.

Monté aux cieux, notre Seigneur a envoyé son très Saint Esprit, sous forme de langues de feu, sur ses saints disciples et apôtres. Sur ses apôtres Il a fondé l'Église une sainte, catholique et apostolique, société de Dieu et des hommes. Il lui a donné la grâce de la rédemption pour sauver le genre humain, en le ramenant de l'égarement, en le régénérant par les sacrements, et après l'avoir nourri du pain céleste, le faire digne de la vie future.

Dans la sainte Écriture, le mot Église a deux sens. Le plus fréquent, c'est celui d’une société d'hommes unis par le lien religieux ou encore celui de temple de Dieu où se rassemblent les fidèles pour le culte en commun. Cyrille de Jérusalem dit que l'Église est ainsi appelée parce que elle invite tous les hommes et qu'elle les rassemble.

Le mot Église (appeler) vient du grec ancien. Il signifie assemblée d'hommes appelés en vue d'un certain but et aussi le lieu où ils se réunissent. Elle est le contenant et le contenu.

Dans le sens large et chrétien, l'Église est la société de tous les êtres libres et raisonnables, de tous ceux qui croient dans le Sauveur, les anges y compris. Cette société, l'apôtre Paul l'appelle "Corps du Christ, la plénitude de celui qui remplit tout en tous." (cf. Ép 1,10 et 2-23). Ainsi, elle rassemble tous ceux qui ont cru en Christ avant sa venue, qui ont formé l'Église de l'Ancien Alliance que régissaient, au temps des patriarches, les promesses et la foi donnée par révélation, c'est-à-dire oralement. Puis, au temps de Moïse et des prophètes, elle fut régie par la Loi et les oracles, autrement dit par écrit.

Dans le sens ordinaire et restreinte, l'Église du Christ, c'est celle de la Nouvelle Alliance, l'Église de la grâce du Christ. Elle comprend tous ceux qui croient en lui dans la vraie foi. Elle est aussi appelée Maison de Dieu, parce que Dieu y demeure particulièrement et que là il est adoré.

Les fondements de l'Église sont les prophètes et les apôtres. La pierre angulaire c'est le Sauveur. Les colonnes sont les pères qui ont gardé l'unité de la foi. Les pierres sont les fidèles. "Vous n'êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors ; mais vous êtes concitoyens des saints, "édifiés sur le fondement des apôtres, Christ étant la pierre angulaire" (Ép 2,19 et 22)

Enfin, l'Église est appelée par l'Écriture divine et inspirée, Épouse du Christ : "Je vous ai fiancée à un seul époux, pour vous présenter au Christ comme une vierge pure" (2 Cor 11,2). Et aussi Maison du Dieu vivant, colonne et appui de la vérité, de même que Corps du Christ : "Vous êtes le Corps du Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part" (1 Cor 12,27).

Méthode, l'évêque de Lycie, vers la fin du troisième siècle, dans la Symposium des dix vierges, appelle l'Église "réceptacle des forces divines, épouse du Verbe éternellement jeune. Elle est une créature divine supérieure à tout ce qui est humain". Il la présente à la fin, comme "assemblée, multitude, de tous ceux qui croient" où les anciens enseignent les jeunes et les parfaits les faibles.

Hippolyte, le célèbre père de l'Église de Rome, disciple d'Irénée, au début du troisième siècle, dans son œuvreLe Christ et l'antichrist parle longuement de l'Église et la présente comme un navire sur la mer agitée. En lui se trouve le capitaine, se trouvent les marins, les voiles, les ancres et tout l'armement, symboles du Christ, des anges et des fidèles.

En croyant en l'Esprit Saint qui a inspiré ces figures de l'Église, nous croyons nécessairement en l'Église sainte, objet de ces appellations données par l'Esprit très saint.


2. SUR LA FONDATION SUR TERRE DU ROYAUME DE DIEU, C’EST-À-DIRE L'ÉGLISE, PAR NOTRE SAUVEUR JÉSUS CHRIST

En tant que Roi, notre Seigneur Jésus Christ a fondé sur la terre, un royaume céleste, sitôt après son Ascension, quand Il s'assit à la droite de Dieu le Père et qu'Il reçut de son Père éternel tout pouvoir dans le ciel et sur la terre.

Son royaume sur la terre, c'est son Église. En tant que Roi, Jésus en prend soin, Il donne des règles, Il scelle vision et prophétie et fait cesser l'oblation et le sacrifice (voir Dn 9). Il le dirige, le gouverne, le guide éternellement par ses ministères sacrés. Sans arrêt et avec abondance, Il distribue les charismes de son saint Esprit, afin de l'affermir, le faire croître, l'étendre. Le Sauveur-Roi sanctifie, console, garde, relève et glorifie son peuple (cf. Jn 15,26 et Ac 2,33-36) .

En tant que Roi, le Seigneur fait régner dans son royaume l'ordre, en donnant à l'Église des ministères. Jésus, en tant que Roi a donné des lois à son peuple. En tant que Roi, Il a invité les nations à croire en lui. En tant que Roi, Il a demandé à ses adeptes le sacrifice même de leur vie pour lui et son royaume. En tant que Roi, Il a déclaré la guerre au mal et a dispensé la paix par la vertu. Jésus en tant que Roi, règne dans les cœurs des fidèles, unis à lui par sa sainte Église

Ceux qui ne sont pas unis à l'Église se trouvent hors du royaume du Christ et sont privés de l'honneur d'être des fils du royaume du Christ.

La sainte Église du Christ est l'institution divine religieuse fondée par notre Sauveur Jésus Christ, pour le salut du genre humain. L'Église a été donnée par le Sauveur, comme instrument de son Amour divin et de sa Bienveillance envers l'homme. Elle est l'éternel porteur de la grâce divine et le consommateur du salut des hommes. En tant que Chef et Accomplissement du salut des hommes, en tant que Dieu, notre Seigneur Jésus Christ, toujours identique à lui-même, sauve tous ceux qui croient en lui, dans tous les siècles.

Pour cette fin il a fondé son Église éternelle. Elle englobe les fidèles, depuis les premiers jusqu'aux derniers. Il en est la tête et la garde vivante et agissante et il l'affermit pour l'éternité. Tête de l'Église en Eden, Jésus Christ, était le centre de l'Église des patriarches, l'objet de la loi mosaïque qui a préfiguré l'Église par des images et des symboles. Jésus Christ est et sera la Tête de la Nouvelle Alliance.

L'Église du Christ, c'est l'Église une, sainte, catholique et apostolique, prédestinée dès la fondation du monde au salut des hommes, fondée pour demeurer éternellement.

Saint Épiphane, dans sa lettre à Panarios, parle de l'Église et dit à la fin : "L'Église a été créée avec Adam ; elle été prêchée aux patriarches avant Abraham ; elle a été crue après Abraham ; révélée par Moïse ; prophétisée par Isaïe ; donnée en Christ et existant avec lui et maintenant célébrée par nous." Dans son Exposé sur la Foi catholique, au § 78, il dit ceci : "Le caractère de l'Église est forme par la Loi, les prophètes, les apôtres et les évangélistes."

Saint Cyrille de Jérusalem dit que l'Église comprend tous ceux qui ont cru au Christ avant sa venue ; ils ont formé l'Église de l'Ancien Alliance, et que l'Église était guidée, au temps des patriarches, par les promesses et la foi venant de la révélation, c'est-à-dire non écrite - orale. Depuis Moïse et les prophètes, l'Église a été guidée par la loi et les prophéties, c'est à dire par la tradition écrite.

L'Église est donc le royaume du Christ fondé sur la terre et saint Jean Chrysostome dit qu'elle est "le lieu des anges, le lieu des archanges, le royaume de Dieu, le ciel lui-même." (Hom 6 in Cor. ) L'Esprit Saint qui est descendu en elle y demeure à jamais, comme le Sauveur l'a dit à ses disciples : "Et moi je prierai le Père et il vous donnera un autre Consolateur que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit pas et ne le connaît pas. Vous vous le connaissez, car il demeure avec vous et sera en vous" (Jn 14,16).

L'Esprit Saint qui est descendu donne avec abondance tous les charismes divins à l'Église. Elle a reçu le droit de lier et de délier les péchés ; de prêcher l'Évangile ; d'appeler les nations au salut. Elle a reçu la force de recréer les hommes moralement déchus, d'en faire des images de Dieu, en leur donnant l'image et la ressemblance. Elle a reçu la force de les réconcilier avec le divin et d'en faire des participants de la grâce divine, de les unir au Sauveur, de donner le Saint Esprit à tous ceux qui viennent à elle, et d'en faire des fils de Dieu. Elle a reçu la force pour vaincre tous ses adversaires, de demeurer à jamais invincible, de réduire ses ennemis, de demeurer invulnérable.

Selon saint Jean Chrysostome, "combattue, elle est victorieuse ; outragée, elle n'est que plus lumineuse. Elle reçoit des blessures sans pour cela être abattue ; elle est ballottée mais pas submergée ; elle est assaillie mais ne fait pas naufrage. Elle n'est pas passive, mais elle lutte sans être vaincue."

L'Église du Sauveur c'est vraiment le royaume du ciel sur la terre. En elle règnent l'amour, la joie, la paix. En elle se trouve la foi en Dieu ; par le sentiment religieux, l'information intérieure du cœur, on parvient à la connaissance de Dieu, à la connaissance des mystères cachés, à la connaissance de la vérité révélée. En elle l'espérance s'avère certaine et sûre ; en elle se réalise le salut ; en elle l'Esprit Saintse répand et déverse avec abondance les fruits de sa grâce toute divine. En elle s'épanouit l'amour divin pour Dieu, l'amour parfait et la consécration à lui, de même que le désir incessant de l'union sans fin avec Dieu.

Dans l'Église de Dieu, les vertus morales parviennent au sommet de la perfection accessible à l'homme. L'esprit purifié, le cœur réformé par le mystère du baptême divin, l'homme autrefois enténébré d'esprit et endurci de cœur, développe des vertus totalement nouvelles et court avec zèle et ardeur dans le stade de la vertu. L'Église a vraiment renouvelé, recréé l'homme, elle en a fait une image de Dieu. Le saint autel de l'église est une table véritable qui nourrit les croyants pour la vie éternelle ; elle dispense aux fidèles le pain céleste, le corps céleste, et ceux qui le mangent ne meurent point. Le saint autel dressé au milieu de l'Église du Christ, c'est la table céleste ; elle reçoit les choses de la terre et les fait monter au ciel. Le saint autel de l'Église touche la terre et en même temps le trône d'en-haut. L'autel est redoutable pour les anges eux-mêmes qui volent sous les voûtes des cieux.

L'Église, c'est espérance, le refuge, la consolation de tous ceux qui croient en Christ. Le divin Chrysostome dit : "Comme un port dans l'océan, telle est l'Église plantée par Dieu dans les cités. En fuyant les tracas de la vie, en elle nous trouvons un refuge et jouissons de la paix." Et plus loin : "Ne t'éloigne pas de l'Église ; rien n'est plus fort que l'Église ; elle est plus solide que le roc, plus haute que le ciel, plus vaste que la terre. Jamais elle ne vieillit, mais elle s'épanouit sans cesse. Pourquoi l'Écriture l'appelle-t-elle montagne ? - c'est à cause de sa stabilité. Pourquoi elle l'appelle aussi roc ? - à cause de son incorruptibilité. Par elle, toutes les bêtes sauvages ont été apprivoisées, par la divine incantation qu'est l'audition de l'Écriture sainte, elle frappe l'oreille de chacun, pénètre dans l'âme et y endort les passions déréglées."`

Selon saint Ignace d'Antioche, l'Église véritable est une : "Un seul Jésus Christ et rien n'est plus précieux que lui. Venez à l'Église qui est le seul temple de Dieu, le seul autel du seul Seigneur Jésus Christ né du Père seul" (Ép. ad Magn § 37). L'Église est incorruptible : "La Tête du Seigneur est ointe du parfum afin que l'Église respire l'incorruptibilité" (Ép. ad Eph. § 17). L'Église est catholique : "Là où est le Christ, là est l'Église catholique" (Ép. ad Smyr. § 8).

Saint Irénée de Lyon, disciple de saint Polycarpe de Smyrne, l'auditeur de l'évangéliste Jean, dans son livreContre les hérésies, dit ceci de l'Église : "On ne peut énumérer les charismes que l'Église a reçus de Dieu à travers le monde, au Nom du Seigneur Jésus Christ, crucifié sous Ponce Pilate, pour le bien de nations. Sans les tromper, sans les égarer, - gratuitement elle donne ce que gratuitement elle a reçu de Dieu."

Sous la mission de l'Église du Christ, saint Théophile l'évêque d'Antioche au deuxième siècle, dans son second livre au § 14, compare l'Église aux "îles de la mer. certaines d'entre elles sont habitées, ont de l'eau, produisent des fruits, possèdent des rades et des ports pour abriter ceux que ballotte la mer. De même, Dieu a donné au monde, agité et tourmenté par les péchés, des temples appelés églises saintes, dans lesquelles comme en des ports sûrs des îles se trouvent les doctrines de l'Église. Ceux qui veulent être sauvés y ont recours ; ils deviennent des amants de la vérité et échappent ainsi à la colère et au jugement de Dieu.

"D'autres îles sont rocailleuses, sans eau, sans fruits, sauvages et inhabitées. Elles sont un danger pour les navigateurs comme pour les naufragés. Contre elles les navires se brisent et les passagers sont perdus. Telles sont les doctrines perverses, je veux dire les hérésies. N'étant pas guidées par le Verbe de vérité, elles égarent ceux qui s'attachent à elles. Elles ressemblent à des pirates qui après avoir rempli leurs navires, errent ça et là, vont les briser contre ces îles et les perdre à jamais. De même en est-il de ceux qui s'égarent loin de la vérité, ils sont perdus par l'erreur."

Le divin Grégoire de Naziance, dans son Premier discours contre Julien, dit ceci de l'Église : "Tu es contre le grand héritage du Christ, le grand qui ne cessera jamais… qu'il a créé en tant que Dieu et en a hérité en tant qu'homme. La loi l'a figuré, la grâce l'a rempli, le Christ l'a renouvelé, les prophètes l'ont planté, les apôtres l'ont lié, les évangélistes l'ont cultivés…" Saint Épiphane de Chypre, dans son Discours sur la foi catholique dit : "L'Église est notre mère. Elle est l'épouse venue du Liban, la toute belle et pure ; le paradis du grand artiste ; la cité du Roi saint ; l'épouse du Christ immaculé ; la vierge innocente, fiancée à un seul époux, diaphane comme l'aurore, belle comme la lune, élue comme le soleil. Proclamée bienheureuse par les Rois, elle se tient à la droite du Roi."

L'Église, c'est la révélation permanente dans le monde. En elle Dieu se révèle de différentes et multiples manières et confirme sa Présence par ses divines énergies. Écrivant aux Corinthiens, Paul dit de l'Église fondée par le Christ : Dieu a établi dans l'Église premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues (1 Co 12,28).


3 L'ŒUVRE DE L'ÉGLISE

L'œuvre de l'Église, l'apôtre Paul la définit quand il écrit : Il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l'œuvre du ministère et de l'édification du Corps de Christ, jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu (Ép 4,11-13).

L'Église fondée par le Christ Sauveur possède donc une organisation parfaite ; elle est un corps organique. Le Christ en est la tête et l'Esprit Saint la guide, qui l'instruit et lui donne en abondance les dons divins.

L'Église est un corps organique ; elle est visible ; elle rassemble en un tout, tous ses membres, les faibles comme les saints. Les membres malades de l'Église ne cessent jamais d'être des parties de son corps. Régénérés par les saints Mystères et devenus enfants de son Corps, ils ne peuvent plus êtres séparés d'elle, même s'ils sont sous le coup de sentences ecclésiastiques ; car une fois délivrés du péché originel, il n'y a plus pour eux d'autre lieu que l'Église. Dans le monde, il n'y a qu'un seul lieu de séjour pour l'homme : le paradis ; là se trouve l'Église et en elle le salut de l'homme. Après la chute des premiers parents et la genèse du péché, un autre lieu fut créé par ceux qui s'étaient séparés de Dieu, le lieu du péché. L'Église de Dieu, qui est éternelle, contenait en elle que ceux là seuls qui s'étaient tournés vers Dieu et attendaient la venue du Sauveur. L'Église portait en elle la foi et l'espérance du salut dans le Sauveur de l'humanité qui avait été promis. Ceux qui possédaient cette foi et cette espérance se trouvaient dans l'Église de Dieu, attendant la rédemption de l'humanité par le Sauveur et ils l'ont obtenue. Ceux qui n'avaient pas cette foi et cette espérance se trouvaient hors de l'Église. En ce monde donc, et cela depuis la chute d'Adam, il y a deux lieux : celui de l'Église et celui qui est hors de l'Église.

Ceux qui viennent du lieu du péché et entrent par la foi et les sacrements dans le lieu de l'Église du Christ, ceux-là demeurent ses membres pour l'éternité ; il est impossible et il leur est impossible de revenir au lieu du péché, ayant été régénérés par le baptême et lavés du péché originel. Puisque donc il n'existe pas d'autre lieu, ceux qui entrent dans l'Église demeurent en elle, même pécheurs. L'Église les sépare, comme le berger sépare les brebis malades des bien-portantes, mais les brebis malades ne sont pas moins les brebis de la bergerie. Quand les malades reviennent à la santé, elles sont à nouveau réunies aux saines. Mais si elles s'avèrent incurables, elles meurent alors dans leur péché, et elles seront jugées par leurs péchés. Tant qu'elles sont en cette vie, elles sont considérées comme brebis de la bergerie, autrement dit enfants de l'Église du Christ.

Selon la pensée orthodoxe, il n'y a qu'une Église, l'Église visible du Christ. En elle, l'homme qui vient du lieu du péché est régénéré, en elle il demeure, qu'il soit saint ou pécheur. Le pécheur, comme membre de l'Église, ne communique pas la corruption au reste du corps de celle-ci, parce que les membres de l'Église sont des êtres moraux, libres et non privés de liberté, comme le sont les membres du corps animal où la maladie d'un seul influe sur tous les autres.

Ceux qui croient en une Église invisible, composée d'élus connus de Dieu seul, se trompent. Une Église invisible ne peut exister. Puisque les hommes ne sont pas immaculés et que nul n'est sans péché, où sont donc les élus ? Une Église invisible d'élus, souffrirait d'une perpétuelle mutation, d'une permanente substitution de ses membres, de par la faculté même de l'homme à glisser et à chuter d'une part, et de l'autre, par la Compassion de Dieu et son Amour pour l'homme, qui accueille tous ceux qui reviennent à lui.

La juste conception de l'Église, c'est que l'Église se partage en militante et en triomphante. Elle est militante quand elle lutte contre le mal et pour le règne du bien ; elle est triomphante dans les cieux, dans le chœur des justes qui ont lutté et se sont parfaits dans la foi en Dieu et les vertus.

Ceux qui croient en l'Église invisible des élus sont en contradiction avec le véritable esprit de l'Église qui ne sépare pas ceux qui sont en voie de perfection de ceux qui sont déjà parfaits. Cette distinction est l'affaire de Dieu ; lui seul séparera après la mort les justes des pécheurs. Christ ne se détourne pas de ceux qu'Il a délivrés par son Sang, comme il ne s'est pas détourné des pécheurs durant son économie terrestre. Jésus les considère comme membres de son Église et attend, jusqu'au dernier moment, leur conversion.

 Ceux qui divisent l'Église militante en visible et invisible,1) divisent l'indivisible et, 2) pèchent contre le sens même du nom Église. Premièrement, ils divisent l'Église. L'Église du Christ est l'Église des saints ou elle n'est pas du tout l'Église du Christ. Une Église de pécheurs ne peut être l'Église des saints. Ainsi donc, l'Église du Christ est l'Église des saints.

Si l'Église une, sainte, catholique et apostolique est l'Église des saints, à quoi sert alors l'Église invisible des élus ? Qui sont-ils ces élus ? Qui peut appeler saints ceux qui ne sont pas encore sortis victorieux et couronnés du stade ? Qui peut être appelé bienheureux avant la fin ?

Deuxièmement, ils pèchent contre le sens même du nom Église, en la séparant en deux, en visible et invisible, alors que le concept d'Église signifie le visible seul. S'ils croient que l'Église reste indivisible, parce que les membres de l'Église invisible sont en même temps membres de la visible, que la visible se trouve incluse dans l'invisible, on se demande alors comment l'Église des imparfaits, c'est à dire des pécheurs, peut porter des son sein l'Église des parfaits ? Si l'Église visible des imparfaits, de ceux qui ne sont pas saints, engendre des enfants saints, comment est-elle privée des sainteté ? Si les membres de la Congregatio Sanctorum, ne sont pas issus des enfants de l'Église visible, à quoi sert alors l'Église visible ? Pour éviter de se contredire et être conséquents avec eux-mêmes, ceux qui croient en la Congregatio Sanctorum devraient cesser de croire en l'Église visible, cesser d'utiliser le terme Église. Ainsi ils ne pécheraient pas contre le concept d'Église et ne diraient plus des choses paradoxales, croyant ici en l'Église et là la niant.

Car, si les membres de l'Église invisible ne sont pas issus de l'Église invisible, mais s'unissent mystérieusement en Dieu par la seule foi en Christ, en qui le Sauveur agit et sur qui descend le saint Esprit, qui deviennent saints et parfaits, à quoi sert alors, on se le demande, l'Église visible, puisqu'elle ne contribue en rien à l'union et là la perfection isolés et inconnus les uns des autres, s'ils ne forment pas un ensemble organique, une union indissoluble, selon le sens même de ce nom ?

La vérité, c'est que ceux qui admettent une Église invisible rejettent au fond, l'Église visible. Et pour éviter de se décomposer définitivement, ils admettent une forme d'Église, un genre d'assemblée où se réunissent les adeptes pour glorifier Dieu et entendre la prédication. Mais tout cela n'est pas l'Église une, sainte, catholique et apostolique, que nous confessons dans le Symbole sacré de la foi. Ils forment une assemblée d'adeptes du Seigneur, qui croient en lui, sans avoir été vraiment régénérés par le bain de la renaissance, sans être véritablement saints et parfaits. A moins que leur Église visible soit celle des imparfaits, tandis que l'autre, l'invisible, serait celles des parfaits et n'aurait d'existence que dans leur imagination.

Appeler assemblée des saints, Église invisible, l'ensemble des élus, qui ne se connaissent pas les uns les autres, qui ne sont pas organiquement liés en un tout, il y a contradiction. Car 1) Comment ceux qui ne sont jamais réunis ensemble peuvent-ils être une assemblé ? 2) Comment l'Église composée d'individus peut-elle être invisible ? Église et invisible sont deux concepts contradictoires ou plutôt opposés.

Dans le premier cas, ils considèrent comme assemblée, Église, donc quelque chose de visible, ce qui n'a pas encore été réuni et, dans le second, ils se contredisent en l'appelant invisible.

La Congregatio Sanctorum n'existe pas et ne peut exister. Elle n'existe pas, parce que Une est l'Église sainte, catholique et apostolique, indivisible et visible, formée par tous ceux qui sont régénérés en elle. Quelque chose qui soit à la fois visible et invisible n'existe pas.

Ceux qui n'ont pas été régénérés par la grâce divine qui opère dans l'Église une, sainte, catholique et apostolique, ne forment aucune Église, ni visible ni invisible.

L'Église dite protestante n'est qu'une notion abstraite. Elle est privée du principe divin, de l'autorité divine et historique. Elle est tout entière tributaire des pensées et des actes humains, sans caractère stable et inaltérable. Si les protestants considèrent comme Congregatio Sanctorum, l'Église visible qu'ils forment, à quoi sert alors l'Église invisible ? Et à nouveau on se demande, comment ceux qui la composent sont-ils saints, puisque selon leurs propres principes, l'homme s'est définitivement corrompu après le péché ?

Qui leur a confirmé leur renaissance, leur sainteté, leur réconciliation et leur communion avec Dieu ? Qui leur a prouvé que la grâce du Christ opérait en eux ? Qui a témoigné de l'effusion de l'Esprit Saint en eux, de l'abondance des dons divins, des charismes divins ?

Tout n'est donné avec certitude et autorité que dans l'Église une, sainte, catholique et apostolique seulement. Celui qui a été régénéré en elle, reçoit la parfaite assurance de sa communion avec Dieu.


 4. AUTHENTICITÉ ET AUTORITÉ DE L'ÉGLISE

L'Église en tant qu'institution divine est dirigée par le saint Esprit ; Il demeure en elle et en fait la règle infaillible des dogmes, "la colonne et le fondement de la vérité." C'est l'Église qui garde pure et inaltérée la doctrine apostolique. Elle seule peut conduire à la vérité, être le seul juge infaillible, en mesure de se prononcer sur les vérités salutaires de la doctrine révélée. L'Église, une, sainte, catholique et apostolique, représentée par tous ses ministres en Conciles œcuméniques, est le seul juge authentique, le seul gardien naturel proposé à la garde de la doctrine inspirée. L'Église seule décide de l'authenticité et de l'autorité des Saintes Écritures. C'est elle qui garantit et conserve rigoureusement dans son sein la tradition et la doctrine apostolique pures et inaltérées. Elle seule peut confirmer, expliquer et formuler les vérités, assistée par le Saint Esprit.

Seule l'Église conduit au Christ ceux qui croient en lui et leur donne la droite intelligence des Saintes Écritures. Elle seule garde ses enfants sur la voie du salut. Elle seule les guide avec certitude vers le salut. En elle seule les fidèles possèdent la ferme assurance des vérités auxquelles ils croient et le salut de leur âme. Hors de l'Église, cette arche de Noé, il n'y a aucun salut. "Nous croyons que le saint Esprit enseigne l'Église, dit la Confession de Dosithée. Il est le vrai Consolateur que le Christ envoie de la part du Père pour enseigner la vérité et chasser les ténèbres loin de l'esprit des croyants."

Sans l'autorité de l'Église, il n'y a rien de stable, rien de rigoureux, rien de sûr pour le salut. Seule l'autorité de l'Église conserve pur et sans tâche le dépôt apostolique ; par elle seule sont transmises pures et sans tâche les vérités de la prédication apostolique. Sans l'autorité de l'Église, le contenu de la foi peut être altéré, la prédication apostolique n'être plus qu'un vain mot. Sans l'Église visible fondée par Dieu, aucune union peut exister entre les membres d'une quelconque communauté qui ne serait pas le Corps du Christ, car, le Corps du Christ, c'est son Église, dont il est la tête. Sans l'Église, personne ne peut être uni au Corps du Christ ; nul, s'il n'a pas été régénéré, s'il n'est pas devenu participant de la grâce qui est dans l'Église, ne peut devenir membre du Christ.

Ceux qui définissent l'Église comme une société invisible, une assemblée d'élus, de saints, le Congregatio Sanctorum, société de foi et d'Esprit Saint, dans laquelle agirait le Sauveur, s'excluent eux-mêmes de la grâce divine dispensée par l'Église, à laquelle ils n'appartiennent pas.

Ceux qui nient l'Église visible du Christ, nient également la nature de l'Église, c'est-à-dire son caractère concret, qui en fait une institution divine sur la terre où est perpétuée l'œuvre rédemptrice du Sauveur.

Ceux qui aiment à se croire de la société invisible des saints, faite des saints de toute la terre connus de Dieu seul, ceux qui pensent que par une foi toute théorique dans le Sauveur deviennent participants du Saint Esprit, qui croient que le Sauveur opère leur salut sans la méditation de l'Église qu'Il a fondée, ceux-là s'égarent, carextra ecclésiam nulla salus. Hors de l'Église une, sainte, catholique et apostolique, il n'y a aucun salut. Cette Église est visible, elle n'est pas une simple association d'hommes qui croient en Christ. Elle est une institution divine. En elle s'opère la rédemption de l'homme. En elle l'homme communie avec Dieu et devient fils de Dieu.

Les protestants qui ont abandonné l'Église visible du Christ pour fonder leurs propres communautés de saints pèchent contre le caractère essentiel de l'Église. Ils interprètent l'œuvre de la rédemption comme une théorie théologique capable de sauver celui qui l'étudie ou l'accepte. Mais l'œuvre de la rédemption n'est pas une simple théorie théologique. Elle est un acte mystique accompli dans l'Église visible du Christ. C'est cette œuvre qui donne le salut, qui fait des fidèles des participants du saint Esprit. Hors de l'Église, il n'y a aucune théorie de la foi, aucune société qui mène à la communion avec Dieu. Le Seigneur a dit: "Celui qui croira et se fera baptiser sera sauvé." C'est le Seigneur qui a dressé l'autel visible de l'Église. C'est pourquoi il existe avec la théorie l'acte, l'acte selon la vérité qu'il a transmise à sa sainte Église, unique accès à la vie, et dont le Christ en est la tête. C'est à elle que nous devons nous remettre. C'est d'elle que nous devons apprendre la vérité et recevoir notre salut. Elle seule est la colonne et le fondement de la vérité, parce que l'Esprit, le Consolateur, demeure à jamais en elle. Le vénérable Dosithée dit à propos de l'Église ceci: "Nous devons, sans aucune hésitation, croire en l'Écriture, mais pas autrement que ne l'enseigne l'Église catholique. Les hérétiques reçoivent certes la sainte Écriture, mais ils la déforment par des métaphores, des homonymies, des sophismes de la sagesse humaine qui confond l'inconfondable et se joue de ce qui ne peut l'être. Si chaque jour on devait adopter les opinions des uns et des autres, l'Église catholique ne serait pas ce qu'elle a été jusqu'à ce jour, par la grâce du Christ, ayant une seule opinion sur la foi, croyant inébranlablement la même choses. Elle serait déchirée par une multitude d'hérésies, elle ne serait plus l'Église sainte, la colonne et le fondement de la vérité, sans tâche, sans rides. Elle serait celle des malicieux, celles des hérétiques, qui après avoir été instruits par elle l'ont, sans scrupules, rejetée. Aussi nous croyons que le témoignage de l'Église catholique n'est pas inférieur à l'autorité de l'Écriture divine. Les deux sont l'œuvre du même et seul Esprit. Un homme qui parle de lui-même peut pécher, égarer et s'égarer. L'Église catholique ne parle jamais d'elle-même, mais par l'Esprit de Dieu, le Maître qui l'enrichit perpétuellement. Il lui est impossible de pécher, de s'égarer et d'égarer. Elle est égale à la divine Écriture et possède l'autorité infaillible et perpétuelle."

Saint Cyrille de Jérusalem dit : "Aime à t'instruire et apprends de l'Église quel sont les livres de l'Ancien et du Nouveau Testament acceptés par tous. Pourquoi perdre son temps avec ceux qui sont douteux ? Lis donc les vingt-deux livres de l'Ancien Testament, traduits par les soixante-dix docteurs."

Derrière les paroles de Cyrille apparaît l'autorité de l'Église. Le patriarche Denys, lors du Concile de Constantinople de 1672, a dit à propos de l'infaillibilité de l'Église : " Quant à l'Église catholique orthodoxe, nous disons qu'elle est infaillible, guidée qu'elle est par sa propre tête, le Christ, et enseignée par l'Esprit de vérité. Il lui est donc impossible de se tromper ; c'est pourquoi elle est appelée par l'Apôtre colonne et fondement de la vérité. Elle est visible et ne fera jamais défaut aux orthodoxes jusqu'à la fin du monde."

L'Enfant dans la crèche, qui est venu pour accomplir la volonté de son Père jusqu'à la mort sur la croix  (Ph 2,8)

L'Enfant dans la crèche, qui est venu pour accomplir la volonté de son Père jusqu'à la mort sur la croix (Ph 2,8)

EN VRAC...POUR VOTRE REFLEXION

PERSONNELLE...

Homélie pour le jour de Noël

VIRGINITE PERPETUELLE DE MARIE ?...

  • 1. L’Église confesse depuis l’origine que Marie est « la Vierge du Seigneur » et toutes les icônes de la Mère de Dieu la présentent « aei parthénos » (Toujours Vierge), mais l’affirmation dogmatique de cette virginité totale et perpétuelle de la mère de Dieu avant, pendant et après l’enfantement de son Fils ne s’est imposée unanimement que progressivement chez les Pères de l’Église, puis dans plusieurs conciles et dans le Magistère de l’Église.
  • 2. La conception virginale de Jésus n’a jamais fait débat. Elle est très puissamment affirmée par l’Évangile. C’est le signe essentiel, annoncé par la célèbre prophétie d’Isaïe 7,14, qui convient pour exprimer le mystère de l’Incarnation du Fils unique de Dieu.
  • 3. La virginité in partu, dans l’enfantement, est mise en relation avec la Résurrection. Jésus sort victorieux du tombeau comme il sort du sein inviolé de sa mère. Cette connexion des mystères, si essentielle aux yeux de Pères de l’Église, échappe souvent aux chrétiens d’aujourd’hui. Noël est incompréhensible sans Pâques.
  • 4. La virginité post partum, après l’enfantement, a toujours été tenue par les Pères de l’Église et la Tradition, mais trois expressions du Nouveau Testament ont suscité quelques objections, sans troubler la foi des premiers lecteurs attentifs de l’Écriture qui connaissaient le contexte : les mots « premier-né » (Luc 2,7), « jusqu’à » (Matthieu 1,25) et la question des « frères et sœurs de Jésus » (Marc 6,3 ; Matthieu 13,55). Les deux premières objections n’ont pas beaucoup de poids : car Jésus « Premier né » ne signifie pas qu’il y a eu un second enfant. Et dans la Bible, l’expression « jusqu’à » ne signifie pas forcément un changement subséquent, mais une mesure de temps.
  • 5. La question des « frères et sœurs » de Jésus appelle une réponse plus argumentée qui prend en compte plusieurs arguments forts : Jacques et Joset sont appelés frères de Jésus mais ils sont sûrement les fils d’une autre Marie ; Simon et Jude sont des cousins du Seigneur selon Hégésippe ; L’Évangile mentionne aussi des « sœurs » ce qui supposerait au moins sept enfants, qui ne sont jamais appelés « fils ou filles de Marie » ; enfin, Jésus n’aurait pas confié sa mère à Jean au pied de la Croix (Jean 19, 26) si elle avait eu de nombreux autres enfants ; tout cela vient en fait de l’absence de mot en hébreu ou en araméen pour dire « cousin » ; dans le grec du Nouveau Testament, le mot frère a souvent une signification qui n’est pas biologique.
  • 6. Même si le sujet revient régulièrement comme un « scoop » dans la presse ou les ouvrages de vulgarisation, les Pères de l’Église ont déjà tranché la question dès le Ve siècle, avec, au-delà de toutes ces raisons bien fondées, l’argument de bon sens que toutes les Églises apostoliques d’Orient et d’Occident confessent et reconnaissent depuis toujours : Marie n’a pas eu d’autre enfant car elle est « la Vierge du Seigneur », qui lui est totalement consacrée.
  • 7. Au-delà du signe il faut comme toujours chercher le sens profond : Marie, Vierge et Mère, est le modèle admirable de l’Église. Sa virginité parfaite est le signe de sa foi que nul doute n’altère et le signe de son entière consécration à Dieu qui est au fondement de sa mission unique de Mère de Dieu et de mère des hommes. Elle n’a selon la chair qu’un seul enfant, parce que selon l’esprit, elle est appelée à devenir la mère de tous. Sa virginité l’ouvre à sa maternité spirituelle.

Pour en savoir plus, rendez-vous à la rubrique Questions d’Aleteia.

Pour en savoir beaucoup plus, rendez-vous ici !

===

 

Noël à Damas sans tyrannie et sans haine…Tel que les médias occidentaux majoritaires ne vous le montreront pas... 

 

Encore des images du « régime de Bachar el Assad » que vous ne verrez certainement pas dans les médias français! Elles s’accordent si mal avec la tyrannie qu’on vous y décrit habituellement! Contrairement aux alliés arabes du régime de François Hollande, dans la capitale syrienne on trouve même de belles et grandes crèches, tandis qu’en France le régime républicain voudrait bien les faire définitivement disparaître. La France pourtant baptisée par Saint-Rémi et confirmée 1000 ans plus tard dans la ville de Saint-Rémi -Reims-, par l’œuvre de sainte Jeanne d’Arc qui y a fait couronner le roi de France après en avoir bouté les Anglais dehors.


Hollande, Fabius, Valls & Cie, qui se sont vantés d’avoir fourni des armes aux prétendus « rebelles modérés » démocrates, « opposants de Bachar-el-Assad, seraient bien en peine de nous fournir des images montrant des crèches et des sapins de Noël au royaume d’Arabie ou dans les émirats… Même les soldats de l’OTAN qui transitent sur leurs territoires voient leurs croix confisquées à l’aéroport par les imams-amis de la France…
(Source :M.P.I)

 

===

Ali Mohammed al-Nimr 

a été condamné à mort en mai 2014 pour « sédition »,

« désobéissance au souverain »

et « port d’armes ».

 

Au terme de huit mois de procès, Ali Mohammed al-Nimr  a été condamné à mort en mai 2014 pour « sédition », « désobéissance au souverain » et « port d’armes ». La justice saoudienne vient de rejeter son appel, examiné dans le plus grand secret. Son exécution est désormais une affaire de jours. Une fois décapité, son corps, monté sur une croix, sera exposé publiquement jusqu’au pourrissement de ses chairs.

Le jeune homme a reconnu faire partie d’une organisation terroriste et jeté des cocktails Molotov contre les forces de l’ordre. Des aveux signés sous la torture selon l’ONG Reprieve, qui assure la défense d’Ali Mohammed al-Nimr. Aucune preuve des faits incriminés n’a pu être produite devant la « Cour criminalisée spécialisée » au fonctionnement opaque, qui siègeait pour l’occasion.

Le gouvernement semble avoir pesé de tout son poids pour que l’affaire connaisse cette issue effrayante. Notamment pour faire payer sa rébellion à l’oncle du jeune homme, le cheikh Nimr al-Nimr, un haut dignitaire chiite et l’un des plus virulents opposants de la monarchie.

La condamnation barbare intervient au moment même où l’on apprend la nomination de l’ambassadeur saoudien auprès des Nations Unies à Genève, à la tête du Groupe consultatif du Conseil des droits de l’homme* de l’institution internationale.

Le pays bafoue pourtant ostensiblement les droits de l’homme, ignore totalement le respect de la liberté religieuse, nie aux femmes leurs droits les plus élémentaires et multiplie les décapitations publiques devenues si nombreuses qu’il lui a fallu recruter huit bourreaux au mois de mai dernier. Selon le décompte de Human Rights Watch, plus de 134 personnes ont déjà été exécutées en Arabie saoudite depuis le début de l’année. Les rares opposants ou intellectuels que compte encore le royaume y subissent des outrages continuels comme ce blogueur condamné à 1 000 coups de fouet pour « insulte à l’islam ».

Quand « les pétrodollars et la politique l’emportent sur les droits de l’homme »

Depuis, un mouvement de protestation enfle dans toute la communauté internationale. L’ONU a rappelé que « toute sentence infligeant la peine de mort à des personnes mineures à l’époque du délit ainsi que son exécution sont incompatibles avec les obligations internationales de l’Arabie saoudite ».

François Hollande, pour sa part, a demandé à l’Arabie saoudite de « renoncer à cette exécution au nom de ce principe essentiel que la peine de mort doit être abolie et les exécutions empêchées ». Une posture difficile à tenir pour le président français quand « les pétrodollars et la politique l’emportent sur les droits de l’homme », aux dires de Hillel Neuer, directeur exécutif de l’ONG UN Watch.

En quelques mois, le royaume saoudien s’est en effet porté directement acquéreur d’une escadrille de Rafale et aurait contribué indirectement au financement de la livraison de près de 8 milliards d’euros d’armes françaises au Liban et du rachat des navires Mistral par son fidèle allié égyptien.

* Organe intergouvernemental, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a pour mission de renforcer et de promouvoir les droits de l’homme dans le monde. Faisal bin Hassan Trad préside le groupe d’experts du Conseil, chargé de désigner les fonctionnaires qui vont édicter les standards internationaux en matière de droits de l’homme et rendre compte de leurs violations dans le monde entier.(Source: Aleteia)

===

Crèche vivante à Alqosh, dans le nord de la

 

plaine de Ninive, à une quinzaine de kilomètres de la ligne de front... Les chrétiens d'Irak et les membres de Fraternité en Irak vous souhaitent un joyeux Noël !

 

 

 
Photo de Fraternité en Irak.
Photo de Fraternité en Irak.
Fraternité en Irak a ajouté 2 nouvelles photos.

Crèche vivante à Alqosh, dans le nord de la plaine de Ninive, à une quinzaine de kilomètres de la ligne de front... Les chrétiens d'Irak et les membres de Fraternité en Irak vous souhaitent un joyeux Noël !

+++

Pour Rappel Noel c'est l'anniversaire de la naissance de Jésus (Issa) le plus grand des prophètes après Mohamed dans le Coran !

Dieu à beaucoup d'humour car Il à fait coïncidé les deux fêtes le même jour, Le Mouled (naissance du prophète Mahomed et Noel naissance de Jésus en ce 25 décembre 2015 , à réfléchir !!!

Les gouvernements somalien et tadjik ont interdit les célébrations de Noël cette année, avec des sanctions allant jusqu'à une peine d'emprisonnement de cinq ans. Plus tôt, Bruneï avait lui aussi interdit la plus importante des fêtes chrétiennes.

Le minsitre de la Religion de la Somalie, Cheikh Mohamed Kheyrow a émis une interdiction sur les festivités de Noël et du Nouvel An mercredi, affirmant que ces fêtes n'avaient «rien à voir avec l'Islam». 

«C'est une question de foi», a-t-il martelé, ajoutant avoirenvoyé des lettres à la police, aux services des renseignements et de la sécurité nationale de la capitale Mogadiscio, demandant de prévenir toute célébration chrétienne en lien avec Noël et/ou le Nouvel An. 

Les motivations de ce choix radical de la Somalie reste inexpliqué. La Somalie est presque entièrement de confession musulmane, mais accueille des milliers de soldats de l'Union africaine (UA), dont une partie importante est issue de pays à majorité chrétienne tels que le Burundi, l'Ouganda ou encore le Kenya.

Par ailleurs, le pays, qui peine à sortir de deux décennies de combats et de chaos, a également vu un nombre croissant de ses ressortissants revenir d'Europe et d'Amérique du Nord, qui ont eu le temps de s'habituer aux coutumes et traditions occidentales. 

Les fonctionnaires somaliens ont également dit que les célébrations de Noël pouvaient provoquer des attques de militants islamistes des Shebabs. 

«La fête de Noël ne sera pas célébrée en Somalie pour deux raisons : d'abord parce que tous les Somaliens sont musulmans et il n'y a aucune communauté chrétienne en Somalie, ensuite pour des raison évidentes de sécurité», a annoncé Abdifatah Halane, porte-parole du maire de Mogadiscio.

La plus importante fête chrétienne a également été interdite au Tadjikistan, où le gouvernement s'est prononcé contre l'installation d'arbres de Noël dans les écoles et la distribution de cadeaux aux enfants. 

Déjà en 2013, le pays avait banni le Diéd Moroz ('Grand-père gel, l'équivalent du Père Noël en Russie) des écrans de télévision. La-même année, la police avait arrêté de nombreux manifetstants qui s'en étaient pris aux forces de l'ordre déguisés en zombies lors d'un défilé non-autorisé en célébration de la fête occidentale anglo-saxonne d'Halloween. 

Il y a quelques jours, le sultan de Bruneï, pays d'Asie régi par la charia, a prévenu que les citoyens qui décideraient de braver la loi, qui restreint sévèrement la célébration de la fête de Noël, encouraient une amende de 20 000 dollars, cinq ans de prison, ou les deux.

 

===

 

 

25 Assyrian Christian hostages have been released. Merry Christmas! They were captured on February 23 when the 35 Assyrian villages on the Khabur river were attacked in the Hasaka province. ISIS captured 253 in the initial attack and drove 3,000 Assyrians from their villages. Most have not returned.

 

Photo de Nahren Anweya.
Photo de Nahren Anweya.
Photo de Nahren Anweya.
 

Two of the hostages are men, seven are women, and the rest are children between the ages of 3 and 11. The hostages are in good health. They arrived in Tel Tamer in the morning.

The 16 children belong to six of the seven women in the group.

The following is a list of the names of the released hostages. The names of the children follow the name of their mother.

Sammy Awisha Malham (male,41)
Fadi Michael Eesa (male,41)
Juliet Yourish Talya (female, 40, 2 children)
Stella Farid Joseph (female, 10)
Tony Farid Joseph (male, 7)
****
Ghada Moshe Baram (female, 40, 1 child)
Maria Akram Odisho (female, 8)
****
Hanan Youkhana Enwiya (female, 46, 4 children)
Francis Walid Sawa (male, 11)
Aurinya Walid Sawa (female, 9)
Ashurina Walid Sawa (female, 7)
Nahren Walid Sawa (female, 4)
****
Muna Marcus Adam (female, 41, 5 children)
Louise Ashur Gabriel (male, 9)
Lamasu Ashur Gabriel (male, 7)
Ankidu Ashur Gabriel (male, 6)
Amilio Ashur Gabriel (male, 4)
George Ashur Gabriel (male, 2)
****
Lena Nawaf Marjan (female, 39, 3 children)
Ninos Elias Youkhana (male, 10)
Ishtar Elias Youkhana (female, 7)
Junior Elias Youkhana (male, 3)
****
Laila Odisho Odisho (female, 47, 1 child)
Alexander Samih Simon (female, 11)
****
Jamila Kako Kako (female, 41)
https://www.facebook.com/nahren.nora/posts/1304387872920200

 

===

Source

Ce n’est pas seulement au Moyen-Orient que les chrétiens font face à des persécutions.

Dans l’immense Indonésie, le plus grand pays musulman, l’intégrisme poursuit son œuvre. En octobre, deux églises ont été attaquées et brûlées dans la province d’Aceh. Et en Malaisie, les menaces se multiplient.

 

Un lecteur m’a fait observer que je ne parlais jamais des chrétiens d’Asie du Sud Est qui sont eux aussi  confrontés à l’intolérance musulmane. A la veille de Noël, je me rachète un peu avec ce bref tour d’horizon et une pensée particulière pour ces populations qui vivent dans une insécurité croissante qu’une actualité plus sanglante éclipse.

Des églises flambent ou sont détruites

Aceh.jpg

En Indonésie, le plus grand pays musulman du monde, on est encore loin des persécutions que vivent les minorités du Moyen Orient. Les groupes islamistes sont à la fois très minoritaires et très puissants. Ils harcèlent et attaquent les membres de minorités religieuses et leurs lieux de cultes. Les chrétiens représentent plus de 10% de la population, soit 26 millions.

Lorsque des églises sont fermées, c’est la plupart du temps une décision du gouvernement local ou régional qui cède aux pressions des radicaux. Certaines églises ne réussissent pas à se faire enregistrer officiellement auprès des autorités, alors même qu’elles remplissent les critères. C’est surtout le cas dans les régions où l’islam est très présent. Même quand une église est en règle, les autorités locales peuvent facilement lui retirer son autorisation.

Le 8 décembre 2013, une foule de 150 musulmans radicaux a fermé de force quatre églises évangéliques sur l’île de Java et les fidèles ont été expulsés. Non seulement la police n’est pas intervenue, mais elle a même aidé à apposer le sceau de fermeture sur les entrées.

Aceh (98% de musulmans), province de la pointe nord de l’île de Sumatra, avait des velléités séparatistes. Une sanglante guerre civile a opposé les guérilleros au gouvernement, mais le tsunami de 2004 a calmé les ardeurs, de même que l’octroi par le gouvernement d’un statut d’autonomie qui permet aux islamistes d’implanter la charia. Pratiquer l’homosexualité, le jeu ou boire de l’alcool sont sanctionnés par des coups de bâtons. Les femmes sont obligées de porter la tenue islamique. Le harcèlement des chrétiens est comme de juste au programme.

Depuis toujours, les permis de construire ou de gérer des églises ne sont jamais accordés aux quelques milliers de chrétiens qui habitent la province. Les demandes restent sans réponses. Les chrétiens se sont débrouillés en s’installant dans des locaux précaires et illégaux.

Le 13 octobre, dans la région de Singkil, plusieurs centaines de jeunes musulmans répondant à l’appel de l’Association des étudiants musulmans d’Indonésie (bonjour le futur!) mettent le feu àAceh_pleurs.jpgune chapelle protestante. Ils tentent d’incendier un deuxième lieu de culte, mais les chrétiens résistent. Au cours de l’assaut, des coups de feu sont tirés, et l’un des assaillants, 21 ans, est tué et d’autres personnes blessées. Dans la panique, des milliers d’habitants fuient dans la province voisine. «Nous ne cesserons pas de chasser les chrétiens et de brûler les églises. Les chrétiens sont les ennemis d’Allah!», crient les extrémistes.

Sous la pression de ces fous d’Allah, un accord avait été conclu entre responsables chrétiens et musulmans qui prévoyait la destruction de dix lieux de culte chrétiens dans la région de Singkil. Celle qui a été la cible des extrémistes n’y figurait pas. Les opérations devaient commencer quelques jours après, le 19 octobre.

Et effectivement, le lundi 19 octobre, les chrétiens assistent en silence et certains en pleurs, à la démolition de trois chapelles, une catholique et deux protestantes.

Le nouveau président du pays, Joko Widodo, défend la tolérance religieuse -il a fait supprimer au début de l’année la mention de la religion sur les cartes d’identité- et de nombreux mouvements tentent de contrer les islamistes. Mais la capacité de nuisance de ces derniers reste inquiétante.

Interdiction d’utiliser le mot «Allah»

Chez la voisine malaise, 30 millions d’habitants, la situation est plus grave. Bien que les non-musulmans aient en théorie droit à la liberté de croyance, ils sont victimes au quotidien de sévères restrictions. Les musulmans pour leur part n’ont pas le droit de changer de religion. Le crime d’apostasie est très sévèrement puni, la sanction allant selon les États de séjours en prison à la peine de mort.

Malaisie_Radio Canada.jpg

Le fait le plus exemplaire de ces dernières années est la longue procédure qui a opposé The Herald, principal journal catholique du pays, à propos du droit d’utiliser le mot Allah (arabe) dans ses colonnes en malais. La Cour fédérale a confirmé l’interdiction de cet usage en juin 2014.

Le 25 juin de la même année, le Conseil des Affaires islamiques de Selangor a affirmé qu’il était en droit de saisir toute bible portant le mot Allah et qu’il n’hésiterait pas à faire arrêter toute personne distribuant une telle bible.

Les deux péripéties qui suivent, parmi d’autres, sont plus révélatrices de l’intolérance qui s’étend que l’incendie d’églises.

En janvier 2014, plus de 300 exemplaires d’une Bible éditée en malais et en langue iban ont été saisies et restituées, après de houleuses péripéties, le 14 novembre. Les responsables chrétiens découvrent alors que tous les volumes sont tamponnés sur les pages intérieures de la mention:«Strictement et uniquement réservé à l’usage de non-musulmans. Ne peut être ni publié ni utilisé où que ce soit dans l’État du Selangor conformément à la section 9 (1) de la promulgation de 1988 sur Les religions non musulmanes (Du contrôle de la diffusion parmi les musulmans)».

Le 5 décembre 2014, le Père Cyril Mannayagam fait porter un recueil de chants à un service de reprographie de Tangkak dans l’Etat de Johor, pour le faire photocopier à une trentaine d’exemplaires en vue de la célébration de Noël. Il est arrêté «pour avoir fomenté des troubles et incité à la haine religieuse» au titre de l’article 298A du Code pénal. «Quand je leur ai demandé pourquoi ils m’arrêtaient, ils m’ont répondu que le mot Allah ne pouvait être utilisé que par les musulmans», rapporte le religieux au Malaysian Insider.

Les défenseurs du Herald perdent la dernière bataille d’«Allah» en 2015. Le 21 janvier, les cinq juges de la Cour fédérale n’examinent pas la question de fond, mais se limitent à vérifier l’existence ou non de vices de forme dans les précédentes procédures. Les magistrats estiment à l’unanimité qu’il n’y en a pas.

La liberté religieuse est assurée par la constitution, mais de moins en moins respectée. «A d’innombrables reprises, le premier Ministre Najib Razak a publiquement affirmé que la religion, en l’occurrence l’islam, l’emporterait toujours sur la politique et il a rappelé que la population devait défendre l’islam, que le pluralisme, et le libéralisme, entre autres, sont ennemis de l’islam et que les Droits de l’Homme ne doivent s’exercer que «dans les limites de ce qui est permis par l’islam».

La population a faim d’islam. La dernière illustration vient de  Rayani Air: sonBoeing 737, qui décolle de Kuala Lumpur, vient d’organiser pour la première fois un vol 100% islamique. Les passagers se voient offrir des boissons et un repas halal par des hôtesses coiffées d’un hijab strict. Pas de porc ni d’alcool. La démonstration de sécurité, juste avant le décollage, est accompagnée d’un récital de prières.«Nous sommes la première compagnie de Malaisie à nous soumettre à la charia, nous en sommes très fiers», explique Jaafar Zamhari, le directeur. Il promet que le respect des préceptes religieux sera encore amélioré.

Dans les deux pays, l’excision est très répandue. La lutte est au point mort, notamment parce que les oulémas tiennent farouchement à cette pratique. Faire du prosélytisme pour d’autres religions est interdit et quitter l’islam impossible.

Jusqu’à quand les mensonges?

Quand les musulmans se radicalisent, la présence de chrétiens et d’autres minorités est systématiquement menacée, jusqu’à l’épuration. C’est la règle et elle s’explique.

L’islam est apparu trois millénaires après le judaïsme et six siècles après le christianisme, il n’est donc pas mentionné dans leurs textes. Le Coran et son prophète en revanche peuvent tomber à bras raccourcis sur ceux qui étaient là avant lui. Le «livre saint» ne s’en prive pas, qui les condamne dans des dizaines et des dizaines de versets. Associer une autre divinité à Dieu -Jésus- est un péché majeur, qui ne peut être pardonné.

Les hadiths renforcent cette insondable intolérance. Mais ici comme ailleurs, il est impossible aux religieux de reconnaitre la réalité.

Ce déni comme le refus d’affirmer qu’ils renoncent à ces injonctions les rendent eux aussi responsables des innombrables vexations et persécutions qui frappent les minorités et s’étendent dans la sphère musulmane.

Pour en savoir plus : https://www.portesouvertes.fr et http://eglasie.mepasie.org/

+++

Déc242015

 

Publié le 24 décembre 2015

Discours à l’université d’Al-Azhar le 22 décembre 2015 , lors de l’anniversaire du prophète Mohammed’, le président égyptian Abd Al-Fattah Al-Sisi s’est adressé à une audience de dignitaires d’ Al-Azhar, en leur appelant à apprendre le respectpour les autres depuis les chaires des mosquées. Le president Al-Sisi a félicité les chrétiens à Noël, en déclarant : “Ce qui nous divise nous détruit.”

Tout près du Sauveur nouveau-né, nous voyons saint Étienne. Qu'est-ce qui a valu cette place d'honneur à celui qui le premier a rendu au Crucifié le témoignage du sang ?  Il a accompli dans son ardeur juvénile ce que le Seigneur a déclaré en entrant dans le monde :  « Tu m'as donné un corps.  Me voici, je viens pour faire ta volonté »  (He 10,5-7).

Tout près du Sauveur nouveau-né, nous voyons saint Étienne. Qu'est-ce qui a valu cette place d'honneur à celui qui le premier a rendu au Crucifié le témoignage du sang ? Il a accompli dans son ardeur juvénile ce que le Seigneur a déclaré en entrant dans le monde : « Tu m'as donné un corps. Me voici, je viens pour faire ta volonté » (He 10,5-7).

Contemplons en ce jours des "félicitations à Marie la Mère de Dieu le Verbe Incarné" ce qu'elle fut: Paradis spirituel du «Second Adam», Temple de la Divinité, Pont qui relie la terre au Ciel, Echelle par laquelle Dieu descend sur la terre et l'homme remonte au Ciel, la Mère de Dieu est devenue plus vénérable que les Chérubins, les Séraphins et toutes les Puissances célestes; en abritant le Christ son sein est apparu «plus vaste que le ciel», car il est désormais le Trône de Dieu.  Grâce au oui de Marie, l'homme est élevé plus haut que les Anges et la gloire de la Divinité resplendit dans son corps.

Contemplons en ce jours des "félicitations à Marie la Mère de Dieu le Verbe Incarné" ce qu'elle fut: Paradis spirituel du «Second Adam», Temple de la Divinité, Pont qui relie la terre au Ciel, Echelle par laquelle Dieu descend sur la terre et l'homme remonte au Ciel, la Mère de Dieu est devenue plus vénérable que les Chérubins, les Séraphins et toutes les Puissances célestes; en abritant le Christ son sein est apparu «plus vaste que le ciel», car il est désormais le Trône de Dieu. Grâce au oui de Marie, l'homme est élevé plus haut que les Anges et la gloire de la Divinité resplendit dans son corps.

Avec ce passage de mor aphrem, je souhaite un heureux Noël

 

(mawlodeh dmoran brikho)

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Programme:
 



*Samedi 26 Décembre, Fête des « Félicitations à la Mère de Dieu »
Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

* Saturday, December 26, Feast of "Congratulations to the Mother of God"
Mass in honor of "All Pure and Immaculate Mother of the Word-God" at 10:30, fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30



VEILLEE POUR LA VIE dans la nuit du 26 au 27

VIGIL FOR LIFE on the night of 26 to 27

*Dimanche 27 Décembre, Fête des « Saints Innocents »
Messe en l’honneur pour les enfants à naître et les victimes de l’avortement à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

* Sunday, December 27, day of the "Holy Innocents"
Mass in honor to unborn children and victims of abortion at 10:30 fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

 

*l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

 

Le salut est entré dans le monde

Calligraphie et enluminure de Noël par Sophie qui animera avec soeur Barbara une session d'art postal à Béthanie du 6 au 7 février 2016

Repost 0
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 10:07
"There are many instances in my life where the belief in The Almighty and the Christian Faith have sustained me, times of troubles and difficulties. No matter what may befall a human being he can always succeed in overcoming it in time if he has the strength of faith and praise to God, for inevitably He comes to the assistance of those that believe in Him and those that through their work live an exemplary life." -H.I.M Haile Selassie I. " il y fut de nombreuses situations dans ma vie où , dans les périodes de troubles et de difficultés la confiance dans le Tout-Puissant et la foi chrétienne m'ont soutenues. Peu importe ce qui peut arriver à un être humain. Il peut toujours réussir à surmonter à temps s'il a la force de la foi et la louange de Dieu, car Celui-ci vient inévitablement à l'aide de ceux qui croient en lui et ceux qui, par leur travail, vivent une Vie exemplaire." - H.I.M Haile Selassie I.

"There are many instances in my life where the belief in The Almighty and the Christian Faith have sustained me, times of troubles and difficulties. No matter what may befall a human being he can always succeed in overcoming it in time if he has the strength of faith and praise to God, for inevitably He comes to the assistance of those that believe in Him and those that through their work live an exemplary life." -H.I.M Haile Selassie I. " il y fut de nombreuses situations dans ma vie où , dans les périodes de troubles et de difficultés la confiance dans le Tout-Puissant et la foi chrétienne m'ont soutenues. Peu importe ce qui peut arriver à un être humain. Il peut toujours réussir à surmonter à temps s'il a la force de la foi et la louange de Dieu, car Celui-ci vient inévitablement à l'aide de ceux qui croient en lui et ceux qui, par leur travail, vivent une Vie exemplaire." - H.I.M Haile Selassie I.

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 4,1-5.

Frères, il faut qu'on nous regarde comme les serviteurs du Christ et les intendants des mystères de Dieu.
Eh bien ! ce que l'on cherche dans les dispensateurs, c'est que chacun soit trouvé fidèle.
Pour moi, il m'importe fort peu d'être jugé par vous ou par un tribunal humain ; je ne me juge pas moi-même ;
car, quoique je ne me sente coupable de rien, je ne suis pas pour cela justifié : mon juge, c'est le Seigneur.
C'est pourquoi ne jugez de rien avant le temps jusqu'à ce que vienne le Seigneur : il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres et manifestera les desseins des cœurs, et alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui est due.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 3,1-6.

La quinzième année du règne de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de Judée, Hérode, tétrarque de Galilée, Philippe, son frère, tétrarque d'Iturée et du pays de Trachonite, Lysanias, tétrarque d'Abilène,
au temps des grands prêtres Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut sur Jean, fils de Zacharie, dans le désert.
Et il vint dans toute la région du Jourdain, prêchant un baptême de repentir pour la rémission des péchés,
ainsi qu'il est écrit au livre des oracles du prophète Isaïe : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers.
Toute vallée sera comblée, toute montagne et colline seront abaissées ; les chemins tortueux deviendront droits, et les raboteux unis.
Et toute chair verra le salut de Dieu.

« La jeunesse n’est pas faite pour le plaisir, elle est faite pour l’héroïsme »  (Paul Claudel)

« La jeunesse n’est pas faite pour le plaisir, elle est faite pour l’héroïsme » (Paul Claudel)

« Dieu Seul est

 l'Auteur de toute paix »,

c'est donc à Lui qu'il faut la demander chaque jour. Si nous comptions sur nous pour cela, nous serions vite détrompés. L'existence de chaque jour est faite de petites complications, de soucis mesquins, de menus devoirs, et si nous ne mettons ordre à ce fatras, nous sommes rapidement débordés et vite l'équilibre moral est rompu. Ceci est encore plus vrai dans les périodes de tristesse ou de maladie. Il y a dans l'épreuve, physique ou morale, lorsqu'elle n'est pas « surnaturalisée », une force dissolvante inouïe ; elle brise l'énergie, ramène à terre notre esprit, aigrit notre caractère et dépouille de toute beauté et de tout charme les objets extérieurs et les faits quotidiens. Elle est la souffrance humaine, seule, et le fardeau est trop lourd pour nos épaules ; nous subissons, dans la révolte ou l'acceptation passive, nos maux et nos angoisses. Peu à peu notre être moral s'amoindrit, nous nous absorbons dans la contemplation de notre souffrance, et l'épreuve passe sur nous, stérile, nous laissant ensuite plus faibles et moins proches de Dieu.

Que faut-il donc faire pour conserver, en dépit de la douleur, cette paix productrice de tout bien ? Prier d'abord, demander chaque jour à Dieu de nous garder paisibles et de nous donner la joie que rien ne détruit. Chercher sa grâce dans le Sacrement où Il la donne si généreusement : dans l'Eucharistie. Puis, mettre de l'ordre dans ses occupations, dans son âme, dans sa vie ; ne jamais laisser les irritations, les souffles mauvais du dehors, les mesquineries de l'existence faire irruption dans notre âme, au détriment des réalités spirituelles. Remplir tellement notre âme des choses qui, seules, sont dignes d'elles ; vivre dans une union si étroite avec Dieu, si proches du Cœur du Christ, si pleinement éclairés de l'Esprit-Saint, que notre être extérieur en soit transformé et que nos paroles, nos actes, notre attitude même ne soient que l'expression de nos plus intimes convictions, de notre vie spirituelle. Et enfin, faire de notre souffrance, devenue féconde par la libre acceptation et par le don que nous en faisons en faveur d'autrui, une œuvre vivante et rédemptrice ; nous tenir proche des âmes que Dieu nous mettra sur notre route et chercher à les comprendre et à les aimer. Voilà, par la grâce divine, les sources de la paix et le moyen de la posséder pleinement. »

Elisabeth Leseur (1866-1914), La vie spirituelle (Petits traités de l'Espérance et de la Paix chrétienne), Paris, J. de Gigord, 1920.

 

 

Mémoire des saints en France aujourd'hui:

ISCHYRION, martyr à Alexandrie († 250)

THÉMISTOCLE, berger martyr à Myre († 253)

DELPHIN, évêque de Bordeaux († 404)

L’Avent, appelé « petit Carême » par les chrétiens orientaux, est un temps de pénitence et de préparation à la naissance de Jésus qui marque le début de l’année liturgique. Comme en Carême, les célébrants revêtent la chasuble et l’étole violettes, couleur liturgique des temps de pénitence.

L’Avent, appelé « petit Carême » par les chrétiens orientaux, est un temps de pénitence et de préparation à la naissance de Jésus qui marque le début de l’année liturgique. Comme en Carême, les célébrants revêtent la chasuble et l’étole violettes, couleur liturgique des temps de pénitence.

Au commencement

Au-dessus du sens

Là est le Verbe. 

Ô trésor si riche 

Là le commencement

fait naître commencement

Ô poitrine du Père

avec grand plaisir

En coule le Verbe !

Et pourtant le sein

Garde le Verbe

Cela est vrai.

Des deux un fleuve,

D'Amour le feu, 

Les deux unis

Aux deux commun,

le Très-Doux Esprit

Très égal, 

Inséparable.

Les trois sont Un.

Sais-tu quoi ? Non. 

Il se sait lui-même : en entier,

Au mieu

La boucle des trois

A une profondeur terrible,

Le pourtour lui-même

Jamais sens ne saisit:

Là est une profondeur sans 

Fond

Échec et mat

Temps, formes et état ! 

L'anneau merveilleux

Est un jaillissement, 

Tout immobile se tient son point

Le mont pointu

Gravis-le sans agir

Intelligence

Le chemin t'emmène

En un merveilleux désert, 

Au large, au loin,

Il gît sans limite. 

Le désert n'a

Ni temps ni état, 

Sa façon lui est particulière. 

Ce désert le bien

Jamais pied n'y passe 

Sens créé

Jamais n'y vint 

Cela est; et personne ne

Sait quoi 

Cet ici, ce là, 

Ce loin, ce près, 

Ce profond, cet haut, 

Ceci est ainsi

Que ce n'est çà

Ni ci. 

Cette lumière, cette clarté

Cette ténèbre complète, 

Cet innommé, 

Cet ignoré,

Libre du début et aussi 

De la fin. 

Cela paisiblement se tient désolé, sans vêtement.

Qui sait sa demeure? 

Qu'il en sorte ! 

Et nous dise quelle est sa forme. 

Deviens comme un enfant, 

Deviens sourd deviens aveugle ! 

Tout ton être doit devenir néant,

Passe au-dessus de tout être, tout néant ! 

Laisse l'état laisse le temps, 

Et aussi les images !

Allant sans voie 

Par le sentier étroit, 

Ainsi arrives-tu

À la trace du

Désert

Ô mon âme,

Va dehors ! Dieu, dedans ! 

Sombre tout mon être

Dans le néant divin

Sombre en ce fleuve sans fond ! 

Que je te fuis, 

Tu viens à moi

Que je me perde 

Alors, je Te trouve,

Ô Bien suressentiel !

Poème de Maître Eckhart - Granum Sinapis

Le «Granum Sinapis» (Grain de Sénevé) est un témoignage de la connaissance intuitive propre au mystique.

Ce poème, né dans la vallée du Rhin au quatorzième siècle, est sans doute l’unique poème de Maître Eckhart.

Rédigé en Haut-Allemand, l’auteur a ainsi confié à la langue commune ( alors que le commentaire est en latin ) le soin de véhiculer jusqu’à nous ce joyau.

Dante, à pareille époque, fit de même en choisissant l’italien pour confier au « plus ordinaire » le soin d’accueillir, préserver, voiler et transmettre les traces du « plus Haut »!

Dans le commencement
(cela passe le sens)
là jaillit le Verbe
trésor inépuisable
aurore de l’aurore !
Ô le cœur d’un tel Père
qui de sa propre joie
tire le flot du Verbe
mais Le garde en son sein
ce Verbe ! ô vérité !

Des deux se noue un fleuve,
où coule amour et feu
formant le lien des deux
le bien connu des deux :
le flux du doux Esprit
à leur même mesure
et que rien ne sépare.
Car les Trois ne font qu’un.
Quoi le saurais-tu ? Non.
Lui seul sait ce qu’Il est.

Mais de ces trois la boucle
insondable et terrible
naît de leur propre ronde,
le sens ne peut saisir
l’abîme ici sans fond.
Avoue : « Echec et mat ! »
Sans lieu ni temps ni forme
cet anneau merveilleux
est un jaillissement
en son point - immobile -

Ce point est la montagne
à gravir sans agir,
comprenne qui pourra !
La voie te conduit
au Désert admirable
qui au large et au loin
déployé sans limite
hors du lieu - hors du temps -
se suscite en Lui-même
parfait de Son seul Être.

Désert Tu es le Bien
par aucun pied foulé
jamais le sens créé
ne saurait y aller :
c’Est (personne ne sait)
c’Est ici et c’Est là
c’Est loin et c’Est bien près
c’Est profond et c’Est haut
et si c’Est donc ainsi
ce n’Est ni ça ni ci.

C’Est lumière et clarté
c’Est aussi la ténèbre
l’innomé - l’inconnu -
libéré du début
qui échappe à la fin,
c’est en paix qu’Il se tient
vêtu de nudité.
Qui connaît Sa maison ?
Ah ! Qu’il en sorte enfin
et nous dise Sa Forme.

Deviens comme un enfant,
rends - toi sourd et aveugle !
Car ton être lui-même
doit devenir le rien,
dépasse être ou néant !
Délaisse lieu et temps
et quitte les images !
Trouve au sentier étroit
(sans le vouloir chemin)
l’empreinte du Désert.

Eloigne - toi mon âme
puisque Dieu est dedans !
Que sombre tout mon être
en ce Dieu de non-être,
dans Son fleuve sans fond !
Alors - si je Te fuis -
c’est Toi qui viens à moi.
Si je deviens ma perte
c’est Toi seul que je trouve,
Toi le Bien sans mesure !

Traduction : Antoine de Vial. Souce: Seraphim

Le grain de sénevé

Au commencement

Au-dessus du sens

Là est le Verbe. 

Ô trésor si riche 

Là le commencement

fait naître commencement

Ô poitrine du Père

avec grand plaisir

En coule le Verbe !

Et pourtant le sein

Garde le Verbe

Cela est vrai.

Des deux un fleuve,

D'Amour le feu, 

Les deux unis

Aux deux commun,

le Très-Doux Esprit

Très égal, 

Inséparable.

Les trois sont Un.

Sais-tu quoi ? Non. 

Il se sait lui-même : en entier,

Au mieu

La boucle des trois

A une profondeur terrible,

Le pourtour lui-même

Jamais sens ne saisit:

Là est une profondeur sans 

Fond

Échec et mat

Temps, formes et état ! 

L'anneau merveilleux

Est un jaillissement, 

Tout immobile se tient son point

Le mont pointu

Gravis-le sans agir

Intelligence

Le chemin t'emmène

En un merveilleux désert, 

Au large, au loin,

Il gît sans limite. 

Le désert n'a

Ni temps ni état, 

Sa façon lui est particulière. 

Ce désert le bien

Jamais pied n'y passe 

Sens créé

Jamais n'y vint 

Cela est; et personne ne

Sait quoi 

Cet ici, ce là, 

Ce loin, ce près, 

Ce profond, cet haut, 

Ceci est ainsi

Que ce n'est çà

Ni ci. 

Cette lumière, cette clarté

Cette ténèbre complète, 

Cet innommé, 

Cet ignoré,

Libre du début et aussi 

De la fin. 

Cela paisiblement se tient désolé, sans vêtement.

Qui sait sa demeure? 

Qu'il en sorte ! 

Et nous dise quelle est sa forme. 

Deviens comme un enfant, 

Deviens sourd deviens aveugle ! 

Tout ton être doit devenir néant,

Passe au-dessus de tout être, tout néant ! 

Laisse l'état laisse le temps, 

Et aussi les images !

Allant sans voie 

Par le sentier étroit, 

Ainsi arrives-tu

À la trace du

Désert

Ô mon âme,

Va dehors ! Dieu, dedans ! 

Sombre tout mon être

Dans le néant divin

Sombre en ce fleuve sans fond ! 

Que je te fuis, 

Tu viens à moi

Que je me perde 

Alors, je Te trouve,

Ô Bien suressentiel !

Poème de Maître Eckhart - Granum Sinapis

Le «Granum Sinapis» (Grain de Sénevé) est un témoignage de la connaissance intuitive propre au mystique.

Ce poème, né dans la vallée du Rhin au quatorzième siècle, est sans doute l’unique poème de Maître Eckhart.

Rédigé en Haut-Allemand, l’auteur a ainsi confié à la langue commune ( alors que le commentaire est en latin ) le soin de véhiculer jusqu’à nous ce joyau.

Dante, à pareille époque, fit de même en choisissant l’italien pour confier au « plus ordinaire » le soin d’accueillir, préserver, voiler et transmettre les traces du « plus Haut »!

Dans le commencement
(cela passe le sens)
là jaillit le Verbe
trésor inépuisable
aurore de l’aurore !
Ô le cœur d’un tel Père
qui de sa propre joie
tire le flot du Verbe
mais Le garde en son sein
ce Verbe ! ô vérité !

Des deux se noue un fleuve,
où coule amour et feu
formant le lien des deux
le bien connu des deux :
le flux du doux Esprit
à leur même mesure
et que rien ne sépare.
Car les Trois ne font qu’un.
Quoi le saurais-tu ? Non.
Lui seul sait ce qu’Il est.

Mais de ces trois la boucle
insondable et terrible
naît de leur propre ronde,
le sens ne peut saisir
l’abîme ici sans fond.
Avoue : « Echec et mat ! »
Sans lieu ni temps ni forme
cet anneau merveilleux
est un jaillissement
en son point - immobile -

Ce point est la montagne
à gravir sans agir,
comprenne qui pourra !
La voie te conduit
au Désert admirable
qui au large et au loin
déployé sans limite
hors du lieu - hors du temps -
se suscite en Lui-même
parfait de Son seul Être.

Désert Tu es le Bien
par aucun pied foulé
jamais le sens créé
ne saurait y aller :
c’Est (personne ne sait)
c’Est ici et c’Est là
c’Est loin et c’Est bien près
c’Est profond et c’Est haut
et si c’Est donc ainsi
ce n’Est ni ça ni ci.

C’Est lumière et clarté
c’Est aussi la ténèbre
l’innomé - l’inconnu -
libéré du début
qui échappe à la fin,
c’est en paix qu’Il se tient
vêtu de nudité.
Qui connaît Sa maison ?
Ah ! Qu’il en sorte enfin
et nous dise Sa Forme.

Deviens comme un enfant,
rends - toi sourd et aveugle !
Car ton être lui-même
doit devenir le rien,
dépasse être ou néant !
Délaisse lieu et temps
et quitte les images !
Trouve au sentier étroit
(sans le vouloir chemin)
l’empreinte du Désert.

Eloigne - toi mon âme
puisque Dieu est dedans !
Que sombre tout mon être
en ce Dieu de non-être,
dans Son fleuve sans fond !
Alors - si je Te fuis -
c’est Toi qui viens à moi.
Si je deviens ma perte
c’est Toi seul que je trouve,
Toi le Bien sans mesure !

Traduction : Antoine de Vial

Je suis vieux et me prépare à la mort et j’écris la vérité ; j’écris pour le bien des hommes. L’Esprit du Christ désire le Salut de tous, désire que tous connaissent Dieu. Il a donné le Paradis au larron (Lc 23, 43), Il le donnera à tout pécheur pénitent.(St Silouane)

Je suis vieux et me prépare à la mort et j’écris la vérité ; j’écris pour le bien des hommes. L’Esprit du Christ désire le Salut de tous, désire que tous connaissent Dieu. Il a donné le Paradis au larron (Lc 23, 43), Il le donnera à tout pécheur pénitent.(St Silouane)

La parole de Dieu
 
 
 
         Mon âme exalte le Seigneur !         
 
Évangile selon saint Luc, chapitre 1, verset 46
 
 
 
La méditation
 
 
Dieu est à l'œuvre dans nos vies ! De cette prise de conscience jaillit la louange. Trois hymnes de louange scandent les deux premiers chapitres de l'Évangile de Luc : le Benedictus, le Magnificat et le Nunc Dimittis. Ils témoignent d’une vive sensibilité au caractère absolument nouveau de cette œuvre divine.
Le Magnificat apparaît comme le plus profond, car il émane de celle dont la réceptivité à l'œuvre de Dieu est la plus intense.
D'où procède cette joie de Marie, sinon de l'expérience qu'elle fait d’être sans cesse devancée et surprise ? Dieu l'a créée humble et pauvre. Loin d'y voir un obstacle, elle y reconnaît un privilège pour accueillir le mystère d'une vie gratuitement donnée. Laissons donc Marie nous visiter comme elle visita Élisabeth. Accueillons son Magnificat, afin qu’elle nous apprenne à bien nous situer par rapport au don de la vie. Laissons-la chanter ce cantique en notre cœur afin que nous sachions, comme elle, nous réjouir des merveilles que Dieu fait en nous et en nos frères et sœurs.
Oui, dans notre pauvreté offerte apparaît le plus vivement la densité du don. N'ayons donc pas peur de notre faiblesse : offrons-les à l’amour divin qui nous rejoint dans le petit enfant de la crèche !
Nous devons pour cela renoncer à compter, à contrôler, à conquérir, car la vie est véritablement donnée. Puissions-nous commencer nos journées par cette exclamation : c'est donné ! Telle est la porte de ce royaume que nous ouvre l’enfant de Noël ! Voilà la source de la vraie joie !(Source : Avent dans la Ville)
Au commencement, nous avons besoin d’un directeur spirituel, car l’âme avant de recevoir la grâce du Saint-Esprit, est en lutte plus intense avec l’Adversaire et elle est incapable, livrée à elle-même, de résister à ses séductions.(St Silouane)

Au commencement, nous avons besoin d’un directeur spirituel, car l’âme avant de recevoir la grâce du Saint-Esprit, est en lutte plus intense avec l’Adversaire et elle est incapable, livrée à elle-même, de résister à ses séductions.(St Silouane)

LA CONSCIENCE ORTHODOXE ET L’ACTUALITÉ

 

drapeau suite attentatsLe défi –

Les accidents (Bucarest, Égypte), les attentats (Paris, Beyrouth), les assassinats et les persécutions de notre temps constituent un défi à la conscience chrétienne. Il se pose la question de savoir ce que Dieu attend de nous dans ces circonstances, sachant que nous sommes des baptisés envoyés dans le monde par le Christ, sans être pourtant du monde.

La permissivité de Dieu

Elle constitue un scandale pour la conscience : comment, pourquoi Dieu permet-Il ces horreurs ? Est-Il indifférent ? Absent ? Existe-t-Il vraiment ? Comment se pose la question de Dieu dans un monde ensanglanté ? Avant de mettre Dieu en accusation, nous pensons à la responsabilité humaine : le péché, sous toutes ses formes (égoïsme, convoitise, domination…), est pour beaucoup dans ces catastrophes. D’autre part, celles-ci permettent la révélation des saints et des justes : combien de personnes trouvent dans ces circonstances l’occasion d’un dévouement magnifique – quand tout semble se déshumaniser, il y a des gens pour donner de vrais exemples d’humanité – et le Seigneur se reconnaît en eux. Les grandes détresses appellent efficacement la manifestation de l’amour de Dieu ; la compassion divine irradie de ses membres ; et le Dieu incarné révèle, par le saint Esprit, sa présence, comme Dieu et amour immolés, dans ceux qui souffrent et même en enfer.

L’hypocrisie

La garde des pensées, le dépistage des passions (peur, haine, vengeance, révolte, sentiment d’injustice) et des péchés (ce qui est en contradiction avec l’Évangile et nous sépare du Christ) qui sont en nous, sont également une façon de répondre. Nous discernons l’incohérence et l’hypocrisie en nous et chez nous : quand des massacres, non seulement de chrétiens, ont lieu au Moyen Orient, en Afrique centrale, en Égypte, en Inde, les réactions en France sont moins vives que lors d’attentats parisiens. Par ailleurs, des centaines de petits enfants sont exterminés régulièrement en Europe : l’avortement ou infanticide légal est finalement accepté par le grand nombre. Et les armes qui frappent à balle, qui égorgent ou qui explosent sont fabriquées chez nous.(Source:Sagesse Orthodoxe")

LA LIBERTE POUR QUOI FAIRE ?

Le scandale de l’univers n’est pas la souffrance, c’est la liberté.

Dieu a fait libre sa création, voilà le scandale des scandales, car tous les autres scandales procèdent de lui.

Oh ! je sais bien, nous paraissons être ici en pleine métaphysique. Que voulez-vous que j’y fasse ? Si je me fais mal comprendre de quelques-uns d’entre vous, c’est que je me serai mal expliqué, voilà tout. Expliquer d’ailleurs, à quoi bon ? 

Il y a en ce moment, dans le monde, au fond de quelque église perdue, ou même dans une maison quelconque, ou encore au tournant d’un chemin désert, tel pauvre homme qui joint les mains et du fond de sa misère, sans bien savoir ce qu’il dit, ou sans rien dire, remercie le bon Dieu de l’avoir fait libre, de l’avoir fait capable d’aimer.

Il y a quelque part ailleurs, je ne sais où, une mère près de son enfant mort qui offre à Dieu le gémissement d’une résignation exténuée, comme si la Voix qui a jeté les soleils dans l’étendue ainsi qu’une main jette le grain, la Voix qui fait trembler les mondes, venait de lui murmurer doucement à l’oreille : ‘’Pardonne-moi. Un jour, tu sauras, tu comprendras, tu me rendras grâce. Mais maintenant, ce que j’attends de toi, c’est ton pardon, pardonne’’ 

Bernanos, La liberté, pour quoi faire ?, Gallimard, Folio essais, p.224. 

+++

PRIER POUR LES TERRORISTES : UN SCANDALE ?

Ne pas se diviser à ce sujet –Christ iconostase Louveciennes

Il me semble que nous devons être en paix avec tous dans la communauté paroissiale. Celle-ci est une fraternité. Entre frères (et même le prêtre que nous appelons père est notre grand frère), on peut et on doit se dire la vérité afin de construire la communauté. Mais on ne doit jamais se diviser. On s’écoute les uns les autres, on prie les uns pour les autres, on se remet en question soi-même, on se demande pardon, on écoute ce qui est dit. La division c’est la mort, tout simplement. Le Christ ne s’est divisé avec personne; Il a dit la vérité et Il a donné sa vie pour ceux à qui Il l’avait dite.

Le bien triomphe

Ensuite, tout le monde sait que le Christ a donné l’exemple de prier pour ses propres ennemis et qu’Il a enseigné cela de façon continuelle. Pourquoi? Parce que l’idée divine est que le bien est le seul remède au mal; la bénédiction est la seule réponse à la malédiction, c’est tout simple.

La compassion

Il y a une autre raison, c’est que les bourreaux sont généralement dans une situation beaucoup plus grave que les victimes du point de vue du salut. La prière pour les terroristes, les tortionnaires et les bourreaux, est une prière pour supplier Dieu de leur épargner l’enfer qu’ils méritent. Si nous faisons cela, nous nous purifions de tout esprit de vengeance. Si nous ne le faisons pas cela veut dire que nous voulons que les méchants soient punis et que notre désir de vengeance soit ainsi satisfait.

L’exemple de Dieu

Mais le Christ n’a pas fait cela. Il n’a pas voulu se venger personnellement et Il n’a pas non plus voulu venger les victimes. Il s’est interposé entre les victimes et ceux qui les frappaient, mais Il n’a pas châtié ses ennemis alors qu’Il pouvait facilement le faire.

La conversion des méchants

Prier pour les méchants n’est absolument pas une façon de les justifier! Dans les pays totalitaires, nous avons prié pour les tyrans, non pour justifier leur oppression, mais pour qu’ils puissent se convertir et être sauvés. Il vaut mieux d’ailleurs prier pour les méchants qui ont si grand besoin que l’on plaide pour eux, que pour les justes qui n’ont pas besoin de prière! (Source: "Sagesse Orthodoxe")

Ne commence pas ta vie de prière sans un père spirituel ; ne pense pas dans ton orgueil que tu peux te débrouiller seul, même avec des livres. Celui qui pense ainsi succombera à la tentation, mais il a déjà succombé ! Par contre, l’humble aura l’aide de Dieu. Si tu ne peux trouver un staretz expérimenté, tu dois demander conseil à ton confesseur, quel qu’il soit ; alors le Seigneur Lui-même te protégera à cause de ton humilité.(St Silouane)

Ne commence pas ta vie de prière sans un père spirituel ; ne pense pas dans ton orgueil que tu peux te débrouiller seul, même avec des livres. Celui qui pense ainsi succombera à la tentation, mais il a déjà succombé ! Par contre, l’humble aura l’aide de Dieu. Si tu ne peux trouver un staretz expérimenté, tu dois demander conseil à ton confesseur, quel qu’il soit ; alors le Seigneur Lui-même te protégera à cause de ton humilité.(St Silouane)

FIORETTIS DE NOTRE-DAME:

Hors de la ville de Bethléem, non loin de l'église de la Nativité, se trouve la « Grotte du Lait », (Grotte de Notre-Dame), aussi appelée « Grotte de la Vierge ». Selon la tradition, la "grotte du lait" garde le souvenir de l'allaitement de Jésus par Marie.

Dans ses visions, sainte Catherine Emmerich explicite la tradition (1) : « Je vis deux bergers venir trouver la sainte Vierge, et l'avertir qu'il venait des gens chargés par les autorités de s'enquérir de son enfant. Marie ressentit une vive inquiétude, et je vis bientôt après saint Joseph entrer, retirer l'Enfant-Jésus de ses bras, l'envelopper dans un manteau et l'emporter. (…) Je vis alors la sainte Vierge livrée à ses inquiétudes maternelles, rester seule dans la grotte (…).

Quand vint l'heure où on devait l'appeler pour allaiter l'enfant, elle fit ce qu'ont coutume de faire des mères soigneuses lorsqu'elles ont été agitées violemment par quelque frayeur (…). Avant de donner à boire à l'enfant, elle exprima de son sein le lait que ses angoisses avaient pu altérer, dans une petite cavité de la couche de pierre blanche qui se trouvait dans la grotte (…). »

Depuis, la pierre blanche de cette grotte est un remède pour les mères de nourrissons.

______
(1) Sainte Catherine Emmerich, dans Vie et mort de la Très sainte Vierge Marie, chapitre 41.

Les puissants ne feraient pas la guerre s’ils connaissaient l’Amour de Dieu. La guerre est le fruit du péché, non de l’amour. Dieu nous a créé pour l’amour et nous a commandé la charité fraternelle. C’est la puissance et la cupidité des orgueilleux qui traîne le monde à la guerre.(St Silouane)

Les puissants ne feraient pas la guerre s’ils connaissaient l’Amour de Dieu. La guerre est le fruit du péché, non de l’amour. Dieu nous a créé pour l’amour et nous a commandé la charité fraternelle. C’est la puissance et la cupidité des orgueilleux qui traîne le monde à la guerre.(St Silouane)

CATECHESE BAPTISMALE:

 

St Jean Chysostome (né v. 349 - mort en 407), commentant l'Ecriture, expose aux catéchumènes à l'approche de Pâques comment le baptême, sacrement de purification et d'illumination, exige la conversion de leur coeur, une vie chrétienne qui évite les pièges du démon et recherche non les parures du corps, mais celles qui ornent l'âme. On soulignera outre l'admirable éloquence de Jean Chrysostome ( "bouche d'or"), la profonde sympathie de ce pasteur qui s'adresse à ceux qui vont rejoindre les "fidèles" au sein de l'Eglise.

Extraits de la 1ère Catéchèse :

"1. [...] Je vous félicite, avant même que vous soyez introduits dans cette demeure sacrée, je vous félicite, et tout ensemble j'applaudis à votre généreuse ardeur, car vous ne venez pas, comme certains négligents, recevoir le baptême à la dernière extrémité (1) ; au contraire, semblable à des serviteurs zélés, qui se sentent pressés d'obéir à leur maître, vous placez votre vie sous la discipline du Christ avec une pieuse impatience, vous prenez ce joug si doux, ce fardeau si léger. A la vérité, ceux qui sont baptisés à la fin de leurs jours reçoivent la même grâce que vous, mais le généreux empressement de la bonne volonté, l'appareil des saintes cérémonies, ils ne l'ont pas. Ils reçoivent le baptême sur leur lit, et vous c'est dans le sein de l'Eglise notre mère commune ; ils le reçoivent au milieu des larmes, et vous dans la joie et l'allégresse ; ils le reçoivent en gémissant, et vous avec mille actions de grâces ; eux, ils sont dévorés par la fièvre, vous, remplis de l'abondance d'une joie toute spirituelle. [...]"

"2. Celui qui va s'approcher des mystères sacrés et redoutables doit veiller sur lui-même, être exempt de tout souci mondain, tempérant plein d'un saint empressement, chasser de son esprit toute pensée étrangère et tenir la maison de son âme parfaitement nette et pure comme s'il devait recevoir le Roi. Telle est votre préparation, telles sont vos pensées, telle est la disposition de votre coeur. Aussi attendez-vous à recevoir de Dieu une récompense digne de votre excellente disposition, de Dieu dont les bienfaits surpassent toujours le mérite de notre obéissance.[...]"

"... parlons d'abord de la dénomination de cette purification spirituelle ; elle ne porte pas rien qu'un nom, mais plusieurs. Elle est appelée le bain de la régénération : Il nous a sauvés, dit l'Apôtre, par l'eau de la régénération et de la rénovation du Saint-Esprit [Tite 3, 5]. Elle est encore appelée illumination ; écoutez saint Paul : Rappelez en votre mémoire ce premier temps, où après avoir été illuminés par le baptême, vous avez soutenu le grand combat des souffrances ; et ailleurs : car il est impossible que ceux qui ont été une fois illuminés, qui ont goûté le don du ciel, et qui après cela sont tombés, se renouvellent par la pénitence [Hb 10, 32 ; 6, 4].
Elle est aussi nommée baptême : Car vous tous qui avez été baptisés en Jésus-Christ, vous avez été revêtus de Jésus-Christ [Ga 3, 24]. Elle est aussi appelée sépulture. Car, dit l'Apôtre, nous avons été ensevelis avec lui par le baptême pour mourir au péché ; également circoncision : C'est en lui que vous avez été circoncis d'une circoncision qui n'est pas faite de main d'homme, mais qui consiste dans le dépouillement des vices [Col 2, 11]. Elle est appelée croix : Car notre vieil homme a été crucifié afin que le corps du péché soit détruit [Rm 6, 6]. On pourrait encore citer beaucoup d'autres noms [...]."

"Il y a une espèce de purification qui est commune à tous les hommes, elle s'opère par le bain qui enlève les souillures du corps ; les Juifs ont aussi une sorte de purification plus auguste que le bain dont je viens de parler, mais bien inférieure à notre bain spirituel qui confère la grâce ; lui aussi enlève les souillures du corps, et non seulement celles-là, mais encore celles de l'âme. [...]"

3. "[...] Seriez-vous impudique, seriez-vous fornicateur, idolâtre, auriez-vous commis n'importe quel crime, seriez-vous couvert de toutes les souillures qui peuvent flétrir un homme, plongez-vous dans la piscine de ces eaux saintes, et vous en sortez plus pur que les rayons du soleil. Ne croyez pas que j'exagère ; écoutez saint Paul parlant de l'efficacité de ce bain spirituel : Ne vous y trompez pas, ni les idol$atres, ni les fornicateurs, ni les adultères, ni les impudiques, ni ceux dont les débauches outragent la nature, ni les avares, ni les intempérants, ni les médisants, ni les ravisseurs du bien d'autrui ne possèderont le royaume de Dieu."

"[...] Quoi de plus admirable que de voir la justification produite sans travail, sans peine et sans le secours des bonnes oeuvre ! car telle est la grandeur de ce don divin que sans aucune peine il nous rend justes devant Dieu. Si une simple lettre très courte signée par l'empereur peut rendre à la liberté des hommes chargés de toutes sortes de crimes et élever quelques-uns de ses sujets aux plus hautes dignités, combien plus l'Esprit-Saint, qui est tout puissant, nous délivrera-t-il de toute iniquité, établissant en nous le règne de la justice et nous remplissant d'une constance inébranlable."

Extraits de la 2e catéchèse :

"1. Il n'y a que peu de jours, mes frères, que je vous ai parlé, et je viens déjà réclamer les fruits de mon instruction. Nous ne parlons pas en effet que pour vos oreilles, mais pour vos esprits, afin qu'ils retiennent nos paroles, et pour que vous nous le fassiez voir par vos oeuvres, ou plutôt pas à nous, mais à Dieu qui connaît le fond des coeurs. Aussi appelons-nous notre instruction Catéchèse(2), parce qu'il faut que même en notre absence l'écho de nos paroles retentisse dans vos âmes.

Ne vous étonnez pas, si après un délai de six jours seulement je viens pour réclamer les fruits de la semence que j'ai répandue ; en effet, semer et moissonner le même jour dans les âmes n'est pas chose impossible, pour la raison que ce n'est point appuyé sur nos seules forces, mais sur le secours divin que nous sommes invités aux combats contre le mal. O vous donc, qui avez reçu nos paroles et les avez mises en pratique, persévérez et avancez ! et vous qui n'avez point encore mis la main à l'oeuvre, commencez dès maintenant, et qu'à l'avenir vos efforts vous sauvent de l'accusation de négligence ! On peut toujours, si négligent qu'on ait été, on peut, avec de la diligence, réparer le temps perdu... [...]"

[à suivre...]


Note (1) : A l'époque de Jean Chrysostome, de nombreux catéchumènes, par peur de retomber dans le péché après leur baptême, retardaient le moment de recevoir le sacrement, par lequel, effectivement, leurs péchés antérieurs étaient pardonnés ; cette attente durait même parfois pour certains jusqu'à la fin de la vie, et ce pouvait être quasiment sur le lit de mort qu'ils demandaient enfin à recevoir le baptême ! C'est à ce fait, fréquent, mais qui privait les catéchumènes de recevoir la grâce du baptême, que Jean Chrysostome fait ici allusion.

 

Note (2) : Catéchèse : Acte et contenu d'un enseignement destiné à faire comprendre aux baptisés la Révélation et sa cohérence d'ensemble.(Glossaire du site de la Conférence des Evêques de France)

Saint Poemen le Grand a dit : « Notre volonté s’élève comme une muraille de fer entre nous et Dieu et empêche que nous puissions nous unir à Lui et voir sa grâce. »(St Silouane)

Saint Poemen le Grand a dit : « Notre volonté s’élève comme une muraille de fer entre nous et Dieu et empêche que nous puissions nous unir à Lui et voir sa grâce. »(St Silouane)

LES ANGES GARDIENS ?

Lors d'un reportage à San Francisco, alors qu'il se trouvait dans une voiture, Pierre Jovanovic se jette soudain sur la gauche, une fraction de seconde avant qu'une balle ne pulvérise son pare-brise. En discutant avec ses confrères journalistes, il découvre d'autres histoires étranges similaires: journalistes arrachés à la mort par miracle alors qu'elle était inévitable, temps qui "ralentit" mystérieusement, "voix intérieures" qui avertissent d'un danger, sentiment d'insécurité, gestes "inexpliqués" qui sauvent... Tout le monde connaît au moins une histoire totalement incompréhensible de ce genre, et ce livre recense les différentes variantes de ces faits quotidiens inexplicables.
"Enquête sur l'Existence des Anges Gardiens" est également le premier ouvrage qui étudie d'une manière approfondie les apparitions d'Anges dits "gardiens" dans les expériences aux frontières de la mort (NDE), révélées par le docteur américain Raymond Moody.

Les résultats de cette investigation de 6 ans dans le domaine des NDE ont poussé Pierre Jovanovic à examiner les apparitions d'Anges chez les grands mystiques chrétiens et à les comparer à celles des NDE, ce qui constitue également une première.

La presse internationale, d'une voix unanime, a qualifié cet ouvrage d'exceptionnel: le lecteur est progressivement plongé dans l'impénétrable des NDE, parce que la démonstrationest mené à la façon d'une enquête policière.

Une fois l'ouvrage commencé, le lecteur ne plus s'arrêter, emporté par la curiosité et la volonté de savoir s'il possède, lui aussi, son Ange gardien...

La version est augmentée d'une cinquantaine de nouveaux cas et histoires, portant la pagination à 600 pages.

L’âme qui prie pour le monde sait combien il souffre et quels sont les besoins des hommes. La prière purifie l’esprit de telle sorte que l’esprit voit tout d’une façon beaucoup plus claire que s’il connaissait le monde par les journaux.(St Silouane)

L’âme qui prie pour le monde sait combien il souffre et quels sont les besoins des hommes. La prière purifie l’esprit de telle sorte que l’esprit voit tout d’une façon beaucoup plus claire que s’il connaissait le monde par les journaux.(St Silouane)

ELEMENTS EN VRAC...POUR VOTRE REFLEXION PERSONNELLE ...

 

Plongés au cœur de l'enfer de la guerre, nos reporters reviennent de Syrie et d'Irak: "En 33 ans de carrière, je n'avais jamais vu cela"

Publié le   par RTL INFO   

Jean-Pierre Martin et Denis Caudron rentrent profondément marqués par le voyage de sept jours qu'ils viennent d'effectuer en Irak et en Syrie. A bientôt 60 ans, Jean-Pierre a visité plusieurs fois des zones de guerre: le Liban en 88, l'extermination des Tutsis au Rwanda en 94, notamment. Mais pour lui, ce voyage en Syrie et en Irak, c'est du jamais vu: "En 33 ans de carrière, je n'avais jamais vu ça, nous confie-t-il à son retour. J'ai vu des régions en ruines et le désespoir d'une population. En particulier de ces minorités chrétiennes que l'organisation Etat islamique a voulu rayer de cette région du monde".

Denis, 28 ans, travaille depuis 6 ans en tant que cameraman, dont 4 chez RTL. Il est jeune, et pourtant, il a déjà été confronté à des tournages particulièrement éprouvants: les Philippines en 2011, ruinées par le typhon Haiyan, l'Ukraine en 2013 après les violentes protestations à Kiev et une première mission en Irak l'an passé. "Partir du jour au lendemain dans un pays en guerre, c'est d'une part exercer notre métier, c'est-à-dire tenter de comprendre le monde qui nous entoure et faire partager notre apprentissage, estime Denis Caudron. D'autre part, s'y rendre, c'est sentir les choses personnellement, les vivre et développer un réel avis par rapport à ça". "Etre projeté en début de carrière et déjà faire ça, c'est exceptionnel, considère Jean-Pierre Martin. Et ce n'est pas à la portée de tout le monde".

Sur cette photo, Jean-Pierre Martin et Denis Caudron apparaissent sur la ligne de front kurde. La nuit suivante, quatorze attaques suicides revendiquées par l'organisation Etat islamique se sont produites dans cette zone.

Ce duo intergénérationnel a accepté de nous parler de leur voyage. Voici le compte-rendu de l'interview.

RTLinfo: Dans quel état d'esprit êtes-vous juste après votre retour?

Jean-Pierre Martin: Je ne m'en remets pas. Je n'en sors pas indemne. Je suis bouleversé et triste. Vous savez, on ne s'y habitue jamais à ce genre de voyages. Et heureusement d'ailleurs. Le but est de faire comprendre et de partager une émotion. Peut-être que cela servira à être plus indulgent à l'égard de ces populations issues de ces pays qui sont en souffrance.

Denis Caurdon: J'étais extrêmement triste en partant de Syrie. Je voulais rester. J'ai vu que la guerre était dramatique, mais j'ai aussi vécu une vraie aventure humaine. J'ai vu des gens qui subissent la guerre et l'horreur mais qui tissent des liens très forts. Des valeurs humaines fondamentales ressortent de façon très puissante.

RTLinfo: Quelle situation vous a particulièrement marqués?

Denis Caudron: Etre en permanence avec une dizaine de soldats autour de soi, ça marque. Je retiens aussi ces rencontres avec les groupes de combattantes syriennes. Je me souviens de cette trentaine de femmes qui se battent ensemble contre l'organisation Etat islamique: la plupart avaient entre 15 et 22 ans. C'est une moyenne d'âge très jeune. C'est incroyable de voir des gamines de 15 ans avec une kalachnikov à la main, prêtes à combattre.

Jean-Pierre Martin: J'ai été profondément marqué par notre visite aux Monts Sinjar, en Irak. C'était le berceau de ces minorités yézédies, totalement persécutées par l'organisation terroriste Etat islamique. Il ne reste rien. Tout est détruit. J'étais effondré, je n'avais jamais vu ça de ma vie. Ces personnes ont été prises au piège en 2014, la plupart ont perdu la vie, un certain nombre a pu fuir avec l'aide des Kurdes de Syrie et d'Irak.

Denis Caudron: Tout est détruit, il n'y a plus personne, c'est pratiquement désert. On peut voir à des kilomètres à la ronde car il n'y a plus aucun bâtiment debout, la ville est rayée, c'est un tas de gravats. C'est vraiment la démonstration de la destruction pure et simple. Le sentiment qui nous habite quand on traverse cette région, c'est de regarder ses chaussures car le terrain est miné. On ressent le stress de tomber sur une mine.

Jean-Pierre Martin: C'est vrai, on ne peut pas quitter l'asphalte, il faut éviter de marcher sur la terre car ça peut être un piège. Les terroristes perdent du terrain. Ils n'ont plus que ces stratégies: poser des mines et faire des attentats kamikazes.

RTLinfo: Certains de vos témoignages sur Facebook transmettent une émotion forte vécue lors de ce voyage.

Jean-Pierre Martin: Oui, le dernier jour j'ai pleuré. Une petite fille s'accrochait à nous parce qu'elle voulait partir en Europe. Plusieurs membres de sa famille étaient morts lors de la traversée de la Méditerranée pour rejoindre nos frontières. Ils n'en peuvent plus de vivre dans des camps, dans la boue.
photo-frontiere

RTLinfo: Concrètement, en combien de temps avez-vous préparé le voyage et comment? Quels contacts aviez-vous?

Jean-Pierre Martin: Ce sont des mois de préparation. J'ai organisé ce voyage avec Christophe Lamfallussy, un confrère de la Libre Belgique et le comité belge de soutien aux Chrétiens d'Orient. Ce sont des Belges dont les parents ou grands-parents sont nés dans la région actuellement en guerre, qui organisent depuis un an de l'aide concrète vers les familles chrétiennes qui sont encore sur place.

Denis Caudron: Les dix jours de préparation dont j'ai disposés sont compliqués: on ne sait jamais comment se préparer quand on part vers ce genre de destinations. Tout simplement parce qu'on imagine les pires scenarios. Une fois sur place, on est très attentifs les premiers jours, puis on finit par distinguer les risques réels du stress psychologique. On avance, on construit nos sujets, on finit par se détendre et ensuite, on n'a plus envie de partir.

RTLinfo: Comment avez-vous atteint la limite du territoire contrôlé par l'organisation Etat islamique?

Jean-Pierre Martin: Nous sommes d'abord arrivés en Irak, dans la ville d'Erbil, la capitale de la zone autonome du Kurdistan irakien. Nous étions, là, à moins de 60 km du "califat islamique". C'est étonnant comme zone car il y a de grands centres commerciaux, avec des marques de vêtements très connues. C'est une ville qui pousse de tous les côtés: il y a plusieurs puits de pétrole. Puis, nous sommes montés vers la frontière syro-irako-turque, et là, nous avons franchi le fleuve Tigre. Nous avons été pris en charge par une milice chrétienne, alliée des combattants kurdes de Syrie et du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan, ndlr). Nous avons donc commencé par la Syrie: je voulais qu'on passe le plus difficile d'abord. Puis, nous sommes descendus  vers l'Irak, en passant les villages détruits et minés. 

 

photo-petite-fille

RTLinfo: Une fois sur place, à qui se fier?

Jean-Pierre Martin: Personne parmi nous ne connaissait bien cette partie Est et Nord-Est de la Syrie, qui est surtout le sanctuaire de l'organisation terroriste Etat islamique, donc c'était compliqué. Sachant qu'en Irak ce sont les Kurdes qui se battent sur le terrain contre ces terroristes et qu'en Syrie, ce sont aussi des Kurdes, mais qu'ils ne s'entendent pas. En d'autres termes, nous sommes partis à l'aveugle. Ce n'est pas facile, car nous ne pouvions pas avoir une totale confiance dans nos interlocuteurs. En Syrie, on ne sait pas à qui on a affaire: les hommes de Bachar al-Assad (le président syrien, ndlr), les infiltrés de l'organisation Etat islamique, les Turcs, les Kurdes?  
{C}JPM
{C}

RTLinfo: Comment vous débrouilliez-vous sur place, aviez-vous l'aide d'un traducteur?

Jean-Pierre Martin: Oui, quatre Belges du comité ont fait le déplacement avec nous. Ils parlent syriaque, la langue de la minorité chrétienne d'Irak et de Syrie et parlent kurde également. Christophe Lamfallussy, notre confrère, était aussi du voyage ainsi que Georges Dallemagne, non pas comme député, mais en tant qu'ancien membre de Médecins sans frontières.

RTLinfo: Ce voyage fait-il porter un autre regard sur les migrants qui arrivent en Europe?

Jean-Pierre Martin: Certainement. Si tous les citoyens allaient là-bas, ils comprendraient la détresse... C'est une détresse sans nom. On ne sait même pas mettre de qualificatif.

Denis Caudron: Je pense que ce voyage démontre que tous les gens qui disent qu'une partie des migrants syriens ou irakiens sont le fruit d'une migration économique se trompent. On est dans un contexte où seuls les plus riches parviennent à s'enfuir. La classe moyenne parvient difficilement à vivre dans des camps au Liban par exemple où les conditions de vie sont dramatiques. Quant aux personnes les plus démunies, elles sont forcées de rester car elles n'ont pas les moyens de partir. Ces personnes-là sont coincées et connaissent la faim et la misère totale.

Ce lundi, dans le RTLinfo 19h, découvrez le reportage de Jean-Pierre Martin et Denis Caudron, à propos de l'enfer syrien. En voici déjà une courte version. Mardi, notre équipe abordera Sinjar, la ville de la minorité yézédie totalement rasée. Mercredi, le sujet exclusif traitera des villages chrétiens du Kurdistan irakien et le front de Mossoul. Jeudi, la situation des chrétiens et leur détresse sera abordée ainsi que l'aide du comité belge de soutien aux Chrétiens d'Orient.

===

Les enquêteurs des attentats du 13 novembre ont constaté que les passeports syriens des kamikazes du stade de France étaient d’excellente facture. 

French police officers checks a person's papers at a border post on the French-Spanish border on the A63 motorway in Biriatou, southwestern France, on December 4, 2015, during a border control organized by the prefecture of the Pyrenees-Atlantiques department.
EU ministers mulled on December 4 whether to extend border checks within the passport-free Schengen zone for up to two years and pushed for the sharing of air passenger name information following the Paris attacks. / AFP / IROZ GAIZKA

Et pour cause :

-ce sont de « vrais faux » passeports, saisis dans les stocks des villes conquises en Syrie, qui ont permis aux terroristes de franchir aisément les frontières, mêlés à la masse des réfugiés. « Combien sont-ils, au juste, à avoir franchi ces barrières devenues illusoires face à la crise migratoire et pénétré dans cet espace européen de libre circulation ? La question hante les services de renseignement », rapporte Le Parisien.

Des dizaines de milliers de passeports

« Daesh a subtilisé des “dizaines de milliers” de passeports vierges en Syrie, en Irak et en Libye, qui pourraient être utilisés par de faux réfugiés pour rejoindre l’Europe, selon des services de renseignement occidentaux », rapporte, dimanche 20 décembre, le journal allemand Welt am Sonntag cité notamment par Sud-Ouest et Le Point.

Il existe une autre source d’approvisionnement, celle des passeports détenus par des complices occidentaux, ajoute Le Parisien :

« À l’arrivée en Syrie, les recrues extérieures sont délestées de leurs documents. Ces passeports authentiques sont ensuite réattribués à des combattants physiquement ressemblants. Établi par l’enquête, un cas récent (fin juillet) illustre cette pratique : un djihadiste parti de Troyes (Aube) en 2012 a été interpellé à son retour en France. Il disposait d’un passeport suédois ».

La Bosnie, nid de terroristes

Des camps d’entraînement de djihadistes sont chez eux en Europe, constate le Nouvel Obs qui publie un reportage sur « Osve, le hameau bosniaque où flotte le drapeau de Daesh ». Sous l’influence du wahhabisme (ou salafisme) importé par l’Arabie saoudite pendant la guerre civile (1992-1995), la Bosnie est devenue un nid de terroristes : « Plus de 200 musulmans bosniaques seraient partis se battre en Syrie (40 y ont été tués), soit l’une des plus fortes proportions en Europe ». Une cinquantaine sont revenus mais selon le chef de la police de la Fédération bosniaque, « il y a environ 3 500 terroristes potentiels dans la nature, dont une centaine sont identifiés ».

Des liens entre djihadistes français et bosniaques ont été révélés depuis une dizaine d’années par l’affaire Lionel Dumont, ce converti français devenu terroriste islamiste, membre du « gang de Roubaix », qui a combattu en Bosnie pendant la guerre civile et épousé une paysanne bosniaque (il a été condamné en 2007 à 25 ans de réclusion criminelle pour des braquages et un attentat.) Aujourd’hui, assure le chef de la police bosniaque, on vient de France pour acheter des armes de guerre.

On ne conjurera pas de tels périls en se contentant de bombarder l’État islamique.

(Source: ALETEIA)

 

 

 

40% des SDF Français ne reçoivent aucune prestation sociale, 100% des clandestins en touchent

40% des SDF Français ne reçoivent aucune prestation sociale, 100% des clandestins en touchent

 

En découvrant ce matin cet article j’ai eu un petit rictus sur le coin de ma lèvre, je ne me réjouis pas du sort de dizaines de milliers de Français vivant à la rue bien au contraire mais cela corrobore les articles écris dernièrement sur le traitement de la misère humaine puisqu’elle n’est pas la même si vous êtes Français ou clandestin.

J’ai beaucoup écrit ces derniers temps sur les conditions de vie de nombre de Français poussés à la rue. De Français avec un travail ou l’ayant perdu tombant dans une misère indescriptible. Je ne condamne pas le législateur pour cela, ces situations sont vieilles comme le monde, la pauvreté a toujours existé et il n’est pas possible pour quelque société que ce soit de sauver tout le monde. La vie est injuste et elle sourit à certains et pas à d’autres. Je l’accepte, c’est comme ça on ne peut pas changer un certain ordre des choses. Mais ce que je n’admets pas, et fera que je le dénoncerai toujours c’est la volonté de nos pouvoirs publics d’aider prioritairement les étrangers de ce pays.

Souvent mes opposants me disent que j’affabule, qu’on n’aide pas les immigrés plus que les Français, que ces situations que je commente sont fausses, qu’elles n’existent, ils m’envoient en commentaires des liens administratifs prouvant le contraire de mes écrits. Pourtant tous mes textes sont vrais, j’aimerai qu’ils soient faux, cela signifierait que notre déliquescence nationale n’est qu’un fantasme électoral, seulement tout est vrai. Et c’est ne pas respecter cette France d’en bas comme disent les publicitaires que de douter de cette véracité. Certes les sites internet de notre cher administration dit des choses parfois elles me contredisent, seulement il y a la règle, la loi, la directive, la coutume ou que sais-je encore et la vraie vie, son application dans le réel, ces 2 fonctions ne sont pas compatibles qu’on le veuille ou non.

Les prestations de subsistance ne sont pas données aux Français comme ça au bon vouloir, des règles d’éligibilité existent et souvent elles ne sont pas simples à réunir surtout lorsque son foyer est la rue. Ces aides sont d’ailleurs souvent refusées aux sans domiciles fixes, ce n’est pas moi qui le dit pour faire une audience mais une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) se basant sur les résultats de l’enquête Sans-Domicile, menée en 2012 par l’Insee et l’Ined. Ces derniers ne sont pas mes proches et n’ont pas d’idéologie droitière, ils constatent ce qu’ils voient et n’ont pas comme évangile la bible administrative sur internet. Ils sont sur le terrain.

Evidemment, mes amis à gauche trouveront à redire et m’interpelleront sur la deuxième partie de mon titre. Je confirme 100% des clandestins touchent les revenus de l’assistanat, d’abord je démonte l’idée reçue qu’un étranger sans papier se doit d’être terré au fond d’une grotte pour ne pas être pourchassé par la police nationale représentée comme des SS par notre gauche nationale. Personne en France ne se cache parce qu’il est en infraction avec la loi, peut-être dans un film pour antiraciste mais pas dans la réalité. Prenez l’exemple de l’ancien Président des Jeunes de l’UMP, dont la France sait qu’il est illégal sur le territoire mais toujours là, jamais inquiété. Etre sans titre de séjour n’est qu’une dénomination administrative faisant une différence avec un étranger en situation régulière, mais cela ne l’empêchera pas à prétendre aux aides auquel visiblement le gouvernement lui donne droit.

A la différence du Français SDF l’immigré illégal est suivit par tout ce que la France compte d’associations antiracistes et pro-immigrés. Car eux intéressent nos élites au contraire de nos SDF dont les décideurs se foutent totalement, n’étant qu’une statistique parmi d’autres. Qu’on le veuille ou non ces organismes ou plutôt ces lobbys financés par la manne publique sont écoutés, l’administration étant au garde à vous.

Je n’ai rien à prouver sur mes dires mais la gauche aime à planter le germe du doute dans l’esprit des gens. Elle fait croire aux Français que rien de ce que les médias de réinformation disent est vrai afin de continuer sa petite magouille en paix. Qu’ils essaient de prouver le contraire ! Evidemment sans la calomnie et le mensonge ils ne pourront pas. De toute façon à chacun de mes écrits le lecteur est juge et visiblement il a choisi son camp.

Sources: Europe 1, la Gauche Ma Tuer, le 5 août 2015

 

=== 

 

La vision théologique de Dieu

et la science naturelle  L'Orthodoxie n'exclut pas de la vision théologique de Dieu les découvertes de la science naturelle.

La science et la Foi peuvent être en harmonie l'une avec l'autre, et notre désir de restaurer notre communion avec Dieu peut impliquer à la fois la science naturelle, et la science de l'âme.

Un Chrétien Orthodoxe n'a pas à mettre de côté la connaissance scientifique afin d'adhérer à la Foi.

"Il n'y a qu'avec la connaissance superficielle que naissent de fausses contradictions entre foi et connaissance, entre religion et science" (I.M. Andreyev)." (*)  

Dans l'amour du Christ,

(Higoumène Tryphon)

  (*) I. M. Andreev Ivan Andreev (1894–1976) était professeur au Holy Trinity Seminary, où il enseignait l'apologétique, l'Histoire ecclésiastique, la littérature, la théologie morale et la psychologie.

Né à Saint-Petersbourg, il a étudié la philosophie à la Sorbonne à Paris et à l'université de Saint-Petersbourg.

Cependant, pour son développement spirituel, il a été formé par les écrits de saint Théophane le Reclus, saint Ignace Brianchaninov, les staretz d'Optina, et d'autres porteurs de l'Orthodoxie traditionnelle.

Opposé à la déclaration de loyauté du métropolite Serge envers le gouvernement soviétique, il fut un ardent membre de l'Église des Catacombes.

Après la 2ème Guerre Mondiale, il émigra vers l'Amérique du Nord, où il devint professeur au  Holy Trinity Seminary. Il écrivit nombre d'articles, et en dehors de son engagement dans l'Église, il donna aussi des conférences sur des sujets médicaux et en littérature.

 

 

 

 

 

Ce texte est le résumé d’un article publié dans une revue savante sur le terrorisme, qui sera complété et publié sous la forme d’un livre en 2016. Les auteurs ont recueilli le témoignage de combattants syriens de l’État islamique qui ont fait défection récemment.

 

 

(Perspectives on Terrorism) – Cette Note rapporte les résultats préliminaires du Projet d’entrevues de membres de l’État islamique, basé ici sur un échantillon de treize transfuges syriens qui ont témoigné de la vie dans l’État islamique (EI). Un compte rendu plus complet et systématique sera publié au début de 2016 sous forme de livre.

Selon ce que nous avons appris, tous les cadres de l’EI suivent une formation sur la charia où ils sont imprégnés de l’idéologie takfiri qui leur permet de considérer tous ceux qui sont en désaccord avec l’idéologie extrême de l’EI, y compris les musulmans, comme des apostats qui doivent être tués.

Malgré cet endoctrinement, tous nos informateurs (tous des Syriens) ont vécu cette formation sur la charia comme une expérience positive, car elle leur a permis d’approfondir leur propre compréhension de l’islam. En ce sens, ces transfuges demeurent des «vrais croyants» radicalisés.

Après une formation militaire obligatoire sur le maniement des armes et des explosifs, et le conditionnement physique, ils ont été envoyés au front. Les Syriens qui se joignent à l’EI sont récompensés par des emplois salariés, ce qui permet aux jeunes hommes de se marier, et aux jeunes femmes d’éviter à leur famille de souffrir de famine, littéralement.

Les combattants étrangers reçoivent des compensations supplémentaires : des épouses, des esclaves sexuelles, et parfois, des maisons et des voitures.

La vie quotidienne est ponctuée de pratiques brutales, y compris la flagellation, la torture et les décapitations. Les défections s’expliquent par l’exposition à une extrême brutalité, le dégoût face au commerce des esclaves, le constat d’une profonde hypocrisie – un décalage complet entre les paroles et les actions de l’EI. Des accusations de corruption et des plaintes concernant des décisions tactiques ayant conduit à des morts inutiles dans leurs propres rangs ont aussi été des sources de désillusion.

Nos informateurs en sont tous venus à détester l’EI et à prévenir les autres de ne pas rejoindre une organisation qu’ils ont progressivement fini par considérer comme entièrement décevante, impitoyable et non islamique.

[…]

Source : Eyewitness Accounts from Recent Defectors from Islamic State: Why They Joined, What They Saw, Why They Quit, par Anne Speckhard et Ahmet S. Yayla, Perspectives on Terrorism, Vol.9 No 6 (2015). Traduction Poste de veille

 

 

CHREDO :

Le bureau exécutif et les membres de la Coordination Chrétiens d'Orient en Danger (CHREDO) se félicitent de l'élection de son président Patrick Karam comme vice-président de la région Ile-de-France chargé de la jeunesse, du sport et des associations. 

Cette élection n'est qu'une reconnaissance du travail constant fourni et de l'énergie dépensée par Patrick Karam dans le domaine public ainsi que son engagement infaillible et efficace en faveur de causes de première importance dont celle des Chrétiens d'Orient.

Bravo encore cher Patrick et bon vent dans ce nouveau défi aux côtés de Valérie Pécresse et au service des franciliens.

 

===

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Ne restez pas seul pour les Fêtes de la Nativité ! 

Do not stay alone for the holidays of the Nativity!


Si vous n'êtes pas en famille, retrouvez-vous,en communion avec

les Chrétiens d'Orient,

avec vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes francophones de St

Thomas (Mar Thoma)* en France pour fêter Noël!

 

If you are not a family, you find yourself in communion with

Eastern Christians,

with your brothers of the French speaking Syrian Orthodox Church of St

Thomas (Mar Thoma) * in France to celebrate Christmas!





Si vous avez peu de moyens pour fêter décemment Noël en famille,

grâce au partagec'est possible ! Venez fêter la Nativité

au Monastère en famille !

 

If you have few resources to decently celebrate Christmas with family,

through shared it's possible! Come celebrate the Nativity

Monastery family!





(Pour ceux qui doivent loger, Inscriptions closes le 20 Décembre)

(For those who need housing, Registration closed on 20 December)

 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Programme:

*Jeudi 24 Décembre. Nativité de Notre-Seigneur
18h, réveillon avec les fidèles familiers. Veillée de Noël (Plusieurs Baptêmes et Chrismations), Bénédiction du Feu nouveau et Procession de l’Enfant-Jésus à l’Eglise.Messe de minuit.

 

* Thursday, December 24. Nativity of Our Lord
18h Eve familiar with the faithful. Christmas Eve (Several Baptisms and Chrismations), Blessing of the New Fire and Procession of the Infant Jesus to the Church. Midnight Mass.




*Vendredi 25, Nativité de Notre-Seigneur
Messe du jour à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

* Friday 25, Nativity of Our Lord
Mass of the day at 10.30, fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30.




*Samedi 26 Décembre, Fête des « Félicitations à la Mère de Dieu »
Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

* Saturday, December 26, Feast of "Congratulations to the Mother of God"
Mass in honor of "All Pure and Immaculate Mother of the Word-God" at 10:30, fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30



VEILLEE POUR LA VIE dans la nuit du 26 au 27

VIGIL FOR LIFE on the night of 26 to 27

*Dimanche 27 Décembre, Fête des « Saints Innocents »
Messe en l’honneur pour les enfants à naître et les victimes de l’avortement à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

* Sunday, December 27, day of the "Holy Innocents"
Mass in honor to unborn children and victims of abortion at 10:30 fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

 

*l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 
 

Partager cet article

 

 

« La jeunesse n’est pas faite pour le plaisir, elle est faite pour l’héroïsme »

(Paul Claudel)

 

 

 

Mon esprit est immergé en Dieu. Je suis sûr que le Seigneur me guide si je m’abandonne humblement à sa volonté.(St Silouane)

Mon esprit est immergé en Dieu. Je suis sûr que le Seigneur me guide si je m’abandonne humblement à sa volonté.(St Silouane)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,46-56.

En ce temps-là, Marie rendit grâce au Seigneur en disant : 
Mon âme exalte le Seigneur, 
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. »
Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.

J’ai l’impression qu’en ce moment règne une grande confusion dans la société. On est perdu, à l’image d’une boussole qui tournoie dans tous les sens sans plus indiquer le nord. C’est un sentiment qui se confirme lorsqu’on observe la scène politique actuelle. Pour m’aider à y voir plus clair, je lis Charles Peguy en ce moment, son analyse de la politique de son temps est toujours au goût du jour ! Pour les croyants, Noël et la naissance du Christ vient comme une réponse à cette confusion. Mais on ne peut que regretter que le reste de la population ne transforme cela en une gigantesque fête de la luxure et de la consommation en tous genres.(Michael Lonsdale)

J’ai l’impression qu’en ce moment règne une grande confusion dans la société. On est perdu, à l’image d’une boussole qui tournoie dans tous les sens sans plus indiquer le nord. C’est un sentiment qui se confirme lorsqu’on observe la scène politique actuelle. Pour m’aider à y voir plus clair, je lis Charles Peguy en ce moment, son analyse de la politique de son temps est toujours au goût du jour ! Pour les croyants, Noël et la naissance du Christ vient comme une réponse à cette confusion. Mais on ne peut que regretter que le reste de la population ne transforme cela en une gigantesque fête de la luxure et de la consommation en tous genres.(Michael Lonsdale)

Par Adam de Perseigne

(? -1221),

abbé cistercien 
Lettre à André, chanoine de Tours, 13-15 (trad. Orval ; cf SC 66, p.62) 

 

 

« Le Puissant fit pour moi des merveilles »

 

 

             « Mon âme magnifie le Seigneur. » Comment le magnifies-tu ? Rendrais-tu donc plus grand celui dont la grandeur est infinie ? « Le Seigneur est grand, dit le psalmiste, et louable infiniment » (Ps 144,3). Il est grand, et si grand que sa grandeur ne supporte ni comparaison ni mesure. Comment donc le magnifies-tu, puisque tu ne le rends pas plus grand ? 


            Tu le magnifies parce que tu le loues. Tu le magnifies parce que, au milieu des ténèbres de ce monde, plus lumineuse que le soleil, plus belle que la lune, plus odorante que la rose, plus blanche que la neige, tu fais connaître davantage la splendeur de Dieu. Tu le magnifies non pas en donnant un accroissement à sa grandeur sans mesure, mais en apportant, parmi les ténèbres du monde, la lumière de la vraie divinité... Tu le magnifies lorsque tu es élevée à une dignité si haute que tu reçois la grâce en plénitude (Lc 1,28), que tu mérites la visite de l'Esprit Saint, et que, devenue Mère de Dieu tout en restant vierge inviolée, tu enfantes un Sauveur pour le monde qui se perd. 


            D'où vient cela ? De ce que le Seigneur est avec toi (Lc 1,28), le Seigneur qui a fait de ses dons tes mérites. Voilà pourquoi l'on dit que tu le magnifies : parce que toi-même tu es magnifiée en lui et par lui. Ton âme magnifie donc le Seigneur seulement en ce sens que toi-même tu es magnifiée par lui..., car tu es le réceptacle du Verbe, le cellier du vin nouveau qui enivre la sobriété des croyants. Tu es la Mère de Dieu.

 

Mardi 22 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
ANNONCE LITURGIQUE
(22 décembre)
Bien-aimés frères, l'Eglise continue la série septénaire des noms divins, qui précède la vigile de Noël. Tous les jours, elle lance par une antienne solennelle un cri vers le Messie.
Aujourd'hui, l'Eglise fait entendre son sixième appel au Fils de Dieu et Fils de l'homme :
O ROI DES NATIONS.
 
 
GRANDE ANTIENNE DU SIXIEME NOM DIVIN
              
              O Roi des nations, leur désiré, pierre angulaire réunissant les deux peuples, viens et ne tarde pas, viens sauver l'homme que Tu formas du limon.
 
***
Le Padre Pio est le saint de la miséricorde par excellence. Il conseillait souvent de prier à tout moment de la journée : « Quoique vous fassiez, arrêtez-vous d’un coup, et prenez un instant pour prononcer « Gloire à toi Seigneur » et en énumérant tout ce que nous devons acquérir pour être digne de lui. Le Padre Pio était un grand confesseur, on ne pouvait rien lui cacher. Il lisait dans les cœurs à l’instar de Saint-Séraphin de Sarov que j’ai eu aussi à interpréter au théâtre. Un jour ce dernier demanda à son secrétaire Motvilov comment il allait. Celui-ci lui répondit que tout allait bien. Saint-Séraphin qui lisait dans son âme n’en crut rien et dît : « ne me raconte pas d’histoire, je sais que ça ne va pas bien du tout, allez dis moi les choses ». C’est impressionnant quand on joue un saint personnage, cela m’est aussi arrivé quand j’ai joué le personnage du frère Luc dans  » Des hommes et des Dieux », j’ai eu à chaque fois cette étrange sensation que ce n’était pas moi qui parlais. Il y a une « précaution majeure », plus importante que vous-même qui prend votre place : vous transmettez alors quelque chose de toute beauté: ce que l’on nomme « les saintes paroles ».(Michael Lonsdale)

Le Padre Pio est le saint de la miséricorde par excellence. Il conseillait souvent de prier à tout moment de la journée : « Quoique vous fassiez, arrêtez-vous d’un coup, et prenez un instant pour prononcer « Gloire à toi Seigneur » et en énumérant tout ce que nous devons acquérir pour être digne de lui. Le Padre Pio était un grand confesseur, on ne pouvait rien lui cacher. Il lisait dans les cœurs à l’instar de Saint-Séraphin de Sarov que j’ai eu aussi à interpréter au théâtre. Un jour ce dernier demanda à son secrétaire Motvilov comment il allait. Celui-ci lui répondit que tout allait bien. Saint-Séraphin qui lisait dans son âme n’en crut rien et dît : « ne me raconte pas d’histoire, je sais que ça ne va pas bien du tout, allez dis moi les choses ». C’est impressionnant quand on joue un saint personnage, cela m’est aussi arrivé quand j’ai joué le personnage du frère Luc dans » Des hommes et des Dieux », j’ai eu à chaque fois cette étrange sensation que ce n’était pas moi qui parlais. Il y a une « précaution majeure », plus importante que vous-même qui prend votre place : vous transmettez alors quelque chose de toute beauté: ce que l’on nomme « les saintes paroles ».(Michael Lonsdale)

Repost 0
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 07:49
The theological vision of God and natural science  Orthodoxy does not exclude from the theological vision of God the findings of natural science. Science and faith can be in concert with one another and our desire to reinstate our communion with God can involve both natural science, and the science of the soul. An Orthodox Christian does not have to suspend scientific knowledge in order to adhere to faith. "Only with a superficial knowledge do there arise false contradictions between faith and knowledge, between religion and science (I.M. Andreyev)."  Love in Christ, Abbot Tryphon    I. M. Andreev http://www.holytrinitypublications.com/en/Contributor/112/I._M._Andreev.html Ivan Andreev (1894–1976) was a professor at Holy Trinity Seminary, where he taught apologetics, church history, literature, moral theology, and psychology. He was born in St. Petersburg, and studied philosophy at the Sorbonne in Paris and the University of St. Petersburg. However, in his spiritual development he was formed by the writings of St. Theophan the Recluse, St. Ignatius Brianchaninov, the Optina Elders, and other bearers of traditional Orthodoxy. Opposed to Metropolitan Sergius’ declaration of loyalty to the Soviet government, he was an ardent member of the Catacomb Church. After the Second World War, he emigrated to America, where he became a professor at Holy Trinity Seminary. He wrote many articles and outside his involvement in the Church also gave lectures on medical subjects and literature.

The theological vision of God and natural science Orthodoxy does not exclude from the theological vision of God the findings of natural science. Science and faith can be in concert with one another and our desire to reinstate our communion with God can involve both natural science, and the science of the soul. An Orthodox Christian does not have to suspend scientific knowledge in order to adhere to faith. "Only with a superficial knowledge do there arise false contradictions between faith and knowledge, between religion and science (I.M. Andreyev)." Love in Christ, Abbot Tryphon I. M. Andreev http://www.holytrinitypublications.com/en/Contributor/112/I._M._Andreev.html Ivan Andreev (1894–1976) was a professor at Holy Trinity Seminary, where he taught apologetics, church history, literature, moral theology, and psychology. He was born in St. Petersburg, and studied philosophy at the Sorbonne in Paris and the University of St. Petersburg. However, in his spiritual development he was formed by the writings of St. Theophan the Recluse, St. Ignatius Brianchaninov, the Optina Elders, and other bearers of traditional Orthodoxy. Opposed to Metropolitan Sergius’ declaration of loyalty to the Soviet government, he was an ardent member of the Catacomb Church. After the Second World War, he emigrated to America, where he became a professor at Holy Trinity Seminary. He wrote many articles and outside his involvement in the Church also gave lectures on medical subjects and literature.

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2,19-22.

Frères, vous n'êtes plus des étrangers ni des gens de passage. Mais vous êtes concitoyens des saints, vous êtes la maison de Dieu,
édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, dont Jésus-Christ lui-même est la pierre angulaire.
C'est en lui que tout l'édifice bien ordonné s'élève, pour former un temple saint dans le Seigneur ;
c'est en lui que, vous aussi, vous êtes édifiés, pour être par l'Esprit-Saint, une demeure où Dieu habite.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 20,24-29.

En ce temps-là, Thomas, appelé Didyme, l'un des Douze, n'était pas avec eux quand vint Jésus.
Les autres disciples lui dirent donc : "Nous avons vu le Seigneur." Mais il leur dit : "Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt à la place des clous et ma main dans son côté, je ne croirai point."
Huit jours après, les disciples étant encore dans le même lieu, et Thomas avec eux, Jésus vint, les portes étant fermées, et se tenant au milieu d'eux, il leur dit : "Paix avec vous !"
Puis il dit à Thomas : "Mets ici ton doigt, et regarde mes mains ; approche aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; et ne sois plus incrédule, mais croyant."
Thomas lui répondit : "Mon Seigneur, et mon Dieu !"
Jésus lui dit : "Parce que tu m'as vu, Thomas, tu as cru. Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru."

SAINT THOMAS, Apôtre qui êtes-vous ?
St Thomas,apôtre

(Ier siècle)

 


Saint Thomas était probablement originaire d'une pauvre famille de Galilée. Il était dépourvu de connaissances humaines, mais d'un esprit réfléchi et d'une volonté ferme jusqu'à l'obstination; d'autre part, il avait du coeur et du dévouement.

Ces deux caractères de sa physionomie paraissent en deux paroles que l'Évangile cite de lui.

Peu avant Sa Passion, Jésus veut retourner en Judée; les Apôtres Lui rappellent les menaces de Ses ennemis. Thomas seul s'écrie:

"Eh bien! Allons et mourons avec lui!" Voilà le dévouement du coeur de l'Apôtre. 

Après Sa résurrection, le Sauveur était apparu à plusieurs de Ses disciples, en l'absence de Thomas. Quand, à son retour, on lui raconta cette apparition, il fut si étonné d'une telle merveille, qu'il en douta et dit vivement:

"Je ne le croirai pas avant d'avoir mis mes doigts dans Ses plaies."

Voilà le second caractère de Thomas, esprit trop raisonneur.

Mais son premier mouvement d'hésitation, en chose si grave, ne fut pas un crime et le bon Sauveur répondit à son défi.

Que fit alors Thomas?

Nous le savons; un cri du coeur s'échappa de ses lèvres:

"Mon Seigneur et mon Dieu!"

Dieu permit l'hésitation de cet Apôtre pour donner aux esprits difficiles une preuve de plus en faveur de la résurrection de Jésus-Christ.

Saint Augustin attribue à saint Thomas, parmi les douze articles du Symbole, celui qui concerna la Résurrection.

Quand les Apôtres se partagèrent le monde, les pays des Parthes et des Perses et les Indes furent le vaste lot de son apostolat.

La tradition prétend qu'il rencontra les mages, les premiers adorateurs de Jésus parmi les Gentils, qu'il les instruisit, leur donna le Baptême et les associa à son ministère.

Partout, sur son passage, l'Apôtre établissait des chrétientés, ordonnait des prêtres, consacrait des évêques

Quand au XIVe siècle, les Européens s'emparèrent des Indes orientales, ils trouvèrent dans les traditions des peuples de ce vaste pays des souvenirs chrétiens, et en particulier celui de saint Thomas.

Un miracle de l'Apôtre, traînant avec un faible lien une poutre énorme que les éléphants n'avaient pu remuer, fut l'occasion d'innombrables conversions.

Cependant les prêtres des faux dieux, jaloux de tant de succès, jurèrent la mort de l'Apôtre; il fut percé d'une lance devant une Croix où il priait.



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

 

 

Mémoire des saints du jour en France :

THOMAS, apôtre et martyr

ANASTASE le Jeune, patriarche d'Antioche  († 609)

SÉVERIN, évêque de Trèves († 300)

La vision théologique de Dieu et la science naturelle  L'Orthodoxie n'exclut pas de la vision théologique de Dieu les découvertes de la science naturelle. La science et la Foi peuvent être en harmonie l'une avec l'autre, et notre désir de restaurer notre communion avec Dieu peut impliquer à la fois la science naturelle, et la science de l'âme. Un Chrétien Orthodoxe n'a pas à mettre de côté la connaissance scientifique afin d'adhérer à la Foi. "Il n'y a qu'avec la connaissance superficielle que naissent de fausses contradictions entre foi et connaissance, entre religion et science" (I.M. Andreyev)." (*)  Dans l'amour du Christ, Higoumène Tryphon   (*) I. M. Andreev Ivan Andreev (1894–1976) était professeur au Holy Trinity Seminary, où il enseignait l'apologétique, l'Histoire ecclésiastique, la littérature, la théologie morale et la psychologie. Né à Saint-Petersbourg, il a étudié la philosophie à la Sorbonne à Paris et à l'université de Saint-Petersbourg. Cependant, pour son développement spirituel, il a été formé par les écrits de saint Théophane le Reclus, saint Ignace Brianchaninov, les staretz d'Optina, et d'autres porteurs de l'Orthodoxie traditionnelle. Opposé à la déclaration de loyauté du métropolite Serge envers le gouvernement soviétique, il fut un ardent membre de l'Église des Catacombes. Après la 2ème Guerre Mondiale, il émigra vers l'Amérique du Nord, où il devint professeur au  Holy Trinity Seminary. Il écrivit nombre d'articles, et en dehors de son engagement dans l'Église, il donna aussi des conférences sur des sujets médicaux et en littérature.

La vision théologique de Dieu et la science naturelle L'Orthodoxie n'exclut pas de la vision théologique de Dieu les découvertes de la science naturelle. La science et la Foi peuvent être en harmonie l'une avec l'autre, et notre désir de restaurer notre communion avec Dieu peut impliquer à la fois la science naturelle, et la science de l'âme. Un Chrétien Orthodoxe n'a pas à mettre de côté la connaissance scientifique afin d'adhérer à la Foi. "Il n'y a qu'avec la connaissance superficielle que naissent de fausses contradictions entre foi et connaissance, entre religion et science" (I.M. Andreyev)." (*) Dans l'amour du Christ, Higoumène Tryphon (*) I. M. Andreev Ivan Andreev (1894–1976) était professeur au Holy Trinity Seminary, où il enseignait l'apologétique, l'Histoire ecclésiastique, la littérature, la théologie morale et la psychologie. Né à Saint-Petersbourg, il a étudié la philosophie à la Sorbonne à Paris et à l'université de Saint-Petersbourg. Cependant, pour son développement spirituel, il a été formé par les écrits de saint Théophane le Reclus, saint Ignace Brianchaninov, les staretz d'Optina, et d'autres porteurs de l'Orthodoxie traditionnelle. Opposé à la déclaration de loyauté du métropolite Serge envers le gouvernement soviétique, il fut un ardent membre de l'Église des Catacombes. Après la 2ème Guerre Mondiale, il émigra vers l'Amérique du Nord, où il devint professeur au Holy Trinity Seminary. Il écrivit nombre d'articles, et en dehors de son engagement dans l'Église, il donna aussi des conférences sur des sujets médicaux et en littérature.

« O Jésus, faites-moi bien comprendre

que les plus belles œuvres d'apostolat

ne sont que vaine agitation, si elles ne

dérivent pas d'une vie intérieure

profonde.

Vous seul êtes la vraie vigne où circule la sève divine de la grâce, donc seul le sarment greffé sur Vous peut la communiquer aux âmes en produisant pour elles des fruits de grâce. Quelle illusion si, me laissant prendre par des œuvres urgentes, je m'y lance tête baissée, en négligeant d'alimenter, de consolider mon union avec Vous ! Cependant, par ces doux avertissements que Vous avez imprimés au plus profond de mon âme, Vous ne cessez de me rappeler : « Sans Moi, vous ne pouvez rien faire... Celui qui demeure en Moi, porte seul des fruits ». O folle agitation, ô vanité de tant de mes œuvres, entreprises d'une façon trop humaine, comme si leur fruit ne dépendait que de mon industrie et de mes capacités ! O mon Dieu, préservez-moi de tant de stupidité ! Non, je ne veux pas gaspiller ainsi mes énergies, perdre mon temps. [...] Même ceux qui ne croient pas en Vous, se consacrent à des œuvres sociales : ils ouvrent des écoles, des hôpitaux, ils impriment des livres et des journaux, font de la propagande... Ce qui doit distinguer mon activité de la leur, c'est l'esprit intérieur dont elle provient : esprit d'union avec Vous, esprit de prière, de sacrifice. Seul cet esprit a le grand pouvoir de transformer la pauvre action humaine en action surnaturelle, en apostolat. Faites, ô Seigneur, que mon action sorte d'un vigoureux sarment, solidement enté sur Vous ; faites qu'elle soit imprégnée de prière et de sacrifice. »

P. Gabriel de Ste Marie-MadeleineIntimité Divine Tome I

Lundi 21 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
La parole de Dieu
 
 
 
         En ces jours-là, Marie se mit en route.         
 
Évangile selon saint Luc, chapitre 1, verset 39
 
 
 
La méditation
 
 
« Marie se mit en route. »
Lors de l’Annonciation, elle a été bouleversée par une initiative totalement gratuite de Dieu. La joie nous met en route. Nous sommes en mesure de répondre à son appel grâce à la joie qu’il nous donne. Joie née de la confiance en son inconditionnelle bienveillance. 
La Parole de Dieu peut nous saisir pour nous conduire ailleurs, car elle est toujours autre que nous ne l’imaginions. C’est une parole créatrice, libératrice, révélatrice du bien dont nous sommes capables. Elle libère en nous la force créatrice d’un désir inspiré par Dieu qui nous donne d’agir.
En quoi consiste précisément cette mise en route ? Elle est essentiellement de nature relationnelle. Marie part pour visiter sa cousine Élisabeth. Celle-ci a elle-même reçu de Dieu un nouvel élan en concevant un enfant. L’enfant est le signe de l’ouverture à l’avenir et c’est en cela que nous devons être comme de petits enfants ! Le propre de l’esprit est de croître à tout âge chez ceux qui gardent un cœur d’enfant, capable de s’ouvrir à la confiance.
En contemplant Marie, ayons le désir de telles mises en route. Ce sera souvent avec, comme bagages, bien des pauvretés, nous n’en rencontrerons que mieux les autres en esprit de service. Cet humble mouvement d’ouverture et de disponibilité nous rendra libres ! N’hésitons pas à demander à Dieu cette nouvelle naissance à la rencontre ! Il vient à nous en ce Noël, Emmanuel, Dieu avec nous, pour se donner à nous. Choisissons de lui faire confiance. Il peut nous ouvrir ce chemin.(Source: Avent dans la Ville)
Lundi 21 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

EN VRAC,

 

POUR VOTRE REFLEXION

 

PERSONNELLE...

 

===

Iran : 

 Les conversions au Christianisme inquièttent les Autorités

« Suivant les conseils impératifs de mon évêque, j’ai dû me réfugier précipitamment à Paris avec deux valises remplies de traductions en persan – dont la Bible – à achever. Après mon départ, La police islamique a débarqué dans notre centre de catéchèse, a saisi tous les livres, ordinateurs et documents qu’on avait laissés là », se souvient le Père Pierre Humblot. « Tout fut détruit dont notre chapelle mais, Dieu merci, les collaborateurs ont pu se disperser et demeurent cachés ou exilés. »

Citoyen iranien, il continue aujourd’hui à Paris son œuvre depuis un minuscule studio, qui est à la fois son bureau, sa chambre et sa cuisine. On ne donnera pas son adresse, ni les noms de ses collaborateurs, car il fait un travail qui doit demeurer discret : il accompagne les Iraniens et Afghans musulmans qui se convertissent au christianisme en Europe comme dans leur pays d’origine.

Ils sont au moins 300 000 !

Le père Humblot estime le nombre de convertis à 300 000, selon une fourchette basse, et le Régime islamique semble bien conscient de l’importance de cette vague de conversions puisqu’il sévit de plus en plus contre ce mouvement. En Iran, ces convertis vivent dans la clandestinité : ils bravent la loi musulmane qui interdit de changer de religion, subissent souvent la violence de leurs familles et sont mal reçus dans les églises historiques, comme les communautés orientales ou latines. Les convertis représentent pour elles un danger réel : celui d’être accusées de faire du prosélytisme et de voir anéantie la précaire tolérance du régime en place. Les autorités affirment le respect des minorités et la liberté de culte. Mais ce n’est en aucune manière liberté de conscience et de religion puisqu’il est interdit aux chrétiens de naissance de témoigner de leur foi.

« Si tu ne reviens pas à l’islam je te brûle ! »

Malgré cette persécution, les convertis affluent. Ils se retrouvent le plus souvent dans de nombreuses et fort discrètes « églises de maison » animées par des évangélique et recherchées par la police politico-religieuse. Beaucoup subissent la violence de leur propre famille. Ainsi cette catéchumène, que le père Humblot a suivie. »Elle s’est convertie à la suite d’un songe », témoigne-t-il. Quand sa famille a découvert son changement de religion, elle l’a crue possédée par le démon. Son père l’a battue férocement, puis en désespoir de cause l’a arrosée d’essence et l’a menacée avec une allumette : « Si tu ne reviens pas à l’islam je te brûle ! ». Devant le refus obstiné de sa fille, il a bien tenté de gratter l’allumette, mais elle était mouillée par l’essence, et le feu n’a pas pris. La jeune fille a été enfermée dans une cave avec cette menace : « Dans trois jours, si tu n’as pas changé d’avis, nous te tuerons ! ». L’une de ses sœurs l’a sauvée, mais à présent la jeune convertie s’est enfuie à l’étranger, ayant perdu sa santé, sa famille, son pays et tout ce qu’elle possédait. Pourtant, elle prie chaque jour pour apprendre comment pardonner à son père.

Une Église de saints en cheminement

En Iran, le père Humblot n’a jamais cessé d’être sollicité. « On m’accusait de faire du prosélytisme, s’amuse-t-il. Mais je n’en ai jamais fait, tout simplement parce que ce n’est pas mon travail et je n’en aurais pas eu le temps ! » Il accueillait ceux qui venaient le trouver et suivait les catéchumènes pendant trois ans avant le baptême, se méfiant des conversions trop rapides. Au bout d’un certain temps, se sachant sous surveillance, il a dû multiplier les lieux de rendez-vous, recevant ses catéchumènes dans sa voiture ou dans des parcs publics. Son objectif, que les nouveaux chrétiens « tiennent », et qu’ils aient la formation nécessaire pour essaimer à leur tour et assurer la formation de nouveaux convertis.

En Iran comme aujourd’hui en Europe, il côtoie des personnes, des parcours de vie qui dépassent la compréhension humaine. Pendant la révolution iranienne, l’un de ses amis, un ancien musulman converti, et devenu pasteur, a passé trois ans en prison. Dont deux en cellules d’isolement. A son retour, le père Humblot le plaint pour cette épreuve mais le pasteur affirme : « C’était merveilleux ! Pendant deux ans, j’ai pu louer sans cesse mon Seigneur sans être gêné ». Deux semaines après cette encontre, cet ami fut massacré au coin d’un bois par des inconnus…

Dans le tumulte de la révolution (1979)

À la suite de la Révolution iranienne, la très grande majorité des prêtres occidentaux a dû quitter le pays. Les églises qui célébraient et prêchaient en persan ont été fermées et sept pasteurs tués. Le père Humblot a pu rester en obtenant la nationalité iranienne, avec un peu de ruse et un sacré coup de pouce de la Providence. Parce qu’il avait été ambulancier durant son service militaire, il est désigné responsable des ambulances d’un hôpital de Téhéran. Lors d’une intervention, il est reconnu par son voisin de palier, un « barbu » qui se méfiait de lui jusqu’alors, et qui est impressionné par ce chrétien qui rend service gratuitement à des musulmans. Ce barbu participe activement à la révolution, et devient député. Avec son aide, le père Humblot a pu présenter à la police politique qui venait l’expulser une carte d’identité iranienne toute neuve : « Ils étaient fâchés », se souvient le prêtre avec une pointe d’espièglerie.

8 ans de guerre et une déferlante de conversions

Le conflit entre l’Irak et l’Iran (1980-88) l’emplit d’amertume à l’encontre des gouvernements occidentaux. « Des ingénieurs français travaillaient activement à ce que les SCUDS irakiens arrivent jusqu’à Téhéran. » Mais cette guerre, qui s’accompagne de contraintes islamiques très puissantes amène beaucoup d’Iraniens jusqu’au père Humblot. La jeunesse du pays ne supporte pas les contraintes religieuse ni la surveillance de la police. Certains plongent dans la drogue, d’autres cherchent à changer de religion, choisissant le zoroastrisme, l’hindouisme ou le christianisme.

« Est-ce que je peux me donner le baptême à moi-même ? »

Le père Humblot n’a pas chômé, et bien qu’aujourd’hui il ne croie plus pouvoir retourner en Iran, il travaille encore en persan pendant l’essentiel de ses journées. Pour traduire des textes saints, faire des vidéos YouTube ou pour répondre par Internet aux nombreuses questions des Iraniens, il a une vraie « petite entreprise » de 14 Iraniens. Parmi ces questions qu’il reçoit par courriel, l’une provient d’une Iranienne musulmane qui, seule dans une ville cernée par le désert, a décidé de se convertir. Elle écrit au père : « Je ne veux que Jésus Christ, mais il n’y a pas de chrétien dans ma ville. Est-ce que je peux me donner le baptême à moi-même ? ».

Il croise aussi des vies profondément éprouvées comme celle de cet Afghan chrétien réfugié à Paris qui lui montre la photo de sa femme et de sa petite fille, restées au pays : « Pour les revoir, il faudrait que je renonce à Jésus et retourne au pays, je ne veux pas le faire. »

Le père Humblot est heureux dans l’épreuve : « Mon travail est fort simple : tout est préparé dans les cœurs par l’Esprit Saint Paraclet donc plus Défenseur que Consolateur. Je n’ai qu’à accueillir, m’émerveiller et accompagner en rendant grâce. Et le fait de travailler avec plusieurs convertis qui ont connu la persécution et ont tout quitté pour le Christ m’est d’un soutien quotidien ».

===

 

 

Mgr Santiago Agrelo, archevêque de Tanger (Maroc), est connu pour ses positions claires sur la question des migrants et des réfugiés.

Depuis son diocèse africain, on devine déjà l’Europe qui ne se trouve qu’à 13 kilomètres, et pourtant ce sont bel et bien deux mondes qui se font face.

Aleteia : Qu’est-ce qui vous motive dans vos actions et prises de paroles ?
Mgr Santiago Agrelo : Je suis incapable de voir la souffrance et de rester les bras croisés. Aussi j’ai toujours été proche des plus vulnérables. Mais pourquoi partir s’il n’y a pas de place en Europe ? Telle était ma façon de penser auparavant, comme bien autres. Arrivé ici, j’ai pris conscience de tout ce qui les poussait. En ce sens, le Maroc a donc changé mon rapport aux migrants.

Les politiques ne voient pas la réalité depuis leurs bureaux.
J’ai le sentiment qu’ils n’ont pas conscience du drame de ces personnes, qu’ils ne sont pas capables de s’imaginer pris au piège dans une forêt comme celles aux abords de la frontière de Ceuta ou Melilla, bloqués par la police, la loi, les frontières. Abandonnés, sans espoir, ni avenir. Obligés de risquer leur vie au moindre pas en avant. Je suis d’ailleurs stupéfait qu’il n’y ait pas encore eu d’explosion de violence.

Comment changer la situation ?
Il faut que la société change sa perception des migrants. Je leur dirais : vis avec eux ne serait-ce que 30 minutes, tu les considéreras comme tes propres enfants, et tu ne tolèreras plus qu’ils soient traités ainsi.

Comment faire pour parler autrement de l’Afrique ?
L’Afrique est pauvre car elle est riche. L’Afrique est encore et toujours spoliée, je soupçonne donc que le bien-être dont je jouis s’est fait aux dépends d’autres qui ont été privés de tout.

Vous invitez à la prière. Prier aide à changer les choses ?
Lorsque je parle de prière, je fais référence à l’écoute. Ne pas parler à Dieu pour lui demander d’agir, mais écouter pour agir soi-même.

Le Pape s’inscrit dans cette ligne : pauvreté, prière, justice…
En ce sens, le Pape me semble être un homme de prière, qui écoute Dieu. D’ailleurs, aucun d’entre nous ne saurait écouter Dieu sans écouter les pauvres. J’ai le sentiment que le Pape a passé sa vie à écouter les pauvres. La clairvoyance de sa parole provient du fait qu’il a toujours été à leur contact. Si les pauvres ne nous aident pas à lire et interpréter l’Évangile, à nous rapprocher de Dieu, alors tant l’Évangile que notre rapport à Dieu seront irrémédiablement dénaturés. Penser autrement reviendrait à nous fourvoyer. C’est dans les pauvres que se révèle le visage de Dieu.

L’Église est-elle au point sur la problématique de l’immigration ?
Dans certains secteurs de l’Église, la mentalité qui prévaut est motivée par l’intérêt politique et l’idéologie, alors que cette question devrait être traitée à l’aune de l’Évangile et placée au cœur des communautés ecclésiales. Pour l’Église, tant les pauvres des sociétés européennes que ceux qui sont à leurs frontières sont un appel de Dieu à vivre l’Évangile, ils sont la grâce de Dieu.

Vous êtes au contact de la souffrance, de la mort. Cela fait-il écho à la vôtre ?
Pour ce qui est de la mort, seul le Seigneur peut en décider, j’imagine un moment de purification, d’acceptation ultime de la pauvreté, du don de la seule chose qu’il nous reste. J’espère être conscient de ce don. Seigneur, prends tout, si j’ai alors perdu toute conscience…

Propos recueillis par Miriam Díez Bosch dans ALETEIA

 

===

NOËL SOUS LES BOMBES EN SYRIE:

Il n’est pas facile de retrouver le sourire lorsqu’on subit une guerre depuis cinq ans. Musique de Noël, ballons multicolores: Sœur Annie et tous ceux qui l’aident ont paré la salle communale de décorations de Noël. Des cadeaux sont distribués. Il y a de joyeux visages. Et pourtant, cette idylle peu avant Noël n’est qu’un bref moment de répit pendant lequel les habitants d’Alep oublient dans quelles circonstances ils sont obligés de vivre. « Il y a deux jours, des roquettes sont tombées tout près de nous. Six personnes ont été tuées. Quelques jours auparavant, c’est une maison d’habitation qui a été touchée. Il n’y a pas eu de mort, mais beaucoup de blessés. Quand on dit blessé, cela signifie souvent que des gens ont perdu des bras ou des jambes. Pour nous ici, c’est le quotidien. En quittant sa maison, personne ne sait s’il rentrera vivant. Il ne nous reste plus que la confiance en Dieu », raconte Sœur Annie.

La religieuse catholique arménienne de la congrégation Jésus et Marie persévère depuis des années à Alep, ville terriblement marquée par la guerre en Syrie. Les troupes du gouvernement et les rebelles occupent différentes zones d’Alep, se livrant d’incessants combats. Avec ses consœurs et des volontaires, Sœur Annie est au service des chrétiens d’Alep, en s’efforçant de fournir des vêtements, des moyens de chauffage, des aides pour payer le loyer, et des médicaments, avec le soutien de l’AED. Jadis, des centaines de milliers de chrétiens vivaient dans cette métropole commerciale prospère du nord de la Syrie. Ils ne sont plus que quelques dizaines de milliers, qui sont restés dans la ville largement détruite. « Chez nous, la vie est tellement difficile. Souvent, des jours durant, nous n’avons ni eau ni électricité. Surtout maintenant en hiver, il fait un froid mordant. Récemment, j’ai rendu visite à une famille qui vivotait dans son logement détruit par une roquette. Mon cœur a pleuré. »

Comme par le passé, Sœur Annie tente cette année également de préparer une joyeuse fête de Noël aux gens. « Nous distribuons des pantalons, des pull-overs et des anoraks aux gens. Souvent, ils n’ont pas les moyens de s’acheter de nouveaux vêtements » : 12 000 vêtements ont été confectionnés pour 3 000 personnes dans le besoin. « Les vêtements ont été fabriqués ici à Alep par des tailleurs chrétiens. Ils m’ont dit qu’ils étaient reconnaissants de recevoir ces commandes. Pour eux, c’est du travail qui leur permet de nourrir leur famille. » Le soutien bénéficie non seulement aux gens d’Alep, mais aussi aux chrétiens d’Hasaké, une ville au nord-est de la Syrie. « Avant, nous pouvions transporter nos biens humanitaires d’Alep à Hasaké en camion. Mais comme Daech a entre-temps conquis le territoire situé entre les deux villes, ce n’est plus aussi facile.  »

ACN-20151214-33672-300x225

« C’est la cinquième fois que les chrétiens de Syrie doivent célébrer les fêtes de Noël pendant la guerre. Les gens n’ont plus de joie au cœur. Naturellement, ils iront à l’église. Mais il n’y a plus la joie que nous ressentions tous auparavant à Noël. À sa place, il n’y a plus que la tristesse. » Elle évoque un vieil homme, qui lui a dit l’air accablé que lui et sa femme ne seraient qu’à eux deux à Noël. « Avant, tous ses seize enfants et petits-enfants venaient célébrer Noël avec eux. Maintenant, ils sont tous partis. Ils se sont enfuis. Il ne reste plus que les deux aïeuls ». Beaucoup de gens subissent la même situation que ce vieux couple. Ils ont perdu des proches lors des attaques, leurs fils ont servi dans l’armée ou les enfants ont pris la fuite. « Dans chaque maison, il y a une histoire triste à raconter », déplore Sœur Annie. Mais les gens ont confiance en Dieu. Ils se réjouissent que leurs frères chrétiens à l’étranger ne les aient pas oubliés ».

(Source: ALETEIA)

===

Cette année à Noël, serons-nous seuls, entre amis, en famille ? Avons-nous hâte ? Sommes-nous débordés par les préparatifs ?

Birth of Jesus - Christmas - fr

Pourtant, Dieu est toujours là, au coeur même de notre vie. Arrêtons-nous un peu, si possible devant une crèche, et méditons sa Parole pour reprendre souffle.

L’écoute de la Parole

Le temps liturgique de l’Avent nous montre que Dieu n’est pas dans un avenir que l’on peut prévoir, mais dans l’aujourd’hui où l’on devine sa présence aimante en nous. Il veut naître en nous chaque jour. Sa Parole nous ouvre à son désir de bonheur et de salut, bien au-delà de ce qu’on peut imaginer.

« On obtient de Dieu autant qu’on en espère », écrivait saint Jean de la Croix. Forts de cette espérance invincible, nous ne pouvons que répéter avec Samuel : « Parle, Seigneur, ton serviteur écoute » (1 Samuel 3, 9).

La prière est réponse à la parole que Dieu nous adresse dans la Bible. Parole qui met en marche : « Marche en ma présence et sois parfait » (Genèse 17, 1). Parole qui entretient le dialogue : « Dieu parlait à Moïse face à face, comme un homme parle à un ami » (Exode 33, 11). Parole qui relève et sauve en Jésus : « Dès aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis » (Luc, 24, 43).

La parole de Dieu que l’on entend durant les temps de l’Avent et de Noël remplit notre mémoire du souvenir de Dieu et se transforme en prière. Nos sens ne peuvent pas le saisir, mais l’Esprit Saint vient en aide à notre faiblesse. Il est « le cœur de notre cœur et l’âme de notre âme », disait saint Jean Eudes. Il nous fait descendre dans notre cœur pour que nous l’habitions du saint nom de Jésus, à la manière de la Vierge Marie qui méditait la Parole dans son cœur. Les voix se taisent pour ne plus entendre que cette Parole qui épouse le silence : « Viens, Seigneur Jésus ». Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier

 

===

Beaucoup de musulmans se convertissent d’une manière mystérieuse et étonnante, au cours d’un rêve ou d’une vision dans laquelle ils rencontrent Jésus. A la lecture du Coran ils se sentent parfois perdus et trouvent alors le salut dans la lecture du Nouveau Testament, en découvrant le véritable message de Jésus.

david-garrisonDavid Garrison a passé 2 ans et demi à interviewer plus de 1000 anciens musulmans convertis au christianisme. Pour lui « nous vivons le plus grand mouvement de conversion de musulmans à Jésus-Christ de toute l’Histoire. »

Malgré les persécutions grandissantes que subissent les chrétiens et les défis élevés auxquels les nouveaux convertis doivent faire face rien ne semble arrêter ce mouvement. Ces groupes de nouveaux convertis se retrouvent de manière secrète en petit nombre ce qui rend difficile l’analyse de combien ils pourraient être exactement. David Garrison estime qu’ils seraient entre 2 et 7 millions.

« Ce qui est extrêmement intéressant n’est pas seulement l’ampleur de ces mouvements… mais le nombre de tous les mouvements de conversion qu’il y a maintenant. Cela n’est pas limité à un endroit du monde mais nous les voyons de l’Afrique de l’Ouest à l’Indonésie et partout au milieu ! »

Cette vague de conversion ne s’explique pas d’abord par les violences terroristes causées par des extrémistes de l’Islam mais surtout par la plus grande disponibilité de la Bible et de programmes d’évangélisation sur les médias comme internet ou la radio. Partout dans le monde en se connectant à Internet on peut découvrir le message de l’Evangile et du salut qui est en Jésus-Christ.

Source : ChurchLeaders.com et ChristianToday

===

INVITATION:
Avec la participation des "Artisans de Paix",
sur invitation de Hajj Abdel Hafid Benchouk,
Délégué de la Fraternité Islamique des Artisans de Paix
 
Tous les Artisans de Paix sont les bienvenus. 
Réservez vos places à l’avance.
Bonne fête à nos amis musulmans qui célèbrent la naissance du prophète de l’Islam.
Bien à vous tous,
 
Paula Kasparian
 
 
image1.JPG

 
Hajj Abd el Hafid Benchouk
Président de l'association Adab
Représentant de la voie Soufie Naqshbandi en France
Directeur des Editions les Quatre Sources
Délégué de la Fraternité Islamique des Artisans de Paix

 

===

UN PASTEUR AU BAGNE !

Le régime nord-coréen a diffusé une vidéo glaçante, dans laquelle le pasteur s’accuse :

« J’ai commis un crime grave, celui d’avoir insulté et diffamé la dignité et les membres de la hiérarchie ».

Il a aussi avoué avoir organisé, avec le soutien de la Corée du Sud et des Américains, une filière visant à « attirer et à kidnapper » des citoyens de la République démocratique populaire de Corée du Nord.

Pays-prison

En traduisant les accusations grotesques du régime Nord-coréen, on comprend que le pasteur organisait en fait l’exil de Coréen du Nord. Dans la logique de la propagande de Pyongyang, il faudrait être fou pour vouloir quitter le pays, et les évadés sont forcément « kidnappés ». Le pasteur n’en a pas moins conforté publiquement ce chef d’accusation absurde, et peut-être que ses « aveux » lui ont bénéficié puisqu’il échappe à la peine de mort, requise contre lui.

Un agent de l’Occident ?

Alors que le régime de la Corée du Nord montrait des signes d’ouverture, acceptant une délégation d’évêques sud-coréens (Aleteia), il rappelle avec cette affaire sa vraie nature : un pouvoir paranoïaque, qui soumet sa population par la force des armes. Les religions sont vues comme des menaces, susceptibles de remettre en cause un ordre établi totalitaire et athée. Lim Hyeon-soon cumulait contre lui le fait d’être un religieux et d’avoir une nationalité canadienne, doublement suspect… L’un des paradoxes de cette affaire, c’est que le pasteur s’évertuait justement à améliorer les pratiques agricoles des Nord-Coréens, pour qu’ils ne dépendent plus de l’aide extérieure. On est loin de l’idée d’un espion à la solde de l’étranger, comme le souligne Église d’Asie.

Les mystères de Pyongyang

L’agence ne s’explique pas la sévérité de la peine encourue par ce pasteur. En effet, d’autre missionnaires étrangers, arrêtés par le régime ont pu être libérés, grâce à l’intervention de la diplomatie. Église d’Asie s’interroge donc : « Est-ce que l’apparent échec des négociations entre Séoul et Pyongyang, le 11 décembre dernier, a joué un rôle dans la décision de la Cour suprême ? Est-ce le fait que le condamné soit d’origine sud-coréenne qui explique la sévérité de la peine dont il a écopé ? ».

==

 

La théorie du genre permet à des cas qui auraient autrefois relevé de la psychiatrie d’apparaître aujourd’hui comme une option parmi d’autres.

Le cas hallucinant qui suit est symptomatique.

Après 23 ans de mariage, un canadien de 52 ans, marié et père de sept enfants, en processus transgenre depuis plusieurs années, a abandonné sa famille pour vivre ce qui serait selon lui sa véritable identité: être une petite fille de six ans.

Stefonknee Wolscht a fait l’objet d’un reportage diffusé par la télévision canadienne. « The Transgender Project » raconte en effet les histoires de plusieurs personnes transsexuelles au Canada.

Soutenu par la communauté transgenre de Toronto, Wolscht a été… adopté par une famille: « J’ai une maman et un papa. Enfin, ce sont des parents adoptifs mais ils me comprennent« , explique-t-il.


En savoir plus sur http://www.medias-presse.info/theorie-du-genre-age-de-52-ans-un-homme-abandonne-son-epouse-et-ses-enfants-pour-vivre-comme-une-fillette-de-six-ans/45988#xtOShLdo4o9XsGjD.99

 

Le 14 Juillet,PRIÈRES POUR LA FRANCE en l'honneur des Martyrs de la Révolution:

 

 

PRIÈRES POUR LA FRANCE en l'honneur des Martyrs

de la Révolution:

Je vous propose la prière suivante pour notre Pays:

Seigneur Jésus, Ô Christ notre Dieu, Vous qui êtes venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Vous qui êtes monté librement sur la Croix pour tous les humains;
Vous qui, dans Votre amour ineffable et Vôtre indicible compassion, veillez au bien et au libre salut de chacun;
Vous qui êtes invisiblement présent dans ce monde qui Vous appartient et dans notre pays par le Corps de Votre sainte Eglise, acceptez les prières de supplication et de louange que nous Vous adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée.

Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Votre Mère toute pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine "Egale-aux-apôtres" dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Votre ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France : 
Eclairez, inspirez, convertissez et sauvez notre patrie la France, ceux qui la gouvernent ainsi que chacun des membres de son peuple.

A nous qui Vous supplions dans la vraie Foi, accordez la grâce du non-jugement, la conscience libre, la force du saint Esprit pour témoigner de Votre vérité dans la paix qui vient de Vous.

Accordez-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Votre pardon.

Donnez-nous de Vous glorifier et de Vous célébrer pour la bienveillance que Vous manifestez à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple.

Inspirez-nous de Vous célébrer en premier lieu pour la révélation que Vous avez donnée de Vous-même à nos Pères par la prédications de ces aînés dans la Foi qui sont venu d'Orient pour ensemencer notre terre de l'Evangile de vérité, d'amour et de paix et à ceux qui, en conséquence peuvent en ces jours, sur cette même terre bénie de France, vous confesser avec Votre Père coéternel et Votre très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amîn!

 

+++++++++++

 

« Vous avez le droit d’exiger qu’on vous montre la Crèche."

Publiée le 23-12-2014

Nous sommes en 1940, en Allemagne, dans un camp de prisonniers français.

Des prêtres prisonniers demandent à Jean-Paul Sartre, prisonnier depuis quelques mois avec eux, de rédiger une petite méditation pour la veillée de Noël. Sartre, l’athée, accepte. Et offre à ses condisciples ces quelques lignes magnifiques. Comment douter que la grâce soit venu le visiter à ce moment là, même si le philosophe s’en défend ?

 

--------------------------------------------

« Vous avez le droit d’exiger qu’on vous montre la Crèche. La voici. Voici la Vierge, voici Joseph et voici l’Enfant Jésus. L’artiste a mis tout son amour dans ce dessin, vous le trouverez peut-être naïf, mais écoutez. Vous n’avez qu’à fermer les yeux pour m’entendre et je vous dirai comment je les vois au-dedans de moi.

La Vierge est pâle et elle regarde l’enfant. Ce qu’il faudrait peindre sur son visage, c’est un émerveillement anxieux, qui n’apparut qu’une seule fois sur une figure humaine, car le Christ est son enfant, la chair de sa chair et le fruit de ses entrailles. Elle l’a porté neuf mois. Elle lui donna le sein et son lait deviendra le sang de Dieu. Elle le serre dans ses bras et elle dit : « mon petit » !

Mais à d’autres moments, elle demeure toute interdite et elle pense : « Dieu est là », et elle se sent prise d’une crainte religieuse pour ce Dieu muet, pour cet enfant, parce que toutes les mères sont ainsi arrêtées par moment, par ce fragment de leur chair qu’est leur enfant, et elles se sentent en exil devant cette vie neuve qu’on a faite avec leur vie et qu’habitent les pensées étrangères.

Mais aucun n’a été plus cruellement et plus rapidement arraché à sa mère, car Il est Dieu et Il dépasse de tous côtés ce qu’elle peut imaginer. Et c’est une rude épreuve pour une mère d’avoir crainte de soi et de sa condition humaine devant son fils. Mais je pense qu’il y a aussi d’autres moments rapides et glissants où elle sent à la fois que le Christ est son fils, son petit à elle et qu’il est Dieu. Elle le regarde et elle pense : « ce Dieu est mon enfant ! Cette chair divine est ma chair, Il est fait de moi, Il a mes yeux et cette forme de bouche, c’est la forme de la mienne. Il me ressemble, Il est Dieu et Il me ressemble ».

Et aucune femme n’a eu de la sorte son Dieu pour elle seule. Un Dieu tout petit qu’on peut prendre dans ses bras et couvrir de baisers, un Dieu tout chaud qui sourit et qui respire, un Dieu qu’on peut toucher et qui vit, et c’est dans ces moments là que je peindrais Marie si j’étais peintre, et j’essayerais de rendre l’air de hardiesse tendre et de timidité avec lequel elle avance le doigt pour toucher la douce petite peau de cet enfant Dieu dont elle sent sur les genoux le poids tiède, et qui lui sourit. Et voilà pour Jésus et pour la Vierge Marie.

Et Joseph. Joseph ? Je ne le peindrais pas. Je ne montrerais qu’une ombre au fond de la grange et aux yeux brillants, car je ne sais que dire de Joseph. Et Joseph ne sait que dire de lui-même. Il adore et il est heureux d’adorer. Il se sent un peu en exil. Je crois qu’il souffre sans se l’avouer. Il souffre parce qu’il voit combien la femme qu’il aime ressemble à Dieu. Combien déjà elle est du côté de Dieu. Car Dieu est venu dans l’intimité de cette famille. Joseph et Marie sont séparés pour toujours par cet incendie de clarté, et toute la vie de Joseph, j’imagine, sera d’apprendre à accepter. Joseph ne sait que dire de lui-même : il adore et il est heureux d’adorer ».

Preuve que le texte dérange les partisans de Sartre, sa compagne Simone de Beauvoir, essayera de réfuter l’origine de ce texte. Mais Sartre confirmera en être l’auteur, en 1962, dans la note suivante : « si j’ai pris mon sujet dans la mythologie du Christianisme, cela ne signifie pas que la direction de ma pensée ait changé, fût-ce un moment pendant la captivité. Il s’agissait simplement, d’accord avec les prêtres prisonniers, de trouver un sujet qui pût réaliser, ce soir de Noël, l’union la plus large des chrétiens et des incroyants ».

 

[Extrait de « Baronia ou le Fils du tonnerre », le texte se trouve intégralement dans l’ouvrage Les écrits de Sartre de M. Contat et M. Rybalka, NRF 1970].

Mercredi 16 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

 

Mercredi 16 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

 


 

Mercredi 16 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Ne restez pas seul pour les Fêtes de la Nativité ! 

Do not stay alone for the holidays of the Nativity!


Si vous n'êtes pas en famille, retrouvez-vous,en communion avec

les Chrétiens d'Orient,

avec vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes francophones de St

Thomas (Mar Thoma)* en France pour fêter Noël!

 

If you are not a family, you find yourself in communion with

Eastern Christians,

with your brothers of the French speaking Syrian Orthodox Church of St

Thomas (Mar Thoma) * in France to celebrate Christmas!





Si vous avez peu de moyens pour fêter décemment Noël en famille,

grâce au partagec'est possible ! Venez fêter la Nativité

au Monastère en famille !

 

If you have few resources to decently celebrate Christmas with family,

through shared it's possible! Come celebrate the Nativity

Monastery family!





(Pour ceux qui doivent loger, Inscriptions closes le 20 Décembre)

(For those who need housing, Registration closed on 20 December)

 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Programme:

*Jeudi 24 Décembre. Nativité de Notre-Seigneur
18h, réveillon avec les fidèles familiers. Veillée de Noël (Plusieurs Baptêmes et Chrismations), Bénédiction du Feu nouveau et Procession de l’Enfant-Jésus à l’Eglise.Messe de minuit.

 

* Thursday, December 24. Nativity of Our Lord
18h Eve familiar with the faithful. Christmas Eve (Several Baptisms and Chrismations), Blessing of the New Fire and Procession of the Infant Jesus to the Church. Midnight Mass.




*Vendredi 25, Nativité de Notre-Seigneur
Messe du jour à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

* Friday 25, Nativity of Our Lord
Mass of the day at 10.30, fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30.




*Samedi 26 Décembre, Fête des « Félicitations à la Mère de Dieu »
Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

* Saturday, December 26, Feast of "Congratulations to the Mother of God"
Mass in honor of "All Pure and Immaculate Mother of the Word-God" at 10:30, fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30



VEILLEE POUR LA VIE dans la nuit du 26 au 27

VIGIL FOR LIFE on the night of 26 to 27

*Dimanche 27 Décembre, Fête des « Saints Innocents »
Messe en l’honneur pour les enfants à naître et les victimes de l’avortement à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

* Sunday, December 27, day of the "Holy Innocents"
Mass in honor to unborn children and victims of abortion at 10:30 fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

 

*l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
Le 14 Juillet,PRIÈRES POUR LA FRANCE en l'honneur des Martyrs de la Révolution:

 

 

PRIÈRES POUR LA FRANCE en l'honneur des Martyrs

de la Révolution:

Je vous propose la prière suivante pour notre Pays:

Seigneur Jésus, Ô Christ notre Dieu, Vous qui êtes venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Vous qui êtes monté librement sur la Croix pour tous les humains;
Vous qui, dans Votre amour ineffable et Vôtre indicible compassion, veillez au bien et au libre salut de chacun;
Vous qui êtes invisiblement présent dans ce monde qui Vous appartient et dans notre pays par le Corps de Votre sainte Eglise, acceptez les prières de supplication et de louange que nous Vous adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée.

Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Votre Mère toute pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine "Egale-aux-apôtres" dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Votre ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France : 
Eclairez, inspirez, convertissez et sauvez notre patrie la France, ceux qui la gouvernent ainsi que chacun des membres de son peuple.

A nous qui Vous supplions dans la vraie Foi, accordez la grâce du non-jugement, la conscience libre, la force du saint Esprit pour témoigner de Votre vérité dans la paix qui vient de Vous.

Accordez-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Votre pardon.

Donnez-nous de Vous glorifier et de Vous célébrer pour la bienveillance que Vous manifestez à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple.

Inspirez-nous de Vous célébrer en premier lieu pour la révélation que Vous avez donnée de Vous-même à nos Pères par la prédications de ces aînés dans la Foi qui sont venu d'Orient pour ensemencer notre terre de l'Evangile de vérité, d'amour et de paix et à ceux qui, en conséquence peuvent en ces jours, sur cette même terre bénie de France, vous confesser avec Votre Père coéternel et Votre très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amîn!

 

+++++++++++

 

« Vous avez le droit d’exiger qu’on vous montre la Crèche."

Publiée le 23-12-2014

Nous sommes en 1940, en Allemagne, dans un camp de prisonniers français.

Des prêtres prisonniers demandent à Jean-Paul Sartre, prisonnier depuis quelques mois avec eux, de rédiger une petite méditation pour la veillée de Noël. Sartre, l’athée, accepte. Et offre à ses condisciples ces quelques lignes magnifiques. Comment douter que la grâce soit venu le visiter à ce moment là, même si le philosophe s’en défend ?

 

--------------------------------------------

« Vous avez le droit d’exiger qu’on vous montre la Crèche. La voici. Voici la Vierge, voici Joseph et voici l’Enfant Jésus. L’artiste a mis tout son amour dans ce dessin, vous le trouverez peut-être naïf, mais écoutez. Vous n’avez qu’à fermer les yeux pour m’entendre et je vous dirai comment je les vois au-dedans de moi.

La Vierge est pâle et elle regarde l’enfant. Ce qu’il faudrait peindre sur son visage, c’est un émerveillement anxieux, qui n’apparut qu’une seule fois sur une figure humaine, car le Christ est son enfant, la chair de sa chair et le fruit de ses entrailles. Elle l’a porté neuf mois. Elle lui donna le sein et son lait deviendra le sang de Dieu. Elle le serre dans ses bras et elle dit : « mon petit » !

Mais à d’autres moments, elle demeure toute interdite et elle pense : « Dieu est là », et elle se sent prise d’une crainte religieuse pour ce Dieu muet, pour cet enfant, parce que toutes les mères sont ainsi arrêtées par moment, par ce fragment de leur chair qu’est leur enfant, et elles se sentent en exil devant cette vie neuve qu’on a faite avec leur vie et qu’habitent les pensées étrangères.

Mais aucun n’a été plus cruellement et plus rapidement arraché à sa mère, car Il est Dieu et Il dépasse de tous côtés ce qu’elle peut imaginer. Et c’est une rude épreuve pour une mère d’avoir crainte de soi et de sa condition humaine devant son fils. Mais je pense qu’il y a aussi d’autres moments rapides et glissants où elle sent à la fois que le Christ est son fils, son petit à elle et qu’il est Dieu. Elle le regarde et elle pense : « ce Dieu est mon enfant ! Cette chair divine est ma chair, Il est fait de moi, Il a mes yeux et cette forme de bouche, c’est la forme de la mienne. Il me ressemble, Il est Dieu et Il me ressemble ».

Et aucune femme n’a eu de la sorte son Dieu pour elle seule. Un Dieu tout petit qu’on peut prendre dans ses bras et couvrir de baisers, un Dieu tout chaud qui sourit et qui respire, un Dieu qu’on peut toucher et qui vit, et c’est dans ces moments là que je peindrais Marie si j’étais peintre, et j’essayerais de rendre l’air de hardiesse tendre et de timidité avec lequel elle avance le doigt pour toucher la douce petite peau de cet enfant Dieu dont elle sent sur les genoux le poids tiède, et qui lui sourit. Et voilà pour Jésus et pour la Vierge Marie.

Et Joseph. Joseph ? Je ne le peindrais pas. Je ne montrerais qu’une ombre au fond de la grange et aux yeux brillants, car je ne sais que dire de Joseph. Et Joseph ne sait que dire de lui-même. Il adore et il est heureux d’adorer. Il se sent un peu en exil. Je crois qu’il souffre sans se l’avouer. Il souffre parce qu’il voit combien la femme qu’il aime ressemble à Dieu. Combien déjà elle est du côté de Dieu. Car Dieu est venu dans l’intimité de cette famille. Joseph et Marie sont séparés pour toujours par cet incendie de clarté, et toute la vie de Joseph, j’imagine, sera d’apprendre à accepter. Joseph ne sait que dire de lui-même : il adore et il est heureux d’adorer ».

Preuve que le texte dérange les partisans de Sartre, sa compagne Simone de Beauvoir, essayera de réfuter l’origine de ce texte. Mais Sartre confirmera en être l’auteur, en 1962, dans la note suivante : « si j’ai pris mon sujet dans la mythologie du Christianisme, cela ne signifie pas que la direction de ma pensée ait changé, fût-ce un moment pendant la captivité. Il s’agissait simplement, d’accord avec les prêtres prisonniers, de trouver un sujet qui pût réaliser, ce soir de Noël, l’union la plus large des chrétiens et des incroyants ».

 

[Extrait de « Baronia ou le Fils du tonnerre », le texte se trouve intégralement dans l’ouvrage Les écrits de Sartre de M. Contat et M. Rybalka, NRF 1970].

Mercredi 16 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 7,18b-23.

En ce temps-là, Jean le Baptiste appela deux de ses disciples
et les envoya demander au Seigneur : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »
Arrivés près de Jésus, ils lui dirent : « Jean le Baptiste nous a envoyés te demander : Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? »
À cette heure-là, Jésus guérit beaucoup de gens de leurs maladies, de leurs infirmités et des esprits mauvais dont ils étaient affligés, et à beaucoup d’aveugles, il accorda de voir.
Puis il répondit aux envoyés : « Allez annoncer à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles retrouvent la vue, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, les pauvres reçoivent la Bonne Nouvelle.
Heureux celui qui ne trébuchera pas à cause de moi ! »

Mercredi 16 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Par Saint Ambroise

(v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église 
Commentaire sur l'évangile de Luc, 5, 99-102 ; SC 45 (trad. cf SC p. 220) 

 

« Es-tu celui qui doit venir ? »

 

            Le Seigneur, sachant que sans l'Évangile personne ne peut avoir une foi plénière — car si la Bible commence par l'Ancien Testament, c'est dans le Nouveau qu'elle s'accomplit — n'éclaire pas les questions qu'on lui pose sur lui-même par des paroles, mais par ses actes.

« Allez, dit-il, rapportez à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles voient, les boiteux marchent, les sourds entendent, les lépreux sont purifiés, les morts ressuscitent, la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres. »

Ce témoignage est complet car c'est de lui qu'on avait prophétisé :

« Le Seigneur délie les enchaînés ; le Seigneur rend la vue aux aveugles ; le Seigneur redresse les courbés... Le Seigneur règne pour les siècles »

(Ps 145,7s).

Ce sont les marques d'un pouvoir non pas humain mais divin... 


            Pourtant ce ne sont encore là que les moindres exemples du témoignage apporté par le Christ.

Ce qui fonde la plénitude de la foi, c'est la croix du Seigneur, sa mort, son ensevelissement.

Et c'est pourquoi, après la réponse que nous avons citée, il dit encore :

« Heureux celui qui ne tombera pas à cause de moi ».

En effet, la croix pouvait provoquer la chute des élus eux-mêmes, mais il n'y a pas de témoignage plus grand d'une personne divine, rien qui paraisse davantage dépasser les forces humaines, que cette offrande d'un seul pour le monde entier.

Seulement par cela le Seigneur se révèle pleinement.

D'ailleurs, c'est ainsi que Jean l'a désigné :

« Voici l'Agneau de Dieu ; voici celui qui enlève le péché du monde »

(Jn 1,29).




 

Mercredi 16 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Ne restez pas seul pour les Fêtes de la Nativité ! 

Do not stay alone for the holidays of the Nativity!


Si vous n'êtes pas en famille, retrouvez-vous,en communion avec

les Chrétiens d'Orient,

avec vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes francophones de St

Thomas (Mar Thoma)* en France pour fêter Noël!

 

If you are not a family, you find yourself in communion with

Eastern Christians,

with your brothers of the French speaking Syrian Orthodox Church of St

Thomas (Mar Thoma) * in France to celebrate Christmas!





Si vous avez peu de moyens pour fêter décemment Noël en famille,

grâce au partagec'est possible ! Venez fêter la Nativité

au Monastère en famille !

 

If you have few resources to decently celebrate Christmas with family,

through shared it's possible! Come celebrate the Nativity

Monastery family!





(Pour ceux qui doivent loger, Inscriptions closes le 20 Décembre)

(For those who need housing, Registration closed on 20 December)

 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Programme:

*Jeudi 24 Décembre. Nativité de Notre-Seigneur
18h, réveillon avec les fidèles familiers. Veillée de Noël (Plusieurs Baptêmes et Chrismations), Bénédiction du Feu nouveau et Procession de l’Enfant-Jésus à l’Eglise.Messe de minuit.

 

* Thursday, December 24. Nativity of Our Lord
18h Eve familiar with the faithful. Christmas Eve (Several Baptisms and Chrismations), Blessing of the New Fire and Procession of the Infant Jesus to the Church. Midnight Mass.




*Vendredi 25, Nativité de Notre-Seigneur
Messe du jour à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

* Friday 25, Nativity of Our Lord
Mass of the day at 10.30, fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30.




*Samedi 26 Décembre, Fête des « Félicitations à la Mère de Dieu »
Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

* Saturday, December 26, Feast of "Congratulations to the Mother of God"
Mass in honor of "All Pure and Immaculate Mother of the Word-God" at 10:30, fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30



VEILLEE POUR LA VIE dans la nuit du 26 au 27

VIGIL FOR LIFE on the night of 26 to 27

*Dimanche 27 Décembre, Fête des « Saints Innocents »
Messe en l’honneur pour les enfants à naître et les victimes de l’avortement à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

* Sunday, December 27, day of the "Holy Innocents"
Mass in honor to unborn children and victims of abortion at 10:30 fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

 

*l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
Va où tu ne veux pas, vois où te ne vois pas, écoute où rien ne bruit  tu es là où Dieu parle (Angélus Silesius)

Va où tu ne veux pas, vois où te ne vois pas, écoute où rien ne bruit tu es là où Dieu parle (Angélus Silesius)

De la Tradition apostolique d'Hippolyte de Rome :

à propos des rites préparatoire au baptême

Hippolyte de Rome (mort vers 253) nous donne dans la Tradition apostolique des renseignements précieux sur la liturgie et le déroulement des sacrements de l'initiation chrétienne dans les tout premiers siècles de l'Eglise.

 

Ses textes sont parmi les plus anciens dont nous disposons sur ces questions.

 

Le court extrait suivant nous rappelle la façon dont se déroulait la préparation immédiate des catéchumènes durant le samedi saint...

 

"Ceux qui reçoivent le baptême jeûneront le vendredi et le samedi.

Le samedi, l'évêque les réunira tous en un même lieu, il les invitera tous à prier et à ployer les genoux.

Il leur imposera les mains, en conjurant tout esprit étranger de s'éloigner d'eux et de n'y plus jamais revenir. L'exorcisme terminé, il soufflera sur leur visage, les signe sur le front, les oreilles et le nez, puis les fait relever.


Ils passeront la nuit à veiller, à lire les Ecritures et à faire des instructions.

Ceux qui doivent recevoir le baptême ne doivent pas apporter d'autre vase que celui qui sert à l'eucharistie.

Car il est convenable pour chacun d'apporter son offrande."

 

Les préparatifs du baptême

"Au chant du coq, les candidats s'approcheront des eaux, qui doivent être courantes et pures.


Ils se déshabilleront. On baptise d'abord les enfants. S'ils peuvent répondre pour eux-mêmes, qu'ils le fassent.

S'ils ne le peuvent pas, leurs parents répondront ou quelqu'un de la famille.


On baptisera ensuite les hommes adultes, et ensuite les femmes, qui auront délié leurs cheveux et déposé leurs orenments d'or.

Que personne ne descende dans l'eau avec un objet étranger sur lui.


A l'heure fixée pour le baptême, l'évêque rendra grâces sur l'huile et la mettra dans un vase.

On l'appelle l'huile de l'action de grâces.

Il prendra une autre huile et prononcera sur elle un exorcisme : on l'appelle l'huile de l'exorcisme.

Un diacre prendra l'huile de l'exorcisme et se tiendra à la gauche du prêtre, un autre diacre prendra l'huile de l'action de grâces et se tiendra à la droite du prêtre."

 

(Tradition apostolique, cité dans L'Initiation chrétienne, Textes recueillis et présentés par A. Hamman, Ichtus / Les Pères dans la foi, DDB, 1980, pp. 24-25)

[Hippolyte nous rapporte ensuite le déroulement de tout le baptême qui comprend la dernière onction donnée par l'évêque - qui correspondra plus tard à ce que les Latins appeleront "sacrement de la confirmation" et qu'on nomme "Chrismation" chez les Orientaux.]

Lundi 21 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,39-45.

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »

Lundi 21 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Par Saint Bernard

(1091-1153),

moine cistercien et docteur de l'Église 
Sermon pour l'octave de l'Assomption, Sur les douze prérogatives de Marie 


 

« Heureuse, celle qui a cru »

 

Marie est bienheureuse, comme sa cousine Elisabeth le lui a dit, non seulement parce que Dieu l'a regardée, mais parce qu'elle a cru.

Sa foi est le plus beau fruit de la bonté divine. Mais il a fallu l'art ineffable du Saint Esprit survenant en elle pour qu'une telle grandeur d'âme s'unisse à une telle humilité, dans le secret de son cœur virginal.

L'humilité et la grandeur d'âme de Marie, comme sa virginité et sa fécondité, sont pareilles à deux étoiles qui s'éclairent mutuellement, car en Marie la profondeur de l'humilité ne nuit en rien à la générosité d'âme et réciproquement.

Alors que Marie se jugeait si humblement elle-même, elle n'en a été pas moins généreuse dans sa foi en la promesse qui lui était faite par l'ange.

Elle qui se regardait uniquement comme une pauvre petite servante, elle n'a nullement douté qu'elle soit appelée à ce mystère incompréhensible, à cette union prodigieuse, à ce secret insondable. Et elle a cru tout de suite qu'elle allait vraiment devenir la mère de Dieu-fait-homme. 


C'est la grâce de Dieu qui produit cette merveille dans le cœur des élus ; l'humilité ne les rend pas craintifs et timorés, pas plus que la générosité de leur âme ne les rend orgueilleux.

Au contraire, chez les saints, ces deux vertus se renforcent l'une l'autre.

La grandeur d'âme non seulement n'ouvre la porte à aucun orgueil, mais c'est elle surtout qui fait pénétrer plus avant dans le mystère de l'humilité.

En effet, les plus généreux au service de Dieu sont aussi les plus pénétrés de la crainte du Seigneur et les plus reconnaissants pour les dons reçus.

Réciproquement, quand l'humilité est en jeu, aucune lâcheté ne se glisse dans l'âme.

Moins une personne a coutume de présumer de ses propres forces, même dans les plus petites choses, plus elle se confie dans la puissance de Dieu, même dans les plus grandes.

 

Lundi 21 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
ANNONCE LITURGIQUE
(21 décembre)
              Bien-aimés frères, l'Eglise continue la série septénaire des noms divins, qui précède la vigile de Noël. Tous les jours, elle lance par une antienne solennelle un cri vers le Messie. Aujourd'hui, l'Eglise fait entendre son cinquième appel au Fils de Dieu et Fils de l'homme :
 
O ORIENT.
GRANDE ANTIENNE DU CINQUIEMENOM DIVIN
 
              O Orient, splendeur de la lumière éternelle et Soleil de justice, viens et ne tarde pas, viens éclairer ceux qui sont dans les ténèbres et l'ombre de la mort.
 
***
Repost 0
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 07:59
Father (now Saint) Gabriel (Urgebadze) was asked how to pray for enemies. The Elder replied: "First, begin to pray for those whom you love the most, for example, about your children. Then pray for other members of your family. Then for all of your relatives and neighbors that you have not had as enemies. Bless the city where you live, but not only Tbilisi [i.e. your own city] - bless all residents of Georgia [i.e. your own country]. And Georgia [or your own country] is not alone, it is surrounded by other countries - ask God that the people do not feud. Now, when you have prayed for everyone and only the enemy remains - then do not forsake him. Ask God to fill his heart with goodness, and understanding - wisdom. That's how you will be able to pray for your enemies."

Father (now Saint) Gabriel (Urgebadze) was asked how to pray for enemies. The Elder replied: "First, begin to pray for those whom you love the most, for example, about your children. Then pray for other members of your family. Then for all of your relatives and neighbors that you have not had as enemies. Bless the city where you live, but not only Tbilisi [i.e. your own city] - bless all residents of Georgia [i.e. your own country]. And Georgia [or your own country] is not alone, it is surrounded by other countries - ask God that the people do not feud. Now, when you have prayed for everyone and only the enemy remains - then do not forsake him. Ask God to fill his heart with goodness, and understanding - wisdom. That's how you will be able to pray for your enemies."

Livre d'Isaïe 11,1-5.

Parole du Seigneur Dieu : Un rameau sortira de l'arbre de Jessé, un rejeton jaillira de ses racines.
Sur lui reposera l'Esprit du Seigneur, esprit de sagesse et d'intelligence, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur.
Il mettra ses délices dans la crainte du Seigneur. Il ne jugera point sur ce qui paraîtra à ses yeux, et il ne prononcera point sur ce qui frappera ses oreilles.
Il jugera les petits avec justice, et prononcera selon le droit pour les humbles de la terre. Il frappera la terre de la verge de sa bouche, et par le souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant.
La justice ceindra ses flancs, et la fidélité sera la ceinture de ses reins.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,39-47.

En ce temps-là, Marie se leva et alla en hâte vers la montagne, dans une ville de Juda.
Et elle entra dans la maison de Zacharie, et salua Elisabeth.
Or, quand Elisabeth entendit la salutation de Marie, l'enfant tressaillit dans son sein, et elle fut remplie du Saint-Esprit,
et elle s'écria à haute voix, disant : " Vous êtes bénie entre les femmes, et le fruit de vos entrailles est béni.
Et d'où m'est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne à moi ?
Car votre voix, lorsque vous m'avez saluée, n'a pas plus tôt frappé mes oreilles, que l'enfant a tressailli de joie dans mon sein.
Heureuse celle qui a cru ! Car elles seront accomplies les choses qui lui ont été dites de la part du Seigneur ! "
Et Marie dit : Mon âme glorifie le Seigneur,
et mon esprit tressaille de joie en Dieu, mon Sauveur.

Prière de saint Ephrem le Syrien pour l'Orient

 

Seigneur notre Dieu,

 

Vous avez choisi l’Orient pour envoyer Votre Fils unique et

accomplir l’économie du salut.

 

C’est une jeune fille orientale, la Vierge Marie, que Vous

avez choisi pour qu’elle porte et enfante Votre Fils unique.


C’est en Orient qu’il a grandit, qu’il a travaillé, qu’il a choisi Ses

apôtres et Ses disciples.

 


C’est en Orient qu'Il  a transmis Votre volonté et Vos

enseignements, Il y fit des miracles et des prodiges. C’est en

Orient qu'Il s'est livré.

 

C’est en Orient qu'Il a choisit de souffrir, de mourir et de

ressusciter.

C’est de l’Orient qu'il monta pour sièger à Votre droite.

 

Nous te prions d’accorder les forces nécessaires à Vos enfants

en Orient pour qu’ils soient affermis dans la foi et dans

l’espérance de Vos Saints Apôtres.

 

Amîn.

 

Par l’Acte de Charité, nous déclarons aimer Dieu plus que tout et notre prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu.   « Mon Dieu, je vous aime de tout mon cœur, et par dessus toutes choses, parce que vous êtes infiniment bon et infiniment aimable, et j'aime mon prochain comme moi-même pour l'amour de vous. »

Par l’Acte de Charité, nous déclarons aimer Dieu plus que tout et notre prochain comme nous-mêmes pour l’amour de Dieu. « Mon Dieu, je vous aime de tout mon cœur, et par dessus toutes choses, parce que vous êtes infiniment bon et infiniment aimable, et j'aime mon prochain comme moi-même pour l'amour de vous. »

 

Mémoire des saints célébrés aujourd'hui en France:

FLAVIT, ermite en Champagne († 630)

RUF et ZOZIME, martyrs à Philippes († 107)

GATIEN, 1er évêque de Tours († Ier s.)

AUXENCE, évêque de Mopsueste († 321)

Mémoire de JUDAS MACCABÉE

 

 

Les Sept Grandes Antiennes
Révélation des noms divins du Christ
 
***
ANNONCE LITURGIQUE (18 décembre)
 
              Bien-aimés frères, l'Eglise continue la série septénaire des noms divins, qui précède la vigile de Noël. Tous les jours elle lance par une antienne solennelle un cri vers le Messie.
Aujourd'hui, l'Eglise fait entendre son deuxième appel au Fils de Dieu et Fils de l'homme :
 
O ADONAÏ.
 
LECTURE
(Exode 3, 1-15)
              Moïse faisait paître le troupeau de Jéthro, son beau-père, prêtres de Madian ; et il mena le troupeau derrière le désert, et vint à la montagne de Dieu, à Horeb.
L'ange du Seigneur lui apparut dans une flamme de feu, au milieu d'un buisson. Moïse regarda ; et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point. Moïse dit : Je veux me détourner pour voir quelle est cette grande vision, et pourquoi le buisson ne se consume point.
Le Seigneur vit qu'il se détournait pour voir ; et Dieu l'appela du milieu du buisson, et dit : Moïse ! Moïse ! Et il répondit : Me voici ! Dieu dit : N'approche pas d'ici, ôte tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est une terre sainte. Et Il ajouta : Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob. Moïse se cacha le visage, car il craignait de regarder Dieu.
Le Seigneur dit : J'ai vu la souffrance de mon peuple qui est en Egypte, et J'ai entendu les cris que lui font pousser ses oppresseurs, car Je connais ses douleurs. Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens, et pour le faire monter de ce pays dans un bon et vaste pays, dans un pays où coulent le lait et le miel, dans les lieux qu'habitent les Cananéens, les Héthiens, les Amoréens, les Phéréziens, les Héviens et les Jébusiens.
Voici, les cris d'Israël sont venus jusqu'à Moi, et J'ai vu l'oppression que leur font souffrir les Egyptiens. Maintenant, va, Je t'enverrai auprès de Pharaon, et tu feras sortir d'Égypte mon peuple, les enfants d'Israël.
Moïse dit à Dieu : Qui suis-je, pour aller vers Pharaon, et pour faire sortir d'Egypte les enfants d'Israël ?
Dieu dit : Je serai avec toi ; et ceci sera pour toi le signe que c'est Moi qui t'envoie : quand tu auras fait sortir d'Egypte le peuple, vous servirez Dieu sur cette montagne.
Moïse dit à Dieu : J'irai donc vers les enfants d'Israël, et je leur dirai : Le Dieu de vos pères m'envoie vers vous.
Mais, s'ils me demandent quel est son nom, que leur répondrai-je ?
Dieu dit à Moïse : Je suis Celui qui suis. Et Il ajouta : C'est ainsi que tu répondras aux enfants d'Israël : Celui qui s'appelle « Je suis » m'a envoyé vers vous.
Dieu dit encore à Moïse : Tu parleras ainsi aux enfants d'Israël : Le Seigneur, le Dieu de vos pères, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob, m'envoie vers vous. Voilà mon nom pour l'éternité, voilà mon nom de génération en génération.
 
GRANDE ANTIENNE DU DEUXIEME NOM DIVIN
 
              O Adonaï, chef de la maison d’Israël, Toi qui apparu à Moïse dans la flamme du Buisson ardent et qui lui as donné la Loi sur le mont Sinaï, viens et ne tardes pas, viens nous racheter en étendant ton bras.
 

 

Ô Adonaï, qui pourra scruter Vos voies ? Qui pourra dire par quels sentiers Vous êtes entré dans le sein de la Vierge dont Vous deviez naître, et ceux par lesquels Vous remonterâtes au ciel ?

Seul Vous connaissez toutes choses, Vous dont le Nom demeure au-dessus des bornes de l’univers : donnez-nous de toujours concevoir et dire à Votre sujet des paroles exemptes d’erreur. Vous  qui descendez des sommets de Votre majesté pour secourir ce qu’il y a de plus humble, rendez-nous dignes de Vos bienfaits.

Par Votre miséricorde, ô notre Dieu, qui êtes béni et qui vvez, règnez et triomphez avec le Père et l’Esprit Saint aux siècles des siècles.

Amîn.

***

Chers amis. Aloho m'barekh. 

 

L'Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone Mar Thomas se joint à la Communauté Chaldéenne Catholique pour pleurer ce serviteur de l'Eglise que fut sans conteste Mgr Petrus YOUSIF. 

 

"Le père Petrus Youssif, vicaire patriarcal et prêtre chaldéen de la paroisse Notre Dame de Chaldée à Paris, est décédé hier soir. 

 

Paix à son âme pour celui qui a beaucoup oeuvré pour la communauté assyro-chaldéenne en France."

 

(Mgr Petrus YOUSIF / Karmeles-Mossoul (Irak) 1936 - 2015 Paris (France))

 

Nos prières accompagnent les fils et filles de l'Eglise Chaldéenne, l'âme du regretté Prélat afin que la Mère de Miséricorde; accompagnée des Saints Pères et Docteurs de notre vivifiante Tradition Syriaque et des Saints Anges;l'introduise dans l'intimité du Christ Ressuscité. 

 

Je recommande à vos prières fraternelles l'un de nos Sous-diacre Camerounais de Yaoundé: Dieudonné TONA qui vient de "naître au Ciel". 

 

Votre respectueusement dévoué en Christ.Christ. Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) !

 

 

 

+Mor Philipose-Mariam,métropolite.

 

+++

(…) La Vierge Marie est en train de tisser un immense réseau de ses fils spirituels dans le monde entier pour lancer une forte offensive contre les forces du Malin, pour l’enfermer et préparer ainsi la victoire finale de son Fils divin, Jésus Christ.(…). ( Ivan Dias)

+++

"Un grand merci pour vos prière et votre proximité ! C'est un grand réconfort de se savoir en union avec nos frères orthodoxes, nous avons les mêmes origines (orientales). Merci beaucoup ! Que le Seigneur vous bénisse ainsi que vos fidèles. En union de prière." (Paroisse Chaldéenne St Thomas)

+++

 

 

 

COMMUNIQUE DE LA PAROISSE

Assyro-Chaldéenne

ST THOMAS

 

(SARCELLE):

 

 

 

Chers amis et fidèles,

 

Demain soir, vendredi 18 décembre, de 19h à 22h à l'église Saint Thomas Apôtre de Sarcelles, aura lieu une veillée de prière pour feu Mgr Petrus YOUSIF.

Vous pourrez venir vous recueillir sur son corps et lui adresser un dernier au revoir. 

(La veillée pénitentielle est donc annulée pour laisser place à cette veillée de prière).

Samedi 19 décembre, de 15h à 17h à Saint Thomas Apôtre, vous pourrez venir présenter vos condoléances au clergé de l'Eglise chaldéenne en Ile-de-France.

L'enterrement aura lieu lundi 21 décembre en l'église Saint Thomas Apôtre de Sarcelles à 13h (heure susceptible de changer, à confirmer).

Merci pour toutes vos prières.

NB : vous pouvez partager ce message afin de donner l'information à tout le monde. Merci.

Adresse: Saint Thomas Apôtre

7-11, Rue du Champs Gallois - 95200 Sarcelles - Tél. : 01 39 33 31 64

 

 Noter:

Lundi 21  funérailles de Mgr Petrus YOUSIF à 13h (heure susceptible de changer, à confirmer)

 

 

Comme moines Chrétiens Orthodoxes, nous sommes attachés à l'importance du respect de l'environnement, qui requiert de nous d'être de bons gestionnaires de ce que Dieu nous a donné. Une partie importante de cette gestion, c'est d’œuvrer à la durabilité, basée sur un principe simple que tout ce dont nous avons besoin pour notre survie et le bien-être dépend, directement ou indirectement, de notre environnement naturel. Quand l'équilibre est maintenu, nous pouvons coexister avec l'environnement, plutôt que le combattre ou l'exploiter.  Avec notre but de durabilité en vue, nous avons des ruches d'abeille et produisons le plus possible notre nourriture, toujours sans pesticides. Nos légumes sont viennent graines rustiques, signifiant que ce sont des variétés qui sont fécondées par pollinisation. Contrairement aux hybrides, ils produisent des graines que vous récoltez, qui produiront des plantes avec la plupart des caractéristiques de la plante originale, ce qui est essentiel pour leur durabilité. Nous mangeons les œufs de nos heureuses volailles en liberté, des poules Rhode Island Reds et des coqs Bard Rock. Nous limitons notre utilisation d'eau, maintenons nos thermostats aux températures inférieures et éteignons les lumières quand elles ne sont pas nécessaires. Nous essayons du mieux que nous pouvons pour ne pas gaspiller l'énergie, nous efforçant de témoigner de l'importance, comme Chrétiens, de prendre grand soin de ce merveilleux monde que Dieu nous a donné. Notre prochaine étape, ce sera l'installation de panneaux solaires sur nos nombreuses batisses orientées au sud.  Nous venons de terminer la construction de notre premier grand potager clos, un système de croissance verticale [ndt: comme sur de la permaculture]. C'est souvent construit en forme de cercle mesurant 1m 80 de diamètre, avec un muret qui l'entoure et une avancée dedans formant comme une sorte de gâteau dont on aurait coupé une tranche. Le trou au centre sert à déverser le compost qui humidifiera et nourrira le sol. Notre but est d'en construire au moins 5, qui nous permettrons de faire pousser des légumes et des fruits avec très peu d'eau.  En tant que moines, nous croyons qu'il est important de laisser la "plus petite empreinte" possible, utilisant les ressources naturelles en étant reconnaissant à Dieu. L'éthique eucharistique signifie que nous devons utiliser les ressources naturelles avec reconnaissance, et les offrir à Dieu. Une telle attitude est pour nous, Chrétiens, incompatible avec le gaspillage. Comme moines, nos pratiques ascétiques nous rappellent que même les plus simples aliments et les plus simples conforts, qui ont été donnés pour nos besoins, sont des dons de Dieu. Ils ne sont pas à notre disposition pour être abimés ou gaspillés.  Dans l'amour du Christ. (Higoumène Tryphon)
Nous ne pouvons nous pardonner ou pardonner aux autres que si nous avons la conviction profonde que tous les êtres humains font partie d'une humanité commune, ce qui implique qu'aucun individu, aucun groupe n'est supérieur à un autre. (Jean Vanier)

Nous ne pouvons nous pardonner ou pardonner aux autres que si nous avons la conviction profonde que tous les êtres humains font partie d'une humanité commune, ce qui implique qu'aucun individu, aucun groupe n'est supérieur à un autre. (Jean Vanier)

Ce 18 décembre, certaines Eglises Locales célèbrent la  

 

Fête de

 

l'Expectation de

 

l'enfantement de la Vierge

 

Marie (654) établie au Concile de Tolède en 656

Cette fête, qui se célèbre aujourd'hui non seulement dans toute l'Espagne, mais dans de nombreuses églises , doit son origine aux évêques du dixième Concile de Tolède, en 656.

Ces prélats ayant trouvé quelque inconvénient à l'antique usage de célébrer la fête de l'Annonciation de la Sainte Vierge au vingt-cinq mars, attendu que cette solennité joyeuse se rencontre assez souvent au temps où l'Eglise est préoccupée des douleurs de la Passion (…), ils décrétèrent que désormais on célébrerait dans l'Eglise d'Espagne, huit jours avant Noël, une fête solennelle avec octave, en mémoire de l'Annonciation, et pour servir de préparation à la grande solennité de la Nativité.

Dans la suite, l'Eglise d'Espagne sentit le besoin de revenir à la pratique de l'Eglise romaine, et de toutes celles du monde entier, qui solennisent le vingt-cinq mars comme le jour à jamais sacré de l'Annonciation de la Sainte Vierge et de l'Incarnation du Fils de Dieu ; mais telle avait été durant plusieurs siècles la dévotion des peuples pour la fête du dix-huit décembre, qu'on jugea nécessaire d'en retenir un vestige (…). Une nouvelle fête fut donc créée sous le titre de l’Expectation de l’Enfantement de la Sainte Vierge.

Le père Gabriel Urgebadze, récemment canonisé dans l'Eglise Byzantine Orthodoxe, se vit demander comment prier pour les ennemis. Le staretz répondit : "D'abord, commencez par prier pour ceux que vous aimez le plus, par exemple pour vos enfants. Ensuite priez pour les autres membres de votre famille. Ensuite pour tous ceux d'entre vos proches et vos voisins que vous n'avez pas eu comme ennemis. Bénissez la ville dans laquelle vous vivez, mais pas seulement elle, bénissez tous les habitants du pays. Et votre pays n'est pas le seul, il est entouré d'autres pays - demandez à Dieu que les gens ne se querellent pas. Alors, lorsque vous aurez prié pour tout le monde, et que seul reste l'ennemi - ne l'abandonnez pas. Demandez à Dieu de remplir son coeur de bonté et de compréhension et de sagesse. Voilà comment vous saurez prier pour vos ennemis. Saint Gabriel

Le père Gabriel Urgebadze, récemment canonisé dans l'Eglise Byzantine Orthodoxe, se vit demander comment prier pour les ennemis. Le staretz répondit : "D'abord, commencez par prier pour ceux que vous aimez le plus, par exemple pour vos enfants. Ensuite priez pour les autres membres de votre famille. Ensuite pour tous ceux d'entre vos proches et vos voisins que vous n'avez pas eu comme ennemis. Bénissez la ville dans laquelle vous vivez, mais pas seulement elle, bénissez tous les habitants du pays. Et votre pays n'est pas le seul, il est entouré d'autres pays - demandez à Dieu que les gens ne se querellent pas. Alors, lorsque vous aurez prié pour tout le monde, et que seul reste l'ennemi - ne l'abandonnez pas. Demandez à Dieu de remplir son coeur de bonté et de compréhension et de sagesse. Voilà comment vous saurez prier pour vos ennemis. Saint Gabriel

Saint Gatien , qui êtes-vous ?

Le choeur, la verrière et les élévations. Gothique rayonnant
Premier évêque de Tours 
(IIIe siècle)


 

Gatien, premier évêque de Tours, fut envoyé dans les Gaules par le Pape saint Fabien, en 250, avec six autres évêques. A son arrivée, le pays de Touraine était plongé dans le paganisme et l'on ne voyait partout que les images des faux dieux. Gatien commença par montrer à ces païens l'absurdité de leur culte et l'impuissance de leurs idoles, puis il en vint à leur découvrir les mystères de la puissance et de la bonté de Dieu et révéla à leurs yeux étonnés l'incomparable figure du Sauveur et celle de sa sainte Mère.

 

Les conquêtes furent nombreuses ; mais le démon ne laissa pas détruire son règne sans résistance ; les miracles de Gatien ne suffirent pas à lui faire pardonner ses succès, et plus d'une fois les païens endurcis jurèrent sa mort. Traqué, l'apôtre se cachait en des grottes profondes et y célébrait les saints mystères : une de ses retraites est devenue plus tard la célèbre abbaye de Marmoutier. Gatien, songeant à l'avenir, forma une école où de jeunes clercs apprenaient, avec les leçons de la science, celles de la vertu ; il les initiait au sacerdoce et en faisait ses auxiliaires ; il les envoyait même au loin porter les lumières de l'Évangile. Huit églises furent élevées sur la terre de Tournai.

 

Les travaux apostoliques de Gatien ne l'empêchaient pas de se livrer à de grandes austérités ; il épuisait son corps par les jeûnes et par les veilles, et se préparait par le martyre quotidien et volontaire à la couronne de gloire. Comme tous les vrais disciples du Christ, il aimait éperdument les pauvres, et sa charité se plaisait à soulager leurs misères.

 

Il fit bâtir un hôpital pour les malheureux. C'est dans cet asile que le Sauveur réservait à son disciple une grâce extraordinaire. Il y avait cinquante ans que Gatien arrosait de ses sueurs le pays qu'il avait gagné à Dieu. Un jour, accablé de fatigue, il s'était retiré dans l'hôpital des pauvres et y prenait un peu de repos, quand Notre-Seigneur lui apparut et lui dit : « Ne crains rien, ta couronne est prête et les saints attendent ton arrivée au Ciel. » Et le Sauveur administra lui-même à son disciple la Sainte Communion en viatique.

La façade de Saint-Gatien

L'Église de Tours a de tout temps voué un culte enthousiaste à son premier prédicateur. La magnifique cathédrale est sous son vocable.

La parole de Dieu
 
 
 
         Voici que l’ange du Seigneur 
         lui apparut en songe.         
 
Évangile selon saint Matthieu, chapitre 1, verset 20
 
 
 
La méditation
 
 
Dans la Bible, quand Dieu délivre un message à quelqu’un d’anxieux, il lui parle habituellement durant son sommeil, lorsque son esprit est le plus disponible. L’ange rencontre Marie quand sa conscience est éveillée. Ils engagent même une conversation. Tandis que l’ange rejoint Joseph la nuit, au moyen d’un songe, car le pauvre est tellement troublé par ce qui arrive, qu’il lui est peut-être difficile d’entendre cette parole en plein jour, en pleine conscience.
Car la nuit de Joseph est nuit noire. Impensable pour lui d’aller contre la loi de Dieu, en reconnaissant un enfant qui ne vient pas de lui. Impossible pour lui de répudier Marie, ne doutant pas une seconde de sa limpidité. Bref, le grand dilemme. Écoutant ce qu’il entend dans le songe, Joseph renonce à son premier projet de répudier Marie en secret. Il devient juste, non plus selon la loi de Dieu, mais selon le plan de Dieu. Dans sa nuit, il devient vraiment sage. Il s’ajuste à ce qu’il entend. À aucun moment, on ne l’entend parler, mais aussitôt après chacun des quatre songes, il agit immédiatement et efficacement. Sans l’ombre d’un doute, il fait ce qu’il entend dans la nuit.
Joseph nous apprend le sens d’un mot oublié, pas très tendance : le mot « devoir ». Le devoir, écrit Mgr Rouet, c’est là où les autres nous attendent. Même si je ne comprends pas le sens, même si je ne ressens pas grand-chose, j’y vais quand même, car une petite voix intérieure m’y invite. La foi, dit-il encore, commence par les pieds, car il faut y aller.(Source:Avent dans la Ville)
Vierge toute-digne de nos chants, * Moïse vit ton mystère de ses yeux de voyant: * c'est le buisson qui brûlait sans être consumé, * car le feu de la divinité n'a pas brûlé ton chaste sein. * Aussi nous te prions, * toi la Mère de notre Dieu, * d'accorder au monde la paix.

Vierge toute-digne de nos chants, * Moïse vit ton mystère de ses yeux de voyant: * c'est le buisson qui brûlait sans être consumé, * car le feu de la divinité n'a pas brûlé ton chaste sein. * Aussi nous te prions, * toi la Mère de notre Dieu, * d'accorder au monde la paix.

Avons-nous "bon caractère" (3) ?

(Suite et fin de la méditation des mercredi 16 & jeudi 17 décembre)

« 3° Il s'applique à faire le bonheur des autres. - Car le bon caractère est prévenant, ingénieux, généreux. D'abord il s'interdit de mal penser des gens ; et cette bienveillance qu'il entretient au fond du cœur répand sur son visage tant de sympathie, dans son regard tant de franchise, sur ses lèvres un si bon sourire, qu'il porte la joie dans les milieux qu'il fréquente. Il a toutes les divinations du bon cœur ; c'est pourquoi il dit à propos les paroles qui font plaisir et dilatent l'âme ; il ne flatte pas, et cependant il contente ; il fait visite au moment opportun ; il écrit dans des termes qui touchent ; il connaît les heures pénibles pour s'y associer ; il soupçonne les nécessités humiliantes, et il y pourvoit avec discrétion. On peut lui demander des services ; il se donne sans discuter ; il ne connaît point ces premiers mouvements d'une âme qui ne se donne que par force ; la spontanéité de son dévouement en centuple le prix. Il ne calcule ni ce qu'il sacrifie, ni ce qui pourra lui en revenir ; il est joyeux et désintéressé dans ses dons...



Mon Dieu, que je suis loin de ce caractère idéal ! Tous ces traits de lumière me confondent. Je comprends que vous ne vouliez que des chrétiens formés sur ce modèle. Que faut-il donc penser de tant d'âmes dévotes, qui aiment à ce qu'on nimbe leur front de l'auréole de la sainteté, parce qu'elles vont à la messe, parce qu'elles communient, parce qu'elles font des retraites annuelles, parce qu'elles sont affiliées à toutes les confréries, parce qu'elles sont revêtues de toutes les médailles et de tous les scapulaires, - et qui ne travaillent nullement à la réforme de leur caractère, qui se froissent de la moindre égratignure, qui font le tourment de tous ceux qui les approchent, qui n'imposeraient jamais un sacrifice à leur farouche égoïsme pour être utiles ou agréables au prochain ? Il y a chez elles un vernis de religion ; mais, la vertu n'y étant pas, la vraie religion en est absente. Que je comprenne donc, ô mon Dieu, que c'est la vertu qui vous honore et qui nous sauve, et faites, Seigneur, que désormais, en formant mon caractère sur le modèle que vous m'avez donné, je fasse marcher la pratique des vertus de pair avec les exercices de la piété. »



J. GuibertRetraite spirituelle, Treizième méditation (III), Paris, Librairie Vve Ch. Poussielgue, 1909.

 
Vendredi 18 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Inès Pélissié du Rausas, mariée et mère de cinq enfants, est docteur en Philosophie et enseigne à l’université de La Sorbonne. Elle vient de publier 

Dis, Maman, d’où

viennent les bébés ?

La première éducation affective et sexuelle (Saint-Paul, 14,90 euros). Dans cet ouvrage, elle souhaite « mettre en musique » la théologie du corps de saint Jean Paul II en proposant un guide pédagogique à l’adresse des parents des enfants âgés de 3 à 8 ans. 

Aleteia : Dans nos sociétés modernes hypersexualisées, les parents sont-ils contraints d’aborder la sexualité avec les enfants de plus en plus tôt ?
Inès Pélissié du Rausas : C’est une « contrainte » par amour des enfants. Derrière les questions sur la vie et les bébés se cache cette interrogation de leur cœur : « Et moi, d’où je viens ? ». Qui mieux que nous pourrait leur dire le lien qui unit sexualité, amour et vie, tout en leur racontant leur histoire à eux ? Parler de sexualité, c’est parler d’amour, de don, de relation. C’est parler au cœur de l’enfant, et c’est très heureux. Ce n’est pas d’ordre « technique ».

Quels sont les principes de base que les parents doivent avoir en tête pour bien aborder ce sujet avec les jeunes enfants ?
C’est leur mission propre de révéler l’amour aux enfants nés de leur amour. Parler tôt vaut toujours mieux que tard, et tard que jamais. Situer la relation sexuelle entre des personnes humaines (pas des animaux), parler avec des mots poétiques. Relier la sexualité humaine à l’amour et à la vie. Sexués (« séparés ») pour aimer et engendrer. La différence sexuelle est inscrite dans mon corps ; fier de ma masculinité ou féminité. La différence n’empêche pas l’égalité dans la même humanité. J’apprends le respect de l’autre.

Aborder tôt le sujet de la sexualité avec les enfants leur permet-il de mieux déceler et se protéger des abus ?
« Un enfant averti en vaut deux. » Mais une éducation affective et sexuelle mal faite peut constituer une forme d’abus, et blesser le cœur de l’enfant. La meilleure prévention : une éducation affective et sexuelle précoce, bien faite, séparément de la prévention et avant elle. L’enfant apprend à rejeter les contenus douteux : il en voit le mensonge. En cas d’atteinte sexuelle (images, conversations, attouchements), écouter et apaiser l’enfant d’abord ; si nous n’avons pas parlé, séparer totalement la découverte de l’amour des contenus glauques.

Vous parlez d’amour dans votre ouvrage et de « réhumanisation de la sexualité », en quoi est-ce si urgent ?
La sexualité est déshumanisée quand elle est réduite à la reproduction animale, présentée comme le défoulement de « l’instinct », dégradée par le langage pornographique en une sexualité brutale et fausse ( pornè = prostituée). L’enfant attend un langage de vérité. Il l’exprime quand il dit : « L’amour, c’est crade ». Ce qu’il a vu ou entendu est « crade », cela atteint son cœur ? Mais ce n’est pas l’amour. À nous d’expliquer les aspects physiques de la sexualité humaine et de l’amour entre les personnes.

Comment aborder la question de l’homoparentalité avec ses enfants ? 
C’est toujours beau pour un enfant de recevoir l’amour gratuit et désintéressé d’adultes généreux. Mais recevoir l’amour d’un père et d’une mère, c’est encore mieux. C’est déjà la sécurité d’une filiation. L’amour paternel et l’amour maternel aident à la construction psychique de l’enfant, l’un donne l’estime de soi, l’autre la confiance en soi. À son identification au parent de son sexe, sous le regard positif du parent de l’autre sexe. Les recevoir permet de connaître les deux modes de l’amour, et de se projeter, c’est plus riche.

Pour ceux qui voudraient aller plus loin, quels sont les principaux auteurs et penseurs qui vont ont inspirée ?
[....

Propos recueillis par Mathilde Rambaud dans ALETEIA

 

Dis-Maman_Couv-hd-cmjn
© DR

Dis, Maman, d’où viennent les bébés ? La première éducation sexuelle et affective d’Inès Pélissié du Rausas. Saint-Paul éditions religieuses, novembre 2015, 14,90 euros.

Rue Belliard (XVIIIe), ce mardi 15

 

décembre. Quelque 400 personnes vivent désormais sur les

voies de la petite ceinture. (Source: Le Parisien)

 

Des cabanes de bric et de broc, surmontées de cheminées fumantes, à perte de vue. Installé depuis quelques mois sur les voies désaffectées de la petite ceinture, entre les portes des Poissonniers et de Clignancourt (XVIIIe), le campement Rom, d’abord constitué de quelques barques, a pris une ampleur considérable. Il serait aujourd’hui peuplé par quelque 400 personnes, essentiellement d’origine roumaine. Parmi les riverains de la rue Belliard, l’inquiétude domine, au point de multiplier les courriers à la préfecture de police., avec en point d’orgue, la crainte de voir s’embraser ce « village » de bois, de tissu et de carton, au péril de ses habitants et du voisinage. Egalement pointées, les multiples nuisances causées par cette installation précaire : « Nous vivons un véritable calvaire, avance même une riveraine. Les trottoirs sont désormais jonchés de détritus et nous sommes exposés à la fumée des feux de camp. Feux d’autant plus dangereux qu’ils sont allumés à quelques mètres des réserves de carburants du dépôt de la RATP. Telle est la vie de notre quartier, et nous ne recevons que des réponses évasives des autorités, évoquant des décisions de justice qui devraient entrer en vigueur. Tout le monde se renvoie la balle, et la situation demeure ». Mois après mois, au gré des démantèlements des campements de petite couronne, particulièrement ceux de Seine-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), celui de la petite ceinture s’étoffe, jusqu’à devenir tentaculaire. « Malgré l’aide de différentes associations, cela va forcément devenir ingérable », s’alarme un riverain de la rue des Poissonniers. Menacés d’expulsion à plusieurs reprises, les habitants du camp son à nouveau sous le coup d’une menace d’évacuation. « Des recours ont été déposés et nous négocions avec les autorités », souligne Me Julie Launois, l’avocate des familles roms. Mais, au-dessus des voies ferrées, l’exaspération est à son comble. « Nous nous efforçons de ne plus appeler la police qui est mobilisée sur d’autres fronts plus urgents, souligne un autre habitant du quartier, mais actuellement, nous ne pouvons même plus dormir à cause de la construction nocturne de nouvelles baraques… »

 

 

===

NOTRE SOCIÉTÉUn peu plus d'un mois après les attentats de Paris qui ont fait 130 victimes et à une semaine de Noël, le gouvernement se préoccupe de la sécurité dans les églises. Selon Europe 1, les préfets ont reçu des consignes du ministère de l'Intérieur pour y renforcer la vigilance.

 

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a adressé mercredi un télégramme de trois pages aux préfets et directeurs de la police et de la gendarmerie pour accroître la vigilance auprès des églises, à quelques jours de Noël,révèle Europe 1.


La radio a pu consulter le document, qui parle de "terroristes désormais aguerris" et de "l'exceptionnelle force symbolique" que constituerait une attaque pendant les messes de Noël. Le ministre rappelle donc les consignes passées en avril dernier au moment de l'attentat déjoué ciblant une église de Villejuif. Le ministre conseille de se rapprocher des responsables des paroisses pour connaître le programme des offices et les aider à repérer dans leurs assemblées ou aux abords des lieux de culte des comportements inhabituels.


La note envoyée par le ministère suggère aussi aux responsables des paroisses de faire ouvrir les sacs et manteaux à l'entrée, comme cela est déjà le cas dans les magasins. Le soir du 24 et le 25 décembre des milliers d'offices se tiendront partout en France. Rien qu'à Paris, 500 messes seront célébrées.(Source LCI)

 
VOUS AIMEREZ AUSSI

 

===

ELEMENTS POUR VOTRE PROPRE REFLEXION:

Islam : selon le père Boulad, l’Occident est au bord de la guerre civile (Source : "Salon Beige")

Syro-Italien d’origine, Égypto-Libanais de nationalité, de rite grec-melkite (byzantin) et français de culture, le père Henri Boulad, 84 ans, est l'ancien provincial des jésuites du Proche- Orient, directeur du Centre culturel jésuite d’Alexandrie et de Caritas Égypte. Il déclare à Frédéric Pons dans Valeurs Actuelles à paraître demain :

Images-2"[...] Quelle leçon tirez-vous de l’attitude des Français après les attentats du 13 novembre à Paris ?

Sans être méchant et avec le plus grand respect pour les très nombreuses victimes, je dirais que c’était tout à fait prévisible. C’était une question de temps. Cela fait trente ans que je mets en garde les Français contre la pénétration sournoise de l’islamisme en France, contre le projet d’invasion systématique de l’Europe. Ils n’ont rien voulu entendre et j’ai été traité d’islamophobe. Il faut prendre conscience que nous assistons au début d’une phase de djihadisme qui risque de s’amplifier. À présent, la réalité frappe les Français de plein fouet. Peut-être cela les réveillera-t-il ? Avec le discours politique et médiatique de déni radical qui reprend de plus belle, on est en droit d’en douter...

En disant cela, considérez-vous les Français dans leur ensemble ou faites-vous une différence entre le peuple et les élites, notamment les dirigeants politiques ?

Oui, bien sûr, je fais une différence. Mais je dirais aussi qu’un peuple a les dirigeants qu’il mérite. Quand on vit systématiquement dans le déni et qu’on refuse de voir certaines réalités qui crèvent les yeux, on ne peut pas se plaindre des conséquences. La France est devenue molle. Elle se laisse trop facilement manipuler par la plupart des médias, qui diffusent de la désinformation, voire font de la propagande, à longueur d’année. Je pense que les médias occidentaux sont grassement payés ou aux ordres, tout comme les politiques. Ce qui compte, c’est finalement l’argent.

Que voulez-vous dire exactement ?

Il est contradictoire et hautement dangereux de nouer des accords économiques, commerciaux et militaires juteux avec des pays comme l’Arabie Saoudite et le Qatar et, en même temps, d’adopter une certaine dhimmitude (soumission) vis-à-vis d’eux, alors que l’on sait qu’ils sont à la source de ce fondamentalisme inquiétant qui prospère en France. Le déni de réalité ne fera que laisser empirer ce mal. L’islamisme procède d’une certaine lecture de l’islam “importé” de ces pays. C’est une forme d’allégeance, celle des obligés... ou le syndrome de Stockholm ? [...]

Mais l’Occident peut-il parler librement de l’islam ?

Non, hélas, je ne le crois pas. Le “politiquement correct” d’aujourd’hui muselle ceux qui voient clair et qui voudraient parler. Sous prétexte de tolérance et d’ouverture, l’Occident — tout comme l’Église d’ailleurs — est tombé dans le piège — j’allais dire dans “la mode” — de l’idéologie de la gauche libérale et aussi d’une certaine droite, celle qui a favorisé par le passé l’UOIF, c’est-à-dire les Frères musulmans. Le piège est dans cette naïveté et cet angélisme de croire qu’on peut réussir un “islam à la française” avec cette organisation des Frères musulmans, lorsqu’on sait que l’idéologie de cette confrérie est fondamentalement nihiliste, profondément conquérante et d’un prosélytisme sournois et rampant : le cas de figure de l’Égypte en est le meilleur exemple. Nous ne sommes plus vraiment libres de parler. On ne cherche plus la vérité, mais on cherche plutôt à plaire, à contenter tout le monde au nom de la paix sociale. Sous ce calme de surface apparent, soyez sûr que le cancer progresse.

Pourquoi est-il aussi difficile de parler librement ?

Parce que, dès qu’on tient un certain discours, on est immédiatement classé, étiqueté, de façon péjorative. Les Français sont pourtant réputés pour leur sens critique, mais ils semblent, dans ce cas, avoir perdu tout discernement. La plupart des gens sont prisonniers de l’opinion, de l’idéologie. Quand donc aurons-nous le courage de nous exprimer en toute liberté ? Jésus nous a pourtant dit : « La vérité vous rendra libres. » Le problème des musulmans et des partisans du dialogue interreligieux est leur refus de reconnaître que l’islam est confronté à un vrai et vaste problème. Sans une réforme radicale de l’islam, nous allons vers une confrontation, pour ne pas dire une déflagration. Je pense même que c’est imminent et que l’Occident est au bord de la guerre civile. On ne peut indéfiniment — ni impunément — tricher avec la vérité. De plus, Nostra aetate n’a jamais demandé de dialoguer “avec l’islam”, mais de créer des relations avec les musulmans : il n’y a en effet pas de convergence possible entre les doctrines, mais des liens constructifs souhaitables entre des personnes. [...]

Pourquoi les responsables musulmans ont-ils tant de mal à parler, avec franchise, de tout cela et des dérives de certains de leurs coreligionnaires ?

Parce que, précisément, l’islam a opté, il y a déjà dix siècles, pour la ligne dure. Parce qu’il est très difficile aux musulmans — pour ne pas dire impossible — de faire marche arrière, quelle que soit la bonne volonté qui les anime. Les points de blocage sont nombreux. Par exemple, renoncer au projet de califat mondial, qui est préconisé non seulement par les islamistes, notamment les Frères musulmans (l’UOIF en France), mais aussi par l’islam tout court. Autre blocage : ouvrir l’islam à la pensée critique. C’est impossible pour les musulmans : cela leur est interdit, depuis dix siècles, par la décision de “fermer la porte de l’ijtihad” (“renouveau”, “effort intellectuel” afin de moderniser la lecture du Coran). [...]

Pensez-vous l’islam compatible avec la démocratie, avec la laïcité ?

Non. Les islamistes utilisent la démocratie pour la tuer. Pour eux, les lois d’Allah (la charia) sont supérieures à celles des humains. Pour la majorité des musulmans, le Coran n’est pas discutable : il émane d’Allah et il est au ciel auprès du Trône, posé sur la Table gardée, depuis le début de la Création. La ségrégation envers les infidèles et les femmes est inscrite dans les versets coraniques et les hadiths, ce qui nous permet d’affirmer que ce n’est pas demain que la démocratie, la liberté de conscience et de religion seront des sujets d’actualité dans le monde arabo-islamique, ni même en France. L’islam régente tous les aspects de la vie de l’individu du berceau à sa tombe. Il n’est pas libre de penser ou de décider par lui-même en dehors de la charia et s’il le fait, il se met en dehors de l’oumma (la communauté-nation islamique). Il sait aussi ce qui l’attend : l’enfer sur terre et dans l’au-delà. On est loin des droits de l’homme, du libre arbitre augustinien, de la laïcité et de la démocratie. [...]"

"Le manque d'amour est la plus grande pauvreté"
(Bse Mère Teresa)
 
 
 
 
 
 
Vendredi 18 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

« Voici le livre de la genèse de Jésus Christ »

Il n'y a qu'un seul Dieu, qui par son Verbe, sa Parole, sa Sagesse, a fait et harmonisé toutes choses.

Lui le Créateur, il a donné ce monde au genre humain... Selon sa grandeur, il est inconnu de tous les êtres faits par lui, car personne n'a scruté son origine...

Cependant, selon son amour, il est connu de tous temps grâce à celui par qui il a créé toutes choses (Rm 1,20) ; celui-ci n'est autre que son Verbe, notre Seigneur Jésus Christ, qui, dans les derniers temps, s'est fait homme parmi les hommes afin de rattacher la fin au commencement, c'est-à-dire l'homme à Dieu.

Voilà pourquoi les prophètes, après avoir reçu de cette même Parole le don de la prophétie, ont prêché à l'avance sa venue selon la chair, par laquelle la communion de Dieu et de l'homme a été réalisée selon le bon plaisir du Père.

Dès le commencement, en effet, le Verbe a annoncé que Dieu serait vu des hommes, qu'il vivrait et converserait avec eux sur la terre (Ba 3,38), et qu'il se rendrait présent à l'ouvrage qu'il avait modelé, pour le sauver...

Les prophètes annonçaient donc d'avance que Dieu serait vu des hommes, conformément à ce que dit aussi le Seigneur :

-« Bienheureux les cœurs purs, parce qu'ils verront Dieu »

(Mt 5,8).

Certes, selon sa grandeur et sa gloire inexprimable, « nul homme ne peut voir Dieu et vivre »

(Ex 33,20), car le Père est insaisissable. Mais selon son amour, sa bonté envers les hommes et sa toute-puissance, il va jusqu'à accorder à ceux qui l'aiment le privilège de voir Dieu...car « ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu »

(Lc 18,27).

[Saint Irénée de Lyon (v. 130-v. 208), évêque, théologien et martyr
Contre les hérésies, IV, 20, 4-5 ; SC 100 (trad. SC p. 635)]

Vendredi 18 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 1,18-24.

Voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. 
Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret. 
Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; 
elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » 
Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : 
Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous » 
Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse, 

Vendredi 18 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

De notre Liturgie Syro-Orthodoxe 

 

       J'ai vu Sion en joie et la Sainte Église en pleurs. Je me suis assis en gémissant.

Qu'est-il donc arrivé au monde ?

Si la mort subsiste dans le monde, pourquoi Adam a-t-il été créé ?

Et si le Malin ceint la couronne de la royauté, pourquoi les justes sont-ils mis à mort ?

Alors Isaïe m'a appelé et m'a dit :

« Viens donc, ô homme, et je te dirai : Voici qu'une vierge concevra et elle enfantera un fils.

Son nom sera Emmanuel. Par son sang purificateur, il rachètera le monde. »

       Son amour a poussé le Fils de Dieu à descendre sur terre. Dans son amour, il s'est fait homme pour l'homme.

Avec amour, la Vierge bienheureuse a reçu le salut bienveillant de l'Ange qui l'annonçait.

Avec amour et miséricorde, le Créateur pétrit Adam. Avec amour, il s'est joint lui-même à la famille d'Adam pour lui rendre la gloire qu'Adam avait perdue au paradis.

L'être qui est au-dessus de tout s'est abaissé par amour, pour élever les humbles jusqu'au degré de Dieu et pour leur ouvrir les trésors de sa sagesse, afin qu'ils s'enrichissent de ses biens et administrent ses trésors ; qu'ils se réjouissent sans souffrance et règnent sans crainte.

       Le message que porta l'archange Gabriel a semé la paix dans la création et la tranquillité au ciel et sur la terre quand il annonça à la bienheureuse :

« Le Seigneur est avec toi, et il naîtra de toi, le maître de toutes les créatures et le rédempteur des enfants d'Adam. »

Béni soit celui qui a daigné descendre dans le sein de la Vierge pour racheter les mortels.

Entre le ciel et la terre qui étaient dans la joie, une vierge et un ange ont fait la paix : Gabriel a reçu un message de son maître et il est venu saluer Marie en disant :

« Paix à toi, ô bienheureuse Marie, car ton fils a ouvert une porte entre le Père et le monde, et par lui Adam sera racheté. »

       Du Père jusqu'à Marie :

Dieu le Verbe ; de Marie à nous : Dieu incarné. Quand il entra chez elle, il était le Verbe, et quand il en sortit il était Dieu incarné.

Il a pris de nous et il nous a donné du sien et il nous a unis à lui. Elle chante sa gloire jour et nuit, l'Église qui l'a reçu.

       Toutes les générations qui ont pressenti ce héros si précieux nous envient notre bonheur.

Car elles espéraient le voir ce trésor qu'elles ont seulement palpé comme en rêve.

Et ce rêve pour nous, de nos jours, s'est réalisé.

Il était passé comme un trésor fermé sur les siècles et les avait étonnés. « Quand s'ouvrira pour nous ce trésor ? », soupiraient les justes, les Prophètes et les rois et tous les saints qui l'avaient pressenti.

Et aujourd'hui, ont été accomplies les paroles des Prophètes qui s'exprimaient en figures :

« Fils, Enfant, Splendeur, Soleil Levant, Sceptre, Souche », selon ce qui est écrit ; « Étoile et Principe », comme il a été annoncé ; et voici qu'elles sont réalisées ces figures, dans l'enfant né de la Vierge.

Bienheureuse Mère qui as été jugée digne de servir de mère au Fils du Très-Haut et qui as enfanté dans la virginité l'Ancien qui avait donné naissance à Adam et à Eve.

Il est issu de toi le doux fruit plein de vie et par lui les exilés sont rentrés au paradis.

 

 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Ne restez pas seul pour les Fêtes de la Nativité ! 

Do not stay alone for the holidays of the Nativity!


Si vous n'êtes pas en famille, retrouvez-vous,en communion avec

les Chrétiens d'Orient,

avec vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes francophones de St

Thomas (Mar Thoma)* en France pour fêter Noël!

 

If you are not a family, you find yourself in communion with

Eastern Christians,

with your brothers of the French speaking Syrian Orthodox Church of St

Thomas (Mar Thoma) * in France to celebrate Christmas!





Si vous avez peu de moyens pour fêter décemment Noël en famille,

grâce au partagec'est possible ! Venez fêter la Nativité

au Monastère en famille !

 

If you have few resources to decently celebrate Christmas with family,

through shared it's possible! Come celebrate the Nativity

Monastery family!





(Pour ceux qui doivent loger, Inscriptions closes le 20 Décembre)

(For those who need housing, Registration closed on 20 December)

 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Programme:

*Jeudi 24 Décembre. Nativité de Notre-Seigneur
18h, réveillon avec les fidèles familiers. Veillée de Noël (Plusieurs Baptêmes et Chrismations), Bénédiction du Feu nouveau et Procession de l’Enfant-Jésus à l’Eglise.Messe de minuit.

 

* Thursday, December 24. Nativity of Our Lord
18h Eve familiar with the faithful. Christmas Eve (Several Baptisms and Chrismations), Blessing of the New Fire and Procession of the Infant Jesus to the Church. Midnight Mass.




*Vendredi 25, Nativité de Notre-Seigneur
Messe du jour à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

* Friday 25, Nativity of Our Lord
Mass of the day at 10.30, fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30.




*Samedi 26 Décembre, Fête des « Félicitations à la Mère de Dieu »
Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

* Saturday, December 26, Feast of "Congratulations to the Mother of God"
Mass in honor of "All Pure and Immaculate Mother of the Word-God" at 10:30, fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30



VEILLEE POUR LA VIE dans la nuit du 26 au 27

VIGIL FOR LIFE on the night of 26 to 27

*Dimanche 27 Décembre, Fête des « Saints Innocents »
Messe en l’honneur pour les enfants à naître et les victimes de l’avortement à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

* Sunday, December 27, day of the "Holy Innocents"
Mass in honor to unborn children and victims of abortion at 10:30 fraternal meal and the faithful reception from 13:30 to 17:30

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?

 

*l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
Repost 0
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 02:06
Il ne devrait pas se passer une heure sans que nous ne prenions du temps pour examiner notre cœur, car l'heure du jugement pour survenir à tout instant, et nous devons être prêts à rendre compte de nos vies à Dieu. Il n'y a pas d'amélioration spirituelle si nous ne cherchons pas à plaire à Dieu par une vie de sainteté. Si nous voyons du bien dans nos actes, nous devons l'attribuer à Dieu. Si nous trouvons que nous avons négligé notre lutte spirituelle, et avons agit en le négligeant sottement, dans notre faiblesse, nous devons nous tourner vers Dieu dans la repentance. Nous devons nous décider à changer de voie, avec l'aide de Dieu, et lutter contre l'ennemi de nos âmes. La sainteté ne vient que pour ceux qui luttent.  Dans l'amour du Christ. ( Higoumène Tryphon )

Il ne devrait pas se passer une heure sans que nous ne prenions du temps pour examiner notre cœur, car l'heure du jugement pour survenir à tout instant, et nous devons être prêts à rendre compte de nos vies à Dieu. Il n'y a pas d'amélioration spirituelle si nous ne cherchons pas à plaire à Dieu par une vie de sainteté. Si nous voyons du bien dans nos actes, nous devons l'attribuer à Dieu. Si nous trouvons que nous avons négligé notre lutte spirituelle, et avons agit en le négligeant sottement, dans notre faiblesse, nous devons nous tourner vers Dieu dans la repentance. Nous devons nous décider à changer de voie, avec l'aide de Dieu, et lutter contre l'ennemi de nos âmes. La sainteté ne vient que pour ceux qui luttent. Dans l'amour du Christ. ( Higoumène Tryphon )

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 4,4-7.

Frères, soyez toujours joyeux dans le Seigneur ; je le répète : soyez joyeux.
Que votre modération soit connue de tous les hommes : le Seigneur est proche.
Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute circonstance faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâce.
Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 1,19-28.

En ce temps-là, les Juifs envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites auprès de Jean pour lui demander : "Qui êtes-vous ?"
Il déclara, et ne le nia point ; il déclara : "Je ne suis point le Christ."
Et ils lui demandèrent : "Quoi donc ! Êtes-vous Elie ?" Il dit " Je ne le suis point." " Êtes-vous le prophète ?" Il répondit " Non."
"Qui êtes-vous donc, lui dirent-ils, afin que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dites-vous de vous-même ?"
Il répondit : "Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme l'a dit le prophète Isaïe."
Or ceux qu'on lui avait envoyés étaient des Pharisiens.
Et ils l'interrogèrent, et lui dirent : "Pourquoi donc baptisez-vous, si vous n'êtes ni le Christ, ni Elie, ni le Prophète ?"
Jean leur répondit : "Moi je baptise dans l'eau ; mais au milieu de vous il y a quelqu'un que vous ne connaissez pas,
C'est celui qui vient après moi ; je ne suis pas digne de délier la courroie de sa chaussure."
Cela se passait à Béthanie, au-delà du Jourdain, où Jean baptisait.

Jeudi 17 DÉCEMBRE 2015. ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Par le Bx Guerric d'Igny

(v. 1080-1157),

abbé cistercien 
Sermon 5 pour l'Avent (trad. Bouchet, Lectionnaire ; cf SC 166, p. 151) 


 

« Aplanissez le chemin du Seigneur »

 

« Préparez le chemin du Seigneur. »

Frères, même si vous vous êtes beaucoup avancés sur ce chemin, il vous reste toujours à le préparer, afin que, du point où vous êtes parvenus, vous alliez toujours de l'avant, toujours tendus vers ce qui est au-delà.

Ainsi, à chaque pas que vous faites, la voie étant préparée pour son avènement, le Seigneur viendra au-devant de vous, toujours nouveau, toujours plus grand.

C'est donc avec raison que le juste prie ainsi :

« Enseigne-moi le chemin de tes volontés et je le chercherai toujours. »

(Ps 118,33)

Et on appelle cette voie « chemin d'éternité »

(Ps 138,24)...parce que la bonté de celui vers qui nous nous avançons n'a pas de limite. 


C'est pourquoi le voyageur sage et décidé, même arrivé au terme, pensera à commencer ; « oubliant ce qui est derrière lui » (Ph 3,13) il se dira chaque jour :

« Maintenant, je commence »

(Ps 76,11 Vlg)...

Nous qui parlons d'avancer sur ce chemin, plût au ciel que nous nous soyons au moins mis en route !

A mon sens, quiconque s'est mis en route est déjà sur la bonne voie.

Il faut toutefois vraiment commencer, trouver « le chemin de la Ville habitée »

(Ps 106,4).

Car « ils sont peu nombreux ceux qui le trouvent », dit la Vérité (Mt 7,14) ; ils sont nombreux « ceux qui errent dans les solitudes » (Ps 106,4)... 

Et toi, Seigneur, tu nous as préparé un chemin, si seulement nous consentons à nous y engager...

Par ta Loi, tu nous as enseigné le chemin de tes volontés en disant :

« Voici le chemin, suivez-le sans vous égarer à droite ou à gauche »

(Is 30,21).

C'est le chemin que le prophète avait promis :

« Il y aura une route droite et les insensés ne s'y égareront pas » (Is 35,8)...

Je n'ai jamais vu un insensé s'égarer en suivant ton chemin, Seigneur... ; mais malheur à vous qui êtes sages à vos propres yeux (Is 5,21), votre sagesse vous a éloignés du chemin du salut et ne vous a pas permis de suivre la folie du Sauveur...

Folie désirable, qui sera appelée sagesse au jugement de Dieu, et qui ne nous laisse pas nous égarer hors de son chemin. 

Aujourd'hui en France Mémoire des saints :

LAZARE de Béthanie, premier évêque de Marseille, martyr († Ie s.)

FLORIAN, CALLINIQUE et leurs compagnons martyrs en Palestine (VIIe siècle)

STURM, abbé de Fulda († 779)

MAXENCEUL, disciple de saint Martin, abbé fondateur de Cunault († 555)

OLYMPIADE, veuve, diaconesse de saint Jean Chrysostome († 408)

 

Aujourd'hui, le monde se prépare à Votre avènement, ô Christ notre Dieu. La désolation des hommes touche à son terme, et la mort est à l'agonie. Vous venez en gloire juger les vivants et les morts, et nous ressusciter par le souffle de Votre Père. 

Fidèles, relevons la tête et clamons : alléluia, alléluia, alléluia !

Bénédiction des fidèles

Seigneur, daignez répandre sur cette famille qui Vous appartient Vos bienfaits célestes. Que chacun de nous produise des fruits spirituels comme la Vierge Marie a produit dans ses entrailles le Sauveur du monde .
Amen !

Que la terre offre une grotte à l'Inaccessible .
Amen !

Que les anges composent un cantique nouveau à Dieu qui Se manifeste .
Amen!

Que les mages se mettent en route, suivant l'étoile du matin de la vie nouvelle .
Amen !

Que l'humanité offre une vierge pour engendrer selon la chair le Verbe prééternel .
Amen !

Que Bethléem, la ville du pain, reçoive le Pain de vie .
Amen !

Que personne parmi nous ne dorme plus, que nos âmes veillent avec le Pasteur des brebis .
Amen !

Car de la source paternelle vient vers nous le Verbe créateur ; le Soleil de justice se lève à l'horizon ; l'aurore de la connaissance chasse les ténèbres de l'ignorance ; la vie va à la rencontre de la mort ; Celui qui est transcendant vient vers nous afin de nous amener vers son royaume de liberté et de félicité éternelles, Lui notre Rédempteur aux siècles des siècles .
Amen !

Les Sept Grandes Antiennes
(17-23 décembre)
ANNONCE LITURGIQUE (17 décembre)
              Bien-aimés frères, l'Eglise ouvre la série septénaire des noms divins, qui précède la vigile de Noël. Tous les jours, à vêpres, c'est-à-dire maintenant, elle lance par une antienne solennelle un cri vers le Messie. Aujourd'hui, l'Eglise fait entendre son premier appel au Fils de Dieu et Fils de l'homme : O SAGESSE.
LECTURE
(Sagesse 7, 15 à 8-1)
Que Dieu m'accorde de parler comme je voudrais,
et d'avoir des pensées dignes des dons que j'ai reçu, parce que c'est lui-même qui guide la Sagesse
et redresse les sages.
Car nous sommes dans sa main, nous et nos discours, toute notre intelligence et notre habileté ;
c'est lui qui m'a donné la vraie science de toutes choses,
qui m'a fait connaître l'ordonnance du monde et les vertus la le commencement, la fin et le milieu des temps,
la succession des solstices et les mutations des saisons, les cycles de l'année et les positions des astres.
la nature des animaux et les instincts des bêtes.
les pouvoirs des esprits et les pensées des hommes,
les variétés des plantes et les propriétés des racines.
Tout ce qui est caché et tout ce qui est apparent, je le connais :
car c'est la Sagesse, créatrice de toutes choses, qui me l'a enseigné.
Il y a en elle, en effet, un esprit intelligent, saint, unique, multiple, subtil,
mobile, pénétrant, pur,
clair, inoffensif, porté au bien, aigu,
libre, bienfaisant, bienveillant, stable, sûr, exempt d'inquiétude
qui peut tout, qui veille à tout,
qui pénètre tous les esprits,
les intelligents, les purs, les plus subtils.
Plus agile que tout mouvement est la Sagesse.
elle traverse et pénètre tout, grâce à sa pureté.
Elle est un souffle de la puissance de Dieu,
un rayonnement limpide de la gloire du Tout-Puissant, aussi rien de souillé ne peut s'insinuer en elle.
Elle est Lui reflet de la lumière éternelle
un miroir sans tache de l'activité de Dieu
et une image de sa bonté.
Quoique unique, elle peut tout,
immuable en elle-même, elle renouvelle toutes choses.
Elle se répand de génération en génération  dans les âmes saintes
elle en fait des amis de Dieu et des prophètes.
Car Dieu n'aime que celui qui vit avec la Sagesse !
Elle est, en effet, plus belle que le soleil
et surpasse l'ensemble des astres.
Si on la compare à la lumière du jour, on la trouve supérieure,
car à celle-ci succède la nuit,
tandis que jamais, sur la Sagesse, le mal ne prévaut.
Elle porte sa vigueur d'une extrémité du monde à l’autre
et gouverne toutes choses avec bonheur.
 
GRANDE ANTIENNE DU PREMIER NOM DIVIN
          O Sagesse, Toi qui es sortie de la bouche du Très-Haut, qui atteins d'une extrémité du monde à l'autre, et qui disposes toutes choses avec force et douceur, viens et ne tarde pas, viens nous enseigner la voie de la prudence et l'amour de ta beauté.
 
***

O Sagesse, Toi qui es sortie de la bouche du Très-Haut, qui atteins d'une extrémité du monde à l'autre, et qui disposes toutes choses avec force et douceur, viens et ne tarde pas, viens nous enseigner la voie de la prudence et l'amour de ta beauté.

Chers amis. Aloho m'barekh. 

 

L'Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone Mar Thomas se joint à la Communauté Chaldéenne Catholique pour pleurer ce serviteur de l'Eglise que fut sans conteste Mgr Petrus YOUSIF. 

 

"Le père Petrus Youssif, vicaire patriarcal et prêtre chaldéen de la paroisse Notre Dame de Chaldée à Paris, est décédé hier soir. 

 

Paix à son âme pour celui qui a beaucoup oeuvré pour la communauté assyro-chaldéenne en France."

 

(Mgr Petrus YOUSIF / Karmeles-Mossoul (Irak) 1936 - 2015 Paris (France))

 

Nos prières accompagnent les fils et filles de l'Eglise Chaldéenne, l'âme du regretté Prélat afin que la Mère de Miséricorde; accompagnée des Saints Pères et Docteurs de notre vivifiante Tradition Syriaque et des Saints Anges;l'introduise dans l'intimité du Christ Ressuscité. 

 

Je recommande à vos prières fraternelles l'un de nos Sous-diacre Camerounais de Yaoundé: Dieudonné TONA qui vient de "naître au Ciel". 

 

Votre respectueusement dévoué en Christ.Christ. Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) !

 

 

 

+Mor Philipose-Mariam,métropolite.

 

+++

 

 

 

COMMUNIQUE DE LA PAROISSE

Assyro-Cahaldéenne

ST THOMAS

 

(SARCELLE):

 

 

 

Chers amis et fidèles,

 

Demain soir, vendredi 18 décembre, de 19h à 22h à l'église Saint Thomas Apôtre de Sarcelles, aura lieu une veillée de prière pour feu Mgr Petrus YOUSIF.

Vous pourrez venir vous recueillir sur son corps et lui adresser un dernier au revoir. 

(La veillée pénitentielle est donc annulée pour laisser place à cette veillée de prière).

Samedi 19 décembre, de 15h à 17h à Saint Thomas Apôtre, vous pourrez venir présenter vos condoléances au clergé de l'Eglise chaldéenne en Ile-de-France.

L'enterrement aura lieu lundi 21 décembre en l'église Saint Thomas Apôtre de Sarcelles à 13h (heure susceptible de changer, à confirmer).

Merci pour toutes vos prières.

NB : vous pouvez partager ce message afin de donner l'information à tout le monde. Merci.

 

 

 

 

Comme moines Chrétiens Orthodoxes, nous sommes attachés à l'importance du respect de l'environnement, qui requiert de nous d'être de bons gestionnaires de ce que Dieu nous a donné. Une partie importante de cette gestion, c'est d’œuvrer à la durabilité, basée sur un principe simple que tout ce dont nous avons besoin pour notre survie et le bien-être dépend, directement ou indirectement, de notre environnement naturel. Quand l'équilibre est maintenu, nous pouvons coexister avec l'environnement, plutôt que le combattre ou l'exploiter.  Avec notre but de durabilité en vue, nous avons des ruches d'abeille et produisons le plus possible notre nourriture, toujours sans pesticides. Nos légumes sont viennent graines rustiques, signifiant que ce sont des variétés qui sont fécondées par pollinisation. Contrairement aux hybrides, ils produisent des graines que vous récoltez, qui produiront des plantes avec la plupart des caractéristiques de la plante originale, ce qui est essentiel pour leur durabilité. Nous mangeons les œufs de nos heureuses volailles en liberté, des poules Rhode Island Reds et des coqs Bard Rock. Nous limitons notre utilisation d'eau, maintenons nos thermostats aux températures inférieures et éteignons les lumières quand elles ne sont pas nécessaires. Nous essayons du mieux que nous pouvons pour ne pas gaspiller l'énergie, nous efforçant de témoigner de l'importance, comme Chrétiens, de prendre grand soin de ce merveilleux monde que Dieu nous a donné. Notre prochaine étape, ce sera l'installation de panneaux solaires sur nos nombreuses batisses orientées au sud.  Nous venons de terminer la construction de notre premier grand potager clos, un système de croissance verticale [ndt: comme sur de la permaculture]. C'est souvent construit en forme de cercle mesurant 1m 80 de diamètre, avec un muret qui l'entoure et une avancée dedans formant comme une sorte de gâteau dont on aurait coupé une tranche. Le trou au centre sert à déverser le compost qui humidifiera et nourrira le sol. Notre but est d'en construire au moins 5, qui nous permettrons de faire pousser des légumes et des fruits avec très peu d'eau.  En tant que moines, nous croyons qu'il est important de laisser la "plus petite empreinte" possible, utilisant les ressources naturelles en étant reconnaissant à Dieu. L'éthique eucharistique signifie que nous devons utiliser les ressources naturelles avec reconnaissance, et les offrir à Dieu. Une telle attitude est pour nous, Chrétiens, incompatible avec le gaspillage. Comme moines, nos pratiques ascétiques nous rappellent que même les plus simples aliments et les plus simples conforts, qui ont été donnés pour nos besoins, sont des dons de Dieu. Ils ne sont pas à notre disposition pour être abimés ou gaspillés.  Dans l'amour du Christ. (Higoumène Tryphon)

Comme moines Chrétiens Orthodoxes, nous sommes attachés à l'importance du respect de l'environnement, qui requiert de nous d'être de bons gestionnaires de ce que Dieu nous a donné. Une partie importante de cette gestion, c'est d’œuvrer à la durabilité, basée sur un principe simple que tout ce dont nous avons besoin pour notre survie et le bien-être dépend, directement ou indirectement, de notre environnement naturel. Quand l'équilibre est maintenu, nous pouvons coexister avec l'environnement, plutôt que le combattre ou l'exploiter. Avec notre but de durabilité en vue, nous avons des ruches d'abeille et produisons le plus possible notre nourriture, toujours sans pesticides. Nos légumes sont viennent graines rustiques, signifiant que ce sont des variétés qui sont fécondées par pollinisation. Contrairement aux hybrides, ils produisent des graines que vous récoltez, qui produiront des plantes avec la plupart des caractéristiques de la plante originale, ce qui est essentiel pour leur durabilité. Nous mangeons les œufs de nos heureuses volailles en liberté, des poules Rhode Island Reds et des coqs Bard Rock. Nous limitons notre utilisation d'eau, maintenons nos thermostats aux températures inférieures et éteignons les lumières quand elles ne sont pas nécessaires. Nous essayons du mieux que nous pouvons pour ne pas gaspiller l'énergie, nous efforçant de témoigner de l'importance, comme Chrétiens, de prendre grand soin de ce merveilleux monde que Dieu nous a donné. Notre prochaine étape, ce sera l'installation de panneaux solaires sur nos nombreuses batisses orientées au sud. Nous venons de terminer la construction de notre premier grand potager clos, un système de croissance verticale [ndt: comme sur de la permaculture]. C'est souvent construit en forme de cercle mesurant 1m 80 de diamètre, avec un muret qui l'entoure et une avancée dedans formant comme une sorte de gâteau dont on aurait coupé une tranche. Le trou au centre sert à déverser le compost qui humidifiera et nourrira le sol. Notre but est d'en construire au moins 5, qui nous permettrons de faire pousser des légumes et des fruits avec très peu d'eau. En tant que moines, nous croyons qu'il est important de laisser la "plus petite empreinte" possible, utilisant les ressources naturelles en étant reconnaissant à Dieu. L'éthique eucharistique signifie que nous devons utiliser les ressources naturelles avec reconnaissance, et les offrir à Dieu. Une telle attitude est pour nous, Chrétiens, incompatible avec le gaspillage. Comme moines, nos pratiques ascétiques nous rappellent que même les plus simples aliments et les plus simples conforts, qui ont été donnés pour nos besoins, sont des dons de Dieu. Ils ne sont pas à notre disposition pour être abimés ou gaspillés. Dans l'amour du Christ. (Higoumène Tryphon)

LE BANQUET ESCHATOLOGIQUE:

Le temps de la joie –Hospitalité d'Abraham

Si nous voulons méditer l'Evangile de aint Luc au Chapitre 14 du verset 16 au verset 24 en ce temps de carême de Noël, nous y voyons "une invitation à nous préparer personnellement, familialement et paroissialement à célébrer avec joie la glorieuse Nativité de notre Seigneur Jésus Christ." 

16 Jésus lui dit : « Un homme donnait un grand dîner, et il avait invité beaucoup de monde.
17 À l’heure du dîner, il envoya son serviteur dire aux invités : “Venez, tout est prêt.”
18 Mais ils se mirent tous, unanimement, à s’excuser. Le premier lui dit : “J’ai acheté un champ, et je suis obligé d’aller le voir ; je t’en prie, excuse-moi.”
19 Un autre dit : “J’ai acheté cinq paires de bœufs, et je pars les essayer ; je t’en prie, excuse-moi.”