Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 07:35

 

Aucun texte alternatif disponible.

And I, a sinner, have been trying to love God for more than forty years, and cannot say that I perfectly love Him. If we love someone we always remember him and try to please him; day and night our heart is occupied with that object.
St Herman of Alaska

 

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 2,19-22.

Frères, vous n'êtes plus des étrangers ni des gens de passage. Mais vous êtes concitoyens des saints, vous êtes la maison de Dieu, 
édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, dont Jésus-Christ lui-même est la pierre angulaire. 
C'est en lui que tout l'édifice bien ordonné s'élève, pour former un temple saint dans le Seigneur ; 
c'est en lui que, vous aussi, vous êtes édifiés, pour être par l'Esprit-Saint, une demeure où Dieu habite. 

 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 20,24-29.

En ce temps-là, Thomas, appelé Didyme, l'un des Douze, n'était pas avec eux quand vint Jésus. 
Les autres disciples lui dirent donc : "Nous avons vu le Seigneur." Mais il leur dit : "Si je ne vois dans ses mains la marque des clous, et si je ne mets mon doigt à la place des clous et ma main dans son côté, je ne croirai point." 
Huit jours après, les disciples étant encore dans le même lieu, et Thomas avec eux, Jésus vint, les portes étant fermées, et se tenant au milieu d'eux, il leur dit : "Paix avec vous !" 
Puis il dit à Thomas : "Mets ici ton doigt, et regarde mes mains ; approche aussi ta main, et mets-la dans mon côté ; et ne sois plus incrédule, mais croyant." 
Thomas lui répondit : "Mon Seigneur, et mon Dieu !" 
Jésus lui dit : "Parce que tu m'as vu, Thomas, tu as cru. Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru." 

 

L’image contient peut-être : 1 personne
Par leBx John Henry Newman

Prélat de l'Eglise Romaine-catholique (1801-1890), fondateur de l'Oratoire en Angleterre 
PPS, vol. 2, n° 2, « Faith without Sight » 

 

La faiblesse de la foi de Thomas, source de grâce pour l'Eglise

 

Il ne faut pas croire que saint Thomas était très différent des autres apôtres. Tous, plus ou moins, ils ont perdu confiance dans les promesses du Christ quand ils l'ont vu emmené pour être crucifié. Quand il a été mis au tombeau, leur espérance a été ensevelie avec lui, et quand on leur a apporté la nouvelle qu'il était ressuscité, aucun n'y a cru. Quand il leur est apparu, « il leur reprocha leur incrédulité et leur endurcissement » (Mc 16,14)... Thomas a été convaincu en dernier, parce qu'il a vu le Christ en dernier. Par contre, il est certain que ce n'était pas un disciple réservé et froid : auparavant, il avait exprimé le désir de partager le danger de son Maître et de souffrir avec lui...: « Allons-y nous aussi, pour mourir avec lui ! » (Jn 11,16) C'est à cause de Thomas que les apôtres ont risqué leur vie avec leur Maître. 

Saint Thomas aimait donc son Maître, comme un vrai apôtre, et s'est mis à son service. Mais quand il l'a vu crucifié, il a faibli en sa foi pour un temps, comme les autres...et plus que les autres. Il s'était isolé, refusant le témoignage non d'une seule personne, mais des dix autres, de Marie Madeleine et des autres femmes... Il lui fallait, semble-t-il, une preuve visible de ce qui est invisible, un signe infaillible venu du ciel, comme l'échelle des anges de Jacob (Gn 28,12), pour calmer son angoisse en lui montrant le but du chemin au moment de se mettre en route. Un désir secret de certitude l'habitait et ce désir s'est réveillé à la nouvelle de la résurrection du Christ. 

Notre Sauveur consent à sa faiblesse, répond a son désir, mais lui dit : « Parce que tu m'as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu ». C'est ainsi que tous ses disciples le servent, même dans leur faiblesse, pour qu'il la transforme en paroles d'enseignement et de réconfort pour son Eglise.

 

L’image contient peut-être : 2 personnes

Si   dans nos cœurs émus, Nous possédons Jésus, C'est par Vous, grâce à Vous,  ô Marie !   Car dans ses plans divins, Tout passe  par  vos mains

Rien sans Vous, tout par Vous, ô Marie !

Quand Il  s'est incarné, Fragile  nouveau- né, C'est de Vous qu'il naquit, ô Marie !

Et c'est entre vos bras Qu'il fit ses premiers pas.     

Rien sans Vous, tout par Vous, ô Marie !

Et quand Il s'est offert,

Immolé dans sa chair, Sur la Croix, devant Vous, ô Marie !

Mère au cœur déchiré

Vous nous L'avez livré:

Rien sans Vous, tout par Vous, ô Marie!

Pour Le remercier Et Le magnifier

C'est par Vous, comme Vous, ô Marie !

Qu'il faut de notre Auteur

Redire la grandeur.

Rien sans Vous, tout par Vous, ô Marie !

Et quand au ciel Jésus Accueille ses Élus,

Près de Vous, avec Vous, ô Marie !

C'est encore ce refrain

Qui retentit sans fin:

Rien sans Vous, tout par Vous, ô Marie !

Extrait de : Méditation lors du Dernier Évangile. (1939)  (Ça se chantait sur l’air du  Salve Régina)

Afficher l'image d'origine

St Thomas, priez pour nous !

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

Le Père nous envoie le Verbe de Vie qui nous vient par Marie et le St Esprit, s'incarne en elle pour devenir notre frère et, par Son Sacrifice, renouveler les fils et filles d'Adam...

Le Père nous envoie le Verbe de Vie qui nous vient par Marie et le St Esprit, s'incarne en elle pour devenir notre frère et, par Son Sacrifice, renouveler les fils et filles d'Adam...

 

 

 

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité ! 

 

 

Si vous n'êtes pas en famille, 

 

retrouvez-vous , en

 

communion avec les Chrétiens d'Orient,

 

avec  vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes

 

francophone de St Thomas (Mar Thoma)* en

 

France pour fêter Noël !

 

 

Si vous avez peu de moyens pour fêter

 

décemment Noël en famille, grâce au partage

 

c'est possible ! Venez fêter la Nativité au

 

Monastère en famille !

 

Nativity Icon2[1]-copie-1

 

(Pour ceux qui doivent loger, Inscriptions closes

le 20 Décembre)

Programme:

*Samedi 24 Décembre. Début des Fêtes de la Nativité de Notre-Seigneur
-18h, réveillon avec les fidèles familiers.
-22h30 Veillée de Noël (Plusieurs Baptêmes et Chrismations), Bénédiction du Feu nouveau et Procession de l’Enfant-Jésus à l’Eglise.Messe de minuit selon la Tradition locale.

 

 

*Dimanche 25, Nativité de Notre-Seigneur
Messe du jour à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

 

 

*Lundi 26 Décembre, Fête des « Félicitations à la Mère de Dieu »
 
Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30
 
VEILLEE POUR LA VIE dans la nuit du 26 au 27
 
*Mardi 27 Décembre, Fête des « Saints Innocents »
 
Messe en l’honneur pour les enfants à naître et les victimes de l’avortement à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30
 
*Samedi 31 Décembre à 19 heure, réveillon de la Saint Sylvestre avec les familiers du Monastère.
 
BONNE ET SAINTE ANNEE A
 
TOUS !
 
*Dimanche 1er Janvier à 10h30,Pèlerinage mensuel à Notre-Dame de Miséricorde et aux Sts du Kérala
 
Afficher l'image d'origine
 
 

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

*Vendredi 6 JANVIER et Dimanche 8, Solennités de l'Epiphanie de Notre-Seigneur. Messes à 10h30.
 
(LE 8, UNE MESSE ET LA BENEDICTION DES EAUX
Afficher l'image d'origine
SERONT ASSUREES AU MONASTERE ET A JAULDES.
 
 
Afficher l'image d'origine
 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

UN CONTE DE NOËL

L’image contient peut-être : 2 personnes

I.
Depuis deux longs jours, une neige épaisse
Implacablement descendait sans cesse,
En flocons serrés, du ciel morne et blanc ;
Les petits oiseaux voletaient, piaulant,
Ayant faim, perdus dans la plaine immense
Et transis, gelés, les membres perclus,
S’effaraient, ne s’y reconnaissant plus.
Il faisait très froid. – Nul bruit. – Un silence
Énorme de mort. – Et l’on aurait dit
Que tout le hameau dormait engourdi.

II.
Au bout du pays, presque à la lisière
D’un grand bois sauvage, en un chemin creux,
Dans une vilaine et triste chaumière,
Vivait un bonhomme infirme, très vieux
Et très pauvre, avec sa petite Yvette,
Une toute frêle et douce fillette
D’à peine dix ans. – Il ne travaillait
Presque plus, trop faible. - Et dans sa détresse
Le piteux logis sous la neige épaisse,
Semblait tout honteux, se dissimulait.

 

III.
Or c’était Noël. Tout au soir, la veille,
La mignonne Yvette, entendant conter
Sur cette nuit là d’étranges merveilles,
S’en était allée en secret porter
L’un de ses souliers – oh ! de cheminée
On n’en avait pas – dehors, sous l’auvent.
Elle s’était dit qu’en l’apercevant
Le petit Jésus, faisant sa tournée
Avec des joujoux très beaux pleins les bras,
Très probablement ne l’oublierait pas.

IV.
Et quand il fit jour, un peu, la fillette
Se leva sans bruit et vite alla voir…
Or dans le soulier, étroite cachette,
Un chardonneret, tout troublé, le soir,
S’y étant blotti, dormait. - Douce et bonne,
Elle prit l’oiseau dans sa main mignonne
Et le réchauffa – puis vint lui jeter
Un peu de pain blanc, joyeuse et ravie
De voir le pauvret renaître à la vie
Et tout rassuré, se mettre à chanter.

V.
Lors, en le voyant plein de confiance,
La petite en eut un bonheur immense
Et comprit : pour sûr, c’était le présent
Que Jésus avait bien voulu lui faire…
Pourquoi pas ?… Dieu garde à toute misère,
À toute souffrance un baume puissant,
Une joie au moins, bonne et consolante,
Celle d’alléger quelque autre douleur,
Quelque autre infortune encor plus navrante…
C’est si doux d’aimer et d’avoir bon cœur !

René Véber, Contes pour la Beauvaisienne, Première Série, Beauvais, 1896.

L’image contient peut-être : 1 personne

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

SAINTS DU JOUR:
21 DECEMBRE:
 
 
SAINT THOMAS
Apôtre
(Ier siècle)

Afficher l'image d'origine


Saint Thomas était probablement originaire d'une pauvre famille de Galilée. Il était dépourvu de connaissances humaines, mais d'un esprit réfléchi et d'une volonté ferme jusqu'à l'obstination; d'autre part, il avait du coeur et du dévouement. Ces deux caractères de sa physionomie paraissent en deux paroles que l'Évangile cite de lui. Peu avant Sa Passion, Jésus veut retourner en Judée; les Apôtres Lui rappellent les menaces de Ses ennemis. Thomas seul s'écrie: "Eh bien! Allons et mourons avec lui!" Voilà le dévouement du coeur de l'Apôtre. 

Afficher l'image d'origine

Après Sa résurrection, le Sauveur était apparu à plusieurs de Ses disciples, en l'absence de Thomas. Quand, à son retour, on lui raconta cette apparition, il fut si étonné d'une telle merveille, qu'il en douta et dit vivement: "Je ne le croirai pas avant d'avoir mis mes doigts dans Ses plaies." Voilà le second caractère de Thomas, esprit trop raisonneur. Mais son premier mouvement d'hésitation, en chose si grave, ne fut pas un crime et le bon Sauveur répondit à son défi. Que fit alors Thomas? Nous le savons; un cri du coeur s'échappa de ses lèvres: "Mon Seigneur et mon Dieu!" Dieu permit l'hésitation de cet Apôtre pour donner aux esprits difficiles une preuve de plus en faveur de la résurrection de Jésus-Christ. Saint Augustin attribue à saint Thomas, parmi les douze articles du Symbole, celui qui concerna la Résurrection.

Afficher l'image d'origine

Quand les Apôtres se partagèrent le monde, les pays des Parthes et des Perses et les Indes furent le vaste lot de son apostolat. La tradition prétend qu'il rencontra les mages, les premiers adorateurs de Jésus parmi les Gentils, qu'il les instruisit, leur donna le Baptême et les associa à son ministère. Partout, sur son passage, l'Apôtre établissait des chrétientés, ordonnait des prêtres, consacrait des évêques. 

Afficher l'image d'origine

Quand au XIVe siècle, les Européens s'emparèrent des Indes orientales, ils trouvèrent dans les traditions des peuples de ce vaste pays des souvenirs chrétiens, et en particulier celui de saint Thomas* . Un miracle de l'Apôtre, traînant avec un faible lien une poutre énorme que les éléphants n'avaient pu remuer, fut l'occasion d'innombrables conversions. Cependant les prêtres des faux dieux, jaloux de tant de succès, jurèrent la mort de l'Apôtre; il fut percé d'une lance devant une Croix où il priait.

L’image contient peut-être : 1 personne



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

*Elle est bien bonne celle-là ! Ils trouvèrent en effet plus que des souvenirs ! Ils trouvèrent une chrétienté constituée et fervente qu'ils persécutèrent pour imposer le rite latin...

 

 

December 21st we commemorates the martyrdom of St. Thomas the Apostle

Aucun texte alternatif disponible.

(dhukrono d' Mor Touma Sleeho)

St. Thomas (Mor Toma in Syriac) was a Jew, called to be one of the twelve Apostles. He was a dedicated but impetuous follower of Christ. When Jesus said that He was returning to Judea to visit His sick friend Lazarus, Thomas immediately exhorted the other Apostles to accompany Him on the trip which involved certain danger and possible death because of the mounting hostility of the authorities. At the Last Supper, when Christ told His Apostles that He was going to prepare a place for them to which they also might come because they knew both the place and the way, Thomas pleaded that they did not understand and received the beautiful assurance that Christ is the Way, the Truth, and the Life.

But St. Thomas is best known for his role in verifying the Resurrection of His Master. Thomas’ unwillingness to believe that the other Apostles had seen their Risen Lord on the first Easter Sunday merited for him the title of “doubting Thomas.” Eight days later, on Christ’s second apparition, Thomas was gently rebuked for his skepticism and furnished with the evidence he had demanded-seeing in Christ’s hands the point of the nails and putting his fingers in the place of the nails and his hand into His side. At this, St. Thomas became convinced of the truth of the Resurrection and exclaimed: “My Lord and my God,” thus making a public Profession of Faith in the Divinity of Jesus.

St. Thomas is also mentioned as being present at another Resurrection appearance of Jesus-at Lake Tiberias when a miraculous catch of fish occurred. This is all that we know about St. Thomas from the New Testament.

Aucun texte alternatif disponible.

Tradition says that at the dispersal of the Apostles after Pentecost this saint was sent to evangelize the Parthians, Medes and Malabar coast which still boasts a large native population calling themselves “Christians of St. Thomas.”

He capped his life by shedding his blood for His Master, speared to death at a place called Calamine and buried at Mylapore, near Chennai (Madras). This is mentioned in the Gnostic Acts of Thomas in Syriac, where he is called Judas Thomas. It is believed that the Apostle arrived in India in AD 52 and was martyred in AD 72. The Syriac Christians of Malabar, the Southwest coast of India, call themselves 'St. Thomas Christians'. It is believed that his body was transferred to Edessa in the 4th century; St. Ephrem's works note that the bones of St. Thomas were venerated there in his time. The great hymnodist alludes to the transferral of the bones in his Carmina Nisibena (42:1.1-2.2, Kathleen McVey, Ephrem the Syrian, Paulist Press, 1989, p. 25).

His relics were moved from Edessa later and rediscovered in 1964 at the Syriac Orthodox Church of Mosul by His Holiness Mor Ignatius Zakka I, the Patriarch of Antioch while he was the Archbishop of Mosul. Following the warlike situation in some parts of Iraq, the Holy Relics of Saint Thomas has been transferred from the St Thomas Church, Mosul to the Syriac Orthodox Monastery of St Matthew, Nineveh, Iraq on June 17, 2014 and kept in the Beth Khadeesha of Monastery.

The Church commemorates the memory of St. Thomas on July 3rd. The date marks the transfer of the remains of the Apostle to Edessa. The Church in India also commemorates the Apostle on the New Sunday after Easter, on December 18th when the Apostle is believed to have been speared, and on December 21st when he attained martyrdom.

Patriarch H.H. Ignatius Zakka I in an encyclical dated October 20, 1987, added the name of "Apostle Thomas, the preacher of the Holy Gospel of our Lord Jesus Christ in India" to the the fourth diptych (Syr. Tubden) in the Malankara Church.

Afficher l'image d'origine

---------------------------------

 

Sainte Julienne de Nicomédie,

vierge et martyre

L’image contient peut-être : 1 personne

Julienne, ta splendeur, c'est l'épée qui la donne, 
puisqu'elle te procure splendide couronne. 
La sainte dont le charme n'eut d'égal aucun 
fut mise à mort en Décembre, le vingt et un. 
Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Tropaire, t. 4

Ta brebis, ô Jésus, * s'écrie de toute la force de sa voix: * C'est toi que j'aime, divin Epoux, * c'est toi que je cherche en luttant; * avec toi crucifiée, * je suis ensevelie en ton baptême; * je souffre pour toi, afin de régner avec toi; * je meurs pour toi, afin de vivre aussi en toi; * reçois comme victime sans défaut * celle qui par amour s'immole pour toi. * Par ses prières, Dieu de miséricorde, sauve nos âmes.

Exapostilaire (t. 3)

Ô Verbe, ta Martyre, désirant * pénétrer dans la salle du banquet, * supporta courageusement * toute épreuve par amour pour toi. * Par ses prières, ô Christ notre Dieu, * montre à mon âme la tendresse de ton cœur.

L’image contient peut-être : 2 personnes

Sainte Julienne était fille d’un couple de nobles et illustres païens de Nicomédie, sous le règne du cruel Dioclétien (286-305). Ses parents l’avaient fiancée à un certain Éleusios, de rang sénatorial, qui s’en était épris d’un amour ardent et désirait ne pas retarder davantage leur mariage. Mais le cœur de Julienne avait été saisi par l’amour de notre Seigneur Jésus-Christ, et elle désirait se garder tout entière pure et sans partage pour son Époux céleste, aussi tentait-elle de repousser autant qu’elle le pouvait les avances de son prétendant. Elle déclara d’abord, comme s’il s’agissait d’un caprice de jeune fille mondaine, qu’elle accepterait d’épouser Éleusios seulement s’il devenait préfet de la capitale de la Bithynie. Malgré les difficultés, celui-ci se mit immédiatement en œuvre : il dépensa l’or sans compter, fit jouer ses amis et ses relations à la cour et, quelque temps plus tard, devenu effectivement préfet de Nicomédie, il renouvela sa demande en mariage. Contrainte de se dévoiler, la fiancée du Christ lui dit : « Si tu n’abandonnes pas le culte des idoles et si tu n’adhères pas à la foi des chrétiens, qui procure la vie éternelle, jamais je n’accepterai de m’unir à toi. » Inflexible dans sa résolution, malgré les supplications de ses parents, Julienne fut alors livrée aux autorités, comme disciple de la religion interdite, et traduite devant le tribunal du préfet. Son amant, devenu son juge et son tortionnaire, la fit dévêtir pour la soumettre à de cruels tourments. Flagellée sur tout le corps, elle fut ensuite pendue par les cheveux et eut le cuir chevelu arraché. Le diable lui apparut dans sa prison, sous l’aspect d’un ange de Dieu, pour lui proposer de se soumettre et de sacrifier aux idoles, mais la sainte martyre, armée de la prière, déjoua la ruse du démon, en le frappant et en crachant sur lui avec mépris, et elle trouva ainsi des forces renouvelées pour la suite de ses combats.
Tirée de son cachot pour un nouvel interrogatoire, elle fut menée vers un grand brasier, sur lequel on avait préparé un chaudron plein de plomb bouillonnant pour l’y plonger. Mais la résolution de la jeune fille était inflexible, sa foi inébranlable, son amour du Christ plus ardent que tout feu terrestre, si bien que son âme avait communiqué à son corps une part de l’incorruptibilité promise aux élus dans la vie éternelle. Non seulement elle ne souffrit aucun dommage lorsqu’on la plongea dans le chaudron, mais dès qu’elle le toucha, il se fendit et le plomb se répandit sur les gardes. Devant de tels prodiges, un grand nombre de païens présents, cinq cents hommes et cent trente femmes, glorifièrent la puissance accordée par Dieu aux saints martyrs et confessèrent le Nom du Christ. Par ordre du préfet, ils furent décapités sur-le-champ. La dernière, Julienne eut également la tête tranchée, et son âme partit avec allégresse vers les demeures des saints. Elle était âgée de dix-huit ans, lorsqu’elle célébra ainsi ses noces avec le Christ.

(Le Synaxaire, Vie des Saints de l'Eglise orthodoxe par le Hiéromoine Macaire de Simonos Pétra)

 

 

22 DECEMBRE:

 

Sainte  martyre Anastasie

L’image contient peut-être : 1 personne

la Veuve dite aussi la Pharmacolytria et ses compagnons saint Chrysogone, sainte Théodote et ses trois enfants, et saint Zoïle

Dissolvant dans les f1ammes tout poison funeste, 
elle est pour les fidèles un remède céleste. 
Comme argent qu'on épure au plus brûlant des feux, 
Anastasie meurt en Décembre, le vingt-deux. 
Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Tropaire, t. 4

Ta brebis, ô Jésus, * s'écrie de toute la force de sa voix: * C'est toi que j'aime, divin Epoux, * c'est toi que je cherche en luttant; * avec toi crucifiée, * je suis ensevelie en ton baptême; * je souffre pour toi, afin de régner avec toi; * je meurs pour toi, afin de vivre aussi en toi; * reçois comme victime sans défaut * celle qui par amour s'immole pour toi. * Par ses prières, Dieu de miséricorde, sauve nos âmes.

Kondakion, t. 2

Ceux que frappent les épreuves et l'affliction, * accourant vers ton temple, reçoivent les guérisons * de la grâce divine qui demeure en toi, Anastasie, * car sans cesse pour le monde tu fais sourdre les guérisons.

Ikos

Eponyme de la Résurrection du Seigneur, * par tes prières fais-moi surgir du gouffre où je me trouve à présent; * que tes miracles répandent sur mon âme leur pluie * pour éteindre le brasier de mes péchés; * car tu sauves le monde de toutes sortes de passions * qui m'éprouvent moi-même, chaque jour; * tu procures à tous en effet tout remède * et tu fais sans cesse sourdre pour le monde les guérisons.

Exapostilaie (t. 2)

Illustre vierge martyre Anastasie, * gloire des Athlètes victorieux, * intercède sans cesse auprès de celui * qui vient naître de la jeune Vierge, la pure Mère de Dieu * dans la grotte et la crèche pour accorder la rédemption * à ceux qui te vénèrent de tout cœur * et tous ensemble célèbrent ta mémoire sacrée.

Ta mémoire lumineuse, martyre Anastasie, * annonce la Naissance virginale du Christ; * de Perse en la cité de Bethléem * elle invite les Mages avec leurs dons, * et les Pâtres à s'unir aux Anges pour chanter; * car toi-même, comme l'or, la myrrhe et l'encens, * tu t'es offerte au Seigneur en luttant pour ton Dieu. 
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/…/stsdecem…/dec22.html

"St.Joseph with Jesus" by Eleni Dadi

 

Le rendez-vous a-t-il été manqué ? 

Afficher l'image d'origine

C’est un fait historique prouvé : tout inexplicable qu’elle semble, l’attention du monde se concentre, au premier siècle, sur un seul point, cette lointaine province romaine de Judée. Cette attente unique est celle que Marie porte plus que tout autre en son cœur, dans sa prière auprès du Saint des saints. Elle s’accomplira pour elle et pour tous les Chrétiens dans la venue du Sauveur, à la plénitude des temps fixés.

Même les Juifs qui n’ont pas reconnu le Christ témoignent de la précision de cette attente, reconnaissant dans le Talmud, à la fin du premier siècle, que « toutes les dates calculées pour la venue du Messie sont désormais passées » (Traité Sanhédrin 97). Mais pour ceux qui ne l’ont pas reconnu, le rendez-vous manqué posera longtemps question. 

Sous le coup de la déception, les docteurs d’Israël en viendront à tenter de réinterpréter l’attente du Messie. En attendant, « les temps (de Daniel) sont accomplis, et le règne de Dieu s’est approché » (Mc 1,14).

 

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

 

 

Étoile de la mer, nourricière du

Verbe- Dieu

Étoile de la mer


Ô Mère toujours vierge, porte du ciel, salut !
De l’ange Gabriel tu reçois cet Ave,
par ce nom nouveau d’Ève, fonde nous sur la paix !
Délivre les pécheurs, éclaire les aveugles,
chasse de nous les maux et obtiens-nous la joie !
Sois vraiment notre mère, intercède pour nous
auprès de ton Enfant-Dieu, né de toi pour nous hommes.
Accorde un chemin droit, une vie sans tache
et que, voyant Jésus-Roi, nous soyons dans la liesse.
Ô Vierge sans égale, ô très douce entre toutes,
obtiens pour nous pardon, douceur et pureté.
Louanges soient au Père et au Christ notre Roi,
honneur au Saint-Esprit Dieu, unique Trinité.

Amen !

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

 

O Oriens, splendor lucis æternæ, et sol iustitiæ : veni, et illumina sedentes in tenebris et umbra mortis.
Ô Orient, splendeur de la Lumière éternelle, Soleil de justice, venez, illuminez ceux qui sont assis dans les ténèbres et la nuit de la mort.

 

Méditation

Quand les hommes perdent leur foi,

les gouvernements perdent le nord ;

les mensonges, les bornes ;

les dettes, les limites ;

les discussions, leur effet ;

les explications, leur intelligence ;

les politiciens, leur caractère ;

les chrétiens, leurs prières ;

les églises, leur force ;

les peuples, leur paix ;

et les crimes, leur frein.

Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944)

 

Proverbes 15, 30

Un regard lumineux réjouit le coeur,

une bonne nouvelle fortifie le corps.

Psaume 107 (1 à 22)

Rendez grâce au Seigneur car Il est bon,

Sa miséricorde est éternelle !

Qu’ainsi chantent les rachetés du Seigneur,

Ceux qu’Il a affranchis des mains de l’ennemi,

Qu’Il a rassemblés de tous les pays,

De l’orient, de l’occident, du nord et du midi.

Ils étaient errants dans le désert sans eau,

Sans trouver le chemin d’une ville habitable !

Ils étaient en proie à la faim et à la soif,

Leur âme défaillait en eux.

Dans leur détresse, ils ont crié vers le Seigneur,

Il les a délivrés de leurs contraintes.

Il les a conduits par le bon chemin,

Il les a guidés vers une cité hospitalière.

Qu’ils célèbrent le Seigneur pour sa miséricorde,

Pour ses prodiges en faveur des fils de l’homme,

Car Il désaltère l’âme qui a soif, Il rassasie de bien l’âme affamée.

Ils gisaient dans les ténèbres et l’ombre de la mort,

Captifs, dans l’indigence et dans les chaînes,

Parce qu’ils s’étaient révoltés contre les oracles de Dieu,

Ils avaient méprisé les conseils du Très-Haut.

Ainsi leurs coeurs avaient été humiliés par les souffrances,

Ils étaient tombés loin de tout secours.

Dans leur détresse, ils ont crié vers le Seigneur,

Il les a délivrés de leurs contraintes.

Il les a tirés des ténèbres de l’ombre et de la mort,

Et Il a brisé leurs chaînes.

Qu’ils célèbrent le Seigneur pour sa miséricorde,

Pour ses prodiges en faveur des fils de l’homme.

Car Il a brisé les portes d’airain,

Il a mis en pièces les verrous de fer.

Il les a fait sortir du chemin de l’iniquité,

Du sentier de l’injustice, cause de leurs souffrances.

Ils avaient en horreur toute nourriture,

Ils touchaient aux portes de la mort.

Dans leur détresse, ils ont crié vers le Seigneur,

Il les a délivrés de leurs contraintes.

Il envoya son Verbe pour les guérir,

Pour les arracher à leurs tombeaux.

Qu’ils célèbrent le Seigneur pour sa miséricorde,

Pour ses prodiges en faveur des fils de l’homme.

Qu’ils offrent des sacrifices de louanges,

Qu’ils proclament ses oeuvres avec des cris de joie.

 

 

 

 

« Toi dont le sein put contenir le Dieu infini * et nous enfanta la Joie de l'univers, * nous te chantons, Vierge Mère de Dieu. »

Le Christ a demandé de veiller * aux fidèles qui attendent sa venue: * il doit être enfanté en effet par la Vierge.

Ô Christ, en Votre seconde parousie * placez-moi à droite, du côté de Vos brebis, * moi qui vénère Votre venue dans la chair.

En Votre première venue Vous sauvâtes Adam: * sauvez, ô Christ, en Votre seconde parousie * les fidèles célébrant Votre Nativité.

Prière à la Mère de Dieu

O Vierge immaculée,

Mère de Dieu et pleine de grâce,

Celui que tu as porté, c’est l’Emmanuel,

Le fruit de ton sein.

O Marie, toi, tu surpasses toutes louanges !

Je te salue, Marie, Mère de Dieu et gloire des anges,

Parce que tu surpasses en plénitude de grâce toutes les annonces des prophètes !

Le Seigneur est avec toi : tu enfantas le Sauveur du monde.

(Antique invocation (IIIème siècle))

L’image contient peut-être : 1 personne

O Rex gentium, et desideratus earum, lapisque angularis, qui facis utraque unum : veni, et salva hominem, quem de limo formasti.
Ô Roi des nations, objet de leur désir, clef de voûte qui unissez les peuples opposés, venez sauver l'homme que vous avez façonné d'argile.

 

Méditation

« L‘Esprit Saint, par le témoignage de la Loi, par les oracles des prophètes, par la proclamation de l’évangile et par l‘enseignement des apôtres, nous exhorte et nous apprend à croire avec fermeté et intelligence que, comme le dit Saint Jean, le Verbe s’est fait chair et Il a habité parmi nous. Oui, parmi nous, car la divinité du Verbe nous a unis à Lui,et nous sommes sa chair qu’il a prise du sein de la Vierge. Si sa chair n’était pas la nôtre, c’est-à-dire vraiement humaine, le Verbe fait chair n’aurait pas habité parmi nous. Mais Il a habité parmi nous, car Il a fait sienne la nature de notre corps. La Sagesse se construisant une maison, faite non d’une matière quelconque, mais d’une substance qui est proprement la nôtre, et dont l’assomption est indiquée clairement par les mots ;„le Verbe s’est fait chair et Il a habité parmi nous“ (Jn 1,14).»

Léon (vers 390-461)

 

Proverbes 16, 9

Le coeur de l'homme peut méditer sa voie,

mais c'est l’Éternel qui dirige ses pas.

« Venez et purifions nos cœurs * et nos lèvres, afin de magnifier * la sainte Mère de l'Emmanuel, * la Vierge tout-immaculée: * c'est elle qui présente à son Fils notre prière: * Christ notre Dieu, prends pitié de nous et sauve-nous. »

Que personne n'ait la folie de jalouser * ceux qui portent maintenant comme dons plaisant à Dieu * en guise d'or et de myrrhe et d'encens * le parfum de leurs vertus * et chantent au Seigneur enfanté: * Christ notre Dieu, épargne nos âmes et sauve-nous!

Hérode, aveuglé, dit aux Mages pleins de sens: * Le Roi qui vient de naître, allez le rechercher, * puis, lorsque vous l'aurez trouvé, * venez m'en informer; * car il méditait le crime en son cœur de meurtrier. * Christ notre Dieu, épargne nos âmes et sauve-nous.

Audace d'un criminel aveugle! * Tu as donc oublié que Dieu, personne ne le tue * en le soumettant à son pouvoir; * car, bouillant de colère, cruellement, * Hérode, tu fais égorger les enfants. * Christ notre Dieu, épargne nos âmes et sauve-nous.

Prière à la Mère de Dieu

Tu es bénie, ô Mère de Dieu et Vierge.

Par l’Incarné de toi, l’enfer est capturé,

Adam rappelé, la malédiction anéantie,

Eve libérée, la mort tuée et notre race vivifiée !

C’est pourquoi nous chantons à pleine voix :

ainsi en décida le Christ Dieu, béni soit-il, alléluia !

 

 

 

L’image contient peut-être : 4 personnes

MYSTERE DE DIEU, MYSTERE DE L'AMOUR...

Saint Benoît recommandait à ses moines d’« avoir chaque jour devant les yeux la menace de la mort » (Règle, ch. IV).

On parle peu de la mort dans le monde moderne. Mais toute la tradition chrétienne nous apprend que, pour devenir sages, il faut nous faire à l’idée que nous n’avons pas ici-bas de « cité permanente » (He 13, 14)…

Les sages des temps passés et présents nous enseignent qu’il faut garder la mort présente à l’esprit pour avoir une juste perspective sur la vie… Pour qui est attaché au monde, parler de la mort est difficile. En vérité, la principale illusion qui nous attache aux biens de ce monde procède d’un point de vue diamétralement opposé : non pas la sagesse de se savoir mortel, mais le pur fantasme que nous sommes immortels, à l’abri de la défaillance physique.

Mais la sagesse de la tradition incarnée par saint Benoît enseigne que la reconnaissance de notre faiblesse physique nous rend capables de percevoir aussi notre fragilité spirituelle. Il y a une profonde connaissance en nous tous, si profonde en vérité qu’elle est la plupart du temps enfouie, qu’il nous faut établir le contact avec la plénitude de la vie et avec la source de la vie.

Il nous faut établir le contact avec la puissance de Dieu et, d’une manière ou d’une autre, ouvrir les fragiles « vases de terre » que nous sommes à l’amour éternel de Dieu, un amour inextinguible.

La méditation est un chemin de puissance parce qu’elle est le moyen de comprendre notre nature mortelle. C’est le moyen d’avoir clairement conscience de notre propre mort. Ceci parce qu’elle est le chemin qui transcende notre mortalité. Elle est le chemin, au-delà de la mort, vers la résurrection, vers une vie nouvelle et éternelle, la vie qui jaillit de notre union avec Dieu.

Dans son essence, l’Évangile chrétien proclame que nous sommes invités maintenant, aujourd’hui, à faire cette expérience. Nous sommes tous invités à mourir à notre vanité, à notre égoïsme, à nos limites. Nous sommes invités à mourir à notre exclusivisme. Nous sommes invités à tout cela parce que Jésus nous a précédés dans la mort et est ressuscité des morts.

Cette invitation à mourir est aussi une invitation à naître à une vie nouvelle, à une communauté, à une communion, à une vie pleine et sans peur. Je crois qu’il serait difficile de dire si les gens craignent davantage la mort ou la résurrection. Mais, dans la méditation, nous nous défaisons de nos peurs parce que nous prenons conscience que la mort est mort à la peur et que la résurrection est naissance à une vie nouvelle.

Chaque fois que nous nous asseyons pour méditer, nous entrons dans cet axe de mort et de résurrection.

Ceci parce que, dans notre méditation, nous dépassons notre vie et toutes ses limitations pour entrer dans le mystère de Dieu. Nous découvrons, chacun d’entre nous par sa propre expérience, que le mystère de Dieu est le mystère de l’amour, de l’amour infini – de l’amour qui chasse toute peur.

John Main o.s.b., extrait de : Le chemin de la méditation, « Mort et Résurrection », Bellarmin, 2001, p. 117-119.

Source: http://www.seraphim-marc-elie.fr/

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

Les chrétiens d’Inde se préparent à fêter Noël dans un climat de tensions religieuses. International Christian Concern (ICC) a récemment relayé l’attaque de deux groupes de chrétiens par des hindous fondamentalistes, alors qu’ils célébraient l’Avent.

Jeudi 15 décembre, dans le village de Sarangi, situé dans le Madhya Pradesh, 30 chrétiens chantaient des cantiques de Noël dans une maison privée, quand environ 25 hindous se sont introduits dans la maison, avant de les traîner dans la rue et de les battre publiquement. Les assaillants ont également accusé les chrétiens d’avoir recours aux conversions forcées. 4 pasteurs ont été conduits au poste de police.

Dimanche 11 décembre, 20 chrétiens du village de Tikiriya, dans l’Etat du Rajasthan, avaient également été brutalisés par un groupe d’une trentaine de radicaux. Stephen Rawat, un prêtre grièvement blessé lors de l’attaque a déclaré à Asia News :

“Je n’ai pas d’ennemis. J’ai été battu à cause de ma foi chrétienne.”

5 chrétiens ont dû être soignés à l’hôpital Mahatma Gandhi de Bansawara.

Dr. John Dayal, militant des droits de l’homme et de la liberté religieuse dénonce les persécutions subies par les chrétiens en Inde, dans la période de Noël.

“Depuis plusieurs années, la saison de l’Avent et le mois de décembre sont devenus difficiles pour la communauté chrétienne… Il y a des patrouilles de police dans la capitale, mais ailleurs c’est une question de tirage au sort. Les services peuvent être attaqués ou se dérouler dans le calme. La tension est palpable.”

SOURCE:  INFOCHRETIENNE.COM

Le seul trésor qui vaille

Le groupe terroriste Front al-Nosra, récemment rebaptisé Front Fatah al-Cham, a revendiqué l'assassinat de l’ambassadeur russe survenu le 19 décembre à Ankara.

Cette information provient d'un document diffusé par le Front Fatah al-Cham sur Internet.
Un homme armé a tiré le 19 décembre dans le dos de l'ambassadeur russe en Turquie Andreï Karlov alors que ce dernier visitait une exposition photo baptisée La Russie vue par les Turcs à Ankara. Selon les témoins, avant d'attaquer l'ambassadeur, l'assaillant a crié « Allah Akbar » et évoque une « vengeance pour Alep ».

Selon le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le meurtre d'Andreï Karlov avait des motifs politiques et visait à miner les relations russo-turques. Le Kremlin est lui aussi persuadé que l'assaillant cherchait à enfoncer un coin entre Moscou et Ankara. L'agresseur, né en 1994, s'appelait Mevlüt Mert Altıntaş et était membre d'une unité spéciale de la police. Il a été éliminé au cours d'une opération policière lancée suite à l'attaque.

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201612211029279643-ambassadeur-assassinat-front-al-nosra/

cathédrale Qaraqosh

Les chrétiens d’Irak face au défi de la reconstruction

(Source: Famille Chrétienne/Article de Mr L Lefevre)

EXCLUSIF MAG – Les chrétiens découvrent avec désolation leurs villages de la plaine de Ninive saccagés, pillés et brûlés. Malgré un avenir incertain, certains mettent en œuvre les conditions d’un retour d’exode.

Croix brisées, bas-reliefs burinés, Vierge décapitée sans autre forme de procès, murs couverts de graffitis d’un rouge criard. À l’intérieur du monastère de Mar Behnam, le spectacle n’est que désolation. Dans ce haut lieu de l’Histoire chrétienne en Irak, tout a été souillé. Même les tombeaux de saint Behnam et de sa sœur Sarah, martyrs du IVe siècle, ont été dynamités. Encensoir et eau bénite dans les mains, Mgr Petros Mouché, chasuble blanche brodée d’or, avance, comme un propriétaire hagard retourne dans sa maison pillée par des bandits, au milieu de ce sanctuaire profané par Daech durant deux ans. Après avoir aspergé les murs carbonisés, l’archevêque syriaque catholique de Mossoul et de Qaraqosh, les traits fermés, ressort du monastère visiblement très éprouvé.

Puis, comme une résurrection après une longue et douloureuse Passion, la première messe à Mar Behnam est célébrée devant une trentaine de réfugiés venus pour l’occasion. Sorte de « Lourdes » irakien, les chrétiens de la plaine de Ninive y venaient autrefois pour demander des guérisons. « En revenant, ce fut pour moi un choc, une désolation. Tout ce qui incarne notre foi a été méthodiquement détruit », confie le Père Youssef, responsable du monastère depuis plus de quatre ans. « Daech a voulu nous détruire, mais soyez certains qu’ils ne pourront jamais effacer la foi qui se cache en nos cœurs », a lancé Mgr Mouché dans son homélie.

 

La messe dure un peu moins d’une heure. Le temps est compté. La présence des Brigades de Babylone, une unité de protection composée à majorité de chrétiens, rappelle que le danger n’est pas loin. En fond sonore, le bruit de la bataille de Mossoul, à une quinzaine de kilomètres seulement du monastère. Avant de partir, Mgr Mouché tient à introniser une nouvelle statue de la Vierge à la place de celle éclatée par les djihadistes. Une manière de faire comprendre que l’Église veut déjà reconstruire.

 

À quelques minutes au nord de Mar Behnam, les voitures s’arrêtent à Qaraqosh, la grande ville chrétienne de la plaine de Ninive qui comptait environ 50 000 habitants avant l’arrivée de Daech. Le spectacle est accablant : dans leur fuite, les islamistes ont brûlé la majorité des maisons. Dans l’église Saint-Jean, ils ont empilé les bancs dans le chœur pour y mettre le feu ; en vain. Sur le parvis de l’église, des centaines de douilles jonchent le sol. Ici, comme à la cathédrale Al-Tahira, les hommes de Daech ont transformé les lieux en terrain d’entraînement au tir, comme l’attestent de sordides mannequins déchirés par des balles. À l’intérieur de la cathédrale, les murs sont calcinés, des pierres ont éclaté sous l’effet de la chaleur. Si la majorité des murs de Qaraqosh est encore debout, les édifices religieux ont fait l’objet d’un déchaînement de violence. Toutes les églises ont été touchées. Le clocher de Mar Behnam et Sarah a purement et simplement été dynamité. Le séminaire de Qaraqosh a lui aussi été saccagé.

Après la joie de la libération de leur ville fin octobre, l’annonce de son saccage a fait l’effet d’une douche froide pour les chrétiens de Qaraqosh réfugiés à Erbil. Ils ont compris que les islamistes leur envoyaient un message que Mgr Mouché résume ainsi : « Méfiez-vous ! Ne revenez pas ici ! Vous serez aussi brûlés comme les maisons. » Pourtant, si personne n’est encore revenu habiter la ville, le nettoyage de Qaraqosh est bien entamé. Dans les rues, on croise quelques habitants qui entassent des débris ou bien recherchent des affaires. D’autres, en gilets jaunes, sont munis de pelles, de balais ou de brouettes. Missionnés par le gouvernement de Bagdad, ils travaillent à déblayer certaines rues ou certains bâtiments.

« Étape par étape »

En cette période de flou absolu, tant au niveau de la sécurité des villages que de l’avenir politique et militaire de la région, le retour des chrétiens peut sembler bien improbable. Et pourtant ! Reconstruire Qaraqosh au plus vite, c’est le défi que s’est lancé l’Église. « Nous sommes à un moment charnière », assure Faraj-Benoît Camurat, président de Fraternité en Irak, association au service des chrétiens d’Irak depuis cinq ans. « Symboliquement et politiquement, il est important que les chrétiens ne délaissent pas ces villages. Avec de la coordination et de la détermination, le retour peut bien se passer. Mais si la sécurité est mal assurée, si les infrastructures en eau, en électricité ou en matière de santé ne fonctionnent pas, cela peut devenir une vraie pagaille. » C’est donc petit à petit que les choses se mettent en place. À Qaraqosh, grâce à l’aide de l’association française, le service d’urgence de l’hôpital doit par exemple rouvrir cette semaine. Il servira entre autres à soigner les civils de la bataille de Mossoul.

« Étape par étape », ce sont aussi les mots utilisés par le Père Georges Jahola, ancien curé à Qaraqosh. Actuellement réfugié à Erbil, il est à la tête d’un immense projet consistant à recenser l’ensemble des dégâts causés par Daech. Avec une vingtaine de volontaires, il a photographié méthodiquement les six mille maisons de la ville et a rassemblé toutes les données dans un programme informatique. L’objectif de cette mission titanesque est double : « Faire entrer dans l’Histoire ce que Daech nous a fait » et « envoyer ces fichiers aux autorités de Bagdad pour tenter d’obtenir des indemnités ».

Si ces dernières refusent, faute de moyens ou de volonté, le Père Georges enverra les données aux Nations unies, à des ONG, ou bien à des pays occidentaux. « Ce serait formidable qu’un pays comme la France puisse assurer la réparation d’une partie de Qaraqosh ! », lance-t-il, enthousiaste. Pourtant, à l’écouter, on comprend bien qu’il n’a que peu d’espoir de voir un jour ces démarches aboutir. Mais qu’importe ! « Même s’il n’y a que 1 % de chance que Bagdad nous donne quelque chose, il faut tenter ! Les chrétiens n’ont confiance qu’en l’Église. Par ce projet, nous envoyons à nos frères un signal d’espérance. »

Le lendemain de Noël, si les conditions de sécurité le permettent, une messe rassemblant plusieurs centaines de chrétiens, peut-être mille, pourrait se tenir dans la cathédrale de Qaraqosh. Aussi, Mgr Mouché étudierait déjà la question de nommer un prêtre permanent dans la ville. Un signe encourageant de plus qui montre que la résignation n’a pas encore gagné tout le monde, que les chrétiens de la plaine de Ninive ne sont pas tous voués à l’exil.

L’urgence du déminage

Au centre de la plaine, dans un village très marqué par le passage de Daech, des enfants s’amusent dehors comme si de rien n’était. Pourtant, à une cinquantaine de mètres d’eux, une équipe de démineurs s’active à nettoyer les dernières parcelles d’un champ. La situation paraît surréaliste. Dans ce village kakai, petite minorité dont la religion est issue de la Perse antique, onze habitants sont morts en retournant chez eux.

« Nous n’avons pas peur !, assure Farah, le père des enfants. Les démineurs nous ont bien expliqué les endroits où il ne faut pas aller. » En deux mois, quatre cents mines ont déjà été neutralisées. « Ils en ont posé près des routes, des écoles, des habitations, dans les champs. C’est tellement vicieux ! », s’indigne une des responsables de l’ONG qui mène les opérations de déminage. Consciente de l’urgence, l’association Fraternité en Irak finance une partie des opérations de quatre villages kakais et de deux villages chrétiens, notamment un, situé au nord de Mossoul. Là-bas, le fils de 14 ans de Salah Migha a sauté sur une mine, alors qu’il revenait pour la première fois travailler dans les champs, il y a deux ans. « Dieu m’a donné un fils unique. Il l’a repris », murmure-t-il, le visage encore marqué. Réfugié à Alqosh, il attend qu’enfin les équipes de déminage puissent nettoyer son village et ses terres pour revenir. « Sans déminage, aucune reconstruction n’est envisageable », martèle Faraj-Benoît Camurat, qui note que, vraisemblablement, les villages où résidaient des minorités ont été les plus touchés.

S’il est surprenant, le retour de ces familles au beau milieu des champs de mines est aussi un signe d’espoir. Comme une volonté absolue de vouloir renaître. Mais les sentiments de peur et de découragement ne quittent pas un grand nombre de réfugiés. Pour beaucoup, le départ précipité d’août 2014 reste un traumatisme, et la crainte de reconstruire pour rien est présente. Personne ne fait plus guère confiance aux forces armées irakiennes ou bien kurdes. « En 2014, l’armée irakienne était à Mossoul. Elle est partie sans combattre ! », fustige le Père Gabriel, moine du monastère antonin d’Alqosh, au nord de la plaine de Ninive. Lui ne voit qu’une solution pour assurer la sécurité des chrétiens : l’intervention d’une force militaire internationale.

Comme lui, bon nombre de chrétiens invoquent la présence d’une force protectrice étrangère, indispensable selon eux pour envisager un retour massif des réfugiés en Irak, et pourquoi pas même de la diaspora. D’autres n’attendront pas cette hypothétique sécurité et veulent au plus vite retourner chez eux. C’est le cas de Nader, 47 ans, dont la maison de Bartella, au nord de Qaraqosh, a elle aussi été saccagée. « Je me sens depuis deux ans comme un poisson en dehors de son bocal », confie-t-il. Chaque jour, cet ancien cafetier retourne en voiture voir sa maison. Peu pratiquant, il avoue avoir pleuré en entrant dans l’église ravagée par Daech. Pour Noël, il a rapporté à Erbil, où il est réfugié, le grand sapin en plastique de sa maison, un des rares objets que Daech n’ait pas volé. À l’en croire, ce sapin décoré de mille lumières ne devrait passer qu’un Noël à Erbil. 

La sanglante bataille de Mossoul se poursuit

Lancée le 17 octobre dernier, la bataille de Mossoul fait rage. Les forces irakiennes et kurdes, aidées par la coalition internationale, avancent lentement dans la capitale du groupe État islamique en Irak. La moitié de la ville aurait déjà été reprise et l’issue de la bataille ne fait plus guère de doute. Pour autant, les djihadistes – entre 5 000 et 6 000 hommes – résistent avec acharnement, menant des attaques meurtrières. Mines artisanales, voitures piégées, tunnels leur permettant de prendre à revers les troupes coalisées… en deux ans, les islamistes ont eu le temps de se préparer à l’assaut. Signe de la violence des combats, près de 2 000 militaires seraient morts en novembre dans la région de Mossoul, selon la Mission des Nations unies en Irak. Et plus de 100 000 civils ont fui la deuxième ville d’Irak. Parmi les armées coalisées, la France joue un rôle important. Des forces spéciales ont apporté « un appui très concret sur un certain nombre d’objectifs ennemis clairement identifiés », expliquait le lieutenant-colonel Luc au micro d’Europe 1, le 19 décembre. Ces commandos sont présents depuis des mois pour former, renseigner et soutenir les forces irako-kurdes.

H. L

PLUS DE MOYENS POUR NOTRE ARMEE !

Le chef d’état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers, sort de son silence et plaide mercredi dans Les Echos pour davantage de moyens. Le CEMA demande « une hausse progressive du budget de la défense » pour atteindre les 2% du PIB, contre 1,77% actuellement.

 

« Le prix de la paix c’est l’effort de guerre ».

 

 

Il s’agit de « rester capable d’assurer, dans la durée, la protection de la France et des Français face au spectre complet des menaces« , écrit-il. « Il faut comprendre que le moindre décalage de cohérence entre les menaces, les missions et les moyens s’apparente au grain de sable qui grippe le système et conduit à la défaite« , ajoute le général de Villiers.

Le projet de budget de la Défense pour 2017 s’élève à 32,7 milliards d’euros, à 1,77% du produit intérieur brut (PIB), ce qui marque une stabilité par rapport à 2016. La France s’est engagée à le porter à 2% du PIB d’ici 2025 dans le cadre de l’Otan.

Le JDD

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

A propos de l'unanimité des Chrétiens de Saint Thomas (Kerala) , Sa Sainteté le Patriarche d'Antioche, le "Père des Pères", disait : "L'avenir est dans la paix, pas d'avenir sans paix". Le Monastère de Notre-Dame de Miséricorde et ses dépendances, en France, au Cameroun demeurent des lieux de prières pour que soit restaurée, là où c'est nécessaire, et toujours plus clairement manifestée, l'Unité de l’Église du Christ, l'unité des "Eglises Apostoliques"...Concerning the unanimity of the Christians of Saint Thomas (Kerala), His Holiness the Patriarch of Antioch, the "Father of the Fathers", said: "The future is in peace, no future without peace." The Monastery of Our Lady of Mercy and its dependencies in France and in Cameroon remain places of prayer for the restoration of the unity of the Church of Christ where it is necessary and always more clearly manifested, The unity of the "Apostolic Churches" ...

L’image contient peut-être : une personne ou plus, chapeau et intérieur

Let us not forget the Abducted Bishops of Aleppo

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on DECEMBER 21, 2016

in FEATURED NEWS, NEWS

00-metropolitans-boulos-and-gregorios-syria-10-11-13

Prakash Varghese – (Delegate of UAE, Gulf, & Middle East) – OCP News Service
21/12/16

Global: Aleppo is Liberated. Militants and terrorists are fleeing. We are still waiting for the good news of the safe return of our beloved Metropolitans of Aleppo. Where are our beloved Bishops?

Two Christian Bishops Were Kidnapped : Has a ‘Silent’ World Forgotten Them?

Syriac Orthodox Archbishop Yohanna Ibrahim and Greek Orthodox Archbishop Boulos Yazigi were kidnapped by militants in April 2013 while they were returning back from the Turkish border to their city of Aleppo.

“We tried to negotiate with those who can help in this matter, but unfortunately, there was total silence,” said Patriarch John X of Antioch and All East, the brother of the Greek Orthodox Archbishop Boulous.

“No side has actually claimed responsibility for the kidnapping but we still have hope that the two bishops are alive, and there is more good news than bad news. ” – Lebanese Interior Minister Nouhad Machnouk

We do not have much information on the whereabouts of the two Orthodox Christian Prelates. Let us pray for their speedy and  safe return.

Source:
OCP News Service

  

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 
 Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

 

Irak : le patriarche Sako appelle

à l’unité de la " composante chrétienne "

Qu'elles aient des différences de Tradition n'empêche pas d'être de Dieu. La façon de louer et d'adorer, de servir notre Seigneur n'est pas objet de séparation, de jugement des autres et au bout, par bètise humaine ou par orgueil provoquer des séparations et des condamnations d'Eglises et de tous ceux qui les fréque,tes et y accomplissent leur Chemin.

 

 

Les chrétiens d’Irak se répartissent dans de nombreuses Églises vénérables et antiques. Ces différences héritées de l’histoire, ne doivent toutefois pas être un facteur de division ou de rivalité. La survie du christianisme en Irak, toutes confessions confondues, passe par une plus grande unité de la « composante chrétienne » du pays. C’est ce que suggère le patriarche Sako.

La situation d’urgence dans laquelle se trouve l’ensemble de la nation irakienne appelle également les chrétiens à ne pas procéder dans la division, en insistant excessivement sur les facteurs identitaires de chaque communauté ecclésiale. Il convient en revanche d’exprimer une position unitaire sur les processus politiques et sociaux en cours en Irak, en se présentant comme « composante chrétienne ». Telle est la proposition faite par le patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël Ier Sako, à tous les chrétiens d’Irak, dans le cadre d’un appel invitant à « ne pas demeurer spectateurs sur la scène irakienne » mais à « trouver une vision commune et une feuille de route conjointe », y compris pour protéger ensemble « le droit à être traités comme les autres ». Le recours à l’expression « composante chrétienne » pour exprimer la position unitaire des chrétiens irakiens par rapport aux affaires politiques et sociales et aux institutions nationales « ne s’oppose pas – selon le patriarche – à la sauvegarde d’identités millénaires » et permet de « ne pas perdre de temps à se disputer » autour de ce patrimoine identitaire. « L’Église chaldéenne – indique le communiqué patriarcal parvenu à l’Agence Fides – veut se mettre au service de tous les chrétiens et de tous les Irakiens afin de contribuer au processus de réconciliation », indispensable en vue d’un retour à une situation de coexistence pacifique. Déjà, au début de son ministère patriarcal, l’actuel patriarche […] avait dénoncé le danger que les chrétiens ne soient, eux aussi, contaminés par le sectarisme dominant au sein de l’actuel contexte régional. « Maintenant, malheureusement – avait déclaré le patriarche à l’Agence Fides – il est possible d’entendre certaines personnes dire : je suis plus arménien que chrétien, plus assyrien que chrétien, plus chaldéen que chrétien. Et il persiste ici et là une mentalité tribale, ce qui fait que chaque village veut avoir “son” évêque ou “son” patriarche. De cette manière, le christianisme s’éteint. Nous, en tant qu’évêques, devons être vigilants contre ces formes maladives de vivre l’identité ».

Source : Agence Fides, 17 décembre

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

L’intellect, instable et entraîné au mal par la dissipation et la curiosité, n’aime pas les restrictions ni le confinement en « prison ». Jusqu’à ce que la grâce lui ouvre la porte de la sensation de Dieu. Dès que cela se produit, l’intellect ne veut plus s’arracher à la douceur de l’union à Dieu, là où se trouvent la nourriture et la jouissance des anges, la gloire et la joie des justes et l’avant-goût de la vie éternelle. 
 
Lorsque l’âme n’est pas bien disposée et s’assoupit, et que, par conséquent, l’intellect ne se sent pas poussé à la prière, nous devons trouver des moyens de la stimuler, comme lorsqu’on présente un plat savoureux à quelqu’un qui n’a pas d’appétit. Il n’est pas étonnant que ceux « dont le cœur a de mauvais desseins » (Gn. 8,21), ceux qui se laissent entraîner par des influences diverses, manquent d’ardeur pour la prière. À ces moments-là, il nous faut nous stimuler nous-mêmes par des pensées et des contemplations appropriées. Tournons notre intellect vers les souffrances du Christ, en nous représentant par la pensée l’image de la crucifixion ; songeons aux différents témoignages des millions de héros de notre foi ; considérons la signification de notre divine destinée, nous qui possédons l’image et la ressemblance de notre Créateur. Toutes ces choses-là réveillent le sens du devoir dans notre intellect endormi, particulièrement si nous y associons le blâme de nous-mêmes, qui a le pouvoir de secouer notre engourdissement. 
 
« Quand je me trouve dans un état aussi funeste et misérable bien vu nous disait le bien heureux Ancien, je m’imagine me trouvant devant le redoutable tribunal lors du second avènement du Christ. Je vois le Seigneur, après son jugement, emmenant avec lui les siens et s’en allant dans le Royaume éternel. Moi, il m’a exclu et je sens qu’il n’y a plus pour moi le moindre espoir de le revoir ou d’obtenir miséricorde, alors je me mets à crier et à verser des larmes innombrables. » 
 
Mais ces images, figures et pensées que nous mobilisons au début pour pousser notre intellect à la prière, nous devons les abandonner complètement dès que la prière commence à agir, sans quoi elles nous distrairaient. À l’heure de la prière, il n’est besoin d’aucune figure, image ou représentation. L’intellect, libre de toute couleur et figure, n’est mû que par sa seule inclination vers Dieu et va là où la grâce le pousse. La première sensation qui naît de la prière est la joie, puis viennent toutes les autres comme Saint-Paul nous le décrit (voir Gal. 5,22).

(extrait de L'Ancien Ephrem, le disciple rempli de charismes par l'Ancien Joseph de Vatopaidi/Source:"Priere Orthodoxe")

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

POURQUOI LA FÊTE DE NOËL EST-ELLE FIXEE AU 25 DECEMBRE ?

C’est au IVe siècle, avec la reconnaissance du christianisme et sa pénétration dans le tissu social de l’Empire romain, que la fête de Noël est fixée au 25 décembre

À l’aube du christianisme, la fête la plus appréciée des fidèles n’est pas Noël, mais Pâques. En effet, la date de la vie du Christ principalement célébrée, comme aussi de la vie des saints et martyrs, n’est pas celle de la naissance, mais de la « naissance au ciel ».

Aux deux premiers siècles de l’ère chrétienne, Noël est déjà célébré en Orient comme en Occident, mais ce n’est pas le cas partout. Et la date de la célébration varie sensiblement selon les lieux, allant du 28 mars au 18-25 avril, du 20 ou 29 mai au 24 juin et au 17 novembre.

En Occident, la concordance sur la date se fait au IVe siècle, avec la reconnaissance du christianisme par l’empereur Constantin comme religion « licite » (édit de Milan, 313), ensuite comme religion officielle par l’empereur romain Théodolse (édit de Thessalonique, 380). La source la plus ancienne dont on dispose faisant mention de la célébration de Noël le 25 décembre est Hippolyte de Rome (v.170.-235) qui, dès 204 environ, relate les festivités de Noël à Rome à cette époque.

Dans une première tentative de calendrier liturgique, la « Depositio Martyrum » datant de 336, il est mentionné que la fête de Noël à Rome était célébrée le 25 décembre. On retrouve la même indication dans le Chronographe de 354, un manuscrit illustré rédigé par un riche chrétien dans lequel figurent deux listes d’anniversaires pour la vie de l’Église : une qui énumère les évêques de Rome non martyrs et l’autre qui évoque les martyrs dont l’Église romaine faisait mémoire, avec mention de la date de la mort et du lieu de sépulture. Dans cette deuxième liste on lit : « VIII Kal. Ian. (Die Octavo ante Kalendas Ianuarias) natus Christus in Bethlemme di Iudeae », c’est-à-dire « Au huitième jour des Calendes de janvier, naissance du Christ à Bethléem de Judée ». Étant donné que dans l’usage du latin, on comptait le dernier élément d’une série, le huitième jour avant le 1er janvier correspondait au 25 décembre.

Pourquoi la date du 25 décembre pour fêter la naissance de Jésus ? La réponse n’est pas univoque, et au fil du temps, plusieurs hypothèses se sont succédé à ce sujet.

Christianiser la fête païenne du « Sol Invictus »

Une des plus accréditées veut que l’Église ait choisi cette date dans le but de christianiser la fête païenne du « Sol Invictus », le « Soleil invaincu », auquel l’empereur Aurélien avait dédié un temple en 274, justement le 25 décembre. Selon les connaissances astronomiques de l’époque, les Romains croyaient que le solstice d’hiver tombait ce jour-là – nous savons aujourd’hui qu’il tombe le 21 – qui coïncidait avec le jour le plus court de l’année, marquant le début de la période à laquelle le soleil renaît et croît.

Le « Sol Invictus » rappelait le dieu persan Mithra, dont le culte, originaire d’Orient, était surtout populaire dans les milieux militaires. L’adoration du soleil connaissait un grand succès dans le peuple, et son culte – qui avait remplacé chez les Romains les Saturnales, festivités en l’honneur du dieu Saturne du 19 au 25 décembre et au cours desquelles on échangeait des cadeaux pour souhaiter paix et prospérité – sera exploité par l’autorité impériale, le pliant à la dévotion envers l’empereur.

L’Église aurait donc décidé de s’insérer dans ce contexte en s’appuyant sur certains passages de la Bible, déjà interprétés dans un sens christologique, comme la prophétie du « soleil de justice » qui brillera « avec la guérison dans ses rayons » (Malachie 3,20). D’ailleurs Jésus lui-même avait dit : « Je suis la lumière du monde » (Jn, 8, 12). Dans une nécropole vaticane, une mosaïque du II-IIIe siècle représente le Christ Soleil sur son char triomphal.

Selon d’autres commentateurs, la date du 25 décembre aurait été déduite de la date de la mort du Christ, fixée au 25 mars ; cette date tomberait exactement 33 ans après son incarnation, fixée aussi au 25 mars, la naissance se situerait neuf mois plus tard, soit le 25 décembre.

Mais Jésus est-il vraiment né le 25 décembre ? Il semblerait que oui d’après les études du professeur Shemarjahu Talmon, de l’Université hébraïque de Jérusalem. Ce professeur est parti d’un passage de l’évangile de Luc (1, 5-13) dans lequel il est dit qu’il y eut, aux jours d’Hérode, roi de Judée, un prêtre du nom de Zacharie, de la classe d’Abìa, marié à Elisabeth et il advint « comme il remplissait devant Dieu les fonctions sacerdotales au tour de sa classe qu’il fut, suivant la coutume sacerdotale, désigné par le sort pour entrer dans le sanctuaire du Seigneur et y brûler l’encens » ; un ange lui apparut alors et lui prophétisa la naissance d’un fils, qui serait appelé du nom de Jean (le Baptiste).

Dans l’antique Israël, ceux qui appartenaient à la caste sacerdotale étaient répartis en 24 groupes qui, alternant dans un ordre immuable, devaient assurer le service liturgique au temple pendant une semaine, de samedi à samedi, deux fois par an. La classe de Zacharie, celle d’Abìa, était la huitième dans la liste officielle.

Une date qui contredit saint Luc ? 

En s’appuyant sur le calendrier de la communauté essénienne de Qumrân, le professeur Talmon a reconstitué les « roulements », dont le second tombait à la fin de septembre. Les anciennes Églises d’Orient célèbrent, en effet, la conception de Jean entre le 23 et le 25 septembre. Selon l’évangéliste Luc, l’annonciation de l’ange Gabriel à Marie est survenue le sixième mois après la conception de Jean (Lc, 1, 26). Les liturgies orientales et occidentales s’accordent sur l’identification de cette date au 31 du mois d’Adar, qui correspond à notre 25 mars, date à laquelle l’Église célèbre en effet l’annonce de l’ange et la conception de Jésus. La date de la naissance, par conséquent, devrait se situer 9 mois plus tard, soit le 25 décembre.

Toutefois, les études du professeur Talmon n’ont pas fait taire les voix qui soutiennent que cette date n’est pas fondée, car elle s’oppose au récit évangélique de Luc qui parle des bergers passant la nuit en plein air, évoquant un contexte plus printanier qu’hivernal.

Mais à ce propos, les règles relatives à la pureté des races typiques de l’hébraïsme ont été évoquées, rappelant d’anciens traités dans lesquels on distinguait trois types de troupeaux : ceux composés uniquement de brebis à laine blanche, considérées comme pures et qui après les pâturages pouvaient rentrer dans la bergerie de la ville ; ceux composés de brebis à laine en partie blanche et en partie noire, qui pouvaient rentrer le soir au bercail mais obligatoirement en dehors de la ville ; ceux composés de brebis à laine noire, jugées impures, qui ne pouvaient rentrer ni en ville ni dans la bergerie, devant donc rester toujours dehors avec leurs bergers, à quasiment toutes les périodes de l’année.

L’Évangile pourrait donc se référer à des troupeaux de brebis noires qui devaient forcément rester dehors. Luc, en outre, rappelle que les bergers faisaient des tours de garde, ce qui indiquerait une nuit longue et froide, appropriée au contexte hivernal.

C’est justement la nuit que se déroule la Messe la plus traditionnelle de Noël, celle de minuit, qui rappelle l’usage établi à Rome des trois Eucharisties célébrées par le Pape pour cette fête, dont la première commençait autour de notre minuit, dans la basilique Sainte Marie Majeure où, selon la tradition, se trouvent les reliques de la mangeoire dans laquelle a été déposé l’Enfant Jésus. Le souverain pontife célébrait ensuite la messe pour la communauté grecque dans l’église Sant’Anastasia, peut-être en souvenir de l’« Anastasis », la résurrection ; c’était la célébration qui aujourd’hui dans le Missel figure comme Messe de l’aurore. Enfin, la troisième Messe était celle que nous appelons « du jour », que le Pape célébrait à Saint-Pierre, à l’extérieur des murs romains, pour ceux qui vivaient de l’autre côté de la porte, essentiellement la population rurale.(Source:ALETEIA)

LE COIN DU CATECHISME ET DE LA TRANSMISSION FAMILIALE...

 

Théobule

 

Chers amis, 

C'est dans une étable, entouré d'animaux et de pauvres bergers que Jésus vient au monde. 
Et pourtant, Il est celui que Dieu a choisi pour nous sauver. 

En Jésus, l'enfant bien-aimé de Dieu et de ses parents, nous devenons tous des bien-aimés, choisis par Dieu.

Joyeux Noël à tous !

(Source: Frère Benoît, de la communauté des Pères Dominicains) 

En ce temps-là, l'empereur Auguste décide de compter tous les habitants de la terre dans leur ville d'origine. Alors Joseph avec Marie enceinte quittent la ville de Nazareth en Galilée pour monter à Bethléem en Judée. Arrivés à Bethléem, Marie met au monde son fils ; elle l'habille et le couche dans une mangeoire, car il n'y a pas de place pour eux ailleurs. Dans les environs, des bergers passent la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L'ange du Seigneur s'approche, et la gloire du Seigneur les enveloppe de sa lumière. Ils sont saisis d'une grande crainte, mais l'ange leur dit : 
« N'ayez pas peur ! Je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tous les hommes : aujourd'hui vous est né un Sauveur. Il est le Messie, le Seigneur. Et voilà le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né couché dans une mangeoire. » 
Et soudain, tous les anges du ciel louent Dieu en disant : 
« Gloire à Dieu au plus haut des cieux, 
Et paix sur la terre aux hommes qu'il aime. »
Alors, les bergers se disent :
« Allons vite à Bethléem pour voir ce qui est arrivé, 
pour voir ce que le Seigneur nous a fait connaître. »
Ils courent et découvrent Marie et Joseph, avec Jésus couché dans la mangeoire. Ils racontent avec joie ce qui leur a été annoncé au sujet de cet enfant et Marie retient tous ces événements et les médite dans son cœur.


Évangile selon saint Luc, chapitre 2, versets 1 à 20

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 4,1-5.

Frères, il faut qu'on nous regarde comme les serviteurs du Christ et les intendants des mystères de Dieu.
Eh bien ! ce que l'on cherche dans les dispensateurs, c'est que chacun soit trouvé fidèle.
Pour moi, il m'importe fort peu d'être jugé par vous ou par un tribunal humain ; je ne me juge pas moi-même ;
car, quoique je ne me sente coupable de rien, je ne suis pas pour cela justifié : mon juge, c'est le Seigneur.
C'est pourquoi ne jugez de rien avant le temps jusqu'à ce que vienne le Seigneur : il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres et manifestera les desseins des cœurs, et alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui est due.

 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 3,1-6.

La quinzième année du règne de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de Judée, Hérode, tétrarque de Galilée, Philippe, son frère, tétrarque d'Iturée et du pays de Trachonite, Lysanias, tétrarque d'Abilène,
au temps des grands prêtres Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut sur Jean, fils de Zacharie, dans le désert.
Et il vint dans toute la région du Jourdain, prêchant un baptême de repentir pour la rémission des péchés,
ainsi qu'il est écrit au livre des oracles du prophète Isaïe : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers.
Toute vallée sera comblée, toute montagne et colline seront abaissées ; les chemins tortueux deviendront droits, et les raboteux unis.
Et toute chair verra le salut de Dieu.

 




Par le Bx Guerric d'Igny

(v. 1080-1157), abbé cistercien
Sermon 1 pour l'Avent, S.C. 166, t.1, p. 93-95 (tr. rev. Tournai)

 

L'Attente des nations

 

O Attente des Nations ! Ils ne seront pas confondus ceux qui t'attendent. Nos pères t'ont attendu ; tous les justes, depuis l'origine du monde, ont espéré en toi ; tu ne les a pas déçus.

Mais l'Eglise, qui dans les anciens justes attendit le premier avènement du Christ, attend pareillement le second dans les justes de la nouvelle alliance. Comme elle était sûre que le premier avènement acquitterait le prix de la rédemption, elle a la certitude que le second lui apportera la rémunération. Suspendue à cette attente, cet espoir qui dépasse les valeurs de la terre, l'Eglise aspire avec autant de joie que d'ardeur aux biens éternels.

Alors que d'autres se hâtent de chercher leur bonheur ici-bas sans attendre que s'accomplisse le dessein du Seigneur, alors qu'ils se précipitent pour s'emparer de ce que leur offre ce monde, celui qui a le bonheur de mettre son espoir dans le Seigneur n'attache pas son regard aux choses vaines et à ce qui trompe. Il sait qu'il vaut mieux être humilié avec les doux que de partager les dépouilles du monde avec les orgueilleux. Il se dit à lui-même, à titre de consolation : « Ma part, c'est le Seigneur ! Je saurai l'attendre ! Le Seigneur est bon pour ceux qui espèrent en lui, pour ceux qui le cherchent. Il est bon d'attendre en silence le salut de Dieu. Seigneur, il est vrai, mon âme défaille dans l'attente du salut ; mais je déborde d'espérance en ta Parole. » (Lm 3, 24 ; Ps 118, 80) Même s'il se fait attendre, j'attendrai ! Car il viendra à son heure.

 


Le coeur est un tout petit organe, et pourtant, on y trouve des dragons et des lions. Et aussi des créatures vénéneuses et tous les trésors de méfaits. On y trouve des chemins rudes et non-aplanis, et des précipices.
Mais on y trouve aussi Dieu, les Anges, la vie et le Royaume, et la lumière et les Apôtres, et les cités célestes et les trésors de la Grâce.
On y trouve tout ça!

Saint Macaire le Grand

 

Par Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus

(1873-1897), Moniale Catholique romaine membre de l'ordre du Carmel/ 
Poésie « Pourquoi je t'aime, ô Marie », strophes 4-7 (OC, Cerf DDB 1992, p. 751) 

 

« Le Puissant fit pour moi des merveilles » (Lc 1,49)

 

Oh ! Je t'aime, Marie, te disant la servante 
Du Dieu que tu ravis par ton humilité (Lc 1,38) 
Cette vertu cachée te rend toute-puissante 
Elle attire en ton cœur la Sainte Trinité 
Alors l'Esprit d'Amour te couvrant de son ombre (Lc 1,35) 
Le Fils égal au Père en toi s'est incarné 
De ses frères pécheurs bien grand sera le nombre 
Puisqu'on doit l'appeler : Jésus, ton premier-né ! (Lc 2,7) 

Ô Mère bien-aimée, malgré ma petitesse 
Comme toi je possède en moi le Tout-Puissant 
Mais je ne tremble pas en voyant ma faiblesse : 
Le trésor de la mère appartient à l'enfant 
Et je suis ton enfant, ô ma Mère chérie. 
Tes vertus, ton amour, ne sont-ils pas à moi ? 
Aussi lorsqu'en mon cœur descend la blanche hostie 
Jésus, ton Doux Agneau, croit reposer en toi ! 

Tu me le fais sentir, ce n'est pas impossible 
De marcher sur tes pas, ô Reine des élus. 
L'étroit chemin du Ciel, tu l'as rendu visible 
En pratiquant toujours les plus humbles vertus. 
Auprès de toi, Marie, j'aime à rester petite, 
Des grandeurs d'ici-bas je vois la vanité, 
Chez sainte Élisabeth, recevant ta visite, 
J'apprends à pratiquer l'ardente charité. 

Là j'écoute ravie, douce Reine des anges, 
Le cantique sacré qui jaillit de ton cœur (Lc 1,46s) 
Tu m'apprends à chanter les divines louanges 
À me glorifier en Jésus mon Sauveur. 
Tes paroles d'amour sont de mystiques roses 
Qui doivent embaumer les siècles à venir. 
En toi le Tout-Puissant a fait de grandes choses 
Je veux les méditer, afin de l'en bénir.

Afficher l'image d'origine

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale.

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

 

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles ,

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non

obligatoires.

Toute offrande fait cependant l'objet d'une

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

 

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.41.20.16.86).

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amî

L’image contient peut-être : 5 personnes

Repost 0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 09:28

L’image contient peut-être : 1 personne

'Blessed the one who has become like a noble warrior in the Lord's work, rousing the idle, encouraging the faint-hearted in the way of the Lord.'

St. Ephrem of Syria

 

Livre d'Isaïe 7,10-15.

En ces jours-là, le Seigneur parla à Achaz, et lui dit : 
"Demande un signe à Yahweh, ton Dieu, demande-le dans les profondeurs du schéol ou dans les hauteurs du ciel." Maïs Achaz dit : 
"Je ne le demanderai pas, je ne tenterai pas Yahweh." 
Et Isaïe dit : "Ecoutez, maison de David : Est-ce trop peu pour vous de fatiguer les hommes, que vous fatiguiez aussi mon Dieu ? 
C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d'Emmanuel. 
Il mangera de la crème et du miel, jusqu'à ce qu'il sache rejeter le mal et choisir le bien. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,26-38.

En ce temps-là, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, 
vers une vierge qui était fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph ; et le nom de la vierge était Marie. 
Etant entré où elle était, il lui dit : " Salut, pleine de grâce ! Le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes. "
Mais à cette parole elle fut fort troublée, et elle se demandait ce que pouvait être cette salutation. 
L'ange lui dit : " Ne craignez point, Marie, car vous avez trouvé grâce devant Dieu. 
Voici que vous concevrez, et vous enfanterez un fils, et vous lui donnerez le nom de Jésus."
Il sera grand et sera appelé fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; 
il règnera éternellement sur la maison de Jacob, et son règne n'aura point de fin. " 
Marie dit à l'ange : " Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais point l'homme ? " 
L'ange lui répondit : " L'Esprit-Saint viendra sur vous, et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre. C'est pourquoi l'être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. 
Et voici qu'Elisabeth, votre parente, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse, et ce mois-ci est le sixième pour elle que l'on appelait stérile, 
car rien ne sera impossible pour Dieu. " 
Marie dit alors : " Voici la servante du Seigneur : qu'il me soit fait selon votre parole ! " Et l'ange la quitta. 
 


Afficher l'image d'origine

Par Saint Louis-Marie Grignion de Montfort

(1673-1716), prêtre catholique-romain et prédicateur, fondateur de communautés religieuses 
Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge, 2-6 

 

« Le Puissant fit pour moi des merveilles »

 

Marie a été très cachée dans sa vie... Son humilité a été si profonde qu'elle n'a point eu sur la terre d'attrait plus puissant et plus continuel que de se cacher à elle-même et à toute créature, pour n'être connue que de Dieu seul... Dieu le Père a consenti qu'elle ne fasse point de miracle dans sa vie, du moins qui ait eu de l'éclat... Dieu le Fils a consenti qu'elle ne parle presque point, quoiqu'il lui ait communiqué sa sagesse. Dieu le Saint-Esprit a consenti que ses apôtres et ses évangélistes n'en parlent que très peu et qu'autant qu'il était nécessaire pour faire connaître Jésus Christ, quoiqu'elle ait été son Épouse fidèle. 

Marie est l'excellent chef-d'œuvre du Très-Haut, dont il s'est réservé la connaissance et la possession... Marie est la fontaine scellée et l'Épouse fidèle du Saint-Esprit, où il n'y a que lui qui entre. Marie est le sanctuaire et le repos de la Sainte Trinité, où Dieu est plus magnifiquement et divinement qu'en aucun lieu de l'univers, sans excepter sa demeure sur les chérubins et les séraphins ; et il n'est pas permis à aucune créature, quelque pure qu'elle soit, d'y entrer sans un grand privilège. 

Je dis avec les saints : Marie est le paradis terrestre du nouvel Adam... C'est le grand et le divin monde de Dieu, où il y a des beautés et des trésors ineffables. C'est la magnificence du Très-Haut, où il a caché, comme en son sein, son Fils unique, et en lui tout ce qu'il a de plus excellent et de plus précieux. Oh ! que de choses grandes et cachées ce Dieu puissant a faites en cette créature admirable, comme elle est elle-même obligée de le dire, malgré son humilité profonde : « Le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses. » Le monde ne les connaît pas, parce qu'il en est incapable et indigne.

Aucun texte alternatif disponible.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et intérieur

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

 

 

 

Si vous n'êtes pas en famille, 

 

retrouvez-vous , en

 

communion avec les Chrétiens d'Orient,

 

avec  vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes

 

francophone de St Thomas (Mar Thoma) en

 

France pour fêter Noël !

 

Si vous avez peu de moyens pour fêter

 

décemment Noël en famille, grâce au partage

 

c'est possible ! Venez fêter la Nativité au

 

Monastère en famille !

 

Nativity Icon2[1]-copie-1

 

(Pour ceux qui doivent loger, Inscriptions closes

le 20 Décembre)

 

Programme et inscription en bas de page

 

 

L’image contient peut-être : 3 personnes, intérieur

 

 

Apprenons d'Elle, Femme de l’Avent 

Afficher l'image d'origine

L'attente, attendre est une dimension qui traverse toute notre existence personnelle, familiale et sociale (…). On pourrait dire que l'homme est vivant tant qu'il attend, tant que dans son cœur l'espérance est vivante. (…) Notre «stature » morale et spirituelle peut se mesurer de ce que nous attendons, de ce en quoi nous espérons.

Chacun de nous, donc, spécialement en ce Temps qui nous prépare à Noël, peut se demander : moi, qu'est-ce que j'attends ? Vers quoi, à ce moment de ma vie, est tendu mon cœur ? Et cette même question peut se poser au niveau de la famille, de la communauté, de la nation (…). A l'époque qui précédait la naissance de Jésus, l'attente du Messie, c'est-à-dire un Consacré, un descendant du roi David, qui aurait finalement libéré le peuple de tout esclavage moral et politique et instauré le Royaume de Dieu, était très forte en Israël. Mais personne n'aurait jamais imaginé que le Messie pouvait naître d'une jeune femme humble comme l'était Marie (…).

Apprenons d'Elle, Femme de l’Avent, à vivre les gestes quotidiens avec un esprit nouveau, avec le sentiment d'une attente profonde, que seule la venue de Dieu peut combler. 

 

(De Benoit XVI,Pape de Rome lors de l'Angelus du 28 Novembre 2010

vatican.va)

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

 

 

Étoile de la mer, nourricière du

Verbe- Dieu

Étoile de la mer


Ô Mère toujours vierge, porte du ciel, salut !
De l’ange Gabriel tu reçois cet Ave,
par ce nom nouveau d’Ève, fonde nous sur la paix !
Délivre les pécheurs, éclaire les aveugles,
chasse de nous les maux et obtiens-nous la joie !
Sois vraiment notre mère, intercède pour nous
auprès de ton Enfant-Dieu, né de toi pour nous hommes.
Accorde un chemin droit, une vie sans tache
et que, voyant Jésus-Roi, nous soyons dans la liesse.
Ô Vierge sans égale, ô très douce entre toutes,
obtiens pour nous pardon, douceur et pureté.
Louanges soient au Père et au Christ notre Roi,
honneur au Saint-Esprit Dieu, unique Trinité.

Amen !

L’image contient peut-être : 1 personne

L’image contient peut-être : une personne ou plus et intérieur

SAINTS DU JOUR:

 Saint Venance Fortunat,

évêque de Poitiers et hymnographe.

Aucun texte alternatif disponible.

Tropaire ton 4

Tu quittas l’Italie envahie de barbares,*
En Gaule tu devins évêque de Poitiers,*
Poète, tu chantas la gloire de la Croix,*
Et les louanges du hiérarque saint Martin.*
Illustre serviteur de l’Eglise du Christ,
Saint Venance Fortunat, prie Dieu pour nos âmes!

Évêque de Poitiers et principal poète latin de son époque, il est né en 530 près de Ceneda, à Trévise, en Vénitie, dans le nord de l'Italie. C'est une région liturgiquement "gallicane," avec Milan qui n'est qu'à 300km, sur le même parallèle, Milan, l'ancien siège du grand saint Ambroise. On retrouvera ces accents flamboyants du gallicanisme milanais dans son art liturgique.
Il étudia d'ailleurs à Milan et aussi à Ravenne, dans le but de devenir un maître en rhétorique et poésie, et il acquit une bonne connaissance de la littérature latine. On trouve les mêmes traits intellectuels chez saint Sidoine Apollinaire (21/8), cet autre grand hymnographe Orthodoxe d'Occident.
En 565, suite aux menaces que les Lombards faisaient peser sur la région (il le dira d'ailleurs), il part pour la Gaule française. Cette même année, il sera guéri miraculeusement d'une ophtalmie par l'intercession de saint Martin de Tours, ce qui le décidera à accomplir auprès du tombeau de celui-ci un pèlerinage de reconnaissance, mais en prenant des chemins détournés, car pèlerinage le menant un peu partout au gré de ses inspirations poétiques.
Il sera favorablement accueilli à la court du roi Sigebert d'Austrasie. Lors du mariage de ce dernier à Metz avec la princesse Wisigothe, la jeune Brune, il les honorera en composant un épithalame, un poème lyrique en vers latins, où il fait de Brunehilde une nouvelle Vénus et de Sigebert un nouvel Achile... Brune était arienne comme son peuple et sera rebaptisée Brunehilde après son baptême Orthodoxe; en français, nous la connaissons sous le nom de Brunehaut.
Après être resté un an ou 2 à la court du roi Sigebert, il parcourt la Gaule française, se liant d'amitié avec divers grands de l'époque, composant de petites poésies sur tout ce qui l'inspirait (jusqu'à la broderie de la nappe d'une table!).
Suivant les us et coutumes de son époque, qu'on a tendance à juger d'un peu haut de nos jours alors que nous vivons dans la fange morale jusqu'au cou, il tressait facilement des couronnes et colliers de louanges pour les grands de son temps. Les érudits modernes lui reprochent aussi à mots à peine couverts d'avoir composé l'éloge de la plupart des évêques avec lesquels il s'est trouvé en rapport, certes, mais dans ce dernier cas, le calendrier des saints de l'Église nous montre que c'était mérité. Il a chanté les rois Francs, Chilpéric, Sigebert, Caribert. Ses textes prêtent bien des vertus aux rois mérovingiens, qui, bien qu'au moins nominalement Orthodoxes depuis Clovis 1er, étaient encore assez frustes et brutes selon nos normes du "bien-paraître;" et lui de néanmoins les comparer aux grands sages de la Rome antique et aux héros des mythologies d'antan.. On sait que par la douceur, saint Eloi parvenait à amener le roi Dagobert à une vie relativement pieuse... On discerne cependant dans ces poèmes un peu flatteurs toute la vie et les moeurs de l'époque. Son grand talent en fera quasiment l'hymnographe officiel pour toute la Gaule française, auquel on aura recours pour l'inauguration d'une belle église, pour un décès d'un évêque ou d'un grand du moment, etc.

Continuant son voyage, il arrivera à Poitiers, se rendant sur la tombe de saint Hilaire. Puis il rendit visite à sainte Radegonde, princesse thuringienne, qui, après avoir été la femme du roi Clotaire, s'était retirée à 25 ans dans cette ville, vivant au monastère qu'elle avait fondé, le futur "monastère de Sainte-Croix," y menant une vie d'ascète. Fondatrice ou pas, sainte Radegonde n'en sera pourtant pas l'abbesse, mais, par choix, y servira comme diaconesse. Elle l'invitera à s'installer dans cette ville. Ordonné prêtre, probablement en 576, et de toute manière du vivant de sainte Radegonde. De laquelle, après avoir été le disciple, il sera ensuite devenu le chapelain et père spirituel. Plus de 20 ans après la mort de cette dernière, il fut élu évêque de Poitiers, en 599.

"Méprisant le monde, tu a mérité de gagner le Christ; cachée dans la clôture, tu voyais d'autant mieux le Ciel. Maintenant, tu tiens la voie étroite, pour faire au Ciel une entrée plus triomphale. En versant des larmes, tu moissonneras les joies véritables. Tu crucifie le corps, ton âme se nourrit de jeûnes : son Seigneur la garde par Son amour."
Vêpres de sainte Radegonde, par saint Venance

Il deviendra l'ami de saint Grégoire de Tours et d'autres éminents évêques de son époque. C'est poussé par saint Grégoire, l'évêque de Tours et l'historien des Francs, que Venance a réuni et publié ses poèmes en un recueil comprenant 11 livres. Ces oeuvres offrent un tableau fort intéressant de la société de l'époque.
* onze livres de Poèmes (tome 1, 2 et 3 de l'édition des Belles Lettres traduit par Marc Reydellet) ;
* In laudem sanctae Mariae (dans le tome 3 de l'édition des Belles Lettres traduit par Marc Reydellet)
* un poème en quatre chants sur la Vie de saint Martin (dans le tome 4 de l'édition des Belles Lettres traduit par S. Quesnel) ;
* une élégie sur la destruction du royaume de Thuringe, mis dans la bouche de sainte Radegonde ;
* des hymnes d’église, dont le Vexilla regis ;
* les vies en prose de plusieurs saints (voir plus bas) et une exposition de la Foi de l'Église d’après le Symbole dit " de saint Athanase d'Alexandrie."

On voit briller des éclairs de sensibilité profonde et de véritable poésie dans ses oeuvres. Mais les érudits modernes n'apprécient guère son style, ses manières, pourtant bien de son temps. Personnellement, quand je le vois composant un petit poème parce que la broderie de la nappe le touche, avec ses oiseaux et ses grappes, je suis tout sauf fermé. Ca me fait penser à une anecdote du père Païssios l'Athonite, qui rapportait l'histoire d'un saint moine du montAthos à qui un pèlerin avait offert un petit poste de radio "pour être au courant de tout dans le monde" (alors que vivant en relation permanente avec Dieu, ils savent tout à l'avance..). Le moine avait réussi à trouver du positif dans l'objet, s'exclamant "oh, merveille, les ouvriers [chinois..] qui l'ont fabriqué sont sûrement Chrétiens, voyez, ils ont marqué la Croix ici" – ladite "croix" étant le signe "+" du bouton du volume... La marque distinctive d'un vrai saint, comme saint Venance Fortunat, c'est arriver à voir du beau et du bon en tout (bref tout mon contraire).

Saint Venance Fortunat mourut à Poitiers vers 609. Signe de son importance: sa postérité. Une épitaphe de Paul Diacre à son tombeau, aujourd'hui disparu, en la basilique Saint-Hilaire de Poitiers, l'appelle vers 785 "le plus grand des poètes", "sanctus, beatus", et demande son intercession.

L'hymne "Vexilla Regis" fut composée par saint Venance pour une occasion très particulière. Sainte Radegonde cherchait quelques reliques pour sa chapelle quand l’empereur Justin II "le jeune" et l’impératrice Sophie lui envoyèrent de Constantinople un morceau de la vraie Croix. Il est à noter que c'est une des rarissimes reliques de la vraie Croix à se trouver légitimement en Occident. Quasiment toutes les autres ont été volées par les vaticanistes durant leurs massacres, bains de sang, pillages, viols et autres innombrables exactions commis en Orient sous l'euphémisme "croisades;" un grand nombre de ces vols avec violences inouïes ont eu lieu lors de la prise de Constantinople en 1204...

Pour célébrer dignement l’arrivée de la sainte relique, l'ancienne reine demanda à saint Venance de composer une hymne pour la procession d’accompagnement jusqu’à la chapelle, hymne qui sera chantée pour la première fois le 19 novembre 569. C'est Venance, hymnographe mais probablement pas encore prêtre, qui fut choisi pour accueillir la relique à son arrivée à Poitiers. Lorsque les porteurs du saint fragment se trouvèrent à 3km de la ville, Venance, entouré d'une grande foule de fidèles, dont certains portaient bannières, croix et autres emblèmes sacrés, s'avança à sa rencontre. Tout en marchant, ils chantèrent cette hymne qu'il avait composée.

Les étendards du Roi s’avancent,

et resplendit le Mystère de la Croix,

à laquelle pend dans Sa chair

le Créateur de la chair.

La Victime est immolée

pour la grâce de notre Rédemption,

Ses entrailles accrochées au clou,

Sa dépouille tendant les mains.

Achevé par la funeste pointe d’une lance,

Il laisse couler

l’eau et la sang

afin de nous laver de notre crime.

Voici qu’est accompli ce que chantait

David dans les psaumes de sa foi, disant aux nations :

Dieu a régné par le bois.

Choisi comme potence,

Parée de la pourpre du Roi,

cet arbre porte les membres sacrés

comme une décoration resplendissante!

Bienheureux arbre dont les branches

supportent pendu le Salut des siècles!

En échange de ce corps

l’Hadès a été dépouillé.

Comme signe d’un noble triomphe

tu répands le parfum de ton bois,

tu y joins la saveur de ton nectar,

nous réjouissant du Fruit que tu portes.

Salut, autel, salut, Victime,

Pour la gloire de Ta Passion

Où la Vie a souffert la mort

Et par Sa mort nous a rendu la vie.

Salut ô Croix, notre unique espoir,

dans la gloire de ton triomphe!

Offre la grâce aux hommes pieux,

et détruis les crimes des coupables.

C’est Toi, Trinité, source de notre Salut,

que loue tout esprit :

par le mystère de la Croix

Tu nous sauves et nous guéris éternellement.

L’image contient peut-être : 1 personne


Source:http://stmaterne.blogspot.fr/…/saint-venance-fortunat-et-le…

 

L’image contient peut-être : 2 personnes

 

L’image contient peut-être : 4 personnes, intérieur

Holy Martyrs Philemon, Apollonius, Arian and those with them (3rd c.)

December 14

"During the reign of Diocletian (284-305), the Governor of Antinoe in the Thebaid of Upper Egypt was Arian, a fierce persecutor who had sent many Christians to a violent death, among them Saints Timothy and Maura (see May 3) and Saint Sabine (Mar. 16). When he had imprisoned thirty-seven Christians for their confession of faith, one of them, named Apollonius, a reader of the Church, lost his courage at the sight of the instruments of torture, and thought how he might escape torments without denying Christ. He gave money to Philemon, a flute-player and a pagan, that he might put on Apollonius' clothes and offer sacrifices before Arian, so that all would think Apollonius to have done the Governor's will, and he might be released.

 

 Philemon agreed to this, but when the time came to offer sacrifice, enlightened by divine grace, he declared himself a Christian instead. He and Apollonius, who also confessed Christ when the fraud was exposed, were both beheaded. Before beheading them, Arian had commanded that they be shot with arrows, but while they remained unharmed, Arian himself was wounded by one of the arrows; Saint Philemon foretold that after his martyrdom, Arian would be healed at his tomb.

 

 When this came to pass, Arian, the persecutor who had slain so many servants of Christ, himself believed in Christ and was baptized with four of his body-guards. Diocletian heard of this and had Arian and his body-guards brought to him. For their confession of Christ, they were cast into the sea, and received the crown of life everlasting."

 

 Saints Martyrs PHILÉMON, APOLLONIOS

et leurs compagnons: le gouverneur ARIEN et ses quatre gardes du corps

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et chapeau

Lorsque la persécution de Dioclétien (305) faisait rage dans tout l'empire, trente-sept Chrétiens de la ville de Thèbes, en Egypte, avaient été capturés et attendaient dans leur prison de comparaître devant le gouverneur Arien. L'un d'eux, le lecteur Apollonios, craignant la perspective des souffrances mais ne voulant pas toutefois renier ouvertement, proposa à l'un de ses geôliers, le joueur de cithare Philémon, de prendre ses vêtements et de sacrifier aux idoles à sa place, en échange de quatre pièces d'or. Philémon accepta, mais au moment où il revêtit les effets d'Apollonios, il fut également recouvert par la grâce et crut a u Christ de tout son coeur. Si bien que lorsqu'il s'avança pour sacrifier au nom d'Apollonios, il confessa avec fermeté la Sainte Foi.

Entre temps, le gouverneur avait fait quérir Philémon pour qu'il joue de la cithare aux prisonniers et que, sous l'effet du charme des mélodies, les disciples du Christ soient rappelés à l'attrait des biens de ce monde et cèdent. Philémon s'avance alors dans l'amphithéâtre et déclare que C'est bien lui le joueur de cithare qui, sous l'identité d'Apollonios, vient de renoncer au culte de l'empereur et de confesser le Christ Dieu. Malgré les instances des païens qui voulaient le persuader que rien n'était encore perdu pour lui et que, puisqu'il n'était pas baptisé, il ne pouvait être considéré comme Chrétien, Philémon resta inébranlable dans sa résolution et reçut miraculeusement le Saint Baptême, par une pluie qui, du ciel, tomba seulement sur lui. A sa prière, les quatre pièces d'or, qu'il avait reçues d'Apollonios, furent alors consumées dans sa main par un feu mystérieux, afin qu'il ne reste ainsi plus trace d'intérêt humain quelconque dans sa conversion.

Convoqué à son tour devant le juge, Apollonios, qui avait été la cause de cette conversion sensationnelle, confessa lui aussi avec audace le Nom du Christ et s'élança sans crainte vers les tourments. Les muscles des jambes tranchés, il fut traîné dans toute la ville, pendant que Philémon, pendu à un olivier, servait de cible aux archers. Aucune flèche ne l'atteignit, mais l'une d'elles en revanche vint crever l'oeil du gouverneur. Pris de pitié, Philémon lui prédit qu'il retrouvera la vue si, après la mort des Martyrs, il allait enduire sa plaie avec la terre de leur tombeau.

Les deux Saints trouvèrent une fin glorieuse en ayant la tête tranchée et, quelque temps après, selon la prédiction de Philémon, Arien retrouva la vue sur leur tombeau et adhéra à son tour à la foi des Chrétiens, en compagnie de ses quatre gardes du corps. Quand il apprit la nouvelle de leur Baptème, l'empereur Dioclétien les fit saisir et ordonna que l'on jette Arien pieds et poings liés, dans une fosse profonde, avec une lourde pierre attachée au cou. Il le fit ensuite recouvrir de terre et installa son trône au-dessus, en disant: «Nous verrons bien maintenant si son Dieu va venir le délivrer de là». Mais de retour dans son palais, il vit, en entrant dans sa chambre, la pierre et les entraves d'Arien suspendues au-dessus de son lit, et le Saint lui-même couché à sa place. Pris de terreur, le souverain resta d'abord comme paralysé, mais, quand il eut repris ses esprits, il pressa ses soldats de se débarrasser de ce mage et de ses quatre compagnons en les jetant à la mer, après les avoir cousus dans des sacs de sable.

Comme Dieu ne voulait pas laisser se perdre les précieuses Reliques des Saints Martyrs, Il envoya un grand dauphin qui recueillit les cinq sacs sur son dos et vint les déposer sur le rivage, près d'Alexandrie, où de pieux serviteurs d'Arien, avertis par leur maître avant sa mort, vinrent les récupérer et les transportèrent en grande pompe à Antinoé

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur scène et intérieur

  

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 
 Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout, barbe et intérieur

LES SACREMENTS CHEZ LES PERES:

Aucun texte alternatif disponible.

L'Eglise qui jaillit du côté du Christ mourant sur la croix

Adam dort pour qu'Eve soit formée ; le Christ meurt pour que l'Eglise soit formée. Pendant le sommeil d'Adam Eve est formée de son côté ; après la mort du Christ son côté est frappé par la lance afin que jaillissent les sacrements dont sera formée l'Eglise. Qui ne verrait que dans ces faits du passé l'avenir était figuré, puisque l'Apôtre déclare qu'Adam lui-même était le type de celui qui doit venir : Il est, dit-il, le type de celui qui doit venir. Tout était d'avance mystérieusement figuré. Il ne faut pas croire en effet que Dieu n'était pas réellement capable de tirer une côté d'Adam éveillé pour en former la femme. Ou bien pour que son côté ne souffrît pas quand la côte lui fut enlevée, était-il nécessaire qu'il dormît ? Mais qui pourrait dormir si profondément qu'on puisse lui arracher des os sans qu'il s'éveille ? Ou bien l'homme était-il insensible parce que c'était Dieu qui lui enlevait cette côte ? Il pouvait donc aussi la lui arracher sans douleur pendant qu'il était éveillé puisqu'il a pu le faire durant son sommeil.

(Saint Augustin, Sermons sur l'Evangile de Jean, Tract, IX, 10 (p. 531, T. I)
 

ou encore :

"Des soldats vinrent donc et rompirent les jambes de ceux qui avaient été crucifiés avec Jésus. S'approchant de Jésus, ils virent qu'il était déjà mort. Ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais l'un des soldats lui ouvrit le côté de sa lance, et aussitôt il en sortit du sang et de l'eau". L'Evangéliste a choisi à dessein cette dernière expression : il n'a pas dit : "un des soldats le frappa", ou "le blessa" ou une autre expression de ce type ; il dit "un des soldats lui ouvrit le côté", pour nous apprendre qu'il ouvrait d'une certaine manière la porte de la vie. De là coulèrent les sacrements de l'Eglise sans lesquels on n'accède pas à la vie qui est la vie véritable. Ce sang a été versé pour la rémission des péchés. Cette eau se mêle à la boisson salutaire. Elle est un bain qui purifie et une boisson rafraîchissante.
Nous trouvons une préfiguration de ce mystère dans l'ordre qui fut donné à Noé d'ouvrir sur un des côtés de l'arche une porte par laquelle puissent entrer les animaux qui ne devaient pas périr dans le Déluge et qui représentaient l'Eglise.
C'est en vue de ce même mystère que la première femme fut faite du côté d'Adam endormi et qu'elle fut appelée vie et mère des vivants. Elle était figure d'un grand bien avant d'être le signe du grand mal de la prévarication. Ici le second Adam ayant incliné la tête s'est endormi sur la croix afin que son épouse soit formée à partir de ce qui coulait de son côté. O mort, pour les morts principe de vie ! Quoi de plus pur que ce sang ? Quoi de plus salutaire que cette blessure ?(Sermons sur l'Evangile de Jean, Tract.  CXX )

L’image contient peut-être : 1 personne
Vois d'où [le sang du Christ] a commencé à couler et d'où il a pris sa source :
il descend de la croix, du côté du Seigneur. Comme Jésus déjà mort, dit l'Evangile, était encore sur la croix, le soldat s'approcha, lui ouvrit le côté d'un coup de sa lance et il en jaillit de l'eau et du sang. Cette eau était le symbole du baptême, et le sang celui des mystères. [...] C'est donc le soldat qui lui ouvrit le côté ; il a percé la muraille du temple saint ; et moi, j'ai trouvé ce trésor et j'en ai fait ma richesse. Ainsi en a-t-il été de l'Agneau : les Juifs égorgeaient la victime, et moi j'ai recueilli le salut, fruit de ce sacrifice.
Et il jaillit de son côté de l'eau et du sang. Ne passe pas avec indifférence, mon bien-aimé, auprès du mystère. Car j'ai encore une autre interprétation mystique à te donner. J'ai dit que cette eau et ce sang étaient le symbole du baptême et des mystères. Or, l'Eglise est née de ces deux sacrements : par ce bain de la renaissance et de la rénovation dans l'Esprit, par le baptême donc, et par les mystères. Or, les signes du baptême et des mystères sont issus du côté. Par conséquent le Christ a formé l'Eglise à partir de son côté, comme il a formé Eve à partir du côté d'Adam.
(St Jean Chrysostome : Catéchèse baptismale, 3, 13-19 in Sources Chrétiennes, vol. 50, pp. 174-177)
L’image contient peut-être : 2 personnes

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes debout, personnes sur scène et intérieur

La prière est le plus grand don de Dieu

par Gerondissa Makrina

 

 
 
 
 
«Quand quelqu’un a la prière, l’Esprit Saint est actif en son âme, c’est -à-dire qu’il héberge l’Esprit Saint. Remarquez comme on dit souvent à propos de ceux qui ont acquis la prière mentale : «Quel homme! Son visage resplendit!». La prière est une œuvre miraculeuse. Elle est le plus grand don de Dieu, et lorsque l’amour de Dieu vient à l’homme pendant sa prière, c’est comme s’il se baignait dans cet amour. Si nous acquérons la prière, la lumière apparaîtra dans notre âme, ainsi qu’une forme de protection, car Dieu ne nous abandonne pas ; Il nous couvrira de Sa protection. Quand on progresse dans la prière, on comprend certains états que l’on ne pouvait pas même imaginer auparavant. C’est comme si on avançait toujours plus profondément dans la lumière éternelle, tout en se voyant comme de l’intérieur de nous-même. Tout cela arrive suite à une obéissance parfaite et à l’humilité, à une grande précision, évitant de se dire «Ce n’est pas grave, ne nous inquiétons pas. Ne nous soucions pas des choses petites et insignifiantes»
L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes sur scène, personnes debout et intérieur

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

 

L’image contient peut-être : 1 personne, debout, bougies, barbe et intérieur

 

 

 

 

 

 

http://actu-droitsenfant.over-blog.com/2016/12/france-retour-de-l-autorisation-de-sortie-du-territoire-pour-les-mineurs.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

 

 

 

L’image contient peut-être : 1 personne, intérieur

LA PAROLE DE DIEU SUR LE FRONT EN SYRIE

En Syrie, la guerre continue de faire rage opposant différentes forces armées, parmi lesquelles les forces kurdes qui luttent contre Daesh, le long du fleuve Euphrate et dans des villes clés comme Alep. Dans la nuit, les combattants utilisent de petites lampes de poche pour subvenir à leur besoin en toute discrétion.

C’est après avoir fait ce constat lors d’un voyage en Syrie, qu’un chrétien a récemment contacté JP Sundararajan du ministère Audio Scripture Ministries, pour lui faire part d’une opportunité de répandre l’Evangile aux forces kurdes au travers de lampes de poche. Grâce à une série de rencontres providentielles, le ministère a pu envoyer une cinquantaine de bibles audio en langues arabe et kurde, intégrée à des lampes de poche.

“L’une des choses les plus cool que nous ayons entendues est que les bibles ont immédiatement disparu. Evidemment, 50 bibles, c’est une goutte d’eau. Mais les témoignages et les histoires qui nous reviennent sont merveilleuses.”

Certaines bibles audio ont également été distribuées aux enfants d’un orphelinat à Menbij, une ville récemment libérée de Daesh.

Avec ces bibles audio, accessibles au non-lecteurs, la Parole de Dieu est disponible au coeur même des lignes de front.

“Je ne peux qu’imaginer ce que les combattants ressentent au coeur des combats, mais avoir le réconfort de la Parole de Dieu dans leur langue est beau.”

La rédaction

Source : Mission Network News

L’image contient peut-être : une personne ou plus et barbe

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus, barbe et gros plan

Israël coordonne ses actions avec la Russie sur la situation militaire en Syrie

afin d'éviter d'éventuels conflits, selon le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision américaine CBS, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a révélé l'existence d'accords entre la Russie et Israël concernant la situation en Syrie.

Selon Benjamin Netanyahu, il a promis personnellement à Vladimir Poutine de ne pas interférer dans le conflit syrien, tout en prévenant par ailleurs qu'il ne permettrait pas à l'Iran d'attaquer son pays au moyen de la Syrie.
« Si la Syrie nous attaque elle-même, si l'Iran tente d'utiliser le conflit en Syrie pour attaquer Israël, nous nous les arrêterons », a déclaré le premier ministre israélien, assurant ne pas souhaiter un tel dénouement, ce à quoi, selon lui, le président russe a acquiescé.
Et d'ajouter : « Nous avons coordonné nos forces armées, car personne ne veut d'affrontements imprévus entre Israël et la Russie ».

Parlant de ses relations avec la Russie, Netanyahu les a qualifiées d'amicales. Ainsi, Moscou a immédiatement réagi à la demande de Tel-Aviv de l'aider à éteindre les incendies de forêt de grande ampleur qui se sont déclarés fin novembre dans le pays. Les avions bombardiers d'eau Be-200 ont été envoyés en Israël par le président russe Vladimir Poutine.

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201612121029125886-russie-israel-accord-syrie/

L’image contient peut-être : 2 personnes

L’image contient peut-être : une personne ou plus, barbe et gros plan

Alors que les médias découvrent que la guerre tue – et oui ! -, Alep sera presque devenu un nouveau camp d’extermination : 80 morts aujourd’hui, nous disent avec des cris d’orfraie les médias mainstream !

Et oui, la guerre fait des morts, et notamment cette sale guerre déclenchées par les milices terroristes islamistes qui sont financés par les états occidentaux (et leurs alliés islamistes saoudiens et qataris) et promus par les médias du système.

Petite démonstration de la corruption et de la malhonnêteté de ces médias. Se basent-ils toujours sur des sources crédibles dans leur reportages sur la Syrie ? La réponse de cette journaliste canadienne a laissé sans voix son interlocuteur.(Source:MPI)

L’image contient peut-être : 1 personne, barbe

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

 

L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes debout, arbre et plein air

Bien que la coalition internationale «ait demandé avec insistance ces derniers temps d’admettre ses convois humanitaires dans les zones d’Alep-Est contrôlées par des terroristes», personne n’a levé le petit doigt pour le faire après la libération du quartier, a fait remarquer le porte-parole du ministère russe de la Défense.

Les employés du Centre russe pour la réconciliation en Syrie ont aidé plus de 5.600 civils, dont 2.800 enfants, à quitter en un jour les zones d’Alep contrôlées par les terroristes, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

Selon le porte-parole du ministère de la Défense, tous les civils sont logés dans des centres humanitaires préparés à l'avance par les autorités syriennes. La partie russe, en collaboration avec l'administration d'Alep, a assuré la livraison des aliments, des produits de première nécessité et des médicaments.

Des centres de soins supplémentaires fonctionnent dans la ville ainsi que 150 cuisines de campagne russes qui fournissent 24h sur 24 de la nourriture chaude à tous ceux qui en ont besoin.

En outre, M. Konachenkov a reproché à la coalition internationale, notamment les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, de n'avoir pas envoyé aux autorités d'Alep une requête d'assistance à l'évacuation des civils.

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201611301028939025-alep-evacuation-civils-igor-konachenkov-denonce-coalition/

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, mariage, arbre, ciel, foule, plein air et nature

Les terroristes qui contrôlaient l'est d'Alep avaient transformé les écoles et les hôpitaux en dépôts d’armes,

aucun de ces établissements ne remplissait ses fonctions, a annoncé le ministère russe de la Défense.

Alors qu'Alep est complètement libérée, les spécialistes du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit livrent de nouveaux détails concernant la situation qui régnait dans les quartiers orientaux de la ville tenus par les terroristes.

« Après avoir examiné les quartiers libérés d'Alep-Est, les démineurs du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit n'ont jusqu'à présent découvert aucune école ni hôpital qui remplisse ses fonctions directes.

Tous ces établissements ont été utilisés comme quartiers généraux, tribunaux islamiques, dépôts d'armes ou ateliers pour la fabrication de roquettes artisanales », a indiqué le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.
 

Comme l'affirme en outre le ministère, les terroristes utilisaient plus de 100 000 civils comme bouclier humains. Toutes ces personnes se sont rendues dans les quartiers contrôlés par le gouvernement « pour se sentir en sécurité, profiter d'une aide réelle et d'un repas ».


Selon M. Konachenkov, « on n'a découvert à Alep-Est ni opposition, ni défenseurs des droits de l'homme, ni représentants d'organisations humanitaires non gouvernementales telles que les Casques blancs».

« D'après les habitants, il n'y avait ici que la famine et la terreur totale par laquelle les combattants répondaient à chaque tentative de manifester leur mécontentement ou de quitter l'enclave », a-t-il indiqué.

Selon une source militaire de Sputnik, la ville syrienne d'Alep a été libérée des terroristes le 12 décembre au soir à l'issue de quatre ans de combats. Après l'annonce, les habitants d'Alep sont descendus dans les rues pour célébrer la victoire de l'armée syrienne.

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201612131029153037-alep-hopitaux-comattants-terroristes/

L’image contient peut-être : 1 personne, barbe et plein air

Le pape François a adressé une lettre à Bachar el-Assad, le président syrien, par l’intermédiaire du cardinal Mario Zenari, nonce apostolique à Damas. Ce n’est que tout récemment que Mgr Zenari a reçu le chapeau rouge du cardinalat, le 19 novembre dernier. Promotion destinée à honorer le martyr de la Syrie. A l’occasion de cette nomination, le gouvernement syrien avait envoyé une délégation à Rome en signe de courtoisie.

Mgr Zenari est reparti pour Alep et a remis, lundi dernier, en mains propres, la missive romaine à Bachar el-Assad qui l’a reçue « avec beaucoup de respect et de considération » a affirmé l’ecclésiastique aux micros de Radio Vatican.

L’agence de presse syrienne Sana en fait le compte-rendu suivant  :

« Dans son message, le Pape François a exprimé sa sympathie sincère avec la Syrie et son peuple à l’ombre des circonstances difficiles que le pays traverse.  Il a également exprimé la condamnation du Vatican de toute sorte d’extrémisme et de terrorisme.

Le Pape du Vatican a appelé à la conjugaison des efforts de tout le monde pour la mise d’un terme à la guerre et le retour de la paix en Syrie pour qu’elle demeure l’exemple de la cohabitation entre les différentes cultures et religions.

Le président al-Assad a affirmé que la Syrie est déterminée à réinstaurer la sécurité et la stabilité et qu’elle va loin dans la réalisation des réconciliations qui constituent le chemin idéal pour la réalisation de cet objectif.

Il a félicité l’ambassadeur Zenari pour sa nomination comme Cardinal par le Pape François.

Pour sa part, le cardinal Zenari s’est déclaré heureux de rester le nonce apostolique en Syrie après être nommé comme cardinal, “ce qui confirme le grand intérêt accordé par le Pape François à la Syrie et à son peuple”, a-t-il fait savoir. »

Sur Press-Tv on peut lire également ce commentaire du président syrien en vue d’un compromis pour instaurer la paix ainsi qu’en appelle le pape François :

« Le gouvernement et le peuple syriens sont résolus à rétablir la sécurité et la stabilité dans leur pays. Nous travaillons encore sur un compromis qui est le meilleur moyen d’accéder à cet objectif », a précisé Bachar al-Assad.

Cet lettre du pape qui s’adresse au président légitime de la Syrie tant décrié par la presse occidentale, les politiciens du système et l’intelligentzia mondialiste qui ne rêvent et ne travaillent qu’à son éviction, est à mettre au crédit de François. Pour une fois la notoriété médiatique de l’actuel pontife argentin sert la bonne cause et la préservation du gouvernement en place. Pour le plus grand bien de la Syrie et des communautés chrétiennes.  

Cela est trop rare pour ne pas s’en réjouir, bien simplement !

(Source: Mme Francesca de Villasmundo dans PMI)

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

 

L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes debout et plein air

Massacre des Coptes à Alexandrie

- message épiscopal :

prière et jeûne!

 


Un message de mgr l'évêque Youssef du diocèse Orthodoxe Copte du sud des États-Unis d'Amérique
"Nous ne prions pas pour nos martyrs, car ils ont gagné le Royaume de Dieu.

Nous prions et jeûnons pour ceux qui commettent ces actes lâches et se cachent derrière le voile de la religion pour détruire une nation essayant de se relever après des années soumise au poison de l'extrémisme.

Nous prions et jeûnons, non pas pour nos martyrs, car ils ont obtenu le pardon par le Corps et le Sang du Christ, mais pour ceux qui ne connaissent pas le sens de l'amour et ne seront pas pardonnés jusqu'à ce qu'ils apprennent le pouvoir d'amour.

Nous prions et jeûnons, non pas pour nos martyrs, car ils ont tenu leurs enfants dans leurs bras afin qu'ils grandissent dans leurs pas et suivent les règles d'amour et du pardon, mais pour ceux qui sont dirigés par la haine et apprennent à leurs enfants à tuer.

Nous prions et jeûnons pour la guérison de tous les Égyptiens, Chrétiens et musulmans, afin de pouvoir vivre ensemble dans la paix, la sécurité et la bienveillance, pour le bien de tous les citoyens."

 

A message from Bishop Youssef of the Coptic Orthodox Diocese of the Southern United States

"We are not praying for our martyrs, for they have won the kingdom of God. We are praying and fasting for those who commit these cowardly acts and hide behind the cloak of religion to destroy a nation trying to recover from years of the poison of extremism. We are praying and fasting, not for our martyrs, for they have obtained forgiveness through the body and blood of Christ, but for those who do not know the meaning of love and will not be forgiven until they learn the power of love. We are praying and fasting, not for our martyrs, for they held their children in their arms so that they would grow in their footsteps and follow the rules of love and forgiveness, but for those who are steered by hate and teach their children to kill. We are praying and fasting for the healing of all Egyptians, Christians and Muslims, that we may live together in peace, safety, and civility for the good of all citizens."

 

 

L'UNION DE L'EGLISE SYRO-ORTHODOXE FRANCOPHONE A SES FRERES COPTES ORTHODOXES:
 
Chers amis.Aloho m'barekh.
Afficher l'image d'origine
 
Une fois de plus la communauté Copte Orthodoxe est visée par le terrorisme ! Je me rappelle avec émotion de l’impressionnante ferveur de nos frères Coptes Orthodoxes lorsque, un an après l'attentat en l'Eglise des Saints Martyrs et la cérémonie parisienne en leur faveur, je représentais notre Eglise Syro-Orthodoxe Francophone uniment avec d'autres Chrétiens Français, Orthodoxes et Catholiques autour de nos chers amis le Pr Ashraf SADECK et Marie-Gabrielle LEBLANC .
 
J'invite nos fidèles et amis à s'unir à nos prières et prier eux aussi pour ces frères et sœurs éprouvé une fois de plus.
 
Nous présentons nos condoléances à l'Eglise Orthodoxe Egyptienne. Nous prions ces nouveaux Martyrs d'intercéder pour leur pays et la paix du monde.
 
+Mor Philipose-Mariam, Métropolite.
 
 
Afficher l'image d'origine
Dear friends.
 
Once again the Coptic Orthodox community is targeted by terrorism! I remember with emotion the impressive fervor of our Coptic Orthodox brothers when, one year after the attack in the Church of the Holy Martyrs and the Parisian ceremony in their favor, I represented our French Orthodox Syrian Orthodox Church, Other French, Orthodox and Catholic Christians around our dear friends Prof. Ashraf SADECK and Marie-Gabrielle LEBLANC.
 
I invite our faithful and friends to unite with our prayers and also pray for those brothers and sisters experienced once again.
 
We offer our condolences to the Egytian Orthodox Church. We pray these new Martyrs to intercede for their country and the peace of the world.
 
+ Mor Philipose-Mariam, Metropolitan.
 
 
മലങ്കര ഓർത്തഡോൿസ് സുറിയാനി സഭയോട് വളരെ അടുത്ത ബന്ധം പുലർത്തുന്ന സഹോദരി സഭയായ കോപ്റ്റിക് ഓർത്തോഡോക്സ് സഭയുടെ ആസ്ഥാന ദേവാലയമായ സെന്റ് മാർക്ക് കത്തീഡ്രലിൽ നടന്ന ബോബ് ആക്രമണത്തിൽ പൗരസ്ത്യ 
കാതോലിക്കയും മലങ്കര മെത്രപോലീത്തായുമായ പരി.ബസേലിയോസ് മാർത്തോമ പൗലോസ് രണ്ടാമൻ ബാവ ഉത്കണ്ഠയും അനുശോചനവും രേഖപെടുത്തി ...ഈജിപ്തിൽ നടന്നത് ഒരു ഒറ്റപ്പെട്ട സംഭവം അല്ല എന്നും ,ക്രൈസ്തവ സമൂഹത്തിനു നേരെ നടക്കുന്ന ഇത്തരം സംഭവങ്ങളിൽ വേൾഡ് ക്രിസ്ത്യൻ കൗൺസിൽ ഉൾപ്പടെ ഉള്ള ആഗോള സമൂഹത്തിന്റെ ഇടപെടൽ അടിയന്തിരമായി ഉണ്ടാവണം എന്നും പരി.പിതാവ് അനുശോചന സന്ദേശത്തിൽ പറഞ്ഞു...അടുത്ത ഞായറാഴ്ച്ച വി.സഭയുടെ എല്ലാ ദേവാലയങ്ങളിലും മരണമടഞ്ഞവർക്കു വേണ്ടിയും കോപ്ടിക് സഭക്കു വേണ്ടിയും പ്രേത്യക പ്രാർത്ഥന നടത്തണമെന്നും പരി.ബാവ കല്പിച്ചു.
L’image contient peut-être : 1 personne, assis
L’image contient peut-être : 1 personne, debout

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes debout et plein air

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

 

L’image contient peut-être : 5 personnes, personnes debout et plein air

La prime de Noël, officiellement appelée « aide exceptionnelle de fin d’année »,

est distribuée depuis 17 ans aux familles modestes. Son montant est d’au moins 150 euros, mais le gouvernement ne l’a pas (encore) confirmée. Quel sort cette année ?

[...] Ce coup de pouce financier est attendu par environ deux millions de familles qui ont du mal à joindre les deux bouts à l’approche des fêtes. Même si l’État l’a donné chaque année depuis dix-sept ans, la prime de Noël n’est pas censée être automatiquement reconduite. [...]

Cette prime est versé par les Caisses d’allocation familiales aux personnes touchant le Revenu de solidarité active (RSA) et par Pôle emploi à ceux qui touchent l’Allocation spécifique de solidarité (ASS), l’Allocation équivalent retraite (AER) ou l’Allocation transitoire de solidarité (ATS).

Le montant dépend de la composition de la famille. Il n’est pas systématiquement revalorisé d’une année sur l’autre. L’an dernier Pôle emploi avait versé un montant fixe de 152,45 euros aux bénéficiaires de cette aide. Tandis que les caisses d’allocations familiales avaient ajusté le montant à la composition du foyer. Voici quelques exemples des sommes versées par les Caf l’année dernière :

- 152,45 euros : pour une personne seule ;
- 228,67 euros : pour deux, qu’il s’agisse d’un couple sans enfant ou célibataire avec un enfant ;
- 274,41 euros : pour trois, couple avec un enfant ou célibataire avec deux enfants
- 320,14 euros : pour quatre, s’il s’agit d’un couple avec deux enfants
- 335,39 euros : pour quatre, s’il s’agit d’un célibataire avec trois enfants
- 381,12 euros : pour cinq, s’il s’agit d’un couple avec trois enfants

[...] Le versement a traditionnellement lieu une bonne semaine avant le jour de Noël (le 16 décembre l’an dernier), afin d’aider les foyers modestes pendant cette période festive. Il est automatique : les bénéficiaires n’ont aucune démarche à effectuer.

LCI

Aucun texte alternatif disponible.

Afficher l'image d'origine

D'OU VIENT LA CRÊCHE?

 

C’est grâce à saint François d’Assise que la représentation de la crèche, du latin « cripia » désignant la « mangeoire » d’un animal, s’est répandue dans les églises puis dans les maisons.

 De la première crèche vivante de saint François d’Assise au XIIIe siècle, à celle que nous connaissons aujourd’hui, les représentations de la Nativité ont évolué, mêlant au fil des siècles le profane au religieux. Au Vatican, c’est Jean Paul II qui a décidé de l’installation d’une crèche grandeur nature et d’un grand sapin illuminé sur la place Saint-Pierre en 1982. Depuis, chaque année, la foule des pèlerins attend dans le froid le moment magique où, peu avant la messe de minuit, la crèche est enfin dévoilée. Devant les santons à taille humaine, on entrevoit alors cette scène de la Nativité, un peu comme les bergers de Bethléem, lorsqu’ils se prosternèrent, il y a plus de 2000 ans, devant cet Enfant-Dieu.

Dans son Évangile, saint Luc décrit la Nativité que saint François d’Assise sera le premier à représenter en une crèche vivante. L’épisode raconte que Marie enfanta au cœur de la nuit : « Elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. Très vite, l’Ange du Seigneur répand la nouvelle dans les environs, auprès des bergers qui passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux ». « Ne craignez pas, car voici que je viens vous annoncer une bonne nouvelle, une grande joie pour tout le peuple », leur dit l’ange. « Aujourd’hui vous est né un Sauveur, dans la ville de David. Il est le Messie, le Seigneur. Et voilà le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire ».

L’apparition des crèches vivantes

Chaque année, pendant l’Avent, on se plaît, dans les familles et dans les églises, à reconstituer ce moment de la Nativité. La crèche, qui signifie littéralement la « mangeoire » d’un animal, prend au long des siècles des formes variées. En 1223, au cœur de la nuit du 25 décembre, saint François d’Assise aurait, en effet, donné le rôle des personnages de la crèche à des habitants du village de Greccio en Italie. Peu à peu, la coutume s’est répandue et les personnages vivants ont été remplacés par des figurines de cire, de terre cuite, de plâtre et parfois même de mie de pain.

Avant la crèche vivante de saint François, on trouve peu de traces de représentation de la Nativité dans les églises, si ce n’est la mention dans des écrits anciens, dès le VIe siècle, d’une célébration de Noël « ad praesepe » (auprès de la Crèche), autour de reliques de la crèche rapportées de Bethléem dans l’église de Sainte-Marie, future basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome. Aujourd’hui, des fragments de bois du berceau de l’Enfant-Jésus sont conservés dans le reliquaire doré de la Confession.

La crèche, inspirée des Écritures

C’est sur la base des Écritures que l’on représente traditionnellement la Nativité : Marie et Joseph encadrent l’Enfant-Jésus. La Vierge, qui vient d’accoucher, est généralement représentée à genoux devant le nouveau-né, dans une attitude d’adoration. Dans les représentations du Moyen-Orient, qui insistent sur l’humanité de Marie, celle-ci est souvent représentée allongée, se remettant des douleurs de l’enfantement

La tradition veut aussi que l’on place dans la crèche l’âne qui aurait transporté Marie enceinte et le bœuf qui, de son souffle, aurait réchauffé le nouveau-né. Certains y voient une interprétation de ce passage de l’Ancien Testament : « Le bœuf connaît son possesseur et l’âne la crèche de son maître, Israël ne connaît pas, mon peuple ne comprend pas » (Is. 1, 3). Le bœuf représenterait le peuple juif et l’âne, celui des païens, tous réunis en adoration devant l’Enfant-Jésus.

On place aussi dans la crèche les anges et les bergers qui, au moment de la naissance du Sauveur, gardaient leurs troupeaux dans la région. « Ils vinrent donc en hâte et trouvèrent Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la crèche », raconte encore saint Luc.

Vers des interprétations plus libres

Avec les siècles, les artisans prennent de plus en plus de liberté avec la représentation de la crèche. On considère qu’une des premières crèches comportant des personnages remonte à la fin du XIIIesiècle et qu’elle fut commandée par le pape Honorius IV (1285-1287). Il n’en reste que 5 statues. C’est à Naples, notamment, que les représentations de la Nativité commencent à se diffuser. La première mention d’une crèche dans la capitale du Royaume de Naples remonte à 1205 dans l’église Santa Maria del Presepe (Sainte-Marie de la Crèche).
 À la suite de leur fondateur, les Franciscains diffusent les crèches dans les couvents qu’ils créent sous la protection de la dynastie d’Anjou. Les personnages sont alors en bois peint, parfois à taille humaine.

Les couvents, au XVIe siècle, et la haute aristocratie, au XVIIIesiècle, rivalisent d’inventivité : la crèche prend ses quartiers au cœur de vie quotidienne napolitaine.

 Au cours du XVIe siècle, la coutume des crèches s’installe dans les églises, notamment par l’intermédiaire des franciscains, des jésuites ou des frères des écoles chrétiennes qui y voyaient un fabuleux moyen d’évangélisation. Les statues restent en bois, les yeux en verre apparaissent. On entre dans la période de la crèche baroque, avec le sens du spectaculaire et du mouvement. Les personnages portent des perruques et sont habillés en fonction de leur condition. On joue sur les perspectives, sur l’éclairage grâce à des lampes et des miroirs, on donne un effet théâtral à une scène en y ajoutant des drapés de tissus.

L’âge d’or des crèches napolitaines

Le XVIIIe siècle (et le début du XIXe siècle) est l’âge d’or des crèches napolitaines. Celles-ci se développent dans la haute aristocratie de Naples qui rivalise d’originalité pour proposer des scènes majestueuses. Les plus grands artistes et artisans, architectes, sculpteurs, peintres, tailleurs, orfèvres, utilisent alors leur savoir-faire pour représenter la Nativité au cœur de la vie quotidienne à Naples.

Les figurines des crèches napolitaines de cette époque abandonnent le bois : elles ont un visage en terre cuite avec des yeux en verre. Le corps est réalisé en fil de fer et en étoupe, permettant de l’articuler pour lui donner la posture voulue. Elles sont habillées d’étoffes précieuses. Ici, la Nativité se mêle aux scènes de la vie quotidienne, dans un décor varié de grottes, de places animées, de tavernes, d’églises… Les animaux sont aussi représentés, au milieu des vendeurs ambulants, dans une ambiance de marché où se croisent le noble et le boiteux, le tavernier et le mendiant, le cortège royal et une marmaille bruyante.

Ces crèches napolitaines ont la particularité d’avoir été exposées dans les demeures aristocratiques où elles pouvaient occuper des pièces entières. C’est à qui présenterait la plus belle et riche composition que chacun pouvait venir visiter et admirer jusqu’au 2 février, jour de la présentation de Jésus au Temple, date à laquelle la crèche est traditionnellement retirée des maisons et des églises.

La Révolution française

En France, la Révolution française réprime toute représentation religieuse dans un lieu public. Les crèches sont retirées des églises et font alors leur apparition dans les foyers. Quelques années après la Révolution,  les santons des crèches provençales s’invitent dans les maisons françaises et rappellent que nous sommes tous appelés à la sainteté.

La crèche provençale

Mêlant le profane au religieux, la crèche provençale prend un certain nombre de liberté avec la lettre de l’Évangile. Dans un décor rappelant les villages du Midi, les villageois, en costume traditionnel, se mêlent désormais à la Sainte Famille. Le garde-champêtre, la fileuse, le brigand, le vagabond, la bohémienne et le ravi deviennent des sujets récurrents. À travers ces santons, petits personnages d’argile peint, on découvre aussi les métiers de l’époque : le bûcheron, la maîtresse d’école, la marchande de savon de Marseille. Avec les années, on repère parfois aussi le père Noël, le bonhomme de neige ou des scènes de la vie quotidienne, tel le Marseillais attablé autour d’un pastis, une partie de cartes en cours.

Si les personnages se sont élargis au fil des siècles, c’est pour montrer qu’aujourd’hui encore, les hommes son appelés à se tourner vers le Christ naissant. Le « santon », du mot provençal « santoun » (« petit saint ») rappelle que chacun de nous, dans son quotidien, est appelé à devenir saint.

Faire une place à la crèche dans nos maisons

En 2008, Benoît XVI rappelait l’importance de faire une place à la crèche dans nos maisons : « Je souhaite, avait-il demandé, qu’un élément aussi important, non seulement de notre foi, mais aussi de la culture et de l’art chrétien, continue à faire partie de cette grande solennité. Au fond, c’est une façon simple et éloquente de se souvenir de Jésus qui, en se faisant homme, est venu habiter parmi nous, et, avec la crèche, habite réellement avec nous ».

(Source: ALETEIA)

L’image contient peut-être : intérieur

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

 

L’image contient peut-être : ciel, nuage, plein air et nature

LE COIN DU CATECHISME ET DE ...LA TRANSMISSION FAMILIALE...

_________

 

Théobule
  
 L'annonce à Zacharie 
  
Théobule
Chers amis, 

À l'époque de Jésus, ne pas avoir d'enfant est une honte. Or c'est précisément un vieux couple sans enfant, Zacharie et Élisabeth, que Dieu choisit comme famille pour Jean-Baptiste, le cousin de Jésus. 

C'est tellement surprenant que Zacharie a peine à le croire quand l'ange Gabriel vient lui annoncer la future naissance.

Frère Benoît 
 
 
ThéobuleÀ toi la parole
Astrid et l'apparition de l'ange 

ThéobuleLa question de Théobule
C'est quoi la vocation ?
 
Théobule L'équipe de Théobule et les frères Dominicains de la province de France. 

Théobule, Couvent des Dominicains, 7 avenue Salomon 59000 Lille
theobule@retraitedanslaville.org
Théobule
ThéobuleThéobule

Cette histoire proposée par les Pères Catholiques-romains Dominicains, vous rappellera, chers enfants, l'Evangile que vous avez entendue le Dimanche de l'Annonciation à Zacharie dans notre Liturgie Syro-Orthodoxe.

 

___________

Chaque mercredi de l’Avent, Aleteia fait découvrir à vos enfants un santon de la crèche,

leur donne des pistes pour préparer leur cœur à la venue de Jésus, et leur propose une prière du soir en lien avec « le santon de la semaine ».


Les bergers

 

Qui sont les bergers ? Pourquoi ont-ils le privilège d’être informés en premier de la naissance de Jésus ?

Les bergers de la crèche apparaissent dans la Bible uniquement dans l’Évangile de Luc : « Dans la même région, il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur se présenta devant eux, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. » (Luc 2, 8-9).

Ils sont bergers, pauvres, sans abri pour la nuit, et pourtant, ce sont eux que le Seigneur choisit d’informer en premier de la naissance de Jésus ! Pourquoi ?

Parce qu’ils ne se posent pas 36 000 questions ! Dieu leur envoie un signe et ils l’entendent ! Immédiatement après le départ des anges, tous les bergers, d’un commun accord, se mettent en route, en pleine nuit, vers Bethléem, pour aller adorer Jésus qui vient de naître. Ils n’hésitent pas une seconde. Ils ne discutent pas, de savoir si cela fait un détour ou pas, de savoir si les bêtes se sont suffisamment reposées, de savoir s’ils auront assez de provisions… Ils savent reconnaître l’évidence, la priorité.

Parce qu’ils sont attentifs aux signes que le Seigneur leur envoie : ils dormaient dans les champs près de leurs troupeaux, mais ils étaient « en veille », et c’est pour cette raison qu’ils remarquèrent la présence de l’ange du Seigneur.

Parce que Jésus est un des leurs : Lui aussi est pauvre, Lui aussi est humble, Lui aussi est le Bon Pasteur qui guidera ses brebis vers Dieu.

Parce qu’ils connaissent le chemin, même de nuit ! Les bergers ont l’habitude de parcourir les routes lors des transhumances, pour emmener leurs bêtes dans des endroits plus propices, et ils ont une grande connaissance de la nature : ils connaissent les plantes, les animaux, se repèrent par rapport au soleil ou aux étoiles, prévoient le temps qu’il va faire. Ils seront donc capables de trouver, au beau milieu de la nuit, le chemin jusqu’à l’étable dans laquelle est né Jésus.

Parce que bien qu’ils ne savent pas écrire, les bergers parlent, et traversent le pays en témoignant de ce qu’ils ont vu. Ils vont annoncer la Bonne Nouvelle partout où ils passent. Ce sont des parfaits messagers de la naissance du Christ.

« Les bergers repartirent ; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, selon ce qui leur avait été annoncé. » (Luc 2, 20).

Proposition de la semaine : se comporter comme les bergers de la crèche

1. Essaie d’être attentif aux autres : en aidant, par exemple, quelqu’un de ta classe, ta petite sœur/ ton petit frère, tes parents, lorsqu’ils ont besoin de toi. N’attends pas qu’ils te demandent de l’aide, mais propose ton aide !

2. Essaie d’être attentif à la présence de Dieu dans ta vie. Ce n’est peut-être pas un ange qui va descendre sur Terre t’annoncer une grande nouvelle, mais tu peux quand même tous les jours observer des signes de la présence de Dieu : un arbre, une fleur, les oiseaux, une parole gentille, un geste généreux… C’est Dieu qui permet tout cela. Pense à Lui !

3. Sois un témoin joyeux de la naissance de Jésus. Réjouis-toi car Noël approche, mais réjouis-toi, non pas à l’idée des cadeaux que tu vas peut-être recevoir, mais parce que c’est la fête de la naissance de Jésus ! Jésus qui aime tous les hommes, au point de mourir sur la Croix pour eux !

Prière du soir

Seigneur Jésus,

En union de prière avec tous les enfants qui veulent ressembler aux bergers de la crèche, je Te remercie pour cette journée qui s’achève. Merci d’être tous les jours à mes côtés au travers de chaque chose que Tu as créée, comme le soleil, la lune et les étoiles, la Terre, les fleurs et les herbes, le vent, l’air et les nuages, l’eau, le feu, et les animaux. Donne-moi la grâce de me sentir uni à tout ce qui existe.

À l’image des bergers qui n’ont pas hésité une seule seconde à venir T’adorer, aide-moi à voir l’essentiel dans ma vie et donne-moi la force de tout quitter pour l’atteindre.

Aide-moi à être attentif à tous ceux qui m’entourent et à témoigner de la Bonne Nouvelle.

Je Te confie ma nuit.

Protège papa, maman, …. Et tous les enfants qui récitent cette prière ce soir.

Amen.

La lavandière


Que fait la lavandière ?

Qu’elle soit laveuse, lavandière, bugadière ou blanchisseuse, ce santon représente une femme agenouillée qui lave le linge dans un ruisseau ou au lavoir.

La laveuse est une simple ouvrière, chargée de laver le linge grossier (torchons, draps, vêtements communs), tandis que la blanchisseuse, ouvrière également, est chargée du linge fin (habits du dimanche, beaux costumes, robes à dentelles). La lavandière désigne l’entrepreneuse à son compte, l’employée de maison bourgeoise préposée au nettoyage du linge ou la maîtresse de maison elle-même lorsque c’est elle qui lave le linge. La bugadière est le terme provençal désignant de manière générale la femme qui fait la « bugade », la lessive.

Agenouillée ou accroupie dans une caisse garnie de paille appelée « garde-genoux » (ou char, ou carrosse, ou cabasson, selon les régions), elle est munie d’une brosse et d’un battoir. La brosse sert à frotter le linge, lavé préalablement dans un cuvier (ou bugadier) à l’aide d’eau bouillante versée sur des cendres froides qui libèrent ainsi leurs alcalis, soudes et potasses, autant de composés chimiques ayant des vertus nettoyantes. Le battoir est utilisé pour frapper le linge sur une planche à laver rainurée, afin de « fabriquer » un maximum de savon.

C’est un métier très dur, dont le but est de laver et purifier le linge. Il peut même sembler ingrat puisqu’il s’agit bien souvent de laver le linge des autres.

Et nous ? Notre « linge » est-il propre ? À l’approche de Noël, ne serait-ce pas une bonne idée, de nous aussi nous laver et nous purifier ? D’être tous blancs, tous propres, pour la venue de Jésus ? De redevenir purs comme au jour de notre baptême, lorsque Dieu nous a lavés de tous les péchés inhérents à notre nature d’homme ?


Proposition de la semaine : frotter aussi fort que la lavandière pour être purifié afin accueillir Jésus !


Comment ?

1/ Le moyen le plus efficace, à condition d’être sincère, réside dans le sacrement de réconciliation. Confesser ses péchés devant un prêtre et recevoir l’absolution permettent d’obtenir le pardon de Dieu, et d’être lavés de toutes les traces de nos péchés commis envers Dieu, envers notre prochain et envers nous-mêmes. Le pape François « tweete » le 31 mars 2015 : « La confession est le sacrement de la tendresse de Dieu, sa manière de nous embrasser. » Alors petits et grands, fonçons ! N’hésitez pas à consulter les adresses et horaires des paroisses où on peut se confesser à Paris.

2/ Et ensuite ? Eh bien on essaie de ne pas se salir ! On évite de faire des péchés ! Qu’est-ce qu’un péché ? C’est un manquement à l’amour, soit à l’amour qui nous vient de Dieu (on refuse d’écouter la Parole de Dieu et d’y conformer notre vie), soit à l’amour envers notre prochain et envers nous-mêmes. Essayons d’obéir à la loi du Christ qui est une loi d’amour : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés ; comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres », dit Jésus dans son discours après la Cène. Alors allons-y gaiement, en famille, entre amis, entre ennemis surtout : aimons-nous les uns les autres.

3/ Comme la lavandière, remplissons les tâches « ingrates » avec humilité, sérénité et bonne humeur. Un effort pour cette semaine : ranger sa chambre/ le salon, même quand ce n’est pas nous qui les avons dérangés, sans râler. Oui, c’est difficile. Mais faisons-le pour Jésus, qui a fait des choses bien plus difficiles que ça !

Prière du soir 

Seigneur Jésus,

En union de prière avec tous les enfants qui veulent T’accueillir le soir de Noël avec un cœur pur, je Te remercie pour cette journée. Je Te demande pardon pour tout ce que j’ai fait, dit ou pensé, qui n’était pas conforme à Ta volonté. Aide-moi à discerner ce qui est bien. Aide-moi à aimer mon prochain. Aide-moi à T’aimer, même si je ne Te vois pas.

Donne-moi la même force et le même courage que ceux de la lavandière, afin de purifier mon cœur et de m’écarter du péché.

Je te confie ma nuit.

Protège  papa, maman, …. Et tous les enfants qui récitent cette prière ce soir.

Amen.

(Source : ALETEIA)

 

L’image contient peut-être : nuage, ciel, arbre et plein air

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

 

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout et plein air

PUBLICATION(S):

__________

SOURCE:Recension de Christophe LEVALLOIS: « Les peintres de l’invisible - Le Greco, Rembrandt, Vermeer et autres messagers de l’infini » de Laurent Dandrieu (Cerf)

Posted: 13 Dec 2016 12:39 PM PST

 
Ce n’est pas le premier ouvrage de Laurent Dandrieu, rédacteur en chef Culture à l’hebdomadaire Valeurs actuelles, sur des questions liées à l’expression artistique. C’est ainsi qu’il a notamment publié chez le même éditeur La Compagnie des anges. Petite vie de Fra Angelico, en 2014, et Le Roi et l’architecte. Louis XIV, le Bernin et la fabrique de la gloire, en 2015. Le présent ouvrage rassemble des articles parus dans différents magazines, notamment des comptes rendus d’expositions, ainsi que le texte d’une conférence et un inédit. 
 
Récemment, au sein de l’Église orthodoxe russe, Vladimir Légoyda, président du département synodal pour les relations de l’Église avec la société et les médias, a observé à propos de l’opéra-rock « Jésus-Christ superstar » : « L’Église ne réprime pas la créativité, en bénissant les artistes qui s'inspirent de sujets évangéliques ». Il a complété son propos en expliquant qu’il existe une nette différence entre des représentations blasphématoires et des représentations non-canoniques des choses saintes. Cela rappelle que l’Église orthodoxe ne rejette pas des formes artistiques qui, si elles ne s’insèrent pas dans l’espace liturgique, comme les icônes, n’en témoignent pas moins de la lumière du message chrétien dans le monde selon leur démarche propre. La problématique évoquée dans l’ouvrage en question, à savoir l’expression de la présence de l’invisible et du divin dans la peinture, est au cœur de la démarche de nombreux artistes de confession orthodoxe. Nous le savons par maintes discussions. Cet ouvrage leur apportera de précieux éclairages et nourrira leur réflexion et, par-delà, leur expression artistique. Laurent Dandrieu aborde des œuvres religieuses du christianisme occidental de la Renaissance à aujourd’hui. Il est à remarquer, en lien avec ce que nous avons précisé dans le paragraphe précédent, que Le Greco, un des artistes abordés, a commencé comme peintre d’icônes dans son île de Crète natale, donc dans la tradition orthodoxe. Comment représenter l’invisible dans l’art, et plus précisément ici dans l’art pictural ? Telle est la question qui traverse cet ouvrage. En effet, souligne son auteur, « représenter le Christ est une chose; donner à voir, ou du moins à pressentir, la dimension spirituelle du monde, cette présence familière du divin parmi les choses de la Terre que Jésus est venu sceller, en est une autre. » Comment montrer notre monde et en même temps, au cœur de celui-ci, intimement mêlé, le monde divin, présent et agissant mystérieusement ? 
 
En scrutant la vie des peintres et surtout leurs œuvres, Laurent Dandrieu dégage quelques grands principes. Tout d’abord, pour peindre la divine présence, pour la faire apparaître tout à la fois avec force et délicatesse, il est indispensable que l’artiste soit lui-même imprégné de celle-ci. Il reprend pour Fra Angelico des observations de Vasari, son premier biographe, au milieu du XVIe siècle, disant que « si l’on travaillait pour le Christ, il fallait vivre sans cesse près du Christ. », ou encore, toujours à propos de l’artiste florentin : « Il était si proche du Christ et des saints qu’il pouvait les peindre tels qu’il les percevait en vivant avec eux. » Le peintre offre à voir sur ses toiles le témoignage de sa propre expérience de l’invisible. C’est une constante que scrute Laurent Dandrieu chez les différents artistes qu’il aborde. Leurs œuvres témoignent de leur vie intérieure. Il reprend ainsi une observation d’un auteur de la fin du XIXe siècle disant de Philippe de Champaigne que sa peinture « était une forme de prière ». A propos de l’avant-dernier peintre abordé dans l’ouvrage, le contemporain George Desvallières (1861- 1950), considérant sa peinture, il note : « c’était sa vie même, le battement de son âme, le fruit de ses souffrances, de ses angoisses, de ses douleurs, de ses prières, de son espérance, de sa foi et de sa charité. » 
 
En prolongement logique, la grande idée-force du livre est celle de l’incarnation. Dans chacun de ses portraits et dans l’examen de telle ou telle œuvre, Laurent Dandrieu s’y attache et ce principe revient, sous différentes facettes, comme un leitmotiv. Ainsi à propos de Fra Angelico, il proclame avec un élan presque incantatoire la relation étroite de l’ici-bas et du Royaume d’en haut: « la peinture de Fra Angelico, c’est la proclamation lumineuse qu’il n’y a pas deux réalités, celle de la Terre et celle du Ciel, mais un seul royaume de Dieu dans lequel nous sommes déjà plongés ; il n’y a pas deux mondes, le visible et l’invisible, le naturel et le surnaturel, mais un seul, qui forme une seule et unique réalité, sans solution de continuité. » Il reprend l’expression d’« humanité sacrale » pour son œuvre qui, dit-il, investit le quotidien d’une dimension surnaturelle et établit une « fraternité entre le visible et l’invisible &r