Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2020 6 08 /08 /août /2020 13:11

SOMMAIRE:

-Calendrier des R-D-V Liturgiques

-Le jeûne de la Mère de Dieu

-Lectionnaire pour le 1er Dimanche après la Transfiguration

-Prières à Sainte Philomène

-Le véritable Médiateur (St Augustin /Confessions)

-« On ne surmonte le vice qu’en le fuyant. »(Audio de Mgr Samuel)

-Avortement pour « détresse psychosociale », le cavalier législatif du projet de loi bioéthique ?

-Prière pour ceux qui sont asservis par la drogue et l'alcool:

-La démonstration suffisante des mœurs d’une cité, c’est le témoignage des religieux.

-LE PUR ET L’IMPUR

-DE SAINT CÉSAIRE D'ARLES SUR LA MISÉRICORDE

-« Le baptême est la mort du péché. » (Audio de Mgr Samuel)

-Les Racines orthodoxes de la chrétienté celtique

-INVITATION ordinations au Lectorat et au Sous-diaconat.

-L’homme doit combattre contre lui-même comme doit combattre l’ennemi contre son ennemi.(Audio de Mgr Samuel)

-Être à Dieu, être à Dieu tout entier, être à Dieu sans partage !...(Du St Curé d'Ars , suivi d'un texte de Saint Jean Maximovitch et de la prière pour les vocations)

-LE DISCERNEMENT DES ESPRITS

-Nantes  et  le patrimoine français négligé (Michel Onfray)

-Tout ce qui libère notre esprit, sans donner la domination sur nous-mêmes, est pernicieux. (Audio de Mgr Samuel)

-Que se passe-t-il lorsqu'on est confronté au silence ?

-DE SAINT AUGUSTIN SUR L'ÉVANGILE DE LUC: Contemplation et action.

-Ô mon Dieu Fin du poème de Charles Péguy, Sainte Jeanne d’Arc, chanté par Christophe.(Texte et audio de la chanson)

-Agnès Thill interpelle le Gouvernement à propos de la protection des lieux de culte chrétiens ?

-Les reliques, trésors sacrés des églises

-Prière orthodoxe pour la Création

-PAUL CLAUDEL, UN HOMME, UN CHEMIN...

-« Le doute est un blasphème. »

-Indispensable recueillement.(Suivit de Choeurs Orthodoxes Russes).

-S’il n’est pas permis de tuer le prochain, il l’est encore moins de se tuer soi-même.

-Les vestiges d’une église vieille de 1300 ans ont été découverts près du Mont Thabor en Galilée.

-Dès que j’engraisse mon corps, je nourris un esclave acharné contre moi.(Audio de Mgr Samuel)

-Comme le Père m'a aimé...

-« L’enfer, c’est les autres. »

-Qui étaient Saints Friard et Secondel, ermites en Bretagne ? (Suivie d'une Audio sur les Sts Orthodoxes français)

-EN IRAK, L'AVENIR DES CHRÉTIENS EST MENACE

-L’homme est un animal sociable qui déteste ses semblables.(Audio de Mgr Samuel)

-Le retrait de Dieu dans la Bible.

-Ne pas tomber dans le désespoir.(Mgr Samuel)

-Vous avez dit Orthodoxie ? (Vidéo des Russes Hors Frontière : Moscou ou Constantinople ?)

-Indications  habituelles et utiles.

 

Maintenues en confinement au Monastère en Normandie, toutes les célébrations Liturgiques avaient été annulées  en Charente (16), Dordogne (24), Lourdes (65) et l'Est (90,68,67) jusqu'à la fin de la Pandémie.

Nous  pouvons désormais  les reprendre progressivement.

Suivez bien ce Blog pour connaitre les prochains Rendez-Vous Liturgiques pastoraux et fraternels près de chez vous.

Nos prochains Rendez-Vous Liturgiques au

 

Monastère et en dehors:

SOYEZ TOUS PRESENTS, Réservez la date du 15 Août sur vos agendas !

SAMEDI 15 AOÛT Solennité de la DORMITION - ASSOMPTION DE LA SAINTE VIERGE.

10h 30, Messe, Procession et renouvellement du Vœux de Louis XIII à 10h 30 Suivie du programme habituel.


 

Du Samedi 15 au mercredi 19 Retraite-Pèlerinage de

 

délivrance et de guérison à

 

N-D de Miséricorde, Montligeon,

 

Notre-Dame de Pontmain,

 

Alençon et Lisieux.

La Permanence pastorale mensuelle reprendra les:

*Jeudi 3 SEPTEMBRE, visites aux malades et bénédictions des maisons

*Vendredi 4 SEPTEMBRE toute la journée jusqu'à 18h

*Samedi 5 SEPTEMBRE en matinée pour accompagnements spirituels, Sacrements (Confessions, Onction des malades...), Prières de délivrances ou d'exorcismes, prières de guérison... .(Inscriptions:06 48 89 94 89)

Samedi 6 à 15h , départ des fidèles de Région Parisienne qui veulent participer au Pèlerinage du dimanche à Notre-Dame de Miséricorde . (Inscriptions:06 48 89 94 89)

https://img.over-blog-kiwi.com/1/49/89/80/20191012/ob_2edb42_genevieve-ste.jpg#width=238&height=300

ANNONCE: Nous recherchons toujours un local pour y installer Chapelle et permanence pastorale continue sur Paris...L'année 2020 Célébrera les 1600 ans de Sainte Geneviève, lui aurons-nous trouvé son Sanctuaire des Chrétiens Syro-Orthodoxes de Mar Thoma sur Paris ?

 Merci de rechercher pour nous et de nous avertir de toute opportunité. 

¤ANGOULÊME (Jauldes):

-

- Messe  Messe le 9 , 1er Dimanche après la Tranfiguration,

Solennité de SAINTE PHILOMÈNE

et le 23 Août *

 

¤LA CHAPELLE FAUCHER (Périgueux):- Messe le 22 Août *

¤LOURDES (65):

-Possibilité de Visites  sur le Sud-Ouest et Pyrénées du les jours précédent le 30 Août.Messe à LOURDES le Dimanche 30 à 10h30 (S'inscrire au 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées) Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

https://img.over-blog-kiwi.com/1/49/89/80/20191129/ob_24091a_44045983-10209809158904059-61217510016.jpg#width=620&height=800

 

* P rogramme habituel: Messe à 10h30 et disponibilité d'un ou de plusieurs prêtres  pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

LE JEÛNE DE LA MÈRE DE DIEU

Origine –

L’origine de ce petit carême de 15 jours remonte au troisième Concile œcuménique de 431, à Éphèse, quand la vénération de la Mère de Dieu commença à connaître un développement plus important qu’auparavant, par la reconnaissance de sa qualité de Theotokos, c’est-à-dire de Mère de Dieu.

La Mère de Dieu jeûna

Saint Syméon de Thessalonique dit que ce jeûne correspond à celui que la Mère de Dieu aurait tenu pour se préparer à son départ de ce monde.

Elle n’avait pas besoin de se purifier, étant la Toute-sainte, mais elle jeûna et pria pour le monde et particulièrement pour nous, les membres du Corps de son Fils.

En réponse à sa prière pour le monde, nous jeûnons et la prions pour nous-mêmes et pour tous.

Deux jeûnes

Certains pensent que ce jeûne est double : en vue de la Transfiguration et en vue de la Dormition.

Nous préparons ainsi deux fêtes, celle qui nous donne la Lumière, et l’autre qui manifeste la miséricorde divine à notre égard.

La pratique

Le typikon invite à ne rien manger jusqu’à la neuvième heure (15.00), lundi, mercredi et vendredi.

Ensuite on consomme des aliments secs.

Mardi et jeudi on prend des légumes verts, et samedi et dimanche on prend de l’huile et du vin.

Il n’y a qu’un jour pendant ce carême où l’on consomme du poisson, c’est celui de la Transfiguration (6 août).

Date et durée

À l’origine, ni la période de l’année, ni la durée n’étaient les mêmes suivant les Églises : un jour à Antioche, quatre jours à Constantinople, et huit jours à Jérusalem.

Les unes jeûnaient en août, les autres en septembre, certaines Églises ne jeûnant pas du tout, considérant que la Dormition était l’occasion de grandes fêtes.

La date et la durée furent uniformisées seulement au 12ème siècle, au concile local de Constantinople de 1166, qui donna au carême de la Dormition sa forme actuelle.

Prier davantage

Il est d’usage pendant cette période de prier davantage la Mère de Dieu, en chantant l’office de la Paraclisis, par exemple, et de nous confesser et de communier plus souvent.

Dans plusieurs églises, on célèbre, en vigile de la Fête, une belle procession de mise au tombeau de la Mère de Dieu, rite qui imite celui de la mise au tombeau du Sauveur.

(D’après CrestinOrtodox.ro du 29 juillet)

 

Premier dimanche après la fête de la Transfiguration

  • Soirée :
    • Saint-Marc 4:21-34
  • Matin :
    • Saint Mathieu 13: 44-52
  • Avant Quadisha Qurbana
    • Deuteronome25: 13-16
    • Psaume 27
    • Ezéchiel 7:1-4
    •  
  • Quadisha Qurbana (Ste Messe) :
    • Saint-Jacques 4: 7 :
    • 07 Soumettez-vous donc à Dieu, et résistez au diable : il s’enfuira loin de vous.
    •  5: 6
    • 06 Vous avez condamné le juste et vous l’avez tué, sans qu’il vous oppose de résistance.
    •  
    • Philippiens 4: 8-20 :

08 Enfin, mes frères, tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d’être aimé et honoré, tout ce qui s’appelle vertu et qui mérite des éloges, tout cela, prenez-le en compte.

09 Ce que vous avez appris et reçu, ce que vous avez vu et entendu de moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous.

10 J’ai éprouvé une grande joie dans le Seigneur à voir maintenant refleurir vos bonnes dispositions pour moi : elles étaient bien vivantes, mais vous n’aviez pas occasion de les montrer.

11 Ce ne sont pas les privations qui me font parler ainsi, car j’ai appris à me contenter de ce que j’ai.

12 Je sais vivre de peu, je sais aussi être dans l’abondance. J’ai été formé à tout et pour tout : à être rassasié et à souffrir la faim, à être dans l’abondance et dans les privations.

13 Je peux tout en celui qui me donne la force.

14 Cependant, vous avez bien fait de vous montrer solidaires quand j’étais dans la gêne.

15 Vous, les Philippiens, vous le savez : dans les premiers temps de l’annonce de l’Évangile, au moment où je quittais la Macédoine, je n’ai eu ma part dans les recettes et dépenses d’aucune Église, excepté la vôtre.

16 À Thessalonique déjà, vous m’avez envoyé, et même deux fois, ce dont j’avais besoin.

17 Je ne recherche pas les dons ; ce que je recherche, c’est le bénéfice qui s’ajoutera à votre compte.

18 J’ai d’ailleurs tout reçu, je suis dans l’abondance ; je suis comblé depuis qu’Épaphrodite m’a remis votre envoi : c’est comme une offrande d’agréable odeur, un sacrifice digne d’être accepté et de plaire à Dieu.

19 Et mon Dieu comblera tous vos besoins selon sa richesse, magnifiquement, dans le Christ Jésus.

20 Gloire à Dieu notre Père pour les siècles des siècles. Amen.

    •  

    • Saint Mathieu 21: 28-32 :
  • 28 Quel est votre avis ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : “Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne.”
  • 29 Celui-ci répondit : “Je ne veux pas.” Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla.
  • 30 Puis le père alla trouver le second et lui parla de la même manière. Celui-ci répondit : “Oui, Seigneur !” et il n’y alla pas.
  • 31 Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier. » Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu.
  • 32 Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; mais les publicains et les prostituées y ont cru. Tandis que vous, après avoir vu cela, vous ne vous êtes même pas repentis plus tard pour croire à sa parole.

 

Prière en l’honneur de Sainte Philomène:

Sainte Philomène, glorieuse vierge et invincible martyre, vous qui avez enduré sans faiblir de nombreux et terribles tourments, et qui avez préféré répandre votre sang plutôt que de renier la Foi véritable et l’Amour du Christ notre divin Rédempteur, obtenez à ceux qui vous invoquent avec confiance une Foi plus vive, une Espérance plus ferme et une plus ardente Charité.

Daignez intercéder pour moi et me procurer aide et assistance dans les nécessités de cette vie. Je vous prie en particulier de m’obtenir la grâce de …… , si cette requête est conforme au bien de mon âme et contribue à la gloire de Dieu.

Je vous demande votre secours et l’appui de vos prières pour que, servant Notre-Seigneur Jésus-Christ avec toujours plus de fidélité en cette vie passagère, et soutenu par votre assistance à l’heure de la mort, je puisse, auprès de vous, de Notre-Dame et de tous les Saints, avoir le bonheur de Le contempler, de Le louer et de L’aimer pour toute l’éternité. Amîn.

(prière composée par Frère Maximilien-Marie, source: http://leblogdumesnil.unblog.fr )

 

Oraison :

Daignez Seigneur Jésus, nous faire trouver, dans la protection de sainte Philomène, les secours que réclame notre indigence, afin que nous recevions par son intercession, les grâces dont vous êtes la source et qui nous sont nécessaires pour arriver à la sainteté. Nous vous en supplions, ô Dieu qui vivez et régnez avec le Père et le Saint Esprit dans les siècles de siècles.

Amîn.

 

PÈLERINAGE A SAINTE PHILOMÈNE

Dimanche 9 AOÛT, (Vénération de sa Relique)

¤Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternelle et de la réception des fidèles*.


 

Adresse:

Paroisse Syro-Orthodoxe N-D Source de Toutes Grâces

MAISON NOTRE-DAME

66, Place Schoeneck, LE BOURG

16560 JAULDES.

Tel: 05.45.37.35.13

Courriel :asstradsyrfr@laposte.net

 

*Pour accompagnements spirituels, confessions, prières de délivrances ou d’exorcismes, prières de guérisons intérieures…


Mémoire de Sainte Philomène en ce même sanctuaire les 4èmes dimanches de chaque mois.

 
DES CONFESSIONS DE SAINT AUGUSTIN :
Le véritable médiateur,
 
tu l'as envoyé et montré aux hommes dans le mystère de ta miséricorde
 
 
, pour qu'à son exemple ils apprennent l'humilité.
 
Ce médiateur entre Dieu et les hommes, c'est un homme, le Christ Jésus.
 
Il s'est placé entre les pécheurs mortels et Dieu, juste et immortel.
 
Il est mortel parmi les hommes, il est juste parce qu'il est Dieu.
 
La vie et la paix sont le salaire de la justice.
 
Or, par la justice qui l'unit à Dieu, il est venu pour anéantir la mort chez les impies devenus justes, cette mort qu'il a voulu avoir en commun avec eux.
 
Comme tu nous as aimés, Père très bon, toi qui n'as pas refusé ton Fils unique, mais qui l'as livré pour les impies que nous étions.
 
Comme tu nous as aimés, nous pour qui sans considérer comme une proie à saisir d'être égal à toi, il s'est fait obéissant jusqu'à la mort de la croix !
 
Seul libre entre les morts, ayant le pouvoir de donner sa vie et le pouvoir de la reprendre.
 
Il est pour nous, à tes yeux, victorieux et victime, et victorieux parce que victime ; pour nous, à tes yeux, sacrificateur et sacrifice, et sacrificateur parce que sacrifice ; d'esclaves que nous étions, il a fait de nous tes enfants, en naissant de toi et en se faisant notre esclave.
 
Il est bien juste que je mette en lui la ferme espérance que tu guériras toutes mes maladies par celui qui siège à ta droite et qui t'interpelle pour nous.
 
Autrement, je serais dans le désespoir. Elles sont nombreuses et graves, mes maladies, nombreuses et graves !
 
Mais ton remède est plus puissant.
 
Nous aurions pu croire que ton Verbe était trop loin de toute union avec l'homme et désespérer de nous, s'il ne s'était pas fait chair et n'avait pas habité parmi nous.
 
Terrifié par mes péchés et par le poids de ma misère, j'avais songé à fuir dans la solitude, j'en avais formé le projet.
 
Mais tu me l'as interdit en me rassurant par ces paroles :
 
-Le Christ est mort pour tous afin que les vivants n'aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux.
 
Tu vois, Seigneur, je jette en toi mes soucis, afin de vivre, et je contemplerai les merveilles de ta loi.
 
Tu connais mon incapacité, ma faiblesse. Enseigne-moi, guéris-moi. Ton Fils unique, en qui sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science m'a racheté par son sang.
 
Que les orgueilleux cessent de me calomnier, parce que je songe au prix de ma rançon, je le mange, je le bois, je le distribue; pauvre moi-même, je désire en être rassasié parmi les pauvres : ils mangeront, ils seront rassasiés ; ils loueront le Seigneur, ceux qui le cherchent.
 
 
 
 
---------------------
De AS CONFISSÕES DE SÃO AGOSTO:
 
verdadeiro mediador
e o mostrou aos homens no mistério de sua misericórdia, para que eles aprendam humildade pelo exemplo.
Você enviou o
 
Esse mediador entre Deus e os homens é um homem, Cristo Jesus.
 
Ele se colocou entre pecadores mortais e Deus, justos e imortais.
 
Ele é mortal entre os homens, ele é justo porque ele é Deus.
 
Vida e paz são os salários da justiça.
 
Agora, pela justiça que o une a Deus, ele veio para aniquilar a morte entre os ímpios que se tornaram justos, esta morte que ele queria ter em comum com eles.
 
Como você nos amou, muito bom Pai, você que não recusou o seu Filho unigênito, mas que o entregou pelas pessoas ímpias que éramos.
 
Como você nos amou, nós por quem, sem considerar ser igual a você como uma presa a ser agarrada, ele se fez obediente até a morte da cruz!
 
Sozinho livre entre os mortos, tendo o poder de dar sua vida e o poder de recuperá-la.
 
Ele é para nós, aos seus olhos, vitorioso e vítima, e vitorioso porque vítima; para nós, aos seus olhos, sacerdote e sacrifício, e sacerdote porque sacrifício; dos escravos que éramos, ele nos tornou seus filhos, nascendo de você e se tornando nosso escravo.
 
É certo que eu coloque nele a firme esperança de que você cure todas as minhas doenças através daquele que se senta à sua direita e te chama por nós.
 
Caso contrário, eu estaria em desespero. São numerosas e sérias, minhas doenças, numerosas e sérias!
 
Mas seu remédio é mais poderoso.
 
Poderíamos ter acreditado que sua Palavra estava muito longe de qualquer união com o homem e o desespero de nós, se não tivesse se tornado carne e não tivesse vivido entre nós.
 
Aterrorizado com meus pecados e com o peso de minha miséria, pensei em fugir em solidão, havia formado o projeto.
 
Mas você me proibiu, tranquilizando-me com estas palavras:
 
N Cristo morreu por todos, para que os vivos não tenham mais a vida centrada em si mesmos, mas nele, que morreu e ressuscitou por eles.
 
Veja, Senhor, eu jogo minhas preocupações em você, a fim de viver, e contemplarei as maravilhas da sua lei.
 
Você conhece minha incapacidade, minha fraqueza. Ensina-me, cura-me. Seu único filho, no qual estão escondidos todos os tesouros da sabedoria e do conhecimento, me redimiu com seu sangue.
 
Deixe o orgulhoso parar de me caluniar, porque penso no preço do meu resgate, como-o, bebo-o, distribuo-o; pobre de mim mesmo, desejo me satisfazer entre os pobres: eles comerão, ficarão satisfeitos; louvarão ao Senhor, aqueles que o procuram.
---------------------

 

 
From the CONFESSIONS OF SAINT AUGUSTINE :
 
the true mediator
 
and shown him to men in the mystery of your mercy, so that they may learn humility by example.
This mediator between God and men is a man, Christ Jesus.
He placed himself between mortal sinners and God, righteous and immortal.
He is mortal among men, he is righteous because he is God.
Life and peace are the wages of justice.
Now, by the justice which unites him to God, he came to annihilate death among the ungodly who have become righteous, this death which he wanted to have in common with them.
How you loved us, very good Father, you who did not refuse your only begotten Son, but who gave him up for the ungodly people that we were.
How you loved us, we for whom, without considering being equal to you as a prey to be grasped, he made himself obedient until the death of the cross!
Alone free between the dead, having the power to give his life and the power to take it back.
He is for us, in your eyes, victorious and victim, and victorious because victim; for us, in your eyes, priest and sacrifice, and priest because sacrifice; from the slaves that we were, he made us your children, by being born of you and making himself our slave.
It is right that I place in him the firm hope that you will cure all my illnesses through the one who sits on your right and calls you for us.
Otherwise, I would be in despair. They are numerous and serious, my illnesses, numerous and serious!
But your remedy is more powerful.
We could have believed that your Word was too far from any union with man and despair of us, if it had not become flesh and had not lived among us.
Terrified by my sins and by the weight of my misery, I had thought of fleeing in solitude, I had formed the project.
But you forbade me by reassuring me with these words:
-Christ died for all so that the living no longer have their lives centered on themselves, but on him, who died and rose for them.
You see, Lord, I throw my cares into you, in order to live, and I will behold the wonders of your law.
You know my incapacity, my weakness. Teach me, heal me. Your only begotten Son, in whom are hidden all the treasures of wisdom and knowledge, redeemed me with his blood.
Let the proud stop calumniating me, because I think about the price of my ransom, I eat it, I drink it, I distribute it; poor myself, I desire to be satisfied among the poor: they will eat, they will be satisfied; they will praise the Lord, those who seek him.
 
---------------------
De LAS CONFESIONES DE SAN AGUSTÍN :
al verdadero mediador

y lo has mostrado a los hombres en el misterio de tu misericordia, para que puedan aprender la humildad con el ejemplo.
Este mediador entre Dios y los hombres es un hombre, Cristo Jesús.
Se colocó entre los pecadores mortales y Dios, justo e inmortal.
Él es mortal entre los hombres, es justo porque es Dios.
La vida y la paz son el salario de la justicia.
Ahora, por la justicia que lo une a Dios, vino a aniquilar la muerte entre los impíos que se han vuelto justos, esta muerte que quería tener en común con ellos.
Cómo nos amabas, muy buen Padre, tú que no rechazaste a tu Hijo unigénito, sino que lo entregaste por las personas impías que éramos.
¡Cómo nos amabas, nosotros para quienes, sin considerar ser igual a ti como una presa a la que debemos agarrar, se hizo obediente hasta la muerte de la cruz!
Solo libre entre los muertos, teniendo el poder de dar su vida y el poder de recuperarla.
Él es para nosotros, a sus ojos, victorioso y víctima, y ​​victorioso porque víctima; para nosotros, ante tus ojos, sacerdote y sacrificio, y sacerdote por sacrificio; de los esclavos que éramos, nos hizo tus hijos, al nacer de ti y al convertirse en nuestro esclavo.
Es cierto que deposito en él la firme esperanza de que pueda curar todas mis enfermedades a través de quien se sienta a su derecha y lo llama por nosotros.
De lo contrario, estaría desesperado. ¡Son numerosas y graves, mis enfermedades, numerosas y graves!
Pero tu remedio es más poderoso.
Podríamos haber creído que su Palabra estaba demasiado lejos de cualquier unión con el hombre y la desesperación de nosotros, si no se hubiera hecho carne y no hubiera vivido entre nosotros.
Aterrorizado por mis pecados y por el peso de mi miseria, había pensado huir en soledad, había formado el proyecto.
Pero me prohibiste tranquilizándome con estas palabras:
-Cristo murió por todos para que los vivos ya no tengan sus vidas centradas en sí mismos, sino en él, quien murió y resucitó por ellos.
Ya ves, Señor, arrojo mis preocupaciones en ti para vivir, y contemplaré las maravillas de tu ley.
Conoces mi incapacidad, mi debilidad. Enséñame, cúrame. Tu Hijo unigénito, en quien están escondidos todos los tesoros de la sabiduría y el conocimiento, me redimió con su sangre.
Deje que los orgullosos dejen de calumniarme, porque pienso en el precio de mi rescate, lo como, lo bebo, lo distribuyo; pobre yo mismo, deseo ser satisfecho entre los pobres: comerán, estarán satisfechos; alabarán al Señor, los que lo buscan.
 
L’image contient peut-être : 2 personnes, dont Vance Whitt
 
 
 
« On ne surmonte le vice qu’en le
 
fuyant. »
 
(Discours de Mgr Boniface, 21 juillet 2020)
Discours de Mgr Charles-Clément Boniface, dit Père Samuel, Chorévêque Syriaque orthodoxe, à ses fidèles et à toute personne croyante ou non.
Sujet :
Vices, vertus, ne pas désespérer.
Illustration :
Fénelon, théologien français († 1715), dit :
« On ne surmonte le vice qu’en le fuyant. »
Extrait du discours :
Thalès de Milet, philosophe grec (mort en 545 avant J-C), dit :
« Les vices sont comme nos ongles, nous les coupons de temps en temps mais ils repoussent de nouveau. »
Fénelon († 1715) dit :
« On ne surmonte le vice qu’en le fuyant. »
Tacite, historien latin († 120), dit :
« Il y aura des vices tant qu’il y aura des hommes. »
Sénèque dit :
« Tirons notre courage de notre désespoir même. »
Fuir le vice est le commencement de la vertu.
Saint Clément d’Alexandrie († 217) dit :
« S’abandonner aux vices, c’est la plus dure des servitudes ; les vaincre au contraire, c’est la seule vraie liberté. »
Platon dit :
« La victoire sur soi est la plus grande des victoires. »
« L’amour est aveugle. »
Saint Robert Bellarmin († 1621) dit :
« Les vices et les mauvaises habitudes sont les ennemis de l’homme. »
Saint Ambroise dit :
« Où est la parole de Dieu, là est le bon conseil et la paix. »
Sénèque dit :
« Le passé est le conseiller de l’avenir. »
Saint Grégoire dit :
« On ne peut goûter Dieu tant qu’on demeure dans les délices du péché. »
Saint Augustin dit :
« La perfection ne consiste pas à bien commencer mais à bien finir. »
Le dégoût est une amertume de cœur qui détruit la joie spirituelle.

Avortement pour « détresse psychosociale », le cavalier législatif du projet de loi bioéthique ?

Lors de l’examen en deuxième lecture du projet de loi bioéthique, dans la nuit de vendredi à samedi 1er août, les députés ont voté un amendement autorisant l’interruption médicale de grossesse (IMG), permis pendant neuf mois, pour cause de « détresse psychosociale ». Un critère que ses opposants estiment invérifiable et qui pourrait, pour certains, mener à détourner le dispositif de l’IMG quand le délai de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est passé.

C’est un amendement qui n’a pas fait de bruit. Pourtant, il pourrait bien bouleverser à long terme la conception de l’avortement en France. Dans la nuit de vendredi 31 juillet à samedi 1er août, les députés ont voté l’amendement n°524 du projet de loi bioéthique, porté par plusieurs députés socialistes, autorisant l’interruption médicale de grossesse (IMG), permis en France pendant neuf mois, pour cause de « détresse psychosociale ». « On constate trop souvent des interrogations, voire des divergences d’interprétation sur l’opportunité de prendre en compte, parmi les causes de péril grave justifiant la réalisation d’une IMG, la détresse psychosociale », a ainsi argumenté Marie-Noëlle Battistel. « Il convient de clarifier le cadre juridique dans lequel le collège médical rend son avis sur l’opportunité de réaliser cet acte. Ce sera plus clair pour tout le monde et la décision sera plus aisée ».

 

Cette disposition « fait exploser l’encadrement de l’avortement en ajoutant le critère invérifiable de “détresse psychosociale” pour recourir à l’interruption médicale de grossesse (IMG), jusqu’au terme de la grossesse », a dénoncé l’association Alliance Vita, membre du collectif « Marchons enfants ! », opposé au projet de loi bioéthique. « La condition des femmes enceintes faisant face à une détresse mérite toute l’attention de la société. Mais l’histoire a montré que, la notion de détresse étant difficile à objectiver, elle était utilisée pour détourner la loi ».

 

Pour Mgr Malle, évêque de Gap et Embrun, il s’agit d’une « fuite en avant irresponsable de l’Assemblée nationale », a-t-il dénoncé sur Twitter.  » Qui peut juger de la détresse psychosociale ? Appelons les choses par leur nom: un infanticide légal, un meurtre légal ».

 

Cet amendement avait pourtant reçu un avis défavorable de la commission. « Le problème n’est pas le droit, mais la pratique », a expliqué le rapporteur du texte, Jean-François Eliaou. « Vos amendements m’offrent l’occasion de le redire haut et fort : oui, l’IMG constitue une possibilité, et la santé de la femme doit être prise dans sa globalité, dont fait partie la santé mentale. Toutefois, le préciser dans ce texte me gêne. Puisque cette possibilité existe déjà dans la loi, pourquoi la rappeler ? Pourquoi énumérer ce seul motif d’IMG, et non pas d’autres ? Que se passera-t-il si ce péril résulte d’une cause purement psychologique, et non psychosociale ? Comment définir exactement les causes psychosociales ? Enfin, je crains qu’on n’envoie, en inscrivant cette précision dans la loi, un signal complexe sur la frontière entre IVG et IMG ». Le gouvernement, par la voix du secrétaire d’État Adrien Taquet, a quant à lui émis un avis de sagesse.

Plusieurs opposants ont dénoncé un cavalier législatif, c’est-à-dire un article de loi qui introduit des dispositions qui n’ont rien à voir avec le sujet traité par le projet de loi. En France, le Conseil constitutionnel censure ce type de dispositions.

Le projet de loi bioéthique a été adopté en deuxième lecture par l’Assemblée nationale un peu avant 4 heures du matin dans la nuit de vendredi à samedi 1er août dans un hémicycle déserté. Sur les 577 députés que compte l’Assemblée nationale, 101 étaient présents. Le texte a été voté à 60 voix contre 37. « La version issue de l’Assemblée nationale en seconde lecture est même pire que la version gouvernementale initiale », a regretté le député LR Thibault Bazin lors de l’explication de vote sur le texte. « Elle contient de nouvelles dérives marchandes : l’extension, à titre expérimental, aux centres à but lucratif de la gestion des gamètes ; le double discours du garde des sceaux qui renonce à dissuader nos compatriotes d’aller louer le corps de femmes à l’étranger. Elle contient de nouvelles dérives transhumanistes : la possibilité confirmée de créer bientôt des embryons transgéniques, des gamètes artificiels à des fins de recherche, des embryons chimériques ».

 

Prière pour ceux qui sont asservis par la drogue et l'alcool:
 
Seigneur Jésus-Christ notre Dieu,
 
Vous qui dans Votre amour pour les hommes
 
avez chassé les démons qui enchaînaient les possédés,
 
nous Vous supplions de libérer aujourd’hui
 
Vos serviteurs et Vos servantes enchaînés
 
par toutes formes de possession,
 
en particulier
 
ceux qui sont asservis par la drogue et l'alcool.
 
Dans Votre infinie Miséricorde, conduisez-les vers Votre lumière et Votre paix,
 
Vous qui êtes la voie, la vérité et la vie.
 
Par l'intercession de votre Mère et notre Mère, la toute miséricordieuse Vierge Marie,
 
nous Vous en prions,
 
 
 
 
écoute-nous et ayez pitié de nous.
-------------------------------
Oração para aqueles que são escravizados por drogas e álcool:
 
Senhor Jesus Cristo nosso Deus
 
Você que no seu amor pelos homens
 
afugentou os demônios que acorrentaram os possuídos,
 
Nós te imploramos para liberar hoje
 
Seus servos e servos acorrentados
 
por todas as formas de posse,
 
especialmente
 
aqueles que são escravizados por drogas e álcool.
 
Em sua infinita miséria, leve-os à sua luz e à sua paz
 
Você que é o caminho, a verdade e a vida.
 
Através da intercessão de sua mãe e nossa mãe, a mais misericordiosa Virgem Maria,
 
Nós te imploramos
 
 
 
nos escute e tenha piedade de nós.
------------------------------------
Prayer for those who are enslaved by drugs and alcohol:
 
Lord Jesus Christ our God,
 
You who in your love for men
 
chased away the demons that chained the possessed,
 
We beg you to release today
 
Your servants and servants chained
 
by all forms of possession,
 
in particular
 
those who are enslaved by drugs and alcohol.
 
In Your infinite Misery, lead them to Your light and your peace,
 
You who are the way, the truth and the life.
 
Through the intercession of your Mother and our Mother, the most merciful Virgin Mary,
 
We beg you,
 
 
 
listen to us and have mercy on us.
--------------------------------------------
Oración por aquellos que están esclavizados por las drogas y el alcohol:
 
Señor Jesucristo nuestro Dios
 
Tu que en tu amor por los hombres
 
ahuyentó a los demonios que encadenaron a los poseídos,
 
Te rogamos que lo sueltes hoy
 
Tus sirvientes y sirvientes encadenados
 
por todas las formas de posesión,
 
en particular
 
aquellos que están esclavizados por las drogas y el alcohol.
 
En tu miseria infinita, llévalos a tu luz y tu paz,
 
Tú que eres el camino, la verdad y la vida.
 
Por intercesión de tu Madre y nuestra Madre, la Virgen más misericordiosa,
 
Te lo suplicamos
 
escúchanos y ten piedad de nosotros.
 
 
 
 
--------------------------------------------
دعاء لمن يستعبدون بالمخدرات والكحول:
 
الرب يسوع المسيح إلهنا ،
 
أنت الذي في حبك للرجال
 
طاردت الشياطين التي أمسك بالممتلكات ،
 
نرجوك أن تطلق سراحك اليوم
 
خدامك وعبيدك بالسلاسل
 
بكل أشكال الحيازة ،
 
بالخصوص
 
أولئك الذين يستعبدون بالمخدرات والكحول.
 
في بؤسك اللانهائي ، قُدهم إلى نورك وسلامك ،
 
أنت الذي الطريق والحق والحياة.
 
من خلال شفاعة أمك وأمنا ، مريم العذراء الأكثر رحمة ،
 
نتوسل إليكم ،
استمع إلينا وارحمنا.
 
 
 
 
 
 
 
La démonstration suffisante des
 
mœurs d’une cité, c’est le
 
témoignage des religieux.
 
(Discours de Mgr Boniface, 22 juillet 2020)
 
Discours de Mgr Charles-Clément Boniface, dit Père Samuel, Chorévêque Syriaque orthodoxe, à ses fidèles et à toute personne croyante ou non.
Sujet :
La cité, la ville.
Illustration :
Saint Jean Chrysostome († 407) dit :
« La démonstration suffisante des mœurs d’une cité, c’est le témoignage des religieux. »
Extrait du discours :
Platon (mort en 347 avant J-C) dit :
« Une cité est la société d’une multitude d’hommes soumis aux mêmes règles et gouvernés par les mêmes lois. »
Saint Augustin dit :
« Une cité est une communauté parfaite. »
Le plus grand ennemi d’une cité, c’est l’injustice.
Il est absolument impossible qu’un état se maintienne s’il n’est pas gouverné avec une grande justice.
Saint Éphrem († 373) dit :
« Il est certain que les cités ne peuvent être heureuses si les magistrats et le peuple ne pratiquent la sagesse. »
Saint Jean Chrysostome († 407) dit :
« La démonstration suffisante des mœurs d’une cité, c’est le témoignage des religieux. »
Saint Bonaventure dit :
« Les païens d’autrefois étaient moins corrompus que les chrétiens de nos jours. »
Saint Laurent Justinien dit :
« On ne vit pas en sûreté dans les villes
- où toute sorte d’occasion de péchés pullulent,
- où l’orgueil règne,
- où l’envie et la jalousie tourmentent,
- où les disputes jettent le trouble,
- où la licence des mœurs exerce son autorité,
- où les richesses divisent,
- où le plaisir flatte,
- où les liaisons charnelles amollissent le courage. »
Jésus dit dans l’Évangile saint Mathieu (10, 23) :
« Si on vous persécute dans une ville, fuyez dans une autre. »

LE PUR ET L’IMPUR

Pureté –

Dans toutes les religions anciennes, c’est la disposition requise pour s’approcher de ce qui est sacré.

Dans le judaïsme –

Dans la vie communautaire, sans rapport avec la moralité, c’est aptitude légale à participer au culte (Lv 11-16).

Ainsi la propreté physique consiste à s’éloigner de ce qui est malpropre (immondices ; cadavres ; maladie : lèpre).

Mais on se protège également contre le paganisme, les peuples comme les Cananéens sont impurs en raison de leur idolâtrie ; des animaux sont impurs : le porc, par exemple, associé au culte païen. En général, tout ce qui est saint, tout ce qui touche au culte doit être pur, d’où les rites de purification : lavage du corps et des vêtements, le sacrifice du bouc émissaire, les holocaustes.

La communauté sainte doit être respectée : cela va de l’attention à la nourriture et au contact, à la discipline morale.

Est impur ce qui consiste dans une perte de la vie : le sang versé, ou la semence virile.

Plus généralement, l’impureté concerne la confusion : du divin et de l’humain (idolâtrie), de l’humain et de l’animal (zoolâtrie), du masculin et du féminin (homosexualité).

Pureté morale

Pour les prophètes, les sacrifices n’ont de valeur qu’accompagnés de purification intérieure, du péché dont Dieu seul peut purifier (Ez 36, 25s ; Is 35, 8 ; 52, 2) ; pour les sages, la pureté des mains, du cœur, du front, de la prière, vont avec une conduite morale irréprochable (Jb 11, 4 ; 4, 17).

Dans les psaumes, l’amour de Dieu se tourne vers ceux qui ont le cœur pur (Ps 73, 1 ; 50)

Dans l’Évangile

Les pratiques de pureté persistent dans le judaïsme du temps de Jésus (ablutions, Mt 7, 3 ; lavages, Mt 23, 25 ; fuite des pécheurs, Mc 2, 15 ; signalement des tombeaux, Mt 23, 27). Jésus fait observer certaines règles (Mc 1, 43), mais Il proclame que l’unique pureté est intérieure (Mc 7, 14-23 ; 1, 23 ; Lc 9, 42).

Il se révèle aux « cœurs purs » (Mt 5, 8) ; Il purifie par sa parole celui qui l’accepte (Jn 15, 3).

L’enseignement apostolique dépasse la division pur-impur (Ac 10, 15 ; Rm 14, 14).

Le sacrifice non sanglant du Christ, actualisé dans le baptême et l’eucharistie, purifie les péchés (He 9 ; Ep 5, 26).

Le chrétien est consacré au culte dans l’Esprit ; l’opposé de l’impureté, c’est la sainteté (1Th 4, 7).

L’œuvre sanctifiante du Christ : par l’Incarnation, le Fils de Dieu purifie et sanctifie la nature humaine ; il le fait pour la terre, en naissant dans la grotte et en reposant au tombeau ; pour l’eau, en étant baptisé ; pour l’enfer par sa mort ; pour le ciel par son exaltation ; pour le Temple en y étant présenté (2 fév.) ; pour la mémoire d’Israël et du monde entier par son baptême dans le Jourdain (6 jan.) : l’eau y est le symbole du temps, ainsi que de la mémoire et de la Tradition.

DE SAINT CÉSAIRE D'ARLES SUR LA MISÉRICORDE :
Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde.
Le mot de miséricorde est doux, mes frères. Si le mot est doux, combien plus la chose ?
Et alors que tous les hommes veulent l'obtenir, ce qui est malheureux, c'est que tous ne font pas ce qu'il faut pour mériter de la recevoir.
Tous veulent recevoir la miséricorde, mais il y en a peu qui veulent la donner.
Et toi, de quel front oses-tu demander ce que tu négliges de donner ?
Il doit commencer par faire miséricorde en ce monde, celui qui souhaite la recevoir dans le ciel.
Aussi, frères très chers, puisque nous voulons tous la miséricorde, prenons-la comme protectrice en ce monde, pour qu'elle nous délivre dans le monde à venir.
Il y a en effet une miséricorde dans le ciel, à laquelle on parvient par les miséricordes terrestres.
L'Écriture le dit bien : Seigneur, ta miséricorde est dans le ciel.
Il y a donc une miséricorde sur la terre et une autre dans le ciel, c'est-à-dire l'une, humaine et l'autre, divine.
Comment définir la miséricorde humaine ? C'est que tu prennes garde aux misères des pauvres.
Comment définir la miséricorde divine ?
Sans aucun doute, c'est qu'elle accorde le pardon des péchés.
Tout ce que la miséricorde humaine dépense dans le voyage, la miséricorde divine le rend dans la patrie.
Car c'est Dieu qui, en ce monde, souffre du froid et de la faim en tous les pauvres, comme il l'a dit lui-même :
-Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits, c'est à moi que vous l'avez fait.
Dieu qui, du haut du ciel, veut donner, sur la terre veut recevoir.
Quelle sorte de gens sommes-nous donc, nous qui voulons recevoir lorsque Dieu donne ; et lorsqu'il demande, nous ne voulons pas donner ?
Quand le pauvre a faim, c'est le Christ qui est dans l'indigence, comme il le dit lui-même : J'avais faim, et vous ne m'avez pas donné à manger.
Ne méprise donc pas la misère des pauvres, si tu veux espérer avec confiance le pardon de tes péchés.
Le Christ a faim maintenant, mes frères, lui-même a voulu avoir faim et soif dans la personne de tous les pauvres ; et ce qu'il reçoit sur la terre, il le rend dans le ciel.
Je vous le demande, mes frères, que voulez-vous, que cherchez-vous quand vous venez à l'église ?
Quoi donc, sinon la miséricorde ?
Donnez celle de la terre, et vous recevrez celle du ciel.
Le pauvre te demande, et tu demandes à Dieu : il demande une bouchée de pain, et toi, la vie éternelle.
Donne au mendiant pour mériter que le Christ te donne ; écoute-le qui dit : Donnez, et il vous sera donné.
 
---------------------
De SAO CÉSAIRE D'ARLES ON MERCY:
Bem-aventurados os misericordiosos: eles receberão misericórdia.
A palavra da misericórdia é doce, meus irmãos. Se a palavra é doce, quanto mais é a coisa?
E enquanto todos os homens querem obtê-lo, a parte infeliz é que nem todos fazem o que é necessário para merecê-lo.
Todos querem receber misericórdia, mas há poucos que querem dar.
E você, com que frente você se atreve a pedir o que deixa de dar?
Ele deve começar mostrando misericórdia neste mundo, quem quiser recebê-la no céu.
Além disso, queridos irmãos, como todos nós queremos misericórdia, tomemos isso como um protetor neste mundo, para que ele nos entregue no mundo vindouro.
De fato, existe uma misericórdia no céu, que é alcançada através das misericórdias terrenas.
As Escrituras dizem isso bem: Senhor, sua misericórdia está no céu.
Existe, portanto, uma misericórdia na terra e outra no céu, isto é, uma humana e outra divina.
Como definir a misericórdia humana? É porque você cuida das misérias dos pobres.
Como definir a misericórdia divina?
Sem dúvida, é que ela concede perdão pelos pecados.
Qualquer que seja a misericórdia humana gasta na jornada, a misericórdia divina retorna à pátria.
Pois é Deus quem neste mundo sofre de frio e fome em todos os pobres, como ele mesmo disse:
-Toda vez que você fez isso com um desses pequeninos, você fez comigo.
Deus que quer dar do céu na terra quer receber.
Que tipo de pessoas somos nós, nós que queremos receber quando Deus dá; e quando ele pergunta, nós não queremos dar?
Quando os pobres estão com fome, é Cristo quem precisa, como ele mesmo diz: Eu estava com fome e você não me deu nada para comer.
Portanto, não despreze a miséria dos pobres, se você deseja esperar com confiança pelo perdão de seus pecados.
Agora Cristo está com fome, meus irmãos, ele próprio queria ter fome e sede na pessoa de todos os pobres; e o que ele recebe na terra, ele retorna no céu.
Pergunto a vocês, meus irmãos, o que vocês querem, o que estão procurando quando vão à igreja?
E então, se não piedade?
Dê o da terra e você receberá o do céu.
Os pobres pedem e você pede a Deus: ele pede um bocado de pão e você, a vida eterna.
Dê ao mendigo para merecer o que Cristo lhe dá; ouça-o dizer: Dá, e será dado a você.
From SAINT CÉSAIRE D'ARLES ON MERCY :
Blessed are the merciful: they will be granted mercy.
The word of mercy is sweet, my brothers. If the word is sweet, how much more is the thing?
And while all men want to get it, the unfortunate part is that not all do what it takes to deserve to receive it.
All want to receive mercy, but there are few who want to give it.
And you, with what front do you dare to ask for what you neglect to give?
He must begin by showing mercy in this world, whoever wishes to receive it in heaven.
Also, dear brothers, since we all want mercy, let us take it as a protector in this world, so that it delivers us in the world to come.
There is indeed a mercy in heaven, which is achieved through earthly mercies.
The Scriptures say it well: Lord, your mercy is in heaven.
There is therefore a mercy on earth and another in heaven, that is to say, one, human and the other, divine.
How to define human mercy? It is because you take care of the miseries of the poor.
How to define divine mercy?
Without a doubt, it is that she grants forgiveness of sins.
Whatever human mercy spends on the journey, divine mercy returns in the homeland.
For it is God who in this world suffers from cold and hunger in all the poor, as he himself said:
-Every time you've done it to one of these little ones, you've done it to me.
God who wants to give from heaven on earth wants to receive.
What sort of people are we, we who want to receive when God gives; and when he asks, we don't want to give?
When the poor are hungry, it is Christ who is in need, as he himself says: I was hungry, and you gave me nothing to eat.
Therefore do not despise the misery of the poor, if you want to hope with confidence for the forgiveness of your sins.
Christ is hungry now, my brethren, he himself wanted to be hungry and thirsty in the person of all the poor; and what he receives on earth he returns in heaven.
I ask you, my brethren, what do you want, what are you looking for when you come to church?
What then, if not mercy?
Give that of earth, and you will receive that of heaven.
The poor ask you, and you ask God: he asks for a mouthful of bread, and you, eternal life.
Give to the beggar to deserve that Christ gives you; hear him say, Give, and it will be given to you.
 
---------------------
De SAINT CÉSAIRE D'ARLES ON MERCY :
Bienaventurados los misericordiosos: se les otorgará misericordia.
La palabra de misericordia es dulce, mis hermanos. Si la palabra es dulce, ¿cuánto más es la cosa?
Y aunque todos los hombres quieren obtenerlo, la parte desafortunada es que no todos hacen lo necesario para merecer recibirlo.
Todos quieren recibir misericordia, pero pocos quieren darla.
Y tú, ¿con qué frente te atreves a pedir lo que descuidas dar?
Debe comenzar por mostrar misericordia en este mundo, quien quiera recibirla en el cielo.
También, queridos hermanos, dado que todos queremos misericordia, tomemos como un protector en este mundo, para que nos libere en el mundo por venir.
De hecho, hay una misericordia en el cielo, que se logra a través de las misericordias terrenales.
Las Escrituras lo dicen bien: Señor, tu misericordia está en el cielo.
Por lo tanto, hay una misericordia en la tierra y otra en el cielo, es decir, una, humana y otra, divina.
¿Cómo definir la misericordia humana? Es porque cuidas las miserias de los pobres.
¿Cómo definir la misericordia divina?
Sin duda, es que ella concede el perdón de los pecados.
Cualquier cosa que la misericordia humana gaste en el viaje, la misericordia divina regresa a la patria.
Porque es Dios quien en este mundo sufre de frío y hambre en todos los pobres, como él mismo dijo:
-Cada vez que lo has hecho con uno de estos pequeños, me lo has hecho a mí.
Dios que quiere dar del cielo en la tierra quiere recibir.
¿Qué tipo de personas somos nosotros, los que queremos recibir cuando Dios da? y cuando pregunta, no queremos dar?
Cuando los pobres tienen hambre, es Cristo quien lo necesita, como él mismo dice: yo tenía hambre y no me diste nada de comer.
Por lo tanto, no desprecies la miseria de los pobres, si quieres esperar con confianza el perdón de tus pecados.
Cristo tiene hambre ahora, mis hermanos, él mismo quería tener hambre y sed en la persona de todos los pobres; y lo que recibe en la tierra lo vuelve en el cielo.
Les pregunto, hermanos míos, qué quieren, qué buscan cuando vienen a la iglesia.
¿Qué, entonces, si no es misericordia?
Da el de la tierra y recibirás el del cielo.
Los pobres te preguntan, y tú le pides a Dios: él pide un bocado de pan, y tú, la vida eterna.
Dale al mendigo para merecer que Cristo te dé; escúchalo decir: Da, y se te dará.
 
Aucune description de photo disponible.
 
 
 
« Le baptême est la mort du péché. »
(Discours de Mgr Boniface, 23 juillet 2020)

 

Discours de Mgr Charles-Clément Boniface, dit Père Samuel, Chorévêque Syriaque orthodoxe, à ses fidèles et à toute personne croyante ou non.
Sujet :
Le baptême.
Saint Basile le Grand († 379) dit : « Le baptême est la mort du péché. »
Illustration :
Baptême de Jésus par saint Jean Baptiste.
Extrait du discours :
Saint Basile le Grand († 379) dit : « Le baptême est la mort du péché. »
Saint Bonaventure († 1274) dit :
« Le baptême est
- le principe de la vie spirituelle,
- le sceau, la garde de la lumière de l’âme. »
Le baptême est le sacrement de la foi, aussi, sans baptême point de foi.
Saint Jean Chrysostome dit :
« Le baptême n’est pas autre chose que la mort de celui qu’on baptise et sa résurrection. »
Saint Ambroise († 397) dit :
« Le baptême de saint Jean Baptiste nous rappelle les châtiments de Dieu, mais le baptême du Christ nous rappelle ses grâces. »
Jésus dit dans l’Évangile saint Marc (16, 16) :
« Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé. »
FRATERNITÉ CHRÉTIENNE :
 
Pour nous à qui fût dévolue par son évêque fondateur,
 
Mar Yvon--Gall, propriété et desserte de l'ermitage
 
Saint Colomban et la Chapelle Notre-Dame de la Très
 
Sainte Trinité à La-Chapelle-Faucher (24 / Grand
 
Périgueux ) , il n'est pas anecdotique de connaître
 
davantage et d'approfondir cette antique Tradition
 
Orthodoxe en Occident.

Les Racines orthodoxes de la chrétienté celtique (il est bon de s’en rappeler alors que la dégénérescence catholique ne connaît plus de limites et qu’il reste des chrétiens chez ces cathos…)

Maxime Le Diraison

II n’y eut jamais de chrétienté celtique qu’orthodoxe, et son éradication au XIIe siècle par le siège romain correspond au triomphe de l’hétérodoxie en Occident qui eut des répercussions aussi bien sur la vie spirituelle, théologique et canonique, que sur la philosophie, l’architecture, les arts et tout ce qui concerne l’âme de l’Occident médiéval.

En ce qui concerne les origines orthodoxes de la Celtie chrétienne du premier millénaire, un certain nombre de faits méritent d’être évoqués :

a) La caractéristique fondamentale de la civilisation celtique, contrairement aux civilisations gréco-romaine ou germanique, est la primauté du religieux sur le politique, de l’autorité spirituelle sur le pouvoir temporel, différence qui suffit à elle seule à expliquer « tout le reste ».

b) L’avènement du christianisme dans les pays celtiques non romanisés, c’est-à-dire les Iles britanniques et l’Irlande, s’est réalisé de façon exceptionnellement symbiotique.

Les élites spirituelles s’étant rapidement converties, il n’y eut que très peu de martyrs aux origines de ces églises. En revanche, les druides, bardes ou filid devenus de grands moines sont en quantité (saint Hervé en Armorique par exemple). Il apparaît que l’évolution culturelle de la civilisation celtique s’est effectuée par le christianisme sans rupture, de telle sorte que l’on assiste à une véritable transmutation de la culture celtique pré chrétienne. Ainsi, tout ce que nous connaissons du cycle épique breton et irlandais pré chrétien nous est parvenu grâce aux écrits monastiques.

c) Les Eglises celtes ont eu un caractère monastique très marqué. La Bretagne insulaire et surtout l’Irlande, préservée de l’influence romaine et de la menace germanique, engendrèrent une floraison monastique comparable à l’Egypte, la Palestine ou la Syrie des Ve et VIe siècles. Ces monastères-évêchés, qui structurèrent véritablement la société, méritèrent à l’Irlande le surnom d’Ile des Saints. Ils furent le creuset de la culture spirituelle des Celtes à leur crépuscule, donnant le jour à des œuvres d’une qualité artistique inégalée dans l’Occident des « temps obscurs ». Ils furent aussi le foyer rayonnant d’un renouveau pour tout l’Occident carolingien culturellement exsangue après les Invasions.

d) Jamais le lien entre l’Orient et cet extrême Occident ne furent rompus tant qu’il y eut une chrétienté celtique autonome. Les recherches contemporaines justifient de plus en plus certaines particularités celtiques par la vieille route commerciale de l’étain qui pénètre l’Irlande par le Munster, centre du renouveau ascétique du VIIe siècle. L’expansion musulmane mit fin à ce lien, ce qui explique notamment l’isolement des chrétientés celtiques par rapport au monde latin du fait des invasions barbares.

e) Ainsi, à l’heure où l’Occident latin et germanique paraphrase Augustin et le droit romain, les moines d’Hibernie lisent Platon, Plotin, Origène, Evagre et les Cappadociens dans le texte jusqu’aux grandes controverses théologiques des Xe et XIe siècles où l’école scottique est la dernière à s’inscrire dans une perspective patristique quant aux mystères fondamentaux de la foi, étant probablement la seule dépositaire d’une tradition ininterrompue de lecture des Pères grecs. On est frappé du caractère juridique de la théologie latine de cette époque par rapport à l’ambition métaphysique d’un Scott Erigène, mais aussi d’un saint Bernard et de ses disciples, qui sont les héritiers directs de cette transmission des Pères par l’Irlande, et peut-être les derniers feux de l’Orthodoxie en Occident avant l’ère scolastique.

f) Faute de pouvoir reprocher aux Celtes une quelconque hétérodoxie, Rome n’aura de cesse de les éradiquer par le biais politique dont les Saxons en Bretagne, les Francs en Armorique et les Normands en Irlande seront les instruments privilégiés.

Il est intéressant de remarquer que les causes évoquées pour jeter méthodiquement le discrédit sur les chrétientés celtiques (et ceci jusqu’au XIXe siècle) sont fort peu éloignées de celles qui sont utilisées dans les controverses avec l’Orient chrétien.

En résumé, on peut dire que les représentants de ces chrétientés éprouvaient une réticence globale à suivre le mouvement de confusion entre le spirituel et le temporel amorcé par les réformes de Grégoire le Grand qui aboutit à une conception totalitaire de la primauté romaine et, pour finir, au schisme.

Caractères spécifiques des chrétientés celtiques

Les caractères communs à l’Orient et à l’extrême Occident ne s’arrêtent pas à l’histoire, ils sont constitutifs et intrinsèques. Pour aller plus loin, il convient d’évoquer quelques-uns des traits spécifiques de ces chrétientés :

a) Parmi ceux-ci, l’intuition trinitaire est à la base de toute la tradition celtique, depuis ses origines les plus lointaines.

La triade est en effet la clef de voûte du système religieux celte et se reflète dans tous les aspects de leur vie politique et sociale. Cette structure trinitaire de la théologie des anciens Celtes facilitera la pénétration de la foi nouvelle. Quelques siècles plus tard, Erigène qui traduisit l’Aréopagite vers 860, défendra les formules des Grecs sur la procession du Saint Esprit dans son « De Divisione ». Si les Celtes ne semblent guère séduits par la tendance essentialiste des Latins qui conduira au schisme par l’addition du filioque, c’est peut être parce que leur piété particulièrement trinitaire, telle qu’elle ressort des quelques textes que nous possédons, était demeurée le support vécu d’un authentique personnalisme théologique.

b) La transparence du créé et de l’incréé. Un des traits constitutifs de la tradition celtique est le sens aigu de la « gloire de Dieu cachée dans les êtres ». II ressort particulièrement dans les vies des saints, surtout les plus anciennes, comme la « Vita Columbani » (VIIe siècle), exemplaire à ce titre.

Or, une telle valorisation du créé dépouillée de toute idolâtrie, cette école de contemplation du monde comme théophanie, cette importance du symbole qui ouvre le sensible sur le verbe spirituel du monde, tout cela constitue l’un des axes de l’Orient patristique.

De l’Aréopagite à saint Maxime, de saint Isaac à saint Grégoire de Nysse, nous retrouvons cette tradition, qui s’épanouit aussi bien dans l’art théophanique de l’Orient que dans les grandes synthèses théologiques d’un saint Maxime sur le logos des créatures ou, bien plus tard, de saint Grégoire Palamas sur l’infusion du créé par les énergies incréées de la Divinité. A rebours de cette tradition, la pensée augustinienne, surtout dans son interprétation scolastique, va opérer un divorce définitif entre l’âme et le monde ainsi qu’entre la grâce et la nature.

c) Le rapport entre nature et grâce, cette pierre d’achoppement entre l’Orient byzantin et l’Occident latin dans l’ordre ontologique, se retrouve à propos du rapport entre liberté et grâce dans l’ordre sotériologique.

Dès le VIe siècle, l’augustinisme maximalisé devient la doctrine romaine officielle, bien qu’une majeure partie du monachisme gaulois, demeuré en liaison étroite avec les moines d’Orient, comme saint Jean Cassien, saint Vincent de Lérins et beaucoup d’autres, continue de professer la doctrine commune à tout l’Orient sur la relation entre notre nature créée libre et la grâce de l’illumination. Rejetant le platonisme spiritualiste d’Augustin, Cassien affirme au contraire la corporéité de l’âme (et donc l’importance de l’ascèse), la primauté de l’illumination mystique sur la contemplation intellectuelle, et surtout le caractère souverain de la liberté humaine dans l’œuvre du salut. Cette conception, traditionnelle en Orient, qui place la liberté personnelle à parité avec la grâce, sera développée par saint Grégoire de Nysse sous le nom de synergie, comme la doctrine des Eglises d’Orient.

En Occident, les écrits de Cassien et de ses disciples seront condamnés, malgré la sainteté reconnue de leurs auteurs, au concile d’Orange de 529, comme semi-pélagiens. Ce choix de l’Eglise latine sera fondamental quant à l’évolution de toute la pensée occidentale par la suite, préparant le triomphe du thomisme et de l’averroïsme au XIIIe siècle.

Or, là encore, les Eglises d’Irlande et de Bretagne prirent fait et cause pour la doctrine de la synergie, à tel point qu’on les retrouve accusées de semi-pélagianisme sous Grégoire le Grand.

d) Un bref survol des principaux aspects communs à l’Orient et aux Celtes chrétiens serait inachevé sans une évocation du thème de l’épectase. Celui-ci est longuement développé par saint Grégoire de Nysse dans la Vie de Moïse qui est une lecture spirituelle du livre de l’Exode.

Ce thème, traditionnel en Orient où il apparaît déjà chez Philon et Origène, considère la plénitude du Royaume comme une migration dynamique « de gloire en gloire », un exode infini de l’âme en Dieu infini. Dieu se donne infiniment à l’âme dont la participation à la divinité ne saurait elle-même être limitée, dès lors que nous serons « semblables à Lui ».

Mystique dynamique, cette représentation du Royaume est loin de l’imaginaire de l’Occident latin médiéval, pour lequel le paradis est souvent figé dans la rétribution des mérites et la contemplation statique du trône divin.

Elle trouve paradoxalement un écho en Irlande des VIe et VIIe siècles avec le récit de la navigation de Saint Brendan. Abbé d’un monastère des côtes irlandaises, celui-ci entreprend avec douze de ses moines un voyage à la recherche du paradis. De merveille en merveille, cette odyssée chrétienne conduira saint Brendan vers l’éternité dans une navigation sans fin, figure de son propre exode intérieur. Ce récit irlandais, dont les versions abondent, fut dûment commenté tout au long du Moyen-Age ainsi qu’à l’époque moderne. Ici encore, il n’est pas interdit d’y trouver une conception « initiatique » de la destinée de l’âme, se rapprochant de l’épectase chère aux commentaires orientaux de l’Exode.

Conclusion:

Ce rapide aperçu des caractéristiques communes aux deux traditions ne prétend pas établir entre elles un rapport d’équivalence. En effet, la tradition de l’Orient chrétien est aujourd’hui la tradition vivante de l’Eglise alors que la tradition celtique est une tradition ecclésiale éradiquée aux environs du XIIe siècle, et notre propos n’est pas ici de la ressusciter artificiellement.

Certes, nombre de ses aspects ont plus ou moins perduré dans les cultures populaires des pays celtiques, mais celles-ci sont aujourd’hui peu à peu absorbées et dissoutes dans le grand chaudron positiviste contemporain. Ces quelques lignes voudraient simplement contribuer à restituer la parenté foncière qui exista entre deux réalités anachroniques et heureusement transchroniques, la Celtie et l’Orthodoxie, dont nous vivons la rencontre après huit siècles d’histoire manquée.

Ainsi, de même que la Vérité de Dieu nous rend toujours notre vérité d’hommes, la Tradition à laquelle l’Esprit nous greffe nous rend-elle à l’esprit de notre tradition d’hommes.

Source et auteur : Diacre Maxime le Diraison

INVITATION:
Nous avons le bonheur de vous inviter aux ordinations au Lectorat et au Sous-diaconat qui seront conférées le Mercredi 5 Août 2020 lors de la Messe de 10h30 au Monastère Syro-Orthodoxe de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde pour le service liturgique de l'Eglise.
LECTEURS:
Monsieur Mickaël ABDELAOUI
Le Frère Antoine (Poussy Nsangou, séminariste)
SOUS-DIACRE:
Monsieur Axel PIERSON

 

Monastère Syro-Orthodoxe de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,
Brévilly, 4
61300 CHANDAI.
Tel: 02.33.24.79.58
ou: 06.48.89.94.89
Courriel:asstradsyrfr@laposte.net
PRIÈRE:
Je vous aime, ô mon Dieu, et je ne désire le ciel que pour avoir le bonheur de vous aimer parfaitement.
Je vous aime, ô mon Dieu, et je n’appréhende l’enfer que parce qu’on y aura jamais la douce consolation de vous aimer.
Ô mon Dieu, si ma langue ne peut dire à tout moment que je vous aime, du moins je veux que mon cœur vous le répète autant de fois que je respire.
Ah ! Faites-moi la grâce de souffrir en vous aimant, de vous aimer en souffrant, et d’expirer un jour en vous aimant et en sentant que je vous aime.
Et plus j’approche de ma fin, plus je vous conjure d’accroître mon amour et de le perfectionner.
Amin.
--------------------
CONVITE:
Temos o prazer de convidá-lo para as ordenações do Lectorado e do Subdiaconado, que serão conferidas na quarta-feira, 5 de agosto de 2020, durante a missa das 10h30 no Mosteiro Siro-Ortodoxo da Bem-Aventurada Virgem Maria, Mãe de Misericórdia, pelo serviço litúrgico da 'Igreja.
LEITORES:
Mickaël ABDELAOUI
Irmão Antoine (Poussy Nsangou, seminarista)
UBDACON:
Axel PIERSON
------------------------
INVITATION:
We are pleased to invite you to the ordinations to the Lectorate and to the Sub-diaconate which will be conferred on Wednesday August 5, 2020 at the 10:30 am Mass at the Syro-Orthodox Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy for the liturgical service of the 'Church.
READERS:
Mr Mickaël ABDELAOUI
Brother Antoine (Poussy Nsangou, seminarian)SUB-DEACON:
Mr Axel PIERSON
------------------------
INVITACIÓN:
 
Nos complace invitarlos a las ordenaciones al Lectorado y al Subdiaconado que se conferirán el miércoles 5 de agosto de 2020 a las 10:30 a.m. 'Iglesia.
 
LECTORES
 
Sr. Mickaël ABDELAOUI
 
Hermano Antoine (Poussy Nsangou, seminarista)
 
SUB-DEACON:
Sr. Axel PIERSON
 
 
------------------------
Nous vous remercions pour votre présence ou (et) vos prières.
L’image contient peut-être : 1 personne
 
 
 
L’homme doit
 
combattre contre lui-même
 
comme doit combattre l’ennemi
 
contre son ennemi.
(Discours de Mgr Boniface, 24 juillet 2020)
 
Discours de Mgr Charles-Clément Boniface, dit Père Samuel, Chorévêque Syriaque orthodoxe, à ses fidèles et à toute personne croyante ou non.
Sujet :
Combat contre soi.
Illustration :
Platon, philosophe (mort en 348 avant J-C), dit :
« L’homme doit combattre contre lui-même comme doit combattre l’ennemi contre son ennemi. »
Extrait du discours :
Saint Paul dit aux Éphésiens (6, 11-12) :
« Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable.
Car nous n’avons pas à combattre contre la chair et le sang, mais contre les principautés, contre les pouvoirs dominateurs des ténèbres d’ici-bas, contre les esprits du mal dans les lieux célestes. »
1ère Épître de saint Paul à Timothée (6, 12) :
« Soyez forts et courageux dans le saint combat de la foi. Travaillez à gagner la vie éternelle à laquelle vous êtes appelés. »
Saint Augustin dit :
« Nul ne peut vaincre sans combattre. »
Roger Martin du Gard, écrivain français († 1958), dit :
« L’existence toute entière est un combat ; la vie, c’est de la victoire qui dure. »
Saint Ambroise dit :
« La victoire des victoires est la victoire remportée sur soi-même. »
Platon, philosophe (mort en 348 avant J-C), dit :
« L’homme doit combattre contre lui-même comme doit combattre l’ennemi contre son ennemi. »
Saint Bonaventure († 1274) dit :
« Le mépris du monde est un dur combat….
Croyez-moi, il faut beaucoup plus de courage pour se dompter soi-même que pour vaincre mille ennemis. »
Saint Augustin dit :
« Parmi tous les combats du chrétien, les plus durs sont ceux de la chasteté où les assauts sont de tous les jours et la victoire si rare. »
Saint Augustin dit encore :
« On combat avec plus de force quand on combat contre soi-même. »
Qui ne sait se vaincre est né pour être esclave.
« Être à Dieu, être à Dieu tout entier, être à Dieu sans partage !... le corps à Dieu !
L’âme à Dieu !... Oh, il n’y a rien de plus beau ! »
(Saint Jean-Marie Vianney, Curé d'Ars)
***
Bien qu'un homme puisse se trouver dans un état de faiblesse, cela ne signifie pas qu'il a été abandonné par Dieu.
Sur la Croix, le Seigneur Jésus-Christ était dans la détresse, comme le monde voit les choses.
Mais quand le monde pécheur l'a considéré comme complètement détruit, en fait, Il est remonté victorieux de la mort et de l'Hadès.
Le Seigneur ne nous a pas promis des positions de vainqueurs en récompense pour une vie juste, mais Il nous a dit :
-"Dans le monde, vous aurez des tribulations, mais réjouissez-vous, car J'ai vaincu le monde" (Jn 16,33).
La puissance de Dieu est efficace quand une personne demande l'aide de Dieu, reconnaissant sa propre faiblesse et son propre péché.
C'est pourquoi l'humilité et la recherche de Dieu sont les vertus fondamentales du chrétien.
Saint Jean (Maximovitch)
------------------------
Pertencer a Deus, pertencer inteiramente a Deus, pertencer a Deus sem compartilhar! ... o corpo a Deus! Alma para Deus! ... Oh, não há nada mais bonito! "(
Saint Jean-Marie Vianney, Cura d'Ars)
***
Embora um homem possa estar em um estado fraco, isso não significa que ele foi abandonado por Deus.
Na cruz, o Senhor Jesus Cristo estava em perigo, como o mundo vê.
Mas quando o mundo pecaminoso o considerou completamente destruído, de fato Ele venceu a morte e o inferno.
O Senhor não nos prometeu posições vencedoras como recompensa por uma vida justa, mas disse-nos:
- "No mundo você terá tribulações, mas se alegrará, porque eu venci o mundo" (Jo 16,33).
O poder de Deus é eficaz quando uma pessoa pede a ajuda de Deus, reconhecendo sua própria fraqueza e seu próprio pecado.
É por isso que a humildade e a busca por Deus são as virtudes fundamentais do cristão.
São João (Maximovich)
-------------------------------------------
“To belong to God, to belong entirely to God, to belong to God without sharing! ... the body to God! Soul to God! ... Oh, there is nothing more beautiful! "(
Saint Jean-Marie Vianney, Curé of Ars)
***
Although a man may be in a weak state, that does not mean he has been forsaken by God.
On the Cross, the Lord Jesus Christ was in distress, as the world sees it.
But when the sinful world considered Him to be completely destroyed, in fact He came up victorious over death and Hades.
The Lord did not promise us winning positions as a reward for a righteous life, but He told us:
- "In the world you will have tribulations, but rejoice, for I have overcome the world" (Jn 16,33).
The power of God is effective when a person asks for God's help, recognizing their own weakness and their own sin.
This is why humility and the search for God are the fundamental virtues of the Christian.
Saint John (Maximovich)
-------------------------------------------
"¡Pertenecer a Dios, pertenecer enteramente a Dios, pertenecer a Dios sin compartir! ... el cuerpo a Dios! Alma a Dios! ... Oh, no hay nada más hermoso! "(
San Juan María Vianney, cura de Ars)
***
Aunque un hombre puede estar en un estado débil, eso no significa que Dios lo haya abandonado.
En la cruz, el Señor Jesucristo estaba angustiado, como lo ve el mundo.
Pero cuando el mundo pecaminoso lo consideró completamente destruido, de hecho, salió victorioso sobre la muerte y el Hades.
El Señor no nos prometió ganar puestos como recompensa por una vida justa, pero nos dijo:
- "En el mundo tendrás tribulaciones, pero alégrate, porque yo he vencido al mundo" (Jn 16,33).
El poder de Dios es efectivo cuando una persona pide la ayuda de Dios, reconociendo su propia debilidad y su propio pecado.
Es por eso que la humildad y la búsqueda de Dios son las virtudes fundamentales del cristiano.
San Juan (Maximovich)

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

 

 

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

LE DISCERNEMENT DES ESPRITS

Thérapeutique –archange Raphael

La thérapeutique de l’âme humaine consiste dans la pénitence ou conversion du mental profond.

L’expérience que nous faisons alors du médecin divin qui est le Christ empli de la puissance de l’Esprit saint est liée à l’expérience du discernement.

En fait, Dieu donne le discernement à celui qui répond à l’appel de conversion :

-« Convertissez-vous car le Royaume des cieux est proche ! » (Matthieu3,2).

Le discernement permet alors la collaboration de la volonté libre de l’homme avec le vouloir divin.

Dieu veut faire de l’homme un dieu par participation à ses énergies déifiantes.

Discernement des trois volontés

Le cœur de l’homme est un espace habité, mais pas toujours par Dieu : de là viennent nos maux et nos souffrances.

La démarche de prière, qui consiste à adhérer au souvenir de Dieu d’une manière constante, fait découvrir cela.

Il y a en nous un espace, ce temple intérieur, ce cœur, qui est parasité par des pensées qui ne sont pas de Dieu, ni de nous, comparables à ces marchands que Dieu chasse avec colère de son temple.

Avec cette expérience-là, nous entrons dans ce que les Pères anciens appellent le discernement des trois volontés, des trois libertés ; il y a « ma » liberté de créature ; il y a « ta » liberté, celle de mon Créateur à qui je m’adresse ; il y a « sa » liberté, la liberté de l’autre, de l’adversaire, du monde spirituel déchu, du démon, de Satan, du diable, du « grappin » du bienheureux Curé d’Ars – quelle que soit la façon dont je l’appelle.

Ceci est très important à souligner.

La « garde des pensées » et le « discernement des pensées » reviennent à la même réalité : il y a en nous des suggestions, des pensées, des images, des impulsions spirituelles, avant même les impulsions psychiques ou physiques – c’est toujours la question de l’antériorité du spirituel, du « céleste », sur le « terrestre ».

Mais, à cause de la chute et de l’inversion d’une partie du céleste, toutes ces impulsions ne sont pas de Dieu et ne sont pas non plus de notre nature : il en est qui sont d’origine diabolique.

Ceci est la base de toute l’expérience ascétique et de la spiritualité orthodoxe aujourd’hui.

Trois dimensions

Nous sommes à une époque où l’on s’intéresse beaucoup à l’âme humaine ; on a beaucoup développé les « sciences humaines » depuis le début du 20ème siècle, en particulier avec les méthodes et les doctrines psychologiques de Freud, de Jung et d’autres.

Ceci crée une remarquable sensibilité à l’étude de l’âme et à ses profondeurs.

Notre siècle se penche sur l’âme humaine, et c’est d’une exceptionnelle importance.

Mais il est assez rare que l’on reconnaisse qu’il y a un Dieu et encore plus rare qu’on reconnaisse l’existence du monde angélique et particulièrement diabolique.

On considère souvent l’âme humaine dans ses profondeurs, sans penser qu’il existe des dimensions extérieures à elle et qui agissent en elle :

_le monde divin et le monde spirituel ou angélique, qui ne s’identifient pas au psychisme.

Le monde angélique

Il coïncide, on l’a déjà vu, avec une partie de l’âme, le mental profond, le « noûs », sans s’identifier pour autant à lui.

Finalement, il manque, dans beaucoup d’analyses de la pathologie de l’âme, deux personnes sur trois, et on étudie l’homme tout seul.

C’est une erreur, parce que le psychisme de l’être humain est conditionné par sa relation avec Dieu et avec le monde spirituel ; les phénomènes psychologiques ne peuvent donc s’expliquer uniquement par les relations interhumaines.

Il y a ici une complémentarité entre les « sciences humaines » et l’apport de la psychologie des Pères de l’Église, psychologie triadique comportant rigoureusement l’homme intérieur, Dieu et le monde spirituel.

L’homme intérieur, l’âme, est sensible aux impulsions qui viennent de Dieu par les anges ainsi qu’aux impulsions diaboliques.

Il peut développer progressivement la capacité de choisir entre ces deux types de suggestions, expressions respectives de la volonté divine et de la volonté du monde angélique désobéissant.

Sa volonté, qui choisit, est la troisième volonté de ce groupe.

(extrait de Prie comme tu respires. La vie comme liberté, aux éditions de la Métropole roumaine)

 

Nantes  et  le patrimoine français 

négligé

(Michel Onfray)

Michel Onfray était l’invité de LCI pour partager son « regard sur ce qui s’est passé à Nantes » et sur le patrimoine français « négligé ».

Le philosophe et essayiste Michel Onfray était l’invité samedi du Tour de l’info sur LCI, suite à l’incendie de la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Nantes. Le journaliste souhaitait l’entendre partager son « regard sur ce qui s’est passé à Nantes » et plus particulièrement sur le « patrimoine français dont on a pu voir que, dans une certaine mesure, il était négligé ».

Michel Onfray dénonce alors le fait que l’on ne parle « véritablement » des actes anti-chrétiens « que quand une cathédrale brûle ».

« Il faut toujours qu’il y ait des choses médiatiques pour que les médias nous disent que le réel existe. C’est assez sidérant. C’est-à-dire que d’un seul coup, il y a une cathédrale qui prend feu, et on se dit, ‘tiens il y a un problème avec un buffet d’orgue qui a disparu, n’y aurait-il pas un problème avec le patrimoine’. Oui ! Mais c’est pas parce que la chose a été montrée à la télévision que pour autant elle existe. Je vous rappelle qu’il y a à peu près 2 ou 3 gestes anti-chrétiens par jour en France, et qu’on n’en parle véritablement que quand une cathédrale brûle. Tout ça se tient. Il y a des incendies qui ne sont pas visibles. […] Les châteaux s’effondrent, les églises s’effondrent, les monuments s’effondrent, et ce sont finalement des attentats à bas bruit. »

Interrogé sur les faits anti-chrétiens et anti-religieux, Michel Onfray tient à recentrer le débat.

« Je dis bien anti-chrétiens. Il ne faut pas dire absolument anti-religieux. Ça concerne les églises, ça concerne les chapelles, ça concerne les statues votives, ça concerne le catholicisme, et c’est pas religieux au sens large du terme, ça concerne le christianisme, entendons-nous bien. Ça concerne beaucoup moins l’islam, par exemple. Et ça concerne aussi parfois le judaïsme. »

Le journaliste approuve alors et complète en disant, « vous avez raison de le dire, il y a beaucoup plus d’actes à caractère anti-chrétien ». Michel Onfray, qui se dit « athée dans une civilisation chrétienne », poursuit :

« Je défends une civilisation, et notre civilisation est judéo-chrétienne à l’évidence. […] Il y a aussi une destruction des racines chrétiennes de la France à bas bruit par ceux qui estiment qu’on ne peut pas parler des racines chrétiennes de la France dans une Constitution. C’est tout de même l’évidence de ce que l’Histoire nous enseigne, c’est-à-dire dans la totalité des villages français, vous avez des églises, et vous avez de temps en temps des temples, vous avez de temps en temps des mosquées, et puis vous avez aussi des synagogues. Mais globalement, on sait très bien que c’est une terre catholique. L’athée que je suis ne va pas aller contre l’évidence historique. C’est une terre catholique, c’est même ensuite une terre chrétienne, avec, hélas, la Saint-Barthélémy, avec les guerres de religion, et c’est ce qui a constitué l’Histoire de France. On ne peut pas dire de la France qu’on peut en prélever ce qui nous arrange nous. »

M.C.

Crédits Images :  John_Silver / Shutterstock.com, Creative Commons – Wikimedia / Fronteiras do Pensamento

 

Source: Info Chrétienne

Tout ce qui libère notre esprit,
 
sans donner la domination
 
sur nous-mêmes, est pernicieux.
 
(Discours de Mgr Boniface, 25 juillet 2020)
 
Discours de Mgr Charles-Clément Boniface, dit Père Samuel, Chorévêque Syriaque orthodoxe, à ses fidèles et à toute personne croyante ou non.
Sujet :
Dominer soi-même.
Illustration :
Goethe, poète allemand († 1832), dit :
« Tout ce qui libère notre esprit, sans donner la domination sur nous-mêmes, est pernicieux. »
Extrait du discours :
D’abord, dominer sa langue de peur qu’elle ne dise des choses fausses ou inutiles.
Ensuite, dominer ses pieds pour qu’ils ne courent pas vers les choses inutiles, illicites, absurdes.
Dominer ses mains de peur qu’elles ne reçoivent avec plaisir des présents et ne fassent le mal.
Dominer ses oreilles pour qu’elles n’écoutent pas la médisance.
Dominer ses yeux pour qu’ils ne voient pas la vanité.
Mais avant tout, dominer soi-même, ses passions déréglées.
Dominer soi-même, c’est la meilleure liberté.
Tissier, évêque français († 1948), dit :
« Celui-là seul est puissant sur les autres qui est puissant sur lui-même. »
Voltaire dit :
« Si je n’avais pas l’amour du travail, il y a longtemps que je serais mort de désespoir. »
Goethe, poète allemand († 1832), dit :
« Tout ce qui libère notre esprit, sans donner la domination sur nous-mêmes, est pernicieux. »
« Reste le capitaine de ton âme. »
Saint Bernard dit :
« Il faut dominer les mouvements déréglés de la volupté. »
Saint Jean Chrysostome dit :
« La volupté est semblable au chien :
- si vous le chassez, il s’enfuit,
- si vous le nourrissez, il reste. »
Platon dit :
« La volupté est suivie presque aussitôt de la douleur et du regret. »