Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 09:28
Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :

Chers amis.

Veuillez excuser mon silence de ces deux derniers jours.

Ayant commencé ma tournée pastorale mensuelle de nos paroisses et « relais paroissiaux » de la façade atlantique, j’étais sans accès internet...

Vous ne quittez pas mes prières et demeurez dans mon cœur sacerdotal.

Que la Mère de Miséricorde vous protège et vous accompagne dans ce « Jeûne des Apôtres » qui nous prépare à la Fête des Sts Pierre et Paul et, le lendemain, des Sts Apôtres ! Aloho m’barekh (Dieu vous bénisse) !

+Mor Philipose-Mariam

Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 4,1-8.

Mon bien-aimé : je t'adjure devant Dieu et le Christ Jésus, qui doit juger les vivants et les morts, par son avènement et son royaume :
prêche la parole, insiste à temps et à contretemps, reprends, censure, exhorte, avec une entière patience et souci d'instruction.
Car un temps viendra où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine, mais au gré de leurs désirs se donneront une foule de maîtres, l'oreille leur démangeant,
et ils détourneront l'oreille de la vérité pour se tourner vers les fables.
Pour toi, sois sobre en toutes choses, endure la souffrance, fais œuvre de prédicateur de l'Evangile, remplis pleinement ton ministère.
Quant à moi, je suis déjà offert en sacrifice, et le moment de mon départ approche.
J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi :
désormais m'est réservée la couronne de la justice, que m'accordera en ce jour-là le Seigneur, le juste Juge, et non seulement à moi, mais à tous ceux qui auront chéri son apparition.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,13-19.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Vous êtes le sel de la terre. Si le sel s'affadit, avec quoi lui rendra-t-on sa saveur ? Il n'est plus bon qu'à être jeté dehors et foulé aux pieds par les hommes.
Vous êtes la lumière du monde : une ville située au sommet d'une montagne ne peut être cachée.
Et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.
Qu'ainsi votre lumière brille devant les hommes, afin que, voyant vos bonnes œuvres, ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.
Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes ; je ne suis pas venu abolir, mais parfaire.
Car, je vous le dis en vérité, jusqu'à ce que passent le ciel et la terre, un seul iota ou un seul trait de la Loi ne passera, que tout ne soit accompli.
Celui donc qui aura violé un de ces moindres commandements et appris aux hommes à faire de même sera tenu pour le moindre dans le royaume des cieux ; mais celui qui les aura pratiqués et enseignés sera tenu pour grand dans le royaume des cieux.

Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :

Par Saint Maxime le Confesseur (v. 580-662), moine et théologien
Question 63 à Thalassius ; PG 90, 667s (trad. Argyriou / Tournay rev)

« Une lampe pour mes pas, ta parole, une lumière sur ma route » (Ps 118,105)


La lampe sur le lampadaire, c'est notre Seigneur Jésus Christ, la vraie lumière du Père « qui éclaire tout homme venant au monde » (Jn 1,9).

Autrement dit, c'est la Sagesse et la Parole du Père ; ayant accepté notre chair, il est réellement devenu et il a été appelé la « lampe » du monde.

Il est célébré et exalté dans l'Église par notre foi et notre piété

. Il se rend ainsi visible à toutes les nations et il brille pour « tous les gens de la maison », c'est-à-dire pour le monde entier, selon sa parole :

-« On n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais sur le chandelier, où elle brille pour tous dans la maison » (Mt 5,15).

Comme on le voit, le Christ se nomme lui-même une lampe.

Dieu par nature, il est devenu chair dans le plan du salut, une lumière contenue dans la chair comme dans un vase.

C'est à cela que David pensait lorsqu'il disait :

- « Une lampe sur mes pas, ta parole, une lumière sur ma route ».

Comme il fait disparaître les ténèbres de l'ignorance et du mal des hommes, mon Sauveur et Dieu est appelé une lampe dans l'Écriture.

Comme il est le seul à pouvoir anéantir les ténèbres de l'ignorance et à dissiper l'obscurité du péché, il est devenu pour tous la voie du salut.

Il conduit auprès du Père ceux qui, par la connaissance et la vertu, marchent avec lui sur le chemin des commandements comme sur une voie de justice.

Le lampadaire, c'est la sainte Église parce que le Verbe de Dieu brille par sa prédication.

C'est ainsi que les rayons de sa vérité peuvent éclairer le monde entier.

Mais à une condition :

-ne pas la cacher sous la lettre de la Loi.

Quiconque s'attache à la seule lettre de l'Écriture vit selon la chair : il met la lampe sous le boisseau.

Placée au contraire sur le lampadaire, l'Église, elle éclaire tous les hommes.

Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :

Le christianisme promet l'éternité de ce qui s'est réalisé sur cette terre

Le christianisme ne promet pas le simple salut de l'âme, dans un quelconque au-delà où toutes les valeurs et les choses précieuses de ce monde disparaîtraient comme s'il s'agissait d'une scène qu'on aurait bâtie autrefois ...

Le christianisme promet l'éternité de ce qui s'est réalisé sur cette terre.

Dieu connaît et aime cet homme total que nous sommes actuellement.

Est donc immortel ce qui grandit et se développe dans notre vie de maintenant.

C'est dans notre corps que nous souffrons, aimons, que nous espérons, que nous éprouvons de la joie et de la tristesse, que nous progressons à travers le temps.

Tout ce qui grandit ainsi dans notre vie de maintenant, c'est cela qui est impérissable : est donc impérissable ce que nous sommes devenus dans notre corps, ce qui a grandi et mûri au cœur de notre vie, en lien avec les choses de ce monde.

C'est “l'homme total” tel qu'il s'est situé en ce monde, tel qu'il y a vécu et souffert, qui sera un jour emporté dans l'éternité de Dieu et qui aura part, en Dieu Lui-même, à l'éternité.

C'est cela qui doit nous envahir d'une joie profonde.

(Joseph Cardinal Ratzinger, future pape de Rome Benoît XVI)

Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :

Quel paradis ?

Livre de l'Apocalypse 21, 2-7

J'ai vu descendre du ciel, d'auprès de Dieu, la cité sainte, la Jérusalem nouvelle, toute prête, comme une fiancée parée pour son époux.

Quel paradis ?
Le ciel pour nous ce qu’on appelle le paradis n’est pas le jardin décrit dans le livre de la Genèse mais la ville représentée dans celui de l’Apocalypse.

Si la bible s’ouvre sur l'éden, elle se referme sur la Jérusalem céleste, la cité sainte parée comme une fiancée.

Ne confondons pas les deux paradis, la bible passe du jardin donné par Dieu à la cité bâtie avec lui par les hommes.

Entre ces deux royaumes, il y a toute l’histoire de l’humanité avec celle de chaque homme et chaque femme, donc aussi la nôtre.

Entre l'éden paradis idéal et rêve nostalgique de l’harmonie parfaite avec Dieu et la Jérusalem céleste ville organisée et construite la création nous est donnée, soumise même.

Ce don nous rend maître de l’histoire de cette création, c’est l’humanité qui en détient le sort.

Chaque être humain coopère par ses actes, ses décisions, ses œuvres, à la construction de cette cité.

La Jérusalem à laquelle je participe et collabore, est faite de toute la peine des hommes, de toutes leurs découvertes, de tous leurs sacrifices, de leurs prières, de leurs bonheurs…

Tout ce que je fais, ce que j’acquiers, ce que je découvre, désire, réalise, tout compte, rien n’est perdu.

Je construis ma propre demeure dans la cité de Dieu.

Chaque lutte de mon corps, chaque bataille de mon âme, chaque victoire de mon cœur, tous mes combats, s’ils servent ma chair et le monde, sont appelés à être glorifiés, car Dieu fera toutes choses nouvelles, mais à partir de notre propre vie.

(Source : « Signe dans la Bible »)

Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :

Quand les barbares vinrent pour massacrer au monastère de saint Moïse l'Éthiopien (apophtegmes)

Un jour, alors que les frères étaient près de lui (saint Moïse), il leur dit "voyez donc, les barbares arrivent à Sceté aujourd'hui.

Levez-vous et fuyez.

" Ils lui répondirent "Abba, pourquoi ne vous enfuyez-vous pas aussi?"

Il leur répondit :

- "En ce qui me concerne, j'attends ce jour depuis des années, afin que la parole du Seigneur Christ puisse s'appliquer, qui dit 'celui qui vit par l'épée, périra par l'épée' (Mt 26,52).
(Saint Moïse avait mené une vie de bandit violent avant sa conversion au Christianisme)


Alors ils lui dirent "nous ne fuirons pas non plus, nous mourrons avec vous." Il leur dit "Je ne suis pas responsable, que chacun décide pour lui-même s'il s'arrête ou pas.

" Il y avait alors sept frères près de lui, et il leur dit :

-"voyez, les barbares sont près de la porte."

Ils entrèrent, et les massacrèrent.

Mais un réussi à s'enfuir, et se cacha sous une pile de cordages, et il vit sept couronnes descendre et les couronner."
(Apophtegmes des Pères du Désert, 4ème siècle, Abba Moïse l'Éthiopien)

Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :

SAINT BARNABÉ, QUI ÊTES-VOUS ?
Apôtre
(Ier siècle
)

Saint Barnabé est qualifié du nom d'Apôtre, quoiqu'il ne fût pas du nombre des douze que Jésus avait choisis ; on lui a donné ce titre glorieux parce que le Saint-Esprit l'avait appelé d'une manière toute spéciale et qu'il eut une grande part, de concert avec les Apôtres, dans l'établissement du christianisme.

Dans l’Eglise naissante, le titre d’Apôtre était facilement donné aux Evêques « Successeurs des Apôtres » puisqu’essentiellement c’est la même Onction pour une même Mission, c’est ultérieurement qu’on préféra réserver le titre d’ « Apôtres » aux seuls douze qui avaient été choisis par le Christ de son vivant.

Barnabé était Juif, de la tribu de Lévi, et natif de l'île de Chypre ; son nom de Joseph lui fut changé par les Apôtres contre celui de Barnabé, qui signifie fils de consolation.

Il avait été ami d'enfance de saint Paul et c'est lui qui, après l'étonnante conversion de cet Apôtre, le présenta à Pierre, le chef de l'Église.

La première mission de Barnabé fut d'aller diriger l'Église d'Antioche, où la foi prenait de grands accroissements ; il vit tant de bien à faire, qu'il appela Paul à son secours, et les efforts des deux Apôtres réunis opérèrent des merveilles.

Sur l'inspiration de l'Esprit-Saint, le Prince des Apôtres leur donne l'onction épiscopale,

et ils s'élancent, au souffle d'en haut, vers les peuples gentils, pour les convertir.

Salamine, Lystre, la Lycaonie et d'autres pays encore, entendent leur parole éloquente, sont témoins de leurs miracles et, sous leurs pas, la foi se répand avec une rapidité prodigieuse.

Paul et Barnabé se séparent ensuite, pour donner plus d'extension à leur ministère.

L'île de Chypre, d'où il est originaire, était particulièrement chère à Barnabé ; c'est là qu'il devait sceller de son sang la foi qu'il avait prêchée.

Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :

Par Saint Ignace d'Antioche (?-v. 110), évêque et martyr .
Lettre à Polycarpe (69-155, saint, évêque et martyr), 1-3 ; SC 10 (trad. cf Quéré, Pères apostoliques, p. 153)

« Comme des brebis au milieu des loups »


Je t'exhorte, par la grâce dont tu es revêtu, à redoubler d'ardeur et à exhorter tous les frères pour qu'ils soient sauvés.

Justifie ta dignité épiscopale par une vigilance incessante de chair et d'esprit ; aie souci de l'unité : rien ne la dépasse.

Porte avec patience tous les frères comme le Seigneur te porte toi-même ; supporte-les tous avec amour, comme tu le fais d'ailleurs.

Prie sans relâche ; demande une sagesse plus grande encore ; veille et garde ton esprit en alerte ; parle à chacun en particulier, à l'exemple de Dieu .

« Porte les infirmités » (cf Mt 8,17) de tous comme un athlète accompli.

Là où l'effort est plus grand, il y a plus de gain.

Si tu n'aimes que les bons disciples, tu n'as pas de mérite ; ce sont surtout les plus atteints qu'il te faut soumettre par la douceur.

On n'applique pas le même baume sur toutes les blessures ; apaise les crises aiguës avec des compresses humides.

En toutes choses, « sois astucieux comme le serpent » et toujours « candide comme la colombe ».

Toi qui es chair et esprit, traite avec bonté ce qui tombe sous les sens, mais prie aussi pour que le monde invisible te soit révélé.

Ainsi tu ne manqueras de rien ; tu seras riche de tous les dons de l'Esprit.

Comme le navigateur invoque les vents et le marin assailli par la tempête appelle le port, ainsi ce temps t'invite à rejoindre Dieu.

Pratique la sobriété, en athlète de Dieu, et tu gagneras pour prix la vie éternelle et impérissable.

Un grand athlète triomphe malgré les coups.

C'est surtout à cause de Dieu que nous devons accepter toutes les épreuves, afin que lui aussi nous accepte.

Redouble de zèle ; examine bien cette époque.

Attends Celui qui est au-delà du temps, éternel, invisible, mais qui pour nous s'est laissé voir — Celui qui, intangible et incapable de souffrir, a connu la Passion et a consenti à toutes les souffrances.

Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :

Vanité (Evagre le Pontique)

Dans toute la gamme des mauvaises pensées, nulle n'est plus riche en ressources que la vanité.
(Evagre le Pontique dans : "Le Discernement")

Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 2,41-51.

Chaque année, les parents de Jésus se rendaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque.
Quand il eut douze ans, ils montèrent en pèlerinage suivant la coutume.
À la fin de la fête, comme ils s’en retournaient, le jeune Jésus resta à Jérusalem à l’insu de ses parents.
Pensant qu’il était dans le convoi des pèlerins, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances.
Ne le trouvant pas, ils retournèrent à Jérusalem, en continuant à le chercher.
C’est au bout de trois jours qu’ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi : il les écoutait et leur posait des questions,
et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses.
En le voyant, ses parents furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ! »
Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? »
Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait.
Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements.

Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :

Saint Bonaventure (1221-1274), franciscain, docteur de l'Église
L'Arbre de vie, 29-30, 47 (trad. cf bréviaire Sacré Cœur et Orval)

Lève-toi donc, toi qui aimes le Christ


Toi qui as été racheté, contemple celui qui pour toi est suspendu à la croix…

La sagesse de Dieu a bien voulu que la lance d'un soldat perce et ouvre son côté ; il en est sorti du sang et de l'eau (Jn 19,34).

De cette source, du plus profond de son cœur, le Christ donne aux sacrements de l'Église le pouvoir de donner la vie de la grâce… ; il donne à boire de cette « eau vive qui jaillit jusque dans la vie éternelle » (Jn 4,14).


Lève-toi donc, toi qui aimes le Christ, « sois comme la colombe qui pose son nid au fond de la caverne » (Jr 48,28), et là, « comme l'oiseau qui a trouvé sa demeure » (Ps 83,4), ne cesse pas de veiller ; comme la tourterelle, viens y abriter tes petits et avance ta bouche pour « puiser de l'eau aux sources du salut » (Is 12,3).

Voilà en effet « la source qui, jaillie au milieu de l'Éden, se divise en quatre bras » (Gn 2,10) et, répandue dans les cœurs des croyants, arrose et féconde la terre tout entière...

Qui que tu sois, cours à cette source de vie et de lumière avec un désir ardent et, dans ton amour de Dieu, crie-lui de toute ta force et de ton cœur :

« Beauté inexprimable du Dieu très-haut, resplendissement très pur de la lumière éternelle, Vie qui donnes la vie à tous les vivants, lumière qui donnes son éclat à toute lumière et qui gardes en leur splendeur immuable et en leur diversité les astres qui brillent devant le trône de ta divinité depuis l'origine des temps !


« Fleuve éternel et inaccessible, limpide et doux, dont la source est cachée aux yeux de tous les mortels, profondeur sans fond, hauteur sans limites, largeur sans bornes, pureté sans aucun trouble !

C'est de toi que découle ‘le fleuve qui réjouit la cité de Dieu' (Ps 45,5)..., pour que nous te chantions des hymnes de louange, ‘dans les acclamations de joie et d'action de grâce' (Ps 41,5), car nous savons d'expérience ‘qu'auprès de toi est la source de la vie et que dans ta lumière nous verrons la lumière' (Ps 35,10) ».

Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :

Une méditation du Père Lazard-Marie :

"UNITY IN GOD -A SECOND MEDITATION."

This call to life in the Holy Spirit that makes all things one ,

It requires faith ,

That is a real faith that allows us to be drawn deeper in to God each moment

when the world ,

Not just a secular world ; but the underworld of darkness where the Evil one dwells

will do all to prevent this union with God ;that draws all in to Gods salvation saving souls.

Such faith draws us ever deeper in to loves vulnerability ,

It was and is the vulnerability of the Crucified "One" left bleeding and dying on the Cross ;

Feeling such indescribable pain ;yet going on to the end to gather in ever last lost soul ,

This is the real rule of life in the cell alone with Him- " Union with the Crucified Christ."

It was precisely within this Crucifixion interior and physically that He was able to

be lifted up from the earth to draw all men to Himself ,

This is the heart of the hidden offering ,

So hidden and subtle it often needs to be away from the gaze of men .

When all is given ,

And when all is offered there is a risk ,

Risk of rejection; for some will be frightened or challenged by this path ,

Risk of misunderstanding ; for some will not understand through ignorance .

Some will choose not to understand because it challenges the security of the boundaries they

live with the life focused on self ; or man made order .

Some will say the cost is to great ,

Or suggest a more easy and simple route just as Christ was tempted for forty days in the desert .

The worlds love will turn to hate for the Sons and Daughters of God who seek such a path as their only

hearts desire ,

The crowd will cry out as it did to the Christ for their Crucifixion in various ways ,

The days will come when the Orthodoxy that is all to comfortable for most will once again become the

suffering Orthodoxy ; from which flowed the persecutions and blood of martyrs .

Sometimes we will be week and almost crushed by this offering and sacrifice as Christ also fell under the

weight of His cross,

The measure of love that will achieve true unity in God for all men and all animals ,creatures ,and plants

is to suffer and stay faithful to our true and only path in God even unto death.

The wounds of Christ that we will carry within us hidden away in the cell and Church that make up what

is lacking in the sufferings of Christ for the Church ,

These wounds will eventually free the soul to the true movement of prayer upwards in the light that is the Holy Spirit ,taking

all souls with us in to heart of God ;where all will be well for us and them ; in our eternity alone in and with Him .

This is the truth that will set us free ,

This is the truth that will allow us to become that feather on the breath of God ,

That allows us in the prayer to simply be used as God wills ,

For the prayer "Whatever is done on earth today may it be done in the name of the Lord Jesus Christ " ,

will be fulfilled through movement and life in the Holy Spirit .

Father Lazarus –Mariam

Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :
La voie de la Croix

Il n'y a qu'un chemin pour le Royaume de Dieu - c'est la croix, que ça soit volontairement ou involontairement.
(Saint Théophane le Reclus, "L'art de la prière")




There is but one road to the Kingdom of God - a cross, voluntary or involuntary.

Samedi 13 Juin 2015 Eléments pour la méditation :
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
commenter cet article
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 05:08
Fresques du Monastère "Des Syriaques" . Egypte.

Fresques du Monastère "Des Syriaques" . Egypte.

Livre des Proverbes 31,10-31.

Qui peut trouver une femme forte ? Elle a bien plus de valeur que les perles.
Le cœur de son mari a confiance en elle, et les profits ne lui feront pas défaut.
Elle lui fait du bien, et non du mal, tous les jours de sa vie.
Elle recherche de la laine et du lin, et travaille de sa main joyeuse.
Elle est comme le vaisseau du marchand, elle apporte son pain de loin.
Elle se lève lorsqu'il est encore nuit, et elle donne la nourriture à sa maison, et la tâche à ses servantes.
Elle pense à un champ, et elle l'acquiert ; du fruit de ses mains, elle plante une vigne.
Elle ceint de force ses reins, et elle affermit ses bras.
Elle sent que son gain est bon ; sa lampe ne s'éteint pas pendant la nuit.
Elle met la main à la quenouille, et ses doigts prennent le fuseau.
Elle tend la main au malheureux, elle ouvre la main à l'indigent.
Elle ne craint pas la neige pour sa maison, car toute sa maison est vêtue de cramoisi.
Elle se fait des couvertures, le byssus et la pourpre sont ses vêtements.
Son époux est bien connu aux portes de la ville, lorsqu'il siège avec les anciens du pays.
Elle fait des chemises et les vend, et elle livre des ceintures au marchand.
La force et la grâce sont sa parure, et elle se rit de l'avenir.
Elle ouvre la bouche avec sagesse, et les bonnes paroles sont sur sa langue.
Elle surveille les sentiers de sa maison, et elle ne mange pas le pain d'oisiveté.
Ses fils se lèvent et la proclament heureuse ; son époux se lève et lui donne des éloges :
« Beaucoup de filles se sont montrées vertueuses ; mais toi, tu les surpasses toutes. »
Trompeuse est la grâce, et vaine est la beauté ; la femme qui craint Yahweh est celle qui sera louée.
Donnez-lui du fruit de ses mains, et que ses œuvres disent sa louange aux portes de la ville.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13,44-52.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : le royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champ. L'homme qui l'a trouvé le cache, et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il a et achète ce champ.
Encore : le royaume des cieux est semblable à un marchand qui cherchait de belles perles.
Ayant trouvé une perle de grand prix, il s'en alla vendre tout ce qu'il avait, et il l'acheta.
Encore : le royaume des cieux est semblable à un filet qu'on a jeté dans la mer et qui a ramené des poissons de toute sorte.
Lorsqu'il fut rempli, les pêcheurs le tirèrent au rivage et, s'étant assis, ils recueillirent les bons dans des paniers et rejetèrent les mauvais.
Ainsi en sera-t-il à la consommation du siècle : les anges sortiront et sépareront les méchants d'avec les justes,
et ils les jetteront dans la fournaise du feu ; là seront les pleurs et les grincements de dents.
Avez-vous compris toutes ces choses ? "
Ils lui dirent : " Oui. " Et il leur dit : " C'est pour cela que tout scribe devenu disciple du royaume des cieux ressemble à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et du vieux. "

Mercredi 10 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

Par Saint Bonaventure (1221-1274), franciscain, docteur de l'Église d’Occident.
Vie de Saint François, Legenda major, ch. 7 (trad. cf. Vorreux, Eds franciscaines 1951, p. 122)

La perle de grande valeur


Parmi les dons spirituels reçus de la générosité de Dieu, François a obtenu en particulier celui de toujours enrichir son trésor de simplicité grâce à son amour de la très grande pauvreté.

Voyant que celle qui avait été la compagne habituelle du Fils de Dieu était devenue désormais l'objet d'une aversion universelle, il a eu à cœur de la prendre pour épouse et lui a voué un amour éternel.

Non content de « quitter pour elle son père et sa mère » (Gn 2,24), il a distribué aux pauvres tout ce qu'il pouvait avoir (Mt 19,21).

Personne n'a gardé son argent aussi jalousement que François a gardé sa pauvreté ; jamais personne n'a surveillé son trésor avec plus de soin qu'il n'en a mis à garder cette perle dont parle l'Évangile.

Rien ne le blessait autant que de rencontrer chez ses frères quelque chose qui ne soit pas parfaitement conforme à la pauvreté des religieux.

Du début de sa vie religieuse jusqu'à sa mort, lui-même n'a eu pour toutes richesses que sa tunique, une corde comme ceinture, des caleçons ; il ne lui fallait rien de plus.

Il lui arrivait souvent de penser en pleurant à la pauvreté du Christ Jésus et de sa Mère :

-« Voici, disait-il, pourquoi la pauvreté est la reine des vertus ; c'est à cause de l'éclat dont elle a brillé chez le Roi des rois (1Tm 6,15) et la Reine sa mère ».

Quand les frères lui demandaient un jour quelle est la vertu qui nous rend le plus ami du Christ, il a répondu, leur ouvrant pour ainsi dire le secret de son cœur :

-« Sachez, frères, que la pauvreté spirituelle est le chemin privilégié du salut, car elle est la sève de l'humilité et la racine de la perfection ; ses fruits sont innombrables bien que cachés.

Elle est ce ' trésor enfoui dans un champ ' pour l'achat duquel, dit l’Évangile, il faut tout vendre et dont la valeur doit nous pousser à mépriser tout autre chose ».

Mercredi 10 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

Ville ouverte

Livre de Zacharie 2, 5-17

Jérusalem doit rester une ville ouverte, à cause de la quantité d'hommes et de bétail qui la peupleront. Quant à moi, je serai pour elle, déclare le Seigneur, une muraille de feu

Ville ouverte
Dieu sort de sa demeure sainte pour habiter au milieu de Jérusalem, Dieu abandonne le ciel pour habiter la terre, Jésus quitte le sein de la Vierge pour naitre dans une étable qui sent la bouse. Dieu n’est pas bégueule, rien ne peut le retenir pour désirer se faire le compagnon de l’homme : aucun mauvais lieu, aucune mauvaise odeur, aucun cœur mauvais. Quelque soit notre situation, notre passé, nos péchés, quelques soient les jugements des autres, rien ne peut l’empêcher de vouloir nous entourer d’une muraille de feu et d’avoir envie d’être notre gloire.

Là encore, la tentation est forte de mesurer sa ville, d’en faire le tour et de la barricader. L’entre soi confortable et rassurant qui ferme portes et fenêtres, pour n’être et fréquenter que des mêmes, des semblables, des identiques, est incompatible avec le projet de Dieu pour sa création. Heureusement, un ange veille : la ville doit rester ouverte pour tous, hommes et bétails… Le royaume est grand ouvert à ceux qui déjà sont des hommes, et il n’est pas fermé à ceux qui sont encore un troupeau.
Que cette ville soit moi-même, ou mon monde, ou mon église, elle ne participera au royaume que par sa propre brèche, par la plus petite ouverture, déchirure, blessure, qui fera place à tout autre, au plus éloigné, au différent, au contraire. C’est à cette condition que Dieu installe sa gloire au milieu d’elle. Il ne peut en effet s’imposer dans une place forte, mais seulement dans un lieu à découvert.

(Source : « Signe dans la Bible »)

Mercredi 10 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

« Sainte Marie peint une jeune fille »

Christophe Colomb avait dédié son voyage de découverte à Marie, changeant le nom de son fameux vaisseau le Gallega en Santa Maria. Chaque soir, il faisait chanter des hymnes à Notre Dame aux équipages de ses trois navires.

Lors de la découverte de l'île de San Salvador (qu'il baptisa du nom du Sauveur), Colomb et ses hommes entonnèrent en y débarquant le Salve Regina en l'honneur de Notre Dame. Sur place, ils enseignèrent l'Ave Maria (le « Je vous salue Marie ») et d'autres prières catholiques aux indigènes.

Les noms des trois navires de Christophe Colomb étaient : le Santa Maria (« Sainte Marie »), le Pinta (« Peint »), et le Nina (« fille ») - qui, mis ensemble, peuvent se lire : « Sainte Marie peint une jeune fille »…, phrase qui évoque un événement miraculeux qui se produisit 49 ans plus tard : en effet, Marie « peignit » une image d'elle-même sous les traits d'une jeune fille indienne, sur la cape de saint Juan Diego (le voyant de Guadalupe)—image scientifiquement inexplicable (…) qui a suscité la conversion au catholicisme de neuf millions d'Indiens mexicains en l'espace de seulement une décennie.

Extrait de l'article History We Should Remember du Père Joseph Esper, publié dans le Catholic Journal US, le 6 mars 2015

Mercredi 10 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

LES COPTES, QUI SONT-ILS ?

Comprendre la situation des coptes

Discriminés depuis des décennies, cible d’attentats, comme vingt et un d’entre eux égorgés par Daech en février en Libye, les coptes constituent la plus importante population chrétienne du Proche-Orient

Qu’est-ce qu’être copte ?

Plus importante communauté chrétienne du Proche-Orient, composée de 6 à 8 millions de fidèles, soit 10 % de la population égyptienne, les coptes ne se définissent pas seulement par leur appartenance ecclésiale. L’appellation « copte » – contraction arabe du mot grec aïguptios, « égyptien » – recouvre également une langue dont l’usage s’est perdu au profit de l’arabe, mais aussi une culture et une histoire collective qui se confondent avec celle de l’Égypte. Autrement dit, être copte, c’est avant tout être égyptien.

« La question des origines et de l’identité n’a jamais été aussi centrale, relève l’historien Bernard Heyberger, spécialiste des chrétiens d’Orient à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Si les coptes se perçoivent comme les descendants des pharaons, cela n’a cependant pas toujours été le cas : c’est pour eux une manière d’affirmer leur antécédence par rapport aux Arabes musulmans arrivés en Égypte au VIIe siècle. »

Si les coptes descendent bel et bien des premiers Égyptiens qui ont embrassé le christianisme au 1er siècle, à la faveur de la prédication de saint Marc, c’est aussi le cas de nombreux musulmans, dont les ancêtres se sont par la suite convertis à l’islam. Des études génétiques récentes ont toutefois mis en évidence un lien privilégié entre les coptes d’aujourd’hui et la population égyptienne de l’Antiquité, les musulmans relevant plus souvent d’un apport arabe venu de l’extérieur.

« Quoi qu’il en soit, il est culturellement préférable de s’en tenir à un seul peuple égyptien partageant une même identité », souligne Christian Cannuyer, spécialiste des coptes à l’Institut catholique de Lille. L’insistance récente sur leurs origines pharaoniques a d’ailleurs conduit les coptes à minimiser l’influence culturelle grecque – alphabet, concepts philosophiques – et arabe : diffusion des textes, liturgie, fonctionnement de l’Église inspiré du droit musulman, etc.

Le renouveau copte au cours des dernières décennies doit également beaucoup au modèle des missions protestantes et catholiques. Ainsi la Vierge apparaît-elle au Caire, en 1968, sous les traits de Notre-Dame de Lourdes…

Quelles sont les particularités de l’Église copte ?

La foi copte s’est nourrie aux meilleures sources des premiers siècles : écrits apostoliques et patristiques, textes conciliaires, documents monastiques… C’est aussi dans l’Égypte de cette époque que naît le monachisme, autour des expériences cénobitique de saint Pacôme et érémitique de saint Antoine.

Dans sa somme consacrée aux chrétiens d’Orient (1), Jean-Pierre Valognes définit l’identité religieuse copte selon trois critères. Au plan liturgique, les coptes pratiquent le rite alexandrin – qui s’est développé dans le ressort de l’antique Patriarcat d’Alexandrie – et utilisent essentiellement l’arabe au cours de messes longues et complexes, rythmées par les chants des fidèles avec de riches ornements, cymbales et triangles. L’année liturgique est marquée par quatre temps de jeûne : avant Pâques, Noël (fêté le 7 janvier), la fête des saints Pierre et Paul et l’Assomption.

Au plan doctrinal, l’Église copte fait partie des Églises dites « pré-chalcédoniennes ». À ce titre, elle reconnaît les trois premiers conciles œcuméniques (Nicée, Constantinople, Éphèse) mais pas celui de Chalcédoine (451) où a été proclamée la double nature du Christ. C’est cette particularité à la fois rituelle et doctrinale qui a conduit les coptes à se constituer en Église autonome dans le ressort du Patriarcat d’Alexandrie, dont l’actuel patriarche Tawadros II réside au Caire. Même si elle est qualifiée d’orthodoxe pour souligner sa séparation d’avec Rome, l’Église copte n’appartient donc ni au catholicisme ni à l’orthodoxie gréco-slave.

« Cette destinée très autonome confère à l’Église copte un profil conservateur, explique Christian Cannuyer. Très critique à l’égard de la théologie occidentale, elle est profondément attachée à la stabilité des dogmes et développe une approche assez fondamentaliste de l’Écriture qui n’est pas sans rappeler la sensibilité religieuse musulmane. »

Si elle cultive volontiers la foi du charbonnier, mise en scène avec humour et tendresse dans le film La Vierge, les coptes et moi… de ­Namir Abdel Messeeh (2011), l’Église copte a connu un grand renouveau spirituel et vocationnel depuis les années 1950. En dépit de son conservatisme théologique, elle a signé en 1973 un accord théologique avec Rome au terme duquel les deux Églises se reconnaissent mutuellement une même foi dans le même Christ. À côté de la grande Église copte orthodoxe s’est aussi développée, sous l’action des missions catholiques aux XVIIIe et XIXe siècles, une Église catholique dont le petit nombre de fidèles (autour de 250 000) est inversement proportionnel à l’action éducative et sanitaire dans le pays.

Quelle place les coptes occupent-ils dans la société égyptienne ?

Entre le XIVe et le XIXe siècle, le poids de l’Église copte dans la société égyptienne décline de manière continue. Sous la période ottomane, les coptes deviennent des dhimmis (statut juridique inférieur) assujettis au calife en échange de sa protection. Ce n’est qu’au XXe siècle, dans l’entre-deux-guerres, sous le règne de Fouad Ier, qu’ils retrouvent une place non négligeable avec un nombre de députés (parti Wafd) proportionnellement supérieur à leur ­démographie.

À partir des années 1950, le nationalisme nassérien et les gages concédés à l’islamisme conduisent au retrait progressif des coptes de la vie civile. Un processus qui s’accentue sous les présidences de Sadate et de Moubarak. « L’Église récupère alors le monopole de l’expression communautaire copte », résume Christian Cannuyer.

Avec l’éclatement des printemps arabes en 2011, les coptes ont été au cœur des convulsions de la société égyptienne. Après avoir réclamé un statut de citoyen à part entière dans la nouvelle Constitution, ils prennent massivement part au mouvement conduisant à la chute du Frère musulman Mohamed Morsi en 2013. Ils en paient aujourd’hui le prix fort, en étant régulièrement la cible d’attentats commis par des islamistes radicaux. « La protection qu’ils trouvent aujourd’hui auprès du général Sissi s’apparente à un retour à la case départ », résume Bernard Heyberger, comme du temps de Moubarak dont l’autoritarisme rassurait les milieux coptes les plus conservateurs.

La participation du général Sissi à la messe de Noël n’empêche pas les coptes de continuer à faire l’objet de discriminations dans l’administration, dans l’armée ou à l’université. Avec près de 10 % de chrétiens, la question de la liberté religieuse et de la citoyenneté prend en Égypte un relief tout particulier au Proche-Orient.

(Source : Samuel Lieven dans « La Croix »)

Mercredi 10 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

L‘Incarnation de la Lumière

Stage d’Iconographie Copte

L’Icône Egyptienne : Ses racines pharaoniques, son histoire, son renouveau, son contenu théologique, ses techniques, son sens symbolique et spirituel.

Du 4 au 12 JUILLET 2015,

par Armia Naguib MATTA WASSEF, Chef Atelier au Patriarcat Copte-Orthodoxe et disciple d’Isaac FANOUS, sous la Superevision du Pr Ashraf SADEK, Professeur d’Egyptologie et Directeur du « Monde Copte ».

Frais d’inscription 150 Euros

(Hébergement: Offrandes libres)

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde, Brévilly.

61300 CHANDAI . Tel :02.33.24.79.58

Courriels : asstradsyrfr@laposte.net

BULLETIN D’INSCRIPTION:

Nom:………………………………

Prénom:…………………………………………………

Adresse:………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………Tel:…

………………………………Courriels:………………………………

…………

L‘Incarnation de la Lumière

Stage d’Iconographie du 19 au 26 Aout

Qui sera donné au Monastère Syriaque N-D de Miséricorde.Brévilly.61300 CHANDAI.

Règlement: 150 euros (50 euros d’arrhes à l’inscription). Veuillez libeller vos chèques à l’ordre du „Monde Copte“

(Hébergement: Offrandes libres)

Si vous désirez une chambre seule, veuillez le préciser à l’inscription. Merci.

Mercredi 10 Juin 2015. Eléments pour la méditation:


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,17-19.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise.
Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »

Par Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église
Homélies sur S. Matthieu, n° 16

« Je ne suis pas venu abolir mais accomplir la Loi et les Prophètes »


Voulez-vous savoir comment, loin de détruire la Loi et les prophètes, Jésus Christ vient plutôt les confirmer et les compléter ?

Quant aux prophètes, d'abord c'est en confirmant par ses œuvres ce qu'ils avaient annoncé.

De là cette expression qui revient constamment chez St Matthieu :

-« Afin que cette parole du prophète soit accomplie »...


Pour la Loi, il l'a accomplie de trois manières. Premièrement, en n'omettant aucune des prescriptions légales.

Il déclare à Jean Baptiste :

-« C'est ainsi qu'il nous convient d'accomplir toute justice » (Mt 3,15) ; aux juifs, il disait :

-« Quel est celui d'entre vous qui me convaincra de péché ? » (Jn 8 46)...


Il l'accomplit en second lieu, parce qu'il a voulu s'y soumettre pour notre salut.

Ô prodige !

En s'y soumettant, il nous a communiqué la grâce de l'accomplir à notre tour.

St Paul nous l'enseigne en ces termes :

-« La fin de la Loi, c'est le Christ pour la justice de tous ceux qui croient » (Rm 10,4).

Il dit aussi que le Sauveur a condamné le péché dans la chair « pour que la justification de la Loi se réalise en nous qui ne marchons pas selon la chair » (Rm 8,4).

Il dit aussi :

-« Est-ce que nous détruisons la Loi par la foi ?

A Dieu ne plaise !

Nous confirmons plutôt la Loi » (Rm 3,31).

En effet, la Loi tendait à rendre l'homme juste, mais elle n'en avait pas la force ; le Christ est venu alors, lui la fin de la Loi, et il nous a montré le chemin qui conduit à la justice, c'est à dire la foi.

Ainsi, il a rempli les intentions de la Loi.

La lettre de la Loi ne pouvait pas justifier le pécheur ; la foi en Jésus Christ le justifiera.

Voilà pourquoi il peut dire :

-« Je ne suis pas venu détruire la Loi ».


En y regardant de plus près, on aperçoit un troisième mode d'accomplissement.

Quel est ce mode ?

Il consiste dans les préceptes même que le Christ devait donner ; loin de renverser ceux de Moïse, ils en sont la juste conséquence et le complément naturel.

Mercredi 10 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

S'abandonner à la prière pour lutter contre ce qui nous détourne de Dieu

Abandonnez-vous en prière entre les mains de Dieu, livrés à Sa grâce, éloignez toutes les choses qui vous incitent au péché et tentez d'en détourner vos cœurs, les dirigeant dans la direction opposée.
(Saint Théophane le Reclus, L'art de la prière)




Giving yourself in prayerful surrender to God and His grace, call out each of the things that incite you to sin and try to turn your heart away from them, directing it towards their opposite.
(St Theophan the Recluse, The Art of Prayer)

Mercredi 10 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

« LE VEILLEUR DE NINIVE » :

Mossoul (Irak) : Daech transforme l'église Saint-Ephrem en mosquée

Posted: 09 Jun 2015 02:11 AM PDT

Mossoul, 8 juin 2015 (Apic) - Par Raphaël Zbinden - Les islamistes de Daech veulent transformer l’église syro-orthodoxe de Saint-Ephrem, à Mossoul, au nord de l’Irak, en mosquée. L’ouverture du nouveau lieu de culte musulman est censée marquer l’anniversaire de la prise de la ville, le 10 juin 2014.

Des avis diffusés dans les rues de Mossoul par les miliciens du prétendu “Etat islamique” (EI) ont annoncé l’imminente ouverture de la “mosquée des moudjahiddines”, en lieu et place de l’église syro-orthodoxe, indiquent des sources locales confirmées le 8 juin 2015à l’agence d’information vaticane Fides.

Saint-Ephrem était l’un des plus grands lieux de culte chrétiens du centre urbain de Mossoul. Certains indices laissaient depuis longtemps supposer l’intention des djihadistes de la transformer en mosquée, note Fides. Les miliciens islamistes avaient choisi en juillet dernier de placer le siège du ‘Conseil d’Etat des moudjahiddines’ dans les annexes de l’église. La croix qui se trouvait sur la coupole a été arrachée. A l’automne dernier, l’église avait été vidée de son mobilier, les bancs et les objets exposés comme marchandises à vendre sur le parvis.

Le 9 septembre 2014, des frappes de la coalition internationale combattant l’EI avaient gravement endommagé des édifices adjacents à l’église Saint-Ephrem et à l’église syro-catholique Saint-Paul, dans le même quartier. (apic/fides/rz)

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
commenter cet article
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 04:23
Le 29 Juin et le 30, tous à la Fête de St Pierre et Paul, Princes des Apôtres et à la Fête des Saints Apôtres, Piliers de l'Eglise du Christ

Chers amis. Aloho m’barekh,


En dehors des évènements liturgiques habituels, j'ai le plaisir de vous inviter à participer à la Ste Messe (Quadisha Qurbana) qui sera célébrée :

* le lundi 29 juin pour la fête des princes des Apôtres saint Pierre et saint Paul.

* le mardi 30 pour la fête des douze Apôtres


La célébration du 29 marquera la fin du jeûne des Apôtres (Sawmo da-Shlihe) et elle sera une occasion pour nous fils et filles de l’Eglise Syrienne de l’Inde (Chrétienté de Saint Thomas) de rendre grâce au Seigneur de continuer d’être présent au monde à travers le ministère de Ses Apôtres et, en conséquent, par la Grâce d Saint Esprit.

Le 29, il sera bon que les « Chrétiens de Saint Thomas » de l’Eglise mère comme de ses missions se souviennent se tournent dans la prière et la reconnaissance vers l’Eglise d’Antioche et de Tout l’Orient que fonda l’Apôtre Pierre et dont nous avons reçu la pérennité apostolique.
Aussi bien le 29 que le 30, la Divine Liturgie commencera à 10h30.


Puisse la prière des saints Apôtres Pierre et Paul nous accompagner ! Puissent l’intercession du Collège Apostolique accompagner nos Patriarches, Catholicos, Métropolites et Evêques pour que se manifeste toujours davantage l’unanimité du Témoignage Chrétien, l’unité en Christ !

Votre fidèlement et respectueusement dévoué.

+Métropolite Mor Philipose-Mariam

Le 29 Juin et le 30, tous à la Fête de St Pierre et Paul, Princes des Apôtres et à la Fête des Saints Apôtres, Piliers de l'Eglise du Christ
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille Spiritualité Chrétienne
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 15:29
 JUIN JUILLET 2015.   Programme Général des R.D.V Liturgiques de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone:

MAI JUIN 2015.

Programme Général des R.D.V Liturgiques de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone:

JUIN:

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30)

*7 Juin, Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde. Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

*Lundi 29 Juin, Fête de St Pierre et Paul (Fin du jeûne des Apôtres). Mardi 30 Juin, Fête des Sts Apôtres

*NANTES (44) :

Attention : Pas de Messe à Nantes le jeudi 11 Juin

Groupe de prière St Charbel, (Mme Maria-Annick Chamberlain), 6 Rue de la Fauvette. 44 NANTES.

*YVETOT(76) :

-Samedi 20 Juin. Messe à 10h30 Oratoire Saint Geervarghese Mar Denys Vattasseril .S/C : Sous-Diacre Andres FRANCOIS (0613105663).

*JAULDES(16) :

-Dimanches 14 et 28 Juin, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30..

LOURDES (65) :

-Dimanche 21 Juin, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

*LA CHAPELLE FAUCHER(24) :

-Samedi 27 Juin, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30

.

JUILLET:

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30)

*Vendredi 3 Juillet Fête de Saint Thomas Apôtre des Indes

Du 3 au 5, retraite de guérison avec St Thomas, Témoin du Christ Ressuscité.

*Dimanche 5 Juillet, Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde et aux Saints de l’Eglise Malankare. Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

*NANTES (44) :

*Jeudi 9 Juillet. De 9h à 17h réception des fidèles. 18h Messe.

Groupe de prière St Charbel, (Mme Maria-Annick Chamberlain), 6 Rue de la Fauvette. 44 NANTES.

*SAUMUR -ANGERS (49) :

*Samedi 18 Juillet, EXEPTIONELLEMENT,Messe à 10h30 en la Paroisse Saint Martin (généreusement prêtée par l’Eglise Orthodoxe de France) suivie d’un partage fraternel avec les paroissiens de cette Eglise. Baptême de l’enfant LEMARDELE-PACORY à 15 h. Pour tous renseignements : 02.33.24.79.58

*YVETOT(76) :

-Samedi 18 Juillet. Messe à 10h30 Oratoire Saint Geervarghese Mar Denys Vattasseril .S/C : Sous-Diacre Andres FRANCOIS (0613105663).

*JAULDES(16) :

-Dimanches 12 et 26 Juillet, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30..

LOURDES (65) :

-Dimanche 19 Juillet, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

*LA CHAPELLE FAUCHER(24) :

-Samedi 25 Juillet, Messe à 10h30 suivie de la réception des fidèles de 13h30 à 17h30

FORMULAIRE D‘INSCRIPTION

L‘Incarnation de la Lumière

Stage d’Iconographie Copte

L’Icône Egyptienne : Ses racines pharaoniques, son histoire, son renouveau, son contenu théologique, ses techniques, son sens symbolique et spirituel.

Du 4 au 12 JUILLET 2015,

par Armia Naguib MATTA WASSEF, Chef Atelier au Patriarcat Copte-Orthodoxe et disciple d’Isaac FANOUS, sous la Superevision du Pr Ashraf SADEK, Professeur d’Egyptologie et Directeur du « Monde Copte ».

Frais d’inscription 150 Euros

(Hébergement: Offrandes libres)

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde, Brévilly.

61300 CHANDAI . Tel :02.33.24.79.58

Courriels : asstradsyrfr@laposte.net

BULLETIN D’INSCRIPTION:

Nom:………………………………

Prénom:…………………………………………………

Adresse:………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………Tel:…

………………………………Courriels:………………………………

…………

L‘Incarnation de la Lumière

Stage d’Iconographie du 19 au 26 Aout

Qui sera donné au Monastère Syriaque N-D de Miséricorde.Brévilly.61300 CHANDAI.

Règlement: 150 euros (50 euros d’arrhes à l’inscription). Veuillez libeller vos chèques à l’ordre du „Monde Copte“

(Hébergement: Offrandes libres)

Si vous désirez une chambre seule, veuillez le préciser à l’inscription. Merci.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 11:41
Mardi 9 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

Chers amis. Aloho m’barekh,


En dehors des évènements liturgiques habituels, j'ai le plaisir de vous inviter à participer à la Ste Messe (Quadisha Qurbana) qui sera célébrée :

* le lundi 29 juin pour la fête des princes des Apôtres saint Pierre et saint Paul.

* le mardi 30 pour la fête des douze Apôtres


La célébration du 29 marquera la fin du jeûne des Apôtres (Sawmo da-Shlihe) et elle sera une occasion pour nous fils et filles de l’Eglise Syrienne de l’Inde (Chrétienté de Saint Thomas) de rendre grâce au Seigneur de continuer d’être présent au monde à travers le ministère de Ses Apôtres et, en conséquent, par la Grâce d Saint Esprit.

Le 29, il sera bon que les « Chrétiens de Saint Thomas » de l’Eglise mère comme de ses missions se souviennent se tournent dans la prière et la reconnaissance vers l’Eglise d’Antioche et de Tout l’Orient que fonda l’Apôtre Pierre et dont nous avons reçu la pérennité apostolique.
Aussi bien le 29 que le 30, la Divine Liturgie commencera à 10h30.


Puisse la prière des saints Apôtres Pierre et Paul nous accompagner ! Puissent l’intercession du Collège Apostolique accompagner nos Patriarches, Catholicos, Métropolites et Evêques pour que se manifeste toujours davantage l’unanimité du Témoignage Chrétien, l’unité en Christ !

Votre fidèlement et respectueusement dévoué.

+Métropolite Mor Philipose-Mariam

Mardi 9 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

Première lettre de saint Jean 3,13-18.

Très chers frères : ne vous étonnez pas si le monde vous hait.
Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons nos frères. Celui qui n'aime pas demeure dans la mort.
Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu'aucun meurtrier n'a la vie éternelle demeurant en lui.
A ceci nous avons connu l'amour, c'est que Lui a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères.
Si quelqu'un possède les biens de ce monde et que, voyant son frère dans la nécessité, il lui ferme ses entrailles, comment l'amour de Dieu demeure-t-il en lui ?
Mes petits enfants, n'aimons pas de parole et de langue, mais en action et en vérité.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 14,16-24.

En ce temps-là, Jésus proposa cette parabole aux pharisiens : Un homme donnait un grand souper et il y avait beaucoup d'invités.
Et à l'heure du dîner, il envoya son serviteur dire aux invités : " Venez, car tout est déjà prêt. "
Et tous, unanimement, se mirent à s'excuser. Le premier lui dit : " J'ai acheté un champ, et il faut nécessairement que j'aille le voir ; je te prie, tiens-moi pour excusé. "
Et un autre dit : " J'ai acheté cinq paires de bœufs, et je vais les essayer ; je te prie, tiens-moi pour excusé. "
Et un autre dit : " J'ai pris femme, et c'est pourquoi je ne puis venir. "
Le serviteur s'en revint et rapporta cela à son maître. Alors le maître de maison, irrité, dit à son serviteur : " Va-t'en vite sur les places et par les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux. "
Et le serviteur revint dire : " Maître, ce que vous avez commandé a été fait, et il y a encore de la place. "
Et le maître dit au serviteur : " Va-t'en par les chemins et aux clôtures, et contrains les gens à entrer, afin que ma maison soit remplie.
Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera à mon dîner. "

Mardi 9 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

Tu es le seul Saint, Seigneur Dieu,
Toi qui fais des merveilles !
Tu es fort, tu es grand,
Tu es le Très-Haut, Tu es le roi tout-puissant,
Toi, Père saint, roi du ciel et de la terre.
Tu es trois et un, Seigneur Dieu,
Tu es le bien, Tu es tout bien, Tu es le souverain bien,
Seigneur Dieu vivant et vrai.
Tu es amour et charité, Tu es sagesse,
Tu es humilité, Tu es patience,
Tu es beauté, Tu es douceur,
Tu es sécurité, Tu es repos,
Tu es joie, Tu es notre espérance et notre joie,
Tu es justice, Tu es mesure,
Tu es toute notre richesse et surabondance.
Tu es beauté, Tu es douceur,
Tu es notre abri, notre gardien et notre défenseur,
Tu es la force, Tu es la fraîcheur.
Tu es notre espérance,
Tu es notre foi,
Tu es notre amour,
Tu es notre grande douceur
Tu es notre vie éternelle,
grand et admirable, Seigneur,
Dieu tout puissant, ô bon Sauveur


*
Que le Seigneur te bénisse et te garde,
Que le Seigneur te découvre sa Face et te prenne en pitié !
Qu’il tourne vers toi son Visage et te donne la paix !

Saint François d'Assise

Mardi 9 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

Quand le Mexique accueille avec Marie les Chrétiens fuyant l’Irak

Un signal fort pour les Irakiens : deux statues de la Vierge noire de Tepeyac (la Vierge de Guadalupe, au Mexique) sont arrivées en Irak. Un cadeau fait aux chrétiens réfugiés par le mouvement social catholique Unión de Voluntades, avec l'Aide à l’Église en Détresse Mexique (AED-M).

Les Mexicains souhaitent ainsi semer l'espérance et l'amour parmi les Chrétiens persécutés du Moyen-Orient et propager dans le monde entier la dévotion envers la Patronne des Amériques.

À l'été 2014, de nombreuses communautés chrétiennes locales ont accueilli des centaines de familles réfugiées qui avaient été chassées de Mossoul et de Qaraqosh (Irak) par les djihadistes du prétendu État islamique (EI) : toutes avaient refusé de renier leur foi et de se convertir à l'islam. (…).

Teresa García Paquet, de l'AED, partage le récit, entrecoupé de larmes, que les religieuses ont fait du véritable chemin de croix qu'elles ont vécu aux côtés de milliers de personnes contraintes d'abandonner leurs terres. « (…) Ce que nous avons vécu (…) ne pouvait être affronté qu'avec la foi », ont affirmé les religieuses.

Adapté de l'espagnol par Élisabeth de Lavigne
Sources: Siame
www.aleteia.org

Mardi 9 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

SAINT PRIME et SAINT FÉLICIEN, QUI ÊTES-VOUS ?
Frères, Martyrs
(†
286)

Saint Prime et saint Félicien, appelés, déjà vieux, du paganisme à la foi, se montrèrent dignes de cette grâce par une vie toute de zèle et de charité.

Ils furent de ces chrétiens intrépides qui encourageaient les martyrs devant les tribunaux et dans les supplices, nourrissaient les pauvres, faisaient du bien à tous.

Après les avoir longtemps préservés dans leurs saintes audaces, le Seigneur ne voulut pas les priver davantage de la gloire du martyre, objet de leurs aspirations.

Sous l'empereur Dioclétien, la persécution devint plus générale et le paganisme fit un dernier effort pour étouffer la religion du Christ dans le sang et le carnage.

Il y avait trente ans que Prime et Félicien bravaient la cruauté des tyrans, quand les prêtres des idoles déclarèrent que leurs dieux irrités ne voulaient plus rendre d'oracles jusqu'à ce que les deux chrétiens Prime et Félicien eussent sacrifié, ou bien eussent reçu le châtiment qu'ils méritaient. Ils sont aussitôt arrêtés, chargés de fers et amenés devant l'empereur.

Prime avait quatre-vingt-dix ans ; il répondit aux menaces du tyran, en lui déclarant qu'il n'y avait pas d'autre Dieu que le Dieu des chrétiens, ni d'autre religion que la leur, et que par conséquent ils étaient prêts à subir la mort plutôt que de trahir leur foi.

On les frappa d'abord avec des fouets ; puis bientôt on déchira leur corps par lambeaux avec des tenailles.

Les affreuses plaies furent guéries miraculeusement par Jésus-Christ.

Quelques jours après, nouvelles tortures et nouveau triomphe ; on fit pleuvoir sur leur chair une grêle de coups de fouets armés de plomb ; pendant ce supplice, ils chantaient les louanges du Seigneur.


Félicien, âgé lui-même de quatre-vingts ans, sut, comme son frère, résister à toutes les tentations et prêcha la foi et le salut à son cruel persécuteur; mais il fut cloué par les mains et les pieds à un poteau, où on le laissa trois jours entiers sans nourriture ; au bout de ces trois jours, rafraîchi et nourri par les Anges, il parut aussi sain que s'il n'avait pas souffert.

Quant à Prime, on chercha à lui faire croire que son frère avait enfin sacrifié aux idoles : mais il se moqua du juge menteur et lui dit que Félicien était, en prison, heureux comme en Paradis. Cette réponse lui valut des coups de bâtons et le supplice des torches ardentes : " Grâces soient à Vous, ô Jésus-Christ, puisque, dans mes tourments, je ne ressens aucune douleur. " Livrés ensuite aux lions et aux ours, les deux frères les virent venir se coucher à leurs pieds. Enfin le tyran leur fit trancher la tête, le 9 juin de l'an 286.

Mardi 9 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

Saint Éphrem le Syrien, qui êtes-vous ?
Diacre et Docteur de l'Église
(† 373)


Ephrem le Syrien, né au IVe siècle, fut le grand poète de la langue syriaque.

Il est né de parents chrétiens, d’après ce qui ressort de ses propres écrits, à Nisibe, dans la Haute-Mésopotamie.

Cette ville était un avant-poste de l’empire romain oriental et elle remplissait toutes les conditions pour être le point de rencontre entre l’Orient et l’Occident.


Après la chute de Nisibe, en 363, la population chrétienne de la ville fut évacuée et Éphrem finit par arriver à Édesse, qui se trouve à quelque cent cinquante kilomètres plus à l’Ouest, au sud-est de la Turquie, aujourd’hui Urfa.


Éphrem est l’héritier de l’interprétation biblique du judaïsme. Sur ce point S. Brock écrit :


« Et ceci peut être considéré sous deux angles. D’abord en ce qu’il a hérité, comme tout chrétien, de la Bible juive, devenue l’Ancien Testament des chrétiens. Ses œuvres montrent une familiarité intime avec la Bible, particulièrement ses hymnes, qui sont truffées de subtiles allusions littéraires ; il s’attendait, bien sûr, à ce qu’elles soient comprises de ses auditeurs et de ses lecteurs.

Et puis, et ceci est encore plus significatif, Éphrem est aussi l’héritier de nombreuses traditions juives étrangères à la Bible, qu’on peut trouver dans la littérature post-biblique de Targum et des Midrash ».


Éphrem passa ces dernières dix années à Édesse. Il est mort le 9 juin 373.


Pour approfondir, lire la Catéchèse du Pape de Rome Benoît XVI :
>>> Saint Éphrem le Syrien

Mardi 9 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,13-16.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, comment lui rendre de la saveur ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens.
Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée.
Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.
De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors, voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »

Par Saint Chromace d'Aquilée (?-407), évêque .
Homélies sur l'évangile de Matthieu, n°5, 1.3-4 : CCL 9, 405 (trad. cf bréviaire 11/06 et Orval)

« Vous êtes la lumière du monde »


Saint Jean a eu raison d'affirmer dans sa lettre : « Dieu est lumière », et que « celui qui demeure en Dieu » est « dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière » (1Jn 1,5.7; 3,24).

Puisque nous avons la joie d'être libérés des ténèbres de l'erreur, nous devons toujours « marcher dans la lumière », comme de vrais « enfants de la lumière » (Ep 5,8)...

C'est pourquoi l'apôtre Paul écrit : « Vous brillez comme des sources de lumière dans le monde, vous qui êtes porteurs de la parole de vie » (Ph 2,15-16).

Si nous n'agissons pas ainsi, on verra que, pour notre malheur comme pour celui des autres, nous couvrons et nous cachons par notre manque de foi comme par un voile les bienfaits de cette lumière si nécessaire…


C'est pourquoi cette lampe resplendissante, qui a été allumée pour servir à notre salut, doit toujours briller en nous.

Nous avons en effet la lampe du commandement du ciel et de la grâce spirituelle dont David disait :

-« Ta parole est une lampe pour mes pas, une lumière sur ma route » (Ps 118,105)...

Cette lampe de la Loi et de la foi, nous ne devons donc pas la cacher, mais la dresser dans l'Église comme sur le lampadaire, pour le salut d'un grand nombre, afin de jouir nous-mêmes de la lumière de la vérité, et d'en éclairer tous les croyants.

Mardi 9 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

Avant le Nouveau Testament, il y avait la Divine Liturgie!

Nous autres Chrétiens Orthodoxes, nous vivons le Christ au cœur de la Divine Liturgie, ou plutôt, le Christ vit en nous durant la Divine Liturgie.

La Divine Liturgie est une œuvre de Dieu. Nous disons "Le temps est une création du Seigneur." Entre autres choses, cela signifie que c'est maintenant le temps pour Dieu d'agir. Le Christ "liturgiste", nous vivons avec le Christ.

La Divine Liturgie est la manière dont nous pouvons connaître Dieu, et la manière dont Dieu nous devient connu.

Le Christ a célébré la Divine Liturgie, et de là c'est passé dans l'éternité.

Sa nature humaine divinisée est venue à la Divine Liturgie.

Nous connaissons le Christ particulièrement dans la Divine Liturgie.

La Divine Liturgie que nous célébrons est la même Divine Liturgie que celle que le Christ a célébrée le Jeudi Saint, lors de la Cène Mystique.

Les chapitres 14 à 16 de l'Évangile selon saint Jean, c'est une Divine Liturgie.

Ainsi dans la Divine Liturgie, nous comprenons les saintes Écritures.

L'antique Église a vécu sans Nouveau Testament, mais pas sans Divine Liturgie. Les premières hymnes conservées, écrites, existent dans la Divine Liturgie.

Dans la Divine Liturgie, nous vivons le Christ et comprenons Sa parole.

De même que le Christ purifia Ses disciples par Sa parole et leur dit "vous êtes déjà purs à cause de la parole que Je vous ai dite" (Jn 15,3) et Il lava les pieds de Ses disciples avec de l'eau, durant le Lavement des pieds, ainsi dans les premières parties de la Divine Liturgie, Il nous purifie afin que nous puissions par la suite participer à Sa Table d'amour.

Le but de la Divine Liturgie est de nous amener le Christ.

La Divine Liturgie nous enseigne une manière d'être, un ethos d'humilité. De même que le Christ S'est sacrifié, ainsi nous devrions nous sacrifier nous-mêmes.

Le type de la Divine Liturgie, c'est l'exemple d'amoindrissement pour nous.

Dans la Divine Liturgie, nous essayons de devenir humbles, parce que nous avons la sensation que là est le Dieu humble.

Chaque Divine Liturgie est une Théophanie. Le Corps du Christ apparaît. Chaque membre de l'Église est une Icône du Royaume de Dieu.

Après la Divine Liturgie, nous devons continuer à "iconifier" le Royaume de Dieu, gardant Ses Commandements. La gloire du Christ doit porter du fruit en chaque membre. Ceci explique Sa parole "C'est la gloire de Mon Père que vous portiez beaucoup de fruit" (Jn 15,8).

Extrait de la biographie du p. Sophrony "J'ai connu un homme en Christ : vie et temps de l'ancien Sophrony, hésychaste et théologien" (Βίος και πολιτεία του Γέροντος Σωφρονίου του ησυχαστού και θεολόγου), par le métropolite Hierotheos de Nafpaktos et Agiou Vlasiou
Source : http://stmaterne.blogspot.fr/

Mardi 9 Juin 2015. Eléments pour la méditation:

Une méditation du Père Lazarus Mariam :

" THE UNITY IN GOD."

he gentle dove of the Holy Spirit can appear ,

And then disappear again , but is ever present ;

But in those infinity of little moments teach us many things ,

And draw us , and all things ever deeper in the unity that is God the still point of it

all ;who makes all things one .

In the prayers , meditations , and liturgies it may look like we are jumping from one thing to another

and back again .

Never settling at a point ,

And never being one thing or the other ;

But this is simply a lack of true comprehension of life in the Holy Spirit that is vastly different to today's

so called "charismatic" movement .

Often the true Ecumenical Vocations , mystics , or solitaires have been told their vocation makes no

sense ,

Or it can not be be realised inside the Church today .

Such vocations are in realty at the heart of the Church ,

The movement of the Holy Spirit today calling the "Church" we have arrived at today to return to its original

roots and practices.

In terms of faith ,

Absolute and undivided faith in God

And the true unity of the Church realised in God every vocation makes perfect sense .

This is the choice , the profound choice we will pay our lives to make.

We can live at the level that maintains the division between Byzantine and Oriental Orthodox ,

The division that arose between East and West ,

Or we can live the life at the level where all these divisions have ceased in Gods heart .

That is the profound choice in each form of Monasticism from Cenobitic to Eremitical that claims to be "separated from all ,

united to all."

The true Ecumenical Fathers and Mothers of the Church realised this unity in God in their hearts ,

That is what it means to be Ecumenical ,

And not the heresy of a modern Ecumenism that at its heart falsely teaches do what you want ,

believe what you want , and practice what you want because it will all take you to the gates of Paradise.

Every Father , Mother , Mystic or Solitary as the capacity of the human heart expanded in Gods heart ,

Simply within themselves found the capacity to embrace all the living and departed ,

Each of the brothers and sisters ,

Even the souls in Hell to pray them out .

Eventually they found the hearty became so vast ,

As vast as God to embrace all the ages of ages in a single moment at a single point .

In God we have to finaly understand the true nature of the Church ,

And all the vocations from pastoral to contemplative as God gives them for the up building of the Church ,and service of humanity .

If you have ever watched a Shepherd walk through a field with the sheep you will begin to understand .

The Shepherd is the Spiritual Fathers and Mothers of the Church walking with each soul that will ever live ,

Some times teaching them directly ; or from the cells and Church reaching them in prayer .

Those sheep are divided in to three groups .

There are many around the Shepherd directly or in spiritual communion as we see ,

They are being taught directly in words , prayers , and sacraments ,

The group that walks ahead the shepherd knows are safe ,

Or have a calling from God to walk alone , and yet they are still in his gaze .

The sheep that walk behind him are those who have not reached the fullness of faith and understanding ,

So not fully part of the Church ,

And yet they are still held in Gods loving gaze ,

The shepherd trying bring them in to the true fold .

Yet to each group the Shepherd is not speaking or teaching a different thing ,

Or something new to accommodate the sheep ,

For each true Spiritual Father and Mother , Solitary or Mystic only ever stands in the Holy Tradition teaching and practicing

what was taught always and everywhere from the beginning ; and so in this way calling each soul to the original Church , the

only true Church .

While they found their freedom in the Holy Spirit it was simply a freedom that allowed them to conform their lives and prayer

to the movement of Gods will alone ,

And yet they lived at the same time a life of deep fidelity to the teachings and liturgy of the Church ,

This was and is their message to each generation ; to come back to the unity and practice of the original Church ; because in their

hearts and lives they had realised the pray of Christ that they would be "One ."

Father Lazarus -Mariam

Mardi 9 Juin 2015. Eléments pour la méditation:
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 07:26
LE CARÊME DES SAINTS APÔTRES JUIN 2015

LE CARÊME DES SAINTS APÔTRES

L’Église orthodoxe a plusieurs périodes de jeûne et d’abstinence, appelés « carêmes », quoiqu’ils ne soient pas toujours des « quarantaines » (sens de « carême »).

Ce sont ceux de Pâques et de Noël (vraies quarantaines), le jeûne de la Mère de Dieu (1-15 août) et de celui des Apôtres (du lundi qui suit le premier dimanche après la Pentecôte, à la fête des saints apôtres, le 30 juin). De plus, il existe des jours marqués pour cette démarche ascétique.

Comme il suit le premier dimanche après la Pentecôte, et dépend donc de la date de Pâques, il est de longueur variable, puisqu'il se clôt toujours le 30 juin.

Les chrétiens s’efforcent de faire fructifier les dons qu’ils ont reçus à la Pentecôte. Tous les dons du saint Esprit étant reçus par ceux qui croient en Jésus-Christ, c’est par le jeûne et la prière, joints à l’application des commandements évangéliques, que ces charismes, manifestes dans la vie des saints que l’on vient précisément de fêter, sont actualisés.

Le jeûne des Apôtres introduit au temps liturgique le plus long de l’année, le temps après la Pentecôte, qui va jusqu’au début du grand Carême de Pâques.

Le fait qu’il naisse en quelque sorte de la fête de tous les saints, le dimanche immédiatement précédent, a un sens. Le charisme apostolique est associé à la sainteté et au martyre.

La grâce apostolique transmise à nos évêques – chaque évêque étant dans la succession de l’apôtre Pierre – a, au long des siècles, fructifié par le martyre, par le jeûne et par le sacrifice de soi. D’innombrables saints évêques en donnent l’exemple.

Le jeûne des saints Apôtres a pour but l’acquisition du « sens de l’Église ». La vie chrétienne est une vie « ecclésiale », celle du Corps du Christ ou Église. Nous inscrivons nos pas dans ceux des apôtres et des premiers disciples du Christ, pour nous montrer nous-mêmes des disciples dignes de ce nom, de véritables « membres » du corps de l’Église.

La grâce apostolique (témoignage et transmission de la foi) appartient ainsi à l’entier peuple de Dieu. En priant tout spécialement les apôtres (« Saints et glorieux apôtres du Christ, priez-le pour nous ! » ou encore : « Réjouissez-vous, saints et glorieux Apôtres, réjouissez-vous ! ») nous nous unissons à leur mission.

Et l’habitation du saint Esprit en nous, et l’habitation du Christ en nous par le saint Esprit (substance même de l’Église), devraient se manifester par les fruits de la grâce apostolique que nous, assemblée des baptisés, porterons.

Carême des Apôtres: quel sens? (Deux opinions)

Saint Léon le Grand (+ 461), pape de Rome et partisan des décisions de Chalcédoine en disait :

"Après la longue fête de Pentecôte, le jeûne est particulièrement nécessaire pour purifier nos pensées et nous rendre dignes de recevoir les Dons du Saint Esprit..

Dès lors, la coutume salutaire a été établie de jeûner après les jours de joie durant lesquels nous avons célébré la Résurrection et l'Ascension de notre Seigneur, et la venue du Saint Esprit."

Saint Syméon de Thessalonique (†1429) explique:

"Le Carême des Apôtres est établi en leur honneur de manière appropriée, car c'est par eux que nous avons reçu tant de bienfaits, et pour nous ils sont des exemples et des maîtres dans le jeûne...

Car une semaine après la descente du Saint Esprit, en accord avec les Constitutions Apostoliques composées par saint Clément, nous fêtons, et puis durant la semaine qui suit, nous jeûnons en l'honneur des Apôtres."

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille CATECHISME et CATECHESE
commenter cet article
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 04:33
Dimanche 7 Juin 2015. Lectionnaire pour la Liturgie et éléments pour la méditation:

Deuxième dimanche après la Pentecôte

· Saint Qurbana

·

o Actes 4: 23 à 31 :

  • 23 Lorsque Pierre et Jean eurent été relâchés, ils se rendirent auprès des leurs et rapportèrent tout ce que les grands prêtres et les anciens leur avaient dit.
  • 24 Après avoir écouté, tous, d’un même cœur, élevèrent leur voix vers Dieu en disant : « Maître, toi, tu as fait le ciel et la terre et la mer et tout ce qu’ils renferment.
  • 25 Par l’Esprit Saint, tu as mis dans la bouche de notre père David, ton serviteur, les paroles que voici : Pourquoi ce tumulte des nations, ce vain murmure des peuples ?
  • 26 Les rois de la terre se sont dressés, les chefs se sont ligués entre eux contre le Seigneur et contre son Christ ?
  • 27 Et c’est vrai : dans cette ville, Hérode et Ponce Pilate, avec les nations et le peuple d’Israël, se sont ligués contre Jésus, ton Saint, ton Serviteur, le Christ à qui tu as donné l’onction ;
  • 28 ils ont fait tout ce que tu avais décidé d’avance dans ta puissance et selon ton dessein.
  • 29 Et maintenant, Seigneur, sois attentif à leurs menaces : donne à ceux qui te servent de dire ta parole avec une totale assurance.
  • 30 Étends donc ta main pour que se produisent guérisons, signes et prodiges, par le nom de Jésus, ton Saint, ton Serviteur. »
  • 31 Quand ils eurent fini de prier, le lieu où ils étaient réunis se mit à trembler, ils furent tous remplis du Saint-Esprit et ils disaient la parole de Dieu avec assurance.

o

o Ephésiens 2: 11-22 :

  • 11 Vous qui autrefois étiez païens, traités de « non-circoncis » par ceux qui se disent circoncis à cause d’une opération pratiquée dans la chair, souvenez-vous donc
  • 12 qu’en ce temps-là vous n’aviez pas le Christ, vous n’aviez pas droit de cité avec Israël, vous étiez étrangers aux alliances et à la promesse, vous n’aviez pas d’espérance et, dans le monde, vous étiez sans Dieu.
  • 13 Mais maintenant, dans le Christ Jésus, vous qui autrefois étiez loin, vous êtes devenus proches par le sang du Christ.
  • 14 C’est lui, le Christ, qui est notre paix : des deux, le Juif et le païen, il a fait une seule réalité ; par sa chair crucifiée, il a détruit ce qui les séparait, le mur de la haine ;
  • 15 il a supprimé les prescriptions juridiques de la loi de Moïse. Ainsi, à partir des deux, le Juif et le païen, il a voulu créer en lui un seul Homme nouveau en faisant la paix,
  • 16 et réconcilier avec Dieu les uns et les autres en un seul corps par le moyen de la croix ; en sa personne, il a tué la haine.
  • 17 Il est venu annoncer la bonne nouvelle de la paix, la paix pour vous qui étiez loin, la paix pour ceux qui étaient proches.
  • 18 Par lui, en effet, les uns et les autres, nous avons, dans un seul Esprit, accès auprès du Père.
  • 19 Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes concitoyens des saints, vous êtes membres de la famille de Dieu,
  • 20 car vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ; et la pierre angulaire, c’est le Christ Jésus lui-même.
  • 21 En lui, toute la construction s’élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur.
  • 22 En lui, vous êtes, vous aussi, les éléments d’une même construction pour devenir une demeure de Dieu par l’Esprit Saint.

o

o Saint Matthieu 10: 5 – 16 :

  • 05 Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes : « Ne prenez pas le chemin qui mène vers les nations païennes et n’entrez dans aucune ville des Samaritains.
  • 06 Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël.
  • 07 Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche.
  • 08 Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement.
  • 09 Ne vous procurez ni or ni argent, ni monnaie de cuivre à mettre dans vos ceintures,
  • 10 ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. L’ouvrier, en effet, mérite sa nourriture.
  • 11 Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez là jusqu’à votre départ.
  • 12 En entrant dans la maison, saluez ceux qui l’habitent.
  • 13 Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle. Si elle n’en est pas digne, que votre paix retourne vers vous.
  • 14 Si l’on ne vous accueille pas et si l’on n’écoute pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, et secouez la poussière de vos pieds.
  • 15 Amen, je vous le dis : au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville.
  • 16 « Voici que moi, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et candides comme les colombes.

Dimanche dernier (1er après la Pentecôte dans notre Calendrier Orthodoxe Malankar), le Lectionnaire Syriaque était clairement « Eucharistique ».

Entre temps, jeudi, nos frères de l’Eglise latine célébraient la Présence Eucharistique du Christ.

Ils solennisent aujourd’hui cette réalité.

Nous vous proposons aujourd’hui la méditation de cette

hymne ancienne pour le Samedi saint
[Borgia, Frammenti eucaristici antichissimi, p. 46-50 (trad. Hamman, Prières des premiers chrétiens, DDB 1981, p. 162) ]

« Ceci est mon sang, le sang de l'alliance, répandu pour la multitude »


Aujourd'hui, nous avons contemplé sur l'autel notre Seigneur Jésus Christ.

Aujourd'hui, nous nous sommes nourris du charbon de feu, à l'ombre duquel chantent les Chérubins (Is 6,2s).

Aujourd'hui, nous avons entendu la voix puissante et douce nous dire :


Ce corps brûle les épines des péchés, il illumine les âmes des hommes.

Ce corps, la femme avec des pertes de sang l'a touché et elle a été délivrée de son infirmité.

Ce corps, à sa vue, la fille de la Cananéenne a été guérie.

Ce corps, la pécheresse s'en est approchée de toute son âme et elle a été délivrée de la fange de ses péchés.

Ce corps, Thomas l'a touché, il l'a reconnu en poussant ce cri : « Mon Seigneur et mon Dieu ».

Ce corps, grand et très haut, est le fondement de notre salut.


Autrefois celui qui est le Verbe et la Vie nous a déclaré :

« Ce sang a été versé pour vous et livré pour la rémission des péchés ».

Nous avons bu, bien-aimés, le sang saint et immortel.

Nous avons bu, bien-aimés, le sang qui a coulé du côté du Seigneur,

qui guérit toute maladie, qui libère toutes les âmes.

Nous avons bu le sang par lequel nous avons été rachetés.

Nous avons été achetés et instruits, nous avons été illuminés.

Regardez, frères, quel corps nous avons mangé !

Regardez, enfants, quel sang nous a enivrés !

Regardez l'alliance conclue avec notre Dieu, de peur de rougir, au jour terrible, au jour du jugement (cf 1Co 11,29).


Qui est à même de glorifier le mystère de la grâce ?

Nous avons été jugés dignes de participer au don.

Gardons-nous jusqu'à la fin, pour entendre sa voix bienheureuse, douce et sainte :

« Venez les bénis de mon Père, recevez en héritage le royaume préparé pour vous » (Mt 25,34)...


Bien-aimés, nous célébrons les merveilles du baptême de Jésus (cf Mc 10,38),

sa sainte et vivifiante résurrection,

par laquelle le salut a été donné au monde.

Nous en attendons tous l'heureux accomplissement,

dans la grâce et la bienveillance de notre Seigneur Jésus Christ :

à lui sont la gloire, l'honneur et l'adoration.

Dimanche 7 Juin 2015. Lectionnaire pour la Liturgie et éléments pour la méditation:

Par Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
Sermon 272 ; éd. des Mauristes 5, 1103-1104 (Delhougne, Les Pères commentent p. 81-82)

Soyez ce que vous voyez, et recevez ce que vous êtes


Ce que vous voyez sur l'autel de Dieu, c'est le pain et la coupe : c'est cela que vos yeux vous signalent.

Mais ce dont votre foi veut être instruite, c'est que ce pain est le corps du Christ, que cette coupe est son sang.

Cela tient à une brève formule, qui peut suffire à la foi.

Mais la foi cherche à s'instruire.

Comment ce pain est-il son corps, et cette coupe, ou plutôt son contenu, peut-il être son sang ?


Mes frères, c'est cela que l'on appelle des sacrements :

-ils montrent une réalité, et en font comprendre une autre.

Ce que nous voyons est une apparence corporelle, tandis que ce que nous comprenons est un fruit spirituel.

Si vous voulez comprendre ce qu'est le corps du Christ, écoutez l'Apôtre, qui dit aux fidèles :

-« Vous êtes le corps du Christ, et chacun pour votre part, vous êtes les membres de ce corps » (1Co 12,17).

Donc, si c'est vous qui êtes le corps du Christ et ses membres, c'est votre mystère qui se trouve sur la table du Seigneur, et c'est votre mystère que vous recevez.

A cela, que vous êtes, vous répondez :

-« Amen », et par cette réponse, vous y souscrivez.

On vous dit :

-« Le corps du Christ », et vous répondez « Amen ». Soyez donc membres du corps du Christ, pour que cet Amen soit véridique.


Pourquoi donc le corps est-il dans le pain ?

Ici encore, ne disons rien de nous-mêmes, écoutons encore l'Apôtre qui, en parlant de ce sacrement, nous dit :

-« Puisqu'il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps » (1Co 10,17).

Comprenez cela et soyez dans la joie :

-unité, vérité, piété, charité !

« Un seul pain » :

-qui est ce pain unique ?

« Un seul corps, nous qui sommes multitude ».

Rappelez-vous qu'on ne fait pas du pain avec un seul grain, mais avec beaucoup.

Soyez ce que vous voyez, et recevez ce que vous êtes.

Dimanche 7 Juin 2015. Lectionnaire pour la Liturgie et éléments pour la méditation:

… comme si c'était Marie elle-même qui priait

Lorsque nous récitons le rosaire en présence du Saint-Sacrement, nous aimons Jésus avec le cœur de Marie. Lorsque nous récitons le rosaire en présence du Saint-Sacrement, nous offrons à Jésus la parfaite adoration de Marie pour son Fils. Nous unissons notre amour pour Jésus à la louange et l'amour parfait de Marie.

Jésus accueille notre heure d'adoration comme si c'était Marie elle-même qui priait. Peu importe la faiblesse de notre foi ou la pauvreté de notre amour, Marie nous reçoit dans son Cœur et Jésus accueille notre heure comme si elle provenait directement du Cœur même de sa Mère. Le Cœur immaculé de Marie supplée à ce qui manque à notre cœur.

Père Martin Lucia,
Dans Méditations du Rosaire de Mère Teresa de Calcutta
Missionnaires du Saint-Sacrement, B.P. 12, 83110 Sanary-sur-Mer, France.

Dimanche 7 Juin 2015. Lectionnaire pour la Liturgie et éléments pour la méditation:
DES THÉOLOGIENS SANS DIPLÔMES

(Métropolite Ephraïm de Boston)


Le peloton d'exécution.
Il y a une cinquantaine d'années, alors que j'étais étudiant à l'académie de théologie, notre professeur de dogmatique, le père Ioannis Romanides, nous raconta une histoire de ses années d'étude à l'Académie Théologique de l'université d'Athènes.

Afin d'obtenir son doctorat de l'université, père Ioannis, nouvellement ordonné prêtre à l'époque (années 50), avait à défendre sa dissertation devant un panel de professeurs de théologie.

Le sujet de la dissertation était "Le péché des origines" (c-à-d le péché de nos ancêtres, Adam et Eve, terme que l'on traduit souvent mal par "péché originel").

Comme les questions fusaient de tous ces professeurs qui avaient tous reçu leurs titres et diplômes dans des universités catholiques-romaines ou protestantes en Europe occidentale, le père Ioannis répondait du mieux qu'il pouvait, avec tout son talent bien connu.

Pour finir, le doyen du département de théologie, le grand ponte en personne, le professeur Panayiotes Trembelas, pointa du doigt le p. Ioannis, qui était habitué à ces interrogations et se tenait debout devant ce panel de professeurs assis :

"Dans votre mémoire, vous avez nombre de citations des écrits de Syméon le Nouveau Théologien," dit le prof. Trembelas.

"C'est exact, monsieur le professeur," répondit le père Ioannis, avec la déférence requise.

"Vous devez les supprimer toutes," continua le prof. Trembelas. "Syméon ne peut pas être cité comme source dans votre travail, car il n'a jamais reçu de diplôme théologique."

(Oui, vous avez bien lu!)

Sans sourciller face à l'incroyable remarque de Trembelas, le père Ioannis répondit calmement "Fort bien, ce que vous dites, monsieur le professeur.

Voudriez-vous aussi que je supprime toutes mes références à Matthieu, Marc, Luc et Jean les Évangélistes, car eux non plus n'ont pas reçu de diplôme de théologie?

Eux aussi n'étaient pas des théologiens diplômés."

Un léger murmure amusé se fit entendre parmi les distingués professeurs...


La captivité latine


C'est triste à dire, mais la remarque malheureuse de Trembelas était une preuve solide de la maladie qui a longtemps affligé les écoles théologiques "orthodoxes", et en frappe encore aujourd'hui.

Cette maladie est appelée "la captivité latine." C'est l'histoire de quelque 200 ans pendant lesquels la théologie académique, scolastique et pédante (ou plus précisément du rationalisme) de l'Occident a été au cœur des académies théologiques orthodoxes, imprégnant tout de fond en comble.

Le métropolite Anthony Khrapovitsky [Antoine de Kiev], père George Florovsky et père Ioannis Romanides se sont longuement plaints dans leurs écrits, de cette peste spirituelle.

En certains endroits de Russie et d'Ukraine, cette "captivité" était si forte que même les cours théologiques dans certains séminaires orthodoxes étaient donnés en latin.

A l'occasion, en ces terres, les séminaristes étaient obligés de prêcher en latin dans les paroisses avoisinantes!

Imaginez un peu la pauvre babushka qui devait s'en tirer avec ça....


En ayant cela à l'esprit, on comprend plus facilement pourquoi les grands dirigeants religieux orthodoxes sont si empressés de s'unir aux non-orthodoxes dans le mouvement œcuménique.

Pensez-y un instant : si vous avez toujours cru que l'Église Orthodoxe était si appauvrie théologiquement qu'elle n'avait pas même une théologie du Saint Esprit, ou avait des saints qui n'avaient pas leur diplôme de théologie et n'étaient pas des "docteurs en théologie", alors vous aussi vous auriez été attiré par d'autres appartenances religieuses.


L'Église a sa méthode traditionnelle pour préparer son clergé, et cette méthode a bien fonctionné pendant des siècles, bien avant que les séminaires ne furent inventés au 17ème siècle.

Comme nous l'avons mentionné en d'autres occasions, le père George Florovsky, un des plus éminents théologiens orthodoxes du 20ème siècle, n'a jamais été étudiant dans la moindre académie théologique.


Son éducation théologique, il ne l'a tirée que des offices sacrés.

Et si vous voulez être sérieusement étudiant en théologie, alors vous pouvez entamer des études théologiques telles que celles du tropaire final pour les saints moines :

-"par le jeûne, les vigiles et la prière, tu as obtenu les dons célestes," comme saint Syméon le Nouveau Théologien - malgré le fait que, selon le prof. Panayiotes Tremblas, ce saint n'était pas un "théologien diplômé".


Hélas, la "captivité latine" est toujours très présente. Un séminaire orthodoxe en Amérique avait un prêtre catholique-romain y enseignant la patristique, jusque récemment.

Un autre séminaire orthodoxe en Amérique a plusieurs catholiques-romains dans son comité de direction.

Dès lors, on comprend mieux pourquoi cette orthodoxie mondaine est si avide de s'impliquer dans le mouvement œcuménique.

Un problème mène inexorablement à l'autre.

L'école du Saint Esprit


Mais, Dieu merci, l'Orthodoxie prévaut encore dans notre hymnologie et dans les divins offices, et dans le cœur de nombre de clercs et de fidèles.


Que nous enseigne par exemple le tropaire final de la Pentecôte?


Tu es béni, Ô Christ notre Dieu,
Toi qui fit descendre sur tes apôtres le Saint Esprit,
transformant par Ta sagesse de simples pêcheurs en pêcheurs d'ho
mmes


Oh, nous y voilà, c'est là que Matthieu, Marc, Luc et Jean ont obtenu leurs diplômes théologiques!

De l'école du Saint Esprit. Je savais que la grâce divine devait avoir quelque chose à faire dans cette histoire.

Rien d'étonnant que nous appelions nos saints "inspirés de Dieu" et "théophores!" Rien d'étonnant que nous les invoquions pour la guérison de l'âme et du corps!

Rien d'étonnant que nous vénérions leurs saintes reliques, et célébrions leur mémoire, et sollicitions leur intercession!

Rien d'étonnant que nous vénérions des gens tels que saint Jean de Cronstadt, et saint Nectaire d'Égine, et le prophète Élie, et saint Séraphim de Sarov, et même ce saint Syméon le Nouveau Théologien qui n'avait pourtant pas de diplôme universitaire!

Anecdote
Il y a quelques années, avant mon ordination, je marchais en compagnie d'un des pères dans notre monastère à Brookline, Massachussets.


"Alors, tu es diplômé en théologie à présent?" me demanda-t'il.


"Je n''en sais trop rien. C'est ce qu'ils m'ont dit, en tout cas."
"Et alors, que va-tu faire avec ton diplôme?"


J'ai un peu réfléchi, et pour finir j'ai répondu

-"Eh bien je vais veiller à toujours le porter autour du cou lorsque je sortirai. Comme ça au moins, je suis sûr que je ne serai pas embarqué par la fourrière..."


Nota bene
Les académies théologiques ont leur place dans l'Église Orthodoxe.

Cependant, elles doivent être convenablement dirigées, dans la prière et avec beaucoup de discrétion.

Il n'existe pas de système éducatif parfait.

Mais si on suit convenablement des règles bien précises, telles que celles des "Trois niveaux d'éducation chrétienne" qui ont été inspirés par Joseph l'Hésychaste de la sainte Montagne, alors on a un guide de très bonne qualité pour un tel système.

Dimanche 7 Juin 2015. Lectionnaire pour la Liturgie et éléments pour la méditation:

Tous appelés à être "comme des dieux" par adoption divine (PS 81 / Origène)

Dès lors, nous sommes élevés à une dignité qui transcende notre nature, de par le Christ, mais nous ne deviendrons pas fils de Dieu nous-mêmes exactement de la même manière que Lui l'est, seulement en relation avec Lui, par la grâce de l'imitation.

Car Lui, Il est le véritable Fils Qui reçoit Son existence du Père, alors que nous sommes Ses fils qui ont été adoptés de par Son amour envers nous, et nous sommes les récipiendaires par la grâce de la parole qui déclare

-"J'ai dit 'vous êtes des dieux, et tous des fils du Très Haut'." (Ps 81,6 LXX)
(Origène d'Alexandrie, Commentaire sur saint Jean)

Dimanche 7 Juin 2015. Lectionnaire pour la Liturgie et éléments pour la méditation:
LU DANS : « LE VEILLEUR DE NINIVE » :

Le cri d’alarme d’un prêtre assyrien : « Nous craignons un massacre à Hassaké »

Posted: 06 Jun 2015 11:15 AM PDT

Des membres présumés de l’EI dans la région de Hassaké, en Syrie, en juin 2014. - Matthieu KARAM.

Témoignage

Entre 600 et 1 000 familles chrétiennes vivant dans la ville sont en danger, selon le religieux.

Alors que depuis le 30 mai, le groupe État islamique (EI) tente de s'emparer de Hassaké, chef-lieu de la province du même nom du nord-est de la Syrie, un prêtre assyrien résidant à Beyrouth, mais qui est en contact régulier avec la communauté chrétienne présente dans la ville, confie son angoisse à L'Orient-Le Jour.

« La situation est extrêmement difficile dans la ville, explique ce prêtre qui a requis l'anonymat. Je crois que les jihadistes de l'EI tentent de pénétrer dans la ville du côté sud. Ils sont à quelques centaines de mètres. » Il précise que son cousin se trouve toujours sur place et que sa famille avait été kidnappée par les jihadistes en février dernier. Le père assyrien craint donc le pire au cas où les extrémistes réussiraient à entrer à Hassaké où vivent selon lui entre 600 et 1000 familles assyriennes et syriaques.

« La présence chrétienne dans cette localité est menacée », s'inquiète-t-il. Le prêtre assure également qu'il n'y pas de milices chrétiennes pour les défendre. « Il se peut qu'il y ait quelques individus armés qui défendent leurs propres maisons et biens, mais rien de plus, affirme-t-il. L'armée du régime syrien et les milices kurdes sont néanmoins déployées dans la ville. »

« Nous craignons un massacre. Il y a des enfants, de jeunes filles qui sont en danger, et la plupart d'entre eux n'ont pas les moyens financiers pour prendre la fuite », lance-t-il.

Plusieurs assyriens ont toutefois réussi à se réfugier au Liban ces derniers jours, souligne le religieux, faisant mention de 20 à 30 personnes qui ont pu traverser la frontière. « Plusieurs familles sont attendues dans les jours à venir. Elles ont réussi à se réfugier dans la ville de Qamichli, dans le Nord-Est, tenue par les Kurdes. Elles doivent prendre l'avion pour Damas et de là rejoindre le Liban par la route », ajoute-t-il.

Si les autorités libanaises interdisent désormais officiellement l'entrée de réfugiés dans le pays, le père explique que la Sûreté générale se montre « compréhensive » et laisse passer les réfugiés quand il s'agit de « cas humanitaires ». Mais les difficultés ne disparaissent pas pour autant pour ces réfugiés une fois arrivés au Liban. « Leur première semaine passée, ils deviennent en situation irrégulière, explique le prêtre. Nous tentons de régulariser leur séjour avec les autorités, mais leurs conditions de vie demeurent lamentables. »

Propos recueillis par Caroline HAYEK

Les jihadistes de l'État islamique multiplient les assauts pour s'emparer de Hassaké, au nord-est de la Syrie. Frédéric Pichon, chercheur associé à l'Université de Tours et auteur de Syrie : pourquoi l'Occident s'est trompé, interrogé par L'Orient-Le Jour, tente d'apporter quelques éléments d'éclairage.

Pourquoi l'EI cherche-t-il à s'emparer de Hassaké? Est-ce une ville stratégique?

En effet, c'est une ville stratégique dans la mesure où elle se trouve dans le bec de canard, aux confins de l'Irak et de la Turquie. C'est aussi un endroit où il y a une importante garnison de l'armée syrienne. L'État islamique a besoin de contrôler cette frontière-là, vitale pour son financement et ses opérations de contrebande.

Quelles sont les forces en présence ? Est-ce que le régime est prêt à défendre la ville ? Est-ce une priorité?

Les forces kurdes mènent des opérations conjointes avec l'armée syrienne, après les incidents entre les deux début 2015. Cependant, je ne sais pas si les Kurdes combattent actuellement l'EI.

En tout cas, ce scénario laisse largement douter du narratif qui est servi depuis des semaines, qui est que le régime favoriserait l'EI. On se dirige vers un scénario semblable à la prise de Palmyre. La chute de Hassaké risque de porter un gros coup au moral de l'armée syrienne, car le modus operandi de l'EI est brutal, imparable. Au vu des dernières vidéos des jihadistes qui circulent sur Twitter, leur cible serait l'armée syrienne pour l'instant. Elle est nommément visée. Aucune mention en revanche des Kurdes pour l'instant.

Source : L'Orient-Le-Jour - | OLJ - 06/06/2015.

Flux de messages en provenance du Veilleur de Ninive.

Syrie: inauguration d'une mosquée portant le nom de la Vierge Marie

Posted: 06 Jun 2015 11:08 AM PDT

Une mosquée portant le nom de la Vierge Marie a été inaugurée samedi dans la province côtière syrienne de Tartous (ouest), a rapporté l'agence officielle Sana.


La mosquée a été inaugurée par le ministre du Waqf (biens religieux, ndlr), Mohammad Abdel Sattar al-Sayyed, dans la ville de Tartous, a indiqué Sana, qui a diffusé des images de l'édifice.


L'une des photos montre une plaque commémorative, affirmant que l'inauguration de la mosquée a eu lieu "durant le mandat du président Bachar al-Assad".


Les images montrent également le bâtiment, un dôme doré et des murs blancs et oranges. Des hommes religieux musulmans et un évêque apparaissent également dans les photos de Sana.


La ville de Tartous, tout comme la province éponyme, est l'une des rares épargnées par le conflit qui ravage la Syrie depuis quatre ans. Elle est dominée par la communauté alaouite, minorité musulmane dont est issu le président Bachar al-Assad.


Le régime de Bachar al-Assad se pose comme un pouvoir laïc et défenseur des minorités religieuses face à l'extrémisme. Mais ses adversaires, notamment l'opposition, l'accusent de jouer cette carte aux yeux de la communauté internationale pour se présenter comme seule alternative dans une Syrie déchirée.


Vénérée dans l'islam, la Vierge Marie est citée plusieurs fois dans le Coran, où une sourate lui est entièrement consacrée et porte son nom.

Source : L'Orient-Le-Jour du 6 Juin 2015.

Dimanche 7 Juin 2015. Lectionnaire pour la Liturgie et éléments pour la méditation:
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
commenter cet article
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 17:17
Dimanche 7 Juin 2015.  Lectionnaire pour la Liturgie :  Deuxième dimanche après la Pentecôte

Dimanche 7 Juin 2015.

Lectionnaire pour la Liturgie :

Deuxième dimanche après la Pentecôte

(Calendrier Orthodoxe Malankare)

· Saint Qurbana

·

o Actes 4: 23 à 31 :

  • 23 Lorsque Pierre et Jean eurent été relâchés, ils se rendirent auprès des leurs et rapportèrent tout ce que les grands prêtres et les anciens leur avaient dit.
  • 24 Après avoir écouté, tous, d’un même cœur, élevèrent leur voix vers Dieu en disant : « Maître, toi, tu as fait le ciel et la terre et la mer et tout ce qu’ils renferment.
  • 25 Par l’Esprit Saint, tu as mis dans la bouche de notre père David, ton serviteur, les paroles que voici : Pourquoi ce tumulte des nations, ce vain murmure des peuples ?
  • 26 Les rois de la terre se sont dressés, les chefs se sont ligués entre eux contre le Seigneur et contre son Christ ?
  • 27 Et c’est vrai : dans cette ville, Hérode et Ponce Pilate, avec les nations et le peuple d’Israël, se sont ligués contre Jésus, ton Saint, ton Serviteur, le Christ à qui tu as donné l’onction ;
  • 28 ils ont fait tout ce que tu avais décidé d’avance dans ta puissance et selon ton dessein.
  • 29 Et maintenant, Seigneur, sois attentif à leurs menaces : donne à ceux qui te servent de dire ta parole avec une totale assurance.
  • 30 Étends donc ta main pour que se produisent guérisons, signes et prodiges, par le nom de Jésus, ton Saint, ton Serviteur. »
  • 31 Quand ils eurent fini de prier, le lieu où ils étaient réunis se mit à trembler, ils furent tous remplis du Saint-Esprit et ils disaient la parole de Dieu avec assurance.

o

o Ephésiens 2: 11-22 :

  • 11 Vous qui autrefois étiez païens, traités de « non-circoncis » par ceux qui se disent circoncis à cause d’une opération pratiquée dans la chair, souvenez-vous donc
  • 12 qu’en ce temps-là vous n’aviez pas le Christ, vous n’aviez pas droit de cité avec Israël, vous étiez étrangers aux alliances et à la promesse, vous n’aviez pas d’espérance et, dans le monde, vous étiez sans Dieu.
  • 13 Mais maintenant, dans le Christ Jésus, vous qui autrefois étiez loin, vous êtes devenus proches par le sang du Christ.
  • 14 C’est lui, le Christ, qui est notre paix : des deux, le Juif et le païen, il a fait une seule réalité ; par sa chair crucifiée, il a détruit ce qui les séparait, le mur de la haine ;
  • 15 il a supprimé les prescriptions juridiques de la loi de Moïse. Ainsi, à partir des deux, le Juif et le païen, il a voulu créer en lui un seul Homme nouveau en faisant la paix,
  • 16 et réconcilier avec Dieu les uns et les autres en un seul corps par le moyen de la croix ; en sa personne, il a tué la haine.
  • 17 Il est venu annoncer la bonne nouvelle de la paix, la paix pour vous qui étiez loin, la paix pour ceux qui étaient proches.
  • 18 Par lui, en effet, les uns et les autres, nous avons, dans un seul Esprit, accès auprès du Père.
  • 19 Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes concitoyens des saints, vous êtes membres de la famille de Dieu,
  • 20 car vous avez été intégrés dans la construction qui a pour fondations les Apôtres et les prophètes ; et la pierre angulaire, c’est le Christ Jésus lui-même.
  • 21 En lui, toute la construction s’élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur.
  • 22 En lui, vous êtes, vous aussi, les éléments d’une même construction pour devenir une demeure de Dieu par l’Esprit Saint.

o

o Saint Matthieu 10: 5 – 16 :

  • 05 Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes : « Ne prenez pas le chemin qui mène vers les nations païennes et n’entrez dans aucune ville des Samaritains.
  • 06 Allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël.
  • 07 Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche.
  • 08 Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement.
  • 09 Ne vous procurez ni or ni argent, ni monnaie de cuivre à mettre dans vos ceintures,
  • 10 ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. L’ouvrier, en effet, mérite sa nourriture.
  • 11 Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez là jusqu’à votre départ.
  • 12 En entrant dans la maison, saluez ceux qui l’habitent.
  • 13 Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle. Si elle n’en est pas digne, que votre paix retourne vers vous.
  • 14 Si l’on ne vous accueille pas et si l’on n’écoute pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville, et secouez la poussière de vos pieds.
  • 15 Amen, je vous le dis : au jour du Jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins sévèrement que cette ville.
  • 16 « Voici que moi, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents, et candides comme les colombes.
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
commenter cet article
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 05:48
Samedi 6 Juin 2015. Eléments pour méditation :

Livre de l'Ecclésiastique 44,16-17.22-23.45,3.7.15.

Voici le grand pontife, qui pendant sa vie, fut agréable à Dieu,
et, au temps de la colère est devenu la réconciliation des hommes : il ne s'en est pas trouvé de semblable à lui dans l'observance de la loi du Très-Haut.
C'est pourquoi il a juré de le faire croître dans son peuple.
Le Seigneur a béni en lui toutes le nations, et a confirmé en lui son Alliance.
Il eut égard à lui dans ses bénédictions, il lui a continué sa miséricorde, et il trouva grâce devant le Seigneur.
Par sa parole, il a fait cesser des prodiges. Il l'a glorifié devant les rois, il lui a donné un commandement devant son peuple et il lui a montré sa gloire.
Il a établi avec lui une alliance éternelle, et lui a donné le sacerdoce suprême.
Il l'a rendu heureux dans la gloire, pour exercer le sacerdoce, louer son nom et lui offrir un encens d'agréable odeur.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 25,14-23.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : Partant pour un voyage, un homme appela ses serviteurs et leur remit ses biens.
A l'un il donna cinq talents, à un autre deux, à un autre un, à chacun selon sa capacité, et il partit en voyage. Aussitôt,
celui qui avait reçu les cinq talents s'en alla les faire valoir, et il en gagna cinq autres.
De la même manière, celui qui avait reçu les deux, en gagna lui aussi deux autres.
Mais celui qui en avait reçu un s'en alla faire un trou en terre, et il y cacha l'argent de son maître.
Longtemps après, le maître de ces serviteurs revient et leur fait rendre compte.
S'avançant, celui qui avait reçu les cinq talents en présenta cinq autres, en disant : " Maître, vous m'aviez remis cinq talents ; voici cinq autres talents que j'ai gagnés. "
Son maître lui dit : " Bien, serviteur bon et fidèle ; en peu tu as été fidèle, je te préposerai à beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. "
S'avançant aussi, celui qui avait reçu les deux talents dit : " Maître, vous m'aviez remis deux talents ; voici deux autres talents que j'ai gagnés. "
Son maître lui dit : " Bien, serviteur bon et fidèle, en peu tu as été fidèle, je te préposerai à beaucoup ; entre dans la joie de ton maître. "

Samedi 6 Juin 2015. Eléments pour méditation :

Par Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église
Saint Jean Chrysostome sur l’Évangile de Matthieu (Catena Aurea)

" Entre dans la joie de ton maître "


Remarquez, mes frères, que Dieu ne revient pas tout de suite redemander compte de l’argent qu’il avait donné en dépôt, mais qu’il laisse passer beaucoup de temps.

On voit aussi dans la parabole de la vigne, qu’après l’avoir donnée aux vignerons, il va faire un grand voyage; voulant nous faire comprendre par toutes ces circonstances avec quelle patience il nous supporte.

Il me semble aussi voir dans ces paroles une allusion à la résurrection générale.
Il est remarquable encore que dans cette parabole des talents il n’y a ni vignerons ni vigne, mais que tous sont ouvriers; car il ne parle pas ici seulement aux princes des Juifs, ou au peuple, mais généralement à tous.

Et considérez, mes frères, que lorsque ces serviteurs s’approchent de leur maître pour lui offrir ce qu’ils ont gagné dans leur trafic, ils reconnaissent tous avec une grande franchise, et ce qui vient d’eux, et ce qui vient de leur maître.

L’un lui dit humblement qu’il a reçu cinq talents, et l’autre deux, et ils avouent tous deux par cette humble reconnaissance que c’est de lui qu’ils ont reçu le moyen d’agir.

Ils lui témoignent tous qu’ils ne sont pas ingrats, et ils lui attribuent ce qu’ils ont comme venant uniquement de lui.
Que leur répond donc leur maître:

-« Bien ! Serviteur bon et fidèle ».

Car c’est être « bon » que d’être attentif et appliqué à faire du bien à ses frères:

-« Bien ! Serviteur bon et fidèle, parce que vous avez été fidèle en peu de choses, je vous établirai sur beaucoup. Entrez dans la joie de votre Seigneur ».

Ce seul mot renferme tout le bonheur de l’autre vie.

Samedi 6 Juin 2015. Eléments pour méditation :

Dieu a donné aux simples fidèles trois livres…

Dieu a donné aux simples fidèles trois livres qui leur enseignent son saint amour. Ces trois livres sont l'image de la sainte Vierge, le crucifix et le clocher de leur église.

Ces trois objets ne nous rappellent-ils pas les trois grandes marques de l'amour de Dieu pour les hommes, c'est-à-dire les mystères de l'Incarnation, de la Rédemption et de l'Eucharistie ?

L'image de la sainte Vierge ne nous crie-t-elle pas : Dieu est charité ! Il a tellement aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique pour le racheter ?...

La croix, qui se dresse, non seulement dans nos églises, mais dans nos maisons et sur nos places publiques, n'est-elle pas le livre où tous les hommes, savants et ignorants, peuvent lire la miséricorde du Fils de Dieu pour nous, et l'énormité du péché, qui lui a coûté tout son sang ?

Quant au clocher qui s'élève partout où repose la sainte Eucharistie, ne semble-t-il pas nous dire que, par amour, Dieu a dressé sa tente parmi nous, et qu'il fait ses délices d'habiter avec les enfants des hommes ?

St Marcellin Champagnat

Samedi 6 Juin 2015. Eléments pour méditation :

SAINT CLAUDE, QUI ÊTES-VOUS ?


Archevêque de Besançon
(607-699
)

Saint Claude illustra par ses vertus la partie orientale de la Bourgogne, connue sous le nom de Franche-Comté.

Il naquit à Salins vers 607, d'une illustre famille romaine.

Dès l'âge de sept ans, il fut confié à des maîtres habiles qui lui enseignèrent en même temps les leçons de la science humaine, de la foi et de la piété.

Il se plaisait beaucoup dans la lecture des Livres Saints, des Actes des Martyrs, de la Vie des Saints et des sermons des Pères et des Docteurs de l'Église; aussi, jeune encore, devint-il fort instruit.

Tous les jours on le voyait assister à la Messe; il passait à l'église la plus grande partie des dimanches et des fêtes; il ne se plaisait que dans la compagnie des personnes sérieuses et édifiantes: c'étaient des indices d'une vocation spéciale.

Pourtant Claude exerça le métier des armes jusqu'à vingt ans, et ce n'est qu'alors qu'il entra dans la sainte milice.

Il fut le modèle des chanoines de la cathédrale de Besançon; sa vie était celle d'un austère religieux.

Ce n'était pas encore assez pour sa grande âme; il se retira, douze ans plus tard, dans un couvent; là, il ne vivait que de racines, reposait sur un dur grabat, n'aimait que la prière.

Cinq ans après, il est abbé de son monastère.

Ce n'est qu'à l'âge de soixante-dix-huit ans qu'il est élu, malgré ses larmes, archevêque de Besançon. Son épiscopat dura sept années, pendant lesquelles il s'acquitta aussi parfaitement que possible de tous les devoirs d'un pasteur.

Les sermons du saint vieillard avaient tant de force, qu'ils arrachaient les âmes du vice, inspiraient la vertu et furent une cause du renouvellement de la foi et des moeurs dans son diocèse. Il profitait de ses visites pastorales pour exercer les oeuvres de miséricorde corporelle en même temps que les oeuvres de miséricorde spirituelle, visitant les malades, assistant les pauvres et ne refusant à personne un conseil ou une consolation.

Son grand âge le porta à retourner dans son monastère, à l'âge de quatre-vingt-cinq ans, et il gouverna ses religieux pendant plusieurs années encore. Après trois jours de maladie, il réunit ses frères, leur adressa une touchante exhortation, leur donna le baiser de paix et s'endormit doucement dans le Seigneur, à l'âge d'environ quatre-vingt-douze ans.

Samedi 6 Juin 2015. Eléments pour méditation :

L’Eglise orthodoxe de Russie sera-t-elle l'un des derniers remparts contre le détournement "LGBT" de l’Évangile?

Le 17 mai 2015, le Synode de l’Église protestante Unie de France autorisait la bénédiction des « unions homosexuelles » que refusent les Eglises authentiquement Orthodoxes et les Eglises "Évangéliques".

Pour sa part, l’Église orthodoxe de Russie:

» a accueilli ces décisions des églises protestantes d’Écosse et de France avec une profonde déception, dans la mesure où elles sont incompatibles avec les normes de la morale chrétienne.

Nous constatons que de nouvelles divisions sont intervenues dans le monde chrétien, non seulement sur le plan théologique, mais aussi concernant la morale.

S’appuyant fermement sur une position découlant de l’Écriture Sainte, l’Église orthodoxe russe déclare en conséquence l’inadmissibilité des nouveautés susmentionnées dans la doctrine morale et est forcée de réexaminer le format de ses relations avec les églises et les communautés violant les principes de la morale chrétienne traditionnelle.

Ainsi, en 2003, l’Église orthodoxe russe a suspendu ses contacts avec l’Église épiscopales des États-Unis, cette église ayant consacré évêque un homosexuel notoire.

Des raisons semblables ont motivé la rupture des relations avec l’Église de Suède en 2005, qui avait alors décidé d’autoriser la bénédiction des unions homosexuelles.

(…)

S’appuyant sur les décrets du Concile épiscopal [orthodoxe russe] de 2008 affirmant que « l’avenir des relations avec de nombreux communautés protestantes dépend de leur fidélité aux normes de la morale évangélique et apostolique, conservées par les chrétiens durant des siècles », et sur ceux du Concile épiscopal de 2013, qui estime « impossible le dialogue avec les confessions qui violent ouvertement les normes morales bibliques », le Département des relations ecclésiastiques extérieures ne voit plus de perspectives à la poursuite ultérieures de contacts officiels avec l’Église d’Écosse et l’Église protestante unie de France. »

Dieu merci, l'Eglise Russe tient le bon cap alors que tout se délite en Occident ...

Prions pour que sur ce point comme sur tant d'autre les chrétiens occidentaux, sous le fallacieux prétexte d'une "unité plurielle" qui certes souhaitable ne saurait faire l'économie du respect de la vérité et de l'amour véritable, ne s'avancent pas davantage sur le chemin de l'apostasie ...

Prions à cette intention nos Saints Martyrs de Syrie, d'Egypte, d'Iraq et de partout qui, aujourd'hui, versent leur sang pour le Christ et l’Évangile de Vérité, de Vie et de Paix.

Jusqu’à présent les divisions entre chrétiens se situaient au niveau théologique, tandis que sur le plan de la loi naturelle, c’est-à-dire de la morale, il n’y avait aucune différence.

La loi naturelle et la morale qu'elle implique étaient du reste des lieux de rencontre et d'unanimité avec nos frères Juifs, Musulmans et Bouddhistes.

Samedi 6 Juin 2015. Eléments pour méditation :

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 12,38-44.

En ce temps-là, dans son enseignement, Jésus disait : « Méfiez-vous des scribes, qui tiennent à se promener en vêtements d’apparat et qui aiment les salutations sur les places publiques,
les sièges d’honneur dans les synagogues, et les places d’honneur dans les dîners.
Ils dévorent les biens des veuves et, pour l’apparence, ils font de longues prières : ils seront d’autant plus sévèrement jugés. »
Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait comment la foule y mettait de l’argent. Beaucoup de riches y mettaient de grosses sommes.
Une pauvre veuve s’avança et mit deux petites pièces de monnaie.
Jésus appela ses disciples et leur déclara : « Amen, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis dans le Trésor plus que tous les autres.
Car tous, ils ont pris sur leur superflu, mais elle, elle a pris sur son indigence : elle a mis tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre. »

Samedi 6 Juin 2015. Eléments pour méditation :

UNE MEDITATION SUR LA VIE

de

Sainte Thérèse d'Avila

(1515-1582), carmélite, docteur de l'Église
Poésie « Vivo sin vivir en mí » (trad. OC, Cerf, 1995, p. 1221)

« Elle a tout donné »


Je vis mais sans vivre en moi ;
Et mon espérance est telle
Que je meurs de ne pas mourir.

Je vis déjà hors de moi
Depuis que je meurs d'amour ;
Car je vis dans le Seigneur
Qui m'a voulue pour lui.
Quand je lui donnai mon cœur,
Il y inscrivit ces mots :
Je meurs de ne pas mourir...

Ah ! qu'elle est triste la vie,
Où l'on ne jouit pas du Seigneur !
Et si l'amour lui-même est doux
La longue attente ne l'est pas ;
Ôte-moi, mon Dieu, cette charge
Plus lourde que l'acier,
Car je meurs de ne pas mourir.

Je vis dans la seule confiance
Que je dois un jour mourir,
Parce que, par la mort, c'est la vie
Que me promet mon espérance.
Mort où l'on gagne la vie,
Ne tarde pas, puisque je t'attends,
Car je meurs de ne pas mourir.

Vois comme l'amour est fort (Ct 8,6) ;
Ô vie, ne me sois pas à charge !
Regarde ce qui seul demeure :
Pour te gagner, te perdre ! (Lc 9,24)
Qu'elle vienne la douce mort !
Ma mort, qu'elle vienne bien vite,
Car je meurs de ne pas mourir.

Cette vie de là-haut,
Vie qui est la véritable,
‒ ; Jusqu'à ce que meure cette vie d'ici-bas –
Tant que l'on vit on n'en jouit pas.
Ô mort ! ne te dérobe pas.
Que je vive puisque déjà je meurs,
Car je meurs de ne pas mourir.

Ô vie, que puis-je donner
À mon Dieu qui vit en moi
Si ce n'est de te perdre, toi,
Pour mériter de le goûter !
Je désire en mourant l'obtenir,
Puisque j'ai si grand désir de mon Aimé
Que je meurs de ne pas mourir.

Samedi 6 Juin 2015. Eléments pour méditation :
Les 2 aspects de la Foi Chrétienne (Nikiforos Theotokis)

La Foi se divise en 2 parties :

*la théorique et la pratique. *La foi théorique existe lorsque nous croyons dans notre esprit tout ce que la Foi enseigne, sans pour autant accomplir la moindre bonne œuvre.

Une telle foi est morte, ne rapporte rien de bon, et est incapable de sauver l'homme.

La foi pratique, concrète, c'est lorsque non seulement nous croyons tout ce que la Foi nous enseigne, mais qu'en plus, nous accomplissons tout, et nous mettons en pratique tous ses ordres et décrets.


(Nikiforos Theotokis, théologien Grec du 18ème siècle)



"Faith consists of two parts: theoretical and practical. Theoretical faith exists when we believe with our mind everything that our faith teaches without doing any good works. Such faith is dead, of no benefit, and incapable of saving man...Practical faith exists when we not only believe in everything our faith teaches, but also carry out and abide by all its orders and statutes.


(Nikiforos Theotokis, 18th Century Greek theologian)

(Source :

Publié par Jean-Michel pour « St Materne »)

Samedi 6 Juin 2015. Eléments pour méditation :
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
commenter cet article
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 13:51
Vendredi 5 Juin 2015. Eléments pour méditation :

Livre de l'Ecclésiastique 44,1-15.

Faisons l'éloge de ces hommes glorieux qui furent les pères de notre race.
En eux le Seigneur a opéré de glorieuses merveilles, il a manifesté sa grandeur dès l'origine.
C'étaient des souverains dans leurs royaumes, des hommes renommés par leur puissance, des conseillers remplis de sagesse, annonçant la volonté divine par leurs prophéties,
des guides du peuple par leurs conseils et leur prudence, des docteurs du peuple, qui l'instruisaient par de sages discours ;
des hommes cultivant l'art des saintes mélodies, et qui ont mis par écrit de poétiques récits ;
des riches ayant des biens en abondance, vivant en paix dans leurs demeures : tous ces hommes furent honorés par leurs contemporains,
tous ont été la gloire de leur temps.
Il en est parmi eux qui ont laissé un nom, pour qu'on puisse raconter leurs louanges.
Il en est dont il n'y a plus de souvenir, ils ont péri comme s'ils n'avaient jamais existé ; ils sont devenus comme s'ils n'étaient jamais nés, et, de même, leurs enfants après eux.
Les premiers étaient des hommes pieux, dont les vertus n'ont pas été oubliées.
Le bonheur reste attaché à leur race, et un héritage est assuré à leurs enfants.
Leur race se maintient fidèle aux alliances, et leurs enfants à cause d'eux.
Leur race demeure éternellement, et leur gloire ne sera jamais effacée.
Leur corps a été enseveli en paix, et leur nom vit d'âge en âge.
Les peuples célèbrent leur sagesse, et l'assemblée publie leurs louanges.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,1-12.

En ce temps-là, Jésus, voyant les foules, gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples vinrent à lui.
Alors, prenant la parole, il se mit à les enseigner, en disant :
" Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux !
Heureux ceux qui sont doux, car ils posséderont la terre !
Heureux ceux qui sont affligés, car ils seront consolés !
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés !
Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde !
Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu !
Heureux les pacifiques, car ils seront appelés enfants de Dieu !
Heureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, car le royaume des cieux est à eux !
Heureux serez-vous, lorsqu'on vous insultera, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense est grande dans les cieux ; car c'est ainsi qu'ils ont persécuté les prophètes qui ont été avant vous.

Vendredi 5 Juin 2015. Eléments pour méditation :

Par Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église . Homélie sur la Deuxième lettre aux Corinthiens, 12, 4; PG 61, 486-487 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p.398)

« Réjouissez-vous ; soyez dans l'allégresse car votre récompense sera grande »


Seuls les chrétiens estiment les choses à leur vraie valeur, et ils n'ont pas les mêmes motifs de se réjouir et de s'attrister que le reste des hommes.

A la vue d'un athlète blessé, portant sur la tête la couronne du vainqueur, celui qui n'a jamais pratiqué aucun sport considère seulement les blessures qui font souffrir cet homme ; il n'imagine pas le bonheur que lui procure sa récompense.

Ainsi font les gens dont nous parlons. Ils savent que nous subissons des épreuves, mais ignorent pourquoi nous les supportons.

Ils ne considèrent que nos souffrances. Ils voient les luttes dans lesquelles nous sommes engagés et les dangers qui nous menacent.

Mais les récompenses et les couronnes leur restent cachées, non moins que la raison de nos combats.

Comme l'affirme saint Paul :

« On nous croit démunis de tout, et nous possédons tout » (2Co 6,10).


Pour ce qui nous regarde, quand nous sommes soumis à l'épreuve à cause du Christ, supportons-la vaillamment, bien plus, avec joie.

Si nous jeûnons, bondissons de joie comme si nous étions dans les délices.

Si l'on nous outrage, dansons allègrement comme si nous étions comblés d'éloges.

Si nous subissons un dommage, considérons-le comme un gain.

Si nous donnons au pauvre, persuadons-nous que nous recevons.

Avant tout, rappelle-toi que tu combats pour le Seigneur Jésus.

Alors tu entreras de bon cœur dans la lutte et tu vivras toujours dans la joie, car rien ne nous rend si heureux qu'une bonne conscience.

Vendredi 5 Juin 2015. Eléments pour méditation :

NEUVAINE POUR LA FRANCE :

Méditation du Père Nicolas Rousselot

Pour une classe moyenne de la sainteté

La première fois que je suis entré dans la chambre de Marthe Robin à Châteauneuf, en regardant son lit, je me suis dit : « Oh mon Dieu, comme c’est petit ! ». Jean-Marie Vianney, paraît-il, avait dit la même phrase en découvrant, au creux d’une colline, sa nouvelle paroisse.

Aujourd’hui encore, en voyant dans la première église d’Ars, la taille de la chaire et des confessionnaux, on a l’impression de se trouver comme dans une maison de poupée. Ceux qui se sont recueillis devant la chasse de Bernadette à Nevers, ou ceux qui sont allés aux Buissonnets à Lisieux, auront eu cette même impression de petitesse, d’enfance. Au point de se demander si, dans le pays de France, Dieu n’a pas choisi uniquement des gens de « petit format » pour porter son message et faire bouger les choses. En Espagne, Dieu est allé dans les châteaux trouver des sortes de conquistadors : St Ignace, St François-Xavier ou Ste Thérèse d’Avila. En France, non.

Thérèse, Bernadette, Marthe, Jean Marie, étaient petits de taille. Est-ce un hasard ? Ces gens petits de taille, dit-on, sont presque toujours animés d’un grand désir. Comme Napoléon, ils ont parfois le génie de bouleverser l’histoire. Mais ici, nous pensons surtout aux phrases de Saint-Paul : « Ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi pour confondre ce qui est fort » ; ou cette parole du livre des Proverbes qui enchanta Thérèse de l’Enfant Jésus : « Si quelqu’un est tout petit, qu’il vienne à moi ». Pourquoi Dieu est-il venu bouleverser le temps de l’incroyance, du jansénisme ou du scientisme, en choisissant ces chrétiens petits de taille mais à la force intérieure si impressionnante ? C’est son mystère. Mais Il se peut aussi que Dieu lui-même fut bouleversé par ces âmes ardentes, comme il fut bouleversé un jour, à l’aube des temps nouveaux, par l’âme si désirante de Marie.

Aujourd’hui, nous souhaitons que beaucoup de choses changent dans le monde, en Europe et dans notre pays. Nous prions pour cela. Nous souhaitons que notre Dieu soit bouleversé par des âmes assoiffées de Lui, pour qu’Il ait davantage « les mains libres pour agir », puisqu’Il a choisi dans Sa liberté souveraine de dépendre de nous.

Nous souhaitons que se lèvent des personnes, petites ou grandes de taille qu’importe, mais désirant d’un grand désir que le Royaume vienne sur notre terre. Nous prions pour que des âmes quasi messianiques changent le cours des choses, entrainant les foules, tel Moïse levant son bâton pour faire passer son peuple à pied sec.

Or nous nous trompons. Prions plutôt pour qu’advienne un écosytème de sainteté, une sorte de « classe moyenne de la sainteté dont nous pouvons tous faire partie » (Pape François). Dans cette classe moyenne, nous espérons beaucoup de jeunes, notamment des jeunes issus des milieux chrétiens aisés. Nous les verrons devenir tour à tour, éducateurs, enseignants, soignants, journalistes, élus, ou policiers. Gagnant moins facilement leur vie que leurs parents ou leurs frères et sœurs, toujours du côté des plus fragiles, ils seront reliés entre eux par des mouvements ou des associations extrêmement vigoureuses, où leur solitude sera un vain mot et où prendront corps leurs grands désirs.

Au cœur de cette classe moyenne du Salut, naîtront un jour, quelques grands témoins qui bouleverseront le monde, au moment où notre Dieu le permettra, attiré qu’Il sera par ces âmes ardentes. Il y aura aussi quelques martyrs.

Vendredi 5 Juin 2015. Eléments pour méditation :

Détruisez ce Temple

Évangile selon saint Jean 2, 13-22

Jésus leur répondit : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. »

« Petits arrangements entre amis »
« Il fit un fouet avec des cordes et les chassa tous du temple. »
Voilà que Jésus se met en colère et quelle colère ! Tout y passe : tables et chaises, brebis et bœufs, acheteurs et vendeurs… tout le monde en prend pour son grade. Les colombes se sont envolées, les étales sont renversés, la monnaie dispersés.
Et cet ordre presque crié par Jésus qui en aura étonné plus d’un: « Enlevez tout cela d’ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. » Qu’a-t-il bien pu vouloir dire par là ?
Et Jésus pousse encore plus loin dans l’incompréhension : aux Pharisiens qui l’interpellent, il annonce qu’en trois jours il reconstruira le Temple. Nous ne sommes pas dans un jeu vidéo et encore moins dans du virtuel. Tout autant que les Pharisiens, nous aussi nous recevons ce texte avec étonnement.

C'est du côté des disciples que nous sommes invités à nous tourner Saint Jean leur donne les clés du mystère : « le Temple dont il parlait, c’était son corps. » Et après sa résurrection, les disciples se sont souvenu de ces paroles et ont enfin compris ce que Jésus avait dit et les prophètes bien avant lui.
Le Temple, me direz-vous, c’était au temps de Jésus. Je suis d’accord. Mais aujourd’hui, comme les marchands d’autrefois, quels petits arrangements entre amis nous accordons-nous sur le parvis du temple, au cœur de nos vies et jusqu’au seuil de notre foi, de nos Églises ?
Pas question de culpabiliser ou de condamner. Tous, cela nous arrive de négocier… un geste de charité, un effort pour rejoindre la prière de nos communautés locales, un sourire qui guérit, une parole positive qui reconstruit… Jésus nous invite à aller plus loin, à vivre en vérité, à construire jour après jour le Temple, notre temple…

(Source : « Signe dans la Bible »)

Vendredi 5 Juin 2015. Eléments pour méditation :

Saint Boniface qui êtes-vous ?
Archevêque de Mayence, martyr

Boniface, appelé d'abord Winfrid, naît en Angleterre, vers 673-680. Une maladie grave décida son père à le laisser partir dans un monastère.

Devenu professeur après de brillantes études, Winfrid, par sa science et son éloquence, acquiert une réputation dont il est effrayé ; alors, refusant tous les honneurs, il tourne toute l'ambition de son zèle vers les contrées encore païennes de la Germanie, et n'a qu'un désir : devenir apôtre de l'Allemagne.
En 718, il va s'agenouiller aux pieds de saint Grégoire II et reçoit de lui tous les pouvoirs apostoliques. Après avoir traversé, en exerçant sa charité pour les âmes, la Lombardie, la Bavière et la Thuringe, il va se joindre à saint Willibrord, apôtre des Frisons ; mais il s'enfuit dès que celui-ci veut lui conférer l'épiscopat. Winfrid évangélise alors la Thuringe, dont les sauvages forêts se couvrent bientôt de monastères et se peuplent de saints.

La moisson est trop abondante, il lui faut des auxiliaires ; le Pape l'appelle à Rome, le sacre évêque et change son nom en celui de Boniface. L'apôtre, secondé par de vaillants missionnaires, travaille avec plus d'ardeur que jamais à étendre le règne de l'Évangile. Ses saintes audaces sont bénies du Ciel.

Un jour, il fait abattre un arbre de superstition, qui servait d'idole à un peuple aveugle, et quand la foule en fureur va se jeter sur lui, un prodige vient soudain la calmer : l'arbre énorme se plie sous une main invisible et va tomber en quatre tronçons aux pieds du Saint. Le Christ avait vaincu ; des milliers de païens demandèrent le baptême.

Boniface était de nouveau débordé par l'immensité de ses succès; il fait un appel à sa patrie, et bientôt de nombreux missionnaires viennent se joindre à lui. Archevêque, légat du Pape, Boniface ne s'attribue point la gloire de ses œuvres ; Dieu est sa seule force et son seul recours ; voilà le secret de ses conquêtes pacifiques.

À ce héros, il ne manquait plus qu'un combat ; à ce triomphateur, il ne manquait plus qu'une victoire. Le 05 juin 754, jour de Pentecôte, Boniface se préparait à offrir le Saint Sacrifice, quand une foule armée se précipite vers lui en poussant des cris sauvages ; son entourage court aux armes ; mais Boniface sort de sa tente : « Cessez le combat, mes enfants, dit-il, voici l'heure de la délivrance ! » Bientôt l'apôtre tombe sous les coups de ces barbares avec tous ceux qui l'accompagnent. On le trouva criblé de blessures, tenant en main le livre de saint Ambroise : « Du bienfait de la mort ».

Pour approfondir, lire la Catéchèse du Pape de Rome Benoît XVI :

>>> Saint Boniface

Vendredi 5 Juin 2015. Eléments pour méditation :

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 12,35-37.

Alors qu’il enseignait dans le Temple, Jésus, prenant la parole, déclarait : « Comment les scribes peuvent-ils dire que le Messie est le fils de David ?
David lui-même a dit, inspiré par l’Esprit Saint : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : “Siège à ma droite jusqu’à ce que j’aie placé tes ennemis sous tes pieds !”
David lui-même le nomme Seigneur. D’où vient alors qu’il est son fils ? » Et la foule nombreuse l’écoutait avec plaisir.

Vendredi 5 Juin 2015. Eléments pour méditation :
UNE PRIERE DE SAINT ISSAC LE SYRIEN POUR CELUI QUI SE SENT LOIN DE DIEU


Seigneur Jésus-Christ qui avez pleuré Lazare et versé sur lui les larmes de la tristesse, reçevez les larmes de mon amertume.
Par Vos souffrances, apaisez mes souffrances. Par Vos plaies, guérissez mes plaies. Par Votre sang, purifiez mon sang et portez dans mon corps le parfum de Votre Corps vivifiant.
Que le fiel dont les ennemis Vous ont abreuvé change en douceur en mon âme l’amertume qu’y versa l’adversaire.
Que Votre Corps tendu sur l’arbre de la Croix déploie vers Vous mon intelligence écrasée par les démons.

Que Votre tête inclinée sur la Croix relève ma tête que les ennemis ont outragée.
Que Vos saintes mains clouées par les infidèles me relèvent du gouffre de la perdition et me ramènent à Vous, ainsi que Votre bouche l’a promis.
Que Votre visage, qui reçut des malveillants gifles et crachats, éclaire mon visage qu’ont souillé les injustices.
Que Votre âme que sur la Croix Vous avez soumise à Votre Père, me conduise à Vous dans Votre grâce.
Je n’ai ni cœur souffrant pour aller à Votre recherche, ni repentir, ni tendresse, rien de ce qui ramène les enfants à leur héritage.
Maître, je n’ai pas de larmes pour Vous prier.

Mon intelligence est enténébrée par les choses de cette vie, et n’a pas la force de tendre vers Vous dans la douleur.

Mon cœur est froid sous le nombre des tentations, et les larmes de l’amour pour Vous ne peuvent le réchauffer.
Mais Vous, Seigneur Jésus Christ, mon Dieu, trésor des biens, donnez-moi le repentir total et un cœur en peine, pour que de toute mon âme je sorte à Votre recherche. Car sans Vous je serai privé de tout bien.
Ô Dieu Bon, donnez-moi Votre grâce ! Que le Père, qui dans l’éternité hors du temps, Vous a engendré dans Son sein, renouvelle en moi les formes de Votre image.

Je Vous ai abandonné. Ne m’abandonnez pas.

Je suis sorti de Vous. Sortez à ma recherche. Conduisez-moi dans Votre pâturage, comptez-moi parmi les brebis de Votre troupeau choisi. Avec elles nourrissez-moi de l’herbe verte de Vos mystères divins dont le cœur pur est la demeure, ce cœur qui porte en lui la splendeur de Vos révélations, la consolation et la douceur de ceux qui se sont donné de la peine pour Vous dans les tourments et les outrages.

Puissions-nous être dignes d’une telle splendeur, par Votre grâce et Votre amour pour l’homme, notre Sauveur Jésus Christ, dans les siècles des siècles.

Amîn.

Vendredi 5 Juin 2015. Eléments pour méditation :
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille
commenter cet article

Recherche

Liens