Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 07:15

L’ICÔNE COPTE:

PROCHAIN STAGE AU MONASTERE 

du lundi 21 AOÛT au 28 AOÛT  2017

Stage d’Iconographie Copte du 4 au 12 JUILLET 2015: IL RESTE DE LA PLACE, IL N'EST PAS TROP TARD POUR VOUS INSCRIRE !...

 

UN ART SACRÉ

POUR NOTRE TEMPS

 

Stage d’Iconographie Copte du lundi 21 AOÛT au 28 AOÛT  2017

 

IL RESTE DE LA PLACE, IL N'EST PAS TROP TARD POUR VOUS INSCRIRE !...

 

"L‘Incarnation de la Lumière"

1459883 592234677515191 662124102 n

 

L’Icône Egyptienne : Ses racines pharaoniques, son histoire, son renouveau, son contenu théologique, ses techniques, son sens symbolique et spirituel.

 

Soyez nombreux à vous inscrire à ce stage lors duquel vous partagerez des moments exceptionnels avec
 Armia Naguib MATTA WASSEF, Chef Atelier au Patriarcat Copte-Orthodoxe et disciple d’Isaac FANOUS, sous la Supervision du Pr Ashraf SADEK, Professeur d’Egyptologie et Directeur du « Monde Copte ».

cene fanous

 

Frais d’inscription  200 Euros
(Hébergement: Offrandes libres)

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde, Brévilly.
61300 CHANDAI . Tel :02.33.24.79.58
Courriels : asstradsyrfr@laposte.net

__________________

 

Pentecostes.jpg

INSCRIVEZ-VOUS !

 

BULLETIN D’INSCRIPTION:

 

Nom:………………………………

 

Prénom:…………………………………………………

 

Adresse:………………………………………………………………

 

…………………………………………………………………………………

 

………………………………………………………………………Tel:…

 

………………………………Courriels:………………………………

 

…………

 

L‘Incarnation de la Lumière

 

Stage d’Iconographie Copte Orthodoxe du 21 au 28 Août 2017

Qui sera donné au Monastère Syriaque N-D de Miséricorde.Brévilly.61300 CHANDAI.

 

Règlement:  200 euros (50 euros d’arrhes à l’inscription). 

Veuillez libeller vos chèques à l’ordre du „Monde Copte“ 

(Hébergement: Offrandes libres)

 

Si vous désirez une chambre seule, veuillez le préciser à l’inscription. Merci.

Résultat de recherche d'images pour "Icônes Coptes"

COPTE-ORTHODOXE ICONOGRAPHY:
NEXT STAGE AT THE MONASTERY
From 21 AUGUST to 28  AUGUST 2017

A SACRED ART
FOR OUR TIME

Coptic Iconography Internship from 21  August to 28 August 2017:

IT REMAINS THE PLACE, IT IS NOT TOO LONG TO ENTER YOU! ...

"The Incarnation of Light"

The Egyptian Icon: Its pharaonic roots, its history, its renewal, its theological content, its techniques, its symbolic and spiritual meaning.

Enroll yourself to this internship where you will share exceptional moments with
Armia Naguib MATTA WASSEF, Head of the Coptic-Orthodox Patriarchate and disciple of Isaac FANOUS, under the supervision of Professor Ashraf SADEK, Professor of Egyptology and Director of the "Coptic World".

Registration fee 200 Euros
(Accommodation: Free offerings)

Syriac Monastery N-D of Miséricorde, Brévilly.
61300 CHANDAI. Tel: 02.33.24.79.58
Emails: asstradsyrfr@laposte.net
__________________


SIGN UP NOW!

REGISTRATION FORM:

Name:………………………………

First name:…………………………………………………

Address:………………………………………………………………

.............................................................................................

………………………………………………………………………Such:…

.................................... Emails: ....................................

............

The Incarnation of the Light

Iconography Internship Coptic Orthodox from 21 August to 28 August 2017
That will be given to the Syriac Monastery N-D of Miséricorde.Brévilly.61300 CHANDAI.

Payment: 200 euros (50 euros deposit upon registration).
Please make checks payable to "Coptic World"
(Accommodation: Free offerings)

If you require a room only, please specify it at the registration. Thank you.

Résultat de recherche d'images pour "Icônes Coptes"

Copta Ortodoxa iconografia:
Próxima fase no mosteiro
a partir de 21 agosto-28 agosto 2017

A ARTE SACRA
Para o nosso tempo

Iconografia Estágio copta 21 agosto-21 agosto de 2017:

Há o lugar, não é tarde demais para se registrar! ...

"A Encarnação da Luz"

O ícone egípcio: Suas raízes faraônicas, sua história, seu renascimento, o seu conteúdo teológico, suas técnicas, o seu significado simbólico e espiritual.

Ser muitos para se inscrever para este curso durante o qual você vai compartilhar momentos especiais com
Armia Naguib MATTA Wassef, Oficina-chefe do Patriarcado Ortodoxo copta e discípulo de Isaac FANOUS, sob a supervisão do Prof. Ashraf SADEK, professor de Egiptologia e Diretor do "copta mundo".

Taxa de inscrição 200 Euros
(Alojamento: Ofertas Free)

Siríaco Mosteiro N-D mercê Brévilly.
61300 Chandai. Tel: 02.33.24.79.58
Email: asstradsyrfr@laposte.net
__________________


INSCREVA-SE!

FICHA DE INSCRIÇÃO:

Nome: ....................................

Nome: .........................................................

Endereço: ........................................................................

.............................................................................................

................................................................................. Tel: ...

.................................... Emails: ....................................

............

A Encarnação da Luz

Estágio Iconografia Copta Ortodoxa 21-28 Agosto 2017
Que vai ser dada ao Mosteiro Siríaco N-D Miséricorde.Brévilly.61300 Chandai.

Regulamento: 200 euros (50 euros depósito no momento da inscrição).
Por favor, faça cheques ao "copta mundo"
(Alojamento: Ofertas Free)

Se você quiser um quarto individual, por favor, indicar no momento da inscrição. Obrigado.

Image associée

Copta iconografia ORTODOSSO:
Fase successiva del MONASTERO
dal 19 agosto-4 settembre Luglio 2017

A ARTE SACRA
Per il nostro tempo

Iconografia Stage copta 21 agosto - 28 Agosto il 2017:

C'è il luogo, non è troppo tardi per iscriversi! ...

"L'incarnazione della Luce"

L'icona egiziana: Le sue radici faraonici, la sua storia, la sua rinascita, il suo contenuto teologico, le sue tecniche, il suo significato simbolico e spirituale.

Essere molti a iscriversi a questo corso, durante il quale potrete condividere momenti speciali con
Armia Naguib MATTA Wassef, capo Workshop al Patriarcato ortodosso copto e discepolo di Isaac FANOUS, sotto la supervisione del Prof. Ashraf SADEK, professore di Egittologia e direttore del "copta mondo".

Quota di iscrizione 200 euro
(Sistemazione: offerte libere)

Syriac Monastero N-D Mercy Brévilly.
61300 Chandai. Tel: 02.33.24.79.58
E-mail: asstradsyrfr@laposte.net
__________________


REGISTRATI!

MODULO DI ISCRIZIONE:

Nome:………………………………

Conome:…………………………………………………

Indirizzo: ........................................................................

.............................................................................................

................................................................................. Tel: ...

.................................... email: ....................................

............

L'incarnazione della Luce

Stage Iconografia copto ortodosso 21-28 agosto il 2017
Quale sarà dato al monastero siro-N-D Miséricorde.Brévilly.61300 Chandai.

Regolamento: 200 euro (50 euro di deposito al momento della registrazione).
Si prega di intestare gli assegni al "copta mondo"
(Sistemazione: offerte libere)

Se si desidera una camera singola, si prega di indicare al momento della registrazione. Grazie.
 

Résultat de recherche d'images pour "Icônes Coptes"

Iconographie et icônes d'Egypte
article publié dans le N°66 de la revue Le Chemin

Ashraf et Bernadette Sadek

 

ANTÉCÉDENTS

D'icône égyptienne a-t-elle ou non des antécédents ?

Cette question controversée a été abondamment débattue par les historiens de l'art copte (1).

On connaît bien sûr l'existence de portraits de l'époque gréco-romaine en Egypte, dont l'influence sur la naissance des icônes chrétiennes est très probable.

En ce qui concerne les célèbres portraits du Fayoum, leur lien avec l'icône est encore à l'étude; on peut, quoi qu'il en soit, reconnaître des éléments communs: position frontale, hiératisme, grands yeux écarquillés au regard direct; par leur technique - peinture à l'encaustique (cire chaude ou froide) ou à la détrempe (médium soluble dans l'eau) sur plaquettes de bois, palette de couleurs (blanc, ocre jaune, rouge terre, noir), et parfois dorure à la feuille, ils anticipent directement l'icône (2).

En revanche, leur usage funéraire et leur caractère réaliste les éloignent de celle-ci.

Qu'en est-il d'éventuelles origines puisées dans l'Egypte ancienne?

On assiste actuellement à d'étranges revirements d'opinions: dans un premier temps, les «inventeurs» occidentaux de l'art copte, et en premier lieu le Père du Bourguet, ont immédiatement saisi une communauté d'âme et parfois de forme entre l'art copte et l'art des anciens Egyptiens : L'Egypte copte bénéficie de l'atavisme pharaonique axé sur la fusion du symbolique dans le réaliste (3); (l'optique copte), pour le sacré ou le « sacral » sait diffracter à sa façon, dans l'héritage pharaonique, la lumière chrétienne (4); parallèlement à la mise en valeur, en Occident, de l'art copte et de sa filiation égyptienne, les chrétiens d'Egypte, pris dans le mouvement nationaliste nassérien du milieu du siècle, ont redécouvert leur propre patrimoine artistique et se sont efforcés d'une part de le préserver et de l'étudier, d'autre part de le faire revivre : l'école iconographique d'Isaac Fanous, dont nous reparlerons, est le témoin de ce renouveau artistique, fondé sur un double mouvement qui consiste à revenir aux sources de l'art copte y compris, bien sûr, dans l'Égypte pharaonique et, à partir de ce terreau auquel viennent s'incorporer les acquis de deux mille ans d'art sacré chrétien, à s'efforcer de créer un art copte pleinement égyptien et résolument contemporain (5).

Tandis que les artistes coptes développent actuellement cette tendance, il semble en revanche être de bon ton, chez certains spécialistes occidentaux, de faire marche arrière (6), et de nier pratiquement l'existence de tout lien profond entre l'art copte et celui de l'Egypte ancienne: on ne peut s'empêcher de voir dans cette attitude une forme de réaction face au mouvement néo-copte, dont il convient de prendre le contre-pied systématique, ce qui permet de maintenir, d'une certaine façon, la « mainmise » occidentale sur l'analyse du patrimoine culturel égyptien. Certains poussent la sollicitude jusqu'à craindre que cet « égyptocentrisme » des artistes coptes ne nuise aux délicates relations entre chrétiens et musulmans (7).

C'est mal connaître la communauté égyptienne, qui intègre et respecte d'autant mieux sa composante copte que celle-ci ose s'affirmer en tant qu'élément fondamental de la culture égyptienne (8).

Nous pouvons rester en dehors de cette polémique en constatant simplement que la question des influences doit nécessairement être abordée dans sa complexité et ne peut certainement pas être tranchée par des choix trop exclusifs, dans un sens comme dans l'autre; on sait, par de multiples preuves, que la civilisation pharaonique ne s'est pas éteinte brutalement et que les envahisseurs successifs ont «habité» la culture existante: les Romains, comme les Grecs avant eux, eurent à coeur d'établir une sorte de concordance entre leurs propres dieux et ceux des Egyptiens; ainsi naquit un panthéon riche et varié (...): Isis, allaitant parfois l'enfant Horus, Horus-Harpocrate, Harpocrate cavalier, Athéna (...) et divers dieux, souvent orientaux, revêtus de l'habit militaire (9).

Il faut donc tenir compte de ces périodes de syncrétisme à travers lesquelles les thèmes de l'Egypte pharaonique, remaniés, ont peut-être été transmis à l'Egypte chrétienne; toutefois, de nombreux témoignages dans la peinture et l'art attestent l'existence d'un art chrétien en Egypte antérieur au Ve siècle (Bagaouât, Kellia, catacombes d'Alexandrie) (...), et il est tout à fait invraisemblable que les siècles de présence grecque et romaine aient totalement fait disparaître les thèmes et techniques ancestraux: le fait, largement attesté, que les chrétiens d'Egypte aient utilisé les temples pharaoniques comme lieux de culte prouvent qu'ils étaient en contact avec l'architecture, la sculpture et la peinture des anciens Egyptiens.

On trouve sur les colonnes et murs de plusieurs temples des peintures effectuées par les chrétiens : cette coutume est donc déjà un «héritage» pharaonique directement observable chez les Coptes.

Plusieurs millénaires d'un art aussi puissant que celui des Pharaons ne peuvent pas ne pas avoir laissé de traces : si les cultes s'éteignent, les artistes et leurs procédés demeurent dans les mémoires. On n'oublie pas si vite ruses et formules d'ateliers, jalousement transmises de génération en génération (10) .

Image associée

On peut donc établir de nombreux parallèles et même, osons le mot, des filiations entre l'art pharaonique et l'iconographie copte.

Nous ne retiendrons ici que quelques éléments qui nous paraissent fondamentaux ou simplement intéressants.

Concernant l'essence même de l'icône, voici ce qu'en dit l'iconographe Georges Drobot: La démarche de la pensée iconophile s'inspire plutôt de Plotin (que de Platon).

En effet, Plotin fait l'éloge des Egyptiens qui, selon lui, pour désigner les choses avec sagesse, n'usent pas de lettres dessinées qui se développent en discours et propositions... ils dessinent des images... ils les gravent dans les temples... chaque signe gravé est donc une science, une sagesse, une chose réelle, saisie d'un seul coup, et non (une suite de pensée comme) un raisonnement ou une délibération. Car le Principe suprême (l'Un) « est ineffable », et « l'unique approche possible reste la vision » (11).

Cette analyse est intéressante, car elle rapproche l'icône de la langue sacrée par excellence, les hiéroglyphes, qui permettaient de communiquer avec le divin; de même, l'icône est un langage sacré, l'iconographe est littéralement « celui qui écrit une image » : il s'agit d'une écriture possédant une grammaire qui appartient aux registres artistique, théologique et dogmatique (12).

Comme les hiéroglyphes, l'icône est un symbole efficace: écrire une icône est donc un acte hautement religieux.

La civilisation de l'Egypte ancienne était structurée par l'image centrale du Pharaon, sorte de médiateur entre l'humain et le divin; selon J. Ascott, les chrétiens d'Egypte auraient substitué à l'image de «Pharaon triomphant» le Christ Pantocrator, trônant dans sa gloire et régnant sur le cosmos (13), et sous l'autorité duquel ils se plaçaient désormais: n'oublions pas que les chrétiens en Egypte ont été presque constamment, pendant deux millénaires, confrontés aux autorités temporelles du pays: Romains, Byzantins chalcédoniens puis domination musulmane.

Seul le recours à une autorité divine, non temporelle et cependant proche parce qu'incarnée, a permis à certains d'entre eux de maintenir leur différence en dépit des oppositions.

D'autres thèmes ont été repris et transposés de l'Egypte pharaonique à l'Egypte chrétienne : la croix de vie (ankh) en est le plus indiscutable; les recherches actuelles sur l'origine de l'iconographie de la Vierge allaitant le Christ semblent confirmer qu'il s'agit d'un thème égyptien, c'est-à-dire d'une reprise, sublimée, de la représentation d'Isis allaitant Horus (14).

De même, la représentation de saint Michel portant une balance ne peut manquer d'évoquer la pesée du coeur par Anubis dans le Livre des morts de l'Egypte ancienne. De nombreux autres thèmes sont comparables et mériteraient chacun une sérieuse étude individuelle qui permettrait peut-être d'établir la « carte » des influences de l'art pharaonique sur l'art copte.

Un autre aspect intéressant du rapport pouvant exister entre l'Egypte ancienne et l'Eglise copte apparaît au niveau des rites; J. Ascott a longuement développé cette recherche, établissant un lien de parenté profond, par exemple, entre la façon dont les anciens Egyptiens vénéraient la statue du dieu et celle dont les Coptes vénèrent le pain eucharistique (corban) ou les icônes et, d'une façon générale, pratiquent leur religion : les Egyptiens célèbrent leur foi dans une expression physique, concrète, dramatique et rituelle, qui implique la totalité de la personne, corps, âme et esprit, et qui est l'expression commune de tout le peuple, à travers une célébration liturgique solennelle et majestueuse (15).

En ce qui concerne par exemple les rites du Vendredi saint autour de l'icône du Christ en croix, vénérée toute la journée, puis « ensevelie » et embaumée, il est certain qu'ils rappellent inévitablement les « mystères d'Osiris » - ceux-ci pouvant être considérés comme une préfiguration imparfaite du mystère de la Résurrection.

Avant de quitter ce sujet des antécédents possibles de l'icône en Egypte ancienne, il nous semble important de mentionner, même brièvement, les sarcophages ou les masques funéraires de l'Egypte pharaonique, qui, sous plusieurs aspects, préfigurent déjà l'icône: la position figée, hiératique, le visage paisible aux yeux immenses contemplant la splendeur de l'autre monde, la palette de couleurs, l'importance de l'or, qui évoque la lumière incréée et éternelle, sont autant d'éléments qui seront repris et développés dans l'iconographie chrétienne orientale.

HISTOIRE

L'Egypte fut, d'après la tradition, évangélisée dès le premier siècle par saint Marc; on sait que sa christianisation, amorcée dans les milieux juifs d'Alexandrie, fut très rapide (16); l'art se christianisa progressivement et connut plusieurs siècles de syncrétisme.

Dès le me siècle pourtant, nous l'avons vu, des peintures chrétiennes apparaissent dans les nécropoles de Bagaouât (oasis de Kharga) (17) et d'Alexandrie, dans les maisons et sur les colonnes et les murs des temples pharaoniques utilisés comme églises, enfin dans les églises et surtout dans les monastères qui fleurirent en Egypte dès le IVe siècle : le monastère de Baouît en Moyenne Egypte et celui de Saint-Jérémie à Sakkara, tous deux en activité entre le IVe et le Xlle siècle environ, ont livré des trésors actuellement répartis dans divers musées, en particulier au musée copte du Caire et au Louvre ; les Kellia, les monastères du Ouadi-Natroun et ceux de la Mer Rouge, Saint-Samuel à Assouan, etc. recèlent aussi de nombreuses peintures murales de diverses époques (18).

Les plus anciennes icônes égyptiennes connues datent, semble-t-il, des Ve-VIIe siècles; Linda Langen en compte une vingtaine (19) et Marguerite Rassart Debergh les commente, tout en insistant sur le fait que nos connaissances dans ce domaine sont très lacunaires (20).

L'exemple le plus célèbre est au musée du Louvre: il s'agit d'un panneau de bois carré de 57 cm de côté, représentant le Christ passant son bras droit autour des épaules de l'abbé Ména, probablement abbé du monastère de Baouît où l'on a trouvé cette icône.

 

La valeur artistique de cette icône, son originalité, le geste de tendresse du Christ qui rappelle les représentations de l'Egypte ancienne (21) ont en quelque sorte fait de ce panneau la pièce maîtresse de l'art copte, sinon même un chef-d'oeuvre de l'art universel (22).

 

On a retrouvé très peu d'icônes égyptiennes du Moyen Âge, entre le VIIe et le XVIIIe siècle. Pourtant, les sources littéraires attestent l'existence et l'usage d'icônes tout au long de l'histoire chrétienne en Egypte (23).

Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer cette immense lacune : une tradition selon laquelle les anciennes icônes endommagées ont longtemps servi à alimenter le feu pour la préparation du saint Chrême (Myron) utilisé pour les onctions ; des actes de vandalisme - pillage et destruction des lieux de cultes chrétiens - et des périodes d'iconoclasme musulman, en particulier sous le calife ommeyade Yezid II, qui promulgua en 721 un édit ordonnant la destruction immédiate de toutes les peintures chrétiennes (24); au XIXe siècle c'est le pape-patriarche d'Alexandrie Cyrille IV, appelé «le réformateur», qui, craignant que les fidèles ne confondent l'image et le prototype, ordonna la destruction de nombreuses icônes (25).

Enfin, certains chercheurs pensent que les Coptes ont caché leurs icônes lors de persécutions (26).

Hélas, à notre connaissance, aucune « cache » de ce type n'a été retrouvée à ce jour...

Au XVIIIe siècle, il existait en Egypte des ateliers d'iconographie copte; les peintres les plus célèbres, dont les églises d'Egypte contiennent de nombreuses oeuvres, furent un Copte, Ibrahim el-Nasikh (le copiste), et un Arménien de Jérusalem, Yuhanna.

Ils peignirent des centaines d'icônes, de triptyques et de porte-calices. Ils demeurèrent les maîtres incontestés de l'iconographie copte jusque vers 1780 (27).

Au XIXe siècle, ce sont les icônes d'Anastase (Grec de Jérusalem) et du Qumus Guirguis el Maqari qui sont les plus répandues.

Elles témoignent qu'il existait au niveau de l'art de nombreux échanges entre Coptes et Grecs.

Au début du xxe siècle, l'art de l'icône disparut d'Egypte, sous l'influence de l'Occident, dont les missionnaires catholiques introduisirent des reproductions d'oeuvres pieuses de la Renaissance qui se substituèrent totalement à l'iconographie locale: L'art de l'Eglise catholique romaine, avec son réalisme et son sentimentalisme, ne pouvait pas être plus éloigné de la tradition iconographique copte.

En s'occidentalisant, au cours des cent dernières années, l'Egypte a occidentalisé son art: les principaux instituts d'enseignement des arts, par exemple la Faculté des Beaux-Arts de Guiza, n'enseignent aucun art traditionnel, ni musulman ni chrétien (28).

Les missionnaires protestants, eux, «iconoclastes par définition» prônaient l'absence totale d'images (29).

A partir de 1950, un jeune peintre talentueux, Isaac Fanous, se consacra entièrement à la renaissance d'une iconographie vraiment égyptienne, enracinée dans l'art et la théologie de son peuple et pourtant tournée vers l'avenir.

Il fonda une école qui s'est développée et s'efforce aujourd'hui de réintroduire en Egypte un véritable art sacré copte, et en particulier de restaurer chez les chrétiens orthodoxes d'Egypte le sens théologique de l'icône. Dans l'élan de ce renouveau, d'autres artistes, qui ne se réclament pas de l'école d'Isaac Fanous, commencent à chercher aussi de leur côté de nouvelles formes d'expression religieuse et profane « de style copte» (30).

CARACTÈRES DE L'ICÔNE ÉGYPTIENNE

L' Egypte chrétienne n'a pas connu de véritables « canons », comme ce fut le cas de l'iconographie byzantine et russe.

J. Ascott voit en cela l'une des richesses de l'iconographie égyptienne: Les chrétiens orthodoxes d'Egypte n'étant pas tenus par les mêmes règles iconographiques rigides que le reste du monde orthodoxe, ils ont gardé une fraîcheur et une douceur spontanées qui émanent directement de leur spiritualité et de leur vision du monde, proche de celle de leurs ancêtres pharaoniques (31).

On est en effet frappé, en contemplant une icône égyptienne, par la simplicité, la douceur et la joie qui s'en dégagent, et qui confèrent à ces icônes un caractère moins austère que celui des icônes byzantines et russes.

En effet les icônes coptes ne représentent jamais la souffrance ni l'angoisse, mais seulement la sérénité et la paix glorieuse des enfants de Dieu, victorieux du mal: Bien que l'Eglise d'Egypte ait souffert, plus que tout autre, des persécutions accompagnées d'effroyables tortures avec, trop souvent, des conséquences notoires, elle n'a jamais laissé ces persécutions détruire en elle la tendresse de l'Espérance qu'elle exprime dans sa vie religieuse.

Où que vous alliez dans ces églises égyptiennes marquées par la pauvreté, vous ne trouverez jamais de représentations de l'enfer ou de la torture, ni de crâne grimaçant ou de squelette effrayant.

Ses martyrs sourient paisiblement du haut des murs, comme si le souvenir de leurs souffrances était depuis longtemps oublié (32).

Peut-on, à défaut de canons, parler du moins d'un « style copte » ?

Les historiens de l'art hésitent à le faire, en raison d'une part des immenses lacunes de l'histoire de l'icône en Egypte, et d'autre part de l'importance prise aux XVIIIe et XIXe siècles par des iconographes d'origine étrangère (33).

En ce qui concerne ce dernier point, il est certain que l'étude de l'icône égyptienne doit passer par le cadre plus large du Proche-Orient; c'est d'ailleurs tout l'intérêt de la démarche de Mahmoud Zibawi, qui démontre l'existence d'un «oecuménisme de l'art » au Proche-Orient, dont les frontières et conflits politico-religieux n'ont pas empêché une extraordinaire osmose sur le plan artistique : Toujours désunis dogmatiquement, (les chrétiens d'Orient) s'unissent intuitivement sur les sentiers des arts et de la beauté (34).

L'iconographe copte Stéphane René, pour sa part, n'hésite pas à trancher la question de l'existence du « style copte » ; après avoir reconnu que le point de vue d'un historien de l'art ou d'un égyptologue-coptologue différera toujours de celui d'un praticien de l'art, il se place sur le plan de la théologie de l'icône: comme expression de l'expérience culturelle et religieuse d'un peuple, l'iconographie est un processus en évolution qui se passe dans le présent, mais qui s'enracine dans une tradition spirituelle intemporelle, éternelle, ce qui le conduit à affirmer que l'icône copte historique a plusieurs visages mais une âme unique et unifiée, et à reconnaître que du style hiératique des icônes du vie siècle à Baouît aux oeuvres d'Ibrahim le scribe et de Yuhanna au XVIIIe siècle au Vieux Caire, il existe une ligne directe, une expérience commune (35).

Quelle est donc cette ligne, qui révèle l'âme commune aux icônes d'Egypte ?

Outre cette douceur et cette joie paisible que nous avons évoquée en introduction à ce chapitre, l'icône copte se caractérise par une grande stylisation: Du IIIe au Ve siècle, l'Égypte s'achemine vers une écriture orientale dominée par le schématisme et le symbolisme (36).

La disproportion des personnages a souvent été mentionnée : la grosseur de la tête évoque la prédominance du spirituel, tandis que les contours très marqués renforcent le sentiment d'unité intérieure qui caractérise les saints.

Les traits sont simplifiés, et le visage est dominé par des yeux immenses, cernés, au regard insistant, qui rappellent ceux des sarcophages égyptiens et des portraits du Fayoum et traduisent la force de l'Esprit et la vision contemplative.

Les personnages sont le plus souvent statiques, leurs vêtements rigides effacent toute forme anatomique du corps.

Si le bas du corps est parfois de profil, en particulier chez les saints cavaliers, le buste, lui, est toujours en position frontale, et l'attitude est ouverte au spectateur.

La position d'orant est la plus fréquente, elle rappelle l'importance fondamentale de la prière chrétienne.

L'iconographie égyptienne met en scène un univers bidimentionnel avec une perspective inversée: l'espace s'étend vers celui qui contemple l'icône et le saint représenté introduit celui qui le regarde dans le monde de l'Éternité.

On retrouve dans les icônes coptes la perspective d'importance, très pratiquée dans l'art pharaonique (37), et qui consiste à représenter le personnage principal en « taille héroïque » ; l'iconographie néo-copte reprend fidèlement cette tradition.

Le traitement de l'icône est haut en couleur: la couleur est reine écrivait le Père du Bourguet (38). La palette copte est composée de pigments naturels, issus de la terre d'Egypte qu'elle reflète.

Les couleurs vont des teintes foncées aux plus claires, car dans l'icône, la couleur est essentiellement identifiée à la lumière, et le rôle de l'iconographe est de faire jaillir la lumière de l'icône (39), comme Dieu, au premier jour, fit jaillir la lumière des ténèbres (40).

Comme le paysage égyptien, les icônes coptes sont lumineuses: toutefois, leur luminosité ne provient pas d'une source extérieure, mais de l'Esprit Saint qui illumine ceux qui demeurent en Lui et auxquels le Christ a dit: Vous êtes la lumière du monde (41).

L'or est présent sur certaines icônes anciennes et plus encore sur celles de l'école néo-copte; par son caractère impérissable, il évoque bien sûr l'immortalité; par sa richesse, il symbolise la gloire céleste; il est aussi l'image de la lumière divine, incréée; le fond d'or, nous dit Bruno Duborgel, symbolise la lumière comme mur de lumière, c'est-à-dire en même temps irradiation, ruissellement lumineux, et comme limite infranchissable au-delà de laquelle réside le Tout-Autre en sa lumière inaccessible (42).On peut rapprocher la fonction de ce «mur», qui tout à la fois révèle et voile, de celle de l'iconostase dans l'église, qui sépare et unit la nef et le sanctuaire, la terre et le ciel, l'homme et Dieu.

VÉNÉRATION

On est frappé, lorsqu'on va dans ce pays, de l'importance de l'imagerie religieuse - qu'il n'est hélas pas possible de nommer « iconographie » car, malgré les efforts des nouveaux iconographes, la plupart des images ne sont encore que de mauvaises reproductions ou imitations de tableaux de la renaissance italienne ou de style saint-sulpicien.

Toutefois, pour les chrétiens d'Egypte, ces images jouent le rôle traditionnellement dévolu à l'icône: elles sont à l'honneur dans les maisons, où l'on ne trouve encore que très rarement des tableaux profanes; on se tourne vers elles pour prier matin et soir, ou lors de la visite d'un prêtre; il y a une quinzaine d'années, une mode s'était développée qui consistait à appliquer des autocollants représentant des sujets religieux sur les pare-brise des voitures ; cet usage a été interdit car il pouvait être interprété comme une forme de provocation.

Certains auteurs ont affirmé que les Coptes ne vénéraient pas les icônes (43).

Cette déclaration est contredite à l'évidence par l'attitude des Coptes eux-mêmes: à l'église, on se prosterne devant les icônes, on fait brûler des cierges devant elles, on glisse des demandes d'intercession écrites sur des petits bouts de papier derrière l'icône ou sous sa vitre, et on prie en les touchant ou en appuyant la tête contre elles.

Lors des fêtes liturgiques, l'icône du jour est encensée, emportée autour de l'église en procession, touchée et embrassée par les fidèles qui se trouvent sur son passage.

N'est-ce pas là une forme de vénération, qui se manifeste peut-être différemment de celle des fidèles slaves ou grecs, mais qui n'en est pas moins réelle (44) ?

Le rituel de consécration des icônes par l'évêque est actuellement remis en valeur pour les véritables icônes qui proviennent des ateliers d'Isaac Fanous ou de ses disciples.

En effet, dans le rite copte, seules les icônes consacrées peuvent être vénérées.

Elles sont «baptisées» avec le saint Chrême et deviennent ainsi porteuses du Saint Esprit et propriété de Dieu, qui leur confère un pouvoir spirituel effectif capable d'attirer les coeurs vers le Ciel (45).

Il arrive aussi, comme nous l'avons mentionné dans l'introduction, que l'on encense les peintures murales, en particulier dans les églises des monastères : elles sont considérées comme ayant été consacrées en même temps que l'église même.

Quel est le sens de cette vénération? Voici ce que disait à ce sujet un théologien égyptien du XIIIe siècle : l'image de Notre Seigneur, qui le représente corporellement, renouvelle en ceux qui la regardent le désir de louange et d'adoration à son égard; celui qui se prosterne devant elle le fait évidemment en signe de vénération pour Celui qui y est représenté, et non pas pour une image qui est peinte sur les murs par des mains humaines (46).

Les théologiens coptes contemporains ne disent pas autre chose: Il va de soi que toute marque d'honneur manifestée envers l'image ne s'adresse pas à celle-ci dans sa matérialité mais qu'elle est fondamentalement le signe de la rencontre intime avec le prototype qu'elle représente (47).

Le Père du Bourguet résume ainsi le culte adressé à l'icône: ni divinisation de l'art, ni superstition magique, mais culte symbolique et efficace qui s'enracine dans le mystère de l'Incarnation du Christ.

L'efficacité est en effet un aspect essentiel de la vénération de l'icône: d'innombrables textes anciens relatent des récits de miracles obtenus par une prière fervente devant l'icône (48).

Actuellement encore, l'iconographe copte Ashraf Georges Fayek, disciple égyptien d'Isaac Fanous, témoigne: j'avais peint une icône de la Nativité pour la mère d'une amie qui résidait au Danemark.

Elle était trop malade pour se rendre à l'église, elle avait donc suspendu l'icône au pied de son lit; elle disait qu'en la voyant là, elle sentait la présence du Saint Esprit.

Dans le registre supérieur de cette icône se trouve une étoile dont un rayon descend sur l'Enfant Jésus.

Mon amie me raconta qu'un jour, sa mère s'aperçut que l'étoile paraissait très brillante et que le rayon semblait traverser l'Enfant Jésus et arriver jusque sur son lit.

Lorsqu'elle m'a raconté cela, j'ai mieux compris l'importance de mon travail (49).

En Egypte, l'existence d'un art paléochrétien original ayant donné naissance à une pratique iconographique largement attestée confirme que les chrétiens d'Egypte ont tenu une place particulière dans la genèse de cet art, dans sa dimension artistique mais aussi cultuelle et spirituelle.

L'accusation d'iconoclasme longtemps portée par les Eglises chalcédoniennes contre les anciennes Eglises orientales est donc totalement erronée et devrait être définitivement abandonnée.

Nous avons vu également que ces traditions ne sont pas mortes et ne relèvent pas uniquement de l'histoire ancienne.

Le renouveau que connaît l'art iconographique copte sous l'inspiration d'Isaac Fanous, en qui le Révérend John Watson n'hésite pas à saluer l'un des plus grands iconographes chrétiens du monde, et un théologien orthodoxe de premier ordre (50), réintroduit l'Egypte dans le concert des peuples chrétiens disposant d'une tradition iconographique bien vivante ; le phénomène d'émigration qui touche actuellement l'Egypte a permis l'exportation de cet art sacré contemporain, très prisé dans les pays occidentaux d'émigration égyptienne; son rayonnement est grand et fonctionne comme un moyen d'évangélisation de large envergure.

D'autre part, le fait que des Occidentaux aillent étudier cet art en Egypte même révèle l'importance de ce renouveau pour le pays: pour une fois, les Egyptiens quittent le rôle d'assistés et deviennent des enseignants; ce renversement est salutaire, car il faut souligner que l'attitude souvent condescendante de l'Occident, détenteur officiel « de l'avoir, du savoir et du pouvoir », pèse parfois lourdement dans les pays du Proche-Orient.

Une collaboration est bien sûr souhaitable, telle que la conçoit par exemple Zuzana Skalova pour la formation en Egypte de spécialistes de la restauration des icônes (51), mais il ne faut pas perdre de vue le fait que l'art copte comme l'art éthiopien sont l'expression de chrétientés enracinées dans des Eglises qui ont respectivement deux mille et mille six cents ans d'histoire, et que c'est à ces Eglises qu'il appartient d'abord d'analyser, de commenter et de faire revivre leur propre patrimoine.

Le fait, pour une communauté chrétienne, de disposer d'une iconographie vivante et de qualité sur les plans artistique, théologique et spirituel est un signe de santé spirituelle, car c'est dans la mesure où cette Eglise est vraiment unie au Christ, présence vivante et efficace de Dieu sur la terre, qu'elle peut manifester Son visage et transmettre Son Esprit au monde à travers sa liturgie, son art et toute sa vie : elle devient alors elle-même « icône du Christ ».

Ashraf et Bernadette Sadek

Les auteurs: Ashraf Sadek est diacre de l'Eglise copte orthodoxe, égyptologue, et directeur de la revue Le Monde Copte. Son épouse Bernadette, universitaire, est rédacteur en chef de la revue Le Monde Copte.

Cet article est extrait d'une étude publiée par la revue Connaissance des Religions dans son hors-série sur l'Icône.


Notes

(1) Marguerite Rassart-Debergh, dans son article cité en note 1, donne un large panorama des diverses publications sur ce thème. (2) Voir, par exemple, l'ouvrage de Bérénice Geoffrey-Schneiter, Fayoum, éd. Assouline, 1998. (3) Pierre du Bourguet, Peintures chrétiennes, couleurs paléochrétiennes, coptes et byzantines, Famot, Genève, 1980, p. 219. (4) Idem, p. 235. (5) Deux thèses rédigées en anglais par des disciples anglo-saxons d'Isaac Fanous développent très en profondeur l'héritage pharaonique de l'art copte: Jacqueline Ann Ascott, Towards Contemporary Coptic Art, Le Caire, 1988 (trois tomes) et Stéphane René, Coptic Iconography, London, 1990; ces oeuvres ne sont pas publiées à ce jour; on peut en trouver des extraits dans Le Monde Copte, n° 19, 1991. Signalons aussi la parution, au printemps 2000, d'un numéro spécial du Monde Copte (n° 29-31), intitulé «L'Incarnation de la Lumière: le renouveau iconographique copte à travers l'oeuvre d'Isaac Fanous », à commander chez les auteurs, 11 bis rue Champollion, 87000 Limoges. (6) L'égyptologue Jean Yoyotte affirmait, lors d'un débat télévisé diffusé par «Forum-Planète» le 10 avril 1999, que le christianisme avait tué les représentations et institutions pharaoniques et que les Coptes n'étaient en aucune façon les héritiers de l'Égypte ancienne; de même, le spécialiste norvégien d'art copte Mat Immerseel récuse l'existence d'un art copte antérieur au ve siècle, le cantonne à trois siècles d'existence seulement, lui refuse toute filiation égyptienne et toute paternité concernant l'icône (M. Immerseel, «Coptic Art», dans Between Desert and City: The Coptic Orthodox Church Today, éd. Nelly van Doorn and Karl Vogt, Oslo, 1997, p. 273). (7) Art. cit., p. 283. (8) Voir les analyses de Milad Hanna, par exemple Les sept piliers de l'identité égyptienne (en arabe et anglais) ou L'Egypte à tous les Egyptiens, Le Caire, 1993 (en arabe). (9) Marguerite Rassart-Debergh, art. cité, p. 47. (10) Bérénice Geoffrey-Schneiter, op. cit., p. 16. (11) Père Georges Drobot, op. cit., p. 35. (12) Lire à ce sujet l'article du Père Antonious L. Henein, «Pour comprendre l'icône de saint Antoine le Grand», dans Le Monde Copte, n° 27/28, 1997, p. 295. (13) J. Ascott, op. cit., p. 27. (14) Cf. Egon Sendler, Les icônes byzantines de la Mère de Dieu, op. cit., pp. 165-168. (15) J. Ascott, op. cit., p. 30. (16) Voir par exemple l'article de Christian Cannuyer, «L'ancrage juif de la première Eglise d'Alexandrie», dans Le Monde Copte, n° 23, 1993, p. 21. (17) Sur Bagaouât, voir par exemple L. Manniche, L'art égyptien, Paris, 1994, p. 308. (18) Pour avoir un résumé plus détaillé sur les peintures murales égyptiennes, voir M. Rassart-Debergh, « Coptic mural painting », dans The Coptic Encyclopedia, Macmillan, 1991, vol. 6, p. 1872. (19) Linda Langen, «La peinture d'icônes en Egypte», dans Le Monde Copte, n° 18, 1990, pp. 11-12. (20) M. Rassart-Debergh, Le Monde Copte, n° 18, pp. 55-68. (21) Geste d'affection et de protection très courant à toutes les périodes de l'histoire pharaonique; il s'agit soit de divinités protégeant le roi (voir par exemple K. Michalowski, L'ari de l'Egypte ancienne, Mazenod, Paris, 1968, figures 208, 304, 365, 452, 514), soit de couples ou de parents avec leurs enfants (voir A. Sadek, «Aperçu général sur la femme dans l'Égypte ancienne», dans Le Monde Copte, n° 16, 1989, figures des pp. 3, 4, 7, 15, 17, 18). (22) P. du Bourguet, op. cit., p. 219; voir aussi Marie-Hélène Rutschowscaya, «Le Christ et l'abbé Ména», dans Le Monde Copte, n° 19, p. 35 et idem, Le Christ et l'abbé Ména, Le Louvre, Paris, 1998. (23) Voir les articles de Lucy-Anne Hunt et du Père Samuel el-Souriani dans Le Monde Copte, n° 18, pp. 71 à 78. (24) Cf. John Julius Norwich, Byzantinium, the Early Centuries, Viking, Londres, 1988, pp. 347-365, cité par J. Watson, art. cit. (25) Cf. Otto Meinardus, Christian Egypt: Faith and Life, pp. 19-22. (26) M.-H. Rutschowscaya, op. cit., p. 37. (27) Catalogue général du Musée copte, Paul van Moorsel éd., Supreme Council of Antiquities/Leiden University, Le Caire, 1994. (28) S. René, op. cit., p. 27. (29) Ibid., p. 26. (30) Par exemple Guirguis Lotfy Wassef, auteur d'une thèse intitulée Coptic Paintings and its Influence on Contemporary Egyptian Art, Faculté des Beaux Arts, Université d'Alexandrie, 1994. (31) J. Ascott, op. cit., p. 46. (32) E.L. Butcher, The Story of the Church of Egypt, London, 1897, vol. 2, p. 89. (33) Voir Linda Langen, art. cit., pp. 14-45, et Mat Immerzeel, art. cit., p. 279. (34) Mahmoud Zibawi, op. cit., pp. 98. (35) S. René, op. cit., pp. 2-3 et p. 80. (36) Mahmoud Zibawi, op. cit., p. 157. (37) Voir Claire Lalouette, L'art et la vie dans l'Egypte pharaonique, Paris, 1992, pp. 64-66. (38) P. du Bourguet, op. cit., p. 235. (39) S. René, op. cit., pp. 66-67. (40) Genèse 1,3. (41) Mt 5,14. (42) Bruno Duborgel, L'icône, art et pensée de l'invisible, C.I.É.R.E.C., Travaux LXXIII, Saint-Étienne, 1991, p. 89. (43) Mat Immerzeel, art. cit., p. 273; voir aussi l'affirmation d'un moine grec, citée par Ch. Chaillot, «La vénération des icônes dans les Églises orthodoxes orientales», dans Solidarité Orient, n° 200, Bruxelles, 1996, p. 5. (44) Voir Le Monde Copte, n° 19, pp. 93 à 113, ainsi que l'ouvrage de Christine Chaillot, Rôle des images et vénération des icônes dans les Eglises orthodoxes orientales, p. 61. (45) Fr. T. Malaty, op. cit., p. 298. (46) D'après Al-Mu'taman abu Ishaq al-Assal, Magmu'usul al-din (Somme des aspects de la religion), cité et traduit par Ugo Zanetti, dans Le Monde Copte, n° 19, p. 82. (47) Père Tadros Malaty, op. cit., p. 202. (48) Ch. Chaillot en cite plusieurs dans son ouvrage (cité n. 63); voir aussi Le Monde Copte (n° 19) et le Synaxaire copte. (49) A.G. Fayek, témoignage recueilli au Caire par les auteurs en avril 1999. (50) J. Watson, op. cit., pp. 41 et 45. (51) Voir Z. Skalova, «Les vicissitudes des icônes: problèmes de conservation en Égypte », dans Le Monde Copte, n° 19, p. 111.


POUR ALLER PLUS LOIN
Lire «L'Incarnation de la Lumière» par A. et B. Sadek, disponible auprès de la revue Le Monde Copte, 11 bis, rue Champollion, 87000 Limoges.

Image associée

L’image contient peut-être : 3 personnes

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

 

 

"The future is in peace, there is no future without peace"

 

"O futuro está em paz, não há futuro sem paz"  

 

(SS Ignatius Aprem II)

Note:

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles, nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non obligatoires.Toute offrande fait cependant l'objet d'une déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre revenu). 
Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, moniale ( 06.17.51.25.73).

-------------------------------------------------------------

Nota:

Igreja local fundada pelo impulso missionário da Igreja Síria Ortodoxa da Índia (Malankara), nossa Igreja siro-Orthodoxe- Francophone é uma igreja ortodoxa-Leste.

O Mosteiro siríaco é um Centro de oração para a unidade das Igrejas Apostólicas, unanimidade de Christian Witness ea paz mundial.

¤ Permanência pastoral em vários região da França para: Acompanhamentos espirituais, sacramentos Sacramental (bênçãos, orações de libertação ou exorcismo, orações de cura) ...

Para o serviço pastoral para o Mosteiro como a casa dos fiéis para estadias curtas ou retiros espirituais, não requer qualquer fixo.

As ofertas são livres e não obligatoires.Toute oferecendo ainda sido deduzido do seu rendimento tributável à alíquota de 66 ° / ° de sua renda).
Denominar todas C B na seguinte ordem "S S M E Metropolis"

Para os sírio-ortodoxos Capelania francófonos africanos que vivem na França, entre em contato com as cabeças: Mor Philipose Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan e irmã Marie-Andre M'Bezele, freira (06.17.51.25.73).

-----------------------------------------------------------------

Note:

A local church founded on the missionary impulse of the Syrian Orthodox Church of India (Malankare), our Syro-Orthodox-Francophone Church is an Eastern Orthodox Church.

The Syriac Monastery is a Center of Prayer for the unity of the Apostolic Churches, the unanimity of the Christian Testimony and the peace of the world.

¤ Pastoral permanence in various regions of France for: Spiritual accompaniments, Sacraments, Sacramentals (Blessings, Prayers of deliverance or exorcism, prayers of healing) ...

For the pastoral services rendered to the Monastery as the reception of the faithful for short stays or spiritual retreats, we do not require any fixed.

The offerings are free and not obligatory. However, any taxable income is deducted from your taxable income of 66% of your income.
Write all C B to the order "Metropolis E S O F"

For Syrian Orthodox Francophone Chaplaincy of Africans living in France, contact the Heads: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan and Sister Marie-Andre M'Bezele, nun (06.17.51.25.73).

CONFIER DES INTENTIONS DE PRIÈRE AU MONASTÈRE , C'EST SIMPLE...

Icon of The Last Supper. Jesus and St. John.:

Le Moine ne rompe pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux les frères humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ Tête de l'Eglise, le "premier né d'une multitude de frères" et à Son amour pour tous les hommes…

A travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et intercède pour l’humanité.

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence, participe à cet immense courant de prière souterraine qui irrigue le monde…

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une intention de prière en l'envoyant à l'adresse suivante:

--------------------

DÃO AS INTENÇÕES DE ORAÇÃO mosteiro é
SIMPLES ...

O monge não quebrar a profunda solidariedade que deve unir-los irmãos humanos ... Eles devem respeitar os sentimentos de Cristo Cabeça da Igreja, o "primogênito entre muitos irmãos" e seu amor por todos os homens ...

Através das orações monásticas é toda a Igreja que reza e intercede pela humanidade.

Você sabia? Cada um de vocês, no segredo da sua existência, participa nesta oração subterrâneo imenso poder que irriga o mundo ...

Se desejar, você pode confiar uma intenção de oração, enviando-o para o seguinte endereço:

---------------------

GIVING INTENTIONS OF PRAYER TO THE MONASTERY IS
SIMPLE...

The Monk does not break the deep solidarity that must unite the brothers

Human beings ... They conform to the sentiments of Christ Head of the Church, the

"The firstborn of a multitude of brothers" and His love for all men ...

Through monastic prayers, the whole Church prays and intercedes for

humanity.

Do you know ? Each of you, in the secret of his existence, participates in this

Immense current of underground prayer that irrigates the world ...

If you wish, you can entrust us with an intention of prayer by sending it to the following address:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Résultat de recherche d'images pour "Icônes Coptes"

Repost 0
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 06:07

 

ПАСХА. Светлое Христово Воскресение:

The Holy Spirit, light coming from light, came to earth as tongues of fire / to burn sins / of those who worship with faith in three persons the one God.
O God, create in me a pure heart, and in my bosom renews a spirit of righteousness.
O God, renew in our hearts / Your Most Holy Spirit / whom you once sent to your Apostles, giving them the strength to fulfill in the universe, God of tenderness, Your work of salvation.
Do not throw me away from Your face, / do not remove from me Your Holy Spirit.
Faithful, let us recognize God / the Holy Spirit by saying: / Do not move away from us, Paraclete, / You who grant to all men salvation / and deign to sanctify those who sing for You.
Glory to the Father and to the Son and to the Holy Spirit now and forever and ever. Amin
Savior of the world, in Your courts / I want to sing and bend your knee before your invincible power prostrate me, in the evening, in the morning and at noon, / and at all times I will bless you, O Lord!

1ère Méditation:

Livre des Actes des Apôtres 8,14-17.

En ces jours-là, les apôtres qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean. 
Arrivés là, ceux-ci prièrent pour eux afin qu'ils reçussent le Saint-Esprit. 
En effet, il n'était encore venu sur aucun d'eux ; ils avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. 
Alors ils leur imposaient les mains, et ils recevaient l'Esprit-Saint. 

 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 10,1-10.

En ce temps-là, Jésus dit aux pharisiens : En vérité, en vérité, je vous le dis : celui qui n'entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un brigand. 
Mais celui qui entre par la porte est le pasteur des brebis. 
C'est à lui que le portier ouvre, et les brebis entendent sa voix ; il appelle par leur nom ses brebis, et il les mène aux pâturages. 
Quand il a fait sortir toutes ses brebis, il marche devant elles, et les brebis le suivent, parce qu'elles connaissent sa voix. 
Elles ne suivront point un étranger, mais elle le fuiront, parce qu'elles ne connaissent pas la voix des étrangers. 
Jésus leur dit cette allégorie ; mais ils ne comprirent pas de quoi il leur parlait. 
Jésus donc leur dit encore : "En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis. 
Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands ; mais les brebis ne les ont point écoutés. 
Je suis la porte : si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera, et il sortira, et il trouvera des pâturages. 
Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, et qu'elles soient dans l'abondance. 

 

 :

Par Théodore de Mopsueste

(?-428), évêque de Mopsueste en Cilicie et théologien 
Commentaire de St Jean ; CSCO 115-116, p. 197 (trad. Jean expliqué, DDB 1985, p. 94) 

 

« Celui qui entre par la porte, c'est lui le pasteur, le berger des brebis.
Le portier lui ouvre, et les brebis écoutent sa voix »

 

Le portier de cette bergerie est le bienheureux Moïse, qui l'a établie sur les préceptes de la Loi pour permettre à ceux qui mènent leur existence selon ces normes d'y vivre en toute sécurité. Le pasteur...conduit les hommes comme des brebis au pâturage de la bonne doctrine, en leur montrant l'aliment des paroles, celles dont ils doivent se nourrir d'abord, celles dont ils doivent se nourrir plus tard.

Il leur montre quel est le sens profond de ces paroles, comment il faut comprendre les Ecritures, et aussi de quelle doctrine il faut s'écarter, doctrine que d'autres peut-être leur enseigneront en les trompant, pour la perte des brebis... 

« Recherchons donc, dit le Seigneur aux pharisiens, qui de vous ou de moi emprunte l'entrée prescrite par la Loi, qui accomplit avec zèle les préceptes de la Loi, à qui Moïse, portier de la bergerie, ouvre vraiment la porte, à qui il accorde louange et honneur en raison de ses œuvres, qui il déclare le vrai pasteur.

Si dans son livre Moïse fait l'éloge de celui qui accomplit les préceptes de la Loi, il est certain que l'accomplissement de ces préceptes se trouve non pas en vous mais en moi... 

« Sans rien faire de ce qui est utile aux brebis, vous ne recherchez que votre propre avantage.

C'est pourquoi vous n'avez nulle autorité pour chasser quiconque...

Moi, c'est à bon droit et à juste titre que je suis appelé pasteur car j'ai d'abord observé la Loi avec soin ; puis j'ai emprunté la porte prescrite par la Loi, que le portier lui-même m'a montrée ; enfin j'ai accompli avec zèle tout ce qui doit être fait pour le bien des brebis. »

-+-

pentecote_4a.jpg

« Le Saint-Esprit est notre véritable Instituteur, parce qu'il est le Maître des âmes.

Aucun texte alternatif disponible.

Les instituteurs de la terre ne parlent qu'aux sens ; mais le Saint-Esprit parle à l'âme. Il en bannit toute idée grossière, toute attache aux biens périssables, tout obstacle au règne de la grâce ; il donne l'intelligence et le goût des vérités révélées. Éclairés de sa lumière, les apôtres, auparavant si lents à saisir les vérités relatives au salut, ne trouvèrent plus rien d'obscur dans l’Écriture Sainte. Ils reconnurent la bonté infinie et les autres attributs de Dieu ; les grands mystères de la religion leur furent développés ; et de simples pécheurs, qui naguère ne connaissaient que leurs filets et leurs barques, ils deviennent tout à coup des maîtres consommés dans la science la plus relevée. Des hommes sans lettres réduisent au silence les savants et les sages de toutes les nations ; ils confondent les philosophes par leur éloquence et le zèle éclairé qui les anime, et auquel rien ne peut résister.

Le même Esprit nous est donné suivant les besoins particuliers de nos âmes. Pourquoi voyons-nous donc tant de chrétiens s'aveugler volontairement et marcher dans les ténèbres, connaître si imparfaitement leurs devoirs, faire tant de chutes, avoir des idées si superficielles des mystères de la foi, être si peu touchés de leurs besoins spirituels, de leurs désordres et des dangers auxquels ils sont exposés ? La raison en est bien simple : c'est qu'ils ne se préparent point à recevoir sa lumière et ses inspirations.

Le point le plus essentiel de cette préparation est le renoncement sincère aux choses terrestres. Pour être frappé de la lumière céleste et bien concevoir les vérités du salut, il faut avoir les yeux fermés au monde, y vivre comme si on n'y vivait pas, remplir ses devoirs avec l'exactitude d'un chargé d'affaires qui veut rendre un compte détaillé de sa gestion, et qui se tient en garde contre les pièges qu'on pourrait lui tendre. La méditation des choses saintes, la prière fervente et la pratique des vertus chrétiennes, sont les autres moyens que nous devons employer pour préparer notre entendement à recevoir les rayons de la lumière divine par la visite du Saint-Esprit. »

Père Alphonse

L’image contient peut-être : 1 personne

Le Très-Saint Esprit, / lumière procédant de la lumière, / vint sur terre comme langues de feu / pour brûler les péchés / de ceux qui adorent avec foi / en trois personnes l’unique Dieu.

Ô Dieu, créez en moi un cœur pur, / en mon sein renouvelle un esprit de droiture.

Ô Dieu, renouvellez en nos cœurs / Votre Esprit Très-Saint / que jadis Vous envoyâtes à Vos Apôtres, / leur donnant la force d’accomplir en l’univers, / Dieu de tendresse, Votre œuvre de salut.

Ne me rejetez pas loin de Votre face, / ne retirez pas de moi Votre Esprit saint.

Fidèles, reconnaissons comme Dieu / le Saint Esprit en disant: / Ne Vous éloignez- pas de nous, Paraclet, / Vous qui accordez à tous les hommes le salut / et daignez sanctifiez ceux qui chantent pour Vous.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Sauveur du monde, en Vos parvis / je veux Vous chanter et fléchir le genou, / devant  Votre invincible puissance me prosternant, / le soir, le matin et à midi, / et en tout temps je Vous bénirai, Seigneur !

 

Pentecôte,Saint-Esprit
"Le but de la vie chrétienne,
c'est l'acquisition du Saint-Esprit"

 ( Saint Séraphim de Sarov )

-+-

Consécration au Saint-Esprit
 
  O Saint Esprit, divin Esprit de lumière et d'amour, je vous consacre mon intelligence, mon cœur, ma volonté et tout mon être pour le temps et pour l'éternité.
Que mon intelligence soit toujours docile à vos célestes inspirations et à l'enseignement de l'orthodoxie de la Foi, garant de l'unité catholique de Votre Eglise Sainte dont le Christ est la Tête et dont, Esprit d'Amour et de Vérité, Vous êtes le guide infaillible ; que mon cœur soit toujours enflammé de l'Amour de Dieu le Père du Christ  Nouvel Adam et qui, depuis que s'accomplit l'économie de l'Incarnation du Verbe et notre rédemption, est aussi pleinement notre Père; que mon cœur soit toujours enflammé de l'Amour du prochain; que ma volonté soit toujours conforme à la volonté divine et que toute ma vie soit une imitation fidèle de la vie et des vertus de Notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ, à qui, avec le Père et Vous, ô Saint Esprit, nous rendons honneur et gloire à jamais.
Amîn.

SAINT CLAUDE, QUI ÊTES-VOUS ?

SAINT(S) DU JOUR:

 

SAINT CLAUDE
Archevêque de Besançon
(607-699)

L’image contient peut-être : 1 personne

 

Tropaire ton 1

Hiérarque du Ciel et ange sur la terre* Tu devins thaumaturge ô notre père saint Claude* Par le jeûne, les veilles et la prière* Tu as obtenu la grace de guérir les corps et les âmes* De ceux qui avec foi ont recours à ton inter cession* Gloire à Celui qui t'a donné la puissance* Gloire à Celui qui t'a couronné* Gloire à Celui qui par toi accorde à tous la guérison.

Kondakion ton 8

A toi le pasteur et le médecin des âmes et des corps* D'une multitude de croyants de tous les siècles*Nous offrons des hymnes de louange et de reconnaissance*Car empli de la grâce du Saint Esprit et du zèle de la foi*Tu protèges par ta sainte prière tous ceux qui s'écrient vers toi* Réjouis-toi saint Claude grand thaumaturge.

Saint Claude illustra par ses vertus la partie orientale de la Bourgogne, connue sous le nom de Franche-Comté. Il naquit à Salins vers 607, d'une illustre famille romaine. 

Dès l'âge de sept ans, il fut confié à des maîtres habiles qui lui enseignèrent en même temps les leçons de la science humaine, de la foi et de la piété. Il se plaisait beaucoup dans la lecture des Livres Saints, des Actes des Martyrs, de la Vie des Saints et des sermons des Pères et des Docteurs de l'Église; aussi, jeune encore, devint-il fort instruit. 

Tous les jours on le voyait assister à la Messe; il passait à l'église la plus grande partie des dimanches et des fêtes; il ne se plaisait que dans la compagnie des personnes sérieuses et édifiantes: c'étaient des indices d'une vocation spéciale. Pourtant Claude exerça le métier des armes jusqu'à vingt ans, et ce n'est qu'alors qu'il entra dans la sainte milice. 

Il fut le modèle des chanoines de la cathédrale de Besançon; sa vie était celle d'un austère religieux. Ce n'était pas encore assez pour sa grande âme; il se retira, douze ans plus tard, dans un couvent; là, il ne vivait que de racines, reposait sur un dur grabat, n'aimait que la prière. Cinq ans après, il est abbé de son monastère. 

Ce n'est qu'à l'âge de soixante-dix-huit ans qu'il est élu, malgré ses larmes, archevêque de Besançon. Son épiscopat dura sept années, pendant lesquelles il s'acquitta aussi parfaitement que possible de tous les devoirs d'un pasteur. 

Les sermons du saint vieillard avaient tant de force, qu'ils arrachaient les âmes du vice, inspiraient la vertu et furent une cause du renouvellement de la foi et des moeurs dans son diocèse. Il profitait de ses visites pastorales pour exercer les oeuvres de miséricorde corporelle en même temps que les oeuvres de miséricorde spirituelle, visitant les malades, assistant les pauvres et ne refusant à personne un conseil ou une consolation. 

Son grand âge le porta à retourner dans son monastère, à l'âge de quatre-vingt-cinq ans, et il gouverna ses religieux pendant plusieurs années encore. Après trois jours de maladie, il réunit ses frères, leur adressa une touchante exhortation, leur donna le baiser de paix et s'endormit doucement dans le Seigneur, à l'âge d'environ quatre-vingt-douze ans.

SAINT CLAUDE
Archbishop of Besançon
(607-699)

Saint Claude illustrated by its virtues the eastern part of Burgundy, known under the name of Franche-Comté. He was born at Salins about 607, of an illustrious Roman family.

From the age of seven he was entrusted to skilful masters, who at the same time taught him the lessons of human science, of faith, and of piety. He was very fond of reading the Holy Books, the Acts of the Martyrs, the Life of the Saints, and the sermons of the Fathers and Doctors of the Church; So young, too, became highly educated.

Every day he was seen attending the Mass; He spent most of the Sundays and festivals in church; He delighted only in the company of serious and edifying persons; they were indications of a special vocation. Yet Claude practiced the profession of arms until he was twenty, and it was only then that he entered the holy militia.

He was the model of the canons of the cathedral of Besancon; His life was that of an austere religious. It was not enough for his great soul; He retired, twelve years later, to a convent; There he lived only on roots, resting on a hard bed, loving only prayer. Five years later he was an abbot of his monastery.

It was only at the age of seventy-eight that he was elected, despite his tears, Archbishop of Besancon. His episcopate lasted seven years, during which he fulfilled as perfectly as possible all the duties of a pastor.

The sermons of the holy old man were so powerful that they tore the souls away from vice, inspired virtue, and were a cause of the renewal of faith and morals in his diocese. He took advantage of his pastoral visits to exercise the works of bodily mercy as well as the works of spiritual mercy, visiting the sick, assisting the poor, and refusing no counsel or consolation.

His great age led him to return to his monastery at the age of eighty-five, and he governed his monks for several more years. After three days of sickness, he assembled his brothers, gave them a touching exhortation, gave them the kiss of peace, and gently fell asleep in the Lord at the age of ninety-two.

SAINT CLAUDE
Arcebispo de Besançon
(607-699)

São Claude ilustrado por suas virtudes na parte oriental de Borgonha, conhecido como o Franco-Comte. Ele nasceu em Salins para 607, uma ilustre família romana.

Desde a idade de sete anos, ele foi confiado a mestres qualificados que lhe ensinaram ao mesmo tempo as lições do conhecimento humano, fé e piedade. Ele gostava muito na leitura dos Livros Sagrados, os Atos dos Mártires das vidas dos Santos e os sermões dos Padres e Doutores da Igreja; muito jovem, tornou-se muito aprendi.

Todos os dias nós o vimos assistir à missa; ele foi para a igreja a maioria dos domingos e feriados; tinha prazer na companhia de pessoas sérias e edificante: eram evidência de um chamado especial. No entanto, Claude praticado a profissão das armas até vinte anos, e só então ele entrou para a milícia santa.

Ele foi o modelo dos cânones da Catedral de Besancon; sua vida era a de um religioso austero. Não foi o suficiente para a sua grande alma; aposentou-se doze anos depois, em um convento; Lá ele viveu apenas raízes, repousava sobre uma palete duro, gostava que a oração. Cinco anos mais tarde, ele é abade do seu mosteiro.

Foi somente com a idade de setenta e oito foi eleito, apesar de suas lágrimas, Arcebispo de Besancon. Seu episcopado durou sete anos, durante os quais ele realizou o mais perfeitamente possível a todos os deveres de um pastor.

Os sermões do santo velho tinha tanta força, eles levam as almas de vício, virtude e foram inspirados por causa de uma renovação da fé e da moral em sua diocese. Ele se aproveitou de suas visitas pastorais para realizar as obras de misericórdia corporais juntamente com as obras de misericórdia espirituais, visitando os doentes, assistência aos pobres e se recusar a assessoria pessoa ou consolação.

Sua idade levou-o a regressar ao seu mosteiro na idade de oitenta e cinco, e governou seus religiosos por mais alguns anos. Depois de três dias de doença, ele conhece seus irmãos, deu-lhes um toque exortação lhes deu o beijo da paz e adormeceu suavemente no Senhor, com a idade de cerca de oitenta e dois.

PRIER LES SAINTS, UNE SUPERSTITION ?

Des amis –

Comme le Seigneur nous aide par la prière de ses saints ! Les chrétiens ont toujours invoqué leur assistance. Ce n’est pas de la superstition ; c’est tout simple. Nous nous demandons les uns aux autres de prier pour nous – “prie pour moi” – : nous reconnaissons dans les saints des amis, des frères, des parents invisiblement présents.

Confiés à eux –

Sur la Croix, le Christ a confié ses disciples à sa Mère très pure: Voici ta mère, dit-Il à l’apôtre Jean; voici ton fils, dit-Il à Marie. C’est peut-être l’origine du fait que nous croyons dans la protection des saints. Nous sommes confiés à la Vierge, mais nous le sommes également à toute la famille des saints qui entourent la Mère de Dieu, un peu en dessous d’elle, mais investis de la même grâce et de la même confiance divine. Les saints sont ceux à qui Dieu fait confiance. Le Christ leur dit en quelque sorte: saint Untel, voici tes fils, tes filles, occupe-toi d’eux!

Fils spirituels

Un verset de psaume (101, 29) dit: “les fils de tes serviteurs auront une demeure”. Ceci concerne les saints: nous sommes leurs enfants spirituels, par le saint Esprit. Leur exemple, leur foi, leur prière, nous engendrent. Aussi lisons-nous leur vie : nous vénérons leur icône et nous les invoquons. Toutefois, avant d’être les enfants spirituels de Marie et des saints, nous sommes en premier lieu ceux du Père céleste et les frères spirituels de Jésus, par la foi, par le baptême et par l’onction chrismale. Mais cette filiation divine circule dans tous ceux qui sont greffés sur le Christ par leur foi et par leur vie.

Charismes particuliers

Nous comptons sur certains saints pour une aide particulière. Nous prions sainte Odile, par exemple, pour ceux qui ont perdu la vue ou qui souffrent des yeux. Nous prions saint Nectaire pour ceux qui souffrent de grave maladie; pour les malades, nous prions tout spécialement saint Nicolas et les saints anargyres Cosme et Damien, et les autres… En effet, chacun des saints qui ont été agréables à Dieu depuis le début du monde a, non une spécialité, mais une expérience particulière de la condition humaine et, souvent, un charisme particulier. D’un point de vue concret, cette connaissance particulière des joies et des peines des hommes, et ce charisme connu du vivant-même des saints, permettent à tel ou tel saint d’être particulièrement proche des besoins que nous lui soumettons.

Le Seigneur est saint

Notre foi doit être saine. La Mère de Dieu n’est pas à la place du Christ. Les saints, ou les anges, ne sont pas des dieux: ils sont des créatures! Seul le Seigneur est Dieu. Faisons attention à ne pas demander à des créatures ce que l’on demande au Créateur. Aussi prions- nous le Christ ainsi: par les prières de ta Mère très pure ou de tel saint, aie pitié de nous, sauve-nous, guéris-nous, etc. Et nous devons toujours le prier de cette façon après nous être adressés à un saint à qui nous avons dit: saint Untel, prie Dieu pour moi, pécheur! prie Dieu pour son serviteur Untel! prie Dieu pour la guérison, la santé et le salut de notre prêtre N…, de notre frère N…! C’est une question de discernement et de rectitude dans la foi. Mais, quand nous prions avec les saints, cela veut dire que nous ne comptons pas du tout sur nos propres forces et sur l’efficacité de notre propre prière.

 

ORAR dos Santos, a superstição?
 
 

amigos -
Como o Senhor nos ajuda através da oração aos santos! Os cristãos sempre invocado a sua assistência. Isso não é superstição; é simples assim. Nós pedir uns aos outros para orar por nós - "ore por mim" - nós reconhecemos no santo amigos, irmãos, pais invisivelmente presente.
Confiada a eles -
Na cruz, Cristo disse a seus discípulos a sua Mãe puríssima: Eis aí tua mãe disse que ao apóstolo João; aqui é o seu filho, ele disse a Maria. Esta pode ser a origem do fato de que acreditamos na proteção dos santos. Estamos confiou à Virgem, mas também somos toda a família dos santos que rodeiam a Mãe de Deus, um pouco abaixo dela, mas investido com a mesma graça ea mesma confiança divina. Os santos são aqueles a quem Deus confiou. Cristo diz em sua espécie: São Doe, eis o teu filho, suas filhas, cuidar deles!
filho espiritual
Um verso Salmo (101, 29) disse: "O filho de teus servos terão uma casa." Trata-se dos santos: nós somos seus filhos espirituais, pelo Espírito Santo. O seu exemplo, a sua fé, a sua oração, geramos. Como lemos suas vidas: nós veneramos seu ícone e nós chamá-los. No entanto, diante dos filhos espirituais de Maria e dos santos, que são principalmente os do Pai celeste e os irmãos espirituais de Jesus pela fé através do batismo e unção do Crisma. Mas essa filiação divina circula em todos os que são enxertados em Cristo pela sua fé e suas vidas.
carismas especiais
Contamos com certos santos de ajuda especial. Oramos a São Odile, por exemplo, para aqueles que perderam a visão ou sofrer olho. Oramos para St. Nectarios aqueles que sofrem de doença grave; para os doentes, rezamos especialmente St. Nicolas e Santos moneyless Cosme e Damião e os outros ... Na verdade, cada um dos santos que foram agradável a Deus, desde o princípio do mundo, não uma especialidade, mas experiência especial a condição humana, e muitas vezes um carisma particular. Do ponto de vista prático, este conhecimento especial das alegrias e tristezas dos homens, e carisma conhecido si mesma santos vivos, permitir que um determinado santo a ser particularmente próximo das necessidades que nós apresentá-lo.
O Senhor é santo
Nossa fé precisa ser saudável. A Mãe de Deus não está no lugar de Cristo. Os santos ou anjos não são deuses: eles são criaturas! Só o Senhor é Deus. Vamos ter cuidado para não pedir criaturas que pedimos ao Criador. Também nos prions- Cristo, bem como: pelas orações de sua Mãe puríssima, ou tal santo, tende piedade de nós, nos salvar, curar-nos, etc. E devemos orar sempre desta forma depois que enviou um santo a quem disse isso e tão santo, orar a Deus por mim, pecador! orar a Deus por seu servo assim e assim! orar a Deus para a cura, saúde e salvação do nosso N ... padre, nosso irmão ... Não! É uma questão de juízo e justiça na fé. Mas quando oramos com os santos, isso significa que nós não confiar em tudo na nossa própria força e eficácia da nossa oração.

 

PRAYING THE SAINTS, A SUPERSTITION?
 
 

Friends -
How the Lord helps us by the prayer of his saints! Christians have always invoked their assistance. It is not superstition; It is quite simple. We ask one another to pray for us - "pray for me" - we recognize in the saints friends, brothers, parents invisibly present.
Entrusted to them -
On the Cross, Christ entrusted his disciples to his very pure Mother: Here is your mother, said He to the apostle John; Behold thy son, "said he to Mary. This is perhaps the origin of the fact that we believe in the protection of the saints. We are entrusted to the Virgin, but also to the whole family of saints who surround the Mother of God, a little below her, but invested with the same grace and divine confidence. The saints are those to whom God trusts. Christ said to them in a certain way, "So-and-so, here are your sons, your daughters, take care of them!
Spiritual Sons
A psalm verse (101, 29) says: "The children of thy servants shall dwell." This concerns the saints: we are their spiritual children, by the Holy Spirit. Their example, their faith, their prayer, engender us. So we read their lives: we venerate their icon and we invoke them. However, before being the spiritual children of Mary and the saints, we are first of all those of the heavenly Father and the spiritual brothers of Jesus through faith, baptism and chrism anointing. But this divine filiation circulates in all those who are grafted on to Christ by their faith and life.
Special Charisms
We rely on certain saints for special help. We pray to Saint Odile, for example, for those who have lost their sight or suffer from the eyes. We pray to Saint Nectaire for those who suffer from serious illness; For the sick, we especially pray to St. Nicholas and the sanctimonious saints Cosme and Damien, and the others. Indeed, each of the saints who have been pleasing to God from the beginning of the world has not a specialty but a special experience of The human condition and often a particular charism. From a concrete point of view, this particular knowledge of the joys and sorrows of men, and this known charism of the living-even of the saints, allow this or that saint to be particularly close to the needs we submit to him.
The Lord is holy
Our faith must be sound. The Mother of God is not in the place of Christ. The saints, or angels, are not gods: they are creatures! Only the Lord is God. Be careful not to ask creatures for what is asked of the Creator. So let us pray to Christ thus: by the prayers of your most pure Mother or saint, have mercy on us, save us, heal us, & c. And we must always pray to him in this way after having addressed ourselves to a saint to whom we have said: holy so-and-so, pray God for me, sinner! Pray God for his servant So-and-so! Pray to God for the healing, health and salvation of our priest N ..., our brother N ...! It is a question of discernment and rectitude in the faith. But when we pray with the saints, it means that we do not count at all on our own strength and on the efficacy of our own prayer.

 

.(Source:"Sagesse Orthodoxe")

L’image contient peut-être : texte

...:

Marie est dans l’attente 

L’image contient peut-être : 1 personne

 

La prière ardente de Marie attire l’Esprit vivant sur les Apôtres, ceux que Jésus a choisis pour fonder son Eglise.

C’est Marie qui amène à Jésus. C’est encore elle qui ramènera à lui. C’est elle dont nous avons besoin pour vivre et mettre en pratique ce que nous avons découvert en la présence vivante de Jésus. 

C’est Marie, notre Mère, qui nous amènera à la gloire. C’est elle qui nous amène à entrer dans ce mystère de gloire de la Pentecôte. En ce jour de Pentecôte, Marie est dans l’attente : comme à l’Annonciation, comme à la Résurrection, elle attend dans l’Espérance. 

Mais à la Pentecôte, elle n’est plus seule à attendre : elle attend avec les Apôtres qu’elle a rassemblés. Marie attire alors la manifestation de Dieu sur la terre. Mais elle n’est plus seule non plus à recevoir la manifestation de l’Esprit. 

Sa prière ardente attire l’Esprit vivant sur les Apôtres, ceux que Jésus a choisis pour fonder son Eglise. 

Découvrir plus sur mariedenazareth.com :
Au Cénacle  

Marie-Benoîte Angot

Adorer avec Marie

Ed. Sarment-Jubilé, p. 80

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le S

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

Les Noms divins & leurs énergies divines 

Déjà saint Athanase affirmait que la génération du Fils est une œuvre de nature. Et saint Jean Damascène, au VIIIe siècle, distinguera l’œuvre de nature, génération et procession, et l’œuvre de volonté, qui est la création du monde.

L’œuvre de nature n’est d’ailleurs pas une œuvre au sens propre, mais l’être même de Dieu : car Dieu est, par sa nature, Père, Fils et Saint-Esprit. Dieu n’a pas besoin de se révéler à lui-même, par une sorte de prise de conscience du Père dans le Fils et l’Esprit, comme l’a cru un Boulgakov.

La révélation n’est pensable que par rapport à l’autre que Dieu, c’est-à-dire dans la création. Pas plus qu’il n’y a dans l’existence trinitaire le résultat d’un acte de volonté, il est impossible d’y voir le processus d’une nécessité interne.

II faut donc soigneusement distinguer de la causalité du Père qui pose les trois hypostases dans leur diversité absolue et sans qu’on puisse établir entre elles un ordre quelconque, sa révélation ou manifestation.

L’Esprit, par le Fils, nous mène au Père où nous découvrons l’unité des Trois. Le Père, selon la terminologie de saint Basile, se révèle par le Fils dans l’Esprit. Ici s’affirme un processus, un ordre d’où résulte celui des trois Noms : Père, Fils et Saint-Esprit.

De même tous les Noms divins, qui nous communiquent la vie commune aux Trois, nous viennent du Père par le Fils, dans le Saint-Esprit. Le Père est la source, le Fils la manifestation, l’Esprit la force qui manifeste.

Ainsi le Père est-il la source de la Sagesse, le Fils la Sagesse elle-même, l’Esprit la force qui nous approprie la Sagesse. Ou encore, le Père est la source de l’amour, le Fils amour qui se révèle, l’Esprit amour en nous réalisé.

Ou, selon l’admirable formule de Mgr Philarète, le Père est l’amour crucifiant, le Fils l’amour crucifié, l’Esprit l’amour triomphant. Les Noms divins sont l’écoulement de la vie divine dont la source est le Père, que nous montre le Fils et que l’Esprit nous communique.
 
La théologie byzantine nomme " énergies " ces Noms divins : le mot convient particulièrement à ce rayonnement éternel de la nature divine : mieux que les attributs de la théologie scolaire, il évoque pour nous ces forces vivantes, ces jaillissements, ces débordements de la gloire divine.

Car la théorie des énergies incréées est profondément biblique : la Bible évoque souvent la gloire flamboyante et tonnante qui fait connaître Dieu hors de lui-même tout en le dissimulant sous une profusion de lumière. Saint Cyrille d’Alexandrie parle de la splendeur de l’essence divine qui se manifeste.

Les termes lumineux, qui n’ont rien ici de métaphorique mais expriment l’expérience de la plus haute contemplation, reviennent sans cesse pour désigner le resplendissement d’une éblouissante beauté. La gloire divine est multiforme. " Jésus a fait encore bien d’autres choses : si on les écrivait une à une, le monde entier, je crois, ne pourrait contenir les livres qu’on en écrirait " (Jn 21, 25).

De même, le monde entier ne peut contenir les noms innombrables de la gloire.

Dunameis dit le Pseudo-Denys : et tantôt il parle au singulier, tantôt au pluriel. Le nombre ici n’a que faire. Ni un, ni plusieurs, mais l’infinité des Noms divins. Dieu est Sagesse, Amour, Justice..., non parce qu’il le veut, mais parce qu’il est tel. Il n’y a pas ici de mascarade : Dieu montre ce qu’il est.

Nous ne pouvons connaître jusqu’au fond l’essence divine, mais nous connaissons ce rayonnement de gloire qui est vraiment Dieu : car si nous appelons essence la nature divine en tant qu’elle est transcendance inépuisable, et si nous l’appelons énergie en tant qu’elle se manifeste glorieusement, c’est toujours la même nature.

" Père, glorifie-moi de cette gloire que j’avais avant que le monde ne fût " (Jn 17,5). La manifestation énergétique ne dépend donc pas de la création : elle est rayonnement de toujours, que ne conditionne nullement l’existence ou l’inexistence du monde.

Certes, nous la découvrons dans la créature, car " depuis la création du monde, les œuvres (de Dieu) rendent visibles à l’intelligence ses attributs invisibles " (Rm 1, 20) : la créature est marquée du sceau de la divinité.

Mais cette présence divine est une gloire permanente, éternelle, une manifestation non-contingente de l’essence, comme telle inconnaissable.

C’est la lumière qui de toute éternité baigne la plénitude en soi parfaite de la vie trinitaire.

Vladimir Lossky
Extrait de Théologie dogmatique

 

 

 

(http://www.seraphim-marc-elie.fr/)

 

-+-

Défendre la Jérusalem intérieure :

« Chacun doit être, pour autant que cela soit convenable et nécessaire, quelquefois enfant et quelquefois lion.

Il convient d’être lion lorsque les passions des esprits malins s’élèvent contre nous ; car «nous avons à combattre, non contre la chair et le sang, mais contre les principautés et les puissances, contre les princes de ce monde dans ce siècle ténébreux, contre les esprits de malice répandus dans les airs»

(Saint Seraphim de Sarov)

L’image contient peut-être : 1 personne

 

Revenons sur Sainte Clothilde,

mère de la France chrétienne avec "Aleteia":

L’épouse de Clovis, que le martyrologe romain célèbre le 3 juin, est un modèle de sainteté admirable qui s’inscrit dans le sillage de la Sainte Vierge Marie. Pourquoi ?

Une mère dévouée

Mère des enfants de Clovis, sainte Clothilde est aussi mère de la France chrétienne. C’est elle que Dieu a choisi pour mener Clovis à la foi, lui et nombre de ses guerriers, et toute la France avec eux. Saint Grégoire de Tours fait le récit de cette belle intercession.

« Il arriva, en effet, que le conflit des deux armées dégénéra en un violent massacre et que l’armée de Clovis fut sur le point d’être complètement exterminée. Ce que voyant, il éleva les yeux au ciel et le cœur plein de componction, ému jusqu’aux larmes, il s’écria : “O Jésus-Christ, que Clotilde proclame fils du Dieu vivant, toi qui, dit-on, donnes une aide à ceux qui peinent et qui attribues la victoire à ceux qui espèrent en toi, je sollicite dévotement la gloire de ton assistance ; si tu m’accordes la victoire sur ces ennemis et si j’expérimente la vertu miraculeuse que le peuple voué à ton nom déclare avoir mise à l’épreuve, je croirai en toi et je me ferai baptiser en ton nom. J’ai, en effet, invoqué mes dieux, mais comme j’en fais l’expérience, ils se sont abstenus de m’aider ; je crois donc qu’ils ne sont doués d’aucune puissance, eux qui ne viennent pas au secours de leurs serviteurs. C’est toi maintenant que j’invoque, c’est à toi que je désire croire pourvu que je sois arraché à mes adversaires.” Comme il disait ces mots, les Alamans, tournant le dos, commencèrent à prendre la fuite et quand ils s’aperçurent que leur roi avait été tué, ils firent leur soumission à Clovis en disant : “Ne laisse plus, de grâce, périr des gens ; nous sommes à toi désormais.” Il raconta à la reine comment en invoquant le nom du Christ il avait mérité d’obtenir la victoire. Ceci s’accomplit la quinzième année de son règne. » Grégoire de Tours (Livre II XXVIII-XXX)

En obtenant, par sa piété, la conversion de son époux, elle fit de la France un royaume chrétien. Elle avait ainsi accompli les deux missions que Dieu lui avait données : la conversion de son mari et le salut de la France, qui en fut le fruit. Sa vie ne fut que patience, bienveillance et douceur face à cet homme barbare que la foi même peinait à rendre moins sanguinaire.

Une mère blessée

Il existe une part de la vie de sainte Clothilde moins connue : sa maternité. Elle donna trois enfants à Clovis. Dans ses vieux jours, elle eu la grande douleur de voir l’un d’eux assassiner ses petits enfants. Mais bien avant cela, elle connut l’une des douleurs les plus dures aux cœurs des mères : elle perdit un enfant tout juste né et baptisé. Alors que son mari dans une cruauté inouïe la rendait responsable de cette mort (« C’est votre Dieu, qui est la cause de la mort de l’enfant ; si je l’avais consacré aux miens, il vivrait encore »), elle répondit ce que peu de femmes sont en mesure d’accepter après un tel drame : « Je remercie Dieu de ce qu’Il m’a jugée digne de mettre au monde un fils qui est maintenant dans le Ciel ».

Elle reçut la palme de la sainteté qu’elle avait tant méritée, le 3 juin 545, après s’être retirée dans le silence, la prière et les aumônes dans un couvent de Tours. Sa fécondité blessée, après son premier enfant, fut mille fois récompensée lorsqu’elle devint mère d’une patrie entière, la plaçant à la droite de la Sainte Vierge sur le trône de France.

LE STIGMATE QUI FAISAIT LE PLUS SOUFFRIR LE PADRE PIO:

Le stigmate extrêmement douloureux que Padre Pio a caché toute sa vie

Il ne l'a révélé qu'au pape Jean Paul II.

Padre Pio est l’un des rares saints a avoir reçu les plaies de la Passion du Christ sur son corps, qu’on appelle les stigmates.

En plus des plaies des clous et de la lance, il reçut également la plaie que le Christ avait sur l’épaule, causée par le port de la croix.

Personne n’avait connaissance de ce douloureux miracle, pas même frère Modestino de Pietralcina, un de ses amis et fils spirituel, qui l’aidait dans sa vie quotidienne.

Padre Pio lui dit un jour que lorsqu’il changeait son maillot, la douleur était tellement violente que c’était une des choses les plus difficiles à endurer.

Frère Modestino supposait que Pio parlait de la douleur qu’il avait quand il retirait le tissu de la blessure de son côté.

Il ne découvrit la vérité qu’après la mort de Padre Pio, alors qu’il rangeait les vêtements de son père spirituel.

Modestino avait été chargé de rassembler toutes les affaires et de les mettre sous scellé.

Sur le tricot de corps du saint, il découvrit alors une souillure sur l’épaule droite, près de l’omoplate.

Cette tache mesurait environ 10 centimètres de diamètre (un peu semblable à celle du Saint-Suaire de Turin).

Il se rendit compte alors que lorsque Padre Pio devait enlever sa chemise, le tissu collait à cette blessure ouverte et devait lui provoquer une énorme douleur.

« J’ai immédiatement informé notre supérieur de ce que j’avais trouvé », se rappela Modestino et l’abbé lui demanda de faire un rapport.

Le frère y ajouta que « le père Pellegrino Funicelli, (qui avait aussi aidé Padre Pio pendant de nombreuses années), lui avait raconté qu’à plusieurs reprises, en aidant Pio à changer son tricot de laine, il remarquait parfois sur son épaule droite ou gauche, cet hématome circulaire.

Wojtyla, son confident

Durant sa vie, Padre Pio n’a parlé de cette blessure qu’au futur pape Jean-Paul II.

L’historien Francesco Castello relate l’épisode de la rencontre entre le père Wojtyla et Padre Pio qui eut lieu en avril 1948 à San Giovanni Rotondo.

C’est à ce moment là que Pio aurait confié sa « blessure la plus douloureuse ».

Frère Modestino a rapporté plus tard qu’après sa mort, Padre Pio lui avait donné une explication en songe.

« Une nuit, avant de m’endormir, je lui adressais cette demande en forme de prière : “Cher père, si tu avais vraiment cette blessure, donne-moi un signe”. Puis je m’endormis.

Mais à 1h05 du matin, une douleur intense à l’épaule me tira d’un sommeil profond.

C’était comme si quelqu’un avait pris un couteau et trifouillé la chair dans mon omoplate.

Si la douleur avait continué quelques minutes de plus, je pense que je serais mort.

Au cours de cette expérience, j’entendis une voix qui disait : “Voilà comment j’ai souffert”.

Alors un parfum intense se mis à emplir ma cellule.

Je sentais mon cœur déborder d’amour pour Dieu.

J’éprouvais une sensation étrange : cette douleur, mon corps voulait la rejeter, mais l’âme, inexplicablement, la désirait.

C’était extrêmement douloureux et doux en même temps. Et c’est enfin que je compris ! »

(Source: Aleteia)

Деисус. Богоявленский Старо-Голутвин мужской монастырь:

INCULTURATION OU ACCULTURATION?

La langue –

Le lien de la vie religieuse et de la culture est très important. Il revient à beaucoup d’égard au lien que les croyants entretiennent avec l’histoire ancienne et récente de leur pays. La religion est profondément mêlée à la langue dans laquelle nous prions personnellement et liturgiquement, à la langue maternelle, à celle que nous parlons à la maison, à celle, comme a dit un de nos prêtres, dans laquelle nous rêvons. L’expérience religieuse n’est jamais abstraite, désincarnée ou a-culturelle. Des peuples entiers ont souffert de ce qu’un pouvoir ou un autre leur imposait pour le culte une langue étrangère, celle de l’occupant. Et ces mêmes peuples ont relevé la tête quand ils ont pu lire la Bible, chanter les psaumes et dire le Notre-Père dans leur propre langue, par la grâce du saint Esprit. Il serait irréel de priver, dans un contexte multiethnique, un peuple ou un autre des richesses ataviques de sa culture: ce serait le priver des moyens d’entretenir son identité non seulement nationale mais religieuse elle-même.

Formes, couleurs et sons

La richesse culturelle de la religion est faite également d’images et de mélodies. On sait très bien que chaque Église territoriale a souvent son style iconographique, comme elle a son ou ses patrimoines musicaux – car il y a quelquefois plusieurs traditions musicales dans un même pays. On ne dirait pas que chaque peuple a le droit d’exprimer sa foi dans les catégories culturelles qui sont les siennes, car il ne s’agit pas d’un droit. Il s’agit de vie et de conscience. On dira plutôt que c’est une aspiration presque instinctive, liée souvent à des impressions de l’enfance,  aux personnes qui se sont penchées sur notre berceau, à l’amour que nous avons pour notre patrie, son histoire, ses joies et ses peines, et ses coutumes. C’est l’oeuvre de l’Esprit en chaque peuple. Même dans les époques de grand déracinement, de migration, la mémoire de chaque nation ou ethnie, est portée par des sons, des paroles, des images, des formes: c’est une mémoire fortement incorporée. Il serait irréel d’imposer à un peuple la culture d’un autre: ce serait l’empêcher  d’enraciner sa foi dans son propre vécu, en faire un émigré dans son propre pays. Ce serait éteindre l’Esprit.

Inculturer

Ce mot ne signifie pas priver de culture, rendre inculte! Il signifie au contraire la valorisation d’une culture par l’investissement religieux qu’on y apporte; et il signifie également donner à la religion que l’on veut pratiquer la coloration et la résonnance auxquelles notre sensibilité se reconnaît chez elle. Inculturer veut dire intégrer un patrimoine, par exemple un patrimoine religieux, dans une culture, celle dont vivent les habitants d’un lieu. Saint Cyrille et saint Méthode ont ainsi inculturé la tradition orthodoxe quand ils ont créé une langue liturgique locale et son alphabet pour les Slaves. Saint Germain d’Alaska traduisit en aléoutien les textes utilisés par l’Église orthodoxe. Les paroisses orthodoxes composées des ressortissants de chaque pays sont capables d’inculturer la tradition des saints Pères par la langue, par le style iconographique, par le caractère des mélodies qu’elles chantent. Inculturer, dans certains cas, peut signifier intégrer dans la culture locale une richesse qui a déjà ses racines en amont de l’histoire de ce pays.

La Pentecôte

Le travail musical de Maxime Kovalevsky est un exemple caractérique de ce travail d’inculturation du point de vue musical: il a pris des formules mélodiques occidentales associées à la langue française pour la célébration liturgique. L’inculturation iconographique pour ce qui est d’elle est illustrée par le travail de l’atelier Saint-Jean-Damascène par exemple: on y apprend à rejoindre la source romane de l’image. La paroisse orthodoxe Saint-Germain-et-saint-Cloud n’a pas fait autre chose depuis les quarante ans de son existence qu’inculturer la tradition; en particulier, depuis les années 90, elle a inculturé le corpus liturgique gréco-slave appelé encore byzantin. L’évènement de la Descente du saint Esprit le jour de la Pentecôte (Actes 2, 1-11) est le type même du phénomène d’inculturation.

Acculturer

L’acculturation est presque le phénomène inverse. Cela consiste pour une personne ou pour un peuple à adopter une culture étrangère afin de s’assimiler. Par exemple, un Français, pour pouvoir devenir membre de l’Église orthodoxe, pour sentir reconnu, ne devrait pas se contenter de confesser la vraie foi, et il se sentirait obligé d’apprendre le slavon, de prier dans cette langue, voire de parler le russe ou une autre langue pour pouvoir être Orthodoxe. L’acculturation résulte d’un besoin de s’intégrer dans un groupe plus important que le sien. À l’inverse, tel groupe issu de l’émigration refuse quelquefois de s’acculturer et d’user de la langue locale dans le culte parce qu’il pense qu’en faisant cela, il va perdre sa culture, il va changer de culture, il va trahir son identié. La résistance à l’acculturation, de la part des fidèles issus du pays ou de celle de ceux qui y arrivent, est un phénomène très compréhensible et très important, parce que la langue et les coutumes dans lesquelles on a vécu son expérience religieuse ou dans lesquelles on voudrait la vivre pour ne pas se déraciner, ont toute leur valeur.

Entre acculturation et inculturation

Ce dilemme a été celui des communautés orthodoxes organisées au cours de ce siècle en Europe ainsi que dans les nouveaux mondes comme les États Unis, l’Australie, la Nouvelle Zélande. L’Église du Japon, quant à elle, a assez bien réussi son inculturation grâce à la conscience missionnaire de saint Nicolas, son fondateur après Dieu.

(Source: "Sagesse Orthodoxe")

L'hospitalité d'Abraham ou la Sainte Trinité de Roublev:

 

 

Strasbourg (67) : recherche familles bénévoles pour mineurs migrants

En partenariat avec l’association Foyer Notre Dame, le Bas-Rhin lance une expérimentation. Il fait appel aux familles pour accueillir, bénévolement, un jeune mineur non accompagné (MNA) âgé de 13 à 16 ans.

Un véritable « engagement citoyen et une démarche solidaire », précise Frédéric Bierry, président du département, permettant aussi de renforcer leur intégration dans la société française. »

Baptisé Réseau d’accueil solidaire, le projet veut proposer à ces jeunes arrivants un cadre familial (après une période d’observation de deux mois environ) et un accompagnement.

Toute neuve, l’idée doit être d’abord éprouvée et n’est pas amenée à remplacer les familles d’accueil, les foyers ou les appartements partagés. Elle s’est fixée pour objectif l’hébergement d’une vingtaine de MNA.

Des réunions d’information vont être organisées fin juin pour trouver les familles d’accueil et mener des évaluations. 

Si les familles sont bénévoles, le département versera tout de même une indemnité pour couvrir les frais courants (nourriture, eau, électricité, fournitures scolaires, déplacements) de 375,50 euros.

Anne, bientôt à la retraite, est la première candidate à avoir répondu positivement. Elle accueillera normalement un mineur dès janvier, « pour avoir pleinement le temps à consacrer à cette nouvelle venue ».

Même si elle jouit d’une expérience certaine pour avoir travaillé depuis longtemps dans « le social », c’est surtout un engagement citoyen qu’elle ne pouvait ignorer : « C’est mettre en pratique sa vision du monde, des efforts à faire, des peurs à vaincre. C’est s’ouvrir au monde et faire partager cette expérience avec son cercle familial. » (…)

20 Minutes

Russian Orthodox Strastnaya icon also known as Our Lady of Perpetual Help icon and as the Virgin of the Passion or Theotokos of the Passion:

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

Afficher l'image d'origine

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

L’image contient peut-être : 2 personnes, barbe

Le père Pedro Opeka mène depuis plus de trente ans le combat contre la pauvreté dans son pays d'adoption:

MADAGASCAR,

et appelle tous ses semblables à une véritable insurrection face à la misère. 

Sa barbe blanche et son œil pétillant pourraient lui donner un air de père noël, rapidement démenti par une poignée de main de camionneur. Le prêtre lazariste, connu pour ses oeuvres, et notamment l’association Akamasoa, publie un livre en forme d’appel avec son comparse Pierre Lunel.

La pauvreté ne tombe pas du ciel !

La pauvreté n’est pas bonne, jamais bonne, assure le père Pedro. Quand on se lève sans savoir si on pourra manger, nourrir ses enfants, on peut devenir malhonnête, par esprit de survie. La pauvreté attaque tout l’homme, corps et âme. Il connaissait déjà la situation à Madagascar, quand la réalité de la misère l’a pris à la gorge. C’était en mai 1989. Intrigué par des fumées, cet Argentin d’origine slovène se rend sur les hauteurs d’Antananarivo, la capitale économique de l’île. Là, hommes femmes et enfants vivent dans une décharge, attendant que les bennes déversent leurs déchets. Devant cette situation apocalyptique, il refuse la fatalité, « la pauvreté ne tombe pas du ciel, assure-t-il, c’est nous qui la créons ». Il réunit les parents et propose un goûter pour les enfants. C’est son premier pas, bien modeste dans un pays qui voit la pauvreté s’aggraver au gré de deux facteurs complémentaires : la croissance de la population et la démission du gouvernement.

Gouvernement démissionnaire

En débarquant à Madagascar, le prêtre s’attaque à une terre où la misère se déploie sans frein. Le gouvernement ne planifie rien, dénonce-t-il. En 2017, il n’y a toujours pas de route ininterrompue qui permette de traverser le pays d’Est en Ouest. Les rues des villes sont encombrées d’abris de fortune bâtis sans permis, les voleurs de terres sévissent, 85% des Malagasys vivent sous le seuil de pauvreté… Le gouvernement se sert et sert ses amis. La corruption encrasse tout l’appareil de l’État.

Les petits pas

Face à une situation aussi dégradée, le père Pedro demeure inébranlablement optimiste. Il voit des initiatives individuelles porter plus de fruits que les chantiers du gouvernement. Partie d’une cabane où l’on distribuait le goûter pour les enfants de la décharge, son association Akamasoa est devenue une ville qui accueille 25.000 habitants, et qui en aide des milliers d’autres. Les écoles de la ville lui demandent régulièrement de prêter son stade. C’est l’une des composantes de la « méthode Pedro » : le sport, comme exutoire et thérapie. « Madagascar est jeune, et le sport est un besoin, pas un privilège ! », assure ce redoutable joueur de football… Le sport évite de tomber dans les pièges de la drogue et de l’alcool qui ravagent la jeunesse de l’île. Face à eux, l’équipe d’Akamasoa applique le tri des hôpitaux de campagne : « Nous sauvons ceux qui peuvent l’être ».

Des milliers de petits miracles

Tout peut changer en 20 ans, dans ce pays qui paraît si profondément enfoncé dans la misère, assure le père Pedro. La moyenne d’âge des Malagasys, 19 ans, lui donne l’espoir de voir le dynamisme l’emporter sur le fatalisme. Il cite l’exemple de Rachoua, une petite fille de la rue, qui grâce au soutien d’Akamasoa, achève ses études d’assistante sociale et qui aide au centre d’accueil de l’association. Beaucoup de salariés de l’association, comme Rachoua, reviennent de loin. On leur a donné leur chance et ils deviennent féconds à leur tour, ils veulent aider et sauver leur prochain. Il y aussi l’exemple, très humble, que donnent les travailleurs qui soutiennent leur famille, comme les carriers qui gagnent un euro par jour en « cassant des cailloux ». Ces signes d’espoirs confortent le père Pedro dans son action, et elle grandit de jour en jour.

Des projets à la pelle

En pleine interview, il est appelé pour l’achat d’un terrain de deux hectares, qui lui permettrait d’agrandir la petite ville d’Akamasoa. Ce ne serait pas un luxe… Chaque année, elle grossit de 100 maisons et de 10 à 15 classes ! L’association installe aussi des « bornes » où les indigents peuvent se fournir en eau et en électricité. Elle plante aussi de 10 à 30 000 arbres par an. Chaque vendredi, les enfants de l’écoles plantent des arbres, pendant la saison des pluies et nettoient les terrains pendant la saison sèche. Le père Pedro est lui aussi soumis au rythme des saisons, 9 mois dans l’année, il est au côté des Malagasys, les 3 mois restants, il les quitte à regret pour se rendre en Europe, où il lance son leitmotiv : « Ras-le-bol des réunions, agissez ! ». 

(Source:Aleteia)

Of the Sign [Znamenie] Icon of the Theotokos  / foto van Maria Burganova-Yaltaskaya.:

NOUVELLES EN VRAC, POUR VOTRE REFLEXION...

_____________________


Emmanuel Maccron a d'ores et déjà rencontré les partenaires sociaux (ici, Philippe Martinez, de la CGT). © BLONDET-POOL/SIPA

 

Réformes. Le Premier ministre Edouard Philippe a fait connaître le calendrier prévisionnel pour la réforme du code du Travail. Il ne laisse pas beaucoup de temps pour négocier avec les partenaires sociaux.

Discuter, oui, mais alors vite. C'est le message que semble vouloir envoyer le gouvernement, après avoir fait connaître aux partenaires sociaux le calendrier qu'il entendait tenir pour mener la réforme du code du travail.

Le programme, qu'a pu consulter l'AFP, est en effet plus que serré : après l'examen en conseil des ministres de la loi d'habilitation à légiférer par ordonnance le 28 juin, celle-ci devra être débattue puis adoptée par le Parlement dans la semaine du 24 au 28 juillet.

Les ordonnances devront ensuite être rédigées et envoyées au Conseil d'Etat “au plus tard” le 28 août, et seront finalement adoptées en conseil des ministres le 20 septembre.

Trois mois pour lever tous les blocages

Cela laisse donc moins de trois mois pour traiter l'ensemble des promesses du candidat Macron : plafonnement des indemnités prud'homales pour les licenciements abusifs, référendum d'entreprise, inversion de la hiérarchie des normes entre accords d'entreprises et de branches et enfin fusion des instances de représentation du personnel.

Un sérieux challenge, d'autant que les centrales syndicales sont vent debout contre certaines mesures, tout particulièrement le plafonnement des indemnités prud'homales. “Le travail de fond et les réunions bilatérales (avec le gouvernement, ndlr) dureront tout l'été”, a déjà prévenu Véronique Descacq, secrétaire générale adjointe de la CFDT. En cas d'incapacité à trouver un accord, l'été pourrait être chaud, et pas seulement sur les plages…

 

SOURCE

_____________________

 

L’Arabie saoudite, l’Egypte, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, lundi 5 juin. Les quatre puissances du Golfe ont invoqué des questions de sécurité nationale, accusant Doha de déstabiliser la région et de soutenir des « groupes terroristes ».


Dans de brefs communiqués diffusés par leurs agences de presse officielles, l’Arabie saoudite et Bahreïn ont, en outre, annoncé la suspension de toutes les liaisons terrestres, aériennes et maritimes avec l’émirat. La compagnie aérienne Etihad des Emirats arabes unis a, quant à elle, fait savoir qu’elle suspendait ses vols vers et en provenance du Qatar à partir de mardi et « jusqu’à nouvel ordre ».
De son côté, le Qatar a dénoncé des mesures « injustifiées » et « sans fondement », via un communiqué de son ministre des affaires étrangères. Elles ont un « objectif clair : placer l’Etat [du Qatar] sous tutelle, ce qui marque une violation de sa souveraineté » et est « totalement inacceptable », relève-t-il.

L’agence saoudienne, qui cite un responsable du royaume, précise que la décision de Riyad est justifiée par la nécessité de protéger « la sécurité nationale des dangers du terrorisme et de l’extrémisme ». La coalition militaire arabe, intervenant au Yémen sous commandement saoudien, a également annoncé l’exclusion du Qatar en raison de « son soutien au terrorisme ».
En 2014, les trois pays du Golfe avaient rappelé leurs ambassadeurs à Doha en reprochant au Qatar ses liens avec l’organisation des Frères musulmans après le renversement du chef d’Etat égyptien Mohamed Morsi, qui était issu de la confrérie, par l’actuel président Abdel Fattah Al-Sissi. L’Arabie saoudite voit, en effet, dans la confrérie, fondée en Egypte il y a près d’un siècle, un rival à la pensée salafiste qu’elle promeut.

(…) Le Monde

_____________________

LA CAUSE DES CHRÉTIENS DU MOYEN-ORIENT PORTÉE À BRUXELLES

 

 

DEMAIN LA CAUSE DES CHRÉTIENS DU MOYEN-ORIENT PORTÉE À BRUXELLES

La pétition « Espoir pour le Moyen-Orient » a recueilli 283 000 signatures, dont 40 000 pour la France. Nous nous appuierons sur vos signatures pour faire entendre la voix des chrétiens persécutés auprès des députés européens à Bruxelles demain.

 

http://espoirmo.portesouvertes.fr/demain-la-cause-des-chretiens-du-moyen-orient-portee-a-bruxelles/?utm_source=Espoir+pour+le+Moyen-Orient&utm_campaign=0c0aa0da06-EspoirMO&utm_medium=email&utm_term=0_1c2ba223d4-0c0aa0da06-154484097

_____________________

 

On redoute une nouvelle affaire « Rochdale » alors que la police enquête sur 179 crimes sexuels sur des enfants dans une ville du West Yorkshire, où une fille blanche de 13 ans a été violée de façon répétée par un gang d’hommes pédophiles moyen-orientaux. 165 personnes figurent parmi les suspects.

D’après Angela Sinfield, qui est une militante locale pour la sécurité des enfants, le nombre de victimes pourrait être bien supérieur comme beaucoup d’entre elles n’osent pas sortir de leur silence.

Un des plus gros problèmes est que ces enfants ne se voient pas elles-mêmes comme des victimes. Elles disent que ces hommes sont leurs « petits amis », même quand ils sont bien plus vieux, et même mariés.

L’année dernière, un gang de 12 pédophiles moyen-orientaux des environs a été condamné à un total de 143 années de prison, après qu’ils aient violé une fille de 13 ans.

Le chef du gang, Arif Chowdhury, qui verse dans le trafic de drogue, est actuellement en fuite. Lui et ses amis ont terrorisé l’adolescente vulnérable, et il a orchestré la plupart des agressions sexuelles par des hommes moyen-orientaux de sa connaissance.

Chowdhury, qui est âgé de 20 ans, a violé l’écolière tout en lui riant au nez. Alors qu’il était en liberté sous caution, il a réussi à s’enfuir au Bangladesh, un pays qui n’a pas d’accord d’extradition avec le Royaume-Uni.

La plupart des pédophiles étaient au chômage et menaient une vie inepte et peu attrayante, fumant de la drogue et traînant dans un parking souterrain, a rapporté le juge de leur procès. Quand Chowdhury a offert l’adolescente vulnérable afin qu’ils l’utilisent comme un objet sexuel, les hommes se sont mis en rang pour la violer les uns après les autres, encore et encore.

Selon le Juge Thomas, la victime « a clairement demandé de la pitié et de la compréhension mais ils la traitaient d’une façon dégradante, sans la moindre compassion. »

« Ils n’ont pas fait preuve d’une seule once de décence ou d’humanité, alors que cet enfant vulnérable avait besoin de compréhension et qu’on prenne soin d’elle. »

Durant le procès, les jurés ont entendu comment Chowdhury la battait régulièrement. Certaines des agressions sexuelles se sont produites sur un vieux canapé dans un parking souterrain désaffecté. En une autre occasion, cinq hommes l’ont violée à la suite dans la rue.

Même si Chowdhury n’était pas présent, la menace de ce qu’il pouvait faire était suffisant pour s’assurer que la fille terrifiée ne s’enfuit pas.

Au cours de son calvaire, sa situation était connue de la police et des services sociaux. Un des travailleurs sociaux a même fait en sorte que la victime reçoive un stérilet alors qu’elle avait seulement 14 ans.

Finalement, en mai 2012, elle fut placée en soins. Maintenant âgée de 18 ans, elle a fait une déclaration pour exprimer qu’elle souffrait toujours des conséquences physiques et mentales de son supplice.

Cette affaire fait écho à l’abus de jeunes filles par des gangs de pédophiles moyen-orientaux à Rochdale et Rotherham, où la police a ignoré des victimes vulnérables et évité d’arrêter des hommes majoritairement moyen-orientaux par crainte de paraître raciste.

Le chef du gang pédophile de Rochdale continue de lutter contre son extradition au Pakistan, aux frais du contribuable.

(…)

DailyMail

_____________________

 Politique. Le rapport de la commission des Finances du Sénat épingle la mauvaise gestion du patrimoine immobilier de l'État, selon une information du Parisien. 

Et si l'État était le pire agent immobilier de France ? Il semblerait bien que ce soit le cas. Selon un rapport du Sénat qui sera publié dans quelques jours, la gestion du patrimoine immobilier de l'État est catastrophique, selon une information du Parisien.

Par exemple, au coeur de Paris, l'État a vendu un hôtel particulier. Montant de la transaction : 85 millions d'euros au lieu des 120 millions estimés. La cause de cet écart serait la mauvaise gestion de l'État. 

Pas d'acheteurs...

“Essoufflement du modèle de financement”, “montages financiers instables”, “valorisation mal appréhendée”, “inventaire imparfait”, les critiques sont nombreuses. Alors que la Direction de l'immobilier de l'État (ex-France Domaine) a tenté ces derniers mois de se réorganiser pour être plus efficace, beaucoup reste à faire.

Selon le rapport, les incohérences en matière de surfaces concernent plus de 27% du parc. En 2007, le montant des cessions immobilières s'élevait à 828 millions d'euros, neuf ans plus tard, à seulement 574 millions d'euros.

Un chiffre en baisse qui s'explique par le manque d'attractivité des biens vendus par l'État. Pourtant, tout est à vendre : prisons, hôtels particuliers ou même barrages, des biens qui ne trouvent pas toujours preneurs.

Pour preuve, sur les 1 375 ventes immobilières déclarées en 2017, la moitié était déjà en vente il y a deux ans. 

 

source

_____________________

 
   
 
GÈNÉTHIQUE VOUS INFORME
 
 
 « Préserver la fertilité » : un moyen détourné pour mener des recherches sur les gamètes ?
 30 Mai 2017
Au cœur des sujets « sensibles et évolutifs » traités par l’ABM lors de ses journées les 18 et 19 mai derniers, la préservation de la fertilité a fait l’objet...
 
 
SYNTHÈSES DE PRESSEDU JOUR
 
 
CRISPR : des mutations « off-targets » nombreuses et inattendues chez l’homme
Dans une publication du 29 mai de la revue Nature Methods, l’équipe dirigée par le Docteur Vinit Mahajan de l’Université de Stanford met en garde les scientifiques utilisant CRISPR-Cas9 : l’outil « semble entraîner encore plus de...
 
 
GPA : la Cour de Cassation doit se prononcer aujourd’hui
La GPA est interdite en France. Dans le cas d’enfants nés par GPA à l’étranger, la Cour de Cassation ne reconnait pas le « parent d’intention » comme père ou mère de l’enfant. Seul le « parent biologique » est reconnu. Plusieurs...
 
 
Belgique, Luxembourg : euthanasies à la hausse
En Belgique, cela fait 15 ans que l’euthanasie a été dépénalisée. Depuis mai 2002, près de 15 000 personnes ont été officiellement euthanasiées, et ces quatre dernières années, leur nombre a augmenté de 41%.   Au...
 
 
Forum One of Us : deux jours de débat pour la vie
La Fédération One of Us/ Un de Nous a réuni le weekend dernier plus de 600 personnes à Budapest pour le deuxième forum européen pour la vie, parmi lesquels des responsables politiques européens et nationaux, des personnalités...
 
 
   AGENDA
 A Noter
  
Bioéthique, quelle politique pour la France ?
A l’occasion de l’élection présidentielle, la Fondation Jérôme Lejeune publie un document de référence - accessible en ligne - pour :

INVITATIONS DIVERSES:

______________

 

De: ericvinson@free.fr

Objet: programme du colloque "Religions et dialogue : Au cœur du projet de l’Institut de Sciences et Théologie des Religions. 50 ans d’histoire" Colloque de l’ISTR 7-8 JUIN 2017 Institut Catholique de Paris
 
Bonjour,

programme du colloque "Religions et dialogue : Au cœur du projet de l’Institut de Sciences et Théologie des Religions. 50 ans d’histoire" Colloque de l’ISTR 7-8 JUIN 2017 Institut Catholique de Paris

Bonne réception
cordialement,
Eric Vinson

____________

 

Père Pedro

 

sera en

 

tournée en

 

Belgique et en

 

France du 1er

 

au 24 juin

Père Pedro, 3 nominations au Prix Nobel de la Paix, sera en tournée en Belgique et en France, du 1er au 24 juin, sur le thème : « Lutter contre la pauvreté et la vaincre, c’est possible, avec vous ! ».

Cette tournée sera également l’occasion de présenter et de dédicacer son nouveau livre Insurgez-vous !.

Vous pourrez aller à la rencontre de Père Pedro Opeka aux dates et lieux indiqués ci-dessous.

 

Mardi 6 juin à 20h : Maison diocésaine St-Sixte – Salle Sorbon – 6, rue du Lieutenant Herduin – Reims (51)

Mercredi 7 juin à 20h : Eglise Saint Jean-Baptiste – Rue Wacquez Glasson – Arras (62)

Jeudi 8 juin à 20h : Cathédrale Notre Dame de Grâce – 59, avenue de la Victoire – Cambrai (59)

Dimanche 18 juin à 18h30 : Place des Halles – Chatillon sur Chalaronne – Ain

Mercredi 21 juin à 19h45 : Eglise Ste Bernadette – 39 av. d’Albigny – Annecy – Savoie

Jeudi 22 juin à 20h00 : Centre St Augustin – 55, rue des Drs Charcot – St Etienne – Loire

Vendredi 23 juin à 20h00 : Salle des Fêtes – Montrottier – Rhône

Samedi 24 juin à 20h00 – Centre culturel St Hyppolyte St Jean Bosco – 17 Bd Rémy Roure – Romans sur Isère – Drôme

 

____________

 

Prévention de l'avortement en Europe, cadre légal et politiques sociales

Le Centre européen pour le droit et la justice organise conjointement avec la Commission des Épiscopats de la Communauté européenne (COMECE), un séminaire d'études de haut niveau, le 22 juin au siège de la COMECE, Square de Meeûs, 19/1 à Bruxelles (Belgique).

Le recours massif à l’avortement est un problème social et de santé publique qui affecte la société dans son ensemble et pour son avenir. L’objet de ce séminaire est d’identifier les bonnes pratiques pour une politique de prévention de l’avortement efficace, particulièrement auprès des jeunes. Ce sera l'occasion pour l'ECLJ de proposer plusieurs présentations issues notamment de son ouvrage : "Droit et prévention de l'avortement en Europe", ainsi qu'une synthèse enrichie grâce à plusieurs experts européens qui exposeront les politiques nationales en matière de prévention de l'avortement.

Outre les auteurs du livre et le Secrétaire général de la COMECE, seront présents également le Professeur Assuntina Morresi pour l'Italie, le Dr Petra Cador pour l'Allemagne, Me Zuzana Brixova pour la Slovaquie, Me Vladimir Gjorcev pour la Macédoine et d'autres experts et universitaires.

Vous pouvez vous inscrire pour assister à ce séminaire en cliquant sur le lien sous l'affiche. Le nombre de places étant limité, nous vous prions de vous inscrire uniquement si vous êtes sûrs de pouvoir assister à l'ensemble de la journée.

Assister au séminaire

 :

LE COIN DU CATECHISME ET....DE LA TRANSMISSION FAMILIALE:

La Bible en vidéo,

Le Prophète Jérémie:

MAICA DOMNULUI PLATYTERA:

Où nous trouver ?

Paroisse NORD-OUEST et Nord-Est

(N-D de Miséricorde):
 

NORMANDIE :

  CHANDAI (61):

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

DSC01238

(Fresque de la Mère de Dieu entourée des Apôtres, mur Est  du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01245-copie-2

(Fresque des Sts Pères Interieur droit du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01246-copie-1

(Fresque des Sts Pères Interieur gauche du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

 

Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

 

NANTES:

*Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

 

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces/St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
LE BOURG
16560 JAULDES.

Tel:05.45.37.35.13
* Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Très Sainte Trinité

Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN
*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530
 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 * Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

LOURDES:

*"Relais paroissial St Gregorios de Parumala"

 * Messse  le 5ème dimanche du mois ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

20 Rte de Pau

 

 

CAMEROUN:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDE,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain: 

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

----------------------------------------------

PROGRAMME LITURGIQUE (Mis à jour) pour  JUIN et JUILLET:

-PARIS:
Prochaine permanence pastorale du Vendredi 30 JUIN de 15h à 18h30 au Samedi 1er JUILLET de 8h à 12h.


*Le Samedi 1er JUILLET
RAMASSAGE DES FIDÈLES de Paris et sa région pour le WE du Pèlerinage à N-D de Miséricorde et Saint Abraham Koorilose Bava (Invoqué contre toutes les atteinte des esprits mauvais et personnes malveillantes) ,
en Normandie, au Monastère
à 15h au point de rendez-nous habituel .


NORMANDIE:


-CAEN: Une permanence pastorale sera assurée du 29 JUIN au soir au Samedi 1er JUILLET au matin (Prenez Rdv 07 87 11 06 03 par sms).
-LISIEUX (Coquainvillier) , Tous les troisièmes Vendredi du mois à 18h (Abouna Isaac au 07 87 11 06 03 par sms).

-AU MONASTÈRE DE CHANDAI :

¤DIMANCHE 2 JUILLET, PÈLERINAGE à N-D de Miséricorde et

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Koorilose"

Saint Abraham Koorilose Bava.( Et aux autres Saints du  Kérala.*

 

 

 

 

*Dimanche 16 Juillet:

Messe matinale à 7h30. Départ pour  une Visite de Paris: Rue du Bac, Cathédrale Russe Orthodoxe, Tour Eiffel, Sacré coeur...

 

*Samedi 22 Juillet:

Matinée au Monastère, Messe mensuelle du Pèlerinage autour des reliques de Sainte Rita et Saint Charbel.*

 

¤Dimanche 23 Juillet: 

Image associée

 

Pèlerinage à Saint Christophe au Monastère Syriaque Notre-Dame de Miséricorde, 10h30 Messe et bénédiction des voitures en l'honneur de Saint Christophe.Repas en plein air et anniversaire (Avec deux jours d'avance) de notre métropolite: Mor Philipose-Mariam. 

 

BRETAGNE, PAYS DE LOIRE:


-NANTES :
¤Jeudi 8 JUIN , CE MOIS VISITES DES MALADES ET DES DOMICILES . Jeudi 6 JUILLET, Permanence pastorale de 9h à 17h, Messe à 18h .

 

CHARENTES- AQUITAINE,LIMOUSIN-CENTRE:


-ANGOULÊME (JAULDES ):
¤Dimanches 11 et 25 JUIN / 9 et
23 JUILLET
bénédiction des voitures en l'honneur de Saint Christophe *

-LOURDES :
¤Permanence pastorale les 14, 15 et 16 JUIN. 
-PÉRIGUEUX (LA CHAPELLE FAUCHER) :
Samedi 24 JUIN / 22 JUILLET *. . .
-----------
*MESSES À 10H 30
-----------------------------------------------------
Nota bene :
Les "permanences pastorales" sont prévues pour vous assurer la proximité des sacrements (Messes, Confessions, Onction des malades), catéchisme, entretiens et accompagnements spirituels , prières de délivrance ( voir d'exorcismes ) ou de guérison intérieure .(RÉCEPTION SUR RDV) en fonction de la région où vous vivez

______________________________________________

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

Cliquez sur ce lien:

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ...

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l'un ou l'autre Monastère d'une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

_____________________________________________________

VACANCES FAMILIALES (PARENTS-ENFANTS)

 

JUILLET (Du 13 au  24):

 

AOÛT (Du 5 au 16)

L’image contient peut-être : plein air et nature

cliquez ci-dessous pour le programme:

Aidez-nous à emmener en vacances ceux qui,

sans moyens, ne partiraient jamais !...

-----------------------------------------------------------------------------------------------PELERINAGE DU CENTENAIRE A FATIMA du 7 au 16 Octobre 2017

Programme et inscription, cliquez ci dessous:

PÈLERINAGE DU CENTENAIRE A FATIMA DU 7 AU 16 OCTOBRE 2017, INSCRIVEZ-VOUS !

Résultat de recherche d'images pour "Images de N-D de Fatima"

Pèlerinage Syriaque des "Chrétiens Francophones de St Thomas" à FATIMA

+++

________________________________

L’image contient peut-être : 3 personnes

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

 

 

"The future is in peace, there is no future without peace"

 

"O futuro está em paz, não há futuro sem paz"  

 

(SS Ignatius Aprem II)

Note:

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles, nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non obligatoires.Toute offrande fait cependant l'objet d'une déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre revenu). 
Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, moniale ( 06.17.51.25.73).

-------------------------------------------------------------

Nota:

Igreja local fundada pelo impulso missionário da Igreja Síria Ortodoxa da Índia (Malankara), nossa Igreja siro-Orthodoxe- Francophone é uma igreja ortodoxa-Leste.

O Mosteiro siríaco é um Centro de oração para a unidade das Igrejas Apostólicas, unanimidade de Christian Witness ea paz mundial.

¤ Permanência pastoral em vários região da França para: Acompanhamentos espirituais, sacramentos Sacramental (bênçãos, orações de libertação ou exorcismo, orações de cura) ...

Para o serviço pastoral para o Mosteiro como a casa dos fiéis para estadias curtas ou retiros espirituais, não requer qualquer fixo.

As ofertas são livres e não obligatoires.Toute oferecendo ainda sido deduzido do seu rendimento tributável à alíquota de 66 ° / ° de sua renda).
Denominar todas C B na seguinte ordem "S S M E Metropolis"

Para os sírio-ortodoxos Capelania francófonos africanos que vivem na França, entre em contato com as cabeças: Mor Philipose Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan e irmã Marie-Andre M'Bezele, freira (06.17.51.25.73).

-----------------------------------------------------------------

Note:

A local church founded on the missionary impulse of the Syrian Orthodox Church of India (Malankare), our Syro-Orthodox-Francophone Church is an Eastern Orthodox Church.

The Syriac Monastery is a Center of Prayer for the unity of the Apostolic Churches, the unanimity of the Christian Testimony and the peace of the world.

¤ Pastoral permanence in various regions of France for: Spiritual accompaniments, Sacraments, Sacramentals (Blessings, Prayers of deliverance or exorcism, prayers of healing) ...

For the pastoral services rendered to the Monastery as the reception of the faithful for short stays or spiritual retreats, we do not require any fixed.

The offerings are free and not obligatory. However, any taxable income is deducted from your taxable income of 66% of your income.
Write all C B to the order "Metropolis E S O F"

For Syrian Orthodox Francophone Chaplaincy of Africans living in France, contact the Heads: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan and Sister Marie-Andre M'Bezele, nun (06.17.51.25.73).

CONFIER DES INTENTIONS DE PRIÈRE AU MONASTÈRE , C'EST SIMPLE...

Icon of The Last Supper. Jesus and St. John.:

Le Moine ne rompe pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux les frères humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ Tête de l'Eglise, le "premier né d'une multitude de frères" et à Son amour pour tous les hommes…

A travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et intercède pour l’humanité.

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence, participe à cet immense courant de prière souterraine qui irrigue le monde…

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une intention de prière en l'envoyant à l'adresse suivante:

--------------------

DÃO AS INTENÇÕES DE ORAÇÃO mosteiro é
SIMPLES ...

O monge não quebrar a profunda solidariedade que deve unir-los irmãos humanos ... Eles devem respeitar os sentimentos de Cristo Cabeça da Igreja, o "primogênito entre muitos irmãos" e seu amor por todos os homens ...

Através das orações monásticas é toda a Igreja que reza e intercede pela humanidade.

Você sabia? Cada um de vocês, no segredo da sua existência, participa nesta oração subterrâneo imenso poder que irriga o mundo ...

Se desejar, você pode confiar uma intenção de oração, enviando-o para o seguinte endereço:

---------------------

GIVING INTENTIONS OF PRAYER TO THE MONASTERY IS
SIMPLE...

The Monk does not break the deep solidarity that must unite the brothers

Human beings ... They conform to the sentiments of Christ Head of the Church, the

"The firstborn of a multitude of brothers" and His love for all men ...

Through monastic prayers, the whole Church prays and intercedes for

humanity.

Do you know ? Each of you, in the secret of his existence, participates in this

Immense current of underground prayer that irrigates the world ...

If you wish, you can entrust us with an intention of prayer by sending it to the following address:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

2ème méditation:

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 12,13-17.

On envoya à Jésus des pharisiens et des partisans d’Hérode pour lui tendre un piège en le faisant parler, 
et ceux-ci vinrent lui dire : « Maître, nous le savons : tu es toujours vrai ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens, mais tu enseignes le chemin de Dieu selon la vérité. Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? Devons-nous payer, oui ou non ? » 
Mais lui, sachant leur hypocrisie, leur dit : « Pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? Faites-moi voir une pièce d’argent. » 
Ils en apportèrent une, et Jésus leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? – De César », répondent-ils. 
Jésus leur dit : « Ce qui est à César, rendez-le à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » Et ils étaient remplis d’étonnement à son sujet. 

 

Византийская иконопись: Михаил Алевизакис (православное церковное искусство):

Par Saint Athanase

(295-373), évêque d'Alexandrie, docteur de l'Église 
Sur l'incarnation du Verbe, 13 (trad. cf SC 199, p.311s) 

 

Le Christ est l'image du Dieu invisible ; par lui nous sommes rachetés et nos péchés pardonnés (Col 1,15.14)

 

Puisque les hommes s'étaient rendus déraisonnables et que la tromperie des démons jetait son ombre de tous côtés et cachait la connaissance du vrai Dieu, que devait faire Dieu ?

Se taire devant une pareille situation ?

Accepter que les hommes soient égarés ainsi et ne connaisse