Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 09:06

Back in the early 1960, when Eugene Rose, was working in the Orthodox bookstore in San Francisco, Archbishop Saint John of Shanghai and San Francisco, walked in, as he often did. Eugene asked Saint John a question he had been pondering: “Nearly all the peoples of the earth have had the Gospel preached to them. Does this mean that it’s the end of the world, as the Scriptures say?” “No,” replied Saint John. “The Gospel of Christ must be preached in all tongues throughout the world in an Orthodox context. Only then will the end come.“ Orthodoxy is unequivocally The Church and it alone has the responsibility of telling mankind about Christ and His teaching. The responsibility is ours, it is not the responsibility of the heterodox, for they cannot do it, they are not The Church. The world must hear the real truth, not a satanically distorted version. We are called to be genuine missionaries, our responsibility is not only to the household of the faith, but to all those who should be within the household of the faith. We are called to be as the Apostles and Early Church were - ENTIRELY missionary oriented. 'Hieromonk Michael, Scotland, Rocor-WRO)

Old and New Testament figures who were sure about their faith:

Noah was so sure of God's word that he set about building an ark in the middle of a vast dry and arid desert.

(Fr. John )

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 4,1-8.

Mon bien-aimé : je t'adjure devant Dieu et le Christ Jésus, qui doit juger les vivants et les morts, par son avènement et son royaume : 
prêche la parole, insiste à temps et à contretemps, reprends, censure, exhorte, avec une entière patience et souci d'instruction. 
Car un temps viendra où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine, mais au gré de leurs désirs se donneront une foule de maîtres, l'oreille leur démangeant, 
et ils détourneront l'oreille de la vérité pour se tourner vers les fables. 
Pour toi, sois sobre en toutes choses, endure la souffrance, fais œuvre de prédicateur de l'Evangile, remplis pleinement ton ministère. 
Quant à moi, je suis déjà offert en sacrifice, et le moment de mon départ approche. 
J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi : 
désormais m'est réservée la couronne de la justice, que m'accordera en ce jour-là le Seigneur, le juste Juge, et non seulement à moi, mais à tous ceux qui auront chéri son apparition. 

 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,13-19.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Vous êtes le sel de la terre. Si le sel s'affadit, avec quoi lui rendra-t-on sa saveur ? Il n'est plus bon qu'à être jeté dehors et foulé aux pieds par les hommes. 
Vous êtes la lumière du monde : une ville située au sommet d'une montagne ne peut être cachée. 
Et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. 
Qu'ainsi votre lumière brille devant les hommes, afin que, voyant vos bonnes œuvres, ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. 
Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes ; je ne suis pas venu abolir, mais parfaire. 
Car, je vous le dis en vérité, jusqu'à ce que passent le ciel et la terre, un seul iota ou un seul trait de la Loi ne passera, que tout ne soit accompli. 
Celui donc qui aura violé un de ces moindres commandements et appris aux hommes à faire de même sera tenu pour le moindre dans le royaume des cieux ; mais celui qui les aura pratiqués et enseignés sera tenu pour grand dans le royaume des cieux. 

 

« Le Christ nous demande deux choses : condamner nos péchés, pardonner ceux des autres, faire la première chose à cause de la seconde, qui sera alors plus facile, car celui qui pense à ses péchés sera moins sévère pour son compagnon de misère.

Et pardonner non seulement de bouche, mais « du fond du coeur », pour ne pas tourner contre nous-mêmes le fer dont nous croyons percer les autres.

Quel mal peut te faire ton ennemi, qui soit comparable à celui que tu te fais toi-même ?…

Si tu te laisses aller à l'indignation et à la colère, tu seras blessé non par l'injure qu'il t'a faite, mais par le ressentiment que tu en as.
Ne dis donc pas :

« Il m'a outragé, il m'a calomnié, il m'a fait quantité de misères. »

Plus tu dis qu'il t'a fait du mal, plus tu montres qu'il t'a fait du bien, puisqu'il t'a donné occasion de te purifier de tes péchés.

Ainsi, plus il t'offense, plus il te met en état d'obtenir de Dieu le pardon de tes fautes.

Car si nous le voulons, personne ne pourra nous nuire ; même nos ennemis nous rendent ainsi un grand service…

Considère donc combien tu retires d'avantages d'une injure soufferte humblement et avec douceur. »

(St Jean Chrysostome (v.345-407, fêté ce jour), Homélie sur saint Matthieu n°61 (4-5), Trad. Maurice Véricel, L’Évangile commenté par les Pères, Éditions Ouvrières, Paris, 1961.
Autre traduction sous la direction de M. Jeannin in "Œuvres complètes" Tome VIII, Bar-le-Duc, L. Guérin & Cie éditeurs, 1865, à lire sur le site de l'Abbaye Saint-Benoît de Port-Valais (CH-1897 Le Bouveret (VS) Suisse).)

 

Personnages de l'Ancien et du Nouveau Testament qui étaient sûrs de leur foi :

Noé était si sûr de la Parole de Dieu qu'il se mit à construire une arche au milieu d'un vaste désert sec et aride.

P. John

 



Old and New Testament figures who were sure about their faith:

Noah was so sure of God's word that he set about building an ark in the middle of a vast dry and arid desert.
Fr. John

L’image contient peut-être : 2 personnes

Jadis tes Disciples, ô Christ, / secoués sur la barque, s'écriaient: / Maître, sauve-nous, nous périssons! / Et maintenant, nous-mêmes, nous crions: / Sauveur ami des hommes, nous t'en prions, / délivre-nous de tout danger.

Seigneur, tes Apôtres ont touché / tantôt le fond de la mer par leurs filets, / tantôt les hauteurs du royaume par leurs enseignements; / en leur adresse, ils ont fouillé les insondables profondeurs, / en leur foi, ils ont scruté ton cœur infini, / au monde ils ont prêché ton Fils intemporel; / par leurs prières et par celles de tous les Saints prends pitié de nous.

Notre Dieu fit merveille par les Saints qu'il a choisis. / Soyez dans la joie et l'allégresse, vous tous qui le servez, / car il vous a couronnés dans le royaume des cieux: / nous vous demandons de ne pas nous oublier.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen

De charismes divins tu es pourvue, / Vierge pure et Mère de Dieu, / car c'est l'Un de la sainte Trinité, / le Christ, la source de vie, / que tu enfantas dans la chair / pour le salut de nos âmes.

L’image contient peut-être : 5 personnes

 

SAINT(S) DU JOUR:

Aucun texte alternatif disponible.

SAINT JEAN CHRYSOSTOME
Évêque et Docteur de l'Église

TRANSFERT des RELIQUES de Saint JEAN CHRYSOSTOME à CONSTANTINOPLE

Saint_Jean_Chrysostome_mosaique_2b.jpg
(344-407)


Saint Jean, surnommé Chrysostome, c'est-à-dire Bouche d'Or, à cause de la force et de la beauté de son éloquence, naquit à Antioche, vers l'an 344. Veuve à vingt ans, sa mère, femme très remarquable, n'épargna rien pour lui donner une brillante éducation. Doué d'un génie supérieur, objet de l'admiration universelle, incliné au plaisir, Jean fut ramené à la réalité des choses et conquis à la perfection de l'Évangile, par l'amitié fidèle d'un jeune homme de son âge, qui fut saint Basile. Noble exemple de l'apostolat qu'un véritable ami peut exercer dans son entourage! L'amitié des deux jeunes gens ne fit que s'accroître par l'union désormais parfaite des pensées et des aspirations.

Devenu clerc de l'Église d'Antioche, Chrysostome renonce complètement aux vanités du siècle; il ne paraît qu'avec une tunique pauvre; la prière, la méditation, l'étude de l'Écriture Sainte, partagent son temps: il jeûne tous les jours et prend sur le plancher de sa chambre le peu de sommeil qu'il accorde à son corps, après de longues veilles. S'élevant par degré dans les fonctions ecclésiastiques, il devient l'oeil, le bras, la bouche de son évêque. Son éloquence est si grande que toute la ville accourt à ses premières prédications où il y a souvent jusqu'à cent mille auditeurs et plus à l'entendre. 

L’image contient peut-être : 1 personne

“Happiness can only be achieved by looking inward & learning to enjoy whatever life has and this requires transforming greed into gratitude.”

(John Chrysostom)



A trente ans, Chrysostome fuit, dans la vie monastique, l'épiscopat auquel, plus tard, il ne pourra échapper. C'est en 398, qu'il est emmené de force à Constantinople et sacré patriarche de la ville impériale. Son zèle, l'indépendance de son langage ne furent égalés que par sa charité; son éloquence séduisante, qui brillait alors de tout son éclat, attirait les foules autour de sa chaire; il ranimait la foi au coeur des fidèles et convertissait une multitude d'hérétiques et de païens. Jamais pasteur ne fut à ce point l'idole de son peuple; jamais pasteur ne souleva autour de lui un pareil mouvement chrétien: c'est que l'éloquence de l'orateur dévoilait le coeur d'un père, d'un apôtre et d'un saint. 

Dieu permit que la croix vint achever en Chrysostome l'oeuvre de la perfection. Le courage invincible du Pontife, sa liberté à flétrir les désordres de la cour, lui valurent l'exil. En quittant Constantinople, il fit porter à l'impératrice cette fière réponse: "Chrysostome ne craint qu'une chose: ce n'est ni l'exil, ni la prison, ni la pauvreté, ni la mort, c'est le péché." Il mourut en exil, victime des mauvais traitements de ses ennemis. Bien qu'il ne porte pas le titre de martyr, il en a tout le mérite et toute la gloire. 

Saint Paul était l'objet de son admiration et de sa dévotion. Il a dit de lui cette belle parole: "Le coeur de Paul était le coeur du Christ."



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

L’image contient peut-être : 2 personnes

Défunt, tu es assis sur un trône d'évêque; 
vivant en Dieu, tu dis: «Paix à tous» dans le ciel. 
Byzance le vingt-sept, Jean, sous l'or d'une thèque 
reçut ton corps avec respect révérenciel. 
Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen

Tropaire, t. 8

Resplendissante de clarté, * la grâce de ta bouche a brillé sur l'univers, * révélant au monde des trésors où l'avarice n'a point de part * et nous montrant la grandeur de l'humilité. * Père saint dont la parole nous instruit, * Jean Chrysostome, intercède auprès du Verbe, le Christ notre Dieu, * pour le salut de nos âmes.

Kondakion, t. 1

La sainte Eglise se réjouit en esprit * du transfert de tes reliques, saint Jean; * les conservant comme un trésor de grand prix, * sans cesse elle accorde à ceux qui te chantent, * par tes prières, la grâce des guérisons, * bienheureux Chrysostome.

Ikos

La lampe de mes bonnes actions, * Jean Chrysostome, s'est assombrie; * aussi, me voilà craintif, * puisque je vais à la rencontre de tes reliques sacrées; * toi-même, guide-moi, redresse mon chemin, * accorde- moi le temps du repentir, toi qui en fus le divin prédicateur, * apaise aussi le flot déchaîné * de mes passions aux multiples aspects; * arrache-moi aux pièges du Démon, * pour qu'enfin sauvé je puisse chanter * dignement ton retour glorieux, * comme déjà j'ai vénéré ta dormition, * bienheureux Chrysostome.

Exapostilaire (t. 3)

Exulte, cité reine de toutes les cités, * de recevoir en ce jour * les reliques de ton bon et suprême Pasteur * dont la direction t'a sauvée ainsi que le monde entier, * Chrysostome le melliflue, * et de tes mains rythme des hymnes en son honneur.

In the year after the Saint's repose

both the Emperor Arcadius and his wife Eudoxia, who had been most responsible for St John's exile, died. Their son Theodosius II succeeded to the throne. Soon most of the exiled supporters of St John were restored to their sees.

 

 In 434 St Proclus, a disciple of St John Chrysostom, was made Archbishop of Constantinople, and persuaded the Emperor to have St John's relics solemnly translated from Comana to Constantinople.

 

But all efforts to disinter his remains failed, as if his coffin were sealed in the earth. Learning of this, the Emperor wrote a letter to St Johnasking forgiveness for his father's persecution, and  pleading with him to agree to return to the Imperial City for the benefit of the faithful.

 

As soon as this letter was placed over the Saint's tomb, his coffin was removed with no difficulty and conveyed solemnly to Constantinople.

 

  When the cortege reached Constantinople, the Emperor met it and prostrated himself before it, once again begging the Saint's forgiveness for the sins of the State against him. At last, the relics were deposited beneath the altar of the Church of the Holy Apostles, where they worked many miracles during the celebration of the Liturgy.

 

 Since then, the relics have been scattered throughout the world, where they never fail to reveal the Saint's loving presence

L’image contient peut-être : 2 personnes

Après le décès de notre Saint et glorieux Père Jean Chrysostome en exil à Comane, en Cappadoce, son corps fut déposé avec ceux des Saints Martyrs Basilisque et Lucien, comme ces derniers le lui avaient révélé en songe. Un an plus tard (408), l'empereur Arcade et sa femme Eudoxie, qui avait été la responsable de l'exil du Saint, trouvèrent la mort, et Théodose le Jeune prit la succession. Peu à peu on restaura sur leurs sièges les partisans du Saint, qui avaient été exilés; mais certains Evêques malveillants, menés par Théophile d'Alexandrie, continuaient à poursuivre sa mémoire de leur haine. La division dura jusqu'à l'élection de Saint Proclus sur le trône de Constantinople (434, voir sa mémoire le 20 novembre). La quatrième année de son épiscopat, celui-ci parvint à convaincre l'empereur de faire transférer solennellement les Reliques du Saint de Comane à Constantinople (435). Mais notre Saint Père Jean, vivant par la grâce du Saint-Esprit et toujours soucieux d'inculquer au souverain le repentir et l'humilité, refusa de laisser déplacer son corps. Tous les efforts des soldats et des envoyés de l'empereur restaient vains. Le cercueil était comme scellé au sol. L'empereur Théodose, comprenant le message qui lui était ainsi adressé, écrivit une lettre à Saint Jean, lui demandant humblement pardon pour la persécution menée contre lui par son père et le suppliant d'accepter de retourner dans la ville impériale pour réjouir le cceur de tous ceux qui l'attendaient depuis tant d'années. Aussitôt la lettre posée sur la poitrine du Saint, le cercueil se laissa déplacer sans aucune peine et transporter en grande pompe jusqu'à Constantinople.

Quand le cortège parvint à Chalcédoine, le peuple couvrit le bras de mer qui sépare cette ville de la capitale de tant de vaisseaux ornementés et de flambeaux qu'il semblait avoir été transformé en terre ferme. Mais pendant la traversée une tempête soudaine dispersa la flotte, et le navire impérial, où avait été déposée la précieuse Relique, alla s'échouer tout près de la propriété d'une veuve, nommée Callitrope, dont l'impératrice Eudoxie avait voulu injustement s'emparer, et qui avait été l'occasion du dernier exil du Saint. Le champ fut alors rendu à la veuve et la mer se calma aussitôt.

L'empereur Théodose vint en personne à la rencontre du saint, suivi de tout le Sénat. Il se prosterna à terre et, posant le visage sur la châsse, il le supplia de pardonner les péchés commis contre lui et contre ses partisans. On transporta d'abord la Sainte Relique dans l'église de l'Apôtre Thomas de l'Amantios, où elle fit cesser le tremblement qui agitait depuis vingt années le tombeau d'Eudoxie. Puis on la transféra à Sainte-Irène, où l'on installa le Saint sur le trône épiscopal, pendant que le peuple en liesse criait: «Rentre en possession de ton trône, ô Saint! » Finalement, le cortège se rendit aux Saints-Apôtres, le lieu de sépulture des Empereurs et des Patriarches; et lorsqu'on le plaça, là aussi sur le trône, la voix du Saint se fit entendre, en disant: «Paix à tous! ». On déposa ensuite la Relique sous l'Autel et, pendant la Liturgie qui fut alors célébrée, de nombreux Miracles s'accomplirent. Depuis, les Reliques de Saint Jean Chrysostome dispersées dans le monde ne cessent de manifester sa présence paternelle et bienfaisante.

 

Aucun texte alternatif disponible.

Main droite de St Jean Chrysostome/ The right hand of St. John Chrysostom, Archbishop of Constantinople at Philotheou Monastery, Mount Athos,

 

 

busteAngele.jpgL'Eglise latine célèbre aujourd'hui 27 Janvier Ste Angèle

 

Sainte Angèle est la fondatrice des Ursulines, elle est morte en 1540.


 

 

Angèle Merici était originaire du lac de Garde, en Italie, mais devenue orpheline à 16 ans, elle devint demoiselle de compagnie dans des familles de la bourgeoisie de Brescia en Lombardie. 

Cela lui permettait de mener une vie religieuse comme tertiaire de Saint François, et une vie sociale dans les familles où elle enseignait le catéchisme aux enfants, ce qui à l’époque n’était pas fréquent. 
Elle partit en pèlerinage en Terre sainte et à Rome où le pape lui demanda de s’occuper d’enfants, mais elle refusa.

 

Cependant en 1535  elle eut une vision qui l'incita à se consacrer à l'éducation de la jeunesse. Elle fonda la Compagnie de Sainte Ursule  ou  Ursulines, destinée à des femmes qui désiraient vivre en religieuses consacrées tout en gardant une activité dans le monde. Elle fonda ainsi la premièrevisionAngele.jpgcongrégation religieuse enseignante en Europe.

 

La vision de sainte Angèle est ici traitée comme celle de Jacob

voirhttp://www.imagesbible.com/nouveausite/FICHES/des-anges/F_A_Jacob_angeS.htm

 

BONNE FETE AUX ANGELE, ANGELINA, ANGELIQUE, ANGIE

 

Aucun texte alternatif disponible.

La guerre menée contre le djihadisme n'est pas une guerre sainte (…).
Afficher l'image d'origine
 
Les Chrétiens ne désirent entraîner personne dans une guerre de religion. Ceci par respect des consciences (…).

Cependant, cela ne doit pas nous conduire à négliger, nous autres Chrétiens, l'aide de Celle qui est la Reine des anges. Celle qui vaincra les hérésies.
Celle qui est toute puissante sur le Cœur de Dieu.
De la part des Catholiques, plus que de la négligence, ce serait une faute que de ne pas en appeler à Celle qui se fait une joie d'aider les enfants qui ont été commis à sa garde.

(…) Prier la Vierge publiquement, demande de nos jours autant de courage que d'humilité et de sagesse.
L'humilité : notre impuissance, ainsi que l'urgence du secours, nous l'apprennent. La sagesse : les Catholiques savent depuis très longtemps que la Vierge est le rempart assuré contre l'ennemi ; elle est plus forte qu’ « une armée rangée en ordre de bataille », selon les termes mêmes de l'Écriture (…).
Loin d'être des « femmelettes », ou des idiots du village, les dévots de la Vierge sont les plus avisés et les plus courageux des hommes !
( Jean-Michel Castaing )
 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

Afficher l'image d'origine

L’image contient peut-être : 2 personnes, texte

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 
 
Afficher l'image d'origine  
Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

Afficher l'image d'origine

Nature et objet du témoignage

Combien nous pouvons rendre grâce au Dieu qui habite la lumière inaccessible, que nul œil n’a vu ni ne peut voir, de ce que Dieu dans sa miséricorde s’est plu à se faire connaître ! Bien que l’homme se soit détourné de Lui par la désobéissance, la transgression et l’introduction du péché, Dieu, dans sa grâce et dans sa bonté, ne l’a pas laissé dans cet état, et la première manifestation divine après l’introduction du péché par l’homme dans le monde, a été de l’appeler : « où es-tu ? », « qu’as-tu fait ? ».

Dieu veut se faire connaître : c’est ce qui constitue en quelque sorte, sous des aspects très variés, le témoignage que Dieu rend de Lui-même.

Pourquoi Dieu rend-t-Il son témoignage ? C’est précisément parce qu’Il veut se faire connaître, et faire connaître Sa volonté, Ses pensées, ce qu’Il se propose.

À qui le fait-il ? À des créatures qui par nature étaient ennemies dans leur entendement, — ce qui nous fait mesurer quelque peu la grâce dont nous sommes les objets.

Quand le fait-il ? Quand Dieu rend-t-Il son témoignage de Lui-même ? Pendant le temps de la responsabilité de l’homme sur la terre.

Comment le fait-il ? Sous des formes variées, et la révélation de ses pensées progresse au cours des siècles. Nous sommes dans l’économie [ou : dispensation] de la grâce, si favorisée, et au bénéfice de la révélation complète de ce que Dieu juge bon de nous faire savoir, tout ce qui nous est profitable.

Et nous pouvons constater dans les Écritures, que le témoignage de Dieu est rendu (en quelque sorte, et pour faciliter la mémorisation) de sept manières, ou par sept moyens, ou par sept canaux de Son choix, dont les deux premiers nous sont mentionnés brièvement dans ce psaume 19, la création tout d’abord, et la Parole de Dieu. Nous ne ferons, dans nos limites, qu’évoquer ces différents moyens par lesquels Dieu rend son témoignage, cherchant à dégager quelques pensées générales sans pouvoir, bien sûr, nous étendre sur ces différents aspects.

1er témoignage : La création

La création est un témoignage muet : il n’y a pas de langage dans la création, et pourtant quel langage éloquent pour qui sait le discerner (Ps. 19:3). Cette création, ouvrage de Ses mains, de laquelle Dieu a pu dire au terme des six jours que tout était très bon, en sorte que Dieu put se reposer de son travail (Dieu ne peut trouver du repos que quand Il est satisfait, c’est bien la raison pour laquelle tant qu’il y a des âmes perdues et éloignées de Lui, le Seigneur peut dire : « mon Père travaille et moi je travaille » Jean 5:17). Dieu a été satisfait, mais on peut dire que cette satisfaction a été de courte durée à cause de l’homme qui a souillé par la transgression ce que Dieu avait placé entre ses mains pour qu’il domine, pour qu’il gère cette scène de délices qu’était le premier jardin.

Néanmoins en dépit de la chute et des conséquences que la création en a subies (car le sol a été maudit à cause de l’homme, et aujourd’hui encore, comme le dit l’épître aux Romains (8:22), « la création soupire », elle gémit, bien qu’elle n’ait pas péché ; mais elle subit les conséquences du péché de l’homme). Néanmoins la création demeure un témoignage qui rend l’homme responsable (Rom. 1:18-20). Même quand l’homme cherche à scruter ce qui est au dessus et au dessous de lui, et au-delà de ses limites, il ne peut que s’épuiser en hypothèses ; et même si Satan cherche à développer ce qui peut détourner l’homme de son Créateur, par l’évolution et par tant d’autres choses, il n’en demeure pas moins que la création est un langage qui rend l’homme plus que responsable comme le dit l’épître aux Romains. L’homme est appelé, en raison de l’intelligence qui lui est donnée, à discerner l’Auteur des merveilles de cette création, et cela le rend inexcusable. La création en effet, par laquelle Dieu a appelé toute chose à l’existence, témoigne de Sa grandeur, de Sa puissance, de Sa sagesse, de Sa divinité, et l’Écriture dit que, déjà devant ce témoignage là, l’homme est inexcusable.

Après avoir été créées, les choses ont été placées entre les mains de l’homme. Il a failli à son mandat puisqu’il devait garder et cultiver ce que Dieu lui avait confié, et il s’est laissé en quelque sorte ravir par l’Ennemi ce que Dieu lui avait confié en tant que gérant, — un gérant qui devait être honnête et fidèle. Satan l’a ravi, et nous voyons au début de l’évangile selon Luc, que Satan a cette parole effrontée à l’égard du Seigneur même : Lui montrant les royaumes, il lui dit que l’autorité lui a été donnée, à Satan lui-même, et qu’il la donne à qui il veut. Or nous savons bien que Satan a usurpé ce pouvoir : il l’exerce pour éloigner la créature de Dieu. Mais le Seigneur recevra en son temps (encore futur) tout le domaine de la création ; tout Lui sera donné, mais Il ne le recevra pas de la main de l’Ennemi ; Il le recevra de la main de son Père.

La création donc est un langage muet, et qui peut le percevoir et le saisir et en tirer profit, si ce n’est la foi ? C’est ce que nous déclare l’épître aux Hébreux dans son chapitre 11 : « par la foi », il n’est pas dit « nous savons », mais « nous comprenons qu’Il a fait les mondes ». Il n’y a que la foi qui saisit, qui comprend — dans la conscience de ses limites, mais dans l’adoration et la révérence — le travail que Dieu a accompli en Créateur en appelant du néant des choses à l’existence. Par la foi nous comprenons ; mais l’homme ne peut pas aller au-delà de ses limites ; il est un être limité et Dieu n’a pas de raison à nous donner pour ce qui demeure encore caché aux limites de l’homme. C’est là le premier témoignage.

2ème témoignage : La Parole de Dieu

Le deuxième témoignage que nous avons dans les versets du Ps. 19, c’est la Parole de Dieu, — la loi de l’Éternel, autrement dit la Parole de Dieu, appelée « les témoignages ». Dieu témoigne, se fait connaître, révèle Sa volonté et Ses pensées par la Parole, la Parole écrite.

C’est dans le chapitre 17 de l’Exode (17:14) que nous trouvons pour la première fois la mention de l’Écriture, après la victoire remportée sur l’ennemi Amalek : « Et l’Éternel dit à Moïse : Écris ceci pour mémorial dans le livre ».

La Parole de Dieu revêt les mêmes caractères que Dieu Lui-même qui nous l’a donnée. L’apôtre Pierre est là pour nous dire (1 Pierre 1:23) que nous avons une Parole vivante, émanant du Dieu vivant et véritable, Celui qui est Vérité. C’est Lui qui nous l’a laissée, et elle est rendue opérante et pénétrante par l’action de son Esprit. C’est à cette Parole que la foi s’attache ; cette Parole a le son des trompettes d’argent (Nombres 10) qui résonnent aux oreilles de celui qui est attentif. Nous avons le privilège de posséder cette Parole qui nous fait connaître Ses pensées. Dieu veuille qu’elle ait toujours plus de prix pour nos âmes.

La Parole, nous le savons bien, a été incarnée dans la personne même du Seigneur, dont il est dit « la Parole devint chair et habita au milieu de nous » (Jean 1:14). Il est du reste frappant de constater la mesure dans laquelle le Seigneur, en dispensant ses enseignements, plus particulièrement sous la forme de paraboles, a recours aux éléments de la création, de la nature. La création et la Parole sont en quelque sorte deux moyens par lesquels Dieu s’adresse à la conscience ; Il le fait par la création, et Il s’adresse à la conscience et au cœur par sa Parole. Cette Parole combien précieuse, est le guide de notre marche, elle est la nourriture de nos âmes ; elle nous révèle les pensées les plus profondes de Dieu quant à Lui-même et à notre égard.

Cette Parole a été donnée sous la forme de la loi à son peuple terrestre, Moïse ayant reçu ces tables de la loi écrites du doigt même de Dieu. Où pouvait-elle être à l’abri, cette Parole, au sein du peuple, ce peuple d’Israël dans le désert qu’Aaron avait livré au désordre ? C’était impossible ; le peuple eut été consumé si les tables avaient pénétré dans l’enceinte du peuple : Moïse a dû les briser. Mais Dieu avait ordonné de faire une arche, et rappelant ces circonstances au peuple, à une nouvelle génération, Moïse pourra dire quant à ces tables, les deuxièmes qu’il a reçues (qui comportaient du reste la même Parole, il n’y a pas a plus de changement dans la Parole de Dieu que dans Dieu Lui-même) : « Je me tournais et les mis dans l’arche, et elles sont là jusqu’à ce jour » (Deut. 10:5). En quelque sorte, la Parole ne pouvait être à l’abri que dans la personne de Christ ; Il a été la Parole faite chair, venant ici bas et faisant connaître, au-delà des limites de la loi, les ressources de la grâce.

Nous avons le privilège de connaître cette ressource merveilleuse qui est celle de la Parole ; Dieu veuille que nous fassions l’expérience qu’en fit le psalmiste auteur du psaume 119 qui en parle dans la quasi-totalité de ses versets, et qui, sauf erreur, 9 fois au cours de ce long psaume, peut exprimer les délices qu’il trouve dans les témoignages. Trouvons-nous de la joie dans sa Parole comme celui qui a trouvé un grand butin ? La mangeons-nous comme l’a dit Jérémie (15:16) ? Est-elle, et produit-elle l’allégresse et la joie dans nos cœurs ? Dieu veuille que ce soit le cas.

En dépit de ce qu’est l’homme, en dépit de ce qu’est ce monde, en dépit des assauts permanents de l’Ennemi qui a cherché à détruire cette Parole, il n’y est jamais parvenu ni n’y parviendra jamais. C’est le livre le plus répandu sur la terre, traduit en plus de mille cinq cent langues. Cette Parole, l’Ennemi ne pourra jamais la détruire. Dieu veuille qu’elle soit précieuse à nos cœurs, et que l’exhortation de l’apôtre s’adressant à son enfant Timothée « exerce-toi à la lecture » trouve un écho dans nos affections profondes. C’est par elle que nous apprendrons ce que Dieu veut nous communiquer.

3ème témoignage : Les saints de l’Ancien Testament

Un troisième moyen, si on peut dire, en restant très bref et très général, par lesquels Dieu fait connaître ses pensées, et Il rend et a rendu témoignage, c’est par le moyen des saints de l’Ancien Testament. Nous pensons à ce chapitre 11 de l’épître aux Hébreux, qui est suivi du premier verset du chapitre douzième : La mention au chapitre 11 des hommes de foi de l’Ancien Testament est couronné par cette première déclaration du chapitre 12 « une si grande nuée de témoins », qui sont donc des témoins de l’Ancien Testament.

Le chapitre 11 commence par le premier témoin qu’il y a eu sur la terre, Abel, qui a payé son témoignage fidèle du prix de sa vie. Abel est le premier qui est mentionné. D’ailleurs en lisant en détail l’évocation des noms, il est frappant de voir que, dans la personne d’Abel, nous avons l’évocation de la valeur du sacrifice dont il a senti la nécessité ; en Énoch nous avons l’évocation de la marche avec Dieu ; en Noé nous avons celui qui est mis à l’abri du jugement pour arriver sur le rivage de la délivrance ; en Abraham, le père de la semence de la foi, etc.…

Une si grande nuée de témoins… Qu’est-ce qui a animé leur témoignage et qui l’a produit ? C’est la foi.

Il y a donc eu des témoins avant le déluge, Abel, et beaucoup d’autres, Énoch, Noé. Noé a été un témoin dont il nous est dit qu’il était un « prédicateur de justice », bien que nous n’ayons aucune parole de Noé rapportée dans l’Écriture. Mais les innombrables années pendant lesquelles il a construit une arche sur une terre sèche était un témoignage qui aurait du être observé.

Puis nous avons les témoins qui sont venus plus tard, après le déluge. Abraham occupe une place particulière parmi eux. Il est l’homme de foi, celui dont parle l’épître aux Romains (ch. 4), nous disant de lui qu’il ne forma point de doute sachant que ce que Dieu a promis, Il est puissant aussi pour l’accomplir ; et en cela il donna gloire à Dieu, et par cela il a été justifié. Remarquons que toujours et dans tous les temps, longtemps avant la grâce, avant l’économie de la grâce, l’homme a été justifié par la foi ; en raison de sa foi, il a été en quelque sorte mis au bénéfice de ce qui sera acquis pour lui par l’œuvre de Christ à la croix. Abraham a glorifié Dieu par la foi : quel témoignage ! Quittant sa parenté, le lieu de sa résidence initiale, il est allé vers une terre inconnue, s’appropriant les promesses divines.

Puis nous avons les témoignages rendus par les hommes de Dieu au cours de la vie d’Israël, du peuple choisi de Dieu selon le critère de la grâce souveraine — non pas parce que ce peuple était plus attrayant, plus nombreux, plus puissant, mais parce que Dieu l’a aimé. Que de témoins dans le cours de l’histoire d’Israël ! Si l’on pense à Moïse, à Eléazar, à Rahab, à Caleb, à Josué, et tant d’autres encore — des témoins qui ont été des canaux dans la main de Dieu pour conduire le peuple, pour lui communiquer Ses pensées. Moïse a été l’homme dont Dieu peut dire qu’Il parlait avec lui comme un homme parle à son ami.

Il y a eu ensuite le temps qui a succédé à la vie dans le désert, puis le temps des prophètes qui ont parlé comme oracles de Dieu — des témoins qui ont été la bouche de l’Éternel. Si l’on pense à ce qui a été donné à connaître et à annoncer à des hommes tels que Élie, Jérémie, Ésaïe, Ézéchiel et tant d’autres, quels témoins ! Ils attendaient la cité de laquelle Dieu serait l’architecte et le créateur, le fondateur, mais ils n’ont pas connu ni vu ni vécu les choses promises. C’est encore cette épître aux Hébreux qui nous le fait connaître, mais leur foi n’a pas été ébranlée par une attente qui a été jusqu’au terme de leur vie ; ils sont demeurés des témoins fidèles, parlant comme la bouche de l’Éternel, des hommes de Dieu.

Quand la Parole parle d’« hommes de Dieu », cela qualifie beaucoup de serviteurs, David et d’autres encore ; David est ainsi appelé trois fois, et  Élisée sauf erreur plus de vingt fois. « Homme de Dieu » ne signifie pas du tout que c’est un homme à l’abri des chutes, ou qui a une nature privilégiée naturellement, mais c’est un homme pour qui les droits divins s’imposent au cœur et à la conscience, et qui n’a pas de privilège personnel ou de position à défendre. Les « hommes de Dieu » sont des instruments dociles et dépendants dans la main de Dieu, qui s’en sert soit pour dénoncer le mal et les conséquences, soit pour annoncer les bénédictions qui se rattachent à la fidélité. Que d’hommes de Dieu, que de témoignages auront été suscités !

On peut dire que le dernier prophète, c’est Jean le Baptiseur. Il était le précurseur, appelé à préparer le peuple afin qu’il reçoive le Messie que la bonté divine leur envoyait. Il est le seul prophète, le seul témoin de cette dispensation qui a vu Celui qu’il annonçait. Il est du reste très frappant de considérer les sept témoignages que Jean le Baptiseur rend à l’égard du Seigneur, une plénitude remarquable de témoignage, six fois dans le premier chapitre, et une fois au chapitre 3 au sujet de son privilège d’annoncer l’Époux en sa qualité d’ami.

Extrait de :   Psaume 19:1-3, 7-9    Pierre Combe  Août 2005

A suivre…

La Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, est une journée du souvenir de l’Holocauste et de prévention des crimes contre l’humanité instituée à initiative des ministres de l’Éducation des États membres du Conseil de l’Europe en octobre 2002 et suivie par l'Organisation des Nations unies. Par une résolution intitulée « Mémoire de l’Holocauste » adoptée le 1er novembre 2005, l’Assemblée générale a décidé que les Nations unies la célèbreraient chaque année, le 27 janvier, à la date d’anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz.

L’occasion de se souvenir et de revenir sur la situation des enfants à cette époque.

Les enfants furent particulièrement vulnérables pendant la Shoah. Les nazis préconisaient de tuer les enfants des groupes qu'ils considéraient « indésirables » ou «dangereux » dans leur logique idéologique de « lutte des races » ou comme mesure de sécurité préventive.

Les nazis et leurs collaborateurs tuèrent au moins 1,5 millions d'enfants. Parmi eux, plus d'un million d'enfants juifs, des dizaines de milliers d'enfants tsiganes, des enfants allemands handicapés physiques et mentaux, des enfants polonais ainsi que des enfants d'Union soviétique occupée. Les chances de survie des adolescents (13-18 ans) qu'ils fussent juifs ou, pour certains, non-juifs étaient plus grandes car ils pouvaient être enrôlés pour le travail forcé.

Dans le processus de « solution finale » prôné par les nazis, les enfants de moins de 12 ans étaient tués à leur arrivée dans les camps de concentration. Ils étaient égalementtués immédiatement après leur naissance ou en institution lorsqu’ils étaient porteurs de handicap. Les enfants, généralement âgés de plus de 12 ans, furent utilisés comme travailleurs ou comme sujets d'expériences médicales. Enfin, nombre d’enfants furent tués au cours d'opérations de représailles ou d'opérations soi-disant anti-partisanes.

Dans les ghettos, nombreux furent les enfants qui moururent en raison du manque de nourriture, de vêtements ou de soins. Comme les enfants étaient généralement trop jeunes pour être soumis au travail forcé, ils étaient souvent sélectionnés par les autorités allemandes pour les premières déportations vers les centres de mise à mort ou pour être les premières victimes à être abattues puis enterrées dans des fosses communes.

Dans leur « recherche pour récupérer du sang aryen », des « experts SS en race » exigèrent l'enlèvement et le transfert de centaines d'enfants de Pologne et d’Union soviétique occupées vers le Reich pour être adoptés par des familles allemandes racialement conformes. Ainsi, avoir des cheveux blonds, des yeux bleus ou une peau claire étaient souvent suffisants pour mériter la « chance » de vivre « germanisés ».

Enfin des dizaines de milliers d’enfant furent tués par les bombardement et actes de guerre. Une journée donc pour ce souvenir en hommage à ces millions de victimes, femmes, hommes, enfants.

Plus que jamais nécessaire en ces temps troublés pour dire plus jamais ça.

JCC (Source :http://actu-droitsenfant.over-blog.com/ )

 

Six million Jewish people were murdered during the genocide in Europe in the years leading up to 1945, and the Jews are rightly remembered as the group that Adolf Hitler's Nazi party most savagely persecuted during the Holocaust.

But the Nazis targeted many other groups: for their race, beliefs or what they did.

Historians estimate the total number of deaths to be 11 million, with the victims encompassing gay people, priests, gypsies, people with mental or physical disabilities, communists, trade unionists, Jehovah's Witnesses, anarchists, Poles and other Slavic peoples, black people and resistance fighters. Half of the victims who weren't Jewish were Polish.

Six millions de Juifs ont été assassinés au cours du génocide en Europe au cours des années qui ont conduit jusqu'à 1945, et les juifs sont à juste titre se souvenir du groupe que le parti nazi de Hitler le plus sauvagement persécuté au cours de l'holocauste
Mais les nazis ont ciblé de nombreux autres groupes : pour leur race, leurs croyances ou ce qu'ils ont fait.
Les historiens estiment que le nombre total de décès est de 11 millions, avec les victimes qui englobant les homosexuels, les prêtres, les gitans, les personnes souffrant d'un handicap mental ou physique, les communistes, les syndicalistes, les témoins de Jéhovah, les anarchistes, les polonais et les autres Des hommes et des résistants. La moitié des victimes qui n'étaient pas juives étaient polonaises.

“Tout est effacé, tout est pardonné, mon enfant disparu, sois le bienvenu, ici, c’est chez toi…”

Voici les dernières paroles pleines d’espoir du nouveau titre de Grégory Turpin, “Clair Obscur”, issu de l’album “Changer de vie”. Tout au long de ce texte intime, Grégory lève le voile de manière intense et poétique sur sa propre histoire, celle d’un fils prodigue, pardonné et restauré en Jésus, et dont le parcours ressemble tant à celui du jeune homme de la parabole.

Après sa conversion, Grégory ressent un appel du Seigneur. Il entre au carmel pour faire son noviciat, mais les circonstances le conduiront à abandonner après un an. Déçu, blessé, il se lance finalement dans la musique et connaît un succès inattendu. Il noie en vain son mal-être et sa désespérance dans l’alcool et la drogue, qui devient sa “meilleure amie”… Jusqu’à ce retour vers le Père qui marquera un nouveau départ dans sa vie.

“Tout est effacé, tout est pardonné,
Mon enfant disparu, sois le bienvenu,
Ici, c’est chez toi…”

Grégory raconte également cette histoire dans un ouvrage autobiographique, “Clair Obscur”,  disponible sur le site de l’éditeur Première Partie.

La rédaction

(Source:https://www.infochretienne.com/ )

La pensée de la mort m'apporte un grand réconfort et une paix profonde.

Je remercie Dieu de m'avoir donné l'occasion d'en arriver à voir dans la mort la clé du vrai bonheur.

(Mozart)

1-CARTE_RADICALISATION_IDF

Terrorisme : la carte secrète des radicalisés en Ile-de-France 

Un fichier recense entre 15 000 et 16 000 radicalisés en France. Plus de 4 000 d’entre eux vivent en Ile-de-France et sont surveillés par les services.

Ce sont des données confidentielles et qui permettent depuis peu d’établir une carte précise de la radicalisation en France. Entre 15 000 et 16 000 hommes, femmes et mineurs, sont aujourd’hui enregistrés au sein du fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Une précieuse base de données nationale, créée au mois de mars 2015 par un décret non rendu public, et qui recense les islamistes radicaux français ou résidents sur le territoire.

Au mois de novembre dernier, 5 325 « radicalisés » domiciliés à Paris ou dans les sept autres départements franciliens figuraient dans ce fichier : 4 030 d'entre eux font l'objet d'un suivi plus soutenu. Un chiffre considéré comme « stable » et qui ne semble plus devoir évoluer. Ces personnes ont été identifiées, notamment après l'exploitation des appels téléphoniques adressés par des particuliers à la plate-forme de signalement du Centre national d'assistance et de prévention de la radicalisation (CNAPR).

Les informations de terrain collectées au sein des états-majors de sécurité (EMS) mis en place dans chaque département et les données opérationnelles fournies par les services en charge de la lutte antiterroristes, tels que la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), le Service central de renseignement territorial (SCRT), la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et du renseignement parisien (DRPP), ont permis de « cibler » les profils les plus inquiétants.

...

Le fichier recense également huit métiers dits à « risque »

Cette évaluation est, notamment, réalisée en tenant compte des indicateurs de basculement dans la radicalisation tels qu'un comportement de rupture avec l'environnement familial, un changement d'apparence physique ou vestimentaire ou une pratique religieuse hyper ritualisée.

Par ailleurs, en fonction de la « dangerosité » des personnes figurant dans ce fichier, il est décidé d'un suivi spécifique. « Sur les 15 000 à 16 000 radicalisés au niveau national, entre 3 000 et 4 000 sont considérés comme les plus dangereux et sont suivis spécifiquement par la DGSI, poursuit la même source.
...

Ce même fichier recense également huit métiers dits à « risque » pour lesquels les radicalisés ainsi recensés sont soit employés sur des « sites sensibles » ou au contact d'un large public.

2-SECTEURS_RADICALISATION_IDF

 

En Ile-de-France, au regard de la densité du maillage du réseau des transports en commun, c'est dans ce secteur d'activité que le nombre de personnes inscrites au FSPRT est le plus important. Juste derrière arrivent les métiers de la sécurité privée puis, dans une moindre mesure, les administrations publiques, comme la santé et l'éducation.

source

HOMME ET FEMME IL LES CREA

Dans ces temps troublés où la parole prophétique de la Bible a de plus en plus de mal à se faire entendre sur l’homosexualité, Pascal Geoffroy se livre à un exercice biblique des plus rafraîchissants à ce sujet.

En effet, ce pasteur réformé ayant courageusement tenu tête à un mouvement à la dérive en matière d’éthique, nous présente dans son livre sobrement intitulé “Le Mariage. Éclairages bibliques” non pas une critique négative de l’homosexualité – c’est à dire une étude des passages allant directement à l’encontre de tels actes –, mais bien une critique “positive”. De fait, il ne fait « que » décrire combien la relation hétérosexuelle et par extension la dimension de l’altérité sont fondamentales non seulement dans le plan divin, mais dans la relation Homme-Dieu, Israël-Dieu et Église-Dieu. Ce faisant, il démontre avec brio le caractère tout à fait étranger à la révélation biblique qui caractérise l’homosexualité. Ou pour le dire avec ces mots :

“Bénir des mariages homosexuels ce serait […] occulter la révélation biblique principale. En effet […] la rencontre de Dieu et de l’humanité [reflétée dans la rencontre homme-femme] est au cœur de la révélation biblique. C’est […] dans la rencontre avec l’autre dissemblable qu’est la vie et la fécondité de la vie, contenue dans la bénédiction.”

Je vous laisse donc sans plus attendre avec un extrait du livre de Pascal Geoffroy traitant de l’altérité biblique inhérente au couple Dieu-humanité et au couple homme-femme comme témoin « contre » l’homogénéité homosexuelle :

La dimension de l’altérité tient une place importante dans la Bible“La dimension de l’altérité tient une place importante dans la Bible. Déjà la création est celle d’un monde distinct et distancié de Dieu. Le monde est extérieur à Dieu. Les premiers jours de la création sont marqués par des différenciations successives : le jour et la nuit, le sec et le mouillé, le haut et le bas, les animaux et l’humanité. À Babel Dieu multiplie et distingue les langues. Dieu semble aimer la différence et l’altérité dans tous les domaines de la vie. Il n’y a aucune fusion ni confusion légitimes entre le corps humain et l’Esprit de Dieu, qui sont pourtant appelés à s’unir en restant distincts. Il n’y a non plus aucune fusion ni confusion légitimes possibles entre l’homme et la femme également appelés à s’unir en restant différents.

Cette reconnaissance de l’altérité est cependant limitée, car elle n’inclut pas, par nature, la rencontre de l’altérité sexuelle

L’altérité peut être vécue dans une relation homosexuelle avec autant de joie et de tensions que dans une relation hétérosexuelle. Dans une relation homosexuelle, il s’agit d’une altérité personnelle où la rencontre amoureuse de deux êtres différents peut être source d’étonnement et d’admiration mutuels, de joie donnée et reçue. Cette reconnaissance de l’altérité est cependant limitée, car elle n’inclut pas, par nature, la rencontre de l’altérité sexuelle. Celle-ci est clairement désignée par les textes bibliques comme constitutive du premier couple et de ce que l’on peut dire à partir de la Bible à propos du mariage et de la procréation. C’est la possibilité de la fécondité sexuelle qui est bénie par Dieu en Genèse 1, 28, avec le premier couple emblématique. Le mot « altérité » peut donc recouvrir plusieurs réalités différentes, aussi j’emploie le mot « dissemblable » pour inclure la différenciation sexuelle et la possibilité de la fécondité.

Le texte biblique nous apprend que l’homme et la femme sont créés dissemblables et pourtant égaux, et égaux parce que dissemblablesLe texte biblique nous apprend que l’homme et la femme sont créés dissemblables et pourtant égaux, et égaux parce que dissemblables. Être égal c’est se considérer l’un l’autre avec reconnaissance tout en n’étant pas identiques. Il est nécessaire de distinguer nettement dissemblance et inégalité. Ce sont deux registres différents. L’égalité n’est pas le résultat d’une comparaison objective entre deux entités, mais elle est une qualité de la relation entre deux entités elles­-mêmes dissemblables. L’égalité entre les femmes et les hommes, ce n’est pas quand les hommes auront des enfants sans avoir de femme ou quand les femmes se passeront de compagnon pour concevoir. C’est une fausse conception de l’égalité celle qui voit en elle le fait de pouvoir faire les mêmes choses et d’être identique en droit, en possibilité et en fait. Dans cette conception de l’égalité, toute différence est vécue comme un préjudice à réparer. Être égal, ce n’est pas être comme l’autre, c’est au contraire accepter que l’un et l’autre soient différents. Être égal l’un de l’autre, c’est s’inscrire dans une relation mutuelle de reconnaissance bienveillante où les limites, les possibilités et les impossibilités de l’un sont complétées par d’autres limites et d’autres possibilités et impossibilités de l’autre.

La différenciation et l’union sexuelle ne sont pas faciles à vivre pour tous, mais c’est là une donnée créationnelle que l’on ne peut effacer
La différenciation et l’union sexuelle ne sont pas faciles à vivre pour tous, mais c’est là une donnée créationnelle que l’on ne peut effacer. Bénir des mariages homosexuels ce serait cautionner une fausse conception de l’égalité. Ce serait surtout enlever de tout impact aux textes bibliques […] et occulter la révélation biblique principale. En effet, si la rencontre de Dieu et de l’humanité est au cœur de la révélation biblique, alors bénir des unions homosexuelles, serait comme bénir le fait que Dieu se marierait avec une déesse en se détournant de l’humanité ou comme bénir le fait que l’humanité resterait avec elle-même pour assumer seule sa condition et sa destinée, sans égard pour Dieu. C’est au contraire, dans la rencontre avec l’autre dissemblable qu’est la vie et la fécondité de la vie, contenue dans la bénédiction.”

Geoffroy, P., Le Mariage. Éclairages bibliques, Tournus, Éditions Passiflores, 2015, p. 90-92.

Timothée Davi 
www.timotheedavi.wordpress.com

L’image contient peut-être : 2 personnes

 

Praise, O servants of the LORD, 
Praise the name of the LORD! 
Blessed be the name of the LORD 
From this time forth and forevermore! 

Psalm 113:1-2

Des églises « fantômes » abandonnées près de l’emplacement du baptême du Seigneur sur le fleuve du Jourdain seront rouvertes

Des églises « fantômes » abandonnées près de l’emplacement du baptême du Seigneur sur le fleuve du Jourdain seront rouvertes

 

Des églises abandonnées près de l’emplacement du baptême du Seigneur sur le fleuve du Jourdain seront rouvertes lorsque seront achevés les travaux de déminage des lieux. Selon l’Agence Reuters, ces églises pourraient ensuite être visitées par un nombre allant jusqu’à 500 000 pèlerins par an. La rive du fleuve a été une zone de combats entre Israël et la Jordanie et a été couverte de milliers de mines antipersonnel et antichars, d’obus et de bombes qui n’ont pas explosé. Et bien que la paix ait été conclue en 1994, de longues décennies se sont passées avant que commence le processus de déminage du territoire en question. Les deux pays affirment que le lieu du baptême de Jésus se trouve précisément sur leur rive respective, tandis que la Sainte Écriture mentionne seulement que « cela s’est passé à Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean baptisait », raison pour laquelle il est impossible d’établir l’endroit précis. Le premier témoignage sur l’existence d’un monastère situé près du lieu du baptême du Christ remonte au VIe s. Il y est mentionné que le monastère a été érigé sur les instructions de l’empereur byzantin Anastase Ier (491-518). En 2002, les autorités jordaniennes ont ouvert l’accès au territoire où se trouvent les ruines des anciennes églises avec des inscriptions laissées par les pèlerins depuis des siècles. L’UNESCO a reconnu officiellement en 2015 ce lieu comme faisant partie du patrimoine mondial. Sur la rive occidentale du fleuve du Jourdain, occupée par Israël, a également été ouvert un lieu considéré comme étant celui du baptême du Seigneur, destiné aux pèlerins, avec des marches permettant à ceux-ci de descendre dans le fleuve. Cet emplacement est plus visité que celui de la rive jordanienne, mais les églises construites du côté israélien en 1930 sont encore inaccessibles. L’organisation caritative écossaise « Halo Trust » récolte des fonds dans le monde entier pour le déminage des sites du conflit (il est connu qu’à un certain moment, l’organisation mentionnée était sponsorisée par la princesse Diana). L’organisation récolte quatre millions de Dollars pour les travaux de déminage de ces emplacements de la rive occidentale. Les représentants de l’association disent que deux années sont nécessaires pour le déminage des églises « fantômes » abandonnées, lesquelles appartiennent à l’Église catholique-romaine et à l’Église orthodoxe. Elles sont situées sur un territoire d’environ 100 hectares, fortement couvertes d’explosifs. Les autorités d’Israël, de Jordanie et de l’Autonomie palestinienne ont déjà donné leur accord pour ces travaux dangereux. La zone minée se trouve environ à un kilomètre de la zone déjà nettoyée de Qasr el Yahud, où se rassemblent des foules de pèlerins venus se baigner dans le fleuve. « Chaque année, plus de 450.000 touristes et pèlerins venus du monde entier visitent ces lieux, et nous sommes certains que l’économie connaîtra une plus grande prospérité après le déminage du territoire des églises et la reconstruction de celles-ci » a déclaré Ronen Shimoni, dirigeant du projet Halo Trust pour le déminage de la rive occidentale. Par sa grandeur et son importance, le lieu du baptême du Seigneur est considéré le troisième des lieux saints du monde chrétien. Ce lieu a été miné à la fin des années 1970, et il est inaccessible depuis presque 50 ans aux touristes et aux pèlerins. C’est une zone militaire fermée, et on ne peut pas y prier et y accomplir des célébrations. Les chrétiens, au demeurant, accomplissent volontiers leurs rites baptismaux sur la rive du Jourdain où, ces dernières années ont été construites des églises de différentes confessions pour leurs pèlerins respectifs. Selon les communications des spécialistes de l’organisation Halo Trust, dans les églises « fantômes », des pièges minés sophistiqués ont été installés par les militaires israéliens, ce qui complique fortement le travail du groupe de déminage, constitué de 35-40 sapeurs. Pendant la guerre, Israël a installé également un grand nombre de champs de mines le long de la rive pour empêcher l’entrée d’éléments subversifs venant de Jordanie. « Nous nous attendons à devoir déminer 4500 objectifs. Il y a beaucoup de mines antichars, un bon nombre de mines antipersonnel, plusieurs centaines de munitions non explosées ou abandonnées, et aussi, ce qui est particulièrement dangereux, des engins explosifs artisanaux et des mines-pièges à l’intérieur de l’église » a annoncé Michael Heimann, officier du ministère de la défense israélien.

Source, via:http://orthodoxie.com/

L’image contient peut-être : plein air « L’homme qui jette en terre la semence, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence grandit, il ne sait comment » (Mc 4, 26-34)

FRESQUE DU JUGEMENT DERNIER PAR ANDEÏ ROUBLEV

Andrei Roublev et sa fresque "Le jugement dernier"

La ville de Vladimir située sur les col­lines au bord de la rivière Kliazma devint au XIIe siècle la capitale de la principauté de Souzdal. C'est sur ordre du prince An­dreï Bogolubski que, sur une rive escarpée de la Kliazma, on commença en 1158 la construction de la Cathédrale de la Dormition en pierre blanche, église principale de la ville et de la principauté. Andreï Bo­golubski fit placer dans cette église une re­lique sacrée : l'icône miraculeuse bysanthi-ne, appelée «Notre-Dame de Vladimir».

     L'aspect majestueux de cette cathédrale surprenait ses contemporains. La pierre blanche aux reliefs sculptés, la hauteur et les belles proportions du bâtiment, les cou­poles dorées, tout cela créait une impres­sion de grandeur, de majesté, de puissance et de beauté divine. La cathédrale rappelait à une autre cathédrale sacrée, celle de Da­vid et Solomon à Jérusalem. La cathédrale de la Dormition donnait l'impression de dominer toute la ville, la principauté, le monde chrétien.

     L'intérieur de la cathédrale équivalait à sa beauté extérieure. Les murs étaient couverts de fresques. La Chapelle dorée scintillait, les vitraux laissaient passer des lumières colorées, la plancher était dallé en majolique et en cuivre. Dans la partie ouest de la cathédrale à l'étage se retrou­vaient les choeurs.

     Après l'incendie de 1185, le prince V SE-volod le Grand Nid, frère cadet d'Andreï Bogolubski, fut obligé de faire des travaux de reconstruction dans la cathédrale. De­puis, le bâtiment est doté de trois galeries latérales, devenues la sépulture des grands princes avec des tombeaux de pierre blan­che. Après les travaux, la cathédrale de­vint encore plus spacieuse et majestueuse. Elle devint aussi plus solide et résista même les aux invasions mongolo-tatares lorsque ces derniers incendièrent inté­rieur du bâtiment. Mais avec le temps, elle perdit bien sûr ses richesses et son aspect splendide. La dorure partit, les murs se lézardèrent, les fresques perdirent la viva­cité de leurs couleurs. La gradeur d'antan devenait une légende.

     A la fin du XIVe - début XVe siècle, quand Moscou devint le centre de l'Etat russe, Vladimir garda toujours son statut de capitale de la principauté. En 1380, les troupes russes conduites par Dmitri Dons-koï gagnèrent la bataille de Koulikovo contre les tatares. Mais ce succès, devenu une étape cruciale de l'histoire russe, ne signifiait pas encore une libération to­tale de la Russie du joug mongolo-tatare. C'est dans ces conditions que les autori­tés moscovites ramenèrent les reliques de Vladimir à Moscou. En 1395, quand Mos­cou craignait l'invasion de Tamerlan, on ramena à Moscou l'icône miraculeuse de Notre Dame de Vladimir. Vassili I, prince de Moscou, envoya une équipe de peintres à la Cathédrale de la Dormition de Vladi­mir pour rafraîchir ses peintures murales. Dans cette équipe se trouvaient les maîtres d'icône du grand prince Daniil Ikonnik, dit Tchiorni, et Andreï Roublev.  

     L'oeuvre du grand peintre russe Andreï Roublev constitue à elle seule toute une étape dans la culture russe. Son art reflète l'apogée de la culture russe après la vic­toire de Koulikovo. La foi de l'artiste dans son peuple et son avenir était la base de sa vision du monde et de sa représentation de la beauté et de l'harmonie.

     On connaît peu de choses sur Roublev. De son vivant, il ne fut mentionné que deux fois dans des chroniques. La première fois, ce fut en 1405, pour la peinture de la Ca­thédrale de l'Annonciation à Moscou. La deuxième fois fut en 1408, quand il fut en­voyé à Vladimir pour le rafraîchissement des fresques de la cathédrale de Vladimir. Toutes les autres informations que nous avons sur l'artiste sont tirées de sources «non-officielles» : des biographies de Serge et de Nikon de Radonej. On ne connaît pas la date exacte de naissance d'Andreï Rou­blev. On la situe approximativement aux environs de 1360. Il serait né sur les terres de Moscou et mourut en 1430 au monas­tère Saint Andronic.

     La chronique dit que le 25 mai 1408, sur l'ordre du grand-prince, les maîtres Daniil Ikonnik dit Tchiorni et Andreï Roublev commencèrent à peindre à Vladimir l'in­térieur de la grande cathédrale de Notre Dame. Leur travail commun et une forte amitié ont uni Daniil et Andreï toute leur vie, Daniil étant sans doute plus âgé et peut être le responsable de l'équipe.

     La peinture murale demandait de l'artiste une maîtrise particulière. La technique du moyen âge était celle de la fresque, c'est à dire une peinture sur enduit de mortier frais qui séchait rapi­dement. Il fallait gratter les contours et mettre de la couleur avant qu'il ne sèche. On utilisait non seulement des couleurs à eau, mais aussi la détrempe, couleur additionnée de jaune d'oeuf et de colle de blé. Le pigment devait être bien broyé et appliqué en une couche superfine. La technique de la fresque restreint la gam­me des couleurs car elle ne permet que quelques mélanges de pigments.

     Les maîtres comme Andreï Roublev et Daniil Tchiorni savaient créer des fresques polychromes, riches en couleurs. Bien que la couche supérieure de la couleur parte considérablement, la fresque garde des couleurs lumineuses et vives même avec peu de pigment. La peinture monumen­tale demandait de l'artiste aussi une maî­trise particulière de l'art de composition et d'harmonisation de l'espace. L'iconostase et les fresques constituaient un ensemble unique destiné à mettre en valeur l'acte sacré essentiel : la liturgie.

     C'est cet ensemble uni que devait créer l'équipe de Daniil et Andreï dans la gran­de cathédrale délabrée de Vladimir. On ne connaît pas toutes les peintures datant de 1408, car certaines sont perdues. La super­ficie des fresques qui restent est de 300 mè­tres carrés environ ; d'autres cathédrales où travailla Andreï Roublev, en ont gardé beaucoup moins.

    La plupart des fresques conservées font partie du Jugement Dernier. Le Jugement Dernier, ou la Parousie, est un sujet extrêmement important de l'art chrétien. Sa représentation se trouve d'habitude dans la partie ouest de la cathédrale. Dans la cathédrale de la Dormition, le cycle du Jugement Dernier est situé dans la partie ouest, non pas au niveau supérieur du bâtiment, mais sous les choeurs.

    La Parousie, l'attente de la fin du mon­de, de la résurrection des morts et du jugement dernier fut toujours au centre delà théologie chrétienne. Aux temps de Rou-blev cette attente prend une autre dimen­sion et devient plus tendue car, d'après certains théologiens la fin du monde devait arriver bientôt, en 7000 (1492). «Les derniers temps arrivent, la fin de la vie approche» - disait le chroniqueur en terminant la description des malheurs, des catastrophes naturelles, des maladies, des invasions de l'ennemi qui annoncent, d'après l'Evangile, la Parousie.

     Le cycle des fresques commence par «La Vision du prophète Daniel» au pilier nord en dessous des choeurs. L'ange mon­tre à Daniel agenouillé ce qui devrait se produire. La terre et la mer rendent leurs morts (bien que cette fresque soit presque partie). En revanche dans le médaillon de l'arc, on voit bien les symboles des quatre royaumes sortis de la mer : le Romain - le lion aux ailes, le Macédonien - la panthè­re, le Babylonien - l'ours, et l'Antichrist - le lion fantastique au visage humain. Au centre de cette composition se trouvent Le Christ Pantokrator, Notre-Dame, St Jean le Précurseur, les anges et les apôtres.

     Le Christ vole dans les cieux. Sa main droite est tournée vers les justes en signe de salutation, sa main gauche baissée montre le fond des enfers. Sa position donne au Christ une expression d'énergie et de volonté. Le visage du Juge et son re­gard sévère sont tournés vers l'endroit où étaient peints les supplices des pécheurs (cette fresque n'est pas conservée). Mais la pose du Christ est tellement paisible et les couleurs sont si harmonieuses que le Juge représente ici plutôt la miséricorde que la punition.

    Le Christ est déjà prêt à faire le pas pour descendre sur Terre, mais il n'est pas en­core descendu des cieux pour juger. L'évé­nement ne s'est pas encore produit. Les anges rangent déjà le rouleau du ciel avec le soleil, la lune et les étoiles. Les puissants archanges sonnent déjà des trompettes en appelant les vivants et les morts. La terre doit trembler du son de leurs trompettes. Pourtant les anges sur l'arc ouest, des jeu­nes hommes aux visages fins, tiennent leurs trompettes comme si c'étaient des chalu­meaux de berger. Les anges aux trompettes font partie des images les plus tendres et lyriques de l'oeuvre de Roublev. Au dessus des anges aux trompettes se trouvent deux prophètes : Isaïe et David.

    Le Christ a laissé sur la Terre le trône avec les instruments de la Passion et le livre. Devant le trône se trouvent Notre-Dame et Saint Jean le Précurseur, derrière eux, les archanges. Nos premiers parents Adam et Eve se sont levés des tombeaux et se trouvent eux aussi devant le trône. Les apôtres-juges sont assis, et leurs livres sont ouverts. Le voilà, le Jugement Dernier, sur la voûte centrale et le mur ouest sous les choeurs. C'est le dernier acte du drame mondial, l'apogée de l'histoire spirituelle de l'humanité, quand le destin du monde entier et de chaque homme en particulier seront décidés. Les apôtres sont ici juges avec le Christ. Les apôtres de la fresque de la Cathédrale de la Dormition incarnent les juges idéaux, justes et généreux.

     Pierre (à gauche) et Paul (à droite) font partie de la composition du mur ouest en dessous de la voûte. Cette composition est prolongée sur les pentes de la voûte. Sur la pente sud derrière Pierre, se trou­vent Jean, Simon, Bartholomée et deux autres apôtres (Jacob et Thomas ?). Sur la pente nord, à côté de l'apôtre Paul, il y a Matthieu, Luc, Marc, André et, probable­ment, Philippe. Les apôtres ont des visa­ges clairs et sereins, ils se regardent entre eux et en même temps leurs visages sont tournés vers les spectateurs.

     Derrière les apôtres se trouvent les anges aux têtes inclinées. Les poses rythmées, les gestes des apôtres et des anges, leurs habits créent un tableau uni mais sans monotonie. Il est curieux que les regards de beaucoup de personnages soient fixés sur l'image du Pantokrator qui constitue le centre de tout ce qui se passe. Toute la composition est unie non seulement par le sens, mais aussi par les formes architecturales de la cathé­drale même et par des moyens artistiques.

     L'abondance de la couleur bleue (du médaillon avec le Christ, du rouleau des cieux, sur l'arc ouest avec les anges aux trompettes, de la scène devant le trône, des habits des anges et des apôtres) unit aussi l'ensemble. Les couleurs ocre dorées sont aussi abondantes. Il y a beaucoup de tons bordeaux, marron et verts. Leur ensem­ble crée une palette claire, harmonieuse et naturelle. Probablement, les couleurs initiales étaient plus denses et chargées. Aujourd'hui elles paraissent transparentes et miraculeuses.

     Le dessin des fresques de Roublev est très léger, précis, sans aucun mouvement faux ou superflu. C'est pourquoi les poses et les gestes sont si convaincants, les habits sont splenides et les visages si inspirés. Tout est imprégné par la générosité, la spiritualité et le génie de l'artiste. Les fresques subli­mes et sereines de Roublev n'éloignent pas le spectateur mais l'attirent et l'apaisent. Aux temps des troubles, il a su créer dans ses images l'idéal de l'union spirituelle. Sa «Trinité» est devenue plus tard exemplaire pour tous les maîtres d'icône.

     Le cycle du «Jugement Dernier» est suivi du «Paradis». Sur la voûte de la petite nef à côté se trouve l'image des hommes justes allant au Paradis conduits par l'énergique apôtre Paul : «Les Saints vont au Paradis». Tourné vers eux, Paul tient dans sa main le phylactère «Venez avec moi...». L'autre main est tendue vers le Paradis, puisque Paul était considéré comme le témoin oculaire du Paradis.

     L'apôtre Pierre, le plus proche de Paul, ne domine pas la foule comme ce dernier, mais se confond avec elle. La démarche décidée de Pierre, portier du Paradis, ex­prime le mouvement de toute la foule. Sur les visages des marchants on voit une tension suprême des forces spirituelles. L'apôtre Jean, auteur de «l'Apocalypse», regarde Pierre. Les luminaires de la foi chrétienne viennent en groupe derrière les apôtres, parmi lesquels on distingue Basile le Grand, pantois d'étonnement. Quelques groupes d'hommes justes sont disposés d'une façon très rythmique.

     Les justes sont accueillis par les portes du Paradis, peintes sur l'entre-deux ouest à côté. La clef dans la main de l'apôtre Pierre correspond exactement au trou de la ser­rure. La première personne que les justes verront au Paradis, d'après l'Evangile, sera le bon larron. Le voici aux portes du Pa­radis, tenant une croix. Sur la pente sud de la voûte se trouve le Paradis même, le «Royaume des deux». Le Paradis est sym­boliquement représenté par la composition du «Sein d'Abraham» : les aïeuls Abra­ham, Isaac et Jacob dans un jardin fleuri. Abraham tient dans son sein «les âmes des justes», des petits personnages d'enfants. A leur côté, on voit des bébés vêtus de blanc. Il existe une relation entre ceux qui vont au Paradis et ceux qui y habitent : les âmes-bébés regardent avec curiosité la proces­sion, et certains justes regardent à leur tour le sein d'Abraham. Sur le mur en face des portes du Paradis se trouve l'image de No­tre-Dame avec des anges.

     Dans la même partie de la cathédrale, tout près des images du Paradis, dans l'arc est, sont peints les fondateurs du mo-nachisme, Antoine le Grand et Savva le Consacré, et dans l'arc à côté se trouvent les images des ermites Onufri le Grand et Makaria (de Rome ou d'Egypte). Le rôle et le destin du monachisme dans l'histoire chrétienne devaient beaucoup préoccuper les moines Andreï et Daniil. Tous les deux appartenaient au cercle de Serge de Rado-nej qui était pour eux l'idéal d'un homme juste qui prie Dieu dans le silence et la so­litude. C'est dans ce milieu qu'est devenu populaire le courant des hésichastes qui voyaient le salut dans la méditation et la prière solitaire. Le sujet du Jugement Der­nier est traité dans la cathédrale de la Dor-mition avec optimisme dans les traditions du hésichasme russe. Cet esprit optimiste correspondait à l'état d'esprit du peuple russe après la victoire de Koulikovo.

     Le programme et le plan des peintures aurait sans doute été discuté avec un supé­rieur religieux. Mais beaucoup de choses dépendaient des artistes mêmes. Andreï et Daniil auraient travaillé côte à côte, mais pourtant beaucoup de chercheurs croient qu'on peut distinguer leur oeuvre. On at­tribue les fresques dans la petite nef à Da­niil, plus âgé, car elles sont peintes d'une manière plus traditionnelle. Dans la nef centrale la manière de peindre plus auda­cieuse trahit Roublev. Mais bien sûr, c'est toute une équipe qui a travaillé dans cette cathédrale durant quelques années.

     Les peintures qu'on distingue moins bien représentant les fêtes sur les voûtes supérieures de la cathédrale, qu'on voit moins bien, sont conservées moins bien que le «Jugement Dernier». Il s'agit de «La Transfiguration», «La Descente de Saint Esprit», «Le Baptême», «La Présentation de la Vierge au Temple» et «La Sacrifice de Joachim et Anne». Les fragments des fres­ques à l'autel ne peuvent pas être vus.

     En 1410 Vladimir subit l'invasion du prince de l'Orde mongolo-tatare Talytch. Les pillards insatiables torturèrent Patriki, gardien du trésor de la cathédrale, tuèrent un grand nombre d'habitants de la ville et de ses environs. Cela ne fut pas sans consé­quences pour les fresques de la cathédrale. Par la suite de nombreux travaux de res­tauration ont fait oublier les peintures de Daniil Tchiorni et Andreï Roublev pen­dant des siècles.

     En 1843 - 1844, un académicien des arts, Fedor Solntsev, a découvert dans la cathédrale de la Dormition les fresques: «Les justes vont au Paradis» et «Le Sein d'Abraham» d'Andreï Roublev et Daniil Ikonnik. En 1859, il a enlevé les couches de peinture supérieures et a fait des copies des fresques à l'aquarelle. En 1882 - 1884, lors des travaux de restauration de la ca­thédrale, un artiste de Palekh Nicolaï Sa-fonov a découvert les fresques du XVe siè­cle sur la voûte centrale, sous les choeurs, et dans d'autres parties de la cathédrale. Il les a libérées des couches supérieures, a fait des calques grandeur nature et des copies aquarelle à l'échelle 1 :10, puis a entière­ment repeint les fresques anciennes.

     Au XXe siècle, les fresques du XVqui ont beaucoup souffert du temps, de l'humidité et de la suie, ont été plusieurs fois restaurées. La première restaura­tion scientifique des fresques a eu lieu en 1918 conduite par Igor Grabar. En 1949 - 1953, le professeur Nicolaï Sytchev a entrepris une deuxième restauration im­portante des peintures de Roublev. La troisième a été faite en 1962 - 1963 par Sergueï Tchourakov. Les derniers travaux de restauration ont été conduits en 1975-1983 et en 1998 par Alexandre Nekrassov.Depuis 1927 la cathédrale de la Dormition était fermée au culte et appartenait au mu­sée de Vladimir. En 1944, les messes ont repris, et en 1958, le musée a réouvert.

     Les artistes du XVe siècle créèrent non seulement des fresques dans la cathédrale, mais aussi une iconostase. Son sort tut tra­gique : au XVIIIesiècle une nouvelle ico­nostase du style baroque a été peinte pour remplacer l'ancienne, tandis que les icônes de Roublev furent vendues au village Vas-silievskoe de la région Chouiski. C'est là-bas qu'en 1918, Igor Grabar en a découvert une partie (27 icônes). Plus tard, ces icônes se sont retrouvées à la Galerie Trétiakov et au Musée Russe.

      Une seule icône peinte par Roublev, Notre-Dame de Vladimir, est restée à Vla­dimir. L'icône bysanthine ramenée par Andrei Bogolubski de Kiev au XIIe siècle, a servi de modèle à Roublev. Roublev aurait pu faire sa copie en 1395, quand l'icône by­santhine se trouvait à Moscou, ou en 1408 à Vladimir. «Notre-Dame de Vladimir» de Roublev reprend les dimensions et l'icono­graphie de l'icône bysanthine. Mais elle se distingue par la manière tendre et chaude de peindre de Roublev. C'est l'icône de Roublev qui remplaça dans la cathédrale de Vladimir l'icône bysanthine partie de la ville en 1480 et qui se trouve aujourd'hui à la Galerie Trétiakov. L'icône de Roublev est restée dans la cathédrale de la Dormition jusqu'à 1944, puis s'est retrouvée au musée de Vladimir. Aujourd'hui «Notre-Dame de Vladimir» peinte par Roublev est ex­posée à la Galerie de peinture du musée de Vladimiro-Souzdal.

      L'église orthodoxe moderne (De Tradition Bysantino-Slave) a canonisé Andrei Roublev. En 1995, la ville de Vla­dimir a fait ériger par le sculpteur Oleg Komov un monument en bronze au grand artiste et philisophe Roublev.

(Source: Religion Orthodoxe)

LE STARETZ ET L'ATHEE (2)
Le staretz et l'athée (2)
Athée: Exclues-tu la possibilité que dans le cas du Christ, c'était juste un incident de mort apparente? L'autre jour, les journaux ont relaté que quelqu'un en Inde avait été enterré et trois jours plus tard, ils l'ont exhumé et il était encore vivant.
 
Staretz Epiphanios: Mon pauvre enfant! Je vais encore rappeler les paroles du bienheureux Augustin : "Ô infidèles, vous n'êtes pas méfiants, en effet, vous êtes les plus crédules de tous. Vous acceptez les choses les plus invraisemblables et les plus irrationnelles, les plus contradictoires, pour nier un miracle! "
 
Non, mon enfant. Ce n'était pas avec le Christ un cas de mort apparente. Tout d'abord, nous avons le témoignage du centurion romain, Pilate, qui nous rassure: la mort du Christ était une certitude.
 
Ensuite, notre Evangile nous apprend que le jour même de Sa résurrection, le Seigneur a parlé avec deux de ses disciples, en marche vers Emmaüs, qui était à plus de dix kilomètres de Jérusalem.
 
Peux-tu imaginer quelqu'un qui pourrait passer par toutes les tortures que le Christ a subies, et trois jours après sa "mort apparente", revienne? En tout état de cause, il devrait être nourri de soupe au poulet pendant quarante jours, afin d'être en mesure d'ouvrir les yeux, et certainement pas marcher et parler comme si rien ne s'était passé!
 
Quant à l'Hindou, amène-le ici pour être fouetté avec un fléau, sais-tu ce qu'est un fléau? Il s'agit d'un fouet, dont les lanières ont chacune un morceau de plomb ou un morceau d'os cassé ou des clous pointus attachés à leur extrémités. Amène-le ici, afin que nous puissions le fouetter, puis mettre de force une couronne d'épines sur la tête, le crucifier, lui donner à boire du fiel et  du vinaigre, puis lui percer le côté avec une lance, le mettre dans un tombeau, puis, s'il revient d'entre les morts, alors nous pouvons parler.
 
Athée: D'accord, mais tous les témoignages que tu as invoqués appartiennent à des disciples du Christ. Ya-t-il un témoignage sur cette question, qui ne vienne pas du cercle de Ses disciples? Y a-t-il des historiens par exemple, qui peuvent certifier la résurrection du Christ? Si oui, alors je crois aussi ce que tu dis.
 
Staretz Epiphanios:  Pauvre enfant! Tu ne sais pas ce que tu dis maintenant! S'il y avait eu de tels historiens qui avaient été témoins du Christ ressuscité, ils auraient été obligés de croire à la résurrection et l'auraientt enregistré en tant que croyants, dans ce cas, tu aurais de nouveau rejeté leur témoignage, tout comme tu as rejeté le témoignage de Pierre, le témoignage de Jean, etc... Comment peut-il être possible, pour quelqu'un d'être réellement témoin de la Résurrection et encore, de ne pas devenir chrétien? Tu demandes une volaille rôtie, sur une brochette de cire, qui chante aussi! Cela ne peut tout simplement pas se faire!
 
Je te rappelle que, puisque tu demandes des historiens, ce que j'ai dit précédemment: les vrais historiens sont  les apôtres.
 
Néanmoins, nous avons le témoignage du genre que tu demandes, et c'est par une personne qui n'appartenait pas au cercle de Ses disciples: c'était Paul. Paul, non seulement n'était pas disciple du Christ, il a sans relâche effectivement persécuté l'Eglise du Christ.
 
Athée: On dit que Paul a souffert d'insolation et que c'était la cause de son hallucination.
 
Staretz Epiphanios: Mon enfant, si Paul était halluciné, la chose qui serait venue à la surface, aurait été son subconscient. Et dans le subconscient de Paul, les patriarches et les prophètes auraient été mieux positionnés. Il aurait halluciné au sujet d'Abraham et de Jacob et de Moïse, et non pas de Jésus, qu'il considérait comme un agitateur et un imposteur!
 
Peux-tu imaginer une grand-mère vieille et fidèle voyant Bouddha ou Jupiter dans son rêve ou son délire? Elle verrait très probablement Saint Nicolas ou Sainte Barbara, parce qu'elle croit en eux.
 
Une dernière chose. Avec Paul, nous avons, comme le note Papini, les phénomènes miraculeux suivants : Tout d'abord, le caractère abrupt de sa conversion. Directement de l'infidélité à la foi. En l'absence de stade intermédiaire préparatoire. Deuxièmement, la fermeté de sa foi.Aucune hésitation, aucun doute. Et troisièmement, sa foi a duré toute une vie. Crois-tu que toutes ces choses peuvent se produire après un cas d'insolation? Elles ne peuvent en aucun cas être attribuées à une telle cause. Si tu peux expliquer comment, alors explique-le. Si tu ne peux pas, alors tu dois admettre le miracle. Et il faut savoir que pour un homme de son temps, Paul a été exceptionnellement bien formé. Il n'était pas une petite personne moyenne, qui a été totalement désemparée.
 
Je vais aussi ajouter quelque chose. Nous aujourd'hui, mon enfant, vivons dans une époque exceptionnelle. Nous vivons le miracle de l'Eglise du Christ.
 
Lorsque le Christ a dit de Son Eglise que «les portes de l'Hadès ne prévaudront pas contre elle" (Matthieu 16:18), Ses disciples étaient très peu nombreux. Près de deux mille ans ont passé, depuis ce jour. Les empires ont disparu, les systèmes philosophiques ont été oubliés, les théories du monde se sont effondrées. Mais l'Eglise du Christ demeure indestructible, malgré les persécutions continues et dramatiques qu'elle a subies. N'est-ce pas un miracle?
 
Et une dernière chose. Dans l'Évangile de Luc il est dit que lorsque la Sainte Mère visité Elizabeth (la mère de Jean-Baptiste) après l'Annonciation, elle a été accueillie par les mots: "Tu es bénie entre toutes les femmes". Et la Sainte Mère a répondu comme suit: "Mon cœur exalte le Seigneur. Voici, à partir de ce jour, toutes les générations me diront bienheureuse "(Magnificat).
 
Qui était la Sainte Mère à cette époque? Elle était juste une jeune fille obscure de Nazareth. Combien la connaissaient? Et pourtant, depuis ce jour, des impératrices ont été oubliées, des noms de femmes distinguées ont été éteints, les mères et les épouses des grands généraux sont allés dans l'oubli. Qui se souvient, ou connaît même, la mère de Napoléon ou la mère d'Alexandre le Grand? Presque personne. Mais, des millions de lèvres dans toutes les longueurs et l'étendue du monde, à travers les âges,  vénèrent l'humble jeune fille de Nazareth, "plus vénérable que les Chérubim et incomparablement plus glorieuse que les Séraphim". Sommes-nous, ou ne sommes-nous pas, nous le peuple du XXe siècle en ce jour et à cette heure, la vérification de ces paroles de la Sainte Mère?
 
Les mêmes choses sont observées dans un prophétie "secondaire" du Christ: alors qu'il se trouvait à la maison de Simon le lépreux, une femme vint à lui et lui versa une huile parfumée onéreuse sur la tête. Le Christ a commenté ce geste disant: "Je vous le dis en vérité, partout où cette bonne nouvelle sera prêchée, dans le monde entier, on racontera aussi en mémoire de cette femme ce qu'elle a fait." (Matthieu, 26: 13). Maintenant, de quelle taille était le cercle de ses disciples à l'époque, de sorte qu'on pourrait dire qu'ils se sont surpassés pour que la prophétie de leur Maître puisse être accomplie? Surtout une prophétie comme celle-ci, qui, selon les normes mondiales d'aujourd'hui, est sans importance pour la plupart des gens.
 
Est-ce là ou n'est-ce pas là des miracles? Si tu le peux, explique-le. Mais si tu ne peux pas le faire, alors admets-les en tant que tels.
 
Athée: Je dois admettre que tes arguments sont assez solides. Mais je voudrais te demander une chose: Ne penses-tu pas que le Christ a laissé Son œuvre inachevée? Ou alors Il nous a abandonnés. Je ne peux imaginer un Dieu qui resterait indifférent à la souffrance de l'humanité. Nous sommes ici-bas à peiner, tandis que Lui, là-haut, reste apathique.
 
Staretz Epiphanios: Non, mon enfant. Tu n'as pas raison. Le Christ n'a pas laissé Son œuvre inachevée. Au contraire, Il est un cas unique dans l'histoire où une personne avait la certitude que sa mission était accomplie, et qu'elle n'avait plus rien à faire ou à dire.
 
Même le plus grand des philosophes, Socrate, qui a parlé et enseigné pendant toute sa vie, et qui vers la fin a composé une "Apologie" complexe, aurait encore plus à dire, s'il avait vécu.
 
Seul le Christ, dans un laps de temps de trois ans,  enseigna ce qu'il avait à enseigner, a fait ce qu'il avait à faire, et finit par dire (sur la Croix): "Tout est accompli". Un autre échantillon de Sa perfection divine et de Son autorité.
 
Quant à l'abandon que tu as mentionné, je peux comprendre ton inquiétude. Sans le Christ, le monde serait un théâtre de folie. Sans le Christ, tu ne peux pas expliquer quoi que ce soit: pourquoi y a-t-il des épreuves, pourquoi des injustices, pourquoi des échecs, pourquoi les maladies, pourquoi, pourquoi, pourquoi... Des milliers de monumentaux "pourquoi".
 
Essaie de comprendre! L'homme ne peut pas aborder tous ces "pourquoi" avec sa logique finie. Ce n'est qu'à travers le Christ que tout peut être expliqué. Toutes ces épreuves ne font que nous préparer pour l'éternité. Peut-être qu'alors, nous pourrions être honorés par le Seigneur d'une réponse à certains de ces «pourquoi».
 
 
(Source :

INVITATION(S):

Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual ont entre six et neuf ans. Ils sont très malades et vivent dans l’instant. Avec humour et surtout l’énergie optimiste de l’enfance, ils nous prennent par la main, nous entraînent dans leur monde et nous font partager leurs jeux, leurs joies, leurs rires, leurs rêves, leur maladie.

Avec beaucoup de sérénité et d’amour ces cinq petits bouts d’Homme nous montrent le chemin du bonheur.

Filmé à hauteur d’enfant ce documentaire bouleversant, mais aussi optimiste, est un hymne à la vie.

Personnellement concernée par le sujet, la réalisatrice Anne-Dauphine Julliand a perdu Thaïs, sa petite fille, emportée par une maladie génétique orpheline. De cette expérience douloureuse, la réalisatrice avait écrit un livre best-seller “Deux petits pas sur le sable mouillé”.

Sortie en salles le 1er février 2017.

A voir absolument.

JCC (Source: http://actu-droitsenfant.over-blog.com/ )

___

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, texte

Afficher l'image d'origine  

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

PRESENTATION DE JESUS AU TEMPLE:
 
  Afficher l'image d'origine
 
*Jeudi 2 FEVRIER, Fête de la Purification de la Ste Vierge et Présentation de Jésus au Temple
10h30, Messe et bénédiction des cierges de la chandeleur...
 
*Vendredi 3, Fête de St Blaise, Messe et bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorge)
 
LE PREMIER DIMANCHE DE
 
CHAQUE MOIS:
 
Pèlerinage au Monastère Syriaque en
 
l'honneur
 
de
 
 
N-D DE MISERICORDE
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 
et Des Sts du Kerala:
 
Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)
St Gregoir de Jérusalem
Afficher l'image d'origine
St Abraham Koorilose Bava
Afficher l'image d'origine
St Gregorios de Parumala
 
 
10h30, Messe, repas fraternel, réception des fidèles..

PELERINAGE A LOURDES

 

 

 

DU 16 AU 19 FEVRIER 2017

 

Afficher l'image d'origine

Une fois de plus une petite portion des Chrétiens francophone

 

de St Thomas  se retrouvera à Lourdes pour un  Pèlerinage

 

Syro-Orthodoxe Francophone entre le 11 Février, anniversaire

 

de l'Apparition de la "belle dame"  à Bernadette (Devenue

 

depuis"Journée mondiale de prière pour les malades") et le 18,

 

fête de la Ste Bernadette.

 

Nous prierons pour tous ceux et celles qui

 

n'ont pu venir, nous prierons pour nos malades, la société

 

française elle aussi bien malade et la paix du monde bien

 

compromise...

 

Cliquez ici pour programme et inscriptions:

PÈLERINAGE A LOURDES DU 16 AU 19 FÉVRIER 2017, INSCRIVEZ-VOUS VITE !

PELERINAGE DU CENTENAIRE DE

 

L'APPARITION DE LA SAINTE

 

VIERGE A FATIMA

Afficher l'image d'origine

Prés-inscriptions:

 

Donnez-nous votre opinion:

 

Préférez-vous le mois de 

 

MAI ou 

 

D'OCTOBRE ?

 

Dîtes le nous à l'adresse suivante:

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

asstradsyrfr@laposte.net

Sanctuaires visités:

*Lourdes

*N-D de Garabandal

*Christ de Limpias

*N-D de l'Escorial 

*Fatima

Afficher l'image d'origine

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

Cliquez sur ce lien:

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ...

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l'un ou l'autre Monastère d'une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

Note:
L'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise
Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité
des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien
et la paix du monde.
¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil
des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles ,
nous n'exigeons aucun fixe.
Les offrandes sont libres et non
obligatoires.
Toute offrande fait cependant l'objet d'une
déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre
revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.17.51.25.73).

 

Adresse du Monastère métropolitain ci-dessous :

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

L’image contient peut-être : 4 personnes

Sceptre royal de mon Christ, ô sainte Croix, / victoire des princes chrétiens, / gloire de la véritable foi, / garde ceux qui se prosternent devant toi, / afin que ne puissent triompher les doctrines erronées.

Croix, gardienne de tout l'univers, / Croix, de l'Église le charme et la beauté, / sceptre vraiment royal qui soutient la vigueur de notre foi, / Croix, le suprême effroi des légions de l'enfer, / Croix, la gloire des Anges dans le ciel.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen

Se tenant près de la croix, celle qui T'enfanta sans semence / s'écria dans les larmes: Hélas, très-doux Enfant, / comment se couche la Lumière de mes yeux, / comment es-Tu compté parmi les morts, Toi la Source de vie?

 

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 4,26-34.

En ce temps-là, Jésus disait aux foules : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : 
nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. 
D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. 
Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé. » 
Il disait encore : « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ? 
Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences. 
Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. » 
Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre. 
Il ne leur disait rien sans parabole, mais il expliquait tout à ses disciples en particulier. 

 



Par Saint Ambroise

(v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église 
Commentaire sur l'évangile de St Luc, 7, 183s (trad. cf SC 52, p. 77) 

 

« Si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre »

 

Le Seigneur lui-même est un grain de moutarde... Si le Christ est un grain de moutarde, comment est-il le plus petit et comment grandit-il ? Ce n'est pas en sa nature, mais selon son apparence qu'il redevient grand. Vous voulez savoir comment il est le moindre ? « Nous l'avons vu, et il n'avait ni prestance ni beauté » (Is 53,2). Apprenez qu'il est le plus grand : « Il resplendit de beauté plus que les enfants des hommes » (Ps 44,3). En effet celui qui n'avait ni éclat ni beauté est devenu supérieur aux anges (Hé 1,4), dépassant toute la gloire des prophètes d'Israël... Il est la moindre de toutes les semences, parce qu'il n'est pas venu avec la royauté, ni avec les richesses, ni avec la sagesse de ce monde. Or soudain, comme un arbre, il a épanoui la cime élevée de sa puissance, si bien que nous disons : « Sous son ombre désirée je me suis assis » (Ct 2,3). 

Souvent, à mon avis, il paraissait à la fois arbre et graine. Il est graine quand on dit : « N'est-il pas le fils de Joseph le charpentier ? » (Mt 13,55). Mais au cours même de ces paroles il a soudain grandi... : « D'où lui vient, disaient-ils, cette sagesse ? » (v. 54). Il est donc graine en son apparence, arbre par sa sagesse. Dans la frondaison de ses branches pourront se reposer en sécurité l'oiseau de nuit en sa demeure, le passereau solitaire sur le toit (Ps 101,8), celui qui a été enlevé jusqu'au paradis (2Co 12,4), celui qui « sera enlevé dans les airs sur les nuées » (1Th 4,17). Là reposent également les puissances et les anges des cieux et tous ceux à qui leurs actions spirituelles ont permis de prendre leur vol. Saint Jean y a reposé quand il était appuyé sur la poitrine de Jésus (Jn 13,25)... 

Et nous « qui étions loin » (Ep 2,13), rassemblés du milieu des nations, longtemps ballottés dans le vide du monde par les tempêtes de l'esprit du mal, déployant les ailes des vertus nous dirigeons notre vol pour que cette ombre des saints nous abrite de la chaleur accablante de ce monde. Déjà nous reprenons vie dans la paix et la sécurité de ce séjour du moment que notre âme, courbée auparavant sous le poids des péchés, est « arrachée, comme le passereau, au filet des chasseurs » (Ps 123,7) et s'est transportée sur les branches et les montagnes du Seigneur (cf Ps 10,1).

L’image contient peut-être : 2 personnes, intérieur

Nos pratiques ascétiques ne doivent jamais 

l'emporter  sur le Commandement d'aimer nos

frères

 (apophtegmes)

"c'est l'histoire de deux frères. L'un des deux restait au calme dans sa cellule, jeûnant 6 jours durant, et s'imposant une ferme discipline, et l'autre servait les malades.

Lequel est le plus acceptable à Dieu?" 
Le vieil homme répondit:

"même si le frère qui jeûnait 6 jours se pendait accroché par le nez, il ne saurait égaler celui qui sert les malades." 


Nous apprenons ici que l'amour est au dessus du jeûne, que nous ne devons pas être présomptueux à croire notre jeûne comme supérieur à "cette voie plus excellente", le "nouveau Commandement" de nous aimer les uns les autres. 

Il y avait un homme qui menait une vie d'ascète et ne mangeait même pas de pain. 


Il partit rendre visite à un ancien. Il advint que des pèlerins y vinrent aussi, et le vieil homme leur prépara un modeste repas.

Étant tous assis pour diner, le frère qui jeûnait prit une fêve trempée, et la machouilla. Lorsqu'ils se levèrent de table, l'ancien prit le frère à part et lui

dit : "Frère, lorsque tu va quelque part en visite, ne montre pas ta manière de vivre, mais si tu veux t'y tenir, alors reste dans ta cellule et n'en sors plus jamais."

Il accepta la remarque de l'ancien et par la suite, il se comporta comme tous les autres à chaque fois qu'il les rencontrait. 

Nous recevons ici un rappel que le jeûne doit être fait en secret, ne pas être exposé aux autres, comme le Seigneur l'a dit :

"Pour toi, quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage,  pour que ton jeûne soit connu, non des hommes, mais de ton Père qui est là, dans le secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra"

(Mt 6,17-18)

Mercredi 27 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Repost 0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 06:16

 

"In the fear of God, and with faith and love, draw near."  The Book of Psalms and Proverbs both teach that "the fear of the Lord is the beginning of wisdom." This fear, however, should not be confused with an animal-like fear, but rather the rational acknowledgement that God is God and we are His children. That He is omnipotent and awesome, and we are His creatures. Therefore, this type of "fear" is aimed more at NOT wanting to do anything which might sadden, offend, or disappoint our Maker and to strive to ever maintain and obey His commandments.  Fr. John /"Avec crainte de Dieu et Foi, approchez"  Le Psautier et le Livre des Proverbes enseignent tous deux que "la crainte du Seigneur est le commencement de la sagesse." Cette crainte, cependant, ne devrait pas être confondue avec la peur animale, mais plutôt la reconnaissance raisonnable que Dieu est Dieu, et que nous sommes Ses enfants. Qu'Il est omnipotent et incroyable, et nous sommes Ses créatures. Dès lors, ce genre de "crainte", c'est plutôt ne PAS vouloir faire quoi que ce soit qui puisse contrister, offenser ou désoler notre Créateur, et de s'efforcer de toujours appliquer et obéir à Ses Commandements.  P. John

What shall we say of the belly, the queen of passions? If you can slay it or half kill it, keep a tight hold. It has mastered me, beloved, and I serve it as a slave and a vassal. It is the colleague of the demons and the home of passions. Through it we fall, and through it we rise again, when it behaves itself.

– St. Gregory of Sinai

Première lettre de saint Jean 3,10-16.

Frères bien-aimés, celui qui ne pratique pas la justice ne vient pas de Dieu ; de même, celui qui n'aime pas son frère. 
Car le message que vous avez entendu dès le commencement, c'est que nous nous aimions les uns les autres ; 
non point comme Caïn, qui était du malin et qui tua son frère. Et pourquoi le tua-t-il ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises, tandis que celles de son frère étaient justes. 
Ne vous étonnez pas, mes frères, si le monde vous hait. 
Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons nos frères. Celui qui n'aime pas demeure dans la mort. 
Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu'aucun meurtrier n'a la vie éternelle demeurant en lui. 
A ceci nous avons connu l'amour, c'est que Lui a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. 

 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 10,26-32.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Il n'est rien de voilé qui ne doive être révélé, ni de secret qui ne doive être connu. 
Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le au grand jour, et ce que vous entendez à l'oreille, publiez-le sur les toits. 
Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent tuer l'âme ; craignez plutôt celui qui peut perdre l'âme et le corps dans la géhenne. 
Deux moineaux ne se vendent-ils pas un as ? Et pas un d'entre eux ne tombe sur la terre, sans la permission de votre Père.
Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés. 
Ne craignez donc point : vous valez, vous, plus que beaucoup de moineaux. 
Celui donc qui me confessera devant les hommes, moi aussi je le confesserai devant mon Père qui est dans les cieux.  

 



Par Thomas de Celano

(v. 1190-v. 1260), biographe de st François et de ste Claire 
1ère Vie de S. François d'Assise, 58 (trad. Debonnets et Vorreux, p. 242) 

 

« Pas un moineau ne tombe à terre à l'insu de votre Père... Soyez donc sans crainte »

 

Arrivé tout près d'une grande troupe d'oiseaux, le bienheureux François constata qu'ils l'attendaient ; il leur adressa son salut habituel, s'émerveilla de ce qu'ils ne se soient pas envolés comme ils font d'habitude, leur dit qu'ils devaient écouter la parole de Dieu, et les pria humblement d'être attentifs. 

Il leur dit, entre autres choses : « Mes frères les oiseaux, vous avez bien sujet de louer votre créateur et de l'aimer toujours : il vous a donné des plumes pour vous vêtir, des ailes pour voler, et tout ce dont vous aviez besoin pour vivre. De toutes les créatures de Dieu, c'est vous qui avez meilleure grâce. Il vous a donné pour domaine les airs et leur limpidité. Vous n'avez ni à semer ni à moissonner ; il vous donne la nourriture et le logement sans que vous ayez à vous en inquiéter. » A ces mots, rapportent le saint lui-même et ses compagnons, les oiseaux exprimèrent à leur façon une admirable joie : ils allongeaient le cou, déployaient leurs ailes, ouvraient le bec et regardaient attentivement. Lui allait et venait parmi eux, frôlait de sa tunique leurs têtes et leurs corps. Finalement, il les bénit, traça sur eux le signe de la croix et leur permit de s'envoler. Il reprit la route avec ses compagnons et, exultant de joie, rendit grâces à Dieu qui est ainsi reconnu et vénéré par toutes ses créatures. 

François n'était pas simple d'esprit, mais il avait la grâce de la simplicité, aussi s'accusa-t-il de négligence pour n'avoir pas encore jusque-là prêché aux oiseaux puisque ces animaux écoutaient avec tant de respect la parole de Dieu. Et à partir de ce jour il ne manquait pas d'exhorter tous les oiseaux, tous les animaux, les reptiles et même les créatures insensibles, à louer et aimer le Créateur. 

L’image contient peut-être : 1 personne

« Par le repentir un homme retrouve sa véritable splendeur, juste comme la lune après la période de déclin se revêt une fois de plus de sa pleine lumière. »

(St Jean de Karpathos)

 

"La stupidité est un ennemi du bien plus dangereux que la malfaisance.

On peut protester contre le mal; il peut être dénoncé et, le cas échéant, être empêché par l'usage de la force. Le Mal porte toujours en lui le germe de sa propre subversion en ce qu'il laisse au coeur des êtres humains au moins un sentiment de malaise. Contre la stupidité nous sommes sans défense. Ni les protestations ni l'usage de la force peuvent y faire quelque chose; tout appel à la raison tombe dans l'oreille d'un sourd; les faits qui contredisent son jugement préconçu n'ont tout simplement pas besoin d'être crus - dans de tels moments la personne stupide devient même ingérable - et quand les faits sont irréfutables, ils sont juste repoussés comme sans importance, purement fortuits. En tout cela, la personne stupide, par contraste avec la malveillante, est tout à fait contente d'elle-même et, s'iritant facilement, devient dangereuse en allant jusqu'à attaquer. Pour cette raison, une plus grande prudence est recommandée lorsqu’on a affaire à une personne stupide, plus qu'avec une malveillante. Plus jamais n'essaiera-t'on de persuader une personne stupide par la raison, car c’est absurde et dangereux."
(pasteur Dietrich Bonhoeffer, Lettres & Écrits de prison, 43
(exécuté le 9 avril 1945 au camp de concentration de Flossenbürg, comme résistant au régime nazi) )

"O, Mère Bien-Aimée, Vous qui connaissez si bien les voies de la Sainteté et de l'Amour, apprenez-nous à élever souvent notre esprit et notre cœur vers la Trinité, à fixer sur elle notre respectueuse et affectueuse attention.  Et puisque vous cheminez avec nous sur le chemin de la vie éternelle; ne demeurez pas étrangère aux faibles pèlerins que votre charité veut bien recueillir ; tournez vers nous vos regards miséricordieux, attirez-nous de vos douceurs, emportez-nous dans la Lumière et dans l'Amour emportez-nous toujours plus loin et très haut dans les splendeurs des cieux.  Que rien ne puisse jamais troubler notre paix ni nous faire sortir de la pensée de Dieu, mais que chaque minute nous emporte plus avant, dans les profondeurs de l'auguste Mystère,  jusqu'au jour où notre âme, pleinement épanouie aux illuminations de l'union divine, verra toutes choses dans l'éternel Amour et dans l'Unité.  Marthe Robin

SAINT(S) DU JOUR:

SAINT POLYCARPE
Évêque et Martyr
(v.69 
† v.155)



Saint Polycarpe fut un personnage d'une éminente sainteté et d'une très profonde doctrine. Il avait eu le bonheur de connaître plusieurs disciples du Sauveur, et de les entretenir familièrement, surtout l'Apôtre saint Jean, par l'autorité duquel il fut établi évêque de Smyrne.

Homme de grande foi, Polycarpe avait horreur de tout ce qui attaquait la doctrine chrétienne. L'hérétique Marcion s'approcha un jour de lui audacieusement, au moment où Polycarpe détournait la tête pour éviter de le voir, et il lui dit: "Ne me connaissez-vous pas? - Si, répondit l'évêque, je vous connais pour le fils aîné de Satan." Une telle âme était préparée au martyre. 

Le récit de son sacrifice est une des plus belles pages de l'histoire aux premiers siècles. A l'entrée de ce saint vieillard dans l'amphithéâtre, tous les chrétiens présents entendirent une voix mystérieuse qui lui disait: "Courage, Polycarpe, combats en homme de coeur!" Le proconsul lui demanda: "Es-tu Polycarpe? - Oui, je le suis. - Aie pitié de tes cheveux blancs, maudis le Christ, et tu seras libre. - Il y quatre-vingt-six ans que je Le sers et Il ne m'a fait que du bien; comment pourrais-je Le maudire? Il est mon Créateur, mon Roi et mon Sauveur. - Sais-tu que j'ai des lions et des ours tout prêts à te dévorer? - Fais-les venir! - Puisque tu te moques des bêtes féroces, je te ferai brûler. - Je ne crains que le feu qui brûle les impies et ne s'éteint jamais. Fais venir tes bêtes, allume le feu, je suis prêt à tout." De toutes parts, dans l'amphithéâtre, la foule sanguinaire s'écrie: "Il est digne de mort. Polycarpe aux lions!" Mais les combats des bêtes féroces étaient achevés; on arrêta qu'il serait brûlé vif.

Comme les bourreaux se préparaient à l'attacher sur le bûcher, il leur dit : "C'est inutile, laissez-moi libre, le Ciel m'aidera." Le Saint lève les yeux au Ciel et prie. Tout à coup la flamme l'environne et s'élève par-dessus sa tête, mais sans lui faire aucun mal, pendant qu'un parfum délicieux embaume les spectateurs. A cette vue, les bourreaux lui percent le coeur avec une épée. 

 

SAINTE PAULE
(347 
 404)

L’image contient peut-être : 1 personne


Noble dame romaine, elle épousa un praticien, à qui elle donna cinq enfants, dont saint Eustachie et sainte Blésille. Veuve à trente-deux ans, elle embrassa la vie religieuse.

Elle fonda puis dirigea pendant vingt ans un monastère et une auberge pour pélerins à Bethléem, près du couvent de saint Jérôme.

Après avoir distribué une partie de ses biens à ses enfants, elle partit avec Eustachie,une de ses filles, dans un monastère fondé par saint Jérôme près de Bethléem.

Elle lui permit de poursuivre ses travaux, participa à la traduction de la Bible et devint sa disciple en supportant patiemment ses colères bien connues (Ca me console !) …

Ce dernier, qui était son directeur spirituel, a en outre écrit sa biographie.

 

St. Paula of Palestine (404)

Commemorated on January 26

She was born in 347 to a noble family in Rome, and at age sixteen married Toxotius, a prominent nobleman. Though her husband was a pagan, he was devoted to her and gave her freedom to keep a Christian home and rear her children as Christians. They were blessed with five children. When she was thirty-two her husband died suddenly, and Paula resolved to turn her large house in Rome into a monastery. Later she traveled to the Holy Land with her spiritual father St Jerome (June 15). In Bethlehem she established two monasteries, one for women (where she dwelt) and one for St Jerome and his companions. Every day the nuns chanted the entire Psalter, which they were required to learn by heart. Paula was exceptionally austere in her fasting and lavish in her almsgiving, often giving away to the poor even the goods needed by her community for subsistence. She aided her spiritual father and brother Jerome in his controversies with Origen's followers: St Jerome himself was hot-tempered, and St Paula often exhorted him to confront his enemies with patience and humility.
When she was fifty-six years old, she felt her death approaching, and heard Christ say to her 'Rise up, my love, my fair one, and come away; for lo, the winter is past, the rain is over and gone' (Song of Songs 2:10-11). To this she replied 'The time of harvest has come. I shall truly see the good things of the Lord in the land of the living,' and gave up her soul joyfully. Her funeral was attended by throngs of monks, nuns and poor people, all of whom revered her as their mother and benefactress.

 

Saints Timothée et Tite

Évêques

 

Revenons su Timothée et Tite dont je vous parlais hier et, selon les divers calendriers, sont célébrés aujourd'hui par certaines Eglises locales.

 

Saint Timothée et saint Tite, compagnons de voyage et amis de saint Paul, furent choisis par l’Apôtre pour gouverner, l’un l’Église d’Éphèse et l’autre l’Église de Crète. Autrefois, le premier était fêté le 24 janvier et le second le 4 janvier.

 

T

imothée, né à Lystres d’un père païen, fut, avec sa mère (Eunice) et sa grand-mère (Loïs), juives et croyantes, converti par saint Paul qui, sur la recommandation des prophètes de la communauté de Lystres, le prit comme compagnon de voyage. Saint Paul lui confia des missions près des communautés (Thessalonique, Macédoine, Corinthe) et l’utilisa comme secrétaire pour rédiger les épîtres.

 

Après avoir partagé sa première captivité, il accompagna saint Paul jusqu’à ce que celui-ci lui demandât de rester à Éphèse dont il fut le premier évêque. Le corps de saint Timothée fut enterré près de celui de saint Jean, à Éphèse, où il resta jusqu’à ce qu’on le transportât à Constantinople (356).

 

T

ite né dans le paganisme, aurait été, selon une ancienne tradition, de parents nobles, de la race royale de Minos, roi de Crète. Cette même tradition ajoute qu’il aurait fait de solides études en lettres profanes quand il aurait entendu une voix mystérieuse lui ordonnant de quitter son pays et de sauver son âme, ajoutant que la science profane des Grecs lui serait peu utile pour son salut. Il aurait attendu un an au bout duquel la même voix lui aurait dit de lire les Écritures des Hébreux.

Son oncle, proconsul de Crète, ayant appris la naissance du Messie d’Israël, l’aurait envoyé à Jérusalem où il aurait connu le Seigneur qui l’aurait compté parmi ses soixante-douze disciples. Témoin de la vie publique de Jésus, de sa Passion, de sa Résurrection et de son Ascension, il aurait été consacré par les Apôtres et adjoint à saint Paul.

 

Plus probablement, on pense que Tite, né païen, fut converti par saint Paul qui, quatorze ans plus tard, l’ayant rencontré à Antioche, l’emmène jusqu’à Jérusalem où il assiste au fameux « concile » qui rejette la circoncision des païens. A partir de ce moment là, il accompagne saint Paul dans ses voyages et lui sert de messager, singulièrement vers les communautés de Corinthe et d’Éphèse.

 

Après la première captivité de saint Paul, il aborda en Crète avec l’Apôtre qui l’y laissa jusqu’à ce qu’il l’envoie en Dalmatie. Après le martyre de saint Paul, Tite revint en Crète où, disent les byzantins, il mourut dans un âge très avancé (quatre-vingt-quatorze ans). Le corps de saint Tite resta dans la cathédrale de Gortyne jusqu’à ce que la cité fût détruite par les musulmans (823) ; on ne retrouva que la tête de Tite qui fut transportée à Venise où elle est vénérée à Saint Marc.

 

Pour approfondir, lire la Catéchèse du pape émérite de l'Eglise de Rome SS Benoît XVI :

>>> Timothée et Tite

 

 

===

 

Saint Xénophon, son épouse Marie et leurs enfants Arcade et Jean

L’image contient peut-être : 4 personnes

Xénophon et les siens, famille vénérable, 
pour fêter ce départ je leur offre à ma table 
la saveur d'un quatrain. Il est mort le vingt-six, 
mais au ciel le rejoignent sa femme et ses fils. 
Par leurs saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen

Tropaire, t. 4

Dieu de nos Pères, * dont la clémence agit toujours envers nous, * n'éloigne pas de nous ta miséricorde, * mais par leurs supplications * gouverne notre vie dans la paix.

Kondakion, t. 4

Echappés à l'océan de cette vie, * le juste Xénophon et sa femme se réjouissent dans les cieux, * magnifiant le Christ en compagnie de leurs enfants.

Ikos

Xénophon et ta femme, parcourant * divinement votre chemin d'étrangers, * vous avez oublié la nature en vous montrant * sur terre de parfaits incorporels; * les portes du ciel se sont ouvertes pour vous, * vous exultez maintenant avec les Anges * en compagnie de vos enfants * comme ouvriers de la vigne du Seigneur. * Intercédez auprès du Christ * pour qu'à nos cœurs enténébrés * il accorde un rayon de sa clarté * lorsque nous chantons votre souvenir lumineux, * vous qui magnifiez le Christ en compagnie de vos enfants.

Exapostilaire (t. 3)

Tu distribuas tes richesses aux pauvres, Xénophon, * de manière agréable au Seigneur; * et, résidant à l'étranger, * tu devins le familier de sa propre maison; * bienheureux Père, supplie-le * de nous libérer de toute emprise des passions.

Saint Xénophon était un riche et honoré sénateur de Constantinople, sous le règne de Justinien (527-565). De sa vertueuse épouse Marie, il eut deux fils, Arcade et Jean, auxquels il donna une excellente éducation et, quand ils en eurent atteint l'âge, il les envoya poursuivre leurs études de droit à la fameuse école de Béryte (Beyrouth). Au bout de quelque temps, il tomba gravement malade et rappela ses deux fils à la capitale, afin de leur transmettre ses dernières recommandations; mais il revint à la santé, et les deux jeunes gens prirent joyeusement la route du retour. Le navire sur lequel ils s'étaient embarqués fut alors pris dans une terrible tempête, il fut fracassé par les flots, et les deux frères, séparés l'un de l'autre, furent sauvés par la grâce de Dieu.

En échouant sur le rivage, près de Tyr, Jean rendit grâce au Seigneur et, prenant alors conscience de la vanité de toute chose en cette vie terrestre, il devint moine dans un monastère de la région. Rejeté lui aussi sur le rivage, à quelque distance de là, Arcade mêla ses larmes à la joie d'avoir eu la vie sauve, pensant que son frère avait probablement péri dans les flots. Mais la nuit même, il vit en songe Jean souriant, qui le rassura et lui recommanda d'embrasser lui aussi la vie monastique que leur père leur avait enseigné à honorer par-dessus tout. Il se rendit à Jérusalem, vénéra les Lieux Saints et rencontra en chemin un saint vieillard qui, voyant sa peine, lui dit: «Ne sois pas triste mon enfant, ton frère est vivant. Il est devenu moine et tu reverras tes parents qui eux aussi deviendront moines». Puis le vieillard l'emmena dans la Laure de Souka, fondée par Saint Chariton, et l'installa dans la cellule où il avait passé cinquante années, en le laissant vivre seul, dans le jeûne et la prière, pendant une année.

Deux ans plus tard, n'ayant reçu aucune nouvelle de ses enfants, Xénophon envoya un de ses serviteurs à Béryte. Ne les trouvant pas, celui-ci prit la route d'Athènes, et un soir, comme il s'était arrêté dans une auberge, il reconnut un des serviteurs des deux garçons sous un habit monastique. Celui-ci lui raconta le naufrage et lui dit qu'il était devenu moine, pensant que ses deux maîtres avaient péri noyés. Lorsque Marie apprit la nouvelle, elle retint sa douleur pour rendre gloire à Dieu qui donne et retire ses bienfaits selon son bon plaisir. Le soir venu, quand Xénophon rentra au foyer, apprenant le retour de son serviteur et pensant qu'il était porteur d'un message, il demanda à voir la lettre de ses fils. Marie éclata alors en larmes, en lui révélant qu'ils avaient péris dans un naufrage. Ce fut alors au tour de Xénophon de montrer sa foi et sa fermeté d'âme. Il dit à son épouse: «Le Seigneur a donné, le Seigneur a repris, que le Nom du Seigneur soit béni» (Job 1:21) . Revêtant l'un et l'autre le cilice, ils passèrent toute la nuit en prière et, au petit matin, ils virent en songe leurs deux fils se tenir devant le Christ, la tête ornée d'une couronne d'or et de pierres précieuses. Puis ils partirent en pèlerinage vers les Lieux Saints. Arrivés à Jérusalem, ils rencontrèrent le père spirituel d'Arcade, qui leur révéla que leurs fils étaient bien vivants et qu'ils allaient bientôt les voir, au retour de leur visite aux monastères du Jourdain. Entre temps, par un merveilleux effet de la Providence, Jean et Arcade se retrouvèrent au Golgotha, en rendant visite au saint vieillard. Deux jours plus tard leurs parents arrivèrent de leur pèlerinage, vénérèrent le Saint Sépulcre et se rendirent auprès de l'Ancien, en lui rappelant sa promesse. Remarquant la bonne tenue, la discrétion et le charme des deux disciples qui servaient le repas, sans reconnaître leurs enfants tant ils avaient été transformés par les labeurs de l'ascèse, Xénophon et Marie demandèrent d'où venaient ces deux jeunes gens d'apparence si distinguée. Arcade révéla alors son origine à ses parents qui éclatèrent en larmes de joie et décidèrent sans retard de consacrer eux aussi leur vie à Dieu dans l'ordre angélique. Les deux frères quittèrent leurs parents et suivirent l'Ancien dans le désert, Xénophon revêtit le cilice et senfonça dans la solitude, après avoir distribué tous ses biens et avoir placé son épouse dans un couvent. Les uns et les autres parvinrent à un degré élevé dans la vertu et reçurent de Dieu le don de clairvoyance et le pouvoir d'accomplir des miracles.
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/…/stsjanv…/janv26.html

Xenophon was a wealthy senator in Constantinople during the reign of Justinian. He and his wife Mary had two sons, Arcadius and John, to whom they gave every advantage of education. When they were of age, Xenophon sent them both to study law in Berytus (Beirut). But the ship on which they set out was wrecked in a storm, and the two brothers were cast ashore, alive but separated, neither knowing whether the other had survived.

 

Both brothers gave thanks to God for their salvation and, newly conscious of the vanity of earthly things, both became monks: John in Tyre and Arcadius in Jerusalem. Two years later, having heard no news from his sons, Xenophon made inquiries and found that they had never arrived at Beirut, and that they had seemingly perished in a shipwreck. Giving thanks to God, who gives and takes away, both Xenophonand his wife Mary put on coarse garments and went on pilgrimage to the Holy Land. In Jerusalem, they met the spiritual father of Arcadius, who told them that both their sons were alive and that they would soon see them.

 

By God's providence, John and Arcadius met one another at Golgotha and, joyfully reunited, spent some time serving Arcadius' holy Elder. Two days later Xenophon and Mary, visiting the Elder, spent time with their two sons but did not recognize them until the Elder revealed their identity. The parents wept for joy and decided immediately to take up the monastic life themselves. Giving away their considerable wealth, the two entered monasteries in the Holy Land. Both parents and sons went far in the life of prayer, being granted the power to work miracles and foreknow future events

 

L’image contient peut-être : 2 personnes

St. Didymus the blind

L’image contient peut-être : 1 personne

( the inventor of the engraved writing ) :- 
He was born in the year 313 A.D. He lost his sight at the age of four. He had never learned to read in school, but through his eagerness for education he invented the engraved writing for reading with his fingers, fifteen centuries before Braille reinvented it. He also used to learn by heart the Holy Bible and the church doctrines. He excelled in grammar, philosophy, logic, mathematics and music. He became the head of the school of Alexandria .
He was a close friend to St. Anthony the Great, who visited him many times. 
His prayers be with us. Amen.

L’amour en étincelles dans le monde ! 

Afficher l'image d'origine

Il nous faut considérer la Vierge dans la clarté, ou plutôt dans l’ombre de ce mystère de la descente du Verbe à la rencontre de l’humanité. Cette tendresse de Dieu qui vient à la rencontre du monde blessé ne sera pas seulement dans l’Enfant Jésus, elle va rayonner tout autour.

Cette grande tendresse de la descente du Verbe à la rencontre de l’humanité, elle apparaît donc tout d’abord dans la Vierge, et puis au-delà : Elisabeth, les bergers et les mages. Au moment où descend le Verbe, l’amour va partir en étincelles partout dans le monde, et ces étincelles ne s’éteindront pas, parce qu’elles seront dans les cœurs. 

 

(Mgr Charles Journet

Dans Entretiens sur Marie)

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

---

Aucun texte alternatif disponible.

"...Let us force ourselves. Let us make a beginning and let us desire the good with all our heart.

Because, even if we are not perfect, wanting to be, is the beginning of our salvation.

From wanting we come, with God's help, to struggling and from struggling one is helped in acquiring the virtues.

This is why one of the fathers says, 'Give blood and receive spirit', that is to say,

'Struggle and you will become accustomed to virtue.'"

(Abba Dorotheos
"Practical Teaching on the Christian Life")

HUMOUR:

Un jésuite arrive à Rome.

Il veut aller à la basilique Saint-Pierre et demande son chemin à un dominicain.

« Mon Père, dit le dominicain, j’ai peur que vous ne le trouviez jamais. C’est simplement tout droit. »

Allemagne : les agressions antisémites ont doublé entre 2015 et 2016

Selon un rapport du Ministère de la Diaspora israélien, les actes antisémites ont connu une importante progression en Allemagne au cours des deux dernières années, en raison notamment de l’arrivée massive de migrants.

Alors qu’entre janvier et septembre 2015, le nombre d’agressions antisémites en Allemagne s’élevait à 194, ce chiffre a atteint 461 pour la même période en 2016, a fait savoir le ministère de la Diaspora d’Israël dans un rapport cité par la presse du pays.

Le document officiel, portant sur l’antisémitisme dans le monde, a été présenté au gouvernement israélien par le ministre de l’Education et de la Diaspora Naftali Bennett, dimanche 22 janvier, en amont de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste du 27 janvier. D’après Diaspora Naftali, cette inquiétante multiplication des agressions visant les juifs allemands serait en partie due à la crise des migrants et au renforcement de l’extrême droite locale.

L’année 2015 coïncide en effet avec l’ouverture des frontières allemandes à plus d’un million de migrants, décidée par la chancelière Angela Merkel et contesté par une frange conséquente de la population – y compris au sein du parti de la chancelière, la CDU. Signe de la montée des tensions en Allemagne au cours de cette période, l’Office fédéral de la police criminelle a constaté une explosion du nombre d’actes xénophobes, ceux-ci étant passé de 114 en 2014… à 500 en 2015.

Autre enseignement du rapport du gouvernement israélien : l’antisémitisme a gagné en ampleur au Royaume-Uni, les agressions ciblant les juifs ayant augmenté de 62% entre 2015 et 2016 dans ce pays.

 

source

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... L’image contient peut-être : 2 personnes, texte

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 
 Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

A person is saved by grace, not by works but by faith. There should be no doubt but that faith saves and then lives by doing its own works, so that the works which are added to salvation by faith are not those of the law but a different kind of thing altogether. (Didymus the Blind) / On est sauvés par grâce, non pas rien que par des oeuvres mais par la foi. Il ne devrait faire aucun doute que la foi sauve, et ensuite elle vit en accomplissant ses propres oeuvres, de sorte que les oeuvres qui sont ajoutées au Salut par la Foi ne sont pas celles de la loi mais quelque chose de tout à fait différent. (Didyme l'Aveugle)

A person is saved by grace, not by works but by faith. There should be no doubt but that faith saves and then lives by doing its own works, so that the works which are added to salvation by faith are not those of the law but a different kind of thing altogether. (Didymus the Blind) / On est sauvés par grâce, non pas rien que par des oeuvres mais par la foi. Il ne devrait faire aucun doute que la foi sauve, et ensuite elle vit en accomplissant ses propres oeuvres, de sorte que les oeuvres qui sont ajoutées au Salut par la Foi ne sont pas celles de la loi mais quelque chose de tout à fait différent. (Didyme l'Aveugle)

 

Pour la défense de la Vie, la défense de la famille, l'honneur d'une société bâtie sur le respect de la Loi Naturelle confirmée par la Tradition "Judeo-Chrétienne"...

L’image contient peut-être : texte Autour du Père Isaac et de Soeur Marie-André, vous y étiez !

 

« Marcher pour la Vie » : tel était l’objectif d’au moins cinquante milles marcheurs tout au long de ce dimanche 22 janvier 2017. Parmi bien d’autres venus d’ailleurs, de Nantes, Brest, Lyon…, plus de cent angevins, profondément respectueux du simple respect dû au vivant, avaient pris le car, – sept heures à Saumur, huit à Angers… –, par un froid vigoureux qui incitait plutôt à demeurer chez soi afin de contempler un vivant feu de bois réservé le plus souvent, l’hiver, au seul jour du Seigneur, ouvert très légalement le samedi soir dès les dix-huit heures [Horaires en gros plus ou moins bien calculés en fonction des données célestes…]. Mais ce froid s’était doublé d’une telle lumière admirable, et donc des plus encourageante, que personne n’éprouvait le moindre regret de s’être sorti du lit dès six heures du matin…

Deux-mille dix-sept ! Année qui nous vaudra, nous l’espérons tous, un changement radical par rapport à cette politique française subit depuis déjà quatre années et dont les effluves rageuses n’ont atteint d’autres cibles que notre dignité, que notre liberté. Si Monsieur François Fillon est adoubé par le peuple en mai prochain, il conviendra qu’il tienne ses promesses en effaçant sans la moindre hésitation chacune des lois inacceptables que l’ensemble des membres du parti socialiste aura saupoudrées sans vergogne sous nos sandales. Notamment la Taubirette…

Ce qui a été quasi la rengaine d’hier, la loi de Madame Laurence Rossignol sur le « fabuleux » délit d’entrave que s’étendrait à l’ensemble des moyens de communication, y compris tout support écrit : mise à mort impensable de notre liberté d’expression, rien de moins au fond que la suppression, purement et simplement, de la Liberté en sa signification universelle. Il va de soi que cette audacieuse infamie serait par le nouveau président purement et simplement déchirée et jetée à la poubelle.

Deux-mille dix-sept ! Année qui, en outre, me vaudra, dès septembre, d’atteindre mes soixante-dix-huit ans : soit un écart à nouveau raccourci vers la date fatidique où sera ouverte de la main même de Jésus, le Christ, l’annoncée « Porte étroite », porte dont je sais de foi durable, non le seul par bonheur à le savoir, qu’elle donne sur le suprême espace de l’Amour. En attendant, cette précision anniversaire m’a valu, pour la première fois de mon existence, d’être nommé l’« ancêtre de notre char » : en effet, nul plus âgé vieillard parmi nous... Cependant je ne m’étais encore jamais compté parmi cette population plus ou moins rejetée sur les bas-côtés de la Vie… Il est vrai que le cortège des « marcheurs » ne me sembla que peu fourni en chevelures vraiment neigeuses…

Bien entendu, outre la sorte d’étrange plaisir ressenti tout au long de la marche, notamment la satisfaction de faire connaître à qui de droit notre désaveu de sa politique, si profondément injuste et imbécile, concernant sa volonté de favoriser à outrance la présence hardie de septante, huitante ou nonante – pour rendre hommage à la Belgique – pauvres ères traînant leurs sabots de luxe dans les égouts d’une morale des plus défaillante…

Mais à contre-courant, il me faut avouer une joie immense : quand, du haut de leur tribune à roues et moteur, les tonitruants – parfois vraiment excessivement – et très utiles discoureurs annoncèrent que Vincent Lambert avait, il y a peu, ouvert les yeux, qu’il venait même de prononcer quelques mots, preuves de vie tant et tant attendues depuis des années alors que tant et tant de ces années-là fut réclamée son exécution par piqures ou boissons mortelles « afin qu’il soit délivré de son malheur »… Et moi, maintes fois en les pauvres écrits de mon journal, j’avais osé prétendre, tel un imbécile nourrissant on ne sait quel espoir, qu’en cet état d’immobilité une certaine vie au-delà des seuls martellements du cœur, des seuls mouvements des poumons, avaient pu passer, de neurones en neurones, des pensées, des réflexions, des appels indiscernables, au total trésor le plus extrême d’une vie sans autres ressources pour atteindre l’autre ! On m’a fait la confidence, pourtant inutile, que « ce devait être un miracle » : peut-être une de ces attentions auxquelles nul ne prête attention mais qui permettent de lever les yeux vers l’Invisible.

Bref, je marchais vers les Invalides l’esprit plus en mouvement que mes jambes, réfléchissant notamment à ce que nous autres marcheurs attendrions dès demain d’un certain notable nommé François Fillon : à la vérité, nous avons subi de telles avalanches de désastres de la part des socialistes que nous ne pouvons même pas imaginer que leur successeur soit à même de ne pas retrousser ses manches ni d’entrer à peine élu dans la remise en ordre que nous espérons.


Tribune de Caroline Roux, déléguée générale adjointe d’Alliance VITA et responsable des services d’écoute – article paru le 30 novembre 2016 sur Atlantico, à propos du Délit d’entrave...

SOURCE:http://www.alliancevita.org/2017/01...

Yves de Kerdrel : lorsque l’enfant disparaît

Démographie. La population de notre pays est en train de changer en profondeur, à bas bruit, sans que nos élus en parlent. En sont-ils même conscients ?

... les statistiques sur l’état de la France révèlent que le nombre de naissances, qui avait atteint un pic, en 2010, avec près de 832 800 bébés, ne s’établit désormais qu’à 785 000, selon des estimations de l’Insee.

Et encore ce chiffre est-il gonflé par l’ajout aux statistiques de Mayotte, 101e département français où se trouve la plus grande maternité de France (8 854 naissances en 2015).

Le nombre de bébés nés en 2016 est donc en nette baisse pour la deuxième année d’affilée et retrouve son plus bas niveau depuis… 1999. Et même si les démographes tentent de nous rassurer en affirmant que le taux de fécondité des femmes françaises reste parmi les plus élevés d’Europe, à 1,93 enfant en moyenne, cette baisse continue des naissances depuis deux ans a de quoi inquiéter.

 

Les naissances des enfants de "Français de souche" s'effondrent littéralement
 

Pour deux raisons principales. Un enfant est synonyme d’avenir et d’un certain optimisme que ses parents ont dans leur capacité à le faire grandir. S’il y a moins de naissances, c’est d’abord parce que les Français sont inquiets sur l’évolution de leur niveau de vie.

C’est parce que, pour beaucoup d’entre eux, ils pensent que la vie de leurs enfants sera plus difficile qu’a été la leur. Et ne pas avoir d’enfant est une manière, pour beaucoup de nos concitoyens, de refuser de voir le déclassement qu’ils sont obligés de vivre.

Par ailleurs, il est irréfutable qu’il existe un lien très étroit entre cette baisse subite des naissances dans notre pays et la mise en pièces par les socialistes de la politique familiale voulue par le général de Gaulle et qui a permis à la France d’avoir une démographie dynamique.

La limitation des allocations familiales, la réduction des aides pour les gardes d’enfant et la surfiscalisation des familles nombreuses pèsent lourd dans cet inversement de la courbe des naissances et dans la baisse de fécondité des Françaises.

Le deuxième motif d’inquiétude lié à cette statistique, c’est qu’il cache une dichotomie entre les naissances des enfants de “Français de souche”, qui s’effondrent littéralement et celles des enfants de Français immigrés, qui se maintiennent à un niveau élevé.

Là-dessus, l’Insee reste très pudique. Néanmoins, les démographes ont noté que depuis 2011, alors que les naissances d’enfants issus de deux parents nés en France diminuent, celles d’enfants dont l’un ou les deux parents sont nés à l’étranger sont en hausse de 6 %.

Officiellement, les enfants nés de deux parents français représentent encore 70 % des naissances. Mais parmi eux, beaucoup restent issus de l’immigration, sont élevés dans une culture qui n’est pas française et portent un prénom étranger.

Une étude vient d’être faite recoupant une base de prénoms musulmans avec le fichier Insee des naissances et des prénoms par département. Il en ressort que l’an passé, en Seine-Saint-Denis, 42,9 % des enfants mis au monde se sont vu attribuer un prénom musulman (contre 17,3 % il y a vingt ans).

...

C’est qui a amené Nicolas Dupont-Aignan à utiliser, la semaine passée, l’expression taboue de « dynamique de remplacement ».

Si bien que Victor Hugo commencerait aujourd’hui sans doute son fameux poème par ces mots : “Lorsque la France disparaît”.

kerdrel@valmonde.fr
via https://www.valeursactuelles.com/politique/yves-de-kerdrel-lorsque-lenfant-disparait-62239

Inaugurating the first ever Indian Theological Student's Conference hosted by Carey Society

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et lunettes_soleil

of UTC Bangalore on Jan. 23rd, 2017.

I also gave the Key Note Address. Both audio and text of the address will be online in few days.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et intérieur

Trump va assister le président al-Sissi dans sa lutte contre le terrorisme islamique

D’après l’agence de presse Reuters, Trump a affirmé son soutien à la lutte contre le terrorisme lors d’un appel téléphonique avec le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit ce texte de l’agence Reuters* repris et commenté par Robert Spencer du site Jihad Watch le 23 janvier dernier.

Le régime d’al-Sissi est loin d’être parfait. Les musulmans brutalisent encore les chrétiens en Égypte, et le gouvernement n’a pas fait grand-chose afin de protéger cette minorité méprisée et sans défense.

Toutefois, al-Sissi est un rempart contre l’Islam politique des Frères musulmans au Moyen-Orient.

Tandis que la Turquie se réislamise rapidement et que l’État islamique est toujours dans les parages, ce fait demeure important. Après le soutien inébranlable envers les Frères musulmans de la part de l’Administration Obama, cela constitue une bonne nouvelle.

Le Caire (Reuters) —

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le président américain Donald Trump ont discuté des moyens de renforcer la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme lundi et le nouveau président américain a souligné son attachement aux relations bilatérales.

Trump a déclaré à al-Sissi lors d’un appel téléphonique qu’il comprenait les difficultés rencontrées par l’Égypte dans sa « guerre contre le terrorisme » et a affirmé l’engagement de son gouvernement à soutenir le pays, selon un communiqué du porte-parole d’al-Sissi, Alaa Youssef.

« Le président des États-Unis a également exprimé pendant l’appel qu’il attendait avec impatience la visite attendue du président (égyptien) à Washington, actuellement en préparation (…). »

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Sean Spicer, a déclaré lors d’une conférence de presse que Trump et al-Sissi « ont discuté des moyens d’approfondir leurs relations bilatérales et de soutenir la lutte de l’Égypte contre les terroristes ».

« Le président Trump a souligné que les États-Unis sont fermement attachés aux relations bilatérales qui ont permis aux deux pays de surmonter les défis dans la région pendant des décennies », a ajouté M. Spicer.

Il a indiqué que Trump s’est engagé à faire en sorte que l’assistance militaire des États-Unis à l’Égypte serve à appuyer efficacement la lutte de l’armée égyptienne contre le terrorisme.

Pendant ce temps, on apprend qu’Obama a envoyé discrètement 221 millions de dollars aux Palestiniens lors des dernières heures qu’il a passées à la Maison-Blanche.

On sait à quoi ces millions vont servir et dans quelles poches la majorité va tomber…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

“No matter what provokes it, anger blinds the soul’s eyes, preventing it from seeing the Sun of Righteousness.” (St. John Cassian)

CHÔMAGE : +64 400 INSCRITS À PÔLE EMPLOI EN UN AN EN DÉCEMBRE 2016

Alors que la Présidentielle 2017 arrive à grand pas, le gouvernement commençait à se complaire de voir des chiffres du chômage « baisser »… bien que ce n’était déjà pas vrai : notre article sur les chiffres du chômage de novembre 2016 l’avait montré.

 Décembre 2016 signe un frein à cette tendance avec une nouvelle hausse du chômage de catégorie A de 0,8 % sur un an. Une mauvaise nouvelle publiée le 24 janvier 2017 et que le gouvernement tente de minimiser : en un an la baisse du nombre de chômeurs en catégorie A a été de 3 %. Sauf que la réalité est bien moins jolie…

Le nombre d’inscrits à Pôle Emploi ne cesse d’augmenter

Pourquoi les Français s’inscrivent-ils à Pôle Emploi ? Si l’on peut éliminer quelques fétichistes de l’administration qui adorent faire des dossiers administratifs et prendre des rendez-vous, en général on s’inscrit à Pôle Emploi quand on a un problème d’emploi.

Si la situation de la France était rose, donc, les inscrits à Pôle Emploi devraient baisser. Ce n’est malheureusement pas le cas.
Entre novembre et décembre 2016, soit sur un mois, le nombre d’inscrits à Pôle Emploi toutes catégories confondues a augmenté de 1 300 personnes.
Une augmentation somme toute raisonnable. Sauf que sur un an la hausse a été bien plus élevée : 64 400 personnes. On comptait, en effet, 6,1753 millions d’inscrits en décembre 2015 et ils étaient 6,2397 en décembre 2016.
On peut même pousser le vice à regarder le nombre d’inscrits en décembre 2014 : 5,879 millions d’inscrits soit, en deux ans, une hausse de 360 700 personnes. À peu près la population de la ville de Nice.

Pôle Emploi, dans ses inscrits, a également une catégorie un peu floue, la catégorie E, qui est celle des personnes ayant un emploi et n’étant pas tenue de chercher un emploi. La somme totale des inscrits n’est donc pas la meilleure donnée. Allons voir le détail des chiffres.

Les inscrits dans les catégories A, B et C n’évoluent pas

Si la catégorie A, celle des demandeurs d’emplois n’ayant aucun emploi, est celle mise en avant par le gouvernement, ce sont en réalité les catégories A, B et C qui sont les catégories importantes. Elles recoupent les personnes n’ayant pas d’emploi et celles ayant un emploi qui n’est pas un temps plein (Intérim, mi-temps…) Pour sortir de la catégorie A et passer en catégorie B, par exemple, il suffit d’avoir travaillé 1 heure dans le mois. Difficile de dire, dans ces conditions, que la personne « a un emploi » alors qu’elle a gagné, si elle est payée plus que le SMIC, une dizaine d’euros.

Le nombre de personnes inscrites dans les catégories A,B et C n’évolue pas sur un mois ni sur un an. Elle reste stable à 5,4757 millions de personnes. Certes, les effectifs de la catégorie A seule ont augmenté de 0,8 %, soit 26 100 personnes mais ils ont baissé sur un an de 117 500 personnes. On ne peut nier le succès.

Sauf que si sur un an la catégorie A baisse et que les catégories A, B et C ne baissent pas, c’est que les deux se compensent : on peut donc dire que les chômeurs des catégories B et C ont augmenté de 117 500 personnes en un an et que la baisse n’est, en réalité, qu’un transfert.

Mais où sont donc passés les chômeurs en plus ?

Reprenons : le nombre de chômeurs dans les catégories A, B et C ne bouge pas sur un an ni sur un mois et pourtant le nombre total de chômeurs augmente sur un mois et sur un an. Mais où sont-ils ?

Réponse : dans les catégories D et E, soit dans la catégorie des chômeurs ayant un emploi et n’étant pas tenus de chercher du travail (la catégorie E) et celle des chômeurs sans emploi et n’étant pas tenus de chercher un travail (la catégorie D) car ils sont, par exemple, en formation.

Cette dernière, la catégorie D, voit ses effectifs exploser. Entre novembre 2016 et décembre 2016 le nombre d’inscrits dans cette catégorie a augmenté de 1 %, soit 3 300 personnes pour attendre 341 600 inscrits. Sur un an, la hausse est même bien plus élevée : le nombre d’inscrits de la catégorie D entre décembre 2015 et décembre 2016 est de 24,6 %, soit 67 400 personnes.

Un peu plus que l’augmentation totale du nombre d’inscrits à Pôle Emploi mais c’est normal : la catégorie E voit ses effectifs baisser sur un mois et sur un an en décembre 2016.

La catégorie D, l’arbre qui cache la forêt

Le gouvernement a multiplié les actions pour les chômeurs et, notamment, les formations. Un plan gigantesque de 500 000 formations a été lancé et on ne peut guère critiquer la chose : formés, les chômeurs ont plus de chances de retrouver un travail.

Sauf que ce plan de formation maquille la réalité : il transfère les chômeurs de la catégorie A à la D et ça se remarque en comparant les évolutions annuelles du chômage entre 2016, 2015 et 2014.

En 2014 et 2015 le chômage a augmenté et les hausses se concentraient sur les trois catégories principales, A, B et C. Les chiffres de décembre 2014, par exemple, montrent une variation annuelle du nombre de chômeurs en catégorie A de 5,7 %, 4,2 % pour la catégorie B et même 10,1 % pour la C. La variation annuelle des catégories A, B et C était alors de +6,4 %.

Il en est de même en décembre 2015 : une variation annuelle de +5 % des catégories A, B et C marquée par +2,6 % en un an pour la catégorie A, +5,2 % pour la B et +13 % pour la C.

Les chiffres de décembre 2016 sont complètement différents : le gouvernement peut mettre en avant une baisse du nombre d’inscrits en catégorie A de 3 % et une stabilisation du nombre d’inscrits dans les catégories A, B et C (+0,0 %) sur un an.

Sauf que, comme on l’a dit, il y a tout de même 64 400 chômeurs inscrits à Pôle Emploi de plus sur la même période.

source

Aucun texte alternatif disponible.

« Pour être débarrassé de mes péchés. »

G.K. Chesterton attendit presque un demi-siècle avant de décider de secouer de ses pieds la poussière anglicane, mais quand il se résolut finalement à devenir catholique romain, ses raisons étaient tout à fait simples : « Pour être débarrassé de mes péchés. »

C’est aussi pourquoi moi, autre grand pécheur assurément, j’ai choisi de rester catholique. Par quel autre moyen peut-on retourner à l’état d’un bébé né il y a cinq minutes ? Comme Georges Bernanos avait l’habitude de le dire : « Cinq minutes de Paradis vont régler toutes choses. » Pourquoi pas une avant-première avant que le spectacle commence ?

D’ailleurs, ne sommes nous pas tous pécheurs ? Sinon, pourquoi me demande-t-on de me frapper la poitrine au commencement de la messe ? Ce n’est sûrement pas la faute de mon voisin si je suis tombé dans le péché. Péché grave, même, qu’en redisant la formule prescrite, je reconnais librement : « en pensées, en paroles, par action et par omission. »

De cette façon je peux me tourner vers Dieu pour demander pardon, suppliant les anges et tous les saints et aussi mes frères et mes sœurs, de me porter dans la prière de peur d’être tenté de refuser la propriété de ces péchés. « Que le Dieu Tout Puissant », supplié-je, joignant la voix à celle de tous les membres de l’Eglise militante, « nous fasse miséricorde, qu’il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.

Si vous y réfléchissez, il y a seulement deux chemins à prendre quand vous vous trouvez vous-même dans l’impasse. Ou bien vous niez votre situation, ou vous confessez librement l’impasse où vous êtes, et vous allez chercher une libération immédiate et bénie. Il n’y a pas de troisième voie, pas de place pour manœuvrer entre les deux presse-livres de la complète négation ou de l’acceptation totale de l’impasse dans lequel vous vous êtes mis.

Il n’est certainement pas question de le refiler à quelqu’un d’autre. Bien qu’il soit tentant de refiler à vos parents ou aux politiciens – pour ne pas citer votre femme ou votre mari – la faute, quelle qu’elle soit, qui est la vôtre, la tentation n’est pas saine. Et au bout du compte elle ne sera pas satisfaisante. Il faut y résister parce que la responsabilité revient toujours à soi. Comme il avait raison, Chesterton, quand les rédacteurs du journal qu’il lisait régulièrement lui demandaient : « Qu’est-ce qui ne va pas dans le monde ? », et qu’il répondait : « Moi. »

Il y a peut-être peu de plaisirs – pour des catholiques de toute façon – aussi vifs que d’entendre le prêtre annoncer – dans l’anonyme obscurité du confessionnal : « Je vous donne l’absolution de vos péchés. » Ce qu’il fait, nous catholiques continuons à la croire, avec l’accent véritable de Jésus Christ. Ainsi libérant l’âme de tout ce qui l’avait auparavant encombrée, immergeant toute chose dans une immense mer de miséricorde.

Que pourriez-vous demander de plus que de retrouver cette splendeur pour lequel nous sommes nés ? Cela vous laisse positivement stupéfié tandis que vagues après vagues la gratitude vient inonder l’âme libérée de toute faute. Ce n’est pas seulement un don qui continue à se donner, mais un don que vous ne pourriez jamais donner vous-même.

J’aime la façon dont le poète italien Cesare Pavese le dit : « La seule joie dans le monde est de commencer. C’est beau de vivre parce que vivre c’est commencer, toujours, à chaque instant. » A chaque moment l’âme absoute émerge de la boite à remèdes, brillante et luisante comme un sou neuf, c’est comme si venions de nous baigner dans la lumière de Dieu ;

« L’homme sur lequel Dieu se prodigue », écrit Adrienne Von Speyr, « devrait être saisi de vertige au point de ne voir que la lumière de Dieu et non plus ses propres limites, sa propre faiblesse. » Nous devons vraiment essayer, insiste-t-elle, « de devenir de simples receveurs, les bras grand ouverts mais pourtant incapables de saisir, parce que la lumière traverse toute chose et reste intouchable, consistant en bien davantage que ce que notre propre effort pourrait recevoir. »

Cela finit par être une question de volonté. Il y a quelques années je me trouvais dans un studio de TV où, avec un couple de collègues, nous écoutions avec une profonde attention une histoire que racontait feu le père Benedict Groeschel. Un jeune homme, luttant avec un péché dont il ne pouvait sortir, dit au père Benoît deux choses que je n’oublierai jamais :

L’une, de pas cesser de prier pour lui. « Je peux quelque jour vouloir sortir de cet enfer », lui dit-il. « Aussi, s’il vous plaît, ne m’abandonnez pas. » Et l’autre ? « Ne changez pas les règles. » En d’autres termes, ne banalisez pas le sérieux de la situation dans laquelle je me trouve en décidant, un jour, que les péchés que je peux commettre et qui sont le résultat de ce désordre, ne sont plus des péchés.

N’est-ce pas pratiquement la difficile situation que nous avons devant nous ? Que nous sommes non pas où nous devrions être, et que, pour arriver à l’endroit où nous ne sommes pas, nous avons d’abord à en reconnaître le fait, et ensuite à nous mettre en ; marche dans la bonne direction. ?

N’est-ce pas ce que Chesterton avait en tête quand, réalisant finalement les insuffisances de la théologie anglicane, il devint catholique ? « Pour être débarrassé de mes péchés. »

Source: https://www.thecatholicthing.org/20...

(NDC:

Que n'eut-il connu l'Orthodoxie ! ainsi serait-il devenu plus sûrement encore "Catholique" dans le vrai sens du terme sans risque de ce virage de sa nouvelle "famille spirituelle" qu'elle connaîtra ensuite vers ces mêmes "insuffisances de l'anglicanisme"  suite à d'hasardeuses "réformes"...)

LE STARETZ ET L'ATHEE (1)

Un starets

Un starets

Un matin, le staretz Epiphanios (Theodoropoulos) était en conversation avec deux ou trois visiteurs à son domicile. L'un d'eux était un idéologue communiste athée. Tout à coup, quelqu'un du dehors se précipita à l’intérieur, et les informa que la ville d'Athènes avait été inondée de photos de Mao Tse Toung, avec l'inscription "Gloire au grand Mao". C'était le jour où le dictateur chinois était mort.

 
Staretz Epiphanios: C'est ainsi que sont les choses, mon enfant. Les athées n'existent pas. Seuls les idolâtres existent, qui enlèvent le Christ de son trône et à sa place y intronisent leurs propres idoles. Nous disons: "Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit". Ils disent: "Gloire au grand Mao". Vous choisissez celui que vous préférez.
 
 
 
Athée: Tu choisis également ta drogue, grand-père. La seule différence, c'est que tu l'appelles Christ, d'autres l'appellent Allah, ou Bouddha, etc, etc ...
 
 
Staretz Epiphanios: Mon enfant, le Christ n'est pas une drogue. Le Christ est le Créateur de l'univers entier. Il est Celui Qui gouverne tout avec sagesse, de la multitude de galaxies infinies, jusques dans les moindres particules du microcosme. Il nous a donné la vie à nous tous. Il est le Seul Qui t’a amené dans ce monde et t’a donné tant de liberté, que tu peux réellement douter de Lui, et même Le refuser.
 
Athée: Grand-père, c'est ton droit de croire à toutes ces choses. Mais cela ne signifie pas qu'elles sont vraies. As-tu des preuves?
 
Staretz Epiphanios: Tu penses que tout cela n'est qu'un conte de fées, n'est-ce pas?
 
Athée:….( silence) Naturellement.
 
Staretz Epiphanios: As-tu la preuve que c’est un conte de fées? Peux-tu prouver que ce que je crois est faux?
 
Athée: :….( silence)
 
Staretz Epiphanios: Tu n’as pas répondu, parce que tu n’as pas de preuve non plus. Ce qui veut dire, tu crois que ce sont des contes de fées. Je t’ai parlé de croire, lorsque j'ai parlé de Dieu, toi, cependant, bien que rejetant ma conviction, tu crois essentiellement dans ton infidélité, puisque tu ne peux pas donner des preuves non plus. Cependant, je dois te dire que ma conviction n'est pas quelque chose d’imaginaire; Il a certains événements surnaturels, sur lesquels elle est fondée.
 
Athée: Juste une minute! Puisque nous parlons de croire, que dirais-tu aux musulmans ou aux bouddhistes, par exemple? Parce qu'ils parlent aussi de croire. Et ils ont aussi un niveau élevé de morale. Pourquoi ta croyance est-elle meilleure que la leur?
 
Staretz Epiphanios: Alors! Le critère de la vérité est censé être jugé par cette question que tu poses? Parce que la vérité est très certainement une; les vérités ne peuvent être nombreuses. La question est, qui est le détenteur de la vérité? C'est la grande question. Par conséquent, il ne s'agit pas d'une croyance meilleure ou pire! C'est la question de l’unique vraie croyance!
 
Je suis d'accord, que les autres croyances ont aussi des enseignements moraux. Naturellement, les enseignements moraux du christianisme sont incomparablement supérieurs. Mais, nous ne croyons pas en Jésus-Christ à cause de son enseignement moral. Ou pour son invitation à «s'aimer», ou pour ses sermons sur la paix et la justice, la liberté et l'égalité. Nous croyons en Jésus-Christ, parce que Sa présence sur terre a été accompagnée par des événements surnaturels, qui étaient un signe qu'Il est Dieu.
 
Athée: Écoute, je reconnais que le Christ était un philosophe et un grand révolutionnaire, mais on va pas faire de Lui un dieu maintenant...
 
Staretz Epiphanios: Mon cher enfant! Tous les grands mécréants de l'histoire ont été heurtés par ce détail. L'arête de poisson qui était coincée dans leur gorge, qu’ils ne pouvaient tout simplement pas avaler, c'est exactement ce qui suit: Que le Christ est aussi Dieu.
 
Beaucoup d'entre eux étaient prêts à dire à Dieu: "Ne dis à personne que Tu es Dieu incarné, il suffit de dire que Tu es un humain ordinaire, et nous serons plus prêts à Te diviniser. Pourquoi veux-Tu être un Dieu incarné, et non pas un homme divinisé? Nous sommes prêts à Te glorifier, à Te proclamer comme le plus grand parmi les hommes, le plus saint, le plus éthique, le plus noble, l'inégalable, le seul et unique, Celui Qui est sans précédent... N'est-ce pas assez pour Toi?
 
Ernest Renan, c'était le chef de chœur de ceux qui niaient la divinité, tonne ce qui suit, en ce qui concerne le Christ: "Pendant des dizaines de milliers d'années, le monde sera élevé grâce à Toi", et "Tu es la pierre angulaire de l'humanité, si on devait mettre Ton nom loin de ce monde, ce serait comme briser ses fondements et "les éons proclament que, parmi les fils des hommes, il ne naquit jamais personne qui pourrait Te surpasser ". Mais c'est là que Renan et ses semblables s’arrêtent. Leur phrase suivante est: "Mais Tu n’es pas Dieu,!"
 
Et ces pauvres diables ne voient pas que toutes ces choses constituent une tragédie indescriptible! Leur dilemme est inévitablement implacable: soit le Christ est Dieu incarné, dans ce cas, Il est en effet, et alors seulement, le plus éthique, le plus saint et le plus noble personnage de l'humanité, ou bien, il n'est pas Dieu incarné, dans ce cas, il ne saurait être aucun de ceux des caractères mentionnés. En fait, si le Christ n'est pas Dieu, alors nous parlons de la plus horrible, la plus atroce et le plus méprisable existence dans l'histoire de l'humanité.
 
Athée: Qu'est-ce que tu viens de dire?
 
Staretz Epiphanios: Exactement ce que tu as entendu! C’est peut être une déclaration de poids, mais elle est absolument vraie. Et je vais te dire pourquoi.
 
Permets-moi de demander: Qu'est-ce que tous les vrais grands hommes disent d’eux-mêmes ou quelle opinion ont-ils d'eux-mêmes?
 
Le plus sage "de tous les hommes", Socrate, a proclamé:  "J'en suis venu à savoir une chose: c’est que je ne sais rien".
 
Tous les hommes importants dans l'Ancien et le Nouveau Testament, d'Abraham et Moïse, jusques à Jean-Baptiste et à l'apôtre Paul, se caractérisent comme "terre et cendres", "misérables", "monstruosités", etc... 
 
Mais, curieusement, l'attitude de Jésus est bien contraire! Et je dis curieusement, car il aurait été naturel et logique pour Lui d'avoir une attitude similaire. En fait, étant de loin supérieur et dépassant tous les autres, Il aurait dû avoir une opinion encore plus basse et humble de Lui-même. Éthiquement plus parfait que tout autre, il aurait dépassé tout le monde et n'importe qui dans l'auto-reproche et l'humilité, depuis le moment de la création du monde jusques à la fin du Temps.
 
Mais, l'inverse est observé!
 
Tout d'abord, il proclame qu'Il est sans péché: "Qui parmi vous me convaincra de péché?" (Jean, 8:46). "Le seigneur de ce monde vient, et il ne trouve rien en Moi." (Jean, 14: 30)
 
Il énonce aussi des idées très élevées de Lui-même: "Je suis la lumière du monde" (Jean, 8, 12); "Je suis le chemin, la vérité et la vie" (Jean, 14: 6).
 
Mais, en dehors de ça, Il projette également la demande d'un dévouement absolu à Sa personne. Il pénètre même la plus sainte des relations de l'homme, et dit: "Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi,  et quiconque aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi "(Matthieu, 10: 37). "Je suis venu dresser l'homme contre son père et la fille contre sa mère, et la bru contre sa belle-mère" (Matthieu, 10: 35). Il demande même une vie et une mort de martyr de ses disciples: "Ils vous livreront aux conseils et vous fouetteront dans leurs synagogues, et vous serez traînés devant des chefs et des rois à cause de moi... Et le frère livrera son frère à la mort et le père son fils, et les enfants seront en révolte contre leurs parents et les mettront à mort... Et vous serez haïs de tous, pour l’amour de Mon Nom... Et celui qui persévérera jusques à la fin,  sera sauvé... Ne craignez pas ceux qui détruisent le corps... Celui que Me reniera devant les hommes, Moi aussi Je le renierai... Celui qui perdra son âme à cause de Moi, la gagnera "(Matthieu, 10, 17 et suivants).
 
Et maintenant je te le demande: quelqu’un a-t-il jamais osé demander des autres pour lui-même l'amour de l'humanité, leur demandant de sacrifier même leur vie? Quelqu’un a-t-il jamais osé proclamer Son absence absolue  de péché? Quelqu’un a-t-il jamais osé prononcer les mots: "Je suis la Vérité"? (Jean, 14: 6) Personne, et nulle part! Seul un Dieu peut le faire. Peux-tu imaginer ton Marx disant de pareilles choses? On le prendrait pour un fou et personne ne serait disposé à le suivre!
 
Maintenant, il suffit de considérer, combien de personnes ont tout sacrifié pour l'amour du Christ, et leur vie même, pour avoir cru à la véracité de Ses paroles au sujet de Lui-même! Si Ses proclamations sur Lui-même étaient fausses, Jésus aurait été le personnage le plus odieux de l'histoire, pour avoir mené tant de gens à un tel énorme sacrifice! Quel homme ordinaire, peu importe à quel point, avec quelle importance et combien il peut être sage,  mériterait une telle offre énorme et un tel sacrifice? Eh bien? Aucun! Non, à moins qu'il n’ait été Dieu!
 
En d'autres termes: un homme ordinaire qui demande un tel sacrifice de ses disciples aurait été la personne la plus répugnante de l'histoire. Le Christ, cependant, à la fois l’exigeait, et l’obtenait. Pourtant, malgré cette "réussite", Il a été proclamé par les négateurs-mêmes de Sa divinité comme la figure la plus noble et la plus sainte de l'histoire. Donc, soit les négateurs sont illogiques quand ils proclament cette figure hideuse comme la plus sainte, ou, de manière à éviter tout illogisme, et à rationaliser la co-existence des exigences du Christ et de Sa sainteté, ils doivent en arriver à accepter que le Christ continue d'être la figure la plus noble et la plus sainte et de l'humanité, mais seulement sous la condition qu'Il est aussi Dieu! Sinon, comme nous l'avons dit, Il serait, non pas le plus saint, mais la figure la plus odieuse de l'histoire, étant la cause du plus grand sacrifice de tous les âges, et au nom d'un mensonge! Ainsi, la divinité du Christ est prouvée par Ses négateurs eux-mêmes, sur la base de ces caractérisations même de Sa personne!
 
Athée: Ce que tu viens de dire est vraiment très impressionnant, mais ce n'est rien que de la spéculation. As-tu des faits historiques qui confirment Sa divinité?
 
Staretz Epiphanios: Je t'ai dit au début, que les preuves de Sa divinité sont les événements surnaturels qui ont eu lieu alors qu'Il était sur terre. Le Christ n’est pas seulement dans la proclamation des vérités ci-dessus, Il a aussi prouvé Ses déclarations par des miracles. Il a fait voir les aveugles et marcher les boiteux, il a satisfait la faim de cinq mille hommes et de multiples femmes et enfants, avec seulement deux poissons et cinq pains; Il a commandé les éléments de la nature et ils ont obéi, Il a ressuscité les morts, parmi lesquels était Lazare, quatre jours après sa mort. Mais le plus étonnant de tous Ses miracles a été Sa propre résurrection.
 
Tout l'édifice du christianisme est étayé par l'événement de la résurrection. Ce n'est pas ma spéculation. L'apôtre Paul dit: "Si Christ n'était pas ressuscité (des morts), notre foi serait vaine". (I Corinthiens, 15: 17). Si le Christ n'est pas ressuscité, alors tout s'écroule. Mais le Christ est ressuscité, ce qui signifie qu'Il est le Seigneur de la vie et de la mort, c'est pourquoi Il est Dieu.
 
Athée: As-tu vu tout cela? Comment peux-tu y croire?
 
Staretz Epiphanios: Non, je n'ai rien vu de tout cela, mais d'autres l’ont vu: les apôtres. À leur tour, ils l’ont fait savoir aux autres, et ils ont effectivement "signé" leur témoignage de leur propre sang. Et, comme tout le monde le reconnaît, un témoignage au prix de sa vie est la forme suprême de témoignage.
 
Pourquoi ne pas également m’amener quelqu'un qui me dira que Marx est mort et ressuscité, et qu'il est prêt à sacrifier sa vie afin d’en témoigner? Moi, comme honnête homme, je ne le croirai pas.
 
Athée: Je vais te le dire. Des milliers de communistes ont été torturés et sont morts pour leur idéologie. Pourquoi ne pas considérer le communisme de la même manière?
 
Staretz Epiphanios: Tu l’as dit toi-même. Les communistes sont morts pour leur idéologie. Ils ne sont pas morts pour des événements réels. Dans une idéologie, il est très facile à la tromperie de s'infiltrer, et parce c'est une caractéristique de l'âme humaine de se sacrifier pour quelque chose qu'elle croit, cela explique pourquoi tant de communistes sont morts pour leur idéologie. Mais cela ne nous oblige pas à accepter cette idéologie comme quelque chose de vrai.
 
C'est une chose que de mourir pour des idées, et un autre de mourir pour des événements. Les apôtres ne sont pas morts pour des idées. Pas même pour le "Aimez-vous", ou l'un des autres enseignements moraux du christianisme. Les apôtres sont morts pour leur témoignage d'événements surnaturels. Et quand nous disons "événement", nous entendons ce qui est capturé par nos sens physiques, et ce qui est compris par eux.
 
Les Apôtres ont subi le martyre pour "ce qu’ils ont entendu", "ce qu'ils ont vu de leurs propres yeux", "ce qu’ils ont observé et que leurs mains ont touché" (Jean I, 1) [3]
 
Tout comme la spéculation habile de Pascal, nous disons que l'une des trois choses suivantes arriva aux Apôtres: soit ils ont été trompés, soit ils nous ont trompés, ou, ils nous ont dit la vérité.
 
Prenons le premier cas. Il n'est pas possible pour les apôtres d'avoir été trompés, parce que tout ce qu'ils ont rapporté, ne leur a pas été signalé par d'autres. Eux-mêmes étaient l'œil et l'oreille témoins de toutes ces choses. D'ailleurs, aucun d'entre eux n'étaient des personnages plein d'imagination, pas plus qu'ils n'avaient une inclination psychologique qui leur faisait accepter l'événement de la résurrection. Bien au contraire, ils étaient terriblement méfiants. Les Évangiles sont extrêmement révélateurs, dans leurs récits de leurs dispositions spirituelles: ils n'ont même pas cru les assurances que certaines personnes L'avaient effectivement vu, ressuscité.
 
Et autre chose. Qu'étaient les apôtres, avant que Jésus-Christ ne les ai appelés? Etaient-ils des hommes politiques peut-être ambitieux, ou des visionnaires de systèmes philosophiques et sociaux, qui avaient le désir de conquérir l'humanité, et donc de satisfaire leurs fantasmes? Pas du tout. C'étaient des pêcheurs analphabètes. La seule chose qui les intéressait était de prendre un peu de poisson pour nourrir leurs familles. C'est pourquoi, même après la crucifixion du Seigneur, et malgré tout ce qu'ils avaient entendu et vu, ils sont retournés à leurs bateaux de pêche et à leurs filets. En d'autres termes, il n'y avait pas une seule trace d'aliénation de ces hommes pour les choses qui allaient suivre. C'est seulement après le jour de la Pentecôte, "quand ils ont reçu la force d'en haut", qu'ils sont devenus les maîtres de l'univers.
 
Deuxième cas: Nous ont-ils trompés? Nous ont-ils mentis? Mais alors, pourquoi nous tromperaient-ils. Que gagneraient-ils à mentir? De l'argent? Un statut? La gloire? Pour que quelqu'un mente, il faut qu'il en attende une sorte de gain. Les apôtres, par la prédication du Christ - et en fait du Christ crucifié et ressuscité - les seules choses qu'ils ont obtenu pour eux-mêmes sont les difficultés, les travaux, les saisines, les lapidations, les naufrages, la faim, la soif, la nudité, les attaques de voleurs, les coups, les incarcérations et enfin, la mort. Et tout cela pour un mensonge? Il serait sans doute ridicule pour quiconque de l'envisager.
 
Par conséquent, les apôtres ne se sont ni trompés, ni ne nous ont trompés. Cela nous laisse avec le troisième choix: ils nous ont dit la Vérité.
 
Je voudrais également souligner ici quelque chose d'autre: Les évangélistes sont les seuls qui aient enregistré de véritables événements historiques. Ils décrivent les événements, et seulement les événements. Ils ne recourent pas à des jugements personnels. Ils n'en louent pas un seul, et ils n'en critiquent aucun. Ils ne cherchent pas à exagérer un événement, ni à en éliminer ou à en sous-estimer un autre. Ils laissent les événements parler d'eux-mêmes. (A suivre)
 
Version française Claude Lopez-Ginisty d'après

INVITATION(S):

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, texte

______

Afficher l'image d'origine  

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

PRESENTATION DE JESUS AU TEMPLE:
 
  Afficher l'image d'origine
 
*Jeudi 2 FEVRIER, Fête de la Purification de la Ste Vierge et Présentation de Jésus au Temple
10h30, Messe et bénédiction des cierges de la chandeleur...
 
*Vendredi 3, Fête de St Blaise, Messe et bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorge)
 
 
LE PREMIER DIMANCHE DE
CHAQUE MOIS:
Pèlerinage au Monastère Syriaque en l'honneur
de
 
N-D DE MISERICORDE
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 
 
et Des Sts du Kerala:
Afficher l'image d'origine
St Abraham Koorilose Bava
Afficher l'image d'origine
St Gregorios de Parumala
 
 
10h30, Messe, repas fraternel, réception des fidèles..

PELERINAGE A LOURDES

 

 

 

DU 16 AU 19 FEVRIER 2017

 

Afficher l'image d'origine

Une fois de plus une petite portion des Chrétiens francophone

 

de St Thomas  se retrouvera à Lourdes pour un  Pèlerinage

 

Syro-Orthodoxe Francophone entre le 11 Février, anniversaire

 

de l'Apparition de la "belle dame"  à Bernadette (Devenue