Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 20:26
Samedi 23 JANVIER / Lectionnaire pour Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Malankare Orthodoxe)

Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur

Saint Qurbana

o    Actes des Apôtres 17: 16 à 34 :

  • 16 Pendant que Paul les attendait à Athènes, il avait l’esprit exaspéré en observant la ville livrée aux idoles.
  • 17 Il discutait donc à la synagogue avec les Juifs et ceux qui adorent Dieu, ainsi qu’avec ceux qu’il rencontrait chaque jour sur l’Agora.
  • 18 Il y avait même des philosophes épicuriens et stoïciens qui venaient s’entretenir avec lui. Certains disaient : « Que peut-il bien vouloir dire, ce radoteur ? » Et d’autres : « On dirait un prêcheur de divinités étrangères. » Ils disaient cela parce que Paul se faisait le messager de « Jésus » et de « Résurrection ».
  • 19 Ils vinrent le prendre pour le conduire à l’Aréopage. Ils lui disaient : « Pouvons-nous savoir quel est cet enseignement nouveau que tu proposes ?
  • 20 Tu nous rebats les oreilles de choses étranges. Nous voulons donc savoir ce que cela signifie. »
  • 21 Tous les Athéniens, en effet, ainsi que les étrangers de passage, ne consacraient leur temps à rien d’autre que dire ou écouter la dernière nouveauté.
  • 22 Alors Paul, debout au milieu de l’Aréopage, fit ce discours : « Athéniens, je peux observer que vous êtes, en toutes choses, des hommes particulièrement religieux.
  • 23 En effet, en me promenant et en observant vos monuments sacrés, j’ai même trouvé un autel avec cette inscription : “Au dieu inconnu.” Or, ce que vous vénérez sans le connaître, voilà ce que, moi, je viens vous annoncer.
  • 24 Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qu’il contient, lui qui est Seigneur du ciel et de la terre, n’habite pas des sanctuaires faits de main d’homme ;
  • 25 il n’est pas non plus servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, le souffle et tout le nécessaire.
  • 26 À partir d’un seul homme, il a fait tous les peuples pour qu’ils habitent sur toute la surface de la terre, fixant les moments de leur histoire et les limites de leur habitat ;
  • 27 Dieu les a faits pour qu’ils le cherchent et, si possible, l’atteignent et le trouvent, lui qui, en fait, n’est pas loin de chacun de nous.
  • 28 Car c’est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être. Ainsi l’ont également dit certains de vos poètes : Nous sommes de sa descendance.
  • 29 Si donc nous sommes de la descendance de Dieu, nous ne devons pas penser que la divinité est pareille à une statue d’or, d’argent ou de pierre sculptée par l’art et l’imagination de l’homme.
  • 30 Et voici que Dieu, sans tenir compte des temps où les hommes l’ont ignoré, leur enjoint maintenant de se convertir, tous et partout.
  • 31 En effet, il a fixé le jour où il va juger la terre avec justice, par un homme qu’il a établi pour cela, quand il l’a accrédité auprès de tous en le ressuscitant d’entre les morts. »
  • 32 Quand ils entendirent parler de résurrection des morts, les uns se moquaient, et les autres déclarèrent : « Là-dessus nous t’écouterons une autre fois. »
  • 33 C’est ainsi que Paul, se retirant du milieu d’eux, s’en alla.
  • 34 Cependant quelques hommes s’attachèrent à lui et devinrent croyants. Parmi eux, il y avait Denys, membre de l’Aréopage, et une femme nommée Damaris, ainsi que d’autres avec eux.

o     

o    1ère épître de St Paul Apôtre aux Corinthiens   3: 16 :

o    16 Ne savez-vous pas que vous êtes un sanctuaire de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?

o    4: 5 :

o    05 Ainsi, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il rendra manifestes les intentions des cœurs. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu.

o     

o    Evangile de Notre-Seigneur J-C selon Saint-Jean 3:1-12 :

  • 01 Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème ; c’était un notable parmi les Juifs.
  • 02 Il vint trouver Jésus pendant la nuit. Il lui dit : « Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. »
  • 03 Jésus lui répondit : « Amen, amen, je te le dis : à moins de naître d’en haut, on ne peut voir le royaume de Dieu. »
  • 04 Nicodème lui répliqua : « Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? »
  • 05 Jésus répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu.
  • 06 Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit.
  • 07 Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut.
  • 08 Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »
  • 09 Nicodème reprit : « Comment cela peut-il se faire ? »
  • 10 Jésus lui répondit : « Tu es un maître qui enseigne Israël et tu ne connais pas ces choses-là ?
  • 11 Amen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage.
  • 12 Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ?

o     

                                                                                           

Samedi 23 JANVIER / Lectionnaire pour Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Malankare Orthodoxe)

Dans La Didachè (entre 60-120), catéchèse judéo-chretienne 
Paragraphes 10 et 16 

 

« Veillez car vous ne connaissez pas le jour »

 

 

Une fois rassasiés de l'Eucharistie, remerciez ainsi :

Nous te rendons grâces, ô Père Saint, pour ton saint nom que tu as fait habiter en nos cœurs, et pour la connaissance, la foi, l'immortalité que tu nous as révélées par Jésus, ton serviteur. Gloire à toi dans les siècles. Amen ! ...

Avant tout, nous te rendons grâces, parce que tu es tout-puissant: Gloire à toi dans les siècles. Amen !

Souviens-toi de ton Église, Seigneur, pour la délivrer de tout mal et la parfaire dans ton amour.

Rassemble des quatre vents cette Église sanctifiée, dans ton Royaume que tu lui as préparé.

Car à toi sont puissance et gloire dans les siècles. Amen ! Que la grâce vienne et que ce monde passe. Amen !

Si quelqu'un est saint, qu'il s'approche ; s'il ne l'est pas, qu'il fasse pénitence. Marana tha ! Amen... 

Oui, veillez sur votre vie ; ne laissez pas s'éteindre vos lampes ni sur vos reins se dénouer vos ceintures. Soyez prêts.

Car vous ignorez l'heure où notre Seigneur viendra.

Assemblez-vous fréquemment pour chercher ensemble ce qui convient à vos âmes.

Car tout le temps de votre foi ne vous servira de rien, si, au dernier moment, vous n'êtes devenus parfaits.. 

 

 

« Pour envahir le monde de son amour miséricordieux, Dieu attend des actes de confiance et d'humilité, d'une pureté telle que le moindre mouvement de retour sur soi apparaît comme un grain de sable qui enraie la machine. Quand Dieu trouve un homme comme Abraham qui lui fait confiance jusqu'à lui offrir ce qu'il a de plus cher, c'est-à-dire sa liberté, il comble tous ses désirs, mais il faut que cet homme n'exige aucune garantie.

« Quand la Sainte Vierge est apparue à Catherine Labouré elle lui a montré les grâces sortant de ses mains sous forme de rayons - mais aussi les grâces qu'on ne reçoit pas, celles que les hommes ne pensent pas à demander. Je conseille de demander « effrontément » les grâces que les autres ne pensent pas à demander, en insistant bien sur le fait que nous ne réclamons aucune garantie. » (1)

Le propre de la confiance est de vivre sans garantie, à tous les plans, en lâchant tout ce qui pourrait nous donner la moindre sécurité. C'est aussi le sens de la pauvreté, qui ouvre à la possession du Royaume des cieux. Dans l'évangile, tout se tient ; on ne peut pas prier le Père au nom de Jésus sans lui faire confiance, et pour faire confiance, il faut être pauvre et ne plus se regarder ; donc il faut devenir humble. Dès qu'un homme entre dans cette attitude de pauvreté absolue, il peut tout demander à Dieu, avec une audace sans limites. »

1. P. Molinié o.p., Le courage d'avoir peur, Cerf 1975, p. 222.

Jean Lafrance (1931-1991), La puissance de la prière (Troisième Partie, ch. I, 2), Abbaye Ste-Scholastique, Dourgne, 1978.

Abraham-priere_1a.jpg

Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
===
NOS PELERINAGES:
Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)
+++

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

 

+++

 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

+++

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pèlerinage à Lourdes :

 

 

Les Chrétiens Syro-Orthodoxes Francophones 

de Saint Thomas (Mar Thoma) 

dont St Gregorios de Parumala est patron du "Relais Paroissial" de Lourdes et sa région  

 

organisent un pèlerinage privé à

 

NOTRE-DAME DE LOURDES

 

*Du Vendredi 29 Janvier (Pour les Normands et Parisiens) au 2 Février 

*Du Samedi 30 Janvier au 2 Février (Pour les Charentais,Girondins, Limousins,etc...).

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

OUR LADY OF LOURDES


* From Friday, January 29 (For the Normans and Parisians) to February 2
* From Saturday, January 30 to February 2 (For Charentais, Girondins, Limousin, etc ...).
(Registration closed January 25)

 

*Normandie et Région Parisienne : départ le Vendredi 29 Janvier à 7 h du Monastère, coucher à Jauldes

* Normandy and the Paris region: starting Friday, January 29 at 7 in the Monastery, set at Jauldes

 

*Charente : Départ le Samedi 30 à 7h

* Charente: Depart on Saturday 30 at 7 am

 

*Dimanche 31 Janvier, journée à LOURDES.

* Sunday, January 31, LOURDES day.

 

*Lundi 1er Février, pour les Normands et Parisiens, retour en Normandie.

* Monday, February 1st, to the Normans and Parisians, back in Normandy.

Pour ceux qui rejoignent la Charente, matinée à Lourdes, visite à Ferrières, couché à JAULDES

For those who join the Charente morning in Lourdes, visit Ferrières, lying JAULDES

 

*Mardi 2 Février, Purification de la Très Sainte Vierge:

 

-10h30, Messe à JAULDES en Charente ou au Monastère pour les Normands et Parisiens (Le 2 au soir, retour des Parisiens sur Paris.) 

Bénédiction des Cierges de la Chandeleur... 

* Tuesday, February 2, Purification of the Blessed Virgin:
-10h30, Mass JAULDES Monastery in Charente or for the Normans and Parisians (The 2 evening, back in Paris for Parisians.)
Blessing of Candles Candlemas ...

 

  

 

(Offrandes libres pour la participation aux frais de transport et la location des locaux)

 

Inscriptions:

 

(Free offerings for participation in transportation costs and for rental of premises)

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

Vous pouvez librement nous envoyer vos intentions de prières que nous confierons à l'intercession de Notre-Dame, de Sainte Bernadette et de Saint Gregorios lorsque nous irons, avec son Icône (Offerte par l'O.C.P), prier à la grotte de Massabielle où Marie apparut à Bernadette pour lui donner un message de conversion.

You can freely send us your prayer intentions that we entrust to the intercession of Our Lady, St. Bernadette and St. Gregorios when we go, with its icon (Offered by the OCP), to pray at the Grotto of Massabielle where Mary appeared to Bernadette to give him a message of conversion.

+++
 

Toute offrande fait  l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

+++

  

Note: 

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 +++

 PROGRAMME DE CES PROCHAINES SEMAINES AUMONASTÈRE SYRIAQUE DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE, MÈRE DE MISÉRICORDE:

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

 

 

*Mardi 2 Février:

10h30, Messe au Monastère. Bénédiction des Cierges de la Chandeleur.

* Tuesday, February 2:
10:30 Mass at the Monastery. Candles Blessing of Candlemas.

 

 *Mercredi 3 Février:

 Messe et Bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorges)

* Wednesday, February 3:
  Mass and Blessing of St. Blaise candles (Against Gorge diseases)

 

*Dimanche 7 Février, Pèlerinage mensuel à N-D de

 

Miséricorde

 Messe à 10h30, distribution des cierges de la Chandeleur et de St Blaise (Imposition de ces derniers à 15h ).Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

* Sunday, February 7, monthly Pilgrimage to Our Lady of Mercy
  Mass at 10:30, distributing candles of Candlemas and St. Blaise (Imposition of these to 15h) .Repas fraternal and loyal reception from 13:30 to 17:30.

 

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

Pour

PARIS ET  SA REGION :

(Messes épisodiques.

RAMASSAGE DES FIDELES

pour le Weekend de Pèlerinage en Normandie à N-D de Miséricorde 

tous les samedis précédent le 1er dimanche du mois à 15h,

Place du Chatelet

Samedi 23 JANVIER / Lectionnaire pour Troisième dimanche après le Baptême de Notre Seigneur (Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Malankare Orthodoxe)
Repost 0
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 09:27
"To be sure, priests do hold a position of authority in the Church. But what kind of authority is it? What kind of headship? I really like the Roman Bishop’s official title: 'the servant of the servants of God.' Regardless of how it is realized in the life of any particular pontiff, the title itself is very much Christ-centric and conveys the correct idea: a priest or a bishop receives his authority from Christ, and it is His, Christ’s, authority, not the priest’s. So, in order to find out how a priest is to exercise his authority, we must look at how Christ exercised His authority and learn from His example...."(https://frsergei.wordpress.com/2015/07/05/study-notes-the-authority-of-priests/)   /   Assurément, les prêtres sont dans une position d'autorité dans l'Église. Mais de quelle sorte d'autorité s'agit-il? De quelle direction? J'aime beaucoup le tître officiel de l'évêque de Rome, "serviteur des serviteurs de Dieu." Sans se pencher sur la manière dont il est accompli dans la vie de ce hiérarque en particulier, le titre en lui-même est très Christocentrique, et il est porteur du principe correct : un prêtre ou un évêque reçoit son autorité du Christ, et c'est la Sienne d'autorité, celle du Christ, pas celle du prêtre. Dès lors, afin de comprendre comment un prêtre doit exercer cette autorité, nous devons regarder comment le Christ a exercé Son autorité et apprendre de Son exemple..." (Extrait d'une étude intéressante du prêtre Sergei Sveshnikov)

"To be sure, priests do hold a position of authority in the Church. But what kind of authority is it? What kind of headship? I really like the Roman Bishop’s official title: 'the servant of the servants of God.' Regardless of how it is realized in the life of any particular pontiff, the title itself is very much Christ-centric and conveys the correct idea: a priest or a bishop receives his authority from Christ, and it is His, Christ’s, authority, not the priest’s. So, in order to find out how a priest is to exercise his authority, we must look at how Christ exercised His authority and learn from His example...."(https://frsergei.wordpress.com/2015/07/05/study-notes-the-authority-of-priests/) / Assurément, les prêtres sont dans une position d'autorité dans l'Église. Mais de quelle sorte d'autorité s'agit-il? De quelle direction? J'aime beaucoup le tître officiel de l'évêque de Rome, "serviteur des serviteurs de Dieu." Sans se pencher sur la manière dont il est accompli dans la vie de ce hiérarque en particulier, le titre en lui-même est très Christocentrique, et il est porteur du principe correct : un prêtre ou un évêque reçoit son autorité du Christ, et c'est la Sienne d'autorité, celle du Christ, pas celle du prêtre. Dès lors, afin de comprendre comment un prêtre doit exercer cette autorité, nous devons regarder comment le Christ a exercé Son autorité et apprendre de Son exemple..." (Extrait d'une étude intéressante du prêtre Sergei Sveshnikov)

Livre de la Sagesse 3,1-8.

La vie des justes est dans la main de Dieu, il ne peut leur arriver aucun malheur.
Aux yeux des insensés, ils paraissent être morts, et leur sortie de ce monde semble un malheur,
et leur départ du milieu de nous un anéantissement ; mais ils sont dans la paix.
Alors même que, devant les hommes, ils ont subi des châtiments, leur espérance est pleine d'immortalité.
Après une légère peine, ils recevront une grande récompense ; car Dieu les a éprouvés, et les a trouvés dignes de lui.
Il les a essayés comme l'or dans la fournaise, et les a agréés comme un parfait holocauste.
Au temps de leur récompense, ils brilleront ; comme des étincelles, ils courront à travers le chaume.
Ils jugeront les nations et domineront sur les peuples, et le Seigneur régnera sur eux à jamais.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 21,9-19.

En ce temps-là Jésus dit à ses disciples : " Quand vous entendrez parler de guerres et de séditions, ne soyez pas effrayés, car il faut que cela arrive d'abord ; mais ce ne sera pas encore la fin."
Il leur dit alors : " On se dressera nation contre nation, royaume contre royaume.
Il y aura de grands tremblements de terre et, par endroits, des pestes et des famines, et il y aura des choses effrayantes et de grands signes venant du ciel.
Mais, avant tout cela, on mettra la main sur vous, on vous poursuivra, on vous livrera aux synagogues et aux prisons, on vous emmènera devant rois et gouverneurs, à cause de mon nom.
Cela aboutira pour vous au témoignage.
Prenez donc la résolution de ne pas vous exercer par avance à vous défendre,
car moi, je vous donnerai bouche et science, auxquelles tous vos adversaires ne pourront ni résister ni contredire.
Vous serez livrés même par vos parents, vos frères, vos proches et vos amis, et ils en feront mettre à mort d'entre vous.
Vous serez en haine à tous à cause de mon nom.
Et pas un cheveu de votre tête ne périra.
C'est par votre constance que vous gagnerez vos âmes.

Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

De La Lettre à Diognète

(v. 200) § 11 (trad. cf SC 33 bis, p. 79) 


 

« Pour les envoyer prêcher »

 

Je ne dis rien d'étrange, je ne recherche pas le paradoxe, mais, docile à l'enseignement des apôtres, je veux à mon tour enseigner les nations.

Je veux transmettre exactement la tradition à ceux qui veulent, eux aussi, devenir les disciples de la Vérité.

Qui...ne s'empresserait pas d'apprendre pleinement tout ce que le Verbe de Dieu a clairement enseigné a ses disciples ?

Car en se manifestant, ce Verbe qui n'a pas été compris par ceux qui ne croyaient pas en lui, a manifesté la vérité à ses disciples ; s'exprimant ouvertement, il a tout dit à ses disciples.

Il les a reconnus comme ses fidèles, et ils ont reçu de lui la connaissance des mystères du Père. 

C'est pour cela que le Verbe a été envoyé dans le monde. Et pour qu'il soit manifesté au monde entier..., il a été proclamé par les apôtres pour que les nations croient en lui.

Lui qui était dès le commencement (1Jn 1,1), il s'est manifesté dans la nouveauté, et ses disciples ont reconnu en lui l'ancienneté. Il renaît toujours jeune dans le cœur des saints...

Par lui l'Église est comblée de richesses ; la grâce s'épanouit, se multiplie dans les saints ; elle confère l'intelligence de la foi, dévoile les mystères du Père ; elle donne à comprendre les temps...

Elle est offerte à ceux qui la recherchent en respectant les règles de la foi et en gardant fidèlement la tradition des Pères. 

Voici que la crainte de la Loi est chantée ; voici que la grâce des prophètes est reconnue, la foi des Évangiles affermie, la tradition des apôtres conservée ; la grâce de l'Église bondit d'allégresse.

Cette grâce, ne la contristez pas ; alors vous connaîtrez les secrets que le Verbe de Dieu révèle par qui il veut, quand il lui plaît.

Approchez-vous, écoutez, et vous saurez tout ce que Dieu confie à ceux qui l'aiment vraiment.

« Dans son Exposition de la Doctrine catholique, livre destiné aux Protestants, Bossuet explique la façon dont les fidèles assistent à la messe :

-« En présentant Jésus-Christ à Dieu, nous apprenons en même temps à nous offrir à la majesté divine, en Lui et par Lui, comme des "hosties vivantes" (italiques). »

Et saint Augustin :

« Dans l'offrande qu'elle fait au Seigneur, du corps et du sang de Jésus-Christ, l’Église s'offre et s'immole elle-même... Ne faire qu'un seul corps en Jésus-Christ, voilà le vrai sacrifice des chrétiens. (1) »


Hélas ! trop de fidèles se tiennent éloignés de cet idéal qui devrait être pourtant la règle.

La règle de chaque chrétien.

Combien plus la règle de chaque prêtre. « Quel beau spectacle présenterait l’Église, si tous les chrétiens » - et nous pouvons ajouter si tous les prêtres - « comprenaient ainsi cette loi de leur sacrifice ! Autour de Jésus apparaissant comme mort, tous les chrétiens spirituellement immolés, devraient former une hostie d'adoration réparatrice. Qu'il en soit ainsi de nous tous, ô mon Dieu, qu'il en soit ainsi. Donnez-nous d'être des hosties immolées avec Jésus-Christ. (2) »
[...]
Au dos d'une image qu'elle lui envoyait pour son sous-diaconat, la sœur de Mgr d'Hulst avait écrit : « Ne sois jamais prêtre sans être hostie. » - Belle devise pour nous tous. »

1. De civitate Dei, L. X, ch. VI. - 2. P. J. Grimal : Le sacerdoce et le sacrifice de Jésus-Christ, p. 277 (Beauchesne, 1911).

(méditation à suivre ce dimanche 24 janvier)

Raoul Plus s.j. (1882-1958), L'idée réparatrice (Livre II ch. 3), Gabriel Beauchesne, Paris, 1919.

Raoul Plus,messe,sacrifice,offrande,chrétiens,hostie,corps,sang,Jésus,Christ,réparation,immolation,prêtre

Theophany or Epiphany - Here are some thoughts by Fr. George Dragas.  "Theophany (or Epiphany) and Christmas. Theophany is one of the great Feasts of the Lord of the ecclesiastical year. It is also called Epiphany and the Day of Lights and is celebrated on the 6th of January. The names of this Feast indicate the understanding of the ancient Church concerning this Feast. This understanding is connected with the revelation of God, that is, the manifestation of the One God in Trinity through the Incarnation of the Son of God, our Lord Jesus Christ. Consequently, Theophany comprises the birth of Christ and the related events (e.g. the visitation of the Magi) and also the beginning of the public manifestation of the incarnate economy of the Son of God which is connected with the Baptism of Christ in the Jordan by John the Baptizer.  In the 4th century AD, Christmas was separated from Theophany and constituted a separate Feast, which was celebrated on the 25th of December. This separation had been adopted in the Western Church, which was at that time united with the Eastern Churches. Since then Theophany was specifically connected with the Baptism of Christ, i.e. with the commencement of the public ministry of Christ through which he became the Savior and Redeemer of the world. The question that arises here is why was Christ baptized? Why did this take place and what is its deeper meaning?" The Baptism of Christ and the Sacrament of Baptism  a) The Witness of John the Evangelist. In the Gospel of St. John we find the first hints regarding the relation between the Baptism of Christ and the Sacrament of Baptism. St. John the Forerunner speaks about the Baptism in water which he administered according to the divine calling and explains that the coming Christ would transform it into baptism in the Spirit so that through it human beings would enter into the kingdom of God: “John bore witness and said that he saw the Spirit descending like a Dove from heaven and resting upon Christ. He also said the he did not know him [i.e. Christ – until that point], but He who sent him to baptize had said that on whom he would see the Spirit descending and resting upon him, he would be the One who will baptize in the Holy Spirit. John also said that he saw this and bore witness to it, namely, that he is [the Christ] the Son of God” (1:32-34). Exactly the same was confirmed by the Lord himself when he said to Nicodemus: “Amen, amen I say to you, unless one is born of water and Spirit, one cannot enter the kingdom of God” (3:5). These words of the Lord constitute the institution of the holy sacrament of Baptism, through which human beings become Christians. The descent of the Holy Spirit, then, at the Baptism of Christ, revealed the sacrament of Christ which Christ instituted and operates through the Holy Spirit. It is the Baptism which the Lord delivered to his holy disciples as a basic element of their ministry in the world.  b) The Witness of the Evangelists Matthew and Mark. In the two synoptic Evangelists, Matthew and Mark, there is an explicit statement about the necessity of the sacrament of Baptism as a means of participation of human beings in the salvation which Christ offers. This appears in the command of the Risen Lord to his Disciples to preach the Gospel and baptize human beings throughout the world. In other words, he asked them to initiate human beings into their new and saving relation with the one God in Trinity which was definitively revealed at his Baptism in the Jordan by John the Baptizer in the name of the Father and the Son and the Holy Spirit. “Go, then, and make disciples of all nations, baptizing them in the name of the Father and the Son and the Holy Spirit, teaching them to observe all those things which I commanded to you” (28:18-20). Mark the Evangelist states the same in a briefer way. “Go to the whole world and preach the Gospel to the entire creation. Whoever believes you and is baptized will be saved” (16:15-16).  It is clear, then, that the sacrament of Baptism which Christ instituted by fulfilling and transforming the Baptism of John the Baptizer is the commencement of our reconnection with our creator, who is the leader and perfecter of our salvation. To understand the deeper meaning of this salvation we must pay attention to the details that the Gospel narratives supply concerning the Baptism of the Lord in the Jordan.  Fr. George Dragas /

Theophany or Epiphany - Here are some thoughts by Fr. George Dragas. "Theophany (or Epiphany) and Christmas. Theophany is one of the great Feasts of the Lord of the ecclesiastical year. It is also called Epiphany and the Day of Lights and is celebrated on the 6th of January. The names of this Feast indicate the understanding of the ancient Church concerning this Feast. This understanding is connected with the revelation of God, that is, the manifestation of the One God in Trinity through the Incarnation of the Son of God, our Lord Jesus Christ. Consequently, Theophany comprises the birth of Christ and the related events (e.g. the visitation of the Magi) and also the beginning of the public manifestation of the incarnate economy of the Son of God which is connected with the Baptism of Christ in the Jordan by John the Baptizer. In the 4th century AD, Christmas was separated from Theophany and constituted a separate Feast, which was celebrated on the 25th of December. This separation had been adopted in the Western Church, which was at that time united with the Eastern Churches. Since then Theophany was specifically connected with the Baptism of Christ, i.e. with the commencement of the public ministry of Christ through which he became the Savior and Redeemer of the world. The question that arises here is why was Christ baptized? Why did this take place and what is its deeper meaning?" The Baptism of Christ and the Sacrament of Baptism a) The Witness of John the Evangelist. In the Gospel of St. John we find the first hints regarding the relation between the Baptism of Christ and the Sacrament of Baptism. St. John the Forerunner speaks about the Baptism in water which he administered according to the divine calling and explains that the coming Christ would transform it into baptism in the Spirit so that through it human beings would enter into the kingdom of God: “John bore witness and said that he saw the Spirit descending like a Dove from heaven and resting upon Christ. He also said the he did not know him [i.e. Christ – until that point], but He who sent him to baptize had said that on whom he would see the Spirit descending and resting upon him, he would be the One who will baptize in the Holy Spirit. John also said that he saw this and bore witness to it, namely, that he is [the Christ] the Son of God” (1:32-34). Exactly the same was confirmed by the Lord himself when he said to Nicodemus: “Amen, amen I say to you, unless one is born of water and Spirit, one cannot enter the kingdom of God” (3:5). These words of the Lord constitute the institution of the holy sacrament of Baptism, through which human beings become Christians. The descent of the Holy Spirit, then, at the Baptism of Christ, revealed the sacrament of Christ which Christ instituted and operates through the Holy Spirit. It is the Baptism which the Lord delivered to his holy disciples as a basic element of their ministry in the world. b) The Witness of the Evangelists Matthew and Mark. In the two synoptic Evangelists, Matthew and Mark, there is an explicit statement about the necessity of the sacrament of Baptism as a means of participation of human beings in the salvation which Christ offers. This appears in the command of the Risen Lord to his Disciples to preach the Gospel and baptize human beings throughout the world. In other words, he asked them to initiate human beings into their new and saving relation with the one God in Trinity which was definitively revealed at his Baptism in the Jordan by John the Baptizer in the name of the Father and the Son and the Holy Spirit. “Go, then, and make disciples of all nations, baptizing them in the name of the Father and the Son and the Holy Spirit, teaching them to observe all those things which I commanded to you” (28:18-20). Mark the Evangelist states the same in a briefer way. “Go to the whole world and preach the Gospel to the entire creation. Whoever believes you and is baptized will be saved” (16:15-16). It is clear, then, that the sacrament of Baptism which Christ instituted by fulfilling and transforming the Baptism of John the Baptizer is the commencement of our reconnection with our creator, who is the leader and perfecter of our salvation. To understand the deeper meaning of this salvation we must pay attention to the details that the Gospel narratives supply concerning the Baptism of the Lord in the Jordan. Fr. George Dragas /

La Théophanie est une des grandes fêtes du Seigneur dans l'année ecclésiastique. On l'appelle aussi l'Épiphanie et le Jour des Lumières, et elle est célébrée le 6 janvier. Les noms de cette Fête dévoilent la compréhension qu'en avait l'antique Église. Cette compréhension est reliée à la révélation de Dieu, à savoir la manifestation du Dieu Un en la Trinité à travers l'Incarnation du Fils de Dieu, notre Seigneur Jésus-Christ. Dès lors, la Théophanie reprend la nativité du Christ et les événements qui y sont reliés (e.a. la visitation des Mages), et aussi le début de la manifestation publique du Fils de Dieu, cette économie de l'Incarnation qui est reliée au Baptême du Christ dans le Jourdain par Jean le Baptiste.  Au 4ème siècle, la fête de Noël fut séparée de la Théophanie et constitua une Fête disctincte, qui fut célébrée le 25 décembre. Cette distinction a été adoptée dans l'Église en Occident, qui à l'époque était une avec l'Église en Orient. Depuis lors, lors la Théophanie était spécifiquement reliée au Baptême du Christ, à savoir le commencement du ministère publique du Christ par lequel Il devint le Sauveur et le Rédempteur du monde. La question qui survient ici, c'est pourquoi donc le Christ fut baptisé? Pourquoi donc cela a-t'il eu lieu, et quelle en est la profonde signification?  Le Baptême du Christ et le Sacrement du Baptême  a) Le témoignage de Jean l'Évangéliste. Dans l'Évangile de saint Jean, nous trouvons les premiers éléments à propos de la relation entre le Baptême du Christ et le Sacrement de Baptême. Saint Jean le Précurseur parle d'un Baptême dans l'eau qu'il administrait selon un appel divin, et expliquait que le Christ qui allait venir le transformerait en Baptême dans l'Esprit, de sorte qu'à travers cela, les humains puissent entrer dans le Royaume de Dieu : "Et Jean rendit témoignage en disant: "J’ai vu l’Esprit descendre, tel une colombe venant du ciel, et demeurer sur Lui.  Et moi, je ne Le [c-à-d le Christ] connaissais pas, mais Celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, Celui-là m’avait dit: "Celui sur Qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est Lui qui baptise dans l’Esprit Saint."  Et moi, j’ai vu et je témoigne que Celui-ci est l’Élu de Dieu." (Jn 1,32-34). C'est exactement ce qui sera confirmé par le Seigneur Lui-même lorsqu'Il dira à Nicodème "En vérité, en vérité, Je te le dis, à moins de naître d’eau et d’Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu" (Jn 3,5). Ces paroles du Seigneur constituent l'institution du saint Sacrement du Baptême, par lequel les êtres humains deviennent Chrétiens. La descente du Saint Esprit au Baptême du Christ, révéla le sacrement du Christ, que le Christ institua, opérant à travers le Saint Esprit. C'est le Baptême que le Seigneur administra à Ses saints disciples comme un élément de base de leur ministère dans le monde.  b) Le témoignage des Évangélistes Mathieu et Marc. Dans ces 2 évangiles synoptiques, Mathieu et Marc, il y a une déclaration explicite sur la nécessité du Sacrement de Baptême comme moyen de participation des êtres humains au Salut que le Christ offre. On la trouve dans le commandement du Seigneur Ressuscité adressé à Ses disciples, les envoyant prêcher l'Évangile et baptiser le monde entier. En d'autres termes, Il leur demandait d'initier les êtres humains à une nouvelle et salvifique relation avec le Dieu Un en la Trinité, Qui fut définitivement révélé dans Son Baptême dans le Jourdain par Jean le Baptiste au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. "Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit" (Mt 28,18-20). Marc l'Évangeliste le dit d'une manière plus brève. "Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création.  Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé" (Mc 16,15-16).  Dès lors, il est clair que le Sacrement du Baptême que le Christ a institué en accomplissant et transformant le Baptême de Jean le Baptiste, est le commencement de notre reconnexion avec notre Créateur, Qui est le maître et accomplisseur de notre Salut. Pour comprendre la profonde signification de ce Salut, nous devons examiner avec soin les détails des récits évangéliques rapportant le Baptême du Seigneur dans le Jourdain.( Archiprêtre George Dion Dragas, Phd, DD, DTh)

La Théophanie est une des grandes fêtes du Seigneur dans l'année ecclésiastique. On l'appelle aussi l'Épiphanie et le Jour des Lumières, et elle est célébrée le 6 janvier. Les noms de cette Fête dévoilent la compréhension qu'en avait l'antique Église. Cette compréhension est reliée à la révélation de Dieu, à savoir la manifestation du Dieu Un en la Trinité à travers l'Incarnation du Fils de Dieu, notre Seigneur Jésus-Christ. Dès lors, la Théophanie reprend la nativité du Christ et les événements qui y sont reliés (e.a. la visitation des Mages), et aussi le début de la manifestation publique du Fils de Dieu, cette économie de l'Incarnation qui est reliée au Baptême du Christ dans le Jourdain par Jean le Baptiste. Au 4ème siècle, la fête de Noël fut séparée de la Théophanie et constitua une Fête disctincte, qui fut célébrée le 25 décembre. Cette distinction a été adoptée dans l'Église en Occident, qui à l'époque était une avec l'Église en Orient. Depuis lors, lors la Théophanie était spécifiquement reliée au Baptême du Christ, à savoir le commencement du ministère publique du Christ par lequel Il devint le Sauveur et le Rédempteur du monde. La question qui survient ici, c'est pourquoi donc le Christ fut baptisé? Pourquoi donc cela a-t'il eu lieu, et quelle en est la profonde signification? Le Baptême du Christ et le Sacrement du Baptême a) Le témoignage de Jean l'Évangéliste. Dans l'Évangile de saint Jean, nous trouvons les premiers éléments à propos de la relation entre le Baptême du Christ et le Sacrement de Baptême. Saint Jean le Précurseur parle d'un Baptême dans l'eau qu'il administrait selon un appel divin, et expliquait que le Christ qui allait venir le transformerait en Baptême dans l'Esprit, de sorte qu'à travers cela, les humains puissent entrer dans le Royaume de Dieu : "Et Jean rendit témoignage en disant: "J’ai vu l’Esprit descendre, tel une colombe venant du ciel, et demeurer sur Lui. Et moi, je ne Le [c-à-d le Christ] connaissais pas, mais Celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau, Celui-là m’avait dit: "Celui sur Qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est Lui qui baptise dans l’Esprit Saint." Et moi, j’ai vu et je témoigne que Celui-ci est l’Élu de Dieu." (Jn 1,32-34). C'est exactement ce qui sera confirmé par le Seigneur Lui-même lorsqu'Il dira à Nicodème "En vérité, en vérité, Je te le dis, à moins de naître d’eau et d’Esprit, nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu" (Jn 3,5). Ces paroles du Seigneur constituent l'institution du saint Sacrement du Baptême, par lequel les êtres humains deviennent Chrétiens. La descente du Saint Esprit au Baptême du Christ, révéla le sacrement du Christ, que le Christ institua, opérant à travers le Saint Esprit. C'est le Baptême que le Seigneur administra à Ses saints disciples comme un élément de base de leur ministère dans le monde. b) Le témoignage des Évangélistes Mathieu et Marc. Dans ces 2 évangiles synoptiques, Mathieu et Marc, il y a une déclaration explicite sur la nécessité du Sacrement de Baptême comme moyen de participation des êtres humains au Salut que le Christ offre. On la trouve dans le commandement du Seigneur Ressuscité adressé à Ses disciples, les envoyant prêcher l'Évangile et baptiser le monde entier. En d'autres termes, Il leur demandait d'initier les êtres humains à une nouvelle et salvifique relation avec le Dieu Un en la Trinité, Qui fut définitivement révélé dans Son Baptême dans le Jourdain par Jean le Baptiste au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. "Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit" (Mt 28,18-20). Marc l'Évangeliste le dit d'une manière plus brève. "Allez dans le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé" (Mc 16,15-16). Dès lors, il est clair que le Sacrement du Baptême que le Christ a institué en accomplissant et transformant le Baptême de Jean le Baptiste, est le commencement de notre reconnexion avec notre Créateur, Qui est le maître et accomplisseur de notre Salut. Pour comprendre la profonde signification de ce Salut, nous devons examiner avec soin les détails des récits évangéliques rapportant le Baptême du Seigneur dans le Jourdain.( Archiprêtre George Dion Dragas, Phd, DD, DTh)

UN SANCTUAIRE MARIAL FRANCAIS: NOTRE-DAME DE CEIGNAC

"Par l'intercession de Marie, Seigneur, faites que je voie " !

Le sanctuaire Notre-Dame de Ceignac est à 12 km de Rodez (ville du centre de la France).

L’église possède, selon la tradition, entre autres reliques, des fragments du voile de Notre Dame.

Dès les premiers siècles de l'ère chrétienne, l'évêque saint Martial fit ériger en ce lieu un sanctuaire marial qui eut une grande renommée et attira de nombreux pèlerins.


Au XIIIe siècle on y installa une statue, taillée dans du bois de tilleul, qui représentait la sainte Vierge présentant son Fils.

De tous temps les Chrétiens vinrent y demander l'intercession de Marie.

Elle ne cessa jamais de leur prodiguer de nombreuses grâces.

Notamment lorsque la ville de Rodez souffrit d'une redoutable épidémie de peste.

Devant le nombre croissant des pèlerins, l’église, érigée en Basilique, ne cessa d'être agrandie entre le XIe et le XVIIe s.


La ferveur populaire s'adresse à la Sainte Vierge pour tous les maux et surtout les maladies des yeux. 

 

 

« La vue de vos faiblesses vous décourage trop.

Il faut avoir plus de confiance en la bonté de Dieu. Ce qu'il a fait pour votre salut est une marque qu'il vous aime, et ses miséricordes sont plus grandes sur vous que vous ne le concevez. Si vous aviez les yeux aussi ouverts à son amour et aux motifs qui vous devraient obliger de vous confier en lui, comme vous les avez ouverts à vos misères et à ces sujets qui vous abattent, vous seriez bientôt délivré de vos peines. Car, soit qu'elles naissent de votre propre infirmité ou de la multitude de vos péchés, tout cela ne vous paraîtrait rien auprès de l'étendue des biens qu'une foi vive et constante vous ferait trouver en Jésus-Christ.

Je vous conseille d'avoir souvent en vue sa miséricorde infinie, qui absorbe tout péché, comme une fournaise ardente consume en un moment un brin de paille, ou comme le vaste océan absorbe dans son sein un grain de sable qu'on y jette. La miséricorde de Dieu n'a point de bornes : elle est immense, et nos péchés devant elle ne sont rien qu'un atome. Sa grande gloire est d'engloutir les plus grands crimes. Plus elle en absorbe, plus elle paraît éclatante. De la multitude de nos péchés et de nos misères immenses il prend sujet de faire sa puissance et d'exalter la grandeur infinie de sa bonté. C'est là le grand fondement de la confiance chrétienne, dont vous devez vous servir souvent pour vous soutenir dans vos abattements, et pour vous fortifier contre vos craintes. »

M. Jean-Jacques Olier (1608-1657), Lettres spirituelles, extrait de la Lettre LVIII, in "Œuvres complètes" publiées par M. l'Abbé Migne, J.-P. Migne Éditeur, 1856.

beaches-sun-rays_1a.jpg

Nous sommes appelés par l'Église et le pays à courageusement nous lever et combattre contre tout ce qui est faux, malhonnête, non-chrétien ou inhumain. Dès lors, allons de l'avant, courageusement, avec la ferme intention de gagner. Archevêque Iakovos (soutenant Martin Luther King)

Nous sommes appelés par l'Église et le pays à courageusement nous lever et combattre contre tout ce qui est faux, malhonnête, non-chrétien ou inhumain. Dès lors, allons de l'avant, courageusement, avec la ferme intention de gagner. Archevêque Iakovos (soutenant Martin Luther King)

Rester serein au milieu des tempêtes

Un enseignement de Lanza del Vasto pour notre temps.

Fils spirituel de Gandhi mais profondément catholique, Lanza del Vasto est connu du grand public comme l’apôtre de la non-violence. Son enseignement spirituel demeure encore largement à découvrir. C’est ce que contribuent à faire les éditions Desclée de Brouwer en publiant simultanément deux titres majeurs : Commentaire de l’Évangile et Approches de la vie intérieure. Ce dernier ouvrage doit incontestablement figurer parmi les grands titres de la spiritualité catholique contemporaine. Fin connaisseur des blessures et faiblesses de l’homme de son temps, Lanza del Vasto va puiser au plus profond de la Tradition pour permettre à chacun de retrouver l’unité et la paix intérieure. Nous sommes bien loin des ouvrages éthérés, c’est à une conversion concrète, à des habitudes et dispositions quotidiennes que Lanza del Vasto nous invite.

Unité et simplicité

« Le motif dominant de cet enseignement, c’est l’unité de vie. » Le cadre est clairement fixé. Pourquoi donner tant d’importance à l’unité ? Parce que nos sociétés modernes sont celles de la dispersion, de la fragmentation, de la multiplication du superficiel … et donc de l’oubli de l’essentiel. Lanza del Vasto veut transformer l’homme inauthentique, celui qu’il nomme « le personnage » : « Ce qui anime et travaille le personnage et le fait gesticuler à travers le monde, c’est ce vide qui en bon latin s’appelle vanité (…) Et ce vide donne aussi une angoisse sourde. Le personnage, le pauvre ! au fond de lui-même, sait très bien qu’il n’est rien. C’est bien pourquoi il ne va jamais au fond de lui-même. Il s’en garde, et c’est une des grandes œuvres du personnage, et des personnages entre eux, que de se distraire ».

La distraction pascalienne … rien de nouveau sous le ciel ! Lanza del Vasto répète page après page que le secret du bonheur véritable est l’oubli de soi dans les bras de Dieu. La tranquille simplicité des enfants de Dieu. N’est-ce pas un message qui parle à tous, tiraillés que nous sommes par nos vaines ambitions, le stress qui nous écrase, l’urgence permanente que nous acceptons sans réelle résistance ?

Un maître pour des temps incertains

« Je vous le dis, celui qui sait faire cela en tout temps : garder envers et contre tous droiture et bienveillance, celui-là est un saint, un enfant pour l’éternité. » Cet idéal n’est pas atteignable en un jour ni même en cent, mais il faut se mettre en marche. Et pour cela savoir qui l’on sert, non plus de disperser mais concentrer toute notre vie vers l’Essentiel. « Il est écrit : “Tu ne serviras pas deux maîtres, on ne peut servir Dieu et Mammon”. Quand nous nous examinons vraiment, nous observons avec un certain trouble que ce ne sont pas deux maîtres que nous adorons et servons, mais que ce sont trois, quatre, cinq, six, sept choses, sept personnes, sept personnages. »

Un superbe chapitre des Approches de la vie intérieure est consacré à la hâte et Lanza del Vasto est très clair : « Méfiez-vous de la hâte, échappez-lui, combattez-là, car c’est un des grands destructeurs de la vie intérieure (…) Sachons que la hâte (…) est tout autant qu’un autre vice, une manière de gâter sa vie et de perdre son âme. De propos délibéré, ralentissons nos gestes et nos pas, le débit de nos paroles et le cours de nos pensées ». Le poète Claude-Henri Roquet a déclaré : « La rencontre de Lanza del Vasto est l’une des grâces majeures de ma vie ». Cette rencontre vous est désormais ouverte…(Source:ALETEIA /Thomas Renaud)

LA TUNIQUE DU CHRIST

L’histoire –Tunique_d_Argenteuil

La tunique du Christ est l’habit porté par Celui-ci durant les heures qui ont précédé sa mort. C’est le vêtement de l’institution de l’Eucharistie, de l’agonie à Gethsémani, de l’arrestation au jardin des Oliviers, de la comparution devant le Sanhédrin et devant Pilate, puis de la montée au Calvaire.

Quand les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses habits ; ils en firent quatre parts, une pour chaque soldat. Ils prirent également laTunique : c’était une tunique sans couture, tissée d’une seule pièce, de haut en bas. Alors ils se dirent entre eux : « ne la déchirons pas, désignons par le sort celui qui l’aura ». Ainsi s’accomplissait la parole de l’Écriture : ils se sont partagé mes vêtements ; ils ont tiré au sort ma tunique. C’est bien ce que firent les sodats (Saint-Jean, 19, 23-24)

Tissée de haut en bas, la tunique du Christ est dite « inconsutile », c’est-à-dire sans couture. Vêtement du chemin de croix de Jésus-Christ, la Tunique a recueilli le sang de ses blessures. Les premières communautés chrétiennes l’ont considérée comme une relique de très grande valeur, et l’ont conservée pendant plusieurs siècles en Orient.

A Argenteuil depuis plus de 1000 ans…

Au début du IXème siècle, la Tunique fut, selon la Tradition, offerte par Irène, impératrice de Constantinople, à l’empereur d’Occident, Charlemagne. Celui-ci confia la relique au monastère d’Argenteuil, dont sa fille Théodrate était prieure.

La sainte Tunique a traversé les siècles et les évènements de l’histoire de France sans jamais quitter Argenteuil. Elle a été vénérée avec constance, par les hommes d’Église, par les rois et par le peuple.

De nos jours

La Tunique est habituellement conservée roulée dans un reliquaire, dans la basilique Saint-Denys d’Argenteuil. Traditionnellement, elle n’est déployée et montrée que deux fois par siècle, au cours d’une ostension solennelle. Les deux dernières ostensions ont eu lieu en 1934 et en 1984.

L’ostension de 2016

Elle aura lieu du 25 mars au 10 avril dans la basilique d’Argenteuil, chaque jour, de 10.00 à 22.00. On peut s’y rendre en transports publics : train (solution à privilégier), ligne J, gare SNCF Argenteuil, 10mn de Paris Saint-Lazare ; voiture et car : A 15 / A 86, sortie Argenteuil-Centre.(Source: Sagesse Orthodoxe)

Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

EN VRAC...ELEMENTS POUR VOTRE REFLEXION PERSONNELLE...

 

 

Une prochaine loi « Fin de vie » en France

La commission mixte paritaire rassemblée le 19 janvier 2016 est parvenue à un consensus, et la loi sur la fin de vie est en passe d’être votée après trois ans de débats.

« On ne s’attendait pas à ce que cette commission arrive à un consensus », reconnaît une juriste de l’association Soulager mais pas tuer. Les sept sénateurs et sept députés de la commission mixte paritaire se sont entendus au forceps sur un texte commun, alors que le Sénat et l’Assemblée proposaient à l’origine deux textes très différents. La loi Fin de vie peut entrer dans la dernière ligne droite : le vote à l’Assemblée, le 25 janvier, puis au Sénat, le 17 février.

Risque d’une euthanasie masquée

L’association Soulager mais pas tuer rélève que le texte corrigé, bien qu’il aille moins loin en faveur de l’euthanasie que l’original, maintient la possibilité de donner la mort en cessant d’hydrater un malade. Le texte présenté par l’Assemblée faisait de l’hydratation artificielle un « traitement » susceptible d’être arrêté en cas « d’obstination déraisonnable ». Celui du Sénat qualifiait au contraire l’hydratation artificielle de « soin », pouvant être maintenu jusqu’au décès.

Le texte corrigé ce mardi 19 janvier 2016 confirme la version de l’Assemblée : l’hydratation et l’alimentation artificielle sont des traitements, et peuvent par conséquent être arrêtés. À condition que le cas du patient réponde aux critères de « l’obstination déraisonnable ». Malgré ce garde-fou, l’expérience belge est là pour nous avertir des dérives possibles vers le suicide assisté, à la faveur d’une lecture ambigüe de la loi (Aleteia). Le président de Soulager mais pas tuer, Tugdual Derville s’inquiète : « Cette nouvelle loi est donc plus qu’inutile : elle entraînera forcément des conflits d’interprétation et des contentieux qui ne sont pas propres à renforcer la confiance entre soignants et soignés ».

Agenda politique

Difficile de ne pas voir dans l’acharnement à parvenir à un texte commun, une volonté politique de faire aboutir cette loi « Fin de vie », qui correspond à la 21e proposition de campagne du candidat François Hollande.

Juste une étape

Si les opposants à l’euthanasie s’inquiètent des dérives possibles de la loi Fin de vie, ses partisans ne jubilent pas pour autant. Jean-Luc Romero, président de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD), accuse les parlementaires de n’avoir abouti qu’à un « consensus mou », ne prévoyant pour seule issue que la déshydratation et la dénutrition. L’adoption de cette loi Fin de vie ne serait à ses yeux qu’une étape, qui ne ferait qu’augmenter sa résolution de combattre en faveur d’une loi « d’ultime liberté », pour reprendre les propos qu’il tient dans le blog de l’ADMD.

Une guerre de tranchée

Face au rêve prométhéen de cette « ultime liberté », les opposants continuent leur travail d’informations et de mobilisation. Il est fort probable que leur action ait déjà épargné à la France une loi plus dangereuse que celle qui va bientôt être soumise aux deux chambres.(Source: ALETEIA/S DORIENT)

 

 

===

Daesh Barbarians Destroy 1400-Year-Old Christian Monastery in Iraq

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on JANUARY 21, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

 

Photo before destruction

Photo before destruction http://static.panoramio.com/

News Paper Report from Gulf News

News Paper Report from Gulf News

21/1/16 – www.sputniknews.com

Christian site completely razed near Daesh-occupied Mosul in northern Iraq.

The historic St. Elijah monastery, situated on a hill near Mosul and dating from the 6th century, was razed by Daesh in late 2014, following the occupation of the area by the terrorist organization, Associated Pressreported on Wednesday.

“I can’t describe my sadness,” Father Paul Thabit Habib commented. “Our Christian history in Mosul is being barbarically leveled. We see it as an attempt to expel us from Iraq, eliminating and finishing our existence in this land.”

​Satellite images released by AP show that the ancient monastery has been completely demolished.

In Syria, militants from Daesh blew upthe Church of the Virgin Mary in northeast of the country on Easter Sunday 2015.

Daesh is notorious for destructive rampages against both Christian and Muslim holy sites, destroying churches and mosques across occupied areas, along with ancient and historically-significant heritage sites. Not evengraveyards have been safe from extermination. In February 2015, Daesh militants in the Syrian city of Tel Hermosa, in the Hasakah province, destroyed one of country’s oldest churches. In March 2015, Daesh terrorists destroyed a 15th century Catholic monastery in the Iraqi city of Mosul; earlier, extremists in Mosul burned a church constructed in the 3rd Century.
 
The UK-based charity Aid to the Church in Need issued a worrying report to the British House of Lords last fall, warning that Christianity in Iraq and Syria would be gravely threatened, if not entirely extinguished, by 2020, if Daesh is not stopped.

Source:

 

===

Si tu invoques le démon, il t’en fera payer le prix


Le "ouija" ou le "charlie-charlie" sont des jeux très dangereux, compris ?

Est-ce réel ? Les choses se passent-elles comme dans le film ?

Lors de l’émission « Fin de semana » sur la radio espagnole COPE, le prêtre José María Muñoz Urbano, exorciste officiel du diocèse de Cordoue (Espagne), a été interviewé.

Il a expliqué que l’exorcisme est toujours demandé, voire « de plus en plus ».

« La crise spirituelle que nous traversons en est la principale raison.

On parle de moins en moins de Dieu et de nos jours, le sujet du spiritisme est à portée de tous sur les réseaux sociaux. »

Le film Exorcisme au Vatican vient de sortir.

Il traite de comportements démoniaques et montre de supposées possessions ou « infestations ».

Les possessions ou infestations sont les conséquences de ce jeu dangereux avec le démon. 

Le prêtre explique qu’on peut facilement trouver sur Internet des informations sur les ouijas et les rituels sataniques.

« Un jeune peut avoir accès à toutes ces informations et jouer avec le démon. »

Pourtant, le sujet est extrêmement sérieux : le ouija peut être dangereux : 

« 70% des cas de possessions ou de personnes infectées par le démon que je rencontre sont dus à des jeux avec le ouija »,explique le prêtre qui ajoute que c’est très souvent la curiosité qui pousse à jouer :

« On veut essayer de parler avec un mort… On joue et ensuite des choses étranges surviennent dans la maison ou des personnes commencent soudainement à se sentir mal ou certaines choses ne fonctionnent plus ».

Le prêtre ajoute très sérieusement : 

« Quand on appelle le démon, il vient ensuite nous en faire payer le prix ». 

Il indique que le premier travail de l’exorciste est de « placer la personne dans la grâce de Dieu ».

« Cela n’a rien à voir avec la magie.

Pour que Dieu puisse guérir cette personne et expulser les démons, il faut qu’elle soit proche de Dieu. »

José María Muñoz Urbano explique que la mode du ouija ou de Charlie-Charlie et ces films font que beaucoup de personnes s’y intéressent par curiosité sans penser aux conséquences ultérieures.

Cependant, pour déterminer un cas de possession ou d’action démoniaque, il suggère trois critères : d’abord se tourner vers un prêtre de sa connaissance, consulter ensuite un psychologue et recourir à un exorciste en dernier ressort si l’homme d’Église ou l’homme de science n’ont rien détecté d’étrange.

« Certains voient des démons là où il n’y a que des problèmes humains », conclut l’exorciste officiel de Cordoue. Mais pas tous.(Source Aleteia)

 

===

January 18, 2016 6 Comments  Gatestone Institute

On Christmas Day in the West Bank, two Muslims were arrested forsetting a Christmas tree on fire in a Christian majority village near Jenin.  On the same day in Bethlehem, Muslim rioters greetedthe Latin Patriarch of Jerusalem with a hail of stones.  Authorities subsequently arrested 16 “Salafi radicals” who were planning to carry out terror attacks against tourists celebrating Christmas.

 

Brussels: “Refugees” torch public Christmas tree to cries of “Allahu Akbar.”

 

 

If this was Christmas in Bethlehem—Christ’s birthplace and scene of the Nativity—Christmas in other parts of the world experienced similar and worse abuse, including mass murder, at the hands of Muslims.

 

In the United States, a 46-year-old Christian mother of three was among the 14 people killed in the San Bernardino terrorist attack targeting a Christmas party.  Ironically, Bennetta Bet-Badal had fled Iran to the U.S. at age 18 to escape the persecution of Christians following the 1979 Islamic revolution.  Over the course of the next three decades, she graduated college with a degree in chemistry, married and raised three children.  But the Islamic jihad finally caught up with her.  She was attending a Christmas luncheon and bringing gifts to her co-workers when the Muslim terrorists burst in and massacred them.

Belgium was like Bethlehem: A video appeared showing a number of teenagers lighting a petrol bomb under a Christmas tree in Brussels. Seconds later an explosion can be heard, and the tree is quickly engulfed in flames. As they run away, the teens shout Islam’s war-cry, “Allahu Akbar.”  The original uploader, Mohamed Amine, has since taken down his Facebook page.

In Germany, four Eastern Orthodox Christians were accosted in the early morning hours after Christmas Day in Berlin by a man shouting, “I am a Muslim! What are you?”  The man and his friends then pounced on and violently beat the Christians.

The few anecdotes of Muslims terrorizing, beating, and even killing Christians on the occasion of Christmas in the West—where Muslims are minorities—were much amplified in Muslim majority nations.

Stifling Christmas

In Syria, the Islamic State “arrested, if not executed, some youth [five] in the city of Raqqa for befriending and greeting Christians on the occasion of Christmas.” ISIS reportedly told the five youth that “they are being detained after an investigation [including through their personal computers] found that they greeted the Christians and wished them a Happy New Year.” When one of the youth tried to exonerate himself, an ISIS member replied: “Shut up! You accompany the Christians—is that not so?” The five youth were then hauled to an unknown location.  No information has since surfaced concerning their fate.

Such antipathy for Christmas was not limited to ISIS.  The governments of three countries—Somalia, Tajikistan, and Brunei—formally banned Christmas (from celebrating its Gospel message to putting up trees, dressing like Santa Claus, and/or giving gifts).  Transgressors can face as much as five years in prison.  The Islamic clerics of Brunei summarized the general rationale: “Using religious symbols like crosses, lighting candles, putting up Christmas trees, singing religious songs, sending Christmas greetings … are against Islamic faith.”

In Bangladesh, churches skipped traditional Christmas midnight mass services due to the increasing number of threats against and attacks on Christian leaders. Although comprising less than one percent of the Muslim nation, in the weeks before Christmas, over three dozen church leaders received death threats and at least four narrowly escaped attempts on their lives.

Although not canceled, Christmas church services were tense and on high alert in the reportedly most “moderate” Muslim nation,Indonesia.  More than 150,000 security personnel and others were deployed to safeguard churches and other places around the country during Christmas and New Year’s Eve celebrations.  Days earlier, on December 20, police arrested six men who had bomb-making materials and jihadi literature.

On December 25 in Iran, a group of about 10 Christians celebrating Christmas in a house were verbally abused and arrested after plain-clothes government agents raided their private home service. Separately, on December 23, agents beat, handcuffed, and arrested another Christian man during a raid on his home.  His books, computer, mobile phone, and even decorated Christmas tree were seized.

Christmas Carnage

On December 24 in the Philippines, Muslim jihadis terrorized the Christian-majority nation after they seized and executed 10 Christians.   A military spokesman said the terrorist attack was intentionally launched on Christmas Eve “to make a statement.”

On December 25 in Nigeria, the Islamic group Boko Haramslaughtered 16 Christians, including children.  The jihadi group has been bombing churches and massacring Christians on Christmas Day for several years in a row.  One of the deadliest occurred in 2011, when the jihadis bombed a Catholic church during Christmas mass, killing 39 and wounding hundreds.

On Christmas Eve in the Democratic Republic of Congo, over 50 people of the Christian majority nation were massacred by the Ugandan-based group, ADF-Nalu, which “has acquired in recent years the characterization of a jihadist movement.”

On Christmas Eve in Iraq, the Islamic State bombed ten Christian homes and a convent in the Assyrian village of Tel Kepe. Several people were injured.  On December 30, IS bombed several Christian owned restaurants in Syria, leaving 16 people dead.

If Western leaders and media claim that ISIS has nothing to do with Islam, how does one explain away the fact that Muslim governmental officials—not “ISIS”—in nations as diverse Brunei, Somalia, and Tajikistan have openly and formally expressed their hostility for Christmas (and thus Christianity)?  How does one explain away the fact that Muslims—not “ISIS”—terrorized and slaughtered Christians on Christmas in nations as diverse as Bangladesh, Belgium, the Congo, Germany, Indonesia, Iran, Nigeria, Philippines, Syria, the West Bank, and even the United States?

 

===

 

 

Quelles ont été les actions de La Manif pour tous pour peser sur la dernière campagne électorale  ? (Source: "France Catholique")

Ludovine de La Rochère  : Avant de parler des régionales, je voudrais rappeler que LMPT vise deux objectifs  : d’une part, empêcher le saccage de la famille par la majorité au pouvoir  ; d’autre part, préparer la mise en œuvre d’une politique ambitieuse pour la famille et pour l’enfant. Au cœur de cette politique, il y a bien entendu le retour au mariage homme-femme et au respect de la filiation père-mère-enfant. Ce sont des enjeux d’humanité et de civilisation puisqu’il s’agit aussi bien de tenir compte du fait que l’humanité est homme et femme que de la nécessité de protéger le plus vulnérable, l’enfant, cette réalité et ce principe étant fondamentaux pour notre civilisation. C’est par la famille que se transmettent de génération en génération culture et valeurs. En bref, promouvoir la famille est essentiel pour l’avenir de la civilisation.

http://www.lamanifpourtous.fr/actio...

Les élections régionales s’inscrivaient dans le calendrier électoral qui emmène la France vers la présidentielle, les législatives et les sénatoriales (partielles), échéances qui pourraient constituer le moment d’obtenir une nouvelle politique pour la famille. Ces régionales étaient une étape avant des élections nationales. Telle est la première raison de l’intérêt accordé à cette échéance par La Manif pour tous, mouvement social incontournable dans la vie publique, voulant obtenir que les politiques se positionnent dans le sens de l’intérêt général.

La deuxième raison est le rôle puissant des régions. Elles ont des compétences très larges et le budget correspondant. Les régions peuvent promouvoir une culture individualiste et familiphobe ou au contraire une culture respectueuse de la famille, de l’intérêt supérieur de l’enfant. La plupart des régions financent, depuis des années, les actions LGBT, les gay-prides, des expositions pro-genre ou encore des campagnes de communication subversive, violant la conscience des enfants et la responsabilité éducative des parents. Cela doit cesser  !

J’ajoute que les décisions prises par les régions ont un impact concret sur la vie des familles, même si la famille, en tant que telle, ne fait pas partie des compétences régionales. La région intervient dans la gestion des lycées (subventions diverses, événements, transports, une partie du personnel, bâtiments…), la formation, l’emploi, l’apprentissage, la sécurité, etc.

La Manif pour tous est donc intervenue dans cette campagne pour y imposer l’enjeu de la famille. Et, alors que personne ne l’y attendait, cet enjeu a bien été présent et ce, aux deux tours.

Si cela s’explique par la mobilisation des militants de La Manif pour tous depuis trois ans, l’organisation de meetings dans presque toutes les capitales des nouvelles régions à l’occasion des régionales en a été le vecteur. Pour ces meetings — intitulés «   Questions pour un Président de région  » — nous avons invité tous les candidats têtes de liste régionale. Ces meetings ont été lancés à Bordeaux le 30  octobre et les derniers ont eu lieu à Paris et à Nantes le 28 novembre, soit une semaine avant le premier tour des régionales.

Le principe de ces meetings était simple  : une petite dizaine de questions — toujours les mêmes — ont été posées à chaque candidat par un journaliste politique. Ces questions concernaient leur conception de la politique et leur vision de la famille, leur projet pour la région et leurs propositions en lien avec la famille et, enfin, la question des subventions versées par la région.

Le public a systématiquement répondu présent à ces meetings qui ont fait salle comble  : les familles ont très bien compris qu’il s’agissait d’événements exceptionnels puisqu’elles avaient la possibilité d’entendre des candidats têtes de liste (et non l’un de leurs colistiers) de plusieurs partis politiques. En outre, pour élargir l’audience et donc l’impact de ces réunions, les vidéos intégrales de tous les meetings ont été mises à disposition sur le site officiel www.les-regionales.fr

Le refus de participer des candidats de gauche ne vous a-t-il pas cantonnés dans un rôle particulier, celui d’un espace où des candidats du Front national et des candidats de la droite classique se retrouvaient sur des sujets communs, et presque en accord…

Les candidats de gauche, en effet, ne se sont pas déplacés, tout comme Christian Estrosi (LR) et Marine Le Pen (FN), les deux seuls candidats des droites et du centre à n’être pas venus.

En ce qui concerne La Manif pour tous, au contraire de presque toutes les institutions, partis, intellectuels, etc., nous n’avons pas besoin de la caution de la gauche pour faire la preuve de notre large audience et de notre crédibilité. Je pense que c’était surtout regrettable pour les candidats de gauche et pour notre démocratie.

Les candidats de gauche ont, une fois de plus, «  oublié  » qu’une bonne partie de leur électorat est attaché à la famille et considère même que celle-ci ne peut être fondée que sur le couple homme-femme et la filiation père-mère-enfant. Je pense en particulier à l’électorat populaire et issu de l’immigration qui, jusqu’en 2012, votait systématiquement à gauche. Aujourd’hui, la gauche a perdu ce vote, précisément à cause de la loi Taubira, de l’idéologie du genre et de toutes les autres attaques contre la famille.

Plus généralement, les candidats de gauche ont «  oublié  » que les Français plébiscitent largement la famille, et encore davantage les jeunes.

Néanmoins, je sais que plusieurs candidats de gauche étaient tentés de venir, mais ils n’ont pas osé. La gauche qui gouverne actuellement est en effet très idéologue et intolérante  : elle ne supporte pas le dialogue avec ceux qui ne sont pas d’accord avec elle et qui, en outre, la renvoient à la réalité de notre humanité, réalité dont elle ne veut pas entendre parler. Dans ce contexte, ces candidats n’ont pas assumé de répondre aux «  Questions pour un président de région  », sauf deux d’entre eux — l’un PS, l’autre écologiste — qui l’ont fait par écrit. Les lignes commencent donc à bouger. Il faut être patient  !

à propos des positions exprimées par les uns et les autres – Debout la France, Front national, Les Républicains et quelques partis régionaux —, je ne dirai pas que les partis se sont retrouvés proches les uns des autres en termes de positions, tout simplement parce que c’est plutôt une question de personnes  : en effet, au sein de chaque parti, il y a des différences notables d’un candidat à un autre. Si vous prenez les propos de Dominique Reynié et de Laurent Wauquiez sur le mariage, ils sont littéralement opposés, ou encore ceux de Marion Maréchal Le Pen et de Wallerand de Saint-Just sur le planning familial, idem.

Avez-vous trouvé des interlocuteurs respectueux et crédibles sur ces questions qui touchent à la famille et à la vie  ?

Avant d’en venir aux candidats qui m’ont paru crédibles dans leurs positions et surtout leurs engagements, je voudrais faire part de ma joie d’avoir entendu – pour la première fois – des politiques de ce niveau (présidents de conseils régionaux, députés, anciens ministres…) s’exprimer longuement sur la famille. De fait, les médias ne les interrogent presque jamais sur ces questions et eux-mêmes n’en parlent pas volontiers. C’était nouveau et ô combien réjouissant… même si la marge de progrès est considérable  ! Au fond, obtenir une réflexion avancée et des positions affinées et assumées, ce sera la prochaine étape  ! Nous avons constaté, en effet, que la plupart n’étaient pas très à l’aise sur ce sujet  : les mots étaient parfois répétitifs, les analyses sommaires, etc. Certains candidats tournaient autour du pot  : ils n’arrivaient pas à être concrets dans leurs réponses. Il n’était pourtant pas difficile de l’être sur la question des subventions, par exemple, qui supposait aussi bien d’exposer des principes (le respect de l’intérêt général notamment) que des cas concrets (la LGBT, l’Institut Émilie du Châtelet qui assure la promotion de l’idéologie du genre, etc.). Je pense que les réponses floues étaient dues, selon les cas, au manque de réflexion ou à la peur de sortir du «  politiquement correct  ».

Nous avons observé aussi que bien peu savaient expliquer ce qu’est la politique. Pour tout vous avouer, j’avais souhaité commencer par cette question parce que je rencontre beaucoup d’hommes et de femmes politiques et j’ai constaté qu’ils ne sont pas toujours au clair avec la finalité de la politique. Il y a cependant eu quelques très belles réponses.

Quant aux candidats crédibles, il y en a eu heureusement plusieurs. Si l’on prend l’exemple de Laurent Wauquiez ou de Marion Maréchal-Le Pen, ils m’ont paru, tous les deux, crédibles parce qu’ils ont été engagés dans nos manifestations, parce qu’ils ont réitéré avec force leur souhait de revenir sur la loi Taubira en affirmant leur soutien au mariage homme-femme et à la famille fondée sur la filiation père-mère-enfant, et enfin parce qu’ils m’ont paru capables d’être des leaders et donc de mettre en œuvre ce qu’ils dé­fendent. Je sais bien que même lorsqu’ils se dé­clarent favorables à nos propositions, les politiques sont souvent considérés comme opportunistes. C’est possible mais, en tout cas, des propos ont été tenus. Ils engagent désormais ceux qui ont été élus présidents et conseillers.

Cependant, Valérie Pécresse, par exemple, à peine élue, n’a eu de cesse de minimiser le rôle de ses colistiers PCD et d’insister sur l’impossibilité, selon elle, d’abroger la loi Taubira…

De fait, Valérie Pécresse est ambiguë et contradictoire et ce, depuis longtemps. Dès le début de sa campagne pour la région Île-de-France, elle souhaitait intégrer des candidats «  LMPT-compatibles  » sur sa liste, malheureusement pas par conviction semble-t-il, mais parce qu’elle était convaincue que c’était stratégiquement nécessaire. C’est pourquoi elle a intégré aussi bien des candidats PCD que Sens commun et d’autres de la société civile identifiés comme «  LMPT-compatibles  », ou «  Family-friendly  » si vous préférez…

Je me réjouis qu’elle nous considère comme incontournables, c’est un début, mais on est très loin du compte évidemment  ! Comme beaucoup de politiques, elle est impressionnée par le lobby LGBT et ses amis journalistes. Elle n’assume donc pas ses choix, alors même qu’ils sont encore minimalistes. Elle se dit opposée à la PMA «  sans père  » et à la GPA, mais n’a pas le courage d’aller contre la loi Taubira. Notre mobilisation, précisément, doit faire sortir les politiques et plus généralement les leaders d’opinion de cette domination culturelle de la gauche libertariste. Les positions de Valérie Pécresse sont aberrantes à double-titre  : d’abord parce que la PMA et la GPA vont inéluctablement avec la loi Taubira, ensuite parce qu’on dirait qu’elle ne sait toujours pas ce que signifie le mot «  abrogation  »  !

Pouvez-vous nous en dire plus, justement, sur l’abrogation, et sur l’union civile que certains évoquent avec insistance  ?

Abroger une loi, c’est la supprimer, non pour le passé (l’abrogation n’est pas rétroactive), mais pour l’avenir. En France, des lois sont abrogées quotidiennement. Lorsque le Parlement vote de nouvelles normes de construction, il abroge la loi précédente. Pour autant, on ne modifie pas toutes les constructions précédant la nouvelle loi pour les mettre aux nouvelles normes  : celles-ci sont valables uniquement pour les constructions ultérieures. Ainsi, abroger la loi Taubira ne signifie aucunement «  démarier  » comme semble le croire Valérie Pécresse au micro de France Inter, soit par incompétence — ce que j’ai du mal à croire —, soit pour écarter le sujet sous un mauvais prétexte. Une telle affirmation est d’ailleurs grave puisqu’elle conforte cette idée fausse et rend donc plus difficile l’acceptation de cette abrogation par ceux qui hésitent.

Quant à l’union civile, que certains voient comme une alternative à la loi Taubira quand celle-ci sera abrogée (tôt ou tard  !), c’est un sujet complexe à double titre. D’abord parce que le terme est en réalité flou. Est-ce une institution (comme le mariage) ou un contrat (de droit privé donc)  ? Devant qui est-elle célébrée (tribunal, notaire ou maire  : ce n’est pas du tout la même chose)  ? Quels droits et devoirs ouvre-t-elle  ? etc.

D’autre part, selon la définition juridique qui serait celle de ladite union, le risque est que la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) considère qu’il y a discrimination et qu’elle n’oblige à la considérer comme l’équivalent du mariage, donc ouvrant droit à l’adoption et à la PMA «  sans père  ». Dans ce cas, ce serait un retour à la case départ  !

J’ajoute, enfin, que selon la définition donnée à cette union, on peut, ou non, retomber dans le piège de l’idéologie du genre. Il est donc déraisonnable de lancer le sujet n’importe comment  !

En tout cas, pour le moment, nous vivons «  sous le régime  » de la loi Taubira et ce n’est pas avant 2017 que la question de l’alternative se posera. C’est pourquoi La Manif pour tous met toute son énergie à dénoncer la loi Taubira et ses conséquences  : c’est incontournable pour revenir au mariage homme-femme, c’est-à-dire pour obtenir l’abrogation de la loi.

Quant à l’alternative envisageable le moment venu, c’est-à-dire quand l’abrogation de la loi Taubira deviendra possible, le collectif de juristes Famille et République, partenaire de La Manif pour tous, y travaille. De son côté, La Manif pour tous – au cours de ses deux dernières Conventions nationales - a défini les critères qui lui permettront de se positionner, le moment venu, par rapport aux alternatives proposées. Autrement dit, chaque chose en son temps  !

Quelle est votre réaction aux résultats du référendum en Slovénie qui a permis d’abroger la loi qui avait ouvert le mariage et l’adoption pour deux hommes ou deux femmes, loi qui avait été votée par les députés slovènes il y a 10 mois  ?

Je me réjouis de cette victoire, pour les enfants et les familles. J’ajoute qu’un pays qui prend des décisions aussi importantes en tenant compte de la réalité humaine se constitue des assises autrement plus solides et pérennes que des pays dont les décisions sont purement idéologues. Je me réjouis donc, plus largement, pour tout le peuple slovène  !

Ce qui est intéressant avec ce référendum, c’est que l’on constate à nouveau que lorsque le peuple est consulté, il répond la plupart du temps que le mariage concerne spécifiquement le couple homme-femme. Ainsi, aux États-Unis, lorsque des États ont organisé des référendums sur le mariage de deux hommes ou de deux femmes, le résultat a été défavorable à ce projet. Hélas  ! cela n’a pas empêché la Cour suprême d’imposer finalement le mariage gay. Dans bien des pays, dont la France, on a constaté à maintes reprises que les élus ne sont pas représentatifs du peuple sur ces sujets-là. De fait, quand La Manif pour tous a commencé à mobiliser en novembre 2012, nous avons très vite constaté qu’il fallait intégrer à nos slogans des appels à respecter la démocratie. La gauche, d’ailleurs, est connue pour être défavorable aux consultations de type référendum. Contrairement à ce qu’elle prétend, la gauche n’est pas démocrate  ! Il y a eu bien d’autres exemples, hélas  ! dans le processus de vote de la loi Taubira  : les consignes de vote données aux parlementaires socialistes, le scandaleux vote à main levée du Sénat, l’accélération du calendrier parlementaire par François Hollande quand il a vu que les sondages basculaient contre le projet de loi Taubira, mais aussi le traitement odieux des opposants au projet de loi par les forces de police…

Nos élus sont pétrifiés face au lobby LGBT, celui-ci maniant l’accusation d’homophobie dès que ses revendications rencontrent une résistance. à cela s’ajoutent bien sûr les délires égalitaristes et utopiques de certains politiques de gauche, Christiane Taubira, Najat Vallaud-Belkacem et Erwan Binet en tête.

Que pensez-vous de l’initiative de Sens commun, qui vise à obtenir des places sur des listes de droite pour une génération de militants proches de La Manif pour tous  ?

Sens commun me paraît être une excellente initiative, quoiqu’elle soit à l’évidence difficile à mener. Mon regret, à vrai dire, c’est qu’il n’y ait pas encore des «  Sens commun  » dans tous les partis politiques. Il y a eu une tentative de «  Front commun  » au sein du FN, mais elle a été refusée puisqu’il n’y a pas, officiellement, de courants au sein du FN. «  Debout les familles  », en revanche, vient d’être créé au sein du parti Debout la France.

Au-delà des partis, je milite tant que je peux pour que, dans toutes les composantes de la société, les défenseurs de la famille deviennent actifs. L’éducation, la formation, les universités et les grandes écoles, les médias, les syndicats… sont autant de lieux stratégiques dans lesquels il faut agir  !

Quelle est votre stratégie en prévision de la présidentielle  ? Et après  ?

En ce qui concerne l’élection présidentielle, nous préparons actuellement les actions pour l’étape préalable des primaires. L’enjeu est considérable. Organiser les bonnes actions et au bon moment, est crucial. Et bien sûr, la mobilisation sera essentielle vis-à-vis des politiques pour obtenir la prise en compte de ce que nous défendons, pour changer leurs réflexes «  politiquement corrects  ».

Au-delà de ces actions à visée politique, le combat est d’ordre culturel. Le mal-être français – et même occidental – est immense. Il est la conséquence d’une perte de repères, qu’ils soient historiques, anthropologiques ou spirituels. Il s’agit donc de faire bouger les mentalités de nos contemporains. Autant de raisons pour lesquelles La Manif pour tous a mis clairement le cap sur 2017 pour faire gagner la famille. Nous avons montré, depuis trois ans, que nous ne lâchons rien et que nous obtenons des victoires politiques  : reculs successifs sur la PMA «  sans père  » et sur la GPA, renoncement à la généralisation des ABCD de l’égalité, retrait du désastreux projet de loi «  Familles  » de Dominique Bertinotti, recul sur l’adoption pour les couples pacsés et concubins… Le lobby LGBT et ses alliés, en conséquence, ne cessent de chercher des alternatives à la voie législative, pour avancer sur ces sujets. Mais nous sommes plus que jamais déterminés à poursuivre nos actions pour gagner  !

La Manif pour tous a-t-elle une stratégie par rapport aux catholiques  ?

En ce qui concerne l’Église, je ne dirai pas que nous sommes dans une stratégie, mais plutôt dans un dialogue qui se fait de mille manières. Il nous est ainsi arrivé d’adresser un courrier d’informations – par exemple sur l’ABCD de l’égalité – à l’ensemble des évêques, des dirigeants d’établissements privés catholiques, de l’UNAPEL, des mouvements de jeunes… ce que nous avons fait aussi à l’attention de représentants d’autres religions et d’instances non confessionnelles. Nous avons pu, ensuite, échanger avec nombre de destinataires de cette note. Mais la France est un pays de tradition catholique — n’en déplaise à François Baroin — et ce dialogue se fait donc majoritairement avec le peuple catholique et ses clercs, prêtres et évêques. Cela est d’autant plus vrai que l’Église est la première institution du monde par l’expertise, l’expérience et le temps consacré à ces enjeux. Certes, tous les catholiques ne partagent pas notre combat, mais cela ne nous empêche pas d’aller de l’avant, avec les encouragements du Saint-Père, qui m’a reçue au printemps 2014. J’ajoute que, lors du Tour de France que j’ai fait au printemps 2015, au cours duquel je suis allée dans 25 villes en 5 semaines, j’ai été très souvent interrogée, à la fin de ces conférences, sur l’attitude de l’épiscopat. Ma réponse a toujours été la même  : d’abord, bien des évêques, dans leur diocèse, soutiennent explicitement le mariage homme-femme et la famille, même si leur communication n’est pas reprise et connue au niveau national. D’autre part, le rôle des évêques n’est pas le militantisme en tant que tel  : l’action militante est plutôt le rôle des laïcs, comme l’a fortement rappelé le pape Benoît XVI. Autrement dit, avant de voir «  la paille dans l’œil  » de certains de nos frères-évêques, regardons d’abord «  la poutre  » qui est dans le nôtre… Si chacun se lève pour assumer ses responsabilités, c’est déjà une grande et bonne nouvelle pour l’avenir  !

https://fr.calameo.com/read/0004356...

===

 

EGYPTE:

Mona Gaballah, une Copte Orthodoxe, a été élue pour représenter les districts d’Al-Jamaliah et Manshiyat Nasser,

elle affirme dans un entretien accordé à Al Monitor que son premier combat est de « lutter contre la corruption et décentralisation ». C’est la première fois depuis 1923 qu’une femme copte est élue au Parlement égyptien.

« L’Égypte a surmonté l’extrémisme »

Avec un total de 36 coptes représentés sur 596 membres du Parlement, les chrétiens qui représentent 10% de la population égyptienne sont présents dans le paysage politique. Mona Gaballah voit dans son élection hautement symbolique « Une preuve que l’Égypte a surmonté l’extrémisme. » La députée fait référence à la courte mais désastreuse expérience qu’on fait les égyptiens d’avoir un président issu des Frères musulmans au pouvoir. Mohammed Morsi, le champion de l’organisation islamiste a été élu pour succéder au président Moubarak le 30 juin 2012. Puis a été destitué à la suite d’un coup d’état qui a amené au pouvoir l’actuel président, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, le 3 juillet 2013. Ces turbulences politiques ont eu des conséquences terribles pour les Coptes. Ils ont vu se multiplier les discriminations, les attentats et les incendies d’églises. Une cinquantaine de lieux de culte ont été incendiés durant les mois qui ont suivi le coup d’État.

Les Coptes relèvent la tête

La reprise en main peu démocratique du pays a donc été saluée par les égyptiens chrétiens (Aleteia). Les activistes des frères musulmans, très présents après le coup d’état, ont été impitoyablement combattus par le gouvernement d’al-Sissi, qui craint pour sa propre stabilité. La situation des Coptes demeure périlleuse, ils sont toujours victimes d’enlèvements, de conversions forcés, par des groupes qui tiennent autant de l’islamisme que du brigandage. Mais ils sont défendus par le gouvernement qui voit en leur présence une démonstration de son caractère « laïque ». D’où la visite du président al-Sissi dans la cathédrale Saint-Marc du Caire pour souhaiter aux paroissiens un « Joyeux Noël », ajoutant que « personne ne pourra nous diviser ». Il a promis à cette occasion, que toutes les églises chrétiennes endommagées par des terroristes seraient réparées.

La première communauté d’Orient

Plusieurs médias égyptiens ont relayé l’appel de Tawadros II, le Patriarche de l’Église copte orthodoxe, qui rappelait que « les terroristes ne font pas de différences entre chrétiens et musulmans ». En tant que chef de la plus importante Eglise du Proche-Orient, en termes numériques, il affirmait avoir à cœur « la stabilité et la sécurité de toute l’Égypte ». Une stabilité qui passe pour le moment par la poigne du maréchal al-Sissi. Les Coptes sont considérés par les frères musulmans comme ses alliés indéfectibles, de même qu’ils étaient considérés comme les alliés de Moubarak par le passé. Tout nouveau changement de régime serait périlleux pour eux.

===

Turkish Jets Bomb Assyrian Villages in North Iraq


Assyrian International News Agency
To unsubscribe or set email news digest options, visit http://www.aina.org/mailinglist.html

Turkish Jets Bomb Assyrian Villages in North Iraq


2016-01-18 23:19 GMT

 

The Assyrian village of Upper Sharanish in North Iraq was bombed by Turkish jets on January 16, 2016.North Iraq (AINA) -- Turkish jets bombed the Assyrian village of Upper Sharanish in north Iraq on the 16th, under the pretext of targeting Kurdish PKK fighters who had entered the village. Nearly 25 Assyrian families fled the village in panic, heading for Zakho. The village of Lower Sharanish, which is completely Muslim, was not targeted.

Chaldean Patriarch Louis Sako condemned the bombing, calling it "unjust" and called on the Turkish government to "respect the lives and property of the population..."

In August of 2012 7 Assyrian villages were bombed by Turkish jets, including Upper Sharanish (AINA 2015-08-12) again under the pretext of targeting Kurdish PKK fighters.

 

===

LE VEILLEUR DE NINIVE:

Par la concorde et l'entente, le Liban retrouvera son rôle de modèle pour la région.

Posted: 21 Jan 2016 01:49 PM PST

 
Le 21 Janvier 2016 - Alors que la concorde au Liban a souvent été fonction des équilibres et de l'entente au niveau régional, voire international, nous nous risquons ici à exprimer l'espoir d'un renversement des flux d'influences.
 
L'entente entre MM. Geagea et Aoun qui a été annoncé il y a deux jours, donne le ton. Elle orientera nécessairement les pourparlers et le dialogue national en direction d'une pacification étendue aux rapports inter-libanais, sunnites-chiites.
 
Certes, le Liban est un pays difficile à gouverner et sa société demeure très complexe ; toutefois si dans ses moeurs politiques, ses dirigeants décident d'adopter des démarches pacifiques, courageuses et radicales comme celle-ci, l'espoir devient permis qu'un jour nous voyons l'intérêt de ce pays et de sa population placé, au moins à la périphérie des décisions politiques de ses gouvernements successifs.
 
Une pax libanaise à l'intérieur de ses frontières, entre les tendances  qui s'affrontent dans le reste de la région, serait de bon augure pour les pays voisins car le Liban tant rêvé, symbole, modèle et exemple de démocratie et de respect entre les confessions, pourraient alors présenter les germes d'une réalité concrète.
 
Comment Chiites et Sunnites pourraient-ils encore s'affronter en Syrie et en Irak alors qu'ils ont trouvé un terrain d'entente commun au Liban ? Comment juifs et palestiniens pourraient-ils encore se faire du mal, tandis qu'ailleurs ceux qui s'étaient proclamés ennemis se rapprochent autour d'une plateforme commune ? Le Liban, de retour dans ses Institutions, dont le fonctionnement démocratique est sûrement à améliorer, serait la preuve que l'entente entre les parties en conflit est réaliste et possible. 
 
Un pays pacifié, équilibré au niveau de ses rapports interconfessionnels, remettant ses Institutions en marche, a toutes les chances d'améliorer sa situation socio-économique ; Il laisse espérer une certaine prospérité pour un plus grand nombre et, espérons-le, un recul de la corruption avec moins de corrompus.
 
Durant les décennies précédentes, le Liban aura expérimenté bien des situations négatives : La guerre qui a mené à l'échec pour tous, la division qui a conduit à l'irrespect de tous, lacorruption qui entraîné la paralysie des Institutions, enfin une mer d'ordures qui a conduit à l'humiliation de tous les habitants.
 
L'avenir nous dira si le pays des Cèdres, expérimentera dans le futur une évolution positive. Les prémices de l'entente chrétienne à laquelle nous venons d'assister favorisera la victoire de tous ; l'union progressive entre les libanais forcera obligatoirement le respect du reste du monde ; un sens accrue du bien commun développé chez les dirigeants amènera inéluctablement une justice plus honnête et la prospérité pour un plus grand nombre ; une meilleure organisation de la vie publique et un environnement plus sain, redonnera immanquablement à plus de libanais la fierté de leurs cèdres et le goût de revivre dans le pays.
 
L'entente Geagea-Aoun, au cas où elle dissimulerait un accord privé entre les deux hommes, n'en reste pas moins une démarche positive et honorable ; elle ouvrirait la voie à une alternance de sensibilités et d'orientations politiques dans la Présidence du Liban et en conséquence à plus de tolérance. Que les autres candidats en lice, MM. Sleiman Frangié et Henri Hélou ne s'en outragent pas ; la dynamique engagée doit pouvoir les intégrer dans un projet large et ambitieux, car si le Liban est un petit pays, les libanais peuvent former un grand Coeur, à même de prévoir une place pour tous. Leur réputation d'hospitalité s'étend très loin au-delà des frontières. 
 
Cela ne suffit pourtant pas. Encore faut-il que les Présidentiables admettent qu'ils ne seront jamais seuls à "sauver" le Liban ; ils ont tous besoin du peuple; ce sont, en fait, les libanais unis les uns aux autres qui, tous ensemble, formerony les « Héros » du pays et mériteront un jour, peut-être le prix Nobel de la paix.
 
Le Veilleur de Ninive 

 

===

INVITATION(S):

 

 

 

INVITATION
Paris, Espace Bernanos, 3 février « L’UE et l’impasse grecque »

 
 

Madame, Monsieur,
Chers amis,

J’ai le plaisir de vous inviter à notre prochaine conférence à l’espace Bernanos qui aura pour thème : "L'Union européenne et l'impasse grecque"
 
L'Union européenne s'est construite sur des fondements idéologiques généreux, mais faisant fi de la situation réelle de chacune des nations la composant. Pourtant, de nombreux économistes avaient alerté les décideurs politiques sur le danger qu'il y avait à faire entrer dans l'Union monétaire des pays présentant des décalages considérables entre eux.
 

Comme l'a montré l'actualité de l'été 2015, le cas de la Grèce est particulièrement instructif. Ce petit pays semble désormais dans une impasse mortelle, malgré les accords conclus : soit il reste dans la zone euro, et ne peut tenir ses engagements ; soit il quitte la zone euro, mais risque un effondrement définitif. Nous avons ici un cas réel, illustrant le danger de l'application de principes idéologiques, gommant tout principe de réalité.

 

Pour saisir les enjeux de cette crise, et en tirer les enseignements, je recevrai Jacques Sapir le mercredi 3 février à l'Espace Bernanos.
 

Économiste réputé, spécialiste de la monnaie, Jacques Sapir conseille le gouvernement grec. Il bénéficie donc d'une expertise exceptionnelle sur la situation actuelle de ce pays, et sur le dilemme devant lequel il se trouve.

 

Très cordialement.


François Billot de Lochner
Président de la Fondation de Service politique

 
 
Pour en savoir plus :

Paris, 3 février, Espace Bernanos : Jacques Sapir - "L'Union européenne et l'impasse grecque"
Lieu : Espace Georges-Bernanos, Paris IXe

Date : 03/02/2016

Adresse :
3 rue du Havre
Paris IXe

Horaires : De 19:00 h à 21:00 h

Type d'entrée : Entrée libre

 

Quelles ont été les actions de La Manif pour tous pour peser sur la dernière campagne électorale  ?

Ludovine de La Rochère  : Avant de parler des régionales, je voudrais rappeler que LMPT vise deux objectifs  : d’une part, empêcher le saccage de la famille par la majorité au pouvoir  ; d’autre part, préparer la mise en œuvre d’une politique ambitieuse pour la famille et pour l’enfant. Au cœur de cette politique, il y a bien entendu le retour au mariage homme-femme et au respect de la filiation père-mère-enfant. Ce sont des enjeux d’humanité et de civilisation puisqu’il s’agit aussi bien de tenir compte du fait que l’humanité est homme et femme que de la nécessité de protéger le plus vulnérable, l’enfant, cette réalité et ce principe étant fondamentaux pour notre civilisation. C’est par la famille que se transmettent de génération en génération culture et valeurs. En bref, promouvoir la famille est essentiel pour l’avenir de la civilisation.

http://www.lamanifpourtous.fr/actio...

Les élections régionales s’inscrivaient dans le calendrier électoral qui emmène la France vers la présidentielle, les législatives et les sénatoriales (partielles), échéances qui pourraient constituer le moment d’obtenir une nouvelle politique pour la famille. Ces régionales étaient une étape avant des élections nationales. Telle est la première raison de l’intérêt accordé à cette échéance par La Manif pour tous, mouvement social incontournable dans la vie publique, voulant obtenir que les politiques se positionnent dans le sens de l’intérêt général.

La deuxième raison est le rôle puissant des régions. Elles ont des compétences très larges et le budget correspondant. Les régions peuvent promouvoir une culture individualiste et familiphobe ou au contraire une culture respectueuse de la famille, de l’intérêt supérieur de l’enfant. La plupart des régions financent, depuis des années, les actions LGBT, les gay-prides, des expositions pro-genre ou encore des campagnes de communication subversive, violant la conscience des enfants et la responsabilité éducative des parents. Cela doit cesser  !

J’ajoute que les décisions prises par les régions ont un impact concret sur la vie des familles, même si la famille, en tant que telle, ne fait pas partie des compétences régionales. La région intervient dans la gestion des lycées (subventions diverses, événements, transports, une partie du personnel, bâtiments…), la formation, l’emploi, l’apprentissage, la sécurité, etc.

La Manif pour tous est donc intervenue dans cette campagne pour y imposer l’enjeu de la famille. Et, alors que personne ne l’y attendait, cet enjeu a bien été présent et ce, aux deux tours.

Si cela s’explique par la mobilisation des militants de La Manif pour tous depuis trois ans, l’organisation de meetings dans presque toutes les capitales des nouvelles régions à l’occasion des régionales en a été le vecteur. Pour ces meetings — intitulés «   Questions pour un Président de région  » — nous avons invité tous les candidats têtes de liste régionale. Ces meetings ont été lancés à Bordeaux le 30  octobre et les derniers ont eu lieu à Paris et à Nantes le 28 novembre, soit une semaine avant le premier tour des régionales.

Le principe de ces meetings était simple  : une petite dizaine de questions — toujours les mêmes — ont été posées à chaque candidat par un journaliste politique. Ces questions concernaient leur conception de la politique et leur vision de la famille, leur projet pour la région et leurs propositions en lien avec la famille et, enfin, la question des subventions versées par la région.

Le public a systématiquement répondu présent à ces meetings qui ont fait salle comble  : les familles ont très bien compris qu’il s’agissait d’événements exceptionnels puisqu’elles avaient la possibilité d’entendre des candidats têtes de liste (et non l’un de leurs colistiers) de plusieurs partis politiques. En outre, pour élargir l’audience et donc l’impact de ces réunions, les vidéos intégrales de tous les meetings ont été mises à disposition sur le site officiel www.les-regionales.fr

Le refus de participer des candidats de gauche ne vous a-t-il pas cantonnés dans un rôle particulier, celui d’un espace où des candidats du Front national et des candidats de la droite classique se retrouvaient sur des sujets communs, et presque en accord…

Les candidats de gauche, en effet, ne se sont pas déplacés, tout comme Christian Estrosi (LR) et Marine Le Pen (FN), les deux seuls candidats des droites et du centre à n’être pas venus.

En ce qui concerne La Manif pour tous, au contraire de presque toutes les institutions, partis, intellectuels, etc., nous n’avons pas besoin de la caution de la gauche pour faire la preuve de notre large audience et de notre crédibilité. Je pense que c’était surtout regrettable pour les candidats de gauche et pour notre démocratie.

Les candidats de gauche ont, une fois de plus, «  oublié  » qu’une bonne partie de leur électorat est attaché à la famille et considère même que celle-ci ne peut être fondée que sur le couple homme-femme et la filiation père-mère-enfant. Je pense en particulier à l’électorat populaire et issu de l’immigration qui, jusqu’en 2012, votait systématiquement à gauche. Aujourd’hui, la gauche a perdu ce vote, précisément à cause de la loi Taubira, de l’idéologie du genre et de toutes les autres attaques contre la famille.

Plus généralement, les candidats de gauche ont «  oublié  » que les Français plébiscitent largement la famille, et encore davantage les jeunes.

Néanmoins, je sais que plusieurs candidats de gauche étaient tentés de venir, mais ils n’ont pas osé. La gauche qui gouverne actuellement est en effet très idéologue et intolérante  : elle ne supporte pas le dialogue avec ceux qui ne sont pas d’accord avec elle et qui, en outre, la renvoient à la réalité de notre humanité, réalité dont elle ne veut pas entendre parler. Dans ce contexte, ces candidats n’ont pas assumé de répondre aux «  Questions pour un président de région  », sauf deux d’entre eux — l’un PS, l’autre écologiste — qui l’ont fait par écrit. Les lignes commencent donc à bouger. Il faut être patient  !

à propos des positions exprimées par les uns et les autres – Debout la France, Front national, Les Républicains et quelques partis régionaux —, je ne dirai pas que les partis se sont retrouvés proches les uns des autres en termes de positions, tout simplement parce que c’est plutôt une question de personnes  : en effet, au sein de chaque parti, il y a des différences notables d’un candidat à un autre. Si vous prenez les propos de Dominique Reynié et de Laurent Wauquiez sur le mariage, ils sont littéralement opposés, ou encore ceux de Marion Maréchal Le Pen et de Wallerand de Saint-Just sur le planning familial, idem.

Avez-vous trouvé des interlocuteurs respectueux et crédibles sur ces questions qui touchent à la famille et à la vie  ?

Avant d’en venir aux candidats qui m’ont paru crédibles dans leurs positions et surtout leurs engagements, je voudrais faire part de ma joie d’avoir entendu – pour la première fois – des politiques de ce niveau (présidents de conseils régionaux, députés, anciens ministres…) s’exprimer longuement sur la famille. De fait, les médias ne les interrogent presque jamais sur ces questions et eux-mêmes n’en parlent pas volontiers. C’était nouveau et ô combien réjouissant… même si la marge de progrès est considérable  ! Au fond, obtenir une réflexion avancée et des positions affinées et assumées, ce sera la prochaine étape  ! Nous avons constaté, en effet, que la plupart n’étaient pas très à l’aise sur ce sujet  : les mots étaient parfois répétitifs, les analyses sommaires, etc. Certains candidats tournaient autour du pot  : ils n’arrivaient pas à être concrets dans leurs réponses. Il n’était pourtant pas difficile de l’être sur la question des subventions, par exemple, qui supposait aussi bien d’exposer des principes (le respect de l’intérêt général notamment) que des cas concrets (la LGBT, l’Institut Émilie du Châtelet qui assure la promotion de l’idéologie du genre, etc.). Je pense que les réponses floues étaient dues, selon les cas, au manque de réflexion ou à la peur de sortir du «  politiquement correct  ».

Nous avons observé aussi que bien peu savaient expliquer ce qu’est la politique. Pour tout vous avouer, j’avais souhaité commencer par cette question parce que je rencontre beaucoup d’hommes et de femmes politiques et j’ai constaté qu’ils ne sont pas toujours au clair avec la finalité de la politique. Il y a cependant eu quelques très belles réponses.

Quant aux candidats crédibles, il y en a eu heureusement plusieurs. Si l’on prend l’exemple de Laurent Wauquiez ou de Marion Maréchal-Le Pen, ils m’ont paru, tous les deux, crédibles parce qu’ils ont été engagés dans nos manifestations, parce qu’ils ont réitéré avec force leur souhait de revenir sur la loi Taubira en affirmant leur soutien au mariage homme-femme et à la famille fondée sur la filiation père-mère-enfant, et enfin parce qu’ils m’ont paru capables d’être des leaders et donc de mettre en œuvre ce qu’ils dé­fendent. Je sais bien que même lorsqu’ils se dé­clarent favorables à nos propositions, les politiques sont souvent considérés comme opportunistes. C’est possible mais, en tout cas, des propos ont été tenus. Ils engagent désormais ceux qui ont été élus présidents et conseillers.

Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
===
NOS PELERINAGES:
Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)
+++

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

 

+++

 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

+++

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pilgrimage to Lourdes of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma) from 30 January to 2 February:

Pèlerinage à Lourdes :

 

 

Les Chrétiens Syro-Orthodoxes Francophones 

de Saint Thomas (Mar Thoma) 

dont St Gregorios de Parumala est patron du "Relais Paroissial" de Lourdes et sa région  

 

organisent un pèlerinage privé à

 

NOTRE-DAME DE LOURDES

 

*Du Vendredi 29 Janvier (Pour les Normands et Parisiens) au 2 Février 

*Du Samedi 30 Janvier au 2 Février (Pour les Charentais,Girondins, Limousins,etc...).

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

OUR LADY OF LOURDES


* From Friday, January 29 (For the Normans and Parisians) to February 2
* From Saturday, January 30 to February 2 (For Charentais, Girondins, Limousin, etc ...).
(Registration closed January 25)

 

*Normandie et Région Parisienne : départ le Vendredi 29 Janvier à 7 h du Monastère, coucher à Jauldes

* Normandy and the Paris region: starting Friday, January 29 at 7 in the Monastery, set at Jauldes

 

*Charente : Départ le Samedi 30 à 7h

* Charente: Depart on Saturday 30 at 7 am

 

*Dimanche 31 Janvier, journée à LOURDES.

* Sunday, January 31, LOURDES day.

 

*Lundi 1er Février, pour les Normands et Parisiens, retour en Normandie.

* Monday, February 1st, to the Normans and Parisians, back in Normandy.

Pour ceux qui rejoignent la Charente, matinée à Lourdes, visite à Ferrières, couché à JAULDES

For those who join the Charente morning in Lourdes, visit Ferrières, lying JAULDES

 

*Mardi 2 Février, Purification de la Très Sainte Vierge:

 

-10h30, Messe à JAULDES en Charente ou au Monastère pour les Normands et Parisiens (Le 2 au soir, retour des Parisiens sur Paris.) 

Bénédiction des Cierges de la Chandeleur... 

* Tuesday, February 2, Purification of the Blessed Virgin:
-10h30, Mass JAULDES Monastery in Charente or for the Normans and Parisians (The 2 evening, back in Paris for Parisians.)
Blessing of Candles Candlemas ...

 

  

 

(Offrandes libres pour la participation aux frais de transport et la location des locaux)

 

Inscriptions:

 

(Free offerings for participation in transportation costs and for rental of premises)

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

Vous pouvez librement nous envoyer vos intentions de prières que nous confierons à l'intercession de Notre-Dame, de Sainte Bernadette et de Saint Gregorios lorsque nous irons, avec son Icône (Offerte par l'O.C.P), prier à la grotte de Massabielle où Marie apparut à Bernadette pour lui donner un message de conversion.

You can freely send us your prayer intentions that we entrust to the intercession of Our Lady, St. Bernadette and St. Gregorios when we go, with its icon (Offered by the OCP), to pray at the Grotto of Massabielle where Mary appeared to Bernadette to give him a message of conversion.

+++
 

Toute offrande fait  l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

+++

  

Note: 

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 +++

 PROGRAMME DE CES PROCHAINES SEMAINES AUMONASTÈRE SYRIAQUE DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE, MÈRE DE MISÉRICORDE:

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

 

 

*Mardi 2 Février:

10h30, Messe au Monastère. Bénédiction des Cierges de la Chandeleur.

* Tuesday, February 2:
10:30 Mass at the Monastery. Candles Blessing of Candlemas.

 

 *Mercredi 3 Février:

 Messe et Bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorges)

* Wednesday, February 3:
  Mass and Blessing of St. Blaise candles (Against Gorge diseases)

 

*Dimanche 7 Février, Pèlerinage mensuel à N-D de

 

Miséricorde

 Messe à 10h30, distribution des cierges de la Chandeleur et de St Blaise (Imposition de ces derniers à 15h ).Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

* Sunday, February 7, monthly Pilgrimage to Our Lady of Mercy
  Mass at 10:30, distributing candles of Candlemas and St. Blaise (Imposition of these to 15h) .Repas fraternal and loyal reception from 13:30 to 17:30.

 

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

Pour

PARIS ET  SA REGION :

(Messes épisodiques.

RAMASSAGE DES FIDELES

pour le Weekend de Pèlerinage en Normandie à N-D de Miséricorde 

tous les samedis précédent le 1er dimanche du mois à 15h,

Place du Chatelet

Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 3,13-19.

En ce temps-là, Jésus gravit la montagne, et il appela ceux qu’il voulait. Ils vinrent auprès de lui,
et il en institua douze pour qu’ils soient avec lui et pour les envoyer proclamer la Bonne Nouvelle
avec le pouvoir d’expulser les démons.
Donc, il établit les Douze : Pierre – c’est le nom qu’il donna à Simon –,
Jacques, fils de Zébédée, et Jean, le frère de Jacques – il leur donna le nom de « Boanerguès », c’est-à-dire : « Fils du tonnerre » –,
André, Philippe, Barthélemy, Matthieu, Thomas, Jacques, fils d’Alphée, Thaddée, Simon le Zélote,
et Judas Iscariote, celui-là même qui le livra.

Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Le Seigneur comme un voleur
Lettre aux Thessaloniciens 5,2-4
Mais vous, frères, comme vous n'êtes pas dans les ténèbres, ce jour ne vous surprendra pas comme un voleur.
Éveillé
Demeure éveillé, le jour du Seigneur viendra dans la nuit, par surprise, et ce jour surprendra ceux qui sont dans les ténèbres. Saisissant temps de Dieu où le jour vient la nuit, et ce jour forcément surprend les ténèbres. Cependant, il ne peut pas frapper; de stupeur celui qui vit dans la lumière. Vous n'êtes pas dans les ténèbres , ce jour ne vous surprendra pas comme un voleur. Le jour de Dieu ne peut pas étonner ni foudroyer celui qui attend et désire avec ardeur sa venue, celui qui est toujours prêt à la rencontre avec son Seigneur. La clarté du jour ne peut pas stupéfier la lumière, l’éclair est moins violent de jour que de nuit. Veillons pour être au cœur de la nuit comme des lampes signes qui indiquent et rassurent, qui jamais ne s’éteignent et font reculer les obscurités. 

Car Dieu ne nous a pas destinés à subir la colère, mais à entrer en possession du salut par notre Seigneur Jésus Christ, mort pour nous afin de nous faire vivre avec lui, que nous soyons en train de veiller ou de dormir. La catastrophe s’abattra sur ceux qui s’imaginent être dans la paix et la tranquillité, c’est à dire sur ceux qui ne portent pas l’inquiétude du Royaume à construire sans arrêt. Elle confondra ceux qui sont immobiles dans leur bonne conscience, dans leur routine, installés dans leur suffisance triomphante de petit monde. Elle sera une catastrophe seulement pour ceux qui jamais n’ont su faire en eux une place pour un autre. (Source: Signe dans la Bible)
Vendredi 22 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Repost 0
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 09:04
God is Trinity, Father, Son and Holy Spirit. This means that God is love. When we use the verb "I love", it immediately poses the question, "Who do you love?" If the other person does not exist then love cannot exist. The Metropolitan of Ochrid, Nikolai observes: "For someone to conceive of God without the Son, is the same as conceiving of Him, without love. Since all love demands its object. When someone says, "I love" on our part, the question "who do you love?" follows automatically. Who then, would God the Father have loved in eternity, before the creation of the world, if He did not have the Son as an object of His love? It would mean that He did not know how to love, nor was Love in His essence, before He created the world as an object of His love. This would then mean that God acquired something with His act of creation that He did not have before, and thus, He changed. However, this is neither logical, nor does it have any significance. At the same time, it conflicts with Holy Scripture, in which heaven bore witness that in God there is no change nor 'shadow of turning.' "Metropolitan Hierotheos, Entering the Orthodox Church, Page 58) / Dieu est Trinité, Père, Fils et Saint Esprit. Cela signifie que Dieu est amour. Lorsque nous disons "j'aime", aussitôt surgit la question "qui donc est-ce que vous aimez?" Si l'autre personne n'existe pas, alors l'amour ne saurait exister. Le métropolite d'Ochrid, saint Nicolas, fait remarquer : "Quelqu'un concevrait-il Dieu sans le Fils, cela reviendrait au même que de Le concevoir sans amour. Car tout amour nécessite son objet. Lorsque quelqu'un nous dit "je l'aime", de notre part, automatiquement suit la question "qui aimez vous?" Qui donc Dieu le Père aurait aimé de toute éternité, avant qu'Il n'aie créé l'univers, si il n'avait pas le Fils comme objet de Son amour? Cela signifierait qu'Il ne savait pas ce qu'est l'amour, ni n'était Amour en Son essence, avant qu'Il ne crée l'univers comme objet de Son amour. Cela signifierait alors que Dieu a acquis quelque chose par le biais de Son acte de création qu'Il n'aurait pas eu avant, et dès lors, Il aurait changé. Cependant, ceci n'est pas logique, ça ne veut rien dire. Et en même temps, cela entre en conflit avec la Sainte Écriture, dans laquelle le Ciel rend témoignage qu'en Dieu, il n'y a ni changement "ni ombre de mouvement" (Métropolite Hierotheos (Vlachos) de Nafpaktos, "Entering the Orthodox Church", Page 58 )

God is Trinity, Father, Son and Holy Spirit. This means that God is love. When we use the verb "I love", it immediately poses the question, "Who do you love?" If the other person does not exist then love cannot exist. The Metropolitan of Ochrid, Nikolai observes: "For someone to conceive of God without the Son, is the same as conceiving of Him, without love. Since all love demands its object. When someone says, "I love" on our part, the question "who do you love?" follows automatically. Who then, would God the Father have loved in eternity, before the creation of the world, if He did not have the Son as an object of His love? It would mean that He did not know how to love, nor was Love in His essence, before He created the world as an object of His love. This would then mean that God acquired something with His act of creation that He did not have before, and thus, He changed. However, this is neither logical, nor does it have any significance. At the same time, it conflicts with Holy Scripture, in which heaven bore witness that in God there is no change nor 'shadow of turning.' "Metropolitan Hierotheos, Entering the Orthodox Church, Page 58) / Dieu est Trinité, Père, Fils et Saint Esprit. Cela signifie que Dieu est amour. Lorsque nous disons "j'aime", aussitôt surgit la question "qui donc est-ce que vous aimez?" Si l'autre personne n'existe pas, alors l'amour ne saurait exister. Le métropolite d'Ochrid, saint Nicolas, fait remarquer : "Quelqu'un concevrait-il Dieu sans le Fils, cela reviendrait au même que de Le concevoir sans amour. Car tout amour nécessite son objet. Lorsque quelqu'un nous dit "je l'aime", de notre part, automatiquement suit la question "qui aimez vous?" Qui donc Dieu le Père aurait aimé de toute éternité, avant qu'Il n'aie créé l'univers, si il n'avait pas le Fils comme objet de Son amour? Cela signifierait qu'Il ne savait pas ce qu'est l'amour, ni n'était Amour en Son essence, avant qu'Il ne crée l'univers comme objet de Son amour. Cela signifierait alors que Dieu a acquis quelque chose par le biais de Son acte de création qu'Il n'aurait pas eu avant, et dès lors, Il aurait changé. Cependant, ceci n'est pas logique, ça ne veut rien dire. Et en même temps, cela entre en conflit avec la Sainte Écriture, dans laquelle le Ciel rend témoignage qu'en Dieu, il n'y a ni changement "ni ombre de mouvement" (Métropolite Hierotheos (Vlachos) de Nafpaktos, "Entering the Orthodox Church", Page 58 )

Première lettre de saint Pierre Apôtre 5,1-4.10-11.

Mes bien-aimés, j'exhorte les anciens qui sont parmi vous, moi ancien comme eux, témoin de la Passion du Christ et qui aurai part à la gloire qui doit être manifestée :
paissez le troupeau de Dieu qui vous est confié, veillant sur lui, non par contrainte, mais de bon gré ; non dans un intérêt sordide, mais par dévouement ;
non en dominateurs des Églises, mais en devenant les modèles du troupeau.
Et quand le Prince des pasteurs paraîtra, vous recevrez la couronne de gloire, qui ne se flétrit jamais.
Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés à sa gloire éternelle dans le Christ, après quelques souffrances, achèvera lui-même son œuvre, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables.
A lui soient la gloire et la puissance aux siècles des siècles ! Amen !


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 16,13-19.

En ce temps-là, Jésus vint aux environs de Césarée de Philippe, et il interrogeait ses disciples disant : "Quel est celui que les hommes disent être le Fils de l'homme ?"
Ils dirent : " Les uns Jean le Baptiste, d'autres Élie, d'autres Jérémie ou l'un des prophètes. "
Il leur dit : " Et vous, qui dites-vous que je suis ? "
Simon Pierre, prenant la parole, dit : " Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant. "
Jésus lui répondit : " Tu es heureux, Simon Bar-Jona, car ce n'est pas la chair et le sang qui te l'ont révélé, mais mon Père qui est dans les cieux.
Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle.
Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux : tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. "

“Someone thought that the Elder had treated him unjustly. He did not want to accept his explanations for anything. So he went to the Elder, full of anger, and showered him with a storm of accusations and curses. As he peeled an apple, the Elder listened to him silently till the end. As soon as the angry one finished cursing, the Elder offered him a piece, telling him, ‘Would you like, my child, a little apple?’  “A second shower of cursing: ‘Not from you, hypocrite!’  “The person got up abruptly to leave. Then the Elder stopped him and told him: ‘I will only tell you one word. Life has many changes. If you ever end up in need and think that I might be able to help you, don’t hesitate to knock on my door, fearing that I will remember these things you told me today. I have already forgotten them. Go with God’s blessing, my child!’  “Sure enough, a few years later, the person knocked on the Elder’s door—a plain shipwreck of life. Not only was he then aided and supported, but, crushed and humble, he also became a frequent visitor of the Elder’s confessional.”  (The power of humility and forgiveness, from the Life of the Greek Elder, Fr. Epiphanios Theodoropolos)

“Someone thought that the Elder had treated him unjustly. He did not want to accept his explanations for anything. So he went to the Elder, full of anger, and showered him with a storm of accusations and curses. As he peeled an apple, the Elder listened to him silently till the end. As soon as the angry one finished cursing, the Elder offered him a piece, telling him, ‘Would you like, my child, a little apple?’ “A second shower of cursing: ‘Not from you, hypocrite!’ “The person got up abruptly to leave. Then the Elder stopped him and told him: ‘I will only tell you one word. Life has many changes. If you ever end up in need and think that I might be able to help you, don’t hesitate to knock on my door, fearing that I will remember these things you told me today. I have already forgotten them. Go with God’s blessing, my child!’ “Sure enough, a few years later, the person knocked on the Elder’s door—a plain shipwreck of life. Not only was he then aided and supported, but, crushed and humble, he also became a frequent visitor of the Elder’s confessional.” (The power of humility and forgiveness, from the Life of the Greek Elder, Fr. Epiphanios Theodoropolos)

Par Saint Augustin 

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
Les Discours sur les psaumes, Ps 58, 1,7 ; CCL 39, 733-734 (trad. cf Delhougne, Les Pères commentent, p.106) 


 

« Ce sont les malades qui ont besoin de médecin »

 

Il y a des hommes forts...qui mettent leur confiance dans leur propre justice. 

Ils prétendent, en effet, être justes par eux-mêmes, et se considérant comme des gens bien portants, ils ont refusé le remède et ont mis à mort le médecin lui-même. 

Aussi bien, ce ne sont pas ces hommes forts que le Seigneur est venu appeler, mais les faibles... 

Ah, vous les forts qui n'avez pas besoin de médecin ! Votre force ne vient pas de la santé mais de la folie... 

Le Maître de l'humilité, qui a partagé notre faiblesse et nous a rendus participants de sa divinité, est descendu du ciel pour nous montrer le chemin et être lui-même notre chemin. 

Surtout il a bien voulu nous laisser l'exemple de son humilité...afin de nous apprendre à confesser nos péchés, à devenir humbles pour devenir forts et à faire nôtre cette parole de l'apôtre Paul : 

« Lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort » 

(2Co 12,10)... 

Quant à ceux qui se sont flattés d'être forts, qui ont, en d'autres termes, prétendu être justes par leur propre vertu, ils ont « buté contre la pierre d'achoppement » 

(Rm 9,32)... 

Ce sont ces hommes forts qui se sont jetés sur le Christ en se vantant de leur justice... 

Ils s'étaient mis au-dessus de la foule des faibles qui accouraient vers le médecin. Pourquoi ? 

Simplement parce qu'ils se croyaient forts... 

Ils ont tué le médecin de tous les hommes. 

Mais lui, dans sa mort, a préparé pour tous les malades un remède avec son sang.

+++

UNE PRIERE A MARIE POUR LA FRANCE:

« O Mère céleste, Notre-Dame, vous qui avez donné à cette nation tant de gages insignes de votre prédilection, implorez pour elle votre divin Fils, ramenez-la au berceau spirituel de son antique grandeur, aidez-la à recouvrer, sous la lumineuse et douce étoile de la foi et de la vie chrétienne, sa félicité passée, à s'abreuver aux sources où elle puisait jadis cette vigueur surnaturelle, faute de laquelle les plus généreux efforts demeurent fatalement stériles, ou tout au moins bien peu féconds ; aidez-la aussi, unie à tous les gens de bien des autres peuples, à s'établir ici-bas dans la justice et dans la paix, en sorte que, de l'harmonie entre la patrie de la terre et la patrie du ciel, naisse la véritable prospérité des individus et de la société tout entière.

Mère du bon conseil, venez au secours des esprits en désarroi devant la gravité des problèmes qui se posent, des volontés déconcertées dans leur impuissance devant la grandeur des périls qui menacent.

Miroir de justice, regardez le monde où des frères, trop souvent oublieux des grands principes et des intérêts communs qui devraient les unir, s'attachent jusqu'à l'intransigeance aux opinions secondaires qui les divisent, regardez les pauvres déshérités de la vie dont les légitimes désirs s'exaspèrent au feu de l'envie et qui parfois poursuivent des revendications justes, mais par des voies que la justice réprouve, ramenez-les dans l'ordre et le calme, dans cette « tranquillitas ordinis » qui, seule, est la vraie paix !

Regina pacis ! Oh ! oui ! En ces jours où l'horizon est tout chargé de nuages qui assombrissent les cœurs les plus trempés et les plus confiants, soyez vraiment, au milieu de ce peuple qui est vôtre, la Reine de la paix ; écrasez de votre pied virginal le démon de la haine et de la discorde ; faites comprendre au monde, où tant d'âmes droites s'évertuent à édifier le temple de la paix, le secret qui, seul, assurera le succès de leurs efforts : établir au centre le trône royal de votre divin Fils et rendre hommage à sa loi sainte, en laquelle la justice et l'amour s'unissent en un chaste baiser, justicia et pax osculatae sunt (Ps 84)

Et que, par vous, la France, fidèle à sa vocation, soutenue dans son action par la puissance de la prière, par la concorde dans la charité, par une ferme et indéfectible vigilance, exalte dans le monde le triomphe et le Règne du Christ, prince de la paix, Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Amen. »

Cardinal Pacelli (futur Pie XII, Pape de Rome), Cardinal légat en France, prière conclusive du discours sur la vocation de la France, 13 juillet 1937.
(In R.P. Gabriel-Marie Jacquier (1906-1942), "L'ordre social chrétien par le règne social de Marie", Le règne social de Marie, Paris, 1939.)

Cardinal Pacelli,Pie XII,prière,discours,vocation,France,1937,Marie,Notre-Dame,Regina pacis,Reine de la paix,Mère du bon conseil,Miroir de justice

Statue de Marie en façade de l'Université de Bonn, Allemagne 

 

La France Syro-Orthodoxe Francophone fait aujourd'hui mémoire de:

Saint HONORATabbé de Lérins, évêque d'Arles (350-429)

 FERRÉOL, évêque de Grenoble, martyr († 670)

JACQUES, évêque de Tarentaise († 429)

FURSY, abbé, fondateur de Lagny († 648)

LIBÉRATE, vierge à Pavie († Ve s.)

 

(La Messe de 10h30 sera célébrée pour le Roi Martyr, sa Famille et notre France au Monastère Syriaque ce dimanche 17 Janvier
Nous enchaînerons ensuite les 18-19-20 janvier 2016 par le 
Jeûne des "Rogations de Ninive".)

ATTENTION:

 

Les 18-19-20 janvier 2016

Jeûne des "Rogations de Ninive"
(En référence au Livre de Jonas dans l’ancien testament)


Le jeûne de la Baouta, abstinence jusqu'à midi et jeûne pendant ces 3 jours, a lieu 3 semaines avant le premier jour du Grand Carême, et ce pendant 3 jours (lundi, mardi et mercredi).

Les trois jours de jeûne des "rogations"(1) de Ninive :

C'est une fête religieuse pour toutes les Eglises de Tradition Syriaque ("Syriaques Orientales"(Assyrienne et Chaldéenne) et "Syriaques Occidentales" (Syriaque Orthodoxe et Malankare)  qui commémore la prédication de Jonas, épargnant la ville de la colère divine par son appel à la repentance.

Ces trois jours de jeûne et de pénitence rappellent donc la conversion des ninivites, et représentent aujourd’hui la conversion du monde et notre propre conversion.
(1) Du latin latin rogatio : «action de demander», «supplication», «prière».

 
Vendredi 15 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 
 

+++

 

Dear friends. Aloho M'Barek.

May this new year be for you and your friends bathed in the light of Christ our Redeemer, "Rising Sun who comes to visit us!"

Remember, in your prayers, our Christian brothers around the world suffer all sorts of indignities and vigorously testify of Christ and the Gospel of Love, Truth, Justice and Peace, sometimes up the supreme witness of Martyr ...

May they teach us by their heroic fidelity!

Again: Happy and Holy Year to you and all those you love: Peace, health, strength and serenity!

May the Mother of Mercy, Saint Abraham Koorilose Bava and St. Gregorios of Parumala accompanies you during this new year of their intercessions!

You are in our prayers, thank you to remember us in your own. Aloho m'barekh (God bless you)!

Your fraternally devoted and faithful in the Lord.

+ Mor Philipose -Mariam, Metropolitan

 

A WORD OF ST John Chrysostom FOR THE NEW YEAR:


"The year will be happy for you, not when you drink to be drunk on the first day, but when and the first and each of the other days you will do what is in accordance with God.
The day may be good or bad, not its essence because one day is not differentiated in any way another day, but because of our diligence or laziness.
If you have worked well when the day is good, but if you have sinned the day is bad and painful.
If you're going to think that way and have yourself so as to perform the prayers and works of charity, then the whole year will be happy for you;
if you start to neglect virtue for yourself and wait for your spiritual happiness in the early months of the day of days, so you will not have anything good. "

 

Chers amis. Aloho m'barekh.
Que cette année nouvelle soit pour vous et vos amis toute baignée de la lumière du Christ notre Rédempteur, "Soleil levant qui vient nous visiter" !

N'oubliez pas, dans vos prières, nos frères Chrétiens qui, partout dans le monde subissent toutes sortes d'affronts et témoignent vigoureusement  du Christ et de l'Evangile d'Amour, de Vérité, de Justice et de Paix, parfois jusqu'au témoignage suprême du Martyr...
Puissent-ils nous enseigner par leur fidélité héroïque !


Encore une fois : Bonne et Sainte année à vous et à tous ceux que vous aimez :
Paix, santé, force et sérénité !

« Que le Seigneur vous bénisse et vous garde! 

Que le Seigneur fasse briller sur vous son visage, et qu’il vous fasse grâce! 

Que le Seigneur tourne vers vous son visage, et qu’il vous apporte la paix! »

(Nb VI, 24-26)
« Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint Esprit soient avec vous tous. Amen. »
(2 Co XIII, 13)

Que la Mère de Miséricorde, Saint Abraham Koorilose Bava et Saint Gregorios de Parumala vous accompagne tout au cours de cette nouvelle année de leurs intercessions !

 

 Puisse la sérénité tout au long de cette année 2016, régner dans votre cœur ! Heureux ceux qui laissent la lumière du Christ les éclairer pour faire des choix ou pour prendre les décisions dans leurs vies et agir en conséquence...


Vous êtes dans nos prières, merci de ne pas nous oublier dans les vôtres.
Aloho m’barekh (Dieu vous bénisse) !


Votre fraternellement et fidèlement dévoué en Notre-Seigneur.


+Mor Philipose-Mariam, métropolite

 

UN MOT DE SAINT JEAN CHRYSOSTOME POUR LE NOUVEL AN :

« L'année sera heureuse pour toi non pas quand tu boiras jusqu'à en être ivre le premier jour, mais lorsque et le premier et chacun des autres jours tu vas faire ce qui est conforme à Dieu. 


La journée peut-être bonne ou mauvaise non pas par son essence car un jour ne se différencie en rien d'un autre jour, mais du fait de notre assiduité ou de la paresse. 


Si tu as œuvré le bien, alors la journée sera bonne, en revanche si tu as péché la journée sera mauvaise et pénible. 


Si tu vas raisonner de cette façon et disposer de toi-même de façon à effectuer les prières et les œuvres de charité, alors toute l'année sera heureuse pour toi; 
si tu commences à négliger la vertu par toi-même et attendre ton bonheur spirituel dès le début des mois et du compte des jours, alors tu n'auras rien de bon.»

 

+++

 

Merault de Bizy,nom,Jésus,Christ,Seigneur,saint Bernard,saint Augustin

 

+++

 

Dear friends. Aloho M'Barek.

May this new year be for you and your friends bathed in the light of Christ our Redeemer, "Rising Sun who comes to visit us!"

Remember, in your prayers, our Christian brothers around the world suffer all sorts of indignities and vigorously testify of Christ and the Gospel of Love, Truth, Justice and Peace, sometimes up the supreme witness of Martyr ...

May they teach us by their heroic fidelity!

Again: Happy and Holy Year to you and all those you love: Peace, health, strength and serenity!

May the Mother of Mercy, Saint Abraham Koorilose Bava and St. Gregorios of Parumala accompanies you during this new year of their intercessions!

You are in our prayers, thank you to remember us in your own. Aloho m'barekh (God bless you)!

Your fraternally devoted and faithful in the Lord.

+ Mor Philipose -Mariam, Metropolitan

 

A WORD OF ST John Chrysostom FOR THE NEW YEAR:


"The year will be happy for you, not when you drink to be drunk on the first day, but when and the first and each of the other days you will do what is in accordance with God.
The day may be good or bad, not its essence because one day is not differentiated in any way another day, but because of our diligence or laziness.
If you have worked well when the day is good, but if you have sinned the day is bad and painful.
If you're going to think that way and have yourself so as to perform the prayers and works of charity, then the whole year will be happy for you;
if you start to neglect virtue for yourself and wait for your spiritual happiness in the early months of the day of days, so you will not have anything good. "

 

Chers amis. Aloho m'barekh.
Que cette année nouvelle soit pour vous et vos amis toute baignée de la lumière du Christ notre Rédempteur, "Soleil levant qui vient nous visiter" !

N'oubliez pas, dans vos prières, nos frères Chrétiens qui, partout dans le monde subissent toutes sortes d'affronts et témoignent vigoureusement  du Christ et de l'Evangile d'Amour, de Vérité, de Justice et de Paix, parfois jusqu'au témoignage suprême du Martyr...
Puissent-ils nous enseigner par leur fidélité héroïque !


Encore une fois : Bonne et Sainte année à vous et à tous ceux que vous aimez :
Paix, santé, force et sérénité !

« Que le Seigneur vous bénisse et vous garde! 

Que le Seigneur fasse briller sur vous son visage, et qu’il vous fasse grâce! 

Que le Seigneur tourne vers vous son visage, et qu’il vous apporte la paix! »

(Nb VI, 24-26)
« Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint Esprit soient avec vous tous. Amen. »
(2 Co XIII, 13)

Que la Mère de Miséricorde, Saint Abraham Koorilose Bava et Saint Gregorios de Parumala vous accompagne tout au cours de cette nouvelle année de leurs intercessions !

 

 Puisse la sérénité tout au long de cette année 2016, régner dans votre cœur ! Heureux ceux qui laissent la lumière du Christ les éclairer pour faire des choix ou pour prendre les décisions dans leurs vies et agir en conséquence...


Vous êtes dans nos prières, merci de ne pas nous oublier dans les vôtres.
Aloho m’barekh (Dieu vous bénisse) !


Votre fraternellement et fidèlement dévoué en Notre-Seigneur.


+Mor Philipose-Mariam, métropolite

 

UN MOT DE SAINT JEAN CHRYSOSTOME POUR LE NOUVEL AN :

« L'année sera heureuse pour toi non pas quand tu boiras jusqu'à en être ivre le premier jour, mais lorsque et le premier et chacun des autres jours tu vas faire ce qui est conforme à Dieu. 


La journée peut-être bonne ou mauvaise non pas par son essence car un jour ne se différencie en rien d'un autre jour, mais du fait de notre assiduité ou de la paresse. 


Si tu as œuvré le bien, alors la journée sera bonne, en revanche si tu as péché la journée sera mauvaise et pénible. 


Si tu vas raisonner de cette façon et disposer de toi-même de façon à effectuer les prières et les œuvres de charité, alors toute l'année sera heureuse pour toi; 
si tu commences à négliger la vertu par toi-même et attendre ton bonheur spirituel dès le début des mois et du compte des jours, alors tu n'auras rien de bon.»

 

+++

Après avoir fêté la Nativité et l'Adoration des Mages qui étaient la manifestation de Dieu dans le petit enfant de la crèche, voici que nous célébrons en ce jour de la Théophanie une autre Epiphanie :

*la manifestation qui inaugure la Vie publique de Jésus, sa vie de grand missionnaire envoyé par le Père.

Il s’agit de son Baptême. Une question se pose chaque fois que nous entendons cet Evangile : pourquoi Jésus a-t-il voulu recevoir le Baptême de pénitence donné par Jean-Baptiste ?

-Ce n’est pas pour Lui, c’est pour nous.

Ce n’est pas pour Lui : certes, il est là dans la foule, attendant d’être plongé à son tour dans les eaux du Jourdain, en apparences, rien ne le distingue et pourtant il n’est pas un homme comme les autres, car il porte au fond de lui-même un secret, un très grand mystère... et c’est la voix de Dieu le Père qui lève le voile sur ce mystère lorsque depuis le ciel qui s’est déchiré au-dessus de Jésus, il déclare très solennellement  « Tu es mon Fils, aujourd’hui je t’ai engendré »  "Tu es mon Fils Bien-aimé, en Toi j’ai mis tout mon amour ».

La voilà mise en lumière dès le commencement de sa vie publique, la véritable personnalité, absolument unique de Jésus :

*Il est le Fils Bien-aimé du Père, à la fois Dieu et Homme parfaitement Dieu et parfaitement homme.

Lui, qui de toute éternité est la parfaite Image du Père, qui lui est égal en toutes choses, il a voulu prendre dans le sein de la Vierge Marie une nature en tout semblable à la nôtre, sauf le péché.

Etant sans péché, d’une sainteté totale, Jésus n’a pas besoin de recevoir le Baptême de Jean qui est un rite symbolique, réservé aux pécheurs qui veulent se convertir après avoir reconnu et avoué leurs fautes.

S’il tient à accomplir cette démarche exceptionnelle dans un grand acte d’humilité, un grand abaissement, ce n’est donc pas pour Lui, c’est pour nous.

Lui qui est descendu du ciel pour être notre Rédempteur et Sauveur, il veut se rendre solidaire des pauvres pécheurs que nous sommes, il veut prendre sur Lui tous les péchés de tous les hommes, signifiant ainsi que Dieu se fait présent à l’intérieur de nos misères et que là où abonde le péché, surabonde son amour miséricordieux.

On peut dire qu’en plongeant son corps très saint dans les eaux du Jourdain, Jésus nous y plongeait tous avec Lui et y noyait déjà tous les péchés du monde.

Ce qu’il importe aussi de bien comprendre, frères et sœurs, c’est que pour Jésus, le fait d’entrer dans l’eau du Jourdain signifie qu’il a conscience de s’engager sur une voie qui le conduira jusqu’en sacrifice suprême, ce sacrifice de la Croix, grâce auquel il pourra donner la mesure la plus extrême de son amour et procurer ainsi à tous les hommes, pardon et purification.

N’oublions pas que pour désigner ce sacrifice rédempteur, Jésus lui-même s’est servi de l’image du Baptême : « Je dois recevoir un Baptême et comme j’ai hâte qu’il soit consommé ».

Quel mystère, frères et sœurs !

Jésus, sur la Croix a reçu un Baptême de Sang, et c’est dans ce sang que l’humanité toute a été baptisée d’un Baptême collectif d’une efficacité infinie. Baptême que chaque être humain dans le temps de son existence n’a plus qu’à accepter volontairement dans un acte personnel d’union au Christ.

C’est incorporation au Christ, c’est le sacrement de Baptême donné par l’Eglise qui l’a réalisée pour chacun et chacune d’entre nous.

Voilà pourquoi il fut un évènement décisif sont on ne soulignera jamais assez l’importance.

C’est à ce moment-là en effet, que nous sommes « nés de Dieu », devenus des fils et filles de Dieu appelés à être d’autres christ, des copies vivantes de Jésus !

N’est-ce pas merveilleux, frères et sœurs ? Mais avons-nous bien mesuré tout ce que cela implique ?

Nous savons que depuis sa Résurrection et son retour au ciel au jour de son Ascension, Jésus ne vit plus ici-bas dans son Corps historique (ce corps physique semblable au nôtre qui a été le sien durant 33 ans) mais qu’il continue cependant à vivre sur terre à travers les membres de son Corps mystique, c’est-à-dire à travers les baptisés.

C’est donc à travers nos vies qu’il désire continuer tous ses mystères, propager son message de salut et transfuser son amour.

C’est à travers nos décisions qu’il veut agir concrètement dans le monde. C’est grâce à nos paroles et à notre témoignage qu’il veut conduire les hommes à la Lumière de la Foi, c’est avec nos cœurs remplis de son amour qu’il veut aimer nos frères les plus proches comme les plus lointains.

Autrement dit : le baptisé, c’est quelqu’un qui prête son humanité à Dieu pour qu’il en dispose à son gré en faveur de la mission, pour l’extension de son règne.

Le baptisé, le chrétien c’est quelqu’un qui joue le rôle de Jésus, qui le joue vraiment se comportant entres choses comme Jésus se comporterait s’il était à sa place.

Frères et sœurs, si nous avons bien compris cela, nous n’avons pas de droit de vivre dans la médiocrité, dans cette tiédeur qui caractérise aujourd’hui tant et tant de baptisés.

Nous savons que le Seigneur juge avec une particulière sévérité cet état de paresse spirituelle :

« Je connais ta conduite, déclare-t-il, à celui qui est tiède, tu n’es ni froid ni chaud, que n’es-tu l’un ou l’autre ? Ainsi puisque te voilà tiède, ni chaud, ni froid, je vais te vomir de ma bouche... » (Apoc. 3)

"Je pense que tout Chrétien Orthodoxe doit être missionnaire.

Nous avons tous des familles, mais tous nos proches ne sont pas croyants.

Qui va faire découvrir le Christ aux gens qui nous entourent, au travail et à l'école?

Qui sera un témoin vivant parmi eux? (Père Stanislav )

Alors, si cela s’avère nécessaire, ressaisissons-nous, ravivons notre ferveur de manière à pouvoir répondre pleinement à notre vocation baptismale qui est une vocation à la sainteté, à l’image de Marie, la Toute-Sainte.

Une dernière remarque pour conclure.

Chacun devient ce pour quoi il vit ou ce qu’il recherche.

  • Qui recherche les choses vaines deviendra superficiel et inconsistant.
  • Qui recherche le péché, deviendra pécheur.
  • Mais qui recherche Dieu et une communion intime avec Lui sera Divinisé puisque ce que le Christ-Tête de l'Eglise est par nature, nous le devenons par la grâce !

« Quelle puissance le nom de Jésus-Christ donne

à nos prières ! elles cessent alors visiblement de ramper sur la terre, elles s'élèvent vers le ciel comme un encens d'agréable odeur. O nom de Jésus-Christ ! nom auguste, au-dessus de tout nom : Nomen quod est super omne nomen. Nom consolant, puisqu'il nous rappelle la miséricorde de Jésus-Christ pour l'homme ; nom qui nous rend par la prière tout puissants auprès de Dieu : car la parole de Jésus-Christ y est formelle ; c'est la parole du Dieu de vérité, il a daigné la confirmer par serment : en vérité, en vérité, je vous le dis, tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom, vous sera accordé. On voit que rien n'est excepté, mais seulement dans l'ordre du salut ; car, dit saint Augustin, au nom d'un Dieu qui est venu pour nous sauver, peut-on demander comme des biens ce qui serait étranger ou quelquefois contraire à notre salut ?

On sent bien que, pour obtenir ces heureux effets du nom de Jésus-Christ, il doit être prononcé avec foi et dans de saintes dispositions ; la parole de l’Écriture y est formelle : tous ceux qui diront, Seigneur, Seigneur, c'est-à-dire, qui ne le diront que des lèvres, n'entreront point dans le royaume des cieux. Ce nom a été sur les lèvres de l'aveugle de Jéricho. Jésus, fils de David, s'écriait-il, ayez pitié de moi. En vain on lui imposa le silence ; sa foi le fit triompher de ces obstacles, et lui obtint un miracle. Combien de fois de nom de salut et de bénédiction est-il répété par nous chaque jour dans ces litanies si connues, composées en l'honneur de Jésus-Christ. On ne voit point que ce nom, quoique tout-puissant, nous guérisse d'aucune de nos passions. Croyons avec l’Écriture que nul ne peut dire Seigneur Jésus que par un mouvement de l'Esprit Saint. Alors ce nom sera prononcé avec intelligence, avec amour ; alors il excitera dans nos cœurs cet heureux tressaillement qu'éprouvait saint Bernard (*). Nous ne le prononcerons point, selon la pensée de saint Augustin, sans goûter les consolations de l'espérance, et le tentateur effrayé s'éloignera de nous. »

(*) : cf. la méditation proposée hier.

Athanase René Merault de Bizyin "Instructions pour les fêtes de l'année", Tome premier (Sur le saint nom de Jésus), Librairie catholique de Perisse Frères, Lyon - Paris, 1841.

Merault de Bizy,nom,Jésus,Christ,Seigneur,saint Bernard,saint Augustin

 

Quelqu'un estimait que l'Ancien l'avait injustement traité. Il ne voulu pas accepter ses explications ou quoi que ce soit. Alors il partit en colère voir l'Ancien, et le couvrit d'un flot d'accusations et d'imprécations. Pendant ce temps, l'Ancien pelait une pomme, l'écoutant silencieusement, jusqu'au bout. Lorsque le colérique eu achevé sa tirade, l'Ancien lui offrit un morceau de pomme, lui disait "Mon enfant, voudriez-vous un peu de pomme?"  L'autre hurla "Rien de vous, hypocrite!"  La personne se leva brusquement et parti. Alors l'Ancien l'arrêta et lui dit : "Je ne te dirai que ce bref mot. La vie comporte beaucoup de changements. Si un jour tu te retrouvais dans le besoin et pensait que je pourrais t'aider, n'hésite pas à frapper à ma porte, n'aie pas peur que je me souvienne de ces choses que tu m'as dite aujourd'hui. Je les ai déjà toutes oubliées. Va avec la bénédiction de Dieu, mon enfant!"  Comme prévisible, quelques années plus tard, cette même personne frappa à la porte de l'Ancien - elle était devenue une véritable épave de la vie. Non seulement il fut aidé et soutenu, mais écrasé et humble, il devint aussi un habitué de la confession chez l'Ancien.(La puissance de l'humilité et du pardon vainc tout (geron Ephiphanios Theodoropolos))

Quelqu'un estimait que l'Ancien l'avait injustement traité. Il ne voulu pas accepter ses explications ou quoi que ce soit. Alors il partit en colère voir l'Ancien, et le couvrit d'un flot d'accusations et d'imprécations. Pendant ce temps, l'Ancien pelait une pomme, l'écoutant silencieusement, jusqu'au bout. Lorsque le colérique eu achevé sa tirade, l'Ancien lui offrit un morceau de pomme, lui disait "Mon enfant, voudriez-vous un peu de pomme?" L'autre hurla "Rien de vous, hypocrite!" La personne se leva brusquement et parti. Alors l'Ancien l'arrêta et lui dit : "Je ne te dirai que ce bref mot. La vie comporte beaucoup de changements. Si un jour tu te retrouvais dans le besoin et pensait que je pourrais t'aider, n'hésite pas à frapper à ma porte, n'aie pas peur que je me souvienne de ces choses que tu m'as dite aujourd'hui. Je les ai déjà toutes oubliées. Va avec la bénédiction de Dieu, mon enfant!" Comme prévisible, quelques années plus tard, cette même personne frappa à la porte de l'Ancien - elle était devenue une véritable épave de la vie. Non seulement il fut aidé et soutenu, mais écrasé et humble, il devint aussi un habitué de la confession chez l'Ancien.(La puissance de l'humilité et du pardon vainc tout (geron Ephiphanios Theodoropolos))

L'Apôtre Pierre et la conscience Orthodoxe
par l'archevêque Stylianos d'Australie
 
Pierre tiré des eaux
évangéliaire de Saint-Bertin
Flandres, anno 1200
"Éloignes-Toi de moi,
car je suis un homme pécheur, O Seigneur"
(Luc 5,8)

Lorsque nous parlons de l'Apôtre Pierre, nous vient en général à l'esprit l'Apôtre bouillant et dynamique, qui se tenait au milieu des Douze comme "le principal Apôtre."Car nous nous souvenons que bien souvent, nous le voyons dans les textes sacrés comme étant le chef de diverses activités, agissant aussi au nom du restant des Apôtres, et cependant, sans jamais se séparer du restant d'entre eux.

Par exemple, le Christ demande "Au dire des gens, qui est le Fils de l'Homme?", Pierre se hâte de faire, de la part de tous, cette bienheureuse confession : "Tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant."Pour cette raison, il n'était que naturel qu'il reçoive après cela, à nouveau au nom de ses condisciples Apôtres, la béatitude du Christ, qui fut adressée aux croyants de tous les temps : "Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais Mon Père qui est dans les Cieux"(Mat. 16,17).

Les disciples voient Judas arriver avec la bande de soldats, pour arrêter Jésus, et à nouveau c'est Pierre qui réagit, tirant son épée du fourreau et tranchant l'oreille droite de Malchus, qui était le serviteur du grand prêtre (cfr Jean 18,10).

Une telle spontanéité, un tel dynamisme de la part de Pierre explique pourquoi le Christ parlera à cet Apôtre soit pour lui demander "M'aimes-tu?"et pour projeter cet exemple caractéristique de faiblesse humaine, ou même pour amèrement le houspiller, comme dans le cas où Il fut obligé de l'appeler "satan"(cfr Mat. 16,23).

Nous devrions admettre que, soit qu'il aie peur un temps durant et renie le Christ dans le jardin du grand prêtre, ou soit qu'il s'en repente peu après et "sortit et pleura amèrement"(Mt 26,75), le brave Pierre nous donne l'image la plus vivante qui soit, celle d'un homme qui ne sait pas faire les choses à moitié ou simuler. C'est un homme de chair et de sang, mais aussi plein de feu et d'enthousiasme. C'est pour cette raison qu'il repose à chaque minute ses faiblesses humaines et son caractère contradictoire, de même que toute la puissance et beauté de sa vérité.

On pourrait s'attendre à ce qu'un tel type d'homme devienne l'image à suivre pour les Chrétiens de l'Orient, et cependant, ce ne fut pas le cas. Certes, dans le culte liturgique officiel de notre Église et dans notre théologie, nous n'avons pas commis la moindre injustice contre l'Apôtre Pierre. Étant toujours pleinement conscients qu'il est le frère de notre André, le premier appelé et saint patron de Constantinople, nous accordons une place spéciale aux Épîtres Catholiques de saint Pierre en leur donnant la place de Lecture principale aux Vêpres festives lors de la fête patronale de l'Apôtre André.

Cependant, plus largement dans la conscience du peuple Orthodoxe, assurément qu'il a été fait injustice envers l'Apôtre Pierre. Il suffit de considérer que vous trouverez difficilement où que ce soit dans le monde quelqu'église dédiée au chef des Apôtres. Et même dans le cas où nous aurions une église dédiée à la mémoire de Pierre et Paul, nos fidèles l'appellent "église de saint Paul."

L'explication de cette "injustice"n'est pas difficile à comprendre. Depuis le moment où l'Occident a voulu projeter l'Apôtre Pierre en avant, au point d'en exagérer son rôle et en faire le "prince des Apôtres"et le regarder lui – et non pas sa bienheureuse confession – comme le fondement de toute l'Église, cela l'a rendu étranger pour l'Orient. Et quand par la suite, le pape de Rome tenta d'affirmer la primauté papale et l'infaillibilité sur base de la supposition que Pierre aurait aussi eu ces privilèges, et qu'il les aurait transférés exclusivement à l'évêque de Rome, il ne fut que naturel que ce qui était un processus d'éloignement se développe en une intense antipathie, qui, fatalement, allait se refléter sur la personne sacrée de l'Apôtre Pierre, quand bien même ce dernier n'était bien sûr responsable en rien de l'affabulation de Rome.

Précisément pour cette raison, il est temps que nous lisions à nouveau avec soin tout ce qui concerne l'Apôtre Pierre dans le Nouveau Testament, afin que nous soyons à même de revivre l'authentique Apôtre de la Foi, de la prière, de l'action et de la repentance.

Parmi les nombreux passages qui décrivent des aspects caractéristiques de la vie de saint Pierre, le plus émouvant n'est ni sa confession à Césarée de Philippe, que nous avons déjà mentionnée, ni l'épisode de ses amères larmes après sa trahison passagère dans le jardin du grand prêtre. Car tant la confession que la repentance se trouvaient dans la logique immédiate des choses pour tous les Apôtres qui vivaient le mystère de la présence directe du Dieu-Homme. Ce qui se trouvait au-delà de cette "logique des choses", ce qui constitue peut-être l'élément biographique le plus émouvant de saint Pierre, c'est le fait qu'à un certain moment, il ressentit sa propre indignité au point de s'humilier. Et il ne fut pas du tout honteux de déclarer ceci devant le Christ, posant dès lors à jamais un point de repère décisif pour l'humilité. C'était lorsqu'il vit le Maître accomplir des miracles allant même au delà de l'illogique, en remplissant les filets avec des poissons là où précisément peu auparavant il n'y avait aucun poisson. Et ce n'était pourtant pas la première fois qu'il avait vu Jésus accomplir des miracles et faire du bien pour les gens : faisant marcher un paralytique, rendant la vue aux aveugles, ramenant un mort à la vie.

Certes, à la vue de ces grands miracles inédits, saint Pierre se tenait dans la crainte et l'émerveillement, ce que faisaient d'ailleurs aussi les autres disciples, cependant, il n'y a nulle mention de contrition ou de conscience de son état pécheur. Comment expliquerions-nous ce paradoxe? La seule explication que l'on pourrait donner, c'est que ces gens qui souffraient profondément de douleur et de maladie se voyaient accorder un bienfait. Ils avaient sûrement été purifiés, et en quelque sorte étaient devenus dignes de cette miséricorde divine. Mais dans le cas de la nuit passée pour rien en mer, sans pèche fructueuse, il n'y avait aucune raison particulière pour que le Christ sente de la sympathie envers saint Pierre et les autres disciples qui étaient avec lui. Il y avait bien d'autre gens qui avaient travaillé des heures durant en ce même endroit, sans rien y avoir prit! Est-ce que le Christ avait fait le moindre miracle pour eux? Alors pourquoi aurait-Il dû montrer une sympathie particulière envers Pierre? Il semble que tous ces "pourquois"avaient provoqué une révolte silencieuse dans sa conscience, et comme il ne pouvait trouver ni réponse ni excuse, il sentit un besoin encore plus grand de confesser son état pécheur envers le Dieu Omniscient : "éloignes-Toi de moi, O Seigneur, car je suis un homme pécheur."

Qui d'autre parmi les Douze Apôtres a jamais osé faire une telle confession? Qui d'autre a jamais fait une telle comparaison? Qui d'autre se considéra comme moindre que les autres, et indigne même d'une telle "heureuse"prise de poisson?

Ceci signifie que le "chef"des Apôtres était en même temps le plus humble et le plus contrit de tous les autres Disciples du Christ. Qu'est-ce que quelqu'un du genre de Pierre pourrait avoir en commun avec celui que l'Occident inventa avec cet imaginaire "prince des Apôtres?"

Le voilà, alors, ce véritable Pierre, cette personne de contrition et d'humilité, celui qui à la fin sacrifiera vraiment sa vie pour le Christ, exactement comme il Le lui avait promis, le voilà
 celui qui mérite d'être à nouveau considéré comme le "chef"de tous les Apôtres pour tous ses dons. Et nous devrions l'aimer précisément comme il nous a enseigné à le faire dans sesÉpîtres Catholiques, à savoir l'aimer ardemment (1 Pierre 1,22).

Paru dans "Voice of Orthodoxy", v. 11(11), Novembre 1990, publication officielle de l'archidiocèse grec-orthodoxe d'Australie.

 
+ Stylianos
 
*-*-*-*-*

Voir aussi cette autre belle méditation de mgr Stylianos :
"La famille: une perspective Chrétienne Orthodoxe"
http://stmaterne.blogspot.com/2007/01/la-famille-une-perspective-chrtienne.html

A lire aussi :

Riche étude fort précise et documentée, sur base de la patristique :
"L'Apôtre Pierre a-t'il été le premier pape de Rome?"

"L'Apôtre Pierre et l'évêque de Rome", un texte du père Nicolas Afanassieff

http://www.orthodoxie.com/2006/06/laptre_pierre_e.html


 
Saint Pierre, surmonté de 3 médaillons - 1 jeune saint non-identifié (Jean?), le Christ, la Vierge Marie. Icône à l'encaustique, écrite à Constantinople fin du 6ème ou début du 7ème siècle. Conservée au monastère Sainte-Catherine au Mont-Sinaï
 
*-*-*-*-*-*-*-*-*
Le Missel gallican de Stowe, aussi dit "Missel Celtique", comporte une prière spécifique pour saint Pierre, ainsi que cette autre prière de collecte utilisable ce jour.
Une traduction en néerlandais de ce Missel est reprise dans l'excellent "Keltisch gebendenboek", publié par le monastère de la Mère de Dieu à Pervijze, près de Diksmuide (patriarcat de Moscou)

Extrait de la LITURGIE selon le MISSEL de LORRHA-STOWE

COLLECTE D'INTRODUCTION
Pendant la prière on baisse la tête. La collecte du jour ou du propre est ici utilisée à la place de la prière suivante qui est dite seulement aux fêtes du Christ et de Pierre.

Prêtre: Dieu, Toi qui as remis les clefs du Royaume céleste à Ton apôtre béni Pierre; qui lui as accordé le pouvoir de lier ou de délier les âmes; qui l’as établi comme grand-prêtre; reçois aussi bien nos prières de pénitence que de demande. Nous Te supplions de nous accorder Ton aide, afin que nous soyons délivrés des liens de nos péchés, par Jésus-Christ, notre Seigneur, Qui règne avec Toi et avec le Saint-Esprit, Dieu, dans les siècles des siècles.
Peuple: Amen.


Le Missel gallican de Stowe, aussi dit "Missel Celtique", comporte une prière spécifique pour saint Pierre, ainsi que cette autre prière de collecte utilisable ce jour. Il est particulièrement remarquable que cette Liturgie Orthodoxe aie comme préface spéciale ouvrant l'ensemble une prière qui soit particulière pour saint Pierre.

Une traduction en néerlandais de ce Missel est reprise dans "Keltisch gebendenboek", publié par le monastère de la Mère de Dieu à Pervijze, près de Diksmuide (patriarcat de Moscou). C'est tout à leur honneur que d'avoir donné large place à nos racines spirituelles particulières, gallicanes, dans leurs publications.
missel celtique en neerlandais, publication du monastere de Pervijze, patriarcat de Moscoumissel celtique en neerlandais, publication du monastere de Pervijze, patriarcat de MoscouExtrait de la LITURGIE selon le MISSEL de LORRHA-STOWE

COLLECTE D'INTRODUCTION
Pendant la prière on baisse la tête. La collecte du jour ou du propre est ici utilisée à la place de la prière suivante qui est dite seulement aux fêtes du Christ et de Pierre.

Prêtre: Dieu, Toi qui as remis les clefs du Royaume céleste à Ton apôtre béni Pierre; qui lui as accordé le pouvoir de lier ou de délier les âmes; qui l’as établi comme grand-prêtre; reçois aussi bien nos prières de pénitence que de demande. Nous Te supplions de nous accorder Ton aide, afin que nous soyons délivrés des liens de nos péchés, par Jésus-Christ, notre Seigneur, Qui règne avec Toi et avec le Saint-Esprit, Dieu, dans les siècles des siècles.
Peuple: Amen.

PRÉFACE POUR LES APÔTRES ET TOUS LES SAINTS
Il est digne et juste, légitime et glorieux pour nous, Seigneur Dieu tout-puissant, de Te rendre grâces tous les jours de notre vie, mais en ce jour d’amour et d’abondance, il est nécessaire de Te rendre grâces à Toi et à l’Esprit-Saint, au cours de la célébration de la fête de -N- apôtre (ou saint). Accorde-nous donc, Dieu tout-puissant: foi, espérance et amour, une fin de vie catholique et la plénitude de la paix, par l’exemple et la mémoire de notre saint -N- en l’honneur duquel l’offrande est apportée aujourd’hui. Puisse t’elle nous apporter le Salut, par Jésus-Christ, notre Seigneur, pour qui tous les Anges, Archanges, prophètes et apôtres, martyrs et confesseurs, vierges et tous les saints, d’un hymne éternel et d’un chant de louange infatigable, ensemble avec les 4 Vivants et les 24 Anciens chantent ensemble en disant: [..]

 
L'appel de Pierre et André
 

Saint Honorat de Lerins, qui êtes-vous ?

 

Il appartenait à l'aristocratie gallo-romaine. Il éprouva très tôt une attirance pour la vie monastique, ce qui entraîna l'hostilité de sa famille, en particulier de son père. D'après saint Hilaire d'Arles, ce dernier chercha donc par tous les moyens à le détourner du baptême et tenta de le distraire par toutes sortes de divertissements. Mais ce fut en vain : Honorat, qui n’avait que douze ans, patienta jusqu'à l'adolescence et entama alors un catéchuménat qui dura trois années. Son frère aîné, Venantius, se convertit à son tour et tous deux se mirent à pratiquer l'ascèse dans leur patrie. Ils cherchaient en tous points à mettre en pratique les préceptes de l'Evangile. Et ils y réussirent si bien que leur renommée se répandit et déborda la ville et la contrée, au point que, effrayés par leur propre gloire, ils décidèrent de fuir en vendant tous leurs biens afin d'en distribuer aux pauvres les bénéfices.

image014

Les deux frères, escortés par leur ami Caprais, quittèrent leur patrie pour échapper à cette renommée encombrante. Ils s'embarquèrent à Marseille pour rejoindre la Grèce ou Venantius mourut. Honorat, malade, revint en Occident afin de poursuivre son ascèse sous des cieux plus cléments.

Honorat et Caprais demeurèrent à Fréjus, où Honorat devint à nouveau si célèbre que les foules accouraient de loin pour entendre sa parole. Mais cette célébrité lui devint pesante et même intolérable.

C'est à la grotte du Cap-Roux, qu'avec Caprais, il tenta de mettre en pratique les enseignements des Pères du désert. Honorat descendait parfois de la montagne pour exercer son apostolat auprès des pêcheurs du petit port d’Agay. Mais bientôt la grotte reçut la visite des quémandeurs. Il fallut donc partir à nouveau.

Honorat demanda à un pêcheur d’Agay de les conduire sur l’île de Lérins, île petite, inhabitable, sans eau, remplie de serpents.

La légende raconte que, lorsque Honorat y posa le pied, celle-ci trembla. Les serpents grouillaient partout. Honorat étendit les mains et invoqua le Christ. Aussitôt tous les serpents expirèrent en dégageant une odeur pestilentielle. Honorat se remit alors à prier. Le vent se leva et un raz de marée balaya l’île. Honorat et Caprais s’étaient réfugiés en haut d’un palmier. Quand la mer se retira, l’île était purifiée.

Honorat et Caprais bâtirent deux abris sommaires et ils reprirent leur vie érémitique. Mais, comme il fallait s’y attendre, leur installation à Lérins provoqua un grand mouvement de curiosité sur tout le littoral. Et au grand désappointement des deux solitaires, se produisit le contraire de ce qu’ils avaient espéré : de plus en plus nombreuse la foule réapparut devant leur ermitage.

Certains, parmi cette foule, touchés par l’exemple des deux moines, se construisaient un abri sur le rocher, quémandant chaque jour un conseil pour se livrer à leur tour aux mortifications corporelles et à la purification de l’esprit. Peu à peu se constitua sur l’île, ce type intermédiaire entre l’érémitisme et le monastère organisé : la laure, où chacun vivait seul dans son abri pour se retrouver le dimanche à la célébration de la synaxe eucharistique.

L’évêque Léonce de Fréjus avait ordonné prêtre Honorat qui s’en était défendu en vain. Après avoir longuement prié, Honorat demanda conseil à l’évêque Léonce, et il se décida, à l’heure même où saint Jean Cassien songeait à fonder à Marseille le grand monastère de Saint-Victor, à faire à son tour acte solennel de cénobitisme en groupant autour d’une règle monastique commune inspirée des Pères, les hommes épris de Dieu et prêts à tout quitter pour son seul amour.

Honorat était appelé maître et père par les frères qui lui devaient obéissance. Cependant, il dirigeait son monastère avec une autorité bienveillante. Pour changer ce qui avait besoin d’être corrigé, le plus souvent il changeait sa façon même de corriger, si bien qu’il suscitait autant d’amour que de crainte. Les frères l’aimaient tant qu’ils essayaient de ne point commettre de fautes. Et la crainte qu’il provoquait faisait naître l’amour de la discipline.

L’élection d’Honorat à l’évêché métropolitain d’Arles eut lieu par surprise à son insu. Ce ne fut qu’après de longs mois de tractations et de supplications qu’il accepta ce siège épiscopal dont il ne voulait pas. Il renonça à finir sa vie dans la paix de son île, car il s’aperçut que la volonté de Dieu était de le voir rétablir la concorde et l’amour fraternel en Arles.

A la demande du clergé, il désigna son successeur : le futur saint Hilaire. Le 6 janvier 430, bien que malade, il voulut prêcher dans sa cathédrale. A son retour, il dut s’aliter.

image015

Honorat reposait maintenant, calme et détendu. Il se laissa envahir par une sorte de sommeil. Croyant qu’il allait mourir, ses amis le secouèrent. Il ouvrit un œil et leur dit malicieusement : «Je m’étonne que, me voyant si bas et sachant combien j’ai été longtemps privé de sommeil, vous ne puissiez seulement me laisser dormir !», puis il se tut et entra dans le sommeil de la mort. Cette mort, très douce, sans combat, fut accompagnée de phénomènes étranges. A l’instant même où son esprit quittait son corps, au milieu de la nuit, de nombreux Arlésiens réveillés furent frappés par la vision du saint que recevait une cohorte céleste. Tous se levèrent puis coururent jusqu’à l’évêché. «On aurait dit, nota saint Hilaire d’Arles, son premier biographe, que tout le monde avait été réveillé par un avertissement des anges».

 

 

Lectionnaire du sanctoral pour St Honorat:

Ro 8/28-30

28 Par ailleurs, nous savons que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont élus selon le dessein qu'il s'est proposé.

29 Ceux qu'il a distingués d'avance, il les a prédestinés à être conformes à l'image de son Fils, qui devient de la sorte le premier-né d'une foule de frères.

30 Ceux qu'il a prédestinés, il les a aussi appelés; ceux qu'il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu'il a justifiés, il les a aussi glorifiés.

 

Lc 12/4-8

4 Mais à vous, mes amis, je dis ceci : Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et après cela, ne peuvent rien faire de plus.

5 Je vais vous montrer qui vous avez à craindre : craignez Celui qui, après avoir ôté la vie, a le pouvoir de jeter en enfer; oui, vous dis-je, celui-là, craignez-le.

6 Ne vend-on pas cinq passereaux pour deux sous? Cependant pas un d'eux ne passe inaperçu de Dieu.

7 Même vos cheveux sont tous comptés. Ne craignez point : vous valez mieux qu'une volée de passereaux.

8 « Je vous le dis, quiconque se sera déclaré pour moi devant les hommes, le Fils de l'Homme à son tour se déclarera pour lui devant les anges de Dieu;

MARCEL 16 JANVIER

Saint Marcel est un pape de Rome mort en 310.



 

D’origine romaine Marcel fut choisi  pape en 308, après le martyre du pape Marcellin par le clergé de la ville de Rome.

 

L’Eglise sortait de la persécution de Dioclétien et la question du pardon des apostats se posait avec insistance.

 

Contrairement au pape Marcel, certains chrétiens refusaient leur réintégration dans la communauté.  

 

C’est sans doute ces divisions qui incitèrent l’empereur Maxence à condamner Marcel, non pas à la mort mais à devenir esclave dans les écuries impériales !

 

Il en mourut d’épuisement et il est ainsi le dernier pape à avoir été martyrisé par le paganisme antique.

 

 

Marcel avait aussi reçu d’une certaine dame Priscilla, un vaste terrain sur la via Salaria, il le fit creuser en catacombes comme cimetière chrétien. 

 

On y trouve des fresques dont celle des mages. 

 

C’est dans cette catacombe qu’il fut enterré.



 BONNE FETE AUX "MARCEL" ET "MARCELLE"


Demain nous fêterons sainte Roseline

Samedi 16 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 
1. REDÉCOUVRONS NOTRE PASSÉ
 1660 

Les apparitions de saint Joseph à Cotignac

Le 7 juin 1660, le jour même où Louis XIV accueille l’Infante d’Espagne pour leur prochain mariage à Saint Jean de Luz, un homme d’imposante stature apparaît au Bessillon et vient au secours du berger Gaspard Ricard assoiffé, en lui désignant un lourd rocher : « Je suis Joseph, enlève-le et tu boiras ».

Sur le Mont Bessillon, le 7 juin 1660, un jeune berger Gaspard Ricard faisait paître ses moutons par une intense chaleur. Épuisé de soif il s’allongea sur le sol brûlant et voici qu’un homme d’imposante stature se tint soudain là près de lui et lui indiqua un rocher en lui disant : « Je suis Joseph, enlève-le et tu boiras ».

La pierre était lourde. Plus tard, huit hommes pourront à peine la soulever. Gaspard crut à une plaisanterie, mais le ‘vénérable vieillard’ comme disent les récits de l’époque, réitéra son ordre. Gaspard obéit, déplaça sans peine le rocher et découvrit une eau fraîche qui commençait à ruisseler. Il but avec avidité, mais quand il se releva, il était seul...

Lire la suite du récit

EN VRAC...POUR VOTRE REFLEXION...

 

 

===

 

===

El-Assad est-il innocent du gazage de Ghuta ?

L’Organisation pour l’Interdiction des Armes chimiques met en doute la version selon laquelle l’armée syrienne aurait réalisé un « massacre chimique » dans la banlieue de Damas.

Le 21 août 2013, une attaque au gaz de grande envergure était perpétrée dans la banlieue de Damas. Les images très violentes des victimes (494 selon la Syrie, 1429 selon les Etats-Unis) avaient fait le tour du monde, et la communauté internationale se fiant à l’expertise d’Observateurs de l’ONU avait désigné le président syrien Bachar Al-Assad comme responsable des faits. Or, l’utilisation d’armes chimiques était une « ligne rouge » définie par Barack Obama : un an plus tôt, il avait affirmé que si l’armée syrienne faisait usage de ces armes, les Etats-Unis réagiraient militairement.

Tout accusait Bachar

Des observateurs était arrivé à Damas trois jours avant l’attaque, avec l’accord du gouvernement de Bachar Al-Assad. Ils se trouvaient au plus à 12km des trois lieux d’attaques reportés. Ils ont pu se rendre immédiatement sur place, grâce à l’accord des groupes rebelles qui contrôlaient la zone attaquée. Et leur rapport est accablant. Il souligne que les types de projectiles et le genre d’armes employés correspondent à l’arsenal de l’Armée arabe syrienne. Par ailleurs, la direction à partir desquels les roquettes ont été tirées suggère qu’une unité d’élite syrienne est à l’origine de l’attaque. Comme les armes chimiques ne sont pas confiées aux unités de base, c’est tout à fait cohérent avec le scénario qui se dessine : le massacre chimique indiscriminé, organisé par le gouvernement de Bachar Al Assad, contre une zone détenue par des factions rebelles.

Au bord de l’intervention militaire

A la suite de cet évènement médiatisé, l’administration Obama a affirmé qu’elle allait organiser des frappes sur la Syrie. Elle a été soutenue par le président français, François Hollande. Cette intervention n’a finalement pas eu lieu, en raison du soutien de la Russie à son allié Assad. Poutine a proposé une solution diplomatique qui a finalement été accepté par toutes les parties : la destruction, sous contrôle international des armes chimiques syrienne. L’Organisation pour l’Interdiction des Armes chimiques (Organization for the Prohibition of Chemical Weapons, OPWC) a été chargée d’assurer ce contrôle. Elle a obtenu pour son action le prix Nobel 2013.

L’ombre d’un doute

Or, un rapport de cette organisation, cité par l’agence Fides, vient mettre en doute la culpabilité de l’armée syrienne ! Les traces de gaz sarin, relevées par les observateurs de l’ONU, ne seraient pas compatibles avec les armes que possédait l’armée syrienne au moment des faits qui lui sont reprochés. Les conclusions de ce rapport rejoignent celle du MIT (Massachusetts Institute of Technology). En janvier 2014, les experts de cet institut avaient démenti le fait que l’attaque à l’arme chimique de Ghuta ait pu être perpétrée par l’armée syrienne.

Une série d’indices troublants

Ces conclusions scientifiques confortent les doutes qu’exprimaient, au sujet de l’origine de cette attaque, tous les syriens chrétiens qu’Aleteia a pu contacter. Sur un plan stratégique, Bachar n’avait pas intérêt à « franchir la ligne rouge » définie par les Américains. Surtout pas durant l’été 2013, date à laquelle son armée est en train de prendre l’ascendant sur ses adversaires (la situation s’est ensuite dégradée avec l’avènement de l’Etat islamique).

Qui a perpétré le massacre ?

De toute évidence, l’armée de Bachar a déjà pris le risque de dommage collatéraux parmi la population qu’elle est supposée défendre. Manquant de munitions spécialisées et d’images satellite jusqu’au début de l’année 2015, elle a été réduite à utiliser des barils d’essences remplies de clous et largués d’hélicoptères. Elle est soupçonnée d’avoir utilisé des armes chimiques à d’autres moments, avec des résultats moins catastrophiques qu’à Ghuta. A Deir ez-Zor, par exemple : ce bastion loyaliste en plein territoire de l’Etat islamique aurait été défendu par l’utilisation de gaz de chlore. Elle n’est donc pas exempte de tout crime, mais on voit mal son intérêt à perpétrer un massacre aux conséquences diplomatiques catastrophiques dans la banlieue de Damas, en 2013. Pour les opposants à Bachar, qui étaient alors en mauvaise posture, l’avantage est évident…

Éléments à charge

Or, outre le mobile, les opposants avaient l’arme du crime. Kadhafi al-Qahsi, cousin du défunt Col. Kadhafi, a révélé auprès du site d’information russe Russian RT que des armes chimiques, utilisées en Syrie, avaient été prises en Lybie et avait transitées par la Turquie. Il ajoutait « et les pays occidentaux le savent bien » (voir Iran Daily). De fait, il est établi que des gaz de combats ont été utilisés par des opposants à Bachar Al Assad, et notamment par l’Etat islamique.

Pas d’intervention, mais beaucoup de confusion

Si des opposants à Bachar ont bien été assez cyniques pour massacrer des civils afin de rétablir leur situation militaire compromise, leur calcul s’est révélé faux. Les Etats-Unis ont finalement renoncé à l’intervention, devant la détermination russe à ne pas lâcher son allié syrien. L’émergence, six mois après, de l’Etat islamique a changé la donne. Mais cette affaire doit nous avertir de la perversité des fauteurs de guerre, qui fonctionnent selon la logique des terroristes : ils frappent pour susciter une réaction disproportionnée, espérant créer une spirale de violences.(Source ALETEIA. S d'Orient)

 

===

Tatiana est Russe.

Elle est blanche, avec des cheveux blonds.

Elle est chrétienne.

Tatiana n’est pas une terroriste.

Tatiana n’est pas musulmane.

Elle ne prône pas la charia à chaque coin de rue.

Elle est doctorante en économie à l’université de Perpignan, après l’obtention d’un master.

Pour Hollande, Valls,

Cazeneuve, elle constitue donc une menace pour la sécurité de l’état Français.

Les « spadassins » du Ministre de l’Intérieur l’ont donc arrêté, comme une vulgaire terroriste, dans le cadre de l’état d’urgence.

Celle qui aurait pu inspirer la célèbre chanson de Gilbert Bécaud « Elle était mon guide, Nathalie » dort désormais en centre de rétention, après une arrestation digne du KGB, le 12 janvier 2015.

Il est vrai aussi qu’elle est russe et que, depuis quelques temps, la haine de Hollande, Valls, R2 – D2 Cazeneuve envers Vladimir Poutine n’a plus de limite.(Source: Francis Gruzelle sur Facebook)

 

 

===

EN FRANCE, LA "CULTURE DE MORT" POURSUIT SON CHEMIN...

Echographie LyonLE "PARCOURS I.V.G" REMBOURSE A 100/100 !

 

L’intégralité des actes autour de l’avortement (consultations, analyses, échographies…) sera remboursée à 100% à partir du 1er avril 2016, a annoncé vendredi la ministre de la Santé [« santé »? Sans rire ?] Marisol Touraine, au Planning familial de Paris. L’acte lui-même était déjà pris en charge à 100% depuis 2013. 

La modernisation de la loi sur l’avortement comprend aussi plusieurs mesures destinées à favoriser l’accès à l’Interruption de la Vie de l’enfant en Gestation. « Ces mesures seront mises en oeuvre avant l’été », a-t-elle précisé, ainsi en est-il de la suppression du délai de réflexion d’une semaine et du renforcement de l’offre de proximité. Les sages-femmes et les centres de santé des « IVG instrumentales » (sic) pourront également réaliser des IVG médicamenteuses, a-t-elle précisé…

Renforcement de l’offre de proximité pour l’avortement alors que dans le même temps les maternités de proximité ferment les unes après les autres… La France est en voie de devenir un vaste mouroir!

La ministre avait lancé un programme pour inciter les mères à avorter il y a un an. Tout est donc en état de marche pour que le suicide collectif des Français, déjà bien engagé, se poursuive.

Chaque Agence régionale de santé (ARS) devra formaliser un programme régional pour améliorer l’accès à l’IVG. Les outils d’information ont également été renforcés. Lancé le 28 septembre, le numéro national d’information (), anonyme, gratuit et accessible 6 jours sur 7, a ainsi reçu plus de 2.000 appels par mois. (Source: europe1.fr)

S’ils pouvaient lire les enfants condamnés par Marie-Sol Touraine apprécieraient l’appellation mensongère: « Agence régionale de santé »….

Madame le ministre a toutes les raisons d’être satisfaite, selon ses dires, la campagne de propagande -qu’elle nomme pudiquement « campagne d’information-, « IVG, mon corps, mon choix, mon droit », a remporter un franc succès: Le nombre de visites sur le site gouvernemental en faveur de avortement  a doublé pendant la campagne, entre 160.000 et 180.000 par mois, se rengorge-t-elle.  

De plus un système de référencement payant a été mis en place et les mots-clés améliorés, a indiqué la ministre, afin que le site gouvernemental arrive en tête des réponses lors d’une recherche d’information sur l’IVG, avant que soient affichés les sites des organisations anti-IVG, très actives sur les réseaux sociaux. (Source: europe1.fr)

Le service de l’Assistance publique qui recevait jadis les enfants abandonnés, n’aura donc plus aucune raison d’être, puisque ceux-ci sont tués dans l’œuf au frais du contribuable et désormais incités à être tués. Mais François Hollande avec sa complice Marie-Sol Touraine peuvent encore mieux faire avant 2017, ils peuvent encore donner une prime à l’avortement. Gageons que le projet est à l’étude. Marion au secours!


(Source:M.P.I)

 

===

Appel  à porter la kippa pour ne pas cèder à la terreur...

Un homme, professeur dans une école juive de Marseille, portant la kippa, a été, dans la rue, victime d’une tentative d’assassinat à la machette ; parce que juif, et au nom du Djihad ou de Daesh.

Certains juifs, par prudence et  par souci des vies menacées, incitent les juifs à renoncer, pour un certain temps, au port public de la kippa. D’autres, juifs ou non, pensent que ce serait là céder à  la terreur, se soumettre aux terroristes.
Je souhaite que les juifs qui portent d’habitude la kippa continuent à la porter. Mais il ne suffit pas de les laisser seuls dans cette résistance. Je ne suis pas juif, je suis chrétien, et je suis prêt à porter la kippa, solidairement avec les juifs qui, en la portant, risquent l’agression ou la mort. Mais ce geste d’un homme seul ne serait pas reçu comme un signe, un témoignage : cet homme serait, aux yeux de chacun, un juif parmi d’autres ; un homme libre, fidèle, courageux.
Est-il possible que, sans tarder, beaucoup de Français, juifs et non juifs, croyants et incroyants, portent, visiblement, la kippa ? Est-il possible qu’ils prennent, en toute conscience, ce risque, accomplissent cet acte pacifique de résistance ? Chaque vendredi, jour du Shabbat, par exemple.
Il ne s’agirait pas de se solidariser avec une famille religieuse, ni même de rappeler ainsi qu’une  racine spirituelle, celle d’Abraham, est commune aux juifs, aux chrétiens, aux musulmans ; cependant, il serait fort, il serait juste, que les croyants de ces trois religions, c’est-à-dire sans omettre l’islam, soient unis par cette manifestation, ce combat.
Notre cause commune n’est même pas seulement la défense des droits du citoyen, et des valeurs de la République ; dont la liberté, qui nous est chère, essentielle.
Il s’agit de l’homme, de l’humanité. Il s’agit de mon prochain : qui le frappe, me frappe. Il s’agit de moi-même. Si nous acceptons de nous soumettre aujourd’hui, à quoi accepterons-nous de nous soumettre demain ? À quel signe de nous-mêmes  sommes-nous prêts à renoncer ? Nous devons, sans défaillance, refuser ce nouveau nazisme.
Lanza del Vasto citait comme un des premiers actes de non-violence, en Europe, la décision que le roi du Danemark avait prise, et qu’il avait annoncée, de porter l’étoile jaune, et de la faire porter à ses proches, si les nazis l’imposaient aux juifs.

Claude-Henri Rocquet,
le 13 janvier 2016 (Source: ALETEIA)

 

===

Neymar Vincha Jesus-censure

 

La FIFA, la plus haute institution du football mondial, a censuré les images montrant l’inscription « 100% Jésus » sur le bandeau de la star brésilienne Neymar, dans la vidéo du gala Ballon d’Or diffusée le 11 Janvier à Zurich ( Suisse).

Pour présenter Neymar, l’un des finalistes pour le Ballon d’Or qui finalement a été accordé à l’Argentin Lionel Messi (le cinquième de sa carrière), la FIFA a publié un extrait de la vidéo du match du FC Barcelone / Juventus en finale de la Ligue des Champions qui se jouait à Berlin le 6 juin. Dans la vidéo (à partir de la 35’’) on peut voir Neymar porter un bandeau blanc dont les mots «100% Jésus » ont été censurés par la FIFA.

Ainsi, la FIFA rejoint la vague laïciste qui vise à effacer toute trace du christianisme. Cette censure a suscité plusieurs protestations ainsi qu’une pétition demandant des excuses officielles de la FIFA.

La FIFA prétend qu’elle a fait modifier les images et effacer le texte du bandeau « par respect ». Respect de qui, de quoi ? Certainement pas de la vérité, ni des convictions du joueur de foot. 

Rappelons que le joueur est un chrétien pratiquant, comme beaucoup de ses compatriotes brésiliens.


(Source:M.P.I)

===

Vendredi 15 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

L’Indonésie endeuillée par son premier attentat terroriste depuis six ans

L’attentat en Indonésie vient rappeler le caractère international du djihadisme, et la menace bien réelle qui pèse sur des pays qui pensaient avoir endigué le fléau.

Ce jeudi 14 janvier, au moins sept personnes, dont cinq assaillants, ont été tuées dans des attaques qui ont semé le chaos à Jakarta (Indonésie), jeudi 14 janvier. On dénombre plus d’une vingtaine de blessés. La BBC fait état de 14 terroristes, dont trois aurait été interpellés. Au moins deux kamikazes se sont fait exploser à proximité des bureaux de l’ONU. Un Starbucks café a aussi été pris pour cible : le mode de procédé rappelle celui des attentats du 13 novembre à Paris. Et de même que pour les attentats parisiens, ceux-ci ont été revendiqués par l’État islamique. Les autorités indonésiennes avaient déjà fait état de menaces pesant sur la capitale du pays, et avaient déjoué une tentative d’attentat précédente durant le Nouvel An.

« Une tradition de tolérance menacée »

Le père jésuite Franz Magnis-Suseno, professeur de philosophie à l’Université de Jakarta, s’inquiète du devenir de la tradition de cohabitation pacifique des religions. « Cette attaque doit réveiller les Indonésiens et les musulmans du monde entier », estime-t-il auprès de l’Aide à l’Église en détresse (Aiuto alla Chiesa che Soffre). L’Indonésie, qui est le pays musulman le plus peuplé, jouit d’une relative bonne réputation en terme de tolérance religieuse.

Des groupes extrémistes se greffent sur l’État islamique

Pourtant, avant ces attentats, une série d’actions violentes contre les minorités religieuses dans la province d’Aceh, rappelaient l’influence des extrémistes sur le pays.  Des groupes « d’autodéfense » comme le Front des défenseurs de l’islam (FPI) ont commis des attaques impunies contre des églises et des mosquées chiites. Le père Magnis-Suseno s’inquiète de l’influence de l’Arabie saoudite et du Yémen, qui financent et distribuent de la littérature islamique. La société Indonésienne serait-elle menacée par une radicalisation de son islam ? Le père répond que tout dépend de la politique et de l’économie de son pays : « Si le gouvernement parvient à proposer un meilleur avenir et à mettre fin à la corruption, les jeunes indonésiens ne chercheront plus des alternatives comme l’État islamique ».(Source ; ALETEIA) / S DORIENT)

 

Vendredi 15 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

===

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 2,13-17.

En ce temps-là, Jésus sortit de nouveau le long de la mer ; toute la foule venait à lui, et il les enseignait.
En passant, il aperçut Lévi, fils d’Alphée, assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit.
Comme Jésus était à table dans la maison de Lévi, beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec Jésus et ses disciples, car ils étaient nombreux à le suivre.
Les scribes du groupe des pharisiens, voyant qu’il mangeait avec les pécheurs et les publicains, disaient à ses disciples : « Comment ! Il mange avec les publicains et les pécheurs ! »
Jésus, qui avait entendu, leur déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »

===
NOS PELERINAGES:
Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)
+++

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

 

+++

 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

+++

Pèlerinage à Lourdes :

*Normandie et Région Parisienne : départ le Vendredi 29 à 7 h du Monastère, coucher à Jauldes

 

*Charente : Départ le Samedi 3 à 7h

 

*Dimanche 31 Janvier, journée à LOURDES.

 

*Lundi 1er Février, pour les Normands et Parisiens, retour enNormandie.Pour ceux qui rejoignent la Charente, matinée à Lourdes, visite à Ferrières, couché à JAULDES

 

*Mardi 2 Février, Purification de la Très Sainte Vierge.10h30, Messe à JAULDES ou au Monastère pour les Normands et Parisiens. Bénédiction des Cierges de la Chandeleur.. Le 2 au soir, retour des Parisiens sur Paris.

 

*Le 3 Février, retour des « Charentais » sur Le Monastère puis Paris dans l’Après-midi .  

 

(Offrandes libres)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

+++
 

Toute offrande fait  l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

+++

  

Note: 

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 +++

 PROGRAMME DE CES PROCHAINES SEMAINES AUMONASTÈRE SYRIAQUE DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE, MÈRE DE MISÉRICORDE:

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

 

 

*Mardi 2 Février:

10h30, Messe au Monastère. Bénédiction des Cierges de la Chandeleur.

* Tuesday, February 2:
10:30 Mass at the Monastery. Candles Blessing of Candlemas.

 

 *Mercredi 3 Février:

 Messe et Bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorges)

* Wednesday, February 3:
  Mass and Blessing of St. Blaise candles (Against Gorge diseases)

 

*Dimanche 7 Février, Pèlerinage mensuel à N-D de

 

Miséricorde

 Messe à 10h30, distribution des cierges de la Chandeleur et de St Blaise (Imposition de ces derniers à 15h ).Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

* Sunday, February 7, monthly Pilgrimage to Our Lady of Mercy
  Mass at 10:30, distributing candles of Candlemas and St. Blaise (Imposition of these to 15h) .Repas fraternal and loyal reception from 13:30 to 17:30.

 

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

Pour

PARIS ET  SA REGION :

(Messes épisodiques.

RAMASSAGE DES FIDELES

pour le Weekend de Pèlerinage en Normandie à N-D de Miséricorde 

tous les samedis précédent le 1er dimanche du mois à 15h,

Place du Chatelet

Par Saint Augustin

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
Les Discours sur les psaumes, Ps 58, 1,7 ; CCL 39, 733-734 (trad. cf Delhougne, Les Pères commentent, p.106) 


 

« Ce sont les malades qui ont besoin de médecin »

 

Il y a des hommes forts...qui mettent leur confiance dans leur propre justice.

Ils prétendent, en effet, être justes par eux-mêmes, et se considérant comme des gens bien portants, ils ont refusé le remède et ont mis à mort le médecin lui-même.

Aussi bien, ce ne sont pas ces hommes forts que le Seigneur est venu appeler, mais les faibles... 

Ah, vous les forts qui n'avez pas besoin de médecin ! Votre force ne vient pas de la santé mais de la folie...

Le Maître de l'humilité, qui a partagé notre faiblesse et nous a rendus participants de sa divinité, est descendu du ciel pour nous montrer le chemin et être lui-même notre chemin.

Surtout il a bien voulu nous laisser l'exemple de son humilité...afin de nous apprendre à confesser nos péchés, à devenir humbles pour devenir forts et à faire nôtre cette parole de l'apôtre Paul :

« Lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort »

(2Co 12,10)... 

Quant à ceux qui se sont flattés d'être forts, qui ont, en d'autres termes, prétendu être justes par leur propre vertu, ils ont « buté contre la pierre d'achoppement »

(Rm 9,32)...

Ce sont ces hommes forts qui se sont jetés sur le Christ en se vantant de leur justice...

Ils s'étaient mis au-dessus de la foule des faibles qui accouraient vers le médecin. Pourquoi ?

Simplement parce qu'ils se croyaient forts...

Ils ont tué le médecin de tous les hommes.

Mais lui, dans sa mort, a préparé pour tous les malades un remède avec son sang.

 

 

Samedi 16 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Repost 0
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 07:27
Attentats du 13 Novembre 2015 à Paris / Déclaration de Mor Philipose-Mariam, Métropolite de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone / Programme des Prières pour les victimes,la France et les pays touchés par l’horreur du terrorisme

Frères et sœurs en Christ, chers amis. Aloho m'barekh .

Dans la situation tragique qui, à travers les évènements de cette nuit, frappe l'humanité toute entière, soyons unanimes pour rendre un Hommage Universel aux victimes des attentats à Paris . 

J'appelle nos fidèles et amis de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone*  à la prière pour eux, leurs familles, nos bourreaux et la France.

Nous sommes profondément triste et atterré  pour ce qui s'est passé hier soir ! 

Seigneur, prenez pitié de toutes les victimes du Bataclan, des blessés, des mourants, des estropiés, de ceux qui, morts sont en chemin vers Vous l'Auteur de la Vie! 

Seigneur,  pitié pour  la France! Seigneur  pitié pour les djihadistes et tous extrémistes dont les cerveaux sont  conditionnés pour le crime ! "L'Esprit souffle où Il veut" ! Envoyez sur chacun d'eux la lumière de Votre Esprit Saint et vivifiant pour les libérer de cet asservissement criminel de la pensée , les libérer de l’emprise de l’obscurantisme et du fanatisme! 

Assez ! Assez de violence et de morts partout ! Que nous choisissions la Vie !

Vierge Sainte, Reine de France, Saintes et Saints de France et du monde, frères aînés Martyrs contemporains de la Foi et Témoin du Christ Prince de la Paix et de Son vivifiant Evangile, priez pour nous ! 

Mère de Miséricorde, écrasez le serpent sous votre  talon, nous vous en supplions !

Saint Thomas Apôtre des Indes et de ses missions, Saint Iréné, Saint Hilaire et tous les Témoins de l'Evangile d'Amour, de Justice et de Paix, intercédez pour nous !

Nous sommes en communion de pâtir et de prière avec les familles des victimes. 

Nous vous invitons nos fidèles et amis de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone à une grande union de prières pour les victimes, leurs familles, leurs bourreaux et pour la France.

Pensons aux demandes réitérées de la Mère de Miséricorde dans toutes ses apparitions pour revenir en vérité à son Divin Fils.

Pensons à nos frères et sœurs martyrs de par le monde, confions à leurs intercessions d'aînés dans la Foi notre Occident trop souvent apostat...

Face à l'horreur, je me souviens de ce témoignage d'Alexandre Solejenitsine:

"Oublier Dieu mène un pays à la guerre, à la révolution: 

Il y a plus d'un demi-siècle, alors que j'étais encore enfant, je me souviens avoir entendu un certain nombre de personnes âgées offrir l'explication suivante pour les grands désastres qui s'étaient abattus sur la Russie : 

-"Les hommes ont oublié Dieu, c'est pourquoi tout cela est arrivé." 

Depuis lors, j'ai passé à peu près 50 années de travail sur l'histoire de notre révolution; dans ce processus, j'ai lu des centaines de livres, j'ai recueilli des centaines de témoignages personnels, et j'ai déjà contribué par 8 volumes de mes propres mains à l'effort de déblayer la gravats laissés par ce bouleversement. 

Mais si l'on me demandait aujourd'hui de formuler de façon aussi concise que possible la cause principale de la révolution ruineuse qui a englouti quelque 60 millions de nos concitoyens, je ne pourrais pas être plus précis que de répéter: 

"Les hommes ont oublié Dieu, c'est pourquoi tout cela est arrivé."(Soljenitsine)

N'ayons pas peur ! Ne nous laissons pas gagner par la peur, le Christ a vaincu la mort et les forces de mort ! Ne nous laissons pas diviser ! Rangeons nous résolument dans la phalange des Saints, de ceux qui tournent le dos à la mort et à une civilisation mortifère pour se tourner vers la Vie !...
 

Après une Réunion de Prière ce soir à Limoges, je rentrerai dans la nuit au Monastère pour être avec mes frères et conduire des prières publiques pour la France et le monde.

Votre fidèlement dévoué en Notre-Seigneur.

+Mor Philipose Mariam, métropolite.

De Jauldes ce 14.XI.15

 

Prière en temps de guerre et Prière pour la France

 

Suplions le Seigneur!
Kourie Eleison!

 

O Seigneur, Dieu des armées,
Dieu de notre salut, 
Qui, seul fais des miracles,
regarde tes humbles serviteurs
avec miséricorde et bonté,
et dans Ton Amour pour l'humanité, 
écoute-nous, et aie pitié de nous:
car nos ennemis se sont réunis contre nous, 
pour nous détruire et apporter la ruine à nos sanctuaires.

Aide-nous, ô Dieu notre Sauveur, 
et délivre-nous, pour la gloire de Ton Nom,
et que les paroles de Moïse au peuple israélite
s'appliquent à nous: "Voici, restez fermes 
et vous verrez le salut qui vient du Seigneur.
Le Seigneur combattra pour vous."

Oui, Seigneur Dieu, notre Sauveur,
notre force, notre espoir et notre protection,
ne Te souviens pas des dérèglements 
et de l'injustice de Ton peuple, 
ni ne Te détourne de nous dans Ta colère,
mais dans Ta miséricorde et Ta bonté, 
visite Tes humbles serviteurs 
qui se prosternent devant Ta miséricorde; 
Lève-Toi pour venir à notre aide, 
et accorde à nos guerriers triomphe en Ton Nom, 
et pardonne les transgressions
de ceux que Tu as appelés 
à laisser la vie dans la bataille, 
et au jour de Ta juste rétribution, 
donne-leur des couronnes incorruptibles,
Car Tu es la protection et la victoire 
et le salut de ceux qui espèrent en Toi, 
et nous Te rendons gloire, 
Père, Fils et Saint Esprit, 
et maintenant et toujours,
et dans les siècles des siècles.

 

Amîn!

 

Prière pour la France


Seigneur Jésus Christ notre Dieu, Toi qui es venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Toi qui es monté librement sur la Croix pour tous les humains; Toi qui, dans Ton amour ineffable et Ton indicible compassion, veilles au bien et au libre salut de chacun; Toi qui es invisiblement présent dans ton monde et dans notre pays par le Corps de ta sainte Eglise, accepte les prières de supplication et de louange que nous T’adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée. Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Ta Mère très pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine Egale-aux-apôtres dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Ton ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France : éclaire, inspire, convertis et sauve notre patrie la France, ceux qui la gouvernent et tout son peuple. A nous qui Te supplions dans la vraie Foi, accorde la grâce du non jugement, la conscience libre, la force du Saint Esprit pour témoigner de Ta vérité dans la paix qui vient de Toi. Accorde-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Ton pardon. Donne-nous de Te glorifier et de Te célébrer pour la bienveillance que Tu manifestes à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple. Inspire-nous de Te célébrer en premier lieu pour la révélation que Tu as donnée de toi-même à nos Pères et à ceux qui, en ce jour, sur cette même terre bénie de France, Te confessent avec Ton Père coéternel et Ton très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amen ! 
 

Kourie eleison ! Kourie eleison ! Kourie eleison ! 
car Tu es le Dieu de miséricorde, plein d’amour pour les hommes et nous Te rendons gloire, ô Christ notre Dieu, avec Ton Père coéternel et Ton Saint Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles !
Amîn !

 

 

 

 

==================

 

 

 

 

*l'Eglise Syrio-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des

Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la

paix du monde.

 

+++

Programme des Prières pour les défunts, les blessés, les victimes de l’attentat parisien du 13 Novembre à Paris et leurs familles. Prières pour la France et les pays touchés par l’horreur du terrorisme :

¤Au Monastère Syriaque :

*Tous les jours jusqu’au 22 Novembre après les Offices 

*Dimanche 22, Messe de suffrage à 10h30

Adresse:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

¤Dordogne :

*Samedi 21 Novembre, Messe de Suffrage à 10h 30

Adresse:

Sanctuaire marial N-D de la Très Ste Trinité

 Ermitage St Colomban

Puyroudrier

24530 LA CHAPELLE FAUCHER

Tel: 05.45.37.35.13

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

¤Charente :

*Dimanche 22 Novembre, Messe de suffrage à 10h 30

Adresse:

Maison Notre-Dame

Le Bourg

16560 JAULDES

Tel: 05.45.37.35.13

ou: 06.48.89.94.89

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

Attentats du 13 Novembre 2015 à Paris / Déclaration de Mor Philipose-Mariam, Métropolite de l'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone / Programme des Prières pour les victimes,la France et les pays touchés par l’horreur du terrorisme

Echos des nombreux messages de condoléances et  de Sympatie  que nous font parvenir des amis du monde entier (Par ordre d'arrivée):

Dès le 13 dans la nuit , depuis le Kerala pour l'Eglise-mère Malankare Orthodoxe , ceux de Mr G Alexander, Président de l'OCP:

Cher et respecté Éminence.

Nous sommes attristés par les  récentes attaques terroristes à Paris.

Que Dieu ait grande Miséricorde à notre peuple. Je souhaite tout le meilleur pour l'avenir. Chacun d'entre vous sont dans nos prières prayers.  

Nous demandons des prières pour les victimes d'attentats  terroristes.

Que leurs âmes reposent éternellement en paix !

Georges Alexander

***

Extrait des condoléances que nous envoie  Son Eminence Mor Melethius, Métropolite de notre Eglise-mère Malankare Orthoxe à Trisshiur:

 

Votre Eminence, Barekmor
...
En ce qui concerne tot il assassinat tragique de personnes innocentes en France, je suis profondément blessé et prie Dieu qu'Ildonne du courage à tous les citoyens pour faire face à l'une des situations les plus difficiles de son histoire.

Il est triste de constater que ces gens prétendent agir au nom de Dieu. C'est une contradiction. Dieu ne peut être gmorifié par le meurtre de sa propre création. Il n'approuve pas la haine, mais seulement l'amour et  la miséricorde.

Ces gens ne croient pas en Dieu, seulement en eux-mêmes et peuvent être seulement considérées comme des personnes atteintes par une forme de maladie de l'esprit.

En tout cas, je partage la douleur du peuple de votre grand pays.


...
Je présente à Votre Eminence, et votre troupeau dans mes prières devant notre Seigneur
Avec amour et prières fraternelles.
+Mor Melethius 

 

 

***

Depuis le Congo:

 

Eminence.

je viens d'apprendre le deuil qui vous a frappé .

Très peiné par cette
cruelle nouvelle , je vous prie , Monseigneur d'accepter , avec mes
condoléances émues , l'expression de ma très sincère et attristée
sympathie .

Père clément mastaki ,RD.congo .

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 10:51

ÉVÉNEMENT ! UN LIVRE UNISSANT TOUS LES

CHRÉTIENS POUR PRÉSENTER UNANIMEMENT NOTRE 

FOI CHRÉTIENNE AUX MUSULMANS DE TURQUIE:

Istanbul Christian Churches United After 1,700 Years

Les cinq principales églises chrétiennes d'Istanbul se sont réunies pour la première fois après 1700 ans en raison de la sortie du livre 

«Principes de base du christianisme", 

écrit par un conseil des églises mentionnées ci-dessus.
Le livre explique les principes de base de la religion chrétienne aux musulmans turcs.

Les Eglises se sont réunies à l'occasion de la sortie d'un livre qui met l'accent sur l'unité malgré les différences entre les Eglises chrétiennes.

Karasu a déclaré que la réunion a été historique pour rassembler les églises.

La dernière fois que les églises s'étaient réunies, ce fut au premier concile de Nicée en 325 après JC .

Du Fanar , le Patriarche grec orthodoxe Bartholomée 1er affirme que ce livre a uni la communauté chrétienne locale qui eut des désaccords depuis des siècles.

"Il est de notre devoir d'informer nos frères et sœurs musulmans correctement sur le christianisme, dont la présence dans ces terres remonte un long chemin", déclara t-il .

Le premier tirage de ce livre:«Principes de base du christianisme» était de 13.000 exemplaires, dont 10.000 qui ont été distribués parmi les églises en Turquie.

Le livre est également disponible en ligne et dans les librairies de la Société biblique en Turquie, assure Karasu.

Ce livre sera t-il traduit et publié en Français ?

Selon le rapport , les dirigeants du monde chrétien en Turquie comme l'évêque Sahak Mashalian du Patriarcat arménien de Turquie, le patriarche arménien de Turquie et le vicaire général Mgr Aram Ateshian, le Métropolite de l'Église syriaque orthodoxe Mor Yusuf Çetin, le dirigeant de l'Église catholique latine Louis Pelatre et le Président de l' Association de l'Eglise évangélique Turcle Rd Ihsan Özbek , étaient présents à la sortie du livre.

 

 

 

 

http://www.pravmir.com/istanbul-christian-churches-united-after-1-700-years/

Repost 0
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 07:58
Réponse de l'Ambassade suite aux caricatures de Charlie Hebdo/ Annonce de notre Métropolite d'une Messe de Suffrage pour les victimes et le Peuple Russe

Chers amis . Aloho m'barekh

C'est avec grande tristesse, mais aussi solidarité avec le Peuple Russe outragé que je publie ici la réponse de l'Ambassade de Russie après les ignobles caricatures publiées dans le dernier numéro de "Charlie Hebdo".

Le 11 Novembre, alors que nous célébrerons Saint Martin, disciple de St Hilaire (Qui fut un grand défenseur de l'Orthodoxie) Apôtre d'une France renouvelée par le ferment pacifique et vivificateur de l'Annonce Chrétienne, nous célébrerons dans chacune de nos Paroisses de l'Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone Mar Thoma (Tradition Malankare en Europe) en France et au Cameroun une Messe de Suffrage pour les victimes du crash et le Peuple Russe courageusement engagé en Syrie contre l'obscurantisme et le fanatisme de ceux qui, au détriment de leurs coreligionnaires, sèment la mort, témoignant ainsi qu'ils n'appartiennent pas au Dieu de la Vie et ne le servent pas, mais son soumis à l'Ennemi du genre humain, le diviseur, l'homicide, le démon...Avec le Peuple Russe et l'Archevêque Luca Khouri (Vicaire patriarcal d’Antioche et de tout l’Orient pour les Grecs Orthodoxes) qui exprimait la position de son Patriarcat lors d'une précédente Messe de Suffrages , nous croyons et espérons que la victoire de la Syrie sur le terrorisme se reflétera positivement sur tous les peuples du monde: « La Syrie restera un exemple à suivre dans la fraternité entre les musulmans et les chrétiens ». 

Chers fils et filles, chers amis de notre Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone, veuillez vous unir à cette Messe que nous célébrerons le 11 Novembre. Je vous en remercie.

Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) ! Que la Mère de Miséricorde vous accompagne et vous garde sous sa protection !

+Mor Philipose-Mariam, métropolite

 

Nous sommes profondément indignés par d’ignobles caricatures parues dans le dernier numéro de "Charlie Hebdo", qui s'en prend au crash de l'avion de ligne russe en Egypte. Il est inimaginable que cette affreuse tragédie qui a emporté 224 vies humaines, dont 25 enfants, puisse être tournée en dérision pour piétiner la mémoire des victimes innocentes.
Peu importent la cause, le contexte politique ou le lieu du crash. Ce qui compte – c'est que les gens y sont morts. Parfois des familles entières. Des milliers de russes y ont perdus leurs enfants, leurs petits-enfants, leurs parents ou tout simplement leurs amis. Et voilà que les journalistes du "Charlie Hebdo" y trouvent de quoi ricaner… De la satire malséante et outrageante qui est au-delà de toute norme du moral, de l'éthique, de la dignité, de l'humanisme… Ces caricatures sont une violation criante de la déontologie journaliste, qu'aucun discours sur la liberté de parole et de la presse ne peut justifier. C'est tout simplement indécent.
Les journalistes du "Charlie Hebdo" ont outragé tous les russes qui sont aujourd'hui en deuil, ils ont offensé les milliers de nos compatriotes dont les pensées était avec eux le jour de l'attaque terroriste au journal en janvier dernier, tous ceux qui arboraient le slogan "Je suis Charlie". Mais au bout du compte par cet "humour" déplacé et intempestif ils ont insulté la France elle-même, leurs propres concitoyens qui comme les gens du monde entier ont fait ces jours-là compassion aux victimes du crash en Egypte et à leurs proches. Il ne reste qu'à espérer que la France et les français jugeront cette démarche provocatrice de "Charlie Hebdo" à sa juste valeur.

 
 
 
 
Глубоко возмущены отвратительными карикатурами, появившимися сегодня в очередном номере газеты «Шарли Эбдо», темой которых стало крушение российского пассажирского самолета в Египте. Невозможно представить себе, чтобы столь ужасная трагедия, унесшая жизни 224 человек, в том числе 25 детей, была предметом политического шаржа и откровенного глумления над памятью безвинных жертв.
Совершенно неважно, что послужило причиной авиакатастрофы, при каких обстоятельствах она произошла – погибли люди, целые семьи. В России беда пришла в тысячи домов, где осиротели дети, родители, близкие погибших. И эта человеческая драма дала повод журналистам «Шарли Эбдо» для неуместной, оскорбительной сатиры, выходящей за грани любых представлений о морали, нравственности, гуманизме. Упомянутые карикатуры являются вопиющим нарушением журналистской этики и не могут быть оправданы никакими ссылками на свободу слова и печати.
Журналисты «Шарли Эбдо» оскорбили всех россиян, которые в эти дни скорбят и хоронят своих соотечественников, оскорбили тысячи граждан нашей страны, которые искренне сопереживали сотрудникам французской газеты после террористической атаки в январе 2015 г. и выходили на улицу со значком «Я – Шарли». В конечном счете, своим неуместным, дурно пахнущим творчеством они оскорбили и саму Францию, своих собственных сограждан, которые в эти дни, так же как и люди по всему миру, сопереживали россиянам после авиакатастрофы в Египте. Остается надеяться, что французское общество даст должную оценку провокационной выходке  «Шарли Эбдо».       

   

Repost 0
22 octobre 2015 4 22 /10 /octobre /2015 10:41
NOTRE DAME DE SOUFANIEH , Visite de Myrna Nazzour de N.D. de Soufanieh (Damas, Syrie) en France / Itinéraire et programme de Myrna et de Jean Claude Antakli auteur et interprète.

Itinéraire de Myrna Nazzour en France avec Jean Claude Antakli auteur et interprète.

1) Nice : le Vendredi 23 Octobre participation à la Messe de 18 heures à l’église St Pierre de l’Ariane, 3 rue Pierre Séguran sous l’égide du Père Patrick Bruzzon. 

Vidéoconférence à 20 heures sur les événements vécus par Myrna à Damas (Syrie) dans le quartier chrétien de Soufanieh. Témoignage traduit en directe par Jean Claude Antakli auteur de (Itinéraire d’un chrétien d’Orient, il était une fois…la Syrie !) et (Le Silence de Dieu !) où la vie de Myrna tient une large place.

2) Antibes : Le Samedi 24 Octobre messe à 18h15 à l’église du Sacré-Cœur 10 rue Chaudon Antibes sous l’égide du Père Challard.  A 20 heures vidéoconférence-débat. Témoignage traduit en directe par Jean Claude Antakli auteur de (Itinéraire d’un chrétien d’Orient, il était une fois…la Syrie !) et (Le Silence de Dieu !) où la vie de Myrna tient une large place.

3) Sophia Antipolis : le Dimanche 25 Octobre à 11 heures messe sous l’égide du Père Jean Hubert Thieffry à l’église Saint-Paul-des-Nations, allée Georges Pompidou., avec la participation de Myrna la voyante de Soufanieh à Damas (Syrie) de son mari Nicolas et de Jean Claude antakli son interprète.

4) A Valcluse Le Dimanche 25 Octobre de 15 heures à 17h30 vidéoconférence et débat au Sanctuaire Notre Dame de Valcluse sous l’égide du Père Emmanuel Marie. 1014 route de Grasse 06810 Auribeau sur Siagne. (France). Témoignage traduit en directe par Jean Claude Antakli auteur de (Itinéraire d’un chrétien d’Orient, il était une fois…la Syrie !) et (Le Silence de Dieu !) où la vie de Myrna tient une large place. A 18 heures Messe pour les victimes syriennes.

5) Le mardi 27 Octobre à 20 heures30 à Saint Laurent du Var, vidéoconférence et débat à l’Association Eveil et Lumière 8 Rue de la liberté. Myrna et Jean Claude Antakli. Parking gratuit.

6) Juan Les Pins : Le Mercredi 28 Octobre à 16 h à la salle Paroissiale de N.D. De la Pinède Rue de l’Oratoire sous l’égide du Père Challard et le Père Bernard, rencontre avec Myrna la voyante de Soufanieh, avec l’auteur Franco-syrien Jean Claude Antakli qui sera son interprète. 17h30 messe à l’église N.D. de la Pinède.

7) Espalion : Le Vendredi 30 Octobre à 20h30 à la salle paroissiale 4 Rue Chanoine Brevier à Espalion 12500 (Aveyron) France. Sous l’égide du Père Chanoine Brevier et de l’adjoint à la Mairie, Mr Pierre Plagnard. Vidéoconférence et rencontre avec Myrna et J.C.Antakli.

8) Le Samedi 31 Octobre à 15 heures au Centre Cultuel des Costes Rouges à Onet le Château 12850. Rencontre et débat sous l’égide du Père Christophe Batut, avec Myrna Nazzour de Damas(Syrie) avec l’auteur franco-syrien (Itinéraire d’un chrétien d’Orient, il était une fois …la Syrie !) et (Le Silence de Dieu !) où le vécu de Myrna tient une large place. Renseignements Maryse Peyrichou : 06.08.89.38.90. 05.65.79.32.00.

9) Bonneval : Le Dimanche 1 Novembre au Monastère de Bonneval à 10 Km d’Espalion (12500) sur (la route de laguiole) Messe avec les Sœurs à 11 heures et à 16 heures, dans la petite chapelle du Monastère, rencontres et témoignages avec Myrna Nazzour la stigmatisée de Soufanieh (Damas) et de Jean Claude Antakli avec son livre témoignage (Le Silence de Dieu !)

10) Albi (Rivières) Le mardi 3 Novembre à 20h30 à Rivières 81600 salle des Fêtes. (Entre Albi et Gaillac). Vidéoconférence et témoignage de Myrna Nazzour sur les apparitions, les écoulements d’huiles, les guérisons, les extases, les Messages de la vierge et du Christ qu’elle a reçus à Damas dès 1982…

11) Cordes (81170) : Le Mercredi 4 Novembre à 18 heures Messe sous l’égide du père Jean Kamel à Cordes au Centre Pastoral 5 rue des Tanneries. Les Cabannes. La vidéoconférence le même jour à 20h30 (Myrna et Jean Claude Antakli)

12)  Toulouse (31000) : Le Vendredi 6 Novembre à 20h30 à l’Hôtel Mercure 8 Esplanade Compans Cafarelli. Vidéoconférence de Jean Claude Antakli en présence de Myrna Nazzour la voyante de Soufanieh (Damas) Syrie.

 13) Lourdes Samedi 7 novembre à 16 heures à la Chapelle du camp Dominique Savio route de Paréac 65100 Julos rencontre avec Myrna et Jean Claude Antakli (auteur du Silence de Dieu !) témoignages, vidéoconférences.

Et le Dimanche 8 Novembre à 11 heures à la Chapelle du camp Dominique Savio route de Paréac 65100 Julos, Messe sous l’égide de l’Evêque de Meaux et du Père Joseph Besnier qui connait très bien Myrna Nazzour qui s’associera aux fidèles à cette occasion.

14) Paris le Samedi 14 Novembre à 20h30 à l’Eglise St Julien Le Pauvre, 1 Rue St Julien le Pauvre (Paris 5 ème) Métro St Michel. Vidéoconférence et rencontres avec Myrna et J.C.Antakli auteur et interprète.

15) Paris le Dimanche 15 Novembre à 11 heures, Divine liturgie sous l’égide de Monseigneur Charbel Maalouf qui présentera Myrna Nazzour avec Jean Claude Antakli à tous les fidèles de la paroisse.

 

  Jean Claude et Geneviève Antakli.

Biologistes-écrivains.

06.77.66.70.97.

Responsables et organisateurs de la tournée de Myrna et de Nicolas Nazzour dans toute la France.

jcantakli@yahoo.fr

N.B. Pour tous ceux qui sont intéressés par les ouvrages et les coordonnés de l’auteur franco-syrien : Google un mot : diaporamistes(1) une fois la page ouverte, cliquer diaporamas et le nom de l’auteur apparaît

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille oecuménisme orthodoxie Spiritualité Chrétienne
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 07:54
L'Avenir de l'Institut Orthodoxe de Théologie St Serge/THEOLOGIE ORTHODOXE ET LIBERTE/ Entretien entre Ana Petrache et Jean-François Colosimo

THEOLOGIE ORTHODOXE ET LIBERTE

 

Ana Petrache : Vous êtes théologien, de plus un théologien orthodoxe, mais aussi un intellectuel inscrit dans l’espace public au sein de cette culture française si fière de sa laïcité. Pouvez-vous nous dire, en quelques mots, comment envisagez-vous la mission du théologien dans la cité ?
Jean-François Colosimo : Moins qu’une fierté, surtout pas une idéologie, la laïcité est en France une pratique de la cité qui correspond à la distinction prônée par l’Évangile entre le religieux et le politique. L’Église catholique y a gagné une indépendance sans égale grâce à la loi de séparation d’avec l’État. Les communautés orthodoxes immigrées y ont trouvé une autonomie sans précédent grâce au principe d’égalité des cultes. De même pour les protestants, les juifs, les musulmans…

Tout autre est le mouvement de sécularisation que connaît l’ensemble du continent européen et qui rend la parole théologique incompréhensible ou inaudible. Mais là, les torts sont partagés. D’une part, l’Europe, pour reprendre le mot de Chesterton, est plus que jamais «remplie d’idées chrétiennes, mais devenues folles».

D’autre part, la théologie a résolument tourné au métier spécialisé, à la technicité érudite, au circuit universitaire. La surdité du monde se conjugue avec le bégaiement de l’institution. De manière anarchique, la superposition postmoderne des discours nuit à la théologie, la relativise, lui confère un air de déjà-vu.

De manière schizoïde, les théologiens professent la primauté de la prière ou de l’eucharistie et adulent la préciosité philologique. Or, c’est sur le naître, le vivre, le mourir que les attendent leurs contemporains. Ou, pour le dire en une formule, sur la notion d’humanité à la fois historique et transcendante. Pour tenir ensemble la vérité et l’espérance, il faut oser la prophétie, se ruer dans la brèche, risquer le vide. Une théologie qui ne nourrit pas les pauvres, qu’ils soient de chair ou d’esprit, est une ruse de l’idolâtrie, une insulte à l’Évangile, un blasphème cette fois avéré. Car le monde est à la fois pire et meilleur qu’on ne le raconte dans les séminaires.

Aussi, si l’on veut apporter un témoignage du salut qui nous dépasse, faut-il plonger dans la fournaise, aller à la rencontre des nouveaux damnés de la mondialisation et accepter d’être quelque peu changé par eux. Bénir lucidement plutôt que maudire aveuglément : c’est la seule façon de réveiller le Christ qui dort immanquablement en tout temps et tout lieu, dans toute culture, plus singulièrement encore au sein de la nôtre et précisément dans ce que par quoi elle peut nous apparaître désenchantée, déshumanisée, déchristianisée.

A.P. : Spécialiste en patrologie et en byzantinologie, vous vous confrontez, en tant que professeur à l’Institut ”Saint-Serge”, à la mentalité byzantine de certains évêques. Comment, et dans quelles limites, croyez-vous que soit possible l’autonomie de la théologie au regard de la hiérarchie dans l’Église orthodoxe ?

J.-F. C.: ”Saint-Serge” se confronte fort heureusement non pas à l’épiscopat, mais uniquement et strictement à un cas individuel et problématique de confusion de la fonction épiscopale avec une omnipotence arbitraire, en vertu d’une conception totalisante et finalement totalitaire de cette charge, dont on ne trouvera pour cette raison nulle trace parmi les plus extrêmes théorisations césaristes ou papistes de la Byzance ou de la Rome médiévales.

L’Institut se félicite au contraire de la propension de nombre de ses anciens étudiants devenus évêques, en France et dans le reste du monde, à vouloir servir l’Église plutôt que de s’en servir. Quant au modèle byzantin, on aurait tort de le confondre avec l’univers pyramidal, statique et immuable auquel on le réduit trop souvent.

Ce modèle repose au contraire sur la tension auquel il soumet les divers ordres existants en les plaçant en concurrence face à l’avènement charismatique et à l’achèvement eschatologique qui sont censés les authentifier. Autrement dit, en faisant de l’Esprit et du Royaume les seules instances définitives du jugement.

Au regard d’un saint Maxime le Confesseur puni de l’amputation de la main et de la langue pour avoir opposé l’orthodoxie de la foi à l’hétérodoxie «du plérôme de tous les patriarches, hiérarques, abbés, prêtres et fidèles» de son temps, comme le stipule l’acte de sa condamnation, la liberté de la théologie ressort des plus claires.

Plus prosaïquement, pour ce qui est de l’enseignement théologique, l’Orient a emprunté, aux Temps modernes, le système de l’Occident. À savoir, celui de l’universitas fondée dans l’Europe latine, au XIe siècle, par les clercs, les «intellectuels» d’alors, soucieux de s’affranchir des écoles capitulaires qui étaient contrôlées par le pouvoir ecclésiastique. Et ce, afin de mener en toute indépendance leur tâche de recherche et de transmission.

La Sorbonne en a été le prototype et il en reste, dans le droit français, la «franchise universitaire» qui interdit aujourd’hui encore aux forces de police d’entrer dans une université sans l’accord de son président. Cette liberté n’est donc pas un luxe ou un caprice, c’est un impératif. Une nécessité spirituelle. Un onzième commandement, si l’on veut. Si les évêques comprennent également la révélation comme liberté, où pourrait être le hiatus? Et si cette liberté est réelle, où pourraient être ses limites, autres que celles que commande la confession droite de la foi, c’est-à-dire l’orthodoxie?

A.P. : Vu de Roumanie, pays majoritairement orthodoxe, la crise de l’Institut confirme l’opinion selon laquelle un des grands soucis des Églises orthodoxes est d’ordre ecclésiologique. La définition du poste d’évêque n’est pas toujours claire et un certain chaos canonique contribue aux tendances autoritaires des certains chefs religieux ou spirituels. Qu’en pensez-vous?

J.-F. C.: L’ecclésiologie orthodoxe réelle, en chair et en os, non pas celle que célèbrent les manuels canoniques, mais celle que dévoilent les exercices concrets et quotidiens, représente un «souci» comme vous le dites, et aboutit à un «chaos» comme vous le dites encore, parce qu’elle participe d’un bricolage consensuel qui s’assimile toujours plus à une hérésie acceptée. Nul besoin d’aller chercher dans le lointain passé ses origines: il y va d’une hybridation de la modernité.

À savoir, la réinterprétation déviante de l’héritage impérial byzantin qui associe peuple et foi dans ses métamorphoses séculières successives, ottomane, révolutionnaire, nationaliste, communiste, aujourd’hui populiste, qui assimilent ethnie et confession, hiérarchie religieuse et appareil politique.

Avec pour effet, dans les pays de tradition orthodoxe, la confusion perpétuelle entre une Église et un État qui sont par ailleurs tous deux défaillants; et, entre les juridictions orthodoxes, une guerre des territoires au mépris de l’unité, mais aussi de la mission comme le signale le terme ahurissant de «diaspora».

Phénomène courant, plus la réalité contredit la théorie, plus enfle la théorie. Il en découle la mise en forme idéologique d’un «épiscopalisme» dont l’absence absolue de contre-pouvoir, inconnue même à Rome, garantirait la qualité divine de l’Église.

La vulgate dominante ne manque pas, certes, de se parer d’un trompe-l’œil théologique en se revendiquant des travaux de Jean Zizioulas qui, à mon sens, constituent une réponse lacunaire au défi posé par Vatican II – et quitte, au passage, à omettre la contradiction manifeste entre la position ecclésiologique du théologien Zizioulas et la position ecclésiastique du hiérarque Zizioulas, entre le penseur de la koinonia du Plérôme et l’évêque in partibus de Pergame.
C’est pourquoi cette idéologisation n’est jamais que le cache-misère d’une ecclésialité en souffrance.

On ne peut à la fois critiquer la papauté comme principe de gouvernement et offrir le spectacle de son détournement caricatural à l’échelle de surcroît médiocre d’un diocèse, d’une nation ou d’une région. Il faut également en finir avec l’amalgame entre épiscopat et monachisme, justifié dans l’Antiquité et injustifiable aujourd’hui en tant qu’il ne sert plus qu’à induire une obligation structurelle d’obéissance subordonnée qui n’a de sens que dans le seul cadre de la paternité spirituelle. Il faut enfin et surtout repenser, dans les termes de l’Encyclique des patriarches orientaux de 1848 et du concile russe de 1917, la notion de «Peuple de Dieu» comme «dépositaire de la vérité de l’Église».

C’est ce qu’éprouvent, je crois, ces formidables jeunes évêques jetés sur les routes du monde, privés des ressources habituelles des pays traditionnellement orthodoxes, courant après leurs fidèles disséminés au sein d’univers étrangers et qui s’épuisent à assurer leur ministère pastoral sans moyens et sans certitudes autres que la Providence. Eux savent d’ores et déjà que la richesse incessible de l’épiscopat tient dans sa pauvreté assumée.

A.P. : Il y a beaucoup de gens dans le milieu orthodoxe qui pensent que le seul devoir d’une école de théologie est de former des prêtres et c’est pour cela que la dimension culturelle de la théologie en dialogue avec la société contemporaine est parfois oubliée. Comment peut-on convaincre la hiérarchie qu’on a besoin d’une théologie libérée des contraintes ecclésiastiques?

J.-F. C.: La théologie n’a d’autre source, propos et finalité qu’elle-même. Pour être une grâce, elle requiert cette gratuité. Elle n’est ni résultat d’une production, ni schéma d’une construction. Elle n’a pas de fonctionnalité qui la destinerait à former des fonctionnaires, quand bien même il s’agirait de fonctionnaires du culte. Que ceux qui se destinent au sacerdoce soient préparés à la transmission de la foi à laquelle ils consacreront leur vie, c’est une bonne chose. Mais ce n’est pas une affaire de diplôme, de certificat apposé en coin d’un rouleau enrubanné.

Encore faut-il que les écoles théologiques orthodoxes transmettent elles-mêmes une orthodoxie vivante et une théologie vécue, qu’elles soient des écoles de vie. Nous ne pouvons plus nous contenter de l’utilité supposée de cette sorte de néoscolastique orientale d’occasion que nous opposons volontiers à la grande scolastique occidentale, dont nous sommes par ailleurs incapables, et qui sert trop souvent de programme à l’enseignement de l’orthodoxie.

La prédication étant au cœur de la transmission de la foi, non pas seulement dans l’Église mais au dehors de l’Eglise, «pour la vie du monde», ce sont non pas de prédicateurs mais de «prêchants», d’exemples incarnés du lien entre la doctrine et l’existence, dont nous avons besoin.
Enfin, l’éducation à la foi ne vaut que si elle est éducation pour tous et de tous. C’est à cette école-là, permanente, que doit se mettre chaque orthodoxe qu’il soit homme ou femme, baptisé par naissance ou par conversion, laïc ou clerc, simple fidèle ou éminent évêque. Son témoignage au sein de la société s’ensuivra, sans qu’il ait à le penser, le projeter, le calculer. Car ce sera alors une œuvre par surabondance de l’Esprit.

A.P. : “Saint-Serge” est un institut essentiel pour la théologie et la culture orthodoxe, sa fermeture marquerait la fin d’un très beau chapitre de l’histoire du christianisme de tradition byzantine. À votre avis, quelles sont les solutions pour empêcher la clôture définitive de l’institut ?
J.-F. C.: Il est en effet une gloire de l’Institut qui accablerait ses légataires actuels s’il n’y avait la miséricorde du Christ. ”Saint-Serge” a renversé l’exil en miracle. ”Saint-Serge” a été la seule école de théologie orthodoxe continument libre au cours du sombre XXe siècle sur le continent du Goulag et de la Shoah.

”Saint-Serge” a permis le rayonnement de cette orthodoxie de la liberté via l’institution-sœur qu’est ”Saint Vladimir” au sein du Nouveau Monde. ”Saint-Serge” a reçu des étudiants orthodoxes des cinq continents qui sont devenus des enseignants, des prêtres, des évêques, des patriarches de l’Église orthodoxe aux quatre coins de la planète.

”Saint-Serge” a ainsi initié, soutenu et confirmé un sentiment panorthodoxe sans lequel l’orthodoxie ne serait pas aujourd’hui ce qu’elle est. De plus, c’est à Paris que s’est pleinement manifestée la créativité de la théologie orthodoxe contemporaine, dont la sophiologie de Serge Boulgakov, la double économie de Vladimir Lossky, l’écclésiologie pneumatologique de Nicolas Afanassieff, le renouveau patristique de Georges Florovsky, liturgique d’Alexandre Schmemann, palamite de Jean Meyendorff.

C’est parce qu’il y avait Paris que Dimitru Stăniloae en Roumanie, Justin Popovitch en Serbie, Sergueï Averintsev en Russie, Christos Yannaras en Grèce, Georges Khodr au Liban et tant d’autres ailleurs savaient qu’ils n’étaient pas seuls à confesser une orthodoxie essentielle. C’est parce que ce Paris-là a existé qu’aujourd’hui encore des élèves nous viennent de l’Afrique profonde ou de la lointaine Asie pour apprendre cette même orthodoxie émancipée des scories de l’histoire, disposée à se confronter au monde tel qu’il va.

Oui, tel est le bilan de ces 90 années qui fait que l’Institut n’est la propriété de personne, mais de tous les orthodoxes. Un héritage écrasant qui découle de la leçon originelle de nos pères fondateurs: entrer dans le dialogue avec l’Occident, la philosophie, la science, la société, les autres confessions chrétiennes, les autres religions, les cercles de pensée, mais avant tout d’y entrer sans crainte.

Près d’un siècle d’une telle quête peut-il s’éteindre d’un coup ? L’apport de ”Saint-Serge” n’est-il pas plus que jamais indispensable au monde orthodoxe soumis aux tentations de la crispation et du repli ? N’arrive-t-il pas aussi aux institutions de mourir, comme les individus, parce qu’elles ont fait leur temps ? Toutes ces questions valent également dans l’instant. Demain tranchera.

Pour l’heure, notre manière de continuer l’inspiration de nos pères fondateurs est précisément, quelle que soit l’issue, de n’avoir pas peur. Et c’est là l’unique vraie condition de notre avenir.

Source  http://orthodoxie.com/ 

 

L'Institut Saint-Serge dont il est question ici traverse une grave crise dont vous trouverez l'écho ici

http://www.saint-serge.net/evenements/avenir.html#declarationsaintserge

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans oecuménisme orthodoxie
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 07:43
LA TRADITION BIBLIQUE ET ECCLÉSIALE SELON LA VISION ORTHODOXE:

L’idée de Tradition est déjà présente dans l’Ancien Testament. Elle est reprise et développée dans le Nouveau Testament par les Apôtres, qui eux-mêmes se sont faits en premier lieu les hérauts de la Bonne Nouvelle.

Tradition biblique et apostolique

Dans la Bible, Dieu se présente comme le Dieu des Pères, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Le judaïsme a une conscience très forte de la tradition léguée par les Pères. Les Juifs se définissaient eux-mêmes par rapport à Abraham en s’appelant " Fils d’Abraham " (voir Jn 8 l’épisode sur la postérité d’Abraham). Le Christ a dit qu’il pouvait " faire de ces pierres des enfants d’Abraham " (Mt 3,9). L’autre grande référence est Moïse, qui est le père, le législateur, le prophète par excellence. Jésus se réfère aussi souvent à lui, par exemple dans l’Évangile de Matthieu, même s’il ne le nomme pas : " Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens… moi je vous dis… " (Mt 5,21-48), quand il se présente comme le fondateur de la Loi nouvelle par rapport à la loi ancienne. La référence à Moïse est la référence exemplaire à la grande tradition religieuse d’Israël dont les contemporains de Jésus sont les héritiers.

Et pour bien faire comprendre que ce n’est pas une référence archéologique, le Christ rappelle que " le Seigneur n’est pas le dieu des morts, mais le Dieu des vivants " (Lc 20,38). Les Pères dont il est question sont des réalités vivantes, ce qui permet de valoriser non seulement la généalogie directe de Jésus dans l’ancienne Alliance, mais aussi toute l’histoire du peuple d’Israël et celle de l’humanité avant le Christ, qui préparait, directement ou indirectement, la venue du Messie.

La Tradition apostolique. Dans le temps de la nouvelle Alliance, Jésus " transmet " lui aussi à ses disciples la Révélation. " Tout ce que J’ai entendu auprès de mon Père, Je vous l’ai fait connaître " (Jn 15,15). Il ne parle pas de lui-même mais comme il l’a entendu, et l’Esprit Saint viendra confirmer la parole de Jésus ensemencée dans les cœurs.

Le jour de la Pentecôte inaugure le temps de l’Esprit et le début la Traditionapostolique. À plusieurs reprises saint Paul rappelle qu’il n’a fait que recevoir et transmettre : " Pour moi, j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai transmis (paredôka) " (1 Cor 11,23). " Je vous rappelle, frères, l’Évangile que je vous ai annoncé, que vous avez reçu … et par lequel vous êtes sauvés si vous le retenez tel que je vous l’ai annoncé. …Je vous ai transmis (paredôka) avant tout, comme je l’avais moi-même reçu (parelabon), que Christ est mort pour nos péchés.... " (1 Cor 15,1-3).

C’est le principe de la transmission de la foi. Paul n’a rien inventé, il a tout reçu du Seigneur et des Apôtres et à son tour il le transmet. C’est le début de la transmission de génération en génération de l’Évangile, donc de la Tradition ecclésiale.

La Tradition ecclésiale. Certains distinguent, surtout dans le monde protestant, entre Tradition apostolique et Tradition ecclésiale. Jusqu’aux années 1960 en effet, les traditions réformées et luthériennes se refusaient de parler de la Tradition. L’adage sola scriptura avait été adopté comme règle de conduite, en réaction extrême contre la surévaluation du magistère de l’Église au Moyen ge. Avec le mouvement œcuménique, les grandes traditions protestantes s’ouvrent de plus en plus à la Tradition mais elles considèrent curieusement que dès que le canon du Nouveau Testament eut été défini, l’Église perdit la faculté de déterminer le contenu de la Tradition sacrée.

Cette séparation entre Tradition apostolique et Tradition ecclésiale est forcément problématique : dès l’instant où nous confessons que l’Église est apostolique dans son être profond, il y a identité entre Tradition ecclésiale et Tradition apostolique ; cela étant, la grande question est d’identifier clairement, avec le discernement nécessaire, ce qu’est la Tradition ecclésiale parmi les nombreuses traditions simplement humaines véhiculées dans la vie historique des Églises. Confesser que la Traditionecclésiale est apostolique n’est pas simplement admettre la présence d’un lien direct avec les Apôtres et leurs premiers successeurs, mais signifie que l’enseignement de l’Église est, jusqu’à la fin des temps, apostolique, c’est-à-dire fidèle à l’enseignement même des Apôtres, qui eux-mêmes l’avaient reçu du Sauveur.

Tradition ecclésiale et Esprit Saint

Il n’existe qu’une seule Tradition, qui est la Tradition des Apôtres et de leurs successeurs jusqu’à aujourd’hui. C’est une Tradition que l’Orthodoxie confesse comme ininterrompue, qui sauvegarde la continuité, la permanence et l’identité de l’Église. L’Église n’existe elle-même que parce qu’elle est une, dans le temps et dans l’espace. Mais de même que l’Église une se diversifie géographiquement à travers des Églises locales, de même la Tradition une se décline dans les différentes Églises à travers des traditions légitimes qui ne portent pas atteinte à son unité foncière.

Coutume et Tradition. Il faut bien reconnaître qu’il existe quelque confusion dans de larges cercles de fidèles orthodoxes entre Tradition et " coutume ", cette dernière étant toujours entendue comme une loi figée et intangible. Sur des points aussi évidents que la rénovation du calendrier liturgique – qui est en décalage avec la vie cosmique et qui, par conséquent, ne rend plus correctement sa fonction symbolique –, la réforme entamée il y a près d’un siècle n’a pu encore aller à son terme, faute de consensus. Le conservatisme de l’Orthodoxie historique est d’abord la conséquence d’une histoire difficile faite de persécutions et de mise en séquestre de l’Église tant par l’Empire ottoman que par l’Empire russe à partir de Pierre le Grand.

La problématique tradition-coutume s’est pourtant posée très tôt dans l’histoire de l’Église. Déjà au IIIe s., dans sa querelle avec le pape Étienne, saint Cyprien de Carthage soulignait que " la coutume sans la vérité est une vieille erreur " (Lettre 74,9). Seule la vérité peut insuffler la nouveauté de l’Esprit dont la coutume ecclésiale a besoin. Ailleurs, Cyprien rappelle, à la suite de Tertullien, que le Christ a dit : " Je suis la vérité " mais n’a pas dit : " Je suis la coutume " soulignant ainsi que la Tradition, pour être ordonnée à la vérité et à la vie, doit demeurer en tension permanente entre coutume et liberté créatrice. La tradition ecclésiale ne constitue pas simplement la transmission linéaire et diachronique du dépôt de la foi apostolique : comme le note saint Irénée de Lyon, c’est une Tradition " de vérité " (“traditioveritatis”), garantie par le " charisme sûr de vérité " (“charisma veritatis certum”) préservé depuis l’origine à travers la succession apostolique et l’assistance permanente et verticale de l’Esprit Saint (Contre les Hérésies, IV, 26,2).

Tradition et Révélation. Dans une belle étude, le théologien Vladimir Lossky a naguère montré, en s’appuyant sur le témoignage de l’Église ancienne, que par-delà la ligne horizontale des traditions dans leur pluralité et leur diversité, la Traditionreprésente dans une perspective verticale " le mode unique de recevoir la Révélation " ; elle est la lumière ou encore l’évidence intérieure dans lesquelles la Révélation est reçue par l’Église. C’est donc la marque même de la présence de l’Esprit Saint dans l’Église. L’intérêt de l’approche de V. Lossky est de cerner le caractère surnaturel dela Tradition au-delà même de la diversité des contenus que celle-ci prend nécessairement dans la culture humaine. Comme le notait le saint évêque Philarète de Moscou au XIXe s., la vraie et sainte Tradition " ne consiste pas uniquement en une transmission visible et verbale des enseignements, des règles, des institutions et des rites : elle est en même temps une communication invisible et actuelle de grâce et de sanctification " (cité par Lossky, p. 152). Ainsi la Tradition ne peut-elle se réduire à une approche purement conceptuelle ; elle est indissociable de la vie charismatique de l’Église.

Révélation et Esprit Saint. Saint Irénée insiste sur le fait que la transmission de la Révélation se fait dans l’Esprit Saint, qu’elle est un mystère permanent dans lequel l’Esprit Saint joue le rôle principal. D’un côté il rend possible la communication de la foi, et de l’autre il rend possible la réception de cette foi. Et tandis que dans la transmission humaine, il peut y avoir déperdition, cette foi ne sort pas diminuée au cours de ce mouvement ininterrompu. Saint Irénée souligne que, dans la transmission du dépôt de la foi, " même le plus intelligent parmi les chefs des Églises n’ajoutera rien, et le plus faible en paroles ne retranchera rien " (Contre les hérésies, I, 10,2). Dans l’Église, il y a donc, par l’Esprit Saint, une identité totale de la foi à travers le temps, les communautés et les personnes.

[…]

(Source: Michel Stavrou Cahier Évangile n° 141 (septembre 2007) pages 86-89.)

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans orthodoxie Spiritualité Chrétienne CATECHISME et CATECHESE
commenter cet article
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 07:52
Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

Le lundi 6 Juillet 2015 Sa Béatitude le Métropolite Tikhon, primat de l'Église orthodoxe en Amérique, faisait une visite fraternelle à Sa Sainteté le Catholicos de l'Est, Père de notre Eglise-mère Syro-Orthodoxe Malankare, notre Chef spirituel ici-bas .

 

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

La réunion a eu lieu à la chancellerie diocésaine du nord-est américain à Muttontown, New York.

Les accompagnateurs de Sa Béatitude, étaient les archiprêtres John Jillions, chancelier de l'Eglise orthodoxe en Amérique, Eric Tosi, secrétaire de l'Eglise orthodoxe en Amérique, et le Dr Tchad Hatfield, chancelier du "orthodoxe Theological Seminary" de Saint-Vladimir à New York.

 

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

Sa Sainteté, et Sa Béatitude ont parlé des défis communs de l'Eglise orthodoxe dans le monde entier, surtout dans le contexte nord-américain.

 

 

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

 

Sa Béatitude a également partagé des travaux. Son Em le Métropolite Zachariah Mar Nicholovos, fut accueilli comme membre du conseil d'administration du Séminaire théologique orthodoxe Saint-Vladimir.

 

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

Au cours de cette heureuse rencontre entre les deux chefs d'Eglises, notre bien aimé Père dans le Seigneur, Sa Sainteté Beselios Paulos II a adressé une invitation officielle à Sa Béatitude, pour être l'invité d'honneur d'honneur à l'occasion des célébrations finales du bicentenaire du séminaire théologique orthodoxe, à Kottayam, Kerala, Inde.

Étaient aussi présents lors de cette réunion également Son Em Zachariah Mar Nicholovos, Metropolite, le Rd Père et Dr Johns Abraham Konaté, le Rd Père Paul Thomas, le Rd Père Sujit Thomas, le Rd Jiss Johnson, et le Révérend Père Abraham George.

 

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

L'origine de l'Eglise locale orthodoxe en Amérique remonte au mouvement missionnaire de huit moines orthodoxes en Alaska, en 1794 comme, analogiquement, notre Eglise locale Syro-Orthodoxe-Francophone Mar Thomas (Malankare), se fonde sur la fondation canonique par l'Eglise Malankare Orthodoxe d'une Métropolie pour l'Europe.

C'est plus tard, en 1970, que fut accordé à l'Eglise naissante en diaspora une autocéphalie par l'Eglise orthodoxe russe.

 

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

Aujourd'hui, Sa Béatitude le Metropolite Tikhon, conduit l'Église orthodoxe d'Amérique avec plus de dix évêques qui exercent leur ministère pastoral sur plus de 700 paroisses, les missions, les monastères et les institutions répandues à travers les États-Unis, le Canada et le Mexique.

Rencontre fraternelle entre Sa Béatitude le Métropolite Tikhon et Sa Sainteté Baselios Marthoma Paulos II, Catholicose de l'Est

Ô Dieu notre Père,

 


conduisez Votre Eglise!

 

 

 


Que, dans ce monde,

 

 

 

elle vive de plus en plus

 


dans la sainteté,

 

 

 


Dans l'unité

 

 

 


Et dans l'amour!

 

 

 

 

 


Par Jésus le Christ, 

 

 

 

Votre Fils

 


et dans l'Esprit Saint.

 

 

 

 

 

Amîn!

 

 

 

 

 

(Saint Grégoire de Tours)

Une âme courageuse sera requise, qui sera capable  de  rester en vie au milieu de toutes ces tentations.   Car si un homme se trouve ne fut-ce qu'un peu  imprudent, il sera facilement exposé aux assauts  et sera attrapé par les signes du démon et de la  bête immonde.  (Prophéties sélectionnées pour les Derniers Jours,  de saint Ephrem le Syrien)

Une âme courageuse sera requise, qui sera capable de rester en vie au milieu de toutes ces tentations. Car si un homme se trouve ne fut-ce qu'un peu imprudent, il sera facilement exposé aux assauts et sera attrapé par les signes du démon et de la bête immonde. (Prophéties sélectionnées pour les Derniers Jours, de saint Ephrem le Syrien)

Repost 0

Recherche

Articles Récents

Liens