Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 16:26

Self-knowledge is a clear-eyed notion of one’s own spiritual advance. It is also an unwavering remembrance of one’s slightest sins.

Première lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 5,3-10.

Mon bien-aimé, honorez les veuves, les vraies veuves. 
Que si une veuve a des enfants ou des petits-enfants, qu'ils apprennent d'abord à agir avec piété envers leur propre famille et à payer de retour leurs parents, car cela est agréable à Dieu. 
Celle qui est réellement une veuve et une isolée a mis son espoir en Dieu, et elle persévère nuit et jour dans les supplications et les prières. 
Celle qui vit dans les plaisirs, bien que vivante, est morte.
Donne-leur aussi ces avis, afin qu'elles soient sans reproche. 
Que si quelqu'un n'a pas soin des siens, surtout de ceux de sa famille, il a renié la foi et il est pire qu'un incroyant. 
Une veuve, pour être inscrite sur le rôle, doit être âgée de soixante ans au moins, avoir  été mariée une seule fois, 
être réputée pour ses bonnes œuvres, comme ayant élevé des enfants, exercé l'hospitalité, lavé les pieds des saints, assisté les malheureux, pratiqué toute bonne œuvre. 

 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13,44-52.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : le royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champ. L'homme qui l'a trouvé le cache, et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il a et achète ce champ. 
Encore : le royaume des cieux est semblable à un marchand qui cherchait de belles perles. 
Ayant trouvé une perle de grand prix, il s'en alla vendre tout ce qu'il avait, et il l'acheta. 
Encore : le royaume des cieux est semblable à un filet qu'on a jeté dans la mer et qui a ramené des poissons de toute sorte. 
Lorsqu'il fut rempli, les pêcheurs le tirèrent au rivage et, s'étant assis, ils recueillirent les bons dans des paniers et rejetèrent les mauvais. 
Ainsi en sera-t-il à la consommation du siècle : les anges sortiront et sépareront les méchants d'avec les justes, 
et ils les jetteront dans la fournaise du feu ; là seront les pleurs et les grincements de dents. 
Avez-vous compris toutes ces choses ? " 
Ils lui dirent : " Oui. " Et il leur dit : " C'est pour cela que tout scribe devenu disciple du royaume des cieux ressemble à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et du vieux. " 
 




Par Saint Augustin

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
Sermon 34 : sur le Ps 149 

 

« Etre riche en vue de Dieu »

 

      Frères, examinez avec soin vos demeures intérieures, ouvrez les yeux et considérez votre capital d'amour, et puis augmentez la somme que vous aurez découverte en vous-mêmes.

Veillez sur ce trésor afin d'être riches intérieurement.

On dit chers les biens qui ont un grand prix et avec raison. Mais quoi de plus cher que l'amour, mes frères ?

A votre avis, quel en est le prix ? Et comment le payer ?

Le prix d'une terre, celui du blé, c'est ton argent ; le prix d'une perle, c'est ton or ; mais le prix de ton amour, c'est toi-même.

Si tu veux acheter un champ, un bijou, une bête, tu cherches les fonds nécessaires, tu regardes autour de toi.

Mais si tu désires posséder l'amour, ne cherche que toi-même, c'est toi-même qu'il faut trouver. 

      Que crains-tu en te donnant ? De te perdre ?

Au contraire c'est en refusant de te donner que tu te perds.

L'Amour lui-même s'exprime par la bouche de la Sagesse et apaise d'un mot le désarroi où te jetait cette parole :

-« Donne-toi toi-même ! »

Si quelqu'un voulait te vendre un terrain, il te dirait : « Donne-moi ton argent » ou pour autre chose : « Donne-moi ta monnaie ».

Ecoute ce que te dit l'Amour, par la bouche de la Sagesse :

« Mon enfant, donne-moi ton cœur » (Pr 23,26).

Ton cœur était mal quand il était à toi, quand il était en toi ; tu étais la proie de futilités, voire de passions mauvaises.

Ôte-le de là !

Où le porter ?

Où l'offrir ?

« Mon fils, donne-moi ton cœur ! » dit la Sagesse.

Qu'il soit à moi, et tu ne le perdras pas. 

       « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée » (Mt 22,37).

Celui qui t'a créé te veut tout entier.

 

« Chacun de nous a sa vocation à lui ; il n'y a pas d'homme ni de femme qui soit un double emploi sur la terre ;

il n'y a jamais eu deux vocations précisément identiques depuis le commencement du monde, et il ne s'en trouvera pas d'ici au jour du jugement.

Peu importe quelle soit notre position dans la vie, peu importe combien nos devoirs peuvent paraître ordinaires, peu importe l'aspect vulgaire d'une existence commune, chacun de nous, secrètement, a cette grande vocation.

Nous sommes, dans un sens où l'amour peut autoriser l'inexactitude, nécessaires à Dieu ; il a besoin de nous pour poursuivre ses plans, et personne ne peut nous remplacer complètement : c'est là notre dignité ; mais c'est aussi là que se trouve notre devoir ; et la source profonde de notre amour devient aussi la source profonde de notre crainte.

Notre vocation est aussi réelle, aussi distincte que la vocation d'une carmélite ou d'une ursuline, d'un franciscain ou d'un oratorien ; elle est moins visible, moins facile à décrire ; elle a plus d'incertitudes et elle est beaucoup plus difficile à connaître ; mais il y a tout aussi bien vocation régulière et complète.

Ceci une fois posé, il faut admettre que toute la vie spirituelle marche à l'aventure, si elle n'est pas basée sur la connaissance de cette vocation ou sur les efforts à faire pour la découvrir.

Cette vocation, quelle qu'elle soit, est la volonté de Dieu sur nous ; il peut vouloir qu'elle ne nous soit pas pleinement connue ; mais il veut que nous essayons de la découvrir. la sainteté consiste simplement en deux choses qui sont l'une et l'autre un effort : l'effort pour connaître la volonté de Dieu, et l'effort pour l'accomplir une fois connue. »

R.P. Frédéric-William Faber (1814-1863), Conférences spirituelles (Tous les hommes ont une vocation spéciale), Paris, Bray et Retaux, 1872 (Sixième édition).

 

POUR LA VAINCRE, MIEUX COMPRENDRE

LA COLERE QUI EST EN NOUS

Si nous sommes troublés par des événements ou des agressions extérieures, c'est de notre propre responsabilité.

Saint Jean Chrysostome disait qu'on ne peut pas blesser quelqu'un si celui-ci ne veut pas être blessé.

Si une personne vous met en colère. Ce n'est pas elle la responsable, c'est qu'il y a de la colère en vous. S'il n'y avait pas de colère en vous, qu'est-ce qui lui aurait répondu ?

Mettez du feu dans l'eau, le feu ne brûle pas l'eau, le feu n'est pas nourri par l'eau.

Mettez du feu dans du coton, le feu est nourri, il s'enflamme.

La colère qui est en vous nourrit la flamme, la paix qui est en vous l'éteint.

Cessez de dire, cette personne m'énerve : dites plutôt, je m'énerve avec elle.

Elle ne peut réveiller que ce qui est déjà en vous.

C'est pour cela que le sage n'accuse jamais personne, il s'accuse lui-même.


(Patriarche Shenouda III)

UN PERE SPIRITUEL, QU'EST-CE A DIRE ?

Un père spirituel, c'est comme un panneau indicateur :

il ne fait qu'indiquer la direction. Mais vous devez vous-même suivre ce chemin.
(saint Nikon d'Optina)

Convocations :

Dimanche 6 Novembre :

« Réunion de travail » et

Assemblée Générale Extraordinaire

de l’Association de la Métropolie (Archidiocèse) de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thomas.

 

Chers amis.

Initialement, le 1er dimanche d’Octobre, dès mon retour du Cameroun devait réunir les bureaux (Conseils d’Administration) des deux associations cultuelle (De la Métropolie) et caritative pour, autour du repas fraternel partagé après la Ste Messe, une « Réunion de Travail » afin de collecter toutes les informations que Père Isaac et moi-même rapportions de cette visite pastorale et en tirer les conséquences.

Malheureusement, il semble que les convocations à la CARITAS ESOF n’aient pas été envoyées.

Trop peu des membres des Conseils d’Administrations étaient présents.

Face à un tel désengagement, je renonçais à faire quelque rapport que ce soit, attendant des jours meilleurs.

Veuillez noter que nous aurons une « réunion de travail », autour du repas fraternel, comme de coutume, le dimanche 6 Novembre 2016 pour chacune des deux Associations.

Pour l’Association de la Métropolie (Archidiocèse) de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma, elle sera doublée d’une Assemblée Générale Extraordinaire dont l’unique objet sera d’entériner un Legs fait à l’Archidiocèse.

Je compte sur vous !

Ces réunions prépareront également la bonne réception d’un bon ami , frère évêque et métropolite de l’Eglise-mère qui nous fait l’honneur de visiter notre Eglise locale Syro-Orthodoxe en fin Novembre début Décembre.

Dans l’amour du Christ Notre-Seigneur, votre fidèlement et respectueusement. Aloho m’barekh (Dieu vous bénisse) !

+Mor Philipose-Mariam , Chandai ce 3.X.16

 

P.S : Si vous étiez dans l’impossibilité de vous rendre à cette réunion, veuillez envoyer votre procuration au Monastère. Merci.

 

 

See original image

 

 

Du côté de nos frères aînés, les Saints:

8 Octobre:

Sainte Pélagie

PELAGIE 8 OCTOBRE

Elle nous est connue par St Jean Chrysostome.

Encore une victime de la persécution de l’empereur Dioclétien au début du IVème siècle. La scène se passe à Jérusalem et concerne une jeune fille d’une quinzaine d’années. Les soldats viennent l’arrêter pour la conduire au tribunal mais ils sont brutaux et elle craint d’être violée. C’est alors qu’elle leur demande quelques instants pour s’habiller, elle met un vêtement de jeune mariée, monte sur la terrasse de la maison et se jette dans le vide.

« C'est ainsi que Pélagie déroba son corps à la souillure, qu'elle délivra son âme pour lui permettre de monter au ciel et qu'elle abandonna sa dépouille mortelle à un ennemi désormais inoffensif. » 

« Pélagie - écrit saint Jean Chrysostome - imagina une ruse si habile que les soldats n'en sont pas encore revenus. D'un air calme et gai, feignant d'avoir changé d'avis, elle les prie de la laisser se retirer un moment, juste le temps de revêtir la parure qui convient à une nouvelle épousée. Ils n'y voient aucun inconvénient. Quant à elle elle sort posément de la chambre, monte en courant sur le toit de la maison et se précipite dans le vide. C'est ainsi que Pélagie déroba son corps à la souillure, qu'elle délivra son âme pour lui permettre de monter au ciel et qu'elle abandonna sa dépouille mortelle à un ennemi désormais inoffensif.»

Pour un approfondissement :
>>> Homélie N. 1 de Jean Chrysostome

Ayez une petite prière pour notre Soeur Marie-Suzanne,moniale à Yaoundé dont le prénom de baptême est Pélagie. Bonne fête à toutes les Pélagies !

 

Sainte Réparate
Martyre († v. 250-253)

Originaire de Césarée de Palestine, Réparate serait morte vers 250 - 253, à l'âge de quinze ans, lors des persécutions de l'empereur romain Dèce.

Tout d'abord, on aurait tenté de la brûler vive mais elle fut sauvée par une averse opportune. On lui fit ensuite boire de la poix bouillante, mais une fois de plus elle survécut. Finalement, elle fut décapitée et son corps placé dans une barque qu'on laissa dériver sur la Méditerranée.

L'embarcation atteignit les côtes niçoises et fut ramenée sur le rivage par des anges. Ses restes furent ensevelis dans une chapelle de la vieille ville niçoise avant d'être déposés dans la cathédrale Sainte-Réparate en 1690.

Tout comme Tropez, Lazare ou les saintes Marie, Marie-Madeleine, Marthe, et Dévote, qui arrivèrent dans le sud de la France par la Méditerranée, le culte de sainte Réparate manifeste l'expansion de la chrétienté depuis la Terre sainte, véhiculée par les marchands, les soldats ou les voyageurs.

À noter que le Dôme de Florence fut dédié à Réparate jusqu'en 1298, comme l'attestent de nombreuses peintures primitives florentines où elle est représentée aux côtés de la Vierge.

Ses principaux attributs sont la colombe, parfois sortant de sa bouche, la palme du martyre, un livre ou encore la bannière de la Résurrection.

 

 

 

 

9 Octobre:

Saint Denis, premier Evêque de Paris,

et ses compagnons Rustique et Eleuthère

Afficher l'image d'origine

Tropaire ton 4

Disciple de saint Paul selon la Tradition,*
Tu quittas Athènes en ton Hellade natale*
Pour venir prêcher l'Evangile à Lutèce.*
Tu donnas ta vie en martyre pour le Christ,*
Et tu intercèdes auprès du Dieu Sauveur,*
Afin qu'Il accorde à nos âmes le salut!

http://calendrier.egliseorthodoxe.com/…/stsoc…/oct09bis.html

 

 

 
 
 
D'après la Tradition, Saint Denis, évêque de Paris, prit avec lui le prêtre Rustique et le diacre Éleuthère, traversa la mer et vint à Rome, où il se présenta au pape Saint Clément pour évangéliser les peuples qu'il lui assignerait. Le Saint Pape l'envoya, avec un groupe de prédicateurs apostoliques, à la conquête spirituelle des Gaules.
 
Confiant à quelques-uns de ses disciples plusieurs parties de cette vaste contrée, il s'avança jusqu'à Paris, qui alors s'appelait encore Lutèce. Il y entra du côté de la porte Saint-Jacques,avec ses deux premiers compagnons, et parla si éloquemment des mystères du christianisme, qu'il convertit dès l'abord une foule de païens. Plusieurs chapelles furent construites, l'Évangile faisait des progrès rapides, quand le démon suscita une terrible persécution contre ce nouveau culte, qui menaçait de tout envahir. On pense qu'il subit le martyre en 257 ou 272 sous la persécution de Dèce,  de Valérien ou de Dioclétien. Attaché à une Croix, il prêcha le grand mystère de la Rédemption du monde.
DENIS 9 OCTOBRE
Après avoir célébré le Saint-Sacrifice de la Messe dans sa prison, devant ses compagnons de supplice, consolé par l'apparition du Sauveur, il eut la tête tranchée, avec une foule de chrétiens, au lieu qui porte le nom de Montmartre, ou Mont-des-Martyrs Dieu permit qu'après l'exécution son corps se leva de lui-même, pour porter sa tête entre ses mains.
En passant dans la rue des Martyrs, il marcha pendant six kilomètres jusqu’au lieu appelé Saint-Denis. À la fin de son trajet, il donna sa tête à une femme pieuse originaire de la noblesse romaine et nommée Catulla, puis s'écroula. On l'ensevelit à cet endroit précis et on y édifia une basilique en son honneur. Saint Venance Fortunat (qui composa le merveilleux "Vexilla Regis" !) attestera la diffusion de son culte jusqu'à Bordeaux dès le 7ème siècle !
 

 

 

Saint Apôtre Jacques,

fils d'Alphée

Saint Jacques, le fils d'Alphée, était le frère de l'Evangéliste Matthieu, le publicain. Il faisait partie du choeur des Apôtres et proclama lui aussi la Bonne Nouvelle aux païens. Son zèle pour Dieu était si ardent que, sans crainte des représailles, il jetait à terre les autels des idoles. Avec la grâce du Saint-Esprit, il chassait les esprits malins, guérissait les malades et fit un grand nombre d'autres miracles, si bien que les païens prirent l'habitude de lui donner le surnom de «germe divin». Il parcourut le monde entier pour faire partager à tous son amour du Christ. Finalement, il fut arrêté par des Juifs qui lui donnèrent l'occassion de suivre jusque dans la mort l'exemple du Seigneur en le suspendant à une croix, d'où il rendit aussitôt son âme à Dieu.

 

Tropaire, t. 3
Saint apôtre Jacques, fils d'Alphée, * intercède auprès du Dieu de miséricorde, * pour qu'à nos âmes il accorde le pardon de nos péchés.

Kondakion, t. 2
Comme un astre brillant sur l'entière création * acclamons dans nos hymnes l'apôtre divin, * saint Jacques, le témoin oculaire du Christ, * et célébrons sa fête en ce jour, * car il intercède sans cesse pour nous tous.

Ikos
Entreprenant de célébrer l'apôtre Jacques, le fils d'Alphée, * celui qui fut initié à la connaissance du Verbe par le ciel * et sur terre prêcha l'Evangile aux hommes clairement, * je te supplie de m'envoyer ta grâce, Jésus Christ, * toi qui as rempli ton sage Disciple du saint Esprit * et l'envoyas aux confins de la terre pour prêcher; * tu as fait de lui un ambassadeur auprès de toi, * car il intercède sans cesse pour nous tous.

Exapostilaire, t. 3
Comme excellent serviteur de l'unique Maître, Jésus Christ, * comme son disciple et son apôtre, saint Jacques, intercède auprès de lui * pour qu'il donne aux fidèles de l'emporter sur l'ennemi * et la rémission de leurs fautes à ceux qui fêtent ta mémoire sacrée.

 

 

Marie est fondamentale, enseigne St Ignace d'Antioche, parce qu'elle a donné au Verbe de Dieu

 un vrai corps par lequel le Verve incarné:Jésus

est « réellement », né, persécuté,

crucifié, ressuscité.

Au 2° siècle, les opposants au christianisme ridiculisaient l'affirmation qu'un Dieu se soit fait homme, et de plus, crucifié. Les premiers chrétiens ont du affronter cette mentalité.

A l'intérieur même de l'Eglise, se développent les hérésies pour réduire le scandale de l'Incarnation et de l'abaissement de Dieu :

Ce n'est qu'une réalité spirituelle, disent les gnostiques,

Tout ce qui est abaissement n'est qu'une apparence, disent les docètes.

Pour d'autres, il n'y a plus du tout d'abaissement de Dieu, Jésus est un homme, lors du baptême l'Esprit de Dieu vient en lui et sur la croix, Dieu l'abandonne, il meurt simplement en homme, ce n'est pas Dieu qui assume le refus et la mort, en pardonnant.

 

La crise docète

Le paradoxe chrétien de l'humanisation de Dieu, le Verbe s'est fait chair, ne fut pas acceptée de ceux qui étaient préoccupés de sauvegarder la transcendance de Dieu et qui regardaient la création avec pessimisme: tout ce qui est indigne de Dieu est un scandale insupportable, c'est une promiscuité dont il faut protéger Dieu à tout prix. Ils furent appelés "Docètes", du verbe grec dokein = apparaître, parce qu'ils inventèrent la doctrine selon laquelle le Christ n'aurait pas vraiment assumé notre condition mortelle, mais seulement son apparence.

 

La réponse d'Ignace

Saint Ignace d'Antioche devine le point faible et aussi la gravité du courant docète. La transcendance de Dieu n'est pas entamée par l'incarnation, parce que la création, et en particulier la création humaine est une bonne chose dès lors qu'elle vient de Dieu. Non seulement, mais c'est à travers elle que Dieu se révèle, nous atteint et nous sauve. Le salut professé par l'Église n'est pas en effet une révélation désincarnée des mystères célestes, comme les Docètes le pensaient, mais elle comporte des faits historiques et concrets et des actions vraies et humaines du Christ, Dieu incarné par Marie. En autres termes : Jésus n'était pas un homme-ombre, un fantôme ni avant ni après la résurrection.

Dans ce contexte, Ignace ne manque pas d'ironie quand il dit aux Docètes: "Si c'est une apparence tout ce qui a été fait par le Seigneur, moi aussi je suis en apparence enchaîné" (A Smyrne 4,2). Au-delà de l'ironie, Ignace confirme les faits et les événements historiques qui ont scandé l'histoire terrestre du Christ depuis sa conception virginale et sa naissance.

 

Marie la Mère vierge: garantie du Salut dans le Christ

« Soyez donc sourds quand on vous parle d'autre chose que de Jésus-Christ, de la race de David, [fils] de Marie, qui est véritablement né, qui a mangé et qui a bu, qui a été véritablement persécuté sous Ponce Pilate, qui a été véritablement crucifié, et est mort, aux regards du ciel, de la terre et des enfers, qui est aussi véritablement ressuscité d'entre les morts. C'est son Père qui l'a ressuscité... »

(Saint Ignace d'Antioche, Lettre aux Tralliens, IX[1])

 

Descendant de David, l'important n'est pas tellement David, mais la réalité de l'humanité du Christ qui n'est pas une apparition, un fantôme, un esprit.

 

Ignace n'utilise pas un titre pour dire Marie, il dit simplement "Marie" parce que ce qui l'intéresse c'est Marie en tant qu'être humain qui a existé dans l'histoire.

 

Marie est fondamentale parce qu'elle a donné à Jésus un vrai corps par lequel Jésus est « réellement », né, persécuté, crucifié, ressuscité.

 

Dans le texte cité ci-dessus, saint Ignace répète quatre fois l'adverbe "véritablement " :

  • La réalité historique du Christ est le vrai salut ;
  • La vraie maternité de Marie ou la naissance biologique du Seigneur de Marie sont la garantie de l'incarnation du fils de Dieu et ensuite la garantie du Salut;
  • Evidemment la naissance biologique du Christ est la garantie de salut si le Christ est vraiment le Fils de Dieu fait homme. Ainsi notre divinisation peut avoir lieu.

 

S'explique aussi sa fermeté doctrinale vis-à-vis de la conception virginale:

« Fils de Dieu selon la volonté et la puissance de Dieu, issu vraiment d'une Vierge »

(Saint Ignace d'Antioche, Lettre à Smyrne 1: SC 10, 132).

 

La Vierge divinement enceinte et enceinte de Dieu est donc la garantie qu'il est vraiment le Fils de Dieu et nous a ensuite vraiment sauvés et c'est-à-dire divinisé. La conception virginale signifie en effet que Jésus préexiste à sa naissance selon la chair.

 

Il y a, au sujet de tout ce qui a été dit jusqu'à présent, un texte qu'on pourrait définir comme un fragment d'hymne liturgique, et qui fait une synthèse théologique de tous les aspects de la réalité historique-salvatrice du Seigneur:

« Il n'y a qu'un seul médecin,

charnel et spirituel,

engendré et inengendré,

venu en chair, Dieu

en la mort vie véritable,

[né] de Marie et [né] de Dieu,

d'abord passible et maintenant impassible,

Jésus-Christ notre Seigneur. »

(Saint Ignace d'Antioche, Lettre aux Ephésiens VII,2[2])

 

Dans la succession de ses actions, de l'Incarnation et jusqu'au-delà de la Résurrection, il est "de Dieu", et il reste "de Marie". Marie est une présence immanente dans le mystère qui sauve parce qu'elle est la source de l'élément humain avec lequel Dieu sauve l'homme. Ignace professe une communion mystérieuse entre Dieu et Marie en vue du Christ, il suggère une idée presque sponsale.

 

([1] Texte français de Th Camelot, SC 10, Cerf 1968, p.119

[2] Texte français de Th. Camelot, SC 10, Cerf 1968, p.75-77

Source : http://www.mariedenazareth.com/)

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

PRIERE D'UN ENFANT A SON ANGE GARDIEN:

Afficher l'image d'origine

Saint ange gardien, mon ange ! Je ne connais pas ton nom, mais je sais que tu veilles sur moi : le Seigneur Jésus a dit que les anges des enfants voient la face de Dieu !

Je te prie donc : en cette nuit et dans le jour qui va suivre, garde-moi de tout péché en pensée, en paroles ou en actes.

Rappelle-moi toujours combien le Seigneur est bon et combien Il m’aime. Fortifie en moi la foi en lui, l’espérance des biens qui viennent de lui, et un amour véritable pour lui et pour mon prochain.

Protège également, je t’en prie, mes parents N… et N…, mes frères et sœurs N…, et toute ma famille. Bénis nos voisins ; bénis nos amis et nos ennemis ; bénis mes maîtres, mes professeurs, mes camarades. Soutiens notre évêque N…, notre (nos) prêtre(s) P. N… et toute notre communauté. Protège à l’ombre de tes ailes les défunts de notre famille. Veille encore sur les créatures de Dieu, animaux et plantes, dont je suis responsable.

Saint ange de Dieu, mon ange gardien, que ta prière pour mon salut s’élève devant Dieu comme un encens parfumé ; que, par elle et par la prière de la Mère de Dieu, et celle de tous les saints, je connaisse la joie d’aimer le Seigneur de tout mon cœur et d’aimer ceux qu’Il aime comme Il les aime.

Car c’est Lui, Père, Fils et saint Esprit, qui est béni dans les siècles des siècles : Amîn ! 

Afficher l'image d'origine

PARIS SECRET ...

LA PREMIERE CATHEDRALE DE PARIS !

14 bis rue Pierre Nicole,

Paris V°

La première cathédrale de Paris… souterraine et clandestine
Saint Denis est arrivé à Lutèce pour y précher le Christ Jésus. Mais très vite, les autorités font la chasse aux chrétiens et des exactions sont commises à leur encontre. Denis est contraint de s’éloigner du coeur de la ville. Il se réfugie alors dans une crypte sur la rive gauche de la Seine. C’est là que sont célébrées les premières Liturgies. La crypte de Saint Denis a, par chance, été laissée sauve lors de la Révolution, sans doute parcequ’elle était dissimulée dans un sous-sol. Située au 14, bis rue Pierre Nicole à Paris Vème, peu de personnes l’ont visitée, étant donné qu’elle se trouve dans un parking souterrain privé. 
Cette crypte est la première cathédrale de Paris !
La cathédrale primitive a fait place à un oratoire au VIIème siècle, à une église 100 ans plus tard, puis à un prieuré au XIIéme siècle. Enfin au début du XVIIéme siècle, les carmélites de Notre-Dame-des-Champs s'installèrent en ces lieux. En 1802, fut construit ici un nouveau couvent, démoli en 1908.... Il reste quelques éléments épars, en plus de la crypte..quelques fragments de murs et une rosace ...à l'intérieur des jardins du 14bis, rue Pierre-Nicole..

("Métronome" histoire de Paris au rythme du métro parisien.Lorà nt Deutsch. ed Michel Lafont.)

« Puisque St Denis fut le premier évêque de Paris,l'église clandestine dans laquelle il catéchisa fut bien la première cathédrale.[...]
Après avoir traversé le Blv St Michel, on pénètre dans la rue Pierre-Nicole [...] .
Impavide,le gardien de l'immeuble refuse l'accès à l'historien égaré.Propriété privée, on n'entre pas ! Pour pénétré les lieux et retrouver le souvenir de Denis, il faut insister.[...]
Un ascenseur, un parking ou les voitures sont bien garées dans de petites cases régulières dessinées à la peinture blanches, et soudain une porte discrète... Cet obstacle franchi, on entre dans le passé.[...] Les voûtes ont été stabilisées et restaurées au XIX ème siècle, mais ailleurs surgissent de plus anciens témoignages. Sous une pierre tombale dort saint Reginald, mort en 1220, [...].
La longue nef se prolonge jusqu'à l'autel sur lequel trône la statue de St Denis.[...].


Les guides destinés aux touristes d' il y a cent ans mentionnaient encore cette crypte. Et puis, elle fut englobée dans les caves du bâtiment qui s'éleva. Ce qui reste de la première cathédrale de Paris reste caché sous le parking, partie intégrante de la copropriété qui maintien les lieux en l'état,[...]. Situation absurde : ce témoignage unique des premiers chrétiens de Paris survit par la bonne volonté de quelques particuliers ![...]. »

Si vous souhaitez voir la première cathédrale de Paris, tentez votre chance au 14, bis rue Pierre Nicole. Comme évoqué plus haut, l’endroit est privé, mais on vous autorisera peut-être à rentrer. Il faut descendre au parking souterrain. Au fond, il y a une porte discrète qui descend jusqu’à la crypte sacrée.

 

 

(Source Père Duloisy sur FB)

 

 

 

 

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

 

Alep :

propagande médiatique et réalité des faits...

 

syrie,alep,guerre,propagande,bachar al-assad,salafistes,jihadistes,terroristes

ALEP : DÉLUGE DE PROPAGANDE…

Depuis plusieurs semaines, radios, télévisions et journaux parisiens se déchaînent pour tenter de sauver Alep de l’horreur : une reconquête par l’armée gouvernementale syrienne. Quotidiennement, un déluge de propagande pilonne nos oreilles, nos yeux et notre intelligence collective. La première figure de cette orwellisation collective consiste à inverser la situation militaire opérationnelle : Alep n’est pas occupée par des groupes salafo-jihadistes (les mêmes qui commanditent les attentats à Paris et ailleurs), mais est assiégée par les forces nationales du « régime de Bachar Al-Assad » ! Deuxième torsion du réel : la rébellion « modérée », voire « laïque » et « démocratique » – à savoir les égorgeurs de al Qaïda en Syrie – résiste vaillamment à Gengis Khan, ses Tartares syriens, russes, iraniens et hezbollahiz. Enfin, des dizaines de milliers de femmes et d’enfants meurent, tous les jours, sous les tapis de bombes… Bigre, voilà qui est effectivement préoccupant !

Dans ce concert de propagande et de désinformation, une fois de plus Le Monde tient la corde1. Depuis les beaux quartiers de Beyrouth, son correspondant Benjamin Barthe témoigne : « Déluge de feu russo-syrien pour briser Alep – Très meurtriers, les bombardements visent à anéantir la rébellion et à décourager la population ». Chapeau : « Bombarder, encercler, affamer. Pendant des mois, des années, sans discontinuer. Jusqu’à ce que l’ennemi, à bout de forces, décide de baisser les armes et d’évacuer la zone qu’il défendait ».

Première « information » du Monde : les mêmes groupes terroristes, qui égorgent Chrétiens, Alaouites, Kurdes, Druzes, Sunnites loyalistes et autres en Syrie depuis plus de quatre ans, « défendent » Alep. C’est une nouvelle ! Remarquons au passage, que si chasseurs et drones de la Coalition américaine mènent des « frappes », le plus souvent « chirurgicales » et « ciblées », comme ce fût le cas dernièrement sur l’aéroport de Deir ez-Zor, tuant plus de 90 soldats syriens quelques heures seulement après la signature du cessez-le-feu, les avions russes et syriens – quant à eux – bombardent avec une cruauté sadique indifférenciée et sans limite, comme l’aviation alliée le fît sur les villes et villages de Normandie en 1944, puis sur Dresde et d’autres villes allemandes dénuées de tout intérêt stratégique…

Deuxième affirmation du Monde : « le régime syrien mène (…) une guerre d’étouffement, lente et cruelle, qui convient bien à l’armée loyaliste, patchwork de milices et d’unités régulières, aux capacités offensives limitées ». Benjamin Barthe connaît-il des guerres qui soient rapides, non cruelles, sinon douces et généreuses ? Sait-il seulement ce qu’est vraiment une guerre civile, civilo-régionale, civilo-internationale ? Quant aux « capacités offensives limitées », il devrait aller plus souvent sur le terrain pour constater la reconfiguration technique des trois corps de l’armée nationale syrienne, équipée des matériels russes et chinois les plus modernes. Du reste, quelques paragraphes plus bas, Benjamin Barthe cite des « armes sophistiquées »… Faudrait savoir !

Effectivement, l’armée syrienne a des alliés qui ont décidé de l’aider – quelle horreur ! – à reconquérir la totalité de son territoire nationale. Quant aux mercenaires tchétchènes, chinois, maghrébins, européens et particulièrement français : pas un mot. Silence absolu aussi sur l’acheminement d’armes et de mercenaires financés par l’Arabie saoudite et d’autres ploutocraties du Golfe avec l’aide de plusieurs services-actions occidentaux !

Troisième appréciation du Monde, très symptomatique du niveau culturel de la corporation des « journalistes » modernes : « la technique aux relents moyenâgeux… » Ignorance ou précipitation, notre envoyé spécial permanent à Beyrouth emploi – ici – le qualificatif scabreux de… « moyenâgeux » pour mieux nous persuader que la guerre de libération menée par l’armée syrienne et ses alliés nous fait régresser vers l’une des périodes les plus obscures de l’humanité ! Période de mille ans qui s’étend du Vème au XVème siècle, le Moyen-âge porte certainement mal son nom, mais un honnête homme un tant soit peu cultivé devrait savoir que cette époque charnière connût plusieurs révolutions techniques et intellectuelles essentielles à l’histoire du monde. Les médiévistes Jacques Le Goff et Johan Huizinga ont écrit là-dessus quelques livres définitifs que Benjamin Barthe ferait bien de se procurer…

Enfin, la fiction la plus malhonnête du Monde : « Alep-Est, le fief des insurgés (…) peuplé de 250 000 habitants ». Les experts militaires occidentaux les plus sérieux estiment le nombre des « insurgés » des quartiers Est de la ville à environ… 15 000. Les mêmes sources confirment que les civils sur place n’excèdent pas le nombre de 20 000 et se composent de deux catégories : ceux qui se sont ralliés aux jihadistes et ceux qui sont retenus contre leur volonté afin de servir de boucliers humains aux vaillants « insurgés ». Lorsque 49 d’entre eux ont voulu dernièrement emprunter les couloirs humanitaires ouverts par l’armée syrienne, ces derniers ont été froidement exécutés par les mêmes « insurgés ». Pour nombre de ces « civils », affirme un officier supérieur d’un service européen de renseignement, « il serait plus juste de parler d’otages… » C’est tout dire.

Alors pourquoi tant d’énergie à vouloir nous vendre cette imposture d’une bataille de « Stalingrad à l’envers », pour reprendre les termes d’un ambassadeur de France ? Ce dernier commence à douter – mieux vaut tard que jamais – des bienfaits des orientations de la politique étrangère de François Hollande, dont « tout le monde dans la région, se soucie comme d’une guigne… », ajoute-t-il dubitatif. Vu dernièrement dans les étranges lucarnes, notre ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault répondant à l’équipe d’une chaine audiovisuelle de service public : « il faut que cesse cette tuerie dont les images vues à la télévision sont insupportables ! » Depuis quand un ministre de la République fonde-t-il ses propos sur « des images vues à la télévision ». S’il restait à s’en convaincre, on atteint le fond…

Trois raisons fondamentales peuvent expliquer cette propagande panique, bête et méchante. Alep, cette bataille de Stalingrad remise sur ses pieds, où l’armée syrienne poursuit courageusement la reconquête de son territoire national, anticipe une double défaite : celle des mal nommées « révolutions arabes » à travers lesquelles Washington espérait mettre au pouvoir les Frères musulmans dans plusieurs capitales arabes ; celle de l’axe OTAN, Israël et pays du Golfe cherchant à faire de la Syrie ce qu’il a fait de l’Irak et de la Libye notamment, en fragmentant les Etats-nations de la régions en autant de micro-Etats purifiés ethniquement et religieusement. C’est tout le « Grand-Moyen-Orient » de Condoleezza Rice, l’ancienne secrétaire d’Etat de George W. Bush – repris par les administrations Obama successives – qui se retrouve par terre.

Au bout du compte, le bilan s’avère particulièrement désastreux pour les pays occidentaux, à commencer pour les Etats-Unis. Le néo-sultan Recep Erdogan se détache progressivement de l’OTAN et lorgne en direction du Groupe de Shanghai ; la Méditerranée n’est plus une mer occidentale(prochetmoyen-orient.ch du 12 septembre). Comme elle vient de la faire à Djibouti, la marine de guerre chinoise s’installe durablement à Tartous ; enfin, Vladimir Poutine impose son agenda et un « Yalta régional » au monde entier sans que personne ne soit en mesure de faire quoi que ce soit. Last but not least, l’Iran peut se targuer d’être redevenue la grande puissance régionale aux Proche et Moyen-Orient.

Encore bravo Messieurs Obama, Cameron, Juppé, Fabius et Hollande ! Quant au Monde, on comprend qu’il perde quotidiennement annonceurs, abonnés et lecteurs. Hubert Beuve-Méry, André Fontaine, Jacques Fauvet, réveillez-vous, ils sont devenus fous ! Tout cela est proprement pathétique, ouvrant des boulevards à d’autres Brexit, Trump et compagnie… Pour ne pas sombrer dans un complet désenchantement, on ne saurait que trop conseiller de lire et relire Jacques Le Goff, les autres grands médiévistes et les Pères de l’Eglise, de même que l’une des dernières livraisons de l’éditeur Pierre-Guillaume de Roux : De l’influence des intellectuels sur les talons aiguilles, du merveilleux Roland Jaccard. Bonne lecture et à la semaine prochaine…

Richard Labévière
3 octobre 2016

1 Le Monde du 29 septembre 2016.

Source : Proche & Moyen-Orient.ch.

A lire : Un chef djihadiste confirme l’aide des USA.

======================================================

Témoignage de l’Evêque chaldéen d’Alep à propos de la situation dans la ville et de l’information occidentale manipulée

 

syrie,alep,guerre,propagande,rebelles,jihadistes,terroristesAlep (Agence Fides) – Plusieurs centaines d’enfants et de jeunes d’Alep, chrétiens et musulmans, se sont rassemblées au cours de la journée d’hier, 6 octobre, afin de demander, par la prière et par le chant, le retour de la paix dans toute la Syrie. Le rassemblement s’est déroulé dans le vaste espace situé devant l’édifice de l’ancienne école franciscaine de Terre Sainte. Des manifestations analogues auront lieu aujourd’hui dans les écoles de Damas, Homs Yabroud, et Tartous. Au cours des rencontres, les enfants signeront une pétition destinée à l’Union européenne et à l’ONU. L’appel en faveur de la paix avec toutes les signatures des enfants et des jeunes sera remis dans les prochains jours aux représentants de l’UE et de l’ONU à Bruxelles et à Genève par trois Patriarches orientaux portant le titre d’Antioche : S.B. Grégoire III Lahham, Patriarche d’Antioche des grecs melkites, Yohanna X, Patriarche grec orthodoxe, Ignace Ephrem II, Patriarche syro-orthodoxe.

A Alep, y compris durant la journée de l’initiative des enfants en faveur de la paix, des tirs d’artillerie sont tombés en abondance y compris sur les quartiers contrôlés par l’armée syrienne, provoquant des morts et des blessés. « Depuis des semaines – indique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Antoine Audo SJ, Evêque chaldéen d’Alep – nous sommes de nouveau dans une situation de terreur généralisée même si l’on cherche à maintenir ouvertes les institutions publiques telles que l’université. Des quartiers contrôlés par les rebelles arrivent chaque jour des tirs d’artillerie effectués à l’aide d’armes sophistiquées, qui sèment la mort, même si les rebelles n’ont pas d’avions. Parmi les seuls chrétiens, on a compté plus de vingt morts au cours de deux dernières semaines. A nous qui sommes ici, tout le système médiatique global semble manœuvré par des intérêts géopolitiques qui manipulent l’information. Tout devient un prétexte de propagande et l’on continue à cacher le rôle et les opérations menées par des pays tels que la Turquie, le Qatar et l’Arabie saoudite ».

Source : Agence Fides (GV) 07/10/2016.

MORTS POUR JÉSUS!

 

Pour cacher le refus des 21 coptes assassinés de se convertir à l’islam, les médias internationaux ont coupé au montage  la plus grande partie de la vidéo! 

En février 2015, le monde entier était en état de choc au vu des images effroyables de l’exécution de vingt-et-un chrétiens coptes égyptiens sur une plage de Libye. La vidéo qui montre le groupe d’hommes revêtus d’un uniforme orange, sur le chemin de la mort, est devenue un symbole de la cruauté et de la lâche sauvagerie des terroristes de l’État islamique. Les scènes étaient précédées d’un titre menaçant : « Un message signé avec du sang à la nation de la Croix ».

Selon Jacqueline Isaac, militante des droits de l’homme, les médias du monde ont occulté un message essentiel de la vidéo en la diffusant. Et pas nécessairement pour censurer des scènes d’une violence inouïe, mais pour éviter de montrer le moment où les victimes refusent d’embrasser l’islam par la force.

©AL HAYAT
©AL HAYAT

Certains des chrétiens martyrs ont récité devant les caméras leur dernière prière. Sur le point d’être décapités, tous ont crié en choeur « Ya Rabbi Yassu », une invocation commune aux chrétiens coptes égyptiens et qui signifie « Oh, mon Seigneur Jésus ». Ce que confirme le répugnant sous-titrage de la vidéo : « Ils supplient celui qu’ils adorent et meurent de leur paganisme. »

©AL HAYAT
©AL HAYAT

 

Walid Shoebat, auteur spécialisé dans le terrorisme, résume : « Ils leur ont donné le choix entre se convertir et mourir. Et tous ont choisi de rester fidèles [au Christ] jusqu’à la mort ».

7 octobre 2016
 
 


Association Juristes pour l'enfance
7 octobre 2016

 


La GPA à nouveau au Conseil de l’Europe :
à nos claviers !

 

Le 11 octobre, l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe examinera en assemblée plénière une recommandation concernant la maternité de substitution qui a pour seul but de faire accepter le principe même de la GPA.

En effet, ce texte recommande aux Etats (dont la France) d’examiner « l’opportunité et la faisabilité d’élaborer des lignes directrices européennes en vue de sauvegarder les droits de l’enfant liés aux conventions de maternité de substitution ».

Or, comme le relève le 
CORP« Ce point est inacceptable. Recommander des lignes directrices pour traiter des conséquences des conventions de maternité de substitution, sans au préalable demander l’abolition de cette pratique, revient à reconnaître la GPA elle-même comme un fait admis. Or elle est par elle-même gravement attentatoire aux droits humains fondamentaux et pour cette raison considérée contraire à l’ordre public par de nombreux Etats membres du Conseil de l’Europe.

Ce point est également inutile car les Etats membres du Conseil de l’Europe ont tous ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant : ils sont donc tenus de sauvegarder les intérêts des enfants, mais pas au prix de l’acceptation d’une nouvelle forme d’exploitation et d’aliénation ».

L’association Juristes pour l’enfance vous suggère d’écrire aux membres Français de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, afin de leur demander de défendre les enfants en votant contre ce texte qui, sous le prétexte cynique de protéger les enfants, veut faire accepter le principe de la Gestation Par Autrui qui méconnait gravement leurs droits. Vous trouverez les adresses mails de nos représentants européens ci-dessous :

 

 MEMBRES FRANCAIS DE L'ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE DU CONSEIL DE L'EUROPE
NOMPARTIEMAIL 
ROUQUET RenéSocialisterrouquet@assemblee-nationale.fr 
MIGNON Jean-ClaudeLes Républicainsjcmignon@assemblee-nationale.fr 
DURRIEU JosetteSocialistej.durrieu@senat.fr 
ALLAIN BrigitteEcologisteballain@assemblee-nationale.fr 
FRECON Jean-ClaudeSocialistej-c.frecon@senat.fr 
KARAMANLI MariettaSocialistemkaramanli@assemblee-nationale.fr 
LEGENDRE JacquesLes Républicainsj.legendre@senat.fr 
LONCLE FrançoisSocialistefloncle@assemblee-nationale.fr 
ROCHEBLOINE FrançoisUnion des démocrates et indépendantsfrochebloine@assemblee-nationale.fr 
SCHNEIDER AndréLes Républicainsaschneider@assemblee-nationale.fr 
ABAD DamienLes Républicainsdabad@assemblee-nationale.fr 
AUROI DanielleEcologistedauroi@assemblee-nationale.fr 
BAPT GérardSocialistegbapt@assemblee-nationale.fr 
BIES PhilippeSocialistepbies@assemblee-nationale.fr 
BIGOT JacquesSocialistej.bigot@senat.fr 
BLONDIN MaryvonneSocialistem.blondin@senat.fr 
CROZON PascaleSocialistepcrozon@assemblee-nationale.fr 
DALLOZ Marie-ChristineLes Républicainsmcdalloz@assemblee-nationale.fr 
DURANTON NicoleLes Républicainsn.duranton@senat.fr 
FOURNIER BernardLes Républicainsb.fournier@senat.fr 
GOSSELIN-FLEURY GenevièveSocialisteggosselin@assemblee-nationale.fr 
GOY-CHAVENT SylvieUDI-UCs.goy-chavent@senat.fr 
GROSDIDIER FrançoisLes Républicainsf.grosdidier@senat.fr 
JACQUAT DenisLes Républicainsdjacquat@assemblee-nationale.fr 
KENNEL Guy-DominiqueLes Républicainsgd.kennel@senat.fr 
LE BORGN' Pierre-YvesSocialistepyleborgn@assemblee-nationale.fr 
LE DAIN Anne-YvonneSocialisteayledain@assemblee-nationale.fr 
LE DEAUT Jean-YvesSocialistejyledeaut@assemblee-nationale.fr 
MARIANI ThierryLes Républicainstmariani@assemblee-nationale.fr 
MARTINEL MartineSocialistemmartinel@assemblee-nationale.fr 
POZZO DI BORGO YvesUDI-UCy.pozzodiborgo@senat.fr 
QUERE CatherineSocialistecquere@assemblee-nationale.fr 
REICHARDT AndréLes Républicainsa.reichardt@senat.fr 
REISS FrédéricLes Républicainsfreiss@assemblee-nationale.fr 
SALLES RudyUnion des démocrates et indépendantsrsalles@assemblee-nationale.fr 
ZIMMERMANN Marie-JoLes Républicainsmjzimmermann@assemblee-nationale.fr 
    


Les enfants, sans voix, ont besoin de la nôtre, soyons au RDV !

Aude Mirkovic,
Porte-parole de l’association Juristes pour l’enfance


 

 

L’association Juristes pour l’enfance sera à Paris le 16 octobre !

 

Retrouvez-nous sur :

notre blog : www.juristespourlenfance.com
 


Association Juristes pour l'enfance
7 octobre 2016

 


La GPA à nouveau au Conseil de l’Europe :
à nos claviers !

 

Le 11 octobre, l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe examinera en assemblée plénière une recommandation concernant la maternité de substitution qui a pour seul but de faire accepter le principe même de la GPA.

En effet, ce texte recommande aux Etats (dont la France) d’examiner « l’opportunité et la faisabilité d’élaborer des lignes directrices européennes en vue de sauvegarder les droits de l’enfant liés aux conventions de maternité de substitution ».

Or, comme le relève le 
CORP« Ce point est inacceptable. Recommander des lignes directrices pour traiter des conséquences des conventions de maternité de substitution, sans au préalable demander l’abolition de cette pratique, revient à reconnaître la GPA elle-même comme un fait admis. Or elle est par elle-même gravement attentatoire aux droits humains fondamentaux et pour cette raison considérée contraire à l’ordre public par de nombreux Etats membres du Conseil de l’Europe.

Ce point est également inutile car les Etats membres du Conseil de l’Europe ont tous ratifié la Convention internationale des droits de l’enfant : ils sont donc tenus de sauvegarder les intérêts des enfants, mais pas au prix de l’acceptation d’une nouvelle forme d’exploitation et d’aliénation ».

L’association Juristes pour l’enfance vous suggère d’écrire aux membres Français de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, afin de leur demander de défendre les enfants en votant contre ce texte qui, sous le prétexte cynique de protéger les enfants, veut faire accepter le principe de la Gestation Par Autrui qui méconnait gravement leurs droits. Vous trouverez les adresses mails de nos représentants européens ci-dessous :

 

 MEMBRES FRANCAIS DE L'ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE DU CONSEIL DE L'EUROPE
NOMPARTIEMAIL 
ROUQUET RenéSocialisterrouquet@assemblee-nationale.fr 
MIGNON Jean-ClaudeLes Républicainsjcmignon@assemblee-nationale.fr 
DURRIEU JosetteSocialistej.durrieu@senat.fr 
ALLAIN BrigitteEcologisteballain@assemblee-nationale.fr 
FRECON Jean-ClaudeSocialistej-c.frecon@senat.fr 
KARAMANLI MariettaSocialistemkaramanli@assemblee-nationale.fr 
LEGENDRE JacquesLes Républicainsj.legendre@senat.fr 
LONCLE FrançoisSocialistefloncle@assemblee-nationale.fr 
ROCHEBLOINE FrançoisUnion des démocrates et indépendantsfrochebloine@assemblee-nationale.fr 
SCHNEIDER AndréLes Républicainsaschneider@assemblee-nationale.fr 
ABAD DamienLes Républicainsdabad@assemblee-nationale.fr 
AUROI DanielleEcologistedauroi@assemblee-nationale.fr 
BAPT GérardSocialistegbapt@assemblee-nationale.fr 
BIES PhilippeSocialistepbies@assemblee-nationale.fr 
BIGOT JacquesSocialistej.bigot@senat.fr 
BLONDIN MaryvonneSocialistem.blondin@senat.fr 
CROZON PascaleSocialistepcrozon@assemblee-nationale.fr 
DALLOZ Marie-ChristineLes Républicainsmcdalloz@assemblee-nationale.fr 
DURANTON NicoleLes Républicainsn.duranton@senat.fr 
FOURNIER BernardLes Républicainsb.fournier@senat.fr 
GOSSELIN-FLEURY GenevièveSocialisteggosselin@assemblee-nationale.fr 
GOY-CHAVENT SylvieUDI-UCs.goy-chavent@senat.fr 
GROSDIDIER FrançoisLes Républicainsf.grosdidier@senat.fr 
JACQUAT DenisLes Républicainsdjacquat@assemblee-nationale.fr 
KENNEL Guy-DominiqueLes Républicainsgd.kennel@senat.fr 
LE BORGN' Pierre-YvesSocialistepyleborgn@assemblee-nationale.fr 
LE DAIN Anne-YvonneSocialisteayledain@assemblee-nationale.fr 
LE DEAUT Jean-YvesSocialistejyledeaut@assemblee-nationale.fr 
MARIANI ThierryLes Républicainstmariani@assemblee-nationale.fr 
MARTINEL MartineSocialistemmartinel@assemblee-nationale.fr 
POZZO DI BORGO YvesUDI-UCy.pozzodiborgo@senat.fr 
QUERE CatherineSocialistecquere@assemblee-nationale.fr 
REICHARDT AndréLes Républicainsa.reichardt@senat.fr 
REISS FrédéricLes Républicainsfreiss@assemblee-nationale.fr 
SALLES RudyUnion des démocrates et indépendantsrsalles@assemblee-nationale.fr 
ZIMMERMANN Marie-JoLes Républicainsmjzimmermann@assemblee-nationale.fr 
    


Les enfants, sans voix, ont besoin de la nôtre, soyons au RDV !

Aude Mirkovic,
Porte-parole de l’association Juristes pour l’enfance


 

 

L’association Juristes pour l’enfance sera à Paris le 16 octobre !

 

Retrouvez-nous sur :

notre blog : www.juristespourlenfance.com

A Response to Fr Alexander Lucie-Smith’s Article on ‘Orthodox Schism’ in Ukraine

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on OCTOBER 7, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

kyiv-interpreters.com

kyiv-interpreters.com

George Alexander – OCP News Service – 7/10/16

On 12 September 2016, Catholic Herald published an article by Fr Alexander Lucie-Smith titled ‘An Orthodox schism could be looming. But there might just be a Catholic solution’.

Vatican & Uniate Reunion : Indian, Syriac Orthodox & Thozhiyoor Faithful Join Malankara Eastern Catholic Rite

He speaks on the ongoing schisms and problem between various Orthodox Churches in Ukraine. He talks on the tug-of-war between Constantinople and Moscow Patriarchates over Ukraine’s Orthodox communities. Towards the end of his article Fr Alexander Advises that Uniatism or Eastern Catholicism is an option for rival Orthodox Churches in Ukraine.  As per him “There is another solution, and that is to seek union with Rome. It has been done before now and could be done again. I wonder if any of the rival Orthodox Churches in Ukraine are thinking of autocephaly sub and cum Petro as a solution to their problems?”

Our Ignorance Will Disintegrate Orthodoxy in Ukraine

Let me share my thoughts on Fr Alexanders Article

  • First of all, Uniatism or Eastern Catholicism is not a solution for anything. It is an imperial tool used by Vatican to subjugate Orthodox Churches, which miserably failed.
  • Neither Eastern Orthodox nor Oriental Orthodox Churches accept nor recognize ‘UNIATISM’ as a solution or concept of union with Rome.
  • After the Second Vatican Council, the Roman Catholic Church recognized that the unity with the Orthodox world should come through dialogue and not through conversion of people, communities from Orthodox to the Eastern Catholicism. This was clearly stated in the joint declaration between Patriarch Kirill of Moscow and Pope Francis of in Cuba. The Joint declaration says that “It is today clear that the past method of ‘Uniatism,’ understood as the union of one community to the other, separating it from its Church, is not the way to re-establish unity.” But equally important to the Vatican and to Greek Catholics is the acknowledgement by the patriarch of the right of these churches “to exist and to undertake all that is necessary to meet the spiritual needs of their faithful.” (www.ncronline.org).
  • If anyone wants to join the Roman Catholic Church, he or she is free to do the same, but using Uniatism as a tool to absorb Orthodox faithful to Roman Catholicism is an absolute violation of the existing understanding and practices.
  • Why do Roman Catholic prelates promote the concept of Uniatism and propose it as a solution for Orthodox Churches in schism? Is it not trying to ‘Fish is in troubled Waters’ by the Vatican diplomats?
  • Uniates are in an identity crisis. They are neither Orthodox nor Latin. In such case, the Rome should find a solution for them and not suggest them as a solution to Orthodox Churches
  • Eastern Catholicism is one of the major obstacles that hinder unity and communion between Vatican (The Old Orthodox Patriarchate of Rome) and the Orthodox Churches.
  • The schism in Ukraine is an internal matter of Orthodox Churches. Roman Catholic Church has no role here.
  • No Church is free from schism, neither Rome nor Anglicans or the Protestants.
  • Orthodox Christian faithful and Prelates are well aware that they live in schism and they need to find a lasting solution for church disputes. The church leaders and faithful are capable enough to find a desirable solution. They do need Uniatism as a solution to their problems. The Ecumenical Patriarchate, Moscow Patriarchate, UOC-MP, UOC-KP and UAOC have more than enough resources to find a concrete solution for their problems.
  • If you are suggesting Uniatism as a solution for Ukraine’s Orthodox problems, then why do Vatican promote ecumenical dialogues with Orthodox Churches? Promoting ecumenism on one hand and Uniate imperial agenda, on the other hand is simply double stand.

OCP Chancellor Slams Vatican Ecumenism & Uniate Movement

Let me also mention the below comments by the Chanceller of Orthdooxy Cognate PAGE

Rt. Rev Chor-bishop Dr Kyriakose Thottupuram of Chicago on Vatican Agenda & Ecumenism 

“In common declarations in Rome or elsewhere, Rome would preach non-uniatism, but Rome in her heart is totally imperialistic. These smaller groups of UNIATES (Eastern Catholics) are rewarded by Rome for their efforts and achievements in bringing more of the “separated brethren” (The Orthodox & Protestants) under the universal jurisdiction of the bishop of Rome. There are agencies indirectly or directly controlled by the Congregation of Oriental Churches (in Rome) that financially support such efforts. We Orthodox are so naïve to believe what the Pope says in his common declaration and communique; we really do not read Rome’s mind or do not know how to read her mind. If what the Bishop of Rome says is sincere and honest in his declarations why doesn’t he revoke the recognition of these oriental rites and demand them to go back to their original Church? If this is not done, never trust Rome. All the ecumenism and “oneness” that Rome preaches is hogwash, and is intrinsically hoggish!

The Church that Jesus founded was never intended to be governed by ONE central authority from somewhere, particularly from Rome; if it was meant to be otherwise he would have clearly taught it in His gospels or the apostles must have clearly written in their epistles. The thread of unity between local churches was maintained in the early church through one faith, one priesthood, and the Eucharistic communion. For Rome, the theory that the Church should be governed by ONE central authority is a matter of faith and is required for one’s salvation! For us Orthodox, it is an Anathema. Every church should be locally governed by a Synod of Bishops with its elected Patriarch/ Archbishop/ metropolitan as the head of the national Church who runs the day-to-day affairs of his national Church at large while the bishops take care of their local dioceses. Until the second coming of Christ, Rome will continue her imperialistic policy and mislead her faithful; Rome has enough resources for it and immense wealth to financially power her such activities.

All the good relationships, educational scholarships for Orthodox clergy in Rome and in their universities and all other good gestures are not totally with good intentions. Behind every so-called “good works”, Rome’s agenda is conversion to the Roman Church. If they can get one convert in a year they would celebrate it. In America EWTN (Eternal Word Television Network) is actively engaged in promoting conversions and highlighting her converts (this TV channel has become available via internet everywhere in the world). The sad fact is that the Orthodox Church does not realize this hidden agenda and is even willing to go to any extent to cooperate with the Roman Catholic programs without really understanding the dangers inherent in such activities.”

Source:
OCP News Service

7 octobre 2016
7 octobre 2016

Cardinal-Raymond-Burke-2014Traduction d'une interview donnée par le cardinal Raymond Burke, patron de l’Ordre de Malte et membre de la Congrégation pour la cause des saints, au quotidien italien Il Giornale.it :


En 2016, les chrétiens sont-ils encore persécutés ?

"Dans certaines parties du monde ils sont persécutés et aussi expulsés de leur terre. Cela advient dans des pays historiquement importants du point de vue religieux, comme l’Irak, où arriva Abraham, terre des Chaldéens.Mais aussi dans des pays du nouveau monde, par exemple dans mon pays (les États-Unis, ndlr), il y a une tentative de nier aux chrétiens le droit de suivre leur propre conscience. Et de résister à l’avortement, à la stérilisation ou à d’autres pratiques médicales qui procurent la mort. Les problèmes pour les chrétiens ne concernent pas seulement le Moyen-Orient mais aussi l’Occident."

L’Union Européenne elle-même, au nom du politiquement correct, souvent ferme les yeux sur les menaces envers les chrétiens. Qu’en pensez-vous ?

"C’est clair que les musulmans ont comme objectif final de conquérir le pouvoir sur le monde. L’islam à travers la charia, leur loi, doit gouverner le monde et il permet des actes de violences contre les infidèles, comme les chrétiens. Mais nous avons peine à reconnaître cette réalité et à réagir en défendant la foi chrétienne."

Pensez-vous que nous fermons les yeux ?

"Oui et je pense que les raisons en sont multiples. Beaucoup ne comprenne pas ce qu’est vraiment l’islam. Et ils créent ces slogans, que nous croyons tous au même Dieu, que nous sommes tous unis par l’amour et ainsi de suite. Ce n’est pas vrai. Une autre raison est que les chrétiens ont beaucoup négligé une vérité fondamentale : il n’y a qu’un Sauveur du monde, Jésus-Christ. Nous ne devons pas faire de prosélytisme en imposant la chrétienté, mais si nous croyons en Jésus c’est notre devoir d’en porter témoignage. Je pense aussi que ce témoignage n’est plus très fort dans les pays qui dans le passé étaient appelés chrétiens, comme les nations européennes."

Vous avez récemment écrit un livre, « Espoir pour le monde : Unir toutes choses en Christ », qui parle aussi de l’islam.

"L’islam est une menace dans le sens, que pour un vrai musulman, Allah doit gouverner le monde. Le Christ dans l’Évangile a dit de rendre à César ce qui est à César. Au contraire la religion islamique qui se base sur le loi du Coran veut gouverner dans le pays où se trouvent les musulmans. Tant qu’ils sont une minorité, ils ne peuvent pas insister, mais quand ils deviennent la majorité ils doivent appliquer la charia. Aujourd’hui il y a des enclaves, des quartiers entiers, en Europe où de fait le régime musulmans s’impose.

Vous vous référez à Molenbeek, aux banlieues, aux quartiers en Angleterre et dans les pays du Nord, à des villages de Bosnie. Est-ce qu’ils représentent l’échec des tentatives d’intégration ?

C’est un échec parce qu’il s’agit d’un État dans l’État. Le problème c’est que les musulmans travaillent à leur expansion. Toute l’histoire de la présence islamique en Europe est une tentative de la conquérir. Nous avons à peine célébré le 8 septembre la victoire des chevaliers de Malte après trois mois de siège par les musulmans en 1565. Malte aurait été leur tremplin de lancement vers l’Europe.

Sur les murs de Syrte, ex-bastion des drapeaux noirs en Libye, il y avait de nombreuses inscriptions sur la conquête de Rome par l’État islamique.

C’est une danger réel. L’islam se réalise dans la conquête. Et quelle est la conquête la plus importante par rapport aux chrétiens ? Rome.

En Syrie et en Irak, les chrétiens risquent-ils de disparaître ?

Certainement. Il existe un plan pour les déraciner. Les pays soi-disant chrétiens insistent sur la liberté religieuse pour toutes les religions, mais dans certaines nations musulmanes on ne peut même pas construire une église ou professer son credo en public.

Contre l’État islamique faut-il intervenir militairement ?

Il faut l’arrêter avec les justes moyens mis à notre disposition en les considérant des criminels de la pire espèce.

Notre journal a lancé une campagne avec le soutien de ses lecteurs pour raconter la tragédie actuelle des chrétiens. Qu’en pensez-vous ?

J’apprécie ce que Il Giornale est en train de faire pour faire connaître la persécution des chrétiens. Le vrai service des médias n’est pas de répéter les choses qui plaisent à la majorité, mais de chercher la vérité des faits. Aux États-Unis, mais pas seulement, les gens n’entendent jamais une voix différentes, à contre-courant.

L’immigration est-elle une ressource ou un danger ?

J’ai entendu plusieurs fois des islamistes qui expliquaient : ce que nous n’avons pas réussi à faire avec les armes dans le passé nous sommes en train de le faire avec la natalité et l’immigration. La population est en train de changer. Si on continue ainsi, dans des pays comme l’Italie, la majorité sera musulmane.

Si c’est ainsi est-ce parce que nous sommes trop faibles ?

Tout cela arrive à cause de la corruption de l’Occident. Il n’y a plus de familles suffisamment nombreuses. De manière passive, nous acceptons des praxis qui sont contraires à la loi naturelle comme l’avortement ou les soi-disant mariage entre personnes de même sexe. C’est la démonstration que nous ne sommes plus forts dans la foi. Et une proie facile pour la conquête.

Vous êtes américain. Vladimir Poutine, le président russe, ex-officier du KGB, est-il une menace ou l’ultime défenseur des valeurs traditionnelles ?

Je suis très satisfait de sa défense de la vie et de la famille, que Dieu a créé dès le début avec un homme et une femme. Nous ne pouvons pas nier à une personne comme Poutine la conversion. C’est possible qu’aujourd’hui il ait compris ce qu’il ne comprenait pas il y a 30 ans (au temps du KGB, ndlr). »

(Via MPI:  http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2016/10/cardinal-burke-lislam-est-une-menace-car-pour-un-vrai-musulman-allah-doit-gouverner-le-monde.html)

__________________________________________

9 octobre 2016

 

Les cloches sonneront-elles encore demain? : dans un ouvrage au titre explicite, dont nous publions de larges extraits, Philippe de Villiers tire le signal d’alarme. Selon lui, la France est tout bonnement en train de s’islamiser et de perdre son identité. Il met en cause l’islamisme, bien sûr, mais aussi l’islam de France, accusé de jouer un double jeu, sans oublier nos élites intellectuelles et politiques, de gauche comme… de droite. [...]

Villiers ne fait pas dans la dentelle. Il nous prépare à l’ensevelissement, à la disparition. [...] Dans le livre qu’il publie, Philippe de Villiers annonce donc le «grand remplacement». Il nous parle de «submersion, d’envahissement et de colonisation». Longtemps, il laissa l’immigration à Jean-Marie Le Pen. Son combat, c’étaient les valeurs et le refus d’une Europe «prison des peuples».

Désormais, Philippe de Villiers reprend à son compte les interpellations du vieux meneur de l’extrême droite française. L’heure n’est plus aux finasseries politiciennes, estime-t-il. Mais, quand on lui demande s’il se sent proche, rétrospectivement, du «Menhir», il se récrie: «Mon électorat n’était pas celui de Le Pen. Je suis de la droite résistante, pas celle de ces bourgeois qui ont dit, en voyant arriver les boches, “ah, ils vont remettre un peu d’ordre!” [...]

Le Figaro

8 octobre 2016

Evidemment, on comprend qu'il ne faille pas attiser la haîne, mais sachez que , selon l'Europe d'aujourd'hui ,"Si vous dites que l'islam est violent, vous serez puni!" - Thousand and One News

Dans une vidéo de propagande de l'Etat islamique, un djihadiste armé et masqué avertit l'Espagne qu'elle « paiera le prix fort » pour l'expulsion des musulmans d'al-Andalous il y a de cela plusieurs siècles. Le sous-titre en espagnol affirme « Oh Andalous bien aimé ! Tu pensais que avions oublié. Je jure par Allah que nous n'avons jamais oublié. Quel musulman pourrait bannir de sa mémoire Cordoue, Tolède ou Xativa ? »

  • Un document de l'État islamique affirme que depuis la création de l'Inquisition espagnole en 1478, l'Espagne « a tout fait pour détruire le Coran ». Ce texte ajoute que l'Espagne a torturé des musulmans, y compris en les immolant par le feu. L'État islamique en conclut que « l'Espagne est un Etat criminel qui usurpe notre terre ». Il appelle donc les djihadistes à « attaquer les routes aériennes et ferroviaires » et « à empoisonner la nourriture et l'eau » avec des insecticides.

  • « Nous allons tuer tous les infidèles espagnols « innocents » que nous trouverons en pays musulman et ... que nous soyons d'origine européenne ou non, nous vous tuerons dans vos villes et villages conformément à notre plan ». — Document de l'État islamique, le 30 mai 2016.

  • « Nous récupérerons al-Andalous, par la volonté d'Allah. Oh cher Andalous ! Vous pensiez que nous avions oublié. Je jure par Allah que nous n'avons jamais oublié. Aucun musulman ne peut bannir de sa mémoire Cordoue, Tolède ou Xativa. Nombreux sont les musulmans fidèles et sincères qui ont juré de revenir à al-Andalous ». — Vidéo de l'Etat islamique, 31 Janvier 2016.

  • « L'Espagne est la terre de nos ancêtres et nous allons la reprendre avec la puissance d'Allah ». — Vidéo de l'Etat islamique, 7 Janvier, 2016.

Les islamistes ont intensifié leur guerre de propagande contre l'Espagne. Ces derniers mois, l'Etat islamique et d'autres groupes djihadistes ont produit une foule de de textes et vidéos appelant les musulmans à partir à la reconquête d'al-Andalous.

Al-Andalous est le nom que les Arabes ont donné à ces territoires de l'Espagne, du Portugal et de la France occupés par les conquérants musulmans (appelés aussi Maures) de 711 à 1492. Nombre de musulmans estiment que ces territoires perdus au fil de la reconquête chrétienne de l'Espagne appartiennent de toute éternité à l'Islam. La loi islamique, affirment-ils, leur donne le droit d'y rétablir la domination musulmane.

Un document récent de l'État islamique liste les torts que l'Espagne aurait causé aux musulmans depuis la bataille de Las Navas de Tolosa. Le 16 juillet 1212 en effet, les armées chrétiennes du roi Alphonse VIII de Castille ont bouté les souverains Almohades musulmans hors de la moitié sud de la péninsule ibérique. Plus de 100.000 musulmans ont été tués au cours de cette bataille, qui a représenté une victoire clé de la « Reconquista » opérée par les Rois Catholiques d'Espagne.

Le pamphlet de l'Etat islamique affirme que depuis la création de l'Inquisition espagnole en 1478, l'Espagne « a tout mis en œuvre pour détruire le Coran » torturant des musulmans et les immolant par le feu. L'État islamique en conclut que « l'Espagne est un Etat criminel qui usurpe notre terre ». Il appelle donc les djihadistes à « partir en reconnaissance des routes aériennes et ferroviaires en vue de les attaquer » et « à empoisonner la nourriture et l'eau » avec des insecticides.

Le document se conclut ainsi : « les actions de vos ancêtres sont notre raison d'agir »

Le 15 juillet 2016, l'Etat islamique a diffusé sa première vidéo de propagande avec sous-titres en espagnol. La qualité de la traduction, la précision des mots et le choix de la syntaxe, ont amené certains analystes à conclure que le traducteur était de langue maternelle espagnole et que le sous - titrage pouvait bien avoir été réalisé sur le territoire espagnol.

Le 3 juin, l'État islamique a diffusé une vidéo – « Mois du Ramadan, mois de conquête » - ou al-Andalous est mentionné quatre fois. L'Espagne est le seul pays non-musulman mentionné dans la vidéo.

Le 30 mai, l'Etat islamique a rendu public un document de deux pages rédigées en espagnol ou il menace directement l'Espagne. Le document précise :

« Nous tuerons tout infidèle « innocent » espagnol que nous trouverons en terre musulmane, et nous nous en prendrons à votre terre. Notre religion et notre foi vivent parmi vous, et même si vous ne nous avez jamais vu ni ne connaissez notre nom, même si vous ne savez pas de quelle origine nous sommes, européenne ou pas, nous vous tuerons dans vos villes et villages conformément à notre plan, de la même manière que vous tuez nos familles ».

Dans une vidéo diffusée le 31 janvier, un djihadiste espagnol de l'État islamique a informé l'Espagne qu'elle allait « payer le prix fort » pour avoir expulsé les musulmans d'al-Andalous. La vidéo de huit minutes inclut la déclaration suivante :

« Je le jure sur Allah, vous le paierez cher et votre mort sera extrêmement pénible. Nous récupérerons al-Andalous par la volonté d'Allah. Oh Andalous bien aimé ! Tu croyais que avions oublié. Par Allah, je le jure nous n'avons jamais oublié. Quel musulman pourrait bannir de sa mémoire Cordoue, Tolède ou Xativa ? Nombreux sont les musulmans fidèles et sincères qui ont juré de reprendre al-Andalous ».

Le 7 Janvier, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), qui combat l'Etat islamique pour assurer son hégémonie en Afrique du Nord, a diffusé une vidéo appelant à des attentats à Madrid dans le but d'aider les musulmans à « libérer » les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla en Afrique du Nord.

Dans une autre vidéo, l'Etat islamique jure de libérer al-Andalous des non-musulmans. Un djihadiste doté d'un fort accent nord-africain annonce en espagnol :

« Je lance cet avertissement à la face du monde : nous vivons sous le drapeau du califat islamique Nous allons mourir pour lui jusqu'à la totale libération de nos terres occupées, de Djakarta à l'Andalousie Et je le proclame : l'Espagne est la terre de nos ancêtres ; nous la reprendrons avec l'aide d'Allah ».

Au cours des neuf premiers mois de 2016, 17 descentes de police ont permis l'arrestation de 33 djihadistes en Espagne, a indiqué le ministère espagnol de l'intérieur.

 

L'État islamique a subi des revers militaires au Moyen-Orient, mais la menace djihadiste reste intacte. Selon Florentino Portero spécialiste espagnol du terrorisme : « l'Etat islamique répond à des défaites militaires par plus de terreur ».

Soeren Kern est Associé principal du Gatestone Institute basé à New York. Il est également Associé principal pour la politique européenne du Estudios Estratégicos / Groupe d'Études Stratégiques basé à Madrid. Son premier livre Global Fire, - Incendie Mondial - sera publié en 2016.

 

lire la suite
8 octobre 2016

C'est un véritable coup dur pour le gouvernement à quelques mois de l'élection Présidentielle de 2017 et alors que la loi de Finances 2017 vient d'être présentée : jeudi 6 octobre 2016 l'Insee a fortement réduit son estimation de croissance pour l'année 2016 la faisant chuter en-dessous de la prévision du gouvernement de 1,5 %.

Jusqu'à présent l'Insee était du côté du gouvernement. Si ce dernier n'a jamais remis en doute son objectif de croissance de 1,5 % pour 2016, niveau de croissance sur lequel a été construite la Loi de Finances 2016 qui devrait permettre au déficit public de se réduire, l'Insee tablait même sur 1,6 %. C'était la seule des institutions à y croire : de la Banque de France à Bruxelles en passant par l'OCDE ou le FMI, tous pensaient au contraire que la France n'allait pas atteindre un tel niveau de croissance.

Avec l'Insee de son côté, toutefois, le gouvernement pouvait encore sauver la face et continuer de clamer une croissance à 1,5 %. Désormais, il ne pourra plus. L'Insee a coupé dans la croissance française lui retirant 0,3 % et la faisant donc tomber à 1,3 % pour 2016. L'Institut de statistiques a même présenté ses excuses confirmant qu'il a commis "une erreur d'anticipation supérieure à d'habitude".

La faute aux attentats et aux grèves ? Vraiment ?

 

(...) L'Insee estime que les grèves ont impacté des secteurs plus vastes et inattendus que ce que l'Institut avait prévu ce qui expliquerait, en partie, la croissance en berne de 2016. En 2015, la croissance n'a été que de 1,2 % donc la reprise est loin d'être là.

Mais ces justifications sont étonnantes : le FMI, l'OCDE et même la Commission Européenne ont toujours clamé, et ce bien avant les grèves et les attentats, que la France n'allait connaître une croissance que de 1,2 % ou 1,3 %. Des estimations rapidement confirmées par la Banque de France mais que le gouvernement de François Hollande a toujours balayées d'un revers de la main. Finalement, ce sont eux qui avaient raison. (...)

La croissance réduite en 2016, qu'en sera-t-il du déficit public pour 2016 et 2017 ?

Les soucis, pour le gouvernement, ne s'arrêtent pas là : il reste la question du déficit public pour 2016 et 2017, un déficit qui doit chuter sous la barre des 3 % d'ici fin 2017 faute de quoi la Commission Européenne va infliger une amende pouvant atteindre 4 milliards d'euros à la France pour non-respect du Pacte de Stabilité. Or, le gouvernement a fondé ses lois de Finances de 2016 et 2017 sur une croissance de 1,5 % les deux années, si ce n'est plus.

Pour 2016, ça semble fichu. Corollaire de cet échec : le déficit public, qui devait baisser à 3,3 %, sera plus élevé. Et ça va compliquer les choses lourdement pour le gouvernement. Car tout va se répéter en 2017.

La Loi de Finances 2017, présentée au début de l'Automne par le gouvernement, se base en effet sur une croissance de 1,5 % en 2017 après une croissance de 1,5 % en 2016 pour permettre au déficit de chuter à 2,7 % à la fin de l'année. La croissance en 2016 sera donc moins élevée, laissant sur le dos de l'Etat un déficit supérieur aux 3,3 % prévus. Les économies devront donc être beaucoup plus importantes qu'annoncé en 2017 (ou les impôts plus élevés) pour que l'objectif du gouvernement soit atteint.

http://www.economiematin.fr/news-croissance-2016-baisse-estimation-insee-gouvernement-deficit-loi-finances

9 octobre 2016

Mardi 4 octobre, il ne restait plus rien du livret pédagogique distribué au Musée du Quai Branly la veille, lors du vernissage de l’exposition « The Color Line ».

[...] Dès la première page du livret, on pouvait lire au sujet des esclaves noirs aux Etats-Unis : « La plupart d’entre eux avaient été vendus par des Africains à des Européens puis emmenés en Amérique pour travailler. Ce commerce va durer du XVIIe siècle au XIXe siècle. Certains étaient très malheureux et maltraités, alors que d’autres avaient une vie plus agréable. »

Traduit en anglais sur la version américaine du site Afropunk, le billet fait le tour des réseaux sociaux. Pour Lou Constant-Desportes, ce texte, affirmant que les Africains ont participé au trafic d’esclave, reprend un argumentaire très en vogue dans certains cercles politiques français qui tend à minimiser le rôle des Européens dans l’esclavage. 
« Je ne sais pas si c’est intentionnel, nous a-t-il expliqué. Mais ce n’est pas anodin. D’autant plus que juste après, on nous dit que certains esclaves avaient une vie agréable. La combinaison des deux affirmations est douteuse. Il manque aussi les termes d’oppression, de déracinement, de traumatisme. » [...]

Un des porte-parole du musée nous explique en fin de journée mercredi que, dès le soir du vernissage, des collaborateurs du musée ont également remarqué les formules malheureuses du livret et que son équipe a pris la décision de le retirer et d’en imprimer une nouvelle version. [...]

Au Quai Branly, on dit avoir pris en compte les remarques de Lou Constant-Desportes pour la nouvelle version du livret. « Nous-mêmes, nous sommes dans un positionnement de service public. Nous devons faire attention à ce que nous disons, à ne pas prendre position sur des sujets actuels mais à vraiment parler de l’histoire des Africains-Américains et de la ségrégation aux Etats-Unis.

Qu’une exposition comme “The Color Line” ne fasse pas débat dans la France d’aujourd’hui semble impossible : parler de l’histoire de l’esclavage aux Etats-Unis, c’est parler de l’esclavage tout court ; évoquer la ségrégation aux Etats-Unis, c’est mettre en lumière les discriminations raciales et les luttes pour l’égalité qui ont toujours lieu à travers le monde. » [...]

Le Monde

L’Assemblée nationale a adopté en nouvelle lecture le projet de loi Sapin 2 qui, notamment, autorise le Haut conseil de stabilité financière à bloquer les retraits et les arbitrages des épargnants sur leurs assurances-vie. Elle a toutefois réduit le délai de blocage à trois mois.

Jeudi 29 septembre, les députés ont voté dans l’après-midi l’article 21 bis de la loi « Sapin 2 », qui autorise le Haut conseil de stabilité financière (HCSF), sur proposition du gouverneur de la Banque de France, à limiter ou à bloquer les arbitrages et les retraits des sommes placées sur les assurances-vie, quelles qu’elles soient, en cas de « menace grave et caractérisée » du système financier.

Charles Sannat: La une d’Investir – Assurance vie, danger !

Charles Sannat: Assurance vie ! Même le Canard Enchaîné a compris et met en garde ses lecteurs !!

Un vrai coup de tonnerre pour les assureurs et les épargnants, qui pourraient voir leur droit à disposer de leur épargne comme bon leur semble annihilé pour une durée quasi indéterminée.

Simone Wapler: Assurance-Vie: Un placement sûr et garanti n’existe plus aujourd’hui !

Laurent Saillard: les 5 menaces qui planent sur votre assurance-vie

Philippe Herlin: les contrats d’assurance-vie peuvent être légalement bloqués

Lire la suite sur investir.lesechos

 

IVG et délit d’entrave numérique :

le PS revient à la charge

IVG,avortement,délit,entrave numérique,PS,proposition,loi

Bruno Le Roux, président des députés socialistes, a signalé que son groupe allait déposer « très rapidement » une proposition de loi « afin d’élargir le délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse aux sites internet de ‘désinformation’ sur l’avortement ». Il recommande « un examen de la future proposition de loi en procédure accélérée ».

Cette annonce fait suite au refus par la commission du Sénat d’un amendement du gouvernement visant le même objectif (cf. Le rejet du délit d'entrave numérique à l'IVG justifié par la loi Veil ?). Il ne sera pas possible au gouvernement de réintroduire cette disposition lors d’une prochaine lecture du texte égalité citoyenneté à l’Assemblée, c’est pourquoi les députés PS passent par une proposition de loi distincte.

Sources : Gènéthique.org - AFP (4/10/2016).

Entre les guerres du passé et la hantise d'un probable nouveau conflit, l'Erythrée, dans le nord-est du continent africain, voit, comme le note le spécialiste de l'Afrique Bernard Lugan, sa jeunesse prendre «la route de l'exil».

L’Erythrée est une langue de terre longue de 1 000 kilomètres bordière de la mer Rouge dont la superficie est de 121 000 kilomètres carrés. Le pays est peuplé par 3,5 millions d’habitants appartenant à neuf ethnies. Les langues officielles du pays sont le tigrinia et l’arabe. La population y est divisée à égalité entre musulmans et chrétiens.

Selon l'ONU, près de 5 000 jeunes quittent clandestinement ce pays chaque mois pour aller tenter leur chance en Europe. Pourquoi cet exode ? Pourquoi ce pays se vide t-il de sa population ?

Durant les siècles passés, l’actuelle Erythrée fut périodiquement rattachée à l’Ethiopie dont elle constituait la façade maritime.

Sous le règne de l’empereur Jésus II (1729-1753), les Ethiopiens rétablirent leur contrôle sur la «province maritime», puis, après une courte occupation par les Turcs, l’empereur Theodoros en reprit le contrôle. En 1875, le Khédive d’Egypte s’empara de la région jusqu’à l’occupation italienne de 1885.

De 1889 à 1941, l’Erythrée fut une colonie italienne. Quand vint le temps du partage des dépouilles des vaincus du second conflit mondial, I'empereur Hailé Selassié, désireux d’obtenir un débouché maritime, revendiqua l’Erythrée.

Le service militaire obligatoire qui permet au régime de sanctionner les opposants est d'une redoutable efficacité

En 1952, l’ONU confia la région à l'Ethiopie comme entité autonome dotée d’un drapeau et d’un gouvernement. Dix ans plus tard, en 1962, l’Ethiopie l’annexa, y appliqua une rigoureuse politique de centralisation administrative et entreprit d'en faire une simple province de l'Empire. Cette annexion provoqua une rébellion.

Le 12 septembre 1974, l’empereur Hailé Sélassié fut déposé et incarcéré par le Derg («Comité» en langue amharique et dont l’intitulé complet était Comité de coordination des forces armées, de la police et de l’armée territoriale). L’anarchie qui s'en suivit déboucha sur de sanglants réglements de comptes entre factions marxistes. Le 11 février 1977, le colonel Mengistu Hailé Mariam prit le pouvoir mais il eut à faire face à deux guérillas structurées, celle du FPLE ou Front populaire de libération de l’Erythrée et celle du FPLT ou Front populaire de libération du Tigré.

(...)

Pour l’Ethiopie, les conséquences économiques de cette indépendance étaient graves car tout le commerce du pays se faisait par les ports érythréens, notamment par celui d’Assab. L’Ethiopie réagit alors en imposant à l’Erythrée le règlement en dollars de toutes les transactions entre les deux pays. Cette mesure pénalisait sérieusement l’Erythrée qui était importatrice des productions agricoles éthiopiennes. Les relations se tendirent donc peu à peu entre les anciens «frères d’armes» et une question de bornage frontalier mit le feu aux poudres.

(...)

Depuis, les deux pays sont sur le pied de guerre, ce qui explique la militarisation de l'Erythrée qui vit dans la hantise d'une offensive éthiopienne. La population est ainsi étroitement contrôlée à travers l'armée et grâce au service militaire obligatoire.

Ce dernier concerne tous les citoyens âgés de 18 à 40 ans, hommes et femmes, ces dernières jusqu'à l'âge de 47 ans. Ce service de dix-huit mois débute par six mois de classes suivis de douze mois au sein des unités.

Leur temps de service achevé, les Erythréens sont versés dans la réserve active jusqu'à l'âge de 50 ans étant entendu qu'ils peuvent être rappelés à n'importe quel moment. Cette mesure qui permet au régime de sanctionner les opposants ou les «tièdes» est d'une redoutable efficacité. Mais elle pousse la jeunesse sur les routes de l’exil.

SOURCE

Le premier magistrat et les Limouxins attendaient de voir arriver des réfugiés médecins… la ville en manque. Des familles… la ville voudrait voir plus d’enfants dans ses écoles. Oui, mais voilà, les désirs des uns ne sont pas forcément les obligations des autres.

Et dans les 90 réfugiés qui vont arriver sur Limoux, il y aura bien des familles, mais aussi des hommes seuls.

À Calais, la population étant majoritairement masculine, ici aussi nous aurons des hommes seuls. Le directeur national de France Terre d’Asile, Pierre Henry veut rassurer la population : «Sur Limoux, nous allons accueillir 90 personnes : quelques personnes seules et une vingtaine de familles réparties dans 25 appartements, sur du logement diffus.

Nous avons embauché une équipe de six personnes : quatre travailleurs sociaux, une secrétaire et un directeur d’établissement, Jean-Marc Izart, un Audois d’origine qui arrive d’un centre FTA dans le Cantal.

Ce personnel devra suivre les réfugiés, visiter les habitations et les guider dans leur quotidien. Nous ouvrirons également une antenne de France Terre d’Asile à Limoux, (certainement en face de Mr Meuble, rue Jean-Mermoz). Si des bénévoles, dans quelques semaines, veulent nous rejoindre pour nous aider, ils seront les bienvenus

Selon le directeur de l’association, ces réfugiés, tous demandeurs d’asile, auront l’obligation d’apprendre le français et les valeurs de la République dans le cadre de cours dispensés dans les locaux de l’association, à Limoux, d’où les bénévoles.

En attendant la régularisation de ses papiers, chaque réfugié recevra, tous les jours, une indemnité de 11€. Si sa demande est refusée, il devra repartir dans son pays d’origine. Si elle est acceptée, il pourra, à ce moment-là, chercher du travail, ici ou ailleurs, et prétendre aux avantages sociaux français. [...]

La Dépêche

8 octobre 2016

Les djihadistes de l’État islamique (Daech) projettent une attaque chimique d’envergure dans les grandes villes du Proche-Orient, de l'Union européenne et de la Communauté des États indépendants (CEI).

Le ministère russe de l'Intérieur a appris que les djihadistes de Daech envisagent de lancer une attaque chimique d'envergure contre les grandes villes du Proche-Orient, de l'Union européenne et de la Communauté des États indépendants (CEI), lit-on dans un document dont la presse a obtenu copie.

Daech prépare la "prochaine génération" de djihadistes Les terroristes ont choisi pour cible le système central d'approvisionnement en eau et se proposent notamment de diluer de puissants médicaments dans l'eau qui alimente les immeubles afin d'empoisonner le plus de gens possible, apprennent les médias russes. « Les djihadistes entendent utiliser de puissants médicaments et des substances chimiques se trouvant en vente libre », dit le document évoqué.

 

L'aviation syrienne élimine une centaine de djihadistes de Daech Pour exécuter ces actes de terrorisme, ils se proposent de faire appel à des « loups solitaires », personnes ayant déserté les zones d'hostilités et ayant regagné leurs pays d'origine.

 



En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201609301027990990-daech-eau-villes-ue-cei-attaque-terroristes/

8 octobre 2016

Le nombre des naturalisations par décret pourrait dépasser de 45% celui de l’an dernier. Les heureux élus sont très majoritairement originaires du Maghreb et d’Afrique subsaharienne. Simple coïncidence à l’approche des élections?

(…) Selon nos informations, les naturalisations progressent à un rythme sans rapport avec celui constaté ces dernières années. Depuis début 2016, les naturalisations par décret ont déjà augmenté de 18 %, avec 40 198 bénéficiaires. Entre 2013 et 2015, elles avaient progressé de 17 % et le total des naturalisations d’environ 16 %, alors qu’il avait été divisé par deux entre 2010 et 2012.

Le Quai d’Orsay reçoit par ailleurs, actuellement, environ 1 000 dossiers par semaine à traiter de la place Beauvau. Le ministère des Affaires étrangères intervient dans ce processus parce qu’il s’occupe de l’état-civil des Français et qu’une majorité des étrangers qui demandent à être naturalisés sont nés à l’étranger.

Qui sont les nouveaux Français ? Sans surprise, Eurostat observe qu’ils viennent très majoritairement d’un pays extra-européen. C’est le cas pour 78 % d’entre eux. Les statistiques fournies par l’organisme européen indiquent également que les pays du Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie) arrivent en tête devant la Turquie, le Sénégal et le Portugal.

Tous ces dossiers sont donc reçus par la sous-direction de l’accès à la nationalité française du ministère de l’Intérieur, qui les « approuve » (ou non) et les adresse au service central de l’état civil du MAE pour « réalisation » de la partie état-civil.

Fait rarissime, ce service a déjà un stock de 10 000 dossiers en attente, acceptés par le ministère de l’Intérieur.

Causeur

Une émouvante confession , souvenir de l'archiprêtre Serge  Sidorov
(1895 - 1939),nouveau martyr.
 
 
"Jusqu’en 1923 j’étais prêtre à l’église Saints Pierre et Paul, à Serguiev Possad. Un jour que j’étais de retour chez moi tard le soir ma femme m’a dit : « Une femme est passée déjà cinq fois. Elle voudrait que l’on vienne visiter son mari qui est mourant ». J’étais fatigué et affamé, l’horloge venait de battre onze heures. Quelqu'un frappe à la porte. Mon épouse laissa entrer une femme qui me dit : « Mon mari se meurt, il vous prie de venir ». J’ai pris le nécessaire et je l’ai suivi. 
A ma très grande stupéfaction le mourant n’était rien de moins qu’un haut fonctionnaire du Parti. Quel fût mon étonnement de le voir m’accueillir à la porte de sa chambre : « Merci d’être venu. J’avais très peur de ne pas pouvoir vous rencontrer. Je vais mourir ». 

- Mais vous êtes sur pied, bien qu’assez pâle ? 
- Non, je suis en train de mourir. Dépêchons nous. Il fait que je vous raconte tout ce que j’ai commis dans cette vie. 

 

Cette confession s’est prolongée toute la nuit. Le pénitent marchait de long en large et parlait sans arrêt. Il s’ouvrit de tous ses actes. J’étais parfois pris de tremblements. Il m’entraînait de plus en plus profond dans sa vie. L’aube pointait lorsqu’il s’est arrêté de parler et m’a regardé d’un œil interrogatif. En pleine conscience de faire de ce qu’il fallait faire je lui dis : « Je vous pardonne et je vous délivre de vos péchés ». 
Il se mit à genoux et éclata en sanglots. Lorsque je partais nous nous embrassâmes. 

De retour chez moi je m’endormis d’un sommeil profond. Vers le soir j’allai rendre visite au pénitent. Je fus accueilli par sa femme qui me dit dans un chuchotement : 
« Il est mort peu après votre départ ». 
Frappé par la miséricorde divine qui avait permis à cet homme de se libérer de ses péchés je m’approchais de sa dépouille fit le signe de croix et quitta la maison. "

................................. 

("Calendrier orthodoxe 2010" 
Traduction " P.O.")

PUBLICATION(S) NOUVELLE(S)...

 

La force du silence. Contre la dictature du bruit du cardinal Sarah

La réforme de la réforme « se fera ». Le pape la veut auss. C’est ce que François a dit en privé au cardinal Sarah, quitte à tout désavouer ensuite dans un communiqué. Mais le préfet en charge de la liturgie la promet de nouveau, dans un livre qu’il a écrit et qui est en vente à partir d’aujourd’hui, sous le titre: « La force du silence »

Le pape François entretient avec le cardinal Robert Sarah des relations à double face. Bienveillantes de près, hostiles à distance. Sarah est l’un de ces hommes d’Église censés avoir un « cœur de pierre » auxquels le pape s’en prend souvent sans citer de noms, par exemple dans le discours qu’il a prononcé le 24 octobre dernier, à la fin du synode :

> « Les cœurs fermés qui se cachent derrière les enseignements de l’Église… »

Et Sarah a été la cible, cette fois désignée nommément, en sa qualité de préfet de la congrégation pour le culte divin, d’un communiqué sans précédent, humiliant, qui a été publié cet été par le bureau de presse du Saint-Siège, contre ses propositions de « réforme de la réforme » en matière de liturgie :

> Jésus reviendra de l’Orient. Mais, au Vatican, ils ont perdu le Nord (14.7.2016)

« Mais qui peut l’atteindre ? Il est Africain et jouit d’une grande popularité », murmure-t-on à la cour du pape François.

En effet, le cardinal africain Sarah, 71 ans, originaire de Guinée, est un personnage de première grandeur dans l’Église d’aujourd’hui. Il a acquis une notoriété extraordinaire et il est l’objet d’une admiration universelle à cause d’un livre qu’il a publié l’année dernière, à la fois autobiographie et méditation spirituelle, dans le style des « Confessions », intitulé « Dieu ou rien » : il s’en est vendu 335 000 exemplaires, en treize langues :

> Un pape d’Afrique noire (10.4.2015)

Et voici que Sarah se manifeste à nouveau avec un autre grand livre : « La force du silence ». Comme le précédent ouvrage, c’est un livre d’entretiens avec Nicolas Diat et il se termine sur un émouvant entretien entre le cardinal et le prieur de la Grande Chartreuse, dans les Alpes françaises, dom Dysmas de Lassus.

Le livre est en vente à partir d’aujourd’hui, fête de saint Bruno, fondateur du monachisme chartreux, seulement en français pour le moment, aux éditions Fayard. Mais bientôt il sera également publié en italien, en anglais et en espagnol, respectivement par les éditions Cantagalli, Ignatius Press, et Palabra.

« Contre la dictature du bruit », indique le sous-titre. Et en effet le bruit assourdissant de la société moderne, qui pénètre aussi dans l’Église, est la bande sonore de ce « rien » qui est l’oubli de Dieu, présenté dans le précédent livre du cardinal.

Alors que, inversement, seul le silence permet d’ »entendre la musique de Dieu ».

La méditation de Sarah aborde en profondeur la vie de l’Église. Elle contient de fréquentes références à la liturgie et aux formes souvent désordonnées sous lesquelles celle-ci est célébrée, c’est-à-dire à ce « culte divin » dont le cardinal a la charge en tant que préfet.

Certains passages du livre – les uns sont des critiques, les autres contiennent des propositions – sont reproduits ci-dessous.

Et il y en a un en particulier – le dernier présenté ici – qui montre que le cardinal Sarah n’est pas du tout prêt à céder face aux obstacles qui lui sont continuellement opposés de toutes parts.

Dans ce passage, le cardinal affirme de nouveau avec fermeté que ce que le communiqué publié l’été dernier avait prétendu bloquer « se fera » : c’est-à-dire cette « réforme de la réforme » dans le domaine liturgique, car « il en va de l’avenir de l’Église ».

En tête-à-tête, le pape François avait recommandé à Sarah d’avancer dans cette « réforme de la réforme », lors de l’audience, chaleureuse comme toujours, qu’il lui avait accordée au mois d’avril dernier, comme le cardinal lui-même l’avait raconté par la suite.

Mais plus tard, de loin – et deux jours après une seconde audience amicale – le veto était tombé, sous la forme de ce communiqué de désaveu publié au mois de juillet, dont on ne connaît pas l’auteur mais qui a, en tout cas, été approuvé à la maison Sainte-Marthe.

En homme de foi, Sarah affirme qu’il obéit au pape. Ou au moins au premier des deux François auxquels il est confronté.

__________

Extraits de La force du silence

« LE CORPS DE JÉSUS À TOUS, SANS DISCERNEMENT » (par. 205)

Aujourd’hui, certains prêtres traitent l’Eucharistie avec un parfait mépris. Ils voient la messe comme un banquet bavard où les chrétiens fidèles à l’enseignement de Jésus, les divorcés remariés, les hommes et les femmes en situation d’adultère, les touristes non baptisés qui participent aux célébrations eucharistiques des grandes foules anonymes, peuvent avoir accès au corps et au sang du Christ, sans distinction.

L’Église doit examiner avec urgence l’opportunité ecclésiale et pastorale de ces immenses célébrations eucharistiques composées de milliers et de milliers de participants. Il y a un grand danger à transformer l’Eucharistie, « le grand mystère de la Foi », en une vulgaire kermesse et à profaner le corps et le précieux sang du Christ. Les prêtres qui partagent les saintes espèces en ne connaissant personne et donnent le Corps de Jésus à tous, sans discernement entre les chrétiens et les non-chrétiens, participent à la profanation du Saint Sacrifice eucharistique. Ceux qui exercent l’autorité dans l’Église deviennent coupables, par une forme de complicité volontaire, en laissant opérer le sacrilège et la profanation du corps du Christ dans ces gigantesques et ridicules autocélébrations, où si peu perçoivent que « vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’Il vienne » (1 Co 11, 26).

Des prêtres infidèles à la « mémoire » de Jésus insistent davantage sur l’aspect festif et la dimension fraternelle de la messe que sur le sacrifice sanglant du Christ sur la Croix. L’importance des dispositions intérieures et la nécessité de nous réconcilier avec Dieu en acceptant de nous laisser purifier par le sacrement de la confession ne sont plus à la mode aujourd’hui. De plus en plus, nous occultons l’avertissement de saint Paul aux Corinthiens : « Chaque fois en effet que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’Il vienne. Ainsi donc, quiconque mange le pain ou boit la coupe du Seigneur indignement aura à répondre du Corps et du Sang du Seigneur. Que chacun donc s’éprouve soi-même et qu’ainsi il mange de ce pain et boive de cette coupe ; car celui qui mange et boit, mange et boit sa propre condamnation, s’il ne discerne le Corps. Voilà pourquoi il y a parmi vous beaucoup de malades et d’infirmes » (cf. 1 Co 11, 27-30).

« TANT DE PRÊTRES QUI ENTRENT TRIOMPHALEMENT… » (par. 237)

Au début de nos célébrations eucharistiques, comment est-il possible d’éliminer le Christ portant sa croix et marchant avec peine sous le poids de nos péchés vers le lieu du sacrifice ? Il y a tant de prêtres qui entrent triomphalement et montent vers l’autel, saluant à gauche et à droite, pour paraître sympathiques. Observez le triste spectacle de certaines célébrations eucharistiques… Pourquoi tant de légèreté et de mondanité au moment du Saint Sacrifice ? Pourquoi tant de profanation et de superficialité devant l’extraordinaire grâce sacerdotale qui nous rend capables de faire surgir le corps et le sang du Christ en substance par l’invocation de l’Esprit ? Pourquoi certains se croient-ils obligés d’improviser ou d’inventer des prières eucharistiques qui escamotent les phrases divines dans un bain de petite ferveur humaine ? Les paroles du Christ sont elles insuffisantes pour multiplier les mots purement humains ? En un sacrifice aussi unique et essentiel, est-il besoin de ces fantaisies et de ces créativités subjectives ? « Dans vos prières, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’en parlant beaucoup, ils se feront mieux écouter », nous avertit Jésus (Mt 6, 7).

« PROCESSIONS ASSORTIES DE DANSES INTERMINABLES » (par. 266)

Nous avons perdu le sens le plus profond de l’offertoire. Il est pourtant ce moment où, comme son nom l’indique, tout le peuple chrétien s’offre, non pas à côté du Christ, mais en lui, par son sacrifice qui sera réalisé à la consécration. Le concile Vatican II a admirablement souligné cet aspect en insistant sur le sacerdoce baptismal des laïcs qui consiste essentiellement à nous offrir avec le Christ en sacrifice au Père. […]

Si l’offertoire n’est vu que comme une préparation des dons, comme un geste pratique et prosaïque, alors grande sera la tentation d’ajouter et d’inventer des rites pour meubler ce qui est perçu comme un vide. Dans certains pays d’Afrique, je déplore les processions d’offrandes, longues et bruyantes, assorties de danses interminables. Des fidèles apportent toutes sortes de produits et d’objets qui n’ont rien à voir avec le sacrifice eucharistique. Ces processions donnent l’impression d’exhibitions folkloriques, qui dénaturent le sacrifice sanglant du Christ sur la Croix et nous éloignent du mystère eucharistique ; or celui-ci doit être célébré dans la sobriété et le recueillement, car nous sommes plongés, nous aussi, dans sa mort et son offrande au Père. Les évêques de mon continent devraient prendre des mesures pour que la célébration de la messe ne devienne pas une autocélébration culturelle. La mort de Dieu par amour pour nous est au-delà de toute culture.

« TOURNÉS VERS L’ORIENT » (par. 254)

Il ne suffit pas simplement de prescrire davantage de silence. Pour que chacun comprenne que la liturgie nous tourne intérieurement vers le Seigneur, il serait bénéfique que durant les célébrations, tous ensemble, prêtres et fidèles, nous soyons corporellement tournés vers l’orient, symbolisé par l’abside.

Cette manière de faire reste absolument légitime. Elle est conforme à la lettre et à l’esprit du Concile. Les témoignages des premiers siècles de l’Église ne manquent pas. « Quand nous nous tenons debout pour prier, nous nous tournons vers l’orient », précise saint Augustin, se faisant l’écho d’une tradition qui remonte, selon saint Basile, aux Apôtres eux-mêmes. Les Églises ayant été conçues pour la prière des premières communautés chrétiennes, les constitutions apostoliques préconisaient au IVe siècle qu’elles soient tournées vers l’orient. Et quand l’autel est à l’occident, comme à Saint-Pierre-de-Rome, l’officiant doit se tourner vers le levant et faire face au peuple.

Cette orientation corporelle de la prière n’est que le signe d’une orientation intérieure. […] Le prêtre n’invite-t-il pas le peuple de Dieu à le suivre au début de la grande prière eucharistique en disant : « Élevons notre cœur », ce à quoi le peuple lui répond : « Nous le tournons vers le Seigneur » ?

En tant que préfet de la Congrégation pour le Culte divin et la discipline des sacrements, je tiens une nouvelle fois à rappeler que la célébration « versus orientem » est autorisée par les rubriques du Missel car elle est de tradition apostolique. Il n’est pas besoin d’autorisation particulière pour célébrer ainsi, peuple et prêtre, tournés vers le Seigneur. Si matériellement il n’est pas possible de célébrer « ad orientem », il faut nécessairement poser une croix sur l’autel, bien en vue, comme point de référence pour tous. Le Christ en croix est l’Orient chrétien.

« SI DIEU LE VEUT, LA RÉFORME DE LA RÉFORME SE FERA » (par. 257)

Je refuse que nous occupions notre temps en opposant une liturgie à une autre, ou le rite de saint Pie V à celui du bienheureux Paul VI. Mais il s’agit d’entrer dans le grand silence de la liturgie ; il faut savoir se laisser enrichir par toutes les formes liturgiques latines ou orientales qui privilégient le silence. Sans cet esprit contemplatif, la liturgie demeurera une occasion de déchirements haineux et d’affrontements idéologiques au lieu d’être le lieu de notre unité et de notre communion dans le Seigneur. Il est grand temps d’entrer dans ce silence liturgique, tourné vers le Seigneur, que le Concile a voulu restaurer.

Ce que je vais dire maintenant n’entre pas en contradiction avec ma soumission et mon obéissance à l’autorité suprême de l’Église. Je désire profondément et humblement servir Dieu, l’Église et le Saint-Père, avec dévotion, sincérité, et un attachement filial. Mais voici mon espérance : si Dieu le veut, quand Il le voudra et comme Il le voudra, en liturgie, la réforme de la réforme se fera. Malgré les grincements de dents, elle adviendra, car il en va de l’avenir de l’Église.

Abîmer la liturgie, c’est abîmer notre rapport à Dieu et l’expression concrète de notre foi chrétienne. La Parole de Dieu et l’enseignement doctrinal de l’Église sont encore entendus, mais les âmes qui désirent se tourner vers Dieu, lui offrir le véritable sacrifice de louange et l’adorer, ne sont plus saisies par des liturgies trop horizontales, anthropocentriques et festives, ressemblant souvent à des événements culturels bruyants et vulgaires. Les médias ont totalement envahi et transformé en spectacle le Saint Sacrifice de la messe, mémorial de la mort de Jésus sur la croix pour le salut de nos âmes. Le sens du mystère disparaît par des changements, des adaptations permanentes, décidés de façon autonome et individuelle pour séduire nos mentalités modernes profanatrices, marquées par le péché, le sécularisme, le relativisme et le refus de Dieu.

Dans beaucoup de pays occidentaux, nous voyons les pauvres quitter l’Église catholique, car celle-ci a été prise d’assaut par des personnes mal intentionnées qui font figure d’intellectuels et qui méprisent les petits et les pauvres. Voilà ce que le Saint-Père doit dénoncer haut et fort. Car une Église sans les pauvres n’est plus l’Église, mais un simple « club ». Aujourd’hui, en Occident, combien de temples vides, fermés, détruits ou transformés en structures profanes au mépris de leur sacralité et de leur destination originelle. Pourtant, je sais combien sont nombreux les prêtres et les fidèles qui vivent avec un zèle extraordinaire leur foi et se battent quotidiennement pour préserver et enrichir les maisons de Dieu.

Robert Sarah avec Nicolas Diat, « La force du silence. Contre la dictature du bruit », Fayard, Paris, 2016.

(Source: MPI)

Cet ouvrage peut être commandé au Monastère. (1 mois de délais de livraison)

____________________

 

La Collection "Papillon",

des cahiers scolaires pour

maternelle et primaire

collection_papillon

Basée sur une méthode traditionnelle visant particulièrement le développement de la motricité fine de l’enfant, la collection s’agrandit chaque année pour mettre ses supports scolaires à la disposition des enseignant(e)s et des mamans faisant l’école à la maison.

Les cahiers sont actuellement répartis en quatre thématiques : 
 

-Le calcul (12€)

– L’écriture (5€)

– Le graphisme (5€)

– Les notions de bases (12€).

Vous trouverez à travers le site internet http://www.collection-papillon.fr/ les différents cahiers allant de la moyenne section jusqu’au CE2 et la possibilité de télécharger quelques extraits.

A lire également, l’article sur la Collection Papillon paru à la Nouvelle République : 

http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Actualite/Education/n/Contenus/Articles/2016/08/30/Institutrice-le-jour-editrice-de-cahiers-la-nuit-2822456

Evênement(s):

 

La séance solennelle de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge

(93, rue de Crimée, Paris 19e)

aura lieu le

samedi 15 octobre à 14h00 dans ses locaux,

sous la présidence de son Eminence l’archevêque Jean de Charioupolis.

À l’ordre du jour :

  • Compte-rendu de l’année universitaire 2015-2016 par l’Archiprêtre Nicolas Cernokrak, doyen de l’Institut
    Discours académique prononcé par Sophie STAVROU, professeur de l’Institut, sur le thème : «L’étude du grec : un réveil de la conscience théologique»
  • suivi du vin d’honneur

http://orthodoxie.com/

 

See original image

Programme des prochaines semaines au Monastère

 

Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de

 

Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

 

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

 

Au Monastère Syriaque de

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

 

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

 

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois

 

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

======

RETRAITE-PELERINAGE DE LIBERATION ET DE GUERISON INTERIEURE DES FESTIVITE DE ST GROGORIOS ET DE LA "TOUSSAINT"

See original image

 

Du 1er  au 6 dimanche Novembre

au Monastère Syriaque:

  

 Sanctuaires visités:

*Mardi 1er Novembre, Messe du jour au Sanctuaire N-D de Miséricorde, après-midi au Sanctuaire de Notre-Dame de Montligeon

*Mercredi 2 Novembre:Solennité de Saint Grégorios de Parumala au Monastère Syriaque

*Jeudi 3 NovembrePèlerinage à Notre-Dame de Pontmain et au Mont Saint Michel 

*Vendredi 4 Novembre, Messe au Monastère Syriaque  , vénération des reliques de la Ste Croix, cette journée au Monastère Syriaque est réservée aux confessions, prières de délivrances, prières de guérison intérieureselon la Tradition de l'Eglise.

*Samedi 5 Novembre,Messe au Monastère Syriaque,cette journée mariale est réservée aux confessions.L'après-midi, visite de Verneuil Sur Avre.

*Dimanche 6 Novembre: Pèlerinage à N-D de Miséricorde avec ce mois-ci une mémoire solennelle de Saint Gregorios. Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternel et du programme habituel.

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

_____________________

 

*Dimanche 6 Novembre au Monastère Syriaque:

  

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde

 

 'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Mère de Miséricorde, priez pour nous, secourez-nous!

 

et aux Saints du Kerala

 See original image

St Abraham Koorilose Bava, priez pour nous !

 

See original image

St Grégorios de Parumala, priez pour nous !


 

10h30, Messe , repas fraternel,possibilité de rencontrer un prêtre 

(Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

Ramassage des fidèles sur

 

*Paris: le Samedi 5 Novembre à 15 h 

 

au lieu de R.D.V habituel.

 

  

* Sunday, November 6:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


See original image 

 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

 

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.41.20.16.86).

 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Afficher l'image d'origine

4eme Dimanche après la Fête de la Sainte Croix

{C}·         {C}Soirée :

{C}o    {C}Saint-Marc10: 1-16

{C}·         {C}Matin :

{C}o    {C}Saint Luc 9:37-45

{C}·         {C}Avant de Saint Qurbana :

{C}o    {C}Nombres29: 35 - 4 0

{C}o    {C}1er livre des Rois 8: 22 -30

{C}o    {C}Psaume 42

{C}·         {C}Saint Qurbana :

{C}o    {C}Actes 21: 17 à 26

{C}·         {C}17 Les frères, à notre arrivée à Jérusalem, nous ont fait bon accueil.

{C}·         {C}18 Le lendemain, Paul s’est rendu avec nous chez Jacques, où sont arrivés tous les Anciens.

{C}·         {C}19 Après les avoir salués, il leur expliqua en détail ce que Dieu avait fait parmi les nations à travers son ministère.

{C}·         {C}20 L’ayant écouté, ils glorifiaient Dieu. Ils dirent à Paul : « Tu vois, frère, combien de dizaines de milliers de Juifs sont devenus croyants, et ils ont tous une ardeur jalouse pour la Loi.

{C}·         {C}21 Or ils ont entendu ce que l’on colporte à ton sujet : par ton enseignement, tu détournes de Moïse tous les Juifs des nations, en leur disant de ne pas circoncire leurs enfants et de ne pas suivre les coutumes.

{C}·         {C}22 Que faut-il donc faire ? De toute façon, ils apprendront ton arrivée.

{C}·         {C}23 Fais donc ce que nous allons te dire. Nous avons ici quatre hommes qui sont tenus par un vœu.

{C}·         {C}24 Prends-les avec toi, accomplis la purification en même temps qu’eux, et paie ce qu’il faut pour qu’ils se fassent raser la tête. Alors tout le monde saura qu’il n’y a rien de vrai dans ce que l’on colporte sur toi, mais que tu marches, toi aussi, en gardant la Loi.

{C}·         {C}25 Quant aux croyants venus des nations, nous leur avons écrit nos décisions : ils doivent se garder des viandes offertes en sacrifice aux idoles, du sang, de la viande non saignée, et de l’inconduite sexuelle. »

{C}·         {C}26 Alors, le lendemain, Paul prit ces hommes avec lui, accomplit la purification en même temps qu’eux, et il entra dans le Temple pour indiquer à quelle date, le temps de la purification étant achevé, l’offrande serait présentée pour chacun d’eux.

{C}o    {C} 

{C}o    {C}I Corinthiens 1: 21-29

{C}·         {C}21 Puisque, en effet, par une disposition de la sagesse de Dieu, le monde, avec toute sa sagesse, n’a pas su reconnaître Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par cette folie qu’est la proclamation de l’Évangile.

{C}·         {C}22 Alors que les Juifs réclament des signes miraculeux, et que les Grecs recherchent une sagesse,

{C}·         {C}23 nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les nations païennes.

{C}·         {C}24 Mais pour ceux que Dieu appelle, qu’ils soient Juifs ou Grecs, ce Messie, ce Christ, est puissance de Dieu et sagesse de Dieu.

{C}·         {C}25 Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes.

{C}·         {C}26 Frères, vous qui avez été appelés par Dieu, regardez bien : parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages aux yeux des hommes, ni de gens puissants ou de haute naissance.

{C}·         {C}27 Au contraire, ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort ;

{C}·         {C}28 ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est ;

{C}·         {C}29 ainsi aucun être de chair ne pourra s’enorgueillir devant Dieu.

{C}·         {C} 

{C}o    {C}Saint-Luc 16: 9 -18

{C}·         {C}09 Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’argent malhonnête, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles.

{C}·         {C}10 Celui qui est digne de confiance dans la moindre chose est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est malhonnête dans la moindre chose est malhonnête aussi dans une grande.

{C}·         {C}11 Si donc vous n’avez pas été dignes de confiance pour l’argent malhonnête, qui vous confiera le bien véritable ?

{C}·         {C}12 Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ?

{C}·         {C}13 Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent. »

{C}·         {C}14 Quand ils entendaient tout cela, les pharisiens, eux qui aimaient l’argent, tournaient Jésus en dérision.

{C}·         {C}15 Il leur dit alors : « Vous, vous êtes de ceux qui se font passer pour justes aux yeux des gens, mais Dieu connaît vos cœurs ; en effet, ce qui est prestigieux pour les gens est une chose abominable aux yeux de Dieu.

{C}·         {C}16 La Loi et les Prophètes vont jusqu’à Jean le Baptiste ; depuis lors, le royaume de Dieu est annoncé, et chacun met toute sa force pour y entrer.

{C}·         {C}17 Il est plus facile au ciel et à la terre de disparaître qu’à un seul petit trait de la Loi de tomber.

{C}·         {C}18 Tout homme qui renvoie sa femme et en épouse une autre commet un adultère ; et celui qui épouse une femme renvoyée par son mari commet un adultère.

 
" Les anges vous parlent" ... du "devoir d'état"...
Humour

Le frère Jean rapporte cette anecdote avec le Père Seraphim, du monastère de Saint-Sabba, dans le désert de Juda, près de la mer Morte :

Quand vous êtes dans le désert vous jeûnez, vous priez, vous veillez.

Très vite vous développez des sensations extra-sensorielles :

" Les anges vous parlent" dit-on communément.

Un jour je me sentais vraiment exalté, je me sentais porté par la Grâce.

Naturellement, ma première réaction fut d'aller le dire à l'Ancien :

-" Père, les anges me parlent, je décrypte les textes évangéliques, je me sens en communion avec l'Univers dans l'Amour infini et puissant ..."

Le père me dit, sans lever les yeux :

" Va balayer les latrines et regarde si les anges y sont toujours."

Frère Jean

Terre du Ciel N°3

http://www.seraphim-marc-elie.fr/

 

« Celui qui méprise les petites choses, dit l'Ecclésiastique, viendra peu à peu à déchoir (1). [...]

Le Saint-Esprit nous déclare ici que celui qui méprisera les petites choses tombera peu à peu dans les grandes fautes. [...]
Le démon est habile : il n'attaque pas d'abord les serviteurs de Dieu sur les choses essentielles, mais il commence par celles qui sont de peu de conséquence ; et gagnant toujours insensiblement quelque léger avantage sur eux, il fait bien mieux ses affaires de cette sorte que s'il en usait autrement. [...]
C'est pour ce sujet que St Grégoire dit (2) que les petites fautes sont, en quelque façon, plus dangereuses que les grandes ; d'autant que plus on connaît celles-ci, plus la connaissance qu'on en a porte ou à les éviter avec soin, ou à se relever promptement lorsque l'on y est tombé ; mais pour les autres, moins on les reconnaît, moins on les évite ; et comme on en fait peu de cas, on y tombe si souvent, qu'on vient à s'en faire une habitude qu'on ne peut prendre sur soi de déraciner : ainsi un mal qui n'était presque rien dans sa naissance, s'accroît et se rend presque incurable par notre nonchalance et par les fréquentes rechutes.
St Chrysostome nous confirme bien ceci lorsque, parlant sur la même matière, il dit (3) : J'ose avancer une proposition qui paraîtra surprenante et inouïe ; c'est qu'il me semble quelquefois qu'on doit apporter moins de soin à fuir les grands péchés qu'à éviter les fautes légères ; car l'énormité de ceux-là nous en donne naturellement de l'horreur ; mais nous nous familiarisons aisément avec celles-ci, par la raison qu'elles sont peu considérables, et le mépris que nous en faisons, nous empêchant de faire aucun effort pour nous en corriger, elles deviennent bientôt si grandes par notre négligence, qu'enfin nous venons à n'être plus en état de pouvoir nous en défaire. »

1. Eccli. 19, 1. - 2. Greg. 3. Psalm. adm. 34. - 3. Chrys. hom. 8. sup. Matth..

R.P. Alphonse (Alonso) Rodriguez s.j. (1526–1616), Pratique de la perfection chrétienne, Tome I (Première Partie, Premier Traité, Ch. IX), Trad. Abbé Regnier-Desmarais, Poitiers, Henri Oudin, 1866.

Afficher l'image d'origine

Repost 0
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 05:05

St. Cyprian of Carthage wrote: "Those not in the Church of Christ cannot rightly be called 'Christian.' Nor can you have God as Father if you do not have the Church as Mother. Therefore, without the Church there is no salvation." Fr. Georges Florovsky considered this to be a kind of tautology expressing the fact that salvation can only be found within the Church of Christ.

(Fr. John)

Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 5,15-21.

 

Mes Frères, prenez-bien garde à la manière dont vous vous conduisez : que ce ne soit pas en insensés, 
mais comme des hommes sages, rachetez le temps, car les jours sont mauvais. 
C'est pourquoi ne soyez pas inconsidérés, mais comprenez bien quelle est la volonté du Seigneur. 
Ne vous enivrez pas de vin, c'est la source de la débauche, mais remplissez-vous de l'Esprit-Saint. 
Entretenez-vous les uns les autres de psaumes, d'hymnes et de cantiques spirituels, chantant et psalmodiant du fond du cœur en l'honneur du Seigneur. 
Rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de Notre-Seigneur Jésus-Christ. 
Soyez soumis les uns aux autres dans le crainte du Christ. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 4,46-53.

En ce temps-là, il y avait un officier royal dont le fils était malade à Capharnaüm. 
Ayant appris que Jésus arrivait de Judée en Galilée, il alla vers lui, et le pria de descendre, pour guérir son fils qui était à la mort. 
Jésus lui dit : "Si vous ne voyez des signes et des prodiges, vous ne croyez point." 
L'officier du roi lui dit : "Seigneur, venez avant que mon enfant ne meure" 
"Va, lui répondit Jésus, ton enfant est plein de vie." Cet homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et partit. 
Comme il s'en retournait, ses serviteurs vinrent à sa rencontre, et lui apprirent que son enfant vivait. 
Il leur demanda à quelle heure il s'était trouvé mieux, et ils lui dirent : "Hier, à la septième heure, la fièvre l'a quitté." 
Le père reconnut que c'était l'heure à laquelle Jésus lui avait dit : "Ton fils est plein de vie", et il crut, lui et toute sa maison. 
 




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par Saint Grégoire de Narek

(v. 944-v. 1010), moine et poète arménien 
Le Livre de prières, 12,1 (trad. SC 78, p.102 rev.) 

 

« Vous ne pourrez donc croire à moins d'avoir vu des signes et des prodiges ? »

 

 

« Celui qui invoquera le Nom du Seigneur, 
celui-là sera sauvé »

(Jl 3,5 ; Rm 10,13). 
Quant à moi non seulement je l'invoque 
mais avant tout je crois à sa grandeur. 

Ce n'est pas pour ses présents 
que je persévère dans mes supplications, 
mais parce qu'il est la Vie véritable 
et qu'en lui je respire ; 
sans lui il n'y a ni mouvement ni progrès. 

Ce n'est pas tant par les liens de l'espérance 
que par les liens de l'amour que je suis attiré. 
Ce n'est pas des dons, 
mais du Donateur dont j'ai toujours la nostalgie. 
Ce n'est pas à la gloire que j'aspire, 
mais c'est le Seigneur glorifié que je veux embrasser. 
Ce n'est pas la soif de la vie qui toujours je me consume, 
mais le souvenir de celui qui donne la vie. 

Ce n'est pas après le désir du bonheur que je soupire, 
que du plus profond de mon cœur j'éclate en sanglots, 
mais c'est par désir de celui qui le prépare. 
Ce n'est pas le repos que je cherche, 
mais c'est le visage de celui qui apaisera mon cœur suppliant. 
Ce n'est pas pour le festin nuptial que je languis, 
mais c'est du désir de l'Époux. 

Dans l'attente certaine de sa puissance 
malgré le fardeau de mes péchés, 
je crois avec une espérance inébranlable 
et en me confiant dans la main du Tout Puissant, 
que non seulement j'obtiendrai le pardon 
mais que je le verrai lui en personne, 
grâce à sa miséricorde et à sa pitié 
et, bien que je mérite parfaitement d'être proscrit, 
que j'hériterai du ciel. 

If pride turned some of the angels into demons, then humility can doubtless make angels out of demons. So take heart, all you sinners.

« Les saints voient l'enfer » disait le starets Silouane,

« mais il n'a sur eux aucune emprise »

L'archimandrite Sophrony résume la doctrine de  Starets Silouane (†1938) :

 

L'orgueil est le principe du péché ; tous les aspects que peut revêtir le mal sont réunis en lui :

-         présomption, vaine gloire, désir de puissance,

-         froideur, cruauté, indifférence aux souffrances d'autrui.

-         Tendance de l'intellect à la rêverie, suractivité de l'imagination,

-         Expression démoniaque des yeux, et de toute l'apparence ;

-         Angoisse, désespoir, haine ;

-         Envie, complexe d'infériorité,

-         Pour plusieurs ce peut être accès de concupiscence charnelle ;

-         Lancinante inquiétude intérieure,

-         Indocilité,

-         Crainte de la mort ou, au contraire, désir de mettre fin à ses jours et,

-         Et finalement, ce qui n'est pas rare, démence complète.

Tels sont les signes distinctifs de la spiritualité démoniaque.

 

 

Quand un homme se laisse « séduire » par l'Ennemi et se met à le suivre, sans comprendre ce qu'est l'Ennemi, il ne connaît pas l'âpreté de la lutte directe contre lui ; il souffre néanmoins parce que l'Ennemi l'entraîne hors de la lumière de la vraie vie, dans les ténèbres dans lesquelles il demeure lui-même. Ces souffrances portent l'empreinte d'un véritable aveuglement spirituel.

Dans certains cas, l'Ennemi lui apporte une délectation trouble en créant chez lui l'orgueilleuse conscience d'une illusoire grandeur.

Dans d'autres cas, il provoque une douleur aiguë dans l'âme et la dresse contre Dieu ; l'âme ne comprend pas la véritable cause de ses maux, et c'est alors avec haine qu'elle se tourne contre Dieu.

Et l'âme se débat longtemps, en général, sans trouver l'issue qui la mènerait à Dieu.

 

 

Mais une âme pieuse qui a connu l'amour de Dieu souffre, dans la lutte directe contre l'Ennemi, de l'immense pouvoir maléfique que le diable dirige contre elle.

L'homme voit clairement que cette puissance peut terrasser tout son être.

Et Dieu apparaît à l'homme dans une grande lumière aussitôt que le terme de l'épreuve est atteint. C'est Dieu qui fixe la durée et l'intensité de cette épreuve ; pour certains, elle dure quelques minutes ; pour d'autres, une heure ou plus ; un ascète y restera pendant trois jours.

« Les saints voient l'enfer » disait le starets Silouane, « mais il n'a sur eux aucune emprise ». « Tiens ton esprit en enfer et ne désespère pas ».

En dehors de cette expérience de descente en enfer, il est impossible de connaître véritablement ce qu'est l'amour du Christ, son Golgotha et sa Résurrection.

 

Dans un tel combat spirituel, le secours de la Mère de Dieu est précieux. Elle nous conduit à la seule et véritable ressemblance à Dieu, la ressemblance à Dieu tel qu'il s'est manifesté sur terre par l'acte de l'Incarnation.


Extraits de : Archimandrite Sophrony, Starets Silouane, moine du mont Athos,

Vie - Doctrine - Ecrits - Edition Présence, Belley, 1982, p. 197-198. 206

Source : http://www.mariedenazareth.com/

HORS DE L'EGLISE POINT DE SALUT ?

 

Saint Cyprien de Carthage a écrit:

"Ceux qui ne sont pas dans l'Église du Christ ne sauraient être qualifiés réellement de 'Chrétiens.'

De même que vous ne sauriez avoir Dieu pour Père si vous n'avez l'Église pour Mère. Dès lors, sans l'Église, il n'y a pas de Salut."

Le Père Georges Florovsky considérait ceci comme une tautologie exprimant le fait que le Salut ne pouvait se trouver qu'au sein de l'Église du Christ.
(P. John)


 

 

 

See original image

 

 

Du côté de nos frères aînés, les Saints:

 

 

 Sainte Enimie.

Elle était fille du Roi Clotaire II et soeur de Dagobert, vierge et abbesse en Gévaudan, illustre sainte de la maison de France

(VIIème siècle).

Tropaire

Fille du roi Clothaire II, tu as choisi*
De ne te préoccuper que du seul Roi des Cieux.*
Tu prias le Christ pour qu'Il te donne la lèpre,*
Et ainsi tu pus échapper à l'hyménée.*
Saint Enimie, toi qui fus proche du Seigneur,*
Prie-Le afin qu'Il ait de nous grande mercy!
+

L'éclatante beauté de la jeune princesse mérovingienne suscite bien des convoitises parmi les nobles du royaume. Elle, s'évertue à soigner les pauvres, les boiteux, les lépreux. Arrivée à l'âge de trouver un époux, son père lui impose plusieurs prétendants, que celle-ci refuse. La vertueuse princesse se dit mariée à Dieu et au Christ. Son père prépare cependant ses épousailles, alors implore-t-elle le Seigneur de lui venir en aide afin de conserver sa pureté. Dieu l'exauce, et lui inflige la lèpre, terrible maladie qui défigure la princesse. Durant des années, nul médecin ne parvient à la guérir. La jeune princesse implore à nouveau l'aide de Dieu. Un ange messager apparaît et lui dit : « Rends-toi avec ton escorte dans la lointaine province du Gévaudan, dans un lieu appelé Burlatis. Les bergers te guideront vers une source dont l'eau guérira les plaies de ton corps ». La princesse et son escorte se mettent en route.
Arrivé en Gévaudan, le cortège ne parvient pas à trouver Burlatis, et en demandant le chemin d'une source pouvant guérir, une femme lui indique une source. Cependant l'ange apparaît à nouveau lui indiquant que la source dans laquelle elle se baigne n'est pas celle recherchée. Elle se trouvait alors à Bagnols-les-Bains où « Dieu fait là de puissantes choses, pour ceux qui viennent chercher la santé ».
Le cortège se dirige, lui, vers le Tarn et trouve enfin la source de Burlatis. Énimie baigne son corps meurtri dans l'eau froide et bleue de Burle, implore le Seigneur, et guérit par miracle.
Le cortège décide donc d'entamer le chemin du retour, mais la maladie réapparaît à peine arrivés sur le causse qui domine Burlatis. Elle retourne alors à la source où le miracle de la guérison se reproduit, mais elle ne peut à nouveau atteindre le causse. Ce n’est qu’après un troisième bain qu'elle comprend son destin : rester à jamais dans cette région !
Elle décide donc de s'installer, aménageant une grotte qu'elle vient de découvrir, renvoyant ainsi son cortège pour ne garder que sa filleule. Sa cour, elle, s'installera visiblement dans des hameaux du bord du Tarn.
De sa grotte elle aurait exaucé bien des miracles, mais l'histoire la plus importante reste sa lutte contre le Drac (sorte de diable en pays d'Oc).
Elle est nommée abbesse par Saint Hilaire évêque de Mende et fonde un couvent mixte au village. Sainte Énimie et Saint Hilaire ont combattu le Drac, incarnation du diable. Le chaos du Pas de Soucy est le reflet de cette lutte. Énimie passe la fin de sa vie retirée dans une grotte (aujourd’hui l’Ermitage).


Après sa mort vers 628, son frère Dagobert, devenu roi, agrandit la basilique Saint-Denis, et part à la recherche de reliques de Saints. Arrivé sur les bords du Tarn pour venir sur le tombeau de sa sœur, il demande aux moniales où celui-ci se trouve. Elles se refusent à lui indiquer, ne voulant perdre leur Dame. Dagobert découvre finalement le tombeau mais hésite entre les deux cercueils. En effet, afin de se protéger, Énimie n'avait fait marquer aucun nom sur le sien, et celui d'Énimie sur celui de sa filleule. Ce sont les reliques de la filleule qui reposent auprès des rois de France en la basilique de Saint-Denis.


Cette histoire se serait perdue avec la disparition des moniales, et ce n'est que plus tard lorsque les moines noirs, qui avaient installé leur monastère dans ce bourg, eurent un message divin leur indiquant la supercherie de la princesse.
Les reliques de la princesse sont conservées à l’Ermitage jusqu’en 1970, date à laquelle elles furent volées.
Un pèlerinage a lieu chaque année à l’Ermitage, pour célébrer la patronne du village (premier dimanche d’octobre).

 

 

 

 

SAINT PLACIDE 
(518-542)
et SES COMPAGNONS
Martyrs
(† 542)

Saint_Placide_1b.jpg

        Saint Placide appartenait par sa naissance à une des plus anciennes et des plus célèbres familles de Rome. Il fut confié, âgé de sept ans, à saint Benoît, pour être élevé à Subiaco, sous sa conduite. On le voit dès lors pratiquer rigoureusement les exercices de la vie monastique. L'obéissance l'ayant envoyé un jour chercher de l'eau dans le lac voisin, il tombe et est entraîné par les flots. Benoît, du fond de son monastère, a la connaissance miraculeuse de ce malheur ; il appelle son disciple Maur : « Courez vite, mon frère, lui dit-il, l'enfant est tombé à l'eau. » Maur s'élance, muni de la bénédiction de l'abbé, marche sur les eaux, saisit par les cheveux l'enfant, qui surnage encore, et le ramène sur le bord.

        Depuis ce temps, Placide fit des progrès plus grands encore, au point que saint Benoît lui-même en était dans l'admiration. Le saint abbé envoya plus tard son bien-aimé disciple en Sicile pour y établir un monastère. Son austérité y devint de plus en plus étonnante et allait beaucoup au-delà des prescriptions de la règle ; il ne buvait jamais que de l'eau, faisant carême en tout temps et souvent ne mangeant que trois fois la semaine et du pain seulement. Pour vêtement il portait un cilice ; son siège était son unique lit de repos ; son silence n'était interrompu que par les saintes exigences de la charité. Par sa vertu d'humilité, il attirait à lui tous les cœurs.

        Ses innombrables miracles le rendirent presque l'égal de saint Benoît : un jour, en particulier, il guérit par sa bénédiction tous les malades de son île réunis près de lui. 
        Placide et ses religieux furent faits prisonniers, dans leur couvent, par des pirates cruels qui les maltraitèrent affreusement. Le saint animait ses compagnons à la persévérance. Le tyran, outré de dépit à la vue de l'inébranlable constance des martyrs, les fit, à différentes reprises, fustiger très cruellement ; mais Notre-Seigneur vint fermer et guérir leurs plaies. Placide exhortait le tyran et ses bourreaux à se convertir au christianisme ; c'est alors qu'on lui brisa les lèvres et les mâchoires à coups de pierres et qu'on lui coupa la langue jusqu'à la racine. Mais le martyr parla aussi bien qu'auparavant. Le bourreau, n'étant nullement touché du prodige, inventa un nouveau supplice ; il fit coucher le saint moine à terre et lui laissa toute une nuit sur les jambes des ancres de navire avec d'énormes pierres. Tous ses efforts vinrent échouer devant cet invincible défenseur de la foi. Placide et ses compagnons eurent enfin la tête tranchée.



©Evangelizo.org

The Holy Martyr Charitina

Having been orphaned in infancy, Charitina was adopted by an eminent Christian man named Claudius, who raised her as his own daughter. Charitina was meek, humble, obedient and quiet. She studied the Law of God day and night, and vowed to live her life in chastity, as a true bride of Christ. Since Charitina also brought others to the Christian Faith, Dometius, Emperor Diocletian's eparch, heard of her, sent soldiers to take her from her foster father, and brought her to trial. The judge questioned her: ``Is it true, young maiden, that you are a Christian, and that you deceive others, leading them to this profane Faith?'' Charitina courageously replied: ``It is true that I am a Christian, but it is a lie that I deceive others; rather, I lead those in error to the true path, by leading them to my Christ.'' The evil judge condemned her. Her hair was shorn and hot coals were poured onto her head. Even so, she was saved by the power of God. They threw her into the sea, but God delivered her again. They tied her to a wheel and began to turn it, but an angel of God stopped the wheel, and Charitina remained unharmed. Then the depraved judge sent some dissolute young men to defile her. Fearing this dishonor, St. Charitina prayed to God to receive her soul before those degenerates could defile her virginal body. While she knelt, praying to God, her soul departed from her and was translated to the Immortal Kingdom of Christ.

Prologue from Ochrid

Holy Martyr Charitina of Amissos (304)

† Holy Hierarchs of Moscow

 

Sainte Fleur

Moniale du Quercy (+1347)

FLEUR 5 OCTOBRE

Née en 1300 à Maurs, Flora était la fille d’un seigneur auvergnat, très jeune elle devint religieuse à l’hospice de Beaulieu en Quercy, hospice fondé par les chevaliers hospitaliers de Jérusalem et qui recevait les pèlerins malades.

Elle fut à la fois une religieuse dévouée dans son travail et une grande mystique.

Elle est la patronne de «  toutes celles qui ont une fleur comme nom et qui, comme sainte Fleur, doivent répandre le parfum de leur vertu » d’Amaryllis à Violette en passant par Bergamote, Lis, Pâquerette et Vanille...

 

 

 

 Une Prière Mariale de Saint Éphrem le Syrien de Nisibe 

Afficher l'image d'origine

« Très Sainte Dame, Mère de Dieu »

« Très Sainte Dame, Mère de Dieu, seule très pure d'âme et de corps, seule au-delà de toute pureté, de toute chasteté, de toute virginité; seule demeure de toute la grâce de l'Esprit-Saint; par là surpassant incomparablement même les puissances spirituelles, en pureté, en sainteté d'âme et de corps, jetez les yeux sur moi, coupable, impur, souillé dans mon âme et dans mon corps des tares de ma vie passionnée et voluptueuse; purifiez mon esprit de ses passions ; sanctifiez, redressez mes pensées errantes et aveugles ; réglez et dirigez mes sens ; délivrez-moi de la détestable et infâme tyrannie des inclinations et passions impures ; abolissez en moi l'empire du péché, donnez la sagesse et le discernement à mon esprit enténébré, misérable, pour la correction de mes fautes et de mes chutes, afin que, délivré des ténèbres du péché, je sois trouvé digne de Vous glorifier, de Vous chanter librement, seule vraie Mère de la Vraie lumière, le Christ notre Dieu; car Seul avec Lui et par Lui, Vous êtes bénie et glorifiée par toute créature invisible et visible, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen. »


Saint Éphrem le Syrien (306-373)

 

 

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 
basil

St. Baselios Yeldho (Kothamangalam Bava)

St Baselios Yeldho was born in a village called kooded (now known as Karakosh) near Mosul in Iraq where Marth Smooni and her 7 children suffered martyrdom. At a very young age he joined the Mar Bahanan Monastery and become a monk. In 1678 he was consecrated Maphriyana by the Patriarch of Antioch Moran Mar Ignatius Abdul Masiha I. In 1685 at the age of 92, the holy father started the difficult mission to India at the request of Mar Thoma II of Malankara who informed the Patriarchate about the unpleasant situation of the Church here.

The saintly Maphriyana was accompanied by Mar Ivanios Hidayathulla, his brother and two monks but only three of them is believed to have reached Malankara. As the saint reached the church premises, the church bells began to toll. People living in the neighbourhood rushed to the church to find out what the commotion was about. And that was on ‘Kanni 11th’ in the Malayalam calendar (end of September), AD 1685. The Saint entered the church and sat on the steps of the ‘Madbaha’. There was a young deacon who was fluent in Syriac. When he realized that a Episcopa had stayed behind at Kozhipally, he and some members of the congregation set out for the place. They took a kerchief from the Saint for identification. When the Episcopa saw the approaching crowd he was afraid. He thought that they had killed Bava and were now about to get at him. He therefore refused to come down from the tree. The deacon however offered him the sign of peace and spoke Syriac. He then came down from the tree and went with the people to the church.

On Kanni 13, the church used to celebrate its foundation day. On the 12th evening the Vicar sought the Saint’s permission to hoist the flag. The Saint replied that the festival of the Holy Cross should be celebrated on the 14th and not on the 13th. When it was explained to the Saint that what they were celebrating was not the festival of the Holy Cross but the anniversary of the founding of the parish, the Saint permitted them to go ahead but reminded them about the importance of the festival of the Holy Cross.

On the next day, on the feast of the Holy Cross, (‘Kanni 14’ as per the Malayalam calendar), Episcopa Mar Ivanios Hidayathulla was consecrated as Metropolitan after the Qurbana by the saintly Mar Baselios Yeldho Bava. (Mar Ivanios, who was consecrated by Mar Yeldho, carried on apostolic work for eight years. He passed away in 1693 and was buried at the Mar Thoman Church, Mulanthuruthy). Because of the tedious journey and the old age, Bava was totally exhausted by then. Three days after he became seriously ill. On Kanni 17th, he received the last sacraments of anointment with oil and extreme unction. All the while he was lying inside the church. Two days after (on Kanni 19, which is September 29) in the afternoon, the saintly father left his mortal self for his heavenly home at the age of 92. That was a Saturday. As he was sinking, the congregation assembled inside the church and were offering prayers. The Saint told them that he was about to die and when his spirit leaves his body, there would be a sign on the Cross situated on the western side of the Church. And the huge granite Cross miraculously lit up at the time of the Saint’s demise. The Holy Father’s mortal remains was entombed on the next day (Kanni 20) in the western side of the Madbaha of the church. The two weeks of sojourn of the Maphriyana at Kothamangalam electrified the Marthoma Christians all over Malankara and the mission undertaken by the saint was fulfilled to a large extent by his faithful associate, Metropolitan Mar Ivanios Hidayathulla.

In 1947 Mar Baselios Yeldho of blessed memory was declared a saint by the then Catholicos of the church, His Holiness Baselius Geevarghese II.

St. Baselios Yeldho (Kothamangalam Bava)

basil

St Baselios Yeldho was born in a village called kooded (now known as Karakosh) near Mosul in Iraq where Marth Smooni and her 7 children suffered martyrdom. At a very young age he joined the Mar Bahanan Monastery and become a monk. In 1678 he was consecrated Maphriyana by the Patriarch of Antioch Moran Mar Ignatius Abdul Masiha I. In 1685 at the age of 92, the holy father started the difficult mission to India at the request of Mar Thoma II of Malankara who informed the Patriarchate about the unpleasant situation of the Church here.

The saintly Maphriyana was accompanied by Mar Ivanios Hidayathulla, his brother and two monks but only three of them is believed to have reached Malankara. As the saint reached the church premises, the church bells began to toll. People living in the neighbourhood rushed to the church to find out what the commotion was about. And that was on ‘Kanni 11th’ in the Malayalam calendar (end of September), AD 1685. The Saint entered the church and sat on the steps of the ‘Madbaha’. There was a young deacon who was fluent in Syriac. When he realized that a Episcopa had stayed behind at Kozhipally, he and some members of the congregation set out for the place. They took a kerchief from the Saint for identification. When the Episcopa saw the approaching crowd he was afraid. He thought that they had killed Bava and were now about to get at him. He therefore refused to come down from the tree. The deacon however offered him the sign of peace and spoke Syriac. He then came down from the tree and went with the people to the church.

On Kanni 13, the church used to celebrate its foundation day. On the 12th evening the Vicar sought the Saint’s permission to hoist the flag. The Saint replied that the festival of the Holy Cross should be celebrated on the 14th and not on the 13th. When it was explained to the Saint that what they were celebrating was not the festival of the Holy Cross but the anniversary of the founding of the parish, the Saint permitted them to go ahead but reminded them about the importance of the festival of the Holy Cross.

On the next day, on the feast of the Holy Cross, (‘Kanni 14’ as per the Malayalam calendar), Episcopa Mar Ivanios Hidayathulla was consecrated as Metropolitan after the Qurbana by the saintly Mar Baselios Yeldho Bava. (Mar Ivanios, who was consecrated by Mar Yeldho, carried on apostolic work for eight years. He passed away in 1693 and was buried at the Mar Thoman Church, Mulanthuruthy). Because of the tedious journey and the old age, Bava was totally exhausted by then. Three days after he became seriously ill. On Kanni 17th, he received the last sacraments of anointment with oil and extreme unction. All the while he was lying inside the church. Two days after (on Kanni 19, which is September 29) in the afternoon, the saintly father left his mortal self for his heavenly home at the age of 92. That was a Saturday. As he was sinking, the congregation assembled inside the church and were offering prayers. The Saint told them that he was about to die and when his spirit leaves his body, there would be a sign on the Cross situated on the western side of the Church. And the huge granite Cross miraculously lit up at the time of the Saint’s demise. The Holy Father’s mortal remains was entombed on the next day (Kanni 20) in the western side of the Madbaha of the church. The two weeks of sojourn of the Maphriyana at Kothamangalam electrified the Marthoma Christians all over Malankara and the mission undertaken by the saint was fulfilled to a large extent by his faithful associate, Metropolitan Mar Ivanios Hidayathulla.

In 1947 Mar Baselios Yeldho of blessed memory was declared a saint by the then Catholicos of the church, His Holiness Baselius Geevarghese II.

 

 

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

 

5 octobre 2016

Le premier ministre Milorad Dodik prend la parole à un meeting pré-victoire à Banja Luka, capitale de facto de la Republika Srpska

 La Républika Srpska – l’état serbe autonome enchâssé dans la Bosnie-Herzégovine – a tenu hier un référendum qui change la donne. Ce référendum portait théoriquement sur la reconnaissance d’un jour férié : le Jour de l’Indépendance. Il a été publiquement approuvé et soutenu par le Premier ministre de la Republika Srpska, Milorad Dodik.

Dans la soirée d’hier [25 septembre, NdT], les derniers bulletins ont été dépouillés et le résultat a été publié : 99,8% des votants se sont prononcés pour la reconnaissance d’un Jour de l’Indépendance.

 15. Vote Serbie.jpg

 Mais les uns et les autres, des deux côtés, sont d’accord pour reconnaître qu’il s’agissait d’un galop d’essai pour un autre référendum, qui porterait, celui-là, sur une réelle déclaration d’indépendance, c’est-à-dire une volonté de séparation d’avec la Bosnie-Herzégovine et la possibilité d’une réunion avec la République de Serbie et sa capitale, Belgrade. Cette aspiration a le soutien la Russie.

Ce qui veut dire qu’un référendum portant sur la question d’une véritable indépendance pourrait bien se tenir à n’importe quel moment entre aujourd’hui et l’année 2018, qui a déjà été publiquement évoquée. En fait, la date précise dépendra de la rapidité avec laquelle l’OTAN poussera le fragile état multi-ethnique et multi-confessionnel vers une intégration à l’Alliance et exigera de lui des réformes constitutionnelles grosses d’orages.

Le référendum d’hier était une réplique aux avertissements officiels – et même aux menaces de violences – de l’OTAN, interdisant la tenue d’un référendum dans la capitale sous domination bosniaque de la Bosnie-Herzégovine, Sarajevo.

Ces menaces n’ont pas laissé indifférent le gouvernement, siégeant à Belgrade, de la République de Serbie, état indépendant reconnu par l’ONU, à l’est de la Republika Srpska et de la Bosnie-Herzégovine.

La République de Serbie (à ne pas confondre avec la Republika Srpska) ne fait partie ni de l’Union Européenne ni de l’OTAN. La Bosnie-Herzégovine, qui comprend la Republika Srpska, ne fait pas non plus partie de l’OTAN, mais l’équipe au pouvoir à Sarajevo a multiplié ces dernières années les démarches pour y être admise.

16. Carte Balkans2010.png

 

 Au départ, le Premier ministre serbe Aleksandar Vučić, respectant les normes diplomatiques de non-intervention dans les affaires intérieures d’autres états, avait exprimé une position neutre vis-à-vis du référendum bosniaque.

Mais, suite aux menaces de violence contre la population ethnico-religieusement différente de la Republika Srpska, le ministre des Affaires étrangères, Ivica Dačić, après un échange de vues avec le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov, a été forcé de se prononcer plus clairement, en déclarant que les forces de sécurité serbes ne resteraient pas les bras croisés, si un référendum, dans la Republika Srpska voisine, était en butte à des violences de la part des forces de Sarajevo.

On n’avait pas entendu des discours de ce genre au niveau officiel depuis la guerre « civile » de Yougoslavie, qui a fait rage de 1991 à 2001. Les intellectuels occidentaux qui se sont exprimés sur le sujet – y compris Noam Chomsky – ont démontré que le démantèlement de la Yougoslavie avait résulté d’un projet dirigé par les États-Unis et l’Allemagne, l’Albanie et la Croatie étant les premiers bénéficiaires ex-yougoslaves de l’entreprise.

Il y a peu de chances pour que les USA et la Russie trouvent un terrain d’entente sur ce problème, vu son parallélisme avec d’autres guerres où s’affrontent actuellement les deux puissances. Le désir des Russes de construire un gazoduc à travers les Balkans et la volonté de l’OTAN de s’y opposer augmentent considérablement les chances d’un nouveau conflit dans les Balkans.

 

Ce qui a déclenché le mouvement du référendum.

Depuis 2013, l’OTAN a organisé plusieurs rencontres au sommet avec l’équipe au pouvoir à Sarajevo, en vue d’accélérer l’entrée de la Bosnie-Herzégovine dans l’Alliance.

Ces tractations ont été synchronisées, en 2014, avec un mouvement de revendications sociales  portant apparemment sur les droits du travail et les problèmes de chômage à Tuzla, l’ancienne capitale industrielle de la Bosnie, que l’auteur de ces lignes et notre collègue russe Andrew Korybko ont signalé à l’époque comme un stratagème de l’UE et de l’OTAN [ébauche de révolution colorée en somme, NdT]. 

Leur conviction s’était fondée alors sur le fait que les manifestants réclamaient des changements de la Constitution qui auraient court-circuité son état actuel, lequel reconnaît à la Republika Srpska un important degré d’autonomie. Cet état présent de la Constitution accorde à la Republika Srpska le droit d’entretenir une force de sécurité ethnique dotée d’une autonomie équivalente à la force de sécurité ethnique bosniaque, à la frontière séparant les deux états associés.

La frontière entre la Republika Srpska et la République de Serbie est plutôt poreuse, avec un contrôle des frontières qui ressemble beaucoup plus à un péage qu’à une frontière nationale entre deux états distincts.

Là-dessus,vient se greffer un mouvement social bosniaque, vendu au public occidental comme une initiative syndicale laïque de centre-gauche, qui est en réalité un mouvement salafiste djihadiste lié à Al Qaïda, utilisant les procédés d’agitation des Frères Musulmans, dont le but est de consolider le contrôle de Sarajevo sur la Republika Srpska actuellement autonome, en conformité avec les intentions publiquement affichées de l’UE et de l’OTAN de réformer la Constitution.

Dans un document intitulé « Réformer les institutions de la Défense de Bosnie-Herzégovine » publié par le journal officiel de l’OTAN, NATO Review, James R. Locher III et Michael Donley analysent les progrès accomplis par la Bosnie-Herzégovine dans le domaine de la réforme de son armée.

Ils écrivent :

La Bosnie-Herzégovine a réussi à satisfaire presque toutes les attentes de l’OTAN. Succédant à une intense période de recherche de consensus (consensus building) et de négociations entre mai et septembre 2003, la Commission de Réforme de la Défense est arrivée à un accord unanime qui a fait l’objet d’un rapport de 293 pages, fixant la voie à suivre. Ce rapport comportait le brouillon des changements à apporter aux constitutions des deux entités, trois lois de niveau-entité et deux lois de niveau-état, ainsi que deux propositions de lois comprenant une loi sur la défense au niveau de l’état.

L’OTAN a planté profondément ses crocs dans la Bosnie (aussi appelée Bosnie-Herzégovine dans cet article) et elle n’est pas du tout disposée à lâcher prise. Les réformes sur la sécurité impliquent la centralisation du commandement et l’élimination de toutes les forces de sécurité autonomes de la Republika Srpska, qui sont déjà en sous-effectifs, du fait de la signature forcée d’accords léonins.

Une autre preuve que la situation, dans la région, est instable, c’est que la principale menace envers les forces de sécurité serbes est constituée par l’armée bosniaque elle-même.

En février dernier, la Fédération de Russie a annoncé qu’elle allait entraîner les forces de sécurité de la Republika Srpska, dans le cadre d’un projet d’entraînement commun.

L’OTAN et les Monarchies du Golfe ont, de leur côté, préparé leurs propres forces paramilitaires en parallèle avec l’armée officielle. Ces forces font, pour l’essentiel, partie des brigades d’ISIS et d’Al-Nosra, mais les centres de recrutement et d’entraînement sont en Bosnie.

 (...)

Mais les liens historiques entre les musulmans de Bosnie et la Turquie existent encore. Les médias occidentaux qui ont rendu compte des manifestations de Tuzla se sont bien gardés de jamais faire allusion au fait que les groupes organisateurs étaient soutenus par l’Arabie Saoudite et la Turquie. Pourtant, l’essentiel du travail d’organisation  a été fait par le plus grand parti « islamiste modéré » de  Bosnie, leSDA (Parti d’Action Démocratique).

Financé significativement par les monarchies du Golfe et par le Parti populaire européen de Jean-Claude Juncker (dont il fait partie), le SDA, est un parti conservateur de droite (Chari’a) pro-Union Européenne et islamiste, qui est aussi le parti politique le plus important de Bosnie.

 

17.  Local SDA candidates.jpg

Candidats du SDA

En ce sens, ce croisement de mouvements pro-OTAN, pro-UE et islamistes se faisant passer pour des progressistes de centre gauche, répète à l’identique la stratégie politico-médiatique utilisée en Libye avec le CNT ou Conseil national de transition, et en Syrie avec le CNS ou Conseil national syrien et l’ASL ou Armée syrienne libre.

 (...)

Toutes ces circonstances rassemblées font de la consultation d’hier un « référendum-test » sur l’indépendance de la Republika Srpska.

 

Contexte

La structure actuelle de la Bosnie-Herzégovine résulte de deux déterminants historiques : la structure d’origine de la République socialiste fédérale de Yougoslavie et les accords de Dayton. Les accords de Dayton ont été négociés et signés en 1995, lors de la guerre civile (sic) de Yougoslavie, quatre ans avant le bombardement de la Serbie en général et de Belgrade en particulier, par l’aviation de l’OTAN. Les institutions et les réalités politiques créées par les accords de Dayton sont, pour l’essentiel, le point de convergence de la dispute.

La République actuelle de Bosnie-Herségovine est composée de la Republika Srpska d’une part, et de la Fédération de Bosnie et d'Herzégovine d’autre part, celle-ci ayant été auparavant nommée Fédération bosniaco-croate, parce qu’elle était elle-même composée de deux groupes religieux distincts.

Comme l’auteur de ces lignes l’a écrit dans le passéla période qui s’annonce et la crise qu’elle amène vont offrir à la Republika Srpska l’occasion rêvée de s’unir à la Serbie.

La Serbie est dans la position délicate de pouvoir soit récupérer la Republika Srpska et le Kosovo, tout en conservant des régions comme la Voïvodine, soit d’éclater davantage, en prenant part à un véritable conflit entre des pouvoir locaux aspirant au transfert et des états régionaux hostiles.

Un des rédacteurs de Fort-Russ et directeur de projets spéciaux du Centre d’Études Syncrétiques, Jafe Arnold, a écrit une étude fouillée et prémonitoire sur le sujetpour Global Independent Analytics, au début de cette année. Il y disait notamment :

Au cours des derniers mois, on a constaté un accroissement des tensions entre les deux entités politiques formant la Bosnie-Herzégovine - la Fédération de Bosnie-Herzégovine et la Republika Srpska - au point que la bouilloire sur le feu qu’est l’arrangement géopolitique de cet espace de l’ex-Yougoslavie a failli déborder.

Tandis que les événements continuaient leur escalade et que l’axe OTAN/islamistes apparaissait au grand jour, la situation, dans les pays de l’ex-Yougoslavie est devenue plus instable qu’elle ne l’a jamais été depuis 2001.

 (...)

________________

Lire aussi : « Syrie, le laboratoire d’une guerre de quatrième génération ? » - Le Grand Soir, 27 décembre 2012.

 

Source : http://www.fort-russ.com/2016/09/new-balkans-conflict-ser...

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades.

5 octobre 2016

Décidée après la visite du chef du gouvernement de Tripoli à Paris, la réunion, dont le but était de «faire progresser l'unité» de la Libye, a échoué. Aucun représentant libyen n'avait été invité et les pays en présence n'ont pas les mêmes intérêts.

La réunion avait été décidée le 27 septembre dernier lors de la visite officielle du Premier ministre du Gouvernement d'union nationale (GNA), dit gouvernement de Tripoli par opposition à son rival, le gouvernement dit de Tobrouk, lequel tient militairement l'Est du pays et ses champs pétrolifères. Autour de la table, se sont penchés sur le cas libyen, entre autres, le Qatar, les Emirats arabes unis, l'Egypte, les Etats-Unis ou encore le Royaume Uni et l'Italie, l'ancienne puissance coloniale en Libye.

A l'initiative de la rencontre, Jean-Marc Ayrault s'était fixé pour but «que toutes les forces libyennes soient unies pour développer la Libye». «Nous avons besoin d'une Libye stable [...] la Libye est un terrain de passage pour des dizaines de milliers de migrants», avait ainsi martelé le chef de la diplomatie du pays qui est intervenu militairement en 2011 pour renverser le «régime» de Mouammar Kadhafi, plutôt stable, en l'occurrence, et qui contenait alors les flux migratoires africains en direction de l'Europe. 

Aussi, la réunion décidée quelques jours plus tôt seulement, a bien eu lieu – assez discrètement – dans l'après-midi de ce lundi 3 septembre, mais n'a abouti à aucun résultat concret, en raison de plusieurs manquements.

Première option malheureuse de la diplomatie française : aucun représentant libyen n'a été invité, que ce soit le général Khalifa Haftar, à la tête du gouvernement de Tobrouk, ou du gouvernement de Tripoli, dont le Premier ministre était en visite officielle en Algérie pendant ce temps-là.

Deuxième faux pas : la Ligue arabe, interlocuteur presque incontournable dans la région n'a pas non plus été invitée. La faute à un calendrier rapide, s'est justifié le Quai d'Orsay.

Exercice de réalisme politique pour la France

Acteur principal des bombardements occidentaux en 2011 avec le Royaume Uni, la France tente de garder l'initiative sur le dossier libyen. Seulement voilà, alors que Paris a tout misé sur le gouvernement de Tripoli, la situation sur le terrain oblige à reconnaître le gouvernement de Tobrouk comme interlocuteur dans la recherche d'une solution politique au chaos libyen. Le gouvernement d'union national de Tripoli ne parvient en effet toujours pas à exercer son autorité sur l'ensemble du territoire et son rival, basé à Tobrouk, gagne en légitimité diplomatique.

Aussi, alors que François Hollande renouvelait sa «confiance» au Premier ministre du gouvernement de Tripoli, créé en 2015 sous l'égide des Nations unies, Jean-Marc Ayrault appelait de son côté à un compromis entre les deux gouvernements «parallèles» et rivaux libyens, évoquant la «menace terroriste et la prolifération des trafics», se disant prêt à travailler avec les puissances régionales telles que l'Egypte.

Seulement voilà, l'Egypte est l'un des fondateurs de la Ligue arabe qui n'a pas été invitée et elle ne cache pas sa préférence pour le gouvernement de Tobrouk et le général Khalifa Haftar, appelant par ailleurs à la levée de l'embargo sur les armes à destination de la Libye.

Intérêts divergents de Rome et Paris

Et, parmi l'assemblage hétéroclite des pays conviés à cette réunion, l'Italie, dont la position géopolitique a été considérablement affaiblie par l'intervention militaire de la France et du Royaume Uni en 2011. L'ancienne puissance tutélaire a conservé des intérêts en Libye, notamment dans l'industrie du pétrole, et voit d'un mauvais œil la progression militaire du gouvernement de Tobrouk.

En septembre dernier, les forces militaires du général Khalifa Haftar se sont ainsi emparé de deux terminaux pétroliers dans l'Est de la Libye.

Et, échaudés par la fuite d'un email d'Hillary Clinton indiquant que la «France détruisait l'Italie» en Libye, les dirigeants italiens se font méfiants quant à l'agenda que souhaite imposer Paris.

Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne mais aussi ex-ministre des affaires étrangères italienne n'a pas manqué de fustiger la France, regrettant l'absence du gouvernement d'union nationale dans la discussion.

SOURCE

5 octobre 2016

L'ambassade russe à Damas a été pilonnée par les militants du Front al-Nosra, a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères.

«Le 3 octobre, la mission diplomatique russe à Damas a été attaquée au mortier. Un des projectiles a explosé sur le territoire de l'ambassade près d’un complexe résidentiel. Heureusement, personne n'a été blessé». «La mission diplomatique a subi des dommages.

Deux autres mines ont explosé près de l'ambassade. Selon les informations disponibles, les tirs ont été portés depuis une banlieue de Jobaria contrôlée par les organisations terroristes Front Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra) et par Faylaq al-Rahman», a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères.

 Le ministère russe des Affaires étrangères a fermement condamné ce crime. « Nous considérons le pilonnage de l'ambassade russe à Damas comme la conséquence des actions de ceux qui, comme les Etats-Unis et certains de leurs alliés, provoquent la poursuite du conflit sanglant en Syrie en jouant avec différents extrémistes », indique le ministère.

 Le ministère russe des Affaires étrangères a en outre souligné la nécessité de répondre aux provocations des criminels par des mesures antiterroristes coordonnées de la part de la communauté internationale.

La Russie entreprendra notamment toutes les mesures nécessaires afin d'éliminer la menace terroriste et de restaurer la paix et la sécurité sur la terre syrienne, a conclu le ministère.


En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201610041028037186-russie-syrie-damas/

 
 

Partager cet article

Rappel à Dieu ce 22 septembre 2016 à 15 h 25 du Père Gabriele AMORTH,

"Grand Exorciste" de Rome

Gabriele Amorth Mort exorciste Rome démons monde moderne
 
Le père Gabriele Amorth, sans doute l’exorciste le plus connu au monde, est mort le vendredi 16 septembre à Rome à l’âge de 91 ans. Il laisse une œuvre considérable vouée notamment à la dénonciation du refus si répandu de croire au démon et à la mise en garde contre les risques des modes du monde moderne : yoga, Harry Potter, fascination à l’égard des religions orientales. Il a également dénoncé des tendances non moins actuelles au spiritisme, à l’occultisme et à l’invocation du démon. Non sans mettre en lumière ce qu’il a lui-même constaté : Satan est à l’œuvre dans le monde moderne et spécialement dans les domaines de la politique et de la culture.
 
Né en 1925, ordonnée en 1954, c’est avec une expérience du sacerdoce déjà importante que le P. Amorth a reçu en 1986 l’office d’exorciste dans le diocèse de Rome sous la tutelle du P. Candido Amantini, à qui il allait succéder quelques années plus tard comme exorciste en chef de la ville éternelle. C’est à lui qu’on doit également la fondation de l’Association internationale des exorcistes, qu’il a présidée jusqu’en 2000. Au cours de ses trente années d’office, le P. Gabriele Amorth a pratiqué des dizaines de milliers d’exorcismes.
 

Gabriele Amorth, l’exorciste qui mettait en garde contre le pouvoir du démon sur la culture contemporaine

 
Il a beaucoup commenté les réalités contemporaines. En 2006, Le P. Amorth a fait part de sa certitude que les hauts responsables du parti nazi étaient des satanistes actifs – ce que la recherche actuelle confirme. Pour lui, aussi bien Adolf Hitler que Joseph Staline était des possédés. Il était également convaincu que la tentative d’assassinat sur Jean-Paul II en 1981 était le résultat d’influences démoniaques.
 
Mais si le démon est à l’œuvre dans les sphères du pouvoir, il l’est aussi dans le monde du quotidien, et plus que jamais à la portée de tous. « On a perdu la foi, et la superstition, la magie, le satanisme ou les planches ouija ont pris sa place, ouvrant toutes les portes à la présence des démons », assurait le P. Amorth lors d’un entretien en 2006. En 2015, il dénonçait clairement l’Etat islamique comme « Satan » : « Le mal se déguise de diverses façons : politique, religieuse, culturelle, et elle a une source d’inspiration : les démons. En tant que chrétien, je combats la Bête de manière spirituelle. »
 
Il n’hésitait pas à dire que la sécularisation, la laïcisation, la décadence de la morale en Occident sont des signes des fins des temps : « Sans le Seigneur, on abuse aussi du progrès. Nous voyons cela dans des lois qui vont totalement contre la nature, telles le divorce, l’avortement, le “mariage gay”… nous avons oublié Dieu ! »
 

L’exorciste en chef de Rome est mort, son œuvre est son testament

 
Car le P. Amorth n’hésitait pas à attaquer frontalement des tendances modernes que même les catholiques combattent avec une intensité variable. Dans un entretien avec LifeSiteNews, il déclarait en 2015 : « Le divorce a été un désastre, l’avortement a été un désastre. Tous les ans, 50 millions d’enfants sont assassinés par l’avortement. Et l’euthanasie, et la famille brisée, la cohabitation… tout cela c’est de la destruction ! Le Seigneur nous a donné le sexe en vue d’une fin et Il a aussi déclaré : “Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni.” L’amusement sexuel est une chose ; l’amour en est une autre. Aujourd’hui on parle beaucoup d’amour, mais en vérité il n’y en a pas ! »
 

Les démons du monde moderne ? L’avortement et la destruction de la famille

 
La culture moderne, avertissait le P. Amorth, est envahie d’influences spiritualistes et éventuellement démoniaques : il n’hésitait pas à dénoncer la série des Harry Potter parce que la romancière J.K. Rowling y opère une fausse distinction entre la magie noire et la magie blanche. « Elle n’existe pas car la magie est toujours une manière de se tourner vers le diable. En lisant Harry Potter, le jeune enfant sera attiré par la magie et à partir de là la distance est courte jusqu’au satanisme et au diable », disait-il. Peu de clercs, peu de catholiques osent s’en prendre ainsi à la série à succès qui, dit-on, « fait lire les enfants ». On la recommande dans des écoles catholiques « convenables ». DénoncerHarry Potter vous attire toujours une volée de bois vert. Mais le P. Amorth parlait d’expérience.
 
C’était aussi un homme de grande espérance. Aux chrétiens découragés par les défis apparemment insurmontables qu’oppose la société occidentale moderne à la foi catholique, il répétait : « Le mal existe, mais il a peur du Seigneur. » Il rappelait également aussi souvent qu’il le pouvait que les solutions sont simples : « La foi et la prière, ainsi que la réception régulière des sacrements, sont le meilleur antidote aux influences démoniaques. »
 

Anne Dolhein

Source: http://reinformation.tv/

Holy Qurobo at the Conclusion of the Holy Synod

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on OCTOBER 4, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

Syriac Orthodox Patriarchate – October 2016

His Holiness Patriarch Mor Ignatius Aphrem II celebrated the Holy Qurobo at the conclusion of the Holy Synod, in Atchaneh, Bikfaya – Lebanon.

His Holiness was assisted by their Eminences: Mor Dionysius Issa Gurbuz, Patriarchal Vicari n Switzerland and Austria, Mor Clemis Daniel Kourieh, Metropolitan of Beirut, Mor Yacoub Eduardo, Patriarchal Vicar in Central America and Mor George Kourieh, Dean of Mor Aphrem Theological Seminary in Maarat Saydnaya, in the presence of other Archbishops who participated in the Holy Synod.

In his sermon, His Holiness conveyed to the faithful the important pastoral decisions taken at the Holy Synod and prayed for the Church asking the Lord to bless the clergy and faithful in their ministry.

Source:

 

4 octobre 2016
"La Déclaration des droits sexuels" de la Fédération Internationale du Planning Familial: une abomination!

La mission de l'IPPF, International Planned Parenthood Federation (Le Planning Familial mondial) est de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des femmes et des hommes en agissant pour la santé et les droits sexuels au niveau politique et sur le terrain auprès des populations.

Il s’agit de donner aux personnes, notamment démunies et vulnérables, la possibilité et les moyens de faire des choix libres et éclairés quant à leur vie sexuelle, affective et reproductive et d’avoir accès à des services adaptés et de qualité. 

Le pouvoir de consultation et d'interférence dans les réglementations et lois gouvernementales de l’IPPF est considérable puisque cet organisme mondial développe des partenariats avec des organisations gouvernementales et non gouvernementales, des agences de l’ONU et des parlementaires et veille à ce que ses objectifs et priorités soient pris en compte dans les débats internationaux.

Je rappelle ici, avant d'aller plus loin, les récents scandales dans lesquels le Planning Familial américain a été reconnu et impliqué, soit la revente d'organes de fœtus avortéshttp://conscience-du-peuple.blogspot.com/2016/03/le-national-health-service-nhs.html

Il semble que le trafic humain, tel que défini par "La Déclaration des droits sexuels" de l'IPPF, ne sera plus illégal ou criminalisé si un enfant "consent" à s'unir à toute personne et ce, peu importe son âge et son orientation sexuelle (pédophile, transgenre...). L'obstruction des parents ne pourra plus faire obstacle à cette union puisque l'enfant aura la "capacité évolutive" de prendre seul ses décisions concernant sa vie. Les parents ne pourront pas non plus s'objecter à l'avortement ou à la prise de moyens contraceptifs puisque ce sera un droit sans restriction ni discrimination afin de respecter la "capacité évolutive de l'enfant"!

Voici la "Déclaration des droits sexuels":

https://www.planning-familial.org/sites/internet/files/declaration-droits-sexuels-ippf.pdf

(page 15) Crime du trafic de l’être humain : il s’agit de l’acquisition d’individu(s) par des moyens illégaux tels que la force, la fraude ou la tromperie, ce dans le but de les exploiter.

(page 15) Capacité évolutive : terme se référant spécifiquement à la capacité de l’enfant à pouvoir prendre seul des décisions concernant sa vie. Il s’agit également du concept selon lequel la capacité de l’enfant à prendre des décisions évolue lors de son passage de la petite enfance à l’enfance, et de l’enfance à l’adolescence.

(page 10) Toute personne a le droit d’accéder à la santé reproductive et à d’autres technologies médicales, ou de les refuser, ce sans discrimination. Toute restriction à ce droit étant fondée sur l’âge ne doit pas transgresser les principes de non discrimination et de capacité évolutive de l’enfant. 

Écoutez cette dame, Marion Sigaut, écrivaine et conférencière, qui fait une présentation détaillée et documentée de cette véritable abomination:

 

http://www.informations-en-direct-france.com/2016/10/la-declaration-des-droits-sexuels-par-l-onu-ou-la-legalisation-de-se-marier-et-d-avoir-des-relations-sexuelles-avec-des-enfants.html

OCP Icon of St. Gregorious of Parumala Venerated in Cameroon

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on OCTOBER 4, 2016

in FEATURED NEWSNEWSOCP SOCIETY NEWS

14469616_10210890670445677_6404632289739027586_n

collage

OCP News Service- 10/4/16

Cameron: Icon of St. Gregorious of Parumala of (Orthodoxy Cognate PAGE- Pan-Orthodox Christian Society) was venerated in Cameroon by  several Oriental Orthodox Christian faithful. The veneration was presided by Metropolitan Mor Mariam Philipose who is the Primate of the Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone Church (a small Oriental Orthodox Church based in Paris- France).

The veneration ceremony was held during the Apostolic Visit of Metropolitan Mor Mariam Philipose in the first week of .October 2016. Cameron Mission of the Church is vibrant and growing in numbers.

OCP Delegation Meets Metropolitan- Primate Mor Mariam Philipose of Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone Church:

Earlier, the Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone Church community in France venerated the Icon in the month of October 2015.

OCP Icon of St. Gregorious of Parumala Venerated in France:

The OCP Icon of St. Gregorious of Parumala (the first canonised Indian Saint) is a symbol of Pan-Orthodox Christian Unity. The icon was written by Eastern Byzantine Orthodox monks and the original is preserved at the OCP Chancellors residence in Chicago.

Source:
OCP News Service

His Holiness Abune Mathias I,

Sixth Patriarch and Catholicos of Ethiopia,

Archbishop of Axum and Ichege of the See of

Saint Taklehaimanot, will be offering a

fraternal visit to the Malankara

Orthodox Syrian Church during the

second week of November 2016.

 

His Holiness will be the chief guest of the Bicentennial Memorial of Sabha Jyothis Pulikkottil Joseph Mar Dionysius I, which will be held at Kunnamkulam, Kerala on 20th November, 2016.

The Malankara Orthodox Syrian Church, and the Ethiopian Orthodox Church belong to the family of Oriental Orthodox Churches which enjoy full communion with each other. His Holiness Patriarch Mathias and His Holiness Catholicos Paulose II, have strived to strengthen the relationship between the two sister Churches, as well as the greater Oriental Orthodox Church.

In March 2013, His Holiness Moran Mar Baselios Marthoma Paulose II, Catholicos of the East participated in the Enthronement of His Holiness Patriarch Abune Mathias I at the Holy Trinity Cathedral in Addis Ababa.

The last time a ruling Patriarch of the Ethiopian Church offered a fraternal visit to the Malankara Church was in December 2008 by the then Ethiopian Patriarch, His Holiness Abune Paulos of Blessed Memory.

Sa sainteté abune Mathias Ier, sixième patriarche et catholicos de l'Éthiopie et archevêque d'aksoum  offre une visite fraternelle à l'église malankare orthodoxe au cours de la deuxième semaine du mois de novembre 2016.

Sa sainteté sera l'invité d'honneur lors du mémorial du bicentenaire de sabha jyothis pulikkottil Joseph Mar Denys, qui se tiendra au kerala kunnamkulam, le 20 novembre, 2016.

L'Église Malankare orthodoxe, et de l'église orthodoxe éthiopienne appartiennent à la famille des églises orientales orthodoxes qui jouissent de la pleine communion les unes avec les autres.
 
Sa sainteté le patriarche Mathias et sa sainteté le catholicos paulose II, ont œuvré pour renforcer la relation entre les deux  églises-soeurs, l'Eglise Ethiopienne est la plus grande Eglise orthodoxe orientale.

En Mars 2013, sa sainteté Moran Mar Baselios Marthoma Paulose II, catholicos de L'Orient ont participé à l'intronisation de sa sainteté le patriarche abune Mathias 1er à la cathédrale de la Sainte Trinité à Addis-Abeba.

.
5 octobre 2016
 
 

« Tu aides les mécréants », une voix anonyme menaçait hier soir Nadia Remadna, présidente de la Brigade des Mères, menace sur ses enfants aussi « On sait où tes gosses vont à l’école » ou plus grave cette menace de viol à peine voilée « Ta fille est très belle » avant de terminer par un étrange « On va t’envoyer des vraies mères musulmanes », cette dernière menace a été exécutée ce matin.

En partant pour son travail, Nadia a été prise à partie en bas de chez elle par un groupe de femmes voilées brandissant des pancartes « On veut de mosquée pas des écoles », elles répondaient au message de Nadia au 20h de TF1 qui elle disait « On veut plus d’écoles pas des mosquées ». 

Nadia Remadna n’est pas en sécurité parce qu’elle dénonce l’islamisme. Où sont les belles voix toujours si promptes à dénoncer l’islamophobie quand une Française de confession musulmane se voit menacer avec sa famille par des salafistes ?
Où sont les islamo-gauchistes toujours prêts à défendre la Musulmane voilée quand celles qui ne le sont pas subissent des pressions pour adopter les rites de l’islam radical.

Aujourd’hui Nadia Remadna défend la République et la laïcité au péril de sa vie et contre une partie de la gauche, abandonnée par une municipalité démissionnaire, et des politiques incapables d’assurer notre sécurité.

Sevran est une ville tombée entre les mains des islamistes, Sevran est devenu un Khalifa à 40 minutes de Paris.
Partout l’islam radical s’est substitué à la République dans cette ville, je le redis, et je pèse mes mots : la ville de Sevran est un territoire annexé par l’islamisme, un territoire où des Français qui choisissent de ne pas se soumettre à ces nouveaux maîtres se mettent gravement en péril.

Ahmed Meguini

Source : laicart.org

4 octobre 2016

Un TGV près de l'usine d'Alstom à Belfort (Reuters)

"Mardi, nous sauverons le site d'Alstom à Belfort", a assuré dimanche sur RTL le Premier ministre Manuel Valls, promettant "un certain nombre de pistes concrètes" pour maintenir l'activité ferroviaire du site et "surtout, d'engager l'avenir de cette grande entreprise dans la durée".

(...)

En coulisse, l'État fait pression sur la SNCF pour qu'elle accélère ses commandes de six TGV pour la ligne Paris-Turin-Milan. Ce contrat assurerait quelques mois de travail aux ateliers de Belfort. Mais il représente une dépense de 200 millions d'euros pour la compagnie, qui espère faire baisser les prix de 10%. La prise en charge du surcoût serait encore en négociation entre l'État, Alstom et la SNCF.

L'entreprise publique dirigée par Guillaume Pepy sera aussi mise à contribution via le projet TGV du futur. Elle doit concevoir en partenariat avec Alstom la cinquième génération de trains à grande vitesse avant la fin 2017.

 

50 milliards d'euros de dette

L'État peut enfin lancer des commandes de trains d'équilibre du territoire plus connus sous le nom d'Intercités placés sous sa houlette. L'exécutif observe aussi de près le déroulement de l'appel d'offres portant sur les rames de RER nouvelle génération pour la SNCF Île-de-France.

Lire aussi : Comment l'Etat peut agir pour sauver Alstom

"Le gouvernement va encore refiler la patate chaude à la compagnie, déjà saturée de matériel. Il va exiger qu'elle plombe ses comptes sans avoir d'autre choix que de céder. Usagers et contribuables seront pénalisés", tonne Gilles Savary, député PS de Gironde.

Avec une dette abyssale de près de 50 milliards d'euros, la SNCF ne peut jouer les saint-bernards.D'autant que, mi-septembre, le gouvernement s'est prononcé contre la reprise de la dette de la SNCF Réseau pour ne pas dégrader le budget de l'État. Une bonne partie de l'endettement est liée à la construction des nouvelles lignes à grande vitesse vers Bordeaux, Montpellier…

Jeudi, la commission des finances du Sénat a préconisé de geler ces projets pour privilégier la rénovation du réseau, devenu vétuste. La Cour des comptes a déjà sonné l'alarme. Et l'accident de Brétigny (Essonne) en juillet 2012 a révélé les risques pour la sécurité des voyageurs.

SOURCE

‘WITH LOVE FOR TRUTH’ On Patriarch-Catholicos Ilia II and the visit of Pope Francis to Georgia

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on OCTOBER 5, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

pravoslavie.ru – 5/10/16

From Sept. 30 to Oct. 2 Pope Francis visited the ancient Orthodox nation of Georgia, celebrating Mass in a Tbilisi stadium on Saturday, Oct. 1 for the capital’s small Catholic population.

Hierarchs of the Georgian Orthodox Church were noticeably absent.

As it should be.

The media is variously reporting the absence of any official Georgian Orthodox delegation as a “shun,” a “snub,” and that the Pope was met “with disregard.” That such headlines are false and inflammatory is obvious in that the pope visited the nation by the invitation of the president and His Holiness Patriarch-Catholicos Ilia II himself, who greeted him at the airport and met with him in an official capacity.

Moreover, the pope was welcomed to the Svetitskhoveli Cathedral in Mtskheta where he exchanged speeches with His Holiness in the presence of a number of hierarchs, clergy, monastics, and faithful.

What we see is that, in fact, the pope was met with the same respect given to any visiting dignitary. The pope himself, upon his departure, expressed his gratitude at being so warmly received. But His Holiness Ilia II also respectfully maintained his own integrity and that of the Orthodox faith and Church, given to us by Christ through His Apostles.

At Saturday’s Mass, Pope Francis declared: ““We should work together. We should respect each other and pray together. This is ecumenism.”

It is precisely this ecumenism that the Georgian Orthodox Church understands, and rightfully rejects, not out of any hatred or chauvinism, but the righteous desire to preserve intact the deposit of faith entrusted to the hierarchs and all the faithful.

The Church and its faithful are guided by the dictum “lex orandi, lex credendi”—the rule of prayer is the rule of faith—that is, the Church believes what it prays, and prays what it believes, and therefore, unity of faith is an obvious and necessary presupposition for unity in prayer.

The absence of unity of faith between the Orthodox Church and the Catholic confession is obvious, and so should be the absence of unity in prayer. Mutual respect is not enough to bind us together in Christ, for respect that disregards truth is no respect at all, and it certainly is not love.

In his Oct. 1 speech at Svetitskhoveli Cathedral, the pope invoked the holy Apostle Paul, saying, “Those baptized in Christ, as Saint Paul teaches, have been clothed in Christ. Thus… we are called to be ‘one in Christ Jesus’ and to avoid putting first disharmony and divisions between the baptized, because what unites us is much more than what divides us.”

In the eyes of the media, the Georgian Orthodox Church’s seeming rejection of the ideal of unity and harmony is a “shun” and a “snub,” but what Pope Francis failed to mention, and which, naturally, the secular media fails to understand, but which those of an Orthodox consciousness can never forget, is that St. Paul spoke not merely of unity in baptism, but rather of One Lord, one faith, one baptism, which bind us together in one body, and one Spirit (Ephesians 4:4, 5). Baptisms not of one faith are indeed not one baptism. Baptism is unto union with the Body of Christ, and therefore, naturally, cannot happen outside of that Body of Christ.

In a statement on the Georgian Patriarchate’s website, the Church reminded the faithful that: “As long as there are dogmatic differences between our churches, Orthodox believers will not participate in their prayers,” which is entirely in keeping with the God-breathed universal canonical Tradition of the Church.

Canon 10 of the Holy Apostles reads: “If one who is not in communion prays together, even at home, let him be excommunicated,” and Canon 45: “A Bishop, or a Presbyter, or a Deacon that only prays together with heretics, should be excommunicated; if he has permitted them to perform anything as Clergymen, let him be defrocked.” Thus, we can see that His Holiness preserved his own good standing in the Church and the resilient witness of the Orthodox faith. Many later canons confirm and expound upon the norms laid down here.

For his part, the Catholic pontiff overlooked the vital dogmatic differences, insisting at his Tbilisi Papal Mass that Catholics ought never to proselytize the Orthodox, which would be “a grave sin against ecumenism,” in light of his belief that Orthodox and Catholics are brothers and sisters in the faith.

For the Orthodox, it would be precisely the notion that we must never seek to bring Catholics into the saving enclosure of the Orthodox Church that would be a sin, and a grave one at that, wholly lacking in love.

The Pope was met with respect and dignity, but not as a right-believing bishop of the true Church. He was neither invited to homilize during any Orthodox divine service, nor to bless the Orthodox faithful, nor was he seated upon any episcopal throne, nor was the liturgical Kiss of Peace exchanged—actions which would only wound the Orthodox conscience of the faithful, causing confusion and anger.

As a wise and discerning shepherd, Patriarch-Catholicos Ilia II maintained a balance between respect for his guest and respect for his own flock and Church, and his own ordination, with all its ensuing responsibilities, setting an example for Orthodox-Catholic interactions, and giving voice to the Orthodox truth in his ownspeech at Svetitskhoveli Cathedral:

“True faith, humbleness and our traditions—these are the ancient treasures that we preserve and will continue to do so in future. We greet you again and confess that our unity is in the true faithOnly true faithand love will open the path towards our communion.”

 

4 octobre 2016

(Les clichés suivants sont ceux de la visite du "Relais paroissial" Marie Rose Mystique de Mimboman Village (Yaoundé))

 

 

See original image

Programme des prochaines semaines au Monastère

 

Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de

 

Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

 

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

 

Au Monastère Syriaque de

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

 

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

 

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois

 

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

 

======

RETRAITE-PELERINAGE DE LIBERATION ET DE GUERISON INTERIEURE DES FESTIVITE DE ST GROGORIOS ET DE LA "TOUSSAINT"

See original image

 

Du 1er  au 6 dimanche Novembre

au Monastère Syriaque:

  

 Sanctuaires visités:

*Mardi 1er Novembre, Messe du jour au Sanctuaire N-D de Miséricorde, après-midi au Sanctuaire de Notre-Dame de Montligeon

*Mercredi 2 Novembre:Solennité de Saint Grégorios de Parumala au Monastère Syriaque

*Jeudi 3 NovembrePèlerinage à Notre-Dame de Pontmain et au Mont Saint Michel 

*Vendredi 4 Novembre, Messe au Monastère Syriaque  , vénération des reliques de la Ste Croix, cette journée au Monastère Syriaque est réservée aux confessions, prières de délivrances, prières de guérison intérieureselon la Tradition de l'Eglise.

*Samedi 5 Novembre,Messe au Monastère Syriaque,cette journée mariale est réservée aux confessions.L'après-midi, visite de Verneuil Sur Avre.

*Dimanche 6 Novembre: Pèlerinage à N-D de Miséricorde avec ce mois-ci une mémoire solennelle de Saint Gregorios. Messe à 10h30 suivie d'un repas fraternel et du programme habituel.

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

_____________________

 

*Dimanche 6 Novembre au Monastère Syriaque:

  

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde

 

 'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Mère de Miséricorde, priez pour nous, secourez-nous!

 

et aux Saints du Kerala

 See original image

St Abraham Koorilose Bava, priez pour nous !

 

See original image

St Grégorios de Parumala, priez pour nous !


 

10h30, Messe , repas fraternel,possibilité de rencontrer un prêtre 

(Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

Ramassage des fidèles sur

 

*Paris: le Samedi 5 Novembre à 15 h 

 

au lieu de R.D.V habituel.

 

  

* Sunday, November 6:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


See original image 

 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

 

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.41.20.16.86).

 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Convocations :

Dimanche 6 Novembre :

« Réunion de travail » et

Assemblée Générale Extraordinaire

de l’Association de la Métropolie (Archidiocèse) de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thomas.

 

Chers amis.

Initialement, le 1er dimanche d’Octobre, dès mon retour du Cameroun devait réunir les bureaux (Conseils d’Administration) des deux associations cultuelle (De la Métropolie) et caritative pour, autour du repas fraternel partagé après la Ste Messe, une « Réunion de Travail » afin de collecter toutes les informations que Père Isaac et moi-même rapportions de cette visite pastorale et en tirer les conséquences.

Malheureusement, il semble que les convocations à la CARITAS ESOF n’aient pas été envoyées.

Trop peu des membres des Conseils d’Administrations étaient présents.

Face à un tel désengagement, je renonçais à faire quelque rapport que ce soit, attendant des jours meilleurs.

Veuillez noter que nous aurons une « réunion de travail », autour du repas fraternel, comme de coutume, le dimanche 6 Novembre 2016 pour chacune des deux Associations.

Pour l’Association de la Métropolie (Archidiocèse) de l’Eglise Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma, elle sera doublée d’une Assemblée Générale Extraordinaire dont l’unique objet sera d’entériner un Legs fait à l’Archidiocèse.

Je compte sur vous !

Ces réunions prépareront également la bonne réception d’un bon ami , frère évêque et métropolite de l’Eglise-mère qui nous fait l’honneur de visiter notre Eglise locale Syro-Orthodoxe en fin Novembre début Décembre.

Dans l’amour du Christ Notre-Seigneur, votre fidèlement et respectueusement. Aloho m’barekh (Dieu vous bénisse) !

+Mor Philipose-Mariam , Chandai ce 3.X.16

 

P.S : Si vous étiez dans l’impossibilité de vous rendre à cette réunion, veuillez envoyer votre procuration au Monastère. Merci.

 

Ecologie chrétienne

Michel Maxime Egger qui anime à Béthanie un cycle d’enseignement sur l’écologie spirituelle écrit dans la revue Christus :

 « Créée ex nihilo (2 M 7, 28), elle (la création)  est par nature soumise à la loi du temps et menacée sans cesse d’un retour au néant d’où elle a été tirée. Elle ne peut échapper à cette finitude et accéder à la gloire promise qu’en étant unie et ramenée à cet au-delà d’elle-même qui est son origine? Dieu. Pour cela, elle a besoin de l’être humain; en attendant, elle gémit dans les douleurs de l’enfantement » [1]

Le christianisme ne s’oppose pas à l’écologie bien au contraire. Et si l’on en doutait les initiatives du Patriarche orthodoxe Bartholomée en faveur de la sauvegarde de la Création et celles récentes du Pape François avec son importante encyclique sur l’écologie prouveraient le contraire.

Je voudrais ici vous donner des pistes de réflexion à approfondir grâce aux liens vers  des sites, des pages ou des émissions que j’ai trouvés pour vous.

Il faut d’abord lire l’article fondamental « Bible et écologie – Protection de l’environnement et responsabilité chrétienne » de Frédéric Baudin sur le site de la Revue réformée. http://tinyurl.com/ecologie1 J’y ai appris incidemment qu’en hébreu, les verbes « cultiver » (avad) et « garder » (shamar) ont aussi une connotation religieuse: on garde les commandements de Dieu, et le verbe cultiver – travailler – peut avoir le sens de « rendre un culte », « servir Dieu ».

A compléter avec cet article cet article du Dr Patrick Theillierhttp://tinyurl.com/ecologie3 et celui des moniales de Solan http://tinyurl.com/ecologie2

La relation des chrétiens avec le préservation de la nature est analysée dans un très bon dossier de la Croix « Les chrétiens et l’écologie » http://tinyurl.com/ecologie4

Vous vous sentez prêts maintenant à  lire les 186 pages de l’encyclique  Laudato Si’ ? Lisez quand même d’abord l’article de Dominique Greiner dans le magasine La Croix qui vous donne plusieurs clés pour la comprendre.  http://tinyurl.com/ecologie5

L’encyclique est téléchargeable en ligne bien sûr http://tinyurl.com/ecologie6 mais pour quelques euros vous la lirez certainement plus confortablement  dans sa version papier.

Pour suivre l’actualité chrétienne de l’écologie il faut s’abonner et consulter en priorité le blog Eglises & écologies (E&E) un espace éditorial qui tente de suivre l'actualité des Eglises chrétiennes en lien avec les thématiques de l'écologie.http://tinyurl.com/ecologie8

Sur le site « Arbres et plantes de la Bible » en plus de nous offrir des informations sur ces végétaux les congrégations des frères et sœurs des campagnes publient des brèves d’actualité écologique chrétienne. http://tinyurl.com/ecologie15

De son côté le site « CHRÉTIENS UNIS POUR LA TERRE » est incontournable pour connaître les initiatives catholiques en matière d’écologie http://tinyurl.com/ecologie9

Pour ne pas sombrer dans une écologie chrétienne béate lisez aussi les articles que des chrétiens vivants de la vie du Christ et par là-même indignés publient sur ce site un peu décalé http://tinyurl.com/ecologie10

Si vous êtes plutôt « auditif » alors écoutez ces émissions sur le sujet :

Les chrétiens et l’écologie sur RCF http://tinyurl.com/ecologie11a ouhttp://tinyurl.com/ecologie11b mais pas seulement des chrétiens mais tous les citoyens de la terre ayant la conscience d’être partie prenante de la création comme le bouddhiste Trinh Xuan Thuan 

http://tinyurl.com/ecologie12 ou http://tinyurl.com/ecologie12a et aussi Jean-Marie-Pelt https://www.franceinter.fr/personnes/jean-marie-pelt ( et écouter l'AUDIO1 & AUDIOet Pierre Rabhi https://www.france