Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 05:25
Realizing the hour of reckoning, O my soul, and fearing tlie cutting down of the fig tree, work diligently with the talent that has been given thee O wretched one. Watch and pray that we may not remain outside the bride chamber of Christ

Realizing the hour of reckoning, O my soul, and fearing tlie cutting down of the fig tree, work diligently with the talent that has been given thee O wretched one. Watch and pray that we may not remain outside the bride chamber of Christ

Chers amis. Aloho m'barekh

Etant en ce moment en train d'assumer mes visites aux malades en Charente, Limousin et Creuse, il se peut que, demain, je ne puisse assumer ce Rendez-vous quasiment quotidien si je ne puis atteindre l'internet chez les fidèles qui m'hébergeront ce soir...Veuillez m'en excuser.

Jeudi, moi-même Cyprien et Axel rentrerons sur le Monastère.

Je dois être samedi à Paris où je ferai le ramassage de nos fidèles pour le WE aux pieds de N-D de Miséricorde.

Certains resteront pour la Retraite Spirituelle que je donnerai du 1er au 5.

J'espère tous vous retrouver le 5 pour la Solennité de l'Ascension de Notre-Seigneur. La Messe de 10h30 sera précédée de la prière des Rogations. C'est aussi mon anniversaire d'ordination sacerdotale  (35 ans !).

 

En vous remerciant pour vos prières, je vous assure des miennes.

Votre fidèlement.

+Mor Philipose-Mariam.

 

Première lettre de saint Pierre Apôtre 5,1-4.10-11.

Mes bien-aimés, j'exhorte les anciens qui sont parmi vous, moi ancien comme eux, témoin de la Passion du Christ et qui aurai part à la gloire qui doit être manifestée : 
paissez le troupeau de Dieu qui vous est confié, veillant sur lui, non par contrainte, mais de bon gré ; non dans un intérêt sordide, mais par dévouement ; 
non en dominateurs des Églises, mais en devenant les modèles du troupeau. 
Et quand le Prince des pasteurs paraîtra, vous recevrez la couronne de gloire, qui ne se flétrit jamais. 
Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés à sa gloire éternelle dans le Christ, après quelques souffrances, achèvera lui-même son œuvre, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables. 
A lui soient la gloire et la puissance aux siècles des siècles ! Amen ! 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 16,13-19.

En ce temps-là, Jésus vint aux environs de Césarée de Philippe, et il interrogeait ses disciples disant : "Quel est celui que les hommes disent être le Fils de l'homme ?" 
Ils dirent : " Les uns Jean le Baptiste, d'autres Élie, d'autres Jérémie ou l'un des prophètes. " 
Il leur dit : " Et vous, qui dites-vous que je suis ? " 
Simon Pierre, prenant la parole, dit : " Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant. " 
Jésus lui répondit : " Tu es heureux, Simon Bar-Jona, car ce n'est pas la chair et le sang qui te l'ont révélé, mais mon Père qui est dans les cieux. 
Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle. 
Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux : tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. " 
 




Par SS Benoît XVI,

pape émérite de l'Eglise de Rome et exerça son pontificat de 2005 à 2013 
Extrait de l'Angélus du 24/08/08 (trad. © Libreria Editrice Vaticana) 

 

LA FOI DE PIERRE:

 

 

« Sur cette pierre je bâtirai mon Église »

 

 

      Le Seigneur interpelle directement les Douze : « Pour vous, qui suis-je ? »

Au nom de tous, avec élan et décision, c'est Pierre qui prend la parole :

« Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant ».

Une profession de foi solennelle que depuis lors l'Église continue de répéter.

Nous aussi aujourd'hui, nous voulons proclamer avec une conviction intime :

« Oui, Jésus, vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »

Nous le faisons avec la conscience que le Christ est le vrai « trésor » (Mt 13,44) pour lequel il vaut la peine de tout sacrifier ; c'est lui l'ami qui ne nous abandonne jamais, parce qu'il connaît les attentes les plus intimes de notre cœur.

Jésus est le « Fils du Dieu vivant », le Messie promis, venu sur la terre pour offrir à l'humanité le salut et pour satisfaire la soif de vie et d'amour qui habite en chaque être humain.

Quels bienfaits tirerait l'humanité d'accueillir cette annonce qui porte en elle la joie et la paix ! 

      « Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant » :

à cette profession de foi inspirée faite par Pierre,

Jésus réplique :

« Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes du séjour des morts ne tiendront pas contre elle.

Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux ».

C'est la première fois que Jésus parle de l'Église, dont la mission est la mise en œuvre du dessein grandiose de Dieu de rassembler dans le Christ l'humanité entière dans une seule famille.

La mission de Pierre et de ses successeurs est justement celle de servir cette unité de l'unique Église de Dieu formée par les juifs et les païens de tous les peuples.

Son ministère indispensable est de faire en sorte qu'elle ne s'identifie jamais avec une seule nation, avec une seule culture, mais que ce soit l'Église de tous les peuples, pour rendre présentes parmi les hommes, marqués par des divisions et des oppositions innombrables, la paix de Dieu et la force rénovatrice de son amour.

Servir donc l'unité intérieure qui vient de la paix de Dieu, l'unité de ceux qui, en Jésus Christ, sont devenus frères et sœurs : voilà la mission particulière du pape, évêque de Rome, et successeur de Pierre.

See original image

St Raphaël Arnáiz Barón,amour,Jésus,trésor,joie,louange,cortège,disciples

Le point de vue Orthodoxe exprimé par les Pères:

 

 

Eusèbe de Césarée (†340), père de l'histoire ecclésiastique, mentionnant ce verset dans ces commentaires sur les psaumes, estime que le Christ est lui-même le fondement de l'Église (Η πετρα δε ην ο Χριστος)[5], suivant les textes des épîtres apostoliques (I Cor 10, 14 et I Cor 3, 11). Après le Sauveur, toujours suivant l'apôtre Paul (Eph 2, 20), on peut également considérer comme fondations de l'Église, la prédication des prophètes et des apôtres (ειτα μετ′ αυτον θεμελιοι της Εκκλησιας προφητικοι και αποστολικοι λογοι), ayant « Jésus Christ lui-même pour pierre angulaire ». La valeur de cette affirmation tient à ce que malgré l'ambiguïté doctrinale et le manque de fermeté dogmatique dont fit preuve Eusèbe de Césarée au Premier concile œcuménique, il définit clairement Jésus Christ et la foi en Sa Divinité comme fondations de l'Église, exprimant sans doute l'opinion de l'Église paléochrétienne.

See original image

Saint Hilaire de Poitiers (†367), surnommé « l'Athanase de l'Occident » pour avoir activement défendu l'Orthodoxie contre l'arianisme en Gaule, appelle pierre sur laquelle est bâtie l'Église la confession du bienheureux Simon (super hanc igitur confessionis petram Ecclesiae aedificatio est)[6]. Le fondement intangible (immobile fundamentum) est donc la pierre de la confession de foi bienheureuse de Pierre (una haec felix fidei petra Petri ore confessa)[7].

See original image

Saint Grégoire de Nysse (†394), l'un des trois grands « cappadociens », ne s'attarde pas à louer Simon, un simple pécheur, mais glorifie sa foi ferme (αλλα προς την εκεινου πιστιν την στερεαν), qui est le fondement de toute l'Église[8].

See original image

Saint Ambroise de Milan (†397), l'un des grands docteurs de l'Église latine, qui convertit saint Augustin au christianisme et influença l'empereur Théodose le Grand, estime que la foi est le fondement de l'Église (Fides ergo est Ecclesiæ fundamentum), car il n'est pas dit de la chair de Pierre, mais de la foi que les portes de la mort ne l'emporteront pas sur elle (non enim de carne Petri, sed de fide dictum est, quia portæ mortis ei non prævalebunt)[9]. Saint Ambroise appelle ensuite le Christ rocher, suivant la pensée de l'apôtre Paul développée dans la lettre aux Corinthiens (I Cor 10, 4) et invite chaque chrétien à s'efforcer de devenir pierre à son tour. Le chrétien ne doit pas chercher la pierre en dehors, mais au-dedans de lui. Cette pierre, c'est sa foi, et la foi est le fondement de l'Église[10]. Cette interprétation allégorique de type ascétique ne permet pas non plus de faire de l'apôtre Pierre le fondement de l'Église. La fameuse maxime de saint Ambroise « Là où est Pierre, là est l'Église » (Ubi Petrus, ibi Ecclesia)[11] doit être comprise du point de vue ecclésiologique patristique, suivant lequel l'épiscopat est pleinement incarné dans chaque évêque, qui possède en plénitude le don pétrinien de fonder l'Église. Nous reviendrons en détail sur ce point.

See original image

Saint Épiphane de Chypre (†403), infatigable pourfendeur d'hérésies, relie, lui, d'une certaine façon l'apôtre Pierre à sa foi. D'une part, l'apôtre Pierre est le premier parmi les apôtres (τον πρωτον των αποστολων), la pierre solide (την πετραν την στερεαν) sur laquelle est fondée l'Église (εφ′ ην η Εκκλησια του Θεου ωκοδομηται)[12]. D'autre part, « Saint Pierre, qui préside parmi les apôtres (κορυφαιοτατος των αποστολων), est devenu pour nous en vérité cette pierre solide (στερεα πετρα) affirmant la foi du Seigneur, pierre sur laquelle est bâtie l'Église »[13]. Saint Épiphane cite ensuite Mt 16, 18 et explique ainsi l'exclamation du Seigneur après la confession de Pierre : « Sur cette pierre de la foi inébranlable, je bâtirai mon Église » (Επι τη πετρα ταυτη της ασφαλης πιστεως οικοδομησω μου την Εκκλησιαν) [14]. Pour saint Épiphane, la meilleure expression de la tradition apostolique est le Symbole de foi proclamé par les Pères du Concile de Nicée, et non la personne de l'apôtre Pierre : « Cette foi nous a été transmise par les saints apôtres et (confirmée) dans l'Église en la ville sainte (εν Εκκλησια τη αγια πολει) d'un seul cœur par tous ceux qui étaient alors les saints évêques, au nombre de plus de trois cent dix »[15].

See original image

Pour saint Jean Chrysostome (†407), l'auteur de la Liturgie toujours célébrée dans toutes les églises orthodoxes, la pierre sur laquelle est fondée l'Église est la confession (τη πιστει της ομολογιας) de la Divinité de Jésus Christ par l'apôtre Pierre. Lorsque Pierre le reconnaît comme Christ Fils de Dieu, Jésus appelle Pierre fils de Yonas, introduisant un parallèle pour montrer qu'il est le vrai Fils de Dieu, de sa propre substance, avant de parler de la fondation de l'Église sur cette confession (επι της ομολογιας) de Sa divinité[16]. Le recours à une interprétation allégorique de ce texte évangélique pour exprimer le principe théologique de la consubstantialité du Père et du Fils ne laisse aucune place à une quelconque interprétation « littérale » présentant l'apôtre Pierre comme l'unique fondement de l'Église, pas plus qu'aux prétentions des papes.

See original image

Saint Jérôme (†419), traducteur latin des Saintes Écritures et auteur de la Vulgate, estime que la pierre est le fondement de l'Église (Super hanc petram Dominus fundavit Ecclesiam), l'apôtre Pierre ayant reçu son nom de cette pierre (ab hac petra apostolus Petrus sortitus est nomen). Le fondement unique posé par l'architecte apostolique (I Cor 3) est notre Seigneur Jésus Christ lui-même (Fundamentum quod Apostolus architectus posuit, ICor.III, unus/unum est Dominus noster Jesus Christus) et sur ce fondement stable et ferme le Christ a bâti l'Église (Super hoc fundamentum stabile et firmum ... aedificatur Christi Ecclesia)[17]. L'attitude respectueuse de saint Jérôme envers le pape Damase n'a pas de base doctrinale, puisqu'il ne parle nulle part d'un éventuel et unique centre spirituel romain.

See original image

Saint Augustin (†430), fondateur de la théologie occidentale chrétienne, qui inspira les conciles de Carthage contre la centralisation romaine[18], affirme que l'Église est fondée sur la pierre de laquelle l'apôtre Pierre reçut son nom (fundata est super petram, unde Petrus nomen accepit), de la même façon que le mot chrétien vient du nom « Christ » (christianus a Chisto vocatur). Cette pierre, c'est le Christ lui-même, l'Église est bâtie sur le Christ (Petra enim erat Christus, ICor.X,4; ...fundatur in Christo, ICor.III,11)[19]. « Tous ils ont bu à la même source, qui était spirituelle, car ils buvaient à un rocher qui les accompagnait, et ce rocher, c'était déjà le Christ » (I Cor 10, 4) ; « Les fondations, personne ne peut en poser d'autres que celles qui existent déjà : ces fondations, c'est le Christ » (I Cor 3, 11). Dans d'autres textes, saint Augustin affirme que la pierre est la confession de foi de Pierre, l'Église étant fondée par le Christ non sur un homme, mais sur cette confession de foi[20]. L'apôtre Pierre personnifiait l'Église lorsqu'il confessait la divinité de Jésus Christ, bien que, suivant saint Augustin, les clés du Royaume des cieux n'aient pas été remises à un seul homme, mais à l'unité de l'Église (homo unus, sed unitas ecclesiae)[21]. Suivant le professeur Bolotov, Augustin ne voit en l'apôtre Pierre ni la tête, ni le chef de l'Église, bien qu'il concentre les privilèges de l'Église. Saint Augustin ne pense cependant pas que la position élevée de l'apôtre Pierre puisse se transmettre[22].

See original image

Après une longue confession de la foi de l'Église au III Concile œcuménique d'Éphèse, Acace de Mélitène (†ок.438) conclut que l'Église est fermement assise sur cette foi qui est la nôtre (αυτη ημων η πιστις· επι τουτω τω θεμελιω ωκοδομηθη η Εκκλησια)[23]. Si le hiérarque ne donne pas la référence de ce qui renvoie à l'évidence à notre citation évangélique, c'est sans doute parce qu'il était communément admis que la foi apostolique ferme et intangible était le fondement de l'Église.

See original image

Pour saint Cyrille d'Alexandrie (†444), célèbre exégète et polémiste égyptien, défenseur de l'Orthodoxie contre le nestorianisme, qui cite ce texte de l'Évangile, la pierre, c'est la foi inébranlable du disciple (πετραν, οιμαι, λεγων το ακραδαντονεις πιστιν του μαθητου)[24], dont le nom ne signifie rien d'autre que cette foi inébranlable et ferme sur laquelle repose l'Église du Christ (την ακατασειστον και εδραιοτατην του μαθητου πιστιν) [25].

See original image

L'évêque Paul d'Emèse (†444), qui contribua à la réconciliation des chaires d'Alexandrie et d'Antioche après le III Concile œcuménique, reproduit la confession du coryphée des apôtres d'après les récits des disciples de saint Pierre (ο κορυφιος των αποστολων ... το στομα των μαθητων)[26] : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » et sur cette foi, sur cette pierre (επι ταυτη τη πιστει ... επι ταυτης της πετρας)[27] est fondée l'Église de Dieu. Malgré toutes ses capacités diplomatiques, l'évêque Paul formule ici une définition doctrinale sans équivoque, exprimée dans ses sermons prononcés en présence de saint Cyrille d'Alexandrie.

See original image

Saint Théodoret de Cyr (†457), l'un des meilleurs représentants de l'école de théologie d'Antioche, attire l'attention sur la déclaration du grand Pierre confessant la divinité de Jésus Christ et la confirmation de ces paroles de Pierre par le Christ, proclamant la fondation de l'Église sur cette pierre. C'est pourquoi le sage apôtre Paul, le plus grand bâtisseur d'églises, ne propose pas d'autres fondations : « Les fondations, personne ne peut en poser d'autres que celles qui existent déjà : ces fondations, c'est Jésus Christ » (I Co 3, 11). Aussi le saint écrivain Théodoret estime que le Christ est le fondement de l'Église (cf Epistola 146, ad Joanneum œconomum) [28].

See original image

Suivant Basile de Séleucie (†458), le Christ appelle la confession de foi « pierre » (ταυτην την ομολογιαν Πετραν καλεσας ο Χριστος) et donne le nom de Pierre à celui qui confesse, signifiant que ce nom est le plus convenable à celui qui, le premier, confessa la foi (Πετρον ονομαςει τον πρωτως ταυτην ομολογησαντα · γνωρισμα της ομολογιας την προσηγοριαν δωρουμενος). C'est la véritable pierre de la piété, le fondement du salut, le rempart de la foi, les fondations de la vérité : « Car personne ne peut poser d'autres fondations que celles qui existent déjà, Jésus Christ » (Αυτη γαρ αληθως της ευσεβειας η πετρα, αυτη της σωτηριας η κρηπις, τουτο της πιστεως το τειχος, ουτος ο της αληθειας θεμελιος · Θεμελιον γαρ αλλον ουδεις δυναται θειναι παρα τον κειμενον, ος εστιν Ιησους Χριστος) [29].

 

'The soul overcome by listlessness is manifestly also possessed by lack of faith. It is on account of this that it lets day after day go by without heeding the Gospels. Not paying attention to the inner warfare, it is taken captive by conceit and frequently elated by dreams. Conceit blinds the soul, not letting it perceive its own weakness.' (St. Symeon Metaphrastis)

'The soul overcome by listlessness is manifestly also possessed by lack of faith. It is on account of this that it lets day after day go by without heeding the Gospels. Not paying attention to the inner warfare, it is taken captive by conceit and frequently elated by dreams. Conceit blinds the soul, not letting it perceive its own weakness.' (St. Symeon Metaphrastis)

 

See original image

SAINTS CLET ET MARCELIN, QUI ÊTES-VOUS ?

 

Sts Clet,Marcellin,papes,martyrs

Saint Clet

Pape 

(? - 79✝ v.91)

 

       Clet, d’après saint Irénée, est le même que saint Anaclet qui fut pape de Rome entre saint Lin et saint Clément.

Il connut encore des disciples de saint Pierre et de saint Paul. Nous savons à son sujet qu’il orna les tombeaux des princes des Apôtres.

Il aurait été le premier à se servir dans ses lettres de ces mots :

"Salut et bénédiction Apostolique".

Il reçut la couronne du martyre sous l’empereur Domitien et fut enterré au Vatican près de saint Pierre.

 

Saint Marcellin

Pape

(? - 260 ✝ 304)

 

Saint Marcellin gouverna l’Église de Rome  pendant la persécution de Dioclétien.

Avec une sage prévoyance, il fit construire dans les catacombes de vastes chambres qui servirent pour la célébration du culte pendant les persécutions.

Une de ces chambres dans le cimetière de saint Callixte a été conservée en souvenir du saint pape.

On affirmait autrefois  ,sans doute à tort, que ce pape, au temps de la persécution, avait brûlé de l’encens devant les idoles, mais qu’il avait racheté cette faiblesse par un glorieux martyre. Et si c'était vrai ? Ce serait alors signe qu'il ne faut pas desespérer et le prier très fort pour qu'il intercède pour que, à son exemple, les évêques de Rome et d'ailleurs qui succombent aux tentations de "l'esprit du monde" et de l'apostasie se repentent et agissent en conséquent...

Son tombeau se trouvait dans la catacombe de Priscille où il était très honoré.

 

===

Par Saint Païsios,
Паисий Великий
LE COMBAT SPIRITUEL POUR ÊTRE VERTUEUX
 
Quiconque désire devenir vertueux ne peut y parvenir en un seul jour.
Qu'au lever du jour, il commence par au moins une vertu, s'exerçant à la patience dans le combat que l'Ennemi de Dieu va entreprendre contre lui. 
Qu'il prie avec beaucoup d'humilité, de soupirs et de larmes afin que le Seigneur lui donne la force de surmonter les tentations et qu' il s'efforce d'agir ainsi pendant quelques jours afin de ne pas être victime de la passion qu'il essaie de vaincre, qu'il s'agisse de la fornication, de la gloutonnerie ou de toute autre passion. 
Et qu'il se batte lui-même à l'aide de la vertu correspondante, pour la conquérir avec l'aide de Dieu. 
Ainsi, ô homme si tu es tenté, par ton estomac, astreins-toi pendant toute une semaine à ne manger qu'une fois par jour, pour qu'à la fin, même la nourriture grossière te semble plus douce que le miel .
Si ta langue n'a pas de bride, et profère souvent des paroles vaines et honteuses, mets un morceau de bois ou une pierre dans ta bouche,  jusqu'à ce que tu effaces la mauvaise habitude et si tu es fier, accomplis les tâches les plus humbles et portes des vêtements usés. 
Agis de même avec les passions qui te restent encore, jusqu'à ce que tu sois débarrassé de toutes celles que tu as.
 
====
 
During Holy Week the Bysantine Church remembers the final days of the Savior’s earthly life—His deeds and talks with His disciples, the institution of the Mystery of the Eucharist, Judas’s betrayal, the Lord’s captivity, His sufferings and humiliation, crucifixion, death, and burial.
 
КОММЕНТАРИИ ЧИТАТЕЛЕЙ
 
 

TROIS ANS DEJA !

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 

 

 
 

« La Madone aura plus de joie si nous donnons à ce pauvre »

26 avril – Italie, Rome : Notre Dame du Perpétuel Secours donnée à l'Eglise des Rédemptoristes (1886) 

Les parents de Gianni et de Franco demeurent dans un pauvre quartier du port de Gênes. Leur père boit et ils manquent d’argent. Eux vagabondent dans les rues de la ville mais sont de bons gars. Ils se réjouissent à la pensée que bientôt aura lieu la procession de la Madone qu'ils aiment de tout leur cœur et ils voudraient, comme tout le monde, allumer des bougies sur le bord de leur fenêtre. Mais où trouver l'argent ? 

Gianni a une idée. "Si nous allions travailler ? propose-t-il. Il nous reste un jour avant la procession. Nous pouvons gagner quelques lires". Le lendemain, les deux gars se lèvent avant sept heures et se font embaucher chez le marchand de charbon. 

Avec l’argent gagné ils filent acheter des bougies, remarquant à peine un mendiant qui leur tend la main. Mais soudain ils se reprennent et reviennent en arrière : « La Madone aura plus de joie si nous donnons cet argent à ce pauvre homme ». Ils déposent les lires dans la main du mendiant, puis rentrent à la maison. 

Or là, de gros cierges ornent les fenêtres ! Ils n'en reviennent pas... Car le père, ayant découvert ses fils en train de charger du charbon, eut honte de sa conduite, demanda à son chef un acompte, acheta vingt cierges et promit à sa femme de ne plus boire !

 

Fluvion Grimaldi 
(Die schönsten Mariengeschichten)

Behold the Bridegroom comes at midnight, / And blessed is the servant whom He shall find watching, / And again unworthy is the servant whom He shall find heedless. / Beware, therefore, O my soul, do not be weighed down with sleep, / Lest you be given up to death and lest you be shut out of the Kingdom. / But rouse yourself crying: Holy, Holy, Holy, are You, O our God! / Through the Theotokos have mercy on us!

Behold the Bridegroom comes at midnight, / And blessed is the servant whom He shall find watching, / And again unworthy is the servant whom He shall find heedless. / Beware, therefore, O my soul, do not be weighed down with sleep, / Lest you be given up to death and lest you be shut out of the Kingdom. / But rouse yourself crying: Holy, Holy, Holy, are You, O our God! / Through the Theotokos have mercy on us!

Sur quelle pierre le Christ a-t-il fondé Son Eglise?

 ou

exégèse des pères de l’Eglise sur

St Matthieu 16:18

En vérité, je te le dis : Tu est Pierre,
et sur cette pierre je bâtirai mon Église,
et les portes de l'enfer ne l'emporteront pas sur elle.

(Matthieu 16:18)

L'orthodoxe résidant dans l'Occident post-chrétien[1] est souvent amené à débattre avec les catholiques la question du pape et du rôle de l'apôtre Pierre dans l'Église. Les catholiques ont généralement le réflexe de citer Mt 16, 18, verset sur lequel s'appuyerait la théorie de la primauté pontificale. Mais l'Évangile parle-t-il vraiment d'une place particulière et d'un rôle particulier de l'apôtre Pierre au sein du collège apostolique dans un sens « papiste » ? La tradition exégétique patristique donne une réponse claire à ces questions.

Mt 16, 18 est un texte essentiel, exprimant l'intangibilité de l'Église, son invincibilité face aux puissances du mal, mettant en évidence la solidité de ses fondements. Une interprétation correcte de ce verset évangélique est particulièrement importante à l'heure où le témoignage orthodoxe se fait urgent dans l'Occident chrétien qui souffre cruellement de la sécularisation de la foi et de l'oubli des valeurs évangéliques.

Cependant, une certaine interprétation des paroles du Christ dans ce passage d'Évangile crée une base favorable au développement d'une opinion doctrinale particulière – la théorie de la primauté du pape – qui constitue en même temps un sérieux obstacle à l'unité des chrétiens[2].

L'objectif de cet exposé est de clarifier la position patristique sur le passage de l'Évangile selon saint Mathieu au chapitre 16, verset 18 et d'en examiner les différentes interprétations confessionnelles, leurs sources et leurs conséquences.

La principale divergence d'interprétation de ce texte évangélique, qui favorisa l'éclatement et l'isolement des communautés chrétiennes hors de l'unité conciliaire de l'Église vient d'une différence de compréhension de ses fondations, de la nature de cette « pierre » inébranlable sur laquelle elle repose et du rôle de l'apôtre Pierre, Simon-Pierre, parmi les apôtres et dans l'Église en particulier. Jésus Christ adresse ces paroles à l'apôtre, l'appelant Pierre (en grec, Πετρος, nom masculin) au moment où Pierre prononce une ferme confession de sa foi en la divinité de Jésus Christ (Mt 16, 13-16)[3], véritable fondement, pierre (en grec πετρα, nom féminin) de la foi sur laquelle le Christ asseoit son Église. Saint Augustin, qui écrivait en latin, mentionnait déjà la paronomase en Mt 16, 18, insistant sur la distinction entre l'apôtre Simon-Petros dans les Évangiles et la pierre-petra sur laquelle le Christ fonde son Église. Malgré tout, le catholicisme propose une interprétation singulière de Mt 16, 18 pour justifier le pouvoir extraordinaire (autrefois absolu) des papes de Rome, attribuant à l'apôtre Pierre un rôle fondateur unique dans l'Église ainsi qu'une autorité et un pouvoir exceptionnels transmis d'une façon ou d'une autre aux papes de Rome. Le pape Étienne, dès l'époque des persécutions de l'empereur Dèce, se nomme « évêque des évêques », exprimant l'opinion particulière qui pointait déjà à Rome.

Dans le même temps, ce pape s'efforce d'excommunier en masse ses confrères dans l'épiscopat, recevant finalement cette semonce de leur part : « Tu crois pouvoir les excommunier tous de toi, mais tu n'as fait que t'excommunier toi-même de tous ». Au Ve siècle, le pape Innocent déclare « qu'on ne peut rien décider sans en référer à la chaire romaine, dans les affaires de la foi en particulier, tous les évêques doivent s'adresser à l'apôtre Pierre », c'est-à-dire à l'évêque de Rome. Au VIIe siècle, le pape Agathon affirme à son tour que l'évêque de Rome n'a jamais péché et ne pouvait pécher[4]. A quel point ces idées du papisme naissant sont-elles fondées sur les Saintes Écritures ? Les Pères de l'Église « indivise » partageaient-ils cette vision des choses dans leur interprétation de Mt 16, 18 ?

Eusèbe de Césarée (†340), père de l'histoire ecclésiastique, mentionnant ce verset dans ces commentaires sur les psaumes, estime que le Christ est lui-même le fondement de l'Église (Η πετρα δε ην ο Χριστος)[5], suivant les textes des épîtres apostoliques (I Cor 10, 14 et I Cor 3, 11). Après le Sauveur, toujours suivant l'apôtre Paul (Eph 2, 20), on peut également considérer comme fondations de l'Église, la prédication des prophètes et des apôtres (ειτα μετ′ αυτον θεμελιοι της Εκκλησιας προφητικοι και αποστολικοι λογοι), ayant « Jésus Christ lui-même pour pierre angulaire ». La valeur de cette affirmation tient à ce que malgré l'ambiguïté doctrinale et le manque de fermeté dogmatique dont fit preuve Eusèbe de Césarée au Premier concile œcuménique, il définit clairement Jésus Christ et la foi en Sa Divinité comme fondations de l'Église, exprimant sans doute l'opinion de l'Église paléochrétienne.

Saint Hilaire de Poitiers (†367), surnommé « l'Athanase de l'Occident » pour avoir activement défendu l'Orthodoxie contre l'arianisme en Gaule, appelle pierre sur laquelle est bâtie l'Église la confession du bienheureux Simon (super hanc igitur confessionis petram Ecclesiae aedificatio est)[6]. Le fondement intangible (immobile fundamentum) est donc la pierre de la confession de foi bienheureuse de Pierre (una haec felix fidei petra Petri ore confessa)[7].

Saint Grégoire de Nysse (†394), l'un des trois grands « cappadociens », ne s'attarde pas à louer Simon, un simple pécheur, mais glorifie sa foi ferme (αλλα προς την εκεινου πιστιν την στερεαν), qui est le fondement de toute l'Église[8].

Saint Ambroise de Milan (†397), l'un des grands docteurs de l'Église latine, qui convertit saint Augustin au christianisme et influença l'empereur Théodose le Grand, estime que la foi est le fondement de l'Église (Fides ergo est Ecclesiæ fundamentum), car il n'est pas dit de la chair de Pierre, mais de la foi que les portes de la mort ne l'emporteront pas sur elle (non enim de carne Petri, sed de fide dictum est, quia portæ mortis ei non prævalebunt)[9]. Saint Ambroise appelle ensuite le Christ rocher, suivant la pensée de l'apôtre Paul développée dans la lettre aux Corinthiens (I Cor 10, 4) et invite chaque chrétien à s'efforcer de devenir pierre à son tour. Le chrétien ne doit pas chercher la pierre en dehors, mais au-dedans de lui. Cette pierre, c'est sa foi, et la foi est le fondement de l'Église[10]. Cette interprétation allégorique de type ascétique ne permet pas non plus de faire de l'apôtre Pierre le fondement de l'Église. La fameuse maxime de saint Ambroise « Là où est Pierre, là est l'Église » (Ubi Petrus, ibi Ecclesia)[11] doit être comprise du point de vue ecclésiologique patristique, suivant lequel l'épiscopat est pleinement incarné dans chaque évêque, qui possède en plénitude le don pétrinien de fonder l'Église. Nous reviendrons en détail sur ce point.

Saint Épiphane de Chypre (†403), infatigable pourfendeur d'hérésies, relie, lui, d'une certaine façon l'apôtre Pierre à sa foi. D'une part, l'apôtre Pierre est le premier parmi les apôtres (τον πρωτον των αποστολων), la pierre solide (την πετραν την στερεαν) sur laquelle est fondée l'Église (εφ′ ην η Εκκλησια του Θεου ωκοδομηται)[12]. D'autre part, « Saint Pierre, qui préside parmi les apôtres (κορυφαιοτατος των αποστολων), est devenu pour nous en vérité cette pierre solide (στερεα πετρα) affirmant la foi du Seigneur, pierre sur laquelle est bâtie l'Église »[13]. Saint Épiphane cite ensuite Mt 16, 18 et explique ainsi l'exclamation du Seigneur après la confession de Pierre : « Sur cette pierre de la foi inébranlable, je bâtirai mon Église » (Επι τη πετρα ταυτη της ασφαλης πιστεως οικοδομησω μου την Εκκλησιαν) [14]. Pour saint Épiphane, la meilleure expression de la tradition apostolique est le Symbole de foi proclamé par les Pères du Concile de Nicée, et non la personne de l'apôtre Pierre : « Cette foi nous a été transmise par les saints apôtres et (confirmée) dans l'Église en la ville sainte (εν Εκκλησια τη αγια πολει) d'un seul cœur par tous ceux qui étaient alors les saints évêques, au nombre de plus de trois cent dix »[15].

Pour saint Jean Chrysostome (†407), l'auteur de la Liturgie toujours célébrée dans toutes les églises orthodoxes, la pierre sur laquelle est fondée l'Église est la confession (τη πιστει της ομολογιας) de la Divinité de Jésus Christ par l'apôtre Pierre. Lorsque Pierre le reconnaît comme Christ Fils de Dieu, Jésus appelle Pierre fils de Yonas, introduisant un parallèle pour montrer qu'il est le vrai Fils de Dieu, de sa propre substance, avant de parler de la fondation de l'Église sur cette confession (επι της ομολογιας) de Sa divinité[16]. Le recours à une interprétation allégorique de ce texte évangélique pour exprimer le principe théologique de la consubstantialité du Père et du Fils ne laisse aucune place à une quelconque interprétation « littérale » présentant l'apôtre Pierre comme l'unique fondement de l'Église, pas plus qu'aux prétentions des papes.

Saint Jérôme (†419), traducteur latin des Saintes Écritures et auteur de la Vulgate, estime que la pierre est le fondement de l'Église (Super hanc petram Dominus fundavit Ecclesiam), l'apôtre Pierre ayant reçu son nom de cette pierre (ab hac petra apostolus Petrus sortitus est nomen). Le fondement unique posé par l'architecte apostolique (I Cor 3) est notre Seigneur Jésus Christ lui-même (Fundamentum quod Apostolus architectus posuit, ICor.III, unus/unum est Dominus noster Jesus Christus) et sur ce fondement stable et ferme le Christ a bâti l'Église (Super hoc fundamentum stabile et firmum ... aedificatur Christi Ecclesia)[17]. L'attitude respectueuse de saint Jérôme envers le pape Damase n'a pas de base doctrinale, puisqu'il ne parle nulle part d'un éventuel et unique centre spirituel romain.

Saint Augustin (†430), fondateur de la théologie occidentale chrétienne, qui inspira les conciles de Carthage contre la centralisation romaine[18], affirme que l'Église est fondée sur la pierre de laquelle l'apôtre Pierre reçut son nom (fundata est super petram, unde Petrus nomen accepit), de la même façon que le mot chrétien vient du nom « Christ » (christianus a Chisto vocatur). Cette pierre, c'est le Christ lui-même, l'Église est bâtie sur le Christ (Petra enim erat Christus, ICor.X,4; ...fundatur in Christo, ICor.III,11)[19]. « Tous ils ont bu à la même source, qui était spirituelle, car ils buvaient à un rocher qui les accompagnait, et ce rocher, c'était déjà le Christ » (I Cor 10, 4) ; « Les fondations, personne ne peut en poser d'autres que celles qui existent déjà : ces fondations, c'est le Christ » (I Cor 3, 11). Dans d'autres textes, saint Augustin affirme que la pierre est la confession de foi de Pierre, l'Église étant fondée par le Christ non sur un homme, mais sur cette confession de foi[20]. L'apôtre Pierre personnifiait l'Église lorsqu'il confessait la divinité de Jésus Christ, bien que, suivant saint Augustin, les clés du Royaume des cieux n'aient pas été remises à un seul homme, mais à l'unité de l'Église (homo unus, sed unitas ecclesiae)[21]. Suivant le professeur Bolotov, Augustin ne voit en l'apôtre Pierre ni la tête, ni le chef de l'Église, bien qu'il concentre les privilèges de l'Église. Saint Augustin ne pense cependant pas que la position élevée de l'apôtre Pierre puisse se transmettre[22].

Après une longue confession de la foi de l'Église au III Concile œcuménique d'Éphèse, Acace de Mélitène (†ок.438) conclut que l'Église est fermement assise sur cette foi qui est la nôtre (αυτη ημων η πιστις· επι τουτω τω θεμελιω ωκοδομηθη η Εκκλησια)[23]. Si le hiérarque ne donne pas la référence de ce qui renvoie à l'évidence à notre citation évangélique, c'est sans doute parce qu'il était communément admis que la foi apostolique ferme et intangible était le fondement de l'Église.

Pour saint Cyrille d'Alexandrie (†444), célèbre exégète et polémiste égyptien, défenseur de l'Orthodoxie contre le nestorianisme, qui cite ce texte de l'Évangile, la pierre, c'est la foi inébranlable du disciple (πετραν, οιμαι, λεγων το ακραδαντονεις πιστιν του μαθητου)[24], dont le nom ne signifie rien d'autre que cette foi inébranlable et ferme sur laquelle repose l'Église du Christ (την ακατασειστον και εδραιοτατην του μαθητου πιστιν) [25].

L'évêque Paul d'Emèse (†444), qui contribua à la réconciliation des chaires d'Alexandrie et d'Antioche après le III Concile œcuménique, reproduit la confession du coryphée des apôtres d'après les récits des disciples de saint Pierre (ο κορυφιος των αποστολων ... το στομα των μαθητων)[26] : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant » et sur cette foi, sur cette pierre (επι ταυτη τη πιστει ... επι ταυτης της πετρας)[27] est fondée l'Église de Dieu. Malgré toutes ses capacités diplomatiques, l'évêque Paul formule ici une définition doctrinale sans équivoque, exprimée dans ses sermons prononcés en présence de saint Cyrille d'Alexandrie.

Saint Théodoret de Cyr (†457), l'un des meilleurs représentants de l'école de théologie d'Antioche, attire l'attention sur la déclaration du grand Pierre confessant la divinité de Jésus Christ et la confirmation de ces paroles de Pierre par le Christ, proclamant la fondation de l'Église sur cette pierre. C'est pourquoi le sage apôtre Paul, le plus grand bâtisseur d'églises, ne propose pas d'autres fondations : « Les fondations, personne ne peut en poser d'autres que celles qui existent déjà : ces fondations, c'est Jésus Christ » (I Co 3, 11). Aussi le saint écrivain Théodoret estime que le Christ est le fondement de l'Église (cf Epistola 146, ad Joanneum œconomum) [28].

Suivant Basile de Séleucie (†458), le Christ appelle la confession de foi « pierre » (ταυτην την ομολογιαν Πετραν καλεσας ο Χριστος) et donne le nom de Pierre à celui qui confesse, signifiant que ce nom est le plus convenable à celui qui, le premier, confessa la foi (Πετρον ονομαςει τον πρωτως ταυτην ομολογησαντα · γνωρισμα της ομολογιας την προσηγοριαν δωρουμενος). C'est la véritable pierre de la piété, le fondement du salut, le rempart de la foi, les fondations de la vérité : « Car personne ne peut poser d'autres fondations que celles qui existent déjà, Jésus Christ » (Αυτη γαρ αληθως της ευσεβειας η πετρα, αυτη της σωτηριας η κρηπις, τουτο της πιστεως το τειχος, ουτος ο της αληθειας θεμελιος · Θεμελιον γαρ αλλον ουδεις δυναται θειναι παρα τον κειμενον, ος εστιν Ιησους Χριστος) [29].

Saint Léon le Grand (†461), célèbre pape de Rome ayant suscité l'admiration des contemporains par sa force de caractère, sa pureté morale et son dévouement à l'Église, emploie dans ses sermons le mot « pierre » en faisant visiblement allusion au texte évangélique, mais sous l'influence des idées du patriotisme romain, il lui donne une autre connotation, cherchant de nouvelles bases à la romanitas et à l'affirmation de la puissance de Rome après qu'elle ait perdu son statut de capitale impériale. Suivant le protopresbytre Jean Meyendorff, saint Léon croyait tout naturellement à une mission providentielle de l'Empire romain dans la direction de l'unité des chrétiens[30]. C'est pourquoi, malgré la chute de l'empire, le transfert de la capitale à Constantinople et les raids des barbares, le centre de l'unité éternelle des chrétiens devait demeurer indéfectiblement comme une « pierre », incarné dans la pastorale universelle de « l'héritier » de saint Pierre à Rome : « Par cette sainte chaire du bienheureux Pierre, tu (Rome) as reçu dans l'adoration de Dieu un plus grand pouvoir qu'au moyen de la domination temporelle » (per sacram beati Petri sedem caput orbis effecta, latius præsideres religione divina quam dominatione terrena)[31]. Les épreuves que traversa la ville éternelle durant son histoire n'ont fait que permettre le développement du dessein divin : que Rome soit reconnue comme la chaire inébranlable du vicaire de saint Pierre : « Les dispositions de la Vérité en personne demeurent, c'est pourquoi le bienheureux Pierre, en conservant la puissance de la pierre qu'il avait reçue, n'abandonne pas la direction de l'Église qui lui avait été confiée » (Manet ergo dispositio veritatis, et beatus Petrus in accepta fortitudine petræ perseverans, suscepta Ecclesiæ gubernacula non reliquit)[32]. Cette approche fondamentalement différente dans la compréhension et dans l'application pratique du texte évangélique examiné, en particulier celle du terme « pierre », était inhabituelle. Elle se démarquait de la tradition patristique exégétique, ce qui invite à regarder l'interprétation de saint Léon le Grand comme un théologoumène.

Les catholiques sont naturellement heureux de découvrir le respect avec lequel l'héritage patristique traite l'apôtre Pierre. La notion de « chaire de Pierre » («cathedra Petri»), introduite par le grand théologien latin Cyprien de Carthage (†258), leur est chère. Les principales œuvres de ce père sont consacrées à une réflexion sur l'unité de l'Église, les schismes et la question du reniement. Ses travaux n'apportent cependant aucune justification au papisme : pour saint Cyprien, l'unité de l'épiscopat, que représente l'apôtre Pierre, est également incarnée dans chacune de ses parties, chaque évêque la détenant en plénitude (Episcopatus unus est, cujus a singulis in solidum pars tenetur)[33]. Un niveau supplémentaire, s'élevant au-dessus de l'épiscopat sous la forme d'un « évêque des évêques » siégeant sur la chaire romaine n'a donc pas lieu d'être. C'est pourquoi, si historiquement parlant le siège apostolique romain était l'une des cathedra Petri, Pierre ayant auparavant dirigé l'Église d'Antioche, d'un point de vue ecclésiologique, poursuivant la pensée de saint Cyprien, tout siège épiscopal est le siège de Pierre. C'est l'opinion qu'exprime saint Maxime le Confesseur (†662), reprenant l'ecclésiologie admise dans l'Église paléochrétienne. Saint Maxime, également l'un des plus grand thélogiens et philosophes byzantins, vécut longtemps à Rome. Saint Maxime termine ses Opuscules théologiques et polémiques par un éloge de l'archevêque Arcadius de Chypre qui « est à la tête, suivant l'ordre hiérarchique, de notre foi orthodoxe irréprochable » (τω ιεραρχινω προκαθημενω της αμωμητου ημων και ορθοδοξου πιστεως)[34] et vers lequel les regards convergent comme « vers la source de notre salut après Celui qui l'est par nature et le Premier (le Christ) » (προς αυτον ως αρχηγον της σωτηριας, μετα τον φυσει και πρωτον, αποσκοπουντες)[35]. Comme l'écrit Jean-Claude Larchet [36], si l'on tient compte de la place qu'occupa par la suite le pape de Rome dans l'Occident chrétien, il paraît impensable qu'un tel éloge ait été adressé à quiconque d'autre que le pape. Mais cet éloge n'est pas adressé au pape Honorius, auquel Maxime venait de consacrer une longue réflexion, mais à un évêque qui n'était pas même le Primat d'un patriarcat. Plus loin, invitant les moines de Cillari en Sardaigne à se rendre à Rome pour prévenir l'Église romaine d'un nouvel assaut de l'hérésie monothéliste, saint Maxime les prie de dépasser rapidement ces désordres « auprès des hommes de la Rome antique, pieux et fermes comme la pierre » (ad senioris Romae pios et firmos, ut petram, viros) [37]. Ici, l'auteur de la lettre n'envisage pas seulement le pape et n'attribue de droits exceptionnels ni à sa personne, ni à sa charge, mais estime que l'Église est également représentée par l'ensemble du clergé et du peuple. Les évènements qui suivirent montrèrent que face à un pape hésitant, le peuple de Dieu se trouva mieux ancré que lui dans sa foi. Cette importance du peuple de Dieu en dogmatique caractérise l'Église ancienne ; elle est présente jusqu'à aujourd'hui dans l'Église orthodoxe. L'expression « pieux et fermes comme la pierre », allusion évidente à Mt 16, 18, montre que le mot « pierre » n'est pas appliqué uniquement à la personne de l'apôtre Pierre, ni d'autant moins au pape de Rome en tant que successeur : elle désigne tous ceux qui confessent la foi orthodoxe.

Particulièrement intéressante est l'opinion du pape Grégoire le Grand (†604), qui ne doutait pas de la primauté spirituelle de son église à son époque et défendait l'autorité du siège romain sans pour autant se représenter une hiérarchie strictement présidée par l'évêque de Rome. L'humble pape repoussa à de nombreuses reprises l'appellation pompeuse de « pape œcuménique »[38] que lui proposait le patriarche Euloge d'Alexandrie (superbæ appellationis verbum universalem, me papam dicentes)[39]. « Je vous prie de ne pas recourir, conversant avec moi, à semblable mot, car je sais qui je suis et qui vous êtes. Par le rang, vous êtes mon frère ; quant à l'autorité morale, vous m'êtes un père » (Loco enim mihi fratres estis, moribus patres)[40]. Saint Grégoire n'avait nullement une vision « vaticane » de la haute dignité de pape. Dans sa lettre à l'empereur Maurice, il le convainc du danger d'utiliser un « vocable aussi stupide et aussi altier » (stulto ас superbo vocabulo)[41]. Si dans l'Église quelqu'un s'orne de ce titre, occupant ainsi une position suprême et se faisant le juge de tous, l'Église sera ruinée si celui qui se sera dénommé « universel » tombe. Comme l'écrit à ce sujet le théologien catholique Johannes Modesto « cet argument du pape Grégoire le Grand, frappant d'un point de vue œcuménique, jette une lumière intéressante sur le développement ultérieur dans le sens du dogme de l'infaillibilité et de la primauté juridictionnelle du pape »[42]. Tout commentaire à la déclaration de cet honorable docteur en théologie est superflu. Le pape Grégoire termine sa lettre par une affirmation sans équivoque : « Je suis convaincu de ce que toute personne se dénommant grand-prêtre universel, ou désireux de s'affirmer comme tel, dépasse l'antichrist par l'orgueil (Ego autem fidenter dico quia quisquis se universalem sacerdotem, vel vocari desiderat, in elatione sua Antichristum præcurrit...) [43].

Terminons cet examen des commentaires des Pères issus de la tradition de l'Église indivise du premier millénaire par le dernier des grands Pères, saint Jean Damascène († vers 780). Saint Jean, systématisateur de la patristique grecque, parle du zèle ardent de l'apôtre Pierre inspiré par l'Esprit Saint lorsqu'il confessa le Christ, Fils du Dieu vivant. C'est selon lui cette théologie (θεολογια) qui est la foi ferme et inébranlable sur laquelle, comme sur un roc, est fondée l'Église (αυτη η πιστις η ακλινης και ακλονητος, εφ ην ως η Εκκλησια εστηρικται)[44]. Le séjour du saint dans un califat le mettait a priori à l'abri de l'influence des innovations douteuses et des doctrines non traditionnelles, ce qui rend son témoignage particulièrement important.

Arrivés à la fin de notre exposé sur l'interprétation de Mt 16, 18, nous pouvons conclure que :

1. L'apôtre Pierre (Πετρος - Petros) et la pierre (πετρα - petra) sur laquelle le Christ a fondé son Église sont deux phénomènes différents.

2. Les fondations de l'Église, suivant l'avis unanime des Pères (non romains) sont le Christ lui-même et/ou la foi en Sa divinité, confessée pour la première fois clairement et fermement par l'apôtre Pierre, ce qui suscita l'exclamation du Christ examinée ici.

3. Les Saintes Écritures et leur interprétation par les Pères de l'Église du premier millénaire n'offrent aucune base à la théorie de la primauté du pape[45]. Les catholiques devraient donc y renoncer au nom de l'unité des chrétiens recommandée par l'Évangile qui lui attribue une grande valeur missionnaire (Jn 17, 21[46]). Ceci est particulièrement actuel à une époque de déchristianisation catastrophique de l'Europe.

Il est heureux que certains courants du catholicisme contemporain proposent une interprétation plus conforme aux Pères de l'Église de ce texte évangélique et du rôle de l'apôtre Pierre au sein de l'Église, exprimée par le défunt pape Jean-Paul II : « L'Église est bâtie sur la foi et la fidélité de l'apôtre Pierre »[47], ce qui ne peut pas ne pas faire naître l'espoir d'un possible retour des chrétiens hétérodoxes et des communautés non orthodoxes à la confession d'une foi véritablement apostolique.

BOGOSLOV.ru : texte en russe et en allemand et en serb

 

 

[1] Le 2 juillet 2010, « Radio Vatican » annonçait la création d'un Département pour la promotion de la nouvelle évangélisation en vue de réanismer le christianisme (catholique) dans les pays « où une première annonce de la foi avait déjà eu lieu » et où l'on constate néanmoins « une sécularisation croissante de la société et une éclipse du sentiment de Dieu ».
[2] Archimandrite Vladimir (Guette), La papauté schismatique, ou Rome dans ses rapports avec l'Eglise orientale, Paris, 1863.
[3] « Jésus était venu dans la région de Césarée de Philppe, et il demandait à ses disciples : « Le Fils de l'homme, qui est-il d'après ce que disent les hommes ? Ils répondirent : « Pour les uns, il est Jean Baptiste ; pour d'autres Élie ; pour d'autres encore Jérémie ou l'un des prophètes. » Jésus leur dit : « Et vous, qui suis-je ? » Prenant la parole, Simon-Pierre déclara : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant »
[4] Archiprêtre Mitrophane Znosko-Borovsky, L'orthodoxie, le catholicisme romain, le protestantisme et le sectarisme (en russe). Chapitre « Les prétentions des évêques romains à la primauté dans l'Église. Les raisons de l'élévation de la chaire romaine).
[5] Commentaires sur les psaumes PG 23, col.173,176.
[6] De la Trinité, livre VI, 36-37, PL 10, col.186.
[7] De la Trinité, livre II, 23, PL 10, col.66.
[8] Panégyrique de saint ÉtiennePG 46, col.733.
[9] Du mystère de l'Incarnation du Seigneur, V:34, PL 16, col.827
[10] Commentaires sur l'Évangile de Luc, chap. 6; PL 15, col.1694.
[11] Commentaires sur les psaumes, 40:30, PL 14, col.1082A.
[12] Ancoratus, PG 43, col.33.
[13] Panarion, PG 41, col.1029.
[14] Ibid.
[15] Ancoratus; PG 43, col.233.
[16] PG 54, col.534, PG 61, col.611.
[17] Commentaires sur l'évangile selon saint Mathieu, 7:26, PL 26, col.50.
[18] Вolotov, V., Travaux sur l'histoire de l'Église (en russe). Т.4: Conférences sur l'histoire de l'Église ancienne. Мoscou: Martis, 2002, p.286.
[19] Tractatus 124, PL 35, col.1975.
[20] John Rotelle. Works of St Augustine, Sermons, Vol. 6, Sermon 229P.1 - New Rochelle: New City Press, 1993, p.327.
[21] Вolotov, V., Travaux sur l'histoire de l'Église (en russe). Т.4: Conférences sur l'histoire de l'Église ancienne. Мoscou: Martis, 2002, p.285
[22] Ibid, p.285-286.
[23] PG 77, col.1472.
[24] Commentaire sur Isaïe,IV,2, PG 70, col.940.
[25] Dialogue sur la Trinité livreIV, PG 75, col.866.
[26] Sermon sur la Nativité, PG 77, col.1437A.
[27] Ibid, col.1436D
[28] La patrologie de Migne ne contient pas la lettre de saint Théodoret lui-même, mais sa description (PG 84, col.305). Cf
[29] Oratio XXV:4, PG 85, col.297.
[30] Jean Meyendorff, L'Histoire de l'Église et la mystique orientale chrétienne (en russe). Moscou : Institut DI-DIK, Institut de théologie orthodoxe Saint-Tikhon, 2003.
[31] Sermon 82.I, PL 54, сol.423A.
[32] Sermon 3.III, PL 54, col.146B.
[33] Liber de unitate ecclesiae, I,5, PL 4, col.501.
[34] Opuscula theologica et polemica, PG 91, col.245С.
[35] Ibid.
[36] Cf Larchet, Jean-Claude. Maxime le Confesseur, médiateur entre l'Orient et l'Occident. Paris : Cerf, 1998. P. 171 de l'édition russe (Moscou, Monastère de la Sainte-Rencontre, 2004).
[37] PG 90, col.136B.
[38] Suivant A. Kartachev (Les Conciles œcuméniques, chapitre « Le V Concile œcuménique »), l'Occident latin ne donnait pas au titre de patriarche œcuménique la même acception qu'en Orient. Les Byzantins le rapportaient à « l'œcumène », c'est-à-dire l'empire, Byzance, alors qu'il signifiait pour les Latins « patriarche universel », contre quoi ils protestaient. Les dénégations du pape Grégoire n'en paraissent que plus vives.
[39] PL 77, col.933.
[40] Ibid.
[41] PL 77, col.891B.
[42] Modesto, Johannes, La Primauté et l'œcumène. Propositions concrètes appelées à définir une position appropriée du pape à l'intérieur de l'Église universelle supraconfessionnelle.
[43] PL 77, col.891D.
[44] PG 96, col.556.
[45] Les prémisses politico-religieux du papisme sont à rechercher dans l'antique héritage païen de Rome, plus exactement dans le culte des empereurs divins. L'exposé et le développement de cette thèse dépassent cependant le cadre de cet article.
[46] « Que tous ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu'ils soient uns en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m'as envoyé ». La véritable unité des chrétiens témoigne au monde entraîné dans la division totale, le déclin entropique et la mort, d'une tout autre réalité, non soumise aux lois de ce monde déchu : l'Église, « dans laquelle est vaincu l'ordre de la nature ».
[47] «The Church of Christ is built on Peter's faith and fidelity», www.CatholicCulture.org

 

(Source: http://www.orthomonde.fr/)

 

Ô Père ,

et toi  Mère du Bon Conseil !

Mon Dieu, l'homme sans Toi n'est qu'un pauvre animal,
C'est un simple pantin animé par le mal,
Prisonnier de la glaise, il n'est plus que matière,
Il y perd dignité et y perd son mystère.

Il est né de l'Esprit, pour devenir esprit,
Mais il reste poussière et il en est épris.
Il se perd dans sa nuit car il fuit Ta Lumière.
Il n'est plus rien alors et il erre en pauvre hère.

Il n'existe qu'un temps en esclave du temps
En refusant Ton Offre ou contre Elle, luttant.
En l'absence du Bien, il souille tout son monde
Au milieu des déchets et des odeurs immondes

De tous ses mauvais choix et de sa corruption...
Il y vit un enfer dans son aliénation.
Ô Mère du bon Conseil pour la Paix dans le monde,
Libère nous du mal et de son poids immonde.

Assez de la violence, ouvrons donc notre cœur,
Soyons frères et sœurs, loin de toutes rancoeurs.
Choisissons donc enfin de revenir au Père !
Nous sommes les plus fort unis dans la prière.

Mon Dieu, l'homme avec Toi devient lui-même un dieu,
Car il est bien Ton fils, il est né pour les Cieux !
Il est né par Amour, pour T'aimer, Te connaître.
Oui Père Tu es l'Etre en qui je dois renaître.

(Prière de Jésus Juste IBANEZ)

"Tsaregrad" (Constantinople) (1071) Icon of the Mother of God Commemorated on September 17 and April 25. The locally honored Constantinople Icon of the Mother God is found in the Old Rus Cathedral (Novgorod Diocese). The icon by measurement is 2 diuma (2 inches), and was beaten out on a slate board. According to tradition, in ancient times two monks from Constantinople, passing through Old Rus, attended the liturgy in the Cathedral and left this icon there as a memorial. A great many believers streamed to this holy icon and took the water consecrated by immersing the holy icon in it, with the hope of healing sick babies.

"Tsaregrad" (Constantinople) (1071) Icon of the Mother of God Commemorated on September 17 and April 25. The locally honored Constantinople Icon of the Mother God is found in the Old Rus Cathedral (Novgorod Diocese). The icon by measurement is 2 diuma (2 inches), and was beaten out on a slate board. According to tradition, in ancient times two monks from Constantinople, passing through Old Rus, attended the liturgy in the Cathedral and left this icon there as a memorial. A great many believers streamed to this holy icon and took the water consecrated by immersing the holy icon in it, with the hope of healing sick babies.

EN VRAC...ELEMENTS EPARS POUR VOTRE REFLEXION PERSONNELLE ET...ALIMENTER VOTRE PRIERE...

 

 

===

LES ENFANTS MALADES ...

enfant_malade

C’est un sujet délicat et douloureux, que de traiter des enfants malades. Voir souffrir son enfant, sans pouvoir rien faire, c’est une grande épreuve que les parents vivent avec beaucoup de douleur, et que ne peuvent réellement comprendre que ceux qui ont vécu cette même épreuve.

 

En aucun cas, il s’agit de blesser des parents souffrants, et les quelques indications que nous donnerons, sont celles que l’expérience de cette même épreuve nous donne chaque jour.

Tout d’abord, nous devons accepter cette croix, l’embrasser, de la même manière que Notre Sauveur l’a aimé…et pour cela, pauvres humains que nous sommes, il faut beaucoup de Foi, beaucoup d’amour, et beaucoup de courage. C’est un grand pas qui peut demander beaucoup de temps et de prières. Puis, nous devons l’accepter à chaque nouvelle étape de la maladie, à chaque fois que la grande souffrance de notre petit nous bouleversera le cœur. Essayons de ne pas rapporter sans cesse nos peines à cette épreuve et d’en faire une obsession, qui peut paraître bien légitime. Pensons à l’offrir, et quel mérite nous apportera cette épreuve si nous la vivons chrétiennement ! Pensons souvent à notre Mère qui a vu souffrir son Fils et son Dieu, innocent, sur une croix, dans la nudité, la haine et la violence la plus absolue, trahi par ses plus fidèles amis, et demandons-lui d’avoir pitié de notre faiblesse. Si nous acceptons cette épreuve, notre jeune enfant l’acceptera aussi et souvent l’acceptera avec beaucoup plus de simplicité, avec cœur et allant naturel. Pour les plus grands, la tâche est certainement plus délicate, mais avec la grâce de Dieu, elle se résoudra.

N’oublions pas, que le Sainte Vierge a beaucoup de compassion pour les enfants malades, elle, qui a eu un Fils souffrant et mourant. Elle les aime avec une attention toute spéciale, puisqu’ils sont d’autant plus faibles et fragiles. Pensons à les confier, que ce soit à Lourdes, à chaque sanctuaire marial, non seulement pour demander leur guérison, mais aussi et surtout les grâces dont ils auront besoin, et pour les offrir en immolation à leur Mère du Ciel.

Nos petits enfants doivent apprendre lors de leurs souffrances et de leurs peines, à les offrir au Bon Dieu, par une courte prière : « Jésus, je Vous offre mes douleurs, ma peine ; c’est pour Vous Jésus ; Jésus je Vous aide à porter Votre Croix. » Quels mérites, ils tireront de leurs petites prières, et de leur offrande pure, lorsque les yeux pleins de larmes et les traits tirés, ils savent s’offrir : quelle beauté que la grâce dans ces petites âmes bénies entre toutes.

Sachons réconforter cette douleur qui est parfois bien lourde, par quelques paroles réconfortantes : le Bon Dieu aime particulièrement les hommes auxquels il confie la lourde tâche de porter sa croix, et encore plus les petits enfants : c’est une grande preuve d’amour aussi douloureuse que porteuse de grâces.

Remercions le Ciel, de notre Foi sans qui ces épreuves sembleraient injustes et trop lourdes. Pauvres mamans, qui sans foi se révoltent et haïssent cette épreuve…et nous serions semblables à elles, si le Bon Dieu ne nous avait donné gratuitement la Foi.

Plus concrètement, la maladie d’enfants engendre des tas de complications : la fatigue des nuits écourtées ou blanches, l’agacement de l’enfant qui, excédé par ses douleurs enchaîne caprices et pleurs interminables, les temps de trajets et de rendez-vous : sachons nous faire aider par les associations d’aide à domicile (ADMR ou autres) qui peuvent intervenir pour nous donner quelques heures de ménage, de repassage ou de garde des petits à l’occasion des rendez-vous. Sachons laisser nos vitres sales, pour un petit temps de repos ou de détente car nos nerfs peuvent lâcher !

Et pour nos petits enfants chéris, sachons avec prudence, lâcher du leste dans les exigences lorsque leur état les excède et les rend incapables à de grands efforts, et reprendre les exigences lorsqu’il y a du mieux. Quelle tâche difficile que de compatir sans les gâter, car si leur petit corps est malade, leur âme est en bonne santé, ne l’abîmons pas. Couvrons-les de tendresse mais tout de même de fermeté, pour ne pas les rendre capricieux. N’oublions pas nos autres enfants, qui dans leur amour fraternel, comprennent parfaitement que Maman s’affaire au petit malade, et demande parfois plus d’aide aux grands. Cependant, le petit malade doit apprendre aussi à ne pas être toujours l’unique objet de tendresse de Maman !

Sachons garder le sourire, pour qu’ils ne perdent pas la joie même si parfois il nous en coûte.

Et prions Dieu, afin que nos petits enfants soient par leur modèle de joie, de pureté et de résignation, des apôtres  du Christ près des médecins, des infirmiers et des soignants, et près de petits enfants souffrants comme eux !


(Source: MPI )

 

===

President World Council of Arameans Johny Messo and the Patriarch of the Syriac Orthdox church
2 proud Arameans!

Beautiful picture!

Le Président du conseil œcuménique des araméens johny  et le patriarche de l'église syriaque orthdoxe
2 fiers araméens !
Belle photo !

 

===

Il me faut partir

L’hôpital, l’heure de la visite : tu es là, tu nous le dis, tu sais que tu vas partir. Foutu crabe !

Trois mois de lutte… Et puis sourire : à ta femme, aux enfants qui jouent autour du lit. Et la douleur lancinante qui revient toujours. Il te faut partir.

Pas sans dire merci. Un merci à la vie. Qui s’occupera d’elle, des enfants ? Tu les confies aux parents, aux amis : « Prenez soin d’eux. » Tout est dit, tout est accompli. L’heure est venue. Tu penses alors à Lui…

Bientôt le milieu de l’après-midi, aux périphéries de Jérusalem, des cris et des pleurs, une foule qui hurle à la haine, et toute la douleur d’un peuple fixée sur une croix. Le cri d’un peuple dans la bouche d’un homme pour un monde plus juste et plus fraternel : « Eli, Eli, lema sabachtani ? »

Et le silence de Dieu. Le regard tourné vers le ciel, les yeux embués par la souffrance et la confiance, l’Homme se remet au Père. Et le voile se déchire, ultime révélation de l’Amour qui se donne jusqu’au bout.

Voilà, la Parole de la croix, cette parole qui nous dit que c’est par la pauvreté, l’abaissement, l’abandon du Fils de l’homme que « le Royaume, la justice et la grâce de Dieu rejoignent les pauvres, les petits et les abandonnés et leur sont communiqués » (Jürgen Moltman).

Puis tu regardes ta famille. Qu’en est-il pour eux ? Lui aussi a dû dire À-Dieu aux disciples, confier Jean à Marie, et Marie à Jean.

L’amour qui se donne jusqu’au bout a le visage d’un homme. Certains te voient à terre, d’autres si près de Lui. Pour certains, la révolte, la famille brisée, l’unité détruite. Pour d’autres, l’espérance, d’une vie plus réelle encore, l’espérance du royaume.

La neuvième heure, le milieu de l’après-midi, un nouveau cri s’est fait entendre… « Vraiment celui-ci était le fils de Dieu » proclament le centurion et ses gardes.

L’homme des périphéries est bien le fils du Père, du Père si proche et si présent.

Au loin, le bruit d’un métro qui passe. Dans cette chambre d’hôpital, la Parole rejoint à jamais les brisures de notre humanité. Pour plus de vie encore…

(Source: "Blog de Seraphim" /Anne-Marie Gérard*
Anne-Marie Gérard est théologienne, proche des communautés Foi et lumière et de l’Arche de Jean Vanier.)

 

====

Assyrian Confederation of Europe Established in Brussels


Assyrian International News Agency
To unsubscribe or set email news digest options, visit http://www.aina.org/mailinglist.html

Assyrian Confederation of Europe Established in Brussels


2016-04-25 21:34 GMT

 

Members of the Assyrian Confederation of Europe meeting in Brussels. ( AINA)Brussels (AINA) -- On April 22nd, the Assyrian Confederation of Europe was officially established at the European Parliament in Brussels. The new organization is meant to unify the voice of the 500,000 thousand Assyrians living in Europe by bringing together the Assyrian national federations from several EU countries.

The Confederation currently comprises the Assyrian Federations of Belgium, Germany and Sweden. These Federations work to bring together the Assyrian populations, associations and organizations in their countries, and the Confederation represents the consolidation and expansion of their work at a European level. Several other Assyrian organizations are in the process of joining the Confederation as associate members or full members as national federations in their host countries.

The Assyrian Confederation of Europe and its constituents seeks to foster Assyrian social, cultural and political activities and participation. With the establishment of the Confederation, the Assyrians on the European continent can both contribute to and gain from the other Assyrians. The pooling of Assyrian resources, talent, and expertise will facilitate projects and endeavors in every field pertaining to the social and cultural welfare of Assyrians in Europe.

Assyrian first came to Europe in the late 1910s and early 1920s, after the Turkish genocide of Assyrians in 1915, which claimed 750,000 Assyrians (75%).

 

Related: Assyrian Genocide 100

 

The first Assyrians arrived in Marseilles and Toulouse in southern France. Since then the exodus from the land known historically as Assyria has continued and accelerated in recent years. Ethnic cleansing, kidnappings, massacres and targeted killings along with the general turmoil in the Middle East continues to drive Assyrians away from the Middle East.

 

RelatedTimeline of ISIS in Iraq 
RelatedAttacks on Assyrians in Syria

 

Today there are large Assyrian populations in Sweden, the Netherlands, Germany, France, Belgium, Denmark, Great Britain, Switzerland, and smaller populations in Spain and Greece.

Members of the Assyrian Confederation of Europe meeting in Brussels. ( AINA)

 

===

 

CONTROVERSE APRÈS UNE DÉCISION DE L’UNESCO SUR LA VIEILLE VILLE DE JÉRUSALEM / OLJ

 

La directrice générale de l’Unesco Irina Bokova a appelé le 18 avril les Etats-membres de cette organisation de l’Onu à « avancer dans un esprit qui encourage au dialogue », après l’adoption d’une décision sur la Vieille ville de Jérusalem très critiquée par Israël.

« Jérusalem est une terre sainte des trois religions monothéistes, un lieu de dialogue pour tous les juifs, chrétiens et musulmans, et rien ne devrait être entrepris qui puisse en modifier l’intégrité et l’authenticité », a déclaré Irina Bokova dans un communiqué reproduit sur le site internet de l’Unesco, institution dont le siège est à Paris.

« Jérusalem est une mosaïque de cultures et de peuples, dont l’histoire a façonné l’histoire de l’humanité tout entière », a-t-elle ajouté. « Je crois que les États membres ont une responsabilité envers le mandat de l’Unesco, d’avancer dans un esprit qui encourage au dialogue, à la tolérance et à la paix. »

A l’initiative de plusieurs pays arabes, le conseil exécutif de l’Unesco a adopté le 14 avril une décision sur la « Palestine occupée », dont l’AFP a obtenu copie mais qui ne sera rendue publique qu’après traduction. Ce texte, qui vise à « sauvegarder le patrimoine culturel palestinien et le caractère distinctif de Jérusalem-est », a suscité la colère d’Israël.

De source proche du dossier, on précise que les critiques portent sur un paragraphe accusant Israël d’installer de « fausses tombes juives » dans des cimetières musulmans de Jérusalem-Est et un autre qui « dénonce vivement les agressions constantes commises par les Israéliens contre les civils », y compris des imams et des prêtres chrétiens.

« Il s’agit d’une nouvelle décision absurde de l’Unesco, a réagi samedi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Elle « ignore le lien historique unique entre le judaïsme et le Mont du Temple », a-t-il ajouté dans un communiqué.

En octobre, Israël s’était déjà élevé contre un projet de résolution du Conseil exécutif de l’Unesco sur Jérusalem et avait obtenu que sa version définitive soit expurgée d’une revendication contestée sur le mur des Lamentations. A l’époque, Irina Bokova avait « déploré » les initiatives susceptibles d’ »être perçues comme des modifications au statut de la Vieille Ville de Jérusalem et de ses remparts », appelant le Conseil à « prendre des décisions qui n’alimentent pas davantage les tensions sur le terrain ».

Située à Jérusalem-Est, donc au cœur du conflit-palestinien, l’esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l’islam. Elle est aussi le site le plus sacré pour les juifs, qui la révèrent comme le mont du Temple, là où se dressait le second temple juif détruit par les Romains en 70.

 

===

DIALOGUE SECRET ENTRE LES U.S.A ET DAECH ?...

isis-usa

 

Le journal turc Yeni Safaq affirme que, selon les services de renseignement turcs,

 

des rencontres secrètes ont eu lieu « au moins deux fois » entre des agents du renseignement américain et un dénommé Abou Ahmad Alwani, dirigeant éminent de Daech, dans la ville irakienne de Mossoul.

 

Le quotidien turc précise que ces rencontres organisées dans le plus grand secret datent  du 7 décembre 2015 et 3 février 2016.


(Source: MPI)

 

===

Irak : face à Daesh, 250 femmes choisissent la mort plutôt que l'esclavage
Encore un massacre de la part du groupe Etat islamique.
 
La ville irakienne de Mossoul a été le théâtre d’un véritable massacre.


 Le groupe Etat islamique a assassiné 250 femmes qui ont rejeté des «mariages temporaires». 
Une autre appellation pour désigner la mise en esclavage sexuel. Le carnet des horreurs de Daesh s’est à nouveau écrit en lignes de sang.
 Dans leur bastion de Mossoul, au nord de l’Irak, les djihadistes font la loi. 
Quand ils demandent aux femmes de dire «oui» à des «mariages temporaires», elles n’ont que deux choix : mourir debout ou accepter l’esclavage. 
Selon Saïd Mamuzini, membre du Parti démocratique du Kurdistan, 250 d’entre elles ont refusé. Elles ont été exécutées, parfois avec leurs familles, pour avoir dit «non».

 

 

Mossoul, l’enfer des femmes


Un responsable d’un autre parti kurde, l’Union patriotique du Kurdistan, explique qu’à Mossoul, les femmes n’ont pas l’autorisation de sortir seules. 
Quand elles mettent un pied dehors, elles doivent porter un voile intégral. 
Le rêve de pouvoir librement choisir un mari s’est envolé. 
Depuis 2014, le groupe Etat islamique contrôle la ville et y fait régner la terreur.

En savoir plus : Esclaves sexuelles – mode d’emploi : les documents choquants de Daesh retrouvés à Palmyre

En août 2014, dans la région Sinjar, au nord de l'Irak, plus de 500 femmes et jeunes filles de l’ethnie yézidie avaient été enlevées par les combattants de Daesh, pendant que  5 000 hommes environ étaient massacrés. 
Selon les rares combattants qui se risquent à tenter de les sauver, des douzaines d’entre elles se seraient suicidées, épuisées de vivre dans un tel enfer. 

source

 

===

Il y a un an déjà autour de la mémoire des Sts Martyrs Arméniens. 

Et depuis ? ...

 

Il nous reste à prier pour que l'unanimité du témoignage chrétien l'emporte sur l'esprit de dissension.

De grands pas ont été fait qui nous permettent d'espérer, à l'intérieur de notre Tradition avant tout, que croisse cette unanimité fraternelle.

Merci Seigneur pour les pas accomplis.

Nous Vous confions l'avenir...

 

===

L’amiral Laurent Mérer à propos du conflit israélo-palestinien : « C’est ni plus ni moins un peuple qui vole la terre d’un autre peuple »

 

amiral-laurent-mérer

 

Installé en Cisjordanie avec son épouse pour trois mois, l’amiral Laurent Mérer, ancien préfet maritime de l’Atlantique aujourd’hui en retraite, a accordé un entretien à Ouest-France (publié le dimanche 24 avril 2016) dans lequel il s’insurge contre l’abomination du conflit israélo-palestinien. Voici quelques extraits les plus significatifs de cet entretien.

Depuis deux mois que vous êtes sur place, vous découvrez l’horreur…

Ce qui se passe ici est révoltant. C’est ni plus ni moins un peuple qui vole la terre d’un autre peuple et dénie son existence. Ces colonies qui se répandent comme le cancer sont totalement illégales. N’importe quel satrape d’Afrique ou d’Asie qui se comporterait ainsi serait traîné devant la Cour pénale internationale. On tire sur des gamins et 200 m plus loin, la vie continue. C’est l’horreur ! Et on a envie de le crier.

. Vous dites qu’ils font passer les Palestiniens pour des terroristes alors qu’ils ne sont que des résistants…

Exactement. Lorsque nous étions occupés par les soldats allemands en 1940, ceux qui leur tiraient dessus étaient considérés comme des héros. C’étaient les résistants. Les Palestiniens sont des résistants qu’Israël fait passer pour des terroristes. Et cela marche très fort car dans l’esprit européen, terroriste = musulman = Daech. Or nous sommes dans un pays occupé depuis cinquante ans.

Discutez-vous avec ces soldats ?

Bien sûr, je discute avec eux. C’est important. Mais il faut bien comprendre que ce sont des gamins de 18-19 ans qui ne savent pas toujours très bien ce qu’ils font là. Leur niveau de réflexion par rapport à leur engagement et leur mission n’est pas toujours très élevé. Beaucoup sont franco-israéliens. J’en ai rencontré un qui a grandi à Belleville, à Paris. Tous, garçons et filles, sont armés jusqu’aux dents. S’ils tirent aussi facilement sur les autres enfants, notamment lorsqu’ils se font caillasser, c’est surtout parce qu’ils ont peur.

. Il est difficile d’imaginer que ces pratiques sont celles d’un pays démocratique.

C’est ce que nous vivons tous les jours. Et on ne comprend pas que nos pays occidentaux soient aussi complaisants à l’égard de pratiques dont nous ne pourrions même pas imaginer qu’elles se passent chez nous. Or, ces exactions sont menées par un État qui se dit démocratique. C’est totalement incompréhensible.


En savoir plus sur http://www.medias-presse.info/lamiral-laurent-merer-a-propos-du-conflit-israelo-palestinien-cest-ni-plus-ni-moins-un-peuple-qui-vole-la-terre-dun-autre-peuple/53387#YfmxqXdLfd0b6T1E.99

 

===

Commémoration du génocide Assyro-Chaldéen

à Arnouville et Sarcelles

suivi de l'inauguration du jardin Assyro-Chaldéen et

du dévoilement des bustes de : Mgr Addaï Scher, Général Agha Petros, Surma Khanum et Mgr Antimos Yaqoub

 

===

PUBLICATIONS:

 

Publication des Actes du

 

13e colloque du Patrimoine syriaque.

la  contribuition du Drs Gewargis Acis d'où je tiens cette information que je vous partage portait le titre: 

Philoxène de Maboug comme interprète des saintes Écritures

 

===

« Nous, Romains… » Réflexions sur les origines orthodoxes de la France

 
 
« Nous, Romains… » Réflexions sur les origines orthodoxes de la France, Archimandrite Placide Deseille, Ed. Monastère St-Antoine-le-Grand - Monastère de Solan, 20 pages.
 
La première erreur serait de considérer l’Empire byzantin comme un empire d’Orient, qui aurait toujours été plus ou moins étranger à nos régions occidentales. En réalité, et très particulièrement pendant la période qui nous intéresse ici, il n’y a pas eu d’ « Empire byzantin » : il n’existait que l’Empire romain, qui n’était ni oriental, ni occidental, mais aspirait, selon le mot du gallo-romain Rutilius Namatianus, à « faire de l’univers divisé une seule cité ». La christianisation de l’Empire, après la conversion de Constantin (312), n’avait fait que renforcer ce caractère universaliste, en faisant de cet Empire comme l’incarnation terrestre du Peuple de Dieu répandu dans tout l’univers.
 
Les différentes parties du fascicule sont :
La Gaule romaine et chrétienne, La Gaule mérovingienne, Les Carolingiens et la rupture de l’unité spirituelle de l’Europe, « Roma æterna ».
 
Fascicule disponible dans les librairies monastiques des metochions de Simonos-Petra en France (Monastères de Saint-Antoine-le-Grand (Vercors), de la Transfiguration (Terrasson - Dordogne), et de Solan).

===

 

Invitation (s) :

 

 

===

 

===

 

 

 
Tous nés d'un homme et d'une femme dans nos diversités
 
 
 
Facebook Twitter Youtube
 
 
Une erreur est survenue lors de l'envoi de notre mail. Le bouton d'accès à l'écoute du débat était défectueux. L'erreur a été réparée. Toutes nos excuses pour la gêne occasionnée.
 
 
Si vous souhaitez recevoir les actualités et les informations de L'Avenir pour Tous dans votre région, renseignez-nous votre code postal et votre ville au moyen de notre formulaire en cliquant ici.
 
 
23 avril 2013 – 23 avril 2016

Ecoutez Virginie Tellenne et Irène Théry
en débat sur France Inter :

 
la vérité sur la motivation de la loi de "mariage pour tous"
et des manifs de 2013 enfin révélée au grand public
 
 
 

Chers amis,

A l'occasion des trois ans du vote de la loi Taubira d'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples de même sexe, Laure Adler recevait ce 23 avril 2016 sur France Inter Virginie Tellenne, présidente de L'Avenir pour Tous, et Irène Théry, sociologue et inspiratrice de la loi de "mariage pour tous"

Irène Théry présentait le film La Sociologue et l'Ourson, que nous vous conseillons vivement d'aller voir : tourné entièrement en 2013, sans commentaire ajouté, il révèle la véritable revendication qui sous-tend la loi : le remplacement de la filiation biologique par une filiation d'intention permettant, avec l'ouverture prochaine des PMA/GPA et des biotechnologies, et si l'on ne s'y oppose pas, d'entrer dans le "transhumanisme".

Virginie Tellenne s'est, quant à elle, appuyée sur l'exhortation "laïque" post synodale Amoris Laetitia, qui reconnaît l'existence d'autres formes de familles qui ne remettent pas en cause le primat du mariage de l'homme et de la femme où vient la vie. Elle a ainsi justifié la solution de L'Avenir pour Tous, comprise dans le Livre blanc des juristes de l'Institut Famille & République : restaurer dans l'acte de naissance la filiation biologique des enfants sans porter atteinte aux droits des adultes en couples, quelle que soit leur orientation.

Ecoutez ce débat haut en couleurs, qui, trois ans après, permet d'enfin clarifier les termes du basculement de l'Humanité sexuée et d'envisager la mobilisation nouvelle qui doit se lever pour s'y opposer.
 
 
Ecouter le débat sur France Inter
 
 

N'hésitez pas à consulter les différents messages et à donner votre avis sur le site de France Inter.

Bonne écoute et bon commentaire !
 

L'équipe web de L'Avenir pour Tous

 

===

Travailleur, travailleuses, prenez votre tour de veille et venez rendre grâce. 

Nuit d’action de grâce pour le travail
du 30 avril 21 h au 1er mai 7 h

Les entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) de Paris lancent la toute première « nuit d’action de grâce pour le travail  » dans la nuit du 30 avril au 1er mai à Notre-Dame-du-Travail dans le 14e arrondissement de Paris.

Il ont souhaité pour cela inviter les acteurs de la scène économique à rejoindre cette initiative afin de se retrouver autour de l’ « Essentiel » afin de « ré-humaniser » le travail.

Car selon Jean-Marie Valentin, président des EDC de Paris, le travail « participe à notre humanité.

Il participe à notre dignité de fille et de fils de Dieu. Déposer nos prières d’actions de grâce pour le travail au pied de la Croix, c’est rendre au travail toute sa dimension humaine ».

La soirée débutera à 21 h par une veillée animée par le groupe Nomade. 

Il sera ensuite possible d’entendre et de méditer des textes fondateurs de la doctrine sociale de l’Église Romaine-catholique sur la notion du travail (Laquelle n'est certes pas différente des positions Orthodoxes), mais aussi de se mettre à l’écoute de la Parole du Christ au travers de la parabole du fils prodigue.

Les participants uniront enfin leur prières d’action de grâce pour la scène économique sans oublier tous les exclus de la société. 

Un temps d’adoration introduit par le curé de Notre-Dame-du-Travail, le père Potez, se poursuivra jusqu’au lendemain matin 7 h pour lequel il est déjà possible de prendre son tour de veille sur le site des EDC.

Nuit d’action de grâce pour le travail
du 30 avril 21 h au 1er mai 7 h
Église Notre-Dame-du-Travail
59 rue Vercingétorix 
74014 Paris

===

 

 

===

 

 

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

Au Monastère Syriaque de

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en

semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine

tous les 22 et 29 du mois)

 

 

*Dimanche 1er MAI:

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde et aux Saints du Kerala. 

10h30, Messe suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

PRIERES A SAINT JOSEPH ARTISAN POUR LA SECURITE DU TRAVAIL.

PRIERES A SAINTE JEANNE D'ARC POUR LE SALUT DE LA FRANCE

* Sunday, MAY 1:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

PRAYERS TO SAINT JOSEPH ARTISAN FOR WORK SAFETY.
PRAYERS TO SAINT JOAN OF ARC FOR THE SALVATION OF FRANCE

 

 

RETRAITE-PELERINAGE DE GUERISON INTERIEURE 

DU 1er au 5 MAI 

You have heaven adorned, earth beautified, the sea populated with its own creatures, the air filled with birds which scour it in every direction. Studious listener, think of all these creations which God has drawn out of nothing;..recognize everywhere the wisdom of God; never cease to wonder, and, through every creature, to glorify the Creator. (St. Basil the Great )

Avec programme de Pèlerinage à 

*N-D de Miséricorde (Le 1er / Programme ci-dessus)

*N-D de Pontmain et le Mont St Michel (Le 2)

*A N-D de Chartres , Aux Eglises  Ste Madeleine et N-D de Verneuil Sur Avre e (Le 3) 

*Parents Martin et Ste Thérèse à Alençon (Le 4)

 

RETIREMENT-PILGRIMAGE INNER HEALING
THE 1st to May 5th
With Pilgrimage program
* N-D Pontmain and Mont St Michel (The 2)
* N-D Chartres and St. Madeleine and Our-Lady of Verneuil Sur Avre (3rd)
* Parents Martin and St. Thérèse in Alençon (4th)

 

*Jeudi de l'Ascension, 5 MAI:

 Pèlerinage des Rogations et de l'Ascension à N-D de Miséricorde

10h30, Messe suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

*Dimanche de la PENTECÔTE, le 15 MAI

9h,Baptème de Costanzo.10h30, Messe de la Pentecôte suivie du repas fraternel,possibilité de recontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

 

===

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

See original image

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

The Cross is THE way of salvation. There is no other way. If God could have saved us any other way, he would have done so. But salvation requires a transformation of our sinful humanity which can only be accomplished by self denial and willingly accepting the reproaches and persecutions that result from endeavoring to live according to the teachings of Jesus. Whatever that entails for each of us, day by day, constitutes our cross.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,27-31a.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé. 
Vous avez entendu ce que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous seriez dans la joie puisque je pars vers le Père, car le Père est plus grand que moi. 
Je vous ai dit ces choses maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez. 
Désormais, je ne parlerai plus beaucoup avec vous, car il vient, le prince du monde. Certes, sur moi il n’a aucune prise, 
mais il faut que le monde sache que j’aime le Père, et que je fais comme le Père me l’a commandé. »
 





Par St Colomban

(563-615), moine, fondateur de monastères 
Instruction 11, 1-4 ; PL 80, 250-252 (trad. Orval) 

 

« C'est ma paix que je vous donne »

 

 

Moïse a écrit dans la Loi :

« Dieu fit l'homme à son image et à sa ressemblance » (Gn 1,26)...

À nous donc de refléter pour notre Dieu, pour notre Père, l'image de sa sainteté...

Ne soyons pas les peintres d'une image étrangère...

Et pour que nous n'introduisions pas en nous l'image de l'orgueil, laissons le Christ peindre en nous son image.

Il l'a peinte lorsqu'il a dit :

« Je vous donne ma paix, je vous laisse ma paix ». 

Mais à quoi nous sert-il de savoir que cette paix est bonne, si nous ne veillons pas sur elle ?

Ce qui est très bon est habituellement très fragile ; et les biens précieux réclament de plus grands soins et une garde plus vigilante.

Très fragile est la paix qui peut être perdue par une parole légère ou une petite blessure faite à un frère.

Or, rien ne plaît davantage aux hommes que de parler hors de propos et de s'occuper de ce qui ne les regarde pas, de proférer de vains discours et de critiquer les absents. Dès lors, que ceux qui ne peuvent pas dire :

« Le Seigneur m'a donné la langue d'un disciple pour que je sache réconforter par la parole celui qui est abattu » (Is 50,4), que ceux-là se taisent ou, s'ils disent un mot, que ce soit un mot de paix...

« La plénitude de la loi, c'est l'amour »

(Rm 13,8).

Que daigne nous l'inspirer notre bon Seigneur et Sauveur Jésus Christ, l'auteur de la paix et le Dieu de l'amour.

 

 

 

Mardi 26 AVRIL 2016/ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Repost 0
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 08:28
Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/ Je vous salue Marie        maliath taibootho/ full of grace/ Pleine de grâce   moran a'amekh  - the Lord is with thee/ Le Seigneur est avec vous                       mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ Vous êtes bénie entre toutes les femmes   wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est bénit   O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ Sainte Marie   yoldath aloho/  Mother of God/ Mère de Dieu   saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ Priez pour nous (pauvres) pécheurs   nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Maintenant et à l'heure de notre mort.   Amîn -

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ Je vous salue Marie maliath taibootho/ full of grace/ Pleine de grâce moran a'amekh - the Lord is with thee/ Le Seigneur est avec vous mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ Vous êtes bénie entre toutes les femmes wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est bénit O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ Sainte Marie yoldath aloho/ Mother of God/ Mère de Dieu saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ Priez pour nous (pauvres) pécheurs nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn -

Livre d'Ézéchiel 1,10-14.

Voici quelle était la ressemblance de la face des quatre animaux : une figure d'homme par devant et une figure de lion à droite, à tous les quatre ; une figure de taureau à gauche, à tous les quatre, une figure d'aigle, par dessus à tous les quatre. 
Et telles étaient leurs faces. Leurs ailes se déployaient au-dessus d'eux ; chacun avait deux ailes qui rejoignaient celles de l'autre, et deux ailes qui couvraient son corps. 
Chacun allait devant soi ; là où l'esprit les faisait aller, ils allaient ; ils ne tournaient pas en allant. 
L'aspect de ces êtres vivants ressemblait à des charbons ardents ; c'était comme l'aspect des lampes ; le feu circulait entre les êtres, le feu était éblouissant, et du feu sortaient des éclairs. 
Et les êtres vivants couraient en tous sens, comme l'aspect de la foudre. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,1-9.

En ce temps-là, le Seigneur en désigna soixante-douze autres, et les envoya devant lui, deux à deux, dans toutes les villes et dans tous les lieux où lui-même devait aller. 
Il leur disait : La moisson est grande, mais les ouvriers sont en petit nombre. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson. 
Allez : voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. 
Ne portez ni bourse, ni besace, ni sandales, et ne saluez personne en chemin. 
En quelque maison que vous entriez, dites d'abord : " Paix à cette maison ! " 
Et s'il y a là un fils de paix, votre paix reposera sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. 
Demeurez dans cette maison, mangeant et buvant de ce qu'il y aura chez eux, car l'ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. 
Et en quelque ville que vous entriez et qu'on vous reçoive, mangez ce qui vous sera servi ; 
guérissez les malades qui s'y trouveront, et dites-leur : " Le royaume de Dieu est proche de vous. " 
 

See original image

UNE PRIERE DE CONSECRATION DE SOI:


Seigneur Jésus, brûlant d’amour, de tendresse et de miséricorde, j’implore Votre compassion et Vous demande de poser sur moi Votre regard pour recevoir force et paix dans mon âme et mon corps.


Je crois avec toute Votre Eglise unie dans la Foi et la Grâce Sacramentelle que Vous êtes vraiment le Fils de Dieu, fait homme, mort et ressuscité.


Moi …, je Vous reçois dans mon cœur et dans ma vie comme mon Seigneur et mon Dieu.

En Votre nom, Seigneur Jésus, j’appelle l’Esprit-Saint, afin que Vous m’aidiez à accepter et offrir ma faiblesse et mes souffrances, avec amour et confiance.


Vous connaissez mes difficultés, j’ai tant besoin de Votre grâce ; proportionnez-la à mes besoins, pour que je puisse devenir puissance et force salvifique pour l’Eglise et le monde, au travers de mes souffrances en union avec Vous Ô Christ Tête de l'Eglise et Marie Compatissante son modèle achevé.


Ô Jésus, aidez-moi à accueillir cette  mission  à laquelle je me sens appelé pour accomplir ma vocation à la sainteté et concourir au "bien commun".


Que Marie, Votre mère et notre mère, soit toujours près de moi.
 Jésus et  Marie j’ai confiance en vous !

Rendez mon cœur semblable aux vôtres!


Je vous salue Marie…

 

                               Hail Mary in Aramaic

  Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/ Je vous salue Marie     
  maliath taibootho/ full of grace/ Pleine de grâce
  moran a'amekh  - the Lord is with thee/ Le Seigneur est avec vous                    
  mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ Vous êtes bénie entre toutes les femmes
  
wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est bénit
  O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ Sainte Marie
  yoldath aloho/  Mother of God/ Mère de Dieu
  saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ Priez pour nous (pauvres) pécheurs
  nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Maintenant et à l'heure de notre mort.
  Amîn - 


     (When Jesus lived here on earth He spoke Aramaic, the language common in Galilee then.  It was an old Semitic tongue, related to Hebrew.  It's considered traditionally as one language, but it may also be thought of as "a group of closely related languages."  
     Modern Aramaic is used today by scattered groups in Western Asia, including Christians, Jews and Muslims.  It's kept in the form of Syriac by certain Christians.  The Syriac pronunciation is presented here.)  

                           

===

Saint Irénée de Lyon

(v. 130-v. 208), évêque, théologien et martyr 
Contre les hérésies, III, 1 (trad. Cerf 1984, p. 276 rev.) 

 

LES APÔTRES ET LES EVANGELISTES:
 

« Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création »

 

Le Seigneur de toutes choses a donné à ses apôtres le pouvoir de proclamer l'Évangile.

Et c'est par eux que nous avons connu la vérité, c'est-à-dire l'enseignement du Fils de Dieu.

C'est à eux que le Seigneur a dit :

« Celui qui vous écoute m'écoute ; celui qui vous rejette me rejette et rejette celui qui m'a envoyé »

(Lc 10,16).

Car nous n'avons pas connu le plan de notre salut par d'autres que par ceux qui nous ont fait parvenir l'Évangile. 

Cet Évangile, ils l'ont d'abord prêché.

Puis, par la volonté de Dieu, ils nous l'ont transmis dans des Écritures pour qu'il devienne « le pilier et le soutien » de notre foi (1Tm 3,15).

Il n'est pas permis de dire qu'ils ont prêché avant d'avoir obtenu la connaissance parfaite, comme osent le prétendre certains, qui se targuent d'être les correcteurs des apôtres.

En effet, après que notre Seigneur est ressuscité d'entre les morts et que les apôtres ont été « revêtus de la force d'en-haut » (Lc 24,49) par la venue de l'Esprit Saint, ils ont été remplis de certitude au sujet de tout et ils ont possédé la connaissance parfaite.

Alors, ils s'en allèrent « jusqu'aux extrémités de la terre », (Ps 18,5;Rm 10,18) proclamant la Bonne Nouvelle des biens qui nous viennent de Dieu et annonçant aux hommes la paix du Ciel.

Ils possédaient, tous également et chacun en particulier, l'Évangile de Dieu.

 

 

Conquérez les tentations par la patience et la prière. Si vous vous y opposez sans cela, vous chuterez encore plus fortement.
(Saint Marc l'Ascète)

 

 

 

  • st-mark-
    Commemoration of St. Mark the Evangelist/

     

  • mar-thoma-1
    Memorial of Marthoma I/

    Ankamaly Cheriya palli

 

Seigneur, Toi qui m'a fait la grâce de pouvoir être compté aux rangs de ceux qui T'auront acclamé ce jour, dans la liesse générale et les gerbes de rameaux bénis, daigne m'accorder que je ne sois pas compté aux rangs de ceux qui, après T'avoir ainsi glorifié, bientôt Te trahiront, renieront et crucifieront. Tu connais mon péché, il est sans cesse devant Ta Face. Tu connais ma faiblesse, elle m'entraîne toujours plus profond dans le mal. Mais Tu es le Tout-puissant. Viens au secours de mon manque de foi, et avec Toi j'irai au tombeau, pour renaître éternellement en Toi. Amen.

Seigneur, Toi qui m'a fait la grâce de pouvoir être compté aux rangs de ceux qui T'auront acclamé ce jour, dans la liesse générale et les gerbes de rameaux bénis, daigne m'accorder que je ne sois pas compté aux rangs de ceux qui, après T'avoir ainsi glorifié, bientôt Te trahiront, renieront et crucifieront. Tu connais mon péché, il est sans cesse devant Ta Face. Tu connais ma faiblesse, elle m'entraîne toujours plus profond dans le mal. Mais Tu es le Tout-puissant. Viens au secours de mon manque de foi, et avec Toi j'irai au tombeau, pour renaître éternellement en Toi. Amen.

SAINT MARC, QUI ÊTES-VOUS ?
 

Évangéliste, Évêque d'Alexandrie
(mort vers l'an 75)

Saint_Marc_Codex-aureus_1a.jpg

 


      Saint Marc était probablement de la race d'Aaron; il était né en Galilée.

Il semble avoir fait partie du groupe des soixante-douze disciples du Sauveur; mais il nous apparaît surtout dans l'histoire comme le compagnon fidèle de l'apostolat de saint Pierre. 
      C'est sous l'inspiration du chef des Apôtres et à la demande des chrétiens de Rome qu'il écrivit l'Évangile qui porte son nom.

MARC 25 AVRIL

Marc cependant ne suivit pas saint Pierre jusqu'à son glorieux martyre; mais il reçut de lui la mission spéciale d'évangéliser Alexandrie, l'Égypte et d'autres provinces africaines. 


      Le disciple ne faillit pas à sa tâche et porta aussi loin qu'il put, dans ces contrées, le flambeau de l'Évangile.

Alexandrie , Siège du Patriarcat Copte Orthodoxe,en particulier devint un foyer si lumineux, la perfection chrétienne y arriva à un si haut point, que cette Église, comme celle de Jérusalem, ne formait qu'un coeur et qu'une âme dans le service de Jésus-Christ.

La rage du démon ne pouvait manquer d'éclater. 


      Les païens endurcis résolurent la mort du saint évangéliste et cherchèrent tous les moyens de s'emparer de lui.

Marc, pour assurer l'affermissement de son oeuvre, forma un clergé sûr et vraiment apostolique, puis échappa aux pièges de ses ennemis en allant porter ailleurs la Croix de Jésus-Christ.

Quelques années plus tard, il eut la consolation de retrouver l'Église d'Alexandrie de plus en plus florissante.


La nouvelle extension que prit la foi par sa présence, les conversions nombreuses provoquées par ses miracles, renouvelèrent la rage des païens.

Il fut saisi et traîné, une corde au cou, dans un lieu plein de rochers et de précipices.

Après ce long et douloureux supplice, on le jeta en prison, où il fut consolé, la nuit suivante, par l'apparition d'un ange qui le fortifia pour le combat décisif, et par l'apparition du Sauveur Lui-même. 


Le lendemain matin, Marc fut donc tiré de prison; on lui mit une seconde fois la corde au cou, on le renversa et on le traîna en poussant des hurlements furieux.

La victime, pendant cette épreuve douloureuse, remerciait Dieu et implorait Sa miséricorde.

Enfin broyé par les rochers où se heurtaient ses membres sanglants, il expira en disant:

"Seigneur, je remets mon âme entre Vos mains."

 

De Jérusalem, il suivit d’abord saint Paul dans ses voyages missionnaires, puis s’attacha aux pas de saint Pierre, qui l’appelait son fils et dont, selon la tradition, il recueillit dans son Évangile la catéchèse aux Romains. Il fonda  l’Église d’Alexandrie.

BONNE FETE AUX MARC, MARCIA, MARCO, MAREC

 

 Holy Apostle and Evangelist Mark (68?)

 

April 25

 

"Mark was an idolater from Cyrene of Pentapolis, which is near Libya. Having come to the Faith of Christ through the Apostle Peter, he followed him to Rome. While there, at the prompting of Peter himself and at the request of the Christians living there, he wrote his Gospel in Greek...

 

 Afterwards, travelling in Egypt, he preached the Gospel there and was the first to establish the Church in Alexandria. The idolators, unable to bear his preaching, seized him, bound him with ropes, and dragged him through the streets until he, cut to pieces on rocks, gave up his soul. It is said that he completed his life in martyrdom about the year 68.

 

 

 He is depicted in holy icons with a lion next to him, one of the living creatures mentioned by Ezekiel (1:10), and a symbol of Christ's royal office, as St Irenaeus of Lyons writes." (Great Horologion)

 

 

 

TROIS ANS DEJA !

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 

 

Lord, who gave me the grace to be counted toward the ranks of those who have acclaimed Te date, in the general jubilation and wreaths of blessed twigs, deign to grant me that I may not be counted in the ranks of those who after you have so glorified, Te soon betray, will deny and crucify. You know my sin is ever before Thy Face. You know my weakness, it still causes me deep in evil. But Thou art the Almighty. Help thou my unbelief, and I will go with you to the grave, to be reborn eternally in You. Amen.

Lord, who gave me the grace to be counted toward the ranks of those who have acclaimed Te date, in the general jubilation and wreaths of blessed twigs, deign to grant me that I may not be counted in the ranks of those who after you have so glorified, Te soon betray, will deny and crucify. You know my sin is ever before Thy Face. You know my weakness, it still causes me deep in evil. But Thou art the Almighty. Help thou my unbelief, and I will go with you to the grave, to be reborn eternally in You. Amen.

 

PESSA’H – LA PÂQUE JUIVE – 23-30 AVRIL 2016

seder

« Nous nous apprêtons à sortir d’Egypte ! Vraiment ?


N’était-ce pas déjà le cas l’année dernière à pareille époque ? Devons-nous comprendre que nous serions alors retournés en Egypte ?
Pessa’h, la pâque juive célèbre la Sortie d’Egypte.
Il ne s’agit pas à proprement parler d’une commémoration dans le sens où la commémoration se réfère à l’élément donné comme passé. Ici, il convient plutôt de considérer que c’est au présent que nous vivons cette Sortie d’Egypte. D’ailleurs, le texte de la Haggada enjoint chacun à se considérer comme s’il était lui-même sorti d’Egypte.

Selon l’historien des idées, William Johnston, la ritualisation ou même la mise en scène d’« évènements historiques » autour de célébrations appelle à assimiler des souvenirs nés hors de l’expérience propre de ceux qui pratiquent ces rites.
Celui qui observe le rituel de Pessa’h réalise donc des actes qui le placent dans la même situation que ses ancêtres.

Par sa symbolique, le Seder fait revivre les différentes étapes de la Sortie d’Egypte, mais surtout, il invite à penser ce que peuvent être aujourd’hui l’esclavage et la liberté et la façon dont nous pouvons, dans notre génération, passer de l’un à l’autre. D’aucuns pourraient considérer que le passé enferme, qu’il enferre, qu’il empêche tout développement en ramenant toujours à ce qui fut et non à une promesse. Et pourtant ce passé est ce qui forme l’histoire, les histoires. Il est ce qui donne à l’homme un recul sur lui-même.

Dans l’une de ses nouvelles, Naftali le conteur et son cheval Sus, Isaac Bashevis Singer met en scène le jeune Naftali et Reb Zebulon, un vendeur de livre itinérant. Le colporteur et le jeune homme échangent régulièrement sur les contes, la fiction, le fait de raconter des histoires. Dans un passage,  Reb Zebulon dit à Naftali : « Un jour passe et puis s’en va. Qu’en reste-t-il ? Seulement une histoire. Si personne ne racontait d’histoires, si personne n’écrivait de livres, les hommes vivraient comme des bêtes, seulement au jour le jour. Aujourd’hui nous sommes vivants, mais demain, aujourd’hui sera devenu une histoire. Le monde entier, la vie des hommes ne sont qu’une seule longue histoire. »

Célébrer, la Sortie d’Egypte, revivre cet événement lointain, c’est donner un sens au présent et nous rappeler que chaque parcelle de liberté et de prospérité est précieuse. Comme l’a exprimé le Baal Chem tov : l’oubli est la source de l’asservissement alors que le souvenir est à la racine de la délivrance. »

Chabbat Chalom et ’Hag Pessa’h Kacher Vesamea’h !
(SOURCE; "Sagesse Orthodoxe, Article du Rabbin Jonas Jacquelin)

Each brings to God the fruits it can bring Him at all times, at all times of life and its vicissitudes, as measured by its capacity, according to the gifts that have been granted ...

Each brings to God the fruits it can bring Him at all times, at all times of life and its vicissitudes, as measured by its capacity, according to the gifts that have been granted ...

EN VRAC...ELEMENTS EPARS POUR VOTRE REFLEXION PERSONNELLE ET...ALIMENTER VOTRE PRIERE...

 

 

===

 

Au Canada,

le Sénat a gelé le projet de loi sur

l’euthanasie volontaire et

le suicide assisté.

euthanasie-piqure

 

Les membres du Comité sénatorial qui gère ce projet de loi dit C-14, ne sont pas prêts à donner le feu vert. Plusieurs sénateurs des deux grands partis, les libéraux et les conservateurs s’y opposent ; pour les uns le projet semble trop restrictif, et pour d’autres il est estimé trop libéral. Tout indique que la loi ne peut être adoptée avant le 6 Juin. C’est en effet la date limite donnée par la Cour suprême du Gouvernement Justin Trudeau pour remplacer l’article 103 du Code criminel, par une loi réglementant le suicide assisté. S’il n’y a pas d’accord au sein du Comité du Sénat et qu’une entente sur le projet ne passe pas avant le 6 Juin, l’article 103, sera abrogée automatiquement.

En pratique cela correspond à accepter une loi autorisant le suicide assisté à toute personne qui en fera la demande si elle s’estime malade et souffrir de trop. Il est prévu que ces personnes recevront et s’administreront elles-mêmes un produit létal, c’est-à-dire mortel. Le président de la Coalition des médecins pour la justice sociale, le Dr Paul Saba a déclaré « Quand quelqu’un est malade, il a besoin de bons soins et non de mettre fin à ses jours».

Dr Jean-Pierre Dickès


(Source: http://www.medias-presse.info/)

===

Daesh détruit l’un des plus importants monuments historiques d’Irak, vieux de plus de 2 000 ans

Les terroristes de Daesh continuent de cibler les lieux de cultes et les sites antiques. Cette fois, ses combattants ont détruit la «Porte Mashki», près de la ville de Mossoul, en Irak, qui gardait l’antique ville assyrienne de Ninive.

 

 

 

L’institut britannique pour l’études de l’Irak a confirmé la destruction de l’un des sites historiques les plus importants du pays, connu sous le nom de «Porte Mashki».

Les forces de Daesh ont démoli l’édifice, vieux de plus de  2 000 ans. Cet ensemble de portes était érigé à l'entrée de l'antique ville assyrienne de Ninive pour la protéger contre les attaques. Des témoins kurdes supposent que les terroristes voulaient en vendre des blocs séparés. Le département irakien de l'archéologie n'a pas nié, pour l’heure, cette information.

© Wikipédia

 

La Porte Mashki a été redécouverte en 1968. C’est l’un des plus grands verstiges de la province de Ninive. La ville était même mentionnée dans la Bible, comme une cité du VIIe siècle avant Jésus-Christ et l’une des plus grandes villes du monde.

 

«Les combattants de Daesh voient ces tombes qu’ils détruisent comme un sacrilège et un retour au paganisme», a déclaré le chef des antiquités syriennes Maamoun Abdulkarim à ARA News

Les terroristes de Daesh démolissent souvent des objets de valeur historique. L’année dernière, ils ont explosé la Bibliothèque centrale de Mossoul, et fait sauter le temple de Baalshamin ainsi que le temple de Baal, deux édifices situés dans l’antique ville syrienne de Palmyre. 
 

 

===

Memorial Garden Opened in France for Assyrian Genocide Victims


Assyrian International News Agency
To unsubscribe or set email news digest options, visit http://www.aina.org/mailinglist.html

Memorial Garden Opened in France for Assyrian Genocide Victims


2016-04-25 05:39 GMT

 

Opening of the Assyrian Genocide Memorial Garden in Sarcelles, France. ( AINA)Sarcelles, France (AINA) -- A memorial garden for the Assyrian victims of the Turkish genocide of Assyrians, Greeks and Armenians was opened on April 23. The event was organized by the Assyro-Chaldeens Association of France, in cooperation with city officials.

The Turkish genocide of Christians occurred between 1915 and 1918 and claimed the lives of 750,000 Assyrians (75%), 500,000 Greeks and 1.5 million Armenians. Turkey denies the genocide occurred.

The "Assyro-Chaldeens Garden" will share the same lot with the "Armenian Garden" -- both gardens commemorate the genocide of 1915. A variety of fruit trees from Assyrian homelands in the Middle east were planted in the garden, as well as olive trees.

 

Related: Assyrian Genocide 100

 

Mr. Francois Pupponi, the chairman of the Sarcelles Municipality, who is also the member of the French Parliament, was in attendance and is one of the politicians who supports Assyrians and other victim groups of the genocide. In the previous the Sarcelles Municipality spent 400,000 Euros for activities relating to the Assyrian and Armenian genocide.

The director of the Assyrian Genocide Research Center, Mr. Sabri Atman, congratulated the Assyrian community of France on their achievement and their support of Mr. Francois Pupponi, the deputy Val d'Oise, and all the other politicians who are in solidarity with the Assyrian people.

Opening of the Assyrian Genocide Memorial Garden in Sarcelles, France. ( AINA)

Opening of the Assyrian Genocide Memorial Garden in Sarcelles, France. ( AINA)

Opening of the Assyrian Genocide Memorial Garden in Sarcelles, France. ( AINA)

 

===

 

===

OCP Publications to release new Pan-Orthodox book titled ‘The Orthodox Dilemma’

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on APRIL 23, 2016

 

 

00-kirill-and-shenouda

OCP News Service 
OCP Publications -Dept. of Publications – Orthodoxy Cognate PAGE – 23/4/16

Visit OCP Publications here:

Global: OCP Publications, the publications division of Orthodoxy Cognate PAGE is ready to release our biggest Pan-Orthodox Christian book. The title of the book is ‘The Orthodox Dilemma’ (personal reflections on global Pan-Orthodox Christian Conciliar Unity). The book is written by George Alexander (Secretary of Orthodoxy Cognate PAGE) and will feature personal experiences, thoughts, and reflection of the author on global Orthodox Christian Unity.

As the first step, a promo trailer designed by the Dept. of Technical Support will be published online. The book will be first released online and later a separate release function will be held. Editing works and reviews have been completed.

This book will be the first of its kind calling for an extensive world platform for all Orthodox Churches. It will be the biggest Pan-Orthodox book release by OCP Publications.

Source:
OCP Publications – OCP News Service

 

===

Paris - Archéologie : la découverte qui embarrasse l'Institut de France

Des travaux ont permis de découvrir une nouvelle tour de l'enceinte de Philippe Auguste. Un événement rare, mais sur lequel l'Institut n'a guère communiqué.

 

Publié le  | Le Point.fr
 

Si d'autres tours de l'enceinte de Philippe Auguste ont déjà été découvertes, celle de l'Institut de France a le mérite de faire apparaître sa méthode de construction. 

La découverte d'une nouvelle tour de l'enceinte de Philippe Auguste (fin du XIIe siècle) est un événement suffisamment rare pour être célébré. Habituellement, quand l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) effectue ce genre de fouille, elle convie la presse pour fêter l'événement. Mais, dans le cas présent, silence total. C'est en passant par hasard rue Mazarine, où un panneau plaqué contre un bâtiment de l'Institut de France indique l'existence de la fouille, que nous avons découvert le pot aux roses.

 

 

Vestiges de l'enceinte de Philippe Auguste, Institut de France © Patrick Tourneboeuf OPPIC

 

Quelques coups de fil plus tard, nous en savons plus sur cette mystérieuse découverte qui a l'air de gêner toutes les parties prenantes. La découverte de la base d'une tour (elle aurait été arasée au XVIIIe siècle) et d'une portion de l'enceinte a été faite à l'occasion de la construction d'un nouvel auditorium dans l'Institut de France. Mais la trouvaille tombe très mal, car les travaux ont déjà pris beaucoup de retard. Maintenant que l'Inrap a achevé sa fouille préventive, que faire des vestiges ? Les recouvrir tout simplement de béton pour construire enfin l'auditorium ? Demander à l'architecte de revoir sa copie pour que les vieilles pierres soient mises en valeur et accessibles au public ? Le débat fait rage. On hésite. Les archéologues soulignent qu'ensevelir ses propres ruines quand le monde entier s'élève contre la destruction de Palmyre par Daech serait pour l'Institut de France un acte incompréhensible.

Même si la découverte n'est pas miraculeuse – il existe de nombreuses autres portions de l'enceinte –, elle possède un certain intérêt dans la mesure où le fondement de la tour montre parfaitement la méthode de la construction, ce qui n'est pas visible ailleurs. En revanche, les vestiges de l'enceinte ne sont pas de très bonne qualité, plaide l'institut. Beaucoup de pierres ne sont pas d'origine. Le maître d'ouvrage délégué – l'Oppic – a donc demandé à l'architecte (l'atelier Barani) de modifier son projet pour que seule la tour soit mise en valeur. On lui a demandé de remettre sa copie à la fin du mois de mai. En revanche, le doute plane sur l'avenir du reste de l'enceinte en mauvais état. Sera-t-elle conservée ou pas ? La décision n'est pas prise.

 

 

Vestiges de l'enceinte de Philippe Auguste, Institut de France © Patrick Tourneboeuf OPPIC

 

Quand un accord sera enfin trouvé entre l'Institut de France et les archéologues, cela mettra fin à une polémique bien plus ancienne que la découverte de la tour elle-même. Cela faisait exactement 220 ans que l'Institut et la Monnaie de Paris se disputaient ce terrain. L'anecdote mérite d'être contée. En l'an IV de la République (1796), le jardin du directeur de l'institut est mis à la disposition de l'hôtel de la Monnaie voisin pour y installer les ateliers où la monnaie était frappée. Ce terrain de 1 500 mètres carrés est situé exactement au-dessus de l'ancien fossé creusé à la demande de Charles V à l'extérieur de l'enceinte de Philippe Auguste. En 1850, l'institut réclame la restitution de son bien. La Monnaie fait la sourde oreille. Il faudra attendre 2004 pour que l'État ordonne enfin la restitution de la parcelle dite de l'« an IV ». Celle-ci a lieu officiellement en 2012. L'institut peut alors lancer les travaux pour bâtir un auditorium de 350 places dont il a fort besoin. Le permis de construire est délivré le 25 juillet 2013.

 

 

Vestiges de l'enceinte de Philippe Auguste, Institut de France © Patrick Tourneboeuf OPPIC

 

Comme la loi le prévoit sur tout chantier, l'Inrap mène des sondages et découvre ce à quoi il s'attendait : une portion d'enceinte et les fondations d'une tour. D'où un retard supplémentaire à prévoir pour approfondir les fouilles et la tentation de certains de recouvrir les vestiges pour lancer les travaux au plus vite. Aujourd'hui, l'Institut de France nous jure qu'il n'a jamais été question de cela. Les vestiges de la tour seront bien mis en valeur et accessibles au grand public. On n'en attendait pas moins…

 

 

 

===

CONSEILS DE LA GENDARMERIE NATIONALE:

 

 

===

PUBLICATION:

Publication des Actes du

13e colloque du Patrimoine syriaque.

la  contribuition du Drs Gewargis Acis d'où je tiens cette information que je vous partage portait le titre: 

Philoxène de Maboug comme interprète des saintes Écritures

===

 

Invitation (s) :

 

 

===

 

===

 

Exposition internationale d’icônes orthodoxes à Paris – le 21 avril

 

 

Du 21 avril au 26 mai

 

une exposition d’icônes roumaines et

 

bulgares

 

Exposition internationale d’icônes orthodoxes à Paris – le 21 avril

 

se déroulera à Paris.

 

Placée sous le patronage de l’ambassadeur de Bulgarie en France

et

 

réalisée par la paroisse orthodoxe bulgare

 

de ParisSaint-patriarche-Eutyme-de-Tarnovo 

 

avec la bénédiction du métropolite bulgare de l’Europe occidentale

 

et centrale Antonii, 

 

son vernissage aura lieu

 

le 21 avril, à 18h30

 

à l’Institut culturel bulgare et

 

lors duquel la

 

chorale Saint-Siméon de Nana Peradzé 

 

se produira également.

 

 Voici une brève présentation de l’exposition ainsi que des

 

iconographes.

 

(Vous pouvez télécharger sous format PDF l’affiche et le dossier 

 

de l’exposition.)

 

 

===

Travailleur, travailleuses, prenez votre tour de veille et venez rendre grâce. 

Nuit d’action de grâce pour le travail
du 30 avril 21 h au 1er mai 7 h

Les entrepreneurs et dirigeants chrétiens (EDC) de Paris lancent la toute première « nuit d’action de grâce pour le travail  » dans la nuit du 30 avril au 1er mai à Notre-Dame-du-Travail dans le 14e arrondissement de Paris.

Il ont souhaité pour cela inviter les acteurs de la scène économique à rejoindre cette initiative afin de se retrouver autour de l’ « Essentiel » afin de « ré-humaniser » le travail.

Car selon Jean-Marie Valentin, président des EDC de Paris, le travail « participe à notre humanité.

Il participe à notre dignité de fille et de fils de Dieu. Déposer nos prières d’actions de grâce pour le travail au pied de la Croix, c’est rendre au travail toute sa dimension humaine ».

La soirée débutera à 21 h par une veillée animée par le groupe Nomade. 

Il sera ensuite possible d’entendre et de méditer des textes fondateurs de la doctrine sociale de l’Église Romaine-catholique sur la notion du travail (Laquelle n'est certes pas différente des positions Orthodoxes), mais aussi de se mettre à l’écoute de la Parole du Christ au travers de la parabole du fils prodigue.

Les participants uniront enfin leur prières d’action de grâce pour la scène économique sans oublier tous les exclus de la société. 

Un temps d’adoration introduit par le curé de Notre-Dame-du-Travail, le père Potez, se poursuivra jusqu’au lendemain matin 7 h pour lequel il est déjà possible de prendre son tour de veille sur le site des EDC.

Nuit d’action de grâce pour le travail
du 30 avril 21 h au 1er mai 7 h
Église Notre-Dame-du-Travail
59 rue Vercingétorix 
74014 Paris

===

 

 

===

 

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

Au Monastère Syriaque de

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en

semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine

tous les 22 et 29 du mois)

 

 

*Dimanche 1er MAI:

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde et aux Saints du Kerala. 

10h30, Messe suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

PRIERES A SAINT JOSEPH ARTISAN POUR LA SECURITE DU TRAVAIL.

PRIERES A SAINTE JEANNE D'ARC POUR LE SALUT DE LA FRANCE

* Sunday, MAY 1:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

PRAYERS TO SAINT JOSEPH ARTISAN FOR WORK SAFETY.
PRAYERS TO SAINT JOAN OF ARC FOR THE SALVATION OF FRANCE

 

 

RETRAITE-PELERINAGE DE GUERISON INTERIEURE 

DU 1er au 5 MAI 

You have heaven adorned, earth beautified, the sea populated with its own creatures, the air filled with birds which scour it in every direction. Studious listener, think of all these creations which God has drawn out of nothing;..recognize everywhere the wisdom of God; never cease to wonder, and, through every creature, to glorify the Creator. (St. Basil the Great )

Avec programme de Pèlerinage à 

*N-D de Miséricorde (Le 1er / Programme ci-dessus)

*N-D de Pontmain et le Mont St Michel (Le 2)

*A N-D de Chartres , Aux Eglises  Ste Madeleine et N-D de Verneuil Sur Avre e (Le 3) 

*Parents Martin et Ste Thérèse à Alençon (Le 4)

 

RETIREMENT-PILGRIMAGE INNER HEALING
THE 1st to May 5th
With Pilgrimage program
* N-D Pontmain and Mont St Michel (The 2)
* N-D Chartres and St. Madeleine and Our-Lady of Verneuil Sur Avre (3rd)
* Parents Martin and St. Thérèse in Alençon (4th)

 

*Jeudi de l'Ascension, 5 MAI:

 Pèlerinage des Rogations et de l'Ascension à N-D de Miséricorde

10h30, Messe suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

*Dimanche de la PENTECÔTE, le 15 MAI

9h,Baptème de Costanzo.10h30, Messe de la Pentecôte suivie du repas fraternel,possibilité de recontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

 

===

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

See original image

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

The Cross is THE way of salvation. There is no other way. If God could have saved us any other way, he would have done so. But salvation requires a transformation of our sinful humanity which can only be accomplished by self denial and willingly accepting the reproaches and persecutions that result from endeavoring to live according to the teachings of Jesus. Whatever that entails for each of us, day by day, constitutes our cross.

The Cross is THE way of salvation. There is no other way. If God could have saved us any other way, he would have done so. But salvation requires a transformation of our sinful humanity which can only be accomplished by self denial and willingly accepting the reproaches and persecutions that result from endeavoring to live according to the teachings of Jesus. Whatever that entails for each of us, day by day, constitutes our cross.

Repost 0
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 06:58
"La Croix est LE chemin du Salut. Il n'y en a pas d'autre. Si Dieu aurait pu nous sauver de quelque autre manière que ce soit, Il l'aurait fait. Mais le Salut requiert une transformation de notre humanité pécheresse, qui ne peut s'accomplir qu'en renonçant à soi et en acceptant volontairement les reproches et les persécutions qui sont la conséquences de l'acceptation de vivre en conformité avec les enseignements de Jésus. Tout ce que cela implique pour nous, jour après jour, constitue notre croix."  (Source: Blog de St Materne / Lecteur Gabriel! / P. John)

"La Croix est LE chemin du Salut. Il n'y en a pas d'autre. Si Dieu aurait pu nous sauver de quelque autre manière que ce soit, Il l'aurait fait. Mais le Salut requiert une transformation de notre humanité pécheresse, qui ne peut s'accomplir qu'en renonçant à soi et en acceptant volontairement les reproches et les persécutions qui sont la conséquences de l'acceptation de vivre en conformité avec les enseignements de Jésus. Tout ce que cela implique pour nous, jour après jour, constitue notre croix." (Source: Blog de St Materne / Lecteur Gabriel! / P. John)

Troisième dimanche après le Nouveau Dimanche

 

Saint Qurbana :

o    1ère de St Jean 5: 13 – 21 :

  • 13 Je vous ai écrit cela pour que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui mettez votre foi dans le nom du Fils de Dieu.
  • 14 Voici l’assurance que nous avons auprès de Dieu : si nous faisons une demande selon sa volonté, il nous écoute.
  • 15 Et puisque nous savons qu’il nous écoute en toutes nos demandes, nous savons aussi que nous obtenons ce que nous lui avons demandé.
  • 16 Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui n’entraîne pas la mort, il demandera, et Dieu lui donnera la vie, – cela vaut pour ceux dont le péché n’entraîne pas la mort. Il y a un péché qui entraîne la mort, ce n’est pas pour celui-là que je dis de prier.
  • 17 Toute conduite injuste est péché, mais tout péché n’entraîne pas la mort.
  • 18 Nous le savons : ceux qui sont nés de Dieu ne commettent pas de péché ; le Fils engendré par Dieu les protège et le Mauvais ne peut pas les atteindre.
  • 19 Nous savons que nous sommes de Dieu, alors que le monde entier est au pouvoir du Mauvais.
  • 20 Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu nous donner l’intelligence pour que nous connaissions Celui qui est vrai ; et nous sommes en Celui qui est vrai, en son Fils Jésus Christ. C’est lui qui est le Dieu vrai, et la vie éternelle.
  • 21 Petits enfants, gardez-vous des idoles.

o     

o    Hébreux 11: 3-6 :

  • 03 Grâce à la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par une parole de Dieu, et donc ce qui est visible n’a pas son origine dans ce qui apparaît au regard.
  • 04 Grâce à la foi, Abel offrit à Dieu un sacrifice plus grand que celui de Caïn ; à cause de sa foi, il fut déclaré juste : Dieu lui-même rendait témoignage à son offrande ; à cause de sa foi, bien qu’il soit mort, il parle encore.
  • 05 Grâce à la foi, Hénok fut retiré de ce monde, et il ne connut pas la mort ; personne ne le retrouva parce que Dieu l’avait retiré ; avant cet événement, il avait été agréable à Dieu, l’Écriture en témoigne.
  • 06 Or, sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu ; car, pour s’avancer vers lui, il faut croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent.

o     

o    St Luc 24: 13 à 35 :

  • 13 Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem,
  • 14 et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.
  • 15 Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.
  • 16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
  • 17 Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
  • 18 L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »
  • 19 Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple :
  • 20 comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.
  • 21 Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
  • 22 À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau,
  • 23 elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant.
  • 24 Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
  • 25 Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit !
  • 26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »
  • 27 Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
  • 28 Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.
  • 29 Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
  • 30 Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.
  • 31 Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.
  • 32 Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »
  • 33 À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent :
  • 34 « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »
  • 35 À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

 

===

 

Par St Grégoire de Nazianze

(330-390), évêque et docteur de l'Église 
Discours 31, 5ème théologique, 25-27 ; PG 36, 159 (trad. Orval rev.) 


 

L'ANCIEN ET LE NOUVEAU TESTAMENT;
 
« Quand il viendra, lui, l'Esprit de vérité, il vous guidera vers la vérité toute entière »

 

Au cours des âges, deux grandes révolutions ont ébranlé la terre ; on les nomme les deux Testaments.

L'une a fait passer les hommes de l'idolâtrie à la Loi ; l'autre, de la Loi à l'Évangile.

Un troisième bouleversement est prédit : celui qui, d'ici-bas, nous transportera là-haut où il n'y a plus ni mouvement ni agitation.

Or ces deux Testaments ont présenté le même caractère...: ils n'ont pas tout transformé soudainement, dès la première impulsion de leur mouvement...

 

C'était pour ne pas nous faire violence, mais nous persuader. Car ce qui est imposé de force n'est pas durable... 

L'Ancien Testament a clairement manifesté le Père, obscurément le Fils.

Le Nouveau Testament a révélé le Fils et a insinué la divinité de l'Esprit. 

Aujourd'hui l'Esprit vit parmi nous, et il se fait plus clairement connaître.

Il aurait été périlleux, alors que la divinité du Père n'était pas reconnue, de prêcher ouvertement le Fils, et, tant que la divinité du Fils n'était pas admise, d'imposer...le Saint Esprit.

On aurait pu craindre que, comme des gens chargés de trop d'aliments ou comme ceux qui fixent le soleil avec des yeux encore faibles, les croyants ne risquent de perdre ce qu'ils avaient la force de porter.

La splendeur de la Trinité devait donc rayonner par développements successifs ou, comme dit David, « par degrés » (Ps 83,6) et par une progression de gloire en gloire... 


J'ajouterai encore cette considération : le Sauveur savait certaines choses dont il estimait que ses disciples ne pouvaient pas encore les porter malgré tout l'enseignement qu'ils avaient déjà reçu.

Pour les raisons que j'ai dites plus haut, il tenait ces choses cachées.

Et il leur répétait que l'Esprit, lors de sa venue, leur enseignerait tout.

 

 

The Cross is THE way of salvation.

There is no other way.

If God could have saved us any other way, he would have done so.

But salvation requires a transformation of our sinful humanity which can only be accomplished by self denial and willingly accepting the reproaches and persecutions that result from endeavoring to live according to the teachings of Jesus.

Whatever that entails for each of us, day by day, constitutes our cross.

 

« Si votre œil est simple, tout votre corps le sera, dit le Sauveur.

Simplifiez votre jugement, ne faites point tant de réflexions et de répliques, mais allez simplement et avec confiance.

 

Il n'y a pour vous que Dieu et vous en ce monde ; tout le reste ne vous doit point toucher, sinon à mesure que Dieu vous le commande, et comme il vous le commande.

 

Je vous prie, ne regardez pas tant ça et là ; tenez votre vue ramassée en Dieu et en vous : vous ne verrez jamais Dieu sans bonté, ni vous sans misère ; et vous verrez sa bonté propice à votre misère, et votre misère l'objet de sa bonté et miséricorde.

 

Ne regardez donc rien que cela, j'entends d'une vue fixe, arrêtée et expresse, et tout le reste en passant.

Partant, n'épluchez guère ce que font les autres, ni ce qu'ils deviendront ; mais regardez-les d'un oeil simple, bon, doux et affectionné.

 

Ne requérez pas en eux plus de perfection qu'en vous, et ne vous étonnez point de la diversité des imperfections ; car l'imperfection n'est pas plus imperfection pour être extravagante et étrange.

Faites comme les abeilles, sucez le miel de toutes les fleurs et herbes.

Mon troisième conseil est que vous fassiez comme les petits enfants : pendant qu'ils sentent leurs mères qui les tiennent par les manchettes, ils vont hardiment et courent tout autour, et ne s'étonnent point des petites bricoles que la faiblesse de leurs jambes leur fait faire : ainsi, tandis que vous apercevrez que Dieu vous tient par la bonne volonté et résolution qu'il vous a donnée de le servir, allez hardiment et ne vous étonnez point de ces petites secousses et choppements que vous ferez, et ne s'en faut fâcher, pourvu qu'à certains intervalles vous vous jetiez entre ses bras, et le baisiez du baiser de charité.

 

Allez joyeusement et à cœur ouvert, le plus que vous pourrez ; et si vous n'allez pas toujours joyeusement, allez toujours courageusement et fidèlement. »

St François de Sales202e Lettre à une Dame religieuse, novice (Annecy, le 16 janvier 1603)

 

===

 

 

Teresa de Calcutta

(1910-1997), fondatrice des Religieuses Catholiques-romaines des "Sœurs Missionnaires de la Charité" 
A Simple Path, p. 80 (trad. Un Chemin tout simple, Plon Mame 1995, p. 83 rev.) 


 

« Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres »

 

Je dis toujours que l'amour commence à la maison : d'abord dans votre famille et ensuite dans votre ville.

C'est facile de prétendre aimer les gens qui sont très loin, mais beaucoup moins facile d'aimer ceux qui vivent avec nous ou tout près de nous.

Je me méfie des grands projets impersonnels : l'amour doit commencer par une personne.

Pour parvenir à aimer quelqu'un, il faut le rencontrer, se rendre proche de lui.

Tout le monde a besoin d'amour.

Tous les êtres humains ont besoin de savoir qu'ils comptent pour les autres et qu'ils ont une valeur inestimable aux yeux de Dieu. 

Jésus a dit :

« Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ».

Il a dit aussi :

« Ce que vous avez fait au plus petit de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait »

(Mt 25,40).

Donc c'est lui que nous aimons dans chaque pauvre.

Il a dit :

« J'avais faim et vous m'avez donné à manger ; j'étais nu et vous m'avez habillé »

(Mt 25,35).

Je rappelle toujours à mes sœurs et à nos frères que notre journée est faite de vingt-quatre heures avec Jésus.

Que chacun apporte à Dieu les fruits qu'il peut Lui apporter
 
Grégoire de Nazianze
(Saint Grégoire de Naziance)
 
Que chacun apporte à Dieu les fruits qu'il peut Lui apporter, en tous temps, à tous moments de la vie et de ses péripéties, selon la mesure de sa capacité, en fonction des dons qui lui ont été accordés...
 
Que l'un apporte ses biens,
un autre le fait de n'avoir rien; 
l'un ses aumônes,
l'autre l'acceptation des aumônes;
l'un son ascétisme vertueux,
et cet autre une contemplation purifiée;
l'un une parole à propos,
et l'autre un silence bienvenu;
l'un un enseignement impeccable,
un autre la volonté d'apprendre;
celui-ci une virginité sans tache qui le sépare du monde,
celui-là un mariage honorable...
l'un un jeûne sans vaine gloire,
l'autre une diète sans intempérance;
celui-ci l'absence de distraction pendant la prière...
celui-là le soin de s'occuper des indigents.
Que tous apportent des larmes,
tous la purification,
tous le progrès
et l'effort constant vers l'amélioration de soi.
 
(Version française de Claude Lopez-Ginisty  d'après Saint Grégoire de Nazianze cité in Where Moth And Rust Do Not Consume
Light & Life Publishing Company Minneapolis, USA 1983)
 

OCP Publications to release new Pan-Orthodox book titled ‘The Orthodox Dilemma’

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on APRIL 23, 2016

 

 

00-kirill-and-shenouda

OCP News Service 
OCP Publications -Dept. of Publications – Orthodoxy Cognate PAGE – 23/4/16

Visit OCP Publications here:

Global: OCP Publications, the publications division of Orthodoxy Cognate PAGE is ready to release our biggest Pan-Orthodox Christian book. The title of the book is ‘The Orthodox Dilemma’ (personal reflections on global Pan-Orthodox Christian Conciliar Unity). The book is written by George Alexander (Secretary of Orthodoxy Cognate PAGE) and will feature personal experiences, thoughts, and reflection of the author on global Orthodox Christian Unity.

As the first step, a promo trailer designed by the Dept. of Technical Support will be published online. The book will be first released online and later a separate release function will be held. Editing works and reviews have been completed.

This book will be the first of its kind calling for an extensive world platform for all Orthodox Churches. It will be the biggest Pan-Orthodox book release by OCP Publications.

Source:
OCP Publications – OCP News Service

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
'He who is ignorant of the enemy's ambush is easily slain; and he who does not know the causes of the passions is soon brought low.' (St. Mark the Ascetic)

'He who is ignorant of the enemy's ambush is easily slain; and he who does not know the causes of the passions is soon brought low.' (St. Mark the Ascetic)

About the vanity of everything in comparison with Christ

"I consider them so much rubbish, that I may gain Christ" (Philippians 3:8).

The apostle who writes this had worldly knowledge; he had wealth and friends, he had youth and health. He had all the requisites of worldly success among his people. Paul says, "I left all." For the sake of Christ Jesus my Lord, I left all. Before the sages of this world he became a fool; before the rich he became as a beggar; before his friends, he becomes an enemy. He exhausted his youth and health by voluntary sufferings and afflictions. With one stroke he closed for himself all prospects for worldly success. Why did you do this O Holy Apostle Paul? Because, " I consider them so much rubbish, that I may gain Christ."

Brethren, did the Apostle Paul deceive himself leaving everything as rubbish and did he gain something greater in gaining Christ? Twenty centuries are witnessing that the holy apostle did not deceive himself and, that in gaining Christ, he received incomparably more and better than that which he abandoned and sacrificed. He received wisdom above all worldly knowledge and riches unperishable and incorruptible; he gained friends in the form of true angels of God; and eternal youth without disease and aging; and divine success, which lasts without change, in eternal life. All of this he gained in gaining Christ. All of this he received leaving all that the world offers to its favorites.

Indeed, brethren, Christ is better than the world. There are no words which could express His superiority over the world. The world deceives its favorites but Christ rewards His favorites truthfully. The world gives little and takes all. The world offers decay and takes away life. Christ, however, seeks little and gives all. He seeks that we discard decay and He gives us eternal life. Brethren, Christ is our one and only true friend.

O resurrected Lord Christ, help us to renounce rubbish, to renounce decay and grant us eternal life.

Prologue from Ochrid

 

===

O my plenteously merciful and all merciful God, Lord Jesus Christ, through Thy great love Thou didst come down and become incarnate so that Thou mightest save all. And again, O Saviour. save me by Thy grace, I pray Thee. For if Thou shouldst save me for my works, this would not be grace or a gift, but rather a duty; yea, Thou Who art great in compassion and ineffable in mercy. For he that believeth in Me, Thou hast said, O my Christ, shall live and never see death. If, then, faith in Thee saveth the desperate, behold, I believe, save me, for Thou art my God and Creator. Let faith instead of works be imputed to me, O my God, for Thou wilt find no works which could justify me. But may my faith suffice instead of all works, may it answer for, may it acquit me, may it make me a partaker of Thine eternal glory. And let Satan not seize me and boast, O Word, that he hath torn me from Thy hand and fold. But whether I desire it or not, save me, O Christ my Saviour,! forestall me quickly, quickly, for I perish. Thou art my God from my mother's womb. Vouchsafe me, O Lord, to love Thee now as fervently as I once loved sin itself, and also to work for Thee without idleness, diligently, as I worked before for deceptive Satan. But supremely shall I work for Thee, my Lord and God, Jesus Christ, all the days of my life, now and ever, and unto the ages of ages. Amen.

Invitation (s) :

 

 

===

 

===

 

Exposition internationale d’icônes orthodoxes à Paris – le 21 avril

 

 

Du 21 avril au 26 mai

 

une exposition d’icônes roumaines et

 

bulgares

 

Exposition internationale d’icônes orthodoxes à Paris – le 21 avril

 

se déroulera à Paris.

 

Placée sous le patronage de l’ambassadeur de Bulgarie en France

et

 

réalisée par la paroisse orthodoxe bulgare

 

de ParisSaint-patriarche-Eutyme-de-Tarnovo 

 

avec la bénédiction du métropolite bulgare de l’Europe occidentale

 

et centrale Antonii, 

 

son vernissage aura lieu

 

le 21 avril, à 18h30

 

à l’Institut culturel bulgare et

 

lors duquel la

 

chorale Saint-Siméon de Nana Peradzé 

 

se produira également.

 

 Voici une brève présentation de l’exposition ainsi que des

 

iconographes.

 

(Vous pouvez télécharger sous format PDF l’affiche et le dossier 

 

de l’exposition.)

 

 

===

Dans le cadre du cycle 2016 de Travaux Inter scripturaires Artisans de Paix

Vous êtes cordialement invité(e) – à une rencontre organisée par :

L'Association  ARTISANS DE PAIX

www.artisans-de-paix.org

 clip_image002

 MARDI 26 AVRIL 2016, de 18 h 30 à  21 h 30

Au Forum 104, salle Cyprès (sous réserve), 104, rue de Vaugirard 75006 Paris, Métro : Montparnasse, sortie Rue de Rennes.

 

Sur le thème :

 

La venue du Messie du point de vue de chacune de nos traditions,

Chemin des Fraternités Artisans de Paix ?

Nous attendons que chaque intervenant nous dise ce qu’est  la venue du Messie pour lui, dans sa tradition,

ainsi que son lien avec la question du Chemin des Fraternités Artisans de Paix, en se fondant sur le respect de ce que nous appelons “l’Unité Plurale des Artisans de Paix”.

Avec 

 Rabbin Yeshaya Dalsace,

  Rabbin de  la synagogue Dor Vador, courant Massorti,

Monseigneur Joseph Kelekian ;

De l’ Eglise arménienne catholique,

  Saeid Jazari – Mamoei,

Théologien shiite iranien et Professeur de l'université des Religions à Qom,

Grand Mufti du Shiisme en Europe,

Marc Tardieu,

Ecrivain.

 

[1] Qom est la plus ancienne ville shiite de l’Iran : conquise en l’an 23 de l’Hégire,  elle fut le lieu de refuge pour les musulmans qui soutenaient les descendants de l’Imâm ’Ali et s’opposaient aux califes omeyades et abbassides ; elle devint à partir du milieu du IIe siècle de l’Hégire un important centre de théologie chiite, et reste encore aujourd’hui l’un des centres les plus importants du chiisme duodécimain dans le monde.   

 

===

 

===

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

Au Monastère Syriaque de

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en

semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine

tous les 22 et 29 du mois)

 

 

*Dimanche 1er MAI:

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde et aux Saints du Kerala. 

10h30, Messe suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

PRIERES A SAINT JOSEPH ARTISAN POUR LA SECURITE DU TRAVAIL.

PRIERES A SAINTE JEANNE D'ARC POUR LE SALUT DE LA FRANCE

* Sunday, MAY 1:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

PRAYERS TO SAINT JOSEPH ARTISAN FOR WORK SAFETY.
PRAYERS TO SAINT JOAN OF ARC FOR THE SALVATION OF FRANCE

 

 

RETRAITE-PELERINAGE DE GUERISON INTERIEURE 

DU 1er au 5 MAI 

You have heaven adorned, earth beautified, the sea populated with its own creatures, the air filled with birds which scour it in every direction. Studious listener, think of all these creations which God has drawn out of nothing;..recognize everywhere the wisdom of God; never cease to wonder, and, through every creature, to glorify the Creator. (St. Basil the Great )

Avec programme de Pèlerinage à 

*N-D de Miséricorde (Le 1er / Programme ci-dessus)

*N-D de Pontmain et le Mont St Michel (Le 2)

*A N-D de Chartres , Aux Eglises  Ste Madeleine et N-D de Verneuil Sur Avre e (Le 3) 

*Parents Martin et Ste Thérèse à Alençon (Le 4)

 

RETIREMENT-PILGRIMAGE INNER HEALING
THE 1st to May 5th
With Pilgrimage program
* N-D Pontmain and Mont St Michel (The 2)
* N-D Chartres and St. Madeleine and Our-Lady of Verneuil Sur Avre (3rd)
* Parents Martin and St. Thérèse in Alençon (4th)

 

*Jeudi de l'Ascension, 5 MAI:

 Pèlerinage des Rogations et de l'Ascension à N-D de Miséricorde

10h30, Messe suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

*Dimanche de la PENTECÔTE, le 15 MAI

9h,Baptème de Costanzo.10h30, Messe de la Pentecôte suivie du repas fraternel,possibilité de recontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

 

===

 

 

Pèlerinage Marial de Mai

 

Du Dimanche 22 MAI au lundi 30 MAI,

Pèlerinage Marial des Chrétiens Syro-Orthodoxes francophones de Saint Thomas 

Sanctuaires visités:

*Notre-Dame de Miséricorde

10h30, Messe du jour suivie de la vénération de la relique de Ste Rita, Bénédiction de l'huile pour les malades, des Roses de Ste Rita

icone

et du repas fraternel,possibilité de recontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

925001

(Chartres: La Cathédrale illuminée)

*Lundi 23, NOTRE DAME DE CHARTRES

524_001 

(Chartres: N-D de Sous terre)

(Retour au Monastère le soir) 

482_001

(Chartres: Le Voile de Notre-Dame)

*Mardi 24, SAINT MARTIN DE TOURS  (Coucher le soir en Charente)

*Mercredi 25, NOTRE-DAME DE TOUTES GRÂCES, SAINT UBALD

UbaldoGubbio.jpg

et St Cybard  d'Angoulême(Coucher le soir en Charente)

*Jeudi 26 NOTRE-DAME DE LA TRES SAINTE TRINITE , St Front (Périgueux) et Chancelade (Bx Alain de Solminiac).

*Vendredi 27, NOTRE-DAME DE VERDELAIS

(Marie Consolatrice des affligés).

Arrivée en soirée à LOURDES...

19106734

* Samedi 28. Journée complète à LOURDES.

*Dimanche 29 autour de NOTRE DAME DE LOURDES POUR LA "FÊTE DES MERES"  

*Lundi 30, retour sur la Charente,

Pèlerinage étape à Ste Quiterie

 

(Aire Sur l'Adour)

(Sarcophage de Ste Quiterie)

(Coucher le soir en Charente)

*Mardi 31, retour sur la Normandie

 

Offrande estimée 100 euros pour participation aux frais, à l'inscription:20 euros.

SOYEZ NOMBREUX,

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT !

(Inscriptions closes le dimanche 8 mai)

 

 

====

Pèlerinage à ROME

 

basilique saint pierre

*Du Dimanche 31 Juillet au lundi 8 , Pèlerinage des Chrétiens Syro-Orthodoxes de Saint Thomas à Rome

Sanctuaires visités:

*Nevers (Ste Bernadette) et Ars (Le Saint Curé)

Jan_Maria_Vianney___Pozna_C5_84

*San Damiano et Montichiari

*Rome dans tous ses états

sainte marie du Trastevere

*Notre-Dame de la Salette

 

 

Offrande estimée pour participation aux frais:

1000 euros.

SOYEZ NOMBREUX,

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT !

(Inscriptions closes le dimanche 5 Juin)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

There is a higher level of thanksgiving: to give thanks over little. If we give thanks over a few things, God will make us rulers over many things. Perhaps, among the advantages of thanks giving are the continuity of the blessings and its increase, as one of the Fathers said, “Not a gift without increase, except that without thanksgiving”. (H.H Pope Shenouda )

Each brings to God the fruits it can bring Him at all times, at all times of life and its vicissitudes, as measured by its capacity, according to the gifts that have been granted ...

Each brings to God the fruits it can bring Him at all times, at all times of life and its vicissitudes, as measured by its capacity, according to the gifts that have been granted ...

Repost 0
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 20:26
Samedi  23 Avril 2016 Lectionnaire pour le 3ème dimanche après le Nouveau Dimanche (Accordé au Calendrier de l'Eglise Orthodoxe Malankare)

Livre de l'Ecclésiastique 24,9-12.

Dès le commencement et avant tous les siècles il m'a créée, et je ne cesserai pas d'être jusqu'à l'éternité.
J'ai exercé le ministère devant lui dans le saint tabernacle, et ainsi j'ai eu une demeure fixe en Sion. 
De même, il m'a fait reposer dans la cité bien-aimée, et dans Jérusalem est le siège de mon empire. 
J'ai poussé mes racines dans le peuple glorifié, dans la portion du Seigneur, dans son héritage. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 19,25-27.

En ce temps-là, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie-Madeleine. 
Jésus ayant vu sa mère, et auprès d'elle le disciple qu'il aimait, dit à sa mère : "Femme, voilà votre fils." 
Ensuite il dit au disciple : "Voilà votre mère." Et depuis cette heure-là, le disciple la prit chez lui. 
 





Par St Silouane

(1866-1938), moine russe 
Écrits (trad. Sophrony, Starets Silouane, Présence 1973, p. 355) 

 

« Vous avez voulu qu'elle devienne notre mère quand elle se tenait près de la croix de Jésus »
(Prière sur les offrandes)

 

 

Lorsque l'âme est toute pénétrée par l'amour de Dieu, oh ! comme tout est bon alors, comme tout est rempli de douceur et de joie !

Mais, même alors, on n'échappe pas aux afflictions, et plus grand est l'amour, plus grandes sont les afflictions.

La Mère de Dieu n'a jamais péché, même par une seule pensée, et elle n'a jamais perdu la grâce, mais elle aussi elle a eu à endurer de grandes afflictions.

Quand elle se tenait au pied de la croix, sa peine était vaste comme l'océan. Les douleurs de son âme étaient incomparablement plus grandes que celles d'Adam lorsqu'il a été chassé du Paradis, parce que son amour était, lui aussi, incomparablement plus grand que celui d'Adam.

Et si elle est restée en vie, c'est uniquement parce que la force du Seigneur la soutenait, car le Seigneur voulait qu'elle voie sa résurrection, et qu'après son ascension elle reste sur terre pour consoler et réjouir les apôtres et le nouveau peuple chrétien

 

===

 

 

« Afin que l'âme se laisse conduire par cet esprit de Marie, il faut :
1° RENONCER à son propre esprit, à ses propres lumières et volontés avant de faire quelque chose : par exemple, avant de faire oraison, dire ou entendre la sainte Messe, communier, etc. ; parce que les ténèbres de notre propre esprit et la malice de notre propre volonté et opération, si nous les suivions, quoiqu'elles nous paraissent bonnes, mettraient obstacle au saint esprit de Marie.
2° Il faut SE LIVRER à l'esprit de Marie pour en être mus et conduits de la manière qu'elle voudra. Il faut se mettre et se laisser entre ses mains virginales, comme un instrument entre les mains de l'ouvrier, comme un luth entre les mains d'un bon joueur. Il faut se perdre et s'abandonner en elle, comme une pierre qu'on jette dans la mer : ce qui se fait simplement et en un instant, par une seule œillade de l'esprit, un petit mouvement de la volonté, ou verbalement, en disant, par exemple : Je renonce à moi, je me donne à vous, ma chère Mère. Quoiqu'on ne sente aucune douceur sensible dans cet acte d'union, il ne laisse pas d'être véritable. [...]
3° Il faut, de temps en temps, pendant son action et après l'action, RENOUVELER le même acte d'offrande et d'union ; et plus on le fera, et plus tôt on se sanctifiera, et plus tôt on arrivera à l'union à Jésus-Christ, qui suit toujours nécessairement l'union à Marie, puisque l'esprit de Marie est l'esprit de Jésus. »

St Louis Marie Grignion de Montfort (1673-1716), 1ère règle de vie marialein "L'amour de la Sagesse éternelle" (Les quatre grandes règles de la vraie dévotion à la Très Sainte Vierge), M. Lescuyer et Fils - Imprimeurs à Lyon, 1962.

Grignion de Montfort,Marie,action,offrande,union,renoncement,sanctification,volonté,Jésus

 

 

- Grand-mère, qui sont les Pharisiens, dans la Bible?
- Va à l'église, et tu comprendras...

 

Saint Georges, qui êtes-vous ?
Soldat, martyr, patron des cavaliers
(280-303)

George Uspenskiy.jpg

 

Georges naquit à Lydda, en Palestine ; son éducation fut toute chrétienne. Il  suivit la carrière des armes comme son père, et bientôt sa beauté, sa  distinction, son courage, l'élevèrent à la dignité de tribun militaire  dans la garde impériale.

Dioclétien  ayant rallumé la persécution contre les chrétiens, l'indignation de  Georges éclata en face même du tyran, devant lequel il exalta la  grandeur du Dieu véritable et confondit l'impuissance des fausses  divinités. Sa noble audace lui mérita le reproche d'ingratitude et des  menaces de mort.

Saint Georges

 

Georges  profita de ses derniers jours de liberté pour distribuer ses biens aux  pauvres et affranchir ses esclaves. Ainsi préparé aux combats du Christ,  le tribun aborde l'empereur lui-même et plaide devant lui la cause des  chrétiens.

- « Jeune homme, lui répond Dioclétien, songe à ton avenir ! »

- « Je suis chrétien, dit Georges, je n'ambitionne ni ne regrette rien dans ce monde ; rien ne saurait ébranler ma foi.» Il est alors battu de verges, puis il subit l'affreux supplice de la  roue, après lequel un ange descend du Ciel pour guérir ses blessures.

Saint Georges

 

Quelques  jours après, le martyr reparaît plein de vie en présence de l'empereur,  qui le croyait mort ; il lui reproche de nouveau sa cruauté et l'engage  à reconnaître le vrai Dieu. Trois jours il est abandonné sur un lit de  chaux vive ; on lui met ensuite des chaussures de fer rougies au feu, on  lui fait avaler un poison très violent.

 

Georges,  par la grâce de Dieu, subit toutes ces épreuves sans en ressentir aucun  mal ; plusieurs païens même se convertissent à la vue de tant de  merveilles. Reconduit de nouveau dans sa prison, l'athlète invincible de  la foi vit en songe Jésus-Christ descendre vers lui :

- « Georges, lui dit-il en lui présentant une couronne de pierres précieuses, voilà  la récompense que je te réserve au Ciel ; ne crains rien, je combattrai  avec toi demain, et tu remporteras sur le démon une victoire  définitive. »

 

Le jour suivant, Dioclétien tâcha d'ébranler le martyr par des flatteries : « Conduisez-moi devant vos dieux » dit Georges. On l'y conduit, croyant qu'il va enfin sacrifier.  Parvenu devant la statue d'Apollon, il fait le signe de la Croix et dit :  « Veux-tu que je te fasse des sacrifices comme à Dieu ? » La voix du démon répond : « Je ne suis pas Dieu ; il n'y a de Dieu que celui que tu prêches. » Et en même temps la statue tombe en poussière. Le peuple s'enfuit  épouvanté, et l'empereur vaincu, humilié et furieux, fait trancher la  tête au martyr.

Saint_George_Paolo_Uccello_2b.jpg

 En France, 81 localités portent son nom et il est le patron céleste de l'Angleterre et de l'Ethiopie. C'est pourquoi on a choisi une image occidentale de Rubens et une orientale provenant du Mont Athos
 

 BONNE FETE AUX GEORGES, JORDAN, JORGI, YOURA…

 

 

  Demain nous fêterons saint Fidèle

Présentation de l’icône de Saint Georges

Le thème du chevalier qui combat un dragon a été traité avec des variantes plus ou moins anecdotiques selon les époques. L’icône commentée ici, a été réalisée en “ interprétant ” un modèle traditionnel grec du XVIe siècle. Très populaire en Grèce et en Russie ce sujet a donné lieu à des représentations décadentes à partir du XVIIIe siècle: on voit la perte du sens symbolique profond avec la prédominance des éléments anecdotiques. Sous l’influence de la Renaissance, les icônes russes deviennent “ réalistes ” et sentimentales, le monde spirituel se perd dans le psychique. L’icône raconte une histoire, le visage de saint Georges exprime la violence extérieure de sa lutte.

Cette histoire est la suivante : St. Georges fut martyrisé au IIIe siècle en Capadoce (Asie Mineure). L’épisode de sa vie représenté sur cette icône se réfère à la légende du chevalier St. Georges qui délivra la ville de Siline en Cappadoce d’un dragon féroce, dévoreur de bêtes et d’enfants. Ce dragon vivait près d’un étang et exigeait en rançon des jeunes filles à dévorer. Quand il ne resta plus que la fille du roi à sacrifier au monstre pour sauver la ville, celle-ci vêtue des habits royaux alla à la rencontre du dragon. En route elle rencontra le chevalier et lui exposa son malheur. Georges au nom de Jésus-Christ, alla combattre le dragon, le vainquit et délivra ainsi la princesse. Le roi et son peuple se convertirent au christianisme. Le culte de St. Georges s’est développé au IVe siècle en Palestine et fut répandu en occident par les croisés qui firent de ce chevalier, vainqueur du mal, leur saint patron. Richard Cœur de Lion mit l’Angleterre sous sa protection. St. Georges est également patron du Liban et jouit d’une grande popularité en Russie.

Une première lecture chrétienne de cette icône est celle d’un saint chevalier qui va christianiser un pays païen sous l’emprise du démon. Sur un autre plan il y a une référence à l’archange St. Michel qui figure également sur des icônes terrassant avec sa lance un dragon représentant Lucifer, l’ange déchu. Plus généralement cette icône représente le mythe universel de la lutte du Bien contre le Mal. Pour aller plus loin, entrons dans les différents éléments de la symbolique de cette icône.

Le dragon.

Animal imaginaire, il se retrouve dans beaucoup de légendes et de mythes où il représente les forces du mal ou le gardien terrifiant d’un trésor caché dans les ténèbres. Il s’apparente au Python en Grèce, à Vitra en Inde, au Léviathan de la Bible et à la Vouivre en Bourgogne C’est un monstre hideux, serpent aquatique ou saurien terrestre, doté à la fois d’écailles de poisson, de pattes avec des griffes et d’ailes sans plumes. Crachant le feu par sa gueule terrifiante, il habite les entrailles de la terre ou dans les eaux profondes.

Ses couleurs, complémentaires, bleu-vert et rouge - orangé, soulignent son ambivalence d’eau et de feu. Au plan cosmique il représente les forces telluriques, le “ chaos primordial ”, les “ eaux d’en bas ”. Chez l’Homme il correspond au cerveau reptilien, incontrôlé, de l’instinct vital. Sur le plan psychologique et psychanalytique, il représente les émotions profondes, la violence incontrôlée, le “ non accompli ”, l’inacceptable, mais aussi l’être profond dévié par le péché originel, à délivrer.

Le dragon sur les icônes est terrassé et non pas tué. D’ailleurs sur certaines icônes on voit la jeune princesse sauvée par St. Georges emmener le dragon apprivoisé en laisse. Cela rejoint le mythe de “ l’épouse hideuse ” se présentant sous la forme d’un serpent ou d’un crapaud que le prince prétendant doit “ baiser ” pour que la princesse qui lui est destinée reprenne sa forme. C’est ce qui fait dire à Rainer Maria Rilke : “ Tous les dragons de notre vie sont peut-être des princesses qui attendent de nous voir beau et courageux. Toutes choses terrifiantes ne sont peut-être que des choses sans secours qui attendent que nous les secourions. ”

Le cheval blanc.

A l’opposé du dragon, et le dominant, le cheval blanc, coursier solaire, est un symbole lumineux. Il est bien maîtrisé par le cavalier et fait entièrement corps avec lui. Il représente l’animalité de celui-ci, ses instincts, ses passions maîtrisées. Le cheval regarde le dragon, il informe le cavalier par son intuition. Sa queue “ nouée ” est un signe de la maîtrise des sens. Il est “ tête-bêche ” par rapport au dragon ce qui souligne leur adversité mais aussi leur complémentarité comme celle du “ yang ”( représenté par un cheval) et du “ yin ” (représenté par un dragon) en Chine.

Le cavalier.

Le cavalier vainqueur du dragon est habillé et armé en chevalier – guerrier, mais de la classe des guerriers spirituels que sont les saints. Il est le chevalier servant de son seigneur dont il porte l’écusson et l’étendard. Il est à l’image de son saint patron St. Michel ou de Perceval en quête du saint Graal. Sa cuirasse d’or en fait un homme de lumière. Sur son bouclier-écusson apparaît un visage solaire, celui de son suzerain, le Christ - Roi auquel il a juré fidélité.

Sa main gauche qui tient les rênes du cheval, est posée sur son “ hara ” son centre énergétique. Son manteau rouge flotte au vent et l’enveloppe comme une flamme, il symbolise l’Esprit Saint qui l’anime et qui agit par sa main droite. Celle-ci tient la lance - étendard marquée de la croix et d’un signe. Celui-ci peut être interprété comme l’anagramme I.C.X.C. de Jésus-Christ en grec. Son bras, détendu, entièrement soumis à la force spirituelle, enfonce la lance dans la gueule du dragon dans un geste juste et lui transmet sa force transformante. Le visage du saint exprime non la violence des faibles mais la force intérieure tranquille, la sérénité de ceux qui ont mis leur confiance en Dieu.

Les montagnes

participent à la dynamique de l’action elles représentent la terre sèche, dépouillée par l’ascèse, le désert illuminé par la lumière divine qui la transfigure.

Les trois cercles bleus

en haut à droite représentent la Sainte Trinité avec la main du Père bénissant le chevalier.

La composition

de l’icône, très structurée bien que de manière cachée, donne à l’icône toute sa force et son équilibre harmonieux : (voir figure 1 ci-dessous )

Le centre de la composition est la main gauche du cavalier qui tient les rênes. Une grande diagonale à 30 ° sur la verticale, passant par ce centre relie la main de Dieu, le bouclier christique, le talon du cavalier et le sabot du pied arrière droit du cheval qui immobilise la patte gauche du dragon. La diagonale symétrique relie le globe de la lance au sabot droit avant du cheval tangentiel à la queue du dragon. Ces diagonales forment avec les horizontales passant par les points remarquables deux triangles équilatéraux opposés par le sommet qui représentent l’homme spirituel opposé à l’homme charnel et à son inaccompli.

Le cavalier et son cheval forment une courbe tendue comme celle d’un arc dont la lance serait la corde.

En référence à la symbolique de l’espace psychique ( figure 2), on constate la conformité de la composition à ce que l’iconographe a voulu exprimer : alors que le cheval, bien maîtrisé, se situe dans le secteur de l’extériorisation intuitive, de l’action, le chevalier se retourne vers son intériorité et va sonder ses profondeurs par la diagonale dynamique de sa lance plantée dans la gueule du dragon.

 :

Ainsi cette icône peut par sa symbolique nous introduire dans le mystère de l’Homme. Du point de vue chrétien, elle illustre le combat spirituel de l’Homme créé à l’image de Dieu et destiné à accéder à sa ressemblance luttant contre ses passions et en réalisant son unité par la force de l’amour, jusque dans ses profondeurs inconscientes, afin de ressembler au Christ, l’Homme-Dieu. L’icône rejoint ainsi ce que M.M. Davy disait du symbole : “ le symbole rappelle à l’homme ce qu’il est et ce qu’il peut devenir. ”

Alain Chenal, mars 2004.

      

(Source:http://iconesalain.free.fr/Presentations/26.St.Georges.Presentation.htm   )

Samedi  23 Avril 2016 Lectionnaire pour le 3ème dimanche après le Nouveau Dimanche (Accordé au Calendrier de l'Eglise Orthodoxe Malankare)

Chers Amis,  Christ est ressuscité !

Je suis le berger est un thème récurrent dans toute l’Ecriture. Que ce soit dans le psautier ou chez les prophètes, et même dans le Cantique des Cantiques de Salomon, Dieu est le berger, celui qui rassemble, qui prend soin, qui connaît.

Et quand ce n’est pas Dieu c’est son Messie, son roi, comme David, et à travers lui c’est quand même Dieu.

« Egô eimi ho poimên ho kalos » Je suis le berger, le bon. Kalos en grec se traduit autant et même d’abord par beau, avant de se traduire par bon, mais c’est la même réalité, ce n’est pas une qualité morale, ni une qualité esthétique car il s’agit ici de la beauté intérieure qui est donc aussi bonté intérieure. En hébreu, on dira « tov » et c’est la même chose qu’en grec pour le mot « tov » qui en hébreu veut autant dire beau que bon. On dira de quelque chose que c’est « tov », que c’est beau, que c’est bon et on souhaitera « chana tova » c’est-à-dire bonne année, belle année. C’est important de garder en conscience grâce au grec et à l’hébreu que notre Dieu, non seulement est bon, et peut-être que cela nous l’avons un petit peu intégré, si on a fait enfin un sort au dieu père fouettard et qui punit, mais qu’Il est aussi beau. Pas seulement le bon Dieu, mais aussi le beau Dieu, car « la beauté sauvera le monde, » a dit Dostoïevski.

« Je suis le beau berger, le beau berger expose sa vie pour ses brebis. » Cela vient sans doute d’une expression hébraïque qu’il faut traduire littéralement par : « le beau berger met son âme dans la paume de sa main ! » Autrement dit, le beau berger prend des risques. Nous l’avons vu tout au long de cette semaine sainte encore si proche, Dieu prend des risques, celui d’être livré, trahi, renié, flagellé, crucifié, mis à mort. Il les prend tous ces risques car Il est le beau berger qui « connaît » ses brebis et que ses brebis connaissent.

Dans la Bible, connaître est le mot qui est employé, dès la Genèse d’ailleurs, pour parler des relations amoureuses, des relations amoureuses et physiques entre l’homme et la femme. Adam connut Eve et elle fut enceinte. Abraham connut Sarah, etc. La relation entre le berger et ses brebis, entre Dieu et ses créatures est du même ordre, il connaît ses brebis, c’est-à-dire qu’il les aime intimement, profondément, personnellement, comme un amant.

Et Jésus insiste, car il est important pour nous de comprendre l’intensité et la qualité de son amour, en nous disant : « De même que le Père me connaît, moi aussi je connais le Père. » Jésus ne nous propose pas moins qu’une relation du même type que la relation entre les personnes divines, comme la relation entre Lui et son Père, une relation personnelle et intime sur le modèle des relations au sein de la Divine Trinité.

Enfin Jésus nous dit qu’Il a « d’autres brebis qui ne sont pas de cet enclos, celles-là aussi je vais les conduire ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau et un seul berger. » Au moment où Il le dit aux disciples, il s’agit du monde païen et d’Israël bien sûr, mais aujourd’hui nous pouvons très bien y voir aussi une annonce « œcuménique », celle du rassemblement des Eglises, mais aussi l’annonce du rassemblement de l’Eglise et des autres traditions, sans oublier ceux qui n’ont pas de tradition, car toute l’humanité, sans aucun doute, est brebis du Seigneur et « il y aura un seul troupeau et un seul berger » dit Jésus.

Christ est ressuscité !   

Je vous dis toute mon amitié en Christ, à bientôt !

Père Pascal

Source: http://www.centrebethanie.org

Samedi  23 Avril 2016 Lectionnaire pour le 3ème dimanche après le Nouveau Dimanche (Accordé au Calendrier de l'Eglise Orthodoxe Malankare)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,7-14.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. » 
Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. » 
Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : “Montre-nous le Père” ? 
Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; le Père qui demeure en moi fait ses propres œuvres. 
Croyez-moi : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne me croyez pas, croyez du moins à cause des œuvres elles-mêmes. 
Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père, 
et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. 
Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai. » 
 





Par Origène

(v. 185-253), prêtre et théologien 
La Prière, 31 (trad. DDB 1977, p. 117) 

 

 

« Tout ce que vous demanderez en invoquant mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils »

 

 

Il me semble que celui qui se dispose à prier doit se recueillir et se préparer quelque peu, pour être plus prompt, plus attentif à l'ensemble de sa prière. Il doit de même chasser toutes les anxiétés et tous les troubles de sa pensée, et s'efforcer de se souvenir de la grandeur du Dieu qu'il approche, songer qu'il est impie de se présenter à lui sans attention, sans effort, avec une sorte de sans-gêne, rejeter enfin toutes les pensées étrangères. 

En venant à la prière, il faut présenter pour ainsi dire l'âme avant les mains, élever l'esprit vers Dieu avant les yeux, dégager l'esprit de la terre avant de se lever pour l'offrir au Seigneur de l'univers, enfin déposer tout ressentiment des offenses qu'on croit avoir reçues si on désire que Dieu oublie le mal commis contre lui-même, contre nos proches, ou contre la droite raison. 

Comme les attitudes du corps sont innombrables, celle où nous étendons les mains et où nous levons les yeux au ciel doit être sûrement préférée à toutes les autres, pour exprimer dans le corps l'image des dispositions de l'âme pendant la prière..., mais les circonstances peuvent amener parfois à prier assis...ou même couché... Pour la prière à genoux, elle est nécessaire lorsque quelqu'un s'accuse devant Dieu de ses propres péchés, en le suppliant de le guérir et de l'absoudre. Elle est le symbole de ce prosternement et de cette soumission dont parle Paul lorsqu'il écrit : « C'est pourquoi je fléchis les genoux devant le Père, de qui vient toute paternité dans le ciel et sur la terre » (Ep 3,14-15). C'est là l'agenouillement spirituel, ainsi appelé parce que toute créature adore Dieu au nom de Jésus et se soumet humblement à lui. L'apôtre Paul semble y faire allusion quand il dit : « Qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur la terre, et dans l'abîme » (Ph 2,10).


 

'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)

Invitation (s) :

 

 

===

 

===

 

Exposition internationale d’icônes orthodoxes à Paris – le 21 avril

 

 

Du 21 avril au 26 mai

 

une exposition d’icônes roumaines et

 

bulgares

 

Exposition internationale d’icônes orthodoxes à Paris – le 21 avril

 

se déroulera à Paris.

 

Placée sous le patronage de l’ambassadeur de Bulgarie en France

et

 

réalisée par la paroisse orthodoxe bulgare

 

de ParisSaint-patriarche-Eutyme-de-Tarnovo 

 

avec la bénédiction du métropolite bulgare de l’Europe occidentale

 

et centrale Antonii, 

 

son vernissage aura lieu

 

le 21 avril, à 18h30

 

à l’Institut culturel bulgare et

 

lors duquel la

 

chorale Saint-Siméon de Nana Peradzé 

 

se produira également.

 

 Voici une brève présentation de l’exposition ainsi que des

 

iconographes.

 

(Vous pouvez télécharger sous format PDF l’affiche et le dossier 

 

de l’exposition.)

 

 

===

Dans le cadre du cycle 2016 de Travaux Inter scripturaires Artisans de Paix

Vous êtes cordialement invité(e) – à une rencontre organisée par :

L'Association  ARTISANS DE PAIX

www.artisans-de-paix.org

 clip_image002

 MARDI 26 AVRIL 2016, de 18 h 30 à  21 h 30

Au Forum 104, salle Cyprès (sous réserve), 104, rue de Vaugirard 75006 Paris, Métro : Montparnasse, sortie Rue de Rennes.

 

Sur le thème :

 

La venue du Messie du point de vue de chacune de nos traditions,

Chemin des Fraternités Artisans de Paix ?

Nous attendons que chaque intervenant nous dise ce qu’est  la venue du Messie pour lui, dans sa tradition,

ainsi que son lien avec la question du Chemin des Fraternités Artisans de Paix, en se fondant sur le respect de ce que nous appelons “l’Unité Plurale des Artisans de Paix”.

Avec 

 Rabbin Yeshaya Dalsace,

  Rabbin de  la synagogue Dor Vador, courant Massorti,

Monseigneur Joseph Kelekian ;

De l’ Eglise arménienne catholique,

  Saeid Jazari – Mamoei,

Théologien shiite iranien et Professeur de l'université des Religions à Qom,

Grand Mufti du Shiisme en Europe,

Marc Tardieu,

Ecrivain.

 

[1] Qom est la plus ancienne ville shiite de l’Iran : conquise en l’an 23 de l’Hégire,  elle fut le lieu de refuge pour les musulmans qui soutenaient les descendants de l’Imâm ’Ali et s’opposaient aux califes omeyades et abbassides ; elle devint à partir du milieu du IIe siècle de l’Hégire un important centre de théologie chiite, et reste encore aujourd’hui l’un des centres les plus importants du chiisme duodécimain dans le monde.   

 

===

 

===

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

Au Monastère Syriaque de

CHANDAI-BREVILLY (61) :

(Messe tous les dimanches et en

semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine

tous les 22 et 29 du mois)

 

 

*Dimanche 1er MAI:

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde et aux Saints du Kerala. 

10h30, Messe suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

PRIERES A SAINT JOSEPH ARTISAN POUR LA SECURITE DU TRAVAIL.

PRIERES A SAINTE JEANNE D'ARC POUR LE SALUT DE LA FRANCE

* Sunday, MAY 1:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

PRAYERS TO SAINT JOSEPH ARTISAN FOR WORK SAFETY.
PRAYERS TO SAINT JOAN OF ARC FOR THE SALVATION OF FRANCE

 

 

RETRAITE-PELERINAGE DE GUERISON INTERIEURE 

DU 1er au 5 MAI 

You have heaven adorned, earth beautified, the sea populated with its own creatures, the air filled with birds which scour it in every direction. Studious listener, think of all these creations which God has drawn out of nothing;..recognize everywhere the wisdom of God; never cease to wonder, and, through every creature, to glorify the Creator. (St. Basil the Great )

Avec programme de Pèlerinage à 

*N-D de Miséricorde (Le 1er / Programme ci-dessus)

*N-D de Pontmain et le Mont St Michel (Le 2)

*A N-D de Chartres , Aux Eglises  Ste Madeleine et N-D de Verneuil Sur Avre e (Le 3) 

*Parents Martin et Ste Thérèse à Alençon (Le 4)

 

RETIREMENT-PILGRIMAGE INNER HEALING
THE 1st to May 5th
With Pilgrimage program
* N-D Pontmain and Mont St Michel (The 2)
* N-D Chartres and St. Madeleine and Our-Lady of Verneuil Sur Avre (3rd)
* Parents Martin and St. Thérèse in Alençon (4th)

 

*Jeudi de l'Ascension, 5 MAI:

 Pèlerinage des Rogations et de l'Ascension à N-D de Miséricorde

10h30, Messe suivie d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

*Dimanche de la PENTECÔTE, le 15 MAI

9h,Baptème de Costanzo.10h30, Messe de la Pentecôte suivie du repas fraternel,possibilité de recontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

 

===

 

 

Pèlerinage Marial de Mai

 

Du Dimanche 22 MAI au lundi 30 MAI,

Pèlerinage Marial des Chrétiens Syro-Orthodoxes francophones de Saint Thomas 

Sanctuaires visités:

*Notre-Dame de Miséricorde

10h30, Messe du jour suivie de la vénération de la relique de Ste Rita, Bénédiction de l'huile pour les malades, des Roses de Ste Rita

icone

et du repas fraternel,possibilité de recontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

925001

(Chartres: La Cathédrale illuminée)

*Lundi 23, NOTRE DAME DE CHARTRES

524_001 

(Chartres: N-D de Sous terre)

(Retour au Monastère le soir) 

482_001

(Chartres: Le Voile de Notre-Dame)

*Mardi 24, SAINT MARTIN DE TOURS  (Coucher le soir en Charente)

*Mercredi 25, NOTRE-DAME DE TOUTES GRÂCES, SAINT UBALD

UbaldoGubbio.jpg

et St Cybard  d'Angoulême(Coucher le soir en Charente)

*Jeudi 26 NOTRE-DAME DE LA TRES SAINTE TRINITE , St Front (Périgueux) et Chancelade (Bx Alain de Solminiac).

*Vendredi 27, NOTRE-DAME DE VERDELAIS

(Marie Consolatrice des affligés).

Arrivée en soirée à LOURDES...

19106734

* Samedi 28. Journée complète à LOURDES.

*Dimanche 29 autour de NOTRE DAME DE LOURDES POUR LA "FÊTE DES MERES"  

*Lundi 30, retour sur la Charente,

Pèlerinage étape à Ste Quiterie

 

(Aire Sur l'Adour)

(Sarcophage de Ste Quiterie)

(Coucher le soir en Charente)

*Mardi 31, retour sur la Normandie

 

Offrande estimée 100 euros pour participation aux frais, à l'inscription:20 euros.

SOYEZ NOMBREUX,

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT !

(Inscriptions closes le dimanche 8 mai)

 

 

====

Pèlerinage à ROME

 

basilique saint pierre

*Du Dimanche 31 Juillet au lundi 8 , Pèlerinage des Chrétiens Syro-Orthodoxes de Saint Thomas à Rome

Sanctuaires visités:

*Nevers (Ste Bernadette) et Ars (Le Saint Curé)

Jan_Maria_Vianney___Pozna_C5_84

*San Damiano et Montichiari

*Rome dans tous ses états

sainte marie du Trastevere

*Notre-Dame de la Salette

 

 

Offrande estimée pour participation aux frais:

1000 euros.

SOYEZ NOMBREUX,

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT !

(Inscriptions closes le dimanche 5 Juin)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

There is a higher level of thanksgiving: to give thanks over little. If we give thanks over a few things, God will make us rulers over many things. Perhaps, among the advantages of thanks giving are the continuity of the blessings and its increase, as one of the Fathers said, “Not a gift without increase, except that without thanksgiving”. (H.H Pope Shenouda )

Troisième dimanche après le Nouveau Dimanche

 

Saint Qurbana :

o    1ère de St Jean 5: 13 – 21 :

  • 13 Je vous ai écrit cela pour que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui mettez votre foi dans le nom du Fils de Dieu.
  • 14 Voici l’assurance que nous avons auprès de Dieu : si nous faisons une demande selon sa volonté, il nous écoute.
  • 15 Et puisque nous savons qu’il nous écoute en toutes nos demandes, nous savons aussi que nous obtenons ce que nous lui avons demandé.
  • 16 Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui n’entraîne pas la mort, il demandera, et Dieu lui donnera la vie, – cela vaut pour ceux dont le péché n’entraîne pas la mort. Il y a un péché qui entraîne la mort, ce n’est pas pour celui-là que je dis de prier.
  • 17 Toute conduite injuste est péché, mais tout péché n’entraîne pas la mort.
  • 18 Nous le savons : ceux qui sont nés de Dieu ne commettent pas de péché ; le Fils engendré par Dieu les protège et le Mauvais ne peut pas les atteindre.
  • 19 Nous savons que nous sommes de Dieu, alors que le monde entier est au pouvoir du Mauvais.
  • 20 Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu nous donner l’intelligence pour que nous connaissions Celui qui est vrai ; et nous sommes en Celui qui est vrai, en son Fils Jésus Christ. C’est lui qui est le Dieu vrai, et la vie éternelle.
  • 21 Petits enfants, gardez-vous des idoles.

o     

o    Hébreux 11: 3-6 :

  • 03 Grâce à la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par une parole de Dieu, et donc ce qui est visible n’a pas son origine dans ce qui apparaît au regard.
  • 04 Grâce à la foi, Abel offrit à Dieu un sacrifice plus grand que celui de Caïn ; à cause de sa foi, il fut déclaré juste : Dieu lui-même rendait témoignage à son offrande ; à cause de sa foi, bien qu’il soit mort, il parle encore.
  • 05 Grâce à la foi, Hénok fut retiré de ce monde, et il ne connut pas la mort ; personne ne le retrouva parce que Dieu l’avait retiré ; avant cet événement, il avait été agréable à Dieu, l’Écriture en témoigne.
  • 06 Or, sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu ; car, pour s’avancer vers lui, il faut croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent.

o     

o    St Luc 24: 13 à 35 :

  • 13 Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem,
  • 14 et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.
  • 15 Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.
  • 16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
  • 17 Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
  • 18 L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »
  • 19 Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple :
  • 20 comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.
  • 21 Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
  • 22 À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau,
  • 23 elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant.
  • 24 Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
  • 25 Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit !
  • 26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »
  • 27 Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
  • 28 Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.
  • 29 Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
  • 30 Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.
  • 31 Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.
  • 32 Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »
  • 33 À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent :
  • 34 « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »
  • 35 À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

o     

 

Samedi  23 Avril 2016 Lectionnaire pour le 3ème dimanche après le Nouveau Dimanche (Accordé au Calendrier de l'Eglise Orthodoxe Malankare)
Repost 0
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 08:29
"I know, O merciful Lord, that I have sinned and corrupted the temple of my soul, but accept me in repentance and allow me to behold Your presence. May the Enemy never possess me; may I never fall prey to him, O Savior, have mercy on me."  (excerpt from the Great Canon of St. Andrew)

"I know, O merciful Lord, that I have sinned and corrupted the temple of my soul, but accept me in repentance and allow me to behold Your presence. May the Enemy never possess me; may I never fall prey to him, O Savior, have mercy on me." (excerpt from the Great Canon of St. Andrew)

Première lettre de saint Pierre Apôtre 5,1-4.10-11.

Mes bien-aimés, j'exhorte les anciens qui sont parmi vous, moi ancien comme eux, témoin de la Passion du Christ et qui aurai part à la gloire qui doit être manifestée : 
paissez le troupeau de Dieu qui vous est confié, veillant sur lui, non par contrainte, mais de bon gré ; non dans un intérêt sordide, mais par dévouement ; 
non en dominateurs des Églises, mais en devenant les modèles du troupeau. 
Et quand le Prince des pasteurs paraîtra, vous recevrez la couronne de gloire, qui ne se flétrit jamais. 
Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés à sa gloire éternelle dans le Christ, après quelques souffrances, achèvera lui-même son œuvre, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables. 
A lui soient la gloire et la puissance aux siècles des siècles ! Amen ! 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 16,13-19.

En ce temps-là, Jésus vint aux environs de Césarée de Philippe, et il interrogeait ses disciples disant : "Quel est celui que les hommes disent être le Fils de l'homme ?" 
Ils dirent : " Les uns Jean le Baptiste, d'autres Élie, d'autres Jérémie ou l'un des prophètes. " 
Il leur dit : " Et vous, qui dites-vous que je suis ? " 
Simon Pierre, prenant la parole, dit : " Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant. " 
Jésus lui répondit : " Tu es heureux, Simon Bar-Jona, car ce n'est pas la chair et le sang qui te l'ont révélé, mais mon Père qui est dans les cieux. 
Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle. 
Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux : tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. " 
 




Léon le Grand

(?-440-461), pape de Rome 
Sermon pour l'anniversaire de son ordination épiscopale 

 

LA FOI DE PIERRE
 
« Sur cette pierre, je bâtirai mon Église »

 

Frères, lorsqu'il s'agit de remplir les devoirs de ma charge épiscopale, je découvre que je suis à la fois faible et lâche, alourdi par la fragilité de ma propre condition alors que je désire agir avec générosité et courage.

Cependant je puise ma force dans l'intercession inlassable du Prêtre tout-puissant et éternel qui, semblable à nous mais égal au Père, a abaissé sa divinité jusqu'au niveau de l'homme et a élevé l'humanité jusqu'au niveau de Dieu.

Je trouve une joie juste et sainte dans les dispositions qu'il a prises.

En effet, s'il a délégué à de nombreux pasteurs le soin de son troupeau, il n'a pas abandonné la garde de ses brebis bien aimées.

Grâce à cette assistance fondamentale et éternelle, j'ai reçu à mon tour la protection et l'appui de l'apôtre Pierre qui n'abandonne pas sa fonction lui non plus.

Ce fondement solide, sur lequel s'élève toute la hauteur de l'Église, ne se lasse jamais de porter la masse de l'édifice qui repose sur lui. 

Elle ne défaille jamais, la fermeté de cette foi pour laquelle le premier des apôtres a été loué.

De même que tout ce que Pierre a professé dans le Christ demeure, de même demeure ce que le Christ a établi en Pierre...

La disposition voulue par la vérité de Dieu demeure.

Saint Pierre persévère dans la solidité qu'il a reçue ; il n'a pas abandonné le gouvernail de l'Église qui a été remis entre ses mains.

Voilà, mes frères, ce qu'a obtenu cette profession de foi inspirée par Dieu le Père dans le cœur de l'apôtre ; il a reçu la solidité d'une pierre qu'aucun assaut ne peut ébranler.

Dans l'Église entière, Pierre dit chaque jour :

Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ». 

 

 

 

 

« « Heureux les miséricordieux : ils obtiendront miséricorde » (Mt 5,7).

Le mot de miséricorde est doux, mes frères. Si le mot est doux, combien plus la chose ? Et alors que tous les hommes veulent l’obtenir, ce qui est malheureux, c’est que tous ne font pas ce qu’il faut pour mériter de la recevoir.

Tous veulent recevoir la miséricorde, mais il y en a peu qui veulent la donner.

Et toi, de quel front oses-tu demander ce que tu négliges de donner ?

Il doit commencer par faire miséricorde en ce monde, celui qui souhaite la recevoir dans le ciel.

Aussi, frères très chers, puisque nous voulons tous la miséricorde, prenons-la comme protectrice en ce monde, pour qu’elle nous délivre dans le monde à venir.

Il y a en effet une miséricorde dans le ciel, à laquelle on parvient par les miséricordes terrestres. L’Écriture le dit bien :

« Seigneur, ta miséricorde est dans le ciel » (Ps 35, 6 Vulg).

Il y a donc une miséricorde sur la terre et une autre dans le ciel, c’est-à-dire l’une, humaine et l’autre, divine.

Comment définir la miséricorde humaine ?

C’est que tu prennes garde aux misères des pauvres. Comment définir la miséricorde divine ?

Sans aucun doute, c’est qu’elle accorde le pardon des péchés. Tout ce que la miséricorde humaine dépense dans le voyage, la miséricorde divine le rend dans la patrie.

Car c’est Dieu qui, en ce monde, souffre du froid et de la faim en tous les pauvres, comme il l’a dit lui-même :

« Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25, 40).

Dieu qui, du haut du ciel, veut donner, sur la terre veut recevoir.

Quelle sorte de gens sommes-nous donc, nous qui voulons recevoir lorsque Dieu donne ; et lorsqu’il demande, nous ne voulons pas donner ?

Quand le pauvre a faim, c’est le Christ qui est dans l’indigence, comme il le dit lui-même :

« J’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger » (Mt 25, 42).

Ne méprise donc pas la misère des pauvres, si tu veux espérer avec confiance le pardon de tes péchés.

Le Christ a faim maintenant, mes frères, lui-même a voulu avoir faim et soif dans la personne de tous les pauvres ; et ce qu’il reçoit sur la terre, il le rend dans le ciel.

Je vous le demande, mes frères, que voulez-vous, que cherchez-vous quand vous venez à l’église ?

Quoi donc, sinon la miséricorde ?

Donnez celle de la terre, et vous recevrez celle du ciel. Le pauvre te demande, et tu demandes à Dieu : il demande une bouchée de pain, et toi, la vie éternelle. Donne au mendiant pour mériter que le Christ te donne ; écoute-le qui dit :

« Donnez, et il vous sera donné »

(Lc 6, 38).

Je ne sais de quel front tu veux recevoir ce que tu ne veux pas donner.

Et c’est pourquoi, lorsque vous venez à l’église, faites l’aumône aux pauvres, selon vos ressources. »

St Césaire d'Arles (470-543), 

Sermon 25 sur la miséricorde

 

 

===

Comment invoquer la miséricorde de Dieu révélée en Jésus-Christ ?

Prière tirée du Grand Canon de saint André:

 

"J’ai péché et j’ai outragé le temple de mon âme,

je le sais ô Miséricordieux,

mais reçevez-moi repentant et faîtes-moi

revenir à la raison, afin que je ne devienne ni la propriété,

ni la nourriture de l’Ennemi.

Ô Sauveur, faîtes-moi Vous-même miséricorde."
(
4ème Ode du Jeudi du grand Canon de saint André de Crête)

Jésus Miséricordieux, j'ai confiance en vous !

 

 

 

Come, Holy Spirit! Fill the hearts of your faithful! All creation will be renewed in ... / Venez, Esprit Saint! Remplissez le coeur de Vos fidèles !Toute la création en sera renouvelée...

Come, Holy Spirit! Fill the hearts of your faithful! All creation will be renewed in ... / Venez, Esprit Saint! Remplissez le coeur de Vos fidèles !Toute la création en sera renouvelée...

LE SAINT ESPRIT:

 

Catéchèse de St Cyrille de Jérusalem sur le Saint-Esprit : 

 

(Extraits de la Catéchèse 16 sur le Symbole de la Foi, 23-25)

L'eau que je lui donnerai deviendra en lui source jaillissante pour la vie éternelle. 

C'est une eau toute nouvelle, vivante, et jaillissante, jaillissant pour ceux qui en sont dignes.

Pour quelle raison le don de l'Esprit est-il appelé une "eau" ?

C'est parce que l'eau est à la base de tout ; parce que l'eau produit la végétation et la vie ; parce que l'eau descend du ciel sous forme de pluie ; parce qu'en tombant sous une seule forme, elle opère de façon multiforme. [...]

Elle est différente dans le palmier, différente dans la vigne, elle se fait toute à tous.

Elle n'a qu'une seule manière d'être, et elle n'est pas différente d'elle-même.

La pluie ne se transforme pas quand elle descend ici ou là mais, en s'adaptant à la constitution des êtres qui la reçoivent, elle produit en chacun ce qui lui convient.

L'Esprit Saint agit ainsi.

Il a beau être un, simple et indivisible,

 il distribue ses dons à chacun, selon sa volonté. 

De même que le bois sec, associé à l'eau, produit des bourgeons, de même l'âme qui vivait dans le péché, mais que la pénitence rend capable de recevoir le Saint-Esprit, porte des fruits de justice.

Bien que l'Esprit soit simple, c'est lui, sur l'ordre de Dieu et au nom du Christ, qui anime de nombreuses vertus.

Il emploie la langue de celui-ci au service de la sagesse : il éclaire par la prophétie l'âme de celui-là ; il donne à un autre le pouvoir de chasser les démons ; à un autre encore celui d'interpréter les divines Ecritures.

Il fortifie la chasteté de l'un, il enseigne à un autre l'art de l'aumône, il enseigne à celui-ci le jeûne et l'ascèse, à un autre il enseigne à mépriser les intérêts du corps, il prépare un autre encore au martyre.

Différent chez les différents hommes, il n'est pas différent de lui-même, ainsi qu'il est écrit : 

Chacun reçoit le don de manifester l'Esprit en vue du bien de tous.

 

[...]

 

 

Son entrée en nous se fait avec douceur, on l'accueille avec joie, son joug est facile à porter.

Son arrivée est annoncée par des rayons de lumière et de science. Il vient avec la tendresse d'un défenseur véritable, car il vient pour sauver, guérir, enseigner, conseiller, fortifier, réconforter, éclairer l'esprit :

chez celui qui le reçoit, tout d'abord ; et ensuite, par celui-ci, chez les autres.

Un homme qui se trouvait d'abord dans l'obscurité, en voyant soudain le soleil, a le regard éclairé et voit clairement ce qu'il ne voyait pas auparavant :

ainsi celui qui a l'avantage de recevoir le Saint-Esprit a l'âme illuminée, et il voit de façon surhumaine ce qu'il ne connaissait pas.

(Source: peresdeleglise.free.fr)

'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Saint Soter,qui êtes-vous?
Pape et Martyr
(? - 166 - 175)

 

Soter fut le successeur du Pape Anicet. Il naquit à Fondi, ville de l'Italie méridionale. On sait peu de chose sur sa vie.

 

Il déploya une ardente charité pour les Églises qui souffraient de la persécution. Il subvenait, par des aumônes, aux nécessités des chrétiens exilés pour la foi et n'oubliait pas les indigents des provinces. Il accueillait, avec la tendresse d'un père, les étrangers qui venaient à Rome, et leur prodiguait toutes les consolations qui étaient en son pouvoir.

 

Il se montra intrépide défenseur de la foi contre les hérésies, en particulier contre celle des Montanistes, qui se répandait alors partout. Il écrivit aux évêques d'Italie une lettre où il traite de la foi en Jésus-Christ. Il ordonna aussi que, le Jeudi saint, tous les fidèles recevraient le Corps du Christ, hors ceux qui en seraient empêchés par quelque grave péché, et déclara que les serments faits contre la justice ne devaient pas être gardés.

 

Il siégea sur la chaire pontificale de 166 à 175. Il fut pris dans la cruelle persécution qui s'éleva sous Marc-Aurèle et reçut la couronne du martyre († 175). Il fut enseveli dans le cimetière appelé plus tard de Calliste. Il avait, selon la coutume de ses prédécesseurs, ordonné, au mois de décembre, dix-huit prêtres, neuf diacres et onze évêques pour les divers lieux.

 

Saint Caïus, qui êtes-vous ?
Pape et Martyr
(? - 283 - 296)

Sts_Soter-et-Caius_3.jpg

 

L'histoire nous a transmis peu de chose sur la vie du Pape Caïus. Il était né en Dalmatie et appartenait à la famille de Dioclétien. Ce fut un Pontife d'une rare prudence et d'une vertu courageuse.

 

La persécution contre les chrétiens sévissait alors dans toute sa fureur : les fidèles, pour s'y soustraire, étaient obligés de se tenir cachés dans les cavernes et les tombeaux. Saint Caïus mit tout son zèle à confirmer dans la foi les serviteurs de Jésus-Christ. Il conseilla au patricien Chromatius de recevoir dans sa villa les fidèles qui voudraient échapper aux bourreaux et alla les y visiter afin de soutenir leur courage. Ce fut alors qu'il fit diacres Marc et Marcellin, qu'il éleva leur père Tranquillin à la prêtrise et établit Sébastien défenseur de l'Église.

Il ordonna que, dans l'Église, avant de monter à l'épiscopat, on passerait par les degrés des ordres et rangs de portier, de lecteur, d'exorciste, d'acolyte, de sous-diacre, de diacre et de prêtre.

 

Afin d'éviter lui-même les cruautés de Dioclétien, il se tint caché quelques temps dans une caverne ; mais, huit ans plus tard, il remporta la couronne du martyre avec son frère Gabinus, après avoir siégé douze ans, quatre mois et cinq jours. Il avait ordonné vingt-cinq prêtres, huit diacres et cinq évêques. Il fut enseveli au cimetière de Calliste.

 



D'après le P. Giry, Vie des Saints, Victor Palme, 1875, p. 203-205.

 

Saint Léonide, qui êtes-vous ?
Père d'Origène et martyr
(† 202)

        L'an 202 vit éclater une cruelle persécution qui fit couler dans tout l'empire, et surtout en Égypte, le sang d'une multitude de chrétiens. Parmi ceux dont le triomphe illustra la ville d'Alexandrie, on compte saint Léonide. 

         Sa principale gloire, après son martyre, est d'avoir donné la vie à l'un des plus fameux génies qui aient paru sur la terre, le grand Origène. Léonide était probablement un rhéteur d'Alexandrie, philosophe chrétien, également versé dans les sciences sacrées et profanes. 

         Parmi ses sept enfants, il donna un soin tout spécial à l'éducation d'Origène, dont il pressentait le brillant avenir ; mais, tout en ornant son esprit de toutes les autres connaissances, il l'initia surtout à la connaissance des Saintes Écritures. 

         Chaque jour l'enfant était obligé d'apprendre par cœur et de réciter quelques pages des Livres divins, et son esprit vif et curieux se plaisait singulièrement à ce genre d'étude. Sans se contenter du sens que présente tout d'abord la lettre du texte sacré, il en cherchait de plus profonds, trahissant ainsi dès l'origine son penchant à scruter les vérités de la foi. Il accablait son père de questions un peu difficiles, il demandait des explications qui ne laissaient pas quelques fois d'embarrasser le précepteur. 

         En apparence et devant l'enfant, Léonide tâchait de modérer cette ardeur intempestive ; il exhortait l'impatient élève à s'en tenir au sens littéral de l'Écriture, sans vouloir résoudre des problèmes qui n'étaient pas de son âge ; mais au fond et en lui-même, l'heureux père se réjouissait de voir une intelligence si précoce, et il remerciait Dieu de lui avoir donné un tel fils. Souvent même, pendant que l'enfant dormait, le pieux chrétien s'approchait de lui doucement, et lui découvrant la poitrine, il la baisait avec respect comme un sanctuaire où résidait l'Esprit Saint. 

         Léonide ayant été pris par les persécuteurs, Origène voulait le rejoindre en prison, mais, sur les instances de sa mère, il se contenta d'écrire une lettre à son père pour l'exhorter au martyre. Léonide fut décapité. La confiscation de ses biens réduisit sa famille à une extrême pauvreté ; mais l'hospitalité généreuse d'une noble dame la sauva du besoin.



Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

 

ALEXANDRE 22 AVRIL

Saint Alexandre est un martyr de 177

 

Les martyrs furent nombreux à Lyon en 177, les plus célèbres sont l’évêque Pothin et la jeune Blandine. Voici un extrait du texte de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée.

 

« La fête solennelle du pays - elle est très fréquentée et l'on y vient de toutes les nations - ayant commencé de se tenir, le gouverneur fit avancer les bienheureux au tribunal d'une manière théâtrale, pour les donner en spectacle aux foules. Il les interrogea donc à nouveau. À ceux qui lui semblèrent posséder le droit de cité romaine, il fit couper la tête; les autres, il les envoya aux bêtes. »

 

« Pendant qu'on les interrogeait, un certainAlexandre, Phrygien de race, médecin de profession, établi depuis plusieurs années dans les Gaules, connu de presque tous, - se tenait debout auprès du tribunal et par signes les exhortait à la confession »

  Cet Alexandre est vite repéré, arrêté et exécuté avec Epipode (le vitrail les montre ensemble)

 « Les corps des martyrs furent donc exposés et laissés en plein air durant six jours ; ensuite, ils furent brûlés et réduits en cendres par les pervers qui les jetèrent dans le fleuve du Rhône ».

 

 

BONNE FETE AUX ALEXANDRE, ALEXANDRA, AXEL, LISSANDRE, SACHA, SANDRO…

 

 Demain nous fêterons les Georges

 

 

 

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)

Invitation (s) :

 

 

===

 

===

 

Exposition internationale d’icônes orthodoxes à Paris – le 21 avril