Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 09:59
This is the law we have: if you forgive, it means that God has forgiven you. But if you do not forgive your brother, it means that sin remains in you. Saint (Silouan the Athonite)

This is the law we have: if you forgive, it means that God has forgiven you. But if you do not forgive your brother, it means that sin remains in you. Saint (Silouan the Athonite)

Jeudi de Pâque. Hevorae jeudi

Avant  Saint Qurbana

o    Exode 34: 4-12 :

  • 04 Moïse tailla deux tables de pierre semblables aux premières. Il se leva de bon matin, et il gravit la montagne du Sinaï comme le Seigneur le lui avait ordonné. Il emportait les deux tables de pierre.
  • 05 Le Seigneur descendit dans la nuée et vint se placer là, auprès de Moïse. Il proclama son nom qui est : LE SEIGNEUR.
  • 06 Il passa devant Moïse et proclama : « LE SEIGNEUR, LE SEIGNEUR, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité,
  • 07 qui garde sa fidélité jusqu’à la millième génération, supporte faute, transgression et péché, mais ne laisse rien passer, car il punit la faute des pères sur les fils et les petits-fils, jusqu’à la troisième et la quatrième génération. »
  • 08 Aussitôt Moïse s’inclina jusqu’à terre et se prosterna.
  • 09 Il dit : « S’il est vrai, mon Seigneur, que j’ai trouvé grâce à tes yeux, daigne marcher au milieu de nous. Oui, c’est un peuple à la nuque raide ; mais tu pardonneras nos fautes et nos péchés, et tu feras de nous ton héritage. »
  • 10 Le Seigneur dit : « Voici que je vais conclure une alliance. Devant tout ton peuple, je vais faire des merveilles qui n’ont été créées nulle part, dans aucune nation. Tout le peuple qui t’entoure verra l’œuvre du Seigneur, car je vais réaliser avec toi quelque chose d’extraordinaire.
  • 11 Observe donc bien ce que je t’ordonne aujourd’hui. Je vais chasser devant toi l’Amorite, le Cananéen, le Hittite, le Perizzite, le Hivvite et le Jébuséen.
  • 12 Garde-toi de conclure une alliance avec l’habitant du pays où tu vas entrer, de peur qu’il ne devienne un piège au milieu de toi.

o     

o    Michée 4: 1-7 :

  • 01 Il arrivera dans les derniers jours que la montagne de la Maison du Seigneur se tiendra plus haut que les monts, elle s’élèvera au-dessus des collines. Vers elle afflueront des peuples
  • 02 et viendront des nations nombreuses. Elles diront : « Venez ! montons à la montagne du Seigneur, à la maison du Dieu de Jacob ! Qu’il nous enseigne ses chemins, et nous irons par ses sentiers. » Oui, la loi sortira de Sion, et de Jérusalem, la parole du Seigneur.
  • 03 Il sera le juge entre des peuples nombreux et, jusqu’aux lointains, l’arbitre de nations puissantes. De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre.
  • 04 Chacun pourra s’asseoir sous sa vigne et son figuier, et personne pour l’inquiéter. La bouche du Seigneur de l’univers a parlé !
  • 05 Oui, tous les peuples marchent, chacun au nom de son dieu ; mais nous, nous marchons au nom du Seigneur, notre Dieu, pour toujours et à jamais.
  • 06 Ce jour-là – oracle du Seigneur –, je rassemblerai les brebis boiteuses, je réunirai les égarées, et celles que j’avais maltraitées.
  • 07 Des boiteuses je ferai le reste d’Israël, de celles qui sont mises à l’écart, une nation puissante. Le Seigneur régnera sur eux à la montagne de Sion, dès maintenant et à jamais.

o     

o    Zacharie 8: 4-9 :

  • 04 Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Les vieux et les vieilles reviendront s’asseoir sur les places de Jérusalem, le bâton à la main, à cause de leur grand âge ;
  • 05 les places de la ville seront pleines de petits garçons et de petites filles qui viendront y jouer.
  • 06 Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Si tout cela paraît une merveille aux yeux des survivants de ce temps-là, ce sera aussi une merveille à mes yeux – oracle du Seigneur de l’univers.
  • 07 Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Voici que je sauve mon peuple, en le ramenant du pays de l’orient et du pays de l’occident.
  • 08 Je les ferai venir pour qu’ils demeurent au milieu de Jérusalem. Ils seront mon peuple, et moi, je serai leur Dieu, dans la loyauté et dans la justice.
  • 09 Ainsi parle le Seigneur de l’univers : Que vos mains se fortifient, vous qui entendez en ces jours ces paroles sorties de la bouche des prophètes le jour où furent posées les fondations de la Maison du Seigneur pour rebâtir son Temple.

o     

o    Isaïe 37: 8-17

  • 08 Le grand échanson s’en retourna. Ayant appris que le roi d’Assour avait quitté la ville de Lakish, il le trouva qui attaquait la ville de Libna.
  • 09 Le roi d’Assour avait appris cette nouvelle, au sujet de Tirhaqa, roi d’Éthiopie : « Il s’est mis en campagne pour passer à l’attaque contre toi. » Quand le roi d’Assour l’apprit, il envoya des messagers dire à Ézékias :
  • 10 « Vous parlerez à Ézékias, roi de Juda, en ces termes : Ne te laisse pas tromper par ton Dieu, en qui tu mets ta confiance, et ne dis pas : “Jérusalem ne sera pas livrée aux mains du roi d’Assour !”
  • 11 Tu sais bien ce que les rois d’Assour ont fait à tous les pays : ils les ont voués à l’anathème. Et toi seul, tu serais délivré ?
  • 12 Les dieux des nations les ont-ils délivrées, elles que mes pères ont fait détruire : Gozane, Harrane, Récef, et les gens d’Éden qui sont à Telassar ?
  • 13 Où sont le roi de Hamath, le roi d’Arpad, le roi de Lahir, de Sefarwaïm, de Héna et de Iwwa ? »
  • 14 Ézékias prit la lettre de la main des messagers ; il la lut. Puis il monta à la Maison du Seigneur, déplia la lettre devant le Seigneur,
  • 15 et le pria en disant :
  • 16 « Seigneur de l’univers, Dieu d’Israël, toi qui sièges sur les Kéroubim, tu es le seul Dieu de tous les royaumes de la terre, c’est toi qui as fait le ciel et la terre.
  • 17 Prête l’oreille, Seigneur, et entends, ouvre les yeux, Seigneur, et vois ! Écoute le message envoyé par Sennakérib pour insulter le Dieu vivant.

o     

·         Saint Qurbana :

·          

o    1ère de St  Jean 5: 13 – 21 :

  • 13 Je vous ai écrit cela pour que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui mettez votre foi dans le nom du Fils de Dieu.
  • 14 Voici l’assurance que nous avons auprès de Dieu : si nous faisons une demande selon sa volonté, il nous écoute.
  • 15 Et puisque nous savons qu’il nous écoute en toutes nos demandes, nous savons aussi que nous obtenons ce que nous lui avons demandé.
  • 16 Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui n’entraîne pas la mort, il demandera, et Dieu lui donnera la vie, – cela vaut pour ceux dont le péché n’entraîne pas la mort. Il y a un péché qui entraîne la mort, ce n’est pas pour celui-là que je dis de prier.
  • 17 Toute conduite injuste est péché, mais tout péché n’entraîne pas la mort.
  • 18 Nous le savons : ceux qui sont nés de Dieu ne commettent pas de péché ; le Fils engendré par Dieu les protège et le Mauvais ne peut pas les atteindre.
  • 19 Nous savons que nous sommes de Dieu, alors que le monde entier est au pouvoir du Mauvais.
  • 20 Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu nous donner l’intelligence pour que nous connaissions Celui qui est vrai ; et nous sommes en Celui qui est vrai, en son Fils Jésus Christ. C’est lui qui est le Dieu vrai, et la vie éternelle.
  • 21 Petits enfants, gardez-vous des idoles.

o     

o    Hébreux 11: 3-6 :

  • 03 Grâce à la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par une parole de Dieu, et donc ce qui est visible n’a pas son origine dans ce qui apparaît au regard.
  • 04 Grâce à la foi, Abel offrit à Dieu un sacrifice plus grand que celui de Caïn ; à cause de sa foi, il fut déclaré juste : Dieu lui-même rendait témoignage à son offrande ; à cause de sa foi, bien qu’il soit mort, il parle encore.
  • 05 Grâce à la foi, Hénok fut retiré de ce monde, et il ne connut pas la mort ; personne ne le retrouva parce que Dieu l’avait retiré ; avant cet événement, il avait été agréable à Dieu, l’Écriture en témoigne.
  • 06 Or, sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu ; car, pour s’avancer vers lui, il faut croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent.

o     

o    Saint Matthieu 16: 20-27 :

  • 01 Les pharisiens et les sadducéens s’approchèrent pour mettre Jésus à l’épreuve ; ils lui demandèrent de leur montrer un signe venant du ciel.
  • 02 Il leur répondit : « Quand vient le soir, vous dites : “Voici le beau temps, car le ciel est rouge.”
  • 03 Et le matin, vous dites : “Aujourd’hui, il fera mauvais, car le ciel est d’un rouge menaçant.” Ainsi l’aspect du ciel, vous savez en juger ; mais pour les signes des temps, vous n’en êtes pas capables.
  • 04 Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe, mais, en fait de signe, il ne lui sera donné que le signe de Jonas. » Alors il les abandonna et partit.
  • 05 En se rendant sur l’autre rive, les disciples avaient oublié d’emporter des pains.
  • 06 Jésus leur dit : « Attention ! Méfiez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens. »
  • 07 Ils discutaient entre eux en disant : « C’est parce que nous n’avons pas pris de pains. »
  • 08 Mais Jésus s’en rendit compte et leur dit : « Hommes de peu de foi, pourquoi discutez-vous entre vous sur ce manque de pains ?
  • 09 Vous ne comprenez pas encore ? Ne vous rappelez-vous pas les cinq pains pour cinq mille personnes et combien de paniers vous avez emportés ?
  • 10 Les sept pains pour quatre mille personnes et combien de corbeilles vous avez emportées ?
  • 11 Comment ne comprenez-vous pas que je ne parlais pas du pain ? Méfiez-vous donc du levain des pharisiens et des sadducéens. »
  • 12 Alors ils comprirent qu’il ne leur avait pas dit de se méfier du levain pour le pain, mais de l’enseignement des pharisiens et des sadducéens.
  • 13 Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? »
  • 14 Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
  • 15 Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
  • 16 Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »
  • 17 Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.
  • 18 Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
  • 19 Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »
  • 20 Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne que c’était lui le Christ.
  • 21 À partir de ce moment, Jésus commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter.
  • 22 Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. »
  • 23 Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
  • 24 Alors Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.
  • 25 Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera.
  • 26 Quel avantage, en effet, un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est au prix de sa vie ? Et que pourra-t-il donner en échange de sa vie ?
  • 27 Car le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite.

o     

« Un désir ardent ne connaît rien d'impossible et rend capable de tout. Que l'amour de Madeleine est admirable ! et combien est ardent, combien intrépide le désir qui la consume de retrouver Jésus ! Heureuse l'âme qui aime Jésus jusqu'à le désirer ainsi ! Dieu fait de nos désirs la mesure de ses bienfaits, et auprès de lui les plus grands biens ne coûtent souvent qu'un désir. S'il diffère quelquefois de nous exaucer à l'instant même, ce n'est que pour nous faire désirer ses biens davantage, et nous les faire mieux apprécier quand il nous les donne. Oh ! si nous désirions posséder Jésus en nous par le recueillement et l'amour, je ne dis pas comme le désirait Madeleine, mais seulement comme l'homme du monde désire la fortune et la gloire, que nous serions promptement saints !
Notre grand malheur, c'est de ne pas aimer, et par conséquent de ne pas désirer ardemment notre perfection. On perd une bagatelle, on s'en attriste ; on perd Jésus en perdant le recueillement, l'humilité, la patience, la mortification, la charité, et l'on n'en a aucune douleur, et l'on ne dit pas comme Madeleine : Dites-moi où il est ; je suis prêt à tout faire pour le recouvrer. Prions Notre-Seigneur de mettre dans notre cœur ces désirs ardents qui font les saints. »

Abbé André-Jean-Marie Hamon (1795-1874), curé de Saint Sulpice, Méditations à l'usage du clergé et des fidèles pour tous les jours de l'année (Tome II, Jeudi de Pâques, Premier Point), Paris, Victor Lecoffre, 1886.

Abbé Hamon,Marie-Madeleine,désir,Jésus,recueillement,amour,perfection,humilité,patience,mortification,charité,sainteté

Antonio Allegri da Correggio (v.1489-1534), Noli me tangere, 1525
Museo Nacional del Prado, Madrid (Spanish Royal Collection)

(Crédit photo)

 

N'abandonnez-pas !


« Ne soyez pas surpris de retomber tous les jours; n'abandonnez pas, mais tenez bon avec courage. Et assurément, l'ange qui veille sur vous honorera votre patience.. »

(Saint Jean Climaque)

 

Par St Romanos le Mélode

(?-v. 560), compositeur d'hymnes 
Hymne 40 (trad. SC 128, p. 397s rev.) 


 

Marie Madeleine, envoyée annoncer la résurrection

 

Celui qui sonde les cœurs et les reins (Ps 7,10), sachant que Marie reconnaîtrait sa voix, appelait son agneau en vrai pasteur (Jn 10,4) disant :

« Marie ! »

Elle dit aussitôt :

« Oui, c'est bien mon bon pasteur qui m'appelle pour me compter désormais avec les quatre-vingt-dix-neuf brebis

(Lc 15,4).

Je vois derrière lui des légions de saints, des armées de justes... Je sais bien qui il est, celui qui m'appelle ; je l'avais dit, c'est mon Seigneur, c'est celui qui offre aux hommes déchus la résurrection ». 

Emportée par la ferveur de l'amour, la jeune femme voulut saisir celui qui remplit toute la création...

Mais le Créateur...l'éleva vers le monde divin en disant :

« Ne me touche pas ; me prendrais-tu seulement pour un mortel ? Je suis Dieu, ne me touche pas...

Lève là-haut tes yeux et regarde le monde céleste ; c'est là que tu dois me chercher.

Car je monte vers mon Père, que je n'ai pas quitté.

J'ai toujours été en même temps que lui, je partage son trône, je reçois le même honneur, moi qui offre aux hommes déchus la résurrection. 

« Que ta langue désormais proclame ces choses et les explique aux fils du Royaume qui attendent que je m'éveille, moi, le Vivant. Va vite, Marie, rassemble mes disciples.

J'ai en toi une trompette à la voix puissante ; sonne un chant de paix aux oreilles craintives de mes amis cachés, éveille-les tous comme d'un sommeil, afin qu'ils viennent à ma rencontre.

Va dire : ' L'époux s'est éveillé, sortant de la tombe.

Apôtres, chassez la tristesse mortelle, car il s'est levé, celui qui offre aux hommes déchus la résurrection ' »... 

Marie s'exclame :

« Tout d'un coup mon deuil s'est changé en liesse, tout m'est devenu joie et allégresse.

Je n'hésite pas à le dire : j'ai reçu la même gloire que Moïse

(Ex 33,18s).

J'ai vu, oui, j'ai vu, non sur la montagne, mais dans le sépulcre, voilé non par la nuée, mais par un corps, le maître des êtres incorporels et des nuées, leur maître hier, maintenant et à jamais.

Il m'a dit : 'Marie, hâte-toi !

Comme une colombe portant un rameau d'olivier, va annoncer la bonne nouvelle aux descendants de Noé

(Gn 8,11).

Dis-leur que la mort est détruite et qu'il est ressuscité, celui qui offre aux hommes déchus la résurrection' ».

====

 

Telle est la loi que nous avons :

si vous pardonnez,

cela signifie que Dieu vous a pardonné.

Mais si vous ne pardonnez pas à votre frère,

cela signifie que le péché demeure en vous.


(Saint Silouane l'Athonite)

The Iversk Icon of the Mother of God

Commemorated on March 31, February 12, October 13 and on Tuesday of the Bright Week

The Iversk Icon of the Mother of God (which at present is preserved on Athos) was in the IX Century situated with a certain pious widow, living near Nicea. During the time of the emperor Theophilos (82-842), the Iconoclasts in their attempts to abolish the veneration of holy icons, came to the house of this Christian, and one of the soldiers struck the image of the Mother of God with a spear. Where it was struck, there immediately flowed out blood. The widow, fearing its destruction, promised the imperial soldiers money and implored them not to touch the icon until morning. When the soldiers departed, the woman together with her son (later to be an Athos monk), sent the holy icon away upon the sea to preserve it. The icon, standing upon the water, floated off to Athos. The Athos monks, having for several days seen a fiery pillar rising up to the heavens upon the sea, came down to the shore and found there the holy image, standing upon the waters. After a molieben of thanksgiving for the monastery having been granted the holy image that thus had appeared, a pious monk of the Iveria monastery – Saint Gabriel the Gruzian (Georgian, Comm. 12 July) – had a sleep vision in which the Mother of God appeared to him and gave him orders, and so he went to the water and taking up the holy icon he placed it in the church. On the following day, however, the icon was found not within the church, but on the gates of the monastery. This was repeated several times, until the MostHoly Mother of God revealed to Saint Gabriel Her will, saying, that She did not want the icon as something protected by the monks, but rather She intended to be their Protectress. After this, the image was installed atop the monastery gates. And therefore this icon came to be called "Portal–Keeper" or "Gate-Keeper"

(An account about this icon is located also under 13 October).

© 1996-2001 by translator Fr. S. Janos

 

 

† Hieromartyr Hypatius, Bishop of Gangra (326)

March 31

 

He was born in Cilicia in Asia Minor, and became Bishop of Gangra, the capital of Paphlagonia. He took part in the First Ecumenical Council, where he was praised by all for his piety and miracles. It is said that the Emperor Constantius kept a bust of Hypatius in his palace as a weapon against demonic powers.

 

 The Saint was murdered by the Novatians, a sect which believed that there is no forgiveness for sins committed after Baptism. [The popularity of this belief helps to explain why many believers at that time postponed baptism until very late in life.] As Hypatius was traveling home from Constantinople, they attacked him on the road and stoned him to death.

 

 A woman who took part in the attack went mad and began to beat herself with a stone; she was only healed when her friends took her to the grave of St Hypatius and prayed for her. Restored by his compassionate intercession, she spent the rest of her life in repentance and prayer.

 

 

Sources: Ancient Faith Radio

                    http://ancientfaith.com/

Saint BENJAMIN 31 MARS

BENJAMIN 31 MARS


 Benjamin est un diacre martyrisé vers  420

 

 

L’histoire se passe dans la ville de Ctésiphon en Irak, sur la rive gauche du Tigre en face de Séleucie dont Ctésiphon était la concurrente et qu’elle supplantait depuis que les Parthes et les Perses Sassanides en avaient fait leur capitale. 

La ville fut prise trois fois par Rome, et les Chrétiens très minoritaires pouvaient être jugés comme leurs alliés et donc ennemis des Parthes. Or voici que l’évêque de Ctésiphon, pris de folie, détruisit un temple dédié au soleil que les Perses adoraient. Aussitôt le roi Yezdigerd Ier déclencha une sévère persécution antichrétienne, et parmi les nombreuses victimes un jeune diacre d’Argul, nommé Benjamin, dont les chrétiens gardèrent mémoire.

 

On voit les ruines du grand arc de Ctésiphon qui date de la mi IIIème s. le reste a été emporté par une crue en 1987

 

BONNE FETE AUX BENJAMIN, BEN ET YASMINE

 

  

 

Demain nous fêterons saint Hugues

 

===

 

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

===

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)

Qui est vraiment saint Joseph ?

Joseph, "Fils de David", choisi par le Père éternel pour veiller sur ses plus grands trésors, est un modèle admirable...

• 1. Selon les promesses de Dieu, le Messie devait naître de l’arbre de Jessé (Isaïe 11,1), dans la lignée de David (2 Samuel 7, 5-16). C’est par Joseph, lui-même « de la maison et de la descendance de David » (Luc 2,4), que s’accomplissent toutes ces promesses. L’Ange l’appelle « Fils de David » (Matthieu 1, 20) et Joseph le sera jusqu’à sa mort, après laquelle c’est à Jésus lui-même que sera donné ce titre (Luc 18, 38-39).

• 2. Les Écritures constituent notre seule source d’information directe concernant saint Joseph et elles nous invitent à l’écoute de son silence. Joseph peut être regardé comme le Chérubin qui veille sur l’Arche de la Nouvelle Alliance et sa contemplation du mystère de Dieu le conduit naturellement au silence de l’émerveillement.

• 3. C’est saint Matthieu qui donne à saint Joseph la plus grande place dans son récit. Contrairement à une iconographie symbolique répandue Joseph n’était sans doute pas vieux quand il épousa Marie. C’était probablement un jeune homme dans la force de l’âge, qui formait avec Marie un couple d’apparence normale, pour cacher, garder et protéger le secret de Dieu de tout mal et de toute curiosité.

• 4. Jésus, connu comme « fils de Joseph » (Luc 4,22) est « le plus beau des enfants des hommes » (Psaume 44,3) et la Tradition nomme Marie « la plus belle des femmes » (Cantique 1,8) : on peut imaginer aussi que quelque chose la beauté de David (1 Samuel 16,12) a pu passer à ses descendants. C’est ainsi que des saints ont médité sur la beauté de Joseph, sa pureté, son amour, sa sagesse et sa prudence, sa miséricorde et sa compassion, l’imaginant comme un homme au regard clair, et comme une figure évidemment pleine de noblesse, comblée par une vie simple, pauvre et cachée avec Jésus et Marie.

• 5. Jésus vrai Dieu et vrai homme, devait avoir une vraie famille, car l’Incarnation respecte pleinement les lois de la croissance humaine. Joseph, choisi par le Père éternel pour être le fidèle nourricier et le gardien de ses plus grands trésors, a naturellement été comblé par Dieu de toutes les grâces nécessaires à sa mission unique.

• 6. Les épreuves n’ont pas été épargnées à Joseph : celle de la « nuit spirituelle » qu’il vécut lors des événements de l’Incarnation bien sûr, mais aussi l’épreuve de la pauvreté à Noël, du danger devant Hérode, de l’émigration en Égypte, et tous les soucis d’une vie simple et pauvre ensuite à Nazareth. Face à tout cela, l’Écriture témoigne qu’il était « un homme juste » (Matthieu 1,19), rempli de foi, qui répondit sans délai aux appels de Dieu (Matthieu 1,24 ; 2, 14 ; 2, 21).

• 7. Selon la Tradition, Jésus est le « Nouvel Adam », et Marie « la Nouvelle Ève », mais la sainteté du couple formé par Joseph et Marie répare aussi d’une certaine manière le mal qui est né du couple d’Adam et Ève. La Sainte Famille a été proclamée comme « le prototype et l’exemple de toutes les familles chrétiennes » (Jean-Paul II) et en elle, Jésus a « grandi en sagesse, en taille et en grâce devant Dieu et les hommes » (Luc 2, 52).

• 8. Comme Jean-Baptiste, Joseph s’efface finalement pour que Jésus soit pleinement révélé. Après Marie, il est incontestablement le plus grand saint de la chrétienté et c’est très justement qu’il a été proclamé Patron de l’Église universelle.

• 9. La dévotion à saint Joseph a été tardive, mais elle a un bel avenir devant elle. Il nous faut tous avec lui « revenir à Nazareth » (Luc 2, 39). Intentionnellement ou non, Marie à Cana a repris les mots de la Genèse adressés au Patriarche Joseph : « Faites tout ce qu’il vous dira » (Genèse 41, 55)

Pour en savoir plus, c’est ici.

Pour en savoir beaucoup plus, c’est là.

(Source: Article du Père  JOSEPH-MARIE VERLINDE le 30 MARS 2016 dans ALETEIA)

May the name of Jesus be united with your breath; then you will learn the value of solitude. (St John Climacus)

May the name of Jesus be united with your breath; then you will learn the value of solitude. (St John Climacus)

En vrac...Eléments pour votre réflexion

 

personnelle...

 

 

===

Aucun chef d'état occidental n'a salué la libération de Palmyre

Les dirigeants occidentaux ne se sont pas exprimés à propos de la libération de Palmyre par l'armée syrienne, aidée par l'aviation russe. Les médias se demandent déjà d'où vient cette répugnance à reconnaître le succès de l'opération russe. A part l'ONU et l'UNESCO, il n'y a eu que très peu de réactions internationales à la reprise de Palmyre par l'armée gouvernementale syrienne. Quand la ville antique est tombée aux mains de Daesh en mai 2015, il y avait eu de très nombreux débats sur la perte culturelle que cela constituait pour l'humanité toute entière. 

 

 


A bas le drapeau de Daesh. Palmyre est libérée
Mais quand on a demandé, il y a quelques jours, au porte-parole du département d'Etat américain, Mark Toner, comment il se sentirait si la ville de Palmyre était reprise, il n'a pas fait preuve de beaucoup d'enthousiasme. « La priorité est de vaincre et de détruire Daesh, cela reste notre priorité. Nous reconnaissons aussi que le remplacement du régime barbare de Daesh par la tyrannie d'Assad n'est pas une bonne solution», avait-t-il déclaré 24 heures seulement avant la victoire de l'armée syrienne. 

Palmyre a été reprise le 27 mars et l'Occident garde encore le silence. Le président américain Barack Obama n'a rien déclaré à ce sujet. Selon le Los Angeles Times, c'est parce que les Etats-Unis ont présenté la lutte contre Daesh comme une tâche revenant à Washington et à ses alliés, accusant la Russie d'attaquer les rebelles modérés à la place des extrémistes. 

Le Premier ministre britannique David Cameron est, lui aussi, resté muet. Même les médias britanniques se demandent pourquoi il n'a rien dit. Le journaliste de The Independent Robert Fisk a écrit : «L'armée syrienne soutenue, bien sûr par les Ruskovs de Vladimir Poutine, ont expulsé les clowns de Daesh de la ville et nous n'osons pas prononcer un seul mot pour dire : Bien joué». 

L'ambassade de Russie au Royaume-Uni a demandé publiquement pourquoi le gouvernement britannique avait gardé le silence sur Palmyre. « La libération de Palmyre est une victoire importante contre Daesh. On se demande pourquoi 
@UKagainstDaesh & @foreignoffice restent silencieux à ce sujet ». 

 
© RT France

 

© RT France

 

L'OTAN n'a pas non plus commenté la libération de Palmyre. « Nous estimons qu'il vaut mieux vous adresser aux États-membres de l'OTAN qui participent à la coalition internationale contre Daesh », a répondu un responsable de l'Alliance à une question de l'agence de presse russe ITAR-TASS sur la reprise de Palmyre. Il est à noter que tous les pays-membres de l'OTAN prennent part à cette coalition et son secrétaire général, Jens Stoltenberg, a accusé Moscou à plusieurs reprises de ne pas bombarder Daesh. 

Mais il y a toutefois des exceptions. Ainsi, le maire de Londres, Boris Johnson, s'est prononcé malgré le silence de son Premier ministre. Il a loué « la clarté impitoyable » de Vladimir Poutinequi a aidé à expulser de Palmyre les djihadistes « maniaques » de Daesh. Il a ajouté que Moscou a fait paraître l'Occident comme « inefficace». 

 

 

© RT France
Et le porte-parole du département d'Etat américain, John Kirby, a jugé que c'était « une bonne chose » que le groupe Etat islamique ait été chassé de la cité syrienne de Palmyre. « Pour répondre rapidement, oui, nous pensons que c'est une bonne chose [...] que l'Etat islamique ne contrôle plus Palmyre », a-t-il déclaré. Il n'a toutefois pas mentionné ni l'armée syrienne, ni le soutien russe. 

L'ancien ambassadeur des Etats-Unis en Russie, Michael McFaul, a pour sa part tweeté « Спасибо », ce qui en russe signifie merci, répondant à un tweet de l'ambassade de Russie. 

Palmyre a été arrachée aux griffes de Daesh le 27 mars et de l'aveu même de Bachar el-Assad, sa libération n'aurait jamais été possible sans le soutien apporté par les forces russes. L'armée de l'air russe a effectué 40 sorties dans la région en 24 heures et détruit huit centres de commandement, 12 bases, deux chars, trois unités d'artillerie, huit véhicules et six dépôts de munitions. Elle a aussi éliminé près de 80 terroristes.

 

 

Source

 

===

 

===

Un crucifix viking a été retrouvé au Danemark,

Viking-Museum-Ladby

rapporte Radio Vatican en italien, le 28 mars 2016 : une découverte qui pourrait faire réécrire une page de l’histoire du christianisme, fait observer le président de l’Académie pontificale des arts et lettres, Rodolfo Papa, également au micro de Radio Vatican.

Viking-Museum-Ladby

Le danois Dennis Fabricius Holm était sorti se promener avec son détecteur de métaux. Sa passion : chercher les trésors. Il était en train d’explorer un champ aux abords de la ville d’Aunslev (Østfyn, Danemark) quand tout à coup son appareil se mit à sonner. L’objet repéré et déterré est un petit crucifix que l’explorateur a photographié puis posté sur Facebook, attirant l’intérêt d’autres passionnés qui lui ont conseillé de s’adresser à un musée. Selon les experts, Fabricius a fait une découverte extraordinaire : cette croix daterait de la première moitié du Xe siècle, et pourrait prouver que le christianisme était présent au Danemark bien avant qu’on ne le suppose jusqu’à maintenant, fait observer Radio Vatican.

Pour Rodolfo Papa, « l’intérêt dans cette découverte c’est que cette petite breloque – d’environ 4 cm – appartenant probablement à une femme, nous ouvre à l’hypothèse de contacts avec les populations environnantes » : « Nous savons que les Vikings bougeaient énormément par bateaux, naviguant sur leurs eaux mais partant aussi à la conquête progressive des côtes européennes, jusqu’à finir en Méditerranée, environ un siècle plus tard. Il n’est donc pas improbable qu’au cours d’expéditions menées en Angleterre ou en Irlande, voire dans des territoires plus proches, quelqu’un ait réussi à entrer en contact de manière plus profonde. Car, il est vrai que les contacts étaient généralement fugaces : ils arrivaient, prenaient tout ce qu’il y avait à rafler et s’en allaient… Mais, il est possible aussi que quelqu’un soit reparti en emportant avec lui quelque chose ou quelque jeune chrétien fait prisonnier, quelque religieux… bon, ne laissons pas courir notre imagination… Mais, il est clair qu’il a pu se passer beaucoup de choses. »

Il décrit cette petite croix : « Le style de cette croix est bien précis : il renvoie à la culture celtique, donc à l’utilisation de signes archaïques qui ne gardent pas de signes issus du christianisme mûr, européen. Il est donc évident qu’on a là une élaboration, une réélaboration aussi d’un point de vue anthropologique et culturel, très intéressante : c’est, je crois, l’aspect le plus intéressant. Par exemple, en regardant les photos publiées au début sur Facebook et qui ont ensuite envahi la Toile, j’ai déjà l’impression d’une élaboration, d’un début d’inculturation. Cela signifie que si ce petit crucifix date effectivement du Xe siècle, donc 50, 65 ans avant les Jelling Stones, il est clair qu’une interprétation du christianisme à l’intérieur de la culture viking est possible. Cela pourrait signifier aussi qu’il n’est pas arrivé au Xe siècle mais était déjà le fruit mûr de quelque chose d’autre. Nous pourrions donc déplacer de 50 ans en arrière, voire 100 ans les contacts pour une approche de christianisation. Et cela pourrait être extrêmement intéressant, car les signes que l’on voit sur ce petit bijou ont vraiment des liens avec une tradition celte, connue pour ses incisions très marquées. Il n’est donc pas question d’occidentalisation mais de christianisation, d’un début de christianisation culturelle, comme dans la culture viking, bien précise. »

Source

 

===

 

===

L’Europe dispose des atouts nécessaires pour se construire un avenir solide mais pour cela il est nécessaire d’agir pour les défendre et les promouvoir.

La crise agricole que nous rencontrons actuellement n’est que la face immergée d’un plus vaste désintéressement politique qui sévit actuellement en Europe. Le secteur agricole fait aujourd’hui l’objet d’une démobilisation des organes politiques, alors qu’il s’agit d’un secteur stratégique vital au même titre que l’énergie ou encore le Big Data. (...)

Nous ne pouvons pas aller de l’avant sans prendre conscience de la nécessité de défendre nos secteurs stratégiques.  La future place qu’occupera un acteur sur la scène internationale, dépend de son habileté à prendre la pleine mesure, aujourd’hui, des enjeux liés aux différentes spécificités de ces secteurs clés.

 (...)

L’abandon de notre agriculture engendrerait des conséquences désastreuses à plusieurs niveaux et aboutirait à une détérioration du mode de vie que nous connaissons actuellement. Le commissaire européen à l’agriculture et au développement rural, Phil Hogan, ne se préoccupe pas de cette question et continue de mener l’agriculture européenne vers un vide stratégique qui sera lourd de conséquences pour la population européenne.

Or, en pleine période de négociation du TAFTA (TTIP), il est nécessaire de se poser les bonnes questions afin de préserver l’avenir de l’Union européenne. Si nous aspirons à construire une Europe forte et indépendante, il est essentiel de protéger nos secteurs clés comme l’énergie, l’agriculture ou encore le Big Data, avec des décisions fortes et concrètes.

L’Europe dispose de précieuses ressources qui nécessitent une attention particulière ainsi qu’une vision stratégique. Il est temps « d’aboutir à une prise de conscience collective tant au niveau de la population européenne que des décideurs politiques européens », comme le préconise l’Initiative de Défense de l’Économie européenne (IDÉE).

SOURCE

 

===

 

===

Je suis allé moi-même à Molenbeek. Je m’y suis promené en voiture, j’y étais avec un sénateur belge et il m’a dit : “Nous n’avons pas intérêt à nous promener à pied, on risque de nous reconnaître et nous serions alors dans une situation très désagréable, nous pourrions être insultés, voire molestés.

 

Donc nous avons traversé Molenbeek en voiture. Toutes les femmes étaient voilées. […] Dans les quartiers que j’ai traversés, dans les rues que j’ai vues, toutes les femmes étaient voilées, tous les gens étaient d’apparence musulmane : les femmes étaient voilées, les hommes portaient des djellabas et des burnous, les enseignes des boutiques étaient rédigées en arabe. […] Nous étions hors de l’Europe, au cœur de l’Europe.

Evidemment, devant ce phénomène, je suis étreint par le sentiment du trop tard et je me demande si la force du nombre ne réduit pas à néant toutes nos belles résolutions. […] Il y a des Molenbeek en France, en effet, mais je me demande parfois si la reconquête est encore possible. Et surtout, je me dis que la fracture risque de plus en plus de passer entre le djihadisme et le communautarisme : le prix à payer pour le combat contre le djihad sera peu à peu l’acception du communautarisme.

A partir du moment où l’islam communautaire voudra refusera le djihadisme, alors il faudra soutenir l’islam communautaire. C’est le marché que l’UOIF et ses idiots utiles nous mettent d’ors et déjà en main. Moi je crois que nous devons dire non, mais je ne vois pas ce non apparaître et je ne vois pas non plus quelle forme il pourrait prendre.

source

 

===

INVITATION (S)

 

 

Qui mieux que la Sainte Vierge pour réunir chrétiens et musulmans en ces temps troublés ?

Fort de cette assurance, depuis 2007, au Liban, le gouvernement a décrété le 25 mars, jour de l’Annonciation, fête nationale islamo-chrétienne, fériée et chômée. Et cette initiative se développe et s’implante maintenant en France. En 2015 déjà, près de 800 personnes, musulmans et chrétiens, s’étaient retrouvées à Longpont-sur-Orge (Essonne) pour la première rencontre française « Ensemble avec Marie ».

En 2015 déjà, Mgr Dubost était intervenu.
En 2015 déjà, Mgr Dubost était intervenu.

La figure de Marie rassemble en effet chrétiens et musulmans qui « lui témoignent un grand amour et la reconnaissent comme Vierge et Mère de Jésus », expliquent les organisateurs. Elle est pour les deux religions monothéistes « un modèle de foi en Dieu » et « un point commun qui permet une rencontre des personnes », ajoutent-ils. « Ensemble avec Marie » réunit des croyants, musulmans et chrétiens, qui se retrouvent autour de la fête de l’Annonciation – reportée cette année au lundi 4 avril, le 25 mars tombant le Vendredi Saint – pour « dire leur volonté de paix » et « la possibilité de construire un monde meilleur où tous puissent vivre ensemble ».

La rencontre du 2 avril 2016 à Longpont-sur-Orge sera ponctuée de temps de prière, de chants, de témoignages et d’interventions de représentant des deux communautés religieuses. Seront notamment présents Mgr Michel Dubost (évêque d’Évry, président du Conseil pour le dialogue interreligieux), Anouar Kbibech (président du Conseil français du culte musulman), Bernard Thibaud (secrétaire général du Secours catholique), Bariza Khiari (sénatrice de Paris), Mgr Maroun Nasser Gemayel (évêque de l’Éparchie Notre-Dame-du-Liban de Paris des Maronites) et Latifa Ibn Ziaten (présidente de l’association Imad pour la jeunesse et la paix).

En 2015, une chorale des Scouts musulmans de France avait interprété des chants en langue arabe.
En 2015, une chorale des Scouts musulmans de France avait interprété des chants en langue arabe.

D’autres rendez-vous sont également proposés en amont et en aval de la rencontre de samedi :

Le 31 mars à Créteil : table ronde dans la cathédrale de Créteil
Le 2 avril à Longpont-sur-Orge : rencontre à la Basilique de Longpont-sur-Orge
Le 4 avril à Lyon : Rencontre à l’église Notre-Dame du Liban
Le 23 avril à Bruxelles : Rencontre à l’église Saint-Jean-Berchmans (collège Saint-Michel)

« Chrétiens et musulmans, ensemble avec Marie »
Samedi 2 avril 2016
15 h – 17 h 
Déjeuner convivial à partir de 13 h
Basilique de Longpont-sur-Orge (Essonne)
Entrée libre  
Plus de renseignements au 01 85 39 12 12

The believing mind is a temple of God, which it is meet for a man to adorn daily and to burn incense therein, inasmuch as it is God Who dwells there.  (Palladius, Bishop of Helenopolis)

The believing mind is a temple of God, which it is meet for a man to adorn daily and to burn incense therein, inasmuch as it is God Who dwells there. (Palladius, Bishop of Helenopolis)

Vendredi de Pâque. Hevorae vendredi

Soirée

o    Saint Jean  20: 18-23 :

  • 18 Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur ! », et elle raconta ce qu’il lui avait dit.
  • 19 Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
  • 20 Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
  • 21 Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
  • 22 Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.
  • 23 À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »

o     

Matin

o    Saint Matthieu 28  1-11 :

  • 01 Après le sabbat, à l’heure où commençait à poindre le premier jour de la semaine, Marie Madeleine et l’autre Marie vinrent pour regarder le sépulcre.
  • 02 Et voilà qu’il y eut un grand tremblement de terre ; l’ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus.
  • 03 Il avait l’aspect de l’éclair, et son vêtement était blanc comme neige.
  • 04 Les gardes, dans la crainte qu’ils éprouvèrent, se mirent à trembler et devinrent comme morts.
  • 05 L’ange prit la parole et dit aux femmes : « Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié.
  • 06 Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où il reposait.
  • 07 Puis, vite, allez dire à ses disciples : “Il est ressuscité d’entre les morts, et voici qu’il vous précède en Galilée ; là, vous le verrez.” Voilà ce que j’avais à vous dire. »
  • 08 Vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.
  • 09 Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui.
  • 10 Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »
  • 11 Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.
  •  
When I consider the actual nature of compunction I am amazed at how that which is called mourning and grief should contain joy and gladness interwoven within it like honey in the comb. What then are we to learn from this? That such compunction is in a special sense a gift of the Lord. There is then in the soul no pleasureless pleasure, for God consoles those who are contrite in heart in a secret way…

When I consider the actual nature of compunction I am amazed at how that which is called mourning and grief should contain joy and gladness interwoven within it like honey in the comb. What then are we to learn from this? That such compunction is in a special sense a gift of the Lord. There is then in the soul no pleasureless pleasure, for God consoles those who are contrite in heart in a secret way…

Par le Bx John Henry Newman

(1801-1890), fondateur de l'Oratoire en Angleterre et Cardinal de l'Eglise Romaine
Sermons on Subjects of the Day, n° 10 (trad. AELF) 

 

« La paix soit avec vous »

 

 

Le cœur de chaque chrétien devrait représenter en miniature l'Église catholique, puisque le même Esprit fait de l'Église tout entière aussi bien que de chacun de ses membres le Temple de Dieu

(1Co 3,16).

Comme il fait l'unité de l'Église qui, laissée à elle-même, se diviserait en de nombreux partis, ainsi il rend l'âme une, en dépit de ses divers goûts et facultés, de ses tendances contradictoires.

De même qu'il donne la paix à la multitude des nations qui sont de par leur nature en discorde les unes avec les autres, de même il soumet l'âme à une gérance ordonnée et il établit la raison et la conscience comme souverains sur les aspects inférieurs de notre nature...

Et soyons bien assurés que ces deux opérations de notre divin Consolateur dépendent l'une de l'autre.

Tant que les chrétiens ne rechercheront pas l'unité et la paix intérieures en leur propre cœur, jamais l'Église elle-même ne sera dans la paix et l'unité au sein de ce monde qui les entoure. Et de façon à peu près semblable, tandis que l'Eglise à travers le monde est dans cet état de désordre lamentable que nous constatons, il n'est aucun pays en particulier, simple portion de cette Église, qui ne soit nécessairement lui-même dans un état de grande confusion religieuse. 

C'est là une chose à laquelle il nous faut bien songer à l'heure actuelle, car elle tempérera nos espoirs et dissipera nos illusions ; nous ne pouvons pas espérer la paix chez nous si nous sommes en guerre au-dehors.

LET US...COME BOLDLY TO THE THRONE OF GRACE FOR HELP IN THE TIME OF NEED He said 'for help in the time of need.' If you approach now he means you will receive both grace and mercy, for you approach "in due season,' but if you approach then, at the Day of Judgement, no longer will you receive it. For the approach is unseasonable. Until that time He sits granting pardon, but when the end has come He rises up to judgement...On this account, it is said 'I have heard you in an accepted time and in a day of salvation have I succored you' (II Cor.6:2)....So it is seasonable for us also now to say, 'Let us draw near' asking boldly:let us only bring Faith and He gives all things. (St John Chrysostom)

LET US...COME BOLDLY TO THE THRONE OF GRACE FOR HELP IN THE TIME OF NEED He said 'for help in the time of need.' If you approach now he means you will receive both grace and mercy, for you approach "in due season,' but if you approach then, at the Day of Judgement, no longer will you receive it. For the approach is unseasonable. Until that time He sits granting pardon, but when the end has come He rises up to judgement...On this account, it is said 'I have heard you in an accepted time and in a day of salvation have I succored you' (II Cor.6:2)....So it is seasonable for us also now to say, 'Let us draw near' asking boldly:let us only bring Faith and He gives all things. (St John Chrysostom)

Repost 0
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 05:18
Current Christians are more militant. If the church is silent to avoid confrontation with the government, if the Metropolitans silent, if the monks hold their peace, then who will speak? (Saint Paisius the Athonite)/ Les Chrétiens actuels ne sont plus combattifs. Si l'Église garde le silence afin d'éviter la confrontation avec le gouvernement, si les métropolites gardent le silence, si les moines gardent leur paix, alors qui parlera? (Saint Païssios l'Athonite)

Current Christians are more militant. If the church is silent to avoid confrontation with the government, if the Metropolitans silent, if the monks hold their peace, then who will speak? (Saint Paisius the Athonite)/ Les Chrétiens actuels ne sont plus combattifs. Si l'Église garde le silence afin d'éviter la confrontation avec le gouvernement, si les métropolites gardent le silence, si les moines gardent leur paix, alors qui parlera? (Saint Païssios l'Athonite)

Mercredi de Pâque. Hevorae mercredi

Avant de Saint Qurbana

o    Exode 40: 1-16 :

  • 01 Le Seigneur parla à Moïse. Il dit :
  • 02 « Au premier mois, le premier jour du mois, tu dresseras la Demeure de la tente de la Rencontre.
  • 03 Tu y mettras l’arche du Témoignage et tu protégeras l’arche avec le rideau.
  • 04 Tu apporteras la table et tu la disposeras avec soin. Tu apporteras le chandelier et tu allumeras ses lampes.
  • 05 Tu placeras l’autel d’or pour l’encens devant l’arche du Témoignage et tu mettras le rideau à l’entrée de la Demeure.
  • 06 Tu placeras l’autel de l’holocauste devant l’entrée de la Demeure de la tente de la Rencontre.
  • 07 Tu placeras la cuve entre la tente de la Rencontre et l’autel, et tu y verseras de l’eau.
  • 08 Tu installeras l’enceinte du parvis et tu placeras le rideau de la porte du parvis.
  • 09 Tu prendras l’huile de l’onction, et tu feras l’onction sur la Demeure et tout ce qu’elle contient ; tu la consacreras, ainsi que tous ses accessoires, et elle sera sainte.
  • 10 Tu feras l’onction sur l’autel de l’holocauste et tous ses accessoires, tu le consacreras, et l’autel sera très saint.
  • 11 Tu feras l’onction sur la cuve et son support, et tu la consacreras.
  • 12 Tu feras approcher Aaron et ses fils de l’entrée de la tente de la Rencontre, tu les baigneras dans l’eau,
  • 13 tu revêtiras Aaron des vêtements sacrés, tu lui donneras l’onction et tu le consacreras afin qu’il exerce pour moi le sacerdoce.
  • 14 Tu feras approcher ses fils, tu les revêtiras de tuniques,
  • 15 tu leur donneras l’onction comme tu l’as donnée à leur père, afin qu’ils exercent pour moi le sacerdoce. Ainsi, l’onction reçue leur conférera un sacerdoce perpétuel, de génération en génération. »
  • 16 Moïse exécuta tout ce que le Seigneur lui avait ordonné.

o     

o    Josué 2:1-6 :

  • 01 Depuis Shittim, Josué, fils de Noun, envoya discrètement deux espions. Il leur dit : « Allez voir le pays et Jéricho. » Ils y allèrent, entrèrent dans la maison d’une prostituée nommée Rahab et y couchèrent.
  • 02 On dit au roi de Jéricho : « Des hommes sont entrés ici cette nuit, des fils d’Israël, pour reconnaître le pays. »
  • 03 Alors, le roi de Jéricho envoya dire à Rahab : « Fais sortir les hommes qui sont venus chez toi – qui sont entrés dans ta maison – car c’est pour reconnaître tout le pays qu’ils sont venus. »
  • 04 Mais la femme emmena les deux hommes et les cacha. Puis elle dit : « Oui, ces hommes sont entrés chez moi, mais je ne savais pas d’où ils venaient.
  • 05 Ils sont sortis quand, à la nuit tombante, on allait fermer la porte de la ville. Je ne sais pas où ils sont allés. Dépêchez-vous de les poursuivre, et vous les rattraperez. »
  • 06 Or, elle les avait fait monter sur le toit en terrasse et les avait cachés sous les tiges de lin rangées sur le toit.

o     

o    Isaïe 49: 13 à 21 :

  • 13 Cieux, criez de joie ! Terre, exulte ! Montagnes, éclatez en cris de joie ! Car le Seigneur console son peuple ; de ses pauvres, il a compassion.
  • 14 Jérusalem disait : « Le Seigneur m’a abandonnée, mon Seigneur m’a oubliée. »
  • 15 Une femme peut-elle oublier son nourrisson, ne plus avoir de tendresse pour le fils de ses entrailles ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierai pas.
  • 16 Car je t’ai gravée sur les paumes de mes mains, j’ai toujours tes remparts devant les yeux.
  • 17 Ils accourent, tes bâtisseurs ; tes démolisseurs, tes dévastateurs, ils s’éloignent de toi.
  • 18 Lève les yeux alentour et regarde : tous, ils se rassemblent et viennent vers toi. Par ma vie – oracle du Seigneur –, tous, ils seront comme une parure que tu revêtiras, autour de toi, comme la ceinture d’une jeune mariée.
  • 19 Car tes ruines, tes décombres, ton pays dévasté sont désormais trop étroits pour tes habitants, et ceux qui te dévoraient s’éloigneront.
  • 20 Les fils dont tu étais privée te diront de nouveau à l’oreille : « L’espace est trop étroit pour moi, fais-moi place, que je m’installe. »
  • 21 Et tu diras en ton cœur : « Qui me les a enfantés, ceux-là ? Privée d’enfants, j’étais stérile, j’étais bannie, rejetée, et ceux-là, qui les a élevés ? Quand moi, je restais seule, ceux-là, où donc étaient-ils ? »

o     

  Saint Qurbana :

·          

o    Actes 4: 8-21 :

  • 08 Alors Pierre, rempli de l’Esprit Saint, leur déclara : « Chefs du peuple et anciens,
  • 09 nous sommes interrogés aujourd’hui pour avoir fait du bien à un infirme, et l’on nous demande comment cet homme a été sauvé.
  • 10 Sachez-le donc, vous tous, ainsi que tout le peuple d’Israël : c’est par le nom de Jésus le Nazaréen, lui que vous avez crucifié mais que Dieu a ressuscité d’entre les morts, c’est par lui que cet homme se trouve là, devant vous, bien portant.
  • 11 Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs, mais devenue la pierre d’angle.
  • 12 En nul autre que lui, il n’y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes, qui puisse nous sauver. »
  • 13 Constatant l’assurance de Pierre et de Jean, et se rendant compte que c’était des hommes sans culture et de simples particuliers, ils étaient surpris ; d’autre part, ils reconnaissaient en eux ceux qui étaient avec Jésus.
  • 14 Mais comme ils voyaient, debout avec eux, l’homme qui avait été guéri, ils ne trouvaient rien à redire.
  • 15 Après leur avoir ordonné de quitter la salle du Conseil suprême, ils se mirent à discuter entre eux.
  • 16 Ils disaient : « Qu’allons-nous faire de ces gens-là ? Il est notoire, en effet, qu’ils ont opéré un miracle ; cela fut manifeste pour tous les habitants de Jérusalem, et nous ne pouvons pas le nier.
  • 17 Mais pour en limiter la diffusion dans le peuple, nous allons les menacer afin qu’ils ne parlent plus à personne en ce nom-là. »
  • 18 Ayant rappelé Pierre et Jean, ils leur interdirent formellement de parler ou d’enseigner au nom de Jésus.
  • 19 Ceux-ci leur répliquèrent : « Est-il juste devant Dieu de vous écouter, plutôt que d’écouter Dieu ? À vous de juger.
  • 20 Quant à nous, il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu. »
  • 21 Après de nouvelles menaces, ils les relâchèrent, faute d’avoir trouvé le moyen de les punir : c’était à cause du peuple, car tout le monde rendait gloire à Dieu pour ce qui était arrivé.

o     

o    Hébreux 3: 1-13 :

  • 01 Ainsi donc, frères saints, vous qui avez en partage une vocation céleste, considérez Jésus, l’apôtre et le grand prêtre de notre confession de foi :
  • 02 pour celui qui l’a institué, il est, comme Moïse, digne de foi dans toute sa maison.
  • 03 Lui, il a même été jugé digne d’une plus grande gloire que Moïse, dans la mesure où le constructeur de la maison reçoit plus d’honneur que la maison elle-même.
  • 04 Car toute maison est construite par quelqu’un, et celui qui a tout construit, le Christ, est Dieu.
  • 05 Moïse, lui, a été digne de foi dans toute la maison de Dieu en qualité d’intendant, pour attester ce qui allait être dit.
  • 06 Mais le Christ, lui, est digne de foi en qualité de Fils à la tête de sa maison ; et nous sommes sa maison, si du moins nous maintenons l’assurance et la fierté de l’espérance.
  • 07 C’est pourquoi, comme le dit l’Esprit Saint dans un psaume : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix,
  • 08 n’endurcissez pas votre cœur comme au temps du défi, comme au jour de l’épreuve dans le désert,
  • 09 quand vos pères m’ont mis à l’épreuve et provoqué. Alors ils m’ont vu à l’œuvre
  • 10 pendant quarante ans ; oui, je me suis emporté contre cette génération, et j’ai dit : Toujours ils ont le cœur égaré, ils n’ont pas connu mes chemins.
  • 11 Dans ma colère, j’en ai fait le serment : On verra bien s’ils entreront dans mon repos !
  • 12 Frères, veillez à ce que personne d’entre vous n’ait un cœur mauvais que le manque de foi sépare du Dieu vivant.
  • 13 Au contraire, encouragez-vous les uns les autres jour après jour, aussi longtemps que retentit l’« aujourd’hui » de ce psaume, afin que personne parmi vous ne s’endurcisse en se laissant tromper par le péché.

o     

o    Saint-Marc 8:27-33 :

  • 27 Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples, vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il interrogeait ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je ? »
  • 28 Ils lui répondirent : « Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. »
  • 29 Et lui les interrogeait : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre, prenant la parole, lui dit : « Tu es le Christ. »
  • 30 Alors, il leur défendit vivement de parler de lui à personne.
  • 31 Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite.
  • 32 Jésus disait cette parole ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches.
  • 33 Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »

o     

« Ceux qui veulent être sauvés ne s'occupent pas des défauts du prochain, mais toujours de leurs propres fautes, et ainsi ils progressent. [...]

Et nous, misérables que nous sommes, nous jugeons à tort et à travers, nous avons de l'aversion et du mépris, chaque fois que nous voyons, entendons ou soupçonnons quoi que ce soit.

Le pire, c'est que, non contents du dommage que nous nous sommes faits à nous-mêmes, nous nous empressons de dire au premier frère rencontré :

« Il s'est passé ceci et cela » et nous lui faisons du mal à lui aussi en jetant le péché dans son cœur. Nous ne craignons pas celui qui a dit :

« Malheur à celui qui fait boire à son prochain un breuvage souillé »

(Hab. 2, 15).

Mais nous faisons l’œuvre des démons, et nous ne nous en soucions pas.

Car que peut faire un démon, sinon troubler et nuire ? Voici donc que nous collaborons avec les démons pour notre perte et celle du prochain.

Celui qui nuit à une âme travaille avec les démons et les aide, comme celui qui fait du bien travaille avec les saints anges. »

St Dorothée de Gaza (VIe siècle), Instructions, VI, 75, Trad. Dom L. Regnault et Dom J. de Préville, SC N° 92, Éditions du Cerf, Paris, 1963

====

Par St Grégoire le Grand 

(v. 540-590-604), pape et docteur de l'Église 
(trad. Ephata II, p. 626) 

 

« Au lever du jour, Jésus était là, sur le rivage »

 

 

 

La mer est le symbole du monde actuel remué par la tempête des affaires et la houle d'une vie caduque. 

Le rivage, ferme, figure la pérennité du repos éternel. 

Les disciples travaillent donc sur le lac puisqu'ils sont encore aux prises avec les flots de la vie mortelle, mais notre Rédempteur se tient sur le rivage puisqu'à ce moment il a dépassé la condition d'une chair fragile. 

Par le moyen de ces réalités naturelles, le Christ semble leur dire, à propos du mystère de sa résurrection : 

« Je ne vous apparais pas maintenant au milieu de la mer parce que je ne suis plus parmi vous dans le bouillonnement des flots. »

Lors d'une autre apparition il dit à ces mêmes disciples : 

« Je vous ai dit ces choses quand j'étais encore avec vous. » 

(Lc 24,44) 

Désormais, il n'était plus avec eux de la même manière. 

Il était bien là, apparaissant corporellement à leurs yeux, mais ... sa chair immortelle distançait de loin leurs corps mortels. 

Son corps placé sur le rivage, alors qu'ils naviguent encore, indique bien qu'il a dépassé leur existence quoiqu'il se trouve encore avec eux. 

====

Si un homme et une femme se marient

afin d'être compagnons du voyage vers le Ciel, alors leur union leur apportera une grande joie.
(Saint Jean Chrysostome)

===

 

“The Christian is one who imitates Christ in thought, word and deed, as far as is possible for human beings, believing rightly and blamelessly in the Holy Trinity.” (Step 1, Section 4)

“The Christian is one who imitates Christ in thought, word and deed, as far as is possible for human beings, believing rightly and blamelessly in the Holy Trinity.” (Step 1, Section 4)

La première personne à qui Jésus ressuscité est apparu

"Pendant la période de Pâques, nous méditons beaucoup de récits d’apparitions de Jésus ressuscité ; mais un personnage semble oublié, ou plutôt discret dans son silence… la Vierge Marie : elle est pourtant mentionnée avant – au pied de la Croix, puis après – au Cénacle lors de la Pentecôte. L’Écriture semble jeter un voile pudique sur la rencontre si émouvante entre la Mère et son Fils vainqueur de la mort."

Le Pape de Rome SS Jean-Paul II n’hésitait pas à l’évoquer :

-"« Il n'est pas pensable que la Vierge, présente dans la première communauté des disciples, ait été exclue du nombre de ceux qui ont rencontré son Fils ressuscité d'entre les morts.

Au contraire, il est vraisemblable que la première personne à qui Jésus ressuscité est apparu a été sa mère.

Son absence du groupe de femmes qui s'est rendu au tombeau à l'aube peut constituer un indice du fait qu'elle avait déjà rencontré Jésus.

Le caractère unique et spécial de sa présence au Calvaire et son union parfaite à son Fils dans ses souffrances suggèrent une participation très particulière au mystère de la résurrection. »" 

 

P. Nicolas Bossu LC
Jérusalem, 14 avril 2014 (Zenit.org)

Marie-Madeleine, premier témoin de la Résurrection

 

"Marie Madeleine se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se pencha vers le tombeau. Elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds, à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus.
Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a déposé. »
Ayant dit cela, elle se retourna ; elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus.
Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le jardinier, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as déposé, et moi, j’irai le prendre. »
Jésus lui dit alors : « Marie ! » S’étant retournée, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c’est-à-dire : Maître.
Jésus reprend : « Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »
Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur ! », et elle raconta ce qu’il lui avait dit."

Prière d'introduction

 

Ô Jésus ressuscité, venez à ma rencontre. Que la joie de Pâques brille sur mon visage. Je veux, comme Marie-Madeleine, Vous suivre et Vous aimer de tout mon cœur, de toute mon âme et de toute ma force.

 

Demande

Ô Jésus ressuscité, donnez-moi de Vous reconnaître dans ma vie de chaque jour et de témoigner de cette rencontre avec Vous auprès de ceux que je rencontre.

Points de réflexion

 

1. Marie-Madeleine pleure. Elle est malade d’amour. Elle a perdu celui qui l’avait délivrée de la lapidation quelques mois plus tôt. Elle avait été le témoin de la miséricorde de Dieu qui ne regarde pas le péché des hommes mais vient les en délivrer. Depuis cette première rencontre, Marie avait suivi Jésus comme un disciple suit son maître. En lui, elle avait trouvé la réponse la plus profonde qu’on puisse trouver : la certitude d’être aimée en vérité et pour toute l’éternité. Désormais, elle lui avait voué son cœur et toute sa vie.
Ai-je fait moi aussi l’expérience de cette rencontre avec Jésus qui change toute ma vie et lui donne une perspective nouvelle ?

2. Marie-Madeleine cherche son Seigneur au tombeau, parmi les morts. Quoi de plus naturel après avoir assisté à sa crucifixion ? N’avait-elle pas ensuite accompagné le corps jusqu’au tombeau ? Personne mieux qu’elle n’avait été témoin de sa mort. Elle pleure, inconsolable parce que non seulement Jésus est mort, mais en plus parce que son corps a été volé. Double injustice ! Sa tristesse est si grande qu’elle n’est pas surprise d’apercevoir deux anges… Elle ne reconnaît même pas Jésus… ressuscité ! Il faut que ce dernier l’appelle par son nom pour qu’elle s’écrie « Rabbouni ! » Oui, Jésus ressuscité m’appelle moi aussi par mon nom. Sais-je l’entendre et le reconnaître en ces jours d’octave pascale ?

3. C’est à Marie-Madeleine qu’est annoncée en premier lieu non seulement la Résurrection du Seigneur, mais encore son Ascension : « Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu ». Jésus continue à renverser les règles de son époque, notamment celle qui voulait que le témoignage d’une femme n’ait aucune valeur juridique. Et pourtant, oui, c’est Marie-Madeleine qui est choisie et appelée par Jésus pour aller annoncer aux Douze qu’elle l’a vu vivant. C’est sur les dires de Marie que la foi de l’Église se construit.(Source: "Regnum Dei")

 

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, je Vous offre ma foi et mon amour. Je veux Vous suivre chaque jour. Merci pour la lumière de Pâques que Vous faites  briller dans ma vie par la Grâce de mon Baptême et de ma Chrismation.

Une Prière avant le coucher:

Que t’offrirai-je, ou bien que te rendrai-je, toi le grand Bienfaiteur, le Roi immortel, le Seigneur de tendresse qui aimes les hommes? Alors que j’ai tardé à te plaire et n’ai rien fait de bon, tu m’as conduit à la fin de cette journée, accordant à mon âme la conversion et le salut. Aie compassion du’pécheur que je suis, dépouillé de toute oeuvre bonne, relève mon âme déchue, souillée d’inconvenants péchés. Eloigne de moi toute pensée mauvaise appartenant à cette existence visible, pardonne rîtes fautes, toi le seul sans péché, les fautes commises en ce jour contre toi, consciemment ou par inadvertance, en parole, en action, en pensée, avec tous mes sens. Toi-même, défends-moi, garde-moi de toute menée de l’adversaire, par ton divin pouvoir et l’ineffable puissance de ton amour pour les hommes. O Dieu, purifie la multitude de mes péchés. Veuille, Seigneur, me délivrer des pièges du Mauvais, sauve mon âme souffrante et fais briller sur nous la lumière de ta face lorsque tu viendras dans ta gloire. Fais qu’à présent je m’endorme d’un sommeil qui ne m’attire point de condamnation, à l’abri de tout songe malsain, garde sans trouble les pensées de ton serviteur, écarte de moi toute action satanique et illumine les «yeux» de mon coeur, pour qu’en la mort je ne m’endorme. Envoie ton ange de paix, guide et gardien de mon âme et de mon corps, pour qu’il me délivre de mes ennemis et qu’au lever je t’adresse des prières de reconnaissance. Oui, Seigneur, exauce le pécheur que je suis, ton misérable serviteur, si faible en sa conscience et volonté; donne-moi, au réveil, d’être instruit de ta parole et fais que la tristesse inspirée par le diable soit chassée loin de moi par tes anges; afin que je bénisse ton saint nom, que j’exalte et glorifie Marie, la très-pure Mère de Dieu, qu’à nous pécheurs tu as donnée comme secours, et reçois l’intercession qu’elle te présente pour nous. Je sais en effet qu’elle rivalise d’amour pour les hommes avec toi et qu’elle ne cesse d’intercéder. Par son aide, par le signe de la précieuse Croix et pour l’amour de tous tes Saints, préserve mon âme, Jésus Christ, notre Dieu, car tu es saint et glorifié dans les siècles. Amen.

(Saint Macaire le Grand)

===

 

Saint Jean Climaque, qui êtes-vous ?

Anachorète, higoumène et 
Grand écrivain de l’Église d’Orient


 

Jean naît vers 575. Sa vie se déroula donc pendant les années où Byzance, capitale de l'empire romain d'Orient, connut la plus grande crise de son histoire. A l'improviste, le cadre géographique de l'empire se transforma et le torrent des invasions barbares fit s'effondrer toutes ses structures. Seule tint bon la structure de l'Église, qui continua pendant ces temps difficiles à exercer son action missionnaire, humaine et socio-culturelle, en particulier à travers le réseau des monastères, dans lesquels œuvraient de grandes personnalités religieuses, comme celle, précisément, de Jean Climaque.

 

Jean vécut et raconta ses expériences spirituelles dans les montagnes du Sinaï, où Moïse rencontra Dieu et Elie en entendit la voix. On conserve des informations le concernant dans une brève Vita (pg 88, 596-608), écrite par le moine Daniel de Raito : à seize ans, Jean, devenu moine sur le mont Sinaï, y devint le disciple de l'abbé Martirio, un « ancien » ; c'est-à-dire un « sage ». Vers vingt ans, il choisit de vivre en ermite dans une grotte au pied de la montagne, dans un lieu appelé Tola, à huit kilomètres du monastère de Sainte-Catherine. Mais la solitude ne l'empêcha pas de rencontrer des personnes souhaitant avoir une direction spirituelle, ainsi que de se rendre en visite dans plusieurs monastères à Alexandrie. En effet, sa retraite d'ermite, loin d'être une fuite du monde et de la réalité humaine, déboucha sur un amour ardent pour les autres (Vita 5) et pour Dieu (Vita 7).

 

Après quarante ans de vie érémitique vécue dans l'amour pour Dieu et pour son prochain, des années pendant lesquelles il pleura, il pria, il lutta contre les démons, il fut nommé higoumène du grand monastère du mont Sinaï et revint ainsi à la vie cénobitique, dans un monastère. Mais, quelques années avant sa mort, nostalgique de sa vie d'ermite, il laissa à son frère, moine dans le même monastère, la conduite de la communauté.

Il meurt après 650.

On possède de lui deux œuvres ascétiques « l'Échelle de perfection », d'où son surnom de Climaque, et le « Livre au Pasteur ».

 

Pour approfondir, lire la Catéchèse du Pape de Rome SS Benoît XVI :

 >>> Jean Climaque

 

 

† St John climacus (John of the Ladder) of Sinai (649)

March 30

 

He is best known as the author of the Ladder of Divine Ascent, a treasury of spiritual wisdom which is read in its entirety in monasteries during every Lenten season.

 He is also commemorated on the Fourth Sunday of Great Lent.

 

  Nothing is known of his life before he entered the monastery at Mount Sinai (now St Katherine's Monastery) at the age of sixteen; he remained there until his death at the age of eighty. After he first arrived, he spent nineteen years in strict obedience to his spiritual father, Martyrios. When Martyrios died, John retired to a nearby cave, where he lived in the strictest asceticism for twenty years. (It was during these years that he wrote the Ladder.) He reluctantly returned to the monastery when he was made abbot by the brethren, and spent the rest of his days guiding his spiritual children in the way of salvation.

 

  Once he heard a monk criticize him for speaking too much; rather than reproach the monk, he himself kept silence for a full year, never uttering a word until the brethren begged him to speak again. At another time a large company of pilgrims came to Mt Sinai. At supper they all saw a young man, dressed as a Jew, serving at table and giving orders to the other servants, then suddenly disappearing. When they wondered among themselves what this could mean, John said 'Do not try to look for him; that was the prophet Moses serving you in his own home.'

 

  When the holy abbot knew that his death was approaching, he appointed his own brother, George, as his successor. George grieved the approaching death of his beloved brother, but St John told him that, if he was found worthy to stand close to God after his death, he would pray that George be taken up to heaven in the same year. So it happened: ten months after St John's death, George reposed in the Lord.

 

 

Sources: Ancient Faith Radio

 

===

 

 

AMEDEE 30 MARS


Amédée est un duc de Savoie mort en 1472

 

Amédée naquit en 1435 à Thonon-les-Bains, son père Ludovic le duc de Savoie, était le fils de l’anti-pape Félix V (Amédée VIII de Savoie). 

Dès sa naissance il avait été décidé, pour garder l’alliance française, de marier Amédée avec la soeur de Louis XII, Yolande de Valois.

L’union célébrée en 1452 fut heureuse car le couple était uni par une foi sincère et une grande bonté, ils étaient généreux et attentifs, ils eurent sept enfants.

 

 

 

Dès 1464 Amédée succéda à son père mais il souffrait d’épilepsie ; pacifique il refusa de participer à la guerre contre Charles le Téméraire, il aurait préféré lancer une croisade contre les Turcs.

Sa maladie empirant, et ses fils étant trop jeunes, il laissa le pouvoir à son épouse en 1469, mais ses frères et la noblesse se révoltèrent et le roi de France dut intervenir.

 

Il se retira à saint Eusèbe de Vercelli dans un  Monastère de clercs Augustins (Ce Type de moines apostoliques sont appelés en occident : "Chanoines Réguliers" où il mourut le 30 mars 1472 et aussitôt la foule demanda sa sanctification.

 

BONNE FETE AUX AMEDEE, AMADEUS, AMEDINE

 

 

 Demain nous fêterons les Benjamin

'No one is as good and merciful as the Lord. But even He does not forgive the unrepentant.' (St. Mark the Ascetic)

'No one is as good and merciful as the Lord. But even He does not forgive the unrepentant.' (St. Mark the Ascetic)

En vrac...Eléments pour votre réflexion

 

personnelle...

 

 

===

homeRonchères (89) : Le monastère copte orthodoxe aura bientôt une nouvelle église


  1.  

Ronchères (89) : Le monastère copte orthodoxe aura bientôt une nouvelle église

A Ronchères, au coeur de la Puisaye, il existe un monastère copte orthodoxe. Les pratiquants,réfugiés d'Egypte ou de Syrie, sont de plus en plus nombreux à venir prier et la chapelle de seulement 60 places était bien trop petite. 

  • Par Caroline Jouret
  • Publié le 29/03/2016 | 16:08, mis à jour le 29/03/2016 | 16:19
 
© France 3 Bourgogne

© France 3 Bourgogne

 
Les travaux ont commencé en 2012 et ils ne sont pas terminés. Financés par la communauté copte orthodoxe, ils avancent grâce aux bénévoles qui viennent travailler sur le chantier. Vu de l'extérieur, l'édifice a déjà belle allure, mais il à l'intérieur il reste encore fort à faire. 
© France 3 Bourgogne

© France 3 Bourgogne

La communauté copte orthodoxe compte 45 000 fidèles en France. Ils n'ont pas beaucoup d'endroits pour pratiquer leur religion. A seulement une heure et demi de Paris, le monastère copte orthodoxe de la Vierge Sainte-Marie et de l’Archange Michel, est de plus en fréquenté. Il lui fallait une église plus grande pour accueillir tout ceux qui viennent ici pour prier.
© France 3 Bourgogne

© France 3 Bourgogne

Avec ses 650 mètres carrés, la nouvelle église aura une capacité d'accueil beaucoup plus large que l'ancienne chapelle. A Ronchères, les habitants voient cela plutôt d'un bon oeil.
La chapelle du monastère de la Vierge Sainte-Marie et de l’Archange Michel - Eglise copte orthodoxe - (89) Ronchères © France 3 Bourgogne

© France 3 Bourgogne La chapelle du monastère de la Vierge Sainte-Marie et de l’Archange Michel - Eglise copte orthodoxe - (89) Ronchères

Reportage : Sébastien Kerroux et Claude Heudes
Montage : Cécile Frèrebeau
Intervenants :
  • Père Bédaba : Prêtre copte orthodoxe de Ronchère
  • Kirolos Sharmoukh : Fidèle résidant en région parisienne
  • Bernardette : Habitante de Ronchères
  • (Source:http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne/yonne/roncheres-89-le-monastere-copte-orthodoxe-aura-bientot-une-nouvelle-eglise-962687.html  )

===

L’Indiana, second Etat américain à interdire

 

l’avortement des enfants trisomiques

L’Indiana est devenu le second Etat américain après le Dakota du Nord à interdire les avortements motivés par une malformation génétique de l’enfant comme la trisomie 21 (syndrome de Down). Le gouverneur de l’Etat Mike Pence a signé le 24 mars une loi votée par le parlement de l’Indiana qui interdit les avortements motivés par la race, la couleur de peau, l’origine, le sexe et le handicap. Cette loi prévoit aussi que les enfants morts après une fausse couche ou un avortement devront être enterrés ou incinérés et non plus traités comme déchets médicaux.

 

Source : Life News

 

===

===

ATTACKS ON CHRISTIANS CONTINUE IN INDIA

Source: International Christian Concern

Washington D.C., March 29, 2016

 

    

 

India’s Prime Minister, Narendra Modi, continues to remain silent on the issue of rising religious intolerance in India despite receiving an open letter signed by 34 members of the US Congress last month requesting him to specifically condemn attacks on India’s religious minority communities. Since that open letter was sent on February 26, 2016, International Christian Concern (ICC) has documented 27 religiously motivated instances of violence against India’s Christian community, affecting over 1,400 Christians.

India has seen a dramatic rise in Christian persecution as members of radical Hindu nationalist groups continue to go unpunished for attacks on Christians and their places of worship. According to the Catholic Secular Forum, Christians in India were attacked 365 times last year, making 2015 the worst year for Christians in India’s independent history. It also marked a 20% rise in the number of attacks on Christians from 2014.

“I continue to be very disappointed by India’s response to the religious persecution taking place across the country,” Congressman Joe Pitts, one of the leads on the open letter to India, told ICC.”In the one month since myself and 33 of my colleagues in the House and Senate called on Prime Minister Modi to publically condemn the ban on non-Hindu faiths in the Bastar District and other violent assaults on religious minorities, there has been little but evasion and obstruction by Mr. Modi’s government.”

“Meanwhile, reports have come in of Christian churches being burned or vandalized, pastors physically attacked or arrested, and of at least two Muslims, one just 15-years-old, beaten and hung by a mob for allegedly selling beef, all in the last four weeks,” Congressman Pitts continued.”These incidents are not an ‘aberration;’ they are part of a long-running pattern of religious intolerance that must be acknowledged and addressed.”

While India’s government continues to deny the facts on the ground, non-Hindus in India continue to be in the crosshairs for Hindu radical groups. Modi’s silence is deafening for those who face violence and threats for exercising a freedom that is meant to be protected by India’s constitution. As has been reported by the Indian media, radical Hindu groups see the government’s lack of enforcement of the law as tacit approval for their actions, leading ICC to believe that the situation will only worsen for India’s Christians and other religious minority communities if Modi continues to do nothing.

ICC’s Regional Manager for South Asia, William Stark, said, “It has been over a month since Prime Minister Modi and his government received an open letter from 34 members of the US Congress calling on him to specifically speak out against the intolerance faced by India’s religious minorities, yet little has changed. In fact, Prime Minister Modi and his government have not only failed to condemn attacks faced by India’s religious minorities, they have belittled the suffering for millions by calling reports of persecution in India ‘aberrations.’ While Prime Minister Modi has remained silent, we have recorded 27 separate attacks on Christians in India, affecting over 1,400 Christians. These attacks are not aberrations; they are the result of a trend in which millions of Indian citizens from minority faiths are being denied their constitutional right to religious freedom. India’s government must at least acknowledge this trend if they are to guarantee the rights promised to all Indian citizens in their constitution and maintain their reputation as a pluralistic democracy.”

 

 

Orthodox Christian Network

30 / 03 / 2016

 

===

Patriarch Theophilos III of Jerusalem Meets Former Patriarch Irenaios of Jerusalem

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on MARCH 29, 2016

 

Getty Images – March 2016

Greek Orthodox Patriarch of Jerusalem Theophilos III (R) is greeted by the former ousted Patriarch of Jerusalem, monk Irenaios (L) upon the occasion of the Patriarchs name day in a rare meeting between erstwhile foes after 11 years of detachment and a self-imposed confinement of the latter, on March 22, 2016 during a reception at the Greek Orthodox Patriarchate in Jerusalems Old City. The church deposed Irenaios in 2005 over allegations he signed a land deal handing over prime church properties to Jews who seek to increase their presence in predominantly Arab east Jerusalem, which Palestinians want for capital of a future state. Irenaios refused to recognize his ouster, and locked himself in a room in the patriarchate. / AFP / GALI TIBBON

Also Read:
IS ONE OF JERUSALEM’S LONGEST-RUNNING RELIGIOUS SPATS OVER?
http://www.pravoslavie.ru/english/91959.htm

Source:

===

 

===

For the Patriarcal Church, H.E. Mor Dionysius Jean Kawak celebrates the Holy Liturgy for the youth

29MAR

44BEE3C5F4E2405598E431FEA01E2CE0On Wednesday, March the 23rd, H.E. Mor Dionysius Jean Kawak celebrated the Holy Liturgy (Qurobo) for the Youth in the English language, at St. Mark’s Cathedral, at 8:00p.m. Honorable fathers of the local churches were in attendance.

9FB9C3679A614662A1E2739842279954

This celebration attracted a many youth to attend. H.E. gave a very meaningful sermon, in which he encouraged them to make Lord Jesus a priority in their lives. The aim of this event was to inspire the youth to partake in the Holy Eucharist more often, and to participate in the projects that bring progress to our community.

4DBEBB1033B246108A958A62C5FE29FF(Source:  http://syrianorthodoxchurch.org/2016/03/h-e-mor-dionysius-jean-kawak-celebrates-the-holy-liturgy-for-the-youth/)

D67F27463B3042158D04BA6789769ED99FB9C3679A614662A1E2739842279954

 

 

===

 

===

'Sistine Chapel of the Early Middle Ages' buried for a millennium by an earthquake reopens

Church of Santa Maria Antiqua lay undiscovered for more than 1,000 years after it was buried by rubble from an earthquake

A part of the interiors of Basilica di Santa Maria Antiqua at Roman Fori

A 1,500-year-old church which was buried under debris from an earthquake for more than a millennium has reopened to the public after a painstaking restoration of some of the world’s earliest Christian art.

The sixth-century church of Santa Maria Antiqua is located in the ancient Roman Forum, at the bottom of the Palatine Hill, where Roman emperorslived for centuries in sumptuous palaces.

It was buried under rubble by an earthquake in AD 847 and was only rediscovered in 1900 during archaeological excavations.

It has taken more than 30 years to restore its exquisite interior, which is decorated with multi-coloured frescoes of saints, martyrs, angels and emperors.

The project, which was funded by the Italian government and the World Monuments Fund, cost £2 million.

A visitor looks at a fresco, Christ on throne with Saints, believed to date back to 757 A.D., in Santa Maria Antiqua monumentA visitor looks at a fresco, Christ on throne with Saints, believed to date back to 757 A.D., in Santa Maria Antiqua monument  Photo: AP

"This church is the Sistine Chapel of the early Middle Ages," Maria Andaloro, an art historian involved in the project, told Reuters.

"It collected the very best of figurative culture of the Christian world between Rome and Byzantium."

Being buried by the earthquake saved the church from being altered in later centuries, particularly during the Counter-Reformation, said Prof Andaloro.

Among the most significant frescoes is a depiction of the Virgin Mary with child - one of the oldest known Christian icons in the world.

After the ninth century earthquake it was moved to another church in Rome but it has now been returned to Santa Maria Antiqua.

Christian iconography was often superimposed on earlier Byzantine art - a depiction of the angel Gabriel telling Mary she had been chosen to be the mother of Christ was painted on top of a Byzantine queen, for instance.

The church was built inside a vast complex of Roman buildings which were constructed in the first century AD under the rule of the Emperor Domitian.

A part of the interiors of Basilica di Santa Maria Antiqua at Roman Fori A part of the interiors of Basilica di Santa Maria Antiqua at Roman Fori   Photo: EPA

“It is unique, not just among the hundreds of churches in Rome but also in the whole of Italy,” said Francesco Prosperetti, Rome’s superintendent of archaeology.

“It represents a forgotten period in the history of the Forum because of the earthquake that buried it.”

The main frescoes, decorating the walls of the central nave and presbytery, were painted under Pope Martin I, who led the Church from 649 to 655 AD.

Further frescoes were ordered to be painted by Pope John VII (705 to 707 AD), who had a great affection for the church – his father helped managed the imperial palaces and he had been raised on the Palatine Hill.

A part of the interiors of Basilica di Santa Maria Antiqua at Roman Fori A part of the interiors of Basilica di Santa Maria Antiqua at Roman Fori   Photo: EPA

The church lies close to the entrance to a large underground passageway that allowed the emperors and their retinues to pass unseen between their hilltop palaces and the Roman Forum.

The 2,000-year-old “imperial ramp” was opened to the public for the first time in October.

Originally more than 300 yards long, it consisted of seven zigzag ramps, four of which remain today.

The ceiling of the passageway is so high that emperors could easily have passed through it on horseback.

Like the church of Santa Maria Antiqua, it too was rediscovered in 1900.(Source:http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/italy/12202354/Sistine-Chapel-of-the-Early-Middle-Ages-buried-for-a-millenium-by-an-earthquake-reopens.html  )

===

INVITATION(S):

Eastern and Oriental Orthodox Churches to Hold Common Prayer Service

Source:assemblyofbishops.org

Public Invited to Gathering on Evening of Thursday, April 21, in Haworth, N.J.

The Assembly of Canonical Orthodox Bishops of the United States of America and the Standing Conference of Oriental Orthodox Churches in America (SCOOCH) are pleased to announce that a “Common Prayer Service” will be held on the evening of Thursday, April 21, 2016, at St. Gabriel Syriac Orthodox Church (750 Sunset Avenue) in Haworth, N.J. The service will begin at 7:00 p.m.

This service is meant to bring people together as they pray for the safety of two Syrian hierarchs held in captivity—Syriac Orthodox Archbishop John Ibrahim, and Antiochian (Greek) Orthodox Metropolitan Paul Yazigi—and for all suffering calamities in the Middle East. This gesture of solidarity between the Assembly of Bishops and SCOOCH also marks the commencement of the organizations’ shared work.

The distinguished speakers during the service will include His Eminence Archbishop Demetrios, Chairman of the Assembly of Bishops and Exarch of the Ecumenical Patriarchate; His Eminence Archbishop Khajag Barsamian, Primate of the Diocese of the Eastern Armenian Church of America and Chairman of SCOOCH; His Eminence Metropolitan Joseph, Metropolitan of the Antiochian Orthodox Archdiocese; and Archbishop Mor Dionysius Jean Kawak, Patriarchal Delegate of the Syriac Orthodox Archdiocese of the Eastern U.S.A.

The Assembly of Bishops and SCOOCH invite all residents and visitors of the Tri-State Area to join our communities in prayer on the evening of April 21st.

Download the flyer here.

 

Media Contacts:

Armenian Diocese – Mr. Chris Zakian

chrisz@armeniandiocese.org (212-686-0710)

 

Antiochian Archdiocese – Fr. Thomas Zain

abounathomas@me.com (718-855-6225)

 

Greek Orthodox Archdiocese – Fr. Nathanael Symeonides

FrNathanael@goarch.org (212-774-0226)

 

Syrian Orthodox Archdiocese – Mr. Jack Darakjy

darakjy@nynjlawyers.com (201-678-1600)

 

 

===

De : "haydar demiryurek"

<haydar.demiryurek@gmail.com>


ENSEMBLE AVEC MARIE
réunit des Chrétiens et des Musulmans, autour de la figure commune de la Vierge Marie.

Pour la seconde année consécutive, une rencontre spirituelle, conviviale et festive aura lieu le samedi 2 avril 2016, à la Basilique de Longpont-sur-Orge (Essonne). 
Vous y êtes cordialement invités et je vous propose de le diffuser autour de vous.

Interviendront notamment : Monseigneur Michel Dubost (Président du Conseil pour la dialogue interreligieux), Anouar Kbibech (Président du Conseil français du culte musulman), Bernard Thibaud (Secrétaire général du Secours catholique), Bariza Khiari (Sénatrice de Paris), Monseigneur Maroun Nasser Gemayel (Évêque de l’Éparchie Notre-Dame-du-Liban de Paris des Maronites), Latifa Ibn Ziaten (Présidente de l’association Imad pour la jeunesse et la Paix). 

D’autres rencontres ENSEMBLE AVEC MARIE sont également organisées cette année à Créteil, Lyon, Bruxelles et Tunis.

La rencontre du 2 avril à Longpont-sur-Orge sera ponctuée de temps de prière, de chants, de témoignages et d’interventions de représentants des deux communautés religieuses.

Vous trouverez plus de détails dans le communiqué joint 
http://www.ensembleavecmarie.org/index.php

Amicalement
Haydar DEMIRYUREK

 

===

===

 

Plus de 100 débats sont proposés à Paris lors de la Nuit des Débats

du samedi 2 avril organisée par la mairie de Paris 

 

http://www.paris.fr/nuitdesdebats

 
 
De: Myriam BOUREGBA <mbouregba@free.fr>
 
De : Michel Bourdeau <mb.com@wanadoo.fr>
Date : 18 mars 2016 21:15:20 HNEC
À : DEB1 <mb.com@wanadoo.fr>
Objet : Nuit des Débats - 2 avril
 
Bonsoir,
Dans le cadre de la “Nuit des Débats“, initiative de la Ville de Paris, le Centre Pastoral Saint-Merry et le GAIC (Groupe d’amitié islamo-chrétienne) vous invitent à débattre sur le thème :
 

La laïcité peut-elle cohabiter avec Dieu ?
Samedi 2 avril 2016 de 20 H à 22 H 
Eglise Saint-Merry - 76 rue de la Verrerie 75004 Paris 
(Métro Hôtel de Ville)

 
La carte invitation ci-jointe présente les intervenants :
Alain ChristnachtDanièle Hervieu-Léger et Mohamed Beddy Ebnou
ainsi que l’animateur : Bernard Gorce.
 
En diffusant ce message avec sa pièce jointe dans tous vos réseaux,
vous participerez à faire connaître cet événement.
Nous vous en remercions vivement.
 

====

De: michel haim <haim_michel@hotmail.fr>

 
 
 
Chers (ères) Amis, juste un dernier rappel pour le plaisir de vous rencontrer :

 

Dans le cadre de son cycle, La diversité interne dans les trois monothéismes, Cordoba a le plaisir de vous annoncer sa prochaine conférence, 
le mercredi 6 avril 2016,
à 20 h 30 :

 

"Pourquoi divers courants religieux dans l’islam ?",
 avec le professeur M. A. Amir-Moezzi, 

 

Professeur des universités, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études à la Sorbonne, spécialiste de la pensée islamique, maître d’œuvre du Dictionnaire du Coran - publié aux éditions Robert Laffont 

 

La conférence aura lieu au Centre culturel ,3 avenue de Liège (côté gauche de la Mairie de Saint-Mandé)
94160 Saint-Mandé, Métro ligne 1 : Saint-Mandé

 

La conférence sera suivie d'un temps d'échange et du pot de l'amitié.

 La participation aux frais souhaitée est de 5 euros.

 

 Pour Cordoba

Michel Haïm
13 Avenue Robert André Vivien
94160 Saint Mandé
tél : 06 09 28 29 19

===

===

De: Carine GARDENT <carine.gardent@centresevres.com>

 
 
 
 
Mardi d’Éthique publique, en partenariat avec la revue Études et le Centre d’étude du fait religieux contemporain (CEFRELCO)
« Les religions dans l’espace public : facteurs d’intégration ou de tension ? »
Mardi 5 avril 2016 de 19h15 à 20h45
 
La question de la place des religions dans l’espace public n’est pas nouvelle dans notre pays. Mais la présence d’une importante communauté musulmane a beaucoup contribué ces dernières années à relancer le débat sur l’apport des traditions et des pratiques religieuses à la vie en société, interrogeant et bousculant la notion de laïcité. Les religions aident-elles à trouver sa place comme citoyen ? A quelles conditions, la communauté musulmane peut-elle être partie intégrante du contrat social de notre pays ?

Avec la participation de

§  M. Pierre Manent, philosophe, ancien directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), auteur de Situation de la France, DDB, 2015, 

§  P. Paul Valadier, jésuite, philosophe, enseignant au Centre Sèvres, auteur de Détresse du politique, force du religieux, Le Seuil, 2007,

§  M. Ghaleb Bencheikh, philosophe et théologien. Président de la Conférence mondiale des religions pour la paix, auteur de La laïcité au regard du Coran, Presses de la Renaissance, 2005. 

 
Soirée animée par le P. François Boëdec. Entrée libre.

 

Cette soirée sera précédée de 17h à 19h, dans les mêmes lieux, de la projection du documentaire « Français, qui sommes-nous ? » de Mathieu Schwartz (diffusé sur France 3 en octobre 2015), en présence du réalisateur.
 
 
 
 

 

===

 

NOUVEAUX LIVRES:

 

Discourses of Philoxenos of Mabbug:

A New Translation and Introduction

(Cistercian Studies)

The thirteen Discourses of Philoxenos of Mabbug (445-523) were delivered to new monks at a monastery under his episcopal care. Written in elegant Syriac, the Discourses deal with the fundamentals of the monastic and ascetic life faith, simplicity, fear of God, renunciation, and the struggle against the demons of gluttony and fornication. This is Philoxenos's longest work and his most popular. It avoids the strident character of his letters and commentaries that were composed to advance the anti-Chalcedonian movement.
This is the first English translation of an important Syriac text since the 1894 translation, now difficult to find. The introduction to this translation of the Discourses takes into account the scholarly work done and the books and articles published about Philoxenos in the past half century. There are no other titles in English that deal with the Discourses in this depth.

Series: Cistercian Studies
Paperback: 600 pages
Publisher: Liturgical Press (December, 2013)
Language: English
ISBN-10: 0879071354

===

Le monastère de la Transfiguration a le plaisir de vous annoncer la parution de quatre nouveaux ouvrages.

 
 
Les fin dernières selon les Pères de l'Eglise.

Archimandrite Placide Deseille
 
"LA MORT EST VAINCUE"



La vie liturgique

Jean-Claude Larchet
  



 
 

 

===

France7

 

===

 

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

===

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
"To be a Christian is to imitate Christ and to fulfil one's God-given vocation by applying Christ's teachings to our lives." (H.H. Catholicos Aram)

"To be a Christian is to imitate Christ and to fulfil one's God-given vocation by applying Christ's teachings to our lives." (H.H. Catholicos Aram)

Jeudi de Pâque. Hevorae jeudi

Soirée

o    Saint Jean 19: 30 :

o    30 Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit.

o    20: 1 et 2 :

  • 01 Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau.
  • 02 Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. »

o     

Matin

o    Saint Jean 20: 3-18 :

  • 03 Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau.
  • 04 Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau.
  • 05 En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas.
  • 06 Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat,
  • 07 ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place.
  • 08 C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut.
  • 09 Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts.
  • 10 Ensuite, les disciples retournèrent chez eux.
  • 11 Marie Madeleine se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se pencha vers le tombeau.
  • 12 Elle aperçoit deux anges vêtus de blanc, assis l’un à la tête et l’autre aux pieds, à l’endroit où avait reposé le corps de Jésus.
  • 13 Ils lui demandent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur répond : « On a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a déposé. »
  • 14 Ayant dit cela, elle se retourna ; elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus.
  • 15 Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le jardinier, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as déposé, et moi, j’irai le prendre. »
  • 16 Jésus lui dit alors : « Marie ! » S’étant retournée, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c’est-à-dire : Maître.
  • 17 Jésus reprend : « Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. »
  • 18 Marie Madeleine s’en va donc annoncer aux disciples : « J’ai vu le Seigneur ! », et elle raconta ce qu’il lui avait dit.

 Par Ste Thérèse-Bénédicte de la Croix (Édith Stein)

 (1891-1942),

Israélite convertie à la Foi Chrétienne, moniale carmélite et martyre, copatronne de l'Europe 
Pour le 6 janvier 1941 (trad. Source cachée, Cerf 1999, p. 279) 


 

« Il marchait avec eux »

 

Le même Sauveur, que la Parole de l'Écriture nous met sous les yeux dans son humanité en nous le montrant sur tous les chemins qu'il a parcourus sur la terre, habite parmi nous caché sous l'apparence du pain eucharistique, il vient à nous tous les jours comme Pain de Vie.

Mardi de Pâques (Hevorae ),29 Mars 2016/ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Dans ces deux aspects, il se fait proche de nous et sous ces deux aspects il désire que nous le cherchions et que nous le trouvions. L'un appelle l'autre.

Lorsque nous voyons avec les yeux de la foi le Sauveur devant nous, comme l'Ecriture nous le dépeint, alors grandit notre désir de l'accueillir en nous dans le Pain de Vie.

Le pain eucharistique à son tour avive notre désir de faire toujours plus profondément connaissance avec le Seigneur à partir de la Parole de l'Écriture, et donne des forces à notre esprit pour une meilleure compréhension.

 

Note:

L'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale. 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , nous n'exigeons aucun fixe. .Les offrandes sont libres et non obligatoires. Toute offrande fait cependant l'objet d'une déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

Mercredi DE PÂQUES (HEVORAE ),30 MARS 2016/ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Repost 0
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 07:38
Forgetfulness and doubt about Hades (hell) come from forgetfulness of God. Therefore, the remembrance of God and the reality of hell are a property of the saints, who still consider themselves worthy of flames. (Archimandrite Serge Bowyer)/ L'oubli et le doute à propos de l'Hadès (enfer) proviennent de l'oubli de Dieu. Par conséquent, le souvenir de Dieu et de la réalité de l'enfer sont une propriété des saints, qui se considèrent toujours comme digne de ses flammes. Archimandrite Serge Bowyer

Forgetfulness and doubt about Hades (hell) come from forgetfulness of God. Therefore, the remembrance of God and the reality of hell are a property of the saints, who still consider themselves worthy of flames. (Archimandrite Serge Bowyer)/ L'oubli et le doute à propos de l'Hadès (enfer) proviennent de l'oubli de Dieu. Par conséquent, le souvenir de Dieu et de la réalité de l'enfer sont une propriété des saints, qui se considèrent toujours comme digne de ses flammes. Archimandrite Serge Bowyer

Mardi de Pâque. Hevorae mardi

Avant le Saint Qurbana

o    Exode 14: 26-31 :

  • 26 Le Seigneur dit à Moïse : « Étends le bras sur la mer : que les eaux reviennent sur les Égyptiens, leurs chars et leurs guerriers ! »
  • 27 Moïse étendit le bras sur la mer. Au point du jour, la mer reprit sa place ; dans leur fuite, les Égyptiens s’y heurtèrent, et le Seigneur les précipita au milieu de la mer.
  • 28 Les eaux refluèrent et recouvrirent les chars et les guerriers, toute l’armée de Pharaon qui était entrée dans la mer à la poursuite d’Israël. Il n’en resta pas un seul.
  • 29 Mais les fils d’Israël avaient marché à pied sec au milieu de la mer, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.
  • 30 Ce jour-là, le Seigneur sauva Israël de la main de l’Égypte, et Israël vit les Égyptiens morts sur le bord de la mer.
  • 31 Israël vit avec quelle main puissante le Seigneur avait agi contre l’Égypte. Le peuple craignit le Seigneur, il mit sa foi dans le Seigneur et dans son serviteur Moïse.

o     

o    Josué 6: 6 à 21 :

  • 06 Josué, fils de Noun, appela les prêtres et leur dit : « Portez l’arche d’Alliance, et que sept prêtres portent sept trompes en corne de bélier devant l’arche du Seigneur. »
  • 07 Il dit au peuple : « Passez, faites le tour de la ville, et que l’avant-garde passe devant l’arche du Seigneur. »
  • 08 Selon les paroles de Josué au peuple, les sept prêtres, portant les sept trompes en corne de bélier devant le Seigneur, passèrent en sonnant du cor. L’arche de l’Alliance du Seigneur les suivait.
  • 09 L’avant-garde marchait devant les prêtres qui sonnaient du cor, l’arrière-garde suivait l’arche. On marchait et on sonnait du cor.
  • 10 Josué avait donné cet ordre au peuple : « Vous ne pousserez aucune clameur, vous ne ferez pas entendre votre voix, aucune parole ne sortira de votre bouche, jusqu’au jour où je vous dirai : “Poussez une clameur !” Alors, vous pousserez une clameur. »
  • 11 L’arche du Seigneur fit le tour de la ville, elle tourna une fois. Puis on rentra au camp pour y passer la nuit.
  • 12 Josué se leva de bon matin, et les prêtres portèrent l’arche du Seigneur.
  • 13 Les sept prêtres, portant les sept trompes en corne de bélier, marchaient devant l’arche du Seigneur en sonnant du cor. L’avant-garde marchait devant eux, l’arrière-garde suivait l’arche du Seigneur : on marchait en sonnant du cor.
  • 14 Le second jour, ils firent une fois le tour de la ville ; puis ils revinrent au camp. Ils firent ainsi pendant six jours.
  • 15 Le septième jour, ils se levèrent dès l’aurore. Ils firent le tour de la ville, sept fois, selon le même rite. Ce jour-là seulement, ils firent sept fois le tour de la ville.
  • 16 La septième fois, alors que les prêtres sonnaient du cor, Josué dit au peuple : « Poussez une clameur, le Seigneur vous a livré la ville !
  • 17 La ville sera vouée à l’anathème pour le Seigneur, elle et tout ce qui s’y trouve. Seule vivra Rahab, la prostituée, elle et tous ceux qui seront avec elle dans la maison, car elle a caché les messagers que nous avons envoyés.
  • 18 Mais vous, veillez à éviter l’anathème, de peur que, prenant de ce qui est anathème, vous ne rendiez anathème le camp d’Israël et n’y semiez la confusion.
  • 19 L’argent, l’or, les objets de bronze et de fer, tout sera consacré au Seigneur et entrera dans le trésor du Seigneur. »
  • 20 Le peuple poussa la clameur et on sonna du cor. Lorsque le peuple entendit le son du cor, il poussa une grande clameur, et le rempart s’effondra sur place. Alors le peuple monta vers la ville, chacun droit devant soi, et ils s’emparèrent de la ville.
  • 21 Ils vouèrent à l’anathème tout ce qui se trouvait dans la ville, l’homme comme la femme, le jeune comme le vieillard, de même que le bœuf, le mouton et l’âne, les passant tous au fil de l’épée.

o     

o    Sagesse 1: 1-16 :

  • 01 AIMEZ LA JUSTICE, vous qui gouvernez la terre, ayez sur le Seigneur des pensées droites, cherchez-le avec un cœur simple,
  • 02 car il se laisse trouver par ceux qui ne le mettent pas à l’épreuve, il se manifeste à ceux qui ne refusent pas de croire en lui.
  • 03 Les pensées tortueuses éloignent de Dieu, et sa puissance confond les insensés qui la provoquent.
  • 04 Car la Sagesse ne peut entrer dans une âme qui veut le mal, ni habiter dans un corps asservi au péché.
  • 05 L’Esprit saint, éducateur des hommes, fuit l’hypocrisie, il se détourne des projets sans intelligence, quand survient l’injustice, il la confond.
  • 06 La Sagesse est un esprit ami des hommes, mais elle ne laissera pas le blasphémateur impuni pour ses paroles ; car Dieu scrute ses reins, avec clairvoyance il observe son cœur, il écoute les propos de sa bouche.
  • 07 L’esprit du Seigneur remplit l’univers : lui qui tient ensemble tous les êtres, il entend toutes les voix.
  • 08 C’est pourquoi nul n’est à l’abri lorsqu’il tient des propos injustes : la Justice qui confond les coupables ne l’épargnera pas.
  • 09 Sur les intentions de l’impie, il y aura une enquête, le bruit de ses paroles parviendra jusqu’au Seigneur qui le confondra pour ses forfaits.
  • 10 Une oreille attentive écoute tout ; même le murmure des récriminations ne reste pas caché.
  • 11 Gardez-vous donc d’une récrimination inutile, et plutôt que de dire du mal, retenez votre langue, car un propos tenu en cachette ne restera pas sans effet : la bouche qui calomnie détruit l’âme.
  • 12 Ne courez pas après la mort en dévoyant votre vie, n’attirez pas la catastrophe par les œuvres de vos mains.
  • 13 Dieu n’a pas fait la mort, il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants.
  • 14 Il les a tous créés pour qu’ils subsistent ; ce qui naît dans le monde est porteur de vie : on n’y trouve pas de poison qui fasse mourir. La puissance de la Mort ne règne pas sur la terre,
  • 15 car la justice est immortelle.
  • 16 Pourtant, les impies ont invité la Mort, du geste et de la voix ; la tenant pour amie, pour elle ils se consument ; ils ont fait un pacte avec elle : ils méritent bien de lui appartenir.

o     

·         Saint Qurbana

·          

o    Actes 13 26-39 :

  • 26 Vous, frères, les fils de la lignée d’Abraham et ceux parmi vous qui craignent Dieu, c’est à nous que la parole du salut a été envoyée.
  • 27 En effet, les habitants de Jérusalem et leurs chefs ont méconnu Jésus, ainsi que les paroles des prophètes qu’on lit chaque sabbat ; or, en le jugeant, ils les ont accomplies.
  • 28 Sans avoir trouvé en lui aucun motif de condamnation à mort, ils ont demandé à Pilate qu’il soit supprimé.
  • 29 Et, après avoir accompli tout ce qui était écrit de lui, ils l’ont descendu du bois de la croix et mis au tombeau.
  • 30 Mais Dieu l’a ressuscité d’entre les morts.
  • 31 Il est apparu pendant bien des jours à ceux qui étaient montés avec lui de Galilée à Jérusalem, et qui sont maintenant ses témoins devant le peuple.
  • 32 Et nous, nous vous annonçons cette Bonne Nouvelle : la promesse faite à nos pères,
  • 33 Dieu l’a pleinement accomplie pour nous, leurs enfants, en ressuscitant Jésus, comme il est écrit au psaume deux : Tu es mon fils ; moi, aujourd’hui, je t’ai engendré.
  • 34 De fait, Dieu l’a ressuscité des morts sans plus de retour à la condition périssable, comme il l’avait déclaré en disant : Je vous donnerai les réalités saintes promises à David, celles qui sont dignes de foi.
  • 35 C’est pourquoi celui-ci dit dans un autre psaume : Tu donneras à ton fidèle de ne pas voir la corruption.
  • 36 En effet, David, après avoir, pour sa génération, servi le dessein de Dieu, s’endormit dans la mort, fut déposé auprès de ses pères et il a vu la corruption.
  • 37 Mais celui que Dieu a ressuscité n’a pas vu la corruption.
  • 38 Sachez-le donc, frères, grâce à Jésus, le pardon des péchés vous est annoncé ; alors que, par la loi de Moïse, vous ne pouvez pas être délivrés de vos péchés ni devenir justes,
  • 39 par Jésus, tout homme qui croit devient juste.

o     

o    Ephésiens 6 10-20 :

  • 10 Puisez votre énergie dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force.
  • 11 Revêtez l’équipement de combat donné par Dieu, afin de pouvoir tenir contre les manœuvres du diable.
  • 12 Car nous ne luttons pas contre des êtres de sang et de chair, mais contre les Dominateurs de ce monde de ténèbres, les Principautés, les Souverainetés, les esprits du mal qui sont dans les régions célestes.
  • 13 Pour cela, prenez l’équipement de combat donné par Dieu ; ainsi, vous pourrez résister quand viendra le jour du malheur, et tout mettre en œuvre pour tenir bon.
  • 14 Oui, tenez bon, ayant autour des reins le ceinturon de la vérité, portant la cuirasse de la justice,
  • 15 les pieds chaussés de l’ardeur à annoncer l’Évangile de la paix,
  • 16 et ne quittant jamais le bouclier de la foi, qui vous permettra d’éteindre toutes les flèches enflammées du Mauvais.
  • 17 Prenez le casque du salut et le glaive de l’Esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu.
  • 18 En toute circonstance, que l’Esprit vous donne de prier et de supplier : restez éveillés, soyez assidus à la supplication pour tous les fidèles.
  • 19 Priez aussi pour moi : qu’une parole juste me soit donnée quand j’ouvre la bouche pour faire connaître avec assurance le mystère de l’Évangile
  • 20 dont je suis l’ambassadeur, dans mes chaînes. Priez donc afin que je trouve dans l’Évangile pleine assurance pour parler comme je le dois.

o     

o    Saint-Marc 8 11-21 :

  • 11 Les pharisiens survinrent et se mirent à discuter avec Jésus ; pour le mettre à l’épreuve, ils cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel.
  • 12 Jésus soupira au plus profond de lui-même et dit : « Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ? Amen, je vous le déclare : aucun signe ne sera donné à cette génération. »
  • 13 Puis il les quitta, remonta en barque, et il partit vers l’autre rive.
  • 14 Les disciples avaient oublié d’emporter des pains ; ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la barque.
  • 15 Or Jésus leur faisait cette recommandation : « Attention ! Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d’Hérode ! »
  • 16 Mais ils discutaient entre eux sur ce manque de pains.
  • 17 Jésus s’en rend compte et leur dit : « Pourquoi discutez-vous sur ce manque de pains ? Vous ne saisissez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur endurci ?
  • 18 Vous avez des yeux et vous ne voyez pas, vous avez des oreilles et vous n’entendez pas ! Vous ne vous rappelez pas ?
  • 19 Quand j’ai rompu les cinq pains pour cinq mille personnes, combien avez-vous ramassé de paniers pleins de morceaux ? » Ils lui répondirent : « Douze.
  • 20 – Et quand j’en ai rompu sept pour quatre mille, combien avez-vous rempli de corbeilles en ramassant les morceaux ? » Ils lui répondirent : « Sept. »
  • 21 Il leur disait : « Vous ne comprenez pas encore ? »

o     

 

 

« C'est en vain, mon frère, que tu cherches ton bonheur dans les faux plaisirs :

 

ils sont, dit saint Augustin, des semences de douleurs et d'amertumes qui fatiguent à n'en pouvoir plus. […]
Sache le reconnaître : l'état d'effervescence dans lequel nous vivons est meurtrier de la joie.

La multiplication insensée des lieux de plaisir, les ravages causés par les vices ne prouvent-ils pas qu'on ne trouve plus la joie dans la vie normale ? On se crée des joies artificielles, des dérivatifs au besoin inné de joie.


Les plaisirs tranquilles sont méprisés ; on veut des jouissances plus raffinées pour oublier au moins pendant quelques heures, les tristesses de la vie réelle.
Quitte, mon frère, quitte tous tes désirs pleins d'âpreté. Comprends toute la joie du dépouillement.


Oh ! Sache te renoncer pour mettre de plus en plus Dieu au principe de toutes tes visées et tes aspirations et tu trouveras le repos pour ton âme.


Si tu veux que ta conduite soit haute et belle il faut que ton monde intérieur soit baigné dans une atmosphère de sérénité et d'idéal.

Conserve tes pensées toujours pures et élevées, écarte toute pensée vulgaire, garde tes désirs et tes sentiments au-dessus du terre à terre, que ta volonté toujours nette et orientée vers le bien, le beau et le vrai maintienne fermement ton intérieur à ce niveau d'idéale beauté.

Et cette élévation resplendira dans ta conduite tout entière. »

(Dom Idesbald Van Houtryve, o.s.b. (1886-1964), Dans l'Esprit du Christ (Introduction à La Vie dans la Paix), Abbaye du Mont César – Louvain, L’Édition Universelle, S.A., Bruxelles, 1939.)

 

===

 

Saint Ignace d'Antioche

(?-v. 110), évêque et martyr 
Lettre à l'église de Smyrne (trad. Quéré, Les Pères apostoliques, p. 145 rev. ; cf bréviaire) 


 

« Voyez mes mains et mes pieds... Touchez-moi »

 

Je rends grâces à Jésus Christ notre Dieu de vous avoir inspiré une telle sagesse.

J'ai découvert que vous étiez unis dans une foi inébranlable, cloués corps et âme, si je puis dire, à la croix du Seigneur Jésus Christ, affermis par son sang dans l'amour, entièrement convaincus que notre Seigneur est véritablement

« issu de David selon la chair » (Rm 1,3),

fils de Dieu par la volonté et la puissance divines ; véritablement né d'une vierge, baptisé par Jean « afin d'accomplir toute justice » (Mt 3,15) ;

véritablement percé de clous pour nous en sa chair sous Ponce Pilate et Hérode le tétrarque.

Et c'est au fruit de la croix, à sa divine et bienheureuse Passion, que nous devons d'exister.

Car par sa résurrection il « lève son étendard » (Is 5,26) sur les siècles à venir, afin de choisir ses saints et ses fidèles parmi juifs et païens et de les réunir en un seul corps, celui de son Église

(Ep 2,16). 

Il a accepté toutes ces souffrances pour nous, pour notre salut.

Et il a véritablement souffert, comme véritablement il s'est ressuscité.

Et sa Passion n'a pas été, ainsi que le prétendent quelques mécréants, une simple apparence...

Pour moi, je sais et je crois que même après sa résurrection, Jésus était dans la chair.

Lorsqu'il est venu auprès de Pierre et de ses compagnons, il leur a dit :

« Prenez, touchez-moi et voyez, je ne suis pas un fantôme sans corps ».

Aussitôt ils l'ont touché et ils ont cru.

Cette étroite communion à sa chair et à son esprit les a aidés à braver la mort et à se montrer plus forts qu'elle.

Après la résurrection, Jésus a mangé et bu avec eux, comme un être de chair, alors qu'il était devenu un seul esprit avec le Père.

Je vous rappelle ces vérités, mes bien-aimés, tout en sachant que c'est là aussi votre profession de foi.

 

 

'Blessed the one who has become a good spiritual net and caught many for the good Lord, such a one will greatly praised by the Lord.' (St. Ephrem of Syria)

'Blessed the one who has become a good spiritual net and caught many for the good Lord, such a one will greatly praised by the Lord.' (St. Ephrem of Syria)

SAINT EUSTACHE (ou Eustaise), QUI ÊTES-VOUS ?
 
Un Saint "Colombanien"
Abbé
(+ 629)
 
 

 

 

     Issu d'une noble famille burgonde, Eustaise naquit dans le pays de Langres, sans doute dans le Bassigny (Haute-Marne). Nous ne savons rien de ses parents, sauf qu'il était le neveu par sa mère de Miétius (ou Michus), évêque de Langres. Dès son plus jeune âge, il fut élevé par Colomban lui-même. On ne sait pas comment il connut Colomban, mais celui-ci eut bientôt fait d'apprécier ses grandes qualités et en fit son minister. «Ses progrès furent si grands en vertu et en science qu'on le jugea capable d'enseigner ». Telle était la confiance qu'il sut inspirer au saint Irlandais, que celui-ci se reposa sur lui d'une des parties les plus difficiles de sa charge, à savoir la direction de l'école du monastère. 

 

 

 

     Après l’expulsion de Colomban de Luxeuil en 610 avec ses compagnons irlandais, Eustaise fut, avec Attala et Cagnoald, un de ceux qui rejoignirent Colomban, sans doute à Metz, à la Cour de Théodebert. Nous les retrouverons ensuite sur les chemins de l'exil, à travers la Suisse, puis au bord du lac de Constance, à Bregenz (Autriche), où ils eurent permission de s'installer. En 612, au moment de quitter Bregenz, Colomban ordonna à Eustaise de rentrer à Luxeuil et d'y relever Attala et Waldolène qui avaient gouverné le monastère comme prepositi en son absence. 

 

 

     Le roi Clotaire, à la tête des trois royaumes mérovingiens, décida d'envoyer Eustaise à Bobbio pour tenter de décider Colomban à revenir à Luxeuil. Invoquant son âge, ce dernier déclina la royale invitation. Au retour, sur le chemin de Luxeuil il s’arrêta au monastère Saint-Maurice d’Agaune (Suisse) d'où il ramena, non sans difficultés, l'ermite Amatus (futur saint Amé).  

 

 

   Eustaise partit évangéliser les populations au bord du Doubs et jusqu’aux confins du Danube en fondant des monastères (Cusance dans le Doubs, Weltenburg, en Bavière). C’est sous son abbatiat et celui de son successeur saint Valbert que le monastère de Luxeuil devint une école monastique de réputation européenne, pépinière de saints et de bâtisseurs de monastères à travers la Gaule. Il dut combattre l’hérésie du moine Agrestius qui avait déjà converti Saint Amé et Saint Romaric et que Sainte Fare avait rejetée.

 

 

Les fondations de cette époque vécurent selon la règle de saint Colomban, probablement déjà assouplie en se mêlant avec celle de Saint Benoit.

 

 

Il mourut le 29 mars 629 et il fut enterré dans l’église Saint Pierre de Luxeuil. Ses reliques furent rassemblées avec celle de saint Valbert au cours du VIIIe siècle.

 

 

 

 

 

 



(Cf:Vie de saint Colomban et de ses disciples, Adalbert de Vogüé, Vie de saint Eustaise, Vie monastique n°19, Abbaye de Bellefontaine)

===

 

 

GLADYS 29 MARS

Gladys est une reine et ermite galloise du VIème s.

 

A cette époque le Pays de Galles était divisé en de petits royaumes bretons,  Gwynllyn et sa femme Gwladys régnaient sur l’un d’eux. Selon une chronique du XIIème siècle.

Cette reine était la fille aînée de saint Brychan de Breccknock, qui en avait eu vingt-quatre ! Elle avait été enlevée par son futur mari avec l’aide du roi Arthur.

 

C’est peut-être pourquoi elle ne fut pas une épouse fidèle.

Mais devenue veuve, son fils Cadoc lui fit des reproches et elle se retira près de l’actuelle ville de  Newport, puis quitta complètement le monde pour une montagne isolée près de la rivière Ebbw.

 

 Finalement son nom fut associé à celui de son mari dans plusieurs églises des Galles méridionales.

Sts. Gwynllw and Gwladys, parents of St. Cadoc
March 29th.

 

 BONNE FETE AUX GLADYS  ET GWLADYS

 

 

 

 Demain nous fêterons les Amédée

 

 
'Shut out the senses, fight against prepossession and, with the commandments as your weapons, destroy the passions.' (St. Thalassios the Libyan)

'Shut out the senses, fight against prepossession and, with the commandments as your weapons, destroy the passions.' (St. Thalassios the Libyan)

Le jour où il a profané la statue de la Madone…

Durant la guerre civile d'Espagne (1936-1939), les anarchistes en "épurant" une ville de tous ses objets religieux essayent de renverser la statue de la Madone. En vain ! Une puissance mystérieuse la retient. Alors l'un d'entre eux, poussé par son fanatisme, monte sur le socle de la statue pour la décapiter. Sa manœuvre réussit à la grande joie de ses comparses, qui exhalent leur haine contre la religion autour de la statue mutilée.

A quelques semaines de là, l'anarchiste se présente chez le médecin et lui montre sa main malade... A cette vue, celui-ci est atterré. "Mais ce sont des taches de lèpre s'écrie-t-il... et il demande à voir l'autre main que le malheureux tient cachée dans la poche... : deux doigts de celle-ci sont déjà tombés en pourriture. Les autres sont déformés et gangrenés.

Le médecin reste perplexe. Il cherche à comprendre. - Avez-vous eu un contact avec des lépreux? Non. - Avez-vous des rapports avec des étrangers venant d'Afrique ou d'Asie ? - Non. -  Depuis quand avez-vous remarqué ces taches sur vos mains ?

A ces mots le malheureux fond en larmes et avoue que ces symptômes se sont révélés le jour où il a profané la statue de la Madone.

G. Pasquali S.S.P. 
dans "Quando Dio dice basta"

The people who walked in darkness have seen a great light; those who dwelt in a land of deep darkness, on them a light has shined.
For unto us a Child is born; to us a Son is given.
And the government shall be upon His shoulder, and of His peace there will be no end.
And His name shall be called the Messenger of Great Counsel, Wonderful, Counselor, Mighty God, the Everlasting Father, the Prince of Peace, the Father of the World to Come.

God is with us! Understand this, O nations, and submit yourselves! For God is with us!

(from the Song of the Holy Prophet Isaiah)

St. Simeon the New Theologian,

in speaking about a handsome twenty year old youth, George by name, who, despite his beauty and youth and living among the conceited of the world, recognized the path of salvation and was enlightened by spiritual wisdom, concludes with these words: "Do you understand how youth does not hinder nor does old age help a man, if he does not have reason and the fear of God." What prevented the young Apostle John from believing in Christ the Lord? What were the benefits of age to the Jewish elders when they were blinded in mind and in their blindness sentenced the Son of God to death? Nothing, nothing prevents youth in the young, even in our time, from giving their faith and love to Christ, who created them out of love. Nothing benefits the age of the aged in our time if their souls are poisoned with maliciousness toward Christ. Young and old bodies are nothing more than a new and an old garment of the soul. One or the other of these garments can conceal a healthy or a sick soul. Our goal is a healthy and clean soul.

(Prologue from Ochrid)

 

===

 

'Unless a man hates all the activity of this world, he cannot worship God.

What then is meant by the worship of God? It means that we have nothing extraneous in our intellect when we are praying to Him: neither sensual pleasure as we bless Him, nor malice as we sing His praise, nor hatred as we exalt Him, nor jealousy to hinder us as we speak to Him and call Him to mind. For all these things are full of darkness; they are a wall imprisoning our wretched soul, and if the soul has them in itself it cannot worship God with purity. They obstruct its ascent and prevent it from meeting God; they hinder it from blessing Him inwardly and praying to Him with sweetness of heart, and so receiving His illumination. As a result the intellect is always shrouded in darkness and cannot advance in holiness, because it does not make the effort to uproot these thoughts by means of spiritual knowledge.'

St. Isaiah the Solitary

Mardi de Pâques (Hevorae ),29 Mars 2016/ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

En vrac...Eléments pour votre réflexion

 

personnelle...

 

 

===

Il est temps que les États-Unis « se rallient au reste du monde » et reconnaissent que les chrétiens font l’objet d’un génocide au Moyen-Orient.

C’est ce qu’indique un rapport remis la semaine dernière au Secrétaire d’État John Kerry, l’exhortant à qualifier de génocide les exactions contre les chrétiens commises par le groupe État islamique.

Ce rapport de près de 300 pages intitulé « Génocide contre les chrétiens au Moyen-Orient » rédigé conjointement par les Chevaliers de Colomb et l’association « In Defense of Christians » signale que les États membres de l’Union européenne, les gouvernements d’Irak et de la Région autonome du Kurdistan, ainsi qu’ Hillary Clinton et la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale ont qualifié les exactions contre les chrétiens de « génocide ».

 

La réalité d’un génocide

Le rapport donne des détails sur le meurtre, les blessures, l’esclavage et le déplacement des chrétiens par le groupe djihadiste. Il inclut un dossier établissant la base juridique de la reconnaissance de génocide et donne des éléments de preuve détaillés montrant que Daesh a pour objectif de commettre un génocide. Il présente des preuves jamais signalées, réunies lors d’une mission d’enquête effectuée en Irak le mois dernier.

Le dossier juridique fait référence à la Convention des Nations unies sur le génocide, notamment la partie des naissances entravées au sein du groupe ciblé.

« Les hommes et les femmes aux mains de l’État islamique sont séparés pendant des semaines. Les chrétiens se voient offrir la liberté en échange de la vie d’un membre de leur famille, souvent le père. Beaucoup n’ont pas vu leur femme ou leur mari depuis plus d’un an et demi et n’ont aucune nouvelle de leur part ; Daesh a violé des centaines et probablement des milliers de femmes chrétiennes, endommageant de manière permanente leurs organes reproducteurs ou les laissant enceintes des œuvres de leurs ravisseurs ».

 

Le rapport contient des témoignages émouvants sur le génocide en cours

« Je suis allé en Irak il y a trois semaines et j’ai rencontré une petite fille de 3 ans qui  a été victime de brutalité de la part des membres de Daesh, ils l’ont jetée contre un mur. Elle ne peut plus parler. Où était son père ? Il a été assassiné, parce qu’il était chrétien », raconte Juliana Taimoorazy, une assyrienne chrétienne, présidente de « Christian Relief Council ». « J’assiste à l’élimination totale de mon pays, de la nation assyrienne qui a plus de 7 000 ans d’existance, une des premières nations à s’être convertie au christianisme il y a plus de 2 000 ans. Nous n’entendrons bientôt plus parler l’araméen, notre langue, celle de Jésus. »

Le porte-parole du Département d’État, John Kirby, a déclaré que le Département d’État était « horrifié par les actes commis par Daesh contre la population de divers contextes religieux et ethniques en Irak et en Syrie. »

Les États-Unis ont clairement indiqué qu’ils étaient toujours aussi déterminés à demander des comptes aux auteurs de ces génocides. « En tant que Secrétaire d’État, John Kerry a clairement indiqué lors des audiences budgétaires récentes, que le Département d’État continue à rassembler et évaluer toutes les informations concernant les atrocités commises par Daesh et nous travaillons dur sur le rapport du Congrès qui contiendra les détails de ces actes horribles. »

À ce jour, près de 65 000 Américains ont signé la pétition « Halte au génocide chrétien » lancée par IDC et les Chevaliers de Colomb, exhortant le Département d’État à inclure les Chrétiens dans sa déclaration de génocide.

source

===

ATTENTAT SUICIDE MEURTRIE AU PAKISTAN

attentat-Lahore-Pakistan.jpg

Au soir du dimanche 27 mars, un terrible attentat-suicide a frappé la ville de Lahore, au Pakistan. Un homme portant une ceinture d’explosifs s’est fait exploser dans le parc Gulshan-e-Iqbal alors que des chrétiens y fêtaient Pâques. Ces derniers étaient donc explicitement visés par cette attaque revendiquée par les talibans pakistanais du Jamaat-ul-Ahrar dès le lendemain. « Nous avons perpétré l’attentat de Lahore car les chrétiens sont notre cible », a déclaré le porte-parole des terroristes.

Selon un dernier bilan des autorités pakistanaises, 72 personnes y ont perdu la vie, dont 29 enfants et six femmes, le kamikaze ayant actionné sa bombe près d’un parc à jeux qui était bondé à cette heure de la journée. Parmi les victimes, les autorités locales comptent entre dix et quinze chrétiens.

Cette attaque, qui visait explicitement des chrétiens, a donc été fermement condamnée par le pape François qui a dénoncé « un exécrable attentat » à l’issue de la prière du Regina Cœli, ce lundi 28 mars 2016. Il a exprimé devant la foule des fidèles réunis place Saint-Pierre en ce lundi de Pâques sa « proximité à ceux qui ont été frappés par ce crime vil et insensé » et a invité chacun « à prier le Seigneur pour les nombreuses victimes et pour leurs proches ». Le Saint-Père a également lancé un appel aux « autorités civiles et à toutes les composantes sociales de cette nation pour qu’ils mettent tout en œuvre afin de rétablir la sécurité et de redonner la sérénité à la population, et en particulier, aux minorités religieuses les plus vulnérables ».

« Une ombre de tristesse et d’angoisse sur la fête de Pâques »

Après avoir déjà condamné le terrorisme lors de la Semaine Sainte, notamment dans sa prière au chemin de Croix et dans son message Urbi et Orbi, le Pape a répété que « la violence et la haine meurtrière conduisent seulement à la douleur et à la destruction » et que « le respect et la fraternité sont l’unique voie pour parvenir à la paix ». Le Pape a ensuite exprimé le vœu que « la Pâque du Seigneur suscite en nous, de manière encore plus forte, la prière à Dieu afin que les mains des violents qui sèment la terreur et la mort, s’arrêtent » et que « dans le monde puissent régner l’amour, la justice et la réconciliation ».

Un peu plus tôt, le père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, avait lui aussi condamné cet « horrible massacre de dizaines d’innocents » qui « jette une ombre de tristesse et d’angoisse sur la fête de Pâques ». « Encore une fois, la haine meurtrière s’abat lâchement sur des personnes sans défense. » Le porte-parole du Vatican précisait que le Pape, mis au courant immédiatement, priait pour les blessés, les familles concernées, les membres de la minorité chrétienne, ainsi que l’ensemble du peuple pakistanais, frappés par « la violence fanatique ». Il concluait en donnant un message d’espoir, espérant que le Seigneur continue à « nous donner le courage et l’espoir nécessaires pour construire des voies de compassion, de solidarité avec les souffrants, de dialogue, de justice, de réconciliation et de paix ».(Source: Aleteia)

 

===

 

===

 

===

DES DEPUTES FRANCAIS A DAMAS POUR CELEBRER PÂQUES...

Cinq heures du matin ce dimanche, les « alléluias » résonnent dans les rues du quartier chrétien de Bab Sharki, à Damas. Aux côtés des catholiques venus fêter Pâques – pendant que les orthodoxes entament à peine leur carême -, se trouvent cinq députés français des « Républicains » venus en Syrie pour l’occasion.

Thierry Mariani, Valérie Boyer, Nicolas Dhuicq, Michel Voisin et Denis Jacquat se tiennent en face du patriarche Grégoire III Laham, qui s’adresse à eux en français, à plusieurs reprises.

Grégoire III bénit les fidèles lors de la célébration de Pâques dimanche 27 mars
Grégoire III bénit les fidèles lors de la célébration de Pâques dimanche 27 mars

« Dites à François Hollande que nous, nous aimons la France », lance-t-il avant de transmettre un message qui lui tient à cœur et qu’il répète sans cesse : « merci d’avoir accueilli nos fidèles en France mais leur place est ici ! Œuvrez pour la paix en Syrie, aidez-nous à rester dans notre pays qui est beau et dans lequel nous avons su et saurons vivre. Ils sont Syriens et nous avons besoin de tous pour reconstruire ! »

« La France ne vous oublie pas »

Valérie Boyer explique la démarche : « cette cause est la mienne depuis longtemps et nous avons voulu apporter notre soutien concret à la population syrienne, aux chrétiens qui fêtent Pâques et leur dire que la France ne les oublie pas ».

La veille, les députés rencontraient des étudiants de l’université de Damas avec lesquels ils ont eu un échange. « Quoi que vous en pensiez, vous avez en France beaucoup d’amis ! », lançait Thierry Mariani, avant que son collègue Michel Voisin salut la reprise de Palmyre par l’armée arabe syrienne sous des applaudissements nourris.

Dans la salle, une jeune Alépine de 20 ans attrape le micro et s’adresse aux parlementaires dans un français parfait : « j’ai un rêve… Que la France ouvre à nouveau son lycée français à Alep. J’y étais jusqu’en terminale avant que la guerre éclate et que la France se retire. J’ai du aller passer mon bac au Liban en 2012, et la France nous manque. » À quelques rangs de là, un autre étudiant intervient : « hier, c’était vendredi saint pour les chrétiens, nous savons ce que cela veut dire ici, certains de nos camarades de classe ont été crucifiés par des opposants islamistes. Quel est votre message pour la Syrie ? »

Les députés accusent le coup avant d’assurer avec compassion ces étudiants de leur soutien : la guerre devient soudainement une cruelle réalité dans la bouche de ces jeunes Syriens pourtant déterminés à« résister »« La nation syrienne doit regagner toute sa souveraineté, et vous devez décider de votre avenir », rassure Nicolas Dhuicq.

La France interpellée sur les « sanctions » culturelles

Une autre regrette que la France ait décidé de sanctionner la Syrie en bloquant certains programmes culturels : « c’est ce que vous appelez démocratie ? » À quelques rues de là, le fondateur du Centre des Arts Visuels lui donne raison dans un impeccable français lui aussi : « la France m’a éduqué, et j’ai du mal à comprendre qu’elle se soit retirée de la Syrie si vite. Je ne parle pas ici de politique, mais de culture. L’embargo nous empêche par exemple d’importer de la peinture ou des pinceaux pour nos artistes… Je ne crois pas qu’il y ait grand chose à voir avec les relations diplomatiques ! » Lorsqu’on lui demande comment il continue à faire vivre son « work shop », il répond avec lassitude : « nous achetons de la moins bonne qualité ailleurs, ou alors nous faisons des allers-retours à Paris où nous sommes obligés de payer en cash parce que nous sommes Syriens. La France a pourtant des amis ici, qui se sentent abandonnés ! » Son émotion est visible lorsqu’il salut cette délégation française : « vous nous avez tant manqués », lance-t-il lui aussi.

« Nous sommes les enfants de la résurrection ! »

Retour au patriarcat melkite catholique de Damas, en ce matin de Pâques : « nous sommes les enfants de la résurrection, qui offre tellement plus que le terrorisme », poursuit le patriarche devant son église comble de mines réjouies.

 

Les députés filent vite rencontrer le président Bachar el Assad après la messe. Le dirigeant très controversé est pour ces députés « un acteur incontournable, qu’on le veuille ou non. » Et de fait, l’homme dont on annonçait la chute dès 2011 est toujours à la tête de son pays et de son armée. « Nous avons un ennemi commun et les récents attentats nous l’ont malheureusement rappelé dans le sang. La Syrie est devenue la plaque tournante du djihadisme, nous ne pouvons nous permettre de multiplier les ennemis », explique Thierry Mariani, à l’origine de ce voyage organisé avec l’association SOS Chrétiens d’Orient.

 

L’après-midi même, c’est le grand mufti de Syrie qui salut chaleureusement la délégation : « vous êtes un porte-bonheur : aujourd’hui nous fêtons Pâques et la libération de Palmyre », sourit-il avant d’appeler les parlementaires à œuvrer pour le retour des relations diplomatiques, poétiquement : « on parle souvent du français comme de la langue de l’amour, dites aux français que nous attendons le retour de cet amour avec impatience ! »

 

===

La 15ème brigade de l'armée irakienne, les forces des peshmergas, et celles de la mobilisation populaire (Hached Chaabi) ont lancé la bataille de la libération des deux villages Al-Nasr et Hmeidane à 50 km au sud de Ninive, dans le cadre de la bataille visant à reprendre ladite province aux terroristes de Daech.

Selon une source sécuritaire s'exprimant au site Soumariya news, "les forces irakiennes mènent de violents affrontements avec les terroristes dans ces deux villages", précisant que "leur nettoyage prendra fin dans les prochaines heures".


S'exprimant sous le couvert de l'anonymat, cette même source a indiqué que "les forces militaires agissent selon un plan stratégique visant à couper les voies de ravitaillement de Daech".

Vendredi, une force conjointe de l'armée et du Hached Chaabi a libéré les deux villages de Kherbet Daran et Khattab au sud- Ouest de la province de Makhmour.

Les responsables médiatique et militaire de Daech tués

Dans la province d'al-Anbar, précisément à l'Est de Ramadi, le président du conseil de la province de Khaldiya (Anbar) Ali Daoud, a confirmé la mort du "responsable  médiatique et le responsables des armes" du groupe terroriste Daech, dans un bombardement de la coalition.

Interviewé par Soumariya news, Daoud a indiqué que les avions de guerre de la coalition internationale, et en coordination avec les forces de l'armée, ont bombardé un siège de Daech à Boubali, à 23 km de l'Est de Ramadi. Le siège a été complètement détruit. 

Al-Asriya enterre ses morts

Le village d'Al-Asriya, au sud de Bagdad, a enterré ses morts ce samedi au lendemain d'un attentat suicide revendiqué par le groupe terroriste wahhabite Daech (EI) qui a fait 32 morts, en majorité des mineurs, après un match de football.

Le kamikaze, vraisemblablement un adolescent selon une photo diffusée par l'EI, s'est fait exploser dans la foule au moment de la remise des trophées.
"Il y a 32 morts et 84 blessés, dont 12 dans un état critique", a indiqué à l'AFP un responsable du département santé de la province de Babylone.
"Dix-sept des personnes décédées sont des garçons âgées de 10 à 16 ans" a-t-il ajouté.

Al-Asriya se situe près de la localité d'Iskandariyah, à environ 40 km au sud de la capitale irakienne.

Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montre un homme s'exprimer devant une table recouverte de trophées et appeler le nom d'un joueur avant une énorme explosion.

"Le kamikaze a fendu la foule pour approcher le centre du rassemblement et s'est fait exploser alors que le maire présentait les récompenses aux joueurs",  a raconté à l'AFP Ali Nashmi, un témoin âgé de 18 ans.

Le maire du village, Ahmed Shaker, a été tué de même que l'un de ses gardes du corps et au moins cinq membres des forces de sécurité.
   Des photos postées sur les réseaux sociaux montrent des poteaux de but abîmés et maculés de sang.

Condoléances du président de la Fifa  

Le président de la Fifa Gianni Infantino s'est dit dans un communiqué "choqué et terriblement attristé" par l'attentat suicide dans le village d'Al-Asriya.
"J'ai été choqué et terriblement attristé après avoir eu connaissance de l'affreuse tragédie survenue hier à Iskanderiyah", adressant ses "plus profondes condoléances aux familles des victimes".

  "A travers le monde le football réunit les gens. C'est un jour très triste lorsque les gens qui vont ensemble à un match deviennent les victimes d'une telle violence" s'est ému le président de l'instance suprême du football mondial.


Ban Ki-moon à Bagdad  
   
Sur le plan politique, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est arrivé ce samedi à Bagdad pour s'entretenir avec des hauts responsables sur les moyens d'aider l'Irak.

  Ban, dont la dernière visite dans la capitale irakienne remonte à un an,  voyage en compagnie du directeur de la Banque mondiale Jim Yong Kim et du président de la Banque islamique de développement Ahmad al-Madani.

Ils sont arrivés du Liban, où ils étaient jeudi et vendredi, et ont directement rejoint le ministre des Affaires étrangères Ibrahim al-Jaafari pour des pourparlers. 
 

Ibadi: poursuite des pourparlers pour un remaniement ministériel

Au cours d'un point de presse avec Ban Ki Moon, le Premier ministre Haydar Ibadi a indiqué que les pouparlers politiques se poursuivent pour effectuer un remaniement ministériel, considérant que cette mesure s'inscrit dans le cadre des réformes qui comprennent aussi la lutte contre la corruption.

Ibadi a précisé avoir débattu des modalités d'aide que devraient fournir l'organisation internationale et les deux institutions financières d'Irak pour une meilleure lutte contre la corruption.

De son côté, Ban a insisté sur l'importance de stopper le flux des terroristes et le directeur de la Banque mondiale Jim Yong Kim a estimé que la renaissance de l'économie irakienne favorise la lutte contre le terrorisme.

AFP et Alalam

source

 

===

INVITATION(S):

 

===

De : "haydar demiryurek"

<haydar.demiryurek@gmail.com>


ENSEMBLE AVEC MARIE
réunit des Chrétiens et des Musulmans, autour de la figure commune de la Vierge Marie.

Pour la seconde année consécutive, une rencontre spirituelle, conviviale et festive aura lieu le samedi 2 avril 2016, à la Basilique de Longpont-sur-Orge (Essonne). 
Vous y êtes cordialement invités et je vous propose de le diffuser autour de vous.

Interviendront notamment : Monseigneur Michel Dubost (Président du Conseil pour la dialogue interreligieux), Anouar Kbibech (Président du Conseil français du culte musulman), Bernard Thibaud (Secrétaire général du Secours catholique), Bariza Khiari (Sénatrice de Paris), Monseigneur Maroun Nasser Gemayel (Évêque de l’Éparchie Notre-Dame-du-Liban de Paris des Maronites), Latifa Ibn Ziaten (Présidente de l’association Imad pour la jeunesse et la Paix). 

D’autres rencontres ENSEMBLE AVEC MARIE sont également organisées cette année à Créteil, Lyon, Bruxelles et Tunis.

La rencontre du 2 avril à Longpont-sur-Orge sera ponctuée de temps de prière, de chants, de témoignages et d’interventions de représentants des deux communautés religieuses.

Vous trouverez plus de détails dans le communiqué joint 
http://www.ensembleavecmarie.org/index.php

Amicalement
Haydar DEMIRYUREK

 

===

===

 

Plus de 100 débats sont proposés à Paris lors de la Nuit des Débats

du samedi 2 avril organisée par la mairie de Paris 

 

http://www.paris.fr/nuitdesdebats

 
 
De: Myriam BOUREGBA <mbouregba@free.fr>
 
De : Michel Bourdeau <mb.com@wanadoo.fr>
Date : 18 mars 2016 21:15:20 HNEC
À : DEB1 <mb.com@wanadoo.fr>
Objet : Nuit des Débats - 2 avril
 
Bonsoir,
Dans le cadre de la “Nuit des Débats“, initiative de la Ville de Paris, le Centre Pastoral Saint-Merry et le GAIC (Groupe d’amitié islamo-chrétienne) vous invitent à débattre sur le thème :
 

La laïcité peut-elle cohabiter avec Dieu ?
Samedi 2 avril 2016 de 20 H à 22 H 
Eglise Saint-Merry - 76 rue de la Verrerie 75004 Paris 
(Métro Hôtel de Ville)

 
La carte invitation ci-jointe présente les intervenants :
Alain ChristnachtDanièle Hervieu-Léger et Mohamed Beddy Ebnou
ainsi que l’animateur : Bernard Gorce.
 
En diffusant ce message avec sa pièce jointe dans tous vos réseaux,
vous participerez à faire connaître cet événement.
Nous vous en remercions vivement.
 

====

De: michel haim <haim_michel@hotmail.fr>

 
 
 
Chers (ères) Amis, juste un dernier rappel pour le plaisir de vous rencontrer :

 

Dans le cadre de son cycle, La diversité interne dans les trois monothéismes, Cordoba a le plaisir de vous annoncer sa prochaine conférence, 
le mercredi 6 avril 2016,
à 20 h 30 :

 

"Pourquoi divers courants religieux dans l’islam ?",
 avec le professeur M. A. Amir-Moezzi, 

 

Professeur des universités, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études à la Sorbonne, spécialiste de la pensée islamique, maître d’œuvre du Dictionnaire du Coran - publié aux éditions Robert Laffont 

 

La conférence aura lieu au Centre culturel ,3 avenue de Liège (côté gauche de la Mairie de Saint-Mandé)
94160 Saint-Mandé, Métro ligne 1 : Saint-Mandé

 

La conférence sera suivie d'un temps d'échange et du pot de l'amitié.

 La participation aux frais souhaitée est de 5 euros.

 

 Pour Cordoba

Michel Haïm
13 Avenue Robert André Vivien
94160 Saint Mandé
tél : 06 09 28 29 19

===

===

De: Carine GARDENT <carine.gardent@centresevres.com>

 
 
 
 
Mardi d’Éthique publique, en partenariat avec la revue Études et le Centre d’étude du fait religieux contemporain (CEFRELCO)
« Les religions dans l’espace public : facteurs d’intégration ou de tension ? »
Mardi 5 avril 2016 de 19h15 à 20h45
 
La question de la place des religions dans l’espace public n’est pas nouvelle dans notre pays. Mais la présence d’une importante communauté musulmane a beaucoup contribué ces dernières années à relancer le débat sur l’apport des traditions et des pratiques religieuses à la vie en société, interrogeant et bousculant la notion de laïcité. Les religions aident-elles à trouver sa place comme citoyen ? A quelles conditions, la communauté musulmane peut-elle être partie intégrante du contrat social de notre pays ?

Avec la participation de

§  M. Pierre Manent, philosophe, ancien directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), auteur de Situation de la France, DDB, 2015, 

§  P. Paul Valadier, jésuite, philosophe, enseignant au Centre Sèvres, auteur de Détresse du politique, force du religieux, Le Seuil, 2007,

§  M. Ghaleb Bencheikh, philosophe et théologien. Président de la Conférence mondiale des religions pour la paix, auteur de La laïcité au regard du Coran, Presses de la Renaissance, 2005. 

 
Soirée animée par le P. François Boëdec. Entrée libre.

 

Cette soirée sera précédée de 17h à 19h, dans les mêmes lieux, de la projection du documentaire « Français, qui sommes-nous ? » de Mathieu Schwartz (diffusé sur France 3 en octobre 2015), en présence du réalisateur.
 
 
 
 

 

===

 

NOUVEAUX LIVRES:

 

Discourses of Philoxenos of Mabbug:

A New Translation and Introduction

(Cistercian Studies)

The thirteen Discourses of Philoxenos of Mabbug (445-523) were delivered to new monks at a monastery under his episcopal care. Written in elegant Syriac, the Discourses deal with the fundamentals of the monastic and ascetic life faith, simplicity, fear of God, renunciation, and the struggle against the demons of gluttony and fornication. This is Philoxenos's longest work and his most popular. It avoids the strident character of his letters and commentaries that were composed to advance the anti-Chalcedonian movement.
This is the first English translation of an important Syriac text since the 1894 translation, now difficult to find. The introduction to this translation of the Discourses takes into account the scholarly work done and the books and articles published about Philoxenos in the past half century. There are no other titles in English that deal with the Discourses in this depth.

Series: Cistercian Studies
Paperback: 600 pages
Publisher: Liturgical Press (December, 2013)
Language: English
ISBN-10: 0879071354

===

Le monastère de la Transfiguration a le plaisir de vous annoncer la parution de quatre nouveaux ouvrages.

 
 
Les fin dernières selon les Pères de l'Eglise.

Archimandrite Placide Deseille
 
"LA MORT EST VAINCUE"



La vie liturgique

Jean-Claude Larchet
  



 
 

 

===

France7

 

===

 

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

===

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
The demons praised one of the most discerning brothers, appearing to him in visible form. But this most wise man said to them: 'If you cease to praise me through the thoughts of my heart, I shall conclude from your departure that I am great. But if you continue to praise me, from your very praise I shall guess my impurity; for every proud-hearted man is unclean before the Lord. And so either go away from me, and then I shall become great, or else praise me and through you I shall obtain more humility.' Struck with bewilderment, they immediately vanished from sight." (St. John Climacus, The Ladder of Divine Ascent.)

The demons praised one of the most discerning brothers, appearing to him in visible form. But this most wise man said to them: 'If you cease to praise me through the thoughts of my heart, I shall conclude from your departure that I am great. But if you continue to praise me, from your very praise I shall guess my impurity; for every proud-hearted man is unclean before the Lord. And so either go away from me, and then I shall become great, or else praise me and through you I shall obtain more humility.' Struck with bewilderment, they immediately vanished from sight." (St. John Climacus, The Ladder of Divine Ascent.)

Mercredi de Pâque. Hevorae mercredi

Soirée

o    Saint-Luc 23: 46 – 56 :

  • 46   Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » Et après avoir dit cela, il expira.
  • 47 À la vue de ce qui s’était passé, le centurion rendit gloire à Dieu : « Celui-ci était réellement un homme juste. »
  • 48 Et toute la foule des gens qui s’étaient rassemblés pour ce spectacle, observant ce qui se passait, s’en retournaient en se frappant la poitrine.
  • 49 Tous ses amis, ainsi que les femmes qui le suivaient depuis la Galilée, se tenaient plus loin pour regarder.
  • 50 Alors arriva un membre du Conseil, nommé Joseph ; c’était un homme bon et juste,
  • 51 qui n’avait donné son accord ni à leur délibération, ni à leurs actes. Il était d’Arimathie, ville de Judée, et il attendait le règne de Dieu.
  • 52 Il alla trouver Pilate et demanda le corps de Jésus.
  • 53 Puis il le descendit de la croix, l’enveloppa dans un linceul et le mit dans un tombeau taillé dans le roc, où personne encore n’avait été déposé.
  • 54 C’était le jour de la Préparation de la fête, et déjà brillaient les lumières du sabbat.
  • 55 Les femmes qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée suivirent Joseph. Elles regardèrent le tombeau pour voir comment le corps avait été placé.
  • 56 Puis elles s’en retournèrent et préparèrent aromates et parfums. Et, durant le sabbat, elles observèrent le repos prescrit.

o    24: 1 – 12 :

  • 01 Le premier jour de la semaine, à la pointe de l’aurore, les femmes se rendirent au tombeau, portant les aromates qu’elles avaient préparés.
  • 02 Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau.
  • 03 Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus.
  • 04 Alors qu’elles étaient désemparées, voici que deux hommes se tinrent devant elles en habit éblouissant.
  • 05 Saisies de crainte, elles gardaient leur visage incliné vers le sol. Ils leur dirent : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ?
  • 06 Il n’est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée :
  • 07 “Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite.” »
  • 08 Alors elles se rappelèrent les paroles qu’il avait dites.
  • 09 Revenues du tombeau, elles rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres.
  • 10 C’étaient Marie Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques ; les autres femmes qui les accompagnaient disaient la même chose aux Apôtres.
  • 11 Mais ces propos leur semblèrent délirants, et ils ne les croyaient pas.
  • 12 Alors Pierre se leva et courut au tombeau ; mais en se penchant, il vit les linges, et eux seuls. Il s’en retourna chez lui, tout étonné de ce qui était arrivé.

o     

Matin

o    Luc 24: 13 -35 :

  • 13 Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem,
  • 14 et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.
  • 15 Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.
  • 16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
  • 17 Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
  • 18 L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »
  • 19 Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple :
  • 20 comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.
  • 21 Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
  • 22 À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau,
  • 23 elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant.
  • 24 Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
  • 25 Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit !
  • 26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »
  • 27 Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
  • 28 Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.
  • 29 Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
  • 30 Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.
  • 31 Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.
  • 32 Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »
  • 33 À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent :
  • 34 « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »
  • 35 À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

o     

Mardi de Pâques (Hevorae ),29 Mars 2016/ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Par St Ambroise

(v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église 
Sur la virginité, 17-21(trad. Solesmes 1980 p. 167 rev.) 

 

« Avez-vous vu celui que mon cœur aime ? » (Ct 3,3)

 

 

             « Pourquoi pleures-tu ? »

C'est toi qui es cause de tes larmes, toi qui te fais pleurer...

Tu pleures parce que tu ne crois pas au Christ : crois et tu le verras.

Le Christ est là, il ne fait jamais défaut à ceux qui le cherchent. « Pourquoi pleures-tu ? »

Ce n'est pas tant les larmes qu'il faut, mais une foi alerte et digne de Dieu.

Ne pense pas aux choses mortelles et tu ne pleureras pas... Pourquoi pleurer ce qui réjouit les autres ? 

            « Qui cherches-tu ? »

Ne vois-tu pas que le Christ est la force de Dieu, que le Christ est la sagesse de Dieu, que le Christ est sainteté, que le Christ est chasteté, que le Christ est pureté, que le Christ est né d'une vierge, que le Christ est du Père et auprès du Père et dans le Père toujours ; né et pourtant non pas crée, non pas déchu, toujours aimé, vrai Dieu de vrai Dieu ?

« On a enlevé le Seigneur du tombeau et je ne sais où on l'a mis. » 

Tu te trompes, femme ; tu penses que le Christ a été enlevé du tombeau par d'autres et non pas ressuscité par sa propre puissance.

Mais personne n'enlève la puissance de Dieu, personne n'enlève la sagesse de Dieu, personne n'enlève la vénérable chasteté.

Le Christ n'est pas enlevé du tombeau du juste ni de l'intime de la vierge et du secret de son âme fidèle ; et même s'il en est qui veulent le ravir, ils ne peuvent l'enlever. 

           Alors le Seigneur lui dit :

« Marie, regarde-moi ».

Tant qu'elle ne croit pas, c'est « une femme » ; quand elle commence à se tourner vers lui elle est appelée Marie.

Elle reçoit le nom de celle qui a enfanté le Christ ; car c'est l'âme qui enfante spirituellement le Christ.

« Regarde-moi », dit-il.

Qui regarde le Christ se corrige ; on s'égare quand on ne voit pas le Christ.

Aussi, se retournant, elle le voit et dit :

« Rabbi, ce qui veut dire Maître ».

Qui regarde se tourne ; qui se tourne saisit plus complètement ; qui voit progresse.

Aussi appelle-t-elle Maître celui qu'elle croyait mort ; elle a trouvé celui qu'elle croyait perdu.




 

Note:

L'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale. 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , nous n'exigeons aucun fixe. .Les offrandes sont libres et non obligatoires. Toute offrande fait cependant l'objet d'une déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

Mardi de Pâques (Hevorae ),29 Mars 2016/ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Repost 0
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 05:18
Faith has taught me that the Holy Fathers, I have taught at all times, without adapting to please the time, I shall never cease to teach the Faith, I was born with it, and I live by it . (Saint Gregory the Theologian)

Faith has taught me that the Holy Fathers, I have taught at all times, without adapting to please the time, I shall never cease to teach the Faith, I was born with it, and I live by it . (Saint Gregory the Theologian)

SEMAINE APRES PÂQUE.

 

LETTRE DU METROPOLITE MOR PHILIPOSE POUR PÂQUES:

 

Biens chers amis, Aloho m'barekh

 

Christ est ressuscité Alléluia !

Il est vraiment ressuscité, ainsi qu’Il l’avait promis,

Alléluia, Alléluia, Alléluia !

 

 

Le Christ Soleil de Justice Se lève pour écarter les ténèbres et répandre Sa Lumière, Il a vaincu la mort et le pouvoir de Satan.

« Jésus, notre Seigneur, le Christ, nous est apparu du sein de son Père. Il est venu et nous a tirés des ténèbres et nous a illuminés de Sa joyeuse Lumière.

Le jour s’est levé pour les hommes ; la puissance des ténèbres est chassée.

De sa Lumière s’est levée pour nous une Lumière qui a éclairé nos yeux obscurcis. Il a fait lever Sa gloire sur le monde et a éclairé les plus profonds abîmes.

La mort est anéantie, les ténèbres ont pris fin, les portes de l’enfer sont en pièces.

Il a illuminé toutes les créatures, ténèbres depuis les temps anciens.

Il a réalisé le salut et nous a donné la vie ; ensuite il viendra dans la gloire et il éclairera les yeux de tous ceux qui l’auront attendu.

Notre Roi vient dans Sa grande gloire : allumons nos lampes, sortons à Sa rencontre (Mt 25,6) ; réjouissons-nous en Lui comme Il s’est réjoui en nous et nous réjouit par sa glorieuse Lumière.

Mes frères, levez-vous, préparez-vous pour rendre grâce à notre Roi et Sauveur qui viendra dans Sa gloire et nous réjouira de Sa joyeuse lumière dans le Royaume. Amen. »

(St Ephrem) 

« Maintenant le diable se tient vers l’occident, grinçant des dents, s’arrachant les cheveux, se tordant les bras, se mordant les lèvres, hurlant, comme un fou, sa solitude, ne pouvant croire à votre libération*. 

Le Christ vous met face-à-face avec le diable pour que, après l’avoir renié et soufflé sur lui, vous puissiez entamer le combat contre lui.

Le diable se tient vers l’occident parce que là commencent les ténèbres.

Renoncez à lui et soufflez. Ensuite tournez-vous vers l’orient et joignez-vous au Christ. » 

(Sacramentaire de Constantinople)

 

Hier, jour de Pâques, l’un de nos Catéchumène : Jonathan était baptisé avant la Messe de 10h30, Il recevait le Sacrement du Baptème et de la Chrismation et , après que leur mariage est été confirmé (Ils avaient été précédemment imprudemment acceptés au mariage dans une autre Eglise Apostolique alors que Jonathan n'était ni baptisé, ni chrismé) , il recevait  avec son épouse la Communion lors de cette Messe, exprimant leur unanimité désormais parfaite en Dieu et la fidélité à la Tradition Apostolique telle que véhiculée par nos Eglises Orthodoxes Orientales.

Ils renoncaient à Satan se tournant vers l’Ouest, symbole des ténèbres et proclameront leur adhésion au Christ en se tournant vers l’Est symbole du Christ Soleil Levant qui vient nous visiter …

Veuillez prier pour lui, veuillez accompagner ce jeune couple de votre amour fraternel.

 

En cette période difficile nombreux sont ceux qui seraient tentés de succomber à une tentation de peur et de repli communautaire.

Je sais, c’est facile à dire, mais tout de même :

 

-Confiance, le Christ est vainqueur !

« La Croix du Christ est devenue véritablement une source de biens infinis : elle nous a libérés de l’erreur, elle a dispersé nos ténèbres, elle nous a réconciliés avec Dieu.

Cette Croix est la destruction de l’inimitié, la source de la paix, l’écrin de notre trésor. »

(saint Jean Chrysostome).

Vivant et mourant, Jésus n’a pensé qu’à notre salut.

Demandons-Lui d’imprimer en notre âme les marques de Son amour, de la vie nouvelle et éternelle.

Ne cédons pas à cette peur qui tend à nous faire perdre la paix et nous dresser les uns contre les autres…

Confiance en Celui qui est notre Rocher !

Prions, souffrons et sachons nous taire, dans le silence contemplatif nous obtiendrons tout ce dont nous avons besoin…

 

Fils et filles de l’Eglise, comportons nous en enfants de lumière pour rendre témoignage à Celui qui vient réconcilier tous les êtres et tout récapituler en Lui, le Christ Roi des Martyrs, le Christ Prince de la Paix.

 

« La ligne qui sépare le bien du mal ne passe pas entre les États, ni entre les partis politiques. Mais elle travers le cœur de chaque être humain." 

( Alexandre Soljénitsine) 

 

Réjouissons-nous aujourd’hui et soyons dans l’allégresse, fortifions-nous dans la foi

« Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat » !

 

Que la Mère de Miséricorde, la Vierge sage et fidèle, que les Saints de France et de notre Tradition Syriaque Orthodoxe du Kerala :

-Koorilose, Grégorios,etc…, nous accompagnent de leur fraternelle intercession eux qui, en l’attente de la Résurrection finale reposent dans le Christ Ressuscité, Lui notre Chef !

 

Votre fidèlement dans la prière à vos intentions et le zèle pastoral, implorant pour moi-même, mes confrères et l’ensemble de la Métropolie (Archidiocèse) vos prières fraternelles et aimantes.

Bonnes et Saintes Fêtes de Pâques à tous et chacun, qu'Il règne en nos vies pour pacifier le monde !

Aloho m'barekh(Dieu vous bénisse) !

 

+Métropolite Mor Philipose-Mariam

 

SaintAbrahamMarKoorilose.BAVA 

*Vous comprenez bien qu’il ne s’agit que d’analogies pour exprimer sa détresse face à sa défaite. En effet, pur esprit, un ange, déchu ou non, ne saurait avoir ni dents, ni cheveux, etc…

 

 

 

parumala_therumeni

 

 

 

Hans Memling, "La Résurrection", vers 1490, huile sur bois, Musée du Louvre, Paris © Musée du Louvre

Lundi de Pâque d' "Hevorae" 

Soirée

o    Saint-Luc 24, 13-35 :

  • 13 Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem,
  • 14 et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.
  • 15 Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.
  • 16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
  • 17 Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
  • 18 L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »
  • 19 Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple :
  • 20 comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.
  • 21 Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
  • 22 À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau,
  • 23 elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant.
  • 24 Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
  • 25 Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit !
  • 26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »
  • 27 Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
  • 28 Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.
  • 29 Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
  • 30 Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.
  • 31 Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.
  • 32 Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »
  • 33 À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent :
  • 34 « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »
  • 35 À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

o     

Matin

(  ܗܳܫܳܐ ܕ݁ܶܝܢ ܡܫܺܝܚܳܐ ܩܳܡ ܡܶܢ ܒ݁ܶܝܬ݂ ܡܺܝܬ݂ܶܐ . ܘܰܗܘܳܐ ܪܺܫܺܝܬ݂ܳܐ ܕ݁ܕ݂ܰܡܟ݁ܶܐ .
(Peshitta 1 Corinthians 15:20))

o    Saint Matthieu 28: 11-20 :

  • 11 Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.
  • 12 Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme
  • 13 en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.”
  • 14 Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. »
  • 15 Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.
  • 16 Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.
  • 17 Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.
  • 18 Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.
  • 19 Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,
  • 20 apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

o     

Avant de Saint Qurbana

o    Genèse 41: 41-46 :

  • 41 Pharaon dit à Joseph : « Vois ! Je t’établis sur tout le pays d’Égypte. »
  • 42 Il ôta l’anneau de son doigt et le passa au doigt de Joseph ; il le revêtit d’habits de lin fin et lui mit autour du cou le collier d’or.
  • 43 Il le fit monter sur son deuxième char et on criait devant lui : « À genoux ! » Et ainsi il l’établit sur tout le pays d’Égypte.
  • 44 Pharaon dit encore à Joseph : « Je suis Pharaon. Mais sans ta permission, personne ne lèvera le petit doigt dans tout le pays d’Égypte. »
  • 45 Pharaon appela Joseph Safnath-Panéah et lui donna pour femme Asnath, fille de Poti-Phéra, prêtre de One. Alors Joseph partit inspecter le pays d’Égypte.
  • 46 Joseph avait trente ans quand il se tint en présence de Pharaon, le roi d’Égypte. Il prit congé de lui et parcourut tout le pays d’Égypte.

o     

o    Jérémie 1: 4-12 :

  • 04 Soyez donc sur vos gardes : ne devenez pas, vous aussi, pareils aux étrangers ; ne vous laissez pas envahir par la crainte envers ces dieux,
  • 05 lorsque vous verrez la foule se prosterner devant et derrière eux. Dites-vous plutôt en pensée : « C’est devant toi, ô Maître, qu’il faut se prosterner. »
  • 06 Car mon ange est avec vous, lui qui demandera compte de vos âmes.
  • 07 La langue de ces dieux est poncée par un artisan, elle est recouverte d’or et d’argent, mais ils ne sont que mensonge, ils ne peuvent parler.
  • 08 Comme pour une jeune fille qui aime à se parer, ces gens prennent de l’or
  • 09 dont ils fabriquent des couronnes pour les têtes de leurs dieux. Il arrive même parfois que les prêtres dérobent à leurs dieux de l’or et de l’argent pour leurs propres dépenses,
  • 10 et qu’ils en donnent aussi aux prostituées sacrées. Ces dieux d’argent, d’or et de bois, on les pare de vêtements comme des hommes,
  • 11 eux qui ne peuvent se défendre ni de la rouille, ni des mites. Ils sont revêtus d’un habit de pourpre,
  • 12 mais on leur essuie le visage, à cause de la poussière du temple qui s’accumule sur eux.

o     

o    Isaïe 40: 9-15 :

  • 09 Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu ! »
  • 10 Voici le Seigneur Dieu ! Il vient avec puissance ; son bras lui soumet tout. Voici le fruit de son travail avec lui, et devant lui, son ouvrage.
  • 11 Comme un berger, il fait paître son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, il mène les brebis qui allaitent.
  • 12 Qui a jaugé les eaux des mers dans le creux de sa main, et, de ses doigts, mesuré les cieux, évalué en boisseaux la poussière de la terre, pesé les montagnes au crochet et les collines sur la balance ?
  • 13 Qui mesuré l’esprit du Seigneur ? Qui l’a conseillé pour l’instruire ?
  • 14 De qui a-t-il pris conseil pour discerner, pour apprendre les chemins du jugement, pour acquérir le savoir et s’instruire des voies de l’intelligence ?
  • 15 Voici les nations : elles sont pour lui comme une goutte au bord d’un seau, un grain de sable sur le plateau de la balance ! Voici les îles, comme une poussière qu’il soulève !

o     

·         Saint Qurbana

o    I Pierre 5: 1 à 8 :

  • 01 Quant aux anciens en fonction parmi vous, je les exhorte, moi qui suis ancien comme eux et témoin des souffrances du Christ, communiant à la gloire qui va se révéler :
  • 02 soyez les pasteurs du troupeau de Dieu qui se trouve chez vous ; veillez sur lui, non par contrainte mais de plein gré, selon Dieu ; non par cupidité mais par dévouement ;
  • 03 non pas en commandant en maîtres à ceux qui vous sont confiés, mais en devenant les modèles du troupeau.
  • 04 Et, quand se manifestera le Chef des pasteurs, vous recevrez la couronne de gloire qui ne se flétrit pas.
  • 05 De même, vous les jeunes gens, soyez soumis aux anciens. Et vous tous, les uns envers les autres, prenez l’humilité comme tenue de service. En effet, Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce.
  • 06 Abaissez-vous donc sous la main puissante de Dieu, pour qu’il vous élève en temps voulu.
  • 07 Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, puisqu’il prend soin de vous.
  • 08 Soyez sobres, veillez : votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer.

o     

o    Romains 6 12-23 :

  • 12 Il ne faut pas que le péché règne dans votre corps mortel et vous fasse obéir à ses désirs.
  • 13 Ne présentez pas au péché les membres de votre corps comme des armes au service de l’injustice ; au contraire, présentez-vous à Dieu comme des vivants revenus d’entre les morts, présentez à Dieu vos membres comme des armes au service de la justice.
  • 14 Car le péché n’aura plus de pouvoir sur vous : en effet, vous n’êtes plus sujets de la Loi, vous êtes sujets de la grâce de Dieu.
  • 15 Alors ? Puisque nous ne sommes pas soumis à la Loi mais à la grâce, allons-nous commettre le péché ? Pas du tout.
  • 16 Ne le savez-vous pas ? Celui à qui vous vous présentez comme esclaves pour lui obéir, c’est de celui-là, à qui vous obéissez, que vous êtes esclaves : soit du péché, qui mène à la mort, soit de l’obéissance à Dieu, qui mène à la justice.
  • 17 Mais rendons grâce à Dieu : vous qui étiez esclaves du péché, vous avez maintenant obéi de tout votre cœur au modèle présenté par l’enseignement qui vous a été transmis.
  • 18 Libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.
  • 19 J’emploie un langage humain, adapté à votre faiblesse. Vous aviez mis les membres de votre corps au service de l’impureté et du désordre, ce qui mène au désordre ; de la même manière, mettez-les à présent au service de la justice, ce qui mène à la sainteté.
  • 20 Quand vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres par rapport aux exigences de la justice.
  • 21 Qu’avez-vous récolté alors, à commettre des actes dont vous avez honte maintenant ? En effet, ces actes-là aboutissent à la mort.
  • 22 Mais maintenant que vous avez été libérés du péché et que vous êtes devenus les esclaves de Dieu, vous récoltez ce qui mène à la sainteté, et cela aboutit à la vie éternelle.
  • 23 Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur.

o     

o    St. Jean 2 18-25 :

  • 18 Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? »
  • 19 Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. »
  • 20 Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! »
  • 21 Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.
  • 22 Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.
  • 23 Pendant qu’il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en son nom, à la vue des signes qu’il accomplissait.
  • 24 Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous
  • 25 et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme.

o     

Par St Augustin

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
Sermon 235 ; PL 38, 1117 


 

« Reste avec nous »

 

Frères, quand est-ce que le Seigneur s'est fait reconnaître ?

A la fraction du pain.

Nous en sommes donc assurés nous-mêmes : quand nous rompons le pain, nous reconnaissons le Seigneur.

S'il n'a voulu être reconnu qu'à cet instant, c'est pour nous, nous qui ne devions pas le voir dans la chair, et qui pourtant devions manger sa chair.

Toi donc qui crois en lui, qui que tu sois, toi qui ne portes pas en vain le nom de chrétien, toi qui n'entres pas au hasard dans l'église, toi qui écoutes la parole de Dieu dans la crainte et l'espérance, la fraction du pain sera pour toi une consolation.

L'absence du Seigneur n'est pas une vraie absence.

Aie foi, et il est avec toi, quoique tu ne le voies pas. 

Quand le Seigneur les a abordés, les disciples n'avaient pas la foi.

Ils ne croyaient pas en sa résurrection ; ils n'espéraient même pas qu'il puisse ressusciter.

Ils avaient perdu la foi ; ils avaient perdu l'espérance.

C'étaient des morts qui marchaient avec un vivant ; ils marchaient, morts, avec la vie.

La vie marchait avec eux, mais en leur cœur, la vie n'était pas encore renouvelée. 

Et toi, désires-tu la vie ?

Imite les disciples, et tu reconnaîtras le Seigneur.

Ils ont offert l'hospitalité ; le Seigneur semblait résolu à poursuivre sa route, mais ils l'ont retenu...

Toi aussi, retiens l'étranger si tu veux reconnaître ton Sauveur...

Apprends où chercher le Seigneur, où le posséder, où le reconnaître : en partageant le pain avec lui.

La Foi que m'ont enseignée les Saints Pères, que j'ai enseignée en tous temps, sans l'adapter pour plaire au temps, je ne cesserai jamais d'enseigner cette Foi, je suis né avec elle, et je vivrai par elle.
(Saint Grégoire le Théologien)

===

« Même dans les heures sombres, garde toujours

*ta volonté de joie,

*ta volonté d'optimisme,

non l'optimisme satisfait qui croit que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais

*l'optimisme surnaturel et viril.

Aie confiance dans la vie ; combats tout ce qui mène à être sceptique, désabusé, fatigué de l'existence.

Les événements extérieurs sont heureux ou malheureux selon la qualité de l'âme sur laquelle ils font impression.

Pour toi, il faut que tout contribue à ton bien.

Il faut que tu saches sourire à la lutte, à l'adversité comme à la prospérité.

 

Aime à te baigner dans ce qu'il y a de beau et de bon dans la vie ; fuis tout ce qui est malsain, démoralisant ; aime le travail, sois généreux et bon ; et tu ne manqueras pas d'envisager de plus en plus la vie avec confiance, sérénité et joie.

Que la conscience de ta condition de ressuscité éveille et ranime en toi l'amour et la valeur de la vie, l'enthousiasme pour tout ce qu'il y a de grand et de noble ! »

(Dom Idesbald Van Houtryve, o.s.b. (1886-1964), La Vie dans la Paix Tome II (Livre dixième chap.4), Abbaye du Mont César, Louvain, 1944.)

 

"The Cross of Christ has become truly a source of infinite good: it has freed us from error, it has dispelled our shadows, it has reconciled us with God. This Cross is the destruction of enmity, the source of peace, the casket of our treasure. "(St. John Chrysostom). /  « La Croix du Christ est devenue véritablement une source de biens infinis : elle nous a libérés de l’erreur, elle a dispersé nos ténèbres, elle nous a réconciliés avec Dieu. Cette Croix est la destruction de l’inimitié, la source de la paix, l’écrin de notre trésor. » (saint Jean Chrysostome).

"The Cross of Christ has become truly a source of infinite good: it has freed us from error, it has dispelled our shadows, it has reconciled us with God. This Cross is the destruction of enmity, the source of peace, the casket of our treasure. "(St. John Chrysostom). / « La Croix du Christ est devenue véritablement une source de biens infinis : elle nous a libérés de l’erreur, elle a dispersé nos ténèbres, elle nous a réconciliés avec Dieu. Cette Croix est la destruction de l’inimitié, la source de la paix, l’écrin de notre trésor. » (saint Jean Chrysostome).

NOTRE DAME DE BOULOGNE...POUR UN GRAND RETOUR DE LA FRANCE VERS SON ESPERANCE...

 

 

Bientôt un pèlerinage des Chrétiens Syro-Orthodoxe francophones de St Thomas à N-D de Boulogne en Mai ? (Vous inscrire dès maintenant)

 

Une barque conduite par une statue en bois de la Vierge Marie…

Au VIIe siècle, une barque conduite par une statue en bois de la Vierge Marie accoste sur le rivage de Boulogne-sur-Mer, au nord de la France. Une église est alors édifiée sur les lieux de cette "apparition miraculeuse" pour abriter la statue. Aux  XIIe et XIIIe siècles, Boulogne devient une étape majeure sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle et attire des foules. Mais la statue est brûlée lors de la Révolution.

Notre Dame de Boulogne réapparaît pendant la Seconde Guerre mondiale. Portées de paroisse en paroisse, quatre reproductions de la statue sillonnent la France de 1943 à 1948 de Lourdes à  Boulogne-sur-Mer. Ce voyage spectaculaire est orchestré par l’Eglise catholique qui veut ainsi provoquer un élan de retour à la foi et de conversions. 

Ce pèlerinage du "grand retour" désignait le retour de la statue à Boulogne et le retour à la foi. Dans une France meurtrie par le conflit, les habitants y virent aussi une troisième signification : le retour de la paix.

Or la statue arriva à Boulogne au moment de la Libération. A Lussault-sur-Loire, elle passa le 14 juillet 1944, soit quelques jours seulement avant que le village ne soit libéré. Et à Pithiviers, elle fit étape en mai 1945, juste au moment des fêtes de la Victoire... 

 

Le singulier voyage de Notre-Dame de Boulogne

 

GONTRAN 28 MARS

Saint Gontran est un roi de Bourgogne mort en 592


Gontran était le petit fils de Clovis et de Clotilde, à 36 ans à la mort de son père Clotaire Ier, il reçut les royaumes de Bourgogne et d’Orléans, s’installa à Chalon-sur-Saône et gouverna avec une certaine sagesse, réussissant à repousser les invasions lombardes.

 La période était troublée et la famille se déchirait, c’est l’époque des crimes de Frédégonde et Brunehaut. Il s’efforça de calmer ses frères, et après leur mort il se déclara protecteur de ses neveux dont il se trouvait l’arbitre mais dont il se contenta de maintenir les ambitions en équilibre.

 

 

Malgré trois mariages il n’eut comme enfant survivant qu’une fille, qui devint religieuse ; aussi il choisit comme héritier Chidebert II, à qui il s’adresse sur la miniature du XVème s. ci-contre.

 

 

Il fut le premier roi franc que l'Église admit au nombre des saints, ce qui ne signifie pas qu'il fut un modèle.  Il répudia sa première femme, eut des  concubines, se montra brutal au point de tuer son médecin… tous les vices de son siècle ! Mais il se montra généreux envers les pauvres, dota les églises et les monastères, réunit des conciles et termina sa vie à l’abbaye de Saint Marcel de Chalon, qu’il avait fondée. Peu après sa mort, "le bon roi Gontran" fut proclamé saint par le peuple.

 

 

Le 28 Mars, mémoire du pieux et bon roi, saint Gontran de Bourgogne, qui répara les fautes de sa jeunesse par une exemplaire charité.

Auriez-vous préféré qu'il eût bien commencé 
et qu'il eût mal fini? La voie qu'il a suivie 
est celle du pécheur ayant, puis, embrassé 
la sainte pénitence au milieu de sa vie. 
Si bien il réussit qu'on loua sa bonté, 
et ce saint, le vingt-huit, vers le ciel est monté.

Par ses prières, ô Christ notre Dieu, aie pitié de nous et sauve nous. Amen. 
(http://orthodoxievco.net/ecr…/vies/synaxair/mars/gontran.pdf)

 

 

 

BONNE FETE AUX GONTRAN

 

 

 Demain nous fêterons les Gladys

Living and dying, Jesus thought only our salvation. Ask Him to print in our souls the marks of His love of the new and eternal life./Vivant et mourant, Jésus n’a pensé qu’à notre salut. Demandons-Lui d’imprimer en notre âme les marques de Son amour, de la vie nouvelle et éternelle.

Living and dying, Jesus thought only our salvation. Ask Him to print in our souls the marks of His love of the new and eternal life./Vivant et mourant, Jésus n’a pensé qu’à notre salut. Demandons-Lui d’imprimer en notre âme les marques de Son amour, de la vie nouvelle et éternelle.

LE COIN DU CATECHISME ET DE LA TRANSMISSION FAMILIALE...

 

 

Coloriages, un chemin de lumière avec Jésus Ressuscité:

 

 

 

« Moi, je suis la résurrection et la vie »(St Ephrem)


Par Saint Ephrem

(v. 306-373), diacre en Syrie, docteur de l'Église
Commentaire de l'Évangile concordant, 17, 7-10 ; SC 121 (trad. cf SC p. 307)

 

« Moi, je suis la résurrection et la vie »

 

Quand il a demandé :

« Où l'avez-vous déposé ? », les larmes venaient aux yeux de notre Seigneur.

Ses larmes ont été comme la pluie, Lazare comme le grain, et le sépulcre comme la terre.

Il a crié d'une voix de tonnerre, la mort a tremblé à sa voix, Lazare a jailli comme le grain, est sorti et a adoré le Seigneur qui l'avait ressuscité.

Jésus a rendu la vie à Lazare et est mort à sa place, car, lorsqu'il l'eut tiré du sépulcre et pris place à sa table, lui-même a été enseveli symboliquement par l'huile que Marie a versée sur sa tête (Mt 26,7).

La force de la mort qui avait triomphé depuis quatre jours est écrasée pour que la mort sache qu'il était facile au Seigneur de la vaincre le troisième jour ; sa promesse est véridique : il avait promis qu'il ressusciterait lui-même le troisième jour (Mt 16,21).

Le Seigneur a donc rendu leur joie à Marie et à Marthe en terrassant l'enfer pour montrer que lui-même ne serait pas retenu par la mort pour toujours.

Maintenant, chaque fois qu'on dira que ressusciter le troisième jour est impossible, qu'on regarde celui qui a été ressuscité le quatrième jour.

« Approchez-vous et enlevez la pierre. »

Quoi donc, celui qui a ressuscité un mort et lui a rendu la vie n'aurait-il pas pu ouvrir le sépulcre et renverser la pierre ?

Lui qui disait à ses disciples :

-« Si vous avez la foi gros comme un grain de moutarde, vous direz à cette montagne : Déplace-toi, et elle se déplacera »(Mt 17,20), n'aurait-il pas pu par un mot déplacer la pierre qui fermait l'entrée du sépulcre ?

Certes, il aurait pu aussi enlever la pierre par sa parole, lui dont la voix, alors qu'il était suspendu à la croix, a fendu les pierres et les sépulcres (Mt 27,51-52).

Mais, parce qu'il était l'ami de Lazare, il dit :

-« Ouvrez, pour que l'odeur de la pourriture vous frappe, et déliez-le, vous qui l'avez enveloppé dans son suaire, pour que vous reconnaissiez bien celui que vous aviez enseveli. »

 

En vrac...Eléments pour votre réflexion

 

personnelle...

 

 

===

Le roi de Jordanie accuse la Turquie de préparer le jihad en Europe

source Le 11 janvier 2016, le roi Abdallah de Jordanie participait à Washington à une réunion avec des membres de trois commissions sénatoriales (Renseignement, Affaires étrangères et Armées). Selon David Hearst (ancien journaliste du Scotman, puis du Guardian, actuel rédacteur en chef de Middle East Eye) qui a pu consulter les minutes de la rencontre, le roi aurait accusé le président Recep Tayyip Erdoğan d’avoir organisé la vague de migrants vers l’Europe et d’y avoir intentionnellement placé des jihadistes.

 

Le roi aurait affirmé, concernant la Syrie, que la Turquie œuvre pour une solution confessionnelle, à l’encontre des efforts de la Jordanie.

Le roi aurait confirmé la responsabilité de la Turquie dans le trafic de pétrole volé par Daesh. Observant que l’armée turque entraîne l’armée somalienne, le roi aurait accusé la Turquie de contrôler des groupes jihadistes non seulement en Syrie et en Irak, mais aussi en Libye et en Somalie.

Enfin, le roi se serait interrogé sur la promesse européenne [désormais actée par le Sommet des 17 et 18 mars] de verser 3 milliards d’euros à la Turquie pour l’aider à faire face à ses réfugiés. Il aurait noté le caractère disproportionné de cette aide, laissant entendre que les Européens financent indirectement les ambitions turques.

Source

Jordan’s king accuses Turkey of sending terrorists to Europe”, David Hearst, Middle East Eye, March 25, 2016.

 

===

 

In Syria, Assyrians Cling On After ISIS Onslaught


Assyrian International News Agency
To unsubscribe or set email news digest options, visit http://www.aina.org/mailinglist.html

In Syria, Assyrians Cling On After ISIS Onslaught
By Alice Fordham
National Public Radio
2016-03-27 18:07 GMT

 

An Assyrian Christian man kisses a cross after taking communion in Tell Tamer, Syria. A photograph shows one of at least three people killed after ISIS took about 300 people captive in March 2015. ( Alice Fordham/NPR)On a sky-blue Sunday morning in the little town of Tell Tamer in northeastern Syria, sunlight pours through olive trees, dappling the path to a church that has for almost a century been the center of an Assyrian Christian community.

But inside the Church of Our Lady, the sound of sobbing mixes with the ancient Aramaic chants. Photographs of three people are on display at the front, propped up on white cloths embroidered with roses, next to silver crosses and golden bells; the mass is in their memory.

A year ago, ISIS fighters staged an offensive from the nearby Abdelaziz mountain, pouring into a string of small villages along the Khabur River Valley. The hamlets were mainly populated by Christians from the ancient Assyrian ethnicity, which traces its roots in the Middle East back more than 6,000 years, and which is now Christian.

"At 4 in the morning, we heard clashes," says Georgette Melki, speaking after the service. "Tak-tak-tak-tak-tak." After four years of Syria's civil war they were used to sporadic fighting. But as it got louder she got out of bed to see Islamic State fighters overrunning her tiny village of Tell Shamiran -- "like ants," she says.

Melki says the extremists destroyed the church, looted houses and captured about 300 people from several villages. The extremists separated their captives into men and women and drove for miles to the town of Shadadi, where they were held. Some prisoners were later moved to the Islamic State's Syrian stronghold of Raqqa.

She says they were imprisoned but their treatment was not cruel. ISIS has raped, injured and killed thousands of people from the Yazidi religious minority and Shiite Muslims, whom it considers infidels. But they do not usually subject Christians to the same treatment.

An Assyrian Christian woman prays at a church service in Tell Tamer, Syria. The service is to remember members of the community killed after about 300 people were taken captive by ISIS in March 2015. ( Alice Fordham/NPR)

After months of negotiations between Assyrian clergy and representatives of the militants, most of those captured were released. No one will confirm the terms of the deal but several people close to the negotiations say ransoms were paid.

But at least three people were killed, among them one of Melki's sons. She doesn't know why he was killed.

"I don't know why they treated us like this," she says. "We didn't do anything. We were in our village, in our houses."

The ISIS assault was the latest shock to a community which has struggled to cling to this verdant -- if remote -- area. Although Assyrians have lived for millennia in an area now divided between Turkey, Syria and Iraq, there were none in the Khabur River Valley a century ago.

But after an Assyrian community was attacked in Iraq, they came here as refugees, resettled when Syria was under the French Mandate in the 1930s. According to research by former U.S. diplomat Alberto M. Fernandez in the 1990s, many of their children emigrated, meaning the villages remained tiny, with just a few hundred people in some of them. Miniature mud-built churches were only gradually replaced with cinderblock ones.

Georgette Melki and her surviving children hold a picture of her son, who was one of at least three people killed after ISIS overran a string of Assyrian Christian villages last year. ( Alice Fordham/NPR)

In Tell Tamer, the largest settlement, the larger Church of Our Lady was built in the 1980s. It became these Assyrians' focal point, even as the Muslim -- mainly Kurdish -- population of the town grew and the Assyrians became a minority there.

Still, hundreds of families remained. But the ISIS threat has brought the community to the brink of extinction, says priest Bekos Ishaya.

With Kurdish forces helping the Assyrians, Islamic State fighters were pushed out of the string of villages along the river. They never entered Tell Tamer, which was better protected.

But the experience, and subsequent attacks including a devastating bombing, drove hundreds to leave the area or the country, says Ishaya. "There were only 450 [Assyrian] families in Tell Tamer before the crisis," he says. "Now there are 100."

But the grey-bearded priest, who remembers when the church that he lives behind was built, swears he will remain. He says God compared priests with light in the darkness.

"The priest must be an example for the people, and he must be first in everything," he says.

He adds that the people who left Syria "are not comfortable. I talk to them every day on the phone, our people. They are not happy."

They will only be happy, he insists, if they return to their roots.

Women at a service in the Church of Our Lady in northern Syria. The women sit at the back, and cover their heads with scarves -- a selection of colorful headscarves are kept at the back of the church. ( Alice Fordham/NPR)

There are also young men in uniform with weapons here. To protect their area, they have formed a militia, which is now part of the Syrian Democratic Forces, an alliance supported by the U.S. in its fight against ISIS.

Their spokesman is Kino Gabriel: tall, broad-chested, 26 years old. He says the community decided to arm themselves when they looked to the Christians of Iraq, who have been brutally targeted but never formed organized armed groups.

I ask how it felt the first time he put on a uniform.

"You feel strong," he says, laughing. "It is l think something cultural that when you wear a uniform, take up arms, you feel stronger."

Gabriel urges people not to leave these villages and tells people living abroad to come back and help rebuild. He believes people should return to their roots and their homeland.

"Staying in our land -- that is the only way that we can preserve our life, our culture -- our everything."

 

===

Libération: Palmyre entièrement repris par l'armée syrienne

D'après l'OSDH et les médias officiels syriens, l'armée de Bachar al-Assad a repris dimanche le contrôle total de Palmyre, après en avoir chassé les jihadistes de l'EI qui tenaient la ville antique depuis près d'un an.

L'armée syrienne a repris dimanche 27 mars la totalité de la ville de Palmyre aux jihadistes de l'organisation État islamique, infligeant un revers à l'organisation jihadiste qui s'en était emparé en mai 2015, ont annoncé dimanche les médias officiels syriens ainsi que l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

 

Citant une source militaire, la télévision officielle syrienne a rapporté que l'armée et ses supplétifs avaient "pris le contrôle total de la ville de Palmyre". "Après de violents combats nocturnes, l'armée contrôle entièrement la ville de Palmyre, y compris le site antique et la partie résidentielle. Ils (les jihadistes) s'en sont retirés", a dit une source militaire au correspondant de l'AFP sur place dans cette ville du centre de la Syrie.

L'OSDH s'est fait plus nuancé, en déclarant qu'il y avait toujours des tirs dans la partie orientale de la ville samedi matin mais que l'essentiel des combattants de l'EI s'était retiré en direction de l'est, laissant Palmyre sous le contrôle de l'armée syrienne. Selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdoulrahman, 400 jihadistes de l'EI ont péri dans la bataille de Palmyre.

L'armée syrienne, soutenue par l'aviation et les forces spéciales russes ainsi que par le Hezbollah libanais, avait lancé le 7 mars une offensive pour reprendre Palmyre à l'EI qui s'était emparé en mai 2015 de la ville et ses ruines antiques classées au patrimoine mondial de l'Unesco.

"Si nous gagnons, ce serait la première grande défaite infligée par l'armée à Daech", avait indiqué samedi une source militaire à l'AFP.

 

Source

 

===

source    Terrorisme, révolte dans la jeunesse, campagne antiraciste absurde, Europe impuissante, le titre du dernier livre de Jean-Pierre Le Goff, Malaise dans la démocratie, est plus que jamais approprié à la situation actuelle. Le sociologue et philosophe fait le point pour FigaroVox. Jean-Pierre Le Goff est un philosophe, écrivain et sociologue français. Son dernier livre « Malaise dans la démocratie » vient de paraître chez Stock.

La présidence de François Hollande représente le summum du pouvoir incohérent et informe qui ne date pas d’aujourd’hui. [...] La concertation, la démocratie participative, la recherche d’un compromis acceptable… ont bon dos pour masquer l’absence de tout projet clair et cohérent.

On assiste bien à la fin d’un monde avec des risques de conflits ethniques et de violences, une accentuation du chaos.

 

De quelque côté que l’on se tourne, c’est l’impression de confusion et de délitement qui domine avec le sentiment d’impuissance des États à s’attaquer aux causes des maux dont ils déplorent les effets. On réagit au plus vite pour essayer tant bien que mal de gérer des problèmes qui s’emballent: lutte contre le terrorisme, flux de migrants, Union européenne à la dérive, chiffres du chômage…, tout en ayant en vue des échéances électorales qui se rapprochent à grands pas.

Chaque jour nous confronte à la vision d’un pays désorienté, d’une Union européenne à la dérive et d’un monde livré au chaos. Les images du flot de réfugiés et de migrants bloqués aux frontières criant leur colère renforcent l’angoisse des peuples européens: pour ces migrants l’Europe est une terre promise quoiqu’il en soit du chômage, des différences de culture et des mœurs ; réfugiés politiques et migrants économiques se mélangent dans la plus grande confusion, sans parler des terroristes islamistes qui peuvent profiter de l’occasion. 

Les grands discours généraux sur la lutte contre la xénophobie, l’islamophobie, le racisme…, les leçons de morale données aux peuples européens qui craignent de voir à terme leur pays et leur culture s’en aller à vau l’eau n’y changeront rien. [...]

Une police de la pensée et de la parole a accusé systématiquement nombre d’intellectuels et de journalistes d’«islamophobie», faisant pression et rendant plus difficile toute critique, toute réflexion et débat sur l’islam et son adaptation difficile à la civilisation européenne, réflexion et débat indispensables à son intégration.

[...]

Comme je le souligne dans mon livre, cela pose le problème du bouleversement du terreau éducatif et sociétal des démocraties européennes, bouleversement qui a abouti à la dépréciation de leur propre histoire et à la mésestime d’elles-mêmes, au profit d’un multiculturalisme invertébré et sentimental qui a le plus grand mal à reconnaître qu’existe une pluralité des peuples et des civilisations.

 C’est une mentalité nouvelle qui a vu le jour pour qui la démocratie est devenue synonyme de relativisme culturel, la nation de xénophobie et de racisme, l’Europe et l’Occident étant eux-mêmes considérés, peu ou prou, comme les responsables de tous les maux de l’humanité. 

Les guerres, les totalitarismes et la shoah, le colonialisme… se sont trouvés intégrés dans un récit de plus en plus dépréciatif de notre histoire et la critique salutaire de l’ethocentrisme européen a versé dans un règlement de compte qui n’en finit pas. 

En contrepoint, les autres peuples du monde peuvent être considérés comme porteurs de vertus qui nous font défaut. [...]

Le Figaro

 

===

INVITATION(S):

 

===

De : "haydar demiryurek"

<haydar.demiryurek@gmail.com>


ENSEMBLE AVEC MARIE
réunit des Chrétiens et des Musulmans, autour de la figure commune de la Vierge Marie.

Pour la seconde année consécutive, une rencontre spirituelle, conviviale et festive aura lieu le samedi 2 avril 2016, à la Basilique de Longpont-sur-Orge (Essonne). 
Vous y êtes cordialement invités et je vous propose de le diffuser autour de vous.

Interviendront notamment : Monseigneur Michel Dubost (Président du Conseil pour la dialogue interreligieux), Anouar Kbibech (Président du Conseil français du culte musulman), Bernard Thibaud (Secrétaire général du Secours catholique), Bariza Khiari (Sénatrice de Paris), Monseigneur Maroun Nasser Gemayel (Évêque de l’Éparchie Notre-Dame-du-Liban de Paris des Maronites), Latifa Ibn Ziaten (Présidente de l’association Imad pour la jeunesse et la Paix). 

D’autres rencontres ENSEMBLE AVEC MARIE sont également organisées cette année à Créteil, Lyon, Bruxelles et Tunis.

La rencontre du 2 avril à Longpont-sur-Orge sera ponctuée de temps de prière, de chants, de témoignages et d’interventions de représentants des deux communautés religieuses.

Vous trouverez plus de détails dans le communiqué joint 
http://www.ensembleavecmarie.org/index.php

Amicalement
Haydar DEMIRYUREK

 

===

 

Plus de 100 débats sont proposés à Paris lors de la Nuit des Débats

du samedi 2 avril organisée par la mairie de Paris 

 

http://www.paris.fr/nuitdesdebats

 
 
De: Myriam BOUREGBA <mbouregba@free.fr>
 
De : Michel Bourdeau <mb.com@wanadoo.fr>
Date : 18 mars 2016 21:15:20 HNEC
À : DEB1 <mb.com@wanadoo.fr>
Objet : Nuit des Débats - 2 avril
 
Bonsoir,
Dans le cadre de la “Nuit des Débats“, initiative de la Ville de Paris, le Centre Pastoral Saint-Merry et le GAIC (Groupe d’amitié islamo-chrétienne) vous invitent à débattre sur le thème :
 

La laïcité peut-elle cohabiter avec Dieu ?
Samedi 2 avril 2016 de 20 H à 22 H 
Eglise Saint-Merry - 76 rue de la Verrerie 75004 Paris 
(Métro Hôtel de Ville)
 
La carte invitation ci-jointe présente les intervenants :
Alain ChristnachtDanièle Hervieu-Léger et Mohamed Beddy Ebnou
ainsi que l’animateur : Bernard Gorce.
 
En diffusant ce message avec sa pièce jointe dans tous vos réseaux,
vous participerez à faire connaître cet événement.
Nous vous en remercions vivement.

===

Une association française nous offre la joie d'écouter 114 jeunes syriens chanter la foi et la paix.

Posted: 25 Mar 2016 12:06 PM PDT

Evènement organisé par SOS Chrétien d'Orient, 114 enfants syriens de la Chorale Choeur-Joie sont venus chanter à Lourdes montrant ainsi le visage souriant qu'était celui de la Syrie, mais aussi que l'écart entre les chrétiens syriens et la France n'est guère profond. Hélas, le gouvernement français a pris le mauvais pli de combattre ses amis bienveillants pour donner de la voix à des étrangers parfois bien malveillants. Il suffit d'écouter cette jeunesse de l'Espérance. (source)
 
 
 
En l'Eglise Notre-Dame des Champs....
 
 
 
Le Père Zahlaoui, Fondateur de la Chorale à Choeur-Joie...dit quelques mots sur la Syrie et explique la motivation des chanteurs... 

 

 

 

====

 

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

===

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)

La joie de la Résurrection est la première tradition chrétienne1.

Samedi Saint et Dimanche de Pâques 2016 (Lectionnaire accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare)

Tradition à la fois spirituelle et théologique, elle est enracinée dans l’Église. Notre joie venant de la Résurrection devrait être exactement semblable à la joie qui inonda le cœur de Pierre et de Jean, celui des disciples sur la route d’Emmaüs, et celui des Onze assemblés dans la chambre haute.

1. Ce fut une joie profondément ressentie, humainement parlant, une joie bouleversante, qui envahit le cœur et la sensibilité des disciples.

2. Une joie assurée par la présence tangible et visible du Christ; une joie qui ne demande point de preuve logique, théologique ou intellectuelle.

3. Une joie qui a illuminé le passé et surmonté tous les événements de la Passion du Christ. Une joie qui a éclairé tous les enseignements que le Christ avait donnés au cours des trois années précédentes. Cette joie est l’essentiel de la Bonne Nouvelle évangélique. Toute chose doit être considérée dorénavant, à la lumière de la Résurrection.

4. Une joie ressentie dans toute sa dimension éternelle, une joie qui surpasse le temps, la mort et toute la création présente, avec tout ce qu’elle comporte d’imperfections, de fautes et de faiblesses. Une joie qui transfigure l’échec actuel, et en fait le moyen, la porte et le chemin par lesquels nous tendons vers la perfection chrétienne future. Nous vivons alors cette perfection en espérance, dès le moment présent (dans « l’espérance vivante » de 1 Pi 1,3).

La Résurrection est la réalité de l’avenir anticipé aujourd’hui. L’Église tient à exprimer cette dimension éternelle déjà présente, en faisant de chaque dimanche une célébration de la Résurrection du Seigneur. Chaque jour de la semaine devient alors une préparation au dimanche. C’est un défi jeté au temps et une tentative sérieuse pour le rénover ou pour le transfigurer par l’Esprit.

5. La joie de la Résurrection doit être inséparable de la nouvelle création que nous vivons actuellement, grâce à notre union au Christ, dans le mystère de son corps et de son sang. La joie de la Résurrection grandit alors en nous, dans la mesure où nous sommes nourris, jour après jour, par le Pain Vivant descendu du ciel, Pain qui réjouit l’esprit et le cœur de l’homme, et qui oriente son espérance vers le ciel.

6. La joie de la Résurrection doit être la puissante énergie qui stimule chaque jour nos efforts et ravive sans cesse notre vigilance, pour sauvegarder dans une pureté irréprochable, le trésor qui nous est confié jusqu’à la venue du Seigneur. La Résurrection représente pour nous la victoire certaine de la vie sur la mort, de la lumière sur les ténèbres, de la vérité sur le mensonge, de la pureté sur la souillure, de la justice sur l’oppression, du repos sur la fatigue, de la joie sur la tristesse et de la paix sur l’angoisse.

7. La joie de la Résurrection doit être la vive consolation qui nous réconforte, en toute certitude, de toute perte subie actuellement, quelque grande qu’elle soit, morale ou physique, serait-ce même la mort. Le Christ est ressuscité pour nous donner la preuve certaine que tous les malheurs, toutes les machinations du démon et des hommes corrompus en ce monde, sont anéantis par un verdict céleste irréversible, proclamé par la cour suprême, qui siège au ciel, afin de « rendre la tribulation à ceux qui nous l’infligent » (2 Th 1,6), selon la justice de Dieu qui ne peut faillir.

La Résurrection est une puissance mystérieuse, grâce à laquelle tout mal dirigé contre nous et toute perte qui nous atteint sont transformés en récompense céleste. Nous en recevons dès maintenant l’avant-goût mystique, sous forme de consolation et de joie : « De même, en effet, que les souffrances du Christ abondent pour nous, de même, par le Christ abonde aussi notre consolation » (2 Cor 1,5).

Cette transformation se poursuit toujours. Saint Paul l’affirme fréquemment :

« Ainsi la mort est à l’œuvre en nous, mais la vie en vous » (2 Cor 4,12).

« Pour moi, bien volontiers, je dépenserai et me dépenserai moi-même tout entier pour vous » (2 Cor 12,15).

« Nous prions Dieu que vous ne fassiez aucun mal ; nous ne désirons pas donner nos preuves, mais vous voir faire le bien et que l’épreuve paraisse tourner contre nous » (2 Cor 13,7).

« Car nous sommes dans la joie, chaque fois que nous sommes faibles et que vous êtes forts » (2 Cor 13,9).

« Sommes-nous en difficulté ? C’est pour votre consolation et votre salut ! Sommes nous consolés ? C’est pour votre consolation ! » (2 Cor 1,6)

« Or toutes ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai considérées comme une perte, à cause du Christ. Mais oui, je considère que tout est perte en regard de ce bien suprême qu’est la connaissance de Jésus Christ mon Seigneur. ? cause de lui, j’ai tout perdu et je considère cela comme ordures afin de gagner le Christ » (Ph 3,7-8).

 

Icône de la Résurrection

Atelier Le Roseau - Michèle Koné ©

8. La Résurrection nous donne la réponse à toute question que pose le silence de Dieu, à l’époque actuelle : Pourquoi ne montre-t-il pas sa justice et sa miséricorde et ne tire-t-il pas vengeance du mensonge, de l’injustice, du blasphème proféré contre lui ou contre ses enfants fidèles et croyants ?

La réponse est celle ci : la récompense est proche, fidèle, parfaite, pleine de la sagesse de Dieu. Elle se modèle sur la Résurrection du Christ, lui qui est mort dans la faiblesse, l’ignominie, la honte, lui qui a tout perdu, mais qui est ressuscité pour nous appeler « par sa propre gloire et sa force agissante, (...) à devenir participants de sa nature divine », comme le dit l’Apôtre Pierre dans sa deuxième Épître. (cf. 1 Pi 1,4).

Il est ressuscité des morts, non seulement en sa propre personne, mais en ressuscitant avec lui chacun de ceux qui sont morts comme lui et qui meurent comme lui, injustement persécutés pour l’amour de la vérité, battus et humiliés, pour avoir observé les commandements. La compensation de l’injustice de cette vie nous est assurée par la Résurrection du Seigneur. Nous devons la recevoir maintenant comme une réalité vivante et actuelle. Nous pouvons la goûter déjà, par la foi en la Résurrection du Christ. Nous attendons sa pleine manifestation, dans la patience et l’espérance vivante dans le Christ. Pour le moment, il suffit qu’il intercède pour nous, ou plutôt qu’il juge déjà en notre faveur, sans tarder : « Lui qui n’a pas épargné son propre Fils, mais l’a livré pour nous tous, comment, avec son Fils, ne nous donnerait-il pas tout ? Qui accusera les élus de Dieu ? Dieu justifie ! Qui est celui qui juge et condamne ? Jésus Christ qui est mort, bien plus, qui est ressuscité, qui est à la droite de Dieu et qui intercède pour nous » (Ro 8,32-34).

Aussi S. Paul nous dit-il avec assurance :

« Réjouissez-vous dans le Seigneur en tout temps ; je le répète, réjouissez-vous. Que votre bienveillance soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais en toute occasion, par la prière et la supplication, accompagnées d’actions de grâces, faites connaître vos demandes à Dieu » (Ph 4,4-6).

« Vous êtes notre orgueil parmi les Églises de Dieu, à cause de votre persévérance et de votre foi dans toutes les persécutions et les épreuves que vous supportez. Elles sont les signes du juste jugement de Dieu : leur but est de vous rendre dignes du Royaume de Dieu pour lequel vous souffrez.. Il est juste, en effet, que Dieu rende détresse pour détresse à vos oppresseurs et que Dieu vous donne, à vous, les opprimés, le repos avec nous lors de la révélation du Seigneur Jésus, qui viendra du ciel avec les anges de sa puissance » (2 Th 1,4-7).

 

9. Imminence de la Résurrection

La Résurrection du Christ n’a pas tardé. Juste trois jours après la crucifixion, Dieu intervint pour mettre fin à l’injustice et donner la preuve que son jugement était rapide, sa condamnation immédiate et sa riposte fulgurante à toute action injuste et malfaisante. S’il nous semble parfois qu’il tarde à intervenir, ce retard n’existe, en fait, que dans notre manière d’évaluer le temps, d’après notre logique. L’intervention divine à notre égard a lieu en vertu de la Résurrection. Celle-ci est déjà accomplie et reste toujours actuelle : « C’est maintenant le jugement de ce monde » (Jn 12,31).

L’acceptation de la condamnation, de l’humiliation ou de l’injustice se fonde sur la confiance dans le jugement suprêmement équitable de Dieu :

« J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, mes joues, à ceux qui m’arrachaient la barbe ; je n’ai pas caché mon visage face aux outrages et aux crachats. C’est que le Seigneur me vient en aide : dès lors je ne cède pas aux outrages, dès lors j’ai rendu mon visage dur comme un silex, j’ai su que je n’éprouverais pas de honte. Il est proche, celui qui me justifie. Qui veut me quereller ? Comparaissons ensemble. Qui sera mon adversaire en jugement ? Qu’il s’avance vers moi. Oui, le Seigneur Dieu me vient en aide : qui donc me convaincrait de culpabilité ? » (Is 50,6-9).

Toute intervention divine aujourd’hui, tout jugement miséricordieux, toute rémission et toute abolition de l’injustice se fondent sur le jugement rendu en faveur du Christ et sur l’intervention divine à son endroit : « Avant la venue de la foi (au Christ), nous étions enfermés sous la garde de la loi, en vue de la foi qui devait être révélée » (Ga 3,23).

Sans le Christ, nous étions tous « enfermés dans la désobéissance » (cf. Ro 11,32) : « Ils sont tous dévoyés, ensemble pervertis, pas un qui fasse le bien, pas un seul » (Ro 3,12). Mais dans le Christ, nous avons reçu un pardon gratuit, une justification plénière et générale, car il a accompli en lui-même toute la justice divine et a enduré toute la peine méritée par les pécheurs. Aussi il est devenu notre justice (cf. 1 Co 1,30), et le jugement rendu en sa faveur nous est fermement assuré.

Nous devrions alors constamment méditer ces paroles de S. Paul déjà citées, afin de nous convaincre que les jugements de Dieu en faveur de ses élus se réalisent dès maintenant, d’une manière vivante, effective, et instantanée. Il ne leur manque que d’être manifestés au temps opportun :

« Lui, qui n’a pas épargné son propre Fils, mais l’a livré pour nous tous, comment, avec son Fils ne nous donnerait-il pas tout ? Qui accusera les élus de Dieu (maintenant ou à l’avenir) ? C’est Dieu qui justifie. Qui est celui qui juge et condamne (pas au futur mais au présent) ? Jésus Christ qui est mort, bien plus, qui est ressuscité (c’est-à-dire qui a subi une sentence injuste et qui l’a annulée par sa Résurrection), lui qui est à la droite de Dieu et qui intercède pour nous. Qui nous séparera de l’amour du Christ ? » (Ro 8,32-35).

Aussi nous n’attendons pas que Dieu nous fasse justice, comme si quelque chose devait encore arriver. Nous avons plutôt l’assurance qu’il est toujours avec nous, toujours présent :

« Il est proche celui qui me justifie » (Is 50,8).

 

10. Résurrection et vivante espérance

L’espérance est devenue une part vivante de notre foi et de notre conduite; le verset-clé pour nous est :

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ : dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître pour une vivante espérance, par la Résurrection de Jésus Christ d’entre les morts » (1 Pi 1,3).

Grâce à la Résurrection, notre foi chrétienne ne porte pas sur de vagues réalités futures, mais sur des réalités du monde à venir déjà vues et touchées, bien que, selon leur véritable nature, elles soient totalement suprasensibles. La miséricorde de Dieu a été si abondante dans le Christ, que les choses qui semblaient impossibles et illusoires pour la logique humaine, sont devenues, grâce à la foi, des réalités que nous vivons dans l’Esprit, et que nous sentons et touchons par la foi. Ces réalités sont perçues par les enfants et ressenties par les simples. Ainsi notre foi chrétienne, ou notre foi dans le Christ, est-elle devenue « la garantie des biens que l’on espère », les sachant déjà actuels par la foi, et « la certitude des réalités à venir » (cf. He 11,1), les sachant déjà commencées mystiquement, bien qu’elles demeurent invisibles aux yeux du monde :

« C’est lui, l’Esprit de vérité, celui que le monde est incapable d’accueillir, parce qu’il ne le voit pas et ne le connaît pas » (Jn 14,17).

« L’homme, laissé à sa seule nature, n’accepte pas ce qui vient de l’Esprit de Dieu. C’est une folie pour lui, il ne peut le connaître car c’est spirituellement qu’on en juge » (1 Cor 2,14).

La Résurrection est alors la base de la foi chrétienne ; elle est également sa puissance qui agit en nous, sa joie présente en nous, et sa paix qui nous inonde au delà de toute compréhension.

« En effet, il est écrit (à propos d’Abraham): “J’ai fait de toi le père d’un grand nombre de peuples”. Il est notre père devant celui en qui il a cru, le Dieu qui fait vivre les morts et appelle à l’existence ce qui n’existe pas. Espérant contre toute espérance, il crut et devint ainsi le père d’un grand nombre de peuples, selon la parole : « Telle sera ta descendance ». Il ne faiblit pas dans la foi en considérant son corps – il était presque centenaire – et le sein maternel de Sara, l’un et l’autre atteints par la mort. Devant la promesse divine, il ne succomba pas au doute, mais il fut fortifié par la foi et rendit gloire à Dieu, pleinement convaincu que, ce qu’il a promis, Dieu a aussi la puissance de l’accomplir. Voilà pourquoi cela lui fut compté comme justice. Or, ce n’est pas pour lui seul qu’il est écrit “cela lui fut compté”, mais pour nous aussi, nous à qui la foi sera comptée puisque nous croyons en celui qui a ressuscité d’entre les morts Jésus notre Seigneur, livré pour nos fautes et ressuscité pour notre justification » (Ro 4,17-25).

« Ainsi donc, justifiés par la foi, nous sommes en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ ; par lui, nous avons accès, par la foi, à cette grâce en laquelle nous sommes établis et nous mettons notre orgueil dans l’espérance de la gloire de Dieu. (…) Si en effet, quand nous étions ennemis de Dieu, nous avons été réconciliés avec lui par la mort de son Fils, à plus forte raison, réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie » (Ro 5,1,2-10).

La Résurrection du Christ devient par la foi notre propre résurrection :

« Avec lui, il nous a ressuscités et fait asseoir dans les cieux, en Jésus Christ » (Ep 2,6).

Nous croyons également que :

« Lorsque le Christ, notre vie, paraîtra, alors vous aussi, vous paraîtrez, avec lui, dans la gloire » (Col 3,4).

C’est dire que sa Résurrection, sa manifestation devant le Père et sa glorification sont, par la foi vivante, devenues notre propre résurrection, notre manifestation devant le Père et notre glorification, avec toute leur efficacité et leur puissance.

Au baptême, nous participons au mystère de la mort du Christ, et immédiatement après, à celui de sa Résurrection:

« Nous tous, baptisés en Jésus Christ, c’est dans sa mort que nous avons été baptisés. Par le baptême, en sa mort, nous avons donc été ensevelis avec lui, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous menions nous aussi une vie nouvelle. Car si nous avons été totalement unis, assimilés à sa mort, nous le serons aussi à sa Résurrection » (Ro 6,3-5).

Notre participation à la Résurrection est conditionnée par deux forces : la première réside dans le Christ lui-même qui ressuscita d’entre les morts pour nous conférer sa propre justice2 et la gloire qu’il a acquise par son obéissance jusqu’à la mort. La deuxième force est celle de notre foi : il nous est demandé seulement de croire que Dieu a ressuscité le Christ, tout comme Abraham crut en Dieu lorsqu’il lui offrit son fils Isaac. Toutefois Abraham « espérait contre toute espérance » (Ro 4,18), que Dieu était capable de relever son fils d’entre les morts (cf. He 11,19), tandis que dans notre cas, l’espérance est déjà réalisée.

 

11. Résurrection et Esprit de vie

Grâce à la venue de l’Esprit Saint, la Résurrection est devenue la source d’où jaillit, à partir de la mort, la vie éternelle. La vie du Christ est dorénavant, la source débordante de l’Esprit de vie, qui nous a délivrés du pouvoir de la mort :

« Car la loi de l’Esprit de vie en Jésus Christ, m’a affranchi de la loi du péché et de la mort » (Ro 8,2).

« Si en effet, quand nous étions ennemis de Dieu, nous avons été réconciliés avec lui par la mort de son Fils, à plus forte raison, réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie » (Ro 5,10).

 

12. Résurrection et nouvelle création

La Résurrection du Christ est le modèle actuel et visible de la nouvelle création. Le Christ est ressuscité avec un corps spirituel, nouveau, doué de capacités supérieures. Il l’a créé en lui-même, en vue de nous le communiquer, à la place du corps de l’ancienne création, usé sans remède par le péché, et condamné à mourir et à sombrer dans l’oubli.

C’est la puissance de la résurrection du Christ qui a fait naître en nous, grâce à l’Esprit Saint, une nouvelle création, immortelle, affranchie du péché.

La nouvelle création s’est manifestée dans le Christ, capable de manger et de boire. Toutefois, douée d’un corps spirituel, elle ne tient pas sa vie de la nourriture ni de la boisson. Elle peut être sentie, touchée et vue ; elle peut parler, entendre et se mouvoir, sans être toutefois limitée ni asservie à la nature matérielle de la terre. La puissance de cette nouvelle création réside déjà en nous. Dès maintenant elle agit par l’Esprit Saint, se nourrissant de la Parole de Dieu, croissant en grâce et recherchant les choses d’en haut. Toute sa joie et son réconfort se trouvent dans l’attente du Seigneur. Elle espère sa venue alors qu’il descendra des cieux (cf. 1 Th 1,10), car lors de sa manifestation, elle sera manifestée avec lui (cf. Col 3,4), lorsqu’il « transfigurera notre corps de misère pour le conformer à son corps de gloire, avec cette force qu’il a de pouvoir même se soumettre tout l’Univers » (Ph 3,21).

« Et de même que nous avons revêtu l’image du terrestre, il nous faut revêtir aussi l’image du céleste » (1 Co 15,49).

La Résurrection du Christ est donc pour nous une source de vie nouvelle, de conduite nouvelle, d’un esprit renouvelé, de nouveaux sentiments, d’un nouvel amour et de nouvelles joies :

« Aussi, si quelqu’un est dans le Christ, il est une nouvelle créature : le monde ancien est passé, voici que tout est nouveau » (2 Co 5,17).

« Afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous menions, nous aussi, une vie nouvelle » (Ro 6,4).

 

13. Résurrection et unité

Nous participons tous à une seule Résurrection que nous recevons dès maintenant par la communion à un seul corps et un seul sang (cf. 1 Co 10,17). Vivre déjà en esprit la Résurrection, avec sa vive espérance, est la seule chose qui puisse effacer les divisions introduites parmi nous par la chair, la raison, les différences de tempérament et d’humeurs, la maladie, le milieu et l’éducation. Toutes ces divisions sont l’œuvre du monde présent, mais la véritable unité est le fruit de notre union au Christ unique. La nouvelle création que nous tenons de lui n’a qu’une forme, un Esprit, un amour.

 

14. Résurrection et amour unifiant

L’unité dans laquelle le Christ nous rassemble par son corps brisé et par son sang versé, est d’abord une communion à une même souffrance, puis une communion à un même amour. Or, c’est l’amour qui nous fait grandir et progresser sans fin : plus nous nous aimons les uns les autres, plus nous devenons capables d’aimer, et plus notre unité progresse, et avec elle notre perception du mystère d’unité qui existe entre le Père et le Fils. La résurrection nous transmet alors un don nouveau, celui de la responsabilité de rassembler dans l’unité ceux qui sont dispersés : « Quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » (Jn 12,32).

Plus une personne vit dans la Résurrection du Christ, plus elle s’élève dans l’Esprit et ressent la nécessité d’attirer les autres en les servant, dans l’amour, le sacrifice, le don de soi par amour pour eux, car le bonheur de ceux qui sont ressuscités avec le Seigneur réside dans le fait d’attirer tous les hommes à lui.

 

 

Notes:

1 En donnant cette homélie, l’orateur en a développé oralement certains points. Notamment au sujet de la joie de la Résurrection comme première tradition chrétienne, il a évoqué la joie des disciples à la vue du Christ, au soir de Pâques: «Les disciples furent remplis de joie à la vue du Seigneur» (Jn 20, 20), et comment dans les premiers jours après Pâques, la nouvelle retentissait dans toute la Judée et la Galilée, de village en village: «Jésus est ressuscité!» Et la joie de la Résurrection se transmettait avec cette bonne nouvelle, d’une personne à l’autre. C’est dans ce sens que la joie de la Résurrection est la première tradition chrétienne, la première vérité transmise. Première dans le temps, cela est évident. Mais première aussi en importance car c’est sur elle que se fonde tout le message chrétien.???

2« Mon serviteur juste justifiera une multitude » (Is 53,11).

« ... ressuscité pour notre justification » (Ro 4,25).

 

Droits d'auteur et propriété intellectuelle:

Père Matta El-Maskine (1919-2006) fut le Père spirituel du monastère de Saint Macaire le Grand, à Wadi El-Natroun en Egypte.

Ce texte a été traduit au Monastère de Saint Macaire en Egypte. Tous les droits d'auteur de cette traduction en français, écrite et audio, sont réservés au Monastère de Saint Macaire Le Grand ©, en Egypte. Merci de ne pas la reproduire sauf pour un usage privé. 

(Source: http://www.spiritualite-orthodoxe.net/vie-de-priere/index.php/lettres-et-articles-matta-el-maskine/la-joie-de-la-resurrection )

Dieu est riche en miséricorde : à cause du grand amour dont il nous a aimés, alors que nous étions morts, par suite de nos fautes, nous a fait revivre avec le Christ - c'est par grâce que vous êtes sauvés -, avec lui, il nous a ressuscités et fait asseoir aux cieux dans le Christ Jésus. (Éphésiens 2, 4-6)  Nous voilà au lendemain de Pâques, le tombeau est ouvert, le cri de joie a retenti sur le monde : « Christ est ressuscité ! » La vie est victorieuse de la mort. Chacun d’entre nous, nous sommes aimés de cet amour extraordinaire : Dieu ne veut pas la mort de l’homme, Dieu est venu rendre la vie à l’homme, redonner à chacun de pouvoir vivre.  Ainsi, nous découvrons, en regardant le Christ mort et ressuscité, que notre Dieu n’est pas insensible à la souffrance de l’homme. Au contraire, il est scandalisé par la mort. Il est habité par un amour qui ne laissera jamais notre vie comme une proie saisie par la puissance de la mort. Il est venu sauver tout homme depuis le premier homme. Il est venu nous ressaisir pour nous conduire vers le Père et nous mener en communion avec lui.  Chacun d’entre nous sommes ainsi aimés d’un amour unique, pour nous-mêmes. Chacun d’entre nous, avec ce que nous sommes, avec nos limites, non pas tels que nous rêverions d’être, mais tels que nous sommes en réalité, nous sommes aimés et le Seigneur veut pour nous la Vie. Le Seigneur veut pour nous la joie, il veut pour nous le bonheur.  Entendons ce cri qui retentit par toute la terre : « Christ est ressuscité d’entre les morts ! Il est vraiment ressuscité ! » Laissons entrer la Vie dans nos vies, laissons entrer l’Amour dans notre amour. Laissons-nous exulter de joie car aujourd’hui l’Amour et la Vie sont victorieux : « Christ est ressuscité d’entre les morts ! Il est vraiment ressuscité ! »(Extrait de retraite adressée à des jeunes qui désirent devenir prêtres, donnée par Mgr Beau, Évêque auxiliaire de Paris pour l'Eglise Romaine-catholique.)

Dieu est riche en miséricorde : à cause du grand amour dont il nous a aimés, alors que nous étions morts, par suite de nos fautes, nous a fait revivre avec le Christ - c'est par grâce que vous êtes sauvés -, avec lui, il nous a ressuscités et fait asseoir aux cieux dans le Christ Jésus. (Éphésiens 2, 4-6) Nous voilà au lendemain de Pâques, le tombeau est ouvert, le cri de joie a retenti sur le monde : « Christ est ressuscité ! » La vie est victorieuse de la mort. Chacun d’entre nous, nous sommes aimés de cet amour extraordinaire : Dieu ne veut pas la mort de l’homme, Dieu est venu rendre la vie à l’homme, redonner à chacun de pouvoir vivre. Ainsi, nous découvrons, en regardant le Christ mort et ressuscité, que notre Dieu n’est pas insensible à la souffrance de l’homme. Au contraire, il est scandalisé par la mort. Il est habité par un amour qui ne laissera jamais notre vie comme une proie saisie par la puissance de la mort. Il est venu sauver tout homme depuis le premier homme. Il est venu nous ressaisir pour nous conduire vers le Père et nous mener en communion avec lui. Chacun d’entre nous sommes ainsi aimés d’un amour unique, pour nous-mêmes. Chacun d’entre nous, avec ce que nous sommes, avec nos limites, non pas tels que nous rêverions d’être, mais tels que nous sommes en réalité, nous sommes aimés et le Seigneur veut pour nous la Vie. Le Seigneur veut pour nous la joie, il veut pour nous le bonheur. Entendons ce cri qui retentit par toute la terre : « Christ est ressuscité d’entre les morts ! Il est vraiment ressuscité ! » Laissons entrer la Vie dans nos vies, laissons entrer l’Amour dans notre amour. Laissons-nous exulter de joie car aujourd’hui l’Amour et la Vie sont victorieux : « Christ est ressuscité d’entre les morts ! Il est vraiment ressuscité ! »(Extrait de retraite adressée à des jeunes qui désirent devenir prêtres, donnée par Mgr Beau, Évêque auxiliaire de Paris pour l'Eglise Romaine-catholique.)

 

PRIERE DE SAINT PATRICK

St Patrick

J’avance sur ma route avec la force de Dieu pour me protéger,

La sagesse de Dieu pour me diriger,

L’œil de Dieu pour me guider,

L’oreille de Dieu témoin de mon langage.

Que la parole de Dieu soit sur mes lèvres,

Que la main de Dieu me garde,

Que le chemin qui mène à Dieu s’étende devant moi,

Que le bouclier de Dieu me protège

Que l’armée invisible de Dieu me sauve de toutes les embuches du démon

De tout vice qui pourrait me réduire en esclavage Et de tous ceux qui me veulent du mal,

Au cours de mon rapide ou long voyage, seul ou avec la multitude.

Que le Christ sur ma route me garde de la prison me garde du feu

De la noyade ou de la blessure provoquée par la colère de l’ennemi

Afin qu’une moisson fructueuse puisse accompagner ma mission.

Christ devant moi,

Christ derrière moi,

Christ sous moi,

Christ sur moi

Christ en moi et à mes côtés,

Christ autour et alentour

Christ à ma gauche et à ma droite

Christ avec moi le matin, avec moi le soir

Christ dans chaque cœur qui pensera à moi

Christ sur chaque lèvre qui parlera de moi

Christ sur chaque regard qui se posera sur moi

Christ dans chaque oreille qui m’écoutera.

Sur ma route me conduisant vers le roi d’Irlande et sa colère,

J’invoque le pouvoir de la Trinité Sainte,

Par ma foi dans la Triade

Par ma foi dans le Père

Dans la divinité éternelle du Créateur

 

 

Resurrection does not remove the dead; it is engulfed in life ... Easter is inseparable from the Cross. Resurrection does not remove the dead; it engulfed in life which is received and is to give .... is the absorption of death in life, the revelation in human terms the ultimate secret: the momentum in which the Father gives to his Son, and the Son, making him, sends him with their spirit that in turn transmits .../La Résurrection ne supprime pas la mort ; elle l’engloutit dans la vie... Pâques est inséparable de la Croix. La Résurrection ne supprime pas la mort ; elle l’engloutit dans la vie qui est reçue et consiste à se donner....,c’est l’absorption de la mort dans la vie, la révélation en termes humains du secret ultime : l’élan dans lequel le Père donne tout à son Fils, et le Fils, en lui rendant tout, émet avec lui leur Esprit qui à son tour transmet ...

Resurrection does not remove the dead; it is engulfed in life ... Easter is inseparable from the Cross. Resurrection does not remove the dead; it engulfed in life which is received and is to give .... is the absorption of death in life, the revelation in human terms the ultimate secret: the momentum in which the Father gives to his Son, and the Son, making him, sends him with their spirit that in turn transmits .../La Résurrection ne supprime pas la mort ; elle l’engloutit dans la vie... Pâques est inséparable de la Croix. La Résurrection ne supprime pas la mort ; elle l’engloutit dans la vie qui est reçue et consiste à se donner....,c’est l’absorption de la mort dans la vie, la révélation en termes humains du secret ultime : l’élan dans lequel le Père donne tout à son Fils, et le Fils, en lui rendant tout, émet avec lui leur Esprit qui à son tour transmet ...

Mardi de Pâque, d' Hevorae 

Soirée

o    Saint-Marc 15: 37 – 47 :

  • 37 Poussant un grand cri, Jésus expira.
  • 38 Le rideau du Sanctuaire se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas.
  • 39 Le centurion qui était là en face de Jésus, voyant comment il avait expiré, déclara : « Vraiment, cet homme était Fils de Dieu ! »
  • 40 Il y avait aussi des femmes, qui observaient de loin, et parmi elles, Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques le Petit et de José, et Salomé,
  • 41 qui suivaient Jésus et le servaient quand il était en Galilée, et encore beaucoup d’autres, qui étaient montées avec lui à Jérusalem.
  • 42 Déjà il se faisait tard ; or, comme c’était le jour de la Préparation, qui précède le sabbat,
  • 43 Joseph d’Arimathie intervint. C’était un homme influent, membre du Conseil, et il attendait lui aussi le règne de Dieu. Il eut l’audace d’aller chez Pilate pour demander le corps de Jésus.
  • 44 Pilate s’étonna qu’il soit déjà mort ; il fit appeler le centurion, et l’interrogea pour savoir si Jésus était mort depuis longtemps.
  • 45 Sur le rapport du centurion, il permit à Joseph de prendre le corps.
  • 46 Alors Joseph acheta un linceul, il descendit Jésus de la croix, l’enveloppa dans le linceul et le déposa dans un tombeau qui était creusé dans le roc. Puis il roula une pierre contre l’entrée du tombeau.
  • 47 Or, Marie Madeleine et Marie, mère de José, observaient l’endroit où on l’avait mis.

o    16: 1 – 8 :

  • 01 Le sabbat terminé, Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé achetèrent des parfums pour aller embaumer le corps de Jésus.
  • 02 De grand matin, le premier jour de la semaine, elles se rendent au tombeau dès le lever du soleil.
  • 03 Elles se disaient entre elles : « Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau ? »
  • 04 Levant les yeux, elles s’aperçoivent qu’on a roulé la pierre, qui était pourtant très grande.
  • 05 En entrant dans le tombeau, elles virent, assis à droite, un jeune homme vêtu de blanc. Elles furent saisies de frayeur.
  • 06 Mais il leur dit : « Ne soyez pas effrayées ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici. Voici l’endroit où on l’avait déposé.
  • 07 Et maintenant, allez dire à ses disciples et à Pierre : “Il vous précède en Galilée. Là vous le verrez, comme il vous l’a dit.” »
  • 08 Elles sortirent et s’enfuirent du tombeau, parce qu’elles étaient toutes tremblantes et hors d’elles-mêmes. Elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur.

o     

Matin

o    Saint-Marc 16: 9-18 :

  • 09 Ressuscité le matin, le premier jour de la semaine, Jésus apparut d’abord à Marie Madeleine, de laquelle il avait expulsé sept démons.
  • 10 Celle-ci partit annoncer la nouvelle à ceux qui, ayant vécu avec lui, s’affligeaient et pleuraient.
  • 11 Quand ils entendirent que Jésus était vivant et qu’elle l’avait vu, ils refusèrent de croire.
  • 12 Après cela, il se manifesta sous un autre aspect à deux d’entre eux qui étaient en chemin pour aller à la campagne.
  • 13 Ceux-ci revinrent l’annoncer aux autres, qui ne les crurent pas non plus.
  • 14 Enfin, il se manifesta aux Onze eux-mêmes pendant qu’ils étaient à table : il leur reprocha leur manque de foi et la dureté de leurs cœurs parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient contemplé ressuscité.
  • 15 Puis il leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création.
  • 16 Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné.
  • 17 Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ;
  • 18 ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »

 

Par St Jean Chrysostome

(v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église 
Homélie sur le Grand Samedi, 10-12 (attrib.) ; PG 88, 1860-1866 (trad. Delhougne, Les Pères commentent, p. 55) 

 

« Jésus vint à leur rencontre et leur dit : Je vous salue ; réjouissez-vous »

 

« Venez voir l'endroit où reposait le Seigneur » (Mt 28,6)...    

Venez voir l'endroit où a été rédigé l'acte garantissant votre résurrection.

Venez voir l'endroit où la mort a été ensevelie.

Venez voir l'endroit où un corps, grain non semé par l'homme, a produit une multitude d'épis pour l'immortalité...

« Allez annoncer à mes frères qu'ils doivent se rendre en Galilée : c'est là qu'ils me verront.

Annoncez à mes disciples les mystères que vous avez contemplés. » 

Voilà ce que le Seigneur a dit aux femmes.

Et maintenant encore, au bord de la piscine baptismale, il se tient invisible auprès des croyants, il embrasse les nouveaux baptisés comme des amis et des frères...

Il remplit leurs cœurs et leurs âmes d'allégresse et de joie.

Il lave leurs souillures dans les fontaines de sa grâce. Il oint du parfum de l'Esprit ceux qui ont été régénérés.

Le Seigneur devient celui qui les nourrit et il devient leur nourriture.

Il procure à ses serviteurs leur part de nourriture spirituelle.

Il dit à tous les fidèles :

« Prenez, mangez le pain du ciel, recevez la source qui jaillit de mon côté, celle où l'on puise toujours sans que jamais elle se tarisse.

Vous qui avez faim, rassasiez-vous ; vous qui avez soif, enivrez-vous d'un vin sobre et salutaire. »

 

     

Lundi 28 Mars, Semaine après Pâques 2016, lundi (Hevorae)// ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
Repost 0
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 05:27
"Fasting and self-control are a double wall of defense and whoever lives within them enjoys great peace." (St. Gregory Palamas "In the Time of Fasting and Prayer" (Homily 9))

"Fasting and self-control are a double wall of defense and whoever lives within them enjoys great peace." (St. Gregory Palamas "In the Time of Fasting and Prayer" (Homily 9))

 

 

But those who are satisfied with what they have, and pleased with their own possessions, and do not have their eyes on the substance of others, even if they are the poorest of all, should be considered the richest of all. For whoever has no need of others' property but is happy to be self-sufficient is the most affluent of all." (St. John Chrysostom)

But those who are satisfied with what they have, and pleased with their own possessions, and do not have their eyes on the substance of others, even if they are the poorest of all, should be considered the richest of all. For whoever has no need of others' property but is happy to be self-sufficient is the most affluent of all." (St. John Chrysostom)

Par St Augustin

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
2ème homélie pour la Nuit Sainte ; PLS 2, 549-552 ; Sermon Morin Guelferbytanus 5 (trad. coll. Icthus 10, p. 197s) 



 

La nuit qui nous délivre du sommeil de la mort

 

Frères, veillons, car jusqu'à cette nuit le Christ est demeuré dans la tombe.

C'est en cette nuit qu'est survenue la résurrection de sa chair.

Sur la croix elle a été en butte aux railleries ;aujourd'hui, les cieux et la terre l'adorent.

Cette nuit fait partie déjà de notre dimanche. Il fallait bien que le Christ ressuscite la nuit, car sa résurrection a illuminé nos ténèbres...

Comme notre foi, fortifiée par la résurrection du Christ, chasse tout sommeil, ainsi cette nuit, illuminée par nos veilles, se remplit de clarté.

Elle nous fait espérer, avec l'Église répandue sur toute la terre, de ne point être surpris dans la nuit.

(Mc 13,33) 

Chez tant de peuples que cette fête, partout si solennelle, rassemble au nom du Christ, le soleil s'est couché — mais le jour n'est pas tombé ; les clartés du ciel ont fait place aux clartés de la terre...

Celui qui nous a donné la gloire de son nom (Ps 28,2) a aussi illuminé cette nuit.

Celui à qui nous disons

« Tu illumines mes ténèbres » (Ps 18,29), répand sa clarté dans nos cœurs.

Comme nos yeux éblouis contemplent ces flambeaux brillants, ainsi notre esprit éclairé nous fait voir combien cette nuit est lumineuse –- cette sainte nuit où le Seigneur a commencé en sa propre chair la vie qui ne connaît ni sommeil ni mort !

 

Dimanche de Pâques. Résurrection de Notre-Seigneur.

Kyomtho (Pâques) à Koodosh Edtho

Dimanche,Pâques,Résurrection,Notre Seigneur,Jésus-Christ

Soirée

  • Saint-Marc 16: 1 – 8 :

01 Le sabbat terminé, Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé achetèrent des parfums pour aller embaumer le corps de Jésus.

02 De grand matin, le premier jour de la semaine, elles se rendent au tombeau dès le lever du soleil.

03 Elles se disaient entre elles : « Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau ? »

04 Levant les yeux, elles s’aperçoivent qu’on a roulé la pierre, qui était pourtant très grande.

05 En entrant dans le tombeau, elles virent, assis à droite, un jeune homme vêtu de blanc. Elles furent saisies de frayeur.

06 Mais il leur dit : « Ne soyez pas effrayées ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici. Voici l’endroit où on l’avait déposé.

07 Et maintenant, allez dire à ses disciples et à Pierre : “Il vous précède en Galilée. Là vous le verrez, comme il vous l’a dit.” »

08 Elles sortirent et s’enfuirent du tombeau, parce qu’elles étaient toutes tremblantes et hors d’elles-mêmes. Elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur.

  •  

Minuit

  • Saint-Luc 24: 1-12 :

01 Le premier jour de la semaine, à la pointe de l’aurore, les femmes se rendirent au tombeau, portant les aromates qu’elles avaient préparés.

02 Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau.

03 Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus.

04 Alors qu’elles étaient désemparées, voici que deux hommes se tinrent devant elles en habit éblouissant.

05 Saisies de crainte, elles gardaient leur visage incliné vers le sol. Ils leur dirent : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ?

06 Il n’est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée :

07 “Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite.” »

08 Alors elles se rappelèrent les paroles qu’il avait dites.

09 Revenues du tombeau, elles rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres.

10 C’étaient Marie Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques ; les autres femmes qui les accompagnaient disaient la même chose aux Apôtres.

11 Mais ces propos leur semblèrent délirants, et ils ne les croyaient pas.

12 Alors Pierre se leva et courut au tombeau ; mais en se penchant, il vit les linges, et eux seuls. Il s’en retourna chez lui, tout étonné de ce qui était arrivé.

  •  

Matin

  • Saint Jean 20: 1-18 :

01 Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu.

02 Il était au commencement auprès de Dieu.

03 C’est par lui que tout est venu à l’existence, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui.

04 En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ;

05 la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée.

06 Il y eut un homme envoyé par Dieu ; son nom était Jean.

07 Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui.

08 Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour rendre témoignage à la Lumière.

09 Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.

10 Il était dans le monde, et le monde était venu par lui à l’existence, mais le monde ne l’a pas reconnu.

11 Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas reçu.

12 Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné de pouvoir devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son nom.

13 Ils ne sont pas nés du sang, ni d’une volonté charnelle, ni d’une volonté d’homme : ils sont nés de Dieu.

14 Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.

15 Jean le Baptiste lui rend témoignage en proclamant : « C’est de lui que j’ai dit : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. »

16 Tous nous avons eu part à sa plénitude, nous avons reçu grâce après grâce ;

17 car la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.

18 Dieu, personne ne l’a jamais vu ; le Fils unique, lui qui est Dieu, lui qui est dans le sein du Père, c’est lui qui l’a fait connaître.

  •  

Célébration de la Sainte Croix

  • Isaïe 60: 17-22 :

17 Au lieu de bronze, je ferai venir de l’or, au lieu de fer, je ferai venir de l’argent, au lieu de bois, du bronze, au lieu de pierres, du fer. Je te donnerai, comme surveillants, la paix, comme gouvernants, la justice.

18 On n’entendra plus parler de violence dans ton pays, de ravages ni de ruines dans tes frontières. Tu appelleras tes remparts « Salut », et tes portes « Louange ».

19 Le jour, tu n’auras plus le soleil comme lumière, et la clarté de la lune ne t’illuminera plus : le Seigneur sera pour toi lumière éternelle, ton Dieu sera ta splendeur.

20 Ton soleil ne se couchera plus, et la lune pour toi ne disparaîtra plus ; car le Seigneur sera pour toi lumière éternelle, et les jours de ton deuil seront accomplis.

21 Ton peuple ne comptera que des justes ; ils posséderont le pays pour toujours, eux, ce rejeton que j’ai planté, ouvrage de mes mains qui manifeste ma splendeur.

22 Le plus petit deviendra un millier, le plus chétif, une nation puissante. Moi, le Seigneur, je hâterai cela au temps voulu.

  •  
  • I Pierre 5: 5-14 :

05 De même, vous les jeunes gens, soyez soumis aux anciens. Et vous tous, les uns envers les autres, prenez l’humilité comme tenue de service. En effet, Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce.

06 Abaissez-vous donc sous la main puissante de Dieu, pour qu’il vous élève en temps voulu.

07 Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, puisqu’il prend soin de vous.

08 Soyez sobres, veillez : votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer.

09 Résistez-lui avec la force de la foi, car vous savez que tous vos frères, de par le monde, sont en butte aux mêmes souffrances.

10 Après que vous aurez souffert un peu de temps, le Dieu de toute grâce, lui qui, dans le Christ Jésus, vous a appelés à sa gloire éternelle, vous rétablira lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables.

11 À lui la souveraineté pour les siècles. Amen.

12 Par Silvain, que je considère comme un frère digne de confiance, je vous écris ces quelques mots pour vous exhorter, et pour attester que c’est vraiment dans la grâce de Dieu que vous tenez ferme.

13 La communauté qui est à Babylone, choisie comme vous par Dieu, vous salue, ainsi que Marc, mon fils.

14 Saluez-vous les uns les autres par un baiser fraternel. Paix à vous tous, qui êtes dans le Christ.

  •  
  • Romains16: 1-16 :

01 Je vous recommande Phébée notre sœur, ministre de l’Église qui est à Cencrées ;

02 accueillez-la dans le Seigneur comme il convient à des fidèles ; aidez-la en toute affaire où elle aurait besoin de vous, car elle a prêté assistance à beaucoup de gens, de même qu’à moi.

03 Saluez de ma part Prisca et Aquilas, mes compagnons de travail en Jésus Christ,

04 eux qui ont risqué leur tête pour me sauver la vie ; je ne suis d’ailleurs pas seul à leur être reconnaissant, toutes les Églises des nations le sont aussi.

05 Saluez l’Église qui se rassemble dans leur maison. Saluez mon cher Épénète, qui fut le premier à croire au Christ dans la province d’Asie.

06 Saluez Marie, qui s’est donné beaucoup de peine pour vous.

07 Saluez Andronicos et Junias qui sont de ma parenté. Ils furent mes compagnons de captivité. Ce sont des apôtres bien connus ; ils ont même appartenu au Christ avant moi.

08 Saluez Ampliatus, qui m’est cher dans le Seigneur.

09 Saluez Urbain, notre compagnon de travail dans le Christ, et mon cher Stakys.

10 Saluez Apellès, qui a fait ses preuves dans le Christ. Saluez les gens de chez Aristobule.

11 Saluez Hérodion qui est de ma parenté. Saluez les gens de chez Narcisse, ceux qui croient au Seigneur.

12 Saluez Tryphène et Tryphose, elles qui se donnent de la peine dans le Seigneur. Saluez la chère Persis, qui s’est donné beaucoup de peine dans le Seigneur.

13 Saluez Rufus, choisi par le Seigneur, et sa mère qui est aussi la mienne.

14 Saluez Asyncrite, Phlégon, Hermès, Patrobas, Hermas, et les frères qui sont avec eux.

15 Saluez Philologue et Julie, Nérée et sa sœur, et Olympas, et tous les fidèles qui sont avec eux.

16 Saluez-vous les uns les autres par un baiser de paix. Toutes les Églises du Christ vous saluent.

  •  
  • Saint-Jean 14: 27 :
  • 27 Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne. Que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé.
  •  15:
  • 15 Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements.
  •  11 :
  • 11 Croyez-moi : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne me croyez pas, croyez du moins à cause des œuvres elles-mêmes.
  •  15 :
  • 15 Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements.

o    17-19 :

o    17 l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas ; vous, vous le connaissez, car il demeure auprès de vous, et il sera en vous.

o    18 Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous.

o    19 D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi.

o     

  • Avant le Saint Qurbana :

o    Lévitique 23: 26 – 32 :

o    26 Le Seigneur parla à Moïse et dit :

o    27 « C’est le dixième jour du septième mois qui sera le jour du Grand Pardon. Vous tiendrez une assemblée sainte, vous ferez pénitence, et vous présenterez de la nourriture offerte pour le Seigneur.

o    28 En ce jour même, vous ne ferez aucun travail, car c’est jour de Grand Pardon où l’on accomplit sur vous le rite d’expiation devant le Seigneur votre Dieu.

o    29 Quiconque ne fera pas pénitence ce jour-là sera retranché de son peuple ;

o    30 quiconque fera quelque travail ce jour-là, je le supprimerai du milieu de son peuple.

o    31 Vous ne ferez aucun travail. C’est un décret perpétuel pour toutes vos générations, partout où que vous habitez.

o    32 Ce sera pour vous un sabbat, un sabbat solennel : vous ferez pénitence. Le neuvième jour du mois, depuis le soir jusqu’au soir suivant, vous observerez le repos sabbatique. »

  •  

Isaïe 60: 1-7 :

01 Debout, Jérusalem, resplendis ! Elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi.

02 Voici que les ténèbres couvrent la terre, et la nuée obscure couvre les peuples. Mais sur toi se lève le Seigneur, sur toi sa gloire apparaît.

03 Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore.

04 Lève les yeux alentour, et regarde : tous, ils se rassemblent, ils viennent vers toi ; tes fils reviennent de loin, et tes filles sont portées sur la hanche.

05 Alors tu verras, tu seras radieuse, ton cœur frémira et se dilatera. Les trésors d’au-delà des mers afflueront vers toi, vers toi viendront les richesses des nations.

06 En grand nombre, des chameaux t’envahiront, de jeunes chameaux de Madiane et d’Épha. Tous les gens de Saba viendront, apportant l’or et l’encens ; ils annonceront les exploits du Seigneur.

07 Tous les troupeaux de Qédar s’assembleront chez toi, avec les béliers de Nebayoth pour ton service : sur mon autel, ils seront présentés en sacrifice agréable, et je donnerai son éclat à la maison de ma splendeur.

  •  11-16 :

11 On tiendra toujours tes portes ouvertes, elles ne seront jamais fermées, ni de jour ni de nuit, afin qu’on fasse entrer chez toi les richesses des nations et les rois avec leur suite.

12 Car nation ou royaume qui ne te servirait pas périra ; ces nations-là seront entièrement dévastées.

13 La gloire du Liban viendra chez toi : cyprès, orme et mélèze ensemble, pour faire resplendir le lieu de mon sanctuaire ; et ce lieu où je pose mes pieds, je le glorifierai.

14 Les fils de ceux qui t’humiliaient viendront se courber devant toi ; tous ceux qui te méprisaient se prosterneront à tes pieds. Ils t’appelleront « Ville du Seigneur », « Sion du Saint d’Israël ».

15 Alors que tu étais délaissée, haïe, sans personne qui passe, je ferai de toi la fierté des siècles, une joie de génération en génération.

16 Tu suceras le lait des nations, tu te gorgeras de la richesse des rois, et tu sauras que moi, le Seigneur, je suis ton Sauveur, ton rédempteur, Force de Jacob.

  •  
  •  61: 10 :
  • 10 Je tressaille de joie dans le Seigneur, mon âme exulte en mon Dieu. Car il m’a vêtue des vêtements du salut, il m’a couverte du manteau de la justice, comme le jeune marié orné du diadème, la jeune mariée que parent ses joyaux.
  • 62: 5 :
  • 05 Comme un jeune homme épouse une vierge, ton Bâtisseur t’épousera. Comme la jeune mariée fait la joie de son mari, tu seras la joie de ton Dieu.
  •  
  • Joël: 2 : 21 :
  •  
  • 21 Ô terre, ne crains plus ! exulte et réjouis-toi ! Car le Seigneur a fait de grandes choses.
  • 3 :
  • 03 Devant lui, un feu dévore ; derrière lui, une flamme consume. Devant lui, le pays, comme un jardin d’Éden ; derrière lui, un désert désolé. Il n’y a rien qui lui échappe.
  •  
  • Quadisha Qurbana (Ste Messe) :
  •  
    • Actes 2: 22 -36 :

22 Hommes d’Israël, écoutez les paroles que voici. Il s’agit de Jésus le Nazaréen, homme que Dieu a accrédité auprès de vous en accomplissant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes.

23 Cet homme, livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu, vous l’avez supprimé en le clouant sur le bois par la main des impies.

24 Mais Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir.

25 En effet, c’est de lui que parle David dans le psaume : Je voyais le Seigneur devant moi sans relâche : il est à ma droite, je suis inébranlable.

26 C’est pourquoi mon cœur est en fête, et ma langue exulte de joie ; ma chair elle-même reposera dans l’espérance :

27 tu ne peux m’abandonner au séjour des morts ni laisser ton fidèle voir la corruption.

28 Tu m’as appris des chemins de vie, tu me rempliras d’allégresse par ta présence.

29 Frères, il est permis de vous dire avec assurance, au sujet du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a été enseveli, et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous.

30 Comme il était prophète, il savait que Dieu lui avait juré de faire asseoir sur son trône un homme issu de lui.

31 Il a vu d’avance la résurrection du Christ, dont il a parlé ainsi : Il n’a pas été abandonné à la mort, et sa chair n’a pas vu la corruption.

32 Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.

33 Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez.

34 David, en effet, n’est pas monté au ciel, bien qu’il dise lui-même : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : “Siège à ma droite,

35 jusqu’à ce que j’aie placé tes ennemis comme un escabeau sous tes pieds.”

36 Que toute la maison d’Israël le sache donc avec certitude : Dieu l’a fait Seigneur et Christ, ce Jésus que vous aviez crucifié. »

  •  
  • I Corinthiens 15: 1 – 19 :

01 Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile, vous l’avez reçu ; c’est en lui que vous tenez bon,

02 c’est par lui que vous serez sauvés si vous le gardez tel que je vous l’ai annoncé ; autrement, c’est pour rien que vous êtes devenus croyants.

03 Avant tout, je vous ai transmis ceci, que j’ai moi-même reçu : le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Écritures,

04 et il fut mis au tombeau ; il est ressuscité le troisième jour conformément aux Écritures,

05 il est apparu à Pierre, puis aux Douze ;

06 ensuite il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois – la plupart sont encore vivants, et quelques-uns sont endormis dans la mort –,

07 ensuite il est apparu à Jacques, puis à tous les Apôtres.

08 Et en tout dernier lieu, il est même apparu à l’avorton que je suis.

09 Car moi, je suis le plus petit des Apôtres, je ne suis pas digne d’être appelé Apôtre, puisque j’ai persécuté l’Église de Dieu.

10 Mais ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et sa grâce, venant en moi, n’a pas été stérile. Je me suis donné de la peine plus que tous les autres ; à vrai dire, ce n’est pas moi, c’est la grâce de Dieu avec moi.

11 Bref, qu’il s’agisse de moi ou des autres, voilà ce que nous proclamons, voilà ce que vous croyez.

12 Nous proclamons que le Christ est ressuscité d’entre les morts ; alors, comment certains d’entre vous peuvent-ils affirmer qu’il n’y a pas de résurrection des morts ?

13 S’il n’y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n’est pas ressuscité.

14 Et si le Christ n’est pas ressuscité, notre proclamation est sans contenu, votre foi aussi est sans contenu ;

15 et nous faisons figure de faux témoins de Dieu, pour avoir affirmé, en témoignant au sujet de Dieu, qu’il a ressuscité le Christ, alors qu’il ne l’a pas ressuscité si vraiment les morts ne ressuscitent pas.

16 Car si les morts ne ressuscitent pas, le Christ non plus n’est pas ressuscité.

17 Et si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi est sans valeur, vous êtes encore sous l’emprise de vos péchés ;

18 et donc, ceux qui se sont endormis dans le Christ sont perdus.

19 Si nous avons mis notre espoir dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes.

  •  
  • Saint Matthieu 28: 1-20 :

01 Après le sabbat, à l’heure où commençait à poindre le premier jour de la semaine, Marie Madeleine et l’autre Marie vinrent pour regarder le sépulcre.

02 Et voilà qu’il y eut un grand tremblement de terre ; l’ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre et s’assit dessus.

03 Il avait l’aspect de l’éclair, et son vêtement était blanc comme neige.

04 Les gardes, dans la crainte qu’ils éprouvèrent, se mirent à trembler et devinrent comme morts.

05 L’ange prit la parole et dit aux femmes : « Vous, soyez sans crainte ! Je sais que vous cherchez Jésus le Crucifié.

06 Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez voir l’endroit où il reposait.

07 Puis, vite, allez dire à ses disciples : “Il est ressuscité d’entre les morts, et voici qu’il vous précède en Galilée ; là, vous le verrez.” Voilà ce que j’avais à vous dire. »

08 Vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.

09 Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui.

10 Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. »

11 Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé.

12 Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme

13 en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.”

14 Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. »

15 Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.

16 Les onze disciples s’en allèrent en Galilée, à la montagne où Jésus leur avait ordonné de se rendre.

17 Quand ils le virent, ils se prosternèrent, mais certains eurent des doutes.

18 Jésus s’approcha d’eux et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.

19 Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit,

20 apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. »

 

 

 

 

 

Samedi Saint et Dimanche de Pâques 2016 (Lectionnaire accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare)

Par St Grégoire le Grand

(v. 540-590-604), pape et docteur de l'Église 
Homélies sur les évangiles, 21, 5-6; PL 76, 1172 (trad. Véricel, Les Pères commentent, p. 341) 

 

« Allez dire à ses disciples : ' Il est ressuscité et il vous précède en Galilée ; c'est là que vous le verrez' » (Mt 28,7)
 
 

 

 

 

C'est volontairement qu'il est dit : 

« Il vous précède en Galilée : là vous le verrez, comme il vous l'a dit. » 

Galilée veut dire « fin de la captivité ». 

Le Rédempteur, lui, était déjà passé de la passion à la résurrection, de la mort à la vie, du châtiment à la gloire, de la corruption à l'incorruptibilité. 

Mais si les disciples, après la résurrection, le voient d'abord en Galilée, c'est que, plus tard, nous ne contemplerons, dans la joie, la gloire de sa résurrection que si nous quittons nos vices pour les sommets de la vertu. 

Il y a un déplacement à faire : si la nouvelle est connue au sépulcre, c'est ailleurs que le Christ se montre... 

Il y avait deux vies ; nous en connaissions une, mais pas l'autre. 

Il y avait une vie mortelle et une immortelle, une corruptible et l'autre incorruptible, une de mort et l'autre de résurrection. Alors vint le Médiateur entre Dieu et les hommes, l'homme Jésus Christ (1Tm 2,5), 

qui se chargea de la première vie et nous révéla l'autre, qui perdit l'une en mourant et nous révéla l'autre en ressuscitant. 

S'il nous avait promis, à nous qui connaissions la vie mortelle, une résurrection de la chair sans nous en donner une preuve palpable, qui aurait pu ajouter foi en ses promesses ?

 

 
Samedi Saint et Dimanche de Pâques 2016 (Lectionnaire accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare)
 

Biens chers amis, Aloho m'barekh

 

Christ est ressuscité Alléluia !

Il est vraiment ressuscité, ainsi qu’Il l’avait promis,

Alléluia, Alléluia, Alléluia !

 

 

 

Le Christ Soleil de Justice Se lève pour écarter les ténèbres et répandre Sa Lumière, Il a vaincu la mort et le pouvoir de Satan.

 

« Maintenant le diable se tient vers l’occident, grinçant des dents, s’arrachant les cheveux, se tordant les bras, se mordant les lèvres, hurlant, comme un fou, sa solitude, ne pouvant croire à votre libération*. Le Christ vous met face-à-face avec le diable pour que, après l’avoir renié et soufflé sur lui, vous puissiez entamer le combat contre lui. Le diable se tient vers l’occident parce que là commencent les ténèbres. Renoncez à lui et soufflez. Ensuite tournez-vous vers l’orient et joignez-vous au Christ. » (Sacramentaire de Constantinople)

 

Aujourd’hui, l’un de nos Catéchumène : Jonathan, recevra, avant la Messe de 10h30, Le Sacrement du Baptème-Chrismation et recevra avec son épouse la Communion lors de cette Messe, exprimant leur unanimité désormais parfaite en Dieu et la fidélité à la Tradition Apostolique telle que véhiculée par nos Eglises Orthodoxes Orientales.

Ils renonceront à Satan se tournant vers l’Ouest, symbole des ténèbres et proclameront leur adhésion au Christ en se tournant vers l’Est symbole du Christ Soleil Levant qui vient nous visiter …

Veuillez prier pour lui, veuillez accompagner ce jeune couple de votre amour fraternel.

 

En cette période difficile nombreux sont ceux qui seraient tentés de succomber à une tentation de peur et de repli communautaire.

Je sais, c’est facile à dire, mais tout de même :

 

-Confiance, le Christ est vainqueur !

Ne cédons pas à cette peur qui tend à nous faire perdre la paix et nous dresser les uns contre les autres…

Confiance en Celui qui est notre Rocher !

Prions, souffrons et sachons nous taire, dans le silence contemplatif nous obtiendrons tout ce dont nous avons besoin…

 

Fils et filles de l’Eglise, comportons nous en enfants de lumière pour rendre témoignage à Celui qui vient réconcilier tous les êtres et tout récapituler en Lui, le Christ Roi des Martyrs, le Christ Prince de la Paix.

 

« La ligne qui sépare le bien du mal ne passe pas entre les États, ni entre les partis politiques. Mais elle travers le cœur de chaque être humain." ( Alexandre Soljénitsine) 

 

Réjouissons-nous aujourd’hui et soyons dans l’allégresse, fortifions-nous dans la foi

« Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat » !

 

Que la Mère de Miséricorde, la Vierge sage et fidèle, que les Saints de France et de notre Tradition Syriaque Orthodoxe du Kerala : Koorilose, Grégorios,etc…, nous accompagnent de leur fraternelle intercession eux qui, en l’attente de la Résurrection finale reposent dans le Christ Ressuscité, Lui notre Chef !

 

Votre fidèlement dans la prière à vos intentions et le zèle pastoral, implorant pour moi-même, mes confrères et l’ensemble de la Métropolie (Archidiocèse) vos prières fraternelles et aimantes.

Bonnes et Saintes Fêtes de Pâques à tous et chacun, qu'Il règne en nos vies pour pacifier le monde ! Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) !

 

+Métropolite Mor Philipose-Mariam

 

SaintAbrahamMarKoorilose.BAVA 

*Vous comprenez bien qu’il ne s’agit que d’analogies pour exprimer sa détresse face à sa défaite. En effet, pur esprit, un ange, déchu ou non, ne saurait avoir ni dents, ni cheveux, etc…

 

 

 

parumala_therumeni

 

 
 

 

 
 

 

 

But those who are satisfied with what they have, and pleased with their own possessions, and do not have their eyes on the substance of others, even if they are the poorest of all, should be considered the richest of all. For whoever has no need of others' property but is happy to be self-sufficient is the most affluent of all." (St. John Chrysostom)

But those who are satisfied with what they have, and pleased with their own possessions, and do not have their eyes on the substance of others, even if they are the poorest of all, should be considered the richest of all. For whoever has no need of others' property but is happy to be self-sufficient is the most affluent of all." (St. John Chrysostom)

Par St Augustin

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
2ème homélie pour la Nuit Sainte ; PLS 2, 549-552 ; Sermon Morin Guelferbytanus 5 (trad. coll. Icthus 10, p. 197s) 



 

La nuit qui nous délivre du sommeil de la mort

 

Frères, veillons, car jusqu'à cette nuit le Christ est demeuré dans la tombe.

C'est en cette nuit qu'est survenue la résurrection de sa chair.

Sur la croix elle a été en butte aux railleries ;aujourd'hui, les cieux et la terre l'adorent.

Cette nuit fait partie déjà de notre dimanche. Il fallait bien que le Christ ressuscite la nuit, car sa résurrection a illuminé nos ténèbres...

Comme notre foi, fortifiée par la résurrection du Christ, chasse tout sommeil, ainsi cette nuit, illuminée par nos veilles, se remplit de clarté.

Elle nous fait espérer, avec l'Église répandue sur toute la terre, de ne point être surpris dans la nuit.

(Mc 13,33) 

Chez tant de peuples que cette fête, partout si solennelle, rassemble au nom du Christ, le soleil s'est couché — mais le jour n'est pas tombé ; les clartés du ciel ont fait place aux clartés de la terre...

Celui qui nous a donné la gloire de son nom (Ps 28,2) a aussi illuminé cette nuit.

Celui à qui nous disons

« Tu illumines mes ténèbres » (Ps 18,29), répand sa clarté dans nos cœurs.

Comme nos yeux éblouis contemplent ces flambeaux brillants, ainsi notre esprit éclairé nous fait voir combien cette nuit est lumineuse –- cette sainte nuit où le Seigneur a commencé en sa propre chair la vie qui ne connaît ni sommeil ni mort !

 

Dimanche de Pâques. Résurrection de Notre-Seigneur.

Kyomtho (Pâques) à Koodosh Edtho

Soirée

  • Saint-Marc 16: 1 – 8 :

01 Le sabbat terminé, Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé achetèrent des parfums pour aller embaumer le corps de Jésus.

02 De grand matin, le premier jour de la semaine, elles se rendent au tombeau dès le lever du soleil.

03 Elles se disaient entre elles : « Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau ? »

04 Levant les yeux, elles s’aperçoivent qu’on a roulé la pierre, qui était pourtant très grande.

05 En entrant dans le tombeau, elles virent, assis à droite, un jeune homme vêtu de blanc. Elles furent saisies de frayeur.

06 Mais il leur dit : « Ne soyez pas effrayées ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici. Voici l’endroit où on l’avait déposé.

07 Et maintenant, allez dire à ses disciples et à Pierre : “Il vous précède en Galilée. Là vous le verrez, comme il vous l’a dit.” »

08 Elles sortirent et s’enfuirent du tombeau, parce qu’elles étaient toutes tremblantes et hors d’elles-mêmes. Elles ne dirent rien à personne, car elles avaient peur.

  •  

Minuit

  • Saint-Luc 24: 1-12 :

01 Le premier jour de la semaine, à la pointe de l’aurore, les femmes se rendirent au tombeau, portant les aromates qu’elles avaient préparés.

02 Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau.

03 Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus.

04 Alors qu’elles étaient désemparées, voici que deux hommes se tinrent devant elles en habit éblouissant.

05 Saisies de crainte, elles gardaient leur visage incliné vers le sol. Ils leur dirent : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ?

06 Il n’est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée :

07 “Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite.” »

08 Alors elles se rappelèrent les paroles qu’il avait dites.

09 Revenues du tombeau, elles rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres.

10 C’étaient Marie Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques ; les autres femmes qui les accompagnaient disaient la même chose aux Apôtres.

11 Mais ces propos leur semblèrent délirants, et ils ne les croyaient pas.

12 Alors Pierre se leva et courut au tombeau ; mais en se penchant, il vit les linges, et eux seuls. Il s’en retourna chez lui, tout étonné de ce qui était arrivé.

  •  

Matin

  • Saint Jean 20: 1-18 :

Your Eminence

Hope you, your clergy and people are doing fine by the grace of God. My prayers on your behalf. 
I humbly send you greetings of a Blessed Easter. May the resurrected Lord provide you with the courage and spirit to go forward with commitment and determination cutting across all odds and facing all challenges. I am attaching a message I prepared for Easter.
Love and prayers
Your brother in Christ
Hasyo Mor Meletlus Yuhanon

Par St Épiphane de Salamine

(? - 403), évêque 
Homélie 3 pour la Résurrection (attribuée) ; PG 43, 465 (trad. Bouchet, Lectionnaire, p.195 et Brésard, 2000 ans A, p.124)
 

 

« Voici le jour que le Seigneur a fait, jour de fête et de joie » (Ps 117,24)

 

Le Soleil de justice (Ma 3,20), disparu depuis trois jours, se lève aujourd'hui et illumine toute la création.

Christ au tombeau depuis trois jours et existant avant les siècles !

Il pousse comme une vigne et remplit de joie toute la terre habitée.

Fixons nos yeux sur le lever d'un soleil qui ne connaîtra pas de déclin ; devançons le jour et soyons remplis de la joie de cette lumière ! 

Les portes des enfers sont brisées par le Christ, les morts se dressent comme d'un sommeil.

Le Christ se lève, lui la résurrection des morts, et il vient réveiller Adam.

Le Christ, résurrection de tous les morts, se lève et vient délivrer Ève de la malédiction.

Le Christ se lève, lui la résurrection, et il a transfiguré dans sa beauté ce qui était sans beauté ni éclat (Is 53,2).

Comme un dormeur, le Seigneur s'est éveillé et a déjoué toutes les ruses de l'ennemi.

Il est ressuscité et il donne la joie à toute la création ; il est ressuscité et la prison de l'enfer a été vidée ; il est ressuscité et il a transformé le corruptible en incorruptible (1Co 15,53).

Le Christ ressuscité a établi Adam dans l'incorruptibilité, sa dignité première. 

Dans le Christ, l'Église devient aujourd'hui un ciel nouveau (Ap 21,1), un ciel plus beau à contempler que le soleil visible.

Le soleil que nous voyons tous les jours ne peut se mesurer avec ce Soleil là ; tel un serviteur pénétré de respect, il s'est éclipsé devant lui quand il l'a vu pendu à la croix (Mt 27,45).

C'est de ce Soleil que le prophète dit:

« Le Seigneur, Soleil de justice, s'est levé pour ceux qui le craignent »

(Ma 3,20).

Par lui, le Christ, Soleil de justice, l'Église devient un ciel resplendissant de quantité d'étoiles, jaillies de la piscine baptismale dans leur lumière neuve.

« Voici le jour que le Seigneur a fait ; exultons de joie en esprit et réjouissons-nous en lui »

(Ps 117,24),

pleins d'une allégresse divine. 

 

====

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

===

 

===

 

 

Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

*27 Mars :

 

 

PÂQUES, Messe à 10h30,.Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

"We know that prayer in and of itself cannot save us, but carrying it out before God can. For when the Lord's eyes are upon us He sanctifies us, as the sun warms everything upon which it shines." (St. Gregory Palamas)

 

* March 27:
EASTER Mass at 10:30 .Repas brotherly reception and loyal 13:30 to 17:30.

===

 

PÈLERINAGES 2016 :

 

Pèlerinages 2016 (N-D de Miséricorde, Lisieux-Dozulé, Argenteuil, Rome...)

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

 

===

LISIEUX DOZULE

 

*Lundi 28 Mars:

PELERINAGE A LA CROIX GLORIEUSE

Messe à 7h au Monastère, départ pour Lisieux.Prières à Lisieux en matinée et déjeuner sur place.

Procession et Prières à la Croix Glorieuse de Dozulé dans  l'après-midi.

Retour au Monastère vers 19h.

 

* Monday, March 28:


PILGRIMAGE TO THE GLORIOUS CROSS


Mass at 7 am at the Monastery, departure for Lisieux.Prières to Lisieux in the morning and lunch.


Procession and Prayers to the Glorious Cross of Dozulé in the afternoon.


Back at the monastery around 19h.