Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 00:29
Quel prêtres pour demain ?

Un prêtre doit être :


À la fois grand et petit,
Noble d’esprit, comme de sang royal,
Simple et naturel, comme de souche paysanne,
Un héros dans la conquête de soi,
Un homme qui s’est battu avec Dieu,
Une source de sanctification,
Un pécheur pardonné,
De ses désirs le maître,
Un serviteur pour les timides et les faibles,
Qui ne s’abaisse pas devant les puissants,
Mais se courbe devant les pauvres,
Disciple de son Seigneur,
Chef de son troupeau,
Un mendiant aux mains largement ouvertes,
Un porteur de dons innombrables,
Un homme sur le champ de bataille,
Une mère pour réconforter les malades,
Avec la sagesse de l’âge,
Et la confiance de l’enfant,
Tendu vers le haut,
Les pieds sur la terre,
Fait pour la joie,
Connaissant la souffrance,
Loin de toute envie,
Clairvoyant,
Parlant avec franchise,
Un ami de la paix,
Un ennemi de l’inertie,
Constant à jamais…
Si différent de moi !

(Manuscrit du Moyenageux trouvé à Salzbourg.)

 

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille Spiritualité Chrétienne CATECHISME et CATECHESE
commenter cet article
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 00:24
 Ne jugez pas, pour ne pas être jugés (Dorothée de Gaza)

Par Dorothée de Gaza (v. 500-?), moine en Palestine
Lettre 1 (trad. cf SC 92, p. 495)

 

« Ne jugez pas, pour ne pas être jugés...Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère. »

 

Certaines personnes convertissent en humeur mauvaise tout aliment qu'ils absorbent, même si cet aliment est sain.

La faute n'en est pas à l'aliment, mais à leur tempérament qui altère les aliments.

De même, si notre âme a une mauvaise disposition, tout lui fait du mal ; elle transforme même les choses utiles en choses nuisibles pour elle.

Si on jette un peu d'herbes amères dans un pot de miel, ne vont-elles pas altérer le pot entier, en rendant tout le miel amer ?

C'est ce que nous faisons : nous répandons un peu de notre amertume et détruisons le bien du prochain, en le regardant d'après notre mauvaise disposition.


D'autres gens ont un tempérament qui transforme tout en bonnes humeurs, même des aliments mauvais...

Les porcs ont une très bonne constitution.

Ils mangent des gousses, des noyaux de dattes et des ordures.

Pourtant, ils transforment cette nourriture en viande succulente. Nous de même, si nous avons de bonnes habitudes et un bon état d'âme, nous pouvons tirer profit de tout, même de ce qui n'est pas profitable.

Le livre des Proverbes dit fort bien :

-« Celui qui regarde avec douceur, obtiendra miséricorde » (12,13).

Mais ailleurs :

-« A l'homme insensé toutes choses sont contraires » (14,7).


J'ai entendu dire d'un frère que si, allant voir un autre, il trouvait sa cellule négligée et en désordre, il se disait en lui-même :

-« Comme ce frère est heureux d'être complètement détaché des choses terrestres et de porter si bien tout son esprit en haut, qu'il n'a même plus le loisir de ranger sa cellule ! »

S'il allait ensuite chez un autre frère, et trouvait sa cellule rangée, propre et bien en ordre, il se disait :

-« La cellule de ce frère est aussi nette que son âme.

Tel l'état de son âme, tel l'état de sa cellule ! »

Jamais il ne disait de quelqu'un :

-« Celui-ci est désordonné » ou : « Celui-là est frivole ».

Grâce à son état excellent, il tirait profit de tout.

Que Dieu dans sa bonté nous donne, à nous aussi, un bon état pour que nous puissions profiter de tout et ne jamais mal penser du prochain.

Si notre malice nous inspire des jugements ou des soupçons, transformons vite cela en bonne pensée.

Car ne pas voir le mal du prochain engendre, Dieu aidant, la bonté.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Pères de l'Eglise Spiritualité Chrétienne CATECHISME et CATECHESE
commenter cet article
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 00:16
Qui est Sainte Hélène ? Présence de ces reliques à Paris.

Qui est Sainte Hélène ? Présence de ces reliques à Paris.


Mes frères et sœurs,

Ste Hélène est plus que connue dans l'histoire de l'Eglise. Saint Grégoire le Grand la représentait comme l'instrument dont Dieu se servit, pour faire briller dans le cœur des Romains les lumières de la foi.

Elle était la mère du 1er empereur chrétien, st. Constantin qui fut " le premier qui a soumis sa pourpre au Christ librement, le reconnaissant comme Dieu et Roi de tous " (Vêpres, stichère du Lucernaire).

Saint Ambroise estime " Constantin bienheureux d'avoir été formé par telle mère " ; saint Paulin de Nole affirme que " Constantin doit autant à la foi de sa mère, qu'à la sienne propre, d'avoir été le prince des princes chrétiens ".

Son autre titre de gloire fut la découverte de la Vraie Croix.

La " Vraie ", parce que sur cette croix précisément notre Sauveur fut crucifié.

L'Eglise a consacré par l'institution de deux fêtes le souvenir de cet acte de la vie de ste Hélène :

*le 6 mars selon le calendrier grégorien ou le 19 mars selon le calendrier julien – Anniversaire de l'Invention de la Vraie Croix et d'autres reliques de la Passion de Notre Sauveur ;

*le 14 septembre / le 27 septembre – Fête de l'Exaltation de la Vraie Croix.


C'est ste Hélène qui se distingua également par la restauration des Lieux Saints en Israël.

Jusqu'à Hélène, cette terre était presque déserte et profanée par les Romains qui ont soit détruit soit caché sous des amas de décombres tous les vestiges de l'histoire évangélique.

Ste Hélène, animée par une foi ardente, arriva en Palestine.

Elle fit une véritable campagne de recherches pour identifier et authentifier les lieux liés avec la vie terrestre du Sauveur : de son lieu de naissance à Bethléem au lieu de sa crucifixion au Golgotha.

Par ces découvertes, elle donna un argument puissant de la vérité historique des récits de l’Évangile.

Grâce à Ste Hélène, la Terre Sainte a été intégrée dans la vie spirituelle de l'Eglise.

Elle a frayé la route des Saints Lieux, les générations de chrétiens ne cesseront d'y marcher sur ses traces pour puiser aux sources de notre foi.

Bref, Ste Hélène est une des figures féminines les plus grandioses que l'antiquité chrétienne nous ait léguées.

(...)

Ste Hélène est tellement grande que si l'on pose la question, en Russie ou en Grèce : où devrait être son corps, si Dieu l'a conservé pour nous ?

La réponse naturelle serait d'associer ce lieu présumé avec l'un des centres de l'histoire chrétienne comme Jérusalem, Rome ou Constantinople.

En aucune façon Paris ne serait parmi les candidats pour un lieu qui abriterait le corps de Ste Hélène.

Et nous, nous sommes ici devant elle pour implorer son aide.

Est-ce que c'est vrai ou faux?

On éprouve d'abord un cruel embarras. Ste Hélène ? Au centre de Paris ? Dans cette ville qu'on associe davantage aux loisirs qu'aux événements de l'histoire de l'Eglise ancienne.

De plus, si l'on regarde du côté des scientifiques, des historiens, on ne trouve que le silence !

Comment est-il possible qu'ils aient oublié dans cette ville qui n'est pas du tout gâtée par les monuments antiques, la mère d'un des plus grands empereurs romains ?

La réponse aux premiers doutes est simple !

Notre science actuelle aime-t-elle le Christ, n'a-t-elle pas rejeté la foi en Lui, d'abord préférant la voix de la raison, ensuite celle de ses passions ?

La science d'aujourd'hui occulte tout ce qui touche la vraie lumière. C'est pourquoi il faut être très prudent avant d'accepter les conclusions des historiens concernant le domaine spirituel, là où la nature de l'Eglise se manifeste avec ses propres lois.

Et les Parisiens ?

Où sont les héritiers de la vénération que st Ambroise de Milan, st Fortunat de Poitiers, st Grégoire de Tours manifestaient envers ste Hélène ?

Nous, les étrangers, nous ne nous rendons pas compte, au vu de la prospérité matérielle de l'Occident vis à vis des malheurs de nos propres pays d'origine, de la tragédie spirituelle qu'éprouve encore la France, et Paris en particulier.

Paris a connu quatre révolutions dévastatrices pour l'Eglise : en 1789, 1830,1848 et 1871. Encore en 1871, les Communards ont tiré du canon à l'entrée de l'église St.Leu-St.Gilles. L'église fut pillée, transformée en club.

C'est par un miracle que les reliques de Ste Hélène furent sauvées.

Et après ?

Les lois antichrétiennes de la séparation de l'église et de l'état, la confiscation des biens de l'Eglise et des monastères, l'expulsion des ordres monastiques de France.

Et actuellement c'est la période du rationalisme triomphant qui nie les saints, ridiculise par tous les moyens les mystères de la foi, sans avoir trouvé d'opposition spirituelle adéquate.

La société française du 20-ème siècle n'est pas encore passée par une perestroïka comme en Russie, où l'on voit ressurgir des cendres des églises, des monastères, des nouveaux séminaires.

En bref, l'absence de vénération actuelle de ste Hélène est une conséquence des problèmes sociaux et moraux d'aujourd'hui, mais en aucune façon n'est liée avec le problème d'authenticité de ses reliques.

Jamais de doutes

Si l'on s'adresse à la voix de l'Eglise, la réponse est plus que simple.

Il n'y eut jamais de doutes ni d'objection jusqu'au 20-ème siècle.

Tout le monde en Occident acceptait ce fait.

D'abord à Rome : on croyait que Ste Hélène y a été enterrée en 328 par son fils Constantin dans un mausolée dont les vestiges existent à nos jours, d'où elle a été ramenée au 9-ème siècle par le moine Teutgis au monastère d'Hautvillers dans le diocèse de Reims.

A Hautvillers : on a d'abord douté qu'un moine si simple, si chétif, puisse s'emparer d'un pareil trésor, du corps d'une véritable impératrice (imaginez en nos jours l'éventualité du vol du corps d'un président de France).

Les moines ont effectué plusieurs expertises, ils ont notamment fait une analyse historique pour s'assurer que Ste Hélène fut bien à Rome. Ensuite on a envoyé une commission compétente à Rome pour constater la disparition des reliques.

Enfin, on a fait subir à Teutgis une épreuve, qu'on utilisait dans les circonstances exceptionnelles pour tester si le témoin dit la vérité.

En présence de l'évêque de Reims, le célèbre Hincmar, du roi Charles le Chauve et de sa cour, Teutgis est passé par l'eau bouillante, croyant fermement que Ste Hélène le délivrerait : il resta sain et sauf.

Depuis, la foi en l'authenticité du corps de Ste Hélène resta à Hautvillers inébranlable jusqu'à la Révolution.

De plus beaucoup de miracles grâce aux prières à Ste Hélène, ne pouvaient qu'affermir davantage cette foi.

A Paris : on accepta l'authenticité des reliques car depuis leur arrivée à Hautvillers, elles avaient été examinées plusieurs fois à l'occasion des changements de châsse et des divers malheurs dus aux guerres de religion du 16-ème siècle.

Les conclusions des commissions qui ont procédé à l'ouverture de la châsse et à la translation des reliques de Ste Hélène se corroborent.

Elles témoignent que ce sont les mêmes reliques qui furent reçues au 9-ème siècle et qui ont été transmises en 1820 par le moine Grossard à la Confrérie des Chevaliers du Saint-Sépulcre qui avaient leur siège à l'église St.Leu-St.Gilles.

En 1875, après les désastres de la Commune de Paris, on a ouvert la châsse une dernière fois.

On établit un certificat médical décrivant du point de vue anatomique les reliques de Ste Hélène.

Se basant sur ce certificat, Mgr Richard, archevêque de Paris, constata que " la châsse renferme le tronc presque entier du corps de Ste Hélène ; dépourvu de tête et des membres fortement comprimé et aplati dans le sens bilatéral et que l'état du corps conservé dans la châsse de l'église St.Leu-St.Gilles correspond aux descriptions connues enregistrées par les Bollandistes au 18-ème siècle ".

La châsse fut alors placée plus en vue, au-dessus et en arrière du maître-autel, au pied du grand crucifix, suspendu entre les deux piliers de l'abside.

Depuis personne n'a ouvert le reliquaire.

La Croix est une folie...

Au 20-ème siècle, les historiens ont qualifié la translation de ste Hélène de Rome à Hautvillers par le terme de " vol ".

Ils ont insisté sur ce terme, sous-entendu que tout devient suspect : les circonstances décrites, l'objet-même du vol.

Est-ce vraiment Ste Hélène qui est arrivée en France ?

Teutgis ne fut-il pas victime ou même personne consentant à la duperie ?

Or c'est ici que nous touchons le domaine propre de la foi.

Les reliques sont-elles seulement des " objets " de ce monde, sous-entendu passifs, et dans ce cas elles ne sont que les témoins du passé ou bien sont-elles des " sujets " et, alors, elles sont et peuvent être actives.

Pour nous les chrétiens, la vénération des reliques repose sur la foi que les saints sont plus facilement accessibles par leurs restes terrestres que Dieu a voulu nous confier.

Et ce saint continue à participer dans la vie de l'Eglise entière, dans notre vie personnelle par l'intermédiaire de ses reliques, à sa façon, selon la volonté de Dieu.

Plusieurs circonstances enregistrées dans le récit de la translation de Ste Hélène de Rome à Hautvillers : événements extraordinaires, guérisons, – témoignaient à ceux qui les ont accompagnées lors du trajet, du consentement réelle de Ste Hélène à poursuivre le chemin.

C'est pourquoi, nous ne devons pas être étonnés, sachant que le pape Léon IX, après avoir reçu la commission des moines de Hautvillers venus vérifier le récit de Teutgis, n'avait pas réclamé les reliques.

Après s'être renseigné sur l'histoire de la translation, il a compris que telle était la volonté de Ste Hélène, elle-même, de reposer dans un autre endroit que Rome.

L'Eglise orthodoxe a déjà tranché dans un cas similaire, notamment en ce qui concerne la translation des reliques de st Nicolas de Myre en Asie Mineure à Bari en Italie, en 1087.

On chante dans l'office du 22 mai commémorant l'événement, qu'il ne fut pas digne que ces reliques restent sans la vénération qui leur est due dans un lieu désert.

C'est pourquoi elles ont été transférées de l'Asie Mineure, dévastée par les Turcs en Italie, pour servir aux fidèles dans un pays qui était à cette époque en voie de développement.

Rappelons que le 9-ème siècle, l'époque de la translation des reliques de Ste Hélène, était l'époque de l'épanouissement culturel et politique, dit de la Renaissance carolingienne, période où se sont constitués en germe les états du monde moderne issus des royaumes barbares.

La conclusion s'impose : c'est vraiment le corps de Ste Hélène qui est devant nous.

Dans ce cas des questions se lèvent :


1. Pourquoi est-ce à Paris que repose Ste Hélène, pourquoi cette rue fut-elle choisie dans cette ville ;


2. Pourquoi cet abandon actuel ?

Peut-on comprendre ce signe que Dieu nous envoie ? Nous ne pouvons que sonder les desseins de Dieu.

Pourquoi Paris ?

Même si ce n'est pas une ville dite sainte, Paris est l'un des centres de la civilisation, de la culture incontournables des temps modernes.

Comment voulez-vous que Dieu, qui veut que tout le monde soit sauvé et que chacun arrive à la connaissance de la vérité, sauve son peuple et son héritage.

Il nous offre des signes de salut : les reliques des héros de notre foi, pour qu'elles soient à notre portée et là où l'histoire moderne se creuse réellement.

Pourquoi cette rue ?

On ne peut voir ici que le vice.

Mais soyons prudents : les derniers peuvent devenir les premiers, et on se souvient de la mise en garde : les prostituées vous précédent dans le Royaume des cieux.

D'autre part, cette rue porte le nom de st Denis.

C'est elle qui menait de l'Ile de la Cité, siège du pouvoir terrestre, à la Basilique de st Denis, lieu d'enterrement du 1er évêque de Paris, du patron spécial de la monarchie, de l'état français.

C'est par cette rue que passaient les cortèges funèbres accompagnant les Rois sur leur dernier chemin vers le lieu du repos à la Basilique, et c'est par elle que le cortège emmenait le Roi de Reims après le couronnement.

Ce n'est pas une rue, c'est la rue qui relie Paris à ses origines chrétiennes, la France terrestre avec son protecteur céleste.

Est-ce un hasard que celle qui a ranimé la foi de l'église déchirée par les querelles ariennes, se trouve ici sur cette rue qui mène vers celui qui a engendré la foi à Paris ?

Pourquoi cet abandon, cet oubli ?

C'est un signe, que l'évolution éthique et politique est défaillante et qu'il faut changer quelque chose.

Nous ne pouvons agir que pour nous-mêmes.

Croyons, comme st Séraphin de Sarov : sauve-toi toi-même et mille autres seront sauvés.

Quel est le vrai sens de ce signe, de cette invention ?

Les Pères ont dit que Dieu souvent nous révèle les saints : leurs reliques, leurs tombeaux oubliés, la veille d'événements pénibles, de grands bouleversements pour nous affermir.

Et tout incite à penser ainsi, en regardant le monde autour de nous.

C'est comme si l'on déterrait les anciennes armes de guerre.

Parfois Dieu révèle ces trésors pour manifester Sa gloire, Sa puissance.

C'est pourquoi on pourrait trembler face à cette nouvelle invention des reliques de Ste Hélène, mais nous devons croire que tout est pour notre bien, pour le mieux.

Qui oserait pénétrer les desseins de Dieu ?

Il y a un parallélisme frappant entre l'époque où vivait Ste Hélène et la nôtre :

-l'indifférence spirituelle, la décadence morale, la foi chrétienne ridiculisée.

C'est Hélène qui fut choisie comme l'un des instruments pour ranimer la foi chrétienne fléchissante.

C'est elle qui a cru à la grâce des Lieux Saints et, par un effort extraordinaire, vu son âge avancé, elle a ouvert la voie vers la grâce aux innombrables foules de pèlerins.

Les parcelles de la Vraie Croix retrouvée ont été distribuées à toutes les églises comme témoins de la vérité de l'Incarnation et les miracles qui ont été produits manifestaient la réalité de l'Amour divin envers nous.

Aujourd'hui, quand notre foi est devenue plutôt tiède, quand notre salut est menacé, c'est pour rallumer la flamme de notre foi, qu'elle est là.

Elle-même, à la fin de sa vie terrestre, a trouvé les lieux saints en Palestine. Actuellement c'est une terre déchirée par les conflits nationaux et religieux.

Maintenant, dans sa vie céleste, elle nous indique un autre lieu saint presque ignoré : Paris. Ne donnons que quelques exemples :

*c'est ici dans la Sainte Chapelle que fut gardée la Couronne d'épines actuellement conservée à Notre-Dame de Paris ;

*c'est à Argenteuil, à 15 mn de Paris, que l'on garde la Tunique du Christ, celle qui fut tirée au sort par les soldats au pied de la Croix (Qui va prier devant cette Robe " sans couture ", symbole par excellence de l'unité de l'Eglise ?) ;

*c'est dans la Basilique St-Denis, aujourd'hui vide, que repose encore maintenant le corps de st Denis, de celui qui a fondé l'Eglise de Paris.

D'après la Tradition unanimement confessée jusqu'aux Temps Nouveaux, temps de la Raison, peut-être, mais au profit de la foi, ce fut un disciple de st Paul Denys l'Aréopagite, devenu 1er évêque d'Athènes, qui est venu évangéliser la Gaule et finit ses jours par un martyr glorieux.

Les œuvres qu'on lui attribue ont fait de lui l'un des piliers de la théologie orthodoxe et occidentale.

Prions pour que le zèle ardent de Sté Hélène fasse naître dans nos cœurs un élan pour nous débarrasser de nos préjugés rationalistes, pour que nous puissions nourrir notre foi auprès de ces sources pures que Dieu, dans son Amour a mis à notre disposition, à côté de nous.

Une chose est sûre : le fait que Ste Hélène, la sainte universelle, ait choisi la France pour y reposer signifie l'incorporation de la France dans l'orthodoxie. Cette invention ouvre une nouvelle page dans les relations Est-Ouest, dans les relations entre les deux églises.

Là où les discussions théologiques sont dans l'impasse, où les pourparlers entre les institutions représentatives des Eglises piétinent, Dieu fait intégrer l'Eglise de France dans l'économie du salut universel par le fait qu'une des plus grandes saintes orthodoxes repose ici.

Cette terre ne peut plus être étrangère pour nous, car Ste Hélène l'a choisi pour y habiter après son départ aux cieux.

Rappelons que dans l'Eglise orthodoxe sa mémoire est unie à celle de st Constantin, son fils. Leur fête est célébrée le 21 mai / 3 juin. On les vénère comme des " empereurs saints, glorieux, couronnés de Dieu et égaux aux apôtres ".

En Occident sainte Hélène a son propre jour de fête. C'est le 18 août. Dans la notice au Martyrologe Romain elle est aussi associée à l'empereur Constantin : " Fête de sainte Hélène, mère de l'empereur Constantin, lequel donna l'exemple aux autres princes, par son zèle pour la défense et l'extension de l'Eglise ".

Texte du Père Nicolas Nikichine (alors diacre), directeur du Centre de pèlerinage du diocèse de Chersonèse

Source : La France orthodoxe ...vue de la Russie

http://la-france-orthodoxe.net/fr/saint/?p=helene

Qui est Sainte Hélène ? Présence de ces reliques à Paris.
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Vie des Saints Spiritualité Chrétienne
commenter cet article
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 00:11
THEOTOKOS "Celle qui a engendré Dieu"…

THEOTOKOS "Celle qui a engendré Dieu"…

L'expression Theotokos, qui signifie littéralement "celle qui a engendré Dieu", peut surprendre à première vue ; en effet, on peut se poser la question de savoir comment une créature humaine engendre Dieu.

La réponse de la foi de l'Église est claire :

*la maternité divine de Marie se réfère uniquement à la génération humaine du Fils de Dieu et non, à l'inverse, à sa génération divine.

Le Fils de Dieu a été, depuis toujours, engendré par Dieu le Père et il lui est consubstantiel.

Dans cette génération éternelle, Marie n'a évidemment aucun rôle.

Cependant, le Fils de Dieu, il y a 2000 ans, a pris notre nature humaine et il a été alors conçu et enfanté par Marie.

En proclamant Marie "Mère de Dieu", l'Église veut, ainsi, affirmer qu'elle est la "Mère du Verbe incarné, qui est Dieu".

Sa maternité, pourtant, ne concerne pas toute la Trinité, mais uniquement la seconde Personne, le Fils qui, en s'incarnant, a pris d'elle la nature humaine.

(…) Une mère n'est pas seulement mère de la créature physique sortie de son sein, mais de la personne qu'elle enfante.

Marie, ayant donc engendré selon la nature humaine la personne de Jésus, qui est une personne divine, est Mère de Dieu.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille Spiritualité Chrétienne CATECHISME et CATECHESE
commenter cet article
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 00:10
Prière enflammée de Saint Augustin

Prière enflammée de Saint Augustin

( Prière conclusive du "De Trinitate" qui, quoiqu'on pense des balbutiements du traité (Égalés par de nombreux autres théologiens d'Orient comme d'Occident naturellement impuisants à traduire en mots humain l'indiscible mystère du "Dieu Unique mais non point solitaire") prouve s'il en était besoin,l'amour ardent pour Dieu et qui enflammait l’Évêque d'Hippone, l'humilité qui l'habitait .)

De toutes mes forces, celles que tu m’as données,

Je T’ai cherché,

Désirant voir ce que j’ai cru.

Et j’ai lutté, et j’ai souffert.

Mon Dieu,

Mon Seigneur,

Mon unique espoir,

Accorde-moi de n’être jamais las de Te chercher,

Qu’avec passion sans cesse je cherche ton visage.

Toi qui m’as donné de Te trouver,

Donne-moi le courage de Te chercher

Et d’espérer Te trouver toujours davantage.

Devant Toi ma solidité : garde-la.

Devant Toi ma fragilité : guéris-la.

Devant Toi tout ce que je sais, tout ce que j’ignore.

Par là où Tu m’as ouvert, j’entre : accueille-moi.

De là où Tu m’as fermé, j’appelle : ouvre-moi.

Accorde-moi de ne pas T’oublier,

Accorde-moi de Te comprendre.

Mon Dieu,

Mon Seigneur,

Accorde-moi de T’aimer.

===

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Pères de l'Eglise Spiritualité Chrétienne Famille
commenter cet article
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 00:08
Ne vous faites pas de trésors sur la terre ; faites-vous des trésors dans le ciel (St Ambroise)

Par Saint Ambroise (v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église
Sur Nabaoth, 58 (trad. DDB 1978, p.51s)

« Ne vous faites pas de trésors sur la terre ; faites-vous des trésors dans le ciel »

Toi qui enfouis ton or dans la terre (Mt 25,25), tu en es le serviteur et non le maître.

« Là où est ton trésor, là aussi est ton cœur. »

En cet or, c'est donc ton cœur que tu as enterré.

Vends plutôt ton or et achète le salut ; vends le minéral et acquiers le Royaume de Dieu, vends le champ et rachète pour toi la vie éternelle.


En disant cela je dis la vérité, parce que je m'appuie sur la parole même de celui qui est Vérité :

« Si tu veux être parfait, vends tout ce que tu possèdes et donnes-en le prix aux pauvres. Tu te constitueras ainsi un trésor dans le ciel » (Mt 19,21).

Ne t'attriste pas d'entendre ces mots, de peur qu'il ne te soit dit la même parole qu'au jeune homme riche :

« Qu'il est difficile à ceux qui possèdent des biens d'entrer dans le Royaume de Dieu » (Mt 19,23).

Plus même, lorsque tu lis cette phrase, considère que la mort peut t'arracher ces biens, que la violence d'un puissant peut te les ravir.

En fin de compte, tu n'auras visé qu'à des biens minuscules à la place de grandes richesses ; ce ne sont que des trésors de monnaie au lieu d'être des trésors de grâce.

Par le fait même, ils sont corruptibles au lieu de demeurer à jamais.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Pères de l'Eglise Spiritualité Chrétienne
commenter cet article
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 17:28
 NOUS SOMMES COUPABLES DU FAIT QU’IL Y AIT DES GENS QUI NE CONNAISSENT PAS LE CHRIST (Mgr Athanasios de Limassol)

« NOUS SOMMES COUPABLES DU FAIT QU’IL Y AIT DES GENS QUI NE CONNAISSENT PAS LE CHRIST »

 

Par l'Evêque Athanasios de Limassol

 

- Monseigneur, n’avez-vous pas le sentiment que nous vivons dans des temps anormaux ? Ma question donne l’impression que je « bougonne » : on dit de tout temps qu’avant le soleil était plus brillant, l’herbe plus verte et les gens meilleurs. Néanmoins, le sentiment d’anxiété et d’inquiétude est actuellement le propre de beaucoup de gens, et non pas seulement des chrétiens.

- Je pense que nous avons pris de l’âge, nous avons vieilli, raison pour laquelle nous voyons le passé sous un jour meilleur, comme quelque chose de plus agréable que le présent. Mais toutefois, le monde se dirige indubitablement vers les derniers temps. Cependant, pour le chrétien, il n’y a pas « d’hier » ou de « demain », il n’y a que « l’aujourd’hui » qui demeure dans le mystère de l’Église, dans la Divine Liturgie, la présence de Dieu. Lorsque nous célébrons les fêtes ecclésiales, nous disons : « Aujourd’hui, le Christ est né », « aujourd’hui le Christ est baptisé », « aujourd’hui, le Christ est crucifié ». De même, nous vivons aujourd’hui le Royaume des Cieux, qui viendra à la fin. Je pense, mon cher ami, que nous devons rendre grâces à Dieu pour le Royaume des Cieux. Comme le disait l’Ancien Païssios, plus nous avons de difficultés, plus Dieu nous bénit.

- Disons que dans l’Église n’existent ni « hier », ni « demain ». Néanmoins, en dehors de l’enceinte de l’Église, des choses très étranges se produisent : les unions de même sexe sont légalisées, il est devenu possible dans certains endroits de tuer les vieillards s’ils le souhaitent ou si éventuellement d’autres « en ont assez » d’eux, et ils expriment le désir à leur place. Nous assistons à une propagande inouïe de la débauche, nous voyons comment l’iniquité se réalise sous nos yeux. N’avons-nous pas raison lorsque nous disons que notre monde diffère fortement de celui qui existait il y a cinquante ans ?

Cela nous fait de la peine que nos frères ne connaissent pas le saint Évangile et qu'ils fassent les choses que vous décrivez. Nous prions pour eux et pour le monde entier. Mais regardez : l’Église s’est toujours trouvée dans des conditions difficiles. Elle est apparue alors qu’existait l’idolâtrie. Elle a été persécutée au cours des siècles. Rappelez-vous comment était la Russie, il y a quelques décennies. Malgré tout cela, l’Église suit son chemin. Nous ne désespérons pas, mais nous rendons grâces à Dieu d’être dans l’Église, nous prions Dieu afin d’y rester. Nous prions pour les hommes qui sont hors de l’Église, afin que nos frères connaissent Dieu, car nous en sommes aussi responsables. Nous savons que le prince de ce monde est hors de l’Église, c’est le diable. Mais le Christ le vaincra, et ceux qui veulent la vérité du Christ seront éternellement avec Lui. Une grande responsabilité repose sur les gens qui se trouvent dans l’Église, à savoir de prêcher la vérité de l’Évangile aux hommes qui le souhaitent.

- Dans les années 1990, il y avait un enthousiasme spirituel colossal en Russie. Et maintenant, nous constatons clairement un refroidissement envers la foi. Et il en résulte que ceux qui devaient devenir fils du Royaume choisissent un tout autre royaume et un tout autre maître que le Christ. Comment les chrétiens peuvent-ils réchauffer leur ardeur ?

- L’abandon du Christ par les hommes est toujours une source d’affliction pour les chrétiens, mais aussi un stimulus pour manifester de l’amour envers ceux qui sont tombés. Notre attitude envers ceux qui ne croient pas en Christ doit être pénétrée d’un amour immense et d’une grande affliction. Le Christ nous dit dans l’Évangile que nos œuvres doivent être la lumière pour les hommes afin qu’ils connaissent Dieu (cf. Matth. 5,16). Nous sommes responsables du fait qu’il y ait des gens qui ne connaissent pas le Christ. Nous devons ressentir une énorme responsabilité pour les âmes de ces gens. Si nous devenons des saints, alors nous attirerons les hommes vers le Christ. Mais notre problème est précisément que la sainteté nous manque. Et ainsi, nous sommes injustes envers nos frères, qui ne voient pas de sainteté en nous et par conséquent n’avancent pas vers l’Évangile, ne s’en approchent pas. Ainsi, ce qu’il nous faut réellement, c’est la sainteté et de saintes personnes dans l’Église.

- Ma question concernait une chose quelque peu différente : par quel moyen réchauffer en soi la foi chrétienne si le « refroidissement » commence après les premières années de « néophytisme » ? Nous voyons que des tragédies se produisent même dans les familles des prêtres. L’un des prêtres que je connais a abandonné sa femme; des séminaristes, que je connais également, ont divorcé. Ce qui ne doit pas être se produit là où des choses pareilles, semble-t-il, ne peuvent tout simplement pas arriver. Sur quoi les chrétiens contemporains doivent-ils concentrer le plus leur attention, afin que cela ne se produise pas ?

- Indubitablement, notre vie sera toujours pleine d’épreuves et de tentations. Et naturellement, toutes ces épreuves seront destinées à déraciner notre amour envers Dieu. Hormis cette attitude et cette lutte que nous devons accomplir dans notre vie, il est très important pour l’homme qui veut garder la chaleur dans le cœur, d’avoir un père spirituel saint et vertueux, auquel on peut s’adresser dans les moments difficiles des épreuves. Et alors, celui-ci, avec l’aide de la grâce du Saint-Esprit nous aidera afin que l’amour envers Dieu ne disparaisse pas. Mais nous devons également nourrir notre âme, en priant et en lisant des livres spirituels. Ainsi, avec l’aide du père spirituel, nous pourrons traverser ces tribulations qui se produisent dans notre vie et autour de nous.

- Vous avez dit qu’il était bien d’avoir un père spirituel qui soit un saint homme. Mais la situation en Russie est telle que nous avons beaucoup de jeunes prêtres qui, au début, n’ont tout simplement pas d’expérience spirituelle et de dons spirituels particuliers. Comment la majorité des chrétiens doivent-ils agir, eux qui n’ont pas la possibilité d’être en contact avec des hommes de sainte vie ?

- L’Ancien Païssios disait que lorsqu’il n’y a pas d’aide de la part de l’homme, il y a alors une abondante aide de Dieu. Et bien sûr, ce que vous dites est très logique. Mais néanmoins, selon la logique de Dieu, il n’en est pas ainsi. Le Seigneur n’a ni besoin de moi, ni de qui que ce soit, même pas des Anciens Porphyre et Païssios. Le Seigneur peut accomplir Son œuvre Lui-même dans les âmes des hommes, aussi nous ne devons jamais désespérer. L’Église est le mystère de la présence, de la manifestation de Dieu dans le monde. Si quelqu’un était allé chez l’Ancien Païssios sans avoir la foi, cela n’aurait été pour lui d’aucune utilité. Et inversement : si tu vas avec foi et humilité, au nom du Christ, chez un confesseur encore jeune, tu recevras la réponse qui correspondra à la volonté de Dieu.

J’ai entendu l’histoire suivante sur le Mont Athos : le père spirituel d’un moine mourut. Alors, ce moine plaça les vêtements du père spirituel sur une poutre et dit : « Comme je n’ai pas de père spirituel, je demanderai à la poutre ». Et il agit ainsi. Et voici qu’une fois, questionnant la poutre, le moine entendit une voix : « Non, ne fais pas cela ! ». Ainsi le Seigneur agit en fonction de notre foi. Je comprends très bien ce que vous dites, mais malheur à nous si nous nous appuyons sur les hommes et non sur Dieu. Même en Grèce, tous ne connaissaient pas les Anciens Païssios et Porphyre du temps de leur vie, loin de là, or c’étaient des saints uniques. Ce qui est important, c’est que l’Église du Christ poursuive sa voie.

- Si la foi de l’homme est vive, s’il aime Dieu, alors il n’a besoin de rien d’autre que de Dieu et de Son Église. Mais si la foi et l’ardeur refroidissent et qu’apparaisse une inclination vers ce monde qui selon l’apôtre « gît dans le mal », comment peut-on alors se sauver ?

- Qu’un tel chrétien fasse ce que fit jadis l’apôtre Pierre, lorsqu’il commença à sombrer. Il s’écria : « Seigneur, sauve-moi ! » Et le Seigneur tendit Sa main et le sauva. Le Christ est vivant ! Il est toujours près. Et celui qui s’adresse à Lui reçoit de l’aide.

- Et s’il prie, mais qu’il n’y a pas de réponse visibles aux prières, s’il semble que Dieu se tait ?

- Si l’homme attend le résultat de sa prière, il ne le verra jamais, parce que le principe même de cette prière est faux. Je ne prie pas pour voir quelque fruit ou résultat. Je prie pour que mes péchés soient pardonnés, pour que le Seigneur aie pitié de moi. Le Seigneur nous donne Son Corps et Son sang, pardonne les péchés, Il donne par l’Église la Grâce du Saint-Esprit. Aussi, il suffit pour nous de prier Dieu avec humilité et simplicité pour qu’Il nous fasse miséricorde. L’homme humble croit en Dieu et ne doute pas, il ne se demande pas si le Seigneur l’écoute ou non. Si tu veux voir les résultats de la prière, cela signifie que tu as des doutes. Et puisque le Seigneur ne veut pas nous nuire par notre orgueil, Il cache les fruits de notre prière. Il est tout-à-fait possible qu’Il nous les manifeste lorsque nous nous humilierons, lorsque nous pourrons nous rassasier des fruits de la prière, même si nous ne le comprenons pas.

Un ancien a dit à un moine qui voulait tout le temps voir les fruits de sa prière : « Tu ressembles à un homme qui a semé des graines en terre et qui creuses chaque jour pour voir si elles ont donné des racines ou non. Laisse ces graines en terre, arrose-les, prends en soin, et ensuite elle pousseront d’elles-mêmes. »

- Mais comment expliquer cette vérité aux gens qui sont loin de l’Église ? Nombreux sont ceux qui ont la même attitude envers la vie qu’envers un supermarché, où l’on peut aller et acheter quelque chose rapidement. On pose un cierge, et le Seigneur doit guérir le cancer, aider à échanger un appartement, trouver un travail, etc.

- Nous ne sommes pas les avocats de Dieu. Nous ne devons pas toujours expliquer ce que fait Dieu à l’égard de chaque homme. Nous devons apprendre aux gens à aimer Dieu avec l’amour d’un enfant, et non d’un client de supermarché. Il faut avoir confiance en Dieu, confiance dans la Providence divine. Le Seigneur parlera au cœur de chaque homme, et nous ne devons pas nous inquiéter et nous troubler de ce qu’il adviendra du monde et des hommes.

Le Christ est le Sauveur du monde. Il a été crucifié pour les hommes. Il ne sera pas injuste à l’égard de qui que ce soit. Le Seigneur s’adressera au cœur de chaque personne lorsqu’il le faudra. Si Dieu se tait, nous nous taisons aussi. Et nous devons laisser l’âme de chaque homme à la Providence divine. Il arrive parfois de vivre nombre d’afflictions, d’épreuves, d’incompréhension pour ressentir Dieu dans notre cœur. Rappelez-vous de Job ? Le Seigneur lui a permis de passer par une énorme quantité d’épreuves et ne s’est adressé à lui par des paroles que tout à la fin. Le Seigneur sait quand parler au cœur de l’homme. Nous devons avoir confiance en Dieu, confiance dans Son amour envers le monde entier. Lorsque nous voyons qu’un homme a besoin de Dieu, nous devons alors prier pour lui et le Seigneur, indubitablement, touchera son cœur.

- Mais comment l’Église doit-elle alors réaliser sa mission ? Si vous dites qu’il ne faut pas s’inquiéter de ce qu’il adviendra du monde, que le Seigneur Lui-même à un certain moment parlera au cœur de l’homme, il en résulte que ne devons pas nous soucier que les hommes ne viennent pas à l’église et ne pas nous demander quand ils y viendront. Mais néanmoins, nous devons nous-mêmes faire quelque chose afin d’amener les gens à l’Église. Quelle doit être la juste mission de l’Église ?

- Le semeur sème la graine dans le champ, et prie ensuite afin que le Seigneur la fasse croître et ne se fait pas de souci. C’est ainsi que nous aussi devons semer la graine, l’arroser, nous en occuper, mais ne pas se soucier comme elle est cultivée.

- Alors jusqu’à quelles limites pouvons-nous nous rapprocher du monde, afin de tenter d’agir sur lui ? Dans l’Église russe, il y a depuis longtemps des discussions pour savoir quelles sont les méthodes acceptables dans la mission. Les prêtres peuvent-ils, par exemple, aller aux concerts de rock, jouer au football etc ? Peut-on avec de telles méthodes, attirer les gens à l’Église ?

- Je pense que le monde n’a pas besoin que nous assistions à un concert de rock ou un match de football. Je pense que le monde a besoin que nous soyons là où il peut nous trouver – c’est-à-dire à l’église, derrière le lutrin, à la confession, prêts à une discussion spirituelle.

Les gens doivent entendre de nous la Parole de Dieu. Les gens ont besoin de notre part que nous les accueillions avec amour et bonté. Ils n’ont pas besoin de notre présence au football ou que nous allions et buvions à la discothèque. Il leur faut notre amour, notre bonté et la sainteté de notre vie.

Vous êtes venu deux années de suite en Russie à la conférence concernant le monachisme. Comme caractériseriez-vous sa situation actuelle

- Je suis très touché par le fait que S.S. le patriarche Cyrille, les archipasteurs et les pasteurs éprouvent des inquiétudes au sujet du monachisme [c’est-à-dire sur l’évolution du monachisme en Russie, ndt]. Indubitablement, il y a beaucoup de choses qu’il faut relever, auxquelles il faut prêter grande attention, il faut changer certaines choses, mais cela ne concerne pas seulement la Russie, mais même l’Athos. Chaque endroit a ses traditions, ses règles, ses hommes. Et le monachisme se manifeste et vit à cet endroit où il est, entouré des habitants du lieu. Je pense que tout va très bien. Cela ne signifie pas que j’ignore la réalité. Je vois que tout se développe de façon naturelle, je vois le désir et l’aspiration des pères et mères higoumènes de corriger certains défauts et d’apprendre quelque chose de meilleur.

- Y a-t-il un lien entre les bonnes familles chrétiennes et le bon monachisme ?

- Dans mes homélies, je dis qu’un bon moine pourrait être un bon père de famille, tandis que celui qui est un mauvais moine ferait un mauvais père de famille. Le but du chrétien, tant dans le monachisme que dans le mariage est un et même : c’est le mariage éternel avec le Christ. Et c’est à cela qu’il faut aspirer, dans le monachisme et dans la famille. Vous me demandez : peut-être, le monachisme est-il meilleur ? Mais cela, je ne puis le dire. Chaque homme doit agir de telle façon qu’il se trouve le plus à l’aise pour trouver le Christ.

- Nous entendons souvent : « Qu’est-ce que les moines peuvent bien comprendre de la vie familiale ? »

- Il faut considérer l’essence et celle-ci est la même. Dans les écrits des moines-ascètes est décrit comment l’homme dépasse son égoïsme et ses passions, comment il se délivre du vieil homme en lui-même, et ce afin d’entrer en relation avec lui-même, les autres et, ce qui est principal, avec Dieu. L’homme marié doit lire les apophtègmes [les sentences] des Pères du désert afin de savoir comment construire une bonne famille, parce que dans les apophtègmes se trouvent les réponses à de nombreux problèmes de la vie.

- Monseigneur, avez-vous, comme évêque d’un grand diocèse, recteur et père spirituel de nombreux monastères, la possibilité de confesser le peuple et, en général, de diriger spirituellement les laïcs ?

- Dans tout le monde grec, et non pas seulement à Chypre, les évêques consacrent une grande partie de leur temps à la confession de leurs ouailles. Il convient de mentionner que notre confession est différente de celle que l’on pratique en Russie. Pour autant que je le sache, la confession est chez vous assez courte, se résumant à énumérer les péchés. Chez nous, les gens sont habitués à se confesser autrement : la confession peut prendre quelques heures, parce que celui qui se confesse dit ses péchés, ses problèmes, pose des questions, c’est-à-dire qu’il évoque tout ce qui le préoccupe. Il y a quelques jours, un jeune enseignant est venu se confesser chez moi. Il est arrivé à cinq heures de l’après-midi et est reparti à six heures du matin ! Dieu merci, il était seul !

- Si donc vous confessez tant, vous connaissez la situation générale des âmes de vos fidèles. Quels sont les péchés les plus typiques pour notre époque ?

- L’une des raisons pour lesquelles je confesse personnellement est que je ne veux pas perdre le contact avec les gens, je ne veux rester dans mon bureau et être un quelconque organisateur. La confession est la méthode la plus simple de savoir à quoi pensent les gens, ce qui les préoccupe, quels sont les problèmes. Je me réjouis beaucoup lorsque les gens voient un père dans la personne de leur évêque. Je me réjouis quand je sais que les gens peuvent venir à moi à l’église, me trouver, pour raconter leurs problèmes. Je me rends dans le bureau de mon diocèse une ou deux fois par mois. Je m’y sens comme un maire, aussi je préfère me trouver à l’église et y rencontrer les gens. L’église est la place naturelle de l’évêque.

- Alors, à votre avis, quelle est la plus grande maladie spirituelle de notre temps ?

- Comprenez cela, ce n’est pas l’appellation d’un péché qui importe (« crime », « avortement », « adultère »), c’est l’essence et l’essence de n’importe quel péché, c’est que l’homme se détache de Dieu. En grec, le mot « péché » (amartia) signifie « manquer le but ». Lorsque les anciens Grecs tiraient une flèche et rataient la cible ; ils disaient « imarton », en français « j’ai péché », c’est-à-dire qu’ils avaient manqué le but. Et lorsque l’homme n’a pas le Christ dans son cœur, il fait alors les mauvais choix.

Je suis devenu confesseur et j'ai commencé à confesser alors que je vivais encore sur le Mont Athos et que j’étais très jeune. Une fois, j’ai demandé à l’Ancien Païssios quelles questions poser aux gens qui venaient chez moi. La raison en était que certains d’entre eux demandaient que je leur pose moi-même les questions, suite à quoi ils y répondraient. L’Ancien me dit alors : « Évite les questions, mais si les gens insistent, que ta première question soit celle-ci : « Aimes-tu Dieu ? Quelle est ton attitude envers Dieu ? Ensuite, demande-lui s’il aime ceux qui l’entourent, et puis alors tu connaîtras tout le reste ». Parce que le Seigneur dit Lui-même que le premier et plus grand commandement est d’aimer le Seigneur Dieu de tout son cœur (cf. Matth. 22, 37-38). Et à cela s’ajoute tout le reste.

- Vous avez mentionné l’Ancien Païssios. Probablement, certains enseignements des Anciens Païssios, Porphyre et Joseph résonnent souvent dans votre mémoire.

- Effectivement. Le Seigneur a disposé les choses de telle façon que, lorsque j’étais encore étudiant, un homme tout jeune, j’ai fait la connaissance avec beaucoup de saints contemporains. Je connaissais l’Ancien Athanase au monastère. Dans un autre monastère de Chypre, j’étais en contact avec un autre Ancien du nom d’Athanase, un homme également de grande vertu. Ensuite, à mon arrivée en Grèce, j’ai fait la connaissance de l’Ancien Éphrem [de Katounakia, sur le Mont Athos, ndt], de l’Ancien Charalampos du monastère athonite de Dionysiou, de l’ancien Éphrem qui se trouve de nos jours en Arizona, aux États-Unis, de l’Ancien Joseph du Mont Athos qui était mon père spirituel et qui m’a tonsuré.

Le Seigneur m’a rendu digne de faire la connaissance de l’Ancien Porphyre, de l’Ancien Jacques, qui a vécu en Eubée, de l’Ancien Philothée [Zervakos], de l’Ancien Sophrony d’Essex, de l’Ancien Émilien [du monastère athonite de Simonos Petras], et de nombreux autres, dont les noms ne sont pas aussi connus. De tous, j’ai entendu de nombreux enseignements et des paroles édifiantes. Et l’impression générale qui se dégageait de ces Anciens, était qu’ils étaient sains. Sains spirituellement, psychiquement et psychologiquement, par la faveur de la Grâce divine. Ils n’avaient pas quelque défaut, ce n’étaient pas les partisans des extrêmes. C’étaient des gens pondérés, pleins de discernement et délicats. Ils étaient emplis d’amour envers Dieu, d’amour envers l’homme et étaient très joyeux.

Lorsque l’on regardait l’un d’entre eux, on pensait que le Seigneur avait créé l’homme ainsi, parce qu’ils avaient gardé en eux l’image de Dieu, ils étaient semblables à leur Père, Dieu. Ils étaient tous des enfants de l’Église. Ils enseignaient qu’il fallait toujours garder le lien avec l’Église, être toujours en communion avec elle, avoir la paix dans l’âme malgré toutes les circonstances de la vie, et tout regarder à travers le Christ. Je pourrais parler beaucoup d’eux, mais il faudrait plus de temps.

- Mais tout de même, il y a eu probablement des enseignements concrets que vous avez retenus plus particulièrement. Ce que vous mentionnez le plus souvent dans vos conversations avec d’autres personnes.

- L’Ancien Païssios appelait toujours à peiner consciencieusement afin de ne pas affliger Dieu. En particulier, il disait : « Je sais que je suis digne de l’enfer, mais je ne veux pas y aller, afin de ne pas affliger le Christ ». L’Ancien Éphrem de Katounakia répétait que pour le moine, l’obéissance était tout. « L’Ancien Porphyre disait que Dieu est tout : « On peut aller partout, n’importe où avec le Christ. Et même dans l’enfer ; si c’est pour y aller avec le Christ, j’irais avec joie ». L’expérience de vie de ces saints était une et même : ils vivaient tous par le Christ. Je me rappelle que lorsque l’Ancien Joseph venait manger avec nous et que l’on lisait au réfectoire un livre spirituel : à peine avait-il entendu le mot « Christ » qu’il commençait immédiatement à pleurer et ne pouvait plus manger.

- Monseigneur, permettez-moi de vous exprimer mon immense gratitude pour cette discussion si édifiante. Pourriez-vous, en tant qu’épilogue, dire un mot à vos lecteurs en Russie ?

- Je ne puis dire et n’ai rien à dire de moi-même. Toutes ces homélies et tous ces entretiens qui sont édités par nos frères en Russie, ce pourquoi je leur suis très reconnaissant – ces paroles ne sont pas non plus de moi. Je peux seulement dire qu’il est indispensable à nous tous d’aimer le Christ. Si nous L’avons dans notre cœur, tout ira bien. Dans le cas contraire, tout ira mal.
(Traduction Bernard Le Caro que nous remercions.
Source: Pravoslovie.ru
Publié par Claude LOPEZ-GINISTY sur son blog Orthodoxologie )

 NOUS SOMMES COUPABLES DU FAIT QU’IL Y AIT DES GENS QUI NE CONNAISSENT PAS LE CHRIST (Mgr Athanasios de Limassol)
Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Spiritualité Chrétienne Famille
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 08:45
Ô fleurs du pré spirituel du Royaume de la Trinité =  vous, saints martyrs qui avez fleuri admirablement au temps des amères persécutions *  Nouveaux Martyrs et Confesseurs innombrables ,    vous qui avez souffert la passion =  pontifes et pasteurs, * moines et laïcs, hommes, femmes et enfants,   vous qui avez apporté au Christ le bon fruit de votre patience =  priez-Le comme votre divin Semeur*  afin qu’Il libère le peuple orthodoxe des bourreaux,    afin que s'affermisse l'Eglise du Christ = ,   par votre sang et vos souffrances *  pour le salut de nos âmes.  (Invocation du Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde (Monastère Syriaque. Brévilly.61300 CHANDAI), aux Saints Martyrs de"Sayfo" (Génocide des Syriaques en 1915)

Ô fleurs du pré spirituel du Royaume de la Trinité = vous, saints martyrs qui avez fleuri admirablement au temps des amères persécutions * Nouveaux Martyrs et Confesseurs innombrables , vous qui avez souffert la passion = pontifes et pasteurs, * moines et laïcs, hommes, femmes et enfants, vous qui avez apporté au Christ le bon fruit de votre patience = priez-Le comme votre divin Semeur* afin qu’Il libère le peuple orthodoxe des bourreaux, afin que s'affermisse l'Eglise du Christ = , par votre sang et vos souffrances * pour le salut de nos âmes. (Invocation du Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde (Monastère Syriaque. Brévilly.61300 CHANDAI), aux Saints Martyrs de"Sayfo" (Génocide des Syriaques en 1915)

 

ACQUÉRIR L'ICÔNE DES MARTYRS SYRIAQUES ?


J'encourage nos fils et filles de l'Eglise Syro-Orthodoxe-Francophone de commander en notre Monastère Syriaque, d'écrire eux-même ou de reproduire pour leurs foyers l'Icône qui a été réalisée pour le centenaire du génocide de nos pères et frères aînés dans la foi: Évêques, prêtres et fidèles Syriaques ("Sayfo").

Nous souvenant que le sang des Martyrs est "semence de chrétiens", il est de la première importance de nous souvenir d'où nous venons pour savoir où nous allons;il est de la première importance de demander incessamment l'intercession de ces frères aînés pour qu'à leurs exemples nous soyons d'authentiques témoins du Règne d'Amour, de Vérité et de Paix que le Christ est venu inaugurer dès ici-bas par Son Eglise ...


Puisse cette Icône être désormais placée en bonne place en chacune de nos paroisses et en chacun de nos foyers !


Puisse l'intercession de nos Saints Martyrs accompagner notre chère Eglise-mère Malankare-Orthodoxe, notre Eglise locale en France et au Cameroun pour favoriser un renouveau de ferveur et de fidélité, un nouvel élan missionnaire !


Votre respectueusement dévoué en Notre-Seigneur.Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) !


+Métropolite Mor Philipose-Mariam

Le christianisme, quand il est en butte à la haine du monde, n'est plus objet de persuasion humaine, mais œuvre de puissance divine. (Saint Ignace d’Antioche, épître aux Romains, dite épître du martyre)

Le christianisme, quand il est en butte à la haine du monde, n'est plus objet de persuasion humaine, mais œuvre de puissance divine. (Saint Ignace d’Antioche, épître aux Romains, dite épître du martyre)

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Famille Spiritualité Chrétienne DIALOGUE INTERRELIGIEUX
commenter cet article
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 15:36
Changer le monde? Oui certainement ! Mais une personne à la fois! (Higoumène Tryphon.)
Changer le monde? Oui certainement ! Mais une personne à la fois!

Un Saint de l'Eglise Orthodoxe (Bysantino-slave) Saint Sophrony de l'Essex disait qu'il

croyait au changement du monde, mais une personne à la fois.

Ces paroles sont en accord avec celles de saint Seraphim de Sarov, qui disait qu'acquérir

la paix intérieure amènerait au Salut des milliers autour de nous.

Aussi longtemps que nous nous concentrons sur les manquements des autres, la

transformation intérieure ne se produira pas en nous, et le monde restera dans les

ténèbres.

Si nous restons empêtrés dans le marigot du péché, et concentrés sur les torts d'autrui,

nous ne parviendrons pas à nous conformer nous-mêmes à la volonté de Dieu.

Bien entendu, il est bien plus confortable de remarquer fautes et péchés d'autrui, mais

si

nous ne nous occupons pas de nous-mêmes, nous causerons un grand tort à notre âme.

Juger les autres ouvre grandes les portes pour laisser accès aux esprits mauvais, qui dès

lors vont tout ruiner en nous et détruire la grâce baptismale qui réside en nos cœurs.

Nous sommes en guerre contre les forces du mal, et nous ferions mieux de rester sur nos

gardes. Notre vie éternelle en dépend.

Dans l'amour du Christ,
Higoumène Tryphon.

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Spiritualité Chrétienne
commenter cet article
18 juin 2015 4 18 /06 /juin /2015 15:30
Du faux égalitarisme et de la véritable égalité (Origène)

Par Origène (v. 185-253), prêtre et théologien
Traité 33 sur St Matthieu (Catena Aurea)

 

Du faux égalitarisme et de la véritable égalité

 

Parmi ceux à qui Jésus-Christ a confié le ministère de la parole de Dieu, vous voyez que les uns ont reçu davantage, les autres moins, et n'ont pas, pour ainsi dire, la moitié de l'intelligence des premiers; d'autres enfin ont reçu beaucoup moins encore.

 

Or, pourquoi cette différence entre ceux qui ont reçu de Jésus-Christ le même ministère de la parole divine?

C'est que la vertu et la capacité n'étaient pas les mêmes dans celui qui a reçu cinq talents, dans celui qui en a reçu deux et dans celui qui n'en a reçu qu'un, et que tous ne pouvaient recevoir la même mesure de grâces.

Cependant, celui qui n'a reçu qu'un talent a reçu un don qui n'est pas sans importance, car un seul talent, venant d'un si grand maître, est d'une grande valeur.


Cette expression «s'avançant», appliquée à celui qui avait reçu cinq talents, et à celui qui en avait reçu deux, signifie leur passage de ce monde dans l'autre; et il faut remarquer que Dieu tient le même langage à tous les deux, pour nous apprendre que celui qui a reçu de moins grandes facultés, mais qui leur a fait produire tout ce qu'on était en droit d'en attendre, aura aux yeux de Dieu le même mérite que celui qui est doué de facultés supérieures.

Dieu n'exige qu'une chose, c'est que l'homme consacre à sa gloire tout ce qu'il a reçu de lui.

+++

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne - dans Pères de l'Eglise Spiritualité Chrétienne
commenter cet article

Recherche

Liens