Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 07:59

"In childhood we have the capacity to understand, not intellectually, but with our whole being, that there is no greater joy on earth than to be in Church, to participate in Church services, to breathe the fragrance of the Kingdom of Heaven, which is 'the joy and peace of the Holy Spirit'. "

(Protopresbyter Alexander Schmemann)Fr. John )

 

Chers amis. Aloho m'barekh.
Ce jeudi 1er décembre commence pour nous, Syro-Orthodoxes francophones, le jeûne préparatoire à Noël. C'est aussi aujourd'hui que sera discutée au Parlement français la proposition de loi « relative à l’extension du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse »
 
Plusieurs communautés chrétiennes en Françe  appellent à une journée de prière et de jeûne ce jeudi 1er décembre. 
 
Lors du jeûne de ce jour et de cette période préparatoire qui se continue jusqu'à Noël, nous appelons la bénédiction de Dieu sur nos familles: Que l'Emmanuel, le Verbe de Vie y soit accueilli ! 
 
Demandons pardon pour les avortements commis cette année, demandons pardon pour toutes les inadéquations dans la cohérence du Témoignage Chrétien qui auront fait obstacle à l'élan missionnaire de l'Eglise...confessons-nous !
 
Demandons le "Pain substantiel" dont nous avons besoin pour ce combat en faveur de l'Evangile de la Vie, de l'Amour et de la Vérité. Allons à la Messe et vivons en pour porter à tous ces frères qui le cherchent confusément et auxquels Il s'est uni dans le mystère de l'incarnation, le visage du Christ par la cohérence de notre témoignage et l'humilité d'une  vie donnée .
Avec Saint Michel, St Koorilose, St Gregorios et tous les Sts et Stes de France, repoussons le Mal de manière déterminée.
Rejoignons par l'humilité d'une  vie vraiment donnée tant de femmes, d’hommes qui sont dans la détresse, l’abandon, la souffrance .
Nous jeûnerons aujourd'hui et pendant ces prochaines qui nous préparent à la Nativité pour que l’Espérance leur soit renduesans compromis.
 
 

 

 

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 13,11-14a.

Frères, sachez-le, voici l'heure de nous réveiller de notre sommeil. Car le salut est maintenant plus près de nous qu'au moment où nous sommes venus à la foi. 
La nuit est avancée, et le jour approche. Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres et revêtons les armes de la lumière. 
Marchons honnêtement, comme en plein jour, ne nous laissant point aller aux excès de la table et du vin, à la luxure et à l'impudicité, aux querelles et aux jalousies. 
Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 21,25-33.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : "Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles, et sur la terre, une angoisse des nations, affolées par le fracas de la mer et des flots, 
les hommes expirant de frayeur et d'anxiété pour ce qui doit arriver à l'univers, car les puissances des cieux seront ébranlées. 
Alors on verra le Fils de l'homme venant dans une nuée avec grande puissance et grande gloire. 
Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et relevez la tête, parce que votre délivrance approche. " 
Et il leur dit une parabole : " Voyez le figuier et tous les arbres : 
quand déjà ils bourgeonnent, à cette vue vous savez de vous-mêmes que déjà l'été est proche. 
Ainsi, quand vous verrez ces choses arriver, sachez que le royaume de Dieu est proche. 
Je vous le dis, en vérité, cette génération ne passera point que toutes ces choses ne soient arrivées.
Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. 
 





Par John Henry Newman

(1801-1890), Cardinal, théologien anglican convertit au catholicisme romain et fondateur de l'Oratoire en Angleterre 
PPS, IV, 13 (trad. AELF) 

 

L'exemple du figuier

 

Une fois seulement par an, mais une fois pourtant, le monde que nous voyons fait éclater ses puissances cachées et se révèle lui-même en quelque sorte.

Alors, les fleurs paraissent, les arbres fruitiers et les fleurs s'épanouissent, l'herbe et le blé poussent.

Il y a un élan soudain et un éclatement de la vie cachée que Dieu a placée dans le monde matériel. Eh bien ! ceci nous est comme un exemple de ce que le monde peut faire au commandement de Dieu.

Cette terre éclatera un jour en un monde nouveau de lumière et de gloire dans lequel nous verrons les saints et les anges.

Qui penserait, sans l'expérience qu'il a eue des printemps précédents, qui pourrait concevoir deux ou trois mois à l'avance, que la face de la nature qui semblait morte aurait pu devenir si splendide et si variée ?... 

Il en est de même pour ce printemps éternel qu'attendent tous les chrétiens ; il viendra quoiqu'il tarde. Attendons-le, car « il viendra sûrement, et il ne tardera pas » (Hé 10,37). Aussi disons-nous chaque jour :

« Que ton règne vienne ! »

Ce qui veut dire :

« Montre-toi, Seigneur ; toi qui es assis au milieu des chérubins, montre-toi, manifeste-toi.

Réveille ta puissance, viens nous délivrer » (cf Ps 79,3). 

Durant l'enfance, nous avons la capacité de comprendre, non pas intellectuellement, mais avec tout notre être, qu'il n'y a pas de plus grande joie sur terre que d'être à l'église, de participer aux offices de l'église, de respirer les parfums du Royaume des Cieux, qui est "la joie et la paix du Saint Esprit."

(Protopresbytre Alexander Schmemann / P. John )

 

« Jamais, jamais, jamais, ne laissez jamais quiconque vous dire qu’afin d’être Orthodoxe, vous devez aussi être Oriental.

L’Occident a eu la pleine Orthodoxie mille ans durant, et sa vénérable liturgie est bien plus ancienne que n’importe laquelle de ses hérésies. »

(Saint Jean, archevêque de San Francisco * Le 11 novembre 1960)

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

 

 

 

Si vous n'êtes pas en famille, 

 

retrouvez-vous , en

 

communion avec les Chrétiens d'Orient,

 

avec  vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes

 

francophone de St Thomas (Mar Thoma) en

 

France pour fêter Noël !

 

Si vous avez peu de moyens pour fêter

 

décemment Noël en famille, grâce au partage

 

c'est possible ! Venez fêter la Nativité au

 

Monastère en famille !

 

Nativity Icon2[1]-copie-1

 

(Pour ceux qui doivent loger, Inscriptions closes

le 20 Décembre)

 

Programme et inscription en bas de page

 

 

SAINTS DU JOUR:

 

SAINTE FLORENCE
Vierge
(† v. 366)

Afficher l'image d'origine

 

 

       Jeune phrygienne, sainte Florence, alors âgée de 22 ans, rencontra saint Hilaire vers 360 : il était alors exilé en Phrygie (la Turquie actuelle) depuis 356 par l'empereur Constance pour s'être opposé à l'hérésie arienne.

 

C'est lors d'une de ses prédications que la jeune Florence s'est jetée aux pieds d'Hilaire en le suppliant de faire d'elle une chrétienne par le signe de la croix. Issue d'une famille païenne, Florence abandonne alors le culte des idoles, désirant se consacrer totalement à Dieu. Quelques mois plus tard, au printemps de l'an 360, elle suivit saint Hilaire à Poitiers où il la confia à la recluse Triaise. Ensuite, elle devint elle-même "recluse" dans une étroite cellule construite par saint Hilaire sur l'une de ses propriétés à Comblé, tout près de Celle-l'Évescault, où il avait ses quartiers d'été.

S'appliquant à la prière et au jeûne, veillant sans cesse, Florence a vécu sept années en réclusion. Le 1er décembre 367, elle mourut à l'âge de 29 ans. Saint Hilaire l'inhuma solennellement.

Florence nous est donc connue par l’intermédiaire de saint Hilaire de Poitiers. Florence l’avait suivi depuis la Phrygie (Turquie actuelle) où il avait été déporté par ordre impérial. Revenu sur ses terres de Comblé (actuellement dans la Vienne) Hilaire consacra Florence et lui permit de vivre en ermite à côté du village. Elle mena une vie de prière et de mortification et mourut à 29 ans.

           
Le lieu devint très vite un lieu de pèlerinage, un prieuré de moines s’y installa, et au XIIème siècle une belle église fut construite à Comblé et un grand pont de 110 m de long sur la route de Poitiers.

L’église et le pont de Comblé commune de Celle-Levescaut

FLORENCE 1er DECEMBRE

Tropaire ton 8

C’est en toi, bienheureuse Mère Florence, que l’image de Dieu s’est conservée sans altération; car prenant Ta croix tu as suivi le Christ; Tu as appris aux hommes par tes actions, à mépriser le corps qui passe, et à s’appliquer aux soins de l’âme qui est immortelle: Aussi désormais ton esprit bienheureux participe à la félicité des Anges.

Saint Éloi
Évêque de Noyon
(590-660)

 

 

 

Eloi naît à Chaptelat, à deux lieues de Limoges. Dès son enfance, il se montra si habile aux travaux manuels, que son père le plaça comme apprenti chez le maître de la Monnaie de Limoges. Ses premières œuvres révélèrent son talent précoce, et, au bout de quelques années, Éloi n'avait pas de rival dans l'art de travailler les métaux. Ses sentiments religieux et ses vertus le rendirent plus recommandable encore que ses talents ; on ne se lassait pas d'admirer sa franchise, sa prudence, sa douceur, sa charité.

 

Le roi Clotaire II, ayant entendu parler de lui, le fit venir à la cour, lui commanda un trône d'or orné de pierreries, et à cet effet lui donna une quantité d'or. Le travail fini, Éloi se présenta devant le roi et lui montra le trône. Clotaire s'extasiait devant ce chef-d'œuvre ; mais quelle ne fut pas sa stupéfaction, quand Éloi fit apporter un autre trône aussi beau que le premier, fait aussi avec l'or qu'il avait reçu ! Sur-le-champ, Éloi fut nommé grand argentier du royaume, et le roi le garda près de lui.

 

Jusque là, notre saint avait aimé le luxe ; touché d'une grâce de choix, il se détacha des vanités du monde et vécut au milieu des richesses comme un pauvre de Jésus-Christ. Son plaisir était de faire de belles châsses pour les reliques des saints. Mais surtout il aimait les pauvres. On ne saurait se figurer tous les trésors qui passèrent par ses mains dans le sein des indigents. Aussi, quand des étrangers demandaient à le voir, on leur répondait : « Allez en telle rue, et arrêtez-vous à la maison où vous verrez une foule de mendiants : c'est là sa demeure ! » Éloi lavait les pieds des pauvres, les servait de ses propres mains, ne prenait que la dernière place et ne mangeait que leurs restes. Quand Éloi n'avait plus d'argent, il donnait ses meubles et jusqu'à sa ceinture, son manteau, ses souliers.

 

L'amitié d'Éloi avec le roi Dagobert, successeur de Clotaire II, est devenue légendaire. Un jour Éloi vint lui dire : « Mon prince, je viens vous demander une grâce ; donnez-moi la terre de Solignac, afin que je fasse une échelle par laquelle, vous et moi, nous méritions de monter au Ciel. » Le roi y consentit volontiers ; le saint y bâtit un monastère. Jamais il ne se fit moine ; mais il aimait à visiter les moines et à vivre, de temps en temps, quelques jours avec eux, pour s'édifier de leur régularité.

 

Éloi se vit obligé d'accepter l'évêché de Noyon-Tournai, un diocèse qui s'étendait jusqu'à Courtrai, Gand et la Frise néerlandaise. Sa vie épiscopale fut la continuation de ses bonnes œuvres.

 

Tropaire ton 2

Après avoir travaillé l'or de tes mains
Tu ne recherchas plus que l'or de la vie divine,
Et lorsque tu quittas la cour du roi,
Tu parcourus notre pays pour défendre la Foi.
C'est pourquoi, vénérable pontife Eloi,
Nous te supplions aujourd'hui de prier pour nous.

 

-----------

 Saint Prophète Nahum

Sur le voyant d'Elqosh agrégé aux défunts 
je répands mon éloge en guise de parfums. 
C'est la prime journée de ce mois de Décembre 
qui au séjour des morts a vu Nahum descendre. 
Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Tropaire, t. 2

Célébrant, Seigneur, la mémoire de ton prophète Nahum, * par ses prières, * nous t'en supplions, sauve nos âmes.

Cathisme, t. 5

Glorieux prophète Nahum, * ayant purifié ton esprit * de toute empreinte d'ici-bas, * tu devins l'urne très-pure du saint Esprit, * distribuant à tous les hommes * les clartés que tu avais reçues de lui; * c'est pourquoi, nous t'en prions, * intercède pour la paix de l'univers.
Théotokion

Le grand mystère de ton divin enfantement, * l'ineffable façon dont tu conçus, * Ô Mère toujours-vierge, nous sont connus en vérité; * ta gloire frappe nos esprits * et bouleverse nos pensées * et sur nous tous Ô Mère de Dieu, * elle s'étend pour le salut de nos âmes. 
Kondakion, t. 4

Ton cœur très-pur, illuminé par l'Esprit, * fut le siège d'une brillante prophétie; * tu vis comme proche ce qui était éloigné, * c'est pourquoi nous te vénérons, * illustre Nahum, prophète bienheureux


Le Saint Prophète Nahum, dont le nom signifie «Dieu console," était originaire du village d'Elkosh (Galilée). Il a vécu au cours de la Colombie-Britannique septième siècle Le Prophète Naum prophétise la ruine de la ville assyrienne de Ninive à cause de son iniquité, la destruction du royaume d'Israël, et le blasphème du roi Sennachérib contre Dieu. Le roi assyrien Assurbanipal mort en 632 avant JC, et au cours des deux prochaines décennies, son empire a commencé à s'effriter. Ninive tomba en 612 avant Jésus-Christ

Nahum diffère de la plupart des prophètes dans la mesure où il ne délivre pas un appel à la repentance, pas plus qu'il ne dénonce Israël à l'infidélité envers Dieu.

Les détails de la vie du prophète sont inconnus. Il est mort à l'âge de 45 ans, et a été enterré dans sa région natale. Il est le septième des douze petits prophètes.

Le Prophète Nahum et St Nahum d'Ohrid (23 Décembre) sont invoqués pour les personnes atteintes de troubles mentaux.

___________

 

 

Saint Philarète le Miséricordieux

 

Kondakion 1

Pour toi, chameau qui passa par le chas de l'aiguille, nous offrons nos remerciements et notre louange: car tu donnas tes richesses aux pauvres, comme offrande au Christ. Le Christ Dieu reçut ton offrande à titre de prêt, te payant grandement en retour, dans cette vie transitoire et dans le Ciel. Réjouis-toi, ô fontaine où coulent les trésors du Ciel!

Ikos 1

Tu avais la richesse terrestre, pourtant tu connaissais le véritable trésor: tu as fait usage de tes biens, mais jamais tu ne te fias à eux, car en toi était le Royaume de Dieu et ton trésor était au Ciel.

Le juste Philarète le Miséricordieux, le fils de George et Anna, a été soulevé dans la piété et la crainte de Dieu. Il a vécu au cours du huitième siècle dans le village d'Amneia dans le quartier Paphlagonien de l'Asie Mineure. Sa femme, Theoseba , était issu d'une famille riche et illustre , et ils ont eu trois enfants: un fils , John et filles Hypatie et Evanthia .

Philarète était un dignitaire riche et illustre, mais il n'a pas thésaurisé sa richesse. Sachant que beaucoup de gens souffrent de la pauvreté, il se rappela les paroles du Sauveur sur la crainte du Jugement dernier et sur ​​«Ces moins " (Mt 25:40 ) , le rappel de l'apôtre Paul que nous prendrons rien avec nous de ce monde ( 1 Tim 6:7) , et l'affirmation du roi David que le juste ne serait pas abandonné (Ps 36/37 : 25 ) . Philarète , dont le nom signifie " amant de la vertu », était célèbre pour son amour pour les pauvres .

Un jour des Ismaélites [Les Arabes] ont attaqué la Paphlagonie, dévastant la terre et le pillage de la succession de Philarète . Il ne restait plus que deux bœufs , un âne , une vache avec son veau , des ruches , et la maison . Mais il leur a aussi partagé avec les pauvres . Sa femme lui reprochait d'être insensible et indifférent à sa propre famille . Légèrement , mais fermement , il a enduré les reproches de sa femme et les railleries de ses enfants . «J'ai caché richesses et de trésors , " il a dit à sa famille , " tant qu'il serait assez pour vous nourrir et vêtir vous , même si vous avez vécu une centaine d'années sans travailler. "

Les dons du saint apportaient toujours bon pour le destinataire. Celui rien reçu de lui constaté que le cadeau serait multiplier , et que cette personne deviendrait riche . Sachant cela, un homme est venu à St Philarète demander un veau afin qu'il puisse commencer un troupeau . La vache a raté son veau et a commencé à hurler . Theoseba dit à son mari : «Vous n'avez pas pitié de nous , homme impitoyable , mais ne vous sentez pas désolé pour la vache ? Vous l'avez séparée de son veau " . Le saint éloge de son épouse, et a décidé que ce n'était pas bien de séparer la vache et le veau . Par conséquent , il a appelé le pauvre homme à qui il avait donné le veau et lui dit de prendre la vache ainsi .

Cette année il y avait une famine , si St Philarète a pris l'âne et se rendit à emprunter six boisseaux de blé à partir d'un de ses amis . Quand il rentra chez lui, un pauvre homme lui a demandé un peu de blé , disait-il à sa femme pour donner à l'homme le boisseau . Theoseba dit , " Vous devez d'abord donner un boisseau à chacun de nous dans la famille , alors vous pouvez donner le reste que vous choisissez . " Philarète a ensuite donné l'homme deux boisseaux de blé . Theoseba dit sarcastiquement , «Donnez-lui la moitié de la charge de sorte que vous pouvez partager . " Le saint mesuré une troisième boisseau et il a donné à l'homme . Puis Theoseba dit: « Pourquoi ne lui donnez pas le sac , trop , donc il permet de le transporter ? " Il lui a donné le sac . La femme dit exaspéré , "Juste pour moi malgré , pourquoi ne pas lui donner tout le blé . " St Philarète a fait .

Maintenant l'homme était incapable de soulever les six boisseaux de blé , de sorte Theoseba dit à son mari de lui donner l'âne pour qu'il puisse réaliser la maison de blé . Bénédiction sa femme , Philarète a donné l'âne à l'homme , qui est rentré chez lui se réjouir . Theoseba et les enfants pleuraient parce qu'ils avaient faim .

Le Seigneur récompensé Philarète pour sa générosité : quand la dernière mesure de blé a été donné loin , un vieil ami lui a envoyé quarante boisseaux . Theoseba gardé la plupart du blé pour elle et les enfants , et le saint a donné retranchera sa part aux pauvres et n'avait plus rien . Lorsque sa femme et ses enfants mangeaient, il irait à eux et ils lui ont donné un peu de nourriture . Theoseba grommela disant: « Combien de temps allez-vous garder ce trésor caché de la vôtre ? Prenez-le afin que nous puissions acheter de la nourriture avec lui. "

Pendant ce temps, l'impératrice byzantine Irène ( 797-802 ) cherchait une épouse pour son fils , le futur empereur Constantin Porphyrogenitos ( 780-797 ) . Par conséquent , des émissaires ont été envoyés dans tout l'Empire de trouver une fille convenable, et les émissaires venus Amneia .

Lorsque Philarète et Theoseba appris que ces invités les plus illustres étaient à visiter leur maison, Philarète était très heureux, mais Theoseba était triste , car ils n'ont pas assez de nourriture . Mais Philarète dit à sa femme pour allumer le feu et à décorer leur maison . Leurs voisins , sachant que les envoyés impériaux étaient attendus , ont apporté tout le nécessaire pour une fête riche .

Les envoyés ont été impressionnés par les filles et les petites-filles du saint . Voyant leur beauté, leur comportement, leurs vêtements , et leurs qualités admirables , les envoyés ont convenu que Philarète petite-fille , Maria était exactement ce qu'ils cherchaient. Cette Maria a dépassé toutes ses rivales dans la qualité et la modestie et en effet devenue la femme de Constantine , et l'empereur récompensé Philarète .

Ainsi la renommée et la richesse sont retournés à Philarète . Mais comme avant , ce saint amant des pauvres généreusement distribué des aumônes et fourni un régal pour les pauvres . Lui et sa famille leur a servi au repas . Tout le monde était étonné de son humilité et dit: " . C'est un homme de Dieu , un vrai disciple du Christ "

Il ordonna à un serviteur de prendre trois sacs et remplir un avec de l'or , une d'argent et une avec des pièces de monnaie en cuivre . Quand un mendiant s'approcha , Philarète a ordonné à son serviteur de mettre en avant l'un des sacs , selon la providence de Dieu ordonnerait . Puis il la main dans le sac et de donner à chaque personne , autant que Dieu l'a voulu .

St Philarète a refusé de porter de beaux vêtements , il ne voulut accepter aucune rang impérial . Il a dit qu'il lui suffisait d'être appelé le grand-père de l'impératrice . Le saint a atteint nonagénaire et savait que sa fin approchait . Il est allé à la Rodolpheia ( " Le Jugement " ) monastère de Constantinople . Il a donné un peu d'or à l'abbesse et lui a demandé de lui permettre d'y être enterré , disant qu'il allait quitter cette vie en dix jours .

Il rentra chez lui et est tombé malade . Le dixième jour, il appela sa famille, il les a exhortés à imiter son amour pour les pauvres s'ils désiraient salut . Puis il s'endormit dans le Seigneur . Il mourut en l'an 792 et fut enterré dans le monastère Jugement Rodolpheia à Constantinople .

L'apparition d'un miracle après sa mort a confirmé la sainteté du Juste Philarète. Comme ils portaient le corps du saint dans le cimetière , un homme , possédé par le diable , a suivi le cortège funèbre et a tenté de renverser le cercueil . Quand ils arrivèrent à la tombe , le diable a jeté l'homme sur le sol et sortit de lui . Beaucoup d'autres miracles et des guérisons ont également eu lieu sur la tombe du saint .

Après la mort du juste Philarète, sa femme Theoseba travaillé à restaurer les monastères et les églises dévastées au cours d'une invasion barbare .

 

 

Programme des prochaines semaines au Monastère

 

Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de

 

Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

 

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

 

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Au Monastère Syriaque de

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

 

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

 

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois

 

_____

 

GRAND PELERINAGE DE DECEMBRE A N-D DE MISERICORDE

et aux Sts du Kérala

AVEC MOR MELETHIUS

Afficher l'image d'origine

 

-Dimanche 4, Célébration du dimanche en l'église du Monastère Notre-Dame de Miséricorde .

10h30, Messe suivie du repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

Afficher l'image d'origine

 

 SOYEZ TOUS PRESENTS !

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

Afficher l'image d'origine

 

Au temps de la Vierge, après qu’Hérode Ier ait été nommé roi de Judée… 

Holy Family

La première des prophéties à méditer en ce temps de l’Avent évoque le moment de la venue du Messie et se trouve dans la Genèse, (Gn 49,1-10), quand Jacob, né d’Isaac, bénit ses fils avant de mourir. « Rassemblez-vous pour que je vous annonce ce qui vous arrivera dans l’avenir ». Et il poursuit : « Le sceptre ne s’écartera pas de Juda, ni le bâton de commandement d’entre ses pieds jusqu’à ce que vienne Celui auquel il appartient et à qui les peuples doivent obéissance. »

Ce passage, qui a toujours été entendu par les exégètes d’Israël en un sens messianique, prend une actualité nouvelle au temps de la Vierge, après qu’Hérode Ier ait été nommé roi de Judée en mettant fin à la dynastie hasmonéenne juive. La Judée devient alors une province vassale de Rome et elle le restera jusqu'à la destruction de Jérusalem en 70 après Jésus-Christ.

Avec l’avènement d’Hérode Ier l’autorité passe aux Romains, et le signe messianique s’accomplit puisque c’est au moment de la venue du Messie que le sceptre s’éloigne définitivement de Juda. Les juifs pourront maintenant répondre très justement à Pilate, lors du procès du Christ : « Nous n’avons pas d’autre roi que César » (Jn 19,15).

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

 

Afficher l'image d'origine

'. . . we must so join battle against them that everyone spies out the vice

by which he is particularly besieged and struggles chiefly against it, fixing all the care and attention of his mind on fighting it and keeping watch on it, brandishing the sighs of his heart and the many darts of his groans against it at every moment, employing the effort of his vigils and the mediations of his heart against it, pouring out the unceasing tears of his prayers to God, and insistently and continually demanding an end to the assault on him.'

St. John Cassian

AVENT DANS LA VILLE
 
(Source:Pères Dominicains)
 
La parole de Dieu
 
 
 
 
 
           « Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là 
et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant 
qui a construit sa maison sur le roc »           
 
Évangile selon saint Matthieu, chapitre 7, verset 24.
 
 
 
La méditation
 
 
 
C’est parce qu’on habite la parole de Dieu qu’on peut bâtir sa maison. Bien que charpentier de métier, Jésus n’a pas bâti de maison, mais Il nous aide à habiter la terre. Sa parole et son exemple ont dessiné les contours et les formes du royaume de Dieu où nous venons habiter.
Mais qu’est-ce qu’habiter la terre, un pays, une ville ? Habiter quelque part, c’est bien différent de loger dans un hôtel ou un meublé. Un logement ressemble à une cage à lapins. Ce n’est pas un habitat naturel, on n’y est pas vraiment chez soi. Adam et Ève étaient les habitants du jardin d’Eden, car le Seigneur Dieu leur en avait confié l’entretien. Le mot entretien a deux significations qui disent bien ce qu’est « habiter ». On entretient comme on fait le ménage, on rend propre ce qui se salit, se dégrade, s’encombre, car c’est notre propriété : « montre-moi ton jardin, je te dirai qui tu es ». On arrange son jardin ou sa maison. On met les choses à leur place pour qu’elles donnent le meilleur d’elles-mêmes, qu’elles soient là pour nous aider à ; vivre. Elles deviennent des compagnes, on ne les jette que parcimonieusement, car elles sont dépositaires du sens de notre vie.
Ainsi, on s’entretient avec son habitation, sa ville, son pays. C’est une conversation qui fait tenir ensemble des êtres ô combien différents qui veulent coexister. S’il n’y a pas de dialogue social entre les habitants, le vent des calomnies, les torrents de la haine, les orages de la guerre auront raison de la fraternité espérée. Être habitant, c’est respecter un certain mode de vie. Les chrétiens ont adopté la manière qu’avait Jésus d’habiter la terre et le ciel.

  

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 
 Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

 
LORSQUE LA FOI NAÎT OU RENAÎT DE NOTRE FAIBLESSE OU DE NOS MISERES...
 
Il m'a été rappelé aujourd'hui que la foi n'est pas forte, puissante ou confiante. La foi est faible, fragile, et à peine existante. La foi vient de rien de plus que de notre ultime espoir.
 
A  retour, Jésus fut reçu par la foule, car tous l'attendaient. Et voici, il vint un homme, nommé Jaïrus, qui était chef de la synagogue. Il se jeta à ses pieds, et le supplia d'entrer dans sa maison, parce qu'il avait une fille unique d'environ douze ans qui se mourait. Pendant que Jésus y allait, il était pressé par la foule.Or, il y avait une femme atteinte d'une perte de sang depuis douze ans, et qui avait dépensé tout son bien pour les médecins, sans qu'aucun ait pu la guérir. L'Evangile selon Saint Luc 8: 40-43
 
C'est seulement quand il n'y a rien d'autre à faire que nous nous tournons vers la foi. Peut-être que c'est seulement alors que nous avons la foi. La fille de Jaïre allait mourir. Il n'y avait rien d'autre qu'il pourrait faire pour l'arrêter - à l'exception de faire acte de foi et de s'accrocher à l'espoir ténu que Jésus pouvait la sauver. La femme avait eu un écoulement de sang pendant aussi longtemps que la fille de Jaïre avait été vivante. Elle avait dépensé tout ce qu'elle avait pour être guéri, et ce fut en vain. Il n'y avait rien d'autre qu'elle pouvait faire, à l'exception d'être dans la foi et l'espérance que Jésus pouvait la guérir. Jaïre et la femme hémoroïsse ont fait cela. Ils ont fait un acte de foi et ils ont été récompensés.
 
Elle s'approcha par derrière, et toucha le bord du vêtement de Jésus. Au même instant la perte de sang s'arrêta. Et Jésus dit: Qui m'a touché? Comme tous s'en défendaient, Pierre et ceux qui étaient avec lui dirent: Maître, la foule t'entoure et te presse, et tu dis: Qui m'a touché? Mais Jésus répondit: Quelqu'un m'a touché, car j'ai connu qu'une force était sortie de moi. La femme, se voyant découverte, vint toute tremblante se jeter à ses pieds, et déclara devant tout le peuple pourquoi elle l'avait touché, et comment elle avait été guérie à l'instant. Jésus lui dit: Ma fille, ta foi t'a sauvée; va en paix. Comme il parlait encore, survint de chez le chef de la synagogue quelqu'un disant: Ta fille est morte; n'importune pas le maître. Mais Jésus, ayant entendu cela, dit au chef de la synagogue: Ne crains pas, crois seulement, et elle sera sauvée. Lorsqu'il fut arrivé à la maison, il ne permit à personne d'entrer avec lui, si ce n'est à Pierre, à Jean et à Jacques, et au père et à la mère de l'enfant. Tous pleuraient et se lamentaient sur elle. Alors Jésus dit: Ne pleurez pas; elle n'est pas morte, mais elle dort. Et ils se moquaient de lui, sachant qu'elle était morte. Mais il la saisit par la main, et dit d'une voix forte: Enfant, lève-toi. Et son esprit revint en elle, et à l'instant elle se leva; et Jésus ordonna qu'on lui donnât à manger. Les parents de la jeune fille furent dans l'étonnement, et il leur recommanda de ne dire à personne ce qui était arrivé. L'Evangile selon Saint Luc 8: 44-56
 
La foi ne naît pas en nous de notre force, mais de notre faiblesse. C'est pourquoi la foi apparaît comme une folie pour le monde. Le monde apprécie la force de caractère et méprise la faiblesse. Mais, la force de Dieu est rendue parfaite dans notre faiblesse. Nous admirons ceux qui semblent avoir une foi solide. Plus que probablement de telle personne vous diront combien leur foi est faible. Fort n'est probablement même pas un adjectif approprié pour décrire la foi. Toute foi profonde et vraie est, au début, née dans le désespoir.
 
Ce que cette histoire, et d'innombrables autres comme elle dans les Ecritures révèlent, c'est que nous ne devenons pas des gens de foi jusqu'à ce que nous n'ayons pas d'autre choix - quand on ne peut plus compter sur nous-mêmes, quand toute notre force est partie, quand nous avons essayé tout ce que nous savons faire, quand notre sagesse a échoué - alors seulement en désespoir de cause, dans notre faiblesse, nous nous accrochons à cet ultime espoir. Il C'est de cet espoir ultime que la foi est née. 
 
Version française Claude Lopez-Ginisty d'après
 

PRIÈRE de la Grande Neuvaine

à Marie Toute Sainte:

 

Afficher l'image d'origine
Ô Marie, Mère de Miséricorde, Mère compatissante, vous que les Liturgies d'Orient et d'Occident saluent comme la "Toute Pure et Immaculée", vous étiez debout près de la
croix de Jésus.

Vous portiez avec Lui, dans votre
cœur transpercé de douleur, les hommes rachetés
par son sang.

Vous Lui étiez unie, ô Mère compatissante, dans l'œuvre de notre rédemption...

Il est venu sauver ce qui était perdu et,
offrant sa vie pour la multitude, Il a rendu au monde
l’Espérance.

Souvenez-vous des larmes que vous avez versées
pour ceux qui font le mal et pour ceux qui en souffrent.


Obtenez-nous le repentir, le pardon et la paix.

Avec votre cœur maternel et miséricordieux, intercédez auprès du
Père

*pour l’Église du Christ,

*nos frères persécutés et

*la foule des exilés qui peinent et meurent en chemin.

Par la contemplation des saintes souffrances rédemptrices de Jésus,
Imprégnez nos cœurs de votre compassion, afin de
pratiquer les œuvres de miséricorde envers tous
nos frères affamés

*de pain,

*d’amour et

*de vérité.

Que se lève aujourd’hui, à la gloire du Père, un
peuple de serviteurs, de prêtres et de saints qui,
comme vous, soit consacré au salut des âmes.
Amîn.

Par St Théophane le Reclus:

PRIERE ET GARDE DU COEUR

Afficher l'image d'origine

Il a été dit plusieurs fois déjà que la véritable prière est une prière intérieure, effectuée non seulement en paroles, mais aussi avec l'esprit et le cœur. La prière de ce genre capture toute l'attention et la maintient à l'intérieur, dans le cœur. 
 
C'est pourquoi rester à l'intérieur [du cœur] est une caractéristique inaliénable de la vraie prière et sa condition principale. La pensée de Dieu, étant présente et écoutant la prière, et le fait de repousser toute autre pensée sont inséparables pour rester dans la prière.C'est ce qu'on appelle la sobriété ou la garde du cœur. 


Par conséquent, tous les soins de l'homme qui s'efforce de progresser dans la prière doivent être avant tout dirigés et doivent en fait être amenés vers cette fin: c'est-à-dire, de ne jamais quitter le cœur, le protégeant sobrement de toute pensée, à l'exception de la pensée de Dieu seul; et de faire tout ce que l'on a à faire avec son attention qui ne se détourne pas de Dieu, conscients de Sa présence, comme si on était devant Sa face. C'est la plus haute action dans l'œuvre de la prière. 
 
Version française Claude Lopez-Ginisty d'après
 D'après le texte  de l'édition anglaise  de Saint Nicodème l'Aghiorite
Révisé par Saint Théophane le Reclus
Unseen Warfare ( Basé sur Le Combat Invisible  de Lorenzo Scupoli )
 
 

 

La volonté du gouvernement de créer un « délit d'entrave numérique » à l'IVG suscite les inquiétudes des défenseurs des libertés publiques et la colère des évêques.

 

 

Le président de l'épiscopat français, Georges Pontier, vient d'envoyer à Hollande une protestation énergique.

 

  •  
  •  
  •  
  •  

La majorité a mis le turbo. Le projet de la loi instituant le « délit d'entrave numérique » devrait être examiné en accéléré ce jeudi par l'Assemblée nationale, après avoir été rejeté en octobre par le Sénat. Le texte, inscrit dans le cadre du projet de loi Égalité et citoyenneté, vise à fermer les sites alternatifs d'information sur l'IVG, jugés coupables de diffuser de fausses informations. Il s'agit de la septième mesure de renforcement de l'accès à l'avortement conduite au cours d'un quinquennat très actif dans ce domaine : remboursement à 100%, suppression du délai de réflexion prévu par la loi Veil, autorisation pour les sages-femmes de délivrer l'IVG médicamenteuse... La dernière loi date à peine du début de l'année. Sont visés des sites tels sosbebe.org ou afterbaiz.com qui véhiculeraient des « allégations ou une présentation faussées, pour induire en erreur dans un but dissuasif sur la nature et les conséquences d'une IVG ». Ces sites seraient des « leurres » et relèveraient de la « propagande anti-avortement », selon la ministre Laurence Rossignol, qui défend le texte. Les peines encourues pourraient aller jusqu'à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

IVG : déjà 7 nouvelles mesures depuis 2012

Les sites en question viennent pourtant combler un vide, alors que les services de la ministre de la Santé mettent l’accent sur « le droit à l’IVG », mais donnent fort peu de conseils qui permettraient d’éviter d'y avoir recours. Sur ivg.gouv.fr, le ministère prend même soin d’avertir les utilisateurs contre ceux qui informent sur les risques : « Méfiez-vous systématiquement des sites et numéros verts consacrant par exemple une grande part de leur contenu à la maternité et aux soi-disant complications et traumatismes liés à une IVG » (sic). Si certains des sites visés ressemblent un peu à des sites officiels, on ne peut pourtant pas dire qu'ils avancent masqués. En fait, ils offrent bel et bien des informations sur l'avortement (200.000 par an en France, pour 800.000 naissances) et s’évertuent surtout à faire ce que les sites gouvernementaux évitent soigneusement : alerter sur les risques liés au recours à l'IVG, comme le syndrome post-traumatique, et prévenir contre les décisions précipitées et les pressions qu’exercent parfois les hommes sur les femmes.

Laurence Rossignol affirme qu'il ne s'agit pas d'interdire « le fait d'être hostile à l'IVG ». Mais la nuance ne convainc pas certains défenseurs des libertés publiques. « Favorable au droit à l'IVG, j'estime que la décision d'y recourir est d'une extrême gravité. Mon opinion est en passe de devenir un délit », commentait ainsi Dominique Reynié, professeur des universités à Sciences Po, dans une chronique publiée par Le Figaro du 27 septembre. C'est également le point de vue de l'épiscopat français. Vendredi, sur Radio Notre-Dame, le cardinal Vingt-Trois, n'a pas mâché ses mots : « Si on arrive à interdire de s’exprimer sur les conséquences de l’avortement, on entrera complètement dans la police des idées et dans la dictature d’une vision totalitaire sur l’avortement », s'est écrié l'archevêque de Paris.

Signe des temps, le très modéré président de la Conférence des évêques de France, Georges Pontier, vient d'écrire une lettre au président de la République. « Cette proposition de loi met en cause les fondements de nos libertés et tout particulièrement de la liberté d’expression qui ne peut être à plusieurs vitesses suivant les sujets. Faudrait-il nécessairement exclure toute alternative à l’avortement pour être considéré comme un citoyen honnête ? Le moindre encouragement à garder son enfant peut-il être qualifié sans outrance de "pression psychologique et morale" ? » s'interroge l'archevêque de Marseille. Selon lui, « la proposition de créer un délit d’entrave numérique à l’interruption volontaire de grossesse contribuerait à rendre cet acte de moins en moins "volontaire", c’est-à-dire de moins en moins libre. Surtout, elle constituerait, malgré ce qu’affirment ses dépositaires, un précédent grave de limitation de la liberté d’expression sur internet. Une limitation d’autant plus grave qu’elle touche à des questions de liberté de conscience. Cela me semble être une atteinte très grave aux principes de la démocratie ».

La lettre de Mgr Pontier à François Hollande

Une semaine après la controverse entre François Fillon et Alain Juppé sur l'IVG, l'avortement revient donc au centre du débat. Et surtout, la polémique entre l'Église catholique et le gouvernement reprend à un niveau jamais vu depuis les affrontements sur le mariage pour tous, comme en témoigne la fin de la lettre, indiquant la « grande préoccupation » de Mgr Pontier« devant cet empressement de la majorité législative, relayant une initiative gouvernementale, pour faire passer en force une mesure qui mettrait à mal, un peu plus encore, les justes règles du dialogue pour construire une vie en société respectant les uns et les autres ».

« J’ose donc espérer que, sensible aux libertés en cause, vous ne laisserez pas une telle mesure arriver à son terme », conclut même très explicitement le président de l'épiscopat, quelques semaines à peine après la publication d'un texte appelant à retrouver « le sens du politique », document salué à gauche comme à droite pour son ton mesuré et son analyse de la situation dans notre pays.

En cherchant à souder par un texte très idéologique une majorité divisée et démoralisée, François Hollande a-t-il mesuré qu'il ouvrait un nouveau front ?

(Source: "LA VIE")

PAKISTAN:INQUIETUDE DES CHRETIENS...

 

 

Fermeture des chaînes de TV chrétiennes et arrestation de six de leurs employés, durcissement de la législation relative à Internet avec une nouvelle loi sur la cybercriminalité : ces dernières semaines, les chrétiens pakistanais ont vu l’étau du gouvernement se resserrer sur leur possibilité d’assurer une présence dans les médias.

Pakistan-eglise.jpgPour le gouvernement pakistanais, la nouvelle loi venant encadrer la cybercriminalité était nécessaire pour lutter contre les menaces terroristes. Désormais, toute personne reconnue coupable de cyber-terrorisme sera passible de quatorze années d’emprisonnement. Toute incitation à la haine basée sur des critères « ethniques, religieux ou sectaires » sera passible de sept ans de camps de travaux forcés, et toute personne parodiant publiquement sur Internet un autre individu encourra trois ans d’emprisonnement.

Une loi sur la cybercriminalité controversée

Pour les défenseurs des droits de l’homme, cette nouvelle loi, très floue, est inquiétante car elle risque de réduire la liberté d’expression, et d’être utilisée à mauvaise escient pour faire condamner des personnes injustement. « Les termes très vagues contenus dans cette loi, ainsi que l’absence de définition précise, nous font craindre qu’en cas d’accusation, les citoyens pakistanais sans instruction ni connaissance de cette nouvelle loi, se retrouvent pris au piège de ces peines très lourdes », dénonce Nighat Daad, fondateur de Digital Rights Foundation, auprès de l’agence Reuters.

Une crainte est partagée par les minorités chrétiennes, qui subissent déjà les conséquences du détournement de la loi anti-blasphème, utilisée contre eux pour des motifs qui n’ont rien à voir avec le blasphème. Le cas le plus connu est celui d’Asia Bibi, condamnée à mort en 2010.

« Internet est un moyen de communication important pour diffuser la parole de Dieu et former à la foi chrétienne dans une république islamique. Beaucoup de prêtres utilisent Facebook pour informer leurs communautés dans les régions sensibles. Restreindre Internet, c’est restreindre les possibilités d’évangélisation », confie le P. Qaiser Feroz, directeur du National Catholic Communication Center. Selon lui, la nouvelle loi sur la cybercriminalité est ambigüe et risque d’être mal interprétée.

Alors que les communautés musulmanes peuvent facilement poster leurs croyances sur Internet, les minorités religieuses, chrétiennes notamment, se heurtent à de très réelles limites par crainte d’être accusées de prosélytisme et de subir les représailles des fondamentalistes musulmans.

Interdiction de diffusion des chaînes de TV chrétiennes

Pour les chrétiens, Internet reste pourtant une des dernières alternatives encore possibles actuellement, depuis que onze chaînes de TV chrétiennes ont été fermées par la Pakistan Electronic Media Regulatory Authority (PEMRA), le conseil supérieur des médias électroniques, le 15 octobre dernier.

Toutes ces chaînes de TV chrétiennes, excepté deux d’entre elles, diffusaient leurs programmes depuis l’étranger. Catholic TV, gérée par l’archidiocèse catholique de Lahore, a également été contrainte de fermer ses portes. « Depuis la fermeture, nous publions notre programme sur Facebook et nous postons nos vidéos sur YouTube », explique Jasber Ashiq, directeur de Catholic TV.

« Quel est l’avenir des médias d’Eglise au Pakistan ? Nous traversons une période très difficile actuellement. Nous cherchions juste à rejoindre notre propre communauté, ignorée par les autres chaînes de télévision », a déclaré le P. Morris Jalal, prêtre de l’archidiocèse de Lahore, fondateur et directeur général de Catholic TV. Au Pakistan, la diffusion de messages chrétiens sur les chaînes de TV pakistanaises n’est autorisée que pour Noël et Pâques, soit moins d’une heure de diffusion par an.

Sources : Église d’Asie - AED.

DEBUT DE LIBERATION POUR ALEP EN SYRIE

alep-russie

Les troupes de l’armée syrienne soutenues par la Russie sont en train de gagner du terrain à Alep-Est, la deuxième ville de Syrie, sur les troupes rebelles, proches de Daesh. Cette reconquête d’Alep peut être considérée comme la plus grande victoire du régime syrien, depuis le début du conflit. Face aux combats et aux bombardements, des milliers de civils, comme en toute guerre, fuient la ville sinistrée.

Jean-Marc Ayrault, le ministre français des Affaires étrangères, en a appelé hier à une réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU qui se réunira en urgence aujourd’hui, mercredi 30 novembre 2016, pour discuter de la situation humanitaire à Alep. » Plus que jamais, il y a urgence à mettre en œuvre une cessation des hostilités et à permettre un accès sans entrave de l’aide humanitaire » a déclaré le chef de la diplomatie française.

Or pendant que l’Occident et l’Onu essayent d’instrumentaliser cette libération et de faire condamner Bashar el-Assad et la Russie pour crime contre l’humanité, l’armée régulière libère Alep-Est de l’emprise des djihadistes :

« Pratiquement moitié des quartiers conquis par les rebelles ont été complètement libéré », par les troupes de Damas a expliqué le général Igor Konashenkov, porte-parole du ministère de la défense de Moscou, alliée de Bashard el-Assad. « La situation a radicalement changé dans les derniers jours grâce aux actions bien préparées et soignées de l’armée syrienne » a-t-il précisé. Dans Alep-Est vivent plus de 90 000 Syriens qui sont ainsi libérés. « Mais il s’avère que la libération […] des civils d’Alep pris en otage par les djihadistes ne faisait pas partie des plans des ministères britannique et français des Affaires étrangères, du département d’Etat américain et du Bundestag allemand », a fait remarquer le général qui déplore « une effarante « cécité » de l’Occident « quand il s’agit de l’évaluation de la situation réelle à Alep. »

Sans avoir recours à l’ONU, la Russie a décidé de transporter d’urgence des hôpitaux de campagne mobiles et de fournir une assistance humanitaire à Alep et dans les zones limitrophes. Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, précise que cette tâche devra être rapidement exécutée. Le ministère de la Défense enverra également une équipe médicale spécialisée avec un hôpital multifonction pour 100 patients doté d’un service pédiatrique.

Face à cette victoire de Bashar al Assad  et de son allié, l’Occident et ses alliés islamistes du Qatar et d’Arabie Saoudite auxquels on peut rajouter Israël, qui ont mis à feu et à sang cette région orientale, pleurent sur la situation humanitaire et crient à seule fin de diaboliser les Russes et le régime syrien.

Cette reconquête d’Alep risque en effet de déjouer tout leur plan de déstabilisation du Moyen-Orient.

SOURCE: Article de Madame Francesca de Villasmundo dans et pour M.P.I

CAMPAGNE AIDES :

ENCORE LA PROMOTION D’IMAGES CHOQUANTES FINANCÉES PAR NOS IMPÔTS !

Moins d’une semaine après le retrait des affiches banalisant les « rencontres d’un soir entre hommes » financées par le Ministère de la Santé, l’association AIDES prend le relai à l’occasion de la journée du SIDA.
Sous prétexte de faire comprendre au public que les personnes séropositives ne transmettent pas le virus, les 4 « visuels » de la campagne se veulent « volontairement dérangeants ».
C’est le moins que l’on puisse dire  : mises en scènes de couples « faisant l’amour lors d’une activité sportive ou artistique : parachutisme, plongée sous-marine, danse et piano », quel rapport avec la propagation du virus ?
 
JPE dénonce le caractère provocateur et pornographique de ces visuels qui ne poursuivent en aucun cas le but recherché par AIDES (non propagation du virus du SIDA). Sous couvert d’art et de lutte contre le SIDA, des images invasives sont exposées à tous les regards et à tous les publics, allant toujours plus loin dans l’atteinte à la pudeur et la négation de l’intimité jusqu’à étaler l’union sexuelle des personnes sur la place publique.
JPE s’étonne qu’une nouvelle fois ce type de campagne soit financée en partie par les deniers publics (un bref coup d’œil sur le bilan  de l’association AIDES fait apparaître un taux de 50% de subventions publiques)
JPE se réserve la possibilité d’engager toutes actions opportunes contre une telle campagne qui plus est financée par le contribuable français !
 

(Source: https://juristespourlenfance.com/2016/11/30/campagne-aides-encore-la-promotion-dimages-choquantes-financees-par-nos-impots/)

UNE OPINION INTERESSANTE ET, SEMBLE T-IL AUTORISEE, SUR MONSIEUR F FILLON, VAINQUEUR MAGNIFIQUE DE LA PRIMAIRE DE DROITE:

SOURCE Politique  Article de Monsieur   30 novembre 2016

J’ai assez bien connu François Fillon dans le temps[1]. A l’époque, je barbotais maladroitement dans les eaux mêlées du RPR chiraquien . Fillon , lui, surfait déjà avec souplesse et élégance  sur les bosses et les pentes toujours traitresses d’un parti perpétuellement convulsé car traversé par les vents contraires, ceux des ambitions politiques rivales. Mais déjà Napoléon perçait sous Bonaparte. C’était un homme séduisant.

Nous avions sympathisé. Je l’avais invité à déjeuner dans la  jolie petite salle à manger de la modeste banque municipale que j’animai alors. Nous avions gravement évoqué le rééquipement de l’armée française en blindés, sujet qui passionnait encore l’ancien directeur à l’OTAN que j’étais. J’avais été frappé par son pragmatisme et son penchant pour le sens commun, qualités qui, apparemment ,  ne l‘ont pas quitté et qui ne vont pas manquer de lui servir grandement .

Il n’a guère changé depuis cette époque. C’est un homme qui attire spontanément la sympathie. Mais il faut y ajouter aujourd’hui une prestance « très présidentielle ». Il fait preuve maintenant d’ une tranquillité affichée, d’une sérénité profonde, celle d’un homme sûr de lui-même, de ses convictions, et de sa capacité de convaincre.

A cet égard, j’ai été, à titre personnel,  très impressionné  par sa façon  assurée, sans s’agacer ou s’énerver le moins du monde, de répondre à toutes les multiples questions pièges posées par des journalistes de la télévision, volontiers agressifs et  manifestement décidés à le déséquilibrer pour lui faire perdre son sang-froid. Peine perdue.

Quelle différence avec son challenger, le malheureux Juppé, ce grand dadais landais filiforme, toujours crispé et sous pression, décidé à s’imposer et à dominer par la force , sans séduire. Adjoint aux Finances de Jacques Chirac, alors maire de Paris, il s‘était mis en tête, on ne sait pourquoi, de me déloger, estimant que la petite banque dont j’avais la charge vivait sur un pied de luxe excessif, indigne d’un établissement bancaire microscopique : c’était « Fouquet faisant de l’ombre à  Louis XIV à Vaux -le-Vicomte ».

 ll n’a jamais  pu se défaire -on l’a bien vu avec les séances « canapé «  de la campagne des Primaires- d’une espèce de raideur innée, rappelez-vous « Monsieur droit dans ses bottes » des grèves de 1995, en bref, un personnage qui n’inspire guère la sympathie.

Je suis, pour ma part, convaincu que le duel entre Juppé et Fillon, nourris dans le même sérail, avec des programmes politiques quasi jumeaux , s’est réglé pour l’essentiel au « physique » , à l’affectif » à l’empathie que l’un ou l’autre pouvaient susciter chez le public. Entre Fillon , le sympa, et Juppé, l’antipathique, c’est le premier qui a gagné, et qui s’est imposé au final.

                                                           ***

Ceci étant, rien n’est encore joué , loin de là. En premier lieu, les Primaires ne sont , après tout, que des « Primaires »,  des élections partielles qui ne rassemblent qu’une partie de la Droite, et aussi une fraction du corps électoral.

Mais il y a le reste. Il se décompose, pour faire simple, en trois blocs : soit la droite classique, plus ou moins dispersée, celle qui  votera Fillon sans états d’âme. Puis  le Front national , qui représente entre le quart et le tiers des voix.  Enfin la Gauche éternelle, l’ineffable Gauche,  laquelle moisie, faisandée, désarticulée certes, mais qui reste la gauche de toujours, inusable, immuable. Celle des « bobos parisiens » mais aussi des fonctionnaires , dont beaucoup ne servent à rien  si ce n’est de fournir des bataillons de voix à la gauche aux élections, aussi les durs de la CGT et du syndicat Sud de la SNCF. Ceux-là ne rendront pas les armes  sans combats , lesquels promettent d’être  acharnés. Que de grèves , que de manifestations en perspective.

Cette gauche reste toujours  capable de se mobiliser au son du clairon de la République à chaque occasion contre « le fascisme », la bête immonde, toujours prête à afficher sa hure sur la scène politique. C’est manifestement le portrait robot de François Fillon. Pensez donc : un homme de droite, libéral de surcroit. Et qui s’affiche sans pudeur comme catholique  pratiquant et père de famille. Mais quelle horreur. C’en est trop  . Où son impudence va-t-elle s’arrêter ? Au secours les laïques, les bobos parisiens de la presse et des médias, les hussards noirs de la République. A nous les bataillons serrés des fonctionnaires. Ils seraient trop nombreux , paresseux et trop  payés ? On peut-être bien . Mais ils seront toujours prêts à faire grève et à manifester dans la rue pour le salut de la nation. Au secours, la Droite revient.[2]

Mais le meilleur ennemi du moment de François Fillon reste  le Front national. Pourquoi ? C’est pourtant bien simple. Votre premier rival et le plus dangereux  est toujours votre proche cousin,  celui  qui vous ressemble peu ou prou. Car     Fillon possède cette redoutable capacité de « siphonner » sournoisement une partie des voix du Front national, celles de ceux qui voudront, pour une fois, « voter » utile. Et cela est intolérable, insupportable, ne laissant à notre chère Marine  qu’un parti exsangue, laminé. Il serait alors ramené à une poignée irréductible de nostalgiques du Maréchal Pétain et de l’ antisémitisme. Ils seraient frileusement regroupés autour de l’ étrange compagnon de route de Marine, l’étatiste Philippot, dont les orientations personnelles bien connues n’en font pas vraiment un porte- drapeau très représentatif de la famille traditionnelle française. Pas de quoi revendiquer hautement le beau titre de premier parti de France. Il faut donc à toute force conjurer cette perspective désastreuse et combattre ardemment Fillon, le père de famille, le libéral , le catholique, bref le diable incarné.

Ne nous y trompons pas. Fillon est désormais le cauchemar, l’Antéchrist du Front national.

                                                           ***

Mais ceci étant restera le plus dur à faire : mettre en œuvre ce projet de résurrection de l’économie française.

 A vrai dire, le programme de François Fillon n’a rien de révolutionnaire, quoiqu’en disent les gogos des médias toujours prompts à remplacer les idées par des clichés. C’est du gros bon sens qui s‘impose de lui-même comme une évidence. Mais encore faut-il que le patient soit en mesure de supporter la médecine administrée sans se cabrer au risque de tout  mettre par terre irrémédiablement[3]. C’est qu’il faut  faire revenir cette économie de loin, après trente ans sous la droite démagogique et la gauche avilie, de laisser-aller, de compromis,  de combines plus ou moins légales , voire de stupidité pure et simple comme les 35 heures[4].

Dans ce maquis épais et quasi impénétrable de privilèges inacceptables , d’occupations parasitaires, de rentes de situation injustifiables , il va être très ardu de faire pénétrer un peu de lumière et d’ordre. En effet ces réformes, indispensables, vont faire mal , très mal, et très longtemps. Et Dieu sait que nous autres Français, nous sommes douillets à l’extrême.

Car Il va s’avérait nécessaire de marcher sur quantités de pieds sensibles, de piétiner au passage une multitude de plates bandes. Mais c’est la loi du genre. Les réformes, surtout en France, sont toujours douloureuses et mal vécues car ressenties comme une intolérable injustice.

Or il faudra bien élaguer, raser, débusquer les privilèges et les privilégiés. Une tâche quasi insurmontable  qui va requérir infiniment de doigté et de fermeté de la part du chef de l’Etat. Il lui faudra également beaucoup   de détermination et de continuité dans l‘action ainsi que le soutien d’une forte proportion, non seulement de l’opinion ,  mais aussi des corps intermédiaires, sans lesquels rien de sérieux ne pourra se faire.

Après tout, le président de la République n’est nullement, et fort heureusement, un Dieu tout puissant. Sa capacité d’agir est limité par les institutions et par les textes, et aussi les hommes qui les mettent en  oeuvre. Sinon, ce sera une levée de boucliers gagnant de proche en proche susceptible de bloquer tout le processus et de le faire retomber dans le marécage dans laquelle notre pays patauge allègrement depuis une trentaine d’années. C’est  une véritable révolution culturelle à opérer.

Or , paradoxe obligé de l’exercice, il  sera nécessaire  de faire vite, très vite, en profitant  d’un état de grâce que l’on sait , par définition, provisoire, aussi longtemps que les Français à la mémoire courte n’auront  oublié les miasmes de l’époque Hollande. Mais en même temps, il faudra agir dans  la durée, laisser « du temps au temps », comme aimait à le dire  le cher François Mitterrand.

 Le fâcheux de l’entreprise est que les douleurs de la réforme vont se faire sentir dans l’immédiat, nourrissant d’entrée de jeu un fort mécontentement contre les nouveaux responsables politiques, alors que les bénéfices attendus mettront forcément plus de temps à apparaitre, et encore de façon indirecte, donc difficile à percevoir.

La réforme est un exercice ingrat et la réforme en France est un exercice quasi impossible. Or nous n’avons pas ici la  chance de pouvoir tirer profit du  traumatisme libérateur de la fin de la guerre d’Algérie pour débloquer le système comme l’avait fait de Gaulle en son temps.

Alors, Fillon le magicien devra faire appel à tout son charisme pour faire passer la pilule. Mieux encore, il doit en faire un programme de survie s’appuyant sur un  sursaut national  rassemblant toutes les forces vives de la nation.

[1] J’étais à l’époque secrétaire national du RPR pour les questions économiques avant de rompre avec le maire de Paris sur les problèmes d’immigration. Il ne faut jamais avoir raison trop tôt.

[2] On remarquera au passage que l’avènement de Fillon fait deux victimes collatérales, Emmanuel Macron et Marion Maréchal Le Pen . Au moins pour le moment.

[3] C’est bien ce qui s’est produit en 1995 contre le programme réformateur d’Alain Juppé. Cela lui a forcément  laissé de mauvais souvenirs. D’où sa prudence ultérieurement.

[4] Qui auraient coûté, dit-on, i % de croissance par an à l’économie française : une paille. A cet égard , avez- vous remarqué à quel point le visage de  Martine Aubry, la mère de 35 heures présente une singularité frappante,   une toute petite bouche , de tout petits yeux plaquée sur une   tête volumineuse. Comme si la nature avait  voulu nous avertir de à qui on avait affaire.. Je me suis toujours demandé si sa cervelle était constituée en proportion. Mais bref).

 

Allocution et réponses à la presse du Ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à l'issue de la réunion ministérielle du Format Normandie, Minsk, 29 novembre 2016

 

La réunion des ministres des Affaires étrangères du Format Normandie vient de se terminer à Minsk. Elle a été organisée sur directive des dirigeants du Format Normandie qui s'étaient réunis à Berlin le 19 octobre pour évoquer le déroulement de la mise en œuvre des Accords de Minsk du 12 février 2015. Il est clair que ces accords font du surplace en dépit de l'attention régulièrement accordée par les dirigeants de la Russie, de la France, de l'Allemagne et de l'Ukraine à ces questions. Les discussions ne permettent même pas de convenir de la succession des démarches, notamment en matière de sécurité et de réformes politiques qui doivent avoir lieu. Il s'agit de la loi sur le statut particulier des régions du Donbass, de son affirmation à titre permanent dans la Constitution ukrainienne, de l'amnistie et de l'organisation d'élections locales. Ces démarches qu'il est nécessaire d'entreprendre pour préparer ces réformes sont directement liées aux mesures à prendre en matière de sécurité. Il était question de la succession de ces actions. Des infractions ont été notées dans les situations où des armements lourds ont été retirés sur nos décisions antérieures. Une partie de ces armements revient constamment sur la ligne de contact. Nous avons cité aujourd'hui les statistiques de la Mission spéciale d'observation de l'OSCE. Elle constate que l'armée ukrainienne a commis bien plus de violations de ce genre. Même chose concernant le maintien du matériel dans la zone de sécurité, ainsi que la disparition périodique d'armements lourds des dépôts où ils ont été retirés et devaient se trouver.

Hormis cette succession des démarches dans le domaine de la sécurité et des réformes politiques, nous avons également évoqué aujourd'hui la situation humanitaire et économique. Nous soutenons les décisions prises pour remplir les directives de nos dirigeants, qui se sont réunis à Berlin le 19 octobre. Cela concerne aussi l'accès du CICR à tous les détenus des deux côtés de la ligne de contact, la reprise des services pour la population dont elle ne bénéficie pas encore à part entière et plusieurs autres questions liées à l'approvisionnement en eau, la normalisation d'une vie économique élémentaire et bien d'autres.

Nous avons abordé le fait qu'en termes de retrait des forces armées seraient retirés non seulement les armements lourds, mais également les forces des parties (comme l'ont convenu les dirigeants) à commencer par trois premières régions sur la ligne de contact: Zolotoe, Petrovskoe et Louganskaïa. Dans les deux premiers cas la séparation a eu lieu. A Louganskaïa le processus n'a toujours pas eu lieu à cause de certaines difficultés du côté de l'armée ukrainienne. Par conséquent il n'y a eu aucune percée aujourd'hui, mais je trouve positif le fait que les accords des dirigeants du 19 octobre ne soient pas remis en question comme ce fut le cas auparavant, y compris par rapport aux Accords de Minsk voire aux décisions prises en octobre 2015 à Paris.

Nous nous sommes mis d'accord pour que le travail soit poursuivi aussi bien au "format Normandie" au niveau des experts juristes, des experts militaires et des représentants diplomatiques que dans le Groupe de contact et dans ses sous-groupes, car il est impossible de prendre une décision définitive sans ce format. Il est possible de conclure des accords définitifs uniquement là où toutes les parties en conflit sont représentées – le gouvernement de Kiev et les représentants de Donetsk et de Lougansk. Nous avons souligné aujourd'hui que le sous-groupe pour l'économie du Groupe de contact, qui s'occupe des questions cruciales comme l'approvisionnement en eau, est pratiquement bloqué (aucune réunion depuis août) à cause de l'absence d'accord de la partie ukrainienne avec les représentants délégués par le Donbass. Notre décision commune d'aujourd'hui est que le sous-groupe pour l'économie doit immédiatement reprendre son travail et régler les problèmes figurant à l'ordre du jour.

Question: D'après vous, est-il nécessaire de créer une mission militarisée de l'OSCE dans l'Est de l'Ukraine? A quelles conditions et dans quels délais serait-ce possible?

Sergueï Lavrov: La seconde question n'est plus d'acutalité car il n'y a pas de tel besoin, personne n'en a parlé aujourd'hui. Nul ne songe à une mission militarisée de l'OSCE ou d'une autre organisation, dont parle périodiquement Kiev.

Question: Avez-vous évoqué aujourd'hui la situation à Alep?

Sergueï Lavrov: Non, nous avons travaillé aujourd'hui sur la question ukrainienne, sur la mise en œuvre des Accords de Minsk. Naturellement, les aspects syriens ne s'inscrivent pas à cet agenda.

 

SOURCE: www.ambassade-de-russie.fr

A Tours, la statue de Saint Martin ressuscite

La statue de bronze de Saint Martin avait dû être déposée en urgence en février 2014 car elle menaçait de s’effondrer avec son socle et son bulbe. Elle a été replacé en octobre 2016 sur le dôme de la basilique de Tours.

La statue de Saint Martin à Tours

La statue de Saint Martin à Tours

Ce bronze monumental du protecteur de la cité a été en partie redoré et surtout consolidé. Financée par les Affaires culturelles, la ville, le département et la région, l’opération a représenté un investissement de près de 2 millions d’euros.

L’événement coïncide avec le 1700e anniversaire de Martin (316-397), ancien général de l’armée romaine, né dans l’actuelle Hongrie, célèbre pour avoir partagé son manteau avec un pauvre. C’était à Amiens, en 337, époque de sa conversion au christianisme.

L’armée quittée, Martin a fondé avec Hilaire, évêque de Poitiers, le premier monastère de Gaule (à Ligugé, en Poitou). Puis il a été nommé évêque de Tours et, toujours fidèle à sa vie d’ascète, a créé sur la rive droite de la Loire un ermitage qui deviendra le prestigieux monastère de Marmoutier.

Le culte de Martin est l’objet d’un pèlerinage parmi les plus anciens de la chrétienté avec Rome, Jérusalem ou Saint-Jacques-de-Compostelle. Les Capétiens revendiquaient sa moitié de «cape », symbole de charité. Charlemagne fit inhumer son épouse près du tombeau sacré.

Dans l’actuelle basilique, la crypte renferme un fragment du crâne de Martin.

SOURCE:http://www.chretiensaujourdhui.com/

 

INVITATION:

De: Aberrahim Aitomar <abderrahim.aitomar@gmail.com>

 
Prenez 15 minutes de votre temps svp remplissez ce questionnaire ensuite faites le partager à vos contacts. 
Mille mercis
Aberrahim Aitomar 
 
---
Mes amis j'ai besoin de vous

Parce-que des actions existent et réussissent sur le terrain grâce à l'engagement, l'énergie, les efforts de femmes et d'hommes de bonne volonté, ces derniers ont interpellé le ministre de l'intérieur quant à l'insuffisance du soutien et de la prise en compte de leurs expériences dans la définition et la mise en oeuvre des politiques publiques de cohésion sociale.

Sensible à leur message, le 22 septembre dernier, le Ministre de l'Intérieur, Monsieur Bernard Cazeneuve, a confié à Monsieur René Taieb une mission d'identification des bonnes pratiques de terrain mettant en avant l'engagement citoyen et le dialogue entre les cultures et visant notamment à lutter contre les discriminations, le racisme et l'antisémitisme.

L'objectif poursuivi est d'inspirer et de faciliter l'élaboration d'un plan national d'actions opérationnelles issues de la société civile, ainsi qu'une base de données des bonnes pratiques qui méritent d'être valorisées et diffusées.

A cet effet, le questionnaire ci-après dont voici le lien : http://engagementetcitoyennete.fr a pour objet de recueillir votre parole et votre expérience en tant qu'acteur de terrain (associations, club de sport, entreprises, collectivités territoriales...).

Il est divisé en trois parties :
1) un diagnostic sur la cohésion sociale
2) les difficultés rencontrées en termes de lutte contre les discriminations, le racisme et l’antisémitisme.
3) la mise en avant des réponses proposées par les différents acteurs de terrain.

Vous lui trouverez également joint, au dessus de la Marianne, un lien permettant de lire la lettre de mission officielle du Ministre de l'Intérieur à l'intention de monsieur René Taïeb.

Nous vous remercions chaleureusement de participer à la mission "Engagement, citoyenneté et cohésion sociale" et ainsi aider à renforcer notre cohésion nationale et construire une France plus forte car plus inclusive, unie et solidaire.

Pour toute question, vous pouvez écrire à l'adresse suivante: contact@engagementetcitoyennete.fr

Enfin, n'hésitez pas à le diffuser le plus largement possible dans vos réseaux personnels. Plus nous serons nombreux à y répondre et plus nous donnerons à la mission une véritable légitimité.

Merci encore de votre participation.

Les équipes de la mission "Engagement, citoyenneté et cohésion sociale"

UN DIALOGUE DU CHRIST, DE L'ÂME ET DES ANGES ...

Par Jacopone da TODI.

Dialogue du Christ, de l’âme et des anges

 

LES ANGES. – « Ô Christ tout-puissant ! quel voyage faites-vous ? Pourquoi cheminer pauvrement comme un pèlerin ? »
 
LE CHRIST. – « J’avais pris une épouse, à qui j’avais livré mon cœur. Je la parai de joyaux pour en tirer honneur : à ma honte, elle m’a quitté. C’est ce qui me fait aller triste et en peine. Je lui prêtai ma forme et ma ressemblance...

– Afin que toutes ses vertus trouvassent leur emploi, je voulus que l’âme eût le corps pour serviteur : c’était un bel instrument, si elle ne l’avait désaccordé !

– Afin qu’elle eût lieu d’exercer ses puissances, pour elle je formai toutes les créatures. Ces biens pour lesquels elle devait m’aimer, elle m’en a fait la guerre. »
 
LES ANGES. – « Seigneur, si nous la trouvons, et qu’elle veuille revenir, faut-il lui dire que vous pardonnez ? »
 
LE CHRIST. – « Dites à mon épouse qu’elle revienne, qu’elle ne me fasse point souffrir une mort si douloureuse. Pour elle je veux mourir, tant je suis épris d’amour.

– Avec grande joie je lui pardonne, je lui rends les ornements dont je l’avais parée... De toutes ses félonies je n’aurai plus souvenir. »
 
LES ANGES. – « Âme pécheresse, épouse du grand époux, comment ton beau visage est-il plongé dans cette fange ? et comment donc as-tu fui celui qui t’accorde tant d’amour ? »
 
L’ÂME. – « Quand je songe à son amour, je meurs de honte. Il m’avait mise en grand honneur : où suis-je tombée maintenant ? Ô mort douloureuse ! comment donc m’avez-vous environnée ? »
 
LES ANGES. – « Pécheresse ingrate, retourne à ton Seigneur. Ne désespère point : pour toi il meurt d’amour... Ne doute pas de son accueil, et ne tarde plus. »
 
L’ÂME. – « Ô Christ miséricordieux ! où vous trouverai-je, ô mon amour ? Ne vous cachez plus, car je meurs de douleur. Si quelqu’un a vu mon Seigneur, qu’il dise où il l’a trouvé. »
 
LES ANGES. – « Nous l’avons trouvé suspendu à la Croix, nous l’y avons laissé mort, tout brisé de coups. Pour toi il a voulu mourir. Il t’a achetée bien cher. »
 
L’ÂME. – « Et moi je commencerai les lamentations d’une cruelle douleur. C’est l’amour qui vous a tué, vous êtes mort pour mon amour. Ô amour en délire, à quel bois as-tu suspendu le Christ ! »
 

 
Jacopone da TODI.
 
Traduit par Frédéric OZANAM.

Jacopone da Todi (né vers 1230 à Todi, en Ombrie, et mort à Collazzone le 25 décembre 1306) est un poètefranciscain italien du xiiie siècle. Il est l'auteur d'une centaine de poèmes d'inspiration religieuse, tantôt empreints de ferveur, tantôt rédigés sur le mode de la polémique.

SOURCE:Le Blog de Seraphim

Le Père nous envoie le Verbe de Vie qui nous vient par Marie et le St Esprit, s'incarne en elle pour devenir notre frère et, par Son Sacrifice, renouveler les fils et filles d'Adam...

Le Père nous envoie le Verbe de Vie qui nous vient par Marie et le St Esprit, s'incarne en elle pour devenir notre frère et, par Son Sacrifice, renouveler les fils et filles d'Adam...

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité ! 

 

 

Si vous n'êtes pas en famille, 

 

retrouvez-vous , en

 

communion avec les Chrétiens d'Orient,

 

avec  vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes

 

francophone de St Thomas (Mar Thoma)* en

 

France pour fêter Noël !

 

 

Si vous avez peu de moyens pour fêter

 

décemment Noël en famille, grâce au partage

 

c'est possible ! Venez fêter la Nativité au

 

Monastère en famille !

 

Nativity Icon2[1]-copie-1

 

(Pour ceux qui doivent loger, Inscriptions closes

le 20 Décembre)

Programme:

*Samedi 24 Décembre. Début des Fêtes de la Nativité de Notre-Seigneur
-18h, réveillon avec les fidèles familiers.
-22h30 Veillée de Noël (Plusieurs Baptêmes et Chrismations), Bénédiction du Feu nouveau et Procession de l’Enfant-Jésus à l’Eglise.Messe de minuit selon la Tradition locale.

 

 

*Dimanche 25, Nativité de Notre-Seigneur
Messe du jour à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

 

 

*Lundi 26 Décembre, Fête des « Félicitations à la Mère de Dieu »
Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30
 
VEILLEE POUR LA VIE dans la nuit du 26 au 27
 
*Mardi 27 Décembre, Fête des « Saints Innocents »
Messe en l’honneur pour les enfants à naître et les victimes de l’avortement à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30
 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

 

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.41.20.16.86).

 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 7,21.24-27.

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : 
« Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux. 
Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc. 
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. 
Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable. 
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. » 
 

Le Christ qui monte au Ciel en nous offrant sa bénédiction


Par Saint Augustin

(354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église 
Sermons sur l'évangile de ;Jean, n° 7 (trad. Véricel, L'Évangile commenté, p. 79 rev.) 

 

Construire sur le roc

 

      Est-ce une chose étonnante que le Seigneur ait changé le nom de Simon, le remplaçant par Pierre ? (Jn 1,42)

« Pierre » veut dire « roc » ; le nom de Pierre est donc le symbole de l'Église.

Qui est en sûreté, sinon celui qui construit sur le roc ?

Et que dit le Seigneur lui-même ?

« Tout homme qui écoute les paroles que je dis et les met en pratique est comparable à un homme avisé qui a bâti sa maison sur le roc.

La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison et elle n'a pas croulé : c'est qu'elle avait été fondée sur le roc... » 

      Que sert d'entrer dans l'Église à celui qui veut bâtir sur le sable ?

Il écoute la parole de Dieu mais ne la met pas en pratique ; il bâtit, mais sur le sable.

S'il n'écoutait pas, il ne bâtirait pas ; il écoute, donc il bâtit. Mais sur quel fondement ?

S'il écoute la parole de Dieu et la met en pratique, c'est sur le roc ; s'il écoute et ne met pas en pratique, c'est sur le sable.

On peut construire donc de deux manières bien différentes... Si tu te contentes d'écouter sans mettre en pratique, tu construis une ruine...

Si au contraire tu n'écoutes pas, tu restes sans abri, et tu seras entraîné par le torrent des tribulations... 

      Soyez-en donc bien certains, mes frères : celui qui écoute la parole sans agir en conséquence ne bâtit pas sur le roc ; il n'a aucun rapport avec ce grand nom de Pierre auquel le Seigneur a donné tant d'importance.

Repost 0
29 novembre 2016 2 29 /11 /novembre /2016 09:36

'Jesus is the Christ, one of the Holy Trinity. You are destined to be His heir.'

St. Thalassios the Libyan



Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 13,11-14a.

Frères, sachez-le, voici l'heure de nous réveiller de notre sommeil. Car le salut est maintenant plus près de nous qu'au moment où nous sommes venus à la foi. 
La nuit est avancée, et le jour approche. Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres et revêtons les armes de la lumière. 
Marchons honnêtement, comme en plein jour, ne nous laissant point aller aux excès de la table et du vin, à la luxure et à l'impudicité, aux querelles et aux jalousies. 
Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 21,25-33.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : "Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles, et sur la terre, une angoisse des nations, affolées par le fracas de la mer et des flots, 
les hommes expirant de frayeur et d'anxiété pour ce qui doit arriver à l'univers, car les puissances des cieux seront ébranlées. 
Alors on verra le Fils de l'homme venant dans une nuée avec grande puissance et grande gloire. 
Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et relevez la tête, parce que votre délivrance approche. " 
Et il leur dit une parabole : " Voyez le figuier et tous les arbres : 
quand déjà ils bourgeonnent, à cette vue vous savez de vous-mêmes que déjà l'été est proche. 
Ainsi, quand vous verrez ces choses arriver, sachez que le royaume de Dieu est proche. 
Je vous le dis, en vérité, cette génération ne passera point que toutes ces choses ne soient arrivées.
Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. 
 



Homélie grecque du 4e siècle 
Sur la Sainte Pâque, 44-48 ; PG 59, 743 ; SC 27 (inspiré d'une homélie perdue d'Hippolyte, trad. SC rev.) 

La victoire du Fils de l'homme, qui est venu et qui vient

 

Qu'est-ce que l'avènement du Christ ? La délivrance de l'esclavage et le rejet de l'ancienne contrainte, le commencement de la liberté et l'honneur de l'adoption, la source de la rémission des péchés et la vie vraiment immortelle pour tous. Comme le Verbe, la Parole de Dieu, nous voyait d'en haut, tyrannisés par la mort, dissous, liés par les liens de la déchéance, emportés par un chemin sans retour, il est venu prendre la nature d'Adam, le premier homme, selon le dessein du Père. Il n'a pas confié à des anges ni à des archanges la charge de notre salut, mais lui-même a pris sur lui tout le combat pour nous, obéissant aux ordres du Père... Ramassant et comprimant en lui toute la grandeur de sa divinité, il est venu avec la mesure qu'il a voulue...; par la puissance du Père il n'a pas perdu ce qu'il avait, mais prenant ce qu'il n'avait pas, il est venu tel qu'il devait être limité... 

Vois qu'il est Seigneur : « Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite » (Ps 109,1)... Vois qu'il est Fils : « Il m'appellera Père, et j'en ferai l'aîné » (Ps 88,27-28)... Vois aussi qu'il est Dieu : « Les puissants viendront et se prosterneront devant toi ; ils te prieront, car Dieu est en toi » (Is 45,14)... Vois qu'il est roi éternel : « Sceptre de droiture, le sceptre de ta royauté... Dieu, ton Dieu, t'a oint d'une huile d'allégresse » (Ps 44,7-8)... Vois qu'il est Seigneur des puissances : « Qui est ce roi de gloire ? Le Seigneur des puissances, lui-même est ce roi de gloire » (Ps 23,8)... Vois aussi qu'il est grand prêtre éternel : « Tu est prêtre pour l'éternité » (Ps 109,4). Mais s'il est Seigneur et Dieu, Fils et roi, Seigneur et grand prêtre éternel, lorsqu'il l'a voulu, « il est homme aussi : qui le comprendra ? » (Jr 17,9 LXX)... 

C'est bien comme Dieu et homme que ce grand Jésus est venu chez nous... Il a revêtu notre corps misérable et mort...; il a soigné nos corps pour leurs infirmités, guéri chacune de nos maladies par sa puissance, afin que soit accomplie la parole : « Je suis le Seigneur... Je te prendrai par la main droite et te fortifierai... Je suis le Seigneur, c'est mon nom... Et le dernier ennemi, la mort, sera détruit. Mort, où est ton dard venimeux ? » (Is 42,6; 1Co 15,26.55)

Hymne syriaque  attribuée à St Jacques de Saroug,

évêque de Batnan sur l’Euphrate (†521), que les Syriens de son époque appelaient « la flûte du Saint Esprit et la harpe de l’Église orthodoxe ». Elle est extraite d’un ensemble qui, dans la liturgie maronite, compose l’office du soir.

Le lecteur de ces lignes - mieux encore, celui qui les priera - sera sans doute frappé par leur caractère biblique très accusé : le raisonnement y tient peu de place, c’est plutôt le développement méditatif et très simple d’un thème biblique plusieurs fois repris ; l’absence de structure logique et de conclusion en forme, nous invite à continuer la prière commencée par l’auteur.

Frères, allumez vos lampes. 
Il va venir, l’Époux. 
Dans le Jardin d’Eden, 
Séjour des spirituels, 
II fait habiter les Justes, 
Au jour de la Rétribution. 
Il leur ouvre le thalame de lumière, 
Tandis qu’ils le célèbrent sur le Kinnor.

Dans l’allégresse, 
Ils vont à Sa rencontre au temps de son retour, 
Eux tous qui l’ont attendu, 
Fidèles à Son Nom.

Il va venir, l’Époux, 
Bienheureux celui qui l’attend.

Il tresse la couronne de gloire pour les Justes, 
Qui furent dans l’attente de Son Nom 
Et de son salut.

Il est parti pour descendre au Schéol, 
Le Premier-Né, 
Faire surgir les morts 
De leurs tombeaux.

Les justes ont contemplé Sa Lumière 
Dans le Schéol ; 
Ils se sont élancés à la rencontre 
Du Fils de Grâce.

Ils ont oublié leurs douleurs 
Et la tristesse 
Qu’ils ont souffertes 
Au spectacle de leur Seigneur 
Pendu au Bois.

Par Sa Miséricorde, 
Il nous donna la Vie 
Et, aux côtés des Anges, 
Il inséra notre mortalité.

La mort avait tendu ses pièges 
A notre humanité : 
Mais, Lui, dans Sa Miséricorde, 
Est venu nous en retirer.

A Toi la louange, 
Seigneur des Anges, 
Ta vue a porté la Joie 
Aux malheureux du Schéol.

Pour lors, la nuit s’est éloignée, 
Elle s’est évanouie, 
Car Sa lumière 
S’est levée sur les créatures.

Il est descendu des hauteurs, 
Nous a délivrés, 
Est remonté, 
Et le voici 
Assis de nouveau 
A la Droite de Dieu.

Ils brûlent d’aller à sa rencontre 
Au temps de Son Retour, 
Eux tous qui l’ont attendu, 
Fidèles à Son Nom.

Il est entré au Schéol 
Et l’éclat de Sa Lumière 
A chassé la ténèbre 
De chez les trépassés.

Le fruit mangé par Adam 
L’avait tué. 
Il est descendu et l’a sauvé, 
Le Fruit qui vient d’en-Haut.

Brisant les sépulcres, 
Il a rendu les morts à la Vie, 
Mystique Figure 
Du Jour de Sa Puissance.

Il approche, il vient, 
Le Jour de la Résurrection, 
Heureux celui qui L’attend.

Grand est le jour de Sa venue, 
Où seront dévoilées 
Toutes choses cachées

Ceux qui gisent dans la poussière 
Entendront Sa voix, 
Au jour de la Résurrection, 
Ils sortiront à Sa rencontre.

Adam ressuscité 
Saisi d’admiration 
Retourne au Domaine 
De toute félicité.

(Source : http://www.patristique.org
Traduction et introduction du P. René Lavenant, sj. )

Vous recherchez une église de

"plein évangile",

une église "basée sur la Bible"?

Que diriez-vous alors de 

rejoindre l'Église qui vous a donné la Bible ?

 

Programme des prochaines semaines au Monastère

 

Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de

 

Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

 

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

 

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Au Monastère Syriaque de

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

 

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

 

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois

 

_____

 

GRAND PELERINAGE DE DECEMBRE A N-D DE MISERICORDE

et aux Sts du Kérala

AVEC MOR MELETHIUS

Afficher l'image d'origine

 

-Dimanche 4, Célébration du dimanche en l'église du Monastère Notre-Dame de Miséricorde .

10h30, Messe suivie du repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

Afficher l'image d'origine

 

 SOYEZ TOUS PRESENTS !

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

Afficher l'image d'origine

SAINT(S) DU JOUR:

29 Novembre 2016:

St Jacques de Saroug,

Mor Jacob of Sarug

évêque de Batnan sur l’Euphrate (†521), que les Syriens de son époque appelaient « la flûte du Saint Esprit et la harpe de l’Église orthodoxe ».

 

Jacques de Saroug est né dans le village de Kurtam, sur l'Euphrate, probablement dans le district de Saroug (moderne Suruç1).

Le père de Jacques était prêtre. Le caractère de son œuvre fait penser qu'il fut formé à l'école d'Édesse, ce qui est d'une façon générale très vraisemblable. Il apparaît en pleine lumière au moment de l'invasion lancée par Kavadh Ier, roi des Perses, en octobre 502, et de la prise d'Amida en janvier 503 (voir la Chronique de Josué le Stylite, rédigée quelques années plus tard, § 50 sqq.). En son § 54, Josué écrit : « L'honorable Jacques, le périodeute, qui a composé de nombreuses homélies sur des passages des Écritures, et écrit des poèmes et hymnes divers sur le temps des sauterelles, ne négligea pas non plus son devoir à cette époque, et écrivit des lettres d'admonestation à toutes les cités, les adjurant d'avoir confiance en la divine Providence, et les exhortant à ne pas fuir. » L'invasion de sauterelles dont il est question, racontée par Josué en son § 38, intervint en mars 500. Un périodeute περιοδευτής, à l'époque, est un collaborateur de l'évêque « qui fait la tournée des villages pour visiter les prêtres des villages2 ». La circonscription où il exerçait ses fonctions était Haura (ܚܘܪܐ, Ḥaurâ), dans sa région natale de Saroug.

En 519, il est ordonné évêque de Batnan (syriaque : ܒܛܢܢ, grec ancien : Βατναι, latin : Batnae), ville principale du district de Saroug (syriaque : ܣܪܘܓ, arabe : سروج), et diocèse dépendant de la province ecclésiastique d'Édesse. Il démissionne un an plus tard pour une raison inconnue. Sa lettre de 519 à Paul, métropolite d'Édesse, et d'autre part ses lettres aux moines du couvent de Mar Bassus, montrent à l'évidence qu'il fut toujours de sensibilité monophysite, et qu'il n'approuvait pas le symbole de Chalcédoine3. Cependant il paraît avoir pris fort peu de part à la controverse, et est honoré comme un saint, non seulement par l'Église syriaque orthodoxe, mais aussi par l'Église maronite(et donc par l'Église catholique). Même les nestoriens l'honorent. Il est considéré par les Syriens comme docteur (mallpana), et surnommé « la flûte du Saint Esprit ».

St Jacques de Saroug (syr. : ܝܥܩܘܒ ܣܪܘܓܝܐ, Yaʿqûb Srûḡāyâ) est commémoré par les jacobites et par les maronites respectivement le 29 novembre et le 5 avril, par les Arméniens le 25 septembre. Ses reliques sont vénérées dans une église placée sous son invocation (église Saint-Jacques-de Saroug) à Diyarbakır.

On dispose de trois Vies syriaques de Jacques de Saroug : une de Jacques d'Édesse, une autre d'un certain Georges qui doit être l'évêque Georges de Saroug contemporain de Jacques d'Édesse, et une troisième anonyme. L'œuvre elle-même contient des informations sur les vingt dernières années de sa vie, mais presque rien sur ses origines et antécédents.

Œuvre

La partie principale de son œuvre était, selon Bar-Hebraeus4, un ensemble de sept cent soixante-trois homélies versifiées, dont un peu plus de la moitié ont subsisté (environ quatre cents) ; deux cent trente-trois sont conservées dans les manuscrits de la bibliothèque apostolique vaticane, cent quarante dans les manuscrits de la British Library, une centaine dans ceux de la Bibliothèque nationale de France. Formellement, il s'agit de suites plus ou moins longues de stances de quatre vers de douze syllabes, une forme poétique qui fut qualifiée de « sarougienne ». En moyenne, chaque homélie fait plusieurs dizaines de stances, représentant plusieurs centaines de vers. Cette œuvre immense ne fut pas réalisée en solitaire : toujours selon Bar-Hebraeus, il employa jusqu'à soixante-dix secrétaires qui l'aidaient y compris à dépouiller les textes bibliques et les Vies de saints pour nourrir ses textes. Il composa le premier (sur le char d'Ézéchiel) à vingt-deux ans, et il laissa le dernier (sur le Golgotha) inachevé, soit une production s'étalant sur un demi-siècle. La Chronique de Josué montre que ces poèmes furent rapidement célèbres. Utilisés dans la liturgie, ils ont parfois été altérés postérieurement.

Cinq volumes d'Homiliae selectae ont été publiés par Paul Bedjan, contenant deux cents pièces, et un sixième volume ajouté par Sebastian Brock dans une nouvelle édition récente (ce qui représente plus de 100 000 vers d'après l'éditeur). Mais une partie importante de l'œuvre reste toujours inédite. Un assez grand nombre de ces homélies sont consacrées à la Vierge Marie ; il ne croit pas en l'Immaculée Conception5.

Jacques de Saroug est également réputé être l'auteur de deux « anaphores » ou prières eucharistiques et d'un rituel de baptême, mais l'authenticité en est douteuse, en tout cas sous la forme qui a été conservée. Son œuvre en prose, bien moins importante, comprend onze homélies non versifiées correspondant à des fêtes du calendrier liturgique, et quarante-trois lettres6.

 

Bibliographie

Textes

  • Homélies sur la fin du monde, « Les Pères dans la foi » no 91, Migne. Recension.
  • Homiliae selectae Mar-Jacobi Sarugensis, éd. P. Bedjan et S. Brock, 6 vol., Gorgias Press, 2006.
  • Memré d-luqbal Yihudayé (Homélies contre les Juifs), éd. Micheline Albert, syriaque et français, Turnhout, Brepols, 1976.
  • Jacques de Saroug : Six homélies festivales en prose, éd. F. Rilliet, PO 43, fasc. 4, no 196, Turnhout, Brepols, 1986.
  • Quatre homélies métriques sur la Création, éd. Khalîl Alwan, syriaque et français, Louvain, Peeters, 1989.
  • Les légendes syriaques d’Aaron de Saroug, de Maxime et Domèce, d’Abraham, Maître de Barsoma, et de l’empereur Maurice, et le Miracle de saint Ptolémée. F. Nau, L. Leroy (éds.), Patrologia Orientalis 25, Brepols.
  • Homélies contre les juifs. Édition critique, introduction, traduction et notes d'Albert Micheline. In: École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses. Annuaire 1968-1969. Tome 76. 1967. pp. 247–248. Recension sur le site Persée
  • (de) Drei Gedichte über den Apostel Thomas in Indien, éd. Werner Strothmann, syriaque et allemand, Wiesbaden, Harrassowitz, 1976.
  • (en) A Metrical Homily on Holy Mar Ephrem, éd. Joseph P. Amar, Turnhout, Brepols, 1995.
  • Iacobi Sarugensis Epistulae Quotquot Supersunt, éd. G. Olinder, CSCO 110 (Script. Syr. 57), Louvain, 1952.
  • Acta sanctorum martyrum orientalium, éd. S.E. Assemani, vol. II, Florence, 1748, p. 230.
  • Acta martyrum et sanctorum, éd. P. Bedjan, vol. I, p. 131, 160, vol. III, p. 665, vol. IV, p. 471, vol. V, p. 615, vol. VI, p. 650, Paris, 1890-1897 (réimpression Gorgias Press, 2009).
  • (de) Zeitschrift der deutschen Morgenländischen Gesellschaft, vol. XII-XV, XXV, XXVIII-XXXI, 1858 sqq.
  • (en) A. L. Frothingham, Stephen bar Sudaili: the Syrian mystic, and the Book of Hierotheos, Leyde, E.J. Brill, 1886 (éd. et trad. de la lettre de Jacques de Saroug à Étienne Bar Soudaïli, mystique syrien).
  • (en) E. A. W. Budge, The History of Alexander the Great, being the Syriac version of the Pseudo-Callisthenes, Cambridge, The University Press, 1889 (la vie d'Alexandre du Pseudo-Callisthène).
  • (de) P. Zingerle, Sechs Homilien des h. Jacob von Serug, Bonn, 1867 (trad. allemande de six homélies).

Études

  • Rubens Duval, La littérature Syriaque, 3e éd. (Paris, 1907), rééd. Éditions du Cerf, 1992.
  • Paul Peeters, Jacques de Saroug appartient-il à la secte monophysite ?, dans « Analecta Bollandiana », t.LXVI, p. 134-198. Recension sur le site "Persée".
  • (de) A. Vööbus, Handschriftliche Ueberlieferung der Memre-Dichtung des Ja'qob von Serug, 4 vol., CSCO 344-345 et 421-422 (Subs. 39-40 et 60-61), Louvain, 1973 et 1980.
  • (en) W. Cureton, Ancient Syriac Documents relative to the Earliest Establishment of Christianity in Edessa and the Neighbouring Countries, from the year after our Lord's Ascension to the beginning of the fourth century, Williams-Norgate, Londres-Édimbourg, 1864, p. 86-107.
  • (en) W. Wright, Catalogue of Syriac manuscripts in the British Museum, acquired since the year 1838, Londres, Longmans, 1877, p. 502-505.
  • J. B. Abbeloos, De vita et scriptis S. Jacobi Batnarum Sarugi in Mesopotamia episcopi, Louvain, 1867.
  • P. Martin, dans Revue des sciences ecclésiastiques, 4e sér., vol. III, 1876.
  • J. S. Assemani, Bibliotheca orientalis, vol. I (De scriptoribus Syris orthodoxis), Rome, 1719, p. 283-340.
  • (en) S. P. Brock, « The Published Verse Homilies of Isaac of Antioch, Jacob of Serugh, and Narsai: Index of Incipits », Journal of Semitic Studies 32/2, 1987, p. 279-313.
  • Tanios Bou Mansour, La théologie de Jacques de Saroug, 2 vol., Kaslik, Liban, Université Saint-Esprit Press, 1993-2000.
  • (en) Roberta C. Chesnut, Three Monophysite Christologies: Severus of Antioch, Philoxenus of Mabbug and Jacob of Sarug, Oxford University Press, 1976.
  • Khalil Alwan, « Bibliographie générale raisonnée de Jacques de Saroug (+521) », dans Parole de l’Orient, XIII (1986), p. 313-384.
  • Khalil Alwan, « L’Homme, le microcosme selonvJacques de Saroug (+521) », dans Parole de l’Orient, XIII (1986), p. 51-78
  • Khalil Alwan, « L’Homme, le mortel et l’immortel, avant le péché, selon de Jacques de Saroug (+521) », dans Orientalia Christiana Periodica (1988).
  • Khalil Alwan, « Essai sur les critères d’authenticité, des homélies métriques de Jacques de Saroug (+521) », dans Parole de l’Orient, XIV.
  • Khalil Alwan, « Les références syriaques de G. Barhebraeus dans son candélabre (en arabe) », dans Études de l’Université libanaise (1987).
  • Khalil Alwan, « Le « Remzo » selon la pensée devJacques de Saroug », dans Parole de l’Orient, XV (1988-1989), p. 91-106.
  • Khalil Alwan, « Une homélie de Bulus al-Busi attribuée à Jacques de Saroug », dans Parole de l’Orient, XVI (1990-1991), p. 207-226.

Notes et références

  1.  Cette région se trouve sur l'Euphrate juste en amont de l'actuelle frontière turco-syrienne, à environ 70 km au sud-ouest d'Édesse. La ville principale du district, à l'époque, était appelée Batnae, célèbre pour ses foires.
  2.  Théodoret de Cyr, Histoire des moines de Syrie, XXVI, 7 (noter la répétition du mot κώμη, « village »). « Le christianisme se répand massivement dans les villages orientaux au cours du ive siècle. S'appuyant sur le réseau des bourgades, l'Église développe l'institution du chôrévêque, clerc qui n'est pas vraiment doté de la consécration épiscopale, mais peut délivrer les sacrements, y compris ordonner des prêtres, et sillonne la campagne. Les chôrévêques deviennent nombreux et tendent à organiser à leur profit de véritables circonscriptions territoriales indépendantes. Aussi les évêques, jaloux de leurs prérogatives et soucieux de conserver le cadre municipal, réagissent-ils. Dès la fin du ive siècle, en Orient, les chôrévêques sont privés de leur assise territoriale et de leurs prérogatives en matière de nomination des clercs villageois ; ils sont remplacés par de simples périodeutes (« visiteurs ») qui, souvent, ne sont pas même prêtres. » (Michel Kaplan, Le village byzantin : naissance d'une communauté chrétienne, Actes des congrès de la société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, vol. 21, année 1990).
  3.  Il écrit qu'au lieu de « deux natures », il préfère dire « une nature venant de deux ».
  4.  Chron. eccl., I, 191.
  5.  "Il enseigne qu'elle a, par sa maternité, coopéré au salut, qu'elle n'était pas exempte de péché, mais qu'elle en a été libérée avant la conception de Jésus." Pierre Thomas Camelot, « Jacques de Saroug (451 env.-521)  », Encyclopædia Universalis [1] [archive]
  6.  La plupart des lettres sont conservées dans deux manuscrits de la British Library (Add. 14587 et 17163). En dehors des lettres citées au métropolite Paul d'Édesse et aux moines de Mar Bassus, il faut mentionner la lettre à Étienne Bar Soudaïli, le moine origéniste originaire d'Édesse, auteur du Livre de saint Hiérothée.

Mor Jacob of Sarug was born in 451 in Kurtam, near the Euphrates River. He attended a famous school in Edessa, a town known today as Urfa, where he dressed as a monk and was ordained a priest there. Between the year 502 and 503, he was raised in position as Periodeutes, (responsible for visitation and pastoral care of priest) of Haura. He employed up to 70 writers who edited parts of the Old and New Testaments as well as writings about the Lives of the Saints, and they wrote down his poems. In 519 he was consecrated as bishop of Bätna.

He was a holy bishop and a great Syrian ecclesiastic writer of his time. He was a poet with a clear formulation, whose thoughts were profound and amazing. His poems have never failed to astonish the reader. The opening credits of his poetry were beautiful and take the reader into the heart. He was chosen as a child of God, and was one of the most popular saints of his time. He worked against the heresies; he just stood and preached the true and healthy faith in God. Because of all his virtues, he is designated as a "universal teacher, Harp of the Holy Spirit, Harp of the Orthodox Church and wreath and decoration of the teachers."

He passed away at the age of 70 years on 29/11/ 521. His feast day is the 29th of July.

His writings:

The saint wrote prose, poetry, liturgical prayers and letters, composed poems in 12-syllable and liturgical hymns in 7-syllable meter. He wrote 763 metric hymns, 300 of which have survived, and some of his chosen hymns are still sung in the Syrian Church. Even today, the three Anaphoras he wrote are still celebrated in the holy liturgy.

 

 

Saint Saturnin
Premier évêque de Toulouse et martyr
(IIIe s.)

 

Saint Saturnin est le premier évêque de Toulouse. Son nom latin « Saturnius », a été transformé dans la langue d'Oc en « Sarni » puis francisé en « Sernin ».

 

Saint Saturnin mourut martyrisé en 250 pour avoir refusé de se plier à l'obligation qui était faite à tous les citoyens par l'empereur romain Dèce, de sacrifier aux dieux païens. 


Il aurait été jeté sur les marches du Capitole, le temple dédié à Jupiter qui se trouvait à l'emplacement de l'actuelle place Esquirol. Puis il fut attaché par les pieds à un taureau furieux que l'on devait immoler et traîné le long du cardo maximus (la rue Saint-Rome) jusqu'à la rue du Taur (taureau). Son corps aurait été lâché à l'endroit de l'actuelle église du Taur qui s'est appelée Notre-Dame de Saint-Sernin jusqu'au XVIe siècle. C'est là que le corps aurait été enterré en cachette.

 

À la fin du IVe et au tout début du Vème siècle l'évêque Exupère prit la décision de transférer les reliques de Saint Sernin à l'emplacement de la basilique actuelle et d'y construire un édifice.

 

SATURNIN 29 NOVEMBRE

Comme apôtre-martyr et pontife, Saturnin 
* auprès des grands n'est pas ce qu'on appelle un nain. * Le vingt neuvième jour de novembre, Toulouse * vénère en Saturnin le treizième des Douze.
Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Tropaire, t. 4

Par les premiers Apôtres tu fus envoyé * comme premier évêque de Toulouse, Saturnin; * dans les ténèbres des païens * tu as porté la lumière du Christ: * intercède auprès de lui pour que nos âmes soient sauvées.

Kondakion, t. 6

Tu n'as pas craint les faux dieux des païens, * effrayés plutôt par ta lumière, Saturnin; * ceux qui sacrifiaient à ces démons, * pour la mort de leur âme, des taureaux * te firent traîner par l'un de ces animaux * jusqu'aux marches du Capitole, où ta tête, se brisant, * fit éclater la puissance de Satan * et comme tête des fidèles, édifia pour toujours, * à la gloire du Père, sous la mouvance de l'Esprit, * l'Église toulousaine du Christ notre Dieu.

Grec d'origine et de noble naissance, Saint Saturnin fut un des sept saints missionnaires envoyés de Rome pour évangéliser la Gaule, sous le règne de Dèce (250). Lorsque ces saints hommes parvinrent à Arles. Saturnin se vit attribuer les régions du Languedoc, de la Gascogne (Sud-ouest de la France) et les frontières de l'Espagne. Après de grands succès, il s'opposa à l'endurcissement des païens à Carcassonne, et fut emprisonné. Délivré par l'intervention d'un Ange, il poursuivit sa mission vers la ville de Toulouse, où il trouva des âmes plus disposées à recevoir la vérité, et fonda une Eglise. Il guérissait les malades et les lépreux par le signe de la Croix et inspirait par sa parole un ardent amour de Dieu à ses auditeurs. Puis, laissant Saint Papoul poursuivre son oeuvre, il continua son périple vers l'Espagne et évangélisa Pampelune et Tolède. De retour à Toulouse après le Martyre de Saint Papoul, le Saint Evêque resplendissait tellement de la grâce de Dieu que les idoles cessèrent de rendre leur oracles trompeurs et restèrent muettes, malgré les prières et les sacrifices de leurs adeptes. Les païens étaient ainsi désespérés et se préparaient à offrir un taureau en sacrifice sur le Capitole, lorsque Saturnin vint à passer pour se rendre à un Office religieux. Dans la foule quelqu'un le reconnut et s'écria: «Voici l'ennemi de notre religion, le porte-étendard de la nouvelle secte, celui qui enseigne qu'il faut détruire nos temples, celui qui condamne nos dieux en les appelant des démons, c'est lui qui, par sa présence, nous empêche d'obtenir nos réponses accoutumées. Vengeons l'injure qu'il nous fait et qu'il fait à nos dieux. Obligeons-le à sacrifier pour apaiser les dieux ou sinon à mourir pour que sa mort, du moins, leur soit agréable!» Tandis que ses compagnons prenaient la fuite, Saturnin, gardant son calme, répondit: «Je ne connais que le seul et vrai Dieu. Comment voulez-vous que je craigne vos dieux imaginaires, alors que, selon vous, ce sont eux qui sont effrayés par moi?» A ces mots de l'Evêque, le tumulte de la foule ne fit que s'accroître. On se saisit de Saturnin, on lui attacha une grosse corde aux pieds et on le fixa derrière le taureau sauvage qui, frappé à coups d'aiguillons, se précipita furieusement hors du temple. Dès les premières marches, la tête du Saint Martyr se brisa en laissant répandre à terre sa cervelle; puis la bête, poursuivant sa course dans les rues de la ville, réduisit en lambeaux son corps jusqu'à ce que la corde se rompe à un endroit où s'élèvera plus tard une église en l'honneur du Saint.

Au mépris du danger, deux pauvres femmes chrétiennes vinrent peu après sur les lieux, déposèrent le corps de Saint Saturnin dans un cercueil de bois et l'ensevelirent dans une fosse voisine. Très fréquenté pendant des siècles par de nombreux pèlerins, le tombeau de l'Apôtre de Toulouse était célèbre pour les Miracles qui s'y accomplissaient.

(Le Synaxaire * Vie des Saints de l'Eglise orthodoxe* par le hiéromoine Macaire de Simonos Pétra »

 

 

Afficher l'image d'origine

 

PELERINAGE A NOTRE-DAME DE PONTMAIN,

LE MONT SAINT MICHEL AVEC MOR MELETHIUS:

 

Lundi 5, départ matinal pour le Sanctuaire Notre-Dame de Pontmain, l'après-midi, visite du Mont Saint Michel (Retour le soir au Monastère)

 

Afficher l'image d'origine

AVENT DANS LA VILLE:
 
La parole de Dieu
 
 
 
            « Le loup habitera avec l’agneau, 
car la connaissance du Seigneur remplira le pays 
comme les eaux recouvrent le fond de la mer »           
 
Livre d’Isaïe, chapitre 11, versets 6 et 9.
 
 
 
La méditation
 
 
Isaïe décrit la création paradisiaque à la fin des temps. Les relations entre le loup et l’agneau, entre le léopard et le chevreau, entre le nourrisson et le cobra, caractérisent une vie commune : habiter, se nourrir ensemble, partager un même nid. La création accomplie révèle l’hospitalité d’une maison commune où l’on mange ensemble sans se manger les uns les autres. Tous sont des hôtes les uns pour les autres, car le mot hôte désigne à la fois celui qui accueille et celui qui est accueilli. L’hospitalité supplante et remplace l’hostilité.
Le paradis d’Isaïe étend à la création tout entière l’hospitalité que Noé offrit à chacun des couples d’animaux dans l’arche que le Seigneur lui fit construire avant le déluge. Bien qu’enfermés tous ensemble pendant longtemps, ils ne s’entredévorèrent pas, en dépit du regard oblique que les enfants se plaisent à imaginer dans les yeux du gros lion louchant sur la petite antilope à ses côtés. L’explication de ce miracle d’hospitalité pour Isaïe vient de ce que « la connaissance du Seigneur remplira le pays ».
Les créatures se connaîtront mutuellement comme le Seigneur les connaît, Lui qui en est le Créateur.
À l’origine, dans le jardin d’Eden, comme à la fin des temps dans la Jérusalem céleste, il n’y a qu’un arbre au milieu du paradis : l’arbre de la connaissance de Dieu ne fait qu’un avec l’arbre de vie. Cet arbre est celui sous lequel Abraham accueillit ses trois hôtes mystérieux ou sous lequel Nathanaël se tenait lorsqu’il vit passer Jésus. Sous cet arbre, l’hostilité au tréfonds de nous cherche à se transformer en hospitalité créative. Pour habiter la terre en chrétien, nous demandons à chaque créature : « où demeures-tu ? » et « peut-on manger ensemble ? ».
 
Source: AVENT DANS LA VILLE, Méditation proposée par les Pères Dominicain

Un cas unique dans toute l’histoire du monde  

Afficher l'image d'origine

Cas unique dans toute l’histoire du monde, la venue d’un Messie Sauveur était attendue en Israël, à cause de nombreuses prophéties !

Lorsqu’elle était petite enfant, la Vierge Marie attendait au cœur de son peuple Israël la venue du Messie, qui n’a pas été annoncé par un seul prophète, mais par une longue série d’hommes, prédisant et complétant, au fur et à mesure, leur prédiction, pendant des siècles.

Elle attendait au cœur d’un petit peuple, ballotté par l’histoire, qui a survécu à toutes les confrontations avec les Empires voisins et qui sera finalement dans l’avenir le seul peuple résistant à la dissolution du monde antique, en conservant intacte son identité, et en gardant toujours la certitude inébranlable d’être l’instrument d’un destin éternel, aux dimensions du monde.

Les prophéties, très nombreuses, annonçant la venue du Messie définissent d’une manière surprenante le portrait de l’Attendu, de sa naissance, de sa vie, de sa mort, de sa mission et de son destin, tel qu’il a été imaginé par les contemporains du Christ et reconnu par les Chrétiens qui ont suivi Jésus.

 

L’équipe de la Foi Chrétienne

lafoichretienne.com

Une situation absolument unique, à l’époque de la Vierge Marie 

Afficher l'image d'origine

Le Messie était spécialement attendu au début de notre ère, au temps de la Vierge Marie, comme en témoignent l’Evangile et plusieurs écrits juifs et païens de l’époque, parce que certaines prophéties parlaient explicitement et précisément du moment de sa venue.

L’Evangile témoigne de la prégnance de cette attente toute spéciale qui s’était emparée de tous. « Comme le peuple était dans l’attente » (Lc 3,15) quand Jean-Baptiste parut, tous lui demandaient : « Es-tu Celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? » (Lc 7,19).

C’était une situation absolument unique et cet aspect caractéristique du christianisme, à lui seul, est suffisant – c’est l’avis de maints spécialistes – pour le situer tout à fait à part dans l’histoire religieuse du monde.

L’attente de l’accomplissement des temps était devenue tellement forte et précise, en cette période particulière de l’histoire, qu’il y eut plus de 100 candidats Messie recensés par les historiens ! Gamaliel y fait référence dans son intervention en faveur des Apôtres devant le Sanhédrin.

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

 

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité !

 

 

 

Si vous n'êtes pas en famille, 

 

retrouvez-vous , en

 

communion avec les Chrétiens d'Orient,

 

avec  vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes

 

francophone de St Thomas (Mar Thoma) en

 

France pour fêter Noël !

 

Si vous avez peu de moyens pour fêter

 

décemment Noël en famille, grâce au partage

 

c'est possible ! Venez fêter la Nativité au

 

Monastère en famille !

 

Nativity Icon2[1]-copie-1

 

(Pour ceux qui doivent loger, Inscriptions closes

le 20 Décembre)

 

Programme et inscription en bas de page

 

 

MEDIATION DE MARIE ET MATERNITE SPIRITUELLE

 

La médiation de grâce de Marie sur la terre a déjà été perçue par Origène(†253) lors de la Visitation, médiation subordonnée au Christ qui opère en elle.

« Dès que Marie eut entendu, selon le message de l'ange, qu'elle allait concevoir le Sauveur et que sa cousine Elisabeth était enceinte, elle partit, se rendit en hâte vers la montagne et entra dans la maison d'Élisabeth. Jésus, dans le sein de la Vierge, se hâtait de sanctifier Jean-Baptiste, encore dans le sein de sa mère. »[1]

 

Origène a déjà parlé de la maternité spirituelle de Marie, dans le sens où les chrétiens agissent de telle sorte qu'elle devienne leur mère :

« En effet on peut affirmer de tout parfait qu'il ne vit  plus, mais que le Christ vit  en lui, et, puisque le Christ vit  en lui, il est dit de lui à Marie : Voici ton fils, le Christ. »[2]

 

 


[1] Origène Homélie sur Luc VII,1, dans sources chrétiennes 87, Paris Cerf 1961, p. 155

[2] Origène, In Jo. Com. I,4, GCS 8,14 ; dans sources chrétiennes 87, Paris Cerf 1961, p.62

Source : http://www.mariedenazareth.com/

L’Avent marque une nouvelle année du cycle liturgique qui culmine à Pâques.

Plus qu’au début janvier, c’est au 1er dimanche de l’Avent que les baptisés devraient se souhaiter « bonne et heureuse année ».

L’Avent est un temps de vigilance, d’attente joyeuse de la venue du Seigneur. « Tenez-vous donc prêts, vous aussi : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra » (Mt 24, 44). Saint Bernard (1090-1153) parle des trois venues du Verbe : celle de son incarnation à Noël, de ses visites en l’âme, de sa manifestation définitive dans la gloire. Nous avons donc à sortir de notre sommeil et à revêtir les armes de la lumière, « car le Salut est plus près de nous maintenant qu’à l’époque où nous sommes devenus croyants ». (Rm 13, 11).

Lire la suite sur le blogue de Jacques Gauthier.

Syrie : 500 000 enfants piégés dans les zones en état de siège

Lien:

http://actu-droitsenfant.over-blog.com/2016/11/syrie-500-000-enfants-pieges-dans-les-zones-en-etat-de-siege.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Non, la messe n’est pas encore dite, et les défenseurs de l’église Sainte-Rita peuvent encore espérer conserver leur paroisse à l’histoire si heurtée. Autrefois familière et célèbre pour son accueil des animaux, ses bénédictions de motards et ses messes au souvenir de Michael Jackson, l’église de la rue François-Bonvin (XVe), dédiée aux « causes perdues », reste depuis plus de 3 ans au cœur d’un bras de fer à la fois juridique, religieux voire politique, aux épisodes parfois physiquement violents. Le dernier en date, l’évacuation manu militari de l’église, promise à la démolition pour laisser place à un programme immobilier, remonte au petit matin du 3 août. Malgré son entrée murée et ses accès barrés d’une palissade de tôle, Sainte-Rita était alors occupée depuis plusieurs semaines, et son culte « repris », par une poignée de catholiques plus proches de l’intégrisme que de son ancien culte gallican et notoirement ouvert à tous. Ce matin-là, l’exécution du jugement d’expulsion s’est fait dans le bruit et la fureur, forces de l’ordre et « fidèles » perdant leurs nerfs, entre coups de matraques, gaz lacrymogènes, religieux traînés au sol et élus malmenés malgré l’écharpe tricolore… le tout sous l’œil des caméras et de nombreux médias, alors que la France venait tout juste d’enterrer le Père Hamel, ce prêtre égorgé par des islamistes, en pleine messe, à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime). « La justice permettait que cela se passe autrement, c’était inacceptable », s’en étrangle encore le député-maire du XVe, Philippe Goujon (LR). Trois élus ont d’ailleurs déposé plainte contre… le Préfet de police de Paris.

Passée l’émotion et la colère, le silence est depuis retombé sur Sainte-Rita, toujours barrée de sa palissade de tôle. Prête à la démolition. Peut-être. Ou pas… C’est en tout cas ce dont est convaincu l’élu, partisan de la sauvegarde « de cette église qui n’est pas certes pas la cathédrale Notre-Dame, mais qui fait partie de notre patrimoine, qui est un marqueur du quartier ». Venu faire un point sur le dossier avec les habitants, Philippe Goujon affirme être aujourd’hui « intermédiaire d’une solution de reprise, par un autre culte chrétien en recherche d’un lieu. Le diocèse n’est pas dans ce cas, mais il y a d’autres églises, comme les Chrétiens d’Orient, qui sont intéressés ». Une piste déjà plusieurs fois évoquée depuis 2 ans, mais jusqu’alors restée à l’état de piste… « Je suis en rapport avec le promoteur, qui a accepté de rencontrer les responsables de plusieurs cultes », assure aujourd’hui le maire. Reste un obstacle, et il est de taille : le prix qu’en demandera le promoteur nantais porteur du projet immobilier, s’il acceptait de « lâcher l’affaire ». « Les négociations sont en cours », consent seulement Philippe Goujon, qui se dit ouvertement « assez optimiste ». De quoi regonfler le moral des défenseurs de la sainte patronne des causes perdues, qui fera peut-être mentir l’histoire écrite.

SOURCE:  leparisien.fr

Monsieur François FILLON:

Depuis le premier tour, sa victoire était une quasi-certitude.

« Dans un sondage Opinionway publié vendredi, François Fillon est crédité de 61% des intentions de vote contre 39% pour Alain Juppé » rappelait, ce dimanche 27 novembre, la Tribune de Genève. En réalité, le score de François Fillon a été encore plus impressionnant : 66 % contre 33% (résultats partiels, dimanche soir). « François Fillon est arrivé en tête dans presque tous les départements métropolitains au second tour de la primaire de la droite, ne laissant à Alain Juppé que la Gironde et la Corrèze » relève Europe 1. Et dire que medias et sondages le mettaient en quatrième position vingt jours plus tôt !

« Un adversaire sérieux pour la gauche » avertit Manuel Valls

 

Mais au lendemain du débat télévisé du 24 novembre (suivi par 8,5 millions de téléspectateurs) et à 48 heures du deuxième tour de la primaire de la droite, le président de la République et le Premier ministre avaient vu le danger : « C’est sur le grand favori de la primaire de la droite que François Hollande et Manuel Valls réagissaient, comme si celui-ci avait déjà gagné » observait Le Monde : « Le président lui a ainsi décoché quelques flèches, exprimant son opposition à la construction d’une histoire officielle, un récit national, un roman et a appelé à manier les référendums” avec prudence et retenue, en allusion à des propositions de François Fillon. Dans les colonnes de Paris Normandie, le Premier ministre Manuel Valls a quant à lui estimé qu’il ne fallait pas sous-estimer François Fillon, un adversaire sérieux pour la gauche” : Il ne faut pas le sous-estimer, bien au contraire, car il pourra rassembler la droite.” » C’est fait, et avec maestria.

« Voilà l’éternel second, enfin premier », constate Le Progrès : « Longtemps cantonné au rôle de lieutenant de Philippe Séguin puis de collaborateur de Nicolas Sarkozy, l’ex-Premier ministre de 62 ans doit désormais assumer son nouvel habit de numéro un. (…) Celui qui aurait fait un bon ministre de la Défense s’il n’avait pas été balladurien en 1995 (Jacques Chirac), qui étala sa rancœur après son éviction du gouvernement en 2005 (De Chirac on ne retiendra rien, sauf mes réformes), qui œuvra largement à la victoire de Nicolas Sarkozy en 2007 avant d’endurer son hyperprésidence pendant cinq ans, a longtemps fait figure de victime idéale. Ultime épisode de la série : sa défaite fin 2012, dans des conditions très controversées, face à Jean-François Copé dans l’élection interne pour la présidence de l’UMP. »

Des clarifications attendues

Mais qui est vraiment François Fillon ? se demande, dans une tribune du Figaro, l’historien des idées François Hugenin : « Conservateur catholique ou ultralibéral ? Gaulliste tendance souverainiste ou européiste ? Où est donc Fillon qui a rassemblé au premier tour une grande partie de la droite libérale, beaucoup d’électeurs catholiques mais aussi les gaullistes sociaux, tandis que Juppé a recueilli les suffrages des nostalgiques (il en reste) du chiraquisme, des centristes, et même de la gauche (…) ». Sans doute n’est-il pas ultralibéral comme l’en accuse la gauche mais pragmatique : « Il y a des moments où l’intervention publique est nécessaire, d’autres où l’économie doit être libérée. » Fillon n’est pas très clair « sur l’Europe et le rôle des nations (…) lui qui naguère se prononça contre Maastricht mais approuva le traité de Lisbonne ». Flou aussi « sur des sujets aussi sensibles que la GPA ou l’euthanasie ». Et carrément décevant sur l’IVG : « Sur l’avortement, il a vraiment été très loin de positions catholiques et aurait pu vraiment dire plus clairement que l’avortement est toujours un drame qui doit être évité. En revanche, sur la réforme de l’école, la transmission d’un savoir qui soit aussi un amour de la France, Fillon semble bien plus proche d’un discours conservateur que Juppé. » On verra si les actes suivent…

Alain Juppé tombe de haut

Quant à Alain Juppé, il aura été « favori deux ans et demi, outsider une semaine » constatait Anna Cabana dans le JDD : « Il a fait la course en tête pendant trois ans. Mais à quelques heures de sa fin, les espoirs d’Alain Juppé de remporter la primaire de la droite et du centre sont bousculés » par les 27,6% des voix qu’il avait obtenus au premier tour de la primaire de la droite. « C’est cet homme qui devait être roi que, dimanche dernier, les électeurs ont humilié en le reléguant plus de 15 points derrière François Fillon ! L’écart était trop grand, trop inattendu. Intolérable, donc. Alain Juppé a été tenté, très, de jeter le gant. Pourquoi mener un combat qu’on est presque sûr de perdre ?, s’est-il interrogé auprès d’une proche. Et puis, pour le traiter ainsi, les Français ne venaient-ils pas de lui prouver qu’ils ne le méritaient pas ?  voilà ce que son orgueil lui susurrait à l’oreille. Voilà ce à quoi il s’accrochera, si les électeurs du second tour ne démentent pas ceux du premier. »

Reste à présent à Alain Juppé de tenir sa « promesse de soutenir Fillon » à la présidentielle « même si Bayrou se présente » comme le rappelait, vendredi, Paris Match.

Au centre, panique et ralliements…

Au centre, « la vague Fillon bouscule les plans des centristes (…) qui s’étaient quasiment tous rangés derrière Alain Juppé comme rassembleur de la droite et du centre », constate LCP. « Premier concerné : le président du MoDem, François Bayrou, qui soutient le maire LR de Bordeaux depuis deux ans et dit maintenant vouloir penser projet avant candidature, laissant ainsi flotter une certaine ambiguïté sur ses propres intentions. (…) À l’UDI, c’est la panique. Son président, Jean-Christophe Lagarde, a opté pour Alain Juppé et continue de le soutenir. Début septembre, sa main tendue à Emmanuel Macron après le départ de ce dernier du gouvernement avait semé le trouble dans son camp. La fuite, logique, de centristes vers François Fillon a donc déjà commencé. »

À droite, il n’y avait en revanche pas d’ambiguïté de la part de Jean-Frédéric Poisson qui s’est confié au Huffington Post au lendemain du premier tour : « Depuis le début de cette campagne, j’ai toujours dit que je ne souhaitais absolument pas, pour le bien de la France, qu’Alain Juppé gagne cette primaire. J’ai toujours combattu son idée d’une France multiculturelle, dénoncé sa naïveté sur le sujet de l’islam, refusé son projet technocratique et sa vision mondialiste de l’économie. À l’inverse, j’ai toujours reconnu que le candidat dont j’étais le plus proche idéologiquement, malgré des divergences importantes sur certains sujets comme le mariage pour tous et la vision de l’économie, était François Fillon que j’ai donc choisi de soutenir. »

La gauche se condamne aux supplices du rouet et de l’écartèlement

À gauche, enfin, René Poujol, ancien directeur de la rédaction de Pèlerin, estime dans une tribune publiée par Causeur que François Fillon est « le coup de fouet qu’il fallait à la Gauche » : « De longs mois nous séparent encore du scrutin de la présidentielle et il faut souhaiter, pour notre démocratie, que le débat politique se prolonge, s’approfondisse et s’amplifie (…)  Car de ce débat dépend non seulement le choix d’un nouveau Président de la République, mais la clarification nécessaire à une recomposition ultérieure du paysage politique et sans doute à un réexamen de nos pratiques démocratiques. (…) Mais dans la recomposition du paysage politique qui s’annonce et qui n’interviendra qu’après l’échéance présidentielle, la gauche devra tout de même s’interroger sur l’impasse d’une idéologie libérale-libertaire qui la conduit à un état de décomposition qu’elle se refuse toujours à regarder en face. »

Pour l’heure, ce n’est pas seulement au fouet mais aux supplices du rouet et de l’écartèlement que la gauche paraît s’exposer d’elle-même. Dans une interview au JDD, dimanche 27 novembre, Manuel Valls laisse clairement entendre qu’il se prépare pour la primaire de la gauche afin de « proposer du fond, une voix et de l’incarnation ». « Les choses s’accélèrent et la tension monte » commente Hervé Gattegno directeur de la rédaction du JDD : « Soyons clairs : la gauche n’a jamais été aussi divisée, les socialistes n’ont jamais été aussi affaiblis et François Hollande, qui devrait être leur chef naturel, n’a jamais paru aussi peu en mesure de les rassembler. C’est ce qui fait que les candidatures se multiplient : à l’intérieur et à l’extérieur du PS. Il y a Mélenchon et Macron au dehors, Montebourg et Hamon dedans. Tout le monde attend que François Hollande entre en lice à son tour. Ce qu’on comprend en lisant le JDD, c’est qu’il ne faut pas exclure qu’il y ait Manuel Valls aussi. Et ça, ce serait un choc politique et un choc institutionnel. Tout va se jouer dans les quelques jours qui viennent. » En effet, les candidats à la primaire de la gauche ont jusqu’au 15 décembre pour se déclarer.

La veille, samedi 26 novembre, le président de l’Assemblée Nationale, Claude Bartolone, avait « bousculé le rassemblement des aubrystes à Bondy, en appelant à une primaire avec Hollande et Valls » relève Mediapart. Qui conclut : « À cinq mois de la présidentielle, la gauche de gouvernement a totalement explosé. » Comparé à celle de la droite, « la participation à la primaire de gauche est une autre paire de manche », prédit le politologue Pascal Perrineau sur LCP.

Avec la compétition ouverte entre le président Hollande et le Premier ministre Valls, c’est non seulement une crise à gauche mais une crise politique et institutionnelle d’une exceptionnelle gravité qui s’ouvre au sommet de l’État, remarquaient dans deux tweets, à droite, Guillaume Tabard et, à gauche, Françoise Degois.

(Source: ALETEIA)

ADOPTEZ UN CHRETIEN DE MOSSOUL...

Vendredi 25 novembre 2016, l’encerclement de la ville de Mossoul était consommé. La capitale de l’État islamique se vide de ses habitants, qui fuient les zones de combat pour trouver refuge dans les camps de réfugiés, déjà remplis par les offensives précédentes. Dans ces conditions, l’aide tente de s’organiser, et les besoins de premières nécessité, kérosène pour le chauffage et nourriture, se font pressants.

Entre larmes et joies

–– ADVERTISEMENT ––
 

 

Les chrétiens qui ont fui la région de Mossoul observent l’évolution des combats, conscients de vivre des jours décisifs. Ils ont célébré la libération de Qaraqosh, la ville à majorité chrétienne dont beaucoup d’entre eux venaient, mais ont été atterrés par l’ampleur des destructions. Ils scrutent les chaînes de télévision irakiennes, soutiennent les troupes qui affrontent Daesh, comme le confie Zafira  : « Nous prions tous les jours, mais ce matin, nous avons spécialement prié la Vierge Marie pour qu’elle donne de la force aux combattants sur la ligne de front ». Ils parlent de se réinstaller chez eux, avec confiance, pour la première fois depuis 2014, mais c’est encore très dangereux, voire impossible. Leurs maisons sont à portée de tir de la zone tenue par les djihadistes, et le travail de déminage n’a pas encore été accompli. Les djihadistes font preuve d’une grande inventivité dans ce domaine, comme le découvrent les démineurs. Ils emploient des mécanismes d’activation très variés : par laser, au toucher, au poids, à distance… La lutte contre ses pièges demande du temps et des moyens.

Les miliciens chrétiens reprennent Mar Benham

Dernière bonne nouvelle en date pour les chrétiens d’Irak, le monastère de Mar Benham, datant du IVe siècle a été reconquis mardi 22 novembre. Les assaillants appartiennent à l’une des milices pro-gouvernementales qui combattent Daesh, ce sont les brigades de Babylone, un groupe de combattants chrétiens. Ils ont trouvé sur place des destructions considérables. Les djihadistes ont brûlé des collections de livres de théologie, ont gratté des inscriptions en araméen et ont détruit des statues. Le monastère avait été converti en quartier général de la police religieuse, qui se chargeait de punir les hommes qui fumaient, se rasaient, ou les femmes qui ne portaient pas le voile. Duraid Elias, le chef des brigades de Babylone assure que « leur but fondamental était de détruire l’histoire de la chrétienté et la civilisation des plaines de Ninive ». Posant devant des prisonniers de Daesh, capturés dans le monastère, le commandant assure : « Nous démontrons au monde que les chrétiens ne sont pas faible. Nous sommes plus fort que vous ne l’imaginez ».

La libération en marche

Alors que le premier ministre irakien vante une avancée « plus rapide que prévue », le cœur de la ville demeure aux mains des djihadistes. De leurs côtés les ONG redoutent un afflux massif de réfugiés, le nombre de civils encore présent dans la poche serait d’un million cinq, selon les Nations-Unies. Dans ces conditions, l’éventualité d’une avance fulgurante des troupes irakiennes sur Mossoul inquiète les humanitaires. Ce serait certes une bonne nouvelle pour les irakiens, mais cela saturerait les camps de réfugiés.

(Source: ALETEIA)

Pourquoi les chrétiens devraient arrêter de regarder du porno ? Ce n’est pas pour ce que vous pensez

Les chrétiens et la pornographie, le « petit secret » de l’Église. Plusieurs statistiques depuis une dizaine d’année suggèrent qu’une proportion importante de chrétiens et de leurs dirigeants luttent avec l’addiction à la pornographie . Conférences, ouvrages, articles, groupes de parole, conseils, de nombreux moyens ont été mis en œuvre pour responsabiliser, informer, accompagner. Il semble malgré tout que le phénomène continue d’exister et peut-être même de progresser.

Bien souvent, quand nous évoquons l’emprise de la pornographie en tant que chrétiens, nous parlons du péché, d’une expérience de la sexualité qui ne colle pas avec l’enseignement biblique, ou du phénomène addictif qui prive les chrétiens de leur liberté, de la même manière que d’autres addictions. Au-delà de ces enjeux individuels, il existe un autre enjeu majeur, plus large, qui concerne l’exploitation des acteurs dans l’industrie pornographique. Les chrétiens devraient non seulement être conscients de cette réalité, mais également demeurer à l’avant-garde de la campagne de sensibilisation contre l’exploitation d’êtres humains dans cette industrie lucrative, prête à tout pour générer plus de revenus.

Drogues, violences et relations non consenties

De plus en plus d’acteurs de films pornographiques, notamment des jeunes femmes, témoignent des violences infligées lors des tournages, allant même jusqu’à des relations non consenties, parfois sous l’emprise de drogues ingérées à leur insu. Les scènes tournées dans ces conditions sont décrites par les actrices comme un véritable viol, diffusé ensuite sur internet, sans que les principales intéressées ne puissent exercer le moindre contrôle sur l’exhibition de leur propre corps.

Aux USA, une organisation non religieuse toutefois fondée par les mormons, lutte contre l’industrie pornographique depuis 2009. Fight The New Drug , Combattons la nouvelle drogue, souhaite éduquer et sensibiliser le jeune public aux dérives et dangers de la pornographie. Ce site lève le voile sur certaines situations d’actrices, comme celle de cette jeune femme, victime de viols et de sévices lors d’un tournage.

« Je cherchais à établir un contact visuel avec le producteur pour le supplier d’arrêter… J’étais écœurée de voir qu’il prenait du plaisir en me voyant être abusée. »

Le viol de cette femme a été filmé et téléchargé sur le site pornographique le plus populaire au monde, la réduisant à l’état d’objet, impuissante et incapable d’exercer un contrôle sur son image.

L’ancienne actrice porno Shelley Lubben dénonce également le « Big ugly business » du porno sur son site. Les statistiques qu’elle avance pour la seule région de San Fernando Valley en Californie sont édifiantes.

« Environ 1500 acteurs travaillent dans l’industrie du porno à San Fernando Valley, Californie. Entre 2004 et 2013, 228 stars du porno que nous connaissons sont décédées prématurément du SIDA, par suicide, homicide ou consommation de drogues. Aucune autre industrie n’a ce genre de statistique. »

12 % des sites dans le monde seraient des sites pornographiques. 4,2 millions de sites et 72 millions de visiteurs à travers le monde constituent un marché extraordinaire pour cette industrie. En 2012, 30% du trafic internet était généré par la pornographie, avec 100 millions de pages consultées chaque jour .

Changeons d’attitude

Il est temps que l’Église change d’attitude face à la pornographie. Nous devrions être horrifiés que la sexualité, cette belle idée de Dieu conçue pour être le summum d’une relation amoureuse, ait été réduite et dégradée à l’état d’arme vil et souvent misogyne. Nous devrions être dévastés par les histoires de ces femmes qui sont loin d’être uniques.

Il y aurait encore tant à dire sur la façon dont la prévalence du porno dans la société remodèle les attentes des jeunes concernant le sexe. Ou encore sur les conclusions des recherches en neurosciences qui suggèrent l’effet dévastateur de la pornographie sur notre capacité à nouer des relations.

L’industrie du porno voit la criminalité augmenter dans ses rangs. Viols, sexisme, crimes organisés, trafics… Le porno représente un faisceau de problématiques tellement plus large que celle de l’utilisation individuelle des contenus pornographiques.

N’arrêtons pas de consommer du porno simplement par culpabilité. Arrêtons parce que cela ruine des vies autour de nous, et constitue une force de destruction dans nos sociétés.

Et ne nous contentons pas d’arrêter le porno. Combattons-le.

La rédaction

Source :  https://www.infochretienne.com/chretiens-devraient-arreter-de-regarder-porno-nest-pensez//  Christian Today 

 

SAINTE FAMILLE

Présentation de la Mère de Dieu au Temple

La présentation au Temple –

Une des plus belles icônes de la Mère de Dieu est celle de sa Présentation au Temple, le 21 novembre. Elle y apparaît petite enfant vierge, celle qui sera la Génitrice de Dieu quand viendra l’heure et le jour de l’Annonciation, descente vertigineuse de l’Esprit en son corps immaculé, conception selon la chair du Fils unique et Verbe de Dieu. Sur l’icône et dans l’office liturgique, Marie est magnifiée comme le temple non fait de main humaine, accueilli dans le Temple par le prêtre Zacharie. La composition de l’icône ressemble beaucoup à celle de la sainte Rencontre, présentation du Christ lui-même en son temple et accueil par le vieillard Siméon.

Vrai papa et vraie maman

L’icône de la Présentation de la Mère de Dieu au Temple offre l’image de la famille biblique et chrétienne. Joachim et Anne sont les parents selon la chair de la jeune Marie. Une autre icône, celle de leur tendresse, est vénérée dans l’Église au moment de leur propre fête, le 9 septembre. La Tradition rend hommage dans l’une et l’autre icône à l’amour humain transfiguré, et à la fécondité. Celle-ci est à la fois l’accomplissement de la promesse divine – « vous croîtrez et vous multiplierez », Genèse 1, 28 – et la réalisation d’un miracle, Anne étant jusque-là stérile. Une famille croyante a cette conscience que l’enfant est donné par Dieu, et, pour cette raison, elle se présente devant son Seigneur, pour reconnaître l’origine divine de sa fécondité, et offrir à Dieu l’enfant qu’Il lui a confié.

Paternité et maternité spirituelles

C’est ici une véritable et sainte famille, consciente de ce que le Seigneur a fait et veut encore faire pour elle. Elle cultive l’action de grâce. Elle accompagne, sans le forcer, l’enfant dans son chemin de foi, en collaboration avec le prêtre et au milieu de la communauté de foi qui l’entoure – comme on le voit bien sur l’icône. Dans ce sens, les parents biologiques sont également des parents selon la foi, des père et mère spirituels. Autour de l’enfant, on voit toute une équipe en quelque sorte, au service de son bien, de son éducation – celle-ci étant conçue dans la relation avec Dieu. Dans cette famille la préoccupation pour l’enfant est principalement celle de son épanouissement en Dieu et, à terme, de son Salut. Et le milieu religieux – ici le Temple – est le lieu par excellence non seulement de l’éducation mais également de l’instruction. On voit en haut et à gauche, la petite enfant nourrie par les anges, ce qui veut dire instruite des voies de Dieu. Et l’on sait, par expérience familiale et paroissiale, que Marie, à trois ans, n’est pas spécialement précoce. À cet âge, nos enfants commencent à se confesser et on n’attend pas pour leur parler de Dieu, afin que leur vie ne soit pas privée de signification et de présence.

À mettre dans toutes les familles

L’icône de la Présentation de la Mère de Dieu au Temple pourrait être offerte à toutes nos familles comme guide de la vie conjugale et familiale, comme indication de la place exacte de l’enfant dans l’Église et dans la Société humaine, par rapport aux parents et aux proches, et dans la relation pastorale. Nos prêtres également peuvent apprendre de cette icône. Surtout pendant la période de l’Avent ou Carême de Noël, l’attention se tourne, dans la perspective du Dieu Enfant de Bethléem, vers la merveille qu’est l’enfant – chaque enfant. Tout est fait pour cultiver chez les enfants la lumineuse impatience de rencontrer le Créateur qui vient dans son monde. Ainsi, Marie enfant annonce Jésus enfant, et intercède pour tous les enfants du monde.

Le Père nous envoie le Verbe de Vie qui nous vient par Marie et le St Esprit, s'incarne en elle pour devenir notre frère et, par Son Sacrifice, renouveler les fils et filles d'Adam...

Le Père nous envoie le Verbe de Vie qui nous vient par Marie et le St Esprit, s'incarne en elle pour devenir notre frère et, par Son Sacrifice, renouveler les fils et filles d'Adam...

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité ! 

 

 

Si vous n'êtes pas en famille, 

 

retrouvez-vous , en

 

communion avec les Chrétiens d'Orient,

 

avec  vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes

 

francophone de St Thomas (Mar Thoma)* en

 

France pour fêter Noël !

 

 

Si vous avez peu de moyens pour fêter

 

décemment Noël en famille, grâce au partage

 

c'est possible ! Venez fêter la Nativité au

 

Monastère en famille !

 

Nativity Icon2[1]-copie-1

 

(Pour ceux qui doivent loger, Inscriptions closes

le 20 Décembre)

 

Programme:

 

 

*Samedi 24 Décembre. Début des Fêtes de la Nativité de Notre-Seigneur
-18h, réveillon avec les fidèles familiers.
-22h30 Veillée de Noël (Plusieurs Baptêmes et Chrismations), Bénédiction du Feu nouveau et Procession de l’Enfant-Jésus à l’Eglise.Messe de minuit selon la Tradition locale.

 

 

*Dimanche 25, Nativité de Notre-Seigneur
Messe du jour à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

 

 

*Lundi 26 Décembre, Fête des « Félicitations à la Mère de Dieu »
Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30
 
VEILLEE POUR LA VIE dans la nuit du 26 au 27
 
*Mardi 27 Décembre, Fête des « Saints Innocents »
Messe en l’honneur pour les enfants à naître et les victimes de l’avortement à 10h30 , repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30
 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

 

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.41.20.16.86).

 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,21-24.

À l’heure même, Jésus exulta de joie sous l’action de l’Esprit Saint, et il dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.
Tout m’a été remis par mon Père. Personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père ; et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »
Puis il se tourna vers ses disciples et leur dit en particulier : « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !
Car, je vous le déclare : beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous-mêmes voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas

entendu. »

La vie est une chance, saisis-la
La vie est beauté, admire-la. 
La vie est béatitude, savoure-la. 
La vie est un rêve, fais-en une réalité. 
La vie est un défi, fais-lui face. 
La vie est un devoir, accomplis-le. 
La vie est un jeu, joue-le. 
La vie est précieuse, prends-en soin.
La vie est une richesse, conserve-la.
La vie est amour, jouis-en. 
La vie est un mystère, perce-le. 
La vie est promesse, remplis-la. 
La vie est tristesse, surmonte-la. 
La vie est un hymne, chante-le. 
La vie est un combat, accepte-le. 
La vie est une tragédie, prends-la à bras-le-corps. 
La vie est une aventure, ose-la. 
La vie est bonheur, mérite-le. 
La vie est la vie, défends-la. 

 

Mère Teresa

Repost 0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 06:35

 

“Wherever God is — there is peace. And the opposite is self-evident: where there is envy, enmity, impatience, self-love — there is the devil. Wherever the devil is — there, everything is ruinous, proud and hostile.”
(
 St. Anatoly of Optina )

Lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 3,17-21.4,1-3.

Frères, soyez mes imitateurs, et observez ceux qui se conduisent d'après l'exemple que vous avez en nous. 
Car il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix du Christ : je vous en ai souvent parlé, et j'en parle maintenant encore avec larmes. 
Leur fin, c'est la perdition, eux qui font leur dieu de leur ventre, et mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, n'ayant de goût que pour les choses de la terre. 
Pour nous, notre cité est dans les cieux, d'où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, 
qui transformera notre corps si misérable, en le rendant semblable à son corps glorieux, par sa vertu puissante qui lui assujettit toutes choses. 
C'est pourquoi, mes chers et bien-aimés frères, ma joie et ma couronne, tenez ainsi ferme dans le Seigneur, mes bien-aimés. 
J'exhorte Evodie et j'invite Syntychè à être en bonne intelligence dans le Seigneur. 
Et toi aussi, mon fidèle compagnon, je te prie de leur venir en aide, elles qui ont combattu pour l'Evangile avec moi, avec Clément, et mes autres collaborateurs dont les noms sont dans le livre de vie. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 16,13-19.

En ce temps-là, Jésus vint aux environs de Césarée de Philippe, et il interrogeait ses disciples disant : "Quel est celui que les hommes disent être le Fils de l'homme ?" 
Ils dirent : " Les uns Jean le Baptiste, d'autres Élie, d'autres Jérémie ou l'un des prophètes. " 
Il leur dit : " Et vous, qui dites-vous que je suis ? " 
Simon Pierre, prenant la parole, dit : " Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant. " 
Jésus lui répondit : " Tu es heureux, Simon Bar-Jona, car ce n'est pas la chair et le sang qui te l'ont révélé, mais mon Père qui est dans les cieux. 
Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l'enfer ne prévaudront point contre elle. 
Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux : tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. " 
 

«Les tribulations du monde sont remplies de souffrance et vidées de récompenses; mais celles qu'on endure pour Dieu sont adoucies par l'espérance»

(Saint Ephrem).

Afficher l'image d'origine

Par Saint Ephrem,

in Prières des premiers chrétiens par A. Hamman O.F.M., Librairie Arthème Fayard, Paris, 1951.)

« Seigneur Jésus-Christ, roi des rois,

qui as puissance sur la vie et sur la mort ; tu connais ce qui est secret et caché, ni nos pensées ni nos sentiments ne sont voilés pour toi. Guéris mes menées, j'ai fait le mal en ta présence. Voici que ma vie décline de jour en jour, et mes péchés ne font que croître. Ô Seigneur, Dieu des esprits et des corps, tu connais l'extrême fragilité de mon âme et de ma chair. Accorde-moi, Seigneur, la force dans ma faiblesse, et soutiens-moi dans ma misère. Tu sais que j'ai été pour beaucoup un sujet d'étonnement, tu es mon puissant soutien. Donne-moi une âme reconnaissante ; que sans cesse je me souvienne de tes bienfaits, Seigneur plein de bonté. Ne garde pas la mémoire de mes nombreux péchés, mais pardonne toutes mes forfaitures. Seigneur, ne dédaigne pas ma prière - une prière de misérable - conserve-moi ta grâce jusqu'à la fin ; qu'elle me garde comme par le passé. C'est elle qui m'a enseigné la sagesse : bienheureux ceux qui empruntent ses chemins, car ils recevront la couronne de gloire. Seigneur, je te loue et te glorifie, malgré mon indignité, parce que ta miséricorde à mon égard n'a pas eu de borne. Tu as été pour moi aide et protection. Que le nom de ta majesté soit loué à jamais ! A toi, ô notre Dieu, la gloire ! »

"Partout où est Dieu – là se trouve la paix.

Et l'inverse coule de source :

partout où il y a l'envie, l'hostilité, l'impatience, l'amour-propre - il y a le diable.

Partout où le diable est - là, tout est ruineux, orgueilleux et hostile."


(saint Anatole d'Optina)

 

Ö Marie, vous êtes clémente envers les misérables, bonne envers ceux qui vous prient, douce envers ceux qui vous aiment. Vous êtes clémente envers les pénitents, bonne envers ceux qui font du progrès, douce envers ceux qui sont arrivés à la perfection. Vous montrez votre clémence en nous préservant des châtiments, votre bonté en nous dispensant les grâces, votre douceur en vous donnant à ceux qui vous cherchent.

 

« Toi, tu étais plus intime que l’intime de moi-même, et plus élevé que les cimes de moi-même. »
(St Augustin, Confessions, III, 6, 11)



« L'oraison de recueillement nous fait chercher Dieu au centre de notre âme.

Où pourrions-nous le trouver plus intimement pour établir nos relations surnaturelles avec lui, qu'en ces profondeurs de nous-mêmes où Il communique sa vie divine, faisant de chacun de nous personnellement son enfant ? Ce Dieu présent et agissant en moi est véritablement mon Père, car Il m'engendre sans cesse par la diffusion de sa vie ; je puis l'étreindre moi-même d'une étreinte filiale en ces régions où il se donne. Mon Seigneur et mon Dieu réside véritablement en moi, et lorsque mon âme sera libérée de la prison du corps, et assez purifiée pour recevoir le lumen gloriae qui est la puissance de voir Dieu comme Il est, elle le découvrira la pénétrant, l'enveloppant, en ces régions intimes où elle le cherche maintenant avec la foi. Le ciel vit tout entier dans mon âme. En me faisant tenir compagnie à la Trinité sainte qui y habite, l'oraison de recueillement est plus qu'une préparation à la vie céleste, elle en est l'exercice réel sous le voile de la foi. »

Père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus O.C.D. (1894-1967) qui vient d'être béatifié par l'Eglise Romaine-catholique*. Il fut le fondateur de l'Institut "NOTRE-DAME DE VIE" , ses reliques peuvent être vénérées à VENASQUE. Méditation tirée de  "Je veux voir Dieu" (Deuxième Partie, Chapitre IV, C), Éditions du Carmel, Tarascon, 1949.
*le Père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus a été béatifié le 19 novembre dernier

soleil_nuages_bleu_1a.jpg

Chers amis. Aloho m'barekh

 

De retour d'une visite pastorale en Guadeloupe à l'occasion du centenaire de Yolande, Maman de Mme Marceline Maricel, je trouvais un courriel de Son Eminence Mor Melethius m'annonçant qu'en raison d'un devoir urgent l'appelant auprès de nos communautés Orthodoxes vivant aux "Emirats Arabes", il devrait prendre un vol pour Dubai dès le 7 Décembre. 

La prochaine visite pastorale et fraternelle de Son Eminence Mor Melethius, Métropolite de l'Eglise Syrienne Orthodoxe Malankare(Notre Eglise-mère), l'un des deux Archevêques accompagnateurs fraternels de notre jeune Eglise locale et missionnaire Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma s'en trouve donc un peu écourtée.

Il sera finalement parmi nous du 25 Novembre au 7 Décembre.

En fonction de ces nouvelles données, seule la partie concernant la région "Nord-Ouest" du programme initial est maintenu.

Le programme concernant la région "Sud-Ouest"(Charente, Dordogne, Pyrénées) est supprimé

En conséquence, la permanence pastorale et la Messe de Nantes le 8 Décembre sont rétablies.

 

Vous pouvez rejoindre ce périple à l’une ou l’autre étape en vous inscrivant au Monastère (Voir en fin de document).

Les fidèles et amis répartis sur tout le territoire Français sont tous invités à rejoindre le Monastère pour la Célébration du Dimanche 4 Décembre, présidée par Son Eminence Mor Melethius.

Il s’agit du Grand Pèlerinage de Décembre à Notre-Dame de Miséricorde et aux Saints du Kerala.

Les fidèles de Région parisienne sont invités à accueillir l'archevêque à son arrivée, l'accompagner lors de son départ.

En outre, au lendemain de ce Weekend important en France, nous rendons-grâces à Dieu et continuons de confier l'avenir de notre pays au Christ Roi de France et de l'Univers, le Prince de la Paix...

Que Marie, toute donnée à Dieu nous conduise à Celui qui, devant Pilate, l'admet: "Tu l'as dit: "Je suis Roi, je suis venu pour rendre témoignage à la vérité...Celui qui appartient à la vérité entend ma voix" !

"Aujourd’hui c’est le prélude de la bienveillance de Dieu et déjà s’annonce le salut du genre humain.

Dans le Temple de Dieu la Vierge est présentée pour annoncer à tous les hommes la venue du Christ. En son honneur, nous aussi à pleine voix chantons-lui :

-« Réjouis-toi, ô Vierge en qui se réalise le plan du Créateur. » 

"Celui qui appartient à la vérité entend ma voix", vivons ce temps dans l'Espérance et prions...

Votre fidèlement dans l'amour de Notre-Dame qui présente la France à son Divin Fils et nous conduit peu à peu à renouer avec Celui qui en est Roi.

 

En vous souhaitant à tous et chacun un heureux temps de l'Annonciation et une heureuse et joyeuse montée vers la Nativité, je vous assure de mes prières ferventes et me recommande aux vôtres.

Votre fidèlement dans le Christ, Notre-Seigneur.

 

+Mor Philipose-Mariam,métropolite, Brévilly ce 21.XI.2016.

SAINT(S) DU JOUR:

SAINT CLÉMENT Ier
Pape et Martyr 
(† 100)

Afficher l'image d'origine

    Saint Clément était né à Rome. Riche, instruit, ardent à chercher la vérité, il trouva dans la religion chrétienne la satisfaction entière des exigences de sa raison et des aspirations de son âme. Non seulement il se fit chrétien, mais il seconda les apôtres dans la prédication de l'Évangile ; et saint Paul, dans son épître aux Philippiens, rappelant les travaux de Clément, assure que son nom est écrit au Livre de vie. Cet attachement de Clément aux apôtres, ce zèle qu'il montra pour la foi, l'ont fait appeler par les Pères homme apostolique. 



    Élevé à l'épiscopat par saint Pierre, il devait être son troisième successeur, vers l'an 91. Il vit la chute et la mort de Néron, ainsi que la prise et la ruine de Jérusalem. Sous l'empereur Vespasien, Clément fut conduit au tribunal du préfet, qui demeura émerveillé de la sagesse de ses réponses ; mais la volonté de l'empereur était nette : « Que Clément sacrifie aux dieux ou soit exilé en Chersonèse ! » Quelle ne fut pas la joie du saint exilé, de trouver dans ce lointain pays deux mille chrétiens ! La consolation de ces chrétiens fut indicible : « Dieu, leur dit l'humble pontife, m'a fait une grâce dont je n'étais pas digne, en m'envoyant au milieu de vous partager vos couronnes. » 

Afficher l'image d'origine

    Les généreux confesseurs de la foi, au milieu de leurs rudes travaux, étaient souvent privés d'eau et devaient aller la chercher à une très forte distance. Plein de confiance en Dieu, Clément dit aux chrétiens : « Prions le Seigneur, qui a fait jaillir l'eau d'un rocher du désert ; il nous viendra en aide. » Il se mit donc en prière, et bientôt, levant les yeux, il aperçut sur la colline un agneau blanc comme la neige, qui de son pied droit indiquait une source d'eau vive jaillissant soudain. À partir de ce jour, les martyrs eurent de l'eau en abondance. La nouvelle de ce miracle fit une grande impression dans tout le pays, les conversions se multiplièrent, des églises se bâtirent, et quelques années plus tard le paganisme était complètement détruit. 



    Saint Clément nous a laissé dans ses lettres le plus charmant tableau de ses missions apostoliques. Ce fut seulement sous Trajan, après plus de vingt ans d'exil, que le saint Pape, devenu très suspect à cause de son zèle et de ses succès, fut jeté à la mer, une ancre au cou. Les chrétiens priaient sur la plage. La mer se retira, chose inouïe, d'une lieue et demi, et le corps du martyr parut à découvert, dans une chapelle de marbre construite par les anges. Les marins ont pris saint Clément pour patron.

Afficher l'image d'origine

Un autre Saint Clément,

premier évêque de Metz (3°s)

Tropaire ton 8

Tu vins de la Ville Eternelle dans les Gaules,*
Et tu donnas la Lumière de l'Evangile*
Aux païens qui vivaient en la ville de Metz,*
Chassant de la cité l'idolâtrie funeste.*
Ô saint Clément, toi qui es proche du Seigneur,*
Prie-Le de nous accorder Sa miséricorde!

 

L’Eglise de Metz fut fondée aux alentours de 280 par saint Clément, venu de Rome par la grande voie marchande qui, de Lyon, menait en Germanie. La première communauté chrétienne se réunissait dans l’amphithéâtre romain abandonné, où fut aménagé un oratoire dédié à saint Pierre. Les premiers évêques de Metz furent ensevelis dans un cimetière situé près de l’amphithéâtre, en dehors de la ville, au Sablon. On y érigea une basilique qui prit plus tard le nom de Saint-Clément et fut à l’origine d’une abbaye. En 1552, celle-ci fut entièrement détruite et transférée à l’intérieur de la ville. Transférées à la cathédrale, en 1090, par l’évêque Hérimann, les reliques de saint Clément furent dispersées au temps de la Révolution.

Un dragon vivait dans des ruines aux portes de la ville. Il planait sur la ville de Metz comme un oiseau de malheur, semant l’épouvante et la terreur, choisissant ses proies parmi les habitants qui n’avaient pas eu le temps de courir à l’abri à son approche. Rien ne l’effrayait, sauf l’eau dont il ne s’approchait jamais. Graoully était le nom donné à ce monstre, nom qui vient de l’allemand « graulich » : macabre. Il avait l’allure d’un dragon, avec une tête et de petites pattes. Son corps était couvert d’écailles brillantes et tranchantes qu’aucune arme ne pouvait percer, et ses ailes étaient assez immenses pour lui permettre de se déplacer dans les airs bien mieux que sur terre. Mais un jour, Saint-Clément décida de prendre le problème à bras-le-corps. 
Alors qu’il prêchait contre les croyances païennes du Nord de la Gaule sur la place publique, un légionnaire le mit au défi : « puisque tu peux faire des miracles, alors débarrasse-nous du Graoully ! ». En effet, Saint Clément avait plusieurs miracles à son actif, dont la résurrection de la fille d’un gouverneur romain.
Il se rendit dans le ruines sans craindre tous les autres reptiles qui vivaient là. Lorsque le Graoully s’apprête à fondre sur lui, le saint l’arrête d’un regard et d’un geste de la main. Le monstre hésite, c’est la seconde qu’il faut à Saint Clément pour défaire sa toge de dessus sa tunique, et la serrer autour du cou de la bête. Les pattes trop courtes du Graoully l’empêchent de déchirer le vêtement. Mis à terre et privé de ses défenses, il est à la merci de Clément, qui le traîna jusqu’à la Seille et l’y noya. Revenu en ville, les habitants de Metz lui firent un triomphe. La ville prospéra, et plus jamais on ne vit de monstre à Metz. Depuis ce jour, chaque année les Messins commémorent la mort du Graoully en défilant dans la rue et en promenant une effigie du monstre à laquelle ils crient insultes et quolibets vengeurs.

 

 

 

 

Saint Colomban, abbé de Luxeuil

Tropaire ton 8

Tu vins depuis l'Irlande jusque dans les Gaules,*
Et tu évangélisas les peuples païens.*
Tu as fondé le monastère sacré de Luxeuil,*
Et celui de Bobbio d'où tu allas vers Dieu.*
Père saint Colomban, perle du monachisme.*
Prie le Seigneur d'avoir grande mercy de nous!

 

 

Récemment convertie au christianisme par Saint Patrick et ses disciples, l'Irlande connue au 6e siècle une floraison abondante de sainteté: les moines se réunissaient par milliers pour s'offrir au Martyre volontaire de l'ascèse dans des grands regroupements monastiques semblables aux vastes concentrations de moines d'Egypte, de Syrie et de Palestine. Leur amour ardent de Dieu lié à un caractère fougueux leur faisait accomplir d'extraordinaires exploits dans la mortification, mais attirait aussi sur eux la grâce de Dieu et le pouvoir d'accomplir des miracles. Ces moines intrépides formaient le coeur de l'Eglise d'Irlande et contribuèrent grandement à la diffusion et à l'approfondissement de la vie chrétienne dans tout l'Occident d'alors. Parmi eux, la figure la plus attachante est certainement celle de Saint Colomban, l'infatigable zélateur des commandements de Dieu.

Né vers 540 dans la province de Leinster, Colomban fut élevé dans l'étude des sciences profanes, fort en honneur parmi les Chrétiens irlandais, et montra de grandes capacités. Mais, tourmenté par les ardeurs de la volupté et comprenant la vanité des espoirs terrestres, il alla se mettre sous la conduite d'un Saint vieillard, Sinell, disciple de saint Finnian, qui l'initia à la connaissance des Saintes Ecritures et à la vie ascétique. Il devint moine ensuite à Bangor, la plus célèbre abbaye d'Irlande, qui comprenait près de trois cents moines, et compléta sa formation monastique sous la conduite de Saint Comgal. Vers 590, Colomban ressentit en lui, comme nombre de ses compagnons d'ascèse, un appel particulier de Dieu à quitter sa patrie et les siens pour se soumettre à un exil volontaire et servir à l'évangélisation des peuples étrangers. Il s'embarqua donc pour la Gaule avec douze disciples, comme le Christ, et, guidé par la Providence, partit proclamer l'Evangile et la voie du repentir.

Averti de sa renommée, le roi de Burgondie, Gontran, l'invita dans les Vosges et lui offrit un terrain désert, où fut fondé le Monastère d'Annegray. Les vertus de Colomban attirèrent bientôt autour de lui un grand nombre de disciples, qui voulaient eux aussi travailler à leur salut par les rudes travaux de l'ascèse. Il fut donc contraint de fonder à proximité un second monastère, Luxeuil, puis, un peu plus tard un troisième, Fontaine. Le Saint se trouvait à la tête de plusieurs centaines de moines. Fixé à Luxeuil, il supervisait ses trois communautés en s'appuyant sur l'autorité d'un prévôt dans chacune d'elle; mais par sa prière, il était le père de chaque moine et son intercesseur auprès de Dieu. Comme dans les laures orientales, l'organisation du monastère restait souple et soumise au caractère charismatique de la paternité spirituelle. On insistait fort sur l'ascèse corporelle, les jeûnes sévères, les fustigations et les séjours dans l'eau glacée pour soumettre le tempérament ardent des moines. Mais le monastère n'était pas seulement un lieu de combats violents contre les passions, il était aussi une image anticipée du ciel, et les moines, semblables aux Anges, y célébraient une louange perpétuelle du Seigneur de Gloire. Colomban avait organisé la vie des ses trois communautés de manière à ce que les moines célèbrent sans cesse, nuit et jour, l'Office Divin, en se relayant par groupes (Laus perennis)1. On observait ainsi à la lettre la recommandation de l'Apôtre: «Priez sans cesse!» (I Thes. 5:17).

Au bout de vingt ans cependant, Colomban fut chassé de Luxeuil sur l'ordre du roi Thierry, sollicité par sa grand-mère Brunehaut, dont il avait condamné énergiquement les déréglements moraux. Il fut conduit jusqu'à Nantes pour prendre la route de l'Irlande, mais, par la volonté de Dieu, le navire sur lequel il s'était embarqué fut repoussé vers la côté. Le Saint moine rentra donc en France et poursuivit sa sainte pérégrination, en marquant de son influence de nombreuses fondations monastiques. Il prit ensuite le chemin de Rome par la Germanie et prêcha l'Evangile aux peuples barbares qui habitaient sur les rives du lac de Constance. Il continuait aussi d'instruire ses disciples de Luxeuil et d'ailleurs par ses écrits; mais, poursuivi par la rancune de Thierry, il dut reprendre son périple vers l'Italie et s'établit en 612 au Monastère de Bobbio dans l'Apennin, où il s'illustra dans ses combats contre l'arianisme jusqu'à son bienheureux trépas, en 615.

1. Cet usage se trouvait aussi au fameux Monastère des Acémètes à Constantinople (voir vie de St Marcel l'Acémète, 29 décembre); et connu une grande diffusion dans de nombreux monastères d'Occident au Moyen-Age.

(Le Synaxaire * Vie des Saints de l'Eglise orthodoxe* par le hiéromoine Macaire de Simonos Pétra »

 

 Pour approfondir, vous lire la Catéchèse du Pape de Rme Benoît XVI sur le sujet :

>>>  Saint Colomban

 

CHAPELLE SAINT-COLOMBAN 
- 70310 Sainte-Marie-en-Chanois
La chapelle Saint-Colomban a été érigée à côté de la grotte dans laquelle Saint Colomban aimait à se retirer, lorsque sa communauté s'installa à Annegray. Beaucoup de légendes entourent ce lieu...
On raconte en effet que cette grotte était la tanière d'un ours, qui a cécé sa place au moine irlandais. Celui-ci n'avait pas d'eau dans son refuge, c'est donc un autre moine qui lui en amenait. Mais ce travail était difficile... Un jour que le moine se plaignait, Saint Colomban lui demanda de creuser à côté de la grotte : de l'eau se mit alors à jaillir. Cette source miraculeuse existe toujours.
Dans la chapelle, à côté de l'autel, se trouve un lit de pierre : ce serait celui dans lequel Saint-Colomban se reposait.
La grotte, la chapelle et la source sont aujourd'hui un lieu de pélerinage. Ce site offre par ailleurs un beau point de vue sur la vallée du Breuchin.(Source: FB du Père Duloisy)

 

 

Saint Amphiloque, évêque d'Iconium

Bien qu'on ait mis en terre son humble défroque, 
vivant après la mort, par son œuvre Amphiloque 
effiloche la trame ourdie par l'ennemi. 
Dans la paix, le vingt-trois, le Saint s'est endormi. . 
Par ses prières, Christ notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Tropaire, t. 4

Dieu de nos Pères, / dont la clémence agit toujours envers nous, / n'éloigne pas de nous ta miséricorde, / mais par leurs supplications / gouverne notre vie dans la paix.

Kondakion, t. 2

Tonnerre divin, trompette de l'Esprit, / planteur de la foi et cognée abattant les hérésies, / Amphiloque, pontife bienheureux, / sublime serviteur de la sainte Trinité, / toi qui vis avec les Anges pour toujours, / ne cesse pas d'intercéder pour nous tous.

Ikos

Le très-sage Pontife inspiré par l'Esprit saint / a protégé l'Eglise du Christ; / et grâce à la puissance qui l'animait / cet illustre maître, ce docteur de la foi, / après la lecture complète des Ecritures sacrées / chassa Eunome avec le signe de la précieuse et vivifiante Croix / et prêcha clairement la foi du Christ; / sans cesse il intercède pour nous tous auprès de lui.

Exapostilaire (t. 3)

Vénérable Pontife, Pasteur théophore, / brebis véritable du Pasteur et de l'Agneau, / bienheureux Amphiloque, intercéde / pour nous qui célébrons ta mémoire sacrée, / afin que nous échappions d'âme et de corps aux dangers. 
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/…/stsnovem…/nov23.html

 

 

Saint Alexandre de la Neva

Tropaire ton 4

Tel le précieux rejeton d’une pieuse racine, bienheureux Alexandre, le Christ te manifesta comme un trésor divin de la terre de Russie, un nouveau thaumaturge, très glorieux et agréable à Dieu. Assemblés pour célébrer en ce jour ta mémoire avec foi et amour, par les psaumes et les chants, nous glorifions avec joie le Seigneur qui t’a donné la grâce des guérisons. Aussi prie-Le de sauver cette cité, que le pays des tiens soit agréable à Dieu, et que les fils de la Russie soient sauvés.

Kondakion ton 8

Nous te vénérons comme une étoile étincelante, qui se leva en orient et parvint en occident, enrichissant tout ce pays par des miracles et par la bonté, illuminant ceux qui vénèrent ta mémoire avec foi, bienheureux Alexandre. Aussi nous, ton peuple, fêtons en ce jour ta dormition ; prie afin que ta patrie soit sauvée ainsi que tous ceux qui accourent à tes reliques et qui t’acclament : réjouis-toi soutien de notre cité !
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/…/stsno…/nov23bis.html

 

  

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 
 Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

Dictature LGBT

Plusieurs maires ont interdit la campagne de propagande sodomite lancée par le ministère de la « Santé ».

Marisol Touraine annonce qu’elle saisit la justice. Non pas contre les concepteurs des affiches, mais contre les maires. Pour « homophobie ».

Intéressant. On va voir si la dictature LGBT est, ou non, sans limites.

Addendum

De son côté, l’association des Juristes Pour l'Enfance a déposé ce jour une plainte devant le Jury de déontologie publicitaire :

Sous couvert de lutte contre le SIDA, le ministère de la Santé par le biais de cette campagne d’affichage ne fait rien moins qu’inciter, promouvoir et banaliser sur la voie publique des comportements sexuels dits à risques (multiplication de partenaires, qui plus est, exclusivement masculins).

(Source: http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2016/11/22/dictature-lgbt-5877892.html )

Venue du patriarche Cyrille de

Moscou en France

patriarche_cyrille

 

Selon nos informations, la venue du patriarche Cyrille de Moscou en France se précise en confirmant le calendrier qui avait été avancé il y a quelques temps, à savoir le 4 décembre pour le nouveau centre russe orthodoxe du quai Branly à Paris.

Un récent entretien avec le patriarche Cyrille a été publié en français sur le site de RT. Il y évoque les persécutions contre les chrétiens, la laïcité, le sécularisation de la société occidentale, le nouveau président des États-Unis.

Source: Orthodoxie.com

Le Christ déclaré Roi et Seigneur de Pologne

Christ roi de Pologne

Source: FAMILLE CHRETIENNE | 22/11/2016 | Numéro 2028 Dans le cadre du 1050e anniversaire du baptême de la Pologne, les évêques polonais ont proclamé solennellement le 19 novembre dans toutes les églises du pays « l’Acte d’accueil du Christ comme Roi et Seigneur de Pologne » :

« Nous nous tenons devant vous, avec nos autorités, le clergé et le laïcat, pour reconnaître votre règne, nous soumettre à votre loi, vous consacrer notre patrie et tout notre peuple. »

Au sanctuaire de la Miséricorde divine à Cracovie, des milliers de personnes ont assisté à la messe, célébrée en présence du président de la République de Pologne et du Premier ministre.

_____________________________

 

Jésus déclaré Roi de Pologne devant le Président Andrzej Duda

 

Les éditeurs polonais peuvent dès maintenant commencer le travail de révision et d’impression des manuels d’histoire. Stanisław Poniatowski (1732-1798) n’est plus le « dernier roi de Pologne ». 

Samedi matin à Lagiewniki, la foule s’est réunie pour saluer son nouveau monarque. Accompagné du président Andrzej Duda, de sa mère et de plusieurs dignitaires, des milliers de pèlerins ont afflu&eac