Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 09:18

Afficher l'image d'origine

L’image contient peut-être : 1 personne

L’image contient peut-être : 2 personnes

Forgive them that trespass against you with joy, as a good son rejoices when he has a chance of fulfilling the will of his beloved father.
(St John of Kronstadt, My Life in Christ)

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 8,35-39.

Frères, qui nous séparera de l'amour du Christ ? L'affliction ? l'angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le péril ? l'épée ? 
Selon qu'il est écrit : " A cause de toi, tout le jour nous sommes livrés à la mort, et on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. " 
Mais dans toutes ces épreuves nous sommes plus que vainqueurs, par celui qui nous a aimés. 
Car j'ai l'assurance que ni la mort, ni la vie, ni le anges, ni les principautés, ni les choses présentes, ni les choses à venir, ni les puissances, 
ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu dans le Christ Jésus Notre-Seigneur. 

 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 12,24-26.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de froment tombé en terre ne meurt pas, il demeure seul ; 
Mais s'il meurt, il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie, la perdra ; et celui qui hait sa vie en ce monde, la conservera pour la vie éternelle. 
Si quelqu'un veut être mon serviteur, qu'il me suive, et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, mon Père l'honorera. 

 


Aucun texte alternatif disponible.


Par Théodore de Mopsueste

(?-428), évêque Syro-oriental de Mopsueste en Cilicie et théologien 
Commentaire de l'évangile de Jean ; CSCO 116, p. 171s (trad. Orval rev.) 

 

Chemin de croix, chemin de gloire

 

« Voici venue l'heure où le Fils de l'homme doit être glorifié » (Jn 12,23)… Après avoir annoncé sa glorification étonnante, qui semblait incompatible avec sa Passion, Jésus ajoute : « En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt pas, il reste seul ; s'il meurt, il porte beaucoup de fruit » (v. 24). « Que ma mort ne vous trouble donc pas. Le grain de blé est seul avant de tomber en terre, mais une fois tombé et mort, il germe pour une grande gloire et porte le double de fruits ; il déploie ses richesses devant tous et montre l'éclat de sa beauté. Pensez qu'il en est de même de moi. Maintenant je suis seul et sans gloire, méconnu dans la foule obscure des autres hommes. Mais lorsque j'aurai subi les souffrances de la croix, je ressusciterai avec grande gloire. Alors je porterai de nombreux fruits »… 

Après ces prédictions à son propre sujet, Jésus exhorte ses disciples à l'imiter : « Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui cesse de s'y attacher en ce monde la gardera pour la vie éternelle » (v. 25). « Donc, non seulement ma Passion ne doit pas vous scandaliser…, mais vous devez être prêts vous aussi à subir les mêmes souffrances pour porter les mêmes fruits. » Il dit ensuite très simplement : « Si quelqu'un me sert, qu'il me suive. » « Si quelqu'un veut être mon serviteur, qu'il montre par ses actes qu'il veut marcher à ma suite. » « Là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu'un me sert, mon Père l'honorera » (v. 26). « Celui qui prend part à mes souffrances aura également part à ma gloire ; il sera avec moi éternellement dans le monde à venir et il partagera ma joie dans le Royaume des cieux. Voilà comment mon Père honorera ceux qui m'auront servi avec fidélité. »

 

 

« Le Saint-Esprit vient en nous lors du baptême et fait de nous Son sanctuaire. Or le Saint-Esprit ne demeure pas en nous de manière violente, mais conformément à notre volonté. Si nous péchons contre Lui, Il ne demeure plus en nous ; Satan prend Sa place et notre sanctuaire charnel devient une porcherie. »

 

Prologue d’Ohrid du saint évêque serbe Nicolas (Vélimirovitch, 1880-1956)
22 mai/4juin, homélie

Pardonnez avec joie à ceux qui vous offensent, de même qu'un bon fils se réjouit lorsqu'il a la possibilité d'accomplir la volonté de son père bien-aimé.
(Saint Jean de Kronstadt, ma vie en Christ)

SAINT(S) DU JOUR:

1er Février:

SAINT IGNACE
Patriarche d'Antioche,

martyr et Père de l'Église 
(† 107 ou 115)

Afficher l'image d'origine

        Certains auteurs assurent qu'Ignace fut ce petit enfant que Notre-Seigneur plaça au milieu des apôtres lorsque, pour leur donner une leçon d'humilité, Il leur dit : « Si vous ne devenez semblables à de petits enfants, vous n'entrerez jamais dans le royaume des Cieux ». Ce qui est certain, c'est qu'il était un familier des premiers disciples du Sauveur, disciple lui-même de saint Jean, l'apôtre bien-aimé. 

        Ignace fut un grand évêque, un homme d'une rare sainteté ; mais sa gloire est surtout son martyre. Conduit devant l'empereur Trajan, il subit un long interrogatoire : 

« C'est donc toi, vilain démon, qui insultes nos dieux? 
-- Nul autre que vous n'a jamais appelé Théophore un mauvais démon. 
-- Qu'entends-tu par ce mot Théophore ?  
-- Celui qui porte Jésus-Christ dans son cœur. 
-- Crois-tu donc que nous ne portons pas nos dieux dans notre cœur ? 
-- Vos dieux ! Ce ne sont que des démons ; il n'y a qu'un Dieu Créateur, un Jésus-Christ, Fils de Dieu, dont le règne est éternel. 
-- Sacrifie aux dieux, je te ferai pontife de Jupiter et père du Sénat. 
-- Tes honneurs ne sont rien pour un prêtre du Christ. » 
 
        Trajan, irrité, le fait conduire en prison. « Quel honneur pour moi, Seigneur, s'écrie le martyr, d'être mis dans les fers pour l'amour de Vous ! » et il présente ses mains aux chaînes en les baisant à genoux. 

Afficher l'image d'origine

        L'interrogatoire du lendemain se termina par ces belles paroles d'Ignace : « Je ne sacrifierai point ; je ne crains ni les tourments, ni la mort, parce que j'ai hâte d'aller à Dieu. » 

Afficher l'image d'origine

        Condamné aux bêtes, il fut conduit d'Antioche à Rome par Smyrne, Troade, Ostie. Son passage fut partout un triomphe ; il fit couler partout des larmes de douleur et d'admiration : 
« Je vais à la mort avec joie, pouvait-il dire. Laissez-moi servir de pâture aux lions et aux ours. Je suis le froment de Dieu ; il faut que je sois moulu sous leurs dents pour devenir un pain digne de Jésus-Christ. Rien ne me touche, tout m'est indifférent, hors l'espérance de posséder mon Dieu. Que le feu me réduise en cendres, que j'expire sur le gibet d'une mort infâme ; que sous la dent des tigres furieux et des lions affamés tout mon corps soit broyé ; que les démons se réunissent pour épuiser sur moi leur rage : je souffrirai tout avec joie, pourvu que je jouisse de Jésus-Christ. » 

        Saint Ignace, dévoré par un lion, répéta le nom de Jésus jusqu'au dernier soupir. Il ne resta de son corps que quelques os qui furent transportés à Antioche.

Afficher l'image d'origine

______________________________________

Saint Sigisbert, Roi des Francs

en Austrasie,

fils du Roi Dagobert 1er,

père de Saint Dagobert II

et patron de la ville de Nancy.

L’image contient peut-être : 1 personne, intérieur

Tropaire ton 4

Saint Sigisbert, tu as régné sur l'Austrasie,*
Protégeant la terre que Dieu t'avait donnée,*
Détestant la violence et aimant les gens humbles,*
Rendant la justice pour tous les démunis,*
Bâtissant des monastères sur ton royaume.*
Roi dévot, prie le Christ pour qu'Il sauve nos âmes!

Il gouverna ses Etats avec sagesse et les dota de nombreux monastères pour y faire rayonner la foi. Il fut inhumé dans l'église de Saint-Martin de Metz qu'il avait fondée.

Il est également considéré comme le fondateur des abbayes de Malmédy et Stavelot en Belgique sur des terrains cédés par saint Remacle.
Il mourut vers l’âge de vingt-huit ans, le 1er février 656. Ses reliques sont conservées à la cathédrale de Nancy.

http://orthodoxievco.net/…/vi…/synaxair/fevrier/sigebert.pdf

Séquence liturgique occidentale

1. Que sera ce fils de Lorraine ? 

Déjà dans les eaux du baptême 
Il reconnaît Dieu et l’adore, 
Il lui consacre sa parole.

2 Le saint prophète qui baptise 
Des eaux sacrées l’enfant royal 
Annonce la gloire céleste, 
Joyeux, aux hommes dans la peine. 

3 Ces paroles ne trompent pas ; 
Sur le trône de ses parents, 
Il siège, et la vertu l’assiste, 
S’étonnant d’habiter la Cour. 

4 L’honneur des lois et de l’autel 
Retrouve une nouvelle vie ; 
L’épidémie d’enfer s’enfuit, 
Et l’âge d’or descend du ciel.

5 Roi très bon, tu chéris la paix ! 
A voir mille de tes sujets 
Te dresser de sanglants lauriers, 
Tu préfères qu’un seul soit sauf.

6 Tu sais te vaincre toi-même, 
Tu réduis les fastes royaux, 
Tu domptes ta jeunesse ardente, 
Et cette victoire te plaît.

7 Roi saint, considère ton peuple 
Et, de ton trône dans le ciel, 
Réclame du Dieu tout-puissant 
Pour nous une égale victoire. Amen. Alléluia !

L’image contient peut-être : 2 personnes, intérieur

 

____________________________

Sainte Brigitte de Kildare

L’image contient peut-être : 1 personne

Tropaire t.1

Ô sainte Brigitte, tu es devenue sublime par ton humilité,/
et tu volas sur les ailes du désir de Dieu,/ 
quand tu arrivas dans la Ville éternelle 
et que tu apparus devant Ton Divin Epoux, / 
portant la couronne de la virginité, /
tu tins ta promesse / 
de te souvenir de ceux qui ont recours à toi. / 
Tu fais ruisseler la grâce sur le monde, et tu
multiplies les miracles. /
intercéde auprès du Christ notre Dieu, 
afin qu'Il sauve nos âmes.

Kondakion t.4

La Vierge Sainte Brigitte, emplie de la sagesse divine, / 
est allée avec joie le long de la voie de l'enfance évangélique, / 
et avec la grâce de Dieu / 
elle a atteint ainsi, le sommet de la vertu. / 
C'est pourquoi elle accorde maintenant des bénédictions
à ceux qui viennent à elle avec foi. / 
Ô Vierge sainte, intercède auprès du Christ notre Dieu / 
pour qu'Il ait pitié de nos âmes.

Issue d'une noble famille d'Irlande, qui avait été convertie par saint Patrick [fête le 17 mars], sainte Brigitte montra très tôt d'admirables dispositions pour la vertu. 
Quand elle eut atteint l'âge de seize ans, elle refusant tous les prétendants qu'attirait sa rare beauté et entra dans un monastère à quelques kilomètres de Dublin. 
Sept autres jeunes filles se placèrent aussitôt sous sa direction. et la communauté qu'elle fonda, autour d'un gros chêne grandit rapidement grâce à la renommée de la sainte abbesse constituant l'une des premières communautés féminines de l'Irlande. Ce monastère, nommé Kyldare, devint par la suite une cité épiscopale, et les disciples de sainte Brigitte allèrent fonder des couvents dans toute l'Irlande. 
Ses fondations l'obligeaient à faire de fréquents voyages et, partout où elle passait, des miracles s'accomplissaient. 
Parmi les nombreux récits qui lui sont consacrés, citons celui du Livre de Lismor : 
"Brigitte et certaines vierges allèrent avec elle recevoir le voile de l'évêque Mel à Telcha Mide. Il était heureux de les voir. Par humilité, Brigitte resta en arrière afin d'être la dernière à recevoir le voile. Une rose rouge tomba sur sa tête, du faîte du toit de l'église. L'évêque Mel dit alors : "Avance-toi, O sainte Brigitte, que je puisse orner ta tête du voile avant les autres vierges." Elle s'est alors avancée. Et par une grâce du Saint-Esprit, c'est le rituel d'ordination épiscopale qui a été lu sur elle! Macaille dit que l'ordination épiscopale ne devrait pas être donnée à une femme. L'évêque Mel répondit : "Je n'ai aucun pouvoir en la matière. C'est Dieu qui a conféré cette dignité à Brigitte, au devant de toute (autre) femme." C'est pourquoi depuis lors les hommes d'Irlande rendent les honneurs épiscopaux au successeur de Brigitte." 
Par le seul signe de la Croix, elle chassait les démons, guérissait les maladies des hommes et des animaux, convertissait les pécheurs, et sa présence inspirait à tout le peuple l'amour de Dieu. Tous les personnages marquants de son époque la connurent et lui témoignèrent leur admiration.
Après avoir prédit le jour de sa mort, elle s'endormit en paix, un 1er février (vers 524-528). Elle laissait à ses sœurs une règle monastique, résumant son enseignement. 
Elle est reconnue comme patronne de l'Irlande, avec saint Patrick, et y est vénérée comme la seconde sainte après la Mère de Dieu. 
Son culte s'est répandu dans toute l'Europe au cours du Moyen Âge et particulièrement en Bretagne, où on la nomme Brec'hed ou Berhet, et où de nombreuses chapelles lui sont dédiées comme à Locmariaquer, Noyalo, Merdrignac ou Trigavou.

http://www.diocesedegeneve.net/…/Fevri…/Ste.Brigitte_FRA.pdf

 

 

Aucun texte alternatif disponible.

Saint martyr Tryphon

L’image contient peut-être : 1 personne ( Et savez-vous pourquoi saint Tryphon est représenté avec un faucon?On ne voit cela que sur les icônes russes: parce qu'un jour, un fauconnier d'Ivan III ayant laissé échapper son faucon préféré se faisait énormément de souci à l'idée du châtiment qui l'attendait. Il pria son saint patron le martyr Tryphon et s'endormit sous un arbre. Il vit en rêve le saint à cheval qui lui rapportait l'oiseau, et s'éveillant, l'aperçut près de lui. En signe de reconnaissance, le fauconnier fit bâtir à cet endroit une très belle petite église en pierre qui existe encore, rue Trifonovskaïa, à Moscou. J'habitais à deux pas, et j'allais parfois lire l’acathiste et des diptyques avec le diacre qui s'en occupait. C'était un endroit miraculeux, comme un petit morceau de campagne russe en plein milieu de Moscou. Laurence Guillon  )

Tryphon, quel est ton sort? 
- Sous le tranchant du glaive je trouve la mort. 
Et le temps de ta fin? - C'est la nouvelle lune. 
En «Février» Tryphon est inscrit à la «une». 
Par ses saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen

Tropaire, t. 4

Ton Martyr, Seigneur, pour le combat qu'il a mené * a reçu de toi, notre Dieu, la couronne d'immortalité; * animé de ta force, il a terrassé les tyrans * et réduit à l'impuissance l'audace des démons; * par ses prières sauve nos âmes, ô Christ notre Dieu.

Kondakion, t. 8

Fortifié par la Trinité, tu fis disparaître le culte des dieux multiples, * glorieux Tryphon, vénérable dans le Seigneur; * ayant vaincu les tyrans grâce au Christ Sauveur, * tu as reçu la couronne des Témoins * et le pouvoir des guérisons, comme invincible martyr.

Ikos

L'assemblée des fidèles présente en ce jour * le festin sacré portant les signes de l'avant-fête: * le Seigneur porté sur les bras du saint vieillard * quarante jours après sa nativité virginale * et le mémorial de l'Athlète victorieux, * pour célébrer le triomphe de l'invincible martyr.

Exapostilaire, t. 3

Dans la merveilleuse et divine félicité * qui te comble, Bienheureux, * tu es devenu le compagnon des Anges saints, * toi qui faisais paître les oies dans les vallons * et de Dieu tu as reçu le pouvoir des guérisons, * mégalomartyr, saint Tryphon, * pour éloigner des hommes les faiblesses et les infirmités.

Ce glorieux Martyr du Christ était originaire de la ville de Lampsaque, en Phrygie (Asie Mineure). Ses parents, modestes mais pieux, lui inspirèrent dès son plus jeune âge l'amour des saintes vertus évangéliques, de sorte qu'il obtint très tôt de Dieu la grâce de guérir les hommes et les animaux de leurs maladies, et de chasser les esprits impurs, tout en restant dans l'humble condition de gardien d'oies. Au temps du règne de l'empereur Gordien (238-244), un démon furieux prit possession de la fille du souverain, sans que ni les médecins ni les mages ne puissent rien faire pour elle. Le démon s'écria un jour : « Seul Tryphon a la force de me déloger! » Gordien envoya aussitôt des émissaires dans tout l'Empire à la recherche de ce guérisseur. L'ayant trouvé en train de garder paisiblement ses oies, ils emmenèrent à Rome le jeune garçon de dix-sept ans. Dès son arrivée, Tryphon expulsa le démon par la puissance de sa prière, et le fit apparaître aux habitants de la ville sous la forme d'un chien noir et répugnant, afin qu'il confesse, qu'instrument de Satan, le père de tout mal, il n'avait, lui et les siens, aucun pouvoir contre les Chrétiens. L'empereur reconnaissant couvrit Tryphon de présents que le Saint distribua aux pauvres sur le chemin du retour vers sa patrie. Il reprit en paix ses activités, répandant autour de lui miracles et bénédictions divines, jusqu'au temps de la persécution de Dèce (250). Il fut alors dénoncé au préfet de l'Orient, Akylin, comme un dangereux promoteur du Christianisme. Il se livra de lui-même aux soldats qui avaient été envoyés pour l'arrêter, et se présenta radieux à Nicée, de vant le tribunal, méprisant avec assurance les flatteries du préfet comme ses menaces. Il fut d'abord attaché au poteau de torture et frappé pendant trois heures à coups d'épées de bois, qui servaient à l'exercice des soldats. Comme il semblait rester étranger à la souffrance, le tyran le fit ensuite attacher derrière son cheval et l'obligea à courir pieds nus sur les chemins rocailleux et verglacés. Puis, de retour à Nicée, comme il refusait d'adorer l'image de l'empereur, on lui planta des clous dans les pieds et on le traîna ainsi au milieu de la ville. Mais l'amour du Christ transformait les souffrances du jeune Martyr en de divines délices1 , et le spectacle de ces tortures ne faisait qu'attirer l'admiration de la foule. Les soldats s'acharnaient à lui déboîter les membres, à le frapper de verges et à lui brûler tout le corps avec des torches, mais le Saint endurait tout avec joie, en priant pour ses bourreaux. Et soudain, une couronne de fleurs, ornée de pierres précieuses, descendit du ciel pour se poser sur sa tête. Akylin, impuissant et ridicule, ordonna alors de le décapiter en-dehors de la ville. Mais, avant même que le bourreau n'abatte son glaive meurtrier, le Saint Martyr rendit son âme à Dieu. Les Chrétiens de Nicée se précipitèrent pour honorer sa précieuse dépouille, mais le Saint leur apparut pour leur révéler que sa place était dans sa patrie. C'est donc à Lampsaque qu'il fut enseveli et qu'il accomplit de nombreux Miracles au cours des siècles. Il est invoqué pour la protection des jardins et des cultures contre les sauterelles, les reptiles et toutes sortes d'autres bestioles nuisibles.

1. Tryphie signifie "délices".
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/…/stsfevri…/fev01.html Source:Père Duloisy sur Facebook.

 

2 FEVRIER:

PRESENTATION DE NOTRE-SEIGNEUR AU TEMPLE ET SAINTE RENCONTRE:

L’image contient peut-être : 5 personnes

Ce jeudi 2 février c'est la fête de la Présentation de Notre Seigneur au Temple & du vieillard St. Siméon  ( Mor Shem'un Sobo ), selon le calendrier liturgique de notre Tradition Syro-Orthodoxe.
La fête de la Pésentation (En
 Syriac ma'alto , "de l'entrée ), communément connue comme la fête du vieillard Siméon, commémore la présentation de notre Seigneur au temple 40 jours après sa naissance (Luke 2:22-39) conformément à la Loi des Juifs Loi (voir Lévitique 12:1-4).

 

Nous avons un service spécial pour la bénédiction des cierges  similaire à celui de la messe de la "Chandeleur" dans les églises occidentales, est effectué, après que chaque membre de la l'assemblée ait en main un cierge allumé symbolisant la lumière (c'est-à-dire le Christ) qu'a vu le vieillard Siméon .

En Orient, une coutume populaire veut que les fidèles utilisent de la suie de ces bougies pour la couleur de leurs paupières, bien que cela ne fasse pas partie de la liturgie.


Au cours de la liturgie, des bougies (De préférence de vraie cire d'abeilles) sont placées sur un plateau et recouvertes d'un mince voile blanc.

Le plateau est ensuite placé sur une table dans l'avant-choeur, sous le signe de l'Évangile.

À la fin de la quqalyon de la mère de Dieu, le célébrant porte une croix dans ses bras, à l'exemple de Siméon qui a reçu le Christ en ses bras, il  accomplit à ce moment là une procession à l'intérieur de l'église.

L’image contient peut-être : 1 personne

"Et maintenant, Seigneur, laisse Ton serviteur,
selon Ta parole, s’en aller en paix,
parce que mes yeux ont vu le salut qui vient de Toi,
que tu as préparé pour être mis devant tous les peuples,
Lumière qui doit se révéler aux nations,
et la gloire de Ton peuple Israël."

 

" Allons, nous aussi… à la rencontre du Christ et accueillons-le,

ornez votre chambre… et recevez le Christ Roi…

Et accueillez Marie la porte du ciel ".

Ces chants de la fête de la Présentation s’appliquent aussi à notre âme.

Chaque âme devrait être un Temple de Dieu, où Marie apporte Jésus.

Et chacun de nous, comme Siméon, devrait prendre l’enfant dans ses bras et dire au Père : " Mes yeux ont vu ton salut".

La prière de Siméon, " laisse ton serviteur s’en aller en paix ", ne signifie pas seulement que celui qui a vu Jésus et l’a tenu dans ses bras peut maintenant quitter cette vie, mourir en paix.

Elle signifie encore pour nous que, ayant vu et touché le Sauveur, nous sommes délivrés de la servitude du péché et nous pouvons nous éloigner en paix du royaume du mal.)

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Aucun texte alternatif disponible.

Les bras de Siméon portant le Christ Jésus 
semblent le sein du Père, où il siège là-sus. 
Dans le temple, le deux, Siméon le reçut. 
A notre Dieu gloire et puissance dans les siècles. Amen.

Tropaire, t. 1

Réjouis-toi, Pleine de grâce, Vierge Mère de Dieu, * car de toi s'est levé le Soleil de justice, * le Christ notre Dieu, illuminant ceux qui étaient dans les ténèbres. * Réjouis-toi aussi, juste vieillard Siméon, * car dans tes bras tu as porté le libérateur de nos âmes * qui nous permet de prendre part * à sa divine Résurrection.

Apostiche t.7

Sion orne ta chambre nuptiale et reçois le Christ-Roi. Accueille avec amour Marie qui est la Porte du ciel, car elle tient dans ses bras le Roi de Gloire, Celui qui la Lumière nouvelle. La Vierge s’arrête, présentant sin Fils engendré avant l’aurore. Siméon Le reçoit dans ses bras et annonce au peuple qu’Il est le Maître de la vie et de la mort et le Sauveur du monde.

Kondakion, t. 1

Seigneur qui par ta naissance as sanctifié le sein de la Vierge, * par ta Présentation tu as béni les mains de Siméon. * En venant à notre rencontre tu nous as sauvés, * ô Christ notre Dieu. * Donne en notre temps la paix à ton Eglise, * affermis nos pasteurs dans ton amour, * toi le seul ami des hommes.

Ikos

Accourons vers la Mère de Dieu * pour voir son Fils présenté à Siméon; * du haut du ciel, les Anges, le voyant, * ont manifesté leur surprise en disant: * Merveille, ce que nous voyons à présent, * ineffable, incompréhensible, sortant de l'ordre commun; * celui qui a créé jadis Adam * se laisse porter comme un enfant; * celui que nul espace ne peut contenir * trouve place dans les bras du Vieillard; * celui qui est dans le sein du Père, sans limites pour sa divinité, * accepte d'être limité par la chair, lui le seul ami des hommes.

Exapostilaire

Amené au Temple par l'Esprit, le vieillard Siméon a reçu * dans ses bras le Seigneur qui donne la loi; * Maintenant, s'exclame-t-il, laisse-moi m'en aller dans la paix, * me délivrant du lien qui me rattache à la chair, * car mes yeux ont contemplé la clarté qui se révèle aux nations * et le salut préparé pour Israël.

 

When the ever-virgin Mary's forty days of purification were passed, according to the Law of Moses she took her son Jesus to the Temple in Jerusalem, to dedicate him to God as her first-born son. At the temple the Lord's parents offered the sacrifice of a pair of doves (Luke 2:22-23), from which we learn that they were poor, since those who were able were required to offer a lamb. At the Temple, the Lord was met by Zacharias, father of St John the Baptist, and by the aged, righteous Symeon, who had awaited the salvation of God for many years. (Sts Symeon and Anna are commemorated tomorrow.) We are told that some Pharisees, seeing the child Jesus recognized as the Messiah of Israel, were enraged, and went to tell King Herod. Realizing that this must be the child of whom he had been warned, Herod immediately sent soldiers to kill Him. But the righteous Joseph, warned in dream, fled with the child and his wife, the most holy Theotokos, into Egypt, and they were preserved.

 

  The Feast of the Meeting of the Lord was observed in Jerusalem at least from the fourth century. Its observance was brought to Constantinople by the Emperor Justinian in 542. In the West it is called the Feast of the Purification of the Mother of God, or Candlemas Day.

 

 

Note sur la "Présentation du Seigneur au Temple"

« Chandeleur »

 

 

La fête de ce jour a un double objet, célébrer la purification de Marie et la présentation de Jésus au Temple selon la loi de Moïse. Cette loi fixait le temps où les mères devaient se présenter avec leurs nouveau-nés devant les autels, et elle exigeait une offrande pour le rachat des enfants mâles. Ni Marie, toute pure dans sa maternité, ni Jésus, Fils de Dieu, n'étaient obligés à cette cérémonie ; cependant par humilité, et pour donner aux hommes un éclatant exemple d'obéissance aux lois divines, Marie, accompagnée de Joseph et portant Jésus en ses bras, se rendit au Temple de Jérusalem.

 

La fête chrétienne qui nous conserve le souvenir de cette cérémonie porte, dans le langage populaire, le nom de la Chandeleur, à cause de la procession qui se fait ce jour-là dans nos églises avec des cierges allumés.

 

Les cierges symbolisent Notre-Seigneur Jésus-Christ, Lumière du monde ; la procession représente le passage de la sainte Famille dans le Temple et la rencontre des deux vieillards Siméon et Anne. Saint Anselme, développant ce mystère, nous dit qu'il y a trois choses à considérer dans le cierge : la cire, la mèche et la flamme. La cire, ouvrage de l'abeille virginale, est la chair du Christ ; la mèche, qui est intérieure, est son âme ; la flamme, qui brille en la partie supérieure est sa Divinité.

 

La procession de la Chandeleur nous apparaît comme la marche du peuple chrétien à la lumière du Christ, figuré par les cierges que portent le clergé, la portion choisie de l'Église, comme Jésus même était porté entre les bras de Marie, entre ceux du saint vieillard Siméon et du pontife qui l'offrit au Seigneur.

 

Les cierges de la Chandeleur sont bénits avec une solennité toute particulière et avec l'emploi des prières les plus touchantes. Conservés dans la maison des chrétiens, ils sont un gage de la protection divine. Il est dans l'esprit de l'Église d'allumer les cierges de la Chandeleur pour repousser les esprits de ténèbres, dans les dangers corporels et spirituels, au lit des mourants, pour éloigner d'eux l'ennemi des hommes, qui fait alors son suprême effort afin d'arracher les âmes à Dieu. C'est bien alors surtout, en effet, que l'homme a besoin du recours du Rédempteur, vraie lumière des âmes, pour illuminer les derniers instants de sa vie.

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes debout et texte

 

« Admirons dans le Saint Vieillard Siméon quelle fut sa foi

presentation_jesus_simeon.jpg

aux promesses de la loi et des Prophètes. Siméon attendait le Rédempteur promis. Il soupirait sans cesse après cet heureux moment qui devait faire le bonheur et la consolation du peuple de Dieu. Dans ce désir, dans cette attente du Messie, il vivait dans la justice, dans la crainte du Seigneur, et le Saint-Esprit était en lui... Si nous avions une vraie foi aux promesses de l’Évangile, si nous attendions véritablement les biens qui nous y sont promis, nous ne trouverions pas de difficulté à vivre dans la sainteté et à conserver l'Esprit saint dans nos cœurs ; mais une foi trop faible, une vie mondaine, lâche et dissipée nous prive des consolations de Dieu, éteint en nous l'espérance, et ne nous fait envisager l'autre vie et le second avènement de Jésus qu'avec frayeur.

Observons quelle fut la foi de Siméon à la révélation de l'Esprit saint. Cet Esprit de Dieu lui avait révélé qu'il ne mourrait point sans avoir vu le Messie ; il lui tardait que cet heureux moment arrivât ; cependant il ne devait voir Jésus que dans l'infirmité de sa chair mortelle, et il devait mourir bientôt après ; pour nous au contraire nous devons le voir après notre mort, dans la splendeur de sa gloire, lorsque toutes nos peines seront finies et qu'il ne nous restera plus qu'à régner éternellement avec lui ; cette pensée nous alarme, nous effraie. Esprit saint, venez dans mon cœur pour le détacher de tout ce qui est ici-bas et le faire soupirer après l'heureux moment de sa délivrance, et de son vrai bonheur.

Considérons combien grande fut la foi de Siméon à la présence de Jésus Sauveur. Conduit par l'Esprit de Dieu il vint au Temple lorsqu'on amenait ce Divin enfant pour le présenter au Seigneur. Il le vit, il le contempla, et intérieurement il l'adora. La cérémonie étant finie il ne put se contenir, il s'approcha de lui, le prit entre ses bras, le serra sur son cœur et fit éclater les transports de sa joie, de sa reconnaissance et de son amour... Si nous avions une foi vive, nous connaîtrions que nous avons le même Jésus dans le Sacrement de l'Eucharistie, et nous l'y recevrions dans les sentiments de Siméon. Mais, hélas ! n'est-ce pas souvent l'esprit de vanité, de curiosité ou d'intérêt, la coutume, le respect humain, ou quelque autre motif indigne et criminel qui nous conduisent à l'Autel et au Temple ! »

P. Bonaventure Girardeau (+1774), Évangile médité, et distribué pour tous les jours de l'année, suivant la concorde des quatre Évangélistes, Revu et corrigé par M. l'Abbé Duquesne, Nouvelle édition, Tome premier (XVe Méditation, Premier point), Paris, Amable Costes et Cie, 1823.

______________________

purification-3.jpg

« Remarquons dans Marie son obéissance. Elle obéit à une loi dont les termes dans leur sens propre semblent l'excepter formellement, puisqu'elle marque positivement : une femme qui aura conçu et enfanté suivant le cours ordinaire de la nature. Mais par amour pour la loi de Dieu, et pour éviter le scandale du peuple qui ignorait le grand mystère opéré en sa faveur, Marie ne fait point valoir ses privilèges, elle observe le précepte, elle en remplit toutes les ordonnances jusque dans le dernier détail. Est-ce avec cet amour, avec cette ferveur, avec cette ponctualité que nous obéissons à Dieu ? Hélas, ou nous transgressons formellement sa loi, ou nous ne l'observons qu'imparfaitement !

Considérons dans Marie son humilité. Elle sacrifie aux yeux des hommes la gloire de sa Virginité, dont elle avait été si jalouse aux yeux des Anges et devant Dieu. Elle se montre dans le premier parvis du Temple comme une femme immonde qui ne peut entrer dans le second avant d'avoir été purifiée. Cette Vierge sainte sait que Dieu connaît sa pureté, cela lui suffit ; elle est peu inquiète des jugements humains. Que nous sommes bien différents : peu inquiets d'être souillés aux yeux de Dieu, nous ne sommes attentifs qu'à paraître purs aux yeux des hommes !

Admirons dans Marie son esprit de pauvreté. Selon la loi, la Mère devait offrir un agneau et une tourterelle, ou, si sa situation ne lui permettait pas, elle devait présenter deux tourterelles, ou deux petits de colombes. Marie s'en tient à cette dernière disposition de la loi, qui était conforme à son état présent. Elle ne rougit point de paraître pauvre aux yeux du monde et dans la Maison du Seigneur. Hélas, n'est-ce pas souvent dans ce saint lieu où notre vanité veut paraître avec plus d'ostentation et de luxe ! »

P. Bonaventure Girardeau (+1774), Évangile médité, et distribué pour tous les jours de l'année, suivant la concorde des quatre Évangélistes, Revu et corrigé par M. l'Abbé Duquesne, Nouvelle édition, Tome premier (XIVe Méditation, Premier point), Paris, Amable Costes et Cie, 1823.
NB : Le plan et la matière de cet ouvrage appartiennent au P. Giraudeau, jésuite. Les infirmités de ce religieux ne lui ayant pas permis de les mettre en œuvre, M. l'Archevêque de Paris le confia à l'Abbé Duquesne qui employa plusieurs années à ce travail. [Quérard, II, 718]. La première version parut en 1773, éditée à Paris chez Charles-Pierre Berton, en 12 tomes.

Couverture

 

2 février de l'an 43 :

 

Première Divine Liturgie sur le sol des Gaules.


Selon l'Abbé Duhaut dans son ouvrage ''Marie protectrice de

 

la France'' (1906), Lazare, Marthe et Marie, Marie Jacobé,

 

Marie Salomé, Maximin et Sidoine, Sara et Marcelle, ayant

 

accosté sur les côtes de Provence (Tradition des Saintes-

 

Maries-de-la-mer), construisirent un modeste oratoire, qui

 

fut probablement le premier temple chrétien élevé sur la

 

terre des Gaules.


C'est là que le 2 février 43 fut célébrée la Divine Liturgie.

L’image contient peut-être : 2 personnes

L’image contient peut-être : 5 personnes

വി. സഭ നാളെ കർത്താവിന്റെ ദേവാലയ പ്രവേശന സ്മരണയിൽ മായൽത്തോ പെരുന്നാൾ ഭക്തി പുരസരം കൊണ്ടാടുന്നു കൂടാതെ വൃദ്ധനായ ശെമവോന്റെയും, മർത് ഹന്നയുടെയും ( വയോധിക ദിനം ) , മലങ്കര സഭയുടെ ഗാന്ധി എന്ന് പ്രശസ്തനായ ..തീണ്ടലും , തോടിലിന്റെയും , ഉച്ച നീച്ചത്വങ്ങളുടെയും കാലത്ത് സമൂഹത്തിലെ താഴ്ന്ന വിഭാഗത്തെയും , അശരണരുടെയും ഇടയിൽ ദൈവ ദൂതനെ പോലെ ചുരുളും , ചെങ്ങലയും, ഭക്ഷണവും , വസ്ത്രവുമായി നടന്നു കുടിലായ കുടിലെല്ലാം കയറി ഇറങ്ങി സമൂഹത്തിന്റെ മുഖ്യ ധാരയിലേക്ക് കൊണ്ടുവന്ന പാവങ്ങളുടെ അപ്പോസ്തോലാൻ പുണ്യശ്ലോകനായ പത്രോസ് മാർ ഒസ്താത്തിയോസ് തിരുമേനിയുടെ 49 മത് ഓർമ്മ പെരുന്നാളും വി. സഭ ഭക്തി ആദരവോടെ കൊണ്ടാടുന്നു ..പ്രധാന പെരുന്നാൾ അഭി. പിതാവ് അന്ത്യവിശ്രമം കൊള്ളുന്ന കണ്ടനാട് കർമ്മേൽ ദയറയിൽ അഭി. ഡോ യാക്കോബ് മാർ ഐറേനിയോസ് ,അഭി.ഡോ സഖറിയാസ് മാർ അപ്രേം എന്നി പിതാക്കന്മാരുടെ പ്രധാന കര്മികത്വതിലും കൊണ്ടാടുന്നു

L’image contient peut-être : 1 personne

Avec cette vidéo de l'un des deux Evêques Syriens encore détenus par les islamistes, vous aurez une idée, pour ceux qui n'y pourront être, de la Procession de demain à l'église et, surtout, vous n'oublierez-pas de prier pour leur libération... À la fin de la quqalyon de la mère de Dieu, le célébrant porte une croix dans ses bras, à l'exemple de Siméon qui a reçu le Christ en ses bras, il accomplit à ce moment là une procession à l'intérieur de l'église.

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

Afficher l'image d'origine

L’image contient peut-être : 2 personnes

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 
 
Afficher l'image d'origine  
Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

True Christianity – Be converted

We need to be converted to Christianity, to life in Christ. It doesn’t matter if you were born into a Christian family. It doesn’t matter if you attend Church services regularly. It doesn’t matter if you teach Sunday School. We can do all of these, and yet still not have begun to really be a Christian. Perhaps we did make a beginning, as a child, or a youth, and things have just started to get tough recently. Maybe our Christian faith doesn’t seem to make sense like it once did. Maybe we find our Christian faith challenged both by the people we spend time with now, and by the daily problems we face and Christianity, that Christianity we were taught, just doesn’t seem to solve or even address. Maybe we know that we are just going through the motions, trying to please our family and priests, and God.

We need to be converted. You need to be converted. But converted to the real and authentic and abundant life that Christ offers. Not a substitute religion. Not a counterfeit religion. Not a false religion.

If we haven’t experienced all that God wants for us, and if we haven’t yet been able to participate in the divine life that is offered to us in Christ, then we have never rejected God. We have never lost our faith. We have never grown cold and confused. The problem is that we have never been properly taught what Christianity means.

What does it mean to be converted? Well in some sense it means simply to turn around. It means realising that you are heading in the wrong direction and doing something about it. How do we know that we are going the wrong way? From the perspective of being and becoming a real Christian it seems to me that we can know that we are heading in the wrong direction if some of these characteristics are present in our life:-

  1. We have no sense of being close to God and he being close to us at all times
  2. We are struggling with habitual sins and attitudes that we have no strength to overcome
  3. There is no spiritual fruitfulness in our life at all
  4. We don’t see how Christianity is relevant to life in the 21st century
  5. We go through the motions of prayer and liturgy but have no sense God is there
  6. We are angry with God because he seems to have let us down
  7. We think that we have things sorted because we are religious
  8. We have been hurt by people in the Church and blame God

None of these mean that we are to be blamed for how we feel and where we find ourselves. That’s not the point of this post. We have to begin the journey of the rest of our life from the place where we are today. But we do need to realise that our present experience, if this is what it is like, is not what God desires for us, and not what authentic Christianity teaches and invites us to participate in.

If this is what our life is like then we need to be converted. We need to change our direction. Indeed, even if things are not like this, even if we have rich and transforming experience of God, we need to begin each day with an act of turning everything round to make God the object and focus of our life.

How do we begin? We begin by being honest. Honest about ourselves and about what we think of God. For many folk, the God they have been told they must worship and love is not a God that can be respected at all. If we have been taught that God is angry with us and wants to send us to Hell if we do anything to displease them, then how can we say that we love him? If we think that God is weighing up our good deeds against our bad deeds and will only allow us to enter Heaven if the good outweigh the bad, then how can we love him? If it seems that we can bargain with God, doing religious things in return for gifts and favours, then how can we say that we love him? We can fear such a God, and we can think that we might be able to manipulate such a God, but we cannot love him.

But this is not what the God of Christianity, of real and authentic Christianity, is like at all. If you have been taught any of these other religions then you have been misled and deceived. You certainly need to change your way of thinking, which is another meaning of conversion. What is needed is a dawning understanding of what God is really like.

In the first place, God created all things. We don’t need to be concerned about how in this post. But he made everything, and he made you. He created you to be uniquely the person you could be and become. Why would he go to so much trouble? It is because he wanted each of us, and you yourself, to enter into a relationship of life and love with him. You were created uniquely for a unique relationship with God and you are irreplaceable in God’s purposes and will. All that God created he said was good. And you are created good in God’s love, even though we have fallen into sin and error and weakness and failures of many kinds.

In the second place, even though we have made a mess of our lives and have fallen into sin, we believe absolutely and without any hesitation or exception, that it was because God loves the world that he sent the Word of God into the world as a man like us, except for sin. God became a man while remaining God because he loves us, because he loves you. And the Scriptures are clear, God shows how much he loves us, how much he loves you, because it is while we were sinners that Christ died for us, so that we might live. It is while we were sinners that he rose from death, so that we might rise with him. If God became man, and died and rose again, while we were sinners, then his love is not constrained by our sin. He loves us already without limit. He loves you without limit. The extent of God’s love for you is that he was willing to die in love for you.

And in the third place, in love for each of us, God desires that we enter into a living and life-giving relationship with him. Each of us. That transforms and heals us, that creates in us that person that God created us uniquely to be and which we cannot become apart from a relationship with God who made us in love for love. It is this relationship which brings about, by the grace of the indwelling Holy Spirit, fruitfulness in the spiritual life, peace and joy, strength to overcome even habitual sin, and an unceasing sense of the reality of God’s presence.

This is what the Christian life is really about. This is what it means to be authentically Christian. Everything else is fake and false, and a cheap counterfeit. It is worth spending our life seeking such an experience. Growth in the  Christian life does not come without much effort and commitment. But it does come if we enter into a true relationship of love with the God who loves us. If we are not experiencing such a life with God then we need to be converted. We need to change the direction we are heading in and turn back to God, perhaps turn to him for the first time.

Nor is this required of only a few, or those who feel far from God. On the contrary, each day and every day, all of us, if we are authentically Christian must turn again to God, and be converted, so that each day is spent in seeking God, and participating in his divine life and love, which is our salvation and the meaning of true Christianity.

(Source:http://www.stgeorgeministry.com/)

 

« N'est-il pas le charpentier, le fils de Marie ? »

Par Saint Athanase (295-373), évêque d'Alexandrie, docteur de l'Église 
Lettre à Épictète, 5-9 (trad. bréviaire, 1er janvier ; rev.) 

 

 

 

Le Verbe, la Parole éternelle de Dieu, « a pris en charge la descendance d'Abraham ; c'est pourquoi il devait se faire en tous points semblable à ses frères » (He 2,16-17) et prendre un corps pareil au nôtre. C'est pourquoi Marie est vraiment nécessaire pour qu'il prenne ce corps en elle et l'offre en notre faveur comme étant le sien... Gabriel le lui avait annoncé en termes soigneusement choisis. Il n'a pas dit, de façon banale : « Celui qui va naître en toi »... ; il a dit : « Celui qui va naître de toi »... 

Tout cela s'est fait ainsi pour que le Verbe, en assumant notre nature et en l'offrant en sacrifice, la fasse totalement sienne. Il a voulu nous revêtir ensuite de sa propre nature divine, ce qui permet à Saint Paul de dire : « Il faut que ce qui est périssable en nous devienne impérissable, que ce qui est mortel revête l'immortalité » (1Co 15,53). Cela ne s'est pas fait de façon simulée comme certains hérétiques l'ont imaginé : jamais de la vie ! Le Sauveur est devenu vraiment homme, et le salut de l'homme tout entier est venu de là... Notre salut n'est pas une apparence, il n'est pas pour le corps seul, mais pour l'homme tout entier, âme et corps, et ce salut est venu du Verbe lui-même. 

Ce qui est venu de Marie était donc humain par nature, selon les Écritures, et le corps du Seigneur était un vrai corps ; oui, un vrai corps, puisqu'il était identique au nôtre, car Marie est notre sœur, puisque nous descendons tous d'Adam.

LA PAIX DU COEUR

La paix du coeur

Dans la paix du cœur se dissipent les inquiétudes sur soi-même et tu vas jusqu’à découvrir à quel point tu te réalises dans une vie donnée…

Tu t’interroges : mais où est la source à laquelle puiser un tel élan ?

Elle est dans la mystérieuse présence d’un amour.

Le plus important pour toi est de découvrir que Dieu t’aime.

Là est la source. Et ton amour est présence et pardon.

Il t’aime, même si tu penses ne pas l’aimer.

Et viendra un jour où tu lui diras : je t’aime, peut-être pas comme je voudrais, mais je t’aime.

….Par son Esprit Saint, le Ressuscité traverse, pour le transfigurer, même le plus déconcertant en toi.

Les pessimismes que tu portes sur toi-même se dissolvent.

Fais la chasse aux impressions sombres que peut secréter l’imagination.

Et s’éclaire la paix du cœur.

Chante mon âme : je suis au Christ, je suis du Christ.

Imperceptible changement au-dedans, la transfiguration de l’être se poursuit au long de l’existence.

Elle donne de vivre dans le moment présent, elle fait de chaque jour un aujourd’hui de Dieu.

Déjà sur la terre, elle est le commencement de la Résurrection, le début d’une vie qui n’a pas de fin.

Pensais-tu qu’en toi le sable d’un désert avait recouvert l’amour ?

Des déserts intérieurs, il y en a.

Mais est-il nécessaire de s’y arrêter ?

Sur une terre aride fleurit l’amandier… Et s’il y avait moins de déserts qu’on le suppose.

Frère ROGER

(Extrait de la Lettre de Russie – Taizé, 1989), via le Blog de Seraphim)

OUI A LA VIE:

Quand l’humanité devient inhumaine

Quand l’humanité devient inhumaine

 

Article 214-1 Créé par Loi n°2004-800 du 6 août 2004 – art. 28 JORF 7 août 2004

« Le fait de mettre en œuvre une pratique eugénique tendant à l’organisation de la sélection des personnes est puni de trente ans de réclusion criminelle et de 7 500 000 euros d’amende ».

Il faut bien lire les mots de cette loi. Celle-ci en effet, a été transgressée allègrement par la loi Veil qui prévoit l’élimination par l’avortement, des enfants porteurs de maladies considérée comme graves ou incurables. C’est donc bien une sélection génétique des personnes, en l’occurrence d’enfants dans le sein de leur mère.

Puis est venue la procréation médicalement assistée appelée aussi « les bébés éprouvettes ». La fécondation in vitro permettait d’examiner les embryons en  prélèvent une seule cellule. Conjointement était surveillé le développement de cet embryon avant de l’implanter chez la mère. Tout embryon estimé mal venu était mis à l’évier comme probablement la nature l’aurait fait.

Mais l’amélioration de la technique de la fécondation in vitro (PMA)  a comme corollaire la possibilité d’étudier le génome et l’ADN de l’embryon ; tout simplement en en prélevant une cellule. Ceci étant initialement effectué quand dans une famille des étaient enfants porteurs d’une maladie génétique transmissible comme la myopathie ou la mucoviscidose. Il s’agissait donc bien d’effectuer une recherche  aboutissant à une « sélection » de type eugénique théoriquement réprimée par la loi.

Mais l’homme dans la perspective, hédoniste, matérialiste et consumériste de la société n’est plus qu’un produit. S’il n’est plus utile ou constitue une charge pour la société, il doit disparaître : c’est l’euthanasie et aussi une proposition de loi de novembre 2016 prévoyant un véritable tri des embryons avant leur implantation chez la femme.

Qui soutient le plus cette proposition ? c’est Frydman, qui pratiqua le premier accouchement d’une enfant par procréation assistée, la fameuse Amandine. Pour lui, il faut généraliser la procréation médicalement assistée à tous les couples qui le demandent, les lesbiennes, les femmes isolées en mal d’enfant, les célibataires. Il vient d’ailleurs d’écrire un livre défendant cette thèse. René Frydman est d’origine juive et il sait très bien que les nazis voulaient effectivement épurer la race en éliminant les handicapés. Or il donne des raisons dont la plus percutante est la suivante : si on élimine les embryons malades ou porteurs de maladies futures, il n’y aura pas besoin de pratiquer ultérieurement un avortement. À terme le droit à la différence n’existera plus : l’humanité sera véritablement normalisée par ce tri embryonnaire. Tel est leMeilleur des Mondes d’Aldous Huxley : celle d’hommes standardisés, rationalisés, uniformisés par les critères de rentabilité définis par la société. L’horreur absolue prônée aussi par Attali.

Le professeur Arnold Munnich, généticien a été conseiller à la présidence de la République de 0207 à 2012. Pour lui,  le respect de la Vie dès son commencement est le seul moyen de bloquer la barbarie qui s’installe en se débarrassant des plus faibles. Il prend une comparaison. Notre vie est un comme un livre : ce n’est pas la quantité de pages qui comptent mais ce qu’il y a dedans. Étant généticien et proche de ses malades il nous donne ce message : « Les parents et les fratries d’enfants atteints de maladies génétiques, toutes catégories socio-professionnelles confondues nous disent tous : pour eux l’enfant différend est une richesse, une leçon de courage, un trésor d’humanité et un supplément d’âme ».(Fig. 03/07/201). C’est sans nul doute que ce Jésus a voulu dire par ses paroles : « Aimez-vous les uns les autres » et que l’Eglise appelle la charité : l’aide au plus petit, au plus démuni et aux plus pauvres.

Frydman s’il était né entre 1936 et 1945 ne serait sans doute pas de ce monde parce que les nazis considéraient les Juifs comme« différents ». Il ne serait pas là pour nous dire que la destruction d’embryon éviterait des prises en charge couteuses pour la Sécurité Sociale. Pour nous dire que l’avenir de la société est dans l’uniformité d’où naquit l’ennui. Le monde de Frydman est celui du vide, de l’ennui. Sans doute celui de l’enfer.

Source: MPI, Article du Docteur Jean-Pierre Dickès

L’image contient peut-être : 1 personne

 

Pour circuler dans Paris, Lyon et Grenoble les jours de pollution, les automobilistes doivent désormais acquérir une vignette dite antipollution « Crit’Air ». C’est ce que l’on appelle la circulation différenciée : les voitures supposées peu polluantes peuvent circuler, les autres, notamment les voitures anciennes, sont interdites de circulation.

Une mesure anti-sociale, puisque les conducteurs les moins riches n’ont pas toujours les moyens de s’acheter un véhicule neuf et moins polluant : ils sont désormais interdits de circulation les jours de pollution ! Ces « sans dents » ne bénéficieront plus non plus de la gratuité des transports.

 

SOURCE

Chants de la Liturgie de la Sainte Rencontre

Aucun texte alternatif disponible.

*Tropaire(n°14) et chant de bénédiction des cierges dans le rite occidental(n°13) 
(http://richard.serene.free.fr/sonotheque.htm)
N°14 : Salut ! (Réjouis-toi) Pleine de grâce, Mère pure de Dieu et Vierge.* De toi a resplendi le Soleil de justice,* Christ notre Dieu, illuminant ceux qui sont dans les ténèbres.* Et toi, juste vieillard, sois dans la joie,* car tu as reçu dans tes bras le Libérateur de nos âmes,* Celui qui nous donne la Résurrection.

L’image contient peut-être : 1 personne, bougies

N°13 :

Refrain:

Lumière qui doit se révéler aux nations et gloire de ton peuple Israël !

Lumen ad revelationem gentium,
et gloriam plebis tuæ Israel


Et maintenant, Seigneur, laisse ton serviteur, selon ta parole, s’en aller en paix

Lumière qui doit se révéler aux nations et gloire de ton peuple Israël !
Parce que mes yeux ont vu le Salut qui vient de Toi

Lumière qui doit se révéler aux nations et gloire de ton peuple Israël !
Que Tu as préparé pour être mis à la face de tous les peuples.

Lumière qui doit se révéler aux nations et gloire de ton peuple Israël !
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit

Lumière qui doit se révéler aux nations et gloire de ton peuple Israël !
Comme il était au commencement et maintenant...
Lumière qui doit se révéler aux nations et gloire de ton peuple Israël !

 

France : la croissance n'atteint que 1,1% en 2016, décevant les attentes du gouvernement

Le PIB français a progressé de 1,1% en 2016 en raison d'un accroissement de la consommation des ménages et des investissements privés. Le gouvernement s'est félicité de ce chiffre pourtant inférieur à ses prévisions et à celui de l'année 2015 (1,2%).

La croissance du PIB a atteint 1,1% en France en 2016, après avoir accéléré au quatrième trimestre où elle s'est établie à 0,4%, a annoncé mardi 31 janvier l'Insee. Ce chiffre est nettement inférieur aux prévisions du gouvernement, qui tablait sur une progression de 1,4% du PIB sur l'ensemble de l'année. En 2015, la croissance s'était établie à 1,2%.

Pour autant, le ministre de l'Economie et des Finances Michel Sapin a estimé que ce chiffre témoignait d'une activité «dynamique» et qu'il «aura permis de faire reculer le chômage».

«C'est le signe d'une reprise qui s'installe durablement», a-t-il ajouté.

Investissement des entreprises et consommation des ménages en hausse

Dans le détail, les dépenses de consommation des ménages, qui contribuent traditionnellement à la solidité de l'activité, ont augmenté de 1,8% l'an dernier, après 1,4% en 2015. L'investissement des entreprises, autre moteur indispensable à une reprise durable de l'activité, a pour sa part progressé de 4,3%, soit deux fois plus que l'année précédente (+2%).

Au cours du seul mois de décembre 2016, néanmoins, la consommation des ménages a reculé de 0,8%.

source

LE RELATIVISME EST UN POISON

Il peut nous être utile,  dixit ALETEIA, de se remémorer la sagesse du Pape Benoît XVI. Lors d’un entretien avec le journaliste Peter Seewald, Benoît XVI a prononcé une phrase aujourd’hui emblématique de notre époque : la dictature du relativisme.

Peter Seewald : dans son roman futuriste Le Meilleur des Mondes, l’auteur britannique Aldous Huxley prédisait en 1932, que la falsification serait l’élément fondamental de la modernité. Dans une réalité fictive, la vérité est fausse, voire même absente, alors rien de l’analyse finale ne compte réellement. Il n’y a pas de vérité, pas de point de vue. En fait, aujourd’hui, la vérité est considérée comme un concept bien trop subjectif pour être un standard universel valide. La distinction entre véritable et faux semble avoir été abolie. Tout est, dans une certaine mesure, négociable. Est-ce là le relativisme dont vous nous avertissiez si urgemment ?
Benoît XVI : Il est évident que le concept de vérité est devenu suspect. C’est un concept dont nous avons bien trop abusé. L’intolérance et la cruauté sont apparues au nom de la vérité. C’est pour cette raison que les gens ont peur lorsqu’ils entendent des propos tels que « c’est la vérité », ou bien « je détiens la vérité. » Nous ne la détenons jamais. Au mieux, c’est elle qui nous détient. Personne ne contestera qu’il faut être prudent lorsque l’on revendique la vérité. Mais la rejeter complètement en la déclarant inaccessible peut être destructeur.

Une grande partie des philosophies modernes consistent à dire que l’homme n’est pas capable de vérité. Mais dans ce cas, l’homme ne serait pas capable de valeurs éthiques non plus. Alors il n’aurait aucun standard. Il n’aurait donc qu’à organiser les choses au mieux, pour lui même, et l’opinion de la majorité serait le seul critère valable. Cependant, l’Histoire a maintes fois démontré à quel point l’opinion de la majorité pouvait être dangereuse, comme par exemple les régimes nazis et marxistes, qui s’opposaient à la vérité.

Lors de l’ouverture du conclave en 2005, vous avez déclaré dans votre homélie que « nous mettons en place une dictature du relativisme, qui ne reconnaît rien comme définitif et dont les standards ultimes sont simplement l’égo et les désirs de chacun. »
C’est pour cette raison que nous devons avoir le courage de dire  : oui, l’homme doit chercher la vérité, car il en est capable. Il va s’en dire que la vérité nécessite des critères de vérification et falsification. Elle doit toujours être accompagnée de tolérance. Mais la vérité nous souligne aussi les valeurs constantes qui font de l’humain un être exceptionnel. C’est pourquoi l’humilité de reconnaître la vérité et de l’accepter comme standard doit être apprise et pratiquée de nouveau.
La vérité règne, non grâce à la violence mais grâce à son propre pouvoir. C’est le thème central des Évangiles de Jean : devant Pilate, Jésus professe être la Vérité lui-même et témoin de la Vérité. Il ne la défend pas avec des légions, mais la rend visible grâce à sa Passion et par la même parvient à la faire régner.

Voici les propos de l’homélie du Cardinal Ratzinger lors du conclave de 2005 :

Tout les êtres humains désirent laisser une trace durable. Mais qu’est-ce qui résiste au temps ? Pas l’argent. Pas même les immeubles, ni les livres. Après un certain temps, plus ou moins court, tout disparaît. La seule chose qui ne disparaît jamais est l’âme humaine, la personne humaine créée par Dieu, pour l’éternité.

Le fruit qui perdure est le résultat de tout ce que nous avons semés dans les âmes humaines : l’amour, la connaissance, un geste capable de réchauffer les coeurs, des mots qui ouvrent l’âme à la joie. Alors prions le Seigneur de nous aider à porter le fruit qui ne meurt jamais. C’est le seul moyen pour que la terre se transforme d’une vallée de larmes en un jardin de Dieu.(Source:ALETEIA)

HYMNE A LA TRINITE

L’image contient peut-être : 2 personnes

Hymne II (IV)

Source : Mr Luc Fritz, via "Religion Orthodoxe"

Synésius, écrivain et poète, est né en Lybie, à Cyrène, vers 370. Issu d’une famille d’aristocrates païens, grands propriétaires terriens, il poursuit des études supérieures à Alexandrie avant que d’être délégué, entre 399 et 402, auprès de l’empereur pour négocier une réduction d’impôts destinée à soulager la Pentapole soumise à de multiples invasions barbares. Il retourne ensuite à Cyrène où il épousera une chrétienne, sans aucun doute de haute condition sociale, car c’est Théophile, le patriarche d’Alexandrie, qui bénira cette union. Libéré de ses obligations officielles, Synésius consacre son temps à sa famille, à l’entretien de ses propriétés ainsi qu’à ses activités philosophiques et littéraires. En 404, Cyrène est victime de nouvelles incursions de pillards. Synésius organise la défense de la région qui retrouve la paix en 405. Cette proximité avec les siens lui vaudra d’être acclamé évêque après le décès de l’évêque de Ptolémaïs.

 

Cette élection le surprend et il tarde à l’accepter car il ne veut ni se séparer de son épouse, ni renoncer à ses convictions néoplatoniciennes. Il écrit une lettre ouverte à son frère : « Tu ne seras pas seul à lire cette lettre ; en te l’adressant, je veux surtout faire savoir à tous dans quelles dispositions je suis. Quoi qu’il arrive par la suite, on n’aura pas le droit de m’accuser, ni devant Dieu, ni devant les hommes, ni surtout devant le vénérable Théophile. En lui soumettant toutes mes pensées, je m’en remets à sa décision ; en quoi donc pourrais-je être coupable ? Or, Dieu lui-même et la loi m’ont donné une épouse de la main sacrée de Théophile. Je le déclare hautement, je ne veux point me séparer d’elle ; je ne veux point non plus m’approcher d’elle furtivement, comme un adultère ; car, de ses deux actes, l’un répugne à la piété, l’autre est une violation de la règle. […] Enfin, il est un point sur lequel […] je dois insister, un peu plus ; car, à côté de cette difficulté, toutes les autres ne sont rien. Il est malaisé, pour ne pas dire impossible, d’arracher à notre esprit les convictions que la science y a fait entrer. Or, tu sais que la philosophie repousse beaucoup de ces dogmes admis par le vulgaire. […] Cette résurrection, objet de la commune croyance, n’est pour moi qu’une allégorie sacrée et mystérieuse, et je suis loin de partager les opinions de la foule. […] Si je suis appelé à l’épiscopat, je n’irai point, j’en prend à témoin Dieu et les hommes, prêcher des dogmes auxquels je ne croirai point. Dieu est la vérité même et je ne veux pas l’offenser. Mes doctrines sont le seul point où je ne pourrai me faire violence. […] Jamais je ne consentirai à dissimuler mes convictions ; ma langue ne sera pas en désaccord avec ma conscience. » Théophile d’Alexandrie fit confiance à cet esprit droit et l’ordonna évêque au cours de l’an 410.

L’oeuvre chrétienne de Synésius se compose de deux discours, d’homélies et de neuf hymnes dont la thématique trinitaire combat une résurgence de la pensée eunoméenne. Il y présente une pneumatologie singulière où l’Esprit Saint intervient dans la génération du Fils. Il est la volonté du Père par laquelle celui-ci enfante le Fils.

Hymne II (IV)

C'est toi qu’à l’aurore : 


c’est toi qu’à la montée, c’est toi qu’au milieu et c’est toi qu’au déclin du jour sacré et de la nuit divine, c’est toi que je chante, ô Père, médecin des âmes, médecin des corps, toi qui dispenses la divine sagesse, toi qui écartes 
toutes les maladies, et qui donnes aux âmes 
une existence sereine que ne traverse pas 
l’inquiétude terrestre, mère des douleurs, 
mère des passions ! 


Fais que ma vie soit toujours exempte de tous ces tourments, 
afin que je puisse célébrer par des hymnes la racine cachée 
de toutes choses, et que jamais mon âme 
ne soit entraînée par des égarements 
qui l’éloignent de Dieu. 
C’est toi, ô Bienheureux, c’est toi que je chante !

Que la terre se taise au moment de mes hymnes, 
et que se tienne en silence sacré à l’heure de tes louanges, 
tout ce que comprend le monde universel, car tout en lui, ô Père, a été fait par toi ! 


Que s’apaisent donc le sifflement des vents, le murmure des arbres, la rumeur des oiseaux. Que l’éther immobile 
et que l’air immobile écoutent mes chants. Que les chutes d’eau s’arrêtent sans bruit en tombant sur terre, 
et que les perturbateurs des hymnes sacrés, ces Génies, à qui 
les cavernes sont chères et qui habitent au milieu ces tombeaux, soient éloignés de mes saintes prières. 


Mais que tous les bons et les heureux ministres du Père d’intelligence, ces Génies qui résident dans le haut et le bas 
des profondeurs du monde, bienveillamment s’informent 
de nos hymnes au Père, et bienveillamment fassent monter vers Lui mes supplications.

Monade des monades, père des pères, principes des principes, 
source des sources, racine des racines, bien des biens, 
astres des astres, monde des mondes, idée des idées, 
abîme de beauté, semence cachée, père des siècles, 
père des indicibles univers de l’esprit, d’où tu fais que s’échappe le souffle immortel qui, venant flotter 
sur les masses du corps suspend et suscite un second univers.

Je te chante, ô Bienheureux par le son de ma voix ; je te chante, ô Bienheureux, par mon silence aussi, car si tu entends 
le son de ma voix, tu entends aussi 
le silence de l’âme. 

Je chante en outre le Fils, le Premier-né et la prime lumière. Toi donc, illustre enfant, du Père ineffable, 
je te chante en mes hymnes, ô Bienheureux, 
conjointement avec le Père tout-puissant, 
et je chante aussi ce qu’après toi, le Père enfanta : 
cette Volonté féconde principe intermédiaire, 
cet Esprit-Saint centre du Père et centre aussi du Fils. 


Tu es la mère, tu es la fille, tu es la soeur, toi qui as délivré 
la racine cachée. Car, pour que le Père s’épanchât sur le Fils, 
cet épanchement même a su trouver son germe. 
Son fruit se situa, Dieu sorti de Dieu, au centre intermédiaire, 
et, par cet enfant et par le radieux épanchement du Père immortel, le Fils aussi a su trouver son germe.

Tu es l’unité, bien qu’étant trinité ; unité qui demeure 
et toujours trinité. Et cette division selon l’intelligence, 
possède indivisible ce qui est divisé. 


Le Fils, bien qu’il en sorte, réside dans le Père ; et, tout en dehors qu’il soit, il n’en régit pas moins tout ce qui est du Père, 
en faisant descendre dans les univers le bonheur de la Vie, 
d’où lui-même tire sa propre vie.

Verbe que je chante en même temps que le Père suprême, 
c’est la pensée du Père ineffable qui te donne le jour, 
et, une fois enfanté, tu es le Verbe de ton générateur. 
Le premier, tu t’es élancé de la racine première, 
ô toi qui es la racine de tout ce qui vient après 
ta radieuse naissance ! L’ineffable Monade, 
la semence de tout, t’a semé, toi qui es 
la semence de tout, et par toi la nature 
la plus haute, la médiane et l’extrême, 
jouissent des dons bienfaisants de 
Dieu le Père et d’une vie féconde. 


Par toi, la sphère qui ne vieillit point, imperturbablement 
déroule le cercle de sa révolution. 
C’est sous ta direction que par la violente rotation de la grande cavité du ciel, le chœur des septs planètes 
danse en sens inverse. 


Et, si les éclats, sans nombre des étoiles embellissent l’unique 
cavité du monde, c’est par ta volonté, ô très illustre Fils ! 
Tu circules, en effet, au sein du creux du ciel, et tu maintiens le cours indissoluble des siècles. 


Ce sont, ô Bienheureux, tes saintes lois qui, dans les flancs du ciel aux infinies profondeurs, conduisent le troupeau des astres éclatants. 
C’est toi qui, aux êtres qui résident aux cieux, toi qui, à ceux qui habitent les airs, toi qui, à ceux qui séjournent sur terre, 
toi qui, à ceux qui vivent sous la terre, c’est toi qui assignes 
leurs tâches respectives, et qui leur attribue la vie. 
Roi de l’Intelligence, c’est toi qui la dispenses aux dieux et à tous ceux des êtres mortels qui ont bu les ondées du destin de l’esprit. 
Tu donnes l’âme, à ceux dont la vie et dont l’activité de la pleine vigueur, dépendent de l’Âme. 


Les créatures même qui sont dénuées d’âme, se relient à ta chaîne ; et tout ce qui est privé de la vigueur de ton souffle, 
cueille aussi de ton sein la force qui le conserve, force que ta puissance leur transmet du sein de ton Père ineffable, 
la Monade cachée. C’est de là que s’échappe le ruisseau de vie 
et qu’il se répand, grâce à ta puissance, jusque sur la Terre, 
à travers les mondes sans bornes de l’esprit. 


Et c’est de là que reçoit la source descendante des biens, 
le monde visible : image apparente du monde intelligible. 
Ce monde visible a un second soleil : c’est le générateur de la lumière qui brille aussitôt après le soleil de l’esprit, 
et l’ordonnateur aux yeux éclatants de la matière qui naît 
et de celle qui meurt. 
Fils et sensible image du soleil de l’esprit, il octroie tous les biens qui naissent dans le monde.

Et cela arrive par ta volonté ô très illustre Fils ; et par la tienne aussi, ô Père inconcevable, ô Père inexprimable : 
inconcevable à l’esprit, inexprimable en paroles. 
Tu es, en effet, l’intelligence de toute intelligence, 
l’âme des âmes et la nature des natures.

Regarde, je fléchis le genou devant toi, et je tombe à terre, 
moi, ton serviteur et ton suppliant aux yeux aveuglés. 
O toi qui accordes la lumière de l’esprit, prends en pitié, 
ô Bienheureux, mon âme implorante ! 
Bannis les maladies, bannis les chagrins qui rongent les âmes. 
Bannis aussi ce Chien, cet infernal effronté, ce démon de la terre, loin de mon âme, loin de ma prière, loin de ma vie 
et loin de mes actes. 

Qu’il reste, ce Démon, extérieur à mon corps,extérieur à mon âme et extérieur à tout ce qui nous appartient. 
Qu’il me laisse en repos et qu’il fuie loin de moi, ce Démon de la matière, cette énergie des passions, qui barre, comme d’un mur, la route qui monte, et qui fait obstacle aux élans qui portent à la quête de Dieu.

Donne-moi pour ami, pour compagnon, ô Roi, l’Ange saint de la sainte énergie, l’Ange de la prière illuminée par Dieu, le cher dispensateur des nobles biens, le gardien de l’âme, le gardien de la vie, le surveillant des prières, le surveillant des actes ! 
Qu’il conserve mon corps pur des maladies ; qu’il garde mon esprit pur de toute tache, et qu’il apporte à mon âme 
l’oubli des passions, afin que, dans l’existence même 
que je mène sur cette terre, l’aile de mon âme soit 
sustentée par tes hymnes, et afin que je puisse, 
autant qu’il est possible, après le trépas 
et après les liens qui rivent à la terre, 
obtenir cette vie déliée de la matière, 
qui me fera monter jusqu’en tes résidences 
et au sein d’où s’échappe la source de mon âme.

Tends-moi la main ; rappelle à toi, ô Bienheureux, 
et sors de la matière une âme suppliante !

Source :

Mario MeunierHymnes de Synésius de Cyrène, Éditions du Bateau ivre, Paris 1947, p. 193-207.

INVITATION(S)

_____________

  
 
  

OUVERTURE DE LA CATHÉDRALE RUSSE DE LA SAINTE TRINITE AUX VISITEURS

J'invite nos fidèles de région parisienne à visiter ce haut lieu de spiritualité et de culture de l'Eglise Russe fort opportunément établie aujourd'hui à Paris.Ce pourrait-être l'occasion également d'une sortie communautaire ce lundi 6...

Ouverture de la cathédrale orthodoxe russe de la Sainte-Trinité à Paris   

 

OUVERTURE DE LA CATHÉDRALE RUSSE SAINTE TRINITE AUX VISITEURS

A compter du lundi 6 février, la cathédrale de la Sainte-Trinité sera ouverte aux visiteurs tous les jours.

Outre les horaires d'ouverture pendant les offices, la cathédrale sera accessible tous les jours de 15h00 à 19h00. Durant cette plage horaire, un prêtre francophone sera présent pour célébrer des offices privés (te-deum, requiem, etc...), pour confesser et pour échanger.

Il sera possible à toute heure d'organiser des visites groupées ou individuelles en réservant par avance à l'adresse mail suivante : visitecathedrale@gmail.com

Adresse mail de la cathédrale : cathedrale.russe@gmail.com



- ОТКРЫТИЕ СОБОРА ДЛЯ ПОСЕТИТЕЛЕЙ -

Начиная с понедельника 6 февраля, Свято-Троицкий кафедральный собор открывает двери своим посетителям в ежедневном режиме.

Помимо обычных запланированных богослужений, собор будет открыт ежедневно с 15:00 до 19:00, в это время в храме будет постоянно находиться священник, возможно будет совершить индивидуальные молитвословия (молебны, панихиды и пр.), исповедоваться, пообщаться со священником (все священники франкоязычные).

В любое время возможно организовать обзорные экскурсии для групп или индивидуально, предварительно записавшись по адресу: visitecathedrale@gmail.com

Электронный адрес собора: cathedrale.russe@gmail.com

____________

L’image contient peut-être : texte

Une journée pour les volontaires

Samedi 4 février, l'association organise une journée spéciale de formation pour tous ceux qui souhaitent partir en mission humanitaire au Proche-Orient et rejoindre nos équipes terrain.

Au Liban, en Jordanie, en Irak et en Syrie, les chrétiens d'Orient vous attendent. Préparez-vous à les rejoindre !

Nos intervenants répondront à toutes vos questions, inquiétudes, espérances...

Vous serez alors armés pour prendre LA décision et franchir le pas en tout connaissance de cause.

Envoyez-nous un mail pour vous inscrire: formationvolontaires@gmail.com

                                                     SOS Chrétiens d'Orient
 

____________

L’image contient peut-être : 2 personnes, texte

____________

LE COIN DU CATECHISME ET ...

DE LA TRANSMISSION FAMILIALE...

 


Théobule
  
 Jésus est le chemin, la vérité, la vie 
  
Théobule
 
Chers amis, 

Jésus marche sur les chemins de son pays mais c'est pour nous entrainer sur un autre chemin : celui de notre vie avec Lui. 

Jésus est le chemin, la vérité et la vie.

Tous ceux qui aiment la vérité et la vie sont aussi en route avec Jésus.

Frère Benoît (Des Frères Dominicains)
 
 
ThéobuleÀ toi la parole
Siméon, sur le chemin 

ThéobuleLa question de Théobule
Où habite Dieu ?
 
Théobule L'équipe de Théobule et les frères Dominicains de la province de France. 

Théobule, Couvent des Dominicains, 7 avenue Salomon 59000 Lille
theobule@retraitedanslaville.org
Théobule
ThéobuleThéobule

Alors que Jésus vient d’annoncer aux

disciples qu’il va partir, Thomas lui dit : 


« Seigneur, nous ne savons pas où vas-tu.

Comment pourrions-nous savoir le chemin ? »

 
Jésus lui répond :


« Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ;

 

personne ne va vers le Père sans passer par

moi. 


Jésus dit encore :


« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ;

mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et

chez lui nous ferons notre demeure.

(Évangile selon Saint Jean 14, 5-6;23)

PRESENTATION DE JESUS AU TEMPLE:

 
  Afficher l'image d'origine
 
*Jeudi 2 FEVRIER, Fête de la Purification de la Ste Vierge et Présentation de Jésus au Temple
10h30, Messe et bénédiction des cierges de la chandeleur...
Holy Mass this Wednesday. 
, Holy Mass at 10.30pm. We will celebrate the presentation of our Lord in the temple as it is written in Luke 2:22. God Bless.
*Vendredi 3, Fête de St Blaise, Messe et bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorge)

(PRESENTATION DE NOTRE-SEIGNEUR AU TEMPLE ET SAINTE RENCONTRE:

" Allons, nous aussi… à la rencontre du Christ et accueillons-le, ornez votre chambre… et recevez le Christ Roi…

Et accueillez Marie la porte du ciel ".

Ces chants de la fête de la Présentation s’appliquent aussi à notre âme.

Chaque âme devrait être un Temple de Dieu, où Marie apporte Jésus.

Et chacun de nous, comme Siméon, devrait prendre l’enfant dans ses bras et dire au Père : " Mes yeux ont vu ton salut".

La prière de Siméon, " laisse ton serviteur s’en aller en paix ", ne signifie pas seulement que celui qui a vu Jésus et l’a tenu dans ses bras peut maintenant quitter cette vie, mourir en paix.

Elle signifie encore pour nous que, ayant vu et touché le Sauveur, nous sommes délivrés de la servitude du péché et nous pouvons nous éloigner en paix du royaume du mal.)

Après la naissance de Jésus, ses parents partent à  Jérusalem  pour le présenter au Seigneur.

Selon la  coutume , ils doivent offrir au Seigneur un couple de tourterelles ou deux petites colombes.
Ce jour-là, poussé par l' Esprit Saint , Syméon un homme  juste  et religieux, vient au  temple  et voit entrer Joseph et Marie avec l'enfant Jésus.

Syméon prend l'enfant dans ses bras, et  bénit  Dieu en disant : 
« Maintenant, Seigneur, tu peux me laisser m'en aller dans la paix. Moi qui suis ton serviteur. Car mes yeux ont vu Celui qui vient nous sauver : Il est la lumière pour éclairer toutes les  nations , et il est la  gloire  d' Israë l, ton peuple. » 
Joseph et Marie s'étonnaient de tout ce qu'on disait de Jésus.


(Évangile selon saint Luc, chapitre 2, versets 22 à 32 )

LE PREMIER DIMANCHE DE
 
CHAQUE MOIS:
 
Pèlerinage au Monastère Syriaque en
 
l'honneur
 
de
 
 
N-D DE MISERICORDE
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
et Des Sts du Kerala:
 
Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)
St Gregoir de Jérusalem
Afficher l'image d'origine
St Abraham Koorilose Bava
Afficher l'image d'origine
St Gregorios de Parumala
 
 
10h30, Messe, repas fraternel, réception des fidèles..
______________________________________________

Paroisse NORD-OUEST et Nord-Est

(N-D de Miséricorde):
 

NORMANDIE :

  

CHANDAI (61):

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

DSC01238

(Fresque de la Mère de Dieu entourée des Apôtres, mur Est  du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01245-copie-2

(Fresque des Sts Pères Interieur droit du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01246-copie-1

(Fresque des Sts Pères Interieur gauche du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

 

Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

 

 

NANTES:

*Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

 

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces/St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
LE BOURG
16560 JAULDES.

Tel:05.45.37.35.13


* Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Très Sainte Trinité

Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN
*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530
 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 * Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

 

CAMEROUN:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDE,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain: 

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

PELERINAGE A LOURDES

 

 

 

DU 16 AU 19 FEVRIER 2017

 

Afficher l'image d'origine

Une fois de plus une petite portion des Chrétiens francophone

 

de St Thomas  se retrouvera à Lourdes pour un  Pèlerinage

 

Syro-Orthodoxe Francophone entre le 11 Février, anniversaire

 

de l'Apparition de la "belle dame"  à Bernadette (Devenue

 

depuis"Journée mondiale de prière pour les malades") et le 18,

 

fête de la Ste Bernadette.

 

Nous prierons pour tous ceux et celles qui

 

n'ont pu venir, nous prierons pour nos malades, la société

 

française elle aussi bien malade et la paix du monde bien

 

compromise...

 

Cliquez ici pour programme et inscriptions:

PÈLERINAGE A LOURDES DU 16 AU 19 FÉVRIER 2017, INSCRIVEZ-VOUS VITE !

PELERINAGE DU CENTENAIRE DE

 

L'APPARITION DE LA SAINTE

 

VIERGE A FATIMA

Afficher l'image d'origine

Prés-inscriptions:

 

Donnez-nous votre opinion:

 

Préférez-vous le mois de 

 

MAI ou 

 

D'OCTOBRE ?

Sanctuaires visités:

 

*Lourdes

 

*N-D de Garabandal

 

*Christ de Limpias

 

*N-D de l'Escorial

 

*N-D de Fatima

 

___________________________________

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

Cliquez sur ce lien:

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ...

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l'un ou l'autre Monastère d'une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

Note:
L'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise
Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité
des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien
et la paix du monde.
¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil
des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles ,
nous n'exigeons aucun fixe.
Les offrandes sont libres et non
obligatoires.
Toute offrande fait cependant l'objet d'une
déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre
revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.17.51.25.73).

 

Adresse du Monastère métropolitain ci-dessous :

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Présentation de Jésus au Temple / Mayaltho

Le 2 février, est célébré la Présentation de l’enfant Jésus au Temple. Si le 2 Février n’est pas chômé, on solennise le dimanche le plus près de la Fête . Cette Fête est aussi appelée "Jour de l'âge ancien".

Ce même jour: Fête de la Saint-Simon et Saint-Hanna.

Saint Qurbana

    • Actes 24:10-23 :
  • 10 Le gouverneur lui ayant fait signe de parler, Paul répliqua : « Sachant que, depuis des années, tu as cette nation sous ta juridiction, c’est avec confiance que je présente la défense de ma cause.
  • 11 Tu peux vérifier qu’il n’y a pas plus de douze jours que je suis monté à Jérusalem pour adorer.
  • 12 On ne m’a pas trouvé dans le Temple en train de discuter avec qui que ce soit, ni dans les synagogues ou en ville en train d’ameuter la foule,
  • 13 et ils ne peuvent alléguer aucun fait à l’appui de ce dont ils m’accusent maintenant.
  • 14 Mais je le déclare devant toi : c’est selon le Chemin du Seigneur – ce qu’ils désignent comme un groupe – que je rends un culte au Dieu de nos pères ; je crois à tout ce qu’il y a dans la Loi et à tout ce qui est écrit dans les prophètes ;
  • 15 mon espérance en Dieu, et ce qu’ils attendent eux-mêmes, c’est qu’il va y avoir une résurrection des justes et des injustes.
  • 16 C’est pourquoi, moi aussi, je m’efforce de garder une conscience irréprochable en toute chose devant Dieu et devant les hommes.
  • 17 Au bout de plusieurs années, je suis venu apporter le produit des aumônes destinées à ma nation, et présenter des offrandes rituelles.
  • 18 C’est à cette occasion qu’on m’a trouvé dans le Temple après une cérémonie de purification, sans qu’il y ait eu ni attroupement ni tumulte.
  • 19 Il y avait, ce jour-là, des Juifs venus de la province d’Asie ; ils devraient se présenter devant toi et m’accuser s’ils avaient quelque chose contre moi.
  • 20 Ou bien alors, que ceux qui sont là disent quel délit ils ont constaté quand j’ai comparu devant le Conseil suprême.
  • 21 À moins qu’il ne s’agisse de cette seule parole que j’ai criée, debout au milieu d’eux : “C’est à cause de la résurrection des morts que je passe aujourd’hui en jugement devant vous.” »
  • 22 Félix, qui avait une connaissance approfondie de ce qui concerne le Chemin du Seigneur, ajourna l’audience en disant : « Quand le commandant Lysias descendra de Jérusalem, je rendrai une sentence sur votre affaire. »
  • 23 Il donna l’ordre au centurion de garder Paul en détention avec un régime adouci, et sans empêcher les siens de lui rendre des services.
    •  
    • Ephésiens
    •  3: 13-21 :
  • 13 Aussi, je vous demande de ne pas vous décourager devant les épreuves que j’endure pour vous : elles sont votre gloire.
  • 14 C’est pourquoi je tombe à genoux devant le Père,
  • 15 de qui toute paternité au ciel et sur la terre tient son nom.
  • 16 Lui qui est si riche en gloire, qu’il vous donne la puissance de son Esprit, pour que se fortifie en vous l’homme intérieur.
  • 17 Que le Christ habite en vos cœurs par la foi ; restez enracinés dans l'amour, établis dans l'amour.
  • 18 Ainsi vous serez capables de comprendre avec tous les fidèles quelle est la largeur, la longueur, la hauteur, la profondeur…
  • 19 Vous connaîtrez ce qui dépasse toute connaissance : l’amour du Christ. Alors vous serez comblés jusqu’à entrer dans toute la plénitude de Dieu.
  • 20 À Celui qui peut réaliser, par la puissance qu’il met à l’œuvre en nous, infiniment plus que nous ne pouvons demander ou même concevoir,
  • 21 gloire à lui dans l’Église et dans le Christ Jésus pour toutes les générations dans les siècles des siècles. Amen.
    •  
    •  6: 1-4:
  • 01 Vous, les enfants, obéissez à vos parents dans le Seigneur, car c’est cela qui est juste :
  • 02 Honore ton père et ta mère, c’est le premier commandement qui soit assorti d’une promesse :
  • 03 ainsi tu seras heureux et tu auras longue vie sur la terre.
  • 04 Et vous, les parents, ne poussez pas vos enfants à la colère, mais élevez-les en leur donnant une éducation et des avertissements inspirés par le Seigneur.
    •  
    • Evangile de Notre-Seigneur Jésus-Christ selon Saint-Luc 2: 22 -40 :
  • 22 Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur,
  • 23 selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur.
  • 24 Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.
  • 25 Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui.
  • 26 Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur.
  • 27 Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait,
  • 28 Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant :
  • 29 « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole.
  • 30 Car mes yeux ont vu le salut
  • 31 que tu préparais à la face des peuples :
  • 32 lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. »
  • 33 Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui.
  • 34 Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction
  • 35 – et toi, ton âme sera traversée d’un glaive – : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »
  • 36 Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage,
  • 37 demeurées veuves, elle était arrivée à l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière.
  • 38 Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.
  • 39 Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.
  • 40 L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

    L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises

    Ce jeudi 2 février c'est la fête de la Présentation de Notre Seigneur au Temple & du vieillard St. Siméon  ( Mor Shem'un Sobo ), selon le calendrier liturgique de notre Tradition Syro-Orthodoxe.
    La fête de la Pésentation (En
     Syriac ma'alto , "de l'entrée ), communément connue comme la fête du vieillard Siméon, commémore la présentation de notre Seigneur au temple 40 jours après sa naissance (Luke 2:22-39) conformément à la Loi des Juifs Loi (voir Lévitique 12:1-4).

     

    Nous avons un service spécial pour la bénédiction des cierges  similaire à celui de la messe de la "Chandeleur" dans les églises occidentales, est effectué, après que chaque membre de la l'assemblée ait en main un cierge allumé symbolisant la lumière (c'est-à-dire le Christ) qu'a vu le vieillard Siméon .

    En Orient, une coutume populaire veut que les fidèles utilisent de la suie de ces bougies pour la couleur de leurs paupières, bien que cela ne fasse pas partie de la liturgie.


    Au cours de la liturgie, des bougies (De préférence de vraie cire d'abeilles) sont placées sur un plateau et recouvertes d'un mince voile blanc.

    Le plateau est ensuite placé sur une table dans l'avant-choeur, sous le signe de l'Évangile.

    À la fin de la quqalyon de la mère de Dieu, le célébrant porte une croix dans ses bras, à l'exemple de Siméon qui a reçu le Christ en ses bras, il  accomplit à ce moment là une procession à l'intérieur de l'église.

    L’image contient peut-être : texte


    http://sor.cua.edu/Feast/Presentation.html


    Les lectures saintes de la Bible de l'église lectionnaire sont les suivantes :
    Soirée :
    Saint -.. Luke 2 : 22-40
    Bonjour.
    Saint -.. Luke 2:22-40
    Avant Saint Qurbana :
    Lévitique 12:1-8, 22:17-23
    Proverbes 6:20-24, 23:22-26
    Isaiah 10:33-11:10
    Genèse 18:23-33
    Joshua 7:6-13
    Nom de Dieu :
    Actes 24:10-23
    Éphésiens 3 : 13-23
    Saint -.. Luc 2 : 36-40
    Pour plus de sermons et commentaires sur la base de l'Évangile en lecture, prière de visiter : http://www.malankaraworld.com/Library/sermons/Sermon-of-the-week_Mayaltho.htm
    #Syriacorthodox #Syriacorthodoxchurch #Syrianorthodox #Syrianorthodoxchurch#orthodoxe #orthodoxe #orthodoxe #patriarche #Antioche #malankars #jacobite#jacobite #knanayas #Christian #Christian #Christian #Christian #Christian#Christian #Christian #Christian #Christian #Christian #Simon #Simon #Simon#Simon #Simon #Simon # #Qurbana

    Aucun texte alternatif disponible. Aucun texte alternatif disponible.

    Aucun texte alternatif disponible.

    Repost 0
    30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 11:59

     

    Icon Weybridge:

    The sublimity and greatness of God is beyond the power of expression.
    (St Irenaeus of Lyons, On the Apostolic Preaching )

    Livre de l'Ecclésiastique 51,1-8.12.

    Je vous rendrai grâce, Seigneur roi, je ferai votre éloge, Dieu mon sauveur. Je rends grâce à votre nom. 
    Car vous avez été pour moi un protecteur et un secours ; vous avez sauvé mon corps de la ruine, du filet de la langue calomnieuse, des lèvres de ceux qui pratiquent le mensonge ; et, en face de mes adversaires, 
    vous avez été mon soutien et vous m'avez délivré, selon la grandeur de votre miséricorde et de votre nom, de ceux qui grinçaient des dents, prêts à me dévorer ; de la main de ceux qui en voulaient à ma vie, de toutes les tribulations dont j'étais assiégé ; 
    de la suffocation du feu qui m'entourait, du milieu d'un feu que je n'avais pas allumé ; 
    de l'abîme profond du schéol, de la langue impure et de la parole mensongère adressée au roi, de la calomnie d'une langue injuste. 
    Mon âme s'approchait de la mort, et ma vie touchait au schéol en bas. 
    Ils m'entouraient de toutes parts, et il n'y avait personne pour me secourir ; je regardais après le secours des hommes, et il n'y en avait aucun. 
    Alors je me suis souvenu de votre miséricorde, Seigneur, et de vos œuvres dans les temps antiques ; je me suis souvenu que vous sauviez ceux qui espéraient en vous, et que vous les délivriez des mains des nations idolâtres. 
    Car vous m'avez sauvé de la ruine, et vous m'avez délivré au temps du malheur. C'est pourquoi je vous célébrerai et je vous louerai, et je bénirai le nom du Seigneur. 

     


    Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 25,1-13.

    En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : Le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l'époux. 
    Cinq d'entre elles étaient folles, et cinq étaient sages. 
    Les folles, en prenant leurs lampes, n'avaient pas pris d'huile avec elles ; 
    mais les sages avaient pris de l'huile dans leurs vases avec leurs lampes. 
    Comme l'époux tardait, elles s'assoupirent toutes et s'endormirent. 
    Au milieu de la nuit, un cri se fit entendre : " Voici l'époux ! Allez à sa rencontre ! " 
    Alors toutes ces vierges se levèrent et préparèrent leurs lampes. 
    Et les folles dirent aux sages : " Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent. " 
    Les sages répondirent : " De crainte qu'il n'y en ait pas assez pour nous et pour vous, allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. " 
    Mais, pendant qu'elles s'en allaient en acheter, l'époux arriva, et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui au festin des noces, et la porte fut fermée. 
    Plus tard, les autres vierges vinrent aussi, disant : " Seigneur, Seigneur, ouvrez-nous ! " 
    Mais il répondit : " En vérité, je vous le dis, je ne vous connais pas. " 
    Donc veillez, car vous ne savez ni le jour, ni l'heure. 

     

    Afficher l'image d'origine

    Par l'Abbé Duquesne

    (1732-1791) L'Évangile médité - 270e méditation 
     

    L’époux tardait à venir

     

    Le délai de l’époux. C’est ce qui fit le malheur des vierges folles, et ce qui fait celui de bien des pécheurs. S’il était venu au commencement de la nuit, lorsque leurs lampes étaient garnies, elles étaient alors en état de le recevoir. Si la mort étaient venue après cette confession faite avec tout le soin possible, après cette retraite, cette mission, ce jubilé, après cette consécration de soi-même au service de Dieu, elle eût trouvé une âme bien disposée, non seulement en état de grâce, mais pleine de ferveur. La mort a trop tardé à venir, on s’est ennuyé d’attendre, la ferveur s’est ralentie, et, au lieu de profiter de ce délai pour se fortifier dans la vertu, et faire une plus ample provision de mérites, on en a pris occasion de se relâcher jusqu’à demeurer dans les péchés qu’on avait détestés : voilà la folie.

    Afficher l'image d'origine

     

    De l'acceptation des épreuves comme pénitence pour nos fautes antérieures.

    Une personne qui, sachant les fautes qu'elle a commises, et qui subit volontairement et avec reconnaissance les épreuves qui lui sont douloureusement infligées à la suite de ces fautes, n'est pas exilée de la grâce ou de son état de vertu, car elle se soumet volontairement et paie ses dettes en acceptant les épreuves. 
    De cette manière, tout en restant dans un état de grâce et de vertu, elle rend hommage non seulement à ses souffrances forcées, qui ont surgi à cause du côté passionné de sa nature, mais aussi à son assentiment à ces souffrances mentales, en les acceptant comme son dû en raison de ses infractions antérieures. Par la véritable adoration, et j'entends par là une disposition humble, elle offre à Dieu la correction de ses crimes.
    *
    La théologie qui n'est pas mise en pratique, est la théologie des démons.
    *
    Par St Maxime le Confesseur,
    Version française Claude Lopez-Ginisty d'après
     Saint Maxime le Confesseur cité par le blog

    La sublimité et la grandeur de Dieu sont au-delà de toute capacité d'expression.
    (Saint Irénée de Lyon, la Prédication Apostolique)

     

    Afficher l'image d'origine

    SAINT(S) DU JOUR:

     

     

    SAINTE MARTINE
    Vierge et Martyre
    († 226)

    Afficher l'image d'origine


         Sainte Martine naquit à Rome de parents illustres. Son père avait été trois fois consul et s'était distingué par une foi vive et une charité ardente. Après sa mort, Martine vendit ses biens et consacra l'argent à des oeuvres de miséricorde. L'empereur Alexandre régnait et persécutait les chrétiens. Des gens occupés à rechercher les serviteurs de Jésus-Christ trouvèrent sainte Martine en prière dans une église et l'arrêtèrent. Comme elle ne fit aucune difficulté de les suivre, ils crurent avoir fait une conquête; mais, conduite à l'empereur, elle refusa de sacrifier aux idoles; celui-ci ne l'en fit pas moins conduire au temple d'Apollon. En y entrant, Martine, s'armant du signe de la Croix, pria Jésus-Christ, et à l'instant il se fit un effroyable tremblement de terre qui renversa une partie du temple et brisa l'idole. L'empereur, irrité, commanda qu'on frappât la vierge à coups de poings et qu'on l'écorchât avec des ongles de fer; Martine souffrit avec une telle patience, que les bourreaux, lassés, furent remplacés par d'autres qu'une lumière divine renversa et convertit.

         Conduite de nouveau devant l'empereur, Martine refusa pour la seconde fois de sacrifier aux idoles; Alexandre la fit attacher à quatre pieux et fouetter si cruellement et si longtemps que les bourreaux s'arrêtèrent de fatigue. Martine fut reconduite en prison, et on versa dans ses plaies de l'huile bouillante; mais des Anges vinrent la fortifier et la consoler. Le lendemain, la vierge fut conduite au temple de Diane que le démon quitta aussitôt avec des hurlements horribles; en même temps la foudre renversait et brûlait une partie du temple avec ses prêtres. L'empereur, effrayé, laissa Martine aux mains du président Justin qui la fit si cruellement déchirer avec des peignes de fer, qu´il la crut morte; mais s'apercevant qu'il se trompait: "Martine, lui dit-il, ne veux-tu pas sacrifier aux dieux et te préserver des supplices qui te sont préparés? – J'ai mon Seigneur Jésus-Christ qui me fortifie, et je ne sacrifierai pas à vos démons." Le président, furieux, commanda de la reconduire en prison.

         L'empereur, informé de ce qui s'était passé, ordonna que Martine fût menée dans l'amphithéâtre afin d'y être exposée aux bêtes; mais un lion, qu'on lâcha pour la dévorer, vint se coucher à ses pieds et lécha ses plaies; mais comme on le ramenait à son antre, il se jeta sur un conseiller d'Alexandre et le dévora. Ramenée en sa prison, Martine fut encore une fois conduite au temple de Diane, et comme elle refusait toujours de sacrifier, on déchira de nouveau son pauvre corps dont on voyait tous les os. "Martine, lui dit un des bourreaux, reconnais Diane pour déesse, et tu seras délivrée. – Je suis chrétienne et je confesse Jésus-Christ." Sur ces paroles, on la jeta dans un grand feu, mais le vent et la pluie, qui survinrent à l'instant, dispersèrent le bûcher et brûlèrent les spectateurs. On retint la Sainte trois jours durant dans le temple, après toutefois qu'on lui eût fait couper les cheveux. L'empereur la croyait magicienne et s'imaginait que sa force résidait dans sa chevelure. Elle fut tout ce temps sans rien prendre, chantant continuellement les louanges de Dieu. Ne sachant plus que faire, Alexandre lui fit couper la tête. Le corps de Martine demeura plusieurs jours exposé sur la place publique, défendu par deux aigles qui restèrent jusqu'au moment où un nommé Ritorius put lui donner une honorable sépulture.

    ste_martine2

     

    Tropaire t.4

    Fille d'une illustre famille de chrétiens,*
    A la mort de tes parents, tu vendis tes biens*
    Afin de soulager la misère des pauvres.*
    Et lorsqu'arriva le temps des persécutions,*
    Tu fus martyrisée sans renier ta foi.*
    Sainte Martine, prie Dieu pour notre salut!

    http://orthodoxievco.net/…/vies/synaxair/janvier/martine.pdf

    ________________________

     

     

    Sainte Bathilde, Reine de France et moniale de Chelles

    L’image contient peut-être : 1 personne, debout

    Tropaire ton 6

    Vendue comme esclave n'étant encore que petite fille,*
    Tu devins par la suite l'épouse du roi Clovis II et la reine des Mérovingiens.*
    Devenue régente après la mort de ton époux terrestre,*
    Tu fis abolir l'esclavage et tu fonda nombre de monastères et d'hôpitaux publics. *
    Fidèle aux enseignements de nos saints pères Éloi et Ouen, *
    Quand ton fils devint roi, tu te fis moniale à Chelles. *
    Sainte Bathilde, prie Dieu pour notre salut !

    Anglo-Saxonne de naissance, Bathilde fut capturée par les armées d'invasion du Danemark en 641 et vendue à Erchinoald, Maire du palais de Clovis II, roi de France. Elle gagna rapidement la faveur de tous, car elle avait du charme, de la beauté et une nature gracieuse et douce. Elle gagna aussi l'affection de ses compagnes servantes, car elle leur montra de nombreuses attentions telles que le nettoyage de leurs chaussures et de leurs vêtements, les travaux de réparation, et son caractère lumineux et attrayant qui la rendirent chère à tous.

    Erchinoald, impressionné par ses qualités, voulut en faire sa femme, mais Bathilde, alarmée par cette perspective, se déguisa avec de vieux vêtements et des haillons, et se cacha parmi les servantes du palais. Erchinoald, pensant qu'elle s'était enfuie, épousa une autre femme.
    Son prétendant suivant, cependant, fut le roi Clovis. Lorsque Bathilde jeta ses vêtements anciens et apparut de nouveau, le roi remarqua sa grâce et sa beauté, et déclara son amour pour elle. En 649, Bathilde la jeune fille esclave de19 ans devint reine de France. Elle donna à Clovis trois fils: Clotaire III, Childéric II et Thierry III, tous devenus rois. A la mort de son époux, elle fut nommée régente pour son fils aîné, Clotaire, qui n'avait que cinq ans, et elle gouverna avec compétence pendant huit ans avec Saint-Éloi comme conseiller.

    L’image contient peut-être : personnes debout, plante, arbre, plein air et nature

    Elle fut une bonne reine et régna en sage. Elle n'oublia jamais qu'elle avait été esclave, et fit tout en son pouvoir pour soulager ceux qui étaient en captivité. Il fut écrit que la Reine Bathilde fut la plus sainte et la plus pieuse des femmes. Se souvenant de son propre esclavage, elle mit de côté des sommes immenses pour le rachat des captifs. Bathilde aida à promouvoir le christianisme en suivant les enseignements de Saint Ouen, Saint Léodegard, et de plusieurs autres évêques.

    Aucun texte alternatif disponible. (La tunique de Sainte Bathilde est exposée au Musée de Cluny jusqu'au 13 février 2017
    http://www.musee-moyenage.fr/activites/expositions/expositions-en-cours-.html
    )

    Pendant cette période, les habitants les plus pauvres de France étaient souvent obligés de vendre leurs enfants comme esclaves pour répondre aux taxes écrasantes qui leur étaient imposées. Bathilde réduisit leurs impôts, interdit l'achat d'esclaves chrétiens et la vente de sujets français, et déclara que tout esclave qui mettait le pied en France serait libre, dès cet instant. Ainsi, cette femme éclairée gagna l'amour de son peuple et fut une pionnière pour l'abolition de l'esclavage.

    L’image contient peut-être : 1 personne, debout

    Elle fonda également plusieurs abbayes, telles que Corbie, Saint-Denis, et Chelles, qui devinrent colonies de peuplement dans ces régions sauvages et reculées de France. Sous sa direction, les forêts furent récupérées et l'agriculture devint florissante. Elle construisit des hôpitaux et vendit ses bijoux pour aider les nécessiteux.

    L’image contient peut-être : 6 personnes, intérieur

    Quand son fils, Clotaire, fut en âge, et qu'il monta sur le trône comme roi de France, [écartée du pouvoir], Bathilde se retira dans sa propre abbaye royale de Chelles, près de Paris, où elle fut une moniale ordinaire avec humilité et obéissance.


    Elle mourut à Chelles avant d'avoir atteint son cinquantième anniversaire. La mort la toucha d'une main douce; Tandis qu'elle mourait, elle dit qu'elle voyait une échelle allant de l'autel vers le ciel, et que sur celle-ci, elle grimpait en compagnie des anges.
    Sainte Bathilde est généralement dépeinte comme une reine couronnée ou une moniale devant l'autel de la Mère de Dieu, deux anges soutenant un enfant sur une échelle, ceci reflète la vision qu'elle eut, dit-on à sa mort.

    http://orthodoxologie.blogspot.fr/…/sainte-bathilde-moniale…via 

     

    L’image contient peut-être : 1 personne, arbre et plein air

     

    Trois Saints Pères et Docteurs :

    Basile le Grand, Grégoire le Théologien et Jean Chrysostome

     

    L’image contient peut-être : 2 personnes

    Trois astres: il était juste qu'on les assemblât: 
    leur vie a fait briller lumière au triple éclat. 
    Commun sera l'éloge qu'il faut que je fasse 
    pour ceux qui ont offert à tous la même grâce. 
    Une seule hirondelle ne fait le printemps; 
    le printemps de nos âmes: trois saints concertants. 
    La Trinité rayonne sur l'intelligible, 
    ce trio resplendit sur le monde visible. 
    Le culte du vrai Dieu, les anciens l'ont détruit: 
    leur Lune et leur Soleil n'ont engendré que nuit. 
    Admirant leur splendeur avec trop grande hâte, 
    ils leur ont décerné leur flamme renégate. 
    Mais par ces trois flambeaux leur brasier fut éteint, 
    ils nous ont ramenés au vrai culte divin. 
    La beauté de leur vie et leur sainte éloquence 
    nous ont fait adorer l'unique Providence. 
    Le feu ainsi que l'eau, la terre comme l'air 
    constituent le créé devant nos yeux de chair; 
    mais eux, réunissant le grand et vaste monde 
    et notre foi en Dieu, pour qu'en tous deux se fonde 
    la création nouvelle, ont par contre imité 
    en leurs trois éléments l'unique Trinité. 
    Des choses de la terre ils n'ont eu nulle cure, 
    et nul esprit terrestre en leur littérature. 
    Le verbe de Grégoire est un souffle de feu: 
    nous faire tous courir vers le haut, c'est son vœu. 
    A ceux que décourage une passion malsaine 
    le verbe de Basile fait reprendre haleine. 
    Imitant le débit des eaux d'un fleuve, encor, 
    le seul qui eut le cœur comme la bouche d'or 
    rafraîchit qui reçoit des passions la brûlure. 
    Ainsi par leurs paroles l'humaine nature 
    des bas-fonds est portée au sommet nonpareil; 
    Le trente, resplendisse leur triple soleil! 
    Par leurs saintes prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

    Tropaire, t. 1

    Aux trois immenses luminaires du triple Soleil divin, * qui ont embrasé le monde sous les rayons de leurs divins enseignements, * aux fleuves mellifères de la Sagesse, qui ont irrigué * sous les flots de la divine connaissance l'entière création: * Basile le Grand, Grégoire le Théologien * et l'illustre Jean au verbe d'or, * nous tous, les amants de leurs paroles, réunis, * chantons des hymnes en leur honneur, * car ils ne cessent d'intercéder pour nous * auprès de la sainte Trinité.

    Kondakion, t. 2

    Seigneur, tu as offert le repos, la jouissance de tes biens * aux prédicateurs sacrés du message divin, l'élite des Docteurs; * à tout holocauste, en effet, * c'est leurs peines et leurs épreuves que tu as préférées, * toi qui seul procures la gloire à tes Saints.

    Ikos

    Qui donc serait capable * d'ouvrir dignement la bouche et de remuer ses lèvres en l'honneur * de ceux dont la bouche souffla le feu * par la puissance du Verbe et de l'Esprit? * Cependant j'ose entreprendre un tel discours, * car les trois Hiérarques ont surpassé * l'entière nature humaine par la grandeur * et le nombre de leurs dons, * devançant dans l'action et la divine contemplation * ceux qui ont excellé en l'une et l'autre; * aussi tu les comblas des plus grandes récompenses * comme fidèles serviteurs, * toi qui seul procures la gloire à tes Saints.

    Exapostilaire (t. 3)

    Ces porteurs de lumière, ces éclairs rayonnants, * les trois Hiérarques, Basile le Grand, * Grégoire le Théologien et la Bouche d'or que fut Jean, * tous ensemble acclamons-les par nos hymnes.

    Divinité dont les personnes sont unies, * Père, Fils et saint Esprit, * de ta gloire puissé-je ne pas être sevré, * grâce à l'intercession de tes Saints, * Basile, Grégoire et Jean, * et par les prières de la pure Mère de Dieu. 
    http://calendrier.egliseorthodoxe.com/…/stsjanv…/janv30.html

    L’image contient peut-être : 2 personnes Icon of the Mother of God “Tinos”
    Commemorated on January 30

    This highly-venerated icon of the Annunciation was discovered in the ruins of the ancient church of Saint John the Baptist on January 30, 1823.

    An elderly man, Michael Polyzoes, had a dream shortly before the Feast of the Annunciation in 1821, in which the Mother of God appeared to him in shining white garments. She instructed him to dig in the field of Anthony Doxaras outside the city, where he would find her icon. She also told him to build a church on the site, since there had once been one there. The Queen of Heaven also promised to help him accomplish these tasks.

    Upon awakening, he crossed himself and tried to go back to sleep, believing that his dream had been a temptation from the devil. Before falling asleep, Michael saw the Theotokos once again, and noticed that the room was flooded by a gentle white light. Her head was surrounded by divine light, and her face displayed ineffable grace and sweetness. Speaking to the old man she said, “Why are you afraid? Your fear comes from unbelief. Listen! I am Panagia (the all-holy one). I want you to dig in the field of Anthony Doxaras where my icon is buried. I ask you to do this as a favor, old man. You will build a church there and I will help you.” Then she disappeared.

    The next morning, Michael went into the village and told the priest what had happened to him during the night. The priest also thought the dream was a temptation, so he urged Michael to come for Confession and Communion. The old man, however, was not convinced that his visions were mere dreams or demonic temptations. He told the inhabitants of the village of his experience. Some laughed at him, but only two believed his words.

    The two men went with him to the field one night and dug in many places, but they found nothing. Then they dug in another place and found the remains of an old wall. Finding nothing but bricks, they had to give up their search in the morning so the Turks would not find out what they were doing.

    Anthony Doxaras, the owner of the field, found the bricks and tried to use them to build an oven. The mortar would not adhere to the bricks, so whenever they tried to build one section of the oven, it collapsed. The workers were convinced that God was showing them that the bricks from the ancient church were not to be used for an oven.

    Saint Pelagia (July 23), an eighty-year-old nun, had several dreams in June of 1822 in which the Most Holy Theotokos appeared to her. Saint Pelagia was living in the women’s monastery of the Dormition on Mt. Kechrovounios, about an hour’s journey from the village. She had lived in the monastery from a young age, and was known for her great virtue and piety.

    The Theotokos appeared to her in a dream and ordered her to go to Stamatelos Kangades (a prominent man of the village), and tell him to uncover the church of Saint John the Baptist in the field of Anthony Doxaras.

    Terrified by the vision, Pelagia attributed the dream to her imagination, and she began to pray. She was afraid to tell anyone about her dream, but the following week, the Theotokos appeared to her again, reminding her of her instructions. Still, the nun remained silent and told no one of her vision. The Theotokos appeared a third time, this time with a severe manner. She chastised the nun for her unbelief, saying, “Go and do as I told you. Be obedient.”

    Saint Pelagia woke up in fear and trembling. As she opened her eyes, she saw the same mysterious Woman she had seen while asleep. With a great effort she asked, “Who are you, Lady? Why are you angry with me, and why do you order me to do these things?”

    The Woman raised her hand and said, “Proclaim, O earth, glad tidings of great joy” (Megalynarion of the Ninth Ode of the Canon for Matins of the Annunciation).

    Understanding at last, the aged nun joyfully exclaimed, “Praise, O heavens, the glory of God” (The next line of the Megalynarion).

    At once, she informed the Abbess of her visions, and she also told Stamatelos Kangades. Mr. Kangades, who had been designated by the Theotokos to carry out the excavation of the church, informed Bishop Gabriel of these events. The bishop had already heard of the dream of Michael Polyzoes, and realized that the account of the nun Pelagia agreed with his vision. Bishop Gabriel wrote to all the churches on the island of Tinos, urging them to cooperate in finding the church and the icon.

    Excavations began in September of 1822 under the supervision of Mr. Kangades. The foundations of the church of Saint John, destroyed by Arabs in 1200, were uncovered. An old well was found near the church, but not the holy icon. The money ran out, and so the effort was abandoned.

    Once again the Mother of God appeared to Saint Pelagia, urging that the excavations continue. Bishop Gabriel sent out an appeal for donations to build a new church on the foundations of the old church of Saint John the Baptist. The new church was built, and was dedicated to Saint John and to the Life-Giving Fountain.

    On January 30, 1823 workers were leveling the ground inside the church in preparation for laying a new stone floor. About noon one of the workers, Emmanuel Matsos, struck a piece of wood with his pickaxe, splitting it down the middle. He looked at one piece of the board and saw that it was burned on one side, while the other side showed traces of paint. As he brushed off the dirt with his hand, he saw that it was an icon. Joining the two pieces of wood together, he crossed himself and venerated the icon.

    He called the other workers, who also came and venerated the icon. When the icon was cleaned, it was shown to be an icon of the Annunciation. The split was in the middle of the icon, between the Theotokos and the Archangel Gabriel. Neither figure was damaged, and this was regarded as a miracle.

    That same day, the icon was given to Bishop Gabriel, who kissed it and cried out, “Great art Thou, O Lord, and wondrous are Thy works.”

    After the finding of the icon, the inabitants of Tinos were filled with zeal to build a magnificent church in honor of the Theotokos. People offered their money and their own labor to help build the church of the Evangelistria (She who received the Good News).

    The new church was completed in 1823, and was consecrated by Bishop Gabriel. Saint Pelagia of Tinos fell asleep in the Lord on April 28, 1834. Her Feast Day, however, is on July 23.

    The Tinos Icon of the Most Holy Theotokos continues to be venerated as one of Greece’s holiest treasures. Innumerable miracles of healing and deliverance from danger have not ceased since the time the icon was found.

    Sa nature humaine, d’où vient-elle ?  

    Afficher l'image d'origine

    En Marie, nous contemplons une vraie maternité, nous sommes transportés dans une sphère surhumaine, divine. Marie conçoit Jésus par la vertu du Saint Esprit, elle le met au monde d’une façon miraculeuse. Ces merveilles n’enlèvent rien à sa maternité : elle est vraie mère du vrai Fils de Dieu.

    Elle est même plus qu’une mère ordinaire car, tandis que les enfants tirent leur origine d’un père et d’une mère, Jésus doit sa nature humaine à sa mère seule. Alors que les enfants portent la ressemblance mélangée de leur père et de leur mère, les traits de Jésus apparaissaient comme une pure reproduction des traits de Marie, avec un cachet de virilité et une splendeur divine.

    Si Jésus voulut prendre les traits de Marie, il voulut prendre aussi son caractère, lui qui, comme Dieu, est le caractère de la substance du Père.

    Marie était la bien-aimée du Cantique, Jésus le bien-aimé. L’âme de Marie était un paradis embaumé, dans lequel Jésus se reposait de l’ingratitude des hommes.

     

    (Présentation de Dom Louis-Marie Spick Dans  Chaque  jour avec Marie dans la sainte Espérance, 29  Décembre, page 94.Ermitage de Saint–Evroul Notre-Dame-du-Bois)

     

     

    Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

      maliath taiboothofull of grace
      
    moran a'amekh  - the Lord is with thee
      
    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
     
     wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
      
    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
      
    yoldath aloho Mother of God
      
    saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
      
    nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
     
     Amîn 

     

    Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

    L’image contient peut-être : 2 personnes

    Devant Toi je veille et je m'écrie: / Dieu de tendresse, éclaire mon esprit / assombri par les ténèbres du péché / et guide-le à la clarté / de Tes préceptes divins.

    De leurs saintes bouches, à haute voix, / les Séraphins chantent le Principe divin / qui surpasse toute éternité / et resplendissent comme feu / de clarté immatérielle.

    De leurs saintes ailes les Chérubins, / ces instruments de la sagesse de Dieu, / se couvrent le visage et les pieds, / n'osant élever leur regard / vers la divine splendeur.

    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit

    Trônes de gloire jouissant / de la splendeur la plus belle à contempler, / par votre bienheureuse connaissance de Dieu / vous êtes les témoins privilégiés / des ineffables vérités.

    Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen

    L'intelligence de mon Dieu / se mêle, ô Vierge, à celle des humains / et s'unit sans confusion / dans tes entrailles plus que toutes immaculées / en l'unique Personne, sans changement.

    L’image contient peut-être : 3 personnes

    SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

    Afficher l'image d'origine

    L’image contient peut-être : 2 personnes

    *Rappel des faits:

    Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

    Merci.

    Afficher l'image d'origine

     

    N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

     

    fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

     

    ou terroristesen tous genres !

     

    Prions sans relâche pour que le

     

    Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

     

      

    Let us not forget the bishops, priests and faithful

     

    Christians held by "Islamists" or terrorists of all

     

    kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

     

    Pray for their release ...

     

     

    The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
     
     
     
    Afficher l'image d'origine  
    Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
    nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

    Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

    Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

    Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

    Les actions récurrentes de banalisation de l’avortement par les pouvoirs publics

    ne sont pas sans effet sur les comportements sociaux et l’absolutisation du droit à l’IVG peut conduire à de graves dérives et vers la dictature de l’arbitraire.

    Lorsqu’il a été décidé de rembourser à 100 % l’IVG en 2012, le nombre d’actes a augmenté de 5 % en un an. Depuis 2013, le nombre d’IVG serait officiellement voisin de 215 000, mais en fait celui-ci est de plus en plus sous-estimé (ne comprenant pas les IVG médicamenteuses non déclarées, les IVG hors délais légaux ou celles rebaptisées interruption médicale de grossesse). La banalisation s’est amplifiée avec la suppression du mot détresse dans la loi Veil et celle du délai de réflexion d’une semaine. De façon corrélée, le rapport entre le nombre d’IVG (en fourchette basse) et le nombre de naissances a augmenté pour s’établir désormais au niveau de 30 % environ.

    Cependant, l’actuelle majorité n’a toujours pas compris les conséquences de cette banalisation décidée par en haut. Et elle veut faire passer en force la loi Coutelle sur l’extension du délit d’entrave à l’IVG : selon la quatrième version du texte qui devait être voté ce jeudi 26 janvier, serait passible de peine de prison toute personne qui tenterait « d’empêcher de s’informer sur une IVG, par tout moyen, par la diffusion d’indications de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur les caractéristiques ou les conséquences médicales d’une IVG (…) en exerçant des pressions morales et psychologiques (…) à l’encontre des personnes cherchant à s’informer sur l’IVG ». La définition alambiquée du délit « tenter d’empêcher de s’informer sur IVG en exerçant des pressions morales » est bien sûr trop vague pour être constitutionnelle. En effet le législateur doit « définir les infractions en termes suffisamment clairs et précis pour exclure l’arbitraire ». « Ce sont tant la teneur de l’interdit pénal que la manière de le formuler qui doivent être contrôlées pour que le principe légaliste soit une garantie contre l’arbitraire » (Cahiers Conseil Constitutionnel, 2009). De même la mention du fait « d’induire en erreur » suppose qu’il existe une vérité dans le domaine éminemment complexe que sont les conséquences médicales d’une IVG. Par qui serait définie cette « vérité » ? Par le ministère ?


    Lire aussi : La « présentation faussée » de l’IVG pénalement répréhensible ? Le gouvernement a du souci à se faire !


    En fait, cette rédaction est volontairement floue puisque l’objectif avéré est de faire taire les sites Internet qui offrent un espace de dialogue indépendant du ministère de la Santé. Et l’arbitraire qui nous guette ici est bien réel, notamment avec la curieuse mention « par tout moyen ». Une simple discussion privée avec des « indications » sur les caractéristiques d’une IVG pourrait être considérée comme un délit. Un juge un peu sectaire ne pourra-t-il faire condamner une mère qui aurait rappelé à sa fille les futures séquelles psychologiques ? Ou un prêtre qui dirait à une femme tentée par l’avortement que celui-ci est un péché grave (comme vient de le rappeler récemment le pape François) ?

    De plus, l’exposé initial des motifs de la loi Coutelle prétend que l’avortement est un droit fondamental reconnu par la loi Veil. Faux bien sûr ! Pas un mot en ce sens ne figure dans le code de la santé. Mais, dans les derniers jours de la session parlementaire, l’actuelle majorité veut faire un cadeau au microcosme médiatique avec ce texte abscons qui vise à instaurer un « droit absolu à l’avortement ».

    Nous ne pouvons pas nous taire devant une telle attaque qui risque de nous entraîner vers une dictature de l’arbitraire. Comme le disait le cardinal Vingt-Trois le 30 septembre dernier, si on ne peut s’exprimer « sur les conséquences de l’avortement, on entrera dans la police des idées et dans la dictature d’une vision totalitaire ». Jusqu’à penser que « l’avortement est une issue normale d’une grossesse » ?

    (Source: ALETEIA)

    _______________________________

    À l'aube de la présidentielle, la confiance dans l'État et les médias s'effondre en France

    LE SCAN POLITIQUE - Chaque année depuis 17 ans, le baromètre Edelman mesure la confiance des populations du monde envers les institutions qui les gouvernent : en 2017, la France apparaît championne du monde la défiance.

    L'édition 2017 du Forum mondial de Davos a été marquée par l'entrée en fonction de Donald Trump aux États-Unis, isolationniste et adversaire déclaré du libre-échange mondialisé, et la montée en puissance à travers le monde des offres classées politiques «anti-système». 

    Depuis 17 ans, le «trust barometer» (baromètre de confiance) Edelman présente pendant le Forum économique une évaluation de la confiance et de la crédibilité accordées par les citoyens du monde aux grandes institutions qui en régissent la marche.

    Une enquête internationale réalisée dans 28 pays et auprès de 33 000 personnes (dont environ 1600 en France), qui interroge la confiance placée dans l'État, les médias, les ONG et les entreprises. Et il ressort que la confiance dans les institutions gouvernementales et les médias s'effondre.

    «Le clivage politique entre gauche et droite et définitivement obsolète au niveau mondial, où le jeu est mené par des courants progressistes, conservateurs ou populistes. La partition binaire a été balayée par une succession de perturbations majeures qu'ont été la récession économique en 2008, la globalisation et l'accélération de la révolution technologique», analyse Richard Edelman, président de l'agence de relations publiques du même nom. «Ces phénomènes ont également provoqué l'effondrement de la confiance des populations dans les institutions mondiales, avec pour conséquences le développement d'un populisme et d'un nationalisme virulents, ainsi qu'un rejet des élites», relève-t-il.

    En effet, dans les 28 pays sondés, une moyenne de 53% des personnes interrogées déclare avoir totalement «perdu foi dans le système». La France est championne du monde de la défiance (72%) , à égalité avec l'Italie.

    Viennent ensuite le Mexique, l'Afrique du Sud et l'Espagne à 67%. «C'est cette perte de confiance qui provoque le rejet populiste. À cet égard la France apparaît comme un cas d'école», estime Richard Edelman, qui met dans le même panier Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

    «C'est comme en Allemagne, où l'AFD (parti nationaliste et anti-immigration) est composée de beaucoup d'anciens communistes d'Allemagne de l'Est alliés à des composantes de l'extrême droite. Ces mouvements se nourrissent à la même source: les peurs sociales et économiques, ainsi que le sentiment que le système et les élites ne ressemblent plus aux citoyens», croit-il savoir.

    Avant de préciser: «Là où l'on mesure souvent une fracture entre les élites et le grand public, en France ce rejet est partagé par toutes les strates de la population». À ce phénomène s'ajoute la perte de confiance dans le système médiatique, qui atteint un stade inédit avec une confiance tombée à 43%, soit une chute de 5 points en un an. «Les personnes interrogées préfèrent les moteurs de recherche (59 %) aux journalistes (41 %), et sont presque quatre fois plus enclines à ignorer une information qui soutiendrait un point de vue auquel elles ne croient pas», peut-on lire dans le baromètre.

    ....

    source

    ________________________________________________________

    Liste des députés qui emploient leur conjoint

    François Fillon a employé sa femme en collaboratrice parlementaire jusqu’en 2013. Une pratique loin d’être rare à l’Assemblée Nationale. Découvrez la liste complète.

    Voici ci-dessous la liste exhaustive des députés (plus d’une centaine) qui emploient un membre de leur famille en 2014.

    Vous y trouverez des noms connus comme celui de Claude Bartolone, président de l’Assemblée Nationale, lui même ! Ou encore le nom d’un autre candidat à l’élection présidentielle (dont étrangement personne ne parle…), Nicolas Dupont-Aignan.

    Vous remarquerez que François Fillon n’y figure pas, puisque, selon ses déclarations, il a mis fin à ces pratiques de lui-même en 2013.

    Allez-y, amusez-vous :


    source

    ___________________________________________________________

    chretiens-syriens-708489-jpg_487781

     

    Le président américain Donald Trump a déclaré vendredi que les chrétiens de Syrie se verront accorder la priorité en matière d’octroi du statut de réfugié aux Etats-Unis.

     

    « Si vous étiez musulman, vous pouviez entrer, mais si vous étiez chrétien, c’était pratiquement impossible et la raison était si injuste; tout le monde était persécuté en toute équité mais ils coupaient les têtes de tout le monde, mais plus encore des chrétiens », déclare Donald Trump selon un extrait d’une interview accordée au Christian Broadcasting Network.

    Selon un rapport d’octobre dernier du Pew Research Center, 38.901 réfugiés musulmans sont entrés aux Etats-Unis lors de l’année fiscale 2015, tous pays confondus, et pratiquement le même nombre de chrétiens : 37.521.

    Donald Trump devrait signer vendredi un décret interdisant temporairement l’entrée aux Etats-Unis de réfugiés venant de certains pays musulmans, a annoncé un responsable de la Maison blanche.

    (…) L’Orient Le Jour

    _____________________________________________________

    AGRESSION,VIOL ET TORTURE D'UN PRÊTRE DE 88 ANS...

    Six individus ont été condamnés par la cour d’assises des Yvelines pour avoir agressé, torturé et violé un prêtre de 88 ans à Montfort l’Amaury (Yvelines).

    La cour d’assises des Yvelines a rendu son verdict dans une violente affaire remontant au mois d’octobre 2011. Six hommes et femmes ont écopé de quatre à huit années de réclusion criminelle. Les accusés, originaires de Roumanie, sont âgés de 22 à 43 ans. Le procès, qui se déroulait à huis clos, s’est terminé le mercredi 25 janvier.

    C’est dans la nuit du 2 au 3 octobre 2011 que la bande avait agressé un prêtre de 88 ans à son domicile de Montfort l’Amaury. L’homme d’Église avait été torturé pour qu’il donne sa carte bancaire et son code secret. Les malfrats lui avaient mis un club de golf dans la bouche. Ils avaient également montré leur intention de lui couper les doigts avec un sécateur. L’un avait obligé le religieux à subir un acte sexuel. Les voleurs étaient ensuite repartis avec un ordinateur. À l’extérieur, ils étaient attendus par un couple chargé d’assurer leur fuite en voiture.

    Dans les heures et jours suivants, deux retraits seront réalisés, pour une somme de 1 000 euros. L’équipe avait aussi tenté d’acheter des vêtements et des chaussures. Chacun sera identifié au fil des semaines par les gendarmes de la brigade de recherche de Rambouillet.

    Lors du procès, le prêtre a témoigné à la barre. Il a déclaré qu’il accordait son pardon à ses tortionnaires. Certains des accusés ont affirmé avoir agi sous l’influence du couple.

    Dans ce dossier, l’avocat général avait requis dix ans de prison.

    78actu

    ________________________________________________________

    Neuvaine à Sainte Martine

    39150

    Sainte Martine

    vierge et martyre

    + en 236

    Fête le 30 janvier

     

    « Ses trésors furent pour les pauvres, sa beauté pour Dieu et son coeur pour tous ceux qui vivaient dans les larmes. » (Mgr Philippe Gerbet. Rome chrétienne, T. Ier.) Une troisième Vierge romaine, le front ceint de la couronne du martyre, vient partager les honneurs d'Agnès et d'Emérentienne, et offrir sa palme à l'Agneau. C'est Martine, dont le nom rappelle le dieu païen qui présidait aux combats, et dont le corps glorieux repose au pied du mont Capitolin, dans un ancien temple de Mars, devenu aujourd'hui la somptueuse Eglise de Sainte-Martine. Le désir de se rendre digne de l'Epoux divin que son cœur avait choisi, l'a rendue forte contre les tourments et la mort, et sa blanche robe a été aussi lavée dans son sang. " L'Emmanuel est le Dieu fort, puissant dans les combats " (Psalm. XXIII, 8.) ; mais comme le faux dieu Mars, il n'a pas besoin de fer pour vaincre. La douceur, la patience, l'innocence d'une vierge lui suffisent pour terrasser ses ennemis ; et Martine a vaincu d'une victoire plus durable que les plus grands capitaines de Rome. Martine, Vierge romaine, de naissance illustre, était fille d'un père consulaire. Dès ses plus tendres années, elle perdit ses parents, et embrasée du feu de la piété chrétienne, elle distribua aux pauvres, avec une admirable libéralité, les richesses abondantes dont elle jouissait. Sous l'empire d'Alexandre Sévère, on lui ordonna d'adorer les faux dieux ; mais elle repoussa ce crime horrible avec une noble liberté. C'est pourquoi on la frappa de verges à plusieurs reprises, on la déchira avec des crocs, des ongles de fer, des têts de pots cassés, on lui lacéra tous les membres avec des couteaux aigus ; puis elle fut enduite de graisse bouillante, enfin condamnée aux bêtes de l'amphithéâtre. Mais avant été miraculeusement protégée contre elles, on la jeta sur un bûcher ardent, d'où elle sortit saine et sauve par un nouveau prodige. Quelques-uns de ses bourreaux, frappés de la nouveauté de ce miracle, et touchés de la grâce de Dieu, embrassèrent la foi de Jésus-Christ ; et, après plusieurs tourments, ils eurent la tête tranchée, et méritèrent ainsi la palme glorieuse du martyre. Aux prières de la Sainte, il y eut des tremblements de terre ; des feux tombèrent du ciel au milieu des tonnerres, renversèrent les temples des faux dieux, et consumèrent leurs statues. Tantôt l'on voyait couler de ses blessures du lait avec du sang, et de son corps s'échappait une très brillante splendeur et une odeur très suave ; tantôt elle semblait élevée sur un trône royal, chantant les louanges de Dieu avec les Saints. Ces merveilles, et surtout la fermeté de la Vierge, exaspérèrent le juge, qui ordonna de lui trancher la tête. Aussitôt après, l'on entendit une voix d'en haut qui appelait au ciel la Vierge ; toute la ville trembla, et plusieurs adorateurs des idoles se convertirent à la foi de Jésus-Christ. Martine souffrit sous le Pontificat de saint Urbain Ier ; et sous celui d'Urbain VIII, on trouva son corps dans une antique église, avec ceux des saints martyrs Concordius, Epiphane et leurs compagnons, près de la prison Mamertine, sur le penchant du mont Capitolin. On disposa cette église dans une forme plus digne, on la décora convenablement, et on y déposa le corps de la Sainte, avec une pompe solennelle, en présence d'un grand concours de peuple, et aux cris de joie de la ville entière.

     

    Ste_Martine

    Premier jour

     

    Par la pensée, ô sainte Martine, je descends en cette catacombe où vos restes sacrés sont demeurés ensevelis pendant des siècles. Je vénère ces reliques d'une Vierge martyre des premiers temps de l'Église: la paix soit avec toi, Fille de Lumière. Sainte Martine, votre nom se lie à celui de St Martin, le Bien-aimé. Oui, en vérité, vos précoces vertus, votre pureté virginale, votre courage dans le sacrifice vous ont valu d'être ici-bas, avant même de l'être au Ciel, une de ces âmes que Jésus aima particulièrement. Et à présent, après votre immolation sanglante, vous reposez dans la paix, dans l'éternelle paix ! O sainte Martine, obtenez-moi de fuir le péché, de rester dans la grâce de Dieu et de posséder ainsi toujours la paix de la bonne conscience, afin que moi-même j'aie une place privilégiée dans le Coeur de mon Dieu.

     

    Partie commune pour chaque jour

     

    Daignez prier pour moi pendant cette neuvaine faite en votre honneur. Vous savez ce que j'espère de votre intercession, (préciser ici, dans les termes que l'on voudra, la faveur que l'on désire). Sainte Martine, en qui de nombreux chrétiens fidèles ont mis toute leur confiance, moi aussi j'ai confiance en vous !

     

    Sainte Martine, vierge et martyre, priez pour nous.

    Pater, Ave, Gloria

     

    Deuxième jour

     

    O sainte Martine, ce n'est qu'à l'aurore du 3ème millénaire que je viens à vous, comme pour vous sortir de l'oubli. Jusque-là on avait ignoré jusqu'à votre existence. Comment s'est passée votre existence sur la terre ? Nous l'ignorons pour tant de détails savoureux et remplis de la Gloire de Dieu. Nous savons seulement qu'elle s'acheva en peu d années, et qu'elle fut humble comme votre tombeau. Oh ! La vie cachée, la vie modeste et obscure, comme vous la relevez aux yeux du chrétien ! C est la vie de Jésus à Nazareth et ce fut la vôtre, douce vierge martyre. Apprenez-moi à l apprécier et à l'aimer. Faites-moi mépriser et fuir, comme elles le méritent, les vanités d un monde coupable. Qu'à votre exemple, je m'attache à mes devoirs d'état, si humbles, si laborieux soient-ils, afin qu'en les remplissant j'accomplisse, moi aussi, la divine Volonté.

     

    Troisième jour

     

    O sainte Martine, l’Eglise vous a décerné le titre de Vierge. Vous avez été immolée au printemps de votre vie, et vous êtes restée pure au milieu d'un monde païen corrompu et corrupteur. Vous êtes comme un beau lys ensanglanté dont le parfum, traversant les âges, est parvenu jusqu'à nous. N’est-ce pas même votre amour de la virginité qui vous fit accepter si généreusement le martyre ? Les temps où nous vivons, ô véritable sainte, sont-ils moins mauvais que ceux où vous avez vécu ? A combien de dangers ne sont pas exposées les âmes croyantes ! Gardez-moi au milieu de ce monde. Donnez-moi en même temps l'amour de la prière qui écarte les périls et qui, comme le disait le Curé d Ars, "rend une âme pure toute-puissante sur le Coeur si bon de Notre Seigneur".

     

    Quatrième jour

     

    O sainte Martine, avec le titre de vierge, l’Eglise vous a décerné le titre de martyre. Cette palme, peinte sur votre tombe, prouve en effet que vous avez bien donné à Jésus-Christ le témoignage suprême de l’amour. Vous avez quitté la terre, alors que la vie vous souriait, pleine de promesses; mais pour éviter la mort il eût fallu renier Dieu, et vous ne l'avez pas voulu. Sainte martyre, vous nous apprenez le prix de notre âme et combien précieux est le trésor de notre foi. Vous nous apprenez encore que nous devons tout endurer, tout souffrir plutôt que d'abandonner nos pratiques religieuses et l’obéissance aux lois de l’Eglise. Obtenez-moi la force dans les épreuves, dans les peines, dans les maladies, avec le courage de faire, pour l’amour de Dieu, tous les sacrifices nécessaires.

     

    Cinquième jour

     

    O sainte Martine, c'est dans les sanctuaires où l'on vient vous vénérer que vous manifestez votre bienveillant pouvoir. A peine vos restes précieux furent-ils honorés que les miracles dus à votre intercession se multiplient. C est au pied de votre reliquaire que fut guérie des mourants. Ces guérisons poussent l'Eglise à approuver votre culte déjà si répandu d'une grande sainte. Oui, ô bien-aimée du Christ, nous le croyons, vous êtes vraiment une grande Sainte. Votre puissance n'a point diminué. Je voudrais vous appeler une petite Thérèse des premiers temps de l'Église" : comme votre angélique soeur, ne passez-vous pas votre Ciel à faire du bien sur la terre ?

     

    Sixième jour

     

    O sainte Martine, pendant tant d'années, les fidèles ont choisi votre patronyme, et vénéré vos présences et vos intercessions, d'autres n'ont cessé de vous invoquer et de vous faire invoquer. Vous êtes aujourd'hui ma chère petite Sainte, mon consul, ma chargée d’affaires près de Dieu. C'est par vous que tant d'autres avant moi ont obtenu de Dieu des grâces et des miracles sans nombre. A leur demande vous guérissiez les corps, vous convertissiez les âmes. En vérité vous paraissiez leur obéir comme un enfant à ses pères. Une prière fervente, ô douce Vierge Martyre, trouve toujours le chemin de votre coeur. C’est pourquoi, m'inspirant de leur exemple, je fais instance auprès de vous. Vous mettiez parfois leur patience à l'épreuve. Si vous voulez éprouver ma Foi, donnez-moi, avec la

    persévérance dans la prière, la confiance assurée que Dieu, prié par vous, m’accordera la grâce la meilleure.

     

    Septième jour

     

    O sainte Martine, vous avez voulu en réconforter tant et tant de votre présence, leur apparaissant visiblement ou mieux encore invisiblement pour les réconforter au milieu des luttes qu'ils avaient à soutenir contre l'enfer. Vous "descendiez vers eux du Ciel, belle et lumineuse", leur apportant un reflet des divines splendeurs. Ne pouvons nous pas dire, en notre langage simple: "Avec la sainte Vierge et sainte Martine, nous nous connaissons bien" ? Vaillante martyre, moi aussi je désire vous bien connaître, vous et la Vierge bénie qui écrase la tête du serpent infernal. Satan multiplie les assauts contre les âmes baptisées ; il en veut spécialement aux âmes des plus petits. O petite et grand sainte, rendez sa rage impuissante. Donnez-moi une horreur toujours plus grande du péché, afin qu'il n'ait sur moi aucun empire. Fortifiez-moi au milieu des tentations et donnez-moi la victoire.

     

    Huitième jour

     

    O sainte Martine, du monde disparaîtraient peu à peu les Vérités de l'Évangile si, de temps en temps, il ne nous les montrait vivantes dans une âme pleine de Foi. Au sortir des épreuves de l'histoire et des grandes révolutions qui accumulèrent tant de ruines, vous avez persévéré à demeurer comme une messagère de Dieu et un apôtre du surnaturel. En beaucoup d'âmes vos prodiges ont rallumé ou ranimé la Foi. Votre mission, ô vierge du Christ, n est pas achevée encore. Le désir des jouissances, les passions mauvaises, les doctrines perverses, la presse impie et immorale ont exercé leurs ravages en trop d âmes de notre temps et de notre pays. Des criminels se sont acharnés à chasser la religion consolatrice du cœur des humbles et des petits. Combattez, je vous en prie, leur action perverse ; faites que moi-même j'exerce autour de moi une chrétienne et salutaire influence.

     

    Neuvième jour

     

    O sainte Martine, après les épreuves de la terre, après les tourments du martyre, là-haut vous reposez dans la paix. Vous jouissez de la vision sans fin de Dieu que vous avez tant aimé. De toutes vos peines, de toutes vos souffrances il ne vous reste plus que la joie de les avoir acceptées généreusement et une éternelle gloire. Que vous êtes heureuse ! Pour moi, c est encore l'exil loin de la maison de notre Père. Voyez les regards de mon coeur dirigés vers vous. Écoutez ma prière fervente. Cette neuvaine ne s'achèvera pas sans que je vous supplie, ô douce et puissante Martine, de me continuer votre aide et votre protection. Par vous, j'implore la grâce finale, le bonheur de contempler, avec vous et les autres saints et martyrs que j'aime tant, Celui qui fait au Ciel les éternelles délices des élus.

    __________________________________________________________

    ET SI, COMME AVEC LA CANANÉENNE, DIEU FAIT LA SOURDE OREILLE ?

    L’épreuve de la foi –

    Bonne et grande question! Nos enfants – et les grands enfants que nous sommes – la posent. Comme le montre l’évangile de la Cananéenne, il se peut que Dieu ne réponde pas parce qu’Il éprouve notre foi. Il veut que nous allions jusqu’au bout de notre demande, non seulement pour lui montrer à lui combien nous avons foi en lui – car Il sait parfaitement ce qu’il y a dans notre coeur – mais pour que nous sachions nous-mêmes combien nous l’aimons. Quelquefois nous l’aimons mais nous ne le savons pas encore.

    Être honnête dans notre prière

    Quelquefois c’est parce que notre prière n’est pas honnête. Nous lui demandons de faire quelque chose pour nous alors que nous faisons de notre côté tout le contraire de ce qu’Il veut. C’est une contradiction et on ne peut pas se moquer de Dieu. Ou bien nous prions mollement, ou très peu, sans comparaison avec la Cananéenne !

    Dieu a un projet

    Souvent c’est parce que Dieu a un autre projet que celui auquel nous pensons. Lui seul sait ce qui est bon. C’est Lui le chef, le patron, Il est tellement plus grand que nous, le trois fois Saint! Nous sommes tout petits et nous ne pouvons pas lui faire la leçon et lui expliquer ce qu’Il doit faire comme s’Il était un petit garçon ou même notre égal. Nous lui présentons nos demandes légitimes, mais Il sait ce qu’Il a à faire et nous apprenons à respecter cela. Nous ne savons pas tout de Dieu. Il est incompréhensible !

    Dieu exauce

    Pour cette raison, nous pourrions dire que Dieu nous exauce toujours, mais peut-être d’une façon différente de ce que nous attendions. Il nous faut nous exercer à voir comment Il nous a exaucés. Par exemple tu as prié pour ton grand-père en disant: Seigneur, aie pitié de ton serviteur! Et Dieu a repris sa vie… Comment sais-tu que Dieu n’a pas eu pitié de son serviteur? Oui, mais, tu me dis que tu lui avais demandé de le guérir ! – comment sais-tu qu’Il ne l’a pas guéri? Il l’a peut-être guéri d’une maladie de l’âme alors que tu pensais à une maladie du corps.

    Toujours croire en Dieu

    C’est pour tout cela que nous avons raison de faire comme la Cananéenne et d’’avoir toujours confiance que Dieu est le Maître et qu’Il connaît nos besoins et ceux de notre famille. À nous il revient de faire le maximum de ce qui nous appartient: le maximum dans la prière, le maximum dans l’action, dans la science, dans la médecine, dans la défense des pauvres. Et, quand tu as fait le maximum – es-tu sûr que tu as fait tout ce que tu pouvais? – le reste appartient à Dieu. C’est comme dans l’église : dans toute situation, il y une zone qui appartient à Dieu, le sanctuaire, où personne n’entre – sauf les prêtres pour apporter nos prières à Dieu. Mais on respecte ce qui n’est qu’à Dieu.

    (Source: "Sagesse Orthodoxe")

    ______________________________________________________

    Afficher l'image d'origine  

    "A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

     

    Programme des prochaines semaines au Monastère Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Miséricorde:

     

    Program in the coming weeks

    Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

    PRESENTATION DE JESUS AU TEMPLE:
     
      Afficher l'image d'origine
     
    *Jeudi 2 FEVRIER, Fête de la Purification de la Ste Vierge et Présentation de Jésus au Temple
    10h30, Messe et bénédiction des cierges de la chandeleur...
    Holy Mass this Wednesday. 
    , Holy Mass at 10.30pm. We will celebrate the presentation of our Lord in the temple as it is written in Luke 2:22. God Bless.
     
    *Vendredi 3, Fête de St Blaise, Messe et bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorge)

    PRESENTATION DE NOTRE-SEIGNEUR AU TEMPLE ET SAINTE RENCONTRE:

    " Allons, nous aussi… à la rencontre du Christ et accueillons-le, ornez votre chambre… et recevez le Christ Roi…

    Et accueillez Marie la porte du ciel ".

    Ces chants de la fête de la Présentation s’appliquent aussi à notre âme.

    Chaque âme devrait être un Temple de Dieu, où Marie apporte Jésus.

    Et chacun de nous, comme Siméon, devrait prendre l’enfant dans ses bras et dire au Père : " Mes yeux ont vu ton salut".

    La prière de Sim&eacu