Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 07:46

 

 
Keep grievances against others and pray, that amounts to sow seeds in the sea and hope for a harvest. (St. Isaac the Syrian)

Keep grievances against others and pray, that amounts to sow seeds in the sea and hope for a harvest. (St. Isaac the Syrian)

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 4,1-8.

Mon bien-aimé : je t'adjure devant Dieu et le Christ Jésus, qui doit juger les vivants et les morts, par son avènement et son royaume : 
prêche la parole, insiste à temps et à contretemps, reprends, censure, exhorte, avec une entière patience et souci d'instruction. 
Car un temps viendra où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine, mais au gré de leurs désirs se donneront une foule de maîtres, l'oreille leur démangeant, 
et ils détourneront l'oreille de la vérité pour se tourner vers les fables. 
Pour toi, sois sobre en toutes choses, endure la souffrance, fais œuvre de prédicateur de l'Evangile, remplis pleinement ton ministère. 
Quant à moi, je suis déjà offert en sacrifice, et le moment de mon départ approche. 
J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi : 
désormais m'est réservée la couronne de la justice, que m'accordera en ce jour-là le Seigneur, le juste Juge, et non seulement à moi, mais à tous ceux qui auront chéri son apparition. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,13-19.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Vous êtes le sel de la terre. Si le sel s'affadit, avec quoi lui rendra-t-on sa saveur ? Il n'est plus bon qu'à être jeté dehors et foulé aux pieds par les hommes. 
Vous êtes la lumière du monde : une ville située au sommet d'une montagne ne peut être cachée. 
Et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison. 
Qu'ainsi votre lumière brille devant les hommes, afin que, voyant vos bonnes œuvres, ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. 
Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes ; je ne suis pas venu abolir, mais parfaire. 
Car, je vous le dis en vérité, jusqu'à ce que passent le ciel et la terre, un seul iota ou un seul trait de la Loi ne passera, que tout ne soit accompli. 
Celui donc qui aura violé un de ces moindres commandements et appris aux hommes à faire de même sera tenu pour le moindre dans le royaume des cieux ; mais celui qui les aura pratiqués et enseignés sera tenu pour grand dans le royaume des cieux. 
 



 

Par Méliton de Sardes

(?-v.195), évêque 
Homélie pascale (passim) 

 

« Je suis venu non pas abolir mais accomplir la Loi »

 

L'immolation de la brebis, le rite de la Pâque et la lettre de la Loi ont abouti au Christ Jésus en vue de qui tout est arrivé dans la loi ancienne et davantage encore dans l'ordre nouveau.

Car la Loi est devenue le Verbe, et d'ancienne, elle est devenue nouvelle..., le commandement s'est transformé en grâce, la figure en vérité, l'agneau est devenu fils, la brebis est devenue homme et l'homme est devenu Dieu... 

Le Seigneur, étant Dieu, revêtit l'homme, souffrit pour celui qui souffrait, fut enchaîné pour celui qui était captif, fut jugé pour le coupable, fut enseveli pour celui qui était enseveli.

Il ressuscita des morts et déclara à haute voix :

« Qui disputera contre moi ?

Qu'il se présente en face de moi ! »

(Is 50,8).

C'est moi qui ai délivré le condamné ; c'est moi qui ai rendu la vie au mort ; c'est moi qui ai ressuscité l'enseveli.

« Qui ose me contredire ? » C'est moi, dit-il, qui suis le Christ, qui ai détruit la mort, qui ai triomphé de l'adversaire, qui ai lié l'ennemi puissant et, qui ai emporté l'homme vers les hauteurs des cieux; c'est moi, dit-il, qui suis le Christ 

Venez donc, toutes les familles des hommes, pétries de péchés, et recevez le pardon des péchés.

Car c'est moi qui suis votre pardon, moi la Pâque du salut, moi l'agneau immolé pour vous, moi votre rançon, moi votre vie, moi votre résurrection, moi votre lumière, moi votre salut, moi votre roi.

C'est moi qui vous emmène vers les hauteurs des cieux ; c'est moi qui vous ressusciterai ; c'est moi qui vous ferai voir le Père qui existe de toute éternité, c'est moi qui vous ressusciterai par ma main puissante. 

Afficher l'image d'origine

Certains, sans accomplir les Commandements,

pensent cependant qu'ils possèdent la vraie Foi.

D'autres accomplissent les Commandements,

et ensuite s'attendent à ce que le Royaume

leur soit donné en récompense.


Tous les deux ont tort.


(Saint Marc l'Ascète)

QU'EST-CE QU'UN "HOMME D'HONNEUR" ?...

« L’homme d’honneur, héros ou saint, souffre de la médiocrité ambiante, plus que nul autre ne peut en faire l’expérience. Mais cela ne le conduit pas au désespoir. Il n’essaie pas de défier cette médiocrité. Il ne la combat qu’en se jetant à corps perdu dans l’exercice de la charité. Pas celle qui s’affiche, succédané de vraie charité, sur les écrans de télévision ou dans les pages glacées des magazines, mais celle qui ne fait pas de bruit. L’homme d’honneur n’arrache rien et ne se fait pas justicier. Il comble au contraire de trésors invisibles ce qui se complaît dans le médiocre. Il n’est pas un réformateur. Saint François d’Assise n’est pas Martin Luther. [...]

L’homme d’honneur n’est jamais corrompu par la médiocrité, alors que celui qui se pose en juge, subissant la fascination du mal, sera peu à peu transformé, défiguré par l’objet de sa haine. Certes, la douce pitié de Dieu cache toujours quelque stratagème insurpassable pour sauver même ce qui risque de se précipiter tête première vers l’enfer. L’homme d’honneur ne se jette jamais dans la révolte et ne laisse pas son cœur être entraîné par l’amertume.

Quant à la caractéristique de l’homme d’honneur chrétien, elle tient dans la priorité accordée au Royaume de Dieu, un homme capable, idéalement, de consacrer une part égale de sa vie à l’action et à la pensée alliée à la contemplation. Un tel équilibre est rare. L’époque contemporaine n’est pas avare en hommes d’action, tout au moins en hommes qui en donnent l’apparence, qui bougent, qui voyagent, qui remuent et font remuer les choses, des choses... Elle est plus pingre en ce qui concerne la réflexion et la contemplation car elle ne les favorise point, ayant horreur de ce qui permet de juger, de discerner, de prendre du recul, d’admirer, de s’étonner. Elle rabote et piétine les esprits qui feraient preuve d’indépendance et de liberté. Il s’agit d’un vertige universel, qui nous saisit tous, dans une plus ou moins large mesure. Mais nous sommes libres de nous y soustraire si nous optons pour l’honneur, contre l’opportunisme et l’hédonisme. Il subsiste dans le monde des franges d’humanité où l’effort pour connaître et aimer n’est point mort, franges qui sont et seront de précieuses réserves, les dernières sans doute, pour répondre à l’agression contre les esprits et l’Esprit. »

(Suite en bas de la "newsletter" du jour)

Père Jean-François Thomas s.j., Les Mangeurs de cendres. petit traité spirituel (ch.II), Via Romana, Versailles, 2016. (pp.68-70)

Jean-François Thomas,hommes,honneur,passé,avenir,patience,ordre,espérance,vérité,Evangile

 

Constantin Meunier (1831-1905) & Alfred Verwee (1838-1895), Labourages des moines (1863)
Abdijmuseum Ten Duinen, Koksijde (Collection Vlaamse Gemeenschap)
(Crédit photo)

Par Saint Jean Chrysostome

(v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église 
Homélies sur Mt, 44 (trad. Véricel, L'Evangile commenté p. 138s) 

 

« Sur la bonne terre, ils ont donné du fruit »

 

« Voici que le semeur est sorti pour semer. »

D'où est-il sorti, celui qui est présent partout, qui remplit l'univers entier ?

Comment est-il sorti ?

Non pas matériellement, mais par une disposition de sa providence à notre égard : il s'est rapproché de nous en revêtant notre chair.

Puisque nous ne pouvions pas aller jusqu'à lui, nos péchés nous en interdisant l'accès, c'est lui qui vient jusqu'à nous. Et pourquoi est-il sorti ?

Pour détruire la terre où foisonnaient les épines ?

Pour en punir les cultivateurs ?

Pas du tout.

Il vient cultiver cette terre, s'en occuper et y semer la parole de sainteté. Car la semence dont il parle est, en effet, sa doctrine ; le champ, l'âme de l'homme ; le semeur, lui-même... 

On aurait raison de faire des reproches à un cultivateur qui semait si largement...

Mais quand il s'agit des choses de l'âme, la pierre peut être changée en une terre fertile, le chemin peut n'être pas foulé par tous les passants et devenir un champ fécond, les épines peuvent être arrachées et permettre aux grains de pousser en toute tranquillité.

Si ce n'était pas possible, il n'aurait pas répandu son grain.

Et si la transformation n'a pas lieu, ce n'est pas la faute du semeur, mais de ceux qui n'ont pas voulu se laisser changer.

Le semeur a fait son travail.

Si son grain a été gaspillé, l'auteur d'un si grand bienfait n'en est pas responsable. 

Remarque bien qu'il y a plusieurs façons de perdre la semence...

Autre chose est de laisser la semence de la parole de Dieu se dessécher sans tribulation et sans tracasserie, autre chose de la voir périr sous le choc des tentations...

Pour qu'il ne nous arrive rien de semblable, gravons la parole dans notre mémoire, avec ardeur et profondément.

Le diable aura beau arracher autour de nous, nous aurons assez de force pour qu'il n'arrache rien en nous.

Garder des griefs contre autrui et prier,

cela revient à semer des graines en mer

et espérer une récolte.

(Saint Isaac le Syrien)

 

Suite sur le lien suivant:

http://eglise.syro-orthodoxe-francophone.over-blog.com/2016/07/jeudi-21-et-vendredi-22-juillet-2016-elements-pour-mediter-reflechir-prier-et-mieux-agir.html?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_facebook&utm_campaign=_ob_share_auto

 

Repost 0
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 05:32
Whenever you become absent-minded, choose spiritual reading over prayer, for reading is the source of pure prayer. (St. Isaac of Syria)

Whenever you become absent-minded, choose spiritual reading over prayer, for reading is the source of pure prayer. (St. Isaac of Syria)

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 1,26-31.2,1-2.

Frères, considérez votre propre vocation : il n'y a parmi vous ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. 
Mais ce que le monde tient pour insensé, c'est ce que Dieu a choisi pour confondre les sages ; et ce que le monde tient pour rien, c'est ce que Dieu a choisi pour confondre les forts ; 
et Dieu a choisi ce qui dans le monde est sans considération et sans puissance, ce qui n'est rien, pour réduire au néant ce qui est, 
afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu. 
Or c'est par lui que vous êtes dans le Christ-Jésus, lequel, de par Dieu, a été fait pour nous sagesse, et justice, et sanctification, et rédemption, 
afin que, selon le mot de l'Ecriture, " celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur. " 
Moi aussi, mes frères, lorsque je suis venu chez vous, ce n'est pas avec une supériorité de langage ou de sagesse que je suis venu vous annoncer le témoignage de Dieu. 
Car je n'ai pas jugé que je dusse savoir parmi vous autre chose que Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,1-9.

En ce temps-là, le Seigneur en désigna soixante-douze autres, et les envoya devant lui, deux à deux, dans toutes les villes et dans tous les lieux où lui-même devait aller. 
Il leur disait : La moisson est grande, mais les ouvriers sont en petit nombre. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson. 
Allez : voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. 
Ne portez ni bourse, ni besace, ni sandales, et ne saluez personne en chemin. 
En quelque maison que vous entriez, dites d'abord : " Paix à cette maison ! " 
Et s'il y a là un fils de paix, votre paix reposera sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. 
Demeurez dans cette maison, mangeant et buvant de ce qu'il y aura chez eux, car l'ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. 
Et en quelque ville que vous entriez et qu'on vous reçoive, mangez ce qui vous sera servi ; 
guérissez les malades qui s'y trouveront, et dites-leur : " Le royaume de Dieu est proche de vous. " 
 



SHOLOMO IKOULKOUN

La Paix à vous tous !

 

Par Saint Ephrem

(v. 306-373), diacre en Syrie, docteur de l'Église 
Diatesseron 8,3-4 (trad. SC 121, p. 159 rev.) 

 

« Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle »

 

« A la maison dans laquelle vous entrerez, dites d'abord :

Je vous salue ; paix à vous » (Lc 10,5) pour que le Seigneur lui-même y entre et y séjourne, comme auprès de Marie...

Cette salutation est le mystère de la foi qui rayonne dans le monde ; par elle, l'inimitié est étouffée, la guerre arrêtée et les hommes se reconnaissent mutuellement.

L'effet de cette salutation était caché par un voile, malgré la préfiguration du mystère de la résurrection...

chaque fois que la lumière se lève et que l'aurore chasse la nuit.

A partir de cet envoi du Christ, les hommes ont commencé à donner et à recevoir cette salutation, source de guérison et de bénédiction... 

Cette salutation avec sa puissance cachée...suffit amplement pour tous les hommes.

C'est pourquoi Notre Seigneur l'a envoyée avec ses disciples en avant-coureur, pour qu'elle réalise la paix et que, portée par la voix des apôtres, ses envoyés, elle prépare le chemin devant eux. Elle était semée dans toutes les maisons...; elle entrait dans tous ceux qui l'entendaient, pour séparer et mettre à part ses enfants qu'elle reconnaissait.

Elle restait en eux mais dénonçait ceux qui lui étaient étrangers, car ils ne l'accueillaient pas. 

Cette salutation de paix ne tarissait pas, jaillissant des apôtres dans leurs frères, dévoilant les trésors inépuisables du Seigneur...

Présente en ceux qui la donnaient et en ceux qui l'accueillaient, cette annonce de la paix n'en subissait ni diminution ni division.

Du Père, elle annonçait qu'il est près de tous et en tous ; de la mission du Fils, elle révélait qu'il est tout entier auprès de tous, même si sa fin est auprès de son Père.

Elle ne cessa pas de proclamer que les images sont désormais accomplies et que la vérité chasse enfin les ombres.

 

Afficher l'image d'origine

« Faisons-nous le procès ; que chacun examine bien ses pièces,

les infirmités de son corps,

le dérèglement de ses puissances,

son inclination au mal,

le désordre de son imagination,

son infidélité et son ingratitude vers Dieu et

ses déportements vers les hommes ;

il trouvera en soi plus d'actes de malice et de sujets d'humiliation qu'il n'en connaît en personne au monde ; et alors qu'il dise hardiment :

« Je suis le plus grand pécheur et le plus insupportable des hommes. »

Oui, si nous nous étudions bien, nous trouverons que nous sommes grandement à charge à ceux qui nous fréquentent ; et quiconque en est là, que de bien connaître toutes ses misères, qui est un effet de la grâce de Dieu, assurez-vous qu'il est au point qu'il faut pour voir l'obligation qu'il a de supporter les autres ; il ne verra point de fautes en eux, ou, s'il en voit, ce sera peu en comparaison des siennes ; et ainsi du milieu de sa faiblesse il supportera son prochain en charité.

Support admirable de Notre-Seigneur !

Vous voyez cette poutre qui soutient tout le poids du plancher, qui sans elle tomberait ; il nous a de même supportés en nos chutes, aveuglements et pesanteurs d'esprit. Nous étions tous comme accablés d'iniquités et de misères selon le corps et selon l'âme, et ce débonnaire Sauveur s'en est chargé pour en souffrir la peine et l'opprobre. Si nous y pensions bien, nous verrions combien nous méritons d'en être punis et méprisés, nous qui en sommes coupables...

Que ferez-vous quand vous supporterez vos frères ?

Vous accomplirez la loi de Jésus-Christ.

Disons-lui tous :

-« Mon Seigneur, je ne veux point désormais reconnaître de défauts qu'en moi seul ; faites que, dès ce moment, éclairé de la splendeur de votre exemple, je porte tous les hommes en mon cœur, que je les supporte par votre vertu ; faites-moi la grâce d'y entrer, enflammez-moi de votre amour ».

St Vincent de Paul (fêté ce jour dans l'Eglise Latine), extrait de la Conférence aux missionnaires, 30 mai 1659 (De la charité, texte du frère Ducournau), in "Saint Vincent de Paul. Œuvres présentées par André Dodin", Les Maîtres de la spiritualité chrétienne, Aubier, Paris, 1949.

 

Afficher l'image d'origine


 

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES AÎNES LES SAINTS...

 

 

 

Saint Arsène

 

C'était un  anachorète du désert de Scété en Egypte, il est mort en 449.

 

Le nom vient du grec "qui se retire", un anachorète est donc un religieux solitaire, mais le désert de Scété, entre Alexandrie et le Caire était  alors "peuplé"  de plusieurs milliers d'anachorètes, qui suivaient  le modèle du grand saint Antoine, mort en 356 et premier d'entre eux.

 

Le désert de Scété est aujourd'hui occupé par le grand monastère
de St Macaire 

Ces anachorètes venaient de tout l'empire et on trouvait aussi bien de simples fellahs que des philosophes ou des aristocrates. Arsène est l'un de ces derniers puisqu'il appartenait à une famille sénatoriale de Rome, il avait été ordonné diacre par le pape Damase. Il se retira alors dans ce désert de Scété en Egypte où il vécut une cinquantaine d'années. Sa sainteté est due au fait qu'il a développé  les grands principes de "la paix du coeur" ou  "hésychaste."

(http://www.pagesorthodoxes.net/coeur/recherchededieu.htm)

 

 

Saint Séraphim de Sarov

(Invention des reliques et canonisation en 1903) ,

né à Koursk le 19 juillet 1754 (ou 1759)

Kondakion, t. 8

Ayant délaissé les attraits du monde et tout ce qui se corrompt, * tu as élu demeure au monastère de Sarov * et, par la vie angélique que tu menas, * pour beaucoup tu fus le chemin vers le salut; * c'est pourquoi le Christ t'a glorifié en t'accordant * le don des guérisons et des miracles; aussi nous te chantons: * Réjouis-toi, vénérable Père Séraphim.

 

Ikos

Ayant délaissé ta famille et tes amis * et considéré les richesses comme rebut, * tu as habité le désert de Sarov; * l'ayant emporté sur les passions comme un incorporel, * tu as mérité de rejoindre les Anges dans leurs chœurs; * toi qui as reçu le discernement des esprits, * donne-nous le discernement pour te chanter ainsi: 

Réjouis-toi, ange terrestre, homme du ciel, * réjouis-toi, imitateur du Christ en son amour, * réjouis-toi, vénérable demeure de l'Esprit saint, * réjouis-toi, grande allégresse des sans-espoir. 
Réjouis-toi, fontaine d'où jaillissent les guérisons, * réjouis- toi, douce consolation des âmes affligées, * réjouis-toi, calme havre des moines et sage père spirituel, * réjouis-toi, fierté de la terre de Russie. 
Réjouis-toi, vénérable Père Séraphim.

Le 19 juillet 1903, soixante-dix ans après sa mort, prenant acte de la vénération dont le starets Séraphin était l'objet, « persuadé de l'authenticité des miracles attribués aux prières du starets Seraphim, et rendant grâce à Dieu glorifié dans ses saints », le Saint Synode procède à sa canonisation.
En présence du Tsar Nicolas II, d'un clergé nombreux et d'une foule immense eut lieu l'office de canonisation, au cours duquel on chante le tropaire composé en l'honneur du nouveau saint :
Tu as aimé le Christ dès ta jeunesse
Et tu fus enflammé du désir de le servir, Lui seul.
Tu as vécu dans la solitude
T'adonnant au travail et à la prière incessante.


Par ta tendresse et ta douceur, tu as acquis l'amour du Christ
Et tu as été l'élu de la Mère de Dieu.

Par tes prières, conduis-nous au salut, bienheureux père Séraphim.

Durant la nuit qui suit, la foule est toujours là, occupée à prier puis, contrairement à l'usage, on entonne les hymnes de Pâques.

Uncovering of the relics of the Venerable Seraphim of Sarov

Commemorated on July 19

The glorification of St Seraphim of Sarov (January 2), took place in 1903, seventy years after his repose. On July 3, 1903 Metropolitan Anthony of St Petersburg, assisted by Bishop Nazarius of Nizhni-Novgorod and Bishop Innocent of Tambov, transferred the saint’s relics from their original burial place to the church of Sts Zosimus and Sabbatius. Tsar Nicholas II and Tsarina Alexandra provided a new cypress coffin to receive the relics. This cypress coffin was then placed inside an oak coffin and remained in the church until the day of the saint’s glorification.

At noon on July 16, the first day of the festivities, Metropolitan Anthony offered a Memorial Service for the ever-memorable Hieromonk Seraphim in the Dormition Cathedral. Services also took place in the monastery’s other churches.

The next day Metropolitan Anthony and Bishop Nazarius served a Memorial Liturgy in the Dormition Cathedral. At 5:00 that afternoon, the bells of Sarov began to ring, announcing the arrival of Tsar Nicholas and his family. Metropolitan Anthony greeted them and then led them to the Dormition Cathedral for a Service of Thanksgiving.

The royal family attended the early Liturgy on July 18th and received the Holy Mysteries. Later that morning, the final Memorial Service for the repose of Hieromonk Seraphim’s soul was offered in the Cathedral. These would be the last prayers offered for him as a departed servant of God. From that time forward, prayers would be addressed to him as a saint. At 6 P.M. the bells rang for Vigil, the first service with hymns honoring St Seraphim, and during which his relics would be exposed for public veneration.

At the time of the Litia during Vespers, the saint’s coffin was carried from the church of Sts Zosimus and Sabbatius and into the Dormition Cathedral. Several people were healed of various illnesses during this procession. During Matins, as “Praise ye the Name of the Lord” was sung, the coffin was opened. After the Gospel, Metropolitan Anthony and the other hierarchs kissed the holy relics. They were followed by the royal family, the officiating clergy, and all the people in the cathedral.

On July 19, the saint’s birthday, the late Liturgy began at 8 o’clock. At the Little Entrance, twelve Archimandrites lifted the coffin from the middle of the church, carried it around the altar, then placed it into a special shrine. The long awaited event was accompanied by numerous miraculous healings of the sick, who had gathered at Sarov in large numbers. More than 200,000 people came to Sarov from all across Russia.

The festivities at Sarov came to an end with the dedication of the first two churches to St Seraphim. The first church to be consecrated was over his monastic cell in Sarov. The second church was consecrated on July 22 at the Diveyevo convent.

In 1991, St Seraphim’s relics were rediscovered after being hidden in a Soviet anti-religious museum for seventy years. Widely esteemed in his lifetime, St Seraphim is one of the most beloved saints of the Orthodox Church.

“One should not think about the doings of God when one’s stomach is full; on a full stomach there can be no vision of the Divine mysteries.”

St. Seraphim of Sarov)

St Macrina, sister of St Basil the Great and St Gregory of Nyssa (380)

She was sought as a bride by many because of her exceptional beauty and wisdom as well as her noble birth. She was betrothed at a young age, and when her betrothed died, she refused to consider any more suitors, saying that since her betrothed was alive in Christ, it was not right for her to turn to another. Instead she turned to a life of virginity, ascetic struggle and prayer. She greatly influenced her younger brothers, turning them from worldly things to monastic life. She established a monastery and, with her mother Emilia, became a nun. She reposed in peace in 379.

 

  Her brother St Gregory of Nyssa held her in special honor. He was present at her death and gave a moving oration at her funeral. He describes how, in her last moments, she prayed thus to God: 'Thou, O Lord,givest rest to our bodies in the sleep of death for a little time, then Thou wilt waken them again with the Last Trumpet. Forgive me, and grant that, when my soul is parted from my body, it may be presented before Thee stainless and without sin, and that it may be as incense before Thee.' Then she made the sign of the Cross on her brow, eyes, face and heart, and died. St Gregory's work on the resurrection of the dead (available in English as On the Soul and Resurrection) is cast in the form of a dialogue between himself and his sister Macrina in which he is the earnest but ignorant student and she the wise and patient teacher. So do the Saints honor the Saints.

Saint Ambroise Autpert
Moine († 784)

Afficher l'image d'origine

Ambroise Autpert, né en Provence, dans une bonne famille, - selon son biographe Tardif Jean - vécut à la cour du roi franc Pépin le Bref où, en plus de sa charge d'officier, il exerça également d'une certaine façon celle de précepteur du futur empereur Charlemagne.

Probablement à la suite du Pape Etienne II, qui en 753-54 s'était rendu à la cour franque, Autpert vint en Italie et eut l'occasion de visiter la célèbre abbaye bénédictine Saint-Vincent, à la source du Volturne, dans le duché de Bénévent. Fondée au début de ce siècle par les trois frères du Bénévent Paldone, Tatone et Tasone, l'abbaye était connue comme une oasis de culture classique et chrétienne.

Peu après sa visite, Ambroise Autpert décida d'embrasser la vie religieuse et il entra dans ce monastère, où il put se former de façon adaptée, en particulier dans le domaine de la théologie et de la spiritualité, selon la tradition des Pères.

Autour de l'année 761, il fut ordonné prêtre et, le 4 octobre 777, il fut élu abbé avec le soutien des moines francs, tandis que les moines lombards s'opposaient à lui, soutenant le lombard Potone. La tension à caractère nationaliste ne se calma pas pendant les mois qui suivirent, de sorte que l'année suivante, en 778, Autpert décida de donner sa démission et de se retirer avec quelques moines francs à Spolète, où il pouvait compter sur la protection de Charlemagne. Mais malgré cela, la divergence dans le monastère Saint-Vincent ne fut pas aplanie et quelques années plus tard, quand à la mort de l'abbé qui avait succédé à Aupert fut précisément nommé Potone (782), le conflit reprit avec vigueur et l'on arriva à la dénonciation du nouvel abbé auprès de Charlemagne. Celui-ci renvoya les adversaires devant le tribunal du Pape, qui les convoqua à Rome. Il appela également Autpert comme témoin, mais celui-ci mourut de manière inattendue pendant le voyage, peut-être assassiné, le 30 janvier 784.

Pour approfondir, lire la Catéchèse d'un Pape de Rome, SS Benoît XVI :
>>> Saint Ambroise Autpert 

===

Saint Symmaque

Pape de Rome (51e) de 498 à 514

Symmaque naît en Sardaigne. Il fut élu au Latran par une majorité du clergé mécontent de la position conciliant d'Anastase II à l'égard du déjà ancien schisme d'Acace (482-519). Mais une minorité des clercs romains qui était favorable à la poursuite de la détente avec Constantinople élut au même temps Laurent, à Sainte-Marie-la-Majeure.

Les deux factions demandèrent à Théodoric, roi ostrogoth d'Italie (493-526), tout arien qu'il fut, de trancher. Du fait que Symmaque avait été élu le premier, par une majorité de clercs, le roi se prononça en sa faveur. Laurent se soumit d'abord à la décision, et fut nommé évêque de Nuceria en Campanie. En attendant, un synode romain décréta qu'il n'y avait sur terre aucune autorité au dessus du pape et que celui-ci ne pouvait être jugé par personne en ce monde, le pape étant juge suprême (1er mars 499).

Les nobles romains, dont le sénateur Festus, étaient décidés à chasser Symmaque de Rome, et l'accusèrent auprès du roi Théodoric, lequel convoqua Symmaque à Ravenne. Celui-ci s'y rendait, lorsque, en cours de route, il apprit les accusations qui avaient été portées à Ravenne contre lui. Il paniqua, et retourna à Rome, se réfugiant à Saint-Pierre. Ceci apparut comme une reconnaissance de sa culpabilité et Théodoric s'excita contre lui.

Le roi confia à un synode le soin de juger la situation de Symmaque. Dans sa 2e session, le synode décida qu'aucun tribunal ne pouvait juger le pape, juge suprême. Pour sa part, Théodoric, brouillé politiquement avec Byzance et ses alliés romains, fut amené à confirmer l'acquittement de Symmaque par le synode et ordonna à Festus de faire de manière qu'il n'y eut qu'un pontife à Rome. Laurent dut se retirer définitivement. Ce pape envoya le pallium au célèbre évêque d'Arles, Césaire (502-542); c'était la première fois que cet insigne était conféré à un évêque hors Italie.

Il fut inhumé sous le portique de Saint-Pierre. Il est vénéré par l'Église comme saint. Fête, le 19 juillet.

===

L'Eglise Occidentale s'honore aujourd'hui d'un "saint de la charité"

SAINT VINCENT de PAUL
Confesseur
(1581-1660)

Saint_Vincent_de_Paul_21b.jpg

        Ce saint, dont le nom est devenu synonyme de charité, est l'une des plus pures gloires de la France et de l'humanité tout entière. Il naquit à Pouy, près de Dax (France), le 24 avril 1581. Ses parents faisaient valoir une petite ferme et vivaient du travail de leurs mains. Les premières années de Vincent se passèrent à la garde des troupeaux. Un jour qu'il avait ramassé jusqu'à trente sous, somme considérable pour lui, il la donna au malheureux qui lui parut le plus délaissé. Quand ses parents l'envoyaient au moulin, s'il rencontrait des pauvres sur sa route, il ouvrait le sac de farine et leur en donnait à discrétion. 

        Son père, témoin de sa charité et devinant sa rare intelligence, résolut de s'imposer les plus durs sacrifices pour le faire étudier et le pousser au sacerdoce : « Il sera bon prêtre, disait-il, car il a le cœur tendre. » À vingt ans, il étudie la théologie à Toulouse et reçoit bientôt le grade de docteur. 

        Un an après son ordination au sacerdoce, il se rend à Marseille pour recueillir un legs que lui a laissé un de ses amis. Au retour, voyageant par mer pour se rendre à Narbonne, il est pris par des pirates et emmené captif en Afrique. Sa captivité, d'abord très dure et accompagnée de fortes épreuves pour sa foi, se termina par la conversion de son maître, qui lui rendit la liberté. C'est alors que Vincent va se trouver dans sa voie. 

        Les circonstances le font nommer aumônier général des galères, et il se dévoue au salut de ces malheureux criminels avec une charité couronnée des plus grands succès. La Providence semble le conduire partout où il y a des plaies de l'humanité à guérir. 

        À une époque où la famine et les misères de toutes sortes exercent les plus affreux ravages, il fait des prodiges de dévouement ; des sommes incalculables passent par ses mains dans le sein des pauvres, il sauve à lui seul des villes et des provinces entières. Ne pouvant se multiplier, il fonde, en divers lieux, des Confréries de Dames de la Charité, puis l'ordre des Filles de la Charité, plus connues sous le nom des Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul. Nulle misère ne le laisse insensible ; il trouve le moyen de ramasser lui-même et de protéger partout des multitudes d'enfants exposés à l'abandon et à la mort, et mérite le nom de Père des enfants trouvés. 

        Il a formé des légions d'anges de charité; mais il lui faut des légions d'apôtres, et il fonde les Prêtres de la Mission, destinés à évangéliser la France et même les peuples infidèles.

 

 

 

If we have true love with sympathy and patient labor,

we shall not go about scrutinizing our neighbor’s shortcomings. As it is said, “Charity shall cover the multitude of sins” (1 Peter 4:8), and again, “Love thinketh no evil… hides everything, etc.”(1 Cor.13:5,6) As I said, if we have true love, that very love should screen anything of this kind, as did the saints when they saw the shortcomings of men.Were they blind? Not at all! But they simply would not let their eyes dwell on sins.”

(Saint Dorotheos of Gaza)

 

 

 

 

 

Je me sens à 3000 mètres d'altitude, dans l'air pur

marie orthodoxe

Dans l'ombre et l'écriture de la Loi, / fidèles, nous voyons le mystère préfiguré: / Tout enfant mâle qui ouvre le sein / doit être consacré au Seigneur! / Fils premier-né, Verbe du Père éternel, / et premier-né d'une Mère vierge, nous te magnifions.

Sortant de l'ombre de la Loi, tu contemplas / la splendeur de la divine grâce illuminant / avec force les confins de l'univers / et chassant de l'ignorance l'obscurité: / sage Prophète, saint Jean, / pour tout cela nous te chantons fidèlement.

Divin Baptiste et Témoin du Seigneur, / luminaire de la conversion au Christ, / aurore de la foi qui assures la jonction / entre l'ancien et le nouveau testaments, / renouvelle mon âme vieillie dans le mal, / de la divine science envoie sur elle la clarté.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit

À l'heure de la crainte et de l'effroi, / au jour du terrible jugement, / délivre-moi (je suis d'avance condamné) / de la menace qui m'attend dans l'au-delà: / le Sauveur de nos âmes exaucera / tes prières, en tant qu'ami de l'Époux.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen

Mère du Verbe Dieu né de toi, / avec les Prophètes, les Pontifes, les Martyrs, / les Apôtres et les Anges incorporels / implore sans cesse ton Fils, / Vierge toute-sainte et Mère de Dieu, / pour qu'au monde il fasse don de la paix.

Témoignage de Françoise :

« C’était un mercredi, je jeûnais et priais dans une église ouverte, à La Madeleine (Nord de la France). Un jeune homme s’approche et me dit « Madame, je veux voir un prêtre, c’est très grave, c’est urgent." 

Dehors, il y a une cabine téléphonique, mais à 15h, mes appels ne donnent rien. Le jeune homme tremble et m’exprime sa détresse, faite de rupture familiale, de drogue, et de prostitution pour payer les 700 francs (100 euros) de drogue quotidienne… 

Nous tentons notre chance à la maison de personnes âgées, saluant au passage Notre Dame de Lourdes, dans sa grotte, au milieu du jardin.

Le prêtre est là, par chance. Le jeune homme l’approche. Il revient après à sa confession.

Nous retournons prier devant la grotte de Notre Dame de Lourdes.

Il est maintenant droit, dégagé.

Son visage s’éclaire.

Il s’écrie :

« Je me sens à 3000 mètres d’altitude, dans l’air pur. » 

Deux ou trois semaines après nous nous rencontrons de nouveau, dans la rue.

Seul, il a jeûné de toute drogue et de tout moyen malhonnête de gagner de l’argent, et il s’est inscrit pour un séjour dans une famille d’accueil, dans le Massif central. 

Merci Notre Dame de Lourdes ! » 

 

Françoise
mariedenazareth.com

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES AÎNES LES SAINTS...

 

POURQUOI INVOQUER LES SAINTS,

DES HOMMES ET DES FEMMES

QUI ONT  ETE SANCTIFIES PAR

LA GRACE DU SAINT ESPRIT ?

theotokos.gif

Dans notre règle de prière, nous pouvons également demander aux saints d'intercéder pour nous et de nous aider dans nos luttes du monde. Les saints sont ces personnes saintes qui sont mortes en martyres, qui ont fait une confession de foi intrépide souvent avec une menace de mort, qui ont fait preuve d'abnégation et de sacrifice de soi, qui ont un don spécial de guérison et de miracles après leur mort, quand on les commémore dans la prière.

Ces saints, le Seigneur les appelle Ses amis. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître, mais je vous ai appelés amis, parce que tout ce que j'ai entendu de mon Père, je vous l'ai fait connaître. (Jean 15:14-15)

Ce sont ceux qu'Il a reçus dans Ses demeures célestes en accomplissement de Ses paroles: Là où je suis, vous serez aussi. (Jean 14:3) Au lieu de prier pour le pardon de leurs péchés, nous leur rendons hommage pour leurs luttes en Christ. Nous faisons des prières pour leur demander de prier pour nous et pour la rémission de nos péchés et notre croissance spirituelle, en recherchant leur aide dans nos besoins spirituels.

Les saints sont proches du trône de Dieu.

Alors je regardai, et j'entendis la voix de beaucoup d'anges autour du trône, des créatures vivantes, et les vieillards, et leur nombre était dix mille fois dix mille, et des milliers de milliers, qui louaient le Seigneur.(Apocalypse 5:11)

Notre communion dans la prière avec les saints est la réalisation du lien entre les chrétiens sur la terre et l'Église céleste. (Hébreux 12:22-23)

La Sainte Écriture présente de nombreux exemples prouvant que les justes, alors qu'ils sont encore en vie, peuvent voir et entendre et en savoir beaucoup sur ce qui est inaccessible à l'entendement ordinaire. Les saints alors qu'ils étaient encore sur terre, étaient en mesure de pénétrer en esprit dans le monde de l'au-delà.

De la parabole du riche et du pauvre Lazare (Luc 16:10-31), nous savons qu'Abraham étant dans le ciel, put entendre le cri de l'homme riche qui souffrait en enfer, malgré le grand fossé infranchissable qui les séparaient.

L'Église a toujours enseigné l'invocation des saints, convaincus qu'ils intercèdent pour nous auprès de Dieu au Ciel. Avoir une relation de prière avec un saint est une autre façon d'avoir de l'aide dans notre cheminement spirituel vers le salut dans l'Église.


(Version Française Claude Lopez-Ginisty d'après http://www.resurrectionmission.org/mainFrame-PrayerSaints.html www.orthodoxologie.blogspot.com)

 

 

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 

See original image

EN VRAC...ÉLÉMENTS ÉPARS POUR VOTRE

 

RÉFLEXION PERSONNELLE ET...ALIMENTER

 

VOTRE PRIERE...

 

 

===

 

Amélie Boukhobza, psychologue clinicienne, constate « une très inquiétante poussée de l’idéologie radicale ». Elle estime également que la « déradicalisation » est le plus souvent impossible. Elle travaille pour l’association Entr’Autres, qui gère la «déradicalisation» organisée par l’État.

L’attentat a eu lieu à Nice. Cela ne vous étonne-t-il pas ?

Absolument pas. La région compte énormément de cas de radicalisation suivis par la cellule préfectorale. Nous faisons aussi partie des départements qui fournissent le plus grand nombre de départs en Syrie, sans compter ceux qui ne sont pas repérés. Pendant un an, nous nous sommes concentrés sur les cas que l’on considérait comme prioritairement dangereux, ceux des jeunes passés par la Syrie. On voit bien aujourd’hui que cette donnée n’est plus un indicateur pertinent. Pour Orlando comme pour Nice, les auteurs n’ont, semble-t-il, jamais mis un pied là-bas.

Cette attaque terroriste risque-t-elle de créer de nouvelles vocations ?

Assurément. On assiste en ce moment à une très inquiétante poussée de l’idéologie radicale, qu’elle soit politique ou religieuse. Je le mesure chaque jour dans les maisons de quartier et auprès des missions locales. Mohamed Merah était la principale figure d’identification jusqu’à cette année. Aujourd’hui, il « partage l’affiche » dans le coeur des jeunes radicaux avec cette nouvelle génération de terroristes apparue au Bataclan. Il y a eu un basculement très net au lendemain du 13 novembre 2015. [...]

Y a-t-il une « déradicalisation » possible ?

Tous me disent que la vie commence après la mort et que leur but, c’est le paradis. « La vie d’ici vaut 20 % et celle d’après, 80 % », répètent-ils en boucle. Ils nous disent qu’ils aiment la mort « bien plus que la vie » et nous expliquent que tous leurs actes sont menés au nom du bien, pour nettoyer ce monde de corruption. [...]

On a cru, jusqu’à la revendication de Daech, à l’acte isolé d’un déséquilibré…

C’est vrai que cela aurait été d’une certaine manière soulageant de croire qu’il s’agissait d’un acte isolé, d’un malade qui décompense. Mais foncer dans le tas, dans des familles, des poussettes, des enfants…, cela correspond parfaitement au mode opératoire préconisé par les théoriciens de Daech. [...]

Le Point

 

===

 

===

DHIMMITUDE !

Lyon : Polémique autour des statues des sept moines de Tibhirine !

Rappelons-nous, dans la nuit du 26 au 27 mars, il y a 20 ans, sept des neuf moines du prieuré de Tibhirine, en Algérie, étaient enlevés et séquestrés durant plusieurs semaines, avant que leur mort ne soit annoncée. Les frères se savaient menacés et avaient fait le choix de rester en Algérie.

Une messe en leur mémoire a été célébrée en juin 2016 à Saint-Louis-de-la-Guillotière, à Lyon, en présence du cardinal Barbarin et du prieur du monastère Notre-Dame de l'Atlas. Et les funérailles nationales des 7 moines de Tibhirine assassinés avaient lieu à la Basilique Notre-Dame d'Afrique à Alger. 

Comme un symbole, le père Jean-Pierre Flachaire a apporté une chasuble, un calice et une patène pour l'hostie, trois objets utilisés par les moines de Tibhirine.

A Lyon, l'association " Le message de Tibhirine " a vu le jour en 2016 pour continuer à faire vivre le témoignage des moines et leur message de paix et de dialogue entre chrétiens et musulmans. Sébastien de Pothuau, président de l'association, estime que : " Même 20 ans après leur mort, les moines de Tibhirine continuent d'être un exemple à suivre."

Et le minimum en France est effectivement de leur rendre hommage, et quel plus bel hommage qu'une statue les représentant dans le domaine public, dans un square lyonnais ? Hélas ce beau projet n'a pas eu lieu, de peur des musulmans, de : " peur qu'un déséquilibré ne décapite les statues..." précise le cardinal Barbarin. Ou de peur que le consul d'Algérie ne demeure fâché, hommage aux moines et oubli des milliers de morts algériens. Et les catholiques de Lyon laissent faire.

L'œuvre qui montre, en prière, les moines français tués en Algérie devait être un temps installée dans un square de la Guillotière à Lyon dans le 7ème. Elle est finalement implantée à la Maison Sainte-Irénée dans le 5e. Le cardinal Barbarin a dû reculer pour ne fâcher personne. Les arguments de son entourage ont eu gain de cause, et le cardinal Barbarin a fini par céder devant la crainte de dégradations.

En effet, le diocèse frôlera l'incident diplomatique avec le consulat d'Algérie. L'inauguration était prévue au printemps 2016, au moment de l'anniversaire de l'enlèvement des moines. Après réflexion, elle sera repoussée pour éviter toute collision avec les commémorations de l'indépendance algérienne. Le consul d'Algérie à Lyon a été furieux de ne pas avoir été averti plus tôt de ce projet d'inauguration des statues dans l'espace public.

Mais l'héritage que nous laisse ces 7 moines martyrs n'a pas fini de nous interpeller : " Il faut que des hommes et des femmes prennent le chemin de l'Atlas pour faire fleurir le désert irrigué du sang des frères. Le deuil se fait, il a fallu du temps, le moment est venu de faire germer l'espérance " explique le père Jean-Marie Lassausse, prêtre de la Mission de France, qui veille avec dévouement sur l'avenir du prieuré de Tibhirine. Il s'y dessine l'installation prochaine d'une Communauté Nouvelle, peut-être le Chemin-Neuf, qui lui permettrait de continuer à vivre et à accueillir le public. Et c'est à Midelt, au Maroc, que souffle désormais l'esprit de Notre-Dame de l'Atlas, là où ont trouvé refuge les frères Amédée (décédé en 2008) et Jean-Pierre Schumacher. Et où la vie cistercienne se poursuit.

Aujourd'hui, il n'y a plus de moines à Notre-Dame de l'Atlas, mais des croyants qui continuent à faire vivre Tibhirine, et poursuivent le travail commencé par les frères. Tibhirine est à ce jour un lieu de prière, de recueillement, de retraite spirituelle. Un lieu d'accueil ouvert sur le monde des croyants chrétiens et musulmans et sur le monde des non-croyants.

(Source "Vexilla Galliae", article de Mr Eric Muth/ Le surtitrage est de nous.)

 

===

 

Alors que l'armée américaine est en alerte maximale dans ses bastions en Turquie, Erdogan a exigé que Washington «extrade» le prédicateur Fethullah Gulen, réfugié aux Etats-Unis, qu'il soupçonne d'être le cerveau du putsch du 15 juillet.

Le cas Fethullah Gulen, éternel sujet de tensions

«Extradez-le si vous êtes notre allié», a lancé le président turc Recep Tayyip Erdogan à l’attention des Etats-Unis, en référence à Fethullah Gülen, religieux exilé en Pennsylvanie qui a nié toute implication dans la tentative de coup d'état, malgré les accusations d'Ankara.

Auparavant, le gouvernement turc avait indirectement critiqué l'attitude de Washington.

«Je ne vois aucun pays capable de protéger un tel homme, qui est le chef d’une organisation terroriste, surtout après ce qui s’est passé la nuit dernière. Protéger cet homme constitue un acte d’hostilité envers la Turquie et le pays qui le ferait ne serait pas un ami», a martelé le Premier ministre turc Binali Yıldırım devant la presse sur un ton clairement menaçant. 

Le clerc de 75 ans est présenté comme l'inspirateur des putschistes par les autorités turques et le mouvement politico-religieux qu'il dirige, le Hizmet, est considéré par Erdogan comme un «groupe terroriste». La Turquie avait d'ailleurs déjà demandé aux Etats-Unis l'extradition de l'opposant.

Fethullah Gulen et Recep Tayyip Erdogan, avant d'être des ennemis, ont été des alliés de circonstance. Ainsi, Gulen a soutenu l'AKP, le parti du président turc, dès 2002, jusqu'à ce que la crise éclate ouvertement entre les deux hommes en 2014. Le Hizmet a alors été accusé par le pouvoir de noyauter les milieux de la justice et de la police. Gulen a pour sa part dénoncé la dérive autoritaire de l'AKP et de son dirigeant, estimant qu'elle pourrait compromettre l'intégration à l'Union européenne de la Turquie.

Washington renforce au maximum le niveau de sécurité de ses bastions en Turquie

Un responsable de la défense des Etats-Unis, cité par Reuters sous couvert d’anonymat, a déclaré que la sécurité avait été élevée au niveau «delta» le 16 juillet, ce qui signifie généralement qu'une attaque terroriste ou qu'un attentat est imminent.

Le responsable a cependant fait savoir qu’au niveau diplomatique, la sécurité restait la même, précisant que l’ambassade des Etats-Unis à Ankara et le consulat à Istanbul continuaient de fonctionner normalement et qu’aucun ressortissant américain n’avait été rapatrié par l’armée durant la tentative de putsch.

Néanmoins, l’ambassade et le consulat américains ont invité leurs ressortissants à ne pas s’y rendre en raison de risques sécuritaires encore non clairement définis. 

L'avenir des bases américaines en Turquie pourrait être compromis

Vendredi 15 juillet, la tentative de coup d'Etat avait soulevé des questions sur les opérations militaires américaines à l’avenir, notamment en ce qui concerne la lutte contre l’Etat islamique en Irak et en Syrie, les Etats-Unis utilisant à cet effet des bases militaires situées sur le territoire turc. Mais ces préoccupations ont semblé diminuer le samedi 16 juillet, selon le responsable de la Défense.

En effet, le Pentagone fait stationner ses troupes sur la base aérienne d’Incirlik, près de la frontière sud avec la Syrie et celle de Diyarbakir, dans la partie sud du pays. Les deux bases ont un rôle primordial dans la lutte des troupes américaines contre Daesh.

«Nous suivons la situation de près en Turquie et prenons les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de nos soldats, des civils, de leurs familles, ainsi que des installations», a déclaré un autre responsable de la défense américaine le soir de la tentative de coup d’Etat.

Il a notamment ajouté que jusqu’à présent, il n’y avait pas eu d’impact particulier sur la base aérienne d’Incirlik et que les opérations de lutte contre Daesh se poursuivaient normalement.

Ces déclarations semblent totalement contraster avec la réalité sur le terrain, puisque le 16 juillet, l’accès à la base d'Incirlik, qui abrite notamment des armes nucléaires américaines, a été bloqué et l’électricité coupée.

L’espace aérien au-dessus de la zone aurait lui aussi été fermé, selon la chaîne d'actualité américaine CNN. 

Les autorités turques ont expliqué vouloir s’assurer que tous les éléments de l’aviation turque sont bien sous le contrôle des forces pro-gouvernementales, alors que des avions et des hélicoptères militaires ont été utilisés par des putschistes la veille.

En conséquence, les missions américaines menées contre Daesh depuis la base d’Incirlik ont été temporairement suspendues, a indiqué un responsable américain à l'AFP sous couvert d'anonymat.

À Incirlik, les États-Unis font également stationner des avions de combat, des navires-citernes, ainsi que des drones de combat. Un commandant de la Force aérienne américain avait déclaré en mai 2016 que son unité gérait à elle seule un tiers du ravitaillement en carburant nécessaire pour les frappes aériennes en Irak et en Syrie. 

Les Etats-Unis utilisent par ailleurs d’autres bases en Turquie, notamment à Izmir, à environ 320 km au sud-ouest d'Istanbul et à Aksaz sur la côte égéenne.

En Mars 2016, le Pentagone et le Département d'Etat avait ordonné aux familles de soldats américains, ainsi qu’aux diplomates de quitter le pays, invoquant de graves risques sécuritaires et des menaces d’attentats.   

SOURCE

 

===

 

===

Why France? It's in the Math


Assyrian International News Agency
To unsubscribe or set email news digest options, visit http://www.aina.org/mailinglist.html

Why France? It's in the Math
By Peter Ahern
2016-07-19 00:15 GMT

 

A body is seen on the ground July 15, 2016 after at least 84 people were killed in Nice, France, when a truck ran into a crowd celebrating the Bastille Day national holiday. ( Eric Gaillard/Reuters)(AINA) -- As France reels from yet another terrorist attack on its citizens, many commentators are asking why that particular country has borne the brunt of recent terrorist attacks on the West. It's true that other atrocities have been carried out earlier in the USA, UK, Belgium, Spain and other Western locations, but France seems to be particularly targeted and has suffered an especially high toll over the last 18 months. Mass murder in the name of Islam has been carried out in the Charli Hebdo offices (January 2015), on the streets of Paris (November 2015), on the seaside boulevard in Nice (July 2016), with several smaller scale but similarly murderous attacks in various locations across France in between times.

Demographics and statistics are a great help in trying to understand the scale of the French problem. Also helpful are public opinion surveys taken among Muslim communities both in the majority Muslim world and in the West. Liberal commentators regularly remind their audiences of the diversity of Muslims and some even go so far as to declare Islam as a religion of peace. And indeed, many Muslims are as horrified by terrorist attacks as are non-Muslims.

But public opinion surveys among Muslims reveal a very worrying statistic. Such surveys regularly show support for radical jihadist activity running at somewhere between 5 -- 10%. Such are the findings of small-scale surveys taken among Muslims in Britain and European countries, as well as larger surveys taken among Muslims in the Middle East and other majority Muslim locations.

Extrapolating from these figures, we begin to understand why the Muslim world is in such a mess. Four countries that are typically torn apart by violent conflict are Afghanistan, Iraq, Libya and Syria. The Muslim proportion of the populations of the first three countries is over 95%, while in Syria Muslims represent around 85% of the population. So if a minimum of 5% of the population is inclined to jihadi activity, that translates to 1.6 million Afghans, 1.9 million Iraqis, 320,000 Libyans and 850,000 Syrians. Such figures do not even take account of floating radicals coming in from other locations. Simply put, majority Muslim societies are prone to political and social conflict because of the significant presence of trouble-making radical Islamist elements. And indeed, the terrorist strikes in France that have stunned the West are sadly relatively commonplace in countries such as Afghanistan, Iraq, Libya and Syria, so much so that when they occur media reporting is barely sufficient.

With Muslim communities typically containing within themselves the dangerous radical fringe, it is little wonder that as Muslim minorities grow in the West, a radical Islamist fringe will similarly grow in those Western locations. Some Western countries are a lot further down the road in hosting the growing Islamic presence, but none more so than France. That country's hospitality to North African migrants was facilitated by a sense of guilt felt by the French liberal elite in the wake of the Algerian Civil War and France's colonial history in North Africa. Hence North Africans flocked to France in the last decades of the 20th century, with the result that today the French Muslim community constitutes around 10% of the population, equal to around 6 million people. By contrast, the smaller Muslim communities of other European countries are still playing catch-up. Muslims represent 6% in the Netherlands, a rapidly growing 4% in Germany, 3% in Britain and 2.5% in Spain.

So if we apply the 5% jihadi rule, that means that French hospitality has resulted in approximately 300,000 Muslims in France today being in clear sympathy with the terror strikes in Paris, Nice and elsewhere. In such circumstances, it is surprising that there have not in fact been more strikes, and this is probably testimony to the efficiency of the French security services. However, there will be more. France is at a crossroads and its ruling elites need to take some very hard decisions if this situation is not to spiral out of control, leading to eventual civil conflict.

At the same time, other Western nations should be asking hard questions of their own immigration policies. If Muslim immigration means significant growth of radical jihadi sentiment, do immigration policies need to be reviewed to favour those communities who are more likely to contribute to social cohesion, rather than fragmentation? Do the political elites of Western countries have the courage to address such questions? Only time will tell, but time is of the essence.

 

 

Peter Ahern is a British freelance writer on religion, politics and society, currently residing in Australia.

 


 

Views and opinions expressed in guest editorials do not necessarily reflect the views and opinions of AINA.
Guest Editorial Policy

 

 

 

===

 

===

 

 

Dans « terrorisme » il y a « terreur »… Et le terrorisme, c’est le fait d’utiliser la violence, meurtrière souvent, pour imposer des idées, qu’elles soient politiques, religieuses ou idéologiques.

Plusieurs méthodes sont utilisées : attentats, sabotages, prises d’otage, assassinat, pillage… Et bien d’autres encore. Le terrorisme a cette particularité de s’attaquer à des civils, des gens qui ne combattent pas.

 

metr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

France Télévisions

 

===

 

Nice après les attentats du 14 juillet. Crédits : Flickr.com.Baï Parchoev aurait dû rentrer chez lui quelques heures après l’attentat de Nice, le 14 juillet dernier. Mais avant de prendre son vol pour Moscou, il a décidé de se promener un peu dans la ville et a croisé la trajectoire du camion fatal un peu avant d’arriver sur le front de mer. Il revient, pour le quotidien Izvestia, sur les événements et son sauvetage miraculeux.

« Je me sens bien, même si les médecins m’ont interdit de voyager pendant encore quatre ou cinq jours. J’ai subi un traumatisme crânien, confie Baï Parchoev, 28 ans. J’étais à Nice depuis un mois et demi, alors que j’étais censé n’y passer que trois jours. Ça s’est fait comme ça. J’avais d’abord atterri à Milan, pour la finale de la Ligue des champions. Mais ensuite, avec des amis, on a décidé d’aller passer quelques jours à la mer. Puis l’Euro a commencé, et nous avons décidé de rester. Je devais retourner à Moscou jeudi dernier, précisément. »

Baï explique que jeudi soir, après dîner, il a proposé à son ami Arthur, avec qui il était venu à Nice, de faire un petit tour en ville avant le départ.

« Je savais que les Français fêtaient le 14 juillet. J’ai proposé à Arthur d’aller se promener, mais il n’a pas voulu. Il m’a dit : ”Il pleut”. J’ai répondu : ”Mais ce n’est pas le tonnerre qu’on entend, c’est le feu d’artifice. Viens !”. Finalement, il n’a pas voulu sortir, je suis donc parti seul. Je suis arrivé sur le front de mer, et 40 secondes plus tard, le camion est arrivé sur la promenade. Il roulait très vite », se remémore-t-il.

Baï se souvient qu’il y avait énormément de monde – quasiment toute la ville était de sortie.

« Heureusement, les terroristes sont arrivés un peu en retard – les gens avaient commencé à se disperser. À propos, je ne comprends pas pourquoi on ne parle que d’un terroriste ? Ils étaient deux ! Un qui conduisait, et un autre sur le siège passager, c’est lui qui a tiré », assure l’homme.

Parchoev a eu une chance étonnante – il a échappé à la mort par miracle, alors que le véhicule se dirigeait pratiquement droit sur lui.

« Le camion roulait derrière moi, il a surgi dans mon dos à une vitesse dingue. Je ne le voyais pas. Ce qui m’a sauvé, c’est que le camion a percuté un homme qui m’est tombé dessus et j’ai été poussé hors de la trajectoire du camion. Je suis tombé sur la piste cyclable, et le camion a roulé le long de ma jambe, mais en effleurant seulement la peau.

Quand l’homme m’est tombé dessus, j’ai été projeté et ma tête a frappé violemment le sol. Mais c’est vraiment ce qui m’a sauvé. Lui, il semblait déjà mort. Je ne comprenais pas, raconte le témoin. C’était une sorte de hachis de gens. On voyait partout des restes humains. Des gens morts partout… J’ai vu au moins 15 jambes arrachées. Il y avait énormément d’enfants. Énormément… Les gens étaient venus voir le feu d’artifice en famille. Il y a eu un mouvement de panique terrible – tout le monde hurlait, s’enfuyait. J’étais pratiquement au tout début de la trajectoire du camion. »

Crédits : Archives personnelles.
Baï Parchoev hospitalisé après avoir été renversé par le camion, à Nice. Crédits : Archives personnelles.

Baï explique qu’il n’y avait quasiment nulle part où fuir.

« Vous avez le trottoir, et tous les 50 ou 100 mètres environ – des marches, qui descendent à la mer. Il y a une rambarde puis un petit mur, et en bas, la plage. On ne pouvait fuir que sur la route », décrit-il.

Après le premier choc, Baï s’est relevé et a poursuivi son chemin sur la digue, sans aller voir les secours. « Il y avait tant de gens mutilés sur place que j’avais tout simplement honte de demander de l’aide avec mes blessures », reconnaît-il.

Baï a tout de même fini par aller à l’hôpital au milieu de la nuit, s’étant mis à souffrir d’un mal de tête violent. Mais avant cela, il a marché parmi les corps à la recherche de personnes qu’il connaissait. Il se trouvait à Nice avec plusieurs amis.

« J’ai tout de suite appelé mes amis sur place, pour que eux-mêmes appellent leurs connaissances, afin de savoir si quelqu’un avait été blessé. Ensuite, j’ai avancé le long de la digue, au milieu des corps recouverts, je soulevais les couvertures pour voir s’il y avait des gens que je connaissais parmi les victimes. Les gens se sont immédiatement serré les coudes, ils s’aidaient les uns les autres, les taxis emmenaient les blessés à l’hôpital gratuitement », explique l’homme.

Baï a deviné quasiment sur le champ qu’il s’agissait d’un attentat dès lors qu’il s’est relevé et qu’il a retrouvé ses esprits.

« Au début, j’ai pensé que c’était un accident, que le conducteur avait perdu le contrôle ou que les freins avaient lâché. Mais quand j’ai vu qu’il roulait en zigzags, qu’il fonçait exprès sur les gens, je me suis dit que c’était un malade ou un terroriste. Sans aucun doute », affirme Parchoev.

Baï ne peut pas encore rentrer à Moscou – les médecins insistent pour qu’il reste au lit.

« On m’a interdit de marcher à cause de mon traumatisme crânien. Ils m’ont dit : ”tu peux rester à l’hôpital ou rentrer chez toi, comme tu veux, mais reste allongé. Un médecin viendra te voir tous les jours pour te faire des piqûres”, poursuit Baï. Je n’ai pas d’assurance, mais à l’hôpital, ils ne m’ont rien demandé, pas d’argent. Ils m’ont d’abord fait toutes les radios sur place, puis ils m’ont emmené dans un autre hôpital. Les médecins ont été très efficaces. Franchement, bravo ! Quant à moi, je n’arrive toujours pas à comprendre comment je suis resté en vie. Je suis toujours sous le choc. Théoriquement, j’aurais dû mourir – le camion me fonçait droit dessus. »

SOURCE

 

===

See original image

Programme des prochaines semaines au Monastère

 

Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de

 

Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

 

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

 

Au Monastère Syriaque de

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

 

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois)

 

 

 

*Dimanche 24 JUILLET:

 

Pèlerinage à Saint Christophe

See original image

-10h30, Messe suivie de la Bénédiction des Voitures et d'un repas fraternel.

 

(Programme habituel)

 

 

 

 

*Dimanche 7 AOUT:

 

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde

 

 'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Mère de Miséricorde, priez pour nous, secourez-nous!

 

et aux Saints du Kerala

 See original image

St Abraham Koorilose Bava, priez pour nous !

 

See original image

St Grégorios de Parumala, priez pour nous !


 

10h30, Messe suivie de la BENEDICTION DES VOITURES et du repas fraternel,

possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

 

Ramassage des fidèles sur

 

*Paris: le Samedi 6 Aoüt à 15 h 

 

au lieu de R.D.V habituel.

 

  

* Sunday, Auguste 7:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

 

 

 

WEEKEND DE L'ASSOMPTION:

 

*Dimanche 14 à Jauldes (Charente)

 

 

-10h30, Messe du jour et prières mariales de vigile

 

 

de la "Dormition Assomption" de la Très Sainte

 

 

Vierge Marie)

 

See original image 

 

*Lundi 15 AOUT au Monastère

 

 Pèlerinage de l' Assomption (Dormition de la Très Ste

 

Vierge Marie)

 

10h30, Messe suivie de la PROCESSION MARIALE et des

 

prières au monument du "SAYFO" et des autres reposoirs.

 

Repas fraternel,

 

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

See original image

 

 

*Dimanche 28 AOUT,

 

 Pèlerinage de Préparation à la Rentrée scolaire

 

See original image

-9h Baptêmes d’Axel et Cyprien

 

 

-10h30, Messe suivie des prières et bénédictions des

 

enfants, écolier, étudiants, parents et. Repas fraternel,

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

 

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


See original image 

 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 12,46-50.

En ce temps-là, comme Jésus parlait encore aux foules, voici que sa mère et ses frères se tenaient au-dehors, cherchant à lui parler. 
Quelqu’un lui dit : « Ta mère et tes frères sont là, dehors, qui cherchent à te parler. » 
Jésus lui répondit : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? » 
Puis, étendant la main vers ses disciples, il dit : « Voici ma mère et mes frères. 
Car celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. » 
 


Par Ste Thérèse de l'Enfant Jésus

(1873-1897), moniale Romaine-Catholique (carmélite), canonisée par son Eglise: Ste Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Ste Face.
 

« Celui qui fait la volonté de mon Père..., celui-là est pour moi un frère, une sœur et une mère »

 

      « Mes pensées ne sont pas vos pensées dit le Seigneur » (cf Is 55,8).

Le mérite ne consiste pas à faire ni à donner beaucoup, mais plutôt à recevoir, à aimer beaucoup.

Il est dit que c'est bien plus doux de donner que de recevoir (Ac 20,35), et c'est vrai, mais alors, quand Jésus veut prendre pour lui la douceur de donner, ce ne serait pas gracieux de refuser.

Laissons-le prendre et donner tout ce qu'il voudra ; la perfection consiste à faire sa volonté, et l'âme qui se livre entièrement à lui est appelée par Jésus lui-même « sa mère, sa sœur » et toute sa famille.

Et ailleurs:

« Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole »

(c'est-à-dire il fera ma volonté)

« et mon Père l'aimera, et nous viendrons à lui et nous ferons en lui notre demeure »

(Jn 14,23).

Oh, comme c'est facile de plaire à Jésus, de ravir son cœur ; il n'y a qu'à l'aimer sans se regarder soi-même, sans trop examiner ses défauts... 

      Les directeurs font avancer dans la perfection en faisant faire un grand nombre d'actes de vertu et ils ont raison, mais mon directeur qui est Jésus ne m'apprend pas à compter mes actes ; il m'enseigne à faire tout par amour, à ne lui rien refuser, à être contente quand il me donne une occasion de lui prouver que je l'aime, mais cela se fait dans la paix, dans l'abandon ; c'est Jésus qui fait tout et moi je ne fais rien.

"j'ai toujours pensé que l'on devait dire toutes les paroles de la prière

- 'Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi, pécheur',

mais vous indiquez dans vos instructions la prière courte

- Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de moi."


Saint Grégoire le Sinaïte dit que la version courte de la Prière de Jésus est préférable pour les débutants. Et saint Syméon le Nouveau Théologien mentionne lui aussi cette courte prière de 5 mots.
Staretz Nicodème de Karoulia, enseignements sur la Prière de Jésus

"A sign of spiritual life is the immersion of a person within himself and the hidden workings within his heart."

St Seraphim of Sarov)

 

Repost 0
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 10:55
The use of bells is not only practical, but is also considered to be spiritual. Bells are sometimes referred to as "singing icons," because they establish the acoustic space of an Orthodox temple just as painted icons and hymnography define its visual and noetic space, respectively.  (Fr. John)

The use of bells is not only practical, but is also considered to be spiritual. Bells are sometimes referred to as "singing icons," because they establish the acoustic space of an Orthodox temple just as painted icons and hymnography define its visual and noetic space, respectively. (Fr. John)

Première lettre de saint Jean 3,13-18.

Très chers frères : ne vous étonnez pas si le monde vous hait. 
Nous, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons nos frères. Celui qui n'aime pas demeure dans la mort. 
Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu'aucun meurtrier n'a la vie éternelle demeurant en lui. 
A ceci nous avons connu l'amour, c'est que Lui a donné sa vie pour nous. Nous aussi, nous devons donner notre vie pour nos frères. 
Si quelqu'un possède les biens de ce monde et que, voyant son frère dans la nécessité, il lui ferme ses entrailles, comment l'amour de Dieu demeure-t-il en lui ? 
Mes petits enfants, n'aimons pas de parole et de langue, mais en action et en vérité. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 15,12-16.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Voici quel est mon commandement : c'est que vous vous aimiez les uns les autres comme je vous ai aimés. 
Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. 
Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande. 
Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais je vous ai appelés amis, parce que tout ce que j'ai entendu de mon Père, je vous l'ai fait connaître. 
Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, mais c'est moi qui vous ai choisis et qui vous ai établis, pour que vous alliez et que vous portiez du fruit, que votre fruit demeure, et que le Père vous accorde ce que vous lui demanderez en mon nom. 
 


Par Dorothée de Gaza

(v. 500-?), moine en Palestine 
Instructions, VI, 76-78 : SC 92, p. 281-287. 

 

Aimer Dieu et son prochain

 

Plus on est uni au prochain, plus on est uni à Dieu. Pour que vous compreniez le sens de cette parole, je vais vous donner une image tirée des Pères :

Supposez un cercle tracé sur la terre, c'est-à-dire une ligne tirée en rond avec un compas, et un centre.

On appelle précisément centre le milieu du cercle.

Appliquez votre esprit à ce que je vous dis. Imaginez que ce cercle c'est le monde, le centre Dieu, et les rayons les différentes voies ou manières de vivre des hommes.

Quand les saints, désirant approcher de Dieu, marchent vers le milieu du cercle, dans la mesure où ils pénètrent à l'intérieur, ils se rapprochent les uns des autres en même temps que de Dieu.

Plus ils s'approchent de Dieu, plus ils se rapprochent les uns des autres ; et plus ils se rapprochent les uns des autres, plus ils s'approchent de Dieu. 

Et vous comprenez qu'il en est de même en sens inverse, quand on se détourne de Dieu pour se retirer vers l'extérieur : il est évident alors que, plus on s'éloigne de Dieu, plus on s'éloigne les uns des autres, et que plus on s'éloigne les uns des autres, plus on s'éloigne aussi de Dieu. 

Telle est la nature de la charité. Dans la mesure où nous sommes à l'extérieur et que nous n'aimons pas Dieu, dans la même mesure nous avons chacun de l'éloignement à l'égard du prochain. Mais si nous aimons Dieu, autant nous approchons de Dieu par la charité pour lui, autant nous communions à la charité du prochain ; et autant nous sommes unis au prochain, autant nous le sommes à Dieu.

Touchés par l'étrange douceur, / Vierge pure, de ton chaste enfantement, / admirant ta bonté digne d'honneurs, / Mère de Dieu, comme les Anges, en chœur / à juste titre nous te magnifions.

Métier sur lequel le Christ fut tissé divinement / lorsque l'Esprit, ce principe divin, / tissa pour lui le vêtement de sa chair, / revêts donc ma débauche de l'ornement de chasteté, / Vierge pure, par ton intercession.

La chambre nuptiale sainte et pure, c'est toi, / dans laquelle le Dieu par nature épousa la nature des mortels; / je t'en prie donc, unis-moi à ton Fils, / fais de moi un familier de sa maison / pour la vie divine, par ton intercession.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit

Vigne spirituelle ayant produit / pour nous la grappe divine, le Raisin / dont nous buvons le flot immortel, / sur mon âme fais jaillir le vin de componction / qui me purifiera par ton intercession.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Toi qui as mis un terme à la loi de corruption / régnant sur la nature des mortels / en enfantant le Christ, la source d'immortalité, / mortifie par tes prières le vif élan / de mon être enflammé par les passions.

Mgr Charles Gay,vie chrétienne,combat,bataille,foi,espérance,tentation,Satan,illusion,sainteté,vérité,justice,mensonge,péché,mort,jugement,enfer,mélancolie,découragement

« La vie terrestre n'est qu'un combat (1). On y est vainqueur ou vaincu,

mais nul n'a le secret de s'y soustraire.

Or, j'ose bien dire que sur ce vaste champ de bataille qui s'appelle la vie chrétienne, il n'y a pas un seul coin de terrain où la lutte soit plus vive et plus acharnée que sur le terrain de l'espérance.

On comprend qu'il en soit ainsi, car, à bien y regarder, c'est là que toute l'affaire du salut se décide. Il s'agit bien, pour être sauvé, de croire en Dieu et de l'aimer ; mais c'est par l'espérance que la foi fleurit en amour.

Sans elle notre arbre spirituel n'est qu'une racine sans tige et par là même sans fruits. Aussi, pour une tentation que les âmes ont contre la foi, elles en ont dix et vingt contre l'espérance.

Il n'y a guère non plus de péchés sur lesquels on se fasse plus facilement illusion que sur ceux qui la blessent.

On y tombe de bien des manières, et bien plus souvent qu'on ne croit, bien plus souvent dès lors qu'on ne s'en accuse. [...]

Certes, Satan sait bien ce qu'il fait, en nous livrant sur ce point de si furieux assauts ; car si, dans les profondeurs d'un cœur qui se reposait habituellement en Dieu, il parvient à jeter, à maintenir surtout un ferment de défiance, il gagne aisément le reste. [...] Et pour y arriver, tout lui est bon.

Nulle part plus qu'ici il ne cherche à se transfigurer en ange de lumière (2).

Il se fera contre vous une arme de toutes les perfections divines.

Au nom de la sainteté, au nom même de l'amour, il s'efforcera de vous convaincre qu'après tant de grâces méprisées et perdues, le découragement n'est qu'un acquiescement raisonnable à la vérité, et qu'en vous désespérant, vous ne ferez que reconnaître et honorer la justice. [...]

Démasquez cet ange de ténèbres :

dites-lui qu'il ment et qu'il n'est tout entier que mensonge. Fermez les yeux à ses fantômes ; rendez-vous sourdes à ses propos, surtout s'il vous engage dans des argumentations théologiques ; et en général ne redoutez aucun démon à l'égal des démons théologiens.

Ne raisonnez pas du tout ici, priez.

N'admettez pas que là où il s'agit d'espérance en Dieu, il y ait même une question pour vous : espérez, espérez encore, espérez toujours ; et prenez garde aux pentes, car c'est là principalement que les pièges de notre ennemi sont tendus.

Les pentes, c'est l'abus de l'examen de conscience et la manie du retour sur soi-même.

C'est la considération imprudente, c'est-à-dire non approuvée du directeur, ou prolongée outre mesure des vérités de la foi qu'on nomme effrayantes, telles que sont le péché, la mort, le jugement, l'enfer éternel.

Les pentes, c'est l'inquiétude habituellement consentie, c'est l'esprit scrupuleux, c'est la mélancolie non combattue, c'est le découragement après les fautes, c'est le retard des confessions, c'est l'éloignement systématique et opiniâtre de la sainte Table.

Je le répète, défiez-vous de ces pentes, ne restez jamais sur ces pentes.

Elles mènent à des gouffres d'où il n'y a que des miracles qui puissent tirer ceux qui y sont tombés. »

1. Job. VII, 1. - 2. II Cor. XI, 14.

Mgr Charles Gay (1814-1891), De la vie et des vertus chrétiennes considérées dans l'état religieux, Tome I (chap. V, II), H. Oudin Frères, Poitiers - Paris, Huitième édition, 1878.

L'utilisation de cloches n'est pas seulement pratique,

mais aussi considérée comme spirituelle.

On parle parfois "d'icônes chantantes"

à propos des cloches,

car elles installent l'espace accoustique

d'une église orthodoxe,

de la même manière que les icônes peintes

et l'hymnographie définissent respectivement

son espace visuel et noétique.
(P. John)

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES AÎNES LES SAINTS...

 

 

 

 

 

Saint Arnould

ancêtre des Carolingiens,évêque de Metz,

du palais royal à l’ermitage vosgien.

(582‑640)

Arnoul, qui deviendra Saint-Arnoul, est issu d’une illustre famille d’Austrasie.

Né vers 582 au château de Layum (aujourd’hui Lay-Saint-Christophe, près de Nancy), il décède en 640 ou 641.

Il reçoit une éducation militaire et administrative.

Duc de la province de Mosellane, il est aussi Maire du Palais.

Le roi Clotaire lui confie l’éducation de celui qui sera le futur roi Dagobert.

Evêque de Metz en 614, il se retire en 629.

 

Tropaire ton 2

Pieux conseiller des monarques mérovingiens.
Tu fus nommé évêque de Metz par Clotaire
Tu fis l’éducation du prince Dagobert
Puis tu devins moine auprès de saint Romary
Et tu finis ermite soignant les lépreux
Saint Arnould, prie Dieu qu’il nous garde en Sa merci !

(http://www.apostolia.eu/…/du-palais-royal-a-lermitage-vosgi…)

Le miracle de la bière à Champigneulles, en juillet 642
Une chaude journée de juillet, alors que les fidèles transportaient les reliques du saint Arnould, patron des brasseurs, ils eurent soif. la provision de cervoise était épuisée. Il n’ y en avait p
lus qu’un reste au fond d’un vase. Ni vivres, ni rafraîchissements pour restaurer une si grande multitude. L’un des pèlerin, le duc Nothon, pria :
« Par son intercession puissante, que Saint Arnould nous apporte ce dont nous manquons ! »
Immédiatement, la petite provision de cervoise se multiplia miraculeusement. On parvint sans peine à désaltérer tout le monde une fois arrivé à Metz, et le soir et le lendemain.
A notre époque encore, bénit soit le Seigneur pour continuer à nous donner de si bons breuvages !
Armé de la vertu de la tempérance et des « règles du bien-boire » de Chesterton, remercions Dieu dans le secret de notre cœur et en public à chaque fois que nous levons notre verre… ou notre pinte !

(Tiré du blog ''Les hommes adorateurs'' par le Père Luc Duloisy )

Saint Frédéric
Évêque et martyr 
(† 838)

Frédéric, petit-fils de Radbod roi des Frisons, fut élevé avec les clercs de l'église d'Utrecht qu'il édifia par ses vertus, ses austérités, son ardeur à la prière.

Élu évêque d'Utrecht en 820, il travailla à évangéliser le Nord de la Frise, réprouva avec une liberté apostolique la conduite de Judith seconde femme de Louis le Débonnaire et s'attira ainsi le ressentiment de cette princesse. Il passa dans l'île de Walcheren pour y combattre l'abus des unions incestueuses.

Un jour qu'il faisait son action de grâces dans la chapelle de Saint-Jean-Baptiste, deux scélérats envoyés par Judith le percèrent de coups de poignard, et il mourut en récitant les paroles du psaume 114 :

« Je louerai le Seigneur sur la terre des vivants. »

FREDERIC 18 juillet

 

18 juillet :

Sainte Elisabeth, grande-duchesse

et Sainte Barbara, moniale, martyres en 1918

Tropaire ton 4

Imitant l'abaissement volontaire du Seigneur sur terre,
Tu quitta tes demeures royales pour servir le pauvre et de méprisé,
Débordante de compassion pour le souffrant.
Et prenant la croix du martyre,
Dans ta douceur,
tu perfectionna l'image du Sauveur en toi.
C'est pourquoi, avec Barbara,
supplie le Christ de nous sauver tous, O sage Élisabeth.

 

Prière

O douces saintes, Élisabeth et Barbara, de même que vous ne vous êtes pas détournées des plus viles tâches durant votre séjour terrestre, ne vous détournez pas de notre indignité. Priez le Seigneur afin qu'Il nous accorde la guérison de notre corps et âme, et abondante Miséricorde. Aidez-nous, empêtrés que nous sommes dans les vains plaisirs de la vie, à imiter votre vertu en méprisant les choses d'ici bas. Priez Dieu pour nous afin que nous puissions vous retrouver dans le Royaume des Cieux.

La grande-duchesse Sainte Élisabeth naquit en 1864. Fille du duc de Darmstadt, elle se convertit du protestantisme à l'Orthodoxie lors de son mariage avec le grand-duc Serge Alexandrovitch, malgré l'opposition de sa famille.
Dès les premiers jours de sa vie matrimoniale, elle commença à pratiquer largement l'aumône et à se consacrer à des oeuvres philanthropiques; et pendant la guerre russo-japonaise, elle organisa des convois d'ambulances et des hôpitaux pour recevoir les blessés. 
Le 18 février 1905, son époux fut assassiné par un terroriste. 
La grande-duchesse accepta le deuil avec résignation et, deux jours après, elle rendit visite à l'assassin en prison, pour l'exhorter au repentir. Elle adressa au tsar une demande de grâce, et tout le reste de sa vie, elle pria pour cet homme.
Ayant décidé de se consacrer tout entière à Dieu, Sainte Élisabeth vendit les nombreuses oeuvres d'art quelle possédait et fonda à Moscou le Monastère de Marthe-et-Marie, dédié aux oeuvres de miséricorde. 
Au printemps 1918, elle fut arrêtée par les bolcheviques en compagnie de deux moniales de ce monastère, Catherine et Barbara. La première fut libérée peu après, mais Barbara réussit à rester auprès de la grande-duchesse et partagea son Martyre.
La nuit du 18 juillet 1918, Sainte Élisabeth et d'autres membres de la famille Romanov furent précipités dans une galerie des mines d'Alapaevsky, où l'on fit éclater des grenades. Leurs corps furent retrouvés au mois d'octobre suivant,après que des chants et des prières eussent été entendus sur les lieux. 
Le corps de Sainte Élisabeth était intact et incorrompu. On envoya alors ses précieuses Reliques, avec celle de la moniale Barbara, à Jérusalem, où elles furent déposées dans l'église du Monastère de SainteMarie-Madeleine, qui a été construite par l'empereur Alexandre III.

 

Holy Martyr Emilian (362)

He was from the town of Dorostolon in Thrace and during the reign of Julian the Apostate became a servant of the governor in that region. Before the time of his martyrdom he was a secret Christian. An imperial legate arrived in the town with orders to seize all Christians, but failed to find any; to show his pleasure he ordered a great feast for the whole town, complete with sacrifices to the pagan gods.

 

 On the night before the appointed feast, Emilian went around the town and smashed all the idols with a hammer. The following day there was an uproar, and an innocent villager was seized and charged with the crime. Emilian, seeing this, said to himself 'If I conceal my action, what sort of use has it been? Shall I not stand before God as the slayer of an innocent man?' So he presented himself to the legate and confessed what he had done.

 

 When the furious official asked Emilian on whose orders he had acted, Emilian replied 'God and my soul commanded me to destroy those dead pillars that you call gods.' As punishment, Emilian was subjected to many tortures and finally burned alive.

 

 

 

 

 

 

 

 

marie orthodoxe

 

Souvenez-vous, ô très miséricordieuse Vierge Marie,

qu'on n'a jamais entendu dire qu'aucun de ceux qui ont eu recours à votre protection, imploré votre assistance et réclamé votre secours, ait été abandonné.

Animé d'une pareille confiance,

ô Vierge des vierges, ô ma Mère,

j'accours vers vous, et gémissant sous le poids de mes péchés,

je me prosterne à vos pieds.

O Mère du Verbe Incarné,

ne méprisez pas mes prières,

mais écoutez-les favorablement et daignez les exaucer.

Amen.

 

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES AÎNES LES SAINTS...

 

 

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 

See original image

EN VRAC...ÉLÉMENTS ÉPARS POUR VOTRE

 

RÉFLEXION PERSONNELLE ET...ALIMENTER

 

VOTRE PRIERE...

 

===

 

 

« Nous sommes au bord de la guerre civile ». Cette citation n’est pas celle d’un fanatique ou d’un malade mental. Non, elle émane du Directeur général de la sécurité intérieure (DGSI), l’un des principaux services de lutte contre le terrorisme. Patrick Calvar n’a « évoqué » le risque de guerre civile, il l’a martelé publiquement à trois reprises au moins. Le 12 juillet, il en a fait part aux membres de la commission d’enquête parlementaire « relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 ».

En mai 2016, il a délivré le même message à une autre commission de parlementaires chargés de la défense nationale. « Les extrémismes montent partout et nous sommes, nous, services intérieurs, en train de déplacer des ressources pour nous intéresser à l’ultra-droite qui n’attend que la confrontation ».

Quel genre de confrontation ? « Des affrontements intercommunautaires » a-t-il répondu – un terme poli pour évoquer « une guerre contre les musulmans ». Et il a ajouté, « encore un ou deux attentats et elle [la guerre civile] adviendra ».

En février 2016, face à une délégation sénatoriale sur le renseignement, il a dit « nous surveillons aussi des groupes extrémistes à l’opposé du spectre (islamiste), qui n’attendent que de nouveaux actes terroristes pour engager une confrontation violente ».

Personne ne peut prédire que le camion terroriste qui a labouré la foule du 14 juillet à Nice tuant plus de 80 personnes sera le déclencheur de cette guerre civile. Mais il peut être intéressant d’étudier de près l’ensemble des causes qui pourraient participer à l’émergence d’une guerre civile en France, mais aussi dans d’autres pays comme l’Allemagne ou la Suède.

La raison principale est la faillite de l’Etat.

1. La France est en guerre, mais l’ennemi n’est jamais nommé.

Depuis 2015, la France est la cible d’attaques islamistes à répétition. Parmi les bains de sang les plus importants, on compte l’attaque contre Charlie Hebdo et l’Hypercacher de Vincennes (2015) ; le Bataclan, les restaurants alentour et le Stade de France (2015), la décapitation d’Hervé Cornara (2015), l’attaque faillie contre le train Thalys (2015), l’assassinat des deux policiers à leur domicile de Magnanville (2016), et maintenant l’attaque au camion bélier le soir du 14 juillet à Nice.

La plupart de ces attaques ont été commises par des Français musulmans : des citoyens de retour de Syrie (les frères Kouachi contre Charlie Hebdo), ou des Français islamistes résidant en France (Larossi Abballa qui a tué une famille de policiers à Magnanville) qui proclament ensuite allégeance à l’Etat islamique. Le tueur au camion était Tunisien, mais marié à une Française, trois enfants, vivant tranquillement à Nice jusqu’à ce qu’il décide d’assassiner plus de 80 personnes et d’en blesser gravement plus de 200.

A chacun de ces tragiques épisodes, le chef de l’Etat, le président François Hollande, a refusé de nommer l’ennemi, refusé de nommer l’islamisme – et plus spécialement refusé de pointer du doigt les Français islamistes – comme les ennemis de tous les citoyens français.

Pour Hollande, l’ennemi est une abstraction : « terrorisme » ou « fanatiques ». Même quand le président ose nommer l’islamisme comme ennemi, il refuse d’en tirer les conséquences et de fermer toutes les mosquées salafistes, interdire le salafisme et les Frères musulmans (ainsi que leurs mosquées et organisations), raccompagner les prêcheurs de haine à la frontière et bannir le voile dans la rue comme à l’université. Non, au lieu de cela, le président français réaffirme sa détermination à combattre militairement l’ennemi… à l’étranger. « Nous allons renforcer nos actions en Syrie et en Irak » a dit le président au lendemain de l’attaque de Nice.

Pour le chef de l’Etat, le déploiement de soldats en armes sur le territoire national n’obéit qu’à une raison défensive. Il ne s’agit en aucun cas de réarmer la République contre un ennemi intérieur.

Face à cette faillite de nos élites – en principe élues pour piloter le pays à travers un océan de périls nationaux et internationaux -, comment s’étonner que des groupes paramilitaires s’organisent de leur côté pour des actions de représailles ?

Le sociologue Mathieu Bock-Côté qui enseigne en France et au Canada, a parfaitement résuméla situation dans Le Figaro :

« L’islamisme (..) vient aujourd’hui tuer les Occidentaux dans leurs jardins. Les élites occidentales, avec une obstination suicidaire, s’entêtent à ne pas nommer l’ennemi.
Devant des attentats comme ceux de Bruxelles ou de Paris, elles préfèrent s’imaginer une lutte philosophique entre la démocratie et le terrorisme, entre la société ouverte et le fanatisme, entre la civilisation et la barbarie ».

2. La Guerre Civile a déjà Commencé, mais Personne n’Ose le Dire

La guerre civile a commencé il y a seize ans, avec la seconde Intifada. Quand les Palestiniens se sont faits kamikazes à Tel Aviv et Jérusalem, les Français musulmans ont commencé à terroriser les juifs qui vivaient paisiblement en France. Seize ans durant, les juifs – en France – ont été agressés, attaqués, torturés et poignardés par des Français musulmans au nom des « souffrances » palestiniennes en Cisjordanie et à Gaza.

Quand un groupe de citoyens français dont tous les membres ont la particularité d’être musulmans entreprend de déclarer la guerre à un autre groupe de citoyens français qui tous ont la particularité d’être juifs, comment faut-il appeler cela ?

Pour l’establishment français, il ne s’agissait pas d’une guerre civile mais d’un regrettable manque de communication entre deux communautés « ethniques ».

Jusqu’à aujourd’hui, personne n’a voulu établir un lien entre ces attaques contre les juifs et le meurtre de masse contre une foule indiscriminée à Nice. Personne n’a osé classer ces violences sous le nom générique qu’elles devraient porter depuis longtemps, celui de guerre civile

Pour le très politiquement correct establishment français, la guerre civile ne commencera que le jour où un groupe paramilitaire entreprendra de mener une guerre de représailles contre les Français musulmans. Jusqu’à présent, personne n’ose penser ni dire que les attaques de juifs par des Français musulmans, les attaques des journalistes de Charlie Hebdo par des Français musulmans, la décapitation d’Hervé Cornara par un Français musulman, la torture à mort d’Ilan Halimi par des Français musulmans, les meurtres de soldats et d’enfants juifs à Toulouse par un Français musulman, la tentative d’extermination des passagers du Thalys ou d’une foule à Nice par un (quasi) Français musulman sont des événements de guerre civile.

Pour les politiques et les médias, ces bains de sang sont à classer dans la case « catastrophe climatique », voire celle du tragique malentendu.

3. Pour la classe politique, l’ennemi n’est pas l’islamiste mais le vieux, le pauvre et le déçu qui ne vote plus pour eux.

En France, qui se plaint le plus de l’immigration musulmane ? Qui souffre le plus de l’islamisation des communautés musulmanes implantées en France ? Réponse : les Français au carré (ceux dont les deux parents sont nés en France) qui vivent à proximité de leurs concitoyens musulmans, qui souhaitent pouvoir boire un alcool au comptoir d’un café tout en dégustant un sandwich jambon beurre (sans pouvoir le faire) et qui n’ont pas les moyens d’émigrer vers des zones plus conformes à leur forme de diversité.

Conséquence logique, des millions de pauvres et de vieux sont prêts à élire Marine Le Pen à la présidence de la République parce que le Front National est le seul parti qui entend combattre l’immigration illégale.

Ces vieux et ces pauvres qui s’apprêtent à voter pour le Front National sont devenus les ennemis de l’élite actuellement au pouvoir, qu’elle soit de droite ou de gauche. Quel discours le FN tient-il à ces populations en souffrance ? « Nous voulons restaurer la France comme la nation du peuple français ». Les vieux et les pauvres le croient, quel autre choix leur laisse-t-on ?

En Angleterre, les mêmes vieux et pauvres n’ont eu d’autre choix que d’opter pour le Brexit. Ils ont saisi le premier instrument qui leur a permis d’exprimer leur déception et leur inquiétude de vivre dans une société qu’ils n’aiment plus et au sein de laquelle ils ne se reconnaissent plus. Ils n’ont pas voté pour dire : « Tuez ces musulmans qui transforment mon pays, volent mon travail, profitent de l’argent de mes impôts ». Ils protestaient juste contre une élite mondialisée qui a entrepris de transformer radicalement la société sans les consulter auparavant.

En France, ces élites mondialisées ont déjà opéré leur choix. Elles ont décidé que les mauvais « électeurs » étaient trop stupides ou manquaient trop d’éducation pour apprécier les beautés des sociétés ouvertes à des populations qui souvent, ne veulent pas s’assimiler, et même exigent de vous assimiler à elles, sous peine de vous tuer si vous n’obtempérez pas de bon cœur.

Les élites mondialisées ont également opéré un autre choix : elles font cause commune contre les pauvres et les vieux qui ne veulent plus voter pour elles. Autrement dit, ces mêmes élites ont choisi de ne pas désigner l’islamisme comme ennemi parce que les musulmans eux, votent massivement pour elles.

Les musulmans d’Europe offrent en effet une grosse « carotte » à l’élite mondialisée : le vote collectif. En France, 93% des musulmans ont voté pour l’actuel président, François Hollande, en 2012. En Suède, 75% des musulmans suédois ont voté pour les sociaux – démocrates aux élections de 2006 ; et les études montrent que le bloc « rouge-vert » rassemble 80-90% du vote musulman.

4. La guerre civile est-elle Inévitable ? Oui !

Si l’establishment ne veut pas voir que la guerre civile est déjà là et que les musulmans extrémistes ont dégainé les premiers – si ce même establishment ne veut pas voir que l’ennemi principal n’est pas le Front national en France, l’Afd en Allemagne, ou les Démocrates de Suède – mais l’islamisme – alors oui, une guerre civile est plus que probable.

La France, comme l’Allemagne et la Suède, a une armée et une police assez fortes pour lutter contre l’ennemi islamiste de l’intérieur. Mais cette lutte ne peut être engagée qu’à condition de nommer l’ennemi et de s’organiser contre lui. Si cette guerre n’est pas menée, – si les citoyens autochtones sont abandonnés au désespoir, sans autre moyen que de prendre les armes et mener eux-mêmes une guerre de représailles – alors oui, la guerre civile est inévitable.

Par Yves Mamou – Gatestone Institute – JSSNews
L’auteur est journaliste free-lance, est basé en France. Il a travaillé pendant deux décennies en tant que journaliste pour Le Monde. 

SOURCE

 

===

Pour suivre, mais surtout "soutenir" par nos prières fraternelles et aimantes notre bon ami Mor Melethios lors de son périple apostolique au USA

To follow, but especially "support" our fraternal prayers and loving our good friend Mor Melethios during his apostolic journey to the USA

Seminar on "Church and Mental Health" at

St. Gregorios Orthodox Church,

Tampa, Florida. Jly 16, 2016

After the Holy Qurbana at St. Paul's Malankara Orthodox Church, Orlando, Florida with Rev. Fr. Dr. Jacob Mathew and the Acolytes

 

 

===

 

Editorial d’Alexis Brezet, Directeur des rédactions du Figaro, intitulé  » Une riposte sans pitié ».

Merah, Charlie, le Bataclan, Magnanville, et maintenant Nice… Combien de temps avant que nos yeux se dessillent ? [...]

Drôle de guerre, en vérité! Nous laissons nos frontières (nos lignes, diraient les soldats) ouvertes à nos ennemis. Les agents recruteurs du djihad prêchent impunément leur idéologie de haine dans des mosquées financées par l’ennemi. Les «traîtres» partis combattre en Syrie sont soumis à un simple stage de «déradicalisation». Quant aux «fichés S», susceptibles de se constituer en «cinquième colonne», ils gambadent dans la nature au motif qu’ils «n’ont encore commis aucun crime»…

La guerre, quelle guerre? Mais nous vivons comme si nous étions en paix ! [...] Cet aveuglement volontaire n’a que trop duré. Pour gagner la guerre, il faut la mener sans demi-mesure ni pusillanimité. Et pour donner à ceux dont c’est la mission quelque chance de l’emporter, il nous faut réarmer. Réarmement militaire et policier, bien sûr. Réarmement législatif, partout où cela est nécessaire.

Réarmement moral, surtout, pour surmonter collectivement ce syllogisme pervers drapé dans les oripeaux du «vivre ensemble» qui prétend disqualifier, en France, toute action un peu énergique contre les racines de l’islamisme radical au motif que «ce serait faire le jeu des terroristes». Comme si nous les combattions mieux en tendant notre cou à leur couteau!

Comme si le plus sûr chemin vers des affrontements intercommunautaires n’était pas précisément la démission de l’État, seul détenteur de la force légitime, et seul garant de la paix civile…

Le Figaro

 

===


ضمن سلسلة حقائق إيمانية تتعلق بما يدعونه (المجمع المسكوني الرابع) المعروف لدينا بمجمع خلقيدونية ٤٥١م، والذي يدعون فيه بأن الأقباط والأرمن والسريان انشقوا عن الكنيسة الروميّة طمعاً بالاستقلال عن الكنيسة الرومية، نقول:

 

أولاً: إن كرسي أنطاكيا الرسولي تأسس سنة 37م بعد كرسي أورشليم، أي قبل تأسيس كرسي روما وقبل منح بطريرك القسطنطينية كرسياً رسولياً سنة 381م، ومثله كرسي الإسكندرية فمن المعيب أن نسئ إلى تاريخ الكنيسة ونقول أن كنائس الأقباط والأرمن والسريان انشقوا عن الكنيسة الرومية.
ثانياً: كانت الكراسي الأربعة الأنطاكية والإسكندرية والرومية والقسطنطينية واحدة بالعقيدة الإيمانية وفي شركة روحية، وكانت هذه الكراسي متساوية في السلطات والامتيازات.
وكان أصحابها عند انتخابهم يبعثون بصورة إيمانهم بعضهم إلى بعض لنيل يمين الشركة، ولم تعتبر يمين الشركة بمثابة تنصيب للبطريريك في وظيفته إذ لم يكن لأصحاب هذه الكراسي الأربعة الكبرى حكم اوتونومي وحسب بل حكم اوتوكيفالي أيضاً. 
إذ لم يكن لأحدها حكم على الآخر، ولا يتدخل رئيس بشؤون غيره البتة. كما لم يكن يحق لأسقف ما التدخل بشؤون أسقف آخر، فكيف يُقال عن أن كنائس الأقباط والأرمن والسريان الأرثوذكسية انشقوا عن الكنيسة الرومية لنزعة استقلاليّة؟

 

===

 

13 JUILLET 2016 par LAMBERT CHRISTIAN dans POLITIQUE avec 17 COMMENTAIRES

Plusieurs analystes, et non des moindres, assurent que la France n’échappera pas à la guerre civile. Ivan Rioufol, journaliste connu du « Figaro », vient ainsi de publier un livre sur « La guerre civile qui vient ».

Pour ma part, je pense que la question ne se pose pas de cette façon.

Le problème n’est pas de savoir si la guerre civile aura lieu. Le problème est de savoir qui va la gagner car, de toute évidence, la guerre civile a commencé en France et sur deux fronts.
Comment peut-on dire que la France est un pays où règne la paix, alors qu’un brave Français a été égorgé à Moirans dans l’Isère, sa tête accrochée à la grille de son entreprise, entourée de drapeaux islamiques, et qu’une jeune femme, fonctionnaire de police, Jessica Schneider, a été, elle aussi, égorgée par un Maghrébin se réclamant de l’État islamique, par qui il a été félicité pour avoir assassiné une Française non musulmane ?

Comment peut-on dire que la France est en paix, alors que les forces de l’ordre, police et armée, sont mobilisées jour et nuit pour éviter le pire ?

Comment peut-on dire que la France est à l’abri de la guerre civile, lorsque des milliers de « jeunes » radicalisés, le plus souvent Maghrébins, ont été formés en Syrie à la guérilla urbaine et à l’assassinat et sont, de retour en France, pratiquement protégés dans des localités entièrement peuplées par la « diversité », qu’on appelle des « zones de non-droit » ?

(...)

Comment peut-on dire que la France est un pays paisible, alors que des groupes d’émeutiers que l’on appelle « casseurs », parfaitement organisés, cherchent à chaque manifestation à tuer et à blesser les agents des forces de l’ordre, à briser les vitrines des magasins pour les piller, à détruire le mobilier urbain, à incendier des véhicules, et – c’est un comble ! – à vandaliser un hôpital pour enfants ? (...)

Les Français, dans leur grande majorité, sont exaspérés par ces crimes et délits, (...) On ne peut donc pas exclure qu’un beau jour, les forces de l’ordre mettent fin à cette guerre civile. Ce qui pourrait être fait en 48 heures. On serait enfin soulagés,(...)

(...)  « 100 milliards d’euros ont été attribués à la politique de la ville (entendre les cités de l’immigration) en 30 ans, plus 2 milliards d’euros consacrés chaque année à la politique de l’asile, plus un milliard d’euros par an affecté à l’aide médicale d’État qui assure la santé gratuite aux immigrés clandestins », écrit Ivan Rioufol dans son dernier ouvrage (p. 67). (...)

Mais aucune aide ne serait apportée aux forces de l’ordre. Bruxelles exigerait des élections démocratiques. Washington et New York proclameraient que les factieux doivent rentrer dans leurs casernes.

L’Allemagne, si elle était elle-même, pourrait, dans une telle situation, aider la France, mais, sous la direction de la chancelière Merkel, elle est en passe de devenir une puissance musulmane au cœur de l’Europe chrétienne. « C’est une humiliation pour l’Europe de se laisser manipuler par la Turquie. La levée de l’obligation de visa est une folie, dans le contexte migratoire et sécuritaire que nous connaissons », vient de déclarer, à juste titre, Nicolas Sar­kozy.

L’Allemagne ne bougera pas.

C’est toujours Rioufol qui, dans son livre, écrit : « Chacun devine que ni Hollande, ni Sarkozy, ni Juppé, ni Fillon, ni Le Maire, ni tout autre, ne feront une politique fondamentalement différente de celle qu’ils ont déjà menée ou soutenue (p. 153). »

Il n’y aura donc pas de guerre civile en France, comme en Espagne. Il y a et il y aura une guerre civile larvée avec simplement, si j’ose dire, attentats, crimes divers et destructions, l’impunité des agresseurs étant le plus souvent assurée.

Ceci dit, il faut reconnaître que le service après-crime est bien organisé. Aussitôt après un attentat, le président de la république le condamne et assure qu’il ne se reproduira plus.
Le Premier ministre ajoute : « Les fascistes ne passeront pas. »
 Dépôt de fleurs et de bougies, remise de la Légion d’honneur à titre posthume dans la cour des Invalides… et on attend le prochain attentat et la prochaine fusillade.

Après tout, c’est peut-être cela le moindre mal. La grande guerre civile qu’a connue la France a été la guerre menée par les armées républicaines contre les Français de Vendée parce que catholiques et royalistes.
La République naissante s’est alors distinguée en jetant femmes et enfants dans les églises pour les brûler vifs, en tuant, pillant, et violant. Au total, 160 000 Français de Vendée ont été massacrés par les colonnes républicaines dites « infernales » qui, ainsi, inauguraient la liberté, les droits de l’homme, et « l’identité heureuse » renforcée par les « valeurs républicaines » !

Alors, restons-en à une guerre civile limitée, démontrant l’impuissance du régime, en espérant éviter la mise en examen pour avoir contrevenu aux nombreuses lois limitant la liberté d’expression !

Ancien Ambassadeur de France

SOURCE

 

===

 

===

 

 

D’après une information exclusive de Dominique Rizet (consultant Police Justice de BFM TV) révélée le 17 juillet 2016 à 11h48 sur la chaîne, le terroriste Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a envoyé le 14 juillet à 22h27 (soit 30 minutes avant de monter dans son camion), un SMS avec son téléphone dans lequel il écrit : « Amène plus d’armes, amènes-en 5 à C. » (C. étant l’initiale d’un nom ou d’un prénom).

Ce SMS a été retrouvé dans son portable. Pour Dominique Rizet, « Si ce SMS a été envoyé par un Mohamed Lahouaiej-Bouhlel sain d’esprit au moment où il envoie ce SMS, ça veut dire qu’il n’a pas agi seul, qu’il a sollicité quelqu’un qu’il connaissait, qu’il tutoie en lui demandant d’apporter des armes.

Donc c’est quelqu’un qui était forcément un complice, au moins une personne en plus de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel. On avance dans l’enquête, et on découvre des choses sidérantes. »

Màj 12h32 : Le destinataire du SMS est un homme qui est actuellement en garde à vue

Màj 12h34 : La Chronologie de l’attaque terroriste selon BFM TV et RMC

SOURCE

===

 

===

 

15/07/2016

Une enquête révèle que certains on été châtrés, et ont eu les yeux percés par les tueurs de l’Etat Islamique.
-Des policiers sur place ont vomi en voyant les victimes
-Mais l’instruction met en doute les affirmations, citant l’absence de couteaux
-89 personnes trouvèrent la mort l’an dernier au Bataclan
Des sources et témoignages affirment que le gouvernement français a étouffé les médias tentant de rapporter la torture effroyable subie par plusieurs victimes du Bataclan.
Une commission d’enquête a entendu les policiers sur la scène du crime décrire leurs vomissements après avoir vu des victimes aux yeux crevés. Ils ont affirmé que certains avaient été châtrées, leurs testicules mises dans leur bouches, et que des femmes avaient eu leurs parties génitales poignardées.
Cependant, le Procureur a mis en doute ces témoignages, affirmant qu’aucun couteau ne fut trouvé sur la scène du crime.
(…)
Il est supposé que les terroristes avaient prévu de filmer les victimes torturées à des fins de propagande.
L’enquête a aussi appris qu’un père rendant visite à la dépouille de son fils à la morgue avait été informé que le visage de celui-ci était méconnaissable, les terroristes lui ayant crevé les yeux, et défiguré la moitié droite de son visage.

Daily Mail

(Merci à Europe Espérance pour la traduction)


14/07/2016

M. N. B., gardien de la paix. [...]
Nous sommes ensuite partis au Bataclan.
M. O. B. Lorsque nous étions à l’angle du passage Saint-Pierre-Amelot, alors que des personnes dans le Bataclan subissaient des choses atroces, nous avons eu beaucoup de chance. Nous sommes retournés sur place, et le propriétaire du magasin de carrelage derrière lequel nous nous étions abrités nous a expliqué que sa boutique était une ancienne banque dont les vitres étaient blindées. Cela nous a protégés – je n’avais qu’un bouclier balistique sans plaques additionnelles.
À l’angle, nous entendions des gens gémir, mais nous ne pouvions pas aller les aider parce que nous ne disposions pas du matériel adéquat.
M. le président Georges Fenech. Pour l’information de la commission d’enquête, monsieur P. T., pouvez-vous nous dire comment vous avez appris qu’il y avait eu des actes de barbarie à l’intérieur du Bataclan : décapitations, éviscérations, énucléations… ?
M. T. P. Après l’assaut, nous étions avec des collègues au niveau du passage Saint-Pierre-Amelot lorsque j’ai vu sortir un enquêteur en pleurs qui est allé vomir. Il nous a dit ce qu’il avait vu. Je ne connaissais pas ce collègue, mais il avait été tellement choqué que c’est sorti naturellement.
M. Alain Marsaud. Les actes de tortures se sont passés au deuxième étage ?
M. T. P. Je pense, car je suis entré au niveau du rez-de-chaussée où il n’y avait rien de tel, seulement des personnes touchées par des balles.
M. Alain Marsaud. À votre connaissance, ils étaient trois sans aucun doute ? Il n’y a aucune chance qu’un quatrième se soit enfui ?
M. T. P. On est certains qu’ils étaient au moins trois, mais ils étaient peut-être quatre. Les ondes retransmettaient les appels au numéro d’urgence de la police, le 17 : on entendait parler de trois individus, voire quatre.
M. Alain Marsaud. Est-il exclu qu’une quatrième personne ait pu s’enfuir en se faisant évacuer parmi les blessés ?
M. T. P. Ce n’est pas exclu. C’est la raison pour laquelle mes collègues ont procédé à des palpations sommaires de toutes les victimes, même blessées, qui sortaient par l’entrée principale.
M. L. S. Nous effectuions systématiquement une palpation sommaire, au moins au niveau du plexus, de la base du torse, et des jambes.
M. Alain Marsaud. Un quatrième terroriste aurait pu être blessé lui-même ou s’enfuir parmi les blessés ?
M. T. P. Parmi les blessés, je ne pense pas.
M. Alain Marsaud. On ne retrouve que trois armes de guerre.
M. L. S. Cela relève des investigations. Pour notre part, nous n’en savons rien.
M. le président Georges Fenech. Messieurs, nous vous remercions vivement d’avoir livré ce très important témoignage. La commission d’enquête salue votre courage et l’intervention qui a été la vôtre.

Audition, à huis clos, de fonctionnaires de la BAC de nuit du Val-de-Marne intervenus le 13 novembre 2015 : M. T.P., brigadier-chef, M. L. S., brigadier-chef, M. O. B., brigadier, M. N. B., gardien de la paix, M. A. D., gardien de la paix, et M. P. T., gardien de la paix
Audition, à huis clos, du lundi 21 mars 2016

M. T. P. Le commissaire N est entré avec son chauffeur. On entend alors ses tirs et une explosion. Une fois que l’individu visé est neutralisé, nous essuyons les premières rafales côté passage Saint-Pierre-Amelot. Pendant les dix minutes durant lesquelles le terroriste nous tire dessus, nous n’entendons plus d’autres tirs à l’intérieur.
M. le président Georges Fenech. Parce que l’autre est mort.
M. T. P. L’un d’entre eux a été neutralisé. L’autre est là-haut en train de… J’ai tendance à me dire que, tant qu’on tire sur moi, on ne tue personne d’autre.
M. Pierre Lellouche. Que voulez-vous dire par « en train de… » ?
M. le président Georges Fenech. Je crois que certaines choses n’ont jamais été dites. Je pense que l’on pourrait peut-être, à ce stade, éclaircir les choses.
M. T. P. Des corps n’ont pas été présentés aux familles parce qu’il y a eu des gens décapités, des gens égorgés, des gens qui ont été éviscérés. Il y a des femmes qui ont pris des coups de couteau au niveau des appareils génitaux.
M. le président Georges Fenech. Tout cela aurait été filmé en vidéo pour DAECH !
M. T. P. Il me semble. Les victimes en ont parlé.
M. le rapporteur. Ces actes ont été commis par les deux survivants. Savez-vous si vous avez blessé celui sur lequel vous avez tiré dans le passage Saint-Pierre-Amelot ?
M. T. P. Je pense, mais je n’ai aucune certitude. Comme ils se sont fait sauter, on ne peut pas savoir s’il était blessé au tronc. Je pense l’avoir touché car les tirs ont cessé, et la porte s’est refermée. Le fait que la kalachnikov s’affaisse et que les portes se referment me semble significatif. Plus tard, nous avons parlé avec le civil qui nous faisait des signes dans le passage Saint-Pierre-Amelot : il nous a dit que nous avions touché le tireur et que c’est pour cela qu’il avait cessé de tirer.
Après ce moment, les tirs que nous avons entendus à l’intérieur n’étaient que très sporadiques. Il n’y a plus eu de rafales. Selon toute vraisemblance, un des terroristes ou plusieurs achevaient les gens. Ensuite, j’avoue que je n’ai fait que quinze mètres à l’intérieur du Bataclan derrière la BRI. Ma présence n’était pas nécessaire, je suis donc ressorti. Ce que j’avais vu m’avait suffi.
M. Pierre Lellouche. Les exactions sur les gens se sont déroulées à quel endroit ?
M. T. P. À l’étage.
M. Pierre Lellouche. Cela se passe après que l’individu que vous avez blessé est remonté ?
M. T. P. Je pense même que ça s’est produit avant, mais ce n’est que mon avis personnel. Pendant que nous fixions un terroriste à la porte de secours, un autre faisait toutes ces choses ignobles à l’étage.
M. Pierre Lellouche. La vidéo est partie ?
M. le président Georges Fenech. Je crois savoir que des vidéos sont parties.
M. Pierre Lellouche. On peut le savoir si l’on a récupéré les portables des victimes. On les a ?
M. T. P. Ils se sont fait exploser. Il y a eu des personnes décapitées, égorgées, éviscérées. Il y a eu des mimiques d’actes sexuels sur des femmes et des coups de couteau au niveau des appareils génitaux. Si je ne me trompe pas, les yeux de certaines personnes ont été arrachés.

Audition, à huis clos, de M. Michel Cadot, préfet de police de Paris, M. Christian Sainte, directeur de la police judiciaire à Paris, M. Jacques Méric, directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne, et du général Philippe Boutinaud, commandant la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP)
Compte rendu de l’audition, à huis clos, du mercredi 23 mars 2016

M. le rapporteur. Les terroristes du Bataclan ont-ils commis des décapitations ou des mutilations ? Des décès se sont-ils produits autrement que par fusillade ou explosion ? Nous sommes saisis d’informations contradictoires – dont certaines nous ont été communiquées lors de nos auditions – qu’il faut éclaircir.
M. le président Georges Fenech. En effet, la commission est troublée par ces informations, qui n’ont filtré nulle part. Ainsi, le père de l’une des victimes m’a adressé la copie d’une lettre qu’il a transmise au juge d’instruction, que je cite en résumant : « Sur les causes de la mort de mon fils A., à l’institut médico-légal de Paris, on m’a dit, et ce avec des réserves compte tenu du choc que cela représentait pour moi à cet instant-là, qu’on lui avait coupé les testicules, qu’on les lui avait mis dans la bouche, et qu’il avait été éventré. Lorsque je l’ai vu derrière une vitre, allongé sur une table, un linceul blanc le recouvrant jusqu’au cou, une psychologue m’accompagnait. Cette dernière m’a dit : ‟La seule partie montrable de votre fils est son profil gauche.” J’ai constaté qu’il n’avait plus d’œil droit. J’en ai fait la remarque ; il m’a été répondu qu’ils lui avaient crevé l’œil et enfoncé la face droite de son visage, d’où des hématomes très importants que nous avons pu tous constater lors de sa mise en bière. »
Ce témoignage précis pourrait corroborer les propos que nous a tenus l’un des fonctionnaires de la BAC, selon lequel l’un des enquêteurs a vomi immédiatement en sortant du Bataclan après avoir constaté une décapitation et des éviscérations. Avez-vous connaissance de tels faits ?
M. Michel Cadot. Je n’ai eu aucune connaissance de ces faits, ni par l’Institut médico-légal ni par les fonctionnaires en question. Il appartient de toute évidence à l’enquête judiciaire d’en apprécier la véracité. J’ai néanmoins compris qu’il n’a été retrouvé sur le site de l’attaque aucun couteau ni aucun autre engin tranchant qui aurait permis ce type de mutilations. Il sera aisé de le vérifier dans le cadre de l’enquête. En ce qui me concerne, encore une fois, je n’ai reçu aucun message de la sorte provenant de l’Institut médico-légal ou de la direction de tutelle de la BAC concernée.
M. Christian Sainte. Je ne peux guère m’avancer sur ce point, compte tenu de l’état de l’enquête, mais rien, en l’état actuel de mes connaissances, ne me permet de penser que ce qui vient d’être lu est juste. Je précise, pour que les choses soient claires, que certains des corps retrouvés au Bataclan étaient extrêmement mutilés par les explosions et par les armes, à tel point qu’il fut parfois difficile de reconstituer les corps démembrés. Autrement dit, les blessures que décrit ce père peuvent aussi avoir été causées par des armes automatiques, par les explosions ou par les projections de clous et de boulons qui en ont résulté.
M. le président Georges Fenech. On lui aurait mis ses testicules dans la bouche…
M. Christian Sainte. Je ne dispose pas de cette information et, si ces faits avaient été établis, je pense qu’une telle information ne m’aurait pas échappé.

Audition, à huis clos, de M. François Molins, procureur de la République près le tribunal de grande instance (TGI) de Paris, Mme Véronique Degermann, procureure de la République adjointe près le même TGI, et Mme Camille Hennetier, vice-procureure de la République près ledit TGI
Compte rendu de l’audition, à huis clos, du mercredi 30 mars 2016

M. le président. À la suite des attentats de novembre, il a été évoqué la commission d’actes de barbarie.
M. François Molins. C’est une rumeur. Les médecins légistes ont été formels : il n’y a pas eu d’acte de barbarie, pas d’utilisation, notamment, d’armes blanches. Selon un témoignage, les testicules d’une personne auraient été coupés, mais aucune constatation n’a permis de le corroborer.
M. Sébastien Pietrasanta, rapporteur. Je salue, monsieur le procureur, votre travail. Votre parole est entendue et respectée par tous.

[...]

RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 / TOME 2 : COMPTES RENDUS DES AUDITIONS

source

 

===

 

NOUVELLE PROFANATION FANATIQUE D'UNE EGLISE EN SYRIE

L'Observatoire des Assyriens :

Les observateurs de l'observatoire des Assyriens des droits de l'homme constatent que dans la ville Syrienne de kameshli des inconnus ont agressé l'église Orthodoxe du Saint Mar Charbel , exactement dans un village qui se trouve à une distance de 13 kilomètres de la ville de kameshli au Nord-est La Syrie, ça s'est passé à la mi-journée hier dimanche le 17 juillet 2016.

Nos sources ont indiqué que l'agression de l'église s'est faite aux cocktails Molotov cequi aboutit à l'incendie de parties importantes de l'église en de la destruction des icônes et des meubles. Les agresseurs ont également volé les fonds disponibles à l'église.
18 juillet 2016

لمرصد الآشوري : مجهولون يعتدون على كنيسة السريان الأرثوذكس في قرية الوطوطية السورية 

.........................................
علم مراقبو المرصد الآشوري لحقوق الإنسان في مدينة القامشلي السورية بقيام مجهولين بالإعتداء على كنيسة القديس مار شربل للسريان الأرثوذكس في قرية الوطوطية السورية التي تبعد مسافة 13 كم عن مدينة القامشلي شمال شرق سوريا، وذلك منتصف يوم امس الأحد المصادف في 17 تموز / يوليو2016.

وافادت مصادرنا بأن الأعتداء على الكنيسة تمّ بقنابل المولوتوف التي ادت إلى حرق اجزاء من الكنيسة، بالإضافة إلى الايقونات والآثاث. كما قام المعتدون بسرقة صناديق التبرعات الموجودة في الكنيسة.

 

===

 

Au cours du premier sommet annuel de la BAII, la Banque Asiatique d’Investissement pour les Infrastructures qui a eu lieu à Pékin, les Chinois ont montré leur intention d’assumer le leadership mondial dans le domaine du financement des infrastructures. À la fin de cette année, il est probable que la BAII aura plus de 100 pays membres, ce qui lui permettrait de devenir la première institution de prêts multilatéraux, dans l’histoire, sous le contrôle des plus importants pays émergents. Cependant, on attend toujours qu’elle se décide à abandonner le dollar, parce que c’est la seule façon de briser enfin l’hégémonie des États-Unis sur la finance internationale.
La Chine a déjà pris la tête — devant les États-Unis — dans la course au financement global des infrastructures. Les finances internationales sont en voie de transformation, en dépit de la forte opposition de la puissante tutelle états-unienne. L’année dernière, depuis Washington, de hauts fonctionnaires ont tenté de saboter le lancement de la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures — la BAII — mais ils ont échoué.
 
En fait, ceux qui étaient soi-disant alliés dévoués du gouvernement des États-Unis, comme l’Allemagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni, ont pris, en fin de compte, la décision de se joindre à la nouvelle institution de prêts multilatéraux promue par Pékin. Le président Barack Obama ne pouvait pas concevoir que, en quelques mois, la BAII gagnerait le soutien de plus de cinquante pays.
 
Sans aucun doute, la Chine précipite le déclin US dans le monde entier. En avril 2015, Larry Summers, qui était secrétaire du Trésor sous le président Bill Clinton, a déclaré que la convocation réussie de la BAII a représenté l’un des épisodes les plus dramatiques pour l’hégémonie états-unienne : « On se souviendra du mois dernier comme celui du moment où les États-Unis ont perdu leur rôle de garant du système économique mondial » [1].

Pékin retarde l’offensive majeure contre le dollar

Cependant, jusqu’à présent la Chine a agi avec une extrême prudence. En conséquence, presque tous les pays du G-7 — l’Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, l’Italie, le Japon et le Royaume-Uni — ont salué le lancement de la BAII.
Cependant, même s’il est vrai que l’extraordinaire capacité d’attraction de Pékin a miné l’influence de Washington dans le financement mondial des infrastructures [2], la BAII se retient de rejeter le dollar. Bien que beaucoup aient spéculé [3] sur le fait que les prêts de la BAII seraient libellés en yuans — ou peut-être en monnaies locales — à ce jour, leurs demandes ont été émises en monnaie US.
En outre, il faut noter que sur les quatre prêts approuvés cette année par la BAII, pour un total de 509 millions de dollars, trois d’entre eux sont liés à des projets d’investissement qui impliquent également des institutions de l’ancien ordre financier mondial, celles qui ont été construites à l’image de Washington après la Seconde Guerre mondiale.
À mon avis, les Chinois veulent profiter des actions qui ont été investies dans la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement, ainsi que des excellentes relations qui ont été établies avec l’Europe.
 
À l’heure actuelle, la BAII finance un programme d’amélioration de l’habitat en Indonésie, avec la Banque mondiale, par le biais d’un prêt de 216,5 millions de dollars ; la construction d’une route au Pakistan, pour un coût de 100 millions de dollars, est réalisée en collaboration avec la Banque asiatique de développement et le Département pour le développement international du Royaume-Uni ; un prêt de 27,5 millions de dollars, financé par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, est utilisé pour la mise à niveau d’une route au Tadjikistan ; un prêt de 165 millions de dollars pour apporter l’électricité dans les zones rurales du Bangladesh est le seul projet que la BAII porte elle-même.

La Banque Asiatique a une vocation mondiale à investir dans les infrastructures

Malgré tout, la naissance de la BAII marque un tournant dans l’histoire des institutions multilatérales de crédit car elle est la première — en plus de la nouvelle banque de développement des BRICS — dans laquelle les économies émergentes sont les principaux actionnaires [4].
Les contributions économiques des trois puissances orientales des BRICS sont impressionnantes : la Chine est à 29,78 %, suivie par l’Inde avec 8,36 %, et la Russie troisième avec 6,53 %.
En revanche, les vingt partenaires non régionaux contribuent au capital de la BAII pour seulement un quart des 100 milliards de dollars autorisés [5].
Dans un premier temps, la BAII a été conçue avec l’idée de fournir principalement un financement aux pays d’Asie, cependant, il semble que la Chine envisage de la transformer en une institution à vocation globale capable d’unir les aspirations de toutes les économies émergentes [6]. Dans cette perspective, à la cérémonie d’ouverture de son premier sommet annuel à Beijing en juin dernier, le président de la BAII, le chinois Jin Liqun, a annoncé qu’il envisage actuellement l’ajout de vingt-quatre autres pays [7].
En Amérique latine, le Chili, la Colombie, le Venezuela sont candidats. En Afrique, l’Algérie, la Libye, le Nigeria, le Sénégal et le Soudan ont présenté leur candidature. Il faut également souligner la candidature du Canada, qui, en collaboration avec le Mexique et les États-Unis fait partie de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).
En Europe, Chypre, la Grèce et l’Irlande sont extrêmement intéressés. Si tout se passe aussi bien que jusqu’à présent, il est fort possible que d’ici la fin de cette année la BAII rassemble plus de cent pays membres [
<
 

séraphin de sarov3

Que penser de ces étonnantes "Prophéties

de Saint Séraphin de Sarov" qui circulent en chrétienté ?...

 

Saint Séraphin avait prédit autant pour des individus que pour tout le pays, comme entre autre la fermeture de son monastère, mais aussi sa renaissance.

Outre de nombreuses paroles « personnelles » qu’il prodigua à ses innombrables visiteurs, on rapporte – mais il s’agit d’« ouï-dires » – qu’il annonça des temps de trouble survenant après une grande joie : « En plein été, on chantera Pâques », mais « cette joie sera de courte durée », « la vie sera courte, alors, les anges auront à peine le temps de ramasser les âmes… ».

 

On a identifié ces paroles, après coup, avec la Révolution russe survenue quelques années après la canonisation de saint Séraphin, suivie du coup d’État bolchévik, puis de la grande terreur et du stalinisme.

« Il y aura un Roi qui me rendra gloire (le Tsar Nicolas II), après quoi il y aura une grande agitation en Russie, beaucoup de sang va couler à cause d’une révolte contre le Tsar et l’autocratie, mais la volonté de Dieu est de glorifier ce Roi.

Avant la naissance de l’Antéchrist, il y aura une grande, terrible et longue révolution guerrière en Russie, qui dépasse toute imagination humaine, la tuerie sera terrible.

De nombreuses personnes restées fidèles à leur pays mourront, les monastères et les biens de l’église seront pillés, les églises du Seigneur seront profanées, les richesses de bonnes personnes seront détruites et pillées, des rivières de sang russe seront déversées.

Mais le Seigneur aura pitié de la Russie, et la ramènera à travers la souffrance vers une grande gloire… »

 Saint Seraphim of Sarov

 

Le Tsar-martyr Nicolas Alexandrovitch, aurait en effet dit : « Si pour le salut ou la Russie une victime est nécessaire, je serai cette victime sacrificielle. »

 

La comtesse Natalia Vladimirovna Ursova raconte : «Je connaissais la prophétie de saint Séraphin sur la chute et la résurrection de la Russie, je la connaissais personnellement… une fois il m’a écrit une lettre. J’y ai lu ces mots, et je l’ai conservé comme la prunelle de mes yeux. 

La lettre, jaunie avec l’âge, dont l’encre s’est sévèrement fanée, avait été écrite de la main même de saint Séraphin de Sarov à MotovilovDans la lettre il y avait une prophétie concernant les horreurs et les malheurs qui guettaient la Russie, et je me souviens seulement de ce qui a été dit à ce propos à la fois sur le pardon et le salut de la Russie. … » 

 

Après sa mort, saint Séraphin est également apparu dans une vision prophétique desaint Jean de Cronstadt en ce qui concerne les persécutions que les chrétiens allaient à subir en Russie.

 

« Lorsque la terre russe sera divisée, avec un côté clairement rebelle et un autre clairement sympathisant pour l’Empereur et l’intégrité de la Russie, il y aura alors un zèle pour Dieu. A cette période, le Seigneur portera pour la cause de l’Empereur, de la patrie et de notre sainte Église. (…)

Mais ce sang sera le dernier versé, il sera lavé, parce qu’alors le Seigneur bénira son peuple, et le monde sera exalté par le son de la corne ointe de David, son serviteur, ce sera un homme selon son cœur, un pieux empereur (…) »

 

 

Cette prophétie était tellement audacieuse, qu’elle fut un temps censurée par l’Église. Voici un extrait des conversations de Saint Séraphin à Motovilov :

« Le Seigneur Dieu a ordonné que moi, misérable Séraphin, je doive vivre bien au-delà des cents années qui viennent.

Mais après tout ce temps, les évêques russes se seront déshonorés, de telle sorte que leur méchanceté surpassera celle des évêques grecs de l’époque de Théodose le Jeune, de sorte que même le plus important principe de la foi chrétienne : la résurrection du Christ et la résurrection universelle, l’on ne voudra plus y croire.

 

Par conséquent, il plaira au Seigneur Dieu de me prendre, moi l’humble Séraphin,de cette vie éphémère jusqu’à un moment déterminé, puis de me ressusciteret ma résurrection sera comme la résurrection des 7 jeunes dans la grotte de Ochlon à l’époque de Théodose de Jeune. »

 

Motovilov raconte : « Après m’avoir révélé ce grand et terrible mystère, il m’a informé que, après sa résurrection, il irait de Sarov à Diveyevo qu’il y commencera la prédication de la repentance à travers le monde. 

Pour cette prédication, et surtout à cause du miracle de sa résurrection, une grande foule de personnes se réunira à partir de toutes les extrémités de la terre ; Diveyevo deviendra une Laura 

Et en prêchant la repentance dans Diveyevo, le frère Séraphin permettra d’y découvrir quatre reliques, et après les avoir découvertes, il se couchera au milieu d’elles comme une cinquième relique. 

Et puis, bientôt, la fin de tout viendra. »

(Tiré de « The Orthodox Word », La Parole orthodoxe n°50, 1973)


 

« Moi, misérable Séraphin, sait par le Seigneur, que la terre russe sera dans une grande détresse. La foi orthodoxe sera piétinée, les évêques de l’église de Dieu et leur spiritualité chasseront la pureté de l’orthodoxie, et la volonté de Dieu les en punira durement.

Moi, misérable Séraphim, j’ai prié pendant trois jours et trois nuits le royaume de Dieu pour leur pardon. Mais le Seigneur répondit : 

«  N’aie pas pitié d’eux, parce qu’ils enseignent les enseignements des hommes, dans leur bouche ils disent n’adorer que Moi, mais dans leur cœur, ils sont loin de Moi. »

 

Tout désir de modifier les règles et les enseignements de l’Église Sainte est une hérésie… un blasphème contre le Saint Esprit, qui ne doit pas être éternellement pardonné. C’est de cette manière que les évêques et le clergé russe seront frappés par la colère de Dieu… »

 

« Le Seigneur sera en colère, mais jusqu’à la fin, la terre russe ne s’effondrera pas totalement, car il reste encore une piété chrétienne majoritairement orthodoxe(…)

Nous avons la foi orthodoxe, même si l’Église ne peut pas n’avoir aucun défaut. Mais pour l’amour de la vertu, la Russie sera toujours invincible et glorieuse face à l’ennemi 

(la Russie a toujours vaincu ses assaillants)

car elle possède la foi et la piété, contre lesquelles les portes de l’enfer ne prévaudront pas. »

« Ceux que l’on appelle aujourd’hui les « décembristes« , les « réformateurs« , ou qui sont désignés en d’autres termes, ou appartiennent à un « parti pour une meilleure vie », sont véritablement antichrétienset en se développant, vont conduire à la destruction du Christianisme et d’une partie de l’orthodoxie dans le pays.

 

 

L’intronisation de l’Antéchrist s’achèvera dans tous les pays, à l’exception de la Russie, qui fusionnera avec d’autres pays slaves pour faire un immense océan, ce qui rendra craintifs les autres peuples de la terre.

Et cela est vrai comme deux et deux font quatre. »


La période de l’Antéchrist :

 

« Les Slaves sont aimés de Dieu, car jusqu’à la fin ils auront préservés la vraie foi dans le Seigneur Jésus Christ. Pendant la période de l’Antéchrist, ils le rejetteront totalement, et ne le reconnaîtront pas comme le Messie, et pour cela ils seront jugés dignes de grandes bénédictions par Dieu tout puissant. »

 

Une autre fois, saint Séraphin parla à Motovilov de l’état spirituel des derniers chrétiens qui resteront fidèles à Dieu avant la fin du monde :

 

«Et dans ces jours de grande douleur, dont il est dit que personne ne serait sauvé à moins que, pour la cause des élus, ces jours soient abrégés ; dans ces jours le reste des fidèles feront l’expérience en eux-mêmes de ce qui a été vécu une fois par le Seigneur Lui-même quand, suspendu sur la croix, étant Dieu parfait et homme parfait, lui-même se sentait tellement abandonné par Dieu qu’il lui cria: « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » 

Les derniers chrétiens connaîtront également en eux-mêmes un abandon similaire de la grâce de Dieu pour l’humanité, mais seulement pour un temps très court, après lequel le Seigneur ne tardera pas immédiatement à apparaître dans toute sa gloire, et tous les saints anges avec lui. 

Et puis sera réalisée dans toute sa plénitude tout ce qui a été pré ordonné pour tous les âges dans la sagesse de toute éternité (Sainte Trinité) » (La Parole orthodoxe, 1973, no. 50)

 

 

« Avant la fin des temps, la Russie fusionnera avec d’autres terres et d’autres tribus slaves, (…).

Le Seigneur notre Dieu a parlé par la bouche de tous les Saints :

« La poupe de tout le royaume Russe et Slave est invincible, Gog et Magogs’avanceront puis tous les peuples trembleront. »

 

Et tout cela, de même que deux et deux font quatre, et de même qu’il est sûr que Dieu est saint, il a été anciennement prédit à ce sujet sur les terribles dominations sur la terre.

Constantinople et Jérusalem seront habités par les pouvoirs combinés de la Russie et les autres. À la division de la Turquie presque tous iront à la Russie, et la Russie avec les forces réunies de nombreux autres États aura Vienne, et environ 7 millions de natifs de Vienne resteront sous la maison des Habsbourg,et ils construiront le territoire de l’empire autrichien. 

Il sera donné à la France, pour son amour pour la Mère de Dieu, la sainte Vierge, jusqu’à 17 millions de Français avec sa capitale dans la ville de Reims, tandis que Paris sera complètement détruite …

(Ce qui laisse supposer que la population française sera extrêmement réduite par rapport aux66,3 millions actuels).

 

marie orthodoxe

Lorsque l’Empire russe comptera 170 millions sous sa domination, nous devons nous attendre à l’apparition de l’Antéchrist.

L’Antéchrist naîtra en Russie entre Pétersbourg et à Moscou, dans cette grande ville qui sera formée après l’union de toutes les tribus slaves avec la Russie. Ce sera la deuxième capitale du royaume de Russie et elle sera appelé «Moscou-Petrograd»ou «la ville de la fin»ce nom sera donné par le Seigneur Dieu, le Saint-Esprit, qui prévoit tout de loin. »

 

« Satan était le premier révolutionnaire, et pour cela il est tombé du ciel.

Entre l’enseignement de ses disciples et l’enseignement du Seigneur Jésus Christ, il n’y a rien de commun, mais un fossé énorme.

Le Seigneur appelle l’humanité vers le ciel où la justice habite, à travers l’accomplissement de ses commandements. 

L’esprit des ténèbres promet la construction du paradis sur la terre. »

 

 

« Jésus Christ, vrai Dieu fait homme,  fils de Dieu le Père par la descente du Saint Esprit, est né en Israël, tandis que le véritable antéchrist homme-dieu, naîtra au milieu des slaves et des russes.

Il sera le fils d’une vierge adultère de la tribu de Dan et le fils du diable par le transfert artificiel de sa semence mâle, avec laquelle l’esprit des ténèbres cohabitera dans son ventre. 

Mais parmi les russes qui vivront à la naissance de l’Antéchrist, de même que Siméon le Dieu-récepteur a béni l’Enfant Jésus et a annoncé sa nativité au monde, un russe va maudire l’antéchrist à sa naissance et annoncera au monde qu’il est le vrai Antéchrist. « 

« Je pense … que lorsque le huitième millénaire passera… je pense que c’est là que ça va se passer ! … Tout va passer et arriver à sa fin. Et les monastères seront détruits, mais à Diveyevo, le sacrifice non sanglant (l’Eucharistie) sera célébré jusqu’au jour même de la venue du Christ. »

===

'For since, when the strength is proved, it convinces the foolish, they perceiving the cleansing and the advantage resulting from the divine fire, were not discouraged in trials like these, but they rather delighted in them, suffering no injury at all from the things which happened, but being seen to shine more brightly, like gold from the fire, as he said, who was tried in such a school of discipline as this; 'You have tried my heart, You have visited me in the night-season; You have proved me, and hast not found iniquity in me, so that my mouth shall not speak of the works of men.' But those whose actions are not restrained by law, who know of nothing beyond eating and drinking and dying, account trials as danger. They soon stumble at them, so that, being untried in the faith, they are given over to a reprobate mind, and do those things which are not seemly. (Romans 1:28)'

(St. Athanasius)

"Nous sommes arrivés à une époque

où l'on attend du Chrétien

qu'il loue toutes les croyances

sauf la sienne."
Gilbert Keith Chesterton
(29 Mai 1874 – 14 Juin 1936) 

 

"These are the days when the Christian

is expected to praise every creed

except his own."
G.K. Chesterton
in: Illustrated London News (11 August 1928)

TRAVAIL SOCIAL ET FOI ?...

 

 

La revue de sciences humaines

Le sociographe destinée aux professionnels du champs social et médico-social publie dans son dernier numéro (N°32 mai 2010)

un dossier sur le thème des croyances et du travail social. Le dossier aborde la prise en compte des croyances et de la religion dans la relation d'aide, l'intervention sociale ou éducative.

Essayant d'échapper aux positions laïques parfois rigides, le dossier ouvre des pistes de travail qui intéresseront les soignants, les intervenants sociaux, les enseignants, et probablement chaque croyant.
Jean Daniel Causse, protestant, directeur du département psychanalyse de l'Université de Montpellier ouvre le dossier par une analyse (lacanienne) du rapport entre imaginaire religieux, identité et lien social.

Dans une société marquée par le « désenchantement du monde », le « religieux », loin de disparaître, peut offrir un espace favorisant l'émergence du sujet.

Jean-Marie Gourvil, orthodoxe, ancien directeur des études à l'IRTS de Basse-Normandie, présente l'histoire des mentalités religieuses et l’évolution de l'action sociale durant la période moderne.

Constat d'une crise de l'Eglise qui ne gère plus les œuvres qu'elle avait fondées après le concile de Trente, rappel de la crise de l'Etat providence et des politiques publiques centralisées.

L'article esquisse la perspective d'une action sociale communautaire utilisant le patrimoine de sagesse de chaque tradition religieuse comme ressources, comme fondement d'une aide mutuelle et d'un lien social permettant de faire face à l’épreuve.
Le dossier est accompagné d'un reportage photographique de Hervé Hote, intitulé « Orthodoxie du livre, livre orthodoxe », on y découvre des visages de moines orientaux du Kérala (Inde) méditant sur de vieux manuscrits.

(Source: "Monastère Orthodoxe")

'A man advises his neighbor according to his own understanding; but in the one who listens to such advice, God acts in proportion to his faith.'

(St. Mark the Ascetic )

 

 

See original image

Programme des prochaines semaines au Monastère

 

Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de

 

Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

 

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

 

Au Monastère Syriaque de

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

 

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois)

 

 

 

*Dimanche 24 JUILLET:

 

Pèlerinage à Saint Christophe

See original image

-10h30, Messe suivie de la Bénédiction des Voitures et d'un repas fraternel.

 

(Programme habituel)

 

 

 

 

*Dimanche 7 AOUT:

 

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde

 

 'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Mère de Miséricorde, priez pour nous, secourez-nous!

 

et aux Saints du Kerala

 See original image

St Abraham Koorilose Bava, priez pour nous !

 

See original image

St Grégorios de Parumala, priez pour nous !


 

10h30, Messe suivie de la BENEDICTION DES VOITURES et du repas fraternel,

possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

 

Ramassage des fidèles sur

 

*Paris: le Samedi 6 Aoüt à 15 h 

 

au lieu de R.D.V habituel.

 

  

* Sunday, Auguste 7:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

 

 

 

WEEKEND DE L'ASSOMPTION:

 

*Dimanche 14 à Jauldes (Charente)

 

 

-10h30, Messe du jour et prières mariales de vigile

 

 

de la "Dormition Assomption" de la Très Sainte

 

 

Vierge Marie)

 

See original image 

 

*Lundi 15 AOUT au Monastère

 

 Pèlerinage de l' Assomption (Dormition de la Très Ste

 

Vierge Marie)

 

10h30, Messe suivie de la PROCESSION MARIALE et des

 

prières au monument du "SAYFO" et des autres reposoirs.

 

Repas fraternel,

 

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

See original image

 

 

*Dimanche 28 AOUT,

 

 Pèlerinage de Préparation à la Rentrée scolaire

 

See original image

-9h Baptêmes d’Axel et Cyprien

 

 

-10h30, Messe suivie des prières et bénédictions des

 

enfants, écolier, étudiants, parents et. Repas fraternel,

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

 

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


See original image 

 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 
 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 12,38-42.

En ce temps-là, quelques-uns des scribes et des pharisiens lui adressèrent la parole : « Maître, nous voudrions voir un signe venant de toi. » 
Il leur répondit : « Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe, mais, en fait de signe, il ne lui sera donné que le signe du prophète Jonas. 
En effet, comme Jonas est resté dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits, le Fils de l’homme restera de même au cœur de la terre trois jours et trois nuits. 
Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas. 
Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que cette génération, et elle la condamnera ; en effet, elle est venue des extrémités de la terre pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon. »
 



Par Saint Cyrille de Jérusalem

(313-350), évêque de Jérusalem et docteur de l'Église 
Catéchèse n° 20 / 2e mystagogique (trad. SC 126, p.111s rev.) 

Le signe de Jonas

 

Vous avez été conduits par la main à la piscine baptismale, comme le Christ de la croix à son tombeau qui est là devant vous [dans cette église du Saint Sépulcre].

Après avoir confessé votre foi au Père, au Fils et au Saint Esprit, vous avez été immergés trois fois dans l'eau et vous en avez émergé : c'était le symbole des trois jours du Christ au tombeau.

De même que notre Sauveur a passé trois jours et trois nuits au cœur de la terre, de même vous aussi en sortant de l'eau après votre immersion, vous avez imité le Christ...

Quand vous avez été immergés vous étiez dans la nuit, vous ne voyiez plus rien ; mais en sortant de l'eau vous vous trouviez comme en plein jour.

Dans un même mouvement, vous mouriez et vous naissiez ; cette eau qui sauve a été à la fois votre tombe et votre mère... 

Étrange paradoxe !

Nous ne sommes pas vraiment morts, nous n'avons pas été vraiment ensevelis, nous n'avons pas été vraiment crucifiés et ressuscités ; mais si notre imitation n'est qu'une image, le salut, lui, est une réalité.

Le Christ a été réellement crucifié, réellement enseveli et véritablement il est ressuscité, et toute cette grâce nous est donnée afin que, participant à ses souffrances en les imitant, nous gagnions en réalité le salut.

Quel immense amour des hommes !

Le Christ a reçu les clous sur ses mains pures, et il a souffert ; et à moi, sans souffrance et sans peine, il accorde par cette participation la grâce du salut... 

Nous le savons bien : si le baptême nous purifie de nos péchés et nous donne l'Esprit Saint, il est aussi la réplique de la Passion du Christ.

C'est pourquoi Paul proclame :

« Ne le savez-vous pas : nous tous, qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est dans sa mort que nous avons été baptisés. Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême »...

Tout ce que le Christ a enduré, c'est pour nous et pour notre salut, en réalité et non en apparence...

Et nous, nous devenons participants à ses souffrances.

C'est pourquoi Paul continue à proclamer :

« Si nous sommes devenus un même être avec le Christ, par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection qui ressemblera à la sienne »

(Rm 6,3-5).

Love is a great thing, a good higher than all goods....It bears its yoke without feeling the weight, and sweetens what is bitter....Love for the Lord Jesus Christ and for one's neighbor for the sake of Christ elevates a man's soul.

L'amour est une grande chose, un bien supérieur à tous les autres biens...  Il porte son joug sans sentir le poids et adoucit ce qui est plus amer.... 

L'amour pour le Seigneur Jésus-Christ et pour son prochain par amour du Christ élève l'âme d'un homme.

(St Gabriel of Seven Lakes, The Love of God
Contemporary Orthodox Elders)

 

'Eating and drinking don't make friendships - such friendship even robbers and murderers have. But if we are friends, if we truly care for one another, let us help one another spiritually. . . Let us hinder those things that lead our friends away to hell.'

(St. John Chrysostom)

 

 

Repost 0
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 07:51
Christ is everything. It is joy. It is life. He is the light. He is the true light that makes the happy man, makes it full of happiness; enables him to see everything and everyone; open to all makes, makes it accessible to all, wanting everyone to Christ.  (Saint Porphyrios)

Christ is everything. It is joy. It is life. He is the light. He is the true light that makes the happy man, makes it full of happiness; enables him to see everything and everyone; open to all makes, makes it accessible to all, wanting everyone to Christ. (Saint Porphyrios)

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 8,12-17.

Mes frères, nous ne sommes pas redevables à la chair pour vivre selon la chair. 
Car si vous vivez, selon la chair, vous mourrez ; mais si, par l'Esprit, vous faites mourir les œuvres du corps, vous vivrez ; 
car tous ceux qui sont conduits par l'Esprit de Dieu sont fils de Dieu. 
En effet, vous n'avez point reçu un Esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d'adoption, en qui nous crions : Abba ! Père ! 
Cet Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. 
Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers, héritiers de Dieu et cohéritiers du Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, pour être glorifiés avec lui. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 16,1-9.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : Un homme riche avait un économe qu'on accusa devant lui de dissiper ses biens. 
Il l'appela et lui dit : " Qu'est-ce que j'entends dire de toi ? Rends compte de ton intendance, car tu ne pourras plus être intendant. " 
Or l'intendant se dit en lui-même : " Que ferai-je, puisque mon maître me retire l'intendance ? Bêcher, je n'en ai pas la force ; mendier, j'en ai honte. 
Je sais ce que je ferai pour que, quand je serai destitué de l'intendance, il y ait des gens qui me reçoivent chez eux. "
Ayant convoqué chacun des débiteurs de son maître, il dit au premier : " Combien dois-tu à mon maître ? " 
Il dit : " Cent mesures d'huile. " Et il lui dit : " Prends ton billet, assieds-toi vite et écris : cinquante. " 
Ensuite il dit à un autre : " Et toi, combien dois-tu ? " Il dit : " Cent mesures de froment. " Et il lui dit : " Prends ton billet et écris : quatre-vingts. " 
Et le maître loua l'intendant malhonnête d'avoir agi d'une façon avisée. C'est que les enfants de ce siècle sont plus avisés à l'égard de ceux de leur espèce que les enfants de la lumière. 
Et moi je vous dis : Faites-vous des amis avec la richesse malhonnête, afin que, lorsqu'elle viendra à manquer, ils vous reçoivent dans les pavillons éternels. 
 




Par Saint Basile

(v. 330-379), moine et évêque de Césarée en Cappadoce, docteur de l'Église 

 

Se montrer habile

 

Considère, homme, celui qui t'a comblé de ses dons. Souviens-toi de toi-même.

Rappelle-toi qui tu es, quelles affaires tu conduis, qui te les a confiées, pour quelle raison tu as été préféré à beaucoup.

Tu es le serviteur du Dieu bon ; tu as la charge de tes compagnons de service.

Ne crois pas que tous ces biens sont destinés à ton ventre.

Dispose des biens que tu as entre les mains comme s'ils appartenaient à autrui ; ils te donneront du plaisir pendant quelque temps, puis s'évanouiront et disparaîtront.

Mais il t'en sera demandé un compte détaillé. 

« Que vais-je faire ? »

La réponse était simple :

Je rassasierai les affamés ;

j'ouvrirai mes greniers et

j'inviterai les pauvres.

Vous tous qui manquez de pain, venez à moi.

Que chacun prenne une part suffisante des dons que Dieu m'a accordés.

Venez y puiser comme à la fontaine publique.

 

« Seigneur, vous écoutez la plus humble prière,
Et le cri de l'insecte et celui de l'oiseau,
Et cet agneau perdu qui demande sa mère,
Et cette herbe séchée à qui manque un peu d'eau.

Votre nom prononcé rafraîchit la pensée ;
Il rayonne dans l'ombre où je m'enveloppais.
Toute larme pieuse, à vos genoux versée,
Est, pour un cœur souffrant, le baume de la paix.

Vous m'entendrez, Seigneur, car je pleure et j'espère !
J'élève à vous mon cœur par le monde abattu.
J'espère ! et votre loi, tendre comme une mère,
De la douce espérance a fait une vertu.

Redonnez-moi, Seigneur, la vie et le courage ;
Que j'aille en vous servant jusqu'à la fin du jour ;
Dissipez des erreurs le stérile nuage
Au rayon de la foi rallumé par l'amour.

L'orgueil ferme le cœur aux innocentes joies
Et tient la porte ouverte à l'ennui triomphant.
Donnez-moi, pour marcher humblement dans vos voies,
La raison du vieillard et la foi de l'enfant.

Alors, Seigneur, alors, mon âme calme et forte
Souffrira, sans colère et sans fougueux transports
Le mal que chaque jour et chaque nuit apporte
       A cette argile de mon corps.

       1852. »


Victor de Laprade (1812-1883), Extrait de Les œuvres de la foi (V)
"Œuvres poétiques de Victor de Laprade. Poèmes évangéliques", Paris, Alphonse Lemerre, s.d. (v.1875)
Texte intégral en ligne sur Wikisource.

 

Victor de Laprade,oeuvres,foi,poésie,poème,Seigneur,prière

Le Christ est tout. Il est la joie. Il est la vie. Il est la lumière. Il est la vraie lumière qui rend l'homme joyeux, le rend débordant de bonheur; le rend capable de voir tout et tout le monde; le rend ouvert à tous, le rend accessible à tous, voulant tout le monde avec le Christ.

(Saint Porphyrios)



 

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES AÎNES LES SAINTS...

 

 

 

SAINT EUGÈNE
Évêque de Carthage 
(† 505)

6212 - Milano - Sant'Eugenio - Sant'Eustorgio Museo - Foto Giovanni Dall'Orto 1-Mar-2007.jpg

        On ne sait rien sur la naissance et les premières années de saint Eugène. Son nom apparaît pour la première fois dans l'histoire quand il est choisi pour évêque de Carthage, en 481, à une époque où le fanatisme arien, joint à la barbarie des Vandales, faisait, presque à coup sûr, de tous les évêques orthodoxes  africains des martyrs de la vraie foi. 

        Sa conduite dans l'épiscopat fut celle d'un vrai pasteur des âmes. Malgré la pauvreté de son Église, il trouvait le moyen de répandre dans le sein des pauvres de si larges aumônes, que Dieu semblait multiplier à plaisir les ressources entre ses mains. 

        Hunéric, roi des Vandales, lui fit défendre de recevoir dans son église aucun chrétien de la race des Vandales ou en portant le vêtement; mais Eugène refusa d'obéir: 
« La maison de Dieu, répondit-il, est ouverte à tout le monde; nul ne peut en chasser ceux qui y entrent. » Ce fut le signal d'une affreuse persécution. 

        Dieu voulut prouver par un miracle éclatant l'orthodoxie de la foi, garante de l'unité catholique de l'unique Eglise di Christ divisée par l'orgueil des fils indignes contre la fourberie de ses ennemis. Un aveugle de Carthage, nommé Félix, vint trouver l'évêque et lui dit : « Je viens ici sur l'ordre de Dieu, et je n'en sortirai pas que vous ne m'ayez rendu la vue. » Eugène le repoussa d'abord avec bonté, protestant qu'il n'était pas homme à faire des miracles ; mais l'aveugle insista; il lui fit alors un signe de Croix sur les yeux, qui s'ouvrirent aussitôt à la lumière. Peu après, il rendit la vue à un homme que l'évêque arien avait suborné pour se donner à lui-même la réputation d'un thaumaturge, et qui était devenu réellement aveugle au moment même où il jouait son triste rôle. Malgré le bruit de ces prodiges dans le pays, la persécution ne fit qu'augmenter. 

        Saint Eugène fut exilé; il eut à subir toutes sortes de mauvais traitements. Le persécuteur Hunéric périt d'une mort effrayante, faisant horreur à ceux mêmes des hérétiques qui avaient fait de lui un prince pervers et cruel. 

        Eugène put revenir à Carthage et y continuer son apostolat; mais la paix ne fut pas de longue durée, car, sous le second successeur d'Hunéric, la persécution sévit de nouveau ; Eugène, toujours invincible, fut d'abord menacé des plus horribles supplices, puis envoyé en exil à Albi, dans les Gaules, où le vaillant athlète de la foi vit la fin de ses travaux.

Saint Eugène

 

 

Saint Anaclet

Pape et martyr

v.76 † 91

 

Saint Anaclet, grec de nation, était originaire de la fameuse ville d'Athènes. Les bonnes qualités de cet adolescent frappèrent vivement saint Pierre qui le convertit lorsqu'il prêcha à Athènes. Charmé de sa piété exemplaire, de son zèle pour la religion, de l'intégrité de ses moeurs et des rares talents dont le SEIGNEUR l'avait doué, le vicaire du CHRIST admit Anaclet dans le clergé, le reçut diacre, et lui conféra la dignité sacerdotale.
 
Revêtu de ce caractère sacré, saint Anaclet servit généreusement saint Pierre dans les fonctions de son apostolat et devint le compagnon inséparable de ses travaux et de ses voyages.  Ange par la pureté de sa vie et par son zèle indéfectible au service de DIEU, Anaclet devint vite un des plus saints ministres de l'Église naissante. 
 
Après que saint Pierre eut couronné son apostolat par un glorieux martyre, son fidèle disciple Anaclet se dévoua sous le pontificat de saint Lin et de saint Clet, avec le même empressement et le même succès.  Il coopéra pour une large part aux merveilleux progrès que connut l’Église de Rome en ces temps si difficiles.  L'excellence et la sainteté d'Anaclet devenait de jour en jour plus manifeste aux yeux de tous, lorsqu'en l'an 83,  sous l'empire de Domitien, les voix des fidèles se réunirent à l'unanimité pour l'élire au souverain pontificat.  Son élévation sur le trône de saint Pierre causa une joie universelle dans la chrétienté. 
 
Dans ces premiers jours de l’Église, tout était à craindre: la puissance, la cruauté et la multitude des ennemis du SAUVEUR, la fureur des païens, la rage des Juifs, la timidité et le relâchement des fidèles.  Durant la troisième persécution que Trajan excita contre l’Église en l'an 107, saint Anaclet constata avec douleur les ravages causés dans le troupeau de JÉSUS-CHRIST.  Quoique Trajan n'avait porté aucune loi officielle contre les chrétiens, une guerre sournoise d'extermination sévissait contre les fidèles et surtout les évêques.  Le sang des martyrs coulait avec abondance dans l'Orient et dans l'Occident. 
 
Au sein de la tourmente, Anaclet encourageait les uns et confondait les autres. Comme la violence de la persécution augmentait de jour en jour, ce pasteur vigilant n'oublia rien pour animer les fidèles à témoigner de leur foi en JÉSUS-CHRIST.  Il publia de belles ordonnances pour retenir ses ouailles dans leur devoir.  Il regardait comme chrétiens à demi vaincus ceux qui ne recevaient que rarement la divine Eucharistie.
 
Pour donner quelque marque de sa dévotion et de sa reconnaissance au prince des apôtres auquel il était redevable de sa conversion, saint Anaclet fit bâtir et orner une église à son sépulcre.  Par une providence toute particulière, elle se conserva intacte au milieu des persécutions.
 
Ce digne représentant de JÉSUS-CHRIST sut conserver intact le dépôt sacré de la foi. Il travailla avec succès à établir la discipline de l’Église, conserva le bon règlement dans les affaires temporelles de l’Église et s'opposa aux désordres qui s'y étaient glissés. Ce saint pape ne pouvait échapper longtemps aux recherches du tyran qui envoyait chaque jour une multitude de condamnés au martyre. 
 
L'année précédent sa mort, en prévision du sort qui l'attendait, saint Anaclet conféra l'ordination épiscopale au prêtre Évariste qui devait lui succéder dans la charge du souverain pontificat. Après avoir gouverné l’Église neuf ans, trois mois et dix jours, saint Anaclet remporta la palme du martyre et fut enseveli au Vatican
 

 

 

13 juillet :

Synaxe de l'Archange Gabriel

Tropaire, t. 4

Gabriel, chef des milices célestes,
Nous te supplions, indignes que nous sommes,
de nous protéger par tes prières
et de nous garder à l'ombre des ailes
de ton immatérielle gloire.
Nous qui à genoux, t'implorons instamment:
" Délivre nous des dangers,
Ô Prince des Puissances d'en haut ".

Synaxe-de-l-Archange-Gabriel.jpg

Kontakion (Ton 8)

Suprême commandant, Gabriel 
glorieux serviteur de la Très-radieuse, digne, tout-puissante, infinie et admirable Trinité 
Prie donc sans cesse pour nous, ô notre intercesseur, pour nous délivrer de toute tribulation et tourment, pour que nous puissions te clamer: 
"Réjouis-toi, protection de tes serviteurs!"

Exapostilaire, t. 3

Eclairé par l'ineffable splendeur * qui surpasse toute lumière en la divine Trinité, * tu parcours, tel un éclair, la création entière, * archange Gabriel au clair aspect, * pour accomplir ce que t'ordonne le Seigneur, * toi qui défends, garde et protèges les fidèles qui te chantent avec joie.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

L'image excellente que j'avais reçue par œuvre divine, * je m'en suis éloigné, malheureux que je suis, * par l'intempérance dont je fis preuve jadis; * mais toi, ô Christ, dans la tendresse de ton cœur * et par ta communion ineffable avec moi, * tu as pris ma piètre image sur toi, * renouvelant mon être, Sauveur, * dans les entrailles de la Vierge immaculée.


 

 

 

Jonas dans le poisson criait vers le Seigneur: / Je t'en prie, retire-moi des antres de l'Hadès, / Rédempteur, pour que je t'offre un sacrifice / dans les chants de laude et en esprit de vérité.

Croisant les mains sur les têtes des enfants, / Jacob préfigura, ô Christ, Votre sainte croix / sur laquelle Vous avez étendu les mains, / sauvant le genre humain de la griffe du Démon.

Roi de tous, par la croix où Vous voulûtes souffrir / le règne du péché, ô Christ, fut aboli: / Adam jadis banni du Paradis / s'y installe de nouveau dans les hymnes de joie.

Ornés de leurs blessures et drapés de sainteté, / revêtus de splendeur, de céleste majesté, / voici les saints Martyrs qui ont aimé le Seigneur: / nous les chanterons de tout l'élan de notre cœur.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit

Ayant tenu leurs lampes allumées / et s'étant lavés dans le sang qu'ils ont versé, / les saints Martyrs ont pu rejoindre / dans l'allégresse la salle du festin.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Nous te chantons, Vierge toute-digne de nos chants, / toi qui as conçu le Dieu dont le nom est au dessus de tous noms, / dont la force a terrassé le pire des tyrans / sur la croix, pour nous offrir le salut et la fierté.

 

 

Commentaires de l'Ecriture

par Saint Théophane le reclus.
 

(Romains 11:2-12; Matthieu 11:20-26)

Le Seigneur donna de nombreux signes à Capharnaüm, à Bethsaïde et à Chorazin, et pourtant le nombre de ceux qui croyaient ne correspondait pas à la puissance des signes. C'est pourquoi il a sévèrement dénoncé ces villes et les a condamnées: le Jour du Jugement sera plus tolérable pour Tyr et Sidon, Sodome et Gomorrhe, que pour ces villes. Nous devons nous juger selon un tel modèle. Combien de signes le Seigneur a montré à la Russie, la sauvant de ses ennemis les plus puissants et lui soumettant les peuples! Combien de trésors lui a-t-Il accordée, déversant sans cesse des signes dans les saintes reliques et les icônes thaumaturge disséminées dans toute la Russie! Et pourtant, de nos jours les russes commencent à se détourner de la foi: un groupe tombe dans l'incrédulité totale, un autre groupe chute dans le protestantisme, il y a un troisième groupe qui tisse secrètement ses propres croyances, pensant combiner le spiritisme et les délires théologiques avec la Divine Révélation. Le Mal est en croissance; les croyances mauvaises et l'incrédulité élèvent leur tête, tandis que la foi et l'orthodoxie s'affaiblissent. Retrouverons-nous nos esprits?... 
Nous finirons comme les Français, par exemple, ou d'autres... Mais si cela arrive, que pensez-vous qu'il nous adviendra au jour du jugement, après que Dieu ait montré tant de miséricorde pour nous? Ô Seigneur! Aie pitié et sauve la Rus' orthodoxe de ta menace juste et droite!

(Version française Claude Lopez-Ginisty d'après St Theophan the Recluse Thoughts for each Day of the Year St Herman of Alaska, Platina, CA USA 2010 +)

 

 

=====

 

Icon of the Mother of God “It Is Truly Meet”


Commemorated on July 13

The “It is Truly Meet” Icon of the Mother of God is in the high place of the altar of the cathedral church of the Karyes monastery on Mount Athos.

One Saturday night an Elder went to Karyes for the all-night Vigil. He left, instructing his disciple to remain behind and read the service in their cell. As it grew dark, the disciple heard a knock on the door. When he opened the door, he saw an unknown monk who called himself Gabriel, and he invited him to come in. They stood before the icon of the Mother of God and read the service together with reverence and compunction.

During the Ninth Ode of the Canon, the disciple began to sing “My soul magnifies the Lord...” with the Irmos of St Cosmas the Hymnographer (October 14), “More honorable than the Cherubim....”

The stranger sang the next verse, “For He has regarded the low estate of His handmaiden....” Then he chanted something the disciple had never heard before, “It is truly meet to bless Thee, O Theotokos, ever-blessed and most pure, and the Mother of our God...” Then he continued with, “More honorable than the Cherubim....”

While the hymn was being sung, the icon of the Theotokos shone with a heavenly light. The disciple was moved by the new version of the familiar hymn, and asked his guest to write the words down for him. When the stranger asked for paper and ink, the disciple said that they did not have any.

The stranger took a roof tile and wrote the words of the hymn on its surface with his finger. The disciple knew then that this was no ordinary monk, but the Archangel Gabriel. The angel said, “Sing in this manner, and all the Orthodox as well.” Then he disappeared, and the icon of the Mother of God continued to radiate light for some time afterward.

The Eleousa Icon of the Mother of God, before which the hymn “It Is Truly Meet” was first sung, was transferred to the katholikon at Karyes. The tile, with the hymn written on it by the Archangel Gabriel, was taken to Constantinople when St Nicholas Chrysoberges (December 16) was Patriarch.

Numerous copies of the “It Is Truly Meet” Icon are revered in Russian churches. At the Galerna Harbor of Peterburg a church with five cupolas was built in honor of the Merciful Mother of God, and into it they put a grace-bearing copy of the “It Is Truly Meet” icon sent from Athos.

 

'If we knew at what time we were to depart from this world,

we would be able to select a season for pleasure and another for repentance. But God, who has promised pardon to every repentant sinner, has not promised us tomorrow.

Therefore we must always dread the final day, which we can never foresee.

This very day is a day of truce, a day for conversion.

And yet we refuse to cry over the evil we have done!

Not only do we not weep for the sins we have committed, we even add to them. . .

If we are, in fact, now occupied in good deeds, we should not attribute the strength with which we are doing them to ourselves.

We must not count on ourselves, because even if we know what kind of person we are today, we do not know what we will be tomorrow.

Nobody must rejoice in the security of their own good deeds.

As long as we are still experiencing the uncertainties of this life, we do not know what end may follow. . . we must not trust in our own virtues.'

(St. Gregory the Great)

 

 

« J'ai vu Claude debout là-bas. La Sainte Vierge se tenait derrière lui... » (I)

See original image

Le Père R. O'Leary (Canada) fut appelé une certaine nuit auprès d'un jeune Noir, en prison et condamné à mort.

Ce garçon lui dit qu'une belle Dame lui était apparue et lui avait dit :

"Si tu veux que je sois ta Mère, et si tu veux devenir mon fils, demande à voir un prêtre ."

Le condamné, effrayé, se mit à réclamer un prêtre à corps et à cri.

On fit venir le dit prêtre.

Peu avant cette vision, le condamné avait remarqué une médaille au cou d'un autre prisonnier.

Il lui demanda ce que c'était. L'autre, l'arrachant de son cou, la lui jeta avec un juron.

Le jeune condamné, qui s'appelait Claude Newman, reçut la médaille et se la mit au cou.

C'était une Médaille Miraculeuse.

Le prêtre se mit à instruire Claude.

Il fut grandement surpris de l'intelligence et des réponses d'un garçon qui ne savait ni lire ni écrire.

Celui-ci lui expliqua que la Sainte Vierge était venue trois fois pour l'instruire.

Claude lui dit aussi que la Sainte Vierge lui avait révélé une promesse que le Père avait faite dans les tranchées. 

Cette fois, le Père bouleversé, crut aux visions de son néophyte. Il le baptisa et le communia.

 

(Ave Maria, 1er Mars 1973)
Recueil marial 1975

 

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIA

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 

 

EN VRAC...ÉLÉMENTS ÉPARS POUR VOTRE

 

RÉFLEXION PERSONNELLE ET...ALIMENTER

 

VOTRE PRIERE...

 

 

 

 

===

 

 

===

AFRIQUE/EGYPTE -

Quatre maisons attaquées et incendiées à Kom el Loofy dans le cadre de violences sectaires contre les coptes 

Samalut (Agence Fides) – Quatre maisons appartenant à des familles coptes ont été attaquées par quelques 300 fanatiques islamistes dans le village de Kom el Loofy, non loin de la ville de Samalut, en Haute Egypte. L'assaut a eu lieu après que se soit propagée la rumeur d'un projet de construction d'une nouvelle église dans la zone et ce malgré les démentis du propriétaire des terrains sur lesquels aurait dû être construit le lieu de culte, démentis qui avaient également été communiqués à la police. Aux violences sectaires du début de semaine, a suivi une tentative de conciliation inspirée par les autorités locales.
Le Diocèse copte orthodoxe de Samalut a cependant contesté dans ce cas la praxis des rencontres de réconciliation, imposées de facto par les forces de sécurité, soulignant la nécessité de poursuivre les comportements criminels en application de la loi en vigueur, et faisant remarquer que, souvent, les victimes de violences sectaires demeuraient dans leur condition de partie offensée sans qu'aucune justice ne soit faite. Entre temps, selon des sources égyptiennes consultées par l'Agence Fides, les représentants locaux de la Maison de la Famille égyptienne, organisme de liaison interreligieux institué voici quelques années comme instrument visant à prévenir et à mitiger les oppositions sectaires, ont lancé une collecte de fonds afin de financer la réparation des maisons attaquées par les fanatiques. (GV) (Agence Fides 09/07/2016)

 

===

 

 

Des migrants africains, en provenance d’un camp de réfugiés qui a été évacué près de Dunkerque, sont arrivés dans la commune de Chardonnay, au sud de la Bourgogne, lundi 11 juillet 2016.(…)
 

Ces migrants sont originaires d’Érythrée et du Soudan. Le maire a été averti de leur arrivée ce matin par un appel téléphonique de la préfecture. Cet événement suscite l’émoi dans ce village viticole qui compte une centaine d’habitants. Le directeur de cabinet du préfet s’est rendu sur place pour s’entretenir avec les élus.

Les nouveaux venus doivent être logés au château de Montlaville, une propriété mise en vente par les Eclaireurs de France. Ces locaux servent notamment à l’organisation de classes de découvertes sur l’environnement.

France 3 Bourgogne

Qui s'occupe de l'Aumônerie des Chrétiens Orthodoxes Orientaux Erythréen ?...

source

 

===

 

Seit 15 Jahren auf diesen Tag gewartet

Volker Bouffier, Patriarch Ignatius II. und Bischof Philoxenus Mattias Nayis, der Erzbischof der syrisch-orthodoxen Kirche Deutschlands (von links) während der Feier.	Fotos: Pfeiffer

KIRCHE Feierlicher Gottesdienst zur Einweihung der syrisch-orthodoxen Kirche St. Afrem und St. Theodoros im Steinberger Weg

GIESSEN - (ebp). „Das ist ein Tag der Freude für die Gemeinde, für die Aramäer und für uns alle“, sagte Ministerpräsident Volker Bouffier gestern anlässlich der Einweihung der syrisch-orthodoxen Kirche St. Afrem und St. Theodoros. Die Kirche mit den zwei großen Türmen, die bereits von Weitem sichtbar sind, ist im Steinberger Weg errichtet worden. Es ist die einzige aramäische Kirchengemeinde in Gießen. „Wir warten seit über 15 Jahren auf diesen Tag“, sagte Samuel Gergin, Pressesprecher der Gemeinde. Der „Traum eines eigenen Gebetshauses“ sei nun endlich wahr geworden und ein „denkwürdiges Ereignis“.

Eingeweiht wurde der Bau in einem mehrstündigen Gottesdienst durch das Oberhaupt der syrisch-orthodoxen Kirche von Antiochien, Patriarch Ignatius II. Der gebürtige Syrer hatte sich in der vergangenen Woche mit Bundespräsident Joachim Gauck über die kritische Lage der Christen in Syrien ausgetauscht. „Durch Flucht und Vertreibung sind wir auf der ganzen Welt verstreut. Wir sind sehr dankbar, hier sein zu dürfen“, so Gergin.

Es sei eine große Ehre, den Patriarchen hier begrüßen zu dürfen, freute er sich. Sein Erscheinen sei keine Selbstverständlichkeit, zumal Ignatius II. erst vor wenigen Wochen einem Attentat entkommen sei. Das Interesse an der Einweihung der Kirche und dem Erscheinen des Patriarchen war so groß, dass die Kirche aus allen Nähten platzte. Gut 500 Gäste fasst das Gotteshaus, dessen Bau ohne Steuergelder finanziert wurde, doch mehrere Hundert Personen mussten den Gottesdienst draußen auf einer Leinwand verfolgen.

An der Messe nahmen auch der Landtagsabgeordnete Gerhard Merz, Stadträtin Astrid Eibelshäuser sowie der hessische Polizeipräsident Manfred Schweizer teil. Im Anschluss gab es ein Mittagessen für die Gäste des Gottesdienstes. Bei Lammfleisch, Couscous und gefüllten Weinblättern feierte man die Einweihung.

 

Der Ministerpräsident erinnerte auch an die derzeitige Situation in Syrien: „Viele von Ihnen haben Verwandte in Syrien. Wir feiern und essen hier, aber zur selben Zeit sterben dort viele Menschen. Wir wünschen uns, dass dieser furchtbare Krieg bald vorbei ist“. Die Christen, die in ihrer Heimat verfolgt wurden und nach Deutschland geflohen sind, „gehören zu uns“, befand Bouffier. „Sie sind ein gutes Beispiel für gelungene Integration. Sie haben sich Ihre Identität bewahrt, aber sind in unserem Land angekommen. Darauf können Sie stolz sein“, lobte Bouffier.

(Source:http://www.giessener-anzeiger.de/lokales/stadt-giessen/nachrichten-giessen/seit-15-jahren-auf-diesen-tag-gewartet_17071142.htm)

 

 


قداسة سيدنا البطريرك أفرام الثاني يشارك في يوم العائلة
المنظّم في دير مار يعقوب السروجي بفاربورغ - ألمانيا
12.07.2016

شارك قداسة سيدنا البطريرك مار إغناطيوس أفرام الثاني في فعاليات يوم العائلة حيث احتشدت العديد من العائلات السريانية المتوافدة من مختلف المناطق والمدن في ألمانيا إلى دير مار يعقوب السروجي في فاربورغ للمشاركة في نشاطات وفعاليات هذا اليوم وتم ذلك بتاريخ 9 تموز 2016.
شاركت جوقة "الموسيقى السريانية" من السويد في هذا اليوم المميز وأنشدت العديد من التراتيل والأغاني السريانية للمناسبة،
حيث قدّر عدد المشاركين بحوالي 4000 شخص تجمّعوا في دير مار يعقوب السروجي قادمين من مختلف المدن في ألمانيا وهولندا.
شارك في يوم العائلة أصحاب النيافة المطارنة الأجلاء: مار فيلوكسينوس متياس نايش، النائب البطريركي في ألمانيا، ومار يوليوس حنا أيدين، مدير العلاقات الخارجية في ألمانيا، ومار ديوسقوروس بنيامين أطاش، النائب البطريركي في السويد، ومار بوليكاربوس أوكين أيدين، النائب البطريركي في هولندا، ومار تيموثاوس متى الخوري، النائب البطريركي في أبرشية دمشق البطريركية إلى جانب عدد كبير من الآباء الكهنة والرهبان وممثلين عن الكنائس الشقيقة.

 

 

 

===

 

Manuel Valls a présenté hier le troisième rapport du comité de suivi des retraites. On peut noter une "amélioration lente mais sensible" du système des retraites et envisager avec "sérénité" l'avenir des retraites en France. Les conclusions du rapport "confirment le très net rétablissement de notre système de retraites". Tout cela c'est très bien, mais personne, aucun média n'a noté une phrase très inquiétante de ce rapport officiel "Néanmoins la divergence d’évolution entre les revenus des actifs et ceux des retraités pourrait faire resurgir un risque de pauvreté ce qui appelle, pour l’avenir, une vigilance particulière". Mais malheureusement ce n'est pas un risque, c'est une réalité : 101 000 personnes supplémentaires de plus de 50 ans pauvres en 1 an !

http://blog.seniorenforme.com/

On peut bien se réjouir des bons résultats comptables, financiers de notre système des retraites. Mais derrière les chiffres, il y a des hommes et des femmes, pour qui la retraite n'est pas une période facile. Cependant, personne n'en parle, les experts préfèrent évoquer "que la France a su remettre son système de retraites sur la voie d'un équilibre financier durable".

http://blog.seniorenforme.com/categorie/retraite-2/

Le Premier Ministre a dit "nos efforts pour préserver le système de retraites par répartition, un modèle de solidarité auquel les Français sont attachés, portent leurs fruits". Le rapport à la page 16 déclare "Le comité constate que l’objectif d’un niveau de vie satisfaisant des retraités est à ce jour assuré par le système de retraite". Satisfaisant, au fait cela veut dire quoi ? Ça c'est l'emballage mais pour ce qui est de la pauvreté des retraités, on préfère mettre la poussière sous le tapis.

D'ailleurs dans ce rapport, nous pouvons voir des grandes et belles courbes sur l'évolution du taux de pauvreté de 1996 à 2013 mais pour les chiffres concrets, il faut aller voir dans les conclusions de l'INSEE et notamment dans leurs notes sur les revenus fiscaux et sociaux.

En l'espèce, malheureusement, ce n'est plus un risque de pauvreté des retraités mais une réalité. Jugez vous-mêmes :

-En 2013, 2 196 000 personnes de plus de 50 ans sont pauvres pour 2 095 000 en 2012. Soit 101 000 personnes supplémentaires de plus de 50 ans pauvres en 1 an !

-En 2013, 1 078 000 retraités sont pauvres pour 1 039 000 en 2012. Soit 39 000 retraités pauvres en 1 an en plus dans notre pays. Le taux de pauvreté des retraités était de 7,7% en 2012 et il est de 7,9% en 2013. Soit une augmentation de 0,2% ! 

Personne n'en parle, personne ne l'évoque....

http://blog.seniorenforme.com/categorie/retraite-2/

Alors quand le rapport du comité de suivi des retraites déclare qu'il y a un risque de pauvreté, c'est faux, ce n'est plus un risque mais malheureusement c'est une réalité et ce n'est pas avec l'augmentation ridicule du minimum vieillesse de 80 centimes d'euros par mois qui va changer la donne...

Alors, quand le rapport du comité de suivi des retraites, préconise une vigilance particulière concernant la pauvreté des retraités, nous disons la vigilance c'est terminé, maintenant il faut de l'action et des mesures concrètes car la situation est préoccupante. Il faut que les gouvernements arrêtent la procrastination et s'attaquent dès maintenant au sort du million de retraités pauvres.

Vigilance Non, Action Oui !

source

 

===

കോലഞ്ചേരി വലിയപള്ളിയിൽ പരിശുദ്ധ
പത്രോസ് പൗലോസ് ശ്ലീഹന്മാരുടെ
ഓർമ്മപ്പെരുന്നാൾ സമാപിച്ചു.

 

 

====

 

 

DES DÉCISIONS IMPORTANTES S’EN SUIVENT 

À la veille de la rencontre de l’OTAN à Varsovie, Vladimir Poutine a annulé tous ses déplacements pour se retirer dans un silence qui ne peut que présager de décisions importantes. Ces dernières seront des réponses aux actions provocatrices de l’OTAN, véritables menaces à la sécurité du peuple russe et à la paix mondiale. Nous savons que le président Poutine n’est pas du genre à réagir sous l’effet de la passion ou de la provocation, mais sous ceux de faits soigneusement analysés et d’une stratégie d’intervention soigneusement orientée à prendre l’ennemie là où il s’y attend le moins. Il ne faut pas oublier cet aveu de Poutine, devenue incontournable : « Dans mon enfance, les rues de St-Petersburg m’ont appris que lorsque l’entente devient impossible, il faut frapper le premier ».

Une première réaction du ministère des Affaires extérieures de Russie demande aux dirigeants de l’OTAN des explications sur ce déploiement tous azimuts des forces de l’OTAN aux frontières de la Russie. 

 "Au mépris de l'impératif objectif du maintien de la paix et de la stabilité en Europe et contrairement à la nécessité d'œuvrer en synergie pour relever les défis effectifs, et non imaginaires, l'OTAN se concentre sur la +dissuasion+ d'une menace inexistante à l'Est »

Et d’ajouter la représentante du ministère extérieur russe, Maria Zakharova : 

« L'OTAN refuse de voir ces conséquences négatives et risquées à long terme pour l'ensemble de la sécurité euro-atlantique que recèlent les démarches de Washington et Bruxelles visant à perturber l'équilibre de forces actuel", a indiqué la porte-parole, citant en exemple le déploiement accéléré d'éléments du bouclier antimissile É.-U./OTAN en Europe. »

Tout le scénario de l’OTAN consiste à couvrir ce déploiement majeur sur les frontières russes par un discours qui fait de la Russie l’ennemie aux prétentions de conquêtes et de domination des pays qui lui sont frontaliers. Elle fait de la Russie l’envahisseur de l’Ukraine et, de ce fait, le conquérant potentiel de tous les pays qui lui sont frontaliers. 

« Elle (OTAN) a (…) suspendu toute coopération avec ce pays (RUSSIE) en réponse à l’intervention militaire de ce dernier en Ukraine, que les Alliés condamnent avec la plus grande fermeté. Les canaux de communication politiques et militaires, quant à eux, restent ouverts. L'OTAN demeure préoccupée par les activités militaires et le discours agressif de la Russie, qui font songer à une manoeuvre de déstabilisation, qui viserait l'Ukraine, mais pas seulement elle.  »

Le mensonge de l’intervention militaire de la Russie en Ukraine est énorme et dire qu’il est avalé par les 28 pays membres de l’OTAN. C’est tout de même incroyable. 

Il faut lire ici les dessous d’un coup d’État en Ukraine que nous présente l’excellent analyste, Michel Collon et, également, ici , ce qu’en pense Poutine. Si G.W. Bush s’est servi d’un monstrueux mensonge pour envahir l’Irak, Obama et ses pairs de l’OTAN peuvent en faire tout autant pour envahir la Russie. Sauf que dans ce dernier cas la situation de Poutine est toute autre de celle de Saddam Hussein. 

Il est incroyable que ces 28 chefs d’État qui chapeautent l’OTAN se disent « préoccupés par les activités militaires et le discours agressif de la Russie qui font songer à une manœuvre de déstabilisation qui viserait l’Ukraine et pas seulement elle. » À ce que je sache, le déploiement militaire se fait sur le territoire russe et en Syrie, à la demande du Président de ce pays pour lutter contre le terrorisme. Cette situation n’a rien de comparable avec ce déploiement des forces de l’OTAN sur les frontières russes et un peu partout dans le monde.

Que dire maintenant de ce discours agressif de Poutine ? Il n’est pas du genre à menacer à tout vent et à s’ingérer dans les affaires intérieures des autres pays comme le font les États-Unis et plusieurs pays de l’OTAN. Pour ne parler que des États-Unis, voyons ce qu’ils font en Amérique latine, tout particulièrement au Venezuela qu’ils déclarent comme une menace à la sécurité nationale des États-Unis. Une déclaration qui devient une véritable menace de guerre. Si ce n’est pas là un discours agressif de Washington, je n’y comprends rien. Le Venezuela n’est pas à la frontière des États-Unis et n’en constitue d’aucune manière une menace militaire pour les États-Unis. C’est une situation tout autre que vit la Russie avec les forces de l’OTAN à sa frontière.

Que va décider Poutine ?

Lui, plus que tout autre, sait les mensonges qui servent à manipuler l’opinion publique occidentale contre la Russie. Il sait que les peuples de l’Occident ne sont pas des ennemis de la Russie, mais que leurs dirigeants, soumis aux volontés de Washington, le sont. Plus que tout, il sait que Washington est effectivement son véritable ennemi. Ce sont les ambitions de ce dernier qui mettent en péril la Russie et une grande partie du monde.

Il sait également que l’unité de l’Europe se fragilise et que les peuples deviennent de plus en plus conscients de la manipulation dont ils sont victimes. La France, l’Italie, l’Espagne font toujours plus partie de ces peuples soumis au pouvoir des marionnettes qui les dirigent.

Si Poutine décide de frapper le premier, ce ne sera pas contre les peuples, mais contre ces forces sur lesquelles compte Washington pour envahir la Russie. Je lui souhaite bonne chance.

Je pense qu’on s’approche d’un automne qui risque d’être chaud.

 

Oscar Fortin

Le 10 juillet 2016 

http://humanisme.blogspot.com

 

===

 

==

 

Moscou a dénoncé le 10 juillet la focalisation de l'Alliance atlantique sur une menace russe «qui n'existe pas», après le sommet de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord, largement consacré à renforcer son flanc oriental, à Varsovie.

«Une analyse préliminaire des résultats de la rencontre montre que l'OTAN continue de voir le monde politico-militaire à travers une sorte de miroir déformant», a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. «Contrairement à l'intérêt objectif de maintenir la paix et la stabilité en Europe [...] l'Alliance concentre ses efforts sur la dissuasion d'une menace qui n'existe pas venant de l'est», poursuit la déclaration.

L'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN)  a tenu à afficher son unité lors d'un sommet qui s'est tenu les 8 et 9 juillet à Varsovie consacré aux grands défis auxquels elle doit faire face : l'action de la Russie en Ukraine, en proie à une insurrection pro-russe dans sa partie orientale et le rattachement de la Crimée à la Russie.

D'après l'Otan : «Les actions de la Russie portent atteinte à l'ordre en Europe»

«Les actions de la Russie, en particulier en Ukraine [...] portent atteinte à l'ordre fondé sur des règles en Europe», indique le document adopté par les 28 pays de l'OTAN. L'Alliance a décidé de déployer quatre bataillons dans les Etats baltes et en Pologne, un défi sans précédent envers Moscou depuis la fin de la guerre froide.

«Nous ne voyons aucune menace immédiate vis-à-vis d'un allié de l'OTAN» venant de la Russie, a toutefois assuré le 10 juillet le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg.

Le président russe Vladimir Poutine avait accusé fin juin l'OTAN de vouloir entraîner son pays dans une course aux armements «frénétique» et de rompre «l'équilibre militaire» en vigueur en Europe depuis la chute de l'URSS.

A lire aussi : Mikhaïl Gorbachev : «l'OTAN veut faire de la Guerre froide une guerre chaude»

 

===

 

===

 

Les banques ne sont pas toujours associées à une stabilité financière, et les pays de l’Union européenne ont aujourd’hui beaucoup à reprocher à leurs secteurs bancaires. Cela doit-il faire craindre une nouvelle crise européenne?

Il semble que les banques européennes constituent une vraie source d'inquiétude pour la population et pour les autorités des pays de l'UE. Le secteur bancaire allemand en est un exemple frappant.

 

"Le secteur bancaire européen est actuellement peu capitalisé (…) les banques italiennes sont dans un état relativement mauvais comparé aux banques d'autres pays. Clairement, toutes ces banques font encore les frais de la crise des dettes souveraines. Très peu ont réussi à atteindre des niveaux de capitalisation suffisants pour assurer leur solidité sur le long terme", explique Guillaume Vuillemey, professeur d'économie à HEC, dans un entretien accordé à Sputnik.

 

Selon l'expert, les banques sont actuellement confrontées à deux questions principales. D'abord, elles ont besoin de fonds propres. Mais qui devrait apporter ces fonds propres aux banques? Soit l'Union européenne ou les gouvernements, soit les marchés, souligne l'économiste.

 

"Clairement, ce qui est aujourd'hui préférable, ce ne sont pas des recapitalisations publiques, mais des recapitalisations par le marché. Il faut donner des incitations pour que les actionnaires détiennent davantage et supportent les risques des banques, et non les contribuables", poursuit l'interlocuteur de Sputnik. La politique financière actuelle de la Banque centrale européenne (BCE) a un caractère d'assouplissement quantitatif, ce qui a des effets sur le système des obligations souveraines et sur les dettes.

 

La fragilité financière? C'est ce qui caractérise aujourd'hui le secteur bancaire allemand, déclare l'économiste. Et si le secteur industriel de l'économie allemande et les autres secteurs représentant le côté réel fonctionnent bien, les banques du pays, et en particulier les grandes banques, manifestent un niveau très élevé de fragilité, conclut l'interlocuteur de Sputnik.

 

SOURCE

 

 

===

 

EN VRAC...ÉLÉMENTS ÉPARS POUR VOTRE

 

RÉFLEXION PERSONNELLE ET...ALIMENTER

 

VOTRE PRIERE...

 

 

 

 

===

See original image

 

LE COIN DU CATECHISME...ET DE LA

 

TRANSMISSION FAMILIALE:

 

Histoire Sainte:

 

SAMUEL ECOUTE SON DIEU...

 

Le jeune Samuel assurait le service du Seigneur en présence du prêtre Élie.

La parole du Seigneur était rare en ces jours-là, et la vision, peu fréquente.  

Un jour, Élie était couché à sa place habituelle.

Samuel était couché dans le temple du Seigneur, où se trouvait l’arche de Dieu.

Le Seigneur appela Samuel, qui répondit :

« Me voici ! »

Il courut vers Élie, et il dit :

« Tu m’as appelé, me voici ».

Élie répondit :

« Je n’ai pas appelé. Retourne te coucher ».

L’enfant alla se coucher.

De nouveau, le Seigneur appela Samuel.

Et Samuel se leva.

Il alla auprès d’Élie, et il dit :

« Tu m’as appelé, me voici ».

Élie répondit :

« Je n’ai pas appelé, mon fils.

Retourne te coucher ».

Samuel ne connaissait pas encore le Seigneur, et la parole du Seigneur ne lui avait pas encore été révélée.

De nouveau, le Seigneur appela Samuel. Celui-ci se leva. Il alla auprès d’Élie, et il dit :

« Tu m’as appelé, me voici ».

Alors Élie comprit que c’était le Seigneur qui appelait l’enfant, et il lui dit :

« Va te recoucher, et s’il t’appelle, tu diras :

-Parle, Seigneur, ton serviteur écoute ».

Samuel alla se recoucher à sa place habituelle.

Le Seigneur vint, il se tenait là et il appela comme les autres fois :

-« Samuel ! Samuel ! »

Et Samuel répondit :

-« Parle, ton serviteur écoute ».

Samuel grandit en écoutant la parole de Dieu.

Petit diaporama : Samuel, écoute Dieu

 

Source :http://levangelisation.eklablog.com/bible-god-s-story-for-me-a86194810

 

 

===

PENDANT LES VACANCES:

Prier avec les enfants 

POUR LES VOCATIONS....

Le bon pasteur

Chers amis,

Le temps de l’été est pour beaucoup celui des camps et des vacances. Partir avec des enfants, c’est leur donner la possibilité d’expérimenter la prière quotidienne, et les entraîner à vivre cette fidélité au Seigneur.

A travers ce livret, nous voulons vous proposer de prier avec les enfants pour les vocations. Jésus nous y invite dans l’Evangile : « Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson » (Luc 10, 2). Lorsque nous prions pour les vocations, nous demandons au Seigneur de faire entendre parmi nous son appel et d