Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 19:09
Lectionnaire pour le Premier dimanche après Noël. (La Sainte Famille fuit en Egypte)Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare.

 Premier dimanche après Noël. (La Sainte Famille fuit en Egypte)

L'icône copte de la fuite en Egypte

Saint Qurbana

o    Actes 16:6 -10 :

  • 06 Paul et ses compagnons traversèrent la Phrygie et le pays des Galates, car le Saint-Esprit les avait empêchés de dire la Parole dans la province d’Asie.
  • 07 Arrivés en Mysie, ils essayèrent d’atteindre la Bithynie, mais l’Esprit de Jésus s’y opposa.
  • 08 Ils longèrent alors la Mysie et descendirent jusqu’à Troas.
  • 09 Pendant la nuit, Paul eut une vision : un Macédonien lui apparut, debout, qui lui faisait cette demande : « Passe en Macédoine et viens à notre secours. »
  • 10 À la suite de cette vision de Paul, nous avons aussitôt cherché à partir pour la Macédoine, car nous en avons déduit que Dieu nous appelait à y porter la Bonne Nouvelle.

o     

o    1ère épître aux Corinthiens 10: 1 à 13 :

  • 01 Frères, je ne voudrais pas vous laisser ignorer que, lors de la sortie d’Égypte, nos pères étaient tous sous la protection de la nuée, et que tous ont passé à travers la mer.
  • 02 Tous, ils ont été unis à Moïse par un baptême dans la nuée et dans la mer ;
  • 03 tous, ils ont mangé la même nourriture spirituelle ;
  • 04 tous, ils ont bu la même boisson spirituelle ; car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher, c’était le Christ.
  • 05 Cependant, la plupart n’ont pas su plaire à Dieu : leurs ossements, en effet, jonchèrent le désert.
  • 06 Ces événements devaient nous servir d’exemple, pour nous empêcher de désirer ce qui est mal comme l’ont fait ces gens-là.
  • 07 Ne devenez pas idolâtres, comme certains d’entre eux, selon qu’il est écrit : Le peuple s’est assis pour manger et boire, et ils se sont levés pour s’amuser.
  • 08 Ne nous livrons pas à la débauche, comme l’ont fait certains d’entre eux : il en est tombé vingt-trois mille en un seul jour.
  • 09 Ne mettons pas le Christ à l’épreuve, comme l’ont fait certains d’entre eux : ils ont péri mordus par les serpents.
  • 10 Cessez de récriminer comme l’ont fait certains d’entre eux : ils ont été exterminés.
  • 11 Ce qui leur est arrivé devait servir d’exemple, et l’Écriture l’a raconté pour nous avertir, nous qui nous trouvons à la fin des temps.
  • 12 Ainsi donc, celui qui se croit solide, qu’il fasse attention à ne pas tomber.
  • 13 L’épreuve qui vous a atteints n’a pas dépassé la mesure humaine. Dieu est fidèle : il ne permettra pas que vous soyez éprouvés au-delà de vos forces. Mais avec l’épreuve il donnera le moyen d’en sortir et la force de la supporter.

o     

o    Evangile de Notre-Seigneur Jésus-Christ selon Saint Matthieu 2: 9 – 15 :

  • 09 Après avoir entendu le roi, ils partirent. Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit où se trouvait l’enfant.
  • 10 Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie.
  • 11 Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.
  • 12 Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.
  • 13 Après leur départ, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte. Reste là-bas jusqu’à ce que je t’avertisse, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. »
  • 14 Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Égypte,
  • 15 où il resta jusqu’à la mort d’Hérode, pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : D’Égypte, j’ai appelé mon fils.

o     

o     19 – 23 :

  • 19 Après la mort d’Hérode, voici que l’ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph en Égypte
  • 20 et lui dit : « Lève-toi ; prends l’enfant et sa mère, et pars pour le pays d’Israël, car ils sont morts, ceux qui en voulaient à la vie de l’enfant. »
  • 21 Joseph se leva, prit l’enfant et sa mère, et il entra dans le pays d’Israël.
  • 22 Mais, apprenant qu’Arkélaüs régnait sur la Judée à la place de son père Hérode, il eut peur de s’y rendre. Averti en songe, il se retira dans la région de Galilée
  • 23 et vint habiter dans une ville appelée Nazareth, pour que soit accomplie la parole dite par les prophètes : Il sera appelé Nazaréen.

o     

+++

« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ;

sur ceux qui habitaient le pays de l'ombre, une lumière a resplendi. »
Livre de St Isaïe le Prophète 9, 1

Voeux de Noël du Métropolite:

 

Chers amis, Aloho m'barekh

Nous avons célébré cette nuit dans l'intimité familiale du Monastère Syriaque l'Incarnation du Verbe Eternel qui se fait "Frère des Hommes" par Marie et la puissance du Saint Esprit, Pendant que nombreux étaient les absents qui retrouvaient  une proximité familiale et sont, pour ce faire loin du Monastère Syriaque :

La Nativité du Verbe de Dieu qui prend chair par Marie et l'Esprit Saint.
Tous étaient, cette nuit, présents dans nos coeurs sacerdotaux lorsque nous bénissions le "Feu nouveau", le "feu des bergers" pour acclamer le Christ "Soleil de Justice" qui vient pour éclairer nos nuits humaines de la lumière de Sa Vérité et les réchauffer du feu de l'Amour Divin.

Oui, vous étiez tous

dans nos coeurs sacerdotaux lorsque nous accueillions ensemble le Christ "Prince de la Paix"...

 

« Frères bien aimés, en cette nuit très sainte où le Verbe Eternel, le Fils du Père vient en notre chair pour illuminer les ténèbres de notre monde de la lumière de la Vérité et le réchauffer du feu de la Charité, l’Eglise invite tous ses enfants disséminés de par le monde à se réunir pour veiller, prier et accueillir la grâce du Christ Prince de la Paix.

 

Plus nombreux seront les présents aujourd'hui certes, mais tous, croyez-le, serez présentés avec toutes vos intentions sur le Trône du Très Haut lorsque nous prèterons nos voix au Christ s'Offrant à son Père lors de la Quadsha Qurbana (Ste Messe)...

Avec Lui, "Premier né d'une multitude de frères", vous êtes entrés avec nous la nuit dernière, après la Bénédiction du "Feu des Bergers"  dans  dans le bâtiment de notre église qui est la figure de l'Eglise Universelle qu'Il fonda sur les Apôtres, Lui, Le Christ notre Chef.

 

Aujourd'hui comme cette nuit, comme métropolite de cette Eglise Locale Orthodoxe-Orientale (Portion de l'Eglise universelle fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise Orthodoxe-Malankare qui m'est confiée), je porterai fraternellement dns mon coeur sacerdotal tous les Evêques prêtres et fidèles qu'unit l'Orthodoxie de la Foi Apostolique seront avec nous , dans nos coeurs, processionnant derrière le Christ Tête, Unique, Souverain et Eternel Prêtre, le "Bon Berger qui vient donner Sa Vie pour Ses brebis"......

 

Nous déposerons tout à l'heure à la crèche et à l'Autel (Trône) nos prières, toutes vos intentions, celles de l'Eglise du Christ  qui est  la "Porte du Ciel".

 

Ayez, je vous prie, une pensée priante et fraternelle pour votre soeur notre chère Eulalie qui, dans le cadre de l'Aumônerie des Africains en France, sera reçue en notre Eglise Orthodoxe-Ortientale par le Sacrement de Chrismation.

 

Nous prions pour vous. Merci de ne pas nous oublier.

 

Joyeux et pieux Noël à tous en communion avec tous nos frères Chrétiens souffrants pour le Christ et Son Règne d'Amour, de Justice et de Vérité !

 

Que l'Enfant Jésus de la crèche réveille en chacun une espérance renouvellée !

 

Votre fidèlement et respectueusement dévoué en Celui qui était, qui est et qui vient: le Christ notre Rocher.

 

+Mor Philipose-Mariam, métropolite

 
Lectionnaire pour le Premier dimanche après Noël. (La Sainte Famille fuit en Egypte)Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare.

L'icône de la Fuite en Égypte s'appelle dans l'iconographie copte

d'Égypte « l'Entrée en Égypte »
En effet l'«Entrée de Notre Seigneur sur la Terre d'Égypte» est une fête importante du calendrier copte-orthodoxe, elle a lieu le 2 juin.
La Sainte Vierge porte un voile bleu car, dans les litanies orthodoxes, elle est surnommée «le 2e ciel». Il y figure 3 étoiles sur ses épaules et son front, signifiant, comme dans l'art byzantin, sa virginité perpétuelle qui est un dogme fondamental du catholicisme et de l'orthodoxie : Marie est vierge «avant, pendant et après l'enfantement».

Un ou plusieurs ibis battent des ailes devant la Sainte Famille. L'ibis était l'oiseau du dieu Thot, dieu de la Sagesse. Il bat des ailes pour souhaiter, au nom des dieux des croyances révolues de l'Égypte ancienne, la bienvenue au seul vrai Dieu qui entre sur la terre d'Égypte, le Christ en effet est Parole et Sagesse éternelle de Dieu.
Le palmier était «l'arbre-calendrier» de Thot, le dieu à tête d'ibis qui était aussi le dieu du temps. Il signifie que Dieu, et donc le Christ, est le Maître du temps et de l'histoire.
Il rappelle aussi le psaume 92 "Le juste croîtra comme un palmier, il grandira comme un cèdre du Liban". 
Le chrétien doit porter du fruit comme le palmier porte ses dattes.

Les fleurs rouges dans l'herbe représentent le sang des innombrables martyrs de l'Église copte, sous l'empereur Dioclétien, et depuis le VIIe siècle sous l'islam.
L'ange en aube blanche et étole rouge évoque les nombreux diacres des paroisses coptes.

Jésus avait 2 ans lors de l'entrée en Égypte, 6 ans lors du retour d'Égypte. Tout l'itinéraire de la Sainte Famille est parfaitement connu par les Coptes depuis 2000 ans, et l'objet d'importants pèlerinages.

L'art copte actuel, fruit du travail du maître Isaac Fanous (1919-2007), se veut non-byzantin, ancré dans l'icône copte ancienne, dans l'art de l'Égypte ancienne pharaonique, et résolument contemporain. Le christianisme est pour eux une religion de liberté, qui permet, contrairement à l'Islam, l'innovation iconographique, du moment qu'elle est conforme au dogme chrétien.
Une icône n'est pas forcément byzantine ni grecque ou russe, elle n'est pas forcément à fond d'or. Les Coptes signent et datent leurs icônes par devant. Il existe des icônes arméniennes, éthiopiennes, arabes de Syrie, sur verre en Roumanie et en Pologne, toutes non-byzantines.
L'art copte, qui a commencé dès le IIe siècle, est la source de l'art byzantin et non l'inverse.

(Source: Diocèse de Versaille)

 

 

L'ENTREE EN EGYPTE
Extrait du livre L'incarnation de la lumière en vente au "Monde Copte" et en notre Monastère Syriaque qui a l'honneur d'en avoir en dépos.


cliquez l'image pour l'agrandir
 

 

 

" Joseph se leva, prit de nuit l'enfant et sa mère et se retira en Egypte où il demeura jusqu'à la mort d'Hérode. Ainsi devait s'accomplir cet oracle prophétique du Seigneur : d'Egypte, j'ai appelé mon fils." (Mt. 2, 14-15).


C'est l'icône égyptienne par excellence (1).

Isaac Fanous et ses élèves en ont réalisé de nombreuses versions.

Ce récit revêt en Egypte l'importance d'un événement fondateur : dans la tradition copte, on ne parle pas de " la Fuite en Egypte " mais de l'" Entrée du Seigneur en Egypte ", ce qui rappelle l'"Entrée du Seigneur à Jérusalem" le jour des Rameaux ; de très nombreuses traditions illustrent cet événement, vécu en quelque sorte comme l'" Illumination " et la conversion de l'Égypte (2).

L'Egypte est évoquée par le Nil, l'ibis (3), les palmiers dattiers, formant entre eux une pyramide (4), le temple d'Héliopolis, lieu traditionnel du passage de la Sainte Famille.

Le triple mouvement qui anime cette icône permet de saisir dans toute sa profondeur le message lié à l'événement.

Le premier mouvement, de gauche à droite, évoque le déplacement historique de la Sainte Famille qui arrive en Egypte, sous la conduite de Joseph sur qui repose l'ange.

Le second mouvement est pyramidal : la terre d'Egypte en accueillant son sauveur s'offre à la lumière divine qui vient à sa rencontre et qui la féconde : les palmiers s'élèvent, s'ouvrent en éventail et donnent leurs fruits, la terre fleurit et le Nil, source de vie, devient porteur de vie éternelle les poissons, symboles des évangélistes (5), sont déjà attentifs à Celui qui vient, les lotus préfigurent les sept sacrements par lesquelles l'Eglise transmettra la vie divine.

Le troisième mouvement est frontal.

Derrière l'humilité de la scène, c'est une Vierge en Majesté qui nous fait face : vêtue de son manteau bleu étoilé, elle est " le nuage léger " prophétisé par Isaïe, le trône du Christ (6); le temps de ce voyage, l'âne lui-même est élevé au rang de Chérubin, car c'est lui qui porte le trône de la Majesté divine (7); il nous regarde avec intensité, comme pour nous appeler silencieusement à partager sa joie.

En allant vers l'Egypte, pays païen, c'est en effet à toutes les nations, à la création entière et à chacun d'entre nous qu'est offert le salut : par son geste, l'ange nous désigne le Messie.

J'ouvre la bouche pour louer le Christ mon Sauveur et pour glorifier sa Mère, la Nuée légère, qui est descendue en Egypte en portant Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Il a brisé les idoles d'Egypte, a fait sortir [les Egyptiens] de l'obscurité et de la mécréance et les a sauvés de la perdition ; ils étaient perdus dans les ténèbres de l'idolâtrie : il les a illuminés par la gloire de sa divinité...

"Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière "; le Seigneur Jésus est venu nous sauver, il nous a donné la vie à la place de la mort. Qu'il soit loué avec sa Mère, qui l'a porté et a été son Trône. " Livre VII, p. 461.


1. Cf. LMC, n° 19, pp. 27-32. Ce thème est abondamment représenté, en Orient comme en Occident. Pour l'Égypte, voir ATALLA, Icônes, pp. 11, 23 et 129, et VAN MOORSEL, Catalogue, 16d, 39a et 42d.
2. Supra, pp. 29-31. Le n° 33-34 du Monde Copte est consacré à ce thème de la Sainte Famille en Égypte.
3. Il s'agit de l'ibis sacré, qui a complètement disparu de l'Egypte actuelle, où il est remplacé par le héron garde-boeufs ; dans l'Égypte ancienne, l'ibis était l'animal sacré du dieu Thôt ; dans le christianisme, il est identifié au Sauveur car il débarrasse la terre des insectes nuisibles, comme le Christ a débarrassé l'Égypte des idoles.
4. La fête célébrant l'entrée du Christ en Égypte est le 24 bashans, pendant la saison de maturité des dattes en Égypte.
5 C'est une tradition copte, car les poissons vont, par la mer, " aux quatre coins du monde ", comme les quatre Évangiles; la séparation en trois et un représente les trois Évangiles synoptiques et l'Évangile de Jean. 6. Isaïe 19, 1.
7. Psaume 17, 11.
Lectionnaire pour le Premier dimanche après Noël. (La Sainte Famille fuit en Egypte)Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare.

SUITE DE L'ANNIVERSAIRE DES 25 ANS COMME METROPOLITE DE MOR MELETHIUS:

"J'ai mis à jour mon site et blog avec une note et des images à l'issue de mes 25 ans comme métropolite du Diocèse de Thrissur"

With the Shepherding Staff
https://yuhanonmeletius.org/node/1443


https://yuhanonmilitos.wordpress.com/…/25-years-in-the-vin…/

 

===

 

Saint-Nazaire : émeutes anti-chrétiennes pour Noël dans le quartier musulman

IMG_13281-630x0

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (26/12/2015) La police et les pompiers de Saint-Nazaire (Pays Nantais) sont intervenus à plusieurs reprises hier soir et cette nuit dans le quartier islamo-immigré du “Petit caporal”.

A chaque fois pour des incendies volontaires de containers et de poubelles. Quatre départs de feux ont été recensés, entre 22h40 et 3h44 du matin, rue Auguste-Piccard et rue de l’Île du Pé.

A deux reprises, policiers et pompiers ont été visés par des jets de projectiles de la part d’émeutiers afro-musulmans.

Plusieurs interpellations ont été effectuées.

L’été dernier, les nuits de l’encalve ethnique du “Petit caporal” avaient déjà été troublées par une série d’incendies volontaires initiés par les allogènes.

(Source:  L’écho de la Presqu’île)

Lectionnaire pour le Premier dimanche après Noël. (La Sainte Famille fuit en Egypte)Accordé au Calendrier Liturgique de l'Eglise Orthodoxe Malankare.

LES VŒUX DE DIEU

Bénir –colombe

Il est une belle coutume de s’adresser mutuellement des vœux au moment de Noël et du jour de l’An. Il est bon de nous souhaiter du bien les uns aux autres, de nous bénir, de bénir l’année qui commence, de bénir le monde, les hommes, tous les hommes, et de ne pas maudire. Maudire serait fabriquer du mal, ce qui est satanique. Bénir est activer le bien, le multiplier et l’accroître, même le créer. Si tu bénis, tu es – avec Dieu – créateur de bien ! Ce n’est pas une illusion. Ce ne sont pas seulement des vœux pieux, comme on dit. C’est une attestation de la réalité : Dieu bénit et nous apprend à bénir, même ceux qui nous maudissent, même ceux qui nous persécutent ou nous persécuteront. Envoyons-nous donc ces belles cartes pleines des couleurs de l’espoir, car l’espérance soutient le monde désespéré.

L’exemple de Dieu

En tout, autant que nous le pouvons, quelle que soit notre faiblesse, tendons à imiter Dieu. Or, Celui-ci est le premier à formuler des souhaits et des vœux, c’est-à-dire, en ce qui le concerne, non pas à solliciter un destin absurde, ou une prétendue chance, mais à prophétiser en son omniscience que le bonheur est toujours à la portée de l’homme. Dieu sait tout de nous ; et Il sait que nous pouvons changer le monde et faire qu’Il y règne par son amour, par sa sagesse et par sa puissance créatrice et inventive – « qu’advienne ton Règne ! que soit faite ta volonté ! » Écoutons le saint Évangile et ce qu’y disent les anges : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux ! Paix sur la terre ! Bienveillance parmi les hommes ! » (Luc 2, 14).

Nos vœux à Dieu

À Dieu, nous souhaitons qu’Il soit glorifié, que son Nom soit sanctifié, qu’Il soit reconnu comme Roi du ciel et de la terre. Ce n’est pas que Dieu ait besoin de quoi que ce soit, ni même d’être glorifié : Il ne souffre pas d’un besoin d’être reconnu ! Dieu n’est pas psychique… Mais la gloire rendue au Créateur et au Roi des rois et Seigneur des seigneurs illumine le monde. Un monde où Dieu est glorifié pour qui Il est, est un monde doué d’une profondeur insondable, celle de la conscience angélique et humaine de l’identité du Créateur – une conscience pleine de gratitude et de joie, une vraie connaissance de l’origine et de la fin ultime de tout, l’appréciation des inappréciables bienfaits qui procèdent du Père des lumières…

Le vœu de paix

Un tel monde – une telle civilisation – sera celui où, comme conséquence naturelle de la glorification du Créateur, règnera la paix – non celle des hommes, mais celle que le Christ donne – « non comme le monde la donne, Je vous la donne, Moi ! » Le vœu du Père céleste est que la paix que donne le Fils soit reçue et cultivée. Le vœu de Dieu est un vœu de paix : Il parle de paix à son peuple. Mais, là encore, ce n’est pas un vœu pieux ! Car le Seigneur, non seulement nous souhaite la paix, mais Il nous donne la paix qu’Il nous souhaite, Il exauce Lui-même sa propre bénédiction. Il n’est qu’à nous d’accueillir ce don pour que le vœu divin se réalise ; à nous d’exaucer Dieu !

Être bienveillants

Le deuxième signe d’une civilisation digne de ce nom, avec la paix, c’est la bienveillance divine partagée par tous. Une société vraiment humaine est celle où les citoyens sont bienveillants  les uns à l’égard des autres, bienveillants à l’égard des étrangers comme à l’égard des concitoyens. Voilà un programme politique ! Dieu nous souhaite cette bienveillance, c’est- à-dire qu’Il nous invite à la cultiver : soyons, entre nous, dans nos patries respectives, bienveillants comme Dieu est bienveillant à notre égard. Est bienveillant celui qui toujours veut du bien à autrui.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Syriaque-Orthodoxe Antiochienne

Recherche

Liens