Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 16:48

Икона Богородица на престоле, академический стиль:

 

Première lettre de saint Pierre Apôtre 2,21-25.

Mes bien-aimés, le Christ a souffert pour nous, vous laissant ainsi un exemple, afin que vous suiviez ses traces. 
Lui qui " n'a point commis de péché, et dans la bouche duquel il ne s'est point trouvé de fausseté ";  
lui qui, outragé, ne rendait point l'outrage ; qui, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s'en remettait à celui qui juge avec justice ; 
qui a lui-même porté nos péchés en son corps sur le bois, afin que, morts au péché, nous vivions pour la justice ; c'est " par ses meurtrissures que vous avez été guéris. " 
Car " vous étiez comme des brebis errantes ", mais maintenant vous êtes revenus à celui qui est le pasteur et l'évêque de vos âmes. 

 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 10,11-16.

En ce temps-là, Jésus dit aux pharisiens : Je suis le bon pasteur. Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis. 
Mais le mercenaire, qui n'est pas le pasteur, et à qui les brebis n'appartiennent pas, voit venir le loup, laisse là les brebis et prend la fuite ; et le loup les ravit et les disperse. 
Le mercenaire s'enfuit, parce qu'il est mercenaire et qu'il n'a nul souci des brebis. 
Je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, 
Comme mon Père me connaît, et que je connais mon Père, et je donne ma vie pour mes brebis. 
J'ai encore d'autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie ; il faut aussi que je les amène, et elles entendront ma voix et il y aura une seule bergerie et un seul pasteur. 

 



Par Saint Jean Climaque

(v. 575-v. 650), moine au Mont Sinaï 
L'Échelle sainte (trad. Bellefontaine 1993, coll. Spiritualité orientale n°24, p. 314-319, rev.) 

 

Pasteur à la suite du seul Pasteur

 

Le vrai pasteur est celui qui, par sa bonté, son zèle et sa prière, est capable de chercher et de remettre dans le bon chemin les brebis raisonnables qui se sont perdues.

Le pilote est celui qui a obtenu, par la grâce de Dieu et par ses propres labeurs, une force spirituelle qui le rend capable d'arracher le vaisseau non seulement aux flots déchaînés, mais à l'abîme lui-même.

Le médecin est celui qui a acquis la santé du corps et de l'âme et qui n'a besoin pour eux d'aucun remède. 

Un bon pilote sauve son vaisseau ; et un bon pasteur vivifie et guérit ses brebis malades.

Quand les brebis sont au pâturage, que le pasteur ne cesse pas de se servir de la flûte de la parole, surtout quand le troupeau s'apprête à dormir.

Car le loup ne craint rien tant que la flûte pastorale.

Autant les brebis auront suivi fidèlement le pasteur et auront fait des progrès, autant celui-ci répondra pour elles devant le Maître de maison. 

C'est la charité qui fait connaître le vrai pasteur, puisque par charité le grand pasteur a voulu être crucifié.

La Bible des apôtres
Qu'est-ce qui exista d'abord, l'Eglise ou le Nouveau Testament?
(Père Arnold James BERNSTEIN )
 
 
Mon attitude initiale était que tout ce qui était assez bon pour les Apôtres serait assez bon pour moi. C'est là que j'ai eu ma première surprise.
 
Ainsi que je l'ai mentionné précédemment, je savais que l'Apôtre Paul considérait l'Ecriture comme étant inspirée de Dieu (2 Timothée 3:16). Mais j'avais toujours pensé que l'Écriture dont on parlait dans ce passage était toute la Bible, l'Ancien et du Nouveau Testament.
 
En réalité, il n'y avait pas de "Nouveau Testament", quand cette déclaration a été faite. Même l'Ancien Testament était encore dans un processus de formulation, car les Juifs ne se prononcèrent sur une liste définitive ou sur un canon des livres de l'Ancien Testament qu'après la naissance du christianisme.
 
En étudiant plus avant, j'ai découvert que les premiers chrétiens utilisaient une traduction grecque de l'Ancien Testament dite des Septante. Cette traduction, qui fut commencée à Alexandrie, en Egypte, au IIIe siècle avant J.-C., contenait un canon élargi qui comprenait un certain nombre de livres dits "deutérocanoniques" (ou "apocryphes").
 
Bien qu'il y ait eu un débat initial sur ces livres, ils ont finalement été reçus par les chrétiens dans le canon de l'Ancien Testament. En réaction à la montée du christianisme, les Juifs réduisirent leur canon et finalement, ils en exclurent les livres deutérocanoniques, bien qu'ils les considéraient toujours comme sacrés.
 
Le canon juif moderne n'a pas été fixé de façon rigide jusques au troisième siècle après J.-C. Il est intéressant de noter, que c'est cette dernière version du canon juif de l'Ancien Testament, plutôt que le canon des débuts du christianisme, qui est aujourd'hui suivie par les protestants les plus modernes.
 
Lorsque les apôtres ont vécu et écrit, il n'y avait pas du Nouveau Testament et l'Ancien Testament n'était pas fixé définitivement. Le concept "d'Écriture" était beaucoup moins bien défini que je ne l'avais imaginé.

 

Version française Claude Lopez-Ginisty d'après http://stpaul-orthodox.org/frjames.php 

Urgence élections,

 Prière pour la France:

MAESTRO DE CESI CRISTO CON SU MADRE 1308:

Je vous propose la prière suivante pour notre Pays:


Seigneur Jésus, Ô Christ notre Dieu, Vous qui êtes venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Vous qui êtes monté librement sur la Croix pour tous les humains;
Vous qui, dans Votre amour ineffable et Vôtre indicible compassion, veillez au bien et au libre salut de chacun;
Vous qui êtes invisiblement présent dans ce monde qui Vous appartient et dans notre pays par le Corps de Votre sainte Eglise, acceptez les prières de supplication et de louange que nous Vous adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée.


Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Votre Mère toute pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine "Egale-aux-apôtres" dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Votre ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France :

Eclairez, inspirez, convertissez et sauvez notre patrie la France, ceux qui la gouvernent ainsi que chacun des membres de son peuple.


A nous qui Vous supplions dans la vraie Foi, accordez la grâce du non-jugement, la conscience libre, la force du saint Esprit pour témoigner de Votre vérité dans la paix qui vient de Vous.


Accordez-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Votre pardon.


Donnez-nous de Vous glorifier et de Vous célébrer pour la bienveillance que Vous manifestez à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple.


Inspirez-nous de Vous célébrer en premier lieu pour la révélation que Vous avez donnée de Vous-même à nos Pères par la prédications de ces aînés dans la Foi qui sont venu d'Orient pour ensemencer notre terre de l'Evangile de vérité, d'amour et de paix et à ceux qui, en conséquence peuvent en ces jours, sur cette même terre bénie de France, vous confesser avec Votre Père coéternel et Votre très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amîn!

_______________

 

Saint Michael and the Dragon in an initial Q by an Unkown master German, Würzburg, about 1240-50:

Urgence élections :

 Prière pour la France à saint Michel

 

Saint Michel, grand Prince de la milice céleste, établi par la Providence divine le protecteur spécial de la France, souvenez-vous que vous l’avez faite grande entre toutes les nations, que vous l’avez établie sentinelle de la foi et soldat de Dieu dans le monde. Glorieux Archange, vous que nos rois ont autrefois proclamé patron de la France, protégez-nous contre tous nos ennemis ; nous vous conjurons de nous placer tous sous votre impénétrable protection. Protégez toujours l’Eglise et la France ! Obtenez-lui un prompt et sincère retour à l’antique foi, source de sa force et de sa grandeur. Éclairez les incrédules, rassurez les timides, fortifiez les faibles, encouragez les bons, secourez-nous tous et rendez-nous meilleurs et plus chrétiens. Amîn.

En-tête

------------------------------------------------

Mor Philipose-Mariam, 
 
Aujourd’hui, mercredi 3 mai, nous prions pour les relations de la France avec les pays islamiques et avec les chrétiens persécutés.
 
Voici quelques versets de la Parole de Dieu pour nous accompagner dans la prière :

« Souviens-toi de Jésus-Christ (…) pour lequel je souffre jusqu'à être lié comme un malfaiteur. Mais la parole de Dieu n'est pas liée. » (2 Tim 2:8-9)

« Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche: Elle ne retourne point à moi sans effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli mes desseins. » (Esaïe 55:11)

Prions pour que la France, dans ses relations avec les pays islamiques, ne renie pas la défense des droits de l'Homme pour des profits financiers.

Prions pour que la France soit un instrument de paix dans les relations internationales avec les pays islamiques et non un instrument de guerre motivé par le profit de la vente d'armes. 

Prions pour que la défense des chrétiens persécutés devienne une cause importante aux yeux des dirigeants français et des médias et qu'ils ne soient pas laissés dans l'abandon et l'oubli.

Prions pour que la diplomatie française puisse peser sur les gouvernements des pays qui retiennent injustement captifs des chrétiens à cause de leur foi afin qu'ils soient libérés.  

Prions pour que le peuple de Dieu en France soit une lumière et montre le chemin par le témoignage de son amour et de son soutien pour ses frères et soeurs persécutés dans le monde.

Prions pour les organisations non gouvernementales oeuvrant pour la défense et l'assistance des chrétiens persécutés. 

 

Guillaume Anjou
Fondateur et directeur d'Info Chrétienne, auteur de la newsletter quotidienne Un Jour Une Prière

 

« Je le répète encore : ce que Je dis maintenant, ce n’est rien de nouveau. Mais de même que la flamme a besoin d’aliment pour ne pas s’éteindre, de même les âmes ont besoin d’un nouvel élan qui les fasse avancer et d’une nouvelle chaleur qui les ranime.

« Je veux que l’on sache combien Je désire que mes âmes se raniment et se renouvellent dans cette vie d’union et d’intimité avec Moi. Qu’elles ne se contentent pas de Me parler quand elles sont au pied du tabernacle. Je suis là, présent, c’est vrai, mais Je vis aussi en elles et Je Me complais à ne faire qu’un avec elles.

« Qu’elles Me parlent de tout !… qu’elles Me consultent en tout !… qu’elles Me demandent tout !… Je vis en elles pour être leur vie. Je demeure en elles pour être leur force… oui, je le répète, qu’elles n’oublient pas que Je me complais à ne faire qu’un avec elles… qu’elles se souviennent que Je suis en elles… et que là, je les vois, Je les entends et Je les aime. Là, J’attends qu’elles correspondent à mon Amour.

« Il y a beaucoup d’âmes qui, chaque matin, font oraison. Mais n’est-ce pas plutôt une formule qu’une entrevue d’amour ?… Elles entendent ou disent la messe et Me reçoivent dans la communion, mais une fois sorties du saint Lieu, ne se laissent-elles pas absorber par leurs affaires, à tel point qu’elles pensent à peine à M’adresser un mot ?…

« Je suis dans cette âme comme dans un désert, elle ne Me dit rien, elle ne Me demande rien… Et lorsqu’elle a besoin de consolation, bien souvent elle la demande à une créature qu’elle doit aller chercher, plutôt qu’à Moi, son Créateur, qui suis et qui vis en elle !…

« N’est-ce pas manque d’union, manque de vie intérieure ou, ce qui revient au même, manque d’amour ?…

(Jésus à Josefa le 5 décembre 1923)

SAINT(S) DU JOUR:

 

Saint Alexandre

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Alexandre Pape et martyr"
Pape de Rome et martyr
(?-105-115)

Alexandre, né à Rome, gouverna l’Église sous l’empereur Adrien, et convertit au Christ une grande partie de la noblesse romaine. Il arrêta que l’oblation du sacrifice consisterait uniquement dans le pain et le vin, et que l’on mêlerait de l’eau avec le vin, à cause du sang et de l’eau qui coulèrent du côté de Jésus-Christ; il ajouta au Canon de la Messe ces mots : Qui la veille du jour où il endura la passion. Ce Pontife décréta que l’on conserverait toujours dans l’Église de l’eau bénite mêlée de sel, et qu’il en serait fait usage dans les habitations pour chasser les démons. Il siégea dix ans, cinq mois et vingt jours, illustre par la sainteté de sa vie et ses ordonnances salutaires. Il reçut la couronne du martyre en même temps que les prêtres Évence et Théodule, et fut inhumé sur la voie Nomentane, à trois milles de Rome, au lieu même où il avait eu la tête tranchée. Il avait ordonné en plusieurs fois, au mois de décembre, six prêtres, deux diacres et sacré cinq évêques pour divers lieux. Les corps de ces Saints furent transportés dans la suite à Rome dans l’église de Sainte-Sabine.

En ce même jour arriva la bienheureuse mort de saint Juvénal, Évêque de Narni, qui après avoir, par sa sainteté et sa doctrine, enfanté beaucoup de fidèles au Christ dans cette ville, et s’être rendu célèbre par des miracles, s’endormit dans la paix, et fut enseveli avec honneur dans sa ville épiscopale.

 

Saints Philippe et Jacques le Mineur
Apôtres et martyrs

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Jacques le mineur"

Philippe était de Bethsaïde, en Galilée, patrie de saint Pierre et de saint André. Le Sauveur, dès les premiers jours de sa vie publique, le rencontra et lui dit : « Suis-Moi ! »

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Jacques le mineur"

Après la Pentecôte, il alla prêcher dans les immenses contrées de l'Asie supérieure ; il évangélisa longtemps les Scythes, puis les Galates, les Phrygiens, et c'est dans la ville d'Hiérapolis, en Phrygie, qu'il confirma sa prédication par le témoignage de son sang.

Un jour que le peuple offrait de l'encens à un gros serpent qu'il regardait comme une de ses divinités principales, Philippe, saisi de compassion, se jette à terre et supplie Dieu de délivrer ces malheureux de la tyrannie du serpent infernal. L'affreuse bête expire aussitôt. Le peuple se montrait disposé à accepter la doctrine d'un homme qui opérait de telles merveilles ; mais les magistrats et les pontifes s'emparèrent de l'Apôtre, le battirent de verges, le clouèrent à une croix et l'accablèrent de pierres. À sa mort, la terre trembla et plusieurs édifices s'écroulèrent.

L’image contient peut-être : 1 personne

Jacques, appelé le Mineur pour le distinguer de Jacques le Majeur, frère de saint Jean, était né à Cana, en Galilée ; il était de la tribu de Juda et cousin de Notre-Seigneur selon la chair. La tradition affirme qu'il ressemblait au Sauveur, et que les fidèles aimaient à regarder en lui une vivante image de leur Maître remonté dans le Ciel. Jacques eut un frère, Apôtre comme lui, nommé Jude, et ses deux autres frères, Joseph et Simon, furent disciples de Jésus.

Après la Pentecôte, quand les Apôtres se partagèrent le monde, Jacques se fixa à Jérusalem, pour la conversion spéciale des Juifs. Son autorité était très grande dans l'Église primitive, et, au concile de Jérusalem, c'est lui qui, le premier après saint Pierre, prit la parole. Il nous reste de lui une belle Épître.

Les conversions nombreuses et éclatantes opérées par son ministère lui suscitèrent des ennemis. Les princes des Juifs le firent monter sur la terrasse du temple et lui dirent : « Juste, nous avons confiance en toi ; parle et dis-nous la vérité sur Jésus ! » Le saint Apôtre s'écria : « Pourquoi m'interrogez-vous sur le Christ ? Il siège dans les Cieux à la droite de la Majesté divine, et un jour Il reviendra sur les nuées du Ciel. » La foule approuvait ces paroles ; mais les chefs, jaloux, précipitèrent le vieillard du haut en bas. Brisé dans sa chute, le martyr trouve encore la force de se mettre à genoux et de prier Dieu pour ses bourreaux, en répétant la parole du Sauveur : « Seigneur, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font. » Un foulon l'étendit mort d'un coup de levier sur la tête.

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Jacques le mineur"

Pour approfondir, lire les Catéchèses du Pape émérite de Rome Sa Sainteté Benoît XVI :
>>> Jacques le Mineur

>>> Philippe 
[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

Icon of the Mother of God of Sven
Commemorated on May 3

L’image contient peut-être : 4 personnes, plein air

The Sven Caves Icon of the Mother of God was painted by Saint Alypius of the Caves (August 17). On the icon the Mother of God is depicted sitting upon a throne, and with the Divine Infant on Her knees. Saint Theodosius is on the right side of the throne, and Saint Anthony of the Caves on the left. Until the year 1288 it was in the Kiev Caves monastery, where it was glorified by miracles. In 1288 it was transferred to the Briansk-Svensk monastery, which is dedicated to the Dormition of the Most Holy Theotokos.

Prince Roman of Chernigov, then at Briansk, became blind. Hearing about the miracles worked by the icon of Saint Alypius, the prince sent a courier to the monastery requesting that the icon be sent to him at Briansk. They sent a priest with the icon along the River Desna. After the voyage the boat landed on the right bank of the River Svena. After lodging for the night they went to the boat to pray before the icon, but they did not find it there. They saw it on a hill on the opposite bank, resting in the branches of an oak tree. News of this reached Prince Roman, and they led him to the icon on foot.

The prince prayed fervently before the icon and vowed to build a monastery on that spot, donating all the land which could be seen from the hill. After the prayer the prince regained his sight. First he saw the footpath, then nearby objects, and finally all the surroundings.

After making a shrine for the icon, the prince had a Molieben served, and then they laid the foundations for a wooden church in honor of the Dormition of the Most Holy Theotokos. The tree on which the icon rested was cut up and used as wood for other icons. The Feast day of the Sven Icon of the Mother of God was set for May 3. It is also commemorated on August 17 (the day of the repose of Saint Alypius the Iconographer).

The icon was glorified by healings of the blind and of the possessed, and has long been regarded as a protector from enemies.

------------

O Ícone das Grutas de Sven da Mãe de Deus foi pintado por Santo Alypius das Cavernas (17 de agosto). No ícone a Mãe de Deus é representada sentada em cima de um trono, e com o Divino Infante em Seus joelhos. Santo Teodósio está do lado direito do trono, e Santo Antônio das Cavernas à esquerda. Até o ano de 1288 estava no mosteiro das Cavernas de Kiev, onde foi glorificado por milagres. Em 1288 foi transferido para o mosteiro Briansk-Svensk, que é dedicado à Dormição do Santíssimo Theotokos.
O príncipe romano de Chernigov, então em Briansk, tornou-se cego. Ouvindo sobre os milagres realizados pelo ícone de Santo Alypius, o príncipe enviou um mensageiro ao mosteiro pedindo que o ícone fosse enviado a ele em Briansk. Enviaram um padre com o ícone ao longo do rio Desna. Após a viagem o barco desembarcou na margem direita do rio Svena. Depois de se hospedarem para a noite, foram ao barco para orar diante do ícone, mas não o encontraram ali. Eles o viram em uma colina na margem oposta, descansando nos galhos de um carvalho. A notícia disso chegou ao Príncipe Romano, e eles o levaram até o ícone a pé.
O príncipe orou fervorosamente diante do ícone e prometeu construir um mosteiro naquele local, doando toda a terra que podia ser vista do morro. Depois da oração, o príncipe recobrou a vista. Primeiro viu o caminho, depois objetos próximos, e finalmente todos os arredores.
Depois de fazer um santuário para o ícone, o príncipe teve um Molieben servido, e então lançaram as fundações para uma igreja de madeira em honra da Dormição do Santíssimo Theotokos. A árvore na qual o ícone descansou foi cortada e usada como madeira para outros ícones. A festa do Ícone de Sven da Mãe de Deus foi marcada para o dia 3 de maio. Também é comemorado em 17 de agosto (o dia do repouso de Santo Alypius o Iconographer).
O ícone foi glorificado pelas curas dos cegos e dos possuídos, e tem sido considerado como um protetor dos inimigos.

Prière de Saint Syméon le Stylite à Notre-Dame

 

Orthodox Incense - Icons:

« Ô Sainte et Souveraine Mère de Dieu » :

« Ô Sainte et Souveraine Mère de Dieu, lumière de mon âme dans les ténèbres, Tu es mon espérance, mon appui, ma consolation, mon refuge et mon bonheur.

Toi qui as donné le jour à la vraie lumière de l’immortalité, éclaire les yeux de mon cœur.

Toi qui as mis au monde la source de l’immortalité, donne-moi la vie, car le péché me fait mourir !

Mère du Dieu miséricorde, aie pitié de moi et mets le repentir dans mon cœur, l’humilité dans mes pensées, la réflexion dans mes raisonnements.

Rends-moi digne jusqu’à mon dernier soupir d’être sanctifié par  les Saints Mystères (L'Eucharistie), pour la guérison de mon corps et de mon âme.

Accorde-moi les larmes de la pénitence, afin que je Te chante et Te glorifie tous les jours de ma vie, car Tu es bénie pour les siècles des siècles. Amîn. »

Aucun texte alternatif disponible.

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

 

Aucun texte alternatif disponible.

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

Afficher l'image d'origine

L’image contient peut-être : 2 personnes

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

Image of the Saviour Not Made by Hand: a traditional Orthodox iconography in the interpretation of Simon Ushakov (1658).:

 

 

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Sa Sainteté  Moran Mor Ignatius Aphrem II ,Patriarche de l'Eglise Syriaque Orthodoxe d'Antioche et de Tout l'Orient.

(Né le 3 Mai 1965)

L’image contient peut-être : 1 personne

 

Les membres de notre Eglise locale Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma ont aujourd'hui une pensée priante pour le Patriarche de l'Église Syriaque Orthodoxe d'Antioche et de Tout l'Orient, mère de toutes les Églises Locales de la famille Syro-Orthodoxe de par le monde.

 

Notre Eglise locale Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma, en France, au Cameroun et dans ses missions, se joint à la joie et à la prière des fils et filles de l'Église Patriarcale.

 

Nous souhaitons à Sa Sainteté un joyeux anniversaire et implorons sa bénédiction sur nos personnes et notre Patrie terrestre la France qui est à la veille d'une difficile échéance électorale..

 

Dans l'Amour du Seigneur et de Son Eglise.

 

+Mor Philipose, métropolite . Brévilly ce 3.V.17

 

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

 

Members of our local Syro-Orthodox Francophone Mar Thoma Church, today, have a prayerful thought for the Patriarch of the Syriac Orthodox Church of Antioch and All the East, mother of all the local Churches of the Syro-Orthodox family worldwide.

 

Our local Syro-Orthodox Francophone Mar Thoma Church, in France, in Cameroon and in its missions, joins the joy and prayer of the sons and daughters of the Patriarchal Church.

 

We wish His Holiness a Happy Birthday and implore His blessing on our people and our earthly homeland France, which is on the eve of a difficult election.

 

In the Love of the Lord and His Church.

 

+ Mor Philipose, metropolitan. Brévilly this 3.V.17

 

L’image contient peut-être : 1 personne, chapeau

 

Os membros da nossa Francophone siro-ortodoxo Igreja Mar Thoma hoje pensamento orante local para o patriarca da Igreja sírio ortodoxo de Antioquia e todo o Oriente, a mãe de todas as Igrejas locais da família sírio-ortodoxo em todo o mundo.

Nosso locais Igreja siro-ortodoxo Francophone Mar Thoma, França, Camarões e suas missões, junta-se à alegria e oração para filho e filhas da Igreja Patriarcal.

Desejamos Sua Santidade feliz aniversário e implorar sua bênção ao nosso povo e nossa pátria terrena da França está na véspera de um prazo eleição difícil ..

No amor do Senhor e Sua Igreja.

+ Mor Philipose, Metropolitan. Brévilly este 3.V.17

Aucun texte alternatif disponible.

Quadisha Qurbana

(Offrande de la Ste Messe)

Le saviez vous ,que la sainte Messe est le renouvellement à l’autel du Sacrifice du Calvaire offert pour nous par Notre-Seigneur Jésus-Christ lui-même ? .

C’est un trésor infini qui peut répandre d’infinis bienfaits et des grâces incommensurables à ceux qui y prennent part.
Mais quels bienfaits et quelles grâces ?

A cette question, le Padre Pio a répondu :

« On ne peut tous les énumérer, vous les verrez au paradis. En assistant à la sainte messe, renouvelez votre foi et méditez sur la Victime qui s’immola pour vous à la divine justice… »

L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan et intérieur
En vérité, la participation à la Sainte Messe peut apporter tant de bienfaits qu’il est impossible de tous les citer :
• grâces spirituelles, biens de l’âme, repentir de nos péchés, triomphe des tentations qui nous viennent, soit du dehors, soit du dedans de la part de notre chair rebelle.
• grâces nécessaires pour avancer dans les voies de Dieu, obtenir de saintes inspirations pour secouer notre tiédeur et nous porter à agir avec plus de ferveur, avec une volonté plus prompte, une intention plus droite et plus pure.
• biens temporels, autant qu’ils peuvent concourir à notre salut: la santé, l’abondance, la paix, avec l’exclusion de tous les maux qui s’opposent au bien de notre âme tels que la guerre, la faim, les persécutions, les procès, les inimitiés, les calomnies, les injures.
Ne craignons pas de demander de grandes choses à Dieu. Car le Sauveur miséricordieux est notre intercesseur. Il prend en main notre cause, intercède pour nous, et se fait notre puissant avocat.
Comment prendre part à distance à la Sainte Messe et bénéficier de ses bienfaits dans votre vie ?

Je crois en l'Église Une... (A.S. Khomiakov 10/12)

 
IX – Foi et Vie dans l'Unité de l'Église

L'Église, même sur terre, vit non pas d'une vie humaine et terrestre, mais d'une vie divine, d'une vie de grâce. Voilà pourquoi ce n'est pas seulement chacun de ses membres, c'est l'Église elle-même tout entière qui solennellement se proclame l'Église "Sainte". Sa manifestation visible est contenue dans les Sacrements; mais sa vie intérieure réside dans les dons du Saint-Esprit, dans la foi, l'espérance et l'amour. Asservie et persécutée par ses ennemis extérieurs, parfois agitée et déchirée par les passions mauvaises de ses enfants, elle s'est conservée et toujours se conservera imperturbablement partout où immuablement se conservent les Sacrements et la sainteté spirituelle. Jamais elle n'est défigurée et jamais elle n'a besoin de réforme. Elle ne vit pas sous une loi d'esclavage, mais sous une loi de liberté. Elle ne reconnaît sur elle aucun pouvoir excepté le sien propre, aucun jugement excepté le jugement de la foi (car la raison ne la comprend pas), et elle exprime son amour, sa foi et son espérance, par ses prières et ses rites, que lui inspirent l'Esprit de vérité et la grâce du Christ. C'est pourquoi ses rites mêmes, s'ils ne sont pas immuables (car ils sont l'oeuvre de l'esprit de liberté et peuvent être changés au jugement de l'Église), ne peuvent jamais et en aucun cas contenir fût-ce le moindre mélange d'erreur ou de doctrine erronée. Et les rites (de l'Église), tant qu'ils n'ont pas changé, sont d'obligation pour les membres de l'Église, car c'est dans leur observation que réside la joie de la sainte unité.

L'unité extérieure est l'unité manifestée dans la communion des Sacrements; tandis que l'unité intérieure est unité d'esprit. Beaucoup ont été sauvés (par exemple certains martyrs) sans avoir participé même à un seul des Sacrements de l'Église (pas même au Baptême), mais nul n'est sauvé sans avoir eu part à la sainteté intérieure de l'Église, à sa foi, à son espérance et à son amour; car ce ne sont pas les oeuvres qui sauvent, mais la foi. Et la foi, la foi véritable et vivante, n'est pas double, mais unique. Aussi sont-ils insensés et ceux qui disent que la foi seule ne sauve pas, mais qu'il faut encore les oeuvres, et ceux qui disent que la foi sauve sans les oeuvres; car s'il n'y a pas d'oeuvres, la foi s'avère morte; et si elle est morte, elle n'est pas véritable, car dans la foi véritable se trouve le Christ, vérité et vie; et si elle n'est pas véritable, elle est erronée, c'est-à-dire elle est une connaissance extérieure. Mais ce qui est faux peut-il sauver? Que si elle est véritable, alors elle est vivante, c'est-à-dire accomplissant des oeuvres, et si elle les accomplit, alors quelles oeuvres sont encore requises?

L'Apôtre divinement inspiré dit : "Montre-moi par tes oeuvres la foi dont tu te vantes, tout comme moi-même je montre ma foi par mes oeuvres." Confesse-t-il deux fois? Non, mais il dénonce une prétention insensée. "Tu crois en Dieu, mais les démons mêmes croient" (Jac. 2, 19). Est-ce qu'il reconnaît aux démons de la foi? Non, mais il réfute l'erreur qui se vante d'une qualité que possèdent les démons eux-mêmes. "Comme le corps sans âme est mort, ainsi la foi sans les oeuvres" (Jac. 2, 26). Est-ce qu'il met en parallèle la foi avec le corps, et les oeuvres avec l'esprit? Non, car une telle comparaison serait inexacte; mais le sens de ses paroles est clair. De même qu'un corps sans âme n'est plus un homme et ne peut plus être appelé homme, mais cadavre; de même la foi qui ne produit pas d'oeuvres ne peut être appelée foi véritable, mais mensongère, c'est-à-dire connaissance extérieure, stérile, et accessible même aux démons. Ce qui a été écrit simplement doit aussi être lu simplement. C'est pourquoi ceux qui se fondent sur l'Apôtre Jacques pour prouver qu'il y a une foi morte et une foi vive, comme s'il y avait 2 fois, ceux-là ne saisissent pas le sens des paroles de l'Apôtre; car l'Apôtre ne témoigne pas pour eux mais contre eux. Pareillement, lorsque le grand Apôtre des Nations dit : "A quoi sert une foi sans amour, fût-ce une foi capable de soulever les montagnes?" (cf. 1 Cor. 13, 2), il n'affirme pas la possibilité d'une telle foi sans l'amour; mais, l'imaginant à titre d'hypothèse, il en proclame l'inutilité. Ce n'est pas avec l'esprit de la sagesse du monde, qui discute sur les mots, qu'il faut lire la sainte Écriture, mais avec l'Esprit de la sagesse de Dieu, et avec la simplicité spirituelle. L'Apôtre, définissant la foi (Heb., 11, 1), dit : "Elle est la conviction des choses invisibles, la confirmation de celles qu'on espère" (et non pas seulement de celles qu'on attend ou qui doivent arriver); or si nous espérons, nous souhaitons; et si nous souhaitons, nous aimons, car impossible de souhaiter ce qu'on n'aime pas. Ou bien est-ce que les démons ont aussi l'espérance? Voilà pourquoi il n'y a qu'une foi; et quand nous demandons : "La foi véritable peut-elle sauver sans les oeuvres?", nous posons alors une question stupide, ou, pour mieux dire, nous ne demandons rien du tout; car la foi véritable est vivante et opère les oeuvres; elle est la foi dans le Christ et le Christ dans la foi.

Ceux qui ont pris pour foi véritable la foi morte, c'est-à-dire une foi mensongère, une connaissance extérieure, sont allés dans leur égarement jusqu'à faire, sans s'en rendre compte, de cette foi morte un 8ème sacrement. L'Église possède la foi, mais c'est la foi vivante; car elle possède aussi la sainteté. Qu'un homme ou un évêque doive nécessairement posséder la foi, que devons-nous dire? Qu'il possède aussi la sainteté? Non, car il est connu comme criminel et débauché. Mais la foi demeure en lui, tout pécheur qu'il est. Et ainsi sa foi est en lui un 8ème Sacrement, puisque tout Sacrement est une action de l'Église sur l'individu, fût-il indigne. Mais par ce Sacrement, quelle sorte de foi demeure en lui? Foi vivante? Non, puisqu'il est criminel. Mais une foi morte, c'est-à-dire connaissance extérieure, accessible même aux démons. Et cela, serait-ce un 8ème sacrement? Un tel écart hors de la vérité se condamne de lui-même (4).

(4). En effet l'infaillibilité dans la foi morte est, de soi, une erreur, comme aussi le caractère mortel apparaît dans le fait que cette infaillibilité est rattachée à des objets de la nature morte, un lieu de résidence, des murailles mortes, une succession épiscopale, un siège. Mais nous savons qui, au temps de la Passion du Christ, siégeait dans la chaire de Moïse.

Il faut comprendre que ce qui sauve, ce n'est ni la foi, ni l'espérance, ni l'amour - car est-ce la foi dans la raison qui sauvera? est-ce l'espérance dans le monde? est-ce l'amour pour la chair? Non, ce qui sauve, c'est l'objet de la foi. Vous croyez au Christ, c'est par le Christ que vous êtes sauvés dans la foi; vous croyez à l'Église, c'est par l'Église que vous êtes sauvés; vous croyez aux Sacrements du Christ, c'est par eux que vous êtes sauvés; car le Christ notre Dieu est dans l'Église et dans les Sacrements. L'Église de l'Ancien Testament a été sauvée par la foi au Rédempteur à venir. Abraham a été sauvé par le même Christ que nous. Il possédait le Christ en espérance, nous Le possédons dans la joie. C'est pourquoi celui qui désire le Baptême est baptisé dans son désir; celui qui a reçu le Baptême possède le Baptême dans la joie; ce qui les sauve tous 2, c'est une seule et même foi au Baptême.
Mais quelqu'un pourrait dire "Si la foi au Baptême sauve, à quoi bon se faire encore baptiser?" Et que désire-t'il en réalité, s'il ne reçoit pas le Baptême? Il est évident que la foi qui désire le Baptême doit s'achever dans la réception du Baptême lui-même, qui en est la joie. C'est pourquoi la maison de Corneille reçut l'Esprit-Saint sans avoir encore reçu le Baptême, tandis que l'eunuque fut rempli du même Esprit à la suite de son Baptême (Actes 10, 44-47; 8, 38; cf. 2, 38). Car Dieu peut glorifier le Sacrement de Baptême avant son administration tout aussi bien qu'après. Ainsi disparaît la différence entre "opus operans" et "opus operatum". Nous savons bien que beaucoup n'ont pas baptisé les petits enfants, que beaucoup ne les ont pas admis à la Communion aux saints Mystères, que beaucoup ne les ont pas chrismés; mais la sainte Église juge autrement, elle baptise et chrisme et admet à la Communion les petits enfants. Si elle en a disposé ainsi, ce n'était pas qu'elle condamnât les enfants non-baptisés, dont les Anges voient toujours la face de Dieu (Mt. 18,10); mais elle a ordonné cela en raison de l'amour qui vit en elle, afin que la toute première pensée de l'enfant qui accède à l'âge de raison ne fût plus seulement désir de recevoir, mais joie pour des Sacrements qu'il a déjà reçus. Et pouvez-vous connaître la joie que possède un enfant qui, de toute évidence, n'est pas encore parvenu à la raison? Est-ce que, avant même de naître, le Précurseur n'a pas tressailli de joie au sujet du Christ (Lc. 1,41)? Ceux qui ont refusé aux enfants le Baptême, la Chrismation et la sainte Communion, ce sont ceux qui, ayant hérité l'aveugle sagesse d'un paganisme aveugle, n'ont pas compris la grandeur des Sacrements de Dieu, mais ont exigé en toutes choses des raisons et des justifications, et, soumettant la doctrine de l'Église aux interprétations scolastiques, ne prieront même pas à moins qu'ils ne voient dans la prière quelque but immédiat ou profit. Mais notre loi n'est pas une loi d'esclaves et de mercenaires qui travaillent pour de l'argent, c'est une loi de fils adoptifs, une loi d'amour qui est libre.

Nous savons que si l'un de nous tombe, il tombe seul; mais nul ne se sauve seul. Celui qui se sauve, se sauve dans l'Église, en tant que membre de l'Église et en union avec tous ses autres membres. Si quelqu'un croit, c'est dans la communion de la foi; s'il aime, c'est dans la communion de l'amour; s'il prie, c'est dans la communion de la prière. Aussi nul ne peut-il espérer en sa propre prière, et chacun, lorsqu'il prie, implore l'intercession de toute l'Église, non pas comme s'il doutait de l'intercession du Christ, unique Médiateur, mais avec la conviction que toute l'Église prie toujours pour tous ses membres. Tous les Anges et les Apôtres prient pour nous, et les martyrs et les patriarches, et au-dessus d'eux tous la Mère de notre Seigneur, et cette unité sainte constitue la véritable vie de l'Église. Mais si l'Église visible et invisible prie sans cesse, à quoi bon lui demander des prières? Est-ce que nous n'implorons pas la grâce de Dieu et du Christ, bien qu'elle devance notre prière? Si donc nous demandons à l'Église ses prières, c'est justement parce que nous savons qu'elle donne le secours de son intercession même à celui qui ne le demande pas, mais qu'à celui qui le demande elle donne incomparablement plus qu'il n'a demandé : car en elle est la plénitude de l'Esprit de Dieu. Aussi glorifions-nous tous ceux que le Seigneur a glorifiés et glorifie; car comment dire que le Christ vit en nous si nous ne nous efforçons pas de ressembler au Christ? C'est pourquoi nous glorifions les saints, les Anges et les prophètes, mais plus qu'eux tous la Mère Toute-Pure du Seigneur Jésus, non pas en la reconnaissant comme conçue sans péché ou comme parfaite (car seul le Christ est sans péché et parfait), mais en nous rappelant qu'à sa prééminence inconcevable au-dessus de toutes les créatures de Dieu, rendent témoignage et l'Ange et Elisabeth et surtout le Sauveur Lui-Même, Qui lui a attribué Son grand Apôtre, Jean le Théologien, pour lui obéir comme un fils et pour la servir.

De même que chacun de nous a besoin des prières de tous, de même chacun aussi doit à tous ses propres prières, aux vivants comme aux morts, et même à ceux qui ne sont pas encore nés; car quand nous prions, comme nous le faisons avec toute l'Église, afin que le monde parvienne à la vraie connaissance de Dieu, nous prions non seulement pour les générations présentes, mais aussi pour celles que Dieu appellera encore à la vie. Nous prions pour les vivants, afin que la Grâce du Seigneur soit sur eux, et pour les morts, afin qu'ils deviennent dignes de voir la Face de Dieu. Nous ne savons rien d'un état intermédiaire des âmes qui ne seraient ni accueillies dans le Royaume de Dieu ni condamnées au supplice, car sur un tel état nous n'avons pas reçu d'enseignement ni des Apôtres ni du Christ. Nous ne reconnaissons pas le purgatoire, c'est-à-dire la purification des âmes par des souffrances dont elles pourraient être rachetées par leurs propres oeuvres ou par celles d'autrui : car l'Église ne sait rien d'un Salut obtenu par des moyens extérieurs et par quelques souffrances que ce soit, hormis celles du Christ; elle ne sait rien d'un marchandage avec Dieu en vue de se racheter de la souffrance par de bonnes oeuvres.

Tout ce paganisme demeure chez les héritiers de la sagesse païenne, chez ceux qui se targuent d'un lieu, d'un nom, d'un domaine territorial, et qui ont institué le 8ème sacrement de la foi morte. Mais nous, nous prions dans l'Esprit d'Amour, sachant que nul ne se sauvera que par la prière de toute l'Église en laquelle vit le Christ, sachant et espérant que, tant que n'est pas arrivé l'accomplissement des temps, tous les membres de l'Église, vivants et morts, ne cessent de se parfaire par une prière mutuelle. Les saints que Dieu a glorifiés sont bien au-dessus de nous, mais au-dessus de tout est la sainte Église, qui réunit en elle tous les saints et qui prie pour tous, comme on peut le voir dans la Liturgie divinement inspirée. Dans sa prière se fait entendre aussi notre prière, si indignes que nous soyons d'être appelés fils de l'Église. Si, en vénérant et glorifiant les saints, nous demandons que Dieu les glorifie, nous ne tombons pas sous le grief d'orgueil; car à nous qui avons reçu permission d'appeler Dieu "notre Père", permission a été donnée aussi de faire cette prière "Que Ton Nom est sanctifié, que Ton Règne vienne et que Ta volonté soit faite." Si donc il nous est permis de demander à Dieu qu'Il glorifie Son Nom et accomplisse Sa volonté, qui nous empêchera de Lui demander de glorifier Ses saints et de donner la paix à Ses élus? Mais nous ne prions pas pour ceux qui ne sont pas élus, comme le Christ lui-même n'a pas prié pour le monde entier, mais pour ceux que le Seigneur Lui a donnés (Jn. 17).
Ne dites pas : "Quelle prière pourrais-je accorder au vivant ou au mort, alors que ma prière est insuffisante même pour moi?" Car si vous ne savez pas prier, à quoi bon prieriez-vous aussi pour vous-même? Mais c'est l'Esprit d'Amour qui prie en vous.
Que nul ne dise : "A quoi bon ma prière pour tel autre, alors qu'il prie lui-même et que le Christ lui-même intercède pour lui?" Quand vous priez, c'est l'Esprit d'Amour Qui prie en vous.
De même, que nul ne dise non plus : "Quel bien apporterait ma prière à autrui, lorsqu'il prie déjà pour lui-même, et que le Christ Lui-même intercède pour lui?" Lorsqu'un homme prie, c'est l'Esprit d'amour qui prie en lui.
Qu'il ne dise pas pour autant "A présent il est impossible de changer le Jugement de Dieu," car sa prière est elle-même dans les voies de Dieu, et Dieu l'a prévue. Si vous êtes membre de l'Église, alors votre prière est indispensable pour tous ses membres. Et si la main dit qu'elle n'a pas besoin du sang du reste du corps et si elle ne lui donne pas son propre sang, la main se desséchera. Pareillement vous aussi, vous êtes indispensable à l'Église tant que vous êtes en elle; et si vous vous refusez à sa communion, vous vous perdez vous-même et cesserez désormais d'être membre de l'Église. L'Église prie pour tous, et nous tous ensemble prions pour tous; mais notre prière doit être véritable, elle doit être une expression véritable de l'amour et non des paroles creuses. Incapables d'aimer tous les hommes, nous prions pour ceux que nous aimons et notre prière n'est pas hypocrite; car nous demandons à Dieu de pouvoir les aimer tous et prier pour eux tous sans hypocrisie. Le sang de l'Église, c'est la prière des uns pour les autres, et sa respiration c'est de glorifier Dieu. Nous prions en l'Esprit d'Amour et non en l'esprit de profit, en l'Esprit de la liberté des fils et non en l'esprit de la loi des mercenaires qui demandent un salaire. Quiconque demande "A quoi sert de prier?" s'avère esclave. La prière véritable est véritable amour.

L'amour et l'unité sont au-dessus de tout; et l'amour s'exprime de mainte façons : par les oeuvres, par la prière et par le cantique spirituel. L'Église bénit toutes ces expressions de l'amour. Si quelqu'un ne sait exprimer son amour pour Dieu par des mots et l'exprime par une représentation visible, une Icône, est-ce que l'Église le condamnera? Non, mais elle condamnera celui qui le condamne, car il condamne l'amour de l'autre. Nous savons que même sans Icône on peut être sauvé et on l'a été, mais si l'amour de son frère s'exprime par l'Icône, il sera aussi sauvé sans Icône; mais si l'Amour de son frère réclame une Icône, alors en condamnant l'Amour de son frère, on se condamne soi-même; et si, parce que Chrétien, on n'ose pas écouter sans respect la prière ou le cantique spirituel fait par son frère, comment oserait-on regarder sans respect l'Icône qu'a réalisée son amour, et non pas son art? Le Seigneur Lui-Même, Qui connaît le secret des coeurs, a bien voulu parfois glorifier une prière ou un Psaume, Lui interdira-t'on de glorifier une Icône ou les tombeaux des saints? Quelqu'un pourrait dire : "L'Ancien Testament a interdit de représenter Dieu"; mais celui qui croit mieux comprendre que la sainte Église les paroles (c'est-à-dire les Écritures) qu'elle a elle-même écrites, ne comprend-til pas que l'Ancien Testament n'a pas interdit de représenter Dieu (car il a autorisé les chérubins, le serpent d'airain et la transcription du Nom divin), mais qu'il a interdit à l'homme de se faire un Dieu à la ressemblance de quelque objet que ce fût, terrestre ou céleste, visible ou même imaginaire?

Si quelqu'un peint une Icône pour se rappeler le Dieu invisible et inconcevable, il ne se crée pas une idole. Mais s'il s'imagine Dieu et s'il pense qu'Il est semblable à son imagination, il se fait une idole. Tel est le sens de l'interdiction de l'Ancien Testament. Mais l'Icône (cette façon d'écrire en couleurs le Nom divin) ou encore la représentation des saints, réalisé avec amour, n'est pas interdit par l'Esprit de vérité. Dès lors que nul ne dise : "Les Chrétiens passent à l'idolâtrie". Car l'Esprit du Christ, Qui protège l'Église, est plus sage que cette sagesse calculatrice. C'est pourquoi on peut être sauvé même sans Icône, mais on n'a pas le droit de repousser les Icônes.

L'Église accepte tout Rite qui exprime l'élan spirituel vers Dieu tout comme elle accueille la prière et l'Icône mais au-dessus de tous les Rites elle reconnaît la Divine Liturgie, où s'exprime toute la plénitude de la doctrine et de l'esprit de l'Église, et cela non pas par des symboles et des signes conventionnels, mais par la Parole de Vie et de Vérité inspirée d'En Haut. Celui-là seul comprend l'Église, qui connaît (comprend) la Liturgie. Au-dessus de tout il y a l'unité de la Sainteté et de l'amour.

"L'Église est Une"
par Alexei Stepanovich Khomiakov (1804-1860)

(Source:St Materne)

PREMIÈRE QUALITÉ

DE LÀ PRIÈRE,

Ως θυμίαμα η προσευχή της Παναγίας ανεβαίνει στο Θρόνο του Θεού.:  

bien s'y préparer…

Pour que le soldat triomphe de ses ennemis, il ne lui suffit pas d'avoir entre les mains une arme d'une grande valeur, il faut encore qu'il sache bien s'en servir. De même aussi le chrétien ne tirera de la prière les effets qu'il en attend qu'à la condition d'en user avec les dispositions requises.

La première est de ne point traiter la prière avec légèreté, comme un acte vulgaire. Il faut s'y bien préparer ; il faut se recueillir au moins quelques instants avant de la commencer, bien se pénétrer de la grande action que l'on va faire, réveiller en son âme la présence de Dieu avec qui on va s'entretenir, les sen­timents de foi, de respect, d'humilité, d'amour et de confiance, que nous lui devons ; surtout en pareilles circonstances.

C'est avec la suprême majesté de Dieu que nous nous mettons en rapport par la prière ; c'est notre Père des cieux que nous invoquons ; c'est le Maître dispensateur de toute vie et de toute grâce, disposant les événements au gré de son vouloir souverain et pouvant suspendre jusqu'au terme fixé par lui l'accomplisse­ment de ses désirs.

Ne pas s'adresser à lui avec le profond senti­ment de sa grandeur et de notre bassesseavec cette piété sincère et confiante qui est le devoir des enfants, ce n'est pas bien prier. Puisque Dieu nous convie à l'insigne honneur de communiquer avec lui par la prière, ce commerce sacré est un besoin pour nous en même temps qu'un devoir, la prudence chrétienne exige de nous une préparation digne de Celui qui nous appelle au festin de ses grâces, à ce saint rapprochement d'ou notre vertu doit sortir plus vigoureuse, plus riche, plus féconde en bonnes œuvres. " Quand vous voulez prier, dit l'Esprit Saint, préparez votre âme à la prière." (Eccl.18).

Nous mettre à prier sans aucune préparation, c'est vouloir tenter Dieu. On ne va pas se présenter à un roi de la terre sans préparation pour lui demander quelques faveurs. Au contraire, on examine attenti­vement ce qu'on doit lui dire; on se présente à lui avec respect, décence et dignité. Apportons aux pieds de Dieu un profond recueillement, si nous voulons qu'il nous écoute.

  Extrait de : La Prière - Olivier Elzéar Mathieu. Archevêque de Régina   (1925)

_______________________________

 

L’image contient peut-être : 1 personne

 

"Give us this day our daily bread." These words may be taken spiritually or literally, because, in the divine plan, both readings are helpful for salvation. The bread of life is Christ; now this is not everyone's bread, but it is ours...we call it 'our bread' because Christ is the bread of those who partake of His body. And we ask that this bread be given us daily, lest we, who live in Christ and receive the Eucharist every day as the food of salvation, be separated from His body by some grave sin that keeps us from communion and so deprives us of our heavenly bread. 

(St Cyprian of Carthage. The Lord's Prayer )

Aucun texte alternatif disponible.

John 6:35-39 (Gospel)

35 And Jesus said to them, “I am the bread of life. He who comes to Me shall never hunger, and he who believes in Me shall never thirst.
36 But I said to you that you have seen Me and yet do not believe.
37 All that the Father gives Me will come to Me, and the one who comes to Me I will by no means cast out.
38 For I have come down from heaven, not to do My own will, but the will of Him who sent Me.
39 This is the will of the Father who sent Me, that of all He has given Me I should lose nothing, but should raise it up at the last day.

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Day she found out she pregnant with the most precious gift of life Jesus:

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Un texte de Bernanos que je glane sur Facebook, auteur que j'ai beaucoup lu étant jeune, texte judicieusement choisi par une amie Facebook en regard de l'actualité :

«La menace qui pèse sur le monde est celle d'une organisation totalitaire et concentrationnaire universelle qui ferait, tôt ou tard, sous un nom ou sous un autre, qu'importe ! de l'homme libre une espèce de monstre réputé dangereux pour la collectivité tout entière, et dont l'existence dans la société future serait aussi insolite que la présence actuelle d'un mammouth sur les bords du Lac Léman. Ne croyez pas qu'en parlant ainsi je fasse seulement allusion au communisme. Le communisme disparaîtrait demain, comme a disparu l'hitlérisme, que le monde moderne n'en poursuivrait pas moins son évolution vers ce régime de dirigisme universel auquel semble aspirer les démocraties elles-mêmes.»

Georges Bernanos 
"La liberté, pourquoi faire?"

 

Energie. Selon la CGT, l'ex-GDF-Suez envisage de délocaliser une partie de son activité, notamment de centres d'appel. L'entreprise dément.

C'est un gigantesque plan de réduction des effectifs qui s'annonce dans l'énergie. Mardi, la CGT a annoncé qu'Engie, l'ex-GDF-Suez, envisageait la suppression de 1900 postes d'ici à 2019, sur les 25.000 de la branche “énergie” du groupe en France. 

Dans son communiqué, la CGT s'inquiète notamment du “transfert d'activité vers des prestataires qui délocalisent dans des pays à faible coût de main d'œuvre”. Selon le syndicat, cela concernerait notamment l'activité de relation clientèle pour les particuliers, dont une partie sera pilotée depuis le Maroc, le Portugal et l'île Maurice.

 

Des délocalisations décidées par les prestataires, affirme Engie

Interrogé par Reuters, Engie “ne confirme pas ces chiffres”, qui “ne correspondent pas à la réalité des dossiers”.

Selon l'entreprise, les délocalisations seraient le fait de prestataires et non de réorganisations internes. “La part de l'externalisation est stable depuis plusieurs années et appelée à le rester”, commente-t-on encore en interne.

 

______________________

 

Vivant dans l’illégalité, pratiquant leur culte dans la clandestinité, les Marocains convertis au christianisme (principalement protestants baptistes et évangéliques) revendiquent désormais leur droit de vivre leur foi au grand jour, dans une société majoritairement musulmane où la question reste taboue et l’apostasie réprouvée.

Issu d’une famille adepte du soufisme, une tradition ésotérique de l’islam, ce pasteur protestant a embrassé la foi chrétienne en 2004. […] Il a vécu secrètement sa foi jusqu’à il y a un an et demi, quand il diffuse sur internet une vidéo dans laquelle il parle à visage découvert de sa conversion. La réaction est immédiate: « des proches m’ont tourné le dos, j’ai été mis au placard au travail. Mes enfants ont été harcelés à l’école« , déplore-t-il.

Pour vivre leur foi au grand jour, Mustapha, Rachid, et d’autres, regroupés au sein d’une « Coordination nationale », ont saisi début avril le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) pour demander « la fin de la persécution » contre leur petite communauté.

« Nous revendiquons le droit de choisir des prénoms chrétiens pour nos enfants, de prier dans les églises, d’être inhumés dans des cimetières chrétiens, de nous marier selon notre religion« , énumère Mustapha, également porte-parole de la Coordination. […]

Au Maroc, où l’islam est la religion d’État et le roi Mohammed VI le « commandeur des croyants », les autorités aiment vanter leur tolérance religieuse qui permet aux chrétiens étrangers et aux juifs d’exercer librement leur religion. Reste que pour les Marocains, considérés automatiquement comme musulmans quand ils ne sont pas de la minorité juive, l’apostasie est désapprouvée par la société et le prosélytisme condamné par la loi.

Si le fait de renoncer à l’islam n’est pas explicitement mentionné dans le code pénal, les convertis risquent la prison s’ils sont soupçonnés d' »ébranler la foi d’un musulman ou de le convertir à une autre religion« . […]

France Soir

______________________


Drapeau de l'Etat islamique. Photo d'illustration ©DELIL SOULEIMAN / AFP

Terrorisme. L’organisation terroriste islamiste a frappé ce mardi un camp de réfugiés irakiens et syriens dans le nord-est de la Syrie.

L’Etat islamique est l’auteur d’attaques suicides ce mardi 2 mai contre un camp de réfugiés et de déplacés dans le nord-est de la Syrie, d’après une information de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

“Au moins cinq kamikazes de l’Etat islamique se sont fait exploser près et dans un camp de réfugiés irakiens et deplacés syriens dans la province de Hassaké. Des combats s'en sont suivis avec les Forces démocratiques syriennes”, a précisé l’OSDH relayé par l’AFP. Il y aurait eu 32 morts, en majorité des civils.

 

SOURCE

_______________________

Les usines qui emploient beaucoup de main d'oeuvre, en Asie notamment, pourraient être les premières affectées. © Vincent Yu/AP/SIPA
Les usines qui emploient beaucoup de main d'oeuvre, en Asie notamment, pourraient être les premières affectées. © Vincent Yu/AP/SIPA

 

Chômage. Le président de la banque mondiale estime que la généralisation des robots va faire disparaître beaucoup d'emplois dans le monde.

Aurons-nous encore un travail demain ? Selon le président de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim, la très vaste majorité des emplois d'aujourd'hui sont amenés à disparaître avec la généralisation des robots et l'automatisation des usines. “Nous estimons que les deux tiers des postes qui existent aujourd'hui dans les pays développés seront détruits par l'automatisation”, a-t-il déclaré lundi lors d'une conférence à Los Angeles.

En Chine, 77 % de la population sans emploi

Qui seront les premiers touchés par cette robotisation de l'économie ? A en croire M. Kim, ce ne sont pas les pays les plus développés, mais ceux dont l'économie repose sur une main d'œuvre à bas coût et qui bénéficient aujourd'hui des délocalisations d'usines. Le président de la Banque Mondiale cite par exemple l'Ethiopie, qui pourrait voir l'emploi diminuer de 85 %, la Chine, où 77 % des jobs pourraient être supprimés, ou encore la Thaïlande, dont 72 % de la population pourrait se retrouver sans activité.

 

Cette révolution industrielle n'est pas sans risques : selon Jim Yong Kim, l'automatisation pourrait inciter des entreprises occidentales à rapatrier dans leur pays d'origine leurs unités de production afin de mieux contrôler la qualité de la production.

Mais voir les usines et les emplois se “relocaliser” pourrait être source de graves tensions dans les pays les plus fragiles. “Personne ne peut prédire l'impact qu'aura le changement technologique dans les décennies à venir”, expliquait la Banque mondiale dans un rapport l'an dernier.

“Ce qui est clair, en revanche, c'est que les décideurs politiques sont engagés dans une course contre la montre.”

 

SOURCE

_______________________

Theotokos with the inscription in Swahili "Mother of the Orphans". Patriarchal School, Kenya. (Icon painted by Marius Ghinescu):

Deux mères pour un enfant
Voir ce courriel dans le navigateur
GPA - DROIT DES PARENTS

Deux mères pour un enfant

Une affaire de gestation par autrui dans laquelle deux femmes exigent d’être toutes les deux reconnues comme « mères » de l’enfant sera prochainement jugée par la Cour européenne des droits de l’homme.L’ECLJ intervient dans cette affaire.

Deux femmes allemandes ont exigé des autorités de leur pays d’être toutes deux reconnues comme « mères » d’un enfant obtenu par une GPA à l’étranger. La première a donné un de ses ovules, fécondé in vitro grâce au sperme d’un donneur anonyme et implanté chez la seconde femme. La femme ayant accouché a été reconnue comme la mère, puis la donneuse a adopté l’enfant. Mais cela ne leur suffisait pas : les allemandes reprochent à l’Allemagne de ne pas avoir automatiquement inscrit la partenaire de la « mère » comme second parent de l’enfant dès la naissance.
 
Ce qui est en jeu ici sont les règles d’établissement de la filiation lorsque deux personnes de même sexe « ont » des enfants. En principe, le droit allemand permet à un partenaire d’adopter l’enfant de l’autre. Mais ici, les deux femmes peuvent prétendre avoir un lien génétique et biologique avec l’enfant et donc être toutes les deux « mères ». Elles se prétendent victimes d’une atteinte au respect de leur vie privée et familiale et affirment avoir subi une discrimination en raison de leur orientation sexuelle. 
L’Allemagne fait valoir pour sa défense que ces femmes ont entrepris cette procréation artificielle en fraude à la loi, car l’Allemagne interdit la GPA et réserve la PMA aux couples stériles du fait d’une pathologie médicale. Ces femmes ne sauraient dès lors se plaindre des conséquences d’une situation qu’elles ont créée en violation de l’ordre public.
Il est très étonnant que la Cour européenne n’ait pas rejeté d’emblée ce recours comme 90% des affaires qui lui sont soumises, car la seconde femme a pu adopter l’enfant et donc n’a plus lieu de se plaindre sérieusement. C’est probablement l’attention particulière dont bénéficient les affaires mettant en cause les « droits LGBT » qui explique ce traitement. 


La Cour a autorisé l’ECLJ à lui soumettre des observations écrites dans cette affaire. L'ECLJ y expose ces points et démontre que la législation allemande n’a pas violé les droits des requérantes mais protège légitimement les droits de l’enfant, notamment celui d’avoir une filiation établie à l’égard d’un père et d’une mère.

Pour aller plus loin :

►  
Communiqué de presse complet

 Observations de l'ECLJ
 

Mother of God of the Sign, made to order. Catalog of St Elisabeth Convent…:

Où nous trouver ?

Paroisse NORD-OUEST et Nord-Est

(N-D de Miséricorde):
 

NORMANDIE :

  CHANDAI (61):

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

DSC01238

(Fresque de la Mère de Dieu entourée des Apôtres, mur Est  du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01245-copie-2

(Fresque des Sts Pères Interieur droit du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01246-copie-1

(Fresque des Sts Pères Interieur gauche du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

 

Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

 

NANTES:

*Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

 

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces/St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
LE BOURG
16560 JAULDES.

Tel:05.45.37.35.13
* Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Très Sainte Trinité

Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN
*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530
 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 * Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

LOURDES:

*"Relais paroissial St Gregorios de Parumala"

 * Messse  le 5ème dimanche du mois ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

20 Rte de Pau

 

 

CAMEROUN:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDE,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain: 

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

----------------------------------------------

Aucun texte alternatif disponible.

"Christ est Ressuscité, en vérité, Il est vraiment Ressuscité" Alléluia, Alléluia !

Rejetons les œuvres de ténèbres et vivons dans l'amour de Dieu, Source de notre vie et l'amour du prochain...

PROGRAMME LITURGIQUE

 

(mis à jour ) pour Avril :

 

 

HEUREUSE FÊTES DE PÂQUES !

_________

 

-PARIS: 

Prochaine permanence pastorale du Vendredi 5 Mai de 15h à 20h au Samedi 6 Mai de 8h à 12h.

 

Le Samedi 6 MAI

RAMASSAGE DES FIDÈLES de Paris et sa région pour le WE du Pèlerinage du Mois de Marie à Notre-Dame de Miséricorde, en Normandie, au Monastère  à 15h au point de rendez-nous habituel .

 

________________

NORMANDIE:

-CAEN: Une permanence pastorale sera assurée par le Père Isaac du 29 Avril au soir au 1 Mai au matin (prenez Rdv avec lui 07 87 11 06 03 par sms).

-LISIEUX (Coquainvillier) , le 22 Avril (En raison de la Semaine Sainte) *

-AU MONASTÈRE DE CHANDAI :
DIMANCHE 7 Mai, PÈLERINAGE du "Mois de Marie" à N-D de MISÉRICORDE et aux Sts du Kérala.*

JEUDI 25 Mai ASCENSION de Notre Seigneur.Procession des Rogations suivies de la Quadisha Qurbana (Ste Messe)*.

 

___________________________________________

Report du Pèlerinage et de la permanence pastorale de Mai 2017 en Alsace et Est de France.

Chers amis.

En raison de l'insuffisance en nombre d'inscriptions à ce Pèlerinage et des difficultés rencontrées en dernière minute pour l'organisation localement, nous sommes au regret de vous annoncer ici le report du Pèlerinage aux Sanctuaires d'Alsace et de la permanence pastorale en cette région.
Dès que possible, nous vous communiqueront de nouvelles dates.
En vous remerciant de votre compréhension, je vous prie d'agréer l'expression de mon respectueux dévouement.

+Mor Philipose, métropolite.Brévilly ce 3.V.17

 

"Confie-toi au médecin et il opérera les yeux de ton âme et de ton cœur. 

Qui est ce médecin ?

C'est Dieu, qui guérit et vivifie par son Verbe et sa Sagesse."

(St Théophile D'Antioche)

_____________________________

 

 

NANTES :Jeudi 18 MAI, Messe à 18h (Réception des fidèles de 9h à 17h )

ANGOULÊME (JAULDES ):
Dimanches 23 Avril  *

PÉRIGUEUX (LA CHAPELLE FAUCHER ) :
Samedi 22  *. . .

 

 

*MESSES À 10H 30
-----------------------------------------------------
Nota bene :

Les "permanences pastorales" sont prévues pour vous assurer la proximité des sacrements
(Messes, Confessions, Onction des malades ), catéchisme, entretiens et accompagnements spirituels , prières de délivrance ( voir d'exorcismes ) ou de guérison intérieure . 
(RÉCEPTION SUR RDV) en fonction de la région où vous vivez

______________________________________________

______________________________________________

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

Cliquez sur ce lien:

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ...

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l'un ou l'autre Monastère d'une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

_____________________________________________________

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

VACANCES FAMILIALES 

(PARENTS-ENFANTS)

JUILLET (Du 13 au  24):

 

AOÛT (Du 5 au 16)

cliquez ci-dessous pour le programme:

VACANCES FAMILIALES (PARENTS-ENFANTS) *CAMPS DE JUILLET ET AOÛT 2017/FAMILY HOLIDAYS (PARENTS-CHILDREN)* CAMPS OF JULY AND AUGUST 2017/ FÉRIAS DE FAMÍLIA (PAI-FILHO) / CAMPS JULHO E AGOSTO 2017

Aidez-nous à emmener en vacances ceux qui,

sans moyens, ne partiraient jamais !...

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 

______________________________________________

NOS PELERINAGES :

+++

Pèlerinage Marial du "Mois de Marie".

 

Du Jeudi 11 (Départ du monastère après le déjeuner) au 15 Mai (Retour le 16)

 

En chemin avec Notre-Dame et St Ubald.

 

Programme et inscription, cliquez ci dessous:

 

MAI, PÈLERINAGE MARIAL DU "MOIS DE MARIE" DE Normandie (N-D de Miséricorde) AU SUD-OUEST. / DU 11 AU 15 MAI / INSCRIVEZ-VOUS VITE !

 

Basilique Notre-Dame de l'Epine.JPG

 

+++

 

PELERINAGE DU CENTENAIRE A FATIMA

 

Du 7 au 16 Octobre 2017

 

Programme et inscription, cliquez ci dessous:

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Pèlerinage Syriaque des "Chrétiens Francophones de St

Thomas" à FATIMA

 

+++

_________________________________

 

PROCHAIN STAGE D'ICONOGRAPHIE AU MONASTERE SYRIAQUE: 

L’ICÔNE COPTE,

du 9 au 17 JUILLET 2017

1459883 592234677515191 662124102 n

Cliquer ci-dessous:

STAGE D'ICONOGRAPHIE : L’ICÔNE COPTE, PROCHAIN STAGE AU MONASTÈRE  DU 9 AU 17 JUILLET 2017

------------------------------------------------------------------------------

L’image contient peut-être : 3 personnes

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

(SS Ignatius Aprem II)

Note:

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise

Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise

Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-

Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité
des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien
et la paix du monde.
¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil
des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles ,
nous n'exigeons aucun fixe.
Les offrandes sont libres et non
obligatoires.
Toute offrande fait cependant l'objet d'une
déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre
revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.17.51.25.73).

Icon of The Last Supper. Jesus and St. John.:

CONFIER DES INTENTIONS DE

 

PRIÈRE AU MONASTÈRE , C'EST

 

SIMPLE...

 

Le Moine ne rompe pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux les frères

 

humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ Tête de l'Eglise, le

 

"premier né d'une multitude de frères" et  à Son amour pour tous les hommes…

 

A  travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et intercède pour

 

l’humanité.

 

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence, participe à cet

 

immense courant de prière souterraine qui irrigue le monde…

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une

 

intention de prière en l'envoyant à l'adresse

 

suivante:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,6-14.

En ce temps-là, Jésus dit à Thomas : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. »
Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. » 
Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. » 
Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : “Montre-nous le Père” ? 
Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; le Père qui demeure en moi fait ses propres œuvres. 
Croyez-moi : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne me croyez pas, croyez du moins à cause des œuvres elles-mêmes. 
Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père. »
et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. 
Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai. » 

 



Saint Hilaire

(v. 315-367), évêque orthodoxe de Poitiers et docteur de l'Église 
La Trinité VII, 41 (trad. coll. Pères dans la foi, n°20, p. 110 rev.) 

 

« Philippe lui dit :
' Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit ' »

 

« Croyez-moi : Je suis dans le Père et le Père est en moi. »

Que veut donc dire : « Croyez-moi » ?

Assurément cette parole est à rapprocher de cette autre : « Montre-nous le Père ».

Le Christ ordonne à ses apôtres de le croire pour raffermir leur foi, cette foi qui avait demandé à voir le Père.

Car il n'avait pas suffi au Seigneur de dire :

« Qui m'a vu a vu aussi le Père »...

Le Seigneur veut que nous croyions en lui, pour que la conviction intime de notre foi ne risque pas de chanceler...

Croyons au moins sur le témoignage de ses œuvres que le Fils est Dieu en Dieu, qu'il est né de Dieu et que le Père et le Fils sont un : l'un est dans l'autre par la puissance de leur nature divine, et aucun d'eux n'existe sans l'autre.

Par ailleurs, le Père ne renonce à rien de ce qu'il possède du fait qu'il est dans le Fils, tandis que celui-ci reçoit du Père tout ce par quoi il est Fils. 

Être réciproquement l'un dans l'autre, posséder l'unité parfaite d'une nature essentielle, que le Fils unique et éternel soit inséparable de la vraie nature divine du Père : une telle manière d'être n'appartient pas à tout ce qui a une nature matérielle.

Non, il s'agit là d'un caractère propre à Dieu, le Fils unique..., cet état de fait qu'une personne habitant l'autre le fait exister.

Car chacun des deux existe du fait que l'une n'est pas sans l'autre, puisque la nature de l'être qui existe est la même, qu'il s'agisse de celui qui engendre ou de celui qui naît. 

Tel est le sens de ces textes :

« Moi et le Père, nous sommes un » (Jn 10,30), « Celui qui m'a vu a vu le Père », et

« Je suis dans le Père et le Père est en moi ».

Le Fils n'est pas différent ni inférieur au Père...; le Fils de Dieu, naissant en Dieu, manifeste en lui la nature du Dieu qui l'engendre.

L’image contient peut-être : 1 personne

 

Repost 0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 09:48

L’image contient peut-être : 3 personnes

Zahari Zograf, L'Archange Gabriel  1847-1849, Fresque, Porche d'entrée ouest, Monastère de Troyan:

Le 29, en notre Monastère, ce sera la mémoire mensuelle de Saint Michel Archange (Patron secondaire de la France), je vous invite, chers amis à vous joindre à nous dans une ultime neuvaine de prière pour notre pays qui commence précisément ce 29 Avril sous l'impulsion de "Neuvaine pour la France" alors que, fasse au dilemme d'un choix difficile, chacun sera appelé le dimanche 7 Mai (Jour du Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde et aux Saints du Kérala) à se décider en conscience pour celui ou celle des deux candidats dont le programme sera le plus compatible ou le moins incompatible avec la loi naturelle, la morale évangélique et le "bien commun".

Les français ont voté pour le premier tour des présidentielles.
Veulent t-ils le changement ?

S'ils ne se mobilisent pas d'urgence, ils livreront durablement pieds et mains liés le pays au pouvoir de la finance toute puissante. . .

Que faire maintenant ?

Nous avons bien besoin, entre ces deux tours des élections, de l'intercession de ces frères aînés qui ont suivis le Christ.

Puissent t-ils nous obtenir lumière et force du Saint Esprit pour que, en fonction de ce choix du dimanche 23 Avril, nous allions désormais vers celui ou celle qui soit consacrera notre assujettissement, soit, en fonction des haines anti-françaises et de l'esprit de division qu'attisent les forces qui travaillent à l'asservissement du Pays, risque de hâter toutes sortes de troubles sociaux propres à empêcher le redressement du Pays que, pourtant, tous et chacun ici appellent de leurs vœux.

Avec Saint Thomas dont nous lisions l'Evangile dimanche dernier, nous nous jetons implorants aux pieds du Christ Ressuscité et lui disons :

-"Mon Seigneur et mon Dieu "!
-Jésus Miséricordieux, j'ai confiance en Vous !

Envoyez sur nous l'Esprit qui procède du Père, Esprit de lumière et de force pour qu'après avoir effectué le seul choix possible en conscience, chacun soit éclairé et fortifié pour aller de l'avant avec confiance sans céder aux manipulations extérieures qui tâcherons d'entraver notre marche vers un renouveau cohérent avec nos racines "judéo Chrétiennes", les racines de l'Europe et de la France Chrétiennes. .

Nous sommes devant un dilemme.

Pour ceux qui ne veulent pas laisser le Pays aux forces d'un mondialisme satanique, il n'y a guère de choix ; un choix courageux, un pari confiant sur l'avenir malgré nos réticences, sans céder aux peurs attisées , un choix cohérent à l'orthodoxie de la Foi et qui serve l'unité catholique de l'Église du Christ, nous souvenant que quoique fassent les hommes, quelles que soient leurs gesticulations et leurs errances et à travers les régimes qu'ils se choisissent, le Christ reste notre Roi.

« Je suis convaincu - Affirmait le Pape de Rome Benoit XVI devant l'assemblée de ses frères évêques de France le 14 Sept 2008- que les Nations ne doivent jamais accepter de voir disparaître ce qui fait leur identité propre.

Dans une famille, les différents membres ont beau avoir le même père et la même mère, ils ne sont pas des individus indifférenciés, mais bien des personnes avec leur propre singularité.

Il en va de même pour les pays, qui doivent veiller à préserver et développer leur culture propre, sans jamais la laisser absorber par d’autres ou se noyer dans une terne uniformité. »

Le 7 mai, il y aura bien plus en jeu que l’élection de Marine Le Pen ou d’Emmanuel Macron, qui dans un contexte mondialisé ne fera que retarder ou accélérer les choses annoncées par le Seigneur. Ce qui est vraiment en jeu dans cette élection, c’est l’intégrité spirituelle de chaque chrétien.

En ces temps troublés, implorer l'intercession de nos frères aînés les Saints est plus que nécessaire, des Saints qui ont apportés la lumière de l’Évangile de l'Orient jusqu'à l'Occident, des Saints qui, par l’Évangile traduit en actes, ont porté à leur efflorescence les cultures et les civilisations .

Prions, prions, prions ; ne cédons pas à la peur qui vient du Diviseur, avançons à la suite du Christ notre Sauveur et Roi, à la suite des saints qui ont fait la France !

Par ailleurs, chers amis, il ne vous a pas échappé que François, le

Pape de Rome, effectue une visite en Egypte .

 

Cette visite  est importante en plusieurs aspects alors que nous

traversons une période troublée et agitée. Parmi ces aspects ,il

est celui du dialogue fraternel entre deux Eglises Apostoliques

et, ensuite, le dialogue inter-religieux. 


C'est pourquoi nous avons préparé cette visite, humblement, de

notre place, par la prière.


L'Eglise Syro-Orthodoxe Francophone, en France, en Afrique et

ses autres missions s'unit dans la prière à cette visite du Pape

de Rome au Pape d'Alexandrie de la Confession de St Marc,

réconfort pour cette Eglise meurtrie, cette Église Martyre,

honneur de la Catholicité unie dans l'' Orthodoxie de la Foi et

de la Grâce du Saint Esprit. 


Nous rendons grâces à Dieu pour la signature de cet accord,

espérant qu'il ne restera pas "lettre morte" comme celui qui fut

prédemment signé entre leurs Saintetés Shenouda et Paul VI.


Notre Monastère Syriaque étant un Centre de Prières pour

l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage

Chrétien et la paix du monde, nous continuerons de porter dans

la prière le retentissement dans les faits de cet accord

important.

 

Nous prions nos Saints Martyrs Syriaques, Coptes qui, avec les

autres Chrétiens sont témoins du Christ Roi des Martyrs pour

que la décision du Peuple Français lors des prochaines élections

soit digne de leurs sacrifices comme de ceux de nos Grands-

parents et parents qui se sont sacrifiés pour que la France reste

debout et que l'Europe Chrétienne garantisse la Paix.

 

Votre fidèlement et fraternellement dévoué en Notre Seigneur.

Aloho m'barekh ! (Dieu vous bénisse )!

 

+Mor Philipose,métropolite.Brévilly ce 28.IV.17

Nikolaj Roerich (1874 – 1947) - Archangel:

Aucun texte alternatif disponible.

Les photos sont celles d'Aire Sur l'Adour où se trouve le Sanctuaire et la Fontaine de Sainte Quiterie.

Qui est Sainte Quitterie ?

Au ve siècle, Aire fait partie du royaume wisigoth de Toulouse ; elle devient une résidence royale sous les rois Euric (466-484) et Alaric II (484-507). Ce dernier y promulgua en 506 son Bréviaire, condensé du droit romain, un an avant d'être vaincu par Clovis.

C'est durant cette période, en 476, que Quitterie, princesse d'Espagne, fille du « roi » Caius et fuyant son prétendant, aurait été décapitée à Aire par les Wisigoths qui étaient attachés à une hérésie: l'arianisme.

---

Who is Holy Quitterie?
In the fifth century, Aire is part of the Visigoth kingdom of Toulouse; It became a royal residence under the Euric kings (466-484) and Alaric II (484-507). In 506, the latter promulgated his Breviary, condensed from Roman law, a year before being defeated by Clovis.
It was during this period, in 476, that Quitterie, Princess of Spain, the daughter of "King" Caius, and fleeing her pretender, was beheaded in Aire by the Visigoths who were attached to a heresy: Arianism.

---

Quem é Santa Quiteria?
Na área do século quinto é parte do reino visigodo de Toulouse; tornou-se uma residência real durante os reis Euric (466-484) e Alaric II (484-507). Esta é promulgado em seu breviário 506, condensado do direito romano, um ano antes de ser derrotado por Clovis.
Foi durante este período, em 476, que Quiteria, princesa de Espanha, filha do "rei" Caius e fugindo seu pretendente, foi decapitado pelos Visigodos na área que foram anexados à heresia: o arianismo.

 

Sa tête y aurait fait jaillir une source miraculeuse.

Tout près de l'église d'Aire coule aujourd'hui une fontaine à laquelle on attribue la vertu de guérir les maux de tête ainsi que la rage (on la représente souvent avec un chien à ses pieds tirant la langue).

---

His head would have caused a miraculous spring to spring forth.
Near the church of Aire today flows a fountain to which is attributed the virtue of curing headaches as well as rage (it is often represented with a dog at his feet pulling his tongue).

---

Sua cabeça teria trouxe uma fonte milagrosa.
Perto da área da igreja agora flui uma fonte à qual é atribuída a virtude de curar dor de cabeça e raiva (que é muitas vezes representado com um cão em seus pés saindo a sua língua).

Eglise Ste Quitterie

Son culte était très répandu en Vasconie (on prononce "Quitèr.i"), où on l'invoquait pour la guérison des maux de tête, de la folie etde  la rage.

Les reliques de la sainte demeurèrent jusqu'au xvie siècle dans la crypte de l'église, ancien temple romain dédié au dieu Mars et converti en baptistère par les évêques des Tarusates. Elles furent conservées à l'intérieur d'unsarcophage de marbre blanc, l'un des plus beaux du ive siècle, en raison de l'extraordinaire richesse de sa décoration, mêlant motifs sculptés antiques et chrétiens.

Ses reliques attirent de nombreux pèlerins depuis le Moyen Âge, empruntant "lous camins de Sinte Quiteyre".

Le site s'imposera vite comme une étape sur la Via Podiensis un des chemins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Le culte de la sainte a pu se répandre sur cet itinéraire avec les récits des pèlerins, comme à Lageyrat (Haute-Vienne), où une fontaine à dévotion, une ancienne chapelle et une pierre tombale portent son nom5.

Aire devient le siège d'un évêché qui, après la "Révolution" sera rattaché à celui de Dax.

---

His cult was very widespread in Vasconia (pronounced "Quitèr.i"), where it was invoked for the cure of headaches, madness and rage.
The relics of the saint remained until the sixteenth century in the crypt of the church, an ancient Roman temple dedicated to the god Mars and converted into a baptistery by the bishops of the Tarusates. They were preserved inside a white marble sarcophagus, one of the most beautiful of the fourth century, due to the extraordinary richness of its decoration, combining antique and Christian sculpted motifs.
Its relics attract many pilgrims since the Middle Ages, borrowing "all camels of Sinte Quiteyre".
The site will quickly become a stopover on Via Podiensis one of the pilgrimage routes of Santiago de Compostela.
The cult of the saint was able to spread on this itinerary with the stories of the pilgrims, as at Lageyrat (Haute-Vienne), where a fountain with devotion, an old chapel and a tombstone bear its name.
Aire becomes the seat of a bishopric which, after the "Revolution", will be linked to that of Dax.

---

Seu culto foi difundido na Vasconia (pronuncia-se "Quitèr.i"), onde é invocada para curar dores de cabeça, loucura ETDE raiva.
as relíquias sagradas permaneceu até o século XVI, na cripta da igreja, antigo templo romano dedicado ao deus Marte e convertido em um batistério pelos bispos da Tarusates. Eles foram mantidos dentro unsarcophage de mármore branco, a mais bela do século IV, devido à extraordinária riqueza da sua decoração, combinando antigo e Christian esculpida projetos.
Suas relíquias atrair muitos peregrinos desde a Idade Média, empréstimo "lous camins Sinte Quiteyre".
O site em breve surgirá como um passo na Via Podiensis um dos caminhos da peregrinação de Saint Jacques de Compostela.
O culto do santo foi capaz de espalhar nesta rota com as histórias de peregrinos, como Lageyrat (Haute-Vienne), onde uma fonte devocional, uma antiga capela e uma lápide que leva seu Name5.
Área torna-se a sede de um bispo que, após a "Revolução" será ligado ao de Dax.

Eglise Ste Quitterie

De la Liturgie syriaque- orthodoxe, 

une Prière de Balaï

(?-460), évêque, pour la dédicace d'une église (trad. Prières des premiers chrétiens, DDB 1981, p. 223) 

steface2

Que le temple intérieur soit aussi beau que le temple de pierres

 

        Quand trois sont assemblés en ton nom (Mt 18,20), ils forment déjà une église.

Garde les milliers ici rassemblés : leurs cœurs avaient préparé un sanctuaire avant que nos mains ne construisent celui-ci à la gloire de ton nom.

Que le temple intérieur soit aussi beau que le temple de pierres. Daigne habiter dans l'un comme dans l'autre ; nos cœurs comme ces pierres sont marqués de ton nom. 


        La toute-puissance de Dieu aurait pu s'élever une demeure aussi aisément que, d'un geste, elle a donné l'existence à l'univers.

Mais Dieu a bâti l'homme afin que l'homme bâtisse des demeures pour lui. Bénie soit sa clémence qui nous a tant aimés !

Il est infini ; nous sommes limités.

Il construit pour nous le monde ; nous lui construisons une maison.

Il est admirable que l'homme puisse bâtir une demeure à la Toute-puissance partout présente, à qui rien ne saurait échapper. 


        Il habite au milieu de nous avec tendresse ; il nous attire avec des liens d'amour (Os 11,4) ; il reste parmi nous et nous appelle afin que nous prenions le chemin du ciel pour habiter avec lui.

Il a quitté sa demeure et a choisi l'Église pour que nous délaissions notre demeure et choisissions le paradis.

Dieu a habité au milieu des hommes pour que les hommes rencontrent Dieu.

thumb sergiopolis

Mère Teresa de Calcutta

(1910-1997), fondatrice des Sœurs Missionnaires de la Charité 
Something Beautiful for God (trad. La Joie du don, p. 70) 

 

« Demeurez en moi, comme moi en vous »

 

Il n'est pas possible de s'engager dans l'apostolat direct si l'on n'est pas une âme de prière. Soyons conscients d'être un avec le Christ, comme il était conscient d'être un avec son Père ; notre activité n'est véritablement apostolique que dans la mesure où nous le laissons travailler en nous et à travers nous avec sa puissance, son désir et son amour. Nous devons parvenir à la sainteté, non pas pour nous sentir en état de sainteté, mais pour que le Christ puisse pleinement vivre en nous. Le don total de nous-mêmes à l'amour, à la foi, à la pureté, est lié au service des pauvres. C'est quand nous aurons appris à chercher Dieu et sa volonté que nos rapports avec les pauvres deviendront un chemin de sanctification pour nous et pour autrui. 

Aimez prier : au cours de la journée éprouvez souvent le besoin de prier et prenez la peine de prier. La prière dilate le cœur jusqu'à la capacité de ce don que Dieu nous fait de soi-même. Demandez et cherchez, et votre cœur s'agrandira jusqu'à pouvoir l'accueillir et le garder à vous. 

Devenons un sarment véritable de la vigne Jésus, un sarment qui porte du fruit. Pour cela, acceptons Jésus dans notre vie comme il lui plaît d'y venir : 
comme Vérité, pour être dite, 
comme Vie, pour être vécue, 
comme Lumière, pour être allumée, 
comme Amour, pour être aimé, 
comme Chemin, pour être suivi, 
comme Joie, pour être donnée, 
comme Paix, pour être répandue, 
comme Sacrifice, pour être offert, 
parmi nos parents, nos proches et nos voisins.

Three youth Coptic Icon by Dr Stephane Rene:

Urgence élections,

 Prière pour la France:

MAESTRO DE CESI CRISTO CON SU MADRE 1308:

Je vous propose la prière suivante pour notre Pays:


Seigneur Jésus, Ô Christ notre Dieu, Vous qui êtes venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Vous qui êtes monté librement sur la Croix pour tous les humains;
Vous qui, dans Votre amour ineffable et Vôtre indicible compassion, veillez au bien et au libre salut de chacun;
Vous qui êtes invisiblement présent dans ce monde qui Vous appartient et dans notre pays par le Corps de Votre sainte Eglise, acceptez les prières de supplication et de louange que nous Vous adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée.


Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Votre Mère toute pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine "Egale-aux-apôtres" dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Votre ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France :

Eclairez, inspirez, convertissez et sauvez notre patrie la France, ceux qui la gouvernent ainsi que chacun des membres de son peuple.


A nous qui Vous supplions dans la vraie Foi, accordez la grâce du non-jugement, la conscience libre, la force du saint Esprit pour témoigner de Votre vérité dans la paix qui vient de Vous.


Accordez-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Votre pardon.


Donnez-nous de Vous glorifier et de Vous célébrer pour la bienveillance que Vous manifestez à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple.


Inspirez-nous de Vous célébrer en premier lieu pour la révélation que Vous avez donnée de Vous-même à nos Pères par la prédications de ces aînés dans la Foi qui sont venu d'Orient pour ensemencer notre terre de l'Evangile de vérité, d'amour et de paix et à ceux qui, en conséquence peuvent en ces jours, sur cette même terre bénie de France, vous confesser avec Votre Père coéternel et Votre très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amîn!

_______________

 

Saint Michael and the Dragon in an initial Q by an Unkown master German, Würzburg, about 1240-50:

Urgence élections :

 Prière pour la France à saint Michel

 

Saint Michel, grand Prince de la milice céleste, établi par la Providence divine le protecteur spécial de la France, souvenez-vous que vous l’avez faite grande entre toutes les nations, que vous l’avez établie sentinelle de la foi et soldat de Dieu dans le monde. Glorieux Archange, vous que nos rois ont autrefois proclamé patron de la France, protégez-nous contre tous nos ennemis ; nous vous conjurons de nous placer tous sous votre impénétrable protection. Protégez toujours l’Eglise et la France ! Obtenez-lui un prompt et sincère retour à l’antique foi, source de sa force et de sa grandeur. Éclairez les incrédules, rassurez les timides, fortifiez les faibles, encouragez les bons, secourez-nous tous et rendez-nous meilleurs et plus chrétiens. Amîn.

En-tête

------------------------------------------------

Mor Philipose-Mariam, 

Aujourd'hui, vendredi 28 avril, nous prions pour ce sujet important qui touche au rayonnement économique de notre pays.

Pour accompagner ce sujet de prière, je vous propose ces versets de la Parole de Dieu :

"L'Eternel t'ouvrira son bon trésor, le ciel, pour envoyer à ton pays la pluie en son temps et pour bénir tout le travail de tes mains; tu prêteras à beaucoup de nations, et tu n'emprunteras point." (Deut. 28:12)

"(La femme vertueuse) est comme un navire marchand, Elle amène son pain de loin." (Prov. 31:14)

Il n’est plus contestable de nos jours que l'économie de marché généralisée qui s’impose dans le monde aujourd'hui sans partage et sur l’ensemble de la planète s'accompagne d'un écart significatif voire même particulièrement grave concernant les inégalités.

Entre le capitalisme spéculatif consumériste et sauvage qui a montré ses limites avec la crise des « subprimes » et ses conséquences dévastatrices et le modèle communiste qui fut impitoyable, et à ce jour totalement disqualifié, les écritures proposent un autre modèle celui fondé sur la dimension du partage, de la solidarité, un concept biblique qui place ainsi l’homme au cœur des questions essentielles qui touchent non seulement aux réponses à donner à chacun pour éviter le tourment, enrayer les impasses mais aussi à une nation qui reconnaît la nécessité de l’altruisme et le besoin de charité.

Le rayonnement économique d’une nation tiendra à la capacité de favoriser l’entraide, le partage, la solidarité, la mutualisation des ressources. Aussi ce rayonnement économique qui est notre sujet de prière, tiendra à la capacité de tous, en particulier de ceux qui sont appelés aux commandes de favoriser l’intelligence, les initiatives locales, le travail, d’encourager les décisions opportunes de telle sorte que personne ne soit abandonné ou laissé sur la touche, laissé pour compte.

Nous voyons lorsque nous lisons ensemble le livre d’Esaïe 5:8 le souci de prévenir l'accumulation des richesses - et donc les phénomènes d'inégalité qui en résultent -, ainsi que d'empêcher la marchandisation sauvage, l'exploitation outrancière des êtres humains ou la surexploitation de la nature.

"Malheur, s'écrie Isaïe, à ceux qui ajoutent maison à maison et joignent champ à champ, au point de prendre toute la place et de rester les seuls habitants du pays".

Ajoutons enfin que le rayonnement économique d’un pays tient aussi à sa capacité d’être libre de tout endettement. Gardons en mémoire l’avertissement du prophète Habacuc ; Habacuc 2.6-9 “Malheur à celui qui accumule ce qui n’est pas à lui ! Jusques à quand ? … Malheur à celui qui augmente le fardeau de ses dettes ! Tes créanciers ne se lèveront-ils pas soudain ?"

Avec nos mots, prions pour que notre Seigneur Jésus, suscite au sein de notre nation des hommes et des femmes remplis de la crainte de Dieu qui sauront être de bons économes, soucieux d’éviter les gaspillages, le cumul des richesses, la domination de Mamon et qui s’attacheront à s’inspirer des écritures.

Prions ensemble pour que ceux qui auront l’expertise d’administrer notre nation soient amenés à considérer que la vie économique d’un pays est indissociable à son salut.

Prions pour que nos futurs gouvernants trouvent dans les écritures les règles d’éthique et morales, celles qui contribueront au mieux à façonner notre pays en créant les conditions d’un monde plus juste et plus humain, un monde conforme au plan divin.

Eric Lemaitre
Socio-économiste et auteur

Aucun texte alternatif disponible.

 

 

Qui l'a guérie de sa surdité ? 

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Notre-Dame de Lourdes"

Une fillette italienne de 6 ans, sourde, a inexplicablement pu se passer d’appareil auditif, à partir du 11 mai 2016, lors d’un pèlerinage à Lourdes. Elle était atteinte d’une surdité profonde aux deux oreilles et devait porter des appareils acoustiques. Mais, mercredi dernier, elle les a enlevés, a témoigné Giuseppe Secondi, président de la sous-section Unitalsi de Milan Sud-Ouest et directeur du pèlerinage.

« Il était 20h30, et nous étions en train de jouer avec la fillette, a-t-il raconté, et je lui ai dit que je ne pouvais plus jouer avec elle, car un engagement m’attendait. Elle a rejoint sa mère et je l’ai vue enlever ses appareils acoustiques. Lorsque sa mère lui a demandé de les remettre, elle a répondu : ‘ J’entends bien, ils ne me servent plus’ ».

La mère a aussitôt conduit sa fille au bureau des Constatations Médicales de Lourdes. La fillette, née prématurée à seulement 26 semaines, ne pesait que 800 grammes. Elle a passé trois mois à l’Institut pédiatrique Gaslini de Gênes. Les médecins ont pu la sauver, mais des médicaments ont provoqué des hémorragies cérébrales qui ont endommagé ses conduits auditifs. Les examens effectués plus tard ont confirmé qu’elle était atteinte d’une surdité profonde aux deux oreilles.

Découvrir plus sur mariedenazareth.com :
Marie nous aide et nous libère  

Marina Droujinina

18 Mai, 2016 Zenit.org

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

 

Aucun texte alternatif disponible.

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

Aucun texte alternatif disponible.

 

 

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

Afficher l'image d'origine

L’image contient peut-être : 2 personnes

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

Image of the Saviour Not Made by Hand: a traditional Orthodox iconography in the interpretation of Simon Ushakov (1658).:

L’image contient peut-être : 1 personne

Aucun texte alternatif disponible.

 

 

Aucun texte alternatif disponible.

 

 

Je crois en l'Église Une... (A.S. Khomiakov 5/12)

 
IV – Une, Sainte, Catholique et Apostolique

L'Église est appelée Une, Sainte, Catholique et Apostolique; parce qu'elle est Une, et Sainte; parce qu'elle appartient au monde entier, et pas à une localité donnée; parce que par elle sont sanctifiés toute l'humanité et toute la terre, et non pas rien qu'un seul peuple ou pays; parce que son essence même consiste en l'accord et l'unité d'esprit et de vie de tous ses membres, ceux qui la confessent par toute la terre; et enfin, parce que dans les écrits et doctrines des Apôtres est contenue la plénitude de sa Foi, son espérance et son amour.

Il en résulte que lorsque quelque société est appelée l'Église du Christ, avec l'adjonction d'un nom local, tel qu'Église Grecque, Russe ou Syrienne, cette appellation ne signifie rien de plus que l'assemblée des membres de l'Église vivant dans cet endroit précis, à savoir la Grèce, la Russie ou la Syrie; et cela n'implique pas le présupposé qu'une seule communauté de Chrétiens serait à même de formuler la doctrine de l'Église, ou de donner une interprétation dogmatique à l'enseignement de l'Église sans l'accord à cet égard avec les autres communautés; et cela implique encore moins que quelque communauté particulière que ce soit, ou son pasteur, puisse imposer aux autres sa propre interprétation. La grâce de la Foi est inséparable de la sainteté de vie, et une seule communauté précise ou un seul pasteur ne peut être reconnu comme étant le gardien de l'entièreté de la Foi de l'Église, ni une seule communauté ou un seul pasteur être considéré comme représentant l'entièreté de sa sainteté. Cependant, chaque communauté Chrétienne, sans s'arroger le droit de l'explication ou de l'enseignement dogmatique, a pleinement le droit d'en changer ses rites et cérémonies, et d'en introduire de nouvelles, pour autant que cela n'offense pas les autres communautés. Plutôt que de risquer cela, elle devrait abandonner sa propre opinion et se soumettre à celle des autres, pour peu que ce qui pourrait sembler sans danger ou même digne de louange pour l'un, pourrait sembler blamable par l'autre; ou que le frère pourrait amener son frère au péché de doute et à la discorde. Tout Chrétien devrait estimer au plus haut point l'unité dans les rites de l'Église : car ainsi est manifestée, même pour le non-éclairé, l'unité d'esprit et de doctrine, en même temps que pour celui qui est éclairé, cela devient une source de vivante joie Chrétienne. L'amour est la couronne et la gloire de l'Église.

"L'Église est Une"
par Alexei Stepanovich Khomiakov (1804-1860)

Je crois en l'Église Une... (A.S. Khomiakov 6/12)

 
V – Écriture et Tradition

L'Esprit de Dieu, Qui vit dans l'Église, la dirigeant et l'instruisant, Se manifeste en elle de diverses manières; dans l'Écriture, dans la Tradition, et dans les Oeuvres; car l'Église, qui accomplit les oeuvres de Dieu, est la même Église qui conserve la tradition et qui a rédigé les Écritures. Ce ne sont pas les personnes ni une multiplicité de personnes dans l’Église qui conservent la Tradition ou composent les Écritures; mais bien l'Esprit de Dieu, Qui vit dans l'entièreté du corps de l'Église. Dès lors, il n'est ni correct ni possible de rechercher les fondements de la Tradition dans l'Écriture, ni la preuve de l'Écriture dans la Tradition, ni la justification de l'Écriture ou de la Tradition dans les oeuvres. Pour celui qui vit hors de l'Église, ni l'Écriture ni la Tradition ni les oeuvres ne sont compréhensibles. Mais pour celui qui vit au sein de l'Église et est en communion avec l'esprit de l'Église, leur unité est manifestée par la grâce qui vit en dans l'Église.

Les oeuvres ne précèdent-elles pas l'Écriture et la Tradition? La Tradition ne précède-t'elle pas l'Écriture? Les oeuvres de Noé, d'Abraham, des patriarches et représentants de l'Église de l'Ancien Testament n'étaient-elles pas agréables à Dieu? N'existait-il pas une tradition parmi les patriarches, à commencer par Adam, l'ancêtre de tous? Le Christ n'a-t'Il pas donné la liberté aux hommes et l'enseignement verbal, avant que les Apôtres, par leurs écrits, ne portent témoignage de l'oeuvre du Salut et de la loi de la liberté? Dès lors, il n'y a pas de contradiction entre la Tradition, les oeuvres et l'Écriture, mais au contraire, accord parfait. Ne comprendra les Écritures que celui qui garde la Tradition, et accomplit des oeuvres qui sont agréables à sa sagesse qui vit en lui. Mais la sagesse qui vit en lui ne lui est pas donnée à tître personnel, mais en tant que membre de l'Église, et elle lui est donnée en partie, sans annuler en même temps son erreur personnelle; mais à l'Église est donnée la plénitude de la vérité et sans mélange d'erreur. Dès lors, il ne doit pas juger l'Église, mais s'y soumettre, car la sagesse ne pourrait provenir de lui.

Quiconque cherche la preuve de la vérité de l'Église, par cet acte même montre son doute, et s'exclut de lui-même de l'Église; ou [quiconque] prend l'apparence de celui qui doute et en même temps garde espoir de prouver la vérité, et d'y parvenir par sa propre puissance de raisonnement : mais la puissance de la raison ne sait pas atteindre la vérité de Dieu, et l'impuissance de l'homme est manifestée par l'impuissance de ses preuves. Celui qui ne prend que les Écritures, et ne fonde l'Église que sur elles, rejette en réalité l'Église, et espère la refonder par ses propres forces; celui qui ne prend que la Tradition et les oeuvres, et minimise l'importance de l'Écriture, rejette en fait de la même manière l'Église, et il s'établit juge de l'Esprit de Dieu, Qui a parlé par l'Écriture. Car pour le Chrétien, la connaissance n'est pas matière à investigation intellectuelle, mais de foi vivante, qui est un don de la grâce. L'Écriture est externe, et la Tradition est externe, et les oeuvres sont externes : ce qui est en elles c'est l'unique Esprit de Dieu. D'une Tradition prise seule, ou de l'Écriture seule ou des oeuvres seules, on peut dériver vers une connaissance externe et incomplète, qui peut en effet contenir en elle-même une vérité, car elle part de la vérité, mais en même temps doit nécessairement être erronée, vu qu'elle est incomplète. Le croyant connaît la Vérité, l'incroyant ne la connaît pas, ou ne la connaît que d'une connaissance extérieure et imparfaite (2). L'Église ne se démontre pas plus elle-même que l'Écriture ou la Tradition ou les oeuvres, mais elle se rend témoignage à elle-même comme l'Esprit de Dieu, Qui vit en elle, Se rend témoignage dans les Écritures. L'Église ne se demande pas : quelle Écriture est vraie, quelle Tradition est vraie, quel Concile est vrai, ou quelle oeuvre est agréable à Dieu : car le Christ connaît Son propre héritage, et l'Église dans laquelle Il vit connaît d'une connaissance intérieure, et ne sait pas ne pas connaître Ses propres manifestations. La collection des livres de l'Ancien et du Nouveau Testament, que l'Église reconnaît comme étant sienne, est appelée "Sainte Écriture". Mais il n'y a pas de limite à l'Écriture; car tout écrit que l'Église reconnaît comme étant sien est Sainte Écriture. Et particulièrement le sont les Symboles de la Foi des Conciles Généraux, et en spécialement le Credo ou Symbole de Nicée-Constantinople. Dès lors, la rédaction de la Sainte Écriture a continué jusqu'à nos jours, et, s'il plaît à Dieu, il s'en écrira plus encore. Mais dans l'Église il n'y a jamais eu, ni jamais n'y aura la moindre contradiction, que ce soit dans l'Écriture, ou dans la Tradition ou dans les oeuvres; car en toutes les trois vit le Christ, Qui est Un et immuable.

(2) Pour cette raison, même celui qui n'est pas sanctifié par l'Esprit de grâce peut connaître la vérité de la même manière que nous espérons que nous la connaissons : mais cette connaissance en elle-même n'est rien de plus qu'une hypothèse, plus ou moins fondée comme une opinion, une conviction logique ou une connaissance externe, qui n'a rien en commun avec la connaissance véritable et intérieure, avec la Foi qui voit l'invisible. Quant à savoir si nous avons la Foi ou non, c'est connu de Dieu Seul.

"L'Église est Une"
par Alexei Stepanovich Khomiakov (1804-1860)

(Source: Saint Materne)

Aucun texte alternatif disponible.

 

Aucun texte alternatif disponible.

 

Aucun texte alternatif disponible.

 

 

mais qui est Adam ?

ADAM, QUI ES-TU ?

 

La Création d'Adam par Michel-Ange, plafond de la chapelle Sixtine, au Vatican.


Le récit biblique

Selon la Bible, au livre de la Genèse, Adam (en arabe أدام, du mot دام, le sang), est le premier homme et a été créé par Dieu lors du sixième jour de la Création. Ève fut créée à partir d'une côte d'Adam (Genèse 2:21,22). Le premier couple fut placé par Dieu dans le jardin d'Éden.

 



Adam et Ève
 d'
Albrecht Dürer, 1507


Or, Dieu avait interdit la consommation du fruit de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, mais le Serpent (Nahash en hébreu) tenta Ève qui mangea du fruit défendu puis en fit manger à Adam. Ce que certains courants du christianisme nomment péché originel est cettefaute commise par ces premiers humains, faute qui cause leur expulsion de l'Éden

En termes de généalogie biblique, le récit attribue d'abord trois fils à Adam et Ève : Caïn,Abel et Seth, puis de nombreux autres enfants. Il est évident que Eve a au minimum donné naissance à une fille...

Selon des légendes juives non mentionnées dans la Bible hébraïque, Adam eut une première femme, Lilith.

La suite du livre de la Genèse raconte que, dix générations après Adam et Ève, l'humanité née du premier couple a disparu sous le déluge, à l'exception de Noé et de sa famille (sa femme, ses fils Japhet, Sem, Cham et leurs femmes), à qui Dieu a confié la tâche de refonder l'humanité. Ainsi Noé est-il, selon la Bible, le plus récent ancêtre commun à toute l'humanité.



Origine du nom d'Adam

L'Ombre ou Adam (1902) par Auguste Rodin, 1840-1917,  Musée des Beaux-Arts de Lyon, France

L'Ombre ou Adam (1902) par Auguste Rodin, 1840-1917, Musée des Beaux-Arts de Lyon, France

 
Adam par Antoine Bourdelle, 1861-1929, Prefecture de Kōbe Japon
 
 

Adam par Antoine Bourdelle, 1861-1929, Prefecture de Kōbe Japon

L'explication populaire, qui le fait venir d'Adama (Āḏāma), ne tient pas compte du mode de formation des mots de la langue hébraïque : du plus court au plus long, parallèlement à l'élaboration des notions. C'est donc Adam qui donne Adama et pas le contraire. Dans le texte, la terre n'est nommée adama qu'après la formulation par Dieu du projet de faire Adam. Auparavant, elle s'appelle aretz.


Le midrash propose plusieurs commentaires sur le nom Adam

  1. ADAM, c'est ED (l'Ed, siège de la terre) et DAM (le sang, siège de l'âme)
  2. ADAMA, c'est ADAM MA, l'homme-quoi, l'homme qui pose des questions
  3. ADAM, c'est ADAMA (la terre) et EDAME (je ressemblerai, Isaïe 14:14). C'est celui qui peut s'élever si haut qu'il devient à la ressemblance de Dieu, et descendre si bas qu'il est plus bas que le végétal, voir le minéral.
  4. Il existe un notarikon d'ADaM, Abraham, David, Messie (Avraham David Mashia'h)

Du mot Ed est dérivé ADeret (la cuirasse), ADon (le dominateur), ADir (le fort). En clair, Ed est indice de l'énergie vitale. D'Ed vient Adam, bien sûr, mais aussi Adom (rouge), le rouge étant la couleur la plus « vivante », ce qu'ont bien compris les artistes et publicitaires.

Au début, Adam représente le mâle et la femelle (Dieu créa Adam à Son image, à l'image de Dieu Il le créa, mâle et femelle Il les créa).


Islam

Le Coran donne une version de l'histoire d'Adam, avec la sourate Al-Baqara. Créé par Dieuen lui donnant l'image la plus harmonieuse parmi ses créatures, à partir de Terre glaise (salsal), Adam reçoit la connaissance des noms de toutes choses et de sa future progéniture (Al-Baqara, 28-31).

Être comblé de la création, avantagé par l'aptitude au savoir et de l'apprentissage Adam après avoir reçu l'enseignement de la part de Dieu, a su dénommer d'autres créatures, tandis que les anges, n'en étant pas enseignés par Dieu n'arrivèrent pas à le faire. Dieu déclara à ce sujet qu'il savait ce qu'ils (les anges) ne sauraient savoir. Ainsi les anges reçurent l'ordre de s'incliner devant Adam pour le saluer, ils s'y appliquèrent, à l'exception d'Iblis qui s'enfla d'orgueil en arguant le fait qu'il était fait de matière plus noble que la terre (le feu) dont est fait Adam, il désobéit aux ordres du seigneur et refusa de s'incliner, il fut compté depuis, comme infidèle parmi les serviteurs du Seigneur et chassé à jamais de Sa miséricorde. Iblis jura pour l'avoir maudit d'œuvrer à faire désobéir Adam et sa progéniture les recommandations du seigneur par la tentation.

Adam habitait au début dans le jardin d'Eden avec sa femme Ève, créée à partir d'une côte de son flanc gauche selon certains récits . Ils désobéirent au commandement divin et mangèrent le fruit de l'arbre interdit. Cependant, en islam, Dieu pardonna à Adam son acte dû à sa nature de faiblesse envers les tentations de Satan et de la caractéristique de l'oubli avec laquelle il a été naturellement conçu, il reçut des paroles de Dieu et fut pardonné en contrepartie de ces mots acceptés par Adam à l'issue desquels il fut sorti avec Iblis du Paradis et descendu par les anges vers la terre pour y vivre lui et sa progéniture en ennemis avec Iblis, en qualité de nouveau maître de la terre, comme il fut annoncé au début par Dieu aux anges.


Tradition

Premier homme et prophète ainsi que père de l'humanité. Il est cité comme héritier de la terre après les djinns. Selon l'exégète d'islam Ibnou Al-Kathir dans son ouvrage « contes de prophètes » la terre a été peuplée avant Adam de djinns une autre espèce de créatures non terriennes anéanties par les guerres et les destructions dont fut rescapé un de leur illustre savant et chef : Iblis.

Dans la Loi d'Adam, il était permis au frère d'épouser sa sœur née d'un autre accouchement pour que la descendance des humains puisse se propager sur terre (ce qui a changé plus tard). Aussi Eve donnait le jour à chaque accouchement à un garçon et à une fille ; quarante fois dans sa vie.



 

Prophètes

Adam

Hénoch

Noé

Shélah

Héber

Abraham

Loth

Ismaël

Isaac

Jacob

Joseph

Job

 

آدم

ادريس

نوح

صالح

هود

ابراهيم

لوط

اسماعيل

اسحاق

يعقوب

يوسف

أيوب

Adam

Idrīs

Nūḥ

Sāliḥ

Hūd

Ibrāhīm

Lût

Ismâ`îl

Ishâq

Ya`qûb

Yûsuf

Ayyûb


Jethro

Moïse

Aaron

Ézéchiel

David

Salomon

Élie

Élisée

Jonas

Zacharie

Jean-Baptiste

Jésus

Mahomet

شعيب

موسى

هارون

ذو الكفل

داود

سليمان

إلياس

اليسع

يونس

زكريا

يحيى

عيسى

محمد

Chu`ayb

Mûsâ

Hârûn

Dhû'l-Kifl

Dâwûd

Sulaymân

Ilyâs

al-Yâs`a

Yûnas

Zakarīyā

Yahyâ

`Isâ

Muhammad

 

Adam dans diverses conceptions théologiques

Les Bahá'ís voient en Adam le prophète de Dieu (le terme utilisé est « manifestation de Dieu ») le plus ancien selon l'Histoire connue, et n'excluent pas la possibilité de prédécesseurs oubliés[ ]. Adam a débuté le cycle adamique, un sous-ensemble de larévélation progressive, il y a 6000 ans, qui a culminé avec Bahá'u'lláh L'histoire biblique d'Adam et Ève est allégorique, selon l'explication de Abdu'l-Bahâ..


Dans l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, la narration biblique d'Adam et Ève y est considérée en partie littérale et en partie symbolique, avec explications dans leLivre de Moïse et dans le Livre de Mormon. Dans Doctrine et Alliances, Adam est nommél'arcange Michaël (27:11 et 107:54).


Chez les Druzes, Adam représente l'esprit universel et Ève l'âme universelle, « les parents spirituels d'où les âmes Adamiques détiennent leurs identités ».


Les historiens franc-maçons ont affirmé qu'Adam et Ève étaient les premiers franc-maçons de l'histoire. Selon ce récit, Adam avait fait bâtir une loge dont Ève avait été exclue car elle était une femme. Ces thèmes sont représentés dans les écrits de Martines de Pasqually,Claude de Saint-Martin et Willermoz. Il y aussi la légende d'Adam Kadmon, qui est une figure du courant rosicrucien. Le rite de York, certains Vénérables du 28e degré prennent le nom d'Adam. Ce récit maçonnique ressemble à celui des musulmans en un point : la croyance en une religion adamique, quelle qu'elle soit.

Icone de L'ENTREE EN EGYPTE:

Prière et vérité (La vérité étant le bien de l'intelligence)

 

Après avoir rendu à Dieu ses premiers devoirs, alors nous

pou­vons chercher à attirer sur nous ses regards, lui exposer nos besoins et lui demander ses grâces.

Disons-lui :

"conduisez-moi dans le chemin de la vérité et enseignez-moi. " (Ps. 26)

Éclairez mes yeux afin que je ne m'endorme pas dans la mort de l'erreur :

Demandons à Dieu la vérité qui est le bien de l'intelligence ; demandons-lui aussi la vertu qui est le bien de notre volonté.

La tâche que nous avons à remplir ici-bas est impossible à nos forces naturelles, affaiblies par le péché.

 

Des ténèbres, ou du moins des nuages obscurcissent souvent notre intelligence ; des affections déréglées se disputent notre cœur ; notre corps lui-même, en proie à de regrettables passions, se révolte contre le joug austère de la vertu. 

 

Comment alors accomplir la, volonté de Dieu ?

 

Comment atteindre le but qu'il nous propose ?

Dès l'enfance, l'Eglise nous a bien révélé l'objet, la fin de notre existence : c'est pour connaître Dieu par l'esprit, pour l'aimer de tout notre cœur, pour le servir de toutes nos forces et par là mériter la vie éternelle que nous avons été créés.

Nous le savons, mais, pour atteindre le but, il ne nous suffit pas de le connaître, il nous faut encore la volonté de l'atteindre et la persévérance dans les efforts pour y parvenir; en un mot, il faut faire le bien et fuir le mal, c'est-à-dire, le péché qui est incompatible avec la gloire éternelle, dans laquelle rien de souillé n'entrera jamais ; (Apoc. XXI) faire le bien, c'est-à-dire, les bonnes œuvres qui sont les dispositions pour mériter cette vie éternellement heureuse(Ps. XIV)

 

Pour fuir le péché il faut résis­ter à toutes les tentations qui nous y portent et qui nous vien­nent de toutes parts.

 

Pour faire le bien il faut remplir tous les devoirs que Dieu nous a imposés comme des moyens nécessai­res afin d'arriver à sa gloire. Or nous ne pouvons rien faire de toutes ces choses sans la grâce de Dieu. (jean XV.)

 

Cette grâce, il faut la demander à Dieu.

 

C'est pour cela que saint Jean Damascène définissait la vertu : 

 

Une demande que nous faisons à Dieu des choses convenables et qui peuvent ser­vir à sa gloire et à notre salut.

 

Attirons sur nous ses regards par le récit de nos misères, de notre faiblesse, de notre impuissance et de tous les maux qui nous affligent en notre âme et en notre corps ; découvrons-lui tous nos besoins afin qu'il ait pitié de nous et qu'il vienne à notre secours.

 

Entrons dans le détail de tous les biens que nous dési­rons ; adressons-lui nos supplications et nos demandes ; prions-le de venir à notre secours, de nous faire sentir sa miséricorde et ses largesses, de nous assister de ses grâces.

 

 

Disons-lui : 

ô mon Dieu, venez à notre aide, Seigneur, hâtez-vous de me secourir : il nous tendra sa main toute puis­sante et il nous introduira, nous, déshérités de la vertu, dans le royaume d'ordre et de paix où se repose la conscience victorieuse.

 

Quand on veut purifier une maison on brûle des matières odo­riférantes qui ont la merveilleuse propriété de répandre des va­peurs parfumées et embaumer les airs.

" C'est là l'image de la prière, dit saint Hilaire :parfum divin, elle se répand dans les parties les plus intimes de notre âme et, après l'avoir purifiée, elle la rend plus digne des regards de Dieu. "

 

Et nous devons parler à Dieu sans crainte, sans embarras, puisqu'il est toujours disposé à nous accueillir avec une extrême bonté, une grande compassion, et qu'il ne manque jamais de se montrer bien disposé à notre égard, quelque coupable que nous puissions être.

 

La prière est un entretien d'ami, c'est dit saint Grégoire de Nysse, 

"une conversation, une causerie de l'âme avec Dieu"

La prière, dit sainte Thérèse, est avant tout une affaire d'amitié avec Dieu.

Il faut être avec Nôtre-Seigneur comme avec un père et un frère."

La prière était déjà considérée comme telle sous la loi de crainte, à cette époque de terreur plutôt que d'amour où l'Eternel se montrait au milieu de la foudre et des tonnerres.

 

Le Seigneur parlait à Moïse face à face, comme un ami a coutume de parler à un ami : (Exode xxxIII).

A plus forte raison doit-il en être ainsi sous la loi d'amour où Dieu s'est fait notre ami, notre frère, notre serviteur.

Et cette vérité, les saints nous l'enseignent.

Un jour sainte Thérèse va trouver Dieu et lui dit avec l'autorité de l'amour :

"Seigneur, vous ne devez pas me refuser cette grâce."

Une autre fois, elle se plaint que Dieu semble la délaisser-et elle ajoute :

"Comment cela peut-il s'allier avec votre miséricorde ? Comment l'amour que vous avez pour moi peut-il le souffrir ? Non Sei­gneur, cela ne peut se tolérer. "

Ailleurs encore, elle cause ainsi avec Dieu, en sollicitant une faveur pour son frère :

Mon Dieu, si vous aviez un frère et qu'il fût en un semblable péril, que ne ferais-je pas pour le délivrer ? Je tenterais, ce me semble, tous les moyens qui sont en mon pouvoir. "

Au reste l'Eglise nous enseigne que la prière, c'est l'entretien d'un enfant avec son père qui l'a créé, qui l'a adopté et dont il est l'image et la ressemblance.

Et l'Eglise enseigne cette vérité parce qu'elle la tient de son divin fondateur.

N'est-ce pas Jésus lui-même qui nous a enseigné de lever les yeux au ciel et de dire, avec un accent de confiance filiale:

 

"Notre Père qui êtes aux cieux et ailleurs il ajoute : " Quel est le père qui donnera une pierre, à son enfant lorsque celui-ci lui demande du pain ? Tout méchants que vous êtes, vous savez faire le bien à votre famille ; à combien plus forte raison notre Père céleste donnera des bonnes choses à ceux qui les lui demanderont. "(mathVI, 9)

 

Allons donc à Dieu comme un enfant va à son père ; parlons-lui comme un ami parle à son ami.

Comme elle est belle la con­versation de deux amis intimes ; voyez la franchise, la cordialité, la familiarité qui règne entre eux ; ils conversent, c'est-à-dire, qu'ils se versent l'un dans l'autre ; ils se donnent non pas de ces choses communes et vulgaires qu'on prodigue à tout le monde ; ils versent ce qu'il y a de plus caché et de plus précieux dans le cœur.

 

C'est là l'emblème de l'âme qui prie ; elle va à Dieu com­me au meilleur des amis qui veut nous consoler dans nos peines et sécher nos larmes, qui nous admet aux honneurs de sa familiarité et nous confère le droit de nous asseoir au milieu des princes de sa cour.

 

Il sait que son secours est nécessaire à nos progrès dans la vertu, que sans lui nous ne pouvons rien faire et alors il incline sa toute puissance devant l'énergie de nos prières.

 

Quel bonheur pour la créature de pouvoir ainsi dans la prière converser avec son Créateur et de lui dire ses besoins, ses peines, comme son amour, ses joies et ses espérances !

 

Comme la vie serait amère si dans cette vallée de larmes, nous ne pouvions pas ouvrir nos âmes au Père céleste qui seul peut les guérir, les con­soler, les fortifier !

 

(Extrait de : La Prière - Olivier Elzéar Mathieu. Archevêque de Régina   (1925))

L’image contient peut-être : 1 personne

 

L’icône : tout le monde sait aujourd’hui qu’il s’agit d’une image sainte, une image sacrée, une image théologique et liturgique : une « image qui parle de Dieu » et, paradoxalement, invite nos yeux à la contemplation du monde invisible ; « par l’intermédiaire de la vision sensible, notre pensée reçoit une impression spirituelle qui s’élève vers l’invisible Majesté Divine », dit saint Jean Damascène.

On peut aimer ou ne pas aimer une icône. L’ Occident, tout en l’appréciant de plus en plus, ne sait encore trop quelle attitude adopter devant elle. Certains la trouvent hiératique, rigide, sans expression, ou triste. Ils disent ne pas pouvoir prier devant un visage dur et sans compassion, sans miséricorde, sans tendresse... D’autres donnent toute leur faveur à l’icône dite « Vierge de Vladimir », parce qu’« impénétrable » et « douloureuse du glaive qui lui transpercera l’âme » (cf. Lc 2,35) ; ou à l’icône de la Sainte Trinité de Roublev, parce que longuement étudiée et expliquée dans différentes brochures ; alors l’esprit cartésien de l’homme moderne « comprend », « analyse », se trouve satisfait et « admet ». Mais peu saisissent spontanément la signification profonde de l’icône.

Prenons pour exemple un sujet bien connu : une nativité d’un peintre de la Renaissance et l’icône de la Nativité de Notre Seigneur. Pourquoi est-on tout de suite attiré par l’image de la Renaissance ? Parce qu’elle est réaliste, parce qu’elle émeut : l’icône, elle, ne touche pas, au premier abord tout au moins. Pourquoi ? Parce que la première image fait appel au sentiment, la seconde au spirituel. Elle n’est pas seulement le rappel d’un fait historique, mais bien le mystère de l’Incarnation du Fils de Dieu, vrai Dieu et vrai Homme, et qui se « manifeste » en vérité pour re-créer le monde. La Vierge, dans cette icône, et par la suite dans toutes les autres, n’est pas seulement la mère de ce petit enfant Jésus, mais la Mère de Dieu... L’icône ne joue pas avec les sentiments, elle indique avant tout une vérité théologique.

L’ icône est faite pour la prière ; la liturgie est son contexte véritable. Peut-on prier devant un tableau de la Renaissance, si beau soit-il ? Non. Pourquoi ? parce que trop chargé de la personnalité du peintre. Alors vient cette autre question : y a-t-il une différence entre un peintre « portraitiste », par exemple, et un peintre d’icônes ? Oui, dans la mesure où le peintre d’icônes n’est pas « artiste ». Il en a la sensibilité, mais il ne se considère pas comme tel. L’artiste, en général, essaie de trouver son style, sa manière propre de s’exprimer et de traduire ses états d’âme. L’iconographe, lui, recherche l’effacement le plus total de son être, de sa personne, l’abnégation de soi : il se vide pour être mieux rempli... L’artiste (plus précisément celui qui en fait sa profession) a toujours beaucoup de peine à s’oublier et renoncer à son talent, à son « moi » dominateur. Beaucoup d’ « artistes » sont passés par notre atelier pour apprendre l’iconographie ; tous ont eu d’énormes difficultés au départ, alors que l’on pouvait croire le contraire par la facilité qu’ils avaient déjà dans la manipulation des pinceaux et des peintures.

Il n’est pas nécessaire que l’icône soit « artistique ». D’ailleurs, on ne peut l’aborder sous l’angle uniquement pictural, esthétique ou technique. Tout iconographe doit aspirer à la BEAUTÉ, à une beauté transfigurée de l’Adam Nouveau, de l’Adam racheté ; chaque trait de pinceau doit être « bon », c’est-à-dire « vrai », même s’il est maladroit. N’avez-vous jamais vu de très belles icônes (« belles » en apparence), aux lignes assurées, aux couleurs savantes, aux compositions sûres mais qui, exécutées par des artistes ayant une certaine notion de leur valeur et de leur compétence (non-croyants pour la plupart), laissent des icônes froides et qui ne « parlent » pas ? Par contre, il y a de ces « pauvres » icônes simples, humbles dans leur exécution picturale, mais qui sont priantes, c’est-à-dire qui demandent une halte et un élan du cœur de la part du spectateur. Est-ce à dire qu’aucun iconographe n’est artiste ? Certes non ! Mais si un artiste peut devenir un iconographe, un iconographe ne peut et ne doit devenir un artiste... Puisque le peintre d’icônes ne peut être artiste, peut-être est-il alors un « artisan » ? Oui... un « instrument », mais non le « moteur »... un « pinceau » dans la main de Dieu...

Saint Jean Damascène, défenseur des saintes icônes au VIIIe siècle (choisi pour patron de notre atelier) disait du peintre d’icônes : « Le prêtre consacre le pain et le vin en Corps et en Sang du Christ, le peintre sacré consacre la matière brute en un monde transfiguré. Il prend le pain ordinaire : forme, ligne, couleur, sujet, et fait de ce pain, de cette matière, de cette forme, de cette vision esthétique naturelle, une chose surnaturelle, spirituelle, divine, Corps et Sang du Christ. C’est pourquoi l’instruction et l’initiation à cet art sont absolument nécessaires ».

Qui peut être peintre d’icônes ? S’agit-il d’une vocation ? Autrefois, seuls les moines peignaient des icônes et, dit-on au le VIIe Concile œcuménique, « si le peintre n’est pas moine, l’évêque doit répondre de la sainteté de sa vie ». Aujourd’hui tout chrétien peut faire cette approche, dans la mesure où il en fait une démarche spirituelle, qu’il sache peindre ou non. « L’iconographe contemporain doit retrouver l’attitude intérieure des iconographes d’autrefois, laisser vivre en lui la même inspiration. Ainsi trouvera-t-il la véritable fidélité qui n’est pas répétition mais révélation nouvelle, contemporaine, de la vie intérieure de l’Église » (Léonide Ouspensky).

Oui, il y a fidélité à la tradition de l’icône - que les orthodoxes surtout ont su préserver au cours des siècles - à son apprentissage, à la démarche spirituelle qu’elle sous-entend et qui implique dans le moindre détail l’interdit d’en faire une « technique » où il suffirait de transmettre quelques « recettes » pour avoir « son » icône. Le fait même de reproduire simplement des gravures est un non-sens dans la mesure où l’on ne connaît pas la construction géométrique qui la régit, elle-même conditionnée par la théologie. Si l’on ne passe pas par le dessin, on ne comprendra jamais une icône. De même que chaque couleur, chaque geste, chaque façon de procéder s’enracine dans la théologie, la prière, et suppose toute une démarche spirituelle qui demande un accompagnement. Il faut beaucoup de patience, d’humilité, et ... plusieurs années pour pouvoir dire un jour, peut-être, que l’on sait « un peu » peindre une icône, encore que si l’Esprit Saint en vous ne peint pas l’icône, on ne fera qu’œuvre humaine, peut-être une œuvre d’art, sûrement pas une icône...

Le travail de l’iconographe est par excellence un travail de silence, de prière et de solitude. Son unique but est de transmettre à travers l’icône sa ferveur religieuse, qui est source de vie spirituelle, et de vivre et d’exprimer sa foi a travers elle. Mais de tout temps les iconographes se sont regroupés en « ateliers », tout comme les Compagnons du Moyen-Âge, non seulement pour recevoir un enseignement ou pouvoir mieux « pratiquer » l’abnégation de soi, par humilité et véritable anonymat, mais surtout pour que le peintre d’icônes « isolé » ne puisse commettre des erreurs dogmatiques dans l’iconographie. Toutes les icônes anciennes sont dites « canoniques » et il faut bien connaître ces dogmes et canons avant d’aborder toute inspiration personnelle. Le regroupement permet une certaine vérification et obéissance à la Tradition, c’est-à-dire à ceux qui nous ont précédés dans la Vérité. On ne peut et on ne doit faire « cavalier seul » : c’est pourquoi, également, l’iconographe reçoit son « ministère » de l’ Église.

C’est au sein de la communauté ecclésiale que l’iconographe joue pleinement sa « fonction ». Il est au service de l’embellissement de la Maison de Dieu... Il dépend de cette Maison, tout comme un atelier doit être « œuvre » de l’Église et dépendre de l’Église. Comme nous l’avons dit plus haut, l’iconographe n’est ni artiste, ni artisan indépendant... Il est « au service ».

L’icône s’élabore, se construit lentement selon toute la symbolique requise et selon les sept jours de la création du monde (Genèse). L’exercice « à la goutte » exige de chaque élève beaucoup de patience, un certain renoncement, de la persévérance... Cette goutte doit se confondre avec la « prière du cœur » qui, peu à peu, rythme le souffle et guide le poignet. Le travail sur soi est aussi important que celui qui se réalise sur la planche et les « transparents » s’appliquent aussi bien à l’icône qu’à tout l’être... Les modèles choisis ne sont que support pour la compréhension de la construction de l’icône. Il convient d’apprendre à intérioriser l’image, à se mettre en état de réceptivité par le moyen du silence, de la prière et du jeûne, pour ne pas avoir seulement à « copier » l’icône (du XVIe siècle par exemple), mais à la « vivre » et à la transmettre en cette fin du XXe siècle...

Et dans la mesure où l’icône est enseignée selon des connaissances sûres et au sein de l’Église orthodoxe, il n’y a pas à redouter d’« iconographie occidentale » : elle restera fidèle à la Tradition, même si elle se transforme et devient « contemporaine » à notre époque et « locale » en sol occidental. Par contre, si l’icône devient une mode, trop facilement accessible à tous et enseignée sans discernement non plus seulement par la tradition orale, mais par des publications de toutes sortes et des livres techniques (même très sérieux) donnant la possibilité de faire ses propres expériences à qui de droit, alors il y a certainement lieu de redouter le pire. Il est demandé à celui qui enseigne d’être économe, à l’image de l’ÉCONOMIE DIVINE, et ainsi de préserver l’icône et sa Tradition. « La composition des icônes n’est pas laissée à l’initiative des artistes ; elle relève des principes posés par l’Église et la Tradition religieuse. L’art seul appartient aux peintres, l’ordonnance et la disposition appartiennent aux Pères » (VIIe Concile œcuménique). 

Source: Le Messager orthodoxe, numéro spécial,
« Vie de l’icône en Occident », No 92, 1983.

Le père Nicolas et Ludmilla Garrigou ont fondé 
un atelier d’iconographie en 1967, installé 
dans le Vercors en Drôme depuis 1975.
Visitez le site de l’atelier au :

http://perso.wanadoo.fr/atelier-st-jean-damascene/index.htm

 

Ludmilla Garrigou

 

 

 

 

Ludmilla Garrigou, iconographe
Atelier Saint-Jean-Damascène

INSCRIVEZ-VOUS!...FAITES PASSER l'ANNONCE...

L’ICÔNE COPTE:

PROCHAIN STAGE AU MONASTERE 

du 9 au 17 JUILLET 2017

Stage d’Iconographie Copte du 4 au 12 JUILLET 2015: IL RESTE DE LA PLACE, IL N'EST PAS TROP TARD POUR VOUS INSCRIRE !...

 

UN ART SACRÉ

POUR NOTRE TEMPS

 

Stage d’Iconographie Copte du 9 au 17 JUILLET 2017:

 

IL RESTE DE LA PLACE, IL N'EST PAS TROP TARD POUR VOUS INSCRIRE !...

 

"L‘Incarnation de la Lumière"

1459883 592234677515191 662124102 n

 

L’Icône Egyptienne : Ses racines pharaoniques, son histoire, son renouveau, son contenu théologique, ses techniques, son sens symbolique et spirituel.

 

Soyez nombreux à vous inscrire à ce stage lors duquel vous partagerez des moments exceptionnels avec
 Armia Naguib MATTA WASSEF, Chef Atelier au Patriarcat Copte-Orthodoxe et disciple d’Isaac FANOUS, sous la Supervision du Pr Ashraf SADEK, Professeur d’Egyptologie et Directeur du « Monde Copte ».

cene fanous

 

Frais d’inscription  200 Euros
(Hébergement: Offrandes libres)

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde, Brévilly.
61300 CHANDAI . Tel :02.33.24.79.58
Courriels : asstradsyrfr@laposte.net

__________________

 

Pentecostes.jpg

INSCRIVEZ-VOUS !

 

BULLETIN D’INSCRIPTION:

 

Nom:………………………………

 

Prénom:…………………………………………………

 

Adresse:………………………………………………………………

 

…………………………………………………………………………………

 

………………………………………………………………………Tel:…

 

………………………………Courriels:………………………………

 

…………