Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 08:16
It is better to err by excess of mercy than by excess of severity. . .Wilt thou become a Saint? Be severe to thyself but kind to others.”  -Saint John Chrysostom

It is better to err by excess of mercy than by excess of severity. . .Wilt thou become a Saint? Be severe to thyself but kind to others.” -Saint John Chrysostom

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 4,9-14.

Mes frères : il me semble que Dieu nous a fait paraître, nous les Apôtres, comme les derniers des hommes, comme des condamnés à mort, car nous avons été donnés en spectacle au monde, aux anges et aux hommes. 
Nous, nous sommes insensés à cause du Christ, et vous, vous êtes sages en Jésus-Christ ; nous, nous sommes faibles, et vous, vous êtes forts ; vous, vous êtes en honneur, et nous dans le mépris ! 
A cette heure encore, nous souffrons la faim, la soif, la nudité ; nous sommes meurtris de coups, nous n'avons ni feu ni lieu, 
et nous nous fatiguons à travailler de nos propres mains ; maudits, nous bénissons ; persécutés, nous le supportons ; 
calomniés, nous supplions ; nous sommes jusqu'à présent comme des balayures du monde, le rebut des hommes. 
Ce n'est pas pour vous faire honte que j'écris ces choses ; mais je vous avertis comme mes enfants bien-aimés. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,32-34.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Ne craignez pas, petit troupeau ; car il a plu à votre Père de vous donner le royaume. 
Vendez ce que vous avez, et donnez-le en aumône. Faites-vous des bourses qui ne s'usent pas, un trésor inépuisable dans les cieux, où le voleur n'approche pas et la teigne ne détruit point. 
Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur. 

 

 

Par l'Abbé Duquesne (1732-1791) 
L'évangile médité - CLXIe méditation
 

 

Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur

 

Jésus Christ présente à ses apôtres une consolation solide par le nom dont il les appelle.

Ne craignez point, petit troupeau.

Ce nom marquait le nom actuel de ceux qui composait son Eglise, et qui était bien petit ; mais ce petit nombre devait un jour devenir bien grand et embrasser tout le peuple du monde.

Cependant, quelque étendue que soit cette Eglise sainte, que le nombre des chrétiens fervents est petit en comparaison des chrétiens lâches et pécheurs !

Joignons-nous à ce petit nombre, si nous voulons avoir part aux faveurs qui lui sont promises.

Ce nom désignait encore les principales vertus des vrais enfants de l'Eglise, qui sont l'humilité, la patience et la douceur.

C'est par là que ce petit troupeaux a triomphé du monde entier : avons-nous ces vertus ?

Enfin ce nom exprimait la tendresse de Jésus Christ pour son Eglise.

Il en est le pasteur, et elle est son troupeau chéri ; il sait y distinguer les âmes généreuses qui le servent avec ferveur et dans toute la pureté de leur cœur.

Ah ! combien grandes sont l'affection et la tendresse qu'il a pour ce troupeau !

Efforçons-nous d'en être, et ne négligeons rien à cette effet.

Ne craignez pas de manquer des choses nécessaires à la vie ; ne craignez point la puissance des hommes, ni la fureur des démons ; ne craignez point votre propre faiblesse lorsque vous ne vous exposerez pas témérairement et que vous mettrez toute votre confiance en Dieu : telle doit être l'assurance d'une âme véritablement chrétienne.

Mais, hélas ! si nous nous examinons sérieusement, nous verrons que nous en sommes bien éloignés.

Que d'objet de crainte puérile et funeste s'offrent sans cesse à notre âme, la troublent et l'inquiètent !

 

+++

 

Par Saint Dorothée de Gaza (VI° siècle), 

Instructions, VI, 76-77, Trad. Dom L. Regnault et Dom J. de Préville, SC N° 92, Éditions du Cerf, Paris, 1963.

De la miséricorde à l'égard du prochain

« Si nous avions la charité accompagnée de compassion et de peine, nous ne prendrions pas garde aux défauts du prochain, selon cette parole :

« La charité couvre une multitude de péchés »

(1P 4,8) et :

« La charité ne s'arrête pas au mal, elle excuse tout »

(1Co 13,5-6).

Si donc nous avions la charité, la charité elle-même couvrirait toute faute, et nous serions comme les saints quand ils voient les défauts des hommes.

Les saints sont-ils donc aveugles pour qu'ils ne voient pas les péchés ?

Qui déteste le péché autant que les saints ?

Et pourtant, ils ne haïssent pas le pécheur, ils ne le jugent pas, ils ne le fuient pas.

Au contraire, ils compatissent, l'exhortent, le consolent, le soignent comme un membre malade ; ils font tout pour le sauver. [...]

Lorsqu'une mère a un enfant difforme, elle ne se détourne pas de lui avec horreur, elle prend plaisir à le parer et fait tout pour le rendre gracieux.

C'est ainsi que les saints protègent toujours le pécheur, le disposent et le prennent en charge pour le corriger au moment opportun, pour l'empêcher de nuire à un autre, et aussi pour progresser eux-mêmes davantage dans la charité du Christ.
[...]
Acquérons donc, nous aussi, la charité, acquérons la miséricorde à l'égard du prochain, pour nous garder de la terrible médisance, du jugement et du mépris.

Portons-nous secours les uns aux autres, comme à nos propres membres.

Si quelqu'un a une blessure à la main, au pied ou ailleurs, se prend-il lui-même en dégoût ?

Coupe-t-il le membre malade ?

Est-ce qu'il ne va pas plutôt le laver, le nettoyer, y mettre emplâtres et ligatures, l'oindre d'huile sainte, prier et faire prier les saints pour lui, comme dit l'abbé Zozime (1) ?

Bref, il n'abandonne donc pas son membre, il n'est pas dégoûté de sa puanteur, mais il fait tout pour le guérir.

Ainsi devons-nous compatir les uns aux autres, nous entraider par nous-mêmes ou par d'autres plus capables, tout faire en pensée et en acte pour porter secours à nous-mêmes et les uns aux autres.

Car « nous sommes membres les uns des autres », dit l'Apôtre (Rm 12,5).

Or, si nous ne formons tous qu'un seul corps, et si nous sommes, chacun pour sa part, membres les uns des autres (Rm 12,5), un membre souffre-t-il, tous les membres souffrent avec lui (1Co 12,26). [...]

En un mot, ayez soin, chacun selon son pouvoir, d'être unis les uns aux autres.

Car plus on est uni au prochain, plus on est uni à Dieu. »

1. Zozime, dans PE II, 37, p. 119. Cf. PG 78, 1693 A.


 

Dorothée de Gaza,charité,miséricorde,compassion,prochain,pécheur,péché,membres,corps

+++

 

Ô Sts Apôtres du Seigneur dont le verbe a tiré / du sombre gouffre de l'erreur / vers la lumière l'univers entier, sans cesse intercédez en notre faveur.

Ô gloire des Apôtres et Douzaine sacrée, / avec le saint de Myre, le Pontife Nicolas, / sans cesse auprès du Sauveur / intercédez en notre faveur.

 

Ô Vierge, refuge des chrétiens, / avec le glorieux Évêque prie ton Fils / et supplie-le pour qu'à nous, tes indignes serviteurs, / nous soit permise la joie éternelle.

 

No one is truly poor but except the one who lacks the truth.  St Ephrem the Syrian

No one is truly poor but except the one who lacks the truth. St Ephrem the Syrian

Le jeûne est une grande chose, mais l'amour est encore plus grand.

Si par le jeûne, on chasse les démons, on apaise les passions, le corps est pacifié, l'esprit est calmé, par l'amour, Dieu vient habiter en l'homme.

Le Seigneur Lui-même insista sur le jeûne comme une nécessité, mais insista plus encore sur l'amour comme Commandement principal.

Au début du 19ème siècle, Jeladin Bey dirigeait Ochrid, c'était un rebelle du Sultan et un dirigeant indépendant.

A l'époque, l'Église était gouvernée par le métropolite Kalinikos. Bien qu'ils croyaient en autre chose, Jeladin Bey et Kalinikos étaient de très bons amis, et se rendaient souvent visite.

Il advint que Jeladin Bey condamna 25 Chrétiens à être pendus. Leur pendaison était prévue pour le Vendredi Saint.

Le métropolite, totalement catastrophé par la nouvelle, partit trouver Jeladin Bey et l'implora de se montrer indulgent dans le châtiment. Pendant qu'ils parlaient, l'heure du repas de midi arriva.

Le Bey invita le métropolite à dîner.

C'était de l'agneau au menu.

Le métropolite s'excusa, disant que du fait du jeûne, il ne pourrait pas rester dîner, et il se prépara à partir.

Le Bey en fut attristé et dit au métropolite :

-"Choisis : soit tu dine avec moi et je libère les 25 hommes de la potence, soit tu ne dînes pas avec moi et tu leur permet d'être pendus."

Le métropolite se fit le Signe de Croix, s'assit et mangea, et Jelain libéra les condamnés à la peine capitale.

O Seigneur, Tout-Sage et Tout-Puissant, calmez les vents du péché et soumettez la tempête de nos laides et indignes passions.

A Vous soit la gloire et la louange, à jamais.

Amîn.

Saint Nicolas Velimirovitch, évêque d'Ochrid, Serbie (+ 05 mars 1958), rescapé de Dachau puis des persécutions communistes, auteur de ce Sanctoral "Prologue d'Ochrid".

God gives His communion to all who love Him. Communion with God is life and light and sweetness with all the good things that He has. But those who of their own will forsake him he rewards with separation from Him, which they themselves have chosen. As separation from light is darkness, so also alienation from God is deprivation of all good things which He has. But the good things of God are eternal and without end, so that the loss of them is eternal and without end. Thus sinners shall be the cause of their own torments, just as the blind do not see the light, although it is shining on them.  (St. Irenaeus of Lyons, Against Heresies, V.27)

God gives His communion to all who love Him. Communion with God is life and light and sweetness with all the good things that He has. But those who of their own will forsake him he rewards with separation from Him, which they themselves have chosen. As separation from light is darkness, so also alienation from God is deprivation of all good things which He has. But the good things of God are eternal and without end, so that the loss of them is eternal and without end. Thus sinners shall be the cause of their own torments, just as the blind do not see the light, although it is shining on them. (St. Irenaeus of Lyons, Against Heresies, V.27)

Saint Isaac le Syrien qui êtes-vous, que nous dîtes vous ?

Afficher l'image d'origine

(Appelé aussi "Isaac de Ninive")

Sa fête est célébrée le 28 janvier (calendrier grégorien) ou le 10 février (calendrier julien) en même temps que celle de Saint Ephrem


 

Biographie

Isaac le Syrien né dans le Qatar actuel vécu au VIIe siècle, il est considéré comme saint Père de l'Eglise orthodoxe.

Il devint moine et vécu une vie monastique certainement au monastère de Bet Abe où on le nomma évêque, il fut quelques mois évêque de Ninive, puis renoca à l'épiscopat et partit habiter au mont Matout.

Il vécu dans la montagnes en quiétude auprès des ermites se trouvant dans les environs.

Enfin, il passa les dernières années dans le monastère de Rabban Shabur sur le Mont Chouchtar (a nord du Kurdistan), où il mourut et fut enterré à un âge très avancé.

Le saint était extrêmement versé dans les écritures.

Ses oeuvres spirituelles, furent très vites répandues et eurent une grande influence sur le christianisme orthodoxe.

En autres, la version roumaine de son oeuvre a été à l'origine d'un renouveau spirituel au XVIII ème siècle (un texte en roumain fut traduit à partir de la version grecque en 1781 - d'après L’univers spirituel d’Isaac le Syrien, Alfeyev Hilarion p34 ).

 

Qui est digne de mon attention ?

St Isaac le Syrien (Celui qui prie...Rancune...)

 

N'essaie pas de distinguer celui qui est digne de celui qui ne l'est pas. Que tous les hommes soient égaux à tes yeux pour les aimer et les servir. Ainsi tu pourras les amener tous au bien. Le Seigneur n'a-t-il pas partagé la table des publicains et des femmes de mauvaise vie, sans éloigner de lui les indignes?

 

Ainsi tu accorderas les mêmes bienfaits, les mêmes honneurs à l'infidèle, à l'assassin, d'autant plus que lui aussi est un frère pour toi, puisqu'il participe à l'unique nature humaine.

Voici, mon fils, un commandement que je te donne :

-que la miséricorde l'emporte toujours dans ta balance, jusqu'au moment où tu sentiras en toi la miséricorde que Dieu éprouve envers le monde.

Quand l'homme reconnaît-il que son cœur a atteint la pureté ?

Lorsqu'il considère tous les hommes comme bons sans qu'aucun lui apparaisse impur et souillé. Alors en vérité il est pur de cœur (Mt 5,8)...


Qu'est-ce que cette pureté ?

En peu de mots, c'est la miséricorde du cœur à l'égard de l'univers entier.

Et qu'est-ce que la miséricorde du cœur ?

C'est la flamme qui l'embrase pour toute la création, pour les hommes, pour les oiseaux, pour les bêtes, pour les démons, pour tout être créé.

Quand il songe à eux ou quand il les regarde, l'homme sent ses yeux s'emplir des larmes d'une profonde, d'une intense pitié qui lui étreint le cœur et le rend incapable de tolérer, d'entendre, de voir le moindre tort ou la moindre affliction endurée par une créature.

 

C'est pourquoi la prière accompagnée de larmes s'étend à toute heure aussi bien sur les êtres dépourvus de parole que sur les ennemis de la vérité, ou sur ceux qui lui nuisent, pour qu'ils soient gardés et purifiés.

Une compassion immense et sans mesure naît dans le cœur de l'homme, à l'image de Dieu.

 

(Saint Isaac le Syrien (7ème siècle), moine près de Mossoul
Discours ascétiques, 1ère série, no. 81 (trad. AELF ; cf trad. Touraille, DDB 1981, p. 395))

(Bien que l'on sache peu de chose sur la vie du saint, des biographies plus compètes sont écrites dans les ouvrages mentionnés plus bas).

 

 

couverture

 

Oeuvre de Saint Isaac le Syrien

Trois grands groupes d'oeuvres sont parvenues jusqu'à nous. Le premier,  largement connu et traduit en plusieurs langues, renferme 68 discours (82 avec divisions de certains et ajouts).  Le deuxième comme le troisième ont été découverts récemment et contiennent respectivement 41 et 17 discours.

Premier groupe.

Le texte original syriaque du premier groupe comporte deux recensions: une orientale et une occidentale.

La première recension (tradition syriaque occidentale) a été publiée par Paul Bedjan en 1909. La deuxième recension se trouve en plusieurs manuscrits. Elles se recoupent pour une bonne partie mais comportent aussi des différences entre elles assez importantes.

Historique de la version grecque:

La traduction grecque fut faite à partir de la recension occidentale vers la fin du VIIème siècle, début du IXème siècle. Voir l'explication de Marcel Pirard dans notre menu: Discours ascétiques-grec de Saint Isaac le Syrien
 

Deuxième et Troisième groupes.

En 1983, le Dr Sebastian Brock identifia le deuxième groupe dans un manuscrit de la Bodleian Library à Oxford. (L’univers spirituel d’Isaac le Syrien, Alfeyev Hilarion, p 35).

Le manuscrit "Troisième partie Mar Isaac", ou Isaac II ms. Téhéran (Isayi) 5, est une copie faite autour de 1900 d'un manuscrit plus ancien. (d'après Isaac le Syrien. Œuvres spirituelles – III p 7).

 

Traductions majeures en français

  • L’univers spirituel d’Isaac le Syrien, Alfeyev Hilarion, Spiritualité orientale 76. Translated by Louf, André. Bégrolles-en-Mauges: Abbaye de Bellefontaine, 2001. Tient compte des nouveaux textes découverts par Brock.
  • Isaac le Syrien. Œuvres spirituelles. Les 86 discours ascétiques. Les lettres. Touraille, Jacques, Paris: Desclée de Brouwer, 1981. En 1861, le hiérodiacre Kallinikos du monastère de Pantokrator au Mont-Athos publie une traduction en grec moderne. Il reconnaît avoir « sauté ou résumé certains passages lorsque la nécessité ou la clarté l'imposait ». C'est cette traduction en grec moderne qui a servi de base pour la traduction française publiée par Jacques Touraille (d'après Marcel Pirard).
  • Discours ascétiques, Saint Isaac le Syrien, R.P. Père Placide Deseille, Monastère St Antoine le Grand et Monastère de Solan, 2006 et 2011. Le p. Placide (Deseille) a publié une traduction française du texte grec des Homélies ascétiques édité en 1895 par l'archimandrite I. Spetsieres ( texte dénaturé par environ cinq cents fautes par rapport à celle de 1770). Mais p. Placide a pris en compte le texte syriaque en consultant les traductions anglaises de A. Wensinck (1923, 19692) et D. Miller (1984), « lorsque cela permettait de dissiper certaines obscurités du texte grec ou de corriger certaines erreurs de lecture des traducteurs sabaïtes » (p. 52). Le père Placide prépare actuellement une seconde édition entièrement refondue à partir de l’édition critique de la version grecque. (d'après Marcel Pirard).
  • Isaac le Syrien. Œuvres spirituelles – II:  41 Discours récemment découverts. Spiritualité orientale 81. Translated by Louf, André. Bégrolles-en-Mauges: Abbaye de Bellefontaine, 2003.
  • Isaac le Syrien. Œuvres spirituelles – III, d’après un manuscrit récemment. Spiritualité orientale 88. Translated by Louf, André. Bégrolles-en-Mauges: Abbaye de Bellefontaine, 2009.

 Discours ascétiques, Saint Isaac le Syrien - Table des Matières et Table des Discours

couverturesommairesommaire

sommaire isaac 1 som isaac 2som isaac 3som isaac 4
 
Source des tables: http://www.spiritualite-orthodoxe.net

EGYPTE:

200.000 Chrétiens et Musulmans affirment avoir vu l’apparition de la Vierge Marie 

Tout au long du mois de décembre 2009, une «silhouette blanche très lumineuse» et habillée d’une ceinture «bleu roi», a été aperçue en différents lieux d’Egypte.

Il s’agirait «d’apparitions de la Vierge Sainte», à en croire Anba Theodosius, un évêque copte orthodoxe.

Ces événements suscitent une grande ferveur.

Plus de 200.000 Chrétiens et Musulmans affirment avoir été témoins de ces apparitions de la Vierge.

«C’est elle, avec ses vêtements bleus et blancs, il n’y a aucun doute, cela ne peut pas être une illusion», explique Rami, 36 ans, à l’AFP.

En Egypte, le mois de décembre était consacré à la Vierge Marie chez les Coptes. «La Vierge Sainte est apparue à l’église qui porte son nom dans Warrak Al-Hadar, Gizeh (…)

C’est une grande bénédiction pour l’Église et pour tout le peuple de l’Égypte», déclare encore Anba Theodosius.

Interviewé par Famille Chrétienne, Abbouna Ioustos Kamel Dos, curé de la paroisse copte orthodoxe d’El Warrak, témoigne :

«C’est une joie immense pour nous. Ces apparitions nous permettent de sentir que la Vierge Marie se tient à nos côtés. (…) la Vierge Marie, qui s’est réfugiée ici autrefois a un amour très spécial pour ses enfants égyptiens. L’Égypte est une terre bénie par le Seigneur».

(Source: Paul Ohlott/actualitechretienne.wordpress.com )

There is an anger which is engendered of evil, and there is an anger engendered of good. Hastiness of temper is the cause of the evil, divine principle is the cause of the good, such as that which Phinees felt when he allayed God's anger by the use of his own sword.   (St. Gregory the Great) /  When the soul by the Holy Spirit comes to know the Theotokos; when in the Holy Spirit the soul becomes kin to the Apostles, the Prophets, and all the Saints and Righteous Ones, then she is irresistibly drawn to that world, and cannot remain, but is bothered, and thirsts, and cannot cease from prayer, and although the body becomes exhausted and wants to lie down on a bed, even while lying in bed the soul longs for the Lord and the Kingdom of the Saints. (St. Silouan the Athonite, Writings, I.28)

There is an anger which is engendered of evil, and there is an anger engendered of good. Hastiness of temper is the cause of the evil, divine principle is the cause of the good, such as that which Phinees felt when he allayed God's anger by the use of his own sword. (St. Gregory the Great) / When the soul by the Holy Spirit comes to know the Theotokos; when in the Holy Spirit the soul becomes kin to the Apostles, the Prophets, and all the Saints and Righteous Ones, then she is irresistibly drawn to that world, and cannot remain, but is bothered, and thirsts, and cannot cease from prayer, and although the body becomes exhausted and wants to lie down on a bed, even while lying in bed the soul longs for the Lord and the Kingdom of the Saints. (St. Silouan the Athonite, Writings, I.28)

 

 

Saint Ephrem Le Syrien, qui êtes-vous ?

Diacre et Docteur de l'Eglise (✝ 373)On appelait ce mystique : "la harpe du Saint-Esprit."

BIOGRAPHIE RESUMEE:

Né à Nisibe (Nesaybin actuellement en Turquie) dans la province romaine de Mésopotamie, il fut chassé de la maison par son père, païen intolérant, pour ses "fréquentations chrétiennes".

Accueilli par l'évêque du lieu dont il devint le fils spirituel selon l'historien saint Grégoire de Tours, il se convertit au christianisme à l'âge de 18 ans.

Ordonné diacre, il voulut le rester par humilité.

Il fonda à Nisibe une école théologique de grand rayonnement. Mais à cause de l'invasion perse qui a envahi cette région, il préféra franchir la frontière et s'installer, avec son école, à Edesse dans l'empire romain.

Il fut un grand défenseur de la doctrine christologique et trinitaire dans l'Église syrienne Orthodoxe d'Antioche.

Il composa de nombreux ouvrages, commenta toute la Bible, écrit des poèmes qui remplacèrent les chants des fêtes populaires et répondaient ainsi en diffusant l'orthodoxie de la Foi  aux chansons des hérétiques qui répandaient ainsi leurs thèses erronées.

"Dimanches et fêtes, évoque un compatriote, il se tenait au milieu des vierges et les accompagnait de sa harpe. Toute la ville alors se réunissait autour de lui."

Ses hymnes inaugurèrent la pratique du chant liturgique. Il est d'ailleurs considéré comme l'un des plus grands poètes de langue syriaque.

 

BIOGRAPHIE PLUS LONGUE:

Cet astre radieux de l'Eglise s'est levé en Orient, dans la lointaine ville de Nisibe (Mésopotamie), vers 306. Tout jeune encore, il fut chassé de la maison familiale par son père —qui était prêtre païen— à cause de sa sympathie pour la Religion Chrétienne. Il fut alors recueilli par le Saint Evêque Jacques (cf. mémoire le 13 janv.), qui l'instruisit dans l'amour des vertus et l'appfication constante à la méditation de la parole de Dieu. L'étude de l'Ecriture Sainte alluma en lui une flamme qui lui fit mépriser les biens et les soucis de ce monde pour élever son âme vers la jouissance des biens célestes. Sa foi et sa confiance en Dieu, inébranlables comme le mont Sion. le portèrent à embrasser un admirable mode de vie. Il avait une pureté du corps et de l'âme, qui dépassait les limites de la nature humaine et qui lui faisait gouverner en roi tous les mouvements de son âme, en ne laissant pas une seule pensée mauvaise surgir à l'horizon de son esprit. A la fin de sa vie, il reconnaissait n'avoir jamais dit de mal de quiconque ou laisser échapper de sa bouche une seule parole insensée.

Dépouillé de tout, comme les Apôtres, luttant de jour contre la faim et de nuit contre le sommeil, et revêtant ses actions comme ses paroles de la sainte humilité du Christ, il reçut de Dieu le don de la componction et des larmes continuelles à un degré tel qu'il occupe dans le Chœur des Saints la place privilégiée de « maître de la componction ». Par un miracle connu seulement de ceux qui s'offrent tout entier en holocauste au Seigneur, ses yeux avaient été transformés en deux sources intarissables de larmes. Pendant des années, pas un moment du jour ou de la nuit, ces eaux lumineuses, purificatrices et porteuses de sanctification, ce second baptême des larmes, ne cessèrent de couler de ses yeux, faisant de son visage un miroir très pur où se reflétait la présence de Dieu. Il pleurait continuellement sur ses péchés ou sur les péchés des autres hommes, et parfois, quand il passait à la méditation des merveilles que Dieu a faites pour nous, ces pleurs se transformaient en larmes de joie. Tel un cercle merveilleux, dont on ne peut pas discerner le commencement ou la fin, les gémissements faisaient naître en lui les larmes; les larmes, la prière; la prière, la prédication, laquelle était elle-même interrompue par de nouvelles lamentations. En lisant ses admirables discours sur la componction ou ses descriptions si réalistes du Jugement Dernier, mêmes les cœurs les plus endurcis ne peuvent rester insensibles. Pour de nombreuses générations jusqu'à aujourd'hui, la lecture de Saint Ephrem a fait couler bien des larmes, ouvrant aux pécheurs la voie du repentir et de la conversion.

Quelque temps après son Baptême, vers l'âge de vingt ans, Ephrem se retira au désert, fuyant le trouble de la ville pour s'entretenir dans la quiétude avec Dieu et vivre en compagnie des Anges. Il passait de lieu en lieu, libre de tout attache, allant là où le conduisait le Saint-Esprit, pour son profit et celui de ses frères. C'est ainsi qu'il se rendit dans la ville d'Edesse pour un pèlerinage et à la recherche d'un saint homme avec lequel il pourrait mener la vie monastique. Rencontrant sur son chemin une femme de mauvaise vie, il feignit d'accepter ses propositions et, lui disant de le suivre, il la conduisit vers la place publique, au lieu de chercher quelque endroit retiré et propice au péché. La prostituée lui fit remarquer : « Pourquoi m'amènes-tu là? N'as-tu pas honte de t'exposer aux regards des hommes ? » Le Saint répondit : « Malheureuse, tu crains le regard des hommes; pourquoi ne crains-tu pas le regard de Dieu qui voit tout et qui jugera au dernier jour nos actions et nos pensées les plus secrètes ? » Saisie de crainte, la femme se repentit et se laissa conduire vers un lieu favorable à son salut.

Au bout de quelques années à Edesse, Saint Ephrem retourna vivre au désert. Comme il avait entendu vanter les vertus de Saint Basile, Dieu lui révéla dans une vision que l'Evêque de Césarée était semblable à une colonne de feu qui unissait la terre au ciel. Sans tarder, Ephrem partit alors pour la Cappadoce. Il arriva à Césarée le jour de la Théophanie, et entra dans l'église au moment même où l'on célébrait la Sainte Liturgie. Bien qu'il ne comprît pas le grec, il fut saisi d'admiration en voyant le grand Evêque prêcher, car il voyait une colombe blanche posée sur son épaule, qui lui murmurait à l'oreille des paroles divines. C'est cette même colombe qui révéla à Saint Basile la présence dans la foule de l'humble ascète syrien. Il l'envoya chercher, s'entretint avec lui quelques instants dans le fond du Sanctuaire et, répondant à sa requête, il obtint de Dieu qu'Ephrem se mette soudain à parler en grec, comme s'il connaissait cette langue depuis son enfance. Puis il l'ordonna Diacre, et le laissa partir vers sa patrie.



C'est alors que commença une longue série de guerres entre les Romains et les Perses (de 338 à 387), et que des persécutions implacables furent menées dans tout le royaume contre les Chrétiens, considérés comme les alliés des Romains. Apprenant dans son désert les souffrances de ses frères, Saint Ephrem retourna alors à Nisibe pour leur venir en aide par ses oeuvres et ses paroles. Dès son enfance il avait eu la révélation de la vocation à laquelle Dieu l'appelait, en voyant en vision une vigne abondante pousser de sa bouche et remplir toute la terre. Tous les oiseaux du ciel venaient sy poser et se rassasiaient de ses fruits, et plus ils grapillaient plus celle-ci se remplissait de raisins. La grâce du Saint-Esprit le remplissait avec une telle profusion que, lorsqu'il s'adressait au peuple, sa langue n'avait pas le temps de proférer les pensées célestes que Dieu lui inspirait, et il semblait comme pris de bégaiement. C'est pourquoi il adressa à Dieu cette prière peu commune, en disant : « Retiens, Seigneur, les flots de ta grâce ! »

Lorsqu'il n'était pas occupé à l'enseignement pour confirmer la foi contre les païens et les hérétiques, il se mettait humblement au service de tous, comme un véritable Diacre, imitant le Christ devenu pour nous « serviteur ».

C'est ainsi que, par humilité, il refusa toujours l'élévation au Sacerdoce. Ses vertus, sa prière, les fruits de ses contemplations et de sa méditation, toute la grâce que Dieu lui donnait, il ne les gardait pas pour lui-même, mais il en ornait l'Eglise, Epouse du Christ, comme d'une couronne d'or sertie de pierreries. Lorsqu'on assiégea Nisibe, en 338, ce fut grâce à sa prière et à celle de Saint Jacques que la cité fut délivrée. Mais, après les guerres successives, elle fut finalement livrée au cruel souverain des Perses, en 363. Refusant de vivre sous la domination païenne, Saint Ephrem et beaucoup d'autres Chrétiens partirent alors pour Edesse. Il passa là les dix dernières années de sa vie, et continua l'œuvre amorcée dans l'école exégétique fondée à Nisibe par Saint Jacques, en enseignant à l'Ecole d'Edesse, appelée dès lors « Ecole des Perses ». Il rédigea alors la plus grande partie de ses ouvrages admirables, où sa connaissance de Dieu et des Saints Dogmes revêt la splendide parure d'une langue poétique incomparable. On dit qu'il composa en syriaque plus de trois millions de vers: commentaires de la plupart des livres de l'Ecriture Sainte, traités contre les hérésies, Hymnes sur le Paradis, sur la Virginité, sur la Foi, sur les grands Mystères du Sauveur et des Fêtes de l'année. Une grande partie de ces hymnes est entrée dans la composition des Livres Liturgiques de l'Egfise de langue syriaque, d'où son surnom de « Lyre du Saint-Esprit » et de « Docteur de l'univers ». D'autres traités, très nombreux, nous ont été transmis en grec. Ils. portent davantage sur la componction, l'ascèse et les vertus monastiques.

Après avoir organisé les secours dans la cité, lors de la famine de 372, Saint Ephrem remit son âme à Dieu en 373, entouré d'un grand nombre de moines et d'ascètes qui étaient sortis de leurs monastères, de leur désert, de leur grotte, pour assister à ses derniers moments. Il leur laissa un testament émouvant, plein d'humilité et de componction, dans lequel il demande instamment à tous ceux qui l'aiment de ne pas l'honorer par des funérailles brillantes, mais de déposer son corps dans la fosse réservée aux étrangers, en lui offrant, en guise de fleurs et d'aromates, le soutien de leurs prières.

“O Lord and Master of my life, take from me the spirit of sloth, faintheartedness, lust of power, and idle talk.  “But give rather the spirit of chastity, humility, patience and love to your servant.  “Yea, O Lord and King, grant me to see my own sin and not to judge my brother, for You are blessed from all ages to all ages. Amen”  St. Ephrem the Syrian

“O Lord and Master of my life, take from me the spirit of sloth, faintheartedness, lust of power, and idle talk. “But give rather the spirit of chastity, humility, patience and love to your servant. “Yea, O Lord and King, grant me to see my own sin and not to judge my brother, for You are blessed from all ages to all ages. Amen” St. Ephrem the Syrian

image030

Saint Cyrille d'Alexandrie, qui êtes-vous ?

(376-444)

Cyrille devint évêque d'Alexandrie en 412. Il fut un des docteurs de l'Église, un écrivain fécond et un grand pourfendeur d'hérésies.

Patriarche d'Alexandrie en 412, il déploya un grand zèle contre l'hérésie, ferma les églises des Novatiens et chassa les Juifs d'Alexandrie.

Ces mesures énergiques l'engagèrent dans de vifs démêlés avec Oreste, préfet d'Egypte, et furent l'occasion de scènes sanglantes en 415.

Il combattit également Nestorius et contribua à le faire condamner par le concile d'Éphèse en 431, avec l'aide de Memnon d'Ephèse.

Il est le grand défenseur de « Marie, Mère de Dieu » en particulier lors du concile d'Éphèse en 431.

Il mourut en 444, méritant le titre de Défenseur de l'Eglise, que lui décerna saint Célestin.


image031

 “Scripture brought me to the Gate of Paradise, and the mind stood in wonder as it entered.”  ―St. Ephrem the Syrian

“Scripture brought me to the Gate of Paradise, and the mind stood in wonder as it entered.” ―St. Ephrem the Syrian

EN VRAC...ELEMENTS POUR VOTRE REFLEXION PERSONNELLE...

 

 

 

 

 

===

Orthodox Koonan Kurishu Pilgrim

 

 

The Leaning Cross Orthodox Church wins NDTV Architecture Award 2015

by ORTHODOXY COGNATE PAGE on JANUARY 27, 2016

in FEATURED NEWSNEWS

 

 

Dr Ajesh T Phillip (OCP Delegate of the Indian Sub-Continent)
27/1/16- OCP News Service

“ By the Father, Son and Holy Spirit that henceforth we would not adhere to the Franks, nor accept the faith of the Pope of Rome, nor any foreign rule.” – From the Event of Leaning Cross Oath of 1653.  

See NDTV Link Here: 
http://sites.ndtv.com/daawards/awards-2015-architecture-award-institutional/

The 2015 NDTV architecture award goes to the historic  Mattamchery St George  Indian Orthodox Church  (Koonenkurish Palli). This historic church belongs to the Indian Orthodox Malankara Church.   The building was  renovated in the 15th century architecture with eco-friendly construction process using compressed soil bricks with no steel and very less cement, reducing the CO2 emission. Importance is given to natural lighting and air circulation. This endeavor was  fulfilled  with the generosity and support of the faithful.

Leaning Cross Oath: Mass Revolt against Roman Catholic & Western Imperial Domination

The Koonankurish Oath (Leaning Cross Oath) of 1653 is the first recorded mass revolt against the western colonialism in history. This heroic declaration of independence by the Malankara Christians (also known as Malankara Nazrani’s) was to save themselves from the imposition of the western Roman Catholic supremacy in matters concerning the Church and its practices. In 1652, the Persian Catholicos sent Metropolitan Mar Ahatallah from Syria to India. He was however, arrested by the Jesuits at Mylapore and handed over to the Portuguese who then put him in a ship at Madras, bound to Goa. Enroute its journey the ship stopped by Cochin. Hearing this, 25000 strong Nazrani Christians marched to Cochin Harbour and demanded the release of Mar Ahatallah.

The Portuguese pushed the ship off to Goa and on the way drowned the Persian Bishop. Hearing this, thousands of St. Thomas Nazrani’s assembled at Mattanchery church on the 3rd of January 1653 and took an oath under a big cross. Since all gathered could not touch the cross simultaneously, they held onto ropes that were tied to the cross in all directions. They then took the historical oath to break free from the clutches of the Roman Catholic supremacy and follow the true Orthodox faith, Malankara Nazrani traditions as well as obey the Marthoma Arch Deacon Thomas I. The Koonankurish Oath was the first proclamation of independence of the Malankara Orthodox Church and it was the first revolt against the colonial rulers of India. The Koonankurishu Oath preserved the St. Thomas tradition and protected the Malankara Orthodox Church from losing its heritage and ancient history.

Source:
OCP News Service

Chers amis. Aloho m'barekh
Merci pour ce partage, à nos amis de l'OCP, cette Eglise est magnifique ! Elle manifeste la fierté des Chrétiens de Saint Thomas. Merci à tous ceux qui l'ont pensée et réalisée !
Cette église est vraiment adaptée pour célébrer dignement et exalter l'histoire des Chrétiens de Saint Thomas et la résistance de nos pères aux prétentions d' éléments étrangers qui voulaient imposer leurs coûtumes au mépris des Traditions de l'Eglise autochtone.
Elle me fait penser à certaines Eglises construites en Afrique et dont nous avons en France un témoin auprès du Sanctuaire de Pontmain (Eglise des Pères Oblats) .

Elle est vraiment magnifique !
Avec tout mon fidèle et respectueux attachement en Notre-Seigneur. Aloho m'barekh !
+Mor Philipose-Mariam
Dear friends. Aloho M'Barek
Thank you for sharing this, to our friends of the OCP, this Church is beautiful! It manifests the pride of the Christians of Saint Thomas. Thank you to all those who have thought and realized!
This church is really suited to exalt and celebrate the history of the Christians of Saint Thomas and the resistance of our fathers to the claims of foreign elements who wanted to impose their customs in defiance of Traditions of Native Church.
It reminds me of some churches built in Africa and in France we have one witness to the Sanctuary of Pontmain.
She is really beautiful!
With all my loyal and respectful attachment in our Lord. Aloho m'barekh!
+ Mor Philipose Mariam

 

 

Centre Mattanchery got

 

National Award for the amazing , unique , Architectural

 

Design ,

 

and Earth Construction.

 

Awarded by NDTV....

 

 

 

 

 

===

Assyrian Forces Secure Abandoned Front Line Town Against ISIS In North Iraq


Assyrian International News Agency
To unsubscribe or set email news digest options, visit http://www.aina.org/mailinglist.html

Assyrian Forces Secure Abandoned Front Line Town Against ISIS In North Iraq

http://www.gettyimages.com
2016-01-28 02:08 GMT

 

Christian militiamen look towards the rubble-strewn altar of the 13th century St. Jacob's Church on November 4, 2015 near the frontline with ISIS fighters in Telskuf, northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces with the aid of American airstrikes. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.(AINA) -- The Islamic State of Iraq and Syria (ISIS) captured the city of Mosul, Iraq on June 10. Almost immediately thereafter it began to drive Assyrians out of Mosul and destroy Christian and non-Sunni institutions. On August 7, 2014 ISIS pushed into the Nineveh Plains north and east of Mosul, the last Assyrian stronghold in Iraq, causing 200,000 Assyrians to flee their homes to Arbel and Dohuk. Most have not returned.

 

Related: Timeline of ISIS in Iraq

 

There are no Assyrians/Christians remaining in Mosul, all have fled to the north, to Alqosh, Dohuk and other Assyrian villages. All Christian institutions in Mosul (churches, monasteries and cemeteries), numbering 45, have been destroyed, occupied, converted to mosques, converted to ISIS headquarters or shuttered.

 

Related: Church Bombings in Iraq Since 2004

 

ISIS has killed Assyrians in Mosul. It has snatched Assyrian girls from the arms of their mothers, never to be seen again (AINA 2014-08-28). ISIS has also engaged in the destruction of the Assyrian cultural heritage, both in Syria and Iraq. It destroyed the city of Nimrud, destroyed the walls of Nineveh, destroyed Assyrian artifacts in the Mosul museum. In Syria it destroyed Assyrian churches (AINA 2015-06-18) and archaeological sites (AINA 2014-05-17).

The Assyrian town of Telsqof, shown below in the pictures, was completely looted by ISIS (AINA 2014-08-13). The Assyrian residents fled the town, located north of Mosul, on August 7 when ISIS pushed into the Nineveh Plains (AINA 2014-08-07).

A Christian militiaman stands atop St. George's Church on November 4, 2015 in Telskuf, near the frontline with ISIS in northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces with the aid of American airstrikes. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

Christian militiamen look towards the ISIS frontline from St. George's Church on November 4, 2015 in Telskuf, northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces with the aid of American airstrikes. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

A Christian militiaman looks towards the sunset in the abandoned streets of Telskuf on November 4, 2015 near the frontline with ISIS fighters in Telskuf, northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

A Christian militiaman patrols through rubble in Telskuf on November 4, 2015 near the frontline with ISIS fighters in Telskuf, northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

Christian militiamen leave the 13th century St. Jacob's Church on November 4, 2015 near the frontline with ISIS fighters in Telskuf, northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces with the aid of American airstrikes. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

A Christian militiaman passes a broken figure of Christ inside St. George's Church on November 4, 2015 in Telskuf, near the frontline with ISIS in northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces with the aid of American airstrikes. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

A Christian militiaman looks towards the ISIS frontline from St. George's Church on November 4, 2015 in Telskuf, northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces with the aid of American airstrikes. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

A Christian militiaman looks towards the ISIS frontline from St. George's Church on November 4, 2015 in Telskuf, northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces with the aid of American airstrikes. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

A Christian militiaman stands near the broken body of a statue of Christ in the 13th century St. Jacob's Church on November 4, 2015 near the frontline with ISIS fighters in Telskuf, northern Iraq. The figure was smashed by ISIS extremists, according to Christian militia. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces with the aid of American airstrikes. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

A Christian militiaman climbs atop a building while on patrol on November 4, 2015 in Telskuf, near the frontline with ISIS in northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces with the aid of American airstrikes. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

A Christian militiaman looks over a broken figure of Christ inside St. George's Church on November 4, 2015 in Telskuf, near the frontline with ISIS in northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces with the aid of American airstrikes. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

The fascade of St. George's Church stands damaged from war on November 4, 2015 in Telskuf, near the frontline with ISIS in northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces with the aid of American airstrikes. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

A Christian militiaman looks out from St. George's Church on November 4, 2015 in Telskuf, near the frontline with ISIS in northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces with the aid of American airstrikes. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

A Christian militiaman passes a tableau of The Last Supper inside St. George's Church on November 4, 2015 in Telskuf, near the frontline with ISIS in northern Iraq. All of the town's 11,000 predominantly Chaldean Catholic residents fled when it was overrun by the Islamic State in 2014 before being retaken by Peshmerga forces with the aid of American airstrikes. Of the 1,800 families that fled, some 40 percent left Iraq, according to Safaa Khamro, commander of the Nineveh Plain Forces (NPF), Christian militia. Many, he said, have now immigrated to Europe.

 

===

Le christianisme a-t-il favorisé l’émancipation des femmes ?

Woman In Prayer

Dans le monde occidental, la philosophie et la théologie chrétiennes ont œuvré en faveur d’une véritable évolution positive de la condition féminine : c’est là que de grandes victoires ont été remportées pour permettre à la femme d’obtenir les mêmes droits que l’homme.

• 1. Au cours des premiers siècles de notre ère, pour le droit romain, la femme était considérée comme un simple maillon de la famille ou comme une marchandise qui s’échangeait contre une dot. Le père choisissait l’époux de sa fille et avait, toute sa vie, pouvoir de vie ou de mort sur elle. Le christianisme apporta une toute nouvelle façon de considérer la femme. Les signes et les paroles de Jésus-Christ s’adressaient aux hommes et aux femmes sans distinction. Dès les débuts de l’Église, les péchés de tous, homme ou femme, étaient pardonnés de la même manière pour tous. Le même paradis leur était promis. Droits et devoirs du chrétien étaient identiques pour tous.

• 2. C’est dans ce contexte du début de l’ère chrétienne que Cécile et Agnès, à Rome, et de nombreuses autres femmes, osèrent proclamer leur liberté personnelle au nom de Jésus Christ. Elles le payèrent de leur vie. Elles s’opposèrent à l’autorité paternelle injuste, aux pressions familiales et aux habitudes séculaires de vivre un mariage forcé. Elles avaient choisi de consacrer leur vie et leur virginité à l’amour de Jésus-Christ. L’Église prit leur défense et fit tout ce qu’elle put pour que leur choix soit respecté. Mais il fallut du temps et de nombreux martyrs pour que les mœurs changent et que l’idéal chrétien puisse être respecté par les autorités civiles.

• 3. Nombreux pourraient être les exemples qui montrent pourtant comment l’Église a connu d’âpres discussions concernant la femme. Certaines questions ayant d’ailleurs duré plusieurs siècles et pas toujours en faveur des femmes ! Tributaire de la mentalité de son temps, l’Église est finalement parvenue, même si ce fut parfois trop lentement, à une juste reconnaissance de la dignité féminine. Dans le mariage, l’Église a fini par exiger le libre consentement de l’homme et de la femme comme la condition sine qua non de la validité du sacrement. Quelle en était la raison ? Une seule : protéger la jeune fille du mariage arrangé par ses parents ou du rapt.

• 4. À partir du XIe siècle, une dévotion très spéciale à la Vierge Marie commence à se développer et une grande partie des cathédrales gothiques que nous visitons encore aujourd’hui lui sont dédiées, par exemple Notre-Dame de Paris. À cette époque, les femmes, surtout celles de la haute noblesse, jouissaient d’un plus grand prestige et d’une liberté qui allait jusqu’à accompagner leur époux aux croisades. À la cour royale de différents pays, les filles recevaient la même éducation que les garçons. Les monastères féminins devenaient d’authentiques centres de culture. Bon nombre de femmes sont devenues auteur d’œuvres littéraires, théâtrales et spirituelles.

• 5. À partir du XVIe siècle, dans les pays qui ont adopté la Réforme protestante, les formes de vie consacrée où les femmes pouvaient trouver une autre voie de réalisation personnelle que celle du mariage ont été éliminées tout comme la vénération de la Vierge Marie qui représentait une valorisation incontestable de la féminité.

• 6. En France, le contexte révolutionnaire cherchera par tous les moyens à exclure de la visibilité socioculturelle et politique tant l’Église que les femmes. La sécularisation ne cessait de croître comme affirmation de modernité, avec des modèles de réalisation typiquement masculins. Les progrès de la condition de la femme ont malheureusement reculé dans la mesure où, à partir de la Renaissance, les juristes ressuscitèrent le droit romain et, avec lui, le statut d’infériorité de la femme. Cette récession sera confirmée dans le Code civil de Napoléon, inspiré du droit justinien, œuvre d’un empereur byzantin du VIème siècle, qui faisait de la femme un être « perpétuellement inférieur ».

• 7. Avec la Révolution Industrielle et la Première Guerre mondiale la participation des femmes au monde du travail s’est accélérée et pendant les années 90, les femmes européennes et américaines étaient parmi les plus libres du monde. Le mouvement féministe avait atteint la plupart de ses objectifs : droit à l’éducation, droit au vote, accès à toutes les professions, égalité de salaire et bien d’autres libertés. Avec toutes ces réussites, on aurait pu penser que, ayant obtenu l’égalité en dignité et en droits avec l’homme, la femme ne se sentirait plus opprimée. La théorie du genre n’allait pas tarder à pointer. L’Église s’exprime clairement sur les conséquences qu’entraîne un tel mépris de la complémentarité homme-femme dans la société. On peut d’ailleurs constater que l’Église n’a jamais autant écrit sur la dignité de la femme que dans les vingt dernières années.

Pour en savoir plus, c’est ici

Pour en savoir beaucoup plus, c’est là

 

===

28 Jan'16 

News Link 
NEWS OF HOPE. .. Keep faith in HIM and pray.....

 

 

The grand mufti of Syria says the two bishops kidnapped in Syria by foreign-backed militants were in Turkey, according to a member of the Imperial Orthodox Palestinian Society.

After meeting with Syria’s Mufti Ahmad Badreddine Hassoun in Moscow, Elena Agapova, the deputy chairwoman of the society, quoted him as saying, “The two bishops Paul Yazigi and Yohanna Ibrahim are alive and are in Turkish territory,” according to reports by various local media outlets.
Also, Lebanese General Security chief Maj. Gen. Abbas Ibrahim and United Nations-Arab League envoy Lakhdar Brahimi discussed in Qatar the two kidnapped bishops, the National News Agency reported.

Ibrahim arrived in Qatar earlier this week to follow up on the case of the two abducted bishops.
Qatar has been one of the biggest supporters of the war in Syria aimed at toppling the Syrian government.

The NNA said the General Security chief and Brahimi addressed the role that the UN could play to help resolve the case.

Aleppo’s Greek Orthodox Archbishop Paul Yazigi and Syriac Orthodox Archbishop Yohanna Ibrahim were abducted in April by militant groups while en route to the northern city from the Turkish border.

They were reportedly being held by a small group of rebels in the town of Bshaqtin, 20 kilometers northwest of Aleppo.
The recent release of nine Lebanese Shiites kidnapped in Azaz last year had raised hopes that the two bishops would also be freed.

Lebanese Caretaker Interior Minister Marwan Charbel and Foreign Minister Adnan Mansour have confirmed that the two bishops are still alive.

 

The war in Syria started in March 2011, when pro-reform protests turned into a massive insurgency following intervention of western and regional states.
According to the United Nations, more than 100,000 people have been killed and millions displaced in the violence.
Source : http://en.alalam.ir/news/1528584#.dpuf

 

Continuons de prier sans relâche pour leur libération,ne les abandonnons- pas !

===

 

 

Communiqué de la synaxe des primats des Églises orthodoxes à Chambésy, 21-28 janvier 2016

Communiqué de la synaxe des primats des Églises orthodoxes (De la Famille Bysantino-slave) à Chambésy, 21-28 janvier 2016

 

Sur l’invitation de Sa Toute-Sainteté le patriarche oecuménique Bartholomée, la synaxe des primats des Églises orthodoxes autocéphales a eu lieu au Centre orthodoxe du Patriarcat oecuménique à Genève-Chambésy du 21 au 28 janvier 2016. Les primats suivants y ont assisté :

Patriarche Œcuménique Bartholomée
Patriarche Théodore d’Alexandrie
Patriarche Théophile de Jérusalem
Patriarche Cyrille de Moscou
Patriarche Irénée de Serbie
Patriarche Daniel de Roumanie
Patriarche Néophyte de Bulgarie
Patriarche Élie de Géorgie
Archevêque Chrysostome de Chypre
Archevêque Anastase d’Albanie
Archevêque Rastislav des Terres tchèques et de Slovaquie

Les primats suivants ont été dans l’impossibilité de participer : Leurs Béatitudes le patriarche Jean X d’Antioche et le métropolite Sava de Varsovie et de toute la Pologne, ce pour des raisons de santé, et l’archevêque Jérôme d’Athènes et de toute la Grèce, pour des raisons personnelles. Néanmoins, tous les trois ont été représentés par des délégations officielles de leurs Églises.

Les primats des Églises orthodoxes se sont réunis afin de finaliser les textes destinés au Saint et Grand Concile. Dans le cadre de la synaxe, le dimanche 24 janvier, la divine liturgie a été célébrée en la sainte église stavropégique Saint-Paul. Avec le patriarche oecuménique, qui présidait, leurs Béatitudes et chefs des délégations des Églises orthodoxes ont concélébré la liturgie, à l’exception du chef de délégation du Patriarcat d’Antioche.

Pendant la synaxe, dont les sessions ont été tenues dans l’esprit apostolique de « professer la vérité dans la charité » (Eph. 4,15), dans la concorde et la compréhension, les primats ont affirmé leur décision de convoquer le Saint et Grand Concile. Celui-ci sera tenu à l’Académie orthodoxe de Crète du 16 au 27 juin 2016. À cette fin, les primats invoquent humblement la grâce et la bénédiction de la Sainte Trinité et invitent ardemment à la prière le plérôme de l’Église, clergé et laïcs, durant la période menant au Saint et Grand Concile et durant celui-ci.
Les thèmes approuvés officiellement pour examen et adoption par le Saint et Grand Concile sont : La mission de l’Église orthodoxe dans le monde contemporain, la diaspora orthodoxe, l’autonomie et la façon de la proclamer, le sacrement du mariage et ses empêchements, l’importance du jeûne et son application aujourd’hui, et les relations de l’Église orthodoxe avec le reste du monde chrétien. Par décision des primats, tous les documents approuvés seront publiés.

Les primats ont également discuté et défini l’établissement d’un secrétariat panorthodoxe, le règlement interne du Concile, la participation d’observateurs non-orthodoxes lors des sessions d’ouverture et de clôture, ainsi que les coûts budgétaires relatifs au Concile.

En outre, les primats ont exprimé leur soutien pour les chrétiens persécutés du Moyen-Orient et leur préoccupation constante pour les deux métropolites, Paul Yazigi du Patriarcat d’Antioche et Gregorios Yohanna Ibrahim de l’Archidiocèse Syriaque, qui ont été kidnappés.

Les débats de la synaxe ont pris fin le mercredi soir 27 janvier 2016 par le discours de clôture de Sa Toute-Sainteté le patriarche oecuménique Bartholomée.

Au Centre orthodoxe du Patriarcat œcuménique
à Genève-Chambésy, le 27 janvier 2016

Le secrétariat de la sainte synaxe (Source:Orthodoxie.com) 

 

 
Déclarations du patriarche de Moscou Cyrille au sujet du Concile panorthodoxe

Déclarations du patriarche de Moscou Cyrille au sujet du Concile panorthodoxe

 

« Le Concile n’aura pas lieu à Istanbul. La position de l’Église russe [à ce sujet] a été adoptée. Nous avons proposé le Mont Athos ou Rhodes, ou encore un autre lieu, mais le patriarche de Constantinople à proposé la Crète » a déclaré aux journalistes le patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille, à l’issue de son séjour à Chambésy (Suisse), où s’est déroulée la rencontre des Primats des Églises orthodoxes, dédiée à la préparation du Concile panorthodoxe. Comme l’a mentionné le patriarche Cyrille, cette île grecque se trouve sous la juridiction du patriarche de Constantinople, et ce lieu est proposé en raison « des conditions qui y sont les plus favorables : il y a une salle prévue pour 400 personnes, un lieu d’hébergement et des conférences de différentes sortes se passent en Crète, dont des conférences théologiques ». « Nous connaissons bien cet endroit et, naturellement, nous sommes d’accord pour la tenue du Concile en Crète », a déclaré le patriarche Cyrille. À son tour, le chef du service de presse patriarcal, le prêtre Alexandre Volkov a précisé, dans sa discussion avec le correspondant de l’agence « Interfax-Religion », que le Concile commencera le 19 juin, jour de la Pentecôte [selon le calendrier orthodoxe, ndt]. Le patriarche a annoncé que le Concile n’examinera pas le sujet lié au schisme en Ukraine, ainsi que le passage de toutes les Églises orthodoxes à un seul calendrier. Tous les documents qui ont été approuvés par les chefs des Églises orthodoxes et qui devront être discutés lors du Concile, seront publiés très prochainement. « Notre Église a insisté pour qu’il n’y ait aucun embargo sur ces documents, mais pour que les gens puissent en avoir connaissance, parce que beaucoup de points de vue critiques sur le Concile à venir se sont précisément formés en raison du vide d’information. Les gens ne savaient rien sur le Concile », a expliqué le Primat. En outre, celui-ci attend « un bon document concernant la mission de l’Orthodoxie dans le monde contemporain », ainsi qu’un document au sujet du mariage, de la famille et des empêchements au mariage. À la question concernant ce qu’il attentait du prochain Concile, le patriarche Cyrille a répondu : « Une plus grand consolidation encore du monde orthodoxe. Je sais que la question ukrainienne [i.e. la question de l’Église d’Ukraine, ndt] ne sera pas examinée, que la question de la possibilité d’accorder l’autocéphalie (à l’Église orthodoxe d’Ukraine du Patriarcat de Moscou, selon l’Agence Interfax) ou la légalisation du schisme, et cela été confirmé publiquement par le patriarche Bartholomée ».

Source

 
Le patriarche de Moscou Cyrille : « L’Église orthodoxe russe n’a pas l’intention de renoncer au calendrier julien »

Le patriarche de Moscou Cyrille :

« L’Église orthodoxe russe n’a pas l’intention de renoncer

 

au calendrier julien »

 

L’Église orthodoxe russe n’a pas l’intention de renoncer à utiliser le calendrier julien et de passer au nouveau calendrier (le grégorien). Cette question du calendrier est retirée de l’ordre du jour du Concile panorthodoxe. C’est ce qu’a communiqué aux journalistes le patriarche de Moscou et de toute la Russie Cyrille à l’issue de son séjour à Chambésy. « Si l’on parle du contenu [du Concile], il est bien sûr très important que la question du calendrier ait été retirée de l’ordre du jour. Cela inquiétait beaucoup de nos fidèles, des bruits inexacts ont circulé, selon lesquels nous pouvons passer au nouveau calendrier », a déclaré le patriarche, qui a précisé : « La question du calendrier a été ôtée [de l’ordre du jour] à l’unanimité, parce que de nombreuses Églises, comme on le sait, suivent le calendrier julien, et certaines autres, le grégorien ». « Et afin de laisser à chaque Église la possibilité d’agir conformément à son calendrier, il a été décidé que la question du calendrier ne sera pas examinée », a déclaré le patriarche Cyrille.

Sourcehttp://orthodoxie.com/)

 

===

LA "CULTURE DE MORT" EN MARCHE...

Le Conseil constitutionnel valide la chosification de l’embryon humain

Les articles de la loi Santé concernant la recherche sur l’embryon et la suppression du délai de réflexion avant l’IVG ont été jugés conformes à la Constitution par les Sages. Dans l’indifférence générale.

Les décisions rendues par le Conseil constitutionnel le 21 janvier sur les recours déposés par les parlementaires de chacune des chambres à propos de la loi Santé de Marisol Touraine étaient attendues avec impatience par les médecins et les médias. Ceux-ci ont surtout communiqué sur la censure d’une partie du tiers payant généralisé, une mesure, il est vrai emblématique de la loi Touraine dont l’abandon satisfait une majorité de médecins (Europe 1). Les médias ont aussi souligné le feu vert au lancement du paquet neutre, autre mesure phare de la loi Santé qui mécontente, cette fois, les buralistes (France 3).

L’enjeu bioéthique largement ignoré

En revanche, les recours concernant la suppression du délai de réflexion avant l’IVG et la recherche sur l’embryon n’ont pas retenu l’attention des médias. Leur enjeu bioéthique leur aura probablement échappé…Voilà donc avalisées par le Conseil constitutionnel, la suppression du délai de réflexion avant une IVG institué comme garde-fou par la loi Veil, et la recherche sur l’embryon humain qui le ravale au rang de matériel de laboratoire.

Dans les deux cas, le Conseil constitutionnel a jugé les articles de la loi Santé conformes à la Constitution. Pour les « sage », la suppression du délai de réflexion accordé à une femme qui envisage l’avortement n’est pas contraire à « l’équilibre » de la loi Veil étant donné que la confirmation de l’IVG ne peut avoir lieu le même jour. Par ailleurs, répondant à ceux qui mettaient en avant le délai de rétractation imposé par la loi pour confirmer un achat de quelque importance, il a mentionné qu’aucune disposition constitutionnelle n’impose « de façon générale » de délai de réflexion avant un acte chirurgical…

« Au bénéfice de l’embryon » ?

Le Conseil constitutionnel a par ailleurs estimé conforme à la Constitution la réalisation de recherches biomédicales sur des gamètes destinés à constituer un embryon ou sur un embryon in vitro avant ou après son transfert à des fins de gestation. En réponse aux députés qui estimaient que l’article l’autorisant n’avait pas sa place dans le projet de loi santé parce qu’il relevait de la loi de bioéthique, et qu’il s’agissait donc d’un « cavalier législatif », le Conseil constitutionnel a justifié sa décision estimant qu’il présentait « un lien, même indirect, avec le texte déposé ou transmis ».

« Sur le fond, les arguments énoncés par le Conseil constitutionnel ont de quoi effrayer, commente le site de bioéthique Gènétique : les essais cliniques incriminés “destinés à améliorer l’efficacité des méthodes de PMA ou à prévenir ou soigner des pathologies chez l’embryon” “sont menés au bénéfice de l’embryon” et “ne conduisent pas à exposer l’embryon a un risque sans proportion avec le bénéfice attendu”… On est cependant en droit de se demander quel est le “bénéfice” que l’embryon, qui va être détruit, pourra tirer de ces recherches ? ».

Un produit industriel…

Gènéthique relève aussi que « les autorisations de recherche ne seront plus attribuées par l’Agence de biomédecine mais par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), ce qui banalise ces recherches désormais soumises aux règles de l’industrie de la santé ».

La libéralisation croissante de la recherche (initiée à titre expérimental en 2004, confirmée en 2011, et déjà élargie en 2013) « chosifie » l’embryon humain. Ce n’est pas sans inquiéter d’éminents chercheurs, tel le Pr Alain Privat directeur de recherche à l’INSERM, qui avertit : « Les recherches dans le cadre de l’AMP (Assistance médicale à la procréation) pourront être destructrices de l’embryon humain, mais pire encore : elles pourront réaliser des modifications sur l’embryon humain, via la thérapie génique. Encore une fois, on ouvre la porte à l’homme augmenté » (Gènéthique) .Source: Aleteia.

 

===

His Holiness Patriarch Mor Ignatius Aphrem II

received

 

Rev. Fr. Colomba from Hill Museum & Manuscripts Library, accompanied by Rev. Fr. Najib Mikhael, at the Patriarchal Residence in Atchaneh, Bikfaya - Lebanon. 

 


His Holiness discussed with Fr. Colomba the research he is currently doing on old Syriac manuscripts as well as the progress of the digitization work of some manuscripts at the Patriarchate. 
The meeting was attended by their Eminences: Mor Philoxenus Matta Shemoun, Mor Theophilus George Saliba, Archbishop of Mount Lebanon and Tripoli, Mor Chrysostomos Mikhael Shemoun, Patriarchal Vicar in the Patriarchal Benevolent Institutions in Atchaneh, and His Grace Mor Maurice Amsih, Director of the Public Relations Department.

 

(Source  :His Holiness Patriarch Mor Ignatius Aphrem II.)

قداسة سيدنا البطريرك مار إغناطيوس أفرام الثاني يستقبل الأب كولومبا من متحف ومكتبة هيل للمخطوطات، يرافقه الأب نجيب ميخائيل، وذلك في المقرّ البطريركي في دير مار يعقوب البرادعي في العطشانة، بكفيا - لبنان. 
وقد اطّلع قداسته من الأب كولومبا على البحوث التي يقوم بها حول المخطوطات السريانية القديمة. كما بحث معه في تطوّر تصوير بعض مخطوطات البطريركية.
وقد حضر اللقاء أصحاب النيافة والسيادة: مار فيلوكسينوس متى شمعون، ومار ثاوفيلوس جورج صليبا، مطران جبل لبنان وطرابلس، ومار خريسوستوموس ميخائيل شمعون، النائب البطريركي في المؤسسات البطريركية الخيرية في العطشانة، والأسقف مار موريس عمسيح، مدير العلاقات العامة.

 

 

===

 

AA Photos

 

« Les chrétiens d’Orient, fuyant les crucifixions, l’esclavage, les humiliations et les condamnations par l’État islamique, retrouvent exactement les mêmes ennemis à l’autre bout du monde dans le camp de Grande-Synthe, et plus généralement en Europe...

 

Les chrétiens d’Orient ont cru que l’Europe, anciennement chrétienne,
allait les sauver des massacres et des persécutions commis par l’État islamique.
Rien n’est aussi loin de la réalité, aujourd’hui, toujours dans le silence assourdissant
des médias.

La Voix du Nord, puis Le Figaro, ont révélé que des coups de feu avaient été entendus dans le camp de migrants de Grande-Synthe dans le Nord-Pas-de-Calais. D’après Le Figaro, c’est près de quarante coups de feu causant deux blessés légers. Toujours d’après le célèbre journal, la rixe qui a conduit aux coups de feu était un « problème de religion ». David Michaux, le délégué national CRS de l’UNSA-Police parle même de « forme d’expédition punitive contre les chrétiens ».

Malheureusement, ce genre d’attitude se multiplie de plus en plus, les communautés chrétiennes étant, au sein des migrants, de plus en plus stigmatisées, mises de côté et maltraitées (on en avait déjà eu un aperçu en Allemagne).

Les chrétiens d’Orient, fuyant les crucifixions, l’esclavage, les humiliations et les condamnations par l’État islamique, retrouvent exactement les mêmes ennemis à l’autre bout du monde dans le camp de Grande-Synthe, et plus généralement en Europe. Et pourtant, ces musulmans n’étaient-ils pas censés fuir aussi la barbarie de l’État islamique ? Il faut donc se rendre à l’évidence : des brebis galeuses se cachent dans les rangs des migrants et il faut s’en débarrasser au plus vite possible !

Mais cette attaque à l’arme à feu est surtout révélatrice d’un autre grave problème : l’accès aux armes des migrants musulmans semble beaucoup plus simple pour eux que pour n’importe quel Français. Si nous les accueillons et, qu’en plus, ils peuvent facilement se fournir en armement dans notre pays sans aucun contrôle, on ne voit pas bien ce qui les empêcherait de commettre n’importe quel attentat à l’intérieur de l’Union européenne. Et ça commence dans les camps de migrants, avec les cibles que sont les chrétiens d’Orient qui, finalement, déchantent très vite en voyant l’état spirituel de l’Europe et le peu d’intérêt que l’on accorde à leur sort, ici, sur les terres qui ont vu s’épanouir le christianisme. À titre de rappel, c’est 7.100 chrétiens d’Orient massacrés sur l’année 2015 par les islamistes. Inutile de rajouter les milliers qui arrivent sur notre sol à cette liste macabre !

Jean Claude Juncker reconnaissait en novembre 2015 : « L’espace Schengen est partiellement comateux ! » Vous dormez, Monsieur Juncker : Schengen nous tuera ! Et ça a commencé ici avec les chrétiens d’Orient qui sont en première ligne dans ces camps de migrants !

 dans "Boulevard Voltaire" d'où nous partageons cet article

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 

 

 

===

Saint Mary, the Syriac Orthodox Church of

Diyarbekir in South Eastern Turkey is under

tremendous threat.

Violent clashes between the Turkish army and Kurdish militias is underway in Diyarbekir. While we are not certain of which militias are involved, we understand that people are beginning to seek shelter.

A Demand For Action's Nuri Kino just spoke with Fr. Yusuf Akbulut.

He informs us that everyone has left the Church halls and buildings, Fr Akbulut says his children have left to seek safe shelter while his wife decided to stay with him.

He goes on to say "I would not be able to live with myself if I abounded the Church, it has a symbol for us Syriacs and a symbol for all Christianity. This is a holy place" he said with his voice trembling.

We asked Fr. Akbulut why the police could not help him. "I spoke to the police, they said that they are not able to enter Sur, the neighbourhood where Saint Mary is because of the heavy fightings".

Fr. Akbulut became famous worldwide when he was among the first people to speak about Genocide in Turkey, the genocide that took place in 1914. He was arrested and accused for being a traitor to the Turkish state. Today his life and that of his family are in danger.

The house he and his wife live in has been damaged and he fears that the Church also will be far too damaged. He has tried to leave the house that is connected to the church to see in what the condition the Church building is right now but the gunfire outside was to much.

More updates to follow.

And if anyone has relatives in the area please contact us.

 

(Source Facebook ‪#‎DemandForAction‬
‪#‎SaveOurSouls‬)

المرصد الآشوري : كاتدرائية مريم آنا التاريخية في دياربكر التركية مهددة بالدمار
..................................
افادت مصادر المرصد الآشوري لحقوق الإنسان في تركيا باشتداد المعارك بين القوات الحكومية التركية ومليشيا حزب العمال الكردستاني PKK في مدينة دياربكر كبرى المدن التركية جنوب شرق البلاد، وقد تركزت المعارك في قلب المدينة القديمة، حيث توجد كاتدرائية مريم آنا التاريخية التابعة لطائفة السريان الارثوذكس.
وقد خلفت المعارك دماراً طال العديد من المنازل حول الكاتدرائية الآثرية المهددة بدورها بالدمار في حال تواصلت الاشتباكات العنيفة بين الطرفين.
وإفادت مصادرنا بأن الكاهن المسيحي الوحيد في المدينة الأب يوسف اقبولوط يرفض مغادرة الكاتدرائية هو وعائلته، خوفاً من استابحتها من قبل الأطراف المتناحرة وبالتالي تدنيسها وتدميرها.
وكاتدرائية مريم آنا هي الكنيسة الوحيدة المتبقية في المدينة من القرن الثالث بعد الميلاد، وقد رممت أكثر من مرة. ويعود تاريخ قبتها إلى العصر البيزنطي، وبابها بني على الطراز الروماني المثير للاهتمام. هذا وتحوي الكاتدرائية على مكتبة فيها العديد من المخطواطات السريانية النفيسة، وفيها أيضا قطعة من خشبة الصليب المقدس، بالإضافة إلى عدد من اللوحات الآثرية التي تمثل قديسين وقديسات سريان
إننا في المرصد الآشوري لحقوق الإنسان في الوقت الذي نعرب فيه عن قلقنا الشديد حيال مصير كاتدرائية مريم آنا التاريخية في مدينة دياربكر، وحياة الاب يوسف اقبولوط وعائلته المحاصرين في الكاتدرائية، فإننا نطالب اطراف النزاع في المدينة باحترام الاتفاقيات والمواثيق الدولية، وفي مقدمتها المادة 16 من البروتوكول الإضافي الملحق باتفاقية جنيف المتعلقة بحماية ضحايا المنازعات المسلحة 1977، والتي تنص على : " يحظر ارتكاب أية أعمال عدائية موجهة ضد الآثار التاريخية، أو الأعمال الفنية وأماكن العبادة التي تشكل التراث الثقافي أو الروحي للشعوب ".
كما نناشد الامم المتحدة والمنظمات الدولية بالتحرك الفوري لحماية الكاتدرئية الآثرية من الدمار، ونضعهم أمام مسئولياتهم التاريخية باعتبار هذه الكاتدرائية وما تحويه من ارث تاريخي وحضاري وإنساني ليس ملك شعوب المنطقة فحسب، وإنما ملك البشرية ككل، والتي من واجبها انقاذ هذا التراث الانساني والروحي قبل فوات الأوان.

28 كانون الثاني / يناير 2016

‪#‎Save_Assyria_in_Syria_Iraq_Turkey‬

 

« Le Carême, une belle occasion pour sortir d’une existence aliénante » Dans son message de carême 2016, le Pape de Rome appelle tout baptisé à "célébrer et expérimenter la miséricorde de Dieu" qui l’éloignera des "délires de toute puissance" qui inondent le monde.

« Le Carême, une belle occasion pour sortir d’une existence aliénante » Dans son message de carême 2016, le Pape de Rome appelle tout baptisé à "célébrer et expérimenter la miséricorde de Dieu" qui l’éloignera des "délires de toute puissance" qui inondent le monde.

NOS PELERINAGES:
Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)
+++

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

 

+++

 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

+++

 

Pilgrimage to Our Lady of Chartres and Montligeon of the Syro-Orthodox Christians Francophones of St. Thomas (Mar Thoma)  8 February:

 

 

Les Chrétiens Syro-Orthodoxes Francophones 

de Saint Thomas (Mar Thoma) 

 

organisent un pèlerinage privé à

 

*NOTRE-DAME DE CHARTRES pour la France

 

et à 

 

*NOTRE-DAME DE MONTLIGEON (Sanctuaire de prières pour les défunts) pour les Chrétiens d'Orient et d'ailleurs, martyrisés pour leur Foi.

 

Ô Mère de Miséricorde, nombreux sont nos frères chrétiens, vos fils et vos filles, frères et soeurs de votre Divin Fils, qui souffrent persécution pour leur Foi et, à la suite du Premier Né: du Christ Roi des Martyrs, offrent leur vie pour l'extension du Royaume d'Amour et de Vérité, de Justice et de paix.

Ô Mère, regarde tes enfants, tombés tels des semences pour un monde nouveau en une terre labourée par la violence et la haine!

Avec les Saints Anges et nos Pères dans la Foi, viens au devant des frères et soeurs de ton fils Jésus ! En Lui, nous sommes tous Nazaréens...,fils et filles du "Peuple de la croix".

Introduis leurs âmes en Paradis ! 
Prends en pitié tous nos frères défunts, et après ceux qui s'offrirent en sacrifice par fidélité et dans le Christ "Chemin, Vérité et Vie", intercède regarde spécialement ceux qui ont le plus besoin
de la miséricorde du Seigneur, en particulier ceux qui s'opposent à Lui.

Intercède pour tous ceux qui nous ont quittés afin que s’achève en eux l’œuvre de l’amour qui purifie et unit à la Source.
Que notre prière, unie à celle de toute l’Église du Christ hélas divisée, défigurée par nos péchés,
leur obtienne la joie qui surpasse tout désir et apporte ici-bas consolation et réconfort à nos frères éprouvés ou désemparés.

 

 

 

Mère de l’Église, aide-nous, pèlerins de la terre, à mieux vivre chaque jour notre pèlerinage d'éternité vers le Seigneur, Source de la vie.

Le Christ est notre résurrection, en Lui nous mourrons, en Lui nous reposons, en Lui nous ressuscitons...


Guéris-nous, ô Mère, de toute blessure du cœur et de l’âme. Fais de nous des témoins de l’Invisible,
déjà tendus vers les biens que l’œil ne peut voir, des apôtres de l’espérance semblables aux veilleurs de l’aube.

Refuge des pécheurs et Reine de tous les saints, rassemble-nous tous un jour, pour la Pâque éternelle, dans la communion du Père avec Jésus, le Fils, dans l’Esprit Saint, pour les siècles des siècles.

Amîn.

(Prière des Chrétiens Syro-Orthodoxes inspirée de celle du Sanctuaire de Montligeon)

 

 

 

 

(Inscriptions closes le 2 février )

 

(La veille, le dimanche 7, c'est le Pèlerinage mensuel à Notre-Dame de Miséricorde au Monastère Syriaque.Ceux qui le désirent peuvent donc participer aux deux.)

 

 

 

(Offrandes libres pour la participation aux frais de transport et les repas)

 

Inscriptions:

 

(Free offerings for participation in transportation costs and for rental of premises)

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

(Inscriptions closes le 25 Janvier )

 

Le lundi suivant le 1er Dimanche du mois de Mars (Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde) nous irons à NOTRE-DAME DE PONTMAIN et au MONT SAINT MICHEL,

Inscrivez-vous dès maintenant !

 

The Monday following the first Sunday of March (Pilgrimage to Our Lady of Mercy) we will go to OUR LADY OF PONTMAIN and MONT SAINT MICHEL,
SIGN UP NOW!

 

 

+++
 

Toute offrande fait  l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

Mercredi 6 JANVIER 2016 / Baptême de notre Seigneur Jésus-Christ (en  syriaque «Dawn»)

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

+++

  

Note: 

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 +++

 PROGRAMME DE CES PROCHAINES SEMAINES AU MONASTÈRE SYRIAQUE DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE, MÈRE DE MISÉRICORDE:

 

Program in the coming weeks

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

Lundi 4 JANVIER 2016 / ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:
 

 

 

 

 

*Mardi 2 Février:

10h30, Messe au Monastère. Bénédiction des Cierges de la Chandeleur.

* Tuesday, February 2:
10:30 Mass at the Monastery. Candles Blessing of Candlemas.

 

 *Mercredi 3 Février:

 Messe et Bénédiction des cierges de St Blaise (Contre les maladies de gorges)

* Wednesday, February 3:
  Mass and Blessing of St. Blaise candles (Against Gorge diseases)

 

*Dimanche 7 Février, Pèlerinage mensuel à N-D de

 

Miséricorde

 Messe à 10h30, distribution des cierges de la Chandeleur et de St Blaise (Imposition de ces derniers à 15h ).Repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

* Sunday, February 7, monthly Pilgrimage to Our Lady of Mercy
  Mass at 10:30, distributing candles of Candlemas and St. Blaise (Imposition of these to 15h) .Repas fraternal and loyal reception from 13:30 to 17:30.

 

 

Inscriptions:


Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

 

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F 

 
NOËL AU MONASTÈRE SYRIAQUE DANS LA QUIÉTUDE D'UNE CAMPAGNE NORMANDE , POURQUOI PAS ? CHRISTMAS AT MONASTERY SYRIAC IN THE TRANQUILITY OF NORMAN CAMPAIGN, WHY NOT?
 

Pour

PARIS ET  SA REGION :

(Messes épisodiques.

RAMASSAGE DES FIDELES

pour le Weekend de Pèlerinage en Normandie à N-D de Miséricorde 

tous les samedis précédent le 1er dimanche du mois à 15h,

Place du Chatelet

Saint CYRILLE, patriarche d'Alexandrie, père de l'Église (376-444)

 

Mémoire des saints:

ISAAC le Syrien  († VIIe s.)

FLAVIEN, martyr à Rome († 304)

THYRSE, CALLINIQUE et LEUCIUS, martyrs à Appolonie († 251)

LÉONIDE et ses compagnons moines, martyrs en Thébaide († 304)

MAURE et BRITTE, vierges, martyres en Touraine († IVe s.)

JEAN, abbé de Réomé (425-539)

 

 Sanctoral :                                               

 Ph 2/5-11

5 Ayez en vous les sentiments qui furent dans le Christ Jésus.

6 Quoiqu'il fût de condition divine, il ne s'est pas prévalu de son égalité avec Dieu;

7 mais il s'est anéanti lui-même en prenant la condition d'esclave et se faisant pareil aux hommes. Et quand il eut revêtu l'aspect d'un homme,

8 il s'est encore abaissé lui-même en se rendant obéissant jusqu'à la mort, la mort de la croix. 9 Aussi, Dieu l'a-t-il souverainement exalté et lui a-t-il conféré le nom qui est au-dessus de tout nom,

10 afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse, au ciel, sur la terre et dans les enfers,

11 et que toute langue professe, à la gloire de Dieu le Père, que Jésus Christ est Seigneur.

                                                                   

Jn 8/51-56                                               

51 « En vérité, en vérité je vous le dis : si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort. »

52 Les Juifs lui dirent : « Cette fois nous sommes bien sûrs que tu es possédé du démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et toi, tu dis que si quelqu'un garde ta parole, il ne verra jamais la mort.

53 Es-tu plus grand que notre père Abraham, qui est mort? Les prophètes aussi sont morts. Pour qui te prends-tu! »

54 Jésus répondit : « Si je me glorifiais moi-même, ma gloire ne serait rien; c'est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites qu'il est votre Dieu;

55 cependant vous ne le connaissez pas, tandis que moi, je le connais. Et si je disais ne pas le connaître, je serais menteur comme vous. Mais je le connais, et je garde sa parole. 56 Abraham, votre père, a tressailli d'allégresse à la pensée de voir mon Jour. Il l'a vu, et il en a été rempli de joie. »

Let no one who laments expect assurance at his departure. For the unknown is not sure. Spare me, through assurance, that I be refreshed before I go hence unassured of salvation. Where the Spirit of the Lord is, the bond is loosed. Where there is profound humility, the bond is loosed. But let those who are without these two assurances make no mistake: they are bound.  St John of the Ladder

Let no one who laments expect assurance at his departure. For the unknown is not sure. Spare me, through assurance, that I be refreshed before I go hence unassured of salvation. Where the Spirit of the Lord is, the bond is loosed. Where there is profound humility, the bond is loosed. But let those who are without these two assurances make no mistake: they are bound. St John of the Ladder

Partager cet article

Repost 0

Recherche

Liens