Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2016 2 29 /03 /mars /2016 07:38
Forgetfulness and doubt about Hades (hell) come from forgetfulness of God. Therefore, the remembrance of God and the reality of hell are a property of the saints, who still consider themselves worthy of flames. (Archimandrite Serge Bowyer)/ L'oubli et le doute à propos de l'Hadès (enfer) proviennent de l'oubli de Dieu. Par conséquent, le souvenir de Dieu et de la réalité de l'enfer sont une propriété des saints, qui se considèrent toujours comme digne de ses flammes. Archimandrite Serge Bowyer

Forgetfulness and doubt about Hades (hell) come from forgetfulness of God. Therefore, the remembrance of God and the reality of hell are a property of the saints, who still consider themselves worthy of flames. (Archimandrite Serge Bowyer)/ L'oubli et le doute à propos de l'Hadès (enfer) proviennent de l'oubli de Dieu. Par conséquent, le souvenir de Dieu et de la réalité de l'enfer sont une propriété des saints, qui se considèrent toujours comme digne de ses flammes. Archimandrite Serge Bowyer

Mardi de Pâque. Hevorae mardi

Avant le Saint Qurbana

o    Exode 14: 26-31 :

  • 26 Le Seigneur dit à Moïse : « Étends le bras sur la mer : que les eaux reviennent sur les Égyptiens, leurs chars et leurs guerriers ! »
  • 27 Moïse étendit le bras sur la mer. Au point du jour, la mer reprit sa place ; dans leur fuite, les Égyptiens s’y heurtèrent, et le Seigneur les précipita au milieu de la mer.
  • 28 Les eaux refluèrent et recouvrirent les chars et les guerriers, toute l’armée de Pharaon qui était entrée dans la mer à la poursuite d’Israël. Il n’en resta pas un seul.
  • 29 Mais les fils d’Israël avaient marché à pied sec au milieu de la mer, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.
  • 30 Ce jour-là, le Seigneur sauva Israël de la main de l’Égypte, et Israël vit les Égyptiens morts sur le bord de la mer.
  • 31 Israël vit avec quelle main puissante le Seigneur avait agi contre l’Égypte. Le peuple craignit le Seigneur, il mit sa foi dans le Seigneur et dans son serviteur Moïse.

o     

o    Josué 6: 6 à 21 :

  • 06 Josué, fils de Noun, appela les prêtres et leur dit : « Portez l’arche d’Alliance, et que sept prêtres portent sept trompes en corne de bélier devant l’arche du Seigneur. »
  • 07 Il dit au peuple : « Passez, faites le tour de la ville, et que l’avant-garde passe devant l’arche du Seigneur. »
  • 08 Selon les paroles de Josué au peuple, les sept prêtres, portant les sept trompes en corne de bélier devant le Seigneur, passèrent en sonnant du cor. L’arche de l’Alliance du Seigneur les suivait.
  • 09 L’avant-garde marchait devant les prêtres qui sonnaient du cor, l’arrière-garde suivait l’arche. On marchait et on sonnait du cor.
  • 10 Josué avait donné cet ordre au peuple : « Vous ne pousserez aucune clameur, vous ne ferez pas entendre votre voix, aucune parole ne sortira de votre bouche, jusqu’au jour où je vous dirai : “Poussez une clameur !” Alors, vous pousserez une clameur. »
  • 11 L’arche du Seigneur fit le tour de la ville, elle tourna une fois. Puis on rentra au camp pour y passer la nuit.
  • 12 Josué se leva de bon matin, et les prêtres portèrent l’arche du Seigneur.
  • 13 Les sept prêtres, portant les sept trompes en corne de bélier, marchaient devant l’arche du Seigneur en sonnant du cor. L’avant-garde marchait devant eux, l’arrière-garde suivait l’arche du Seigneur : on marchait en sonnant du cor.
  • 14 Le second jour, ils firent une fois le tour de la ville ; puis ils revinrent au camp. Ils firent ainsi pendant six jours.
  • 15 Le septième jour, ils se levèrent dès l’aurore. Ils firent le tour de la ville, sept fois, selon le même rite. Ce jour-là seulement, ils firent sept fois le tour de la ville.
  • 16 La septième fois, alors que les prêtres sonnaient du cor, Josué dit au peuple : « Poussez une clameur, le Seigneur vous a livré la ville !
  • 17 La ville sera vouée à l’anathème pour le Seigneur, elle et tout ce qui s’y trouve. Seule vivra Rahab, la prostituée, elle et tous ceux qui seront avec elle dans la maison, car elle a caché les messagers que nous avons envoyés.
  • 18 Mais vous, veillez à éviter l’anathème, de peur que, prenant de ce qui est anathème, vous ne rendiez anathème le camp d’Israël et n’y semiez la confusion.
  • 19 L’argent, l’or, les objets de bronze et de fer, tout sera consacré au Seigneur et entrera dans le trésor du Seigneur. »
  • 20 Le peuple poussa la clameur et on sonna du cor. Lorsque le peuple entendit le son du cor, il poussa une grande clameur, et le rempart s’effondra sur place. Alors le peuple monta vers la ville, chacun droit devant soi, et ils s’emparèrent de la ville.
  • 21 Ils vouèrent à l’anathème tout ce qui se trouvait dans la ville, l’homme comme la femme, le jeune comme le vieillard, de même que le bœuf, le mouton et l’âne, les passant tous au fil de l’épée.

o     

o    Sagesse 1: 1-16 :

  • 01 AIMEZ LA JUSTICE, vous qui gouvernez la terre, ayez sur le Seigneur des pensées droites, cherchez-le avec un cœur simple,
  • 02 car il se laisse trouver par ceux qui ne le mettent pas à l’épreuve, il se manifeste à ceux qui ne refusent pas de croire en lui.
  • 03 Les pensées tortueuses éloignent de Dieu, et sa puissance confond les insensés qui la provoquent.
  • 04 Car la Sagesse ne peut entrer dans une âme qui veut le mal, ni habiter dans un corps asservi au péché.
  • 05 L’Esprit saint, éducateur des hommes, fuit l’hypocrisie, il se détourne des projets sans intelligence, quand survient l’injustice, il la confond.
  • 06 La Sagesse est un esprit ami des hommes, mais elle ne laissera pas le blasphémateur impuni pour ses paroles ; car Dieu scrute ses reins, avec clairvoyance il observe son cœur, il écoute les propos de sa bouche.
  • 07 L’esprit du Seigneur remplit l’univers : lui qui tient ensemble tous les êtres, il entend toutes les voix.
  • 08 C’est pourquoi nul n’est à l’abri lorsqu’il tient des propos injustes : la Justice qui confond les coupables ne l’épargnera pas.
  • 09 Sur les intentions de l’impie, il y aura une enquête, le bruit de ses paroles parviendra jusqu’au Seigneur qui le confondra pour ses forfaits.
  • 10 Une oreille attentive écoute tout ; même le murmure des récriminations ne reste pas caché.
  • 11 Gardez-vous donc d’une récrimination inutile, et plutôt que de dire du mal, retenez votre langue, car un propos tenu en cachette ne restera pas sans effet : la bouche qui calomnie détruit l’âme.
  • 12 Ne courez pas après la mort en dévoyant votre vie, n’attirez pas la catastrophe par les œuvres de vos mains.
  • 13 Dieu n’a pas fait la mort, il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants.
  • 14 Il les a tous créés pour qu’ils subsistent ; ce qui naît dans le monde est porteur de vie : on n’y trouve pas de poison qui fasse mourir. La puissance de la Mort ne règne pas sur la terre,
  • 15 car la justice est immortelle.
  • 16 Pourtant, les impies ont invité la Mort, du geste et de la voix ; la tenant pour amie, pour elle ils se consument ; ils ont fait un pacte avec elle : ils méritent bien de lui appartenir.

o     

·         Saint Qurbana

·          

o    Actes 13 26-39 :

  • 26 Vous, frères, les fils de la lignée d’Abraham et ceux parmi vous qui craignent Dieu, c’est à nous que la parole du salut a été envoyée.
  • 27 En effet, les habitants de Jérusalem et leurs chefs ont méconnu Jésus, ainsi que les paroles des prophètes qu’on lit chaque sabbat ; or, en le jugeant, ils les ont accomplies.
  • 28 Sans avoir trouvé en lui aucun motif de condamnation à mort, ils ont demandé à Pilate qu’il soit supprimé.
  • 29 Et, après avoir accompli tout ce qui était écrit de lui, ils l’ont descendu du bois de la croix et mis au tombeau.
  • 30 Mais Dieu l’a ressuscité d’entre les morts.
  • 31 Il est apparu pendant bien des jours à ceux qui étaient montés avec lui de Galilée à Jérusalem, et qui sont maintenant ses témoins devant le peuple.
  • 32 Et nous, nous vous annonçons cette Bonne Nouvelle : la promesse faite à nos pères,
  • 33 Dieu l’a pleinement accomplie pour nous, leurs enfants, en ressuscitant Jésus, comme il est écrit au psaume deux : Tu es mon fils ; moi, aujourd’hui, je t’ai engendré.
  • 34 De fait, Dieu l’a ressuscité des morts sans plus de retour à la condition périssable, comme il l’avait déclaré en disant : Je vous donnerai les réalités saintes promises à David, celles qui sont dignes de foi.
  • 35 C’est pourquoi celui-ci dit dans un autre psaume : Tu donneras à ton fidèle de ne pas voir la corruption.
  • 36 En effet, David, après avoir, pour sa génération, servi le dessein de Dieu, s’endormit dans la mort, fut déposé auprès de ses pères et il a vu la corruption.
  • 37 Mais celui que Dieu a ressuscité n’a pas vu la corruption.
  • 38 Sachez-le donc, frères, grâce à Jésus, le pardon des péchés vous est annoncé ; alors que, par la loi de Moïse, vous ne pouvez pas être délivrés de vos péchés ni devenir justes,
  • 39 par Jésus, tout homme qui croit devient juste.

o     

o    Ephésiens 6 10-20 :

  • 10 Puisez votre énergie dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force.
  • 11 Revêtez l’équipement de combat donné par Dieu, afin de pouvoir tenir contre les manœuvres du diable.
  • 12 Car nous ne luttons pas contre des êtres de sang et de chair, mais contre les Dominateurs de ce monde de ténèbres, les Principautés, les Souverainetés, les esprits du mal qui sont dans les régions célestes.
  • 13 Pour cela, prenez l’équipement de combat donné par Dieu ; ainsi, vous pourrez résister quand viendra le jour du malheur, et tout mettre en œuvre pour tenir bon.
  • 14 Oui, tenez bon, ayant autour des reins le ceinturon de la vérité, portant la cuirasse de la justice,
  • 15 les pieds chaussés de l’ardeur à annoncer l’Évangile de la paix,
  • 16 et ne quittant jamais le bouclier de la foi, qui vous permettra d’éteindre toutes les flèches enflammées du Mauvais.
  • 17 Prenez le casque du salut et le glaive de l’Esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu.
  • 18 En toute circonstance, que l’Esprit vous donne de prier et de supplier : restez éveillés, soyez assidus à la supplication pour tous les fidèles.
  • 19 Priez aussi pour moi : qu’une parole juste me soit donnée quand j’ouvre la bouche pour faire connaître avec assurance le mystère de l’Évangile
  • 20 dont je suis l’ambassadeur, dans mes chaînes. Priez donc afin que je trouve dans l’Évangile pleine assurance pour parler comme je le dois.

o     

o    Saint-Marc 8 11-21 :

  • 11 Les pharisiens survinrent et se mirent à discuter avec Jésus ; pour le mettre à l’épreuve, ils cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel.
  • 12 Jésus soupira au plus profond de lui-même et dit : « Pourquoi cette génération cherche-t-elle un signe ? Amen, je vous le déclare : aucun signe ne sera donné à cette génération. »
  • 13 Puis il les quitta, remonta en barque, et il partit vers l’autre rive.
  • 14 Les disciples avaient oublié d’emporter des pains ; ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la barque.
  • 15 Or Jésus leur faisait cette recommandation : « Attention ! Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d’Hérode ! »
  • 16 Mais ils discutaient entre eux sur ce manque de pains.
  • 17 Jésus s’en rend compte et leur dit : « Pourquoi discutez-vous sur ce manque de pains ? Vous ne saisissez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur endurci ?
  • 18 Vous avez des yeux et vous ne voyez pas, vous avez des oreilles et vous n’entendez pas ! Vous ne vous rappelez pas ?
  • 19 Quand j’ai rompu les cinq pains pour cinq mille personnes, combien avez-vous ramassé de paniers pleins de morceaux ? » Ils lui répondirent : « Douze.
  • 20 – Et quand j’en ai rompu sept pour quatre mille, combien avez-vous rempli de corbeilles en ramassant les morceaux ? » Ils lui répondirent : « Sept. »
  • 21 Il leur disait : « Vous ne comprenez pas encore ? »

o     

 

 

« C'est en vain, mon frère, que tu cherches ton bonheur dans les faux plaisirs :

 

ils sont, dit saint Augustin, des semences de douleurs et d'amertumes qui fatiguent à n'en pouvoir plus. […]
Sache le reconnaître : l'état d'effervescence dans lequel nous vivons est meurtrier de la joie.

La multiplication insensée des lieux de plaisir, les ravages causés par les vices ne prouvent-ils pas qu'on ne trouve plus la joie dans la vie normale ? On se crée des joies artificielles, des dérivatifs au besoin inné de joie.


Les plaisirs tranquilles sont méprisés ; on veut des jouissances plus raffinées pour oublier au moins pendant quelques heures, les tristesses de la vie réelle.
Quitte, mon frère, quitte tous tes désirs pleins d'âpreté. Comprends toute la joie du dépouillement.


Oh ! Sache te renoncer pour mettre de plus en plus Dieu au principe de toutes tes visées et tes aspirations et tu trouveras le repos pour ton âme.


Si tu veux que ta conduite soit haute et belle il faut que ton monde intérieur soit baigné dans une atmosphère de sérénité et d'idéal.

Conserve tes pensées toujours pures et élevées, écarte toute pensée vulgaire, garde tes désirs et tes sentiments au-dessus du terre à terre, que ta volonté toujours nette et orientée vers le bien, le beau et le vrai maintienne fermement ton intérieur à ce niveau d'idéale beauté.

Et cette élévation resplendira dans ta conduite tout entière. »

(Dom Idesbald Van Houtryve, o.s.b. (1886-1964), Dans l'Esprit du Christ (Introduction à La Vie dans la Paix), Abbaye du Mont César – Louvain, L’Édition Universelle, S.A., Bruxelles, 1939.)

 

===

 

Saint Ignace d'Antioche

(?-v. 110), évêque et martyr 
Lettre à l'église de Smyrne (trad. Quéré, Les Pères apostoliques, p. 145 rev. ; cf bréviaire) 


 

« Voyez mes mains et mes pieds... Touchez-moi »

 

Je rends grâces à Jésus Christ notre Dieu de vous avoir inspiré une telle sagesse.

J'ai découvert que vous étiez unis dans une foi inébranlable, cloués corps et âme, si je puis dire, à la croix du Seigneur Jésus Christ, affermis par son sang dans l'amour, entièrement convaincus que notre Seigneur est véritablement

« issu de David selon la chair » (Rm 1,3),

fils de Dieu par la volonté et la puissance divines ; véritablement né d'une vierge, baptisé par Jean « afin d'accomplir toute justice » (Mt 3,15) ;

véritablement percé de clous pour nous en sa chair sous Ponce Pilate et Hérode le tétrarque.

Et c'est au fruit de la croix, à sa divine et bienheureuse Passion, que nous devons d'exister.

Car par sa résurrection il « lève son étendard » (Is 5,26) sur les siècles à venir, afin de choisir ses saints et ses fidèles parmi juifs et païens et de les réunir en un seul corps, celui de son Église

(Ep 2,16). 

Il a accepté toutes ces souffrances pour nous, pour notre salut.

Et il a véritablement souffert, comme véritablement il s'est ressuscité.

Et sa Passion n'a pas été, ainsi que le prétendent quelques mécréants, une simple apparence...

Pour moi, je sais et je crois que même après sa résurrection, Jésus était dans la chair.

Lorsqu'il est venu auprès de Pierre et de ses compagnons, il leur a dit :

« Prenez, touchez-moi et voyez, je ne suis pas un fantôme sans corps ».

Aussitôt ils l'ont touché et ils ont cru.

Cette étroite communion à sa chair et à son esprit les a aidés à braver la mort et à se montrer plus forts qu'elle.

Après la résurrection, Jésus a mangé et bu avec eux, comme un être de chair, alors qu'il était devenu un seul esprit avec le Père.

Je vous rappelle ces vérités, mes bien-aimés, tout en sachant que c'est là aussi votre profession de foi.

 

 

'Blessed the one who has become a good spiritual net and caught many for the good Lord, such a one will greatly praised by the Lord.' (St. Ephrem of Syria)

'Blessed the one who has become a good spiritual net and caught many for the good Lord, such a one will greatly praised by the Lord.' (St. Ephrem of Syria)

SAINT EUSTACHE (ou Eustaise), QUI ÊTES-VOUS ?
 
Un Saint "Colombanien"
Abbé
(+ 629)
 
 

 

 

     Issu d'une noble famille burgonde, Eustaise naquit dans le pays de Langres, sans doute dans le Bassigny (Haute-Marne). Nous ne savons rien de ses parents, sauf qu'il était le neveu par sa mère de Miétius (ou Michus), évêque de Langres. Dès son plus jeune âge, il fut élevé par Colomban lui-même. On ne sait pas comment il connut Colomban, mais celui-ci eut bientôt fait d'apprécier ses grandes qualités et en fit son minister. «Ses progrès furent si grands en vertu et en science qu'on le jugea capable d'enseigner ». Telle était la confiance qu'il sut inspirer au saint Irlandais, que celui-ci se reposa sur lui d'une des parties les plus difficiles de sa charge, à savoir la direction de l'école du monastère. 

 

 

 

     Après l’expulsion de Colomban de Luxeuil en 610 avec ses compagnons irlandais, Eustaise fut, avec Attala et Cagnoald, un de ceux qui rejoignirent Colomban, sans doute à Metz, à la Cour de Théodebert. Nous les retrouverons ensuite sur les chemins de l'exil, à travers la Suisse, puis au bord du lac de Constance, à Bregenz (Autriche), où ils eurent permission de s'installer. En 612, au moment de quitter Bregenz, Colomban ordonna à Eustaise de rentrer à Luxeuil et d'y relever Attala et Waldolène qui avaient gouverné le monastère comme prepositi en son absence. 

 

 

     Le roi Clotaire, à la tête des trois royaumes mérovingiens, décida d'envoyer Eustaise à Bobbio pour tenter de décider Colomban à revenir à Luxeuil. Invoquant son âge, ce dernier déclina la royale invitation. Au retour, sur le chemin de Luxeuil il s’arrêta au monastère Saint-Maurice d’Agaune (Suisse) d'où il ramena, non sans difficultés, l'ermite Amatus (futur saint Amé).  

 

 

   Eustaise partit évangéliser les populations au bord du Doubs et jusqu’aux confins du Danube en fondant des monastères (Cusance dans le Doubs, Weltenburg, en Bavière). C’est sous son abbatiat et celui de son successeur saint Valbert que le monastère de Luxeuil devint une école monastique de réputation européenne, pépinière de saints et de bâtisseurs de monastères à travers la Gaule. Il dut combattre l’hérésie du moine Agrestius qui avait déjà converti Saint Amé et Saint Romaric et que Sainte Fare avait rejetée.

 

 

Les fondations de cette époque vécurent selon la règle de saint Colomban, probablement déjà assouplie en se mêlant avec celle de Saint Benoit.

 

 

Il mourut le 29 mars 629 et il fut enterré dans l’église Saint Pierre de Luxeuil. Ses reliques furent rassemblées avec celle de saint Valbert au cours du VIIIe siècle.

 

 

 

 

 

 



(Cf:Vie de saint Colomban et de ses disciples, Adalbert de Vogüé, Vie de saint Eustaise, Vie monastique n°19, Abbaye de Bellefontaine)

===

 

 

GLADYS 29 MARS

Gladys est une reine et ermite galloise du VIème s.

 

A cette époque le Pays de Galles était divisé en de petits royaumes bretons,  Gwynllyn et sa femme Gwladys régnaient sur l’un d’eux. Selon une chronique du XIIème siècle.

Cette reine était la fille aînée de saint Brychan de Breccknock, qui en avait eu vingt-quatre ! Elle avait été enlevée par son futur mari avec l’aide du roi Arthur.

 

C’est peut-être pourquoi elle ne fut pas une épouse fidèle.

Mais devenue veuve, son fils Cadoc lui fit des reproches et elle se retira près de l’actuelle ville de  Newport, puis quitta complètement le monde pour une montagne isolée près de la rivière Ebbw.

 

 Finalement son nom fut associé à celui de son mari dans plusieurs églises des Galles méridionales.

Sts. Gwynllw and Gwladys, parents of St. Cadoc
March 29th.

 

 BONNE FETE AUX GLADYS  ET GWLADYS

 

 

 

 Demain nous fêterons les Amédée

 

 
'Shut out the senses, fight against prepossession and, with the commandments as your weapons, destroy the passions.' (St. Thalassios the Libyan)

'Shut out the senses, fight against prepossession and, with the commandments as your weapons, destroy the passions.' (St. Thalassios the Libyan)

Le jour où il a profané la statue de la Madone…

Durant la guerre civile d'Espagne (1936-1939), les anarchistes en "épurant" une ville de tous ses objets religieux essayent de renverser la statue de la Madone. En vain ! Une puissance mystérieuse la retient. Alors l'un d'entre eux, poussé par son fanatisme, monte sur le socle de la statue pour la décapiter. Sa manœuvre réussit à la grande joie de ses comparses, qui exhalent leur haine contre la religion autour de la statue mutilée.

A quelques semaines de là, l'anarchiste se présente chez le médecin et lui montre sa main malade... A cette vue, celui-ci est atterré. "Mais ce sont des taches de lèpre s'écrie-t-il... et il demande à voir l'autre main que le malheureux tient cachée dans la poche... : deux doigts de celle-ci sont déjà tombés en pourriture. Les autres sont déformés et gangrenés.

Le médecin reste perplexe. Il cherche à comprendre. - Avez-vous eu un contact avec des lépreux? Non. - Avez-vous des rapports avec des étrangers venant d'Afrique ou d'Asie ? - Non. -  Depuis quand avez-vous remarqué ces taches sur vos mains ?

A ces mots le malheureux fond en larmes et avoue que ces symptômes se sont révélés le jour où il a profané la statue de la Madone.

G. Pasquali S.S.P. 
dans "Quando Dio dice basta"

The people who walked in darkness have seen a great light; those who dwelt in a land of deep darkness, on them a light has shined.
For unto us a Child is born; to us a Son is given.
And the government shall be upon His shoulder, and of His peace there will be no end.
And His name shall be called the Messenger of Great Counsel, Wonderful, Counselor, Mighty God, the Everlasting Father, the Prince of Peace, the Father of the World to Come.

God is with us! Understand this, O nations, and submit yourselves! For God is with us!

(from the Song of the Holy Prophet Isaiah)

St. Simeon the New Theologian,

in speaking about a handsome twenty year old youth, George by name, who, despite his beauty and youth and living among the conceited of the world, recognized the path of salvation and was enlightened by spiritual wisdom, concludes with these words: "Do you understand how youth does not hinder nor does old age help a man, if he does not have reason and the fear of God." What prevented the young Apostle John from believing in Christ the Lord? What were the benefits of age to the Jewish elders when they were blinded in mind and in their blindness sentenced the Son of God to death? Nothing, nothing prevents youth in the young, even in our time, from giving their faith and love to Christ, who created them out of love. Nothing benefits the age of the aged in our time if their souls are poisoned with maliciousness toward Christ. Young and old bodies are nothing more than a new and an old garment of the soul. One or the other of these garments can conceal a healthy or a sick soul. Our goal is a healthy and clean soul.

(Prologue from Ochrid)

 

===

 

'Unless a man hates all the activity of this world, he cannot worship God.

What then is meant by the worship of God? It means that we have nothing extraneous in our intellect when we are praying to Him: neither sensual pleasure as we bless Him, nor malice as we sing His praise, nor hatred as we exalt Him, nor jealousy to hinder us as we speak to Him and call Him to mind. For all these things are full of darkness; they are a wall imprisoning our wretched soul, and if the soul has them in itself it cannot worship God with purity. They obstruct its ascent and prevent it from meeting God; they hinder it from blessing Him inwardly and praying to Him with sweetness of heart, and so receiving His illumination. As a result the intellect is always shrouded in darkness and cannot advance in holiness, because it does not make the effort to uproot these thoughts by means of spiritual knowledge.'

St. Isaiah the Solitary

Mardi de Pâques (Hevorae ),29 Mars 2016/ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

En vrac...Eléments pour votre réflexion

 

personnelle...

 

 

===

Il est temps que les États-Unis « se rallient au reste du monde » et reconnaissent que les chrétiens font l’objet d’un génocide au Moyen-Orient.

C’est ce qu’indique un rapport remis la semaine dernière au Secrétaire d’État John Kerry, l’exhortant à qualifier de génocide les exactions contre les chrétiens commises par le groupe État islamique.

Ce rapport de près de 300 pages intitulé « Génocide contre les chrétiens au Moyen-Orient » rédigé conjointement par les Chevaliers de Colomb et l’association « In Defense of Christians » signale que les États membres de l’Union européenne, les gouvernements d’Irak et de la Région autonome du Kurdistan, ainsi qu’ Hillary Clinton et la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale ont qualifié les exactions contre les chrétiens de « génocide ».

 

La réalité d’un génocide

Le rapport donne des détails sur le meurtre, les blessures, l’esclavage et le déplacement des chrétiens par le groupe djihadiste. Il inclut un dossier établissant la base juridique de la reconnaissance de génocide et donne des éléments de preuve détaillés montrant que Daesh a pour objectif de commettre un génocide. Il présente des preuves jamais signalées, réunies lors d’une mission d’enquête effectuée en Irak le mois dernier.

Le dossier juridique fait référence à la Convention des Nations unies sur le génocide, notamment la partie des naissances entravées au sein du groupe ciblé.

« Les hommes et les femmes aux mains de l’État islamique sont séparés pendant des semaines. Les chrétiens se voient offrir la liberté en échange de la vie d’un membre de leur famille, souvent le père. Beaucoup n’ont pas vu leur femme ou leur mari depuis plus d’un an et demi et n’ont aucune nouvelle de leur part ; Daesh a violé des centaines et probablement des milliers de femmes chrétiennes, endommageant de manière permanente leurs organes reproducteurs ou les laissant enceintes des œuvres de leurs ravisseurs ».

 

Le rapport contient des témoignages émouvants sur le génocide en cours

« Je suis allé en Irak il y a trois semaines et j’ai rencontré une petite fille de 3 ans qui  a été victime de brutalité de la part des membres de Daesh, ils l’ont jetée contre un mur. Elle ne peut plus parler. Où était son père ? Il a été assassiné, parce qu’il était chrétien », raconte Juliana Taimoorazy, une assyrienne chrétienne, présidente de « Christian Relief Council ». « J’assiste à l’élimination totale de mon pays, de la nation assyrienne qui a plus de 7 000 ans d’existance, une des premières nations à s’être convertie au christianisme il y a plus de 2 000 ans. Nous n’entendrons bientôt plus parler l’araméen, notre langue, celle de Jésus. »

Le porte-parole du Département d’État, John Kirby, a déclaré que le Département d’État était « horrifié par les actes commis par Daesh contre la population de divers contextes religieux et ethniques en Irak et en Syrie. »

Les États-Unis ont clairement indiqué qu’ils étaient toujours aussi déterminés à demander des comptes aux auteurs de ces génocides. « En tant que Secrétaire d’État, John Kerry a clairement indiqué lors des audiences budgétaires récentes, que le Département d’État continue à rassembler et évaluer toutes les informations concernant les atrocités commises par Daesh et nous travaillons dur sur le rapport du Congrès qui contiendra les détails de ces actes horribles. »

À ce jour, près de 65 000 Américains ont signé la pétition « Halte au génocide chrétien » lancée par IDC et les Chevaliers de Colomb, exhortant le Département d’État à inclure les Chrétiens dans sa déclaration de génocide.

source

===

ATTENTAT SUICIDE MEURTRIE AU PAKISTAN

attentat-Lahore-Pakistan.jpg

Au soir du dimanche 27 mars, un terrible attentat-suicide a frappé la ville de Lahore, au Pakistan. Un homme portant une ceinture d’explosifs s’est fait exploser dans le parc Gulshan-e-Iqbal alors que des chrétiens y fêtaient Pâques. Ces derniers étaient donc explicitement visés par cette attaque revendiquée par les talibans pakistanais du Jamaat-ul-Ahrar dès le lendemain. « Nous avons perpétré l’attentat de Lahore car les chrétiens sont notre cible », a déclaré le porte-parole des terroristes.

Selon un dernier bilan des autorités pakistanaises, 72 personnes y ont perdu la vie, dont 29 enfants et six femmes, le kamikaze ayant actionné sa bombe près d’un parc à jeux qui était bondé à cette heure de la journée. Parmi les victimes, les autorités locales comptent entre dix et quinze chrétiens.

Cette attaque, qui visait explicitement des chrétiens, a donc été fermement condamnée par le pape François qui a dénoncé « un exécrable attentat » à l’issue de la prière du Regina Cœli, ce lundi 28 mars 2016. Il a exprimé devant la foule des fidèles réunis place Saint-Pierre en ce lundi de Pâques sa « proximité à ceux qui ont été frappés par ce crime vil et insensé » et a invité chacun « à prier le Seigneur pour les nombreuses victimes et pour leurs proches ». Le Saint-Père a également lancé un appel aux « autorités civiles et à toutes les composantes sociales de cette nation pour qu’ils mettent tout en œuvre afin de rétablir la sécurité et de redonner la sérénité à la population, et en particulier, aux minorités religieuses les plus vulnérables ».

« Une ombre de tristesse et d’angoisse sur la fête de Pâques »

Après avoir déjà condamné le terrorisme lors de la Semaine Sainte, notamment dans sa prière au chemin de Croix et dans son message Urbi et Orbi, le Pape a répété que « la violence et la haine meurtrière conduisent seulement à la douleur et à la destruction » et que « le respect et la fraternité sont l’unique voie pour parvenir à la paix ». Le Pape a ensuite exprimé le vœu que « la Pâque du Seigneur suscite en nous, de manière encore plus forte, la prière à Dieu afin que les mains des violents qui sèment la terreur et la mort, s’arrêtent » et que « dans le monde puissent régner l’amour, la justice et la réconciliation ».

Un peu plus tôt, le père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, avait lui aussi condamné cet « horrible massacre de dizaines d’innocents » qui « jette une ombre de tristesse et d’angoisse sur la fête de Pâques ». « Encore une fois, la haine meurtrière s’abat lâchement sur des personnes sans défense. » Le porte-parole du Vatican précisait que le Pape, mis au courant immédiatement, priait pour les blessés, les familles concernées, les membres de la minorité chrétienne, ainsi que l’ensemble du peuple pakistanais, frappés par « la violence fanatique ». Il concluait en donnant un message d’espoir, espérant que le Seigneur continue à « nous donner le courage et l’espoir nécessaires pour construire des voies de compassion, de solidarité avec les souffrants, de dialogue, de justice, de réconciliation et de paix ».(Source: Aleteia)

 

===

 

===

 

===

DES DEPUTES FRANCAIS A DAMAS POUR CELEBRER PÂQUES...

Cinq heures du matin ce dimanche, les « alléluias » résonnent dans les rues du quartier chrétien de Bab Sharki, à Damas. Aux côtés des catholiques venus fêter Pâques – pendant que les orthodoxes entament à peine leur carême -, se trouvent cinq députés français des « Républicains » venus en Syrie pour l’occasion.

Thierry Mariani, Valérie Boyer, Nicolas Dhuicq, Michel Voisin et Denis Jacquat se tiennent en face du patriarche Grégoire III Laham, qui s’adresse à eux en français, à plusieurs reprises.

Grégoire III bénit les fidèles lors de la célébration de Pâques dimanche 27 mars
Grégoire III bénit les fidèles lors de la célébration de Pâques dimanche 27 mars

« Dites à François Hollande que nous, nous aimons la France », lance-t-il avant de transmettre un message qui lui tient à cœur et qu’il répète sans cesse : « merci d’avoir accueilli nos fidèles en France mais leur place est ici ! Œuvrez pour la paix en Syrie, aidez-nous à rester dans notre pays qui est beau et dans lequel nous avons su et saurons vivre. Ils sont Syriens et nous avons besoin de tous pour reconstruire ! »

« La France ne vous oublie pas »

Valérie Boyer explique la démarche : « cette cause est la mienne depuis longtemps et nous avons voulu apporter notre soutien concret à la population syrienne, aux chrétiens qui fêtent Pâques et leur dire que la France ne les oublie pas ».

La veille, les députés rencontraient des étudiants de l’université de Damas avec lesquels ils ont eu un échange. « Quoi que vous en pensiez, vous avez en France beaucoup d’amis ! », lançait Thierry Mariani, avant que son collègue Michel Voisin salut la reprise de Palmyre par l’armée arabe syrienne sous des applaudissements nourris.

Dans la salle, une jeune Alépine de 20 ans attrape le micro et s’adresse aux parlementaires dans un français parfait : « j’ai un rêve… Que la France ouvre à nouveau son lycée français à Alep. J’y étais jusqu’en terminale avant que la guerre éclate et que la France se retire. J’ai du aller passer mon bac au Liban en 2012, et la France nous manque. » À quelques rangs de là, un autre étudiant intervient : « hier, c’était vendredi saint pour les chrétiens, nous savons ce que cela veut dire ici, certains de nos camarades de classe ont été crucifiés par des opposants islamistes. Quel est votre message pour la Syrie ? »

Les députés accusent le coup avant d’assurer avec compassion ces étudiants de leur soutien : la guerre devient soudainement une cruelle réalité dans la bouche de ces jeunes Syriens pourtant déterminés à« résister »« La nation syrienne doit regagner toute sa souveraineté, et vous devez décider de votre avenir », rassure Nicolas Dhuicq.

La France interpellée sur les « sanctions » culturelles

Une autre regrette que la France ait décidé de sanctionner la Syrie en bloquant certains programmes culturels : « c’est ce que vous appelez démocratie ? » À quelques rues de là, le fondateur du Centre des Arts Visuels lui donne raison dans un impeccable français lui aussi : « la France m’a éduqué, et j’ai du mal à comprendre qu’elle se soit retirée de la Syrie si vite. Je ne parle pas ici de politique, mais de culture. L’embargo nous empêche par exemple d’importer de la peinture ou des pinceaux pour nos artistes… Je ne crois pas qu’il y ait grand chose à voir avec les relations diplomatiques ! » Lorsqu’on lui demande comment il continue à faire vivre son « work shop », il répond avec lassitude : « nous achetons de la moins bonne qualité ailleurs, ou alors nous faisons des allers-retours à Paris où nous sommes obligés de payer en cash parce que nous sommes Syriens. La France a pourtant des amis ici, qui se sentent abandonnés ! » Son émotion est visible lorsqu’il salut cette délégation française : « vous nous avez tant manqués », lance-t-il lui aussi.

« Nous sommes les enfants de la résurrection ! »

Retour au patriarcat melkite catholique de Damas, en ce matin de Pâques : « nous sommes les enfants de la résurrection, qui offre tellement plus que le terrorisme », poursuit le patriarche devant son église comble de mines réjouies.

 

Les députés filent vite rencontrer le président Bachar el Assad après la messe. Le dirigeant très controversé est pour ces députés « un acteur incontournable, qu’on le veuille ou non. » Et de fait, l’homme dont on annonçait la chute dès 2011 est toujours à la tête de son pays et de son armée. « Nous avons un ennemi commun et les récents attentats nous l’ont malheureusement rappelé dans le sang. La Syrie est devenue la plaque tournante du djihadisme, nous ne pouvons nous permettre de multiplier les ennemis », explique Thierry Mariani, à l’origine de ce voyage organisé avec l’association SOS Chrétiens d’Orient.

 

L’après-midi même, c’est le grand mufti de Syrie qui salut chaleureusement la délégation : « vous êtes un porte-bonheur : aujourd’hui nous fêtons Pâques et la libération de Palmyre », sourit-il avant d’appeler les parlementaires à œuvrer pour le retour des relations diplomatiques, poétiquement : « on parle souvent du français comme de la langue de l’amour, dites aux français que nous attendons le retour de cet amour avec impatience ! »

 

===

La 15ème brigade de l'armée irakienne, les forces des peshmergas, et celles de la mobilisation populaire (Hached Chaabi) ont lancé la bataille de la libération des deux villages Al-Nasr et Hmeidane à 50 km au sud de Ninive, dans le cadre de la bataille visant à reprendre ladite province aux terroristes de Daech.

Selon une source sécuritaire s'exprimant au site Soumariya news, "les forces irakiennes mènent de violents affrontements avec les terroristes dans ces deux villages", précisant que "leur nettoyage prendra fin dans les prochaines heures".


S'exprimant sous le couvert de l'anonymat, cette même source a indiqué que "les forces militaires agissent selon un plan stratégique visant à couper les voies de ravitaillement de Daech".

Vendredi, une force conjointe de l'armée et du Hached Chaabi a libéré les deux villages de Kherbet Daran et Khattab au sud- Ouest de la province de Makhmour.

Les responsables médiatique et militaire de Daech tués

Dans la province d'al-Anbar, précisément à l'Est de Ramadi, le président du conseil de la province de Khaldiya (Anbar) Ali Daoud, a confirmé la mort du "responsable  médiatique et le responsables des armes" du groupe terroriste Daech, dans un bombardement de la coalition.

Interviewé par Soumariya news, Daoud a indiqué que les avions de guerre de la coalition internationale, et en coordination avec les forces de l'armée, ont bombardé un siège de Daech à Boubali, à 23 km de l'Est de Ramadi. Le siège a été complètement détruit. 

Al-Asriya enterre ses morts

Le village d'Al-Asriya, au sud de Bagdad, a enterré ses morts ce samedi au lendemain d'un attentat suicide revendiqué par le groupe terroriste wahhabite Daech (EI) qui a fait 32 morts, en majorité des mineurs, après un match de football.

Le kamikaze, vraisemblablement un adolescent selon une photo diffusée par l'EI, s'est fait exploser dans la foule au moment de la remise des trophées.
"Il y a 32 morts et 84 blessés, dont 12 dans un état critique", a indiqué à l'AFP un responsable du département santé de la province de Babylone.
"Dix-sept des personnes décédées sont des garçons âgées de 10 à 16 ans" a-t-il ajouté.

Al-Asriya se situe près de la localité d'Iskandariyah, à environ 40 km au sud de la capitale irakienne.

Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montre un homme s'exprimer devant une table recouverte de trophées et appeler le nom d'un joueur avant une énorme explosion.

"Le kamikaze a fendu la foule pour approcher le centre du rassemblement et s'est fait exploser alors que le maire présentait les récompenses aux joueurs",  a raconté à l'AFP Ali Nashmi, un témoin âgé de 18 ans.

Le maire du village, Ahmed Shaker, a été tué de même que l'un de ses gardes du corps et au moins cinq membres des forces de sécurité.
   Des photos postées sur les réseaux sociaux montrent des poteaux de but abîmés et maculés de sang.

Condoléances du président de la Fifa  

Le président de la Fifa Gianni Infantino s'est dit dans un communiqué "choqué et terriblement attristé" par l'attentat suicide dans le village d'Al-Asriya.
"J'ai été choqué et terriblement attristé après avoir eu connaissance de l'affreuse tragédie survenue hier à Iskanderiyah", adressant ses "plus profondes condoléances aux familles des victimes".

  "A travers le monde le football réunit les gens. C'est un jour très triste lorsque les gens qui vont ensemble à un match deviennent les victimes d'une telle violence" s'est ému le président de l'instance suprême du football mondial.


Ban Ki-moon à Bagdad  
   
Sur le plan politique, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est arrivé ce samedi à Bagdad pour s'entretenir avec des hauts responsables sur les moyens d'aider l'Irak.

  Ban, dont la dernière visite dans la capitale irakienne remonte à un an,  voyage en compagnie du directeur de la Banque mondiale Jim Yong Kim et du président de la Banque islamique de développement Ahmad al-Madani.

Ils sont arrivés du Liban, où ils étaient jeudi et vendredi, et ont directement rejoint le ministre des Affaires étrangères Ibrahim al-Jaafari pour des pourparlers. 
 

Ibadi: poursuite des pourparlers pour un remaniement ministériel

Au cours d'un point de presse avec Ban Ki Moon, le Premier ministre Haydar Ibadi a indiqué que les pouparlers politiques se poursuivent pour effectuer un remaniement ministériel, considérant que cette mesure s'inscrit dans le cadre des réformes qui comprennent aussi la lutte contre la corruption.

Ibadi a précisé avoir débattu des modalités d'aide que devraient fournir l'organisation internationale et les deux institutions financières d'Irak pour une meilleure lutte contre la corruption.

De son côté, Ban a insisté sur l'importance de stopper le flux des terroristes et le directeur de la Banque mondiale Jim Yong Kim a estimé que la renaissance de l'économie irakienne favorise la lutte contre le terrorisme.

AFP et Alalam

source

 

===

INVITATION(S):

 

===

De : "haydar demiryurek"

<haydar.demiryurek@gmail.com>


ENSEMBLE AVEC MARIE
réunit des Chrétiens et des Musulmans, autour de la figure commune de la Vierge Marie.

Pour la seconde année consécutive, une rencontre spirituelle, conviviale et festive aura lieu le samedi 2 avril 2016, à la Basilique de Longpont-sur-Orge (Essonne). 
Vous y êtes cordialement invités et je vous propose de le diffuser autour de vous.

Interviendront notamment : Monseigneur Michel Dubost (Président du Conseil pour la dialogue interreligieux), Anouar Kbibech (Président du Conseil français du culte musulman), Bernard Thibaud (Secrétaire général du Secours catholique), Bariza Khiari (Sénatrice de Paris), Monseigneur Maroun Nasser Gemayel (Évêque de l’Éparchie Notre-Dame-du-Liban de Paris des Maronites), Latifa Ibn Ziaten (Présidente de l’association Imad pour la jeunesse et la Paix). 

D’autres rencontres ENSEMBLE AVEC MARIE sont également organisées cette année à Créteil, Lyon, Bruxelles et Tunis.

La rencontre du 2 avril à Longpont-sur-Orge sera ponctuée de temps de prière, de chants, de témoignages et d’interventions de représentants des deux communautés religieuses.

Vous trouverez plus de détails dans le communiqué joint 
http://www.ensembleavecmarie.org/index.php

Amicalement
Haydar DEMIRYUREK

 

===

===

 

Plus de 100 débats sont proposés à Paris lors de la Nuit des Débats

du samedi 2 avril organisée par la mairie de Paris 

 

http://www.paris.fr/nuitdesdebats

 
 
De: Myriam BOUREGBA <mbouregba@free.fr>
 
De : Michel Bourdeau <mb.com@wanadoo.fr>
Date : 18 mars 2016 21:15:20 HNEC
À : DEB1 <mb.com@wanadoo.fr>
Objet : Nuit des Débats - 2 avril
 
Bonsoir,
Dans le cadre de la “Nuit des Débats“, initiative de la Ville de Paris, le Centre Pastoral Saint-Merry et le GAIC (Groupe d’amitié islamo-chrétienne) vous invitent à débattre sur le thème :
 

La laïcité peut-elle cohabiter avec Dieu ?
Samedi 2 avril 2016 de 20 H à 22 H 
Eglise Saint-Merry - 76 rue de la Verrerie 75004 Paris 
(Métro Hôtel de Ville)

 
La carte invitation ci-jointe présente les intervenants :
Alain ChristnachtDanièle Hervieu-Léger et Mohamed Beddy Ebnou
ainsi que l’animateur : Bernard Gorce.
 
En diffusant ce message avec sa pièce jointe dans tous vos réseaux,
vous participerez à faire connaître cet événement.
Nous vous en remercions vivement.
 

====

De: michel haim <haim_michel@hotmail.fr>

 
 
 
Chers (ères) Amis, juste un dernier rappel pour le plaisir de vous rencontrer :

 

Dans le cadre de son cycle, La diversité interne dans les trois monothéismes, Cordoba a le plaisir de vous annoncer sa prochaine conférence, 
le mercredi 6 avril 2016,
à 20 h 30 :

 

"Pourquoi divers courants religieux dans l’islam ?",
 avec le professeur M. A. Amir-Moezzi, 

 

Professeur des universités, directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études à la Sorbonne, spécialiste de la pensée islamique, maître d’œuvre du Dictionnaire du Coran - publié aux éditions Robert Laffont 

 

La conférence aura lieu au Centre culturel ,3 avenue de Liège (côté gauche de la Mairie de Saint-Mandé)
94160 Saint-Mandé, Métro ligne 1 : Saint-Mandé

 

La conférence sera suivie d'un temps d'échange et du pot de l'amitié.

 La participation aux frais souhaitée est de 5 euros.

 

 Pour Cordoba

Michel Haïm
13 Avenue Robert André Vivien
94160 Saint Mandé
tél : 06 09 28 29 19

===

===

De: Carine GARDENT <carine.gardent@centresevres.com>

 
 
 
 
Mardi d’Éthique publique, en partenariat avec la revue Études et le Centre d’étude du fait religieux contemporain (CEFRELCO)
« Les religions dans l’espace public : facteurs d’intégration ou de tension ? »
Mardi 5 avril 2016 de 19h15 à 20h45
 
La question de la place des religions dans l’espace public n’est pas nouvelle dans notre pays. Mais la présence d’une importante communauté musulmane a beaucoup contribué ces dernières années à relancer le débat sur l’apport des traditions et des pratiques religieuses à la vie en société, interrogeant et bousculant la notion de laïcité. Les religions aident-elles à trouver sa place comme citoyen ? A quelles conditions, la communauté musulmane peut-elle être partie intégrante du contrat social de notre pays ?

Avec la participation de

§  M. Pierre Manent, philosophe, ancien directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), auteur de Situation de la France, DDB, 2015, 

§  P. Paul Valadier, jésuite, philosophe, enseignant au Centre Sèvres, auteur de Détresse du politique, force du religieux, Le Seuil, 2007,

§  M. Ghaleb Bencheikh, philosophe et théologien. Président de la Conférence mondiale des religions pour la paix, auteur de La laïcité au regard du Coran, Presses de la Renaissance, 2005. 

 
Soirée animée par le P. François Boëdec. Entrée libre.

 

Cette soirée sera précédée de 17h à 19h, dans les mêmes lieux, de la projection du documentaire « Français, qui sommes-nous ? » de Mathieu Schwartz (diffusé sur France 3 en octobre 2015), en présence du réalisateur.
 
 
 
 

 

===

 

NOUVEAUX LIVRES:

 

Discourses of Philoxenos of Mabbug:

A New Translation and Introduction

(Cistercian Studies)

The thirteen Discourses of Philoxenos of Mabbug (445-523) were delivered to new monks at a monastery under his episcopal care. Written in elegant Syriac, the Discourses deal with the fundamentals of the monastic and ascetic life faith, simplicity, fear of God, renunciation, and the struggle against the demons of gluttony and fornication. This is Philoxenos's longest work and his most popular. It avoids the strident character of his letters and commentaries that were composed to advance the anti-Chalcedonian movement.
This is the first English translation of an important Syriac text since the 1894 translation, now difficult to find. The introduction to this translation of the Discourses takes into account the scholarly work done and the books and articles published about Philoxenos in the past half century. There are no other titles in English that deal with the Discourses in this depth.

Series: Cistercian Studies
Paperback: 600 pages
Publisher: Liturgical Press (December, 2013)
Language: English
ISBN-10: 0879071354

===

Le monastère de la Transfiguration a le plaisir de vous annoncer la parution de quatre nouveaux ouvrages.

 
 
Les fin dernières selon les Pères de l'Eglise.

Archimandrite Placide Deseille
 
"LA MORT EST VAINCUE"



La vie liturgique

Jean-Claude Larchet
  



 
 

 

===

France7

 

===

 

N'oublions-pas les évêques, prêtres et fidèles chrétiens détenus par les "islamistes" ou terroristes en tous genres ! Prions sans relâche pour que le Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

Let us not forget the bishops, priests and faithful Christians held by "Islamists" or terrorists of all kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them. Pray for their release ...

===

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
The demons praised one of the most discerning brothers, appearing to him in visible form. But this most wise man said to them: 'If you cease to praise me through the thoughts of my heart, I shall conclude from your departure that I am great. But if you continue to praise me, from your very praise I shall guess my impurity; for every proud-hearted man is unclean before the Lord. And so either go away from me, and then I shall become great, or else praise me and through you I shall obtain more humility.' Struck with bewilderment, they immediately vanished from sight." (St. John Climacus, The Ladder of Divine Ascent.)

The demons praised one of the most discerning brothers, appearing to him in visible form. But this most wise man said to them: 'If you cease to praise me through the thoughts of my heart, I shall conclude from your departure that I am great. But if you continue to praise me, from your very praise I shall guess my impurity; for every proud-hearted man is unclean before the Lord. And so either go away from me, and then I shall become great, or else praise me and through you I shall obtain more humility.' Struck with bewilderment, they immediately vanished from sight." (St. John Climacus, The Ladder of Divine Ascent.)

Mercredi de Pâque. Hevorae mercredi

Soirée

o    Saint-Luc 23: 46 – 56 :

  • 46   Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » Et après avoir dit cela, il expira.
  • 47 À la vue de ce qui s’était passé, le centurion rendit gloire à Dieu : « Celui-ci était réellement un homme juste. »
  • 48 Et toute la foule des gens qui s’étaient rassemblés pour ce spectacle, observant ce qui se passait, s’en retournaient en se frappant la poitrine.
  • 49 Tous ses amis, ainsi que les femmes qui le suivaient depuis la Galilée, se tenaient plus loin pour regarder.
  • 50 Alors arriva un membre du Conseil, nommé Joseph ; c’était un homme bon et juste,
  • 51 qui n’avait donné son accord ni à leur délibération, ni à leurs actes. Il était d’Arimathie, ville de Judée, et il attendait le règne de Dieu.
  • 52 Il alla trouver Pilate et demanda le corps de Jésus.
  • 53 Puis il le descendit de la croix, l’enveloppa dans un linceul et le mit dans un tombeau taillé dans le roc, où personne encore n’avait été déposé.
  • 54 C’était le jour de la Préparation de la fête, et déjà brillaient les lumières du sabbat.
  • 55 Les femmes qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée suivirent Joseph. Elles regardèrent le tombeau pour voir comment le corps avait été placé.
  • 56 Puis elles s’en retournèrent et préparèrent aromates et parfums. Et, durant le sabbat, elles observèrent le repos prescrit.

o    24: 1 – 12 :

  • 01 Le premier jour de la semaine, à la pointe de l’aurore, les femmes se rendirent au tombeau, portant les aromates qu’elles avaient préparés.
  • 02 Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau.
  • 03 Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus.
  • 04 Alors qu’elles étaient désemparées, voici que deux hommes se tinrent devant elles en habit éblouissant.
  • 05 Saisies de crainte, elles gardaient leur visage incliné vers le sol. Ils leur dirent : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ?
  • 06 Il n’est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée :
  • 07 “Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite.” »
  • 08 Alors elles se rappelèrent les paroles qu’il avait dites.
  • 09 Revenues du tombeau, elles rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres.
  • 10 C’étaient Marie Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques ; les autres femmes qui les accompagnaient disaient la même chose aux Apôtres.
  • 11 Mais ces propos leur semblèrent délirants, et ils ne les croyaient pas.
  • 12 Alors Pierre se leva et courut au tombeau ; mais en se penchant, il vit les linges, et eux seuls. Il s’en retourna chez lui, tout étonné de ce qui était arrivé.

o     

Matin

o    Luc 24: 13 -35 :

  • 13 Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem,
  • 14 et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.
  • 15 Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux.
  • 16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
  • 17 Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes.
  • 18 L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. »
  • 19 Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple :
  • 20 comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié.
  • 21 Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé.
  • 22 À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau,
  • 23 elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant.
  • 24 Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. »
  • 25 Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit !
  • 26 Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? »
  • 27 Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.
  • 28 Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin.
  • 29 Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.
  • 30 Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna.
  • 31 Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.
  • 32 Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? »
  • 33 À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent :
  • 34 « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. »
  • 35 À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

o     

Mardi de Pâques (Hevorae ),29 Mars 2016/ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Par St Ambroise

(v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église 
Sur la virginité, 17-21(trad. Solesmes 1980 p. 167 rev.) 

 

« Avez-vous vu celui que mon cœur aime ? » (Ct 3,3)

 

 

             « Pourquoi pleures-tu ? »

C'est toi qui es cause de tes larmes, toi qui te fais pleurer...

Tu pleures parce que tu ne crois pas au Christ : crois et tu le verras.

Le Christ est là, il ne fait jamais défaut à ceux qui le cherchent. « Pourquoi pleures-tu ? »

Ce n'est pas tant les larmes qu'il faut, mais une foi alerte et digne de Dieu.

Ne pense pas aux choses mortelles et tu ne pleureras pas... Pourquoi pleurer ce qui réjouit les autres ? 

            « Qui cherches-tu ? »

Ne vois-tu pas que le Christ est la force de Dieu, que le Christ est la sagesse de Dieu, que le Christ est sainteté, que le Christ est chasteté, que le Christ est pureté, que le Christ est né d'une vierge, que le Christ est du Père et auprès du Père et dans le Père toujours ; né et pourtant non pas crée, non pas déchu, toujours aimé, vrai Dieu de vrai Dieu ?

« On a enlevé le Seigneur du tombeau et je ne sais où on l'a mis. » 

Tu te trompes, femme ; tu penses que le Christ a été enlevé du tombeau par d'autres et non pas ressuscité par sa propre puissance.

Mais personne n'enlève la puissance de Dieu, personne n'enlève la sagesse de Dieu, personne n'enlève la vénérable chasteté.

Le Christ n'est pas enlevé du tombeau du juste ni de l'intime de la vierge et du secret de son âme fidèle ; et même s'il en est qui veulent le ravir, ils ne peuvent l'enlever. 

           Alors le Seigneur lui dit :

« Marie, regarde-moi ».

Tant qu'elle ne croit pas, c'est « une femme » ; quand elle commence à se tourner vers lui elle est appelée Marie.

Elle reçoit le nom de celle qui a enfanté le Christ ; car c'est l'âme qui enfante spirituellement le Christ.

« Regarde-moi », dit-il.

Qui regarde le Christ se corrige ; on s'égare quand on ne voit pas le Christ.

Aussi, se retournant, elle le voit et dit :

« Rabbi, ce qui veut dire Maître ».

Qui regarde se tourne ; qui se tourne saisit plus complètement ; qui voit progresse.

Aussi appelle-t-elle Maître celui qu'elle croyait mort ; elle a trouvé celui qu'elle croyait perdu.




 

Note:

L'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-Orientale. 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , nous n'exigeons aucun fixe. .Les offrandes sont libres et non obligatoires. Toute offrande fait cependant l'objet d'une déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

Mardi de Pâques (Hevorae ),29 Mars 2016/ELÉMENTS POUR MÉDITER, RÉFLÉCHIR, PRIER ET MIEUX AGIR:

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise Syro-Orthodoxe Francophone - dans Famille Tradition Syriaque orthodoxie-orientale oecuménisme Spiritualité Chrétienne Société

Recherche

Liens