Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 07:47

bonpasteur2

'An intellect in control of itself is the temple of the Holy Spirit, but that of a glutton is like a nest of crows.'

(St. Thalassios the Libyan )

 

 

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 3,4-9.

 

Frères, si nous avons une telle assurance devant Dieu, c'est grâce au Christ.
Ce n'est pas que nous soyons par nous-mêmes capables de concevoir quelque chose comme venant de nous-mêmes ; mais notre aptitude vient de Dieu. 
C'est lui également qui nous a rendus capables d'être ministres d'une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l'esprit ; car la lettre tue, mais l'esprit vivifie. 
Or, si le ministère de la mort, gravé en lettres sur des pierres, a été entouré de gloire au point que les fils d'Israël ne pouvaient fixer leurs regards sur la face de Moïse à cause de l'éclat de son visage, tout passager qu'il fût, 
combien plus le ministère de l'esprit ne sera-t-il pas entouré de gloire ? 
C'est qu'en effet, si le ministère de la condamnation a été glorieux, le ministère qui confère la justice le surpasse de beaucoup. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,23-37.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : " Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! 
Car, je vous le dis, beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous, vous voyez, et ne l'ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu. " 
Et voici qu'un docteur de la Loi se leva, et, pour l'embarrasser, lui dit : " Maître, que dois-je faire pour posséder la vie éternelle ? " 
Il lui dit : " Qu'y a-t-il d'écrit dans la Loi ? Qu'y lis-tu ? " 
Il répondit : " Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même. " 
Il lui dit : " Tu as bien répondu : fais cela et tu vivras. " 
Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : " Et qui est mon prochain ? " 
Jésus reprit et dit : " Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho ; il tomba entre les mains de brigands qui, après l'avoir dépouillé et chargé de coups, s'en allèrent, le laissant à demi-mort. 
Or, par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa outre. 
De même un lévite aussi vint en ce lieu, le vit et passa outre. 
Mais un Samaritain, qui était en voyage, vint près de lui, le vit et fut touché de compassion. 
Il s'approcha, banda ses blessures, y versant de l'huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit dans une hôtellerie et prit soin de lui. 
Le lendemain, tirant deux deniers, il les donna à l'hôtelier et lui dit : " Prends soin de lui, et ce que tu pourrais dépenser en plus, c'est moi qui te le rembourserai à mon retour. " 
Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de l'homme qui était tombé aux mains des brigands ? " 
Il dit : " Celui qui a pratiqué la miséricorde envers lui. " Et Jésus lui dit : " Va, toi aussi fais de même. " 
 


See original image

Par Saint Ambroise

(v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église 
Commentaire de l'évangile de Luc, 7, 74s (trad. cf SC 52, p. 34 et Véricel, L'Evangile commenté, p. 241) 

 

« Un Samaritain...arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de pitié »

 

Un Samaritain descendait par ce chemin.

« Qui est descendu du ciel, sinon celui qui est monté au ciel, le Fils de l'homme, qui est au ciel ? »

(cf Jn 3,13).

Voyant à demi mort cet homme que personne avant lui n'avait pu guérir..., il vient près de lui ; c'est-à-dire qu'en acceptant de souffrir avec nous il s'est fait notre proche et qu'en nous prenant en pitié il s'est fait notre voisin. 

« Il pansa ses plaies en y versant de l'huile et du vin ».

Ce médecin a bien des remèdes par lesquels il a coutume de guérir. Ses paroles sont un remède :

-telle parole ligature les plaies, une autre y verse du baume, une autre le vin astringent... « Puis il le chargea sur sa propre monture ».

Ecoute comment il t'y place :

-« C'étaient nos souffrances qu'il portait et nos douleurs dont il était accablé »

(Is 53,4).

Le berger aussi a placé sur ses épaules la brebis fatiguée

(Lc 15,5)... 

« Il le conduisit à l'hôtellerie et prit soin de lui »...

Mais le Samaritain ne pouvait pas demeurer longtemps sur notre terre ; il devait retourner au lieu d'où il était descendu. Donc, « le lendemain » –- quel est ce lendemain, sinon le jour de la résurrection du Seigneur, celui dont il est dit :

« Voici le jour que fit le Seigneur » (Ps 117,24) ? -– « il sortit deux pièces d'argent et les donna à l'hôtelier, en lui disant : Prends soin de lui ».

Qu'est-ce que ces deux pièces ?

Peut-être les deux Testaments, qui portent l'effigie du Père éternel, et aux prix desquels nos blessures sont guéries...

Heureux cet hôtelier, qui peut soigner les blessures d'autrui ! Heureux celui à qui Jésus dit :

« Ce que tu auras dépensé en plus, c'est moi qui te le rendrai lors de mon retour »...

Il promet donc la récompense.

Quand reviendras-tu, Seigneur, sinon au jour du jugement ?

Bien que tu sois toujours partout, te tenant au milieu de nous sans que nous te reconnaissions, un jour viendra où toute chair te verra venir.

Et tu rendras ce que tu dois.

Comment le rendras-tu, Seigneur Jésus ?

Tu as promis aux bons une large récompense au ciel, mais tu rendras encore plus quand tu diras :

« Très bien, serviteur bon et fidèle, tu as été fidèle pour peu de choses, je t'en confierai beaucoup ; entre dans la joie de ton maître »

(Mt 25,21).

pauvre_prochain.gif

« Notre époque est rongée par l'ingratitude :

vis-à-vis du passé, de notre histoire,

des générations qui nous ont précédés et ont bâti

notre pays, ont tissé notre culture ;

vis-à-vis du présent, de ce que les autres nous donnent grâce au respect du bien commun, de ce que nos parents nous transmettent ; vis-à-vis de Dieu, éminemment, duquel tout découle et trouve son origine.

Nous sommes devenus des ingrats et, par là-même, selon l'intuition de saint Ignace, nous avons ouvert la porte à tous les maux et à tous les vices.
Au sein de la Révélation, la gratitude tient une place d'honneur car elle est le signe de l'alliance entre l'homme et Dieu, de la reconnaissance de la créature vis-à-vis du Créateur.

Malgré sa déchéance et la Chute, l'homme garde sa noblesse s'il est capable de gratitude envers son Dieu et envers autrui.

Il reconnaît ainsi humblement que rien ne lui est dû, qu'il est dépendant pour toute chose.

Un épisode évangélique souligne clairement à quel point cette vertu est essentielle pour être sauvé : celui de la guérison de dix lépreux par le Christ tandis qu'Il se dirige vers Jérusalem en longeant la frontière de la Samarie.

Le groupe, à distance, implore la pitié du Maître qui leur enjoint simplement de se montrer aux prêtres, sans autre parole. Sur leur chemin, les lépreux découvrent qu'ils sont guéris.

Un seul revient sur ses pas, glorifiant Dieu et rendant grâces à Jésus en se prosternant face contre terre à ses pieds.

L'évangéliste saint Luc précise que ce lépreux était un Samaritain, donc un schismatique, un hérétique, un étranger, doublement impur par sa lèpre et par son appartenance religieuse.

Le Christ exprime sa surprise que cet homme fût le seul à afficher sa reconnaissance.

Un cas unique sur les dix.

La proportion est faible.

Et la récompense est à la mesure de la gratitude :
       « Va ; ta foi t'a sauvé. »
Ainsi ce lépreux guéri ne recouvre pas simplement la santé du corps comme les neuf autres, mais il reçoit le salut de l'âme.

Le Christ, au travers de la gratitude de ce pauvre hère, pèse la foi.

La gratitude exprime la foi plus que n'importe quelle déclaration formelle et dogmatique.

La gratitude trace la voie vers le salut. »

(à suivre le 17 août)

Père Jean-François Thomas dans "Les Mangeurs de cendres. petit traité spirituel" (ch.II), Via Romana, Versailles, 2016.
(Voir autre extrait de ce livre au 20 juillet dernier)

 

 

See original image

 

 

 

 

 

 

 

See original image

Aloho m'barekh

Je demande à tous nos fidèles et amis de bien vouloir, de la Transfiguration de Notre-Seigneur (6 Aout) à la Dormition-Assomption de Notre-Dame (15 Août), dire la prière suivante pour leurs prêtres, tous les prêtres; pour les vocations en notre métropolie, les vocations de par le monde...Merci.

Avec l'assurance de mon fidèle dévouement.

 

+Mor Philipose-Mariam, métropolite.

 

PRIERE POUR NOS PRÊTRES:

 

Seigneur Jésus, avec tous les saints prêtres qui nous ont montré le chemin du ciel et qui sont aujourd'hui dans Votre gloire, nous Vous confions : tous les prêtres que nous connaissons, ceux que nous avons rencontrés, ceux qui nous ont aidés, ceux que Vous nous donnez aujourd’hui comme témoins de la Paternité de Votre Père céleste.

Vous avez appelé chacun de ces baptisés par son nom pour que vivant de votre Bon Saint et vivifiant Esprit, ils se sanctifient avec l'ensemble du Peuple de Dieu.

Parmi ces baptisés, Vous avez appelé chacun d'eux par un amour de prédilection afin qu''en Vous,Unique, Souverain et Eternel Prêtre, ils soient "sanctifificateurs" ...

Pour chacun d'eux, pour le don de leurs vies , nous Vous louons et nous Vous supplions : gardez-les (Et nous avec eux) dans la fidélité à Votre nom ; Vous qui les aavez consacrés pour qu’en Votre nom, ils soient nos pasteurs, donnez leur force, confiance et joie pour accomplir leur mission.

Que  la Quadisha Qurbana (L'Offrande par Vous, avec Vous et en Vous de Votre Sacrifice non sanglant), que l'Euchraristie qu’ils célèbrent les nourrisse et leur donne le courage de s’offrir avec Vous pour les brebis que nous sommes ; qu’ils soient entièrement immergés en Vous, ô Christ miséricordieux afin d'être toujours plus les témoins de Votre pardon afin d'étendre avec nous Votre règne d'Amour, de Vérité, de Justice et de Paix.

Qu'en Vous , Ô Christ Prêtre, ils soient de vrais adorateurs du Père afin de  nous enseigner le véritable chemin de la sainteté.

Ô Père Céleste, avec eux, avec nos prêtres, nous nous offrons au Christ "Porte des brebis" pour l'édification et l'unanimité de l’Église tendue vers Vous: 

-Qu’elle soit missionnaire dans le souffle de Votre Esprit!

Aprenez-nous  à aimer ces prêtres que Vous nous donnez, à les respecter et à les recevoir vraiment comme un don de Votre main, pour qu’avec eux nous accomplissions davantage Votre œuvre pour le salut de tous. 

Seigneur, donnez-nous des prêtres, Seigneur, donnez-nous de nombreux prêtres, Seigneur, donnez-nous de nombreux et saints prêtres !

Amîn.

P.S:

Vous pouvez poursuivre la prière pour les vocations et la sainteté du clergé par cette "Neuvaine pour la paix "demandée  par les évêques Romains-catholiques de la Région de Bretagne et que nous vous livrons ici quelque peu modifiée :

 

Neuvaine de prière pour la paix
« Jésus est notre paix »

See original image

Du samedi 6 août au lundi 15 août 2016,
solennité de l’Assomption de la Vierge Marie

Seigneur Jésus, Vous êtes notre paix, et Vous voulez la paix pour tous.

Nous Vous implorons : mettez la paix dans nos cœurs.
Nous Vous en supplions : convertissez le cœur de ceux qui sont tentés par la violence.
Nous Vous le demandons : faites de nous tous des artisans de paix, partout où nous vivons.

Nous nous souvenons de la parole de la Vierge Marie dans le petit village de Pontmain* :« Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon fils se laisse toucher. »

En écoutant sainte Marie, Mère de Dieu le Verbe Incarné,la
Reine de la paix et Mère de Miséricorde,
nous Vous prions pour que Vous donniez au monde le bien si précieux de la paix.

Merci Seigneur d’écouter notre prière qui monte vers Vous dans l' espérance.
Nous avons confiance en Vous, unique Sauveur du monde.

On peut ensuite prier le Notre Père et une dizaine de chapelet, en terminant par : « Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles, Amen. »

 

Diocèse de Laval. Apparition le 17 janvier 1871.

See original image

 

 

 See original image

 

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES LES SAINTS...

 

1er Août,

début du carême de la Dormition (Du 1er au 14).

Avant la glorieuse fête de la Dormition de la toujours Vierge Marie, l'Église a institué une courte période de jeûne de deux semaines pour nous y préparer.*

Aujourd'hui, en notre Métropolie Syro-Orthodoxe Francophone, les Saints célébrés localement sont :

 

 

 

 

Saint Tiburce et sainte Suzanne
Martyrs
(† 288 et 
v. 305)

 

Ste Suzanne, priez pour nous !

 

Tiburce,

 

fils de Chromatius, préfet de Rome, avait embrassé le christianisme, à la persuasion de saint Sébastien. Amené pour ce motif devant le juge Fabien, il se mit à discourir en sa présence sur divers points de la foi chrétienne. Dans sa fureur, le juge ordonna de couvrir le pavé de charbons ardents, et lui dit : « Tiburce, il faudra, ou que tu sacrifies sans délai aux dieux de l’empire, ou que tu marches nu-pieds sur ces charbons ». Se munissant alors du signe de la croix, le martyr marcha plein de confiance sur le brasier. « Apprends par là, dit-il au juge, que le Dieu des chrétiens est le seul Dieu. Tes charbons me semblent être des fleurs ». Ce prodige ayant été attribué à la magie, on conduisit Tiburce hors de la ville sur la voie Lavicane, à trois milles de Rome, où on le décapita et où les chrétiens l’ensevelirent.

 

 

Nièce du pape saint Caïus, Suzanne 

 

était une vierge d’une grande noblesse, belle et savante. L’empereur Dioclétien la voulait pour épouse du futur empereur Maximien. Lorsqu’elle révéla qu’elle était chrétienne, elle fut décapitée dans sa propre maison. Son corps se trouve avec celui de son père, saint Gabinus, et celui de sainte Félicité.

The Holy Martyress Susanna the Virgin

Commemorated on August 11

The Holy Martyress Susanna the Virgin was the daughter of Presbyter Gavinius and a niece of the Holy Pope of Rome Caius (283-296). She was raised in strict Christian piety and in her youthful years dedicated herself to God. The family of the saint occupied a position of kinship with the emperor Diocletian (284-305), to whom there reached reports about her virtue and beauty. Having decided to give Saint Susanna in marriage to his co‑ruling emperor Maximian Hercules (284-305), the emperor sent to presbyter Gavinius his own kinsman the dignitary Claudius, and then his own brother Maximus. Both of them together with the wife of Claudius Prepedigna and her sons Alexander and Cythius – after conversation with the pious family accepted Baptism. Having learned of this, that the entire family of the imperial kinsfolk had been converted to Christianity, Diocletian sent them into exile. Soon they burned the martyrs at Ostia, not far from Rome, and threw the ashes into the sea. They took the holy virgin Susanna to the palace, and the empress was entrusted to persuade her to submit. But the empress, secretly a Christian, supported the martyress in her intention to preserve her virginity for the sake of the Lord. She explained to the emperor about the unwillingness of the virgin to enter into marriage with a pagan. Diocletian gave permission to his co-ruler to dishonour the holy virgin, but an Angel defended her. [here apparently is a lacuna] Macedonius began to urge the martyress to offer sacrifice to the idols. "I offer myself in sacrifice to my Lord", – she answered. Then Macedonius cut off the head of the martyress. The empress secretly buried the body of the saint; the room, where the murder occurred, was consecrated into a church by Holy Pope Caius. Soon the father of Saint Susanna – Presbyter Gavinius – accepted a martyr's end, as also in the year 296 did Sainted Caius.

© 1996-2001 by translator Fr. S. Janos.

 

Sainte Philomène

(Reliques de la Ste en notre paroisse Syriaque de JAULDES (Angoulême))

 

 
 
Le tombeau de cette vierge et martyre, inconnue jusqu'aux premières années du siècle dernier, fut providentiellement découvert aux catacombes, l'an 1802. Dieu a rendu célèbre par tant de miracles la découverte du corps de sainte Philomène; le culte de cette jeune Sainte s'est répandu dans tout l'univers avec une rapidité si merveilleuse; elle a reçu et reçoit de toutes parts des hommages si exceptionnels, qu'elle mérite d'être placée au premier rang parmi les vierges et martyres que vénère l'Église.
 
Le saint curé d'Ars l'appelait sa chère petite Sainte et faisait des merveilles par son invocation.
 
D'après les études fort sérieuses des savants, sainte Philomène aurait été une enfant du peuple, immolée au Ier siècle pour Jésus-Christ, à l'âge de douze ou treize ans. L'examen de ses ossements a permis d'apprécier son âge; la fiole de sang desséché trouvée dans sa tombe indique clairement son martyre; les instruments de supplice peints sur la plaque de terre cuite qui fermait le tombeau, les flèches, l'ancre, la torche, nous montrent quels genres de tortures elle a souffert; l'inscription: La paix soit avec toi, Philomène, nous fait connaître son nom vénéré.
 
C'est à bon droit que sainte Philomène a été appelée la Thaumaturge du XIXe siècle. Aucun Saint peut-être, dans ce siècle, n'a opéré tant de prodiges. On l'invoque dans tous les besoins; mais elle semble s'être déclarée surtout l'amie et la protectrice des petits enfants. De tous les miracles qu'elle a faits, le plus grand est l'explosion de confiance et d'amour qu'elle a excitée en toute l'Église.
 

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

 
PRIERE A SAINTE PHILOMENE:
Je vous salue, ô innocente Philomène qui, par l'amour de Jésus, avez conservé dans tout son éclat le lis de la virginité.
 
Je vous salue, ô illustre Philomène, qui avez répandu si courageusement votre sang pour Jésus-Christ.
 
Je bénis le Seigneur pour toutes les grâces qu'Il vous a accordées pendant votre vie, et tout spécialement à l'heure de votre mort.
 
Je Le loue et Le glorifie pour l'honneur et la puissance avec lesquels Il vous a couronnée, et je vous supplie d'obtenir pour moi auprès de Dieu les grâces que je demande par votre intercession.
 
Sainte Philomène, fille bien-aimée de Jésus et de Marie, priez pour nous qui avons recours à vous!
 Amîn.
 
Sainte Philomène, priez pour nous!

 

 

*Dimanche 14 AOÛT à Jauldes (Charente). 

 

-10h30, Messe du jour,

*vénération de la relique et de l'Icône de Ste Philomène  et 

*prières mariales de vigile 

de la Dormition Assomption" de la Très Sainte 

Vierge Marie)

 

(Après la Messe, possibilité de rejoindre avec le Monastère en  Normandie avec le prêtre desservant pour le Pèlerinage de l'Assomption à N-D de Miséricorde. VEUILLEZ VOUS INSCRIRE !Retour le 16 Août dans l'après-midi)

 

 

Sainte_Philomene_8b.jpg

See original image

 

 

11 août :

Découverte de l'Icône « non faite de main d'homme » de Notre Seigneur Jésus-Christ

Tropaire, t. 2

Devant ta sainte Icône nous nous prosternons, Dieu de bonté, * implorant le pardon de nos fautes, ô Christ notre Dieu, * car tu as bien voulu souffrir en montant sur la croix * pour sauver ta créature de la servitude de l'Ennemi; * aussi dans l'action de grâce nous te crions: * tu as rempli de joie l'univers, * ô notre Sauveur, en venant porter au monde le salut.

 

On raconte que sous le règne de l'empereur Tibère (578-582), une noble femme de rang sénatorial, nommée Marie, qui souffrait d'une maladie incurable et qui, désespérant de tout secours humain, s'en était remise à Notre Seigneur. Jésus-Christ, sollicita des Prêtres qui servaient l'église où se trouvait l'"Icône non faite de main d'homme1, l'autorisation de garder la précieuse Relique dans sa demeure pendant quarante jours. A l'issue de cette période, au cours de laquelle elle pria instamment devant l'Icône, son mal empira de manière insupportable, et ne pouvant se lever de sa couche, elle demanda à l'une de ses servantes de lui apporter la Sainte Effigie pour la vénérer. Quand elle ouvrit la porte de la chapelle, la servante resta saisie de stupeur, car une flamme de feu, qui atteignait le plafond, sortait du coffret où était déposée l'Icône et remplissait toute la pièce d'une violente lumière. Elle appela sa maîtresse, les autres servantes et les Prêtres, et tous tombèrent à terre devant ce spectacle en criant: "Kyrie eleison!" pendant un long moment. Après que le Prêtre eut dit une prière, la flamme s'affaiblit peu à peu et l'on parvint enfin à ouvrir le coffret. Et, ô miracle, tous purent alors constater que l'Icône était intacte et que sur le linge précieux que Marie avait déposé pour la protéger s'était imprimée une copie exacte de l'Icône "non faite de main d'homme". On déposa cette copie sur le corps de la malade qui fut aussitôt guérie et rendait gloire à Dieu pour son ineffable condescendance. Après quelques années, la pieuse Marie ayant reçu la révélation de son prochain décès, remit cette image à Saint Domitien, Evêque de Mélitène (cf. 10 janv.), qui se trouvait alors dans la capitale, et le chargea de la déposer au couvent de l'Ascension à Mélitène. 
Lorsque, sous le règne d'Héraclius (615), les Perses attaquèrent l'Empire byzantin, les religieuses de ce Monastère se réfugièrent à Constantinople, où le Patriarche Serge leur céda un Monastère, mais il garda contre leur gré la précieuse Image. Une série de fléaux s'étant bientôt abattus sur l'Empire et sur l'Eglise, le prélat reçut pendant son sommeil la révélation que son larcin en était la cause, aussi s'empressa-t-il de restituer l'Icône aux mon
iales et la paix revint. 
1. (Il semblerait s'agir de l'icône de Camouliana, transférée à Constantinople en 574 (9 août)) 
(Le Synaxaire * Vie des Saints de l'Eglise Orthodoxe * Hiéromoine Macaire de Simonos Pétra * Tome sixième)

 

 

 

 

 

 

'If some shameful thought is sown in your heart as you are sitting in your cell, watch out. Resist the evil, so that it does not gain control over you. Make every effort to call God to mind, for He is looking at you, and whatever you are thinking in your heart is plainly visible to Him. Say to your soul: "If you are afraid of sinners like yourself seeing your sins, how much more should you be afraid of God who notes everything?" As a result of this warning the fear of God will be revealed in your soul, and if you cleave to Him you will not be shaken by the passions; for it is written: "They that trust in the Lord shall be as Mount Zion; he that dwells in Jerusalem shall never be shaken" (Ps. 125:1. LXX). Whatever you are doing, remember that God sees all your thoughts, and then you will never sin. To Him be glory through all the ages. Amen.'

 

St. Isaiah the Solitary

 

 

 

 

 

 

 

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

* Virgin Mary's Fast / Saumo d Yildath Aloho

 

This is one of the traditional fasts observed in all the Eastern Churches. A feast in commemoration of the Mother of God was celebrated in the East as early as fourth century. Later this was identified as the migration of the blessed Virgin and it came to be called the feast of Sunoyo (Migration) of the Mother of God. This fast starts for those who practice the origins of this Lent on the first August, fot the rest it starts from the Tenth of August and ends with the Sunoyo feast on the fifteenth day. This is the time for the faithful to prepare themselves for their death because the death of the Mother of God is a desirable and exemplary death for all.(Source: Fadi Syriany )

 

See original image

 

 

DU CÔTE DE NOS FRERES LES SAINTS...

 

1er Août,

début du carême de la Dormition (Du 1er au 14).

Avant la glorieuse fête de la Dormition de la toujours Vierge Marie, l'Église a institué une courte période de jeûne de deux semaines pour nous y préparer.*

Aujourd'hui, en notre Métropolie Syro-Orthodoxe Francophone, les Saints célébrés localement sont :

 

 

Toujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons...

 

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

 

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 

SUIVRE LE CHRIST, LE BON BERGER

« C’est moi qui ferai paître mon troupeau, et c’est moi qui le ferai reposer » (Ez 34, 15).

« Sois sans crainte, petit troupeau : votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume » (Lc 12, 32).

S’il y a une chose que le Seigneur m’a apprise au cours de ma vie de nomade, c’est qu’il est Dieu, et pas moi. C’est pourquoi il décide d’annuler mes gros concerts, de casser mon radiateur, de me donner des maux d’estomac : parce que ses projets sont meilleurs que les miens, et qu’il m’aime trop pour me laisser diriger ma vie.

Lorsque je me laisse porter par la Providence, je m’éloigne du Seigneur. Je préfère faire mes propres choix et, la plupart du temps, le mains percées de mon bon Berger me semblent trop exigeantes. Je ne suis donc Sa volonté qu’après ma propre vanité, ignorant les mises en garde de Celui qui tente de m’emmener vers de verts pâturages. Je suis obstinée et me moque des ronces sur mon chemin.

Il est plus aisé de suivre un berger, parce qu’il connaît le chemin.

Mais les moutons ne se font pas de câlins et les bergers ne sont pas si doux. Nous avons tous vu cette image de Jésus enlaçant un agneau, et je suppose que beaucoup pensent que c’est ce qu’Il voulait dire en affirmant être le bon Berger. « Tu es adorable, je vais te prendre dans mes bras ! »

Cependant, si vous avez déjà passé du temps avec des moutons, vous saurez qu’être comparé avec ces bêtes entêtées (qui, de plus, ne sentent pas la rose) n’est pas vraiment un compliment. Et quand vous apprenez que le bâton de berger sert en fait à frapper les moutons sur la tête et les tirer par le cou, l’image du Christ-berger est un peu moins réconfortante.

Faisons-Lui confiance

Lorsque Jésus annonce qu’Il « fera paître son troupeau » et promet que le bon Berger est prêt à donner sa vie pour ses moutons, il y a un élément important que nous ne comprenons pas. Il entend par là qu’il nous guidera si nous lui faisons confiance. Nous devons nous soumettre à Sa volonté, aller là où nous ne voulons pas aller et faire ce que nous ne voulons pas faire ; parce que c’est Lui qui nous guide.

Il nous conduit donc vers des montagnes impossible à gravir et des déserts arides, nous tirant par le cou quand nous sommes sur le point de tomber, et nous frappant sur la tête quand nous marchons vers notre destruction. Ce n’est pas toujours agréable de suivre un berger. Mais Jésus nous dit aussi que ne nous attendent pas que de verts pâturages à la fin du voyage.

Son Amour et Sa Miséricorde

Il annonce : « Votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume ». Ce n’est pas une métaphore, mais une explication de la générosité déconcertante de Dieu pour nous. Nous sommes pire que du bétail, et pourtant Il a promis de nous faire entrer dans Son Royaume. C’est la preuve de Son Amour pour nous : il a fait de nous, Ses moutons, des êtres dignes d’être appelés Ses fils et héritiers de Son Royaume.

En prenant conscience de cela, nous devrions changer notre manière de réagir aux désagréments du quotidien. Peut-être qu’un feu rouge n’est pas un désastre, mais une aubaine. Peut-être qu’une rupture amoureuse est une crise évitée. Peut-être que la grippe est une opportunité de Le suivre.

À chaque fois que nous acceptons la frustration d’un projet contrecarré pour l’amour de Dieu-berger pour nous, cela entraîne notre cœur à faire confiance. Et plus nous avons confiance, plus nous sommes capables de nous offrir à Sa Miséricorde quand nous sommes confrontés à des situations douloureuses. Si le Seigneur peut gérer un pneu crevé et un réseau faible, il peut certainement faire face à une peine de cœur, un cancer, ou un décès. Ce sont dans ces situations que le Berger se penche vers ses moutons blessés pour les relever, leur murmurer des mots pour les consoler, et les emmener vers de verts pâturages près d’eaux tranquilles où, un jour, nous trouverons la Paix Éternelle.

(Source: ALETEIA)

See original image

CATECHESE:

L'AMOUR DE CHARITE

 

Devant les autres, il faut avoir un esprit de pénitence et d’humilité, avoir conscience non seulement de ce que nous faisons ou avons fait de mal, mais aussi de tout ce que nous ne faisons pas. Saint Séraphim de Sarov recevait tous ses visiteurs avec une grande humilité.

Pour approfondir nos rapports avec les autres, il faut prier pour eux. Il faut prier pour les autres avant de leur dire quoi que ce soit, et c’est dans la prière que nous trouverons ce qu’il faut leur dire ou ne pas leur dire.

C’est la prière qui nous rend en permanence attentifs aux autres et à leurs besoins ; c’est la principale aide que les autres peuvent recevoir de nous.

Il faut faire très attention de ne pas juger autrui. Le jugement du prochain est lié à l’orgueil, or l’orgueil c’est notre principal ennemi ; tout notre malheur vient de lui.

Les hommes valent toujours plus qu’ils ne nous paraissent valoir et nous devons les estimer plus qu’ils ne nous paraissent estimables.

Il ne faut pas se permettre d’être de mauvaise humeur.

Si l’on éprouve un tel état d’âme, il faut tout de suite ou bien prier ou bien se repentir.

Il faut faire tout son possible pour ne pas tomber dans la colère. La colère fait fuir la grâce. La grâce est comme un oiseau : quand on lui fait peur, elle s’envole.

Pour obtenir de Dieu ce que nous Lui demandons, il faut que nous le Lui demandions avec humilité et que nous évitions de juger les autres.

Notre but doit être de vivre en union avec Dieu. Nous devons tendre sans cesse vers le Royaume des Cieux auquel nous sommes destinés. Notre but doit constamment être la Vie Éternelle qui est notre vraie vie.

Mais cette Vie, nous sommes appelés à la vivre déjà ici-bas.

 

(Source: Texte et paroles du Starets choisies et arrangées par thèmes, extraites de l’ouvrage « LE STARETS SERGE » de Jean-Claude Larchet, Collection Épiphanie, Les Éditions du Cerf, Paris 2004. & Icônes: œuvres du moine Grégoire Krug extraites de l’ouvrage

“L’iconographie de l’église des Trois Saints Hiérarques”, Patriarcat de Moscou, Diocèse de Chersonèse, Paroisse des Trois Saints Hiérarques, 5 Rue Pétel, Paris 2001.)

Pour Roland Hureaux, haut-fonctionnaire et essayiste, les terroristes qui ont frappé à Nice un 14 juillet et à Saint-Etienne-du-Rouvray, tuant un prêtre pendant une messe, ont d’une certaine manière mieux compris que certains responsables politiques que l’identité française : la République et l’Eglise, le prêtre et l’instituteur.

Malgré l’état désastreux où se trouve aujourd’hui la société française, vingt siècles d’histoire nationale montrent que les Français ont toujours eu en réserve des ressources insoupçonnées, qu’ils ont toujours su se ressaisir quand il le fallait, spécialement quand ils étaient le plus insolemment agressés.

L’histoire de France ne fait certes pas vibrer les terroristes, mais ils l’ont mieux comprise que les enfants qui sont ou seront victimes d’une Education nationale façon Najat Vallaud-Belkacem, qui organise, sur fond de culpabilité, l’amnésie et l’inculture des générations futures.

Daesh aura à cet égard été plus efficace que tous les débats sur l’identité nationale pour nous révéler ce qu’est cette identité. L’immense émotion qui a suivi l’assassinat de ce pauvre prêtre de 85 ans en est le signe.

Ils l’ont mieux comprise que nos laïcistes, tout puissants dans l’actuel gouvernement, pour qui seule compte la France républicaine , et qui pensent qu’un durcissement de la laïcité viendra à bout des terroristes, qu’il faut bannir les sapins de Noëls et les crèches des places publiques pour les apaiser. La très officielle Association des maires de France déconseille aux élus chrétiens de manifester leur foi en public.

En revanche Anne Hidalgo fête ostensiblement la fin du ramadan à la mairie de Paris. Pour eux, l’Etat laïque doit tout faire pour échapper au soupçon de parti-pris pro-chrétien en faisant pencher au besoin la balance du côté de l’islam. Que le christianisme, qui ne fait peur à personne, soit la première victime d’une telle pratique et qu’une France déchristianisée soit une proie plus facile pour l’islamisme qu’une France qui aurait gardé la mémoire de ses racines chrétiennes, ils ne veulent pas le savoir.
[...]

En frappant la France à la fois à Nice et à Saint Etienne du Rouvray, les terroristes ont fait la preuve qu’eux ont compris cela. [...]

Il est en revanche une chose que les terroristes n’ont pas comprise, c’est que la France ne se laissera pas faire.
On voit bien la logique de leur action maléfique: la terreur effraye, la terreur démoralise, intimide, tétanise, spécialement les faibles.
Or, à leurs yeux, les Français, comme tous les Européens, sont devenus veules, décadents, ils ne sont plus capables de se défendre. «Complètement dévirilisés, ils marient même les homosexuels. Frappons-les et frappons fort, ils se rendront», pensent les terroristes islamistes.

Dans «la guerre civile qui vient», les soldats d’Allah qui seuls ont conservé la flamme des premiers commencements seront croient-ils, les plus forts. Dans leur esprit, si la France bascule, toute l’Europe suivra. Les défaites des musulmans à Poitiers, Lépante et Vienne seront vengées. [...]

Le Figaro
source

« Nos souffrances actuelles sont le

prélude de celles que vous,

les Européens et les chrétiens

occidentaux, allez souffrir aussi dans

la un proche avenir. […]

Vos principes libéraux et démocratiques ne valent rien ici.

Vous êtes aussi en danger.

Vous devez prendre des décisions fortes et courageuses, même si elles contredisent vos principes.

Vous pensez que tous les hommes sont égaux, mais ce n’est pas vrai : l’islam ne dit pas que tous les hommes sont égaux.

Vos valeurs ne sont pas leurs valeurs.

Si vous ne comprenez pas ceci très vite, vous allez devenir les victimes de l’ennemi que vous avez accueilli chez vous. »
 

(Mgr Amel Shimon Nona, archevêque catholique chaldéen de Mossoul, dans le Corriere della sera, 9 août 2014)

ALEP (OUEST) EST ENCERCLEE ET SOUMISE A UN BLOCUS 

L’armée syrienne avait, la semaine dernière, gagné une bataille en libérant le quartier de Bani Zeid qui surplombe la ville et d’où les rebelles-terroristes lançaient leurs mortiers et fusées sur les quartiers civils d’Alep depuis 4 ans. Et on nous promettait la libération prochaine des autres quartiers d’Alep occupés par les rebelles.

Hélas, les combats qui faisaient rage depuis 3 jours autour de la seule route qui relie Alep au reste du monde dans la région de Ramoussé (la plus proche banlieue d’Alep) ont permis aux terroristes de prendre la route et de ce fait la route est coupée. 

Cette route, percée fin 2013, est notre cordon ombilical ; Elle relie Alep à Homs (via Khanasser) et au reste du pays et du monde. Par elle, passe tout le ravitaillement de produits et d’aliments d’Alep. C’est elle qu’empruntaient les Alepins pour quitter ou revenir en ville.

Depuis Jeudi soir, le ravitaillement d’Alep est arrêté. La pénurie s’est installée. Il n’y a plus d’essence, de fioul, de produits frais (fruits, légumes et viandes) le pain est devenu rare. Et les Alepins sont très inquiets pour leur avenir immédiat.

Est-ce que les gouvernements occidentaux vont protester, s’indigner, menacer, présenter une résolution au conseil de sécurité pour demander la levée du blocus d’Alep (Ouest) qui compte 1.500.000 habitants comme ils l’avaient fait il y a 10 jours quand l’armée syrienne encerclait Alep-Est prétextant la survie des 250.000 habitants de cette région ?

Où sont maintenant les protestations de nos amis qui, tombant dans le piège du politiquement correct, demandaient, il y a 10 jours, la levée de l’encerclement des rebelles pour des raisons humanitaire ?

Déjà, l’eau et l’électricité étaient coupées depuis longtemps. L’électricité, on l’achetait des générateurs privés et l’eau, on la puisait des centaines de puits forés dans les 2 dernières années. Ce qui est grave, c’est que les générateurs privés et les pompes des puits d’eau ont besoin de fioul, et s’il n’y a plus de fioul, il n’y a plus d’eau. Avec 40 degré à l’ombre, c’est du plaisir… 

Un million cinq cent Mille personnes sans eau, je me demande s’il faut le qualifier de crime de guerre ou de crime contre l’humanité !!!

SOURCE: "Chrétiens de la Méditéranée. Article de Mr Nabil Antaki

LA PROCESSION DU VOEUX DE LOUIS XIII

SERA t-ELLE ANNULEE A LOURDES

ET POURQUOI ?

Une information intéressante nous arrive de Lourdes. La procession du 15 août, témoignage du vœu de Louis XIII, pourrait bien être annulée cette année. La raison ? La préfecture et la mairie ont déclaré qu’elles n’étaient pas en mesure d’assurer la sécurité de la manifestation. Mais il semble y avoir une autre raison, beaucoup moins avouable. D’aucuns pensent en effet, que la référence, durant la procession, à la conversion de l’émir Mirat–Mourad est susceptible d’offenser le peuple musulman de France et d’ailleurs. Cette conversion, ô combien symbolique, aurait eu lieu à l’occasion du siège victorieux de la ville de Lourdes par le vaillant Charlemagne. C’est après avoir choisi de déposer les armes au pied de la Vierge Marie et non sous les brodequins du futur empereur d’Occident, que l’émir décida de devenir chrétien et donna le nom de Warda, la rose, à ce qui deviendra plus tard Lourdes. Quoi qu’il en soit, le pèlerinage de la paroisse, vieux de 150 ans, qui rassemble environ 500 personnes, risque demain de faire du sur place. Voici, une nouvelle fois, la preuve de notre renoncement quotidien à l’indispensable travail de reconstruction qui nous permettrait de sauver notre âme et celle des… égarés !

 

(Source:"Nouvelles de France")

[...]

L’islamisme prend d’abord la forme d’un impérialisme culturel qui progresse dans l’ensemble des sociétés occidentales.

[...] Le commun des mortels reconnaît spontanément une provocation identitaire dans l’organisation d’un tel événement : l’islam le plus rigoriste s’installe en France et veut y vivre selon ses propres règles.

Même si la journée a été annulée, il demeure nécessaire de réfléchir à ce qu’elle représentait. En s’appropriant le SpeedWater Park le temps d’une journée, il s’agit de marquer la présence en France d’un islam radical, étranger aux mœurs françaises, et qui entend le demeurer. On aura beau distinguer le voile ordinaire du voile intégral, les deux témoignent d’une forme d’exhibitionnisme identitaire ayant pour vocation de rendre l’islam visible au cœur de la cité. Le temps d’une journée, ce parc aquatique aurait dû être classé parmi les territoires perdus de la nation. La culture française y aurait été remplacée par une autre. [...]

D’ailleurs, au même moment où la culture nationale s’efface, c’est la souveraineté nationale qui devient inopérante. La France n’est plus la bienvenue chez elle. On devine qu’elle ne reprendra ses droits dans ces espaces dénationalisés qu’avec une grande résolution politique.[...]

C’est une chose, et une bonne chose, naturellement, de permettre aux musulmans de vivre librement leur foi dans nos sociétés qui peuvent à bon droit se faire une fierté de leur respect de la liberté de conscience.

C’en est une autre, toutefois, de consentir à une forme d’effacement de la culture de la société d’accueil, comme si elle était optionnelle dans son propre pays. Si les pays occidentaux doivent être naturellement accueillants envers leurs citoyens musulmans, ils n’ont pas toutefois, à se transformer en terre d’Islam. [...]

Le Figaro

EN LIBYE, LA RECONQUÊTE DE SYRTE S’ACCÉLÈRE / LA CROIX 

Avec le soutien de l’aviation américaine qui a débuté ses raids aériens lundi 1er août, les milices libyennes soutenant le gouvernement de Tripoli ont réussi à reprendre une partie de la ville qu’elles assiègent depuis le 12 mai. Elles étaient parvenues à y pénétrer le 9 juin dernier mais butaient sur les djihadistes qui contrôlent encore une partie importante du littoral.Barack Obama a affirmé que ces bombardements aériens avaient été mis en œuvre « à la demande du gouvernement » de Fayez al-Sarraj et qu’ils se limiteraient à la ville de Syrte et à sa banlieue. Le président américain a également précisé qu’il s’agissait d’une mission de « sécurité nationale » aussi bien pour les États-Unis que pour leurs alliés européens, rappelant qu’ils avaient « un grand intérêt à voir la Libye stabilisée ».

 

Ces raids auraient déjà permis de faire progresser les forces gouvernementales vers le centre de la ville et de reprendre le quartier al-Dollar. Mais les soldats de Daech parviennent encore à ralentir la progression de leurs opposants grâce à des mines disposées au cours de leur lente retraite. Les milices soutenues par l’aviation américaine poursuivent tout de même leur avancée avec en ligne de mire le centre de conférences Ouagadougou dont l’organisation terroriste a fait son QG.

Localité stratégique

Ville natale de Mouammar Kadhafi, Syrte est une cité portuaire située à 300 kilomètres des côtes européennes et à mi-chemin entre les localités principales de Libye : Tripoli à l’Ouest et Benghazi à l’Est. La commune est également située à proximité de zones riches en pétrole sur lequel lorgne l’organisation terroriste, qui comptait en faire son bastion nord-africain.

Selon le Pentagone, environ 1 000 combattants de Daech se trouvent encore dans la ville, alors que 75 % des civils l’ont fui depuis la chute du régime de Kadhafi en 2011. Face à eux, plus de 300 membres des forces pro-gouvernementales ont été tués pour environ 1 500 blessés selon des sources médicales de Misrata, siège du commandement de l’offensive pour la reprise de Syrte.

Un soutien extérieur contesté

Malgré l’accord avec le gouvernement d’unité nationale et les propos Fayez al-Sarraj qui assure « qu’il n’y aura aucune présence étrangère sur le sol libyen », l’arrivée des Américains suscite la controverse. D’une part, en raison du manque de légitimité du gouvernement de Tripoli aux yeux d’une partie de la population – il n’a toujours pas été reconnu par le Parlement. Et parce que de nombreuses personnes s’insurgent contre ce type d’interventions extérieures, perçues comme une ingérence occidentale.

Le Parlement a ainsi déclaré que ces frappes constituaient une « violation de l’espace aérien » libyen et a convoqué l’ambassadeur américain. Par ailleurs, sans condamner ouvertement les frappes, le ministère des affaires étrangères russe a appelé à agir « en stricte conformité avec le droit international ». Celles-ci doivent toutefois se poursuivre jusqu’à la libération complète de la ville.

(Source "La Croix", via "Chrétiens de la Méditéranée")

C'était en Janvier...

L’archevêque d’Alep : le gouvernement Assad constitue «une protection pour la population» syrienne

L'archévêque syrien Jean-Clément Jeanbart
 

De passage en France, Monseigneur Jean-Clément Jeanbart a dénoncé haut et fort la situation dans son pays, évoquant la politique du gouvernement français, la crise des migrants, ou encore le rôle de Bachar el-Assad.

Ce 29 janvier, le prélat s’exprimait à Notre-Dame de Paris, aux côtés d’autres religieux, d’Irak, du Pakistan, ou encore du Soudan, venus partager les difficultés qu’ils rencontrent pour vivre leur foi librement, dans le cadre de conférences qui se tiendront dans toute la France. Il était invité par la fondation Aide à l’Eglise en détresse, qui vise à protéger les Chrétiens persécutés dans le monde.

«J’ai connu une autre France, qui défendait les valeurs de liberté, d’humanité, de laïcité»

Au cours de son témoignage, l’archevêque de la ville syrienne d’Alep s’en est notamment pris au rôle de la France dans le conflit, qu’il a vivement critiqué. «J’aime la France, c’est elle qui m’a éduqué», a-t-il déclaré avant de poursuivre : «Mais j'ai connu une autre France, une France qui défendait les valeurs de liberté, d'humanité, de laïcité et de respect. Pourquoi agit-elle aujourd'hui par intérêt politique ou financier ?»

Refuser de discuter avec Bachar el-Assad ? Une erreur

Interviewé par la chaîne française BFMTV au cours de son passage, l’archevêque a reconnu que la France et d’autres pays avaient trop tardé à impliquer Bachar el-Assad dans le processus de négociation syrien. 

Il a estimé que, malgré ses réserves envers le gouvernement syrien, ce dernier permettait au moins d’avoir «un Etat laïc, un Etat pluraliste, un Etat où on peut avoir une citoyenneté égale» pour tous.

Au cours de son intervention dans l’église parisienne, le prélat a développé une pensée similaire, expliquant qu’«à choisir, je préfère encore le régime actuel, plutôt que les fondamentalistes qui le combattent» et qu’«il y va de notre avenir en Syrie, comme de l'avenir de toutes les minorités de la région».

Dans un entretien au journal français Le Point, il a indiqué souhaiter «une réconciliation, que l’on trouve des points de rencontre afin de bâtir l’avenir». «Je ne suis pas proche du pouvoir en place, mais je crains que la désintégration et la chute de ce régime ne provoquent une guerre civile. Les institutions, l'armée, le ministère de l'Intérieur, les tribunaux constituent une protection pour la population», a-t-il conclu.

Une couverture médiatique manipulée

Jean-Clément Jeanbart a également tenu à souligner le rôle des médias occidentaux, dont il estime que la couverture du conflit syrien est biaisée par certaines sources donnant une vision partiale de la guerre en Syrie. «L’Observatoire syrien des droits de l’homme diffuse une information favorable à ceux que vous appelez les rebelles. Al-Jazeera, par l’origine [qatarie] de ses financements, donne également une information systématiquement à charge contre le régime». 

L’incitation à l’immigration serait une «déportation»

Evoquant l’exode en masse des Chrétiens, et plus généralement de la population de Syrie, qui fuit le pays en guerre, Monseigneur Jeanbart a expliqué, dans une interview pour Radio Notre Dame, qui couvre l’événement : «Nous avons vu non seulement des gens partir, mais aussi des pays offrir le transport par avion gratuit, donner des visas à peine demandés... Tout à coup,  on les emmène, on prend les quelques forces humaines restantes... C'est comme si c'était une déportation».

Un complot pour justifier une intervention occidentale en Syrie ?

Evoquant le fait que des centaines de milliers de personnes «se déplacent comme ça, sous les yeux de la Turquie qui avait les moyens de les empêcher de passer», le prélat affirme être «de plus en plus persuadé qu'il y avait un complot pour justifier une intervention militaire musclée en Syrie. Un complot des Etats-Unis, de l'Europe, de l'OTAN».

Lire aussi : Un archevêque syrien demande au Royaume-Uni d'arrêter d'aider les groupes islamistes anti-Assad

«Aidez-nous à rester chez nous»

Alors que la Syrie entrera, en mars prochain, dans une sixième année consécutive de guerre, le conflit a coûté la vie à environ 250 000 personnes, et en a fait déplacer des millions d’autres. Dans ce contexte, l’archevêque d’Alep lance un appel à la France : «Vous nous voulez du bien? Alors aidez-nous à rester chez nous».

Source:RT France

La ministre du Logement, Emmanuelle Cosse, a confirmé la création de 3.000 places d’hébergement pour les migrants dans centres d’accueil et d’orientation.
Créés l’an dernier, ces structures de transit vers la demande d’asile ont pour but d’inciter les migrants de Calais et Vintimille à renoncer au passage en Grande-Bretagne. «Nous allons, avant la fin septembre, plus que doubler les capacités de ces centres de répit, en passant de 2.000 à 5.000 places ».

[...] Le gouvernement est en train de redimensionner l’accueil dans l’urgence. Lancée en novembre 2015, la politique de création de centres d’accueil et d’orientation (CAO), offrant aux nouveaux arrivants une solution dans l’attente d’un hébergement durable, s’accélère. 
« Nous allons, avant la fin septembre, plus que doubler les capacités de ces centres de répit, en passant de 2.000 à 5.000 places. Toutes les grandes villes ont accepté cet accueil, l’un des objectifs étant de désengorger les territoires très sollicités », 
annonce Emmanuelle Cosse, ministre du logement et de l’habitat durable, chargée de ce dossier avec le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve.

« Les campements ne satisfont personne, ni les migrants, ni les riverains, ni les élus. Nous devons accueillir dignement ces réfugiés, c’est une priorité et un engagement international », réaffirme-t-elle.

A terme, cinquante nouvelles structures s’ajouteront aux 147 existantes – elles sont réparties sur tout le territoire, couvrant ainsi 78 départements.

Pierre Henry, directeur général de France terre d’asile (FTA), estime les besoins à 500 places par ville dans une trentaine d’entre elles. « S’[ils] sont supérieurs, nous nous adapterons et nous irons plus loin », assure Mme Cosse.

Le Monde

 

See original image

Programme des prochaines semaines au Monastère

 

Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de

 

Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

 

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

 

Au Monastère Syriaque de

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

 

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois)

 

See original image

 

WEEKEND DE L'ASSOMPTION:

 

*Dimanche 14 à Jauldes (Charente). 

 

-10h30, Messe du jour et prières mariales de vigile

 

 

de la "Dormition Assomption" de la Très Sainte

 

 

Vierge Marie)

 

(Après la Messe, possibilité de rejoindre avec le Monastère en  Normandie avec le prêtre desservant pour le Pèlerinage de l'Assomption à N-D de Miséricorde. VEUILLEZ VOUS INSCRIRE !Retour le 16 Août dans l'après-midi)

 

 

Ramassage des fidèles de Région Parisienne le Samedi

 

13 Août à 15 heure au lieu habituel pour le WEEKEND DE

 

L'ASSOMPTION. 

 

*Dimanche 14 au Monastère Syriaque (Normandie).

 

-10h30, Messe du jour et programme habituel...

 

 

 See original image

*Lundi 15 AOUT au Monastère

 

 Pèlerinage de l' Assomption (Dormition de la Très Ste

 

Vierge Marie)

 

10h30, Messe suivie de la PROCESSION MARIALE et des

 

prières au monument du "SAYFO" et des autres reposoirs.

 

Repas fraternel,

 

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

 See original image

*Dimanche 28 AOUT,

 

 Pèlerinage de Préparation à la Rentrée scolaire

 

-9h Baptêmes d’Axel et Cyprien

 

 

-10h30, Messe suivie des prières et bénédictions des

 

enfants, écolier, étudiants, parents et. Repas fraternel,

 

Possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

 

*Dimanche 4 Septembre:

 

 

 Pèlerinage mensuel à N-D de Miséricorde

 

 'You have the power to incline either upwards or downwards: choose what is superior and you will bring what is inferior into subjection.' (St. Thalassios the Libyan)

Mère de Miséricorde, priez pour nous, secourez-nous!

 

et aux Saints du Kerala

 See original image

St Abraham Koorilose Bava, priez pour nous !

 

See original image

St Grégorios de Parumala, priez pour nous !


 

10h30, Messe de Rentrée Scolaire et des Catéchismes BENEDICTION DES ENFANTS et du repas fraternel,

possibilité de rencontrer un prêtre (Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)

 

 

 

Ramassage des fidèles sur

 

*Paris: le Samedi 3 Septembre à 15 h 

 

au lieu de R.D.V habituel.

 

  

* Sunday, September 4:
  monthly pilgrimage to N-D Mercy and Saints Kerala.
10:30 am Mass followed by a fraternal meal and reception of the faithful.

 

 See original image

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

 

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois

 

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net


See original image 

 

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Par Saint Basile

(v. 330-379), moine et évêque de Césarée en Cappadoce, docteur de l'Église
Homélie 6, sur les richesses ; PG 31, 261s (trad. Luc commenté, DDB 1987, p. 109 rev.)

« Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ; car la vie d'un homme, fût-il dans l'abondance, ne dépend pas de ses richesses. » Et il leur dit cette parabole :

« Il y avait un homme riche, dont les terres avaient beaucoup rapporté.

Il se demandait :

"Que vais-je faire ?

Je ne sais pas où mettre ma récolte." 

(Extrait de Luc 12, 13-21)

 

« Que vais-je faire ?

Où trouver de quoi manger ? De quoi m'habiller ? »

Voilà ce que dit ce riche. Son cœur souffre, l'inquiétude le dévore, car ce qui réjouit les autres accable l'avare.

Que tous ses greniers soient remplis n'est pas pour lui un bonheur.

Ce qui tourmente douloureusement son âme, c'est ce trop-plein de richesses débordant de ses greniers...

Considère, homme, celui qui t'a comblé de ses largesses. Réfléchis un peu sur toi-même :

Qui es-tu ?

Qu'est-ce qui t'a été confié ?

De qui as-tu reçu cette charge ?

Pourquoi as-tu été choisi de préférence à bien d'autres ?

Le Dieu de bonté a fait de toi son intendant ; tu as la charge de tes compagnons de service : ne va pas croire que tout est préparé pour ton seul estomac !

Les biens que tu as entre les mains, disposes-en comme s'ils appartenaient à d'autres.

Le plaisir qu'ils te procurent dure peu, bientôt ils vont t'échapper et disparaître, mais il t'en sera demandé un compte rigoureux.

Or toi, tu gardes tout, portes et serrures verrouillés ; et bien que tu aies tout enfermé, l'anxiété t'empêche de dormir...
 

« Que vais-je faire ? »

Il y avait une réponse toute prête :

« Je comblerai les âmes des affamés ; j'ouvrirai mes greniers et j'inviterai tous ceux qui sont dans le besoin...

Je ferai entendre une parole généreuse :

Vous tous qui manquez de pain, venez à moi, prenez votre part des dons accordés par Dieu, chacun à sa suffisance. »

 See original image

Qu'est-ce qu'un cœur miséricordieux ?

Par Saint Isaac le Syrien

On demanda un jour [à un Ancien] :

Qu'est-ce qu'un cœur miséricordieux ?

 

C'est, répondit-il, une flamme qui embrase le cœur pour toute la création, pour les hommes, pour les oiseaux, pour les animaux, pour les démons, et pour tout être créé. Quand l'homme miséricordieux se souvient d'eux, et quand il les voit, ses yeux répandent des larmes, à cause de l'abondante et intense miséricorde qui étreint son coeur. À cause de sa grande compassion, son cœur devient humble et il ne peut plus supporter d'entendre ou de voir un tort, ou la plus petite offense, faits à une créature. C'est pourquoi il offre continuellement des prières accompagnées de larmes pour les animaux sans raison, pour les ennemis de la vérité et pour ceux qui lui ont fait du tort, pour qu'ils soient protégés et qu'il leur soit fait miséricorde ; il prie de même pour les reptiles, à cause du la grande miséricorde qui remplit son cœur au delà de toute mesure, à la ressemblance de Dieu.

 

Extrait de saint Isaac le Syrien, " Discours 81 ", 
Discours ascétiques selon la version grecque, trad. Placide Deseille, 
Monastère Saint-Antoine-le-Grand et Monastère de Solan, 200

 

 

 

foret_rayons_1.jpg

 

Un arbre qui s'abat fait beaucoup de bruit.
Une forêt qui germe on ne l'entend pas.

 

Gandhi

Partager cet article

Repost 0

Recherche

Articles Récents

Liens