Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 05:49

 

 

Where egotism is, there the Spirit of God does not exist…The person who has egotism does not draw anyone. 
(Elder Amphilochios of Patmos +1970)

God is father to everyone. Make your heart as wise as you can! Learn to feel joy, when you see that God loves others equally with you!
(Archimandrite Joel Giannakopoulos +1966 )

 

"Aujourd’hui c’est le prélude de la bienveillance de Dieu et déjà s’annonce le salut du genre humain.

Dans le Temple de Dieu la Vierge est présentée pour annoncer à tous les hommes la venue du Christ. En son honneur, nous aussi à pleine voix chantons-lui :

Réjouis-toi, ô Vierge en qui se réalise le plan du Créateur." 

Livre de l'Ecclésiastique 24,9-12.

Dès le commencement et avant tous les siècles il m'a créée, et je ne cesserai pas d'être jusqu'à l'éternité.
J'ai exercé le ministère devant lui dans le saint tabernacle, et ainsi j'ai eu une demeure fixe en Sion. 
De même, il m'a fait reposer dans la cité bien-aimée, et dans Jérusalem est le siège de mon empire. 
J'ai poussé mes racines dans le peuple glorifié, dans la portion du Seigneur, dans son héritage. 
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 11,27-28.

En ce temps-là, tandis que Jésus parlait à la foule, une femme élevant la voix du milieu de la foule, lui dit : Heureux le sein qui vous a porté, et les mamelles que vous avez sucées ! 
Mais il lui dit : " Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent ! " 
 

Là où règne l'égoïsme, l'Esprit de Dieu n'existe pas.. Celui qui est égoïste n'attire personne.
(Ancien Amphilochios de Patmos +1970)

Dieu est le Père de tous. Rendez votre coeur aussi sage que vous le pouvez! Apprennez à ressentir la joie, quand vous voyez que Dieu aime les autres autant que vous!
(Archimandrite Joel Giannakopoulos +1966 )



Par L'abbé André-Jean-Marie Hamon

(1795-1874), curé de Saint Sulpice 
Méditations à l'usage du clergé et des fidèles pour tous les jours de l'année 

 

Marie nous apprend à nous donner à Dieu sans délai

 

Il y avait dans les dépendances du temple de Jérusalem deux sortes de monastères, où l'on recevait les enfants de l'un et de l'autre sexe voués au Seigneur par leurs parents, comme le prouvent l'exemple du jeune Samuel et celui d'Anne, fille de Phanuel.

Là on les occupait, selon leur sexe, ou aux fonctions du lieu saint, ou à ses décorations et à la bonne tenue des ornements sacrés.

Des prêtres vénérables étaient préposés à l'éducation des uns; et les autres étaient dirigées par de saintes femmes remplies de l'esprit de sagesse; vraie image de nos communautés religieuses, toutes brillantes d'innocence et de vertu. 

Marie n'était encore qu'à l'entrée de la vie; elle avait à peine trois ans, qu'elle demanda à ses parents d'aller se renfermer dans ce saint asile:

ceux-ci, sachant que les enfants appartiennent à Dieu avant d'appartenir à leurs père et mère, acquiescèrent à son désir; et aussitôt la tendre enfant, docile à la voix de l'Epoux céleste qui l'appelle, se rend à Jérusalem.

Ses pieds peuvent à peine la porter, qu'elle monte les marches du temple, et les anges ravis s'écrient :

Qu'ils sont beaux vos pas, ô fille du prince'!

Sa langue est à peine déliée, qu'elle prononce avec assurance les saints engagements d'être toute à Dieu seul.

Belle leçon pour les parents, qui leur apprend à former leurs enfants à la piété dès le plus bas âge et à les donner à Dieu, quand il les demande, soit qu'il les appelle à l'état religieux, soit qu'il les retire de ce monde pour les mettre dans son paradis.

Belle leçon pour l'enfance et la jeunesse, qui leur enseigne à consacrer à Dieu les prémices de la vie.

Belle leçon pour tous les chrétiens, qui leur dit de ne point remettre à un autre temps à mieux vivre.

Il nous semble quelquefois que plus tard nous serons mieux disposés, que le courage nous viendra, les circonstances seront plus favorables. 

En attendant, nous ne voudrions pas mourir tels que nous sommes; nous sentons bien que Dieu n'a pas sujet d'être content de nous, qu'il a bien des reproches à nous faire, que bien des vertus nous manquent, que bien des défauts restent à corriger, que ce n'est pas en vivant de la sorte que les saints sont parvenus au ciel.

Nous sentons tout cela, et nous nous disons :

Il faudra bien un jour devenir meilleur ; mais quand sera-ce ?

Nous répondrons : Plus tard. Hélas!

La mort a-t-elle promis d'attendre ce plus tard ? notre volonté, à force de se faire une habitude du mal, deviendra-t-elle plus disposée au bien ?

la grâce de Dieu deviendra-t-elle plus abondante à proportion que nous en abuserons ici-bas davantage ? Quelle illusion!

Ne différons donc plus d'un jour à l'autre.

Commençons aujourd'hui même la vie dans laquelle nous voulons mourir.

Nous avons déjà bien trop tardé à vous aimer, ô beauté toujours ancienne et toujours nouvelle !

Ô Marie,qui refusera de vous aimer, vous si aimable et généreuse envers ceux qui vous aiment !
Vous éclairez l'esprit de ceux qui s'adressent à vous dans leur doutes.
Vous consolez les affligés.

Vous secourez ceux qui vous invoquent dans le péril
.

"Puisque nous célébrons la mémoire de la très sainte Vierge Marie, accordez-nous, Seigneur, par son intercession, le bonheur de vivre dès maintenant en Votre présence et d'avoir part un jour à la plénitude de Votre grâce."

(prière de la fête)

presentation-vitrail-eglise-Saint-Pierre-Bourges_1a.jpg

Afficher l'image d'origine

Chers amis. Aloho m'barekh

 

De retour d'une visite pastorale en Guadeloupe à l'occasion du centenaire de Yolande, Maman de Mme Marceline Maricel, je trouvais un courriel de Son Eminence Mor Melethius m'annonçant qu'en raison d'un devoir urgent l'appelant auprès de nos communautés Orthodoxes vivant aux "Emirats Arabes", il devrait prendre un vol pour Dubai dès le 7 Décembre. 

La prochaine visite pastorale et fraternelle de Son Eminence Mor Melethius, Métropolite de l'Eglise Syrienne Orthodoxe Malankare(Notre Eglise-mère), l'un des deux Archevêques accompagnateurs fraternels de notre jeune Eglise locale et missionnaire Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma s'en trouve donc un peu écourtée.

Il sera finalement parmi nous du 25 Novembre au 7 Décembre.

En fonction de ces nouvelles données, seule la partie concernant la région "Nord-Ouest" du programme initial est maintenu.

Le programme concernant la région "Sud-Ouest"(Charente, Dordogne, Pyrénées) est supprimé

En conséquence, la permanence pastorale et la Messe de Nantes le 8 Décembre sont rétablies.

 

Vous pouvez rejoindre ce périple à l’une ou l’autre étape en vous inscrivant au Monastère (Voir en fin de document).

Les fidèles de tout le territoire Français sont tous invités à rejoindre le Monastère pour la Célébration du Dimanche 4 Décembre, présidée par Son Eminence Mor Melethius.

Il s’agit du Grand Pèlerinage de Décembre à Notre-Dame de Miséricorde et aux Saints du Kerala.

Les fidèles de Région parisienne sont invités à accueillir l'archevêque à son arrivée, l'accompagner lors de son départ.

En outre, au lendemain de ce Weekend important en France, nous rendons-grâces à Dieu et continuons de confier l'avenir de notre pays au Christ Roi de France et de l'Univers, le Prince de la Paix...

Que Marie, toute donnée à Dieu nous conduise à Celui qui, devant Pilate, l'admet: "Tu l'as dit: "Je suis Roi, je suis venu pour rendre témoignage à la vérité...Celui qui appartient à la vérité entend ma voix" !

"Aujourd’hui c’est le prélude de la bienveillance de Dieu et déjà s’annonce le salut du genre humain.

Dans le Temple de Dieu la Vierge est présentée pour annoncer à tous les hommes la venue du Christ. En son honneur, nous aussi à pleine voix chantons-lui :

-« Réjouis-toi, ô Vierge en qui se réalise le plan du Créateur. » 

"Celui qui appartient à la vérité entend ma voix", vivons ce temps dans l'Espérance et prions...

Votre fidèlement dans l'amour de Notre-Dame qui présente la France à son Divin Fils et nous conduit peu à peu à renouer avec Celui qui en est Roi.

 

En vous souhaitant à tous et chacun un heureux temps de l'Annonciation et une heureuse et joyeuse montée vers la Nativité, je vous assure de mes prières ferventes et me recommande aux vôtres.

Votre fidèlement dans le Christ, Notre-Seigneur.

 

+Mor Philipose-Mariam,métropolite, Brévilly ce 21.XI.2016.

 

SAINTS DU JOUR:

Entrée au Temple de notre Souveraine

la MÈRE de DIEU (Le Verbe-Incarné)

et Toujours-Vierge MARIE

Par l'Ange dans le temple la Vierge est nourrie. 
Il reviendra bientôt pour la salutation 
lui portant l'allégresse de l'annonciation. 
Au temple, un vingt et un, fait son entrée Marie. 
Par les prières de la Mère de Dieu, Seigneur, aie pitié de nous et sauve-nous. Amen.

Tropaire, t. 4

Ce jour est le prélude de la bienveillance de Dieu / et l'annonce du salut des hommes. / Dans le Temple de Dieu, la Vierge se montre à tous / et d'avance elle annonce le Christ. / Et nous, nous lui crions de toutes nos voix / Réjouis-toi, / accomplissement de l'économie du Créateur.

Préface aux fidèles (rite occidental)

Bien-aimés frères, le cœur de l'Immaculée, pur et inébranlable, ne peut se détacher de la splendeur divine. Marie est à Dieu sans réserve. L'amour unique pour son Créateur la met en mouvement. Cette puissance de volonté dans un corps d'enfant de trois ans est redoutable. Sa beauté et sa grâce, l'élégance de son âme, resplendissent de lumière céleste. Le souffle bleuté de la fraîcheur matinale du paradis perdu, traversant les ombres pesantes du péché, nous parvient aujourd'hui et l'arôme de l'innocence emplit nos narines.
Enfants, battez des mains autour de la Mère de Dieu, vierges, épouses, acclamez votre reine, prêtres et lévites, célébrez l'entrée du temple spirituel dans le saint des saints. Rois et princes de la terre, admirez la ferme volonté d'une jeune fille ; prophètes et scribes, composez un cantique pour le rouleau vivant de l'évangile du Verbe. Et toi, peuple chrétien rassemblé ici, flambeaux en main et la joie au cœur, uni aux armées angéliques, confesse le miracle de la nouvelle Ève, en suppliant l'Esprit-Saint, afin qu'Il me communique sa vertu ineffable, et que moi, prêtre indigne j'ose apporter la sainte oblation de notre Seigneur Jésus-Christ, car en vérité c'est Lui qui offre et qui est offert, qui reçoit et qui se distribue, coéternel au Père et à l'Esprit-Saint aux siècles des siècles. Amen

Lucernaire, t. 1

Fidèles, en ce jour / chantons en chœur des psaumes et des hymnes au Seigneur, / vénérant son tabernacle sanctifié, / l'arche spirituelle renfermant le Verbe que nul espace ne contient; / car elle est présentée à Dieu / merveilleusement sous la forme d'une enfant, / et le grand prêtre Zacharie la reçoit / dans l'allégresse comme l'habitacle de Dieu.
http://calendrier.egliseorthodoxe.com/…/stsnovem…/nov21.html

Cathisme, t. 4

Quelle est cette fête? David, dis-le-nous: / est-ce pour celle que tu chantas / dans le livre des Psaumes jadis / comme Vierge et Fille de Dieu? / A sa suite des vierges, ses compagnes, disais-tu, / sont amenées mystiquement vers le Roi. / Tu étendais ainsi à l'univers / la merveille de cette fête pour qui s'écrie: / La Mère de Dieu est pour nous l'intendante du salut.

Kondakion, t. 4

Le très-saint temple du Sauveur, / sa chambre nuptiale de grand prix, / la Vierge, trésor sacré de la gloire de Dieu, / est présentée en ce jour au Temple du Seigneur; / elle y apporte la grâce du saint Esprit / et devant elle les Anges de Dieu / chantent: Voici le tabernacle des cieux.

Ikos

Des mystères ineffables de Dieu / voyant en la Vierge la grâce manifestée, / je me réjouis de leur clair accomplissement / sans pouvoir en saisir le mode étrange et merveilleux: / comment fut choisie la seule Immaculée / de préférence à toute créature visible ou spirituelle? / C'est pourquoi, voulant la chanter, je me trouve embarrassé / dans mon langage et mon esprit; / avec audace néanmoins / je veux la magnifier et proclamer: / Voici le tabernacle des cieux.

Exapostilaire

Celle que le chœur des Prophètes annonça jadis comme l'urne, / le bâton, les tables de la Loi, la montagne inviolée, / Marie, cette divine enfant, nous voulons la chanter, nous les fidèles, / car en ce jour elle entre au Saint des saints pour y croître devant Dieu.

Saint Gélase Ier


Pape de 492 à 496
(† 496)

        49e pape, St Gélase est célèbre par sa doctrine et sa sainteté. Pour que l'unité de l'Église n'ait pas à souffrir de l'autorité impériale, il illustra le premier à fond les propriétés des deux pouvoirs et leur liberté réciproque.

        Avec une extrême charité, poussé par les besoins des indigents, pour pouvoir soulager les pauvres, il mourut dans la plus grande pauvreté.

 

 

 

 

DISCOURSE ON THE FEAST OF THE ENTRY
OF OUR MOST PURE LADY THEOTOKOS
INTO THE HOLY OF HOLIES

by Saint Gregory Palamas, Archbishop of Thessalonica

If a tree is known by its fruit, and a good tree bears good fruit (Mt. 7:17; Luke 6:44), then is not the Mother of Goodness Itself, She who bore the Eternal Beauty, incomparably more excellent than every good, whether in this world or the world above? Therefore, the coeternal and identical Image of goodness, Preeternal, transcending all being, He Who is the preexisting and good Word of the Father, moved by His unutterable love for mankind and compassion for us, put on our image, that He might reclaim for Himself our nature which had been dragged down to uttermost Hades, so as to renew this corrupted nature and raise it to the heights of Heaven. For this purpose, He had to assume a flesh that was both new and ours, that He might refashion us from out of ourselves. Now He finds a Handmaiden perfectly suited to these needs, the supplier of Her own unsullied nature, the Ever-Virgin now hymned by us, and Whose miraculous Entrance into the Temple, into the Holy of Holies, we now celebrate. God predestined Her before the ages for the salvation and reclaiming of our kind. She was chosen, not just from the crowd, but from the ranks of the chosen of all ages, renowned for piety and understanding, and for their God-pleasing words and deeds.

In the beginning, there was one who rose up against us: the author of evil, the serpent, who dragged us into the abyss. Many reasons impelled him to rise up against us, and there are many ways by which he enslaved our nature: envy, rivalry, hatred, injustice, treachery, slyness, etc. In addition to all this, he also has within him the power of bringing death, which he himself engendered, being the first to fall away from true life.

The author of evil was jealous of Adam, when he saw him being led from earth to Heaven, from which he was justly cast down. Filled with envy, he pounced upon Adam with a terrible ferocity, and even wished to clothe him with the garb of death. Envy is not only the begetter of hatred, but also of murder, which this truly man-hating serpent brought about in us. For he wanted to be master over the earth-born for the ruin of that which was created in the image and likeness of God. Since he was not bold enough to make a face to face attack, he resorted to cunning and deceit. This truly terrible and malicious plotter pretended to be a friend and useful adviser by assuming the physical form of a serpent, and stealthily took their position. By his God-opposing advice, he instills in man his own death-bearing power, like a venomous poison.

If Adam had been sufficiently strong to keep the divine commandment, then he would have shown himself the vanquisher of his enemy, and withstood his deathly attack. But since he voluntarily gave in to sin, he was defeated and was made a sinner. Since he is the root of our race, he has produced us as death-bearing shoots. So, it was necessary for us, if he were to fight back against his defeat and to claim victory, to rid himself of the death-bearing venomous poison in his soul and body, and to absorb life, eternal and indestructible life.

It was necessary for us to have a new root for our race, a new Adam, not just one Who would be sinless and invincible, but one Who also would be able to forgive sins and set free from punishment those subject to it. And not only would He have life in Himself, but also the capacity to restore to life, so that He could grant to those who cleave to Him and are related to Him by race both life and the forgiveness of their sins, restoring to life not only those who came after Him, but also those who already had died before Him. Therefore, St Paul, that great trumpet of the Holy Spirit, exclaims, “the first man Adam was made a living soul, the last Adam was made a quickening spirit” (1 Cor. 15:45).

Except for God, there is no one who is without sin, or life-creating, or able to remit sin. Therefore, the new Adam must be not only Man, but also God. He is at the same time life, wisdom, truth, love, and mercy, and every other good thing, so that He might renew the old Adam and restore him to life through mercy, wisdom and righteousness. These are the opposites of the things which the author of evil used to bring about our aging and death.

As the slayer of mankind raised himself against us with envy and hatred, so the Source of life was lifted up [on the Cross] because of His immeasurable goodness and love for mankind. He intensely desired the salvation of His creature, i.e., that His creature would be restored by Himself. In contrast to this, the author of evil wanted to bring God’s creature to ruin, and thereby put mankind under his own power, and tyrannically to afflict us. And just as he achieved the conquest and the fall of mankind by means of injustice and cunning, by deceit and his trickery, so has the Liberator brought about the defeat of the author of evil, and the restoration of His own creature with truth, justice and wisdom.

It was a deed of perfect justice that our nature, which was voluntarily enslaved and struck down, should again enter the struggle for victory and cast off its voluntary enslavement. Therefore, God deigned to receive our nature from us, hypostatically uniting with it in a marvelous way. But it was impossible to unite that Most High Nature, Whose purity is incomprehensible for human reason, to a sinful nature before it had been purified. Therefore, for the conception and birth of the Bestower of purity, a perfectly spotless and Most Pure Virgin was required.

Today we celebrate the memory of those things that contributed, if only once, to the Incarnation. He Who is God by nature, the Co-unoriginate and Coeternal Word and Son of the Transcendent Father, becomes the Son of Man, the Son of the Ever-Virgin. “Jesus Christ the same yesterday and today, and forever” (Heb. 13:8), immutable in His divinity and blameless in His humanity, He alone, as the Prophet Isaiah prophesied, “practiced no iniquity, nor deceit with His lips” (Is. 53: 9). He alone was not brought forth in iniquity, nor was He conceived in sin, in contrast to what the Prophet David says concerning himself and every other man (Ps. 50/51: 5). Even in what He assumes, He is perfectly pure and has no need to be cleansed Himself. But for our sake, He accepted purification, suffering, death and resurrection, that He might transmit them to us.

God is born of the spotless and Holy Virgin, or better to say, of the Most Pure and All-Holy Virgin. She is above every fleshly defilement, and even above every impure thought. Her conceiving resulted not from fleshly lust, but by the overshadowing of the Most Holy Spirit. Such desire being utterly alien to Her, it is through prayer and spiritual readiness that She declared to the angel: “Behold the handmaiden of the Lord; be it unto Me according to thy word” (Luke 1:38), and that She conceived and gave birth. So, in order to render the Virgin worthy of this sublime purpose, God marked this ever-virgin Daughter now praised by us, from before the ages, and from eternity, choosing Her from out of His elect.

Turn your attention then, to where this choice began. From the sons of Adam God chose the wondrous Seth, who showed himself a living heaven through his becoming behavior, and through the beauty of his virtues. That is why he was chosen, and from whom the Virgin would blossom as the divinely fitting chariot of God. She was needed to give birth and to summon the earth-born to heavenly sonship. For this reason also all the lineage of Seth were called “sons of God,” because from this lineage a son of man would be born the Son of God. The name Seth signifies a rising or resurrection, or more specifically, it signifies the Lord, Who promises and gives immortal life to all who believe in Him.

And how precisely exact is this parallel! Seth was born of Eve, as she herself said, in place of Abel, whom Cain killed through jealousy (Gen. 4:25); and Christ, the Son of the Virgin, was born for us in place of Adam, whom the author of evil also killed through jealousy. But Seth did not resurrect Abel, since he was only a type of the resurrection. But our Lord Jesus Christ resurrected Adam, since He is the very Life and the Resurrection of the earth-born, for whose sake the descendents of Seth are granted divine adoption through hope, and are called the children of God. It was because of this hope that they were called sons of God, as is evident from the one who was first called so, the successor in the choice. This was Enos, the son of Seth, who as Moses wrote, first hoped to call on the Name of the Lord (Gen. 4:26).

In this manner, the choice of the future Mother of God, beginning with the very sons of Adam and proceeding through all the generations of time, through the Providence of God, passes to the Prophet-king David and the successors of his kingdom and lineage. When the chosen time had come, then from the house and posterity of David, Joachim and Anna are chosen by God. Though they were childless, they were by their virtuous life and good disposition the finest of all those descended from the line of David. And when in prayer they besought God to deliver them from their childlessness, and promised to dedicate their child to God from its infancy. By God Himself, the Mother of God was proclaimed and given to them as a child, so that from such virtuous parents the all-virtuous child would be raised. So in this manner, chastity joined with prayer came to fruition by producing the Mother of virginity, giving birth in the flesh to Him Who was born of God the Father before the ages.

Now, when Righteous Joachim and Anna saw that they had been granted their wish, and that the divine promise to them was realized in fact, then they on their part, as true lovers of God, hastened to fulfill their vow given to God as soon as the child had been weaned from milk. They have now led this truly sanctified child of God, now the Mother of God, this Virgin into the Temple of God. And She, being filled with Divine gifts even at such a tender age, ... She, rather than others, determined what was being done over Her. In Her manner She showed that She was not so much presented into the Temple, but that She Herself entered into the service of God of her own accord, as if she had wings, striving towards this sacred and divine love. She considered it desirable and fitting that she should enter into the Temple and dwell in the Holy of Holies.

Therefore, the High Priest, seeing that this child, more than anyone else, had divine grace within Her, wished to set Her within the Holy of Holies. He convinced everyone present to welcome this, since God had advanced it and approved it. Through His angel, God assisted the Virgin and sent Her mystical food, with which She was strengthened in nature, while in body She was brought to maturity and was made purer and more exalted than the angels, having the Heavenly spirits as servants. She was led into the Holy of Holies not just once, but was accepted by God to dwell there with Him during Her youth, so that through Her, the Heavenly Abodes might be opened and given for an eternal habitation to those who believe in Her miraculous birthgiving.

So it is, and this is why She, from the beginning of time, was chosen from among the chosen. She Who is manifest as the Holy of Holies, Who has a body even purer than the spirits purified by virtue, is capable of receiving ... the Hypostatic Word of the Unoriginate Father. Today the Ever-Virgin Mary, like a Treasure of God, is stored in the Holy of Holies, so that in due time, (as it later came to pass) She would serve for the enrichment of, and an ornament for, all the world. Therefore, Christ God also glorifies His Mother, both before, and also after His birth.

We who understand the salvation begun for our sake through the Most Holy Virgin, give Her thanks and praise according to our ability. And truly, if the grateful woman (of whom the Gospel tells us), after hearing the saving words of the Lord, blessed and thanked His Mother, raising her voice above the din of the crowd and saying to Christ, “Blessed is the womb that bore Thee, and the paps Thou hast sucked” (Luke 11:27), then we who have the words of eternal life written out for us, and not only the words, but also the miracles and the Passion, and the raising of our nature from death, and its ascent from earth to Heaven, and the promise of immortal life and unfailing salvation, then how shall we not unceasingly hymn and bless the Mother of the Author of our Salvation and the Giver of Life, celebrating Her conception and birth, and now Her Entry into the Holy of Holies?

Now, brethren, let us remove ourselves from earthly to celestial things. Let us change our path from the flesh to the spirit. Let us change our desire from temporal things to those that endure. Let us scorn fleshly delights, which serve as allurements for the soul and soon pass away. Let us desire spiritual gifts, which remain undiminished. Let us turn our reason and our attention from earthly concerns and raise them to the inaccessible places of Heaven, to the Holy of Holies, where the Mother of God now resides.

Therefore, in such manner our songs and prayers to Her will gain entry, and thus through her mediation, we shall be heirs of the everlasting blessings to come, through the grace and love for mankind of Him Who was born of Her for our sake, our Lord Jesus Christ, to Whom be glory, honor and worship, together with His Unoriginate Father and His Coeternal and Life-Creating Spirit, now and ever and unto ages of ages. Amen.

 

 

"Tout le peuple d'Israël l'aima" 

Présentation de la Théotokos au Temple

Les parents qui aiment Dieu lui ont, de tout temps, consacré leurs enfants, avant et après leur naissance.

Parmi les Juifs, existait de plus l'usage de consacrer quelques fois à Dieu les enfants en bas âge ; on les amenait au Temple, où avait lieu la cérémonie de la consécration, puis ils habitaient dans les dépendances du Temple et servaient les prêtres et les lévites dans leurs fonctions.

Nous avons des exemples de cette consécration spéciale dans la personne de Samuel et de quelques autres saints personnages. Il y avait aussi des appartements pour les femmes dévouées au service divin.

"Son titre de Mère de Dieu efface tout le reste.

Mais la tradition est plus explicite ; elle nous apprend que la Sainte Vierge, dans Son enfance, fut solennellement offerte à Dieu dans Son Temple.

Cette présentation est le sujet de la fête qu’on célèbre aujourd’hui. 
Où mieux que loin du monde, dans l’enceinte du temple, Marie se fût-Elle préparée à Sa mission ? 
Douze années de recueillement, de prière, de contemplation, telle fut la pr
éparation de l’Élue de Dieu."

 (Père Siméon)

Voici, d'après saint Jérôme, comment se divisait la journée de Marie au temple : depuis l'aurore jusqu'à 9 heures du matin, elle priait ; de 9 heures à 3 heures elle s'appliquait au travail des mains ; ensuite elle se remettait à la prière, jusqu'au moment où arrivait sa nourriture. Marie, au jour de sa présentation, nous apparaît comme le porte-étendard de la virginité chrétienne. Après elles, viendront des légions innombrables de vierges consacrées au Seigneur, dans le monde ou à l'ombre des autels ; Marie sera leur éternel modèle, leur patronne dévouée, leur guide sûr dans les voies de la perfection.

L'épisode de la Présentation de la Vierge Marie au Temple ne se trouve pas dans les quatre évangiles, mais dans un livre apocryphe, le "protévangile de Jacques". La piété populaire et la spiritualité mariale en furent marquées, car elle soulignait bien la disponibilité de la Vierge Marie, à l'égard de la volonté divine.

Tant en Orient qu'en Occident, cette fête connut un grand succès. Marie est bien prédestinée à devenir le temple vivant de la divinité.

La scène est toute simple, selon cet évangile apocryphe : Anne et Joachim voulurent remercier Dieu de la naissance de cette enfant. Ils la lui consacrèrent. Lorsqu'elle eut trois ans, Marie fut conduite au Temple, un prêtre l'accueille par des paroles qui ressemblent au Magnificat et l'enfant s'assied sur les marches de l'autel. "Tout le peuple d'Israël l'aima". Cette fête est attestée dès le VIe siècle.

 

 


 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

 

 

Dans le ventre d’une femme enceinte, se trouvaient deux bébés jumeaux...

Le premier demande à l’autre :

– Et toi, tu crois vraiment qu’il y a une vie après la naissance ?

– Oui, bien sûr. C’est évident qu’il y a quelque chose après la naissance. Pour le moment, nous sommes  sans doute ici juste pour nous préparer à ce que nous serons plus tard.

– Balivernes ! Il n’y a pas de vie après la naissance. Et à quoi ressemblerait cette vie-là vraiment?

– Je ne sais pas exactement, mais il y aura à coup sûr davantage de lumière qu’ici. Peut-être qu’on marchera avec nos pieds et on mangera avec notre bouche.

– N’importe quoi ! Marcher est impossible. Et manger avec la bouche ? C’est totalement ridicule! C’est le cordon ombilical qui nous nourrit. Écoute-moi, c’est impossible qu’il y ait une vie après la naissance. Le cordon ombilical est très court.

– Vraiment, je suis sûr qu’il y a quelque chose. Tout sera simplement un peu différent de ce à quoi nous sommes habitués ici.

– Mais personne n’est jamais revenu d’ici après la naissance. Après l’accouchement, la vie est finie. Et qu’est-ce que la vie en fin de compte ? La vie n’est rien de plus que l’angoisse prolongée dans le noir.

– Eh bien, je ne sais pas exactement comment sera notre vie après la naissance, mais une chose est sûre, nous verrons maman et elle prendra soin de nous.

– Maman ? Tu y crois, à maman ? Et où est-elle censée être ?

– Où ? Mais elle est partout, autour de nous ! C’est en elle et grâce à elle que nous vivons. Et sans elle tout ceci n’existerait pas. Nous ne serions pas là.

– Je n’en crois rien ! Je n’ai jamais vu aucune maman. Et donc pour moi, c’est évident qu’elle n’existe pas !

– Eh bien, parfois lorsque tout est silencieux, on peut entendre quand elle chante. On peut sentir quand elle caresse notre monde. Sache-le, je suis certain que seulement alors la vraie vie nous attend et que, maintenant, nous sommes seulement en train de nous y préparer.

POURQUOI EXISTONS-NOUS ?

Christ iconostase Louveciennes

Pas de hasard –

L’existence objective de l’Homme n’est pas contingente : comment aurait-il pu ne pas exister, lui en qui la divine Trinité révèle tout son amour ? – lui qui de toute éternité est voulu par Dieu. Pourtant, son être ne dépend d’aucune nécessité, à plus forte raison d’aucune fatalité : l’existence de l’Homme est produite dans la liberté absolue de l’amour divin, elle n’est le produit d’aucune cause. L’agir divin lui-même n’est pas déterminé par une cause. En ce sens la création ne s’explique pas : elle est l’objet de la glorification émerveillée des anges et des hommes ; mais elle ne répond pas à la question « pourquoi ? ».

Pas de loi

Elle ne dépend d’aucune loi: « La relation entre nous et Dieu Trinité est une relation d’amour, non déterminée par une loi », écrit Père Dumitru Stàniloae (« Chipul Nemuritor al lui Dumnezeu », Craiova, 1987, p.7). Elle n’a sa « raison (« logos ») d’être » que dans le Logos du Père, « logique » divine, inexplicable et incompréhensible qui est celle de l’amour et de la liberté ; « logique » de la Trinité qui est vie et amour en toute plénitude (Ibid.). Christos Yannaras souligne que la création de l’Homme est « un acte exceptionnel de Dieu ».

Accepter d’être

Aussi faut-il, pour que le vouloir divin soit en plénitude manifesté, que la liberté humaine accepte son propre être et sa propre existence. Paradoxalement, la liberté n’est conditionnée que par la liberté ! Toute la « vie en Christ » – l’expression est de saint Nicolas Cabasilas – n’est peut-être pas autre chose que l’acceptation en toute liberté du don divin de l’existence humaine : la grâce de recevoir de Dieu sa propre humanité, de vouloir ce que Dieu veut en devenant Homme – première manifestation du charisme de l’obéissance. Alors seulement l’Homme n’est pas seulement « théophanique » – manifestation de Dieu – mais bien « anthropophanique » – l’Homme révélé. S’accepter comme Homme en toute liberté et en tout amour est la vie de fils.

L’amour, raison unique de l’être

Il est incompréhensible pour la logique humaine que l’existence de l’Homme – et de toute créature – n’ait d’autre raison d’être que l’amour. Ce n’est pas une explication : c’est une révélation. Incompréhensible également que le « projet » de Dieu pour sa créature – projet à la fois de création et de réalisation – ne soit pas pour elle une détermination absolue, et que cet « horizon » soit, bel et bien, liberté absolue. Comme en théologie, l’incompréhensibilité fait partie de l’anthropologique en tant que démarche de connaissance. L’expression « horizon » vient de saint Jean Damascène. Dans l’Homélie sur la Dormition I, 3 ; III, 5, il emploie « proorizô » pour exprimer le projet divin pour l’Homme. Une traduction par « prédestination » serait un contresens important, l’idée de destin étant étrangère à la foi chrétienne et, de plus, absente du vocabulaire du Damascène. Un horizon correspond à un projet, et un projet répond à une ou plusieurs libertés.

(extrait de « La Personne et la Croix », inédit) (Source: "Sagesse Orthodoxe")

Qui était le Père Cyrille Argenti ?

(1918-1994)

LA BELLE FIGURE D'UN PRÊTRE ORTHODOXE

 

 

 

Cyrille naît à Marseille dans une riche famille de banquiers d'origine grecque, où la foi orthodoxe tient une place culturelle.

Etudiant en philosophie, on lui demande un jour de parler de la Résurrection aux jeunes. Pour s'y préparer, il lit l'Evangile de Jean et réalise brusquement que c'est bien le récit d'un témoin oculaire.

A partir de là, il n'y a plus de doute :

le Christ est vraiment ressuscité.

Pendant la guerre, engagé dans la Résistance (il recevra en 1990 le titre de "Juste des Nations"), Cyrille est arrêté par la Gestapo.

Pour échapper à la torture, il songe au suicide mais se souvient de la phrase de St Paul :

"Aucune épreuve ne nous est survenue qui passa la mesure humaine."

L'officier qui l'interroge lui ordonne de lui tirer une balle dans le bras et de s'enfuir par la fenêtre :

"C'était Dieu qui m'avait tiré de là, se souvient Cyrille, désormais Il n'était plus un objet de croyance, mais le Dieu Vivant."

Devenu prêtre à Marseille, il déploie une activité pastorale pour les enfants, les personnes âgées et les sans-logis, voyant le Christ caché dans chaque être, en particulier dans le pauvre et l'étranger.

Pilier de l'oecuménisme, il participe aux programme de Radio Dialogue, la radio des chrétiens de Marseille, et s'investit dans "Marseille espérance", concertation de toutes les communautés religieuses de la ville.

En 1978, utilisant la fortune dont il a hérité, il fonde Saint-Irénée, première communauté orthodoxe francophone à Marseille, signe de sa volonté de développer une orthodoxie vivante, dégagée de toute dimension ethnique et enracinée dans le terreau culturel et social de la France.

Il laisse de lui le souvenir d'un prophète, c'est-à-dire d'un authentique témoin de Dieu.

 

(source : http://www.peintre-icones.fr/)

  

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

 

 

The Lord came to send fire upon the earth (cf. Lk. 12:49), and through participation in this fire He makes divine not just the human substance which He assumed for our sake, but every person who is found worthy of communion with Him. (St. Gregory Palamas)
 
 
 Arme invincible, soutien de la foi, Très Sainte Croix , 
nous te chantons, / devant toi nous prosternant avec foi: / tu es le refuge, la gloire des chrétiens; / gardienne des orthodoxes et fierté des martyrs, / à juste titre nous te glorifions.

Croix de Jésus, armure des chrétiens, / tu donnes aux rois victoire et tu renverses les démons: / à ceux qui se prosternent devant toi / donne ta protection et la grande miséricorde.

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amîn

Tous ceux qui d'un cœur ardent / se prosternent pieusement / devant le croix et les souffrances de ton Fils,  / fais qu'ils deviennent, ô Mère de Dieu, / les citoyens du Paradis / et les héritiers de la gloire des cieux.

 

"Les partis ne peuvent plus avoir le monopole de la décision.

Ce premier tour des primaires a été un remarquable succès populaire. C'est une vague. Depuis des mois et des mois, je trace mon sillon sérieusement avec un projet précis. Je ne dévie pas dans ma marche. Autour de nous, une dynamique puissante est enclenchée. Je suis porté par celles et ceux qui veulent redresser la France.
Ma conviction est que rien ne peut arrêter une nation qui se dresse pour sa fierté. La défaite ne doit humilier personne parce que nous aurons besoin de tout le monde. J'ai une pensée particulière pour Nicolas Sarkozy qui a été le chef de la France. Ma campagne va encore s'accélérer et s'amplifier. À tous les Français, quel que soit leur vote, je dis : ensemble, nous allons bâtir une alternance forte pour la France"

(F Fillon)

Le deuxième tour de la primaire de la droite et du centre opposera, dimanche 27 novembre, François Fillon à Alain Juppé.

 

Où a-t-on voté François Fillon?

Les résultats de la primaire de droite 2016 dans votre département

Découvrez dans cette carte les résultats du premier tour de la primaire, département par département.

 (Source:  http://www.huffingtonpost.fr/ 21/11/2016 01:16 )

 

POLITIQUE - Au niveau national, il n'y a pas photo. Au soir du premier tour de la primaire de la droite, François Fillon a plus de 15 points d'avance sur son challenger Alain Juppé. Les résultats communiqués par la Haute autorité permettent d'avoir une analyse encore plus fine puisqu'ils permettent de savoir quel candidat est arrivé en tête dans chacun des départements.

 

La carte de France est tout aussi saisissante. Le député de Paris est presque partout en première position (bleu foncé). Nicolas Sarkozy ne parvient en tête (bleu clair) que dans deux départements de métropole: les deux en Corse. Quant à Alain Juppé, il ne fait carton plein (bleu turquoise) qu'autour de son fief bordelais.

 

A noter, qu'il ne s'agit que de résultats provisoires sur 92% des bureaux de vote (les résultats nationaux sont rappelés sous la carte).

Découvrez dans la carte ci-dessous, le score de chaque candidat dans votre département.

 

 

 

(SOURCE:  LE HUFFPOST :http://www.huffingtonpost.fr/ )

 

 

 

Célébration de la Quadisha Qurbana par Sa Sainteté Paulose II, Catholicos de l'Est et Métropolite du Malankare en présence de Sa Sainteté le Patriarche de l'Eglise Orthodoxe Éthiopienne (Numériquement la plus nombreuse en fidèles parmi les Eglises de la famille Orthodoxe Orientale) en visite fraternelle auprès de notre Eglise-mère Orthodoxe des Indes (Eglise Syrienne Orthodoxe du Malankare). "Qu'ils soient uns, Père, comme Vous et moi sommes un, afin que le monde croie ! "

21 novembre 2016

Alain Juppé

Dans ses mémoires, Charles Pasqua raconte comment Alain Juppé, l'homme, qui prétend devenir le président de la République, a été impliqué dans la mort des moines de Tibhirine.

A l'époque, alors que Pasqua avait chargé Jean-Charles Marchiani (préfet du Var) d'activer un contact avec le GIA à Alger pour trouver un moyen de négocier, Alain Juppé va brutalement désavouer et décrédibiliser Marchiani.
Tout ceci parce que Monsieur "Susceptible" n'a pas été mis au courant par Jacques Chirac resté un peu évasif sur la question. On connaît la suite!

Voici un extrait de l'article intitulé : "Pasqua, son testament intime" dans Valeurs Actuelles du 22 septembre 2016 :

 

"…L'année suivante, en Algérie, se produit l'enlèvement des 7 moines trappistes du monastère de Tibhirine, dans la nuit du 26 au 27 mars 1996. Le responsable de la mouvance islamiste qui affirme les détenir prend langue avec l'ambassade de France à Alger. Marchiani qui est en poste à Toulon, m'informe qu'il dispose d'un contact sur place pour toucher les ravisseurs. Il connaît bien le dossier, lui qui a travaillé sur le GIA durant mon second passage à Beauvau.
Comme pour l'affaire des pilotes (…en Bosnie…), j'en parle à Chirac: "Alors, qu'est-ce qu'on fait ? – Ecoute, Charles, faisons comme la dernière fois. Il n'y a qu'à envoyer Marchiani, et qu'il utilise son contact. Mais, surtout, il ne faut pas en parler à Juppé."

Jean-Charles Marchiani se rend donc sur place. Mais sa visite est éventée. Alain Juppé l'apprend et réclame des explications à un Chirac évasif, qui ne dit rien savoir. Juppé prend la mouche et déclare à un journaliste qui l'interroge sur cette affaire : "…J'apprends avec étonnement que le préfet du Var est à Alger. Sa place est à son poste, dans le Var. Il n'est chargé d'aucune autre mission."

Les preneurs d'otages rompent le contact. Ils doivent considérer la déclaration du premier ministre comme un refus de négocier, et un désaveu de Marchiani."

On connaît hélas la fin tragique de cette histoire, parce que Monsieur "droit dans ses bottes" ne comprend rien et n'a aucune finesse et encore moins d'intelligence… Et, il voudrait composer avec les islamistes pour nous concocter un avenir radieux.

Ceroc

http://lesobservateurs.ch/2016/10/30/alain-juppe-et-les-moines-de-tibhirine/

« A la France d'aujourd'hui qui l'interroge, la France d'autrefois va répondre en donnant à cette hérédité son vrai nom :

la vocation.

Car les peuples, comme les individus, ont aussi leur vocation providentielle ; comme les individus, ils sont prospères ou misérables, ils rayonnent ou demeurent obscurément stériles, selon qu'ils sont dociles ou rebelles à leur vocation. [...]

Soyez fidèles à votre traditionnelle vocation ! Jamais heure n'a été plus grave pour vous en imposer les devoirs, jamais heure plus belle pour y répondre. Ne laissez pas passer l'heure, ne laissez pas s'étioler des dons que Dieu a adaptés à la mission qu'Il vous confie ; ne les gaspillez pas, ne les profanez pas au service de quelque autre idéal trompeur, inconsistant ou moins noble et moins digne de vous ! [...]

« Mes frères, aimez ! Amate, fratres ! »

Tout ce monde qui s’agite au dehors, et dont le flot, comme celui d’une mer déchaînée, vient battre incessamment de son écume de discordes et de haine les rives tranquilles de cette cité, de cette île consacrée à la Reine de la paix, Mère du bel amour ; ce monde-là, comment trouvera-t-il jamais le calme, la guérison, le salut, si vous-mêmes, qui, par une grâce toute gratuite, jouissez de la foi, vous ne réchauffez pas la pureté de cette foi personnelle à l’ardeur irrésistible de l’amour, sans lequel il n’est point de conquête dans le domaine de l’esprit et du cœur ? Un amour qui sait comprendre, un amour qui se sacrifie et qui, par son sacrifice, secourt et transfigure ; voilà le grand besoin, voilà le grand devoir d’aujourd’hui. Sages programmes, larges organisations, tout cela est fort bien ; mais, avant tout, le travail essentiel est celui qui doit s’accomplir au fond de vous-mêmes, sur votre esprit, sur votre cœur, sur toute votre conduite. Celui-là seul qui a établi le Christ roi et centre de son cœur, celui-là seul est capable d’entraîner les autres vers la royauté du Christ. La parole la plus éloquente se heurte aux cœurs systématiquement défiants et hostiles. L’amour ouvre les plus obstinément fermés. [...]

« Veillez, mes frères ! Vigilate, fratres ! »

Vigilate ! C’est qu’il ne s’agit plus aujourd’hui, comme en d’autres temps, de soutenir la lutte contre des formes déficientes ou altérées de la civilisation religieuse et la plupart gardant encore une âme de vérité et de justice héritée du christianisme ou inconsciemment puisée à son contact ; aujourd’hui, c’est la substance même du christianisme, la substance même de la religion qui est en jeu ; sa restauration ou sa ruine est l’enjeu des luttes implacables qui bouleversent et ébranlent sur ses bases notre confinent et avec lui le reste du monde.

Le temps n’est plus des indulgentes illusions, des jugements édulcorés qui ne voulaient voir dans les audaces de la pensée, dans les errements du sens moral qu’un inoffensif dilettantisme, occasion de joutes d’écoles, de vains amusements de dialecticiens. L’évolution de ces doctrines, de ces principes touche à son terme ; le courant, qui insensiblement a entraîné les générations d’hier, se précipite aujourd’hui et l’aboutissement de toutes ces déviations des esprits, des volontés, des activités humaines, c’est l’état actuel, le désarroi de l’humanité, dont nous sommes les témoins, non pas découragés, certes ! mais épouvantés.

Une grande partie de l’humanité dans l’Europe actuelle est, dans l’ordre religieux, sans patrie, sans foyer. Pour elle, l’Église n’est plus le foyer familial ; Dieu n’est plus le Père ; Jésus-Christ n’est plus qu’un étranger. Tombé des hauteurs de la révélation chrétienne, d’où il pouvait d’un coup d’œil contempler le monde, l’homme n’en peut plus voir l’ordre dans les contrastes de sa fin temporelle et éternelle ; il ne peut plus entendre et goûter l’harmonie en laquelle viennent se résoudre paisiblement les dissonances. Quel tragique travail de Sisyphe que celui qui consiste à poursuivre la restauration de l’ordre, de la justice, de la félicité terrestre, dans l’oubli ou la négation même des relations essentielles et fondamentales ! [...]

Ô Mère céleste, Notre Dame, vous qui avez donné à cette nation tant de gages insignes, de votre prédilection, implorez pour elle votre divin Fils ; ramenez-la au berceau spirituel de son antique grandeur, aidez-la à recouvrer, sous la lumineuse et douce étoile de la foi et de la vie chrétienne, sa félicité passée, à s’abreuver aux sources où elle puisait jadis cette vigueur surnaturelle, faute de laquelle les plus généreux efforts demeurent fatalement stériles, ou tout au moins bien peu féconds ; aidez-la aussi, unie à tous les gens de bien des autres peuples, à s’établir ici-bas dans la justice et dans la paix, en sorte que, de l’harmonie entre la patrie de la terre et la patrie du ciel, naisse la véritable prospérité des individus et de la société tout entière. »

Cardinal Eugenio Pacelli (futur Pie XII), in "Celui qui était hier le Cardinal Pacelli et qui est aujourd'hui Pie XII vous parle de la Vocation de la France - Discours prononcé à Notre-Dame de Paris - le 13 juillet 1937 - par le Cardinal Pacelli", Imp. Gibert-Clarey, 1937.

 

Chers amis. Aloho m'barekh

Au lendemain de ce Weekend important en France, nous rendons-grâces à Dieu et continuons de confier l'avenir de notre pays au Christ Roi de France et de l'Univers, le Prince de la Paix...

Que Marie, toute donnée à Dieu nous conduise à Celui qui, devant Pilate, l'admet: "Tu l'as dit: "Je suis Roi, je suis venu pour rendre témoignage à la vérité...Celui qui appartient à la vérité entend ma voix" !

"Aujourd’hui c’est le prélude de la bienveillance de Dieu et déjà

s’annonce le salut du genre humain.

Dans le Temple de Dieu la Vierge est présentée pour annoncer à

tous les hommes la venue du Christ. En son honneur, nous aussi à

pleine voix chantons-lui :

Réjouis-toi, ô Vierge en qui se réalise le plan du Créateur." 

"Celui qui appartient à la vérité entend ma voix", vivons ce temps dans l'Espérance et prions...

Votre fidèlement dans l'amour de Notre-Dame qui présente la France à son Divin Fils et nous conduit peu à peu à renouer avec Celui qui en est Roi.

Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse) !

+Mor Philipose-Mariam, métropolite.

 

Célébration de la Quadisha Qurbana par Sa Sainteté Paulose II, Catholicos de l'Est et Métropolite du Malankare en présence de Sa Sainteté le Patriarche de l'Eglise Orthodoxe Éthiopienne (Numériquement la plus nombreuse en fidèles parmi les Eglises de la famille Orthodoxe Orientale) en visite fraternelle auprès de notre Eglise-mère Orthodoxe des Indes (Eglise Syrienne Orthodoxe du Malankare). "Qu'ils soient uns, Père, comme Vous et moi sommes un, afin que le monde croie ! "

20 novembre 2016

Le montant maximum de l’allocation forfaitaire accordée sur demande aux étrangers faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (dans le cadre de l’aide au retour) est porté à 1.850 € pour les demandes présentées jusqu’au 31 décembre 2016.

Pour ces personnes, l’allocation forfaitaire varie de 50 € à 100 € selon les pays et la majoration reste limitée à 350 €.

Les étrangers, en situation irrégulière, qui font l’objet d’une obligation de quitter le territoire français, peuvent solliciter, s’ils résidaient depuis au moins 6 mois en France, une aide au retour dans leur pays d’origine (sauf s’ils ont été placés en rétention).

La demande d’aide s’effectue au moyen d’un formulaire dédié auprès de la direction territoriale de l’Ofii compétente dans le département. En plus de l’allocation forfaitaire, cette aide au retour, versée par l’Ofii, comprend, au moment du départ, d’autres aides dont le montant dépend du pays d’origine :

• aide administrative et matérielle à la préparation du voyage vers le pays de retour (réservation des billets d’avion, aide à l’obtention des documents de voyage, acheminement du lieu de séjour en France jusqu’à l’aéroport de départ en France, accueil et assistance, lors des formalités de départ à l’aéroport) ;

• prise en charge des frais de transport depuis le lieu de départ en France jusqu’à l’arrivée dans le pays de retour incluant le transport de bagages dans des limites fixées selon les pays de retour par le directeur général de l’Ofii.

En complément ou indépendamment de l’aide au retour, des aides à la réinsertion économique et sociale peuvent être proposées aux étrangers rentrés dans leur pays.

Textes de référence : Arrêté du 9 novembre 2016 relatif au montant d’allocation forfaitaire majoré applicable aux demandes d’aide au retour présentées jusqu’au 31 décembre 2016

Service.public.fr 

 

JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DE L’ENFANT

Afficher l'image d'origine

L’Association Juristes pour l’enfance ‘JPE) s’associe à la Journée Internationale des Droits de l’Enfant du 20 novembre et appelle de ses vœux un respect effectif de la Convention des Droits de l’Enfant adoptée par les Nations Unies en 1989.
Dans un contexte où les violences infligées aux enfants sont encore malheureusement innombrables, l’association Juristes pour l’Enfance, consciente de la nécessité de protéger l’enfant contre toutes les formes de maltraitances y compris les plus subtiles, entend alerter notamment sur la situation « d’otage » de l’enfant au cœur des conflits familiaux, et celle « d’objet » des désirs d’adultes dans le cadre de la GPA et de la PMA.
L’association demande pour tous les enfants le respect effectif de l’article 7  de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant aux  termes duquel chaque enfant a, dans la mesure du possible, le droit de connaître ses parents et d’être élevé par eux.
 
Dans la continuité de cette journée du 20 novembre, JPE souhaite contribuer à protéger les enfants contre les violations de leurs  droits  par la promotion d’une véritable culture des droits de l’enfant.

(Source: https://juristespourlenfance.com/2016/11/20/journee-internationale-des-droits-de-lenfant-2/ )

20 novembre 2016

f381fa9aa5d41b752645cb12d

La Turquie a voté une proposition de loi qui permet de suspendre la condamnation d’une personne pour agression sexuelle sur mineur, si celle-ci épouse sa victime.

Une proposition de loi, votée en première lecture ce jeudi soir, permet de suspendre la condamnation d’une personne pour agression sexuelle sur mineur commise sans « force, menace ou toute autre forme de contrainte de la volonté » si son auteur épouse la victime.

Le gouvernement turc a défendu cette mesure qui vise, selon lui, à ne pas pénaliser les couples dont l’un des membres est mineur, mais « consentant », un argumentaire rejeté par les défenseurs des droits des enfants. Le texte doit faire l’objet d’un vote en deuxième lecture pour être validé.

« L’AKP (le parti au pouvoir) a fait passer un texte qui pardonne ceux qui épousent l’enfant qu’ils ont violé », a réagi sur Twitter un député de l’opposition sociale-démocrate, Özgür Özel. Sur Twitter, le mot-dièse #OnNePeutPasLegitimerLeViol en turc était parmi les plus populaires en Turquie ce vendredi.

BFMTV

20 novembre 2016

Quartiers est d'Alep

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Croix-Rouge ont souligné qu’elles ne disposaient d'aucune preuve de bombardements russes sur des hôpitaux syriens et qu’elles n’accusaient nullement la Russie.

Le bureau turc de la Société médicale syro-américaine (SAMS), dont le siège se trouve à Washington, a confirmé être la source qui a livré des soi-disant informations, signée par le Health Cluster Turkey Hub, sur les prétendues frappes aériennes russes sur des « hôpitaux » au département d'État des États-Unis, a déclaré le manager du bureau turc Mohamad Katoub dans une interview accordée à Sputnik.

« Nos 170 employés nous ont raconté que des hôpitaux ont été détruits par les frappes aériennes dans diverses régions syriennes », a indiqué M. Katoub, soulignant que la SAMS n'accuse aucunement la Russie et que les accusations contre Moscou ne sont fondées que sur les témoignages des résidents locaux. De ce fait, la SAMS a pour sa part exigé une enquête.

Le Croissant-Rouge arabe syrien (IFRC), partenaire direct de la CICR dans la région, a également confirmé à Sputnik ne disposer d'aucune information sur les hôpitaux en question.

Le 16 novembre, le ministère russe de la Défense a rappelé que les frappes aériennes sur Alep, où se trouvent trois des cinq hôpitaux présumés, ont été suspendues depuis 29 jours déjà, même sur les territoires sous contrôle du Jabhat Fatah al-Sham (ex-Front al-Nosra).

Ce n'est pas la première fois que Washington accuse Moscou d'avoir effectué des frappes aériennes contre des établissements civils en Syrie. Pour sa part, la Russie ne cesse de souligner que la sélection des cibles est toujours réalisée après un examen minutieux, et rappelle les nombreuses demandes officielles russes pour obtenir les preuves de l'implication des forces aérospatiales dans les prétendus bombardements.

En savoir plus: https://fr.sputniknews.com/international/201611191028774896-frappes-accusations-donnees-hopital-bombardements/

20 novembre 2016

Le Secours catholique jeudi son 34e rapport statistique annuel. Et constate que la pauvreté ne cesse d’augmenter. Aux premières loges, les femmes et les étrangers.

La pauvreté ne faiblit pas en France. En 2015, le Secours catholique-Caritas France a ainsi rencontré 608 500 ménages en situation de pauvreté, soit une augmentation de 2,7 % par rapport à l’année 2014.
En grande difficulté, la majorité (78 %) de ces familles ou personnes seules ont poussé les portes de l’association après avoir été orientées par les services sociaux ou d’autres organismes privés.
Ce rapport qui dresse un état des lieux de la pauvreté en France en 2016 repose sur l’analyse de 85 179 fiches statistiques que remplissent les bénéficiaires au moment de leur inscription. Voici les enseignements que l’on peut en tirer :

Depuis 2000, l’augmentation de la part des femmes est « nette et régulière ». Cette hausse s’observe aussi bien chez les personnes de nationalité française (+ 8 points) que d’une autre nationalité (+ 10 points). Tandis que, parmi les étrangers, la part des hommes dominait nettement en 2000 (60 %), l’équilibre homme-femme a été atteint entre 2010 et 2013.

En 2015, les étrangers représentent un tiers (36,4 %) des personnes accueillies par le Secours catholique. Leur proportion a augmenté de près de 9 points entre 2000 et 2004 pour, ensuite, se stabiliser avant d’augmenter après la crise de 2008 (+ 8 points).
De plus, ceux ci sont de plus en plus surreprésentés parmi la population pauvre, par rapport à toute la population : alors que leur part était près de quatre fois plus élevée en 2000, elle est, en 2015, six fois plus élevée.
« Non seulement les étrangers représentent une population extrêmement fragile, au regard de leur forte surreprésentation, mais leur vulnérabilité à la pauvreté n’a cessé de croître depuis quinze ans», constatent les auteurs du rapport. [...]

Autre enseignement, les diplômés étrangers (20,5 %) sont plus nombreux que les diplômés de nationalité française (13,6 %) à avoir recours au Secours catholique.
«Cette forte part de personnes hautement éduquées parmi les étrangers révèle une fragilité plus importante pour ceux-ci, par rapport aux Français ayant atteint un niveau d’études équivalent.» [...]

Le Monde

INVITATION(S):

----------

 

De: Facebook <notification+oo1f=fl1@facebookmail.com>

   
 
   
   
 
Sabine Le Blanc vous invite à son évènement
 
CAFE-THEO
mercredi 23 novembre à 20:00
 
J’y vais
   
Peut-être
   
Je n’y vais pas
 
 
Animé par Jean-Luc Berlet, docteur en philosophie, et moi-même qui traiterai du sujet suivant : "Comment transmettre la culture religieuse aujourd’hui, au sein d’une société multi religieuse et laïqu...
 
 
 
 
 
   
   
 
Lieu : espace Barrault : 98 rue Barrault 75013 PARIS
 
 

 

PARUTION(S):

---

 

EUGRAPH KOVALEVSKY, PAR ELIE DE FOUCAULD

eugraph-kovalevsky

À lire absolument –

Enfin : une mise à la disposition du public d’un nombre incalculable de documents, suite à un immense travail de recherche accompli par l’auteur et ses amis ! Le personnage spirituel éminent, le prêtre et l’évêque charismatique tant controversé, tant décrié, si maladroitement admiré parfois, devient accessible. La vérité d’une authentique démarche historique, sans polémique, sans prise de parti, aussi honnête que possible, va, progressivement, rendre possible de rouvrir un dossier fondamental : celui de l’Orthodoxie occidentale.

La chronologie

Le plan de l’ouvrage est rigoureusement chronologique – il aurait pu être thématique, ce n’est pas le choix qui a été fait, précisément par rigueur de méthode. Par voie de conséquence, les thèmes fondamentaux reviennent, de chapitre en chapitre, c’est-à-dire de période en période de la biographie qu’est ce livre, comme des leitmotiv, des refrains, une litanie pour le salut de l’âme de l’Occident. Et, le refrain principal, c’est la redécouverte de la tradition chrétienne authentique, celle des saints Pères d’Orient et d’Occident – tradition du reste antérieure à cette distinction géographique. La grande quête d’unité des chrétiens au 20èmeet au 21ème siècle s’interprète alors comme l’aspiration à se retrouver ensemble dans l’Église fondamentale, unique, apostolique, plénière et totale – la seule Église, qualifiée d’orthodoxe, non pour des raisons culturelles, mais parce que l’unité de la Foi est le cœur de l’identité chrétienne.

Là où est l’Esprit, là est l’Église

Citons, pour donner le goût de lire, un très beau passage des pages 175 et 176. « La religion chrétienne n’est pas seulement une morale pratique ou une dogmatique abstraite, mais avant tout une force intérieure qui soutient l’homme, lui donne la possibilité de vivre, de vaincre ses défauts, d’arriver à la paix intérieure, d’être. […] Certes, il peut y avoir parmi les non-orthodoxes des êtres plus moraux et plus sobres ; certes, on peut trouver en dehors de l’Église  des définitions métaphysiques ou dogmatiques plus développées, plus analysées ; une seule chose demeure par excellence propre à Elle, c’est cette force vitale, objective qui réchauffe, qui réjouit, qui pacifie chaque âme de chaque membre : le Saint-Esprit dans l’Église » (E.K. Cahier Saint-Irénée n° 1, 1938)

L’avenir de l’Église

On lira ce livre pour réfléchir à l’avenir de l’Église, non seulement en Occident, mais sur la planète – car depuis le repos de l’évêque Jean, tout s’est planétarisé. Quel christianisme voulons-nous ? Quelle Église pour l’homme d’aujourd’hui et de demain ? À quelle source allons-nous puiser les forces charismatiques dont nous, et nos enfants, aurons besoin pour faire face aux temps paradoxaux qui se dressent maintenant devant nous ? Il ne s’agit pas d’un retour ; il s’agit d’une avancée vers la plénitude, au-delà des formes diplomatiques du dialogue, loin du relativisme ou du nationalisme qui arrangerait bien des gens. Nous cherchons l’Église véritable, celle que nous confessons, en qui nous mettons notre foi. Avec le livre sur Père Eugraph, posons à nouveau la question de l’Orthodoxie occidentale – mais reformulons-la, car le contexte est nouveau.

« Le but essentiel de l’Orthodoxie occidentale…je le définirai par un paradoxe : nous devons être, devenir cent pour cent orthodoxes et cent pour cent occidentaux. En disant cent pour cent orthodoxes, j’ai en vue le domaine religieux, l’expérience intérieure et mystique à travers les siècles qui surpasse l’expérience culturelle occidentale comme orientale ; en disant cent pour cent occidentaux, j’ai en vue l’enracinement de la Révélation dans l’âme et la psychologie propre à chaque pays » (E.K. lettre de mai 1937)

 

Le lien vers le site de vente en ligne du livre est celui-ci : https://www.eugraph-kovalevsky.fr/livres/

(Source: "Sagesse Orthodoxe")

---

 

 

PRIER LES SAINTS, UNE SUPERSTITION ?

 

Des amis

Comme le Seigneur nous aide par la prière de ses saints ! Les chrétiens ont toujours invoqué leur assistance. Ce n’est pas de la superstition ; c’est tout simple. Nous nous demandons les uns aux autres de prier pour nous – “prie pour moi” – : nous reconnaissons dans les saints des amis, des frères, des parents invisiblement présents.

 

Confiés à eux

Sur la Croix, le Christ a confié ses disciples à sa Mère très pure: Voici ta mère, dit-Il à l’apôtre Jean; voici ton fils, dit-Il à Marie. C’est peut-être l’origine du fait que nous croyons dans la protection des saints. Nous sommes confiés à la Vierge, mais nous le sommes également à toute la famille des saints qui entourent la Mère de Dieu, un peu en dessous d’elle, mais investis de la même grâce et de la même confiance divine. Les saints sont ceux à qui Dieu fait confiance. Le Christ leur dit en quelque sorte: saint Untel, voici tes fils, tes filles, occupe-toi d’eux!

 

Fils spirituels

Un verset de psaume (101, 29) dit: “les fils de tes serviteurs auront une demeure”. Ceci concerne les saints: nous sommes leurs enfants spirituels, par le saint Esprit. Leur exemple, leur foi, leur prière, nous engendrent. Aussi lisons-nous leur vie : nous vénérons leur icône et nous les invoquons. Toutefois, avant d’être les enfants spirituels de Marie et des saints, nous sommes en premier lieu ceux du Père céleste et les frères spirituels de Jésus, par la foi, par le baptême et par l’onction chrismale. Mais cette filiation divine circule dans tous ceux qui sont greffés sur le Christ par leur foi et par leur vie.

 

Charismes particuliers

Nous comptons sur certains saints pour une aide particulière. Nous prions sainte Odile, par exemple, pour ceux qui ont perdu la vue ou qui souffrent des yeux. Nous prions saint Nectaire pour ceux qui souffrent de grave maladie; pour les malades, nous prions tout spécialement saint Nicolas et les saints anargyres Cosme et Damien, et les autres… En effet, chacun des saints qui ont été agréables à Dieu depuis le début du monde a, non une spécialité, mais une expérience particulière de la condition humaine et, souvent, un charisme particulier. D’un point de vue concret, cette connaissance particulière des joies et des peines des hommes, et ce charisme connu du vivant-même des saints, permettent à tel ou tel saint d’être particulièrement proche des besoins que nous lui soumettons.

 
Abbé Michel Cambon
Recteur du sanctuaire de Rocamadour
1. REDÉCOUVRONS NOTRE PASSÉ
 IXe siècle 

Rocamadour, un escalier vers le ciel

Il y a quelques jours le 31 octobre, bien loin de sa base habituelle, la statue de Notre Dame de Rocamadour faisait une entrée triomphale dans le port des Sables d’Olonne. En cette veille de la fête de toussaint et alors que dans quelques jours allait s’élancer la course du Vendée Globe, la Vierge Marie sous les traits de Notre Dame de Rocamadour, étoile de la mer, venait montrer a tous ceux qui le cherchent, le chemin, celui qui conduit au travers de ce monde jusqu’en la demeure de son Fils.

Un site exceptionnel. La première surprise de Rocamadour (Lot), c’est le site lui-même. Un endroit improbable, un entassement minéral toujours à deux doigts de perdre l'équilibre. Un vieux dicton qualifie notamment cet amoncellement : « Des églises sur les maisons, du château sur les églises. » Ici, c'est la falaise qui a la préséance sur toute construction humaine. Bienveillante ou menaçante, danger ou protection, le site lui doit sans doute son nom : la « rocca majour », la « roche majeure ». Contre toute logique, les bâtiments principaux, ceux  des sanctuaires, n’ont pas été déposés au sommet de cette énorme muraille naturelle mais sur une étroite terrasse située à mi-hauteur. La cité religieuse s’agrippe littéralement à la paroi du canyon de l’Alzou, à la verticale absolue d'un village qui, lui, a la particularité de s'être organisé autour d'une seule rue !

Les origines de Rocamadour. Elles sont assez mystérieuses car très anciennes et ne sont plus documentées par aucune archive subsistante à cause des guerres dites « de religion » du XVIe siècle. Rien ne nous permet plus de connaître les raisons qui poussèrent des pèlerins, au moins à partir du IXe siècle, à venir, parfois de fort loin, pour prier dans ce paysage solitaire et difficile d'accès. Outre les lieux, seule nous reste la légende, habituellement le moyen de rapporter une réalité qu’on ne comprend plus. Le site ne s’est pas organisé en un jour, il est le produit d’une histoire. Qui est arrivé le premier? Sans doute un ermite, puis d'autres à sa suite, ou simultanément. L’endroit, appelé « Val ténébreux » était tout ce qu'ils pouvaient désirer pour mener leur vie de prière et de solitude : un espace immense à l'abri des regards, une rivière et des grottes creusées dans une falaise bien exposée à la lumière. [...]

Lire la suite du récit

(Source: "Marie de Nazareth")

Programme des prochaines semaines au Monastère

 

Syriaque de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de

 

Miséricorde:

 

Program in the coming weeks

 

Syriac Monastery of the Blessed Virgin Mary, Mother of Mercy:

 

 

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

 

Au Monastère Syriaque de

 

CHANDAI-BREVILLY (61) :

 

(Messe tous les dimanches et en semaine à 10h30.

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

 

Pèlerinage à Notre-Dame de Miséricorde

 

au Monastère Syriaque 

 

Tous les 1ers Weekend du mois

 

(Ramassage des fidèles de région parisienne chaque samedi précédent le 1er dimanche du mois à 15h )

 

Petits Pèlerinages sur Semaine tous les :

 

*22 et

 

*29 du mois

 

_____

 

GRAND PELERINAGE DE DECEMBRE A N-D DE MISERICORDE

et aux Sts du Kérala

AVEC MOR MELETHIUS

Afficher l'image d'origine

 

-Dimanche 4, Célébration du dimanche en l'église du Monastère Notre-Dame de Miséricorde .

10h30, Messe suivie du repas fraternel et de la réception des fidèles.

 

Afficher l'image d'origine

 

 SOYEZ TOUS PRESENTS !

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Adresse courriels: asstradsyrfr@laposte.net

 

Afficher l'image d'origine

 

_________

 

Afficher l'image d'origine

 

PELERINAGE A NOTRE-DAME DE PONTMAIN,

LE MONT SAINT MICHEL AVEC MOR MELETHIUS:

 

Lundi 5, départ matinal pour le Sanctuaire Notre-Dame de Pontmain, l'après-midi, visite du Mont Saint Michel (Retour le soir au Monastère)

 

Afficher l'image d'origine

PROGRAMME DE LA VISITE FRATERNELLE ET PASTORALE DE SON EMINENCE MOR MELETHIUS, Métropolite de l’Eglise Syrienne-Orthodoxe Malankare (Eglise Orthodoxe des Indes) en France :

 

Afficher l'image d'origine

Chers amis. Aloho m'barekh

 

De retour d'une visite pastorale en Guadeloupe à l'occasion du centenaire de Yolande, Maman de Mme Marceline Maricel, je trouvais un courriel de Son Eminence Mor Melethius m'annonçant qu'en raison d'un devoir urgent l'appelant auprès de nos communautés Orthodoxes vivant aux "Emirats Arabes", il devrait prendre un vol pour Dubai dès le 7 Décembre. 

La prochaine visite pastorale et fraternelle de Son Eminence Mor Melethius, Métropolite de l'Eglise Syrienne Orthodoxe Malankare(Notre Eglise-mère), l'un des deux Archevêques accompagnateurs fraternels de notre jeune Eglise locale et missionnaire Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma s'en trouve donc un peu écourtée.

Il sera finalement parmi nous du 25 Novembre au 7 Décembre.

En fonction de ces nouvelles données, seule la partie concernant la région "Nord-Ouest" du programme initial est maintenu.

Le programme concernant la région "Sud-Ouest"(Charente, Dordogne, Pyrénées) est supprimé

En conséquence, la permanence pastorale et la Messe de Nantes le 8 Décembre sont rétablies.

 

Vous pouvez rejoindre ce périple à l’une ou l’autre étape en vous inscrivant au Monastère (Voir en fin de document).

Les fidèles de tout le territoire Français sont tous invités à rejoindre le Monastère pour la Célébration du Dimanche 4 Décembre, présidée par Son Eminence Mor Melethius.

Il s’agit du Grand Pèlerinage de Décembre à Notre-Dame de Miséricorde et aux Saints du Kerala.

Les fidèles de Région parisienne sont invités à accueillir l'archevêque à son arrivée, l'accompagner lors de son départ.

 

En vous souhaitant à tous et chacun un heureux temps de l'Annonciation et une heureuse et joyeuse montée vers la Nativité, je vous assure de mes prières ferventes et me recommande aux vôtres.

Votre fidèlement dans le Christ, Notre-Seigneur.

 

+Mor Philipose-Mariam,métropolite, Brévilly ce 21.XI.2016.

 

 

 

ACCUEIL DU METROPOLITE:

 

- Vendredi 25 Novembre, arrivée du Métropolite Melethius à Roissy Charles de Gaules . Nous accueillons l’Archevêque et nous allons au Monastère où il s’installe et se repose.

- Samedi  26, visite des lieux, le Métropolite fait connaissance des familiers du Monastère.

 

PARIS:

 


- Dimanche 27 au matin, nous changeons le programme habituel pour faire visiter PARIS à l’Archevêque. (Messe matinale et départ pour Paris. )

- Lundi 28, suite…

 

PELERINAGE PARIS-NORMANDIE:

 

- Mardi 29, en matinée Visite d'Alençon (Ville natale de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus) et dans l'après-midi, visite de Lisieux (Où Sainte Thérèse entra au Monastère du Carmel).

- Mercredi 30, matinée visite de Verneuil Sur Avre  et l'après-midi visite de la Chapelle Royale de DREUX suivie de celle de la Cathédrale de CHARTRES.

Jeudi 1er Décembre, matinée au Monastère et, l'après-midi, visite du Sanctuaire de Notre-Dame de Montligeon.

Vendredi 2, journée de recueillement au Monastère.

Samedi 3, idem.

-Dimanche 4, Célébration du dimanche en l'église du Monastère Notre-Dame de Miséricorde . SOYEZ TOUS PRESENTS !

 

PELERINAGE A NOTRE-DAME DE PONTMAIN,

LE MONT SAINT MICHEL:

 

Lundi 5, départ matinal pour le Sanctuaire Notre-Dame de Pontmain, l'après-midi, visite du Mont Saint Michel (Retour le soir au Monastère)

 

AU REVOIR:

 

- MERCREDI 7, depuis Charles de Gaules : "Merci, Eminence et à très bientôt ...

 

INSCRIVEZ-VOUS !

 

Adresse ci-dessous :

 

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,


Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

 

Afficher l'image d'origine

 

Le Père nous envoie le Verbe de Vie qui nous vient par Marie et le St Esprit, s'incarne en elle pour devenir notre frère et, par Son Sacrifice, renouveler les fils et filles d'Adam...

Le Père nous envoie le Verbe de Vie qui nous vient par Marie et le St Esprit, s'incarne en elle pour devenir notre frère et, par Son Sacrifice, renouveler les fils et filles d'Adam...

Ne restez pas seul pour

 

 

les Fêtes de la Nativité ! 

 

 

Si vous n'êtes pas en famille, 

 

retrouvez-vous , en

 

communion avec les Chrétiens d'Orient,

 

avec  vos frères Chrétiens Syro Orthodoxes

 

francophone de St Thomas (Mar Thoma)* en

 

France pour fêter Noël !

 

 

Si vous avez peu de moyens pour fêter

 

décemment Noël en famille, grâce au partage

 

c'est possible ! Venez fêter la Nativité au

 

Monastère en famille !

 

Nativity Icon2[1]-copie-1

 

(Pour ceux qui doivent loger, Inscriptions closes

le 20 Décembre)

 

 

Programme:

 

*Jeudi 24 Décembre. Nativité de Notre-Seigneur

 18h, réveillon avec les fidèles familiers. Veillée de Noël (Plusieurs Baptêmes et Chrismations), Bénédiction du Feu nouveau et Procession de l’Enfant-Jésus à l’Eglise.Messe de minuit.

 

 

*Vendredi 25, Nativité de Notre-Seigneur

Messe du jour à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30.

 

 

 

*Samedi 26 Décembre, Fête des « Félicitations à la Mère de Dieu »

Messe en l’honneur de « la Toute Pure et Immaculée Mère du Verbe-Dieu » à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

 

VEILLEE POUR LA VIE dans la nuit du 26 au 27

 

*Dimanche 27 Décembre, Fête des « Saints Innocents »

Messe en l’honneur pour les enfants à naître et les victimes de l’avortement à 10h30 ,  repas fraternel et réception des fidèles de 13h30 à 17h30

Note:

l'Eglise Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise

Orthodoxe-Orientale. 

 

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité

des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien

et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil 

des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles , 

nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non 

obligatoires. 

Toute offrande fait cependant l'objet d'une 

déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre 

revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F " 

 

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.41.20.16.86).

 

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notr

Par le Bx Charles de Foucauld

(1858-1916), ermite et missionnaire au Sahara 
Méditations sur l'Evangile, 263 (in Œuvres spirituelles, Seuil 1958, p. 174) 

 

« Ceux-là ont pris sur leur superflu..., mais elle, elle a pris sur son indigence »

 

      Ne méprisons pas les pauvres, les petits... ; non seulement ce sont nos frères en Dieu, mais ce sont ceux qui imitent le plus parfaitement Jésus dans sa vie extérieure.

Ils nous représentent parfaitement Jésus, l'ouvrier de Nazareth. Ils sont les aînés parmi les élus, les premiers appelés au berceau du Sauveur.

Ils furent la compagnie habituelle de Jésus, de sa naissance à sa mort ; à eux appartenaient et Marie et Joseph et les apôtres...

Bien loin de les mépriser, honorons-les, honorons en eux les images de Jésus et de ses saints parents ; au lieu de les dédaigner, admirons-les...

Imitons-les, et puisque nous voyons que leur condition est la meilleure, celle qu'a choisie Jésus pour lui-même, pour les siens, celle qu'il a appelée la première autour de son berceau, celle qu'il a montrée par ses actes et ses paroles..., embrassons-la...

Soyons de pauvres ouvriers comme lui, comme Marie, Joseph, les apôtres, les bergers, et si jamais il nous appelle à l'apostolat, restons dans cette vie aussi pauvres que lui-même y est resté, aussi pauvres qu'y est resté un saint Paul « son fidèle imitateur »

(cf 1Co 11,1). 

      Ne cessons jamais d'être en tout des pauvres, des frères des pauvres, des compagnons des pauvres, soyons les plus pauvres des pauvres comme Jésus, et comme lui, aimons les pauvres et entourons-nous d'eux.

 

Le seul espoir de Salut contre les tromperies et les hérésies, les innovations et les pièges de gens méchants et du diable, c'est la prière, le repentir et l'humilité.
Ancien Joseph l'Héychaste

 




The only hope of salvation from the delusions and the heresies, the innovations and the traps of wicked people and of the devil is prayer, repentance and humility.
+ Elder Joseph the Hesychast

Partager cet article

Repost 0

Recherche

Liens