Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juin 2020 6 27 /06 /juin /2020 21:07

SOMMAIRE:

-Annonces liturgiques

-L'ultime et vitale résistance (Moine Moise de l'Athos)

-Lectionnaire pour la Fête de Saint Thomas

-Allez dans le monde entier...(St Basile de Séleucie) suivi de la prière pour les vocations.

-Le monde est un vaste temple dédié à la discorde.(Audio de Mgr Samuel)

-Les Soixante douze disciples (Lectionnaire)

-La véritable liberté, les cultes orientaux et la jeunesse déchristianisée (Archimandrite Jean Krestiankin)

-Cinquième dimanche après la Pentecôte (Lectionnaire)

-La mort égalise toutes les conditions humaines.(Audio de Mgr Samuel)

-l'âme l'esprit - Entretien avec Jacqueline Kelen-un film d'Igor Ochmiansky

-En résumé des députés avec Raoult.

-Le défaut d’éducation et de religion rend le peuple misérable et féroce.(Audio de Mgr Samuel)

-L'existence de l'âme expliquée par la science ?(Article et vidéos)

-Vie de Saint Martial, apôtre et premier Évêque de Limoges.

-L’art de plaire à tout le monde, c’est l’art de tromper.(Audio de Mgr Samuel)

-Cinq façon de transmettre la paix dans des temps troublés.

-"J'y crois encore", film disponible.

-Les dix phrases de Jésus qui ont changé le monde (Aleteia)

-Covid 19:Pourquoi les consignes sanitaires sont parfois négligées

-Communion des prêtres avec le Christ ressuscité qui, dans son Eglise, continue de réaliser le sacrifice rédempteur( SS Benoît XVI) suivie d'une prière pour les Pasteurs.

-Le Miracle qui va favoriser la canonisation du Bx Charles de Foucault

 

Maintenues en confinement au Monastère en Normandie, toutes les célébrations Liturgiques avaient été annulées  en Charente (16), Dordogne (24), Lourdes (65) et l'Est (90,68,67) jusqu'à la fin de la Pandémie.

Nous  pouvons désormais  les reprendre progressivement.

Suivez bien ce Blog pour connaitre les prochains Rendez-Vous Liturgiques pastoraux et fraternels près de chez vous.

 Nos prochains Rendez-vous Liturgiques au Monastère

https://img.over-blog-kiwi.com/1/49/89/80/20190913/ob_1ed58f_324352-p.jpg

et en dehors pour Juin, Juillet 2020:

¤Au Monastère:

  

* 3 JUILLET, Fête de Saint Thomas, Messe à 9h

 

*4 Juillet , Fête des 72 Disciples, Messe à 10h30

 

 

*Dimanche 5 Juillet, Dimanche des Missions:

 

 Pèlerinage du premier Dimanche du Mois à Notre-Dame de Miséricorde,

Solennité de Saint Thomas

et clôture des festivités de St Thomas.

 

Mère de Miséricorde, priez pour nous, secourez-nous!

et aux Saints du Kérala,

 

Messe à 10h 30 Suivie du programme habituel

 

*Dimanche 19 Juillet, Pèlerinage à Saint Christophe,

bénédiction des voitures après la Messe. Messe à 10h 30 Suivie du programme habituel

 

¤LA CHAPELLE FAUCHER (Périgueux):- Samedi  25  JUILLET et *

¤ANGOULÊME (Jauldes):

-Dimanche 12 JUILLET

- Dimanche 26 JUILLET, Pèlerinage à Saint Christophe,

bénédiction des voitures après la Messe. Messe à 10h 30 Suivie du programme habituel

et 22 AOUT*

 

¤LOURDES (65):

-Visite sur le Sud-Ouest et Pyrénées du 14 au 18 JUILLET (S'inscrire au 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées) Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

https://img.over-blog-kiwi.com/1/49/89/80/20191129/ob_24091a_44045983-10209809158904059-61217510016.jpg#width=620&height=800

AVIS IMPORTANT:

L'église du Monastère est ouverte en semaine où les précautions sanitaires et de distanciation sont prises à l'intérieur .
L'église reste vivante en semaine avec les Messes et Offices Liturgiques quotidiens lors desquels nous rendons à Dieu le Culte qui Lui est dû et prions pour les libérations, les guérisons spirituelles et physiques de nos frères et sœurs !
Toutes les dispositions d'hygiène et de distanciations sont prises avec marquage des places où s’asseoir.
Des masques sont disponibles à l'entrée ainsi que du gel Hydro-alcoolique et des kleenex à usage unique, etc...

L'ULTIME ET VITALE RÉSISTANCE CHRÉTIENNE par Le moine Moïse de la Sainte Montagne

 

 

La Communauté du désert et la solitude des villes  [5] 
 par Le moine Moïse de la Sainte Montagne
Moine Moïse l'Athonite (1952-2014) prie Dieu pour nous !
 
Dans cette solitude sacrée l’homme se trouve face à face avec sa pauvreté existentielle et la peur de la mort qu'elle provoque. Pourtant, même ici, il y a danger qu'il puisse choisir la procrastination comme solution et, pour un temps calmer son état de panique. Il peut reprendre sa course avec ses allées et venues sans fin, augmenter ses activités sociales et chercher à varier ses divertissements : un programme d’occupation maximale. D'autres personnes, d'autres choses, du travail et des implications tous azimuts peuvent servir de couverture à son appauvrissement spirituel – pour un temps. Et il peut continuer à errer sans but, poussé par les circonstances, tourmenté, papillonnant d’une chose à une autre, luttant, étant déchiré – et finalement anéanti.

Une vie de travail sans la libération de la communion avec Dieu est de l'esclavage. La lutte excessive pour la richesse est une maladie incurable source de souffrances. La peur de l’avenir peut stimuler la cupidité, l'avarice, la thésaurisation et Dieu peut être facilement oublié.

Voici ce que dit Abba Markos sur comment l'homme peut éviter l'esclavage d’un travail sans discernement et à la place devenir un libre serviteur de Dieu : « Celui qui se débarrasse du soin anxiogène pour les choses éphémères et est libéré de tout ce que cela nécessite, mettra toute sa confiance en Dieu et dans les bonnes choses éternelles. Le Seigneur n'a pas interdit les nécessaires soins quotidiens pour notre bien-être physique, mais Il a indiqué que l'homme ne devait se sentir concerné que pour chaque jour [auquel suffit sa peine]. Limiter nos besoins et nos soucis de ce qui est absolument nécessaire est tout à fait possible par la prière et la maîtrise de soi, mais les éliminer est tout à fait impossible. »

Dans les judicieuses remarques d’Abba Markos qui suivent, permettez-moi d'attirer votre attention sur un point subtil qui s’applique à de nombreux fidèles. « Les tâches nécessaires que nous sommes obligés d’accomplir, nous devons bien sûr les accepter et les assumer, mais nous devons lâcher ces autres activités sans but et préférer plutôt passer notre temps dans la prière, en particulier lorsque ces activités nous conduisent à la cupidité et au luxe de l’argent et de la richesse. En effet, plus on pourra, avec l'aide de Dieu, limiter, ces activités mondaines, plus on pourra préserver son esprit de ces errances anxieuses. Si à nouveau quelqu'un, de peu de foi ou ayant quelque autre faiblesse, ne peut pas faire cela, alors, au moins, qu'il comprenne bien la vérité et qu’il essaye, autant qu'il peut, de se blâmer de demeurer dans cette faiblesse et dans cet état immature. Car il est beaucoup mieux d'avoir à rendre compte à Dieu de ses omissions que de sa faute et de son orgueil

Un drame se joue dans l'homme, dans lequel il cherche,  à l’extérieur, continuellement et intensément, la paix et la connaissance Mais quand il revient à lui-même, il se rend compte qu’une véritable hospitalité existe dans un endroit inattendu. C’est en effet précisément en lui-même qu’il découvre et expérimente la particularité de cette personnalité. C’est ici que se trouve la divine solitude libératrice, fondée sur la connaissance de sa personnalité.  C’est ici, dans la quiétude mystique, qu'il mesure, décide, et prend ses responsabilités.

La réalisation de l'expérience mystique de ce que nous sommes, de ce que nous devrions chercher, et de ce que nous pouvons faire, implique un effort pénible qui, néanmoins, est crucial. C’est en nous que nous nous arrachons à la solitude de l’ego et où nous trouvons le chemin de la lumière et de la joie de la communion.

Une grande partie du monde est gouvernée par des sophismes, la sagesse a été mise à l'écart, et la décence a été perdue. Mensonges et trahison abondent, le révisionnisme a contrefait l'histoire, l'Évangile est mal interprété, les manuels scolaires sont des outils politiques au service de l'idéologie de ceux qui sont au pouvoir. Il y a une tendance à imiter les idéologies occidentales erronées, y compris le piétisme sentimental et le néo-christianisme social indolore. La vie de l’Église et ses traditions sacrées et vivifiantes sont ignorées. 
 
Le seul refuge est pour chacun d’entre nous, de mettre en place notre propre sanctuaire où nous le pouvons. À un monde qui considère la tromperie comme de l'intelligence et l'honneur comme de la faiblesse, il faut oser dire «Ne me touchez pas! »
 
Nous devons choisir de rester seuls, volontairement et en assumant la responsabilité même si cette solitude nécessite un grand courage dans une société qui cherche agressivement nos applaudissements et nous pousse à nous y amalgamer. La lassitude de ces vanités, l’amertume, le mouvement constant et les joies sans joie qui ont rempli nos vies nous aident à venir à la réalisation que c’est la meilleure résistance à la désorientation générale.

En rétablissant notre monde intérieur, nous augmentons notre résistance, et dans le temps devenons invincibles aux attaques organisées du mal. En plaçant toute notre vie aux pieds de Dieu et dans la recherche de la vie authentique qu’Il veut que nous vivions, nous commençons à avoir un avant-goût de l’immortalité, où nous ne sommes jamais seuls, mais en compagnie du Christ et de ses saints. Toute solitude est dissipée par l'autosuffisance intérieure.

Et cela peut vous aider de savoir qu’ils sont nombreux, sans que vous les voyiez, ceux qui vous aident par leurs prières. Ce sont les moines, totalement consacrés à Dieu, qui veillent sans cesse. Même si vous ne les avez pas rencontrés, ils prient pour vous, leurs bras levés, leurs genoux et leurs articulations couverts de cal de par leurs prosternations.  à suivre
(version française par Maxime le minime de la source)
Ce 3 Juillet, nous célébrons Saint Thomas, un Apôtre du Christ mort au Ier siècle.

 

Thomas dont le nom araméen signifie jumeau, était appelé Didyme en grec.
 
Il faisait partie du groupe des 12 apôtres que nous célébrions le 30 Juin, mais seul l’évangile de Saint Jean cite plusieurs de ses interventions.
 
Il est courageux et au moment de la mort de Lazare, il est prêt à affronter le martyr.
 
Mais c’est surtout par ses questions et doutes qu’il est célèbre.
 
Lors du dernier repas il interroge :
 
-"Seigneur, nous ne savons pas où tu vas. Comment saurions-nous le chemin?", et après la résurrection du Christ, incrédule, il demande une preuve tangible :
 
-"Si je ne vois pas dans les mains la marque des clous, si je ne mets pas ma main dans son côté, non, je ne croirai pas."
 
Mais il est aussi le modèle du croyant en reconnaissant en Jésus ressuscité "Mon Seigneur et mon Dieu", cette phrase que, dans notre Métropolie Syro-Orthodoxe des Chrétiens de Saint Thomas, nous redisons au moment de la génuflexion pour adorer le Christ présent dans l'Eucharistie.
 
La Tradition, tradition bien établie, en fait l’apôtre des Indes, où les Portugais du XVI ème siècle trouvèrent à leur arrivée des chrétiens autochtones et...les persécutèrent.
 
En France, après avoir été, pour beaucoup, privés de l'accès à l'Eucharistie et aux autres Sacrements pendant cette pandémie du Covid 19, affermissons notre Foi et soyons présents ce 5 Juillet 2020 au Monastère Métropolitain pour la Messe de clôture des Festivités de Mar Thoma !
 
Par Marie, Mère de Miséricorde, dans la Foi de Pierre et l'intercession des Saints Apôtres, avec Saint Thomas, écrions-nous devant le Christ Présent au Sacrement de l'Autel:"Mon Seigneur et mon Dieu"!
 

Lectionnaire pour le Dukahrono de St.Thomas (3 Juillet)

  • Saint Qurbana :
    • 1 Pierre 2 :15-17 :
  • 15 La volonté de Dieu, c’est qu’en faisant le bien, vous fermiez la bouche aux insensés qui parlent sans savoir.
  • 16 Soyez des hommes libres, sans toutefois utiliser la liberté pour voiler votre méchanceté : mais soyez plutôt les esclaves de Dieu.
  • 17 Honorez tout le monde, aimez la communauté des frères, craignez Dieu, honorez l’empereur.
    •  
    • 1 Corinthiens 6: 9-11 :
  • 09 Ne savez-vous pas que ceux qui commettent l’injustice ne recevront pas le royaume de Dieu en héritage ? Ne vous y trompez pas : ni les débauchés, les idolâtres, les adultères, ni les dépravés et les sodomites,
  • 10 ni les voleurs et les profiteurs, ni les ivrognes, les diffamateurs et les escrocs, aucun de ceux-là ne recevra le royaume de Dieu en héritage.
  • 11 Voilà ce qu’étaient certains d’entre vous. Mais vous avez été lavés, vous avez été sanctifiés, vous êtes devenus des justes, au nom du Seigneur Jésus Christ et par l’Esprit de notre Dieu.
    •  
    • St.Mathieu 5: 21-26 :
  • 21 « Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il devra passer en jugement.
  • 22 Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frère, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la géhenne de feu.
  • 23 Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
  • 24 laisse ton offrande, là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.
  • 25 Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.
  • 26 Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou.
    •  

 

« Allez dans le monde entier. Proclamez la Bonne Nouvelle à toute la création »

(Mc 16,15)

 

« Mets ton doigt dans la marque des clous », dit Jésus à Thomas.

« Tu me cherchais quand je n'étais pas là, profites-en maintenant.

Je connais ton désir malgré ton silence. Avant que tu ne me le dises, je sais ce que tu penses.

Je t'ai entendu parler, et quoique invisible, j'étais auprès de toi, auprès de tes doutes, et sans me faire voir, je t'ai fait attendre, pour mieux regarder ton impatience.

Mets ton doigt dans la marque des clous. Mets ta main dans mon côté, et ne sois plus incrédule, mais crois. »

Alors Thomas le touche : toute sa défiance tombe et rempli d'une foi sincère et de tout l'amour que l'on doit à son Dieu, il s'écrie :

-« Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Et le Seigneur lui dit :

-« Parce que tu m'as vu, tu as cru ; heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru !

Thomas, porte la nouvelle de ma résurrection à ceux qui ne m'ont pas vu.

Entraîne toute la terre à croire non à ses yeux, mais à ta parole. Parcours les peuples et les cités païennes.

Apprends-leur à porter la croix sur les épaules au lieu des armes...

Dis-leur qu'ils sont appelés par la grâce, et toi, contemple leur foi : heureux, en vérité, ceux qui n'ont pas vu et ont cru ! »

Telle est l'armée que lève le Seigneur ; tels sont les enfants de la piscine baptismale, les œuvres de la grâce, la moisson de l'Esprit.

Ils ont suivi le Christ sans l'avoir vu, ils l'ont cherché et ils ont cru. Ils ont reconnu avec les yeux de la foi, non du corps.

Ils n'ont pas mis leurs doigts dans les marques des clous, mais ils se sont attachés à sa croix et ont embrassé ses souffrances.

Ils n'ont pas vu le côté du Seigneur, mais par la grâce ils se sont unis à ses membres et ils ont fait leur cette parole du Seigneur :

« Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru ! »

Saint Basile de Césarée (?-v. 468), évêque Sermon pour la Résurrection, 1-4 (traduction française de Brésard, 2000 ans B, p. 128 rev.)

-------------------------------

São Basílio de Selêucia *

 

"Vá ao redor do mundo. Proclame as boas novas a toda a criação ”(Mc 16:15)

 

"Coloque o dedo na marca das unhas", disse Jesus a Tomé.

"Você estava me procurando quando eu não estava lá, aproveite agora."

Eu conheço o seu desejo, apesar do seu silêncio. Antes de me dizer, eu sei o que você pensa.

Ouvi você falar e, embora invisível, estava com você, com suas dúvidas, e sem ser visto, fiz você esperar, para observar melhor sua impaciência.

Coloque o dedo na marca da unha. Coloque sua mão no meu lado e não fique mais incrédulo, mas acredite. "

Assim, Thomas o toca: toda a sua desconfiança cai e cheia de fé sincera e todo o amor que devemos ao seu Deus, ele exclama:

- "Meu Senhor e meu Deus! "

E o Senhor disse-lhe:

- “Porque você me viu, você acreditou; felizes aqueles que não viram e que acreditaram!

Thomas, traga a notícia da minha ressurreição para aqueles que não me viram.

Treine o mundo inteiro para acreditar não nos olhos dele, mas na sua palavra. Explore os povos e cidades pagãs.

Ensine-os a carregar a cruz nos ombros em vez de armas ...

Diga a eles que eles são chamados pela graça, e você contempla a fé deles: felizes, na verdade, aqueles que não viram e creram! "

Tal é o exército que o Senhor levanta; tais são os filhos da piscina batismal, as obras da graça, a colheita do Espírito.

Eles seguiram a Cristo sem tê-lo visto, procuraram por ele e creram. Eles reconheceram com os olhos da fé, não do corpo.

Eles não colocaram os dedos nas marcas das unhas, mas se apegaram à cruz dele e abraçaram seus sofrimentos.

Eles não viram o lado do Senhor, mas pela graça se uniram a seus membros e fizeram sua palavra do Senhor:

"Bem-aventurados os que não viram e que creram! "

* (? - v. 468), Bispo Sermão para a Ressurreição, 1-4 (tradução francesa de Brésard, 2000 e B, p. 128 rev.)

-------------------------------

Basil of Seleucia *

 

"Go around the world. Proclaim the Good News to all creation ”(Mk 16:15)

 

"Put your finger in the nail mark," said Jesus to Thomas.

"You were looking for me when I was not there, take advantage of it now."

I know your desire despite your silence. Before you tell me, I know what you think.

I heard you speak, and although invisible, I was with you, with your doubts, and without being seen, I made you wait, to better watch your impatience.

Put your finger in the nail mark. Put your hand in my side, and don't be incredulous anymore, but believe. "

So Thomas touches him: all his distrust falls and filled with sincere faith and all the love that we owe to his God, he exclaims:

- "My Lord and my God! "

And the Lord said to him,

- “Because you saw me, you believed; happy those who have not seen and who have believed!

Thomas, bring the news of my resurrection to those who have not seen me.

Train the whole world to believe not in his eyes, but in your word. Explore the peoples and pagan cities.

Teach them to carry the cross on their shoulders instead of weapons ...

Tell them that they are called by grace, and you contemplate their faith: happy, in truth, those who have not seen and have believed! "

Such is the army which the Lord lifts up; such are the children of the baptismal pool, the works of grace, the harvest of the Spirit.

They followed Christ without having seen him, they looked for him and they believed. They recognized with the eyes of faith, not of the body.

They did not put their fingers in the nail marks, but they attached themselves to his cross and embraced his sufferings.

They did not see the side of the Lord, but by grace they joined their members and made their word of the Lord:

"Blessed are those who have not seen and who have believed! "

* (? - v. 468), Bishop Sermon for the Resurrection, 1-4 (French translation of Brésard, 2000 ans B, p. 128 rev.)

-------------------------------

San Basilio de Seleucia *

 

"Ve alrededor del mundo. Proclama las buenas nuevas a toda la creación ”(Mc 16, 15)

 

"Pon tu dedo en la marca de la uña", le dijo Jesús a Tomás.

"Me estabas buscando cuando no estaba allí, aprovéchalo ahora".

Conozco tu deseo a pesar de tu silencio. Antes de que me digas, sé lo que piensas.

Te escuché hablar, y aunque invisible, estaba contigo, con tus dudas, y sin ser visto, te hice esperar, para observar mejor tu impaciencia.

Pon tu dedo en la marca de la uña. Pon tu mano en mi costado y no seas incrédulo nunca más, pero cree. "

Entonces Thomas lo toca: toda su desconfianza cae y se llena de fe sincera y todo el amor que le debemos a su Dios, exclama:

- "¡Mi Señor y mi Dios! "

Y el Señor le dijo:

- "Porque me viste, creíste; ¡Felices los que no vieron y creyeron!

Thomas, trae la noticia de mi resurrección a aquellos que no me han visto.

Entrena al mundo entero para creer no en sus ojos, sino en tu palabra. Explora los pueblos y las ciudades paganas.

Enséñeles a llevar la cruz sobre sus hombros en lugar de armas ...

Diles que son llamados por gracia y contemplas su fe: ¡felices, en verdad, aquellos que no han visto y han creído! "

Tal es el ejército que el Señor levanta; tales son los hijos del estanque bautismal, las obras de gracia, la cosecha del Espíritu.

Siguieron a Cristo sin haberlo visto, lo buscaron y creyeron. Reconocieron con los ojos de la fe, no del cuerpo.

No pusieron sus dedos en las marcas de las uñas, pero se unieron a su cruz y abrazaron sus sufrimientos.

No vieron el lado del Señor, pero por gracia se unieron a sus miembros e hicieron su palabra del Señor:

"¡Bienaventurados los que no vieron y creyeron! "

* (? - v. 468), Obispo Sermón para la Resurrección, 1-4 (traducción francesa de Brésard, 2000 ans B, p. 128 rev.)

 

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

 

 

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

Le monde est un vaste temple dédié à la discorde.

(Discours de Mgr Boniface, 27 juin 2020)

Discours de Mgr Charles-Clément Boniface, dit Père Samuel, Chorévêque Syriaque orthodoxe, à ses fidèles et à toute personne croyante ou non.

Sujet :
Le monde.

Voltaire, philosophe français († 1778), dit :
« Le monde est un vaste temple dédié à la discorde. »

Illustration :
La Tour de Babel, symbole de la punition que Dieu infligea aux Hommes en raison de leur orgueil.

Extrait du discours :

Le monde nous trompe.

Voltaire, philosophe français († 1778), dit :
« Le monde est un vaste temple dédié à la discorde. »
« Le monde, corrompre et être corrompu, voilà le monde. »

Joseph Joubert dit :
« Ce sont les livres qui nous donnent le plus grand plaisir, et les hommes qui nous causent les plus grandes douleurs. »

Pascal dit :
« L’homme, gloire et rebus (déchet) de l’univers. »

Germaine de Staël dit :
« Le monde est un théâtre où les pires gens ont les meilleures places. »

L’amour est un égoïsme à deux personnes.

L’égoïste est capable de brûler la maison de son voisin pour cuire un œuf, afin de manger.

Madame de Staël ajoute :
« L’avare ne fait de bien qu’après sa mort. »

Le monde est :
- Fugitif,
- Plein d’inquiétude,
- Faux,
- Trompeur.

Dans l’Évangile selon saint Jean (16, 33), Jésus dit :
« Vous aurez des tribulations dans le monde, mais ayez confiance, j’ai vaincu le monde. »

Dans l’Imitation de Jésus-Christ :
« Croire en Jésus-Christ, c’est le voir des yeux de l’âme. Et l’aimer avec ardeur, c’est le posséder. »

Saint Mathieu (16, 26) :
« Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perdait son âme ? »

Saint Paul aux Romains (12, 2) :
« Je vous exhorte ! Ne vous modelez pas sur le monde présent. »

Saint François de Sales dit :
« À qui Dieu est tout, le monde n’est rien. »

Saint Augustin dit :
« Usez du monde, mais que le monde ne vous captive pas. »

Saint Augustin ajoute :
« Il n’y a que la misère dans ce monde. »

LES SOIXANTE DOUZE DISCIPLES

The Holy Bible readings from the Church Lectionary:

Evening:
St. John 15:12-21; 16:1-3

Morning:
St. Mark 10:28-31

Before Holy Qurbana:
Genesis 19:15-23
Job 1:12-22
Isaiah 38:1-8

Quadisha Qurbana (Ste Messe):


Lecture des Actes des Apôtres (27:9-26)

09 Pour moi, je pensais qu’il fallait combattre très activement le nom de Jésus le Nazaréen.

10 C’est ce que j’ai fait à Jérusalem : j’ai moi-même emprisonné beaucoup de fidèles, en vertu des pouvoirs reçus des grands prêtres ; et quand on les mettait à mort, j’avais apporté mon suffrage.

11 Souvent, je passais de synagogue en synagogue et je les forçais à blasphémer en leur faisant subir des sévices ; au comble de la fureur, je les persécutais jusque dans les villes hors de Judée.

12 C’est ainsi que j’allais à Damas muni d’un pouvoir et d’une procuration des grands prêtres ;

13 en plein midi, sur la route, ô roi, j’ai vu, venant du ciel, une lumière plus éclatante que le soleil, qui m’enveloppa, moi et ceux qui m’accompagnaient.

14 Tous, nous sommes tombés à terre, et j’ai entendu une voix qui me disait en araméen : “Saul, Saul, pourquoi me persécuter ? Il est dur pour toi de résister à l’aiguillon.”

15 Et moi je dis : “Qui es-tu, Seigneur ?” Le Seigneur répondit : “Je suis Jésus, celui que tu persécutes.

16 Mais relève-toi, et tiens-toi debout ; voici pourquoi je te suis apparu : c’est pour te destiner à être serviteur et témoin de ce moment où tu m’as vu, et des moments où je t’apparaîtrai encore,

17 pour te délivrer de ton peuple et des non-Juifs. Moi, je t’envoie vers eux,

18 pour leur ouvrir les yeux, pour les ramener des ténèbres vers la lumière et du pouvoir de Satan vers Dieu, afin qu’ils reçoivent, par la foi en moi, le pardon des péchés et une part d’héritage avec ceux qui ont été sanctifiés.”

19 Dès lors, roi Agrippa, je n’ai pas désobéi à cette vision céleste,

20 mais j’ai parlé d’abord aux gens de Damas et à ceux de Jérusalem, puis à tout le pays de Judée et aux nations païennes ; je les exhortais à se convertir et à se tourner vers Dieu, en adoptant un comportement accordé à leur conversion.

21 Voilà pourquoi les Juifs se sont emparés de moi dans le Temple, pour essayer d’en finir avec moi.

22 Fort du secours que j’ai reçu de Dieu, j’ai tenu bon jusqu’à ce jour pour rendre témoignage devant petits et grands. Je n’ai rien dit en dehors de ce que les prophètes et Moïse avaient prédit,

23 à savoir que le Christ, exposé à la souffrance et premier ressuscité d’entre les morts, devait annoncer la lumière à notre peuple et aux nations. »

24 Il en était là de sa défense, quand Festus s’écria : « Tu délires, Paul ! Ta grande érudition te fait délirer ! »

25 Mais Paul répliqua : « Je ne délire pas, Très excellent Festus ! Mais je parle un langage de vérité et de bon sens.

26 Le roi, à qui je m’adresse avec assurance, est au courant de ces événements ; je suis convaincu qu’aucun d’eux ne lui a échappé, car ce n’est pas dans un coin perdu que cela s’est fait.


Lecture de l’épître de St Paul aux Hebreux (10:33)

33 tantôt donnés en spectacle sous les insultes et les brimades, tantôt solidaires de ceux qu’on traitait ainsi.

(11:7)

07 Grâce à la foi, Noé, averti de choses encore invisibles, accueillit cet oracle avec respect et construisit une arche pour le salut de sa famille. Sa foi condamnait le monde, et il reçut en héritage la justice qui s’obtient par la foi.


Lecture de l’Evangile de Notre-Seigneur selon Saint Matthieu (10: 34-42)

 

34 Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre : je ne suis pas venu apporter la paix, mais le glaive.

35 Oui, je suis venu séparer l’homme de son père, la fille de sa mère, la belle-fille de sa belle-mère :

36 on aura pour ennemis les gens de sa propre maison.

37 Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ;

38 celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi.

39 Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera.

40 Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé.

41 Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste.

42 Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. »

La véritable liberté, 


les cultes orientaux et la jeunesse

 

déchristianisée 


(Archimandrite Jean Krestiankin)
[..]
De nos jours, "le frère est en justice contre son frère, et ça devant des incroyants", comme nous le reproche le Nouveau Testament (1co VI, 6). Mais qui veut bien entendre le reproche?

Le diable accomplit son outrage maintenant par les mains des fidèles, les mains des Orthodoxes.

Et comment une personne devenue spirituellement mauvaise pourrait-elle résister à l'enseignement encore plus séduisant du "Il y a un seul Dieu, viens à Lui et demain tu deviendras Dieu".

Pour devenir Dieu, les jeunes veulent gouverner et posséder. 

Ils vont donc chez les Hindous, les Bouddhistes, les Are Krishna pour apprendre la spiritualité, et les cultes orientaux viennent s'emparer de la Russie orthodoxe. 

L'attirance aveugle pour l'occultisme est une association volontaire avec des démons, au départ par curiosité, qui devient d'abord une tragédie, puis se termine par la destruction de celui qui a été séduit.

Combien sont vivants de corps mais morts dans leur âme, paralysés par la vie, qui franchissent en ce moment les parvis de l'Église ; combien restent sur le seuil de l'Église, n'ayant pas la force d'y entrer avec compréhension ; car beaucoup ont déjà été frappés par la mort spirituelle. 

Et les démons, apparaissant comme des anges de lumière, chuchotent des pensées, parlent du tribunal, et crient à travers tous les médias : 
"L'Homme - c'est lui notre dieu", "Soyez comme des dieux ! 

Soyez plus élevés que Dieu !" 

Et l'histoire de la Chute recommence. 

Nos ancêtres sont tombés du paradis sur la Terre ; les dieux modernes sont tombés de la Terre en enfer.

L'avertissement tombe à présent dans l'oreille d'un sourd : Prenez garde qu'aucun homme ne vous séduise par la philosophie et la vaine tromperie, selon la tradition des hommes, selon les maigres connaissances du monde, et non selon le Christ... (Col. 2,8).

C'est dans ce but que le Fils de Dieu S'est manifesté, afin qu'Il détruise les œuvres du diable (1 Jn. 3,8).

Mais qui les détruira maintenant, ces choses terribles, si le Fils de Dieu est chassé et oublié par les gens ? 

Au lieu de l'adoration et de la reconnaissance pour Son grand sacrifice, l'adoration des idoles est revenue, qui sert la chair et les démons.

Mes bien-aimés, en notre époque, nous ne devons pas vivre sans réfléchir.

Nous tous, même ceux qui sont dans l'Église depuis longtemps, sommes aujourd'hui mis à l'épreuve par la puissance de diverses tentations, y compris la puissance d'une nouvelle conscience religieuse de fausse spiritualité chrétienne. 

Et dans tout cela apparaît l'image apocalyptique de la "grande apostasie", qui englobera toute la race humaine avant la fin du monde, et que le Seigneur nous rappelle maintenant chaque jour.

Pensez-vous que le Seigneur a permis accidentellement la profanation du grand sanctuaire du Golgotha, dans l'église du Sépulcre du Seigneur ? 

Cela ne laisse-t-il pas présager que la période finale décisive de la guerre du diable contre Dieu et contre Son Christ est proche ?

Prenez donc garde, mes chers, que personne ne vous séduise ! Tenez-vous en à l'Orthodoxie.

Conservez soigneusement la grâce que Dieu nous a donnée !

Soyez vigilants et priez. 

Œuvrez tranquillement pour votre Salut selon les Commandements du Seigneur, et sous la direction et avec les enseignements des saints pères.

N'oubliez pas, mais méditez et comprenez les paroles du Seigneur : Si donc le Fils vous rend libres, vous serez vraiment libres (Jn. 8,36).

Voilà où se trouve la liberté ! Voilà où se trouve le Salut !

L'esprit est enchaîné par les liens de l'ignorance, de l'erreur, de la superstition et de la perplexité. 

Il lutte mais ne peut s'en libérer. 

Attachez-vous à l'Éternel, et Il illuminera vos ténèbres, et brisera tous les liens dans lesquels votre esprit se languit.

Les passions enchaînent la volonté et ne lui donnent pas l'espace nécessaire pour agir ; elle s'agite des mains et pieds liés, mais ne peut s'en libérer. 

Mais attachez-vous à l'Éternel, et Il vous donnera la force de Samson, et Il brisera toutes les chaînes du mensonge qui vous lient.

Des angoisses constantes assiègent le cœur et ne lui donnent aucun repos. 

Mais attachez-vous à l'Éternel et Il vous donnera le repos. 

Alors, en paix avec vous-même et en voyant tout autour de vous avec lucidité, vous marcherez sans entrave avec le Seigneur à travers les ténèbres et l'obscurité de cette vie, vers les espaces bénis et ouverts de l'éternité joyeuse.

Gloire à l'Immortel Dieu le Père, invisible !

Gloire à l'Immortel Dieu le Fils, Qui nous est apparu dans la chair !

Gloire à l'Immortel Dieu l'Esprit, Qui a parlé par les prophètes, les apôtres et les saints pères !

Très Sainte Trinité, gloire à Toi ! Amen.

Archimandrite Jean (Krestiankin), homélie du 7ème dimanche après Pâques (Calendrier Bysantino Slave)
---------------------------------------------

Verdadeira liberdade,


cultos orientais e juventude descristianizada
(Arquimandrita Jean Krestiankin)
[..]
Hoje em dia, "o irmão está em justiça contra seu irmão, e isso perante os incrédulos", como reprovamos o Novo Testamento (1co VI, 6). Mas quem quer ouvir a censura?

O diabo realiza sua indignação agora pelas mãos dos fiéis, pelas mãos dos ortodoxos.

E como uma pessoa que se tornou espiritualmente má pode resistir ao ensino ainda mais sedutor de "Existe apenas um Deus, venha a Ele e amanhã você se tornará Deus".

Para se tornar Deus, os jovens querem governar e possuir.

Eles, portanto, vão a hindus, budistas e São Krishna para aprender a espiritualidade, e os cultos orientais chegam a tomar a Rússia ortodoxa.

A atração cega pelo oculto é uma associação voluntária com os demônios, inicialmente por curiosidade, que primeiro se torna uma tragédia, depois termina na destruição de quem foi seduzido.

Quantos estão vivos no corpo, mas mortos na alma, paralisados ​​pela vida, que agora estão atravessando os tribunais da Igreja; quantos permanecem no limiar da Igreja, sem força para entrar nela com entendimento; pois muitos já foram atingidos pela morte espiritual.

E os demônios, aparecendo como anjos da luz, sussurram pensamentos, falam sobre a corte e choram por toda a mídia:
"Homem - ele é o nosso deus", "Seja como deuses!

Seja mais alto que Deus! "

E a história da queda começa novamente.

Nossos ancestrais caíram do paraíso para a Terra; deuses modernos caíram da Terra para o inferno.

O aviso agora cai em ouvidos surdos: cuide para que ninguém o engane com filosofia e vãos enganos, de acordo com a tradição dos homens, de acordo com o escasso conhecimento do mundo, e não de acordo com Cristo ... (Col. 2,8).

É com esse objetivo que o Filho de Deus se manifestou, para destruir as obras do diabo (1 João 3,8).

Mas quem os destruirá agora, essas coisas terríveis, se o Filho de Deus for expulso e esquecido pelas pessoas?

Em vez de adoração e gratidão por Seu grande sacrifício, a adoração de ídolos voltou, servindo a carne e os demônios.

Meus amados, em nosso tempo, não devemos viver sem pensar.

Todos nós, mesmo aqueles que estão na Igreja há muito tempo, estão sendo testados hoje pelo poder de várias tentações, incluindo o poder de uma nova consciência religiosa da falsa espiritualidade cristã.

E em tudo isso aparece a imagem apocalíptica da "grande apostasia", que incluirá toda a raça humana antes do fim do mundo, e que o Senhor agora nos lembra todos os dias.

Você acha que o Senhor acidentalmente permitiu a profanação do grande santuário do Gólgota, na Igreja do Sepulcro do Senhor?

Isso não sugere que o período final decisivo da guerra do diabo contra Deus e contra Seu Cristo está próximo?

Tome cuidado, minha querida, para que ninguém o seduza! Atenha-se à ortodoxia.

Mantenha a graça que Deus nos deu com cuidado!

Seja vigilante e ore.

Trabalhe em silêncio pela sua salvação, de acordo com os mandamentos do Senhor, sob a orientação e com os ensinamentos dos santos pais.

Lembre-se, mas medite e entenda as palavras do Senhor: Se, portanto, o Filho o libertar, você será verdadeiramente livre (Jo 8,36).

É aqui que está a liberdade! É aqui que está a salvação!

A mente é acorrentada pelos laços da ignorância, erro, superstição e perplexidade.

Ele luta, mas não pode ser libertado.

Segure-se no Senhor, e Ele iluminará suas trevas e romperá todos os vínculos em que seu espírito definha.

As paixões acorrentam a vontade e não lhe dão o espaço necessário para agir; envolve mãos e pés atados, mas não pode ser libertado dele.

Mas segure-se no Senhor, e Ele lhe dará a força de Sansão e quebrará todas as correntes de falsidade que o prendem.

Ansiedades constantes assolam o coração e não lhe dão descanso.

Mas segure-se no Senhor e Ele lhe dará descanso.

Assim, em paz consigo mesmo e vendo ao seu redor com lucidez, você caminhará sem impedimentos com o Senhor através das trevas e trevas desta vida, em direção aos espaços abençoados e abertos da eternidade alegre.

Glória ao Deus Imortal, o Pai, invisível!

Glória ao Deus imortal, o Filho, que nos apareceu em carne!

Glória ao Deus Imortal, o Espírito, que falou através dos profetas, apóstolos e santos pais!

Santíssima Trindade, glória a Ti! Amém.

Arquimandrita Jean (Krestiankin), homilia do 7º domingo após a Páscoa (Calendário Eslavo Bysantino)
---------------------------------------------

True freedom,


oriental cults and dechristianized youth
(Archimandrite Jean Krestiankin)
[..]
Nowadays, "the brother is in justice against his brother, and that before unbelievers", as we reproach the New Testament (1co VI, 6). But who wants to hear the reproach?

The devil accomplishes his outrage now by the hands of the faithful, the hands of the Orthodox.

And how could a person who has become spiritually evil resist the even more seductive teaching of "There is only one God, come to Him and tomorrow you will become God".

To become God, young people want to rule and own.

They therefore go to Hindus, Buddhists, Are Krishna to learn spirituality, and the oriental cults come to seize Orthodox Russia.

The blind attraction for the occult is a voluntary association with demons, initially out of curiosity, which first becomes a tragedy, then ends in the destruction of the one who has been seduced.

How many are alive in body but dead in their souls, paralyzed by life, who are now crossing the courts of the Church; how many remain on the threshold of the Church, not having the strength to enter it with understanding; for many have already been struck by spiritual death.

And the demons, appearing as angels of light, whisper thoughts, talk about the court, and cry through all the media:
"Man - he is our god", "Be like gods!

Be higher than God! "

And the story of the Fall begins again.

Our ancestors fell from paradise to Earth; modern gods fell from Earth to hell.

The warning now falls on deaf ears: Take care that no man deceives you with philosophy and vain deception, according to the tradition of men, according to the meager knowledge of the world, and not according to Christ ... (Col. 2,8).

It is for this purpose that the Son of God manifested Himself, so that He would destroy the works of the devil (1 Jn. 3,8).

But who will destroy them now, these terrible things, if the Son of God is driven out and forgotten by people?

Instead of worship and gratitude for His great sacrifice, worship of idols has returned, serving the flesh and demons.

My beloveds, in our time, we must not live without thinking.

All of us, even those who have been in the Church for a long time, are being tested today by the power of various temptations, including the power of a new religious consciousness of false Christian spirituality.

And in all this appears the apocalyptic image of the "great apostasy", which will encompass the entire human race before the end of the world, and which the Lord now reminds us of every day.

Do you think that the Lord accidentally allowed the desecration of the great sanctuary of Golgotha, in the Church of the Lord's Sepulcher?

Does this not suggest that the decisive final period of the devil's war against God and against His Christ is near?

Take care, my dear, that no one will seduce you! Stick to Orthodoxy.

Keep the grace God has given us carefully!

Be vigilant and pray.

Work quietly for your Salvation according to the Lord's Commandments, and under the guidance and with the teachings of the holy fathers.

Remember, but meditate and understand the words of the Lord: If therefore the Son sets you free, you will be truly free (Jn. 8,36).

This is where freedom is! This is where Salvation is!

The mind is chained by the bonds of ignorance, error, superstition and perplexity.

He struggles but cannot be freed.

Hold on to the Lord, and He will illuminate your darkness, and break all the bonds in which your spirit languishes.

The passions chain the will and do not give it the space necessary to act; it involves bound hands and feet, but cannot be freed from it.

But hold on to the Lord, and He will give you the strength of Samson, and He will break all the chains of falsehood that bind you.

Constant anxieties besiege the heart and give it no rest.

But hold on to the Lord and He will give you rest.

So, in peace with yourself and seeing all around you with lucidity, you will walk unhindered with the Lord through the darkness and darkness of this life, towards the blessed and open spaces of joyful eternity.

Glory to the Immortal God the Father, invisible!

Glory to the Immortal God the Son, who appeared to us in the flesh!

Glory to the Immortal God the Spirit, Who spoke through the prophets, the apostles and the holy fathers!

Most Holy Trinity, glory to You! Amen.

Archimandrite Jean (Krestiankin), homily of the 7th Sunday after Easter (Bysantino Slavic Calendar)
---------------------------------------------

Verdadera libertad,


cultos orientales y juventud descristianizada
(Archimandrita Jean Krestiankin)
[..]
Hoy en día, "el hermano está en justicia contra su hermano, y eso ante los incrédulos", como reprochamos al Nuevo Testamento (1co VI, 6). ¿Pero quién quiere escuchar el reproche?

El diablo lleva a cabo su indignación ahora con las manos de los fieles, las manos de los ortodoxos.

¿Y cómo podría una persona que se ha vuelto espiritualmente malvada resistir la enseñanza aún más seductora de "Solo hay un Dios, ven a Él y mañana te convertirás en Dios".

Para convertirse en Dios, los jóvenes quieren gobernar y ser dueños.

Por lo tanto, van a hindúes, budistas, son Krishna para aprender espiritualidad, y los cultos orientales llegan a apoderarse de la Rusia ortodoxa.

La atracción ciega por lo oculto es una asociación voluntaria con demonios, inicialmente por curiosidad, que primero se convierte en una tragedia, y luego termina en la destrucción del que ha sido seducido.

¿Cuántos están vivos en el cuerpo pero muertos en sus almas, paralizados por la vida, que ahora cruzan los atrios de la Iglesia; cuántos quedan en el umbral de la Iglesia, sin tener la fuerza para entrar con comprensión; para muchos ya han sido golpeados por la muerte espiritual.

Y los demonios, que aparecen como ángeles de luz, susurran pensamientos, hablan sobre la corte y lloran a través de todos los medios:
"Hombre - él es nuestro dios", "¡Sé como los dioses!

¡Sé más alto que Dios!

Y la historia de la caída comienza de nuevo.

Nuestros antepasados ​​cayeron del paraíso a la Tierra; Dioses modernos cayeron de la Tierra al infierno.

La advertencia ahora cae en oídos sordos: tenga cuidado de que ningún hombre lo engañe con filosofía y vano engaño, según la tradición de los hombres, según el escaso conocimiento del mundo, y no según Cristo. ... (Col. 2,8).

Es para este propósito que el Hijo de Dios se manifestó, para destruir las obras del diablo (1 Jn. 3,8).

¿Pero quién los destruirá ahora, estas cosas terribles, si el Hijo de Dios es expulsado y olvidado por la gente?

En lugar de adoración y gratitud por su gran sacrificio, la adoración de ídolos ha regresado, sirviendo a la carne y a los demonios.

Mis amados, en nuestro tiempo, no debemos vivir sin pensar.

Todos nosotros, incluso aquellos que hemos estado en la Iglesia durante mucho tiempo, estamos siendo probados hoy por el poder de varias tentaciones, incluido el poder de una nueva conciencia religiosa de la falsa espiritualidad cristiana.

Y en todo esto aparece la imagen apocalíptica de la "gran apostasía", que abarcará a toda la raza humana antes del fin del mundo, y que el Señor ahora nos recuerda todos los días.

¿Crees que el Señor accidentalmente permitió la profanación del gran santuario del Gólgota, en la Iglesia del Sepulcro del Señor?

¿No sugiere esto que el período final decisivo de la guerra del diablo contra Dios y contra Su Cristo está cerca?

¡Cuídate, querido, que nadie te seducirá! Apégate a la ortodoxia.

¡Guarda la gracia que Dios nos ha dado con cuidado!

Estar atentos y orar.

Trabaja en silencio por tu salvación de acuerdo con los Mandamientos del Señor, y bajo la guía y con las enseñanzas de los santos padres.

Recuerde, pero medite y comprenda las palabras del Señor: Si, por lo tanto, el Hijo lo libera, usted será verdaderamente libre (Jn. 8,36).

¡Aquí es donde está la libertad! ¡Aquí es donde está la salvación!

La mente está encadenada por los lazos de ignorancia, error, superstición y perplejidad.

Lucha pero no puede ser liberado.

Aférrate al Señor, y Él iluminará tu oscuridad y romperá todos los lazos en los que languidece tu espíritu.

Las pasiones encadenan la voluntad y no le dan el espacio necesario para actuar; implica manos y pies atados, pero no se puede liberar de él.

Pero aférrate al Señor, y Él te dará la fuerza de Sansón, y Él romperá todas las cadenas de falsedad que te atan.

Las ansiedades constantes asedian el corazón y no le dan descanso.

Pero agárrate al Señor y Él te dará descanso.

Entonces, en paz contigo mismo y viendo a tu alrededor con lucidez, caminarás sin obstáculos con el Señor a través de la oscuridad y la oscuridad de esta vida, hacia los espacios benditos y abiertos de la eternidad gozosa.

Gloria al Dios inmortal el Padre, invisible!

¡Gloria al Dios inmortal el Hijo, que se nos apareció en la carne!

¡Gloria al Dios inmortal el Espíritu, que habló a través de los profetas, los apóstoles y los santos padres!

Santísima Trinidad, gloria a ti! Amén.

Archimandrita Jean (Krestiankin), homilía del séptimo domingo después de Pascua (Calendario eslavo de Bysantino)
---------------------------------------------

Cinquième dimanche après la Pentecôte

Saint Qurbana :

 

    • Actes 9:10-18 :
  • 10 Or, il y avait à Damas un disciple nommé Ananie. Dans une vision, le Seigneur lui dit : « Ananie ! » Il répondit : « Me voici, Seigneur. »
  • 11 Le Seigneur reprit : « Lève-toi, va dans la rue appelée rue Droite, chez Jude : tu demanderas un homme de Tarse nommé Saul. Il est en prière,
  • 12 et il a eu cette vision : un homme, du nom d’Ananie, entrait et lui imposait les mains pour lui rendre la vue. »
  • 13 Ananie répondit : « Seigneur, j’ai beaucoup entendu parler de cet homme, et de tout le mal qu’il a fait subir à tes fidèles à Jérusalem.
  • 14 Il est ici, après avoir reçu de la part des grands prêtres le pouvoir d’enchaîner tous ceux qui invoquent ton nom. »
  • 15 Mais le Seigneur lui dit : « Va ! car cet homme est l’instrument que j’ai choisi pour faire parvenir mon nom auprès des nations, des rois et des fils d’Israël.
  • 16 Et moi, je lui montrerai tout ce qu’il lui faudra souffrir pour mon nom. »
  • 17 Ananie partit donc et entra dans la maison. Il imposa les mains à Saul, en disant : « Saul, mon frère, celui qui m’a envoyé, c’est le Seigneur, c’est Jésus qui t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais. Ainsi, tu vas retrouver la vue, et tu seras rempli d’Esprit Saint. »
  • 18 Aussitôt tombèrent de ses yeux comme des écailles, et il retrouva la vue. Il se leva, puis il fut baptisé.

 

    • II Corinthiens 5: 14-20 :
  • 14 En effet, l’amour du Christ nous saisit quand nous pensons qu’un seul est mort pour tous, et qu’ainsi tous ont passé par la mort.
  • 15 Car le Christ est mort pour tous, afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux.
  • 16 Désormais nous ne regardons plus personne d’une manière simplement humaine : si nous avons connu le Christ de cette manière, maintenant nous ne le connaissons plus ainsi.
  • 17 Si donc quelqu’un est dans le Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s’en est allé, un monde nouveau est déjà né.
  • 18 Tout cela vient de Dieu : il nous a réconciliés avec lui par le Christ, et il nous a donné le ministère de la réconciliation.
  • 19 Car c’est bien Dieu qui, dans le Christ, réconciliait le monde avec lui : il n’a pas tenu compte des fautes, et il a déposé en nous la parole de la réconciliation.
  • 20 Nous sommes donc les ambassadeurs du Christ, et par nous c’est Dieu lui-même qui lance un appel : nous le demandons au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu.
    •  
    • Saint-Luc 9 :10-17 :
  • 10 Quand les Apôtres revinrent, ils racontèrent à Jésus tout ce qu’ils avaient fait. Alors Jésus, les prenant avec lui, partit à l’écart, vers une ville appelée Bethsaïde.
  • 11 Les foules s’en aperçurent et le suivirent. Il leur fit bon accueil ; il leur parlait du règne de Dieu et guérissait ceux qui en avaient besoin.
  • 12 Le jour commençait à baisser. Alors les Douze s’approchèrent de lui et lui dirent : « Renvoie cette foule : qu’ils aillent dans les villages et les campagnes des environs afin d’y loger et de trouver des vivres ; ici nous sommes dans un endroit désert. »
  • 13 Mais il leur dit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ils répondirent : « Nous n’avons pas plus de cinq pains et deux poissons. À moins peut-être d’aller nous-mêmes acheter de la nourriture pour tout ce peuple. »
  • 14 Il y avait environ cinq mille hommes. Jésus dit à ses disciples : « Faites-les asseoir par groupes de cinquante environ. »
  • 15 Ils exécutèrent cette demande et firent asseoir tout le monde.
  • 16 Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction sur eux, les rompit et les donna à ses disciples pour qu’ils les distribuent à la foule.
  • 17 Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés ; puis on ramassa les morceaux qui leur restaient : cela faisait douze paniers.
    •  

 

La mort égalise toutes les conditions humaines.

(Discours de Mgr Boniface, 28 juin 2020)

Discours de Mgr Charles-Clément Boniface, dit Père Samuel, Chorévêque Syriaque orthodoxe, à ses fidèles et à toute personne croyante ou non.

Sujet :
La mort.
Claudien, poète latin (4ème siècle), dit :
« La mort égalise toutes les conditions humaines. »

Illustration :
Les morts exhortent les vivants à se repentir :
« Regarde-moi bien, j’ai été ce que tu es ; Tu seras ce que je suis. »

Extrait du discours :

Claudien, poète latin (4ème siècle), dit :
« La mort égalise toutes les conditions humaines. »

Sénèque dit :
« Toute la vie n’est qu’un voyage vers la mort. »
Si nous voulons ou pas.

Sénèque ajoute :
« Quiconque arrive à la vie, est destiné à la mort. »

Caton (1er siècle avant J-C) dit :
« Ne comptez pas sur une longue vie. Allez où vous voudrez, la mort vous suit comme l’ombre suit le corps. »

Dans la Bible (Proverbe 24, 16), Salomon dit :
« Sept fois le juste tombe, et il se relève. »

Platon dit :
« La victoire sur soi est la plus grande des victoires. »

Sénèque dit :
« La mort est la solution et la fin de toutes les douleurs. »

Alfred de Musset, écrivain français († 1857), dit :
« L’homme est un apprenti, la douleur est son maître. »

Sénèque dit encore :
« La poussière de la tombe nous rend tous égaux.
Nous ne sommes pas tous égaux par la naissance, mais nous le sommes tous dans la mort. »

Marc Aurèle, empereur romain, dit :
« Mourir est aussi l’un des actes de la vie. »

Marc Aurèle ajoute :
« La meilleure façon de se venger d’un ennemi, c’est de ne pas lui ressembler. »

Saint Albert le Grand († 1280) dit :
« Que je meurs innocent pour ne pas mourir coupable. »
C’est-à-dire, se confesser, demander le pardon, pardonner aux autres avant de mourir,…

Platon dit :
« La méditation de la mort est toute la vie des sages. »

Charles Péguy dit :
« Rien n’est beau comme un enfant qui s’endort en faisant sa prière. »

Saint Bernard dit :
« Rappelez à votre mémoire la pensée de la mort, vous serez heureux. »

Cicéron dit :
« Le disciple le plus docile est celui qui est disposé à écouter avec le plus d’attention. »

Sénèque dit :
« La mort est toujours à nos côtés. Personne ne sait à quelle distance elle se trouve. »

Saint Jérôme dit :
« La vie est un rêve dont la mort nous réveille. »

Pascal dit :
« La vie n’est qu’une ivresse, la vérité c’est la mort. »

Fénelon dit :
« Nous mourons insensiblement tous les jours sans le savoir. »

l'âme l'esprit

- Entretien avec Jacqueline Kelen-

un film d'Igor Ochmiansky

Un résumé du

 

 des

 

députés avec

 

Raoult

L’après-midi du mercredi 24 juin, une simple audition à l’Assemblée nationale était attendue avec gourmandise comme un événement politique majeur.

Le professeur Didier Raoult, éminent infectiologue et personnalité marseillaise haute en couleur, était entendu par la Commission d’enquête parlementaire sur la gestion par le gouvernement de la crise de l’épidémie de la Covid-19. Le directeur de l’IHU Méditerranée de Marseille a pu ainsi, trois heures durant, résumer devant les députés membres de la commission d’enquête les critiques qu’il ne s’est pas privé d’émettre depuis le début de l’épidémie, et répondre aux questions qui lui ont été adressées sur sa propre action.

Le Pr Raoult a en effet agi indépendamment des décisions sanitaires nationales, elles-mêmes évolutives ou contradictoires (sur les tests, les masques, le confinement) avec un seul but : soigner. Selon lui, dans cette crise, on a fait passer le soin « au second plan ». Malgré l’interdiction qui lui avait été signifiée par les autorités sanitaires françaises mais conformément aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé, il a dépisté massivement ceux qui se présentaient à l’IHU Méditerranée de Marseille dès le mois de mars. À cette époque, les tests étaient parcimonieusement réalisés dans le pays, et uniquement sur des malades.

Il a diagnostiqué, isolé et soigné les malades précocement avec son traitement associant l’hydroxychloroquine (antipaludéen) et l’azithromycine (antibiotique). Il se dit surpris de l’interdiction intimée fin mars par le ministère de la Santé, aux médecins de ville, et aux fortes restrictions imposées aux hôpitaux, de prescrire comme traitement de la Covid-19 l’hydroxychloroquine. « Il s’était distribué 36 millions de comprimés sans ordonnance, et d’un coup, on décide qu’on n’a plus le droit d’utiliser ça ? » « Ce débat a pris un tour fantasque », après la parution d’un article dans The Lancet qui « annonçait 10% de morts [attribués à l’hydroxychloroquine], je ne pouvais pas croire cela » (un tel pourcentage, a-t-il expliqué, aurait dû se traduire par 600 morts sur les sur 6 000 personnes traitées dans son établissement marseillais). The Lancet a dû en effet désavouer cette étude « de Pieds nickelés », mauvaise compilation de « big data ».

Mais de quel droit a-t-on interdit à des médecins de soigner ? « Je ne suis pas d’accord pour que l’État prenne des décisions médicales à la place des médecins » a souligné le Pr Raoult. « Je suis surpris que l’Ordre des médecins ait accepté une chose pareille, a-t-il commenté. Car c’est de la responsabilité des médecins de faire pour le mieux, pour leurs malades, en leur âme et conscience, compte tenu de notre état de connaissances. » Et de suggérer aux députés de s’intéresser à la constitutionnalité d’un tel oukase.

Il souligne les résultats positifs liés à son traitement et constate un taux de mortalité à Marseille trois fois inférieur à la moyenne nationale. À Paris, ajoute le Pr Raoult, un rien provocant, « la mortalité dans les réanimations est de 43%, chez nous (à Marseille), elle est de 16%. Ce sont les mêmes malades pourtant, ils sont tous en réanimation ».

Fondamentalement, quelles sont les causes principales de la mauvaise gestion de la crise, selon lui ? Certaines viennent « d’une responsabilité humaine directe », d’autres sont « structurelles ». Les deux sortes se combinent dans les Centres Nationaux de Référence (CNR) particulièrement poussifs, selon Didier Raoult, pour valider les tests de sérologie pendant l’épidémie. Dans ces féodalités « qui considèrent que la maladie est leur territoire », s’épanouissent « des personnalités de niche, de blaireaux dans leurs terriers qui mordent si on s’en approche ». Serait-ce pour des raisons analogues qu’il a quitté le Conseil scientifique quelques jours après y avoir été nommé (imposé ?) par le président de la République Emmanuel Macron, alors qu’initialement, il n’en faisait pas partie ? « Ça n’est pas un vrai conseil scientifique. Je ne fais pas de présence, je n’ai pas le temps. Un conseil scientifique, pour moi ça n’est pas une bande de types qui ont l’habitude de travailler entre eux, et qui discutent. Pour moi, un conseil scientifique, ce sont des données et encore des données (…) Il n’y avait pas un seul spécialiste français du coronavirus parmi eux ».

L’accusation se fait plus précise quand le Pr Raoult évoque les conflits d’intérêts que certains pourraient avoir avec des laboratoires tel l’américain Gilead, fabriquant du Remdesivir, autre molécule testée contre la Covid-19. Sans désigner personne, il « recommande » aux membres de la commission « de faire une véritable enquête » en commençant par vérifier la réalité de ces liens d’intérêt entre des entreprises et des acteurs de la santé. Une piste qui méritera d’être explorée ! En lien ci-dessous (vidéo), l’appréciation « à chaud » du Député des Français de l’étranger (UDI-Agir-Indépendants) Joachim Son-Forget, interviewé par Boulevard Voltaire.

Philippe Oswald 

Cet article est republié à partir de La Sélection du Jour.

Source: Info Chrétienne 

Le défaut d’éducation et de religion rend le peuple misérable et féroce.

(Discours de Mgr Boniface, 29 juin 2020)

 

Discours de Mgr Charles-Clément Boniface, dit Père Samuel, Chorévêque Syriaque orthodoxe, à ses fidèles et à toute personne croyante ou non.

Sujet :
Fête de la Saint Pierre et saint Paul.
La lumière.
53ème anniversaire de Sacerdoce de Mgr Charles-Clément Boniface, dit Père Samuel.

Illustration :
Saint Pierre et saint Paul.

Plutarque (mort en 125) dit :
« Le défaut d’éducation et de religion rend le peuple misérable et féroce. »

Extrait du discours :

Plutarque (mort en 125) dit :
« Le défaut d’éducation et de religion rend le peuple misérable et féroce. »

Gustave Le Bon dit :
« Une éducation sans religion, purement intellectuelle, devient vite une cause de décadence. »

Dans l’Évangile selon saint Jean (3, 19), Jésus dit :
« La lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. »

L’existence de l’âme expliquée par la science et la physique

L’existence de l’âme 

 

Entretien avec Philippe Guillemant, ingénieur physicien français diplômé de l’École Centrale Paris et de l’Institut de Physique du Globe.

La définition de l’âme ? On attribue à l’âme quatre caractéristiques :

  • d’une part quelque chose qui ne ressort pas de la mécanique,
  • quelque chose qui est capable de nous maintenir en vie, c’est-à-dire que sans âme le corps meurt rapidement,
  • quelque chose qui survit après la mort,
  • et quelque chose qui est immatériel.

Ves quatre caractéristiques la définissent bien l’âme, mais la question est de savoir est-ce que la physique peut répondre face à ces quatre caractéristiques, à ce qu’elle peut nous donner des informations qui seraient en faveur ou pas de l’existence de l’âme .

Si on considère la première caractéristique “est-ce qu’il peut exister quelque chose qui est non exclusivement mécanique”, la réponse est oui puisque la physique a mis en lumière ce qu’on appelle l’indéterminisme. Un déterminisme qui est aujourd’hui valable non seulement à l’échelle quantique, mais également à l’échelle macroscopique. Alors, comment définir l’indéterminisme ? C’est le fait que nous vivons dans une réalité et que la mécanique ne suffit pas à déterminer le cours des événements. On a besoin d’informations complémentaires pour déterminer le cours des événements. C’est vrai à l’échelle quantique. On sait aujourd’hui que c’est vrai même à l’échelle macroscopique à travers la notion du multivers et c’est aussi vrai à l’échelle humaine, à notre échelle parce que la mécanique est incomplète pour déterminer le cours des événements et il faut rajouter 6 dimensions supplémentaires d’information dont on ne connaît pas les lois. Pour la première caractéristique de l’âme, la science et la physique répond oui ceux-ci existent.

Le deuxième aspect, est-ce que la science nous montre quelque chose qui ne reçoit donc pas de la mécanique qui est capable de maintenir l’entropie du vivant faible. Quelque chose qui est capable de nous maintenir en vie. La science répond à nouveau oui à la question, cette chose existe, mais on ne sait pas ce que c’est. Pourquoi ? Parce qu’il a été mis en évidence en biologie que les systèmes vivants étaient capables de maintenir une entropie faible ,c’est-à-dire de rester ordonné durablement et même de se débarrasser de leur entropie ou de se débarrasser de leurs désordres. On appelle n le principe même MEP (Maximu Entropy Production). C’est-à-dire que les êtres vivants respectent un principe qui est de se débarrasser de leur entropie, de leurs désordres pour rester en vie. On a même fait croire avec ce principe un peu comme l’effet placebo que c’était compris alors que c’est totalement inexpliqué parce que la physique nous dit exactement le contraire. La physique nous dit que n’importe quel système complexe va naturellement évolué faire le désordre. On observe dans la nature qu’il existe des systèmes vivants qui font exactement le contraire est donc là encore il y a quelque chose de totalement inexpliqué.

La troisième caractéristique qui devait être quelque chose d’immatériel. Est-ce que quelque chose d’immatériel peut exister ? La réponse est là encore oui puisqu’on s’est aperçu que le vide qui est immatériel par définition est plein d’énergie et pourrait même contenir quasi infiniment plus d’informations que notre réalité faite de matières. Notre réalité d’ailleurs. La matière même n’existe pas réellement tel qu’on la perçoit et quand on fouille bien les choses, on s’aperçoit qu’il s’agit de vibrations. Toujours est-il que l’immatériel existe, que les informations extérieures à l’espace temps et à la matière existent. On ne sait pas ce que c’est, mais c’est une troisième fois, une troisième réponse oui.

La quatrième caractéristique de l’âme, elle survit après la mort. Alors est-ce qu’il est possible que quelque chose en physique survive après la mort ? La réponse est oui et en particulier lorsqu’il s’agit d’informations quantiques en l’occurrence. La conscience a beaucoup énormément de raison aujourd’hui de penser que la conscience est faite d’informations quantiques. Notre très grand physicien, l’un des plus grands physiciens la planète, Roger Penrose a proposé une théorie à ce sujet qu’on appelle le modèle Orch-OR (orchestrated objective reduction). Il attribue à la conscience une anthologie quantique et on sait que l’information quantique est quelque chose qui est en dehors de l’espace et du temps. C’est-à-dire que le passage du temps n’a aucun effet sur l’information quantique. Et au contraire, on sait que la formation quantique est quelque chose qui se conserve quoiqu’il arrive.

En résumé, la science en général et la physique en particulier répondent oui à chacune des caractéristiques de l’amont.

Philippe Guillemant est un ingénieur physicien français diplômé de l’École Centrale Paris et de l’Institut de Physique du Globe. Il est Docteur en Physique et Habilité à Diriger des Recherches. Il exerce son activité au CNRS (UMR 7343, laboratoire IUSTI de Polytech’ Marseille) où il est Ingénieur de Recherche Hors Classe.

Spécialiste d’intelligence artificielle, ses travaux ont débouché sur la création de deux entreprises innovantes licenciées par le CNRS: Synapsys et Uratek, qui lui ont valu plusieurs distinctions, dont le Cristal du CNRS.

Jusqu’en 2010, ses brevets, réalisations et publications ont porté essentiellement sur des méthodes de traitement de l’information dérivées de la théorie du chaos, qu’il a appliqué à la reconnaissance de formes, à l’analyse des mouvements des yeux, à la caractérisation de l’activité cérébrale électroencéphalographique – EEG (calcul du niveau d’éveil) et à la conception de réseaux de neurones.

Il mène aujourd’hui une recherche fondamentale en physique de l’information qui vise à réviser notre conception de l’espace-temps en lui octroyant une flexibilité par commutation de lignes d’univers à l’aide de dimensions supplémentaires, via la mécanique classique. Il s’agit de prendre en compte la présence inévitable à toute échelle de bifurcations imposant des choix non causaux, c’est-à-dire impliquant l’entrée d’informations futures ou extérieures à notre espace-temps 4D. Voir à ce sujet ses deux dernières conférences scientifiques (“Colloque interdisciplinaire “L’ère du temps” à Nice 2018 (voir les vidéos sur le site du colloque), Colloque “Consciousness under the spotlight of science” à Strasbourg 2018) et ses deux récentes publications dans Annals of Physics, ainsi que les arguments qui doivent conduire les physiciens à prendre au sérieux la théorie d’une influence du futur, revendiquée par d’illustres physiciens tels que Yakir Aharonov ou Holger Bech Nielsen, entre autres… sans oublier feu Olivier Costa de Beauregard, le “père” de la rétrocausalité.

Il est l’auteur de la théorie de la double causalité (ou de l’espace-temps flexible), un modèle de création de la réalité fondé sur le libre arbitre via la rétrocausalité, présentée dans ses trois livres “La Route du Temps” (Le Temps Présent, 2010 & 2014 & 2020), “La Physique de la Conscience” (Trédaniel, 2015) et “Le pic de l’esprit : Une randonnée initiatique dans le territoire de la pensée” (Trédaniel, 2017), mais aussi synthétisé et mis en scène dans le film documentaire de Jean-Yves Bilien “La Route de la Conscience” (Big Bang Boum films, 2015), BA ci-dessous. Ce modèle conduit, entre autres choses, à une explication rationnelle de la synchronicité qui débouche sur un véritable « pont » entre la Science et la Spiritualité.

L’existence de l’âme expliquée par la science avec Philippe Guillemant, 29 juillet 2019

Philippe Guillemant – La Route de la Conscience (Bande-Annonce) – Un film de Jean-Yves Bilien, 16 septembre 2015

Philippe Guillemant est surtout connu pour être l’auteur d’une théorie de l’espace-temps flexible qui explique le phénomène de synchronicité par une influence du futur sur le présent. Cette théorie ouvre un véritable pont entre la science et la spiritualité, via un modèle physique de la conscience. Elle révèle le lien fondamental entre la conscience et la gravité ainsi que la différence cruciale entre le cerveau et la mémoire.
En prenant appui sur les résultats les plus indiscutables de la physique moderne, Philippe Guillemant nous explique dans ce film pourquoi la conscience doit obligatoirement faire son entrée en physique moderne. Il illustre ensuite pour la première fois via une animation vidéo les aspects dynamiques de son modèle de l’espace-temps, en liaison avec les changements du futur. Il définit enfin l’âme – véhicule immatériel de la conscience – comme un ensemble cybernétique de six centres d’informations situés hors du temps, répartis dans deux densités du vide: celles du moi conscient et du soi subconscient.
On apprend que tout a commencé pour l’auteur, suite à la lecture du livre « dialogues avec l’Ange », par une expérimentation consistant à se connecter à cette densité oubliée de l’âme – le soi – qui ouvre les canaux de l’intuition, de la foi ou de la joie. C’est ainsi qu’est né son œuvre littéraire, parachevée par ce film qui en offre la synthèse, augmentée de révélations inédites et ponctuées de randonnées dans le territoire d’une majestueuse beauté que constitue la réserve géologique de Haute Provence.

frise lys

La vie de Saint Martial,

apôtre, premier évêque de Limoges et confesseur.

in « Les Petits Bollandistes – Vies des saints«  (tome 7 p. 516 à 527)

Nous ne pouvons être repris de donner à saint Martial le titre d’Apôtre, après que le pape Jean XIX et les conciles de Limoges et de Bourges, dans le IXe siècle lui ont donné ce titre, après que tout récemment encore, la sacrée congrégation des Rites et le pape Pie IX l’ont maintenu dans ce titre d’honneur. C’était aussi l’usage des Églises d’Aquitaine, de France, d’Angleterre, de Constantinople et du Mont Sinaï, où, de temps immémorial, on l’invoquait dans les litanies et les autres prières publiques, au rang des apôtres et avant tous les martyrs, comme il fut vérifié dans ces conciles et surtout au second de Limoges. Ce n’est pas qu’il soit du nombre des douze qui ont composé le collège apostolique ; car c’est à tort que quelques-uns l’ont voulu confondre avec saint Matthias ; mais il est appelé apôtre, parce que, d’après les traditions immémoriales de l’Aquitaine, étant disciple de Notre-Seigneur, et ayant reçu de Lui sa mission, il a travaillé avec les principaux apôtres, de même que saint Barnabé, saint Luc et saint Marc, à la conversion des infidèles, à la destruction de l’idolâtrie, à l’établissement du royaume de Jésus Christ, et à la fondation de l’Église chrétienne. Une ancienne légende de saint Martial, récemment publiée, ne renferme qu’un abrégé des principaux traits de sa vie, savoir : sa mission du temps de saint Pierre, la résurrection de saint Austriclinien, son compagnon d’apostolat, le baptême et le martyre de sainte Valérie, la conversion des habitants de Limoges, la mort bienheureuse du saint évêque, et le récit de quelques miracles opérés à son tombeau. Il existe une légende plus étendue, qui a été faussement attribuée à saint Aurélien, son successeur, mais qu’on peut considérer néanmoins comme un recueil des anciennes traditions du pays, sur la vie et les miracles de l’apôtre de l’Aquitaine. Cette légende a été acceptée, en effet, comme l’expression de la croyance publique, par les évêques et les abbés, qui siégeaient dans les divers conciles où l’on décida la question de l’apostolat de saint Martial. Nous allons en donner le résumé, en y ajoutant d’autres traditions qui avaient cours dans ces siècles de foi qu’on appelle le moyen-âge.

 

Prédication du Christ devant Saint Martial - chapelle Saint-Martial palais des papes

Prédication de Notre-Seigneur Jésus-Christ en présence de Saint Martial et de ses parents
(fresque de la chapelle Saint-Martial au palais des Papes – Avignon)

Saint Martial était hébreu d’origine et de la tribu de Benjamin. Le poète Fortunat, dans des vers qu’il a composés à sa louange, lui adresse ces paroles : «La tribu de Benjamin vous vit naître d’un sang illustre» ; et Grégoire de Tours lui-même, qui s’est mépris sur la véritable époque de sa mission, reconnaît qu’il «était venu d’Orient», avec les deux prêtres qui l’accompagnèrent dans la Gaule.
D’après quelques anciens manuscrits de la légende d’Aurélien, il naquit à Rama,1 petite ville de Palestine dont il est souvent parlé dans l’Écriture. Son père et sa mère, qui vivaient, dans l’observance exacte de la loi de Moïse, l’élevèrent dans la crainte de Dieu ; et quand Jésus Christ commença à prêcher et à faire de grands miracles dans la Galilée et dans la Judée, il eut le bonheur de Le voir et de L’entendre avec ses parents. La parole de ce grand Maître opéra si puissamment dans leur cœur, qu’ils crurent en Lui et Le reconnurent pour le Sauveur et pour le Messie, et ils furent du nombre de ceux dont il est parlé dans l’Évangile, qu’Il baptisa, non pas par Lui-même, mais par Ses disciples. On dit que ce fut saint Pierre qui leur administra ce sacrement, aussi différent du baptême de saint Jean que l’ombre est différente du corps, la figure de la vérité et l’ébauche de l’ouvrage parfait et achevé. Martial, après son baptême, quelque jeune qu’il fût, s’attacha inséparablement à Notre-Seigneur.
Plusieurs docteurs du moyen âge, parmi lesquels nous citerons Albert le Grand et saint Thomas d’Aquin,2 disent que saint Martial était ce petit enfant que notre Seigneur mit au milieu de Ses disciples, pour leur apprendre à être humbles, lorsqu’ils vinrent Lui demander qui d’entre eux serait le plus grand dans le royaume des cieux ; d’autres écrivains du moyen-âge, rapportent que c’était lui qui apportait les cinq pains d’orge et les deux poissons que Notre-Seigneur multiplia si miraculeusement dans le désert, selon cette parole de saint Philippe : «Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons ; mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ?» Toutefois ces deux traditions ne sont point rapportées dans la légende écrite sous le nom d’Aurélien.
Ce que cette légende rapporte et ce qu’on trouve aussi dans la bulle du pape Jean XIX, c’est que saint Martial eut l’honneur de servir Notre-Seigneur à table, lorsqu’Il mangea pour la dernière fois l’Agneau pascal, et qu’après avoir lavé les pieds de Ses disciples, Il institua le sacrement adorable de l’Eucharistie.
Disciple du Fils de Dieu, il Le vit après Sa Résurrection, assista au glorieux triomphe de Son Ascension, reçut le Saint-Esprit au jour de la Pentecôte, puis s’attacha à saint Pierre, dont il était le parent selon la chair et le fils spirituel.

Baptême de Saint Martial et de ses parents par Saint Pierre - palais des papes

Baptême de Saint Martial et de ses parents par Saint Pierre
(fresque de la chapelle Saint-Martial au palais des Papes – Avignon)

Saint Abbon, abbé de Fleury au Xe siècle, a chanté, dans une Séquence, ces pieuses traditions : «Dans la scène mystique, Martial fut le convive du Christ, et prit ce qui resta du pain céleste ; et, joyeux, il présenta les linges quand le Sauveur Se lava pour essuyer les pieds à Ses disciples ; et loin de s’enfuir de leur réunion sacrée, il fut un membre pieux de cette troupe timide dans laquelle Thomas ne se trouva point ; bien plus, quand le Christ remonta vers le ciel, il mérita d’être béni avec la foule des assistants ; et il ne méprisa point le chœur des apôtres qui louaient Dieu ; mais il reçut avec eux les grâces du Saint-Esprit et le don des langues, et ainsi fortifié, il parvint à Antioche dans la compagnie de Pierre : de là il se rendit dans la grande ville de Rome».
Rome a conservé le souvenir du passage et des prédications de saint Martial. Une tradition de la plus haute antiquité, consignée dans l’ancien bréviaire de Sainte-Marie in Via Lata, lui attribue la fondation de l’Oratoire souterrain de cette église, un des sanctuaires primitifs de Rome chrétienne.
Nous lisons dans cette légende que «saint Pierre étant venu à Rome, fut accompagné entre autres du bienheureux Martial, disciple de Jésus Christ, qui prêchait avec lui la foi chrétienne par les rues et les places publiques, et faisait beaucoup de conversions ; et ainsi le nombre des fidèles augmentait de plus en plus dans la ville. Et parce que saint Pierre demeurait assidûment avec les principaux de Rome, qui admiraient sa nouvelle doctrine, saint Martial demeurait dans un autre quartier de la ville, dans le lieu qui est appelé Via Lata, où il construisit un petit oratoire, dans lequel il célébrait les saints mystères, et répandait des prières avec les autres fidèles du Christ ; et faisant jaillir de son cœur des paroles suaves sur la foi du Christ, il baptisait un grand nombre de néophytes. Quelque temps après, l’apôtre saint Paul vint à Rome, avec un grand nombre de disciples, parmi lesquels se trouvait l’évangéliste saint Luc, et la ville de Rome fut éclairée admirablement par leurs prédications, ainsi que par un soleil resplendissant. Mais saint Pierre, voyant que la foi était fondée et affermie dans Rome, et que la ville était déjà remplie de pieux docteurs, résolut de faire annoncer l’évangile aux provinces adjacentes et d’amener les infidèles à la foi. C’est pourquoi il envoya le bienheureux Martial à Ravenne et «dans les pays au-delà des Monts», pour y prêcher la foi du Christ».
Un commentaire de cette légende, imprimé à Rome au XVIIe siècle, dit que saint Martial, fondateur de l’Oratoire de Sainte-Marie in Via Lata, est le même saint Martial qui a prêché l’évangile aux habitants de Limoges, de Toulouse et de Bordeaux.

Envoi de Saint Martial dans les Gaules - palais des papes Avignon

 

Saint Martial et ses compagnons sont envoyés dans les Gaules par Saint Pierre
(fresque de la chapelle Saint-Martial au palais des Papes – Avignon)

Le zèle que saint Martial avait déployé, dans la compagnie de saint Pierre, pour la propagation de la foi, détermina donc ce grand apôtre, dont la vue s’étendait sur toute, la terre, à le choisir pour porter la connaissance de Jésus Christ dans les Gaules. Il partit de Rome, accompagné de saint Austriclinien et de saint Alpinien, que saint Pierre lui donna pour collègues, portant dans sa bouche le glaive de la parole de Dieu, pour combattre les philosophes, la superstition des Druides, la puissance des princes et des démons, et, en même temps, pour éclairer les âmes et les embraser du feu de la charité.
Mais après quelques jours de voyage, il se vit privé du secours que l’apôtre lui avait donné, par la mort d’un de ses compagnons, saint Austriclinien, à Cracchianum, sur la rivière. d’Else, aujourd’hui Granciano, près de la ville de Colle di Val d’Elza, en Toscane. Cet accident imprévu la troubla d’abord, et servit d’épreuve à son généreux courage. Il se décida alors à retourner sur ses pas, pour en informer saint Pierre, et le prier de suppléer au dommage qu’il souffrait par la perte d’un secours si considérable. L’apôtre le consola et le fortifia dans sa première résolution ; et, pour lui rendre le secours qu’il avait perdu, il lui donna son bâton, lui recommandant de le mettre sur le corps du mort, avec une ferme confiance qu’il ressusciterait. Martial le prit avec beaucoup de respect, obéit sans résistance à la voix de son maître, s’en revint promptement à Gracchianum, et toucha Austriclinien avec ce bâton. Comme sa foi était incomparablement plus grande que celle de Giézi, serviteur d’Elisée, qui avait eu un ordre semblable d’appliquer le bâton de ce prophète sur le cadavre du fils de la Sunamite, son action fut aussi plus heureuse et plus efficace : Austriclinien en sentit aussitôt la vertu ; il ouvrit les yeux, se leva et pleine santé, et se trouva en état de continuer son voyage, apostolique.

Les anciens actes de saint Martial, en rapportant cette résurrection, s’expriment de la sorte : «La chose arriva comme saint Pierre l’avait annoncé, ainsi que l’atteste la renommée populaire. À peine saint Martial eut-il touché avec le bâton de saint Pierre le cadavre de son compagnon, que les membres que la chaleur du sang avait abandonnés, furent rendus sur le champ, à une nouvelle vie ; Austriclinien commença à voir de ses propres yeux la lumière dont il avait perdu la jouissance en mourant. Pourquoi ce miracle, sinon pour faire briller dans tout son éclat la foi de Pierre au nom duquel il se fit ?»

On voit encore, près le pont de Granciano, une ancienne église dédiée sous l’invocation de saint Martial, et élevée sur le tombeau d’Austriclinien ; on y lit une inscription qui rappelle les traditions les plus glorieuses pour le saint apôtre ; et tout près de là, la ville de Colle a été érigée en titre épiscopal en l’honneur du disciple de Jésus-Christ.

Saint Pierre remet son bâton à Saint Martial - palais des Papes Avignon

Saint Pierre remet son bâton à Saint Martial
(fresque de la chapelle Saint-Martial au palais des Papes – Avignon)

Le pays que saint Martial avait reçu la mission d’évangéliser s’étendait entre le Rhône, la Loire et l’Océan atlantique, et comprenait cette grande partie des Gaules que les anciens appelaient l’Aquitaine.
Après avoir traversé de vastes contrées en semant sur son chemin la parole divine, l’apôtre arriva, avec ses deux disciples, sur les frontières du Limousin. Il entra dans la ville de Toulx, qui n’est aujourd’hui qu’une bourgade située sur une montagne,3 mais qui alors était un château ou ville fortifiée, dont la triple enceinte et les ruines, qui subsistent encore, attestent l’ancienne étendue.
On lit dans la légende d’Aurélien qu’un homme riche de cette ville, qui eut le bonheur de recevoir saint Martial et de le loger plusieurs jours dans sa maison, ne fut pas privé de la récompense de son hospitalité ; il avait une fille unique, possédée d’un furieux démon qui lui faisait souffrir de grands maux et la réduisait à un état déplorable : le saint en eut pitié, et, la délivrant de ce terrible ennemi, la rendit saine et sauve à son père ; il ressuscita aussi le fils du prince, ou gouverneur romain de cette ville, et après avoir conféré le baptême à ce jeune, homme et à un grand nombre d’habitants, il alla au temple des faux dieux et en abattit les statues.

De Toulx, l’Apôtre se rendit dans le bourg d’Abun4 avec l’espérance d’y travailler avec le même succès ; mais les prêtres des idoles, ne pouvant souffrir que le culte qui leur faisait gagner leur vie fût aboli, le frappèrent cruellement, lui et ses bienheureux compagnons. Par un juste châtiment du ciel, ils devinrent aveugles, et, reconnaissant leur crime, ils demandèrent pardon à saint Martial, qui leur rendit la vue. Après que sur une parole de l’apôtre, la statue de Jupiter eut été réduite en poussière, un grand nombre de païens, convertis par ses miracles, reçurent le baptême et brisèrent les images sculptées des démons. Saint Martial guérit encore en ce lieu un paralytique ; et, ayant fait connaître à ceux qu’il avait baptisés qu’il avait reçu l’ordre d’aller plus loin, il se sépara de ses néophytes après les avoir recommandés à Dieu, et se rendit à la cité de Limoges, la principale et la plus peuplée de toutes les villes du Limousin.

Voici ce que nous lisons dans l’ancienne vie de saint Martial :
«À son arrivée à Limoges, il trouva la multitude adonnée au culte des idoles ; il se mit à prêcher avec tant d’instance la parole de Dieu, qu’il fit sur le peuple l’impression la plus salutaire ; au bout de peu de temps, un grand nombre de païens demandèrent à être régénérés dans les eaux du baptême, et à recevoir sur le front l’impression sacrée de la croix de Jésus Christ ; par ses exhortations fréquentes l’homme de Dieu produisit, au lieu de cette cité, des fruits abondants de salut.
Une jeune fille, nommée Valérie, plus noble par sa foi que par son illustre origine, eut le bonheur de plaire à Dieu par ses vertus. Elle était déjà fiancée, elle devait contracter un mariage en rapport avec sa haute naissance ; mais en écoutant fréquemment la parole divine, elle préféra le céleste Époux à un époux terrestre, et, à la voix de Martial, elle parvint à la grâce du baptême ; et l’on rapporte que, comme elle était devenue chrétienne et n’avait pas voulu contracter le mariage projeté, elle fut mise à mort par son fiancé, encore païen».
C’est ainsi que s’exprime cette ancienne vie.

Saint Martial présenté sous les traits de Clément VI - palais des papes Avignon

Saint Martial représenté sous les traits du pape Clément VI, commanditaire des fresques
(fresque de la chapelle Saint-Martial du palais des papes – Avignon)

La légende d’Aurélien entre dans de plus grands détails. Saint Martial et ses compagnons, entrant dans la cité de Limoges, reçurent l’hospitalité chez une noble dame, dont la fille unique se nommait Valérie. Il y avait dans la maison un homme si furieux, qu’on était obligé de le tenir lié de beaucoup de chaînes : mais saint Martial ayant fait sur cet homme le signe de la croix, ses chaînes se brisèrent et il fut entièrement guérie. La noble matrone, en voyant ce miracle, pria l’homme de Dieu de la baptiser ; et elle reçut le baptême avec sa fille et la troupe nombreuse de ses serviteurs.
Puis Martial s’étant rendu avec ses disciples dans la vaste enceinte du théâtre, où le peuple était assemblé, pour y prêcher l’évangile du royaume de Dieu, les prêtres des idoles, craignant que ces heureux commencements ne fussent suivis d’une prompte conversion de toute la ville, conçurent une telle rage contre nos saints, qu’ils se saisirent d’eux, les firent battre de verges et les jetèrent en prison. Mais le lendemain, Martial s’étant mis en prière, il parut au milieu du cachot une lumière céleste qui en éclaira les ténèbres et le changea en un temple de gloire ; et, en même temps, les fers tombèrent des pieds et des mains de ces bienheureux prisonniers, et les portes s’ouvrirent pour leur donner la liberté de se retirer. Cependant toute la ville fut agitée d’un furieux tremblement de terre, accompagné d’un tonnerre épouvantable qui la mit en feu ; on vit que Dieu tirait vengeance de l’affront fait à ses serviteurs ; bien plus, les deux principaux prêtres des idoles, qui avaient mis la main sur eux, furent trouvés morts sur la place par la violence de cette tempête, sans que ni leurs vœux sacrilèges, ni leurs sacrifices impies eussent pu les sauver de la justice divine. Les habitants, touchés de ces prodiges, et craignant d’être enveloppés dans cette terrible punition, coururent promptement à la prison pour implorer le secours des saints apôtres. Martial leur promit qu’ils n’éprouveraient point de mal, pourvu qu’ils voulussent croire en Jésus-Christ, et s’offrit même de ressusciter les deux prêtres frappés du tonnerre, afin de leur faire voir la puissance infinie du Dieu qu’il leur prêchait. En effet, à peine leur eut-il commandé de se lever et de dire publiquement au peuple ce qu’il fallait faire pour être sauvé, qu’ils revinrent tous deux en vie, et devinrent en même temps les prédicateurs de la vérité. Ils détestèrent l’erreur dans laquelle ils avaient vécu jusque-là, et où ils avaient entretenu tant de malheureux qui s’étaient perdu et protestèrent qu’il n’y avait point d’autre Dieu, ni au ciel ni sur la terre, que celui que Martial était venu leur annoncer. L’ un d’eux, nommé Aurélien, fut plus tard le successeur de saint Martial. Un si grand miracle fit un merveilleux changement dans toute la ville ; la plupart des idolâtres se convertirent, les statues des faux dieux furent renversées et mises en pièces, et le temple des idoles, où se trouvaient les statues de Jupiter, de Mercure, de Diane et de Vénus, fut changé en une église pour honorer le vrai Dieu. C’est aujourd’hui l’église cathédrale, dédiée en l’honneur du premier martyr saint Étienne. On dit que les personnes qui furent baptisées montèrent jusqu’au nombre de vingt-deux mille : ce qui ne doit pas paraître incroyable, puisque nous voyons qu’en d’autres lieux le nombre des martyrs a souvent été plus grand.

Cependant la pieuse matrone, qui avait donné l’hospitalité à saint Martial et à ses compagnons, vint à mourir. Sa fille, Valérie, était fiancée au gouverneur de la province, que la légende d’Aurélien appelle le due Étienne, sans doute parce que ce nom lui fut donné lorsque plus tard il reçut le baptême à son tour. La jeune vierge méprisa cet époux terrestre pour mériter d’être l’épouse du roi du ciel, et, ayant appris de saint Martial, son maître, les avantages de la virginité sur le mariage, elle consacra la sienne à Jésus-Christ, et fit vœu de la garder inviolablement toute sa vie. Son fiancé, étant de retour à Limoges, et connaissant cette résolution, en fut touché d’une extrême douleur ; puis la fureur succédant à la tristesse, il résolut de se venger, par la mort de cette innocente vierge, de l’affront qu’il prétendait recevoir de ce refus. Il la fit conduire hors de la cité, et ordonna à un de ses officiers de lui trancher la tête.5
On lit dans la légende de sainte Valérie, une particularité qu’on trouve aussi dans les légendes de quelques autres martyrs des premiers siècles — c’est que cette glorieuse vierge, ayant été décapitée, prit sa tête entre ses mains et la porta comme en triomphe jusqu’à l’autel où saint Martial célébrait les saints mystères.
La légende d’Aurélien raconte que, au moment du supplice de Valérie, on vit son âme sainte monter au ciel dans un globe de feu, accompagnée par le concert harmonieux des anges : «Vous êtes heureuse, martyre du Christ : venez dans la splendeur qui ne connaît pas de fin !»
Surpris de ces prodiges, l’officier qui avait tranché la tête à Valérie courut les raconter à son maître. À peine en eut-il fait le récit, qu’il tomba mort à ses pieds, afin que sa mort fît voir à ce seigneur la grandeur du crime qu’il avait commis. Étienne, épouvanté, fit venir Martial en son palais, et, lui ayant promis de faire pénitence s’il rendait la vie à son officier, il fut témoin de cette résurrection et exécuta solennellement la promesse qu’il avait faite. Sa conversion fut suivie de celle d’un grand nombre de soldats de son armée et d’habitants de la ville qui ne s’étaient pas rendus aux premiers miracles de notre saint. Et pour réparer dignement ses fautes passées, le gouverneur aida Martial à étendre et à propager le christianisme dans tout le pays.

Montée au ciel de l'ame de ste Valérie - palais des papes Avignon

Montée au ciel de l’âme de Sainte Valérie
(fresque de la chapelle Saint-Martial au palais des Papes – Avignon)

Notre apôtre, après avoir travaillé avec de si heureux succès à réduire la ville de Limoges sous le joug de Jésus-Christ, entreprit la conquête des autres villes et provinces de cette partie des Gaules, qu’on appelait alors l’Aquitaine ; nous citerons parmi ces villes Angoulême, Bordeaux, Toulouse, Poitiers.
Le titre glorieux qui lui est demeuré, d’Apôtre de l’Aquitaine, fait assez voir que ses courses apostoliques ne furent pas inutiles, qu’il y alluma de tous côtés le flambeau de la foi, qu’il y fit connaître et aimer Jésus-Christ, qu’il y établit des Églises, ordonna des prêtres et des évêques, et fit les autres fonctions de son apostolat.

C’est une tradition immémoriale dans la province d’Angoumois, que saint Martial, se rendant à Bordeaux pour y prêcher l’évangile, passa par la cité d’Angoulême, y séjourna quelque temps, y convertit le peuple à la foi du vrai Dieu, y baptisa saint Ausone et l’ordonna premier évêque de cette ville.
La ville de Bordeaux se reconnaît redevable à saint Martial des premières annonces de la foi. C’est une tradition recueillie dans la légende d’Aurélien, que l’apôtre d’Aquitaine y a prêché l’évangile et opéré des miracles. Un archevêque de Bordeaux, au Xe siècle, disait dans une éloquente prière : «Ne croyons-nous pas que notre ville épiscopale, la cité de Bordeaux, a été par vous acquise à Jésus Christ, et qu’une femme que vous aviez baptisée, imposant votre bâton pastoral sur le prince de la cité, le guérit d’une maladie invétérée ?» Nous voyons encore, dans l’épître aux Bordelais, que les autels des démons furent réduits en poussière, et que le souverain prêtre des idoles, converti à la foi, fut consacré par saint Martial, premier prêtre de cette Église naissante. De Bordeaux, le saint apôtre alla prêcher l’évangile à Mortagne, dans la Saintonge : on y voit encore, en face de la Gironde, un ermitage creusé dans le rocher, dont la chapelle est dédiée sous son invocation, et où l’on dit qu’il résida quelque temps.
Pierre le Vénérable, parlant des premiers apôtres de la Gaule, assure que saint Martial a prêché à Limoges, à Bordeaux et à Poitiers. On dit que lorsqu’il se trouvait dans cette dernière cité, le Sauveur lui apparut, et lui dit : «Sache que, à cette heure même, Pierre est crucifié pour la gloire, de mon nom : c’est pourquoi fonde ici une église en son honneur».
La chronique composée au moyen âge sous le nom de Dexter, l’ami et le contemporain de saint Jérôme, dit que saint Martial a été l’apôtre des habitants de Limoges, de Cahors et de Toulouse. Cette dernière ville avait écrit sa tradition sur la façade de Saint-Sernin, où l’on voyait autrefois une statue de l’apôtre de l’Aquitaine, avec une inscription qui lui donnait pour auxiliaire saint Saturnin ; enfin, l’épître aux habitants de Toulouse est un autre monument du moyen âge qui montre l’antiquité de cette tradition.

D’anciens documents du diocèse de Mende représentent saint Sévérien, premier évêque du Gévaudan, comme disciple de saint Martial ; de vieilles légendes assurent qu’il a dédié des autels à la Vierge Marie, au Puy-en-Velay, à Rodez, à Mende, à Clermont et à Rocamadour : en un mot, toutes les églises de l’Aquitaine le regardent comme leur apôtre et leur fondateur.

 

Basilique Notre-Dame de Ceignac - diocèse de Rodez

Basilique Notre-Dame de Ceignac (diocèse de Rodez)

Des manuscrits anciens, que l’on conservait autrefois à Ceignac, constatent que saint Martial vint dans ce lieu, à peu de distance de Rodez, qu’il y dressa une croix et y fit bâtir un sanctuaire en l’honneur de la Vierge. Ce sanctuaire, l’un des plus anciens et des plus vénérés du diocèse de Rodez, s’appela Notre-Dame des Monts, à raison des montagnes qui l’entourent, ou Notre-Dame de Ceignac. Peu à peu, un village se forma autour de ce sanctuaire ; puis une paroisse y fut érigée ; et, la chapelle primitive se trouvant insuffisante, on bâtit à côté une plus grande église, sous le vocable de Sainte-Madeleine. Plus tard, le temps ayant ruiné ces deux églises, on les remplaça par une nouvelle, sous l’invocation de la Sainte Vierge ; c’est l’église actuelle, sauf d’abord le sanctuaire et la première travée, qui, refaits en 1455, si l’on en croit les notices historiques, sont du style ogival secondaire, ainsi que les trois premières chapelles, tandis que le reste de la nef, en style roman, accuse le XIIIe siècle ; sauf, en second lieu, les deux dernières chapelles, qui ont été ajoutées postérieurement, et la voûte de la partie de la nef faite en berceau, ouvrage du XVIIIe siècle ; sauf, enfin, les beaux vitraux modernes, qui forment la rosace de la façade, et qui présentent, dans les autres ouvertures, des médaillons à personnages, d’un goût exquis et d’un effet ravissant.
Au plus haut du retable qui couvre l’abside circulaire, est une Assomption, où l’on a fait figurer, dans un coin du tableau, le duc d’Arpajon, comme un des principaux bienfaiteurs de l’église ; et, dans la partie inférieure du retable, sont trois niches, dont celle du milieu, surmontée d’une couronne fleurdelisée, contient une très grande Vierge avec l’Enfant Jésus sur le bras gauche ; celle de droite renferme l’ancienne Vierge miraculeuse de Coignac, tenant aussi sur le bras gauche son divin Enfant, et au-dessus on lit : Antiquæ imagini Virginis deiparæ miraculis insigni. D. D. D. ; enfin, celle de gauche montre sainte Anne ayant sur les bras, d’un côté l’Enfant Jésus, et de l’autre la Vierge Marie, avec l’inscription Inclitæ parentis Dei genitricis imagini. D. D. D.
La première chapelle à droite présente, d’une part, les douleurs de Marie au saint sépulcre, et, de l’autre, sur le gradin de l’autel, son couronnement dans le ciel. La seconde s’appelle la chapelle de Rodez, à raison du tableau placé au-dessus de l’autel, et qu’offrit la ville de Rodez, en 1653, pour avoir été sauvée de la peste.
Le trésor de Notre-Dame de Ceignac n’est pas moins curieux que l’église même. On y voit une statuette de la Vierge, en argent, ayant à sa base un verre arrondi qu’on applique sur les yeux malades ; un coffret renfermant plusieurs reliques, sur le devant duquel est une figure de la Vierge en relief, qu’on fait baiser aux pèlerins ; vingt lampes d’argent avec des rentes pour leur entretien ; deux calices en vermeil ; deux autres en argent ; une croix avec deux chandeliers, un ciboire, un ostensoir, quatre burettes avec leurs bassins ; le tout également en argent et d’une valeur de plus de cent mille francs. La plus grande partie de ces richesses venaient des seigneurs d’Arpajon, dont le château était voisin. Ces hauts et puissants seigneurs avaient une dévotion spéciale pour Notre-Dame de Ceignac ; ils l’honoraient pendant leur vie, aspiraient à reposer dans son sanctuaire après leur mort ; l’église renferme encore plusieurs de leurs tombeaux. Jean III, baron d’Arpajon, est remarquable entre tous : il institua un chapelain dans l’église, pour y dire la messe chaque vendredi et chaque samedi après les fêtes de la Sainte Vierge, et à chaque anniversaire de son décès ; il donna un canon pour y faire, une cloche ; il obtint du Saint-Siège une indulgence plénière, valable pendant cent ans, pour la visite de l’église, accompagnée de la communion, à une des fêtes de la Sainte Vierge ; enfin, il prescrivit, par son testament du 22 janvier 1516, de l’enterrer dans Notre-Dame de Ceignac et d’y placer sa statue sur son tombeau, entre celles de saint Jean-Baptiste et de saint Christophe, l’y représentant à genoux, les mains jointes, vêtu et armé comme il l’était lorsqu’il fut pris par les Anglais en Picardie.
Les simples fidèles, comme les grand seigneurs, aimaient à déposer leur humble offrande aux pieds de Notre-Dame de Ceignac et ne croyaient jamais pouvoir assez lui exprimer leur reconnaissance. C’est qu’en effet, on ne saurait dire le nombre de miracles opérés par l’invocation de Notre-Dame de Ceignac. Le premier que racontent les notices historiques, et qu’elles placent en 1150, est la guérison d’un prince de Hongrie, seigneur palatin. Privé de la vue, il demandait depuis de longues années sa guérison à la sainte Vierge, lorsque celle-ci, dit la tradition, lui apparut et lui annonça qu’il recouvrerait la vue à Notre-Dame des Monts, près de Rodez. Le prince aussitôt se met en marche avec une escorte de cent hommes ; assailli en route par la tempête, il perd son escorte et arrive à Notre-Dame des Monts, accompagné seulement de trois hommes. Il y fait célébrer la messe, et, entendant derrière lui un bruit d’armes, il se retourne instinctivement, et voit sa bannière avec ses fidèles Hongrois qu’il croyait perdus : un cri de bonheur lui échappe. Grâce à Marie, il a recouvré la vue, il a recouvré son escorte ; en reconnaissance de ces deux bienfaits, il donne sept lampes à l’église avec un vase précieux, où étaient gravés son nom et la date du pèlerinage, et obtient de l’évêque que Notre-Dame des Monts s’appellera désormais Notre-Dame de Ceignac, en mémoire des cent hommes miraculeusement retrouvés en ce lieu. Encore aujourd’hui, il y a dans l’église un monument de ce fait : ce sont trois statues en bois, représentant la Vierge, devant elle le prince à genoux ; derrière le prince, son écuyer, et, au dessus, une inscription rappelant le miracle.

Statue de Notre-Dame de Ceignac

Statue actuelle de Notre-Dame de Ceignac

En 1604, vers la Saint-Jean, un orage des plus menaçants s’annonçant dans les airs, le clergé de Ceignac parcourt en procession le village, en conjurant Marie de protéger une terre qui lui était consacrée ; et, tandis que toutes les paroisses voisines sont horriblement ravagées par la grêle, Ceignac seul n’éprouve aucun dommage ; ce qui frappa tellement l’évêque qu’il ordonna que toutes les paroisses du diocèse y iraient en procession ; et son ordre fut fidèlement exécuté. Le récit de tous ces faits se conservait autrefois dans les archives de Ceignac, écrit de la main du prêtre qui avait dirigé la procession.

En 1628, la ville d’Albi fut délivrée de la peste, qui déjà était à ses portes, par le vœu qu’elle fit d’aller visiter, en corps, Notre-Dame de Ceignac ; et elle exécuta ce vœu, le 26 mars de l’année suivante.
En 1653, la ville de Rodez avait déjà perdu, par le même fléau, plusieurs de ses habitants ; elle fait vœu d’aller, aussi en corps, visiter Notre-Dame de Ceignac, et de lui donner deux cents livres pour l’ornement de l’église. Son vœu est aussi exaucé ; et, l’année suivante, non seulement elle l’accomplit fidèlement, mais elle voulut rendre perpétuel le souvenir du miracle par un tableau qui se voit encore dans l’église de Ceignac, et qui représente le Père éternel lançant un javelot, au dessous la Vierge, l’Enfant Jésus, la croix et saint Amand.
À ces miracles publics s’ajoutèrent d’autres en faveur des particuliers, surtout pour obtenir la contrition de leurs fautes, la réconciliation entre les époux divisés, la fécondité des femmes stériles, et l’heureuse issue des embarras qu’on rencontre si souvent dans la vie.
De nos jours encore, on visite avec fruit Notre-Dame de Ceignac. Le séminaire de philosophie, qui est à Rodez, y va, tous les deux ans, en chantant des cantiques ou récitant des prières pendant toute la route. Le petit séminaire de Saint-Pierre s’y rend également. Près de vingt paroisses y vont professionnellement chaque année ; et, de plus, il y vient de douze à quinze mille pèlerins, soit des diverses parties du diocèse, soit des diocèses voisins. On y fait célébrer douze à quinze cents messes par an ; et les ex-voto appendus aux murs de l’église attestent le nombre des bienfaits qui y ont été obtenus.
Indépendamment des grâces que Notre-Dame de Ceignac accordait à ses visiteurs, on était encore attiré à son sanctuaire par deux autres motifs : le premier était, sans parler d’une foule d’autres reliques, des morceaux du vêtement, du voile et de la pierre du sépulcre de la Sainte Vierge, de la crèche de Notre-Seigneur et de Son berceau, de Ses vêtements, de la table où Il mangea avec Ses disciples, du pain de la dernière Cène, de la pierre sur laquelle Il pria à Gethsémani, du roseau de Sa passion, du fiel qu’on Lui offrit à boire et de l’éponge imbibée de vinaigre, enfin de la vraie Croix.
Le second motif était les indulgences dont jouissait ce sanctuaire dès 1420 ; une indulgence plénière, appelée de temps immémorial le grand Pardon, était attachée à la visite de Notre-Dame de Ceignac pour toutes les fêtes chômées de la sainte Vierge, ainsi que pour le dimanche dans l’octave de l’Assomption, qui est la fête patronale ; et Grégoire XVI, en renouvelant cette indulgence en 1837, l’a étendue au jour de l’Ascension. En 1655, Alexandre VII attacha à la visite des sept autels de l’église les indulgences des sept stations de Rome pour douze fois par an. En 1843, Notre-Dame de Ceignac, par son affiliation à Notre-Dame des Victoires, de Paris, participa aux mêmes privilèges ; et en 1854, affiliée à Notre-Dame de Lorette, elle fut mise en possession de toutes les indulgences attachées à la Santa Casa.

Cortège des anges aux funérailles de Saint Martial - palais des papes Avignon

Le cortège des anges aux funérailles de Saint Martial
(fresque de la chapelle Saint-Martial du palais des papes – Avignon)

L’ancienne vie de saint Martial n’indique pas d’une manière précise l’année de son bienheureux trépas ; mais on lit dans la légende d’Aurélien, que l’an 40, après la Résurrection de Notre-Seigneur, qui était la soixante-quatorzième année du salut, saint Martial, après vingt-huit ans d’épiscopat, se trouvant à Limoges, y reçut l’heureuse nouvelle des approches de sa mort, qui devait le faire jouir de la récompense de ses travaux. Il le fit aussitôt savoir à ses disciples et à ses diocésains, et les ayant assemblés, il les exhorta à persévérer constamment dans la foi et dans la confession de la vérité qu’il leur avait enseignée, et leur donna sa bénédiction. Ensuite, ayant prié pour eux, et ayant imploré pour lui-même la miséricorde de Celui qu’il avait servi avec tant de fidélité, il remit son âme entre Ses mains, pour être couronnée de la gloire qui lui avait été préparée dès le temps de la création du monde.

On dit que, sur le point d’expirer, entendant éclater autour de lui les gémissements et les sanglots, il leva sa main défaillante, et dit à ses disciples : «Silence ! n’entendez-vous pas les beaux chants qui viennent du ciel ? Assurément le Seigneur vient, ainsi qu’il l’a promis». Et, en ce moment, le lieu où il était fut inondé comme par des flots de soleil, et on entendit une voix qui disait : «Âme bénie, sors de ton corps, viens jouir avec moi des douceurs d’une lumière immortelle !» Et lorsque l’âme de Martial montait au ciel au milieu de ces clartés, on entendit un chœur d’esprits bienheureux qui répétait ce verset d’un psaume : «Heureux celui que vous avez choisi et que vous avez appelé à vous : il habitera dans vos parvis éternels».

grande châsse de Saint Martial - limoges église Saint-Michel

La grande châsse de Saint Martial (église Saint-Michel, à Limoges)

 

Son corps fut inhumé dans le lieu même où sainte Valerie avait reçu la sépulture, et où s’éleva plus tard la basilique de Saint-Pierre-du-Sépulcre, premier fondement de la célèbre abbaye de Saint-Martial.
Il s’y fit dans la suite de nombreux miracles : Grégoire de Tours en rapporte deux. Le premier fut opéré sur une fille, dont les doigts, en punition de quelque péché, s’étaient tellement attachés à la paume de la main, qu’il lui était impossible de les redresser. Elle vint au sépulcre du glorieux Apôtre ; elle y veilla et pria avec beaucoup de ferveur, et, la nuit même du jour de sa fête, elle obtint la guérison de son infirmité. Le second miracle fut opéré sur un homme qui était devenu muet pour avoir fait un faux serment dans l’église ; il se rendit au tombeau du saint, et, ayant longtemps gémi dans son cœur, pour obtenir le pardon de sa faute, il sentit comme une main qui lui touchait la langue et le gosier et répandait une vertu secrète ; ce qui fut si efficace, qu’après qu’il eut fait faire par un prêtre, le signe de la Croix sur sa bouche, il commença à parler comme auparavant.
Un miracle bien plus célèbre, c’est celui de la guérison du mal des Ardents. En 994 une contagion, appelée la peste du feu, exerçait d’affreux ravages dans l’Aquitaine. C’était un feu invisible et secret, qui dévorait les membres auxquels il était attaché, et les faisait tomber du corps. Cette putréfaction des corps vivants répandait dans les airs une odeur insupportable. Les pestiférés mouraient par milliers. Les évêques de l’Aquitaine s’assemblèrent à Limoges, afin d’obtenir de Dieu, par l’intercession de saint Martial, la cessation de ce fléau terrible. Arrivé l’un des premiers, l’archevêque Gombaud alla s’agenouiller devant le tombeau de l’apôtre vénéré, et là, éclatant en larmes et en sanglots, et étendant des mains suppliantes, il fit à haute voix cette éloquente prière, que l’histoire nous a conservée :
«Ô pasteur de l’Aquitaine, vous qui l’avez éclairée des lumières de la foi, levez-vous pour secourir votre peuple !… Ne permettez pas que ces tortures infernales règnent auprès de votre corps sacré ! Ô Martial ! miroir des vertus, ô prince des pontifes, où est donc ce que nous lisons de vous, que vous avez été dans la cène le ministre du Sauveur, quand il lavait les pieds à ses disciples ?… Certainement la tradition de nos anciens pères nous a transmis que vous aviez reçu le don des langues avec les autres disciples … Montrez-vous donc le disciple de Celui qui est la source de la miséricorde ! Oui, j’en prends à mon tous ceux qui m’écoutent, si avant que je m’éloigne de cette ville, vous n’éteignez pas cette flamme dévorante dans le cœur de ceux qui sont ici, si je ne vous vois pas guérir cette multitude, je ne croirai plus rien des choses admirables qu’on dit de vous ! Jamais plus je ne reviendrai dans cette cité pour implorer votre patronage ! C’est en vain qu’on me dira que vous vous appelez le disciple du Seigneur ! C’est en vain qu’on me dira que Dieu vous a envoyé comme apôtre aux nations de l’Occident ! C’est en vain qu’on me dira que vous avez baptisé le peuple de Bordeaux, dont je suis l’évêque, je ne le croirai plus, si je n’obtiens pas la faveur que j’implore pour le salut de cette multitude affligée. Et votre bâton pastoral, que l’on conservait jusqu’à présent dans ma ville épiscopale comme un précieux trésor, cette relique sera vile à mes yeux si vous ne réjouissez pas mon cœur par la guérison de tous ces pauvres malades !»
Une prière faite avec tant de foi méritait d’être exaucée. En effet, la contagion cessa ses ravages, et une joie immense se répandit dans les cœurs.

Ostension du chef de Saint Martial

Ostension du Chef de Saint Martial
(église Saint Michel – Limoges)

Nous avons dit, en commençant, de quelles sources nous tirerions les principales actions de saint Martial. Il y a deux siècles, on rejeta comme apocryphe la légende composée sous le nom d’Aurélien, successeur de saint Martial dans l’épiscopat, l’un des deux prêtres des idoles qui moururent d’un coup de foudre et qu’il avait rendus à la vie. En rejetant cette légende, on ne se contenta pas de contester au saint évêque le titre d’apôtre, comme on avait fait dans le XIe siècle, mais on combattit encore l’antiquité de sa mission et sa qualité de disciple de Jésus-Christ. Mais quoique cet écrit ne soit pas d’Aurélien, disciple et successeur de saint Martial, comme le montrent certaines manières de parler qui sont beaucoup plus récentes, cela ne doit point préjudicier à la vérité de l’histoire que nous avons racontée. Cet écrit est au moins un recueil des anciennes traditions du pays sur saint Martial : car la biographie d’un saint que tout un pays connaît est nécessairement conforme à ce que la tradition locale dit de ce saint. D’ailleurs les discussions et les définitions des divers conciles qui ont recherché les titres de l’apostolat de saint Martial, la déclaration de deux souverains pontifes, Jean XIX et Clément VI, les témoignages de tant de Martyrologes, de Rituels et de Litanies qu’on lisait publiquement dans l’Église, il y a plus de huit cents ans, nous doivent suffire pour croire indubitablement que saint Martial est un des disciples de Notre-Seigneur, et qu’il est venu dans les Gaules envoyé par saint Pierre.
Il est vrai que Grégoire de Tours a mis plus tard sa mission, mais on a réfuté le texte de cet historien d’une façon si péremptoire, qu’il n’est plus permis de s’en servir pour combattre l’antiquité du premier établissement des Églises de France. Et en effet, s’il fallait y déférer, les évêques des conciles que nous avons cités, qui n’ont pu ignorer le texte de cet historien, n’auraient eu garde de définir, au contraire, que saint Martial doit être apôtre, parce qu’étant des soixante-douze disciples de Notre Seigneur, il a reçu de Lui mission de prêcher l’évangile et de coopérer avec les douze apôtres à la conversion du monde : ce que nous voyons, néanmoins, qu’ils ont fait sans contestation. D’ailleurs la découverte récente des anciens actes de saint Martial est venue démontrer que la tradition immémoriale du Limousin, écrite avant Grégoire de Tours, était que saint Martial avait reçu, du temps de saint Pierre, sa mission apostolique.

fermeture et scellement de la coupe reliquaire du chef après ostension et bras reliquaire de Saint Martial

L’évêque de Limoges, assisté d’un représentant de la Confrérie de Saint-Martial,
procède à la fermeture et au scellement de la coupe reliquaire contenant le Chef de Saint Martial
après son ostension & bras reliquaire de Saint Martial


1 Un cosmographe du 16 e siècle, André Thêvet, dit avoir vu à trois lieues de Rama, au village d’Arouha, une église bâtie en l’honneur de saint Martial, que l’on disait natif de ce lien. (Cosmog,. Univers., t. 1, P. 169.)

2 Nous pouvons citer encore Anselme de Laon, Pierre Comestor, Gérald de Fratchet, Adam de Clermont, Durand de Mende, Nicolas de Lyre, Ludolphe le Chartreux etc.

3 Toulx-Sainte-Croix, canton de Boussac (Creuse), et non pas Tulle (Corrèze), comme l’ont avancé quelques auteurs peu versés dans les traditions du pays. Voir sur les ruines et les monuments de la ville celtique de Toulx les Recherches de M. Barailon, membre correspondant de l’institut, p. 316 et 331.

4 Chef-lieu de canton (Creuse), sur la voie romaine de Lyon à Limoges.

5 Sainte Valérie est honorée comme première martyre de l’Aquitaine dans le diocèse de Limoges, où l’on célèbre en son honneur, le 10 décembre, un office double de second classe.

L’art de plaire à tout le monde, c’est l’art de tromper.

(Discours de Mgr Boniface, 30 juin 2020)

Discours de Mgr Charles-Clément Boniface, dit Père Samuel, Chorévêque Syriaque orthodoxe, à ses fidèles et à toute personne croyante ou non.

Sujet :
Plaire à Dieu et plaire à la société.

Illustration :
Vauvenargues, écrivain français († 1747), dit :
« L’art de plaire à tout le monde, c’est l’art de tromper. »

Extrait du discours :

Lettre de saint Paul aux Galates (1, 10) :
« Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu ?
Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ?
Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ. »

Saint Ambroise dit :
« Il n’y a pas plus grande dignité que de servir le Christ. »

Saint Bonaventure dit :
« Servir le Christ, c’est
- le bonheur de l’âme,
- la santé du corps,
- la prudence de l’esprit,
- la vie du Ciel. »

Paulo Setúbal (écrivain, avocat et journaliste brésilien † 1937) dit :
« Jésus-Christ est le seul ami certain de l’heure incertaine. »

Lettre de saint Paul aux Hébreux (11, 6) :
« Sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu. »

Jean-Baptiste Rousseau, poète et écrivain français († 1741) dit :
« Qui cherche à plaire à tous, ne doit plaire à personne. »

Vauvenargues, écrivain français († 1747), dit :
« L’art de plaire à tout le monde, c’est l’art de tromper. »

Saint Antoine de Padoue dit :
« Sans Dieu, nul ne peut plaire à Dieu. »

Saint Ambroise dit :
« Dieu est pour nous
- un père quand nous faisons le bien,
- un juge quand nous faisons le mal. »

Saint Augustin dit :
« Voulez-vous plaire à Dieu ? C’est impossible tant que vous aurez en vous la laideur du péché. »

Saint Augustin dit :
« Il n’y a de libre que le serviteur qui plait parfaitement à Dieu. »

Saint Bernard dit :
« Se déplaire à soi-même, c’est plaire à Dieu. »

Sénèque dit :
« J’aimerais mieux déranger par ma sincérité que rendre agréable par la flatterie.
Jamais je n’ai voulu plaire à la foule, car les choses que je sais, le peuple ne les aime pas.
Comment plaire au peuple et chérir la vertu. »

Honoré de Balzac († 1850) dit :
« Les peuples unis par une foi quelconque auront toujours bon marché des peuples sans croyance. »

1ère Épître de saint Paul aux Thessaloniciens (2, 4) :
« Mais, comme Dieu nous a mis à l’épreuve pour nous confier l’Évangile, ainsi nous parlons, non pour plaire à des hommes, mais pour plaire à Dieu, qui sonde nos cœurs. »

5 façons de transmettre la paix

dans des temps troublés.

Dès les premiers jours du confinement, les experts révélaient une croissance fulgurante de personnes présentant des symptômes assimilables à des troubles post-traumatiques.

Il est probable que cette période troublée dont nous ne sommes pas totalement sortis continuera de libérer, au fil du temps, les conséquences du stress et de la peur engendrés.

Pour Romain Lagache, auteur du blog Jesus-ID, cette période a révélé une appétence pour trouver un sens, une réponse. Pour lui, les phrases « j’ai besoin de réponse » ou « j’ai un mal-être » révèlent le même sujet : la soif de paix.

Voici donc 5 façons de transmettre la paix dans des temps troublés :

L’église doit se manifester

La paix est l’une des marques de l’Évangile. Mais d’autres croyances proposent aussi des solutions, plus ou moins adéquates, pour parler de paix. Si les chrétiens ne sont pas là, les gens iront chercher des réponses ailleurs. Bonnes ou mauvaises.

Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler? Et comment en entendront-ils parler, s’il n’y a personne qui prêche ? (Romains 10:14)

Utiliser les outils en ligne

Malgré le déconfinement, les contacts de personne à personne restent plus limités, plus distants.

Utiliser les ressources en ligne, partager à un ami un message de paix, d’espérance, d’amour, est plus porteur aujourd’hui que jamais.

Partager du vécu

La paix se passe dans le cœur, pas dans la tête.

La théorie touche l’intellect.

Mais le partage d’expériences concrètes, de vécu, d’authenticité : cela touche le cœur et peut transmettre la paix.

Inspirer les gens à s’approprier des actions qui donnent la paix.

L’expérience des autres, c’est la meilleure manière de voir que “cela peut aussi m’arriver”.

Lorsqu’une personne a vécu de grosses difficultés et raconte comment elle s’en est sortie, cela inévitablement peut amener la personne à se dire :

“son témoignage m’inspire, si ça lui est arrivé, ça peut m’arriver aussi !”

Donner de l’espoir

Un dicton populaire dit que « L’espoir fait vivre ».

Et en effet, non seulement il fait vivre, mais il fait vivre mieux.

Il apaise parce qu’il atteste qu’il existe une voie de secours.

Romain Lagache rapporte ainsi le témoignage d’une lectrice de son livre :

« C’est incroyable et je n’en reviens toujours pas, c’est tellement inattendu, il y a encore quelques temps je pensais à me prostituer, j’ai fait des choses tellement mal et là, c’est la première fois que je me sens aimée et libre. »

Ces 5 façons de transmettre la paix sont rassemblées dans un recueil de témoignages déjà téléchargé 36.000 fois. Téléchargez-le gratuitement en cliquant ici.

Pascal Portoukalian

Source: Info Chrétienne

 

« J’yCrois Encore »

est disponible en VOD

dès le 26 juin

sur toutes les plateformes habituelles

à partir de 3,99 €. 

Si vous aviez loupé la sortie en E-Cinéma de « J’y Crois Encore », SAJE Distribution vous propose de le louer en VOD sur toutes les plateformes dès aujourd’hui. Ce film très attendu traite de thèmes universels, tels que la perte et l’engagement, mais aussi du dilemme de la foi dans la souffrance.

Pour Pierre Amar, prêtre et rédacteur sur Padreblog, « J’y Crois Encore » est une réponse à la question « si Dieu existe, pourquoi la maladie et la souffrance ? ».

« ‘J’y Crois Encore’ […] a plein de choses à nous dire sur des choses aussi essentielles que l’amour, la souffrance, l’espérance, l’épreuve et la présence de Dieu dans tout ça. Certains disent que c’est ‘un film pour les filles’ : rien n’est plus faux ! Le film touchera tout le monde, petits et grands, car il traite de thèmes essentiels auxquels, tôt ou tard, nous sommes tous confrontés. Le dilemme de la foi dans la souffrance est un des thèmes principaux de ce film.[…] ‘J’y Crois Encore’ est une réponse convaincante à la question que tout le monde se pose : ‘si Dieu existe, pourquoi la maladie et la souffrance ?’. »

Marc, un spectateur de « J’y Crois Encore » en E-Cinéma dit avoir été bouleversé par ce film.

« J’avais choisi le film ‘J’y crois encore’ au hasard… Je ne le regrette pas. Ce film est bouleversant. Le témoignage de foi cette jeune Mélissa est poignant. »

La location est disponible dès le 26 juin sur toutes les plateformes habituelles, MyTF1, Canal VOD, Sony, Microsoft, AppleTV/Itunes, Google Play, Orange et lefilmchretien, à partir de 3,99 €.

M.C.

 

Source: Info Chrétienne 

Les dix phrases de Jésus qui ont changé le monde

WEB2-CHRIST-JESUS-MOSAIQUE-WIKIPEDIA
Domain public
Le Christ Pantocrator de la mosaïque de la Déisis (XIIIe s.) située dans la basilique Sainte-Sophie à Istanbul (Turquie).

Trop souvent oublié, le message de Jésus de Nazareth a pourtant un impact unique dans l’histoire de l’humanité. Découvrez avec Aleteia les dix phrases de Jésus de Nazareth qui ont changé le monde.

 

 

Personne ne peut nier l’influence de Jésus et son message qui a transformé l’humanité.  Découvrez les plus belles phrases de Jésus, celles qui ont changé le monde et qui peinent cependant parfois à pénétrer dans nos cœurs…

 

 

COVID 19:

POURQUOI LES CONSIGNES

SANITAIRES SONT PARFOIS

NÉGLIGÉES?

Se protéger pour ne pas tomber malade et risquer sa vie devrait être le comportement naturel de tout individu. Pourtant si l’on en croit l’enquête que nous avons menée entre les 17 mars et 15 avril auprès de 5800 Français, le jour des élections municipales (c’est-à-dire le 15 mars), seules 23 % des personnes interrogées respectaient toutes les consignes sanitaires fixées par l’État dans le cadre de la pandémie liée à la Covid-19.

Après, pendant le confinement, la proportion de ceux qui les suivaient systématiquement ne dépassait pas 37 % – et seules 17 personnes sur les 5800 déclaraient ne pas avoir du tout obéi aux consignes pendant cette période.

Dans le détail, plusieurs mesures sont peu suivies : l’usage de mouchoirs jetables (seuls 77,1 % disent le faire), le lavage des mains (59,6 %), ou encore le fait d’éternuer dans le pli du coude (76,1 %). À l’inverse, même si un nombre significatif d’individus ne les appliquent pas, d’autres mesures sont mieux respectées : l’obligation de porter sur soi une attestation dérogatoire à chaque sortie (93,6 % le font), la limitation des déplacements (81,3 %), le respect des distances (84,8 %), le fait de n’embrasser personne (86,5 %) et de ne serrer aucune main (96,9 %). Alors que le gouvernement multipliait les messages sur les directives sanitaires, comment expliquer que certains d’entre nous ne respectent pas ces consignes à la lettre ?

Une question de distance psychologique

De nombreux facteurs (sociodémographiques, culturels, environnementaux…) ont été mis en évidence pour expliquer que des consignes sanitaires soient ou ne soient pas respectées. Mais il est possible que cela reflète aussi la priorité donnée par chacun au présent plutôt qu’au futur, notamment en termes de santé : plus la maladie et ses conséquences vous paraissent abstraites et psychologiquement distantes de votre quotidien et de votre vécu, moins vous prenez de précautions pour éviter un risque à venir.

Cette tendance peut s’expliquer par la théorie des niveaux de construit développée par Yaacov Trope et Nira Liberman. Elle permet de mieux comprendre la manière dont les individus pensent, se représentent leurs actions et prennent leurs décisions : ils formeraient des « construits mentaux » qui varient selon la distance psychologique (spatiale, temporelle, sociale, hypothétique) perçue à l’égard des objets.

En clair, d’après cette théorie, plus l’objet maladie paraît distant de votre univers, plus il devient abstrait et moins vous ressentez la nécessité d’agir. Notre enquête le confirme pour la Covid-19 : si aucun de vos proches n’a été touché, s’il n’y a pas de malades près de chez de vous, si la possibilité de contracter la maladie vous parait faible, alors vous serez moins enclin à suivre les directives sanitaires.

Trois types de comportements

Dans les faits, avant et pendant le confinement, cette distance psychologique s’est traduite à l’intérieur de notre enquête par trois types de comportements, soit trois groupes de personnes que nous allons comparer.

Le premier groupe (37,18 % des répondants), qui correspond à des hommes et femmes un peu moins âgés que la moyenne des personnes enquêtées et d’un niveau d’études plutôt élevé, s’est senti plus concerné une fois le confinement décrété. Pour ces personnes, la maladie est alors devenue plus concrète : sa distance psychologique a diminué. Tandis qu’avant, et notamment le 15 mars, elles avaient l’impression de ne rien avoir à craindre, n’avaient pas peur, percevant la Covid-19 comme une maladie ne pouvant pas les toucher. De ce fait, les règles d’hygiène et de distanciation étaient moins respectées que dans les deux autres groupes, et ces individus n’ont pas hésité à quitter leur domicile pour choisir un lieu de confinement plus adapté.

Avec le confinement, la donne a changé. Ayant ressenti des symptômes, certains ont craint d’être porteurs du virus ou d’avoir la Covid-19. Dans leur esprit, cette maladie est devenue plus concrète, mais aussi plus grave. La distance psychologique a donc fortement diminué, et dans ce premier groupe, le risque perçu pour soi et pour autrui se situe au-dessus de la moyenne par rapport à la population de notre échantillon. Ces personnes se tiennent donc davantage informées, évitent les contacts au sein de leur foyer, tout en étant plus stressées et anxieuses.

Dans le second groupe (42,19 % des répondants), au niveau d’étude plus faible, la distance psychologique vis-à-vis de la Covid-19 n’a pas changé avec le confinement. Ces personnes se sentent depuis le début de la crise assez éloignées de la maladie. Si elles ont dans l’ensemble appliqué les consignes sanitaires dès le 15 mars, elles sont moins stressées. En outre, elles n’ont ressenti aucun symptôme de la maladie. Pendant le confinement, elles n’hésitaient pas à pratiquer une activité physique en extérieur ou à avoir des contacts en face à face, estimant à un niveau plus faible que les autres la probabilité d’être porteur du virus ou d’avoir la maladie.

Dans le troisième groupe (20,63 % des répondants), constitué plutôt de femmes moins âgées que la moyenne de l’échantillon, la distance psychologique vis-à-vis de Covid-19 a augmenté avec le confinement. Se considérant comme des sujets à risque, ces personnes étaient au départ les plus anxieuses et les plus stressées. Elles redoutaient la maladie qu’elles percevaient comme concrète et peu distante. Elles ont donc accueilli très favorablement les consignes sanitaires et les ont totalement respectées. Mais si le risque perçu pour soi et pour autrui reste toujours très élevé dans ce groupe (en comparaison des deux autres), aucun symptôme de la maladie n’a été ressenti pendant le confinement – raison pour laquelle la Covid-19 est désormais perçue comme une menace éloignée.

Toutefois, ces personnes continuent de désinfecter leur maison et d’éviter au maximum les contacts, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du foyer. Mais en raison du respect des consignes et de ce comportement de prévention, elles estiment à un niveau plus faible que la moyenne la probabilité d’avoir la maladie et d’être porteuses du virus.

In fine, cette enquête nous éclaire sur les comportements des uns et des autres face à la Covid-19. Mais on peut étendre son analyse à d’autres maladies. Elle ouvre des pistes en termes de communication, que ce soit pour la mise en œuvre des politiques de prévention en matière de santé publique ou de gestion des risques.

Informer le public, avec une argumentation rationnelle, sur les gestes barrière à adopter n’est pas suffisant en soi : il faut aussi permettre à chacun de sentir que le danger est proche. Pour inciter les personnes à agir, et donc à respecter les consignes, la maladie doit devenir concrète et/ou être perçue comme présente dans l’environnement immédiat.


Cet article a été rédigé à la suite d’un appel à contributions flash de la Revue française de gestion dans le contexte de la crise sanitaire engendrée par le virus responsable de la Covid-19.The Conversation

Patrice Cottet, Maître de Conférences en Sciences de Gestion, Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA); Jean-Marc Ferrandi, Professeur Marketing et Innovation à Oniris, Université de Nantes; Marie-Christine Lichtlé, Professeur des Universités, Université de Montpellier et Véronique Plichon, Professeure des Universités en Sciences de Gestion, Université de Tours

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Source: Info Chrétienne 

 

Communion des prêtres avec le Christ ressuscité qui, dans son Eglise, continue de réaliser le sacrifice rédempteur

Le Pape de l'Eglise de Romme, SS Benoît XVI, dans une homélie de 2012, déclarait fort justement :

" Il apparaît avec force que, pour le prêtre, célébrer la messe chaque jour ne signifie pas remplir une fonction rituelle, mais accomplir une mission qui implique entièrement et profondément l’existence, en communion avec le Christ ressuscité qui, dans son Eglise, continue de réaliser le sacrifice rédempteur. Cette dimension eucharistique-sacrificielle est inséparable de la dimension pastorale et constitue le nœud de sa vérité et de sa force salvifique, dont dépend l’efficacité de toute activité. Naturellement, nous ne parlons pas de l’efficacité seulement sur le plan psychologique ou social, mais de la fécondité vitale de la présence de Dieu au niveau humain profond."

Prière pour nos pasteurs

Seigneur,
nous Te prions
pour les bergers de nos Églises.

Donne-leur sagesse et force :
qu’ils sachent guider les brebis
vers de bons pâturages
et qu’ils aient le courage
de se tenir debout dans l’adversité.

Donne-leur lumière et vigilance :
qu’ils soient fidèles à ton Évangile
malgré les contradictions de ce monde
et qu’ils puissent discerner l’ivraie du bon grain.

Donne-leur enthousiasme et espérance :
qu’ils soient des allumeurs de joie
au cœur de leurs fidèles
et qu’ils communiquent leur élan
à tous ceux qu’ils rencontrent.

Et donne à leurs brebis
de les aimer,
de les soutenir,
de leur pardonner au besoin,
dans leur merveilleux et dur labeur.

Amen.

Le miracle qui va faire de Charles de Foucauld un saint

L’annonce de la prochaine canonisation de Charles de Foucauld, mercredi 27 mai, a provoqué une véritable onde de joie. Si un premier miracle lui avait été attribué en 2005 faisant de lui un bienheureux, la congrégation lui en a attribué un second. Il s’agit d’un miracle de préservation : en 2016, Charle, charpentier, a survécu à une chute jugée mortelle…

Il aura fallu presque 100 ans pour que le procès en béatification de Charles de Foucauld, entamé en 1926, aboutisse à sa canonisation. Après la reconnaissance d’un premier miracle en 2005 par Benoit XVI le faisant accéder au statut de bienheureux, le pape François a reconnu l’attribution au bienheureux Charles de Foucauld d’un deuxième miracle, ouvrant la voie à la canonisation prochaine du Français. « Ce deuxième miracle n’est pas une guérison (comme son premier miracle, ndlr) mais un cas de préservation dans un accident du travail », explique à Aleteia Laurent Touchagues, président des Amitiés Charles de Foucauld.

 

L’histoire remonte au 30 novembre 2016, veille du centenaire de la mort de Charles de Foucauld. Ce jour-là Charle, ouvrier charpentier chez Asselin, entreprise de restauration de monuments historiques, travaille sur la charpente de la chapelle de l’institution Saint-Louis, lycée catholique de Saumur. Quand tout à coup, dans l’après-midi, il fait une chute de 16 mètres de haut, traversant la voute, avant de finir empalé sur les pieds d’un banc qui était retourné. « Les médecins sont catégoriques. C’est le type même d’une chute mortelle. À cette hauteur, tous les organes explosent », soutient Laurent Touchagues.

Président de l’entreprise pour laquelle travaille le jeune ouvrier – qui est alors âgé de 21 ans –, François Asselin est en déplacement à Paris. « Quand on m’a expliqué les circonstances de l’accident, je me suis dis que c’était fini, qu’il n’allait pas s’en sortir », confie-t-il à Aleteia. Proche de la fraternité de Marie, Reine immaculée et du père Artarit, curé de la paroisse Bienheureux-Charles-de-Foucauld à Saumur, le chef d’entreprise les contacte pour leur demander de prier pour ce jeune homme. « Nous étions à la veille du centenaire de la mort de Charles de Foucauld », se souvient-il. « Ils m’ont invité à le prier tout particulièrement ». Surtout que, de Paris, François Asselin n’arrive ni à joindre le famille du jeune homme, ni l’hôpital. Alors il se résout à passer une nuit de prière, entre angoisse et abandon. Se met ainsi en place un incroyable mouvement de prière à Charles de Foucauld pour la santé de ce jeune charpentier.

« Dans cette histoire une chose est sure, ce qu’on conclut les médecins : l’issue d’un tel accident n’aurait pas dû être celle qu’on connait aujourd’hui. Soit vous vous dites qu’il a eu une chance incroyable soit vous vous dites qu’il a eu tellement de chance qu’il y a autre chose. »

Ce n’est que le lendemain qu’il réussira à joindre la mère de l’ouvrier… qui lui assure que « tout va bien ». « De retour à Saumur, je suis allé le voir trois jours après son opération. Il était assis sur son lit d’hôpital ». C’est alors qu’il apprend qu’après sa chute, le jeune homme s’est lui-même relevé et a marché sur une cinquantaine de mètres, alors que le montant du banc lui a traversé l’abdomen et est encore en lui, afin d’aller chercher de l’aide. Six jours après son accident, Charle s’impatientait dans sa chambre d’hôpital « et deux mois après il était de retour au travail », se souvient François Asselin. « Dans cette histoire une chose est sûre, ce qu’on conclut les médecins : l’issue d’un tel accident n’aurait pas dû être celle qu’on connait aujourd’hui. Soit vous vous dites qu’il a eu une chance incroyable soit vous vous dites qu’il a eu tellement de chance qu’il y a autre chose », souligne encore le président de l’entreprise.

Une neuvaine pour le centenaire de sa mort

Voici donc pour le constat médical. Mais qu’en est-il du contexte spirituel ? Il y a d’abord le prénom du jeune homme, Charle, sans s, dont le patron n’est autre que Charles de Foucauld. Ensuite, cette chapelle est située à côté de l’école de cavalerie de Saumur dont Charles de Foucauld est un ancien officier. Cet accident, qui aurait pu être tragique a par ailleurs eu lieu quelques jours avant le centenaire de la mort de Charles de Foucauld, le 1er décembre 1916. A cette occasion le diocèse avait proposé aux fidèles une grande neuvaine pour sa canonisation. Des milliers d’images du bienheureux avaient été distribuées les précédentes semaines afin de porter la prière de chacun. « Le patron de l’entreprise Asselin est un paroissien. Il venait lui aussi de terminer une neuvaine afin de demander un second miracle pour la canonisation de Charles de Foucauld », assure le père Artarit.

À l’unanimité ils ont déclaré que ce qui était arrivé au jeune homme était inexplicable naturellement !

En lien avec le postulateur de Charles de Foucauld, le père Ardura, l’association Amitiés Charles de Foucauld se mobilise à son tour pour savoir si cela peut constituer un second miracle attribué au bienheureux. Pour mémoire, que ce soit pour la reconnaissance de vertus ou d’un miracle, il y a une double enquête faite par l’Église. La première se déroule là où a eu lieu l’événement et la seconde à Rome au sein de la Congrégation pour la cause des saints. C’est ainsi que l’enquête diocésaine démarre en 2017. « Mgr Delmas, l’évêque d’Angers a nommé une commission qui a pu interroger le jeune charpentier, des témoins, des médecins… Validant la force de cet événement, l’évêque nous a permis d’envoyer le dossier à Rome », explique Laurent Touchagues.

En images : les rares photos de Charles de Foucauld dans le désert

Le dossier part donc pour Rome en mars 2019. Là encore, il y a d’abord l’étape médicale. Deux médecins sont chargés de faire une première analyse et si les deux donnent donnent un avis favorable, la procédure continue. Concernant le dossier pour Charles de Foucauld, l’avis favorable tombe à l’automne 2019. C’est ensuite au tour d’une commission médicale de se réunir. « Ce fut le cas le 14 novembre 2019 », se remémore Laurent Touchagues. « Et à l’unanimité ils ont déclaré que ce qui était arrivé au jeune homme était inexplicable naturellement ! »

La date de canonisation connue courant juin

Le dernier mot revenant à la commission théologique de la Congrégation pour la cause des saints, cette dernière se réunit finalement le 18 février 2020. Et le verdict tombe : l’ensemble des membres reconnaissent à l’unanimité le caractère surnaturel de l’événement, le validant ainsi comme miracle. « Pouvoir partager cette nouvelle avec tous est une joie immense », se réjouit Laurent Touchagues. Si l’annonce de la prochaine canonisation du bienheureux Charles de Foucauld est désormais connue, la date exacte devrait être communiquée courant juin. « C’est une réelle joie », assure également le père Artarit, « et une grande émotion », reconnaît François Asselin. « Dans la vie nous sommes tous en quête de sens, on se demande pourquoi en espérant avoir la réponse là-haut. La nous sommes encore sur Terre et nous avons eu la chance d’avoir la réponse ». Une joie partagée aussi par le jeune miraculé, pourtant non-croyant. « C’est étonnant d’ailleurs de voir ce que cela dit de Charles de Foucauld qui a passé la fin de sa vie à témoigner de Dieu auprès de non-croyants et de personnes qui ne le connaissaient pas. »

En images : dans les pas de Charles de Foucauld

 

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

Afficher l'image d'origine

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

Image of the Saviour Not Made by Hand: a traditional Orthodox iconography in the interpretation of Simon Ushakov (1658).:

 

Où nous trouver ?

Grande Paroisse NORD-OUEST et NORD-EST (Paroisse Cathédrale N-D de Miséricorde):

 NORMANDIE :

CHANDAI (61) et CHAISE-DIEU DU THEIL (27):

 * Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net 

Messe journalières en semaine à 10h30 (Teléphoner en cas d'absence)

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Maison Ste Barbe 
(Siège de l'Ass Caritative CARITAS E S O F)

15 Rue des 3 Communes
27580 CHAISE-DIEU DU THEIL

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

PARIS ET REGION PARISIENNE:

* Relais Paroissial Sainte Geneviève Mar Thoma

Permanence pastorale tous les Vendredis et Samedi précédents les 1ers Dimanches de chaque mois.(Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

ALSACE-LORAINE (Grand Est):

* Relais Paroissial Sainte Sainte Clotilde Permanence pastorale épisodique à organiser  sur asstradsyrfr@laposte.net ou  par SMS au 06 48 89 94 89 ,Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . Sainte 

-+-

Grande Paroisse "NOUVELLE AQUITAINE" , OCCITANIE

(N-D de la Très Sainte Trinité) : 

NANTES:

 *"relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

NOUS RECHERCHONS UN LOCAL SUR NANTES POUR DONNER AUX FIDÈLES AU MOINS UN DIMANCHE PAR MOIS LA SAINTE MESSE AINSI QU'UN MEILLEUR SERVICE PASTORAL

 

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces et St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
66,Place Schoeneck, LE BOURG
16560 JAULDES. 

Tel: 05.45.37.35.13
Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

LOURDES:

*Relais paroissial St Gregorios de Parumala

 Messes épisodiques ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

Rte de Pau

 

-+-

AFRIQUE ET AMÉRIQUE LATINE :

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDÉ,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain. De même pour les Paroisses du Brésil et du Pakistan: 

 Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

++++++++++++++++++++++++++

Ou trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

 

_____________________________________________________

 

S.O.S

 

Chers amis. Shlomo ikoulkoun (Paix à vous)!

 

L'heure est grave pour le monde, nos pays, notre Eglise

Pourtant, ne cédons pas à la peur et croyons que le Seigneur est aux commandes et tirera de ce mal un bien!...

 

Si vous observez le cours des choses, vous entrevoyez déjà que cette crise met chacun devant ses responsabilités et tend à opérer un tri entre ceux qui sont ou non véritablement mu par la Foi fervente qui les habite ou non.

 

Je viens d'écouter avec la plus grande attention l'allocution du Président de la République Française, notre Président.

Intervention brillante.

Je n'ai pas à me prononcer sur ceci ou cela.

D'autres s'en chargeront et les polémiques me paraissent stériles et malsaines alors que nous vivons des heures très sombres qui ne manqueront pas d'orienter l'avenir de l'humanité dans une direction pour laquelle nous prions afin qu'elle soit heureuse....

 

En tant que Père en Dieu des membres de notre Eglise Syro-Orthodoxe de Mar Thoma (Eglise métropolitaine de Tradition Syro Orthodoxe Malankare fondée initialement par l'Eglise Malankare-Orthodoxe /Eglise Orthodoxe des Indes, pour l'Europe et ses Missions), je vous dois la vérité et vous dire très simplement que:

 

-En raison de la précarité financière de notre Monastère et de notre Eglise Métropolitaine, sans la solidarité des fidèles qui, si ils sont confinés hors de notre Monastère et loin des Paroisses, recourent habituellement ou occasionnellement à nos services pastoraux, avec l'annonce (Juste) du gèle des loyer (Or la Métropolie toute entière survit grâce à un loyer parisien qui m'est, en principe patrimonial), nous ne pouvons pas imaginer comment nous en sortir matériellement.

 

Lors de mes très nombreux périples missionnaires à l'intérieur et à l'extérieur du Pays, jusqu'à présent déjà, les offrandes des fidèles étaient largement insuffisantes pour pourvoir aux frais de ces déplacements pastoraux, sans parler des charges en tous genre qui pèsent sur la vie d'une Institution Religieuse .

 

Toutes activités de Métropolie étaient possibles grâce à mon acharnement missionnaire,la mise en commun de tout ce que je reçois, ce loyer parisien patrimonial et un emploi que j'avais initialement pris auprès d'une entreprise comme Conseiller en déontologie et spiritualité afin d'être assuré et d'assurer deux prêtres...

 

Dans l'actuel contexte de vie, nous ne pouvons pas imaginer comment nous en sortir matériellement.

 

Je confie notre avenir à vos prières fraternelles et à votre solidarité si vous souhaitez que nous survivions ensemble à cette crise pour témoigner du Christ notre Sauveur et collaborer à étendre Son Règne d'Amour, de Vérité, de Justice et de Paix.

 

Nous sommes vraiment entre les mains du Seigneur !

 

En vous remerciant pour l'attention que vous aurez cru devoir apporter à cette note d'information sur notre situation dans les circonstances présentes, je reste votre respectueusement et fraternellement dans le Christ, notre Seigneur. Aloho m'barekh (Dieu vous bénisse)!

 

+Métropolite Mor Philipose. Brévilly ce 16.III.2020

 

"A person who, knowing what faults he has committed, willingly and with due thankfulness endures the trials painfully inflicted on him as a consequence of these faults, is not exiled from grace or from his state of virtue; for he submits willingly and pays off his debts by accepting the trials. In this way, while remaining in a state of grace and virtue, he pays tribute not only with his enforced sufferings, which have arisen out of the impassioned side of his nature, but also with his mental assent to these sufferings, accepting them as his due on account of his former offenses. Through true worship, by which I mean a humble disposition, he offers to God the correction of his offenses." (St. Maximos the Confessor (The Philokalia Vol. 2; Faber and Faber pg. 285))

   

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

 

 

"The future is in peace, there is no future without peace"

 

"O futuro está em paz, não há futuro sem paz"  

 

(SS Ignatius Aprem II)

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

Note:
Eglise Métropolitaine fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare) pour l'Europe et ses missions, notre Eglise Syro-Orthodoxe de Mar Thoma, située en francophonie et ses missions d'Afrique, du Brésil, du Pakistan et en Amérique latine* est une Eglise Orthodoxe-Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien et la paix du monde.

¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles, nous n'exigeons aucun fixe.

Les offrandes sont libres et non obligatoires.Toute offrande fait cependant l'objet d'une déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre revenu). 
Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l’Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Métropolite et Sœur Marie-André M'Bezele, moniale (06.17.51.25.73).

-------------------------------------------------------------

Nota:
A Igreja Metropolitana fundada graças ao ímpeto missionário da Igreja Ortodoxa Síria das Índias (Malankare) para a Europa e suas missões, nossa Igreja Siro-Ortodoxa de Mar Thoma, localizada em Francofonia e suas missões da África, Brasil, do Paquistão e da América Latina * é uma Igreja Ortodoxa Oriental.

O mosteiro siríaco é um centro de oração pela unidade das igrejas apostólicas, a unanimidade do testemunho cristão e a paz do mundo.

¤ Pastoral em várias regiões da França para: acompanhamento espiritual, sacramentos, sacramentais (bênçãos, orações de libertação ou exorcismo, orações para cura) ...

Para os serviços pastorais prestados ao mosteiro como a recepção dos fiéis para estadias curtas ou retiros espirituais, não exigimos nenhum pagamento fixo.

As ofertas são gratuitas e não são obrigatórias, no entanto, qualquer oferta é deduzida da sua renda tributável em 66% da sua renda.
Rotule todos os C B com a seguinte ordem "Metropolitan E S O F"

Para a capelania francófona siro-ortodoxa de africanos que vivem na França, entre em contato com os chefes: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan e irmã Marie-André M'Bezele, freira (06.17.51.25.73).

-----------------------------------------------------------------

Note:
Metropolitan Church founded thanks to the missionary impetus of the Syrian Orthodox Church of the Indies (Malankare) for Europe and its missions, our Syro-Orthodox Church of Mar Thoma, located in Francophonie and its missions from Africa, Brazil, of Pakistan and Latin America * is an Eastern Orthodox Church.

The Syriac Monastery is a Prayer Center for the unity of the Apostolic Churches, the unanimity of the Christian Testimony and the peace of the world.

¤ Pastoral office in various regions of France for: spiritual accompaniment, sacraments, sacramentals (Blessings, Prayers of deliverance or exorcism, prayers for healing) ...

For the pastoral services rendered to the monastery as the reception of the faithful for short stays or spiritual retreats, we do not require any fixed.

Offerings are free and not obligatory. However, any offer is deducted from your taxable income at 66% of your income.
Label all C B with the following order "Metropolitan E S O F"

For the Francophone Syro-Orthodox Chaplaincy of Africans living in France, contact the Heads: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitan and Sister Marie-André M'Bezele, nun (06.17.51.25.73).

----------------------------------------------------------------

Nota:
La Iglesia Metropolitana, fundada gracias al ímpetu misionero de la Iglesia Ortodoxa Siria de las Indias (Malankare) para Europa y sus misiones, nuestra Iglesia Siro-Ortodoxa de Mar Thoma, ubicada en la Francofonía y sus misiones desde África, Brasil, de Pakistán y América Latina * es una iglesia ortodoxa oriental.

El monasterio siríaco es un centro de oración por la unidad de las iglesias apostólicas, la unanimidad del testimonio cristiano y la paz del mundo.

¤ Presencia pastoral en varias regiones de Francia para: acompañamiento espiritual, sacramentos, sacramentales (bendiciones, oraciones de liberación o exorcismo, oraciones para sanar) ...

Para los servicios pastorales prestados al monasterio como la recepción de los fieles para estancias cortas o retiros espirituales, no requerimos ninguna reparación.

Las ofertas son gratuitas y no obligatorias, sin embargo, cualquier oferta se deduce de su ingreso imponible al 66% de su ingreso.
Etiquete todos los C B con el siguiente orden "Metropolitan E S O F"

Para la Capellanía franco-ortodoxa francófona de africanos que viven en Francia, comuníquese con los Jefes: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89), Metropolitana y la Hermana Marie-André M'Bezele, monja (06.17.51.25.73).

* Pour aller plus loin, cliquez ci-dessous:

L'Église Syrienne Orthodoxe de Mar Thomas en France, au ...

 

 

CONFIER DES INTENTIONS DE PRIÈRE AU

 

MONASTÈRE, C'EST SIMPLE...

Le Moine ne rompt pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux

les frères humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ

Tête de l'Eglise, le "premier né d'une multitude de frères" et à Son

amour pour tous les hommes…

 

A travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et

intercède pour l’humanité.

 

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence,

participe à cet immense courant de prière souterraine qui irrigue le

monde…

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une intention de

prière en l'envoyant à l'adresse suivante:

 

 

Monastère Syro-Orthodoxe de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly, 4

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn

Partager cet article

Repost0

Recherche

Articles Récents