Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 16:48

Икона Богородица на престоле, академический стиль:

 

Première lettre de saint Pierre Apôtre 2,21-25.

Mes bien-aimés, le Christ a souffert pour nous, vous laissant ainsi un exemple, afin que vous suiviez ses traces. 
Lui qui " n'a point commis de péché, et dans la bouche duquel il ne s'est point trouvé de fausseté ";  
lui qui, outragé, ne rendait point l'outrage ; qui, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s'en remettait à celui qui juge avec justice ; 
qui a lui-même porté nos péchés en son corps sur le bois, afin que, morts au péché, nous vivions pour la justice ; c'est " par ses meurtrissures que vous avez été guéris. " 
Car " vous étiez comme des brebis errantes ", mais maintenant vous êtes revenus à celui qui est le pasteur et l'évêque de vos âmes. 

 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 10,11-16.

En ce temps-là, Jésus dit aux pharisiens : Je suis le bon pasteur. Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis. 
Mais le mercenaire, qui n'est pas le pasteur, et à qui les brebis n'appartiennent pas, voit venir le loup, laisse là les brebis et prend la fuite ; et le loup les ravit et les disperse. 
Le mercenaire s'enfuit, parce qu'il est mercenaire et qu'il n'a nul souci des brebis. 
Je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis et mes brebis me connaissent, 
Comme mon Père me connaît, et que je connais mon Père, et je donne ma vie pour mes brebis. 
J'ai encore d'autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie ; il faut aussi que je les amène, et elles entendront ma voix et il y aura une seule bergerie et un seul pasteur. 

 



Par Saint Jean Climaque

(v. 575-v. 650), moine au Mont Sinaï 
L'Échelle sainte (trad. Bellefontaine 1993, coll. Spiritualité orientale n°24, p. 314-319, rev.) 

 

Pasteur à la suite du seul Pasteur

 

Le vrai pasteur est celui qui, par sa bonté, son zèle et sa prière, est capable de chercher et de remettre dans le bon chemin les brebis raisonnables qui se sont perdues.

Le pilote est celui qui a obtenu, par la grâce de Dieu et par ses propres labeurs, une force spirituelle qui le rend capable d'arracher le vaisseau non seulement aux flots déchaînés, mais à l'abîme lui-même.

Le médecin est celui qui a acquis la santé du corps et de l'âme et qui n'a besoin pour eux d'aucun remède. 

Un bon pilote sauve son vaisseau ; et un bon pasteur vivifie et guérit ses brebis malades.

Quand les brebis sont au pâturage, que le pasteur ne cesse pas de se servir de la flûte de la parole, surtout quand le troupeau s'apprête à dormir.

Car le loup ne craint rien tant que la flûte pastorale.

Autant les brebis auront suivi fidèlement le pasteur et auront fait des progrès, autant celui-ci répondra pour elles devant le Maître de maison. 

C'est la charité qui fait connaître le vrai pasteur, puisque par charité le grand pasteur a voulu être crucifié.

La Bible des apôtres
Qu'est-ce qui exista d'abord, l'Eglise ou le Nouveau Testament?
(Père Arnold James BERNSTEIN )
 
 
Mon attitude initiale était que tout ce qui était assez bon pour les Apôtres serait assez bon pour moi. C'est là que j'ai eu ma première surprise.
 
Ainsi que je l'ai mentionné précédemment, je savais que l'Apôtre Paul considérait l'Ecriture comme étant inspirée de Dieu (2 Timothée 3:16). Mais j'avais toujours pensé que l'Écriture dont on parlait dans ce passage était toute la Bible, l'Ancien et du Nouveau Testament.
 
En réalité, il n'y avait pas de "Nouveau Testament", quand cette déclaration a été faite. Même l'Ancien Testament était encore dans un processus de formulation, car les Juifs ne se prononcèrent sur une liste définitive ou sur un canon des livres de l'Ancien Testament qu'après la naissance du christianisme.
 
En étudiant plus avant, j'ai découvert que les premiers chrétiens utilisaient une traduction grecque de l'Ancien Testament dite des Septante. Cette traduction, qui fut commencée à Alexandrie, en Egypte, au IIIe siècle avant J.-C., contenait un canon élargi qui comprenait un certain nombre de livres dits "deutérocanoniques" (ou "apocryphes").
 
Bien qu'il y ait eu un débat initial sur ces livres, ils ont finalement été reçus par les chrétiens dans le canon de l'Ancien Testament. En réaction à la montée du christianisme, les Juifs réduisirent leur canon et finalement, ils en exclurent les livres deutérocanoniques, bien qu'ils les considéraient toujours comme sacrés.
 
Le canon juif moderne n'a pas été fixé de façon rigide jusques au troisième siècle après J.-C. Il est intéressant de noter, que c'est cette dernière version du canon juif de l'Ancien Testament, plutôt que le canon des débuts du christianisme, qui est aujourd'hui suivie par les protestants les plus modernes.
 
Lorsque les apôtres ont vécu et écrit, il n'y avait pas du Nouveau Testament et l'Ancien Testament n'était pas fixé définitivement. Le concept "d'Écriture" était beaucoup moins bien défini que je ne l'avais imaginé.

 

Version française Claude Lopez-Ginisty d'après http://stpaul-orthodox.org/frjames.php 

Urgence élections,

 Prière pour la France:

MAESTRO DE CESI CRISTO CON SU MADRE 1308:

Je vous propose la prière suivante pour notre Pays:


Seigneur Jésus, Ô Christ notre Dieu, Vous qui êtes venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Vous qui êtes monté librement sur la Croix pour tous les humains;
Vous qui, dans Votre amour ineffable et Vôtre indicible compassion, veillez au bien et au libre salut de chacun;
Vous qui êtes invisiblement présent dans ce monde qui Vous appartient et dans notre pays par le Corps de Votre sainte Eglise, acceptez les prières de supplication et de louange que nous Vous adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée.


Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Votre Mère toute pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine "Egale-aux-apôtres" dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Votre ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France :

Eclairez, inspirez, convertissez et sauvez notre patrie la France, ceux qui la gouvernent ainsi que chacun des membres de son peuple.


A nous qui Vous supplions dans la vraie Foi, accordez la grâce du non-jugement, la conscience libre, la force du saint Esprit pour témoigner de Votre vérité dans la paix qui vient de Vous.


Accordez-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Votre pardon.


Donnez-nous de Vous glorifier et de Vous célébrer pour la bienveillance que Vous manifestez à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple.


Inspirez-nous de Vous célébrer en premier lieu pour la révélation que Vous avez donnée de Vous-même à nos Pères par la prédications de ces aînés dans la Foi qui sont venu d'Orient pour ensemencer notre terre de l'Evangile de vérité, d'amour et de paix et à ceux qui, en conséquence peuvent en ces jours, sur cette même terre bénie de France, vous confesser avec Votre Père coéternel et Votre très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amîn!

_______________

 

Saint Michael and the Dragon in an initial Q by an Unkown master German, Würzburg, about 1240-50:

Urgence élections :

 Prière pour la France à saint Michel

 

Saint Michel, grand Prince de la milice céleste, établi par la Providence divine le protecteur spécial de la France, souvenez-vous que vous l’avez faite grande entre toutes les nations, que vous l’avez établie sentinelle de la foi et soldat de Dieu dans le monde. Glorieux Archange, vous que nos rois ont autrefois proclamé patron de la France, protégez-nous contre tous nos ennemis ; nous vous conjurons de nous placer tous sous votre impénétrable protection. Protégez toujours l’Eglise et la France ! Obtenez-lui un prompt et sincère retour à l’antique foi, source de sa force et de sa grandeur. Éclairez les incrédules, rassurez les timides, fortifiez les faibles, encouragez les bons, secourez-nous tous et rendez-nous meilleurs et plus chrétiens. Amîn.

En-tête

------------------------------------------------

Mor Philipose-Mariam, 
 
Aujourd’hui, mercredi 3 mai, nous prions pour les relations de la France avec les pays islamiques et avec les chrétiens persécutés.
 
Voici quelques versets de la Parole de Dieu pour nous accompagner dans la prière :

« Souviens-toi de Jésus-Christ (…) pour lequel je souffre jusqu'à être lié comme un malfaiteur. Mais la parole de Dieu n'est pas liée. » (2 Tim 2:8-9)

« Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche: Elle ne retourne point à moi sans effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli mes desseins. » (Esaïe 55:11)

Prions pour que la France, dans ses relations avec les pays islamiques, ne renie pas la défense des droits de l'Homme pour des profits financiers.

Prions pour que la France soit un instrument de paix dans les relations internationales avec les pays islamiques et non un instrument de guerre motivé par le profit de la vente d'armes. 

Prions pour que la défense des chrétiens persécutés devienne une cause importante aux yeux des dirigeants français et des médias et qu'ils ne soient pas laissés dans l'abandon et l'oubli.

Prions pour que la diplomatie française puisse peser sur les gouvernements des pays qui retiennent injustement captifs des chrétiens à cause de leur foi afin qu'ils soient libérés.  

Prions pour que le peuple de Dieu en France soit une lumière et montre le chemin par le témoignage de son amour et de son soutien pour ses frères et soeurs persécutés dans le monde.

Prions pour les organisations non gouvernementales oeuvrant pour la défense et l'assistance des chrétiens persécutés. 

 

Guillaume Anjou
Fondateur et directeur d'Info Chrétienne, auteur de la newsletter quotidienne Un Jour Une Prière

 

« Je le répète encore : ce que Je dis maintenant, ce n’est rien de nouveau. Mais de même que la flamme a besoin d’aliment pour ne pas s’éteindre, de même les âmes ont besoin d’un nouvel élan qui les fasse avancer et d’une nouvelle chaleur qui les ranime.

« Je veux que l’on sache combien Je désire que mes âmes se raniment et se renouvellent dans cette vie d’union et d’intimité avec Moi. Qu’elles ne se contentent pas de Me parler quand elles sont au pied du tabernacle. Je suis là, présent, c’est vrai, mais Je vis aussi en elles et Je Me complais à ne faire qu’un avec elles.

« Qu’elles Me parlent de tout !… qu’elles Me consultent en tout !… qu’elles Me demandent tout !… Je vis en elles pour être leur vie. Je demeure en elles pour être leur force… oui, je le répète, qu’elles n’oublient pas que Je me complais à ne faire qu’un avec elles… qu’elles se souviennent que Je suis en elles… et que là, je les vois, Je les entends et Je les aime. Là, J’attends qu’elles correspondent à mon Amour.

« Il y a beaucoup d’âmes qui, chaque matin, font oraison. Mais n’est-ce pas plutôt une formule qu’une entrevue d’amour ?… Elles entendent ou disent la messe et Me reçoivent dans la communion, mais une fois sorties du saint Lieu, ne se laissent-elles pas absorber par leurs affaires, à tel point qu’elles pensent à peine à M’adresser un mot ?…

« Je suis dans cette âme comme dans un désert, elle ne Me dit rien, elle ne Me demande rien… Et lorsqu’elle a besoin de consolation, bien souvent elle la demande à une créature qu’elle doit aller chercher, plutôt qu’à Moi, son Créateur, qui suis et qui vis en elle !…

« N’est-ce pas manque d’union, manque de vie intérieure ou, ce qui revient au même, manque d’amour ?…

(Jésus à Josefa le 5 décembre 1923)

SAINT(S) DU JOUR:

 

Saint Alexandre

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Alexandre Pape et martyr"
Pape de Rome et martyr
(?-105-115)

Alexandre, né à Rome, gouverna l’Église sous l’empereur Adrien, et convertit au Christ une grande partie de la noblesse romaine. Il arrêta que l’oblation du sacrifice consisterait uniquement dans le pain et le vin, et que l’on mêlerait de l’eau avec le vin, à cause du sang et de l’eau qui coulèrent du côté de Jésus-Christ; il ajouta au Canon de la Messe ces mots : Qui la veille du jour où il endura la passion. Ce Pontife décréta que l’on conserverait toujours dans l’Église de l’eau bénite mêlée de sel, et qu’il en serait fait usage dans les habitations pour chasser les démons. Il siégea dix ans, cinq mois et vingt jours, illustre par la sainteté de sa vie et ses ordonnances salutaires. Il reçut la couronne du martyre en même temps que les prêtres Évence et Théodule, et fut inhumé sur la voie Nomentane, à trois milles de Rome, au lieu même où il avait eu la tête tranchée. Il avait ordonné en plusieurs fois, au mois de décembre, six prêtres, deux diacres et sacré cinq évêques pour divers lieux. Les corps de ces Saints furent transportés dans la suite à Rome dans l’église de Sainte-Sabine.

En ce même jour arriva la bienheureuse mort de saint Juvénal, Évêque de Narni, qui après avoir, par sa sainteté et sa doctrine, enfanté beaucoup de fidèles au Christ dans cette ville, et s’être rendu célèbre par des miracles, s’endormit dans la paix, et fut enseveli avec honneur dans sa ville épiscopale.

 

Saints Philippe et Jacques le Mineur
Apôtres et martyrs

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Jacques le mineur"

Philippe était de Bethsaïde, en Galilée, patrie de saint Pierre et de saint André. Le Sauveur, dès les premiers jours de sa vie publique, le rencontra et lui dit : « Suis-Moi ! »

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Jacques le mineur"

Après la Pentecôte, il alla prêcher dans les immenses contrées de l'Asie supérieure ; il évangélisa longtemps les Scythes, puis les Galates, les Phrygiens, et c'est dans la ville d'Hiérapolis, en Phrygie, qu'il confirma sa prédication par le témoignage de son sang.

Un jour que le peuple offrait de l'encens à un gros serpent qu'il regardait comme une de ses divinités principales, Philippe, saisi de compassion, se jette à terre et supplie Dieu de délivrer ces malheureux de la tyrannie du serpent infernal. L'affreuse bête expire aussitôt. Le peuple se montrait disposé à accepter la doctrine d'un homme qui opérait de telles merveilles ; mais les magistrats et les pontifes s'emparèrent de l'Apôtre, le battirent de verges, le clouèrent à une croix et l'accablèrent de pierres. À sa mort, la terre trembla et plusieurs édifices s'écroulèrent.

L’image contient peut-être : 1 personne

Jacques, appelé le Mineur pour le distinguer de Jacques le Majeur, frère de saint Jean, était né à Cana, en Galilée ; il était de la tribu de Juda et cousin de Notre-Seigneur selon la chair. La tradition affirme qu'il ressemblait au Sauveur, et que les fidèles aimaient à regarder en lui une vivante image de leur Maître remonté dans le Ciel. Jacques eut un frère, Apôtre comme lui, nommé Jude, et ses deux autres frères, Joseph et Simon, furent disciples de Jésus.

Après la Pentecôte, quand les Apôtres se partagèrent le monde, Jacques se fixa à Jérusalem, pour la conversion spéciale des Juifs. Son autorité était très grande dans l'Église primitive, et, au concile de Jérusalem, c'est lui qui, le premier après saint Pierre, prit la parole. Il nous reste de lui une belle Épître.

Les conversions nombreuses et éclatantes opérées par son ministère lui suscitèrent des ennemis. Les princes des Juifs le firent monter sur la terrasse du temple et lui dirent : « Juste, nous avons confiance en toi ; parle et dis-nous la vérité sur Jésus ! » Le saint Apôtre s'écria : « Pourquoi m'interrogez-vous sur le Christ ? Il siège dans les Cieux à la droite de la Majesté divine, et un jour Il reviendra sur les nuées du Ciel. » La foule approuvait ces paroles ; mais les chefs, jaloux, précipitèrent le vieillard du haut en bas. Brisé dans sa chute, le martyr trouve encore la force de se mettre à genoux et de prier Dieu pour ses bourreaux, en répétant la parole du Sauveur : « Seigneur, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font. » Un foulon l'étendit mort d'un coup de levier sur la tête.

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Saint Jacques le mineur"

Pour approfondir, lire les Catéchèses du Pape émérite de Rome Sa Sainteté Benoît XVI :
>>> Jacques le Mineur

>>> Philippe 
[Allemand, Anglais, Croate, Espagnol, Français, Italien, Portugais]

Icon of the Mother of God of Sven
Commemorated on May 3

L’image contient peut-être : 4 personnes, plein air

The Sven Caves Icon of the Mother of God was painted by Saint Alypius of the Caves (August 17). On the icon the Mother of God is depicted sitting upon a throne, and with the Divine Infant on Her knees. Saint Theodosius is on the right side of the throne, and Saint Anthony of the Caves on the left. Until the year 1288 it was in the Kiev Caves monastery, where it was glorified by miracles. In 1288 it was transferred to the Briansk-Svensk monastery, which is dedicated to the Dormition of the Most Holy Theotokos.

Prince Roman of Chernigov, then at Briansk, became blind. Hearing about the miracles worked by the icon of Saint Alypius, the prince sent a courier to the monastery requesting that the icon be sent to him at Briansk. They sent a priest with the icon along the River Desna. After the voyage the boat landed on the right bank of the River Svena. After lodging for the night they went to the boat to pray before the icon, but they did not find it there. They saw it on a hill on the opposite bank, resting in the branches of an oak tree. News of this reached Prince Roman, and they led him to the icon on foot.

The prince prayed fervently before the icon and vowed to build a monastery on that spot, donating all the land which could be seen from the hill. After the prayer the prince regained his sight. First he saw the footpath, then nearby objects, and finally all the surroundings.

After making a shrine for the icon, the prince had a Molieben served, and then they laid the foundations for a wooden church in honor of the Dormition of the Most Holy Theotokos. The tree on which the icon rested was cut up and used as wood for other icons. The Feast day of the Sven Icon of the Mother of God was set for May 3. It is also commemorated on August 17 (the day of the repose of Saint Alypius the Iconographer).

The icon was glorified by healings of the blind and of the possessed, and has long been regarded as a protector from enemies.

------------

O Ícone das Grutas de Sven da Mãe de Deus foi pintado por Santo Alypius das Cavernas (17 de agosto). No ícone a Mãe de Deus é representada sentada em cima de um trono, e com o Divino Infante em Seus joelhos. Santo Teodósio está do lado direito do trono, e Santo Antônio das Cavernas à esquerda. Até o ano de 1288 estava no mosteiro das Cavernas de Kiev, onde foi glorificado por milagres. Em 1288 foi transferido para o mosteiro Briansk-Svensk, que é dedicado à Dormição do Santíssimo Theotokos.
O príncipe romano de Chernigov, então em Briansk, tornou-se cego. Ouvindo sobre os milagres realizados pelo ícone de Santo Alypius, o príncipe enviou um mensageiro ao mosteiro pedindo que o ícone fosse enviado a ele em Briansk. Enviaram um padre com o ícone ao longo do rio Desna. Após a viagem o barco desembarcou na margem direita do rio Svena. Depois de se hospedarem para a noite, foram ao barco para orar diante do ícone, mas não o encontraram ali. Eles o viram em uma colina na margem oposta, descansando nos galhos de um carvalho. A notícia disso chegou ao Príncipe Romano, e eles o levaram até o ícone a pé.
O príncipe orou fervorosamente diante do ícone e prometeu construir um mosteiro naquele local, doando toda a terra que podia ser vista do morro. Depois da oração, o príncipe recobrou a vista. Primeiro viu o caminho, depois objetos próximos, e finalmente todos os arredores.
Depois de fazer um santuário para o ícone, o príncipe teve um Molieben servido, e então lançaram as fundações para uma igreja de madeira em honra da Dormição do Santíssimo Theotokos. A árvore na qual o ícone descansou foi cortada e usada como madeira para outros ícones. A festa do Ícone de Sven da Mãe de Deus foi marcada para o dia 3 de maio. Também é comemorado em 17 de agosto (o dia do repouso de Santo Alypius o Iconographer).
O ícone foi glorificado pelas curas dos cegos e dos possuídos, e tem sido considerado como um protetor dos inimigos.

Prière de Saint Syméon le Stylite à Notre-Dame

 

Orthodox Incense - Icons:

« Ô Sainte et Souveraine Mère de Dieu » :

« Ô Sainte et Souveraine Mère de Dieu, lumière de mon âme dans les ténèbres, Tu es mon espérance, mon appui, ma consolation, mon refuge et mon bonheur.

Toi qui as donné le jour à la vraie lumière de l’immortalité, éclaire les yeux de mon cœur.

Toi qui as mis au monde la source de l’immortalité, donne-moi la vie, car le péché me fait mourir !

Mère du Dieu miséricorde, aie pitié de moi et mets le repentir dans mon cœur, l’humilité dans mes pensées, la réflexion dans mes raisonnements.

Rends-moi digne jusqu’à mon dernier soupir d’être sanctifié par  les Saints Mystères (L'Eucharistie), pour la guérison de mon corps et de mon âme.

Accorde-moi les larmes de la pénitence, afin que je Te chante et Te glorifie tous les jours de ma vie, car Tu es bénie pour les siècles des siècles. Amîn. »

Aucun texte alternatif disponible.

 

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

 

Aucun texte alternatif disponible.

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

Afficher l'image d'origine

L’image contient peut-être : 2 personnes

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

Image of the Saviour Not Made by Hand: a traditional Orthodox iconography in the interpretation of Simon Ushakov (1658).:

 

 

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Sa Sainteté  Moran Mor Ignatius Aphrem II ,Patriarche de l'Eglise Syriaque Orthodoxe d'Antioche et de Tout l'Orient.

(Né le 3 Mai 1965)

L’image contient peut-être : 1 personne

 

Les membres de notre Eglise locale Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma ont aujourd'hui une pensée priante pour le Patriarche de l'Église Syriaque Orthodoxe d'Antioche et de Tout l'Orient, mère de toutes les Églises Locales de la famille Syro-Orthodoxe de par le monde.

 

Notre Eglise locale Syro-Orthodoxe Francophone Mar Thoma, en France, au Cameroun et dans ses missions, se joint à la joie et à la prière des fils et filles de l'Église Patriarcale.

 

Nous souhaitons à Sa Sainteté un joyeux anniversaire et implorons sa bénédiction sur nos personnes et notre Patrie terrestre la France qui est à la veille d'une difficile échéance électorale..

 

Dans l'Amour du Seigneur et de Son Eglise.

 

+Mor Philipose, métropolite . Brévilly ce 3.V.17

 

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et plein air

 

Members of our local Syro-Orthodox Francophone Mar Thoma Church, today, have a prayerful thought for the Patriarch of the Syriac Orthodox Church of Antioch and All the East, mother of all the local Churches of the Syro-Orthodox family worldwide.

 

Our local Syro-Orthodox Francophone Mar Thoma Church, in France, in Cameroon and in its missions, joins the joy and prayer of the sons and daughters of the Patriarchal Church.

 

We wish His Holiness a Happy Birthday and implore His blessing on our people and our earthly homeland France, which is on the eve of a difficult election.

 

In the Love of the Lord and His Church.

 

+ Mor Philipose, metropolitan. Brévilly this 3.V.17

 

L’image contient peut-être : 1 personne, chapeau

 

Os membros da nossa Francophone siro-ortodoxo Igreja Mar Thoma hoje pensamento orante local para o patriarca da Igreja sírio ortodoxo de Antioquia e todo o Oriente, a mãe de todas as Igrejas locais da família sírio-ortodoxo em todo o mundo.

Nosso locais Igreja siro-ortodoxo Francophone Mar Thoma, França, Camarões e suas missões, junta-se à alegria e oração para filho e filhas da Igreja Patriarcal.

Desejamos Sua Santidade feliz aniversário e implorar sua bênção ao nosso povo e nossa pátria terrena da França está na véspera de um prazo eleição difícil ..

No amor do Senhor e Sua Igreja.

+ Mor Philipose, Metropolitan. Brévilly este 3.V.17

Aucun texte alternatif disponible.

Quadisha Qurbana

(Offrande de la Ste Messe)

Le saviez vous ,que la sainte Messe est le renouvellement à l’autel du Sacrifice du Calvaire offert pour nous par Notre-Seigneur Jésus-Christ lui-même ? .

C’est un trésor infini qui peut répandre d’infinis bienfaits et des grâces incommensurables à ceux qui y prennent part.
Mais quels bienfaits et quelles grâces ?

A cette question, le Padre Pio a répondu :

« On ne peut tous les énumérer, vous les verrez au paradis. En assistant à la sainte messe, renouvelez votre foi et méditez sur la Victime qui s’immola pour vous à la divine justice… »

L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan et intérieur
En vérité, la participation à la Sainte Messe peut apporter tant de bienfaits qu’il est impossible de tous les citer :
• grâces spirituelles, biens de l’âme, repentir de nos péchés, triomphe des tentations qui nous viennent, soit du dehors, soit du dedans de la part de notre chair rebelle.
• grâces nécessaires pour avancer dans les voies de Dieu, obtenir de saintes inspirations pour secouer notre tiédeur et nous porter à agir avec plus de ferveur, avec une volonté plus prompte, une intention plus droite et plus pure.
• biens temporels, autant qu’ils peuvent concourir à notre salut: la santé, l’abondance, la paix, avec l’exclusion de tous les maux qui s’opposent au bien de notre âme tels que la guerre, la faim, les persécutions, les procès, les inimitiés, les calomnies, les injures.
Ne craignons pas de demander de grandes choses à Dieu. Car le Sauveur miséricordieux est notre intercesseur. Il prend en main notre cause, intercède pour nous, et se fait notre puissant avocat.
Comment prendre part à distance à la Sainte Messe et bénéficier de ses bienfaits dans votre vie ?

Je crois en l'Église Une... (A.S. Khomiakov 10/12)

 
IX – Foi et Vie dans l'Unité de l'Église

L'Église, même sur terre, vit non pas d'une vie humaine et terrestre, mais d'une vie divine, d'une vie de grâce. Voilà pourquoi ce n'est pas seulement chacun de ses membres, c'est l'Église elle-même tout entière qui solennellement se proclame l'Église "Sainte". Sa manifestation visible est contenue dans les Sacrements; mais sa vie intérieure réside dans les dons du Saint-Esprit, dans la foi, l'espérance et l'amour. Asservie et persécutée par ses ennemis extérieurs, parfois agitée et déchirée par les passions mauvaises de ses enfants, elle s'est conservée et toujours se conservera imperturbablement partout où immuablement se conservent les Sacrements et la sainteté spirituelle. Jamais elle n'est défigurée et jamais elle n'a besoin de réforme. Elle ne vit pas sous une loi d'esclavage, mais sous une loi de liberté. Elle ne reconnaît sur elle aucun pouvoir excepté le sien propre, aucun jugement excepté le jugement de la foi (car la raison ne la comprend pas), et elle exprime son amour, sa foi et son espérance, par ses prières et ses rites, que lui inspirent l'Esprit de vérité et la grâce du Christ. C'est pourquoi ses rites mêmes, s'ils ne sont pas immuables (car ils sont l'oeuvre de l'esprit de liberté et peuvent être changés au jugement de l'Église), ne peuvent jamais et en aucun cas contenir fût-ce le moindre mélange d'erreur ou de doctrine erronée. Et les rites (de l'Église), tant qu'ils n'ont pas changé, sont d'obligation pour les membres de l'Église, car c'est dans leur observation que réside la joie de la sainte unité.

L'unité extérieure est l'unité manifestée dans la communion des Sacrements; tandis que l'unité intérieure est unité d'esprit. Beaucoup ont été sauvés (par exemple certains martyrs) sans avoir participé même à un seul des Sacrements de l'Église (pas même au Baptême), mais nul n'est sauvé sans avoir eu part à la sainteté intérieure de l'Église, à sa foi, à son espérance et à son amour; car ce ne sont pas les oeuvres qui sauvent, mais la foi. Et la foi, la foi véritable et vivante, n'est pas double, mais unique. Aussi sont-ils insensés et ceux qui disent que la foi seule ne sauve pas, mais qu'il faut encore les oeuvres, et ceux qui disent que la foi sauve sans les oeuvres; car s'il n'y a pas d'oeuvres, la foi s'avère morte; et si elle est morte, elle n'est pas véritable, car dans la foi véritable se trouve le Christ, vérité et vie; et si elle n'est pas véritable, elle est erronée, c'est-à-dire elle est une connaissance extérieure. Mais ce qui est faux peut-il sauver? Que si elle est véritable, alors elle est vivante, c'est-à-dire accomplissant des oeuvres, et si elle les accomplit, alors quelles oeuvres sont encore requises?

L'Apôtre divinement inspiré dit : "Montre-moi par tes oeuvres la foi dont tu te vantes, tout comme moi-même je montre ma foi par mes oeuvres." Confesse-t-il deux fois? Non, mais il dénonce une prétention insensée. "Tu crois en Dieu, mais les démons mêmes croient" (Jac. 2, 19). Est-ce qu'il reconnaît aux démons de la foi? Non, mais il réfute l'erreur qui se vante d'une qualité que possèdent les démons eux-mêmes. "Comme le corps sans âme est mort, ainsi la foi sans les oeuvres" (Jac. 2, 26). Est-ce qu'il met en parallèle la foi avec le corps, et les oeuvres avec l'esprit? Non, car une telle comparaison serait inexacte; mais le sens de ses paroles est clair. De même qu'un corps sans âme n'est plus un homme et ne peut plus être appelé homme, mais cadavre; de même la foi qui ne produit pas d'oeuvres ne peut être appelée foi véritable, mais mensongère, c'est-à-dire connaissance extérieure, stérile, et accessible même aux démons. Ce qui a été écrit simplement doit aussi être lu simplement. C'est pourquoi ceux qui se fondent sur l'Apôtre Jacques pour prouver qu'il y a une foi morte et une foi vive, comme s'il y avait 2 fois, ceux-là ne saisissent pas le sens des paroles de l'Apôtre; car l'Apôtre ne témoigne pas pour eux mais contre eux. Pareillement, lorsque le grand Apôtre des Nations dit : "A quoi sert une foi sans amour, fût-ce une foi capable de soulever les montagnes?" (cf. 1 Cor. 13, 2), il n'affirme pas la possibilité d'une telle foi sans l'amour; mais, l'imaginant à titre d'hypothèse, il en proclame l'inutilité. Ce n'est pas avec l'esprit de la sagesse du monde, qui discute sur les mots, qu'il faut lire la sainte Écriture, mais avec l'Esprit de la sagesse de Dieu, et avec la simplicité spirituelle. L'Apôtre, définissant la foi (Heb., 11, 1), dit : "Elle est la conviction des choses invisibles, la confirmation de celles qu'on espère" (et non pas seulement de celles qu'on attend ou qui doivent arriver); or si nous espérons, nous souhaitons; et si nous souhaitons, nous aimons, car impossible de souhaiter ce qu'on n'aime pas. Ou bien est-ce que les démons ont aussi l'espérance? Voilà pourquoi il n'y a qu'une foi; et quand nous demandons : "La foi véritable peut-elle sauver sans les oeuvres?", nous posons alors une question stupide, ou, pour mieux dire, nous ne demandons rien du tout; car la foi véritable est vivante et opère les oeuvres; elle est la foi dans le Christ et le Christ dans la foi.

Ceux qui ont pris pour foi véritable la foi morte, c'est-à-dire une foi mensongère, une connaissance extérieure, sont allés dans leur égarement jusqu'à faire, sans s'en rendre compte, de cette foi morte un 8ème sacrement. L'Église possède la foi, mais c'est la foi vivante; car elle possède aussi la sainteté. Qu'un homme ou un évêque doive nécessairement posséder la foi, que devons-nous dire? Qu'il possède aussi la sainteté? Non, car il est connu comme criminel et débauché. Mais la foi demeure en lui, tout pécheur qu'il est. Et ainsi sa foi est en lui un 8ème Sacrement, puisque tout Sacrement est une action de l'Église sur l'individu, fût-il indigne. Mais par ce Sacrement, quelle sorte de foi demeure en lui? Foi vivante? Non, puisqu'il est criminel. Mais une foi morte, c'est-à-dire connaissance extérieure, accessible même aux démons. Et cela, serait-ce un 8ème sacrement? Un tel écart hors de la vérité se condamne de lui-même (4).

(4). En effet l'infaillibilité dans la foi morte est, de soi, une erreur, comme aussi le caractère mortel apparaît dans le fait que cette infaillibilité est rattachée à des objets de la nature morte, un lieu de résidence, des murailles mortes, une succession épiscopale, un siège. Mais nous savons qui, au temps de la Passion du Christ, siégeait dans la chaire de Moïse.

Il faut comprendre que ce qui sauve, ce n'est ni la foi, ni l'espérance, ni l'amour - car est-ce la foi dans la raison qui sauvera? est-ce l'espérance dans le monde? est-ce l'amour pour la chair? Non, ce qui sauve, c'est l'objet de la foi. Vous croyez au Christ, c'est par le Christ que vous êtes sauvés dans la foi; vous croyez à l'Église, c'est par l'Église que vous êtes sauvés; vous croyez aux Sacrements du Christ, c'est par eux que vous êtes sauvés; car le Christ notre Dieu est dans l'Église et dans les Sacrements. L'Église de l'Ancien Testament a été sauvée par la foi au Rédempteur à venir. Abraham a été sauvé par le même Christ que nous. Il possédait le Christ en espérance, nous Le possédons dans la joie. C'est pourquoi celui qui désire le Baptême est baptisé dans son désir; celui qui a reçu le Baptême possède le Baptême dans la joie; ce qui les sauve tous 2, c'est une seule et même foi au Baptême.
Mais quelqu'un pourrait dire "Si la foi au Baptême sauve, à quoi bon se faire encore baptiser?" Et que désire-t'il en réalité, s'il ne reçoit pas le Baptême? Il est évident que la foi qui désire le Baptême doit s'achever dans la réception du Baptême lui-même, qui en est la joie. C'est pourquoi la maison de Corneille reçut l'Esprit-Saint sans avoir encore reçu le Baptême, tandis que l'eunuque fut rempli du même Esprit à la suite de son Baptême (Actes 10, 44-47; 8, 38; cf. 2, 38). Car Dieu peut glorifier le Sacrement de Baptême avant son administration tout aussi bien qu'après. Ainsi disparaît la différence entre "opus operans" et "opus operatum". Nous savons bien que beaucoup n'ont pas baptisé les petits enfants, que beaucoup ne les ont pas admis à la Communion aux saints Mystères, que beaucoup ne les ont pas chrismés; mais la sainte Église juge autrement, elle baptise et chrisme et admet à la Communion les petits enfants. Si elle en a disposé ainsi, ce n'était pas qu'elle condamnât les enfants non-baptisés, dont les Anges voient toujours la face de Dieu (Mt. 18,10); mais elle a ordonné cela en raison de l'amour qui vit en elle, afin que la toute première pensée de l'enfant qui accède à l'âge de raison ne fût plus seulement désir de recevoir, mais joie pour des Sacrements qu'il a déjà reçus. Et pouvez-vous connaître la joie que possède un enfant qui, de toute évidence, n'est pas encore parvenu à la raison? Est-ce que, avant même de naître, le Précurseur n'a pas tressailli de joie au sujet du Christ (Lc. 1,41)? Ceux qui ont refusé aux enfants le Baptême, la Chrismation et la sainte Communion, ce sont ceux qui, ayant hérité l'aveugle sagesse d'un paganisme aveugle, n'ont pas compris la grandeur des Sacrements de Dieu, mais ont exigé en toutes choses des raisons et des justifications, et, soumettant la doctrine de l'Église aux interprétations scolastiques, ne prieront même pas à moins qu'ils ne voient dans la prière quelque but immédiat ou profit. Mais notre loi n'est pas une loi d'esclaves et de mercenaires qui travaillent pour de l'argent, c'est une loi de fils adoptifs, une loi d'amour qui est libre.

Nous savons que si l'un de nous tombe, il tombe seul; mais nul ne se sauve seul. Celui qui se sauve, se sauve dans l'Église, en tant que membre de l'Église et en union avec tous ses autres membres. Si quelqu'un croit, c'est dans la communion de la foi; s'il aime, c'est dans la communion de l'amour; s'il prie, c'est dans la communion de la prière. Aussi nul ne peut-il espérer en sa propre prière, et chacun, lorsqu'il prie, implore l'intercession de toute l'Église, non pas comme s'il doutait de l'intercession du Christ, unique Médiateur, mais avec la conviction que toute l'Église prie toujours pour tous ses membres. Tous les Anges et les Apôtres prient pour nous, et les martyrs et les patriarches, et au-dessus d'eux tous la Mère de notre Seigneur, et cette unité sainte constitue la véritable vie de l'Église. Mais si l'Église visible et invisible prie sans cesse, à quoi bon lui demander des prières? Est-ce que nous n'implorons pas la grâce de Dieu et du Christ, bien qu'elle devance notre prière? Si donc nous demandons à l'Église ses prières, c'est justement parce que nous savons qu'elle donne le secours de son intercession même à celui qui ne le demande pas, mais qu'à celui qui le demande elle donne incomparablement plus qu'il n'a demandé : car en elle est la plénitude de l'Esprit de Dieu. Aussi glorifions-nous tous ceux que le Seigneur a glorifiés et glorifie; car comment dire que le Christ vit en nous si nous ne nous efforçons pas de ressembler au Christ? C'est pourquoi nous glorifions les saints, les Anges et les prophètes, mais plus qu'eux tous la Mère Toute-Pure du Seigneur Jésus, non pas en la reconnaissant comme conçue sans péché ou comme parfaite (car seul le Christ est sans péché et parfait), mais en nous rappelant qu'à sa prééminence inconcevable au-dessus de toutes les créatures de Dieu, rendent témoignage et l'Ange et Elisabeth et surtout le Sauveur Lui-Même, Qui lui a attribué Son grand Apôtre, Jean le Théologien, pour lui obéir comme un fils et pour la servir.

De même que chacun de nous a besoin des prières de tous, de même chacun aussi doit à tous ses propres prières, aux vivants comme aux morts, et même à ceux qui ne sont pas encore nés; car quand nous prions, comme nous le faisons avec toute l'Église, afin que le monde parvienne à la vraie connaissance de Dieu, nous prions non seulement pour les générations présentes, mais aussi pour celles que Dieu appellera encore à la vie. Nous prions pour les vivants, afin que la Grâce du Seigneur soit sur eux, et pour les morts, afin qu'ils deviennent dignes de voir la Face de Dieu. Nous ne savons rien d'un état intermédiaire des âmes qui ne seraient ni accueillies dans le Royaume de Dieu ni condamnées au supplice, car sur un tel état nous n'avons pas reçu d'enseignement ni des Apôtres ni du Christ. Nous ne reconnaissons pas le purgatoire, c'est-à-dire la purification des âmes par des souffrances dont elles pourraient être rachetées par leurs propres oeuvres ou par celles d'autrui : car l'Église ne sait rien d'un Salut obtenu par des moyens extérieurs et par quelques souffrances que ce soit, hormis celles du Christ; elle ne sait rien d'un marchandage avec Dieu en vue de se racheter de la souffrance par de bonnes oeuvres.

Tout ce paganisme demeure chez les héritiers de la sagesse païenne, chez ceux qui se targuent d'un lieu, d'un nom, d'un domaine territorial, et qui ont institué le 8ème sacrement de la foi morte. Mais nous, nous prions dans l'Esprit d'Amour, sachant que nul ne se sauvera que par la prière de toute l'Église en laquelle vit le Christ, sachant et espérant que, tant que n'est pas arrivé l'accomplissement des temps, tous les membres de l'Église, vivants et morts, ne cessent de se parfaire par une prière mutuelle. Les saints que Dieu a glorifiés sont bien au-dessus de nous, mais au-dessus de tout est la sainte Église, qui réunit en elle tous les saints et qui prie pour tous, comme on peut le voir dans la Liturgie divinement inspirée. Dans sa prière se fait entendre aussi notre prière, si indignes que nous soyons d'être appelés fils de l'Église. Si, en vénérant et glorifiant les saints, nous demandons que Dieu les glorifie, nous ne tombons pas sous le grief d'orgueil; car à nous qui avons reçu permission d'appeler Dieu "notre Père", permission a été donnée aussi de faire cette prière "Que Ton Nom est sanctifié, que Ton Règne vienne et que Ta volonté soit faite." Si donc il nous est permis de demander à Dieu qu'Il glorifie Son Nom et accomplisse Sa volonté, qui nous empêchera de Lui demander de glorifier Ses saints et de donner la paix à Ses élus? Mais nous ne prions pas pour ceux qui ne sont pas élus, comme le Christ lui-même n'a pas prié pour le monde entier, mais pour ceux que le Seigneur Lui a donnés (Jn. 17).
Ne dites pas : "Quelle prière pourrais-je accorder au vivant ou au mort, alors que ma prière est insuffisante même pour moi?" Car si vous ne savez pas prier, à quoi bon prieriez-vous aussi pour vous-même? Mais c'est l'Esprit d'Amour qui prie en vous.
Que nul ne dise : "A quoi bon ma prière pour tel autre, alors qu'il prie lui-même et que le Christ lui-même intercède pour lui?" Quand vous priez, c'est l'Esprit d'Amour Qui prie en vous.
De même, que nul ne dise non plus : "Quel bien apporterait ma prière à autrui, lorsqu'il prie déjà pour lui-même, et que le Christ Lui-même intercède pour lui?" Lorsqu'un homme prie, c'est l'Esprit d'amour qui prie en lui.
Qu'il ne dise pas pour autant "A présent il est impossible de changer le Jugement de Dieu," car sa prière est elle-même dans les voies de Dieu, et Dieu l'a prévue. Si vous êtes membre de l'Église, alors votre prière est indispensable pour tous ses membres. Et si la main dit qu'elle n'a pas besoin du sang du reste du corps et si elle ne lui donne pas son propre sang, la main se desséchera. Pareillement vous aussi, vous êtes indispensable à l'Église tant que vous êtes en elle; et si vous vous refusez à sa communion, vous vous perdez vous-même et cesserez désormais d'être membre de l'Église. L'Église prie pour tous, et nous tous ensemble prions pour tous; mais notre prière doit être véritable, elle doit être une expression véritable de l'amour et non des paroles creuses. Incapables d'aimer tous les hommes, nous prions pour ceux que nous aimons et notre prière n'est pas hypocrite; car nous demandons à Dieu de pouvoir les aimer tous et prier pour eux tous sans hypocrisie. Le sang de l'Église, c'est la prière des uns pour les autres, et sa respiration c'est de glorifier Dieu. Nous prions en l'Esprit d'Amour et non en l'esprit de profit, en l'Esprit de la liberté des fils et non en l'esprit de la loi des mercenaires qui demandent un salaire. Quiconque demande "A quoi sert de prier?" s'avère esclave. La prière véritable est véritable amour.

L'amour et l'unité sont au-dessus de tout; et l'amour s'exprime de mainte façons : par les oeuvres, par la prière et par le cantique spirituel. L'Église bénit toutes ces expressions de l'amour. Si quelqu'un ne sait exprimer son amour pour Dieu par des mots et l'exprime par une représentation visible, une Icône, est-ce que l'Église le condamnera? Non, mais elle condamnera celui qui le condamne, car il condamne l'amour de l'autre. Nous savons que même sans Icône on peut être sauvé et on l'a été, mais si l'amour de son frère s'exprime par l'Icône, il sera aussi sauvé sans Icône; mais si l'Amour de son frère réclame une Icône, alors en condamnant l'Amour de son frère, on se condamne soi-même; et si, parce que Chrétien, on n'ose pas écouter sans respect la prière ou le cantique spirituel fait par son frère, comment oserait-on regarder sans respect l'Icône qu'a réalisée son amour, et non pas son art? Le Seigneur Lui-Même, Qui connaît le secret des coeurs, a bien voulu parfois glorifier une prière ou un Psaume, Lui interdira-t'on de glorifier une Icône ou les tombeaux des saints? Quelqu'un pourrait dire : "L'Ancien Testament a interdit de représenter Dieu"; mais celui qui croit mieux comprendre que la sainte Église les paroles (c'est-à-dire les Écritures) qu'elle a elle-même écrites, ne comprend-til pas que l'Ancien Testament n'a pas interdit de représenter Dieu (car il a autorisé les chérubins, le serpent d'airain et la transcription du Nom divin), mais qu'il a interdit à l'homme de se faire un Dieu à la ressemblance de quelque objet que ce fût, terrestre ou céleste, visible ou même imaginaire?

Si quelqu'un peint une Icône pour se rappeler le Dieu invisible et inconcevable, il ne se crée pas une idole. Mais s'il s'imagine Dieu et s'il pense qu'Il est semblable à son imagination, il se fait une idole. Tel est le sens de l'interdiction de l'Ancien Testament. Mais l'Icône (cette façon d'écrire en couleurs le Nom divin) ou encore la représentation des saints, réalisé avec amour, n'est pas interdit par l'Esprit de vérité. Dès lors que nul ne dise : "Les Chrétiens passent à l'idolâtrie". Car l'Esprit du Christ, Qui protège l'Église, est plus sage que cette sagesse calculatrice. C'est pourquoi on peut être sauvé même sans Icône, mais on n'a pas le droit de repousser les Icônes.

L'Église accepte tout Rite qui exprime l'élan spirituel vers Dieu tout comme elle accueille la prière et l'Icône mais au-dessus de tous les Rites elle reconnaît la Divine Liturgie, où s'exprime toute la plénitude de la doctrine et de l'esprit de l'Église, et cela non pas par des symboles et des signes conventionnels, mais par la Parole de Vie et de Vérité inspirée d'En Haut. Celui-là seul comprend l'Église, qui connaît (comprend) la Liturgie. Au-dessus de tout il y a l'unité de la Sainteté et de l'amour.

"L'Église est Une"
par Alexei Stepanovich Khomiakov (1804-1860)

(Source:St Materne)

PREMIÈRE QUALITÉ

DE LÀ PRIÈRE,

Ως θυμίαμα η προσευχή της Παναγίας ανεβαίνει στο Θρόνο του Θεού.:  

bien s'y préparer…

Pour que le soldat triomphe de ses ennemis, il ne lui suffit pas d'avoir entre les mains une arme d'une grande valeur, il faut encore qu'il sache bien s'en servir. De même aussi le chrétien ne tirera de la prière les effets qu'il en attend qu'à la condition d'en user avec les dispositions requises.

La première est de ne point traiter la prière avec légèreté, comme un acte vulgaire. Il faut s'y bien préparer ; il faut se recueillir au moins quelques instants avant de la commencer, bien se pénétrer de la grande action que l'on va faire, réveiller en son âme la présence de Dieu avec qui on va s'entretenir, les sen­timents de foi, de respect, d'humilité, d'amour et de confiance, que nous lui devons ; surtout en pareilles circonstances.

C'est avec la suprême majesté de Dieu que nous nous mettons en rapport par la prière ; c'est notre Père des cieux que nous invoquons ; c'est le Maître dispensateur de toute vie et de toute grâce, disposant les événements au gré de son vouloir souverain et pouvant suspendre jusqu'au terme fixé par lui l'accomplisse­ment de ses désirs.

Ne pas s'adresser à lui avec le profond senti­ment de sa grandeur et de notre bassesseavec cette piété sincère et confiante qui est le devoir des enfants, ce n'est pas bien prier. Puisque Dieu nous convie à l'insigne honneur de communiquer avec lui par la prière, ce commerce sacré est un besoin pour nous en même temps qu'un devoir, la prudence chrétienne exige de nous une préparation digne de Celui qui nous appelle au festin de ses grâces, à ce saint rapprochement d'ou notre vertu doit sortir plus vigoureuse, plus riche, plus féconde en bonnes œuvres. " Quand vous voulez prier, dit l'Esprit Saint, préparez votre âme à la prière." (Eccl.18).

Nous mettre à prier sans aucune préparation, c'est vouloir tenter Dieu. On ne va pas se présenter à un roi de la terre sans préparation pour lui demander quelques faveurs. Au contraire, on examine attenti­vement ce qu'on doit lui dire; on se présente à lui avec respect, décence et dignité. Apportons aux pieds de Dieu un profond recueillement, si nous voulons qu'il nous écoute.

  Extrait de : La Prière - Olivier Elzéar Mathieu. Archevêque de Régina   (1925)

_______________________________

 

L’image contient peut-être : 1 personne

 

"Give us this day our daily bread." These words may be taken spiritually or literally, because, in the divine plan, both readings are helpful for salvation. The bread of life is Christ; now this is not everyone's bread, but it is ours...we call it 'our bread' because Christ is the bread of those who partake of His body. And we ask that this bread be given us daily, lest we, who live in Christ and receive the Eucharist every day as the food of salvation, be separated from His body by some grave sin that keeps us from communion and so deprives us of our heavenly bread. 

(St Cyprian of Carthage. The Lord's Prayer )

Aucun texte alternatif disponible.

John 6:35-39 (Gospel)

35 And Jesus said to them, “I am the bread of life. He who comes to Me shall never hunger, and he who believes in Me shall never thirst.
36 But I said to you that you have seen Me and yet do not believe.
37 All that the Father gives Me will come to Me, and the one who comes to Me I will by no means cast out.
38 For I have come down from heaven, not to do My own will, but the will of Him who sent Me.
39 This is the will of the Father who sent Me, that of all He has given Me I should lose nothing, but should raise it up at the last day.

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Day she found out she pregnant with the most precious gift of life Jesus:

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Un texte de Bernanos que je glane sur Facebook, auteur que j'ai beaucoup lu étant jeune, texte judicieusement choisi par une amie Facebook en regard de l'actualité :

«La menace qui pèse sur le monde est celle d'une organisation totalitaire et concentrationnaire universelle qui ferait, tôt ou tard, sous un nom ou sous un autre, qu'importe ! de l'homme libre une espèce de monstre réputé dangereux pour la collectivité tout entière, et dont l'existence dans la société future serait aussi insolite que la présence actuelle d'un mammouth sur les bords du Lac Léman. Ne croyez pas qu'en parlant ainsi je fasse seulement allusion au communisme. Le communisme disparaîtrait demain, comme a disparu l'hitlérisme, que le monde moderne n'en poursuivrait pas moins son évolution vers ce régime de dirigisme universel auquel semble aspirer les démocraties elles-mêmes.»

Georges Bernanos 
"La liberté, pourquoi faire?"

 

Energie. Selon la CGT, l'ex-GDF-Suez envisage de délocaliser une partie de son activité, notamment de centres d'appel. L'entreprise dément.

C'est un gigantesque plan de réduction des effectifs qui s'annonce dans l'énergie. Mardi, la CGT a annoncé qu'Engie, l'ex-GDF-Suez, envisageait la suppression de 1900 postes d'ici à 2019, sur les 25.000 de la branche “énergie” du groupe en France. 

Dans son communiqué, la CGT s'inquiète notamment du “transfert d'activité vers des prestataires qui délocalisent dans des pays à faible coût de main d'œuvre”. Selon le syndicat, cela concernerait notamment l'activité de relation clientèle pour les particuliers, dont une partie sera pilotée depuis le Maroc, le Portugal et l'île Maurice.

 

Des délocalisations décidées par les prestataires, affirme Engie

Interrogé par Reuters, Engie “ne confirme pas ces chiffres”, qui “ne correspondent pas à la réalité des dossiers”.

Selon l'entreprise, les délocalisations seraient le fait de prestataires et non de réorganisations internes. “La part de l'externalisation est stable depuis plusieurs années et appelée à le rester”, commente-t-on encore en interne.

 

______________________

 

Vivant dans l’illégalité, pratiquant leur culte dans la clandestinité, les Marocains convertis au christianisme (principalement protestants baptistes et évangéliques) revendiquent désormais leur droit de vivre leur foi au grand jour, dans une société majoritairement musulmane où la question reste taboue et l’apostasie réprouvée.

Issu d’une famille adepte du soufisme, une tradition ésotérique de l’islam, ce pasteur protestant a embrassé la foi chrétienne en 2004. […] Il a vécu secrètement sa foi jusqu’à il y a un an et demi, quand il diffuse sur internet une vidéo dans laquelle il parle à visage découvert de sa conversion. La réaction est immédiate: « des proches m’ont tourné le dos, j’ai été mis au placard au travail. Mes enfants ont été harcelés à l’école« , déplore-t-il.

Pour vivre leur foi au grand jour, Mustapha, Rachid, et d’autres, regroupés au sein d’une « Coordination nationale », ont saisi début avril le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) pour demander « la fin de la persécution » contre leur petite communauté.

« Nous revendiquons le droit de choisir des prénoms chrétiens pour nos enfants, de prier dans les églises, d’être inhumés dans des cimetières chrétiens, de nous marier selon notre religion« , énumère Mustapha, également porte-parole de la Coordination. […]

Au Maroc, où l’islam est la religion d’État et le roi Mohammed VI le « commandeur des croyants », les autorités aiment vanter leur tolérance religieuse qui permet aux chrétiens étrangers et aux juifs d’exercer librement leur religion. Reste que pour les Marocains, considérés automatiquement comme musulmans quand ils ne sont pas de la minorité juive, l’apostasie est désapprouvée par la société et le prosélytisme condamné par la loi.

Si le fait de renoncer à l’islam n’est pas explicitement mentionné dans le code pénal, les convertis risquent la prison s’ils sont soupçonnés d' »ébranler la foi d’un musulman ou de le convertir à une autre religion« . […]

France Soir

______________________


Drapeau de l'Etat islamique. Photo d'illustration ©DELIL SOULEIMAN / AFP

Terrorisme. L’organisation terroriste islamiste a frappé ce mardi un camp de réfugiés irakiens et syriens dans le nord-est de la Syrie.

L’Etat islamique est l’auteur d’attaques suicides ce mardi 2 mai contre un camp de réfugiés et de déplacés dans le nord-est de la Syrie, d’après une information de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

“Au moins cinq kamikazes de l’Etat islamique se sont fait exploser près et dans un camp de réfugiés irakiens et deplacés syriens dans la province de Hassaké. Des combats s'en sont suivis avec les Forces démocratiques syriennes”, a précisé l’OSDH relayé par l’AFP. Il y aurait eu 32 morts, en majorité des civils.

 

SOURCE

_______________________

Les usines qui emploient beaucoup de main d'oeuvre, en Asie notamment, pourraient être les premières affectées. © Vincent Yu/AP/SIPA
Les usines qui emploient beaucoup de main d'oeuvre, en Asie notamment, pourraient être les premières affectées. © Vincent Yu/AP/SIPA

 

Chômage. Le président de la banque mondiale estime que la généralisation des robots va faire disparaître beaucoup d'emplois dans le monde.

Aurons-nous encore un travail demain ? Selon le président de la Banque Mondiale, Jim Yong Kim, la très vaste majorité des emplois d'aujourd'hui sont amenés à disparaître avec la généralisation des robots et l'automatisation des usines. “Nous estimons que les deux tiers des postes qui existent aujourd'hui dans les pays développés seront détruits par l'automatisation”, a-t-il déclaré lundi lors d'une conférence à Los Angeles.

En Chine, 77 % de la population sans emploi

Qui seront les premiers touchés par cette robotisation de l'économie ? A en croire M. Kim, ce ne sont pas les pays les plus développés, mais ceux dont l'économie repose sur une main d'œuvre à bas coût et qui bénéficient aujourd'hui des délocalisations d'usines. Le président de la Banque Mondiale cite par exemple l'Ethiopie, qui pourrait voir l'emploi diminuer de 85 %, la Chine, où 77 % des jobs pourraient être supprimés, ou encore la Thaïlande, dont 72 % de la population pourrait se retrouver sans activité.

 

Cette révolution industrielle n'est pas sans risques : selon Jim Yong Kim, l'automatisation pourrait inciter des entreprises occidentales à rapatrier dans leur pays d'origine leurs unités de production afin de mieux contrôler la qualité de la production.

Mais voir les usines et les emplois se “relocaliser” pourrait être source de graves tensions dans les pays les plus fragiles. “Personne ne peut prédire l'impact qu'aura le changement technologique dans les décennies à venir”, expliquait la Banque mondiale dans un rapport l'an dernier.

“Ce qui est clair, en revanche, c'est que les décideurs politiques sont engagés dans une course contre la montre.”

 

SOURCE

_______________________

Theotokos with the inscription in Swahili "Mother of the Orphans". Patriarchal School, Kenya. (Icon painted by Marius Ghinescu):

Deux mères pour un enfant
Voir ce courriel dans le navigateur
GPA - DROIT DES PARENTS

Deux mères pour un enfant

Une affaire de gestation par autrui dans laquelle deux femmes exigent d’être toutes les deux reconnues comme « mères » de l’enfant sera prochainement jugée par la Cour européenne des droits de l’homme.L’ECLJ intervient dans cette affaire.

Deux femmes allemandes ont exigé des autorités de leur pays d’être toutes deux reconnues comme « mères » d’un enfant obtenu par une GPA à l’étranger. La première a donné un de ses ovules, fécondé in vitro grâce au sperme d’un donneur anonyme et implanté chez la seconde femme. La femme ayant accouché a été reconnue comme la mère, puis la donneuse a adopté l’enfant. Mais cela ne leur suffisait pas : les allemandes reprochent à l’Allemagne de ne pas avoir automatiquement inscrit la partenaire de la « mère » comme second parent de l’enfant dès la naissance.
 
Ce qui est en jeu ici sont les règles d’établissement de la filiation lorsque deux personnes de même sexe « ont » des enfants. En principe, le droit allemand permet à un partenaire d’adopter l’enfant de l’autre. Mais ici, les deux femmes peuvent prétendre avoir un lien génétique et biologique avec l’enfant et donc être toutes les deux « mères ». Elles se prétendent victimes d’une atteinte au respect de leur vie privée et familiale et affirment avoir subi une discrimination en raison de leur orientation sexuelle. 
L’Allemagne fait valoir pour sa défense que ces femmes ont entrepris cette procréation artificielle en fraude à la loi, car l’Allemagne interdit la GPA et réserve la PMA aux couples stériles du fait d’une pathologie médicale. Ces femmes ne sauraient dès lors se plaindre des conséquences d’une situation qu’elles ont créée en violation de l’ordre public.
Il est très étonnant que la Cour européenne n’ait pas rejeté d’emblée ce recours comme 90% des affaires qui lui sont soumises, car la seconde femme a pu adopter l’enfant et donc n’a plus lieu de se plaindre sérieusement. C’est probablement l’attention particulière dont bénéficient les affaires mettant en cause les « droits LGBT » qui explique ce traitement. 


La Cour a autorisé l’ECLJ à lui soumettre des observations écrites dans cette affaire. L'ECLJ y expose ces points et démontre que la législation allemande n’a pas violé les droits des requérantes mais protège légitimement les droits de l’enfant, notamment celui d’avoir une filiation établie à l’égard d’un père et d’une mère.

Pour aller plus loin :

►  
Communiqué de presse complet

 Observations de l'ECLJ
 

Mother of God of the Sign, made to order. Catalog of St Elisabeth Convent…:

Où nous trouver ?

Paroisse NORD-OUEST et Nord-Est

(N-D de Miséricorde):
 

NORMANDIE :

  CHANDAI (61):

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

DSC01238

(Fresque de la Mère de Dieu entourée des Apôtres, mur Est  du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01245-copie-2

(Fresque des Sts Pères Interieur droit du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01246-copie-1

(Fresque des Sts Pères Interieur gauche du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

 

Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

 

NANTES:

*Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

 

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces/St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
LE BOURG
16560 JAULDES.

Tel:05.45.37.35.13
* Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Très Sainte Trinité

Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN
*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530
 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 * Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

LOURDES:

*"Relais paroissial St Gregorios de Parumala"

 * Messse  le 5ème dimanche du mois ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

20 Rte de Pau

 

 

CAMEROUN:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDE,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain: 

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

----------------------------------------------

Aucun texte alternatif disponible.

"Christ est Ressuscité, en vérité, Il est vraiment Ressuscité" Alléluia, Alléluia !

Rejetons les œuvres de ténèbres et vivons dans l'amour de Dieu, Source de notre vie et l'amour du prochain...

PROGRAMME LITURGIQUE

 

(mis à jour ) pour Avril :

 

 

HEUREUSE FÊTES DE PÂQUES !

_________

 

-PARIS: 

Prochaine permanence pastorale du Vendredi 5 Mai de 15h à 20h au Samedi 6 Mai de 8h à 12h.

 

Le Samedi 6 MAI

RAMASSAGE DES FIDÈLES de Paris et sa région pour le WE du Pèlerinage du Mois de Marie à Notre-Dame de Miséricorde, en Normandie, au Monastère  à 15h au point de rendez-nous habituel .

 

________________

NORMANDIE:

-CAEN: Une permanence pastorale sera assurée par le Père Isaac du 29 Avril au soir au 1 Mai au matin (prenez Rdv avec lui 07 87 11 06 03 par sms).

-LISIEUX (Coquainvillier) , le 22 Avril (En raison de la Semaine Sainte) *

-AU MONASTÈRE DE CHANDAI :
DIMANCHE 7 Mai, PÈLERINAGE du "Mois de Marie" à N-D de MISÉRICORDE et aux Sts du Kérala.*

JEUDI 25 Mai ASCENSION de Notre Seigneur.Procession des Rogations suivies de la Quadisha Qurbana (Ste Messe)*.

 

___________________________________________

Report du Pèlerinage et de la permanence pastorale de Mai 2017 en Alsace et Est de France.

Chers amis.

En raison de l'insuffisance en nombre d'inscriptions à ce Pèlerinage et des difficultés rencontrées en dernière minute pour l'organisation localement, nous sommes au regret de vous annoncer ici le report du Pèlerinage aux Sanctuaires d'Alsace et de la permanence pastorale en cette région.
Dès que possible, nous vous communiqueront de nouvelles dates.
En vous remerciant de votre compréhension, je vous prie d'agréer l'expression de mon respectueux dévouement.

+Mor Philipose, métropolite.Brévilly ce 3.V.17

 

"Confie-toi au médecin et il opérera les yeux de ton âme et de ton cœur. 

Qui est ce médecin ?

C'est Dieu, qui guérit et vivifie par son Verbe et sa Sagesse."

(St Théophile D'Antioche)

_____________________________

 

 

NANTES :Jeudi 18 MAI, Messe à 18h (Réception des fidèles de 9h à 17h )

ANGOULÊME (JAULDES ):
Dimanches 23 Avril  *

PÉRIGUEUX (LA CHAPELLE FAUCHER ) :
Samedi 22  *. . .

 

 

*MESSES À 10H 30
-----------------------------------------------------
Nota bene :

Les "permanences pastorales" sont prévues pour vous assurer la proximité des sacrements
(Messes, Confessions, Onction des malades ), catéchisme, entretiens et accompagnements spirituels , prières de délivrance ( voir d'exorcismes ) ou de guérison intérieure . 
(RÉCEPTION SUR RDV) en fonction de la région où vous vivez

______________________________________________

______________________________________________

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

Cliquez sur ce lien:

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ...

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l'un ou l'autre Monastère d'une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

_____________________________________________________

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

VACANCES FAMILIALES 

(PARENTS-ENFANTS)

JUILLET (Du 13 au  24):

 

AOÛT (Du 5 au 16)

cliquez ci-dessous pour le programme:

VACANCES FAMILIALES (PARENTS-ENFANTS) *CAMPS DE JUILLET ET AOÛT 2017/FAMILY HOLIDAYS (PARENTS-CHILDREN)* CAMPS OF JULY AND AUGUST 2017/ FÉRIAS DE FAMÍLIA (PAI-FILHO) / CAMPS JULHO E AGOSTO 2017

Aidez-nous à emmener en vacances ceux qui,

sans moyens, ne partiraient jamais !...

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 

______________________________________________

NOS PELERINAGES :

+++

Pèlerinage Marial du "Mois de Marie".

 

Du Jeudi 11 (Départ du monastère après le déjeuner) au 15 Mai (Retour le 16)

 

En chemin avec Notre-Dame et St Ubald.

 

Programme et inscription, cliquez ci dessous:

 

MAI, PÈLERINAGE MARIAL DU "MOIS DE MARIE" DE Normandie (N-D de Miséricorde) AU SUD-OUEST. / DU 11 AU 15 MAI / INSCRIVEZ-VOUS VITE !

 

Basilique Notre-Dame de l'Epine.JPG

 

+++

 

PELERINAGE DU CENTENAIRE A FATIMA

 

Du 7 au 16 Octobre 2017

 

Programme et inscription, cliquez ci dessous:

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Pèlerinage Syriaque des "Chrétiens Francophones de St

Thomas" à FATIMA

 

+++

_________________________________

 

PROCHAIN STAGE D'ICONOGRAPHIE AU MONASTERE SYRIAQUE: 

L’ICÔNE COPTE,

du 9 au 17 JUILLET 2017

1459883 592234677515191 662124102 n

Cliquer ci-dessous:

STAGE D'ICONOGRAPHIE : L’ICÔNE COPTE, PROCHAIN STAGE AU MONASTÈRE  DU 9 AU 17 JUILLET 2017

------------------------------------------------------------------------------

L’image contient peut-être : 3 personnes

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

(SS Ignatius Aprem II)

Note:

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise

Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise

Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-

Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité
des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien
et la paix du monde.
¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil
des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles ,
nous n'exigeons aucun fixe.
Les offrandes sont libres et non
obligatoires.
Toute offrande fait cependant l'objet d'une
déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre
revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.17.51.25.73).

Icon of The Last Supper. Jesus and St. John.:

CONFIER DES INTENTIONS DE

 

PRIÈRE AU MONASTÈRE , C'EST

 

SIMPLE...

 

Le Moine ne rompe pas la solidarité profonde qui doit unir entre eux les frères

 

humains… Ils se conforment aux sentiments du Christ Tête de l'Eglise, le

 

"premier né d'une multitude de frères" et  à Son amour pour tous les hommes…

 

A  travers les prières monastiques, c’est toute l’Eglise qui prie et intercède pour

 

l’humanité.

 

Le savez-vous ? Chacun de vous, dans le secret de son existence, participe à cet

 

immense courant de prière souterraine qui irrigue le monde…

 

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous confier une

 

intention de prière en l'envoyant à l'adresse

 

suivante:

Monastère Syriaque de la Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde,

Brévilly

61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58

ou: 06.48.89.94.89 (Par sms en laissant vos coordonnées)

 

Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin  Mary/    maliath taibootho/ full of grace/    moran a'amekh  - the Lord is with thee/    mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/    wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/    O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/    yoldath aloho/  Mother of God/    saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/    nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./    Amîn   Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

 Shlom lekh bthoolto Mariam/ Hail, O Virgin Mary/ maliath taibootho/ full of grace/ moran a'amekh - the Lord is with thee/ mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women/ wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/ and blessed is the fruit of thy womb, Jesus/ O qadeeshto Mariam/ Holy Mary/ yoldath aloho/ Mother of God/ saloy hlofain hatoyeh/ pray for us sinners/ nosho wabsho'ath mawtan./ now and at the hour of our death./ Amîn Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,6-14.

En ce temps-là, Jésus dit à Thomas : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. »
Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. » 
Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. » 
Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : “Montre-nous le Père” ? 
Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; le Père qui demeure en moi fait ses propres œuvres. 
Croyez-moi : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne me croyez pas, croyez du moins à cause des œuvres elles-mêmes. 
Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père. »
et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. 
Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai. » 

 



Saint Hilaire

(v. 315-367), évêque orthodoxe de Poitiers et docteur de l'Église 
La Trinité VII, 41 (trad. coll. Pères dans la foi, n°20, p. 110 rev.) 

 

« Philippe lui dit :
' Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit ' »

 

« Croyez-moi : Je suis dans le Père et le Père est en moi. »

Que veut donc dire : « Croyez-moi » ?

Assurément cette parole est à rapprocher de cette autre : « Montre-nous le Père ».

Le Christ ordonne à ses apôtres de le croire pour raffermir leur foi, cette foi qui avait demandé à voir le Père.

Car il n'avait pas suffi au Seigneur de dire :

« Qui m'a vu a vu aussi le Père »...

Le Seigneur veut que nous croyions en lui, pour que la conviction intime de notre foi ne risque pas de chanceler...

Croyons au moins sur le témoignage de ses œuvres que le Fils est Dieu en Dieu, qu'il est né de Dieu et que le Père et le Fils sont un : l'un est dans l'autre par la puissance de leur nature divine, et aucun d'eux n'existe sans l'autre.

Par ailleurs, le Père ne renonce à rien de ce qu'il possède du fait qu'il est dans le Fils, tandis que celui-ci reçoit du Père tout ce par quoi il est Fils. 

Être réciproquement l'un dans l'autre, posséder l'unité parfaite d'une nature essentielle, que le Fils unique et éternel soit inséparable de la vraie nature divine du Père : une telle manière d'être n'appartient pas à tout ce qui a une nature matérielle.

Non, il s'agit là d'un caractère propre à Dieu, le Fils unique..., cet état de fait qu'une personne habitant l'autre le fait exister.

Car chacun des deux existe du fait que l'une n'est pas sans l'autre, puisque la nature de l'être qui existe est la même, qu'il s'agisse de celui qui engendre ou de celui qui naît. 

Tel est le sens de ces textes :

« Moi et le Père, nous sommes un » (Jn 10,30), « Celui qui m'a vu a vu le Père », et

« Je suis dans le Père et le Père est en moi ».

Le Fils n'est pas différent ni inférieur au Père...; le Fils de Dieu, naissant en Dieu, manifeste en lui la nature du Dieu qui l'engendre.

L’image contient peut-être : 1 personne

 

Repost 0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 21:08

L’image contient peut-être : 1 personne, intérieur

Today: St Athanasius the Patriarch of Alexandria, 

St. Marutha of Takrit +649

“Let them know that the Lord came not to make a display, but to heal and teach those who were suffering. For the way for one aiming at display would be, just to appear, and to dazzle the beholders; but for one seeking to heal and teach the way is, not simply to sojourn here, but to give himself to the aid of those in want…”

"Que eles saibam que o Senhor não veio para fazer uma demonstração, mas para curar e ensinar os que estavam sofrendo. Pois o caminho para um visando a exibição seria, apenas para aparecer, e para deslumbrar os beholders; Mas para um que procura curar e ensinar o caminho é, não simplesmente morar aqui, mas dar-se a socorro daqueles que querem ... "

(Saint Athanasius, On The Incarnation)

 

 

Aucun texte alternatif disponible.

“Devils take great delight in fullness, and drunkenness and bodily comfort. Fasting possesses great power and it works glorious things. To fast is to banquet with angels.”

"Os demônios têm grande prazer na plenitude, e embriaguez e conforto corporal. Jejum possui grande poder e funciona coisas gloriosas. Jejuar é banquetear com anjos. "

(St. Athanasius the Great)

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 4,5-14.

Mes frères, ce n'est pas nous-mêmes que nous prêchons, mais le Christ Jésus notre Seigneur. Quant à nous, nous sommes vos serviteurs en considération de Jésus. 
Car Dieu, qui a dit : Que la lumière brille du sein des ténèbres, c'est lui qui a fait luire sa clarté dans nos cœurs, pour que nous fassions briller la connaissance de la gloire de Dieu, laquelle resplendit sur la face du Christ. 
Mais nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin qu'il paraisse que cette souveraine puissance de l'Evangile vient de Dieu et non pas de nous. 
Nous sommes opprimés de toute manière, mais non écrasés ; dans la détresse, mais non dans le désespoir ; 
persécutés, mais non délaissés ; abattus, mais non perdus ; 
portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. 
Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle. 
Ainsi la mort agit en nous, et la vie en vous. 
Animés du même Esprit de foi, selon ce qui est écrit : " J'ai cru, c'est pourquoi j'ai parlé, " nous aussi nous croyons, et c'est pourquoi nous parlons, 
sachant que celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus, nous ressuscitera aussi avec Jésus, et nous présentera à lui avec vous. 

 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 10,23-28.

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Quand on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre. Je vous le dis en vérité, vous n'aurez pas achevé de parcourir les villes d'Israël, que le Fils de l'homme sera venu. 
Il n'y a pas de disciple au-dessus du maître, ni de serviteur au-dessus de son seigneur. 
Il suffit au disciple d'être comme son maître, et au serviteur comme son seigneur. S'ils ont appelé le maître de maison Béelzéboul, combien plus les gens de la maison ! 
Ne les craignez donc point : car il n'y a rien de caché qui ne doive se découvrir, rien de secret qui ne doive être connu. 
Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le au grand jour, et ce que vous entendez à l'oreille, publiez-le sur les toits. 
Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent tuer l'âme ; craignez plutôt celui qui peut perdre l'âme et le corps dans la géhenne. 

 

Aucun texte alternatif disponible.


Aphraate

(?-v. 345), moine et évêque près de Mossoul 
Les Exposés, n° 21 (trad. SC 359, p. 835s) 

 

« Le serviteur n'est pas plus grand que son maître » (Jn 15,20)

 

Jésus a été persécuté comme les justes [de l'Ancien Testament] ont été persécutés, afin que soient consolés les persécutés d'aujourd'hui, eux qui sont persécutés à cause de Jésus persécuté.

Car il nous a écrit et nous a lui-même rendu cœur :

-« S'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront vous aussi. Puisqu'ils vous persécutent, c'est que vous n'êtes pas du monde, comme moi je n'en suis pas »

(Jn 15,19-20 ;17,14).

Auparavant en effet, il nous avait écrit :

-« Vos pères vous livreront, vos frères et vos parents, tout le monde vous prendra en haine à cause de mon nom ».

Il nous a encore enseigné : « Lorsqu'ils vous feront comparaître devant les chefs, devant les magistrats et devant les rois qui tiennent le monde, ne vous creusez pas la tête auparavant pour ce que vous devrez dire, comment vous pourrez répondre : c'est moi qui vous donnerai une bouche et une sagesse telle que vos adversaires ne pourront vous vaincre, car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit de votre Père, lui, parlera pour vous ». 

C'est cet Esprit qui a parlé par la bouche de Jacob à Ésaü son persécuteur ; l'Esprit de sagesse qui a parlé devant Pharaon par la bouche de Joseph persécuté ;

l'Esprit qui a parlé par la bouche de Moïse en tous les miracles qu'il a fait au pays d'Égypte... ;

l'Esprit qui chantait par la bouche de David persécuté, c'est par lui qu'il chantait pour soulager du mauvais esprit Saül son persécuteur ;

l'Esprit qui avait revêtu Élie, avec lequel il a réprimandé Jézabel et Achab son persécuteur... ;

l'Esprit qui a réconforté Jérémie, et il s'est tenu debout, audacieusement, pour réprimander Sédécias ;

l'Esprit qui a gardé Daniel et ses frères au pays de Babylone ; ce même Esprit qui a sauvegardé Mardochée et Esther dans le pays de leur captivité. 

Écoute, mon ami, les noms des martyrs, des confesseurs et des persécutés : Abel, Jacob, Joseph, Moïse, Josué, Jephté, Samson, Gédéon et Baraq, David, Samuel, Ezechias, Élie, Elisée, Michée, Jérémie, Daniel, Ananias et ses frères, Judas Maccabée et ses frères...

Mais le martyre de Jésus a été le plus grand et le meilleur : il a surpassé en tribulation et en confession tous ceux d'autrefois et tous ceux à venir.

L’image contient peut-être : 1 personne

 

L’image contient peut-être : 1 personne

L’image contient peut-être : 1 personne

SAINT(S) DU JOUR:

 

 

SAINT ATHANASE 
Résultat de recherche d'images pour "Icône Copte de Saint Athanase"

Docteur de l'Église 
(296-375) 



 

A

thanase, né vers 295, connut dans son enfance les dernières persécutions. Il était sans doute déjà diacre de l'évêque Alexandre d'Alexandrie lorsqu'il écrivit le « Contra gentes et de incarnatione Verbi » qui est à la fois une apologie contre les païens et un exposé des motifs de l'Incarnation. Diacre, il accompagna au concile de Nicée (325) son évêque auquel il succéda en juin 328.

 

Énergique, intelligent et instruit, il visita entièrement tout son diocèse fort agité par les hérétiques ariens et mélétiens. Après avoir deux fois refusé à l'empereur Constantin de recevoir Arius, il dut se disculper des accusations des mélétiens à Nicomédie (332) et à Césarée de Palestine (333). Refusant une troisième fois de réconcilier Arius, Athanase fut cité à comparaître devant le concile de Tyr (335) d'où, n'ayant trouvé que des ennemis, il s'enfuit à Constantinople pour plaider sa cause devant l'Empereur qui le condamna à l'exil.

 

Pendant qu'Athanase, déposé par le concile de Tyr, était en exil à Trêves, les troubles étaient si forts à Alexandrie qu'on n'osa pas lui nommer un successeur. Après la mort de Constantin Ier (22 mai 337), Constantin II le rendit à son diocèse (17 juin 337) où il arriva le 23 novembre 337. Les ariens élurent Grégoire de Cappadoce qui, avec l'appui du préfet d'Égypte, s'empara des églises d'Alexandrie qu'Athanase dut quitter (mars 339).

 

Réfugié à Rome, il fut réhabilité par un concile réuni sous le pape Jules Ier mais il dut attendre la mort de son compétiteur et l'amnistie de l'empereur Constance pour rentrer dans son diocèse (21 octobre 346). Constance reprit les hostilités contre Athanase qui fut de nouveau chassé d'Alexandrie (356) et dut se réfugier dans la campagne égyptienne jusqu'à la mort de l'Empereur dont le successeur, Julien, rappela immédiatement les exilés (361).

 

Rentré le 21 février 362, Athanase fut encore condamné à l'exil le 23 octobre 362 mais Julien ayant été tué dans la guerre contre les Perses (26 juin 363), son successeur, Jovien, vrai catholique, le rappela. Jovien mourut accidentellement (février 364) et son successeur, Valens, arien, chassa de nouveau Athanase d'Alexandrie le 5 octobre 365 où il l'autorisera à revenir le 1er février 366. Athanase mourut dans la nuit du 2 au 3 mai 373.

 

Pour approfondir, lire la Catéchèse du Pape émérite de l'Eglise de Rome Sa Sainteté Benoît XVI :

>>> Saint Athanase

 

 

Santo Atanásio

Queridos irmãos e irmãs!

Continuando a nossa retrospectiva dos grandes Mestres da Igreja antiga, queremos dirigir hoje a nossa atenção a Santo Atanásio de Alexandria. Este autêntico protagonista da tradição cristã, poucos anos depois da sua morte, foi celebrado como "a coluna da Igreja" pelo grande teólogo e Bispo de Constantinopla Gregório Nazianzeno (Discursos 21, 26), e foi sempre considerado como um modelo de ortodoxia, tanto no Oriente como no Ocidente. Portanto, não foi por acaso que Gian Lorenzo Bernini colocou uma sua estátua entre a dos quatro santos Doutores da Igreja oriental e ocidental juntamente com Ambrósio, João Crisóstomo e Agostinho que na maravilhosa abside da Basílica vaticana circundam a Cátedra de São Pedro.

Atanásio foi sem dúvida um dos Padres da Igreja antiga mais importantes e venerados. Mas sobretudo este grande santo é o apaixonado teólogo da encarnação do Logos, o Verbo de Deus, que como diz o prólogo do quarto Evangelho "se fez carne e veio habitar entre nós" (Jo 1, 14).

Precisamente por este motivo Atanásio foi também o mais importante e tenaz adversário da heresia ariana, que então ameaçava a fé em Cristo, reduzido a uma criatura "intermediária" entre Deus e o homem, segundo uma tendência recorrente na história e que vemos concretizada de diversas formas também hoje. Nascido provavelmente em Alexandria, no Egipto, por volta do ano 300, Atanásio recebeu uma boa educação antes de se tornar diácono e secretário do Bispo da metrópole egípcia, Alexandre. Estreito colaborador do seu Bispo, o jovem eclesiástico participou com ele no Concílio de Niceia, o primeiro de carácter ecuménico, convocado pelo imperador Constantino em Maio de 325 para garantir a unidade da Igreja. Os Padres nicenos puderam assim enfrentar várias questões, e principalmente o grave problema causado alguns anos antes pela pregação do presbítero alexandrino Ário.

Ele, com a sua teoria, ameaçava a fé autêntica em Cristo, declarando que o Logos não era verdadeiro Deus, mas um Deus criado, um ser "intermediário" entre Deus e o homem e assim o verdadeiro Deus permanecia sempre inacessível para nós. Os Bispos reunidos em Niceia responderam preparando e fixando o "Símbolo de fé" que, completado mais tarde pelo primeiro Concílio de Constantinopla, permaneceu na tradição das diversas confissões cristãs e na liturgia como o Credo niceno-constantinopolitano. Neste texto fundamental que expressa a fé da Igreja indivisa, e que recitamos também hoje, todos os domingos, na Celebração eucarística encontra-se a palavra grega homooúsios, em latim consubstantialis: ele pretende indicar que o Filho, o logos, é "da mesma substância do Pai, é Deus de Deus, é a sua substância, e assim é posta em realce a plena divindade do Filho, que tinha sido negada pelos arianos.

Tendo falecido o Bispo Alexandre, Atanásio tornou-se, em 328, seu sucessor como Bispo de Alexandria, e logo depois demonstrou-se decidido a recusar qualquer compromisso em relação às teorias arianas condenadas pelo Concílio niceno. A sua intransigência, tenaz e por vezes muito dura, mesmo se necessária, contra quantos se tinham oposto à sua eleição episcopal e sobretudo contra os adversários do Símbolo niceno, atraiu a implacável hostilidade dos arianos e dos filo-arianos. Apesar do inequívoco êxito do Concílio, que tinha afirmado com clareza que o Filho é da mesma substância do Pai, pouco depois destas ideias erradas voltaram a prevalecer nesta situação até Ário foi reabilitado e foram defendidas por motivos políticos pelo próprio imperador Constantino e depois pelo seu filho Constâncio II. Ele, aliás, que não se interessava tanto pela verdade teológica como pela unidade do Império e dos seus problemas políticos, pretendia politizar a fé, tornando-a mais acessível segundo a sua opinião a todos os seus súbditos no Império.

A crise ariana, que se pensava estar resolvida em Niceia, continuou por decénios, com vicissitudes difíceis e divisões dolorosas na Igreja. E por cinco vezes durante um trinténio, entre 336 e 366 Atanásio foi obrigado a abandonar a sua cidade, transcorrendo 17 anos no exílio e sofrendo pela fé. Mas durante as suas forçadas ausências de Alexandria, o Bispo teve a oportunidade de defender e difundir no Ocidente, primeiro em Trier e depois em Roma, a fé nicena e também os ideais do monaquismo, abraçados no Egipto pelo grande eremita Antão com uma opção de vida à qual Atanásio sempre esteve próximo. Santo Antão, com a sua força espiritual, era a pessoa mais importante na defesa da fé de Santo Atanásio. Insediado de novo e definitivamente na sua sede, o Bispo de Alexandria pôde dedicar-se à pacificação religiosa e à reorganização das comunidades cristãs. Faleceu a 2 de Maio de 373, dia em que celebramos a sua memória litúrgica.

A obra doutrinal mais famosa do santo Bispo alexandrino é o tratado Sobre a encarnação do Verbo, o Logos divino que se fez carne tornando-se como nós para a nossa salvação. Atanásio diz nesta obra, com uma afirmação que se tornou justamente célebre, que o Verbo de Deus "se fez homem para que nos tornássemos Deus; ele fez-se visível no corpo para que tivéssemos uma ideia do Pai invisível, e ele próprio suportou a violência dos homens para que nós herdássemos a incorruptibilidade" (54, 3). De facto, com a sua ressurreição o Senhor fez desaparecer a morte como se fosse "palha no fogo" (8, 4). A ideia fundamental de toda a luta teológica de Santo Atanásio era precisamente a de que Deus é acessível. Não é um Deus secundário, é o Deus verdadeiro, e através da nossa comunhão com Cristo podemos unir-nos realmente a Deus. Ele tornou-se realmente "Deus connosco".

Entre as obras deste grande Padre da Igreja que em boa parte permanecem ligadas às vicissitudes da crise ariana recordamos depois as quatro cartas que ele enviou ao amigo Serapião, Bispo de Thmuis, sobre a divindade do Espírito Santo, que foi afirmada com determinação, e cerca de trinta cartas "festivas", dirigidas no início de cada ano às Igrejas e aos mosteiros do Egipto para indicar a data da festa de Páscoa, mas sobretudo para garantir os vínculos entre os fiéis, fortalecendo a sua fé e preparando-os para essa grande solenidade.

Por fim Atanásio é também autor de textos meditativos sobre os Salmos, depois muito difundidos e sobretudo de uma obra que constitui o best seller da antiga literatura cristã: a Vida de Antão, isto é, a biografia do abade Santo Antão, escrita pouco depois da morte deste santo, precisamente enquanto o Bispo de Alexandria, exilado, vivia com os monges do deserto egípcio. Atanásio foi amigo do grande eremita, a ponto que recebeu uma das duas peles de ovelha deixadas por Antão como sua herança, juntamente com a capa que o próprio Bispo de Alexandria lhe tinha oferecido. Tendo-se tornado depressa muito popular, traduzida quase imediatamente em latim por duas vezes e depois em diversas línguas orientais, a biografia exemplar desta figura querida à tradição contribuiu muito para a difusão do monaquismo, no Oriente e no Ocidente.

Não por acaso a literatura deste texto, em Trier, está no centro de uma emocionante narração da conversão de dois funcionários imperiais, que Agostinho coloca nas Confissões (VIII, 6, 15) como premissa da sua própria conversão. De resto, o próprio Atanásio mostra ter uma consciência clara da influência que a figura exemplar de Antão podia ter sobre o povo cristão. De facto escreve na conclusão desta obra: "Que fosse conhecido em toda a parte, por todos admirado e desejado, até por quantos não o tinham visto, é um sinal da sua virtude e da sua alma amiga de Deus. De facto, Antão não é conhecido pelos escritos nem por uma sabedoria profana nem por qualquer capacidade, mas só pela sua piedade em relação a Deus. E ninguém poderia negar que isto é um dom de Deus. De facto, como se teria ouvido falar na Espanha e na Gália, em Roma e em África deste homem, que vivia retirado entre os montes, se o não tivesse dado a conhecer em toda a parte o próprio Deus, como ele faz com quantos lhe pertencem, e como tinha anunciado a Antão desde o princípio? E também se estes agem no segredo e desejam permanecer escondidos, o Senhor mostra-os a todos como um lampadário, para que quantos ouvem falar deles saibam que é possível seguir os mandamentos e se sintam encorajados a percorrer o caminhoda virtude" (Vida de Antão 93, 5-6).

Sim, irmãos e irmãs! Temos tantos motivos de gratidão para com Santo Atanásio. A sua vida, como a de Antão e de muitos outros santos, mostra-nos que "quem caminha para Deus não se afasta dos homens, antes, pelo contrário, torna-se-lhes verdadeiramente vizinhos" (Deus caritas est, 42).

 

St. Athanasius

Résultat de recherche d'images pour "Icône Copte de Saint Athanase"

the Patriarch of Alexandria

Mor Athanasius was born in AD 295 to wealthy Christian parents. He studied Greek Mythology and Theology. He lived some years with St. Antony in the deserts spending time in prayers and meditation. He has also written the biography of the saint. St. Antony had given him a sheep skin and a blanket he had used. He was ordained a deacon in AD 319 by Patriarch Alexander and he served him as his secretary. Later generations came to know about his life and works from his own letters, from the orations of Gregory of Nazianzus (Oration 21) and a descriptive Coptic book. Gregory of Nazianzus has described him as ‘The Pillar of the Church’.

He was also known by the term ‘Father of Orthodox Faith’ The famous work ‘On the Incarnation of God’ written by him at the age of twenty is a strong reply to the heresy of Arius. The manuscript of this book is preserved in a Library in Jerusalem. Arius, an old priest in Alexandria, taught that Jesus was not fully divine but he was only similar to God and was created at the beginning of creation. His claim was that the Father and the Son were made of like essence or being but not the same essence or being. These ideas were conveyed through melodious songs which attracted many people who took his side.To put an end to the dissidence in the Church, Emperor Constantine employed bishop Osios (of Corduba, Spain) but it was in vain. In AD 325 the Ecumenical Council held in Nicaea put Arius on trial and denounced him. The council confirmed the error of his teaching. The primary opponent was deacon Athanasius who worked as the secretary of Patriarch Alexander in this council. The Patriarch's speeches highlighted the talents and fame of the deacon. The bulls/decrees and articles of the Patriarch clearly carry a mark of his scholarship. Upon the demise of Patriarch Alexander in AD 328, Athanasius who was only thirty three at that time ascended the throne. The history of Christianity in the fourth century is mainly the history of Mor Athanasius. There were many allegations against him and he was banished five times. There were even attempts on his life. Once the Arius faction severed the arm of a dead man to be presented as a proof that it was the right arm of Episcopo Arsanios who was murdered by Athanasius. Their allegations were proved baseless when Arsanius himself was presented before them. In AD 335 the Synod at Tyre excommunicated him. Two years later (on 23 November AD 337) he returned to the diocese. Again in AD 339, a synod with the connivance of Eusebius, the bishop of Nicomedia, banished him. He was given sanctuary by Mor Yulios, the bishop of Rome. The Synod convened at Rome in AD 341 exonerated him from all the alleged crimes. The Serdica synod in AD 343 re-established him in his ecclesiastical rights and declared him as the lawful Patriarch of Alexandria. His episcopate lasted for forty five years till AD 373. Of these he had spent seventeen years in hiding, in deserts and in foreign countries. In spite of all the trials he succeeded in transferring true faith to the next generation.

----

St. Marutha of Takrit +649

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Mor Marutha of Tikrit"

Mor Marutha of Tagrit

(Syriac: ܡܪܘܬܐ ܕܬܓܪܝܬ‎),

was a theologian and the Maphrian of the East of the Syriac Orthodox Church, from 628 until his death in 649.

Mor Marutha de Tagrit(Syriac: ܡܪܘܬܐ ܕܬܓܪܝܬ),Foi um teólogo e o Maphrian do Oriente da Igreja Ortodoxa Siríaca, de 628 até sua morte em 649.

Mor Marutha was born in Sharsak, a village in Bethnehudra in Mosul around A.D. 569 His father was the village chief, a religious person & very affluent. After his primary education he joined ‘Sardas’ Monastery, where he obtained his priestly ordination. He later moved to Mor Sakkai Monastery to pursue theological studies as well as the study of Greek & Syriac.

He spent 10 years there under malphono Theodorus & studied scholarly books of Mor Gregorios Thevologus. Mor Marutha who was a seeker of knowledge became the disciple of Thoma, the blind in Urhoy (Edessa) & attained dexterity in composition of literary works & calligraphy from Shem’vun Shubdia & Mor Aaho. He became a teacher of Theology & interpretation of the books of the Prelates in the church in Mor Mathai monastery.

In A.D. 628 he was ordained Maphrian of Tigris by Mor Athanasius I Gammolo. Initially, 12 dioceses were under him, but when people of Urhoy migrated to Persia at the time of war three more dioceses (Azarbaijan, Kursan, & Afganistan) were added.

Mor Marutha constructed churches & established monasteries. He also wrote books. The litany used while blessing the water for Epiphany, the biography of Mor Ahudema, bishop of Tigris (+575), interpretation of The Gospel, The Holy Qurbono Thakso, speeches for some feasts are examples. It is recorded in the writings of Bar Sleebi (+1171) that the Nineveh Fast, (3 Day Lent) was put into force by Mor Marutha.

Mor Marutha passed away in 649AD at age 80 after having served the Syriac Orthodox Church for twenty years. His remains were interred in the church which he had constructed.

Biography adapted from 'Martyrs, Saints and Prelates of the Syriac Orthodox Church'

Oh Mor Marutha! Plead for us all especially the persecuted Christians of the East! Amen.

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Mor Marutha of Tikrit"

L’image contient peut-être : plein air

+++

Saint Boris

BORIS 2 MAI

(Premier roi de Bulgarie/ + 907)

 

Boris était le fils du khan ou souverain des Bulgares, il succéda à son père en 852. De part leur position géographique, les Bulgares devaient lutter à la fois contre l’occident germanique et contre l’orient byzantin que leur jeune force menaçait.

 

A l’instar de ses sœurs, Boris voulait devenir chrétien mais il désirait contrôler son église. Il s’adressa d’abord au pape par l’intermédiaire de Louis le Germanique, puis au patriarche de Constantinople par l’intermédiaire de l’empereur Michel III. Personne ne voulait lui promettre une église autocéphale, mais encore moins Rome que Byzance. En 864 Boris fut baptisé en secret par des prêtres orientaux, l’empereur fut son parrain, mais une partie de la noblesse bulgare se révolta. Ce n’est qu’en 870 qu’il obtint la reconnaissance de l’autonomie de son Eglise par le patriarche de Constantinople, peu après les disciples de Cyrille et Méthode mirent la langue bulgare par écrit.

 Le roi Boris abdiqua en 889 et se fit moine, mais son  fils et successeur Vladimir tenta une restauration du culte païen, amenant Boris à revenir au pouvoir une première fois en 893, puis une seconde fois en 895 pour aider son fils Siméon à vaincre les Magyars. Il reprit enfin  sa vie monastique et mourut en 907

---

 

Boris era o filho do filho ou soubano de Bulgares, ele sucumbiu em seu pai em 852. De parte sua posição geográfica, os Bulgares de encontro lutter à esquerda contra o oeste germanique e contra o oriente byzantin que seu jovem força menaçait.


A l'instar de ses sœurs, Boris é uma pessoa de confiança. Il dirige-se ao ponto do intermediário de Louis le Germanique, depois ao patriarca de Constantinopla pelo intermediário do imperador Michel III. Personne ne voulait lui promettre une église autocéphale, mais encore moins de Rome que Byzance. En 864 Boris fut baptisé en secret par des prêtres orientaux, l'empereur fut son parrain, mais une partie de la noblesse bulgare se révolta. Ce n'est qu'en 870 que obtint o reconhecimento da autonomia de filho Eglise par le patriarche de Constantinople, peu après les disciples de Cyrille et Méthode mirent la langue bulgare par écrit.

Le roi Boris abdiqua en 889 e se encaixa moine, mais filho e sucessor Vladimir tenta uma restauração do culto paíen, amenant Boris à revenir au pouvoir une première fois en 893, puis une seconde fois en 895 para aider son fils Siméon à vaincre les Magiares. Il reprit enfin sa vie monastique et mourut en 907

Urgence élections,

 Prière pour la France:

MAESTRO DE CESI CRISTO CON SU MADRE 1308:

Je vous propose la prière suivante pour notre Pays:


Seigneur Jésus, Ô Christ notre Dieu, Vous qui êtes venu, non pour juger le monde, mais pour le sauver; Vous qui êtes monté librement sur la Croix pour tous les humains;
Vous qui, dans Votre amour ineffable et Vôtre indicible compassion, veillez au bien et au libre salut de chacun;
Vous qui êtes invisiblement présent dans ce monde qui Vous appartient et dans notre pays par le Corps de Votre sainte Eglise, acceptez les prières de supplication et de louange que nous Vous adressons pour notre patrie la France, justement mais cruellement éprouvée.


Seigneur Jésus Christ notre Dieu, par les prières et la protection de Votre Mère toute pure et immaculée, du saint archange Michel, Protecteur de la France, des saints de notre pays, en particulier de notre mère parmi les saints Marie Madeleine "Egale-aux-apôtres" dont les reliques sanctifient notre sol, de son disciple saint Maximin, de saint Lazare Votre ami, des saints Jean Cassien et Victor de Marseille, Martin de Tours, Irénée de Lyon, Hilaire de Poitiers, Germain d’Auxerre, Germain de Paris; de saint Cloud, sainte Geneviève et sainte Radegonde et de tous les saints moines et moniales de notre pays; des saints et victorieux martyrs Pothin et Blandine de Lyon et de tous les saints martyrs de France :

Eclairez, inspirez, convertissez et sauvez notre patrie la France, ceux qui la gouvernent ainsi que chacun des membres de son peuple.


A nous qui Vous supplions dans la vraie Foi, accordez la grâce du non-jugement, la conscience libre, la force du saint Esprit pour témoigner de Votre vérité dans la paix qui vient de Vous.


Accordez-nous la grâce de voir nos propres fautes et d’accueillir Votre pardon.


Donnez-nous de Vous glorifier et de Vous célébrer pour la bienveillance que Vous manifestez à notre pays, à ceux qui le gouvernent et à tout son peuple.


Inspirez-nous de Vous célébrer en premier lieu pour la révélation que Vous avez donnée de Vous-même à nos Pères par la prédications de ces aînés dans la Foi qui sont venu d'Orient pour ensemencer notre terre de l'Evangile de vérité, d'amour et de paix et à ceux qui, en conséquence peuvent en ces jours, sur cette même terre bénie de France, vous confesser avec Votre Père coéternel et Votre très saint, bon et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles : Amîn!

_______________

 

Saint Michael and the Dragon in an initial Q by an Unkown master German, Würzburg, about 1240-50:

Urgence élections :

 Prière pour la France à saint Michel

 

Saint Michel, grand Prince de la milice céleste, établi par la Providence divine le protecteur spécial de la France, souvenez-vous que vous l’avez faite grande entre toutes les nations, que vous l’avez établie sentinelle de la foi et soldat de Dieu dans le monde. Glorieux Archange, vous que nos rois ont autrefois proclamé patron de la France, protégez-nous contre tous nos ennemis ; nous vous conjurons de nous placer tous sous votre impénétrable protection. Protégez toujours l’Eglise et la France ! Obtenez-lui un prompt et sincère retour à l’antique foi, source de sa force et de sa grandeur. Éclairez les incrédules, rassurez les timides, fortifiez les faibles, encouragez les bons, secourez-nous tous et rendez-nous meilleurs et plus chrétiens. Amîn.

En-tête

------------------------------------------------

Mor Philipose-Mariam, 

Aujourd'hui, mardi 2 mai, nous prions pour les relations étrangères de la France avec les pays en développement.
 
Dans les 10 premières puissances mondiales, la France a depuis très longtemps entretenu de multiples relations avec les autres peuples et nations de la terre.

Peu de pays dans le monde n’ont pas connu une présence officielle de représentants de la France sous une forme ou sous une autre, la plus marquée et récente étant celle de la colonisation pendant des décennies au XXème siècle.

La France a un siège permanent au conseil de sécurité de l’ONU, et est membre actif de nombreuses organisations régionales ou internationales. Son rayonnement culturel, son poids militaire et son commerce international sont conséquents et elle investit environ 8 milliards d’euros d’aide au développement.
 
Ces versets m’interpellent : Et maintenant, rois, conduisez-vous avec sagesse! Juges de la terre, recevez instruction! Servez l'Eternel avec crainte, Et réjouissez-vous avec tremblement. (Psaume 2:10-11).
 
Prions donc pour les sujets suivants au sujet des relations avec les pays en développement, que la France :

- soit un exemple et joue un rôle moteur dans la lutte contre la corruption et les injustices ;

- veille à un cadre juste pour le commerce international, notamment pour que ce qu’elle importe des pays pauvres soit acheté à un prix équitable ;

- tienne ses engagements dans la lutte contre la pauvreté notamment dans le cadre des ODD et du ‘Fonds vert’ de la COP21 ;

- ait une diplomatie de paix et de respect des peuples, même si parfois des opérations de sécurité sont menées ;

- défende la liberté religieuse dans une laïcité respectueuse ;

- assume sa part de responsabilité vis-à-vis de peuples qui ont souffert lors de périodes historiques compliquées.

Patrick Guiborat
Directeur Général du SEL

L’image contient peut-être : 1 personne

Ils se livreront à Marie corps et âme

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Mor Marutha of Tikrit"

Dieu veut donc révéler et découvrir Marie, le chef-d'œuvre de ses mains, dans ces derniers temps. Elle est l'aurore qui précède et découvre Jésus-Christ, le Soleil de justice ; elle doit être connue et révélée, afin que Jésus-Christ le soit. Étant la voie par laquelle Jésus-Christ est venu à nous la première fois, elle le sera encore lorsqu'il viendra la seconde fois, mais pas de la même manière.

Marie doit éclater, plus que jamais, en miséricorde, en force et en grâce dans ces derniers temps. Dieu veut que sa sainte Mère soit à présent plus connue, plus aimée, plus honorée que jamais elle n’a été : ce qui se produira sans doute, si les enfants de Marie entrent, avec la grâce et la lumière du Saint-Esprit, dans la pratique intérieure et parfaite que je leur montrerai plus tard ; (…) ils découvriront les miséricordes dont elle dispose et à quel point ils ont besoin de son aide.

Ils feront appel à elle pour tous leurs besoins comme à leur avocate et médiatrice préférée auprès de Jésus-Christ ; ils sauront qu'elle est le moyen le plus assuré, le plus aisé, le plus court et le plus parfait pour aller à Jésus-Christ, et ils se livreront à elle corps et âme, sans partage, pour être à Jésus-Christ de même. (1)

(Saint Louis Marie Grignion de Montfort - Traité de la vraie Dévotion, Extraits § 50 à 55.
(1) Pour une meilleure compréhension des textes de l'auteur, nous avons choisi de réécrire en français du XXIe siècle certaines tournures de l'auteur. Ses écrits datent du XVIIIe siècle et sont parfois difficiles pour les lecteurs d'aujourd'hui; ces réécritures respectent complètement le sens de ce qu'a voulu dire l'auteur.)

« Ô Mère très douce, vous m'appelez et me dites :

Résultat de recherche d'images pour "Icône de Mor Marutha of Tikrit"

Si quelqu'un est petit, qu'il vienne à moi. Les enfants ont toujours sur les lèvres le nom de leur mère, et ils l'appellent à chaque danger, frayeur ou difficulté. Ô très douce Mère, ô Mère très aimante, vous désirez que, pareil au petit enfant, je vous appelle toujours, que j'aie sans cesse recours à vous... Permettez donc que je vous invoque continuellement et vous dise : Ô ma Mère, Mère très aimable ! Ce nom me console entièrement, m'attendrit, me rappelle l'obligation que j'ai de vous aimer. Ce nom me porte à me confier à vous. Ma Mère, c'est ainsi que je vous appelle et veux vous appeler toujours. Après Dieu, vous êtes mon espérance, mon refuge, mon amour en cette vallée de larmes. Ô ma douce Reine et Mère, ravissez les cœurs de vos enfants par l'amour que vous leur témoignez. Ravissez également, je vous en prie, mon pauvre cœur qui désire tellement vous aimer. [...] Je veux vous aimer, ô très douce Mère, mais je crains, en même temps, de ne pas bien vous aimer, car j'entends dire que l'amour rend les amants semblables aux personnes aimées... Or, je me vois si dissemblable de vous ! Serait-ce donc un signe que je ne vous aime pas ? Vous êtes si pure, et moi si impur ! Si humble, et moi si orgueilleux ! Si sainte, et moi si unique ! Mais puisque vous m'aimez, rendez-moi semblable à vous ; c'est là ce que vous devez faire, ô Marie. Vous avez la puissance de changer les cœurs, prenez donc le mien et transformez-le. Montrez au monde combien est grand votre pouvoir en faveur de ceux que vous aimez ! Sanctifiez-moi et faites que je sois votre digne fils. » (cf. St Alphonse)

P. Gabriel de Ste Marie-Madeleine O.C.D

Shlom lekh bthoolto MariamHail, O Virgin  Mary/ 

  maliath taiboothofull of grace
  
moran a'amekh  - the Lord is with thee
  
mbarakhto at bneshey/ blessed art thou among women
 
 wambarakhoo feero dabkharsekh Yeshue/  and blessed is the fruit of thy womb, Jesus
  
O qadeeshto Mariam/ Holy Mary
  
yoldath aloho Mother of God
  
saloy hlofain hatoyehpray for us sinners
  
nosho wabsho'ath mawtan.now and at the hour of our death.
 
 Amîn 

 

Je vous salue, Marie pleine de grâces ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Amîn.

 

 

 

jesus_pecheurs Isaac Fanous.jpg:

PRIERE POUR LES VOCATIONS:

Père, faites se lever parmi les chrétiens 
de nombreuses et saintes vocations au sacerdoce, 
qui maintiennent la foi vivante 
et gardent une mémoire pleine de gratitude de Votre Fils Jésus, 
par la prédication de sa parole 
et l'administration des sacrements, 
par lesquels Vous renouvelez continuellement vos fidèles dans la Grâce du Saint Esprit. 

Donnez-nous de saints ministres de Votre autel, 
qui soient des célébrants attentifs et fervents de l'eucharistie, 
sacrement du don suprême du Christ pour la rédemption du monde, sacrement de la pérennité de Sa présence comme "l'Emmanuel", Dieu présent au milieu et pour le salut de Son Peuple. 

Appelez des ministres de Votre miséricorde, 
qui dispensent la joie de Votre pardon 
par le sacrement de la réconciliation. 

Père, puisse notre Église Syro-Orthodoxe francophone accueillir avec joie 
les nombreuses inspirations de l'Esprit de Votre Fils 
et, qu'en étant docile à ses enseignements, 
elle prenne soin des vocations au ministère sacerdotal 
et à la vie consacrée. 

Soutenez nos Pères dans la Foi, nos Métropolites,les évêques, les prêtres, les diacres, 
les personnes consacrées et tous les baptisés dans le Christ, à l'intérieur et à l'extérieur de notre Tradition Syro-Orthodoxe 
afin qu'ils accomplissent fidèlement leur mission 
au service de l'Évangile. 

Nous Vous le demandons par le Christ notre Seigneur, Votre Fils bien-aimé qui vit et règne avec Vous et le Saint Esprit pour les siècles sans fin.

Amîn. 

Ô Marie, Mère de Miséricorde et Reine des apôtres, priez pour nous ! 

__________

 

 

Aucun texte alternatif disponible.

ORAÇÃO PELAS VOCAÇÕES:

Tree of Life #Jesus #Disciples #Coptic Icon:
Pai, deixe repousar entre os cristãos
numerosas e santas vocações ao sacerdócio,
que mantenham viva a fé
e manter uma memória cheia de gratidão Seu Filho Jesus,
pela pregação de sua palavra
e administrar os sacramentos,
pelo qual você renovar continuamente os vossos fiéis na graça do Espírito Santo.

Dê-nos santos ministros do vosso altar,
que estão celebrantes atentos e entusiastas da Eucaristia,
sacramento do dom supremo de Cristo para a redenção do mundo, o sacramento da sustentabilidade da sua presença como "Emmanuel", Deus presente entre e para a salvação de Seu povo.

Chamar ministros de sua mercê,
que fornecem a alegria de Seu perdão
através do Sacramento de reconciliação.

Pai, que nossa Igreja siro-ortodoxo falando alegremente boas-vindas
as numerosas inspirações do Espírito de Seu Filho
e, que sendo obedientes a seus ensinamentos,
ela cuida das vocações ao ministério sacerdotal
e à vida consagrada.

Apoiar nossos pais na fé, nossos metropolitanas, bispos, sacerdotes, diáconos,
pessoas consagradas e todos os baptizados em Cristo, dentro e fora da nossa tradição siro-ortodoxo
de modo que eles fielmente cumprir a sua missão
o serviço do Evangelho.

Você Nós vos pedimos por Cristo, nosso Senhor, Seu amado Filho, que vive e reina contigo eo Espírito Santo para todo o sempre.
Amin.

Modern Coptic Madonna:

Ó Maria, Mãe de Misericórdia e Rainha dos Apóstolos, rogai por nós!

SIGNEZ LA PETITION POUR LA LIBERATION DES DEUX EVÊQUES QUIDNAPES EN SYRIE /PETITION ON THE ABDUCTION OF THE TWO HIERARCHS OF ALEPPO SYRIAToujours aucune nouvelle d'eux....Nous espérons... 

Afficher l'image d'origine

L’image contient peut-être : 2 personnes

*Rappel des faits:

Le 22 avril 2013, Mgr Yohanna (Jean) Ibrahim, archevêque syriaque orthodoxe d’Alep, et Mgr Boulos (Paul) Yazigi, archevêque grec orthodoxe de la même ville, étaient enlevés à l’ouest d’Alep en Syrie. Les deux évêques s’étaient rendus en voiture,fraternellement, avec un chauffeur, dans cette région pour tenter de négocier la libération de deux prêtres enlevés en février précédent : le Père Michel Kayyal (catholique arménien) le le Père Maher Mahfouz (grec-orthodoxe). C’est l’un des enlèvements les plus étranges en période de guerre puisqu’il n’y a eu aucune revendication. Même les médias ne s’intéressent pas beaucoup à cette affaire, jugée peu sulfureuse et surtout incompréhensible. Pour cette raison, le site Internet grec Pemptousia met en ligne une pétition (en anglais) pour la libération de deux hiérarques. Pour la signer,pétition relayée en France par Orthodoxie.com et nous-même  cliquez ICI !

Merci.

Afficher l'image d'origine

 

N'oublions-pas de prier pour les évêques, prêtres et

 

fidèles chrétiens détenus par les "islamistes"

 

ou terroristesen tous genres !

 

Prions sans relâche pour que le

 

Seigneur les soutienne. Prions pour leur libération ...

 

  

Let us not forget the bishops, priests and faithful

 

Christians held by "Islamists" or terrorists of all

 

kinds! Pray tirelessly for the Lord to sustain them.

 

Pray for their release ...

Image of the Saviour Not Made by Hand: a traditional Orthodox iconography in the interpretation of Simon Ushakov (1658).:

L’image contient peut-être : 4 personnes N'oublions-pas dans nos prières le repos de l'âme de Son Eminence Joseph Mar Koorilose (Valiya Metropolitan de la MISC) qui fut "Juridical advisor" de notre Métroplie Syro-Orthodoxe Francophone de 2003 à 2011, puis, en 2005, choisit par le "Conseil de l'Eglise" comme "Métropolite Majeur".

N'oublions-pas de prier pour lui et l'Eglise de Thozhiyur , tous les vendredis soir en particulier puisque, sur son ordre, en signe d'union, nous devons offrir une prière avec encens en l'honneur de Saint Georges, titulaire de sa Cathédrale. 

A real story about the intercession of St. Mary for the sinners :

L’image contient peut-être : 2 personnes

-It was almost 5 A .M. when Bishop Jacob woke up and was putting on his clothes and getting ready for the Liturgy. He was used to wear his robe made of sackcloth as austerity. While he was putting it on , he noticed that it got old and after he prayed the Holy Liturgy he asked one of his disciples to buy a sackcloth sack. He brought it to him and the Bishop was thinking of what will he do. He was not taught knitting and doesn't know how to make a robe from these sacks, and kept thinking a lot. The Bishop had a strong relationship with our Lady St. Virgin Mary , so he asked her to help him , and while he was saying that , Virgin Mary appeared to him and took the sacks and started to knit them like dressmakers. When She was done , She blessed him and ascended in a glorious scene. The Bishop thought that he was dreaming but when he looked , he found the sackcloth robe, and he was very happy and praised the Virgin Mary. After several months a sinner came to the Bishop and confessed with his sins. However, the Bishop saw that he had many sins , so he gave him a law of repentance before he accepted him into the church. The man went sad and while he was asleep , Virgin Mary appeared to him and said " Why are you sad ?"
The thief :- " I went to the Bishop and he told me that my sins are big and he gave me a law of repentance and it is very hard for me "
Virgin Mary :- " Don't be sad, go to him tomorrow and tell him that I sent you.
The thief :- "He won't believe me or accept me"
Virgin Mary :- "He will , just go "
The thief :- " He will ask for a proof. ""
Here Virgin Mary smiled and said "Tell him your dressmaker is telling you to be merciful and kind to the sinners "
The thief woke up happy and went early to the Bishop and told him "Virgin Mary appeared to me and told me to say to your Grace that your dressmaker is telling you to be merciful and kind to sinners. "
The Bishop heard these words and surprised. He kissed the man and lived all his life merciful and kind to the sinners.
May your blessings St. Virgin Mary be with us all. Amen

Aucun texte alternatif disponible.

 

Mois,mai,mois de Marie,mère,espérance,refuge,pureté,humilité,sainteté,enfant,coeur

Je crois en l'Église Une... (A.S. Khomiakov 9/12)

 
VIII – L'Église et ses Mystères

Ayant confessé sa foi en la Divinité Tri-hypostatique [Dieu tri-Personnel; ndt], l'Église confesse sa foi en elle-même, parce qu'elle se reconnaît instrument et réceptacle de la grâce divine et qu'elle tient ses oeuvres pour oeuvres de Dieu, non pour oeuvres des individus qui la constituent visiblement. Dans cette confession elle montre que la connaissance de son essence et de son être constitue également un don de la grâce, don qui lui vient d'En Haut et n'est accessible qu'à la foi, et non à la raison.

Car quel besoin aurais-je de dire : "Je crois", si je savais déjà? La foi n'est-elle pas la conviction des choses invisibles? Mais l'Église visible n'est pas la société visible des Chrétiens, elle est l'Esprit de Dieu et la grâce des Sacrements qui vivent dans cette société. Dès lors, l'Église visible même n'est visible qu'au croyant, car pour le non-croyant le Sacrement n'est qu'un rite et l'Église qu'une société. Le croyant, lui, a beau ne voir l'Église par les yeux du corps et de la raison que dans ses manifestations extérieures, il la reconnaît pourtant par l'Esprit dans les Sacrements, la prière et les oeuvres qui plaisent à Dieu. Aussi ne la confond-il pas avec la société de ceux qui portent le nom de chrétiens, car ce ne sont pas tous ceux qui disent "Seigneur, Seigneur", qui appartiennent effectivement à la race choisie et à la postérité d'Abraham. Mais, par la foi, le vrai Chrétien sait que l'Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique ne disparaîtra jamais de la face de la terre jusqu'au Jugement Dernier de toute la Création; il sait que, sur terre, elle demeure invisible aux yeux de la chair et à l'esprit qui n'a qu'une sagesse charnelle, invisible au sein de la société visible des chrétiens, - tout comme, dans l'Église d'outre-tombe, elle demeure visible aux yeux de la foi, mais invisible aux yeux du corps. Par la foi, le Chrétien sait aussi que l'Église sur la terre, bien qu'invisible, revêt toujours une forme visible; qu'il n'y a pas eu, qu'il n'a pu y avoir et qu'il n'y aura pas d'époque où seraient défigurés les Sacrements, tarie la sainteté, corrompue la doctrine; et que nul n'est Chrétien s'il ne peut dire où, dès le temps même des Apôtres, se sont accomplis et continuent à s'administrer les saints Sacrements, où la doctrine a été et demeure sauvegardée, où les prières ont été adressées au Trône de la Grâce et ne cessent de l'être. La sainte Église confesse et croit que jamais les brebis n'ont été privées de leur Divin Pasteur et que l'Église n'a jamais pu ni se tromper par manque d'intelligence - car en elle vit l'intelligence de Dieu - ni se soumettre à des doctrines erronées par manque de courage - car en elle vit la force de l'Esprit de Dieu.

Croyant en la parole de la Promesse de Dieu, qui a appelé tous ceux qui suivent la doctrine du Christ amis du Christ et Ses frères, en Lui fils adoptifs de Dieu, la sainte Église confesse les voies par lesquelles il plaît à Dieu de conduire l'humanité déchue et morte à une restauration de l'unité dans l'Esprit de Grâce et de Vie. C'est pourquoi, ayant fait mémoire des prophètes qui représentent l'époque de l'Ancien Testament, elle confesse les Sacrements par lesquels, dans l'Église du Nouveau Testament, Dieu envoie Sa Grâce aux hommes, et elle confesse spécialement le Sacrement du Baptême pour la rémission des péchés, comme contenant en lui le principe de tous les autres; car c'est par le Baptême seul que l'homme entre dans l'unité de l'Église, qui garde les autres Sacrements.

Confessant un seul Baptême pour la rémission des péchés, comme un Sacrement ordonné par le Christ Lui-même pour accéder à l'Église du Nouveau Testament, l'Église ne juge pas ceux qui ne sont pas entrés en communion avec elle par le Baptême, car elle ne connaît et ne juge qu'elle-même. Dieu seul connaît l'endurcissement du coeur, et Il juge les faiblesses de la raison selon la vérité et la miséricorde. Beaucoup ont été sauvés et ont eu part à l'héritage sans avoir reçu le Sacrement du Baptême d'eau, car il n'a été établi que pour l'Église du Nouveau Testament. Quiconque le rejette, rejette toute l'Église et l'Esprit de Dieu Qui vit en elle; mais il n'a pas été ordonné depuis toujours à l'humanité, ni prescrit à l'Église de l'Ancien Testament. Si quelqu'un dit, en effet, que la circoncision a été le Baptême de l'Ancien Testament, il refuse alors le Baptême aux femmes - car pour elles il n'y avait pas de circoncision; et que dira-t-il des patriarches, d'Adam à Abraham, qui n'ont pas reçu le sceau de la circoncision? Et, en tout cas, ne reconnaît-il pas qu 'en dehors de l'Église du Nouveau Testament le sacrement de Baptême n'a pas été d'obligation? S'il dit que c'est pour l'Église de l'Ancien Testament que le Christ a reçu le Baptême, alors qui mettra une limite à la miséricorde de Dieu, Qui a pris sur Lui les péchés du monde? Le Baptême est d'obligation; car lui seul est la porte de l'Eglise du Nouveau Testament, et c'est seulement dans le Baptême que l'homme manifeste son assentiment à l'oeuvre rédemptrice de la Grâce. Aussi n'est-il sauvé que dans le seul Baptême.

En outre, nous savons que, tout en confessant un seul Baptême comme principe de tous les Sacrements, nous ne rejetons pas pour autant les autres; car, en croyant à l'Église, nous confessons, d'un commun accord avec elle, 7 Sacrements [*] à savoir le Baptême, l'Eucharistie, l'Imposition des Mains (Saints Ordres, Ordination), la Chrismation, le Mariage, la Confession, l'Onction des Malades. Il y a encore bien d'autres Sacrements; car toute oeuvre accomplie dans la foi, l'espérance et la charité, est inspirée à l'homme par l'Esprit de Dieu et invoque la Grâce invisible de Dieu. Mais les 7 Sacrements ne sont pas, en réalité, l'oeuvre d'un seul individu digne de la faveur de Dieu, mais l'oeuvre de toute l'Église dans un seul individu, tout indigne qu'il puisse être.

[* catégorisation pédagogique, pas dogmatique; ndt]

Concernant le Sacrement de l'Eucharistie, la sainte Église enseigne qu'en lui s'opère véritablement le changement du pain et du vin en le Corps et le Sang du Christ. Elle ne rejette pas le mot de "transsubstantiation"; mais elle ne lui assigne pas ce sens matériel qui lui est assigné par les docteurs des Églises qui se sont séparées. Le changement du pain et du vin en le Corps et le Sang du Christ est accompli dans l'Église et pour l'Église. Celui qui reçoit les saintes Espèces avec foi, ou qui les adore avec foi, ou qui y pense avec foi, c'est en toute réalité qu'il reçoit le Corps et le Sang du Christ, les adore, et y pense. Celui qui les reçoit indignement, celui-là rejette en toute réalité le Corps et le Sang du Christ; en tout cas, c'est le Corps et le Sang du Christ qui, dans la foi ou l'absence de foi, sanctifient ou condamnent. Mais ce Sacrement s'opère dans l'Église, il n'est ni pour le monde extérieur, ni pour le feu, ni pour l'animal sans raison, ni pour la corruption, ni pour l'homme qui n'a pas entendu la loi du Christ. Dans l'Église elle-même (nous parlons de l'Église visible), pour les élus et pour les réprouvés, la sainte Eucharistie n'est pas simple mémorial du mystère de la Rédemption, ni présence de dons spirituels dans le pain et le vin, ni simple réception spirituelle du Corps et du Sang du Christ, mais c'est Son Corps et Son Sang véritables. Ce n'est pas en esprit seul qu'il a plu au Christ de s'unir au croyant, mais bien par le Corps et le Sang, afin que l'union soit complète, qu'elle soit non seulement spirituelle, mais aussi corporelle. Sont également contraires à l'Église et les explications insensées sur la relation du saint Sacrement aux éléments et aux créatures irrationnelles (alors que le Sacrement a été établi seulement pour l'Église), et l'orgueil spirituel qui méprise le corps et le sang et qui rejette l'union corporelle au Christ. Ce n'est pas sans corps que nous ressusciterons, et nul esprit à part l'Esprit de Dieu, ne peut être dit totalement incorporel. Celui qui méprise le corps pèche par orgueil de l'esprit.

Sur le sacrement de l'Ordination, la sainte Église enseigne que par lui la grâce qui opère les Sacrements se transmet par voie de succession depuis les Apôtres et le Christ lui-même : non pas comme si nul Sacrement ne pouvait être opéré autrement que par l'Ordination (car tout Chrétien peut par le baptême ouvrir la porte de l'Église à un enfant, à un Juif, à un païen), mais en ce que l'Ordination contient en elle toute la plénitude de la Grâce que le Christ donne à son Église. Et l'Église elle-même, en communiquant à ses membres la plénitude des dons spirituels, a fixé, en vertu de la liberté qu'elle a reçue de Dieu, des différences de degré dans l'Ordination. Autre est le don pour le prêtre qui opère tous les Sacrements excepté l'Ordination, autre le don pour l'évêque qui accomplit l'Ordination; et au-dessus du don de l'épiscopat il n'y a absolument rien. Le Sacrement donne à celui qui le reçoit cette grande importance : tout indigne puisse-t'il être, son action désormais, lorsqu'il accomplit son ministère sacramentel, ne procède nécessairement plus de lui-même, mais de toute l'Église, c'est-à-dire du Christ Qui vit en elle. Si l'Ordination cessait, tous les Sacrements cesseraient de même, sauf le Baptême; et l'humanité serait arrachée à la Grâce : car alors l'Église elle-même témoignerait que le Christ l'a abandonnée.

Sur le Sacrement de Chrismation [Confirmation par le Chrême], l'Église enseigne qu'en lui le Chrétien reçoit les dons du Saint-Esprit, Qui confirme sa foi et sa sainteté intérieure. Et ce Sacrement est opéré, selon la volonté de la sainte Église, non pas par les seuls évêques, mais aussi par les prêtres, encore que le Chrême lui-même ne puisse être consacré que par un évêque.

Sur le Sacrement de Mariage, la sainte Église enseigne que la grâce de Dieu, qui bénit la succession des générations dans l'existence temporelle de l'humanité et la sainte union de l'homme et de la femme pour l'organisation de la famille, cette grâce est un don sacramentel qui impose à ceux qui le reçoivent une éminente obligation d'amour mutuel et une sainteté spirituelle, par lesquels ce qui autrement serait pécheur et matériel se revêt de justice et de pureté. Aussi les Apôtres, ces grands docteurs de l'Église, reconnaissent-ils le Sacrement de Mariage même chez les païens; car, alors qu'ils interdisent le concubinage, ils confirment le mariage entre païens et Chrétiens, en disant que l'homme est sanctifié par la femme croyante, et la femme par l'homme croyant (1 Cor. 7, 14). Ces paroles de l'Apôtre ne signifient pas que l'incroyant soit sauvé par son union au croyant, mais que le mariage est sanctifié : car ce n'est pas l'être humain qui est sanctifié, mais bien le mari ou la femme. L'être humain n'est pas sauvé par un autre être humain, mais mari ou femme sont sanctifiés en relation au mariage lui-même. Ainsi le mariage n'est pas impur, même chez les idolâtres; mais ils ne connaissent pas la grâce de Dieu qui leur a été donnée. La sainte Église, par ses ministres ordonnés, reconnaît et bénit l'union de l'homme et de la femme, union bénie de Dieu. Aussi le Mariage n'est-il pas un simple rite, mais un véritable Sacrement. Et il reçoit son achèvement dans la sainte Église, car c'est en elle seule que toute chose sainte s'accomplit en sa plénitude.

Sur le sacrement de Confession [ou de Pénitence], la sainte Église enseigne que sans lui l'esprit humain ne peut être purifié de l'esclavage du péché et de l'orgueil pécheur; qu'il ne peut pas lui-même absoudre ses propres péchés (car nous ne sommes maîtres que de nous accuser, non de nous justifier); et que seule l'Église a pouvoir de justifier, car en elle vit la plénitude de l'Esprit du Christ. Nous savons que le premier-né au Royaume des Cieux, après le Sauveur, est entré dans le sanctuaire de Dieu en s'accusant lui-même, c'est-à-dire par le sacrement de Confession; il dit en effet "car nous recevons selon nos oeuvres", et il reçut l'absolution de Celui Qui seul peut absoudre et Qui absout par la bouche de Son Église.

Sur le sacrement d'Onction avec de l'huile consacrée, c'est-à-dire d'Onction des Malades, la sainte Église enseigne qu'en lui s'opère la bénédiction de tout le combat (2 Tim. 4,7) que l'homme a enduré durant sa vie sur terre, de toute la route qu'il a parcourue dans la foi et l'humilité; et que dans l'Onction des Malades s'exprime le Jugement même de Dieu sur le composé terrestre de l'homme, le guérissant lorsque tous les remèdes sont impuissants, ou bien permettant à la mort de ruiner ce corps corruptible, désormais inutile à l'Église terrestre, ou les voies mystérieuses de Dieu.

"L'Église est Une"
par Alexei Stepanovich Khomiakov (1804-1860)

(Source: St Materne)

Baptised into Christ

Everyone keeps saying that we are baptised into a faith. That makes things easy when we are considering if we can recognise the baptism of the Catholic Church. They clearly believe some things that are different, therefore they have a different set of teachings, and therefore they must baptise people into a different faith than our Coptic Orthodox one. Yes? No? So, we can’t receive their baptism? Yes? No?

It would be easy if this was what Orthodoxy taught. It would makes things both very clear and very complicated. If we could decide whether someone had been baptised into the Church by considering what they believed then that should make everything much more straightforward. Yes? No? Actually, it is another one of those perspectives in things that looks really traditional and simple. But when I look out over a congregation I can be very sure that most of the people gathered there, maybe even all the people, hold an inaccurate understanding of at least one aspect of the Orthodox Faith. Some of the people in front of me might have a very distorted understanding of Orthodoxy. Yet when everyone comes forward for communion they are not required to take a theology test before receiving Christ in the Holy Mysteries.

That doesn’t mean that right belief is of little importance. Indeed, I am convinced that having a wrong understanding of the Christian Faith causes problems in our experience and growth into the spiritual life. But it seems to me, when we think about it, that teaching and encouraging a right understanding of the faith is the responsibility of the bishops and priests in the Church in the first place, and a poor knowledge and experience of the riches of Orthodoxy is not usually the fault of the laity, but of those with the ministry of teaching. Indeed, when we realise that the Church is made of many people from very diverse backgrounds, educational levels, spiritual experience and understanding, it is not a surprise that our churches have to face the lack of a proper patristic understanding and knowledge of the faith in many places. This is why, to a great extent, non-Orthodox teachings and practices have become so attractive and problematic.

What am I saying? It is that even in our own community, we do not make theological accuracy the most important, or even a very significant, standard by which we determine if someone might participate in the sacraments. So, if we wish to adopt the view, which looks serious and Orthodox, that we cannot accept the baptism of Catholics because they do not believe as we do, then we would need to adopt just such as strict a view towards our own congregations. And even within our Coptic Orthodox Church there are priests who disagree on serious matters, and even bishops who hold opinions on theological matters which cannot be easily reconciled with Orthodoxy and with other of our. bishops.

What we have not done in our Orthodox community, is to insist that a difference of theological views and understandings immediately means that one or other of those who disagree must have ceased to be a member of the Church. Those Orthodox, in other places, who have adopted such a view, and it is not Traditional at all, have ended up splintering into smaller and smaller groups, becoming more and more sectarian, as even the tiniest theological difference becomes a cause for further schism.

There are priests in our own Church, let alone laity, who will disagree with some of the things that I write, and I will disagree with them. But our disagreement does not ever lead me to suggest that others are not part of the Orthodox Church. Yet the strict and not Traditional view, that because Catholics have some different teachings, they must be baptising into a different faith requires just such an attitude. And if we want to apply it to Catholics we must apply it to ourselves. And if we did, then we would find the Coptic Orthodox Church shattered into contradictory groups, each claiming to be the true Church.

Our faith is not a matter of accepting certain propositions about Christ. Such a view is in fact not very different from many Protestant groups. It is indeed in Protestantism that the idea that we are baptised into a faith has some meaning and expression. I have friends who were baptised as an infant in the Anglican Church, and were then baptised again when they joined an Evangelical Church. To a great extent this was because what is called baptism in the Evangelical groups is not a sacrament at all, but a means of a mature convert showing that they have accepted the Christian faith themselves and have asked Jesus to save them. I went though such an experience myself as a teenager with no thought at all that baptism should be a sacrament in which God performed something for us by the Holy Spirit. On the contrary, we were doing something for God, witnessing to our beliefs in front of other people. This might be commendable, but it is not baptism in any Apostolic sense, and it requires primarily a commitment to a set of values and teachings. There are even those who are baptised many times in modern Evangelical and Pentecostal groups because it is a way of making a personal statement and it is not a sacrament at all.

I remember passing one local Evangelical Church which has a poster outside saying, in paraphrase,  “If you believe that Jesus died for your sins then you are saved”.  This sounds great, but it entirely denies the union with God by the indwelling Holy Spirit which is the heart and purpose of the Christian life. It makes Christianity a matter of believing things about God instead. If we are not careful then the language being used by some of being baptised into a faith is no better than that advertised outside this local church, and is certainly not Orthodoxy.

What beliefs are we being baptised into in such a view? If we were tested on them, what would be the pass mark? How would our children and youth pass? Or those without a detailed theological education? This is not Orthodoxy. This is not how our own Coptic Orthodox community has acted over the last 1500 years or more.

In fact we are not baptised into a faith but into Christ. As St Paul says, Or don’t you know that all of us who were baptised into Christ Jesus were baptised into his death? And it is Christ who acts in the sacraments by the Holy Spirit. They are his gift to mankind, not activities that belong to a society or club, and which restricts them to those who meet certain membership criteria. From the earliest times the Church accepted the baptism of man groups that certainly taught error. These included even the Arians, those who did not believe that the Word of God was truly God. Our Coptic Orthodox Church accepted the baptism of the Chalcedonians, even when the controversy with them was at his height and we were facing persecution from the Imperial power. The Coptic Orthodox Church even accepted the baptism celebrated by the Church of the East, sometimes called the Nestorians. Nor was this a very long time ago, but this was the constant practice of our Church from the earliest times until the 19th century.

There was no sense that anyone was baptised into a faith. Rather, those who are truly baptised, are baptised into Christ. And to be baptised into Christ has never meant the same as holding onto an exact set of statements about Christ and God. Indeed, when St Cyril of Jerusalem was teaching those who were to be prepared for baptism, there were a great many things he didn’t teach them until AFTER they had been baptised. It was IMPOSSIBLE for them to be baptised into a faith, if we mean a list of things that are to be believed, because they had not been taught it all, and much of what the Church believed was kept secret from those who had not been baptised.

Much of what the Church teaches is still a mystery to many laity, and even priests, how can this mean that we baptise anyone into a faith? We do not. When we baptise someone, and last week I was reminded of the words of our baptismal service because I was blessed to baptise both a tiny baby on Sunday morning, and then an adult convert later in the day, we do not ask very much of the person being baptised at all. We ask them to renounce Satan, and to confess Christ, and then to accept a very short reference to the Holy Trinity and the resurrection of mankind, and the Church. Our baptism is not into a faith, but into Christ, in the name of the Holy Trinity, and for membership in the Church, the Body of Christ.

What is required of those being baptised into Christ is some measure of faith in Christ, not the acceptance of a set of doctrines, however important those also are. Nor does this mean that the Church in the past, or in the present, should accept any washing with water that is called a baptism. I have already spoken about my own Evangelical baptism, which had meaning, but since it absolutely was not a sacrament, and no one, including myself, believed it was a sacrament, it cannot be called the sacrament of baptism. Nor did the Christian group I belonged to have any connection with any expression of Apostolic Christianity. In such circumstances it seems entirely reasonable, and in agreement with the practices of our Fathers over 1500 years, that a baptism that was performed by a group with no connection to Apostolic Christianity, and with no recognition of baptism as a sacrament, should not be recognised as a sacrament, and so a true sacramental baptism into Orthodoxy should be required.

But the situation with Catholics, or Eastern Orthodox, is very different. And it is not different as a matter of my personal opinion, but as a matter of the practice of our Church from the 4th century to the 19th century. The question which our Fathers asked, was not, does this group have exactly the same faith as us, since clearly groups outside of our communion did not have exactly the same faith. But did this or that group intend to practice the sacrament and unite the one being baptised with Christ, and did the group have a Trinitarian faith, even if it were defective, and did the group preserve the episcopate and the priesthood. On this basis, for all of the centuries since Chalcedon, the Coptic Orthodox Church has not baptised or even chrismated Chacledonians, even though their teaching about Christ was considered heresy. Even priests and bishops were received in their rank. They were, essentially, considered as being also the Church, in some sense, and being Christians who held to error rather than those who did not have a Christian faith at all.

The only reason that relations with the Catholic became difficult, and we began to baptise those in Egypt who wished to become Orthodox, was because they unreasonably began to conduct hostile missionary activities towards the Coptic Orthodox minority, and then established a Catholic Church in Egypt. The response was to treat them as non-Christian. But it was a new approach, entirely out of keeping with 1400 years of unbroken Tradition, and introducing a new idea, even a Protestant idea, that we are baptised into a particular faith and not into Christ.

It is problematic to introduce St Samuel the Confessor as one who would object to receiving the baptism of Catholics. On the contrary, he was appalled that one of the worst of Chalcedonian bishops dared to start baptising Coptic Orthodox. St Samuel considered the baptism of Chalcedonians, even when their persecution was fiercest, to be blasphemy. He would never support those demanding the baptism of Catholics. He would insist that such views failed to express the real meaning of baptism. It is not a badge of membership in the Coptic Orthodox Church, but is the means of union with Christ in his own Body.

Within the Body of Christ there is no exact agreement between all. This does not prevent our experiencing union in Christ. There is no requirement for a certain theological education. The theologian is one who knows how to pray, not someone who knows a lot of things about God. There is even the possibility, as history shows us, of those who have been truly baptised into Christ, falling into separation from each other, or holding wrong teachings in some respect. But this does not, and has never, prevented Christ acting for the salvation of souls in his own sacraments by the Holy Spirit.

We are not baptised into a faith, and therefore we cannot deny the baptism of Catholics because we have some controversy remaining between us. There were much greater disagreements in the past, and our great Fathers – St Dioscorus, St Timothy and St Severus – all refused to consider baptising Chalcedonians. St Samuel the Confessor would not agree with those denying the baptism of Catholics – this was never his practice. There is no practical difference between the Catholic Church, with its errors, and the Chalcedonian community of which they are a part, and which was ALWAYS received without baptism or chrismation. We are baptised into Christ if we are baptised at all, and our Fathers teach us that Catholics certainly are.

(Source: http://www.stgeorgeministry.com/?p=1154 / Abouna Peter Farrington  )

 

L’image contient peut-être : 1 personne

LA PRIÈRE, les forces du ciel à la disposition de l'homme … 

Soyons intimement convaincus de l'efficacité de la prière et servons-nous de ce moyen que Dieu a mis à notre disposition pour obtenir tout ce dont nous avons besoin.

Sainte Madeleine de Pazzi avait coutume de dire que Dieu est tellement satisfait quand nous lui demandons des grâces qu'il nous en remercie en quelque sorte ; parce qu'il semble alors que nous lui donnons le moyen de nous combler de biens et de contenter son désir bienfaisant. " Soyons persuadés que lorsque nous demandons des grâces à Dieu il nous donne toujours plus que nous ne demandons." (jac. 1) Ainsi parle l'Apôtre saint Jacques pour apprendre que Dieu n'est pas comme les hommes avare de ses biens. Les hommes, quelque riches, quelque pieux et libéraux qu'ils soient, quand ils font des aumônes, donnent presque toujours moins qu'on leur demande, parce que leurs richesses, quelque grandes qu'elles soient, sont néanmoins des richesses finies ; ainsi plus ils donnent, moins il leur reste... Mais Dieu, lorsqu'on le prie, donne à pleines mains, parce que ses richesses sont infinies ; plus il donne, plus il reste à donner.

Quelles que soient les difficultés de la vie, nous ne devons donc perdre courage, puisque nous pouvons dire avec saint Paul que tout nous est possible avec l'aide de la prière. (Phil. IV)

La prière est toute puissante, dit Théodoret ; seule elle peut tout obtenir.Saint Bonaventure soutient qu'elle nous procure tous les biens."  Saint Bernard ne craint pas d'avancer que la prière est plus puissante que le Tout Puis­sant lui-même, qu'elle désarme celui qui est invincible."

Saint Jean Chrysostôme dit que la prière est une arme avec laquelle nous pouvons triompher de tous les efforts du démon, un moyen de défense qui nous préserve de tous les dangers, un port assuré qui nous met à l'abri de toutes les tempêtes, un trésor où nous trouvons tous les biens réunis.

La prière, dit saint Laurent Justinien, apaise le courroux de Dieu qui s'empresse de pardonner celui qui le prie ; elle nous obtient toutes les grâces que nous désirons ; elle nous met au-dessus de toutes les forces de nos ennemis ; en un mot, elle change les hommes d'aveugles en clairvoyants, de faibles en forts, de pécheurs en saints."

La prière est une puissance qui commande à Dieu lui-même ; elle triomphe du Tout-Puissant, dit Tertulien : La prière bien faite domine le cœur de Dieu ; c'est lui-même qui, dans sa bonté paternelle, a établi cet ordre de chose admirable où l'amour des enfants enchaîne la justice du père. Dieu nous a fourni des armes contre lui ;  heureux celui qui sait s'en servir. " Le Christ, dit saint Nil, tressaille de joie quand on lui fait violence.

Nous voyons-nous dans les ténèbres, ignorant l'avenir, ou­blieux du passé ? Cherchons-nous à connaître ce qui nous serait le plus utile à l'heure présente ? Tournons-nous vers Dieu ; la prière attirera sur nous la lumière d'en haut ; elle éclairera nos doutes ; elle dissipera les ténèbres de notre esprit et nous donnera le calme et la sagesse qui assureront le succès de nos démarches. "Seigneur, disait le Prophète, faites-moi connaître la Voie où je dois marcher; car j'ai élevé mon âme vers vous." (Ps. 142)  Tout le secret de la vie est dans cette prière : connaî­tre sa route, c'est-à-dire, connaître ce qu'on doit croire ici-bas, ce qu'on doit espérer et pratiquer, ce qu'on doit faire pour que cette vie soit comme l'antichambre du ciel, voilà bien l'homme tout entier.  (Eccl. XII)

Mais Dieu seul peut ainsi éclairer la vie, la pénétrer de ces vives clartés qui montrent le vrai chemin, parce que Dieu est la lumière indéfectible qui sait tout et que rien ne peut obscurcir. Et quand on se rapproche de Dieu on voit clairement ce qu'il faut croire ce qu'il faut faire. (Ps. 33).

Sommes-nous dans la peine, dans la douleur ? Ne perdons pas courage ; ayons confiance en la protection et la miséricorde de Dieu. Il nous appelle à lui, il nous tend les bras, il nous offre son secours, il veut nous consoler, essuyer nos larmes, nous aider à porter le fardeau de nos misères, venez à moi vous tous qui êtes affligés et je vous soulagerai " (math. XI).

Dans les moments d'angoisse, rien ne soulage le cœur comme une prière bien faite. Une main invisible alors sèche nos larmes ; chacune de nos paroles, chaque mouvement de notre cœur semble monter vers les cieux et retomber sur nous comme un vent léger qui dissipe les nuages, comme une rosée qui ranime la plante des­séchée ; le calme revient, l'amertume s'adoucit, la sérénité de la conscience fait ouvrir ce cœur qui allait se fermer à la joie. " La prière, dit saint Jean Chrysostôme, est le refuge des âmes tristes, le fondement de la joie, la source d'un perpétuel bonheur. "Elle est, dit saint Nil, un talisman contre la tristesse et le décourage­ment. " Ces paroles ne sont que le commentaire de cette parole de l'Apôtre : "Si quelqu'un de nous est triste, qu'il prie " (jac. v)Qu'il prie avec son âme, avec sou cœur ; qu'il prie avec amour, avec confiance ; qu'il se jette comme un enfant bien-aimé entre les mains de Dieu et jamais sa confiance ne sera trompée.

Lacordaire, ayant un jour à définir la prière, le fit en termes magnifiques : la prière, dit-il, est l'acte tout puissant qui met les forces du ciel à la disposition de l'homme. Quelle belle pen­sée ! C'est parce qu'elle est vraie que Jésus, le vaincu divin, ne peut s'empêcher de confesser sa défaite : " Demandez, dit-il et vous recevrez ; frappez et l'on vous ouvrira ; tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom, il vous le donnera. " Que d'exemples nous avons de cette vérité dans nos saints Livres !

Voyez Moïse ; le Seigneur veut exterminer Israël, ce peuple idolâtre, qui, oublieux de tant de bienfaits, s'est mis à adorer le veau d'or. Moïse n'a pas encore ouvert la bouche, il n'a pas encore dit une seule parole, mais son âme va prier et c'est assez pour que la colère divine soit désarmée. Dieu ne peut plus sévir. " Laisse-moi, dit-il à Moïse, afin que mon courroux s'enflamme et que je les détruise. " Mais Moïse ne renonce pas à son dessein et Israël est épargné. Ainsi donc la seule approche de la prière suffit pour sauver ces âmes.

Voyez Agar. Elle est partie désespérée, folle de douleur, abandonnant son fils sous un palmier où il meurt de faim et de soif. Elle n'a plus que cette pensée : ''Au moins je ne verrai point mourir mon enfant. " Mais bientôt elle n'y tient plus, elle se met à sangloter, elle pleure, " elle envoie, dit Mgr Bougaud, je ne sais quel cri. " Et à l'instant même, un ange apparaît qui lui montre une source d'eau vive. C'est la vie ! C'est le salut ! Et à quoi sont-ils dus ? A la puissance que possède sur le cœur de Dieu la prière.

Cela est encore plus frappant dans l'Évangile. Voyez le cen­turion dont le serviteur va mourir et qui demande à Jésus de le sauver. " J'irai, répond le Maître, et je le guérirai. " (math. VIII) Voilà Jaïre qui vient de perdre sa fille unique, à douze ans, l'âge de tous les charmes et de toutes les espérances " Ne crains rien, lui répond Jésus, aie la foi et elle sera sauvée. " Et l'en­fant est rendue à son père. (Luc VIII) Voilà un homme qui se jette à ses genoux et lui demande la guérison de son fils possédé du démon. Jésus de suite délivre le petit. (math,xvn) — Et le jeune homme de Naïm ! Sa mère, elle ne va pas se prosterner aux pieds du Sauveur ; elle ne le voit même pas ; aveuglée par ses larmes, absorbée par sa douleur, elle suit le cercueil de son fils ; mais Jésus l'aperçoit ; cette douleur silencieuse l'émeut ; il ne peut voir plus longtemps souffrir cette femme. " Ne pleure pas," lui dit-il. Puis de sa voix toute puissante, s'adressant au mort: "Jeune homme, dit-il, je vous le commande, levez-vous, et le jeune homme se lève, l'enfant est rendu à sa mère (Luc, 7).

Comme les saints ont bien prouvé cette efficacité de la prière ! Voyez sainte Catherine de Sienne, l'admirable fille de saint Do­minique ; elle convertit tant d'égarés par ses supplications que le Pape, saint Grégoire XI est obligé de lui adjoindre quatre con­fesseurs qu'elle tient incessamment occupés au tribunal de la pénitence. Voyez sainte Thérèse ; il a été dit d'elle que, par ses oraisons, elle avait ramené autant d'âmes à Dieu que saint Fran­çois Xavier par ses prédications et ses miracles.

Allons donc dans nos prières trouver le vrai consolateur, l'ami souverain qui connaît le mieux les routes de l'âme pour y faire pénétrer la vie et la confiance. Disons-lui : " Seigneur, répandez, la joie dans mon âme, parce que j'ai élevé mon cœur vers vous.(Ps. 85). "Au jour de la tribulation, j'ai cherché le Seigneur et je n'ai point été déçu dans mes espérances ; mon âme a refusé les consolations de la terre et j'ai trouvé la joie. (Ps. 76).

La porte du cœur de Jésus est toujours ouverte à toutes les heures du jour et de la nuit ; il est toujours prêt à entendre nos supplications avec la plus grande bonté. Non content de cela, il nous invite, il nous sollicite, il nous presse, il va même jusqu'à nous menacer pour nous déterminer à aller à lui. Jamais il ne se rebute de nos importunités et des ennuyeux récits que nous lui faisons de nos misères et de nos besoins ; on n'a jamais ouï dire que personne se soit retiré mécontent d'auprès de lui ; chacun, au contraire, y a trouvé la consolation et le secours qu'il cherchait.

Prier, c'est donc détacher de la terre nos pensées, nos senti­ments, nos affections, et élever notre esprit, notre cœur, notre volonté, tout notre être jusqu'au trône du Très Haut, notre Créateur et notre Maître, notre bienfaiteur et notre Père.

La prière est le premier moyen de sanctification que nous a donné le Père Céleste, celui qui nous fait obtenir tous les autres ; c'est en elle que tous les saints ont placé la meilleure espérance du salut.

Quelle douce satisfaction de savoir que nous pouvons beau­coup auprès de Dieu. Lorsqu'un homme jouit de la confiance d'un de ses semblables haut placé, ses amis le flattent, en lui disant : " Heureux mortel, vous n'avez qu'à demander pour obtenir. "

Eh bien ! Nous sommes tous de ces heureux mortels ; nous avons nos entrées libres, non pas chez un ministre ou chez un roi de la terre, mais chez le Roi des rois pour y recevoir des secours pour tous nos besoins temporels et la promesse d'un, trône glorieux dans l'éternité.

Extrait de : La Prière - Olivier Elzéar Mathieu. Archevêque de Régina   (1925)

L’image contient peut-être : 2 personnes

________________

Ces chrétiens irakiens et syriens à qui l’on barre le chemin de la France

En charge de l’accueil des chrétiens d’Irak et de Syrie en France, le préfet Jean-Jacques Brot a dénoncé, sur l’antenne de la radio locale RCF Vendée, une baisse drastique du nombre de visas de réfugiés délivrés aux chrétiens d’Orient en raison « d’empêchements bureaucratiques ou idéologiques de la part de certains fonctionnaires français ».

Jean-Jacques Brot, préfet hors-cadre, a été nommé le 9 mars 2015, coordinateur de l’accueil d’une partie des réfugiés syriens et irakiens.

Aleteia : En quoi consiste votre mission ?
Jean-Jacques Brot : J’ai été mandaté il y a plus de deux ans pour m’occuper de deux catégories de réfugiés. Je précise bien de « réfugiés » et non de migrants dont on ne connaît pas le statut. L’une de ces catégories concerne des familles qui sont actuellement sous la protection de l’ONU et du Haut Commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) dans des camps en Jordanie, au Liban et en Turquie. Le HCR propose à la France un certain nombre de ces familles à l’Office français des réfugiés et apatrides (OFPRA) qui les accepte sur le territoire français après auditions. Beaucoup sont refusées car soit elles ne veulent pas vraiment venir en France soit elles manifestent un prosélytisme islamiste soit parce qu’elles ne sont pas victimes d’une vulnérabilité. Nous appelons cela de la réinstallation dont l’accord date de février 2008 entre la France et le HCR. L’objectif est d’accueillir en 2016/2017, 10 375 personnes. Avant mon arrivée, 500 Syriens étaient arrivés par ce procédé, ensuite 780 lors de ma première année et actuellement 2600.
L’autre catégorie de réfugiés dont je m’occupe est celle de familles, irakiennes uniquement, persécutées pour leurs confessions religieuses. En d’autres termes, les chrétiens et les yézidis. Lors de l’invasion de la plaine de Ninive par Daesh à l’été 2014, le gouvernement français avait choisi le système de visas pour asile. C’est un procédé qui a fonctionné cahin-caha car, à mon grand désespoir, j’ai constaté entre 2015 et 2016 une baisse de 40% du nombre de visas délivrés à ces minorités religieuses persécutées. La réalité est que, contrairement à ce que l’on peut entendre depuis des mois, l’accueil des chrétiens d’Orient est faible.

Quelles en sont les causes ?
Nous constatons un enchaînement d’empêchements bureaucratiques ou idéologiques. Il y a objectivement un certain nombre de fonctionnaires, dont je ne citerais pas les noms qui, par leurs écrits, leurs actes ou leur lenteur, expriment leurs convictions.
Autre raison : le manque de moyens des consulats de France à Erbil, Ankara ou Beyrouth. Il a fallu attendre l’arrivée de Jean-Marc Ayrault comme ministre des Affaires étrangères pour que six postes budgétaires soient créés et que les instructions des visas pour asile des chrétiens et des yézidis reprennent. Des retards considérables se sont accumulés malgré mes protestations par écrit et oral à tous les cabinets ministériels concernés. Tout cela sans émouvoir le monde politique ni ecclésiastique.

Les chrétiens d’Orient eux-mêmes se demandent pourquoi leur cause n’avance pas alors que la politique migratoire de la France est plutôt généreuse…
Une des raisons qui explique ce système à deux vitesses est à trouver dans les prises de position de certains patriarches qui, dans des voitures et hôtels de luxe quand ils sont en France, appellent les chrétiens d’Orient à ne pas fuir leur pays. Cela peut se comprendre pour ceux qui n’ont pas été torturés et violés mais le discours de ces patriarches est catastrophique. Ils alimentent ceux des fonctionnaires qui, en France en particulier, font passer leurs convictions avant le sauvetage de ces familles vulnérables. Ils se saisissent de ces discours pour en tirer argument à refuser des visas.

Tandis que les pouvoirs publics en France ont trouvé rapidement des logements en région pour accueillir les migrants de Calais par exemple…
Je pense qu’à l’occasion du débat présidentiel et de la préparation de la rénovation du modèle administratif qui devrait s’en suivre, il serait bon de remettre tous les systèmes d’accueil dans une cohérence. Il y a un amalgame entre migrants de Calais, ces « réfugiés » économiques, les demandeurs d’asile et les réfugiés. Il existe même une dérive sémantique qui englobe tout le monde sous le titre de « réfugié ». Ce sont pourtant des choses distinctes sur lesquels il serait bon d’avoir un langage de vérité. Rappelons par exemple que sur les 80 000 demandeurs d’asile du dispositif général par an en France seuls 35% sont admis mais cela veut dire que 55 à 60 000 déboutés du droit d’asile ne sont pas reconduits à la frontière et qui s’ajoutent aux 200 000 immigrants qui arrivent par an en France. Les Français ont le droit de connaître ces chiffres ! Je demande l’augmentation du nombre de réfugiés et l’inconditionnalité de l’accueil, à proportion de la vulnérabilité, mais à condition qu’on n’écarte pas ceux qui ont le droit d’être considérés comme des réfugiés : les chrétiens et les yézidis d’Irak. Quand mes collègues préfets trouvaient à la hâte des logements pour des groupes de « calaisiens », évidemment cela pesait sur la demande de logements pour d’autres catégories. Plusieurs dispositifs sont entrés en concurrence et mériteraient d’être aplanis afin que plus de réfugiés puissent venir en France mais à la condition que l’on reconduise à la frontière les déboutés du droit d’asile. Mais la priorité politique semble inverse, les migrants ont d’abord été accueillis puis les demandeurs d’asile, et enfin « mes » réfugiés chrétiens.

(Source ALETEIA / Propos recueillis par Thomas Cauchebrais.)

_______________

 Santé. Les généralistes ont obtenu une hausse de deux euros du prix des consultations. Un début qui reste très insuffisant, estiment les représentants de la profession.

Le tarif d'une visite chez votre généraliste va augmenter à compter du 1er mai. Les médecins ont obtenu de l'Assurance maladie une augmentation de deux euros des consultations, qui passeront de 23 à 25 euros.

Pour les enfants de moins de six ans, le tarif sera par ailleurs réévalué à 30 euros. D'autres augmentations doivent suivre au cours des prochains mois, notamment l'avis ponctuel de spécialiste, qui grimpera progressivement de 46 à 48 puis à 50 euros.

“Ce n'est pas avec une pièce de deux euros qu'on changera la vie des généralistes”

Obtenue après cinq mois de lutte acharnée, cette revalorisation ne satisfait pas vraiment les professionnels de santé, qui estiment qu'il faudrait faire grimper beaucoup plus les tarifs pour résoudre les nombreux problèmes de la médecine française, qui voit le nombre de généralistes diminuer chaque année.

“Tous les voyants sont au rouge, les déserts médicaux s'étendent et ce n'est pas avec une pièce de deux euros qu'on changera la vie des généralistes”, martèle Jean-Paul Hamon, président de la FMF, syndicat de médecins généralistes et spécialistes.

Selon lui, il faudrait a minima faire passer le prix de la consultation à 40 euros, “dans la moyenne des pays européens”.

 

source

L’image contient peut-être : 2 personnes

INVITATION(S):

Pélerinage islamo-chrétien à Chartres samedi 13 mai 10h-20h

 

De: GAICF <gaicf.asso@gmail.com>

 
Chers Amis,
 
Comme les années précédentes, je vous informe que nous organisons, au titre du GAIC (Groupe d'Amitié Islamo-Chrétienne), un pèlerinage entre chrétiens et musulmans le 13 mai prochain à Chartres.
 
Nous vous prions de trouver ci-joint le dépliant donnant les indications relatives à cette démarche.
 
Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.
 
Bien cordialement,
 
Hubert de Chergé
06 70 72 50 80
-----

Image associée

Où nous trouver ?

Paroisse NORD-OUEST et Nord-Est

(N-D de Miséricorde):
 

NORMANDIE :

  CHANDAI (61):

* Le Sanctuaire Marial de la

Bse Vierge Marie, Mère de Miséricorde

DSC01238

(Fresque de la Mère de Dieu entourée des Apôtres, mur Est  du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01245-copie-2

(Fresque des Sts Pères Interieur droit du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 
Messe journalières en semaine à 10h30

 

Tous les dimanches, Messe à 10h30 et permanence constante de prêtres  pour CATÉCHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

(Liturgie de St Jacques dite "d'Antioche-Jérusalem") 

Tel: 02.33.24.79.58 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

DSC01246-copie-1

(Fresque des Sts Pères Interieur gauche du Choeur de l'Eglise du Monastère Syriaque)

 

* Relais Paroissial St Michel

S/ Mme H MARIE, 43 Rue de la Marne

14000 CAEN.Tel: 02.33.24.79.58

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

 

 

Le 30 de chaque mois, Permanence pastorale de 8h30 à 19h (Sur R.D.V) chez Mme Henriette Marie, 43, Rue de la Marne à CAEN. Tel 06.33.98.52.54 . (Possibilité de rencontrer un prêtre pour Catéchisme, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) . 

 

NANTES:

*Groupe de prières et "relais paroissial" St Charbel

18h, Messe le 2ème jeudi de chaque mois et permanence régulière d'un prêtre Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) de 9h à 17h (06.48.84.94.89 ).

 

ANGOULÊME (Jauldes):

*Paroisse N-D de Toutes Grâces/St Ubald

MAISON NOTRE-DAME
LE BOURG
16560 JAULDES.

Tel:05.45.37.35.13
* Messe les 2èmes et  4èmes Dimanches de Chaque mois à 10h30 suivies d'un repas fraternel et de la réception des fidèles.

* Possibilité de prendre Rendez-vous avec le prêtre la semaine suivant le 2éme dimanche du mois ainsi que pour les visites aux malades et à domicile.

Permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISME, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

PERIGUEUX (La Chapelle Faucher):

*Paroisse Notre-Dame de la Très Sainte Trinité

Notre-Dame de la Ste Trinité et St Front
ERMITAGE ST COLOMBAN
*
Puyroudier (Rte d'Agonac)
24530
 LA CHAPELLE FAUCHER.

Tel:05.45.37.35.13

 * Messe le 4ème samedi de Chaque mois à 10h30 et permanence régulière d'un prêtre pour CATECHISMES, Sacrements et sacramentaux (bénédictions, prières de délivrance, pour les malades ou exorcismes) .

 

LOURDES:

*"Relais paroissial St Gregorios de Parumala"

 * Messse  le 5ème dimanche du mois ( en fonction des besoins des fidèles) à 10h30

20 Rte de Pau

 

 

CAMEROUN:

Pour obtenir les adresses du Monastère de YAOUNDE,

des paroisses et "relais paroissiaux de Doula, Yaoundé, Elig Nkouma, Mimboman, Bertoua, Monabo, veuillez les demander au Monastère Métropolitain: 

 

Monastère Syriaque N-D de Miséricorde
Brévilly
61300 CHANDAI.

Tel: 02.33.24.79.58 

 Courriel:asstradsyrfr@laposte.net

----------------------------------------------

Aucun texte alternatif disponible.

"Christ est Ressuscité, en vérité, Il est vraiment Ressuscité" Alléluia, Alléluia !

Rejetons les œuvres de ténèbres et vivons dans l'amour de Dieu, Source de notre vie et l'amour du prochain...

PROGRAMME LITURGIQUE

 

(mis à jour ) pour Avril :

 

 

HEUREUSE FÊTES DE PÂQUES !

_________

 

-PARIS: 

Prochaine permanence pastorale du Vendredi 5 Mai de 15h à 20h au Samedi 6 Mai de 8h à 12h.

 

Le Samedi 6 MAI

RAMASSAGE DES FIDÈLES de Paris et sa région pour le WE du Pèlerinage du Mois de Marie à Notre-Dame de Miséricorde, en Normandie, au Monastère  à 15h au point de rendez-nous habituel .

 

________________

NORMANDIE:

-CAEN: Une permanence pastorale sera assurée par le Père Isaac du 29 Avril au soir au 1 Mai au matin (prenez Rdv avec lui 07 87 11 06 03 par sms).

-LISIEUX (Coquainvillier) , le 22 Avril (En raison de la Semaine Sainte) *

-AU MONASTÈRE DE CHANDAI :
DIMANCHE 7 Mai, PÈLERINAGE du "Mois de Marie" à N-D de MISÉRICORDE et aux Sts du Kérala.*

JEUDI 25 Mai ASCENSION de Notre Seigneur.Procession des Rogations suivies de la Quadisha Qurbana (Ste Messe)*.

 

___________________________________________

Du 7 au 15 Mai, Pèlerinage Marial du "Mois de Marie".

Voici un rappel des Sanctuaires qui seront visités :
-Dimanche 7 Mai: Notre-Dame de Miséricorde(Messe à 10h30),
-Lundi 8:Notre-Dame de L’Épine , 
-Mardi 9: Notre-Dame de Houppach (Masevaux) et Saint Ubald (Thann/St Ubald est invoqué contre toutes influences malfaisantes).Messe à 17h à Houpach,
-Mercredi 10: Notre-Dame de Neubois (Messe à 10h) et Le Mont Sainte Odile("Route des vins"), 
-Jeudi 11: Notre-Dame de Thierenbach ("Route des vins"), 
-Vendredi 12,en chemin, Sanctuaire du Saint Enfant Jésus (Diocèse d'Autun), 
- Le 13, Notre-Dame d'Espis (Moissac.Messe à 15h), 
-Le 14 Notre-Dame de Toutes-Grâces et St Ubald (Vénération de la relique de Saint Ubald est invoqué contre toutes influences malfaisantes/Fête Patronale de notre Paroisse des Charentes)

_____________________________

 

"Confie-toi au médecin et il opérera les yeux de ton âme et de ton cœur. 

Qui est ce médecin ?

C'est Dieu, qui guérit et vivifie par son Verbe et sa Sagesse."

(St Théophile D'Antioche)

_____________________________

 

 

NANTES :Jeudi 18 MAI, Messe à 18h (Réception des fidèles de 9h à 17h )

ANGOULÊME (JAULDES ):
Dimanches 23 Avril  *

PÉRIGUEUX (LA CHAPELLE FAUCHER ) :
Samedi 22  *. . .

Prochaine permanence pastorale pour l’EST DE FRANCE,l ALSACE-LORAINNE, la SUISSE :

-Mercredi 10: Notre-Dame de Neubois (Messe à 10h) , repas fraternel et réception des fidèles.

 

 

 

 

*MESSES À 10H 30
-----------------------------------------------------
Nota bene :

Les "permanences pastorales" sont prévues pour vous assurer la proximité des sacrements
(Messes, Confessions, Onction des malades ), catéchisme, entretiens et accompagnements spirituels , prières de délivrance ( voir d'exorcismes ) ou de guérison intérieure . 
(RÉCEPTION SUR RDV) en fonction de la région où vous vivez

______________________________________________

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ?

Cliquez sur ce lien:

Où trouver en France un Prêtre exorciste Orthodoxe Oriental ...

Comment recourir aux services de prêtres compétents, formés et expérimentés appartenant à l'un ou l'autre Monastère d'une Eglise Orthodoxe-Orientale.(Tradition Syriaque Orthodoxe des Indes/ Malankare)

_____________________________________________________

______________________________________________

NOS PELERINAGES :

+++

Pèlerinage Marial du "Mois de Marie".

 

Du 7 au 15 Mai. 

 

En chemin avec Notre-Dame et St Ubald, des

 

Sanctuaires d'Alsace au Sud-Ouest.

 

Programme et inscription, cliquez ci dessous:

 

MAI, PÈLERINAGE MARIAL DU "MOIS DE MARIE" DE L'ALSACE AU SUD-OUEST. / DU 7 AU 15 MAI / INSCRIVEZ-VOUS VITE !

 

Basilique Notre-Dame de l'Epine.JPG

 

+++

 

PELERINAGE DU CENTENAIRE A FATIMA

 

Du 7 au 16 Octobre 2017

 

Programme et inscription, cliquez ci dessous:

 

 

Afficher l'image d'origine

 

Pèlerinage Syriaque des "Chrétiens Francophones de St

Thomas" à FATIMA

 

+++

_________________________________

PROCHAIN STAGE D'ICONOGRAPHIE AU MONASTERE SYRIAQUE: 

L’ICÔNE COPTE,

du 9 au 17 JUILLET 2017

1459883 592234677515191 662124102 n

Cliquer ci-dessous:

STAGE D'ICONOGRAPHIE : L’ICÔNE COPTE, PROCHAIN STAGE AU MONASTÈRE  DU 9 AU 17 JUILLET 2017

------------------------------------------------------------------------------

L’image contient peut-être : 3 personnes

"L'avenir est dans la paix, il n'y a pas d'avenir sans paix"

(SS Ignatius Aprem II)

Note:

Eglise locale fondée grâce à l'élan missionnaire de l'Eglise

Syrienne Orthodoxe des Indes (Malankare), notre Eglise

Syro-Orthodoxe- Francophone est une Eglise Orthodoxe-

Orientale.

Le Monastère Syriaque est un Centre de Prières pour l'unité
des Eglises Apostoliques, l'unanimité du Témoignage Chrétien
et la paix du monde.
¤ Permanence pastorale en diverses région de France pour : Accompagnements spirituels, Sacrements, Sacramentaux (Bénédictions, Prières de délivrance ou d’exorcisme, prières de guérison)…

Pour les services pastoraux rendus au Monastère comme l'accueil
des fidèles pour de courts séjours ou des retraites spirituelles ,
nous n'exigeons aucun fixe.
Les offrandes sont libres et non
obligatoires.
Toute offrande fait cependant l'objet d'une
déduction de votre revenu imposable à raison de 66°/° de votre
revenu). Libeller tous C B à l'ordre suivant " Métropolie E S O F "

Pour l' Aumônerie Syro-Orthodoxe Francophone des Africains vivant en France, contacter les Responsables: Mor Philipose-Mariam (06.48.89.94.89 ), Métropolite et Soeur Marie-Andre M'Bezele, Moniale ( 06.17.51.25.73).

Icon of The Last Supper. Jesus and St. John.: